<%BANNER%>

MELLON DLOC UFLAC



Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/01590
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: June 23, 1932
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:01590

Full Text
/fl~~~A11'.sS~ ~ ~ -r' K. -:







r


pNNV;
IHANNRES


QUOTIDIEN FONDE EN 1896


PORT.A U-PRI


NCE, HAITI
F


JEUDI 23 ,I;N 1932


No. 12778


?noncions hier qu
tes reunions poll:
faisaient entire le
et qu'il devait y en
plus important au
aticnal, dams la sui.

u lieu hier aps-mia-
rd, dua la matinee
6 4tait assez annine,
im e qty'il 'West tenu
ides Ministres danos
Sde Travail du Pr"
te r6sultat de toute
'ration est, affirme-
entente complete en-Q
euitif-et Ie Legisla-
..e Lgislatif, ii faut
iseulement Ia Cham-
Dtputsa, car le Senat
en dehors de toutes
Fires, plant au-des-
Smelee...)
est cette entente?
hours de petits points
1tl parait que le droit
llation avee sane-
les Chambres, e e"
s questions peuvent
es aux Ministres,
Sne seront pas inter-
regime verJtable-
rlementaire pil pre-
n'existant pag, le
dissolution nest pas
Sl'Ex&cutif cepen-
I est perrmis d'ajour
die, e'est-A-dire aus-
mps que cela plaira
utif, ce dernier etant,
ppelle a convoquer les
|res apres un ajourne-

&tion des Senateurs se
iapres une 1iste de can-
lchoisis un college e
)l, suivant la m6thode
rse, c'est-a-dire que ce
d6putes et les conseil-:
immunaux d'un Depar-
$1qui eliront les S6na-
ce Department.
tour de tout cela et
autre concessionsnmu-
Messieurs nos repr&-
ourront prolonger
'aat jusqu'en 1936.
ire qu elus pour deux
pourront se donner
uns, sans tenir compete
)mandat du Peuple.
avions ete les pre-
dans notre article in-
jQnotre one, uti, cinq
h envisager la pos-.
d'une prolongation de
sans pourtant la re-"
der, mais tout le mon-,


constater que l'opi-;
ique a 't6 unanime'
ute prolongation de
rmais si, malgre tout
,-Pouvoirs s'entendent
.vidente oue I'opi-
jvique est mise au ran-
Strisste, mais e'est ca.
isans de la prolcn-
.:.mandat pour lea
s.Chambres, --ont
t qi tient et que
dAja admis : c'est
on ne- peut pas deo
*ter encore dans les
.es consultations po
e les dangers des ri-
litiques, A cet ar-
vieux .. maliMs ja '
des ieetions en;
"tseeptiblas d? ne
iemnent lIbre lee
t tuijours -une
Rtt.r leour net,
93 tea nautori-
p -M.s quo trols


e mois passer au poIuo"-s. ne
r pourront plus influetlccr le s
s elections, mxme si elle.k le vout
Saiuent.I En un mot, es nialin
I croient que des elect ;ons en
I 1986 seront pus, facilemient,
*ufne fibre 6manation polpu)ai-
re, que si elles se font .n 13-14,
Set cornmme dians loes dtn.K;.a,
ce sont des electeur' pr.s:-I-
dentiels qui devront. etre d( I.
Ssign, or I'argujinment en fh-
veur .'ci nie i lleui i ifv L',)'i-
t6 d i tot qu'en 1931, parai rdit a-
voir de la consistanee.
t Nousn maintenons nom v
point tie vue, qu, l. s iJe put.
actuels Ot. lso ult jm 'p t in!::)
dat d., deux ans, et le, Smn-
teurs aetutl.s pon r qua' ire
ans. Tout autre arrangement
Sconstitue U rOS yeux, un t.,in.l
Spromis politique.
SMais une chose biz:.re do
meure dans toute cettc his.to-
re c'e.st la tete des De6put6s
et Senateu-rs qui, of i i.e.e-
ment, avaient donn5 comment.
ei xcuse a cette proloD.a~tion
de mandate que l'anne 13:.8
qui est celle de la fin de i'-ec
cupation, ne devait !.s St".'
troubiae par aucune ,onsul-
tations populaire. Cette ex.-
cuse,-la seule excuse (u,'on a-
'vait pour r&elamer la vr:c-lo-
gation, tombe...
Et alors?...
Alors, il parait qu'il :v a dec
D6put@s et Senateurs ou'i vont
tout de menme comb C tr~ 1 e
principe de la.prolongation de
mandate, et ce sera d"'nutant
plus el6gant... de prendre une
parcille attitude qu'au fond,
il. savent qu'ils auront les
quatre ans.
Si, en fin de compte. nos Re-
resentants se mettaicnt a la
auteur de la situation aetuel
Ie, et que par leur sages. ,
leur esprit de pondcration
leur conscience du devoir, ils
.utAnient'" m nation a (-zlrtir
de 1'impasse, h obteni'r s li-
bhration, a 'emprise 4tr'anLe-
re par les moyens adroits et
intelligent qul sont leos soeuls
de mise, A ce point delicat de
I'intervention am.ricaine,
beaucoup de choses pourront.
gtre 6vitees.--



A PROPOSE LA LOI DE 1913

Nous avons annonce .vant


hier oue le Gcuvernertent a-
vait d6eid6 de surseoil a Be-A
xecution de la loi de 1.913. II
ne faut pas que les conmmer.
qants comprennent par li )
au'ils ne doivent pluMs e eun-,
former aux formalites des
timbres pioportionne!.. Le
Conseil des Ministre a d4ci-
dd, devant les nombreuaef
complications, q u e provo-
auaient certaines applica-
tions de quelques articles do
cette lci, de usnondr ncb a
question des amends, puis-
qu'un nouveau project do 10i
eet prft. Mais .town les etffet
de commerce doivent -voir6
leas tmbres fixes et les tiinm
bre mobiles. Si on avait laiis-
s4 dormir cette loi. en ce qui
eoncerme les amendes. ?e- n'est-
pas une raison pounl sp ouns-
traire 'usageo d'm timbres.
Le flse".doit 6tre respect&


E- AM
S'ESTUKAM!


Anito~ o T. DAVI I)
Champ de Wars.


.'railif de

LIAAFFAIRE


(C;TAVE L-;I UE; RI ER


I q-, Caire de M ... -.
( -ravel, an1 cie' oic.t. .' deV
dc u-ines des 10 .Gn)i's. ;ntue}
'cm.en_ assi K-:: du colle cteur
'], In d: Pc '-.tu- Prin-
C'., (..iti danl s Un', f,* nou-.
I..Ale. M. R. A. Gravel av,.nt
exer" ''(' v.t',e< d ait ."'
I'"aI Lt'en Ju.r t G.I4.ueir'( ierv, ac-
teion .i .iifie .ir;e z Et intent.ee
centre li : Assignation, ju-
temnnt. -si'gnification, corm-
t.nR.den ent, tovt cela i'a lais-
s. hien indifferent. Bien plus.
11 veut exercer des represail-
les centre sa victlme 't le t6-
moin de son acte de .violen-
ee.
A (uand done, 1'ex4cution
du jugement? Serait-il vrai
que des ordres superieurs
ont ete passes pour paralyser
1'action lde la justice?
Nous y reviendrons, car la
question en vaut bien la pei--


CE N'EST PAS 1.NEI
G(REVE MA1S .J
.\ 'rope.s de ce qui e p'.sse
Ph1fprimer'ie du SG'vic,
Teehnlque nous s('Omm:'10 in--
formes que ce est,. pa., une
yr've des employes: simple-
mnent ces dernierI ,1'etant .awi-
payes depuis trc-i- .nol' tS)nt.
obliges de chercher ailwur.B
une pitance qui puise lpur
permettre si possible d'avoir
un morceau de pain.
II est tout de meine tempPL
qu'on arrange tout ceel.
Le Ministry dt travail, en
la circonstance, i'a pas faith
ce qu'il fallTitt rucwont ed.t
te question serait dkiia riglei.
e c'est trit,, tout de ,:ie
9 tln


passe aLausanne


IJNE SUGOE1STION

Port-au-Prince Ie 22 Juin 1(0`2
Monsieur Julio J. P, Audain
Dircetenr de 41d'action [Vaio-

SroePrince,
Mon cher Julio,
Notre regrett6 ami Louis
i Diquoi vient de mIouir.,..
Quel vide, il a laiss6 parmi
' i S. i t )ron s .'4--nous cIable
.de Io .omblkr? O (h cej-tes, p:
.tvit.tt. dix anus,
Qui e]e tri-stese em}oienCe
. no r.e ame c(..t.e i.1e!.
Comment t.emigner' qu
nlOlu', avionl-; ai nv ibutIis ',\
Itnt t cXt'rlro i:(,S notl' (,.u-
letr, ;sion que pI1ar dos ho"
ses cott)nete. En voil4 ui.ne..
fHier apre, Inidii d pol'lri-
,,;,^ .-'tV r s. toim l)e, 1Itj ,' e r.
vini de vnus dermmander d'ou- d
V it' hUne sulscriptio n po., '
qu.e nla ,ilnesse dont 1. mi.it
in Itn lbre l uOt' ltris. t. di'
\,'O1 nii1 ui riE.'e un CoiCuet tj)tit
l nUtYIn'.T unrIaire : Ijrlne ;
d'union, de sympathit 2 ( n-I -
ternite et d'admirat-ion.
Le souvenir de ce pauvr-e C-
'1 Marade(I. faI L 6 A a fl uI' d i,
I' ,,.e, commander notre ceu-: ,
Af. 1)p reil geste.
Je sou.e'is einq dolla,.-..
I)ans I'&poir Ctw( ma vittre
se .c I'l i'et (de to.ite votie :.- -

.Je s is vt.< '.i'e devone,


PROMOTIONS Df \NS LA
GARDEN D'.IA ITl

La haitianisuic.L ie la
Garde d'Haiti s ;0 ;ursuit i
la gloir- du Gon"-', ,rA',nont.
C'est ainsi (quje par Com-
miis.-ion du Pres.,ent td' aiti
le C'.p)iaine KI!4 ',a; 1 ).-v.
sin a 6e6 nomrn Colonel de la
Garde d'Haiti, le ler L.icute-
nan Saint Firmin Jean, prcO-
nmu Capitaine, 1- 2eme 1.iueu-
tenant St. Eloin M. D:or -
ville promu premier Lfeut.-
nan)t et Ie ler Lieutenanti Her.-

man Raymond nomm6 Capi-
taine (Service de Sante).
Nos compliments an M ior
Kebreau Devesin et a,,x aiu-
tres pronIu,.


LE GARDEN DU PHARE
SEL.A .jOUE SAMEDI


(. est r .i same i ((i- .. 6a
joue le chef d'ceuvre dn th(lh-
tre francais qu'est la pi&ce :
<.
Nous ne saurions tvop re-
: commander aux families, d'al-
ter en .foule assister h cette
. icprisentation theitrale qiui
,est une des plus poig'nante
que la sc6ne ait jarnais con-
nue. Le titre meme de la piP,-
ce dit tout, ear on devine quel
drame doit se derouler pour
ce (-ardien du Phare aban-
donne surf son rocher, et sa-
crifiant sca vie pour sauvor
celles des autres, aprbs avo)ir
stcuffe son l'opre fils a ttint
do rage...
Les amateurs d. t -trne,
muront *occasion do pasm.ser"
deux bones et. delicit.t';es
huros,. Apr4s ccO u:m' l: par.-
tio daihsa nte.. "{-C .f' -.
i b.rhu an sez ion. rl'l ".
Apris niune s.n.:tin ,, i:
beur, amusez-vons,


)toult le rnondeh n (wchec.
I [,a [ lm .' soul,, o ,e lov^e

Ti t l~,j,'.t o I1r;n.8 4ul:
Ln Prr/.^ frcar;aianc seN ,
^>;ploi |e' ti (:< s.nt, d ^e {mi-
hir. de v rn:1 pagfel hccot-
1o MN .i. ; a I-i'nua' M(n-V, p-nlt
' I .i 'I.<( r i on i'n- l (' I o ', i ,? t
tJ. i'unr, : ii, jr'o t d'{tI -

PI rA l'-f p t;11 I 1 silb, o -
voici fj nf t m;'tin a re ,h n-
'IIZu' f AlE'iEJ'd A .upihWEi h1
/i)+.'. c une t t Al lance Mile-
ini-re t 'n 'lF nce et AI'lle-
( i, ) Q, l p Fl. it. ar is n crtiare
]I I 'Sr, ff. I u _! e s-
U t li I I u' des pTrop'il-
uo ri ttILntos 'Of.I isent jarnais
10 Jo'r :
Su'pn '-'' 4S^n des Dettes,
rl' :-L. 8 t'memnefits. Al-
'i. :i Cr -intre la Frln
(:t 1 { : i nffl.' :, ') te
J*u A f. Jcvu d'Enftr
i'; '. C C'! '( tout de m&-
{), i ,1 + ,iL ..i a : ide eaveoi
t."** t 1(.l.. t cola finira.
;:-1 ; eu minute,
* ... ; i ; ., I Jtrai. t.ro.ah-a a


i.A RR't: ETE
LAJO,, RNEMENT
SERA-'--IL RAPPORT?

Pu is.ye omenite il y a, dit-
.in. ?' pj):-1aiYtpas otre sous
., (I'cimnt. I5 Pnmeuir qui Cir-
cule que l'Arr&t6 d'ajourne-
r- nt ldes Ch'h mbes sera de
suite rapport.
N msns n .savons si une tel-
le meI I're sea prIise, mais
nous croyouns savoir qu'elle
ln i. cst )'pa. encore, e'est-a-di
'e fu:I (I 'eUx (i dident que
A) rte ruppo)'tant I'ajour-
ne-ent edt cdjt. signed, se trom
Spent.


BEAU MATCHES
SINTERSCO L.AIRES EN
PERSPECTIVE
11 nous revient que 1"Insti-
tut Tippenhauer ne consent
raas ai rester sur sa defaite de
&"amedi dernier et a jet6 a
nouvean le gant it son compe-
titeur hboureux: B'Union A-
thl6tique Lyc6e Petion. Ce
match de revanche aura done
lieu, samTedi 27 courant au
Pare I.econ t ai 4 h1, p, n Com-
pliments, jounes gens!
On nous a pplend nu.s1i que
I'Ecole J. B. Damier l*goe iA
'son tour, unI)defi a !1'nstitu-
tion St. Louis de Gonzaiue.
Ce match s jouera samed.i 2
juillet au PIte .c.;eonte. Bra-
vo, jens gens
S .. .. .. ..

N'O()UI J. KZ PAS&,
La grandio mtn-ifeltati.n
zi.sportive de d( uaeillu e laprc .
midi au Pairv L.:contoe P.Npa-
lZy-vou r ad iit:i '.0i urs t' P
(inQ of vyl tUS^ sp4rt Smi .
,i-;. in mno s ,puI ie vonl I1
p ro. .m.e,....


-. ~E 1rrjn


I


rBllall


..~~.~4rmnwswa~4b~s~.~~


. . '. .. ..-- ...- "... :
PA,.H.S.




Quotildlen d'Iati


t


C ,'st pas ,tCul(,'nwnt ,
Raiti (nt'on. astIste i ,1 u 1x
c d t'enfi'.. in pL.: (hauI;4 tonis 1,
S'y-\ i us assiton; e. dncs
c1e{, S.et trangferlmrit ,MstI p(i-an (

MaiS O u(-i sde jase 1 re

)1.1 t1nitcs le, nations (Eu foli0-
de ()n't 'A tid s, i'te pj !'
lout huretil ceormrnm irnipu t.]
lin li- .0, t,'; s c lablogr rnnm :s
umm( e us ('l. explEi Ia 'A .- ia--

10.'11 h'"o i t.: oteVO 'S (t i 'r;'-..
sen(c d. coups d. the','. ,,
Ie ?Pr' .-id nt o1lfv(,' roAt I .,
mound 0 01tier iii' (I I 'obia-
t io d(e d 'rduirf Io: arue, .
ments. En deux mots, il pv{. -
pose, et obtiendra a s.ti eo
.q.suedepuis des annees lros cOie-
fe:{:nces internationales n'ar-
'ivont paus 5 '4aliser. iMais
cnrme t(outes les nations du,
r1'11de sont d6hitriees de- 12-
ti -- ni Ie Pi-sden'. d<'s E-
t.ats-IJ ms, au moment on Ion
.'1onI ', 1 o'o( binUI p)D .1 ,' 820!l.1-
;:.r i.orit:-.i les .D)ettes, vhint c.,
,i'.l : P R6duins vo:. -irfe-
m.,n tt .i'accept ,>-
,'est in i. eu d'enfert ', c:ar ain
si Ie President Hoover tient


Le Jeu LEnter


0
qise









v^: : :- ::.\,'l] :; '. |.'*r:.^::.':.'.:'-^y. ,I1
... -. :..-..'. : -::. ... ....... ., .
-. .' .......... ...

4.4.~4 .. ... _
b '.; &% .& ".z : .... .. .... ... .- "....... ........ .. .. ., "
:.".h-. : .. v.i ;.-.":... *;;; :-*;.* ;*.;;.-- ;. -:-.-.- /.- ? -..*.-*.*.:-:; .":? ; *.: .- L : .': -% :- m :"
.- -. -...... -{ .. ...... ... :.... .. .. ... _...
::: : .'. ... ......- ..... .. .... ... ..... .. . ..m

. .. .. ... .... .a-. m.. .




^ets
4 .**. . .


(Voir le No. d'hier)
S .: PIECE D :

Le Syndieat Elonomique:
et Financier d'Htti-

Stance du Jendi 14 rMai 19.L
PROCES-VELBIAL


Nous, Numa Cassy, Ra-
phael Franck, Franqids Me-
ran, F. Merisseau, E. Charles,
Osmin Cham et O. Charles
membres de la Commisicn de
Fouilles Institu6e d'apres Far
ticle 7 des Reglements du Syn.-
dikat, soussignes;
R6unis ce jour 14 Mai 1931i
a quatre heures de 'apres-minw
di au local affected aux kn-~
ces du Comite R6gional du
dit Syndicat, sis a lPAnre-a-
Veau, aux fins de consigner
et d'enthentiquer le3 faits
constates ce meme jour aux
course de la visit officielle de
M. Lorrain Dehoux, Prefet
du Gouvernement dans les
A Jrondissements de I4Kagine
et de Nippes, visit mctivxe
par Ia d6pdche du Secritail e
d'Etat au Departement d4,
l'Intrieur, en date du U O
Mars 1931, No. 2, Avons lhon-
neu0r lde consacrer ce qui snit:
A. --- La visite officielle de
Monsieur le Prefet de Nip-
p s au chantier du Syndical
Ecornomiqtie et Financier
'lHaiti, 6tabli A Berth, i"re
Section rurale de i'An -a-
Veau, commenqa "I dix h~'ures
du martin et prit fin ii 11 heu-
res et demie. Le Prc'fet &taK
naeeonpagne de p]usieurs per-
sonnages parmi lesquels on
remarqua M. Emile Leot.,
Commiseaire du Gouverne-
ment pris Ic tribunal de pre-
miere Instance de Niupcs, le
Lieutenant Philippe Cham, do
la Garde d'IHaiti de cette vil-
le, et M. Peif re Edouai'd, Mai
re de FPfit-Coave.
B.-Le < conktitue par I'explcration de
I*enorme puiu- Colonial du
meme norm, iuits don't ]e se-
cret relatif it d'immonego tr6-
sors a ete r elei l'an dernier
par le G6o-Phyvicien Fran-
goij J. Pierretan (lettre du l31
Mai 1930) et par le vieillard
Moricette Mo. icn, appert ace


te norarit en date certain.
fut examine par les visiteurs
ensemble et de la maniere
uivnite. Deux hommes- de
.-poine aes courageaux, nom-
mes Saint Thomas, et Joseph
Belanee furent choisis par les
excursionnistes pour 1'exa-
men de Manibun du fond du
puit oen question. Descendus,
* A 1'aide d'une echelle et debout
dans une nappe d'eau leur
donnant just aux mollets,
Saint Thomas et Belance su-
bircnt l.interrogatoire sui.
vant ideA prsonnages autori-
: s5 notamment de M. le Pr&-
fet. Ces hommes sont A 70


t!& .. .,.. qt- 't.,:.- .. -t: :"-








taire public j Ia residence de
e Mfip i eau, Commis par le
S i', .", 1 l IIS yniatd'vo,. "ir &r'"pre"n r
aux operations du dit chan-;
I tier de Berth les intcreases ab
sents, ce eonformnment A Par-
pieds de profondeur et visi- tide 28 des raglemrents en vi-
bles a tous comme Ieau qul gueur.
leur baigne les jambes. En foi, de quoi nous avons
Demande.- Que sentez- dress et dlos le present pro.
vous sous vo& pieds? cs-verbal de constat pour ser-
Riponse.- Un plancher, vir et valoir ce que do drotW
Monsieur. ".Fait A PAnse-i-.eau ee
Demande.- Quelle. est la jour 14 Mai 1981
Sformede ces planchest :Emile Charles7 Agent -
Riponse- Ce sent de gross* cial, Raphael Franek, Vice
sos traverses places cote & Pr6sdent. Osrin Chaen, 01-
cote, bien equarries et lais. ma Charles, Constant Miale-
snt A pene entire llela n pe- brancheO Numa Cassy, F-No-
tit espace. o:.is Mrand.
Demande.- Touches Se e Pryfet des Arrondisse-
ulancher avec la main, palpez ments de Leogfne et deoNip-
e ben tout tour du puits peaxertifie qus detant ren-
et dites nous tout ce que voun segment transported sir Phabi-
onstate sous eau tatieron Berth, lere Section s ab
4ijes bommes (ab tie 1Anse-i.Veau aux fins
edstant deproupi dans veau et stielo des glements plu
btes tomains copammitterseau hau derit, effetivement








leur baigne les jambes. r etendu les deux homines de
Demand. mu vertical avec sente-qu y talo le rent descen-
planchers) Les turverses eonsntta,
soudees a un gros ois care some P net onsi tio dans 3e
bien attache et qai done tou- c ourme est cni- n rt
te impression d'un linteau Prtient proesverba.
sur la tte d'une porte. lus entanr va In 9s mri IIsra
et .. .aux t;ue ons,


Demande.- Que constatez-
vous sur la surface du plan-
cher? Fit une voix?
RAponse.- Partout ee sont
les traverses a la meme hau-
teur, except au milieu. Nous
touchons en ce moment une
circonscripti Cn en tout sem-
blable a ces trous qu'on met
sur le point des voiliors pour
faire passer }es marehandi-
ses. Ses rebords sont plus e-
lcV-O que le plancher et son
m ,ieu est comble,
Demande.- Faite passer
cette gaule sous ce linteau de
I pu tc que vouS venez de signa-
Slo] et lites nous si quelque
chose resisted a cette gaule ou
1nn? (lit M. Numa (Cassy, en
glissant A I'homme un long
bs ig attach &a une corde.
RJponse.- Rien n'arrnte
cette gaule. 11 semble cepen-
dant que cette porte est com-
blee en has, je sens des rem-
blais.
C.- De l'opinion de toutes
les personnel pr4sentes -au
fdit examen du fond du puits
de Berth fait suivant les ma-
nceuvres et questionnaire-cl-
dessus, il a ete reconnu que
cette constructionn sort dc for
dinaire et que l'enlwvcr'int de
!'eau sous laquelle (,t tra-
vaille ces hommes .us les
yeu-x de tcus, est neccssaire
paree que les indices consta-
t s .semblent justifier Ies pr6.
visions venues d'Europe ain-
si que les revelations du sieur
Moricette Moricin concernant
ce puits. II a en outre 4t0 fait
mention dcjtiliser une pompe
a cet effet, si la Commission
de fouilles et le President du
Syndicat ne dicident autre-
ment.
D.- II a ete ensuite proce-
dd & la visit des nombreuses
et imposantes ruines qui t&.
moignent de la splendeur de
l'Habitation Berth a l'4poque
de ]a colonisation' francaise
de Saint Domingue.


~ ~~~4 .4.. .:~.. ,Y


'K










D Donn rxotro
I compto de oh~


F


* ~
I


'44~
~4Ab. &4.
A


PQ


r
4.4,
4


: : '.:


... .. ... ........
qne .a la BsqnG e NatMio. e d l
R&pubikue e'lgatls .


4..


.__ _.. .... ..r......

-------------- 41-- C


HAITIANA


JEU DI
L'Aiglonne UITE

Le Roman &un Gamin de Parisl
ou ( TITI ler )
Kn'ree 0.5o0 13BaIco. .o+>

VENDIDU
L.e plendide film
Norgane la SireaeS
avee CLAIRE DE LORFZ et I)VAN-ETI)V?(H
Entire 0,50 B oalc.on I oo gourde :
a ___ -, d-.>,,.,


L. Dehoux.


Vu et approuv ee jour 25
Mai 1931.


Le Magistrat
IAnse-A-Veau


Communal de


Justin Malebrnche.


Certifle la present
conforme a 'Original.


copie


Lt President du Syndilcat,

Siwn6 : Dr. Em. Jeannolt.


(A suicre).


WEST INDIES GARAGE


Sous Ia direction de


AMr ARNOLD BRAUN

Tplzdone
Garage .................. 2251

Rtsidence........ 262



Farinede Banane

Hygieaiquement prepare

Porr les enfants ft les maladies.

Convient .Ix ledoacs Ile

p'Us dIiicat..

Excellent dejenaer psur
tons.


Aox products d'Haiti

E. N. RAILET-

1313 Grand'Rae


A MANFACTUIR HAiTImNW E EO(PAPLAX
SL'lidiqne "

A te- plisird'ahtr nce". &sa FnoU i I) iA1 ru i ke cue
de ses chapeaux :e fait.depr's e 4 J '.fi r u No 2027 (' i
Rue en face se n an.itn Itnk ca, .
Ls clients lrouverog:t ke j, ,n.e acccu.
PnJq mar:he, minme (ourrii. ir
MARTINEZ. MARCELIN ET C0O
'J---rn-VP---- te w .. -.i-,w


Le fait est incontestable


LE RHUM zSART
t I I "11 wS Ct -DIS

est la quintessence des met

res variet6s de canneS d'un
territoire reuissisan les meilleurs terrors.
Chest ce qui fait son arome.

Goutez et Compare

*;" -" ._ __ __ 'w'".-*ii; r _".'.------ ^- ._-4 SWY"^^


A dOr ktAItE.-coNsgvATsyiV rfypATW
TOUX, RHUMESS.KQNCThES, ENROUV
INFLUENZA, AFFECTIONS P p roUMC
Pof t-.aUmP INw r .w mrr., i t-,.st novwlmtS


V -*'


-. b


4 4~4-
*P*i- .4i4.~R


S
,nw4& ~' 4
4.-. 4. A


LI


%-P 0


*5A;Maf it 2't


--------.----- ....l.b 'L ~i,--ills
'A t". .14"4.1, .
74..44------------ -


IJI


y. 7 .


4..


it


A A 4


op I


Z itl


..... ... .. .... .


u- rr~r~e ~-*v lic QA* ~f I l+al X47AD-tlL


J- ---


... .... .. ..





.>* ~Th:.K&s .~tzm r~-~~ .5K -... -. .. .* ***. .*..
I ..


M Ra l E A T .-..,RAQunT .f


SMARMOAU S~ OR
AOUL ROuVtZ :S.iV ... jen4 tpar.&n
ERNEST BONROMMI


Vi.. V d'aid.
14..4( TH E (Cap HM tlet)
rance o Jv^US (Perede-Pai)
uphriis t*ONm oat.

IDNi 31W (Janas

T. ) M. 8Alhn (St Mare]
par^: IA^MEN (PetitckAvw)
% PiftisMtANT EN ttRnoPs:
MAtGEAU DUPONT
14 Itu .e. .M rtHnirtre, Paris.
a ItCiW41 TiANV N.AmEPJQUE


tW I A IDURMAT
New-York4



drTtia* r&atiyeptr do

tot ..
r. vet 0 .: 'C A -VEt t.






/ D V T SON WOE.

D'rnu aU#t li Ju4ticW4 em
sU btknt, tson am10W a1on
bandeau. De. ftre e .presti
.gc municipal, Fatipent, Tam-
mnyv. L'otrbre doi tire, me-
s ationr,4wr- e fstso n#jsse
an JWeSe S ryde wn itle I
muwr L ftrar, mar-de
,New-York,-fa- pour Iwmtfois
re.de-peit gerfom.
;Delpeatdt.ca rw n tin dquter
pst wtksha s-ea4tln ldesi
ifo.t ne :d'ix ter ia
ur:&.' Tamd 4'rdt, t beau,
Ju#wued iy qaont & dd&
Kfe.re nd n Ust.tpaWteintre
:es lausa4te -s meorruptionwe-
4e fit auvc impertinence, a-
fgreasafvii. 2Ma1 tra s rapide-

SII e, nI adit et et blenWt
rafugie dans de lowgs dls*

e dos au mnr. a s -stron*
e son awswi^lhwt. II contre-
k*it beaurcrJp expliqaw pen it
publ tpeque Court.
t Ayrrntiatammenn;& felIa-
r er la iuI^twqWr JMpnt de
[1KoW dollars. faUf & dre ('a
etpM rfiPatnfltek, P4i-


I, te foutnwax qui. en on-
wr it W~t6vsdomont
tetjtes profi de tr
fe eniu 9.SN. Walker die
dtare d'tune Wvoix pleie
tW: t 8. ie entiarepet mara
#t de Irwts traits de 6-
,drottunfl ht
[Its re -*Iti g
Vtutrultriuefe .
Ient Em. eenta O'Br*w, qit

maiaveamit vua~la de men-


L ePqe ot 'on dnse frmatif : *des mannequis. II Taill us.ei Robes , nest pas ici- un soul module
On descend -Mcentparnasse, de- Motparnasse. Le public ,La mode se devait cette an-
ies eaves sepurtant'beauecup s'appwaete ceelui deola Scette annee... Des lines sI- ehe dani.lacave>, Je vois au- quiiibrer aun ieu un budget
Stneuses:ondulent eb-long des tour de moi les $ d'au-( de coquettele difficile, de
inurs en -bleus diff6rents, sii jcurdhui Les lions, ii est crr des toilettes a la fois
bie n que, lorsqu'on est un peu :yrai, rugisent moins fort. Ai pratiques et elegantes. Et
nmecnh i est absolument im- )a jeunesse dorde des incoh. -"c'e(st pourquoi sont telos, des
possible deAdinner- a son a- routes ann6ef. d'apres-guerre les ,premiers beaIux jours, ls
plomb des directives un pen a-suce&de une jeunesse en dou- tailleurs et los petites robes
silres. J'imagine que le id- bw&. De-loin ceta fait autant -de tricot. Ceux-ci, et celles-la,
Sorateur-se conformna a des in d'efffe. Il n'v a gure q(ue ces habiletiiI la rE;nf,' t)oderne e-
,tentions surreialiteo ou bien d|ames qui pMisent en 6ptbu- xactCCnt dans son earacte-
U. u'il-eutpad'ideN'edu tout. ver: la difference. Je no s.- re; rts lui conservent sa char-
de:ecalier .n dou- plains pa : 'amour revient A meant fminite tout en u
b e sourire vutus accueille ce- r d'avant-iuerre et pernettant la liberty d'allu-
lui, :d authentique qualitKHtout rentre dans la vraismh .e qu lte r&cltame (deormnal
-nondaine, d'une jeuneflemme blance.. : faut ajouter une g-ra4e ra-
charmante vous rreeevant ...en On n pas De vrai, Ion v'ssante.. Moulant ies han-
maitresse de-maeson e.accom- p nHt nl6 part. Par aillers ches, ils devoilent adorable-
plie etceltuipu commercial, direction et je en fih- ment la siiout teo. 1bgers
-" un hommle enhabit directe- it a renonce aux petit- doillets. inchiffonnables, tcu
ment 'import de ; Cuba a"dj-vats efhonneur- dans les jours dans la note, ces tricots
moins que cwe soit.d'uner -.-films danslesues less no- nouveaux out I elgance du
piublique sud-americaine. La ce. ts enbordee s'entortillent tissP Ie plus pre'ieux. Leurs
june femme est belle, 1homn- inevitablement dans des sert- mailles inedites, infiniment
me en habit est beau. Et I'ad- pentins ou ervenut de leurs eci en relief, ferment des cotes et
Snirable, come on- verra, est garewde petits haloens quie-' des bourrelets qui 6vitent a la
qu'ils donnent exaaterent le latent nbruts indcents, robe ou au manteau d'avoir
ten, .C'est Ia faqon de faire la fe- recours a des garnitures 6-
xxx te a --einia Mais n ne' trangires. Avee ces tricots, le
J-e -m'aiedBs Le plafond fait,plus la fete On suce des model le plus simple de con-
tas, perce de hublotsdiverse- ales -en causant raisonna- ception devient habill]; il est
ment tinths, verse une lumin- iemen. De temps en temps -aussi parision par excellen-
'e -hatoyante et propice maux on vaa- si danger. Alors, sur ce.
visage,:Est-ee a. cause de la Cein etres earres, on sedan- Cet engouement en faveur
lumiikre? les femmes .me pa- dine d-ne iambe sur tautre dlu costume tailleur devait in-
.*aissent tutesiejolies -e ton en prouvant sur son venture failliblement. amener Ia re-1
none tout a I'heure. Elles 'e venture de sa partenaire et naissanee de I, bic use; cette
sont jeunes et devisages nets; sur son derri re le derriere ,terniere prend les physiono-
;et.quant elles se event pour d'une daniseuse voisine, la- mies les plus diverse : tan-
aller -danar, on voit:qu'elles quelle prove ur son ven- tot travesty en pull-over -
sont grande, minces, de tail- tre..., je m'arrete. Ainsi la i-orsqu'elle apparait concue
le flexible et de hanche mou- masse se meut dun bloc et dans une fine dentelle de lai-
vantes, avec je ne saisquoi de forme -une maniere de mag- :-ne tant6t taille dans un
chic et de street en leurs tail- 'm-a jujubant. -linorn (dCictteMnsnt ajour1e,
-leurs ajust6s. Car Yon ne Cependant le roulement de tantot encore reais6e dan-
s'habille plus eette annee, et tambour traditionnel vide la des tissues de sole sobres et u-
la robe d'apris-midi a acqUis, .-piste L'omme imported de nis, elle s'apparente aux he-
le soir, droit d e it... je m e- Cuba annonee en un language i misettes d'autant aussi bien
tonne de tant d'agreab!es ap- curieusement imbbe: u'aux chemisiers d'aujour-
,parences. Est-ce une coinci A pl4sent, vous allez ap- -.i'hui. La mode veut quo nous
dence ou fautil etre:iei d'un Claudil Colette Drysan dans portions des blouses dans un
certain gabarit? -Ayant mes. ia danse du voile, colors complementaire de ee-.
idWes elaires -t me refusant Et Cokftte Drysan, telle une lui du cc stume; la plupart:
aux merveilleux, j'opte simr- statue a inaugurer, se dresse d d'entre elles comportant des-
---plement. pour latoin idence.- sous un voile; immobile... p manches courts et meme sou-
Je fais ie point. Oft suis-4: On devin ee qui se passe, vent .de simple mancherous
en un entrepont de paquebot? Un bras parait, puis l'autre
Qui sontelles : des manne- puis la tte et la danseuse -
Quinsou des-md&les? Pour le jaillit nue, je veux dire mu-
'loear je ne-me prononce pas, nie des elments de picleur of- La sence d'athlItisme de
le detor 6tant a des inter- ficiels et reglementaires. A- Dimanche., Les resuntats
pr~tations a s se z diverse. pros quoi, elle danse avec sa 100 mrtres.
Pour mes voisines, je suis af- pudeur- A elle, laquelle consis- lere Sine : 1. Berrouet. 2.
te en son air extrieur aux con Gaston, Temps : 12 s. 25
---- jonctures et en ses paupires, 2eme Serie: 1. Tessier, 2.
baissees qgiui mettent une ma- Pierre-Noel, Temps : 12 s.
Concern Un fd n:-4e d.e nire d'ombre delicate et fra- 7710
coiffre & partager ave M. Shir sile suirson beau corps devoi- Finale.- 1. Pierre-Noel, 2.
wood, it eaue~ se ratrac. el&.. On faith H Colette Andrvs Berrouet 3. Tessier. Temos:


te, avoe qvll a sign, la car-. Ie success qu'elle merite et I'on 12 s. 1 10
e. Mt, affirment-il, je n'ai reprend la danse un instant 800 m. plat.
rien pttage avec luL Sher- interrcmpue dans des condi- 1. Stanislas, 2. Dejean, S.
wood aur Ht e lPhomme a tions qui ne. paraissent past Jn Noel, St Geiard. Tempt, I
tout fagre de Mrs. Walker, sensiblement differentes. 2 m. 43 s. 5.10. Dix partants I
g ,ass. eon wnfortable per- I Ainsi va le plaisir en 1932,i talent au dApart.
mrw,qnie maire, dit la ru- sur un rythme indolent en Saut en hauteur
meur publique, niglige a. 'curieuk dsaaepord avee celui i. E. Armand, I m. 53; 2.
poFt d rlrif tek ieson- des 6venements- oui nous vi- Berrouet, I m. 48; 3. Leroy et
nes, (vons. Je-rectifie : en deisacord Mexile, 1 m. 40.
Le plus amawnt de Paffa i assurant. Car j'appr6cie-que! Saut en iangueur
,ret, Mt." '4t.Fnmm .. :T'on ne se frappe pas, Colette 1. E. Armand 6m. 23; 2.
's~~dta ela unsent de DryIsan pas plus que les au-, Gaston 5 m. 43; 3. 8sar 5 m,.
s~ popIdarilt. tres. Colette Drysan qui est, 28.
Les felgdes tormes qui as- revenue et danse dans le mag- Le terrain du sautoir a une
'ad 4 fnagtRe soldttlfe- ma jujubant, innocemment l gere declivit.
efe 'l: wead : hitrion: itue d'un pyjama de dentel- Saut d La perche
p44 e14a .. par-dft 35. I- e no e. 1. Em. Armand, 2 m. 90.
tel irowit tut na turel -- '----..-- Bravo Armand "
n, CHEZ-PAL AXLA Laeiement du Poid s.


e e a- ., .. : .. '
e e Lep~ ^.Articles-pou-t itmmesi erava-
-O* allse4 tes:ebhaussettes, chentises avec
p "ar 41A uean .olb blanchess .de. cou-
." Jeir cOm- faii-taisie& -


I '.7 :."::'". .:. ':' S..
li~sii^^iltllljf^-lf^11wv A* "* *


.. B. Armand, 11 m. 90; a-
Em. Armand, 8 m. 91; 3. De-
jean, 8 m. 60; 4 Jn. Noel 8 m.
4 ; 5. Tessier. 8 m. 2. ...
Dix athletes prirent part a
ce eonecurs. Terrain en pen-
te. -
Lapluie a quelque peu con-
trarie le success de la r&ffiion.


= i *^ X m
**:.._- .._.-....- ..*._. =..-_ :,;
...... :: i a
HId$ 2$-^
...... : : :-{ ;
y: : ::? :: :::: -
: .: .. ..:
.. .. '9 .... : ;;
.::{ V:
,-,,- ,- A>,.
:I. ." .. _. ..;!''> -.:
... 1::!=:L .-
: .Aii:: -~
.. : := :! 7:


. ....... ----"r --, --....


THE ROYAL MAIL STEAM
PACKET COMPANY


Le S. S. GABOON venint
de Londres via Kingston et
les Ports du Sud sera a Port-
au-Prince le 24 courant nre-
nant fret et Passagers pour
I'Europe.
The Royal Mail Steam
Packet Company I
I. J. BIJIO '

Agent Gtneral -


PANAMA RAILROAD
STEAMSHIP LINE
M .
Panama Railroad Company.,

BULLETIN No. 929.

S. S, CRISTOBALt est."
attend a Port-au-Prince, H i-
iti, venant do New-York le
Dimanche 26 Juin 1932, avec:
12 passage 97 saes de corres- F
pondance et partira dans I'a'-
pres-mnidi du meme jour di-
rctement pour Cristobal, Ca
nal Zone, pregnant fret mall
et passagers
SJas, H, C. VAN REED
Agent G4inral


.


. ..JO E .. .. . . i l l . . .


*VOIIask


r


__


WA*OO


-..-,: _-. ..w ffS


q1i descends it paineiptus:
bas quoe e haut du bra- eD ::
boutons de mental les garnis-:
sent, jetant un 6clair umi-
neux dans ewensembl.
Enfin, lorsque le blouson :.
pos~sede un cot rabattu, de pe-
,tites cravate. n'en eehappent:
en aoIuds pimnpants et minus-
cules, tan(dis que, sur les ja-
qiuetts et lJes nanteaux, des
echarpes, des points, des car-
.res se nouent a la diable avec ".
une desinvolture infinimrcnt
plaisante.
xxx
ULES p( fEpRET(TA BLJS

La dame qui f ume danS i u rur

C. e nest pus qu'elle aimeh
taI... 1 vent IAait so dtfI-regv
trop vite sa cigarette : des
'brindilles de tabac britant :
penetrent ins se$ yeux -U ou
beon encore, e'est u.n pelt de
cendrye ehaude qui, traitreuse-
ment, fait un villain petit trcu .
dans f etoffe de sa robe.
Jadis, elle criait apres son
inatHseul auteur response able
de tels accidents, et. saisis- :
sant I'occasion, exigeait une
toilette neuve apris chaque
incendie!...
Aujourd'hui, elle ne se
plaint plus et porte tres bieni
ses robes, un tantinet rous-
sies. II faut bien turner dans
la rue, n'est-ece pas? pour e-
tre une femme a la page.
Quand on pilot sa voiture, la
cigarette, college A la levre,
donne un air voyou qu i en im-
ncse! Et si 'on est conduite
par un chauffeur style, le ta-
bac a I'avantage de fournir u-
lie occupation pour la route
trop longue. Done, madame
fume dans la rue... Elle se-
,cou3 sa cendre par la portie)re
.l se croit irresistible.
Cu,,pendant, lorsqu'elle arri-
ve chez ses amries, ses chevoux :
empeotent ie tahae, ses doigis
sont jaunis par la nicotine,
son haleine sent... le caporal. .
Que de charme perdu 1Sour
un snobisme inexplicable.. -:


:.:,


I:3






.M. .. .. .....-Li)...


FSSQrRANGAISE L-.A PRESS ANGLAISE
E LE ROJET N AN1ME .A- APPROU
JT LE CON81 VR LA PROPOSITION DU
OMME.-SIMPLE -PRESIDENT HOOVER
OTORALE LONDRES, A Juin.- Tous-
CT/R E les journaux de V'Angleterre-
Z-Juif- La Pres- et ausMi tou les 18 offieiels an-
ti*estt i pew prtAs 'glais sont unanimes a ap-
'. oendamne'r I pro- pro.iver e project de reduction'
t'duction des arme. des aiffiements present par t
,ropiost par Hoover. le Pr6sident Hoover, et sont
4'. que est une simple tous en sa faveur.
lectorale, et c "n- xxx
project conmme n ac- ,DEGATS DES TREMBLE-
dEmagogie. MEINTS DE TERAEG AU
71<7 xx M$IEXIQUE
R SATISFAlT DI' )
MEXICO, 23 juin.-.On re-
ACTION DE 1 L'O1- tire toujours des cadayres
sous les d6conbrs. Ajour-
B~l- : .-^i F A 1 A, d, ui.-.- ...... O. -


.. .tt... U "
RDE SON PRO1 JETr

VASHINGTON, juin
6Prsident Hoover a expri-
. satisfaction sur la rI-
ion favorable de I'opinion
,lique eoneernant scii pro-
-de-.reduction des arme-
ts, Le President Hoover
end: de e project les resul-;
Sltes plus constructifs.
xxx
ILLEMAUNE, PROPOSE
E ALLIANCE MITLI- -
IRE AVEC LA FRANC I:


lAUZANNE, 28Juin.- L.
tier Ministre d'Ai.,0-v;
a propose une alliance
laii entree l'Allemagne
France corner moyen de
ndre 'a la demand de s6-
t. de la France, avant de
id6rer unIe reduction do:.
ements.
e telle alliance, a dit Von
pen. centre la Puissance la1
forte, et la Puissance la
fable de [Europe est
lee a resoudre tous le'
lehmes de I'Eurcpe.


u Iti s cit a tcavresv tite 4v per-
.sonnes cunnues ont e", trou-
ves, et plusicurs centaines doe
bless.es ont t6 trouv6s. Jus-
'qtic'i i1 manque une centaine
ti'hab:tants. Un raz-de-ma-
ree a cause des degats sur les
.cotes du Pacifique, et des vil-
les entieres continuenr sur u-
ne distance de IS mills a res-
sentir les secousses sismniques,
xxx
HARVARD BAT YALE
UNIVERSITY
NEW HAVEN, 22 Juin. -
Dans la grande rencontre
classique entire les un.-ersite
de Yale et de Harvard a New
Hfavcn., la second a rempor-
t- la. vietoire par qua-re con-
tr'e deux.
xxx
COCHET BATTUI A
PLATE COUTURE


WIMBLETON, 22 Jui. -i
Tandis que les tennismen a-
mericains continuaient leur
n;cencion triomphale vers le
-ha-mpionnat de tennis d'An-
.e:.er Ve, Henri Coebet, cham-:
n.iou de France, considered
curnmlle l'uf des meilleurs
Sioueurs du munde, a kte hat-


4


:. ... .. .- .. .* 4 7 '" ',/:.. *. : .. ..
S> .
(fl&A'..ItJT: D C SOV:t: T.,


dftinitiveme &obieftUr fran- l'avance, et SharkeY pasfa un
menV pau 0titeg AUfi dur mornot.Mblais i ^sressai.
I 6tft. :-par une sit aux deux derniers rounds.
grave boiteri& ". ore a Wt Le verdiet de larbitre a 64t
de 7-2, 684'4 qitd ine regu aveo des. applaudisse*
detinitivement.le jouer fran- ments et. des hu&s. Le mana-
: .i.. ger de Scheing, Joe Jacobs, a
xxx .... deara la foule, qu'on avait
L'ETAT D -SIEGE vol4 la victoire son boxer.
IMMINENT EN.. .. xx
ALBEMAGNE. LA POLICE NEGOCIE.
.. ... .> AVEC LES
BERLIN, 23 Juimn- Le Gou. MANIFESTANTS.,
vernement compte vprendre WASHINGTON,,23 Juin.-
des measures. qui equivaudront Pelham D. Grassford, Supe-
a une sorte d'4tat de asige Ie- rintendant de la Police de
gbrement adouci, st.l.ea :autv- Washington, a commene6 des
rites de I'Allemagne du Sud iiegociations avec Walter M.
ne o conforment pas aux d6- -Waters, chefs des v6trans
cisions du cabinet etno rape venus A Washington r6clamer
portent pas leurs ordres pro- leur bonus. En attendant d'ob
hibant le port d'uniformes tenir I'evacuation complete de
politiques et les manifesta- laville, ita ont discutk une r&e
tions, duction du nombre dos v6t&
xxx ranks qui occupent la ville
LE MATCH SHARKEY et qu'on estime actuellement
SCHMELING a 20.000.
W OXX


Jack Sharkey a 6te proclame
.champion du monde des poids
lourds hier soir. a lasuite de-f
sa rencontre ave c Max
Schmeling 11 avait gagn les
quatre premiers rounds, et a-
vait mene les deniers avec
une rondeur qui a impression-
n6 I'arbitre Gunboat Smith,
Schmelihg a perdu le match
pour avoir 4te trop prudent,
1 Iparaissait en meilleur etat
que Sharkey et a la fin dCu
Match, il n'avait aueune bles-
i ure, a part une ecorchure A
la bouche et une certain en-
fture des levres. Sharkey, lui,
avait un ceil ferme, et son nez
ressemblait 'a une grosse et
belle fraise, suite d'un direct'
gauche regu de V'Allemand. Le
Combat n'a pas satisfait les
spectateurs, les deux adver-
saires ayant semble,pendant
j toute la duree du match, se
eraindre 'un Pautre. Au 10
i me round, Schmeling prit


^ L ..J AX 42Zf 0 &t A .0SA t.tRl) .5 JAS
DE SA VALEUR
TOKIO, 23 Juin.- Par suite
de I'exces des importations et
en raison de la conviction des
commergants que lea Etats-
Unis ne pourmrot pas garder
plus longtemps I'Atalon d'or,
Ie yen, qui valait auparavant
environ 44 eentimes de dol,
lar, est tomb6 & 0.29 756.
xxx ..
UNE NOUVELLE,. DECO-
RATION A AMELIA
EARHART '
WASHINGTON, 23 Juin.-
Le president Hoover a deco-
re de la Medaille de la Soei6
t4 National Geographique
Amelia Earhart Putnam, la
premiere femme qui ait tra-
versde I'Atlantique seule en
avion.
xxxx
LE CONGRESS AMERICA IN
WASHINGTON, 23 Juin.-
Le Congres americain ne s'a-


t












I


journera pa-~aa nedt A i"'
suite d'un d6bat IuSni stir ,
las seeiutr & S4niner Wia ~6 ,
meurs; i: j vote de':& '.ontre 'te le
Cop'ii H tiendra pai .iu "' .
ce de Tldt, -
xxx
LES iNCO VENIEN.TS '
DES NOUVBLLES *TAUS'
WASHINOTON, 28' Juixtin '
Le& emplbt~a de la Tr&sore-
rie fMdeal ont 4dlar4 quafis
n'ont aueun mroyen deiwp&I-
eher les vendeurtde& pressu- .
rer lete sornmateUrs n pre-
nant ~rxte des netavelles
taxes, qu i ent tr a en'vi-
gueur life~~indUlt Elle sont
en effet pA t0uVene-
mont par I UfKetdrter
sur chaque marthandiae qu'il
vend.
DESORDRES A SANTIAGO ,


SANTIAGO, 28 Juin.'- Vingt
cinq morts et soixante.quin
blesas4 tel est le bilan dte &
meute qui a ensanglanWt les
rueb de cette ville a la suite
,d'une grve de boulangers qui
voulaent riverr la popula-
tion de pain. Le Gouverne-
ment soeitli.e wprielaft6 la
loi martial. Des groups
d'extremist&o t attaqua les
posted de earbiniesr tat -,
Santiago tu'k Valparalso.
Onoe des aalltants ont' 4t6
tuWs. Des renforts bnt ti,en-
voy&s =V.alparaiso, -Otnq':
mille greviste s etant intiro-
duits dans les mines de. cui-
vre de Braden, 'Ambissadeur,
des Etats-Unis- Wilism lS.
Culbertson a demandede au
Gouvernement de Carlos G.
Davila d'aeeorder une protee-
tion plus efft)tive tAx vies et
aux int s des. amerieains
rsidant- i Chili. -'est. -
meute la plus grave qui ait e
lieu depuis le renversement
de. la dictature d'Ibanez.


1


I i wrWW


VIS IMPORTANT


8 clients de la maison H.
mi Fits, qui ont en depot
ila dite maison des mar-
dises a eux vendues au
itant A livrer, sont pries
enir en prendre livrai-
e plus tot possible, d'ici
a de ee mois.- Le pr6-
avis intkresse 6galement
qui ont fait des paie-
s.partiels pour marchan-
a livrer au pavement du
; ils sont pris de i6gler
achats dans le meme de-
stmentionne.-"
lau-Prince le 18 Juir. 1932
SVe. II. Balloni Fits.


AVIS IMPORTANT
Les creanciers de feu H.
Balloni fils sont pri6s de sou-
mettre leurs titres de erean-
ce h la soussignee, le plus
t6t possible, d'ici le 15 Juillet
prc chain,- fin d'invental-
re.
Port-au-Prince le 22 Juin 1982
Vve H. Balloni Fis.


A VIS PROFESSIONNEL
Maitre Suirad Villard, notai-
re, informed que durant son
absence du pays, son confre-
re Me. Edouard Kenol aura
Ia direction de son Etude.
Port-au-Prinee le 23 Juin 1932


Ufl ~#iir 'Itrrrnd& 'rwf-r'e .p


POURQUOI CONTINUE'
A SOUFPFRIR...
Quand avec une bouteille
d'Insectitude standardise mor
tifre on peut tuer instanta-
nement les Punaises; Mousti-
ques, Mouches, etc, etc.
Se vend chez Simon Vieux
P f (I- btehnllf utnllr anlcn'nra-r


I V
Ne tai
parfu

STEAL


Le va
Voy.
de N


le 28
.. ,meme
Slombi
..': lo; )Il.a, K
IkCRIX LESUR L-EAUX DE TOILETTE e fe
.d'oto:go e "t extra fin" reg
.goClogne us" disp
(s""ravande '' daens
i del -litre or 1.40 .. e
.,75.ad

Vee Vca voy.
t, .gZin Taiamap; azar Nationa .Cr-tyi Mrr: York
A, Iui IAfi ..Kaw Heinw ties pc


",, :..: *, ..,
; >.: <.: ,, :, 7 ': ,+.... :,..-, Am
.X.< .6.k.. .... r,.: p'.. .r :..::i z :.."':,. ..:, :


4. 4'


l JE.I J
,MU.


REPRESEN t'A
ler Com6di
20me Presti


* %PV VmreV*445 s4iVUZ5n wAmIL ZIe U DEIBUJ
che pas et agreablement e0...etc...
m6. .

.OMBIAN
tMSHIPS COMPANYt
.INO. ..-
Line Colombienne)
.Tiphone No...232.
peur dMARTINIQUE.. >.
99, venant directement .
ew-York est. attend idi,
courant,. continuera le -
jour por les ports co.
ens; Cristobal Canal Zo-".
ingston et New-York aw.
'at.et passagers. : .. .'.
Manieste de ce vapeur .-.j i'
par avion poste est T lU a
position des chargers t
nos bureaux .si angle :|Efi.


TION DE tAL4 PA LA TROUPR-MNgUNIER
i&s, Danfie, RUMBA par le"ehiens savants
idigitation par Sr MUNIER.. ,
r de Miss oLA dans de. anse& e assiquesn Ra
."..* if, .. ." *.': ,:' .


Entre 2
S' :V
un f


t.4 0 .


e o gur .
ENDREDI ,
Itm a su ect.
N .
'ionn t
K t.Eo : "..* .
6e 060... 3t o v^ ^. ..:::. .,.,







4 a avants
~ l ... -" .. v ... .' #-







-* V'" r k.w ." ,C ,
i Ja t j. :.


U VI
7

C 4EbW~~'


o".6


.,--.-


'"'


,. ... ..


Past
, :" ,

















.A.i (dent tin4e
rtott omp(
a .l.les"et de dan
itaient environt 2


*rtie t f-t arbitr6e
pathie rto tman
bnst, Invt A eett


.o l, ... L:.5' . I y a un typo de image
P 4W ,, .i. 18.2 Kraft .ue vou, aimerez sore-
mar Directeur di J ial Soirte e Gala meht. Car vous pouvez diffi-
na. e N ouveiste Thftrale et Dansante .ciletient hrouver un fromage
tre Monsieur le e ctegr, ( Gardienei de P/tare t eaque Kaft n geabriue pas.
a- MuOs avons 'hona ur de I aete... ave S&aIlh Cataly at chaqie frofuge Kraft a
iles vous adreser uel copt deno- et Da-el -eufteleou U n- go-t individuel et une
pu- re protestation conti- les a-- Grand Ba t ce1sitafcc tpvcale 6tant
Lta'. us" da Srce d'Hyi .ne Na- ,avec t'orchestre Sco mc iur n s on 1genve.
se tional et notamment contre Interddes de chant avsc
es) Pavis commercial de ]'Ecor Janie Verneuii et ]nlph r
O00 Nationale de Mdecine ins6r4 Cataly. 0V1 3'K-
dans les different journaux Entr6e : 2 Gou.rdes.
ar 'de a Capitale. a
04... Nous -vous 1saur de :M."ift


"* doal e DnrotanrndunJCr, I 8oerfe. de ewan mas an U- .


a de t lae p ica na n s .Grand tBi" an..


OFVW


..eurei Ie coup de sit.
..dornm, mais l'ardeur
rsaires fut soudain
ar tw nouveau signal
.pelait tous une mi-:
recueillement la mort
tur6e de Louis Diaquoi,
Sde I'll. 8 S. A. prt
reprise lea gonaiviens
q u e n t fougueusement
eapois contr'attaquent
.ardemment L'arriire
S8, sio gnalepar son ai-
&Ja briser offensive go-
ane. Beaucoup de cour-
La lutte fut chaude et
-le pendant lea vingt pre
minutes, puts se ralen-
nusqu'a la mi-temps.
| coup de sifflet, les ca-
out cette.fois le coup de
Le jeu pr6sente une au-
ae. Les deux s'itant dd-
uirte, its substituent ai a
e Ia riflexion. Les corn-
sons, toutefois, sont me-
-avee lenteur et la parties
e. Quand, soudain les
iviens se rappelant qu'ils
it vaincre, redoublent
ort Mais e'est en vain. De
ini, au but est imprenuble
au milieu de ce redouble
d'ardeur, I'arbitre don-
coup de sifflet final. La i
e se terminal sans re.ui-
ffectif.t
Sphysiononmw goerae..
U montra Texstence des
oetWs de mneneurs,. ma
de ahooteurs. Durant on
it pas a noter un shoot au
.. De plus, les 4quipiers ne
raissaient pas assez entrai-
s pour jouer 45 ia mi-temp;-.
Iesultat eut ete tout autre
onm avait joue a 35 minutes
mi-temps. i
Parmi lea joueurs qui so
4t distingu6s, il faut citer
goalie Madsen du team go-
pvien : un joueur d'avenir.
. reputation de Defendini
IMt plus i faire. Bright et
ois du cote capois et W.
dre et Me Gi-fie peuvent
revr dans n'importe quelle
Ipe de Port-au-Prince.
Le ailiters gonaiviens Hans
iesfield et Amisial, le cen-
Miguel et l'ailier capois
Jacques ont de I6toffe.
rtains sportsmen ont eu
4 etonnd de voir l'arbitre
Srder un coup de pied
c en faveur des Ganai-
chaque fois' que le goal
r Madsen se couchait;
le ballon. C'est en vertu


h'article 8 des reglements
cette procedure est accor-

us souhaitona que la me-
eour Qtinue a animer
sportsmen de ces deux de-
ments afin ue dans .un
.pas trop ointain, ils
ent offrir une partie
eientifique au public. Ce
so.petit:qu'avoo un en-
nt intensify.
iiliments aur organi-
,ra.
w ":;-' *. .,, .
.. -'A*
;i 4 -'.- '.. .
-. : '.
i f ... ......,: :. "


ment gre de bien vouloir 1in-
perer dans Pun des prochaiins
numeros de votre interessauit
organeo
o Veriillez agreer avoc nos re-
merciements nos Wiunations
distingueesa
Pour le 'rou r


Dr. F. Coicon, Dr. tA hlrard.
xxx ,
Nous, un grope de, mOde-
cins, non fonctionnaires, nous
nous sommes rd!ujisj et avons
decide de resister aux empie-.
tement inconsideres du' Ser-
vice d'Hygiene.
lo.-- Le Service d'Hygibyne
fait une concurrence deloya-
le aux m4decins indepen-
dants. Les h6pitaux ont ete
erees pour les indigents et
et i'Hopital Geineral eAt Je
rendez-vous (1de5 @l1eantb (t
des tlIgantes.
'o.- Chose gravi.pe, : Ton..
currency se sliL au r' fit (L's
medecins et -l eni 'lurgY'e
de I'H6pital. qui r,.'ame-nt
de Fargent pour ,i0 soi .s
qu'ils donnent oni des opera-
tions qu'ils font durant l:I
heures de presence obligatoi- \
res a I'H6pital, alors quo ces!
mRimes heures de travail l.r-
sont d6ja pay6es pIer I'fEtt au
poids del'or.
3o.--- On parole mnintenmnt
de ft;re du commer i, ans I
les laboratoires qui ont 6t6
crUes a l'usage des Etudiants
de tUEcole de Medecilo. C en
eat trop!
Nous protestons energlque-
ment centre cet 6tat do chours
et demandons que d:s me.u-
res immediate soient 1rises
pour faire cesser ce scanda-
Ie. .


Nous nous rservons de
prendre les voies et moyens
que nous jugerons utiles pour
faire aboutir notre action..
Port-au-Prince le 20 Juin 1932
Sign6e :
Dr. Herard, Dr. Mathieu,
Dr. Pition, Dr. Domond, Dr.
Mills, Dr. Coicou, Dr. Lysius.
Dr. Ricot, Dr. Djean, Dr.
Rey, etc,..


Secret de l'Homme Chic
Pierre Labissiere
Coupe Moderne, Grand'Rue
Le Louvre
Tjimms de premiere quality,
drill, casimir, etc.
Confections de toutes sortes
Elegants et Elegantes, vii-
tez la cordonnerie :
HYPPOLITE JEUDY, COR-
DONNERIE MONT CAR-
MEL
Grand'Rue, No. 1731.
BAZAR TOUT VA BIEN,
LOUSSI FRERES,
Bazar des Femmes ele6gantes
et des hommes chics

NIBIASE
Contre la syphilis. Inclore,
indolore, ne tAche pas.
Chez Fllix Lavelanet, Phone
3480.


If~f1.


Usine a glace de

"" Port-au-Prince
finrtcetion de glhce de mel
e 'rtf 'qut1jli.
Livraison rapide effectude
quotidiennement ir. fno%, ca
mione peint'"en blanc cdans-tou
;es les directions de Port au
Prince et de Petion Ville.
.' 7h ,IERE
Nous avons txoujourt en rain
les dernier,, vwodies dk i gIl.,'.d
res en acier & partir do Or
25.00 et au reaus, v.ritdable;
avec. facilities de paemer4ts
"I.es glacibres leos plus :urs
et les plus tconomiques.
S(fiETII:,IEES
Nous avons en vente les der
niers modSle de sorbetier4's
de tous les dimensions h par
hir 'e Or .1, et u :es'us,
I,:N'TRLPOT FRIGORtIQIotE
Ncs 21iam-bres frc.ides t t-et
recemment mise point etf
peuvent rec voir ,,'i morte
que)le quantity de vian-le de
poirs-ns,: .ie legrImesC, et?
fruits, etc. ..
1> L'ulic ^: ordinTement
invite vi-ier ro3!re Lirne ft
iy inspccter nos nmodjes de gia
ciereB et de =orbetihre dacIns
notre salle de ven'e.
Consommer de la glace c'est
faire'de fIconomtie.


LIE N


VAPEURS


ORANGE NA&S.A
MEDEA
STU YVESANT


10
17
24
ler


e..ra" SS ;/6 fBa? E e.a>
C Ci ta
-S


N E t ptcz pril'ordle A reu (j ter devant voa yrux c.i prE'pct iv: dic vow;u
enrichir rnpidcmrnunt -t vcIti-lt h.ltr-r urn .(ic:ci
vionC quev yout. rc :-..rcz .....r rz un l r.crirnt .Ctr
'zt jarnrtf bln iyie v '"4 C I" lw .
En attcnrd;rint. I).>,art~,j< int l'Epa rgnC(dc
notre Bnnpuv- :2,t n u r' :t,'r it proftable
pour y d'poswr-'" v(,t :,re'nt.


La Banque CKyale
du Canada


in


:Depart de New-Ycrk
DATES


ARRI'Vl A I' I


Juin
Join
Juin
Juillet


f\--
1
2
I
C'


AU.PRIN C3
5 Join
3 Juin
0 Juin
6 Juillet


Depart de New-York pour tous les ports ha;iiens
LUNA 10: Juin
ASTREA i r JUillet


Depart pour New York


STUYEsANT
COTICA
VAN RENSSELAER
ORANGE NASSAU


22- Juin
13 Juillet
3 Aofit
24 Aout


Depart de I'Europe


DE HFAMBOUTRG
ORION 21
TRITEN 4
UN VAPEUR .18


Mai
Juin
Jnin


D'AMSTERDAM,
27 Mai
10 Juin
24 Jain


ARRIVE A PORT AU PRINCE
20 Juin
5 Juillet
18 Juillet


part pour I'Europe


Tous les qutnze
S, 3. TRhAJANUS


jours un vapeue pour I'Europe.
chat geant pour I'Eurupe vers le 13 Juin
Thl6phones au No 3455


CG F.MADSEN
AGENT


'/


LOCAL


dtl~UkaLL..a1B!&....l-.lt.f 'ii- .-- (


~I~~Z~TP~P~" ~-r~~


8.


IABIPWhb, A


v vFIfif \ I IIIiiFwiiyl ii.iiiyW ".yi"miI--iAvnvsIft. ssfl ]


r~--- ~ --- --. ~--~T~-- ~--.Y..---.-~-. C~-- L*l~ ~ LI I I-LI~ lllC I-~ -C-lll II~ I II 1 I111I C


* :.T^^^^S


.


E


'"'"'~'""'"'~i;"' AT 'N."'''''"










..... ... -. .:.' '. .. ....... ...
^ ft ":. .. .... .: "". ": :" "t

.. .. .. . ..^... ... ..." ... .. o .. .. .. .^ .. ^" ." '.' .
:-..l^ S ^ ^ '"'' '"'... .- ...:. .. :.: ... ,, ... ... : :.. ...... .
... "?. ..--.- .. ......, .
... .... .....' ......... .



S .ta ..tet a...... e : .. : : :
...l. Fpedd4~ r. ndant .v on .. ..'"-'


il Stak tel pYW...... .
S....... ...............La Lotere N ale e..... .............: :
-- =--:<. ..:y7 :^ : = :.-. .. .. ... ... .... ... ..... ... .. ........ ... ..... .:.. :. .: .. .... I ... ......... ... ..= ... .- : : : ...






.,p .armtsq on d B
.... V o i ,.eh..t .. "l.a -. .. ... .n.. ... ..... ..... .i .'.









ou a faire gne dr,| it 18 'iw Iti 18 N
tamentaire de Madaincm Vve
-:leu d ire I m o n tan t d,. .... .va --:.- : .. :. : ::= ,: ::::::.: : ....... .. ... ... .. .. ..
.'-T:..-.... .. .~.e ......... .o n i e s is ...... -:.;... ...... ... .....:.......
F iQa :1 :- :.:-- : .: .: S A ... .. .- ...... .;.. .. .:









:. de a Dette t nt:rienre St& ..at e. .m... ..:::t 1 i ..










B, eet exisoi ne pent p2: O gourdes, peuvern gagnper n.tra mille ;ou e
p o j gO- e n t. ... a.. ...... .... ..... ...... ..... ..... ...' .... . :. :














Justice auraient dejih delar qui vOUS hKbre da SOc d.s be aw e .
quil constitue V.ne demande .. .
-'' '- ... c,*: i .. :f. .V. : : .... ...........






























et ffnopint u n Mdeecins, eugcdeatr, AVACatS, oteiuGnndDigtairn de Reprisentants 4 [aoinw
redditicn de conmpte, tuaeti, Journalistes, DONNEI 1 'FX$MPIAE F 0T O ALE.
S. .o- W- .y .a une a lt ratio : :.














e la v dans une p...ce.....


cuteurtestamentaire aisai- Vous tous qui habitez Haiti, rdaMt le billet de I Laterie Nationl : d'Etit
sine des biens meubles, on au-
.. .. .. ...... ..... ....... ... .. ... ......... ....

































rait delar6, dans une autre .
copies, que cet executeur tes -________-_-_ -_ -a-s--- .s : a e : :.
.tamentaire a reg la saisine .
Ao.- Ce jugement du 8 ..
Juillet 1930, qul a ete rendu,



cor, tout en distant que le. ...
meubles ont ete, a tort on a
raison, deja partages, per- ..

Cassagnol de fire revive Po- .....
O f ....... .. ...


operation du p:-tage de ces
meubles.
4o.- Me. Constantin Be-
noit a declart que Me, Male-,
branche a droit a des hono-
raires, paree 1,ue lui, Me. Be-
noit .aurait S'l aussi designed
comme exei '-ur testamen-
taire, par le t -tafttent de Mon
sieur Jo,,ph Lacombe.
Me. Edoua:r Cassagnol a
lu un auteur francais qui en-
m seigne quo les heritiers d'un
testateur pem.:vent, eux-me-
mes, proeeder .u partage et a
la distribution des legs lais-
par ce testateut. II a u ,
tine lettre que la banque d'Ha-
tionale de la RCpublique d"Ha-
1. I t q & I #I I 'L I-r


es Ct .OU
ta Ei ami
C-94


i,.






















*.:7.


S. ......... ^ .^
. .......
.. ........


e. c...' o....."



o "" -I


,,'sq .7ti dltj


.. ... ..... '.. :

d..


i ti lui a adres *ee, lettre par
r.aquelle Ia Bamqu e jui a ditj 1
: que Monsieur-. Lacombe tait N l I m m :I: :slwIM0
cnaitd com le le propri e"

t"'ntV la prop: i6te de Mme .
X: :I : Ernest Dalencour. I I I I l l l l

........ ... ....... ............... ........... ............. ... ....... ..... ......... .....
le juge en sike-go a donn4 a .. I I .III I I I I I .... .
u .parole an Membre du Parquet -
M.... Z. .ae.I I : I l : I

c:l:::.:.::eommunication IdesI dossiers, -. eiliez (U Sll.Iuuvvaux
pour i. avreo un rqisitoire &a. a.





.de lnd dot Is .do nons' ... a....
tardivement a physitnomie, .......
p a e e n' '... .. .. .... . A' .. .'. .'. .'



6t. em ch... ...........-.... ... ....... ..
l ll l'd je .: 1 nfl3.ubbms i . .. ...
..c....nn. ... ..
.. ........ .... .............









.. ... .... .~. .. .. .. . ... .. .. .. ... ... ........... .. ............... .. ....I I... .. :



....... .., '..'.. ...''....... ................., "._._.. . ..... ........._; _, '. ..' :;:. :: ,.'.- ::: : : ;. / _.: : ', : ; J ; 7.. .: L :; i: ; ..; .. J : .:.S _.' '.; _= '._;. = .; -. : ;74 : ,


I

?yl


3$
I.






$4

113
-3