<%BANNER%>

MELLON DLOC UFLAC



Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/00361
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: November 13, 1900
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:00361

Full Text
-PN tFPrf nee (1am) Mari, Novenilii'e 1900





-ouvel-iste

b, Corrumercial et d'Aii, ~ces

~': I1ORAQUIT,--- DIRECTEUR-PFOPRITA IRE,


0- ei pour Ddpartementsa. $ 1.20 PAR .OIS GOURDE

"U.-Jeial, "4, rue du Fort-Per, 4
k;4L" ~ ___.. ___ ~ ~b-~~.lsraoZD~,. AL


DE BOURSE
-:8o-8I */0a
r ~0/b prime
w-York bilets 82 0/I
.sur N.-Y. 3/4.0/u prime.
-o 2 */o 2-/o oescomptir
f */ 6t */oescompte
sw, "mn 23 o/o or
mion 1897 22 "/o
Ilh Commission 6 /o
t, elon quality 9 1/2
tes' To 1/2

E FRANCAISE
TELiGRAPHIQU ES
Du uNOUVELLISTE*
ACTION INTERDITE.4--.-
-'Dans, les allirres de Chine
Ition:,ires chinnis oult t6L
prtet-Lce des forces alliees.
Itile Ibs boueurs contre les
LaL e'ld mis en dBroute en
perltei normes en morts
imie.,. I'.aigLais a public I o
_r leia eenements de Chine.
Le president a signed
elTectueL des changements
is I' .umne i Cuba. La di-
ser,i 'lordnavant coinnli
temrit de Cuba; le gt6inl-
ernouti'ctuel; iuLn le
l'le -- ilipariemn. Le
) nffiomi-ancomlffiin- I
tef met du Miss i
le commiuidement do
Laes.-
.Le bur% su recense-
r T de Il
t-gidq' east, en ,
ka, lea .. es Hawal el
r de '7205.2200 habi-
e 6I.009.756 habitants
on, en 10-ans, une aug-
i5.t habitants soit de
population dePorto-
habitants d'apres le
il par l'autorit militanie.
Consieil des ministries a
mmie de traivail qu'il


I il il soumtUrL Lr I f i I1el bii r. I I IIlL".i i dint une arn.,n I I-ll .uill.i I i. i'. J -
cla;I lLril qiil e pIhi.il\fri[ e ll. nI pl i i if flectul ,'tse. ',le I L I l].er nu;dl in. ill
MLre ametn ~ it .aire. Ln c:binet insistert tbusles 6elments de richessequiexisteraient
ce. que le budget oblienie la premiere dans son sein.
place: ii accepter.i cepeniidant de fair En principle, un Etat livre au commerce
line pi:Ict' ;aux interpellalions en souf- exttrieur le surplus de sa production et lui
fr,:.I'i, telles quo cells relatives anx af- prend ou des articles qu'il ne produit pas
ft'ires dIo I1 MailtiLiquiiti u x iTlikTfieiiilIts- on des articles qu'il profit eu .trop f.,ble
Sengail et mux (veinements.de la mission quantity pour satisfaire A la consommation
Voulet-Cha:l0oine. generale de sa population. Normalemnent,
tout le commerce international est IaM.Lais
lorsqu'une nation achete de strangerr des
Colme nou Iaios prmis, nous extrayos products que, par la nature de son terroir et
I'lnd.ustic a, rarlticle si vanI ,ni jdicieuse- des autres conditions du milieu social qu'-
Undtishslr ir ), I'arlle stfivatit il i jadici euse-
iment aitie---- elle possede, elle aurait du plut6t lui livrer,
elle se place en dehorsdetoutes les lois co-
e la n cessite de perec nomiques qui rlglenc la production et les
leu cntxl es et les xi- changes. It y a iL un nna reel don't elle
dustries c.qui enr prern pWnxt ne doit pas souffrir scule, car ellc n'apporte
naissance. pas Al'humanit le contingent de force pro-
ductive qu'elle lui doit. D'autre part, cette
Le d6veloppement des cultures et le pro- nation s'expose a ne pas prosp6rer, oblige
grcs des industries agricoles peuvent, chez qu'elle est de vivre A la petite journee, de
une nation, d6pendre I'un de l'autre dans ne pouvoi~r-s--leu dessus des besoins
une assez large proportion Ce qui indique purement physiques. C'est cette insuffi-
quelles relations 6troiies il existed haturel- sance de production, lorsque ce ne sont
lenient entire l'agriculture et les industries pasd'autrescausesplusfunestes,-quioblige
diveises qui rclamient d'elle leurs matieres les Etats a court de recettes A recourir A des
premieres. Aussi, la question de l'utilisa- emprunts ou a des expedients de tr6sorerie
1ioI des matiires industrielles fournies par Pour pouvoir fire leurs depenses. II est.in-
les %6getaux, dans le lieu mrme de la pro- discutable qu'en pareil cas on aura beau
ducion, acquiert-elle A nos veux une im1- surtaxer les articles de premiere necessity,
pot ance aussi capital que celle des d6bou- on n'arrvera pas A obtenir un equilibre
chis reel entire les ressorces du Tresor et ses be&
I s doute, unpavystrouve de I'avanitage sins croissants. Or, un p.iys don't la pro-
\ li. er ses matieres preimieres aux marches duction est faible et restreinte deroute en
eai..ngers pour etre manufactures, si les quelque sort le fisc, a moints qu'i. ne pos-
prodjits industries qui en r6sultent, rap- sde que fort pen de services publics orga-
portus dans ce pays, doivent coOter inloins nis6s. Ce n est plus des lors qu'un Etat en
cher que si les matieres brutes y iaaient voie deformation.
subi la preparation industriclle L'industrie .Cest done une n6cessite economique
n tionale a tout inte6t&,au conir.nle.. :i S tiu. d'u o inpoii .nce qu'une nation doit
parer de l. matiere premiere pour l.uendre "I por t . satfaction de ses besoins
piopre a etre livre A la consommi.ion. ..i ord. les iai.nres premieres qui lui
cctie m.iiicre picniucrc ni ai.uierE une .- r. P.'11'n i n "L i ii Elle le
leur reelle que par la pr6p.,r.imoi in W ri- t W bailoau,-~lus i I t. brui', /
elle et sidlle ne peut itre un .irucl ii por- trop pcu diptenditLii v p ur' exports
tant d'exporation, soit en raison dE son avec avantagt:e n acquirenit id eleur qu'a-
).as prix, soit en raison de son insuffisance pirt qle 'ind.istre sen esr empar"c pour
irremediable. En agissant autiemeint, a na- di tir,.iiiormer en produces inmedi.iemeni
tion perd A pen pres le produit brut qu'elle utilisbles.
pourrait utiliser a son grand advantage et Ce niest pas toujours par des operations
se faith en me:te temps tributaire de l'tran- simples, oh le sait, que lhomme arrive A
gor pour quclque chose qui est pour ainii s'approprierles chosesnecessairesA son exis-
dire a sa port6e. tence. La pluptrt du temps, elles lui sont
II peut arriver aussi qu'une watiere pre- fournies-a l'tat bra.t par la nature ou par
neire soit considered come une inutilili, le travail agricole. II fOut qu'il leur fasse
fiute d'industricsurplace capable d'en fire subi"iine sCrie de preparations oude trans-
une ntilit.. Qui ne se dira pas que, poss&- formations pour pouvoir les utiliser a ses


1ILm -----~--F1I-__ _~___~_~


__




*ar; .f


.*. -.... .....I-C,-


besoins. De 1I la division i,
travail.Or, le travail'nati aKit:
divis6 pour que ses-produits i
relativement bon march; ssez vari6,pour prediction '4.RtRdolp
satisfaire tous les besoins, atant qu'l est qul gKit ,2 wdA e1t
possible. 11 ne doit s'arriter doac que de- de g9ce '1W9, 'ilbs'6
vant les sculs obstacles qui lui sont cra6 dans I,... vide. M la p
par la nature, les conditions memps du mi- l00 ~ r M
lieu social. ire '.dV
C'est une loi de progrks. Cette variety& de ,' ie flte r
du travail qui engendre surtout les petites qu ea nise dJi4
industries, est "-t-r.. i,
udes services qu'elle rend dans nos so-
ciEes modernes si dense d4W-.lid~hio
.aux prises avec tant de besoins multiples.
En jetant a profusion leurs produls. dans
la circulation interieure, elles provoquent sBondiravmet mu
le bon inarche des articles de premiere nO6- noegease mor tastebul
cessitt, assurent l'existence A des milliers Femme, to pressera I'ae
d'ouvriers, rcpandent I'aisance et,par ia con- Sur ton sein palpitant. ton a
currency qu'elles font naltre, stimulent 'i. Do leur Meatd'or pur r
Ht toi de mame, Terre, eaem
initiative privee, I'aotiviti intellectuelle,qui Fantasques, chim6res de ean
s'ing6nie A tout perfectionner et A abreger En maldegrande vague, i
le temps. Ponrquoifaudrait-ildono1
Ce pbenomene economique ou social est Dont Pltime Pensbe n
retrvit V'existence indifini
des plus interessants.ll neixe passeulement Ala (in des sites measre,i
l'attention de l'ouvrier, du producteur; il S'abimatdans I'6ther? O pi
sollicite 6galement celle de l'economiste; du Mais ils se souviennent de i
savant ou du philosophy. L'humanit6 en- C eat rop! Et alors?..
Mlar" a xmortal sanvei
fin dans ses diff6rentes couches s'en pr6oc- Offriront le d6cor de l'enfan
cope; et il n'y a rien IA qui 6tonne, car il Du vieillard pris de peur, di
s'agit d'une question humaine de la plus DI I'homme que lea ans cbe
haute importance. N'ont point encor faube so
De la inialrit. do narcisse
L'Etat, de son c6t6, pour entretenir le Senteur t. de In viere nu
movement, faciliter 1'effort individual, Pendant que Belzibut dan
perfectionne de plus en plus le c6te tech- RAve encore 'orgueil sur se
nique de 1'enseignement populaire, et met _4Nove.mbre1899.
en outre A la port6e des producteurs des
moyens- srs de renseignements.
Toutes ces rTflexioos nous sont sugg.- -
ries par le pen de profits que le pays retire
de beaucoup de ses matiires premieres v--
gtales qui, non seulement se percent la Le Chi
plupart du remps ,mais aussi n'acquitrent Marclh6 toujoiurs fir
de valeur reelle que lorsqu'elles sont con- dle ci f', arrive encore
vertnes en products industries immndtne- pas de -neessiti dde
ment utilisables. En premieres lignes de ces billets.
products bruts inutilis6s, nous mention- La prime, par cons
nons certaines substances oleagineuses, tel minal i 80--81 */0.
que le ricin, don't nous aurons A nousn oc- Chez le minis
cuper tout d'abord A cette place. --L'Admi- Notre Jeunesse pen
nistration sepreoccupedecet 6tat de choses; firmer I'espoir qu'el
et nous qui nous faisons A cet 6gard les in- vuncenient du pays, s
terpretes de ses sentiments, nous nous Gedeus GdAdon' a la r
sommes demanded si l'initiativeindividuelle, temenit le l'lnstrictic
sollicitee, secondee, encourage par elle, ne Les redacleurs des
trouverait pas A s'y exercer avec advantage. La Roade et I'Evolu
A ce moment oh tous les regards sont citernotre nouve;a m
dirig6s vers les choses pratiques et utiles, d'aborildeMM. P. G6
-ou le pays, s deverer d.anslorniere don't de, pinsdeMM.Ju-Bal
il connait les amres d&eeptiois, sollicie et Jules Rosemondl,
une directon intelligence et tutlaire, iJ y GtCioin leurjoie de v
aurait pour le moinsde I'impievoyance A ne riqe hommeme public
pas le fortifier dans ses hleureuses disposi- par t hate fontll.t
tions. co- .er S. E. .i...i
Le Bulletin Offirel agricole et industrial Le ministre Gdd i
est cre6 justement pour r6pondre A cette firm que la jeunes
fin. Tout en donnant d'une part, d'une studieuse pouvait, d
ianitre special, la plus large publication lui, comnie II comnple
aux lois, arrests, reglements et aurres do- bien du pays, qui a
cu:.ients officials, concernant I'agriculture vouement combine di
et I'indusirie; d'une autre part, ii s'effor- pour marcher de l'ava
cer.a de metire A la portte des cultivateurs En avant done
et des industries haitiens ous les rensei. por ia patrie commu
gnements pouvait aider etficacement au de-
veloppenient de leurs labeurs. Nomlini
On nous appiensd q
J. B. DORSAINVIL. a 60 nomm6 inspecte


eoabie~A-m~ts
do ton simar
sin au frals pourIou I
mlarotlas-astras -


dveura, naunotre apir.i
;ndaut reg~re
0, su coors
poor toujwrs
iaudo-praph~ft!..
adoorie,-Mes~ej-. -
o ecrs, plaaii at feors
delfois en pleura
cajoyewss,
I'imposaats Youse,
velus et neigeux
us Io ciel nuageux
aux sublimes [hymneal
Trin Haut chantant des
le Temple cachA
in front... panneb I i i
J. RA. MARTINIZ.


range ---
oid:.- presque pas
de In COte, done
onvertir-son or en

6.quent, reste no-

tre G6d6on
sante a tenu A af-
le fonde, pour I'u-
ur I'arrivee de Mr
lireclion du ddpar-
in Publique.
revues lilttrairea
lion en allant fdli-
inistre, par I'organe
rome etD. Bellenir
ptiste Ddsir(duC
ont tdmonoJ6 t
bire.ali` "rp
se. 6



evait computer' a
sur elle pour le
raud besoin do dd-
Slous ses enfants
nt.
, fraternellement,
mne ..
itions
ue Mr Laurore Nau
ur & la douane des


Petite Boits aullI
11! Novewj
Mon dher ChPrsIi'iit. JhoA
coaplimenl que a Le uielliste14
&41s.le comple-rend lii d on cn
lair q su .rle de I'Epesa
,r I p ouw t id a re tlilie i u wih
r1Nporl9uiMUiibn&'- m3Ic 1
- une emotion qu il CioL. oirM
billUnt auditoire eiiirmn qui NAlf
dir Is jenna Gabriel dri lOrbe. Vti
wre croyi passiilimld1- et O'esle
ohercbf dana mes& qwiI~mi, A quo
mkxcourte allocutio'u 1,, pu We*
Ia presence de no. ; 1 pII: et si
poartau-prinienniem
It y a one lteie rronfusion.
Clhment Bellegarde qui. ayant *1l
long-monologcue, et ini d'"n1110
soufetir n'tait pas la eutl. P11.
qualque bhailatmon. we'. rkmmOJ
d it a i s'es t ilt4 .1- twe;
juslement applaudi -P.
DWnc, c'eet entendii. je Wai au F'
Cordialament. HP
E1.Nov.a0
Moomtpor le dil ecteur,

~iS Iw4iI! journal Wi
ipar mof
comment


a el
Isit lenes


qui i inoir lieu aIjou
Ogverk pOur Gabriel I'
nlotuivwoncert danasuel
Ii nli (~Iinqlst noilhireur .
ter APi9. .let 4dtobli 0
saaa~e~ gPg no niendM
Vi Jlj agrherMonsieur
I~ptwist-wd~dd a Pr
nq dir.maw seint d mendt,m
M. .


___, ------------~~--I-- -m-..-~----~r-r--n .---il~.ll~--~l




r~t" :r ~: b\; 4-


A 'l 1 *.


1e 41on "qi Mli*un
t era.e denlef ih Ia chdie-
'llatraictienq l"j llelde ce
hnw' ijevani Iq lriwa.i crimi-
,:IrlC. pour I am jego ous
1rM-c'lie aope;0Ubi*i4 pOrdru et
I 1 of celuj dabum d'aulorilA,
I.-. ark. 1103. 1l e0 1e du
Went.o"aia In lapsavbdn du siean
~jar orpne kd. Louis Mir-
un.nr' *.Ififtaai nmriadue par Ia
0 le 6 jiiflet, Is rervayant au
poI ur y WIF ete.lo
W-mvidl~s rwW 11; enlre: -
11a1tii.J. Bijoi .-00eiua Castoa
1- demi eiio a ont e -as
kua-if Sint-Ouye Jowephet
II -PIilr A .Ir c&G'o a-
I -1-Inm Loni Plinehino.--
'et siil~londslci'ea; ; -celui qui
Ne -I.- -otoriei Boaqueol.har 2 .-
Is C, o, r-,Ie*-Bonquele' le 23 0,:-


9al11. .. aitre Alice Malbieu
1. -dame Toupaui.s-ant
ee" opt.
A t. emtojduine. 1W-.- raq cc Im Ia-
4ii aj-fP du linaig Alexamidre Li-
!PI,'. .a.udd .ehalkoeriteqaai a
hIu tegIit mh iJkr7 renvoy& de

Prvioo RP~
ffippesi
0 hr


[antiiJC drx ens


tur' 'iefta sont
lent.
rs sont-offodid A circular
,Iis, &,Z~idjdon c touttois
hies 'sb~r trs!noux ei n'in-


. voyageurs, IesEcc
decarnecsde dei I
inca ve\i~lA Pia


1. nt 4 cr;* 4U !OyaJliaoatrsir

eur dateii."99*-TAAJ~ipl0 9 ono d'Assle
vieut Bfri~erl e son voyage
t ac bico vHkai lrra ger-66 if s'est initi6 aux
pljtes S&e s tou I t'! Jans la. cuqpq ket
.. 1 V. du till'u
r. clv a ou'vert son novel alelier
.~ s No 46, rue ~9ne-Foi, entre la
Cieje Rbberts et ]a' reason
kiffeu public- et ii
11-tndhteeiin jrand
lter cpii de costumes, bien soign6s
rndteairs sio& orteurs par lea meilleurs ouvriers.
icketff; to at S centi- Promple Iivraison Prix mediri.
rrlVvcmrnt U r- A


0,90 et 0,45 centimes.
Avis Conmmercial
MM. J.M. ICHARDSO. et R. M.-deLAIN
ont I'holilner d'anioncer an public et
au commerce en particuliPr qu'i partir
dru 1' Novembre prochain.ri leir m;iison
le commerce st, I.i raisor socife rJ.
M. RICHARDSON- & Co a conintter- sur
Icur inoni collectil:
DEp LAIN & RIC HA RDSON.
Ia.ies., -25 Octobre W1900.
Dernibre Samaine!..
Les repr6Flit.rni-le-1T mT.ttsrn-Ko' U de-
IParis, ont I'lonneur dinformer les habi-
tans de a1 ville qu'i ont ret rd6 leur de-
part de 6 jours, la vente erant loujours tr&s
forte. Les personnes qui n'ont pu en-
core s'approvtsionner enrierement pout ront
done se pr&eenter cette semrnine, maia jus-
qu'i vendredi.--lei articles devant etre em-
ballbs samedi.
Dernitre Stmaine !.........
RuE TR.Av:RSitkE, NI 13.
Bonne R&compense
11 a i6 perdu ce mirin, entire le Chimp
de Mars et la rue Ju Port, une blgre tulk
blauche. Rjpporter A H6tel Brllevue. con-
tre bunne rdcoJmpense.
Loterie a Padre Billini i.
Vienneni d'arriver des billets A la loterie
dommicine a Padre BTlini,3 en
chez M"' V'- Eug. Borno, Grand'Rue.


GRAND DEPOT

de Talia etAlcool

tnface A.. Gudrin el N. Thomas
tw jgrto et en detail
Y , EN'EZ VOIRI...
.*' f -___________^_____


Dr FrankPaddock
Dentisl .4Amricain
Consultations: le matin: de a hres
A midi, et le soir: de 2 & 5 heures, au
haul de la a Photographie Mevs & Cle,*
en fjice de la Phfi:rmacie Centrale a.
Graad'Rue.


CHOCOLUMTEBAITIENNE

Paul Cesvet,
-8, Rue Amn~ricalne, 8.
Chocolal IAa Vanille
A 80 centimies Ia Iivre.
GraB et 1e)tai1


RODEWALD & C*
Pla-ee CGeffrard

Biire de Mars
ALLEMANDE

Doozaine demi-boulelle P. 3
~A CTIO N RAPIDE Wi DJRI
jI7 ILA MEILLEURE
APUROATVE-

L'EAU MINtHMLE ALCAULNE, FF1R1RGINLL~IS,
RECONsTITUANIE DE

POUGUESS'-LSI~AER _
e P1t aoUil'r'IIu ti i.. e..l.s ~IE d~-!iril h --.
TraiLcrnprat des naffeelihoi des V'airs
digealu'eis. dul Foi..
Voics urnaires, Id GlouW, It? D iab~le. IAlmie
Quatre si~cles de succesl
VeyIe on gros che: H. PAPE & Co.



Si vous voutez mieux,adressez-v"ouj
14r BONCY, rite des-Miraeles, ND
6, coinme accordeur-rdpanrateiir de
pianos, boites rausique,bharm oniurns,
pendules. etc.


CABINET
de Me LINGER CAUVIN
Avocat, Ancien Bdlonnier de I'Ordre
86, rue des Miracles,.84.
I A I'Ecole Nationale de Droit


I,~~5- ,--.,-.--


~-~yi r .~.
---






apgsins deal elapole
JULES LAVILLE
91, Rue du Magasin de l'Etat.
JO ETS
A RTIGLES FRANAIS.
N I. Trois cent pieces sculement, A
meilleiur march quepartout ailleurs.
Ballons-reclame gonfles A- lhydrog6ne A
tout acheteur.
No 2. 1 AYON d'Articles de Paris. -
Nouvcautis dans I'ancien local de
4 A BoA BosE D'OtR ,
10, Rite Tra.vUerhire.
.1Je ilonne l-s lemons d'Anglais A
domicile ct ichez< nioi, an N 4138,
rue dui Centre.
Jos. JNO. DESCE.
Pr'fessIer d'Adrglais tsu Lfcre National.

BAISSE DE PRIX

Boln vin de Table
Gallon P. 1.60, 1//4lallon 0.40
1/2 gallon ( 0.80 lelitre 0.50

Bar de la Poste
Juste en face de la Poste.
MEDAILLE D'OR-PARIS
EAU CRUSPINERA
Rtgineratrice de la Chevelure
Composde exclusivement
des Sucs d'Herbes Mgdicinales
Inoifeusive et Hygitnique par excellence
Ca produit sans rival u'a riendc com-
mun avec ies huiles. pommdes et autres
speciliques journellement olfferts au pu-
blic, sans on obtenir la faveur par leur
inefficacit6.
Pourquoi ce produit a-t-il acquis la con-
fnance g6n6rale ?
Parce qu'il fait repousser les cheveur
de lear couleur naturelle et enl aug-
menite la iongeur et dpaisseur.
P.r'ce qai'i! cn arrftela chatte et'les rend
soveux.
Prrce qu'il ias embeilit, et les empeche
do b!anchir.
.?ar[ee qiu'ii vite les-aux de 16te, et fait
disp:sraitre-les pellicules.
?arce q~'il nettoie et paflktfte;et parce
-que son efficacitd se manifeste aupre-
mier essai.
Prix de chaqu flacon : 6 gourdes.
REFUSER come CONTREFAgON TOUT PRO-
DJUIT NOn REvtU de masignature
DtPOT A Port-au-Prince :
:Pharmacie NouvelleA. ROBERTS & Co.
NOTA.- L'Eau Cruspinera emprche la
formation du microbequidtrmuit lee cheveux
L'usage de cos products conserve inddfini-
oment uwe belle et abondante chevelure, et de
feaua cil6 et saucils.


I4IC-',AU I\MPURiE et IrL4 Ruvf'."n la CLv we ttwsietvres I~ iiuh
bca iicoiip' Lit) iwiiidies.
Oil utvoIe oie ireii- fii~rci' ng.e que tl-r-t.u i..
.,e prW00r1* ,1, '1 11 I'll11ii 1tiii lle Ceniitalle '41.wl l 111 i e ~a
I filiresen v''eo qaui opt Ot.6, depuis lOD4,telolps iltjh. prolivi's 0t
irrt~;rocll Iialcs.
G'est tin article-ipin aiLiisi (lire inidisi'ensaJl e h clit(llC rtm
se vend. pas chet'!
Vientoent. d'arrive'r aussi:
Boeibotis fins.-Pairfumherle EN GRANDn .( r C


Bhum Barbaitcoudt & Co, (1711
-, UtO S CU(NCOVUJS!
Le' seu' rhum ui (tit -IF alletnife~l r tou'e.',; lei; L'lxpf)l46,11i I If',r~h
sua Sureriorile 1l U fail devernerIii les phtUw S 1 Ie'i.s P. -yjoiL'i
Sti rIpiittion ii'e;t phis A tfi r ; ii ntotis stifirh.i tic mettcre swi, I's yeill'
imawtetrs l'extra it sitivatit d a jwaa'i;al ifLa rTribuive CGo0nmeriti o, Ill
eL dont I'antoril&-ne t aie wttait Atre nise eii doute:
orLiquetti' rtcotfoitite(r, protuit vi-aimntnr I hy ligt(tiq i HI.\I M1UM Al
( realise cc queo l;t di-iii[tb lion-, aprles Vft 16w-tie- h Co tiei sitCre,
a ner de ruHelletnefit P71R tl tie 1tIKWAISANT, ce tuoc tdqs ati;toitti ,itic1i64
d owt recointw;anuid enl [ite siact:aitu4 zap1r.s examen. o
Notre normhrense clienville a pit 6i'iiier celte assertioll. Quo lei tm:tI(
Citirielie cpu lont p;ls encore0 filit lti'clLsitiorn de celte Ifiqitiiuiquo
cele iiccheuse omission enll rjtdttt it otre tflpdt situu6
IRU;M DM",s (GERAR5 N" 7, -LET NOotkw ConioTrn.R RUE iDU QUAI N' 81
Oif \Monsiem- IHIA lA.W\COUIor Se lientt lix or'dre'e lie tolls anaiteirst lie bc oa
exectiter leii's coinrnarides.
Its ,'eieront 6anerWt,

BA-HUANICVOI RT,- 3IunuI' m uit JuA
Hoes Cncoulrra (Ilmr-drjii Tres F-VAji


-, i - -

AVTY
.Avis aux Amateurs
Vous tronverez chez:
F. SOLON ORIC
Grand Rule (JACM El. )
Le bon hlium ile BAHn.ANCI-,tr
bieti coolnn de tous
SLes amateuIrs de bons cigar
trouveront


iO..A IRi; .:
TRAVAIL GARA..
IL Lbsoussign6 offre ses serv
cor~derd es pi aoos so il -,it d
Inal, sQill ou tOrt 11ioi.0Iioelre `
r i rail le- ru :ar. aIio tq et IC e to
A., HU1U
es IAwtdiai fluid .Sa,ni'oaA.. tilt baa cB
di, I it Itie'.


I ~ lirr~ i ~ru ~r~ rrrin~~~c~Clr "iB-a "YICr ~q