<%BANNER%>

MELLON DLOC UFLAC



Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/02297
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: November 27, 1934
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:02297

Full Text
..... .. .. .... 7 ................... .. .. .. .. ...... .... ......... .. ...... .... ......... ... ... .. .. .... .. .... ... ... ... .. ... .. .........'......,',."',."".' ........... ... ..... ." ... ""...... ..'"." ',"".. "
iy -'.. Z.:;;..'7.;..=..-5. *.'.."*.*..- .*I I=I: ": )Z ::I: 55.: .) 7 '=- .......- ... .. .. .... ... .. ... .. .. ... ....... ... ............ .. .. .. .. ..... ..... ..... .. .. .. ... ... ..... .. ... ........ .......... ....... .. '. .. ". ....... .... ........... '...... ...... .. "" ........ ... .. ....... .. ....... ". ......""..... ....'....... ..




4... .. .. ". ": . ...
.................... '.- -- ...:.. ..... : .. ... ..:::..
:..-... .. . .... .. .. .. .. .... -. .... ... .. -:-. :-. : -- -- .-.-- .:- --. -.. .. ...... .... ..... :-:- :
.... ...... ... ............. t-.. ....:.:.... .
.- .....--.. ...........-.-,.-....: .:.....-.-- -.*. ......... ... .... '..... .:. :.:..:::...:....:..i. Ie::.:......


... HONS ....


l '? v . . . .


J era jamas ceiter an
pls frappa t de fj"
efforts pour rea-
wure forte, que

e .Matin.::. 'ap- I
......resultatilaet foi
geJrie & discipline cer-
i. fgwe pratique djft
Sest d dire que,
I.homme so f rpute
af .fot qu'il ait appris
faRplication de ce qu'il


4s Hrien de slide ne
ter d'une collabora-
es et d'inaptes. N'i
ls:. difficulties qui
:troit le cadre de
...:ssentiel est de se
Wes oreilles au mo.-
:entreprendre la tdcehe
r 'Etat-Major.,
wonfrbre Lie Matinx.
,a dit avec le tact
igence qui lui sont

que propose-t-il, pour
qu obeissant aux sug-
de 'armitie et de la
on ne tombe dans
gretIable meprise?
pse d'exclure, dans
f les conditions ba-
rw fPamitid et la politi-
:,rvers faites des fonc-
polditiques, pour donner
& celles qui se rappor-
F aptitude.
sage que soil cette
- n, elle ne nmanque
cormporter an blame
ute/ndu, a 'Iadresse des
d'execution don't le
a d:ns I'dministration
.de -a chose publique,
mier lieu eti dans bon
'de cas, est cause que
est encore la, irreali-
it Gotre rnement au-
#. reconnailt, heureuse-
ts bones vrlontes el
'rites irreprochables.
besoin de dire que no-
ir&e, en diagnosti-
uinsi, a coimme une vi-
irrmee, et qu'il resume,
'a:wrres, tout un far-
e Veux prete.ves poli-

! L'oeuvre gouLrne-
samplifie en realisa-
iles et progressistes
:1930, et le peuple l'a si
|pris qu'i voue celti
Sje efe les fondements
Vfement, ut devoue-
'1 oni erd~ en lui et
n rythme, une har-
.i:e ie temps semble se
"de rendre chaque
sstable, plus durable.
-* d'autre part, corn-
.t.... voir 1a possibility
Gouvernement issue
safffrage de l'Assem-
hale tde metire an
Slee considerations ba-
|rPamiite et la politi-
lees choix, (reserve
E fetionns oliti-


Gur donner le pas i a
aned, d&s le len-
f election president
Preq ue tons les
Eleeteurs avdent
esle.rs electeurs a-
our. des fonetions,
S: e A" Ge. page) "
.-... .... ... ..


.LE .:'NE:
..U ..... .. ..

. .A.. . . .. .
...... .. ......


Son Excelenece e President
Vincent, aupres. une b a I aux
Gona:ves, o0u : passa la uit
de samedi :dernier. est rentri:
au Cap-Haitien diinanche : a-
pres-midi. : : :
La vailiante population .de.
la capit.ale du Nord fit. au.
Chef de la Nation, conune tou-
te les fois preeedentes. le Ilus-
brillant aceueil.--. 11 yo eut. u-
jouissances publiques., bahs,
etc.., etc. Et le Pr6sidenrt Vin-
cent, pour maruer sa soil"i-
tudedee toaujoJurs pour le- hzum
boles, jusque tr tard dans lat
nuit. visitait leurS u-artier,
1ou tailient ceraniSS <:-bouil-
ions Vincent et fetes popul..i-
res.


HV 1't~i I und.


I nI 03-'


+;


tion des rest har&nma-
lne P alte : et'ie du
p. 1 -
par l: Zr ... :, du

soA

.A -

u.k e ju0.u 'a, l:.re' i-
iii 1" \ -' !



I ecrit notC"' erC ,.-t,:,( cor .n-

t E; t .o ..S





L < 1Ain
Ce entn a o au C"ub-
(,eV. P" T. C or -



L I vI n dicour su-EC
lu- r :e 1 i Ot n&S i I\ p.sp n-


Al C' la EC'I vl.e a.u



I e P1-. be enu.o rAsI: T1,. la meI-
me sympathy pect-euse. l-
m .nie diu ii',ine d- I s Iis 1

v er le de N ,d.
I'ont ova -:on e de A"r. ,ca ie
ait.u Cap Haitien, i) pasera
Sprobabemaint la jou11. a(Fin
de ricevoir d aes niin-efux a-
Vis du Nordt ; p 1upo11l ne c 1-
tinue pas (e-pour la raede Ri-
vitre du Nord ou est i pa-



ra domain mad inr atln d'etre
La Ville du Cap. a 1spres no-
tre cdiorrespondant, ne sal



elus comment expinmer sa sa-u
tisfaction de voir le President




Vincent, malgre ses ecrasan-
tes occupations, i'associer)aut
pieux hominmagie rendu' I'in
e ses plus lorieux fils. Aus-
ti, noues dit note correspon-



i ati oest averc une joPe dent-
d ant, e- u 1
rante qu. i, ca ehaque fois qu'ni
apparait, la foule i'acc ame,
Piovationdne.
Nous ne nous attendiaons )pas
ai moins, de nos ans du Nord.

Buvez le Rhum
Alix Ro


Lire en 6e page to listed des li-
vrea de a LibraWin Nouvelle.


appris la monrt d'Adoleie.
D).-- Aprs la querelic, a--
viez-vous rencontre v o t r ,

TL- Oui, je l'ai renecontree.
et eile m'a (dit qu'elle venait
de se battre avec Adelcie, et
quel celle-ci avait ete blesees
D.- Quel est le tempura.
ment de votre smcur?
R.- C'est une fenrme trees
paisible, et je m'4tonne beau-
coup qu'elle se soit trouvee
dinns une pareille affaire.
D.- Est-ce qu'une fois, Ia
mere de la victim, suivant
t une coutume. des regions, a eu
a exposer son sein au soleil
Tout en invoquant Saint Nico-
las, pour attirer des maledie-
tions sur sa propre fille?
R.-.. Je n'ai jamais su cela.
r).-.). Quand vous aviez ren-
contre6 I'accusee, portait-elle
Sdees traces de blessure:?
R.-- Oui, elle tait bless6e.
Sur cette declaration, la
defense precise que Catherina
s'6tait trouve en face .d'un a-

(voir suite n 6&e page)


$crSedraire vit I du
Co mmPerce
(. ornme suite 1. n vis i .
se'e a.: Montiteur Offl:iel, t
11. Janvier: iD94, :No f. et: e u:.
autres jotrnaxtix de :Port-du
Prince, lIa Secretairerie d'i>
tat du (An mwrc re roduit ci
nes( o;' :pour in.'ormution
des Export' ateurs de MieL, !
passage ex trait d'unce lettr'e
du 19 ()ctohre etIle, :uIres-
see aU .)Deprteient des Rela-
tions [Lxtrieuen ts pa nitte
' ii: 1st re it Paris.
Damn Iv but. de fiucilitcr le -
Pportation .de ce produit enl
racec, ellve bic, ebCn inem
temps, le decret du 4 AoUit
1:U3, ]o )rtant rVl r'.t nt1 I t'a; a
inisUatit i on pu ) 0ique pou
Iappli'ation de la loi du (20 A
S".de 198,. en ce .,ui coneern..
,iogin, de-, mie.: imnportos.
-;.


:... ..: : .... : .

A AUDIENCE '.CRIW rtNEi, i
.: U- 11 UNDI
6 NOVEMIRE 19134



.Le::Tribunal: est:::prsit
pa: 1e: Juge :.:ilo.n Cha:es
eM. Bernard DeUtttes :Sub:i
titut du Commistire-di Gmou-
ve-rement,; occt.Je t sitge du
"Ministere pubAie M.) Justi-.
nin-i Ricot pf lei.e ,u. i'..
Me, Sabalat tient cunsiso de.
I'accusee. Le Tribunal cornpe-
temm ent' reuni, I'audience estL
d ei agree ouverte.
La nominee (ut.eria St.
Louis. a.ccusee de mea rL"e stiur
la personnel d'Adolcie Chi-
vimance. interrogee, repond de
on011 miux aux quesLios pu-
s60es par le Juge,
Le Greffier dinne lIctur;e
de 1'ordonnance lde re,.vo l pca
devant Ie Tribunal Cri'ine..
tt de li.'aete di'accustio,.
i he 34in.istre }'ubI i a
ubtenu la parole, expos. l. '
,e,'ct-stanees dans lesqulles-
i crime eut lieu. Le ,urltdi duL
I e Aa;tU de l'annee dernuriYe, un
t commit endroi
"<;(, ,on Janvier, e. Se&-
la. Co ,une de
v .-A la suite d'une
--nce entire Cathe-
..I e Adelie Ch('I-
*. Bkrnibre invi. t.
.'.;-ina P se rendre dans
l, .:ndrVoit. retire o0 elles- pour'
raet', se battle sans temin.,
Cell.e-ci ne deftra pas a ctter
:nvnitaior. et rentra chez elk.,
Apr s avoir vaque A ses peti-
te, occupations, elie se rendiL
darts son, jardin, o u, toute sur-
prise, e r"e rencontra Adelcie.
L'ne prise de corps ut lieu.
et cetue cierniere, ayant reen
de^s cr-ps de couteaux qu-i- i
S. .. 1 ent nio: teilement, suc-
corn- 2-1 he ur"s apre>.
T "os tflini, cites 'e.guiil-
'refQenf: ofi compare : Le pro-
m:icr. c.,trnt la ScQLn cte i 'eu-
c .-, e.4t entendu titre dti
jndeignements.
I) Dites ee oeue vous save^;
de 1 mort d'Adoleie .Chnian-
ce"
I-.-.- Je ne s,,i rien de eette
ftaire. Ce ne fut qu'apr', 14tr
re't:ation de ma seur que j ai


Ce crane est sir.aume't celi.
d'Lm ,hwJobin...
ti.
Chaqgle orbit r voir une pOntre san'. qu' I'e1il la.
voie.


..... madi 6 Nov mb...r
a 11 hIures 10 du martin, qut
not tre D)irteur Er.ne.t G,.
(Chauvet, I/ inistre d'Haiti vi
IUidrles, a6Rte r;u au PalaiE...
le. Bue:ki:nghant par Sn Ma::
jest6 le t i .Georges V, en a u-
dience solennelle, pour la rte-
mis d ses Lettre de Crean-....
(e.


La k(eine a repu Madame
('hauvet, le Jeudi S Novembre::
(1dan$ apres-nnudi .. .
pa rait que le Charge
d'Aff'ai1res i -Britannique en .
Haiti, Monsieur Shepherd,
actuellement au FForeign Of-:
fice, a, dans les cereles offi-
eiels, fait pr eceder 1'arrive
du .linistre Chauvet, son ex-
cellent ami de Port au Prin-
ce. d'une reputation (qui 1ui a.
valu ta (Cour de St-James,.
l'aecueil le ilus flatteur de
la pat' de t'"-sS, d'( tant. plus
oe, note Dittecteu" p'arle as-
sez bien la langue anglaise,
Un amni ui correspond inti-
mnement avee note Directeur
a re4u. une lettre prive, ou.
malgre sa br'ievete, on rrtrou-
ve, dans les details du r6cit,
l'instinct du journalis.te,
l.a Cour d'Anzlete;re con-
serve, nai,-gr l-os ermpi6te-
Iments du mt od r E t Itin IS -ra-
ditions protocolaircs les plus
strietes. Lte (:Cernnial est
toujours grandroe ifnpo-
sant. Quand h'auldi-nce ave
1( U'{i est fixed, on doit su t ren-
IV 'Uiin ou deux jMui;-s a5varlnt
a Palais ~de -St-Jarnes, au bu-
Ereau de Lord Ch1interIlain,
p.our connaitre les moindres
details t.ant au puint de vue
du cQostomi(e 1que 1'on doit por-
teir, qu.e des ,estes et rnouve-
meens a executer. On penetre
esc'rte. dans la ( our du Pa-
lais de Buckingam, pltr la
grande entree. fes officers
et soldats en unifornmes rou-
g'es d'autrefois content la
g'ardle. Au peristyle du Pa-
lais, le Grand Chambellan et
ses aides viennent vous rece-
j voir; on traverse Ia premiere
salle ou' les homes en habits
Sde toutes couleurs en pernu-
Sques blanches, et en culottes,
s'inclinent sur vote passage.
Dans la deuxieme salle, vous
attendent,--- le Sous-Secretai-
re d'Etat permanent aux Re-
lations Exterieures, le < in Waiting et le Waiting>. Le Sous-Secretaire
d'Etat )per'mancent ayant re-
cu I'Jordre du Ro'i, iI vous ae-
compagne, ainsi que le in Waiting, et le < of the Diplomatie C(orps> de-
vant let portes closes qui se-
parent la salle spciale oi $4
trouve le Roi. Les portes
s'ouvrent, tiree s par quatre:


(voir suite en Ge page)


LA PORTEUSE DE PAIN^:
uin film drltnlnioureiixu' '


X.I.L,. I- Nous puNblietron.f
remainn les documents e.n ques-
t ion.
S .. ..... ..................

U.N E('CORD) MAICABRE

ILai journee d'1iet" a consoi-
t.' un ec'oiZt, Si iut di- A

ore j 'a r i r y < l in h u m a -
Stions lot i a -ti maniI. Ct
a l. frie a u infltine ,td
i N uts i V:' ..- le chii're
exac,. ;i. to.. cc. n:-: oui e-
talent au rcinfelO&- i"? Or 8-





1 hrt?



v umimdi nI fne ln dt


.En.ree: 2 .r.ourde .
j Sedi Kor rend" "-m:1" -
chir iOur l be l eotillonh.
L'orcheefre > /xhi-
hera dans un noueau rtper-
toire.
Dimanche, ) partir de 6' hen
res, un grand bal pour lt ,n-
fait .., tr .u idi ,adrt.a
A. ri;, libre p/oJ r i- n .i:.
ju.i9d,,a duo, : n. .

L, ;tAh\ OE S1;.


.. . .. .. .....





N[ m1 1: .... ...l ._.....
.*. .. . ..... .. ...... .. .... . .. ... -. i ... .. .. ..... .. .






e4J' va u .pe ': i la'vi ile .garde -'.:WNS no.a'c:it e t :re- tu .:t :. es e :




artpuicaine mordanta Is pots- 3
."-:'.. .. ..".'" .'"' ... .. :"" .'. .. ..". ?'l ? "" a .t ft r : :... ... '." "











slionne phau4rdtnti phae t 4l Sr votus amantst cot Is
k'n dautres do su plandre qua4 r re td ch:u o
c. ae e.s trop.beller.. e .DOULEUR
p iio... rns. les .plus opimis- ... ont un element rs ....

vitoire electoral assi deci- .. .

c'est lacpremi6re hois que Eoa 9
S.. ..:parti m .. ajo.i!t...r. ..i.t. .... .!. ..:
. .'..'" ., ." .. ".. .... .... ... ... ....:.:.-.:.......:....... .. ..... .. .. .. .:..:. .:.:: :i.. .. .. . ... ..... .::.: : : .:.:..







S....n-e tir.e pas sur .e P.e .P r..re $ e ve ..ux. .. .. ..
Noa .isaient. en p.tvoyan ..... ::. .
publiainssagacesPeu.avant M-BRUSS. .j








.Au lieu de perdre 50 et quel- .... . .






-ues sieges sur les 308 qu'ils De::: a, .w! p prexoU$$1 $n es cu-t w
d~tenaient dans une Chambre ECtatp je ^hzqe i la Bnqe Natentle 4e

sentants democrats en ga13 Gra0d00ue0 1.010
g.n nt une quinzaine. Au Se" T...phone .1... .. .. ....... l








natdo sur96mebres,31 bri- i sem
guai nt ola favur populaire, : --- -::: -- i .. .. .l. .
e forces. de M. Roosevelt en- .








Aegiutient un appoint d'une jorite de 450.00 ovo]-
dizaine de i s 30 Sur ies 33 PnDzfaits vuoCi b plate cou- mEpabliameb fo &en u n
tegouvrneuras emplaes, r24 ture, Ie s'. enaeur Fe de O -O- TE e.6gmNt Pria d.
ainse. Quels gue sient les i te 'Indiana. Ce trio, que dres- intern et External eiieure quality.
derniers rsult ats enregi sai une mme haine centre la oute les clses Livraison rapid etecu
tr e Preident et assure politique rooevetienne a- a la Phi hidieemen par no








nfavoir la majobrte des deux i van t nom Oes tois mousquen O G m s points de blane daii
tierg qui lu est necessaire | taires- ReMONo.Q VA\ eV directions t Por>
pour gouve .er pdRempt.oire- Mas e senateur Reed ne se (Pe.i...F..) .pr.e et de P. .on-Vil.




ment, ausei bien ap i n Chamtt la.se pas abattte pour di pen: dTe450h0.V: 287




bre qu'au Sena. La Maison < DJ'ai ete rosse. dit-il, je pren- E&ILACISSC
Blanche se ril accommodee drai lette pxnigre avec Ie sou- Portwtau:rinet
sans peine de resultats moins rire,. Quanter M. Fletcher. jO t w gw toumoes ..
voir en 192 par public en- republican, qui prdisit a acibres aier ipart





thousiaste, degoute du regi- son part un gain de 50 a i .:- ...a ... au-de.sus, e .
me se et hooveriens M. Roo- o seges 11 ndest pa moins a Iea t e n ee fquilite. de pi
sevelt e utrainsit naturelle- son aise: mQuand on mord la a cvi
ment avec ses partisans poussiere, on iila mord. Ce qu'il h u giacierem l pal. -O.
demorate. En reelsant ee- xfaut 'e st ne pas roster apla- Le Clge Sim Bolivr plS O bo. n
.e anneo le ti ers du Snat et ire fondt en Janvier 19 4 3 a dj .

toe Chambre le puic Le Wisconsin s'est distin- aux examens ....E GLACE
sans peie sults moes nirex Quant A M. Fletcher, C Noune wujouru r




















pouvan donner 1n ication gue en refusant d'appartenir s Bacola chiffre a ase aSPeL4T







diun reviement. II s'en est a Fun oe Vautre des deux remarquable si on consider i


Oen garde. La poussee vers le grands parties: il se done les difficulties de tous ordres Un produit nouveau, qCi Q
radicalisme sWest pleinement pour progressiste, nuance a- que confront actuellement le cede en rien aux meiliearei
manifestee, aussi bien dans vane6e du republicanisme et &Enseignement Prive. Ces sue marques des Pays d'EuropE
les regions conservatrices de qui pactise avec le part de-' cs sont dfus au serieux de I'E- ou dtAm6rique est offert ar
la cote Atlantique que dans le -mocrate. Sur dix elus, I'Etat tablissement et a la compe- public haitien par I'Usine ,
*^Middle We-st agricole et les du Wisconsin compete d6sor- tence des professeurs. Glace de Port-au-Prince. Gof-
Etats du Sud, mais 7 nDronressistes dont un Dr,,f la rC,,,arna ,,lAAt, .. -Im .. ..-


senateur, le fameux Robert
La Follette, et un gouverneur,
frere du susdit, qui arrache


Et quels fleu ons A cette vic ce poste aux republicans.
toire rooseveltienne! Que d'il- En politique, heureusement,
lustres tetes ripublieaines bel comme dans le sport, ce sont
et. bien sca pees! II faudrait les resultats qui competent.
etre nailf l'exces pour croi- Tons les candidates pou-
re que entIou :ge presiden- vaient-ils esperer la jolie ma-
tiei deplore Ia vietoire du gou- jorit6 A laquelle, dans F'Etat
verneur Merriam en Cajifor- de New-York, l'emporte le
nie. AI faut bien laisser quel- gouverneur Lehmann: un mil
que chose A c s pauvres re- lion de voix, quatre fois plus
publicains. et iris, l'instala- que n'en obtint M. Roosevelt
tion de Sinclair, democrat lui-meme quand il brigiua ce
par intrr4. s1cialiste de ten- post? Les deux concurrents
dances. A ;nsteo de gouver- de Lehnmann, israelites com-
neur, eut aien embarrassed me lui, se consolent en pen-
FIadministration qui ne you- sant que la vague democrat
u : jamais appuyer ni desa- a tout emporte dans l'Etat de
vouer la compromettante can- New-York; rien nest rested
didature, I aux republicans. A u t r e
.... Avec une intense satisfae- triomphatrice du jour, Mrs.
i t:.::i: on:::.,:i les. democrats contem- Caoline O'Day, don't la can-
Spl: ent leffondrement .d'une f didature requt lappui de Mrs
;ides citadelles rpublicaines: Roosevelt elle-m~ me. Celleei
:: a Pensvivanie. Le snateur vint embrasser son amie tan-
David reed, <'ennemi public dis que la nouvelle 6lue, v&
numero 1 du New Deab>, qui, tue d'une robe du soir en ve-
so presentait pour la troisie*' lours bleu, recevait toute la
...................... .... me fois, a :du c6der la place- nuit les fe6licitations de ses
:aun belliqueux Joe Guffey, partisans.
dn : t t e:-ri de bataille est: -
:s Roosevelt, est le: -serviteur x" '
inspirdee hbien,: et la .devise:
S Honneur a celuii qul nous a Los precautions les plus
tire du chaos et de la revolu- randes avaient Met prises
tion !> En outre le gouverne- pour 6viter les troubles. les
ment dui mn'me tat allait rixes it les minutes. Les A-
.:.- .n-s t e pp.. .... ... .. .. :. ...
ti n democrat. M. Earle, a merieaips out le' setg cehaud,
cel uinstre plenipotenia'
en. A. iehe, :ave une ma-, e .
... .


la preparation des eleves est
l'objet d'un soin minutieux.
Aussi les risultats s'averent-
ius de plus en plus satisfai-
sants et les parents n'ont-ils
qu'a s'en louer.
Legons particulieres de Let-
tres, de Sciences et de Lan-
gues civanies.
Cours speciaux de Stino-
Daetylographie et de Com~p
tabilite.
Les inscriptions so recoi-
vent tous les jours ouvrables.
Pour tous autres renseigne-
ments, s'adresser au CollUge
Simon Boliar, T. 257.


RHEANTINE LUMIERE

Spiciflque, efficace centre
les Blennoraghiies. Ecoule-
ments. Maladies des Reins. Le
product Pre~ntie s~us former
do dragis est facile a pren-
Are.
Ne a ~ite aummne precau-
tion s p e.
En Vehte la Rharmecie
Roy -- Rue du Centre.
Et Chez F. Lavjanet, C.
Duplessis. Suee.
t38,Rue du Magamin de l'Etat
Telephone 3430.

L'InstUuitt Tip pehausr
demeure me exclente teile
e son f reiprockable


tez cette daeicieuse creme, a,
vous serez convaineus.
Faites une agr&ble aurpri-
se. h votre famille en appr.-
tant de la cCr me Glaece 38
periatives pour le dsswrt
Tous en'raffollent
Et #WPOT
FRIGORIFIOU

Nos ex tmbres froldes out
S' rbeemnnet mises j pinnt
et nruvent recwvoir n,'imr.trVt
Splip m ,4Pt4 do viande.
*rwon* de lIrnwmns de
.friits. ete.
Public est enrdiplerirt
n 6t & visitor notre usine ef
Sinpeeter- nos modules &,
r ires et de sorbeti,A
ha notre salle de vente
cmpasom er ,I la Il 't
haim d4 I 'emicI

A VIS

OC qui permit Pierre Oo-o
d'avoir une si grande clien".
I 'est que $a coupe a une
Slanace parfaite.

Pierre Goles


Taileur,


Angle de Rues du Cmtre et
Bonne-Foi, Phone 2221.


Co a-Ce a
OC~w0 .


... .f e ...-....... :


".-..... l a. .. ....
. ....... ". ."... 'i







.... .. ........::p .
S ........ ". ..







I iatnne.-4.
I tp ,**. ee." r ".i .i :... 7

j .. .. *: ri :te





S ....... M D.:..
: T-j.......
'. p n-->-e s
. .
Rdpar......
deieA n


Grande- ridutw
s~r les pleees-t
i pour automobi e &;

30 o/o 4'JiL;:nptes
teurs surn tais we
rants des pnneij".
suivants :
ReSorts avant"
Cables de :batt-;ix
Bendix, Fre~sI;,
Gaskets touted& .
SKlaxons. -to uS
S facing. ;:3
, Batteries d-:
! &Westig,
* 13 pl. charge .,
Economisez vote.
vous fournissa..............
l AUTO PARZS&;

Rue Dantisi


AU#$
..... ..... .
..... .


?our vos promep
yages
Pour vos Bap
riages
Ou si vous desit ez
location a ljo
Soois,
Adressez-vou.....
Mr. Paul..... ..
Pour avoir oune
mobile. .e...
UCest leSeUItse,
se, pouvant ripOln:
diatement al yes
n'inporte que e
jour. et delanuitKI
Pendant :e jouyr
No. 3287: .:;::.
et pendant r ...






Fuft..:WS.-








fl vie N:;': .:...:
'"** .- .-^^~i^ i~~^^3 c


.. S ... ..-...-..... .. B ....-.: Bi'


...e .....
. .:.. ..1-:' :i :':! "
^ .. .... ......" :!:! !:


xxx





........ NO.U..vel...es. .ce atin
4 4 ..a..u..-u... .r...
. ...........: ..... .:..: i .. .. ......... : .: .. .... .. .. . . ... .... . . . ..


.,:<..:.-... .. ..- .... :..:.. ..- : .-:.. .i r ^ .^i '! ^- ._ -. J .... .. ........... .


_e Pr wuey

jNGELES.- Lt.. y .oncentrer des troupes, il est
e: tvhologie Harry evident que Ia tension .aug
t, juif. ~onvert. au 'mente entreelle et l'Autricehe.
ele a tue sa femme La population de Spielfeld et
tre qu'l avait sur- de toute la region environ-
pe lle dans une cham- nante est tres alarm'es par
1I, John Leonard, les nmesures drastiques prises
g de laI Maison catho- par les yougoslaves pour re-
retraite de Lawrence- duire la circulation dans .e-
te. Steinmetz n'a que voisinage de ia frontier, Les
et leur manage remon rare personnel qui parvien-
jours. nent i la traverser declarent
/ xy^ i que depuis samedi, ii faut un
COU.- Le terrorism Pe mIus special1 1our quita :
irtuellement dans Pad- la Yougoslavie. Les autoxjtes
nation ducheniin de fer yougoslaves de Belgrade ont
I hinois dansla Man- dit a PUnited Press que tout
:o. Telle est I'aceu- est normal, et ont dementi les
ntenue dans deux let- nouvelles de fermeture de la
protestation writes frontier. Les voyageurs con-
vce president sovi6ti- tinuent hi soutenir que comnme
Comite an president measure de reprtsailles, on a
ie ferree, qui relieve annule tous les visas perma-
ichoukouo. On a sou- :nents accords a des autri-
tliate detaillee des cas chiens. II parait que les au-
quel. les fonetionnal- torites autrichiennes avaient,
tdchoux et japonais peu de temps auparavant, in-
i6 les r-glements du terdit a la population fron-
de fer, ont exploited les tire de fire des achats en
s, ou mme les ont at- Yougoslavie, ce qui constitute
byique,:nent sans rai- une perte pour ce dernier
nfest pas Ia premiere pays.


une protestation de ce
rest faite, mais les plain
I.avaient jamais etc aus-
iergiques.

qENNE.-- Malgre la de-
tion- de la Yougoslavie
Ole ne compete pas fermner
onti&re auticbienne, rd


PARIS.-- Le grand carica-
turiste Georges Goursat, plus
connu sous son pteudonyme de
Sem, est mo rt undi i Fige de
F. i T t

GENEVE.-. Le> p.rincipa-
les natio' ns- du nod refusent


o idaR at Correspondence Aidane


d'entror .en restions avec le
Manchooo, pour .eviter
que laur attitude ne soit in-
terpreteb eomme une recon-
naissance implicite,. Teile est
la nouvelle que Ia -Ligue des
Nations a rendue publique
lundi. 16 nations, dent les E-
tate-Unis i'Argentine, et la
Russie, ont avis'.la igbfue
qu4'elles observent ses recom-
mandations concernant les re-
lations postalcs avec 6 Man.-
choukouo, 6vitant par ainsi
des accords postaux qui pour-
raient etre considres come
des reconnaissances tacites.
SAINT-NAZAIRE.-. On a
commence lundi la construe-
tion du nouveau croifeur
frangais de 26.500 tonnese, I
dMle que le 4Dunkerque,, K,'
&tait jusqu'i pr&ent d'un ty;-
pe unique dans la' Marine
frangaise.
xxx
ROME.- Le Comte Vicen-
zo Macchi, Fun des trois der-
niers sun'ivants d c 'ancie,-
ne armre papale. est mort
undi a l'age (Ie 89 ans. I1 e-
tait frere du fLu cardi:ali
Luigi, et once de Macehilde
C Cellere, ambassadeur d'Italie
a Washington pendant 3a
Grande Guerre.
Rxx


LIMA, Perou.-


Le (ouu-


verncment pretend avoir d&
covert. un grand comJlot r
volutionnaire. Les troupes
loyales ont arrete 203 revi'-
tes. 11 parait qu'environ 3, 0
revolutionnaires arms. s e-
talent r6unis ltndi et so pro-
paraient attaquer PIarscrnl
et les easernes qu protegent
le palais p-rsidentiel. lor s-
qu'ils furent surprise par les
forces gouvernementale$
Presque tons ont e16 ftai
prisonniers sans grandic r -
sistance.
xxx
PHQEN X, Arizona. -. 0 -
(er ZTobson Tuchoni. pr.n)pi -
taire d'un dancing( a "t v i
pr.onne sous ulne caution de
i0f.00 do !la r s, zabai" i e nui -
io..'e. ennt a 50.000 dolla:m ,
pour cv"oir enlev6 en Avril
(OPenier la petite June Robles,

Ugee (ie 6 ans.
xxx
LOS ANGELESR-- Une on-
tente est inte.tvernue .enrxe t ...
g4r-vistes de Iios .n u e s ct

ploye de 1i'2n;-': ye etv Ua'd
1 U.- > i"

BERLIN.-.- Le Minist.,
prussien de 'E.cat on, Be~
nard (ul a ? u vq u e Ic
,aL i ::'.i i . l. .


ter le sermwt dtallegeanee an
Reich.sfu s rer A&d f Hitler.
Barth' est Pun des chefs deo
opposition: Ia: nazil .ioTn:
de P'Eglise Evangihique alleo
made,


xxx
WASHINGTON. Jus-
qu'au 28 F6vrier prochai, he
boissons alcooliques d'riine
etrangere pourront entrtr
aux Etats-Unis en quantitks
illimitfes, L'autorisation
d'importer actuel!ement en
vigeur a et& prorogee pour
deux mois.

LONDRES.- Hier sir, a
eu lieu un match de boxe en-
tre Ie poids lourd anglais Ien
Harvey et 1'allemand Walter
Neusel. ts pIs ent respective-
rnet 184 et 214 lives.

'AVIS A

Un Nouveau Testament se-
ra -envoy, gratuitement, sur
deInande, e toute pevscnne at
possAda l pasa es Saintes E'
cri Lures.
S'adresser it M(onsieur J.
Alfred Pearce,'a Port-de-Paix,

L'Institut Tippenhauer
demeure uine excellence cole
aver son irreprochable
pension elaire.


. ~ t


flSPP fl-flY -,


Now



VI
'~



ti



Volt


SANS B RITSS TTAPAGE
Svouas offrons Mosda- t'n enchantement!
lesdenmoieles et Mes- Crepe satin p4.e soie
its oute.- dernieres 2o coouleur') .uUe cu hue de
wotes parisienne$, ita- tries chic.
, tchecoslovaques, you- Crepe unduie t, I) eouleurs)
Os et autrichiennes re- finesse inegalable.
eo sont ce pures mera -Crepe de rh ine imprimebs
de beautte d'une ei- (12 de-sins TrLes chic.
raffinee, des couleurs Pa: isctt de fie .nnce
ratiques qui vous pai- de h Oix..
s certainemient. Nos rayon:- de :BonneteI-s
Z notus voir t C est n', un I oC'.t !S SPorSO dC la
rand plaisim- pour nous place.
s montrc- ces nouvean- Une viite, ,e1 tou-te pet i-

i la nomenclature des \ous ne 1ped, C.,n en 1,u9
s recus: i- faisant,


Y:is 1.0 'unoe ten-


i Ut- (21) C(u-


pure rn~ .:-.lle
gymp: i 5 conu-
d'une be,,t6 inouieo
cad~~e 1 could eut, i 5&s-pareil !
de ci ne Lvonna.s
SsCie (50o couleurs) -


TO' 7T- VA' I E.


tL .. ........ .du ni


chie.
17T7
tat.


T' \"-(' I-" j'p- a


. c'est use peau dont IC ve]out6 et la
jeaxcase proviennent du mnedngc secret et
bicnfaisant des hailesa c pdW i et d'tctvc
du Savon Palmolive.
SAr et martin, nvsvez ce traitemrnt: Des
deux mains, fat-s une mousse crer.urs-e
de Savon Palmoliv et 'e a-. Puis :n~-r'
1egrcrment center mousse dano les po t,- du
visage, de la gorge et des e&pu/es. R':c--.
bien. Essuyez avec soin., Cela gardera votre
peaun fche, douce et belle.
Et le PaIrnolive, malgrE ses pracieux in-
gr6dients, est tr&s peu coCteux, Employez-le
eopieusement pour votre shampooing heb-
domadaire et vote bain quotidien. 1 garden
tout Ie corps frais et dIspos,
Achetez 3 pains de Pa mo1bve aujourd'-
hui. Suivez bien le traieMnent amn d'obtcnr
les r6sultats. Donncz-vous Ia prcuve du fait
quc vous pouvez acqu6rir la beauld.


,57


x ~ -~-r ZZ


-- -- --.. .I----. -,. 3J a w


Phone 202.


. deCo

Place de la Paix

Rue Courbe et Rue du Magasin de FElIa


TAT D'ECAILLES DE CAR
,PEEI.S ET PIERRES
.ECES ARGFNT ET OR,
NATIONALITES, A DES I
aTAGEU X.
,>_--!I~iI -B:i w'


ET. VIEIL
PRECtEUS
MONNAIEF
PRIX ABS


OR, DIA-
ES, VIEIL-
DE TOU-
OI5UMENT


(ka~rlf~Suplrer-ieure


Alx Roy


S r t e


Mason Alix RoyV amnc i sa bienveillwde clien-
Strouera, dtins utes li &nn es matna de com-
|' pla ce, son mm aux prix suivmans:

O tike toeate"e 2 AGde. -r-
m Cod y d .... 4 )
-2-. sernve- Sp6kiaele 7 ;

ptre vendu an mme p-rix e priPce
iMvenda au: an **i


fi$,4 '


Pr.l rce


;t:l


~i ~i:


Te ep n 3380


0.E# .

t .
..


V

ii
rco
14e
It'

I&v

S


~Ioy'
Ci


I.


-)p 41p,


~g~rrurrur~


B- -- -- --;---F A


--~~ --


majajmea^ 8S^!Bi^'

_ -O-71


gne b eaute' que les hommes adgiirent


EA


GHaP


I~rr e s,,


pourBOI1I1S


vW- Soeae




Srent s oi rntq..:. '.. .. e .. .J qu l^ i .......q
:..:. :B^ l ~ y < t M ~t- <^ *36 .. .. ..:,....! .......A.... ..........'. .... .. ..................... ..... ... .. ... .. ... .. .. .. . . ..


quo....t..ms..ro .w ...... marqu6.... ls pr d -

Soi e s. charge, pour s........
ncteura: plus oe s. En con Voxci le programme de Rfe
ssrjcaav : quence, Wall Street a marque citol Carlo Liten au Cercle
: :e B hd : par une hausse Ie rtsultat des Port-a-Prineien jeudi 29 no-
.. .... .. actions ... vembre &A. 9 .heures p.. .
: DE O aissi M. Roose.elt, quia Prix des place : gourdes.
< iI......S .. Mratr eil suir les elections Ide 196, Billets Pentre.
L RNS BONUOMM&a^ )las d'inventer du nouveau et -I-
.::'::::::: : *:": : .:) :::: i:*:*.;*i '.; .:\ : :i.: : ,::c he m irs e.: .e. :: 1. ..: .. ......... :. .... '. .







de frapper loes imaginations, j f allied pa Vierge. rrane

Te, qu'adviendra-t-i dte sa po- La 'Nuit de Dlieembre, Al-
LE TRIOMPH.E B pularite? Il est possible que fred da Musset;
M. ROOSEVELT la tactique don't il Wtent de Le Chant di Rouet p Lecon-
voir les excellent effects, cau- te de Lisle;
(fiinetfi1) se sa chute en 1936. Auxtan-J Recuejillernt, Charles Baa-
S... .. .. quiers et aux hommees d'af delaire; -C Baa
faire, avee qui ll a coop&r6 du- V 1Ennenni Cid,
Srant la champagne electoral, d desire;
et quand 48.000.000 d'6lee-. il a, dit-on, donn 'assurance Le Chat, Charles Baudelai.
tours vont aux urnes. On qu'il combattra toutes les me- re ie ,
boucla tous les gens irputes sures d'inflation que po s La VLune hIanche, Paul e i_.
dangereux, on interdit a New- rait proposer le Congr&. lame;
York la vente des spiritueux Mais VIM. Roosevelt, tout hew- Chanson d'Automne, Paul
pendant toute la jiournee Ide reux home qu'il soit, ne Verlaine;
mardi. DouzO mille agents peut affirmer que les deux Ariette, aul Verlame;
surveillaient leO operations tiers du Congr's respecte- e1 -
de vote, guignaient les possi- front son veto. Le Buffet, Arthur Rimbaud;
bilits d. fraude et de cor up- Les radicaux veulent l.ar.- Ma BoRhme, Arthur Rim-
tion. Tout se pass s bien que gissement du programme d baud;
la police regretta le bon vieux travaux publics; l'allocatior: Notre Pain, Daniel de Ve-
temps oft elle avait a momins de ch6mage; la nationalisa- rnncourt;
l'impressidn do server iA quel- tion des banques; la sauve.ar Nuit, Lut Durtain;
que'chose. Pas plus a New- de du syndicalisme. II est dif- Pelerins, Edouard Hart;
York quia Chicago on enregistrer le moindre trou- -sent les modr, que ble. gres n sera pas plus radical M II -
1 n'en alla pas d mime parn que le lui permettra la Mai- L'Huitre et les Plaideurs,
tout. Les troupes durent in- son Blancthe.> La Fontaine;
tervenir a New-Mexico. II y A moins que le danger dui Les Loups et les Brebis,
ut des ainrestations en mas- radicalisme n t soif justement La Fontaine;
soe Philadelphie. Des batail- M la Maison Blanche. Quoi Le Coq et le Renard. La
les de rue a Pittsburgh. II y qu'i en soit, M. Roosevelt, din Fontaine;

les du e fuil nitraileur cdans ate, sera tenu pour person- Fontine: :
un ie )etit localite miniere de nellement reason able cora- Les Anirnaux maladee de la
Iteunsvivve. eabitee surtout nw le ft M. Hoover, ie Ia iA- Peste, La Fontaine.
par l ess ital es. Tandis qu'u- i untaion econ mique de son U- IV -L
ne procession d dLmocrates pays. 1-e Cloches, Maria Bierme:


d6filait dan, les rues, une fu-
sillade soudaine retentit. Le
pave se couvrit de morts et de
blessIs, L. coup eta.ient par-
tis de deux naisons situees
face a .face. de celle; dlu chef
republican, M. Joseph Bru-
no, et de son neveu. La foule,
enragee, voulait faire sauter
les deux demeures a ia dvna-
mite, 1ais la notice 11tv I1t
a temps enl a"reiJl les deux
Bruno, chez Cqu on (iecouvrit
tout un arsenlai. p.istolets au-
tomatiques. tusi a repeti-
tion.
--Mais si 'on, sn0e.lT a !im--
mensite du p:YS, les elections,.
favorisees par le beau temps,
furent ealmsc,.

xxx


G. M. TRACY.


LO i-SAN


Le Vapour COLOMBIA
Voy 35 N. B. de retour des
ports Colombiens. de Cristo-
Dal C. Z.. de Kingston Ja., est
attend a Port-au-Prince be
29 Novembre 1934, en route le
meme jour a 2 heures P. M.
pour New York, pregnant fret,
passages et malle.

xxx
Le Vapeur PASTORES
ft r 1 Q 10ri NT^,t-.


Voy0 34 64 part1
Le president se present de York le 29 Novemb
bonne here aux urnes, don- reetement pour Poi
nant Iexemple a la nation. ce, ouf il est attend
En auto, il se rendit de Hyde- cembre 1934, en rou
Park, la proprint maternel- jour a 4 heures
le oft il faith acLuelement un Kingston Ja., Pue:
sejour, a la mairie datant du bia. Cartagena et
XVIIIe sicle, o'u il vote de- C. Z., pregnant fret,
pui ttrente :ns. Pour la cir- et malle.
constance, e IV .iment avait
et4 revetu d'un badigeon blanc W. E
et des drapeaux flottaient
gaiement aux fenetres. Ag
II peut paraitre paradoxal
de.dire que phis est complete --^ .-- w
la.4victoire de M. Roosevelt,
plus difficile sera son, empri- AVIS COMME
se sur le Congres. Parmi edux x
qui ont brigue les faveurs po- Le public et le co
S;pulaires en se pla.ant sous particulier sont av
son :gide, il en est beaucoup Bureaux de la Ma
qul ont fait de folles promes- Rent T. August
oes qui ne leur coutent rien. sont transfers Ru
:::: Ls .nouveaux elus competent Per et du Quai, A '
Sde. nombreux partisans d'un Amour.
PAatipfme -"ns cesse accru. Les clients tant
Que le tresor se change en tale que de la Prc
oorne d'abondanee, telle est dront bien y adr4
leur devise. Le President de- correspondances, el
yvria faire montre d'une. ener- tres communication
gie gale aUn tarme que: tout.- res (Phone 3725),
le monde Jm reconnait pour : I.s livraisons
S emipcher le passage de lois tions de suere, ehl
demagogiques destinfes a vi- cool s'effectueront
'der les caisses nationals. I le passe a la Gar
faudra toujours: hii voir, tel Phone 2307.
infuet. le- veto.A la main. Port-au-Prince,
resigne les plus .appa. .vembre 19384: .


ia de aNtew-
nre 1934 di-
rt-au-Prin-
lu le I De-
.te le mame
P. M. pour
rto Colom-
Cristobal
passages


. BLEO.,

nt. General


7RCIAL

nmmeree en
ises que les
ison
te & Co.
we du Fort
meien local

de la Capi-
wince vou-
esser leurs
t toutes au-
ps d'affai-

et expidi-
irin et al-
comme par
e du Nord,

le 25 No-


Voyageur, Maria Gevers;
La Barque d'or, Charles
Van Leerberghe;
L'Infidble, Maurice Maeter-
linck;
Leo Pauvres, Emile Verhae-

Croquis de Cloitre, Emile
Verhaeren;
.-a Pluie, Emile Verhae-
ren ;


UnEm
Emile


Lambeau de
Verhaeren,


ACTIONS DE GRA


MinMme. Vve. Souvera
thiu a I'occasion de sa
annee qui aura lieu le r
di 28 courant remer
Tres-Haut et rend gloi
divinity.
.. .. .--


avec M ana Jaco. ini.. ........:....::
.. .... . . .... .... --.-- .... .. -. .... :*:
...... ...... .:...:. 7 7


..a...:........: u s .::

..... . .. .: ... .. .... .... ... .. .. .

avec Jean Touloutit :
... .. .. .. .. .. .... ..... ... ...... -

Aileen P. ..e .dans .

avec Conrad Nagel. A D R I :r: :::9aI
Entr&e 0,"50K 6i
vendredi
I Sandra Milowanoff dans ":
avec Georges aulter. ..... ..........

En... #. ..


PA LACE O........ .........





La raison n est bien simple:
Des mets dlicieux & un prix raisonnabl e ...'
De la bibre gratuite A chaque nypas,
Biere a la pressing, bien glae6e et proprement
Sandwiches a n'importe quslle houre.
a. ....oP ho........ograph.. ..............
.. .. ... ..;.: .;. .
.. v t . . .




....I. '."... -
D s g s ex qu i.. t .... ..... .. .......... -j


. ......... ... ..
...... .v ..v.. %
Ad "4......
... ... .....


Ta l e b la d.. .......


3.


Patrie,.



ICES
^yfaw^*^^


in Ma-
99enme
erer,.' -


cie le
re a sa

i sz


REMERCIERMENTS

M. et Mme. Preston Souf-
frant etleurs enfants, M. Tra-
jean Souffrant et ses enfants,
M. Cupidon Souffrant, M. et
Mine. Volney D. Louis et leurs
enfants, Mme. Vve. Joseph
Beauregard et tous les autres
parents remercient les nom-
breux amis tant de Port-au-
Prince que de l'a Croix-des-
Bouquets qui leur ont marque
leur sympathie A l'occasion de
la mort de leur regrett6e

Isma l polite Paul
Cupidon.

tIs les prient d'a grr leurs
sentiments de profonde gra-
titude.


1


A Vf PROF SSIONEtL.
Cabinet de
Me. Char"I F. Preasoir, Av.,
1705, Rue do Centre,
Port-au-Princ, 1705,
mAme pltl que 1'itude de
Me. Visnenay, iotair"e
T4Iphonse 3Sr4


Scomple. ,.el..
sept jours, dans"...
Stropicales, et se train
en nymphes.,
La nymphe, .a
node de deux a-..ti
laisse s'echapper IMin
fait. ..:
En ome, les .a.l t|
les Culex, pour pT..
tat d'ceuf a celui' |
adulte prenennent i :
jours. Cependahntbte
rophora pygmae et.
I Tooniorynchus cette-
tion se fait seulemente0

r ......'
ou quatre ours. "..l
.. .. .. ..... i i
...........



Ie Service Nation.-l
I Production Agricol|:
I'Enseignernent R.ural
A hail, sur enchre, A.I
Hie dite de Damien, p
dur6e de trois (3) anMW
conditions stipules ..
hier des Charges
etre consulted a Ia.
rie d'Etat de I'A
Un exemplaire dO 0
des Charges pou3r8''
dress aux interests
made la Dire't'N
le du SN.P.A. #:.
L'adjudication s:r
Damien le samedl =t>
'bre 1934, a 10 h. R-tt
Port.au Prince, 21 N.

LA DIR.

SERVICE NA.fT
SD CIHYGIENi

Section de N PROIW
la Propagande
. ..: ..... .. ..
Confrenelfl (H
SCinnma f ..

Mardi, 27 Notve..
5 heures exacteflleti
a la Salle d'Anatol
cole de Medeei:llRa"
ce d'Hygihne. s_
;.projections ci!'
Sques .. ...
Les Parents
instituteiurs. sl.
que le Public'
sent .ordMlW
P.S-On:
to dei a u sefl
merts.


LES MOISTIQLTES


II imported de distin.e'uer ies
moustiques genants et 1es
moustiques dangereux. Parmi
les premiers nous connaissons
pour en avoir support les de-
sagrements, le psoewphorn
pygmwe et l'Atdds Toonior-
hynchus qui bourdonnent, pi-
ouent et contrarient le repos.
Nos moustiques dangereux
sont I'Aedis Aegypti, suscep-
tibles de transmettre la den-
gue et la fievre jaune et le cu-
lex quinque fasiatus, capa-
ble de propager la filariose.
Plus dangereux encore que
le culex et les Addes, sont les
anopheles vecteurs habituels
du Paludisme. En Haiti, nous
en connaissons actuellement
deux especes: l'Albimanus et
PA. Grabbwmi.
Dans l'etat actuel de nos
connaissances, l'Albimanus
est le seul qui transmetts le
paludisme en Haiti. II est d'u-
ne importance capital de
pouvoir distinguer les Ano-
phe1es des Culex.
Diveloppement et Mcurs
des Mousiques. Pour appren-
dre h detruire les moustiques,
il est indispensable d'etre au
courant de leur biologic et de
leurs moeurs.
Les eeufs, pondus ordinai
rement la nuit A la surface de
F'eau, 6closent en un ou deux
jours, si la temperature est fa
vorable; si elle est bass, 'Fe-
closion peut etre retardee da-
vantage. Pour PA. Aegypti,
par example, les ceufs r6sis-
tent a la dedication pendant
des mois sans perdre leur vi-
talite.
De ees esufs sortent des lar-
vyes qui, aprIs avoir subi plu-
sieurs mues, arrivent a eour


SER VICE NA TIONAL
D'HYGIENE
ET D'ASSISTANCE]
PUIBL)QUE

Section de l'Eneignement
et de la Propagande

Port-au-Prince. Haiti.

BPL I ,ETIN D"'H YGIENE
ainewdi 10 Novembre 1934.


-_ -


.. ... .


t




A.AS~fl. ofaPs ASGBaU ait


* au commerce
*ama Ralroad Steamshi Line a I'avantage
br les d6pfarts aMli ts de New-York pour Port-au.
gaiti, directement, chaque Mardi, excepts le ss.
j Qui latssera Mveredi, le 5 Septembre, 1934,
Ftiobt le Mereredi, 7 Novembre, 1934.
is s steamers sent pourvus de Chambre frigori-

iTS DE NEW-.YORK ARRIVAGES A P-AU-PCE.


AoUft, 1934.
Aofit, 934.
Aofit, 1984.
Aoft, 1934.
Sept., 1934.
Sept., 193lt
Sept., 1934.
Sept., 1934.
Oct, 1934.
Oct, 1934.
Oct., 1934.
Oct., 9394."
Oct., 934.
Nov., 1934.
Nov., 12934
Nov'. 1934.
itYw., 1i834.


le 13 Aofit,
le 19 AoMit,
le 27 Aofit,
le' 2 Sept,
le. 11 Sept.
le 16 Sept.,
le 24 Sept.,
Ie 30 Sept,
le 8 Oct.,
le 14 Oct.,
le 22 Oct.,
le 28 Oct.,
le 5 Nov.,
le 12 Nov.,
le 19 Nov.,
Ie 25 Nov.,
le 3 Dec.,


1934
1934
1934
1934
1984
1934
1934
1934


1984
191m
1w84
1934
1934


Par temps decrise


ou de prosperity

ce p!neu a toujouirs

fail preuve die .merile
Voici un pneu Pms pase de prisentution en tlos IAsl i
Le groswes sculptures massies t sailtanfe d-e =wMde
de roulremwt, tenant fermement la route, sent d s symlb
len de sicurite depuitsles dibuts de Fl'a mobile.
Mkmn du ours des aiKnSes d'adversiti qui vennent de
s'teuler, ses center out d6pawe celletde tout autre pneu,
qulgiftin f( 0e Irtpr.


r' .) 4 STEAMSHIP LINE,
WiM. M. LLOYD


AcIg. Giniral Agent


I. Nue ". '~' "' .. '.




to o d'enseignemment, A sa o:n- e At lag or


btig nsnr mp7ahle C4 o p
*~ it o .. < L .- p r .i. ,
tsre nipr i






1ur 7 'w teno-D" t o ".-..... i "- A '" s, -" '
in Adlmisaion Pio DAGCALAURDAled
Rhttorique Philosophic


e meItode U etseigeinent, A s bonne et large or
-tiM- ?tnisionnat ux rparabLe, PensioA pour p'
.urs oe $teucsDactyk.o, Cor _tabilitk, Angalas, .-
, Alemand, Preparation a ?1 coie de Genie.
;bIsse .ient 'otit aUS sea" COUsch" et forrn .CA


S fMrts et eh o sntsi, ge om$ tabne t our eut
k A l le ,-a n ,. r p aat.. -- o--- ,'a ,-:E ...... d e..--. e-'.- ie. < #- ''x ,


SOC ETE AITIENNE I'A UTOMOBILES
MhIALLEgRAM%4'E, GENTIL, BOXGAT & Cie.
Port-au-'rinwv, Haiti
t -


LtA FPMMS
SIT1 SAVOIR ..


Etre une vraie femme avee.
tout ce que cola comporte de
possibility sentitnentales et
physiques, est uniquerent :
question de sante, de bion foe-
tionnement de nos glandes cn "
docrines, si prceieuses p ar
note equilibre g n.al.........
A chacuxndes Ages troubles :
de la femmre: pendant FIado- .
lescence, les premiers temps
du marriage, apres ute rt ; ;...
-sesse, a I epoque du retour d'a.
ge, to ut es fo is que a fem-
ime est en 6tat d'inferiovite
(tendance e la ineurasthMnie,
Sl'embonpoint, friddit, tn ) :
il faut singer A 1'inautf.san
Sides secr6toens glandulairs et :
entreprendre aun tiralt r:t
qui 1e3 vivifie.
Femnws qtjl scnit 's
vo 1 iTr^ euilivt v1t. te01,0WZnAl
I' .u A.hacunr, esmyge l trle-
l-aeente ies ak rfis au egr:
s avat, le Doetres allerna-M
1.,huaen. Avo4 (,ka-ra, vou0
appporterz5 a TAre org$Disuy,
!pa simple abh3rption bulua-
le, Wtexmtsiti de gIlandeb iewn-
titiquement pr6pat d i
Soup d(1 fouet e yNjeunis,
cement dount i a beLsoi.
A tout age, uie cure d'Oka-
sa rend Li ia feinmme son par-
flit equilibre physico-sentiP
mental, provoque un raffer-
missement des chairs, ram ne
la fralcheur du teint, la ju-
nesse du corps, la beaut&o dea
Sormetes et la sveltesse.
Le product Okasa est en
vente a la Pharmacie Sosth-
nie Geffrard,
740 Rue F6rou.
Le catalogue illustr6, trx.
interessant, sera delivre a
t oAtes ceiles qui en front la
demand a
Monsieur Sosthane GC rard,


Pharmacien
A;:( t exclusif pour Haiti.

M ESSE I'ANNI 'ERSA ItRE
.Madame Veuve Saint Ger-
main Champagne fera chan-
ter, a la Cathedrale Metropo-
litaine, le 11 Decembre pro-
chain, a G haeues du mati',
u- ne messe --d'anniversaie en
memoire de son fen maari St.
Germain Champagne.
Les parents'et les amis du
d6funt sont pries d'assister a
cette messe.
Le present avis tient lieu
d'invitation.
Part-au-Prince, le 1.9 No-
vembre 1984.
POMM E 29
Gratt-lIe, De angeaisen,
Een-ma, Thebs.
Phie. St-Frartids
Dr. V. MATIHUR IN
Gd'Rue P.-an-Pc,.


~2mww~rw~~ww~rrwnrrw~wrw3 .r...


a


e esl


c(, al i -


Sei -


le 7
le 2l
le 5
lell
11B
i2
le 16
le 23
le 30
le 7
t


~*a~BS,'~sA~


vnRWWMT-r-iirV22-vi"~~s m


&E


PN~w v


SAP TH.


:quinte~ssence. des


ieures varietes. di


-tun


re'unissania


melilleurs terroirs.

C'est ce qtii i
f Dt*'t son aro mle.


GGoutez ex


Comp-arez,











w: s t f d"Y ork u 14: VI..Bd Iiy.. Le Jury .descend dan.a ... ... w.... p
:'..:-. _* ... ... .'" i .......... ........ .. ... ...... ...... ... .. .. .. ... .. ..
.^,.;..,:.\...,,/,^ ^ ^ ^ ^ ^ :^ ^ .. ^.. ...... .. .. '. ..'. .." . .. < i.. .. .. ...... .. ....:-:: |^:+ --: |.J..S,









partle d eeml. LeDue de h30 minutes apre&e avec un
..sal:e, # OPpe a W#:Cle ne H Co.se. *--. verdict dac...quittenefl"n" t en ftve;-Al}:ac:...: '.' .: .,-
: ':.Unio;, N:tionale, t.w In .t La P finessee B.eatrice au. S:.:
......... . .. .... .. .. .. .. .... .. ........... ...... : ....... : :' :-:'. : : : .-










- : *torn, i t ber n jie oiont4 4: Kensington;^ Pal.. ^ ;-:d *' aco.ai n a ........,.. .,.,:, :. .
i que parti qa'ilsatent.ap- Lo.rd Chamberlain e. ........la ....... ........ .. ..,.... ., .,,







nila, cepenawn, que demewde pole Street .ALf A DOMINACA NA'
netre aimable confrkre die Lord :Steward et Ia Com*
HMaintla ^ finde ioson wdit tesse de f Shaftesbury, Buckin- Ci io i .e m-at.n .. ... ..*..
. ri ier, uand i rappe gham Palace Sep......... : : :..
, a urs trs uvent. t e G.andEcuyete a C l s.....................
i: :.:.:- vi "M...A .?.. 4R .. ... .. ,i." ........ *,,i,.z. ; 1 U ...... ... ..... ....... : ... .-,. ... .... ,









rences opinion se trouvent a House. n iIurient d'etAIe fondle n icr
La bwse Je la collaboration The Meshers of the Robes, nas qui vientduoe tondie. Pierre ^.. ..
.o......a ..om uch dd Devonshir, 2 : Rpb Vi7 Je ,ne Fra nce.. ...... .... i. 7,
pl erter, dii trod que M. be Lord Chancellor, wHuse de en zion i, ei sti u'imporide
Vincent pen autrement. II 'of Lords. to q pr:::: i:..:i:.:.:: .t..: .. ...... .." :. .. ::.: :::"":..........
' :.pas iuatre jours u'un Le Speaker of' the House of : m o d ": n e ui : t : : :: ::::: ::::.::.:.-: :..; .:..,
cttakorateur dag lf aten w, Commons et Madame. Palais N .. ......................t.......
d.e.ai re., e a s ..... f .e W es. i -s. e. j .... .... .. .. ....t..i.. I. aeet r 3 4 -
'Ma~r E dest, r~ i en ; Com se .a Cr m r 36 W ^ .. ,iTr...., .. o .... ... ... ..... ...:














". ,grea, fa ai.la "d e tmr .autre um rot, des. photogra- 4 rriero:. bien I::. ........ ..::
" dieuse remarque dans an r es es d nations haitien-:. :

*itwi. teti d e.e a ... Li t- -li -Ci 41" t


ilte que u'a derite aLe M.a- .a es de. OCCASIO.ELL. -. ..
........ ... ...... ..."... .....0l -num:o Q-4r Le" iie O C A INe L., e v-nd.redi..-









Files n e sent point, selon -nos, A r y ;"----a. rs.. '4 pi.- ""a, .u.u I
drZtns n des Ag ents d' g. .oseur.et qu.e..e utIt v .l. ,Tt I.cole d. .


lde 'impossib il/ d'un tlrait- sujt de Ia declaraion du ,e. .- T .. a. .i ..ents.. "t"
d'inion entre. es fotheuses mon.: repond en ceA tr- REV e. .-...mn
i. 1 IN AI 4.


realisations d'hier et les pro-
gres se manifestant, aujour-
d'hui, sans double tres inegale-
ment, msis tries patriotique-
ment. Le constant objectif de
notre confriere etant I'intiret
gdwral, il y a lieu d'esprer
qu'il tendra it faciliter celui
qui s'attache leaure de notre
liberation definitive, puisqu'il
parole dUnion.
re~- -'r- mu "wr

NOTRE DIRECTEUR,
MIISSTRE A LO N IDRES

(suite)



Slrbin s vet u. cet. rouge. et i on
voit.le Roi au fond en unifor-
me- d'aprparat. :vec toutes ses
Sd4corations. -Touut ]e monde
salife d&un movement de la
ttte, et le Ministre ou Ambas-


< lieu en effet entire Adeleie et
moi, comme consequence. d'u
ne observation que J'eus a pro-
duire A .-son 6gard. Elle m'in-
vita a me renure dans un ci.
metliere oI ncus pou'Irions
Snous battrv en due. Voyant
que etait MCa une folie, je ren-
trai cher moi, et preparai Ie
repas de lines petits. Ensuite
. je me rendis danumc rion iar
'din pour capture un animal.
, Avant toujour.s nourri u.
sentiment de protection 'a V'e-
gard d'Adelceie, je passa
chez su mere pour -ui porte
plainte. J'y trouvai son Ifre,
a qui je nft a mi me observa-.
tion. et qui me consC.ila de nze
nas n.'occuper d'elle. Arrivee
danrs mon jardin, je fus sur-
prise dWy trouver Adelcie.
Soudain, armee d'un baton,
Sell me frappa. M'etant trou-
vee en face d'un adversaire.
j'ai ripost6. Elle me frappa a


saideur, encadre des trois per- nouveau. Et, dans un mouve- ,
sonnages plus. haut cites, s'a- ment de colere et d'indigna-
vance jusqu'au milieu de la tion, je lablessai a Faide d'un a
salle. Le grand Chambellan, couteau que j'avais en main.
se detache seul du group et Je me rendis sur 1'heure au n
announce' le personnage visi- bureau du chef de la section 4
teur et son titre. Ce dernier et fis ma declaration.>'
sale tout seul d- la t.te, et se, Un deuxieme t6moin, nonm-
dirige tout seutl aussi vers le me Israel Isaac, depose ce
S Robi,tandis que ses compa- qui suit:
gnons reculent sur leur pas, D.- Que savez vous de la
laissent 1a salle, ferment la mort d'Adeicie Cheriance?
.porte, et ainsi Il Roi assisted R.-- Je n'en sais rien. J'ai
.. d.:::e son Ministre des Relations entendu dire qu'A la suite d'u-
Ext&rieures, demure seul a- ne querelle qui eut lieu entree
:vec l&~isiteur, Troisieme sa- Cath6rina et Adelcie, cettt
: t de lan tte tout press du Roi, dernaire trouva la mort.
et de la main gauche, on lui Quoique pressed de quest'
remet les plis qu'on a.- son a- tions, il repond comme s'il eut
dresse. Puis, durant un quart adopt pour formula d'heure Sa Majest6 vous par- sais pas.>
le de hoses et d'autres. Elle UTJnroisitme t4moin, Desine
,:vous remercie, et vous donne Jeat, n'apporte rien d'interes
la m n.i On retire; onfrap- sant a 1'audienee.
poe-egeremeft- a Ia grande Les d6bats particuliers sont
:.. :porte qui:s'.ouvre, on rtjoint clos, et les d6bats g6neraux
-.. toutede HauPersonnel du Pro sont ouverts.
::::..tooeet lesOffiiers de la Le Ministere Public fait re-
Cour; tout. e. monde en uni- ivre les cireonstances dan,
.fore pouwrpre de Gala vous. lesquelles le erime fut com-,
eqit :::#t .vou: accompagne: a mis, en soutenant Paceusation
.yore it qui : attend: au: nortee centre Catherina St.
." ....... t:-:::peristyle; ls gardes.: saluent, Louis. ..
est .-..- :: :: :Me; Sabalat, -.yant obtenu
."Au ralable, i vo1us est :l:aparole, expose les cireons-
-demandu :ss que vous aure. .t n danseshqelle Ia nom-
it.. :i .et reuw -pa t-e. Roi, -de- mnnie Adele"e Chenance a trou-
::::: .vous...presenter personnelle- ve :la mort. 11 explique d'une
n-en-t au-z isidence-.des per- fsqon :-aire et precise quea
.. n ag. uv.ants p.o.ur s a- .a .S tr ivait oblig
ue: t : :fs s on, ou *poyl't.... dy ~ i ser une awreIsii,


NOUVEAV SUI'PPLE.L T

Samedi dernier. M. Mones--
inme Mentor a r-t se-ement
omme Juge-Suppaleai an
TribVau.l de Paix de la Capi-
; e Section Nord. e. n 'eri-
vctent de ". ,
,:cinet. Me. Tvr ," 2
:e e Paix. a -su.' ;'
vcn:>e a on no:ves.u
Set a souligne qe ve le '-,'r.' -e-
l e.
gret ( r'1 u 0; ve. u i en
11e"r ]loin de I u, ..sc..e">


est com(1,pens'S


nouveau venuC
ye. offrira te
de discipline,


4'.:


2 .4 "-.


('C.

do '~'~ 4.
';;:t C..


de devoueme.. :.-'La
pre ecesseur av Lci c"
Justice.
Tous nos co'Qpi nents
Juge Mentor.


aLl


'th..-v:' : :t e ext:v i. 'U-
' 1 .... S,
(:. ^ *-&te PU' 1 hor-


*otaI e -i- .:;
.rF ix c:l. : i luien ia
(i ai"" ':.

,Incon 2, 50
P.in t1 luxe (g-ano)
Brexe'Ie extra fort la pie"-
I'- 0


1)
Li c& S P


Di, ce n.


,.a!i.s c.ir de v vya.e -,.
Dentifri:e Te'bbco. Ig.::.;
i0 Pa te 0,50.
Brose a tte. avee miroir
:a pie e .i
i'eignees a vepassei' 5.


BAZAR SURPRISE


DECES


Hier apres-midi


a eu lieu


I'enterrement de
M. Octavius Myrthil,
deede bhier matin.
Nous presentons nos condo-
leances a la famille 6prouvee.


A VIS MA TRIMONIAL

Je, soussigne, Andre6 Blaise,
donne avis au Public en wenP-
ral et au Commerce en parti-
culier que je ne suis plus res-
ponsable des actes et actions
de mon spouse nee Maria A-
Seus, pour incompatibility de
caracthre, en attendant qu'une


S


action en divorce lui soit in- (


tent-e.
La Gonive, Haiti, le 17
vembre 1934.


No-


Andre BLAISE.

" CL66

A. UIE, TABLWTTES, ONGUENT,
'GOtTT*S POURT LE NEZ
Anrrte la ma'aria .n 3 jaurs,
i rhi mes en jour
lea maux .de W e et iv nevralgies
a 3Q. minutes
TOWIQI .ET LTAXATIF

C ,.T. .. .


;-e Ru:c des Miracles el
Egalit6.


PENSEZ-Y S@UVENT

Pea.oz souvent au grand
bal qui aura lieu h ;'H&tel de
Ville Ie Samedi. ler Decembre
an profit des Enfa:ts assis-
Stea.
Ce ne sera pas sulemen,
une occasion de s'amuser, puis
que ceux qui ne clanseront pas
pourront se rejouir d'avoir
contribuer a soulager nos p&
tits compatriotes, en contri-


buant, au suceth de lkxuvre
cr6ee A leur intention.


PANAMA RAILROAD.

STkAMSHIP LINER


BULLETIN No. 1151
s < BUEN AVENTT.TRA
de la Parfama Railroad Steam
ship Line arrivera/de Crifito-
bal C. Z. Ie Mereredi 28 No
vembre 1934 et partira Ie m&t
me jour directerxnt pour.
New-York, pregnant frt seu-
lement.


flag U ^A NaI
l .a : :A RE.
SAgen4 G'tnvral


Lou

. .. ..


ss

ii

4


.. ....


an ett ptidummeU
S li; Ainte Bofmnrine
.''r: ,era cer. Rsar
ue Ile Dun iombtf




MASON A. .

A Am'tenurs doents
. ... .







SA '5t# des 1(r.- i
... .... ..


Vous trorvern'O
Bordeaux le ::plu&
surtout la gran
Seze freres.0 n1A.
riqes, gallons et'
Prf; defiant .touteo-
ce.




ave sonirr ..........
enston in....


Co


p


'Pi


^Vap i
I w .....
peuvent'.
D es ....... ...



D4tlf is6p:;,
.-rps- **e M inh ::a
om 1-" :::. ;-





'.: ^-^------<-'.


'77




























ifi
S.
:.,:

















p
..t.,








.d~lll~wr












'ret
'M~ti'll










nic
irl.ti
.oo.















#e1
,t : .
M::Wt:
|..


4ei.


Rooseveit :: '".ucant let interett e- p' L. vitaux de ce
.rtetien .. .i ttleur-.. pretlabletine ; :t di,, unatiquement
...on .L:ai: .0k j s qu'it .ouhaitter (e le Chef de 'FEtat
eirf1 t ;i;,in,.t S Ut :i:t nt .I pp. ta: :t e AC o age
eaisan ; ...;: nationn,. I.e: 'rnx ,arden5ts des pa-
quc di&-J.", :ie patriots? -- des super-patriotes, c'est-
teux qtiu n(ieM .ijourd'hiu p!bi; patriots que tout
-tt i, hier" i'tient, pour la pIupart.. des anmiexion istic
... cupatiknu-:'t- tor-.t',s. tes \ ceux ,ncroyables qu'ils
it publiq:nvnert tnl pen pajrtout par Ie colportage des
Ic1s plu .tdcadabranttes. mnventees de routes pieces.
i.nin mem :n -cho) inatte.ndu tusqui a ti tribune de 'unte
tnche.'. d. notre Parnement. ces vcrux ne iutren hew.
-as c\ :.a n- i.-. ce iunt n,:tiureriemet-t une grosse de-
rptr ccs super-patriotes. 'S avalerenu une nouvelle lois
t il en r eulta, cinme n e jusites. d';neurables jaumss-cs
*mrangs ciairsemes...
.vo.s rappe;ic. a-l* tst comnnii'it :e peupa- de Part-au-Prince,
clame.un stC., hoImme. a mTl.tO rctouir L aniIs Ic Pays, ftI une
.datante d e.- attitudes tiegretab es, pour ne pas dire
p....par i '; :. ; )tinp.i'i.t qu'il ',ers n a a 'i.-. bassa-
'Natio: h,.irrf;; ~| rc-en ii de s~ haute ntiSion iLes
]s e. pleie., -..: t la sedula presence a I'Etranger avatt
.pour n -.perdu dE : -iii ;itlon,. uine, public:e extrImemcn: large
fialbi qu'ii :. v-it .anmis count
Poc, poC :,:.,:'Hi tv-Lt,-, Q' .'. :-sruemct:-: n avnai e-c qu a
lIes bras- ,ptur qu tiuteU l's alonettes dic cet:c a3.ne1.
celle dd Liberattin du tert.Tr ,'rt. ,at i i Ct..
: i i. i st I .'s '.! ,e n ftrc ',:eau ciel tei I 11 a e t.
,., Et m -Ine ,t n cro:re cC- ,eaux .d1 osieur,. : a Cn
; leur fair b:..-.u ,u ;- ,. 'li c. u' ,-: '..--. "-, uat':t .'
-,^ouriant, ik. 'fa.t> -s t intdeniablc. : ,u i 1 ,t:
ie lts tC r!- is!tr .' (I- it: .i' Is ulcetnitt:t .-str k C.diipt
lC&s ... v.t ,t: a chancv E.I (I ,uvrvtnt ".,ttf n'avait 'a -
e- pailhR p-ui f iP t'h:'" le :c' re-Iultat. ids, tui ia Cl c. c' lu:
5!Wrune oli < .:unri C('st ia chance qtU atvait ai p1ur iI.
1igc: s 'en aiialet'.. repetant
.:homnfi- \ inatrdt quei lionitnt- venard I
Sveinard, cetait moi '
dire, cependant, qu'il n'fl venu queique recTnio.,rt. -t
taumilieu de ces depit, et de ces injustices. J 'aY tr'it
:'.nmite 'unanimvtt de rmes amis de ,li Chambre des De-
pr aproclamer hie tact 't energy' ,qu j'avais depioyes
ntriompher e, deic-idernta de la Nations. le saisis cette
.4 len en rcmercirr ptnilqidn,,ment et de ieur en cxpMiter
...t. e reconnaiis:t ice djest a stance du 31 Aout de
u.. que. voulant consacrer. disaient-ils, par un Acte of-
~tvnnel. Ie vcuopulaire. is voterent la Resolution quiI
.. le citoyven Pr.idlent de la Rifpu:ique a bien nmeite
.y. Au minrs.. ce jour-lai, et grace a mes amis de- la
C'Dl)qHcds, ma ration quotidienne de crapauds vivants
--blement ditninuee..
t. c conmmnent se C.uisite l'[iisr.i;-' politicienntri. hi:
I.:: dautres petites histoires de la memne famille qui se
: pe pres de la meme fason, avec, peut-etre des sauces
-4 longues., et pius epickcs. de veritables sauces
^^te on dit dans notre savoureux creole:..
,. du principal objet de mon voyage, si j'ai tenu cette
-au. Cap, .tnalgr meres fatigues.. et les pluies frequentes
SabimnC iio> pauvres routes inmpnrfaites, c'est aussi
sr, toujours iouveau. tde vous voir... Car je pense
plIuta vous que vouls ite 1t croyez. Et run de mes reves
e. c'est de voir votre grande Citd historique re-
K adafcianne spletideur par Ie developpement normal des
t'ces agricoles et autres de votre region. C'est pour


. v$a de la ruine definitive qui les menacait vos ma-
Mrmen1ts.L- pour que votre incomparable Citadelle
igtantdeur de voEre Palais de Sans Souci demeureht


S.lctL vi. nime- chler, amis, j'allais commettre une petite
:i;!t.trl', t',- -,-' \ o\r n( ,avez bien que ait n'est pas dans
*,: .- ii:lht.tudc^,..-.
i..'. afIi'rc-s ci .Kitar '1 0ont auc-un rapport avec la thaumatur-
a. F.I ..\>,npnIt-.ent dIns I'ordre des possibility's hurmaines.
e.t .- Gouver\rttit:n"-nt: L:,, sit meuvent que dans les fairs et les ria-
''-. S.i cice. '.c. brands desseins et les projects splendides ne
1n ,n:,it. i.n,:,rdcit-. Mais ils sont obhiges de les plier A la
.4i d CCs circnstatces. des circonstance5s du moment. Et plus
u,''r- vu'- :mt ar.e. et .since'res. mieux is voient les horizons
: .,-nt le.ur >erspecties et bornent leurs activities C'est
:..uirqu~ti i m'a :ou)ours profondement repugn' de berner mon
-pIe avcc de, mot,,, on,[ des processes irfealisable. J'ai cons-
amnlterI tenu mariter sa confiance par la verit&e mime quand
-citt \e,(.e poui'at elire exploited& centre moi par les adversaires
.a th:t 1-t vnrite, en some, est la supreme habilete, en poli-
:q lCe com -1me en trout Ie resre. J'en ai iait ma methode et mon
sv,.sTcrie. iEt. croyez.-moi. messieurs, je n'ai pas lieu de m'en
('fitidrc. car cC'et cetre method asuir,. e ce systnme honnete qui
-:.: 'ltenu. jusqu'i ce jotur, a confiance dn people dans mon
t -lt n tte' nt. c: .|uti nu: a.s reroit. jusqn'au b[ut, ce prestige
\7t C-:e.C popultr,-e 1t d1eco.iragen.t ittelques-uni s et exasperent
'-:a. i t:r 1'. .s (Giio:veprnement, ~fle remain ne pourront pas
'.- 5".c:i' te,'eC methode et riun tel syst'me. C'est en les
t ti 'l i; t"it'r a.%t na nou e'lcie Ilistoire de cc pays que
SE,:. r ';i j' c crois. i difficrentc de 7'autre... Pendant plus
; ,--c'.:-. e ,e :. ant les rph.:ases grand qluentes de nos
-r,-pnsta> e u:t recouvraient de ieurs tours le choc san-
,".:' d: tnbit:ion.s. --- c'est lc romantisme fUme'ux deC plus
... : ',,r. [tti tuitiuai t notre impuissance owu i note
1'., ,',:a i't-er I l'ttir:. t 'urn- tnanii-rce adequate aux realities et
',' 1. I'.;1a',.--,-, -.- c 'oit de- dvnasties d'eloquences
.a :' tct...","Q-. ':iia tiii "-,-e- uii,('f nai stt. pnre-,cue sails parttge,
S ;"- .::rc; ux i' ", t .tbrut t. nti- trc r.", i'iq n'tranc-
','i, '..},n t .. :\-. (l '.',.\-.ecie, ,'e'te petite IR epnS[ litq,. : titcii ti fe i'ta,
-r f1 i 4 win etu c dd tos- pmtho io et de nrts ithos. Vo-is con-
S* ",' r ; ;'t,'.'..tL- ce -saV-reux de c, torrent dc paroles qui
,'. r-'.1o. utnta -Cn'en -.ubmerg'e la nation. Tout ce verbe
.. p,' tf'c-t prei uNtt' euB :t.-.sii mTne, vide. interest ,. s'etait fait.
:'.2 iu' endietc :.,iagc. zucnrre cirile. misere, anarchie, et finalement,

':n cnscTince, nit faut-B pas que cela change? Aussi bien, lors-
-i.. .t regard t' a situation de ce pays bien en face, ia seule coi:-
;-' .n, 'a conclusion fatale, qui s'impose A nost rflexions. c'est
'i iltirc rI ila instice socile a a-mnne, et que cette justice so-
.- cu rtaliser qu par l'ordre et le travail, quip cons-
rtutwnt fort heurcusement, a I'heure actuelle, les plus r6elles et
., il. 1giqtes aspirations de notre people.
I'.'. tra miller, c'cst-a'-dire produire. Tout est [A. pour le
,tni.ntt. Les ba-ise e notre production actuelle sont decidement
.rp tcro)it.-s pour porter ln charge de plus en plus pesante des
h-eiin tie b!"Ett et de la society. 11 imported de les 5largir et de
Sr- dariner '0 forlidationi plus slides.
'ion e petit budgt., presque- rigide, de .six millions de dollars,
],i< dejiu sous Ie fardeau des services publics, impuissants a don-
ner Ie tlein rcndement qu'onpourrait attendre de-leur organi-
4ation: i. ute precisement de moyens disponibles. II ne suffit pas
t'.,v -inr ceS iigcnmetrs, des medecins hygienistes, des agronomes,
des ,lirecteurs d'instrucrion publique. etc. 11 faudrait aussi que
ies ingenieurs ,ussent construire des routes, de vritables routes.,
't non pa-, se-ulement ouvrir des chemins vaille que vaille pour
,idonner qunelque apparent satisfaction aux populations qui les
reclament d'ailleurs a grands cries, ces chemmns, et s'en contentent,
faute de mieu'; it faudrait qu'ils pussent entreprendre des
travaux de drainage et d'irrigation indispensable> au dceveloppe-
ment de notre agriculture, construire des wharfs et des quais.
etablir la voirie et I'hydraulique des vilies.
II faudrait que note Service d'Hygiene pitt augmenter le


noinbre de ses dispensaires, les pourvoir de medicaments. corn-


stranger dc marque, c ,1qun1 arrive A ai-re ,l;Ans c pay, ate.
I ptn d'argent...

LA QUESTION DE LA FIGUE-BANANE

i nlous Uaut d0 m fairn de :targcnt, Ide piS d argent pSSIif.
pour rencontrer ;ui itins noi-, s 'isoLia- les pillS trgcit t )outi se
ram&ne a ccla. ru:I, oumpri ; mu-nw 1c dvcldoppeijme:: de nutrc
istrucution publiquc, cleval Ih- ihattille sc6cultairL de L, dtia
(ggucs imnp)titpcnts.. court tJ vties, pratiques, et qu n' g-,-impent
priodiquement snur ccite. viEilic haridelle tourbuc ,.' pour Ia
traiuer, dei temps en temps. l'as>t.saut de vag"u: C c.titurs tnt
avertis... Ce nest pas, en ellct, avcc ties mots qu'(cn c,nstruira
nos maisfonl d'dco'!es. qut'n rei-vvra Ie salnire des institutcturs.
iuiion ticr v'enir dans ce papsa le. n tcchniciun ei 'e;g:cment
deut I conc.)rs nous est Cn C..,re nI CecssairC-, Ct ,.jU''n ;L:eTria notre
population scoliairte' a itle de protidcr de Iir.;,tin ,pr im ird
(teIC I'T[ta est! tcnu (e 'ui a survL-. Ces cl .s;--la ;' se .
i:t'aci t.de i 'argc-nt. -.t tout pr:grs., en g ,.,r:c, dt ft:ale'nit
ei a dt-es question i d'argent. aI valeur des resoturcfeS d'u& j ,y-,..-
C'e.t c:mninc cela, in1es cti-rs an>., t nous n'y pouv:,'t .- nrn.
It rHo!ntc. 1 gre~tt il c f 1Innul U iexacte la i1V! )na a t n
.:aitre n I .r, (li> rIF' iliu. iu ne saurai' y t avo;r d'Etat
ri i.::- is t pay,- p; 'uvre. iB s'cnsui; qute c'et plut'it : f: rtune
S it ; 's i : fii t cel; i'e I 'Etat. Or. IT f tr,,T4rvw'ce c-t en
Knic' in d. la producti6 rgani-r ec diversifid'e. et i '. ,i i-': de.,
i'echtaU Zge n,.-rmai de-. produits. et des principatix ;i t t:-:. i'.i
,-re 'I v
,,o,.lit nIt. -i ,ner l i EIrod1cti e1t l echa .. I ;. .t-a-.
('--' in t ix. !'rrdre c :i ,:ta ,!it.li go. \ern-n,, :tr'.

L *,i', t- VTa~i'!t.'r C.-' \'Vtc: s. ..i...,rtiailcj ,t.t .'i -,> -<;!ti l tt



..'a i lt ; : -I 8. :\ .S' "C i '

ci: 4:t.. t .;ti es Iut :s i-. t- ;lr,. i ltr '-. ,- .' .t :- ;.: '. :
;ccuciL'f gicrla ,! mlis aile b ine prj'!I 8- dI I I sitl- ; t.'t.. '".
,pi' it de u L i 'ik..'Iai an: i urt't c ... :' t':a; i : : '.
!..i er ut cett' f rt L m ntri f-:t rn CC c.t .t f

n",mir re dc I e s bo:is amis d C La c ,ttE: ;i. .e.a tre-
semteL-ti d- tX'it' 1gnw -1 tnane : d:.'nt qn(ciqptw-u-w in-. irLent it i-r
petite palate.,
11 y a eu, certainement, un 1 iiMal'CnteitIdu, pu ti'ip.W. 1 z, ;u con-
t' ire, pnouri a'.ssouru It pilatc( d te tou eIc eitId( '. et ,i 't ." la pai-
rat nuimetn diu pays. .que mtn (it'verti'mtntL 1 pris bfl mains, de-
p his plus dc deux ans. llaffair(:tie la t-an" i:oii: ut ora-
I-er, ci .mI tic iIt ciivie) t. elt Ila jtrodtctition et Ic: cor. n T.I ce. C'esti
'V M'alcrit l tilue je v I ais dSSa .cr .et di,. .iper i dev nt voUS.
C'-est peut-dtre 1'occaion de soulig.er, en pass'in. un travers
dle chet nous qui ne saurai su pe)urpfine-r salis con-f.ttur, daat.
'avenir. un reel danger social t politique..
Trop de nos concitoyens, qui veulent passer pour de' infora a-
tears eclaire et tdes critiques avertis,e c se dnni- nt nmerme pas la
peine Ie compreiinire ten affairs partoit Ie? plus importantes
av ant de porter leur jugement tranchant et sans a~ppel. Au moins,
s'ils cherchaient a Se renseigner a o-ne source, its seraient en
mecsuhc de connaitre la v.rite et de s'y co,'nrncY. Certains rt-
fTreit les racontars qun'ils recueillent de draite et de gnieche.Ia
Itautres oir. san. doute, interest it fonder sur les ragots .eur do-
cniwntctioin supposec. D'antres encore co" r tent eux-memes
ten faussede nouvelles qu'ts ont fabriquees et lesn renseig.nements
inexacts (ui henot de lenr crui sans ,ouleir, len entaindu. len
pititen infamics don't its uisgrecmeiilnt le tout... .
uell a etc et quelle est encore la position dn rgouvterneuleont
.lhmtns cettit affaire dt' figucs-bananes, conseidrCe do set:t point de
ync de fava.ntagc econosnique qui pcut en resulter pour nous.? .


Ce qui preoecupe le Gouvernement, c'et l'avernr de la produe-
tion de la figue-banane. et, dans notre situation economique ac-


jCL J Sarlna d'art ei4 hion wrnt Iwt 46 tierer aw et na h:pit a" oen flatk d nutrn: e :^

&.es p.ur cela e $.ai fait entr-:..pre.d. II.an. qi


sTKN10 V Cxlt e E r Nt T. nuperbeCatb:drale dent: l gkire du.st entres de kp rimentatiton, etabtir des> plantations modstes U
travers lea vitux mutt mantr & protnoiwoii' tts vuhurts. reconnues propres a thaque
. ... .. . .. .. . .. .. .. : ....... . .:. ..-. : -. .--
' : : . . ... . : : : .
: .. : . .. . ... : .. . . . . .. .. .. . . .. . .. . : .... : . . .... .... . .... . . .. .... . . . . ... ... . . .:. .: :. ..:. .. .. ..











:AU CAPHAITIEN : C:est pour cela que, tous moo imp lo pe tuerkg^on t versitierisi Potre: production
27 N ..ovembre. 1934. t..n G t e des.. Trav....x P..s... d. .....olei.... rales et r-
.. ..a ..... v. r t e.. :antes : en..ouvt.r..e.velle....tie.

Wu ps i auitre, ii effectuer, par ci par 14, des travau# de drainage. U ars salaires ie fami
a excunerutanprotprcmede constr to d a d'6coles Voda des boins indispensables I faudrait y satisfairn. Main
-- ........ ...mnant par cells de t.a Gra.nde .Rivie. .u Trou, iu
. ..". ... .. .... ..:.,- ,....T ... .. ...... ... . .-. -. :-.-...... --.. ... .- -... ....:. .... .. . .v. .. .. --.:. .. .-..o:n -.H .. . .r sq. ..... . .. ... .. . .

















.. :t votre Ec. de V r..res .. des gross r arat.ons q i oq~f.k. j .. ., .s q .dq.i.u. je:tr .i.te .. b .a .*. t, ..ns
entre aujourd .ui est J.reu .U'accidentell. Sans atte.e an rrch. Cuny.. .. r. .i presse ot A lIa tribune, prpOs dc l.eq.i.lire du bt.dget.
*otoejours promis.dipportr. mai-meme Iinmage: for acuelment u: mar Clay, o i agissait Unie Ue ces graves 1ucstions extrementett
It au manes de -Charemagne Pralte ainsi quc et:,:, ,t: aussi que. des :la semate prhaine. ef ct ~i: iexe qtl: poctuin.t: actuellement s n p-ys :dont :
eslctuCuseCIent %mu a la tmore ^ique et dtilou- mran ainsi notre soietitcEde pour votre region4 n ouvrira de Forwganisati'on ctnomtiue:U et na&dirIc a: C :V.: proorad.tent:
ib.de. i longrempri,: raff section de. tout. an p>:eople, iWon~v'ea~lax:chantierpour:1'achivenientdat: dr e d Dupla........... .ar r. siw ialk Evkicint. ke hdgt de rEtai :


.1particilibietmel~nt ecrasante 1... Et I'aie' clle-mme, tuir Mi'nard i fondo,. du Linkm aW Forgue. do l t $u B i ilrneationale. Aussi, l Gouvernement et0-il oblig de .i..M
i rc.. "....i.-... 1 "-t.- p. ".ne dHi.t-r' .. -t- U-h. et du Quarit r-Moin A .Madeline. a .: ..V ".. aucu.$f ....ripti .i tbo c nt p r pnsi c.n.sidre. .n instant I..e resources de Exat sn t limities. Letr extf..mne mo.dicite r ti.bh.t r .tablir ..u.si..t, r: .
.. .. .. .c.. "it ,i..... .r.....r...i

















.ev.ctC"w"n quellc :contient. la somme d'efforts nous |0enmet pa dtathr hien loin daans ordire e. ralisations d mani"re 1 d'u* a. t truve np
i..... iC- ll a .a1:iL dpencr pour aboutir aux m atterie. \Noue faisnr ce qfe.as poUrons. :Nois su-mmes \iW q{uis. i. n: pm ralit i : itt- nit cr e : : :(haihr len-
tuha^tss.E qcc n C*)naisfl -SS/.. ihini ds bouinc vtdontc. Nous scrions ttn heurnt do fire da- ce n ce dtx ittt*. pitr'le, Iqiulijhre d* tiutre budget btatat, par lI
atS demure t i plus casir et 1 plus positi de e:i. ': antaie eI t tieCux ..Mais notre rendement ne saurait depasser n-os o .e uti. chosn prerspi lautOrttn u : : :. : :
Pet-. y a-t-it tic.s gns pour .e pa. apprEcier, a nio-ye <..tn srmble I'oublier queyqnefois. C'es .ainsi qu'A la Di eet, e qtu i ( (W tcoimpooe-t-il. notre miserable pedut budget
r, u.in m-tiet.i.nmge. QuC v.ule.-voius? Dans notre 1VrniCre S.SSIon le"isativt, i s"'es trouv un ho'iorable pane- de depenses Jietex-y uni simple coup d'eail t.t vois vetrr., C titn-
.icien. t. yr va ie pi"es categories r la fois feroces nTaiirct pour t'crier trsI senrieusement. au course dune seance: noi, fll et co..g pose d.'.fl.ents extr .e.ent ni.es .t a. ti.-
c detuigrsement et ckelihb)rement systematique. C'est ...nim raiui done ie Gouvernement tne fait-il pas asphalter qiils on ne peut guere tfoucher.I Des i-x -lliotis t.t quaciitic (:i.t
.:.ter i w L ait N.on ule.rnent. on .t. propor- -.. -, b R.publ.ique? ntle dollars qm e foti rmnent cuvir'o lk total, i .A <(t't u-
-iftrt ;t 1,i n ilt i.p :t "'importatnce iu S. cec s.r, iiaii, on a r:a.* pc:tt ct::- dai urnde an i a ; ois 101 time et extravagant. il i4 n,t ( i pen (r s potr la n.tes pith tbiqu e. ht l t ..o q ui q.,..
cCtii'.y phit- .imi fdi.. 'l i.ta n stg ei dT ;. d 3 mini ,[ K.,, :r e. 'Etat TVr ravau. Public.s ne put s'en tirer it .fu t onipter plus etk j riut trtii illii tic d t rlla e I : i r a tin '
[t i 'ititln, K '1 ti -t ri c ittrc pr* t/.1tSc i ast'.ne .. t '4 CO tmolt M.t e .e ', >icj fuE .l p do cdu Q itn atie a sf gisnite. t 1ion p, ssa i tieca dtipen.ie. oA.lig; h'i 'iCe.. I )V teil t soti que no1i( r te .
npleittnt. 'idr-f du jour anTnuClenent quw ie quat re fiu c1| uCille it 'lln l ''l plic -ur
ux. \"0: v ,. rappelez C;ert:ainement comment, pen- tor cas. jC !\ux dire que depuis qu'il y a es chefs d'Etat pourvuir Li towi Ic si- icoif.l ct.t nous vnions cit p.k .o n'et"'...
,jour am. .-.:ats-L'Tmnis oa je 'tai rendu. aui moia iautn. rei tt ntr ant nature lerent a part vote grand roi Chris- certainen.it pas la dixiu puiett .te a... l ur s cntretic s ;: ceysaires avec Ie ht -.. Ie trouv. .v il e, m :ll:-air j.d. and i t n: u, .un. i
t.,/!~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~~P iZ Ii ,,"t {a- vAr: cr~otate, tI I: atit re R e e n .,o ir ui ai oueun iae- neniVO Tp 1Pr ... C-3 ,t|r.a~t m';t' tt;", : ....
-e ,,.tw --~,c& "}ra ,,!,ttt, ,otm ~e ., .,rf, ~ utrcnn esti~ iane rl~n p gs ue ~ l..= :,>ig ic;.. Ic eles tt n m u w i.I, .. ..4









Nfi||i go'e$1s*adt *Ily a;ettFird source de rthbt ;onu t1 people W stryvat le a politi4qse anit Ut rncoE prrdrmme.rf w ier 1 tl4
et de prospbrit4 pour t paytr Pour y^ awri r:us #fls0r&4 et Son je; m;rnz rer On; avait sacrfi*, sans sourciller, i nitkrt I SR qut enot

..'.tf..Et:s des contrts oi-, -i. a'.. 4'antsges p4c"'* qui plaisait "sA Mti ..norable Sknatu.t. S'ni s t incident mn. 4 .'e bro. ier :
t:ur:. .:.-:-nt cord& diet o r..ai:., :.. n l.. s .gionsot. .t :. r. ..t.moign.. .d.aieurs baue ent de la .beaut u ren c mpr .ndrs .




rsint nwoer lea aCtiit brr;& act t A epot rtoimn us arions auidur'ibpi re rec tt..e 4 lu p us d'u. m.. L.int de he.pw..
tonics ineale 4 ba saNrd desditwesgtim% it 2ensute iien de rgianest Mais passions, Pendant ce temps-la, ol avait avfll cmtnuer, &'ttt VOUR Ip avt
wperter. soueafcelaines ca nitiqnonu am ide quui sstre aux plan qeque:pen plants suttout dans Ic Nord-Quest, et :J4j:on com- Roosevefr, 4 Ia tavintrde cit
teurs. au patity pnipteurs paysans surtour, ie production ie i- xentaiti exporter dte temps en temps, et comnie on le:pouvail, cofldidhtiOnl pafliculibr^es .4nt I
g-.i, re t : r:profitable. -: :::;.' .: "queiques. cetaines :.de r gimes. Les exp-diteirs .prouvent patriotiqune e rescmcnt; t. .
Etantt don6 que tout est special :et dtticat dans cete industrie plutot des mrcomptes d:s le debut de atffaire. Ces snecoiptfts que Ie contrOle inancier Exerckda
A production. oupe. marnipulatio. transport et commerce et se rip.tent t m..enac..en de dcourage.... lateurs :et: acheters. ueimeit es Etats .nis posait,
'iue les conditions des marches de consommation exigent un soin Non seuleent les pro&4dds de culture, de coupe, de triansvwt devant I'opiuion niondiale an de. I
special dans la presentation du. produit, It contrble et la rkgle- local, de manutention, laissent beaucoup a desire, mais 1%s Ud'tat, animis du sincere d-sir4'y
mentation du Gouvcrernent s'imposent ipso facto pour lappli- bateaux atTftes ne sent pas aucnages pour le transport des accord, et d'abrogerIeTraittelU 91$.
cation de methodes de cultures et Ie bon fonctionnement de fruits, et fnotpe banane arrive : New-York... en bonilli.. e :Ein principe, ecthesole
rouages coinnerciaux addquats qui, sauls, prevent garantir des Gouvernement regoit dii Nord-Ouest les doliancrcs les plus Gouverntment ied Etat- Unis son coat
rtcoltes exportables etutilisables pressantes.: Les planters simpatientent. Les ache.e.urs veu: tere :politique, mo ye nna.t u n co
11 sutti de se rappeler que Ia 6gue banane est tne denr&e 6mi- Jeter e manche apres :a cognee :0n: demande es baeau frui- salt pour a garan.te.coftraetel 4e:4c
ncnment perissable1 et quaelle doet ire vendue dts qu'elle est tiers. Les rioltes sont plus abondanttt Le IEm et doe assure. 192, :f: organist dans flintirt c n
4 j point sous pine dexposer e planter a une perte total, pour Pourqui une: Compagnie mariitie ne s'interesserah-elle pas A jnsqiaz rmlkoursement:t on:an rchaat
se convaincre Ut la ntcessite de ne pas en liver Ie commerce aux 1 'tre figue-bananeu fPouniuoi? tar les.bvraisons serm n bIAtt En fait, Cettei shtioao: pratique con
series convenances d'acheteurs qui seritnt libres d'acheter ou importantes. On procmet cinq mule, dix mille, jusqukoi qu int inet haiien, 4'accord avec Ie Gouv .. n. pas a s heater, qu serpent .bresm. n e .........se ....t r mes m c par s......... C'est q... elqu chose....... ... .. N ti l Cit.y Bank ni Ne-... S-
acheter ou p ae pas achetnr, ou qui gssant au sel gre de less !outat Iersonne ne vent. Pat-il renoncer A cette culture qui Cuty:Bauk of New-York: a BaacjieN4
sntt se livreraient entrt Cux a uni little effrinee lorsque les semble avoir taut d'avenir, qui a faith I'hjet d'tune propagande d'Haui et a I'organiser e flanitre as
.".. ... ... . .. .... ...













mparches sent favorables, cc qui n'aurit d'autre effet -et mun i opiniatre. 1 intense, de la part du resident iea kepu bque rgulIter come banque: comnmerciale e
effet dsastreux -quc de favoriser fexprtation des bananes de ui-mme en,:ou t con e d Govrnen
quality infericnre. de jeter ainsi Ie plus facheux discredit sur Ie A cett& epoque, les expetlitiuns, dans le Nord, Etaienr enicurv representants autoris$s des creanciers.
produit du pays, ct de rendre, par consequent, Ia vcnte do ce pro- assez irnrdguiires et plutot inignihiantes. Avouez, nes cier> Ln point d'extruniteimportance:la
duit malaiste un impossible lorscue its inarch&s seraient moins anis, que vutre banane actuelle est une banane de hazard, qui a strangers au coutr6le Ut ia Banque deteV
avantageux. be la I a haute utility d'organisations sp6cialises pousse dans ks mornes a voire insu, qu'il n'y a presque pa'. tie l'lhat hahien, pouvait durer de 8 i:{
et responsales. qgui n'exposcnt pas nos planteurs et note produit encnre de plantations de bananas dans vos plaints, cA ijue its c-sie r ii tout moment dans I'intervafle
auix risques graves que je viens d'indiquer, et qui permettent A plus surprise Ude cere avalanche Jr rt-gimes qui it)us tu!;ihit hi, nmarche des capitaux a Ittranger pennmit,
ia t'atarKe rationale de lut ter honorablement avec celle des autres come une maine, ii y a qu-iqur> jour, c'etait cnc:,r- v-..,u- rtubuurser .par antiapatior le solde de i
pays sur its marches du monde ou& dej4, la surproductwn est Entre temps, je voyage aux ]zazLtnis. Les demnarches emou- 4u WOyIn d'un emprunt de conversion a
rzdoutee. vantes des planters du Nord-..uest ne quittent pas ma pe-nsee. autre operation financiee tendant A ces .
Et'cest lien cc que ie Senat de la Repubhique a coinr.r lors v- demnande une untrevue au Prasxdcnt de la Standard. UI virnt rabies.
queen me transmettant .es suggestions votes A Funanumte. 3, d
rne voir .Je Ye pric d envyer qudques batc'aux pau: Lachat at Vorganisation de Ia 1. N. ..V
prrndre ena pvgue-bananc haic:ne gui attend, u plum qui tie ce-st Ia suppression des lonctions du Repr
Souverneme a sentence avec l Compaie ar e pen pas a..ndr. .. P ourquu.: a Lmpaguic ne va-le: pas du conirtle finance exerce par Gonve
rwuere qw, ofanmt es iezlleur.~ advantage Thx pianteuri' -& Hait hie pnurrtu pro tm:r la n'uveile culture et v trouver IS axec l'&vacuatiun du territoire par les
chargerait dace ..ter e t exporter mt utes is siues-.aanes .dus -. -U 1 ,
S. ....... < ava'tage- certams. I abruga.ion du traitWe de. 95. c'est a i



.e trouverait at quail dans -s conditsiuns loyales et marchands i- .i. ede noa a- ctionnairc- s t 'rCp. inf SSi~te t cettoe Coa csa- Le contrble technique env.sage dans'le
c i :ion l a entrd la reposc ani. .u fair Banque parait Etre d'autant plus acceptab
E'.t lorsque 1 un de vas S.nateurs, UO ani, k Dr mce MarI *"
."--- :-.-Eint da -d ,ter et- ed, -.-'utistn ,,- peutt plu conmpter deur lat etaui ard. ( f -anut :t la U.;iJcd, Mp- M: caracto.re politique ct est Iibrement consent
i""rv l dia re-d a re p". .e rj r eu r to u t se.t 1. "a u tor at .... .. .. .- i .. ... -.. ... ... .





















S a.ora- e tt en r-clcr I-spr:- 2 a ss &,.kcteurs.p -1 me scembie qut- rappele contIcrt cile avait ;:-: Jir treir"anieiiLe par uit cr so-, :eres."ees pour une duree limitee iet dans e
son habitue on se pencher >ur dcs textes esoteriqus lui a uait "XNton. segten 5 cen p in. Lt:C le terruir ane cope : cmoenai deue des" piersonmes qui ni 'Ont pas prs Ia
contfondrie style clair et precis des considerants et des articles pas a ia cumUtrc et ula gue-ba:rane. a caractere, is clauses et conditions du et
libelles par ses honorables colkgues avec quelque tablette aris- I1 await ]iT"I tia vrtuier c :tc declarnior: cxtraurdicnair- qu. tel coitirat vitle la souverainete finance
totelique. Prioccupe, sans doute, d'effectuer, a cette occasion. nous avaft tuus abasourdn. Le Gcuser.ement a:ncricains, .cs .Hdain, bieasse ia dignity Nationale, t'on
quelques uticfs raffaichissements de hsw.re. ie aistarue ?.na' E8 :netiure ;rxc din monur, meI an de ses experts %L.1ciclS cc- personnes se livrent ainbi, par erreui
teur oublia u'eciairer sa lanterne en indiquant 1 ent vertu de quC notre di pt mandate ii a cru devoir parler au nun: du Senat, et 2 Ics clause, voyag (a; r' can&a o, etude nFtrFc Sol et rTcvctre (ii retiexion1 tombent d'elles-ienem et, en totn
d- contract s:;ne par e' Gaovermnement avec .la Hayan F.rui. alnd tup I'xcer'se, c n pcta I :ppepcr a;si, de i U:tted. -. une analyse .rnme superficielle du contri
Steamship C-ompan qui laui paraisseni en contradiction aire JamaiS declrt rt- t::n d ir ;:r. iO leux conveCu a laa ligu:. L'on con.oit egalemenut que des critiques
".a dicisun fXt-re a Ie 3 Septembre de cette annee par ie ( .rand l>anaer e U le terror haities. se n s inexactes, sd trompent de bonne foi
Corps, et bietnt suive d'une Resolution, plus large enc-re, I.t r.vt Is de Iats-n.s SuIs dejpar a ruien du choc Dantoni. cuex qui'ls devraient plutt eclIairer.c
!e dh as a r us Deputes t.. lu -m e .......a .va 'pod.t le i, Lru contr61e te l-etre avouee.-
uit ( artais D .im e ta nnmu u eo rcreb a a a tce eti nce bantan d har Z en c4t Ct-U reconC eut toujaurs Stre avoue


rteureusemen qu i' once- ne parla pas toujours amsis et qu municatiu:o a la \\e, Ind. rvnt. de N.,rfik. changene dt.
a ac:.utlunc, depuis ,ngtclmps, scs nombreux audietrs- d o ngs teilegr:mnes avec Ic I 'res:det de cctte colmnagig I,.
dJircies plus sereines de son esprilt.. i dnand de se depchter de ve:r pace qu'i yv a une byotn;
Tne autre raisoni pbur laquelle la production et le comllerce place a prendre. La Wes: M. a.t ru' t .. hizot ch1 nous. av.c
dc ia tigue-banane ne peuvent pas echapper au contr6oc protcct- un dIe ses bateaux. 'cst une L :,pagic mndeste, mas hon20netc :A
teur du Gouvernement, c'est Ia situation _iime.de ce produit...t ..ecuse. .Les ..ene.ign ents st r scncompte sent bonds. Apr&c;
les conditions particulieres auxquelles sa production et son comr- juelques hangeds dtc vu-s sur la situation, la Haytian Fruib,
merce se trouvent assujettis. Societe anonvme haitienne, cst constitute. Le Guvernement
Trois grande Compagnies exploitent actuellement 90% de signe avec cette societe le contract que vous connaissez et ou tout
la production mondiale de Ia banane: La United fruit, Ia San- esr prevu, sous le haut contrlIe du Gouvernement, pour inten-
dard fruit et la Jamaica Producers Association. Les deux pre- sifiter notre production et proteger le planter haitien.
mieres ont parties lice, et Ia troisieme est incdpendante. Notrc M ais cette Coipagni. qui availt r'.4_ ndu I aIp;peI pres>am. u
banane n'intercsse pas en ce moment ces Compagnies, je parole ouv-rncmem a un moment crique, avai A pine pris sou pri-
surtout des deux premieres que come appoint, pour combler le e qe la Standard r cone une .
Vide taisse par deux ou trois pays de l'Amerique central qui leur (: Ss agenI- arrive hte Cuba, st pr&ipite dans It
de s agent-s arrniv en toute hate de Cuba, se pr'cipite dans le
iournissent de Ia banana en grande quantity, mais don't Ia pro- rh, a ar is prix, refuse U.' Siite-.r" .
mare ,t nau-ss artnifsi client 1es prix, refuse de s' ntere' r :-
duction se trouveC maintenant arretee par suite de cyclones. dc .or pructi, ajour- indininen letente que I 'Ad,. i.-
outre product on., ajournc indetnment 1 entente que JAdni-
greves ou de panama disease. Chest dire qu elks sont nidiffereiite \
gres e pn disease. C'est dire q les snt indi e ration ui propose pour I exploitation d'une autre.zome du tcr-
a toute production organis&e et pennanente chez nous, et que la retire, acrche i quius intermdiaires hatiens anat
9 F* itoire, ac4croc le 'a ni qiutques intermedialres haitln& ;anatsr
Standard. notamment, n'avait fait irruption sur notrc march. _ouhat avis i mi soit dois, s met
hier encore dedaigne par elle, que pour prendre, a tout prix, Ia finaeme, e a rebe tousverte cntre m acte doffcel de etlAd-
naiement rebellion ouverte centre un acte offictel de FAd-
......... figue-banane disponible et nous laisser en plan a la premiere mnfistration hatienne. Vous save le reste.
occasion, et sans autre forme ide process. Elle a d'aleurs, e n n ie e os
:::.::.:::-::: ...... Haiti une petite histoire qui n'est pas banale et que je vais vous rh pene Memneurs, e eaut u je vu quo ute ma pea ,
:::::::::.:.::::::::: ..dire Car Je tns A vous renseigner le plus completement po.s- touted la pensec de mon Gouvernement. Tant que j'aurai la haute
St vous montrer que, dans cette affare omme dan toute utote queje deens a confance des populations aucune
les autre nous n'avons agi et nous n'agissons que dans lintertt de ces grandes conpagnis fruitiires ne pourra s'introduire en
.: ...... ;dnresnupays Haiti sans que, au prealable, ses activities soient reigies et nette-
**... --. me dterminees. J'ai conscience d'pargner ainsi a mon Pays
i : i i Les simple individus sent assur&ment excusables de ne consi- une occupation pe ie autreee dlont nous avons em dPjA
der que leurs intrts paticuliers, le intrs d m ent, et ne occupation pire que autre, celle don't nous avons eu cis
y: : : : : conformer tons leurs movements otioutes leurs acivib.
Mai Governement a dares devoirs et p our avoir t de cette concurrence malsaine que pr6nent encore quelques
e 'avenir dans espt, prvoir routes les calait dont personnes attards, et qui est souvent Ia voie Ia plus sfire pour
.espnt, r routes .ea i aboutin an plus afhteux fts unompic cue nus conda-nne-
peuple est susceptible d'&tre la victim t4t ou tard et le protege abomtr au pus affreux de< monopoi, elle nous condamne-
ot: :re lui-mmite, centre ses emballements inconsideres ou ses rnut, pour longtemps. a uw sorte d'esclavage (conoinique bient6t
incomprihensions mme aggre.sives. suivi, tres probablement, d'mu esclavage politique, cointre lesquels
I:: : : Iy a un peu plus de deux ans, un vice-president de la Standard mon devoir le plus sacre est de premunir le people haitien.
arrive Port'au-Prince et nous soumet, apres quelques &changes
de V.ues avec le Gouvernement, un project de contract pour ]'ex- LE. CONTRAT DE BANQUE
S: : : : : loitaton .e la fig banane. 11 report quelques jours apres, en I! y aurait peut-etre encore beaucoup A dire A propos de figues-
pronmetant de revenir le plus tt possible pour la discussion du bananes. Mais j'ai hate de vous parler, de quelques autres ques-
:.::projet:. :Mais. i ne revient:pas et ne done plus signe de yie. Je tions qui ont fait I'objet de l'activite gouvernementale dans le
i e :: : courage pas. e :continue cette sorte d'apostolat, que courant de cette annie et sur lesquelles il me parait necessaire de
S: avais "ommenc q.::-queqs.:mois. au ravant .en aveur d,' Ia vous donner aussi quelques infonnati6ns utiles.
c::.ultu e:: :: f:e-biane Tot le pays s'enthousiasine pour Nous avons trop pris ia mauvaise habitude de romancer
[affaire. M. Brigna se presete dans l'intervalle et nous de- coumme A plaisir nos affairs en course pour que le Gouvernement
....... ande do consider : noveau project. Nous.. .tudions, nou: ne s'emnploie pas, quand ii en a occasion, a fire p$ntrer darns
I::;disn.::: t ::: :.::.s le gons. project et ok 4 Ia :Chambre vos esprits.un peu de.ilumire et de vgrit6 en ce qui les concern.
:presqi: I'nanh::nit6. pa:. aS Sgt ait t rejetU une. Ft it ce point de. vue, cc qu'on appelle le contract de Banque ne
4 ....... ........ .. .. .... ..: ... .... .
.. . .. ....... .... . . . . . . .. ." t ,.- .


t4





lent
Sisi












lea
.......... :.'.':i ,^^^a





kq*-^^iffilj
." .....v.:..:




4 *' '* 4C i





on9ft r
. ...^..r..-..... !. ^









t. :'
6senta


truertabl

.Ha.t:.i
contri::





te ....^':"
outiai




7 .. v-.:: ,l--..-
n i- -



t ..':r


reparee de bonne foi. :
Ce qui t ist moins excusable, c'est la m.ris.:.i
qui est condamnable, ce sont lek consuSece;.
crrmir volontaire, cuns&quences qui peuveWt-...
iorsque, par suite d'une pareillte erreur, ur.
natma---propos&e par Te Gouvernement est ...
p ..>u ss e... ... ....
Depuis le mois de mai dernier, mon Gouvi
a la sanction des Chambres un contract de vemtkw
detinre a mettre un terme au contrble financir:k
Jdes Etats-Unis en Haiti. Ce contract, don't fW-,c
titans ,''expliquent d'elles-memes et ont et6. a..
quces au surplus dans les changes de vuem.".
l'alaK National, dans les journaux, .dans I:'
sulnt droulecs tant devant la commission 4.t:A .
Charnbre des Deputes, ce contract a et. d'abd':"'
treusement modified, malgre tous les eclairci-e
dounnes par le vendeur sur tons les points qm aM#
obscure. Puis, il a fait I'objet, tout just A et
nitre session Iegislative, d'un rapport-.... prl
mission du Senat. Et ce rapport surfleCq.W -
r'a pas statue -- traite de haut le contt........
croirait que son adoption &'aurait qu'uneffet
i la dictature financikre exercee par le Gouv
Unis, la dictature financiere encore:.plus
attentatoire a la dignity national d't1n c.:IN .,
compose en majority d'trangers. .Ce:r..appo
cela entire beaucoup d'autres choses. .
Mais voici qu'il est arrive de New -Yor-e t e
la nouvelle, plutot inattendue, qu'il a
modification de nature a rendre le con.iat^:.
haitien n'ach&te la B. N. R. H.I.qu'A la 00co
permanence, administration de cette BanqP
de l'Etat, a qui, pensez-vous?'.. la:INaatit.O
York. .' ."- ..:...
La difference essentielle .ere le. contft
contract originaire, c'est que Ia Banque ha.!
la City Bank, serait enticement et pO t p
par des strangers, tandis que,:admiiit*V
ministration institui par le content ii|i
temporairement administrtc par in cofIel.
et temporairement compose dune.. o
'Si cette difference essentielle a e -:-
elle vent dire que le contract sign..-td41OS& -.
est pr6f&rable, et infiniment plus 5su
dictature permanent de ce tt-NaWtio
qm passe pour: avoir 6t, p.enda.t :pS.:
important: faeteurs de.a pol .'lk itu .m
*: . .. .. ... .. ::.... : .
; : : *; *: ;* :. ^ ^ 2





































































11
S
I
I
a


_f" __,: !*1' -;-; :::::::: :::::: ......... "?:::: -.-:.;:*.-. .:-:*::^*?-:::*::*::::^;^.:'::*:: ::::;:^ ::. :::t::::: :::^ : : ........... r^ *" .... :::::: :::: :::. ****:l: iB ::::::w h::: ..i W .::::::l:itt.... :.:..:: : ::::::::::fl:::::::.......*ft .:::-.wl4Bi^ ^ :..............: ^:::::^:^:i@^ |@ Ei: : 3^ 1 ^: ^ :3 H ?H : ^ ^ fc fr ....^ ::





/ que boa an .mtal an, elketrapporte us profit ne Dis mn arrive Th as. Po. eir, j.a. tout mids en ceuvre pour fcctune, qu'il ne s's.
pille dollars environ, s Cashp$Cr son privilege attire parmi nous ies tourists tie bonne Lol. J'ai mm!e pSye tianolDominicain dc




S'aj.ener qucique group tie banquiers & nous con- at a vouh que je fusat, lots de mon dersderr .jour aux Etatsa An tours ie ex6c







I'heuraer en arran geant Conseil dtodminis trai tnv& indiffi!env V!est ainsi sic j iai itft l mdilleur des dies tica Gouverneii
.~- .rt t.. I.e:prunt A so rythm e conr .:.. el .... te Magazines qu... d~jk...... ont consacr des .udes a ssi u e ....a ...... ..ign ruti...re.








no_ petites industries, pour tine p ride tie trois ant APExpo ?76 kiiomittrcs La c
:od alits com, e sufisantes pour retr S.on con- :os pf........esS.... eurs, Me. Clovis Keizan, Docteur en Dro.. t d..e a Sur:c
^^^itlol .(CM.-Mare.
























_. cel .-ii. ._-A m aS M
_p'e leloE.
at l||u. ? ..li1e P


























sols ailmentt hI pro positn











acment aia ien. ot que Ie soul fait nouveau qui puissue : qtiee inpe actus met notre bea Pays. e:plUeg qise ptrta

dent pun eminentt leader de I'opposition1 man dicil anti TAITd iE OMMERCE AUt E Pari
r-r Pradel, dne ta driaration continue dans le MessageT
ident Roosevelt me fit Phonneur deo madrosscr It 13 :\u moment oue e vous parkr len pourparlers pue noua n avoes Mes cheers amis,
-:.: :. ... . .. :.

.... ... ..-. ...*. .......\
.:-.::... -. : '.'. '.'.'........-.t i ^..' iU ^ r
. ...ten.e I a ro---i-ti.n. de fi rew admin.itr er o tre Ba nJ ..que "

-. _p.s -f,," "I-' le -o on- .A `n site r dHiq-e Latne ceu' qu i at cr oi < ntra get notre us graend ti n dees e, sp d.finit,,




..ret ce poioM c.estl on frat o danie as e e n


..ad d- a e et chantednu cette Mes ge m d ..
- _oa_ Ct B- f..u as ere a .11 a I -r .rt : elrodiare:::^ ac n~e oit- co pise en acf
liie .atc. et qu.. S e li ovuqi useer npiectelnntntebuPyspulsqis at]
pnt~eta c suet> 'es Saconirmaiontaie .Wa.
....n .. -mn n le d e d e I -p o i i n .o -i t a m -R I T .E C O M E C .U -T T ---.--_-- .. ... ....
f... ....el de. la .........o .ou dan I M e s g
fe.... #."eel meft:.nerd 'desrI 1 ummn uJ ospre e pupresq osao? ^ ^^


.rce 4uc M-. Anturc, nLrone Secr tire
Rxtbtirefl *1 ae Dominkaine


n6 p. r .s deux... Gouverne .ents. i. a rgu..........




par lns deux Assembkes Nationales des
.ii-i'-',] i',i,:=.:=::iiiii............... ......... :: ......... : ...=.i : :i.. ii i i iiiii iiii iiiiiiiii iiiiii i..i.ii: i--i.ii.i.











ntion ie cc Traitk, des ereurs matbrielles
lerreurs I:lues A a mconnaissan on al

ilident Triiiil et il convene tie ls faire


ne fai. N en toulte juiti A cen effe4 coznme
j ine cominission a &tk dsignee par chacun
emMs aux fins d-arriver 4..Vouver. un- base


| ivi*re leis Pkdernales, e.t &.une L||ndue t
t.| .... i --:-:.. ... : .::. iiii.iiig.......












inrcati on a ett dij4 r alike, en veriti du
n nguer de 14 kiilomtres, et sans u:::::irni
tis qiin.tervinrient ian mment ckde- exie

. .ts : : ..i...fi c t" : ; :: : :::: : : :: ia .::: r. Z :. .:; "::::ii--iw

.x points litigleux,.u ne. enten te,.de 1p|r in ip .
. .... . .: . . . : : : : : : : : : : : *: ' : : : : : : : : : : : : :. :.. .: . : .
et. i ne rente pih qu&a. rnsoudre Ie difftrend
:s deux Gouvernenments: au sujet do a ues-|

it dans le.commniniqutduti. Departement (de ..
s communique redige d"un commnin accord .
ties, Ie President Trujillo etudie personnel-
n que je luP ai faite a ce sujet, proposition
int I'int6r&t des deux Piays, sauvegarde int&-
des deux Gouvernements et: des deux Na-
publiquement: ma certitude, et on sait que :i
Es fait iacilenient des illusions,--que cette :! ..
une des inoins importantes parmi les six,
t qu'au course de ma visit prochaine A San- iiiiiiiiiiiiii:
Ie question des {rontieres Dominicano-Hai- ..ii
vement close, de fagon iA assurer enfin l'ac- .. :
ique et harmonieux des destines des denux .: silll....
Lgent la swverainet6 politique de 'Ie.
't -i .-... .
.1.....


ier, savor que I plan actuellement sous consideration
.eiere lnite que le Gouvernement anirricain peut at-
wQur mettre fin i son control financier en Haiti, sans
M esobligationls envers les porteurs de 'Emprunt de 1922.
est Ia situation.

-:,pour le inoment, de deux choses 'une: ou bien nous
sdans set ignes essentielles, Ie plan actuel qui substitute
tle financier du Gouvernement americain un control
pdonnant satisfaction aux porteurs de [ Emprunt, -
icMest le status quo. -' cest-f-dire la continuation du con-
i:f:er exerct- pr les agents du Gouvernemen: de Was-

.tion,.A ce dernier etat, me parait assez grave pour
t cote aux Asseibleies responsables appelees a decider en
l:"nnaissance de cause Ie temps de nouvelles et plus
s de cause le


TOURISM

.Yes du Gouvernement en ve de le promouvoir.
~*onde s'est rendu compete de Finterit evident ct croisL
depuis deux ou trois ans, l'on porte a notre Patrie
ope que dans les deux Ameriques,
e, certaines bonnes gens affectent-elles de croire que
le fait d'un bienfaisant hasard don't nous beneficions,
Ia beauty de nos paysages ou de la clarte blue de
I:Eh! bien, non. L'attention de plus en plus intense, ei
plusus en plus sympathique que Ion port a notre coT:-
w^ ^i.::i:: ....
f **'::5 ::'::".


engages, H y a quelques mois, avec Ie Gouvernement des Etats-
Unis, n vue d un traite de commerce entire les deux pays, con-
tinuent dans u.n esprit de comprehension mutuelle qui ermet
d'esperer que nos negotiations aboutiront bientt a un traite re-
ciproquement avantageux,
Ce sera un de ces accords bilateraux preconises par e Gon-
vernenent des Etats-Unis. en conformity de sa nouvelle politique
tenant a abaisser par ce moyen les barrieres qui entravent Ie
commerce internationall,
L)Depuis iongtemnps. Ie Ets--Unis nous vendent beaucoup plus
'ils n'ac.heent de nous. Ctte situation s'explique par ie fait
ue nos principaux produits d exportation ont jusqu'ici trouve
un march& plus favorable aileurs qu'aux Etats-Unis.
IT ne sIgit pourtant pas de rduire nos achats sur Ie march
amnericain, mais plutot d'y mutltipher nos ventes autant quo pos-
sible. ce qui augmentera notre pouvoir d'achat aux Etats-Unis
e: par une consequence naturelle, pourra augmenter Ie volume de
'eurs deportations chez nous,
D)C la notre intert bien evident de fire tous nos efforts pour
act;ritre et varier notre production general, dans le but d'ac-
croitre profitablement nos propres exportations aux Etats-Unis.


QUESTION DES FRONTIERS

S.i je ne craignais d'abuscr de votre amicale et encourageante
indulgence, je vous expliquerais, dans ses moindres details, la
situation exacte et actuelle de la sempiternelle question des {ron-
uiCrc. Et vous verriez alors combien nos espoirs sont fondus, et
comnme nous sommes en droit de nous attendre a une solution heu-


Dans 1air vivifiant de Ia nouvelle Independance, ap rs avoir
rendu aux restes de Charlemagne Peralte Ies honneurS qui leur
sont diis, je salue Ie 131eme an1iversaire de evacuation du
Cap- a n n ouaien en ouhaiant qu prochainement je puiss voir la
fin de ce qui reste du Traite de 1915, c'est-a-dire la fin du con-
trolc excrce sur nos finances par les agents du Gouvernernent
de: Etats-Unis. Je sais avec quelle ardeur les populations du
Nord, come cells des autres parties du pays, soupirent apres
Ic jour qui verra cet evenement, et j'emploie tous mes efforts a
le hitter.
Je me trouve particulierement henreux d'etrpau milieu de vous,
an chef-lieu de ce vaillant DeTpartement du Nord, a la veille de
cette date du 29 Novembre qui ramene 'anniversaire du jour ou,
cedant a -a pression des armes de nos rpres, les troupes expedi-
tionnaires frangaises evacuerent cete ville du Cap.
Par des m ovens plus pacifiques, nous avons pu obtenir ie re-
trait des Forces ambricaines, recnqucrir i'Ind&endance Naio-
nale. Et voici que le Hasard est-ce bien ie Hasard ? ---- a viuu
Ianss: que cette dernicre evacuation s accomplit d abord en cette
ville du Cap don't I'Histoire, si riche deja, sest enrichie d'une
eve! ] c d ghuire.
Iheure est venue, maintenant, mes cheers amis; -... a.i.rr tant
de lauriers magnifiques d orienter desormais vos activios et
vos energies bien co ve patients et vitales ralsa s
de Ia paix,
Je vous y engage de toutes mnes forces, dans votre interest pro-
pre, dans l'interet de votre rteion et dans Vinteret du pays tout
enter.