<%BANNER%>

MELLON DLOC UFLAC



Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/01594
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: June 28, 1932
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:01594

Full Text




.... ..........%W
U .:':-! .!":.:::" -!.,i..!. !... ; ; '.,v:' :. :: .:..! : ,. ...... ...:. .'.... ,i+ '...,........................ ..-.'..... .... ....: ".."...'... !.V!: ; ......'......'. ..'...-":..:.' d:-{: .


...... .... ...... .. .
... . .. .. .. ... .
: --- .. .r~. I. .. ..~. ... . .
. . ... ... ... .... ..... .... . . .... ..... . .... ... .. :. .. .. ...... ... .. .... . . . . .
.............. ... ... ............7".. .. . .;. ". .. .. .... ."...." ". .. .. .....".. ". .
7...." ................... .. ... .. .... .. ...+. .. .. ..... ... .. .. .. ..... .. ... ......'N. ..
.. .. . . . '...:.. .... . .... ... ...... .... .. .. . .. .....
..'. . .... ." . . .... .
.. .. ,., !: +v v : v :, % :... .. :.. ... ... .. .. 7 ... .. .. L ..f ... ... ... ..: : .. .. .... .. ... ... . .. .. .. ..... ......... .'...-." .. ........ ... .. .. .......... ..., ...,.. "........
x .. .+ .. ... .. : .. . .. ..? .. .. .. ... . .. .. .. .. .. .. ... p + ;.+ v. .. .. . .. .. .. .. .. ..: .. .. . ... .. .. .. . .. ..... . ... .... A ..'."... .
.......... ......... .. ., ........-..,,..,....,. .. .....,' . : .. ,... ,,. ,, ,
=.... ......... ......
.... .. ...
.. .. ... : .. ... ... .... .. .
.,,:+. = ., .... .. .... .
;. ...... ... : ''...:,+ -g s:Z .. .
w o o l :. .: ..: . : :..... .... ... ... ... .......... ............ ... .. ..
.. .. .. .. .... .. ... ......... ..-. ... ............. .. .......... .."..... ..:.:.......
. ..::. . . ...:: ... .. ..:> .. .. .. .. . .. ... .
...... .. .. .. i ...O N-- D, ,I
.. .. ... .: 7 .. ... .. .. .. . ... .. .. .. ... ..............'
..... ....... ........ ,, .. ................... ................. ...... +
. . .. + + .. .. . ... ..:.. ... ...' . .... .- .... . .. .. . ... ...' '. .' .' . '. ........
:.- ( : : : -.-. ..... ... . .
.. .. .. .. ... .. .... ...... ." : 2 "
............ ....


1 tS~ff i~~Z,~~a i' tOI~~-'-'~~~~~~~4u4w~w4 iwa4m*p'n~ft1 lnrlv~1fi.l4.J 4~,-


. : ........ : : '...... ...... .... ........ .: .. ........ .. : .... ...: 1
...............i..
.....- .. .... .....-.'......... .
.:-.. -~.. .. .. == ,.g = + :.. .. .


lions. n.lous g
uc a c'tait come lie-
11u illeton. Mais ii est
Subdest pieto defficpiel-
l| s que Ie contract avc'
nistre Ranmpy. i'inter-
|| du Prdet Dehoux,
ri aont produit im-
-ques le o (Tuverrffe
pencait ihose :au s
La publication dt ees
ment a:donn a taffaire.
i sag .. .. .





onvduersatio nouDi aut,
Te IIngeaieur hen Chefa
: dablic es touilldes,
avcns pas manrfu6 d'al
dlngenieur en. C-hf pour
pr iser rtous :'c, faits,"
-aissant sonm sereux.
.sympathique I :wnH:VmI
not avec sa bone racee
tuelle, nou{ a rep-ndu ce
uit :
e: fus, en effet. -l1i4gV,
te Miinistre de I P viur
:fins: de savoir ce ci t
t de e. millions i,. vh.' ,
n: ng nieur Roy, ,te. i

ea r..r les .....l u Le4 i
Ktons quo n av mwon:
,ci .descendant dans le
s n question.. pU."U jA"r-
ente de d4clairr qufon est
presence ,dun simple tra-I
dart, et qu'ari fond de ce
ts,, iI y a deux carnneaux de
inage qui deversent le s


Ix de chaque cote, sur un
-ain en declivit6; Pun de
c canneaux tde dra-inage
:me iI en existed partoUt,
end jusqu'a I, mer. C'e-
!le moyen le plus pratique
hettoyer le puts pour avoir
lVeau potable. Les fonda-
~ de ce puits reppsent sur
.:,semelles en bois comme
L se faaisait a cette poque.
a a Hen d'anoirmal. affir-
IPlng6nierr Jeannot; c'est
simple puits avee sea tra-
x d'art, au miieu a'une
Station ofi se trouvaient


gMine-ss.
us av ons alo.s dit l f'I- |
ieur Jeannot, qum IEtat,
i.etant ainsi mele A cette
.., qui seitoyens, devralit. tirer
ctela :au clair, dans in'm"
des mailheureiux qui pen
,",encore risquer leur ar-
:::: L'Ingnieur Jeannot
ra repondu query si le Gou-
emnt veit, il peut, en 24 '
s, dessecher ce farmeux
a-et permettre aU liail .
:de ond de savor ze oi

As emandonis donic an
.ement de fair le ne&
da .ns :e 3::. .ear,
Ptrce que son. Minitre
reuriet' son Prfet 6 e-
nffollamfenrt mralrs ht


... .. .... ... ............. ... .. . . . ...
.. ...... .. ... ...... .... ...........=. ... ...... ......... ......

... .. ...... .... . .: :
... ... ... ... ... ... .
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ L- -- --- A- ....... ""---------- .. .' -t.. ... .V.


Nous avions dein'and : au
(7ouvernement: qu'une )porte0
soit 0onvrte oiu Pwmn dans
Taffaire du sel, e'ett-a-ire
que IArret& de In C('mmune
Sapprtouv par l'Ex4cuttif sit
rospecte on qu' iw rappor-
te.. fHier e (4ouverne.menta
d ttidt' l:e Jc' ,rt .t II a i
rapport, parce( qJue ui.qti-t, I
marehandes :on t.;/-; .'4 t,0&
SNous ne voyonls pas ptWfh


... . . .. .





M. Henri anot, I'iwlus-
trici frangais contiu, a demnan
de l'. Etiat deA airler dans la
fabrication de se3. huii's es-
:-ni cilles pourp :p.fUltUn.
c.- services coImp'. tet ~ n


Pola coaf cI IronM

It .1n PnA.qinn h konfl100knll


U I tOUi01V :IFUIMWONO



En dehors de la proposition
:deM. Eder, .i y en a urne au-
tre qui,:parait-il, a retenu fat
t:tion tdu Conueil des, Secr&-
taires d'EtaL G C'est la cons-
tr action d'un hAtel-Casino hA
KeiitkofIl II parait que celui
aqui a fait cette proposition of-
fNre d'aspiihalter gratuitement
Ia route de Kenucoff, mai a
lahi condition qu'll ait le mono.-
pole de I'lot et t du Casino
A Kenscoff.
Cotte, dcerniere condition
otUs :h ^mble hix ag6re,et x hor
bitante. On peut concevoir un
monopole de jeux, c'est-&-di-
Sret Casiio, pourvu que IE--


tat puisse toucher de gros
,poureentages sur la cagnotte,
ma- s un monopole en ce qui
concern 1IHotel e'est impos-
sible. D'ailleurs le milieu est
suffisamment restreint pour
que celui qui, le premier, au-
ra construct hotels et Casinos,
soit tranquille, car les concur-
rents ne seront pas en nom-
bre,.
Ce qui 6tonne dans tout ce--
Ia, Ce'et que la Direetion Ge-
nerale fles Travaux-Pu li a
ete require de presenter ui de-
vis Et un plan dte Photel et du
Casino 1 t Kenseoff. Est-ce la
la ). G.,.:T.Pqui fera les
frais. onu ien le concession-
naire qui le couvrira, car dres
ser suriles lieux un plan de ce


genre coute de Fargent. Na-
turellemnent si la D. G. T. P. a
les credits necessaires pour;,


iet tous ceux, mi d6ebi-.mnt "d sults sur !e moyens poss-
iaiments de prerire ,,i bes d'aider cette. nouvte in-
n V ne protestest pe -at e i, dat ze dan! ;e paym e. t re,
inetures d'hygiene p e-ies p Ponr 1 par la nrgai ve. s ont
qui loer caisnt un wl -i. Putut dernande a c4 ,tJue des
Protestez et le Gouve cement ( ie dve <'Ec des St1encts
ci.dera. Appiqukes pumssent ,tre ad-
Le Minister Lescotq t ...-V' tavttX (e
a nos yeux un homnc a cran Laooratoire de M. '.not
d'une rare Pen gie et d'une 11 prait que M. Ganr 1 :
belle activity a flcbhi, en 'occu lut en grande quant ^
rnce, bien qutil so sont agi d'u -sence de fleur d' ) 1
nfl question de salubri public part;ut on lui aport o i pa-
que. et ne cau-ant pr judie '-s de l .-:urs d'or-ag. par
i 3,er"onne; 1i1 va fal ll qmni c!.ntanes et une boute'iii-..- s
2ichisse a chavue *ft' une sence, parait-il. se vend, tire
decisionn gouvernemen:ic au"- ,eI' siur les marches tran-
r' froi~se les intere. 'un '
gIoupe. s ce groupe as. ez A not re avis, s t t ttrou-
habile pour pnItesten. ousp- va't Ie Kanew d'aidCe ctle
I to .. .... 1 t, A el....4 0 1,*,C A ,r


teo
Nul ne peui nier qrI la ven
Siu clu el'afte6 est p.-P hy-
gi6nique que celle dti gros
.-el r-mpli de- ale .,, el


deja, on e pourra pi emn-
p-eher es. vendeuses Jlait
de ccouper> leurs m. n cha.-
dises avec de Feau des ri g; ;--
elles nflauront qu'h p.rCitestr.
Quant aux measures du Servi-
,e d'hygiene qui alu dehuI
constituaient Ies en-'.:is les
plus embetant. on n'a q1o!''1 or :,


i,2ster pour les fair tomixr
et ftre libre do fair ci quien
yout.
C'est i'occasion pou: !'Etat
de prendre imm6diaterc-nr. le
monopele du sel et du .1 : ai'-


fine,


,1


MESSIEURS LES
DEPUTES NE VOUS
FACHEZ PAS...


On nous informed que pro-
testant centre un compte-ren-
du d'un de nos confreies, une.
delegation de deiput6s est
monte au Palais se plaindre,
Messieurs les Deputes ne
vous fadhz pas; meme les
Conseillers d'Etat d'autre-
fois n'esquisaient pas pareil
geste, et puis si vous le pre-
- ez swr ee ton, ne voyoz-vous.
pas que c'est nous qui rirons,
les derniers,
Non, Messieurs, vous viez> bati une Constitution li-
berale en ee qui concern la
Presse, ne soyez pas les pre-i
miers a eourir porter plainte
contre des confreres.
a ..a.a88BM-4 -


NOUVELLES CHANSON-


NETT.ES


SAMEDI


SOIR


aur'aut i e do Jo faire, car
Iplu- nr,- ,i.u ons rO u t..avai i
en .Lil, m1x1 ';9ts1 raudra.
et ht tons les ronts de vue.


l'AFFAIRE D.E LA FORTU
XE DU PRESIDENT SAM M
IEBON D IRATT-ELLE

La fameuse histoire de la
I'orlnie de l'ancien President I
de la Republique d'Haiti le
General Tiresias Augustin,
Simon Sam, semble rebon-
dir. puisqu'un de nos princi-1
paux notaires se rendant en!
France, a pour mission d'agir
et de fire le necessaire porir'


que


les heritiers entrent en


possession de leur bien.
II parait que des faits nou-
veaux, oun mieux des indices
-nouveaux permettent d'espe-
rer une nouvelle offensive. |
I.'argent existe, affirme-t-on,
des Jersonnes dignes de foit
,petendent que l'heritage est
repere.
11 y a tant d'annees que cet-.
te affaire est sur le tapis, que
vr.aiment il y a de qutOi (lemeu
rer sceptique. Si l'argent est
quelque part, il est certain que
ceux qui le detiennent, au cout
trant des complications en
course, ne lacheront pas pri-
so..


UNE RUMIEUSE ASSEZ
INTERESSANTE
Dans le monde ameneain il
cireule depuis ce martin la ru-
"meur que le President Hoover
.vient de dtelarer que s'il est
rl61u, il n'y aura plus ian seun
' marine en territoire stranger
en deeembre prochain.r
SSoyez done ri6lu, Pr4esidont


Si:Ke-h:a Jn..fl' Samedi prochain, le couple noove.
A,-e- e eitoye out Cataly aura un repertoire ....... -
", .- ....... . ..... .... ... .. "..
Vargent danit I'entrep, nouveau. De novell ...: ... :
n: n t :f 'iyht : stonnettes :seront chantees. RETOUR DU CHEF DE LA
.toilant Isrei ie e Gex: qui, Samedi dernier, ont GARDE VHA PTI
ile intit 6mrnito anMalit k4s eosAite Montmar-
;.^.......... .... ... ... t ... ..... ........ .. .. . ..............
... t .....le i r troil' peuvent attested com- TDimanche est rentr6 e son
~~-tre ,deidpeni.,bien-on a pass4des instants cong6 le chef de la rde.
e. la:d reatreh agr6fables au milieu de :atr bi- Williams .
fa )emrine dances, ehantsj :: a immndiatement -repris
:e:; i:: ete, etc.:: e son: conmmaidement;
.......... ........ ........ .. ...
... .. .. .. .. ..:. ...:: : :. ..:: : : :


de tels travaux, c'est
ni eux.


tant


DANS LES SPORTS
A PETIT GOAVE
Dimanche 3 juillet gran-


de manifestation sportive, a-
vec note de gaiete: une tombo-I
la organise par de gentilles'
dames et demoiselles.
A 4 heures, grand match de
foot-ball entire les deux meil-
leures equipes de I' tion Sportive de Petit Goave>>,
Compliment aux Sportmen
de Petit Goave et particulie- .
rement a ces dames et demoi-
selles qui se depensent acti-
vement pour la bonne reussi-
te de cette fgte.
Compliments encore et du
succes...
Par ailleurs nous avons ap-
pris qu'un comity de fetes a
ete former, ce comite est com-
pos4 des meilleurs elements
sportifs de Petit GoAve.
Le terrain de jeu est defini-
tivement bien amenag6. Les


equiplers s'entrainent d'une
facon intensive et vers le
15 juillet prochain grand
tournoi de 3 matches entire
Petit-Goatve et Miragoane. Au
mois d'Aotit le tournoi
Grarnd-GoAve-Cayes.
Bravo-Sportmen de la Pro-
vince -on vous attend i Port
,au-Prince.

M. GEFFRARD GAGNE
SON PROCESS CONTRE
HASCO
.":.Ce matin, le Tribunal de
/ Casafion .a rendu son..arr4t
c'eontre la Hasco. Dans cet im-n
T:portant process, VM, Geffrard
est sort gagnant.


No.a 782


AswhillIe Niunole



Seance d'rmjourd'hul

Ce martin messieurs


les


Constituants. o-nt pr c lur' 6-
lan pour bien sauter 6 ila pro-
chaine seance,.
Apres le depouillement (tn
la c(r :' .pont ance co mpo)r-
tant un atV'u. .4. reception!L,
du rhinii n stre d .Ii'frtirieur, le
S6nateut (r fomfCr Igravit la
trlhuIIne ;f, I d<(epoIe UIn r.'esolu-
liogn: (-1 Oaut, dit-il, d6Cit-1'r
la permanence nifin (it' pouvoir


donne rd.atiudaCt'ion aR ,ouv-
rai'n ( '-.l un acted faie ititine t ittY,5 tar' stles Chain-


bres ont -pun tre ujournees
ieest qu'elles. siegeaient spare
ment.


La resolution F'ombrun mi-
se aux voix est vote a I'una-
nimite.-
L'assemblee national est
done en permanence, tous tra-


vaux 6egislatifs cessants.
Aucun constituant n 'aant
sotlicitO la parole pour une
question ,1'interVt general, le
President d. 'A.ssrenbl6e pro-.
larne I'o'dr'e du jou'r de la
proehaine stance comnportant
specialement l:ia discussion du
rapport de la commission do
r vision .ecnastitutfionnelle.
La seance est suspendclue
vers 10 heures.


EXPLICATION DE M.

LOUIS-JACQUES

Monsiur le Directeur
Dans cette histoire du puits
de Berthe M. le Docteur Jean-
not a jug hbon de me mettre
en cause. II a donned publici-
te a mon rapport et a part
quelques coquilles ou votre
prote me laisse dire excarva-
tions pour excavations et
<< perches aquiferes au lieu
de xactement le paper que je re-'
mis au Doe.teur Jeannot en
Decembre 1931 au moment de
quitter l'Anse-h-Veau. Le
,Docteur n'ait advance pour-
tant dans une precedente 6di-
tion du que j'a-
:ais mentionn6 dans nion
rapport des constructions
souterraines importantes au
:fond du puits de Berth. Quel
leeteur, meme le plus fantai-
siste, peut trouver rien de sem
'blable dans la piece publiee.
Mais le tenace Doeteur a
jure que je serais une piece
de son jeu. 11 me retrouve 'a
In Socifte d'Actiqn Sociale.
Vous pensez s'il en f ppelle
a mon t6moignage. Stricte.-
ment conforme aurapport.
Mon etonnement alors, que le
Docteur s'entete a relater 'ce
,que je me refuse a dire avec
la mfe obstination qu 'I met
a mefreter cette affirmation
hasardeuse,
Monsieur t1 Docteur Jean-
not a qui le sens du dramati-
qul ne failt pas defaut, mn'ex-
pose, le crayon ai la main d6-
montrant:a coups de seh6mtlas
toutes les merveilles que jan'
explores an fond du puits.
,Tout beau mon cher Doeteur,
(V en page)
(Vo.r s n G wg) ...


'


~


~B~i~a8~F~3~


^


'.


I


I


!


I


C_


IVf" -Z














S. .. .I4-..': -&.- P.tonV Is a. C m t..i tMe.x
....:..,e x..j .. ... .. . i 7la r tau ratt on .2des7":.. eii .i se .,t ja e n i.n
.. eo.-..:..:.. :,.l, mentslistorique situs dans .L S nt RU element i'nW

8&$ inci- 'arongn de route voitarable _
n6 1 par lea. points card qui lor a Reander-Voo & -
pauex. .F _,' Frtaqr uessi -+ ce qUi fa- ~COLOMBIAN
Av :e ..-sm, ... vorisera la ration d'un nou- STEAMSHIPS COMPANY
qu'on ui connait, la confrn veau centre de vill6giature IN
q nl i v e crt la Io.
S ere exposaque tez tou les pour le pays et partant 1'6Vo- (L r C11&.0-iM)
p .P. uples, le tord typiieO lution morale d'un grand "T "ne No. 2328.
'ic"ergie, Ie courage dans ne nombre de nos frtres, campa- Le vapeur bien (la tte,. aupcnt vue guards, vivant dans ces liux. Vy. veaant directement
physiologique); le Sud, a- Sachant combien vous ap- de ew-York est attend iil
mtique (alisme tentgauche ste prieZ les initiatives de bon Ie 28 courant, continuera le
tiqu ( bras gauche); i't. aoi, nous faisons choix de imeme jour por les ports co-
la lumiere (le bras drot)M.; vous comme Membre Protee- lombiens, Cnstobal Canal Zo-
.. Oust, dtour de note louvre. I
re', et, par extension,a l'n- ur de note eouvre, ne, Kingston et New-York a-
r e par extension, en ans l'espoir que le Comi- vec fret et passagers.
gPare dansleal (e ventrteba t obtiendra votre patrioti- Le Manifeste de ce vapeur
arrivetant de cette, ap e, e rai- ue concourse, nous vou p- re u par avion poste est a la
arrive poser,nt que nous derace- ons, M. le Directeur, d'agrer disposition des charg6urs I
onnement que nous retrace- nos cordiales salutations. dans nos bureaux sis angle
rons point, et don't la hauteur e Prisident, des rues du Quai at Thomas
abstraite 4tait egaille de Courtlien Charles Madiou (visa vis la Douane).m
maintes allies que notre Ca- Lo Secritaire, 15 vapeur pitale etant dans POuest au "on Laohs Fits. Voy. 10(, partira de New-.
eude se trouver, normale- York let 24 aurt, our tous
S ment, dans le Nord, 'est eom- im am s lea its haitiens. Att.ndu i-
me si notre tete etait place. 1 t
prs de notre venture et de ns CONCOURS DE .iIO 2 uII pro en rou t
pleds. Dts la naissance deo- DICTION ur le ports du Sud.
S tre nationalitY, nous avons Le Concours de direction Aen.t
perdu le sens de orientation; frant(aise du Comit Haitien.
*:: Doe I nos nmalheur. :: de 'Alliance Frau~aise a eu .. r-Pgri --..Nm lnaT~ie
i Puis, s'4vadant de ce mysti- lieu samedi 25 Juin au rilieu
eisme poetique et esoterique, d'un grand succs. PANAMA RAILROAD
dans une conclusion spiritual Beaucoups de monde au STEAMSHIP LINE
.- et. malicieuse, elle s'exeusa theatre, surtout des parents Panama Railroad Company
de chercher dans ses abstrac- des coneurrents des deux se- BULLETIN No. 930
tions la cause de nos infortu- xes. Les ehargeurs sont pries de I
1 tnes, ne voulant pas eroire, dit- On a remarque les Eleves noter que le S.S. < etle, que nous les ayons faites inu grcupe de Mme J. Wei- BALv est attend a Port-au- I
ncus-mmes ed que nous so- .ier Silvera. Prince Haiti, venant de Cris- I
yons definitivement incapa- Les conceurrents 6taient au tobal, Canal Zoze le Merere-
bles de remplir notre mission nombre d'une cinquantaine, di 6 Juillet 19.2
d'unique people indenndant Le jury 4tait compose de Les permits d'embarque-
de race noire. Elle terminal Mme W. Silvera M1les Dupe ment sront d4livres pour l
: par une vibrant exhortation et J. Munier, Inst.1 utrices, fret a destination de New-1
a lu regeneration de notre na- MM. C.de Cata!ogne, Ph. York ,t des ports Europeens
tion et de notre raec. Cantave, Dr. J. Mors et A. sur demand faite a ceo bu-
Voici, dans un rsum4 see, Bervin. Le concourse a dure reau.
d6pouill6 de ce charge et de pres de quatre heutreu Ce Steamer partira le me-
: ce lyrisme quinoug sdait par Voilh de l'excellente teo- me jour directement pour
^^ ce qu'l a d'oriental, ce que gne. La liste des laurcats New-Ycrk pregnant fret mal-
fut la conference de Minme. sera public et la distribution le et passages,
STh6odora Holly. Esperons des prix aura lieu en novem- Jas. H. C, VAN REED
ioi u'un de ees jours, eife you- bre. Agent Ginral
/II dra la reprendre devant twe e A
audience non point plus choim- ..... r :--- ~ -m
l v-&est hnpossib, U EEB4A COUP DE FILET Secret de flomme Chic
pls v.. I LaPolice a deeouvcr lea au- Pierre Labia bre
tours des vols i mportants Coupe Moderne, Grand'Rue
.. .. sistant en machines a enudre G
|RJCTIFICATION Singer et en toles prove- Elegants et Elerantes. visi-


ant de: Ia maison qui a I@ d tez la cordonnerie :
au orU n o a pumblie if Pcrt- nolie dernibrement a Btbase, HYPPOYLITE JEUDY, COR-
auPrne a Pf n y a e Avenue, Ri DONNERIE MONT CAR-
quelques jours, qu tin mouve- GrAce A l'activite i sympa- MEL
met a volutonn aair avait thique Lieutenant Naud6, Grand'Rue, No. 172
et s rpanaat ans a chef tde tectives, on a pu ar
Republique Domnicaine; ce -Ireter les auteurs de ces vols, Le Louvre
lea frese oze e ~ n les nomms : Maur e Deve- Tissus de premiere quality,
morts dans une rencontre a- di t oui s L6-ffe dr eseiir et.

men, t qat Ies ineral Ca- Viste, et Mare Leos.
etait en s centre Ie Los machines & oud*esont' BAZAR. TOUT VA BIEN,
Qouvernement. maeua e I P L
rux ^ -incident dn leueO_ d^ s psit do eux qul pour-' B1uazar Aes Peon nes 4logantes
V t v Iterjrs Je- rnt 4tablir qu'ils out et des honnMes chits
e -t exact; si ne xeI* p- .....p 'r a
t imouvenent rvou- Cest un eau coub i let; B-AS
t.on aire et .e .en.ral .-a.e .- A. m ... hi
I in t de e itou..en feicitons Iactif Cntre la syphi Incolore
o loin: t de se trouper nunl ,i ,tenant Maud6. i: nore d emmc ep atne
Spart o dtat de rebellion Oct Ci taFtxL ,qeme : Phon
un ami devalue du Pre'sident ........ Phone.
u.il1 et un eolluboraiture A -
do ..re .. de son Gouver. e A .N fl __ __ ...............
tent, Une automobile Buick Se-
SOette rectification et fai- dan Modele 1927 en bon 6tat WEST INMIS AGARAGE
te daprs les informations (et avec caoutchoucs en bonne Sous al direction de
Slee id t du Secr4utaire condition. Mr ARNOLD BRAlN
d'Etat n. nt reu du Gou-; Prix raisonnable. Ti_.ph .ne
V ollhent Dominican, Me S'adresser au Dr. tPaOl ard ...... 2
r9illo. Field lHospital Ru... lMeye "i f" )
Vlrgile u j B 'r:T ::.:,
t. d '.,l's inoraton'r : a_ h en o 8o s*-* :'.n "*
*;*,.*' __**^ ** I ..-.,.., .osd ..r~a .~ d t~~. .* Miril ARlll-l-fMNMNMMID ..:...-B I..AUN .MMM


De ve votr prwpie 0Comptae an ea "
Compt do Ohqae 14 la naq lmNatUe do
S 6publique d AiLU


-S. *rrir .r-,r -,4--~- --**-*"91'-4*-----~ -.I -- Jr I~-~


avec


HAITIANA
MAltDI
L'Aiglonne,,
Le Roman K'un Gamin de
ou (TITI le )
Ent re QhQ Balcou 1 <1(
JEUDI
Lbe beau filmr
LE RRINCE CHARMANT
Jacque Catelain, Nathalie Kovanko et
entree 0.50 Blalcon 1 ut


. ff-


f* p A


ii
t
S


minmn
flu U
~1t I
- -'-- 1I~

- pm-n *~ ~ _


Paris '

.. .....



Nicolas. n..- ,
.. .. .. ......... .......


Line-v anetes
Sur la demand d'uvn grai-d n. ,bre de clients qvi )'oit p*
a cause defla tluie, t -er i la i eprisenrttior e Di iia.:
MARD I '
LONCUE SU lRE DE GALA
par la troupe MUNIER
Entrd 1.ULo et 2 oo gourdes
.MERCR EDI
nln drame &mowi-ant, un film success .
PASSIONNEMENT
Entree 0,50 et 1,oo goure
f -4- ::.- --




DE PRIX SUR LES EAUX E T'ILEIV
aus de Cologne extra fin'
Eau de Cologne ** ruie "
&au de Lavapde
Fo@teille de 1 litre or 1.40
1/4 40 ..........
En Veate chez
Antofne T&lamas, Jean Talamas, Baar Natioral. Cry tal d m6
ket. E. Dereix. Paul E. Auxila, Kaw as Hermanos
Pear des Commandespr re de s'adresser a I'Agent
ERNST LUDERS
P. O Box A. 60, Portaa-uPrince


'v o 4-


LA MANUFACTURE HA1TIENNEDE CHAPEAlUX

', Llndig ne."
A le plaisId'annencer'hsaa nombreuse ientotle qUTot'
de clhapesux se fait depts'le 4 Janvier au NO 207fP
Rue en sface de son anden local.
s elhents trouvwont Ie nmane aeeuil.
Bon marzh6, mrme cortoisie.
MARTINEZ. MARCELIET CO
IO C
..... .....


II
4$

4 4 '4



('-'9


JL
..........w....4..&... ...


S. i .
"''. ".f "
.....I
-


a


Si-


*, 4 '


Mf-NW- T .1


--r- -r;r


I




.Aid' ,, ... ,: .. ..- -.- .


tres Nouvelles du Monde entier reques ce ma




de la Associated Press" Via All America Cable

( EXOLUI91VITR DU NO (VKLLJ2TK)
-t Mi&Ub''J .. ......W rCf^Uff? f^'^ W ^ TQ ^UI^TJ ff~T r~ S~


. BANDITS CHfNOIS
PRISONNIERS DIX
< AMERICAINS
/NKOW, 28 Juin.-- Dans
sinage de Kikuingshan,
la province du Sudho-,
des bandits 2hinois ont
Iprisonniers dix amenri-
cinq missionnalres a-
|s et cinq enfants. Des
Illes de sources chinoi-
d 4larent que les bandits
en tries grand nomn- c et
,seule l'arrivee de no3,uvEi-,
roupes peut les tmlipcher
a'nemparer d'autres victi-


XXX


ROOSEVELT PARAIT
IAVOIR L'AVANTAGE
ICAGO, 28 Juin.-- Cet a-
mnidi, Roosevelt donnera
premiere manifestation de
popularity exact dans l'e-
ion du president de la con-
tion democrats et la de-
ination des reglknents
la convention. On ne peu1
.1re aucune prediction exac-
au sujet (u resultat des
tions.
WUCUNE


AMELIORA O(. 'lr) N


A LAUSANiNE


USANNE, 28 Juin. I-
t a la derniere minute un
pour mettre fir au dif-
nd franeo-allemand qui a
Sla declaration allenian-
que led's r6parations doi-
^t tre annuler 'Ac ]e refus
P la France d'accepter' cette
ijution, Mac Donal a invite
I.erriot et Von Papen f tenir
e conference prive"t. On es.-
-.re qu'un compromise au;e-1'
I: la reunion de Lausannp
X.nn Pehee complete.
nv


LA COMMISSION DE LA
S.N.D. EN CHINE
i PEIPING, 28 Juin.- La com-
mission d'enquete de a So-
cidt6 des Nations en Chine est
parties aujourd'hui pour To-
kio. Elle reviendra en Chine
en Aoft pour y dresser son
rapport. Aucun Chi'ids ne I'a
S ccompagnee. W e l I i n g t on
SKoo est rest6e Peiping pourM
y preparer et-met.tre on ordre
les documents qui terviront
de base it ce rapport.
xxx .....
HINDENBURG AGIT
HERULIN, 28 Juin.-- DP'a!ws
rn edit qu'Hindenbuirg a si-I
J;ne aujourd'hui et q-ui sera
probablement public deinain,i
i lo 1i feddrale est sur toute
l'etendue du ter'itoire lui
Reich, superieure i61x lois
rises par chaque Etat en par
ticulier. II resulte >t cotte
nouvelle decision que.: les fac-
t ions politiques mnilitantes
peuvent porter des unifotrmes
I mme dans les Etats don't le&
lois interdisent cett p:ati-
que.
XXX
LE VOTE DES DEUX
TIERS DE LA
CONVENTION
DEMOCR A'TTQT


CHICAGO, 28 Juin.- Ls pt'
titans de Roosevelt viennent
de retire la demand i d'abro-
gation de de la regledes 2 tiers
Cela indique done quoe la deci-
sion de la Conventio:, sur ia
question n'aura aucune intfu-
ence decisive sur la compiti-
Ston Smith-Roosevelt.
XXx
POUR LE RELEVIT.MENT
ECONOMIQUE DES
ETATS-ItNIS

WASHINGTON, 28 .Juin. -
Hier, les membries de ]a Chairr
bre des Reprseentant.- et les


Senateurs.se sent reuris pour
arriver a harmoniser leurs
leurs vues respectives, si dif-
ferentes, en ce qui concern
les measures A prendre pour
le relevement economique du
pays. Leurs decisions seront
naturellement soumises ;
appreciation -du President
Hoover, qui pourra y oppose r
son droit de veto don't il a u-
s6 si liberalement ces temps
derniers.
On s'attend it une longue lute
autour de la question, et il est
probable qu'on ne s'arretera A
aucune measure definitive .n-
anft In fin de -a sremaine. L.
Chambre des Repr6sentants
luttera, selon toute evidence,
pour obtenir comme r6alisa-
tion les plus grande parties
Possible du plan Garner, qui
.icvait, autoriser un credit
-'un billion deux million dteo
dollars pour des travoaux pu-
blies, et qui avait 6t6 bloqu1
par le President Hoover.
xxx
BASE BALL ET
POT '^ iF

BIRMINGHAM, 28 .tin.--
L'administration muniic"pale.
de la ville de Birmingham a
recu ine sommation lu inter-
disant de proceder a cts 6tee-
tions un dimanche oil doit se
dispute un match de base
ball. On soutient en eftrt que
la Ville ne peut avoir le droit
deo faire des reglemenut pas-
sant outre a des decision prn
ses par 1'Etat don't elle dGpend
Los partisans du base ball as-
surent que affaire ira jusquc
devant la Cour Supreme de
IEtat, 'a Mongomery,
xxx
II. DIVORCE APRES DIX
HUIT ANNEES IDE
MARRIAGE SECRET
BLYTH EVILLE. Arkansas
2s Juin.-- Apres avoir gardV
son ma)iage secret pendant


18 ans, L. W.4tout, tie Buf-
falo, a vecu trois mois :tvec
celle qui 6tait sa femme de-
puis 1913. Puis elle P'a quit-
th, et maintenant, il a intro-
duit centre elle une demnerle
un divot u.


xxx
SECOURS AUX


CH O-


MEU.IRS DE L'ETAT DE
NEW-YORK
NEW-YORK, 24 Jin.-- 4A,4
ministration de l'Assistance
temporaire aux Ch6mneurs a
commence execution d'un
programme de secours qui
coutera 6.346.784 dollars et
qui doit etre realise avec ek
concourse des autorites de la
ville et du comte, d'apres lie
New-York Times.
xxx
NEGOTIATION ENTIRE
LES SOVIETS ET rLA
TURQUIE
MOSCOU.- D'apres des ren-
seignements qui circulent
dans des cercles strangers
bien informs, la Turquie et
VPUnion des Soviets sont en
train' de conf6rer an sujet des
Dardanelles et du Bosphore.
Le plus grand secret entoure
I'objet de ces n6gociations. Ce
pendant on resume que la
Russie veut se faire accorder
des avantages militaires pour
le cas ou el-le serait victim
| d'une aggression antisovidti-
que. On croit'que si la Tur-
quie vient h faire parties de la
Ligue cds Nations, elle de-
Smandera 'a ceasation du con-
trole interniat'on,i sut les
Dardanelles.
xxx
LES NAISSANCES DIMI
NNUENT EN
ANGLETERRE

i LONDRES.- Le poureentange


des naissances en Angleterre
I pour 1930 a At, de 16,3 pour
1000, lechiffre le plus bas qui
'ait jamais 6et enregistr6 de-
puis l'6tablissement des regis-
tres de l'Etat Civil. C'est aus-
Isi la proportion la plus base
'qui ait 6te atteinte .par un
pays, la Sukde 4tant excep-
tee.


XXX


LE G(OUVERNEMENT
C'IJlIiEN DEMfENT

,SAN TIAGO de Chili. La
.Junste du Gouvernmnent a an-
.noznc q'un destroyer ayara
a son board leo rebelled Grove
et Matte est part pour I'ile
Juan )ornandez, peUrdue dans
)can Pacifli(ue, oA ils se-
,ont '6legues. 11 a dr6menti la
nouvelteI qu'une part ( iu
(.;/rp. d'aviation se serait
soulevi, (t se serait empar4e
fdes tr'(opovts de Quintero et
d'lquique, ainsi que du (lestro-
yer dont il est parle plus
haut.
xxx

LA DEPOSITION DE
LINDI)BERGH

FLEMINGTON, New-Jertey,
28 Juin.-- Expomant comment
Curtig condusit les longuf,-
recherches qui se fai.:dient
pour retrouver son bbt) dti-
jh mort depuis longtemps,
Lindbergh a declare au tri-
bunal Paudience d'aujour-
d'hni < les ra viseurs lui avaient af-
tirme que l'enlevement avait
ice machine par uine person-
iio _iisantpartie de la (domes
ticite d4 ma masono, proba-
hlement une femme>>.


k-9"mom----


Avis


l--
MSIMCE DAUTOMO BE

i.W. I IP WELL

A6ENT ASSURANCE

POR)TAl-IRINCE,HIHM1T


La Panama Railroad Steamnhip Line a I'avantage d'annonce"
lee d6parts suivants de New-York pour Fort-au Prince, Haiti
directement haque Mardi.'Tous les steamers sont pourvus de
igorithque :
D PAItT' DE tNiW-YORKARRIVAGES A PORTAU-PRINCE
L'S, GU.aySqui le 17 Mai 1932 le 23 Mai 1932
Cuistobal le 24 Mai Ie 29 Mai
,S. Buenaventura le ler Jui le 7 Juin
S.S. Ancon le 7 Juin tle. 12 TJuin
S S Guayaquil le 14 Juin le 20 Juin
SS. Cristba I 21 Juin le 26 Juin
Buemaveitura le 28 Juin Ie 4 Juillet
S.S. Ancon le 6 Juiltet le 11 Juit
S S, Guayaquil le Juillet


IrTIM '


---__ _ ,- -", .... .45 __


1 U" for-Nea r wi-. oodru* *ir o 0 on de p


Le fait est incontestable

,E rillUm S


est la quintessence des


res variets de cannes d un vaste
territoire reunussant les meilleursterroirs.
S. C'est ce qui fait son arome.


So ts voasntt qu'd 'ophtqu .PFrt-asmPriwaw .
Gnand Bsu A ctAi du Mapain de Mile Luc LAFORFT Rpara-
tioft a taus genre, tarali garamtia.


- C"


t..




.
..:


. -N


lffrm
0
W AN
m 6EMW
..........


Coxiparez
fwsra. .
:._.M... :. :- :. .. :


......... ;_._.


1


Commercee


au


L I
l


*IVl~rt


AMD&
Alw--Iw

(iou-tez et















&.'D DLlGNAUD



SERNEST BONHOMMfIE
P- N &.. .C i.S
.s 1".N! Z. (Cap aniten)
zwER (Partw4Pa1)
AUPIn O'r DAmalvP)
i* B -ES AST-RQ" '
x Ol.ZIKER JrUnll
jaxOLIVI.I 4 Jkereli
SM. BAIEI (St. Mare)
jPAphtiel JASMIN (Petit-Gouvt)
REPRE$ NTANT EN EURNoPE
MARCEAV llPONT'
: 14 R ue: Montrt tre, r Pni.
SPIESENTANT N, AMEWIQr :
Ag u ... taw. J rimd A
N-WELV. AND EMYET
40 East 34 Street 40
AN :nment OLLAlt par mo .
; La pubtcit en~s aiti s traits d
IToi ^ communieatiors doivent W
s: ,rrs t lux Direetcurs 4n 4 NOuveein
S4 Ernett G0 CHAUVET, Impri mwr-
:.-


LA PRO


; Dans
fLe Go
~onner d
zvons eC
&ur far
.itn cow
de iear
U lS juti
ormele
oue dam
bat s..,
dincrire
est pror
-


Ct
A
-I'
a

I'
/4
ft
4;
'4


P
ill
f7~
iN
Ill
.0)
a
p

p

'I.


. .~. .~. -. C . :..
: : .' \ C ...
4''. 5 .. ,., :&i CC .


fY ] '.U':--
.. .. .'..<.:. Le ouvriers de.., In'':.: ::..


denttme here 'w


Nous voici dehorn... 1
C'est une impression d6ses-
p6rante, froidement rue, d'e-
tie dans la rue, Montmar-
tre, sur Ie seuil d'Wi cabaret
I d'oit I'on sort en ne sachant ,tl
.j :ier.
La femme que Fon a, au I
Sya1s*, faith plus lourde.
J- Je voudraml rontrer chez
Smci, a-tbelle ::dit. JI sui.s fati-
g u .e...! :, !
| Vous etes stir qu'elle o'en
Sense rien. Vous ae.e implo.
re quelques minutes encore.
Elle avait trop peur que vous,
ayez cro A sa fatigue. Elle dit
oui tout de suite puis pronon-
c aIn clAssique:
Ou me menez-vous?
A cette heure-I" qui est a '
peu pres la troisime, inter-
viennent les ouvriers de Ia den
xieme heure, ceuy qui vont
xvous aPdIr a parachever vo-
I tre trav ouai
i Les Rueswes ou les egres?


Pcur les femmes sentimen-
)ROGATION tales et compliques., pour les
femmes almart )arlor ou ai-'
D'!N MOIS. mant penser, pour celles qui
n n !t.ne pensent pas mais veulentI
notre note ititulic l avoir Fair de penser, polr
uvernement derail cells qui ont egu d ns lar
eexplicatn vie quelques coups dues (6pou
cprtme notre opntw i ses abandonn6ee, vierges vio-
reite du samedi 25 l.es, finances delaist-.s, etc.)
,rnt, ..Nou a .t fn- et qui prennent leou ialheur
Exe&utif par orticw au serieux : Les Rus:es.
rtti rapportant celul Pour les femmts tendre-
nl urlait manifester mmt vo uptueuses, p:ur cel-
ment son point dc les qui veulent qL'ine c ares-
s la uestin en d e n soit pas sculpomnt dans
a prsente session or. un regard ou dans n: mot,
du Corps LdslatSif pour celles qui ont ui tempe-
wgie dun mois dit ramnent tendre et im ':ratif,


1 i-Leeo eouvritrs t


~ ~rwU&W Ipour celles aussi qui :irment nou.
Or pastWtun arrtd ne ndolt danger et rire : Les Neqres Je sortais avec eI' pri ue
fre fpris 'A air .n sed ob- Pour les folles : Les Russes. par hazard. Je avai- ren-
it d6termti, nous-, w nm Pour les hystriques: Les eontrI e dans l'apres-mi h et
ir de :; terms. fowr',.nI Negres. J invite pour le soir. On nous '
Ue E.MU .dans:sop ia, De tout eeci, bien entendu saoula proprement do musi-
Frprthatfor K'entendait nd- je ne prends qu'une responsa- que autant que d'alcol. Cot-
ment dUW -r te mMO la- bilifi partiele.. eto nuit est restie vivante darns
rnrse _pn *-roi mois .- Ie RwS na m -mqjre. Mis je ,ne Ven- 4
) nftfW l d_9dlaM session Une femme cliante Elleest tends que dans ur echo, les
rd iatre. tiremeit it auU- assez digne, assez grace, as- voix qui mn'y berceront unt
ait fau. a n x arrete's, un se age. un son 6touff, un rvthre
upportant ldin du. in a. C"est une ancienne dame sourd.
urn4 t: 7khambre, T n d'honneur de l'impratrPie,, Pourquoi pleurez-vous? -
U tmP dieldr r de la Un gargon vousa:pporte.u demandait un vieux cf saque A
rore -gt on. ne bouteille de champn e: mon amie.
CItc doi ?arIs tou, I ait' colonel ]es ar- Pourquoi elle p1'i:ait?.ille
re caused 'Icas otn, car0 des... n'en sut jamais rion, i m ndi.i
interrdieati geinralement La dame des lavabo., vous Mais n'est-ce pas mnrveilleu i
dmmvse-. oiu le mois de prend votre manteau: de pleurer pour rien?
'avaux tomr, ngant le 27 du Ellle a 6te marine 5 deux Aprts va, reprit le cosaoue
tS quw e e eonmp.- grands-dues.,. un jour que je me rappelaisI
rent N to' e .de la 0 slOl' Le patron de la bolte qui tcette scene avec lui, apres a,
rdinafre "ole ans es j vous donne ces interessants de au moins, il ne reste plus de
7mdiz tone .orogatlon neJtail s 'line a son tour : larmes pour lea chores 'sericu-
reqdraft date T parterdu Jtais mameme g6n&- ses!
7 lullet proel. n n ral... Voila la seule beauty des
C'est du rest. opilnon du I Vous saluesz Vous offxez un bolte1,russes : leur invrai-
reide du nat dqui nous Iverre. Le g4ngral toise avec semblance, leur folie On y
Sar alleutrs, afirmi~que j m6pris la bouteille qu'ii vient perd le p&le non point seule-.
Ecutif ne t art emi'a-- I de vous vendre : ment sous effectt de I'alcool.
erm Euwmenti j weslton. Mon cher, dit-il, je ne Oz y.devient barbare avec les
QUt .l.6, Stilt fOl bois pas eette salet-lt. Ah! brutaliths et les rares dou-
u i etel. r ,r.I si vous aviez conun mes ea- ceurs des Orientbux. Avec
r eetaf in,4t ves I .leur fatalisme ausst.
M^^ .Iy f"a~ _~,~t, bh1 soupire, appelle an ma"- Le jeu, ehez les negres, est
trefer ea te te dervf a tre dthtel : moins 6clatant. 11 tst peut.-.
rl, lee mImes a prrhensifom -Amiral! Apporte Ila-vod. tre plus stir. I1 ne provient
S,.. .. Lka. .pas d'un emballement. I1 r6.
1 e o, ,W vors-eid L'amiralpose ui)e bouteil. sulte d'un rythme mille fois
S s d ff .peie asu t, le g.. rep6ti, s nt on vous atura.
*Urer _._.fl i d Ila met a see mtoute en, Ehn cla les nrgres convien-
E.t rr-td, .f.s. cor.r 0'$ bcuebe,.?~n Rent aux hyst6riques.
pSe -. rs -. : oh~ ver ,: celni ni Montmatre roe gtAn&rtle
&afrA it'den e cardias visib. t bobeur 1 amour 4.
S- Nitchevof cer past ** .U. i'l
: j- drot- -d'y 'pr lntourede6urit4. Bienau
ATT IYTT & ,... ... T I .tra l i at. to n t. u e
l -ibes baxn. soti.i nmins negre.. Plus que Ke O demandera poureaoi,
t t tmunt twuuliaeux amuseurs, les .,arni:4M tmartre, 'a


ris^n^t^hitWSapaaTfb wmHiU e xwgnp urioour. a-
-:On me citers d T ron. soucie peu. de 1'a- 16bration .de la St. iPerre.
moti n. o v-v d desA.. :rco x 4 eu4res,. apres I mev .ies "
S.r-It. U i.' .k :cnmmencera a parties l1i 4
abaiiloine. .Mafseeu o jat raire, avec Iehtkressante'
petites femmes en taillur, et ference : A travers ,a Litt.
nouds-papillons attimnd>nt rature Haitienne de 1804 .
d'autres femmes. n'y a-t1i 1931, par Pun de nts moillears
pas, lh aussi, de l'.monr? On 'orateurs. A 7 heures du si0r,"
en voit la qui sent :lia sages ommencera le bal ; .
que sur les brmes ('0tile ko- Ne perdeo pas la carte d'en.
le. Soyons-leur irdulgcntse tare de la matinee. C'est Cve
puisqu'elles ont un vide. So- elle qu'on entire au bal.
yons-leur pitoyabh,-," :u--rtou t,
puisque Ie re lles pouIW-t. -. OU-n
suivent est un rove ,'1nmpossi- CONCOURS LIT'(ERATIRE
ble tendresse et aunelles sont
IA come des onibres erran- Nous apprenon. avec n- :
tes loin, ah! si Join de nous bienvif I ir quo Cat
- qui sont it la recherche d u- R n F rt uc- f .f
ne forme vivanto nai.ne la a 6giona du Fort Jacques
fre une collection de m urllre"
i trouveront janmais., / Dr. Gu- e Ie on A .
xxx
xxet i Monttw souie- teur du plus beau po .e t.!
en.qe ii r ani r >. -^ verses stir.le Fort Jaerqlies,.ti : :
ment quo peuv'rt inir i1 e auttre prix consistaii I t.
moura qui y sout Anee ze volumes de Maurice 8
SC'est l surtm:in i'.",1n r is A elui qui aut a cu tprn
console, ie plus beau poem 91n pro.
SMontmart'e, a a i,>- st."w le m6me qujet.
coup de clients, Au course de l t, ai n
1On viient y chvrrper ,ans "o 1 ,,neiuls la foa,
n ti vere, l'OyIIi dI nli .1 t- !o u jury ('app rc iiion :
quoln y fit. Commrn c tait d'a ian
tendre. pourtant! Et com-
niment se fait-il quo tout au-
jourd'hui soit encore tie6le et ENVEItS ET


noirs south de discrots conpli.-
.Us commeencent eux aui I
avoir le nm tort que les
tusses :ilas crient & ce qu"ils
font CWet Igrve. C'est.mau-
vais. Lamirl, Ile g6n6rul, la
femme des grandsducs et le
confident du Petit Pere, tout
cela ftiit soit par intimider
le client, sait par imprtu--
ner"mSime un mauvais sou-
venir. Ou bien, touL simpleC-
ment, qa 'eunuie conune un ta
bleau du nmuse Gre.vin.
Mais voilha ne musiqus e n
peu chaude, douce. ( t pent la
denser inais ellek V, berce
surtoukt darns la lunte et lii-"
de lumi 're des lamnpes voll&es.
Elle vient vous cherzcher au
cceur, ceux qui la fredonnent
ont. sur leurs visages fermea
et souriants, une softibre dou-
ceur d'idoles.
C'est vraiment tRhu.u '-tu
grand jeu. Tout vous y aide :
la lassitude de vote comapa-
gne, Ia ctmplicit& de- mar-
chands de plaisir.
Quelle est la femwe qui ne
se souvient d'un air psi ticu-
lier? Souvent il lui riappelle
un souvenir d'amour Si &ele
vous prie de la demanded 1i
i'crehestre. n'hisite7 jpas et
profitez-en : ce south etir c. tin
amour passe aidera an vote.
11 creera ['ambiance
Ce serait impossiblL autre
part. Mais MontIma l e ;st
justement ['amour lui-mrme
avee tout son trouhlo onteuv-
rage oft il y a des sourires, dc
regrets et de la faciite.
C'est a Montmartre que 'on
peut venir bot bo ds i;t ,i ,
gues r6sistances.
I y a un mois j'y ins;
dans une boit-e rus -- : vee
une jeune fille que j connais-
sais. 11 n'y avait rien entire


CONTRE TOUg..
Nous avons pris la ferme
rsluti)n de finijr ettire..
meant avee notre stnick 4e:
marchandises.: et ce partir
du 2jWfillet prochain, auss.
tous nos articles seront ven.
1.. a f (le prix inc',.,ahbes,
Pour vcus convaincre i l faut
venir et controler.
Kawas Hermranoq
1724, Rue du iM1agnsi; de
'Etat


Ij^SttZ^ous au
M6 Asks"
4,,,W


%


C;


et


imis de S'y abo ner aussi,r

est a seuxle fa on pour nofi


le


reussir


-U.I


Le savon salutaire employed
par d'innombrables
families -
Dann toute les families, oil on estime & sodprif l
iamt. ,vous trouverez aujouid'hui le Savon CaIrbaic
\X,: x;I. Ces famrilles savent bien, nm t,i que lI
.., ,.-i')ld fait plt .que nettoyer"il purifiC i
i"n. Sa $ .,,,- .4-.q coin ct recoim umre pr"pt absolute.


C. ,. .. ..


...... .. ..
. *.. .C .. --.


ir .......l


. ;, ,. ... ... N W_


dou x.
Pomiurqoi nIo} paI r)mt'i-
cer?
On sert. I faith frui4 Bin--
t6t ce ser'a aube, c, sra n
Encore qu.lques inn;w-.
Tout nest pac fni. Montirar-
tre, qui mourra ?ave .- pre-
mier rav.on ldu olt i 'it en,
core. Rien n'e.t pv--..!
ypM- iy.... jjy=~ "- -"|,,-^ .^ -- ''~lmg^J^ III^
A PETION-VTlLP Pu"R
LA ST. PIY ::
Le public noyt ipc? n


. .'...


I ,


et dies


parents


Villi
























(Volir
S. .


le No. d'II


AlT DUR HA
LA COMMISE
STATUTAIRE
$TIER DE B

ApprtCialion pa
Comparadson


etc


r)
PPORT
,ION
DU
ERTH
r
*


tte construction _olonia-
jile l'idee de l'existence
appartement assez logea
8ous la vertical du Puits.
La position et la direc-
sEcuterraine de V'E.alier
ct come ci-dessus corres-
"d un space &tr)it com-r
entire deux n.ut s artist s
corps de batiments voi-
et aboutissant au Nord
At du Puits.
qui etablit une corre.-
on des plus elifiantes en-
l'Escalier dout a parle
lorateur Morisset Mo-
ant et la Galerie 6troite
terrain d4crite par les
ropeens int&res.es aiu Chan
r de Berthe. Ce puits comn-
done deux stages ou ey-
tdres superposes et couiesI
un plancher lhorizontal.
partie infeieure au plan-i
r est sans doute un appar-
ent de 4 ai 6 fois I'6ten-
de la margelle du P .its.
se rapporte h a des-
ion qu'en a: tite-.ieale
icette Morissaint $ M. le
ire Constant Mablebrnn-
Sdans l'acte authentique du
ptembre 1930.
Me plancher fait de poutres
sses elt sol ides -st e an Lu
1. proteeteur de i'app&m -
rnent du fond. Plan horizon-
et s6paratif, ce plancher
r4sehite au Nord Ouest avec
aparmi du Puits un passage
mettant d'atteindr'e un es-
ier de penetration don't 1'ex
*mite6 superieure achetee
depart des Colons so trou-
f sous le parquet d'uni miasu
avoisinante, Esalier don't
bextr6mite inferieure se perd
Ms le dit plancher et don't
ftendue coupe obliquement
4paisseur du sol just 4a de-
I1t de l'ouverture dans la-
I le ont manceuvre nos ex-
Iorateurs Dupuy .et Duples-
l Cette ouverture eat sans
nteste la voie par tou passa
Iorissette pour repecher son
ten trouve jusqu'au fin fondA
dit le meme Morissette.-
escalier accessible par le
Set par le plancher est
inement celui decrit par
rissette et le plancher inl
6diaire est l'endroit ou
Iorde l'avait depos d'a-
De ce palier ou plan
ediaire il a pu deseen-
prendre le chien, revenir
corde, c'est a dire au pa-
hisser l'animal et de la


Syer la p6rilleuse fantai-
4e vouloir surprendre ses
ades en essayant de ga-
le haut par la parties su.
ue 4.u dit Esealier,.


oiur payer rttr
Pdb
ri.:. O et o..o
Dany

,;,.;'
D
;.,J...


ies Millions


Vous savez, Messieurs, ce
qui s'est pass ensuite. Point
de doute aujourd'huK, que le
tresor de Berthe se t.'ouve an
fond du Puits ainsi ixplor6.
Les signatures

Observations :
A la date du jeudi 5 novem-
bre courant il a 4tA .2onstate
un double escalier communi-
iuant galement,av c le pa-
lier sus-enonce; pui, un im-
mense appartement haignant
ccOs escaliers et dort ia vofute
eit d'un blanxwnacr6 sous les
projections d'un c'l:tsh>i. Ce
constat cut lieu en presence
et sous Ie questionnaire. Ie.,
sieurs Alb]ric Berthoumieux,
Clement Celestin. Odilon
Charles, et le notaivr Ber-
i thoumieux, Danacht. tous
actionnaires du Syndicat ve-
nus de Port-au-Prince sur re
quisition du Docteur Jeannot
aux finx. de decider u: !es rme-
sures tendant a txhnibiticn
du TrJsor definitiveiannt En
xvue.
Le Secr6taire du Comnit
SRgional
L. Charles.


Enregistre A l'Anse-;'.-Veau,
l4 vingt huit Novemiro p nilr
Lnuf cent utente et un. an 12Se
de 'Independance, L1nio S)
verso ease, au No. 22 du r)' ,
gistre civil I perqu une gour-
de droit fixe.-' L'Emniloye an t
service e 'Enrgist~renont
1 (. !'ou he. ,


CONCLUSION
A.-- Principal pros$ecceur
dc plus d'une compagnios n i-
niores au capital de plusieurs
milliards de francs notam-
went celle du grand .Arc, a
Bonvilfard don't ie sipge so-
cial est Grenoble, (2 Axe-
nue Felix Viallet), 1. 4Pier-
reton aurait etonne la Fran.
ce entire s'il s'aviait de
no.us certifier des faits nnen-
songers. Et d'ailletis, dans
quel but?
SB.- Acte authentique du 6
septembre 1930.
II serait vraitnent curieux
que cetterespectabiliti .iu'est
le notidre Constant A. Male-
branche aceeptat d'entrer en
connivence avee l'explorateur
Moricette Moricin pour ci.nsi-
gner dans un acte authenti-
que des faits qui seraient in-
sinceres..
C.- Acte du 14 mai 1931. -
L'homme de bien, le fone-
tionnaire integre qu est M
Lorrain Dehoux, aurait-il ae-
cepth A produiire an Gouver-
nement un rapport declarant
reels des faits inexistants?
D.- Et le Conseil des Se-
erhtaires d'Etat aurait-il au-
toris6 le Contrat du 24 Aoit
193-1, si des faits tangibles ne
motivaient sa decision?
SE.- Et M. I'Inge.lieur G.
Louis Jacques qui cut a des-
cendre au fond du Puits de


m:m:


dre du savant prospecteur 1
Pierreton. Or 1.000.
2o0.- Travaui de Berthe,
appert rapport et dvirs d'in-
genieurs or 400.
30.--l Dispon ibles pour frI- 1
de sejour du group savant.
devant arriver sons peu et
frais imprevus or 400,
L'ceuvre etant national, Je
Conseil a decid& de subd s-d
ser les actions en vue de per-
mettre a toutes !es lhturs.,
d'y prendre part.
Libre done a chactn d'ae-
querir une action entire (or
60), une moiti6 d'etion (or
30) un tiers d'action (or 2~;,
un 6& d'action (or "10( voire
un 12e d'action (or 5).
Messieurs les notable: aunt
requ des instruction' en con-
sequence.
L'Administration '';-
cat est un livrew ..
chacun a la faculty, .
Deja, pnr I'art, 2 .I.. 0on-
trat du 24 aofit 19'j. IeA,-x
de 'autorite conmpcens ,Mi-
vent et contr6lent nos opera-
e,-
tions, depuis les fouii-es jws-
qu'au partage.
Le Syndicat smisit cett, oc-
casion p( ur remercic le Nol -
'elliste de I'hosuitii',i. t i
a bi en vuOlU don, ,re ;u \ i u-
reines pi.ce- ,le nIotre ad i.-
niu-tration pt n~voe .t vous.
31. It Dire.ct ,.- et 4 vas ien-
veillants leetenrs. l'exipres-


CLENOUVKLLISTEs -
Berthe, expuserait-il:44 repu-
tation a decrire des hoses
imaginaires?
Ceci pos6, le Syndicat, en
sa quality de Soci6te.civile v
gulhrement constitute, pour-
suit carrnment sa patriotiqne
Entreprise d6ja tries avane6e.
Le Congeil d'Admi.dtration
renouvelle son Appel aux in-
tresses d'avoir -A co'triler
-de visa les operations dui
chantier (Ce x3eLrne.
Le Conseii met m t,
trente actions :deo or 60
soit or 1.800 affect's eomme
suit "
lo.---- Depot en banque, ae-
creditifs et incessibies a l'or-


AVIS PROFESSIONNEL
Mai:e Suirad Villard, notai-
re, -infcrme que durant son
absence du pays, son confre-
re Me; Edouard K6nol aura
)a direction de son Etude.
Port-atu-Prince le:23 Juin 1932



Farine de Banane
Hygibaiquement pripar&e
Pour ies enfants et les malades.
Convient aux estomacs Its
plus d flcats.
Excellent dejeuner pour
tous.
Aax products d'Haiti
E. N. BAILEY
1313 Crand'Rue


Ne "Droguez" pa un
.Enfant Enrhum6
A ]a longue, le drogaes dM&
rangent festoma d6lieat d'
enfant
Le Vicks, 4tant employ ex.
Mi4eurament, ne derange par
eons6quent pas la digestion. I
agit de deux maniAres:
(1) Les mingrients, d4gages
par la chaleur du corps, sent
inhals sous forrme de vapeurs.
(2) En mnme temps, le Vicks
soulage les douleurs come un
catapiaRsae.

VA wo u Pt


slon de ses .sentiu,:nts !et
meilleurs.


Le Piresideiit
IDr. Em.


Jeannot.


Usine a glace de


Port-au-Prince


Fsrmi'cation de glace de mei
u r Q u i ....... ..... -.:.......... ::i i :-.:.-. .. .
eurt qualbtt.
Livrason rapid etfectuk e
quotidiennement par o ea i
miona points en tilanc dans tou
tes les dir"tions.- de Port a'An.
, Prince et dee Ption YVile.

Nous avons toujours en rain
lee derniers mod6le de g'laeis
res en acier i partir de Or
25,00 et ai dessue, vendable
avec facilit6s de prmements.
"Les glacibresles plus s ou
et les plus economiques. "
SORBETIERES
Nous avons en vente les der
niers modules de sorbetitr6s
de tous. lea dimensions A par
tir de Or 3.16 et au dessus,
ENTRMPOT FRIGORIFiqUE
Nos chambre% froides ont t4
, rcemment mise A point et
petvent recevoir n'importe
querle quantity de vianfle de
powrr'srn, Je 0gurmes, de
fruits, etc.
Le Public Pst cordialernent
invite A visiter n mre usine rt
h inspector nos nmodebes ete gla
ci*,res et de Sqorbotibre1 dann
notre salle de ven'e
Consommer de la glace c st
fire de I'economie.


POUR ETRE
UN HOME
1) 1 M A I N.
11 Faut s'instrruie r, dcs
nmethodes simple, rapides,
exeeiie,,tesa a
i'lnstiui Tippfenhauer.
1537 Rue Lamarve, belepho-
ie 2891.
Enseigneimeit -hs(te 12e
VPhilosophie S .no-Daetylu,
Comptabilit, Largueis Vi-
i vantes.


. .-t... J-.-... ----, ._-- --_. .
rs^Si.~~~~ ~~ ~ ~ ~ -.,r ^ "-t, --**r /


VAPPEURS
AMOR
STUYVESANT
FLORA
LUNA


ASTREA
MEDEA
FLORA


D)A-Kart de Sew=ork


24
ler
8
15


ARRIVEREA


Juinr
jiillet
Julliet
Juillet


POHR -AU-PRINCE
30 Juin
6 Juillet
14 Jujilet
21 Juillet


Depart de New-ork pourtous les ports aliens
r JUniilei
22 Juillet
12 AOut
D art pour New-York


COTICA 13 Juillet
VAN RENSSELAER 3 AOct
ORANGE NASSAu- 24 Auut
STUYVESANT 14 Septembre


Depart de rEiurope


DE HAMBOUIG
TRITON
UN VAPEUR
UN VAPEUR
UN VAPEUR


4 Juin
18 Juin
2 Juiilet
16 Juillet


ToIs les ciunze jours Utn


D'AMSTERDAM A
10 Join 2
24 Juin i
8 Juillet 2
22 Juillet c1
Oepart pour 'Eu rope

vapeur pour I'Europe.
Telephone au No 3


.RRIVEE A PORT AU PRINCE
M Juin
8 Juillet
SAout
Aout



1455


0. F.MADSEN
AGENT


AK


LOCAL


:E l4


St


{ ~ I
V
1$
4
.4 1. &
JIAJL.. %


-






p i ...
uw un --- ,. .


$


a..-~" ~~-~""" -. "~ _" ,;


Al-


NMI'-w W;A-4-OVAS-&-s


(1QP


*---r ---~.ur--- Il c~----- ... mrrrr~ul Now"I


I~f-'1~rewe' g'* g


........ ...
. ....... ....


4W -im 'WtlB


tfBi~il


f b




>~.> k. ~s
fr


:. :. : t.. ..- .,
....... ..... ...... .. . .. .. ............ .. .. .... .. .. ........ .. . .... ......




o. ..... .... .... .:uk.e;. .now
;............... / ....- ..-. ... .. .. .. .:.. .. ..
.... ^ : ."^ r:... .. ....: ... ....... ....::." ... '"




WD. ........... e........ ............ ... ................................. ...... .
....riiC W g......... .:! ......
..j.oqu....lo..i .l.. t.ut v .
...... .ip t. ..... ., U.ad..... ..
M: ..... ... '. : ..;.. '...,,'.......... .. .. '" ........ ., ; '." ; .











Arturs du lev6 dui Canal .
d' Aveae en pi ne des Cayes U e ins pt. t.. -ti. .. .... ..
.r.emarqu tut un sy ten.. ....





souterrains a sections trees va-
riabhle dans le voisinage dui
do Graiide Place. Nous? na'-" Une chance de biu-atre o e e aux ho es e tue c Coniiti
vons jamais pu ler trouver
.. employ en rapport avee la .
destination des usin.es .
A oouterrain duh fort l r tSt1 t n r 1

Lois- Vdu Su .ou. tn fit-mIe
vellste nous apprend les trou
values qoingnieur (T m- A prd
puna a reperees cdans ses tra- r s*
S te r a in .... e s ... ..... .: ... . ....... "" '" "...." .. .."' ...' '" 1" . . . .. . ... .i ..-..-..
is inag e;:::;; i :; ;:;;;;;;;;, :;, .; ; ; ;; : ; : ; ; ; ;;; ;;; :;:;; ;;;; ; ; ;!; ;; ; ;;;;; :; :;; :; ;; ;;: ;; : ... d u..
r i:a.b.=.,....,..:.:.....- d a.V le,- -.. v o: :: ": : : : :? : -.:. . .. .: .:...:i::
ii ....- u t p a D 'f i .. "s w r iet L a b "". 'n e .:.:.." .:::."!":".:... h..:. .-j --...- ``````e`.1 ````;:;``;``:`````````;`:`:````````< :`` `+ ``` ````` : ..:..- ...--.:..-:. .:- -. .. ..:.:x. ..... .:-.-... . .. ...."


vaux A'la Citadelle.
Jamais il nest venu a qui-
conqute idee que le comte de atr
Laborde alt enfoui sa fortune
en quelque part dans le laby- qui t
rinthe de ses souterrains. M.
I'ing6nieur Champana ne sera
nullement tented de rechercher ,
deN traces d(II tr6sor royaldans L
les substructions de Laferri vait
re. Mais ces remarques suf-
fisent a expliquer qu'un horn-
me de 'art n'ecarte pas, a
piori, 'idee que de riches co-
lons etaient en measure de se Voos
payer des fantaisies autre-
ment audacieuse que nos mes-
quines conceptions actuelles. '
En resume qu'on ne s'avi-
se pas d'amplifier malicieuse-'
ment ma responsabilite dans
cp.ttc nfTf'ire. Renuis d'exami-
ner des lieux, j'ai iun suffisant
respect de ]a verit4 et de ma
petite personnel pour ne rela-
talr que ce que j'ai pu contro-


ler.
Je n'ai pas contribute a lan-
cer I'affaire de la Berths. II serait pueril d'es-'
sayer d'egarer Iopinion a cet
regard.
Une society a. ete organisee, ,
11 y a des ann"es. Elle a son
president, son comite, scn no-
taire. Des actionnaires ont e-
t6 secrutes au (Cap, A St Marc.
a Petit-QGove, Miragoane.
Le Docteur4Jezu not pretend
que de gros fi-.anciers de la
place sont disp. s.s A comman
diter I'entrepri .., ?ou. certai-
nes conditions. M.eme 'Assis-
tance officielle P.cst assur, e au
Syndicat. Qu6 lie ,curit6
plus grande req.Jier't 'affaire I
de Berth.
En tout"cas n'y a qu'un
moyen et un ser! de detruire
toute ligende avtour du nuits
de Berth. Ce n'elt pas d'ruc-e
ter sur l'entrep_-ise des ho,
tLts d'agonisant, mmee Q'MU
les Rar Ime d'erudition lfft&!
raire, \
Mals si Pon tient a laisser I
- I verit -o e.mani fester, qu'on
consacre.a Berth ren qu'une !
demie semaine dc travaux se-
rieux. Taut mnier1 si leg mil-
lions rutilent auix yeux des
prospeeteurs et si e'esftIe con-
traire ]'art aura. acquis uine
contribution .t 'explication
des ancienneas instructions I
-. uay, .
-Venillez agr6er, M- Ie Direc I
tour, -rmes meillc-rs' saluta-
tibns. .


ns de commerce, chefs d'indostrie, parez -x insuffisances es vented, par I'achat d'n
rous Itihe do uso des ceances


A ,in. InmRienr. Avacats, Senatears,Grands Dignitaires de fEtat; Repr"sentants de


$, Journalistes, DONNE7 I


Rentiers. cap'talistes, c
tis qui habitat iHaiti, rend

__ ._. -^ .. Jf-~Jj "-V -


Le notrvetau t


inell-rPni i


slack. et' Q`denav,


..-.... .... ... .. ... .. .. .. . .- ... .. .- .
. '.. .. .. . "" '. .... .. . .. .
. ..... .. : .
-.--------,.-. .- ..-.- .+ . : .- : ,LI : ,?; .:. : ..:.,.:... . :, ... .


114~


.-: 2,: .


. .. .. .


me en joua nt, AUGCN TZ VO fE AVOIRo
sezdu vice en achetant le billet del a Lot Nationale de'










Spk
W . .......,.













100 S8E LEI-'1,4
)[ani^ dei Ta ~l&t pt h &. .:.:......

















-...C ...


en I l
... *'*t.. ... .......




.... .... ..
*:; ^: ^ z:::i::::: ;















S- ..... .. '

d .-.. ...' .. ?..;.
... ...... -.. ;- .*^.
.... : .... .
B^%- vs t S^ ..---.. ., ... e ":", ""' 'f: "" s, '""" ***: ."**; ** -* .,'>'Ji '^5~t S S ^ jh^~ ~i ;:^ .a $ ^


' : ... .. .. .... M .iag ;; . ,
.. .. .. .... .. :: I ~ .. .. ..... .. ...... ...... ... : .. .... .. .. r "
......... .
". .. ... .. ....... ...... .. ... ""."...... ":... ..." ". ...'.. ... . .. "."" . ... . . . .... . . .. . ". ... . ."'


.. . .. .. .. .. . .
.. .. ... ... cc"."" .... .' .. .. .' ? .


-POE B


3


toul


servJ


RE~n~rr~T.


ez


voirlB