<%BANNER%>

MELLON DLOC UFLAC



Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/00321
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: September 25, 1900
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:00321

Full Text
PPort-au- Prnnee-(1IartI Marr, 25 Septembre I OC


Nouvelliste


JotxrK2.Ql Qtict ticdieri, Ccmrx1merc ieal et d'axlcre

CHARAQUIT,--- DIRECTEUR-PROPRItTAIRE.


D 5 CENTIMES Abonnement pour DUpartemepts. 1.i12d I PAR MOIS G =OUDE
a Etranter III L IA
~1~B~1!Th ~ 2"Ua ri~zeteur du journal, 4, rue du Fort-P'er, 4


DE BOURSE
91- 90 0/
re or 1 1 2 3 /o prime
. auivant signatures.
ftvue sur 's, x-York centre
billets 91
sivu: 'ur N Y. /2% /prime


BnIorli C.'Pii:


22 /o or


1 190u I 2 o 26 O/o escompto
L1900 6 -,. 59 1,_eScoinpte
CO*ll ISj7 22 ,o
'gorell, I mission 16


,tNIE FRANCAISE


IWArau IN 1 UVEL SBTEa
11ODUCTION INTERDITE.)
i. a--\, ,r

-~v~l I i g .Itrrei IAel liii
Oh*e i I -riti-,Ies en Pill-

"Ia.i~s V ui.1nc:t r'lo lt

rdre.
N. L' go-IIeIAIIlt

Ii gt :ljOULJetIII III A I
quil I1.,is _;l Icpon1sk. AI
Ii AiftS danger,.ii-
I X-ll.rAntgte- dtnlp-tin-;
_Ktiel lu te jii' I c' II-
rugenl, IUV l-0l-11"-,J1f1 I-14


('ment, del. di's'thflU
go01eimemient :aiiithri-

Ai'lllidwI.. Ii. Itnliv rot

SEtraisA, esl ; I r1. aA-

tdligraphiie ilpe tlo.;
Ont detrjt le 1-ilnk
AUPI~s de cetICSII e


XPOIRT.ITIO UES h '.l maciens emploient la f.rine e: les conserves
.\ l.EXPORTTION DESO Bl N E de ce fruit precieux.
Ce systmne a privalu aux Antilles et aux
Spays Centre-Amirique, au Nicaragua sur-
Nous soimes hi reu. de ptiouo'ir 1ai- iout qui fait un grand commerce de ba-
ree co ar aux intres.ss I'ivenion nanes avec les Etats-Unis, voire tout aussi
d'un apparel ( bon marched, propre d important que celui de son cafe.
li ,onservaliont de In bantouie. 'etst L appare, evaporiatc,. est .ci tout scim-
une boone anuaine pour nos co)implri- blable Si nos garde-manger construits en
oles /qui Iondraierlnt elploiler P)i grand 'er. Les itagcrcs sont ni toile, et dans la
I'.rt)ortali.i dle rrltte le l 'r, indiiil',c. partic inilerieure ct pi.Jcc un ifvcr, avc
Li.e: el /(tiles-cn p o/fil! t.vi u d chappincii: tic i, tiiLm c, qui
chauffe tout I'apparcil dent le haut est per-
Les principes nutriitis que conti1ent i ch- utf tout PI.iur i r'il diOIe liCe t es t per-
nin t tit c. cd de trot por d.ieiie t CeCs vapCuIIs
nine ,ont tTeentc-luatre tiis supi eurs 1a d'eu.
ceux de la pommne de terre et vi-cit- nq i tiut de 6 a 8 kilos de banana fraiches
f6is a ceiux du bid; ceci d'apr ni e i ctc t de bi
du a IlBurera o the Aiurica.in 1 cpub! ics. I t ,k i r.i
1'I- .-I {2t p,,irl,iiH_;'ii.'!rL si.x-.'I". : 'ol ,,ri .ion
.'Sous lc tc:opiqucs c'est I'alinent ic mcil- dclin.indld de 2 a .1 S i houri-- pouir b' 'cnir
leur nu.irchf. Lu product pa.-.ii. Ains' con ciidcL ,, les
Lc 1h.ianuier domic .cs fruit. its apic qui- baines sont iiii.ss en boictes lhernictique-
torze a qcuin/. moiis de sa plantation et ne PIt i;.rri'. c'1 ] C t A.1 it Pi I L '.
m~'me pour produire bealucoup. Le cofit de lappareil est d'environ 250
Par suitede ila i ulerre hisp.ino-an.ldricaine, francs.
le commerce dc la binane centre Cuiba et ( I'xi rail ,iU JN)ii; I'. ). !
les Etats-Uni,. s est dL vi' vcris P'ile de li 16 At h 1 o )


Jainaique et le Centire Amirique ;' il ne
tardera pas, on l'espcrc, a redevenir le mo-
nopole de la perle des Antilles oil les gran-
des plantations de bananiers, dtvastees par
la guerre, ont .tu reconis:uitucs 'ltiCeinmet.
L'importance qu'a p1lsc le commerce de
ce fruit est due ;Lu rraitiemcnt de la banane
par l'evaporation au moven des apparcil.s
don't l'inventeur est F. Sp:uwn d!c Biltimore,
aujotird hui employs d.im tols, lIe pays
oi l'c\poritaioln du frui: ecsi t.icile. Le pro-
cedei ctant nouveau, de griands' perfection-
nementns sont 'i attendre : mais diea, cn 1'6-
_i.t aktuiel,.ce systim'e de tr.itcmoent de ~I.
banane offre de nouvclles et srrieuses res-
sources anx pavs de production, mnime les

Les fruits sounmis al'ivaporation perdant
l'eau qu'ils contiennent, gagnent en saveur
par ta condensation des principles sapides et
sans rie'n perdre de lcur quality& intrinst-
que,
Par cetic simple, iais ingenieuse decou-
vertc, quel changemcot dans les conditions
de ce commerce, qui ne se presence a nous
que sons le simple aspect d.'ine affaire de
bagatelle.
Cette innovation permet le transport des
bananes en tout temps et sans aucuin risque
de corruption, vers les pays les plus 0loi-
gns:.De ll l'Europe reqoit les bananes sou-
mises a I1'vaporation; confiseurs et phar-


Comine uic uIcine out ,c .Iix dcir&s dc
i'autel, I'Orient est p.ar dc son voile d'ar-
eiit; est I'aube. Les arbres aux tailles
Agianteiiques, tout cliargs encoic de som-
meil. &tendent leurs brls feuilizis, et se-
counLt de brillaitlls pcrles sur t11 doxi ga-
zoln e6tendun lears pieds Cnlimie uninimmin-
se tapisvert... Aquelques pa.s de lt, d.ans la
prairie au -,Ic flnieus, de lentils oiseiux,
donrtle-vol--tger -fat vibrer a peine- Fair,
sucent d'exquises liqueurs dans les calices
enrr'ouvest : et. Icur soif tinnchbe, fuicnt
ai tire-d ailes cn jetant- de joyeux cris et se
percent dans .l pi;ofondeur des bois. Un
peu plus loin, sur un gros arbre s6culaire,
d'haimonieux murmures so font entendre :
cc sont des oise'ets, cmmaillotes dans leur
doux nid de lierre avec une sollicitude oh
sc rClvuc toutc la tendresse maternelle, qui
reooivent de leur mire le iepas du martin.
Ici, prcs du ruisseau bordi d'une longue
dentelle verie, un paon superb, dans une
toilette de sole, pareil A une princess au
sortir d'un bal, son aigrette sur la tkte, d6-
ploie son grand evahtail et seprom&neavec
majesty en 6talant sa splendeur.
SEt les hauts pins, pensifs, dans une at-
titude muette, m6ditaient sur la vanity des


~-~s~--~~---~- T


E-== _


.j-e




,***
- F
_. L


chores d'ici-bas, et secowaient, nr instants,
--roniquement leurs teres !...
SL-bas, pre du moulin don- la cheminee
svelte laisse echapper sa longue chevelure
noire qui sedbroule dans 'air au souffle du
zephir, un char massif aux essieux de fer,
roule insensiblement ; et son proprietaire,
a demi-couch6 sur une monragne de cannes,
semblable a ce roi faine.ot de l'antiquit6
qui allair sur son char A bceufs, ne sem-
ble nullement pressed et laissealler tranquil-
lement sa voiture,.Parfois, quand survient
un obstacle sur sa route, ii saisit froidement
Sson long fouet, le: fait claquer sur le doa
de ses boeus, crie leurs noms a tue-t&e ;
t es c ourageux animaux, attentifs a la
-voiixdeIleur maitre, redoublent d'efforts,
se deploient en avant, et surmontent I'obs-
Stacle.
Mais le voila arrive au moulin; des hom-
mes en blouse blue, d'une stature athl6ti-
que, dechargent le cabrouet en chantant
une m6lopee ; et, sans perdre de temps,
ils jettent a la machine impatiente, qui les
d6vore avec une voracit6 de loup affam6, de
fros paquets de cannes. Une activity pro-
igieuse regne en ce lieu ; des hommes vont
et viennent, et le monstre avale tout ce
qu'on lui jette.
Sortons de cette atmosphere de feu, et
respirons cette brise parfumee qui faitchan-
ter e-s-branches. Voyez-vous, dans le loin-
tain, cette immense nae vrt
tend a erte de vue dans la plane et qui
mollement ondule ? C'est un champ de can-
nes. Un peu a l'est, des bananiers, aux
troncs lisses et luisants avec leurs large
manteaux verts qui flottent au vent, sont
courb6s come_ deP vie;lards' sou' le- oids
do leurs fruits trop pesants... .
Tandis que nous admirions cette bell:!
nature, on movement soudain se fit par-
mi les volailles ; et poules, dindons, ca-
nards, saisis de je ne sais quelle frayeur,
pouss&rent de hauts cris et leverent leurs
yeux au ciel comme pour implorer'le _Sei-
neur : un vautour immense, au vol per-
de. se promenait dans l'espace !...
Le danger conjure, la quietude revient
et le calme se retablit.
Mais il est six heures ; et I'astre du jour,
comme une immense boule d'or pose, sur
'horizon, inonde le bois de ses feux. Et,
A demi couches sur la pelouse. je contem-
plais, ravi, ce r6veil de la nature-; ce grand
panorama qui se d6roule A perte de vue
devant moi; cet astre qui s'allume a I'aube
et s'eteint au cr6puscule ; cette harmonic
grandiose-dr tacration oi tout est riglI&
pr6vu avec une sollict.ide qu.i part du
__remier _nniTra e nitnLdisq'3au _us-v4l-
insecte ; cette save qui nourrit l'arbre aut
-mie branches et quiapporte la vie aux
plus petits bourgeons, er je me suis ecrif :
Q' Rlest grand, Celuiqui 'a crk& ces chases!
Qu'i eit dignedde notre ..admiration car
son oeuvre, don't la perfection n'a d'6gale
que sa divine bont6, est bien au-dessus db
I'homme don't l'esprit etfoit, petit, borne,
ne saurait en saisir la grandeur -
Et songeant aux philosophies qui veulent
arriver a Die- par des ,doctrines plus ou
:=oins savantes nmais certainement erronees,
j_ e me--mis sourite-de .prtitr- pelnswnt t
notre nZant.


Septembre 19oo


FRANrO1S LANELANET


iOU~LES D7ESES

Le Change
March calmne,comte il arrive toujours,
le lendemain du packet.
- Les vendeurs feraient bien affaire & 91 *,,
mais les acheteurs semblent indiff6rents et
ne n6gocieraient qu'A 90 /o.
C'est pourquoi nous c6tons, ce matin,
pour ainsi dire nominalement : 91-9o /o.
PrcltCommercial
-Elerbkt co.rt _debuls Ia "desxiiie 'quia-
zaine de ce mois,qu'il est question d'tablir
une chambre de commerce sur -la place.
Cette id6e est excellent i
It est done A souhaiter que ce project r6us-
sisse au plus t6t, car dans l'avenir les com-
merqants ne manqueront pas de sentir les
bons effects de cette institution don't on a si
souvent parle chez nous et qu'il est temps
enfin de realiser.
Ainsi se fera, au bCn6fice de tous, un
course a la fois plus r6gulier et plus cons-
ciencieux des prix du march.
Disons que c'est aux gros bonnets A pour-
snivre une telle initiative, A laquelle les pe-
titspoissons sero-t heureux d'adh6rer pour
leur propre bien.
Encore 'une fois, nous donnons notre
meilleur encouragement i cetteidee.
Un abonni,
Miracle I..
Depuis hier matin, c'est one veritable
procession de d6vots dans l'avenue du Poste-
archand,devant la villa de Mr J. B. Coles.
II paraitrait que Notre Dame de la Mer-
cie zest ,pparue, au hapt d'u palimnste,
et eti paHfaitement visiBte. -Des person-
nes dignes.de foi affirment le fait : de la
rue, on volt nettement dessine la forme
d'une Vierge aureolee...
Seulement, si vous etes assez bien avec
Mr Coles pour p6netrer dans sa court, pres
du palmjste, 'illusion disparait : c'est une
a tAche > comme une autre...
'Ce qui n'emp6che pas nos dedes I de
s'agenouiller dans la rue pour adorer la
nouvelle apparition.
C'est la foi qui sauve
Cercle Catholique
_'o-us -avons appris avec plaisir que di-
manche dernier les membres du Cercle Ca-
tholique ont eu one reunion a l'archeve-
ch .
Ce Cercle intres;sant c propocrit-i--de
rer r orC ct vde- nous don-
ner encore de ces soirees ~hit rales ei lit.
reftiT-edon 6n rde si!on souvenir ?
La Lanterne M6dicale
Nous venons- de recevoir le No de Septem-
bre de cet inetressant org.rn. medical. -
A lire une belle etude du Dr Leon Audiin
sur Fendimicit de la fidvre jaune. en Haiti et
lesrprecautions i prendre .pour en kviter les
Sepidemies; -- de nouvelles observations
(apres celles de M' Victor Boyer) de Mr
Brun Ricot sur .la transmission de la lpre
par les logements; -- et la-relation d'un cas
d'infection -biliaire cheZ une accouchie par le
Ir LUon Sejourne:- --
Contre les Maringouins
SLe meme No de la a Lanterne Medicale -
donne ce conseil pratique pour 6loigner


Sales mmusiqus-et cousin
aques pinckes de.sucre sur
au feu. Cetre fumbe odora
i MM.les cousins qui s'en
qu'ils sont dehors, hAeiez
les fenetres de la chambre,
lez lc rouvrir, eteignez to
Magnificnoe Amc
Une chambre i coucher
francs I Tel est le rix u
Il ain, r tep en
de depnser; pour se faire:
chambre.A coucher Louis X
- t'mem n'atra pas sa paret
Disons brievement que les
- d-velours-de Genes, le plus
,u trouver; les rideaux, fa
element par une manufacture
coste A Mr Marchand, plus
le metre ; les tapis sont d'une
pres egale.. Mais le chef-d'aeure
chambre a coucher, c'est le fit,
Cq lit, qui a 6:6 fabrique A Pa
demand6eplus de 2 ans et demii
est en ebene massif, avec incruiis
Set d'ivoire sculpted ; il a cott6 ill
fdun million et demi, don't loo,
ont 6t6 employs pour aller ch
etre de -Afrique, A UyanyemS
ceau d'ivoire qu'il avait 6et imp
trouver sur le continent en raiso
portions extraordinaires que il
Marchand.
Les chaises qui sont, come:
benue massif, avec incrustations
voire, sont revenues A pr6s de
deai ; la table de toilette 20o
et sa garniture A 20.000; la g
cheim[ e, qui se comppse d'y~
de deux lampadaires, a coutl I
chand ine centaine de mille fra
table de nui --pr~s de75,toofrari
Le prix exact de cette chambit
atteint le chiffre fabuleux de 4,i
Alors qu'il y a tant de miser
r, combien'tu fais fausse roue
humaine --
Tribunaux
CASSATION.- Arrats prononct
celui qui ordonne un supplement
tion dans I'affaire D6mostbhn1
contre le Dr Auguste Comeau,.O
fire, designe:le juge Is. Nau*
missaire du Gouvernement prs,
civil de Port-au-Prince;- celui
le pourvoi form par le sieur Ti
tant contre tn lugement du ti
rectionnel dejacmel, '
Affairs entendues: ---Oct-

rectification de 'arret de cc tri
entire lui et son Cpouse;- opri
me par Madame Bloocourt, a
d'une ordcmnance rendue par!
du cbdjiil de Jorr-dc-Paixe I.
par Me Pierre fudicourt. ,d
CIVIL. Afaires enenndues,
tre les epoux W. T. Holly et le
E. Laporte (divorces).
Puis, on a level le siege en
A cause de Ia mort de l'epouse
Rithei Domond, substist uu
du Couvernement pre ce i-l
Ligne Atlas
Le steamer LAdirondacik,
est attend ici samedi 29
4-






aitien c GonaYves. -- II
30K Septembre pour St-
iyes, Jacmel et la Jamai-
Let passages.
bureau de la Compagnie.
ETERSZ, .Atgnt-gh dral.
ce Rapide
Nippe partira jeudi, 27 Sip-
Sheures precises du martin,
~~-ago An--Veau
n.
lr 20 Septembre 19oo0 an
e I'Iadpendance.
Principal des finances de
Arrodisusement
commerq;nts de cette place
s sui.intes de 'art. 7 de la
tle 18, ainsi conu :
Le consignataires du na-
'que les rcclamateurs des mar-
i ront tenus de remettre a
,-dan Ie meme--d6lai, leurs
.originaes, vistes par le consul
consulaire d'Haiti du port d'ex-
de la merchandise; faute de
marchandises seront d6clarses
station.
re,dans les vingt-quatre heu-
era les fact u resoriginales qu'il
l.*tr, rt6igera le manifeste de la
importationn en routes lettres
s, et le remettra ensemble,
6rentes declarations, au con-
Sna% re.
a Ic 1 onsignataire, apres
ann ei.emble les sus-dits
Wsteront alors le manifeste
ie ?n',rr. plus etre change,
ct en denieureront solidaire-
blei. a
uence, aLfcune demand en
'ereur ne peut etre prise en

~'Iddu ce'rie administratif,
B. ARMAND

t laurantl du Commer,'e

I.or liningo P6ralta, Ai
ce jour, esl charge provi-
de la direction de ces
Sle Septembe .
le 21 Septembre 1900.


Bertolini
pol r hommes, femmes e
les pour la cordonnerie.
soils, porictualitd.
Inodrh s!..
Soffre,e1 outre, aI public:
flnicelle, Conserve de to.
a'olive, fraichemeit arri-
Premi6re qutlit6, A der

fnd'Rue, -111.

BF


LA PHAMACIE CENTRAL D'HAITI
H..POHLMANN
A l'honneur d'annoncer que sa succursa-
le ala PharmacieNationale ) situee toujours
a l'encoignure des ruesPavee et Revolution,
est a vendre.
La boiserie imported de 1'Etranger ainsi
que la complete installation etc, etc, tie
laissent rien a d6sirer et r6pondent aux be-
soins les plus etendus d'une pharmacie de
I"O classes.
Une bonne occasion se present ici i Mes-
siturs les parmaciens qui d6sirent s'6tablir
ou se cr6er une situation; car citte elegan-
te pharmacie se classera-p.armi-les--premia-
res de la place, sons la gerance d'un hom-
me du metier actif et serieux.
Aussi le moment parait-il opportun, vu
l'amelioration g6nerale qui se fait remar-
quer dans les affaires et qui, sans doute,
continuera.
Pour le prix et les conditions d'achat, les
interesses voudront bien se renscigner a la
'harmacie Centrale d'Haiti.
Port-au-Prince, le 17 Septembre 1900.

Brasserie Inperiale
32, rue Americaine, 32.

La Brasserie Imp6riale announce 'a
sa clientele qu'elle vient de recevoir
de la Bikre et du Porter qu'elle vend
dans lek conditions suivantes:
Biere P. 2.50 la douzaine
Porter a 2.50 <

A I'heure ou d'6minents hygie-
nistes proposent patriotiquement
des {reins A la fureur des flots al-
cooliques locaux, les sages loivent
consommer ce produit totalement
d6pouille d'empyreume denomme:
Rhum Villejoint,
17, Rue Bonne-Foi 17.


Changement d'Adresse

Monsieur J. J. Desce, professeur d'An-
glais au Lycee national, donne avis aux in-
teresses qu'd a transfer sa demeure ainsi
que -oSncabinetaun-3 _e.. l.a_.Re_d.u_
Centre, a c6t6 de l'Imprimerie Amblard.
Mr J. J. Desce done toujours aux par-
ticuliers des lemons d'Anglais i domicile ou
chez lui, audit numero de la rue du Centre.
Madame Desce, modiste, reqoit des ou-
vrages en couture.
Port-au-Prince, 20 Septembre 1900.

Changemnent d'Adresse
Cabinet de
M- LEGER CAUVil
Avocal, ancien bdtonnier de l'ordre
i14, ruedu Magasin de l'Elat 114.


CHOCOLATERIE HAITIENNE

Paul Cesvet,
8, Rue Americaine, 8.
Chocolate & la Vanille
A 80 centimes la livre.
G-ros et 3Datail

GARTES POSTALES

---Mo-t avis public depuis prbs d'un
mois,relatif aux dehiteurs de ma mai-
son,dtant rest infruclueux pour quel-
ques-uns,--fannonce publiquement a
ces recalcitrants que, d partir du ler
O(:libre prochIti, .s'i ne viennent
pas,avant cette date, solder leurs comp-
tes arridrds. une CARTE POSTALE leur
sera adressde journellement, compor-

tant leurs bordereaux dtaills. --- Je
compete que ces amis ne me decideront
pas d user de cette measure extreme.
14 Septembre 1900.
MAURICE LEVY


La Maison Elcia Carri & Cie
Changeant incessamment de raison
social, prie ses debiteurs de bien
vouloir venir regler leurs comptes.
Undelaidedeux mois leur est accor-
die partir de cptte date. Pass6 ce
d6lai il sera pris centre les recalci-
trants telles measures que de droit.

Plus de Commaides a I'Etranqer

Fabrique de Meubles
MANUEL DELGAI)O
Rue Bonne-Foi, No 23.
D6ja connue par sa grande clien-
tele, acquise depuis cinq ans, a l'hon-
neur d'annoncerau public, qu'ayant
recu une grande quantity de bois
do toutes sorteseso met entieremeat
A la disposition des personnes qui
d6sirent avoir de jolis meubles bien
faits et durables.
D'un c6t,, elle se charge d'ex6-
cuter les commander d'apr6s les ca-
talogues Amiricains et Francais.
De 1'autre, elle vend, achete,
change, loue et r6pare toutes sortes
de meubles.
ATTENTION!
La fabrique reste ouverte jusqu'a
neuf heures du soir.
Grande reduction sur les Prix!..


t -




1'*'


SordonunerleflCi e

Monsieuem Geor*sothn b
A'honnewir d'annoncer a sev cients
de tomies les viilet' dlaiti que, ide-
Puis son retourde-Cuba, ii a r~instal-
i1 6on A lel i e rde Coi'doii ne r ie
dans ia rue Bonne Foi No 76, oO
I'on peut Iui adresser -les conmaD-
des de
Ghaussures en tons tjenres.
Oomme par le- passe, il promet
Poncw ual e= -Solidite9- et surtout
Bon Marche Exceptionnell...
Venez et vous serez Mdifi~s I..

BAISSE DE PRIX

Bon vin de Table
(Ial1n P. 1.60 ,11/4 gjallon O.AO
1/2 qJllol I O.I() le litre 0.30

B-a1r de la Posle
Jiisle I'n Wace Ile Ia Poste.
\II, \LLE D'OR-PARIS
~AU {USPiN A
*th~i.n~rairn(_ e itt~.C,'v1~
,ompwzoet excivsi,~ementl
--nlelsheH' .11, 'w P;1 a
proIid, lll4ilS riVWi ii a ri-'' A comn-
kn,~ii lil~le s i~,iir~rlcellel~t oil-r'i's ;it pu-
tOc, Siile1 InI !:It f veii pir I-cill
*Irqjnoi cc plraO 'it. a--iI iacfini Ii con-
lii ii 2 -nollsser les Owvex ily
'1eler cou! 12 nnt'trelie et r-*t wiiX-
"arc! qr'il en in ,hiite et les renO
soveuax.
.Arce qu'il les embellit, et les emp-chie
de blanchir.
-%aroe qu'il 6vite le -matx-deit~te, Pt liII
lisparaitre les pelhicules.
nrce qvi'iI nettoie ct-parfume,etr Pyifr
__--=-lt nc ncr, ~ftic -zitr ,IauifesLe an1 ,!F
mier essai.
-Prix de cheque fl'tcon -6 gourdes.
UIsEa-EOm MP CONTREFArONTOU'T 1R.*
NUIT NON REVtTU de ma signatUre
DCPOT & PorC-au-Print:o
.hi maa l-ie Noui'e/ln A. ROBERRTS k-zC0
Nola. L'Eau CruspinanrJ emp.iha.la
*rmu(''tiffia nmirobe quriddurradI e5 cheveux
L'usage de ces produi~s conserve indiini. I
Wmnt Une hellp ret ahemdawnA fJlI0"'I'.k, et de
SPAIJAX Cils "t i _rclr


v

LE SIROP PECTMIAL.
Conmbatici inicrjlhes on ,,cimes ule maladies de poilrine;
lernenfiemles oux, Rliuminci. Bronchiites, Enrott
In711Ihiili, indis ens tub ttm
inslanlandment en augmneillanI I arnphlude ia_ res
DEPOIT dans les Tr!!urpalias rilles d la ii Ipiib

Depot-Geneeal: Phiu ;;wcmil SEJOU
121, Rue R1Pubiicaine. 27 &t 2.), Itte TI'rn
Produits ciuindjique. de loutep ureld. Exectlaonr &pazctuet rapide d
Laboraloire bpkcia.d'analhses rl de ier-lcm-rlthes
IINA LYSFS. UrmsE. CGriUw-hs, SaLyqJ. C,;1ilds.- Recherches Ile gt*
ei aulres mici'oles ,du Pus ur~llirnd.
Se ld I~ I".1 I :I'l pr our Halat 'I Il'Ii'*tidwro-FI'nhCOIS, l Ic hus Fmgid
a'eIse4ins:i~e, ic phiums cC011111iulP vI It-, imiilletir IIiitarhe.
Tfi' phone. Adresse ifIqrgaphaiimii.: Si ion rno-Tva v'en6iei-.Porai


<._


i


LA IM"H DFI' F.1 A N k 1)11T


rI T u11 1in er BriatII
i-i w, k s I III I I ,IIw ,i u-j\, 11-1 I 10, III a It"', s ftl'niq


) II 'lcl.II I cii Il I. ~I i ~I e11. II Irl~j ;~ho l;irmfc' c .1i q 'iljiiiiiPrt
XirlisV 'p itI II-ii II sI II I 11.69







IIll1"irilllr H. CHAUVET v CMeIe
x tviiiaph iqes .i. tisge

Alfs-1-4i Biuek d Fol-e Perel i


OFF-'