<%BANNER%>

MELLON DLOC UFLAC



Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/00345
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: October 23, 1900
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:00345

Full Text

Portatti-prilf f lee -


Wardi, 23 Oetobre 4900


I. ~ -- -a



I'X ilouvellite

LZC rtidieeza Aom~1~ et dA';.zus~riqcern


A:IA1RAQUIT,-- DIRECtEUR" $PPRITAIAE.


- C~ 'a -
5 cgMWE Lb. W PA~wIR. AoOURB
-rim C I PU *tl&JI*a j -


inlcS o3 oi e oE teur u JoutrA1, 4i, u4ue du Fort-Per, 4


wi 2 r,'4 O/0 prime
suivant signatures.
sur Nev-Yark contre
billets 82
sur N.-Y. 3/4 0/._prime
Ifjteent 22 0/0 or


WIE FRANCAISE
!s T'ELUGRAPHIQUES
Crou vNOUVELLISTEs
ACTION INTERDITEl
6In.;pac mpri en-

6"do Lt Concorde,2 trains
iisont rencontrds et ]a
W 2 '9 tiles-ids.
DI oin a dtcouvert une
flspiratioza dans le but de
ec tiieixin de Fe:- o~i de-
C.7a I .
- Iea cuira:ss auKeututc-
00iii ~i Chine.
opient ,ai-n~icain a WI&
Mlurli-.lre en Chine lxur
Bpte exe:*tion des lit-
jpir hIt Chine de chliier
Me-, allentals~ con~lre les
11,in ile mesiiive. lei-
k h- -16ordres et doit?
I' mlir respecler le'


I iiusti OtW donndrn

ger c e

kll i;1 ernsuite.

pp d'frpngaises se
impo wt&tt ville de

I'Angleterre Qni si-
nt pari'lequel les
tes'en a-

rouverts


Nos lecteiu se rappellent, san 'dorte, une dia- s'annoncait fMroce, sans morei. et, touted, es
tribe dii ournal 1 IdL Liberid a. de Paris, ouuMr injerviirent en faveur ldu fai.ble.
. Firnin, niiurr iouveau ministry A Paris, rt.l ipris Le gonvlrlemnent animericaii prnfera cdler.
-eot,,ile cible,.- lt le in.Ys auos;, dlu ri-ek Ia formidable flotte vierge encore-- leva
Eh bielJe. mhme journal La Liberti P, Noedurevint.
7 SAlelembrr dprnier, vient dapubliter in -irtiele Iacre n beau mai et ins ne revint.
Il.il rlolugiu uur Ie meme Mr A. Firnln' Nous Le Mle Saiit-Nicolas lst toujours deneure
ne rtsistons pas an plaisir de reproddire cetarticle terre lhalieonie; et la France doit plus particu-
|ii tbi.oigne oe qa si-natre eonfr re il Paris est su- lierement s'eP, fliciter. Si jamais le canal inte-
let au erreurs, il sai aussi les r6parer :- i n'est roceanique tie Panama dicvient une realit6,
jamais trop tard pour ce faire!.. c 'est le Mle Saint-Nicolas qui sera tout indiquB
Voicidone la pa'ipodiede. La Lbert6 .: come port de relche. ti avitaillement..
LE OV STE eDm A PA I t done prfAirable de le savoir toujours
ontre des maima, amies.

Mr Antnror Firmirn, ministry des affairs
ltr.,iii'es suuu le president Hyppolite. nonmm6 LAloolisme Pt sCO HlavafeP
1It.t i cemnment ministre plfimpotentiaire de la--
I1llIblique d'Haiti pr6s le gotuvernement fran-
-n.--, vient d'arriver & Paris.
II ious-a paru int6ressant do consacrer quel- IV.--- Les Cai6s des Proletaires.
qles nots i ce diplomate, nouveau. venu dans Noussommes une soci6t6 en dtresse.Nous
la cariele, qui vient ,emplaceP nral F p rissons par apatliie, par indifference, par
La Iquhlit piedominanle du "'uuveai tlua ma"n q u courae _u'il faudrait pour
tresera cerlaih ll'dgqige 'i i efloiera refTiOre notre moral aiF tu, et-tpposef-une
poun l dfenisie ile mti,'kt., Iia elen France, certain virility au torrent qui nous em-
eneigle qui, en toutes circonsti4ees, sera ac- porte.
conipagre tie la plus diploinatiqun.couri.isie_ -Notre-mal--n'est, pas sans remade, olh4-
A ce sujet, nous nous faisons un plaisir de non, et 'o'n sait bien que sauf le cas d'a-
rappeler un acre de la vie politiqtlede M. A. gression-injuste de la force brutale, les so-
Firnim,. acte,A lii seul, qui explique la confia,- cites ne meurent que faute de s'etre mu-
Ju-prbiaen l Sa 'a ielant- pour ses nies de ce tenace vouloir qui est de regle
C'tait en 1891, au lendexnaii du triolmphe absolue pour quiconque, homme ou people,
di president Hyppolite. veut s'affirmer et vivre. Mais je le dis avec
Les Etats-Unis prttendaient avoir pritA tout instance: ce vouloir, rious ne I'avons point;
leuir concours- mural et materiel-- pour assu- il est absent de nos bagages o neserencon-
re I'av6iuenietilti noveau presidotf. trent que les choses quelconques reunies
.Leis ipreteltiuns n'elaieiit p)s absoltiiueit come a plaisir pour fire la preuve de no-

i"'ihiialiee" tre profonde nullitet
.,,-i..ie imtnuueration de c. tnconours, ils Ah! nous sommes riches, trop riches
ot ianiftiqoe'iti faint f 'e tit -rme, d de declamations de principles, et
L..,,i. Lr., Amnei :aii. ,genaient-,a ,aa ie- dans aucun pays peut-ctre,on ne s'est pou-
Iei ces p.umies Ciilains?7 monne come chez nous A parler de pro-
L.: .ta'ixeiiitnem t an-tlicanl i1on, 1iippIIe gras et d& civilisation. Et come s'il pou-
-.-le Ialeinanlle. enw)a sji, a\i-. piealahle lule val-iillitiT _dfi p.Titer--ee.itucou ci- frt,
r-~iljttedevanrt I'.it-ai-Prrncer. Ctntelotte-iaTl- T niVs :-i fich-ns lfrine sutblime- indifie-Lnce
In WIVlr Squnad/ro- ln nolle blajichli- quli, pour tout ce.qul rc5eeinble A une raelle
plu taidt, I[vi' r er.a;i e*o1. Ie eu ,le sJra pro- j t 6yidente progression, et nous taisons nos
leliles les cuiramas du nialliureux anmiral ies r upir dan per-,
I. m 4 11.Joulq trs.croupi r. dcans umo per-,
lehir itei,. I to c a nitodlen .. ..
it du cabinet deWa sli'illgtn,rienni pun l ei br Je sas u'te opilhoh qui a cqrt-.parmi
ler la rtislaturr de Mr Anitenor E.nititol, aluia noL, d'apris taqueie on na aucdne raison
illinitlie dea allfairaeseniiges. Stuhpour fair de s'al.rmer. t le pays marchers quand le
face- aux dangers, nte pouvant. se concarler moment sera venu... En d'.autres terms,
avec le president, absent de la esapialeave Ious on peut perdre le temps a s'amuser et faire-
sea auLre mininlies, it nirguin., i ltItare le. I'ecole bcissonnitre; on peut tout I'aise
vieus monde a sa cause, ii inenaa J'enevelir daoser et savourer ceie 6pihmere existen-
Hail sous un moncelu de i iines. el, liai, Lint n a 6p ie,- nous ou-
tete aux exhiences de son pui-sant atdveivaire. cI qe U Dieu nous a dnpartie,- noos aou-
On put croite que Ies sombresjorsi delToud- cilnt peu de ce qul s'en suivra, et laissant
~anlt-Louvertore allaient revivle. rou'e les A nos arrires neuveux, sil en ponsse,.le
rhaincelleries d'Europe s'6nureol dee daniiers soin de fire dans l'avenir ce quie nous n'au-.
meniacant ftlir- nationaut dans eerie lurte qiri Toruns itiflnt t-ous-mnmes '...
e'q'


==. _


-- --~-- -lC"--l'- 1 I~--


memo- um


_I~_ _~ _~ __




'a '


Et puis, les nation. policies oit. mi i
longs sidles a arriver, A swcitiliserK1* P
ao orties leur barbaric, ce' qu'it yavtt d
trop primitifet tropnatnredaw ti.nj
Danc, rien ne sert de courirl la civilisatio
finira bien, comme autrefois Colomb, par
trouver un jour ou I'autre Ie chemin de no-
tre lie fortunee...
Ce petit raisonnement, cenre strange va-
ri6te de quierisme, nous met d'accord avec
norre conscience, A isupposer" qu'iTel ee6
parfois des velleit&s de pro.estation. Sollici-
tes par les plaisirs, I'esprit sirchauffi par la
d6bauche sans fin, irourdis et ran jou1-
-iesmioesmredaris -nos
dements.- nous cemnKi
sans. mime concevoir qlue-chaqu e r n i,
luit a son lendemain, et que ce lene-
main proclame toujours la valeur de ceux
qui l'ont &difi, er des materiaux qu'ils y
auront employs.

J'ai vu natre,- et mourir heureusement,
le cati dJt des Proli.aires O.1 I'avait mis
au monde, et I'on soignair ses jeunes ans
avec une rare conscience, dans le quarrier
d. n6goce di.paru, en pleine rue du Quai.
._,elan L t.u_ peutre paspl- dplorble
que la presence, dans le meme qu.rtier,
des autres etablissements de mtme filiation:
maisons de jeux, bars sans fin et sans frein.
Dame! puisque le commerce d6serte, faut-il
bien qu on le .emplace par quelque chose;
et que pourrait-on souhaiter de mieux que
Bars et Maisons de Jeux?...
Mais le Cafe des Proletaires, encore qu'il
ait v6cu, a droit de ma part a une men-
tion special. Aussi bien il avait des traits
caract6ristiques des mieux tranchis, si on Ie
comparaitases ains dehaatubordlpre-
minrement, il etait ades proletaireso ; deuxie-
mement, il erait dansant. Je pourrais lui
trouver d'autres qualit6s a la centaine, capa-
bles de lui constituer un 6tat-civil fort-res-
pectable et defiant routes comparisonss.
mais je m'arrete aux deux mentions qui
prcedent: prol6taire et dansant, c'est d6j
bien assez comme tires, c'est inme consi-
d&rable! Le proletaire inconscient y a dope
dans6, emport6 par les accords entrainants
d'un tambotr--special que -mme-dans les
banlieues et les quarters excentriques, cer-
taines oreilles n'entendent iamais sans an
fremissement d'horreur er une certain
home. Voila nos progress! VoilA comment
le people s'amuseunpeu partout chez nous;
et voill comment quelques strangers obser-
vateurs se sont pay6 le plaisir d'aller le voir
s'amuser rue di Quai, ces ours derniers,
tm reBa ire t-q h eures- apres-miidi.
- Le-eaf- des Pr=offetS.. ,,,Oii ,-
du ce- service Ti.paya de-miie-te A note
portee an degoatant spectacle quell' di-
da Jbrcisousneseafivi atonater

alirks par cci attrncions
*A i est vraifecnt pieible, ce spectacle
qi se peut observer en certain milieu, du
1u Janvice A la St-Sylvestre'1 Ils attristert,
ils 6cceurent. ces amusements pbpulaires oi
le mauvais alcohol oue le r6le d'excitant, o6
I'excitation A son paroxysme ;trmen l'abru-
tissement ineviitble, la demoralisation cer-
taine, la devergondage sans limited !


'Apifl le dire en passant: awr tat so- 011 ne jUstice
Jii-vlee: sansbut avouabkobt i ChBO fois pe uous,
4i1-jowportout dam R CPubr C'a-Up tib bon m
dun centre A I'autre te mime 'abandon de oCmire sbn'kvoiren-
.2oi, I mnie espoir inficondCon une provi- C1u41 n' te qu'ue lle
ducia dtdnt la logique pourtani' west pDint, -t- dans Ju'W
pour .vnir en gide A ceux qui ne, sqvent on nous00 f&lsmons d'elWT
ue-pipa se.-devoir ,Vabotd i eux-sgIi -pDmas5. Curtains quari
4 Iqjur Iinergie, i leurs personnels efrts. Eti &lntff emme des banhe
le proverbial dinbment haltien s'offre ji q iijdiOtdes scines,-ae4
lVobservation, dons ionui la hideur doo I'des' riueulements dej
nuditi, di ponani A l'oriCnt de nogre ter- ntiteliquo L a police s'eni
i c~m. I t~a FC lad


anprinrce st. n en. eaanto ipe. Zay SO f 1
les autres villes. Je ne calomnie point notre
pauvre capiale,- don't 1'6tat de disorganisa-
tion me fait au contraire saigner le coeur,
et je ne demanderais pas mteux que de la
pouvoir juger en toute indulgence. j'ex-
prime simplement in fait qui se peut cons-
tater, qui se constate chaque jour, et
que les plus ingulgents ne sauraient nier.
Qu'on aille au Cap, aux Gonaives, aux
Caves ou A lacmel, a I'Arcahaie, & Bom-
bardopolis ou a Dondon,- dans les grands
-P --- 4 .-i _-- --- .:_- A--- I-


les plus petites villes, et I'on y verra un
certain respect de soi, une retenue de bon
aloi, une observance des rigles dictres par
les bones moeurs, que nous ne con-
naissons plus A Port-au-Prince.
Certes, e n'ignore point que chaque
grand centre de population, les capitals
en tete. --- a son fumier qui s'stale sur les
pays, et qui propagerait I'infection, si l'on
n'y mettait bon ordre. Mais on y met bon
crdre, -et infection don't souffrirait la soci&-
-t-danstoutes ses couches, -set rouve-fain
conjure pour le plus grand bien de tous.
Mais a Port-au-Prince, les rues sont la
proprite incontest6e des mis&reux de toutes
esp6ces, des d6classis,des corrompus de tous
tonnages: le pauvre promenant sa vermi-
ne, qu'on ne peut ou n'ose contraindre A
rester dans l'asile offer a ses souffrances;.
la fille perdue qui vomit ses gros mots
poisseux et revoltants ; I'ivrogne qui lane
ses obc6nits ; les enfants des deux sexes
q arlebitebrit wda-ir de-si bethescal~-rre-s-e
que d'auties encore, hdlas '... Tous plus ou-
moins victims de I'inroxication alcoolique,
d&braill&s et fetides. deguenilles jusqu'a la
nudity, sillonnant I'air de leurs propos cho-
quants pour nos oreilles, et qui nous font
.1 ine pleine de noire trisresse, de d6coura-
gement, de d6sesperance...
-_ _Pede TiPaix, iLes'Lpasse.cesjonus-
-dernir_, enplein midi,_ une scne rivol-
ranre qnp. par .respect pour mes lecteurs et-
pour. moi-wmme, je-n puis me permetrre
:mide re.'a cet article.
- '.'.: J.4 wo.,,.^.r c ,,.L...&.k; :b. '-.. -- *"'


,i c.. st e l,:
:foloaut et beaucoup
cieriet meme prevenir
tui dGks-dei ordres agree
les scenes de pugilat et
sont que le fruit d'une t
nitt. *
Douane des
Depuis norre dernihre ne
le scandal de i douane dec
nous est rien parvenu des 3i
rait prises a cet igard le dilk
finances. Nb.inoin s nousavq
-par le- hand trde drmaach.
administrateur des finances'
Paul6us Sanmon, chef de 4
de la direction lors des IouiW
noncees par des maisons alled
press notre confrire Le '2au
sont dans nos murs. No
M' Faine profitera de la
messieurs pour tout r
d'une facon formelle. Nos
s'it le faut, et nous en pas
plemenni; car nous atoisi
setigrcments assez priais..
La Lanterne M
Nous venons de recevoi-
de cet interessant organe
depuis trois ans. vulgarise d
sances medic.des avec onS
louables. ,
.Le dernier fascicule est .
ii comporte d'abord-une
blues de la menstruation et 1"

puif le discours d'ouverture
course i la Polvcliniaue-Pia
le Docteur LtoN AAUD1 "*
sante conference du D S
ginm de I'ahmelninaiOfn d
sevrage. a
Nous recommandonBs
tie A nos jeunes mires


[salavgarder Ia bonne sa
J et (isons nos cor
I zion -I Lj Lanter


7 NOUVVW~LL DlV~ERS l a nomm1
At. ~erePlacefl
10= D DIM AWuia_' n rem

Le Change EnU OPO'w
March ioujours froid : presqu pas N iNm..ppp!ClOnS 4
da~ires. Rpm lu Quai CC3
Les vendeurs d'or demandent eriore. fY4r, P
8: "1r mait les acheceurs noe vuleikvae a
affaire qu& 8r, .- er meme 8o ol/, 'J :
:' I .:


_-_ __ --_ ___- __ mnnnm


-


Q _4;v~pP91E~iC~U1 ~I




;0 .'x -_
E- ._,

a1insi A. 1*$ixsMt6, une vraie
/f4 rl%7joita ropira-co-
Ite, laaof tC, Cet C I rou-
R men ,ict. A..wYori.
s bonne rtSln eA Messieurs L.
nous avois sben besoin de'r-
r nous distraire de nos soucis
for lite I...
Tribunaux
lJugemenls rendu.-hier : entire
-.Baptiste et la veuve S. Bisloury ;
tt Louis et Ther6re Dessources ;-
rGrellleret- Loqis Mews ; PtLre
t, el Thoipas Mills;- entire Aul
sa et F61i Delalour; entre E..
-ifres ';.- enlre Tertillus
e lus Ia eliai ;- entire Aleaun-
innoent el oberI Norlz; en-
ILopsie et Randuma Sander.
entre Roche Grellier et Champagne
dle.
,,-Hier, le tribunal a entendi l'ac-
i s questration de la dame Soeur.
Jesnomme M6silien et Dsinor qui
Adamnis it cinq ans de travaul for-


Society du Cheniia i Fer du INo
Le Conseil d'Administration de
cetle SociWLt a l'honneur de prove-
nir MM. les Actionnaires qu'ils
sont convoqu4s en Asseinblee g6-
nerale extraordinaire pour le sa-
medi 27du courant A 3 heures pr-.
cises au siege social '
Objet de la convocation:- D6li-
b4rafion sur la denarqde 4p iuse
en exploitation des dix premiers
kilometres de la vaie ferr.e.
Cap-Haitien, le 10 Octobre 1900.
Le Conseil d'Administration:
J. C. EUSkBE, --- Gal TURENNE Jn-
GILLES, Gal TH. BELIARD, FRANCK
H. DUTTON, J. LAROCHE.


Circle ('Aurore4% F
id dri- Is Cotl a P'A arn,. R n


i renouvellement de son bureau.
lus:- St-Victor Desinor, president,
iltbereau, vic-pprdsident, Fernan-
lnez, secretaire ( reelu ),- Emma-
oWsx, trvsorier.
vr Andre LIspe a 6tl rilin president
It de la so"ietI. II a 6tL vivement ap-
fnr te nonvean pr0sident-duneercle.-
6lectiiin a prononce une brillante al-
ilans laquielle it a remerci6 chaleu-
t l'a-senmlite dA lui avoir confine la de-
igede president. En terminant il a dit
hpas Mf16h1 de voir sortir du cerele ces
?Wvoltaient compromeltre le succs
tle march trbs bien, grice A 1'Anergie
memnres qui se sont-toujours fait ad-
tour devouemenl, leur zale, leur ca-
es quatre menibres sont: le synpa-
Traire de la so.:iete, M. F. Martinez,
ews Anhie6 Lespts, St-Victor Ds.inor,
kux
'oujours Lago anis !
d'hui, c'est uni nouvelle lampe
jque commode qu'il nous offre :
Mit NAroPuo tiqui doit fire un
amineux dans les salons du high
Ia la CUSINE AUTOMATIQUE, ce
l6gant qui permit de faire a man-
dans un salot e ql dn .ne un.
de combustible incroyable, et
rfes curiosits,--- -on n'aura pas
fettert dlt'avir v isitre le blzar de


- csa ~- ------ I ----
Ic voir, lect-eurs- vous sere/ i
SI ...


594A ha


.L. *W fu~ W8
19tendu id6I jidnch m0 f,- a8H
.vcnant dI New-York, Cap- I
.oonarves.
le mime jour, A 6 heures du
Salnt-Marc, Jkrkmie, les C3yes,
b Jamaicque, prenanE fri't et pIs-
Samples renseignementi s'adres.
Plu de la Conapagnie.
i. W. Pwgnzm.* Aetrwu-Ginlral.
Ojt-.uu-Prince, 23 octobre i90o.


La soussign6e, avise le public. et le
commerce en g4ndral. que depuis envi-
ron qiiatorze ans, pour cause majeure,
provenant de monsieur Eudamus Philoc-
tete, son 6ponx, propri6taire, demeurant
et domicilide a Jiemie, elle a ete obligee
d'abandonner le toit marital, et 1ft fbrcde
depuis ce laps de temps de se refugier
tant Ai Corail qu';au Petit-Trou-de-Nippes,
sans aucun secours de sa part, jusqu'i la
date du dix-huit juillet de cette ainne,
-oh, en,;;age dans un procis pour une mi-
nime balance de compete commercial,
contract ~Adans4e marriage, it en a fait ti
de toute sa protection, appert sa lettre a
la meme date.
Par consequent, elle declare n'6tre
point responsible de ses actes et des det-
tes qu'il a p oi pourrait contractor, en
attendant qu'elle fasse ce que de droit.
Petit-Trou-de-Nippes, 17 Octobre 1900
Dame EUDAMUS I'HILOCTETE
nde FLORCINE LABORDE.

Vins de Bordeaux


Rouge trbs bon
Q -- .-


$ 1.30 le gallon
4 co ,I


-d~.ut-IJt.i-* I -


c, grande marque le gallon $ 2
L. BOUTIN &.Ce, .
single des Rues s u Ouai
et Bonne-Foi.


BAM E -DE P-RIX

Bo in vn de Table
Gallon P. 1.60 1 /4 galley 0.40
1/2 gallon 4 0.80 lelitre 0.50

Bar de la Poste
Jluse en lace de la. Peste.


CIOCOLATERIE AITIENNE


Paul Cesvet,
8, Rue Amrlecaine, 8.
Cihoelat a la Vanille
a 80 centimes Ia livre.
... .Gros et ,OP tail


.Nestor Feliu

Maitre-Tailleur, tres connu dans le
pays, vient d'arriver de son voyage
a I'Etranger ou il s'est initi6 aux
derniers progrbs planss la coupe et
I'art du tailleur.
II a ouvert son nouvel atelier
No 46, rue Bonne-Foi, entire la
-Pharmacie Roberts et la naison
Obermeyer, et offre au public et a
sa nombreuse clientele un grand
choix de costumes, bien soign6s
par les meilleurs ouvriers.
Promple livraison Prix modern.

MEDAILLE D'OR-PARIS
EAU CRUSPINERA
Rdgendratrice de la Chevelure
Coimposde evexlusivement
des Sues d'Herbes Mddicinales
Inoffensive et Hygienique par excellence
Ce produit sans rival n'a riende com--
munavec leshuiles,pommades et autres
%p6cifiques journellement offers nu pu-
blic, sans en obtenir la faveur par leur
inefficacit..
Pourquoi ce produit a-t-il acquis la con-
fiance general?
Parce qu'il fait repousser les cheveux
de leur couleur naturelle et en aug-
mente la longer et 6paisseur.
Parce qu'il en arretela chilte et les rend
soyeux.
Prree qu'il lea embellit, et les empeche
deblanchir.
Parce qu'i -vite les maux de tte, et fait
-disparaltre-les pellicules.
Parce qu'il nettomeet-parfmne,et parce
que son efficacite se manifeste au pre-
Smier essai.
P1t' de eBaqw-4#dt. 0 gourdes.
REFUSERCommeCONTREFAgON TOUT PRO-
DUrr NON REVTfiUde masignature
D*POT & Port-au-Prince:
Pharmacie Nouvelle A. ROBERTS & Co.
NOTA.- L'Eau Cruspinerda empache is
formation du microbe qui dtruit les cheveux
L'usage de ces products conserve inddfini-
'wabt as&e belle et ahondante chevelure, et de
Seata. cis ci soucils.


---




". _


Salon de Coiffur
35, rue Bonne-Foi, 35.

Hetent arrivage d'un grand assoriment de ParIi
GriaOd tkIdr6ckdOfres eact0
recus de la Havahe
Depuis 6i ans que nous avons I'honneur d'etre eta
Port-an-Prince, notre principle a touiouirs ee le m

RON TRAVAIL---- PETIT BENEFICE!
Je profile de F'occasion pour declare a nouveal
SLE FIGARO )> est unique en son genre: noi
n avons de succursales nulle part!...


IVenexy voir!


-~ I


PERALTA.
35, rue Bonne-Foi, 39,
**::r. '^?w<^o^^^y'y \'^^.2i Ai.-5.s I'K m


CIE NNTALEo DA 1


.
Plaques photographiques LumireiBa
Papier sensible. c Minerva ,
A ede routes dimensi ns
Albunis poI collection de vue photographique
SPharnuacie Cenrale d'Haiti


MM. Soniil Veil
Vilmt Sainl- Louis...
aempl,,y.'s nil! Ik i.mi,':,nld1
cidirv. onl I'lihoinniur l'ifo
public qu'ayanl I ire,'tiof
laurant du Comimierce. sit
des Miracles. ri.i tac', de la
National, ils Iirlontl to10
bon vonloir ;'i iuirnir uine
aussi bonne que v.,rite, qt'
marhelxceplionn1.l, ;' taus V4
voudront hien letr corn
c_ ietle. L-- m


L' EAOfjtLR ALGCLI NE" !
POUGUES S'-L
(st soieraine ef 'a"I n-IW'
Trmitummt dea affeletori
digettios, du F o"
Vole uridairesi,..to Di
Quatre si6oles de.S
_1 l ._ --. ', h. PI ,


-- I R.-Y~-~-- IIRil-~l- --