<%BANNER%>

MELLON DLOC UFLAC



Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/01589
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: June 22, 1932
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:01589

Full Text


N::..
-:~t* '.',.:
L i~L i" tI"...,r... ::'' d Q d .
.W .-V .- 4 . ""'./ % .x x . . ::.. . .. ::
Ox.-- ..+ ,, .. .. .'' + .. " : : +. "
-.- ... ......., ... '= -'- " ". i .. .. : :." : =>='4 .. ..- ., ... ,. ,-, .. : .- .' =, ... ,.. ..1


Ve


No. 12777


..N



.. 'DII (It bUCK .


r -~C~


Sthis l in IB t

18hrreei peui bile


te Bresal *aeru-[N in


47

A1
-t
ver


'(1.-o


stir


Ai, *ti onI
I',) .. h) 1-0 .


Monde det parle-
Sexist, deputs
is jour. une hin-
plus b zarres,.
eonatitutionnelle
e en eau de boudin,
ent plus d'un cons-

aque i, durant eette
revision West- .as
e pourra avoir lieu
haine session or-
l'aucuna interpre-
te ommIne stipulant
on coUntitutionnel-
ent 4 la premiere
I l6gislature. S'U 1
I, la r6vismon cons,
le ne pouvant avoir
,session-ci ne pour-
re qu'en 1934.
phEre depuos hier
S : plusieurs de nos
nts rentrent chezs
est fort probable
up d'entre eux ne
inci e 4 juillet pro-'
cas ou I'AMAemblce e
voudrait se reunir .
cement 11 faut
des membres pour
ebl6 se reunisse.n
:.Ces deux tiers?
question 1
impression qui re-&
net use r6alit, on a-
ute ee nest pas s&e"

s'entende, grand Dieu
pntende, et que les in-!
e la Republique domi-
as les autres.


A DAMIEN

c tonfrire Le
g:ee qui suit:


Matin


L question de r6orga-
mien et, dans ce-but,
i.une commission don't
I consisterait i saou-
plan au Gouverne-
ette commission
Otre eomposee de
'Is Roy, Candelon Ri-
sGentil Tippenhauer,
.Montks, pour noe-c-
onoms parmi tant
.aussi qualifies.f
hiller Nicolas et
t la competence n'o
mise en doute pour
C.OSonBUlt et four-
s. renseignemer.ts
1'exp6rienee et lPob.

gestion West par
ase qu'une autre;
.nons pour ce qu'el-


.EAU PREFET
: ORD
K|arewanu -Lecorpa,
pr4fet des Arron-
u-Nordea t Port
t ious --"fait le
SY? M flNouvet-'
serrer :la main.
isdre."..de pa




-a Pv
i-.q .. t-. .


Nonu avons ces jou s.-ei
mis plusieur's questionIs s'r l
le Lapis : Ce sont de- ques-
tions absolument en rc1>l6a dc(
la poitique, et. si le <. uvlr-
nement veut les 6tu(dbrv, iI
pourrait do suite, faire qu:-
que choe., I1 y a a lu st.lion
du monopoly de1 la gz jline, i!
y a la question du monopolec
du Sel, la question diu Tou-r
risme, la queUotio de lI.U (I1-
fense et protection do not.re
cafe, la qu.sti(n de la sut-
pension de Famortlisement deI
notre dette.
Saiton (que ce dernier point
peut etre Iobjet d'un plan
financier qui aiderait Haiti it
traverser la rise?
Avee les deux millims doe
dollars cash que nous avons
en Banque, a New-York, avec
les millions de dollars que(
nous avwns en titres ,chete-
en bourse, 11ous pouvon.s, dan
une transaction bien comprise
donner ces valeurs en garan-
tie iA la Banque, qui, elle, 6met
trait 10 35 millions de gour-
.des, puisqu'eIle aurait plui
d'iri tiers de garantie cash en
mains. Ensuite, le million de
dollars que nous versoms cm-
me amoortissement chawiue n-
nee, nous auvions piu Paffec-
totr rembourser cett", 6 ei
alon de 30 a 40 millliin d: ,
gourdes. Cc sont des moyens
en piriques, c'est extend,
mais des moyens qui durant
une cruise mondiale come
celle don't nous subissons I',s
consequences "devienncnt d(ts
plus normaux.
Le Gouvernement peuzt done
fire plusieurs chose,


r


UNE DECISION GOUVER-
NEMENTALE DOIT ETRE'
RESPECTED
OU RAPPORTiEE

11 y va du prestige du .ou-n
vernement a fire re5pJetor
seo decisions ou les rapporter
si elles sont reconnuO ma1uu-
vaises ou inapplicables. On ne
peut pas concevoir une minute
aue Fexecution d'un ordre du
ouvernement soit li.aee ai
la fantaisie des uns et des au-!
tres. Et le public, en assistant
ae la non execution d'une deci-
sion gouvernementale, so rdo.
made comment plusieurs an-
tres decisions du Gcuver)ne-
ment n'auraient pas Ie menic
wort?
Nous voulons parler de
I'Arrete concernant la 'ente
du Sel.
Si l Gouvernement ne neut
.obtenir la vente oeulomet l t
d'un sel raffin4, qu'il rappor.
to l'ArreAt Communal qu'il a
approuve; mais tant qu cotl-
to approbation de force ec vi-
gueur, nous ne cofnce ~ oi pl
comment la Pollee ou la gar-
do puisse jouer d'une d elhion
gouvernemenitaIe,
NouS r~elamons au DLpar-
tement de 'lnthrieur qu'une
,- ort SOift ouverte ou ferme.
:.etia.Aidire que FAtrt 0 aoitt
:ex6eut parl la Polioe, au ienn
que VArrMtA soit rapptrt, .


On sait que 1c prix (e to-
.re camfet depend du prix (dI
|'af6 du BrfsiL
I Le Bresi1, in le Sauvant
peut sauver Haiti.
Quo va done fDir'e le, vhsli
- hpour ia prochainte recolle?
wLs tes qui nous parvifln-
ne-nt voInt con rIictI:t c ,te
.Ce rt.ainS dise(int ( qtue .1l c e(.
tomberta 'i ( on h 8 dollars. Ce
*cra la debacle finale; d u-
Irevs affirment que le prix aec
tuct cera maintenu, parcel qiI4
Ic Ibt.il pre.d es ldi.po*d-
tionrs pour engloutir plus do(
fl.000.000 dc 'ac:. cette aun6&.
Tin nlonveou mroyen est emplV.
ye pour fair disparait)e et-
toe srproduction on ne jet.te.
plus les sacs a la mer, on fait
aveT Ie cafe un melange de
charbrn qui sert de ccmnbus:.-
ble aux chemin de fer.
Si done le Br6sil execute
c( plan en pes,, ectiva, ,Ie ....
(dt C'o:i1'e peut encore se main-
tei]r et ce sc.'a une cbtnce.
pour InouS, ca.r notre prilnci-
pu-? la s'le <4tenir lIe coup>,
comme on dit. Qu'on songe que
touted leo autres denrhaes sont
d6jh dans La ddhbade.: le..u~
cre, le coton, le cacao, lerminl,
etc. etc.
(ommne tot be monde le
")jst-:te, eO Pcays produc-
eturs (d cafe se dE-fendent a-
a chairnementme
Ce.rt le moment pour Hai-
ti de d6fendre la renomrnee de
ofln caf6, do prot6geor cette re-
tnommnee qui fait placernotre
dclnre en tte ,de higne ePt luii
permet d'obtenp vune prime de
pnlusieuurs dollars sur toutes
les marques.


LA TROUPE
MUNIER-OLAi'


Devant. une sale clairsenArC.
le troupe de hiesens savants
du professeur Munier a don-
ne6 bier soir' une representa-
ition surpreiante, qui depav-
se tout ce qu'on pout imag-"
ner. On se demand pressque
si ces animaux ne sont paiA
does d'intelligence.
I Tous les numerous ont et6,
executes a la perfection, mais
niq mention .pe6ciale doit 6-
-ire accordee .a la mcur A Toutouville, et au
'.Combat aerien.I
Cette troupe, qm a deja vi-
Ssit.6 l'Europe et- toute i'Arnd-
rique dui Sud, est probable,
ment unique au monde. Nou,
esperons qu't la prochaine re-
pr6sentation le public port-au
princien Iui fera meilleur >je-
cuei I

LE FORT EST MENACE..
Notre oonfrbre xLoe Tempes)
a repris offensive contre Da-
mIn do.p is, deIOux jouri .
Los attaques, Loujoun a Vi-
gouteuses, toujoursT nergi-
q(l(ps tendlnt a fire tomiber
leto mur dle Jericho, Qui done
ira au seeourg du Fort .Da0-
mien? .. .
Oft gont (l< leo Oceupant,;.
vont Is se cruiser les bras et
et. laiser sto$MiqUO tU .em.a
porter leur camp retranch(,?


Nos l'teurS ,.t ,: :'
thts i ot(re .amt, UVL i t -:.

,i<,>. chaque jou rv .* q, i :
dlroule & LA u a n.- n' <.. a t (',,..


St'Utes lAs i teM, I I crnsdi
tun (quo ttitout, lea NJut s
cejten utn trI pr)lan. Or, un,
tel p1lanr i.nt. 'rt ic st I It 1 ,
Eult-Aat-Utni. car <{tqauttI l n p ;. t.a
i, annul4 routes ti l .s ,eh .
: Te sont leg Etsats-Uni qn. i
ferofnt toi.s lsE .frais, pliS(' .-
. tout te monde lour doit, et il
.ns doi vent A perso. nme. I /atta "
Squ etait dune directed.
Que fait Hoover?
: Au moment ouf 1'on ne 1 "
attendlait pas, le Prn.idsnc
Hoover fait lire A Gcnpve un.?
D.Ieclarat ion d(,:s plJu )ip, .-
tianio; 11 domri erle. noiu n '
, ....o .
11m ge o (r,.: : .: -., ,

." .'4 <
LES MALCHlES U{ L K


CCt tI ..
sent de ..'AirL^ : fL nL .
t'r.(i coim1e "Ujour -.iK l! :
mareh6 rural.
Nous i' ". (i .. '",1 nM;,
plus d'une fois, cou isa.51 :i -
te question et indique n (t .
points n6valgiqu s do A L
th. Or. nous ne .rmm..s .l, -l
lement C 1 l4odest tronsiy *
ments (qui nous paiirn.,'
sur les consequences (de sn
application.
Les Conseils Commwu ,it.X
de la azone fronItiere, ,1i1! (Lc,
nous 1'avons expl )qu1 ce'
j0our passe.-, sont pV-s,) I2
aux abcis, tant leurs reczttes
diminuent progressivument
avee la sort d'exode des h:.t-
bitants vers la Republliqc,:
dominicaine pour l'coule-
ment d(e eurs products.
Dans le Sud du vieux Bourg-
d'Aquin, par example, la fixa-
tion du .march&i du mardi seu-
lement, a jete une tell per-
turbation dans los affairs.
notam.nent dans le commerce
qu'on so demand si le Q:ouvrn
nement ne sera pas ol'ige do
revenir sur VArr t6?
...... -
--- .~ ~ e^ -< ,^ivifw msK wwiw~'


UNE SPLENDID


M ANIFE STATION


SPORT()IV eI


Lesa-admiratoeu'I du iRcin g
soront heureux d'apprendre
que pour 'bigner R'unior 14,
Congeil de PU. S. S. H. c rt V-
nise avec lc concou! du ( l( -
Cinf o U or:alti.onn.,Ilt. mt[niI
Cfcatation ip)ortivt, i .ut U,
(100 mQ 400 m.) lover do po tlk
lanceiment de poids, maiLtc
oxhibitiou do boxes on it Ma-.
.rius Lantiglois haitian et in
domnieaicMh.
PuiS unie r on 'tre (I.' f'1 ,
hall entire I 'eqtiuiP(. .ol plo
4du R, G. A. ct. iune cqtullpe co11


o ,' i' arm,) "menft.-Y
,u^ u ,ai.I I e" ;m 'e t une. ,
n K ;)i l in .re qu1iji o-
n .~ it. E 8 it ..,. in t '. S lz'ivt ;.

I*,. UBI.hiU,. Ut' I ,,ieon t l ,'ul-''
I 1 ff IJU : I tI,) i 11 4v,. $ 1 t' 1,i-
' ;.( Q '.| I- c- E ut -1.3i
:- p..f)i' rruir ?';iiiutjlat.in dc:
i f:f. ethil.

, i, re1, lI j ." l I jI o (,l
a it i H ii ; p 10 ep l
non df .Kt. 1 ni;it (it rwii-
i iucui
i'l v,',Jia D ina .v t f...' D Ac. face a unne siJtua
Ion (".< pi. d. l ic ates.
.A chu e'lI, foi. Qute Ie Pre-
"i ,. ao r sort un plan,
,'.t *.,,nd(, 0 'l-t e% n cc alei-
; 'T. [iincn t e l a
,.-. ; ,.. ,'. ,'. ,- (,n | u rt ,^ .
'". : : ".t '-


. I -


JL: I. : a.

U. ;I .
SI t-ions bieLnta t ie
-' i .. e a if&te sporti-
."" ..", nchi 26 Juin.
.,...,- : j) person nC o,50;
S. ,..i:.:.. Tribunes 0 ,:.
-.,. 0. 0..



i
('A. TO PAR IT CE SOfR

;A (bor du Stuvyvesant pat'
notrut' ebizo|}un Cator. i1
I aLirFI tlrne uril e vingtaine di
j cur' VI'ut1trainement d(vant
iui.
Chubei Ntumhu, l Japon;,-
'_Ii prl e: avoir baLtu 1an
Cour(1 ( 5 centin1t.ers, a la
unionn d,.A selection: pr.6-,-
timpri( ne rd 'ukio n'a Wdiloi6e
:tle 7 m. 42.
Catrur en son dernier sa.t
:i rcaiis6 7 m. 70.
L-t lutte sera done rude ien-
i"e l'laitien et le Japon'.is,
"'iutunt qu ee dernier a d6-
.a.re qu'il santera 8 metres U
L.( A\ngoles.
Ious nos vctux de isucces et
do tinpthe c'm]plet ace.n-
i1...tiY 1(,t Cator.
UtNI' POLEMIQUt.IE EN

Le reiretgtaiblet incident de
la salle d'auatomVie, onVtr,
SI' x-Senateur I,htrisson ct
jI l'x-Miititt'V, C(hU.C BluUhe-
I rn ct.n s d6volopp:o'
(Iiti i I c-i (< j)i .'i ti<.',,- tis ,i u r-
naux.
t H it 'r e'', l i .t :, ltht eI'J:. li
q lihi M, ii u .ii I u. ii clt h ii
!("( l ],-tItutr d<" M 1 J 0,tclr--

1 E1 conn ie l:' un t. I'an tn, n t
j ai uent pl a d lf ed,'\ -
| tis ZrI, run t!. it t nenaco d't -
tH iH I") I'ist' ti i& (:?It).lo ct (lii.
during i.us on tuins. At -.
a1.N ifln....tP1i -s,,.


r.v~c~~9~1*l*r


I


[
I


!


Rpon


Hloo-


dles






:..--- .. ........ ri a oul voir :e. rim ej .
p i 'pjadi8s, etpar les- tot,;.


... .. .' nou.ais e :: ":-'i




.t .-." ..*; ..j.. ...*.f ....... ch .ma. e d. u .loot-ualSY i *.: : _- :.' ...". "I:
.. 2 1 o atteindre j .es fina, i... votre p. ompa..e .n .v. i"t
v Haitiepfes adresse un vi 6ie Hati
':*brant appel, pot. :........ .. "e. : .



PICE C .tant Malebranche, Notai le rtire de l S. S v- voir .e


Et obtep nt la requi M Arthur Bcheonhomme, Rue




deco rle de l Jnq 5 ace de PoAnse-A l son pogramme: la renai M KCEDI
Colnfede erh Veau; iane du feuret et de pee- Po permere tou. doe voir So bot!e proRlttion t
Nous nous somm express peles quadresse evipquore et cht

r. 0- .dhierment transports a Cen e foI n art utilea itA agrea- a i









droit denomm6 *Champ-Fen- lae, qui faith de nous un Napls qaui vi5ek1
Notre 'An V domicilebu ieur Mor e ale done vous inscrire en Gor

Tibsort deu Tribun dim e Msitiocie, trouv prmulsent et mase et en toute hs apte!idi
N o..19572)c ... $ a 06 dei and.A.........e.'........ .. r.heur s, au P are




...smet ......s, unartWEeet agrea
.. -- "":""1" '"tit e t e n":"U m" 'e :h" .- .


Instance, soussigIeS.
Sont comparfun:
o.. Monsieur N. CN.ssy,
President du Syndicnt lio-
noIniquo et Financier d'Hait i,
Section de l'Anse-a-Venu, So-
ciete regulierement c)onst 1-
tuec, don't le sirge Social est
a Port-au-Prince, Rue du
Centre, No. 1362.
Et 2o.--- Messieurs Luc
Charles et Francois Meran,
Membres du dit Syndicat,
tous trois, proprietaires, de-
meurant et domicilies en cette
ville;
Lesquels nous ont dit et de-
clar6 que selon les indications
cuntenues dans la lettre du
(bo-Physicien Monsieur J.
Pierreton, a nous communi-
quee;
11 est a supposed que le dit
Geo-Physicien J. Pierretcn
detienne le plan du Tresor de
, si recherche depuis;
Qu'il devient intresosant
pour le Syndicat de savoir les
relations existant entire le dit
tr6sor et l'immense puits co-
lonial don't parole si speciale-
ment M. Pierreton:
Que leur enquete a ce sujet
rivrle que le nomm6 Moricet-
te Moricin, demeurant 5
Cham-Fleurl, sur la route cde
Brossard, en cette Commune,
eut h penetrer dans le puits
en question iU y a laps de
temps;
Que le dit Syndicat est an-
xieux de savor ce-que cet ex-
plorateur a d0u y ccnstater;
Et qu'en consequence, le
Comite, d'accord avec le Con-
seil Superieur d'Administra-
tion <. Nous
requiert d'avair a nous trans-
porter au domicile du dit
sieur Moricette Moricin sus-
d6signe, et A lui poser les
Atesti ns assez ingenieusWs,
don't il\nous laisse le cloix,
en vue oe lui arracher son
secret, s'il en est, pour ensui-
te, authentiquer la present,
ainsi que les resultats de no-
tre vacation,.
Desquels compacutions, di-
res et declarations, les com-
parants ont requis acte aux
Notaires soussignes, et ont
signed avee nous apres lecture
faite ce jord'hui cinq du pr&-
sent Mois de Septembre Mil
Neuf Cent Trente. Un ren-
vya en marge paraphe bon a
la minute qui eost ainsi signed:
/)'


qi11i 1nous avons fait connai-
t re I'ob jet de notre visit, et
qui nous out d6clar6 qu'il
6 :tait pr"Ct pour rvpondre aux
'(stios u'ils nous10118 plai-
raient de lui poser, sequel dit
sieur Moricette Moricin, se
(disant tLre age de Soixante-
Sept ans, Cuativateur, bien
i connu comme ancien Chef de
Police rurale, a et6 entendu
:"comme suit :
Demande.- Connaissez-
-vous 1'Habitation << Berth )>
I sur la route du Petit-Trou de
K Nippes?
SReponse.- Parfaitement,
Notaire, j'ai passe toute mon
fenfance it Berth, et je n'en
suis sorti qu'homme fait.
Demande.- Sur quelle par-
tie de la grande route habi-
tiez-vous?
SRponse.- J'habitais sur la
main droite en allant au Pe-
tit-Trou, et dans la Maison
I dA feu Augustin, grand pro-
Spriecaire; c'est lui qui m'a e-
leve.
Demande.- Est-il h votre
i con nai. sanee qu'il c-:iste a
i Berth un puits tres profound
et qui date de l'eselavage?
Repon,&.-. Oui Notaire;
c'est le grand puits d e Berth,
je le connais tries blen. Ce
,'puits est sur la portion de
4terre quo j'ai habitee avec
Monsieur Augustave.
SDemande.-- On pretend quP
quelqu'un 6tait une fois des-
cendu dans ce puits et qu'il y
a vu des choses extraordinai-
1res, d'apres la lettre que voi-
ci venue de France. Qu'en sa-
!' vez-vous?
I Reponse.- Ce q.-l1qu'un
Sc'est moi-meme. Et j- n'ai
pas appris que persc rine au-
v rait pfnetre dans le puits de
"Berth ni avant moi, ni aprs
Smoi.
Demande.- Dans quelle
.Circonstance avez-vous com-
'mis cet exces?
SReponse.-o^Voici dans quel-
le circonstance, Notaire : J'61
taiss le gargon de confiance de
Monsieur Augustave Augus-
tin, parmil les huit jeunes gens
qui 6taient a son service. Un
jour, deretour de la Petite-
SRiviere de Nippes en recou-
vrement pour M. Augustave,
Sj'ai appnris avec douleur que
'deux de mes chiens fiddles ve-*
i (suite en Se. paey


REMERCIEMENTS


L'Association Nationale
des Infirmieres Haitiennes
'Diplomees remercie bien cor-
dialement les genereux artis-
tes qui ont prete leur con-
s course a la f&te de samedi, et
les nombreux amis qui ont
aid6 au succes de la fte. Ils
Isont trop nombreux pour etre
I ciths tous, mais l'Association
I les remercie tous indistinete-
ment et chacun d'eux en par-
ticulier. Tous 11is peuvent
computer sur sa profonde gra-
titude.
'Faire le bien est toujours
ditficile, mais dans notre pays
suttdtit la tAche est particu-
Ijierement ardue et bien faite
pour decourager les faibles et
es pusillanimes. Mais sou-
.tenue par la fol qui eclaire,
'par Fesp6rance qui console,
par l'amour qui rechauffe et
,fortifie elle continuera 'heu-
re entreprise,
Plus que jamais elle comp-
.te sur le genereux devoue-
'Tment des amis dei 'oeuvre et
'.eur renouvelle & tous ses sin-
zeres remerciements.


WEST INDIES GARAGE
Sous la direction de
Mr ARNOLD BRAUN
Tielphone

Garage .................. 2251
Residence ............ 22



Farinede Banane

SHygtaiquement prfare
Peor les endta t 1 malades.
Ceovient sAx stemac les
plus dlcat. I,
Excellent dejeuner pnor
tons.

Aux pro 'Uits d'Hlai i

E..N. BAILEY

1313 Gratd'Rte


L'Aiglonue !.,.,

Le Roman d'un Gamin de Paris
on ( TTITI let)
Entree 0.50 Balcon 1,oo


HA PFAbX


ide que
_Ni's 20


LA MANUFACTURE ItAITIEN E DE C
n L'ildigeete

IA le plsibid'tar rctm. --sa nonmA.l ej (t
,je es ct'h pesux se fl it iepu' e 'l e ;.
Rue en face de son an .n : I c;.
,es clients i rouverrn.: J ler' n i t a:c,:''.
Bon rrar:.hzM, .;Ume l (otrt! i. .
MARTINEZ. MA RCELIN


'

... :.g
..


-r

n ..:


R < .-. '


veont
Grand


Elt TIJC


--- ...,





I'
Le fait est incontestable .t




est la qumintessence des meillet-

res variety de cannes d'un vea
territoire reunasssant les meilleurs terroirs. ...
Cest ce qui fait son arome.

Goutez et Comparez.

---- 7- --- ---1


4*' inss~ F. a~~s'* sn .. -~

j C.
C-- 'A'
'N ~CC
'C /. 4..
t
N
~ 4&C. C t
4 .C"~fl A4~sC CC.~S~


. ..y.. .M...4.6.C..: .-. .,: .:: ....' C.
," C .' ":. .. .. .." ,, -, .. .:r'' "".. .. C::.


C C~ C'( I

4 C

C. ~ C C
ill ~' Wi- 9
irwin mq~ -v


----. --- ....
4 .4. ._.4W -EE S
. ..4...



' : ^ ./ *:^' < ^ ^ ^ i r *; W l W :


-.-.-.. -. ---.- -.-.. .. -. --. ----- .: ----- ---- ---- ----; ;;;;;;--- --- -


.r*


Ull






a.. < o "" .--


: ..'. o P W
.it t. e No. 13 T.leph. 22S2.
.UOTImEN FONDE EN 1896
PAR
NRI CHAUVET & CHERAQUIT
.re": D ar s :
.',.qCHAUVET & F. DUVIGNAUD
^4 acteur en chef:
MARCEAU DESINOR
atL ROUZIER Secrtaire general
tzitrateur :
ERNEST BONHOMME
A4pt* dans tea principal
:". Vilte d'Haitn.
.lISSAINTIHE (Cap Htaltien)
'eoais FERRIER (Port-de-Paix)
.ph.rontI DAUPHIN (Gonaives)
ln. DESCASTRO (Cayes)
ROUZIER (J$rmiak)
OLIVIER (Jacmel)
SAIEl (St. Mare)
phacl JASMIN (Petit-Goive)
'REFRESENTANT EN EUROPE:
MARCEAU DUPONT
i. 149 Rue Montmartre, Paris.
gy.g P; SKRESENTANT EN AMERIQUE
Agents de publieiU 4
S. : l'tIrau e
NEWELL AND EMMET
40 East 34 Street 40
New-York.
Abonnoment I DOLLAR par m&is.
La publicity en HaiJ se :rai:e d?

Toua I s communication? driver: ize
adresss tn tir-ecteurs du cNouvelli.l
Ste.rnest
*Ernest C, CHAUVET, Iwp,-;e-r.


*sor britannique a accepte,.,ee
ours derniers, un ,arrange
',mnent qui met au point le
conditions pratiques dans lea
quelles seront versees aux E
tats-Unis, Iors de la, reprim
des palements, ces annuities d4
compenswion.
Come 'a dtjd expliqu
Saux Communes le ministry
'des Affaires etrangpres, sh
John Simon, it est certain
Su'il n'y a la aucun faith nou
veau, eit fu'l s'agit d'une sim
'ple formality. Mais cett
question des palements a I'A
in mrique eat devenue un point
extremement sensible au con
tribuable anglais, et I'annon
ce de 'accord intervenu ave
le Tresor americain a ttt sac
lute de protestations tres vi
res par 4'hommes de la ruen
On en trouvc I'eeho dans le-
journaux a grand mirage, tan
dis qcu les organes plus pon
t,'rs:; Jefforcent, par la plu
ren dw, Icurs specializes, de
i u nr U profane, en lui ex
.qlrt.an! qu'il a malinrterpr.
I.' a(Cte sans consequence
Qunrld on se rappelle avei
'.,;tc-" YroldE'ur sportive le4
i ,!rlh. UvaiEnt encalsse --as
'i st.tu! dire le reglemen
:. .!,.:,'1n, qui leur imposait
.c..;* :.inucis anormns pen
,..nt uin demi-siecle, on aper
coit chfmin parcouru soUw
/, pre.i ion de la nicessite.
Si la Grande.Bretagne elle
ie tntw sent oujourd'hu
horse ,'ctat de renoncer aux
rfto?.s., saws vne renon
:t.,of; correspondanie des E
's.lnis Un ce qui concern
.,s rieQ, r plus forte rai
.. n'1 a-ktil aucune chance
&d d1cider (es Francois i cet
i. abdication.
D),i harI. la conference de


S I.c monde entier a .U x Lausa nep serait rouie 4 un
turns vers auwsann', car si rnil sterile. 11 est naturel-
ette conference ncbabol. mnent impossible d'escomp.
rien, la fameuse crise qui r ur,' norvele politique a-
treint rhumaniti deciendra rr.ricaine avant I'election
re, f ao L? rjside-nticlic (norembre) et
S Que fait-on 6 Lausanne? v.,i r eni en fone.
," Lo~ Lobjet~prpedrfen te ratant I'entre?, en font.
: L'bjet prore de cett lions du nouveau President
.ferene est deltaborer un ri{ marss. .U. Wickham Steed
Sglement ddtfinitifh des repa- ~ ,',orce de mnontrcr que les
rations. It y a trois mois. l' ,.ryr, qul current en Ex-
Anglais fondaient sur elf de t ir'n irient obligeront sons
grands espoirs. Puis, d'im. ,, s Et as.tnis u ne rap-
prudentes et brutales declare. i.rochtr de la Societ' des Na-
ir os de M. Bruening onl rI- i. n ce d' ritr la cour-
tvle, que, non plus par des dt st aux armements oh iUs ris-
tours, mats -fficellement el uI d' ,'e entraini. e qpi
expficitemelt, 'VA4lemagne prit anbouir h Ia guerre dans
entendalt n'admettre conmme le Paaitiqne. De leur cetD.
Sriglement traiment dfiniif n u s i u r s correspondents
qu'une repudiation total, don! les informations sont en
fDepuis 1: famituse note g'n;ral .erieuses laisent en-
Halfour de W922, la Grande- i.r- que It. muemnent en
B Jretagne a ,iris position pour iet-'er d'une (revision des
Sune annulai.on genPmrt, et a.' 4d !'! vrait marque un pro-
miable des reparations et des ri's tris net, 6 New- York et
Sdettes. Mai, par ses porle- it Washington, sous I'influen-
parole les plus autorstnR, elle ce de la crises economique. Ce
.. maintes fis precise, corn- sont I des perspectives as-
me l'&criva hier encore le sez o iantaines, don't il n'y a
Times, qu'aune repudiation pas lieu de fire r. pour
iknilatirale c'obligations for- IauRg m. element contractes n e
constitute put un rcglementb.
A, cel igard. on voulait, jus-
u q u derni r moment, espt- L (Championnal de
Srer que M. Eruning aurait la
tAcelle de pal zments reduits
iW n'edtt pas ete inaccepta- equipe" sur 8 s'etant re-
ble par la France. Celte es- p. I dernier Champion-
perance elle-meme sest ea- .nat e nouveau Conseil de I'U.
A.penp-ie. ep, S. H., a decide de l'annu-
Au raplus, le prlncipe se r servant dans les pro-
annulation tatale des chains reglements de sanc-
ttons se^rait iidmss v oinnr ces forfaits d'une ma-
pour 'opinion britanni- e element drastique
st ksl iements de la if, t .rLtque
Ser emens de a ou'ils ne se reproduiront plus.
retagne aux Ets C t plu e ir.
devaient tre reprise et plu
na&in du moraloire
@er. Sur ce point un in. -
et We product eette se-i
qui, q n lalsse aueun Le Cap aura un land de
mant ei Pittat des es-
on Angleterre. foot-bal eloture
.-ftera ssde l'aecord de
( 1931),, e. e Nous apprenons que, com-
"m' m ies pedant me des Gonaives, le Cap au-
(fa ag' / .sf 1932) Ira un land de foot ball elotu-
m edlx'anrffits "uei 1. Nous soutaitons que les
SPOPfUr da Xey juilet hautres villes de la R4publique
lta emane.du go ayant une 6quipe de fott ball
pe..i ra, eia Ie Tr4- en assent autant


- )
L
e
e
di
e .

t

p
n


at~ -


ttIL"-. _.....' .. -..._ ..-




Nu.its. dPans





Montparnasse


xxx
Certainstabricants ont fait
des tissue de cotton qu! se de-
guisent en: lainages avOc un
tel art qu'il est presque imi-
possible, m6me au toucher, de
les diff6rencier. Mais d'au-
tres, au contraire, conservent
nettement 'apparence de co--.
ton, et Fon trouve de tres a-
musantt amrnlrci o nreftii ,- tP i-


4,


. La care oft Fon reparle iau pittoresque d'op6ra-comi- sus de cruise. Enfin, ii y a les
tque, impressionne. Un ah! melanges auxquels se prite
dam r lui repond en eho, leah!d'un parfaitement le ecton. Des
. public en attente d'enavoir fils de soie se glissent dans
r -pour son argents. Je m'excu- les trames, apportant un e616,4
-. Un d4cor de MusM e Gr- se, c'est exactement qa. Et 3e ment nouveau d'une inepuiaa-
. vin vous accueille. Un esca- le dis avec d'autant plus de ble diversity. Ou encore, ce
,.' er aux murs insuffisamment .Jibert4 que leyit public, satis- sont des fils inegaux qui ap-
s salp&tres vous conduit en in faith, manifesto ensute bru- paraissent et composent des
- sous-sol close d'une tenture et yamment son approbation... etoffes d'un aspect rude, nou-
. d'ou parviennent assourdis Pendant lesnumeros, l'atmos- veau, quoique extremement
- les accents d'un jazz. Le ge- jphere passe au rouge, je veux solid.
e rant carte la la tenture, dire que les lanternes n pro-
. Dans une cave aux 4pais pi- jettent plus que la faible Nous aurons ainsi d'abord
- iers de pierre supportant la lueur en usage dans les cham- le manteau en toile unie ou
. vote en 'croisee d'ogives, des bres noires, L'on traite les ctelee assorti la la robe. Une
. tables sont alignees. A pre- tames comme des plaques sen- coupe tailleur, c'e:t-i\-dire a-
s 'miere vue, on dirait d'un re- sibles, justee, avec de larges revers
i fectoire de bNndictins, mais XX points, de grandes poc-s,
t 'impression s'efface vite i' Le roulement, ie son (1e elo- iun double boutonnage rap-
t cause des consommateurs. Le che, le rouge... et le rayon pellera celui de la robe. Une
- d6guisement n'est pas impo- 'd'un projecteur cloue soudain charpe et une ceintu ie ma-
. se et la clientele essentielle- le long d'un pillier Lucienne fine donneront la note sobre
R ment pelle guere les moines, non blanche dan. le profound ve- chapeau qui le completera
plus d'ailleurs que les clo- lours bleu qui la game. L'om- pourra etreo galement de
i chards qu'eile est eensee fi- bre et la lumibre partagent grosse toile.
gurer... Au fond de la cave, d'un trait dur son jeune visa- xxx
une tiole represent l'abside ge angoisse. Sa bouche au mi- Les petites jaquettes cour-
de Notre-Dame et les boards de nium est dans sa paleur une tes auront un succes plus
'la Seine. Avec de Iimagina- douce accolade charnue et grand encore que leg man-
tion, .n peut se croire Am- L.ans le trous smbres des or- teaux. Telle, par example,
les points. Ainsi comme il est bites les grands yeux mobi- cello-ci, on toile oere rouge,
d'usage cette annee, un pitto- les luisent d'un 6elat d'onyx garnie d'un empiecement aux
resque sans authenticity ap- moutile... Le piano prelude. 6paules et d'une large ceintu-
? porte un certain excitant. Les La voix frfle, &pre et cares- re de paille. Mais ]e ne suis
boites sont aujourd'hui fonc- sante, reveuse et tendre, s'6- pas stir, malgre scn allure
on du deor. level avec des spirales de plain tr' s parisienne. cque vous ne
11 y a en prineipe un espa- te. Lucienne Boyer chante; !i pr-f}erer pas cette autre,
ee pour danser: je dis en prin- elle chante I'amour et ses rave; horizontalement de
cipe parce que, des minuit, les tourments, ;es extases et se bloCu et de blanc. comme les
tables envahissent peu a peu chutes, son doux affollement, maillots dle matelots, avec
la piste. Est-0e complete? Non ses illusions, ses puissances et ceinture et double col marin,
t pas. i te contenu depasse le, son incessant rqnouveau. El- et que vous pourrez porter a-
concenant. L'on ne refuse per le e la passionnee opiniatre, aver une jupe t e gros jersey
Ssonne. On met les nouveaux elle est Ia faiblesse en offran- bleu fone6.
venue dars la Seine. Voil1! Si do ( eile est aussi la victim xxx
celii nuit a la vraisemblance, elue. I ya ausSi ic petit tailleur
cola ajoute a la recette. Entre Le publio- de guinguette e- de toile blanche epaisse, a
!es deux, le grant n'hesite coute, suspendu... La passion, rain rugueux, don't la ja-
S..pa une second. Osez dire sils ne la connaissent pas, on quette 5. coket revers tailleur
que ne feriez pas come lu... leur en a parle. Certain I'es- est courteturnt la jupe est tde
La cave qui, dit-on, est his- pere, d'autres s'imaginent Fa- coupe netke, avec uvne cent re
torque est en ee moment sur- voir epruuvee, tous en tout a ia taille et dou> pattes ot-
tout tapageuse. Autour des cs s'en jugent eapables. El tonnees. I our acOm pagno r ..
tables, les gens entasses au 'voici qu'en 1932, en Fannee des costume, Vous pourrez avoil
centimetre carre on dit en faillites et des catastrophe, i une blouse non point en e( ton
argot scientifique au micro- le miracle soudain se r6alise, mais en lainage imprime d'un(m
poil -- bavardent dans un puisqu'il suffit des accents quadril]e bleu et blanc rapI-
bruit d'ecole communal J'a- d'une voix blessee pour que plant certain tissus pa yvsan.
pereois des families entieres: tous, vieux et jeunes, ceux qui 'xxx
monsieur, madame et mnesde- sont las, ceux qui sont pre- Quant aux robes, nous au-
Smoiselles; des quinquagenai- somptueux, ceux qui sont in-; rjonf mauvaise grace d'en A -
.res avec leurs spouses; des different, ceux que la vie a iume&or tous Ies avantages et
i jeunes gens avecleurs amies; durcis et ceux qu'elle a bles- toutes les quaiites. Depuis
voire des vendeurs au rayon se, tous oublient les d6boires, longtemps nous en portions,
des cravats et des daetylos. le doit et I'avoir, les affaires, l ete, en vacances ou au board
: Les amoureux ont 'choisi les 1'argent et jusqu'& Vdpuisan- de la mer, et sooent mcme
Stables le long des murs ouf te m6diocrite quotidienne a Paris. Robes do fin tni1^


Ion so trouve momns en vue. pour croire de bonne foi a P]A- de fin bleu, rose ou bli(nc de
C'est le public du tbal de mour! grcsse toilet a grain irreu-
'Sceau>, revu et corrige a la (A suivre). Hier; robes de erepe ou de voi-
mode d'aujourd'hui, un public le de cotton, si fraiches or-
mieux que de guinguette, lea -PF-'' tre! Une charpe vive les 6-
public des hostelleriesala mo gaie, mais elle doit 4tre
de, le dimanebe. Des boites de assorted au b re t, a a
IMontparnasse, eChez les Clo-: ceinture ou au petit bo-
ecnards) est la plus courue,ro Leur grce enfin leur
Sees la plus bourgeoise aus- simplicity sont d'une jeunes-
ment ceci.
Je ne dis pas qu'on cherche- ...... --
rait en vain des notori6ts. Un
soir, j'ai vu Grasset, une au- i HE ROYAL MAIL STEA M
tre fois Per Krohg et Digni- PAN
mont, une autre fois Paul Co- PACKET COMPANY
lin; j'ai vu aussi des gens de Pour nos robes d'lte
theatre. Mais les notori6tes
sont perdues dans la foule; $ Los sus de toile et de co. Le S. S. GABOON venant
elles ne competent pas et d'ail. ton coniaissent, cette annee, de Londres via Kingston et
leurs on les ignore, De vrai, une vogue -oubliee depuis au les Ports du Sud sera A Port-
'on vient au spectacle, ear il moins deux ou trois lustres, au-Prinee le 24 courant pre-
y a un programme t doe choix. depuis que la soie est deve- mant fret. et Passagers pour
D'ou I atmosphere et le ton. nue si d6mocratique! L'6te I'Europe.
Qui. done pretendait qiue les dernier, quelques collections
cafes chantants ne sont plus? de couture nous avaient mon- The Royal MUnl Steam
Voila le eafe chaitant d'au- tre deux ou trois modules : Packet Company
jourd'hui. tiuide essai que toutes les e-
Un roulement de. tambour legantes cependant ont ap- ., J. BIJIO
.et une clothe annoncent les prouve. II est vrai que nen
numerous. La clothe, ajoutant n'est moins d6pourvu de pr& Agent G'ndral


tention, que ien n'est plus
pratique, pls frais et plus
jeune que ees charmants tis-
sus.


SEDITORIA X


LA CONFERE..C ('E

A LA l.SAX













ted Pres V
:- ..... ....U .2^ d .J ..... """JL "-.-,:


( EXOiL U9 VIT D U NO U VRLL iTBS )


LE PORT DE NEW-YORK
ET'lE NOUVEAU TARIF
AMERICAIN
NEW-YORK, E Juin.- Le
port a offert un spectacle i.
nusit6 depuis la guerre. Un
noinbre considerable de ba-
teaux don't prkeipite leur arri
vee, afin d'economiser des mil-
liers de dollars avec ce nouw
veau .tarif qui entre- en vi-
gueur aujourd'hui, i 5 heures
et demie. Les bateaux citer-
nes seulement etaient au nom-
bre die 25


A


me est.
New-
ii est
1bar-
gare

QUE
MEI
)UC-
P.


LE SENATEUR BORAUH
NE SOUTIENDRA PAS
HOOVER

WASHINGTON, 27 Juin.--..
Le Senateur Borah qui fut nt
des pilliers de Hoover a an-
nonce qu'ill ti soutiendrait
plus )a candidature de cc derc
nier l]a reelection, vu la pla-
te forme qu choisi.eo 1 l'ai-
ti Republican, en ce qui coin-
cerne Ia Prohibition.
LA CONVENTION DEMO-
CRATIQ(E DE (CHICA(.GO
CHICA(O. 22 Juin. f,
group Smith Rau"(h, 'on;9
m;e meL en. br;.anie pour .con-
bat re lt a can idaLtr.F I d t
iF a n k Ii n ftooevelt Ie
President du Comnit( (-st ;t.-
tendu lei remain, ainsi qiue
All Smith.


L ACHAMBRE AMERIC('A!.
NE REFUSE LA PROPOSE
TION DE REDUCTION DE
|SALAIRE
WASHINGTON, 22 Juin.-
La Chambre a repovss,. e :
project de r duction do sair,
des employes din Gouverne-
ment Fedtral. Cette rduc.e-
tion faisait economiser plus
dCe 130 millions de dollarss.


LE NOM DE Me ADOO RE.

VIENT SUR LE TAPIS
LOS ANGELES.- 22 Juin..
Le nora de McAdco, le beau-
his de Wil'on qui fut Minis-
tre durant toute la Prvsiden-
ce dle cc dernier, a k6t eitM,
pour etre ]le Candidat des D&-
mocrates.
xxx
I,E CONGRESS EUCHA.KIS-


TIQUE A DUBLIN
DUBLIN, 22 Juni. .Le
CongI.sI Eucharistique a of-
i (,I( Ilemeent ouvert m tra-
\-'i., '2.A00 perionne, ont pu
t .otver dets pla'c.,e (lan1 I la (;a-
K hilralc rI phi-s dti e >.(
4 LrOfl1nHn,-; -:nt retOH delbout
ih'.rs ldtn.s 12 rue pour voir
diefii1! l. process, i ,n.
xxx
ES I ROPOSPITIONS
HOOVER
GEN EVt E, 2 Juin.--- .L'An-
J,!eterre a cfficiellement d&-
iar6 qu'e le approuvait loe
,,,randes lines des proposi-
tion, faites i la Conf6rence
:uY )es dettes de guerre par
SP'e6sident Hoover. Par con-
tre, la 1'-F"c,. ternoigne Li leur
.u 't t'ne io.til i.h non dlegul-
i'*e


un film su'1-,-, ur,- c med;ie i '- :K'
Le Cond iewr ho. 1492
s.trJEUh0 ut F i. /
J.;UvDI


r d ,"


Dan& toute&s 1: families, ouh 'on esdmre A son prix la
vantrc vous trruvercz aujourd'hui Ie Savon Carbolic
Moiai,..IA. Cos famiile, savent bien, en effect, que 1
Savon Mii:tl, faith plus que nenoyer-il purifie t
1,, Sa nmo;,. ahondante pcnctre partout et apporte
:.12n, .t-. r ecin wune proprete absolute .

... ^ :. ; > t -c

S : j

4 ..t4 SA t .


REPPESENt'ATION DE GALA PAR LA TROUPE MUNIER
ler OC m di&e. Danme, RUMBA par les chiers savants.
2Ame Prestidigitation par Sr MUNWIR. R -
8eme DEBUT de Miss OLAF dans des Danas elassi.ques R .-
sep. e... te ....
Entree 2 et 3 gourdes '...







no Ao treaVent mo l Pawque Fytqu rfu ":..
)NO. A. O;hl -oeldvJ1110 f NORT.
I TA IF I ;z..i i.............
t_ L XI ENU,- :W. ^<.,^O. .^W.|S
...n4,,cea4.c-..


'est laseule faqon pour nous




.... .
: ~ IAWIYI


'... ,gu ;
person
edre e
de ces
^.::sauver

person
er.
pa:
.e9 gens,
[abitati
r alFai
alloni
e eonven
ens d'aboi
en baE
ae le mys
Schiens d
consicutif
,;I mort de
mange par
Iquel avai
o4 a cette


yez (le dposant inim-
e grande table qui or"
uellement la pi&e de la I
n ot nous nous trou-
atre fortes chaines sor-
des parois de la maison
uttissent vers le milieu du
!re-fort etendu porte en
AT et former. Ces chaines
at reliees par un gros ca-1
|as.- 11 m'a semble vfir!
chose que je me suis pas
p de definir dans Pan-
que j'4tais de regagner
uteur.- J'ai cependant
'quelques pas dans cette
n souterraine.-P J'ai '
par example, le tour du
fort en attendant le re-,
de la corde salvatrice,4
eat durant cette petite
.aenade craintive que j'ai
magnifique escalier en.
d'eehel avec place li-
9dans chaque march pour
p pieds et des crampons
m es mains. J'ai done
gW la corde et me suis
remonter le puits par.
escalier. Mais, 6 sur-I
.I Arrive aux deux tiers
partie tknebreuse, I'es-
rit fin. II me vint a-
a divine inspiration de
ndre par le meme esca-
"la corde redescendue,
rai, ayant th trop loin
pour l'attraper vu la
Sdu puts.
suis passe ma corde
et je l'a iyrmu4 for.
#pivant la eonaice, et
Stira,- e Le d6mon de
'..ue" poursulvit.- Un
,plus grand que la
1004on suit de *&TeswC
.:


to l ..
11 a 6tM vaqueI a t, t ci O
dessus, de huit heu, :s ;
mie du matin h onrf. Pl n. u
e6t interrog6. et lect' ue d.l
present intenoat .'e .e 5^e
donnee au comparan:. leuvel,
requis de silver, e .c ,forinm-
ment au vceu d, la iL I'-
clare no le savor fatre.-
Dont acte : CIos et pass4 en
.Minute et en la demeure du
comparant, h Chamn Fleu'ri
ce .jcurd'hui Six S ptembre
Mil Neuf Cent Trence, an
127Tme de 'Indepenianee, a
onze heures du mat in.-- En
margedle laquelle minute est
crit : Enregistr6 i' PAnse-a-
Veau le Vingt-Sept' Septem-
bre Mil Neuf Cent Trente, an
127eme de l'Ind6pendmnce, fo-
lio 300, Recto-Case au No.
'246 du registre civil H percu
deux gourdes double droits
fixe.- Un renvoi en marge
paraphe bon.- L'employe au
Service de I'Ensei.'nement,
Signed : G. Fouche.- ?eme Ex-
pedition d6livree. Colla-
tionn6,
Sign6 :
Constant A. Malebranche,
Not.
Sceau de M. Constant A.
Malebranche, Nolaire
a 'Anse-a&Veau.
Pour copie conforme 1'Po-
riginal,
Dr. Jeannot.
President du Syndicat.
(A siv)OLA


COCA-COLA


---E4flv-.--'7 ......4.......


ite.. dap le,. t e rn'attendaiv prloue l.
,,6tre man- m-agolle mi -'(111 pu -
des, d" L AU" Sci66 par lee piejciws du: re-
i board, un double de la corde se
paesirent, .et eassa,.et je demeurai suspen-
S*faisalent du plus e deux minutes en-
SdaO le pr6a tre le ciel et I'ablma.--- Dieu
siai&me sour [ encore une fois vtent A mon
itaent attriW- secours.- Dans la crainte du
core les cris chatiment qui l'attendait!
tef. pour avoir tolire nous autres
chiens, ma serviteurs de son pere dans
iu resister ai cette entreprise pdrilleuse, le
leur vie. Je filss de M. Augustavd, se cou-
wlution d'ex- cha & plat venture sur la mar-
ne pour aller gelle, et se faisant tenir par
les pieds se glissa vers moi
r les sept au- jusqu'A pouvoir saisir la cor-
mes eamara- de au-dessous du double rom-
on, je me suis pu. C'est grace a* cette ma-
ide de quator- .ncuvre que je n'ai p:s dispa-
g6es bout a ,ru pour toujours,-- Rermis
tion de hisser dehors, je suis rested plus d'u-
rd et moi en- ne heure sans connaissance.
Ranime par Ies sins tie
s, j'ai d6cou- mes camarades, j'ai bhni e1i
Otre de cette Ciel de m'avoir redonn6f !a vie,
;urant quinfe z et j'ai jure en esprit de peni-
's consistait .tence de ne jamais ri4v16le
Pun d'entre secret du puits de Jehrth. Et,
Pautre affa- qui sait, Mon cher Notaire, si
t sans doute Ije sortirais de( ce its si j'v
chute mortel- Iavais ete conduit p.v' I'ambi)-
Ition ou la curiosity: ,t j'ai la
Qu'avez-vous conviction que ma vie sauve"
? 8si miraculeusement en deux
a5st justement fois durant cette excursion se-
vous dire.- rait encore compromise si par
me descen- indiscretion, par mon fait,
6 qu'il faisait je dirai. des ambitice-x arri-
plus, et ha un vaient a enlever ce tniscr (qui.
'etait I'obscu- certainement. est sots la gar-
ais arrive au de de certain esprits mal-,
clair come I faisants. peut-etre.-
ce point queo CT moins qui ta paye poll
r tout ce qul eass-l N.Votaire, parce qiu
.t une verita- .a q ui dit: min couteurre, ce
le fond du i out touye IL--
maison ci- JTo consent done aujour-
propre. Son d'hui "a parler car j':i la con--
de quatre eviction jue sans la vlonte de
oence de la Dieu. ce Blanc ne pourr-ait pas
s. I rester jusqu'en FrI tce poW."
s, j'ai pris e6crire en Haiti une OZr on .1:
iene cofre- sul je sai apres Di-u.--..
s environ la Que la volonte dc Dfen st i
table que faite dtnne, Notaire. e e'e.t


GLACIkFR ES
Nous avons toujours en r ain
les derniers modbles de gla-iid
r(s en acier h partir de Or
25 00 et au dessus, v-ndable3
avec facilitf5 de paiements.
" es glaci&res les plus 'urs
et 'es plus economique. '
SORBETIERES
Nous avons en vente les der
niers modles de sorbetibres
drJ fous les dimensions b ar
tir de Or 3.1, et e-u ldesus.
ENTIRLPOT RGOIFII -...
Ncs .nambres frci.es ..t ,t5
r&cemnr nt mise a p{i)t et
pet vent rece voir t 'imW.ortte
quele quanutd de via. ie de
po so IL, o leaCUlmes, ie
fruits, etc.
Le Puhilic pt rordialement.r
i.viich b vi .ier notre ,sie at
SinspecteLr L.os mnodieles de i
cieres ,t dle notre s,'ie de ven'e
ConsoU mer de liaglace c'est
fau'y de P'Lcofomie.
*~LL


Avis


a 6


N" Ni


Commerce


CONFERENCE .-
aLe genie naitoinal et. -e6
deviations expiiqi6 daprs
les points cardinauxL.
Mme Theodora. Holly pre-
sentersa le d6veloppement de
cet int6ressant :suet, diman-
che prochain, 26 du conrant,
a la Socie4t d'Histoire et de
Geographie.
La conference sera donnee
,au local de l'amicale du Lycee
P6tion, ia 10 heures (hi maiin.
Entree libre.
.... .... ... .. -- .....

Usine a glace de

Port-au-Prince

Fanrrcation de gace de mei
eure q'yu lttI .
Livraison rapide effectuoee
quotidiennement. nar no, ca
mionu points en blane dans tou
aes !es directions de Port au
Prince et de Petion Ville.


Craignaeef ns vfrosatMn taeiat


NE prctcz pr, l'orcilie A ceux qui font miroil
ter devant vos yca lt.'; pcrspective?; de voti
enrichir rnpidexncnt et vculent htcr urine dci-
sionfl quc votu.; n;,,';'r.rc ,--un ,-tlacement sir
n'a jamais bcs:in <"'.tr: h}t.
En att:etlrnt. 1.: D(:parternrrnt lI'Epargnede
notre Banque <-I: i.'. ,,r'it .uO tJ profitable
pour y d6tposcr voti-. A.nrgcut,


La Banque ioyale
du Canada


. ...- ................ .


Ll


VAPEU RS" Q .
ORANJE NASS.AU
MEDEA
AMOIT
STTYVESANT


UDLLINI L


D6i art de New-York
DATEi


A.f~ 81 'VIe VA P


10 Juin
17 Juin
24 Jnin
ler Juillet


4Itr-AU-PRIN CE
15 Juin
23 Juin
30 Juin
6 Juillet


D6part de New-York pour tous les Ports haitiens


LUNA
ASTREA


10 Juin
ler Juillet


Depart pour New-Yorl:


STUYESANT
COTICA
VAN RENSSELAER
ORANGE "NASSALU


22 'Juin
13 Juillet
3 Aouft
24 Aout


partt de I'Europe


DE HAMRBOURG
ORION 21 Mai
TRITEN 4 Juin
UIN VAPEUR 18 Juin


D'AMSTERDAM.
27 Mai
10 Juin
24 JSin


ARRIVE A PORT AU PRINCE
20 Juin
5 Juillet
18 Juillet


D0part pour I'Europe


Tous lee qu'n'e jonrs un vapeuc pour F'Europe.
S. S. TRAJANUS chatgeant pour I Europe vers le 13
Teleprhonez au


Juin
No ;3455


C. F.MAENT
AGET


~flfl-~#4


w 4v.-

"!K
j c .jj ,.':I
." a"' 1
t, A


r, -,-- V ~ ,, _- -.1 1


i-; V"- t-v.* nwwr w ne7y' 1


4 i:


I4ICAL'


r



I :


La Panama Railroad Steamship line a l'avantage d'annonre
lee departs suivants de New-York pour Port-au prince, Haiti
directement shaque Mardi. Tous. les steamers sont puurvda de
frigorifique :
DEPArIT DE NV-YORKALI'JtVAGES A PORT.AU4-PRINCtC
S.S. (4ayvqoii le 17 Mai 10,.1 le 23 Mat 1932
Clistoblal le 24 Mai le229 Mai
S,S, 1I--naventura le ler Juin le 7 Jolin
S.S. Ai;cvn le 7 Juin le 12 Juin
S S Cuayaquil le 14 Juin le 20 Juin
S S. Cristbal le 21 Juin la 26 Jai :
Bueuaven.ura le 28 Juin )e I Juillet
S.S. Atrin lei( ,nbillet l 11 Jilet
S S. t :bay!quil le Juillet


a le puits
C'e
je vais
e qu'on
ai constati
e plus en
t done, c'
complete, m4
il faisait
moment, a
pU distingue
'tourait. C'es
aison que
"de Berth;
large et
eie est plus
a circonf&r
lie du puit
v4e en bal
\sur un imn
de deux foi
-t de cette


.. .. ... .... .. .... . .---


"Nei=


-T44,









.. ........:*:::'::::g'::-::.:*:::: .g :/ :.::::::.:: .. ... ::.:.'^.::::... .......:^:. ...:...:....: ::
-.......... . ..... .... . ....:- .: ..'-::.:. :.. '... ..... .-x m ... .. ...... ... ,.. .: ".' . --"-:. ..'. .*. .*.-. ....'...... ..
.. : .. .. ... .. .. ..:. .. .. .. : .: .. .. .. ... :.. .. .
:. :* .. :- ..o..... m ...... :'. -... ... .. ........ ..... ............ I ... ...... .-. ..............
............... ...... .......-... .:. I .... ...... ... .. .. .. -.......:.:. -
...... ,e ......... ...:....... --.--. ---.-- .. ... .. .... ...... I. :,.. ...... ... .;.* . .. .
-..---.D- --m .--.--. -- -' .- : ........ -- -- ,:', ". .: .. : : : :, .: . : :':' .' : :. .'.v.'. :'.'.'... ':.' .'. '

0e4 W& rurtavwoir A...


On 4jut ... e.. Fto..i p


S'0t ...o .ha.t .. ..re. .






$E3.me ANNIVERSAIR .. ... i at a
D.. P A Y S S. p ro p o s e d 'ai: ..... : . .. r .... .........
...: ..-. .............. : ... .. ... .. :.. .. : : : : : : . .. . ..... .. ..... ..... : . .














Notre confrpre t ... '- ... ... : .







Sj ... ... ...f :. : : -














S &Le Nouveliste. pr4sente au .. .. .
.. .. P... .s con frat .ern. .. .. ........... ...






















* vceuxde suelset tie lcngex Iarons de commerce, chefs d'indu tie, parez ix iusufhisanccs des vents1 par I'eba d'un
-.j...k_. .. .. .........- .. ............ .. k. .. .. ..r
.' oe. ^_ .... ... ... . ...a .... . .
















U PAYS." se ... +_os T ....... d d.. .
........ % e~c< E -P Y S~ .. .... ... .. ...


a oas Mere O sen u.-
e.... ...-. .... -... .:. ... .
~ ~~~~. ... .. ... .. .. .".': .! -" 7... ....


-.. .. : ..


A L'ATTENTION D!U .
- -.SERVICE DHYGIENE I M ecs, :n gn ieur, vaONNE7 aF iMna
ti .FXF. P
Noas attirons 'attention d...
Service .d'Hygiene sur F'exi .... .. ..
tence, A 'Avenue John Brown, e i itale
Sun peu plus hanut que :Ia mai- Reptiers taptoaites, come
:son de Matt6is, dune flaque VoNus trus qgi habitez aiti, a n-i
d'eau glissante qui constitue


une veritable danger pour :$
Spi6tons, particu li&rement les
..... ves: de te Rose de Lima.
Ce trottoir devient imprati-
: able tant les accidents y sont
. r.quents.:
Qa '.- P on fasse, ai plus vite, le
n::" neessai pour qu ntait
Spa s : a s: deplcrer d'autres
Saeeidents qui peuvent &tre


. motels.



SE


SA tE


- Sam&di 25 Juin 19a2
Soiree de Gala
Th&itrale (t Dausante
Gardens de Phare
1 acte.. avec Ralph Cataly
et Dapiel Heurtelou
Grand 1 Bal
avec 1'orel' :stre Scott
Intermn des de chant avec
Jane Verneil et Ralph
: nCat .ily.
'Entre : 2 C umrdes.


: POUR


it


ETRE


71 !
















'ill
. ..... .


.............
.... .... ..
.,..........


............:.
. . .



'.^.... ....... .-.


.... ..........
... .. .. .....
. .....: : ..-.- .




...........::....

........ .-.%;
... .......:
.. ......... .::; ;



. ... ........ .... > j
.. .... ........ .
. ........ .: :
.- ... .- ..- ..-.-.--.-... -.-
. .. ...-..- .'...
. ........ "....
. .. .... ....








. .........:^



. ... .........-. V,


LE DE VOTE SOLIDA IIT SOCIALE'::


en jouant, AUG METEOV U0E A 1R.
service en achetant e blet de a. Loterie Nationakl d'Hait


... .. ......... ........





.: .. .....?
-. ..-:. ...












t i .. ".:.


I"Aomp'ajg-


IrS


es cSienns a r ti"


6' ile


UN H.OMME
DPMAIN.
..
S........ m esserv :es ue procu
It t-s'insi .re dar de.
Sm4feode simple~, rVapides,





: "Enseignement elassue !.... '
S ^ .En tf ea. "]'i' .. ... ...-.....-1 :14 c '..... : : : : ... .
- :.. . .... .. . .. .. ..
..?hilosQphie S L4no-Dactyto, .... ..

............,....... .




eveco o
... .. .. ... ......... .... ..... ... ... .....
r. n i .... ..........




.wa....u.. . 1 1 1 1 p 1 > 1 *1.' !.1 1.. ... ...1.. .
4 ::-:: :" ... ... .. .........' ... ' ". ... "":" ..' ... ':" "" "'-" "" "' '" ... : '" "" .. ............. ..... :: .......................... '" '
.::.::: ":. .... .. "v ..... ... ...... .. ....... ....... ...:....... .. .... .. .. .. --5.. .--;..:...---..-...--.-.-.....


.. ......,.-
. ........
-:-. .....


.. -.... .
: ......: ...
. ... .. -.-. :'








... '. .............



....... ... .....::::: "
.. .... ... ., '. .-b
' .. .. .. r..
.. .....-....





...".... ".'.'.. : '..
......... ... ..: ... ,,!
4 Um
e ..:P
.-:.. 9


4 ..... [


I..


" T r .


:~.lr~aaa4a4~aau*,cggggg$&~&lgg~g~g~g~g


i


. ... .........


30)


POUR


Le notiveau plai:


r;leclnque


lottirP


tinet'dtoute'


de