<%BANNER%>

MELLON DLOC UFLAC



Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/01917
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: August 4, 1933
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:01917

Full Text
..., .'..... .
.. ... .. :.. I ~~ ~~~~...... ..... .. .. ,. .. : :. ......
.: .. .. .. ..
., :....-:,.:" ". .: -:.: .:." :.-.....-x ... .:.,H E
.. .. .. ...i : :, ( ..' -', '. .' :! "... .. ...... .
uN ... ... ...... ......:.< :..


...... ............


K QIIQTIDIS N roNt N
m:. .. N


3TAme ANNEE


PORT-AU-PRINCE, HAITI


VENDREDI 4 ABOUT 193


No. 13084


a --.


a


mparfait,
,., ijH tSAV0 1
Biil*si


PlOs que arfait


,ies derniu u' vnemrents dere l'inter0t superiwur du
:ieh noni dttroufs h1i( Woir, 'ays,
d ql dot abofti Fi u dfu- c I -lan' 1nt fire (ontian acc
kim' r(tunion dI Onze S MoIsiur l e residentt d1 la
aeurs, u Palai National, Rtepublique, et: pour aftirmcr
Sonzte heureN di soir, nous le die(ir d'harmonie qui ani-
rltenit a demander a quw me, les Grands Pouvoirs de
emp conuguer 'accord 'Etat,
dont on grtYt Llmprfail,
o n Parfail o at Pus qu Ont adopt 1e (Communiqun e
arfait? suivant et ont dressed le pr'-
Eda nos sent prcces-verbal pour le
constater.
onsdire ,i nos reneigmne n-
'ents st! exacts, a peu press, ( COMMUNIQUE
e qui s'slt paWS; r..
f.iier 4 hfi i heures du soir,
leor, Ic eUr Son Excellence le P6publi-
: ^atIcur's etaient
Sle s chcz leur coltyne que animte d ddesir de travail
.Vawqs Acz leur colg prochaine
JCi; :q" rhu ?aieit aussir to ler a la Liberation prochaine
Yr4ide; tin Struaet an e u- territoire, et 'ingeniant
tre personnate trCs impor- chaque jour, penche sur la mi-
aret. AAp t etquts eclpon- sere du people, a trouver les
an. Ad ui's, qu Sgaeur Char- moyens decisifs d'attenuer le
ges a te lexte Wune dt- chomage qui 6treint la masse,
araulo ql, fl )rep uss; ke apres des conversations em-
ilSanleur i rs, prpo ss u preintes de la plus franche
re texte ur i far propose unt ourtoisie avec les Senateurs
sae ; le e Suateu Carrt doe la Republique encore pre-
NiSI 4 a Scharge, aret unC sents 5a a (apitale, n'envisa-
Soisi.a la charge, q amend geant que les hauts interests
frles Snateurs, constitute e de la Nation qu'ils ont tou-
1t-mmune Of fitie l e jours entendu placer au pre-
Communihup 0 f f ic iel que edre d'une
tous publions plus loin, d'ac- ier rang dns 'ordre d'une
.... ..... ............. ........ p olitit u e elev& e,
- Le deuxiine texte du Sena- .P d a Reu.-
Ifew" Carre ayant etd accept Le President de la Repubii-
.ave un mn'mbre de phrase a- que
']eute il fu decide de rediger et MM. les Senateurs j
I proci ds-zcrbal qui n'est au- avec h'esprit de sagesse et de
Ire que le document qui nous patrictisme qui les ont tou-
ate communique pour Utre jours hautement caracteses,
'p lit. conviennent de reprendre en-
SLe Snaeur Carre, par it- semble, dans le cadre de la
kLpkone, informa le President Constitution, en vue d'une lo-
ide oe i renait de se passer, yale collaboration, pour defi-
ft i ft decide, qu, nwire nitivement la resoudre, 1'6tu-
rheure auvncee, (onze heures de des utiles problems ayant
dusoir) le President de la Re- trait a t'existence et a l'avan-
publique recevait au Palais cement national.
.Aenssieurs les Senateurs qui
iavtnt tenu la reunion ehez En consequence ont dressed
-.umr eollgteg Carr. En effet, en double original le present
& eette cenre tardive taut le proces-verbal pour le consta- I
L.monde montait au Paldis, ou te
iavee le sourire sur les lIres F. Martineau, Dr. Price
ft la belle humeur It itt Mars, Seymour Pradel, Dens>
a. plfus belle humeur, le Prf f S sAude Lon PNau Pierre/ *ni
silent Vincent recut ses amis S Aude, lcu Nau ,Perre
ks Sinateurs et leur offrit a Hudicourt, Dr. Hector Paul-
boire. tre, Dr. A. V. Carr
On remarquera darts tout
cela, l'absence radical des xxx
Minihtres, et l'on constlatera O c. ta.ne ot i
.. sans effort, que doans le I La ln a t r toner
Communiqu, len Senatenrs etitre n saurat
renoyvellent leur eonfiance ie President Vincent e les $-
uniquement au Prtsident de nteurs d'avoir- montrti tant
la ubliue 'de. preuves de conciliation
Voici le Communiou aui !pour qu notre vie politique


nlu e tc` remias e mtdi et 1emere U
ure re dans la normafle
,u, est le proce -verbal sigi eest--dire dars le regret de
che~ '4 Senateur Carrt: *rinc pes et de to CMonstitu*
ion.
Les, Sbmateurs soussigehs i:en coupableUs erm nt
reunis ce jo'r trois Aofit mil ceux qui ne faciliteraient p.
neuf cent trente trois chez ure telle tdche.
Mcnsietr le S4hnteur D' A.
V. Carre, apres Ut .echange. xxx
de vues ou notree di6l u ,.
Care a confirm les exceleI- Dire que, malgr Ca choe
-tes dispositions- de Monasetr importants, O afWim tf
'le Prtsident de la IR6publiqAo I 'n Oait: 's( r par te
tenvera le Senaude la pubI- 1 etowr des AM tatio
tue ut ses aenit4triets person- 0e ..'

SOw


INE LiffTRK8 DER


M, t I ASV


Port-au-Prinee, Jle r Aofit

Monsieur E. Chauve
Directeur du mNolueltist-t,
En VUile.
('CommO re ctification a.u inx
formations inconpletes qu
ont It, fcurnies par e Secre..
tire d'Eakt du Travail, le I
Dr. Piaul A.aiiorann-relatives
a M'a petition, porinmttez-inoi
(k r pljrdIdire' danis votre int&-
ressanti qiotidien une mise alu
point. n e ssaire. :.::
AJe-ure-ur ma parole d'hon-
neur avoir adresile, au J)r.
Paul Salomon, en as qualiti3
de Ministre du Travail, uneW
requite A propose de Ia pale
des travailleurs de la D. G.
T.. P i
Je conqois facilement le cas::;
normal c le Ministre (duI
Trhyail aurait ignore I ex>s-
tance de cette fameuse enqui-.
te, pUisque son collaborateur:
des Departements de I'lntie
rieur et de la Justice deploie
ses activities jusqu'a s'inmmis-
cer dans des especes incompa-::.
tibles avec ses attributions .
J'ai ete tres heureux d'ob-
server que le Ministre Salo-"
mon semble se decider a exa-:
miner patriotiquement mes..
doleances, puisqu'il a pu met- '
tre ses responsabilites ( cou-n
vert en faisant savoir qu'il
n'a jamais recu requfte a cee
sujet. .. ....
Mais, ce qui m'a decourage.,
e'e t la mauvaise impression .:
que cette declaration devait:
n6cessairement prcduirm dans :
le Public qui croirait qu'une ;
requete pareille ne lui serait.i
pas parvenue. :::...
Dans ce cas, je devrais croi-j
re que 1'Administration Pos-
tale de Port-au-Prince fon c,
tionne incorrectement, ce qui I
serait impossible, puisque
j'eus a attirer attention
d'un employee sur la destina-
tion de la hettre. i
Par ailleurs je me reserve
la faculty de confirmer la pr.6
senate declaration par des pik-
ces authentiques. i 1
Je vous salue respectususe-
ment et vous remercie d'avan-
ce.
Henry de LALEU,

Membre de la Ligue
de Reconciliation de:
Peuples


PAS DE CONFUSION

Pour dissiper toute 6quivo-z
que, nous tenons A fire re-"
marquer que n(rejeune etin ,
t6ressant ami Andre Theard
:est absolument stranger a
'Iincident de l'HOtel de -M,
Gaston Th6ard, que 'nous a-
lvons relate hier.


EXAMKiNS DE NOTARIAT

. iexamems de.notariat ont
& iit4V le19 Jutlet '6couI6.
Sout' admls: Gooros ,L.. Vil
m o .n ay.i.a M'.
'->


LES NOUVEAUX


Parait ou


LE TEMPS>
CHANGE DE LOCAL
Notre confrree <>
nous prie d'annoncer A ses a-
bonues et au public qu'a par-
tir de Lundi prochain, les bu-
reaux de la Revue <>
sont transfers a la Rue du
Magasin de l'Etat, a c6t6 du
salon de coiffure de Pablo
Freres.



roeur de Reine" nest qu'un
e eur human.
Venez, Dimanehe, voir
Amou r de Reiner
a Haitiana.
Venez voir'la Reine aimer,
souffrir et mourir--.
Yenez voir cette belle his:
tire d'Ainour,; Amour: :.e.
Reine est le film e plus .ser-:
timental, le plus passionnant
qui ait e6h pt'ojcte tu, Ier e-
crani haitiens. 11 est minter-
prAt6 par une belle pl.ade(
d'acteurs : Aeletn Pringle,
SCladire do Lor John Sampo-
is, Conrad Nage3 ,


I(CENCIES EN )ROIT


Nous publious arce phidwr
une lite den mnuvaux licef-
ies qul nomm a ,i6 commurn-
que p."r I 'un de es derniTrn:A
Bcnoit.. Airmand fi1s, )"r. WY..
iur Hyppolite(, Ch. Mor.avia,
FI. Boucard, St. Victor Jn-
Baptiste, Maurice Latori ,
Jules Blan.chet, Serge Corving
toun Phillppe Chatelain, Ro
g'r Bo ney, ALone Lger, HI
rard RI(y, (I.ibert Des lades,
Olud LIaurent, Medoit Gran-
doit, Yvan Jeannot, Thbodo-
re Achille, Madeleine Syl-
vain, Daniel Carrenard, Louis
Gation, Maurice Laroche, WiI
bert Guerrie'r, Etinne St-Au-\
de, Oswald Olivier, EmliIe
Paultre G6ra)rd Paret, Moris-
seau, Lray, Jules Wainright,
Dieudonni Pomero, Antoine
Guerrier, Founier JFortuneo,
Marc Dutailly, Ludovic Rose-
mond, Max Bissainthe, Morel
Lafcnd, Louis Moravia, V. B.
Sada, Gerard Destouches, Lu-
lio Cajou, Pierre Mathieu,
Daniel Theard, Rene Coli-
mon, Edouard Mathieu, Pier-
re Pressoir, Jean Magloire,
Mare Leide, Felix Baker,
Georges Bouchereau, Max Du-
val, Dr. Rene Salomon, M6-
n.es Pierre-Pierre, Vergnaud
Lafontant, Adrio-n Mla!e'.ran
che, Frank Bazin, Frank
Dyer.


MARRIAGE
.. ............................. .. .. ........ ..-. ..
Nous apprenons avec plai-
sir :la nouvele du prochain
marriage de
Mile Laure Liautaud
avec
M. Carvillon Casimir.
La b6nidiction nuptiale se-
ra dcnn&e au charmant cou-
ple Ie mardi 29 Aout prochain,
a 7 heures du matin, en I'E-
glise St. Joseph.
Nous adressons nos meil-
leturs Voux de bonheur aux
futurs epoux.


Gaston HEARD.


TROIS GRANDES

VEDETTES DE

L'ECRAN FRANCAIS


Charles Vanel : Sens hu-
main du pathetique, masque
expressif, obeissance absolue
au destin de ses heros, Au th&-
atre, a l'6cran, a vers6, sur les
plus difficiles r6les, cette vie
intense et vraie qui les fait
palpiter dans le souvenir.
Tela-Teihal: Une revela-
tion. Uine nouvelle decouver-
Ite 5e Jacques de Barcncelli.
Tanit Zerga de I Atlantide,
est une gitane authentique, fi-
ne, nerveuse qui vivait dans
les roulottes ancestrales, cou-
rait les chemins. Aujourd'hui
elebre et fetee,
Vanah Yami:Grande chan-
tense et- (Tanseuse souple, en-
sorcelaante. .Aussi, une dedou-
verte de Jacques de Baroncel-
Voi: l leos protagonists de
*tGhitanesn, he film de Jtwqnen
de Rardmncei, ditt:e par Ii-
Sv;r'sal Wi 1itn *t. que. p rse-nti
Madame(W Colelt a) public.
'Ce ( i im demotion pas, era au
( u'n. Paramoun t, Dim5ache
16 Aofct, Li 8:1& hs. p, i,


~~~B~~;~ddad~8sl~~


,. ..L .. ..


IOITE AUX LtTTRES


Port-au-Prince, le 3 Aout 1983
Au
Iiredeur d ofVouwvells1t~
Mf.onsieur :e D.)irecteur,
J( viens do Sir' v1ot.re jour-
a)l .t les (x plitoicati dIon es
pn- MN h..uarA casesa.l,
P.si ptt'opcs' 'd I' 'f~a .' *(
om figurant ui b u ........
d'inexactitudes-. M C .;..s. ...ri.
a riVatV une b uOtoirO d[ hr : (
gana pour dI .tou.rer .I. tt .-
Jtion du public et dgarvr :iojp
Snion 1 Qocfd n dte e(rtain : .
faith qu(1t:i ser cnt tiujourt o
ns a te)nip-.
Accuser f5 antrf- .. to-
JoIunW ett un 'on men on con
vier sev faui.e(. 1* hon.nne
trs avis6 M( :n tuLvl nIaT
pa. manqur d'uoer dl e plo-'
c(d I prepare sa cdfetc :
c'est In avocat do talent dou-
tbl d'un honrmme d'affai res.
En deux mnots. C.agno. .
(Edouard) non content de
river I'Ho-tel i i.; d ce oui
lui est du jegiti m.u-n'cn 1- p.
Sarracher du Cornmiaira du
GouvernIeiont, Oun ordre ill e-
gal autorisant lua Police a en-
vahir brutaleene- Ie-s appar-
tements de P1Hot- Rialto (t
a enlever par force les -ba-a
ges dos eqliipiers C(bains; Bu
r inve do neui (non |sad leY
wrrnme il voui a p i d[)1t r.-
cont e. M' CaUssgnol) I.e
quel bag.:ages cons titfui ent e
gage de 'Hoitel Rialto.
M 't Cassagnol peut etre tier.
II a bien travailvu. L-s mat-
ches nt'ant pas rappeorte. Et
jes Doeteurs-Lquipiers Cu-
bains, certainement, (nt adrmi
!T son savoir fire.
En vous print de putbier
la present en vertu d(e la uloi
u t la Pressei, je vous prie
doagreer, M t Je Directeui mes
sinceres salutations.
.s-,ttes,U....~ bn_,oq.C. ._( >~ i~ae'- t




... . .


At
.... .:. .:l rr .. ..
...k.. .......... b d.. .. cop '






^l& ref ite pasre 3 irEnenand
poumirefiunlr nt
Le Comit& Haittien de P'Al-
liance franqaise, qui organi-
se un concurs annual dx. com-
position littbraire, avait pro-
pos pour celui de 1932, au
choix des ccneurrents, I un ou
)'autre des sujets suivants;
i'a utre- des Sui ('ets .sa Uvants;


lo. Parlez d'un ecrivain haitien,
Faites connantre r'es'entiel
de sa vie et do ses ceuvres.
2o. Prduniez tine nouvelle de


ciaeteire eloal (prose
vorn).


Mtt


Monsieur Emiile Paultre,
4ui n'etait point encore connu
du public, choisit Ie premier
sujet, et son Esshi sur M. Pri-
ce-Mars fut prime C'est cet
ouvrage que son auteur livre
fort justement a la publici-
tk.
Un ouvrage couronne par
une socie6t comptant parmi
ses membres des personnali-
tes qui se recommandent, A
des titres divers, a attention
du public, se passerait de tout
autre patronage et n'a guere
besoin d'une presentation aux
lecteurs. Ce nest pourtant
pas ce qu'a pense M. Emile
Paultre; et entire tous ses de-
vanciers dans les lettres hai-
tiennes, don't pas un n'hesite-
rait a lui servir de parrain lit-
teraire, il a bien voulu me
choisir. Je lui en rends gra-
ce. J'ai un faible pour les pre-
faces. L'avouerai-je? plus
d'une m'a dispense de lire 'uceu
vre qu'elle annonqait. Ce n'est
point ce don't je voudrais que
e lecteur s'avisat pour I'Es-
sai sur M. Price-Mars. Quel-
le que soit Ia nationality de ce


.............lecteur et a quelque genre
d'oeccupations qu'il s'attache,
pourvu qu'il ne se complaise
pas uniquemelt af des futili-
tes, il aura grand interest a
parcourir ces pages.
Si, come moi. Von se prend


Sd'un gout trVs vif pour
urefaces quelles soient


les
de


I'auteur ou dun introducteur
stranger, peut-on se refuser
le plaisir d'en ecrire une, a la
sollicitation flatteuse d'un


jeune ecrivain distingue par
une compagnie d'hommes d'e-
lite? J'aurais d'autant plus
mauvaise graee 'a me d6rober
a son invitation que le sujet
de son interessante etude ecn-
duit a des considerations de
la plus haute importance pour
ceux qui se preoccupent de
nos destinies nationals et
ui en cherchent le secret
ans la revelation de 1'esprit
du earactkre haitiens.
Tout d'abord, nous felici-
tons M. Paultre de s'etre ar-
rete a la personnel et a hoeu-
vre du Dr. Price-Mars plut6t
qu'A celle de tout autre ncri-
vain de chez nous II nous ex-
prime la raison de sa prefe-
rence par le fait que cet au-
teur 6mirite trahit, dans ses
productions, une inqui4tude
doht 'aiguillon se ferait sen-
tir aussi a la jeunesse contem-
porainez M, Paultre nous per-
mettra de douter un peu que
leas idee4 tourmentantes qui-
peuvent agiter esprit de ses
contemporafns s'identifient,
chez la plupart, avee celles
don't l'expression fait la ma-
:i.tre 'des: merits comments.
dans son essal.. 'C'est peut-
6tre autrement que s'expli-
quent sa predilection pour son
b4ros spirituel et son attached
ment-:A l .trilgie didactique
- ia Voeati tk te 4'1ite, Am-


ritet p bi fftise: &axi

rn tcutenot Jeune n*e
semblance morale avec son
prestigieux ain6. Cette pa-
rent& spirituelle existed eerw
tainement entire celui-ci et.
I'auteur de &1essal, avec une
difference qui, au fond de l'&
tre intime, les spare pour-
tant: c'est que M. Paultr res-
te croyant, tandis que le sens
du divin fait totalement de&
faut au Dr Mars. Cette lacu-
ne dans Pime n'a point empe-
che notre 0eciologue de s'occu-
per beaucoup des manifesta-
tions du sentiment religieux.
11 arrive presque toujours
que les questions religieuses
exercent sur 1'esprit des in-
credules une invraisemblable
attraction. Cette singulire
fascination des chcses c6les-
tes ne les laisse pas tranquil-
le; ft tout propos ils s'obsti-
nent a remettre en discussion
ee qu'lls nient; mais alors m&-


,s .. ,, ,.. ., f f **' '' '. o, .. .^ L. .. .. .: ;.: .. '. ;-*
.. ... ; :. : .. ... .*: l ^ f : : ^ -^ y ^ \ v.^
.:: : :.... ........ JE M ^ ( ^ Bf **K a -^ ^ ^ c ile f^ : .*^ :J) "fl
.&--;... :. .' ,' fU i SEsss~ .~SslS~ .. .o '' "/^I


. ... BHM.. i^I^^ ..^^-H^^ .^^^
4-.'.. -- -HBR -.I.-... B.


.... ... ..
.. .. o.: .;. .. ..... .=z ..... ....... ::-::::::::: ::::i :
? 5 ..' .. ..... m -...... .: ... .. .... :


"


COURSE D'FETE A PORT-AU-PRINCE ET
A PETION-VILLE.
S'inserire 1537 Rue Lamarre
Tliuphonle 2891.


(Voir suite en Te page)


LA MASON


FELIX LA VELA NET


1738, Rue du Magasin
I'Etat
vient de recevoir;


de


Deowite
Compete


Chaussures Satin Noir pour
Dames
Gaines en tissu caoutchoue,
Corsets
Bas de Fil nuances mode.
Couteaux de table A bon mar-
che
Souliers demi talon 1 pour la


champagne.
Poudre de Riz par livre
Chapeaux pour dames.


votre pro)pre Comptable en ouvrant
de Chlque a la Banque Nationale de
RepuUique d 'Haiti.


un
la


i


!
I :


Bi e


I
-~1


LE(O7NS PARTICULIERES
............... .....J i L S S t ti ^


Parents don't les


enfants


sont en retard ou desireux de
gagner du temps, adressez-
vous, pour des lemons particu-
lieres pendant les vacances, ou I
des course reguliers, a
ERNST ALCINDOR
Residence: Lalue 1178
Cabinet: Angle des Rues
F&rou et Republicaine
Phone 2382.
Ayant plusieurs annees de
pratique de l'enseignement,
ayant milite notamment "a
'Institut Tippenhauer, il est
le Pedagogue qu'il vous faut.
Experimentez sa method
d'enseignement, et Vous Va'-
precierez. 4
r- ----


UN BON CONSEIV
Pour tous ceux qui tont du
gout, et savent app'tcier, il
est prouve qu'en fai t de meu-
bles, if vaut toujo ars mieux


voir


JUSTIN J LISTE


Propri6taire de
A U #MENA GE, MODERNE&
1518 Rue du. Magasin de
pre& de" a BsAnque Nale. de la
REp. d'Hait :
tde tExpMpition ColoaTk dee
incenne Frafe, de 1931.
Dipluu, aee men ifon horse
coneoutws de .'Fxpoiton In.-
dustriee du Service Techni-
qise Profeasionmnel dn Wr Mai
1932. .
Sea meubles sont d'un xel
fi, en outre, ole .atron a
qq.'une parole en affaliBs
pour encourager, b ,ient1

S y ... ...... ....... ... ....: -.
-- ----- ist


41i lssr-a


La uielllleure


-a-crs


a VS *W10 ~...S.i4L. t


Farine


ne neilBeur


ptain et le ineiI I eur
ren-dment


Ita


elie nertotee


pas beaueoip
^^ ^^^^^^^/
th e*- .^'*lixf**:l;^, 1-1-:;--


AGENTS GENERAL
: : -.. : l i.:..:.: : :.. ... .... .


plus


. :- .
. < .
. .


nions points en blan&
routes les directions dd
au-Prince et de Petion~
GLACIERS
Ncus avons toujou
main les derniers modd
glacieres en acier a p#4
or 2.00 et au-dessus, i
::::bles avec facility dej
rment. ':
. res et les plus economy.
CREME GLASCE..;

Un produit nouveau
le cede en rien aux mei
:marques des Pays d::
,ou d Amerique est olf
public hattien par 1J
Glace de Port-au-Pri
tez cette delicieuse.
:vous serez convaincutr
Faites une agrpable
se i votre familte:
tant de la %Criw:
J perlative. p.our ..
..:Tous en raffolelont
ENTREPOT


6k rIetrmmenl
. ::. i.. .. .. .... .
.-- : --. - :
- - -


rcaI~ an


- - ll lV q ..


--Wl


- --~-W, l ^ ^ srma^


'


., 7.
ji
12-0

...... .....

..... ... ... ...... .
.... .......... ... .. ...
..... ......
.. ..... ..
................
... ... .. ......
..... ... .


........... ...


....... ... 0 lif .... .
... ...... ... .. ...... ....





t eventt on:chiru4r
:Echantilions raft|uI
disposition :de&: 4
n:: Ven te A.I :.---3P '

et Chez F6lix Lavalan1
1738 Rue du Magain....
tat 1 .i7
... ....s. t i r. '" ''" : "- ""'

Un: etit af lt :t
.:: : i .*". " "
trees chic vient d'4tre ot
anglege des rues PaB e
frard. Tout y: est A:! Is
:de toutes les bourses,
::gofit des amateurs I e
ce est irr~prochableh
A K San au lait,:et
Setc., tcute la journme, ej
sommes tousles suits. ^
Une visite s'impose
A VENDRE
Une Ford COUPE monl
en Ir' s bon itat.
Ttltphonez No. 2156.
Elegants et E16gante|
tez la cordonnerie :
H Y PPOLITE JEUDY,
DONNERIE MONTj
MEL
Grand'Rue, No. 1721.1
ST1ephone: 2182

Machines A 6crire Remi
Machines A calculer Da
Rubans, paper carbon
Faites vos achata chez
:: G I
A VIS MEDICAL
Clinique du Docteur
LOUIS HIPPOLYTI
Grand'Rue
Consultations:
2 h. a 4 h. p. mw.




r -tau-P

Fabrication de gla
mneil eure quality. .
Liviraison rapide effi
quotidiennement uar i


t.


1


(


.... ... ... .. ..... ..
....... .. .. ..........
. .... ... .. .............
..........


. ... ......


Skk~g~s~;sjoi


Plus


sin i u.


s ----------


La


(;OLD MIEDAL


Effin11 C


B~oul~ ino-ei i


deinaii.


tlarinecl G0.1d.


d it


edOI-




U.17.
.'..
" 4 .. .: "I' 1 .. 1 : i : ..


Pu.: C bte. Rd. 4 C. respo nd. e. .. "

: l nce


A t... j. 4..... .:.. .
.N..: : :


KOWNO, Lithuanie.-- D'a
rB les nouvelles revues de
lja a police lithuanienne
a3it une descent au quar-
tier g6n6ral d(e 1'organisation
ocale du part nazi et a pro
it l'arrestation de trois
personnels Les autorites. ac-
cusent les nazis d'avoir comn-
plot6 un soulevenient armed
contre 1o Gouvernement.
xxx
PARIS.- Le Ministre. des
Finances George's Bonnet a
annonce lioe I 'emprunt de tr6-
sfo)ri(c de (1ux milliards de
frans Ia 4 1: po(u cent sera
coUver et art dla par les
: sc dript ioi. II a (lit aussi
(lie aest vandredi (inu'expireai
le dernier s(laie accort(!. aux
Ssousc ripteura n
xxx
MANAGUA, Nicaragua.-
Le Gouvernement a procla-
min lYtat de sige a la capita-
le et dans tout Ie reste de la
republique, a a suite d'tme
d6saltreusC explosion qul a
d6truit los casernes de la Gar-
de Natifnale, situees au
Chanmp de MA ars. On estime a
25 oi 31.) 10 normbre des per-
s Lonnes tuers ou gravement
blesees:. On n'a pas encore
pu determineir la cause de la
cnrf9rf:-i on. La loi martia-
.I a 6 et. -tlamee come me-
sure pri iminaire a ienquete
qui va commencer incessam-
ment. )cauccup de suspects


out ete arreites.
XXX
POONA, Inde.- Le Mahat-
ma Gandhi a pass en prison
la nuit de mercredi, apres a-
voir joui seulement de quel-
ques semaines de liberty. II
se trouve au penitencier de
Yeravada, d'oti il avait 6te roe-
lach6 le 8 Mai dernier, quand
il commenya sa gr6ve de 21
jours en faveur des intoucha-
bles. Le Gouvernement britan
unique compete mettre le lea-
der en liberty sur parole, a
condition qu'il s'engage 5 n(
pas inciter les indigenes a re-
prendre la carmpagne de (Ad1
Sobe(issance civil,
xxx
SIM LA, inde.... Quatre (es-
cadrilles des forces aeriennes
b r i t a n n i q u es au service
du Gouvernement de 1Inde
ont bombard6 les huttes de
terre du village de Kotkai,
pour briser le movement de
rebellion qui vient de com-
mencer dans la region.
SACRAMENTO.- Le Gou
verneur Ralph a signed deux
lois don't la premiAre prevoit
]a peine capital pour le cri-
me d'enlevement, et la secon-
de promet une recompense de
10.000 dollars ia ceux qui li-
vreront les coupables A la po-
lice.


xxx
PARIS.- Henri


Cochet, le


fameux joL. 'de tennis fran
qajs, c mpte fire: main4c.V
nant du pro esSionIalisme.
On annoncef Cu il va 6ntrepren
dre une tourn.ie avec Martin
Plan, qui rev,: iquK Jle titre
de champion d. : moride du ter-
nis professioUnel, et Suzanne
Lenglen, (nu, sL gatlement.
une profess"onnelle.
X. X
SHOAL 1.1 A. R.B0 R, Ter :
Neuve. .......tetenu encor en. A-
merique par les tenipdtes; et
le broulillar !e G..n.ir tl.,i-
Io) Blalbo, comnnl;A.mi.nt (ih c. l'es-.
cadrille i.taliennl c dci 21 : hyd r:-
vioU s qui revint. le (I hitg,I ,
eSt um le point do r nEoncr ,I
gaginer I'Itali par l8 t rout(,
(Ide I'lrluan(de II est p)o tii '
qu'il adopted de prference cel-
le des A-ores. Cependant, les
italiens attendront Ia fin de :a
sernaine pour se decider,::car
on espre Cencore q(1e 1Co temps
changer d'ici IA. At" rmcnit.
I 'escadrille partial i)our:ipIes:
A element tries mauvais dansI A L:
antique Nord pendant la denu
xieme moitie d'Aoult. aBi111o)
reste constant mmenten cntc to.t
par radiote6ltgraphie, tvc un
bateau auxiliaeir( yul i' [r
ve au centre de i'Ath n n
pour y observer les I' nd: ii
atmospheriques.
XXx
NEW YORK.- DouL au-
tres personnel sent moittes


d'insolation a New York., Ce-
pendant, on espere que la ternm
pcrature baissera aujour-
d'hui ou remain, des pluies
ratraichissantes ayant corm-
SmeInme dans certain points de
ina region occXidentale des E-
tats-tUnis. D'apris les derni&
r(,s nouv Is;, Ja chaleur a di-
miu)) deI 9 degre' en ine hen-
Ire a New York.
t.I A t: I ,.HU .I .G, [ennsyl.
vani,. A. Ib.r d'un a'rojdla
to qui so rendait A Washing-
on, Ic Ge(. ral l jl ug) John-
n., I.lmI, niStrat'tur d(I plan)
fdo (VYtr f no.isation national,
1-, (Gou er' e iur de Ia i'en osyl-
vani, (:Clffordl i n c h )t,
t't. Ti1 ,1 Moa P se.s, prmip-
dient (.d'une compagnie de
charvti)on, ont conferf sur les
rnesiures a prendre pour met-
ire fin a la greve des mineurs,
(n ignor()e si Olurs pourpar-
ht.-s ( L aIbouti line solu-
X 'XX
LEIG-1 TrO( N, PeNnnsylva-
nie.-... )sol) e dc voir leur r t e
e1 Ie 1-i' le 1poinit Id'tre corn-
i pi'te nUe t (lt ruite I)ar les rii-
u 1urs dIe I'It, les habitapts
{IeA J.Aei.rhto( I avaient organi-
.- m:irdi soi- un service reli-
in;.. special pour idemander
( I ei d leour envover la
ul' In r'even"a-ntl de leglise,.
11- f'u t surprise par une
c: 1'de qui vint a point pour


saiver leuri motions
PARIS,. En raison de la
chaleur torride, le magasati
de mode out r6duit de molti6
Ie temps qu'ils consaerent
chaque anne h I'exhibition
des toilettes pendant le mois
d'Aout. Mercredi, des manner
quins o sont evanouis dans
une douzaine de magasins des
boulevards, taut il faisait
chantd. On a not6 une tendan-
ce des modistes i revenir aux
robes en cl.whe. Cependant,
les r0nb 1 de soir6o sont mi-
longueA, et tried colletes par
devant, tut en ayant le dos
atdaci.uISeentI t echaner 1*5
robe-i, du mating et de l'a pr4
mid.i sont en gnI'Cral ts, coiur
te.



LA MASON
AUDAIN FRERES
a le plaisir d'anneneer a sa
clientele qu'elIe vient d. fa!-
re remettre A neuf non
Landau
pour marriages, baptemes, etc.
Ele so tient, come tou-
jours, a leur entire disposi-
tion, pcur touted les ceremu-
nies don't la solennite est tel-
lement rehaussek par un su-
perbe landau et un bel atte-
lage.


phone 335


I 't -*. 1- M & AI & i


une mnstimmo nautement numaniaire par a titipine ci usiuta qu t'
se propose d aider.
Une chance de bien-etre offerte au: homes de routes conditions de fortune.
Employs, fonttionnaires, ouvriers, art sans, salaries e tout ordre,

ges de mains omestiques sans grver eur budget,moyennant deux

gourdes, peuvent gagner G. deux mile. /
Patrons de commerce, chefs d'iadustrie, parez anx insuffiiances des ventes,par .aciat Wa'nx., Nl,
qwi v libre do soud des 6cbe&nces.
Md n lig&nieurs, Avocasts $*#ieirGrands Digaitairts de fEtat; Represetants de i'neIe
tu.ait6, "uist DONNED '. PrF tPI.E DE VOTR. .SOIDARITE SOCILE.
pitate n t, AUMENT VORE A VOIR.
.,, .. j, I00 achetie bil le let de Lterie Nationatl d'klaM
-..


I A


a Loee Nationa est


S


;1


LOTER'[F


416 Rue Bon e Fo.,.


I


p


t




nn


t. .- c. AUV T A P. ......
'.:....:.... ..MA CM.U .SINO ..
. .. .. .. . : ...... ... : ........ .-: .:: : .. ........ ... .. .. ..:




..........*-Atta.r...w '......
:.: ;.......... j g.* : N 3M: :.-.:.:- .......:..






.. s 3 r ....... .. -.-
,. / ; : . .... ... . ...... .. ... ...






L'ESSAI-S-IR

::-::;. PRICE MARS


ma que, comme le Dr. Price-
Mars, ils so recommandent
par .i'tendue de leur docu-
mentation et le serieux de
leurts tudes de socio-psycho-
logie, on d6couvre invitable
ment, dans leur examen du
ph6nombne religieux, iune fon
cibre et fatale incompr6hen-
sion. Mr. Price-Mars n'a pas
.t. plus houreux dans ce do-
maine queo les autres investi-
gateurs a qui manque la lu-
miare interieure que l'intui-
tion projette pour la decouver
te de lineffable oet de l'invi-
sible.
Sans doute, on appartient
toujours am une famille d'es-
prits: iO doit se rencontrer, se
rapprochant de Mr. Price-
Mars, A part ]'admirateur de
sa pensee que nous monte
I'Essai, d'autres jeunes honm-
mes qui reconnaitront. enA lui
et dans son reuvre I'imnage et
'expression ennoblies de leur
etat d'Aime. Mais je crois bien
que ceux-Ia forment d'hono-
rables exceptions: ils ne sont
pas i6gion, hetas, les nou-
veaux venus qui consentent
encore a supporter leurs de-
vanciers, qui se montrent dis-
poses ~ Ies approcher avec
sympathie et recouvrent a
leur regard cette deference et
Ie respect d6ej suranne que ja-
dis V'on se faisait gloire de
montrer aux aineP. Un grand
nombre leui' vxuent ]e dedain
Ie plus offensant, quand its ne
teur lancent: pas des impreca-


tions fultmiinantes


et ne so


mettent A iLs maudire. los ac-
cusant do n'avqir iien su rea-
liser d'utile et dbe bon et d'e-
tre seuls responsaYbles de no-
tre present infvrvtune.
Quoi qu'il en soit, esprit so-
Iitaire ecu non, 1 e Dr. Price-
Mars est certainement I'un de
nos 4crivains les plus repre-
sentatifs, non de cette genera-
tion, mais de celle qui avait
commence se reveler par la
Ronde. C'est dans cette revue
un vrai porte-bonheur pour
la plupart de ses collabora-
teurs que s'est fait son bap-
teme litteraire, Ib y avait pu-
bli( une nouvelle. 11 parait
que le Dr. Audain c'est M.
Emile Paultre qui nous le ra-
conte accueillit assez mal
ee d6but. Sur cette permiere
production je ne suis pas de
l'avis de notre eminent mede-
cin. A moins que mes souve-
nirs me trompent fort, le sty-
le de M. Mars y paraissait.de6
ji former. Si depuis il a consi-
d6rablement gagne en subs-
tance, en richesse et en force,
je garde l'impression qu'il a
un peu perdu sous le rapport
de la puretC littkraire. Le nou
veau style de l'auteur des


: puhiklbli. Outr-u .e qu'
l1es d4psrenv U en restr
g: Iet la diUustI e l: p:
t: J :o rains bieN que u:-
g. de cetr nes auquoel .
"Pri-Marsi eest trop souve
comply n'ait fait de ci de'
.un pu tort & la magie de so
style. Pourtant malgre c
stories qui ltdl laissent des t
ches 4parses, la beaut, form
le de ses erits s'eleve souve
4A une splendeur heureuse, v
ri6e, sonore, eblouissante.
y a de lui des pages defini
yes dignes de figure dans
plus severe des anthology
tells lesa dernieres de sa c*
tique de Magic Island, d'u
eloquence et d'une ironies ve
geresse. Son verbe court, r
pide, expressif, brilliant d'
ne nettete qu'on ne peut co
parer qu'a I'Vclat vif de pu
joyaux. II compete certain
ment parmi nos rares gran
ecrivains, au premier raw
des prosateurs qui ont le pl
hcnore les lettres et I'intel
gence haitiennes. A quelque
tins de cette Plite la matie
a manque: ils talent pauvr
d'idees et de connaissance
ils tenaient "a une correct
aeademique plutot qu'it d
splendeurs d'images et
d'heureuses audaces d'expre
sion. On en connait don't
style est d'une parfaite lin
pidite, mais un peu etriqu
soione avec un exces de scr


.: .
i 5 .:


1n-
a
un-

1e-
ds

us
li-

re
e0
s;
)Tn
es
A
,s- 1
le
2 j
e, .


u-


pule, Ia timidity d'un etran-
ger qui s'evertue trop ouver-
tement at ne paraitre pas na-
turalise de fraiche date au
g6nie de la langue frangaise.
D'autres, au contraire, ont
montre du pittoresque, de la
vie, une grande liberty de
movement; mais laissent re-
gretter dans leur language un
cote barbare et des incorrec-
tions qui, suivant son humeur,
faisaient froncer le sourcil ait
M. Gecrges Sylvain ou provo-
quaient son sourire malicieux
de mandarin satisfait de com-
parer mentalement sa pure-
te de forme avec les imperfec-
tions de ces rivaux.


(a suivre)


'-.- ^m .. -- ^. -"
INSTITUTION
MARAT CHENET

Turgeau, presqu'en face de
rEglise du Sacre-Ceur.
Pensionnat-Externat

L'Institution announce aux
families que les course d'ete
pdour les eleves en retard ont
ieu pendant toutes les vacan-
ces.
En outre, le registre des
inscriptions est ouvert pen-
dant les mois d'aofit et de sep-
tembre jusqu'a la rentree des
classes qui aura lieu le pre-
mier lundi d'octobre.

PANAMA RAILROAD
STEAMSHIP LINE
BULLETIN No. 1015
S. S. du a Port-au-Prince, Haiti ve-
nant de New York le diman-
che 6 Aofit 1933 avec:
6 Passagers


DIMANCHE, 6 AOUT
En soiree, a 8:15
Une superproduction
I de
Universal Film
oGITANES,
=zrt.;... .
COLOMIflAN STEAMSHIP

C(YMPANY INC


(Iigtne Colombienne)
T4U3phone No. 2323


Le vapeur <>
Voy. 13 partira de New York
le 3 Aofit 1933 directement
pour Port-au-Prince of il est
attend le 7 Aofit 1933
en route le m eme jour
pour Kingston, Porto Colom-
bia et Cristobal, C'. Z., pre-
nant fret, passagers et malle.
Le vapeur <>
Voy 11 de retour des Ports
Colombien, Cristo!al. C. Z. et
Kingston est attend A Port-
au-Prince le 10 Aout 1933 en
route le meme jour pour New


York, pregnant
gers et malle.


fret,


p as sa -


Win. E. BLEO,


.. V-4 W. ............ : : ... -. .... :_. -

EU SIt 0 A GE AR:R:::M:::

COUTENT DAVANTAGE.


parce qu'elles s'uset
vite...


V.ol
'e" ^


Economisez


ACHETEZ UNE E


la


ialubritd de votre mtrieuz

La salet6 est dangereuse! El le content des impuret&
qui menacent la sante de votre famille. II est:
donc prudent d'acheter toujours le Savon Carbolic
Marigold. Sa mousse abondante purifie, en me&n
temps qu'elle nettoie. P6ndtrant dans tous les coin
ou la salet6 se cache, la mousse du Savon Carbolic


Marigold aide a conserve la
aison. ..


Agent


MITIGAL
Remede superieur


salubritd absolute de vote


* <'I
I
kM


centre


les demangeaisons et toutes
sortes d'eruptions de la Peau.
MITIOLINE


Guerit. infailliblement


les


eczemas rebelles entire les or-
teils des pieds, et les eczemas
chroniques d'origine bacillai-
re:
MODE D'EMPLOI
Faire bien penetrer le Mi-
tigal et le Mitioline par un
massage de quelques minutes
dans la parties malade.
COMPRAL
Nouvel analgesique: exer-
gant un effet d'une rapidity
surprenante dans les 6tata
douloureux de toute espkee,
et se distinguant particuli&-
rement, par la constance de
son action et sa grande inocui-
t6.
Indications:
Tous les 4tats douleureux
tels que maux de tetes, d'o-
reille, de dents, troubles means
truels, n6vralgies, sciatique,
migraine,/agitation, insomnie,
drfes a des douleurs.
CHOLEFLA VINE


M i








et d
AM


:- ,_-._-:.-.-.
a- t I P li A Cs.vaCL &A., t a






.. .. .
VUV" bau
INEl


i. :


Ai aren't
..... :....


trois outrages analysis dans 61 ;acs de correspondence La chol6flavine est indiquie .j flj5 0 ll
le present essai ne me semble et partira le mtme jour direc- comme cho6gogue et anti-
pas justifier toujours la re- tement pour Cristobal, Canal septiques de vojes bilaires, r
marque d'un critique a la Zone, prenant fret, malle et 'elle att6xiue les douleurs,sup- C eSt Seull efo n
louange des 6rudits et des sa- passages. prime les coiques et stxmu- e
vants qui pratiquentaveecbon- Ja. H. C. Van Rewd, le l'vacuation bilaire. Elle Tde a .o*.
hour laiangue littraire :'Ce Agent aOte.al d gulie L....oi:::..i:ii:i
sent, diaitail,' les m6taux, so- .... -.e,

ar pli e v olonti ers Le secret ean f chque, o...re t.s s.. t..

SC'est pour plus de precision ffaIres, d4e.s: wa mUCS ma den tme gs rh: ee .-..
:qu::. e les crivains verses dana dasinde .use0$ afE] e. f lfnl, ri ......:; :^ o ....:Ia.
lea sciences empruntent & a sses. L lgaret J
q technologies svaento desm dulleni' e en .t lee ye --uz v.D.,
Ia; % ', : t: w 160 se: ::::entin que. rm: : : .:::::..:.:.:::/ ,,;Om..ar.# $.=4 =:. .:,i:.}: -- ---------i i :\ :::.... ; : C {, ::: :i: :... :!


.r a _. ....:.....:..u.:..



^ }. ? .w ..... .....

.. .. .. .. .. s a
.. .. ... ....^ ^ ^
---hrrn- --
--- -----


WP4 .... .. ..


; .a- .e. A. w. Coda. Fernm...nd .Lt .. 0. 50
Atin..he.....h.ar. .i.e..f


1nt6 Pierre Et. hepire, '' ..... :'u fm .
lIa Marguerite Mrcens be
I NET .. Leietenant de a Li



s BRINGEM ACK ALIV ........ ve I h
.a ( Flm R.....KO--.Rd ..o) e .. 0 .50 .
iel ,i.un merveilleux documnen- .. :
nt. tire s'ur ia M.lais:ie ralis .i.n ch ". 8...5.:' i..n heur. 1$"
ra. par Franek Buck. La FpletedidL ndret) AFitEN PRIGLE dutiep
.II .MANCHE A.T ':...lan. d. fi lms (Jqu c a.t v en t hat
Ut- .En mattne, A. MOUR REIN E
la LA PELE s : ...
s, (uan Film Paramount) Amour San glaarts '
ri- avec Sy Vernon, Robert ave Cuorad Nnge, tJhn Stcmvr vt Claire do tl
ne Bur er, Andkr Herle Entrie .o ..ron ..o.....


I


conserver


Aid e


rk


lites




K>h'<


3-'.......:::Y: A


... ........ .... -I... ... . ... : .. :. :. .:... : .. ... : : .-? : .^-. f.. : ... .. :. .
S:. : .. : .: .. .-...... .... ...... ..... . . . . . ...... . ....... ........... ... .. .. .. ...' ....,
=: ..- :.- .. ....... .. .... .. -- -. ..^. : ... .... .. . ..... .. .. . ... ..... . . .... .. ... .......
..... E :'.."8.. .. .......... i .. .. ....... ... ..... .... ... :.:..::-:...- ..........
.......... .. . .: .. .... ... .. ... .. ... :... ... .. ... ... .. .. .
>. ..







. ...elot.l4. genterie. Luntierie ....
.. .. .. .. .. t :.. .. .. ..." : :..". : : : .... .
dl..mr. p ci e- .............. .. ............. .... ............. ...... ......... .............. ............... .g.... .
S ...... ...... .... .. ..... ... .. .. .. .. ..... ....... .. ..... ... . ..... .... ... ........ .. .... .. ............









.de ton......S *e l.uj..Xn.tim. .i..onnaid: _F
. .. .... .. ... ..... .a n c e



4...E MAATTEIS &.Co.
: .. ""W ...x ,-.%


Le B-nheurl


ILn schlctc ps X p;:x d'rgent. Et E epeadant,
Ssan argent, cst difCicile aujourd'hui d'etre hecret .
uvrc Ln compete dc'pargne sans tarder: c'wt la
Spremiere dcmarche i fa:-c pour assurer P'avedr.
SI; c r tu fttl iy
de fart a~jacns chtz noun
La anque PR ya e


Le faith est incontestab e


JRH.J SARTH6


C'est la qirtessence des meI Reres

varietes de cannes -un vaste
territoire reuinssant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait son arome.
Goutez et' Com'parez


./. ... ..


. :. .:. "',,


S -. t -.- ,
'--... .*i ....


La Panama Railroad Steamn hip Line a I'avantage d'annowr
es departs suivants de New-York Dour Port-au.Prince, H&a
ireetemen ehaque Mardi, excepts S.-8 ANCON qu lais-
iera Mercr-di, We 5JuiItet, 1933. et arrive'a a Port.au-Princl.
e Lundi 10 Juillet, 1933.
rous les steamers sont pourvus de Chambre frigorifique:
TEP&RTS DE NEW-YORK. ARRIVAGES A PORT AU-PRINCG.


Bfenaventura. le 29 Mai 1933.
Ancon le 6 Juin, 1983,
Guayaquil -le 13 Jin, 1933,
Cristobal le 20 Juin, 1933,
Buenaventura le 27 Juin, 1933,
Anen le 5 Juillet 1933,
Guayaquil le 11 jaiIlet, 1933,
Cristobal le 18 Jillet, 1933,
Buenaventura le 25 juitlet, 1983,
Ancon le let AOIt, 1933,
Guayaqcuil. le 8 AOwt, 1933,
Cristobal le 15 ,Aout, 1933,
Buenaventura ip 22 Aout, 1938,
Ancon le 29 out, 1983,8


Ie It Juin, "
le 19 Juin, "
le 25 Juio,
le 3 Juillet,
e-:10 juillet,
le 17 juillet,
le 23 juillet,
le 31 juillet,
le 6 AOUt,
le 14 Aout,
le 20 Aout, "
le 28 Aout "
le 3 Septembre.


Panama Railroad Steamship Line.

Jas. ja Van Peed.

Agent t 4*at


VAPEURBS
FAORA
MANJE lNASSAU
MEDIA
AMOR


LUNA
ASTREA


: A'i-ek
28 Juillet


EARRIVEF


A P RA'-A UPRINO
3 Aout
0 A^11


D4A patrt de New-York


4 Aout 1
18 About 24


Nw-ork pour tous les ports haIiens
4 Ae.t
25 Aout:.


kout


Di pl pour New-York


sTVAN EALANT

VAN RENSALAS A


16 AoIt
6 Septemb!k
27 Septembre


oz IAMIOUseG
EWNs $ Jouilet
22 Juillet
Un Vapour out

ha4U "* semaine


I


~- ~.-r~- I





*
*
*

Sn -F. '&.~e~A~ .ooWP**~ ~ *1


W laptStB de IOArope


D' ANSTIRD A
12 Juillet
26 Julllet
9 Aout


" ':


ARRIVE EE A


4 Aout
18 Aout r
I &eptemb e


36part pour [Europe
#apeur 'por t'^oho au: s
Tel6nhone2 au,,No


Ut-


rt'u t A.


35AE


iur.


t
4




41


..... . . . .
........ ....
...............
....... ...........
........ ......
....... ...
...... ....
.... ......
........... .. ..........
............ .......... . . .
............ .. ...... ...... ..
....... .... .. ............. ... ... ...... ....
........... ......... ......... ...........
............. .
...........
........... .. ...... ... ..
........ .. ........... .............
............. .... ......
......
........... .................
....................
...... ........ ...............


.. .* *. .. ... .. .
. .. . .
. . : .
. ;: *. :.


*


nw


Avis


lb


I g I I A'-


lrl-- 1.


I


. .. .. ..


..~.


duO CanPada


MAj JIg N<8Sy


Ccimm-eres,


au


dipartlp


. . .





.ei Li.. a.


t~' :g.t>$t.~.tI-, tall: q V'l H
.tera pour chaanr.-A mauvai-
* 1 humour,' uric seulh Ciqa- !i 6


VtVimO


LA ROUGEOLE


Depuis quelques- jours ce
sent plut6t les grandes per-
sonnes (les grands enfants)
qui souffrent de lkepidemie do
Rougeole.
Nous comprenons bien quo
Sales femmes, qui sont sans d6e-
t. ;ense, se laissent pincer. Mai.s
hcmrnese solaiss'nt prihire...
t a rougeole quand iH cx.i '
-tut.preventif exce'llt : le
Rhum Sarthe, Carchl t"Or,
Mlesieurs, COnStiit. \ M"-
decIrs ; ce Sujet


t :. ::: ...
.. $ ".^ ,'.


sle butt 'es Il ests s


s fortes c s, c ep r

t.ie 2 'o S i ton ee..'......iiiI er
"
':' [:i=p


Ile efre e o les f t


erl~lll(6L ~tU


"1.(.Ikl z (14-1k fotah-l ch 4,11,1)t lijec (4 vtrus t r


LE C(,-PAIL1iaU:\T


avise son aimnabl' No dient
que, durant la sa -I, Il'1,
ses repre6entation:s ii l. i)i
che, A 6 heures P, M., sotu (
continues. Par cint re, i1
frira une matin if ,., I, K'
dis A 6 heures PI. l.
C1i-apres I'ho1 airc 1( .-:.:
presentations :
Matinees
Mercredi A 5 lium H> I'.
DI manche L 5 le i s, I'.
Soirees
Mardi 8 8 H:IECoIL, P.
Mercredi a 8:15 h{u :-,. P..
Jeudi A 8 He' -, 1 '.
Vendredi it 8 Heui s. 8.
Dimanche 5 8:13 H8 ,.ucs.. P'.


t'li'
,1. U
.14'1 Fl
Ii s *-
i'll..


pI I I "
1.10(11 0 1. (6


0


1.
M.
MI.
M.
M,
M.
V,.
1!


4's


MAISON A LOL'ER
A Babiole sur' la I :, I,
te, maison ba sse -ti :4 t\'; ,
confort, et enlI trts '. '
S'adlresser a u u~> :: u,
J ul nal.


MITIGAL ..
Remnede supeZie' 'o:f
les demangeaisons ,t 'out.-.
sortes d'eruptions dc. Ia -' '.
MITIOL. INE
Guerit infail iblM'menit V',
eczemas rebelles ect l.,s t '-
teils des pieds, et li- e .::
chroniqu, d'0origi'ne .. :ic .
re:
MODE D'EMPLOI
Faire bien pendtr'ev t M.i-
tigal et le Mitioline PI-' n
massage de quelques mi(, ites
dans la parties malady.
COMPRAL
Nouvel analgesique' excr'-
gant un effet d'une rapidite
surprenante dans les 6talts
douloureux de touted especce,
et se distinguant particulib-
rement par In ccnstance de
son action et sa grande inocui-
t6.
Indications:
Tous les etats douloureux
tels que maux de tftes, d'o-
reille, de dents, troubles mens
truels, n6vralgies, sciatique,
migraine, agitation, insomnia,
dfies a des dculeurs.
CHOLEFLA VINE
La choleflavine est indiqufe
come cholagogue et anti-
septiques de voies bilaires,
elle att6nue les douleurs, sup-
prime les coliques et stimu-
S Ie 'evacuation bilaire. Elle
rtgularise le- fonetionnement
i du foie.:
ACIDOL-PEPSINE
Anti-dyspeptique et stoma-
chique, ..c0ntre tous les trout
bles de la digestion, maux
d'estpmac, gaz,. diarrh6e d'o'
rigine stomacale4
P..Pharmsc&e BUCH,,
f1e".e de la Palx.
-: : ... .. . . . .." .... ..* .. .


1532, RUE REPUBLICAN INE, 1532
(A ('OTE DU TAILLELUR SMITH)


Emnpres&ez-rous de venir fire 'os achals de Li
Revues. Vous n'aurez que I'embarras du choix,
ceux que nous venons de recevoir.


vnes et
parmi


Vouw en lrouverez dans tous les genres et a tous les prix.
'"aliez pas c la champagne, sann emporter quelques bons
lirres, qui vous aideront ai passer de bonds moments.
*- n- i.w -. . ... .- ,


Void


ais de


1 6
9


4... .....
rm
itm
MR%


une
tries


ordonnance
rafralchissante


Si vous vous trouvez surmen6 apres une dun re
journm6e de travail au bureau, ou fatigue 6 la
suite d'un exercise violent, l'otdonnance la .
plus rafraichissante eat un White Horse
Whisky avqc une grande boutefle de soda
frappee.
Le whisky "White Horse" soulage la fatigue
et apaise sainement l'Pesprit, On peut toujour
computer sur ses effects salutaires; won e Ml-
lence et invariable. It'y en a qu'wue wns,:,
quality dans le monde enter,



: ,, : ,' / .. i,.: .i.,..


** ..-. ,
-. ..:..: ^ :.. .
.. .... -" ;
.s :, ,. '!! I ,h '"." : IE. ".


.1


Ui i


Pri n


a




* .,


v ~V~~~u


US


II"""*"


d e pa


rlluflun-iles pnel


l.)al)lll I"SBS,


.11 .6p(


1, PA 1,


(, S, I"


S4,11"I


or"l a I. .


C~~FnFa


selr


mo H 6 -1'


karairie


Nourvelle


di'tes


vos


a*%boml


;M I m Mal=
*Fr '8


i,