<%BANNER%>

MELLON DLOC UFLAC



Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/00491
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: May 4, 1901
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:00491

Full Text
Mamae A .- IN 0 Wit


Pm't-mm-Prince (Hant)


Samedt, 4 Matl AAw


Nbuelte

Joiiurwa1 QtzotidCier, Co3mmXercial et d'.&A oziceaC

CHURAQUIT.- DIRECTEUR-PROPRITAIIA .


EROC 1NES I pOor D16artaments. PARH1OIS 4 GOURDE

toute& cozmuaioationa au Directeur du journal, 4. rue du Fort-Per, 4


eCOURS OE BOURSI

hiCa cIuN G.
Wsur Np,-York a


_`Ik wmieLYl ommissiow
101amortwrli: mew bleuu)
(rose)
IndiiU 12*0/0 escpt.
4ti_ Ou o"/-, a
WU6 igou
11-


or
a


PAGNIE FRANGAI
CABLFS AUL~GHAPHRI
L iou aNOUN LLU Si
.."DUCTIOMIINTIRDITE. I

Rca Cue ilept clie ,
te itJ iu i ir -ifiteo iu rej
e 1i ,' 11 :" Ci I;l elxde l C


te I 'Iii "Lt' Milii~aI 0,n
eh; it,~i-11i impetiial. lormp
U cl
HIllNGT, [A- Le col'iseiir

I's iil'Iiil kcipkie I! iStll Ciic
en row..oiii. rIf lUifix. venai

HAC.L .I.:; Le iitiLa,'lS
.t da C4p4uh gue-acom mi
WIN Tvirs fie',d 12.000 toinnf-
a ls- i. Par
liIlnn CrOisqwite tie, ej
des E.iLs.niS, iI a '.tf 'i
"" I a' rbUli F STi
EItr9i le aombre des va

DE JA'tIRn 2. Le minister
a dore I uordre de constrni
IOfl-roarilj sur les plans d
Onietn r de In mari1
.9 -Crise ministlrielle. Ih
Miguel, ministre des finn
94 d~mission,
GTON 3.-Le repr~sentant
4. Boers aux E&ats-Unis, a
de Mr Krager annonoan
Aminque au mois d'Aoi
Le croisour amd
P bat~not pavilion du cou
,est undue iet pour as
-~ r du duce t de Ia duc


E PARIs 3. _u Conseil des ministries
Mr D)elcassd a rendu compt'e de son vo-
S0/ yage en Russie: accord parfait entire
S les deux gotiiveinements sur_ routes les
i12 0/. questions iitressant les deux pays. II
S insisted silr l'impressiou excellent rap-
23 */ portde du ,oyage et lonfirme les ransei-
18 */o gnements sur le relour de nos agents au
Yunnan.
32 --' _Les-op'dratio)s de pose du cable Oran-
ji */o Tanger se sou5 ellectudes sans accident.
*, Mr Leyvlnes ; Iait t'expose genrde la
62 'o joiinee dii l' .I Mi en France.-Mr-cJlMou-
Sgeut esL rentrd de Mjia eill ie i soii vo

SE St'-EIETiRNN 3. Le siindic.At des mi-
neurs tie Ia Loire a dTeildI de iproporuer
UES au tonsiil ,ie l.i feler.tlion ,altn tile de

a la: grtevL g-nrLrjL
.\lDJTI.rT:...:-L.s -Jt-N.,. s-- Les 8a -(istla
ont \ot!- I'ordrei du jouir, dIclr 'i int 1i? rn, n-
'-e'i.le lniiutr li little jiisqu'A ,ilteniii in ,Ie s -
t ce'r- tli.Q 1 tr,,. pi ei,.,iilel. .g1 e mj ient ,It' 'ept i in-
I'iluie Ire tL a'v.t le jour ou Ils relil'l'iilt tts
M r dle ,. ,* I.. L Sur *-ItI.; in Svyloli.. l, I' -
r.i in Rmemal!,, .1 'l. d' ll Ie: ilc iii'i.Je,"- lIL' u111n-
e lle '. ll i ii i .ti'C I l rec lllr.
froi, BEnl.t\ : Ltes *ieux (il.iinlr' l e I la
is puttn iite p ui uri' llt' e S.'1*ii l r'' -irii' i,'nj ii -
1' n11 ', 11hu l I 1,'. lihnceli r i lI in nih ;j ,l',,rii
lti.'es |,l f'; ,! I cl.,.tu ,li. .i l hili're fr -
sledni t
tLe.m- P.L' .3. L'e\ iimp.i %tri Etir' -ii~
idd t l fA, t ,oUii .iLi ia.nuitii u lL t te Partis ,ii b-,r-
3 cld- ceau .li prince lllperial, ce leirce.Ini ,iJi
suite ',vnt Ltout '.l ,,>i. l rt .1t- '1: -,'. I'l lp.,,i-
pnO"'- tkl K_'L Eillni t' p i r I;I villa, die PRa i -t. .1 iihn
riTe -pri; s rl-. I ; T-. Ii--i a .,i'l pri'Cleiler-
s't'j.i m enut ,I luie.lel-I st :.I r'-idil 1 I'i- l- r.II
pears per_' I Ti tit *L'...-r I uilil'i F niuilo-.
ns. rough.- On i-.s -i ,F-iile qie I,- hOT-
tie la ceau tigurAt I'exposition de I'enfance,
re tii qui a dtd ouverle aujourd'hui au Petit-
e J.i- Palais par Mr Leygues, remplacant le
ne iii president du Conseil des ministres; 1'ex-
impdratrice Eugdnie a rdpondu A cette
? doe- demand en prdsentant le berceau A la
nces, ville et en y insistant ponr payer les fr.is
-e-so4f-rsport.tl.'Aigletere_ Paris.
ami- Le berceau a etW place eurue ceux de Na-
recu poleon le Grand et du due de Bordeaux
t son (Henri.V). 'L'exposition renferme une.
it. grande quantity de poupdes et de jouets
ricain qui, A un moment, appartenaient A des
ntre- personnages royaux.--L come Boni de
sister Gastallane a pritd un certain nombre de
hesse reliques.
PARus 3.-Lenmiisitre desaffaires 6tran-


Sgeres corrige le chilre de l'indemnit6 &
demander ala -Ciine, ainsi qiue-Mt-Pi- -
chon, ministry de France A Pfkin,l'a t&
le1raphi6 au minirtbre. On avaitiF'ia-
ird dit qii-el---riromme que a1Chii-re'e---
vra payer ktait lixee 1.365.000.000 da
franc:s;' Ie miliisftre les alTi'res'er:r-
geres aninon'e nnineiiknant qlle ce chiffre
est de l.t;35.0X).Et.10 de francs. Toute-
fois cette some pourrait encore &tre rd-
d?- dit; ie-iftre comporte-tes-ddpenses--
- uq 'at-l*-FI- JIillet.
BERLIN 3. Lanbassadeur d'AtHema-
gne A Washington, Mr de Holleben, a fait
connaltre, dans mi rapport Ason gouver-
nemenit, que par suite de 1'aninmosit
cruisaanlte desattaques centre l'Allemagne
ild.ins dill'rents milieux, it est all6 deman-
l; .lee~ explications an secrdtaire .Hay- -
Le L.ioni Richtbour, secretaire d'Etataux
aflaires ktraitgres, et.son prdeiesseaa ,
le cliancellier actuel, ont fortement res-
senti lsI mauvaises dispositions des E-
tal~-Unis A 1'egard de I'Allemagne,de son
aticun on Chine et de son ddsir de pos-
;I..Tr iin port aux Philippines.
'To'u les detx ont aussi les d4pdches
Ii \V hiingtlon coiocerfiant la doctrine
\Iiim o,', le project d'aurgmenter l marine
i,..s lI:i.ts-Unis de fion A 6loigner I'Al-
Inma, r,' des ripubliques sud'ainericai-
ile.- 't I'opinion exprimne par I'amiral
[e>r\\. laquelle est partagee- par beau-
tiTp il'autres amPricains clairvoyants,
.ite I. prochaine guerre de 1'Amerique
iiran lieu-avec '"Alletmgnn.- ---Tout-cela
le .b teaucoup contrarids et c'est pour
ce.'IL rntson que I'orldre :t Ati ciiT 6 a
I',tl:,saeuiaur WVsbingtui _l'alle:_lie__.
._lr IJayn la visit- doint il ni L illieilion
p ils 11, it.
RENT~s : --10 M.j.

--

Dialogues d'actualit6
II. ELLE ET MoI
ELLE : Ecoutez, gazetier, mon reve
Qu'hWlas! j'ai pouisuivian-sTri1 ve,--_
Est devenu songe ennuyeux !
Enfin, j'avais jet6 les yeux
Sur un charmant et tout jeune homme
/ Que j'avais lieu de croire -- comme
Sont tous ceux-li de mon pays!
Et je pensais : --- sit6t unis,
Notre existence sera douce;
Nous irons le soir sur la mousse








Nous pr=lasser, beureua, coawnts,
En nousdisan des ries charmants I
SMo : Mais...
ELLE. Permettez, ie continue
Un oiseau tombc de la nue
Qii'abat I'affreux coup de fusil,
-Ne sait pa, si c'est sur le oril
Fl_ Ou bien dans une casserole
b Que-son villain hourreau t'immole 1 -
Tandus que moi (pleurant) Oh! oh! I1! la'
Prete...
S Mo : Cassl jruillek, couvri ca !
ELLe. Mais non, il faut qle je d6voile
Que c'est.sou5 une trisw etoile.
Que me suis qise en route, un jour,
Vers Cythkre, Iile d'amour !
S.Si Christ lut couronn6 J'bpines,
O_ g.azerer, bien rt devine:
Que malgre martyre et ma fot,
Mon d6vouement et route moi,
Cette couronne meurtriere
Je ne r eus.- malgr6 ma priere!
-. Et vous croyez, (pleurant) Oh! oh! la! la !
Que c'est...
Mot : Cassi feuilles, couvri Ca.
ELLE:-Non,Monsieur, non,je me gendarme;
Car enfin n'tant pas ans charme,
J'avais droit, sans aucun retard,
Au moins au plus petit regard !
Convenez done qu'un hommehnromn ter,
Qui vient se jeter a la... t(te
D'une ieuesse en floraison,
Doir avoir, au moins, la raison,
i,,on la rime de se dire :
Jednis enrrer dns- cr empir,
Enconquerant,(pleurant)mais,oh! lA !
Si ie... j
Sifo f : -- Casi fruilles luri pa.
ELLE: Ators vous passed la truelle,
Gazetier, sur a I ine a rebolie
D'un 6pouseur... n'epousant pas ?
Vous me nettez dans I'embarras,
Ca!.
M ol : "'Mais... : __
ELLM : Fini'ez ce manage,
Aussi bien vo;re blanc cortege
D'absurdes quali'i-.tits
N'on. helas! p.s dt positifs!-
Of. ;e pretends, o0ire que coite,
ChIlber mon a navire a de route!
Je ne saur.ai pour tous mes Iours
S. Me _pri des ines nmonurs
.\Auiqelles ont droi[ sur la terre
Ce qu. n l n pr--. refractaires I
Je va:s donc. vous le croyez bien,
Sans p)el bri-er le lin
Qui i'.ittrch2 malheur insigne
A celui que ie crovaii digne
De me-Cpeutint k)oi,nmonsieur,uh L lii I
De me .
Mo : Cass fruilles couri ca !
NILAUP.


N3UVELLS DIVERS

Change
Le marche, ce martin, n'a gufre 6ti plus
anim6 qu'lier, bien que nous soyons i I'a-
vant-veil" du depart du packet.
Les acheeurs offrent de payer r48, mjis
lcsvendeu-~ n'enteodent point dCmordre A
itoins de i o. Quelques petite; ventes d'or
oat 6t faims i 149 /..


La SemaIn 4 ait, Dkonqj Charici


A-tm les-n ponts de v"e., carut Smem2
qui s'achdve aura 6td vraiment pitoyabti-
morose come Ic tempstristement pluvieui
qui a continuellement d6robn a notre vre
le bleu de notre firmament, et embourb6
nos pas dans la fange de nos rues.
Et come pour symboliser cette melan-
colie, norre numero de ce jour est endeuille
de necrologies...
Le journalism en a ressenti le contre-
coup; jamais periode ne fur pour nous plus
rerne, plus vide. 11 y a bien-eu la fete d-'
z'r Mai, mais.n. ons. .- -
Esperons touteflosendesacielsa meilleursi
N6crologie
La nouvelle de la mort, i Paisance, du
_..- k. U n ... -V1


nous est parvenue hier a la derniere here,
par telegramme, quoique pr6vue, ne nous
a pas moins surpris-douloureusement. -- --
Henry N. Prophete nrtaitag ue .de 34
ans A peine; il naquit au Cap-Haitien le 8
septembre 1867. Ancien r6petiteur et
professeur au Lycee National de Port-au-
Prince,ensuite employeetchef de bureauau
d6partement de la Guerre, il fut 6lu d6put6
au Corps Lgislatif le to janvier 1896 et
reelu en 1899. Son intelligence, son es-
prit delike-Ii valut, a cette dernitre Legis-
lalure, le grand honneur d'etre 61ev6 et
maintenu & la pr6sidence de la Chambre.
Ses parents et amis fondaient I'espoir jus-
tifif de le voir atteindre L.une brillante si-
nrin poin e ort inexorable
en a decide aure.nent. Qu'il repose en
paix. important notre conlraternel salut,car
Henry N. Prophtat mnilite longteimps dans.
la Presse.
Deuils
Cette nuit a succo-bh Marn e Th7rie M31r-
gehne Frideric 'Brutus CISSA(, muniedes
Sacraments de l'Eglise.
Sesf es uaront eunrtteadi'qt'..i i
3 heures pr&cses de l'apr1 -midi.
Le convoi partira de a maison mortuaire,
sise rue de la Revolution ou de I'Enterre-
ment, N 1o4, pour se rendre A l'Eglise
Sainte-Anne.
Nos condoleances i la famille.-


WIZ,:_I-r w -It 1-.1 -


4F


Aftata M~ .~it~' i.,' 'dI
--~i 180, lblehia~ Dora.i~Y
seo& ller k-. -_1111 w lJa j
moire vOndiAe, ql pnt poiers
Elle await alore neuraa I.TC'l
auLatx Apoir M. Miebaud,
lear toit, ef enfantaoumiae edt
qu'WU'j6ur de son marata.:e ayec
dail, le I- Fftrier 1900.
Deow moie Apeine aprds I&
mire, eile Pa suivia danns Ia
A n c im e tik o M e u r
nonqA ian diacoureln kbre eu

Puisse-!-efle li-baur prier
son 6poux el ma parents infortaW
Echos de J~rna
Pin.; ;A 1: A- -Il ~n as


nos ranges. Mereredia matin'soa
prdnetrante douleur de voir part
nelle et aie vienotre ami Em.maJ
avec toute a vigoureuse jeunese:
merit 28 a I... -
Sa famille a perdh en lui un Hi
tueux, et la jeunes*, un ami d-
cour franc et loyal, come on 'a
chez nous.
Le convoi qui entourait sa to
avec I'attitude morne, recueilieqi
toujours la vued'un tombeaueune
touehanis, nais philosopliques ia
par Mr Merlet, et le beau drwoumr
rest, dans an lam age religieux, pi
l'apolhgie de rl'miti que le dfuetl
cerdoce- ensuite, pour entamerC
sion bietn 8setie d'une foi vibRnI
question de ri'ixmorlit deiie-~l
Ce mime merrcredi, el more
annoe, Madame Archibal MON
manda Stood'ley...
Ellerult uie vrtlueuse gt hosn
nomnbreuse famille, qui a loujotul
tA'nt r-srer O-a -ea2tCtt .E !
Encore ce merredli, un grai
conduit A son Jieu d'4ernel repot
-mibtocet ul~atd-andtatrii


Fourcat4d, l'inarhoiible -geC
avions depuis 4868.
II a laisw6 de viON regn'res chel
ceitt separation doit 6ire bien
4pouce arec loquelle ii a four-ni I
ipees de manage, on vent crQ!@
menage le moinajeune de Ia ville.
Nous nus -asaoeitansCsine
bld-etafa C1Iid- A tinPM-6 W


soir Fiiix 'Divieux,- Ag6 de.-i ans. Les fu- condo` nces.- UN JtlU EN. -
-nrailles auront lieufcerre apres-midi. BUTletin ortttW
Nos condoleances A I'ami J.Verrolor, phre Extrait du--4 *grees IeRA
adoptif du jeune dfrumt, ainsi qu'a--Mr Mai ---
Jules D&vieur, notre sympathique confrer. -.leriiia Lafortune,
de'la 'Rnmd. -C-arotine i ttoirne,
Echo du Cap 3 Lucina Jo.Pierre, spouse B&hei,
Mercredi dernier est mort dan; notre ville 4 Vicroire Paul,
Mr .aint-Vitor Alexandre Tarry, 1'ige de 5 Edouard Mathieu.
49 ans. Un beau convoi l'a accompagn6 6 Charles Joseph,
usqu' sa dernimre demeure. Tribunaux.
Nos s mpatniques condol6ances aux la- CIVIL. Juementls rendus,
milles Tassy, Vincent, Latoitue, Bkliard et Antoinette Firo, Erie An
Arty. Laf.toant, maiat Conmniiili-,
Eaho de Pedit-GoAve A. IIraux, avocat, et Ed. 'wo
Le vendredi, 26 dernier, a 5 heures du Il'Eeignemenl;-e-Ite Elienod
soir, un convoi nombreux et choisi a conduit i frre. .
saderni&redemeure Madame Gertrude Charlol, Affaires entendieu: enlre. l
spouse Fernand Siclail. more en celte ville, ce et le sienr M.Vellen;;--enlr le "e.
jour 2 heures du nmatin, i la suite d'unecour. kel el la Socithl Agricoleet Indu4.
te maladie i lali.e elle ie 'a pu survivre mal. de la Gonave, CcotiLin.uatio A
grk lessnins assidusde son 6poux et de .ae pa. entie radame B3orcdia
rean,-laismantl apr elle uu enraul de 5 moia. Darmelus Maison, ( continiualion.
Clte mort qui eat une perle pour la sociei entire G. Bocoet Massillou
du pays, courre d'un grand deuil les families A quinzaiie).


- I I -.L- ~~--L;


, n
e
*
Le 9 :
"


*


I


J


r


I


.


I Cs; moi:; suimiefuent hief a f e hea re s o r~v up


I







-- ---------------


-Groad-G4~S3 JI.901 r.
de C2Aswka MiaUmLOWN -
Huiaiim. Porlt-t-Prince.
ejeutnemiah.. I -
moi de o'amir pae plus t51 repor- i
Ma' iifique circulsire do 27 Fdvrier
oe r nomSteuses omupotioal en abwor-
aiea moen ae aO s 'ftvaie pas jus-
le Iniiir D&,' aire pour rpondre I
*sets imapetlPutaiarculire. ft ili
ce nr4 -. Dimua 9 wa, par.
afte~hra.%aq '-n'ofl o'aieoul
lui dejj'offen.v Monlaigne ni an-
qiae N'on etiI rpondre A on travua
imowe celui que vois m'aver fait Mlon-
s adres,'r, vo-i ernivre el vous r*-
:Wn de-.-pkulo -purt philanLhro-
eprnciples peinet qui aili.
maize espke. c'esl I impossibililb ou nous
on. ii sourent de ,4aliser nos d6.
pl parents Je voudrais, !dessiears,- -e-n
i qoie jmccepts P'honiteur d&Ire
rdde'i'.rr que you. arez eotreprise
vou oi.i ir uoi conrours puisaist, et
r par a.inw. lavremenl. A aesuier so:a
MuiA It~ Otreintes de ce Monsire con-
i vois t..ulez derendre notre floriq'ante
Preri-t lt un peu tout lIe monde!
moli entioreadbsion A beetle Ltoure
lirite 3incerenieot de l'saoir ooo~ue.
elilr ii -lle qu.mis WavIVez pescrinti-
r, %.ii fail honneur. Les grandes
Sons, ew'.ne cell-si, ne soot I'apanage
&ugrmnd- tpi its. Eax geuip onL lecoura-
ieI-coai.iddraltons d'insuco&, di
4dedtrapmeuts di todleS soes, i
1 6, IIWI4 SguvPt'L tia aurnder plue
,1, it(I1I redoide, I dkouffer lea tll -
Splo' Lbelles, avant Lidme lour complite
*lu. lolljnlirs do Ce caurage-li. Mef-
afd~. 'I i eeu !wq lS solli-
S'Jui. f'e.e en 61re comruincii. lie Sill-
tuo fallre dlrmi. vous fere'z auvre quli
eturez acquis ilus d'ui droit A aladlii-

l avec le mon ant lie I roi
etiqatinn. I'Rmsrancede on.1 emlier
enil',.Pure.
Weil 'it? 4111ceN I4~ L. MILORnD.


NE PUBLIQUE


li Emm cnuel ixw1f,--frnre du
Ude la Douance contrequl I po-
fisk Li semaine 2voir

Ces pro-
e nt, arait-il, en ce : Mr Ca-
r nt Mr Emile Labossiere pui
est un citoyen paisible, lui a dit,
Wement, qu'U appartient i uDc
qsn uslka k wist dams
COrTwu, at qwU qulk qua sot la
k 'flimina do'. ede mwsa wru-
ZI lromt lomjimrs -onsidijbs wronme ds
Ste...
qoc Mr Emmanuel a enwndu
PS paroles aux amis dio Gouverne-
eutorent le D6IigU6.
aabuomeet besuin d'aller de
temps pxr consdqen: de finir
Ap i ois qu al ji d a're & je-

d'une Nitaigirj~I~rDC
MiU a rtnJs


SC'esCta rq.i.M.filcditdns 'Autorite quelle correction avons-nous agi en I'esp&te
de son auitue. Nu nle croons pas que notre ministre
ii-----i rele la question, p-r-
Sa tet- a eel venturi de er ans e
SNP aons Fa r. le si Nt onal ville, exerCant le commerce au m6pris de nos
-beaucoup de plaisr. le discourse 6minem- lois en vigueur.
ment patriotiqwu qu le De N6gu-a pronon- Ansi-.Veau 29 Amil, 1901.- LEPETY.
ce surlaplaW.pEa2nrmes le 7 Avril ,coule. --....
Ce discours qui conitient de nobles idees,
faith honneur au Gn6Tral Simon. Comme ANuATIT A l A
lui nous sommes d'avis, dans I'intrter du U IA ai ii
bon ordre, que le Gouverneme-t rvoque
-_ fn"ci"onnr mpA bl dam_ Les ConcessionnaHires du Service T6-
la conduite laisse A d6sirer,--- UN CAYrsu. I1phonique et dir. Serviceid'Eclnirageqj -
._______ -n'ont pas encore retire les obligations de
S-- la Deutte Consalide__titres roses ) qui
AL Cherlcher d'avealres ieraee leur reviennent, ainsi que les porteurs
Depuis queIque temps nousnous rouvonsen de recdpissds de la Commission Thol.,
bullte A un Syrien qi n pargniea hisolument rn soint iInvites se p~ seiater dans le plus
pourcrMeru r pays ut-tr-aaie.affairD lai bref dtlai & In Ranque Nalionale. alin de
nou- avons eu a signaler son 'arrogance el so fire COnsoid er eirs creaiices par ies
conduit intolerablesaux auitoril~sconp4tentes obligations de la Delle Cousolidde (Titres
etau publictencemoment loin de s'amenler, 1oses).
it vociftre dts -invecties les plus abo-iiniables Les obligations fimTses avant le 20 Mai
envers le pays. Ce monsieur nomm6 Horace Les ob ton es a e a
est commergant stranger; pour pouvoir exercer courant participerent seules au Tirage
1pgalement son nkgoce, la loi lui faith obligation d'amortissement, la mise en roue des nu-
d'habiterun portouvert. Acetteoccasion, notre meros de ces obligations devant etre ter-
magistrat -eommem al4ui'riVit i laain_de I'an- minCe A cette date.
nbederniere, pour lui direqu'un delaide quinze
jours ui 6tait accord pour quitter la 3sille, MM. les porters lde titles de la Caisse
aisat donn qiue la loi defend de delivrer pa-t de 100 gotires
tente A aucunt commerant Alraoger qui habite d'Amortissement d, 80 et de 100 gourdes
un pot fermi. 11 fe imia ele nilles celle ,onm- sont invites a les presenter wivant le 20
munication I'amiablp. Quani le I mnaitial vti Mai courant, dernier dltai, A la Banque -
le m6pris qu'il affichail, il aasigna 1e diL aieu, Nationi:le, pour dtre convertis A 6012/3
Hornace la justic,.de paix; il necomoirut point en Otlitig'tions nouvelles de 100 dollars
eLfu condamo pardrfaut i quilter sansilelal. or aintrcain.-
II vifl-eRe,-oppotioll a ce ,. u es i
telvalle par comnmlnicalions riee i le ha.l It l mise en ro e aya-l 'IiT-Rife, lie pour-
triluital mendit u. n,,lh'ejugenent con lradictoire
erlte deruier tndit u qm, l i amenorda tc tlade raiet pas participer au mirage annluel du
mural d'nn, mois pour quittllr.Ce dei nier juge- er Juli prochain. .
meant lui flit siniWh ave nnmmnandenent. le
-delai perirn, tebaclhamwia amace s'en i!orqua. Emprunts Consolide~ 1900 12 o/o
On, lui liL ilaIlif conimandenienil apiAs ce, Ic me a -
rrceerul coiinunal actompagnp du juge de
pail, diiugrefficr, du commissaire de la poli., la l.i Rque N.tionale d' Ha;iii :I lhoil-
at i'nn hr5le tjiuridIlojrmer rles iitres-cs, qu'ils
Hiacr I p'I lu, dire de iuuloir paaer les trais penvet, a parijirfi i 0 coir.nTfltncher--
de I procdinre et qu'un culit de I nois ours an.s guir hePLs 1n1e ol-:iiie r1,part'ilion ile
lui .rait aqorvud, pour emballer .es ,niarclhan- n ,our ceut ( I o) sur le capital et In
dw-, o,i ei ca4 de refuse. iui -lront furci ,le IPs pour ce I /. I illlOtrts du Ji-r iau .3)
m, tlre ur k cal seau et l'obliger A di les Avril 1401, sr s .olde iLprs Iu d u .lin
lhux. Que lit -.e malotru en I'roccuience? e Avril e Uris Ia d,\ii.e
dabila de- injre le- .plu o inumonileA A c reparLiLioln, conlre re .; t sltlr priseil;a-
agenls, liju es que notli moralilk nous-i'ei- Lion des Dons.
r i relalei.eiicocluaiit qu'l faut quedie -
navire- ei au,ers vi,riieiil lainr ,itliatdtl- l r e- -- unta C....0i 4doAi -Lk. _'_' _
ipa)!u4e -nonceaude ceiidrfset tournaiIt L- dos e nartiion
A ct-s ulolt. ifJaur-ahaiii l donia alla ;Te- --
jeiant A tenr face --tote- tes demuis' ijifwoble-. Li-anque Nlationale d'H; li a 1hoin-
tesgenis lsataint eji dansla nnals o,; pour neur d'informer les iul press_ qii'iis
rester corrects ave la loi, ith invenrtol iAent peuvent irl-dif-i-L ournit. oicher i
le manrchandiase qui se it ouiaient dans la inai- es ~ulheli ue huitime- -eparlition -de_
son, arposielnt des scelle et en consliUereit r dem pou-r ..f.._-r ta -
ganiell le Cominisai,, de police. i p; cAvril 1901, centre reus et sur
Pourquoi ce nomade nous cherche tant de Avil 1901, c e s et
clicanea? II I'a dclarA sans crainte: ii seut que presentation des Dons,
soil consul fase une action diplomaLique au Port-al-Prince, le 3 MaiI901.
pays: par li, il fera sa fortune on le pays
tournera en cendie tou tles boulets des canon
dons ap ;'ialit de toiles de Rouen
ulne. nous demands at le Consul rnCis i toll f
i a soss protection ce noiadpai,- p SzI __1 xL
j uoe m'esprimer ainsi, la nation hatlienoe jus-
qu'i ecouter le raconta;e fanltaislae et imagi TOile B draps
uaire de ce chercheur d'avenhires pour fire au T d p .
pays une action diplomatique. quand tlol le
tol que nuus aTons dans clle affairs ea de, A chenmises, etc.
wmuluir mettle en ezcutlionl nos lois en iueur. aot s
Nos artoll pris foules orts de prerautions. tP ix wo, 6s.
SM M alv n ll, hn f.t, qu, T nors i one
le mtiheaur d'tlre uie nation failed. Ami avee 2, Ra Tra,, ik. & 4, 4 O COW*&


-------------- -
__ --- :---
--- --~ --------- ---- -
---- -- ----------
-,-------




S- -- -.- ---- -C- -L A


AVIS

CHOCOLATERIE HAITIEW


Paul Cesvet,
8, Rue Americaine, 8.
........ ocolai.ac -- Vanille
8--ai----lei-T Tivre.
Ghros et ; hC'D tail
MEDAILLE D'OR-PARIS
__ lAJIBRUSPImNBLA
Redgneratrice de la Chevelure
Composee exclusivement
des Sucs d'Herbes Mddicinales
Inofiensive et Hygi.ique par excellent
Ce produit sans rival n'a rfende com-
mun avec les huiles, pommades et autre!
speiifiques journellement offers au pu-
blic, sans en obtenir la faveur par leur
inefficacitd.
Pourquoi ceiproduit a-t-il acquis la con,
fiance gendrale ?
?arce qu'il fait repousser les cheveu:
de leur couleur naturelle et en aug.
mente la longer et epaisspur_
?arce .qu'i! r: arrateta chiOte et Ies renm
S---- UX.-_ s---
arce qu'il les embellit, et lesempkec
de blanchir.
Parce qu'il ivit-- l-s maux de .r-te, et fa:
di~'p.raltre les pellicules.
arce qj'il nettoie et pariume,i t pJrc
pI'.. -n efficacite se manifeste :u prt
miefr 351'.
Prix dc Chaqiuc lacon : 5 yiurdes.
FLrus:EPCOnmr CnCNTREFA(qON TOUT PR(
?UIT NON REvtrU de ma signature
DPor T Port-an-Prince :
Pharmacie Nouvelle A ROBERTS & C'
NOTA.- L'Ecu Cruspinera empcrhe it


L'uage de ces produils cov.we, indifin'
Ient u'e belle et abondante chevclure, ft t
euzcii. et soa~cis.


__ iestorFeli ..

4aitre-TailJeur, tres connu dans le
)ays. vient d'arriverde son voyage
Sl'Etranger oi il s'est initie aux
lerniers progres dans la coupe et
'art du tailleur.
II a ouvert son novel atelier
0o -46, rue Bonne-Foi, entire la
?harmacie. Roberts et la maison
)hermeyer, et offre au public et A
ia nombreuse clientele un grand
hoix de costumes, bien soignes
)ar les meilteurs ouvriers.
Promple livraison Prixi odert.


Hors Concours


Le setil rhuni lonique, forliflanI el hygitnlque.i
alfronter to iles les Expositions Itteroationales, ouj sa suP6
fIlfal dcern jo
*ts- m-dicaIe de--ranee c d'Haitilen Loute sincrit. V
officiel de I'Exposilion 1nt~rn.itionale de Paris. -Neuilly1
I0daillei d'or el d'arge.I oblemmes dams les Expesitions muaulmi
18,;' l 2 Ntaillt es d'Haiti
89; -2 --ltu- d'ArnSrerdarn
18K5-2 dIio d'Anvers


S8,13
Its"A;
I X~4 Ii
I 8c 95


--I
--1
--2
. ,
-- 1
--I
,-- |
--I


lX8O7 1
18971 -2~


duo
duo


dilq)

di to


dle L.iverpool
(III Iivre
det Pat-is
le Iiingston-Janmaica
dle C hicago
tie Boldeaux
. 10 Hnmn---


Grand lirix IHors Concours tie ulo tI,

I lirs Conicouirs dElbeiff.


.?~ua'n ict~'~ r'a ut~pcI~e n uitriIes par notre louigiuc praA
IIb s'ail aqiTc 'Iu.ijtie )ieurt'. huotis donnent droil d'olfrir aitx VJA
-tiais.,-urs 4-;wx a al-etiS tie, lon -gott Ate-R-htRnri-e1 ;PtT1i
Vieilx tct k- [llus lI31Ith*i(Iqlle Aailfi-et des aiwres AttliUest


Barblancourt & oout Il-onrmetur d':ivi'sr Ieui
hareux clients (liW liir-di
'IIIIiii wc'~liiai I It lt t'aiif~ Its kxpsyoiiions, ci Hors Co:neoiM
ptirs all Nq *31 RBie Sf-.XAuiushin. aiu coin de Iavenue del'O1
lienri .Ij V a9. I-9,R St Laizare. cte'. MM A. GlIuck & C(,e, pi


t -


llarbaieouI &i C4 (; avi-ent ietirs chints li Iilssoi*
nis, des ruoyens11 Pour exkucu~ffe
ik I'll];i t1 l SCu l )Ll ; tfh11-1l1n foils ordres de ]eiit l
n i'iue. hill LL 19t If Eui ip-.ji 111t.J

Barbll tcot]rt & CF ( 8 Rue du Qnai. Cirflnde
L~~" -9 Ia phis assortie enati~
peiutlurcs fluts, ci iile;#nt-e--Pa I PortIand-seu s dopo*i_
uGuinness s Stout Poiltei- Btill Dot.


Barbancourt & C Grand dp6t de Kola,.
rl tancoul I Ot _-- & Cpagale doux et set,
authentiques des difforentes grandes Fabriques de Kingston..
authentique que nous offrons est un breuvage agr6able el fortit
commando parles m6decins; les clients n'ont q u' les consulter
surer de ses hienfeits salutaires el hygieniques.

Barbancourt & C offren aux amateurs d
d -lCOUtr& Les marques et qualitls de Ia.g
de Machado, de Orrett (Kingston), de Behrens ( Habana i, com1
Reinas, Conchas Especlales. Operas, After slIPPe1
nas finas,flor final, Coquettas flor fina, Bouquets 1
na, Concha's finas Especiales, Entreactos finas. "


- go, q-1 -