<%BANNER%>

MELLON DLOC UFLAC



Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/00330
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: October 5, 1900
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:00330

Full Text
r"u-Prlana (HaIt) ,Vendirel, 5 Octobre 1fl


4'




,e ,,.'m"r, C.ia et, .'A-r ,oh cee
J.. *' '* ^


AUAQlT, DIRECTEUR-PROPRtTAIRE..


.Abannment pour D.partements. .~0 PAP
a .-Btranger q. .
& t^ ^ l^.... ;- :,- "I -*r***:


MOISj GOURDE


'43--84 /o
rz2-3 '/n prime
New-York centre
billets 85


E FAA 4AISE
r 17

a NO fli. STE.a
.ION INTFeaoIT. )

du 5 Octobre.
kOn a confi'rid la not
aquelle Ie prince Tua
tseiramitNi e vm


Shnoii-n--Waehing
ldgraijresm-fficiets
.--
les de [ome annoncen
lerlant s'est effeetud a
-colfiie-fort conte:na
Laa Mt ddmnoli. Ce vol
ode sensation.
Mhallee a notitie al d
laguerrequ'il n'aurab
Smninis pour retire se
me.
kng rest toujours
i enlamer les ndgoci

4;mdiricain atdldgraphi
Tus., est ddjA sortie d
q.-: n.
IsOes oatoccupesan


persar Guillaume
M pepeurr de Chin
seillers dfgouvern
t oflfciellement re
'ragesenvers les ttrar
se troxiverait satisfi
tables ne seraient p.t

aent britannique a ei
ions 4 son represent
les prdliminnires d


kAlcoolismoe t sas Ravaoes

III. --- DealeBce prrmatlnre
L'6tre raisonnable que nous sommes,
raisoi ne de faCon deplorable lorsque-la-
Spassion fait contre-poids chez lii aux in-
citations de la raison pure. Quel est
1'homme adonil A ;a buissuni, lq n'a ell
une minute de trve. tine secqnde de lu-
S i au milieu de la tourmente oui som-
bre sa miserable existence. -
Dans-cesmonments firrtifs.- dans res
haltes de course dur6e, ils se scrutent,
ils mrndilent, et ils repudient sincere-
ment les condamnables instincts qui les
u- Ilirigent. Ils se voient frappis de d6-
n chance, tombu6iil haul de leur dignity,
et foct souvent, tMnon toujours on p.ereil
Scas, s'olre A leurs mdditatiois I'm'age
a ddiwifc a 1&Jaol'reluatus lles..tid..
sous les especes sensible de la tilubante
j ivrc;se des :,tres.
A -Ces examples eloquents, v&rilables le-
cons de choses, font naltre d'orliiin.llre
it en leur for intifieur de c %iiles reoui..-.
u tit.ns-f-idserte-.r I'i-:II-uli- .tIeineiit et I l...
it venir eux.-memes-- -
S Mais l,,:as on est .41-i qOill'rI', ilnl-
prgne tie la I iale pas-ioni .ilcI .'li>l.I .
- t i n'y a pas de r'aisonii .inent l'ui :w['ltl-
( de inlll. eli consi l'l.liuili ', '.Ire m.-t-
S jeur. Ces btelles rt'siitfliiiin -'oIt '.lone
!s vile rentlihree rei'nis s, oi,lbhl i',. et I'.,`n
retoirnPe i111 peiit vrt're ormitj I al ii de.
A \oir d'(l;it qul nousat5 inilir ses iii..-llct1.
bIles exigences.


U Lhisloire nous oflri.-eon ,r.'lm I ,,:,nlre
los exempt. deI socit',.-i auI\ it-'11rsI'ti.~ -
solues, ellv'itairi- pirt ;-rairrrupti.i itt les
s ddbauc.hes. Ea Oore-qu',Cmiieiiimenit d6e-
Sporables, ces plihenomines-'-xpliqipuent
poui tant, lorsque les milieu soci.au\ ou
a on les observe ont fourni leiir contin-
e geot an pro-r&s possible,et acconipli leur
e- cycle dans I evolution liuinaic.
Pourt les pe.uples conii:i.e pOur l.'s iln-
dividus, il vent un6 heiire oi l; de'cI-
it dence se product inet;t-lIblmernt. iE les
.s erontes gileu nx figuIre en pr-lit I.s col.
lec'ives d4cre-pitudes.
Mais lorsqIu la dpprav:ilion dIltar'ce
I- heree nart ae par II physivlotie .-o-
ciale ; quann un jenii people It-butP. par
Ie oa les vieilles societls d4clinent et s'e-
teignent; lorsqu'avant mdme il'avoir v0-


cu, tie s'Wtre mranifestl par des weuvres
qui d6celont ine r&elle vilalit. ii s'ino-
cule les pliies des nation finies, .dgra-
ddes, et se attire de leurs vices, c'est
Ia un monrcl contre-sens, une pr,'coce
pathologic quii arrlie tout net le Ic1velop-
pement, qui empisonne Ie system et
le lue!
J'y irsiste : la similitude est de tous
point, parfaite, quiexiste entire l'Atre-
indilin- et 1'6tre-collectif. Cette res-
semblaince d'ailleurs s'explique fi tous les
-pe tit vue auxquels I'observateur pent
se placer pour sonder les profondesconm-
pli\it.Ss de I'homme. L'organisme des
sociLte n'est apres tout que I1'elvation
A tell ptrtstnee que I'on voudra de Ior-
ganisme iindiiiel. Quoi d'6tonnantalors
que les memes lois se rencorntrent, ici
come IA, duns letrs manifestations tou-
jours les memes et dans leurs effets in-
variables '?
Place daris de'cerl.tnes condrllfns~ron-"
In(ires A I'hriene, antipodiques de la
morale, le Ieiline enfant tout frWle, d6li-
cit et inpri-vssniinable, gardera toute sa
ne I'-rntprrointe ind6l6bile dii milieu dans
le-|iel 'l Jur, %ecu. Eti-oement physi-
,ie. Il, i-,i'.pth.' n continue de tausses no-
Li.'ns .1bi bl,,irn -t du vrai, deviation cha-
'Iii' 1,,,I plii i'centude dii sens moral,
[l..-iir l 1.i ,.nIlimnation. tells sont les
I'elie- '111 Iloi'meront son lot en m6me
ter',[l, ,ltu- son I'ardeau dans la part que
I'n\lrnrcL-e I It ;, chacun, selon les issues
p,ir I-F.i.'elles il y aura p6netr6.
EIIIie stir In mis6re corporelle, cette
drpi,;,t:iloi 'Ie I'intelligence r6alisera
poitir l.i society ces petits etres hAvres,
rni.iliilr''. vir-illis avant le temps, distil-
S1,1111e \,'nin, .',\.il et produisant de l'ob-
C-.niie 'II prop.irtion, et qui rendent son-
geurs etl lt I'-lt ceux qui les regatrdent
t-kHiler pai'r nos ries... Et c'est aiusi que
set.a.UvienatJaliriquis de toutes 'pikees
lei .leclass6d qui reservent pour l'avenir
de terrible revels aux nations endor-
mies Ians I'imprnvoyance trop aveugle.
II sullit d'uin seul sujet ainsi prepare
puur el c'tirompre dix; et lorsque le vi-
rus qii'il porle est r6parti A la fois sur
ilix terr.llms ide: culture, 1'epid6mie est
prlchl.,, ilie e'st inevitable: rien ne l'ar-
retll'. plilh-, s1 co n'est la cure radical!
El \nil't comment, lorsqu'on n'y prend
'arde on p.,r'.de unitelpour. mtonter...
la inillionienie puissance. C'est alor
I'dtre cnlleclif qui est contamin6 et gan-
grend, la society qui est :envahie; eti 'ow


.,,.r'


I-or. 1(
. I -I
7r


Y ~YL~U-L_ 1~_-D~;_ ~-r~-~L-YY


I


L





.oft *! lii-1io.,.n m I .. "..


conCoit sans grnd it le c ir n o rceau
vements du i- soI
et d6sordoanda el V an chfi
chez oun seul. Et4'o( iti aiorte Idl fis, W'p
le concert de Ia mnladie othierv6e au tes,en-me distant mine i
point de depart sur Ie Tpeit epfant jetd des so0iffet si p ne vo pp
d6s la-naissance drans une atmogph&re d&sir-- algr- ~ses par r
empestde.... menagants, je ne m'en suis pas occe s
,*, chant que je n'avaisJ ama eu 6' t
Pour toute communaut, la consigne avec Iu"- Ce dant, il .oqDiu
sulter par des lurons groslirs, Isi r.'dm
est de monter; mnis il s'agit de savoi lr par des n urons grosslrs, par s prJ
comments'y prei.,'re pour executer cette zi, Assad Calil, Andft am.M
consigne qui ,a st9 glIes don't nul na ZAssad Cail, And br ,-
le droil de s'mancilaer. Ge n'est point Abraham er Nasim Nrider, sOn o Co t-
--__ emdro a-manemple. quo de gavir upn .a.. I ea.
mur par escalade; c'exl au cootraire la ne pas me erd injor -amrr
meilleur faco k de choir a tout jam ais aussidsagrables.--En outre, ces
dans la range of I'on risque do s-enlizer lui ont nait savoir que la biens6ance lu
sans espoir de sauvetage possible. commandait de se calmer, d'aurnt plus
L'oi monte par le dur et pinible tra- qu'il n'y avait riqp pour le porter lso mtt-
vail de tous les jours; p.ir I'elude per- ire en colere et A aire un tel tapage
severanleel lructueuse;par le bon exem- Rachild Nader n'couta pas les paroles sages
pie iqe Ion projelle dans la voie ofi I'on de ces amis et senfonra come une fune
chemine; par le bien que I'oin faith dana sur ma personnel ; il me price par le veston
ia mesur, lde e ,s mnyens eL de ses fa- en me saccageanr. Alors ces amis et d'au-
cultts; p:ir la distance ;1 L.auelle 0.1 s.e res personnel du quarrier sont intervenus
tient de ltLilti: pensee-d I'rayer avec le pour I'arr6ter et le ramener a raison :--
nal il s'enrIa toulours-A me poursuivre jus-
iMontle arJone et lliuicile, souventmL q&uau f'ond de la maison,-si bien qu'une
me pirilleilse, juimportel Regardo.s femme respectable, Mme Vve Pern-Bois
tou ours it hIiul. el tiClhons de monster Gernail, A l, vue de tout ce bruit, s'avan-
s.niii cesse en ,luniin n le brJs a qui nous .i1 et lui adressa des reprocheiamicauxaux-
pouorais EL s'il rtlt qIuelqiunt qui Lire quels Rachild N.der nc s'arria. pas.
I'-clielle- ~.r I.,1ii'lle iiniis aeco pliFrSson Enrin, apris tiit de pricres fiites A ce
noltl' a-'eij'l'ii. 'lll nou frit pe'irl' I''- leune home, malgr1 son scandal, on
ql.lbllre el tl.ilinh r, tie sol iins point il"- pens.i qu'ill aurairt &6 chez lii pour pren-
courid.eS pourtnit, el surLout ne (1dser- -dre-soeit----Rien de tout cela I II est al-
tonil p.is l.I \0ie oi'i noils clicininioii il le miecminment a la police et a declar6que-
y a de ci.s accidetes, die ces contrarile's )'ai oulu I'assissiner, que le lui ai fail des
qui sont peut-etre iecessaires dans l'in- menaces d'armes et autres. II est arrive
tertl intmme dI bieai qi'on a voulu et a(ec deux agents de la police eti j'ai d6 ar-
qu'on a lent' dI ri'~aliser. rt6 er conduit en prison,cette nuit m6ne.
F. FEQIUltIIE En me voyant pris par la police, j'ai faith
S__mes m observations, j'ai monrr6 mon veston
et mon gilet dechir6s par Mr R.cli-ild Na-
TRIBUNE PUBLIQUE der au Comnissaire de la police t-t n'ai
---- pas minhqui. non prus, de protester cohtre
;..rai:-,: *2Ui.. -1 )0 cette fa-on de m'arreier, mailgre ce qui m'a
Au l I ir Ju ip.urnl .I L.* No elll. e ti falr par Rachild Nader; quand c'est lui,
lui ce Rachild, qui de air ,tre arrni6 par-la
',l -au-Il'm, e police RacL ihd pour se delendre a ie-
clare que le lui av.is donne&des-oufflc.s.-
f nulail '-pliii. ]-r au ,>ipli, cc .1ii in'a ele Vr.imeii, c'est avoir un front de fer I
fil i1ii1 I-..--- c I .,r l 1 ii lie NMr E ntin i'n a tl I ic dins la prison. Le len-
dlli-,I N...i .i i .n II,.-. a1Is colonies .l denlain, Rachild poursuivant touiours soi
vtrle iulin.l la I..i., ti illliie. j>ic Ce et ses intrigues centre moi, a e6t
(.i- l ,10 l'aiiii .' .-.,r v.r.:r pra.iliti.i,_- el aiipr.s du CuJ:' iii. ire dd Goijverneineiir
Vulrir ..ri eoa'-' tl- ).IC -i' i l.-11 e, lrleiitins s .u- poinr Iji dire que i'ii u oulu I i1.sa.;iner 1
-tir: il:l..,, ..i ,l.Iur. coupsv de revolver, que e lui ,ll appliqueies
NAI-.I ALTlE. g.Ies, que je 'al injulnl etc A huir
heures du martin le biaeau de la police
--- Ua FIait au. Public fa p er ren-..yiu_ ormssaire
S u- O vernement.-- Je ius retourne enpri-
Dans la soir6e du 3 Septembre-6cout, je son sous les ordres du Parquet.-- Er you-
me suis rendu chez les amis Michel Abra.- lant sortir de lI prison, j'ai constitlir MeS.
ham et Nasim Nader, pour nous e-'rrete- U. St Amand le priant d'obtenir ma liber-
nir, come k-'ordinakre, de choseserd'au- t6 provisoire sous caution. La caution
tres.Tandisque pjisiblement,le ciusaisavec n'a pas 6te accepted; je fus renvoyI parde-
ces amis, arrvaRachild Nader qui n'a trot- vant la Chambre d'Instruction, et apres
v6 pros d'une table lisant un ouvrage. II quelques jours, la Chambre du Conseil des
m'a demanded ce que je fasaais prs de la Gonaives dans son int6grit, et sa sagesse. a
table; moi de lui dire, en presence desau- rendu une ordonnance de non-lieu en ma
tres amis qui 6taient l, que jelisiisun livre faveur.
int6ressant. Sur ce, il m'invita ilaisser Or, savez-vous, public 6claire, que Ra-
aa lecture; je lui ai fait comprendre que child Nader a eu le courage d'aller en op-
je ne le pouvas pas puisqu'il n'y a.air ren" position centre I'ordonnance de la Cham-
faire A cette here que de s'entretenir ou ,bre duCoriseil,prtendant que ces Messieurs


cont

air f di
t me perm
nos ab icc chem f

r acst
S d' excuse


dir it'l public saura lai
le v Nouvelliste .




Le Change
C'6tait A pr6voir : dud
deux, trois achereursauraiet
nos a cabritt Thumazo de
moutons de Panurge I
Par suite de quelqnes Jem.
s'est raffermi A 83 o/o, ce mating
tdt A monter qu'A descendre,
Deux Mots au Journal
Le a Soir a s'es tjikhC tour
que I'Alwn1, du a Nouvelliste-
demander s'il a voulu se me-
en donnant le conseil .u dt
l'Instruction publique de meVt-
rion la loi de tlj2 sur I'obligat
Le .Soir a s'esS tellement
pris la peine de nols dormer
con d'6edcation. Nous I'en remei
Mais voyons un peo ce quai
cetre legon. Le a Soir 1 donnu
de menrne a execution I., loi d'
arrieree, tombee en dsueiude i
repond en rien au \5iL de I'arit
notre Pacte fondameiirt. Celaisart
a commis une b6vue; et q'a eLt
ver certe bueue que nous avO..So
lignes- qu'on a lues sur le N91
du 3 Octobre courant
Si notre article a Jdpl a"u "S
I u-en -?temrnidons bieii iardon. n
que nous s.ivons q 'il .il I'liour-,f
irritable, nous saurLnis dIsormai
en user avec lui.
L'abonn6 du I, Nouelliste1
* Sairi= -peuiavoir des
a pour en vouluir -n
- iton publique ,. Cette -ia'
est de bunine-ducation, est
nalvec6 d'un enfant sans mar,
Non, nous n'avons aucunf4
voulbir & Luxembourg Cativi
notre estime et toule notre
cette estime et cette amitie ne
pas le droit de lui dire qu'i..'
voir pris cette measure quelque
contre des proresseurs itrespoil.
pour lequel on les frappe.
Avant de commencer la di
mesi d' epis qi'aprise
I'lnstructionl publique,-nous
savor s'il afini de hfire ses
pection.-Ux AONA.




".-


!te Prol6taires
tleu I'uuverture, par
1e, du Caj des Proli
gIrorueurs etait aussino
itkited. Amateurs du rhur
lk er .1 5 la glace ont d
jimencC la fonune dece po0
imentr.
de rflnerie A outrance c
Inil e -ficile de privoir q
pent est appele a un succ&
M ueii chute non moinside
ipas pronostiquer aurreme
ce gr.iind miltre, s'en ch

ar les Enfants
;reclainein des amusenien

rZrlaires de Saint-Vinc
urner,lnt dimanche proch:
4gavui et de s'amuser ro
.8 Ih-t. du martin.
Illouitiir.i sans s'arrttcr.
*s10 enlinil se donneilt dJ
SI tour de I'Hospice S
iapri., demain.
I dr, I'll nib r et des .'ir,
:Tribunaux
L. Jugments rendi
Spar id l,t condamnant
-Ali,-rtin, Fontaine Cli
U ,uiv .1 la destitition, a
*lh,,+4 .1 M"- Isnardin Vieu
imi ,, ictes de violence
6 ilgli'lemn it r .rbirt"
Sei dname Anasthasie R
Ber.lier et Nelson Ben
te en outre condamn6i.
II Ia dnme Anasthasie R
quatre gourdes pour ch
subi par elle, et les de
dauement aux sieurs I
Berthier. Benjamin
r les memes motifs;
a la demand de co
pieces presented par
polmr J. R. Delatour e t
Dalencourt nux depends.
le siege en signe de dei
Ort del'6pouse de M (
at de-e- barreau,;
Apres avoir prononce I'
'Je citoyen Pompilius T
don pourvoi,-forme con


S:le jugement rendu le 14 tevrier demniur par--~ti tions et dpendaoges du dit Lien, ainsi que
le l tribunalcivi d resort entire ni et la les denrfesXn, pX.ite iant serent compwses
Wq wMIli t n Perpgnand -- le'tri- dane hit r .
Sbrsta Iev -idge en.signe d 'deil La proprietO a td saisie A lI requte de "Is
Sgcaion e4l- dige a femme ded M demoiselle Looise Alerte, propnrtlare, dereu-
S.. .de .la mort d,.t femme'r de MW-..
is o srir....... de amr runt et doeicilie A Port-u-Prinee, syant pour
--Caol. f.ortuc, avecat de cc barrcq. avooat M" Michel Oresae .e Horacis Vo
S,' Convocation du baPreau de ce resort, demneuant en cele
# Le Commissaire du Gouverncment prds le ville, s1 r le siejr Dural Frainois, demeurant A
F. Tribunal Civil de ce ressoif. la section de P ocy,communede Port-au-Prince.
Les.oieurs L. Parisot, Th. Lafoolant, EDom. Mise prixm Wse par la pou"suivante : G. 449.88
re- Mosle, Exilien Heurtelotr;-Emmanuel Trouillot I quatre cent-quarante-neuf gourdes, quaire-
;yl- el William Savain,conmmercants Ltablis i Port- vingt-huit centimes ), outre les cliarges de 'en-
ses au-Prince, 6lusjuges consulaires par lee der- ch6re.
ant nitres elections a ant reNfus du preter le aer- Pour plu- arnples ren--einement,, dressersr
mq lexig par sla oi, a ln rentrar en-fn ittpel l'avoeal usgn .VOL
a. t t qu cela result du prods-verbal dau- H. VOLCY -
dience du Tribunal civil de ce resort, en date Port-au-Pi nca, It 5 Octobre 1900.
nt, du 18 Septembre couple;
te- ALtendu quede par ce rail, ilsont enonc au VENTE Dli BIEN DE INElIIRS
de inaudal que les Aleetions leurunt confirm et qiiue.
es- par consiequent, il ya lieu de proceder a de nou- En erlu id'un jucemernt Iii iribLunalel lI .le
telles electionn ; ce ressi' t, en date du Irrize .ielll.-t niIl ineuf
Vu 1 Ie proces-verbal sus-cnoncr, 2" la ,le- cent, enregistre, Ihoi.Il-em ;uanl 1FI d-lbleialtion
p&he du Sccieltare d'Etat de la Jutice-. en lu coniseil der amuill (let ininl-ur- Mai.s : Flor-
tin date dtu 29 .le I' ..iule, an N'' 19.51 et 3 I'arl. sillr Hypp-lile, lenue -Noi la pi-.dene du
rai- 610 du Jd Code de e Lonmerce Juede pux ile la S Sct..n Su, .1Ie. .tiile, en
Convuque les coninmercanls ilablis sur ielle dale Idu deux Jillll de c-te annet-., ilinicmnt
place el p.iant p.i'ntre de'- truii piiennei '- emi,-ilrre
11 classes, au loial Ii trli iln il e .ileI.mmn rce Ie II .-ra p'.rlel.-rn It'lude Je M' L.i- Elienin e
'o- ce res.-ort, le leumi que l'...n complera II OctoLbe Edinr... i I,.m1I, nolaiNie eii C.-lr tll. ICe, iue
pu- couranl, a 4 iriemei dle I apires-l i imli, alim .le B.iInre-I;-j 1P I Ii ll *. :eii ()i.lol- 1 .I II I iant i 'lix
plucmlel ilain- If f.rne's il drlterniintr- par la liIer, II i ialmia ,I 11 mnl 1*min .i .iliari et
ue loi, an reilmplaCemen-rl tlve- I|U-l'e su,-ilAnommr n p iit iii lln i -rui'ur, I ur it el. liiI- et
ue Pnar.liet die l. CaI:'l ale, I Oelolire L li t, -iture a i.., 1 i ,li.m I '.-i I.,l [a
.. J V!I 'IiE 'rm .i n 1I .mi "i. 'I I. ii -.lie ,..i ,,imiiii '-, )p-


m.
nt,
ar-


Its,

ent
ain
Lire


enc
It.-



us,
les
ir-
Uk
UX.
et


1.1
le
0o-
la-
ux
u-
Ia



Wui

Il,
aa-

ar-
o-
tre


VENTED SUR SAISIE IMIOBILIERE

En \s iln m 'iliinl JiilUlO .- rl.al lie -aiie .h ii. rim'-
blhehir, dvlrr-s I, r-iomn .lun dlrrniel pal I hull-
!.iel i' o l,- .lt. lileni. i'- ki\, ei\ei>m i l Ii Cr
selt du nlimtie Imois et trIancl it. plPire .1-li n-
ciatioI alu -as.i, au bureau IlIs h);lillt-biuhe-2t '
Pol t-ali-Prinw.-, le tiIj p.emnl jiiiin iil ne1ii'
cenl. N- 1 -2 -lI.i %)1 2 E. il ,-i a iio..'ie le .-&mze
O(tlohrr cumirnml ii ia \ lhem'I s ii ..c ,i ialln .e I' al-
ilieli.'P le II i I '- I IIm ri il ,i m '' I l -il *,rl-a i-
Pi II,',-, il t m I ii ll. ,i t,- Jl" .uI ,t .-'. 'I I 4,l idi-
'i nII.- t t .li? l I i r .II. m.- ,'mi
Il mine' IImiio n I.. l. imi 'in, -I.- I i l i, oil iiaiw',- ap31p ..-
x ia n c i t l. Ie dle \ n''j r 'I '.m i I, i ;. I -lu '
I'lanliital,,iii liI.L- dl iis la 13 m ticl i ,,,i ilii
III\ IIm n ia l ll .. ell'iil1 ''I ,11 11 .. i l- i i I. .1 'I..
lt'i. l,,l. I mm I -. lm I l[..ll Ir-',.lml ,hi r'mm ll, i t

,.ol i lall. ., 11 1 ,h'1 1 'I' ll I-.I'I' I,' 1. -.ii iii
F'ml l. 't l..ll i- \II ,, i -eI Eli' -I l4. lI .'. ln ili-
l'.> i n l ,, . .- t ,.''I 1 ,1,i ,'- m l i i y ^ ,' t I m I .- m',,'-


pa l ii.it ,i \ ii- Iii.|m Lji.| |,d- la i,.,,ilnnarfliw
idl il- tilx i *tlj dIl.t.- (,i, i- di'l Ia;'a sumil Im nt
t,,iii |,i,,i m- jm .,.,hlm le 1 ii i,.. m ..,im .m
l lu I.m I ui .-i I u-, i.ll- m i u.l I. ... l' ...i'.-i'-mits
al. \ .l t ti l I l. I -1 .i ..1 1. 11' i 11 ,le
I Elm .. lI'.' pal_ 1 ii I in 1 111m l 11 11 .iii jluit
de P'olt a -.l*'i Iir .j1ii i'rlii F l I .,-i I la ll iie
na p tl li. J.'1 i*:ll-- i ... 1I\ i .,]j I'. X-
pert, c) I' I %m
A f', I l ,1'. I '.i Ii. '.- I ils,,ll
mll | .ulh'i m r i, L. Ier,-1 'i"t I i.I, .. .,',i -
. r t I- 1111-". 1,... I'l l '" .. 'I.. \- I ; I I I h el 1.
a111, l I i,. i i'. ,an ; I ,. iI :i -1 11, .
hll:.---I



M I I ll l' l I 1P.l I I tE


D Guigmnard

logles rues dll tciilre I'l des tlirarles.


RESTAURANT DE LA G LACIEtE

Ancienne Maison Chardon

Erster Klasse Gtasthuf

Sauerkraut frisch von Europa

Bologna unl Frankfurter Wurste

Deutsch & Holluandisch Bier,- 75 du Flasche

Man Kann aller Tage probiren

Sauerkrant mit Wurste 0.50

Deutsch Bier, per Flasche 0.75


--


I




' !."+' ,,... -"* .. ,


I'
-a-i

Ui Pharmacie CLAmARTtNE GA[
MILLEJL 203, OGran-Ad'mie,V601ii 6ti
recevoirde virritablemSarigsues Aie-
nina I d oS.
Bon Marehr Exceplionsl !..

Plusieurs buss
de malire et di-
Svers chevaux.
Ecarsles- Ceutrales
Place de IL Paix.

CHOCOLATEBIE IIAiTIWNNE

Paul Cesvet,
8, Rue Ant-rkaline, 8.
Chocolal a In Ianille
it 80 climes Ia Hi~re.
CGjrcoa_ ot 3:3ta LU

NIEDAILLE DOR-PARIS
EAXU CRIISPINERA
PMYnWrairice de La Ckefet-~ure
Coynposoe exclusivement
___ ___ desSucs d'Herbes Mfddicinales
Inoliensiie el Nygienique par excellence
1-e prci'uii saris rival tia riende corn-
m[fionae les huil's, pocmarndes et awiire;
fptpcifiviies journellemeiat oiterts au Pu-
b!ic, SLllis en obLenir la filveuir par leur
ineflicacit.
Paiirquai ce produit a-t-il acqiis l;i con
fliarye penerale 7
P.LrCL qiIl laiL repousser les cheveuw
'je leiir couk-Lur ntaturelle et en au.-
in n-t. a lon-eur' et epaisseur.
P.-ire q111'l en .1rrt:te a chi~le et lea rend
F'r-cc .1uil lea embeflit, et les empdche
I;?blanchir.
P 'rce (1,, uvite lea maux de Late, et fail
-disP.'aritCe le- -pellieudes.
t e ar!IT eT rpace
line wuri efficacit --e arirfc.te aupre-
nier ~seai
Prix de chaque flacon :6 goaitdes.
RE ULEA acO nie CON IIEPACON TOUT PRO-
DIjIT NON Ruthlu de ma ignature
DkPoT A Port-au-Prince:
Pharrna-d-leNouvelleA ROBERTS & Co.
NOTA.- L'Eau Cruspinera empiche lo
formaliondu ?1Licrobequidnruit lea cheveau
- L~uiage-ds oep s-tho f conserwv indifiri-
,uent u'e bWUe ot ahawfenre A-turdrp, et dA
beaux "iir Pt soernils.


SLA BIERE DEDBRAN. F
Henninger Brayu
est une boisson]par excellence non seulement pour les pei
jouissent d'une bonne sanwt, mais particiilibrernent potr Ies
don't I'estomac est delical, los convalesconts et les personnesd
.Elle est ;i la fois toiique, nilritivA el apbritivc, cn raison
cieuses qualil6s qui sont:
Iichesse en mntt-or eUIphInopphato el quantity i
d'alcool, seloin I'analyse attache a chaqice hout
Toujours de toute fratctfieri-iTa .. -
Pharniacie Centrale.
Ainsi que le lait I. N6sU guil arriver6guiereennl chaq



LE SIROP PECTORAt-SEJO
Combat les microbes ou germes de maladies de poirine; gut
element les Toux, Rliumes, B1ronchites, L-;nrociI
Influenza, indispensable aux. Astlunatiques qui ca
instantanemenl en augmenlani I'amplilude de la respiralil

DEPOT dans les principles villes de la bpiiblH

Depot-Gencral: Pharinacie _SEJOU
121, Rue R6publicaine.-27 & 2ff Rue Traver
Produits chimiques de toute puretd Execution exact etrapide des


01yf-Cyrie^racha_ SanHim C Rcu s Reeberches8e1
et autres microbes du pus afiat. -
Seut 6epe taipepowr Haiti Ali,
aseptisoble, 16 pit- iMm rW a .r
TUlphone.. Adre.sel.lrairiq -W AA_ "
',* ;. A- s w" *


Imprimerie H. GET

4, R.ue dFu 4 r -
Travaux typogiaphiqu es, ge


''


~'"-lsr~p~l
~i~ c -'


..,..