<%BANNER%>

MELLON DLOC UFLAC



Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/00494
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: May 8, 1901
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:00494

Full Text

ma~Ni- Pott-ru-Prrncl, (I11!U)


Mereredl, 81h1 1901


eNoi-uvelliste
o iajr- xe J o .oi -c~ au, O ox. ......e ci U "-d ^^ ~ ~ o ~


CHtRAQU IT,--- QIRECTEUR-PROPRICTAIRE.


V IZ NUMERO 4 CEpTIMESr jIpartepYD I .m S L20 P4R8 OURDE

Adresear oiates communications au Dfrcteur u j~ a ir.


COURSE DE BOURSE


ft AMERICAI

* Wusur N,-%-York
iJ6 noL:.?, Hie Commilsiow
jf4'anwmoti,ement bleuu)
1. (ruse)


f~miidis~i iioi 6 1/ a
aJ


G. 14.9 /
IS2 O/o


or 18 0/o
a 33 o'
a 35/
a 62 oio


Nous prions nos abonn~s de
a'vser do lwrnoindre irrd-
Rd clans la remiseiquoti-
Se leiauarn=6ros, alin
it dw4 t


NPAGNIE FRANGAISE
DIM CABLE-; T9L9GRSG13A PH IO ~U ES,
NOPNOPOLE Iwu aNOUVELLISTE0
'REPRODUCTION INTERDITE. i

1RCIFL0%A _) Li police a L~o:-
un linag,-in 30.1)a.o11 carlotiches ti
iS) usis Irll 0-tPre empio%".1S1_P:1

VigmNE 7. Edounrd Striuss, fit'
~8m u -imposil e~wdu s-m isalo d
NOW'un'r dp% ineilleurs musicieliq lie YALI u
illlkl esl R 1luute exh-diniJ6.
cuwq a-MiNUPLE 7. Un6 Co01%eilitoii
:teude proehaulielne4il pari
1F NereneiL otlomran eL Cig)ptien.
RVSBOUBG 7. --- Le C7,ir i pAWSS
ul eu revue 8i 000 suldlaLs qiii
4Ie envoyes pruchaineinent sur Ia
urusso-chinoise.
FAIT 7. --- Le travail a repris soii
6rdinaire; les troupes seront reta-
~fOchaineinent.
iE --- Le comit6 riddnI no-
mineurs Ft invit. yVorg nis..iiol,
*agirpour que le referendum
eVeiddicntiojs gUdaarales des mi-
Kl quo e-+ICsulud -
in r6dd atlion 'is premier Oc-


: ~Ru~rass :-i 1i.80.
p.' :ftim 3


L'UESEIGM ENT SCIENTIPIIUE
Er
Le Bien-Hre maltriel d'Haiti

II. i Voir N-adu 20 Avril).
A quoi sont dues 1.1 plupart de nos de-
ceptions ? Al manque de connaissances
techniques Pour le prouver, je vais re-
later certain faii, qui jont dejl peut-ktre
oublies.
Le general V. Dupus, de regretiie me-
moire. Secretaire d'Etat de la Guerre et de
la Marine de Riche, acquit pour le compete
de la R1publique un jovau de bateau-1-va-
peur Conduit a Port-au Prince, it fit la cu-
riosit6 des uns ei des aurres. Cetait la va-
peur qui faisait son apparition dans le pays.
Elle faisait des prodiges ailleurs; on vour-
L4 en avor uoe idee.
Le petit bateau commen;a faire des vo-
vapes dans les localit6s voisines : it excita
I'.Jmiration des populations. A cela qu'y
avait-il d'ktonnant ? Rien, absolument rien:
c'ci.it nouveau !
Le people avide de curiosity se portrait en
foule vers le petit bateau, pressait de ques-
tions bizarre les uns et les autres. C'ftait
l'uniaue sujet d'occupation et de conversa-
iion du moment. Le people ne lui appli-
qu ui pas le qualificatif de a demon a qu'il
applique aujourd'hui aux tramways. Quelle
ignorance Quelle profonde ignorance !
Un jour, vers 2 hres de l'apres-midi, le
pent bateau, i la grande surprise de teus,
.ola en &hc., et. disparut de la rade. -
Charge A fond de train centre la vapeur !
Maledictions centre ceux qui avaient pu
intioduire un tel 6elment dans le pays Et
_pourt.it, c'irtait un el6ment dr-progres.-
Nous y arrivons, nousy.-rriveruir quind
rrmme, en d6pit de nos pratiques routuiii--
res. La force des circonstances nous y
amenera.
D~j) nos Usines Sucrieres remplacent le
Sjeu nu v par la vapeur et I'appliquent a
1'extraction comme a la cuisson du jus.
Elles y sont amen6es par des motits pui-.
sants economic de combustibler econqmie
de main-d'ceuvre, facility, rapidity, con-
duice facite di operations. plus grande-pro-
duction, fabrication de products meilleurs,
6conomie de temps, nettoyage facile des
apparells, el., ic
Sons le gouvernement du general Hyppo-
lite, t l'Alexandre PNtioq a sombra, corps
et biens, dans les parages de Jeemie. A
quoi 6tait df ce grand mtlheur ? Au man-


que de connaissances techniques, t l'inex-
1prience des mecaniciens. -- Outre que le
ateau avait coite une some fabuleuse -
I'Etat, mais un personnel au' nombre de
cent a cent vingt homes avait'disparu sous
les flots'! A qui income la responsabilit&
d'un aussi grand 'nalhe'r ? Au Gouverne-
ment alors au pouvoir. On ne jouc
pas ainsi avec la vie de ses concitoyens
pour de minimes questions d'argent, -
pour une faible valeur de quelques'piastres,
et pour une mince affaire de qiuelques da-
-mne-je~nes de via-1.
Pense-t-on queles r6.ooo gourdes comp-
tees aux families des victims aient pu com-
penser les pertes 6prouvees ? C'est notre
impr6voyance, c'est notre incurie qui avait
-roduit ce terrible malheur Les choses
doivent elles marcher toujours du mime
tr:in ? Tient-on si peu de compile des sa-
crifices que nous nous imposons poori ous
donner une marine ? -
Parlons maintenant des services hydrauli-
ques. Qui a doti le-Paays di ceT immense
bienfait ? -- LA SCIENCE MODERNE.
Des strangers sont venus les 6tablir;
maintenant ils p6riclitent en nos mains.
Loin de les amtnliorcr, de les rendre de plus
en plus parfaitsde les rendre-de moins en
moins coCiteux, no:s les laissons tomber en
'uines Et pouriant I'ut/il der ces services
est incontestie et incontestable. --- Ils sont pro-
ductifs de bien-Itre materiel, de r ccettes ; ils ri-
pondent ii un besoin prtssant el sdrieux : ils
nots priscrvent de grades calaniltis !..
Sont-ils uriles? Sont-ils n6cessaires? Sont-
its indispensables ? -.- Si oni, que ne d-
ployons-nous route notre science, toute
notre energie, tous nos efforts pour les con-
server, les amtliorer, les -ntretenir ?-..
----Exanions d'a-lici tl~-Tr_ s umins_
orii pi- et en Quelle; iniiis -I *.:unit au----
jo, r J'1,ii -- -L 4 -rv:e- y-d.h Lla qut_ de
Port-de-Paix, qui, si je ne mc trompe, ne
fonctionne plus aujourd'hui, a etk dejA pa-
ye I5o.ooo dollars. Le contrat primitif, vo-
te en faveur de Mr Alfred Willimi, alors
s6nuteur, avair pass A Mr K.liner, citoyen
americain etab'i sur la place de Port-de-
Paix mais I'riourd'hui dbcde N'y a-t-il
pas lieu de se poser cette que-tion : pour-
quoi ce service ne peut plu fonctionner
aujourd'hui ? Et pourtant, parmi Is servi-
ces publics, ceux-11 comptec: en premiere
ligne, et sent de premiere necessite.--- Les
articles 6 et 9 du contract sipl.ilaient cepen-
d'ant des'avantages reels au concesiorifnaire.
En intiere de services publics,laoui i n'y
a ni administration, ni entreten, nim.ni6-


II -----------.~ I







lioration,c'est la destruction ie ink- tc ON..Plus bi

b' -tre matiriel, et.ummme consitq8ocn, !..4 N'A i~ P14
biei,-Otre mora
/Le service hydriulique de SI.Marcqui itgii9I WlHl a Vn.


avail aussi coie .0 uu
le contract avait ert cede an Comite de N6-
gociants Haitiens. a ee execute, puis remis
au Conet'l Communal du lieu. Comment
fonctionne-t-il ? Combien rapporte il ? Ce
sont autant de questions que 1'on pourrait
se poser
Le service des Gopaives a e6t eausi semis
au Conseil CQopuona du lieu. Le dnfflt
: avaait 6te -passe pwur ione v de i- 1b. oo
dollars. Lei articles 6 et 7 du meme con-
trat garantissaient au.Concessionnaire, d'u-
ne parr: un, inir&r' de 6 o'. 1'an sur les va-
leurs does et non payees aux dates fixes ;
d'autre part un surpl s d'argent,en cas que
la Sin-,ne hfic, par le coinrat fut depa,.e6e.
Le servicee hJdr nlique du Cap-H.utien,
remi- Ji'bord au Conscil Communal qui
ne .., dil pi; in prendre charge. a Cu6 af-
feriiim I 1'ilin ConcessinnJtre du contract
mnio%'L i.iiii 'I '-OIIIIIm e de. par an. L'6-
tabli ..Linti de ce scr ieL e aail aussi :o6te
-. -.......-. I- ..I io J ld, .1 plu.i ,n surcroil de d6pen-
sc., ..1 k .i ,ILr po-jr inir i de sonm-
mes dues.
Le L.erv',,e hItdrulque de leremie aanit
coCti I jo i.I.o Jollars .-- cedi des C.iat-.,
l. mcine ouimnr:: ceiui de l'Anse a Veiu',
6o.o,,u, : ,:elu. dr Miragoane, 22 OOU
Les vileur; de~er ninee. p.ir ces contrai.
pour nt&erisurcroit de dkpense', etc, etc,
out ti -p'- ~parne ; et le sold -
formCiienT : l'arti:le 2 de la loi du 26 avril
1900, a eie ienv !ie a Ia petiit Consolida-
tion en vertn de l. Conmentiot du 27 No-
vembre 1899.
Le erice lihJr.iulique de la Cipitate a
t d' i~bord renis au co-ncessionnaire primi-
tif, pyui au Gouieriement, puis A d'autres
coinces':nnaire; en rroiicmer lieu au Con-
seil Communil, et finalement A de iiou-
veaux concessionairee. -- Le dernier con-
trat eCi public dans le NN' 1r du Billetin
de I'.\i.iliiure de Nor imibre 19oo --Tou-%
les seri ces publics donL nous venons de
parler, nsi que tous les autres doivent erre
I'oblei de la pirt di G.uvcrneme.-, d'une
surveillance active, d'un conir61e serieux
et se5&re. Or comment exercer cetre sur-
veillance, ce contr6le, si le Gouvernement
n'est pourvii d'un pe sonnel technique, ca-
tL. _C l ._ ?.a
F-_ .Fwn d..s ;tftalilft. Jais le rr.i i ILd
m1-ot fpeui iuf rM F n i'I, fI fi irf, .i -,W,7,
1 il f l J a rffe, dS lia palisnre el in lueg
sirr d'annes. Puisqu'll faut implanter
ces connaissances scientifiques, thCoriques
et appliques, appliquons-nous y des main
tenant, afin de pouvoir recueiilir, I un
temps donou, Ic fruit de nos efforts bien
calculus, bien combines. Semons, se-
mons touIours, afin de r&colter dans un
avenir prochain uoe ample moisson, sinon
de savants. au moins d homes eclaires,
capable et strieux Ne negligeons rien a
cet eifet ; dirigeons dans ce sens notre ac-
tiviti, nos soins, notre concours le plus
franc; le ptbs loyal.
SAttachoas nous former des mCcaniciens,
de agrriculeurs, des 'ngenieurs civils, des
nieurs,miiliaies, ds ifingieurs mari-
imes,'des Ale&Ierieas, des tVlgraphistes,


Rug riamww~imwwn -- -


Change
Le course s'ecstraffernii par suite de 1i
prochaine fermeture de la malle pour Nlw-.
York.- Quelques venues d'or ont 6&t faitesT'i
-4tgoo. Avec d'utres demands, il se pent
quedans le coura k rne le chan-
'-,e mon e o -:-. -
-Tourn6e Pr6sidentllee
D'apres telegramme requ, S. E. le Pre-.
sidenr de lRCpublique a quite Ouananinthe
hier maiin a 7 heures, pour enter dansla
commune des 'PTrcdrs en parfaitesante.
Perchs ( C 000lab ) Cehourgest situs
A 16 kil. S.-E. du Trou,au milieu de moniagnes
d'urigine srlcanique: c'est danscette commune
qute-e trouse le Morne-d'Or Aulreroif, e'teait
tn quarlier de la paroisae te Ouanaminthe : le
,ilarlir. a ile .~rip en commune-de cinquieme
c1a--, rnI 1t1 lurantla clWbre guerredes Ca-
c.is 18-6.) f celte cr.nmmnune a At e le there
de ionibreu\ eornbat. _
Elle prodiJut beauicoupde riz; mais les habi-
lanatl elevent .urtLout des besliaux ; on y remar-
que beauronrp Ir fu- els de pins.
DERNIIRE.HEURE.- Le Chef de I'Eratest
a a Grande-R'ivier-d'- gardenn bonne sante.
Bateaude guerre grec
Nous tenons de Mr A. Lagojannis que
rochainement visitra notre port, ---pau
1 premiere ftis, un bareau de guerrede
lh marine rovale de Grece.
--- C'est le Mia.ouis .
Future doctorease
Aucan-Tretie de loi ne s'y opposant, le
Ministry de I'ln'truction publique a autori-
se I'admission A l'Ecole national de Mede-
cine e- de Phirinmcie de Mme Debas en
qualie d'6tudi nte.
Nou 'oiommei bien loin de I'6poque out
a du c6te de la barber trait la toute puissan-
ce et le grand movement feministe s'e-
tend jusqu A nous.
En attendant Je nouvelles inscriptions
aux Ecoles de Droi; et de Phirmicie, nouis
saluons en Mnme Debas la future premire
Dororesse d'Hafii.
Le Vingltime Sibcle a_


.a daiies @lI',gW 'ridiqu
", I~,.de 1'
;.' aItf ri'U habitants
tfl t'a f trftipemcsse p
du passage dit auarnea,
ap s suki les de

si cae; t ri euse
oIJlI lPuraitan,
via d'une grnde ~eunduequi e
Stoutal leg eai t uviales pro
tagnes avoisinante. II y a des
ePois It Ravines o6 sa profon
elle doann le vertige quand ion yi
Ravine traverse la route de-or
St-Marc I'habitation Milan s,d
.t nom. Elle measure A cel endroi
taine de pieds de large sur pr6srad'
de profondeur. Les cabroiell deti
ceux do a Bourg qui-le trate
posenit de grand dantgei-,- elll
pluiieuse lei eaux qu'elle transpo
awee lant d'imptelioesi qu'elles in
toute circulation. -C'est polnlpIoi ua
eni fr, rendrait I& d'importaibticr
Rdparation de la Digule des
Cette digue, alors solid, coIlruir
de I'occupation franFaise,a lunglsn
Sa' bien-etre desc ullivaletr-s des
par ulne ngligenee inqualfiableda
uu omir qu'un gross tempi s'ann
pas eu la precaution de feriner l1
tW, la rivire dclMaLheuix.
plai i at n 4 y occas
enorm. '
Depuis lors, des terrains A hat
tie la Diguesooutlonverili en kl
presque toute Ieau se hiou'e fri
captle pour I'arrosae de terra
ni&uent en lien et place desa layhoo.
ea td'auttrefois, toute m tSlie
me des tAe1pmes et do i.
detourne de son course p:rsi
l6al des travanx d'endtigiemlent.
considralle aus occupanisdes sept
Auistin, Disque, Cnmte, Li Barre,
la Ravine et Crail. qui seiiles a
I.r4alement auix bienfait d la digue .
ircherese', ces nPlantalioils i priar
habitants inaudisent le mauvaiv
port a roster bras croisi ilevnti
dessUch qiqiandil- anraienl larith
Ce sont ces travaux, d'une si


Commre nns iaions announce, ermer .
3rliermteea- frretfetperonporte -tIdehag- e pi-l sier
article fond sign diuDocteur LAROCHE. re- au sle u
latif Ia ouvrage de Mr H PRICE, intitule : teur aux w'ases le Chefde
pe la rdbablitation dela race noire par laRd- ms de faire execter avint
publiqu dHaiti. son mandate, y engageant so pard
Ne pouvant reproduire cet article A cause mental. n
de son amplear, nous consignor-- comme Ausi .la. 3AI ion de
ratification le jugement suivant port par i esse...il e osidre
le Dr Laroche: ci aCr %l' plain conflance
a Ce livre don't mane un parfum d'hon- 1idu Pr ki t .rm.
t nzete6, de vertu et de bonte, appelt A un i Trmgasantque .
t retenwissement considerable a l'tranger, Le paquebdtt SainSi
Ssurtout aux Erats-Unis oh H. Price a v.- en note rade ce martin, ae
a cu come ministry pl6nipotentiaire d'Hal- suivauts':
Sti est pour ainsi dire le testament lirta- Bordeau -r- Mr et M0 D.
a raire et politique de l'anteur. II fera r6fl6- et WO* iavandah, MrGO
a chir les homes A prjugts. .les detrac- arsm-etrr~i 'Mmes B
Steurs de la race nore parce quil porte lassIe IGZ ,('shine Anto=
hardiment le flambeau de la philosophic PaLft-WPir M r A. CO


-------I-~ ----------


raacr~; ~P;:l


f





















Fr-al'., .0. 6 0PUM ----
afltefllues: Marie Mond6uir et
W, 7tre J. B. C. Dimbois e cona orla.;--
thio- Ollivier contra Lou jaridor leJn
pzr Roche Grellier ooretTiiiiie
an. A rrfa pronconeds, bier: -
fCslks~ ut nnule Is *jWmenti du Iribu-
WUs U.t...IveJ, 16 Junvier 1900, centre
SFuliu. Il..rosier et J. B. Vilaire CAbd-
iwie la ali-e ii &- Marc celvi qui
au Iril. iral civil dei Gonaiives, Il conl-
p de 1llr3jiivt des sieurs wothdiies Ti-
lt Smmu,- i RUMla o oPrt-dFWC(iius-
WSinim1r 'luii qu cow et annule le
il-dotrlillinal civil dii Porl-al. Prince,
ibfr '1401. eumire 1ei poux Bijou jeune
ulds fieit-, renrole Ia cause iJacmiiel;
~qui rejelle. coimne min foaidul, le pOlr
r u..ulr11'S Lemaolne, cuotre Is jupS.
iml civil Js6 ce remwj1 8 dkemn-
Ofitue hit el Paid Sinai ; elui ui
leii

U le panrvoali1 aisr Atbos Thdo.
dlur par Ma Solon 1117nop, ountre
bravalir, dUlienleur jam Me Michel
bJiuemeu~qui ordonuie In veyte
,10 11 r j4 re adj ne a r c b nI- a-
f unlelillues: Niclas Ifnn. contre
Itiai; Daricuremeon'ltr G. Alber-
40iie do Muin-fteoa .
Ofgnie dExp~loljation Agrieole
el faadaaalrielle.
iqiars les Actionunares- ons convo-
11~mble gtnhiinle. pour demnl11
I re du courant, -A bAnt Dt6 mC cJs


PoU-211-P1r-Pri


C04i1fe jeann-iNhet

Real Cfnlnuladl


"b rp b~tlk ic M.lpopnala-
tion aomme' ARpeul*Frqfurw 0.c.
27 MlS.
dO~ieom"nea- LEVICO


en Haiti.
Por el presentese ruega B los Vice Con-
sules de_Espaina en los distintos puntos
de esta Repiublica, asi como a todos los
subditos de S. AM. dar 6 este Real Consu.
lado, cuanlos informes puednn oble"rer
del subdito espInol Di JosO' Garcia Ala-
rido tercer contra-maestre que fnu6 del
canonero Centinel;i, hoy en Haiti, en uso
do dos anos de licencia. -
C;,so de queel mismo intercs;do Se::or
Alarido feyere-ef-preente avin,B se le
ruega presentarso immedintamenteei este
Re;ld Conisuludo.
Port au-Prince, 7 M:yo 1901.
El Consal inlerino de Espana,
'... .. ru7% Tf


Ligne Cameron


, eau mindrale nrturelle frilro-arstnicale
r doiine des 1tLsultaLs surprenants : dHns
routes les molldies qll se basent sBir une
'anriai iso composiiioin du suail: Anifrnie,
Ch irose, Scroflfles, Fa ible.se' q I',urale
,Ic;--- 'l;lns Imiteq les mnlai iesnde a peau,
hinIs les cas de likee-1 fa I erm We-~~i-~a----
ar117ia ,d:aiis les mal..l'lies du le.c,2 fembidia,
Jan. luus les cas ties ibidigesioas chro-
uIqies, Mtc, etc.
DEPOT: POIILMANN & Co
Port-au- Prince.

C I
Cordoniuene il ouveaii Siei'el
I n A.to, a


Grand'rue N, 141,
announce au public qu'il tient 6 sa dispo-


Le. steamer a Ontum v aririvera sitiow. ele.n-ardelesiuivarinia-11 uVelkmonL-
ici deemain mn tin 1) du coarant, et Bon vin rovirg e di table. -- boun vin
parlira prohablement dermaii soir, blunc mousseiux,--- boni vini ll:une mous-
pour les Civye&, kwimvL,,P-oIIjAlQ-seu VeLrnnto dIaieiomuth To-
nio ( Jainaique ) et Baltirmzore. j rino, --lflifle uWolive superieuire.-1`eurre
8 ae iable,---Frornmgc,*--Pois chiche (Car-
Por.-au-Nniuec, banNoai 1),-X b-nsop Lettilles, --- Pite fine, mac-
F. HBRRMANN & CO, agents. caroui et verinicelle dltalie.
Venez voir! Agrpments el salislaclions I


-Wfl W 0 91-11 a


Le steamer < ATHOS a est allen-


Ldininis- et Saint -Marc.--It parti-imlle zimma
olur pour laTGhlombie -er New-
aNO Lo. stearer .9 ADIRONDACk 31
., parti i la mnme date de Ne*-Ydrk
sera ]a 14 tnami A J6rftie, veanant
en e inoton, le 15 aux Uyes betle
Ait4 ja qineI d'oiu ii continanraPbur
iv -awYhrkvik Santa Ma'a( M0100-'


PureLt non pareille.
SonatAiqzaebn abnaarchd .


Sucre Turbin6
Quiaill6 Extra


bie).
*.Pqr p~ s armples *emen Trg Alcool
4ripaw.- a-li.1 11rel'u'c MANOTE, b dzf41dfAV&6

Goo. W TI F."r if de la maison
4gbM'Wdfr Nutu Rtw'~piQM&-43CtPR1~ &12*.


Ligne Atlas


~t E~------- ~, --~----ll- _~ 'Y MA I___


U


[]


- i


=Arim"!


I


I




,r r :l'~.r. 5-.


CHO COLATERE IIAITIENNI


Paul Cesvet,
8, Rue Am6ricaine, 8.


Choelat Ala Vamnulr
A 80 ottrt ......
Gras et 3iZtail


MEDAILjE WORB-PARIS

EAU CRU'SPIN 2111A
Rfq6n2ratrice de Ia Chef elure

des Sues d'Xla'rbe, Meledicinakci
Iotlensive el Hygie oqoe par excellt e:


Ce produit sans rival n'a riende cou-
munavec les hiles,pummadef et autret
specifiques journellement offTerts au pu-
blic, sans en oblenir la faveur pay lew
inefficaciti.
Pourquoi ce produit a-t-il acquis la con.
fiance gdngrale ?
?arce qu'il fait repousser les cheveui
-- de leur couleur naturelle et en aug.
mente la longer et dpaisseur.
?arce qu'il en arrte la chite et les rent
sojeux.
Parce-qu'il le embel-it, et *- -empe-
de blanchir.
Parce qu'il vite lea maux dethte, et fai
disparaltre les pellicules.
Parce qu'il nettoie et parfume, (t parcel
que son efficacite se manifeste auprn
mier essai.
Prix de chatu flacon : 5 gourdes.
IrP'USER comme CONTREFAON T'OCT PIr-
DUIT NON REvtTU de ma signature
DBpoT i Port-au-Prince :
Pharmncis Nouvelle A.-ROBERTS & C,
NoT.--. L'EOu Crus1 nera empache I
formation du microbe quiditru t les cherveu
L'usage do cas produits conserve indifins
__ I l ? J Lnnl d sl., #f 11aan ~ liEl r n i I 1 A


MALADWSrI4IIE GD LOB
deja VCH z-0 ef-dol KQOHIE

Renandous "m M~ag.tm ProlbaNNuYr1.
Pataurs am n t*naHs, e

da Tujo PrL ro=1: 2 50.
.LI1 DENTIFRICE DETHNA... It fisa. 2'
POUDIRE DNTIFRICE DEYHAK. I W.. 2
OPIAT ENTMRCE DETHAN.... I f.t... 8'
Po", runtreim d"- -.
a t n DenIt
fag So S-SEO Is U65ub fAh" AU&WUN
A PeM.- Em OIW, lm l. 11UNI13
MI ftpkwflast. Rs ui L EdLA


aul


Hors'! Co1%


-I -- E U


a I1


168,jue du Magasin de l'Etat.


Le seul MLUUmI WEIIeUt, U~rU.UU LUUA5~U pNIU
awwffveptemtls- lea Expositions ntematiorDhales,,oa I sa qq
fait decerner les plus haules r~compeases;. recmmandA,

ddf de _IR6f1. :1
Ewailles Ca.r el largent ghtem dabsles Elpue4Is-s


1881 2
4883 --2
1885 -2
ISWi 2


1886-1
1887 1
----889 2
189 1
1803 1
895 1
1896-1
1897 1
189i7 2


Midailles d'Hai i-
dito d'Amsterdam
diln d'Anvers


dito de Liverpool T
dito du HAvre
dito de Paris
dito -le Kingston-Jamaica
dito de Chicago
die-- de Bordeau.--
dito de Rouen
Grand prix Hors Concours de Rounn
Mdlked'or et Grand prix
Hors Concour d'Elbeuf. --


Ces nombreuses r6compen-es mrritees par noire longue'
nos soins de chaque here, nous donnent droit d'offrir au
-iaisseurs et aiiiat fbIm i
vienx et le plus hygl6nique d'HaIti et des autres


Barbancourt & CO ont I'honneur d'aviser
breux client que leul
rhlu n wdailll A toules les Expositions, et Hors Cone
plus an- arN34, --Rue-St-Ausinm, a? co-n de ravetnue de 1


hien a -N)' HRue SL-La7are che. MhM. A. M7A CU IN


ancourt & o avisentleurs clientsqui
c our & h nis des moyens pour ed
Erand soin et sous emballage, tous ordres de leuri
ant pour 'Europe que ponr d'autres Centres

bancourt & C 81 ueii Quai.-Gran
curt I 9~ ^ la plus assortie en.
iilTeTre. de-arrosserle, de construction
ywes iftne-4 eenand,


Barbancourt & Co Grand ddt de ?i
page doux et 00
authentiques des diff&re~fe3 grandes Fabriques de King
authentique que nous offrons est un breuvage agr6able et
commander parles m6decins; lea clients n'ontqu'A les consult
surer de ses bienreits salutaires ethyiniaues.

Barbancourt & Co ofrentaux amateurs de
C lea marques et alitms
de Machado, de Orrett (Kingston), de Behres((ia,
Reinas, Conchas Especlates, Oe A ftitl
nas finas, floor fina, Coquellas 6odu
na, Conchas finas Especiales, .ti etos finl


Seul Ageod, pour Haili
ALumiT DESMARQUETS


-J1


_O. .... .... ....


M


I


Lwruz eilrst roricil.


I


I


(111i fir


fm, 'o to fp- tl'M r





m I =


I


w