<%BANNER%>

Voyage par terre de Santo-Domingo, capitale de la partie Espagnole de Saint-Dominigue, au Cap-Français, capitale de la p...

HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Front Matter
 Introduction
 Main body
 Errata
 Back Cover
Digital Library of the Caribbean University of Central Florida
Package Processing Log
.logFileName { font-size:x-large; text-align:center; font-weight:bold; font-family:Arial }
.logEntry { color:black; font-family:Arial; font-size:15px; }
.errorLogEntry { color:red; font-family:Arial; font-size:15px; }
.completedLogEntry { color:blue; font-family:Arial; font-size:15px; }
Package Processing Log
3/6/2013 3:06:52 AM Error Log for CA01205014_00001 processed at: 3/6/2013 3:06:52 AM
3/6/2013 3:06:52 AM -
3/6/2013 3:06:52 AM The folder name and the METS OBJID do not match
3/6/2013 3:06:52 AM -


MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Voyage par terre de Santo-Domingo, capitale de la partie Espagnole de Saint-Dominigue, au Cap-Français, capitale de la partie Française de la même isle ...
Alternate Title:
Voyage de Santo-Domingo au Cap François
Physical Description:
4, 407, 1 p., 1 folded leaf of plates : 1 ill. ; 22 cm.
Creator:
Dorvo-Soulastre
Publisher:
Chez Chaumerot ...

Subjects

Subjects / Keywords:
Description and travel -- Haiti ( lcsh )   ( lcsh )

Notes

Statement of Responsibility:
entrepris et exécuté au mois de germinal an VI, par les ordres du général de division Hédouville ... ; par Dorvo-Soulastre.

Record Information

Source Institution:
UNIVERSITY OF CENTRAL FLORIDA LIBRARIES ( SOBEK page | external link )
Holding Location:
University of Central Florida ( SOBEK page | external link )
Rights Management:
All rights to images are held by the respective holding institution. This image is posted publicly for non-profit educational uses, excluding printed publication. For permission to reproduce images and/or for copyright information contact Special Collections & University Archives, University of Central Florida Libraries, Orlando, FL 32816 phone (407) 823-2576, email: speccoll@mail.ucf.edu
Resource Identifier:
aleph - 023021283
oclc - 25359645
lccn - 02012382
Classification:
lcc - F1901 .D72 1809
System ID:
CA01205014:00001

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Voyage par terre de Santo-Domingo, capitale de la partie Espagnole de Saint-Dominigue, au Cap-Français, capitale de la partie Française de la même isle ...
Alternate Title:
Voyage de Santo-Domingo au Cap François
Physical Description:
4, 407, 1 p., 1 folded leaf of plates : 1 ill. ; 22 cm.
Creator:
Dorvo-Soulastre
Publisher:
Chez Chaumerot ...

Subjects

Subjects / Keywords:
Description and travel -- Haiti ( lcsh )   ( lcsh )

Notes

Statement of Responsibility:
entrepris et exécuté au mois de germinal an VI, par les ordres du général de division Hédouville ... ; par Dorvo-Soulastre.

Record Information

Source Institution:
UNIVERSITY OF CENTRAL FLORIDA LIBRARIES ( SOBEK page | external link )
Holding Location:
University of Central Florida ( SOBEK page | external link )
Rights Management:
All rights to images are held by the respective holding institution. This image is posted publicly for non-profit educational uses, excluding printed publication. For permission to reproduce images and/or for copyright information contact Special Collections & University Archives, University of Central Florida Libraries, Orlando, FL 32816 phone (407) 823-2576, email: speccoll@mail.ucf.edu
Resource Identifier:
aleph - 023021283
oclc - 25359645
lccn - 02012382
Classification:
lcc - F1901 .D72 1809
System ID:
CA01205014:00001


This item has the following downloads:


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Half Title
        Page i
    Title Page
        Page ii
    Front Matter
        Page iii
        Page iv
    Introduction
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
    Main body
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
    Errata
        Page 408
    Back Cover
        Back Cover 1
        Back Cover 2
Full Text



;~~~~~~~~~~~~~~~~ wvv. .-- -- -- -.- -_ -_ .. -.-

The
William L. Bryant
Foundation




West Indies:
South
America
West Indies
Collection













VOYAGE

DE SANTO-DOMINGO,

AU CAP FRANQOIS.
3


*4.-








VOYAGE
PAR TERRE

-DE SANTO-DOMINGO,

1 IAS'ITALB BB LA PARTIES E8PAGNOLE DR SAINT-DOMINGUE ,

S .AU CAP-FRANCAIS,
CAhi.TAL DE LA PARTIES FRANfAISE DB LA NMEE IBLI.
: .riptis et qd iutd an moist de germinal an VI, par iea
e'ordst due Giral de division IHIDOwVILLE, 86nateur,
Cdbt de rEpfpire, Grind-Aigle de la Ldgion d'Honneur,
:' ete poque ACo T PIrATICLIER du Directoire exicutif

Surri Paun Rapport sur I'dtat actue de minel de la Colonis
S epagaole i. traduit de Don Jojlxro, Mindralogiste do
^**^ S. M* Calhei '
S.XTnami par une Relation, sos le titre de%
SMON RETOUR EN FRANCE.
SDivo A S. A. S. Monseigneur le Prince
Ii Ca axac 3s, Archichancelier de 1'Empire
SDuc de Parme.
SPA DORVO-SOULASTRE,
4.la'.-.~ Avooat, eCommissaire du Gouvernement i Saint-
mde n Adminiatrationa



r -. m" P ARI S,
Aim:mm IeI6UNE aROT, Libraire, auPalais du Tribunat,
SGaleris de bois No. :88-

S809.
*'. ,

t" i


; LC;i I.r, ~ lCi-- .., ,. __







A SON ALTESSE SIRENISSIME

MOQNSEIGNEUR

LE PRINCE CAMBACERES,

ARCHI-CHANCELIER DE L'EMPIRE,

DUC DE PARME.



MONSEIGNEUR,



SEn composant cet Ouvrage, j'ai senti
combien il dtoit au-dessous de la ,)ubli-
citj, que des amis trop indulges ime
conseilloient de lui domner. Je. n'au-
roi 4ope pas balance un seul instant
Si' ije n'avois pens :
Sqil pouvoit encore, malgcd sa mcdio-
crite,, renfermer quelques vucs tiles i
-.i" n i -:pays; ce south, sans doute ces
mif "MMoSEIGNiEUR, qui ont engage
Votr-e ALTESSE SiRiNISSI.IE a accepter


r-4 ..







un hdmmage' don't on auroit le droit
de s'etonner, si l'on ne savoit qu'aux
grands talens qui vous rendent si chers
a Patrie et aur gand MoNARQUEqui
nous gouverne, vous joignez toutes les
qualities qui, sanis alttrer le. respect
qui vous est d-, vous font aimer et
cherir de la trance entire.
En daignant encourage mes efforts,
Votre ALTESSE SERENISSIIE m'a impose
une tache que je ne remplfrai sans doute
jamais; mais si le devouement le plus
absolu et la reconnaissance la mieux
sentie peuvent y supplier, j'aurai du
moins acquieif une parties de ma dette.

Je suis, MONSEi tNU avec u'nl
profound i'espect,

De VOTE ALTESSE .SERENISSItE,

Le trbs-humble et tres-obeissiilt
serviteur,
DORvo-SovLASTRE.












L'EXPADITION franchise, sous lee
ordres du general Hidouville partit
de Brest le 5o pluvi6se an VI, et ar-
riva. #eureusement a Santo-Domingo
Ip 6 germinal suivan.t, sur les trois
..gates de Si taj la Bravoure, la
Govie t 'e a Sirkne, commandoes
ir M. Faure, capitaine de vais-
spanx (x). Les ordres, du ministry


: ij te Directoire executif, M. le Peley,
ars nistre J, a Marine, e M. Lescalier,
1a m OptU., aujourd'hui
S.i.i-avent apporte le plus grand
.s n dns le choix des emplois civils et militaires
icomposoient cette expedition. La reputation
S .et meritee du G4neral qui la comman-
,t .prsageoit les success les plus heureux. 11
avoit tec luf des officers du premier mdrice:


#& lSt







(2)

de la Marine etoient precis. Toute
P'exp6dition devoit se rendre, par
terre de Santo Domingo au Cap-
Francais ; mais Ies difficulties du
voyage et I'impossibilit6 de se pro-
curer une quantity suffisante de che-
vaux et de mlulets ddtermjinrent le
r' I. I .... i" "' i, *,. 7 ..... .. J

Le gendral TVatrin, les adjudans-'generaux
Beker, Dauzi, Berner, les freres Dalton;,
le colonel d'artillerie Pommerol, les chefs de
bataillon Paultte, S.-Fdlix Kakereux, le
capitaine Maucune, et beaucoup d'auttes'exel-
Slens officers faisoient parties de l'etat-major.
S Parmi les employs civil, se trouvoient des
officers administration, des juges, des ad-
S ministrateurs, des savans et des professeurs.
\La situation du pays et la rdvolte de Toussaint-
Zouverture centre l'autorite lgitime, n'ont
pas permis au Gendral en chef d'utiliser les ta-
lens de ces citoyens estimables don't quelques-
uns sont morts et les autres revenues en France,
oih ils n'ont pu rapporter que des preuves de lour
divouement.




rT *



t i(
;Jgi dl een chef a diviser 'Pexpedi-
"in -en deix parties, don't l'une,
Si"iipres six ours de relache se rem-
Sbarqua sur les frigates, et 'autre
S rest A terre, jusqu'au moment fix6
Si our Ie-d6part qui eut lieu huit jours
Sris.

Ce qui va suivre., .est le r6sultat
. :..poterppies a la h^te sur la di-
S- action d'un chemin rarement frd-
... ttnte, et dance qui a pu etre re-
cueill sur 'Papect, les productions
Setleantiquit6s da pays. Une grande
'S^S eces notes est due Fo-
---, .' . j l


|-' tingi.6, attach au g6ndral Hddou-
|;i fe, en qualit'-de secrdtaire parti-


S Pour uiliser davantage la rdu-











(4)

nion de ces notes, il convient de lea

fire prd6cder d'un apercu gene-

jal sur la parties de 'ile que nous

avions & parcourir.


I i I~
I




( ( i 1-1 .r) ;
1 I
,
i


ii

"6 I



I
i


C` i":"I?

? ,~







VOYAGE
PAR TERRE
DE SANTO-DOMINGO,
CAPITALS DR LA PARTIES ESPAGPOLI DE SAINT-DOMINGUE,

AU CAP-FRANCAIS,
CAPITAL DR LA PARTIB FIANSAISE DE LA NEMB ISLE.


LA parties espagnole de S.-Domingue, la plus
considerable, comme la plus fertile de file,
peut se partager en trois grandes divisions:
Cellea :i centre, occupde par la principal
changee des montagnes, qui se rattachent au
group du CBAo, point central;
Celle du sud, remarquable par l'embouchure
du Neybe, par la baie d'Ocoa et surtout par
la ville capital de Santo -Domingo, situde
sur la rive gauche, h l'embouchure de l'Ozanna;
Enfin celle du nord, subdivisde par la longue
chi ne de Monte- Christ.
iS puatitlbrexiient dans la plaine im-
mense renfermee entire cette chaine de Monte-
Christ et la premiere chalne du Cibao, que
notre march s'est dirigde en tendant de l'est &
I'o0est. Avant il nous fallut traverser lile dans
toute sa larger, en allant du sud au nord,






(6)
de sorte que notre voyage se divise naturelle-
ment en deux parties.
Uiie observation commune a toutes les deux,
c'est que, depuis Santo- Dominigo jusqu'a
.daxabon, ce qui forme une etendue de plus
de 8o lieues nous n'avons pas vu un seul en-
droit sterile : partout la terre est couverte d'ar-
bres de la plus grande beauty et pleins de vi-
gueur, ou tapissie de verdure. Les montagnes
meme, soit celles que nous avons franchises, soit
celles que notre vue pouvoit atteindre, of-
froient le meme aspect. Jamais la nature ne fut
plus riche, plus brillante, et ne donna plus de
signes de- fcondite; mais aussi elle ne fut jamais
moins second 'e.
Dans toute la premiere partie.de notre route,
d'environ 5o lieues, de Santo-Domingo au
Cotuy, nous n'avons trouvd qu'un petit village,
quelques cases eparses et pas un seul bourg. Le
Cotuy lui-mmme, come on le verra dansl'iii-
neraire mdrite a peine ce nom; cependant
il seroit difficile de reunir plus d'avantages
naturels.
Le pays, qjoique montueuxen general, offre
neanmoins de vastes et belles planes, qui ne
sonit, pour bien dire, que des parties detachees
de la plaine immense de Santo Domin-







(7)
go ( ); tellse, entr'autres, celles du Morne
noir ou Sierra Prietta, de El-llano San-
guineo, des riches savanes ou prairies de la
Louisa et de San-Pedro, des trois Saviques
et de Kima et Himariva.
11 est arrosd par de nombreux.courans d'eau,
parmi lesquels on distingue les rivieres impor-
tantes'lOzanna et Iz'abelle.
SI communique directement la mer du Sud,
tandis que la riviire d'Yuna, en se rappro-
chant & quelque distance de la route, vers le
Cotuy offre egalement une communication k
la mer d aNIri 6#.ybaie de Samana.
:Lesoly s it propre I toute espece de pro-
duction, ainsi que I'annoncent la variete des
arbres et des plants qui croissent spontanement,
et le peu de culture que 1'indolence des colons
espagnols y entretient, et encore quelques dta-
blissemens plus interessans qu'un premier essor
d''ndustrie, couronne du succds, a forms k
pen de distance des rivieres l'Isabelle et
"' Ozamna.

f- '^-- -- --
S( ) Cette plane, qui s'tend do Nizao a lt points
Sde 'Epde et des boards de la mer du Sud, jusqu'anx
montagnes qui la s4parent dela parties septentrionale,
a 65 lines de long, sur une larger de la a 13.






(8)
II offre enfin des richesses d'un autre genre
dans les mines de cuivre qu'il recele, et dans
celles d'or et d'argent qu'on y ddcouvre B chaque
pas.
Mais tous ces avantages sont nuls en ce
moment. Les habitans ne cultivent que pour
leurs premiers besoins, et il n'y a d'autre com-
merce que celui des bestiaux, eleves on aban-
donnes h eux-memes dans ces riches cantons,
qui offrent un pAturage aussi sain qu'abondant.
L'espece des betes a comes s'y est elevee a
un degrd de force et de perfection, qu'on a
peine a se figure. Les gras pAturages de la Suisse
et de la Normandie ne fournissent point d'aussi
belles betes rouges; les vaches, surtout, sont
d'une hauteur et d'une ampleur 4normes, et
rendent un lait aussi abondant que savoureux
et agreable au gout.
On y voit aussi une jolie race de chevaux
creoles; ils y ont une vigueur et une vitesse
prodigieuses et beaucoup de grace sous le cava-
lier, mais leur taille ne s'eleve gueres au-dessus
de 8 h 9 powes. ,, ,..
La second parties de notre route, depuis le
Cotuy jusqu'a Daxabon, offre, h peu de chose
press, le meme aspect comme les memes rdsul-
tats.







( 9)
Nous y avons trouv6 des habitations plus
nombreuses, les deux villes de la Vega et
de San-fago et quelques commencemens de
culture. Mais combiei ces itablissemens sont
peu proportions h ce que comporteroit, h
ce que sollicite en vain lheureuse disposition et
la richesse de ce beau pays!
II forme dans son ensemble, a quelques ind-
galitLs pris, et sauf deux h trois mamelons
detaches du group du Cibao, une plaine con-
tinue renfermde, come je 'ai ddjh observe ,
entire la premiere chain du Cibao et celle de
Monte- Christ,
Cet immense hassin est baigne dans toute
sa longueur par la rivibre dui grand Yaqui
,ou de Monte-Christ, qui cole i l'ouest, et
"se jette dans la mer du Nord au port du m'me
m;m et celle de 1'Yuna, coulant a l'est, et
qui pourtant se rend dgalement a la mer du
Nord, ainsi qu'on vient de le voir par la baie
de Samana.
11 estarroso-dans sa larger par des courans
d'eau, aussi nombreux que dans la premiere
parties de la route, qui tous versent leurs eaux
a des distances presque regulieres dans les deux
grandes rivieres que nous venons de nommer.
Parmi ces courans, il faut distinguer la Hima,







( io )
q10


le Camon, le Rio-Verde, la HIamina, le
Maho, le Gallauin, la Magnaca, don't les
eaux sont rdputees les meilleures de rile, et
le Chaquaa.
Ce bassin offre a la verite dans quelques-
unes de ses parties des inondations redouta-
bles (i), mais cette surabondance d'eau qui,

(x) Ces inondations sont surtout sensible, dans lea
grandes rivi&res. Leur effect est aussi prompt que terrible:
des que la saison des pluies est arrive on voit l'eau
s'y pricipiter par torrens, 'gofle leur course, et lors-
qu'elle a dUpassa le lit ordinaire, on rompn les dignes
naturelles, elle reverse on entraine tout ce qu'elle ren-
eontre sur son passage.
Cependant on a frouve le moyen de braver la fureur
de ces, torrens et de les traverser, sinon sans crainle,
du moins sans un piril certain. Ce moyen eat trop sin-'
gulier pour n'en pas donner ici la description, quoique
l'henrease gpoque de notre voyage nous ait dispense d'y
recourir.
Deux bAtons croisht appliques sur an cair de bcenf,
don't on relive et assujetit les bords, forment une esphce
de pitier on cannot de cuir que l'on nomme simplement
cuir. C'est dans ce frle esquif que I'on place d'abord
les bagages, ensuite le voyageur qui doit s'y tenir
en 4quilibre a demi-couchc et lea mains appuyees sur les
batons.
Trois homes le dirigent en nageant, les chevaux
snivent egalement a la nage, et I'on fait aiusi sa route.






(I )
livre & elle-mime, n'est qu'un instrument de
destruction, maitrisde par rart et rdpartie avec
intelligence, deviendroit une nouvelle source
de prospdrite.
Le sol, quoiqu'egalement propre i la cul-
ture, 'n'est pas dans tous ses points de la mmme
feconditd, ni destined a donner les memes pro-
ductions.
La iartie la plus interessante est cette plaine
de'la rega-Rdal, si justement fameuse pat
son iendue et par la fertility de son sol. Elle
admettroit toute esppce de culture, mais plus
partictiierinamt celI' de'la canne h sucre, du
caaoyer et du -tabac. Ce que nous avons re-
miarqud de la beauty des arbres et de l'epais-
seur des bois, ainsi que les foibles essais de
culture qu'on y a ddji tents, et particulibre-
ment les heureux travaux de Santo-Cerro et
6e Del-Pugnax, don't on trouvera une esquisse
dans ltineraire, ne permettent pas de douter
ci .t i, 'u' Von y or ome-
roit: toute cette parties comprend proprement
depuis .le Catuy jusqu'S San-fago.
De San-Tago a Daxabon le sol paroic
mune quality infirieure, mais les plants, et
spdcialenment I'indigotier sauvage que l'on re-
' "ron







(12)
marque dans les endroits en apparence les plus
steriles, annoncent encore une seve suffisante
pour la culture; et peut-etre la rendroit-on
aussi interessante en son genre que la pre-
miere, en suivant I'indication du terrein selon
sa nature, et en y cultivant particulierement
l'iidigotier.
Tout ce pays possede cminemment la res-
source precieuse des mines de tout genre. On
nous y a confirm' le fait, que lor que le Rio-
Verde roule dans ses eaux, et qui, sepqrT du
sable avec lequel il est m6le, fournit encore
dans ce moment, l'aide du lavage, malgrd
I'epuisement occasionne par les premieres re-
cherches et l'imperfection des moyens d'extrac-
tion, a la subsistence de families nombreuses.
C'est a San- Fago que se travaille cet or,
que l'on nomme aussi or vierge, et qui est
plus precieux et plus pur que celui que l'on
extrait de la mine. On en fabrique des bijoux,
qui consistent principalement en boucles, bou-
tons d'habits, chapelets, colliers et bracelets
d'une richesse, qui paroitroit prodigieuse par-
tout ailleurs que dans un pays ohi la nature
semble se jouer de ce brilliant metal.
Beaucbup de cantons fourniroient des bois
de construction, auxquels les deux grandes







( '3 )
communications la mer du Nord offriroient
un facile debouchd.
Mais- au sein de cette abondance, une re-
flexioa pdnible, celle que nous faisions tout-
a-l'heure, vient affliger tout a-la-fois l'oeil et le
coeur de l'qbservatetr. Toutes ces richesses
sont jrusqu 'igipesqu entierement perdues pour
les habitans *a. contries ficondes. Les eta-
blissemens '. y a forms sont si peu pro-
portionnms, et.pour leur nombre et pour leur
etpndue, h ce qu'ils devroient 6tre, qu'ils ne
font, pour ainsi dire, que readre plus sensible
le de pur ie dire, q. -
Ch peut done terre ~erge. Elle appelle I'industrie et I'acti-
vite des mains franchises, qui seroient abon-
.. m ent recqmpensees de leurs effort reunis
pourta porter aundegr de fertility et de rap-
port don't elle est susceptible.
C' o, a ouvenmemet 4 ,prqovoquer cette
r i*Prw eps qui
is iI ne "doit, pas se
a besdin d'etre encourage
s sacrifces,. que lui seul peut
rL4
e qe les premiere operations a fair
e .., aexentap .i
.t zl,, r@ojtement;
'T ...







S14)
De s'assurer; par des sondes et des rele-
(c vemens faits avec soin, du veritable etat de
c la baie de Samana, et d'en rendre, par des
a observations suivies, 'ehtree moins difficul-
Stueuse et la navigation plus sure. '
ca De fonder sur cette magnifique baie, des-
a tinee par sa nature a devenir un des poiiits
les plus important de toutes les Antilles, les
grands dtablissemens propres a lui assurer
C cet a vantage. ,
De pIo-ddner dans l'intdrieur des te-res
( la laviagatioie des' eux grahnes rivieres de
a l'Yuna et de Monte-Christ ou Grand-
c Fajide, et de s'assurer ainsi'du ddublc avan-
K dge Ajoiidire en uequeqe sorte, au moyen
< d'un canal immense, la bale de Saana
d etcelle de 1aniceiIle, 'our embrasser cette
( et la vie. ,
I De- ref ti I'ar' clenne' communication de
0 San-a1go a Porto Plata, par le chemin'
(, auitrefois trs-beau qu'Qvandoq ivoit pratique
W daits Iouverture'qui dMse la chaIne de Mlonte-
SChrist, ei qui fournrirbit a Sah-Flago, que
o sa position rend toujours une ville princ-i
pale, utn ddboucle. direct a a mer qui nen
, est pas a plus de dix lieues' Uhn autre avani-







( ,5 )
v tage seroit de favoriser la restauration, ddjk
r commencee, de la ville de Porto Plata,
a frapped au commencement du dix-huitibme
t sible d'une "roscription, dictde par le g4nie
de la plus affreuse fiscalitd. n
f De~. ~i enfin successivement, et de
,.-e..exploitation les mines qu'on
." .'el i celles que la nature a pro-
faS *'"i riches contrees; en substituant
..l. . froce qui y prtcipita tant de mil-
r aies 6'Indiens, les procidds sagement com-
a thds. dba:t on se ser.dt AEnip pour l'ex-
a. phim ~i'tJelle des mines, et specialement
w en erhployant ce genre de travaux les con-
t :damnd, que la clemence du prince aura
a soustraits a la peine capital. ,i
Le ddvelopperoent pi-essi'd de ces grands
admyel'agrandissementdes villes et des bour-
.'ades dj formxes, la foundation que ndcessite
,i. d i de commerce et de popula-
,; lh quele ce pays

?:ef droe. gnre.d'acaroissement, par
.i ue. nllep et dea bourgs acntels du Cotur,
F feuc.e e s r e illes y sont Loutes belles, nom-
bMes a efrien n'est si common, que de voir dans la
*'u* i di rtiedes faimilles, huit,dix et jasqu' douze
I:--:?-' V ^ ^ '''^ i


S .. .







( 16 )
est appelee par la nature et par 1'influence d'un
gouvernement nouveau, seront a la fois la
cause et 1'effet du perfectionnement de son
heureux sol. C'est lk que se trouvent des ri-
chesses long-temps indpuisables; c'est la que le
gouvernement peut trouver de grandes ressour-
ces, et en faire I'objet de sa sollicitude.
Et qu'on ne craigne pas de se voir arrete
dans cette vaste et salutaire entreprise, par
le deplorable exeniple des desordres et des dd-
sastres qui ont affligd et affligent encore la par-
tie francaise Ces malheurs meme doivent, par
une experience cruelle, servir de lecon et de
guide kla politique, en lui prescrivant les me-
nagemens qu'il lui convient d'employcr pour
opdrer sans secousse ,une re'gdihration., qui
embrasse tant d'objets'divers, et qui peut cho-
quer tant d'intirts opposes, consacres par une
longue habitude d'usages et de prejuges con-,
traires au nouvel ordre de choses qu'on vou-
droit etablir.
Si le gouvernement francais, qui s'occupe
avec une sollicitude paternelle a gudrir les maux
causes par dix ans d'orages revolutionnaires
parvient, comme il est natural de lesperer, a
retablir le came dans la parties franchise, les
habitans de la parties espagnole se convaiucront







( '7 )
imsensiblement de la possibility de concilier
rordre et la culture, avec les principles d'une
liberty sage et raisonnde, non de cette liberty
hidifinie, qui fut un fldau plus qu'un bienfait,
mais de celle qui., .consacrant la dignity de
l'homme et,le faisant jo.uir de droits Ihgitimes,
le preserve en mime-temps des exces qu'enfante
la liacce.
Par ifie bilzarrerie qui pourra paroitre eton-
nahte ,'ls Espagnols furent, de tout temps,
trs-eldgnes des principles de notre Code noir.
I'eurs 1isi eurent pour but'd faciliter I'affran-
l, 1A "II 1"qui peuvent se racheter
lMEMUfIursement du prix qu'ils out coute.
t~S-sculement le maltre ne peut refuser le
plus edger des a-comptes par lesquels l'esclave
complete successivement' rancon, rhais la
loi a fixn un rpaximum, pass lequel on ne
pIt ieA exiger de plus. A quelque prix que

i .jait piastres
jS LFaffranchissement a
rdBtih ri middrable fe nombre des noirs
lifrn: et Ie melange, des couleurs, suite du
tempt &des revolutions, a efface d'une maniere
ti,'ensible la ligne de demarcation autrefois







( ,8 )
Si profondement tracee (i). La proportion cde
hommes libres a tellement gagne en raison de
celle des esclaves que, sur une population de
ia5,ooo individus, le nombre des libres s'eeve
I 110,000.
Le veritable .obstacle a la culture est cette
indolence innee, dans laquelle croupissent tous
les colons de ce pays. Une mauvaise cabane,
aux angles de laquelle est suspend un hamac,
quelques places ou carrek de terre cultives en
ldgumes et en tabac, quelques lambeaux pour
vktemens, suffiserit au bonheur de rhabitant de la
campagne :son ambition ne voit rien au-dera des
besoins physiques; sa femme travaille quand
il dort; les soins qu'exigent les troupeaux sont
au-dessus de ses forces, et ce n'est pas le plus
grand nombre q& se livre i ce travaif, em


( ) C'esit a vertueux Las-Casas. cet infatigabhr
6t zl i difensenr des infrtunds Indiens qn'est due la
premiere idWe de ces lois bienfaisantes ; mais it ne faut
pas se dissimuler qu'elles prennent eur source dans le-
peu d'industrie des eolons- espagnols qui prdfMrent la fw.
brieation des piastres a la culture da sucre et de l'indigor
n'ayant besoin que d'ua petit nombre de noirs qu'iln*
m'emploient pas I J.es travaux forces; ils les regardent
conmme des doniestiques.








tbfkant des dtablissemens connus sous le norm
de hates.
S1 paroit difficile d'arener de pareils homes
taimposer les fatigues et les soins d'une vie
active et laborieuse, mais c'est I'amalgame d'une
m :se de Erahcais, industrieux par caract&re,
qu&.k 'd.isparottre peu-h-peu cette insou-
in Ca. Ct.'b aux progrbs successifs d'une cul-
atu iintier.. pue qui crdant de nou-
teaxmbesoins, invite au travail par l'app4t des
jiamacesi c'est surtout. la cession d'une
proi ,des fruits de la culture~ h opdrer chez
.ituee revolution morale,
iomat ienr :dlevation progressive aux
l lg esmindes qu'on peut leui prddire.
C t r dars, es coqtrres altdrdes d'habitans,
'l as~iendroit peut-til.dCverser cet ex-
V Woiul edn. qui fui et sera toujours
S, ns indpuisable des commotions poli-
iM *.qu les options civilises se
... .e d'oi-
qui affluent
..t qui ftissent presque
i .. ,i.l.^ Le:i brigandage. I1 suffiroit ici d'un
*Iqea .. de terre pour rendre un homme si
S' ;1~'' i'il lui faudroit si peu d'industrie pout
Iad h cher et prccieux & son pays, qu'on







( 20 )
lie pent s'empcphero de g4nir- sur l'aveugle-
ment qui porte les hommes a s'entasser, et
trop souvent a s'entre-ddvorer sur un sol dent
le produit n'est plus en proportion avec le
nombre et le besoin de ceux qui l'habitent.
Avant de passer l'itineraiie, arretons-
nous a Santo-Domingo, capital de la parties
espagnole, que M. Moreau de Saint-M'ry nous"
a ddjh faith connoitre, et don't je parlerai sous
d'autres rapports.
Le 7 germinal, h deux heures de l'apres-
midi, nous dtions a la trade foraine de Santo-
Domingo; nous distinguions d'assez loin cette
yille, nous apercevions surtout des eglises,
et les. tours du fort Saint-Jdrome qui protege
la ville et en defend l'entrde. Sur l'une de
ces tours flottoit le pavilion espagnol; un peu
plus loin, vers le centre flottoit aussi le pa-
villon francais. Le cannot envoyed terre revint
h bord de la frigate commandante : il etoit
suivi d'un cancq espagnol, portant le gouver-
neur de Santo-Domingo et le commissaire
francais Rourme, qui venoist saluer le general
Hddouville, et le filiciter sur son hIeureuse arri-
vee. Chaque frigate recut un pilot; on s'appro-
tha du mouillage, et nous jetAmes l'ancre par
dix brasses d'eau, sous la protp,' .-a des batte-







( 21)
res du fqrt. Les cris de vive la republique I
se firent entendre au meme instant sur les
Iois -frdgates, et les Espagnols rdpetWrent le
ula4e cri dans leutlangue. Ce jour et le lende-
main les expdditionnaires descendirent h terre.
La ville de Santo-Domingo est situee dans
.lae plaine-immense:, I'embouchure du fleuve
YI'Onz ,dont les rives prdsentent I'aspect le
pikws a A *a1t qu'una tage, quelques-unes un Aimple
reI-de-chaussee, et toutes, dans. 'interieur,
ressemblent plus ou imoias & des cloitres. Les
t|gW r qe plate pour recevoir
@ h ll t -|l idont les habitans font usage a
it de 'sources qui sont trbs-dloigndes.
'La grande place est belle et carrde,.la ville
et iptourde de murailles te hthit h dix pieds
Nidtpil .r. mais en assez mauvais &tat; du
e d aiI mer, elle est ddfendue par de lon-
I &triM~~pires qui se prolong jus-
une redoute
o fories. qui donneiit
i l seitd dfenidues par deux
Suaes. On remarque en Vpettant pied a
.. .tg.ur la rive gauche de l'Ozanna, la mai-
m II wplutbtl e chl teau que don Diegue Co-
Ig'= 4bitsL de Christophe, fit bitir et qui .st


!sn:. a A -.









reyAtue d'une enceinte de murs epais, selar
!'usage de ce temps-la,
L'glise cathedrale est b4tie d'une espkce de
tuf jaune, come le chateau de don Diegue
son entrde principal est sur la place; I'archi-,
tecture en est majestueuse elle a une nef et
des bas-c6tes i le maitre-autel et ceux des cha;
pelles sent de la plus grande richesse. La vote
est hartdie et intacte, circonstance assez dton-
nante d'apres la frdquence des tremblemens de
terre i Saint-Domitigue (i). C'est dans xette


(i) NQns en ressenttnes an asses violent dix joura
pprea notre arrive an Cap la veille les nuages avoient
fte extremement bhas I'horizon tr&s-rapproclL et la cha-
lear insupportable. On ne respireit pas, on haletoit;
on restant dans une immobility absolue, on etoit cou-
vert d'pns sneur abondaute qqi couloit du bout des
doigt camme d'antat de gouttieres. Ce malaise gd-.
ndral se prolongea jusqun'a po ltparf du martin, que
l'absence de l'air fut total, et que la difficult de res-
pirer igaloit cell qu'dprouve an animal plac4 sons hI
machine pneumatique. Dnas ces e iens la terreur et la
consternation furent gdnqrales, chacun abandonna son
asile et.prit la flute ou dans les rues on en rase cam-
pague. On entendoil au loin les hurlemens des ciiens,
les mugissemens des bestiaux, et tout ce qui respire
pnnongoit par des cris plaintiffs et lugubres, leffroi
qu'inspire l'approche certain d'une convulsion de la







'2. )
.lse que reposent les cendres de Christophe
Colo b.
i... hbabitans de cette ville, et. en gindral tous
hi rspagnols de $aint-Domingue, sont tres-
parheox; pourvu qu'ils satifassent.les pre-
mbers b soins, ils sent insoucians sur tout le
rqte,. encore ce.qui leur est necessaire pour
itt t cl.-i -pe d'importance. Leur habil-
ppl w e.e fort simple, il consiste dans un
dp basin blanc, une chemise do ba-
S B-aZmrue veste blanche, garnie de deux ou
oins angs de boutons- d'or, un manteau de
lt galori d'or ou d'ar-
Lt l l'ouverture du bas du man-
"'" Iuait' douchoir blanc ou madras, noud
4 l.acrdeoi un chapeau noir, entourt d'une
pwa.e i brillans et decord d'un bouton d'or,
A uape4 les hJQucles desoulimrs.

w nflst *eat entire gridnellemjnt les se-
S ~aAut seconds.
q quelqoes c nmisows furent
u I* arrds.ea, d'autres parurent;
s ?jghrement endommagde. Lorn-
t ili t's re priA o cassette, il se fit dans Fair
l tin (U tife d'an froid assez piquant et d'une
Sis gotttes dtoientau moins de la largenr d'une
S (frie.







( 24 )
La garnison de Santo Domingo, forte
de 000 o 1200o hommes, consistoit en quatre
4dtachemens de regimens, don't trois de trou-
pes coloniales, et le quatrieme du regiment
europeen des cantabres, qui a fait la derniere
guerre centre la France. Ces troupes sont
habillees en coton blanc et d'une belle tenue.
Les Espagnols comblerent d'amitids les offi-
ciers frangais, qui ne furent pas en reste d'hon-
n&tete. Les troupes coloniales me parurent tres-
disposees a passer au service de la France.
Le chef civil et militaire de toute la parties
espagnole reside h Santo-Dominego, sous le
titre de president de l'audience royale, cour
ou tribunal de justice qui prononce en der-
nier resort. Dom Joachin Garcias F Mo-
reno exercoit, lors de notre arrivee, ces im-
portantes functions.
Les 9, 1o et I x furent employes a faire de
1'eau d'une assez mauvaise quality, que l'on fut
oblige d'aller chercher a trois lieues de l'em-
bouchure dt fleuve. On ne peut se procurer
de l'eau la fontaine de Jouvence, eloignee de
deux lieues a cause du transport. C'est cette
fontaine don't parle HEBRRERA, et pour laquelle
les Espagnols ont eu si long-temps une vend-
ration superstitieuse. On y remarque un petit







(.5)
b timent, que Colomb fit construire. Les eaux
de cette fontaine sont trds-mal-piopres, ce qu'il
faut attribuer a l'insouciance des habitans qui
n'ont pas soin de I'entretenir.
Nous arrivdmes a Santo-Domingo quatre
jours avaqt le dimanche des rameaux. Les ha-
bilans cdlehrent ce temps par des processions,
qui sortent des diff6rentcs eglises le soir aprbs
le coucher du soleil. Les officers de la garni-
son, beaucoup d'enfans, des habitan, presque
tous hommes de couleur,y assistant ayant des
cierges en main. Deux ou. trois saints d'argent,
place dp.n des aiches de bois d'acajou, cou-
vertes de lames d'or ou d'argent, sont ports
sur des brancards par des homes de codleur
ou par des soldats. En avant du saint oil de la
sainte marchent trois ou quatre mauvais joueurs
de violon et de violoncelle, qui accompagnent
autant de chanteurs, qu'a la mine et au son
de voix on juge etre des -castrats. Je remar-
quai particulierement la promenade'que' on
fit faire & Untie fotre-bame des sept douleurs.
Je fus choqu6 de coquetteric ct du luxe qui
environnoient cette -inre de Jisus. Elle.etoit
v6tue d'une robe de velours violet en forme
de fourreau; une superbe broderie s'dlevoit en
bosse; un scin, d'une forme trbs-arrondie et







( 26 )
d'une~ blancheur au-delh de toute expression,
itoit i nu, Ses cheveux noirs et bouclis dtoient
surmontes d'une couronne de. diamans, et
presque pareille i celles que portent nos reines
-de thd4tre, Cette vierge de grandeur naturelle,
et don't la figure rdpondoit a l'edlganee du cos.
tume, me part capable d'inspirer des pensees
tres-eloigntes du but de la solemnity.
Derriere le brancard march un pretre avec
r'alcade; des femmes en grand nombre et voi.
lees, portant des chapelets d'or ou d'argent,
ferment la march, Ce fut a-peu-.pres le seul
moment oh il nous fut.possible de les appro,
cher, et- de leur ddbiter des galanteries fran-
caises, auxquelles il part qu'elles n'dtoient pas
indiffdrentes, et don't tous nos jeunes gens
ont tire grand parti, malgrd la jalousie des ba-
cheliers et des maris,
C'est dans ces processions que le fanatisme
se deploie avec fureur; il s'acharne plus parti-
culierement centre les juifs; Santo-Domingo
en content un grand nombre, que la prdsenco
de l'or y attire; aussi toutes -s pieces de mon-
noie sont altdries et ne se pr"nnent qu'au poids,
Pendant les processions, les femmes et les en-
fans portent des mannequins representant des
juifs; ils les pendent au coin das rues,, sur los







( 27 )
places, et les soldats leur tirent des coups de
fusil. Quelquefois le zAle s'dchauffe, les maisons
des juilksont enfoncdes et pill6es. L'annde pre-
cddente, trois juifs avoient dtd massacres, et
pldsieurs Francais rdfugies insults, et obliges
de se ache8 pour se soustraire h d&s voies de
( fait. Notnr pidswlce inspirant la crainte et le
Respect, aodira; 'tette fois-ci l'ardeur du zMe,
Le' pttat, qui occupoit le sidge archidpis.-
qopl -d Santo-Domingo, se nommoit don
Fernando del Portillo; son aversion pour les
j Fransais d-oit notoirement ooinnue, aussi no
l uiir~ p di recevoir de ce prdlat
"qi 4 six be'ndictions qu'il rqe donna, dans
diffrehtes rencontres, auxquelles je rtpondis
par autant d'inclinations respectueuses,
Pour donner une idde de la superstition et
e la crddulit du: people de Santo-Domingo,
je crois devoir insdrer ici l'histoire d'un pre-
tendu miracle qui eut lieu k la nouvelle du
4ed p q aenwat Mt Cesion du pays h
* labstee,
I y avoit dan 4tcathidrale un grand Saint-
Dominique, de six pieds de haut, d'argent
massif, renferrad dans une .chAsse de bois
diacajou; on ie le montroit qu'aux grande
ftes, Un jour il disparut; aussit6t on sonit







( 28)
les cloches. Quelque temps apres on apprit
qu'il avoit etc trouve pres de la Havanne, sur
le board de la mer a la pointe Saint-Antoine.
Les pr&tres de cette ville, selon la nouvelle,
ne manquerent pas de faire egalement son-
ner les clbches, et le saint fut transport en
grande pompe dans l'dglise majeure. Ceux de
Santo-Domingo eurent grand soin a leur tour
d'annoncer au people que Saint-Dominique
n'avoit disparu et entrepris ce voyage, que parce
qu'il n'avoit pas voulu se trouver avec des
Francais. On sent bien que cette fable absurd
en mille autres de cette espece n'obtenoient pas
in credit general, et ,qu'elles &toient reldguees
dans la classe-des ddvots et des mendians.
Le fait est que I'archeveque voulant renon-
cer h son sidge a raison de la cession du pays
a la France, n'avoit pas tout-h-fait renonce
aux biens de ce monde. Le Saint-Dominique,
objet pour lui d'une predilection particulibre,
fut rdduit en lingots et depose a bord a'une
goelette, sur laquelle son eminence s'embarqua
quelquc lemps aprbs pour..~Havanne. Che-
min faisant, elle fut rencontre par un corsaire
de la Providence qui, sans regard pour elle,
se comporta en'vrai flibustier, et lui auroit
sans doute fait faire un long voyage, sans un






S( 29)
Saisseau americain qui voulut hien se charger
Sd laoconduire h la Havanne, oi clle arrival
quelque temps. aprbs dans un r tat vraiment
A digne de pitid.
L'arsenal est le plus bel ddifice public de
Sawp-Dominpa, il est construct en pierres, et
formoe ,n iaunensq carr6 long; une parties
Sdes b4iFe s sptde caserne, et peut contenir
-on homes de troupes reglees. L'autre
des mapasins, oi sont regfer-
S. es.quipemens militaires de toute espece,
SCelui des fusils est trsas te, et les officers
& 4e F n-aor ain du senateur
Cnt 'fl n ce magasin conte-
p nte mille, fusils, qui nous parurent en
bin dtat ainsi que les armes blanches et la
bufeterie. 1I n'en eLoit pas ainsi de 1'artillerie
d :g^qui, et qombreuse, mais presque hours
d'd de service, quoique montee sur des af-
fits .de bois d'acajou. Nous parcourdmes les
cyps et ne fdres pas. *&pzis'de voir
uk lcier e ges allumis
,d4 ure ma aux pieds de laquelle
etoienct quelq c en priere. II n'est pas
inutile d'obser r que pendant notre visit la
musique des-cantabres ne cessa de jouer les
ait de la libertd, que les musicians avoieut







( So )
appris des n6tres pendant t guerre. Les dglise
espagnoles, tant efa Europe qu'en Amdriquej
avoient adopted ces airs, et je n'ai pas tde peu
surprise de les entendre executor pendant -le
service divin.
11 se donna de part et d'autre de grands
repas, pendant lesquels on porta les toasts au
Sgouvernemnet francais et au roi d'Espagne,
La franchise ee Itr bonne&harmomne rgnirent
dances festis, et lesihabitans en general nous
parurent disposes a passer sans repugnance
sous la domination franchise.
SLa position maritime de Santo-Domingo est
des plus. heureuses; la rade foraine est peu
sdre; il y regne dans certain temps de l'annde
et a des epoques fixes des coup de vent de
sud-est. qui obligent les vaissraux de petite
grandeur d'entrer dans le port, ou d'aller cher-
cher des ancrages sirs a dix ou douze lieues
dans l'ouest. En revanche le port est magni-
fique, et se prolonge jusqu'h deux lieues dans
les terres. 11 est plus large que celui de Brest
sa profondeur est de a4 pieds pendant une
demi-lieue, mais il y a une passe, sur laquelle
Si n'existe que 12a 1 5 pieds d'eau, et qui er
ferme rentrde aux vaisseaux, frigates et cor-
vettes. Si ce port est appertenu aux Frangais,








S -ya diK ans, je ne doute pas, puisquon dit
I k cdlWpossible, qu'on eat enlevd cette passe
S il kiegouvernement francais execiite un jour
ah allB vraiment digne de lui, il fera de ce
S portun des plus beaux des Antilles, et qui riva-
Se. ia avec cedii de la Havanne. On y pourra
S constrwre des vaisseaux avec les bois qui crois-
r eis 4 ,parmie espagnole, et acqudrir par
lt umaarie phe supdrioritd marque sur tout
ih:.eamd erce des Aatilps.
-Lat&art ion de la partie espagnole irla fran-
aise avoit dveilled ind6stW~ie ques mai-
b Msnenty auxquelies
iqes haitans de la colonies
*Lfini| at Ia..baie de Samana avoit vu s'dta-
rr s ses rivages deux moulins a scie, qui
:Abien dans une grande activity en l'an 6, et
Y.l des arbres pris dans les forts voi-
dei, et iqui ne coitoient aux entrepreneurs
que twis sous de France par pied d'arbre
sam propnoriMale em ily
afirnte h quatre-vingts
r ,rs employ41 dans chacun de ces dea-
biIssem"ens, '
Un de mes regrets est de ne pouvoir insurer
dis la relation de ce voyage un manuscript
pbrcieux, sur les diverse families de bois







( 3 )
qui croissent dans la parties espagnole de Saint-
Domingue. 'en ai comptd cinquante-sept,
don't I'usage et les propriedts m'avoient ete
communiques par I'abbe Dedahaie, resident
au Cap-Francais, homme tres-verse dans
'histoire naturelle de cette colonie. Ce manus-
crit m'a &te pris par les Anglais, avec ciri-
quante-sept echantillons de ces bois que j'avois
fait turner en forrie de dames a trictrac. Je
ne fais mention de cette perle que parce qu'elle
est reparable, le savant de qui je tiens ces ren-
seignemens 4tant encore en dtat de les don-
ner. Ayant eu le bonheur de snuver un frag-
ment de ce manuscrit, j'en .fais la matinre
d'une note qui prouveria I'importance de la
perte du tdut (i).


(i) L'acajou franc on e'drille (swiclenia mahagoni
que Ianglais Patrick Brown appelle cedrela), crolt
dans les forts de Saint-Domingue, a la Tortue, la
Gouave, dans les terres shches et egoutees. Celni qui
crott dans les planes humides n'est d'aicun usage;
vert, i l une odeur insupportable d'excremens; sec, il
a une tr-s-forte odeur de cadre. Il s'dive a la hauteur
de cinquante a soixante pieds. II pent s'equarrir de deux
i cinq pieds de large. La couleur de ce bois varied depuis
la conleur de rose un pen vinense, jusqu'a celle de lie-
de-vin. Antant ee bois eat facile et agreable i travailler,









be t~ qutterai pas Santo-Domingo sans
ttke u sus les yeux de mes lecteurs le tableau
..--,-

Sbail et jbnC, apttaat i est difficile a travaille
p d i l t e yietx, principalement vers le coenr. Cb
hoe est propraru archiCequres naval, civil et mi-
litair rif ltMkr d:aWi ne, ii se conserve et se fortifip
4gge~ IgfMtI e amertume le rendinattaquable
44ile l4ti peat fire des canots et des pirogues
ta ltpe li.ce; j'en hi va & Janto-Domingo. Ce
fli sdil servir & fire d'excellens doublages pour
leas mqiuse .: i eat trop eassant pour la membrnre;
tipftA *O a pent t er pnir les ocoarbes et les
isages Pl'aajou bitard
Sl^ o'na) qui croli egalement dans la par-
et; est pri rable ainsi que pour la char-
tPe t ,u04lque genre quie ce soit, parcel qu'il eat
Spilstiat et que son grain eat plus serrd.
tA i4 6 4bt< re t qui croissent 4galement dans
la oQ e'it ans les forets sablonnenses, sont propres
a dpa lage : on pent les employer a la mAture, ainsi
jpibe-l Lois de pin du pays ; mais le bois marie ( cal~ -
r-r
p saniu t s a it i ve, rt est le pins
SWon pOeat faie des mAts de qua-
& .0qagmnute pieds. Ce boip eit Agalement propre
, 4 laire des planthes de doublage. 11 est solide et liant,
ws. etre iras-dr ; sa couleur tire un pen sur cell de
*A1 frane, mnals moins foncd.
4i mAture et les vergues, le bois de lance,
( yF/Oriida ) et le bois blanc on simarouba,








( 54)
4du bonheur don't jouit une famille franchise
qui s'est 4tablie 4 une lieue de cette ville, et


(enonymus Americanus) pent etre employee, mais
pour la petite mature sealement. L'amertume dt ce
bojs le preserve de l'attaque des vers.
Le bois rouge, (goiava),le chataignier(eugenia), ra-
comas (spartium) lebalatas (achras sapota Lin.),
et le bois da savane (cornutiapyramideta, Linn.),
aont anssi propre a, la charpente. En general, le bois
de savane est excellent pour cet usage; tons ces bois
iont reputes presque incorruptibles.
Le chene du pays (bignonia catalpa, etc.) on
rouvri chez les Espagnols, est propre aux mimes
usages que le chdne d'Europe. On 'appelle chbne ,
cauge de la similitude de sa feuille avee celle da chine;
son bois est plus blanc et son grain un peu plus liche.
Le quinquina aromatique, crotonn cascarilla), vul-
gairement appeal 'sauge du port de Paix y crott
en abundance; ses propri&tts sont d'etre fibrifuge,
stomachique pectoral, et meme un pen alexitere.
Les feuilles donnent an thd naturellement aromatisi,
et superieur a celui de la Chine. On fait un grand
usage a Saint-Domingue de son ecorce en pondre.
Ceste ecorce a chasse des fi&vres intermitterites qui
avoient constamment rJsiste an quinquina.
L'igname est une plante rainpante, garnie de fila-
mens, qui prennent racine et se multiplient naturelle-
ment; de sorte que si l'on n'avoit pas soin d'en cooper,
le terrein en seroit bient6t convert et divore. La tiger








..- V- ( 55)
S.irifill fortune. asse considerable. Pour en
Sla cause, il faut que je me livre a
i observations prdliminaires.
.. ,
S eitcanrre e -&e s-pr&s de la grossenr du petit doigt ,
e ni Othi former d'un caur : elles sont d'un
v t a'-.r des come cells dn lappa-major ,
lmane. De celte tige sortent quelques epis
S Vfl e t eu forme d cloches don't le pistil
'MhtS'-n6 s liqpe remplie de petites graines noires.
Ot ma ime point, paree que I'igmae vient do hou-
stBJk fbp' riaxeu t racine est plus on
.antd do terrein qui la
e'"ij ii gQl, rude 4paisse d'un violet
.l..elue 'Le dedans a la consiaLance de la
,Wan'eirn blanc grisare tirat qnelquefois our Is
;ti.4ar "e chair. Elle est de bon gout, trie-nourris-
"'.. digestion triisfacile. Les angres en fout
Si et' a pruflrent an pain.

.smwai oc est une racine don't le feailles ressemblent
i ..ell s de la pivoiae. OA1.-mmeAli* cette
*je st U~ n poison trIs-
"rUs .ita ;ei vn des eAns occaps a en 6ter
ioorce, powr en fire la cassave la manger crue, ean
a .6tra incommodds.
'Q, :laitecher lea racines de manioc an fen, sup des
@**%,oa lea ratisse ensaite alec des pierres on des
la eta on en forme une farine qui a beancoup de
opport aves l'odeur de I'amidon. Cette farine as met








( 56 )
L'Espagne ayant fait parties de la ptem&ren
coalition contre la France, la colonie franchise
eut a se defendre tout a-la-fois contre les trou-
pes espagnoles, qui vinrent attaquer ses fron-
tieres, et centre ses esclaves insurges. Ainsi
les malheureux Francais, en proie a tous les
desastres d'une guerre civil, sembloient ne
pas meme avoir I'esperance en abandonnant

dans de grands pots et aprbs favoir mouillc on
la remue avec soin jusqnu' ce qu'elle soil parvenue
an meme degrn d'cpaisseut que notrd farine de bl6
noir on sarrasin, an moment on on vent en faire des
galettes. En refroidissant, elle prend la consistance
d'une gelde solid et son gout est assez voisin de
celui dit pain blanc. Celle don't on fait provision pour
les voyages, se cuit davantage, afia de la rendre plus
compact et par-la plus aisle a transporter. Apprele
avec du jus de viande, on en fait un mets qui ap-
proche dn ris cult au bouillon., et qui est tres-nouris-
sant. Ces memes racines piles on rapees fratches
et avant que d'etre passes an fe n, rendent un jns
de la blancheir dn lait qui se coagule an soleil, et
fait nn tres-bon aliment, pour pen qu'il soit cuit an
fen. Cette racine Ot celle de l'igname font la nourriture
habitelle des ngres ; et le general Hedouville, voclant
donner l'excmple des privations, et conserver le pen de
famine de froment qun nons avions ,pour les h6pitanx et
pour les malades, faisoit servir A sa tabe des galettes de
cassave.








(37)
S, eures incendies, ct en fibyant If
du carnage et de la mort, de trouver
ee hospitaliire. Dans ces terribles ca as-
:tphes, oi les homes ne sermblent vivre que
pout sentre-gorger, il est doux de reposer son
a fion sur des actes que la religion com-
S nande que I'humanite inspire, et que I&
fit6OIq:mnce doit-proclamer. Tous les blancs
et e ges fitdilies, qmi parent gagner les fron-
is'beespagnoles, furent en gdndral accueillis
e ~p plus .intdrt par les sujets de sa
BT~B :* -seulement ils frou-
w ais. on laissa encore h ceux
l Bt former des 4tablissemens la liberte-
l ie fr, quoique les lois espagnoles soient
tr&scontraires aux rangers.
f JFji L Delalande, sa femme et ses enfans
S habitoient e jole case, don't ils dtoient pro-
S.rEaires dans les environs du fort Dauphin..
L Odp, aine &tant peu etepdsttseeit^Ei r le
.... faniille, airde seu-
Slerent d'quatre nigres esclaves, ne cultivoit
que des ldgumes, domn la vente suffisoit a tous
es besoins. Le bonheur de M. Delalande alloit
encore s'dtendre par Ic marriage de ses deux
S .l, qPi. etoient reoherchdes, 'une par un
proprietaire v'sin, lautre par un- capitaine








( 58 )
de commerce, locsque les cris de libelti, ot
pIlutit de carnage,, vinrent se fire entendre
dans ces paisibles retrailes. Cette famille auroit
peut tre &chappd aux desastres communs ,
mais un mulatre, grant d'une habitation voi-
sine, ne pardonnoit point h M. Delalande le
refus qu'il lui avoit faith de la cadette de ses
filles, et la vengeance qu'il en tira fut terrible.
S'dtaiit mis la tele des ne'res revolts de
l'habitation qu'il geroit, ii se prdsenta un soir
devant la maison de I. Delalande, don't les
deux fils 6toient dans ce moment au fort Dau-
phin, le fit attacher a un poteau, et .et la
barbaric, apres avoir outrage et fait. outrager
ses files, de Fes faire massacrer sous les yeux
de ce peire fortune. Ses fiddles esclaves qui
s'itoient caches pendant cette sanglante tra-
gedie, I'enleverent avec sa femme et le con-
duisirent a Monte-Christ, d'oih ii se rendit
i Santo-Domingo avec ses deux fils, qui
cioient venus le joindre. Un Espagnol, touch
des mallieurs de cette famille, lui c4da une dou-
zaine d'arpens de terre, sur laquelle M. Dela-
lande etoit 4tabli lors de notre arrivee a Santo-
Domingo.
_En entrant dans cette ville, j'avois pris lo-
gement chcz un Francais refugi6 qui tenoit







r" ( 59 )
L.. une espece de restaurant et de mason gar-
nie.S. 'pris de voir la table service h la fran-
S A:':: *ret c6uverte de fruits et de klgumes qui
i*. t trouvent sur nbs tables qu'en automne,
J f' derhandai la raison a mon h6te, qui,
ica me thbntant Jes infortunes de M. Dela-
.landett. en moi l desir'de le connollre.
hAsisa .1s t fk demain, je me rendis a son ha-
lts., ~j&..trouvai ce vieillard respectable
'irir io eu spece de chaise longue, couverte
.pfiau de bceuf, tenant une bible a la main.
D D tlil n'apercut il fit un.-ge inouvement,
Set voulut se lever
ir:'vant de mnoi. Je le gagnai de
i7 et' fus m'asseoir a c6td de lui. Lh, sans
iuii r ln temps de m'interroger, je lui fis
'pat d&i notre arrive, qu'il savoit djh ; du but
itdkilam ol de notre expedition; de la con-
fiance 9e toute la France avoit dans le carac-
erqet les talens du gdndral HWdouville qui
a ain doit.,et de M m ywe nous
p I c Ite chef des ibirs,
Toe.iaitt Louti&hre. Avant de me repondre
:stir CeS divers objets, il fallout lui parler de la
"irap.ce, de ses malheurs, de ses victoires. Le
aq oid du Monarque qui la gouverne aujourd'hui
*Ssipaarvenu JusqC'. lui, et excitoit dans son


,; 1







(4o )
ame le plus vif enthousiasme. Dans son admi-
ration, ille comparoil tous les heros de Fecri-
ture-sainte. Que n'auroit-il pas dit s'iI eit vecu
encore quelques annees! )) J'appris, six mois
aprbs, qu'il 6toit nmrt en prouoncant les noms
de sea filles, don't la fin tragique avoit imprime
sur les traits et dans Fesprit de ce vieilard res-
pectable une sorte d'exaltation qui l'auroit sans
doute conduit a la folie si la religion et la
piedt filiale n'etoient venues au secours de sa
r4isou.
Apres avoir satisfait sa curiosity et fait la pro-
messe d'une second visit, je lui timoignai le.
desir de voir son habitation. Un vieux negfre me,
conduisit, par ses ordres, jusqu' 'extrdmit6
de I'enclos oh je trouvai MM. Delalande fils oe-,
cupds a diriger une plantation de.figuiers-bana-
niers ( i ). Je leur parlai d'une excellent creme

(I) Le bananier est une plante don't la tige so corn-
pose de fenilles onuldes les unes sur les autres, d'nu
blanc rougestre en quelques endroita, et jauuntre et
verdAtle dans d'autres. Lorque la racine pousse us
rjetqn it ne sort de la terre que deux fenilles rouldes
P'une avec l'autre; elles se deroulent et s'evasent en crois-
sant, pour fire place a deux autres sortaut dn meme
centre. Rouldes comme les premieres, dies s'epanouis-,
enat de meme, et sont suiries de plusieurs autres& qu








( 4' )
de arotte et des petits pois ddlicieux que j'avois
1 'la veille chez mon h6te; grace a leur in-

hat on uhtear ct Mstendant en larger, toijours
roea uo component la tige de cette plante arbo-
1:i -" "i~ l i k hait, dix et jnsqn'a douze pieds,
-' -. .iegreoitp-lus; les fenilles sortent alors
8lf "h d la ltige a laqnle elles ne tiennent
env.iron un pouce de diamntre, d'un
F:; "onde d'un o6t, et de l'antre creu-
r la s 'on milieu. Cette queue, continue,
l ,eir-d milieu de a feuille, qui a quelquefois
i-hait rponees de i wg i i six & sept pieds
ver par-dessus, et
Silo a l'ipaisseur d'un Art
.' faundeur et a ddlicatesse donnant
p.,is 'amtu vent, elle se deconpe en la-
.: -d otlii du nerf du milieu et s'dtendant vers les
des.petites nervu'es qui oun la meme di-
'spatpIretn eonmme autant de rubans
e' dst presque tons roulds on recoquillIs.
lblmaieM a acquis sa-hanteur naturelle sa
bb ',,di p duo42,Ai.i t ,lle
s dent siloe est
je "e bs COn tre les anrles,
tkis imet 3vec ua coulcan et mnme
.e erpe, en Ia prenant un pen de biais ,
'i:..i 'hjJa 'fnilles sont grasses et pleines de sue.
4 I kisalll er ne vieul-il bien que dans les tcrres
S'mid e r d f it ot d( s.
S, Oq Clj Pdnt de riertcr del fruit, ii -ort dr. Id








(42 )
dtIstrie; ces messieurs eurent la complaisance de
quitter leur occupation et de me fire parcourir


sommite de sa tige une autre tige d'environ un pouce
et demi de diambtre et de trois a quatre pieds de long,
qui se couvre de diff4rens anneaux de bontons d'ua
janne tirant sur le vert. Un autre gros bouton, ea
forme de coeur, de six a sept pouces de long, sur trois
de dianttre, termine cette tige. 11 est compose de plu-
sieurs pellicules couches les lines sur lea autres don't
I'extirieur est rouge et reconvert d'nne forte envelope;
lisse et de couleur de gris de lin. Cette tige se divise en
quatre pour donner issue a ce bouton : ele eat d'abhrd
Aite; mais i measure que le, fruits succedent aux
petite fleurs qui garnissent la tige par anneaux, l
poids que Ie fruit acquiert en grussissant, la fait cour-
ber insensiblement et pencher de pins en plus vers
la terre.
Cette tige, garnie de fruit, se nomme un regime:
ce regime content quelquefois tant de bananes, qu'un
Lomme pent A peine le porter. On le coupe dGs qu'on
a'apercoit que les bananes, d'abord vertes, prennent
la coulear jaune : on le suspend a f'air daus la mai-
son et on mange le fruit a measure qu'il murit, ce qxue
l'on ,connolt quand il obeit sons le ponce. La banane
a pr4s de deux pouces de diamatre, et environ six de
longueur; sa pelnre est lisse, couple et un pen plus
epaisse que celle d'unefiguc, maisbeancoup plus solide:
la pulpe est d'un blanc jannatre et a la consistance
d'un fromage nouveau bien gras et ayant a creme,




4


I( 43)
leur eiclos qui n'etoit entoure que d'une sim-
S ~e; :baie, mais si vive et si serree qu'on auroit
iinqrent essay de s'y fire jour sans le secours
d zaistrumens tranchans. 11 est impossible, sans
'avoir vI, dese faire une idde du success qu'ils
' voiepi; e 6e u dans la culture des Idgumes
dF#4. Ani t leur tablissement dans ce
I I lMtans de Santo-Domingo ne con-
,in qiles Igumes sees qui leur venoient
ou de l'Amdrique septentionale, et
j"aais is n'en avoient vu de. verts dans leurs
l h 2,ooo refugids
W iAonna h MM. Delalihde
SliV'tr h ci genre d'industrie, dans
"r6 i iavlent d'ailleurs des connoissanccs
dues. Sepondds par leurs ncigres qui
qui i tts i dtoient parvenus,
F Iti6 seU:1Eede anne h fournir la ville et les
[ ddft e ldguines de toute esp6ce, et qui ne

... t t~ lle Ini reassemble
I:.. ." :" ~.~~WW= iIm i ,mange la banane crne et cuite:
S a mpt lr .le gril come uoe sancisse ; dans eel 4tat
S mq .ellyp eat assaisounne avec du sucre et du jus de
Sthnr elle a tout.4-la-fois le gout de la pomme de rei-
e t c"ul k:o; i. iig. e -. s
.iLte caite t du coming. C'eat une nourrityrc tris-bonne
a i-blre; cepepdant quelques uns prhendent
Wa awi-idrn bemacoup de bile.





V.,




rw- -~-w


(44)
le cedoient ni pour la quality, ni pour la beauty"
a ceux des potagers d'Europe. Je remarquai
surtout des carottes du plus beau volume, du
cdleri et des artichauts magnifiques; les petils
pois 4toient le legume qui leur codtoient le
plus de soins, mais ils etoient parvenus .a les
faire manger aussi fins et aussi sucres qu'en
France, et voici ce qu'ils avoient imagine pour
les garantir de 'ardeur du soleil. Apres le choix
du lieu, ils avoient fait construire avec de la
paille de mais des claies qui, quoiqu'un peu
serrees, ne l'etoient pas assez pour empecher
la wrculation de l'air. La terre, dans laquelle
les pois .dtoient semes, etoit divisee en petits
carries de six pieds de surface, sparess par de
petites alles de dix-huit pouces, ce qui don-
noit aux jardiniers la facility de presenter dans
tous les sens les claies au soleil. La hauteur
de ces claies ctoit de six pieds, et leur ligh-
rete en rendoit le maniement tres-facile. Par
ce moyen la plante que l'ardeur du soleil n'in-
commodoit pas, parcouroit tous les degrees de
sa croissance, et produisoit des pois tres-fins
et tres-ddlicats. Mais un obstacle que ces Mes-
sieurs ne pouvoient vaincre, c*'toit le renou-
vellement de la plupart de leurs graines, aux-
quelles la chaleur du soleil tie permettoit







(45)
jamais d'arriver successivement h maturity. Le
germe saisi trop promptement sans doute par
cette chaleur, se trouvoit torrefid avant de
pouvoir parvenir au point ndcessaire pour la
reproduction. Mais un correspondent de 1'Amd-
rique septentrionale en avoit envoy h ces
Messieurs une provision considerable, qu'ils
venoient de recevoir par la voie de Porto-
Ricco;. et ils etoient d'autant plus tranquilles
sur Pavenir, que les courriers espagnols (vais-
seaux tris fins toiliers, qui pretnent. rang
entire la marine militairar-t la. marine mar-
ch .;,gii ~4t portoient de temps en
temps dspagne, mlgrd les croisibres anglaises.
Ji quiittai ce beau jardin, combld des poli-
tessesde. ses propridtaires, a qui je promise
Sune second visit, que je leur fis deux jours
.apras avee le general Watrt, 1'adjudant-gend-
ral Dauzy et M. Masson, ex-professeur a l'un
doi olldges de Paris. JM. Delaka n aus

1 -I| lqa|ic aita ge, de confitures
da pays, depcteaux de fleurs d'orange, de
Smeringies & la vanile, d'anglique et de cho-
S colat, e tout accompagne de vieux vin de
PFrA/ ,qt d'excellent Madbre. Ces Messieurs
ou xrent bien accepter une caisse de bi-re,


.. .







(46)
que j'avois fait appqrter a dos de mulet, et
deux bouteilles d'eau-de-vie de Dantzick que
leur offrit le general Watrin. Nous les quit-
tdmes comme on quite de vieux amis, et nous
revinmes a Santo-Domingo, oh nous efmes
le plaisir de les recevoir quelques jours apres.
ls nous presenterent h mesdemoiselles de Bau-
drac, leurs mattresses, bearnoises d'origine,
qu'ils etoient sur le point d'epouser, et chez
lesquelles nous passAmes une soiree qui fut
presque entierement consacrde i la musique. Je
remarquai parmi les concertans un gros chanoi-
nie, qui pincoit la harpe en veritable virtuoso.
Nous quittdmes Santo-Dotmingo le r6 a
cinq heures du soir, par une pluie tres-abon-
dante. Les Espagnols dtoient fort &tonnds d
nous voir nous mettre en route par un si mau-
vais temps, mais le jour et I'heure ayant 1t4
fixes, le general voulut donner aux naturels
l'exemple d'une discipline et d'une exactitude
avec lesquelles ils sont loin d'etre familiarises. En
sortant de la ville, nous traversAmes A l'orest
une plaine qui border le rivage de la mer en
arriere de l'anse de Saint-Jer6me, situee dans
enforcementt de la baie. Cette plaine est d'en-
viron une lieue de long sur une demie de large;
elle est couronnee par une chalne de monti-







(47 )
cules peun levs, qui se prolongent en avant
du front des fortifications du co6t du Nord,
et qui aboutit la' rive droite de l'Ozanna.
Nous vimes a deux cents toises de la ville,
la bourgade Saint-Charles sur la droite du
chemin, et apris avoir suivi une route, bordde
de bois des deux c6tes, nous arrivAmes vers
les huit heures du soir a l'habitation Pedra-
Lyo, appartenante i Dona Theresa Sanchez:
nous y fdmes parfaitement bien accueillis.
Dans le chemin qui conduit h cette habitation,
nous en trouvames quelques autres 4parses c;.
et lt; .mais e n'&toit, h proprement parler,
quedes cases avec leurs enclos. La plus remar-
quabe est situee h plus d'une lieue a drpite,
ele appartient i un Francais. Le principal ou
plutbt le seul travail auquel on se livre dans
ces habitations, est la nourriture du bitail qui
sert h rapprovisionnement de Santo-Domingo,
qu'elles fournissent aussi de lait. Inhatation de
Dqna Theresa SanheiWfose de quelques
cases construites loses et couvertes avec le bois,
I'dcorce et les feuilles clos formed par des cl6tures grossierement clis-
sees ou d6fendues par des riavirs; d'ailleurs,
point de culture, mais differens fruits, tels que
l'orange, bananas et la sapotille.







(48 )
Je remarquerai ici, pour n'y plus revenmr
la manitre don't on nourrit en voyage les che-,
vaux et.les mulets, elle n'est pas tres-embar-
rassante. On leur 6te bride et sell, on leur
met des entraves aux pieds, et on les laisse
errer dans la savane, oi ils ne trouvent pour
nourriture qu'une herbe tres-courte. Quand il
est possible de se procurer du mais ou ble
de Turquie, on leur en donne une petite ra-
tion pour les restaurer. Le lendemain matin
on va les prendre, et apres avoir seller et bride
on se remet en route.
En quittant Pedra-Lyo, le chemin se dirige
vers le nord-oucst, par une savane de peu
d'etendue, apres laquelle on rencontre des
bois remarquables par la variete de leurs arbres,
et surtout par de nombreux palmistes et dif-
firentes sortes d'acacias. On apercoit quelques
cases occupies par des noirs libres, et tne
plus considerable appartenante h des blancs;
elle est entouree de petits enclos carries : on y
voit des bananiers et des cannes a sucre. En-
viron une lieue plus loin'h gauche et prbs du
chemin, est I'habitation de don Juan Martin;
elle est situee sur un tertre eleven qui domine
une plaine oh coule la riviere d'Isabelle. On
apercoit a une demi-lieue une chaine de mor-








( 49)
nes, don't les plus eleves se percent dans les
nues.
Nous descendimes par un terrain incline
jusqu'I la rivibre d'Isabelle, alors enflee par
I'arrivee des eaux don't la pluie qui venoit de
tomber avoit augmented le volume. Le course
de cette rivibre est assez rapide, sa larger
est d'environ quinze toises, et nos montures
avoipnt de l'eau jusqu'aux sangles. Ensuite nous
trouvAmes des bois coupes de distance en dis-
tance .par de petites savanes qui .nt presque
toutes leurs hates et quques bestiaux : des
mornes entassds a des distances diverse, of-
frent des points de vue pittoresques. Devant
cheque habitation se trouvent d.'s croix, et
dans un petit enclos on en voit un nombre
plus considerable, ce qui, joint a des bieres
on forme de brancards, nous fit juger que c'dtoit
un cimetibre public. Nous rencontrAmnes une
petite caravanne de mulets vqant ded San-
Yago. et charge .,, caf. 0Nous passAmes a
sec les lits des courans d'eaux ou rivibres de
Gobe-Plata, nom qui indique qu'elle charie
de l'argent, et de celle de Guya-Cala.
Apres trois heures de march nous fimes
halte la case de Manabo, situee a. 'extre'-
mite d'une grande savane marecageuse : cette








( 5o )
case etoit dCserte nlors, quoiqu'ordinairement
habitue. Deux veaux abandonne's dans un en-
dlos voisin sembloient un tribute offer par des
inains invisible, mais nous n'en profitames pas,
et nous rie primes qu'un ldger rafrWachisse-
ment sur nos propres provisions. Nous remar-
qtuAmes dans les environs une grande quantilt
de sensitive.
Nous rrprhnes Ylotre route par un chemin
hirisse de pierres du'substances inoti-tres, scm-
blables en apparence 'de la riine de fer, mais
prbduites par une espe&e de lave di fusion de
diffdrettes ihiatires volcaniques, qui forment
d tette pirtie le sol de lile. Le pays, ddcou-
vert par inter vl'e, prisente qoelques cases
ou hattes, et Mur la gahche dks 'riortif s dans
le lointain. Nous entrames ensuite dans la
plafie 'du more Noir, Sierra-Prieta, cou-
verte plus que la p'xdcdente de es pierres
noiratres qui rendent la march pdnible : dans
les monthss voisins, h gauche, se trouverit des
mines de cuirre. At sortir de cette savane
nous passAnies un ruisseau coulant dans un
ravin profound, et apres avoir traverse une autre
savane, entouree d'une chalne de mornes for-
mant un amphitedtre, n6us tr6uvAnties un autre
ruisseau don't 'eau est trputee de la meilleure









quality" : ces deux ruisseaux sent designs soui
le nom commun d'fnca ou de Magnoc.
Le-cherin repretid dans une grande sava
he, ayant sur la gauche, i peu de distance, le
menie Noir, lornt le sotinet point est cou-
vert d'arbris de la plus belle verdure, etasur
la drtite est 'fe' grande plaine, qui semble
n'avoir d'iutres bornes que la mer, quoiqu'on
ne lbaerrdive pas de cet endroit. Gette plaine
se Torne de la reunioti de celle da norme
Noir, at da celle appelde IJSatSacnguineo,
parce fu'eRe 'std'an grand combat
e~ta*WiB ~fgkIstit les Indiens. Ele se pro-
longe pendant pris d'une heure de chemin,
ayt %sw la gauche "une chatne de mornes b
ute dlsstance varide, et offiant., entire le che-
Sift e tes mornes, 'diflerens bassins semis de
palistes et d'autres arbres qui se combinent
de la nniire la plus varide et la plus agrtAble.
N s passmnes eiIsuited .Ja.iM d& ;l'Oazn-
hre eti H-a ldb be'lacl, de gauche
a dolite, et h-peu-pres seriblable pour la rapi-
dir, la fargeur et la profondeur. Les bords
ieia sbtt escarpes et charges de lines qui, en-
~atppant de grands arbres jusqu'h leurs ctmes,
pr4sentent des massifs de verdure agrdable-
nl* t sdiersifids.








(52)
A peu de distance de 'Ozanna le chemin
devient tres-mauvais, il est presque enti6re-
ment rompu par la march des bMtes de some,
et de plus, il etoit rempli d'eau et de boue
par la chute des pluies. Ce chemin. continue
ainsi jusqu'a I'entrde de la savane,'oi est situee
I'habitation de la Louisa : c'est-l que nous
fimes halte. II avoit plu dans la journee, le
mauvais temps augment le soir et continue
toute la nuit. La fatigue que les equipages avoient
eprouvee, engag rent a diviser en deux par-
ties la march de cette journey, et i'on decida
que desormais les equipages partiroient en
avant.
Nous parcourdmes dcns la matinee 1'habi-
tation de la Louisa, qui n'est qu'une reunion
de 'dix a douze cases au fond de la savane,
et a peu de distance des mornes qui s'dl&vent
a gauche. Cette habitation n'offre aucune cul-
ture, et ne sert qu'h la nourriture des bes-
tiaux. Les environs offrent des perroquets, des
pintades et des depouilles de petites couleu-
vres. Nous entendimes quelques coups de ca-
non dans la direction de Santo-Domingo,
que nous attribudmes a la solemnity du samedi-
Saint.
DNous primes des viandes fralchesh la Louisa,







(53)
et nous en parties dans l'apres-midi : nous
pass4mes deux ruisseaux et une savane d'une
demi-lieu d'etendue, au sortir de laquelle se
trouve une petite hatte, compose de deux
cases sans enclos. Nous entrames ensuite dans
une tres-belle savane, don't 1'herbe est abon-
dante et de trbs-bonne quality; on y respire
un air embaume par les exhalaisons des oran-
gers don't les bois environnans sont remplis.
Apres une march d'environ deux heures,
nous fimes halte Il'habitation de San-Pedro,
compose de trois cheUies cases, don't une
seule est occupi par les' maitres, ce. qui nous
forga de dresser des tentes pour le detache-
ment de chasseurs qui formoit notre escorted.
Cette habitation est remarquable par sa posi-
tion, sur l'extrdmilt du'petit morne avance
dans le bassin 4tendu que forme la chalne pres-
que circulaire des mornes lointains. On y cul-
tive, mais en trbs-pelite quantity, et seulement
pour les hesoins de ~esibcans, du coton, de
'indigo, du cacao et des cannes a sucre. La
vue y est trts-etendue, sans autre varidte que
celle des arbres don't se composent les forces
qui se prolongent jusques sur la crime des
mornes, et celle des mornes meme entasses
les uns sur les autres, et a des distances diverse,







(54)
en forme d'amphithe'tre. On remarque vers
l'ouest une assez belle prairie, par laquelle passe
le chemin que nous devions prendre. Pendant
notre halte il passa une caravanne de dix mu-
lets charges de cafe, parties depuis dix jours de
San-Iago.
Nous quittirnes San-Pedro le 19, apres
avoir traverse la savane don't je viens de faire
mention; nous descendimes par un chemin
tres-escarpe et tres-mauvais au ruisseau del
Yermeyo ou ruisseau, rouge, apres lequel
on trouve un morne tres-rapide, border sur
la gauche de. precipices, don't on entrevoit la
profondeur a travers les arbres qui les cou-
vrent. Nous fumes didommag6s de ce chemin
difficile par une savane que terminent un
monticule et des bouquets de bois, oh nous
relrouvames l'odeur suave de la veille, et
dans lesquels nous vimes des ananas sauvages
et des myrthes. Cette savane nous conduisit
a un autre more roide, rocailleux et entre-
coupe de ravins : en faisant plusieurs detours
et en nous levant successivement sur le pen-
chant des mornes, nous arrivames au som-
met. Nous avions en y montant une belle vue
a gauche swr la vallEe d'Oya, et sur un en-
foncement que les habitats comment le Tom-







(55)
beau t ditable; tais parvenus a la cirie,
qui est celle du month Bolloveo, le meme,
selon toute apparence, don't parole M. Moreau
de Saint-Meary, sous le nor de nmot Par-
davo, nous e unes une vue plus dcendue.
Le- gendra s'arr&a dana et endroit pour
jouir de I'aspec d'une magnifique valUde, corm-
men9aat, hapeu-pris au sud-est, et s'dtendant
en avant, et en tournant de gauche a droite.
La ilUe de Monte-Plata, nom qui indique
des mines d'argent, doit se trouve h. eaviron
dix lieues sur la gauche. D.p le *ond de cette
vallde, quarante liegus de pays appartiennent a
un seu p.rpridtaire, don Coka, de Santo-
lomnngo. On voit d'abord, h droite, le more
neir, ou Sirra-Prieta; eusulic, A. prts de
douze lieues, le Niar, oiz la riv.i re de. ce norn
pread sa source.; les deuw months Jkayfia, entire
lesquels coulent les eaux de cette rivibre; et
enfin, en rejoignant Ic point d'oh Ilon est pari,
on dekouvre les montages de la Pati4enc, qua
nou. i..;q~i.grlp.gs ,cj. Apres etre des-
cendu par un chemin assez dificile, nous tra-
versAmes une savane, oh des arbres epars sur
une here abondante sembloient annoncer une
:.ncienne culture. Le chemin, born de dis-.
tiance en distance par des mornes bordds de








(56)
precipices, rend la march difficile par le nombre
de sentiers etroits et profonds creuses dans une
sorte de tufrouge. Nous entrAmes ensuite dans
une jolie savane que nous avions apercue du
haut des mornes, et nous y remarquAmes un
pare et des bestiaux en plus grand nombre que
dans les precddentes. Nous trouvAmes tine si-
vibre, coulant dans un ravin profound, couvert
de bois, et apres 'avoir traverse, nous times
halte sur un site enchanteur; les plus curieux
d'entre nous se repandirent dans les environs,
les plus fatigues se reposerent (z).


(t) Ces haltes qui se renouveloient tons les jours, me
parolssent meriter une description particulibre. Le ga-
zon nous servoit de table de-nape, et le plus sduoent
de siege ; quelques viandes froides l'eau d'un ruissean
voisin melNe d'un pen de rhum on de vin, du biscuit ,
de la cassave composoient le repas, qui ne duroicnt
ordinairement qu'un quart-d'heure; on employoit le
rest du temps & parcourir lea bois environnans, on a
faire la sieste dans des hamacs : on ehoisissoit l'endroit
le plus ombrag4 : deux arbres soutenoient le lit mobile,
on s'y blotissoit en s'enveloppant avee soin pour se
garantir de la piqdre d'une multitude d'insectes, sur-
tout au bord de l'eau. Heurenx qui pouvoit e'en mettre
i l'abri, an moye d'un moustiquaires de champagne.
A signal du depart tout se replioit, rentroit dans les
paniers, et l'on se remettoit en march.







( 57)
Les repas champetres que nous prennions
dans ces haltes, le repos bienfaisant que nous y
gotions, auroient dd rdpandre dans l'ame une
douce serenite; mais le philosophy sensible,
I'ami de l'humanite ne pouvoient oublier qu'ils
fouloient aux pieds une terre jadis peuplie de
plusieurs milliers d'habitans paisibles, et main-
tenant ferfilisde par le sangde ces malheureuses
victims du fanatisme et de la soif insatiable de
F'or. Barbare intolerance, amour effrdnd des
richesses, de combien de forfaits vous fdtes la
source et trop souvent I'excusel
En reprenant notre route, nous trouvAmes
des chemins coupes par des mornes escarpes, et
des sentiers difficiles, couverts de pierres, qui
rendoient la march penible; apres avoir tra-
verse un ruisseau, nous parvinmes au pied d'un
de ces mornes, nommes de la Patience. Nous
1l franchimes h travers les bois, don't il est cou-
vert, par un sentier rapide, sinueux et creuse
dans le roc, ayant des prcipices de chaque
c6td. Dans ce trajet difficile, la vue se repose un
instant sur un bassin, a gauche, profond, ta.
pisse de verdure et orne de massifs de lines.
Ces mauvais chemins passes, nous nous trou-
vdmes sur un morne plus agreable, couvert
d'herbes et de pierres noirdtres, ou ( lques







(58 )
bestiaux etoitnt dpars. Nous n'eumes plus en-
suite qu'h marcher dans de jolis sentiers, a tra-
vers des savanes semies de bouquets de bois,
oi. paissoient des bestiaux. Au sortir de cette
savane, nous vimes une hate, composee de
quelques cases, qui forment ce qu'on appelle la
premiere Se'vigne; nous fimes. halle a cette ha-
bitation, sur laquelle il existoit quelque culture
en cotton, cocos, cafr, cacao et rosiers.
Nous quittdmes,.le so, la premiere Se'vigne,
et passames le ruisseau Trovenia; en sortant
de la savane, le chemin paroissoit se diriger sur
un more covert de bois, mais il se ddtourne
et suit le long du morne. Nous parvinm es, par
ine descente rapide et difficile, a un grand ruis-
seau, nomm6 Varruca, au-deld duquel, lais-
sant h gauche la second Se'vigne, nous traver-
sAmes une belle prairie, entrecoupde de bouquets
debois. Nous pass&mes le ruisseau Goguena,
et des bois, oh nous remarquAmes de super],c)
mapous, nommds ici seyba (t). Nous mar-


(i) Cet arbre, qui sert principalement a former do
grades gamelles on vases arrondis et pet profonds,
estqnelquefois d'uns grosseur etonnaute. A l'habitatioil
Charitte, pris du Cap il en existed un de seize pieds
4e dia Lrc.







( 59s)
chbames ensuite drains une savane, autour de
laquelle sent une douzaine de cases qui for-
ment la troisieme Sc'wigne, et nous y vimes un
oiseau blanc, consa sous e lnoa de Gmrla, et
qui a quelque ressemblance ave, le cigpe..
A l'extrbmit q de li savane de Sembltrc, les
mrembres des autorits constit~es du Cotqy, au
nornbre de aeuf persQnnes, O cheval, mirent
pied a terre pour s'avapcer a notre rencoiutre.
Le general temoigna, 4 la ddputation,, qGJngies
il dtoit sensible h sa demarche, et lui promit, au
nom du gouvernement franais, le maintien de
'fordre, le respect desepropri&es et la liberty du
culte. U1 invita les habitans a rester paisibles et
h se livrer 4 leurs occupations ordinaires, et.
leur dit que, jusqu't la prise de possession, les
Francais vivroient avec eun en boas ~4ais et ea.
veritables amis. Les membres des autorites pro-
testbrent de leur attachement 4 ta France; ils
rcmonterent a cheval; nous contiau4 es notre
route en leur compagaia,. t pams atrivAmes au
Cotuy, aprbs avoir traverse deux savanes et un
joli ruisseau.
La iule ou bourg du Cotuy, est peu consi-
ddrable ; les maisons a quelques exceptions
prbs, ne sont guare ruieux blLies que les cases
que nous avious apercues dans n-otre route. La







(6o )
grande place est carre', f1'glise est petite et or-
nee de statues, ou plut6t d'espices de poupees
habillies et enluminees (i).
Les rues sont droites et alignees aussi bien
que ]a place; la population est un melange de
toutes les couleurs; il s'y trouve quelques petits
marchands francais. I y a un commandant mili.
taire, un alcade, une jurisdiction particulibre
pour les douanes et un cure. Nous obtlnmes,
avec peine, du pain mal fait et peu de provi-
sions fratches.
Nous quittAmes cette ville Ie r, et apres
avoir passe un ruisseau et march dans un che-
min uni, nous traversAmes la rivibre d'Iuna,
coulant de gauche h droite, large et rapide, sans
etre cependant tres-profonde. Les boards, en-
deck, sont couverts de cannes a sucre, et ceux
au-iteld, de bois assez 6pais. En sortant de ces
bois, nous traversAmes deux savanes, nominees
Guantes. L'habitation principal est h droite, a
'entree de la second savane; c'est par-lk qu'il


(r) Les plus remarquables sont deux statues de la
Vierge, sons 1'invocation de laquelle est f'eglise; I'uun
anr nn brancard que ron porte dans les processions;
et I'autre debout an bas.d'un antel, ou elle reqoit, di
tres-pris, les prieres et les offrandes des fideles.







( 61 )
faut passer kbrs de la crue des eaux: ces savanes
appartiennent au commandant actuel du Cotuy;
on nous dit qu'elles nourrissoient environ sept h
huit cents betes a comes.
En sortant d'une nouvelle savane, nous pas-
sAmes le ruisseau Ganitas, au-delh duquel est
la savane de Goma, et h peu de distance, sur
la gauche, I'habitation de Valverde, apparte-
nante au neveu de l'auteur de ce nom. Apres le
bois de las Ganas, on trouve une case, on
hatte, appelde Ximenez, et plus loin, h gau-
che, une autre, nommie las Palmas, toutes
deux asse eidn fournies de bestiaux; elles ap-
partienient, ainsi que le bois las Ganas, h don
Juan Sancherys. Nous fimeshalte cette habi-
tation, qui est dans un site assez agreable, a
quelques portees de fusil du chemin de l'extrd
mitd la plus elevee de la savane, au pied d'un
morne boise, don't elle est separde par un enclos
cultive, et ayant en perspective plusieurs mornes
etdes.cass en avagUndernos conipagnons de
Wvo e y tua une espece de couleuvre, d'en-
viron quatre pieds de long. Le peu de culture
u'on y fait nest qu'en raison des besoins les
plus urgens des habitans de la case.
Apres cette halte, nous vimes, h droite et t
gauche, un grand nombre de cases, dans les-







( 62 )
quelles on culive du cafd et du tabac; on y e-f
tretient aussi un hnoAre assef considerable de
~estiatfx. L'habitation *et la savafie de la Pignd
appartiennent a l'alcade actuel du Cotuy. Nous
aapercdtnes ehsuite une reunion norrbreuse de
cases ranges presque circulairement autour des
deux belles savtrres de Xima, oh nous arri-
vknes et fities hbhet aprbs avoir pass" plusieurs
ruisseaux cbidl~it tdans des ravins couverts d'ar-
btes. AvanP d'arriver & cette halte, nous ren-
contrames ufi courier, auaitt de San-Fago i
Santo-Domingo. Le gpndral H-Mdluvifle Ie re-
tint etlui brdonna de nous suivre.
l.es :'avaves de Xima, 'oh nous nous hrre-
lamnes, sent ttrtfs et wtrs-rendues; la plaine
commence at'ruisseWti 8l r&tiyeniorh ;leetirtin
"est convert de notrvbreux best;aux, mais on n'y
'cnhite 'qu'en petite quantitye ce qui est nkces-
aeire 'a 'la s istancU'Le tdes'habitans, qtidique It
sol announce une grattde'ferilte. En sortant die
ces savanes,le chemmin se dirige dans'une plain,
don't I'entrde :eSt mar4cageuse; on y ti-ro -uh
grand nombre de cases qoi 'ortpour principal
prdpridtaire don ol a'. eny eritrant, on trouve
beaucoup de chevaux et de bestiaux de touted
e.Spce; mais, come darns les autres endroits,
la irlture est r'uite atl simple necessaire.







(65 )
Nous passAmes la riviere de Pima, infc-
rieure a celles de l'Ozanna et d'lsabelle
un peu plus loin sont les cases 'de Ranchillo,
situees sur une petite eminence d'oh Ton des-
cend a la riviere du Camus.
Ce furt da~s cett endroit que les autorites
civiles et militaires de la Vega, au nombre
de neuf personnes a cheval, bien habillds,
et don't plusieurs portoient des plumes noirs,
vinrent complimenter le gifriral, qui leur rd-
potidit dans le m&me sens qu'aux'autoritds du
Cotuy, in Francais &tabli h la Vega servott
d'ittrprtste b 148 Wptitation.
AprkA avoir traverse la riviere du Camus,
plus omnsiderable' que la precedente, nous eal-
trmes dan s la plain de Mantanza ou du
massacre, nom qui lui ftit doftne pour avoir
et le iheAtre d'bne sahglante bataille entire
les Espagnols et les naturels du pays. Cette
plane est entourde de montagnes, don't plu-
siedtrs forment une sipet-i e ectite et s'e'l-
vent 'graduelleinlnt 'en amphithdhtre.
Nous arrivames h la Vega, qui, vue de
ce cote, paroit moins considerable qu'elle ne
l'est, h cause de sa situation sur un plateau
inclined vers li montagne, que 'on apcrcoit
de tr's-pres de i'autre cMte, et don't elle n'est




-;` w ir *


(64 )
separde que par*une petite savane et par In
riviere du Camus.
Cette ville est plus dtendue et plus impor-
tante que le Cotuy, la forme en est la meme:
place carree, rues alignees, verdure au lieu
de pave. L'eglise est tres-mesquine, et n'a
de remarquable qu'un has d'autel charge d'une
allIgorie, qui ne present aucune idee reli-
gieuse : un fil sortant d'un nuage, est pret
&tre coupe par une main armee d'une paire
de ciseaux; au has un clepsydre, entire une
faulx et un flambeau. Cette eglise et quelques
masons plus apparentes, mais n'ayant qu'un
rez-de-chaussee, sont baties en maconnerie et
couvertes de tuiles plates ou recourbees.
On ne peut faire assez diloges de l'ccueil
que nous resumes dans cette ville, et particu-
liUrement des deux freres Dorbe, don't l'un
est alcade; on nous fournit des lits, des mate-
las, des moustiquaires; le lendemain de grands
repas furent donnes et servis avec autant de
godt que de profusion, dans un desqueJl on
fit hommage au general d'un has relief en car-
ton et en sucre, repr'sentant les armes de
la vile. Nous trouvAmes pour le depart au-
delh du nombre de chevaux necessaire pour
remplacer ceux pris i Santo-Domingo, le zele







( 65 )
ie plus cmpresse, la joie la plus vive et la plus
franche signalbrent notre sdjour dans cette
ville. Les autoritds qui la government sont deux
alcades, nommds tous les ans par un cabide
ou conseil electoral, un commandant militaire,
un curd etson vicaire.
SNous parties de ia Vega par ancientn
chemin a droite, dans l'intention de visiter
les ruines de l'ancienne ville, dltruite par un
tremblement de terre. En sortant de la rnou-
velle, nous passAmes le Camus et. entrmes
dans les bois, oi l'on apepit quuelques cases
pvec Jeurs e s,,' 9n. ,cultive dans le premier
de ce. tis des cannes a sucre; a gauche on
pve celui de Rio-Seco, apres avoir pass#
le ruisseau de ce nom, ainsi appeld e cae
duo peu d'abondance de ses eaux, qui pour-
tant ne tarissent jamais. II y a dens ce bois
,sne case oil l'on cultive du tabac, ainsi que.
dans celle du Golgorny qui en est yoisine.
Toujours du mrme c6td qsgur ne me.auteur,
est la casede Q us a.
Au bas de cette eminence, dans un endroit
wnarqud par trois croix de bois sur un mon-
ceau de pierres, commencoit 'ancienne Vi~p
4e la. Vega. Le chenfin qui, jusqij', cet
endroit, n'avoit offert que quelques sinuosites sur
5








de petits monticules pierreux, tourne tout-k-
coup I droite par une sorte d'allIe percee dans
le bois qui formoit, nous dit-an, l'ancienne
grande rue de la Vega. Quelques-uns de nos
compagnons de voyage crurent reconnoitre
des debris de murailles; on en remarque quel-
ques traces A peu de distance des trois croix;
on voit meme dans les environs les restes d'un
four a chaux.
Nous dicouvrimes bient6t a gauche le cou-
vent ou hermitage de Santo-Serro, situd sur
le plateau d'un more tres-elevd, au moment
oh nous atteignions up superbe enclos qui
en depend, et le long duquel suit le chemin,
en ditourant un peu sur la droite. Cet en-,
cos offre une culture magnifique en dattes,
coiugs, palmes pales, bananiers distribuds en
quinconces, et autres arbres; toute cette cul-
ture est l'ouvrage des deux religieux actuels
de Santo-Serro, qui'desservent I'hermitage, et
n'ont pour aides que trois noirs, et au'besoin,
quelques femmes de journdes. Le revenue actuel
de cet enclos s'eleve a mille piastres-gourdes.
Nous suivlmes encore quelque temps le che.
irin, ou grande allee, et nous mimes ensuite
pied-h-terre pour parcourir les ruines que nous
etions venus chercher.







(67)
SNous trouvAmes d'abbrd des pans de murs
de 1'eglise presqu'au niveau de la terre; detrbs-
gros blocs de maconnerie qui paroissoient en
provenir et dans plusieurs desquels on distingue
encore la forme des votes, chapiteabx et co-
lonnes, le tout en briques lies a chaux et a
sable; des troncons de colonnes rondes, for-
mes de quatte briques, en quart de cercle, avee
du mortier h chaux et a sable, et laissant au cen-
tre une ouverture d'environ trois pouces de dia-
mbtre, par oih devoit passer le fer qui soutenoit
les colonnes.
Un figuier blanc trs-dlee' embrasse, dans
les ramifications desesbranches,divisees jusqu'en
haut, 'un des -quatre piliers, oi il semble vou-
loir le defendre contre les ravages du tenmps.U
autre a pris racine sur la vote restante, et em-
brasse egalement les ruines supdrieures de quatre
arcades encore sur pied, tenant A une espece
de petit vestibule carrd, don't les murs sont le~i
zardes, et qui est surmontd de cettm vote qu'on
dit tre le dessus du clocher.
A quelque distance, on trouve un autre tur
ras terre; le sol est inegal et gonfle de decom-
bres, et on y voit la trace encore sensible de
l'enceinte des maisons. On trouve enfin des
murs epais, dlevds encore de trois, quatre et







(68 )
mime ciiq pieds, formant 1'enceinte d'un an-
cien fort paralldlogramme rdgulier, d'enviroi"
vingt toises sur dix, s'etendant 4-peu-pres du
sud au nord. Deux bastions circulaires ayant
chacun six meurtribress,font saillie a deuxde ses
angles opposes diagonalemenl. L'un est presque
comble par une sorte de boue noirdtre; 1'autre
est plus profound, quoique comble en parties. On
remarque a rexterieur de celui-ci un leger esar-
pement, qui semble indiquer I'approche du sol;
cependant le terrein est inclinine, ngal, de ma-
niere h fire supposed qu'il n'a etd porter h cette
hauteur que par l'amoncellement des ruines.
SC'est principalement dans l'intervalle du fort
b 'edglise, que nous remarquAmes plus particu-
lirement cet amoncellement qui a donni lieu
a un grand nombre d'histoires qui prennent leur
source dans le penchant que l'imagination des
hommes a toujours pour le merveiHeux. Dans
tout ce pays on ne parole que de revenans. L,
ce sont des squclettes ambulans qui parcourent
les environs a des heires marquees. Ici, c'est
une pierre, sur laquelle la credulitd vient dd-
poser les alimens necessaires a la subsistence de
families entibres ensevelies toutes vivantes sous
les ruines, et qui, nouveaux gnomes, s'y sont
pe, pe'tues. Nos guides nous dirent encore que








l'ancienne ville avoit,une demi-lieue de large
sur une lieue de long, depuis les trois petites
croix jusqu'au Rio-Verde.
Apres avoir examined ces ruines, nous re-
vinmes sur nos pas par la grande allee, et lais-
sant a gauche notre premier chemin, vis-h-vis
I'enclos de Santo-Serro, nous suivimes le sen-
.tier qui conduit h l'hermitage, situe sur le som-
met d'un more au pied duquel sont quelques
cases habitues par des noirs..
Nous montames ensuite, pendant. quelque
temps, une c6te rapide, mais ad6ucie par une
direction sinueuse et trbs-prolongec, qui nous
conduisit a la crime de la montagne sur laquelle
est une croix. Nous nous y arretdmes, moins
pour jouir des beautis du site, que pour nous
livrer aux souvenirs que fait toujours naltre le
nom d'un grand homme. En effect, c'est dans ce
lieu, et a l'ombre d'un sapotillier qui exists
encore, que Christophe Colomb, apres une
bataille decisive contre lesvirfiirs, se retira
pour rendre graces h Dieu. 11 y fit cdldbrer une
messe et planter une croix, que la tradition as-
sure etre la meme que celle que 'on voit aujouw
d'hui, et avoir etd construite avec les brariches
du sapotillier qui nous pr&toit dans ce moment
son ombre hospitalire. Plus loin, sur la gauche,







( 70)
est un olivier d'Europe, plant, dit-on, a U
meme 4poque, en memoire d'un trait qui eut
lieu entire les Indiens et les Europeens. Cet oli-
vier est double en hauteur et en volume de ceux
d'Europe, mais il ne product point de fruits.
Du c6td oppose a l'olivier, toujours sur le
sommet du morne, et derriere la croix don't
nous venons de parler, est une trs jolie eglise
qui renferme un objet assez singulier de culte
et de vindration. Je veux parler d'un amas de
terre jaune, renferme avec beaucoup de soin
dans un caveau place dans une des chapelles de
cette dglise. Cette terre qui approche de la
glaise, est repute dans tout le pays avoir &td
apportee de Jdrusalem, et faire parties de celle
dans laquelle fut plantde la vraie croix don't on
conserve egalement un morceau renferme dans
un tabernacle bien clos, place sur le maitre-
autel de l'dglise. On ne sauroit se faire une idWe
de la ferveur des habitans pour ces deux objets
de culte. Ils viennent en grand nombre, de fort
loin et a grands frais, ddposer dans cette eglise
'de riches presents, en change desquels ils ob-
tiennent de petites portions de ce bois et de
cette terre qui ne s'dpuisent point, quelque
grande qu'ait 4td et que soit encore la distribu-
tion qui s'en fait. Les murs de l'interieur de I'd-







(7' )
glise sent couverts de peintures fort anciennes,
et en 'assez man~vais 4tat, representant divers
sujets, qui se rattachent tous a 'Ipoque de la
conquete.. A droite, on voit la description
d'une grande bataille, 1ivree par les Espagnols
aux Indiens. Christophe Colomb et ses officers
occupent le premier plan du tableau. Vis-h-vis
on voit ce grand home, faisant construire un
fort et rendant des actions de graces a Dieu. Au
fond, est represented le miracle des flches, re-
poussees par la vierge sur les Indiens qui les
lancoient. Ce miracle est encore represents &
I'entr&e de lI'glise et au-dessus du maitre-
autel. 11 tient le premier rang parmi les faits
extraordinaires qui accompagnerent la decou-
"erte.
.Le couvent est attenant h. l'eglise. Sa cour
forrne une belle terrasse, d'oh I'on ddcouvre
la belle plaine de la Vega, a laquelle on a
donned, par excellence et sans doute a raison
de son 'tendue, le surnom de Rdal. Elle s'd-
tend depuis le nord-quart-nord-ouest, en
tournant par le nord jusqu'au sud-est. Elle est
presqu'entirement entourde de petits mornes
couronnes par des bois. La parties qui ne l'est
pas, regarded la baie de Samana.
La montagne sur laquelle le couvent est








bAti, est couverte de verdure, et sdparde d'urie
autre montage par un ravin qu'il est impose
sible de franchir, et don't l'aspect et surtout
la profondeur glacent d'effroi Cette second
montagne est encore plus levee que celle oi
nous etions, et elle differe de celle-ci en ce
qu'elle est presqu'entierement couverte de
bois. Toutes deux forment une double bar-
riere, et garantissent des vents du sud, qui
sont les plus violens et les plus dangereux dans
ces contrees, 'aricienne vile de la Vega ,
ibAtie au pied de celle oh nous nous trouvions.
Le fond de la plaine du mime nom, et
qu'on peut compare a un immense bassin,
est, autant que notre vue a.pu le permettre,
presque tout-a-fait covert de bois qui, A. en
juger par la parties que nous avions parcou-
rue, doivent etre de la plus belle espece et
annoncent un terrain de la plus grande ferti-
lite. Cette plaine est arrosde par les rivieres
l'fsse'i et le Rio-Verde.
Nous remontAmes a cheval, et apr&s. avoir
laisse h gauche des fours h chaux et a plAtrei
nous marchames tant6t h droite et tant6t k
gauche, sur le revers du morne, en suivant
un sentier constamment tortueux, et qui s'e-
leve, s'abaisse et circuit dans de petits mornes







( 73 )
qui ettoarent et semblent 14 servir de cor-
tege a celui que nous quiuions. Enfin nous
arrivAmes en plaine, et rejoignimes le chemin
que nous devions prendre en quittant la Vega.
Dans ce dernier trajet nous remarquAmes
un enclos trbs-bien cultive, malgre la pepte
tris-rapide du terre produisant du mais et
des pois; plus loin des mines, oi l'on nous
dit qu'il y avoit eu de la coupe-rose dans la
parties du bois appelde 1'Yago. Ensuite des
lataniers, des acacias et des sapotilliers de la
plus grande beauty, et auxquels nous assignA-
mes sans exagadmion -lne hauteur d'au noins
quatre-vingts pieds. Enfin, au moment de
rejoindre notre route, nous rencontrdmes une
troupe de pledrins et pdlerines de tout dge et
de toute couleur, qui alloient faire leurs devo-
tieln h I'hermitage.
"Nous passAmes deux fois le Rio-Verde;
aprks avoir traverse un premier lit a see dans
lequel il se rdpand lors des crues.Ce' ruisseau,
comme je l'aii'd ti tete de cet ouvrage, est
ce&lbre par 'or que renferme son sable. On
nous avoit dit k Santo-Domingo, et il nous
fut aise de vdrifier, que presque tous les rive-
rains travailloient a la recherche de ce prd.,
cieux mital, en employant le procddd du lavage.








Ce sorit principalement les femmes et les en-
fans qui se livrent a ce genre d'industrie.. Pour
nous, nous ne remarquames en traversant ce
ruisseaui qu'une grande quantity de pierres.,
couvertes d'une mousse verdAtre, qui lui ont
fait donner le nom de Rio-Verde, dans la
saison oiu nous le passAmes, il ne nous offrit
qu'un volume d'eau peu considerable.
Peu aprbs le dernier passage, nous aper-
cdmes deux habitations assez jolies, I'une ap-
partenante a Jacinthe Malha, et 'autre appelde
les Caymites. Nous y distinguAmes de tres-
beaux pieds de cafd, plants en quinconce,
entretenus et tailles en boule come les oran-
gers des Tuileries, et dans la derniere une
piece de cannes a sucre, pour 'irrigation de
laquelle on avoit eu recours aux eaux de Rio-
Verde, qui y arrivoient au moyen d'un petit
canal construct en briques recourbes, sem-
blables a celles que nous employons au faitage
des toits, et liees entr'elles par un ciment de
la plus grande solidity. Le resle du terrein en-
clos de ces habitations, d'ailleurs trs -bien
construites, etoit plant de bananiers et de
figuiers, ou employee h la culture du mais et de
la patate.
Ici nous entrAmes dans un chemin assez







(75)
in'gal, a la droite duquel est un joli vallon
S qui nous conduisit, par une descent rapide,
le long du ravin a pic, rempli en grande parties
d'un sable tres-fin et trbs-pur, au ruisseau del
Pugnax qui sert de limited a la jurisdiction
de San-l-ago.
Au-dela de ce ruisseau, un more tres-escar-
pd, quoique de peu d'etendue, se present a
nous. fI nous fallut le franchir pour rejoindre
I'ancien chemin, au bord duquel nous trou-
vAmes I'enclos et I'habitation del Pugnax, du
nom du ruisseau qui l'arrose. La beauty du
lieu, et la fatigue que-nous venions d'dprouver,
nous invitbrent au repos et nous fimes halte.
L'enclos de l'habitation est tres-vaste, et la cul-
ture en est tres-bien entendue, ce qui n'est
pas commun chez les colons espagnols. En
avant de la case ou princiale habitation, de
nombreux palmistes peu eleves forment une
espbce de peristyle du plus agreable, aspect.
Une parties de la cloture est formne par des
touffes trbs-serrdes, d'une espece d'arbuste trbs-
epineux qui en rend I'approche tres-difficile.
Les separations interieures, bien alignees et
disposees carrement, sont faites avec des oran-
gers sauvages garnis d'epines, et tellement rap-
prochds les uns des autres que l'on ne peut
L- ...




yM -


S76 )
passer la main dans Ics intervalles. Cet enclos
est consacre a la culture du tabac, du riz,
du cafr, et de toutes sortes de legumes.
C'est en cet endroit, oi nouous nous livrions
tous aux charges du repos, que nous vimes
arriver le general Kverseau, commissaire du
gouvernement a San-Yago, aujourd'hui prd-
fet colonial i la Guadeloupe, accompagne d'un
aide-de-camp. Aprbs les felicitations d'usage en
pareille circonstance, nous remontimes tous &
cheval, et quelque temps apres nous rencon-
trAmes le commandant militaire espagnol, suivi
de cinq h six officers qui venoient au devant
du general Hedouville. Les autorites judiciaires
et administrative de la ville, se pr4senterent
ensuite, et apres des harangues que la chaleur
du soleil, alors presqu'au zenith, ne permit
pas de trouver aussi bonnes qu'elles pouvoient
I'etre nous nous achemintmes vers la ville.
San-Yago est bati sur un escarpement sa-
blonneux, au has duquel eoule l''acque. On
y monte par deux chemins qui se ressentent de
la position de la ville don't Iun est ravine.
Nous primes celui qui touirne h droite; le peu-
-ple de cette ville qui nous attendoit a l'entree,
-nous accuellit parfaitement bien, quoique les
pr6tres du pays, ainsi que tous ceux de la co-







(77 )
Ipnie en general, eussent employed toutes sortes
de moyens pour indisposer les habitans centre
nous. La reconnaissance me fait un devoir de
nommer ici M. Espaillart, Francais d'origine,
jtabli depuis long-temps h San-Yago. A l'ur-
banite des manieres, il joignit un zMle si ac-
tif et .si hospitalier i qu'h la difference prbs des
nets et des. fruits qu'il nous fit servir, nous
eussions pu nous regarder come de retour en
Europe.
San-Fago est plus grand et mieux bAti que
la Vega, quoiqu'infirieur & Santo-Domingo.
La place.est t trk-riKliere et toutes les rues
alignees; quelques unes ont des trottoirs en
briques. Les edifices publics n'ont rien de re-
marquable. L'dglise principal, a moiti .ren-
versee par le tremblement de terre de 785,
alloit tre rebAtie; mais i la nouvelle de la
cession du pays a la France, les travaux com.
mences cesserent.
La population. a.l wite estpeu considerable;
mais en reunissant celle de ses dcpendances,
elle ofire une masse d'habitans capable, nous
assure-t-on, de fournir une milice de ro,ooQ
hommes, don't 4,00ooo libres forment un corps
de cavalerie, qui, pour agir utilement n'au-







(78)
roient besoin que d'avoir de bons officers r
leur tete.
fly a dans cette ville deux alcades qui dd-
pendent de l'audiance de Santo-Domingo,
un alcade major superieur aux alcades ordi-
naires, un commandant militaire, aved une
commission particulibre et des autorites in-
ferieures.
Ce fut lh que nous apprimes 'agrdable nou-
velle de l'arrivee des frigates au Cap-Francais.
La communication de cette ville,,jusqu'h la
frontiere francaise, par le chemin qui nous res-
toit A fire, est practicable pour les voitures de
transport.
Les chevaux demands pour le depart n'ar,
riverent que lentement, de maniere qu'au cou-
cher di soleil, il n'y en avoit que pour les
equipages, qui prirent les devants, et nous par-
times le lendemain h cinq heures du matin,
laissant sur notre gauche a la sortie de la ville,
les ruines d'une chapelle detruite par le tremble-
mentde terre de 1785.
Le chemin se prolonge dans un bois pendant
un quart de lieue, jusqu'aux limits de la juris-
diction de San-jYago. Dans cette parties de la
jurisdiction espagnole, nous remarquAmes, pour







(79)
la premiere fois, quelques sentiers divergens
qui croisoient le chemin; mais une demi-lieue
plus loin nous trpuvAmes deux chemins tres-
distincts, l'un i droite, conduisant a Monte-
Christ, et le n6tre i gauche.
t,.En sortant du bois oh se trouvent quelques
enclos cultives, nous arrivAmes i une des-,
cente rapide et escarpee qui conduit au gue du
fleuveYl'acque. Le course de ce fleuve est ra-
pide; mais quoique plus large que les prce'-
dentes rivieres, il n'a pas plus de profondeur.
A droite, sur I'autre rive, nous trouvrmes
une savane et des cases, ensuite nous entrAmes
dans un bois tres 'tendu, don't nous ne sor-
times qu'apres une march d'environ trois heures
et demie. La plante connue en France sous le
nom de raquette, et les plants arbres des tor-
cies et pattes de tortues y sont sont tres-abon-
dantes ( ). Nous en avions trouve quelques-


(1) LI pate de tvofte'tiirot, an sortir de terre, assez
semblable i la raqnette; mais pen de temps aprs on
6bit la tige se former, s'elever, devenir un trone 4pineux
et rCgulier: ses fenilles s'allongent, se ramifient succes-
sivcment, en conservant cependant un pen de lenr
forme primitive, d'autres restent dans cette premiere
former, et font les fcnilles de I'arbre, surmontees en ge-








(80 )
unes peu avant San-Yago. Leur singularity
pique d'abord la curiosity du voyageur qu'elles


mral par une couleur rouge&tre jaunissant et pilissant
a measure qu'elle s'dpafiouit.
La torche se forme a-pen-pris de la m4me manire :
cdest une sorte de long cierge vert,. ceauel et hlrissa
d'ppies qui prend, avec le temps la consistance du
bois, et forme un trois regulier de la hauteur des autres
arbres, et a quelquefois cinq a six pouces de diamtre i
ses branches sont comiposaes d'autres especes de cierges
successivement, et paroissent les uns sur les autres dan'
iqne forme rigulibre. Toutes ces torches noou pirarent
mnoins grades et d'un vert moips anim' que celles que
I'on conserve k Paris au Jardin des Plantes et qui brisent
en s'dtendant continuellemeot les croisees de l'espkce de
iour oi elle eat renferniCe. Leur utility cst de ser-
vir de flambeaux, en remplasant le pin que Pl'oigne-
meat des montagnes rend trs rare ce qiii leur
fait douner vulgairement le nom de bois-chandelle.
La raquette fournit un fruit tres-commun eC trs-,
rafratchlissant pour les voyagers on le nomme pomme
de raquette. 11 approche beauconp de la figure : sa pre-
mmi&e pean est verte, elle jaunit ensuite et devient en-
suitc d'un rouge lie de vin sur 1.,e 4 on elle est ex-
posde an soleil. Cette pomme est hUrissie d'vpines ex-
trCmemient fines et it fant Otre tr&s-adroit pour Jl
cueillir et la peler sans faire de ses doigts une pelotte
remplie de ces pines qui sont presque imperceptible.
Sons la peau qui est assez 4paisse se trouve nne se-







fatiguent JieuL6t.ipat leur monotonie; eles Tiaf-
fligent mnme par la rdflexion que leur abon-
dance est un signed certain de la stdrilite du sol;
cepcndant la varidte, la fralcheur des autres
arbres indiquent assez de seve pour la culture ,
et le terrein paroit, en beaucoup d'eudroits,
tres-propre a celle de I'indigo.
A la sorLie des bois les mornes s'~endent
et se prolongent en avant, le chemin tournr
k gauche et continue dans la savane sablon-
neuse et friqueimrent ravine de I'Hemrna,
ayant a droite le fleuve d'Yacque que I'on
ne decouvre pas en cet eqdroit, et gauche
un grP pe de ,- .# momes verts, entire
lesquelel.'Berm i4 a son course qui, h peu de
distance se jette dans I'Facque.
Apres avoir passe 'Hermina, nous gagnimes
une penIe ravinee, de la hauteur de laquelle
on decouvre le village de la boca d'Her-


tomldc enveloppc blanche, beaucoup plus fine et plus
tendre que la premise : elle renferaee -u6' lbstance
molile, d'mna naup.vif.aMeF de petites graines come
les figures. Le goat de cette substance estfortagrdable
et touta l-a-'fois aigrelet et sucre. Lorsqu'on en mange
beaucoup, urine se teint en rouge; mais il ne'n raulte
ancune incommodite.






( 82 )
mina situe dans un fond. Des ravins et Ie sol
presque partout covert de graviers, annon-
cent le ravage des torrens. Nous passAmes
ensuite la riviere du Maho, rapide comme
'HIermina et seulernent h moitie lit.
Aprbs la halte, nous quittmes les bords
de cette rivibre, laissant de petits mornes a
droite. Ensuite nous passAmes a sec le lit ravine
d'un torrent, et aprbs une pluic d'une demi-
heure 'nous traversAmes un autre lit, deja
rempli d'eaux abondantes et tres-rapides. Nous
entrames delay drids la savane de Gurabo ou
sont plusieurs cases, dans lesquelles nous pas-
sAmes la nuit, et ou nous remarquAmnes des
sidges faits avec un bois extraordinairement
leger, qu'on- nomme vulgairement liege des
Indes, qui a la singulibre propridet de repasser
les rasoi rs aussi bien que le cuirle mieut prdpard.
Le lit du Gurabo n'est qu'un torrent qu'on
appelle dans, la langue du pays un arreyo.
11 est a I'entree du. bWis qui borde la savane,
et nous le pass4mes h.sec; ensuite nous mar-
chames pendant plus d'une heure dans une
plaine couple par un monticule, plus lein par
un ravin; nous traversdmes ensuite le joli ruis-
seau de G, no, coulant dans un lit ombrage
d'une agreable verdure.






( 85 )
Au haut d'une colline ravine, on trouve
deux clemins, l'un h droite qui deoit le n6tre,
et I'autre qui conduit h une hatte nommce 'H6-
pital, parce que dans la derniere guerre les
Espagnolsy ddposoient leurs maladies. A quel-
que distance nous vimes des pieds d'indigo
sauvages, et plus loin du tamarin.
Apres quelques heures de march, nous de-
couvrimes de droite et de gauche, et h peu
de distance les uns des autres, des arbres
semblables a ceux de la plaine. Tout ce can-
ton est sem4 de monticules. Dans ti endroit
on trouve des amas assert considdrables de
pierres qui ,mnblent ihdiquer une carriere.
Detrx liires de beaux bois dans un fond fer-
tile-'snt sdparees par une plaine aride, oi
l'on rencontre quelques cases 3 demi-cons-
truites on ruintes.
Dans l second de ces bois nous passAmes
la rivibre de Gullavia, qui n'occupoit pas
alors le quart de son lit. Ses bords sont escar-
pes et couverts de bois trbs6&ip sI.4 course,
presque ciretdin err T't endroit et la vote
de verdure sous laquelle il semble qu'elle se
perd, lui donne un aspect silencieux et ro-
mantique qui l'a fait compare aux bains de
Diane. Des observations faites sur ses bords


_ _____






(84)
font soupconner que le terrein oh elle coude,
ou les montagnes dans lesquelles elle prend
sa source, renferment un metal precieux.
De cet endroit agrdable on passe sur un ter-
rein uni, souvent couvert de sable, ou aride. Le
chemin s'dlbve ensuite sur un morne pierreux,
4 la suite duquel on entire dans une longue sa-
vane, don't le sol est noiratre et sem4 de quel-
ques broussailles. Nous vimes a droite et h gau-
che, a quelque distance du chemin, quelques
cases, et apres avoir passe h sec quelques ravins
et le lit d'un torrent, nous rencontrAmes un
nombreux troupeau de moutons et de chevres
de la petite espbce, mouchetees de blanc et de
rouge fauve. Nous entrames ensuite dans une
plain circulaire don't le sol est rougeAtre et
ardent, semee' de cases et environnee de bois
pen 4loignes.
Une pente en sable et en gravier conduit au
joli ruisseau ou riviere de Magnoca, don't les
bords sont ombrag4s comme ceux du prced-
dent: un petit bois le spare d'une savane aride,
oh se trouve au pied d'une colline une case avec
une galerie en avant. On traverse de nouveau
le bois pour entrer dans une grande plaine,
don't le sol est egalement rougedtre, et qui s'd-
tend jusqu'au pied d'un mont tres-dlevd, qu'il







(85)
faut franchir pour arriver a la riviere du Cha-
gani: nous avions eu, dans la plaine, une vue
assez etendue; parvenus a la crime de ce mont,
nous fumes frappes de la magnificence du pay-
sage. Au loin, l'on decouvroit des mornes con-
fondus avec des nuages, et 1'ceil s'arretoit avee
plaisir sur une habitation bien cultivCe, situde
au fond du bassin.
Cette montagne est couverte, et parolt for-
mde de pierres qui ont la transparence et les
veins du marbre, et d'autres pierres et grandes
couches en feuilles verd.tres, dans la forme de
pierres d'ardoise, ce qui indiqueroit assez la
presence d'une mine de cuivre.
Nous passAmes ensuite la riviere de Cha-
quane qui ne differe des precedentes, qu'en
ce que ses eaux sont moins rapides. Nous times
halte sur la rive opposee, ohi nous trouvAmes le
commandant de Daxabon escorted par trente ou
quarante dragons noirs.
Nous arrivames dans cette ville, apres avoir
traverse succVssivement les quatre belles savanes
de savane large, d'amba, d'yague et de
Daxabon, toutes separees par des torrens du
meme nom que les savanes. Ces torrens coulent
dans des ravins bordes de bois qui etoient k
sec au moment de notre passage.







( 86 )
DDaxabon est une place de peu d'4tendue
elle n'a d'autres fortifications qu'un fosse en terre,
garni de quelques canons. Nous quittames cette
ville avec le general noir MIoy e, neveu de
Toussaint-Lozuierture, commandant du fort
Dauphin, dit Liberte', qui etoit venu au-de-
vant du geln'ral He'douville, avec une forte
escorted et une voiture.
Le c Icmin, apres avoir passe la riviere du
Massacre, et traverse un pet it bois, se continue
a travers des haies taillees et alignaes entire des
champs cultives et de belles et nombreuses ha-
bitations. Nous trouvames enfin la fertility se-
conde'e par l'industrie, et partout l'empreinte
de l'aclivite franchise; heureux si les ruines de
Boierq, d'Ouanaminte, et d'autres traces en-
core recentes des malheurs de la guerre, n'a-
. voient pas r6pandu sur ces agreables tableaux
une masse d'ombres plus affligeantes encore
pour le coeur.que pour les yeux!
L'adjudant general Idlinger, envoy par le
general en chef Toussaint-Louverture, nous
joignit en cet endroit. Peu aprbs nous entrames
en ordre, et au bruit du canon, dans ]a ville ou
fort Dauphin. Nous sc:journarues dans cette
ville. Le port s'e'end en forme de croissant d'un
c6te de la ville l'autre. I est divise en dcux







(87 )
parties par une jete naturelle qui s'avance jusque
vers le milieu du port qui est defendu par trois
forts construits sur cette jetee. Le troisiime
consiste en deux rangs de batteries circulaires.
En avant, et a la tete dela jetee, sent construits
I'arsenal et I'h6pital.
La ville est peu grande, mais elle est bien
bAtie. Les rues sont alignees, la place est belle
et regulibre, et d4coree par la facade d'une
eglise, don't la construction est agrcable et de
bon godt.
Enfin, le 29 floral, toute l'expedition se
trouva rdunie au cap Francais, dix-sept jours
apris son depart de Santo-Domingo, apres un
voyage aussi heureux par mer que par terre,
sans avoir perdu un seul homme ni proudud
aucune maladie, malgrd le malaise et la fatigue
inseparables d'un pareil voyage. Avant de finir,
je remarquerai que cette route, don't on expgire
les difficulties, n'a recllcment coute que douze
jours de march, et qu'h une journde. pres, oih
nous fikmes obliges de-dresser des tentes, nous
avons trouvd a la fin de chaque march au
moins des cases pour nous mettre 4 l'abri.
L'aspect de ce pays en general est nomade.
On y cultive peu a la verite, mais on y dCKve
des troupeaux immense de mulets et de







( 8S )
eest ia cornes. C'toit dans cette parties de rile
Saint-Domingue que tous les propri:raires et
cuhivateur de la parties francaise alloient se
pourvoir de tous les arirrnvtx nrcessaires an
service de leurs habitations. On payoit un
droit i la frontiere, mais le commerce de la
contrebande coit considerable. Aujourd'bui il
ne subsiste plus aucune de ces anciennes re-
lations, qui, come je l'ai dit d 'ailleurs am
commencement de cet ouvrage, se bornoient
; une simple communication avec les fron-
tieres espagnoles, le gouvernement de Santo-
Domingo, ainsi que celui des autres colonies
de la m~me nation, ne pernettant que tris-
rarement aux strangers de penetrcr dans l'int6-
rieur de leurs possessions, encore falloit-il tres-
souvent pou cela une permission de la court,
En publiant ce voyage, je n'ai point eu l'in-
tention d'en fire un objet d'amusement pour le
lecteur. I ne pett etre agreable que pour ceux
qui out vu, et utile i ceux que les chances ou
le devoir appellcront i parcourir les mImes
pays; nais en atteignant cc but i peut encore
parvenir a uln plus haut degrc d'utlite, celui
de presenter au Gouvernement quelques don-
lides certaines sur une contree qui, loin de lui
tre. indiffefrete, au'u.rd'liui, est appelde, par








( 89 )
la nature des choses, h dddommager ample-
meat la France de totes les pertes qu'elle a faites
dans cette parties du nouveau monde.
Pour remplir de plus en plus I'objet que je
me suis propose, j'ai cru utile de joindre a ce
voyage, ou plut6t a cet itineraire, une notice
exacte sur les mines de ce pays. C'est don Juan
Nieto, mindralogiste, envQye par le roi d'Esf
pagne, qui va parler.







... i ___ I






.j .







( 90 )


NOTI CE

SUR LES MINES
DE LA PARTIES ESPAGNOLE DE S. DOMINGUE;

TrFduite de don JuANNIETO, mindralogiste
de S. M. Catholique.


S x lieues a l'est du Cotuy, existe une mine
d'or, qui s'exploitoit ancienriement, et rappor-
toit annuellement plus d'un million d'ecus:
mais s'etant enfoncee dans les terres, elle est
restee en cet etat. J'ai et la reconnoitre, et je
suis entr' jusqu'h I'enfoncement. On pourroit, au
moyen d'une depense de mille ecus, rencontrer
le metal degage de l'eau, le terrein 'tant tres-
haut et fort sec. J'ai egalement ete reconnoitre les
monticules voisins qui sont de la meme quality.
A une demi-journde plus loin, et dans la
meme direction, se trouve une mine de cuivre
bleu, tres-riche en metal, contenant une grande
quantity d'or: mais le propri'taire qui ne con-
noissoit pas ses richesses, etant mort, ainsi que
ses esclaves, la mine resta plus de trente ans







( 9 )
sans ktre exploitee. J'y ai 6td et j'ai fait 1'essai du
metal. J'ai trouve qu'il rendoit un cinquieme
d'or, et je ne doute pas que l'on ne trouveroit
ce metal tout pur si 'on parvenoit h la troisieme
couche. 11 seroit i ddsirer que quelque capita-
liste vouldt entreprendre l'exploitation de cetle
mine qui, coinme je l'ai dit, est sans activity
depuis longues annees, et quoique la ville (le
Cotuy) ait recu la cidule de Votre Majestd,
pn date du 5 fevrier 1790, elle n'a pas cherchi
ia la mettre en valeur, c'est pourquoi .j le fais
aujourd'hui de son consentement, et avec 'aide
de Dieu, j'espbre que dans moins d'un an les
quints royaux rapporteront beaucoup. J'espere
aussi que par la suite il se prdsentera des hommes
laborieux et entreprenans, qui mettront en va-
leur ces nombreuses mines d'argent et autres,
don't j'ai connoissancl.
De cette mine, j'ai dte reconnoitre celle qui
est dans le district de Jarabacoa, a une jour-
nee de chemin de la ville de la Vega. Elle s'ex-
ploitoit autretois et contenoit une grande quan-
tild d'argent; mais s'etant enfoncee, elle est
restee en cet etat.
Au-delh, soni d'anciens dtablissemens fran-
gais oi l'on trouve des mines d'argent trbs-
riches, nommces mines deSanmi qui, selon les




V w


(92
anciennes traditions, sont d'un plus grand rap-
port que les mines du Potosi. Quand les Fran-
cais vinrent s'etablir dans les environs, ces mines
etoient exploitdes par don Diego de Cazeris
qui les abandonna.
Dans la montagne Noire, Sierra Prieta,
qui est tres-haute il y a des mines de fer que
j'ai reconnues.
Dans le bourg de Barica a soixante-dix
lieues deSanto-Domingo, il existe une mine de
soufre tres abondante; j'en ai extrait une pe-
tite portion que j'ai reconnue pour etre de la
meilleure quality.
Dans la vallee de Bany, dans la parties du sud,
it se troupe beaucoup de carrieres h plAtre; il
en existe aussi un grand nombre de pareilles
dans la ville de Monte de Ptata, et dans la
vallee de Neybe.
Non loin des mines de cuivre bleu don't j'ai
fait mention, ii y a deux mines d'argent.
Dans la jurisdiction de San-Yago, pres la
riviere 1'Yacque, il existe une mine d'argent
etune grande quantity de couperose.
Dans la valid de Neyba, est une mine de
sel en pierre d'un' trrs-grand rapport et qui
sert a l'approvisionnement de San- Yago et de
plusieurs autres endroits.






4
*i





( 91

(93)
A douze lieues de la rnmme ville dans le
canton de Yazica, on a decouvert dans unr
morne, stir la riviere, une mine d'argent que
j'ai reconnue, mais imparfaitement, a raison du
temps.
Dans plusieurs autres endroits que ceux que
je viens d'indiquer, j'ai eu connoissance de
beaucoup d'autres mines de tous metaux, et
particulierement d'or, d'argent, de plomb et
d'4tain.
Dans la riviere du Bao, plus loin que San-
Yago, dans la parties du sud, en passant un
bras de ladite rivibre, on apercoit une mon-
tagne don't r'acs est presque impossible, k
raison de sa roideur et de son escarpement.
Cette montagne est l'asile de beaucoup do
negres marrons qui s'y sont rfeugies et qui y
vivent dans un etat de liberty absolute. Je tiens
-J
de quelques-uns de ces negres, avec qui j'ai
caused, que cette montagne renferme beaucoup
d'or. Ils m'en firent voir quelques grains.
Aux confins de la jurisdiction dii bourg ou
de la vallIe de Sdi t-Jean et de Guaba, on
rencontre qelqlues pierres t fusil, et l'on m'a
fait voir quelques diamans trouvis dans les
cavitis des mornes.
Sur les bprds de la riviere du Bao dont nous







(94)
venons de parler, non loin de l'iabitalion de
don Didgo de Andujar, est une mine d'or
tris-riche, de laquelle on tire aussi des e'me-
raudes. J'ai et4 reconnoitre cette mine, d'ou
il paroit que les ancieris tiroient des parties d'or
en bloc depuis ie bord de la rivibre jus-
qu'a la elme des murs d'un couvent de Fran-
ciscains.
De-la je me suis rendu ia San-Yago, et en-
suite aux mines d'or de Guaraguano, situees
a dix lieues de distance de cette ville : elles
Aoient autrefois d'un grand rapport; maig s'd-
tant enfoncees, on cessa de les exploiter; ce-
pendant elles sont tres-riches.
Je retournai ensuite a San-Yago, d'oh j'al-
lai .a la Cienega, que Ion nomme riche, .
deux journes de laville. Dans les possessionsde
don Die'go de Andujar est un endroit nomme
las Mlazelas ot nombre de personnel dloient
Intigutercs occupies b extraire de l'or. 11 n'y a
pas long-temps qu'on tira du lieu nomnm la
Buenaventura douze cents onces d'or, qui
furent embarquees pour I'Espagne; mais le vais-
seau naufragea.
A Jayna pres de la Buenaventura, a
l'babitation de Gamboa, qui appartient actuel-