<%BANNER%>

MELLON DLOC UFLAC



Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/00355
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: November 6, 1900
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:00355

Full Text
rni~~b"No e IO- -Porrt-au-Prfiwe (JTiJBt


MaiTt1, W~ove~mb~re~ 1900 -


"lo uvellis te

SdCuotidien, Comrrnnercial et d'AnXrnonces

GCHiRAQUIT,-- DIRECTEUR-PROPRItTAIRE.


D 041NTIME S "Granut p-our parteneats. 4 PAR $OIS GOURDE
CEWI ME b i ranger c 1.50
ip0or 16itztI Mrtimunicatioiis'o au Dixre'cteir du Journal. 4, rue du Fort-Per. 4


DE BOURSE


83 8j 0/0
.2 eo prime
LevA-York billets 84 ol/*
Kur N.-Y. 314 */,, piime
12 O/o 23 9/o eSCoIple
7-e 6 %/ 6 /o escompte
_g. ,ente 23 6/o or
Pswn 18Y7.- 221. oj,_
~le Ctwmissiox 16 &/0

a nos abortn6s de
p de la moindre irrd-
W2s la remise quoti-
leurs nun6ros, afin
-desultorena 1



S l'ELg G'AAPHIQUES

P FICTION INTERDITE.I

Ae 11'1luvement Carli kIe
ile 111tiu en pins. Lei
Wites -Iiii ont faith leur ap-
rga. Itevienneiit de jtjutr
b mr~t1;t;:t~l~e~.-. La garde
-8bit" v de se retivet !sur
9ItoIIsern1einent espagnol
bauiwfs le*-aplui-tner~tqtt1
V~elneiit carlisle.

Iles -, on! OL- suspentines,.
._- En trva rill irui r uiarU -l
-dv ibafiinrlI41e fit
NI. Fnr-.snt & Qo; on it
hti'll-ent 60 morls ; ii y

Lmilllidat dxmocratiquc
neade,; Etats-Unis, it~
pagne A Ne1i-York.---
r. Ohio oit l ',ptononce-
discours. ,
mes de Londres an-I
est probable que lord i
11cera A ]a prisidence I
BII'e dI mauvais tOat


TRIBUNE PIB IQ E est medecin traitant Son Exc. le President
I. d'Haiti,comme l'insinueintenrtionnellement
Allai de e Dr Gracia-Cesar, .aliss Lon Audain.
Aflaire de fI'Eole Nationale (4e Md iie Le Dr Jeanty continuera.donc a protes-
A propos de I'incident-qiiv feit produit ter contre rotie infraction aux lois et r&-
A I'Ecole de MWdecine, ces joms derniers, glemen.s de l'Ecole et centre toute suspn-
nous savons que depuis tantot seize ans. sion arbitraire et illegale du Secretaire d'E-
ts ex.imens A1 IEcole de Mtdecine ost tou- tat de l'Instruction publique et de laJus.tie.
ours tie fits par le Directeur et. les Pro- Le Docteur Cesar se trompe grossiere-
fesears de cet &tablissement,souslecontr6- nent en pensant que Son Exc. le President
le et la surveillance d:un Membre de l'Ins- de la R6publique approuverait aucune sus-
pection-Scolaire formanft-let-ry' d'ramei. pension injuste.
Aujourd'hui, derogeant f es principes DD'ailleurs, on ne peat pas avoir la con-
et dans le but bien calcule de diminuer 'a- lance du Chef de l'EIat quand on veut
torit6 du Directcur de 1'Ecole deMhdetine, agir err dehors des lois, essayant d'annuler
pensant ainsi fire de 1'Ecole de Medtcine toutes les institutions dans l'esprit de nuire
la succursale Ade la Polyclinique-Pain,'Mr et de bouleverser l'ordre des choses etabli.
le Secretaire d'Etat de l'Instruction Publi- D' PtTIow SAVAIN.
que-et de la Jstiee est almt deterrer- a Conm-
mission de surieillance que l'ancienne, loi Insertion demand6e
de 870 avait institute, ignorant qu' les
iltcia i-et,6 de lalToi de 1884 sur lIins- OURRIER lE PORTD PIX
section scolaire ont abrog6 I'art. ro decelle CURRIER DE Oi UI DE-rAX
de 1870 ayant trait A cette Commission de
surveillance. (nle ,norine Prbvarication
C'est ainsi q'on a vu Mr le D' Leon
i-An aa-i--ye y -.de-' t-0i Iy e p Le lundi, 22 Oelobre, on aflichait des pla-
a-bue-N on M.Thale's-Maniqat, ihristnra-
Pr,-sident du Jury medical central, se pre- ter (d~'~ inalc, Arty et St-JIlient Romain,'lli-
sencer A I'Ecole de .'vldecinc cpmme pour la recteur et inspecteur le la douane de Port-de-
prendre d'assaut, croyant que le D' Jeanty faix. Nous reproduisons ici la teneur de
etait home a accepter une pareille capitu- celte faineniis afliche:
nation et A laisser avilir I'autorit6 don't il a Attenlion
eit rev tu par commission de Son Exc. le I, ouveneen fail ie grand efforts
Prdent S s L Gouivernement fail tle grands efforts
PrN6Jent S.1. p n,,,,l payer tou-les t oFeioniniros. En effret, de-
MI ii s'est redress, come d'ailleurs poig quelq is, less fo~ctioinnaires sont payes
I'L.,r l it le Docteur Audiin si celui-ci &.irA-.i iist..,q ,.i i (.I". ..t ... I1...., t ii:cs t a Vis
j s place, en protestant energiquemenir, it p, l ,, '.. .;d -, ; 1. ..1.Pitt-
fermani les portes de l'Etablissement place Paix, nous no vonlions ixint qie lets douaniers
suus ;es ordres et en lui opposant les lois et de Port-de- Paix, dce concert avec Icl plant Tha-
rieje~lents de I'Ecole, afin d'emp6cher ce les Manial, I.asseint dtl. coilrelbarnds. Nous
fA,ieu\ prdc6dent de s'&tablir. avonn8 dijnl drnonlC'e au plb1li la granlle contre-
Du reste, aux terms mn.me de Iarticle Iande qu'ils vienultlen faire.T
Tn-de- tT oi de i87'oinvoqu4 intenmp~sti- l Manigatt-Jlalien Rom-ain, Arty, vont pa-
vetient par Mr le Secretaire d'Etat de I'Ins- jerig, e pt ige C l oini nrte, vont. Au
traction p'blique ci de la Justice, le Con- ntom -in G~nierfnelreitcre ctAwr ss.rol t pour-
seil de surveillance, qui 6tait compose de I suiviaa coups 'd: car-abiie. PC,-t-dc- Pali ne
Commission central de 1'Instruciioi public, s uit pl rcu s pre les )))ars contrc I; Guver-
..qe, assistee'du President on d'un membre nement;, mais Port-dt-Paic peut punir d'cne
du Jury nmdicdal, a cess6 d'exister par la manli fre e.ie~wcplaiire ces volacrs qjti I'infes-
creation de r'Inspectio scol:aire, e, qaurail tj t .,
creation de denspection scolire, et o es ciloyets quti petvenlt ttre
pour mission de se r6nir d'6bligat;on, o nltiisiiialtii, ,iictr,, oui inspecteur
t tous les trois-mois, que pour proc6der Ah i dotral'. Nous aillons done taire ilisparaitre
un examen interieur de administration ce bandits qi. eiuallsse:, dionr ville. Le Gou-
I ce, bandits (l,fi e\,ahis.et ,ioh' ville. Le Goa-
a et de la police de l'Ecole et constater les vetrneimeine pent pas donner P. 300 par mois
a progrs- des elves. nim vole'r lomaini, poir veliir piller; le fisc i
On le vot done, le Dr Jeanty, Directeur Port-de-Paix. Ges voloureti serolt fusillbe, s'ils
de l'Ecole de Medecine, en protestant,com- nte prenient pasin ppudred'e.seampette! )
me it 'a fait, s'est base sur la loi et les re- On peuttconstater par ce factum que le pa-
glements de 1'Ecole et non pas parce qu'il triolisme, la loyaut6, le dkvouement'au Gouver-


~


I i m I


-.1







nement, deborde du coeur des citoyen de Port-
de-Paix.
Sans murmurer, is souffrent avec iGoover-
vernement la grande pAnurie qui dasole le pen-
ple hallien. Aussi sont-ils beureux de voir Ie
Goumernemnent russ' *, apr4s plIsieurs annees
de souffrance, de labour A soulager le Pays. Nous
ne ces-ons de rMliiter,de Ilnor Son Excellence le
lPrsident Sam, dIo ce que le Gouvernemeit
commence a trionmpber des obstacles qu'il est
venu tro \er dp-is le Pays, en payant rgulir.,--
ment les foncttionaires. C'est un devoir imp6-
rieux, pour chaque citoyen, que d'aider le Gou-
vernement a rermpir sa tAche. C'est ee qui fait
que les cito)ens de Pui tlde. Paix s'ezasprent
centre les fIbneionnaireiesqui ~ht lippelkiea su--
reiller-lesdroits fiscaux, el qui.- au contraire,
pataugent dans fa boue de la prevaricalion, de th
malversation. La fraud, la concussion de ces
fonctionnaires est hostile au Gouvernetient qui
fait des efforts pour restaurer les finances de
1'Etat. Les Haitiens doivent aujourd'hui hair,
execrer A jama;s la malversation. II est grande-.
ment temps de punir ce cr~me,exemplairement!
On nous a rapport quI'un des fonctionnaires
a placards a a dit que les citoyens de Pol.-de-
Paix south des anarchistes. Celui-IA prove son
ignorance et son audace. Le mot anarchic n'est
pas du tout applicable contre la menace de coups'
de caiabine qu'ornlit A ces fonctionnaires pr6-
varicateurs. Il n'y a pas en ce cas absence de
Gouvernement. Au contraire, 'est parce qu'on
est reinpli de d6vouement pour le Gouverne-
ment, c'est parce qu'on petille de patriotism,
d'amour du Iien, qu'on est arrive A exprimer
son exasperation fortement,et ce serait de prefe-
rence la loi de lynch qu'on d6sirerait introduire
i Port-de-Paix. poor arreter la malversation
des fonctionnaires hhoutes.
On accuse les ciloyens de Port-de-Paix d'etre
animnes de pr6jug6 de localit ? Ce n'est nulle-
ment par prejnug dei locality qu'on demand la
-destitution, la punition des fonetionnaires pr6-
varicaleurs de cetle ville. Le temps deprtpeiTes
finances de 1'Etat et passe. Malheur i ceux qui
ne savent pas que maintenant ce proverbe per-
nicieux : a Plurnez la pole, mais ne la laissez
pas crier D, est h1ors de mode, illicite, hostile,
alihnrr'! El c'est justement cc que n'avaient pas
su les functionnaires financiers affiches de Port:
de-Paix. Ils plumaient la potile et la tirpnt crier.
Non seulement la poule criait, mais encore ils
la laisselent echapper de leurs mains; elle pas-
sait, toute plume, par toutes les rues tie la ville
de Port-de-Paix, et elle criait vengeance On
n'en vent pas aux fonctlionnaires capois de Port-
de-Paix : il.s, renversent, s'ananttissent eux-
memes, par leur cupidity, !eur prevarication.
Its foulent aux pieds le patriotism, leur amour-
propre, leur honneur, et ne justifient point la,
confiance du Gouvernement.
Son Excellence le President d'Haiti fit choix
tie ces Messieurs, parce qu'on les croyait probes.
Mais on connait l'arbre par son fruit. Ces Mes-
sieurs proirvent-, par- lentr-- actions: qu"Trl ie
sonl p.3 ilt.'.r ire <'nl d'e prviarr;:a,: ,tr ique
-lie-G.ncu i i line l i nIe p s:ut iasa man ier de hirerl
_- _a la _j 'r' lI c i -
P,., ..I: l 'aix pu-, e le iti citren.. doni la ro-
tilt;, I'tIlt'grii' e-i p'rim'v. ta PaTieilie petit
pas mepriser de t-eis eiloyens.
S Ie.estdone just de lea S mpplIyer : le Gouei'e-
nement a besoin dit roncours de ces patrioles.
T'Etat ne doit pas rejeter, abandoner ces .ci-
toyens don't le set vice pevt lui Wtre utile. Nous
nous reposons done sur I'amoui du bien, le pa-
triotisme, l'impartialitA du Gouvernement; et
nous sommes d'avance persuades que ces ques-
tions seront rbeolues de la faon la plus 6qui-
table.
'arrive do Secretaire d'Etal des Fiiani-
--ees g Port-de-Paix
Le mercredi 24 Octobre, A 6 heules dou a-
tin, arrival dans ce port a la Crete i Pierrol a.
On ie s'altendait pas, ce jour, A voir ce navire.


On Atait done iriett de svalo le
l'ameriait ici. .
On apprit q'Il y atai tun MitO i A'Wd.
Cette nouvelle augment la surprise et Is crid-
sitL ds gens; et I'on sail encore Leaucoupp Is
de6ireux de savoir quel Ministre AMirt A "ihor. A
7 heures el demie, arrival sur le wharf le Mi-
nistre Fame, Secretaire d'EAIt es floaqoe
'du commerce. II se rendit A I'htel de ,rAh ii
dlAenrent o6 it requit le CoamlssireduGOou.
vernemeit,le juge d'lnslruction,le luge depaix,
de s'enquerir de la grande eanmrehade dnon
.de. Ea eiTel, des enquales sarieusesjudicieusee
furent ouvertes. OnL'$rvint 'decouvrir la gran-
de conltebande d'un mnillon sept cepts.lijre de
bols decampcbhe, ude autre idgrai6e on(lre(an-
dede pieces de toile, et an taux dane le regisltr
dt declarations A la douine.
Nous applaudissons profond6ment le Gou-
vernenment, gle I'nergie qu'il depllie, pour fai-
re respecter leadroitq fiscaux. Nous ne seurions
finir de fAliciter le Gouvernementde son palrio-
tisme, enl drrangeant le miristre des flnadces
de ses nombreuses occupations a,.la, Gapilale,
pour le faire venir ici vollr de ses yeu, el ent
tendre de ses oreilles, le d6eordre affreux tli
dolee I'administration financii'4 de Port-de-
Paix, adn d'y bien remhdier. -
Le people haitien doit se sentir heueux dle
voir arriver maintenant le temps o6 la prolite,
la vertu est preconisae, et le vice, ex4crA. Akus-
.si s'attend-on avec raison A voir tous leo fono-
tionnaires tremp .s Adans les contrebandes'et
dans le faux qui a et1 dhcouvert i la douane tle
'port-de-Paix, juges et punis conform6menti Ala
loi.,., J
L'Andienee do Secrktair. d'Etat des'
FiHance-
L. leitd 25 1..I..bre, A 10 henut'e- et decmi,.,le
Seer,:.ui e l'Elat ilts finances donna audience,
ert I'li.tel de I'Arroili-Baemnent. Ce SecrAlaire
d'Etat, Ihonorable Mr Fame, est un pollliqdi
aya.l ilu tact. un homrnmne e bien, tn patriote,
uni iti.ttre ile finances;s d'un rat e mt-e lie.
S.it lli ttLiun ir iinple Ha prlf.lri. e ,*tail a peu
pr' r.i.le de celte manere :
u Mesteut
( r .jas i.e taieux l1 \ou-, or ce matin.
a L- G(;.'.ntrinement 'fe-lt.te celle population
de '-: Iu elle e-1 I.,ni",,is pai-ldie.
a N.m- ai.n bietii ipb.ill.e. So.n Eiceellenc, le I'I P idel nt de la
Repiibli;que rn- dto.n i'. i,-' rie.-ki, pour
r6ni-,i a reljau~ -i. les linanci- i le I'Ilal. II ne
recitle pa" deti.ant ce ntaatl:ai-, rat tie choses
qu'l it'a lia-* cier, i tai' i .l- iit il e-, i i a-.on i iil er
Le I 11..i1 n.-i.tt- al >l. i an it' Illin t rs de la fa-
0or. IJ pAi 0-nte 1 : -l.-, a tIi.'q pit-que lt u-?-I i
sorin ,i I-'impaase t-i notu- r.-pri -rins qie hien-
16t i..u- t riomnplhron lee c nauvna elat de
clho.-:. qui dJeait enia)e.i les buion.s dlispost-
tions- du Gouvcl nemiient.
a Cllte p.pldalioa- rest lIuuttitur mornrtre pa-
liiil,. elle l'Wa.p.a ooiltLt SeviaL er till Gouti r-
nement (tkhs-4---nmnwnts -ditliciles que nous-
1llaus. .rurerstAs. L-s--onw el 'int tf"h
I,.itn alljouJid'lul aI llnlifu tie \ uotIo pour en-
tutre- t e-olt i-aJIIrCt .-VoMF- -pouvettre1-e'-.
latisi que julire aoii, sera teinlue, imparliale
iueit : a relui qui a iaisoii ott donnera liaison,
ct eclui qut i'a a- lurl -Iera ialllUlCnn nt.
I Nous aaois. Ieteomn d'eelatit las questions,
c'est puurquoi je suis lout a fall preat A outerr
tous ceui qui veulent flae lelns plainles i.
I Mr Alcide Chatleirngne, utgociant Mtranger.
demand la la pale qi lui fut accoidie. En tin
fragtqis put, Lcc t iq, ique, enliti on un iin-
ga(,e parisen,. le vaillant neociant, A la fare de
Mr' Tales Maingal, adminirat.leur die finances,
denoinia les voil d e e fonclionnalre., rMr Thals
Marniat. pour assouvir as cupiditH, dit 1i brave
MrCharlemagne, pour av.ii la plus large part
do ,"ileau, s'rnteud avet un ou deux u4ioclanil
poutr rustrei I'Etat, par dea- contrebandes con-
tinuelles. a D'aprAs M' Charlemagne, la m6thode


Thahremanaigat ce -jai suit:,

Fftl~r1Me01rLi 1,;.l'Is ,- Lein
'pht muitlr eibargemt noa0
W aag cU*WiealDFoe pol l contre
Mr Charlemagne; tle mtirme il
r6pondre I Mr Al-r-ig. II ton
d8fendre A Vatlde 4I- fIaa-runyuta
14 triornh toujoti. d.t me

,L prlancateur ful la-ligiS de a'
Le.brasse nDgociaa. %Ir
pilit pour lih I'Padar, .r.. or
papiena prouvant '- .i- .1tm'il l
You. Imals, Poul- D.. I.- .itroberp
coslpatte, Mr AI, irn.. mteux
peptersau Mittii- ti, I.-1 piitet

Li9S" eteir t. 1, I in,
rr'aiui, 'ayant voidil .~~ Ii o
millIon Sept cent IlI- I holede
ePpakLa Ur D. Bit, I M "ILI ear
Celui-ci se leva, i i: a'.1 uir
pealer, le Secreta'. I dei efi
a Monsieur, nou% i -rl,:Pons5
,Mr Boucaur iY.-m IA, et
si Sa defense:
-I La premier, Iis i
ici, o6nn'enbarqpmlw .t Loi
cette eoiw-ci. onati iqitA des
ce qiI fail Ia tillcoi i. i 1,', n it
den% cltaigteiileL-
Le Ministre ties it- epandil,
tt Je nB vouta- -it111,. ma
tiller cees chow t lt i-a. Ci
Iltcetnmth ravines Be anttp5
renco d'un militona ril Iy1
qui no se dissent pna
Le coupaile coat-'is
s'sesooir.
Le Secr~aire &K'I-11. I.- liirtattte
la enu-e, apris:i ,, qit I
ment, est siiflisammat~t
Iii riae alcmmd a iuaI c i '.nt'i t l t
naires Lrernapea atari. I. ir.ittalr A
It?& par le Seertlatir ii -1 iau
continuerda remplir it' Itt II.
MLA ainsi ruliqtUti--..a. ,-pei
butler A rcinllir leiii i
ili inainlerianti inup-' r Ir .-ect
Nous cro)onq P i
Gouvernement a 1i 0l-1i ainc'Ij
lei droits liseaux., I ii. 1"" eIl raetfi
II eat tfonps que la I ... ...i itune
In lot punitan pennri :vre1, 1%nTai4
riAgmm T de banana., n11- at Il pte .

dan-il Itrrue1s de Port I, 1ix News'
_jti'eux aussi, iIs jottiiii I,'-. etpO8P
Nous itouhaitons n. I ii tz do

Elavilissementl af onlt e- Pt le. l
j aesrim-ateura, relenttsdtt lun i q
re la Flspribliqme, afin qlae IHO
de legon nux auttres fown hil yi'hI
ge Ism~ew ei rajier par 1a 0uIJidiL6-

NOUVLLL DIE



Le Change
Ce matin on Iffe dI'or'
aichereurs refosent de prendrOAe
ils ont raison, puisqu'lr roUVC
ques 1 84 0/






--R1v. V ^.Misrk vce La ente aora 'lieu dRan. les mimes
n, st-* ue- -eonditions qUe pr4cd&nmment, .quoique
S it' i i S.ci~ 6 les mai'ht 5dis 01 soieni encore supd-
I'i,j .. *' rieurie.
S,. Ra'irblet i QUELOUES JOURS SEULEMENT!
vA iBhailtauX wiiv cx -19, Rue Traverasidre-1
u* ^6ouW, W D ,Jscb les Iit esC LiBERIt EcAUti F.ATEnilrrk
B to-d^ir i s, Kis Brlitl BLIQUE D'HAITL.
... Port-au-Prince, le 5 Novembre 1900.
de rov- DIJT
e, t r La Commissiou de-virification des li-
l ir. _e 0 'c .aieLur, vrets des ensionnaires de I'Elal, si6-
sgesnt A I dminisraiales ces
P ---r pour en former in hate de cell comniu-
e, -avile_1ous. ljes peiisioiinnaires de I'E.
qule Jugenls itii iert: re lat A se prdseLter an sibge ,ie la Com-
sra 1a y Caltio et 4 Plso s ip' enire
liste e Thala a et e nn; -en- mission les luidi, inercreli ct jeudi de
series fta rese n re Iv. Ballus Bal e a Paulita Louisna ;- chle semrl .-..Le 10 lhrlues d1 mnatin
ori .k.. aC.de rn. entire James Wooler el dalaunesabnre Edinodid; a nildi, Inull. lde leurs liirets persunnel-
fn est eI rsum c 4 grn- entro Guerrivic.Terhfltu et'cbi'unlt et De- leinent potu' dere rcvetli- liJn .le la
rrces de chiffres tiectorax nis Derneau.l et consorts; enlte Mer-ilus Commission ; et ce, en confornumi. Ie la
urnalnew-yP rkai a recueil- Nauidfiu el Moritus Lauerre. depechL-circulaire du Secrt.iire d ELat
#:e patiemmeer et srieuse- Affaires entemlnues :- entire Cinna Richard des finances et du commerce, enl date
\dmirble pays, o0 la li- el Chs. Miot- entire Alcius Allied el C4cile ju 1 I Septembre e\pire aii No 2.lU7,.
rss peut *te he rtttre tran- L.bin, -on iponae e rlnorce. ) laess&e i I'Admimii. lr.ter .lek linance,
Spieillesy Fjltadons pu- CaRIINEt..- A 641i entendue I accsn.atio I de ,ie c arro,,iispeme. En 'onslter,
.- lentatie dassa.inat atc premditation eLsui- i ce aroliissel En consilen-
'ttnmiuid.Olf vie de eominencrnemeilt l'eaxcutlin conni,.lr sunr ce, un delai de 'iuinte j1lurs leur" est ac-
rin"Oaw In peiionne d,- Jn-tin Deroier par le iinonmi coral a cet elrlet
jrer des 6nances, le direc- Ainrlbeu S*ni ,ur le verdict nierlif .u in- I (Signe i :- P. JEAN-JACIt Es-. CL. LA-
cIe", de ra'dou.ane'de Port- ry. I'm-,,-u! a o|4 In,1 en libert_. FOlTAN'-r, (n:rN HEL'rEULO'.
n.w-te urs admissions, qui Avis de la Cie des Tramways -
de I:- James Thomas, pr6di- Seul-. cls ciil s au-dessous de 'lh. als Pour la Patrie- Pour rlumaniti -Pour la Science
taI e corJame dire -das .- sont admis A payer demi-place.
L s encore exactem t Seouls, It, nourfissons o petitsenlljlll ne
s., encore qu ca icemen pregnant pa. pl.ce sur les b.nquertes, s Jnt ElUr de hl Materite de Port-au-PrinC
r' ur, --- et I on dit uela j a'- .
perur reerrsans i amis gratuiteent. .Sous la haute protot'linm de ro,, Exri..ell, .
ur re rsans titaire: Les voyageurs sont atPtortsri crrdet le Presid, P, d Hail,
gr iQlQt-' Ipdustrlel avec de petts coli,. a condition routefois Statistique du mois d'Octobre 1900
pain doilt &rttree Billin of- lqu'ls so;ent po'ts ur les genoux el 11 i- SLLE FUMIllitl'E
Purl'aer, 4d NAndu ri, *di'l commodenta tlement les autres voy.igqurs AcoCuch.,i,.Ints
eCh.h. ~t & C-. .1,.ous avons Les cuisniess sent autorisbes A circdler '10 Octb e I remine haitwnne, pmi.pare.
Lt-pl.i 1 laciiif4u travail;sgri- avec un suel pai'er de provisions, a con- ga,.i;o, ~sant.
rirtr-I-Wfti; pour un pas ap- dition qi el!e.. lI p.rcenit sur lei genoux er 9 1 Irine iaitieniie, im rpane,
iteill de Mrk-m ninistre CTUS qu'elles prennen' pi ice sur les binqiietes ,aic..in it
kn1,''r .1 vulgirisr les nmtho- de pl.tefirnie. 26 I leniir haial,.nize, piirn p1re,
i et nionneiles'd e.rntures f.- I-e public e, i pl dc bien vouloir .idres- arcon vnant.
p, et qai'sonc une source se. A.Ti Dyrecnoi se p itie, sur itoil rn.n- l a'.:l : I alcoCLhemetit.
r... circonvohins. quernent de. coinducti,,r A son i&.rd, en 18 1 imine haiienr,. aietrten,, nt
pi ,-s : nous anrons plaisir a.int oin de speiltiea l'heiVe et enuni- surernii en ilie. f~lr lm l Ira ns-
'd.inv certe vole hiinistre de ro di conduciLur II esi prik en retour de il El-ai.
t; et pour hli prater tout notre bien vouloir facilrier Itcr ,ericce en ne les 2 rmnileni.e.lle-
ou. 'agnalerons volontiers les obligeant pis iendre Lne quainrte esces-
Its utrlesque nous remarque- save e mnnlnie, le ov yge.r en principle I t.prlll tnt.,n
., Biilein ife de I'A4grljsl avant a verser 11 valeur qu il doi soi, l Ieob e ernt Ie hai sKte laI
t iL '. 0,ro ceniuine. l o-vain.al .ie.
de Q-----ce La Dirc.tion rappelle qu'.tin Jd f.cililer 1 liu.ln e P sa.-.iriO Hy-e.
aL d qQ.l .- Ie -*les voyageurs, les conJucieurs south porters l lO I inne ,le ile to.,O Hp-
u. ,. h '-on. 1 "lll e t%,aetlo le uile tale -
n,; ,,-,eca te -de-4,,xn> .k _imet_5 cough-,- Mo, l uiI enue linil l)ouri.
nnmerce pourrs -il rgulifre- me, vendus -Te ner ? Ad e e- e t our o- e eu 4e centimes p-i l
0. oe et o,4f centmes -- ll-. .
u"t OUVS bieUr uflb,... k IX feu'ne li'iaici a opeia,
uail l tie -anlegas jours seulbment.O. I f eunn f*anenije a or.,
.uo ~ l Le re-pre G_ onsullatio;.s
.m'psr'i.. .p' de nPiR I'honneur r'inforimer--W t a 61 dinn ieu so xanre-t~-er --
p a- li t,6.! 4r -uPrince qu'ils' vieni- tons a l Materiult pendautee mors;
r a. neit de.reie" i lexme st ock de Nous aeon; la saisfaclidon de AiKnalerque ( 2 >
e onerlt deireti'rer k, lerximme l Stoc de deux 3es accouchements dlu miois d'O obre (pri-
elrG fa lat la 4oune desline por" I:i ,lte. mipares oilt ble fail. pan deux L iees i.ges-
i"'Rqliefm l Oes :ni:r-.lae.ni'isS consisLen, corne femnines. Mailanme Veure N. bulbois, direct.ice,
6 A'6 heures les taultrc : enl( Ib:nt;s, ilales peignOea, Mademoiselle Julie Caiherineai, surseillainle.
oeflred corskriw. chl,.,ote .er'e, dlgona Lee svre. D RIBOUL
'ThWodolte unthis etc, ele, de toute beautld et de
G 'i' presliere quality. L. Trdsorier, Le Secrenaire.
at ' sirad Les personnel qui voudrlont profiter D' 1. E. JEANTY. Dr St LAiERsPERRIER.
es e d pd Jonhson des articles extr.i sont prides de se pres-
ae se,, coux-ci s&eilevint trs vile. La yvere vl L nt
IL r tffs, ne ilti'era qUe j.isqu'u 10 Novembre, M C. M e-Nam ara,
xistid, 6 -p.-- et- de tous Iu s employes ,e rendant au Cap par le, rue Am6ricalue.
embres dtoaies piochaini couiirier. 1, rue Amercaine.







Usine it qlace de PolN-an-Prince
SOClIET" ANONYME I
capital 150.I00 DlUlars I
Assenmble Gin"rale Extraordinaire
L'Assemblde Gdndrale ordinaire liiee
pour le 28 Join de l'anine couraite, W'a-
yant pas eu lieu, faut e de njorite. Mes-
sieurs les Actionnaires sont convoqunei
en Assemrblee Gnnirale extraolldinaire
pour Ie lu ndi-42 Novembre A Ir, l Iru--
res de I'aprs-midli, au siege pi inIipatIl dui
la Societt, rue du Magasin do I'EIrt.
L'ordre du jour comprendra .


Io Lecture du rapport du Coioseil d'.\d-
ministration sur les comptes-et l. marclhe
des allaires de la Socidtl, dn :ki Jaii
1899 ( date die l derriere assemnlelr ge-
ndrale ) au 12 Novembre 1901
2" Examen et approb'lion tdis comiptes
pendant la m me piriode.
3 Renouvellement du Conscil d'Adnii
nistration don't le mnulnat expire .1i 13
Novembre.
4 Proposition et aJLioptio "-de-jea-
mesures propres a assurer hl complete
execution de I'entreprise et 11 I..'nne
narche de l'cxploitation.
Port-au-Prince, le 3 Novernlre IH)O.
Le Conseil d'Adminislratlion.
P. FAINE. STEWA RT.

MEDAILLE D'OR-PARIS
EAU CRUSPINERA
Regennratrice de la Chevrlure
Compose exelusivement
des Sues d'Herbes Middicinales
Inoilensiie et Hygniique par reellence
Ce produit sans rival n'a riende comn-
mun avec les huiles, pommades et autres
sp6ciliques journellement offers au pu-
blic, sans en obtenir la faveur par leur
inefficacitW.
Pourquoi ce produit a-t-il acquis la con-
fiance g6ntrale ?
Parce qu'il fait repousser les cheveuy
de leur couleur naturelle et en aug-
mente la longer et 6paisseur.
Parce qu'il en arr6tela chfte et les rend
soyeux.
Prrce qu'il les embellit, et les empeche
de blanchir.
Parce qu'il evite les maux de tate, et fail
disparaitre les pellicules.
Parce iqiil nettoie et parfume.et parcel
que son efticacit6 se manifeste u pre-
mier__e_ssk -
--Prix de chaque flacon : 6 gourdes.
RFUSERCU omnme CONTRF AgON TOUT PRO-
DUIT NON .REVtrU de masignature
DtPOT & Port-au-Prince :
Pharmacie Nouvelle A. ROBERTS & Co.
NOTA.- L'Eau Cruspinera emrpeche la I
formation du microbequi detruit les chevesuc
L'usage de ces products conserve inddfini.
ment ure belle et abondante chevalure, et de
beaux cils et sotwils.


[.'EAU IMPUflE est Wr~s souvent la cause des li vros lyihoid
beauicoup do maladies.
Oin tlevraiten Lc aque d~ eI. E %U F1
se prociralt1, ia laIi1trinaRel Centrale d1IitMII. 1111 4e
filrtes en verre qui onI t Iepuis longtemps U1jnT. [1i'ii( u pm -

C'esI nri :irl ice pOIII aiisi lire indlispensable A cihapil' I -rni
Ne Vcnd.l pasn cher!

HoW~mv, flit%. Ila r-inerle. EN GIANI, %-- IIME



LE SIROP PECTORAL SEJOU
Combat les miciobes ou gerres de maladies ie poilrifio: -me
leirient le, 'row., Riktimmes,--M llI'ychtes, Etirmi .
I nI~ 'Izi liilaifuL~ltx AsLIInalUiItit' CaIH
inslfltadiitrlie i -,n :au-,!inenialnt Ihunpliilide de la :-pirilioiV5

h)EPOT daus les pri impales villes dee la 11pibliq(IlliK

D6pol.-GCknr nl: Phania I aeie SEJO ItIiNE
1211, I te Ilpimiblicanike. -27 & 29, Itio vers!i
Produils chiriques de toule purct. Exicuteon exacte et u'apide4-- ,..niili
Laboratoire soPkial d'analyses et de reclwrches:
ANALYSES: UinMes, Cruaclus, Sang, Calculs.-'Recherehies (it- u-iiAI
et autres mnicr-obes-duo pus tipirthrai.
Seul d~posiiaire pourI VHaiti diu Biberon-FPrapqoi s, le phis: I'mcil.M
aseplisaihle. le plus coiiiinode et le meilleur mairclir.
Telephone. Adrcbse lelegraphique: Sijouar-t-rafversU rre- ort .;III Pri
7-


t 1 1 11 .. n l% ALG rvb
*pcnUI i'klotrago~~t~
-DONE$ TIRVUE ET INOUS FRIIEL Olin it r
MANUEL de renseignements prauquea .I
0 tar a 0'appare1ia de produotor. eswioyt "'I du Ii .
gratis et franco par W PAR 'A,
GUIDE PRATIOVE dul blouu'ilm
DEROV Fit* AMn6, o0mgirucemar, IIC-VW" II=II, M8G=M9-
71 .77, ins 'o Thi&tre. PAR=. M O is DU I f lif


I'mIrimerie H. CHAUVET & 0:


1C~P~ -R~ --