<%BANNER%>

MELLON DLOC UFLAC



Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/02322
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: December 26, 1934
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:02322

Full Text
5~ 4% .5.

48% 'b~~w.
vi


*/


;'.A,
, 1 .. '.. .. '*:, :.. *. > ..*.* .::::.. x ,x

? r'y rd" V' "
.. i:* .^ ^ ;i ^


U


*t*tw Arn4*n

AwAM MSt


(MIOTfDhEfl tRN 1896


-84m3 2


r l..-P li


MIMOREDI 26 DECEMBRE 1934


No, 13~0


S..-b 4 .. . .. . -.. .
i(( -ft-,1 ='f*i- .... ,'-P nw5h 4MEL h M ---- "Y-4yMN-mU ir r"S.7Y" #UIw No-in."" "


SA PROPS


LA NOEL


NOTRE ENQUETE POUR


DU MOLE ST NICOLAS


PAG D'tSTOIRE


(voir notre dernier numr-ro)


CHRONIQUE SPORTIVE


I 1


avwon donnt aw cour'
waine dernizre, aun ws
Lta manifestatiOnw de
es citadins d Petit God
ve1ijet de l'endiguement
Srivibre CaWman, notre
nelie et claire our la

pourrions nous en te-
S1 ron ne nous avaitt
j jlmiderment reprmbhl,
w'e hote signie de trotis
oaviens, et d'avair
wit mise au point que
andait minme rinrtrt
$c, bien comprise.
assi, nous gallons, une fois
toautes, exposer les rat-
pour lesquelles nous a-
disapprouv le geste des
Oataires qui ont, certes,
. .W sentiment trs nalu.
W: intetret personnel.
Alois il faut bien qu'on con-
' que les affaires de rE-
Sdominent les petits int-
m esquins des particu-
w; que, s'agissant d'execu-
I de traovax exigeard une
rtaine technWeit, il n'est
pe rmis de mondrer de la
*plsauce, lorsque surtoul,
prae attention spidae, tel
,as de Tinieressante vdle
*Petit-Godre, on dirige les
tviitts de la D G. T.P. ters
aw region, landis que plu-
nrs autres qui riclanerd, a'
idroit, la mcme soUlliitude,
IAgent patilemment qu'on
aWant pur elles, elt m-
Swins.
i 1 l note que nous avones
,on est alle jusqu'a dire
.le Super-lntendant des
publics, M. Camille
n'csi pas un Ing'-
dipl6me. Nous vous
fait le denvir de de-
r des renseignements
a, kh D. G. T. P., o
SOus a det dit que, quoique
ditenwad pas de parchemin,
C Camille Mitchel, aprbs un
tatrainement de dix sept lon-
4Ves annes dans les chan-
i#ersde la D. G. T.P.a finE par
ihner l, prouve qw'une lon-
epnratique, dans les traauxx
Rls, u un poaste de Com-
,Iadement pxrmet 4 un hornm
e.o dif. intelligent, soucieux
h w re poneabilitesd'acom
r des udches difficiles, de-
t lesquelles in dipl6mi n'at
It que des connatissnces
"Pement livresques, e'est-d-
Sthieoriqauc, faillirait.


Ltrxrience du eas de M.
C4ife Mitechel, a 0te faite
les chantiers du systime
iWfgation de la Rivigre
#M.aux Verrettes, oi un Du-
SLorquet, qu( a fourni uJe
Iode d'entrainement tries
gue, au moins 17 ans, peq,
"8s la direction d'un comp -
A tnzenieur come M. Six-
rilser des travaux d'une
#tme dlicatesse.
Petit-Goaviens doivent
4Pflcomprendre-que M. Mit-
w wa fait qu'exicuter les
fltions de la D. G. T. P.-
4 Li a entvo yles Chefs de
elu ch.aer, tous sou P dIt
n d'un Ingdnteur diplt
*ti ;; wra tWujors de Ia
Sour les images, et le
$ zwnt ap o *1


La Noel a 6t6 fete avec Fe-
elat habitue], Des la veille,
une animation tres vive avait
domino la capital et un va et
vient continue ne d6semplis-
saient pas les rues.
Les magasins, epiceries, of-
fraient un beau luminaire;
ils resterent ouverts fort tard
dans la nuit. Des six heures
du soir, dans les cafes et res-
taurants on fetait Ia venue du
Christ, et de temps "t autre le'
i Minuit Chretiens-, apportait
Ssa note de gaiety.
A minuit, -une salve de 21
coups de canon tiree du Fort-
National annonea I'heure so-
lennelle et des vivats joyeux
Ssortis des milliers et milliers
Sde poitrines glorifinerent ce
Grand anniversaire.
Les Eglises et Chapelles re-
gorgeaient de fideles. A la Ca-
thedrale, la MesstISm-fi-ele
a ete cel6br6e par S. Exc.
Mgr. le. Gouaze, Archev&-
que de Port-au-Prince. La
Chorale de I'Externat s. sur--
passa I. e
Dans le: inu'trcs, on s '-
mu.sa aveC beaucoup d'en-
train, et le bouillon Vincent,
dans nombre de (iuartiers. tfi
valoir les propri6tes de ses ef-
fets slonmchiQfues.-- Son Ex-
cellence le PrisideLnt Vincent.
tenant A marquer sa symp.a-
thie pour le people, ce peup!e
au bonheur duouel il se d"-
voue sans measure, vista tous
ces quarters poI)uleIux. auz-
mentant avee une incompara-
ble generoste, de; dcons en es-
peces, aux Bouillons populai-
res qu'il leur fut donnes pour,
les necessiteux.
C'est ainsi que la Nc1,i :.
les humbles, etait tres anir.
Hier soir, au Champ r,,
Mars, il y eut Cin6ma Popu-
laire offer par le Deparze-
ment de I'Interieur et un.e
grande foule a.sista a i'exhi
tion des films.
En un mot, la Noel a ,t6 :i-
tee grandiosement; (tans t.u
tes les couches sciaales on
s'est amuse gaiement.
.w--fl --< -ll-- ^ a w

UN GRAND SPECTACLE
VENDREDI SOIR A
HAITIA X.4

La Fin du Moile, vue, en-


tendue et interpr6t6e par Abel
Gance d'apres un thbme de Ca-
mille Flamarion. C'est une
vaste et grandiose rialisation.
C'est une ceuvre g6nereuso
qu'allie a un technique re-
marquable des belles qualities.
Elle est interpr~tee par Vic-
tor Francen don't on connait
le grand talent.

---^- .- ,,- ,1-. JT --*W Vl--V ;

competence nueessaire pour or
caper les positions les plus
elevwes dans les trataux s'e.
xicutant chez.eux, nous se-
rons tons les premiers a re-
elamer qion te emploie, da-
borde----
Mais en attendant que cela
arrive, faut-it bien que soil
Swuwwegrdd le prestige de la
D. G. T P. danse chox.de
Iee smpkFy4


(voir le no. de lundi)


(smite fin)


i, Le moyen de pr4parer la na-
tion a la vie nouvelle reside
incontestablement da(ns inis-
truction publioue je veux di-
re dans 'organisation dce 'ei-
seignement technique, prati-
que i la maniUre anglo-saxo-
ne. Le Hampion instiule, le
Tuskegee normal instilutce
montrent ee qu'on peut obte-
nir des races arrieries quand
on sait bien les diviger. C'est
ce genre d' duration qu'il faut
i ma in..sse du people.
Etablir dans bcacun de nos
Departerments un vaste colle-
ge : ur des domaines d'une con
taine de earreaux de terre, ou1
:0 a 30 corps de metiers se-
r1`t enseiCgnes par des educa-
teurs anglo-saxons et o1, 5 ou
6(A.0 ttudiiant-, pourront ivnir
fortifier 1eur's muscles et. as-
suUplir ilurs ccrveaux; crei
eoncurein'ment avee ces
e >:.... .,;re*- 'enseigne
It itL cL..gruganiste etenmen-
tairn rt aagrirle kdIis.6min
dans toides nos sections rura-
les: tel. sot'. : 3 croi les mo-
yens prat.i.tL.e pour mnodiner.
les habitudes de routine e(
com' I.ttre 1'ignorance scanda-
leu-e de nos masses paysan-
ne e. je chanrgerai la face de 1'Eu
rope avant un siecle diisait
I.einitz. Avec les m6thodes
actueles doe :edagogie et is,
,progrs de ia psychologie, il
i -en fau: pas tant pour at-
teindre le but que nous pour-
S::.;i\'jEns,
S lai mTiheur! si r:e se-
C .uuaMnt point notre apathie et
S'ontant que (no)re efroi-anme
'c!k ;.uis.eurs nu. nous lais-
n., I uiSpr- ltc.-e par les ev.-
i n 'en t$. 11 n'i : paS M e' oip
di f viS. ion tpoc,,lypV ique proi
predire i'e:'c. prer1ent de no.<
petites.innustriea t.Iles que la
bianchiss rio, 1a .n.nuiseria.
Sa charpenterie (etc.) par la
troupe illan .iiencieu-
et afairue c-:,. e on is et
indous. Pouss es vers nos c6-
tes par Vappat des terres ri-
ches et du ner-ce I ructueux,
ius amnneront les rotres la
famine. us ehn-'ror' 1.-
main d'oecuvro indigiene par
extrememe &non march de la
leur. IUs reduiront a l 'esela-
vage economique nos popula-
tions agricoles par l'ingenio-
site de leurs procedes de cul-
ture. Ce sera alors non point


le crepuscule des dieux il
v a lonfgtoemps que le dernier
est mort mais ce sera I'6-
. elimination lente des. incapa-
bles...
Comme vous le voyez toutes
les measures que je preconise
sont 6minemment d'initiative
gouvernementale. Cependant
j'ai peur qu'avec un budget
do la dette publique si prodi-
gieusement lourd, l'embarras,
i extreme du tr6sor, les prodi-
galit6s stupidest du parlement
don't on ne connait l'existencec
que par la suranchere imb6ci-
]a des rentes viageres et des


Decembre JS5) mit fin nux
series de Gouv,.nenents &ans
,programne:z, '.: ns plans et
Ssans significatiors. A;veC a-
bre G(effra rd, 1a m-rche a cn-
SSionnelle de l'Etat. hbaiten re-
commencei Les utility, aux.
quielles les (onvernement. r.,
* Chrystopho, de, Boyer et'del
Soulouque portaient respecti-
Svement leurs attentions fu-
* rent reprises: be concordat,t
qui revile l'int elligence la pre
voyance oe. e pa~t riotisme de
SBoyver et sa fermet6 dans l'ex6
1 cItion de ses differences mesu
res et decisions, ont une solu--
tion non pas darns le sens do
lPa premiere tractattion, qui 6-
tait, au fond. Ce don't avait be-
soin Haiti. mais d:ns le ,eens
du Saint Sie.qe; la Maison
i Central des Arts et Metiers
I don't I'initiative appartient a
Soulouone, fult achevfe, am-
piiio; ia Fl 'n(rie N>tiona-
ie fuii: (lari- daM. des atw'i-
l-tl;, :s -tyi..jle;. !es colcs
Ssuepricure, fut-i'nt or.ganies
: 0. 10 piAI jpropage E
IdanS "''U : 13 vies ct b\umrs
de la 'piu i ,ue.. .(.:- c :ti.ns
u; ,r ee .re.< n dk^ ibnpul-
re, er: ind!L; :is uv s I I,-s 1
(llS tut C: qt'avail etIKPe-
.ri.Is, T, Y. ilc ta G. ouver-
nonteme: d C. :op ..' .-
ye'r e. ,: : ;_. ve card
a tu L :C:. 2 :LI.. t^ et @ lar-
Si. De x a 1 C iuv-
no nie tiL h i i acio Le r
Ir^y il!k:t l'it i ::.on nSi-
nistLre efc\. i:agoaent fr-uc-
tueu: mn, 1V- :Leve.: na-
Stionautx.
Au delr, ,'aetviti t e e e
(Gouvern, ent. ,.L it t nrnd .,
i t.... c ,i ev de la Dominlca-
n, e puur la parfaiot inlepen--
n .uce ce fle 1, auxn Ftatts-
I ns en faveur Je nos fires
i esclav' ,.
L. p. olit i. l J z n Pi.'rr,
vl"-';er (: ,i;,' e l -ab e e. -
Sii'ar"l a,.n n'it 1 nCmne hubut,
mnlt Sthodes ,, ')VX'yCe pa,' Pun et
Sp:ir I' :ie. .
SC'e:t vec le G('uvernement
*de rGeTfrar, l Que :' t -: ..tiC .
aux yeux d.I tous I'indi., v, "'i-
ne. la mauivaise formation ue.s
e "e' .nR dit! 6elai:rs.
Un Eta: qui veut viv ?:
nparcher et progresser par lIa
creanon d'une existence pe..
sonnelie et propre, d'une civ-


(roi;- uit en 6 pr age)

subventions intress6es, j'ai
peur que nous no ,soyons m:l.
prepares pour afftrioter le p6-
ri. D'ailleurs noua s.omnme.-
terriblement en retard. Quoi-
qu il en soit, ceu.s qui ont la
redoutable responsabilite du
Pouvoir doivent apporter.*
dans la Solution du probIcme
la clairvoyance que reclanment
I'imminenee du danger et I'au-
torit6 de leurLs fonctions.
Excu3oz cette le'tro trop
longue it mon gr6 et laissez
, moi saisir cotte oeasion pour
Svoul V'Un.,:ltr, mne cumpli-
ments et I ass.,ranci: do mu
tres haute sympathie.


Price MAUS.


Joyeuse Nol atous mwe
chers lecteurs. Le petit J&sut
dans sa bonte vous a surement
apport6 en cette journee du 25
Dicembre, Van do grtfce mil
neuf cent trente quatre un cw-
deau on une treve bienfal.an-
toe la trave de Dieu.
Pour la vitality du Sprart
Haitien, il semble av "r ini-
pir6 une circulaire' qu(le nou
publierons demain et qui, iU
notre avis, est des plus l m-
portanttes.
Nous devons tous aider per
I'apport de notre presence at
notre contribution a Oouvmr
sportive pour la sante physi-
que et rnoraleI dr notre eu-
nevse. Aussi nounw esptro:rt
que cet appul de la k %idra-
tion de football sltra bien ae-
cueilli par tout;.


xxx


Le Maich de Dimanche
dernier.


C'est une I'r.neCOntre tout a
la fois anirne et. mouvemer-
t6e qui eu lieu Dimanche au
Pare Leconte entire teL Club
des Jeunnes et. le qPetit Club
Sportif Haitien>. De Flavis do
tous les spect-ateurs, ee fut le
p' lus beau match de la saison,
. dispute jusqu'ici.
L'opinion courantu, avant
la parrtie, &tait que le Club des
Jeunes devait triompher a
coup sur. Les augures ne se
sont pas tromnes: les ev6ne-
monts sront venus confirmer le
fait. Apres &e coup de sifflet
de I'arbitre FritE Berrouae,
les hoimmes des deux equipes
parent a Paction. Elle est vi-
ve, d4cid6e chez les bleu-rouge
(petit Club Sportif Haitien).
Hesitante, timide de 'autre
cote, chez les blane-route,
(Club Sportif des Jeunesi.
Les premiers fcrneent sur le
ballon, tells des fauves et
parent sans fracas, aprs dix
minutes de j;i.. marquer un
but, attribue a ia s maadresse
idu < qui n'a pa-
su sauter a temps pour dever
la ball. Faute irreparahle :
le ballon est centre. Les blano
rouge no se d6couragent ps,
au contraire, l,- 6se ressaiis-
sent. et bombardent de shoots
le camp adverse. Monace dan-
gereuse qui ne laisse pas &ans
inqui6tude les assig6s,. CeA
derniers se defendent, mati
faiblement. Ils sont d6ja fW-
tigu6s, queltues unr peuvent
a peine tenir. Comme il fallait
sv attendre un but leur est iw
flig6. Ainsi prend fin !a pre-
minere mi-temps,
La reprise nous roer:a.it A-
coup de theatre. Les jioueiur
du Petit Club Sportif lIaitie .
malgre tout, leur courage et
leur devouement. auccombier
devant la rapidite, ,fenduran-
ce, le- mordant des dver-sa-
res. Ceux-ci nrfLnaiant le Jen
en mnitros et tltque-unt
d'entre eux furent .inpardon-
nables pour no pas reuisit 5 O
6 buts, Is n'en r6alisborent
que deux en d6pit de leur ai-.M
Ssanee et de leur tougui.Q.:
Notre opinion sure match i
est que les hommes du Petit

'(voir suite en Ge g :e)


"- /, ..ll-lWq A 5 -. -5-5 -. ........


-;-~c*spa~A~,


^*r.
ft".
^M











On rencontre encore des
merd'une effroyable ser-
,.vilit6 d'i teligence, qui, l oin
de d6ploper leurs efforts vers
WTi -AT- .-' t Pti" '" -tap'isi*ent.
:dans leuit inf6riorite native,
et se font le- repertoire des
idees creuses qu'enfantent
l eut~erveaux frustres pu do-
inlhstiques.
-Is.. ne comprennent pas,
come le dit justement And.
Gide, qu'il faut pour arri-
ver a une parfaite utilisation
'de soi, une inteligente con-
trainte.> Au contraire, ils pr6
fM ent demeureIr croupjg dans
les prejuges honteux don't ils
sonrt lesbedeaux. -
Et alors, il est just d'ap-
precier hautement les loua-
bles efforts de ceux qui ten-
dent a atteindre < teo tilisation de soi>; de ceux,
quir--omme dlit 'Oncle, < se laisser rebuter par les sou- I
cis inh6rents a la beaute im-
pPoductive de leurs gestes, ac-
crochent maille a maille ]la
chaine qui rele la pensee hai-
tienne a Ia pensee universel-
le, come un hommage supre-
me au labeur eternel et ineluc-
table de Phomme sur cette pla
netex. N'est-il pas just de di-
re: de la pens6e haitien,,e, grands
et immortels piocheurs?
Certes, outi.
Sans vouloir pourtant par
une sotte pjretention de con-
naisseur, ni une vaine pre-
somption de critique avise,
me placer anu-dessus de ceux-
la, ci-devuut qualili's ldes be-
deaux des i'rejuges honteux>,
ni du rete rne ranger-- a
Dieu nc plaio, -- parmi eux;
je laistse s'echapper ces sons
de chaudro eI! qui ne feront
point dan or 1e ours, ni n'at-
teindront s toiless, mais du
rmint s aur'ont tn echo, si fai- j
hie suit-iB, nO .milieu de la tu-
muItutuOKK telpftt de cr iti-
-.e d cha:ee en-
Multiple en efFot sont los


...
f:. .. .:, A ".:. .. x
.:.. x ,;-. r q/ .,.
,.,1 :: .. :


Tantt, mu. (r'iti(oe G&nO-
u'ale de toute la Litterature
Haitieno. suscitCe par cette j
tentative de .Critique Syn-
'iti iquete de / e0 jeunes eer'i-
van"s, .ouIanlt d'une plume
austere, impeccable et impla- I
tabeIA rd'un T B Cin ac ttn -


.. .t *. t. l t i '* e._ I i L I a n(.i I
t6t, critique d'appriciation
d'un Jacob, tonnant avant el'
clair ; tant6t enfin, critiques
verbales et mechantes des en-
nemni,,- --ca-r' qui peut se van-
ter de ne-pas en avoir! ---tout
cela a.contribue 'a montrer la
grandeur et la noblesse de
l'ceu.vre;-to icela d6note com-
bien merit6i{e et louable est
ce travail de ces trois jeunes
hommes.
--^E) maintenant, ne serait-il
pas de mauvais gofit que je
vienne amow 'tour, tenter d'ef-
fectifer u.n travail djah fait
par de plus.competent et de
plus atorise que- moi? Cer-
tes oui, je l'avoue. Mais qu'on
me .comprenne!
C-est pouss6, non point par
un esprit critique, ni un sen-
timent de haute admiration
que j'ose clever la voix dans
la tefptae; :mais bien plus en-
core :par un Sentiment de
Conquete e.t d'Elevation d'a-
me. que je suis venu apporter
ma petite pelletee -de terre a
la construction gigantesque
de 1diftce de gloire et d'am-
Smortalite _de ees jeunes vir-
: :tuoss. C'est -pousse par ce
ccrarew Sentiment que je suis
: .en crier: avee La Bruyere:
quand. une lecture vous el&ve
Iesprit,.:. ne cherchez pas
d'autres mots pour juger de
'otivrage, c'est qu'il est bon


11


U-~ii.


no.m rates p1a I'oe
o vde s nmettre & A V
,age de 1s Farine aQUISQUEa
T74 (quintessence de la-bana.
ne Troglodytique) ou banane
Grand Vincent.
Madame, n'oubliez pas que
la marine Quisquema est un
agent actif qui excite la cx ..s-
sance des os chez les Bebes.
En vente partout.
Refusez les imitations.


LE CRNTARE D'lTUDES
UNIVERSITAIRES

Mime. Efienne Bourand, Di-
reoefice du Centre d'Etudes
Universitaires, annonce au
public qu'un registre est ou-
vert au local de son. Etablis-
sement, sis au Bois Verna, a
toutes les personnel qui veu-
lent s'inscrire soit pour des
course classiques, soit pour des
couirs facultatifs (Espagnol,
Anglais, Stbnographie, Dac-
tylographie, Cour de coupe,
de diction, de dessin, d'ameu-
blement, darts managers; de
soiftge, de piano ou de chant.)
Adresse, Bois-Verna en face
Ed. Esteve.
Telephone 3773.


F,,w,,
50u
loo 8 AN


Le Vapeur Haiti Voy. 35
N. B. de retour des ports Co-
lombiens, de Cristobal C. Z.,
de Kingston Ja.., est attend
a Port-au-Prince le 27 Deemo -
bre 1934, en route le m me
jour a 2 hs. P. M. pour New-
York, pregnant fret. passages
et malle.

W. E. BLEO..
-Ag~nt. Ge6nral
VINS!
MAISON A. C. MCGUFFIE

Amnateur> de buns vis, bA-~
ws un tniir i la nouvdle Mai-
>un A. ('. MeGuffie N,. 18e5
rue du Maga:zin de i'Etat
a cote des 10.000 C-hapeaux.
VoUs trouverez les erus de
Bolrdeaux S pltU ,'putCS
surto'ut la grandi Marque
See fr'res. On vend par bar-
riques, gallons et bouteilles.
Prix defiant toute concurren-
ce.


PANAMA RAILROAD
STEAMS HIP LINE

BULLETIN No. 1160
Le S. S. <> announce
dans notre Bulletin No. 1160,
pour le Jeudi 27, ou Vendredi
28 Decembre 1934, sera ici Jeu-
di 27 D&eembre 1934, A midi.
midi.


Jas. H. C. VAN REED1


Avent Gdntral

REMINGTON

Le coquet bar , du
Paramount, vous pr6sente ses
meilleurs voeux pour 1935 et
vous ihvite jeter un coup
d'ceil vers I belles machines
& 6erire Rmington outsont
expose a son stand. 11 est re-
connu qe utile cadeau de fin
d'annee est une machine h
eerire REMINGTON.



tUQWV, TARSZTrZS, ONGUNT,
GOUTTS POUtR LE NEt
Arrate la adaia ena 3 jours
lea rhAmsI en 1 jour
Iet mAu d t: t t te n:vralgies
EanI minuEtes
TONIQUE ET LM4ATIP


S(Voir eate en 4 page)
.


mm.".


*-*WW.
a ga uw0cnhmfl e -*


*"r


SUR VOUS


n*.


son iub
aluminium. i..
de 4 comprimrs, trts praUtque pour la pochb


WA


Daevmne votre pptx C omptable sa o
Compte de Shbjue t la 3&nque Natio
epubique d'eaiti


COLLEGE


Enaseignement Prifr
Pt Secondaire
Internamt-iExteat
Toutes les classes,
de la 12e d to Philosophie
Rue agny, No. 1193
(Petit-Fowr)
Tlimphone: 897


Adm~btraear:C, t CatbgS


Le College Simon Bolivar,
fonde en Janvier 1933, a dejai
eu ringt sucres :mux examens
du Baccalaureal, chiffre assez
remarquable si I'on consider
les difficulties de tous ordres
nque c(n front e actuellement
lEnseigienement 1'riv. Ces sue
6es son dfis au serieux de FIE-
tablissement et a la comp&e
Stence des professeurs.
Dans les differences classes,
r pIetpration des eIeves est
I'objet d'unl soin minutieux.
Aussi les resuitats s"averent-
its de plus en plus satisfai-
sants et les parents n'ont-ils
qu'a s'en louer.
Legons particulieres de Let-
ires, de Sciences et de Lan-
gues vivantes.
Cours speciaux de Steno-
Dactylographie et de Comp-
tabiliLe.
Les inscriptions se regoi.
vent tous les jours ouvrables.
Pour tous autres renseigne-
ments, s'adresser au College
Simon Bolivar, Tel. 3501
a, ---

RHEANTINE LUMIERE
Specifique, efficace contre
les Blennoraghies, Eeoule-
ments. Maladies des Reins. Le
product present sous forme
de dragees est facile a pren-
dre,
Ne n6cessite aucune pr6cau-.
tion special.
En Vente a la Pharmacie
Roy Rue du Centre.
Et Chez F. Lavelanet, C.
Duplessis, Suce.
t738,Ruedu Magasin de 'Etat
Telephone $80.

-A f


Usm e


Fabri
matiohn re


st vetJ.







..... .... n .-' ". -I.- -





mo nts









i__ t & ff J& i gge 01k A a.
ortea ur i:a..u




Satron do gi d r "
nnalit& ann -


A~t-**'^"- "* 3----- --
Livraison rapid ffeetueW
quotidiennement par nos, oas
mions points en blane dam
toutes les directions de Porto
au-Prince et de P6tioe-Villw
cs


Nonu avow toujour
main les derniers modules de
glacibres en acier A partir do
or 25.00 et au-deasu&, venda-
bles avee feilitki de pa.*-
ment.
ILs glacilrev plitiue
reg et lag plus 6eonoMaquqA"


CREME GLACGE
4SUPER"LATtgS

Un product nouveau, qul no
le ecde en nren aux meilleures
marques des Pays d'Europe
ou d Amerique eat offer tu
public haitien par 1'Usine


0







W-9


Machines & deale
Rubana, papierr

: : O m-_ -
-.- -:. --.:^_
JOUETS JOE T5
cThe Souvenir
Vous ofAreasesz
yeux Noel et Bor
Venez voir n&
beaux jouets et ea
pees nationals.
vrages, Ameuble.
pees, chevauxdeii
etp etc, e etc*.. Tqu
brication nationally
choix de jouets it _
Etrennes pour:a
neg fiUes et Messieur.
cadeaux de toutes-i
fetes, fianpailles et-n
Venez -voir. Faites ~Oat
au- < Quaf et ainsi encouragez
d -. t -" s KteN f-i a :...' :


Glace de Port-au-Prince. Goft- tt -
tez cette dMlicieuse crame, at RTRENNES ALk
vous serez convaineut ( .LIENTS.
Faites une agrable urpri- A titre d'trennea
se,a votre famille en appar-son F6lix Lavelanet, C0
tant deolaeCtrde GI S sF
rlnt de lap rr le Gdew plesris Succ vendra Ade
perlail ourle deer. excesivement has i.
Tous on raffollent jusqu'i :
TEO iDes pyjamas dem p;
ENTEPOT d'int6rieur en sole, d i
S FRIGOIFQ no-des-robessplendid
terieur,de risde diaBH
Nos .ambres frbides ont des uecoirs desoie.
Wth reeminment minises point Demandez aunsi 1erC
et peutent recevoir n'nport se pure sole raei
tWelle truantitb de.viande, de Prix de -otcurrene.-
po'i so de lglwmes, do Passez a- plus t6t Wi
fruits, ete les s'enlvent vUi
Te Publie eit cordialement prix:
Invite visitor notre tuine ett N fale-.donc-chez:0:-
A inspector nos modesea : "Fdi'Duklbanflm
glac.lres et deo orbetirea .. P'le- pf f-.
d'ans notre salle de vente. -: ;738.e dui Magasirt- -
Consommer de la. glae. e's T*6phone 34$ .
raine do 1eomOM :; t
'~ POMMAIF 9J
A VIS ., Gratteie flaft
S..a.. ........
Ecz.ma, "T&" j-
Ce qui permet A Pierre Coe- 'phl" :S t.rranr: s
..s d'avoir une si grande clien- Dr V. MifATHUr
tOle, e'est'que sa coupe a une ,Gd'Rue of.
616gance parfaite. .... ...

Pierre, Cole:''011: I 4A J

Talew, ....... vant: d-altettlt

Boitne-Foi, :! -. -

Angle destRues eda f-..ntw, t ,
1 L'/~ ff !t i n~i~ : ll;1" 1 'l l~~l:1 l'l~ l Illl*ll4:


- - . . .
-t ---


.. 0. -aw -p- V -%I*,;


-/s


I


I


Nwai~lE ~~~~





I .le rI: : .- --- i---,. -;- .....-.: .Y;- W --i- -. .-. .:

. ~t awle r e '*
d...., .


Por Cable. Radio et Correspondonce Airinne )


-oh.


7.VATICANE.- D'u-
:tremblante demotion,
Pie XI a. adresse au
-an supreme appel pour
jien de la paix, para-
i le chant de Noeil:
aux hommes de bonne
t6 en recevant les Car-
x de la Curie. I1 a formu
.. une nouvelle pritre,
,4itonnant que certain
mes puissent pr6ferer la'
e la paix: 0 Dieu, de-
jeenux qui d'sirent la guer
On souligne qu'il n'a pas
des difficulties particu-
$ que rencontre 1'Eglise
curtains pays, on raison
presence doe 'Ambassa-
r d'Espagne, don't ce pays
t de consommer la sepa-
n de lEglise et de 'Etat.

OME.-- En quality de Mi-
re des Affaires Etrang&-
Mussolini a accuse ]'E-
pIie d'avoir viole lcs trai-
:italo-thiopiens et le pac-
de la S. D. N., et a reitere'
demand de reparations,
r incident d'Uaal. II1 a
lt que lItalie ne discutera
:0 la question des frontieres
.la Somalie avant d'avoir
nu satisfaction de I'agres
an flagrante des troupes
tiWopiennes. II a admis que
.. .aeroplanes italiens a-
Ant bombarded des soldats
lJbiopiens a Ado le S Dtcem-
.e, mais sulement apres a-
ore 4tk att'ques.U
ELKO.- On a d6couvert
,ala neige, a Owyhee. a 60


miiles d'ici, les debris d'un a6-
roplane renfermant 4. cada-
vres. La disparition de Pap-
pareil et de ses occupants,
don't 3 sont des enfants, avait
et6e Agnalee depuis diman-
che,
BERLIN.- A occasion do
la Noel, l'Eglise Evangelique
allemande, dechiree par. une
controversy a base politique,
a ajourne a Janvier la confe-
rence des eve1ues dissidents.
On espere encore arriver iA uln
compromise.
yxxx
WASHINGTON. .... Avec a
fin de I'aI I u e, o4n value : :.ie
Ie nombre de.A< inpairils .e
combat pour la en tructi.t
desqueis d etot' cntras ont etu
signed. On comp:e en fari-
( $uer 5I0( aue, Icait pro-",
chaine, ee i u c; ':j r .,0
le nombre d1v :pp:',il-i v-:
seQUvice TLif.ut

.e:.. l :i)R .. ..2 .
.'% i., .

les cc- .
:c .

. ..


.. .

4, !


72


Mercredi


L'AIGLON.\Y


Ent ree 0',5'
Jeudi
Andr6 Roanne clans
LE FAULTEIL ;
lw Dolly Davis
1,
Svendrectdl
VICTOR F.I-i ( .\
t"&un grand film parianti
Li F'" "A' .F
: _
Dimanche
a 4 heures -_
Emmy Lynn dans
LE IER TIGE
Ac Jaque C.t,-lain et Gas: on J a' .-
S;Entre 0.50
!&ures lii
':Camen I*oi et Jack Trevr d(a:.
SIA SCARADE I1D'.) ,i '
et
Alphoi,. Pryland dans la belle .; ,,in.," f n'.L: t
FEDORA
A Apr s la eliebre c uvre de Victoritei Sardou.
. ;A f -' .. entree 0U.50
:.. ~ ~ ~ ~ ~ ~ V IL. !" .. ..


LIMA.- be President Os-
car Benavides a regu mardi la
prestation de serment du no-I
veau cabinet, don't la consti-
tution a mis fin a une crise po-
litique qui a dur6 5 jours. Le
nouveau minister est presi-
de' par Carlos Arenas Loaya-
za, qui replace Alberto Rey
de Castro.

SARREBRUCK.--- Enchan-
t6e de l'arriv&ee d'une foule de
nouveaux votants, la popula-
tion sa1ioiem. au cours ides
f'tes t raditionnelles de No51J,
aPanIter'nis& avec les troupe^
_env [eTs par ia S. D. N.
MIu.,AN.-- II ress:oirt d('un
art 'le public' dans Je < d'I alia; qoue Mussolini n'ap-
pO. ve pas les methods em-
ployees pa'r Joseph Staline a
I'egard d. o !'op)poition. Ie
Ijounal c'(dclamn'e 0ls recen-
tos executions sovietiques comi
roe ;:.... -" iL-;- et ajoute qu'cn
''.' ''. .o de 7 execu-
'..."< p i' .'e ]" e "nunLen
CL. p: :e' -s:on clO e 'assassi-
:-.. -:.t ] i\, :.,,, l.es lois ,e i'e])re-
.... I.'.. cruelles p'arai.
,. .'. ,' r i' i ,i- "idL ..
.'TO. .. A loe-

.. : \r, =' radi r'at- n
.- .., ..: ,.- *';'- a L 'O 1 a :
"' d'.-> SI ,oFi, 'rer c im -
^'- *. ;.;7 !' :u b6b& Lind-
S;: a di lda ve-
",:. :_: --;t- ,k- 1'argent qu on
;. r, -^.", ^\^: .ui, a-t-elte de-
4.,. : ,:, a e pc ique la
xxx
iL.AN. D'apres les re-
CI'-:: n ciels, Rome a
::e u-:n- population de
1 j '" t ; h a. .',i i ',
c re de 1.051.413,
.. ,- ( ui de f77.0f 1, Gi-nes
4.'." :',. ,.3.,,.-5 Tur'in celui de
,, "I.^,q L augr menta-
; : : ; 'a ,.pu. action e t pres-
xxx
Ei; D1E JANEIlRO.-- Des
.,' -i1" el'cxploration ont
1,.-t' eadclavres de 2 a-
vI:'.:: : : ". it aii br"Ies' ihi"
(iszPrus d(epuis le 19 Decem-
b ., e'. u ti avalen.t fait un at-
ten'uinage force dans la jun-
-.":-. u .ud dle la vile de Cu-


nNDRE-. L a cpia
:r" :!:- a: "' ,, hie' le No"]
e- plus ,i .- l" .< i .-.:- bruyant
'e: a'. on ijd a c ice. L'argent
:.- ,naiS ta:lt ciLcule depuis
:- L' .".. LD nmi.ievs de lon-
.


Ie est ._.i on -pp_-
~11


I donniens 6taient all6s passer
la fete en Ecosse et ai lleuri,
mais une foule d'6trangers ve-
nus de toutes les capitals eu-
ropeennes remplissaient les
rues de Londres.
VARESE.-- Des fonction-
naires et des experts indus-
triels ot inspect mardi, ai
Castelanza, une usine pour la
transformation deq dechets dc
chanvre en coton synth6tique.
Cette nouvelle industries, din
nuera de 50 oo le; importa-
tions italiennes de cotton. 1Y]-
talie 6tant le plus grand pro-
dicetcutr dcI ch vha fre du rnondre.
GEN EV. [L' thinopke a
encore p rotest e la I S. 1.. N.
centre f'avancc i[alienlne oen
territaoire 6th ilpiton: i est ptro
bable que .-i la situationn enmpi-
ie, elle en app)eliera au Con-
soil, conformement au pacte,
)e 11 Janvier prochain. LaL
.0 ranefl ct la Ulrande Bretagne
cherchent a eviter quo les cho-
ses n'en (arrivent lt. Les 6thio-
p ic' s prite'~dni 1 que les aro
planes itaien.s oat hombardt
plusi iOe's dec leiu>- villages.
xxx
rEN,.S.- e L Gouverne-
nr -,t." clistILribu aux famxil-
les iwxuv''es i6.i.:Un) }.Ud'niors (\e
\iv-.es a miin'-nta 'oes.
VIENNE.-- LUnion autri
ehielnne pur : S. I). N. comnp
to rle.:ander a:u' P- ident 1 .'>
sevelt de ran-cncA os A E'ats-
Unis it Gent:-ve, pour le hien
du pays et la paix du inonde.
XXX
LILLE. Ptndant la nuit
(cl Nodl. 2ui0 mnireurs en ch6-
mage se sent ellpare.' do P'ho-
tel de vilie (d'1uy et y ont. pas-
se Ia nuit i chlanter des hnym-
nes revolutionnaires, pendant
que leurs femmes et leurs en-
i'ants mettaient a sac la mai-
!son du maire. I.a. police les en
a dil e'eC U i'auie. Pres de la
moiti> de la population du vii
large, soit :3.5,Of personnel, e.-
(dans limiposibilite (e trou-
ver du travail.

I RO(ME. t .-igna:e la
mort, eu p2 ',LU.A t4 E;-nto,-:t,

S.
er it I \n. -Les Ge hivenl
mients allent and er hollandaiv


se sent entndus 4lll pou prfrn-
et l'u.1ne o0.utv;1 e aun 'cL IA
rait: cCLan!..c-r i:l n1tU les li..
it qui d 'v7it t \pi i' r I l' 31 I)6-
(' I P ," '.

NE '-YO .Au 'v:,n'in


ou le directeur d'une mason
Idle vtements distribuait dw
6trennes A ses 75 employf et
que eeux-ci l'acclamaient, 4
bandits armnns firent itrupuoi
dans la salle, r6clamerent un
silence complete, remercirent
le directeur de sa g6n6rositd
et s'enfuirent avec 7.000 dol-
lars. Inutile de dire qu'il no
fut plus question d'6trennes
apr6s cela.
KXX
WASHINGTON,- C'est as
media, annonce-t-on, que Hiro-
si Saito, ambassadeur idu Ja-
on, rendra une visit official
Fe au Secr6tairoe d'Etat Hu!l,
pour lui notified l'intentionrdu
Japon de(1 mttre fin le aI D4)
cernmbre 1.936 au trait de li
imitation navaleI do Washing-
ton,

'^ >''1 "*" f""" .M ^ in ^ if iim ^ ^ -


Haleine parfmame.. dents
brillantes avec le
COLGATE
Voll.FZ-voUS des dent~ blan-
c-nes et brlarrtes...et Iasgu-
ta;nce quc votrr halene vst parfu-
mec ? Alors. employee tle Colate.
Le Colgate netloieles dents par-
f:.utemer-t-chaque fissure,cheque
crevasse. It les embellit pare
qu'iJ content la meme pouere do
pr.s.sage que les dentists em-
ploient, La saveur du Colgate est
.:6:icicuscment ra-
f:aichissante --ille f
l.usse la bouche
,u r cet partiumee.
A.hetez. en uri
.in aLiroJur'hut.
E r: p ) yez IL La Mduvaise
C&-!aie soir et Haktine
n!T.tln, fidilement, rstrvtv.,lecwuse
p., i*fnt 5 icurs. p1ir e t .t& *)e
de r ou !tnm.r#c on
'AL, ,- a U .t. .
''I^SU )4*1^- ^C


/aa^wSa~Tiai^^^^^^


4-if-

est


reures

taste


C'est ce qui fai son ar


qu nlessefe es


LE
Ia,


varies d

territoire


d'un

les


,0. ., ... m6. mY0
1-utft ure, l rsca P, o t
en tubes do i, 20o 'Pen .
S ce'z to S


: : u


eilileitPS


tw een...e~68 sml m rrors w-enessewarms


f


II c*-~-~


. t


S .. ... :.. :.


S.ATHE


Phu M


81


e uc nies sa

reun ssant


lerroirsb .


C omparez
CA'M~aiftdr-.


Goutez et












". a, RCAON
." : ... .-.--






TENDANCES D'UNE
GENERA TIBON
,, '(; ( ite)


expression, dans la couleur
cherchant en quelque sorte i
se debarrasser de cette ivraii
don't ils se sont nourris un pet
trop longtemps, pour la rem
placer par le bon grain; vou-
lant enfin se montrer eix-me
mes, afin de justifier cette de
fmition de la litterature ea
manifestation du genie natioG
.nat.
Tentative bien perilleuse
mais combien heureuse!
Ajoutons neanmoins, qu'il1
sont des braves, ces cmoins tde
trente ans* .:
Car, outrepassant tout reso
pect, se cuirassant d'audaes
et de courage, et oser lever la
tte, aon, la plume, poUMr ren-
dre homage a ces dignes be-
eheurs de la Terre Nationale
a ceux qui se- sont gav6 dela
poesie du terror, trait&
de plate et terre a terre --
par un trop grand nombre;
'*st l&, la manifestation la


---- -A -*----f----- ------



:..g.CC e, V t. ,.' L R V. ., .'*'
.moiti6 e lea Ocri- o E .comment ouvrt par.
S. vai de lew g6n6rationt ont -: s,
entire h-n ,ue retotrner FORTIFI'Z-VQUS .
vers 1s pb1tes vraimnerit na- SANS RETARD a. fAnga dsR
tionaux, vrs lapoesie du ter- --"
roir; qu'il 4tait temps. pour si vous avez perdu du pos anor- avisea sa bienveiilanite et d6ji nomIybru
eux d'abandonner la vielle nmalement cest un signed que vous regu par les bateaux, de cette semMtie a
.dfroque qui, du reste, n'6tait vous affalblissez, peut-tre par sui ment de :":.
pas a eui, pour s'endoeser la te de strmenage, d'ennuis, d'ali- Conserves de teoutes sortes eeroa mg
Slivr6e, les hardes loqueteuses, mentationimparfaite ou d'excs. Saue isont, Jan. bo, Frowuo, B
si 'on veut bien qui leur Si la perte de poids contiUe, ~ pur les palais leg plus d6lkats,
apparihennent; de crier la t,. vous perdez votre resistance, vous insw Liqueurs, Biscuits divers, Boon"ba,
.t. e haute, tqu'iI a'y a riHen de vous ertrhumesz facilement et you Btes et Cofre pour "iremn e"t
: laid dans ia Maison de leur vous expose s A& re la piroie do to- I y a pour tous les gofts, pour les dbourse
: P.re. : : tes sorted de mntadies, mme la garnies et les porte-monnaie es plus modest :
SMaintenant qu'ils ont cot4- tuberculos.. ..
Smenc6 cette tache redoutable Ne comez pa ces risques, mai "......- --
es et redoute; maintenant qu'ils commences de suite it refaire vos
n t ont pose les bases inmbranla- muscles et votre chair. L'EmRlsion
bles d'un monument jamais Scott est im aliment-tonique com- C I lle .
n, immortel; souhaitons que le pos de ]la plus pure huile di fnie
is recul des temps 6teigne les de morune norvtgienne, perfection-
le passions, apaise les esprits, et I n ue au course de plus do 60 amtnes.
n- que toutes les generations qui et qui est maintmnant meilk-ure que
in viennent, aient la claire vi. jamnis. Elle abonde en Vitaminc.s .Ce GENERAL
ir sion de la Beaut*, de la No- A et D et en d'autres .elments nu- ;.
biesse de cette entreprise, et tritifs et reconstitun:s. Prenez de
t qu'etles puissent, avec 'eclat TJEmulion Scott mainterant, elle
t de ia Verite, rendre homma. convient a tous les Ages. Elle a bon "'
ir ge a ceux qui seront toujours gout et se digire faclJement. VouA
l. eurs contemporains par le verrcz ia rapidit avec laquEile I'E- HAITI., PAR TOUT A ILL
t Cceur et l'Ame et qu'elles con- nulsion Scott. fortifiera votre vita. E HAITi. COMME PARTOUTV AILL. R
; tinuent cette Oeuvre Sacree, ite... mmas n. vou. laissez pas PYEUS i: avee tant de fierte et autant tromxper par les imitatJons bon
ri de courage, march, Insistez toujours tsur la NEUS D'UNE SECURITE INCOMPARABLS"
a- \ Oui, ceux qui viennent vous marque Scott et veillez A ce que ia O+YFORT VRAIMENT SUPERIEUR
It salueront comme leurs aines fi famuse marque de fabriqu,, un ONFORT VRAIMENT SUPERIEUR.
r, d'age et d'esprit, et leurs di- \ homme ave Vm grn s poisson sur le LES VOITURES OU CAMIONS EQUIPES A rs
xs gnes contemporains de Cceur dos, st trouve sur chaque paqu e: .
et de Pensee; car par eux, que vous achetez. Aucune autre e GENERAL D D U RENT PLUS LONGTEMPN?4i
e Mous serez toujours jeunes. ver:tablc. ESSAYEZ LES GENERAL T OU
11s vous venereront, pour ESSAY EZ LES GENERAL ET VOUS E
e etre venus fixer dans I'Impe- TEREZ, GRACE A LEUR BAS PRIX, LE&R
rissable argile du Temps, 1I- A TTESTIOX !
s deal de votre generation et RITE, LEUR CONFORT ET LEUR SECURITY :,
. Celui de toutes cells qui vien- T \ 26 Decembre au soir, ve- .
- dront apres vous. nez voir a l'Ecole Sie, Trinite A


Stoire d'un puple et la Grai- appropriecs. Distributeurs,
deur du Genie National. Ei nter e Gae G 1des Ha) .n Mr.s.:.
SOn dan setra. Phone 2370. A'-
Clovis M. DESINOR. "' .g -
i- n r n---- r \' 4 fl-- 7 .-- -""-- .... .
r ^ r'> T'^ ^' r^^ yr '*L;*


Set fait de main d'ouvrier...
La lecture des Tendanc'
d'une -GAneration m'a secot
S"Tme et 6leve l'esprit.
Le livre fait son chemi
tfnt dit bien d'autres. Ma
pour ma part, il me semb]
qit'il a dejA laisse son en
preinte dans tInfini, et, tel u
meteore, il a pali la splendeu
de bien des Aurores.,.
Trois jeunes hommes on
secoue le faix qui oppresse e
a oppressed tant d'autres, pou
tgnter un envol vers 1'Idea
UIs sont montes tries haut e
1is monteront bien plus haut
-is iront tout pres du Sole
.-ir iot'.. visages resplendi:
h danrS un apotheose, et, jy
S n'0. i s ne retomberon
: n.s. :' --,;,:e de 'Oubli. ca
: cS no sont pas faite
i vire.
C ost uni livre utile et un
Un livre utile! par ce qu
Deni Duvalier et Bonhom
mIe ont fait pour les lettre
i: ].icnnes ce que V. Barru
cand avait fait our les let
trees franeaises Vis-a-vis d
Banville.r1unir tous les eerit
que les jeunes dt_ leur Genera
tion jetaient dans la bourras
que ivee une insouciance plu
que pro(diue. en tire la quin
tessence et l'offrir a tous.
11s ont concideisO dans ce lI
vre, pour rtianiener vers n-ous
ee que I'aurI, appelie a'tctt
intelligence des vrais poetes,.
cette inte'liirecuiC qui turn'
dans la Nuil cr i me unu phar
et qui eclaej ci e t('que PeI'Onfl1
ne distingue C'est ia resut
reaction de bien d'incompris e
d'inconJIus; e'est Pexhunma
tion de toute une multitude dc
genies e.;uf:ffes, ou plut3
qi'on youdrait etouffer.,
(Euvre pieuse. ai-je dit plu
haut! Oui, elie 'est. Car e'es
a un veritable apostolat qu
Denis, Duvalier et Bonhoni
me se sont voues en tentan
de camper aux yeux de tout
ceux, qui, apres les ains porn
deres,- fanatiques de elasgsi
cisme, se sont permis, non pa
de rejeter le flambeau qui s
passe de main en main, eC
Symbole de la perrennite d
la Vie et de la Beaut6; mai
nlutot d'une transposition
Ras Iart, ou, pour mieux di
re, d'une certain liberty dan


LOTERIE NATIOX\ALE
SD'HAITI

Au tirage du 23 decembre,
Monsieur Mare Dantes Ke-
breau a touch un coupon du
iler Gros Lot,
Monsieur Rodolphe Ionext
SIe comnmertant bien connu (de
la Rue des Miracles a eneais-
s& les Neuf Mille Six Cents
autres gourdes pour une per-
sonne qui entend harder I'a-
nonymat.
Le troisieme gross lot a ete
reparti entire MM. Lucien P&
raudin. Nestor Lizaire de la
(4e Cie de Ia G, d'H. et Cadieu
Turenne, mecanicien du che-
rain de fer du Wharf.

La Direction.


'
--" -' "" "


LTl f-yJ .I ..-iA l.ILNA
D'HAITI
A VtS IMPORTANT

La L(,terie t'e mctt-ra en cir
culatin sL- n,- r'Veaunx billets
que si les Placier,' de ]a Capi-
tale -'em)pre5sent d'acIquitter
leurs c, iSmptte.
La Direction
.4 VIS IMPORTANT

YPendant l'absence de notre
Directeur Ernest G. Chauvet,
La Direction de la Ridaction
du Journal est confide it Mr.
Marceau DIsinor et l'Admi-
nistration Gedirale du +YNou-
telliste) demeure entire les
mains exclusimes de M. Ernest
Bonhomme.
Port-au-Prince. 27 Septem-
bre 193t.s


SPAS E T *- --


.,C'est 6patant, Mademoiselle, comment tu fis fureui
parmi les invites du dernier bal mondain, sanB le savoir. Tu
etals le sujet de toutes les conversations substiles.
...Ah, ipa Tante Cherie, qa se comprend bien, je n'ach"te:
Mes Cr&pes de chine Unis et imprimes, mes crepes
Bamboo et autres soieries, mes organdys gauffre,
e- m bs bas et lingeries ainsi que mes diff6rentes Lo-
fions, Eau de Cologne, Poudre, etc. que chez :
ANTON I. SABA & Co.
...Maman, puisque ma cousine a conquis la beauty par
ses toilettes achet6es des Rayons de Finesses de la maison
ANTON I. SAB3A & Co., allons done fire nos emplettes
chez Saba. En ),habillant de T sV u Saba on se rend chic, et
sftrement le Bianheur me sourIra.
..Ma fille Chrie, ga, c'est ue idie. Puisqu'il est untt U
tard, nous dendrons de bone here demain, voir les jolts
ftwr s de Fineye de Anton I. Sab & Co. Nest-ce-pas?
fl ?OU# Mse aurs, i est sage que vous suivea ces char
mats jeunes AflUes en ;ehetant ehez SARA & Go.
vov Gaa rs, fDi'ill pur fil blanse- Cra vt (-t .usset-
tes- Ch~m -- Chap 4uxde lane et paille te., etc.
Tout e&t absolument FRAIS r
Jetez. un coup d'cil hefi : '
.4NTON ISAfA& o.
r ^ V82 Le da .e lt de .. t
.~ ~ ~ T4hn T8 -^Tk -^**^*- ^*


Ya lle


T U


Beles Occasiors pour la Fin

Ve ez voir chcz

Mine Elias Cha1

Rue Co rbe, 0No173


Les Articles a moi

I Si:otte americaine d G.
1.25 5 1.00.
Foulardine superieure, 2.50 a


e prix

de 15 a 1
Drill
1.75.


0 Gde
.fant:


de' "
9 "'. 'll


> 6



aisie'.-e^|


5-.;


1.50. Khaki jaune*sup.. 0e
Toile de laine de 2.00 A 1.00. 2.00.
I Organdi a mitre 1.50 1 1.00. Toile sup. "a Barres |
Ratine de 1.50 a 1.00. chemises homes, de
Divorce americain, grande 2.00.
larger de 1.25 a 70 ets, Sacs a mains, rouge et .
.Nappes f ranqaises de 5.00 a de 7.50 a 4.00.
4.50. Simili couleur, de
"'Bat3ase Feur pour M- 1.25.
telas de 4.00 a 3.00. Cravates Jersey.sup .
Bazin pour costumes en- 2.50. '.,
fants, de 2.50 a 1.50. Cravates Reps de sole
Voile a fleurs de 1.00 a 0,60 de 2.00 a 1.50.R -
cts. Cravates Ponce, de te
Voile couleur a barres de 2.00.
soie, de 1.50 A 1.00. 0 Cravates pour eifa
Tapis de table .....Sup LOO a 0.50 cts. '
rieur, de 2.50 A 1.75. Ceintures a 2.00, t504.W
Drill couleur pour enfants, Chemises indiennes.8i
de 2.00 a 1.25. me a 2.00.
Drill tussor a barres de 2.50 Chemises ratine a h
5 1.50. 2.50.
Drill tussbr double larger, Chemises TrieolilitU :.




"CHM PION"
LIQUURSSIROPSBA ....
T4 p roduis ne lam.W eUe -t :. ..ai ::.
GROS ET DETAIL.. ...:
U .e surprise W.rd,.l a..te..'
..WW.do..Neiddi J & P. ........ :..

^ :GT TAIN --." ;


0

C
0


e
4
S
4.
L
C
t
-1

S
0
a
0
S

S
7
'a
a
I












L


I'


.wmaa "










.. r. r e d i .. ... -.. ...... .18. v i e r:-- -. .| .. .... ,- ....:.7.T.: ...... ... -. .. .. ........ '............ .: ... ................ '....... : i- i
.. .. . .. ... . ....... .. ... ... .. . ...... .. .......... ... ...... .. .. ..... ... .... ... ............. .... .
v % ............. .. .. ..


f..lil.i. .en th. .aque .Mardi, p. ou t.t au .le 0.. : ..M. <...g y o ea.- ve PiO ::::.-... -......RL ....U.n.


.. . . .. . .- .. . .. :... .

..JS.N.W. YOR a AaRInAGna A P-A-n -. .n tB. de r .Ma g ent

U", qe 4 aDse. L d19, Dlee9 Dc;e, 194 La MautIe pregnant les fras de lihrbsnet m a charge, Co*tal#r.pge
t.u.ra, le 11 Dec., 1934,i le 17 D.e. 1934 le rhum dt I .tre vendu aw mume prix en province: "


"^ le 18-
Wil, le 24

Vtotur,le 8
*le 15
it, 1e22
le 29
hnurafle 5
le 13
i ', le 19
1e26
rtura, le 5
Sle 12
suil, le 19
ahL le 26


Die.,

Jan.,
Jan.,
Jan.,
Jan.,
Jan.,
Fev.,
F&v.,

Fev.,
Mars
Mars
Mars
Mars


194M, le 23 D&e., 1934
1934; Ie 31 De., 1934
1935, le 7 Jan., 1935
1936, le 14 Jan., 1935
1935, le 2) Jan., 1935
1935, le 28 Jan., 1935
1935, le 3 F6v., 1935
1935, le 11 FP ., 1935
1935, le 18 Fev., 1935
1935, le 25 Fev., 1935
1935, le. 3 Mars, 1935
1935, le 11 Mars, 1935
1935, le 17 Mars. 19356
1935, le 25 Mars, 19-55
1935, le 31 Mars, 1935


UAMA RAILROAD STEAMSHIP LINE,


..* ,


4;.


:. .- .../%<....,t?
'* *': : ..

> tt' : -


JAS. H. C. VAN REED,


GenEral


Agent


3r


24"


;titut .Tipp hauer

1 Ru Je Lanarre ItuiphonM I
m Admissions aux BACCALAUBBAT

BAniq ea Pilos a IN

n--lment doit ses succs h ah discipline, Ao O
I mthode d'enseignemment, & sa bonne et large or-
on. Pensionnat incomparable, Pension pour e-
1 A2, Couras elassique g6n6ral, Leons particuli,
r de Stn)o-Dactylo, Comptabilit, Anglais, ED-
lllemand, Pr6paration A &IEcole de G6nie.
imut eant garantit tous sea court et forms dea
b..rts et oncie, nt, ompta ts eOt urOseU


t twfl~- -.~ -~
- .rri ~vrx r~.w;


/~


I 1.^.SJ


C"
CO
11 7


crp
. -
,J' a


*rF


-So~9


LE TOUR DU MONDE
S. nW st pl neswsaire d wtre rich pour
sotif.fro st goot$ pour e voya LeO
gens do cpndilioan urr-me peoWent
ps-- r 0mo.tre o polaWy/, c pa L s
o: ndres d6p6tsgrc 6 Untt coa-
po4aonttat falt do conmtltuar uneri*
_ bthresante, r6aoiisobl ou bosoin'
'AtAf

I BANQUE R A L E
:.,D CANAD A


o ea-Cela
: ^ *." : : .- .-':?.^ :. -. AL- : 4' .' -4
.. -.' i- ..; .. .: .. :.. .( M '. ..


LOTRIE NATIONALEI HTI


Connaissez-vous exactement.
la. place que Ia Loterie Natio-
nale d'Haiti occupe dans h-'
conomie national?
Vous imaginez-vous qu'elte
est un bastion avanee centre
Ie chomage qui s'tend de fa-
(.n alarmante?
Avez-vous calcule que le.s
,DoIuze Mille Gourdes de s(1
iler Gios Lot repr6sentent le
Iprix d'un pignon sur rue?
Savez-vous que Deux Cents
peres on soutiens de famille
gagnent leur- vie a vendre ses
Billets?
Que huit, families du Per-
sonnel rl]pendent de s n sorlt
Qu'elle i -partit des s ubsi-
des mensuels aux Reuvries sui-
vantes: Creche de Port-au-
Prince, Dames nle St- Francois
Ile Sales. Port-au-Prince, Pu-
Spille de St-Antoine, P-;rt-au-

seigr.nat: iU-rt-a1 Prin-I' ,e, l .-
eiete Hi-oire et G<:graphie
d'Haiti, Port-au.Priince, I\lu-
tualiti Sen ni' ,u Bel-Air,
lPort-au-P. ince, ( fe- 'e de
Po't-f t-P1i'\ ( *liiVe 1;e.
4 %nf N. I). I I
.. C ('tip-,Ht.t iet I Ec,'A l'te
I f"res i' l 'Isti-uctioln Chre
t Lienne. ( t-ill it.ien. ei;vtres
iIanst 1[ d ure 1t
Plairnce. F an,: Irc i tit-God-
ve.


Ql i


st.U C Ilpte: ql'U ce


can tines deux cents petitIs
touches y trouvent Quotidieh
nement in repas reconfortan
(ue Iien des famtnills voisi-
t(s pauvre$s y envoie1t, dis-
Crtc. 'iic.. chercher 1 4 e.u dto
nourr.ture?
Qu'une sept ibie can't Wne e;tI
entreteln tie a ax (. ayes?
Ave'z-vous tpenAe ausi tiqu'el-
le paie tiun Service doe Publici-
te, un Service de Rctlanme, tin
Service de( Propagande: au-1
ta.ant cFentreprises haitiennes
a la march desquelles elle
eontribue 7
l)pouilles;-vous de. tout es-
pr.'i de part i-pris 't vUI1S Co0-
p]rendr. (ju'elIeI constitute
ufne force et un prestige na-
tional. I
GriAce i tout cela, pourquol
y-ie lui accordez-vous. pas la
preference sur les ioteries exo
tii ue-? Surtout qiue pas un de
,e c utpltns no -e vend horse
l't-laiti. Eile se heurte, ail
lturs, au mepris systCmati
ujeUns;ett >rganiiS. Nrtle or-
gie] I.atriotique ine nous com-
18,a" -t-ii }'a.i tiE' fain'e Ic mnw-
la- .'-,te en at tavei'U .
1 .H ', '- .,t E 'flitn S amis.

dar" i' Laterie .alionale
d'Haiti,


(Irec eur.

IDirecteur.


e


cenibre s ante e arn t


Grand Rabails de soixante paur cent


Atin dI prmeoitre a tous le puiprit'tireC< 0:
(.}hysleir, )e Suto, Plymnouth, e:: nit,_ a ne::u ieu
jun les f:tes de tin d'annee,i inoi s r iCL.\ CA'
/'\ ,c:ip ii ;laire une dimini in ie L0 u -
de< aisles et radiatoeli (les sus .it .ile >.


Voiturst
r vo.ture-
J. MAluuc
r l pritx


N'oubliel pas que la maison vend :

PWices -, ineihandge de touted sortes pour vnn -vC ('hry3-
.'r D S 0'A PJImnouth et po!r c'at ri(, Farg/o Inter,
nati al, Pieus l Heavy Duity Fisk pourv canyon> ".
Pcinlun pour auto 'Sherwifn-\iv ian 0. T CIIe (Capo (1 2-
.e ot nom /,.Avertisseur electrique (klaxon). S 1 in o a i Z,
patch et accessoires divers.

FRAYCK J. MARTI.'

Rues Pauveet Magsain de 1'Etat.





TOUT LE MONDE SE DIRIGE VERS L'HOTEL

PALACE POURQUOI?


La raison e M bien simple:
Des mets de leux a un prix raisonnable,
De la hire gratuite echaque re'pas,
Des glances exquises ett assorties.
Bierp a pessiwn, bien glaee et proprement
Sandwiels a n'im-porte quelle heure.
Radio-PhonoQrape
Tablede bfillard, '

Tout ee qui peut procurer une soirte agr6able..

PALACE OTEL


service,



/


Ceptaines maiamies couttA
gieuses, telles que la petite vi
role, la fie'vre jaune, la paste,
It cholera, etc., apparasnt
subitement dans les popula-
tions et soe propagnt vite.
C'est par centaine qu'l t'aut
computer -( quelquefois .-. Ies
mortalitits qtu'elle!. occfeaion-
nent chaque, jour. A li Or on
saffole a rmesure que (.e
fl6aux etendent leurs r"'v-
ges, les service, sanit.aire<
ainsi qu..te les uutro, ?rvi(Y&
publies sont dbbord:.s
D'ou viennont ces. Tpidr.
mimes... Comment expliqufrr Ut
spontaneity de leur !o.ioon et
la rapidity de leur dOvelolpe-
nment !... Comment les comn at-
tre, arrnete.r leur propagation
ou mieux encore comment leCA
p rP venit, le. Etrnitichel' de se
produire... 11 n'y ia p)uer'onne,
aujourd'hui, parmi l s pou-
ples conscients et organis4s-
qui ne sache a quoi s'en tenir
au sujet de ces questions cou-
rantes d'hygibne publique.
Ces maladies 6pid6miqure
viennent en general du de-
hors. C'est pourquoi l'Etat e-
tablit. sur les frontieres de t.er
re et de mer et sur les cehamn-s
('atterrisisage de- avions, ,le- .
services reguli ers t1, contr d.A
,anitaire.
Mais d'autres maladies con-
tagieunes, telles qu(e la tuber-
culose, la fibvre tyLphoide, i
paludisme, le pinn, Lh dryson-
terie, la lepre sont encore plus
rednoutables. parcel que IutLi 6-
closion ne se fait pas de loin
en loin et avec fracas, mas;
chaque jou', sans arrt-t, tsile-
cleusement, gagnant de pro-
che eUn proche, conmoe u tn tu-
Qhe d'huile, toutes les couches
(ie 'a soci6et, ldont les N ms .-
res sent peu I pei fr1p>I d
,uott ou 1de de .hcance pCh .,si
iute Ot f LaiO. L (Os u ni-rt.
rna dies e(racnees <.b]; le
sein de nt tre pe1f pi m:ntent
en danger ia vitalitA t-P nt, de
la race.
11 faut apprendre a etnnai-
:tie leurs causes et teurs ef-
fets, leur mode d'ecosion et
S<1'extension, ls moyers inldi-
Sviduels et hationaux tru-
,jOus cLouteux p opnr. a
nous on preserver nt it IeS
eomnbattre.


La diffusion
d'hygiene danis
les masses popt
devoir social de
te importance
convient d'attir
I attention des
corps constitute


des notionU
les Pco'-s et
ilaires eNs un
,la plu, hau-
sui' Ioiiqucl I
'er ft ternevnt
famrille-, de.
; et dtes org-


nisations educationnetlleh.


TEINTURERIE
MODAR:V

Tout e61 encouragement n, 6
initiative trss m6ritoire, vmns
ferez une bonne affaire en lon
fiant vos commander & 1OY-
vroir des Dames de FAssowIa-
lion de St. Frantots de Sales.
A la Teinturerie Moderne,
tout est remis i nriuf, tissus
ou vetements usages en mnme
temps que nettoyage A sec, re-
maillage.
passage,. degraissage et re-
Travaux de vannerie en tous
genres pour eadeaux do tin
d annee.
Prom pti))de et eouditioAs
tries avantt euses.
Stadresser a Mne. Turennet
Carri6, A ue L, 71 et A


I


-- -- ------ ------~3 ~ll~ ll


_rrrr_


.. .........
. .... ... .......

.. ......... .... ..

. .. ..


, -0.-* I 'e-, -1- ,r -


a~t


a


-1) e an


Poul -6


e lanols








h.r..., ...e. ......... ...
l. vr lm e t ..ion ... ...le ...
.. :. ... .... .....


..: : ::. :"" '.dlseipli. d: te: die.cip ine,
.' ." .". ..:. *' .", ... ...........






ipe de la- solidarity devien-
nent la base de la Soei6tpour
que I'ordre social soi w slide,
fort et incapable d'8tre facile-
rment boulevers6 JAnsi darms
: admi- nistfation, les plus an.
ciens des fonctionnaires et em
pioyes pourront-ils valable-
ment envisager les t questions
tiles dains la direction gn&,r
rale des affairs publiques,
parce que Ie respect, oa bien-
veillance et la s6v6rit6 en se-
ront la so ncapable naturelle-
Quand les trois Pouvoirs qAui

respectueusement leurs mis-v
sons ou de contrIleurs Idgis-
Jatifs, ou de distributeurs de
lajustice, ou d'ex&cuteurs des
measures et des decisions pri-
ses,. e sentiment de tous doit
s'elever edime on fait deviant
un tabernacle. natull
Quand, ensuite, Pa rivalitr
Quand, ensuite, hia ri-valitf-"


existed entire ces


voitrs, Ia


intion nest Point


trois Pou-


command6e; elie ne soe sent
pas dirigee. Meme la famille,
ce desaccord U cbranle; sa ba-
so es, miInee. Alors en eux-mc-
nem-s, la tete ayant trace tFe-
xenmple du d4sordre, aucunes
iniianive ne sont possibles.
L1a m iesre tronne partout. La
reaction saivatrice ne se con-
coit point. Quant ila vie na-
lionale, elie se repose sur des
expedients. Le citoyen est m&
prise6.l'etranger, qui habite le


teritoire,
t.re.


devientt sul mai-


Ii faut une nouvelle politi-
que pour modifier cet etat
triste dans Jequel est tombe
actueilemei I ordre social
haitien. Haiti a besoin plus de
vigue-u plus d' nergie.

(a suivre)
LAVENTURE, av.


CHROMNQUE SPORTIVE

(suite)

Club Sportif n'ont pas d'en-
trainements et ne pouvaient
pas.tenir 70 minutes. Dans
'ensemble l'Equipe est bonne,
sauf un equipier, Luc Adol-
phe, qui nest pas a sa place.
Le demi centre Me Calla et
Fa.rriere Alexandre Renna-fu
rent les heros de la rencontre.
Me Calla, d quipier clairvo-
_.-yant, plein d' a props, et ad-
rmirable de sang froid. Ale-
xandre Renna, agile, intelli-
gent et possedant un coup de
pied sur. Cette equipe promet
et donnera davantage.
Quant a l'autre equipe, cel-
le de Finfatigable Doc Pas-
quet, elle fit merveille. Elle
Ss'et distirguee par son ar-
deur, sa spontaneity, sa mobi-
lit6. Desjpoueurs bien en souf-
fle. Tous des jeunes e16ments,
prepares par leur manager
qu 'ils considrent come un
Pr. ere, 'im.. payable .Doc. Mais
ces gars donneraient, n meil-
Sleur r6sultat, s'ils voulaient
: garder. leur place. La ligne-
Sdattaque.. est.. rapide. mais
: n'arrive pas.a terminer ses.of
fensives. II lleurfaut plus d'en
tente. et. moms::.d'egomme per-
sonrel pour narquer...
io Glpe:aux vainmes com
:.pliments :aux vaineus,parti-
: etlirement au camarade Max
Chalmers, Pr.sident du: Pe
tit flub Sportif Haitien.

., .. .i... ....


*om iPtbi& uAem L ebr6mt-

Ala *te f6t t e raekou ar bitnr he5 li 28fl ourab.de aen
t par suite d'un emprisonn- ni ae eu hAie cour do VR
Sent qumasi illegal samedi 22 roulme avee toute: ia mpe ]i -'
D6mcernbre en course. On assisted! turgique, ouso la Presida ce THEU D LON. N
vraiment i: des scenes hduorri- de LEvue Carsum
Sis qui ont : jamas. Le noveau pre, ui ..............
deprecedent. nous pr6sentons tous. nos com DES AUJOURW'l VI N
e personnel du tribunal de pliments, a t charge de la .. .. ..
Paixdcette commune accom- cure de Gros-Morne, .* ..
pagn6: de .elques .autorit6s: Nous .lui sou mhamtons ton..leOs G.U ALAm. ..
a procede a Iarrestation de suces dans son sacred ministk*
STelson B6mur. P.ut-on e .
j. usquici ignore que ce vigi. ..... ..
lent homnme est sans cesse oIB VELL
poursuivipar un group d'i-- .
conscients qut aspire parait-il SECRETAIRERIE E'TAT
S .a destruction deo l .lite de DU COMMERCE
cette int&ressante population L 15.2 RU? REPULcAm IN
t Nous demandons encore a Par dep&che en date dui 24
I autorit comptente d'ouvrir Deeeimbre courant, le DlD-1
les yeux sur' Pilate>>, car nu l gu des Finances de Port-de- : PORT-AVPINCE
honnete homme n'est exempt Paix a informed Ie D parte-
. de ces mauvais traitements. menti du Commerce Que Ie S.S. :


LES CONFERENCES DE

S. M. DUFRENNE

Comnne nous ]'avions an-
nonce, Monsieur le profes-
seur Dufresne est ah Port-au-
Prince depuis lundi. Nous a-


vons eu le plaisir de recevoir
son aimable visit.
,il compete, durant son so-
jour ici. donner une series de
conferences. La premiere sean
ee aura lieu ce soir, a six heu-
res, au Presbytere dci Sac:e-
Cceur Turgeau.)
Une deuxieme conference.
sera offerte a Haitiana, ven-
dredi, a cinq heures. Dirman-
che prochain, M. Dufresne
parlera au Palais de Justice.
Nous convions tous ceux
qui s'int6ressent aux choses- de
I'esprit a aller en foule emen-
dre Ie conferencier, ami d'Hai
ti, d'autant plus que les sujets
seront tries interessant, e.r
d'actualite.t


L'IN
C.urn


'AUGURATION DU
DRS OFFICIErRS DE


LA GARDE D'HAITI

L'inauguration du Club des
Officers de la Garde d'Haiti,
selon les renseignements
quIon nous a donnes, n'aura_
pas lieu Ie 31 decembre, con i-


me c'etait announce.
Bien que tous les prepara-
tifs soient d6ja faits en con-
sequence, les organisateurs de
ce great event ont cru devoir
I'ajourner, tres probable-
ment, en raison des nombreu-
ses autres fetes fixes pour la
mqte date.
ous croyons savoir que
c'est le 12 janvier prochain
que l'on aura le plaisir d'as-
sister A la brillante fete inau-
gurale du Club des Officiers,


<> a charge en
ce port: 1115 Regimes de Fi-
pnis-Bananesc


0~~~


TELEPHONE:, 077
'^^S^S~i~i~g~gaS^^^&i'^^^^^ .**-. *-^ w ^H4
-,f w r .H "',^v .w vfis,,, ...4h^^


. 4 ".....


LE 2 JAN VIER


Le 2 Janvier aura lieu, avee
1 'elat accoutume, la grande
fItte de charity de I'Ecole Nor-
male.
Les carte s'enlevent. Elles
sont en ven.t-e.chez me. Ne-
morin Archer, (Rue Courbe),
chez Mile. V'ictorine Latortue.
(Rue Ruomain) et Mme. Andre
;uery. Avenue Ducoste,
* 'w"wswyMytce" ^^'^a


PERDt'
La nuit de Noel il a 6Li per-
du chez Kah, a. Petionville une
chaLnette et un pendentif en
platiic de fo'ine t i.nq;ulIre
cr:e de deux petites perlet eOt
de parcelles de diamant. Bon-
n. r,6co2,npense a qui les aura
re: 'vees e rapportes au bg-
eau du journal. Ii ne sera po-
s& attcufel (eUn25t10fl.


.. :. .












Voki an pine qui se paasede pdsenta
Le8 grosses sculptures massives c saillanf4
de roulen, tenant fermement .. rou.....e,..
les de secuite depuis les debutse I'au
tmnc an course dti anntesd'adversit&
eaqu'en Uf i& priu.e- '
...............s. ...........


Un Nouveau Testament se-
ra envovs goratuitement, sur
demande, a toute perscnne ne
possedant pas les Sairites E.


critures.
S'adresser a
Alfred Pearce,a


Monsieur J.
Pert-de-Paix.


Enrayee des
le, d dbut
Frtionpe, evotre
pojtrind avec Vick
S rhume empire.


Pour Tout Reftroldsement


SOIre HAI
MALLE RRA


. .


-


. *::


I