• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Main
 Table of Contents






Group Title: De la noblesse de la peau, ou, Du préjugé des blancs contre la couleur des Africains et celle de leurs descendans noirs et sang-mèlés
Title: De la noblesse de la peau, ou, Du préjugé des blancs contre la couleur des Africains et celle de leurs descendans noirs et sang-mèlés
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/CA02100007/00001
 Material Information
Title: De la noblesse de la peau, ou, Du préjugé des blancs contre la couleur des Africains et celle de leurs descendans noirs et sang-mèlés
Physical Description: Archival
Language: French
Creator: Grégoire, Henri
Publisher: Baudouin Freres
Publication Date: 1826
 Subjects
Subject: Caribbean   ( lcsh )
Spatial Coverage: Caribbean
 Record Information
Bibliographic ID: CA02100007
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

Noblessepeau ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front 1
    Title Page
        Front 2
    Main
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    Table of Contents
        Page 39
Full Text



H''



*-I -

..


, .'.




DE LA NOBLESSE


DE LA PEAU,

onr


IU PREJUGE DES BLANCS

t GTB T I CAOU LEvL

ES:VRIClINS TET CtLLE DE I4URS DESCENDANT

NOIRS ET SANG-MELES.




'a

'"!' &*


... ..... CO L





: *CA;iS ET CELLE DE LEURS DESCE S

".'i'i i101RS ET SANG-MiLitS..


PAR M. GrGOIRE,
ANC s ill, i, i III[ BL Vi I'rC,
1. A ii





















SPAWS.
Si PREJUG. DES DIJANS



















?L ""UIDNBZFDi U.J:
X-OUIN PR.RESG LIBRAIRES,
Rum Ciai ,im.4,tto rVE iE VAip n ABILD, ll". If
At 4826.




Ar.
C


*


' '


st


i .i ,lly[
r


'tptEAU''.
lt., .4.l:'


a i '.i ,


,PR.JUGE DES. BLANCS

S CONTR LA COULEUR
AFRICAINS ET CELLE DE LEURS DESCENDUAL

SNOlBS ET SANG- ELES.



CIIAPITRE PREMIER.
efi ri'juir.q dOn guner-al. Origine de celni qul concrne
La couLlaur deo Africair n ca da leurs ducrcndanJ.

-w prjugd, dans l'acception la plus dcrndue,
|t une opinion qui, adoptde sur parole on
1s examen, peut flre vraie ou rausse; mais
p usage assez commun en restrint la signi-
ition aux opinions errones. L'ignorancc,
paresse, une de6drenco passive A I'autoritd,
Sdrit t, I'orgucil sent les sources les plus
pliniiresdcs projugds. Dans I'in drieur de PA-




---------- 1;v ....


frique on a lrtuvdm d peplades maires q.in
croient qpe,e diablet jan'V et qu, n'aTynt
vu qUe rarement des niuropens, Iconidrent
lear couleur blanche ou blnfarde come un
symptbme de faiblesse provenunt de maladie.
Chez tons les peuples la oi on 'opinion
dislingue lea rangs et assigned i chacun le
sien. Quand dies sont en opposition, cc qui
n'est pas rare, comme par example en Europe
sur le duel, I'ascendant de l'opinion fail taire
]a loi; mais quand ccs deux causes sont on
harmonic, Icur inillnence simultande roraec
des habitudes pcrsevdLrnntes.
Le priniript fundamental des socirtds poli-
tiques est de slbordonner la force physique
A la force njorale, en confiant H celle-ci la
direction de la premiLre vers tout ce qui est
utile, c,''slt--dire juslc. Si jamniis on ne s'd
carlit de cret riglc, cc scrait le gouverne-
ment des gena de Lien, des homes les
meilleurs, une v6rilable et la setll desirable
aristocratic, c'est la definition quo suggr~re
I'ltymologie de ce dernier mot; mais lea md-
chans 6tant plus audacieux, s'associ6rcnt les
faiblea ct lea iches qui, presque parrout, ronL
In mijorild, puis subhjTifiirent les bonds. Voiih


.," .liaf,

t. a. lfri qi nepia etleae imam o, .
gi.. t4mp ,, bout en 'possessidtk de
rt a ieuyplee' sauf qu ues exf6p-
rares;
puissans de la terre event toujours
pension i croire et surlout un grand
cA Fire croire que I'dminence de leur
roait la measure de leur mdrite, et qn'au-
i il surpassaient les autres en auioritd,
Opt. il excellalent en vertus, en talents.
0 peoples dgards, ou tremblans, adopt&rent
Fme vdritd cette erreur grossi&re. DdjI la
Avreld et la faiblesse dtaient subordonnoes
tn i la richessu tet I autJ i li puissance.
nii la puissance ct l]: richesse envahirenL
lies les dignitds, toute la consideration so-
le; par una consequence naturelle, io md-
tgrel, mais indigent, Limide ct modest,
ddddaigno ou meme frappL d'ignominie.
1dgIulateursde I'opirion, distriluant i Icur
lie blame et I'dloge, l mipris di l'estime,
vant celle-ci pour les hauls medians at
Luta parasites, mirent en honneur la rai-
tise, dengradrent l'agriculture et d'aulres
sions utiles.
b b I'tanblissemerit des castes. L'lnde o.U
I .






as^ ranlod a$i*iytl:Itt tO anW ta-Wtmh\




dpe csclcnve. En decai et aun ela des Pyrdndes
on conspuI suns raison des clasen obscures
nomndes cagots et agots. En Espagne s'dtabli.
la distinction odieuse entire les christianos vejo,



s'st preasque 4teint; maiS A Vdience, a Ma-
jorque la rt'vention avilic encore queiqui'

x.one tfs.
Duns le moy n fige, le regime rfdal, uPy n
do cgrandepa awin rainis de 1'esprit human,
lar.ilitnct io odisnc normie entire le les nobls
el les vilarins, c'ca --dire entre quieques mil-
cr de f'aimpnins tiIrds dde miilionsdho, nmtri
linbrieux. Le voyageur Linschot furnr prdlun
do voir qu'a la cAie de Malabar lea Nairs, on
miallrs, c'esl--dire lens nerriers de race,
laissaicut croitre leurs ongles, ce qui ler
donnait une haute consideration, car c'tra.t


t;~i ja jin pataoblig das
pd' dvr ('a). l* it4ifa uaagp nb?
dinc et end'mmantte conirdes. Gea
out dourire" de pitid lea Europ&ns
ient I'dquivalent sous d'cluires Jlo mnr
n ,789, que sigifi.aient en France cea
s.iuasit6s dans le droit coutumnicr, vivre
ament? n'dlait-co pas le synonyme defoi-
tiitr? Les nobles cussent cra droger eu
ivrant a des travoux manuels, si matl
pos nomian s .erviles jusque dane le language
Idsiastique; et ne voyci-vous pas encore
ourd'hni des fdodaux dmonltias, jeter de
iilavcrur sur ls industricis n'ont-ils pas
me tenta1 d'opposer L ctte quqliiication cell
ommes religieux?
Lhez tous les peuples, les ddpositaires de
rorild sont dislinguds par quelques signs
grieurs qui, parlant aux yeu averlisacilt
jls sont ou se prltendent fonctionnaires;
i la faveur et surtout la vanilt ont intro-
It en diverse countries d'autres distinctions
rionnelles ou hdriditaires, qui placent ceux


) VYej- LincrliotI in-fol Anml. idcui, 3 I,
Br.




*" ,i I


qui las portent msdiA aux pit. rAs
de Prdiat social. D1 De S ne foole derobleaaes
diffrentes : noblesse de:s grand .ougles *des
angles teints en rouge, des pieds tr&s-petits,
des oreilles valumineuses et pendances; no-
blesse des nds pereds et d'eords d'anneaax
mdtalliques; noblesse du tatouage, noblesse
du turban vert chez les musulmans, du
v4tement jaune et du bilou de vieillesse
a I Chine, du bonnet blane dans le Congo;
noblesse des parchemins, noblesse de la
peau, etc.
Dans I'antiquiid, les esclaves furent quel-
quefois trails durement; mais l'affranchis-
soment ne [eur aIissait presque rien & d&di-.
rer. Ctpendant, chez les Romains, 1'afllancahi
formait un interniidiuire enlre I'esclave et
le ciloyen mis son lila t~ait toujours rnputd
ingfrrnt. D'inijustes prn'Jigds ne privaient pas
Epiclile ni Iorace de la faveur de ce qu'on
appelait Is gIrands, magnates, et no les em-
p'lchaienL pas de dormir paisiblemcnL sous les
lauriers qui ombrageaient un affranchi et le
file d'un affranchi.
Les Grecs et lea Romains eurent aussi des
enclaves ungres, spdcialement pour le service


(*), "oi it pa que leur cou-
d nt U tUire di pusn au mdprtl.
blese des pai hemins etak dAis tout
tre quand I'avarice coloniale ltablit la
a ede lapeau, car c'est unb invention mo-
e. Au crinie d'avoir arrachd les Arricaina
-er terre natale, de les avoir charges de
lnes ct assommds de coups, on ajouta celui
taprimer une ndtrisaure inelfoable A leur
bleur. Ce prijugd parut.aux hlanes une in-
ntion merveilleuse pour dtayer leur domina-
rn. Us prononlvirent qu'une pena arricaine
Ilunit des advantages do la Bouidld. Combien
lsatice et d'telfrts drpljuytss pour diablir cetto
etrinel N'oit-ils pas cent fois applique aux
gres la malidiction prononcde sur Chanaan?
ur i tour on les a vus invoquer ta Bible, en
baturer le sens pour fire descendre du ciel
Mplavage, puis la contredire en niant I'unild
type dans la nature humaine, en soulenant
i le noir eat une race dilfftrene et ravalde


.i) Vayr le AfMa Pio-CiEcnemtiao, par ViScInti,
11, pg. 4 et pl. 35; i Caylus, Rierued dEAndi-
[, lam V, pIag. 247; iLt. Loi. VII p1'I 285, etr.







ces tanci chneana, i1e miSP a.d Fi u
. meas irrdfragblee, en parlant d'itdr u nw -
merciaau, do halles do cotoa, de barriqucs
de sucre, comgne si dcs calculus mercantiles
ponvaient ablancer la justice ct flchir la ri-
gueur des principles; come si la justice seale
n'tail pas pour les individus te pour les .talts
I'ancre du salut, Ie guge de la stability et du
bonheur.
Diviser pour rd(gner ful toujours et sera tou-
jours la maxine favorite des despoles eccldsias-
tiques, politiques ct domcstiques, Les colons
tentirent ensuite ct malleureusemenl ils rius-
sirent susciter I'aversion entre lea noirs ec les
sang-mnfl s. Ct moyeo do consolideret d'aggra-
ver I'esclav.ge doit eiC pour les Africains do
toIures les nwraccs un a%.rlissement salutaire
sur La u'ccessitd d'abjurvr leurs prdventions.
L'auiorild couvernaute al see agents s'em-
pressdrent de cimncter I'ouvrage de sa cupiditd.


(j Vnye Ef nre tic-n I" .tnlage en geRret l, el pr.
tkIu/rimcrwent ;i. sclnvage d. 'igres dons leE colonbx,
par. V. D. C., ancient colou. 2 vol. in-8'. Paris, 180o
et i8o3.


J-



n iagitrat da.Port4taulrince qtiiv
i devnlt protdger Ie malhiur, s'ix-
idi on parlant des Aricains : Ii 1 est
ire d'appesantir sur cotte class., e md
t'opprobre qui hli eat dAvolu an nais-
I ce n'est qu'cu brisant le Iresiorts de leur
l qJ'r.n le conduit an hien (i) ,; des hnm-
que l'on conduit au bien n brisant les rs-
d e. r('me! Ici la ddmcnce Ogale la ferocity .
11z767, letire du ministre de la marine
trace la line de demarcation entire les
es el les Indiens. Ceux-ci, assimilds aux
lyais, prinvnt aspiicr h Inutes Ics clinrges
igiitils doni les noirs sonl exrlus (a). Pour
chir cct obstacle, quelques sang-milrls
cltaient In grAce d'Utre rnputs Indiens.
a'ne lttrao ministdrielle vint repous-
leur demanded. u Citte frveur dtLrui-
kit le prejugd qui anhllit tine distance
rJaquelle les ges de coIeIr ri leurs des-
idans ne peuv.et. ja.mais priteildre; ii


i Foe- lea .?ffrlhir artnirkiines do 1770o
L) Voyez Loni et Cotuldulir des Col.uri f'iv rrnisec ,
koreann de S.int.M'ery in-4" Parm., n t. 5, pag. 8g
uitantec.







.' Imports ap hw i re i n li ;
Srl'lat d'humiliatios attah: i e
quelque degrd qnir se (rouve (r). ,. e
En 1761 le conseil du Port-au-Prince
avail enjoint lux nolaires el. ,ux Cura d'in-
sMrer dans ieurs acts les qualiida de nigres.
mnulPtres el quarterons ().
En '773, dPfeanse ux noirs el aux sang-
m#'s de pren d los noms de leurs pI,.'e.
," rutatilf', quoirpue de race blanche. Ordrc
Sd'ajoiterr an nom de baptime un surnomn
(ird de i'idiome afric;in, pour ne pas dP-
Lruire celc barribre insurmontable que I'o-
pinion publique a pose, et quo I] sagesse
Sdu gouverncment maintien (3). ,
En '779, dL'efnsc anx gens de couleur dc<
s'assirnilcr ait blanco par lo v'iemacnl les
pnrurt.s. Injo,,ction dr prlrrer les mnrques ca-
racrkristiquet qjui ]Is disccrnont.
En 1717, un arri diu conseil du Cap avail


(.3 r'y F bd at C,,untJt/r. dek C,,hJrs fla,,cairEs

Par cdh,lIn.. L Paris, tom. 5, peg. 8u
I(.* Tom. IV, p.Ir, ,r.
(3) T'rom. V, ppa 41(8 r, ,.


A ~bbxrU *ai rLRMPB rveuar. 4'avair
ane ,n grease condamnda & 6tro
i; nais lea mariagss des blancs ie
;'re l'aatre soxe avec des noirs dtaient
ent prohibls (a), sous peine de puni-
:e6 d'ameudes arbitraires.
ntgre ayanL 6ut convaincu de liaison
pinclle avec une blanche marine. inter-
k une sentence portant qu'il fermai amendl
Lorable, la corde au cou, puis qn'on lui
perail le poing, et qu'il serait pendu; mais
tribunall supjricur, micigeant la paine, se
,tenta de lui fire coupPr les oreilles, de
faiire aplliiiicer I: II nii tie lis sur les dclux
es, el. de le Iiaire fouutter par In bourreau.
femme fut renvoyee en France dans un
rvent (3). Lea blanes qui avaienl commerce
ic des Africa incs, devaient ntre condemn~
element uno anmenda de deux mille lives
tsucre qu'on ne payaim jmais, car jamais Le
Ipable n'loiLa poursuivi, ni puni.


.aom. Ul, Fpag. 568.
) Tor. Ir, p.t. 88 cl sri.., et p. a' 3l lnm V,
Tm. II, pa.
Tom. I1, pag i ci ew.


'I.







STele tat l.a prdvmtieo coUtr les mianaies
hAxtes qu'un ma~drgflliIxar O Cayes de bX el
'yant dpouad one estimable quatt .onne; Inir
sentence Pobligea de quitter le bane de Pmu-
vre; uO, par urv contradiction strange, un JuiF,
cunnu pour tel, nommd de Pas, dtait alor.
mtarguillier de la paroise d'Aquin.


:"4i *


@CHAPITRE II.

:4.ultanR dtu progjug sir to nulesle de tl pe

|atih les homes ees le moyen de le.
re vils. Actlellement encore, en Europe,
Oerpotisme emploie cetle tactique qui, loin
lrz un efort de genic, atteste to stupidiiu
teux qui en rent usage. Un instinct secrcl
une fourberic traditionnelle lui dissent que
rnorance Pt Ia misre deF peoples sont dLS
4ins pour Ihs niuseler. II redoule certt classes
[wrinsurs qui subissent ivoloitirls le joung
a lois, mais don't I'oIbtlissance'est raisonnr e ;
li 'empressent de porter leur contingent
imp6ts au tr6sor national, mais i condition
itre inslruils de remploi qu'on fail du pro-
!k de leurs sueurs. IIs sont tris-incomnmodes
rlesn inistres et leurs agens, ces penseurs
a'il toujours ouvert sur I'administra-
oursuit lo machiavdlisme jusque dans
tniers sublerfuges, et don't la sagncit6
ten pnttrcr les secrets est gale ou sup&-
Sre ia fourberie qui les each, at s'en-
."N A


q -


.;;.. ~ 1"T,




:.. '


'3 Ti .
;I'.


( 4 )...
,presse Odn fire confidence ad p\i i k ie I i
Fette hbtie contrae ldiioa does Ii:rel
parmi Ie people; de li Ce ddchainement d]
pamphletairus salaries centre Im~seignemenl
muuel ; de li celte obstination scandaleuse
qui. a cerlaines rftee, convoque dans les car-
refours, dais lus promenades, des bipddes .i
figures humaines, pour leur joter de la pi-
lure comme aux chiens. Dans ceux qui accou-
rent k la rurde, on no voit quo des crapu--
leux, mais conniment qualifier ceux qui ordon-
nenl t coux qui exdcutnlt?
CoC rdflexions atlristantes ram6nent t con-
siderer Ic systame d'nvilisscment dirigd coritre
les noirs. Si ces infortunds avaient quelquc
idde do la diinird humaine, s'ils dtnienL ini-
tids A la conllaissancc id'une religion divide
qui, Lclairnnt respriL, I'-prant les affections,
console dans le nialhlir, convaincus que Jl
vice aeul flchrit, dievant leurs regards vers
le ciel, ils lIteraicnt centre tous les elTorts
par leoquels on a'elborce e les ddgrader; main
que peut-on espIrer d'hommes chez lesquels
on (ldonll tout scitliment moral, auxquels
sans cesse on prdseite les sdductions et les
examples d'un liberrinage cTrWnd, ce qui, trli-


i te dae. nomrpe, come elles
la; for~caet iu coups, nouwriesnt
t $ trns des ddair de vengeance.
oaitio modifides, mais quuelque-
.aoerbel, existent chez la plupart
ns libres; rictimes I'un prdjugd
par la cupidilt, nccept( par I'igno-
sanctionnu par lea gouvernemens et
16 par l'habilude ; naturellement iraa-
,-is s'indignent d'trre frappds d'une
.do rdprobation, uniquement parce que
teinte rembrunie eat rdpultd chez les
s pire qu'une maladies culande, et que
dcmeures sent considlrdes cromme une
do leproscrie. I.es lualitLs les plus bril-
a do plusiturs noirs et sang-m'lMs ne
aient, aux yeux des colons, les reliever
humiliation i laquelle les condamnait lo
Wgd colonial. Un d rit public rkeemment
. rdvyle que, dans les premiers temps de
evolution franqaise, les colons du Cap rran-
clurent de leurs rangs, come home
eur, M. Laind (i), anjourd'hui mi-

'oeit De Soabt-Dnmif gq et de sin isrti'pndmwe.
1 iBl4, cLt Bru llep ,Bi-5, in-8".. pgH 4o.






nistre d'dlat e pr deTrai i'd qu
cu i8sr, d;dploya lafureur d9' dh :Mum
contre on dSpuW d6alIdpalt uA rr
monter i une dpoque dj&'d lodignde ~I"isl
de citer les vexations, les iniquits exercl
en 1823 centre des htnmmes de couleur de
Malr inique.
Pour les crdoles, un efllt natural do la II'
trissure imprimte 'a an couleur, fut d'dcarr,
soigne'lserneur tout indices qui plit fire sont
lnliir (iu dans lenrs veins circulait mni
Go1rLI'& dr Hangl africain; on vit mAme Cdr
quarlerons, par ce molir, plaider en faveur iI
prdjigd. Tandis qu'cn France des sots vaILn
ieux glissaient ti de avant leur nom paIr',
limique espIce d'i'chelon pour s'accrochl.
il la cascw nobl' Ic meipris pout la coule'
ofi icaine lotlit rt'l"ird, sclon 1'expression muinil
des pilaiiteml'.r, in boi. lhwvrt colonial; ttre blani
rut un IluJineurl, surloutl grand blanc, c.\
f'orgucil irpoussail aveL didain cc qu'on app.'
Iliit les pC/II blntis.
On se rappellc les instructions de Maloneti
ministry d. Jla marieii, J dts ni'gocialcurs rIL'
voyis vers lI prnsidet'l I'tiion. On offraiL L'hlIi,
neur inefaldle de iii donner el ih queIques nu


I!. ". ",, .:" ;

ng4iBfles rtrs un/sid bln. bs
nei atl voent presqune ,jm:nis i'ils
'.1,m e'rrur, oiu Iait ine s.lt-
i, 'apris I'usage' de im diplonia-
Apje1ne, on d4onvani crtet otiic conm-
nt unc ineptie niinislr'ielli. Nc d1;-
ton pas d';ipp'rndrc un jour clue ris
jIrfrieainis voulanL honoaor des Eurolp-rns
s accordercnt des lcttres de noir.
[lu uuir mal rdsultanL doi pri|flngl- don't il
git, fut oni ddsordre cll'tuy:ibl dans lea
alts. Ls fr-mmes esel:nvles ;arni livresb sans
Ware ii hl Iii llricilr- des colons, pour ell.s la
.inelion 1. 3l.i p in l-vt-t i i. t [ trla k Irtf' cfi e
ptali d iii u.anitre liluirilin. JLa cotilagion
naiL inmmuanuablement altcindre les mula'-
Ises, qui, [lattdes d'Cere courtiskes par dt-s
~es croynient trouver dans ces liaisons
koralts uine sort de compLnsation au
ri Ianca sur la couleur. D : ]i lJ con-
Sinage hideux qui a toujours iinfeudt les
ies, et qu'une babilinle invL'tdrdre per-
e dinmc dans les contrl'cs ou I'escnlvage
*suipprimii.
JAvanI la iJvolulion quIcdqurltfois l noblessp
irapprochait de la oriiir par te mariage. On
- i:







vit des hobernax ruind, et m6me des. cottrri
sans, dpouser des filles do financiers et dO cV.
Ions opulens, Dans Jeur langlgn insolent if
appelaient cela prendre du fuaiei pour eir
gmi.sser leurr'terres. Des mnriagos mixtes orn-
tre lea couleurs dtaient plus rares qu'entre ]1.
roliire et 1, noblesse. L'idr. de msnlliainn
dtaLii exaltihI -tel point qu'un blanco maridt ii i,
mulicr.stsse, ilait dss lors exclus des socitrr.
Llanchcs eo s.i Iemme n plus forte raison. 1II
bhl;u: vi anlt un etincubiniiag ai te uric Al'ri-
cairne n'tail p.ias dcslnnhonrt il l'dait s'il I'
pousait. Lu sAbversion de. priicipes peul-cll.
aller plus loin ?
Uinc siite de cc dNsordre rat I'inuimanili
dti. II.hus nvierr.iq iirns ,rifans isFuade d iLmrri-
al'i Pl-iii'es iquli iaiert j'repoLissuts par cea pi',-...
ba, lim-i s, vl uc'I,' nii Ip ilanthropes qui, ..
I'As.l. cmIIbI l:' cltlS limi 111 1 r i 1ia Contntlion, ri
par ~~ lin, i.rii' uvots tid les ddfeuistssl' de lem
proIiGlittre. II esl doni vrai que la cupiditd i,
l'orfi.iil Icigneiti la pitiL tnuffi'nt Ils inspi-
rations les plus s:w tiv.s de In inaitsire chpz I.v,
bomnles, iui. jour Ia i'-r Irioriplier lapr5rinmi-
nonce f usanrlassir de Ieletir couleur, ont thrigd an,
piain ipe It znipri.i d'uiie partic dto n fnamill.,


"4*


Lsf'acermiulatian des faits ittesle que
ge et lt prjuglag aur la noblisse de la
iOrrompcint i6galcul n les maitres, les es-
; e leas nTranchlis.





: ( ":

.. . .. .. ..a + .

CHAPITR E iH.,
ObL'.wr LI 1 4 I ur Ir l rnnlrieos L 1 s1r lei claie dpl
I'l'i.nn' ll arn.i? IP"'h sllrlII Ic PL'rjuIJ P o 410 :I dbl le-
i.l- 1. IhnJL, rC !t Eli1 2 ,,.ILIIII...

L Irime onulrdic par les Europf!ens pour
avilir le, Ahrricnins cl Iinr coulcriir 'est pri)-
pagie d dats dicrs!es classes de In socidetd, chrz
Ies iplelles i ny.mlt des colonies et des esclaves
M.iis It! l[iiLjrI es. plulI ti-n lcr clihe le s t'-
gri|ers, Its plri .. i urs ec dani. Ies courS o6u 'r-
taines gens, Irs uns propiitriairs colonianx,
lea aiures inLd'esads au comnmlrcc da In traiie.,
p:'rl.I:;.*it les prollis sainglans de I'caclav;:ge.
lin ;i ',ii ,i hl Ies .niin s IiIar.cles, ;bjur.cnt
la IlouliiW iia:tiiurlh.r de le1u seixe, sont plus les rliiiinnrs eriii li's liverss Ils negres (I), sur-
tout (lqulanli,tl 'r 5es dci'nitires, les mtrils do In bai- Iif
et les {Uiiccs iilaurelcles on acquises les front en-
vis~acgei come des rivalh's capablca de provo-
quer J-s infld dlitu's conjug.iales. l'nvurrsion des
remmes orioles, en p.irCcil c.as, s'aplpuie sur

(.) V v.ur,.i N frvj the I rTi-ord e, l y P,- n.rrrd, in-S'
London, 18i6, p. 5.3 ) 548.


in econdaminable, ia vanik';
time se rattache a la rigle d es
metrr e. niobilite dr earactlari fmni-
clut tps 'iinflexllilialt' dans Inlt c qui
Itacle hI I'mlour-propre. Iktrii,'remTitii on
Suric LJamle rolee livrre n Ltous Is Icnipr.r-
a ii de la turur Tlur ;avoir vu un blanc
eatirUie derriere la voiture d'ua noir cL
sn angn-mlri.
ijc prdjugt sur la noblesse de couleur n'cxista
Ilis clihc les nations qui n'aiaint pas de
lonies; chez cclles qui in ariiacn, des mceurs
doucies adtmeniaeint fjinqles exccptions.
ino, ni'gre, preiinit s.'s f'gra':.s dil docture'
iiiversii' de, Wicnimlljrg ce presidait vn-
iilte des tlhiLes soutenutcs par des blanks.
inibal, Un Russie, deveniitl licutenantiilgnr-
et directeur du gt'nie; Angelo-Soliman,
dralnemcrelt stim6 ii l cnur' do Vienne, -pou-
une darme noLhl de Christinmi ; Jean Lati-
diail Ipron{'sse'lr ii Grenatlh; et, mmen en
Pnce, le famnicix S:int-Georges, qui excell.it
Pas toxs Ivs ari d'agrri-rment, faisa.il If.s dtdi-
dec cqu'on apwl'lail assce iiiiproprenwin, la
inue comnpaIli e.
u0oiquc I'ELp;agin ce le Poriigalr eiissliIl







ine doorme quantitL d'es.lavme lajr .bi en
gndral n'dlait pas extessivemn t dur..Ieapril
S religieux leur mznageait des resources d'in-
struclion t. de liberal. Ccs deux puissances eu-
rent dans leurs possessions d'ouire-mer des
noirs eL des dang-mirn s, voc, uv militai-
're, mudeecizs, pr'i6res; on a niwine vu chet
lks Portugais dfrux Congois 6leves h I'ipiscopat,
qu'ils hIonoraieni par leur conduite (i).
En Eur|ope I s silualions respectives des remn-
mts entre elles Is l riapproclant plus que cells
des homes; commuIn iLnen la distance est
moindre entire hjI muaitlresses de mason el leur s
servanles, qu'enire les maitres et les servi-
leurs. Mais cetle reniariqe est inapplicable au\
rfiiirnm s crLiles dains ItS colonies. Rien de plus
ridicule lqu Icur atlenliolln exra -inc, siurloult
la Louisiaii, ipour viteri Loiile liaison avec les
persorines dI ewiuri sexc iui, dans nuu degree
miLme eloignir ,t collatiirad, so rallaclent ii quel-
quOe Ghiidalo;iet africaiinc.
A Cuba, liiuand kes blanches vont a I'Calise,
une tsciave porte di!vairt clles un tapis, el
quelcqurfois line petite chaise, mais la femme

(r) Vvyet Anvrl itr do Portrug,,, tc.; iar Faria, in-inl
Lir oa, 740o, pa a2a.


;1


i6iiurla plus riche n'osirait as-
te prai native Un voyageur rdemet
ie une quarter6ne qui no put jamais
,'lutorisation d'dpouner un blanco (r).
Hrjugi do couleur existed av supreme de-
les colonies clez les FninSnais, les
dais, les Anglis, el surtout anx Etnt.-
Ceci rappille une anecdote qui remil
ii.u la gloire de Washington il avail beau-
,d'esclaves. Unauteur nnGlais, Edwnardl us-
, lui adresse, en 1797, un excellent mi-
e en former 4ipislolniie sur la enniradiction
i'ait sa conduit ct le's principrs rnpubli-
a d(int itl 't'tail coiililiitu I le dt-1fnseur.
Aliinginn hri renvoic la lolyee envelopIpd
( prpier noir (2).
as argumn(ns prcemptoires d'Edward Rus-
1 s'appliquent i la rdpublique des eLias-
I, don't les ciloycns, a ses ycux sent
r prdliensibles. uVous justiiez, dit-il, vo-


i' 'y.s 'I ch CubatL r et i, Huvlnmr I'-r M. laMCe.
, Paris, 1i8 5, 71 e1 r s1v.l t.l p. 2B
SVayea I'Wh'J:1l ,nd j o/1,,'rt ItrilS If -r II bti.-
mRrd Rlstr1Pl, t lc. C L slun.lbi I S31., 1'. % 1j *h l1. % Ji
W tln r, L' i nt p *I sLI i4'. l{id l"- n .,;;.'


r "" .i


;; ~
I
;i




"I i. i '*:..;

tre rdvolutiun par le droi: nialUi' litf lihh lt
maei lesa eclIlvs vous opponent l m6mpr u.
ment, at net argument st( sans rdpliquae hia-
(tuilteux sMir vos Idroils, po0nuez-vous oublircl
cel.I dies uli(I' ? 1,
Le mressaie nulrcssd Ic 5 d&cemrre Iz8v .
par Ir prdsidernt Quiinuy-Adams, au congr.
des bats-U*is9, cl. un documen.r ri. chl.p i pril.
cipes, d'ri isrvaiions et de fairs sur k'sciu,.I.
I'espril cE Ih ctair se reposent avece itordrr; rar,
y vo qulne cr Iu"nrcm''rneicnt pourWLit avOu fci -
imeti 'exd 'nt iimi de in loi contre la traiil(-,
oni.i on rTPglru:lt. dr n'iy (rouvt'r aulleUlle meSIII
adoptlr, oin piopose t pour hiriir la suppr'svioi
dciii,,itiv, du It'sclavangr dans les IClars msrii-
di rinaux de ci'eic i .r'-lublitijle.
)n retporiflr.a j,. l s:i.;is, qim', d'aprt I le pac!.
1i'.1ir:al, I':talir],' d(,. I 'Ra'c LivaGe est dans I.-,
a:ttluili s ci si...ies de la lcgisl!ture plarl--
cii i r l chalItun d!s vras qui conmposo l'u.llwl,;
mais des v ux, des onseils, dlans l'inltr'r
znmntm des pniilrinus nec iscraietl-ils pais U,
lire de phss iiux Oio",.s quc lumriIcle mescsa,
du prdsidt'iii ?


*11;-' H


----- -.-- n
@IHAPITRE IV.
g6 mur In priLniinu' Ut dIE' II en ulcr idaricli,
coirniatlu p;r n1.1 r uaiofin lt Ia r111llmn

t:he que I'aversioii des planes pour l.i cou-
af ieaintlrr a ui rondemnent das ila nature,
Sunei assertion d:iinienlic par I'exislence
, sang-mnlfw aiijourd'limi i oi niomhrern d(an
tes loesc conte's qui onlI nii 0: qui out en-
T* des esclaves. Le dLlire sul pourrail suip-
scr que I'aneclioi (t la hainei I'esliic l
lpris I'mirient! d's I'relli's d," jir iporlinn up-
ia" l s iinux t ioul-ur'i, tai.itin't s de I' 'l'; k'c
11ainit e aoux nuances iIil'Irnl6diairrs. [Is
itdricains indigcnes somt d'un rouge cuivrIl;
iis le m6'liingc dts Intions a dlV'diVP fir' Ics
urea. Le pjlre T.aillad icrle, inssionnaire ir'-
ito, remarquait il y :a Ittjad plus d'uii siclec,
it Mexico, dtrumis Ic blanco jusqu'ati noir,
i' cent visages peini e n voyniit-n dcue
ii lussent de ni6me coanlmur (r).


(i) Van)'r Leltrc-s lifrin'r in- -J Iiri n, 7l ,.
Iul. X .I p. ', t' .t,. i 1.. /.'-urit" d 1 P T/ llU.,hrr'
t dr l'"an -- 7


- Ii






'.. b..
Des peuplades diversemerttcnloloes so nt -
sdmindes sur toute la tmen'. Danr le mjide
I'Europ n e voit-on pas ute multitude de.fi-
gures plus basancds que beaucoup do cells des
sang-mnuil.s? ON placerez-rous la line sdpa-
ralive de la honte eL tie ]'honneui ? Pour r.
soudre ce prohleme, vos colons seroni atissi
embarrasses (qu' leP difeiscurs du pouvoir ab-
solu poulr racer la limited elre Yl'usurpatiou cl
la I:.'iiirnir. J..imais ils n'ont pu nous monirti
le ipil. inlivisible ou I'nne init el 1iaulre
COlIIII,'11CtC.
Des phrases Iriviales Irz la pureld du sang
I 'Ln iml]posiI. qI.'anx homes ii-rfllchiis, qui
acccptent de eCuilliancr ilR mots sans l.s ddlinir.
Le sa;l. qui i lciih dalras I's v111.-i- d'ur inu-
I.'Irt: eesL U I :i:l.i d.,i Eiii tju'.ui it d'A rricain;
par rIllotle Iilr. cr ,liitj :iigi, Gmroii par IA-
ricaiin t'lld-ili"d s luiilla I. pLrsonnte i'pxcoin-
mnilmeion iil. e t poliliueij? .ladis les fjlo-
datix d'luroper parlain.rt ,mssi do la purely du
sanii. C1outnniii t n'ont-ils pas applirilte ceLtf
rulgle i c'rl'ilines dynasti es, h rrtaI'[li monar-
ques don't I: snill (ini.,-|pir sans doutcO), a
ircuiul juslUL. dt:ins r e lo:iius Irs ls plus irm-
ninndes de' la de.hantcI.u ,'


.absqlus Ct respectirs des homes
inds sur lTur couleur ou sur leur
Ler enfans du miume ptre De sont-ili
Sles objets de sa lendresse? L'uniLt de
aans I'esplcu hlumnine, praceanile par la
lationi, eat rn grniral vnuniut des natura-
s., nsurtolt par Ic cli'bre tBirnenhiach. Le
i-petil nonibir de celx Iui, conlesiant ce
icipe, out admis difTerentes races, ne pi--
dirent jamnis qe dans In rplnrtitioln des
stages, 'une diht tre rraippc dl'cxIlhrida-
I au profit des autres. DernhiCremcnnt encore,
Dory tie SaintD-ViilccTIt leva.il sur l'nnitl
LtV I hluimi.iili d(1s dinIrts quiit ( 'il rIa'l vdi-
rtLiil de conicili'ar avec nos' lives saints;
is en mdme temps son catIs- plaide dloquucm-
at la cause dcs mallhelurux A\fikains.
L'organisalion d'un gouvernentnti doil as-
0er a chacun la jouissance de sos droiLs,
fme prix de l'accomiliiseJriel de ses de-
rs, car droita et dcvuirs sont corrL-lafirs i
point qu'on ne prul concevwir I'iddre des
Ssdparli des autres. Un compilateur mno-
I Be se rderio contre 'asscmblec ennst'Sliltu:lne,
b h In declaration delsdrolis no jnigiit
icelle dedevoirs. ElH cstl trns-jusw reLce







observation qua beaucoup d'nt in 'i i
avant lIi, mais quand il sindigne qu'o .fiu'l!
ait p.a mTmre fail In denanRdu. ee zIle ete rlepii-
pertl; Ivs journaux du temps, qu'il a compul-
a's sanns douie, hi1i nl. dit ique colec demandor
fut laite par ['anoul r nm'meni df ccf crir (I .
qui i 'honorera toujours d'c.nre pour M. Clharll ,
de Larerell' l'objPt privil,.Gi do ses ourllln s
If est impriuderp l ef dangereux do dirinuli
aii\ Iltomnies la charge de Icurs liber'&s
sus liii'r inmortirer la lirine qu'ils ne dic veie
IJa.s f'rainchi. mai; i s(-i[ minsir injuste ri
Icur impfiser des d(J-'irs, sans leur recon-
naiLt'r drs drni[s pimralllres? Conrestcr tccis-ci
c'esl Ius dis.<1 iisr'i d'.s alres c'est les repl;-
cetr iI.ia s I'er: .1 ii i Ir,,i..' (i. d lifi ise ]it;i-
4 r" Iir'1 It s i lprr.i.Ir L s colis'(qultnrcfs
I'lilir (rh.- l it l.11 it ll 1i f -i111int fIrinir les enloin.
sits aviiril I c niran <4,I so replier siir eix-
Um.mni., t'I (ti J. (lire ., A Ia place dtces inflr-
tu rn'w, quels set.'ient n mes idndes, incs dd'sirs,
mis pt~ij. rs i, Tenez poinr -certin ii re si re.
Jblill.i. tl ou lout a L'oupl r luil n e. srlavag ,
il nmandii.li coTux qui I ;uraicnt clharGu dr

.; z ie Al .r" r aI, r .annuj, i;8. n1". 3 p. '. ,
rL i ,;P


ner i grands ris sa liberud.
'de mome de ces crooles lanutaione
vent de mdpris les femmes de cou-
a main eralatrice subsliLuail sondain
ncheur de Iclr pideure Ic noir-jal
ures af'ricaines, i I'iinsiint elles chan-
ent de langae.r.
A nies n'ani pas de sxe, a dit qurlqnl'un,
rmor a Irait Lorlinie. .Mais irs 6mes oni -
une cinlltur? QudlL quce soit la leinlc
ptre clnvcloppo iialclhiell, ellr psul cou-
les vertus IVs 1ilus sublimnes, colinne Iis
idres les pllis holionteCx. MLiits fois oit
i I's ],lnrii'lars saisi' avidlr.lv .iI ccvllr Oc-
sn do se rc i-p:adre' n doltdni'es dtldlamn-
i aur la di'prava tioll des nuirs, des sang-
Is esclavcs cl lil.rs.
sermons: '. qnue raisonner ainsi c'est so
rhors de la lquslioln physique pour
itfer c cirdt moral ; 2'. en supposant
tio vdriids de fail c:us acciisalirfns ; it qui Il
A? Quand on a par yst1ine abruli le,
131es, a-l-oin droit d'en e.xiger des verlus .
|elle conduile ne pcul so coniml Ir qu'it
ide ministries qui tolklrenl, iutorisent ,
ent el dirigent des jus dt.s lolrries,






?( )c )
des lieux de ddbauche, nsotes iBpoi4sot mde1
do tous lea crimes, etqnl rabhchnent ensit di.
j.rrmihides hypocrites sur abandon de .a1 rr
Jigion et des moeurs. Qu'arrive-t-il ? Les cri
minels subiayent li peine, mais les provero:.
teurs, plus coupables, sont impunis; que di--
jo, no sont-ils pas honors et csiubrds ?
L'ignornnce et I'immoraliti des pcuples a-r
cusent lea gouverncmens. L'ignorance ct L'irn-
moralitA des Africains accusent sans relAc]l'
li:-s i:grijers, les colons, ct rous leurs compri-
res, car quell exemple dlonnrz.-vous i ces ijn-
furtunL's? Vos remme.9 croiraiient se dslhonor.
en frdqiuent.nt des femnnie nroires ou de cori-
lour, iuss~nt-elles dees[ Lcirrces ; elles crol-
ralent ddro;:.'-p. soil rri t:pnrisant, soit en ad
meltant c nL I;llles, .1 Vrci fitc*s des honmmrn
qui ont ia hiirir re'iriiiric fussent-ils d,
Socrates; celn rc l'cnitlre u\ u i i son vertucux.
ont rdsistll i, la con.lagion d- rvotre cxemple; Ii
v,'icux yont cedd. Plus vous en dices de man .
plus vous aggravez vros torts. Ids sonlt c qir-
vous series .'i les thI.vIneens vous avaiunt place.
dans ain mnnom position toutefois avec cetLe ii;(
ri'rence, que lea vices sunt plus hideux chr
vilus don't I'tiducrainln a ridveloppI 'inlilil-


'.L. i tez ,did delairds des lumidres
gile. tahdis que ces mallicureux fu-
viys de -ces hienraits.
S]a ddcrdpitude do nos socididt euro-
ies, 1'estime est une morainie qu'il im-
a d'dconomiser. Pour 1a pIncer convena-
lant, apprpciez les hoinmies non d'aprca
couleur, leur puiasance, icurs riches-
mais d'apnrs Icrs qualilds personncllrs.
ninsi c'est coop rer nux eauvres de Dieu.
i 1'dlat rilpuL Ic plus abject aux yeux des
dains, I'honrme de hifn, qu'il snit noir,
ni.mld on blanc, cs'lnve nu liblir, est plls
d iaiil\ Vi', ,II' I' k ri ti (jr il li Ci IT ilr' ) vi'l1' ,
I c'ilnt diin iatliniw. Sa h1n(1i enlbra;lse
LvI-is sallns acception de perAnnrne. Pour-
ces expressions scnit-onllhs plus de vingt-
rois repitLCs dlans la Bible, sinon pour
Iquer polls eilicaccnment in vdrild et It: pr6-
a qu'elles ruiTnernni'i-? 1 l-es pllilRoplihes an-
kh, les mnralisles pains nous ont laiss'
ftues maxims admirables, mais aucune
kela sublimilt du precepre Lvange0liqu-:
imerez le prochain commie vous-me'me (r).

'oyTr AMntrf XI X, 9r), rl liarr. XIl, i1.


LW
4'







Co cowune vous-mma arppJdmaIiesita d
rMbn:r.inu. En mdditant ces parteis qi pourrait
ne pas remarq'iar un vide csffryantL dsi & la
r-prldtlikie di: ctte multitudL de zalateurs a,..
riltr.,s, rrrinasiers, perdsiutcurs, d6iLchiranr i
LIllI~ deniis, et calomniant sainternent, aniri.-
illh o'ilIimiip eul t 's N' hitcl, i, 1 fj1 i. j ili'
a coup couverLis 'a la r'Ilgion pair h poli iiJm
outf incmprvis lii ferevuLni er parodied lia itidid .
Ii shailiituant la ddvolinn de parade. Le erli
ti;ilisilml iitl COlllnll lilrn ]jii'liqrint, rL nIViC1&L-
ri ii lotes les liarrib'rrs iilte'rpoSr'ps entire lt-
nf:iIion.'i u'il doi unjotn rlUln IiirL ds an nin',
bewail. Comlien est adorable crli:e icligioi.
qui, adaiptae i tous 1U s 'a s ICs seCes, h.
dl.os, dans tons les siLClF:s, n1ou0 IsleuxS ,
cr0rn11i: les Kriyons dii siri appartient .
ruilivers I
Aux Elats-Unis d'A ,in'iqtir, iles noirs ct de;
maS-ng-me', .ir ,g.s i dir.iIt's stles, ou0 d."e
fem.il's sparismr; l'antip:alhie pour la couleiiu
les y a forces. Mais I'Ldglise emlolique a rdpu-
did un pri'ju I inwoiiiili. ile avue I'Evangile;
chcrz elii- pi.id do dihsiiisliuio du coileur daii,
1; rcparlilion des lii iis spiritut]s. Tous sont
adlmis a la mauiii tlalu eclharistique. Ello :i


I'.{ ...a ......
ioad erdtiite do missionliniros
.n A. .. ui, poLtr no pas hemrter des
ib do astke, refoulaierli dans I'lumni-
ei.pa8i'hs rconverlis. L'tglise, qii citr.
f dlago des laics, des pnrlres.lse. It%'i rt:s dit
)(. ls 1U iltltiCS, inscnlf Idns son raletidl; i r
SAfiricamus dort li sa inlitL1 ful jadis prt:'u-
set: p-r I'assentimenLt iiiversei, 'tct.xr qui.
gidrieurement, is la suite d 'ivresriiali).. rci-
lil.res c. jiridiqucs, rurentl nmis I i nomrnll'ri
sainrt. En i80G, Pic VII canonis;a Sdint
Rfti dae Paer',e. Des pocntatLs, fleaux de lI
Fre, soIt le Lins oublids, .s alltres en Ilor-
ur i l:I posili itl l;aiid i (1 i l [I;i' Lt re Ir'-irc .
oven du 6;cl, rt.uit IcIon tuI.aicsdcs dillho-
IUes de louD's les couleturs.
be saint-sidge, pair Iorganc de es poil-
el surtout d'Alexandre 111, a pIroulamt
ia nature Wayant pas fait d'eselaves,
Ils homnmes ont un droilt d gl aIn lai-
id(I).
rn i683, [e cardinal Cibo iintiiait au.


F.Vc'; dan- la h-ILr. il'Alcnxndtre lif, Lupnas, rui
ence, dana leJs l]ri'~w r arlnglic.aircn rriptlotr,
SJ.nlhI., t i "aa, '5 t. i, I 87.






miesionnaires d'Afrique rordre f ai!oppooer
i .e qu'on vendit lea n6grom,() "
Quoiqu'en gdndral les planters coon bi ent
pen la religion qui cependant, poor tous le.s
homnies dnamseur trajet rapide sur la terr,.
doit tre lr'objet Ie plus important de leIi
soins, un pressentiment vague leur disail
qu iniLier lea noirs au christianisme, c'mlail
miner insensiblemenL la Iraite ca I'Feclavag(r.
En approuvani la roilation de colonies ami:-
rirninrs, le g nIivernement riancais avail p'r.s-
crit de les irtdnparer au baptnmc, de les iin-
struire; ceClt injunction, Lant de iois rlitd n' .
atlesic la negligence et I'opposition des plahn-
teurs (2). 1I en rut de mnime dans les coloniLi
liollairdises et angtlaises. Par ii s'expliquent
]rs nmauvais trailucm'i, les cruautds exerct'.
dons ces derniires .annie'-a Demerra'r conil'r
lA inissionnaire Snitli, condamnd i mnoil.
mais qui, di&C6d dans un cacllol, le fut p s


p1 Vov' ezir d lr colectl ion 7 "p. 154, et BrJirf:. r
p. 5o.
(-I) 'oyr'- Mlure.l S.m.Lil-.31.1 Atcurr, de Laon *I
0 Juli iifncel c. i., Jlfirm.


,lbt par lit s'xplique encore la
,deu piantdurs qui, on 1823, h la -Bar-
ddtraisairent la chapellh des mitlodises
ittratrent lour ministre.
cio i place une observmion qui parair
rve,, c'eat que dans toues lea branches des
pcnaissances humaines, mais surtout dans
kqui concerned i religion, lea pHincipes ne
lt janmais ofilnsifs; I'ubus seul est Loujours
rsaa nature hostile ct aggresseur. En Fra nee,
vDons-nous pas eu mille foi I'occnsion de
ire la mi-me remnrque dans la lutte ouverte
ppuis le romnmencemenr de In revolution,
lire le 'ouIn f_;e i le.xiblelI dui Lr'- ,I-i i ii. nm-
*. tidr vraiis amis des noirs, et I'acharnc'iemnl
pplacable des ndgriers et des colons ?
tQuand la raison et la religion renconrent
iadr&t ou I'orgueil, ordinairement elles Su-
ait une ddfaite. La doctrine de la cliarild
rlait-ella amrnalgnlmer a ces dI:unx vices
is les ndgricrs, les colons ce. Lurs complies
:une religion i Iclur guise; elie st commrr
A:des couvs ct celle des Inonda.ins, I'anti-
e de celle du iddempteur. Us1 I'&couienr
a repugnance lorsqu'elle inslruit ils if
ussent lorsqu'elle cxige lai rdforme des
I. 3..




I-
-,. :'


('36 )
mmeurs. De l'Evangilo on fail cqtmi iTd. c -
nevas anquel les passions adipleit' me r.o-
derie dii'irente. A des 6lros do ctte tr'empe'lle,
vouloir inculquer des noiions plus saines en
exigeirn qu'ils y conrormenL leur conduite,
ce serait demander un miracle dual a clui
qui sur le chemin de Jhrusalem i Damns,
Itrrassant saiut Paul, en rit un hommo nou-

In pr.jugd qui n'a d'appui que dons l'intel-
ligcnc'r, cade f-:ililcnienl ia raison ; il en est
autiellnlnt lorsque des penehans coupables sonI
inlrcesss i Ice direndre, car I'homme tient
plus ii ses alTecions qu',i ses luinilres. Do
touSes les maladies morales du genre human ,
I'or'gucil ce.I I[ plus ancienne come li plus re-
belle: il se diversific soinq les rornirs mmmcs les
plus ignoibles; li cz le sauTvagei, il vent briller
par la loa III'ur des ongles, des oreilles, ct la
perfection du talouage ; cllhz eB qu'ou appelle
nations civilisaLes, par des habits, des cor-
dons, des parchemins; hezl les plantcurs, par
la noblesse dela peau : cte di verses inepties ne
sont que des modifications dii m6me systilmo.
Exlirper In vanity grrlli't sur I'nvarice, c'est
un enotreprise qui exctde les forces humaines,


t;i* futent de ces vices, ne pourrait-
eai donner une direolion moins per-
et prouver aux plnnteurs qu'ils s'igarent
iis de raux cnlculs: que leur iitih'rt. mrme
ige dr preparer sans ddlaf' un uouvel ordre
b hoses, s.eul mnycn d'eLchapper aux dangers
iminens eL intdvitables qui se manifascliit.


( sr '>






( 8) -.
.^ *'. .

CHAPITRE V.

le 1.c tCtln llIx-a u nldis s8n011 inll.rr. 9s A la Ildrtricion
du pr.juug suir La collislr.

LA proclamation d'indipendancnc des hlats-
Unis 'it la date d'unr bre nourelle pour
l'Anii iquc. Les principles ltant posts, ii ne
s'aglssatit plus qiue d'en ddduire les consequen-
ces et de les appliquer; mais voyez l'injustice
des homes; on traitiit d'dg.d dgal avec
des trihus sauvagcs; on affectail d'observer
poncriiillrement Its clauses dui contract, tandis
qiii les rtats niLririonatix de I;la nouveJle rd-
publii.l"i runi lntinimirnl ]a itir et ienaicen sous
ole ongl des niilliers d'csloveos en imprimant
la fldi issue A kIir coulclr. Celte contradic-
tion de conduit s'cxpliique aisemenu, mais
rien no pent en pallier I'iniquild.
Ilmincur immorlel Ai In socidld des quakers.
En all'ranchissan leurs rsc-lave., en ddclarant,
'an 1754, cxclu do leiir swir quiconqie ne
les affranchissait pas, ils d(onndieiIt un exem-
pie que toutes les .socidlcts r Irtlicrines nuraicur


W.

i, t-emple sur loquel les callo-
ent du' prendre l'initiative.
lors les idi .s do liberty qui, tra-
nt PAtlantique, venaient circular en Eu-
;l formation de sociLtis d'amnis des noirs
Angleterre et cn Flrance; leq d.tbats I
bemrblIc consliluanic o; germnaient atult dc'
ites coixIepl'ions, :lnt de sentimens gd?'1i-
iX; la publication d'umCe rule de bons on-
ages dveillant V'atlenlion publique, prou-
'ent la n'cezsilLt de modilenitions urgentes
ias le sylstic'm colonial et prL'sagOreoi sa.

BIrusluer lI':macipation gU ,st'alo elt 6t0
me entreprise insensde et ddsastrecnsc; jnnmais
icun pllilanlthrope ne la propose ctles colons
ui, cent fois, otn assure le conllraire men-
ient scicimmcnt. Navons-nous pas sans cesse
Ipplid les planiturs de renoncer au com-
rce infA me de la traito, d'adoncir les ri-
urs de r'esclavage, d'ndopter des rcglemens
i,.par une march progressive et graduelle,
Aviendraient des troubles ct ameneroient
secousse des changemnens commandLs par
justice et par leur intri'rt pPr.sonnel?
Que tiren les colous? Semb Tblesa h iots les






( 4" ) *7 *.
dospotes qui jamais no rotmr~it s ..oples
assew mdrs pour tl libertd. au lieu d'aligeri
lI joug, la plupart des colons I'agranirent. A
des derirs raisonndt, ils opposaient sons rel.-
che des diatribes anonvmes contre ces amis
des noirs qu'ils appelaien blimjcaphnaes et
'Ta.rrsi rr. A eIs entendre nous aiGuisions con-
tre euP los poiannrds, nous voulions los tnir,.
t ,rge'-, oou% i ilons des traitres a la patrie,
rl lorsqu'urw discussion sur cet objet nvait
ctuLIIp: les repr-stuntans do la nation, A pine
I:1 si.ncee dLiit love quc les crlonrs faisaiean
cri.r dans rouLts cls rles cde Paris : r. Voici la
lisle des dtdputds qui, In stance d'aujour-
SdJ'liii ant rvoiL .n f.vcerl de I'Angleterra
N ciri[rt I.l l z*' ini.. ,I Comlitlunlwtult ('n i~e
i I it, list,. ,i.il le inor d'in hoinmre qui,
'* 'l"s Ij,'.i, do,. pquar.tnr e iins, plaidani la cause
d,*. Ar1 ic:inis, lrii dix-huit on viiigt insq seulasu
la br-ihe qaiind la acheitd fermait la bouche
aux ni ii,,tlusx; aprc.s la cessation du danger,
ils ont brandi leutr p e, ils ot vanad leour
pr o pi'c ouiraH.,
Ln gu1ndLration prI.eniilc pourrait-elle croire
que 1 grfande question coluni,ile fit Oclore oil
Fraicce, calcul fdi, plus di sL'pt cents drits


J~I


.:i pI apls -ptrit nombre), rdidigda
Shtion, revendiqu;ient hi juslicei
l, preque' ous empreints de iel,
e plaisanleries grossir'es, d'impostures
3trages don't Ic temps rcra justice.
dvneueniLecs qui so siont accuniuls dans
LIX mondes, jpirtiClitiirinent colu qui
Vnt de changer la race de I'AmiLOriz qe! ,
pea duplacd la question relative aix Afri-
ieaclaves on libres; mnis c dvinc-
1oDi'renLt outes les donnes s rpreps a la
Ire.
g,'-ni.r l Irs nations avancent [plus en con-
irct's plil' 4u ver Ims. MSuveMll uLmIe oUn volt
rudas talns associds A i'immioralit ii ]a
ise. En tliorie, la polidtiue est une bran-
e la morale, cllt en esl presque toujours
ocde dans la pratique. Dans la vitille
e le despoliime est organism, landis IIUt,
Sla liberid, cell nirme qui Ist ttd-
droil, reste inactive; on a multiplid
ndales de paroles puniques, ct de pro-
fallacieuses; mais la raison publique,
uant conLre I'hypocrisie soumetl l'ex'a-
putes les prdtentions, broic iGus Ils laux
els. tous lt' abus.







SDans nos armdes, lo iwuIl. dfendai,
l-liberld, dans nos corpo0nliiondhtidrajre4s
surtout dans nos assemblies politiques, r.
figure des nara et des sang-malds; In plup.i
y our la issO d'honorablcs souvenirs. Qui pnim
rI'lt ne pas se rappr'er avee inltret, ne I,
deiplnrer la mort tragique do ee jeune Alen,'
qui, sousa inIeinte nfricaine la plus fbnede, nr:,
un aeur ki lion, uim sagacitd si pdnctrlaner
des in's si ilnininuses? Confondus avec IC
blancs dans routes rles relations sociules, i
n'avaient pas i. se pluindre d'une dislincl.;
injurieuse, et cette igalitd compleLe t'ail d.
venue iuno douce habitude. II n eest a peu pir
de innmlie dlrrs mIute I'Eu rope, ch.ez nos voisi
k'. el.liiiniir:i Iti queilqaes colons, de quclq ri
viv illrs ct*rrols, ne trouIvel pas nmrme d'dchi.i
En flidaun SicrLa-LLone, des philanthror,
oangllis ri.Iisitrecnt le project de porter la c6i
lisal ion n Al'rique. Lcurs voyagers se srin,
ridoent sans interruption pour explorer ceri
region danss r Ics srns. Orgune de la voloii
nationalne, 0l ministYre hlritannique pouisii
I'nbolition de la traite avcc une persdvdrari.i
qu'on s'efroreo en vain de calomnier; il slipnl
celli alioligion dans s's Iraitis avec des thln


. ... .


.i. cPi'~: tpoces asialiques, entire
a idei Biascate.: D'aprP une0 conv0i-
Iiadama cc roi dus Ovas a proll~b
Sses numbreux sejecs, el il envoic de
iadecasses b I'ile Maurice et en Angle-
mur leur procurer tous les avantages
onne dducation.
le parliament d'Angleterre, 'esclavage
A les questions acccssoires Srront 1'ob-
acussions solennelles; des orateurs, non
liqLiugucs par l' cLat du talent que lar
e vertus, seconds d'ailleurs horse de
6eiiIle par les tcils d'allnlrSt' hlommes
l's mnirnes quailliths, Ielroant retntir les
de la justice el de la charity 6vangdli-
favour des Arricains et de leurs descen-
kto es access, par les feuilles p6riodi-
petentiront dans les deuxI moides.
ulvernemeiLt anglais, loljours suilgneiu
r aux intur6ts prascns les in.i.rtLs de
Sprelude a la chute dlu systlme colo-
1s routes ses possessions par des me-
Mlparatoirts. Telles souL entire antres la
Joun du travail le diinancli, la sancti-
le ce jour, la nitunitle de i6iulariser
i'iGes des enclaves, l'admiissioia en jius-




145
.9.(:(~) i


tice de leur tdmoignage, 'a dl'emre d'inn
aux fmms ile chitiment ignomiiei.ix
fouet, etc. (i). L'applicaliou de ces mes
aa liles deSinte-Lucie et de Tahago, elh.
obLenu un pleh;. erdsia ; a la Trinidad nu i
traire cls uoltius blancs ont regimbd contor
saigssr du gouvernement, fumnd oppo1i'i
et cnvoy6 des remontrances am.ries, sutil
conlre la suppression du fouet qui, dans Ih
manniici de voir, est ideintique avec i'existrr,
de I'esclavage. Mais un fait tris-remarquulI
c'est que les c.olons Jibres, noirs at de could' P
propridlaires d'esclaves ct du sol, au nm,
pour nioil,'d, ont refused de signer lu mtnmu
des oilons blancs.
I.: rtpuhliiue Iiitienne, par le faii sPul
son existence, aura. [ut-dire une grand_ i
fleiitll sur an drslirind des Africnins danl,
nouveau nonde. Des opinions tU6s-divergien


(I) Voyer. The saet-anid Reporit f the .ommillr. .
Ml.-e Stcief.y j:.r fIe miila.*twio and ,wuluel abolubi..,
S ynv'c,3", in-8". Lndenm, iHB5, p. I et uiiv. Tlc *1
colonicA rj' Great-Brelai' or ai pviclti rf negiv St.
drgufia bp ihe colonisiur themslcvri il ". j. Lrf
IB 5,crc.


i.t' t- ea e sue. la reconnaissance de
*P Uiti per un ntLe quj ri'a pas d'n-
afIles "ormulaires diplomni:iques.
i 'et anx faits connus ou devines par
ic, qui ont provoqud escord) ct s9tivi
inement, se sont joinilf ,Pl prddictions,
2jectlurs, quce I remps .-etircira; mais,
lion faite des chances de l'avrenirf, en
pt toul ce qui esa diranger i In question
oe, pour no parler que des fails doe I'ris-
et de la reconnaissance, ils comblent
volle entire les vanrial.Is blancelIs e nIoi-
I remarque7q que lour cc quli ieCd rdla-
la coolcur afri;cainri, |prouvre siniillin6-
:nlt-re II i r. ile t( I'.sclavai,; r'ir ces
sus sont connexes or irdilisibes. Ucw
ique rnoire au niliru do I'Alla rjiijque .st
ire tlevI, vers leqjiLil tourneat leur-s re-
JOS opplrssrIlrs on raIgissaIiL, les op-
ken soupirant. A son aspecl I'rspramicc
Scinq millions d'esclaves .p.ii s dants Its
Set sur le conlineut anmirivain.
secousso universclle a Ebr anld le nou-
ponde. De tonlcs parts on y parole di.
|de devoirs, de constiltitions, de r.ep1d-
'n naLionale; parloul resplendissent les





(46)
emblimes de la liberI el'~eave le voilt p;a
tout Bo font cuteddt& fr*e ats A'la Ilbert!r
1'esclave lea enlend. Croyue-va us que v.!
dtincelles diectriques n'atteignent.''pas sil
ctuIr?
Elles agiLelit plus puissammenl encore c(ll,
mulliiudeI de libres noirs et s;nig-nm6ls, i,'
timesdu prd'jugd ur la prlrnminenced'une ,i "1i
leur; doute des advantage physiques, pli. .14
I'aveu les ntliralis(es, r'sultent du croisenl, iI
drs races, la classes le.s sang-mrl1s augmerlii
journl'leinclrll rn nnmhbr ct. el rlrce. Dnns lii
versescoiilr&ss, par;r.xemiple & 'Cuba, lap,14 IPt
ct la iniorgue castillane avant ahandonnid ,iI
hommes dc couleur cls arts el. indiers, leur .ai
iitude naturclle h les exercer leur a proarl
I'aisance quedoniiie I'illiisltrie, ctL induslrir'
deveniiur un levier puisisa4lt d.'s relations crrii
nli'rcial's centre Irs divrrses parties du glil'I
contrilmue a diderditer des dkaRornlions el .ii
litres qui slranient d'nn prix inestimable 'l
il;ient dicrrnds d'aprps la decision d'uu .Jii
national; mais lqui, distribuLIs par le caplii
et rla l'trvcur, ne sont plus gu-iro considlirt;s I'
combine des hIochlets avce lsquels on armisI
grands enfans. EllP Iriomplicra la maxim' 'Ip


.f. da ses ..waures. La noblesse de la
1. J.Igfe .rtlque cell des parche-
i,. t tile n pressentimenl ces libreanoirs
in--mna 1 qui, lorsque tous lea rnoyens
tructlon ieur seront accessibles, ne i lou-
int auculine concurrence. Djii elle est nom-
se el honorable la lisle de crux d(ont on n
Sei-drvani, cornice jurisconsuiles. avo-
,, mddecins, prollsseurs, iecrivains; d'au-
I. dlievs au sacerdoca, sont, par li 11tmne,
.tuad'un earacture qui les eroure idu res-
I do touta les couleurs (i). Ainsi, la mar-
.des dvdneniens, I'sxenple, I'liahii de,
lIr! t tlnideil iIi ln e rde ni. aI u 'A riieaiii,
icn, Il'E:rij ,p n et ie rt\,l.
lpis l'oqinion, arinoe de lois et du rgil-
ps, avait diabli des castes. Pour les der-
Ia, lajustice 'avait conservI' que son bun-
. Cc ressorl du despolisme esl usd. Parmni


oyei Dc In LtL,,irui,. leC A'( -1-rs, tic. in-8 .
tSoB., L 1 rit n iult i *vsann it, [IOILII n is, ll-
die ctuc.nt f: Diiiar i, linric Iirfifaa onrAl Mp,h-
S in- e. io d(1 J.iri.in, iS ~. L'AI itrir .1t -
It llmLiLtile I 'nri ','cir i[cs i n: r.{'n run tr ( ill
ihobanme de coulrcr, le pihru Leozijado.





(.As) .-..
cos lois, ces ordonnances, dJaj lea :nresroni
r6voqueerC, lek autres ,Immb6reidaj Ul j f;tc'i
rijink, nes.
1, anr'ii monde grNvite .ai,'Si, qioiclUe leln
(rimcnlt vr ,lC a liberty. I nr foukl rJl'ligrain
4slin11ir -s p;Jr tdes sieci latlions rnnir i'rcialC' s I .ii
l i l'lih.s 'par )a ptrsicpLion po'tr n, "'' :n.,
ri'Ill." t''tiI' irdlibil( Ip Il"' .il1n. it li '
I.1an.::'1 ll 'ii I clian,% e 1 '.i n I Iit toltr;i '
l-oiia dil" Ivaln la loi. Elitr ces fractiii
dL cinq ar'ini peii pls diversdiv rs, rcndus les il'
dans les ;atres, i'iiiuon cnijugalva dlablira dI--,
;1ppi['i is inlimes. P;iar lai m -mc ', r-a frappL c d,
riprob:iii'ii o c i j'I i'birja e (quiL l li;t.-I,'l d.i
colons awit pilnti i,'' i uii pe; inmidib rill'
L'expansion des liminLreis zissiirera la libertL in-
telletuelle, 'amour di 11:11il i l niil'eran la Ii
bh r I c ik i., et la s8i;Ilictii du ni.rliar a ,iln-
rant les mmumrs, alliermira l ibcrri pIiiliIlr.
Elle est dvidente i.it,. ri volution morale ,
r.'sill at ilni n'dlia d-es rvruluLions poliliqu,.-
Elle commnaLle Ia fusion des couleurs Ct [.
inlt.rls, pour les niclLre cn hiarmonic avecrI !
pacle Iltodanlencal Ce pour soudclr les social, ,
nouvellcs. Tel r-st Io mnrif qui, joinL au srnll-
ment de la justice, a dicl Ices ddLerminalion


Nvi Uiiitwul Iromioa, M'exqute la
ouil. i I ]aoli ]( tel a Nr !e.
if'. Tandis P'et" Eropl, des gouerne-
a chritieris (sr-,deImcnt de uom) dch:l(ient
effort, sraniuques pour aiderlfs secie,iCurs
Mahom i| ble,..r ,,t pieds la crnix dJ..h.-
-. h P l 'T"- am "i,-/O. N s' s-
iRant d';weaio, I ln1.m- dr Li ,':t Q. ,L ,P
itln des Gree; croyez- Ouis q'11cile pu;.er,
e concevuir I'idde d'exhdr d'J.r 1,s trliiil
Coins transplanw6esdans des climnls a;,, -
et de Ilur refuse les drriqs p','-sonlFIn
d1 e drn,.; ide propri,.:.' !,i/,i,,,t, c1 ill .-
'es dariq JL s .r 1 .. i .{hd ed Lin V'. -
r"n I pas r.n vain une main lii'rarrice: n.i
fera l Breasil arec une former de u cmr-
ent exotique au Nouveau-Monde, (e qui
paudeur continuant la trite, vient dans
ai d politirple e stipuler pour quanre
core la conlinualion de cc (ralic abomi-
quoique ddjh on y compete dix-neurcent
laves? Que rrorrn, es Eaears-Unis, on.
seize cent mille Arricains son encore
r fees? QIle leront-ils pour concilier
e rdpublieains, cele colnt~a(diction aver
principes, rt poLurjustifier, rommne chrd
4.




- w ..:::


( o)


H^.t 'rivaW iiX 4P-
y trte-onq 's qua Is' CU 9 < -
Cans de i'Afrique dans os cal nies i u i j ur
s e soleil aclairera parmi vous que des
11 homms Uibres, ~t les rayons de 'astre qui
H rpand la lumitre ne tomberont plus sur des
a furs ct des esclaves (0). -i
La fureur colouiale traita de provocation cc
qui n'rCalt que provision, qu'esp4ranee pour
un Lemps indltermiind, et jlsqu'h l1'poques e-
tuellc inclusivement, que de libelles, de na-
lomnie, d'injures et de persdcutions dirigi' .
conl", l'auLeur. S les planLturs n'cussent pns
ctL frappds d'une ciLd morale, ils auraient
entrevu quet des 4nablissemens fondds sur 'is-
eclavagev qest-kdire sur le crime, devaienl
pr-clh neent su0ir des changemens ou s3'

crouleW. Le present r'vylait r'avenir. L'AmIL
rique, dpuis Ia. dnouvrtert, Cut appeldte 1
iouveau-Ionde cette denomination lui cori
vicnr h double titre, d'apres La nutamorphnh
polutilque q elle vient d'&prouver.

(t) VoyW Lhefre au. ciiryens de coulal efr'1 9
liber, in-V. Paris, 179 P- 1 "


l iltq s a'uai ma.deas blancs cs
^N i Artul, Interc&dant pobr lea mnal
icains, vous conjurailnt de rem-
les fers par des lisires, de substituer
aLut des actes de bond rpii, sans trou-
anns elfusion de sang, auraient pr4pa~r
page de la servitude i a libcrtd. Plan-
.dhdehnines centre eiex qui vous signa-
i.le dancer, ouvrez enfin les ycux: voun
Hicz sur un volcan; en repoussant tous lea
eils, vous l'avez tLisi et vous ties pr6s
irat6re; crnignez que la peraCevrance 1
ctenir les rigueurs de 1'rsclavnge, ne sus-
dans clhaque colonin un Spartacus, un
ssaint-Louvrture qui, wu'pr'isant vos nLd-
, rlamern par la force les droits qu'il
Cut obtenir par la raison. 1eut-on sans
mr ne pas prvoir les exc6s auxquels se
lfaient de part et d'auire le ressentiment
empire? Conabien scraiL deplorable I'aveu-
"et qui s'obstincrail ia voir uine provoca-
Oune menace dans cc qui n'eslt n rdaliti
ipuavertissoemen dilci par la religion it
'es sentimens de chlarit, de prudtncre qui
pient constninment guider tlois hls orn-
I et. prWsidr it Icur conduile.
4.


'tt b ".







p a.
a ort d ine ai rs, conhribtent pai leur Vii
aflEigon .idresg, L exaI pminre teu qui d roJ
ligihuses, Iam de cor e hmes compnenedr icn

o hasaurde un ir ot vide de sens, enhnrJs.
par I'rinoraitcc; le incidcs ler anls minctli'ti\
est apparenie, slon coordonnui ast syscdme au
nldrul dr i'urniv.rss, ot Lonlribirnt pai acui ii-
aemlil, a s, rt rtgulr ici C'l'h's, ils sinl bicil
avui echo, rattae to ilidre leux qdi dens i,
ctnlltchaine invisiav de c haes moinde ne noip.
qil Jirx ctnA la ur d us s cfl. V le pointels, sIIdo
Louz'ncr leurs rcg ads vecrs li mdij' zjizl dirn-,
tou r d'una manirdir doneornc ai sues vues. LI

est pradonnel n rlin rte qudi rst commi-n aei
aul'ir. liomnics ralt;,clie tons lea Ihvntemens :i
ccl clliaine ilnvisile., dont Ic premier anrn.l
estl fixd a la voute du cril. Voila hI pointL do d-
parl pour apprdcicr drS rfails sur Iesqieis ii
n'cst pa donnL a r'liomme de serulcr compli-
tement les desseins de In Providence, mais il
pein du moins soulever un coin du voilo qui
les course.
Les combinaisons qui caranctrisent les mu-
vres de Dieu dans le nionde physique, commr


i. 'flldrol ntiCes pmuves- mai-U
Sicclte. ordaunanee complcme-et ptN-'
3Malheur i lan pulilique qu: pr'nd fiu-
i prospdritL d'un pays sur le desastre des
as, et malhqur a I'homme doni la fortuno
nhentde pro- tes larmes de se. semblablus.
L dansa 'ordre essential des chosos rilidas
le Crdall.orl, qu': ce qui est inique snit en
;e tumps impolllique. et qu- d'LdpIuLvan-
is catnasroplhes en soicnt le ciitmicnt.
mme coupable nc subiL pas lonIjours ici-bas
icines. qu'il a minirtes, parce quc, suivant
irestsiln il.. paint Auiiunli tin, E'lElrnel a I'd-
ite puiir !i'Lair. 11 W'en Aet pIas dc mirLe des
oDs qui, cn v isa ges ssou cett' ddnomiination
efLive, n'apprtlicennint pas A la vie future.
cc monde elles sont ou rCcompiensiCs,
be les Romains, pour quchics vertus hlu-
eg(.), ou punies, commcelefurcnt rant dt
alea, pour des fotraiLs nationaux, par dlis
mitLs nationals. Avec les coupables so
vent cnveloplips des innocens oi qui noum
aissent lels, manis 1 justice et la honLtC di-


J V r-C- Saint-Augustll Ie tL'iitral e Per, i. 3.






'54) .4.. .
rvim savent appliquaiet4 comrpeiiidiois qul
dchappeat & notre fiiblae itelligence.
Lea calamitds qui aceablent les' gouverni,
means eL lea nations, sont an article sur leqiul
en Angleterre ies prddicatcurp ec des Ldcrivains
pieux onl appeld frilquemment I'attention pu-
blique (s). Le but de ces calamilts n'est pas
susceptible d'une ddmonsLraLion rigoureuse,
mais le rapprochement de beaucoup de faits,
pcuL clever coLle assertion jusqu'h Ja certitude
morale.
La traire des nugres ct leur esclavage sont,
depuis Irois siicles, IJ grand crime do divers
Ialts europdens. Aux Hflaux expiatoires qui
djNa en onl Irappi plusicurs, qui sait si, dari
les drux rrnoindrs, tne succtdceronr pas prochni-
neienir d'nutres IkVaux bur lel homes, sur [es
conrirdiss qui pi-rpLtucLi uln crime FtaLional ?
Jco lnngage, il fault s'y ailendre, sera traiii
de frnatisme par certain personnages; c'est un
de ces ddsagrdmeuns pour lesquels depuis long-


(i) YVnYrz 'airn/pe rhl;t:k" ef fAffraique Prttge., par
M. Sirirhen, in-s". Lan,,/rrs, 18 8, et I'anal "e de ct
livre, ans nla Chlromique religiersr, in-8B. Paiiis, 1811
T IV, p. i a t el ui.


T .. i
r ." "* "1 *
1ia a itude d'nne entiMe



'oy~czs 1k J Thaila n do rEsde'wC ha Nofr cl
la cj pe un si deo hommSesi.do toatea con-
. Lu-80. Parils, ISIs, p. 36 El sfi.






1 .

CHAPITRE V.

Moyere il'awceljrer L'ahblitinn du Prijtige sor la
pnTminnnLc-*e do la coulenr : influene des lois,
ldes maisintrar ct du cleI-gI.

LA justice et la vdritd sont des biens com-
muns et du domaine de tous les peuples, di
tous les individus; lous ont inIdrtt & cc qu'el-
lees riomrphret, tous oat mission pour com-
lIartre lI vice et 'errcur, et chacun, dans la
sphl re de ses relations, doit y contriluer, car
chacun eat tenu de rare tout Ic Lien qui est
en son pouvoir. La solidariid de druirs et de
devoirs est un lien qui unit routes les rami-
ficalions du genre himain.
La it.'in- des devoirs i remplir est done
plus tIrndue pour ceux q, i Olevas en dignild,
appliquent lea lois, et, A plus forte raison, pour
crux qui, placis i la sommini6 po!ilique, abro-
gent, modifient t ocrdent les intiLtuiions.
Prd ddcenment on a remarqud que ddjia sont
tombdes en dlsudude diverges lois et ordon-
nances dicides par le prdjugt!, qui s'inerpo-
saicnt entro lea couleurs. De cc noUlbre eat [e


i1'4, (.8os5) qui prohibit on Frape4r
~ as des blitdcs aveo des personnel
iou sang-mwldes; mais des lois, abroges
auge, par l'opinion, sans qtre r.voquues
Smani6re tormelle, sont une menace
tame, un dpouvantail tenu en reserve
ffraycr et ipu ir.Tellessont en Angticerre
is centre Ics catholiques d'lrlande, et
lous plusieurs ddcrets, soitda Napoldon,
t rdgiile de la premidre terreur, arsenal
miern, dans l1quel une terreur nouvelle a
ouvent des arres pour servir une tyran-
.ccddnnt i I'autre.
illeurs Its lois sont Ahllisoires quanid ellrs
iaralysecs par I'incuric ou 'par la cupi-
Ielle eat la loi qui chez nous prlilbie la
tandis quo Ic pavilion frnncais, pro-
r des nogriers, porte sans cesse la d6-
el. le ravage sur lcs c6tes do la Gui-
SDes cannibals du continent curopTen
bient de chair humaine d'aulies canni-
,le la Martinique et dr la Guadeloupe.
EaienL dei complies i Mlarsille, Bor-

o mr. nirli-rC. rrip'.lr i ,l d.irc,- f I h
It'iituton LC. til- '. I 1 'irdoi 1S ', .9.


*All
!~'9z.







Maux, Saint-Malo., 1 Itflare, Paris0 ai lh^rd
Title*, cela eat croyablej masI Nanrtes sil
foyer de ce brigandage. A Nantes sont dol
monstres Ihumains doen les yeux homicide
sntL braqurd sans cesse vers I'Afrique et l.
Antilles, ect qui sont plus rednutables pol
les nigres quo les pnnLthres ct les tiir'c
A qui peraundera-t-on que Ies autoritds fruit
raises ne puissent privenir, ni rdprimer cio
attentatI, quand elles ont pour auxilinirr
des gendarmes, des commissaires de police r
des hordes d'cspions? D'ail)eurs ]a forme di
navires, leur structure inrfricure, leursgeni r
d'approvisionnenena, et d'autres indices io
manirlaftsnt la dealinaLion. Commlele siij
d'AblI, le sang des Arricains crie vengeani'
conlre des Nanlais (liloynnx. Le crime I.
continue et inipulni, piCiit-il l'diro sans qu'il
Hit coInivence iutL're'ss-i !
L'Angleterre, les Iltat-Unis et d'autres i.pi
out frappuL d'infamic les ndgriers, en lea nit
milant aux pirates, en laur dEcernanLt ls mi
mes puniLions, et si des instances ri-OiL'i
n'ont pu obtenir qu'en France on adoptl t cri
measure, cc refuse n'est pas inexplicable. I.'
pinion publique suflisarnment d clairde y sij


i shdeA hnis qui aarlenrt conufqi+
sa'lt" is nse de religion, de pudeur,
ainitd; par respect pour elu-memes its
hWraienl eertainement de ar, trouver i ]a
ie able, au mn me salon avec desa ngriers,
is ee nom it taut comprendre bus le in-
nas qui, vendeura, acheleurs, armatenrs,
reurs, commnnradiraires, clirurgiens, ma-
a, etc., etc., participeni au crime. On re-
crait du mmno mil lous ceux qui jouissent
briunes ncquises ou Iransmises, don't la
cc est si mlic-use; on les ruilait coinnme
'irait des niiJilairi- qui, apr.s ;avoir figurd
les rangs des dLtrtnseurs do la liberty, se-
at devenua les scides du dcspotisme. Tels
Cs Francuis avauglis par la soir de I'or,
ant vendu leur exp-riunce, leur bravouire
ifdrocit( musulmnnne centre les Grees.
opinion rejelerait encore dans Ic clonque
lqfamic, LOLs rcux qu i par des mcours d-
aes scandalisent la socidad. La vertu, sous
tenle africaine, obtiendrait loujours des
images, et e vice, sous la blanclicureuro-
ne, n'chappcraitjamais i la fldirissure.
lois peuvent en tout pays seconderI'Tx-
Ion du prdjijigd centre la couleur, en fu-


.......







(G ..
.iirisant lea mrilage~ mixtesa,"n leaaesjirnllntit
ceux des auatres ciloyens. Elles lo peuvennt par
l'admission aux emnploi do loute espce, ans
dgnrd a d'auires considerations que cell du
mdrite personneell: es le peuvent en dt(Lndoai,
sans distinction d'origine, aux enfans do Loult's
lea classes les bienraits de l'tducntion, et, le'.
moyens de divelopper leur aptitude.
Leo diputls de la nattion contribucraicni
puissanlmnent i m6rir r'opinion s'ils dtaient li-
brenoent c w'rinimnt rIuss; car ils ne sonl qu'ni,
surcruit de t alami(~s, quand le sysn me rrpri-
senil irfu ussc dansses "ttmcnsn'est plus q'uii
simulacrer. Anx avnlanics que, dnis la question
pu esCltec, ipeivc.l olTr ir cLs discussions de In tri-
bune ajoulons cLux (qili irdsiltent de la publi-
cil des dilwts judiciiirrs, de ceux, par oxen-
pie, quai eur* nt lieu en 1824/ dans l'aifiire d,
ddpIur'is de I. Martinique, lorsque AI. Isainberl,
par ses mamoires et ses plaidoycrs dloqucil-,
souleva l'indignalion gLn-rale contre les pers'-
culions sustilds aux Ihommes de coulceur. Li.
mallieureutx rirresFauCeler ct II;'dlurent ii v'. in
h Bordeaux r'nppui d'un ddfenseur olicirnu,
Les Lenmps sont bien changes. Les persdcu i
de Loute espCcc, comine les nfans de l'Afri'rii,


prrr


Weueiadjeutithtddes ddfinamdtas
iat ded Prls, et- dans ceux def di
ies. .
i iflrrenco rie cauleur est Iun accident
que qu'on a travesti en gues'ion poli-
Celoe question rentre das Iors dans le
ine de la philosophic morale et religicuse;
is catholique, qui ne pactise jamais avee
e, a dlev' sa voix contre la traile et I'es-
e, en Italie, par I'orgnne des papes, et
i chcz nous par une decision de la Sor-
r, en 1:67 (I). Mais. h cela pr~s, trouve-
en minister's du san luairecqui, enl France
ns lcs colonies Friraaiscs, aient arcquiitd
voir landia qu'eni AnGletprer el anu
.Unis, des prddicaleurs, les uns angli-
lea autres dissenters, one plaid en chair
see des Africaius ?
I vicaires apostoliqurs, des pr6dets colo-
:, des dvequcs int partibus, snus ces tires
gers i la vritable hid'rarchi )places
le ies iN a Itie du clerad, y out public
ues catdchismes en langue frannaisc et.

Voyez Nnvcnu Ynr ge iii ..nmlldr, pr" Labtl,
Paris, 17Sm, T. IV, p. I r ) et co






Po8~eujqwgOpti.polp qI~tS4.Lk ? q5ej( Y
pPenat des itpstructiona asr ]o 14 A9 eci
slaves 4 Ia iberd t Sur obligation de& colonIi
i cet igard. Un Catrdhisme franr9is, .impril
en 1825. l'lle-de-France, par l'dv-queo di
Ruspa, in partibus, mdrile lc mc me reproclir
Un supplement est indispensable pour rempl;i
ces lacunes.
Mnis, dira-t-on,I'autoriau administrative inI'
terdirair la circulation de i'vres dnimentaires r,,
ascdiiques rdidig6s sur ce plan, et Ile colons nr
souflriraint [pas qu'en chaired on ouer adressil
des exhortations et mnoins encore des objurg.Ar
tionssurcet article : j'atendais celte ohjectioir.
Le sanhdrin faisail incaredrer et flagelk.r
les apbjtres, en leur dc-rendant de prefer hi
doctrine de leur dirin mailti; les ap6tres su
rejouissaiini d'avoir dzt trouvFd dignes de soiif.
frir [our le nom de Jdsus, c( continuaicut .I,
prlcher. A ccite ipoquc existait aussi un is-
clavage, moins cruel en gdinral qIc cclui d.s
colonies modernes; c si, d'un cdid, ils recorin-
mandaicut aux escelavs nl resignation, ,d.
I'nutrc il ilnculquaicu aux maitres la modtI.l-
lion, 1'espriL d cihariIn; its proclan;nient I'.--
Iliti devant Dicu, der Ious les coenis de I'l.-


Is, qui prparipit un arre doe c 4
&I4oprid ano beaoips du genre bumaion
;i, limant ineensiblement lea f'rs de I'es-
ue totique, finit par lea briyer.
; des caract6rcs lcs plus augustes que J4-
hrist lui-meme done asa mission, c'esL
lt envoy pour announcer I'Ivangile aux
res (z); function dort jl a inveati le sa-
ce de la loi nouvelle I
qui done croiraient sucedder lcs pasteurs
iliques do notre dpoque? Estrce aux ap6-
..aux disciples ou i des priatres, que le
h6te Isaic appcll:i des chiens nuts qiin ne
ident abyer (2)?
is les A enclaves ont vu des missionnaires
i doont Lclairdes par leurs lumi6res, quii les
Igfides par leurs vcrlus; la reconnaissance
respect ont inscrit dans les fast'!s histo-
es les noms de Claver, Vicira, Nicholson,
Guemin, etaurnou de ce pdrellouLin, ddidd6
itrn-Domingue en 1742 (3): mais il faut


)Matt l, 5. -LIucv, v ePt l ;I .
Ihre, 5' o.
) Voyn Lltremas tlmwles, in-is I'. f filS ,


. : ::: f:


ii

, wt ;;
.3






Io a -dgk* ( ell

br rehause par cl coMntta q .d'ffrai t
* U. C' induitc de beaneonp de d6tioie.qsti, aus.
n, mies aynn. des esclaves, sabcionniaenl pj1
lcur excmple un usagit essentiellament vicieulx
et criminal. Aussi dans les colonies, soit c.l-
tholiqucs, soit prolestantes, point de mocurs,
point de pidtd, mais seulement du culte exl.-
rieur, qui n'tlairt guire qu'una dL'coratioll
thd(.'trale.
Quedques amiliorations rdcemnes permoltei,
d'en esprcer de plus etitedues. Conibien e:.
grand et respectable lo miiiisilrre du prtii,
qui, au nomr du ciel, charge de defendre le
oIpprims les encourage, les console, en ral-
l.icllanil oius esj'rances q une exisrtnce nou-
vcllc par-dclh les horses de la vie, et porte lr
rrenords rlt I'dpoiivaanr dans I'Ame des oppres-
sours. C'est larticuliLermenl dans les conlrt&e
oi L'esclav:ge est loldriou dlabli, que lea pas-
teurs doivcnt rappeler sans cesse les lextes d..
I'erriture Sainte, qui, assimilant aux assassins
les voleurs ct Ics vendeurs d'homnmcs, lancern

p. ig5, g r19 elt i'., iCt 3lurau Saint-Mdy,. DUeseri.
lni d, la yarrie funinriiic de S'iie.- Doarnmrgwe, ill.4 ".


"* .' : ic*""i ,"' *: i


"imi ni r.'ie(;'est la qt lts do i .
4 eri.ec atoritd tceltvan ile, velita-
Iratb des dro e des droin er tes devoir.s, et celt
tkle leitre do saint Paul h Phildmon, en
Ide son cher Onltsime; c'esL 1i que sans
doivent retentir fux oreilles des plan-
tea mnaximes dice'ds par nl raison et con-
spar ia rvldiation : L lcolllez ceci, vous
derasez Ic pauvre eL qui opprimez ceux
sent danR I'nffliction (2); in raiLes pas i
rui cc que vous ic voulez pas qu'on vous
e; fires pour les lommini lolt cc qlu
s d.tsirez pour vous-mnin. ; vous aimcrez
rochain come vous-miime 03).
iS ccs boucheries snnglanics, appeldcs
is, si fr'tuenles entre les chrutiens eL si
ires i l'espriL du chrislianisme, I'usage
te qu'on nomme represailles. Des escla-
i s'echappcnt, ct qu'alore on apipelle mar-
a'usent pas mfme de reprsaniiles; car le
P I

byay Exmrn, XI, id,i Deutfironrn. XXIV, 7;
olh. ,1, ao.
oyjza ramws., VUI, 4.
aoyez T lir, IV IV,i iG Mf VII, XlI et IX ,
p VII, 31.







( 66)
.,; ar ronage, c'est-&-dire la fuTec, n'est gdqunl
; "* consequence du droit la plus 14jtime; cepcn.
dant il est puni par des suppliess.
Quelqueolis ls planters rdclamnalent in ter-
vention sacerdotale pour ramener aux atelier
des negres marrons; mais qui pourrail n' 'di
pas ifdignd quand on voil des ,.issionnairc.s,
entre nutres un pira Fauques, jdsuiLe, .
Cayenne, parlor aux fugilifs dui tort quc Iem
fuite et leur exemple causent i leurs mai-
tres ([)? Ainsi le voyagrur ddvalis~ est coupn,-
ble s'il reprend so house aux voleurs. C'c.t
a un rcnvcrsement des notions les plus s'ni
nes.Les acts qui itablissent I'esclavage, dialt
une violition manii'esic de la justice, porLrni
alislc(vc'menll Ile 10 1 de lois. Est-ce a I re clih
utlu'iin a.iIen'at de li fuorct centre la faibless,
el la frpirc r[il-clle un drait? La soumnissinn ,
rdsignation peuvent .ire alors une measure .Ie
prudence, mais jamais une obligation de cari
science. C'est une v'ritwt dopt seraient pe1in
tri's les ruailres eux-menes, s'ils avaient l
bonne foi de so demanded, come nn I'a di1
prdeddemment, ce iqu'ils dtsirernie-n, peIl,,

({) lattres l"diflnmor rc. toin. VIII, ). 26.


h tt feraieot en an supposant i lia pace
.escl i avesi.
Sler des homes est un rar'ibt iaggra "
aolui de les maltraiter, el. cului de lee *
.aindra au travail sans rtii'butlion ; ainsi
' endre la; libcrct1, leur paver un salaire
porlionnr Z Icurs travaux, compenser par
elTusions d'une tendre bienvtillance tous
outrages, les mnprzis dout ils tint tOli ras-
is, voili drtL detvoils rigoureux et impres-
itibles; voill des vi- il s que sans crainte,
I respetl hurnmiin, doivreii inculquer les
islres des .niat.l. LeT'r silence er'iit corn-
iit ,le crime. Le divine iniir' lcur a ddlid-
IA ronetions de son sacerdore ; ils en
ieont indigncs s'ils ii'uL:litllt en umt e Lemps
hdritiers de sa chari.il.





,^::. *




.C.HAPITRE VII.
'Continuation d1u i iaino injti. Influienl des dcrivain;
siur le pnr"jugfl i-uuurnant la noblesse de li peai
Conclusion.

APPELF.R au scours des Africains l.r
hommLs qyui, par erat, souit les interprtles d.-
la loi dvangpliqiie et ccli. qui sont lea or-
ganes de Ia li civil c'esL. invoqrnur simulta-
ndmcnt le ciel rt la criei ; liouilrfois il lir t ul
pas se dissintuler qu'il y Hi beaucoup it rabar-
ire des oeslIrarncs 'ip'on pIorrail coneevoir.
Deux classes rdtiommes des plus d6praviuaS
part nous sant Irs gcns en place et lvI
savails, 1i1ns dr liu ieIrs rt artistes. II.lous-
nous do IprIeniir lrs irrit lions de I'amour-
proprce n adnlic-llant des exceptions que chin-
cunr peut s';ppliqu'r i nlort on U raison.
vciques, prLtres, stnatleurs, pairs, gdndraux,
ministries, prif-T's, magislraLs, li(ttrateurs,cc. ;
comlien de proldes qui rint portdI tutles Its
livrdes, professed routes Ics docriines, suivi
toutes les banni-.es courlisd toiutes les puis-
sances du jour, et qui, ramrpan ss sous ts I-s


':. : ..~r .. : .


.. .. \ ) .. ,iifff .
.m ( .. .

miteaDS, onE loujoura capid lb rIafl m
oFurs. Mal i propose '-aa compare-I-ott.
Sdo la 'able, il n'nvait que deoux Iacek
ant trento. Vous les conjiniesez. Lido '
,olitique est une des grandes pinirs de
len monde. Clez nous la flatterie a soulll6
haires eS les iribunes. Le fauteuit acad-
to est tupiass; d'adulations.
iax sociOltds d'amis des noirs, composes
rnmes on place eL de gens do lettres, out
,t en France; l'une et i'autre sou mortea
inition, r1. purcc que la mobilitd lu ca-
ire des Franais Ic nriotire Itl aniiourd'llni
\cl\i (ds Gaulois leurs ance~res, points par
r it y a dix-neu' cents ans (i). lei le bien
mal t o oumnis i I'empirc de la mode.
lion imkme oal souvenir le I'ruit d'une exal-
momentando qui recrace les paroxismes
i' Fevre; 2L. les sociemlds dnou il s'agit eu-
lAussi leurs dtserteurs, actuellmnent en-
SBous 1 ni mitne drapeau avec une multi-
Sdo fonclionnaircs publics et d'derivains
ias aposwils de la libertd. Leurs sepni-


SVoyri Jliid tevar Cnminenmur. de bello nNfeio,
Sainrap. 5-6.





";, ";/ ** 0 *

mgns~y ideuns. ddmarches, lauraJiaison. leu i
dvits, son tloujours subordonndst L'intidjl6
S:]personnel. Erreur ou vdritd, V'ie ou vertu,
injustice ou d cjuitd, peu leur imported, la que.
Lion ost de savor ce qu'ils onLt ggziner on
perdrie dans In clioix d'uI parli. Isaii vendir
son droit d'ainesse pour un plat do lentill.e,.
N'avons-nous pas des milliersd'tsnil ? n'avon ,
nous pas d pls le march des conscienti
dans la veniir des journnux ? Esa-il en Eurol|'
un niiiislrre qui n'ait h sa disposition dtI
Iromp[ettes d'iliposturcs qla ilidicinres, ct iiq,
ne puisse imnliindnmici assassincr les Iepui.-
tions les plus int'igres ? Elle est court' la li,
des persoiniinag:, ps i no savent pas dl'.tuisei J.i
L;asssse sons It noini di piudrnce, qui Snii'
lllt!ain iiII' t pnlunrsiuiventl l' abus, el dorl li
counEtar poilitLii est inivari;l.i'nteiat restee i.i
minde.
Tans Iou4 It's pays ei di ns uous s si-cIl.,
la classe In plus rampantoe 'ul oujours cellr
deas IpoWic : Despr'i;alx l'i-mCnme adrt'ssail ,i
Louis XIV l;i mewnace trribl/ et niaise il.
ccsser d'&rire, si le roi ne cessait de vaincr<-.
Le Parnasse lout enrlier tait en extasac I'An-
pect du monarque. De nos jours, d'autres 1p."


.V.


W.t. vu me trainer A leura piedi Te "l
lonimires publics, leE derivain et sUr-I,
lespo.eo.s. Ilsallnuent autour des mattress
Iterre et des heureux du siecle. Si, & dd-
:,' la cause des esclaves et de tant d'au-
iEoralunds, ii y avait h gagner des pen-
, des prcliemins, des cordons, des thres,
a ct I'arriere-han de la litLrature vole-
ft'& la cure; mais les rnalliourux ne peu-
fOtrir que des bin6diclions et des larmes
,ndrissemcnt.


Stv'vdnmcuinlt ir6cnl a paru ntannmoins sti-
er Ia verve d lie s riii'I'ur : la reculoimais-
e d'llaiti i mrmine Iait Mlore f"uelqucs vers
lournis; Imais l'adulation respire dans la
!art des ljueiisiicihes, ct I'objct principal
carait plus que seconduire.
bpe ct Jul Barlow ont eu come pnoles
rivaux qui les tlgalcint, qui les surpnssent;
i'les aulcurs de In Duncinde Ct de la Co-
iantde ne souillercnt jnmais leur plume
la Ilatterie que distillent iL grands flats
'de leurs successeurs. Barlow, dlrenseir
nigres, est honorableennt assucid sur le
aaiss anglii s I d'illusrres personnages qui




.111 '17


S..;


dpsiuadiovals opt plaid t cctc4

La solidaritd qui lie enlre eux tous les memi
bres ido 'l'vejnce humnine, et qui eslt l pn-.
ndir annucau de Ia saitne-allianre des pc.'r
ple.i, obli;E cllaque individu de concourir .au
boohcur de sea semblables par sos discourse,
ses actions, ses cxemples. Tributaires de il
socii';it, ils oanr criminals devani Dieu et ('d.,
vanut lcs lIhommelr, cuIP, qui, abdiquant lkti
conscience, n'onl pour code moral quo le frail
dRoisine ; plus criminals vneure rcux qui, pCir
obtenir ou conserver des places oil d'aurlr
faveurs, immolent les inid'riLs de leurs cori.
temjrinr ri l dile la postirird.
Trells nc. soul pa;i, dit-on, la gFInratlior
qui mnur,- it la mpberirt c elle qui est d( |iF
parvenue u i ';idolescener.. L; pure u de leiwr
principCOs 'eav poinl encore alldrwe par les c i-
ressas, les promesses, les menaces; mais saiu-
rnon-elles loujours sc dlrendre dcs pidgesa slu -
icurs ? Pour ells la sphere des connaissancer
s'est agrandie; mnais, quand de Ltoues parts r -
naissent les anciens abus et pullulent d6.
abuse, nouveaux, la trempo de Icur caractenI
prornme-olle de les combatuTc avee une incom-


?... ... La, pLz orL -.sA:tos..
it les ranges par lea vdldrans de nla U
jqunes athIlees qui enLrez dans la car-
i vous est ddvolu I'honorable emploi
rer leur ouvrage.
Ebrope, des misdrallcs ( chrltions do
rent'gats de fait) conajiArent en faveur
48sulil centre la croix ct filvoriscnt la
des blancs, tandis que celle des noirs
us en Af'rique. La civilisation n'y eat
on aurora cinq millions d'Africains
parts en Amntriquu y soul encore dans
a. Libirer les esciaves, reliandre parmi
parnu ctux qui dtji' south libres, I'in-
ion, I'amour dcii travail, de I'ordre, de la
ct surtlout LI pit6 sanns laquelle les
i nont aucune garantic ; que de motifs
Stimulcr Ie zble des phlilanthropes I
Loutes lea questions politiques qui depuis
a annces occupent les esprits, aucune
iLt des dhbats plus orageux qu r'escla-
plonial. Lea abllitionistes ont cuJ lutter
eilche coutre la virulence des passions
ia exaspdrdes come les plus viles; sans
at ou td assilgds par la haine eL la ca-
,Si la iprspctive d'un paioil sort vous


a,.







cayait,"vqus he ji dienes 46 snou
mir Um asl belleceiae. c,
Eu cultivant les sciences, 1a littdrature
lea arlt, on1 rencontre des juloux, iican
nieilt lIger c*t qui ne trouble guCru unue I
sibli existence. 1 n'en est pas de m6me qu'':
on atanque des abus qui onu Ieurs racines d.i
l'orgueil at 'avarice; mais duasiez-vous si
comber dans cette lule la ddhiie mm me
rait glorieuse, e quel m. rito ouriez-vous
iriompher sAnui obstacle?
II y a plus : en raisant aux homes touI
bicn dantvon est capable, il faut attendre d'c
louL le contraire. Ne sont-ils pas en trs-grin Li
majority, mdeians, hypocrites, fourbes, i
grats parce qu'ils sontu iaces, et laches paln
qu'ils sont inglraie; car ces deux vices s50
simultannumenzt cifet et cause; mais la cuI
duile des autres ne doit pas atro la rgle d e
n6tre.
Le divine Rddempteur savait I'avance qu'ti
ire lea dix Idpreux qui I'imploroint, un sol
viendraic le remercier. Celre certitude n'.ir
rnia pas sa charity, el tousfaurent guris. L,
circle de lan ienraisanco serait trop resserr
si on ne L'exergit qu'envers des Btres estirma


.. E*.rE i :*.*.. ..




j. .lir.l .le. nr.i.t '.e .raitdit o ni r .**
P'eulemnt d'obltenir des 4loges, a regu
aOr'fl recompense. Celle decision, on plu-
%etle sentence, oat sortie della bouche de
qui est In vdritd mime (i), diier les
pes est un devoir, mais ila soot coupt-
' heux qui, poor fire une bone mauvre,
int absolument d'antres tdmoinoqie icui
loit tout.
dier les hom nes, ce n'est pas command-
, Ic moyen de les estlimer. Lorsqu'apr&s
lougue expdrienc, nve ce Iriste risullat,
arrive an soir de la vie, jlcetitude do
er bienr t eL d'ichapper iL ee' r~, idfel
Isoante; main roppelons-nous qstq e!
Isce fait ludire sn stsolei sO u ls ma-
commae sur le bosn (2); que d'ailleurs,
oit pays, chz: tous lesapeuples, il ya
as purest, et que l. veritable noblesse,
peut 6lre I'apalage des homes ..'d


reausr,.V, ve ,trs. 5 :.
#P Man,\f 45.
S FIN. .


1 ,-








TABLE DES C"API--,* ..

TABLE DES CHAPIT'rES.


'T
Wj~~~~t "l ; .. .i """ :.:!!,:"i ..
];":, : ,,: ,..., .::J :: .:


A HiS OCETOTEI5.


CUAPITr E [ Des prPjngds en gdneral. Ori-
gine de calui qui concern la coulenr dL Africaine
at do leurs deseendan. .. .. .. Page.
CIAPITnE II fes rsultuus da ]prijug6 aur la
nose de la pean . .........
CIlAPITnE III. Observalinn sunr les contrdC
et Sur lea classes do penonneo pnnni lcqilellen
Ie pr~jug6 de la noblesse de la pcan est plus en-
n . . . . . .
CBAPITR~E IV. Le prdjug sturla prdfninenca
de In coulour blanche, combaltu par la r.aion et
a reliion...... . . ...
CHAFITRIE V. Los Cnlons cux-mnmie jot Int d-
sIads h Ia destrucLicn dn p rdjUjU6 sris eauleur.
CHAPITRE VT. IMayenon d'Ancdblret I'abolition
, du prtjugA slur l prominence de Ia eoulentj in-
- Jueace des lois des magistras et dta lacerg. .
CHAPITRE VJt. Continunaion da mman sujet.
S Influence des ecrivains str le prdjug6 conoernaPt
l no ablesan do II pea,. Cnnclumion. ..


a0


oaes artigde da Patriots et deo la Seini~l, A propose
Ifn, m'ont donn6 I'ide do rairo r6imprimer une pe-
el re do verlotui d6ronsour dos oafnts do I'Afrique.
en 1824; poissant nios concityoens In prandra on
ration ot 6cnroar tout pr6texte de disunion. Qu'ili
Ion toaues lease irconstance devan lbi yenx cos lignoa
vi hvinrabloeni: a Catholiques at libres, vyoa n'au-
ig de plum beaax titres. Makis o 'aoe Sflatsu, -
ieille tous los pilfes Par iaquelB on Plte a, IOPg- .
kOcore, da -ois yrarir cs Litres glori eu. ir amiO
S(1) s'oacupoPt Eans relAohe o dmnoequer les Irmae
Toro r~it a d6mosquer lea nombreox intrigntas
elay ,ent~ e' multipliant les libdiles, los 'mposttioll,
Pij aIstarenoe, ls promoneesi lei parJurae poor
oit arotte liberty.
rt is division ontro lo couleurs, esl te moyen pri
It liquel res implacable ennami fondent I'euipranoO
remelire ao faor. . . ... ...
ezos en onemic par volre union, en vaus ralliant
a I'6tendard de la loi et do oeux qui a on st loa d6-
'i..

wur nombre cat bien dimlnui in on e peutjuger par
Sece qui a acueilli la nouvelle des rmmennes dd-
*.lI -- ^- -_ -- JtA -1 -.; -


..1




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs