<%BANNER%>

MELLON DLOC UFLAC



Le Nouvelliste
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00000081/00257
 Material Information
Title: Le Nouvelliste
Physical Description: v. : ill. ;
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince
Creation Date: July 11, 1900
Frequency: daily (except sunday)
daily
normalized irregular
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Newspapers -- Port-au-Prince (Haiti)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti -- Ouest Department -- Port-au-Prince -- Port-au-Prince
 Notes
Dates or Sequential Designation: Began publication in May 1896.
General Note: "Journal quotidien, commercial, agricole, litteraire et d'annonces."
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000471641
oclc - 12544054
notis - ACN6482
System ID: UF00000081:00257

Full Text

f. -Port-au-Prince (Haiti)


Mercredi, I I Juill.t 1900


iNouvelliste

Xurpal QLuotidien, Coirnmercial et d'Arianonrces

SCHRAQUIT,--- DIRECTEUR-PROPRItTAIRE.


CENTIMES &bonnement pour DEpartements. $.$.20 I PAR Mop-4 COURDE
a ( Etranger -a 1.50
;se GVTWEioi ai iEirecieui"r du j6WiiffTu4,-rue-du rort-Per,:4


SDE BOURSE.
1 4--13 o
or- 2 .1 i 2 "/o prime
:.. suivant signatures.
nrMsur N., -'ok contre
billets 134-135
we sdrrN \i.. 3/4 0/, prime
wnrisIsjni, 17 18 0/o or
i19oo 12 3 /o escompte
190oo 6 6( -62 '/o escompte


s uvIIlle C ... ..,..i a slo


25 /
16 '/.


!I C64e, selii. quality ro--I
So utes 12-12 1/4
12-13-
I5 centimes
C' ,/


AGNIE FRAIVAISE
AWiBLES 'rft19:GRAPHIQUES.
00POLE D;u aNOUVELLISTEu
PRODUCTIONN INTERDITE.)

4REs19. --- ine certaine aflxie
V6drtigs cetll N-ille par suite du
'tle de folivelles str la complete
tOfdesthitiliis dans I'Afriquc

l' I'ldorse1Iir dit prince de
it "s'e l]iir de BFti-xel-


Pvoy 2.500 homm- es Pn Chi-
it jibe le Japon csj di'POsiS
UrC t~isionfl~ iinl~tj~i~l atu-


Chine iin contingent de,
mined.
1verimument aindrienin va en-~l~

estmolipse internatiroil.lies,
re quelques baillon, IkiulV

tnt slirle ort rd Pr'rhii Tien-


On (M~qiCi I.- wirice -Tivin a en1VO-
180.000 lhoioine's comrninmIntlt '- p11, u es,
ofliciers alletnands paouris'emparer tde
Nanki ng.
Le pI-:-(ldfl Mackinlev -I eiivovy
IIn m (ss t" df itlioitations a Li-liting-
Chwu:i pour Ies efforts quo'! fIhit IaIn
de retalnlir I'ordre et prot~gerl tons les

t)am s's le.-; wniEes renconti-c.- aux
Phiilippines, los iniii -p', ont eu 160
hommites hiors de col)bat, les Arn~ri-
cains 10 tuts et 17 bless6s.


Hal of leso 1Hamee do Domain

Nowl oos: srejonissoons de pouvoir re-
produirl' ici la mnagistrale allocittion cW
eetle voix tulloeisuv qtr!'esl M[ PALL LO-
CHARD; ces paroles piofondcs que le MAl-
tF eea'tressa thodr t ax Oelve alleuilifs du
Col1I-t!e-Lout'elue -fit, rcriooii cerlaincinent
hPs avMeconasieur -- rtl. I eiiecrori, ve
fruil :
Monsieur le DirecC'CtewI., -


Vous me demandtz d'.adresser un mot ;:
vos 6eeves Merci. J'en.snis tres honored. Li
jeunesse d'un pays, en eaint I'nvenir, doit
'tre I'objet de la plus haute oliciiude de
la part des homes quipensent. Qlicoanque
a vieilli dans la lutte de la vie, en a.pirant
au bien, c'est-a-dire a la lumire, doit ai-
mer A lui parler, A fixer son attention sur
les choses de I esprit. Elle est l'hlommne de
domain. Or, I'homme es n n cpril. C'est
1a l'unique raison pour laquelle il ,e se
classes pas parmi les liros des fables de La
Fontaine. Et I'esprit est one puissance. Sc-
Ion qu'il est faqonn&, il devient on instru-
Lment d'amour et de justice, ou un instru-
meat d'iniquite; une lfbrcrr Iflccre- ott-
qui suspeid 'action de 1. virtitc; qui en-
reiiebrc on qui ctlairc; qui vivifie o qui
.ue:- De lA.1'iniportance de l ucation.
Voars l'avez to-ijours compris, Monsieur
Ie Directeur, et des votre verte jeunesse,
vous bruiliez de ripandre partout la lumie:
re, d'inspirer a tous I'amour du juste et du
vrai, de voir enfin votre pays, Cpanoui.
dans une pirfaite unit mnirale, devenir un
centre glorieux par l'idee un centre o6i
tous respiraient la paix et le bonheur.
C'est sous I'influence de ces idees patrioti-
ques que vous avez fond6 le College4Lou-
verture et que, lui consacrant toute la Iorce,
route 1'energie de votre esprit actif, vous


vous'vertuez chnque jour i en d6velopper
de plus en plus le principle, pour en mieux
fire ressordr la capital importance. Laissez-
moi donc, Monsieur le Directeur, vous re-
mercier au nom de la patrie, et vous dire
comb:en je suis heureux de I'occasion que
vous me donnez de parler a vos eleves. Iis
me comprendront, j'en. sis sur; car jc ne
leur dirai que ce que tous les jours vous
.leur dites. La parole, pour &tre efficace,
dolt etre a la portbe de ceux auxquels on
I'adresse.

Jeunes gens, leur dirai je, ecoutez-moi.
Sur vous pese une responsabilit6 redoutable.
II-vous sera redemand6 selon qu'il vous a
'et donn6. Or, voici qu'il vous est donnt
de vous clever, de grandir, par l'acquisi-
tion de la umire, de pouvoir r6aliser en
vousle beau. En vertu de la solidarity mys-
t6reuse qui vous unit A la patrie, vous al-
lez demain lui donner la physionomie de.
votre Ame. Si votre hAme est grande et belle,
votre-patrie.sera grande et-belle. Cette pa-
role est adress6e A toute la jelnesse de la
present generation Si vori, Ame est
laide et petite, votre patrie sr.i la.de et pe-
tite. Or, cette laideur et cette petitesse de
la patrie, mes jeunes amino, seront une des
formes de la punition que _.vous subirez,
parce que vous aurez f.fili L votre devoir
unique, celiii de gandir. Gr.ni c. 'n'est
pas. devenir des homes de genic : 'e genie
ne s'acquiert pas. C'est tendre san. cesse
vers le bien, par le d6ve!oppement graduel
de ses faculths intellectuclles et mo:;ales;
c'est par consequent, se f.ire. chque jour,
l'instrument de la Pro'vide;,ce, dan, I'meu-
vre intime de sa propre rCnovation. Le
g6nic, dit un savant, e,,t d'une application
rare, souvent dangereuse; une nation,
pour etre sire de vivre, doit pouvoir s'en
passer; elle ne peut se passer d-rrn-sens, dte--
consienceatst,-isitduaitatisa .ai njuited.
Appliqucz vous done, ines jeunes amis,
tous les exercices propresAJv Lis ssuer-
la possession de ces choses don't la patrie a
be.oin. Tachez de les avoir pour que. de-
venus des homes, vous les mettiez a son
service. It les lui faut, non seulement pour
qu'elle grandisse, mais pour qu'elle vive.
Comnmencez par vous exercer A l'amour et.
tu respect de vos parents et de vos maitres.
Qui n'aime avec 6nergie, qui n'aime de
:oute la puissance de son Ame son p&re et
sa mere, est on Otremauvais. Jamais il n'ai-
nera la,patrii ; car le patriotismie, saclihez-
e, nest qu'une-dilatation sublime de l'a
nour filial cnvcloppant la totalitt dt scs


-- -------------- ---------- -~-~-~


. ... m n m


L~- -- -- -~- -_.______~_^._~ ---------- I I 9surmY~~








conciroyens. N'ai man pas Ia_ t "-i-
1I rtsera indignc ^e lS:ervir. i done
vos parents 4i leur 0rIg7itP dposnAl.
pour ainsir e-dvas roeursCo "furtmainas.
Faites qu'ils se felicitent toujours .de vous
avoir donn6 naissaace et se r#jouissent de
la diginiit de voire conduire en toutes
choses.


Aimez \ os maires. Ce sont eux quivous
ouvrent Iiniclligence. ous inilient aucom-
merce de I.i peInllce, vcLI, conduisent dans
la voice dr la lumiere La lumiere de-
livre, di le Chnit. Elle house d6livre en
etTff des encbres de 'ignorance ; elle
nous rend capables de realiser la loi de no-
-rre-n*rure-tluet te-n-ir-olcirfe Taii per-
fection. Vos maitres done sont vos mianci-
pateurs par la lumire. Aidez les, en vous
appliquant A l'tude. Soyez toujours etsans
cesse au devoir. Lisez. Mais, en dehors de
vos 6tudes scolaires, ne lisez que des ou-
vrages qui peuvent contribuer A votre d-
veloppement. Gardez en votre m6moireces
paroles d'un maitre : a Llecture, pouratre
salutaire, doit etre un exercise impliquant
quelque travail ,.
C'est par le livre, mes chers amis, par
1'idec qu'il propage que se forne l'idiosyn-
crasic des peuples. L'idee mnne le monde.
Ce que la sociologie signale comme-des-dr--
monstrations de l'inlgalite'des races, n'est
e 'ell't de 1 influence de I'idee sur le
cerleau. ". r i -flre-eft- bonne ou mau-
va e, selon la forme que revkt Fidee,et se-
loh le principle qu'elle pr6conise. Elle d&
termite ainsila diversity& des races,a point
de ve in.ellcctuel et moral, et cr6e des
centres de lumnire et des centres de t6n6-
bre ;lit !cs di Lr', ru,.pce humans. Or,
rien-n'est plus d ri'i. .1 mni.,ifier q.el'em-
preinte de l'id&e dans le cerveau Ne lisez
done, mes jeunes amnis, que de bons ou-
-vasges-pre--ders OivrTges quT, par l'idee
qu'ils you: trnnsinettront,vos sreadrant~Le
plus ei plus propresau bon combat.
Mes jeunes amis. l'tcuvre du College-
Louverture, auquel vous avez I'honneur
d'appartenir, est uneceuvre essentielleincnt
national. Le b it qu'on s'v propose, c'est
de faire des CrrovNs, m is des citoyens
vraiment dignes Je cc nom. Je le repete,
aidez ,-os rnaitres Travaillez !
Vous ll[cz rentrer chez vous. LA, ne fai-
tes jamais ricei de contraire au- bien. Le
bien, c'est la. verit en toutes chases.
S'Ce n'est jamais impunement,dit urievoix
autoris6c. quon tient la vfrit6 pour chose
indifferente. a Ecartez loin de vous tout ce
qui, en pritiq:,e, ne pent contribuer A l'e-
1avition de votre espriret a I'la~rgissement
de votre creur Soyez actifs. Qu'a votre
retour anu i_ vesfftmej-sgl e
de-vous Donnez, mes amis, cerre, haute
saif.ittion-a onre u-Drecteur. Donnez la
--ii. II ,ous aimne. PersOdne, daus notre-
pays, n'a te cceur plus large et plus brulant
de panriotisme que lui. I1 desire votre bon-
heur, parce que-vous etes ses compatriotes,
.parce que vous etes lajeunesse,et parce qu'-
il salt que 1. jeunesse est l'avenir de la pa-
trie.
Son vceu le plus ardent, c'est'que vous
I'honoriez, certe patrie. Et vous le ferez,
certainement, si vous save tre ce que
Dieu veut que vous sovez, c'est-A-dire des
Honmes.


-I..~ 3



~ pUe kSD
aliv
Que nous ea nats wo siak A [if, ae;3L.T4
06, N DeNLld 'ihivill~re do g P*O lei: 1'~ IS
Vouii nous horde. de chants ram- 0"vt at 8 1 J
Oi tl'e~t Ik- Lour
je n'awrsisi Olus quli.sattw. hi'fr l R M Wdennili. In
Si. pare:IA I'artiale 6prisdaop IsvmaI1. F- 7Osgue N
Tu ciselai .. pour mei, dons I'd ,i asir I'ji. : -
Un po~mA vibrant coinme.un chant doespbri~ Lyce N
-Etdepuisj'ai lenl41 ae i nner objet I,
Deinandi dune voix oai 1r6mia. VC041 wee;
Main, kruil"Hart at-deceftat-projil".1-II. 111011file I;;y
Pterera h.1 1 iihe d
Je ne suivis qu'eaclore, ahl orQyrbekW.dat11e, 4-.. 1 dur
Le chasncw de %r- yeuwx d&bordauiLs de clarlih donlilan val '**;. I..
Dans uii beau %els ri app pour F'imniorlalitel pierwdm loqfe I r=al qul eVr
DURACJNE VAVAL (dee Cayes ). pieds; Ue riS
trasaill -*activ.-invei ic-i
atSieIse le nuiu sl'. ii a pal
DUVELLEN DflERqEa lONT.qUi IIii I iieui
enfn, neousatilwi- .. Lv..eNA
liable I..


a Le Change
II y a tn moment d'arrnt aujourd'h! i dani; la
dfgiigolade do Ia prime,- faulled'eayrieul pour
fairede, affaires, puisqu'iI n'y a pre.9lye p2- de
ypentes---l---
II faut dom, toujounrs noter le lalix dip Ior A
134-133 Q/., avee tendane plut6l Rewio ble Ia
caisse.
Chambre des D6putis
LU seance d'hier ayant lnalqu6 faute de Inn-
jorii6, le mdinp ordre du jour derneure pour Ia
s6akice de ce inerciedi. Le voici, Iiisn i ha ir
I Sanction dea pi*(s-virbuins.
2 Lctlure tie In Coiln,-o1iovidaiice
-3 -fli~ics7ta is-4 Ia roi proro;zeawl celle
u In Rigip dp-4nipo'4tiocii Diris-te..
4 --- Discussioii de I low Iiorlaiit limaliov
dui Budgeti dles eceltes de 4I9f-19-UI.
` r ----tis eusbToi-ile Iii li ptanit liiansoni dui
Budget des WI)kiIscs.
f~- (niiii, iitlTfoiiiVttc desJ r.ti'ie Detlu-
Iniers.
7 -fi-coiis~oi kli cnchi U iom -du-iii flapp irI
t -me in Loi de Cuosulidatioci Giiiibale.
8 Happoi t des Coiniits et CGiiIIIIuxmuuL.

Lna sileede ce joill. ,a it nonce cuollimi- foLanl
~trc jaiti--~iii-iii-0 Irp rile,'t ti ii. illi Ia dis-
cussion &k in L-c dll I.- do Gilidatirn (GinO-
rak-. -7 o -III,-1(11 IrC d1tials roOil. wL-Ceu
citurF.;.ic 1 a tt title qelqIIes-IIulls de iio0
a teadcr- II- pIopUtCel- ilte torninllt-, laun
pasIa ioi I... i L.'..cun it. cias eeilIa il--5 I iiodirl.
cations -fii
Le Ministry Dominicaiu
partihiei wir re-Gcancai tI wii cit-l wicn r-,u. a
E. E. et ffriliiliP pleililniie-litahir de la Repu-
Li url, Dwlllnnit.icller Un Haili
-N i-i1l ., bayrnpanitiqiienipIit Ito d-prt-de
MI 1c1 r1ill II'al.cmurpavne Mimn
6mizaltRt en Iiiisouhait.ii ulil lon voyag etun
hemrronit relour parnrii nowl qui I'lionorwlo.
Nomination
Leg ~iirnl Aibert Glermai a et;- nwjpm(sons-
inspecteuti IaeIn poillce ridniiiiietiatie lie In Co-
piLitie.- Celle rioniiuatiii,. noug dii-oii. eat le
pr~inded ucim iervin lin'li-Oll jiie dani- levorps
de In policr. uii-. ti e Lll 1ii i llv i Ituns douit: le
G611 lral Ci-I Out -id Blniniit allc le Gdninral Al-
bert Creps-te, etu ,iooiaiiacit -ue ceite p-ocivesse
se twse prochaiiieinenl iraltle compiete.
Distribution de Prix
Ilier maim, au Peiilionni-al Sainte-Rose 'de
Lina, beaucoupide inonuic pour assi-teu A lure-


Nais~sance i I
Mi el Mnic HWill. 1. -. u icimit-i',&I
beum dil iotLI ha de lncur
qUia reclo I, r'' I u~JT
No-u comibiicnienI 1--nur

A Saint- Vincent de-Pg
La ter6 dr iH-r,Ivu. % 'uil~ii del
nia l1 de cL ninif I .1 uii iI:
jolies de la sanluil.
Des iiuni-. I 'ii fii .1.' proj
des punls OCld1,i1e' ci I ~InI'i6
Pit a lo pit li J- I..' .. lour
UaLte~~s' ihLrl.c1isec. ~I 'I r

L'Angleteirce en At

un aliei- w lie
a Z' le GlCIeiyI i iC Ihilill
11I ties allures Iuj I. ei "IN,
aujoird'hiii into,%' .I. limi Ia
fit.. Cond tli oll, I I''I \l6
l'Anglir~i-ep -e i. ,,,,.que i
IOltC de '-i~ll I- .~1 ."I1uIla I iiC1!
Decds
NoSttt3W 4a
aiuIEatpi~ut~ie~..i i1'~i d
ch"d le 3 ciauiraica.
Nus cou .lr .... 1. aalwt4 a
Ne-plitaTfe 811 if. 1 1 f.'i' d" A
i eiriellu-rnei Cc1 l I i Ii pCmOi

NauL.tage -
II i-ait apiiCsic. ji' iiu4
de cev derinuer-i ju i'j i I it......
Oil flocllappieall .1.1 4i
iesTc q puni I.I tr.q:i pull[-
danL ItnorL tcl ie' I pe --w
Cap isellie wine tol ie I, m Ile
yi~~~in ekcs6 ea.cn~uu --
*s. ai.~~bTai[keaalreiiC ~,cl fl.ll5-.

Arkivak8U .eSPS
boIlah'dasi e.Prmns Wiillicnl~ a a
gers suivniilis piS a.
NeitYOk. -O R'.. .i.. Docsi,
Goosauve. Snaseui Cyrile
L.- Sleriln, Lionce PouK, Miles1yI
EYA-e1 M guerite Sylsain. ,c
Edithi Jane. H6Ine, Marie,.
fra earlas, Si63F
SaintM-O V.- MN1. C.
Pph~tie GervaIe, J ~Fadour,
EA. Viaf,-A. Oonneflls, Alc'nd


I






















i~lieur Lw~l

~ ull qP11~a'i
koiL %ec
Ia Li Facullt dP-Pftadel-
~(~:~o~srtrpomeii~
e- e n M'UF
tpaali i&i. rartie de
I F '.. il a pporleai~eclu i
\i,~l tait po~lTirrearac-
ut. -rqale poiUr Iesvitires
res.
i.s1 .' EuzkLlK.VFBIEJH
1--ji, i1~1I. neffie A I'ai.re
quii .I.I out honoit'r Mr le
1LI
.-iraes htouujbi Ii.,

%tt,' t:~., de' k Ieauves IIIa mi
AlA. .r Ihiires Weronj cnlli-
ll -'I.h I I ia.rtio.i gralii te de,'

rciemmentw=
L'tr IX nI~R~'JfmqCi$ .l nieti

Iill pioP'UYer en La 11r-
-Ii-
I I ::~III I I Isia bi
11.'. Cireoinlgoee.
4900 (,amercln
Fr irc-unii cc I'Eu-





on Franngami
C La IzIIP _"tri#*. 1;
de lrlnce ra Li Co
[e Por U-PaCu d e Ij 1-icel


NCORD~iA' -A "vt


1Xft bii'amucie ST AUGUSTIN, (aii-
k~khr~q~ciCF. L N's sinik Ae
Is -t~'i'~e s~Illbe, N. 59 et de
e; N~ 3'7 l'boniieir Wariiioiicer
libimbreu-3c clietirble, MllK mlldecitis I-
-%itxzpliarninacieiis de -Pow1-a-i-Prl ince a
;iiitreA villes de l.a Repubiliqiin qtr--
610 viLea -Ict! rerevoir, par loe deviiti"
ml~iatliutiL fimig litiS, 1ii1 asrIAitimewi cI)ni
plet do incarnCeiniits iiolivojtix COIISIQ
tunt ell drogotLirio&,. pro Ilils chimiq-"s
.ulgru, [iiadjgs hlerniires et parfu.
nieries ;,ssorlies. e6c, o'u.
Eiei conthme V -isiIul*lh %or lep'.B
Oin Liaaivei.- II rna nai promnpfitude el
.1pin me r'6vuliiiLt que par le passe.

-- -~ I- .----- ,wrrrnsh-ae-n. W.
Le Si t ,'-- Ii' i InIflul 111It? Ct .I)I itnerce C.
-le 11,1,~i' i 1)11 1. t 11 0'..1 1111l
;2 1 6 nj111 11) i
I 'iliia% I. I -w 'il- Il 11.11 wee I
Peters & C' Uie rrconi pI-iv ser

(app5te-RUI.




G1.11 d- .11*;

P'.,11i* Il)-W i
au 'lit nuIIi-ro.


if 'el L '.


--A Ia-RtI1dcttte!..


1"I ll I Is if (I I I I /all. I 'I II jn

r- alss~ I1 t1sy vendons
Le- 1)- 1 )1 Vll Ldt t "1p11

Venez esrayel' ie \oiis raltraper'

Changes iieint d"AdrI 'esse
Cablitet de
U' Lt~tEIL CAIIVIN
Avocal, atci7 !dlouater de U'ordr'
--1 f4, reek dit T -

Changetneiif -~ Xres~

Notus:i\ 1 ~' :!eitli -I. le pit-
.hlic quza uJet' 1 CIIulle laibv. nolre
cabinet esl Irzinsla'ur. tue des Mi-
-rades, No 6.pris tie Ia Banque Na-

Ticrltiu Prince., le 30 .1ui Jll '. to
Em ILL VA LES, L A.'BON.%MY, A vocalsI


Auguste Mviatutov

hnforine le pu blic ell Cngor ill ej seg,
inooibrenx clients oil purtionlipr- qu'Hitc-
Irenient Soil atelier'-r 0t sibiti all No-
166, Ruj~du Nf~k-49q &L IIAtn, oil faiccied
Il ( iciere, aiultoclil l I' l a.irrosserie

Anoklis&. ww tL a o tie Ir' ivail e -
voiture, prohneLlaiIt eni inaire' temp,; lu
maeilleure qalil.6.dle jpiiniel eL tie vtei-
nissapej-- It~ileigilicq ttLj.; plus giraind.
pnit- 'OiAA-1i'des corn-
mandes ui' ful seront cmf16es.
Ilentreprend aussi touts sortes de ir6-
paratiolaiux- carrosges quL peuvelA. Iui-
Atre envoys des dalrrentes villes f'Haliti.
Failes wa essai et juyez


IV J. I TEMRES Dr DOMOND

Le D' TERants Dl1flOflCO i son Jimdble
jcieiit~le qu'il va partir pour I'Europe et
-que, en sur-absence, M. le Dr DO.%1IiND
le remplacera 6 son oflicine de In rue -in
Fort-Per.- Les heiires de co.,stilkitit'as
resent les inomes: 11 hrs. A I heure
Le Docteur Domosi anniclince eli inil
nie t.-nps i ses clieliLs el.a CtLL'.!rFUD
I'Enni-:s lI'il se tieiib A leur dkprs.iicln
-LOU$--l es-40u175-tu No 10, rue dii Foil1-
Per, 10.
TELEPHONE

MEDAILLE D'OR-PAHIS,

EAU CHUSPINERA

( -~' 'tw/to0' iea-c"rhi-OL/v'~ement

de-d Sucs ('lleibes IP nAleditipales
imoflenshie el Hyqgifnique par excelleoc-
Ce produit sans rival n'a rien de com-
mon avec les Ihiles, pommudes et autres-
-4*peiliqtlE--jopurrEllemenn-l-oerts- -ati pu--
blic,_s~uwsen obteriir la raveur par leur
inefficacild.
PourquiLi ce produit a-t-i acquis la con-
flance gdnerale ?
Parce liii lait re-pousser les cheveux
tIe tlett cu uleUr n:miurelle et tnzug1-1
Iaiente la longer et 6paisseur.
P.ircc iq-i'iI en :irrt!e In chiLte et les rend
soye .i.
Parce qutil les embellit. et les empkche

dispairiitre Iks pollicdles-.
-F- ew~trie Mai ctL. pa-tnnn rt-i piaur
mier essai.
7FPriixde cUiaqiwf /In'On. : 6 gblia deq. -
AnFtISER come LLITr*ACON Ti) cr TOTuR-
PUIT N4ON REVMTT do Ina ;lgrwl;aure
DEror i Potiitnu-Priiacc
Pharma'cie NontlrurA... nOTrIrTS & Ce
Nata. L'Eait Cnirmp,,,,eri cnipcipe Ip
forrialiain dia iwIrobd quuidt ?Ui I Ies cI'cvetii.
Vilisaged iea' prodaiila couuera'e indefirn.
-m@Wif-une bIeHo-el aboi~~ap.4-wievehliv. (t de.
baumcils cL souaacils


14.~ ( ~ -







MonaleurLoUIs imoiR4UlrZw:Itrp
oiill.iir,anno'ice hsvi-noiiibreuse chenrltlle
tuI ymiit bris6 I'assocItiuLm ;ieC Mi 1.I
l U T pI q1malson e: L il;Ahrsl tli-6 Glll01d'
Rue N. 180 vis-&i-vis fte M.a~1imd VV0 G.
Rl Prix moder s'..

Cordonnerie 'G. Robirr'

Monsieur G*-eorg-es B1obili i.
Ihonpeur d'annonccr i ses clientF
de toules les vilies d'Haiii que, de-
, iisson retour de Cuha. i I a rPinstaI
F6 son Atei-lieild e Coi-dominerile
dans )a rue Bonne Foi No 76, of
Fqn petit lui adresser les comman
d&.J~e-,- .
C0ia.x ssures ca Lotus gemres G
(Comme par le passe, ii prome h
PonclltaliM- Solzidih- el surtoui
Bon Msrch6 Excepionnel!...
Venez ct votis serez 6difiWs!. cl

Le Rhum$S. M. Pierre,ti
*S iavantitaqeuscmeot connu des
goivnctr~~s-a matcirslr vu'rsibicn d cl'ktrani c
gJCJ que pa'tout en Iradi, sc disiingu- I,
tIoujnounr de phis en plus par sa prcBpi-
rdaIiOnl i rr&[pinIjia l6e. /,I puilc "' iuOllf-
paruble de iun -aPrurtie,-- hi ricdieiLe -dc
son prix,--et par sesproprietgfr~nehe-
C'4 ,daillem,,i' d fwIdh's ces vwidihow,
rcflflm,; q e II. IA ltfomi es/ r'de,'abld, d(
me %ieije ol solid replilal ion.
Stock cmnHd6 -hb1tjcwiomuuuedo
.sunt exeeubWes atev man/t, de~ sum ut

IespvIu -difficile-s
Vilnq Ml lljul0L~l11I- [JII0111i 11-11-1 1ll1t
~ueQ, A bun mnrchtU.
Liqueur nalionale iipr'filjvifi i11"
bon mnarchW;
Bon clairin vieux po *u Ie. I ;
,ie -pu nch-.
34, ruie Boniecioi. :va






dd
171 Rte Bo~nriie Foi, 17
T'abordpoudrsamelrve.i-
leuse purete, pUis pou r'S
sonl pvmix pui est en har- 1P,
t~ionie av:\~ece 1'actuail
monic vc'c' li C.,


Plhs ie d-ornpomsptl derl'encrse Iar__,#
rnceii celic nerveille, _pl"s de-1AeBes-, plus dti I s .2;
)urhieuse qlli encrasse la plume -'une infinitl de corpusci
n', A la iellelh tie IWrilurd el par suite, A la -proIret6 d
rnplallil'iI6 ou-de bous mantiscrils!.. -
Pius d'6vaporation de lencre. d'ofi kconniiue risidon
mileurirde notre climat en absorbe la plus grardie irii.,
Pius de macuilalures atix doigls ce 6crivanl. Eiiliui I'encri(
e Mormtrc:k) s'iI vier~tiArti renvyrst nmir le hurenii. cur vc
ir Ic p -pa(jtieL, it ieche pas, puisque 1rencre est Ivaint'ilique
C'cst donc- icrn u ne merveille, constituanl le plitv joliL
dllau uic l'oin puise faire. outre qimil sera tin It i.im"ll per[
Litie.
Procura-iou., Awfe encrier indispeusamble chez L.I%,IJANX
-- rue Ml1ubF4


en de fIre classeese re- AS11tion proA
es prescriplions. et des

SAnaly se Chitniqties et BactkrioI6
olgrand "I~SS0imelil,. de dro!jmw.*. dfzijeles de pansemllflI
C Spelllbtii fl lISC.5 j 'I IIfItYLqIIIIU. toiij rs coLm l A
014,111' .VIw .i~i ui son 6 1 in,