<%BANNER%>

MELLON DLOC UFLAC



Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/02337
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: January 16, 1935
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:02337

Full Text









.. .... ... .....
. .. .. . .. ....... .... ... :. .
...... .... .. ......
." .:'~~ ;::'.. ;.:. :~. r .': ... : ". ; rr ", .. ..e : : .- ; ."


bIPM


.. ... ... ... ............ f ......... ..... .. .. ... .



I .. ......................... ......... .. ...- ........:.:.. "
...a... .........rw r.vn n rrr... ...... ...s'T...
M, ------ n a-----r-----


I
i1

F'

F


dir ci tetabita ss w bre
e RLEAMLI .TE.MATERIEL
UK n corresPondwtt pus t &a
ItATION PSYCHaVO
giQ.E de FAfi lU e.w
Rfin, lee &pukivains idt-
aIfltt op er O wm.apro.
ramme d celi de MM. e Roose
Vlt, e barnant m critiquer
an w re. Leur, grande Cr
eurfut de- ne pam compren-
re que la Nation Amsiriet
e rouk it un effort, wne dot-
tine et une expiriente now
Voilt ce q a t a erit, a*
krt que le corps dector4 eflt
i se prononcer, dacln umwifn-
ildation popudMre, en No-
tmbre dernier aux Etats-
lis, consultedion suirant ta
surnure de laquelle M. Roo.
evelt devait sc trouver inves-
I d'un pouoir a pe preu t d j
rttiotamire, oU au contramre,
eduit a la merci d'an Park-
nent hostile et jalox.
Mais, comme on le sait, les
rinements onr tourni en fa-
uear de rillustre Chef d'Etat
Lmnricatin, qui a entrepris
nouveau plan d'action. Kt
ret tgard, ouate l chromn-
ueur, rarement un Prsidenr,
x Etats-Unis aura poss4d
utant de puissnce effective.w
Nous avonr itt conduit f
dre tea extraits :eni Uaw.nt
6ditoriai dajourdenotret ;-
WIent confrire .L i ,
titdul6 .4 f.ECRET DU12.
ANVIER, pane inn :
i.Nous y fbstrrou4d, peu
res, cc taebau assex sombre
e la rita t i mattrielle, qui,
nmme ('adre, ne correspond
as it la situation psycho
fquc d'caitiA;
2o. parce que ceux.lt de qui
arient les commentaires d- '
'rmints par action gouer*
ementae soulignis par no
re confrtre-e se nt eux aussl4
cement son wuvre. t
Or, tout eomme les atdver-
tires de Roosevelt, lear gra-
r erreur est de m pas eonm
rendre que a nation edt an '
fort, me doctrine et mne ex- ;
rien e nouvelle.-
II n'y a done pas lieu, quant
present, dse s prioccuper de
urs opinions, la Souveraine.
I Nationale devant bienit se
onoticer. dans la rtponse de
Universcaiti des eitoyen, t


question de confiane poske
lr le Pouveir E x&utif.
S j- t .i

ISITEURS DISTINGUEKS
Coest avec iin reel plaisir
1e nous avons regu ce ma-
n l'areable visit de Mon-
tur Raymond.F. Doret.
11 ftaitf accompagn& de son
ole, notre svmpathione ami,
Hermann Doret, Directeur J
neral de l.'nEnsignement,
rofeso.nneL: : : : "
M. Raymond F. Doret a ap-
rteriu it 'Institution Sainte
arie, une Ecole libre de Tu-
s- Comme ancien profes-
ur de. Phflosophie en .et.
ablissement, il est por-
ur. d'un eertifieat qui fait
flneur tant A lui, personnel: '
ent,.:qu'A notre Pays .:et no

Sfl......- .


:"" :h'''*., 4'" ': ...... .. jA i v :"Y" 'S::. .t. ..: : U.. *:..



: ,. .; '.'*'- r ':". .* .5' ::.:. *' :'''':.'* ;* ****- *^ ^ Hiiy *' ..- .. ......,.^ ... :..... .. .. ... i -__ ^ ^
j:^*:' : : .. i .: :r : : :i.. ... .. .
: '. ...: ... .....
, : : : .. : ,, . . .. .. .
x~ x.:::.'. Y "' ? : ...". !:' : : : ': 4 : > .a, .... ........"....i
. ii =:. ... ., ____. :. ::: ....... ..... ........... :
.U.. ~~~~~~~~~~~ ~. .... ......-;.:..d.o:: :': "," '
: .-. / .:; -:% .. :::-{ ... ..:. < .. .. ..:.... .. .... .. ............
.. .......... .:-,-- % -> : : -F ---.--: ... .... ....... .
.....,. ... : ; ,.. .:..... .. .. ...... .. . . ,. .. . .

..-..p p. ..-. ... .. .:. .-.'.
.. ..... .. .......:.'" ... "... ... : : :'. :v : '. :-- :-: :.. ... ... .
Il ,: ,i ,i 'i ;i, ....... .. ii, ......

.... ......
.... .. ...... ... : 5:: 7. . J : :. ji.
... .. ...:. .-.-...:.:.-.. .. -
....... .-......... .
............ .::: .:- :::: -: .........: i : 5 :
S .. .. .: .- ... :.... : .",. : .. ., . .. . . .. . ... ... ... ... ..: ..: ... .... ...........
........- .. .. ...... ......."' :. ".'"..... ... ."':e ."""'."....'"',"" .. ...... .
.. ..... .., .. .. ..'.-.-..:-..-.,-.:-,. .... .. ..... .. ....... ,.. ... ..
......... ...... .. ..... .....'........y ''. '...".. '..' .. v".v .' ".. .. . . '
-.-. -.'-v -'----.v.--v .-v ---.. --'... -.--.-..-.. v '..'. --.--'..-v.--:'- .' ". .. .. .. .. ."..-.-- -... .. .... .... .... ... .. .. ... .. .....- --.-....-. --.-.---.v....-... ..... .. ...-.....-...-.-..- ..
. .. ,. a ;. .... ,, .~~ ~............ .... .. .. .. .. .'.' ..'."......."...'.'... ... ".. '".. ".'. .."... ... . . . . .. .. "
... .' ...- ..' .. .... .'... ... ... ... ...... .. ..... .. .... .. ....... .. .... .... ... .. ..... ... . .. ... . . .. .. .
. .. .. ... ... .. . ..... ...... ..... .... ...... . .... ........ ... .. ... ... ... . . . .. .. .. .
j'.;.,1,,,W 1 0.4. .. ... .. ,...:..::::::::::::::: :: .:..::: ::::::.:.:. ::::::::. ...:... .......::::: :::::::::: -? z : 7 : 7:: : :; : .
.... . . . .... . . ... .. . . . . . . .., : ..: .: . : . . .. : '
.A ,.: .


EL PERE SCHNEIDER


.W. -. W I-. .. ..i ,?I .- .i .


r.t. Et. at F Jo reviens des funerailles son Alsace natale, l'incons
Stlberte Egali Fratermt, ^Nous awons .,puW& hier, fun du Pere Schneider. On peut tance et la mauvaise 6duca-
Scrmpe-rendu iVe scutena en faire le compte-rendu en tion de tous ses tlIves, n'&R
Rtpublique d'Haiti ce de th :.ze.: i M ymond deux mots. Une foule immen- talent que quelques-unes de
Renaud. N s ffa ons fait se accompagnait avec devo- difficulties que sa voction 1'ap
ARRETE qtfesquisser, en pitsant, le tion les depouilles de ce digne pelait a vaincre. II y parvint
observations prsents e t cet- missionnaire. Le people se de- cependant, car il avait le sen-
STENIO VINCENT fe occasion par Professeur couvrait avec respect sur le timent le plus pro:fond de la
Pr ent e a Rpub Ripert, vl Wr tire plu- pazage du convoi. dignity humaine qu'il respec-
M Preaidentt d te Rpeblique tteWh e. Devant cette manifestation tait chez les autre ft un tries
Nous les offrom aujour- unanime de sympathie, d'otf 1t haut degree et don't i, imposait
i Vu articlee 79 de ia Consti- d' ui & la diletion des spt- souci de paraitre s'6tait pour le respect chez lui par 1. con-
tution, eialistet, waee to les d wve une fois efface, o"i deux an- duite la plus edifiante dans
Vu I -aretede plus en plus. loppements ies& re. ciens Chefs d'Etat les horn- son triple caractere d'hom-
grande du metal precieux d(- mes les plus 6minents de la me, de professeur et de pri-
nomm Orr; M. Ripert, tout en rendant olitique, de la literature, du tre. Dans de pareilles condi
Consid&rant qu'il .y a lieu, un hommage mrerit6 i lFtudc commerce, de iindustrie, les tions ses relations avec ses -
dans 1'int4ret de economice de M. Renaud, a pr6sente sur femnies les plus distinguees leaves n'etaient pas exempteA
haitienne, de prohiber 1'ax- cette these une serie dobhser- de notre society coudoyaient de heurts, mais sa noblesse et
I portation de For qui se trou- nations. 1 s'est tout d aboard au hazard des rencontres- la sa sineerite lui faisairqtsite
- ve actuellement dalas le Pays,; tonn. des indications don- fouled des humbles venus aussi reconnaitre ses rares torts,
Sur le rapport &rit et mo- n es par 'auteur sur les rendre un dernier hommage 5 come son immense bont
t ive du Secrtaire d'Etat des droits des enfants naturels en ceiui oul fut un homme de pardonnait tous nos c.rts.
SFinances et du Commerce, Haiti. 11 a 6tc en effet indiqu6, hien, 1Pon, pout se fire une Pendant trente anie le P
Et apres deliberation en dit-il, par M. Renaud quil id&e de la place qu'il occupait re Schneider, toujour? mra.o
Conseil des Secretaires d'E- existed de veritables unions li- en Haiti. de, sut faire la cIassel da
tat, bres, durables qui imitent ]e Et l'Ame du dIfunt s'etait sans jeunes haitiens, sans jarais
marriage et que le pere done route, attardee avec atten- punir. Tous ses z-eves eepen-
ARRETE aux enfants naturels la ,nmene (dri:erent au milieu de nou i dant, sans exception, sont de-
AicL expor Dpart qu'aux infants legitimes. tous, car son ecur noble et venus ses am Y respectucux.
Article Jer- L'exporta-- Le professeur Ripert se de- irnp1e pouvait goft.er ce te- C'est, je crois, un faith unique
Stion de for, qu'il *sagmise de made comment de pareilIe. moignagne sobre et sin cre de dans les annales de 1tduca-
lingots, de pikees de monnaie, mceurs peuvent continue "'estime iqul- a toujours su tion en Haiti,
de bijoux ou autres, est et de- subsister, malgre les disposi- infpirer. C'est ici qu'on pout voir --
.-meure. interdite..j.usqa-ua....nu-....tions farmelles dea.oi Lau- Ds son arrivee en Haiti, oin vee quelle prodigalite il pui
wvl ordre, teur a indique quo les Prtee e la Providence voulut qu'il fut sa dans son amour passionn4
Article.- -Le present Ar- Catholique: avaient requ le consacr au sacedce, il s'e- du pays et de ses enfants. Je
e-t6 sea public et execute i f Pouvoir d.e ceibrer les ma- tait donn', tout enter et A me rappelle cette response mol
la diligence du Secretaire d'E- riages. Ce marriage religieux tout jamais, a educationn de deste et presque naive qu'iI fit
tat des Finances et du Cornm- tient-il lieu de marriage civil; notre jeunese.. L brillants A Monsieur Edmond Lafo-
merce. existe-t-il come en Italie,une resulta-ts -u'il a obten:us con- rest, notre examinateur de
constatation officielle de ce sacrcnt avoc deennence ie sue- franpais au baccalaur6at de
Donne au Palais National, marriage religieux, ou bien, c3s de sn entrepri:e, mais 1914, qui le complimentait sur
a Port-au-Prince, le 16 Jan- au contraire, le marriage re- ce cute tout ho monde mno sait ia preparation de ses Clhves:
vier 1935. ligieux n'est-il possible que pas, e'ot i'nerg: surhumai- <(Que voulez-vous, Monsieur
dans les eas exeeptionnels, ne qou'i a rp ,l ye: e et l'abne- Laforest. Je les aimed tant, cs
St'nio VINCENT. notamment en cas de maria- gation otale a 7laquelle il a petts Messi*ur
.ges in extremist? toujous consentie. Tre souvent, dans e a-
Par le President : D'autre part le professeur Ri- Je le vois encore, tout jeune, ro's, I'on a pu trout ver que-
pert ne voit pas tries bien corn- surveillant de recreation cas- ques expressions p.ssiountes
Le Secretaire d'Etat des Fi- ment le pere peut assure aux se par une deformn:tion phy- quand ii exprimait ,es con-
nances et du Commerce, enfants naturels la mime part sique qui le faisait marcher victions. II avait ce droit, car
d'h6ritage qu'aux enfants I;- utn peu de cote, se promenant seoI convictions talentt 6clai-
Yreck CHATELAIN. gitimes, puisque le Code dit infatigablemrent au milieu de res et sa passion sincere.
-.expressmrnent que 3a part des nou' et interrompant de Nul n'a plus droit a notre res-
"-- "** "-"- a enfants naturels est restrein- temnps 5. autre son breviaire pect, A notre estime, et A no-
t au tiers de cell des en or appClCr ceui-ci ou celui- tre reconnaissance affectueu-
CONVOCATION fants leaitimes. Comment d e la d'un signe bref eL amnical se que le Pere Schneider,
La Ligue Feminine d'Ac- fait-il qu'il ne so se oit jamai' uui retablissait l'ordre dan-. Pour effacer un geste de
tion Sociale reprenant ses ac- trouve, apres un partage, un nos jeux de diablotins eftfr6- mefiance (Le Pere Schneider
ivites, tous les membres de infant legitime pour contes- nes. avait te mins sons la surveil-
I'Association sont nries de se ter Ia part attribute a ses frt- Ce fut bien plus tard. en lance de la police pendant la
r4unir le vendredi 18 pro- re.?? troisieme et en rhetorique, Guerre, come Allemand)
chain a5 heqres de Iapret-mi- Le professeur Ripert pr4- quand nous 1'eumes comme don't le Gouverniemont haitin
di. la mais.on Bellegarde, a senate en outre deo observa- professeur, qu'il nous fut pos- i n'a pas la responsibility{ -t
Lalue. tions sur la propriety des e- Pible de le juger, 11 etait frap- pour rendre un hommage ,,-


S- ... tra.ges. L'auteur a soutenu, pe de toun les handicaps. II iitea ses 6minentes qualitns
LA GRAIN OR SEL dit-il, qu'apris Ia rdforme do avait une elocution tries diff i' du creur et.de esprit, le Pr6-
la loi .foneiere, il n'y aurait cile, une prononciation d6fee dentt Vincent a eping1l ur
Saucun inconvenient At laisser tueuse, un temperament ex la plus g6n6reuse des poltri-
Ses -j rangers posseder le sol. cessiveiment nerveux. Quon s nes laCroix d'Of er de
S II a lexphqu6 qu' I'heure ac- figure done le travail assidu, j- Ordre tuelle, lesetrangers pouvaient ecrasant, sla patience enormo i apres lui avoir demanne d'6-
: ... :.-: :..tre inquit s dans la posses- avee lesquels i} se mit a I'ou- tre le panegyriate do noa
.* n par lincertitude..des li- vre pour enseigner avec une gloires nationales. -, nous.
mites des proprietea, et que c competence gale lI grand ses eAves, de fixer dans le
Sides inteventions diplamati- nombre de mati6res qui sont bronze et sur une de nos plao
mues socnt craindre lorsque le devohr d'un professeur ti- ces publiques, les traits de
".. des tianigers sont 6vincs de tulaire! Franais, latin, green cot homme de bien pour que
la propriety du sol Mais le litteatures, instruction reh. notre reconnaissance se per
K:. professeur Ripert. se dean geouse, histoire et g6ographi pttue aux yeux de nos fit
S de i le .nouveau regime tfoni :genrale histofe et geogru
eier n'aurait spAs, an central- uhie d' aiti. instruction civ E. THEZAN fits.
._. .- re .. trop fortnont attire les 4 ...ue,.. eonomie ..politi.que.e
oCei pet heure act forant tououd s note .t centre la prtppe
i- :s e dp v*, I I le, les fire hesiter, ce s0nt les ret! ::p t m d. e --L : ,I t Sa
E...-. M. s.:m. a...v.. le. conditions difficiles dans lesa Et pendant ce tImpsod Budve ,um,
C.sn VaS C rntice-tAtOt on tar. quelles .on acquiert cett4 pro- er-ise perpetu elle du- fo i Al R :.
n'.aipri':: p' o' :: :.: ......Si la l. foncihe& on- don les effet .. .ess..isint:su
: : .::: ::..::: ...::: : .: ..: :: on visage preoeement ma tire on e p et Istedes : i:.: .
o:stio.emr. ...r. it.n.. Ce 0 .e) ciw in: i eihat sa different de wires de la Libratre Noel,: : .


1171--1~---


,i "




..j4 4>4 A>. '


r ":114"


-. ....... ...
.. .... ... .. _., .. .... ..... ..... *"... :.
...... .. ..n.r, s.. .. ... r.... re.. s --
... .... ........ ,i.t .., a ..yant

'are physi lutomontate ines vouaes am remu serale -
. ... '. : '.. .:^ .. .... Ux" '"- IOti -.
t..t ..r..o.it6 (..oncience a.t Vl wtanea. du erviee -r .
probit... onn..et&, drot re, n. oubep :: nonolstant les
:franchise, sinc:rit- etc.) se apparences ext:rieures, ear ii
troue indiqu r ure diaret ....p. .. ature
ode IPhorn e pat Ia comtRber Mup ax vows ave m agi
s. des signet..s t .....a men). envefl alors, gare a vous
ton large, bout du nez large et i ny a pe: d'embuches, de
arrondi, peau.plutt claire, moyens depourvus de morale K
yen ide. totes les>. couleurs qu'i. n'emploiera son inmoti. ;
except& le vert et l couleur vit- aveuglant sa scrion -
pie purse: venger de voUs.
ous nouts exeusons aupres.
dous..ns amies t amis nyant e (i svr re)
mention ratrvei, Ia peau els r er
ou- folee, le nez point, les Robert BONHOMME I
yeux, verts,etc.,ear-si la rein-
carnation nest point vraie- '" '"' ... ."" ", '-
ce n'est pas de leur faute s'ils <
son.t n6s ainsi, ou, dans un or- JOUIR DE LA VIE K
dire plus palpable et visuel; is I
nont: pas eun A choisir leurs Aucun m4decin ne nie, plus
phres et mi res avant leur maintenant I'influenee ess.en-
n4ssance. Cette conviction title des glandes a secretion
nest'dirig6e centre personnel intjrne sur Ia santA generale.
et.est avanea e seulement a un Tolt re affaibli, fatigue,
ppint de vue puremenwat scien* prive de ses moyens, peut e-tre
ttfique. (rajeuni>, retrouver de nou-
A noter que certain hin- veles forces physiques et men
dous (peau noire) out une si tales, si Yon riussit A active,
grande d6eicatesse de touche a ranimer en lui les secretions
dans la ruse et le vice qu'ils internsalde ses glandes.
peuvent vous voler le matelas Pour y parvwenir, le moyen
}ur sequel vous dormez sans 1 est maintenant connu : appor-
vous reveiller et sans pour ce- ter a l'organisme, sous formes
la pratiquer aucune manceu- d'extraits de glandes, le sup-
vre hypnotique ou rien d'oc- pliment d'hormones don't ii a
culte sur vous. L'apanage de absolument besoin.
]a, peau noire ou brune Le professeur Lahusen a en
(noirs, hindous, arabes, japo- effet r6ussi (isoler ces ihor-
nais, chinois, abyssiniens) est mones, A les xfixer> sous une
une aptitude extraordinaire a forme stable, commode, per-
eacher ses vrais sentiments mettant un traitement corn-
pendant des mois et des an- plet par simple absorption
n6es en attendant le moment buccale. Les resultats obtenu
favorable -- une fois la con- ont k6 merveilleux. Auasi ce
fiance eapt'e ou les disposi- traitement nouveau connait
tions bien iuses .n our fran- antunltIment us l V num-


per, et souvent -- quand cest j
entre deux personnel sans si
laisser de traces et de soup- aL
qons a eo gard de cele qui est V',
coupabie (voir le roman Ba- n-
touala par Rend Maran). A ce' p)
point de vue, on peut dire que j(
le Japon est en train de don- C
ner une rude leqon aux peu- ec
ples occidentaux. Et le Japon et
peut le fire parce qu'il a der- :
ribre lui dies si'lees d'existen- n
ce qui ont affind son intelli- qi
gence.. C'e;t Je cas de dire a tu
propose du Commodore ameri- tr
cain Perry : chou montri ma- u.
caque voye r6ehe, ce ou Ii cas-
sd tfte en premiers. Mais ce p)
proverb Jocal n'implique pas
quaop neo puisse prendre de ;
" measure. pour sauvegarder un
avepirr meilleur. Loin de nous
cette.pens6e. La science est la -
pour nous aider. Et pour
montrer que -nous n'avons au- 4
cuine partiality dans la ques-
tionque3nous avons aborde au
point de vue de la couleur de
Ia -peau,. nous dirons que les
homes a peau blanche, aux N
yaux verts ou pie, au mention lo
ratreei, au long nez point, d
dtpassent de beaucoup en as* p
tie, -en duplicit4,- en hyo o"Il
crisie.a longue portee, en nm- 21
telligenee satanique, tout ee p
quion peut observer ou ima- m
giner chez les ho0mmes A peau-
noire .ou .brne. La peu no- .
re est aussi signe d'une e.ces-
ste entimitew Si par exem-1
ple, Vdus agissez. ben envers 1V
un .noir.qui est.sous vos ordres Y
et,que .ous uriez pu agir de ,te
fagon .opposee iinpunement, o
s'il a le mention large, le: bout 19
du nez rond, 1'ceil noir (comme 4
presque toujours),. et les si J.
gnes de Pintelligence, il vous ge
en gardera unea profonde et ns
durable .rec.az.sance, la-
S-.quelle se. :maiestera au: :be. -'
mm ii::e si vie. Tel- bQa


d'Okasaz. un extraordinaire
ucces. On peut dire qu'A t.,out
ge une cure d'Okasa rend Ai
home ou a la fernmme a jeu-
esse, son parfait &juilibre
hysico-mental, ramene les
)ies du corps et de 'esprit.
hez J'homme la senility pre-
ice, toute faiblesse physique
t men tale.
Chez la femme: Neurasthe-
ie, embonpointn, I'age criti-
ue et le fletrissement pr6ma-
zre des chairs peuvent &tre
rait6s avec une efficacite et
n succe$ par Okasa.
Le produit est en vente a ia
harmacie Sosthene Geffrard.
Distributeur pour Haiti
740 Rue Firou,
Port-au-Prnce, Haiti.
--- v .


Le Vapeur HAITI Voy. 36
. B. de ret6ur des ports Co-
)mbiens, de Cristobal C. Z1,
e Kingston Ja., est attend a
ort-au-Prines, le 17 Janvier
D35, en route le meme jour a
heures P.M. pour New York,
renant fruit, passages et
alle.:


Le Vapeur COLOMBIA
oy. 38 S.B. partira de New
ork le 17 Janvier 1935 direc-
nment pour Pert-au-Prince,
i il est. attendti le 21 Janvier
M.. en route le mzme jour a'
heures P. MW pour Kingston
a., Puerto Golombia, Carta'
ma et Cristobal C., Z; pre-
ant fret, passagers et mall.e,


flui G:W;EnOnJ


..... -,,-..u.t-,RAN9AI.$n.
:: :v Son ficacit4 contr toMtes lee
... ...W7
..... .' .. '." ... ... ... ... ... .: .:: .... ...
.......... .. .. .. .. ... .






i:'" I :: '' .:!""n *: o iverseilsment reconnu...

S .:,... au lnlum 4 comprm .. .
-- . .. : ': "
...........Y. .. .






7 '... ..........- ::7 $ i:S-.::: :l~l:l i! :a: ...


.+Devenez votre pro*re Oomptable en o~wrant un
Compete de hque i la Banque Natioale dde Is
Ripublique d'Haiti


p-fl-----


4>) J ;.


ZdJ~ t&/JV AF


Ktcb-; i--erw-t -
rt : ,-r .;- .... .

Internal ci 2xte n t
To2utea ls chr tsvs..
de la 12e la Philosophie


true 41tw'>w :\
>9-';
c.-.~ 1'


'2


PriO Pz 2.


Le Colld ge imon Bolivar,
funded en Janv>:f 1930, a deja
eu vingt success aux examnens
du laccaluurti, chifflre assez
remaquable si i'on consider
les difficuites de tons ordres
que confront actuelle-ment
I'Enseignemen Privle, Ces sue
c.. ont dais au serieux d i'E--
tablisemeint et A la eomp6-
tence des p)roI Lseurs.
Dans les difi &reiIes classes,
la preparation des eeves est
i'objet dun soin minutieux.
Aussi les resuitats s'av erent-
is de pius tn plus satisfai-
sants et les parents n'ont-iis
qu' a en ouer.
Leons particuli ires de Let-
ires, de wetences et de Lan
gues rivantes.
Cours speeciaux de Steno-
Dactyiographie et de Cnomp-
tabiliti.
Les inscriptions se resoi 4
--vent-tous les ours ouvrabies,
Pour tois autres .-renseigne-
mentts adraieer au Coftelae


Gtace d e

Port-au- rzoce

Stsricatuu, e guee do
c L vture quality.
Livraison rapide effect
-uoidiennement par nos eZ-,
nions points en bTane dan
outs les directions de Port-
-u-Prince et de P2tion-Villa.


;~ A CzEREtI


Noui avonus wujourw &w
znin les derniers modlIes de
lacieres e aciar a partir de
.r CA3 et a-dcusu, venda,
) Ta ave fac litj& do palo-

ScLa glaeirpu le pPips dfu-
0+ e Isa plug eeonomi le"^


, E -ACE, E
SUP E RLATIVT T

Un produit nouveau, qui ua
v eide en rien aux meilleurea
marques des Pays d'Europe
ou d'Amerique eat offert au
public haitien par i'Uaine a
Glace de Portau-Prince. Goil-
tez cette dlicieusae crwme, et
eouv eresz ccnvaincut.
Faites une agrbable surpri-
ve,a votre fanille en appor
cant de la eCripm Glaie 8
Perlhilvez pour Ic des rt..
Tous en rsffollent.

UN?>4 Oi'POT



No e.s ambres froides ont
t?.. r.e.m.ent mies' a point
it ,pvent r.eeevoir u'mporte
;uelje quantity& de viande, d?
pG1Zsol, de glmnpae d, 1

Le Public eat eord!alement
InvitA A visitor notre usine Pt 1


rI f i. . ...

..... ... ..


deo tie at




eta;fi adesset






S :ervit e acc6t
l 1 av P --. -. ..-... .
N1EPites at T.-



raVuI d MoEDaCiA
AletodRictpae:NMI
oul pla e .r' "; :" :






AVIS MEo DIC :'.-.,
S. -: --.- ::
Rdpasre vesmacM
derire & epaknk
^honogrpheeca r





SCinique du Dr. Louis Hig
Ancienne wmaison F. MDafvl
(Rue des Casernme4
..C--.-onsltatio-ve r
2 a 4 hs. & p. m.!

I Mnehbib J &Aerire Ren*
Mpchmnesa calcuDer PD'
Rubans, paper carbon
Faita von) achats _.hez
G ia

TEINTURERIE

Tout en encouragea
initiative trbs m6ritoir
ferez une bonne affairAi
tiant vv. commander k
croir des Dames de l'A
l ion de St. Fraunois de~
SA la Teinlurerie M_
tout est remis A neuft
ou vtenments usages e n
temps que nettoyage -iSa
mtaillage. :
passage, degraissage p
Trav,',ux de vannerie-
j genres pour cadeauxt
u annee. ;t
SPromptitude et cona
trs avantageuses. :
S'~ dresser A Mine T8
('arri, A venue 1td7J
[Ourroir de la Rue di:

POMMAD E .29#
(.attelle, Demangeai
Eczeima, Taches ,
Phie. St.-Frangofi
Dr. V. MATHURtI
Gd'Rue P.-au-PNe

J IESDEMOISELLES
MESlDAMES..s
MESSIt
Avant daller ailleutrs
vos chaussures >
une visite .s'iinpo~N
a la Cordonnerie
Moni:Crmel l
Grand Rue No. 1721
T&l. 2182 ..


SSimon Bolivar, Tel. 3501 specter nos mnodles dOLT J
glaeire a et de orbetitre I Popritair
'- .. .-Z f. j fldans notr Siai de vents. .___ .... -.....

nHEANTINEr LUMIERK dt fm e Ia gla e, e'0 ... ;
Specifique efficace contre -i. :i .
les B niuioraghies,. Ecoule- .--- -.......
ments M aladiesdes Reins. -Le. POUR VOTRE SANT
produit present sous forme ... :. -- 1 ": -
de dragees est facile A pren- oussouffe de Iappa- ,
'dre : r eil ugestif, qu sirous sent" a- Var: Uo"'.( .. f
SNe ncessiteaucuneprcau- une debilite quelconque d4s .I Rh mit. C
Stion speiale. .: orgaime ne rate: pas, .oc.- Ref afi
En Vente :a : Pharma-e ..casion :de vous .mettre' w Pu .t. O :U.-.-a
Roy Rue ui Ce.tre. age de la Farine tQU SQUE ne:: al
t .. At Ir C h..* t S,. S'-S... .... :.t.. .. .. .. .. .. .. ... . ... .

SEt Che F. :Lavelanet C. YA (quintessence de la bana- ..
Suplessis, Suee vene, ..e Trog-odytique) on banan, e M.pi i
t788,Rue du Ma asim de I'Etat G ranud Vincent. .- :--....
*e. d e.,,:, I- ai >, + *C- i '- me n!ai .... ...... ... .... ..-: :; :-. ::;:.:::::::
Madame, n'oublhez ;a que
S Telephone $0. -. a -
SIa fitiae Quisquega eat 'n ment.taison4tiI
.. ...i: agent actif qui excite la. i k-.-.:. l i_ : .i. i
s............... ce des os chez lea B eb6s. I.
:":.::. vent partout,......
,.CO't .... .... : ..... Refusez les initatiu s ...., ....."' .
:p ... .. . ... .... ........ : : :


UI,

.
4^. :
j:;::;::.:5
'.Al:-:.


- 1-1 f4 A




Ax .." .::.-^:'". ... ...-..*.. : ':..>... ........ .. ...*..... ..-".... .. .





::...:.. ... '. -:.....: .... ......... .. ; :...... .. .... A''' .. .... ....: .. -. .: .--
!4%: op .. .... :,
:%...... .... ..' ...l> .... ".'.' '"""..... xi r ia t i i .....





:' ...... .. ... ." f 71 .".'.."'se -de ::ter m .onm..rt. de a. Chapplm. a: .
A l ti i ..."............ ... ...... .... .... .. .. .. +' ... ; .


o..r........... .n.... 4 .. ...u ....a ...r. ale Inde. 1 ..y il ollabore en ce
.. ....... ... ... ..... ...... .--... ..... % .. ; .......W WI I U j







SrattachemeR t aR 1* F DOr oe e Fubrer d o Ap ioulEgemeneratee u.d le" contrate au4
elite .arro'i d dimanlit to' q prgs: .. ...I reto...........'ur' d b 6plneux .t s..pp ient de" eurs m..aison santp HOLLYWOOD.. .

comment a qigrer,. ". pr cen te I voix. d..... an lesserr L Ie te.t.ire pour. i'u remo dier au plus i sema e.





value a 50.000 le nombre d qui:e a parl6 par ce verdict. Les une pride de 90 jours, p*ur vite. gxxx
ceux qui se r6fugieront en cloche de toute l'Allemage protger a coupe et utilisa- WASHINGTON.
France. Les resultats ont 4t sonneront en votre honneur et tion de la recolte de canne. MOSCOU.-- Le Gouverrur nateur Robinson, le
accueilliS dans tout Jo terri por vous remercier, alle Lapeine de mort a t rta- ment sovi4tique a commence rnajori te du Senat,
toire sarrois avec une joe e mandis de a Sari. Ni la vio- blie pour tous ceux convain-. aujourd'hui le jugement de 19 a Iassemble de v
xuberante. Dans plusieurs ene, ni la propaganda ne cus de sabotage on d'interrup- atres personnel accuses de Iadmission des Eu
villes, on a commence imm- nous ont 6branl6a. Au nom de tion des travauxt de. coupe. complieite dans 1'assassinat la S. D. N., pour sul
diatementhmolester le jui tos ls Allemands, mo de Sergei Kirov. qui a dj rgne du droit et de
et les anti-nazis, pu out du Chancelier du Reich, je vous Ix1 cause, jusqu' ce jour, 102 exe a celui de ia force e1
e renfermer dans leurs mai adresse les remeriements de GENEVE. La S. N. a cautions. Le jugernent se fat A reur dans le reg
sons. la Nations. decide mardi de rendre sans huis clos at Leningrad. Bien questions intornatit
: ^* r^ :O| reserve le bassin de la Sarre que le bruit eut couru que Zi tdmenti que cela en
BERLIN. Le Chancelier hPA r o i a souverainet allemande, noviev et Kamenev av.ient t pays dans des alliA
I e f c La Commission clu I Plebiscite deportes, un bref commune promettantes. On p
S--- -. prsid6e par le Baron Pom- qu6 a anyone qu'ils son par- le President Roose
v. v a.. 0..0 0 ". a "' "" '" L e s .- .-- .... ... d % -. ..-:: .
*' .... Immn>..... .. .:.. .. In nn In m Im m .. .. nm m 'mn nl ~ + ml I m .....n nom ln n...+ >.... l o h ,4 md Imm n n edm ... n. ...tl o. .. .ntl llmm.m <... ......e. I' e.. .. . e t .. .. ..t.. .
ite '. .' 'i..e.',," o.n't':" .'..' on% ': -c J L'.. ''m ':.;a g". j! .'e -- T. e'.e" r '.la: !!'.'.'' '' '. '". ''' 'O
:'' ..... ..e .... ..x '" % .i.n. .-s.e..- .;;.; .. .;. '.. ... .< + . .. w t. ." ... .. .. . ... ... .... .. .. ... .
e t"i(."i.:..:...< v ......... t"".. -'d on... :e -' o t ..... ca.n..'' ..M.""OS '.....;....: .... ;. .. ...:::.:.:.;+ ;w ': +-'. +...: ...." ... <:.,:::t:: ::E(?()? (L7Y L .....,.... ":'7Ef ) !):(?it E Lf)=:?Z~f )Z)Z?)(_ -::_::_.: ::.; ...."..... ..


Alu c conserver la

salubri de votre int rieu

... ............--I Elk ooatia t des impuret6s
qui nmencent Ila sntt de votre famille. II est
doc prudent d'acheter toujours ke Savon Carbolic
Marigold. Sa 'ISe abondante purifie, en meme
temps qu'dee nettoie. Ptn6trant dans tous les coins
6 la salet6 se cae, la mousse du Savon Carbolic
MPSgoi aide i ceaservr la saluhke absowue de vasn
ad"&


peo loyssi, representant ue
'italie, enverra sa resolution
au Comite du Conseil, qui


voter aussi-


probablement la
tbt.


xxy
LONDRES. Les troupes
de Farm&e international de
la Sarre y resteront jusqu'a'
ce qu'elle soit transf eree off i-
eiellement I 'Allemagne, a
moins que'la Commission de
la S. D. N. n'en ordonne autre-
ment.

LA HAVANE. Malgre
le d(cret drastique que le Ca-
'-net cubain vient de mettre


'n vigieur pour p
6colte de canne,


rot6ger la
le bruit


court que sza chute est immi-


MEXICO.-- Le Gouverne-
ment a mis en vigueur au-
jourd'hui dans toutes les eco-
as publiques le programme
S'education socialiste. La pro-
portion des presence n'en a
pas 6tA modified. Malgre la
forte opposition catholique,
]e nouveau system n'a pro-
-oque aucun desordre.


des Vilies de


BOMBAY--


Un froid in-


Stone oet venu augmenter ies


Port-au-Prince et du


mi les accuses.

FLEMINGTON.--


La d6-


fense de Hauptmann a rem-
porte aujourd'hui, dans le
process de Lindbergh, un avan
Stage qui nest pas si insigni-
fiant qu'on pourrait Ie croire.
Les premiers experts en 6eri-
tur'e avaient souligne quc.
dans leo 15 billets de rancon
attribuls au charpentier alle-
mand, New York est toujour
crit avec un trait d'union. Ii
a eA6 Ct:bli aujourd'hui qu.
Fisch I'aIemand dCeced& d(
(oui Hauptmann pr tend tenir
I'argYet trouve en sa pc: so:;-
ion c-ri vait le mt de la m-
'ne faon, et que lri aussi, a-
vait une 6criture d'un aspect
a- mLniquC t'reC prononc .
L'avocnt C Haun rtmnann a
aus:ti critique les depenses i-
nutiles faites pour amener
d'Allemagne aux Etats-Unis
trois t6moins don't la d6posi-
tion ne seruira a rien du tout.
On entendra bientot les
deux noirs americains qui a-
va1ent decou;Lert 5e cadavre du


b NEW YOK.- La Commis
I son de Boxe de New-York a


Elfectrique


Cap-Haitien tprsente


..,. .:.-L:. .. ............ .. '. !.
.............. ........ ..... ........ ..
..: .. '... '... '.. ... :.







ion poids I

S Chari ......
Lerrowipre I I
m uq...... uel..... ..
moment, a.
course des .
oid qui le
t-etre une

- LeL S&
ader de la
& demanded
oter pour
ats-Uns a
bstituer le
la justice
(de l a ter-
eiment d(4
-nalZi. 11 a
gager~it le
xnces cornm-
r&tend que
vcit inter-
Sir 1


viendra bientat dans le d4bat


11, P:ISg


au grand


T )tOCA DERO
.:.- di iLt Loutant, inagu-Q
' rC-n c le i:'; dem ca/-i3
* r .:vfir?+,y u,


Ctidant la f ici, la direction
) qrganrscr : un olierie pour la
di:.' ibutio c de huteilltes
' (.'., (, e ( .oho:,-, offnries par
S1- i.. .i. :c, ultu hens, re-
a P"r -'Prine
l..:.+ .r .. .P r Nr- ..

/..' t
D,: ^. g If.4ea 'c Sgour
.Cr +F + .. S
2J'I + -


UNE P'RSSE A LA
VAJPER ,,A A LA
iLANCHIzyyERI:!E LI.X

( '> r i T-... .. V : .
.' I C ft) "4'

peur. on ;n pro"
qu'instantan men, cont
plets de casimir ut les roaes de
soie. Plus de luisantes mar-
ques de repassage L'etoffe
est Iitteralement premise a
.neuf, et IPcs t)lis obtenus ont
I ne (IU t;'. i i'a{,^ _.',C10 t wnde-

< Essav 7.. Iuiitk i'F., ,, k. tiam -
")1esslng et i1 e-dry-cieanng^,
et tou.s les autre* procdds
Svous degolit-runt,


T -7


" Geileral


ie I ierl


S- avec tut (o qu'ilpeut y avoir de pluw perfeetionni :

Moteur herm6tiquement fer m~, it 'Fabri dIe apoussire.
,. .... ..
Solid construction en acier. : : :: .. .
.. .... ... . .. .
Etag-res ajustables ,na.uteur vti .. ,.:

Chambre r~frigrante a Fabri dela rouile et permetantun nettoyige facile.
". .. .' ... -' -: .
. i r- .. ..... ... "... .. :.. ..: .. ..: ....... .: .. .'. :: .. + .. : .- . . . .. '.. .' _
SContr61e automatique de temperaturee.>, ... .j t .. r; .

S:Elait age intrieur Po6rte her tiquement fer 't aide du petit doigt o I'a de du pe .

Toutes ces qualits vrous mettent dan l'imposbiidee neasavtr G A pd
. ... "" * -" ^ . + -. ..... :- -" ... .. .... ": -. .... ... ".. .. .: ." ... .. .. .. .. ':. .. .. : :
$ 297.50 avec sa consommation insignifiante et la garantide quatre annees d onee par A: : :


.....". G ener l E e :.:-: i' :;


.... ... .. ....t..&. .. .... ......f ...A n ..... ..... .


^***f *^.;:~ .... .. ^.. ... :7 .......... ...... .. ...:.
.'+ .-. = .- + "::" -- .+"..... : 7 ,; f, 4.4"h : :.i.


M1AIS).\- A. C. Mt ~ICUFF

\ m'ttru 0 Q1 In C vin^, fai,

o A. .. cNGuffie No 18
COe du Magasrin de }'Etai
: e6tP dos 10.000 Chpeau.
Vous trouveez- les crus e
lordeaux .les pips r~put4s
;urtout la grande Matyue
Se.ze frbres. On vend par bar-
Aiques, gallons et bouteilles.


Prix defiant toute
ce.


concurren-


S.Grip e
Enrayee des
I+ :le debut
^'^ : Irictioshes a vo1tr
poitince avecVicki
avant que votre
rhume empireM


P Tour Re tgidqtrement


SAVNJN 9J7R- 4., IC


t .

La
4


UN NOUVEAU SUCCESS :

le nouveau module de Refrigerateur ileetrique


+8 iNo +-...i


j~rrCC.rC ,i.


Loompagaie


af'EclaiAwn


61






a......... .......... -



.I ,-'." '"."Qt^d "''"TR L a 2I t' ".iebr 'p i. ee d G SC hfelTMS" ''. ... .. .:
-.t a e.e I...... ...L .AN. .lO U....M. "....... ... h.R eM........ ..



S;if na Ohon.s Amnsi de, Mutem Evang& avee Renie Heribel et Lucien Dalsaces
.ine .ooth estee .pour. ..ET
:.:.^ :. y-:? ; : ; S : :- ^ .' : ... .. : : .......... ..... ......... .... ... ..... .... .. ... ;.



..rai appeler terf
Sree e Pendant ute a riode de groa- e...nri Baudin
S fat de a hg.le. Efle est 14 tese'. .'.o.. e a be.oin d'une beau film





UNse m enfant d William }force suppnentare, pour ANS FAMLLE
:l ... v t : : : grand, lancetre, :e .fonda.- P::::o lpot are qui verra bientb 2 Epitode (4 Parties).
EVANGELINE BO2 TH, eiham A nt Lndres ave ne so us o i ededi Entruee o.5
... .... .. .....














iLI LIEUTENANT DE LA RBINE
.. I "< '. ....... .. .. .













Nee 4nrour de Ne Nc*Evan- rhntrerveaiannLELe toutt5UrDmL^re
L'ARAME DU SALUT g6line Booth a depuis sa plus qulit, riche en.. vitamins, our- .. nr
tendre enfance, second se.s nSS. .a.t. a orti nte. Wile pr.vient -- .- ------
parents dans leur ap ostolat. I .aladie of fo mw des os et des
par jeu d'abord, puis bientdi dents slides.
L'Arm.e du Salut est plus avec une conviction profonde .le eat fprpa selon l s pro-
connue du grand public par et communicative. Comme idds scizntifgtues les plus moder-
ses. petits travers orpheoni- dans les dynasties princieres, aI ea labnt rafnoie toute fraich aA SdC NO t
ques, ses grades d'un milita- elle a acced6 toute jeune aux dOW les laboaos meme de Ca X Pe^^av>n
risme un peu puiril, et ses plus hats grades. Mais is ne maison Scott da: 'ies pecheries de TOUX, Rk1UME $RONco ar C&II
chapeaux feminins lances a Ia lui sont pas venus par faveur; Norveie. e cette faon, toutes INFLUENZA AFFECTIONS s
scene par Miss Helyett que elle les a conquis de haute lut- les prieuses vitamires de cette PORT.AtJ PhNC> ft ET L2S
par son admirable effort mo- to suir les champs de batail- riche bule sont entierement pri-
ralisateur et charitable. Elle le. en "elant non pas voir su- servees.
est n:e dans un milieu plus preerficieflement mais tudier Un aut advantage de cette nmui- .
tol-rant A 'g.ard des ma- de pres les mis.res qu'elle se sion est quele et agrable a pren- ...
nifestations exterieures et proposait de soigner. |dre; ee n'occasionne pas de nau-
moins sensible aux ridi- Et ainsj cell que ses fa- |ses et est facieonent digeree, me-
cules.A L'Angleterre est miliers noimment par abrevia- me par les personncs dPnm lestc o- 0,
un pays o- u Ie passant ne s'e- tion Eva -- nom d'attendris- ac est de~icat. L'Emsion ret
tonnera pas de voir sur les segment faTtt qui rappele ce- est aussi une trts grande aide pen-
nur- une affiche portant en lii de I'hdroine de La Case de dant la p4riode d'allaitemAnt parce
caractere gras: ijou perdu l'oncle Tom a pass sa vie qu'ele enrichit ie lait nature. Tou-.
et revplant quo ce bijou n'est a dvangelise aux Etats-U- tes lea futures mamans et ceiles qUi
autre que IUime qu'une confp nis, au Canab A Terre-Neu- ataitent d ja eurs enfantr de-
version seule peut faire re- ye. Bile airne center qu'eue v iaent prendre ce precaun m 8
L'Arm6e du Sait. Elle fut son pere lui dcna sa premie- soin d'acheter r musion Scotti
tant railee ir a n un dlemi- re robe bleuec sn premier cha- e .itez ls produLs tn marches in-
siele, lor de ces debuts! Au- peau a ruban rouge et lui de- f teurs. Insisted su cT points
jourd'ui, tout Ie monle re- manda de descendre dans la le uez A ce qu o ati marque d
connait qu'eN e apporte une rue pour apporter aux pau- fabrique en conny. un humm oGci un pneu qui e passe de presentatio
large contribution au soula- vres gens la parole de Dieu. avec un gros pott n sU qI d us e tes grosses sculptures m-assives e saillan
gement des mis res de tout Cette parole, dEva> ]a porter trouive sur chaque paquet. de routlenient, tenant fermemeut la rouie,
genre, sans Souci confession- sur les routes du monde et, rm hm ecurtoe deputy les d aebut de raut-
nel. L'Arme cdu Sailut! On pendant la guerre, sur Ie ieeme ar se redss ant. d'adversie t
peut dire que Vest une puis- fronLt Le president Wilson la td er, es dp c de t
sante organisation mondiale decora, a cette occasion. Elle queeu'en f&t et pri.pr
de reivement human; elle etait commander des Salu- A VSn
rayonne sur quatre vingt tistes amBricains depuis 1905.
deux pays du monde. Dans Femme de tnte, femme r ner l qui pernet a Pierre C e
plus doe qpnze mil cites ou gique, les traits accuses corn- e davoir une si grande clien- :


viiages, v ingt sept mille ficiers>>, des millions. de < dates> rnptent chaque fois la aux levres un leger sourire de Pierre Cale.
meme lecon de pitle agissan- bonte, la nouvelle < Taineur,
te...L'armre du Salut, c'est des uv u Centre
.nge d tfuto tiu Cenltre et
centaines dl'hpitaux, d'6ecoles, (vir suite en 5&me page) Bonne-Foi,
de maternites, de creches, de
leproseries, de refuges ou' le- ... -,
repos est doux aux desheri-
tes: c'est une grandiose orga-
nisation do p('opagande mora- MESDAMES-si vous oule
le a (nsi le le voulut Wil- ..


NROU.-...
OUM'i
: . ... : ..:.-.






























S.. ie... .. ..
... r ... '... M E


















i v.e..n.. lft
'I


'S

4

B


liam Booth, le fondateur de avoir rapiderr
1' -hommes qui ont joue dans d'une elatal
l'histoire religieuse du XIXe suivez mon cot
sicle un des roles les plus ex-
ceptionnels.,, Depuis la mort
du general Booth, en 1912,
IArmee a connu plusieurs
chefs, en majority recrutes
parmi les mnmbres de la nom-
breuse famille Booth. En sep- .
teihbre dernier, I'Armee avait f
a designer un nouveau gened-
ral, le titulaire, Hliggins, a-
yant decide de se retire pour
raisons de santd. L'ambition
tant sans doute le seul de-
faut tolre aux gens pieux, lea
membres de l'Armke du Salut
n'oht pas paru s'en priver a-
vant et pendant Ie conclavew
reuni a Londres et aui mit
sept jours A donner uin suc-
cesseur atu-venerable M. Hig-" 'empayez. que
gins. Les opapabile e6taient : ffi. .sfe
le commander Evangeline ftice ". eces
Booth (Etats-Unis) Ie comn- les .ilames t
mandeur Catherine. Branwell
Booth (Londres), le commui. nqu. & nr t,-
saire Samuel Hurken (Lon- ate i pes .t...raimnent ran eS
dres), le commander Hervey cews dni tfti.e. oaii,
Mapp, chef d'Etat-Major. Koly.". -
On sait qutele'commandeur Les &tat sat nrapideu:
Evangeline Booth triompha un"sin M _n0 .
finalement. Et cette nomms, de AD tae e
tion imp-ue que, pour I&pre: s
nmire fois, dans son histo i a r -., .
I'Armee du Salut est divi-. .. .. '


cette pate deti -



qualit6 no tenant ue-n compete d
ve qu'lls peuvent coftt..
Aveye unpit arwr unte vo.
dants pendnnt un.mnouvletatUe
bltncheur, i-brMiantai
Ctp p^,,v, t t:- ?dflat.
Ctd supeteure do Ky ourd'h n'employe Q. '.

KOLCROS
CRIME DEiNT.FICE


-- ---- -------------r----


: = F ," -. .... .. ";- *:* :... i!










'& P 1A NC" *., . O ...
t r. .. .... ::;. :.....
,;.: -:.l. ... ...- -..j.r...:..... .... : -.



.. .'.. .' .'.'. .
I . ; . : . ..". . .: : i : .: :: i : -i :.. .. .: :
... . : : .. :.:. ... ....."...... : :.. -i: :F ~ t:/ 7i::.:72 i:-;;; :

-i :- .. ,... .. :: .. : : :. .. :. : .. .. .. ., : .' : .. .- ._ -:: ,.:; ,i _-- - -..- -. --4
..../ .:::.:::::.,: ::. :;.;,::. ?:.:: i::':::::.- : :: ::: `. !.i ~ i~~i .! :tii.iii~i. : !`..< 4,


I:-:.:: -:::: .:I.::l:-:~`~f':::::-: : :- 1. :. : .


:'., .:,








.. .. "- .. . .. ... .. .. ... .,......*.. .... .. "... . .... . . .. ...... .. .
:.~. .~' ..... ."-. '.." ....J-J.".'....... .' .. ..... -. .. .. .. '... ... '. ..T.. ". .^ .. .... .
...... : :. "
",. ::.:' .."' ." ... ".. :" .. .. .... ... ..... ... : P.1"""""""
.. .


.... "-- S -..-: :. .:le i ..a. .. ..I ..,...,.. ..-, ...3 ......,.,... ....... .. ... .d1
-* S" ., .e: U..... ..... ...... . . .. ..: i P e ni .
.. .. .: ................... .. .......... tea k a" ... .............. ..
.. : .
Taue. lei 4.e: ....d.
4Oc.... me..- es. ........t l gen
S4 I rrig; 1 Y 1 obstinc e nec
S.q... ..... .. h. Sp .e e .. d. f... end son point
.:............. .N N. .J$A P4. ...rn t In ha e ie Iivrmson ift sa er p iqen avou er qi
le4f& 12984, 1 9k 1934 f rt ah mJot Ae enda memlene pri en trince on argument san
: .S.Bara, le.ll D& 1984, le 17 D&e., 1934 Mon pare a
S.S.S Anebale 8 M&, -1934, le l3 LD&, 1934 L'ombre du gri
...... $ ,$ : ...... .. .- -...-. .. .. .m e 1se.. :.S... .- .v e e u : ._.-. 'e .u .

$41 GuanAMA AJel 2E D& 194 t 30 X)&, 1984 Ueu Set laE ROn v IY A T
3... CriJ It 2 Jm, 195 I 7 Jan. 19* 14J ais C'est .sans .d
&-S..uena rtnturui- 8 Ja 19le 14 an 1 -- .. peu excess -
s.S. Amon,:: e 15 Jan. 1935 ..I. 20 Jai,- 193 Connaissezavous exactement- cantines deux cents petite q ui z rine si l
3$. Gua-aqul, .....22 Jan- 1985 it 3S Jan., 1935 'Ia place que a Loterie Naho. bouc1es v trouvent Quotidienr nomination. Peu
s.s. Cr, baI-, le 1;9 Jan.6 1935 r ._, j9.- n ed Hat. ocvupe dans I'& nement th repas reconortant sa toilette, .a <<
S.SJIuenaventura iet 5 F~v., "9, Ie 11 F ., 19356 conomie national? et q e4 bien des famines voIS- dame> est du m
S.S. Anarn, le 1 F6v., 1935, le 18 F~v., m95 Vous imaginez-vous qu'el.e ns pauvres y envolent, dis- pulaire pour ses I
S.S. Guayavdh". e 19 Fev., 19Z5, le 35 Fv., 1935 est un bastion avanc- contre critement, chercher un pn de fratw-parler et
8,8. Crieotn l .e 26 Ev.,. 1935,. Je $ Mars, 1985 le 1chomage qui s"tend die fa- n ourriture? railerie perpt
S.S.Buen#ventura, .e a Mars 19, I Mars, -195- onalarmante? Qu'uneseptime antine est applique a soi:
S.S, Aneon, Ie 12 Mars 1935 le 17 Mars, 19k8 Avez.vous cakule que les entretenue aux Cayes? son premier diN
8.S. Guayqnil,4 Ie 19 Mars 19A,. Ie 25 Mars, m9 Dou95 Mille Gourdes de son Avez-vous pense aussi qu'ei diatement apres
S.S. Crisobal, ge 26 Mars. 19%5, I e31 Mars, 19 ler Gros Lot representent le le paie un Service de Publici- ,e diarait-cile
prix d'un pignon sur rue? t', in Service de Reclane, un ... Je suis une
PANAMA RAILROAD STEAMSHIP LINE, Savez-vous que Deux aents Service de Propagande: ad- vieh arbre, un
t-A- d_ 4," I Q ,'


MONDE


I nW'est pa nicessaire d'f*re richo pow
satsfoire &es goO-s pour I- voyugs. tLes
gensf de condition rm-senn pevernt to
permattre cc p $ij: tt G :;>n"ta. Lts
w-inctres dElps qtact 6 4& c po", ant t for *ie de cnrtiswer 0) -b.erfv
intiressonte, r6acsabte o besolin.


peres ouu souutensu ue aminec
gagnent leur vie h vendi e ses
SBillets?
Que huit fam.illes du Per-
sormnnel dependent de son sort?
Qu'elle repartit des subsi-
des mensuels aux Oeuvres sui,
vantes: Creche de Port-au-
Prince, Dames de St-Francois
de Sales, Port-au-Prince, Pu-
pille de St.-Antoine, Port-au-
Prince, Association Corps En
seignant, Port-au-Prince, So-
eitt6 Histoire et G-ographic
d'Haiti, Port-au-Prince, Mu-
tualite Scolaire du Bel-Air.
Port-au-Prince, Cr(che de
Port-de-Paix, Oeuvre cSiloem,
Jacmel, College N. D. du F..
S., Cap-Haitlen, Ecole des
Freres de i'I.nstruction Chre-
tienne., Cap-Haitien, Oeuvres
Paroissiale. de la Cure de(
Plaisance, Fanfare Petit-Go&-
ve.
Que six cauntes scolaires
Sionetionnert a Port-au-Prin-
Sce, sur son cornpte: qu'a ceds


a la march desquelles elle
contribute?
D4pouillez-vous de tout es-
prit de parti-pris et vous com-


J. 0' ti~ P02~e


qu'elIe constitute


une force et un prestige na-
tional.
Grace a tout ccla, pourquoi
ne lui accordez-vous pas la
preference sur les ioteries exo
tiques? Surtout que pas un de
ses coupons ne se vend hors
d'Haiti. Elile se heurte. ail.
Ieuis, an merpris systemati-
querment organism. NSotre or-
gueil patriotique ne ous con-
nian def-l pas de fire le me-
rne geste en sa faveur?"
Haiiens et Etrangers amis,
ayons une penjee du aeeur
pour la Lolerie Nationale
Su'llaii.

Nioncey GOURUUE,

SDirecteur.


- %J4" 4V 4 ..4Jp *p A .m-4-kiyw*4-0..'a "WOO-.


-*-. .-.' :... ..----. ... ... ...... ..... ....... ..



Un che. -So, :
* .. ..-. .. .. .. .. .. .....
I.

est l.hbre,
dire .la tfa.
de vue dans
puis, il faut
le a souvent
s r6plique :
trait fait ga!
and William
tuee en vain.
oute cee gotft,
r, d'autoritA
aborieuse sm
soucleuse de
here vieille
ins tres po-
outades, son
ane sorte de
Delle qu'elle
teme. Dans
tours, imm6-
sonw election,
pas:
branche du


SVe&ile>>,..
Evangeline Bootlh a done
cette grande vertu des chefs;
savoir parler aux troupes.
Elle a sans doute bien d au-
tres qualities, mais, comme elle
ne dedaigne pas d'etre contra-
riante, elle les cache,
On peut ftre sur, avec elle,
que les traditions -- cette for-
Se des organizations de ce gen-
Ire s.. eront repectces. A
I'heure oih fcthis.sent tant de
valeurs morales sur le mar-
che mondial de la fraternity,
il etait bon qu'un doux norm
de femme -- Eva- ;Ut cornm-
me un signed de ralliement a
cette croisade ininterrompue
de la chairje agissante.
Avant (Ye prendre effective-
ment ses functions a Londres,
en novembre, la gtnZrale a et
dire adieu i ses Salutistes
S' Amrnriqe. Dernier et char-
niant tra-it d'affectio n de celle
thui a dit en parlant de sa mis-
sion dc chef:


Je veux at
servant (d la
maine!


re la premiere
tendresSe hu-


(Extrail).


Place de la taix

Rue Courbe et Rue du Magasin de 'Etat


AC(HAT D'ECAILLES DECARET. 'IEl].
MANTS. Pi"RLES ET PRIEITES PPE(IET S
LES PIECES ARGENT ETOR. MUNNIR .!K
TES NATIONALf[ITES, A DES PRIX AI"S
AVANTA(ETX.


OR. DIA
E I V E11 L,
)DE TOU-
O LU MENT


:.4 VIS 411ATi RIMONJA L



"cI IC i-;.Kv24vri l-


vCe 1, 119 .3 5)v~l flP1 t~


.1 ime,.cMaurice- Tl4'`ajyitnt


Ifec Mro


DBo ,IC(an.


EN HAITI, COME fARrTOUT A I L L U R S


LES


PNEUS aGENERAlA ONT CONQUIS LE MARCH.
NEUS D'UNE SECURITY INCOMPARABLE D' U N
CONFOAT VRATMENT SPERIEUS,.
LES VOITURES OU CAMIONS EQUIPES A VEC DES
E GNeRAL. P U :E N T:PLUS LONGTEMPS. "
ESSA YEZ LES CGRNERAL. ET VOUS LES ADOP-
TERZ, GRACE 'MAEUR BAS PRIX, LEUk SUPERIC-


1iTB, L IUR CONFORT ETT EUR SECURITY.


Haitian Motos S. A.-
.. ..... .... .... .. ... ....


DitribUteieurS,
. . . . .


e fail esi incontes tale


L .E.... ESARTHE


C'est a qintessence d es

leures varetes e Caine


vaste lterritoire reni ssant

meillers lerroifrs.


uneil-

d'un


les


.. .. .. r'. .'$r.-. I r. ..* s i t I' a : : ar. . ... . .i.t mu m : |. : : | .
. . .. .. . . .. ... .. ... ... ... . . . i. .. .. ... .
PhC te.2%Afp....Q...
.. .. ... . .. f: : .:- :

e'ns *Ntrruf....n..
.-.:..........:...............
........ .. .. .. .. .. .......... ........
7.. 7, .: c O a .. ....... .. .. .. .. .. ......
. .. . ... ..... .. . . : : : : : : : : !
........ ../.... ....... ..... :O.. "t, o.:.i..-,... .. .........
... . . .. ... ..IF .......... .. .. .. .......... .......... .. ... ... . .


JAS, H. C. VAN REED,

SGiCniral Agent


0


LE TOUR DU


BANQUET


RO YALE


C&U CANADA


$ -- b M


Les


-" GENERAL.".
-f*" *"*ir,*


IN 1
imilim P---


110


.. . .


L* r


iiG T 11


*


............. ..............
.. .. .... . .
. . .
. .. .. .. . . . .
...... ...... . . .
... ......... .
... ........... . .. .. .













M.oI... pot te ...w tt...nkl. ou. : .,,Qu.-'p--:- v soHE AUD OT..
... :.. .. . ,.. .. ..... .. ... : .: ... : ". .... .. .. .. .



liaque ametabsA o ae ples BocoutaMe as proprMeta Nnl oir ne parait pas
S:at.o. n't Jaas anti ans a J tLi.er ...


nusin x ne serout plus lea diuncultts prezves1 rbalit6, Is n^nrrit 'iiiTA
r de do .a.... p urt son p da o tp I ewt v.ra. q. fait pas.. s.entir. I est pr ba- I U A .L II.I I

Is..pro.i..t i-t r les .- medltl.re des notaires. ma.s on France .ay une d l i' ta.. ...
rangers est un ro me dan le ares Pays, i n est tion plus seuse des propri ........



ltiquve et social bie n pus souvent ainsi, malgr6 Ia diff& tks, A avcdr une transmission Ia volumes
qun probTA mie onomique, rence de r6giUe, et en Austra- common e do propria t ndi en
et i fat pr endure garde qu lie par example, on ne sa t viduelle.

t' nouvelle de cette question fares dans l6s transmissions skin et Ia communaut6 jouent
p. l'attirance qui'exereerait .de propri4t.s. La vrifieation' r6Ie trop grd d, e u.n r.gi- Alm n ah H.achette 1935.





consolidee. ; systeme hypothecaire impo- individuelle et bien delimitee. AlImanacl Vermot
Le Professeur Ripert no sent presque toujours iinter- M. Renaud a irdique pour c-
croit pas non plus que la Le- vention d'un homme de lol. la une sbrie dc rdformes uti-
gislation d'Haiti soit mau- On ne s'en passera done pas tiles, notamment l'6tablisse- -i 1___
vaise en ce que le tribunal d4- meme avec un autre regime ment du Cadastre, mais peut
signe lui-meme le jury d'ex- foncier. &tre manifeste-t-iI un esprit |
pro priation. come le pe.se Ce qui, en ralit, lui parait ui n peu theorique en de fen-
fauceur, et estime que la fire ff-..ult est 'incerti- ant id. e .... .'apliuer d'un
legislation frangaise sur Vex- tude spr les limited de la pro- soul coup en Haiti les plus I
propriation publhiue, qui don- priet, perfectionn6es des lois sur le
ne le droit de fixer lindemni- L'institution du bon ca- regime Foncier. M. Ripert,
t a un Jury tir6 au sort, ne dastre supprimerait une par. sous cette reserve, teromine en
donnerait peut-&tre pas de tie de ces incertitudes. adressant a M. Renaud ses fe- 9 3y
tr. s bon re.sultats en Haiti. En France oi las propri-t. limitations pout* l'ceuvre fort
De mv me, il ne juge pas maun individual* est depuis tr's interessante qu'il pr-sente a
vaise la disposition qu faith pr longtempa nettessent delimi- la Facult de Paris.
jouer la prescription au pro- te, cette incertitude nexiste r dun.e u nd-
fit ie l'Etat anres dix ain. Ce n as. Si en Haiti on connaissait -' on.etla.-na-t jouent
fit de l'Etat, am-e's dix ans. Ce 'pas. Si en Haiti on connaissait .. -'--


delai de dix ans lui parait con-
forme aux tendances des 16-
gislateurs modernes, et c'est
celhi qui a et4 adopted pour la
prescription de Droit Com--
mun danrts le Projet de Code
Franco-Italien des obliga-
tions.
Mais la critique de M. le
professeur Ripert a surtout
port sur les avantages que
pr6senterait pour Haiti un re-
gime foncier analogue a celui
que l'Australie connait par
(d'Acte Torrens) ou 1'Allema-
gne avec le registre foncier.
Haiti a actuellement une loi


exactement les limites des
propriet6s priv6es, il est pro-
bable que les difficulties dt
transmission ne seraient pas
plus grandes que celles qui se
presentent en France. II ne
faut pas vouloir aller trop vi-
i te dans les rdformes. Le Regi-
me des lives fonciers con-
vien, surtout aux Pays de
grande propri6te, don't la fi-
gure est presque g6ometrique
comme en Australie ou dans
certaines colonies fran ises.
II est difficile A appliquer
dans les pays de petite pro-
priete. De plus, il suppose


SOCIETY D'HISTOIRE
ET DE GEOGRAPHIC
Dimanche, 20 Janvier pro-
chain, a dix heures du martin.
a Haitiana, la nouvelle series
des Conf6rences bi-mensuelles
de la Societ6 sera reprise.
M. Auguste Magloire develop-
pera ce suiet:
Les independances nation-r
les sous le regime de 'expploi*
station etrangere. Faits con-
temnporains
Los Membres et les amis


sont pries d'y
grand nombre.


assister en


- 2 ..h v'L~za 'I & lb -C' -amwwC r ~ Q $ k


k- 9


.. ...... ... ......... .



reM
.." .
. ...... .... ....
..... .... -.. ... -.
.. .... .:: : .......




.... .. ..... .. .
..... .' ..........
.......... .. .: ? .-.....
r :::;,;..:.:. t



:. .. ........... ... ...
. .. ..y .-.- . .
: ::::- ;:-- ":--t-:-:-: *^,





. . ... ... .....
.. .. .. ....
.. .. ... ....... ....
re..,..:^.

-.. -^-*---7---- iii^
. .. ... .-.:<..'

........ :i

:~* :f3i~
I t: .:........






ord1i


est arrive


Le public est cordialement invite a venir admirer.
NOU VELLE FORD V. 8 qui sera exhib6e les Jeudi ..
Vendredi 18 Janvier 1935 dars les Magasins de la Hait"
Motors S. A. Grand'Rue.


Style et Beaute Incomparables
Plus Confortable
Lines Impeccables
Int6rieur Cuir
Conduite Facile
Nouveau system de Ventilation
Silencieuse
Plus Grande.


Nous demandons a tous les proprietaires d'Autom
les, de nous fair la faveur d'accepter une demonstral
avec ]a Nouvelle FORD afin de pouvoir ensuite compa
Nous serons h votre disposition des le samedi 191


vier 1935,
Essayer cest I'adopter.


Haitiain


Grafid'Rue


La conduire c'est la distrei.


Motors S.


6. .~


Phone 2379


it' -r-'Z r, ,4 ( w


.. i:#... lt ,:...- . .u . ... ., .: '
T r........
....~~~~ -: .. ..... .....UC e
I-. V.. .O I .... ,, ...- 4A
'*~ ~ ~ ~ ~ ~~. .' l "......... ...'..V
.... .... . .

. .. .. ." --. . ... .-".-. i
: . . .. .. .. ... ..ii "
..... .... ..- .- ---. ..... .......... ... ..... .. ............................ .
-~~~ .. .. .. ... ..... ......... .
...~ .... .... .
.. .. . . ... . ... .. .. ... ... ...
.. ......... .. ; -..... 2 : ; .; .7 : .....; ..: 7 ; .. ......... ... .. .. .. .-... ... .
.. ..... ..." ." .. .. .. .... .... .. -- .- .."-''""-.. .. .. .
. . .. . ..... .. .......... .. .. .2 "; :... ".:.;. ........ ... . ... ..... .. ...~e
.. ....... ... .. ......
~ ~ ~ ~ ~~ .... ............. ... ........ -........-..... ....... .. .. .. .. .. ... ...........
.. ... .. .o .. ... :. .: .. . ... .. .. .. .. . .. .. ...... ..... .77 7.. .... ....... .. .. .. .... ..... .... .. .. . . .... .. .. .... ... .
.. .. .. . . .. . .. . ..... .. . . ." .... .... .. ...' .. ....... ... .......... .... .. ... .. .. ..... ............... .. .... .. .. .. .. ... .... ..... .. ...... .. . . ......... ....... ." i "' '. ... .. .. """. .. . .. . .... .. .. . .. .... .... ... .....


'ov ez RP :
a nature n on :,:
. nervweux :-|
istaz .:-...:.:.
premiere de
Ions rimpito-
utte pour .10 : .I : _
-- ...... ..
. . .. : .. .

^ -.--.. -...-.. -. .. . ..---. --.. .. ... -. .. .'=
..m f |..!...:.. ::.: -.-.::.::. --:.::* -- ,.
V O W..... .-.. .: --..-....... ... .............
S prescr lp ". m "q ....... -... -. ....... ........ .

....... ..... ... ... ............. ... .::.;-,
usi mlas~~ll it. 2' ..... ::<,


'(e





-" !!