<%BANNER%>

MELLON DLOC UFLAC



Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/02230
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: September 6, 1934
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:02230

Full Text
* *:* Vt t .. .. '. N 'V I. ~ .-.,.


Q..V. OT. N FON SEN :
-.-. O . .. .3 .
............ .... ... .... .. .... ... ... r
.. ". "." ...... . .. ... ": .- :



0mev ANNEE PORTAU PRINCE RAITI
. ..- .... ."r .. i .
S:* .. .. .. .. .... .- .. ... .. . . ?. ...







l.rlU :;: :gteLA ANIE L : L......TA RI
........ Fin de Sessio n
tr ne mont .T.....IMUM


,d,, nousen Diput r, ..ondit.u.e la Ch m ... ...... ......


do qualifier d'heu-
ia conduit hier soir.
aIem heares, an Palais
*1...... fWOR a
dUs amnis dranC-
e ui no us eions au
Se fardfnouw (rent la
vid alter sister a'
de coture de la Ses-
r. att/te, nolls euimes
i ^ent d'hesitation,
iSsnet, nous arons
..:' deception. Et
a.R.nO's slmmhes pas
yrs En effect, arrives sur
tOI s coUtrinmes det
as Sninat, c li. nous


bre dait scule wmaitresse de
i'heure, que l'a fera ce que la
Chamrbre roudra. Josu avail
anrre le Soleil, notre P.arle.
n,' ntlarrtait lt Temps! Comrn
me on chuchottait dans Pau--
ditoire que ce n'est pas: se
rienx, Iun des deputies, qui
n'entendait pas qpataugermti-
ra nCru semrent sa montre
en disant:
Lc public a raison', car je
dois avouer en toute franchi-
se qu'il (st minuit plus cinq
minute i.


xxx


La(
salt U1
I niinir
Sdu Pay
Sachietet
. c. : C tt
vers rn
du Gr;

SVotte
vt trbs
cette. I
ten t nt
Gouvet
Sri.satio
nier, d1


Siussion ent re t& s. AoS ais. ces strangers qui e- Pu9
sGtsEint ac no-us dans 'audi- tion nle
O s Fombrun. presi- toire nius font remrruer Jujou
wjieurs Z lphrin t qut'il scrait plus habile de re- .ce qui
SZh rIn ltarder la pendule et non de t-r ie
BUe. La oix. les es- I'rriter nt; mais un humo- I.As
res d'un de ts deux risl'e fout prs, rdplique judi- ven us
parlont selr eussentt a ef usmnt qu'l fatura Ha re. : ot fai
remplir toutc la d u I ffaf
mme its parliament airder trdp souvent, pour a'vaeP
rbdeux la ois, pour d iatteindre mi-
I .k mwme point ac Ift nous ans dUss Is dn
Sderine quels tbaux o.,usaons dos les.
as dreionn urent. L'oa cau irs taquiner les sn.a- COns
sre .onntrlne. du L" .n !arS & qiv nous demandons os QU'
m cela fisait arec lI F heu rc marquee par eu rsde diu
e de Fombrun diri- montrt. Certain sourient, I'Etat
en tous !a donnant exacte, | ]'Etat
Vk stance, qui checrchnit en zdous aa donnant exact d ne
r.omprendlr qil Hai meant et les autres sourisrd douano
I. de considrer ta en s'y refuant. M ais y a Quo
ion d'ajourner'nt lo ngtemps que minuit avaitt
ieurs Tii- gut ci sonn: UtLes Prres Conscrits8 aa- ,
oncernant e nou- n toujours a Chant-
s eamunauisu' bre qui rotait des lois, en mo- dcI la C
tWascommunal.puigsquu
di-iaii. etic., etc. le a fin
-w Itavanl hI Shnat -
Ieorder sun rote Wr- ,,hEnhn, un ou deux Messa- est pri
t immitdial it ce tmei yes dc Ia (Chambre arrivent semble
. aSu SInai. a Corps
phyrin i T m- Reprise de la anwe: La salle e
,t, sous uine telle 'hambre enwoie la loi sur la Chami
... til .fu faciktde Pension. ilitaire, c'est-&-dire grande
S.s.o tomnpicaitios qu a "tu riiWe de I'Arenir des voyant
Client: ei Stna l fil citers et soldats de la Gar-
da fnu t? fil: a a- tde d'HaitL- Les Senateurs.
W4 lftitiis fait: it a- 4.1
a discussion d pro- T'ellcmnue cI Paultre soult
Ait rnt daccordr o lr*.o ; its reclament i ajour- Now
e.'.. tFr immt;dnia nnemcit de ceite loi, ais le cellent
erera i CC m" 1t Pr sident du Senat met la de- gloire
qu'au Snal, U es.t made d'nurgene aux noix. L L pour lt
taourner la discus- atcur Telmaque v 0 i a une
...toe sles projects qu'en- -qu'on put roter contre sa de- > Hailie
efrChambrc. Et efft, la n afide d'ajournement, it s'- lion dt
en evoic plusieurs erie: AWnait de voter, le' Se- ninuit passe, tout vote de mando
iend gu'il n'a ps e lX 'Asemblee est inconstitu- sa m
IS en, r e tionnel.. re ach bien alors!> lhecure
are I tcps e aut des millions. Et come qui? no
....U. n si Sial su- le S&nateur Teitmaque est dei ment f
ta: te, attendant cartactre a faire du potin montrN
nd u cnquement pour avee n'importe quel vote in- -taitl a
~Ktr twut ce temps consittutionnel, puisque tout te con
fst c en ts p n lc mondle sarait que depuis culture
es een ensuden- longtemps on etait a la date chait j
eXisiisgro t.rwnmenrt .eli de sta- ent pour voter ate Tilema- ment l
It-les rojets nue ta que.- Le Senateur Pradel ce en
o encaits Ma ia prehd son college Mars par deviant
iltinsi i le bras, pour le porter 4 se Messa
..-... mettre debout, ee que Mars aete i
.." xxx- fail d'ailleurs, et ainsi le vo- que ce
sse et il est dtij te du Pro jet sur la Pension de la date
r*nire limited fixe nos offticiers et soldats est a- est vc
tution. ourn I ljurant
ar" enehantement, Eh bien alors>> tous les au- le petti
dU Senrt s'arr&te, trees votes donnes et actes ser elt
fue tout le mono faits dans la suite, aussi bien tmenta
de, consulter : par le mime. Senateur Tele- en pat;
r::U-itoire. A la maque que par les atres Pe- "h i


Sloingtemps, res Conserits etaent quot7 n.
fmlleJetis.m La lot sur la Pension Mill- i ans, ei
inre des F- taie serait skale vt in x- pour
e. ps:eif. .at constitutionnee .Mnt? Cambt
". .. ......... ..........".... .. .. .. ..


.. ......... ............................... . . .


6 SEPTENBRE 1934


LE DISCOURS DE

SCLOTVRE DiU


PRESIDENT


DE L'ASSEMHLEEI


Lhambre- a vow- e pro- ; NATIONALE
GoUiver nenrit L :: : :
n tarfinaxith U. Ci .I' .
x sgy Is; uiitibisc 1
s qui nous v lnd nt:sans: : A Sa sance de culture de la
r de :. :: dernire Session Legislative,
i ei :nvoTVeseu: Snat ::i fyt'-aussi la delotuire des
iniut a su la decision pendUiesC, Ie President de.
and Corps dPe tout a. l'Assemble, Wr+S Se SInateur
SIFourchard Martineau, fit une
? dejdi pra Is Chamnbre diScours. :i rememoria les ia-
symn~ti~r~~~ Seinat : te inoubliables uo Ia Nation
AT Tent avOTW imnedia- Ha:itiemnne venait de vivre, exn
ses h- urCux e ets, Ie ivoyant partir les Amtricains,
na.'-ntK aypfnt atto e t -" fit i'interpl!te de t'As-
n. dares e tfrif douna- semble pour magmrfier ces
.agir ... heureux tvtnements et ces fe-
evitcr tout specula-. tes qui les soulignerent. Bien
Gouverneme.nt devrait que M.. e Pr..ident de PAs-
d'hui appliq.er i'arti- sembi6ee s'abstint de confondre
mui permet (faugmen- dans ses eloges et Ie President
droits do 506 o0. de a Republique qui a tant
imno-rtaturs sint pre- fait pour aboutir a ces reui-
depuis deux moist; ils tats et les autres m rn cs d c
t venir sp eialement un ilExeutif qui ont second ses
iaponais bone de mar- eTforts. les noms de ces oublies
.---. C&tte ear"aison dans Ie discours de M. Four-
t paver les 0o o &: seul hard Martineau talentt dans
d'obliger Ie Japon a i i pense et sur les levres des
teo que nous. agissons, assistants, tout le temps que
i lui faut -cheter- .de le .Snataur Martineau par-
Et puis, par ces temps lait de ces dates et de ces ft-
inutions de reeettes, tes.
a beoin des droits de Le Senateur Martineau a-
S e vait termine son discourse, s'6-
n y sonrge tait assis quand, meme apres


Ihmubre notitiant qu'el-
i se, travaux et qu'elle
ite i ge reunir en Ag-
e .'ationale, le Grand
irit irruption dans la
t vient se joindre aIn
re qui, deja votait en
vitesse et n'a faith, cee
, qu'acee lrer.


xxx


rencontrons notre ex
confrere Clement Ma-"
qui, come nomu, venal.
z premiere fois as siter
seance du Pkrlement
n depuis la reconstitu-
?s Chambres Legislati-
n souriant, nous lui de-
ns de nous fire voir
ntre pour connaitre
,; on devine le sourire
us relourne l'ami Cle-
in nous presentant sa
. Depuis on gtemps on
in lendemain.de la da-
stitutionnelle pour la
,, mais cela n'empe-
was que nos parlemen-
reponditsent a ce mo-
if, l'appel pouria sean
A ssemblee Nationalg
cl6iurer La Session! Le
ge qui fera part de cet
rExtcutif mentionnera
tte cloture a eu lieu 41
Sdu 5 Septembre... It
i qu les Haitens, en
dans certain eas, ont
t true de Forteil a pres-
aveeC cela, rmtme en
nt lsa ont aI conscience
NouveUiittm a laut
lve )m merei, durant 14
f par tours :e..yens
la reewaitui 4des

d&i k ru At.!


exchange de vues avec le 're-
sident de la Chambre, iI se le-
ve a nouveau et fait remar-
quer qu'a la derni6re celturo,
de Session, les membres du
Gouvernement etaient ab-
sents ;aujourd'hui ils sont pre
sent. Une tirade sunr 'harmn,-
ni-e des Grands Pouvoirs est
mise en train par le Senateur
Martineau, et admirablement
bien terminee, ment de la meme chose) par
le Ministre Titus, repondant
au nomn du Cabinet.


A PROPOSE D'UNE,


SESSION


EXTRAORDINAIRE


Dans le discours de cloture
de la Session hier, le Presi-
dent de I'Assembl6e Nationa-
le, le Senateur Fourchard
Martineau, a declare qu'une
session extraordinaire etait
necessaire, indispensable.
Quand on songe qu'll y a
des projects deposes depuis
quatre mois devant le Corps
L6gislatif et quim n'ont pas eu
de sanction; que les budgets,
deposes depuis. la premiere
quinzaine d'Avril, hier apres
Snfinuit, talent encore au vo-
te des deux Chambres, on ne
peut que sourire en entendant
parlor de Session Extraordi-
naire.
L'Executif tient-il a ce que,
le Legislatif dise son mot dans
le project de Liberation Finan-
eere?
SSi apres quatre mois de ter-
giverrations, le Legislatif n'a
pasljug6 utile de s'mteresser
a la chose, que ce controte tel
qu'il est fix6 par Trait6, Ac-
ebrod, qu'on n'a pas daigne a-


No, 13390


LE SENATE LE

PROJECT DE BANQUET


, Tandis que notre editorial
d'hier expliquait que Me. Pra-
del, come avocat de la Ban-
que actuelle, avait en mains
tons les pouvoirs de la totali-
te des actionnaires faint
droit a la demand de la Cham
.bre, le Shnateur Pradel don-
nait lecture au Grand Corps
d'un rapport pre'liminaire de
la Commission des Financeg,
charge d'etudier Ie dit pro-
jet de Banque. Ce rapport de-
mandait de laisser le dit pro-
jet entier, en attendant la r6u-
nion des Adtionnaires fixie au
9 Septembre, selon avis in.
.ere dans les journaux, parti-
culierement dans Ie teu r. Official.
Nous supposons que Me.
Pradel, qui a tout en mains,
pourrait attester de l'approba
tionr donn6e par la totality des
Actionnaires, et ainsi Ie Se-
nat statuerait, come il Ie ju-
gerait necessaire.
Non! La question demeu-
re entire devant le Senat!
Demeurent aussi enti6rc
d ans e cceur de ta Nation
humiliationn de voir conti-
nuer te Contrble Financier
des fonctionnaires de Was-
'hington, le Traire ds 1915 et
des Accords qui en decoulent.
La faute en est a qui?
On persiste toujours h dire
que PExecutif, par une Ses-
sion Extraordinaire, porter
bien le Parlement a voter dans
uI sens oun dans iun autre,
Nous maintenons notre
point de vu : puisqu'il y a
tant d 'hesitations a mettre fin
au Contr6le ]Financier Amr6ri-
cain, it en finir avec Ie Traite
de 1915 et .s suites,c est qu'on
ne veut pas en deiharrasser Ie
pays. Qu'on nous laisse done
comrn i nous su mmes!
II n'existe pus un .euI ci-
toyen qui n'ait et la convic-
tion, et la preuve que le Pr6-
sident Vincent, apres avoir ii-
b her le territoire, tenait aus-
si a liber,-nos finances. Mais
pour le/p premier poin,.roui in
pouvait agir scul, tout s'ex6-
cuta ia la perfection; tand is
que pour Ie second ou ii fai-
lait la collaboration des


Chambres, j uqu'ici e!lIs
n'ont pense qu'a aj.ourner ecL-
te atitre liberation'
Ainsi, chaque fois qu'on
verra le Palais du Conseiller
Financier occupy par lui et
ses agents, et qu'on saura que
ces 18 fonctionnaires de Was-
hington y sont, contr5lant nos
Douanes oet nos Finances, on
se dira que c'est la conseqi'en-
ce d'une faute, et on saura
quels en sont les auteurs...


broger, continue jusqu'au
I pavement de Ia dette.
L'Executif a fait s n de-
voirr, il peut regarder la Na-
tion en face. Si cc control de-
meure,yil n'y est .pour rien, jl
avait tout arrange pour qu'il ,
prenne flin,



Sire la sufe de no in oraw
S f. ...n .. ....:.


IFlp







I
I
I
I
p


H





I


- : .


~,,,~,~......., ..~,..~.,,..~. .~~.~~ ..~I1III~.......IY1.I-IIYL~a~d~


( I I:I~YYIII*I*--..:


. . .. . .


"11




......... w ...2 : ... .. ...


ewp ----d------& Ia
:^ ;,, "...:. ..... ............. ( i.. ... .._=:=.=;. .... .. ..... =.. .f i ...i ,T- .. .. ** :
^.*y .,. ............... .... ::: :::: ::iir:t: -. ....... ... .... ;. ..... O ;^ .y '. .. . ..... ... ... .


W V tmtW A EoccaebnIde 'Al




.:.::::::: : ':-".:. nperL .ence: d'un v e :,.-nene- .. ..... :... :
-: :.entaussi ..rand que celui: :
...que vient de. traverse notr.... ...
chere Patrie, je ne puis m' ? r rLA
b cher d'expimer ma pe. .ee .
pour faire comprfndre A mes *
compatriotes combien ii im- -,
:.... porte, en ce moment-.i sur.. ... .
:: tout, de faire n retur sur .
nous-memes pour q..a. nous? VI V
vions dans Ia plus parfaite Pour rendre les cheveux sou
harmonies, en mettant de cot pies, demanded a :: :
t : :esprit gre haine d'celanimo-
site et de vengeance. not CQM-BRUSH!S
:._Avee cet arte solennel et : .
d .."...'..'. v '" i' : .. .. '. "l 1 1


am q ts que v ati m. 'v
plir Son Excellence Ie Presi-
dent Vine'eit, nous avons pour
devoir de nous entendre, dans
nos prieres .de chaque jour,
pour demiander ai Dieu d'ae-
corder ia sa'te -1-1 qui est la :
veritable richesse de '1hoinnme
ici-bas -. Au President Vin-
cent, ainsi:1 qu'une tongue vie,
afin qu'I ptisse toijours, en .
pilot habile et experiment,
en nautonier' vigilant, gui
de par la main divine, condui-
re au purt (lu sait a L Bar-
que de *'I"ta.t, don't les desti-
nees Son0t confle$.s it Son pa-
., trioti mo,. Son ntielIi;zence et .
Sa bone foi. .e Prsident
ViC(ent ne tolieh p)s I vitce,
il I a jai posuve par S,-s a'-
tes. -.
L'histo ia. ie. : .t.n cv j.,- .1
gt *inmparL ;:Li. i sait si hi) n
fltriIt le imn n,,1i ', n I I:-
vai- ch If. et i a E n .n:' e
ttmpsI i elNt 1i hi. \ ,- rI-
strveia unet d'e .es plus b..i s .
pragest ou vo)tre nom sra erlt.. tP
en lettves d'ur, et ornl de )i'-
inies con() onn s)1 ..
n 'vz. PIWSi! 9\

\V li.k' N,,'ll\'. e'lii? I3fl t
vttinsemns a Vtn t phi. t
J. [. Loml ]ai Ha -:i/ '^'; .


P.ANAMA RAILROAD '
STEAMSHIf LtINE .


BULL,, TI N No. 11.:;


Ila


Les char genuls -unT pr i ,
noter que le S.S. <;AN CON
est attendgu i i':t-au- 'rine ,
Haiti, -evonnt de Crislobal C'
Z. Ie Meteredi 12 Sepitmbr- ,
19A.
Les pelrmis d'en1barqucn,,1'
seront ddlivrs pour !e ['e1
destination, de New-York t
des Port-Europ'ens sur de-
mande faite a ce bureau.
Ce Steamer partira le m1-1
me. jour diredtement pour
New-York pregnant frat. mal-
le et passages.

J}as. H. C. VAN REED,
Agent General


Grand'Rue 1721. :
Telephone 218 .... : .:,, :::. .
.. : . .


SERVE I'('E A ItO.AL I
t ."HYGIE E j
ET D'ASSISTANCE
PIBLIQUE

EcoU, Natti'ole ide
itdedcint- ct dtc Pharmacre

AVIS
I. i ,-, "" Sl N '
al\ l ,, i' tc(.. et do
,-u A5a, c, M ^- i.. e t- r -
]atnuT e \i. L intrfoU -
, Cue, 1 -v.is re 'infc'rip-
)W a u ('i^U\ du 1 I 4
1 : -1 in^ Ii sive- .a
'n^. r.1 I b mI i.A


-. n'


- -------


0( Y'A-SION -- Lasse -4
EXP 7,1 ( A. ... 'Lcore .aance. 11 s'impose,
1,EXCEPT)..ELLE!.,. maintUnant a I'aztention de
OX.\ (Or ttous pir ses success au Exa.-
mens Officiels. Tous les eit.-
i i'nnon i-. yin ve qu'il a present-s au Bacea-
e- po':-,,it servit a vo- Iaureat de 1933 ent brilla m-
t d XoTi :.' sagers ment r"ussi.
.ldeve ie.e t transport I Le Coll-ge Simon Bolivar
Pour to-s .e.ignelen.s, done aux lves..la meilleure
diresser .u B -:Cau du Jour- formation morale et intellec-
l. tuelle qu'on puisse esp6rer.
S-.. -.Les conditions de l'enseigne-
A US trent mbderne sont facile-
... ment realishes en cet Etablis-


(e quci. pe.rnet a Pierre ( o-
les davi \r ne si gr,~4:nde clien,
tele. e'est que sa c;upie a une
Pe)gance parfaite.

Pierre Cole's

Tailleur,

Angle des Rues du Centre et
Bonne-Foi, Phone. 2621.


S.~


'Pocus .i ....i. hr es


t A"r


r... ;: : ; ; : . .. .. .....:. : .. .
.. P .IR ELLI. ..










... -- h- .'--- -- .
- --- - r .:
.: -:- : .. ... ...--- .-: .-i-- .----. -h. ..::


/
.. ..... .. .-.. .. ..... .-.....
k". : : .l .:. fi. M" *i:.' ..: ... ..-.. :-... .-:.......:..- :..! ... .. ..
IB^ S--/ "W' ..v.... .... ... :' : ....... ......


.1


segment qui. poss&de .une orga-
nisation .upWfieure et un
corps de professeurs tres bien
entraine, Les trois Sections
A,' B, C du Programme Offi-
ciel sont repr6eentees en ce
College et ont frorni leur con-
t tingent de sueces aux derniers
examens. Le Collge Simon
Bolivar est d'ailleurs le seul
,a donner ee triple enseigne-
ment et sans lacunes, la di"-1
rence entr? les trois section,
consistent en uin dosage differ
rent et ealeul, d'apres-les ap-.
titudesde chacun des connat:.;


bues aves xaemutes ae pa:&
meant .
tELes gla ere;; 1* ph!- ;4 :
res et 'es pius ec-n2ominques

CRE E EGLACEI.
cSUPTELA TI $'C

Un produit nouveau, ,ui ne
le cede en rien aux mei!le.ires
marques des Pays 'Eur:ope,
ou d'Amerin., eMt offErt au
public htitic n 'IriV a J
Glace de Port-au-Prince. Gofi-
tez cette delicicuse creme, et
vous serez.convaineus,
Faite-s une. agr.ahlbe surpri-
se,. votre family0 n appor-
tant de la eCrew (Glace Si-


perlutieh p-our Ie
Tons en raffoilent


de rt...


ENTREPOT
FrIGORI.F aUi
No- ,tubrea. frides. or:

et peuvcr-t rvoir n'.irjorre
queile quanute ,e vian.m de
y~/t l St r'r44C4t1" n-A i -W ^..i -.


sances gendrales, litteraire- frui'cs L.,enUci, u' i fesseurs, jet
et scientifiques, necessaires a .u. L s e e iues, d6voue.s
la conduit de ie. s. cornaienen tainement -P
1telaivie. 'invit~ a visiter note usiie. et
Les Classes Primaires sont, Isr nque vules 'pa-art
depuis la rentree d'Octobre, la necter e nodiees de i r ul Nahp
gla aeeres et de- sorbetleres
l'objet dgun sbin tout part n eu
culier de la part du Conseil d d eC o d. tout d..ue fuit
* iDirection. .f A-v.erti .DOn
L'internat, irr-prochable, SterlnPh
est a base d'hygiene, de tra- Pour tou
vail et Ae discipline. Les pa- +-ments, -adre..
rents dela province n'ant ja- A p i Spm p ': Alelidor.:
,Pu A gent n e ral. .re~ (.111 -.. ..r..pt,- bre... ... ....:... :....... ...'...
mais eu qu' se louer des sois t u J. C. V .. a .......e..d...;
bienveillants -: prodigu A *.. .:: -::
leurs fili Agent GQnral 4 .I Paaa .. -iRpa
... ..le. .. .. ... .-. ,. -...-.-..- .
..... .. .or t -. -Prin qu a en...
. .. .. .. ... .. ... .. .. .
*.* ;. -.. *** .. ........ . .... .x v W ^ ^ K'v .. T-' ...
:cc ax Etat -Uhis prei e
in... tiU Tippenhan, da la direction de la Compa-...
.-.demeu~re excellente SIt A.. M L 1. -. .1.
.: 'V: ::":.. :::.:< ; .: ."i B.. : :"::.::..- .::..: .:.:i .:.::M.i O^":. '.i" .

po a rg .... ..o...Ca .,.
... .. .. .... . ... . .. ... .. ... .. ... .. .... .. .... .. .. ... ..'
.. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ... .. .. .. .. ... .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..
.. .. .. .. .. .. .: .. .. .. :.. ..4


m


1 .. ......... ..... . ......... '..." .........

.. ... Sou.ir.~
. ..: ............ :..-: -...:.: : p-: :: . : : .: : ': .::: .: : .... ...... ... : ".

: :-: : :. ,i : : : : : : ,. .....:... : :..:..:.:.:: .:. .:..:...:::::..::...:. .. : : : : :..:, ... ou l w r :S il I

de:. i.. auuiieri H : .. S n :......





S p lu s er. .. .... ....... ........ .
uvez e Lail de Damien. P::::::a ez no::::u...... n. .
UT Ai (DR U :. ....." .................. : t.
IT B COMPLETET .. ...
TC (ECREME) ... .... ........ o. AUX IM:I
atr t par lea h pitauxr.-t
nr-l-enAtr & h25s.La: bat ......ii ... ..... ::. ,r S .
S .. . .. . .. ... .. o

iietlttssotist Aft
. .. .. .. i. 0 :.: : : : : : : : -.: : ... .. ......


. : : : : : : : : :: :s : :: : : : : : : : : : : : : : : : : a a





.... : : p: ": ..C m pt........ C m.....pt b e ::e :: ::: : : : : ::: : :: tra tA t :







7 C o pt: : : : : :e : :d: a. .: ...... :. .........d ::?a Ye ,
. .. .. . . . . . . .. . . . .












: > ......t ....expe.to r




S Etabli t.............. a n A t


et Seconda"ire f abdication se i de qt.. daonent.
melieure quaiie. prompiis :oet sC '
.. ... .. . . . . .
...." ... .' ......... ....... ..S...








Rue Magny. No. 1143 j Livraiscn rapP e rer utiont Ia Mai
.Til. Fo ) ...... y.- ... TE. .RI.A. t
b in iOUK:; . *. .. .'.. Va ".rn






Tdtphone: Pr89 r 2 VA s re PLASMtOQaJ
brecteur: Maurice Certont au-rinc t de .-etoad qui< donent. de.
Lfefet des Etudes: R. Chalmers Ir combative] :c
Administrateur: C. de Ca taogxie GLA{ JI.dAS poue combattr e :::te
Noe avon- tvujo praeez de la ,
nain i.r s icn :' r.i.d-.t:I..: L.. Cn OLEFaL.
Le Cutltge Simon oliv.ar, glacieres ent c. .a parr de PAare.a...
S lu m ander u n l ......*. Ton ..


: :


...........





77me .-e ". ....'o....e iemes e m a


SDerni6 es Nouvelles :du: l Mode revu.es
.'I4.


Por Cfble. Radio et Correspondeonce Aerienn )


Al"INGTON Deux
ont ete6 tus et un
j nombre d'autres bles-
sles bagarres entire la
les :grevistes qu. se
rduites dans deux vil-
':A eorgie. A Trion, le
r W. M. Hicks et le gr&
T.: V". Blaylock ont 6te
mortellement, et 15 au-
paSonu moins gravement.
isttant une filature d'Au-
Se Georgie, les grevis-
.t battu un policeman,
i- en a bless quatre,
tn grievement. Des doe-
eS ont eu lieu dans les
ines. Les gardes ont re-
.. de vive force 3.000 gr&-
^:qui essayaient d'occu -
f filature de Greenvil-
t.Gouverneur de la Cali-
.du Nord Ehringhaus a
les leaders de la greve
ai cesser leurs activi-
-ies-, sous pemle de
.s drastiques. Dans le
dettipt, la police a reIuC
d .p.e.her toute ma-
atsi n La police du New
hire a pouse par la
e.foule de g(Itvites :
4emandaient, avec mena-
'on nit en liberty un de
thefs qu'on venait d'ar-
'thUnited Prcss 3-xe A
"Ie nombre des ouvriers
at adhere an r.oiuvemeni
ein mais les syndicate
ent que ces chitTre
Irks mod6r,. et auc dici
ti, les adherents seront

,ASHINGTON. Aban-
utsa politiq e doe iai-
aire, le President Roo-
".:par un ordre executif, -
hiti un comite compel
d Gouverneur du New
tre, John Winant, de
n Smith, d'Atlanta, en
1 et de Raymond In-


gersoll, de New :York, pour
enqueter sur. les causes de la
greve des textiles et tes mo-
yens d'y mettre fin en don-
nant satisfaction aux parties
en presence. DLe Comite doit
fair rapport au Pr6sident,
par 'intermediaire du Secre-
taire d'Etat de Int&eieur,
pas plus tard que Ie lr Oc-
tobre, George:. Sloan:, Presi-
dent de lntstitut textile du
Coton, a dit que le Comite pou
vait computer suir tout Ie res-
pect des employers. Les
chefs de la grave A Washing-
ton ont egalement promise de
collaborer Iavec Iuf: autant
u'i lucmr sera :possible.,
* :XXX : : :
BERLIN-- Le. Reichsfueb-
rer Adolf Hitler a declare une
guerrTe san.s mereI a touts :S
elements qui continuont $ corn
battle \ rigime n .zi. Parlant
,a congree annual du part,
i ::J e:enut' un-- charge It fond
cntrc tinifiumence juive:,.,
-n i 1 a ande. 11 a et6
:, .:mmnt applaudi, tan-
" u- c" po" l"i philos-

ri>1^ iU cince polt ique et
soc'ia-n. considreen comme l'es-
sen.-. d la nation, ainsi qure
< docri. ,e. soeiales die m(u-
vcrnement des races ge rani-
qude. 11 a viiipend la re (t:an4r~,i la vie alleman-
dce int :oduite par l'intOi-eC-
tua]ism- juif. On avait lu aun-
paravant aux deilegues une
proclamation de Hitler an-
nonca.nt qu'il traiterait impi-
:o&:aoeneznt ceux qui-vou-
laisn s'opposer a sa facyn do

vo x::->5 &sos realisations
co:n,,- chcancelier du Illeme
Reich T HiTler a .denonce Ies
correspondents de journaux
as-toife de sensationnel qui
ont r6aandu a I'e stranger une


I fausse conception de P'Alle- j part rdpublicain.
magne nouvelle. est destined a durer, a decla- LOS ANGELES.- La polti-
rde Ie fuehrer, la violence et ce ?deouvert dans tn utepot
les revolutions ont pris fin situe dans un quarter tries po
pour un miller d'amn6es A ve- puleux de Los Angeles neuf
nir, le developpement politi- tonnes de dynamite et de pou-
que et culture du lIleme dre noire voids le 11 Mal dar-
reich ne sera diete a Favenr nier a une manufacture de mu
que par notre partib Le Cone i nations de New Hall. Les ex-
gres se tient au Palais Luit- plosifs n'avaient it& transpur
pold& de Nuremberg. La pro- tesit l' endroit of on les a trout
exclamation de' itler a d.e lue es. que samedi. Its 6taicn t
par Rudolf Hess.. .... rest each pendant quati
....... xxx mois dans un garage d e Hol-
WASHINGTON.- Le D&- lywood, tout prs de-a0 maiZons
partement d'Etat a annoniC i..'iune douzaine detoiles de ei-
mnercredi son: intr nation de ,:::ndma, qui ignoraient jusqu'a
goeier:unaccord comnimercia: aujou rd!ui le danger morte]
..:.. .: ... .. : .. :...: ..:...: .:......- ..: .:.: ...: .. ... .. .. ... .. : ... l o...e.,_
reciproque aveela Colombie, suspendu sur tuis tetes.
' ** *. : M: : . ... : ..* : '. .* :. .' :" : '. ..
WASHINGTON.- Le : :NOUVELLES ORLEANS.
nateur Clark Dean, du M(is- -.-.T. d. .s r&Itai"t do:
soUri, au cturs: de Ienquet( eompetitions electorales de la
menee autour du trafie des mu Nouvelle Orleans prennent.
nations, a.declare que le buti de un caractere:de pius en plus
P'envoi des mips;ions navales grave. Un group d'individus
dans les pays de FAmerique en automob-ile'6 exicut, unc,
du Sud etait de conqueror de salve sur la r6iemdecL du Sc-
nouveaux clients. aux manu- nate-ur Huey Long, l-a AveCnu
features americaines de bha- Audubon, et a I aeI, d 6,: I 'g-
teaux de guerre et de muni- nades sur la maison.,
tions. 11 a dit qui r1 mne pr11. xx
sentiment une enqutee sur le:s LONDRES.--Au court" d'un
efforts dc Electric Boat Corn banquet, Sir Malcolm Ca.mp-
pany. de .New London, Con- hell, dtetntour du I'rec., u1-
necticut, pour vendfre des sous monde de vitesse on iaut no.
_ari-ns au P6rou e. soit 272.108 miles h 4 .c -
xx r-e, a announce qmuil ci'.t: I.
WASHINGTON. Deux rendr -n loride 0n
nouveau experts financiers, pomu e-sayer une n
de la Tvsorerie F&ditale d'atteindre la viteCse <(e ,eo
ant deMissionne, ce qui por- m niles a !'heuve.
Ste ia 1 e nombre de ceux qui xxx
Sont abandonne leurs fonc FALKIRK, Ecosle. 1.
tions _- denpui Ina mise an vi- club amateur de foot-bail de
Iueur du New D)eal. Lns de- Falkirk a battu i'equip- arLp -
mi',ionnaires sont W. R. ricaine de 1'Etat de t-Penn
Stark. chef du department vanie par 10 a 1, mercreii.
des recherches economiques, xxx
en fonctione depuis e r-egime WEYMOUTH, Ang:etom,-c.
Hoover, E. G. Bennett. ban- Le Congres annual dec 1uier' de rIah. .t membre du de unions ou syndica: aun-


I glais a adopted une resolution
exprimant sa sympathie pour
les grevistes des Etats-Unia.
11 a demand aux dirigeants
du Congr sa d'envoyer aux
ouvriers des textiles et a tous
les autres. travailleurs am&
ricains engages dans la lutte
industrielle, ses plus cordia-
les felicitations et 'expres-
sion de sa plus forte sympa-
thie A Foccasion de leur lut-
te pour le droit elementaire
du commerce libre et indepen-
dant. La syndicalisation, et le
principle des negotiations col-
lectives, augmente lea salai-
res, diminue les heures de tra-
vail, et ameliore lea conditions
en gednralzt La resolution ex-
prime l'espoir queo leouvriers
americains front bloc sous
la direction de la federation
amerieaine du travail.
xxx
SAIBILENE, Texas. Le
1 ieutenant aviateur americain
Robert Allen Blunt a fait
one chut.. mortelle non loin
d'ici, mnercredi.
xxx
NEW YORK. ....... Le Gouver-
nemInt va arreter des mesu-
., energiqiu-es poutr mettre
fin i h a contrebande du rhum,
qui a pris des proportions ex-
t r..olinaires. On value A des
w~ i-rs (ld caisses la quanti-
h vum q(ui entire en con-
,-c-nde aux Etats-Unis cha-


(foir suile en 6e page)
,. --- -- ^ -^ 4 .^ --' -, .iir n '_^. i,=- itifjg
AVIS
Un Nouveau Testament so-
Senvoe g'ratuitement, sur
.1 ine. a Toute personne se
i jpa- les Saintes E-
ci i O.-;,
*< na rces} f Monsieur J,
Alfred Peareeh Port-de-Paix.


INSU AN C


PlET-I*A! F MVNI LUABT-


RENTREE

)ES


:: / Tobraleo a fleurs
C LASSES / Bazin blanc
, Crepon a flours
(garanti lavable)
i.. s / So-sette imprime
nrieurs / Soisette uni
::ri Voile blanc sup. et inf.
i- es Drill blane
Drill couleur
.. Tte d'indien bl. et could.
Pate dent-ifrice
S-' Bretelles
n nnChaussettes
., Denii-bas
A' Coi Ceiturons
Chenmisettes
" ... ": ......... i n e s "
Chemnises

Sr..... ... .

.. .......... / i
S f ..... ........ .. ... ..
K ... ...,.........* : *. .. .. .. .. .. ... .. ... ... .. .


//
-A- A'
7


/





-, Toujours
Pr-- rte
a
Vous
Plaire






oseph EL SAIE
.. .. : :- :.. ...

. .- ..- ." . .. -. .. .. ... .


L'ordonnance par excellence
a suivre au coucher du soleil
Au voucher du soleil, apres tune journ& de
travail assidu ou d'exercice violent, Pordon.
nance la plus refraichissante est un grand
verre de White Horse Whisky t l'eau de
soda frappee.
Le White Horse Whisky supprime la fatigue
et ressu.-cite l' nergie languissante. Ses qual.
ites reparatrices et sa valeur digestive sone
bien connues des sportsmen dans son pays
d'origine airi qu' I' stranger*






O E 'M &
lI.wn unIS E6

W ^.~ ---- ^


.k~hA~tflt&A & 1FAL I a.j 4A 4


CO ." a*-- "


)-"; p b fl&w *'


1Iwo" /--r


: :. .-
-"*.:'.i: .....

.:m:_---i-*-. :-'.


... -.. -.: .
< ;-.. : -.

........ ..
.^.....


Kt


..a


WA,* -' y*


POUR LA
..........
"..0" U


- -~~.t^Irf 'l


.. ................






: "'..: : ,. "-4 .1 aT.fft w

*':; "1. 2 .rgNo.e
ofte.Posa e No. 15 Te61ph 22U8
QUOTIMEN FONDE EN 18
N." C AWVT a CR* AQUIT
... ... ..-. : D irecteur. :
"..* G. C AUV. ."
.-; ed ,~tnt en Chef:
4 ARCEAU DES1NOR:
A min1trateur :
RNMST BONHOMMB
:- -:.', .. : -


rwy


; UN PORTE NEGRE

Sr PENCHE -SUR SON

PASSE









We helped o turn its rir.
gin earth,
Our sweat is in its fruit-
ful soil.


..:Par droit de nais-anc?
ette terre est a nous,
Nous Favons fait notre
par not re travail.
Nous avons aide a retour-
S ne r son -o] vierge
'-NouK avons dte note
siteur arr'os ses flanes
fCSconds.

C t' et par ces vers i une e-
mouvante simplieire quo Ie
grand ; poete negre James
Weldon Johnson ex prime i
quels titre> juridiQt'-s et ho-
mains ses &QygenTers plt dent a une egalite comply t('
a~i= tous les auties cityens
yankees. En realitt", c'est I0
negre qui, des. la prenmi&-re
here, a Ie Iplus fait impou r1e-
tWUl'onert e et esemener 1ia ter-
re vierge americaine. C'est luii
et son rude labeur qui i'ont
conquise t la culture. Ds
lor's, West-il} )a.s :- iverallne
ment injust e e vir ce n icre'.
traitt jusqu' i nos jouirs en J-'
trianger, sin on ennemi, stur
un sol que depuis des genera-
tions deja5 il arrose de 1'abon-
dante sueur de son front?
Depuis longtemps dejat les
meneurs spirituels des negres
aux Etats-Unis s'emploient a
reliever le niveau intellectuel
de leurs eongeneres. Au mi-
lieu des pires difficulties finan
cieres et autres, ils ont eree
des ecoles de tous genres pour
favoriser l'~dueation profes-
sionnelle des noirs. Danma cet
effort enorme, constant, per-
sonne ne s'est plus defense
u que James Weldon Johnson,
le fameux pdte negre qui, it
present, au declin de sa vie,
sous Ie titre aAlong this wayp
vient de publier son emouvan-
te autobiographies.
C'est Johnson aussi qui a le
plus contribu6 a cr'er le nou-
veau type du negre, n gre in-
-tellectuel, pour ain1i dire ne-
S- xistant avant. Profondementt
attache aux chooses de l'esprit,
; Johnson a vou6 un veritable
culte aux mbavements intel-
leetuels qu'il reussit a susei-
ter parmi seas freres de race.
:::: Et ce nest qu'une- raison de
-plus pour que lon admire ee
grand initiateur aux talents-
si: .. :.S..divers, toujours inspire
.;'.d.. ':i 'un. profound sentiment h ii
.. nma'nitaire. Riche en humour
et d'un veritable tempera-
ment d'artiste,Johnson comp-


ro. w'm.Li ouvuw..T .


toe sans doute parni les plus
remarquables esprits do no- ,
tixepou I)O(1
11 a MoluvUt change M1 V nd-1
'tier avant d'avoir d(eouvert Le Vapeur COLOM t IA
sia vertabie vocation. Cireur Voy, 31. NB e our des
de chaussures, camelot, chas- ports Colomhiens. (e Kings-
sour de restaurant, il faith, en- ton Ja., est attend Port-au-
in, so e tudes superieulres ac Prince le 6 Septembre 194J, en
1Iniversite d'Atlanta, et on i route le mme jour a 2 his. p.
le rietiouve pion d'abold, pro- m. pour New York, pretant
fesseur plus tard,au lycee ne- fit, passages et malle.
gre de Jacksonville. Ensuite, Le Vapeur PASTOR ES
l devient totiur tour journa- VYov 30 S. B, partira ti New-
is-te tudiant -n d(doit, avo- Yortk le Septteminbrte 1l:
cat, romancier, puits au lcom-i pour Port-au-Prince li-ecte-
incneement du s:e!be. r*enon- .:nent 0of i) est attendit Ie 10
cant snoudain at touted e S-o ,.j lptembre 1934. en rote le
fe-sstons successiveS. i Slau -le inie jour a 4 hrrs. p;. In. pou
poete, chansonpier, compo- j Kingston Ja., Puerto (olomn-
sant des couplets :particuhe- bi' Catagena. Cristobl C.
eiment pflritua.s: on u mo:ei- Z:r prefat frit, ynssagers et
v iint, mis en rm ue par son waite.
fI~'-e. le nun moim ehlr : :
conm po> iter Ro-amond Joh n .'... B IEU..

c nnus dan Isle monde en. : e i
le ,id with the dreamingg A4VIS MATRIMONIAL
t ,, Uttr he baSmboo, Tle
('ongo ore etc.. datent I :Je (I.tare ", n i t'i au
ti: ce. tiemn s. I fa1i t .ai comtmrce na-.~i, .l r'ri"-
rn i dee-ch;tn: tou -t abe des acte t aciOtnsl r
S nihnnimnt populaire t Madamne M al:t in Dmorv.
i ppdlant -n COt l vemie la ie .Odetre Iqn;Kr: t a-
Sh '', en, d -teux Be- 1bandon du| t'" ,raa d-a
S : ige, Nt)fbre de puie. uis quatre- :.- .- n t n-':
. Jonson tfu'ent mL : en mu- : dant une acting i ,ie :u
' e nPar; u -.* trt .. r tan% ,-i --: ft intentee.


;i. :.,i :i R '" ( .< L e t o
"-'r"- Iet deux ffe' .(ohn-C L
-t. -- 4B on-












mrican negr supcr itals d
: .'. et.patn (I. e Ia mut li-

-




-. -'' k ii ? iu 4n I -ir ats
t mu i .- e n-- 4. .-re.


plus 11W':t t81. >l5 t reX
( -,.c.., (Ie V, ..I.. ^BLO -k 0! A-
ni ricau negrus pituats ei
v (i(Hook t#-f cfJU, px'tlry
Sr. t tis .....i i -U ?- i _.'liv d1

IcVl'isfl liici u pa













're pi iti ueau Ptam idl ent uRe-
'ronanl Iu s~evice 1diplomati-
q } ueq(t? Johnc< n se cosl.1acr'
i &a cue d, nIt 11 fsil e, ohIln-







e so-ociati;o' n nati.one ,.des


Nges d. Amri"ue.dont i lde-.
vnt l ectae genra de
a1 Ni E caaa en suite, ihame-








I( une nrarente lutte contAe
lo s Iaporuni-t7 de sa race-
drew -Vilsun, ii se vil 1bi,-ue
d'tl -l tlVt siti.,1-e IUIiSCuLe Sa
coDuil' V-tiue pas pIIs
-<|iu ('elle de Son epide.in(ie d'ail
leurs .. ,0 'tait fate po LUn plain
.re au f ou auX President. 'Re-
1on1ant au service diplomati-
Squeue, lJohnson se conesaer
kalors avee plus de zie encore
pal a csaust des noir.- II fut un
dem dpromoteurs df la fam eu-
s e Association natioale des













nuell~es.: Johnson, tioeva adec
N Negres d'Amerique,dont iil de-
vint Ie seeretaire general des
1916. En cette quality, il-c-
na 'ine ardent lutte centre
les opportunistes de sat race
qui, sous Ia direction de Boo-
ker T. Washington, pour a-
Spaiser les? jalousies yankeesu
demandaient- ue les none mrei-
noncassent aux hUautes etudes
,univer'it'air s est se bo rnas-
sent d6sormais aux seuies pro
fessions eommereiales ou ma-
SnueHls* Johnson s'6leva avec
i une violence extreme centre
un te] march. Pour rien' au
,*monide, dit-itb et 5 aucun prix,
ltes negres ne doivent r:non-

:perieures.! Coest finalement
Johnson qui 1'emporta. die-
puis lors, la jeunesse studieu-
se negre s'est encore multi-
pliee aux Universite;s qui tui


Ma ti D-EMORcTY.


SSon't ouverte.
Simulhanen "

afin d'eciairer ,
ue aerica .
jes sontimen c
negres, ; i n. :I -
tri tis t" 1, Si. St rI.e'-
'. i \ EI ll "[L'i ta
moins lec esp.i 4 uri
professentm :;u de-le ides hL?--
tiles a I f ard dI i n i -i I- n'
ite en r'vie ent tOn ,ts 1ran'
partie : Jchn sdn Ct i. B> :f
au milieu des pies injustice:.
a to_, oi... u TrH- preiuvc Ut]
doigt et 1e .vsu :. Au ien-
demai-. dles. ,p .uvantables
'ulrQ&C (Ies ncgr;'i at Saini-
Louis, ii '.i aurait et6 facial,
d('emouv.ir le monde enter. 11
n'en it rien. Par centre, il or-
gantisa New-York mnme Vi-
noubliable et tragique (mani-
" festation du silencer, cort4,,
. gigantesque auquel particip'-
Irent des centaines de miliiers
de ni-res, homes, femmes.
enfants qui, taciturnes, sans

(coir suite en Seme paop)


SiiU~tr.S4sii


.an ........... ...1..

a l 'ia a

Jeudi .:
Reprise do :
1O(n Mathot dans
I)A NS L'iOMIRE DU HAREM f
avee' Lou ie Lagrange.

L'ENFA T ROI '
t1 P' r:ties .
Entree: 0,50 te


Velnd r di
Ch.th.ty 1l10ri,'.y a.nnII


L'-GOM lE DES


a 4 ,,.LErs
E II A.t.-.\.\'T /(.t
i[\'e Viv ian t onson.


it 8 heart

tET

L'E. '4F 1AT .R
4.. .. ft' .-t .i
y "
LA r (al? S \RI Y
LLA4AAI
~'4.4i AR"


AIGLES ":.
Entr~e 0.50,





Entrde ,0O




'01
entree 0.50 1

*.4


AU


. .. ..U .. i ..
.,_- <4$* M "' .w .- i.
.-' .A'4 **, ., r w, .'' -
Touft t..';r? ,,'' "r. i.,r-f
!1 Ei 'i.\,'., .'Z; T'' q,: n'-t:
-r


w Le prx ei t aooap
,lev6 quand vot empky
"LAME BLEUE." ALe u
et dur come la v itreOct 4'
ce comfort et cette dnrte ., .
Un essai vous en c .a
Achetez un paquet de "
BLEUES" et faites-en

.... : .

n ::'Ka~a Ba


P. 0. tox A-1A-7
Prc-a-Prinee
MW^ 34i-;, -, .._S -, *... ,


f A BL SSE
DBSILITE


'.4 4---.. -' -
Suotr :~.'r -j ;wU


r "-r 6 a. t#-


Pour a Bea .ute

employee dans votrt bain cc fiamux savOn
don't la compositoin stcrete rcnfCrme des ,
huiles adoucissantes. .
Soir et main, suive7 ce trait-ment: Des;
deus mains: faites un2 mousse cremeuse
de Savon Talmolive et d'eau. Puis masses
legtrement cette mousse dans les pores du
visage, de a3 gorge et des bpaules. Rincuz
bien. Essuyez avec soin. Cela gardera votre
peau fraich,-, douce et belle.
Et le Palmolive, malgr6 ses pricieux in-
gr6dients, eat tres peu coilteux. Employez-le
copieusement pour votre shampooing heb-
domadaire et votre bain quotidien. II garde
tout le corps frais et dispose, V
Achetez 3 pains de Palmolive aujourd'-
hui. Suivez bien le traitement afin d'ttenir
les rdsultats. Donnez-vous la preuve du fait
que vous pouvez acqudrir la beaut6e.
.


l
4.,''
a~44* a-


om PIP a awl.


Mplllw


..... ..... -----------


>


X


r


P R IX


'C







au Co WmmOrce
:-iLa Paama Railroad Steamship Lie :a: Pavantage
n-i cer les departs suivants de New-York pour Port-au-
0fHlaiti, directement, chaque Mardi, exceptes le ss.
g aql qui laissera Memrerdi, le 5 Septembre, 1934,
Wdrstobah, le Mercredi, 7 Novembre, 194.
STous les steamers sont pourvus de Chambre frigori-

pNARTS DENEW-YORK ARRIVAGES A P-AU-PCE.
..f.. r7 A ..J .4. Ir).


-gtwal Qtt, e uaUml
gS, Cristabal, le 14 Aoftt,
jSlnaventura, le 21 Aofut,
,A.o .e 28 Aouit,
qG ayaquil, Ie 5 Sept.,
:FCristobal, le 11 Sept.,
fSl venIurn, le IS Sept..
a n,, le 25 Sept.,
j:at$G aquui le I2 Oct.,.
atl, le e 9 Oct.,.
etlaentra, le 16 Oct.,
$Ancon, le 23 Oct.,
uayaqui, le 30 Oct.,
.Cristobal, le 7 Nov.,
S.... farentura,le 13 NovN.,
:.:Anaon, Ie 20 Nov.,
.Gua.yaquil, ie 27 Nov.,


1934.
1934.
19;34.
1934.
193I4.
1934.
1934.
1934.
1934.
1934.
1934,
1.934.

1934.
1934.


-ie 1n
le 19
le 27
Ie 2
le 11
Ie 16
Ie 24
:le 30
Je :: :8
:.e. 14
le 22
]e .28
le 5
le 12
Ie 19
Ie 25,
Ie 3


Aout,
Aofit,
Aofit,
Sept.,
Sept.
Sept,,
Sept.,
Sept-,
GOet,

Oct.,

Nov,,
Nov.,
Nov.,
Dec.,


91134
1934
19,34
1934
1934
1984
1934
1934
1934
1934
1984
1934
1934

1984
1934
.19 -34


L rEm NOUtVMlbTS Ai --. VLItb. f -


Par temsi de crse


ou de prospl rit6

ce pieu a toujoIrs

fRait iwpreuve Je niei t


Voit un pneu qui se passe de presentation en to1u pays.
Les gros sesscptures massive et saillantes de sa 1tbnde
de roulement. tenant fermement la route, sont des symbo-
les de security depuis les d but .de automobilee,
i: me au cowurs des aunnCesd'adversil qui viennent de
ecouler, ses enteis ont di pae cells de tout aute pneu,
quelqu'en fUli fe prix.
. '. :... . :. :. .. i .. :


-pANAMzA RAILROAD STERASHIPi LINE,
It.Vl. M. LLO YD).


Acig. Gentrat Agent


is e -


Institut ppenhauer
1Hr7 Rue Laarre -- Tt1"ipho 2891
S s Admissions aux BACCALAUREATE
Rhatorique et Philosophie
Annkes 19n7 a 19
I ttablissement doit ses sucees a sa discipline, ~ son ez-
mithode d'enseignenmment, A sa bonne et large or-
on. Pensionnat incomparable, Pension pour pe-
6i 12, Cours elassique genaraI, Legons particu ~e
uns de Steno-Dactylo, Comptabilite, Anglais, Es~
Allemand, Pr6paration h i'Ecole de G6nie.
lisament garantit tous- es ours et former des
forts et conscients, .omptents et courageux.


.. . ....
4.


SS


SOCIETY HAIT1ENNEE D'AUCTMOBILES
MALLEBRANCHEi GENTIL, BOGAT & Cie.
Port-au-Prince, Haiti
-'s .-> -- ----- .- -- -. -- ," _-.i .- '- -


A B SK de COEfNE. TOL U t EU( ALYPTo, t
Ui 4R.sLt.-C0NScR VTJO P ARFAITE
TOJX. RMUMEs RONCHITES, ENROUEMENTS
INFLUENZA, AFFECTIONS DES POUMONS
PORT-AUI-PRI:Cr., I.! iI, ET LES PROVINCES.


PACR 8! "


UN POETE NEURE SI PrENUlR
SUR SON PARSE

(Suite)


I
r
1


ouvrage (i vivant, palpitant
grace aux nobles sentimer:
qui 'imnent claque 1ig.. u,
s~o auteur. A lire ce iivre, o
ne peut qu'en aimer i'autevI'
e t a etudier une tehe vi., on
ne peut qu'admirer l'hr(n.n-
qui la vecut.

Arne KILDAL.


:Le-'-esi. neHon st abel.
Le i& w es1 toiestaI)IO


LE TOUR DU MONDE
II n'est pas nfcessaire d'etre rich pour
sotisfaire soe gots pour It voyage. Lea
9mns de condition moyenne peuvent so
permrnefre ce plaisir ovec I'6porgne. Les
roindras d4p6ts, gr6ce a fIntIr6t corm-
pos, ont tt faot de constiuer une r6serv~
int6ressonfe, r6oaisaobe eu besoln.


BANQUET


ROYALE


C U .CANADA


.... .. .... .......

...... ...
........ .


asr now 4rr tIV


-est


la


1eure8s varieties de


vaste


territoire


melleurs


terrors.


.......

...4.... .....
.... ....


. ..


:le .




. .. : .I
"| -a Bh .:.
B ^- P ... -. >. f .
. .
-. -. 7' i -


II


3est ce qui fail son aro


S Goutez et om pare
.: . ..-. ..


~dlfP~LL~LI~--YC~r~a~jL~~^..,- I, ,I-r.?tlg~Lrr~W*


. ......... 77 1


e


un seul eri hostile, long&rent
les avenues, promenant ainsi
leur deuil immense et aussi
leurs reproches douloureux,
refoul ~, don't is auraient t
i en droitd'accabler leurs con.
citoyens am6ricains, lyn.
cheurs sans raison et assa-
sins parce que forts de leur
supeIriorite numerioue,
J Cette manifestation silen-
ielouse, imposante, majestueu-
se, lit plus en faveur d'une
meiileure comprehension de
l'tme negre que des milliers
de meetings, des tonnes d'e-
crits ou des cataracts d'elo-
quenee.
Actuellement profc.seur b
la fameuse. University Fisk,
Johnson pourfsuit encore a
caiClo4re aussi rich en tra-
vail que fertile en enseigne-
menrts. En cristallisant des
doctrines politico-philosophi-
que;s, ii tlut forcemnent se po-
sr la question: comment re-
soudire e1 gilrave problemre ra-
cial yankee-negre? A son
sens, i -n'existe qu'une seule
solution possible: celle de la
com prAhension mutuelle et de
'interpenetration, dans le do-
maine spiritual d'abord, dans
le' domaines de !'ethnogra-
i hie et de la demographie en-
~~ Qit .u le deux races, eel-
ies des blancs et celle des
nri s s'entremlent done!
h'humanit6 ne trouvera qu'a
v ',:ner. L'union des deux ra-
C| c p'rotuiPa .une race nouvel-
l z:11 teint plus basand quc
: ~'eit clui du yankee actuel,
;ini-. d'autre part, ciombien
cct.. ho imme nouveau sera plus
imipulsif. plus sensible, plus
1iel en r ac io artistih-nes
( "rli ie.n aussl~i 11 aura plusid de
(cXr' .C (on"sbien ,:, am e tera
piu innombrable, plus helle
et )pius portee aux elans...
I)ans <(Along this wayt Ja-
2me-: Weldon Johnson fa it le
recit emu de sa vie et do, ses
evolutions politiques et intel-
: lectueltls. Son livre ou abon-
dent I'humour, la gaite, la sen-
sibilit, la comprehension et
aussi V'indulgence -reste une
tries belie uouvre, P'une des
plus telles de Ia littirature
derja si abondante et passion-
j nante des negres amenricains.
Quicunque voudra connaltre
'histoir' e de-: n;oirs nux 'at.
Unis pendant Ies 50 .rs." .:
annres, no pourra ni~fgiger ,'-:


vmgmft andft fvlmmh
Ift No MEL up AW
lw lf-, 1497-4M T I& F"
MIM6
qmmft Arm
Im-Na qft so
qua ff IR
AP MM
lochum HIL

111111 e S segIml UO2, uAr"h des


co" a n


7 0isa




....... ...... ..... o
~m~irm~, I--r--W N-Uuum -lift


t


Messieurs,
L'aiticle 40 de. la loi sur
1'enregistrement a 6et vote
par Ja Chambre des Deputes
tel q''il a u presented par le
Pouvoir Ek&cutif.
Par un Message du Senat en
date du 5 juillet 1933, le
Grand Corps avait demanded
a la Chambre des D6eputes de
vouloir adopter certaines mo-
difications faites a cet arti-
cle 40,-- la Chambre des De-
putes y avait acquiesc&E.
Sous pretexte de rectifica-
tion d'e'reur, le Senat vient
en ce moment r clamer le re-
tablissement de certaines par-
ties don't il avait sollicite la
suppression et en outre opere
irreguli6rement la su:prtes-
sion de cette parties de It arti-
cle 40 relative aux Co.mpa-
gniesd.'Assuranees en propo-
sant de lire 1e texte sns ie
troisieme alinea.
Vot re (Commission Mes-
siciturs les Deput6s estime
qu'en. ver-tu de Irticle 55 de
la constitution 3e aline a cette
Srectification i Jererurs n',-t
qu'unPCe modification t.igauisee
de la loi et n j>ent etn- p.'sl -
tn conarsideatio .
Ta President.,
Y Chitelain, ", ( n am,:
N.TC. Fiourcand, I)i. JIh. Liu-
.-
nea u.
Le Kapp(,orter.u
,. BeI atizai e.
+ .- % -

LES FUNERAILLES 1)E

.lltne. ELLIOTT

Elles fuI ent i'el' ie ent ,i
posantes, ce midi, les funeral -
Ies e M-me. Elliott a ia suite
desquelles les Irestes furen:n, d-
poses a borld en route i-otr ies
Etats-Unis.
Un nomill're considerable d'a
mis; dux camions pour trann
porter les couronnes et ]es
bouquets. Au wharf une g'ran-
de plateferme couverte de
tfeurs attendait le cereueil. Ce
sont les amis qui ont pousste
la plateforme de la douane au |
steamer.
M. Elliott, toujours tfres af-
feet6, n'a pas pu assisteor a
tout cela.
Nous lui renouvelons nos
,plus sinehres condol2ances.
.


LE-SENAT EST CAUSE

D'UN BUDGET

COMMUNAL

DEFICIT IRE

IYEN VRON 200.000, GDES.

Pretexant le tarif commu-
nal a just titre incrimine
pour avoir 6t vote lannee der
nie A la hate, lesSe nateurs
SZephyriiiet Tel1maque onti
Impose I 'ajournementidt du- pro-
S jet de redressement pour ne
pas vter. re a hAte. :
Le Bu get e la Commune
d: PI u-Pr nee sera d6fici-
:ta-' 00. gourdes, et.
o d nil faudr(I couperp>. Asi-.
SCommutial jvoieie et au-
.. tes services i dispensables i
-une Capitale, IJ victim n au

n ateu s.. ..
.. .," .


L -Gouverneur de ces dermne-&
res a demanded au Bureau Fe-
d6ral des Narcotiques d'envo-
yer un representant a Hono-
ulut pour y etudier la situa-
tion.


FIAN( CAILLES

Nous avons appris avee plai
sir les fianailles de
Mile. Elsie Me Intosh
avec
M. Pierre Borno.
Nous. adressons nos plus
vif. compliments au char-
niant et distingue couple, -
- 0 W -", r ,
AVIS MARITIME

Messieurs les chargers sontt
avise- que la Goilette a mo-
t.ur Nannette laisstea Port-
auiPrinco le Samedi S eouran
p:;ur ]es no'rt de Jerie'.-. Da-
e Marie, Anse (d11'Hainault,
in enant fn^=t ei pas-agers
I rt-au-Prinee, Ie 6 Septem
1-re I1 ..
1F. CONTAIN E.


HEA ER( IEME.V TS




I len.i DIuraqiu eCt r ra s n -
fant-, M. C y Chripi el
MS infant's. M. St unr Dur~i nd,
Me,. Aldeda Durand. Mme.



ll I -' o 4 t -

pentas Et 'aults tI 'plrt i, ten
sieWtemflgn:t k'' 1 des e I 0lpin.-
a u-ri d d
+',,,r tn ioi ".:.'bds. ("e syrn pa th
i ;-rnofatiol ~be la nult de lem
S Tanie Durand,
t I




,0,'veliUe 1I 24 Aout e ctt hilt.
1s ls print d-agreer en.
_occurrene, express-on de
leur profonde gratitu(1e.
Port-au-Prince, Ie 5 Septem-
bre 1934. >
-. _, . ,sw w ..... *
LA RENA14NSSAUCE
(on UvtU


Les membres des deux sec-
tions de < La Renaissance >
sont convoques en Assemiblee
gkenerale extraordinaire le
vendredi 7 Septembre cou-
rant six heures pr'cises du
soir afin de procede'r a '6e1-
tion du president de la Socib-
te et prendre les measures ne-
cessaires a la bonne march


de I'Association.
+ Port-au-Prince,
tembre 1934.

Le Secrtaire-Ge&


Chrisph


le 3 Sep-


neral

tonte Fits.
I


A LOUER

Pntre Tureau et Bois-Verna
Une grande villa et ine mai.
sgn moovenne a stages ayant
toutes deux belles galleries,
garage et bassin.
S'adresser ,a' M. Camnille J.
Le6n ou .dans la mason a eo-:
t.e d4 Me. Hubert Alexis,


b. .


.. .... r .. 7 7 g' Jr.,. tmr.ww-r


i. i:A*i:~TA T VOUL CUHICAGO.- -Au course des
S. preuves auxquelles il sou-.
JAW NO VER me4 t son. monptlan Winnie
-"--: .. Mae, flaviateur Wiley Post
:: ":: est 61eve i plus de 40.000
Ipie(ds, sans chercher pour le
A propose I'incident que moment t bat:tre les 'records
S nous ovpns r pport4 entree le d'altitude stratophIeri(que. 11
Snatf et la Ct mbre sur iune garden un .silence enigmatique
ifoirmpul:e oui/ZI e d'amender au sujet de ses projects.
les lois que le S6nat propo- xx
sait, nous. avons eu copie du SAN FRANCISCO .- On
rapport de la Commission de signale une recrudescence de
la Chanbtre charge d'6tudie/ a contrebande de narcotiques,
ce cas nouveau, nutamment de 1'opium, a San
Voici ce rapport: Prancisco, via les iles Hawai.


lit une resolution dans la-
quelle ii demand ainsi (L4u:
quelques deputies qui lFont s!-
nree, I'execution de eertains
travaux dans lear'villes ri-.-
vant de leurs circonscrip-
tions. L>e )Dpute Estiime oh-
ient' Ia parole pour deman-
-era re-ijet dIe cette rtsolu-
tio.m (dot H1 n'a pas eu commu-
nication et la qualified de r:6-
cam:e elector ale>. Apres :.un
vivte discussion, le Depute Es-
time retire sa proposition. Cee
vo ,ant Ies d6putes Bred(?v
Telson. Th'omas, qui n'avaient
.pas e i j presenter dans la
dite resolution, les doleance,
de lturs e ceteurs, le font. I.a
discussion est a son coml,
1i president ne peut arrived i-
etabiir le came, quand le De-
pute Loubeau se leave et de-
mande d'ajournel Ia resolu-
tion du Depute Garcia, et sa
proposition est votee. Le Mi-
nistre Vaugues a la parole. II
'remercie I'Assembee d'avoir
vote la resolution Piou sur la
Production Agricole et profi-
te de Ioccasion pour pa&rle
dul Contrat Brignac. I1 est
I here 20. La seance est sus-
pendue et seraa reprise a 3
heures.


L'Institut Tippenhauer
demeure une excellence ecolc
aver son irreprochable
pension eo lire .
^w -. F t


CHAMBRE DES D9P 1/TES

Seance diu 5 Sept. 1934
Martin


11 hres. 5.- La seance sus-
pendue hier soir est reprise
avec 21 Deputes presents.
lo. Aucun proc&s-verbal
n'est sanctioned,
2o. Lecture de In Corve,'-
pondanee, qui comprend !us
messages suiva:nts: fun suir ie
Budget du Departement tie
Y'Interieur, un autre conce'-
Snant la Loi sur les Domiuwies.
tun troisieme relatif it une loi
accordant une pension ltde
dollars A Monsieur Charl.s
Mathieu (dei Port-au-Pri nce,
et non 'de Valliire, cornmie
nous Iavons dlVj impri-nu
unie fois par rreul (es deut
dernieres lois etant vote es :', i
Ie Stnat avec Ies'mod inletic ;i-
faites par .I Cha nbmobre sero
expedi&es at IExcut p.ul r
etre promulguie s.
3o. Rapports de onn:r .-
sions: Aucun n Ltant io
passe au 4e. point (i e Yeor I.'i
dLu Iiour.
4o. Discussion ts pioF .ji
(e lois. La Loi siur e u'.
du tDepartenment de I':
irieut, mis4 en discu-,
ete renvoyee au Sen ata ;-
Le d'une proposition (o:i D,: i-
e Loueau. demniandan a 1-
jetr Ice principle de la nIou:-,-
i reduction d(e o5u.t() auv .',

tIon Cui est m1 ( a: 1

t. n prosL e1 de7 1 t t. A-
_n p-ension au '
devx grand na;it- > ...r-
rison et :. mis

.... VSt Vol", .t C
p-r:1^ rtala ]e r :, '" -


n i na louvelie io >sit ie ITr a1t
m.odi;iant eli.e id 10 Ac it. e
DOpute Albert iprpo) e 1)0S
coniit erant en lieu et place .
eelui du Sinat. II est v):6.
e e I i ie ant mo(. .iie :, .-ra
.nvye paor d(evant Ie S&:a.
D DDpute- Pioni gZInl' Ke'
'Loin ''(Vlnd a -:'uenti' a:
01 ducti gn eri'ole et on
t er t x portation. II en
demagnde l vote immediate: ice
qui luli est accorcl&
Auct.ne proposition. n'et an
faith, la seance allait et. .
susiutie iquand le Dep:ute
Garcia monte a la tribune e :


f ri : U collier ........... 4
S ow r ; .ho e Im r. .,,,.,.. ..x: e. utr i
S. L d n J.cs rurutn i s ....... ...

Raym.ondl achard. i. il ... ..........


L. au h m i'A rc h p: i. ...ir. .....m.. ", ,"
Liszt. 1, ..i(: Inp 4 '%.
,, ee. t -1.7 r. I/ ..:.


i. ...f AI9. t 'P l c . ...... .'..:4


.!.I C... l.a .r-, .'T . . ..r..... ...^|
('h. ri.urr.s. Lj (m anir 1 1e F Use' ....................
tt c.s dl ?t .. ('al rin i f 'oL. ine .. .
.... /. L. /)on f
l.a h IDt ."i- Ci "a:
;~. Ia~f~l.C~. R F/U/(( ? f;I f Che.. ... .. ::
... ... .. .. .. .. ,, .

Ia b-H r'ranic. ,..... ....
I' =. L '.. ", ." 'f


I I o I Ic:~ir
T(it .imaoA

TiMa;;ne. I 171 1 Sfl?'C.. PU'!:I~s~:." lllc tb-: H '


Le Auomo ous dema
" Est-ce ditficie de fabri
quer unelaueue d'Accu
\i I a ct e A 6


. :' .

L ", .
; ..




F:" ,


..71 Ul QX-
,


.V'>: r ':~- UI;~ Ct-
.A~ 2;~C
A L !. l'3 r~lr
A.~ ~ .4 '


v i

L'A.-tCCiILa.. E~ DE LONGUE VI'
l) tri ur pour Haiti:
Exide Siornage ialtery, Service StatW".
S e v ..p?'r .. '.. 'Sc.:

F. W. wILsoN, .
Ala"Friger
.
-a i-r. ,~ -wow


'Caf el Rest

('hamp-de-


Ancient Club des Officiers Americain :

Service de ler Ordre.

('reme a la (Gcr e de Qare Quatt

Proprie'ir ire: A. J. KA


7 '

Ct ~ w


.4. t- N t.~. 4 2


Petile Anlholorgie des Autew a is g ..........
Marcel Alymi. Le Nain .. ........ .... .......
(' Aymard, l/,appel de FEch tiud ............. ..... lt
Vfeki atum, le ....... ......... ... .,
TristanM b'rnard; I isih M no lumrfes
Reine Beurnier,. AntilI's ( mian creole),.. ..'t
Drn Sem Rizord, La ri' des lies ..
Joseph Caillaufx lie priso a .,...,..... ... .
('ar i, T'rPre de plaisanteri ........ ........ .
Francis Carco, lit'moinirs Iid'c mi tre vie I.
Felicien Champsaur, La f Ile des roses (illustrd .

Tu'er / s t eiu, r ouir ... ;i
A'ra^. .a guenin d'r e'nue
ne .. .... ........ .... .... ... ......., ... ............... .. :.
Andr' Corthis. Le printimp so?0H Florage .. ...........
Ed. Drummont, h11 fo;, d- I bout due sang..
4An d. Ducan,. La gw;'rrtc r)te fie par les co.mbe

a, m ints ....... .. e.."
M1I. Llur noulin, l,'inffrUr' dU, fl' p s ., .. ...
St. G(ngifr. (Quasd i n :ds grer .... .
D]ouglas, Oscar U' i. de <' ; i: ques aulres .. ..
Al. Dumas. Oc 'urre ...h rol ::.............. ......
P. Frndai,:, 'Cli. fmn, ,. fu0 di'ine '.t.sfl
J,'. l >jncit Bfcrm! n:. {. ;' tlit'i ............
'.\ Fun!: liren/no. I ff7- me de's poison .....
/,'-: s et archives de a B
i l .. ...


9ww -


iirarie NOUVe

1532 RIE IREPUVBLICAINE, 153J

(A COTE DU TAILLEUR SMITH )


- *le s ""=*


aurant '

Mars


-- ~


..LI NOLtj EL' T r- LISTE :


i ":
1 x2


\'


P;tlnct! ~


I


. .. .. .. . M .


I" '. ,


s


smo