<%BANNER%>

MELLON DLOC UFLAC



Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/01587
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: June 20, 1932
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:01587

Full Text
In


4 Asst t a rv d-


. . .
'4,.


*


QUOTIDIEN FOND


Ax nag;


360me ANNEE


J~t NI)! 1 (A JUN1tNo12T


iS. iiuiJIuuw~ii~~S~Ur


OGse o'ue Coson a


iu ni fin 1913 rn;n


e Aow illioDip fmls


p 2


4'.


!.~::v i,


U0111A I'li SPiaS


OltI


S ":4.


II existed une histoire assea
original qui est arrive a une1
cargaison de 800 sacs de note
ita, appartenant a la maisou
KVital de JacmeL En void le
resume :
Le steamer franyais mar'ee, avant de venir en Ha-
iti, est passe a la Martinique
euo il prit un fort chargement
de Rhum, puis, pass a Jac-
mel otu il rebut les 8.00 sacs de
cafe& de toute premiere quali-

SArrive au Havre, Ie cafe
>d'HaitI degage in arome d'al-
eool. Les acheteurs refusent
.d'en prendre livraison la
-Compagnie d'Assurance ega-
lernent refuse de payer l'ava-
-rie, et la Transatlantique
Ide son cyOe, riposte qu'elle
' :nWest pour rien dans touted
cette histoire.
R6sultat: process sur pro-
s. Les laboratoires, en Fran
ce, tont des analyses pour lvoir
le caf6 d'Haiti nest pas :
se de Rhum. On a 4tP jus-
W'a analyser le tissus des


.11 est certain que fest I'e-
oarisatiun de la eargaison
Rhum de Ia Martinique
ui a donn4 eet ar'me a notre
afi. D'ailleurs la mason Vi-
tal, on le sait tres bien ne
produit pas de Rhum, et dans
les parages de Jaemel, il n'y
Fa pas de Distilleries. Dire
qu' la fin d'un repas on prend
son eafe et le pousse-cafe qui
eMst un Rhum. Or. ce melan-
ge s'st fait prematurement...
11 n tout cas, une pareille af-
faire est de nature a jeter du
di er4dit sur notre principal
denr6e, si concurrencee depuis
|quelque temps. II nous semble
:que la Compagiie dA'asuran-
L* est celle qui doit payer cet.
te deterioration de Ia mar-
andise. Les plaidoyers au
'ibutnal en France, sont, pa-
it-il assez inte'ressants.


LA PETE DE SAMEDI


SA SEA SIDE INN


. La soire mnonmartroise or-f
maniee par Sea Side Inn avec
iconcours des artistes Cata-
a eC le success auquel de-.
|aieffns'y attendre tous,ceux
i savent ce que c'est que de
asser une soiree agreable.
|II faisait beau, il faisait
n. On dansait aux sous
n orchestra entrainant, et
ixintervalles des dances,
e Verneuil, afec une mi-
ue expressive a chanted
lamment .les refrains de
M. Cataly a suvi le
luvement, et aussi la soiree
charm ante.
at la nmoindpe des cho-
:4ue dans uie Cpitpale
.au-Prince, nous ayons
'droit ou lee Samedie
Son- puisse aller s'amuser,
.n a des amis de la Pro-
.ou de I'Etranger, e'est
r qtui faut pour leur
gu^ne politessedans Unie
hbroe dosame galt4.Et
rolt, e'et ea Se


La fam mua-- I ide, i ,, B
ie Bureau des (.oit:.,'i, ti,
applique depu is il -
JourVs av\ u{ie 1 .'1r&tiw' V "
guieur, est eni puLSt: I ni.'
career de.s diftieult",s dipn ;i
Stique A car it 11 Ia i:t. qit'1 P[
tit. G(oave, l s5 e-'t," ir:.vS'
Sdes Colnt)'uti, ns ,.:t '*
i ui:ir ddcps b- d l.,.' vc i r,,
! et a dem1an1 dei r dt.'.s '.f.,n. ...
Smen .ts dut'.dr e.-e .;'nt i. Uv l .. t
priv', tel pat if' et i )t s t.-;con-
i t.t d manage.
Au u io'nt de vu'C ;tViCt. do
application de la 1., ii pa
ratl que ie.- ('ontrihution3
sC nt dans It'uri droit. Ce&pe4?-J
l-an l 1a )oi a ete recon,.)uk-e 4.i-
1tl1:dequate, e un a is. tt. '"
je mis n ia iecude .t) p : ., V i
soumins aux Chamin.. I'
S Pui.s u'ii en est ain.- t, I V .-
rc1au des Contribuvi"- p""
rait attenldre et ajotU-"er -.
.ritueurs. 'I andis tiu. e'.5 i.
contraire nout U V...; "onS.
Les Contrbut ions Ua:'a -
sur tous les fronts I t : "-

Son} urc ConI 'sercatiL qOil da-
yant manque de pa.> c(Sfnl
gourdes de timbres 1 frapp&1
d'une amended de 10.0 d) goutr-
des.
Nous croyQns. done 'quitLa-
hie de reclamer du G( uve1rie-
ment le dep)t du project de loi
d- lahi reouverture de. Chan'-
,bres, et des Contribl: ions t!un
peu de patience.


yOTRE SEMA 7l'E

H!.LMORISTIQi*E


La rort, presque subile, duI
jelune Louis Daqtuoi, nevuet
du Directeur de o l.,a IemaiQ
Humoristi(que n .a pas pC'-
mis d'en corriger, cunmme1 1
convenait, te deornie" No. qui
vient de paraitre.
Entre aut.res, I'Enquate par
le menteur contieni un $i
Orand nombre d'eire:rs: typo-
raphiques qu'il v-audraiti
mieux le reproduire que de les
rectifier.
Aussi quand Ie typio a fait
ecrire les m6dailles (te crime,
au lieu de cuivre, L'on com-
prend sans peine, que note
n umoristique est incoWrigible.
SNos leeteurs ne perdront
rion a attendre 1'edition de sa-
medi prochain qui s:'ra ouc
large compensation.



LE GOUVERNEhiENT

N'A QU'A ESSAYER...


A propos du monopole de
la gazolinte que le Gouverne-
,'ment pourraib avoir, nous ai-
merions volt nos agents a
'l'etranger, demander, a. titre
t'sais, a" toutes les Compa-
riea iMtrotfreS des sou-
missions do prix pour. a con-
sommation total d1'i-aiti. -
'Lea responses que reCO--
vraient le Gouvernement &di-
Sfibraient plus d'up.


f')S 6' ~ .. 4



5~ .4









4) 4. si. 1 4

'.6 6
I)





)



iv Vt'..
1~


It 3 1 ~ .


V fl~e'~ i ~Vs1it(AUI;S ,rt~


d '''..fu iI I t v

'JI'9C~)Il('tos l o'



4 44.56' tjj V en IC I aiM o


(461 e~i ti'CI(:i~l U, 11'


* ''tst. "1


4.
4 i*4 4 ~~'' 44
'. '.1
(H '.jI 6 6

'1 Cs 4"
4. 4


-\ '. .-:


* 4, '. 4
' > 4 i.


1.: .-:
: i .'
I. '" ; ^ ',


'; ^ l' ; l


..;:., 1C TROiiP.I


4~'4 4 4. 44
I' ~

* r u~t ~ 44


ord 'no:
' .. ... ? .1'f 'K -i' ; .

4.. ".'
4'4%' 4.L : : ..


.1' '

.


.US f C., 1 4 1
D 0 .


1 r' '."t
., L *. 1L.. ."i "


F-;ir 1 ) match Gona v-m -
; ('ip a.t jour t niiou d'un
^;rand' pub]i ti ] Pare Vin-
1 n. aux .0piL t eY ..
SLa part i'eso sVounIineeU
' ;-,. ,5. s :tt. 's O O..
Arbitralt il. Rt a i Clie-
I net.


A' AR IETES


.... .-,J. ia rep're.) entation
.- e-\ aw'tS a 0u unt sue-
& ". Les Ycenettes
a. r les c:hions savants
; L..u it est proha-
.,, s .- 0 och ItLIn l'trepr;-
...,it" rii.niron'L beau-
.j: ,u; (I1 spectateurs.
:-'. L di:'5 (It" plr'esti(idigita-
: :, s i utvelies en Haiti,
., L:'." nl interesse Ie pU-
'en changer des
-4 4.'. :- .
S.. nmee la prto-
...:i. :.:;:..'- sera co.nipl.let -
.-. .... ;;:n\ tL- i e U] 1e I nl1-
t>,."a-or q[uotque .

*.. ......... .. .... -- -


,' AR;'TiEMLENT DU


I ,L .t, R E.


i : ... + n-' l""m unl"... u n re-
.- o ,'1 (.' sul ( i h i i a--
"o : i it tiu :" n AIt ou'i -
1r i! oIi t 4 ortt a ia. connais-
S i;.,partemienti que la
i; .... '*'nit, ou er 5ls pre-
'c:, is nmtis. de 'annee 1932, a
clporte 100.000 sac, de Cacao
'au it.- tat f-Unis.
Grce I]'Arrite de degr'e-
vewiii.t .d. (t-to denvree recem-
4 ._. .l, prits par le Gouverne-
. i n"t ai a i 1 d ( elles pers.pee-

1 '1 'Fer
I ... : ,'L ours aurat ent
..n S. i.. tu .p.r t' av. c ,li Maisonl
A.I r '-.t : ct Cc. 130, W water
Str 'C N wv-Yoirk.
Ce dc:r-nir- renaeignenment
(i4.a;n' *.'. '. .W ll ln o g't.HrC -
4 1 !L lI ^ v-I l, d DIeItpa toe-
inent.
SPurlt-u-Pr'i'o la .17 Juin 1932


pil pil iol~r Doilie ole

[e erno; el sea MillioH S


mettre 'I votre examen :
lo.-- Le .,uma fiddle de li
Piroduction moyenne do- St-
Domingue ai ntomnent de i'6-
v,:cation suite de,< .o1 ns

2o.-- Copie de I'Aete nota-"
rie authentiquant les d5cIn-
rations ytdo Fexp1lorateur Mo-
ricette Moricii. A JpropOs d te
ja IDanq C;olo.-iale de t ier'-
the, repdr6o'(. l'An Ao-t-Veau;
S.o. Copie idu Proce-Ver- .
bal du Cornmit Syndiel pros~-
pecteur relatif au constant of',
ieniel dos indieg certa-tinn do
. la dite B anquc-sos-teorral .
doe Pertho control, par M. le
Pr6it of i's :utorito4 loo.a-
leC de Ari'Ai(ulditsement det


(Voir suite .en Ge page)


.. ...


" : :. "* .. .. . : ".



1 P'AGES' 's'"

L e pm A&.
'Quotidien d'IUatli


",


1^
^
r'
^


H


No. 12775


..


A propo.s d.e notre note de
S. ;esi p14 foul voirV. et nous aR
rOnmtunt.ull 6 certaties piCeCS
c :,cQn'.antt son Cnt 1')reprise a
1 )s' v Ih fi'nmc existence a Bor
t he ( iini fortunei m ruent n '

(I MI a nt II od dl'Wt, n puitt coo..
uita


" x iv' {c, o i,t" 11)- 6et' 6natacr'I; ,ii
t do D.utJe6nt, o l:S 'Jeaniot,

{ t t'(1e. t it(si.i e a.., rtei r, nwot.
S n(i i'( t: O .,-; lEct.our. ule I (c
rant ,I,.d ; i' vit(...'i u it. it uif.'t .
s. ywf"icu it. q|tui promtl ia nlib(ra..

X ie t( qto i hc.corne la corn-:

et do L.)putes jl Dr. Jeannot.
ti ut ni(frtne quite son entre-
lp'ise 9t.ant (["n ca ract"" ,e na-
t iornal fi el d'inrci t gtn)ral,
Sson yvd icat a' coclialement
Snvit6 onuelqus. membrles du
( ',p rn j :Laislar it vouloir'
bo,,, Otr, d, cette cohortc
a ,..l'hoineur ui doit ofrrir buo .
i rcai' -i. .it, 1.1 nuiilin-ns de dol-

tot (). i i'n lit1' 1 cheque Ibe-
i'os ndu 1.)r. Jfeannot. A litre
i.i-t.-eren.t documentai-
I".- ).J,, .'- (;' :' ." r eeux qtie
I: nt !.ra.nte acttieI chagrin,
noUS piu onis q(ielues ics ie-
.:-:s ctu(. l. o u laisse,. ie Di '.
SJe.nliLt, et cuti ne manque-
rent pas d'amu'er et 'inte-
resser.

HECE A

SPrtt-au-.'rince le I1 Mai 1932
i .-tx am. tran 'Ie nldrlntes 11-
ber'es des nwmequinerivs loca-
I es.
Cher Moinsieur.
D'alp s les statist.iques lIes
phls recommandal)ies, notanm-
ment cellos dels -Savants 'SW-
reau de St. MIry det Guillauinm
Franeois Raynal sur V6t.at de
.pr'spenrte des (tolons de St-
Doninc'ue, il iresulte que le
sous-sol dHaiti receile encoHeC
tde nos jours d'imienses tre-
sor' cach&s, se ohiffrent it des
miljiards de Carutus ou de
Pesetas or.
Etant dtonnie la situation fi-
nanciere de plus en plus pr6-
Syiro que traverse Ie Pays,
nous estimons que I'impor-
1 tant p)robleme economique du
sous-sol ne saur'aiL vous iais-
ser indilfflerent.
Veuillez trouver, sous ee
)pli, les pieces suivantes, que
nous avons 'honneur de sou-


I


c


flolo 'Hlli










Smaim Que do champ d'*a on tloW
RiPe e4 aftjme. Pour qu'el-
LJPI ,g SE fLAJIn SU U tIEAle dtn&Iate pea un jour, s8
an4o nt organism par le1r in-4e
.i sV aenceaoupI ,e. met, s4
'sa. vaalite, son ser vag. Si
on sa br l sembale affirmer.I
SFrancis Salnadeo, dans bole de les revendle ton qui. ndevienneunS e
article s itati : naAu Care proteste avt dnere: .o attre come danseun
-. ge, on Pa-cable de conseils
Sase ne v e s Pent-on apprendre, sans dissol ants, on le brise, on Pa-.
A se n(ni: eip, t o hai tir m e qu e da .e ti
litiqueeti onoinique: coes revendicateurs extrdmn pr.hguesa de jeunes ont dissparu
I tes ainericains, a Ia manure 80118lea coups de b liners de __



tion 6conomique rnmthodique- tion social! Ne le laissons morte, on nourante.
,ent et scientifiquement me- -as climinuer et avilir,..d N e 't Da i en qu' ei au
ene, qui vienne sans hearts peretonpa rne des- arntdD am. hA l
ans extravagances, sans a- cende do son peestal c, le Dr. J Dorsawinvil
crinloIies, auteur dun tapis S
vert, m etitore a nue la ale t e Moatn a plaint de c are earr ment, dns 'Ar-
conominque haitienne fixer les qu tientente entire le igis-, on ANational, tout en em-
responsabilites amriecauies, lai et Iexea if propose de O ne mate ue
et rappelet l'occupant a ses la rhvisipon conalsittuonnelle sntdae, e l a
hauts devoirs contractuels, a se frase en vae o suivait Une nouvelle fois opinion d
ses obligations morales de Vexpression a la mode: publiqueus'egare au sujet d Eo
grande nation-envers un pet- pbiq e ad su D uesg Ltre
pe faible et appauvri par sa On se rend dja compete, m i
tutelle force. La gestion aque e qui se rigle, c'est bien Daiens it et quun essai Pourpermettre a tous
d'affaires qu'ils s snt o- ne affaire gouvernementa e soutn que sone et an
troye a mal tourney. Presen- plutOt que national. Le e-, p'. ne Sms eunl dou
tons la note des cases. II suf- cret qu'on maintient autour 'ex p1 eny S n's a S donnu
firait, je crois, de deux ex- des negotiations montare a ntes. l ien ne meaL Z' 44e
ra.ts ..i. .s co. sr-. de q,,, ,,,,o,,es u t re sltat meer-n ie eSRoran



pets haitiens, d egue s sez 1'p mention ao ces m veilleux mais o les problsmes on
cialement aupres du Departe- .sieurs de n'entendre et de ne eu, s eardent sleur ter-o
meant d'Etat afin de situer le consider aucune observa- anle posea -e
cas eonomique haitien pour ton, auune critique. Quand Q uon maintienne ou quon
que, dans tun profound respect ius auront mis pont leaur dtruise Damiens, la fuau te
du nationalism haitien, le e uvre commune, ils la presen- de ats fD cen a pas mfdinst
President Hoover convienne teront au pays qui devra s'in- de fpais ne foresaps danmos
des torts commis et les rpa- .cliner deviant le fat accom- ix s i ro' as
d1 dix ans A poursuivre ou ai i ta-
re Cla ne dEtruirait en ion pli. Ainsi la politique natio-. poe.e, I ter-
les positions dja plrises par na lea Constitution a fairei, ouve 'epine. Ini ,t
note dipomaitie sur le plan e regime politique du pays, psfdbae nirri 6cono....e ,
politique. II les renforcerapit qe serait affaire a nd quelques r" afire qu
plutot. EL, cedi est i faire a- Haitens provensorement in- e e l tit n euise n ..
vant que la rise n'atteigne vestis des pouvoirs de direc- n eile intit u naio
un dogri d'acuit i tel que 'ir- tion centre une pareille con-,
reparable sera dj un fait ception. centre de pareils pro-
accompli. Notre situation e]tes, on ne peut qu oppose i PRDUITS BASILE
et aussi grave que delicate, la plus catdgorique protest.-
Nous ne pouvons computer sur tion. Universellement apprici LA MANUFACTUR
notre ambassadeur ai Was- La Repubique &cest la eo- Diplome et eidaille d'Argent
hington, pour inener a hien publique. 11 ne laut pa E ixpotrion Inernationle
une oune pareitientreprls qnu'n ait e sentiment que lesi de Paris
respnabi reimsaro leourHaitieenPare








Selon toutes lesa probabilitesd, hommes du jour compromnet- Serum Eale A t p'aisiod'ut rnc
M. Bellegarde ne peut &tre u tent ss minterits permanent Vigosthenol na dd-.1 0ev b


personna grata auprbt (Iu D&- e italaux. Potentol Rue en lace de son ar1 e
partement d'Etat vu I attitu- xxx Energo clients uv
de nergique et m&ne violent Darts e Tempm, Frank, Citosthenol, Ampoules, Eli- Bon march. mWme
qu'il a praise centre le gouver- r n x granule
nem e le pa i- pris aroir soutena que la xir gTanl
nement et le people ameri- eunesse est su rieure a la Les plus puis.ants reconsti- MARTINEZ.
cain, en des circonstances oc- vieillesse dans la direction tuants jusqu'ici lances dans
lennelles qu'au fond on ne i des affairs publiques ce' la therapeutique moderne.
doit certainem'tntpas lui qui r a motit aune protestation Quinarrhenine: eontrc le Pa-
donner. Ii serait sage que no-ie 31. Candelon Rigaudv en ludisme. .
tre gouvet nement pa.st a ar ie & cette triste Conel- Arsiod'agvne: specificity, 4e fai t
de~ssus la tetde. A. AL lea- son e coner Pian Rhutratisme, H6redo-
do ot, sans alterer son action Svphills;
ni la desavouer, pour eviter Depuratif Basile 1 et 2: Ma-
au contraide la vot L p6rioritde laJeunes- ladies du sang, serofulose,
insuce's certain, conflatth un Rhunati ies
;'uP e,. ctoralBsi-eest laquintes,
edrelesoment et de rajuste- .(1 nEt me, Bonchites .
ment que notr aie nba1 adeur(I Has e sl Pulmocurol ?Maladies de? roS vari ts i
ne saurait ass;umier setul et (i- La jeunesse ha n- Vle resirator'* es, maladies ,dI
etement s-'-a .us ear- .ne a los prjugs que lui I- de poumons, Enrouement,` territoire r1unisssan
cement d Etat puqulfau- uent ses pres... Ele a la grippe
dra pour obtenir satisfaction, ie des ains. E e croit- Basostyl: product nouveau, Cet Ce
ten aller directement plaider pace qu'elle a esprit faus- eonstitue le plus puissant for-
so rajusque deraasEM.' u &, P
noetre se jusque evaeM, s que penser diffremment ifiant ans: Anemies, mala- RJ iez
-qu tin exagenaire eat une ir--dies corionwtives.
'11 pouvaht, aurait mauvaise .r&Avrence grave, mme mal.. Les granc Vins Basile:
Grace a fire, n'etant pas en ,fique. Elletravaille constam- Quianum, Vin de Viande de
posture de relations person- (ment A refouler ss lans cheal d'Eeolle, Vin todotan-
nellea assez cordiales vis-a' dtendre quotidiennement sea unique ars6 tb- hosphat4.
rvis de ce haut personnage. %essorts, de peur qu'une race- Ls oduiasilene elas-
xxx 'tion involontaire ne se pro. sent pasrenouveler, un Reul
duise. Elle se plaint, mais n' flan saIffit I
M. Luc Dorsinville, corn- -git pas.Elleestvielleavingt Prix d^moeratiquep .!
mentant une de nos inform. ans. Sa lIchet6 est excusable, A ,
lieno (qpris lauelle le corn- car elle vit dans un etat de de- O r A
napfiees n&gres des Etats- tresse morale et d'abjection TOU, RHUM
UntW apraient choate Tous- '.materielle. Etie n'a pas d'ho-8 INFLUENZA
sqipt a-Werture comme sym- rizon; elle n'a pas d'me. El- v OR^A.
1.. t.*. I








t 4_4.:", ""





. .Z'77.i :,


i .. -,at : s-6 h ":". .22'
ImN ProNDS N r IW
PAR
CHAUVZT & CHERAQUI
.^': lflre,-,,
YUVEBT F. DUVIGNAUI
r en Chetf
MARCEAU DESINO
,ROUZIER Secretaire g6nern
ERNEST BONHO.1MM
v a dus lee princilpama

SSAINTHIE (Cap ittien
FERRIER (Port-de-Paix
DAUPHIN (Gonaivc
DSCASTRO 4Caye
ouItER (.armi
{v$a2il .Jiacmr
*SAlll (t. Mftnr
I JASMIN (etri. Goave
RESfNTANT EN 1UROPE;
MAKCEAU DUPONT
::449 Rue Montmartre, Iarit.
RESENTANT EN AMKRtqVul
Agents de publicity &e
*. w I ra ung r
t 4EWEIL AND EMMET
40 f Et 34 Street 40

WaItnc'mont I DOLLAtl par P fl,.i
U18 pubicit e*4 HaRi st ttitc it.
:.. j^ & g gr .
wte Ire commnunicatifnl. Eiver'nt .tr
aus Direetur da cenouvel

Get C. CHAUVET. imniprie.


4 '-

I EDITORIAUX


fX JEUX OLYMPIQLES


0os AIthltes Cator e
viennent d'etre
reconforlani temoi
sympathie. Leurs
x admirateurs est
fisan/s leW fends
de leur attribuer
participation aux
piques de Los An
cidi d'organiser d
sporties, thidtral
deontilesproduils
I valteur dte 160
rs accordie.- Parmi
Mtres athletes qui t n
urir t la Xeme Olym
mB vaillants compatrio
cent d eux-memes de
Sen bonne place.
Appartena::l & la tou
SRpublique d'Haiti
r et Thiard ont dejd
que cela n'a exeree
influence sur leur r
1ive, et, dest ainsi
,le premier arrache l
udissements l'Unit
dans onsaul en lon
r t inegcU et le ce
apt l'unc des place
Senriablcs dons les
de 100 mitres.
preuaratifs qui si
q guew la Xb. Olympia
,at un caractere esse
Itt grandiose, fant
nee de 1. Herbert
President des Etats
*merique qui procla
rture colennelle
que par ta grande v
E9quipem des 48 na
y prendront part, tes
ilf, disow -nous, ne
ent pas que Cato
rd, nos deux As, sw
et en parents pquv
Angeles. 11 faid qu
atoil e'affaumerm,
arx Olympiques
Compatriote. pail
lefrl, agiter I* dra
n, le mantrer avc
Sefprouver encore
2qut Haiti vot Uvi
e la FataldlL.


V INDIES GARA
u la direct de


i4NOD 88RAL

';-


t Th.
robjet
gnage
no min
imant
quoon
pour
Jeuv
,geles,
tes fe-
es et
Siront
RI dol.

i con.
piade
tes sa
t igu-

le pe-
1, Ca.
mon-
auut-
aleur
qu'ils
es ap.
r en-
gueur
,cond,
s les
cour-

font
de re-
intiel-
mr la
Iloo-
-Unis
mera
des
aleur
lions
t r.-


. .- .' .....---.. .j --.....
NOUVuLITusn
!: .:::-r 7- *


r
)


POUR VOUS


NIcrdtnwO


- - - - -=-- -
Letuffes-d- io
-,= ~ ~~ ~~ .. .. .... ... ... .. .. .... ..... :r~- ..., .r ..


UR ILUDUIIIIII JEAN CHYSOSTOME gnement national, le docteur
l WW JUSTIN DORSAINVIL a. declin& six ois I'honneur
SJUSTIN DORSAINVIL doccuper le poste de minis-
K N n Portn-au-Pnlince lej44de. !tre de construction publique.
POU.R LE SOLEIL grands se piquent d'ou-'riv eembre 1880. Frere cadet (Ie Le docteur a prononc6 de
Le fomme dt pnille sont une allee da1n. une forrit, de Phistorien J. B. Dorsainvil nombeuses conrences. a
)ecloses! La mode se montre soutonir des. terres par de fit ses etudes primaires public cib nombteuses etudes,
pcur elles d['un e6lectisme ra- longues murailles, de dorer chez les freres ses etudes de nombeux articles dan le
Sre: clle se travestit en toquesi des plafonds,.de faire vnir secondaires au Lyce-Ption. revues et journaux du pays.
, 1 caQipelines, en bretons, en dix pouces d'eau, de meubler' I fit sa medeeie sous a di omme muvres dja puhbhe
I turbans. en canotiers, et sur- une orangerie; mais de ren. reaction partieulre d ddoe- lo Militalrisme et hygneso
Stout en b6rets. Ceux-ci ont d- : dre un e Scidf61r.t totes nos pref ren- bier uine ime de joie, de pv&. de ses etudes medicales lui a- fort pour l avehaitir, o. L
ces: it faut reconnaitre qu'ils venir d'extrmes besoins ou dressa des compliments par pobl mesens
s accordent. admirablement id' remVdier, leur curiosity& la voie de la press. p iob'ir e Had enseigneena-
61bil avee les tailleurs de cet. noe s'tend point jusiue.la. Au course mme de S ettu- ep Hai, o. Orga-
te saion. ; S1 vous voulez &tre hien ap- des medicales devit repeti- m sons no parts politiques,
Los pailfes lei plus en vo- puye ou obtenir une rtie teur a eole de m&ecin lectures hist rique o en cola
vue ;x tent les noms de pi- nation important, flatte! F'or i a la polydinique-Pean. lcsorique o en
cot, de bankol, de baPittk, et gueil de celui a qui vous vou t Le docteur Dorsainvil fut bcration vec l rtieie de
surtout de cellophane et de adressez. tour tour professeur dans hti
cellomate. Composees a 1'ai- Gardez-vous de paraitre em les trois ordres d'enseigne- manuel dhistoire d'Haitl
de do soie artificielle, ces deux press, alerte, et cdesprit a- ment du pays. Leseuvres du Docter Do -
< i-l p.s ,natires, don't I'u- ventureux. Lea p u i s s a n t s II enseigna durant des an- j sainvil ont et& parfois remar-
S&'; ~us!si bhrillante que n'aimiet pas les gens qui is- nies a l'ecole Lancastrienne, (queea et cites par la pro .e
t.t vtut .,--i- ainsi que. quent de les entrainer dans profess I' histoire et la geo- tant francaise (u'americace.
,e "",*.i'indique .--- ont 1 im- des affaires compliquees. et graphic d'Haiti, la philoso- La 1pr6sene du Doteur
Tmen- .ualite d'etre souples souvent desagreables. TIs ont phie au Lyc National, Dorsainvui a cote du docteur
et i ,'es, ce oui les rend par- presque touts quelque chose a La pathologie cardiaque, V. Carr et de Me. Probus
ticulienenut agriables por a c h e 11 redoutent la ph slo o gi e, la me- Blot a : section Generale
er ur a canicule. qu'on a t t i r e v e r s e u x decline legal, I'anatcinie et la de 1'Enseignement rural est
eS, en ineuux- les gar- ides a o 11 c i t e u r s, d'abord dissection a 1'ecole de m deci- indiscutablement une preuve
Si- auraUisn. e es I'souples, vite agressifs, puis [ne. Le docteur a e4t chef de du desire du Gouvernement de
u.*. : -'A varies. Le ruban 1 menaQants. Le principal sou-c division du department de donner a cet organrsme une
.ait de .plIus en plus les fleurs ci des grands de ce monde 1'Agriculture et actuellement vigoureuse et energique im-
c cnt e.nt .ere en vogue, et nest as d'etre entrain6s, Inspecteur-general de i ensei- pulsion.
l-s ....S S.e reconnaissent mais d'.tre soutenus. ~~ement rural au dit depar- Et si nous gardons intact
S u. f,,me ie motifs et de ga- Si vote temperament vous tem et. I1 a occup eau depar- notre espoir de voir sortir
on-,,. incline ,par centre, au goft i tement de 1 Instruction publi-t du Service Technique dAgri-
n po volontiers les noeuds de la rivalitk et de la bataille, que les posters de chef de divi- culture quelgues bons resul-
(h. ruban ou les guirlandes de prenez votre part. Vous en- sion et d'Inspecteur general tats, malgre les tribulations
fi-.rs ,en cache-peigne, bien .gagez un duel o0 la victoire du gouvernement de Darti- presents, c(est en raison
(We ceux-ci ne se portent plus recompensera le plus tenace guenave a ce jour, pour des de la Comp6tence de ces Mes-
gITre. Les rubans traversent et le plus agressif. Soyez pre-; raisons d'opportunite et dans sieurs,
uouvent ,a passe de chapeaux occupy de vainere A tout prix. dla erainte positive de ne pou. Le Docteur Dorsainvil est
Sn u' venir 'appuver sur les Debarrassez-vous du scrupu- voir appliquer le program une e somminte medcale, du-
che eux, en se.'e-tote. Les le d'etre courtois, dfe6rent, qu'il conoit pour notre ensel- b]e d'un savant historian.
garnitures, qu'eiles qu'elles .ccnsiencieux, int6gre.
s, ,, Ce W,1u allonc e IL w) sr- moisellen.
('+,K ls 1u'i1 i fagi. de cUtano- c propose, et de Ievres faites LIES FUNEIAILLES DE
":h ; :... .s cal..tk s'affir- On m'excusera de fixer ici ,pour sourire a point. Soyez LOUIS DIAQUOt
!l.... ,--tU('v t.,ujotur.s car- (.ilques, reflexions propres a hardie en vos gestes, quand S'medi apres midi ont ete
v.W ., guide les demoiselles ind6- ;la lampe n'eclaire que la pie- chanties au Sacre C(eur les
-.t-: ibLes-t.i ri ajni;,er que pendantes dans leurs rela- ce voisine, mais prudent en funerailles da notre jeune et
e. ,$ t ureC nou!..,l *U.- e tions avec les hommes riches vos paroles. t a t e n t u tx Collaborateur
cha'nanantes sha'rmoni ent a- de qui elles attendent la se- xxx Louis DI)ia uoi.
vec le co' oris de Ia toilette r4nit6 eonomique. Langue de bwuf sale et Dans le nombreux convoi
nu'elles actirnpagnent? On Quand une femme indepen- marine. d'amis qui conduigaient Dia-
vo:it des bleus de routes les va- dante veut reussii dans la e quoi a sa dernire demeure,
ieurs, on aime le noirs com- vie, il sied qu'elle engage une Se Tfat e a mme fa ont ete remarquees des delue
hines die eige et de roune, on bonne servante. Qu'elle ne que vn bieuf sal maise en n- nations de e'U. S. S. H. du Ra-
travailbe les gris qui vont du lui eonfie ses secrets que levant blen e" le cornet de la cing Cilub, de 'Action Natio-
uurte:telle a 1 ardoise... momns possible, et ne fasse pa- langue tuelle, de la L.J.H., et lu-
Ft. ~prur reahliser encore raitre sea infid6lites que dans !evu teb f biet sieurs reprxsentants <1e la
mnu-x un ensemble parfait, ila measure oui cette revelation Cervelle de beuf en beignets. se.
.s m'cdistes ont imagine de est inevitable. La eervelle de boeuf n'etant sentants de la presse.


nous aure porter cette saison Ne vous fiez pas A vos a- pas tres fine, je ne la recom- Parmi les couronnes, a 4tL
de echarpes bicolors qui mies, mademoiselle. Vous les made que frite en beignets. remarquee, outre eelles de
s aeerochent sur les jaquettes jaurez choisies, selon l'usage, Faire bien degorger la cer- VAction-Nationale et de la
'Ao leo corsages, tel des oeel- moins jolies que vous. N'im- velle dans de l'eau avec une Jeunesse Haitienne, celle de
oi, u c porte. Les homes sont ca- cuiller&e de vinaigre, en la 'Union des SociettY Sporti-
1 il pout ce qui e d'au- pricieux. changeant plusieurs fois Dans ves Artibonitiennes.
jourd'hui. ; xxx de 'eau froide, placer la cer- Sur la tombe, prirent suc-
Mais l'6et, dit-on, nous re- Avez le gout de la bonne che velle avec sel, poivre, une cessivement la parole Me.
serve la surprise de grandes re. Parlez avec familiarity cuiller e de vinaigre, une 'Lorimer Denis, au noria d la
eapelines onduleuses et om-, des mets rares et couteux. S'il i branch de persil, de faqon a Jeunesse et Me. Garcia Tal-
brageantes, qui seront fates advilent que vous ayez conser- ce qu'elle baigne bien. La lais- leyrand, au nor de l'U. S.
de dentelle laitonnee et de vi un penchant pour les pi- ser cuire dix minutes encore A. ,
crins... tnne p faubohuriennes de vo- nrs' nnc Ilmiiu hoet T.- vra Mnio


>5
A


S -- P I6*EN ILAA-& L' A NW A.* t& A J A t4VO no1 JLu# VreIjJ4" on t t ia-ic
o perX- Axx tre enfance, manifestez-le tirer et la laisser refroidir a- 'mille si douloureusement e-
)r et COMMAANDITAIRES come un signe de raffine- vant de la couper en fines es- prouvee particulierement au
prt- Du moyen de les persuafier, ment, comme le dernier plai- ealopes. Dans une petite ter- Doyen Diaquoi et a notre r4-
res & li, les preceptes du savoir- sir d'un palais blas4 qui a e- rine, vider environ un bol de dacteur en chef M. Marceau
,, au vivre doivent se confondro a- puise les douceurs de ce mon- farine aveene euilleree d'hui Desinor 1'expression 6mue de
Sles vec des reflexions d'ordre psy- de. Prenez soin de paraitre le, une cuiller6e de biere si nus condol6ances.
h, no hc.logique. aventuree et peu en confian- vous en avez, -.,eela rendra -
sent, Vis-a-vis de eelui de aui ce devant ces plats du corn- 'les beignets tres croustillants, DECES
\pean Von attend une souscription, mun. Qu'on senate qu'ils vous un peu ffe sel et de 'eau de k Un tiIegramme, arriv] sa-
c or- un emploi, un avaneement, ne agrdent surtout par leur nou- manimre a avoir une pate as- media, du Cap-Haitien, annon-
une parles jamais _seon votre in- veaute. sez epaisse, niais liquid. Au 'ce la mort de
re et teret, mais 'selon l'interet de Affectez d'etre influeneee moment 4e les fairies, vous a- Mlle Rosalie Toussaint
votre interlocuteur. [,par le vin de champagne a- :joutez uiblanc d'ceufbattu en sceur de notre tres distingu&
Mcttoz-vo.us a sa place. Re- vant d'en avoir subi les effects. neige trNs ferme, Vous trem- ami, M. Coidavid Alexis,
tournez vos a& rgdments. Exa- Affirmez qu'un verre suffit i pez les morceaux de cervelles "Toussaint.
Iminez de quulle3 maniere ils ,pour vous rendre folitre. Et' dans eatte pate et vous les je- Nous envoyons nos sinceres
LGE seront accuaeilis. tkmoignez-le par des licences tez dans la friture d'huile condol6ances a M: Toussaint,
S Ne faites jamais paraitre que votre 6tat justiffera sans I bouilante. Iis gonflent et, 'a ses soeurs Adt6aide et Bon- '
votre souci d'obtenir des a- que votre dignity .puisse en quand ils sent d'une belle eou- ne TSussaint, a ses neveu et
IN vantages personnel oeu d'a* 'souffrir, leur, vous les- egouttez, les nieces, M. et Mme Claude
S meliorer votre-situation.. Ne. I est du dernier common de dressed dens un plat sur une Toussaint et Marie Antoinet-
'eherchez pas a attendriv sur nommer par leur nomles cho- serviette, en tours de persil ,te Toussaint, aux families
votre sort celui qui ditient la ses de 1'amour. I eratteur fruit et de quarters de citron. Toussaint, Georges- Balmier,
2$51 puissance. R~p6tez-vous la vous a potrvues de paupires jI On peut offrir en meme 'Duvivier, et aux autres pa-
24#2 phrase de La Bruyete : cLes (qui doivent tre .abaisees A rtemps une sauce tomatoes. rent et allis, ..
.. ... & L : i : : : = ii.. .......:::


4;.


L













A erica CabI&


- j4


R COCAINEE SESSION

S.WASHINGTON, 20 Juin.-
mfBien que le reject de la loi du
. bonus des v6tkrans par le S."
nat indique que les secours
aux soldats. ne Jeur sera pas
pay6 pendant le pr.sente ses-
sIon,.du Congrs, 30.000 ve t4
rans out annonce qu'ils e-
.taent d. id.s A rester a Was-
hington jusqu'h ce qu'ils ob-
tiennent satisfaction. On
craint que les anciens soldats
ne se potent, dans un avenir
prochain, at quelque action re-
grettable.
xxx
UNION DOUANIERE
ENTIRE LA BELGIQUE ET
LA HOLLANDE
LAUSANNE, 20 Juin.- On
rapport que la Hollande et
la Belgique ont sign un trai-
te d'union douaniere. II y est
prevu que d'autres nations
eurepeennes pourront y a-
dherer, et on le consider ge-
neralement comme le premier
pas d'une reduction univer.
.6elle des tarifs douaniers.
xxx
TROUBLE RELIGIEUX
AU MEXIQUE

MORELIA, 20 Juin.- Une
foule de 1000 personnel a ma-
nifeste pour demander au
Gouvernemnent d'appliquer la
loi de restriction du clergy,
qui forcerait beaucoup de
pretres a se retire du pays. 11I
en est resulted une emeute au
course de laquelle il y a eu un
tue et de nombreux bless6s.


-- ..:
" /- ..


-- a m er...


BANDITS CHINOIS ET
SOLDATS JAPUNAIS
MOUKDEN, 20 Juin.- Soi-
xante bandits chinois ont fait
un raid audacieux sur un h6-
pital militaire japonais de
Tangkantze, au sud de Mouk-
den. Ils y ont tue trois sol-
dats japonais qui y etaient en
traitement, et en ont bless'
'tun: Des renforts japonais
parties de San Chan ont 6t6
lances a la poursuite see as-
saillants,

POUR LE CHAMPIONNAT
DU MONDE DES
' POIDS LOURDS
NEW-YORK, 20 Juin.- Tan-
dis que Sharkey et Scheme-
ling assurent tous deux qu'ils
igagneront par knock-out le
mateb qui les mettra aux pri-
ses, les experts de boxe esti-
ment que ce combat durera
p e i n les quinze rounds.
Schemeling est favor a 6 con-
tre 5. La rencontre sera ra-
dicdiffusee.


xxx
LA FRANCE
NE LE PLAN


ABANDON-
TARDIEU


.GENEVE, 20 Juin.- On an-
:nonce que la France a aban-
donne le plan recemynant pre-
sent6 par Tardieu pour forti-
ier I'influence de Ia Lgue des
Nations.
xxx
LES PROJECTS DE
EAMON DE VALERA

LONDRES. 20 Juin.- Le Se-
cretaire d'Etat des Domi-
nions, J. H. Thomas, a revele
aujourd'hui a la Chambre des


Communes saue le but du Gou-
wvermempat& fln de Va-
1eriet 'ar eiv A l'union de
rEtit litb~~1~Iwqde avee
'irlaade dait)d eta B re-
I[conai afasict 4 tfIrlande
-Unite eonCmme t ripublique
ind4pidutte II a rappoivt
qu'au course de la recent visi-
toe de d e Valera & Londres,
ii lui a delar6 qu'aucun gou-
vernement aniglais n'acepte-
ra jamais de telles sugges-
tions.
DEADOLCK A LA
CONFERENCE DE C
LAUSANNE
LAUSANNE, 20 Juinm- La.
conference Internationale est
| arrive iA un point mort, Par
m Auite dlu d6aeeord persistent
i entire les dli6guks frangais et
Sallemanda, L'Allemagne in-
siste dans le d&bat pour obte-
nir annulationn totale des
dettes de guerre, tandis que
la France soutient que l'Alle-
jmagne peut payer quelque
chose et qu'on doit lui accor-
i der seulement une reduction.
xxx
UNE SOLUTION DE LA
QUESTION DU BONUS
WASHINGTON, 20 Juin.-
SLe superintendent de Police
Pelham Glassfort a propose
| aujourd'hui qu'au lieu du Bo-
'nus, que fe S8nat a refuse de
voter, on accord aux vete-
rans de la Guerre Mondiale la
tferme des terrains de PIEtat.
i Non seulement ce plan per-
i ettrait d'obtenir l'6vacua-
tion pacifique de Washington,
nmais il pourrait encore tre
employed a l'gard de milliers
d autres ch6meurs,


UN PRINCE DANS LA

LEGION ETRANGERE


SPARIS, 20 Juin.- Le prince
1Aage de Danemark, neveu du
roi Christian, S'est r6-engage
:dans ia Lgion Etrang&re. II
'avait laisase Vahne dptr-
nimre, apr6s avoir termine n
premier engagement, pour en-
trer dans Ie commerce. Mais
il a declare que le monde fi-
naneier avait Wet pour lui une
;grande disillusion. II a re-
tinonce a toute pretention au
'trone. Sa femme, la rinces-
se Mathilde et son fi s, Wal-
d emar, age de 16 ans, Font
suivi au Maroc.
xxx

AVANT L'ECHEC DE LA
CONFERENCE DE
LAUSANNE

LONDRES, 20 Juin.- Sa-
medi, au Stock Exchange de
SLondres, les titres allemands
*avaient eu une hausse tres
marquee, tout le monde at
'tendant une action constre-
.tive de la conference de Lau-
,sanne pour la restauration
'des finances allemandes. Une
baisse va surement suivre les
dernieres ncuvellcs request.
xxx


MATCH DE BOXE


CHICAGO, 20 Juin.-- Tony
Ganzoneri. champion de poids
plume de New-York, a e6t fa-
cilement battu aux points par
Harry Dublinsky de Chicago,
dans un match de dix rounds.


I LA CONVENTION
NATION'ALE


DEMOCRAT
CHICAGO, 20 Juin.- Imm&-
,diatement aprxs le depart des
de6igues republicans, les de-
mocrates ont pris possession.
du Chicago Stadium. 11s ont
commence leurs prepahitifa
en vue de leur convention,
qu'ils y liendront le 27 Juin,
;'avant garde de leurs del6-
gues est deja arrivee deptis
'vendredi. d
xxx
NOVEL ATTENTAT A
CHICAGO


CHICAGO, 20 Juin.- George
Red Barker; bandit c6ltbre ot
asesciie d'Al Capone, a 6tL per-
ee de dix huit bales tandis
qu'il passait dans une rue de
Chicago. Les assassins, qui
sont certainement des bandits
professionnels, s'*taient ca-
Sches dans un entresol loue de-
puis deux semaines et I'a
vaient attend plusieurs heu-
res, car on y a trouv6 des car-
Storetre-4vjdes et des reliefs de
iVrepas. Defix suspects ont &t6
i" arretes.,
XXX
iUN JEUNE VOYAGEUR

I CHICAGO, 20 Juin.- A 1'a-
rge de 13 ans, Hartley de Ge-
t rald va eptreprendre tout
'seul un voyage de 18.000 mil-
les aux iles Fidji. Sa premie-
re tape sera de Chicago a
Vancouver.. Ce n'est pas son
coup d'essai, car Fannee der-
niere, il est alle sans compa-
gnon jusqu'au cercle arcti-
que.


A-a-


XCOLOMBIAN
STEAMSHIPS COMPANY>
INC.

(Ligne Colombienne)
Te'phone No. 2323.

Le vapeur cBOGOTA> Voy.
102, venant directement de
ILY-V -- IUf fl* 2'%AVI^ Ir. M


AVIS


POUR KENSCOFF i
Le soussign4 rappelle S
tous ceux qui vont ou qui
construisent A Kenscoff qu'ils
n'ont qu'% tle6phoner au NoY?
3341 ou a s'adresser person-
nellement au garage Chryslar
lP///l- G / ffrit d- *lJ.*r ^^*| ~l


S.POUR ETRE


UN HOMME
DOMAIN.


II faut s'isitruire
methodes simples,
excelleates a


Cine-Va etRs
MARDI


pur dos
rapides,


NeW-YOk sera iW 1C L wt:- cioc iia1 iLot }uU tuG c w-
rant, continuera le meme jour qui a trwit aux transports en V'lntittut Tippenhaner. "
pour Pto. Colombia, Cartage- auto cu en camion.
na, Cristobal, Canal Zone, II se tient aussi a la dispo- 1537 Rue Lamarre, Telepho-
Kingston et New-York. sition de tous ceux qui ont ne 2891.
Le Manifesto de ce vapeur besoin de voitures ou de ca- Enseignement classique 13e
equ par avion posted este e la mion pour transport dans Philosophie Steno-Dactylo,
disposition des clients dans n'import2 quel point du pays Comptabilite, Langues Vi.
nos bureaux sis angle rues du (promenade piquenique ete,) vantes.
S Qi 4i et Thomas Madiou (vis
a vis I ouane). David Loiseau
v peur QUE Voy.D, partira de New- Propridtaire d'autos et des
:York le 2 courant, directe- 0 ceamions .
ment pour Port-au-Prince. -- -'- -------- I
I Le vapeur dBOLIVAR Voy. cSans Rancune* et uBon Ae- -
100, partira de New-York le cueil.
'24 courant, pour tous les ports
haitiens. A* m.--r ......... a..
Wim. E. BLEO,
S gent THE ROYAL MAIL STEAM No
-----------'. ._ PACKET COMPANY A I IL PROFFiS MUERt
1 Wild rooume seT oW LE PROFFESSEUR MUMER
*. t:ir. Le S. S. GABOON venant jfa.t. .
gar eaeC allane de Londres via Kingston et tt a troupe d hien savants dan un program
les Ports du Budsera a Port- et au conadlev, danses, pre gati
t Po dw hata est Ipjw t a r Oe *e4 Ru t pre No tes pas cotte second reptntation de
CouDiernt ax eaWmees no aerosru. r.. _
g".e.. A M RCREDI
AU Excileat &jcuner peK 2VWRAus Wati t U
P. etC-" On s 'soe, unce U eowndIe dsoplilaai. :
A|l -l",.4:"ffl lhfY L' 1 l492

4. %


I X


nimme entire
oh... .ete
GAIA,


4


( RXOL USlVIJ ITS PU NO U ZVELL TS )


.r


,., :, .,.' ,,,'-%_, .- ,


.. "..

:. "::.:^




:. ':' : .





:- .
. :"^
.. .,



:?
^

K .'"
'..:


- .5d,







MOR AM

rIQUI PASSE


ro"iqU Legendre,
ucltke pour tot.
j mon cher, aussi, des
en guise de fleurs.
wnirs, de bien tristes,
ctja i pens4& a d'A
Jean Awcard.
t vie, Legendre, est
triste chose. Voir
r ainsi, telles des
d'automne des 4tres
action. plagait sur lau
/mion coeur. 11 est des
je Ie jure,incolables.
la tous lea departs, je
'mn spectre assisted.
sla Mort est partout oui
les adieux. k
aowuvenirs, te dis-je, en
de fleurs. Te souviens-
cher, de ce martin
'chantat la Lumiere?
:eo Champ de Mars par-
sabliers sur la pelou-
bas, tout la-bas, ce jet
issant de notes eris-
Maurice Casseus et
Ares de toi sur ce bane;
1.nous nous disions nos
souffrances.
i regardais la mer, au
blanche avec ses voiles,
r la Mater Dolorosa des
Smilaneoliques. Com-
faisait bon, ce matin-la,
i1e i faisait doux. La vie
lr-la semblait nous sou-
I e n'y &tait-il, Roland,
l61e de Roland. tout en.
et en paroles. Tu nous
Sde ta vie, ta vie jus-
fors si pauvre : austere
Kft6 de deuils et de servi-
pg. Maurice parlait, aussi,
iignait meme. Et je regar
U les autos venir. bhndir.
Irer brusquement pres de i
Ss'en aller, ironiques sur
pacadam qui nous a tou-
Strouves si las, pavsi pie-
Odans ce Port-au-Pi-ncee
hicules, de bruit et de


uviens-tu, Legendre,
taquineries. Legen-
Ians eette salle de r6dae-
Duvallier, Bonhomme.....
les copain. qui parfois
raisaient de petites Hiless
. pour s'einmbarras:er ..V
Louis DIAQLOI.
Le NVouellister, 14 No-:
mtbre 1931.


LYCEE VAINQUEUR
lamedi dernier deviant un'
6d public, le Lycee a et I
queur de I'Institut Tip.
sauer par 2 buits 1.
rbitrait la parties M. Be-
it Armand,
'Iest pour nous l'occasion
f61iciter M. Constantin
Fiquez professeur de cul-
Sphysique et de jeux spor-
.au Lycee National.
" ,4 i. i.-- - ... .
NAISSANCE.
K. et Mme. Joseph Gran-
t,-w"l&e Jovina Weynum,
ont fait le plaisir de
annoccer que hier, a 9
5 du matin, leur fa-
s'est augmentie d'une
Sleur premiere enfant,
uine:


Marie-Ange,
aU nos compliments
tx. pere et mnre et
rs vceux au beb6.


aux
nos


TOUJOURS L' 1
RACING-VIO]
Au Comiti de la f
Athlitique Club.
En Vilte.
Je me vois, a
dans l'obligation d
'la reserve que je n
jours imposee dep
potheses gratuites
ne de la V. A. C.
ecrits calomnieux


SPORTS LdPrNIE:
Aoncer note aimable elien-
kFFAIRE tle que lea prix de passage
pour J'Europe sur Jes bateaux
LETTE de la LIGNE HORN ont 60t
Te reduits sensiblement. Le pro-
e chain depart sera le beau ms.
sWaldtraut Horn* vers le 22
courant. Premiere lasse : or
tjo-diu hui, 130. Pour plus amples rensei-
e sortir de gnements veuillez vous adleis-
n6tais tou- se en nos bureaux.
uis les hy- REINBOLI) ct Co..
a 11 .


du capitai-
jusqu'aux
du comite,


pour essayer, contrairement
a mes habitudes, de mettre un
point d'arret a ce laisser-al-
Jer.
La Violette declare que I'L.
S. S. H. n'agit que sous la die-
tee du Racing, en leur deynan-
dant la coupe.
Je ne me donnerai pas la
pine de me defendre, le Ra-
cing est assez consequent a-
vec lui.meme pour ne vas se
meler d'une questionrvi ne
le regarded pas, car, en som-
me, son comite s'occupe d'af-
faires plus serieuses que ca.
Ainsi done je trouve de
mauvais aloi les insinuations
malveillantes publiees sur lea
journaux, aussi je me fais un
vrai plaisir de les retourner
a son digne pro6prietaire.
la prese a ete prodigue pour
notre adversaire .................
en usant de procedes nobles et
loyaux>.
Vous me permettrez, Mes-
sieurs les membres de la vio-
lette, d'apporter ici le demen-
ti Ie plus former, car volt-on,
vous aviez choisi le procede(
le moins noble, celui de vous
iretirer en un common accord
d'une faqon systematique. En-
core ce qui nest pas loyal,
messieurs c'est d,4tro devenu
plus tard avec des pretextes
qui ne tiennent pas de bout
pour essayer de tromper la
bonne foi des gens.
Ne vous en faites pas, tous
Us ont vu, tous ils ont appre-


cie.
Mais le Racing club regret- i
te infiniment de ne pouvoir'
,.us imiter, c"ar, pense-t-il.
qu,. sul the p.,. r 1", n' On0
reen(d soe reglor.
C'est par le; beaux cotea
qu'il faut lui resemble.
Si le comitA de la Violette,
avant de saisir la plume, avait
pris la peine de r6flechir, j'ai-
rme a croire qu'il n'eut pas lan-
ce cet affreux pav6, et ce se-
rait encore plus noble de re-
gler ses&.affaires personnelles
avec YU. S. S. H. qui se per-
net de toucher it son symbo-
le sacr6, sans vouw occuper du
Racing. Sinon, attaquez le
,en face, il saura se dffendre.
Vous nous accuse de fai-
re du bruit, cependant, vous
'commencez toujours le pre-
'mier.
II v a un beau, un touchant
spectacle, disait un auteur,
que nous versions plus sou-
.ent, si les hommes avaient
moins de petites passions,
'c'est celui de deux rivaux de
gloire et de talent, aimant 'a
se trouver Fun en face de 'au-
tre, A se rendre mutuellement
justice a se tendre une main
loyale pour se dire sans arri-.
re-pensee :
Soyons amis,Cinna.
Helas! n'en parlons pas, a
domain les affaires serieuses.
Le Capitaine du Racing Club
Marcel TO VAR.


Agents.


Usine a glace de
Port-au-Prince
Fabrication de glace de mei
eate qualityt.
Livraison rapid effectuie
quotidiennement par no% ca
mions points en blane dans tou
tes les directions de Port au
Prince et de Pftion Ville.
GLACIERS
Nous avoDs toujours en main
les derniers minode'es de glak^
res en acter 4 par tir de Or
25.00 et au deasus, vendable3,
avec facilities de paiements.
"tes glacikres les plus stirs
et les plus economiques.
SORBETIERES
Nous avons en vente lea der
niers modules de sorbetibres
de toas les dimensions i par
fir de Or 3.16 et au dessus,
FNTRLPOT FRIGORIFIQUE
Nos chambres froides ont 44
r4cemment mise A point et
peuvent recfvoir n'importe
quelle quantity de viande de
poirslns, Je legumes, de
fruits, etc.
Le Public est cordialement
invite visitor notre usine 4t
a inspector nos models de gla
citres et de sorbetitres dans
notre sale de vote
Consommer.de la gle c'est
faire de l'4conomie.


Avis


La Panama Railroad Steamnhip Line a I'avantage d'annoncer
les departs suivants de New-York pour Port-au Prince, Haitf
directement ehaque Mardi. Tous les steamers sont purvus de
frigorifique:
DLPAWT[ bE NEV -YORK AF, t i(AGES A i.ORT. AU-PRINCE
S.S. Guayaquil le 17 Mai 1V9a e 23 Mai 1932
CUitobt : te24 Ma : le29Mai
S.S. Buenaventura lelr Join le 7 J in
S.S, Avca Ie 7 Jin Jle 12i Juin :
SS Guayaquil le 14 Juin ie 20 J4in
8 S. Cristobal le 21 Juin IA 26 Join
Buenaventura le 28 Juin )e 4 Joillet
S.S, Ancon le6 Juillet Ie 11 Juillet
S.S, Goayaquil le-Juillet


' ts e. :i:t ts kac : : '
..

Spretez:pas Poreille A ceux qut font miroi-
ter devant vos yeux leo perspectives de vous
enrichir rapidement et veulent hAter une deci-
sion que vous regretterez--un placement sar
n'a jamais besoin d'Otre hAte.
En attendant, Ie Departement d'Epargne de
notre Banque est un cndroit suO et profitable
pour y d6poser votre argent.


La Banque yale
du Canada


a__wnL~ C' )~abr 'tC r'a~' ,rn'u~rr~'u~ -. ~


1 116


VAPEURS '
ORANJE NASSAU
MEDEA
AMOR
STUYVESANT


LUNA
ASTREA


10
17
24
ler


_i --. m es


-uepart de fNew- I ork


DATES
Join
Join
Juin
Juillet(


ARRIVEEA P.


4RT-AU-PRIN CE
15 Juin
23 Juin
30 Juin
6 Juillet


D6part de New-York pour tous les ports haitiens
10 Juin
ler Juillet
Depart pour New-York


STUYESANT
COTICA
VAN RENSSELAER
ORANGE NASSAU


DE HAMBOURG
ORION 21 Mai
TRITON 4 Join
UN VAPEUR 18 Juin


221 Juin
13 Juillet
3 Aoft
24 ,Aout


Dipart de rEurope


D'AMSTERDAM
27 Mai
10 Juin
24 Join


ARRIVE A PORT AU PRINCE
20 Juin
5 Juillet
18 JuilIet


ODpart pour I'Europe


Tous les quinze jonrs an yapeWu pour rFurope.
S. S. TRAJANUS Cheageant pour I:Earope verse le
Tdl1phonez


- .,


18 Juin
au No 3455


C. F.MADSE
AGENT


LOCAL


- ------: --- -- 7~P.1


Opp






- ---- --- --- f ~~ p n


awl
i Q. l


'a / ,)TTC~)~


-I.~ -. ..p ..e....
..... .


V -. ~ -. .~. -~.~~---- ~ rm,


---- --- -- -


XNP


..... ... w __ ,,,, ....


a u ..o *-. .. .Wre .' .. .



au Commerce*
,* ". V A ~ JL i J .. :.....-, S .


;-/.".


,. ':W'mm-
















son$ audessus des 1ssources
S:::::persoinelles d Syt::e:: Cat

n: ::ieur : G Louis-Jacqaes disant
q :l:;:: : ue:e fond:du puts de Berth
:, : :: so:rt :de rordinaire et qu'il

I : : : : maison: :sous-terr ine: :::::::::
o.: :.....- e Contrat Synalag
Smatique r6gularisant la si-
:::: : : : tuition :de person cvile dU


> : ; Syndicat, par ::rapport au
Gouvernement, i la lo. et aux
S. ....particuliers.
:..::. Autres pieces a con-
.- eviction.
............ .... .. .
..... Veuillez. bien, nous: vous
prions, scruter a question; et
S:: si cite vous intreSe, ayez


o "1tgc ce t nouuz c nwel
m etr..au .plus tht. ......... ..... : : :
Dans 1'attente, je;vous sa-
lue, Cher Monsieur, avec une
:parfaite consideration. -
Le President du Syndicat:


(i


Dr. Em. Jeannot.
n fdsrrv .


. ............. .........


.'.. . .. .. ... .. ..- ... -"... . .
Rune- Fol phon....e ....... ...
_. .'. ... .. .- .. ... a,. %. ." . .. . .. ... .. ., ... ... .... ^. .. ... : ., . :. .

........ -... ..:..-
.............. ............... .... :............... .. ........ -......... ..... 4
............................ ... ... ... ..... ..... .. .. .. ... .
...".. ..... ".'' ":. ., ." ': .. : "."
i':":: "


"~~~~~~~~~~~~~... -:,,..- 7 : :: .... .- .....
: .7................. ... ... .... ... ... ...'. :
...... ...... .. ... ,'-7 .
-= .............................. .. ... .,
: = := = ?- -'...... ...... ... ..". .. : = : =' ] : i :~::...." x =
...........
-:" : .. ... ,:' :' ". < .. ...=,. ....." ...; ... ... .. ..... ..'..' ....... "......;. : '... '... '... '.. "... ... ........ ... ...... .. .... . . . ..: .;..... .. ..... ....I.... .... .. .. ...... ....... .. . "... ......
--- .-'.. ... ......... .:.. ..............
.... ... ....".:."...".'.". ... .. .. .. .. ....... .... ....... ... ............ ..... ....................................................!.
... .... : ...... :... :. :A;: } .& i .. .v = ., .. .......... .. .... .. .. ........ :::.. ..::::::::::: : : ...:: .. ...: ........ .. ..:.. :: :: :: : : ::.: :.:.::.:.:.:...: : :... '.:..'.".... ........... .. : ::, .
.... ..... .. .....-............ .. ..- -.....-. .. .. .
... : ........ : .~.. .~~~. .. .. . .. .. . .. . .. . .. . . ... . . .. . . . .. .
:- - : A ..,. '. .:..:" -:------:-------: i .. ..: "...-.-..... .... :... .. .
... .:.:...:..... .......:. ..:.:. .- .: ....... '. '. : ::7. -:. -..... ... --.-. i-. .. :- :- .... 5. .. . .
........... ..... .... .............. .. ......................... .... ... ....... .. .... ............... .. ...... .. ... il l
"'..''.''..7.:'


. ... .... .. .. ... .. ..... ... : ^ "" ..... ': ..': ; "" "" "" .""" " .....;'""" ... .. .. ... ...... ... .... .... .. . . ........ '.":... .............' .. ... ... ..... .... .. ... .. ..... '..... .. .: :.'.': .. ... ..... .. ...... .. ... ...:. .. . .. .. ." '''" ':'. i*
. .. ... ....... .. -i----- ....... ........................ ...... .. ... .. . ... .,-..
. : : .p.. ." .... .... : ,i. Y .; .... .. ... .... : ..... .." : : : .: .. ... : : ... :. .:.. :
... . . ... .I.A .IftI .A4S . .. ."

L a..i a..i s. .... ......... ....


.. ".......... ... . .. ... .. .. u ki ~u m n t"ep r ...:i.. ..:jj j..i7..:...




p l y sn t6 i r. .... . : ... .. . . ". :
.. ..... ..... . .' .-
. . . .. .. ..... .... ......... ... .. : . .. ..... .... .. .. . . . . .. . . . . . . . . .. .
gens dao-es .an:.

go re .......u... "e nt.w.... ..e.....
...... .. ......... ................
., ... . .. .. ... ........ .

-- . .. .. .. ..... ..... ... ...."..... : ... ... .. . . .- -.. .. .. ...
.. ........... ........ ... .. .. .... .,.
.... .. ........................ .. ............... .. ...... ...
.n : e .' c e: : :7 :i 7:::7 : :. .. ..... . :a::: 7 : ... : : :7:: : 1 : 7:::!:....
: : : : : : .. : :. 7... :. ................ .:. : :: .: : :. . . . . ... .. .. ... . .. .:.
.. .. ........ .. .


o u r d e: e u v e n :: gnr: : :::. ... ... .... ....... ...........ou r de: :. ...... ..............::: ::
g ~~~ .. .. .......... ...... .............
.. ... . . ... .. .... ... y..
..............W. ,.


BienOt le Ciimpioumat de
Bient~t le Champinnalm~ de


Volley ball


Vendredi apres midi. Une u
cordiale reunion eut lieu an
Pare Leconte, des capitaines I
et repr6sentants des clubs deo
volley ball.
Voici quoi on s'est arre-

Le championnat s'ouvrira
fin juillet apres la period des
examens. Les equipes qui d&-
sirent S'affilier .pour pouvoir
participer aux renconti~s doi-
vent le faire avant le 30 juin..
Une commission technique
(uI organisera le challenge
a et6 formee, de Messien.i-
-Roie'r Riranud. Andi' --- -.


que et Jocetlyn Me Calla.
Lui t Pte adjoint combine
repr6sentant du Conseil -M.
Arthur Bonhomme.
Cette commission est char-
gee aussi dc '>atir les regle-
ments du championnat.
11 a &te en outre decide de
former une commission (ffi-
cielle de six arbitre.s, et une
rl'aasitantl dont le nomrcn,
sera fixdn ult'ieuvremteolt,
H.a procedure pour iV com-
)poltionU1 de .;$ CmiissionS a
(te accepted nar I'asembrblP
Voit, IPle il bonCe aL sain
i~o~so~fo.


.. ... ... ...... ... ........ ..
tatrons de commerce, ch dmdustrie, parez aux insuffisances des vented, par I&hat
qui vans libe du SOWcheances5


&decins, Ingnienrs, cats, Sinateurs,Grands flignitaires det tat; eprisentunts
tualit, Journalist, DO I( 'FF.MPI. DE VOTRE SOLIDARITY SOCIALE..


I


Rentiers. capitales, come en jouant, AUGMENTEZ VOfRE AVOIR'
ous bous qui habitez 1aiti, rendz-d*i service en achetant le billet de Ia Loterie


a --r-i-m


6e nouveav


Nat


de
.. ......



.. *:,:. ..
S. "
.. 6 ,; ,
......| ..':B.
.. ... -..:':


-...--,. ...... .-..--....-......



.7 .... .
~-S.~~.-. ..4.........

..... ...
. . .... .... ... .

#3'0 -'J"t N S_ &IT.,.,
&. .....
.a .. .. .. .. .


ses clients. part'


-CIA
tluot.t~d-tl


AVIS AUX CREANC-IEI:RS


DE L'. S. S. H.


De)ireuse Jle fixer d'une
fauon nette elt precise son p-
sif. et d'arrtor deritodes de
alement, le cas echeant, 1U-
n n des Soc thg Sportives
Haitiennes arise tous eeuxl4a
qui pivttendent avoir des :cr&
ances sur elle, do vouloir bien
les produire dans un delai de
quinzoe joum, .a eourir de la
date du present avis. Passe
ce term, les dites creanees
no seront pas examine"&s-
Port-au-Prince le 20 Juin 1983
Le rSerGtaire GAneral de 1U.
S. S L


Art fhur Bonhomnw
6


-


I. P1.16 1 U. ... 6114
Vt .e y.. us. .....;V...

... . . .


( (


5-E


de


. .. ..

A W
..... .


o. i -


S .. .. ... .. .. .. :.I.. .......
. .. .. .. ..


......i......... .C 5... ...fl f l............................ ... ... ...i.E T J 1 1 1
HAITI SPORTIF
..... .. .6parten e de ... .. .. : : ....
. ................. ......"..... ."...... ................................... ........................................................................

4nbentOt. a LI I U. ...
" ... ~Ha ."... ..". n.... "o. ... "" t' "**.. . .... n.. ". .". ..-... .... ... .... ... .. .... ..... ..

.-; .. .... ..:... C .- ,


.. ...: "..:.
.. .. .. .....- .
.? ..;..:. ;..
" U ; *'i
..... ....F
. .. ..!


.-.-


.. .. .


?!:i :":::."
'...."."-*" .%v'.'".'.
'^. .......*.
.*:5;.?..* "-*
>5>5
S.,",.:..
.5:1
r :'' :
'C' : : '


v


.2.>
.;.:,
!'i,,^


j


. . .


. .


'"'


POET


tou Ies. les


I I t I r~le


mr~ltponl I?


slervitoe-s


utulliples


pro-CUIT'j


q.u.e.