UFDC Home  
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Chapitre XI
 Chapitre XII
 Chapitre XIII
 Chapitre XIV
 Chapitre XV
 Chapitre XVI
 Chapitre XVII
 Chapitre XVIII
 Chapitre XIX
 Chapitre XX
 Table of Contents
 Errata
 Carte Generale de l'Ile de St....
 Back Cover
 Spine


BNH USEM DLOC



xml version 1.0 standalone yes
Volume_Errors
Errors
PageID P118
ErrorID 1001
ErrorText change to grey scale: files 00061-65, 00090-156, & 00159-366


Mémoires pour servir a l’histoire de la revolution de Saint-Domingue, Tome Second
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/BA00000219/00002
 Material Information
Title: Mémoires pour servir a l’histoire de la revolution de Saint-Domingue, Tome Second
Series Title: Tome Second
Physical Description: Book
Language: French
Creator: Lacroix, Pamphile, vicomte de, 1774-1842
Publisher: Pillet Ainé
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1820
 Subjects
Subjects / Keywords: Caribbean
Saint Domingue
Haitian Revolution
Oge
Toussaint
Louverture
Rigaud
Haiti--History--Revolution, 1791-1894
Genre:
Spatial Coverage: Haiti
Coordinates: 18.9411 x -72.7034
 Notes
Funding: Digitized with funding from the Digital Library of the Caribbean grant awarded by TICFIA.
Creation/Production Credits: Digitization performed at the U.S. Embassy in Haiti from material held at other institutions
 Record Information
Source Institution: Digitization performed at the U.S. Embassy in Haiti from material held at other institutions
Holding Location: la Bibliothèque Nationale d'Haiti
Rights Management: All rights reserved by the source institution.
System ID: BA00000219:00002

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Half Title
        Half Title 1
        Half Title 2
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Chapitre XI
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
    Chapitre XII
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
    Chapitre XIII
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
    Chapitre XIV
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
    Chapitre XV
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 146a
    Chapitre XVI
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
    Chapitre XVII
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
    Chapitre XVIII
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
    Chapitre XIX
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
    Chapitre XX
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 340a
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
    Table of Contents
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
    Errata
        Page 351
    Carte Generale de l'Ile de St. Domingue
        Page 352
    Back Cover
        Back Cover 1
        Back Cover 2
    Spine
        Spine
Full Text
































































-'- *c


















UNIVERSITY

OF FLORIDA

LIBRARIES


I 2.94

v.2
AUrOCP.PHED

RARE BOOK


*'.








a


* I


j


.. ._















MEMOIRS
POUR SERVIR
A L'HISTOIRE DE LA REVOLUTION

DE SAINT-DOMINGUE.










Les formalitds prescrites ayant itd remplies, je
poursuivrai les contrefacteurs suivant toute la ri-
gueur des lois.


DE L'IMPRIMERIE DE PILLET AINC.









MEMOIRS

TOUR SERVIR

A L'HISTOIRE'DE LA REVOLUTION

DE SAINT-DOMINGUE.

PAR LE LIEUTENANT-GENERAL BARON
PAMPHILE DE LACROIX.

AVCI UNE CARTZ NOUVELLE DE L'iLE ET UN PLAN TOPOGRAPHIQUI
DE LA CriTE-A-PIERROT.
SECOND EDITION.
Homo, qubd rations est particeps, consequential
cernit, causes rerum videt, earumque progress et
antecessiones non ignorat, similitudines comparat,
reius presentibus adjungit alque annectit futures,
Ctcano, de Officii, lib. I.

TOME SECOND.








A .PARIS,
CHEZ PILLET AINE, IMPRIMEUR-LIBRAIRE,
iDITEUR DE LA COLLECTION DES Mfl(EUS FTAN;AISES,
RUE CHRISTINE No 5.
1820.









VWa
' WTOGRAPHEDoo
dKUCiXu~no









MEMOIRES

POUR SERVIR

A L'HISTOIRE DE LA REVOLUTION

DE SAINT-DOMINGUE.



CHAPITRE XL


Motifs de la prise de possession de la parties espagnole. Arri-
vde du gdndral Agd a Santo-Domingo. Renvol de cet offi-
cier. Rdtractation de l'agent Roume. Son arrestation et' son
ddpart de la colonies. Lettre de toussAiNT-LoyUTRiTURE en
forme de manifeste. Rdponse du gouverneur don Garcia.
Invasion de la parties espagnole. Entrde triomphale desnoirs
a Santo-Domingo. Rdunion de tout le territoire de Saint-
Domingue sous I'autoriid du chef des noirs. Prospdritd.
Enthousiasme gdndral pour ToussANT-LOUVERTURE. Cons-
"titution colonial. Opposition de quelques Francais. Leurs
observations. Derniere mission en France du chef de bri-
gade Vincent. Ses objections au premier consuL

LE destin a.ouvent plus de part.aux ivene- 80oo;
mens que les calculs de ceux qui veulent les
cgnduire. La ,in ;de la guerre du Sud venait
d'en fournir l'exemple.
Lorsque le g4nral Rigaud faisait,trembler
les noirs et les blancs, en ne laissant devant 1i








2 EREVOLUTION
1800. que des d'eserts, le dcouragement qui avait
gagne' les noirs avait atteint l'ame de Tous-
SAINT-LOUVERTURE. Ne sacharit comment se
tirer d'une entreprise don't il dsesspirait, ilavait
imagine, pour masquer son insuffisance, d'al-
ler prendre possession de la parties espagnole,
que la France avait acquise par le trait de
Bale; mais qu'elle n'avait point reclamd d'apres
l'incertitude des eve'nemens de la colonies.
ToUSSAINT-LOUVERTURE, dans une ppera-
tion de cette importance, avait agi avec la cir-
conspection de son caractere, et avait voulai
mettte en avant le faible reseau d'autorite der-
riere lequel iI avait place son ipouvoir. En con-
-sequence l'agent'loume, qu'ii avait appele pros
de lui lors de l'embarquement du general He'-
douville, avait pris l'arrte' suivant:
< L'agence du gouvernement national fran-
cais a.Saint-Doanmngue, ~eonsiderant que l'abus
qui s'est introduit en transportant des cultiva-
teurs et autres citoyens de .'ancienne parties
frangaise a la nouvelle de Saint-Domingne, a:
justement exciti l'indignation de toute la por-
tion -du peuple frangais resident dans cette,
colonie; -
SQue ce people aI requis, par 'organe de
administration municipal du Cap, de pren-








DE SAINT-DOMINGUE. 3
dre de concert avec le citoyen geniral en chef, I100.
en vertu du traits de BAle et des instructions
du gouvernement national, les mesuies leg plus
convenables pour prendre immddiatemnent pos-
session de ladite parties ci-devant espagnole '
Considerant que e moyen est reellemient
le seul qi puisse empdcher la continuation de
cet abus, arrete :
Art. e". Le general en chef de l'armer de
Saint-Domingue est requis de donner ordre au
general de brigade Age, chef-deTetat-major-
gen6ral de Saint- Domongue, don't le patrio-
tisme et la sagesse sont connus, de se trans-
porter a la parties ci-devant espagnole, pour eft
prendre possession au norn du peuple franAais,
avec tel nombre de troupes blanches que le ge'
n6ral en chef croirait necessaire.
S2. L'agence prendra, de concert avec le ei-
toyen general en chef, les mesures convenabile
pour instruire le gouverneur et capitaine-ge-
neral de la parties espagnole de cette prise
de po0sessioM, et mettre sur sa responsabilite
les otdres qu'il devra donner pour la bonne
r&Eeption dWa g,4ra Age et de sa troap,- par-
tout oA ils se traisporteronti .
3. Le geartal d6 brigade Chkalnka, ac-
tuellement employee conrime c6omWlisilire du








4 REVOLUTION
x8oo. gouvernement a la parties ci-devant espagnole,
exercera provisoirement, des la prise de pos-
session de la ville de Santo;Domingo, les fonc-
tions de delegue de l'agence dansladite partie...
S4. I1 se concertera avec le gouverneur et
capitaine-general, ainsi qu'avec le general Age,
pour que ce glorieux evenement s'opere a la
satisfaction de tous les ancicns et nouveaux
Francais.
S5. II maintiendra, d'accord avec le general
Age, l'exercice du culte, -el qu'il subsiste ac-
tuellement, et invitera les cures et autres eccle
siastiques a concourir de tous leurs moyens au
bonheur public.
6. Le delegue Chanlatte et le general Age
seront expressement charges d'avoir pour le
gouverneur et. capitaine-general, et les autres
officers et fonctionnaires publics espagnols,
tous.les dgards dus a leur merite personnel et
a leurs grades respectifs, jusqu'a ce qt'ils sor-
tent de la colonie.
S, Le present arrte' sera.imprime, lu, pu-
blid et affiche partout oij besoiri sera,. adresse
aux autorites civiles et militaires de l'ancienne
et de la nouvelle parties frangaise de Saint-Do-
1ningue, transcript sir les registres des corps
administratifs et judiciaires, et une expedition








DE SAINT-DOMINGUE: 5
sera immediatement envoyee au gouverneur et 180o.
capitaine-general de la parties ci-devant espa-
gnole; il sera en outre insre au bulletin offi-
ciel de Saint-Domingue.
SFait au Cap-Frangais, le 7 floral( 27 avril),
I'an 8 de la rdpublique francaise, une et indi-
visible.
Signed au registre des deliberations, I'agent
particulier du gouvernement frangais,
ROUME.
Le secretaire de l'agence,
Signe' L. BLANCHARD.

En execution de cet arrdte', le general Ag0
s'dtait rendu a Santo-Domingo sans troupes; sa
presence et l'objet inattendu de sa mission y
avaient mis tout en rumeur ; le people s'etat-
ameute, et les authorities s'etaient pretees avec
complaisance. a son exaltation. Le cabilde de
Santo-Domingo 6tant venu dire au- gouverneur
qu'il ne. repondait pas de la s-rete du general
Age, ce general avait incontinent requ une es-
corte pour. Otre, accompagne par elle jusqu'a
la frontiere.
L'agent Roume, qui avait cru que les Espa-
gnols cederaient sans resistance, effrayd du
retour precipite du general Age, et des conse







6 BREVOLvUTION
800oo, fences sans nomlire que pouwait avoir 'inter-
wention de la force dapsla prise de possesOsien
craignant, avec faison, les suitesd'une dimar-
che politique don't la responsabilitg pesait seule
surlui, avait rapport son arr-t etecharge son
dielegui, le general Chan.aUe, d'en informer
officiellement les autorites de la parties espa
Sgnole.
TOUssAIT LOUVERTURE, en apprenant
cette retrac.ation, avait, pour la premiere foig,
manifeste'ouvertement 14 violence de.son ame,
Eclatant de fureur sur un contre-tems qui le
forgait a poursuivre son entreprise premiere,
ii avait tompiU toute measure, et fait conduire
prisonnier dans 'intdrieur des terres l'agent
Roume, qui, dans cette :occasion, montrait au-
tant de fermete qp'il avait sembli juaque ]t tei,
maigner: de complaisanee et de resignation.
Sans le retour de la, dputation qui apporta
A ToussAriT-LoTovaERTUR la confirmation de
son grade de general en chef par le gouQerne-
ment consulaire, iln'est pas possible dp prevgir
jusu qa quels autres excess aurait pu se porter
le chef des noirs dans 1'ecart avoud de son res-
sentiment.
Sur les instances' de la deputation, 1'agent
-Roume, apris plusieurs mrois de captivity, ,fut







DE SAINT-fDOWEInGUE.
rendu 'a la liberty, et mlame f ses functions; i8o0.
m~ais:son caraatere avait etd trop meconnu pour
conserver encore quelque credit. On f lii fit
sentir, et ilquitta la colonie.
Du moment oc la retraite. du general *uRi-
gaud avait mis fin & la guerre du Sud, Tous'-
SAINT-LOUVERTURE etait revenue a son project
de prise de possession de la partiese espagnole.
11 avait redouble de soins pour en assurer la
reussite, parce que sa raison naturelle lui di-
sait qu'en invasions de toute espece le succrs
garantit la justification.
I fit tous ses preparatifs dans 1l plus grand
secret ,
Quand ses moyens furent prdts, il kcrivit en
ces tertnes & M. le president don Joachim Gar-
cia, capitaine-general et gouverneur pour le
roi d'Espagne de la parties espagnole de'Saint-
Domingue,
",: : -.' .CaP, F ais ,. 19 frimairean 9"
SMonseigneur, j'avail eu 1'honneur de Vous
lander des Cayes queje' me riservais, man
premier voyage au Cap, de vous ecrire, poui
vous demanderjustice, de l'insulte faite au gou-
vernement en la personne d'un de ses officiers-
g ndraux, son envoy aupr s d audience es-
pagnole ; j vous -averoe que si j'ai di Otre sur







8 REVOLUTION
180o. pris d'un procede si contraire aux rigles 4ta-
blies entire les nations policies, ,mondevoirme
prescrit imperativement d'en obtenir une re-
paration. J'espcre done, Monseigpeur, quevous
ne me la laisserez pas: plus long-tems desirer,
en rdpondant d'une mraniere satisfaisante A ma
reclamationi.
Des raisons d'Etat ont determinrie agence
du gouvernement a m'ordonner le 7 florI a
an 8, de prendre, au nom de la republique
franqaise, possession de cette ile, cddee : la
France par Sa Majestc Catholique, d'apres lq
trait conclu a BlAe entire les deux nations;
en consequence, je vouspreviens que j'ai charge
le general MOYSE, commandant en chef la di-
vision duNord, de cette important operation;
et d'apres l'outrage qu'a essuy& le: gouverne.
mernt en la personae du genral Age, pour'la
mgme mission, j'ai d' faire accompagger Ie
general MOYSE d'une force armee suffisante
pour 1'exe'ution d traite ; et pour la protec-
tio~r de toute cette parties de l'lle ontre les enl
tieprises quelconques des ennemis de la'repu-
blique. -
SiJe desire de tout mon coeur que la con-
duite franche et loyale des habitans et lav6tre,
SMonseigneur, realise mes esprances et. me







DE SAINT-DOMINGUE. 9
mette a meme de contremander la plus grande x8oo.
parties des troupes que l'expirience anecessite
de mettre en movement pour assurer la
pleine et entire execution des ordre du gau-
vernement,
J'espere egalement, Monseigneur, que
vous voudrez bien ne pas laisser ignorer aux
Espagnols qui resteront soumis aux lois fran-
gaises que leurs personnes et leurs proprites.
seront respectees, et qu'il ne sera rien innove
aux usages religieux qu'is professent: recevez-
en je vous prie, Monseigneur, la parole invio-
lablede militaire; soyez en mAme teams persuaded
que si j'insiste a la reparation que je reclame de
Votre Excellence, c'est parce qe. j'ai unique-
ment a coeur, en faisant respecter le*nonr fran-
Gais, d'entretenir la liaison d'amitie qui existe
entire les deux metropoles.
Que-Dieu vous prenne en sa saints garden.
J'ai l'honneur d'etre; avec tous les egards
dus a votre merite et a votre dignity, Monsei-
gneur, votre tres-humble et tres-obdissant
serviteur. ,

Le general en chef de l'arm'e de Saint-
Domingue.
igne, TOVSSAINT-LOuyERTu tE,








to REVOLUTION
18oo. Cette espece de manifeste et des proclama-
tions dans son sens. partirent en tndme terns
lue dix mille hommes se mettaient en motve-
ment sur deux colonnes pour envahir la parties
espagnole : celle du nord, conduite par le gd-
neral MOYSE, marchait sur Sant-Yago de los
Cavaleros.
TOUSSAINT-LOUVERTURE dirigeait en per-
sonne celle de l'ouest, qui, par la c6te d'Azua,
marchait sur Santo-Domingo.
1801. Les preparatifs et les dispositions avaient ete
faits d'une maniere si secrete, que le gouver-
neur don Joachim Garcia apprit a-la-fois l'in-
vasion et la reunion des troupes; il s'empressa
de repondre I TOUSSAINT-LOUVERTURE:

Santo-Domingo, le 6 janvier 18o1.
Tres-excellent Seigneur, la lettre de votre'
Excellence par duplicate, en date du 19 frimaire,
que je viens de recevoir, m'est aussi .trangere
que celle du i4 nivose qui l'accompagne; l'une
et l'autre sont incomprehensibles, et ne peu-
vent s'accorder avec ce que Votre Excellence
m'a ecrit le I" thermidor. Cette derniere est
digne de celui qui a e'te' ele've la suprematie
des deux nations.
Dans vos dites lettres, il paralt que Votre







DE SAINT-DOMINGUE. II
Excellence traite tant6t d'une vengeance qui x8ox.
n'est dirigee ni contre moi, ni contre ces peu-
ples honorable, tant6t il parait qu'elle traite
de la prise de possession.
o L'agent, par son decret du 27 prairial an 8,
a annual celui du 7 floral de la meme anne ;
il me l'atransmis par sa lettre du 5 vendemiaire,
approuvantmes resolutions, et convenant d'at-
tendre en tout ce que dirait 1'Espagne et la
France.
I A present, je me trouve avec des lettres,
l'une avec le titre de duplicate, et I'autre ecrite
de San- Juan, dans laqpelle vous me parlez
d'eviter 1'effrsion du sang, que Votre Excel-
lence approche denotrejuridictionpacifique ala
tete de ses troupes menagantes,et dans le style
d'un ennemi declare.
SJe dois douter que ce soit Votre Excel-
lence qui ait dicte ces papers, ni qu'on puisse
corqprendre que ce soit Votre Excellence qui
agisse de la sort. Notre sang se versera toutes
les fois que par son effusion il pourra resulter
quelque honneur 4 notre gouvernement. II
ne se versera pas pour causer un scandal, une
horreur, ni pour baigner un territoire ou
regnent des meilleurs sentimens que ceux de
I'humanit6.







12 REVOLUTION
i8oT, Votre Excellence me donne des eloges dans
ses lettres; Votre Excellence y a des conside-
rations pour ses voisins; comment devons-nous
concilier cela avec lidee de la vengeance?Votre
Excellence a renvoye ses pr6tendus griefs a la
souverainete de la r6publique franqaise, et j'ai
renvoye les miens a mon monarque ; etant ainsi
d'accord par cette sage measure, comment nous
arrangerons-nous a present d'une nouveaute
attentatoire des meilleures measures ou satis-
factions que nous sommes surle point d'esperer
de qui nous command a Votre Excellence eta
moi, et dans le, teams que j'attends avec soumis.
sion.un resultat quelconque, ou une inculpa-,
tion ?
.., Monsieur Ag4 n'a recu aucune insulte,
comme Votre Excellencel'a reconnu derniere,
ment,et m'en a emercie dans seslettres ; ceci
me persuade'que je ne suis pas dans lerreur-,
et les personnel les plus etrangeres et les plus
impartiales qui connaissent notre cas me le.
confirment; d'ou il result qu'ou iln'y a pas
d'injure, il n'est pas besoin de satisfaction, et
s'il en fallait, ce serait I'affaire de. nos.gouver-
nemena.
Que Votre Excellence revienne sur elle-
rndme; qu'elle eloigne de soi tous les conseil-








DE SAINT-DOMINGUE. 13
lers qui la conduisent si mal: car les mouve- I8oz;
mens propres de Votre Excellence sont tous
diff6rens et derivent de la religion; que Votre
Excellence n'afflige plus ces peuples qui res-
pirent la simplicity et l'innocence: la.France
le sait, et j'assure Votre Excellence que c'est
le seul moyen de les conserver et de se les atta-
cher, et qu'il n'en reste aucun autre, Votre
Excellence pour conserver son opinion intacte,
depuis tant de teams qu'elle combat pour me-
riter les eloges de sa patrie...
Autrement, je vous fais mille et une. pro-
testations dans laconviction que c'est un terri-
toire et un vasselage de la republique frangaise
que vous menace sans lui en donner avis, et,
don't la conservation et la tranquillity me sont
confines jusqu'a la determination supreme de
les delivrer, ainsi que j'en ailes ordres.
: Dieu garde Votre Excellence un grand
nombre d'annees, tres-excellent Seigneur. ,
Signde DON JoAcHIM GARCIA.

Ce n'itait plus desormais avec des compli-
mens qu'on pouvait esperer de modifier les
projects de TOUSSAINT-LOUVERTURE.
. Aussit6t qu'il se vit qualifier par la politesse es-
pagnoledu titre d'Exdellence et de tres-excellein








b4 REVOLUTION
a80o. seigneur, il traita don Garcik Ae M. le pre'si-
dent.
Au moment ou ses colonnes entraient sur
le territoire espagnol, une circontance particu-
liire vint donner de I'activiti a ses mouvemens.
Un bitiment leger, venant de France, 6tant-
sigriale par les vigies, TOUSSAINT-LOUvVERTURE,
qui n'etait regtd au Cap que pour engourdir
la security, craignit avee raison que les recla-
mations de 1'agent Roume et celles de la cour
de Madrid eussent determine le gouverne-
ment consulaire A ne pas donner son adhesion
au project de prise de possession qu'il allait
excuter. II se hata de inter & cheval, en lais-
sant fordree de ui acheminer ses dep6ches.
Ii itait a peine part que le batiment signal
fut en vue et bientot en rade.
SL'officierporteur des ordres dugouverriinent
s'empressa de deinander des chevaux pour se
mettre sur la piste du general en chef; c'tait
peine inutile. ,Tout etait prepare pour ddjouer
sa mission. On lui disait a chaque relai (( que
Touss AINT-LOUvVERTURE semblait avoir pres-
senti son arrive, que, corntre ses habitudes, il
s'etait reposeet n'avait eess6 de dire: J'atendls
des nouvelles de France, et il nefaut ien moins
que cette attente pour nr'-mpchter d'dtre i la








DE SAINT-DOMINGUE. 15
ttte de mes colonnes, qui, i l'heure qu'il est, i8ox.
doivent dtre engagees. >
Le pauvre officer de marine, epuise de fati-
gues, repartait a l'instant A toute bride, et re-
cueillait au premier relai les memes renseigne-
mens.
Ii est vrai que TousssAINT-LOUVERTURE
affectait partout de Iattendre, parce que ses
chevaux, plus agiles que des cerfs, lui assuraient
de l'avance, et qu'il ne repartait que lorsque.
des signaux lui faisaient comprendre l'appro-
che de celui devaAt lequel il s'amusait a fuir.
Le general Kerversau, le general Chanlatte,
delegue de l'agence, plusieurs autres frangais,
et les fonctionnaires espagnols, chercherent en
vain a provoquer la resistance. Leurs efforts se
bornerent A fair poser, dans le department
du Cibao, des embuscades derriere les rivieres
de Guayavin et d'Amina et dans le department
de l'Ozama, derriere celle du Nisao.
Les noirs n'eurent pas de peine a les forcer:
ils 4taient si nombreux; 1'effroi marchait telle-
ment devant eux, qu'ils n'essuyerent qu'une
faible resistance. Les instructions de Tous-
SAINwT-LouvERTURE prescrivaient a ses gdne-
raux de lever immidiatement les embuscades,
mais de ne les poursuivre que faiblement, afin








16 REVOLUTION
180o. d'eviter les mdlees et le carnage. Ces ordres
d'un c6td, la retraite prccipitee des Espagnols
de l'autre, firent qu'il y eut peu de sang de re-
pandu durant cette champagne. Elle ne couta la
vie qu'a cent individus.
Le succes justifia 1'entreprise. Don Garcia
voyant ses postes replies et son gouvernement
envahi, s'estima trop heureux qu'on lui laissat
la faculty d'avoir l'air d'acceder aux desirs que
lui exprimait TOUSSAINT LOUVERTURE, en
1'assurant qu'il y avait un oubli sincere, vrai et
durable du passe dans la prise de possession.
Par suite d'un arrangement qui sentait assez
la capitulation, mais dans.lequel de part et
d'autre on n'eit garde d'en prononcer le mot,
le pavilion du roi d'Espagne fut amend le
7 pluviose ( 27 janvier 8oi ) a Santo-Domingo,
apres une ddcharge de vingt un coups de ca-
non, et remplac6 par celui de la rdpublique
francaise, A la suite d'une autre salve de vingt-
deux coups de canon.
Ce ne fut qu'alors que l'officier de. marine
put rejoindre TOUSSAINT-LOUVERTURE, quine
negligea.rien pour l'assurer qu'il 6tait .ddses-
perd de n'avoir, pas connu.plus t6t les ordres
du gouvernement qui contrernandaient son. ex-
p6dition,mais qu'ilsluiparvenaient trop tard,







DE SAINT-DOMINGUE. 17
Les noirs entrerent a Santo-Domingo d'une x8o0.
maniere- triomphale. Leur chef fut requ a la
maison commune par le cabilde et le gouver-
neir, qui, conformement aux usages espagnols,
voulurent inviterr, au nom de la Tres-Sainte-
Trinite, a preter le serment de gouverner avec
sagesse la place et la portion de l'ile don't il
venait de prendre possession. TOUssAINT-Lou-
VERTURE, don't le tact et le bon sens ne man-
quaient jamais d'A-propos, mit autant que pos-
sible d'obligeance dans ses refus, en observant
qu'on ne pourrait exiger une demarche sembla-
ble que d'un officer qui serait envoy par la
cour de Madrid pour reliever l'ancien gouver-
neur; que le cas 6tait ici different; que par
suite d'arrangmehs respectifs il allait gouver-
ner pour la republique frangaise. Des-lorsje
ne puis fire, ajouta-t-il, ce que vous me de-
mandez; maisje jure de tout mon coeur, de-
vant Dieu qui m'entend, que je mets le passe
dans l'oubli, et que mes veilles et mes soins
n"auront d'autre but que de rendre heureux et
content le people espagnol devenu franpais.
A ces mots, le gouverneur, don Garcia, lui
fit mille protestationsd'inter6t, et lui remit les
clefs de la ville. TOUSSAINT-LOUVERTURE les
couvrit de sa main: Je les accepted, s'ecria-t-il,








18 REVOLUTION
i8ol. au nom de la republique franpaise; et puis se
tournant vers l'assemblee, il ajouta d'une voix
-humble : Allons rknercier l'auteur de routes
choses d'aooir effieacement couronne du plus
grand succes noire entreprise prescrite par les
traite's et les lois de la republique (r).
Suivi du gouverneur et de toutes, les autori-
tes espagnoles, ii se rendit i la cathedrale, oi
le Te Deum fut chanted en actions de graces.
Le gouverneur espagnol don Garcia ayant
prof&re dansla conversation le nom du marquis
Hermona, ToUSSAINT-LOUVERTURE, qui con-
naissait mieux que personnel' les circonstances
odieuses de sa desertion, mais qui ne souffrait
pas qu'on osit les luirappeler, langa a don Gar-
cia un regard scrutateur de colre, et lui dit
d'une voix ferme et concentre : Le marquis
Hermona est le meilleur officer que l'Espagne
a eu a Saint-Domingue. Si elle avail su appre-
cier ses talens et mes bones intentions, si elle
avait suivi ses plans et les miens, vous ne vous
series jamais trouve, Monsieur, dans la pini-
ble situation de me remettre les clefs de Santor
Domingo.
Le regard et le ton qui accompagnirent ces
(i) Procks-verbal de la prise de possession de la partie cs-
pagnole, du 7 pluvidse an 9 (27 janvier).








DE SAINT-DOMINGUE. 19
paroles, firent comprendre a don Garcia que 80or.
la remise de son gouvernement etait faite, et
qu'il 'tait teams pour lui de gagner la terre-
ferme, en suivant l'exemple des eveques espa-
gnols, qui s'y talentt deja retires.
Le general Chanlatte, delegue de l'agence,
et ceux qui s'etaient compromise savaient trop
ce qu'il en avait couitd a la population de cou-
leur du Sud de s'etre confide en la magnanimite
de ToUssAINT-LOUVERTURE, pour oser comp-
ter sur elle. Ils s'embarquerent a la hate et quit-
terent la colonie.
Du cap Samana au cap Tiburon, l'autorite
du chef des noirs s'6tendit alors en souveraine.
N'ayant plus que des hommages a recevoir,
ToUssAINT-LOUVERTURE prit plaisir a jouir
de ses triomphes. II parcourut les villes de la
parties espagnole au bruit du canon et au son de
toutes les cloches.
Le clergy venait partout pieds nus le recevoir
processionnellement sous le dais; en accueillant
ces hommages, TOUSSAINT-LOUVERTURE s'tu-
diait a flatter les esperances et le credit des
pretres. Les attentions marquees qu'il leur pro-
diguait produisirent leur fruit : peu de jours
apres la prise de possession, il etait aussi mat-








20 'REVOLUTION
1801. tre de I'ob'issance des Espagnols qu'il Fetait
ddja de la confiance des noirs.
La reunion de ]a parties espagnole procura
des avantages reciproques don't on ne tarda
pas & ressentir les effects.
La parties francaise gagna plus de facility, dans
ses acquisitions de chevaux et de mulets, pour
faire aller la culture; et la parties espagnole
s'etant rassuree, trouva des bdnefices enormes
dans 1'exportation et la vente facile de ses bes-
tiaux et de ses troupeaux de bWtes a comes.
Les soldats noirs, soumis a une austere dis-
cipline, n'avaient fait que pen de degat; il ne
resta dans le pays que ce qu'il fallait de troupes
pour tenir garnison, et ces garnisons firent en-
core circler de l'argent.
Les elemens d'administration frangaise qui
les suivaient porterent dans ce pays neuf des
principles d'activit4 et d'industrie.
Des routes magnifiques furent percees; celle
de Santo-Domingo a Laxavonn'avait pas moins
de qu'atre-vingts lieues de long'sur six toises de
large., t
On n'avait jamais vu de voitures dans le pays;
les noirs en intrbduisirent.
Les chevaux espagiols n'allaient qu'au pas








DE SAINT-DOMINGUE. [1
on au galop cadence; ils prirent l'allure vive i80so.
de ceux de TOUSSAINT-LOUVERTURE. Les dis-
tances se rapproch'crnt, et, en derniere ana-
lyse, cette invasion des noirs, qu'on avait tant
redout6e, devint d'abord un bienfait pour les
peuplea nomades de la parties espagnole.
Le resultat heureux qu'amenait la reunion de
cette parties, la prosperity particuliere don't on
jouissait, cell plus brillante des profits qu'on
entrevoyait dans I'avenir, ne firent qu'aug-
menterl'enthousiasmegeneral pourToussaINT-
LOUVERTURE.
a Le salut <4e la colonie exigeait la perma-
nence de son system; il n'y avait, disait-on
de toutes parts, d'6tablissement solide en fait
de gouvernement que les functions inamo-
vibles.
Soit qu'il eu~t con~u lui-mdme la premiere
pens4e de cette measure, soit qu'elle fut l'ex-
pression desflatteries don't onl'enveloppait, ou
bien encore l'oeuvre de la politique etrargare,
l'idee de recevoir une nouvelle investiture du
voeu general des habitans de la .colonie enivra
un homme qui ne :rvait qu'ambition, et don't
le pouvoir dtait le besoin unique c''tait fe
cercle de ses pensees, le but constant de toutes
ses actions.








22 REVOLUTION
1801. Le commissaire Raimond a particulierement
ete-accuse d'avoir excite TOUSSAINT-LOUVER-
TURE a se saisir du pouvoir de la colonie,
comme le gdnfral Bonaparte venait de le faire
en France par la revolution du x8 brumaire.
Cependant le propos suivant prouve le peu de
cas que r'homme de Saint-Domingue faisait de
ces insinuations.,
( Je connais bien Raimond, disait-il,il s'ap-
plaudit d'etre de retour parmi les riches de la
nature; il les engage & se suffire a eux-mimes;
il announce qu'il ne veut plus les quitter :. il.ne
babille ainsi que parce qa'ona refuse en France
de lui acquitter soixante mille francs de traite-
mens arrieres.
Une locution, qu'il avait adoptee avant le re-
tour du commissaire Raimond, demontre jus-
qu'I l'dvidence que le plan d'une constitu-
tion colonial etait depuis long-tems dans la
tete du chef des noirs. (( J'ai pris mon vol, di-
sait-il, dans la region des aigles. I1 faut que je
sois prudent en regagnant la.terre ; je ne puis
plus etre plac4 que sur un rocher, et ce rocher
doit etre l'institution constitutionnelle qui me
garantira le pouvoir tant que je serai parmi les
hommes. .
Les bons Francais qui talentt dans la colo-







DE SAINT-DOMINGUE. 23
nie tentlrent en vain de le dissuader en osant 1801.
lui prddire les objectionss naturelles qu'allait
6levep la .metropole centre un systime qui,
en detruisant sa souverainete, transformerait
Saint-Domingue en un march banal o" toutes
le .nations viendraient, avec un 6gal advantage,
trafiquer desi poduits de leur industries au de-
triment de celle de la France. ToussAINT-
L6uvvaTUvE, aveugl .par les nombreuses s-
ductions avec lesquelles d'avides speculateurs
exaltaient le sentiment des services qu'il avait
rendus, ne!'cessait de leur rrpondre: Qu'il
eilai le Bonaparte de Saint-.Donmingue et tque
la solonie ne po~sait plus xisteer sans lui.
Ayant prepare, de longue main, les inte' ts
etles espritse r'acte politique qu'il meditait,
ii eloigna, sous differens pretetea, les per-
sonoes qii: avaient sur lui quelqwe empire, et
reunit une assemble central, composee de ses
plus chands partisans.
Au moment ou l'on s'y attendait le moins,
cette assemblee vint en corps lui'prisenter un
project de constitution colonial, qui, en lui re-
mettant to*. les pouvoirs., le nommait gou-
verneur et president a vie, avec le droit d'&-
lire son successeur, et de nommer a tous les
emplois.








24 REVOLUTION
180o. ~ Le chef debrigade Vincent etait du petit
nombre de Francais qui, toujours fiddles aux
interts dela patrie, avaient conserve le credit et
la faculty de pouvoir tout dire a TOUSSaINT-
LOUVERTURE. II en usa avec energie dans
cette occasion,. pour lui fair sentir les torts
nouveauix qu'allait lui- donner son' acte decons-
titution. *
TOUSSAINT-LOUVERTURE lui avoua qu'il ni
lui etait plus possible de diminuer I'allure gi-
gantesque qu'il avaitprise; -Une force. majeure
semblait.lrentrainer; cette forceretait occiIte ;
elle partait des insinuations.que lae'poitiique
etrangere avait laissees derriere'elle dahsia co-
lonie.
SLes Memoires remisan gouvernement, par
le chef de brigade: Vincent, A la suite ide s'As di-
Nverses missions;, sont.des matriaud historiques
du plus rice interet.; .:- -
Voici des extraits du compete reridu-par. cet
officer, en 18oI. :
S. .... : ..,., Je quittai le Cap pour ine
rendre- aux Gona'ives, et deux jours apres eut
lieu la. publication du fameux project de consti-
tution, avec un appareil jusque la incoinu.
Je me plaignis vivement, a mon retour, de
la publicity donnee a une production qui n'au-








DE SWINT-D OM1INGUE. 25
rait jamais df dtre livrke a public avanltd'Atre r8Sir.
revAtue de la sanctigodugonverniement.'
Je fus effrayd~esdeCtails que T'on rne don na.
Je cherchai Pascal, que je savais vraiment ca-
pable de'penser fortement .sur l'oubli' de tout
devoir envers la.mn~tropole. Pascal vbyait abso-
lumenmflbohr lGobiltfutcoivwefiu. que je pres-
serais ivementT roUssAINT-Lo UVERTU E, pour
qutil ne aissi.: p-s subsister son ;m6de iel gou-
verneinent m:;: e *.--"rnr ''* ; -'n?;^ a tnk sid'i
Je saisis, le plus t6t possible, le liaoent de
le fire ; -e'jeitOtai. to'ut pour ramener Tdbs-
SAINlbh) lOvEiRTBE-1.;d'aiutres-principesw]dl
tnfecouta a'vic atiettiqna., sur-touiit quand 'jel' di
demanldaii e que pdurrait fairele gouvernemerit
-ranqeas, aujound'lii uIqulaux termed diela cons-
,ittutionsil n'alarait plus.periorime A-normmer ni
a-envoyer dansrla colonie. I1mie rdpobidit.-qire
le goumcrnemdni everralt desr v dnmissaik.s
pourparler apen lui. i',::: :w'.: ,i ;
)::' )-Ditesplit6?qde Ion vent qu'ilvousedrivoie
, des charg-s d'affaires;;esfambassadeurs, ainsi
Sque ne manqueront pas delle'faire lesAmiri-
Scains J-esEspagnolsket;mine les Anglais. ,
'ToUssAIrT entendit fortibieniet-medit:
Je sais que le goitvernerhent angels est le plus
dangereux pour mol et le plusperfide pour la







26 .AEyOTJUTION
x8oi. France; il a toutfait pouri a oir le commerce
exclusifde# tile; mrtais il n'a we .que ce xqu'il
etait impossible qu'il n'et p4ss.d'fuvays besoin
de li. . ;:- -
u ll-mn quitta, et je n'emprssai d'aller rendre
compete Pascal de notre conversation,. en le
pressant d'agiP de son cAtd: Mais Ji m'a assur
n'avoir pas ose lelfaire, ,T~xasrt-liu ayant
marque dela defiancedepuisqu'il F'avait troupe
ferme dans ses principles de soumission au gou-
vernement.,* -i' 'rW. -J..
TOUtssa rT-LOUVERT Ui E,rimportunddes;ob-
se*ations et de la presence do chef de brigade
Vincent, le fit appelerlpo ului dire : desire quitter-la colbnie eh. Mien jd aisaouts
en fournir l'occasion: vousdalez.porteren France
I'acte de constitution contreilequel oui -:Ious
aevez tant; siavous ne voulez pas .vow.e#
charger, je I'enverral.aux Etat~Uis, et, de l,,
je le ferai passer en Franc.l pa un 'avire
neutre a vouss aimez bien la colonie,.mais vous
,aimez :encore mieui 'la Fiance et c'est pour
cela que je.Ycans choisisi v:-*,
Le chef de brigade Vincent accept encore
cette mission epineuse. Voici 'extraitdu compete
official qu'il rendit de -'sa dernire entrevue
avec TOUSSAINT-LOUVERTURE.







DE SAIlT-.DOMINGUE. 27
i ,. .: .. . Ma surprise futgrande lorsqu'il *8oi.
me dit queje sserais dd& partidsi l'imprimeur
ne se faisaitpas attendre.: ; -
Conimrent, lui dis-je ,vous faites imprimer
la constitution! Vous concevez le, project d' Ien-
voyer avotfri gouvernement enpaquets,~ ainsi
que vbus le fere- au continent americaitn i;a la
Havane et A laJamaique Cetteconduite estia-
freuse: votre constitution doit gtre envoye.ie-n
France manuscriteWt :sign- par tou s e lec-
teurs qui vous l'adresser6nt 'vec priire deila
fire parvenir au gouvernentent. -- V orzlS'aoi
raiaoiwedit-il .'oomi~ 'aspe instrditplas f,
voiusseriezdcip'art i .0 .. (
Je luiridondis qu" j'avais charge tainmond
de le fair, etj'ajoutai : TOCSSAiNT -aime la
France et les Franqais: TousSAINT 'e peut
conserve Pietat:distingue dontiljotiiti ie par
la forte i'des l:bfoiinetteseiutopeennes. ( I me
fit refpter'cette phrase, que je luisoutins vraie.)
ToussiAtr, enfinri n!ambitionrne rien tant que
des prept9ves de orifiance Pt d'estime du pre-
mier consul. 11 m'arr4ta poilr me dire qu'il ne
pensait pas avoir aucan tort vis-a-vis:de lui. Je
m'etaiai que soan project de constitution dtait un
manifeste contre la France.: "' -
SSon ton et son attitude, qui marquaient sa








28 REVOLUTION
x80o. violent agitationa, uWannoncerent qu'il gtait
teams d'en finir. Je lui prsentai neanmoins en-
core cette derniere image :
SEh biep! je vais done partir, et celui qui s'est.
montrevotre plus constantdefenseur auprbs d4
gouvernement.au lieu de porter en France des
preuves. certaines que vos :meritez. de l'avoir
pour appui,.ne portera.A..ce mnme gouverne-
ment que ,de temoignages de l'oubli des de-
voirs les plus sar4rs,.dr la pairt-d'un home tel
que. jevous-ai depeint! A quel rOle affreux vous
me ,rservez! .Vous m'avez souvent dit que
loi.squq, vous vintes., parler "aux cgmmjnssaires
Mirbeck, Roume et Saint.-Lger, Vous leur
av'iez offer de fire .toat rentrer4dans l'ordre &
:Saint-Domningue; si l'on voulait yous donner
soixante liberty;.
: Aujourd'hui, tohui,vos frres sont libres par
la volonte et sous la protection du plus puissant
des gouyernemes ; ,vous..devez a la, aFrance
tous vos :droits: eti; ous oez ljui envalhir celui
de gouverner sa.cplopie:, :!Donnez-moi la note
de ceux de vos frgres d'armes qui ont le plps
contribute a reliever les cultures et a chasser les
Anglais, je me fais fort d'obtenir ,pour eux les
faveurs du gouvernement.
TOUSSAINT, emu, part un instant rfle-








DE SAINT-D-OMiNGUE. 29
chir, et finite par balbutier qu'il verrait avec i80x.
plaisir recompenser quelques-uns de ses cama-
rades. Quand je lui demandai ce qu'il voulait
pour lui-mnme,. il me repondit avec vivacity,
come s'il e'tait xcite par une idde interieure:
qu'il ne vojplait rien; qu'il savait bien que l'on
avait jure sa perte ; qu'il dtait convaincu que
ses enfans ne jouiraientjamais, du peu tqu'il
avail ramassd; MAIS QU'IL N'ETAIT PAS EN-
CORE LA PROIE ACQUISE DE SES ENNEMIS.
SCet emportement extraordinaire chez lui
fut termine par des reflexions qui devaient me
fire la peine la plus eruelle.
II avait un cheval pret a monter a une
porte de derriere, ouf il se porta avec precipi-
tation, et cchappa avec une promptitude eton-
nante a cent personnel qui P1attendaient a la
tAte de ses guides,. trompes eux-mmmes par
sa ruse.
Peu apres le depart du general en chef, je
recus un paquet que je presumais contenir le
fameux project de constitution. Voici la lettre
qui 1'accompagniait:

Le gouverneur-general au citoyen Vincent,
directeur desfortfications.
< Le citoyen Borgella, president de 1'assem-








30 REVOLUTION
180. b ble central, vous remettra un paquet pour
SIle gouvernement. Vous aurez aussi la bonte de
Sprendre ceux que j'ai laisSs a Allier, mon se-
pcrtaire particulier. Je vous desire un bon et
heureux voyage. Saint et amrti:. ,*.
Signe'TOUSSAINT-LOUVERTURE.
Je ne quittai pas la colonie sansy laisser de
nouvelles preuves de mes principles, et je re-
mis an general CHRISTOPHE une lettre decache-
tde pour presser le general en chef de distin-
guer avec sa sagacity ordinaire les'fallacieuses
idees de pouvoir qui pouvaient lui Atre sugg&-
rees par des honimes nouveaux.
La lecture de cette lettre produisit un-effet
etonnant sur le general CHRISTOPHE: c Com-
mandant Vincent, me dit-il avec emotion, vous
6tes le seul Europeen qui aimez reellement les
hommes de Saint-Domingue. Vous nous avez
toujours dit la verite. Le project de constitution
a 6te ridig6 par nos ennemis les plus dange-
reux. .
Le chef de brigade Vincent ayant fait aux
destinies de la colonie le sacrifice de son re-
pos, se rendit en France; il y arriva au moment
du trait d'Amiens. I1 epuisa touts les expres-
sions pour faire comprendre .le danger d'em-








DE SA';lT-60io NGUE. 31
player la force dans.la conjoncture eitraordi- ,8o0.
naire -o la colonies se trouvait place.
Frondant les pdjug6s du teis, il eut le cou-
rage de dire au premier consul que nos brillans
conqudrans d'E*uope, rendus disponibles par
la paix, he pourraient rien sons le climate des An-
tilles; que ce climate aneantirait notre arrme,
lors mgme que le credit de TOUSSAINT -Lou-
VERTURE sur les noirs ne pourrait pas arriver
au point de la faire ditruire par les armes; ce
qui ne lui etaiti pas d6montre. II ajouta a ces
craintes celle que les Anglais ne contrariassent
nos dispositions. Le premier consul lui repon-
dit avec humeur : (.Le cabinet de Saint-James
a voulu s'opposer a ce que je fisse passer une
escadre Saint-Domingue. Je lui ai fait notifier
que, s'il n'y consentait pas, j'allais envoyer &
TOUSSAINT des pouvoirs illimits,- et le recon-
naltre ind6pendant. I1 ne m'a plus fait d'ob-
servations. ,,
:Cette confidence servit de texte a de nou-
velles objections. Le ton de confiance et de su-
pdriorite que, prenait le premier consul mon-
trait qu'il croyait avoir f6rc6 l'Angleterre a
approuver son expedition. Le chef de brigade
Vincent se permit de lui observer qu'il voyait
avec douleur mette ala merci de l'Angleterre








32 REVOLUTION
8o?.- et du climate de Saint-Domingue notre marine
et 1'.lite de nos troupes.
Le premier consul, redou tnt I'influence de
ces observations, relegua h 'ile d'Elbe le chef
Sde brigade Vincent. Les evenemens n'ont que
trop justified la justesse des apprehensions de
cet officer.








DE SAINT-DOMINGUE.


CHAPITRE XII.


Etat de la colonies apres la promulgtlion de sa constitution. Ses
products en lan g. Budget des depenses du gouvernement
g6enral de Saint-Domingue. Coniparaison de ddpenscs
rdelles avec les ddpenses' fictives. Propos et apologue de
TOUSSaINT-LOUVERTURE. Promotions nombreuses. Forma-
tion de Parmie colouiale en trois divisions. DWtals sur les
gdndraux DSSALINME et MOYSE. Insurrection des ateliers du
Limbd. Jugement et execution du gdndral MOYSE. Risigna-
tion extraordinaire des noirs aux ordres de TousSINTr-Lov-
VERTURE. Ses plaintes relativement au silence du premier
consul. Ses inquietudes. Ses proclamations. Renvoi de ses
agens de la Jamaique. Rappel du Cap de l'agent britan-
nique. Envoi en France d'un habitant du Port-au-Prince.
Particularitds sur cette mission.

L'AUTORITE don't la source est impure jette 1801.
1'inqui6tude dansl'ame de ceux qui s'en font de-
tenteurs. Les implacables ennemis de la France
avaientbeaus'applaudird'avoir faitToussAIlNT-
LOUVEiTUJRE mattre d'un grand pouvoir, ils ne
l'avaient pas rendi mature de sa conscience.
Au fate de l'ambition il connaissait le remords,
et plusieurs generaux noirs, dans le sein des-
quels il avait voulu s'dpancher, avaient ajoute a
ses regrets. Dans cette occasion, le chef de bri-
gade CHRISTOPHE a qui la politique anglaise a
i. .3







34 REVOLUTION
8doi. fait accepter depuis le titre de roi d'Ha'iti,
qu'elle avait en vain offert ai TOUSSAINT-Lou-
VERTURE, avait ose lui dire x que la constitu-
tion colonial 4tait un crime medite par les
plus cruels ennemis des noirs. TOUSSAINT-
LOUVERTURE lui avait repbadu, que ce n'e-
tait point par ambition qu'il s'8tait fait procla-
mer gouverheur a vie, mais uniquement dans
le but d'avoir le moyen de conserve r h liberty
de sa couleur.
C'est ainsi qu'il itait venu a bout de parler
a l'imagination de. ceux des siens qui s'itaient
rappeld la France. En s'exCusant devarit eux,
il n'en avait que plus ressenti la vriti de leurs
observations. Aussi, lorsque toutes les espe-
rances avides exaltaient a Saint Domingue,
i'homme en qui elles etaient places mesurait
seul de sang-froid 1'avenir et ne s'y abandon-
nait point avec confiance.
Cependant tout prosperait sous soh admi-
nistration; on obeissait par enthousiasme, on
servait par devouement; et ce n'&tait pas seule-
ment une puissance d'opinion, :'etait encore
une puissance bien positive que eelle de Tous-
SAINT-LOUVERTORE.
Le commerce de toutes les nations fi duen-
tait Saint-Domingue sous pavilion ambrlcain.
Des reglemens fiscaux fort bien entendus 'en









DE SAINT-DOMWINGUE. 3

tiraient.des resources considerable, et lacul- 1801.
ture et le commerce rivalisant d'activitW et de
vigieur, montraient l'avenir dans urie p ro-pi
rite incommensirable.
Les comptes suivans, fournis a l'assembleie
central par l'admitistrateaige6 tral die la co-
lonie, peuvent. servir A donner uite id&e de
cette pergpe'tive.
Products de la coaknie de SaintDofntsb.eern e 9.
Suore terry. Sucre rat. ,Caf6. 5
Dansle ddpartement du Sud. 8 8s4,335 6,338,754
duNord i5,67i 9,348,784 14,q8,95o
del'Ouest. .. 4,817,453 18,294,566
Domaines natiQnaix da Sud.. . I ., aoo -lt3jiodb
Sde I'Ouest .. .. ioo,ooo 00,00oo
dit Nd4 ', 999.6o6 i,t6o,,oo
16,54o 18,518,57 43,a o,a7o
Colona. Ctho. Cihiplcth.
Dans le dUpartement du Sud. m. ag5& '10l,a22 49t
de 'Ouest. i,644,435 202,274 ,39 ,407
duorN d 1 '6,58 28,at 5,3Ba,o66
Domaines nationaux du Sud. 63,75 58,3oo ... .
del'OUest, s oo: t . .. '. .
duNord oo,ooo . . .
2,48o,34o 648,8 6,768,634
Sirop. digo. om; do
Dansle department deiOuest. ,o66. . 3,783
duShdi. 68,3a 8t4. ..
'du Nord 22,026 . . -l,736
99,419x 804 75,519
boiW 1ee*' it'
d'aeajou. des boucher.
Dans ledipartementide'Ouest o 50,ooo
adu Sud. .. .. i0o00
IiAo,ooo
II. 41








36 REVOLUTION
180o. Si l'on s'en rapportait avec une entire con-
fiance aux comptes presents par l'administra-
tion colonial, on aurait une idee imparfaite
des resources financieres de TOUssAINT-Lou-
VERTURE.
Suivant son administrateur-general des fi-
nances, les depenses de I'an 9 s'etaient levees
a la some exorbitante de. .. 34,942,408 fr.
C'est-i-dire ti 27,o94,858Jr.
de plus qu'en 1789.
Et les recettes generales ne
.s'etaient portees qu'a. .. .. 19,255,931
C'est-ai-dire it 2,341,249 fr.
de moins qu'en 1789, epoque
la plus brillante de la prospe-
rite' de Saint-Domingue.
L'exercice financier presen-
tait done un deficit apparent
de. .......... ..... .15,686,477
Mais presque tout etait faux dans 1'&talage
des depenses, comme on en,acquerra incessam-
ment la preuve. Une foule de puissans motifs
decidaient TOUSSAINT-LOUVERTURE a en im-
poser a la credulite publique.
D'abord il voulait prouver a la France quc
la possession de Saint-Domingue lui etait a
charge; ensuite il voulait se manager vis-a-vis
des subalternes la faculty de leur refuser.









DE SAINT-DOMrNGUE. 37
Enfin,il dtsirait inaugurer vis-a-vis des habi- i801.
fans le droit d'etablir un imp6t supplemen-
taire de I5,ooo,ooo en impositions somptuaires
et foncieres, pour niveler la recette a la de-
pense.
Voici le budget soumis en consequence a
l'assemblee central pour 1'exercice de 'an 9,
portant la defense a pr's de 35,ooo,poo.

Etat des depenses presentes a l'assemblde
eentrale par le citoyen Voll'e administra-
tesur-genral des fincees do gouvernement
de Saint-Domingue.

Gowuernement.
francs.
Gouverneur.... . .... . . . 000ooo
Son secrdtaire-gdndral.. . . .. .2,ooo
Rations. .. ..... ..... ,0g5
Son secrdtaire paftiiculite. . . 1. 5,ooo
Rations..... ... .. ... 8ao
Son secrdtaire interprete. ..... 5,ooo
Rations.. ... ............... 82o
Six secrdtires ordinaires. . .... 48,ooo
Rations.... . ... . . ... . a,46o
Un chef d'tat-major, gehdraldebrigade. 18,ooo
Rationias .. ......... .. . r.642
Un adjUdant-gdnrral ....... .. .io,56o
Rations ........ .. ......... 1,095
Un aide-de-camp, chef de brigade. . 8,25o
Rations .'. ..... . .... ... 8ao
Un aide.de-camp, chef de bataillon. 6,00










38 RiVOLUTION
1801. frsu.
Rations .. . . . . 547
Deuxaides-de-camp', capitaincs. ... 7,5oo
nations . . . . . . . .. 8ao
Deux aides-de-camp, lieutenans. . 4,35
Rations ................. 824
Un commissaire des guerres. ... x8,oon
Rations. ................ ,642
483,181
Grand e'at-major.

Un gdndral de division, ....... 27,00oo
Rations.....; ... ........... ai8o
Deux aides-de-camp. ... ... .. ..,ooo
Rations .... .. . . . ,o4
Compagnie de guides. . . . . 19,822
Rations ................. -7,653
Compagnie de dragons .......... 4,4os
Rations .......'. ........ ,365
Un premier secrdtaire. ........ . 6,ooo,
Rations......... .. ...... .41o.
Un second secretaire . . .... ,750.
Rations..............'.. 41o
Dix gdndraux de brigade . ..... .. 18o,ooo
Rations . ........ ....... ... 26,4ao
Dix secrdtaires. . . . . . 40,000
Rations. ............. 5,475
Dix aides-de-camp . . ... .. 18,75o
Rations............. ...... 4,1o6
Escorte des gdndraux de brigade. .. 27,375
Rations .......... . ... ,a6
427,498
Commandans d'arrondissemeni.

Vingt-huit commandans d'arrondisse-
ment, dont vingt-quatre seulement









DE SAINT-DOMINGUE. 39
francs. I8oi.
ports au present dtat, quatre 4tant
ddja employs . .. . . ....- 18o,ooo
Rations......... .... .. 16,42o
Vingt-quatre secrdtaires ... . 45,o16
Rations. .. ..., ; . . . ... 9,840
Escorte des commandans d'arroQdisse-
ment... ............... 31,816
Rations .... .......... ... 23,805
3o6,895
Commandens de place.
Quatre-'ingt-cinq commandans de place 3a5,o00
Rations.,. ..... ......... 165,537
Quatre-vingt-cinq secrdtaires ...... 16s,ooo
Rations...... ........... . 4,85o
87
Force armre, infanterie.
Le nomnlre des demi-brigades dtant fixed
a 15, elles reprdsentent ia,5oo hom-
rPs, qui content par an. . .. 7,838,400
Ra ions. . .. . . .. 6,366,195
4ftPa4,595 ...:...-
ARDES D'HONNEUBI. lafanltrie.
Mille homes. .......... . 56,5a5
Ration s,, .. . .. .- ; 2 .. 288,878
645,ao5
Cpaalertie.
Un' rdgiinent de ciavaerie... .... 3 8,857
Rations ... . . .. .. . . i9,236
658,073 .
S. Artillerie.
Le corps d'artillerie.. . . ... 607,890
Rations. ................ 5o3,836

Gendarmerie.
Un corps.de.gpnarniriecre heval .. 555,537
35PV337










40 REVOLUTION
I8o0 .Musique.
francs.
Musiciens. . : '.' .' . . . 107,712
Rations. . .. .. . ... . 3i,4oo
239,112
Habillemen.
Infanterie, soldats. .. . .. ..1,887,682
Offieiers:... ...... o08,857
Cavalerie, soldats . .. .. .. i64,4ai
Officiers. . ..... . 5,o51
Garde d'honneur,soldats . . . 55,925.
Officerss. . . 10,777
7 usique. .. . 47,028
2,509,721 ms
H.pitaux.
Frais. . ... .. . .. ,133,470
2,133,470,
Officers 4fe santd
Un inspecteur.en chef.. ~ ... 2a,ooo,
Six mddecins.. ... .. .. ... .. o18,0oo
Six chirurgiens en chef. ........ . .54,ooo
Rations.de ces officers. .:. . . . 9,307
19a,3o7 .....
ommissaires des guerres.
Six commissaires des guerres. ..... 72,ooo
Rations . . 4,97
Six commissaires en second. ....I .... a4,00oo
Rations............ .......: : 35,85
Six commissaires 0rdihaires.. .....' 16,aoo
Rations. ....... .': .. ). :..' 3,85
Dix-huit sous-commissaires.. .... . 56,000
Rations............ ...... . . 9,55
189,55 D du 2
Direction du gdnie.


Un dirccteur-gdndral. . . ... ....


so10,196










DE SAINT-DOMINGUE. 41
francs. 180I.
Cinq offieiers du.gdnie. .. ... . 56,578
Six emplbyds du gdnie de diffiresis
grades....... .. . *. *. ** 9,0o0
Rations de oes officers. .. ..... 53,285
79,059 ..
Officiers cigils.
Administrateur-gdndral des finances. 5o,ooo
Rations. ..... .. .... .. 7,190
Son chef de bureau. .. . . . 12,ooo
Rations .............. .... 821
Six secretaires... . . .. . . .6,ooo
Rations. . . . . . . . 3,285
Trdsorier-gnral. . . . . ..... 48,ooo
Rations.......... .. .... .... 4,1go
Son chef de bureau. .. . . 1.. ,000
Rations....... ..... . . 821
Six secrdtaires. ... .. . . .. 36,ooo
Rations. ................ 5,85
Onq trdsoriers particuliers de ddparte-
ment. ................ oo,ooo
Rations. .................. 4,io6
Cinq chefs.de bureau. . . ...... o,ooo
Rations. ................ 3,075
Quinze commis expeditionniires.. . .. 6o,ooo
SRations. .. ...,.,3 ,. -. .. . '6,15o
Dix receveurs pr&s les douanes. ...- i,ooo
Rations. ;. .-. . ..... 5475
Trente cdnmis... .. . .. . 10,00oo
Rations. .... .. ... .. ,. .. . as,5oo
674,698 ,
Administration des domaines. '
SChefs et employss.: . .. . .. 439,4o3
439,4o3 .
Doianes.
Quatre contr61eurs. . . . . . 4o,o









b4 REVOLUTION,:,
8os. francs.
Quatre vrificate urs .. .:.; 3. 0o,o000
*Douiiiitrificateurs en second: *. 4s,ooo
.Quatre peseurs. publics.... .. .. . a4,ooo
,Douze peseurs an second. ... . ;. 536,o000
Douze employs peeurs . . . 3o,ooo
0,000
Officdersjudicaires..
Tribunal de cassationi ... .. ... 16,ooo.
Tribunaux d'appel ,. . .. 75,oo000
91,ooo000
. Depenses courantes.
Batiniens civils et tnilitairs. . ... 4oo,oo0
"FortifiCatidnS. .. ; . 3. . ,445,2oo
'5,845,aoo .. -;: -
Artilerie et fournitures de caoalerie.
'Enfretini. ". .... ...'.... 400oo,ooo000
4ooooa
a inmarine . . 3. ." .'. .. 5 ooo
Impression. . . ; . .. 25,ooo
Ddpenses secr&htes . . . . . I,500oo,oo
Dettes du gouve"neiment.. . ... ..3,ooo,ooo.
5,5,oo . 34,94,408
54, ,4o8 . . . . ., .

Le passif de ce budget 6taitenflp :omme it
est facile de s'en convaincre par I'analyse des
plus fortes dpenses.
L'administrateur-gn&ral portait,au budget,
le nombre des.demi-brigades a quinze; il n'etait
que de treize..
II les reprisentait de quinze cents'hommes
chacune, elles n'en ont jaspais comptd au-dela
de douze cents,







DE SAINT-DDOMINGUE. 43
Pburl'entretien de ces quinze demi-brigadts, i8ox.-
dont il faisait monter la force total a vingt-
deux mille cinq cents horines il, comptait
pour s6lde .. .-. ,. . 7,838,400
Rations.. ...... ... . 6366,195
Musiciens.........,. .. 239,112
Habillement des soldats. . i 887,682
Idem des officers. .., . .:. .: 208,837
Total ......1640,26
Le soldat noir ne recevait que de loin en
loin de leghres gratifications en fournitures;
c'etait par sa sold seule qu'il devait pouryoir
a sa nourriture et A son entretien. Cette solde,
pour. le sous-officier et le soldat, n'itait que
d'un escalin par jow ( 55 centimes.)
L'officier particulier, jusqu'au grade inclus
de capitaine, he recevait que deux escalins par
jour ( x franc fo centimes) ; mais il etait, airisi
que le sous-officier, habill par les nimagSins
de l'Etat.
Voici la depense reelle des denii-brigades de
TousSAiNT-JLiOVrEIIRTURE.. "
Treize demi-brigades,de douie cents horn-
mes, d 55 centimes par jour et par home.
.Pour quinze 'mille six cents hom-
mespar an, ci. .3 .-. . .. 3,31,70oo.








44. REVOLUTION
1801. Supplement d'un escalin par jour
pour douze cents officiers,ci. . .
Habillement de trois mile sous-
officiers, a 1oo fr., ci . . . .
Habillement de douze cents.offi-
ciers, a 4oo fr., ci . .. ..
Cent trente musicians, a raison de
dix par demi-hrigade, ai ,ooo'fr., ei.
,Appointemens des officers supe-
rieurs des treize demi-brigades, ci..


240,goo

3oo,ooo
300,000

480,ooo

I 3o,ooo

260,000


Total de la depense reelle .. .. 4,542,600,

Compte au budget. . .'. i6,540,226 fr.
Depense reelle.. . '. . 4,542,600
Ddtourne pour d'autres em-
plois. . . . . ,997,626

Cette economic de pres de 12,000,000, suP
un seul article de- defense, prouve la foi que
l'on peut accorder aux budgets de 1'administra-
teur-general Vollee. La majeure parties des d&-
penses y 6tait fictive.
SJ'entends toujours les Europeens parler
argent, disait ToussAINZT T-LOUVERTURE et
estimer les Anglais parce qu'ils en ont beau-
coup; je veux aussi que mon gouvernement soit
estim6, et c'est poir cela que je suis 6conome.,







D.E SAINT-DOMINGUE. 45
Ii n'est pas'possible de calculer, meme par x8ox.
approximation, quels ont itg les products de
ces economies. Ils ont du etre considerable par
les arrieres qu'on laissait dans les depenses; et
par les rentrees extraordinaires procurees par
l'empressement que mettait depuis deux ans le
commerce A frequenter Saint-Domingue.
TOUSSAINT-LOUVERTURE, comme les hpm-
mes qui reflechissent beaucoup, mais chez les-
quels l'education r'a pas varied les expressions
du genie, avait des sentences favorites don't il
faisait souvent emploi.
J'ai trouv6 plusieurs fois, dans ses reglstres
de correspondence, I'apologue original don't il
se servait pour etayer ses refus. L'argent, di-
sait-il, est un esprit malin : des qu'on y touche
tout s'en va. II faut beaucoup de precautions
pour ouvrir les coffres; c'est ce quifait que je
nepuis, etc., etc.
A l'occasion de l'avhiement de ToussA'NT-
LOUVERTURE au gouvernement general A vie,
ii y cut, dans l'ordre civil et militaire, des pro-
motions nombreuses, qui furent d'autant plus
appyeciees qu'alors la confiance etait grande
par les resources qu'on voyait devant soi.
Le chef de brigade HENRI-CHRISTOPHE etait
encore si modest, que ses amis durent le
solliciter de demander, dans cette circons-








46 REVOLUTION
r8o0. tance, le grade d'officier-gendral. 11 lui fut
accord avec le commandement de la ville du
Cap.
Les places de secrdtaires ou d'agens d'affai-
res des gdneraux noirs devinrent 1'objet de la
convoitise des blancs.
Le siege du gouvernement se transportait al-
ternativement du Cap au Port-au-Prince, sui-
vant la presence de ToussAINT-LOUVEV1'URE.
Ses palais, dans ces deux villes, furent somp-
tueusement meubles et desservis.
L'armee colonial fut, a cette epoque, orga-
nis6e en trois divisions.
La premiere division, dite du Nord, 6tait
commandee par le general MOYSE; la second,
dite de l'Ouest et du Sud,.par le general DESSA-
LINES; et celle de l'Est ou de la parties espagnole
l'etait, ad interim, par un general de brigade
nomm' Clervaux, qui avait servi contre le ge-
neral Bigaud, et & qui TOUSSAINT-LovVER-
TURE montrait exterieurement autant de con-
fiance qu'il lui en accordait peu en particulier.
Ses deux favors etaient ses generaux de divi-
sion MOYSE et DESSALINES; illes avait nommes
inspecteurs-gendraux de la culture dans l'en-
clave de leurs commandemens.
Ces chefs, naturellement emportes, avaient
une humeur et un abord penibles; le ge-







DE SAINT-DOMINGUE. 47
ndral DESSALINES, sur-tout, conservait un air I8oI.
savage et repoussant. II etait rare qu'il ne fit
pas distribuer des coups 'de biton aux chefs des
ateliers, quand il faisait l'inspection des travaux
d'une habitation.
Si un chef d'atelier rejetait le difaut de la
culture sur la paresse obstinCe des cultivaleurs
en general, il en faisait designer un 'par le sort
pour Atre pendu; mais si nominativement on
lui iidiquait un cultivateur pour raisonneur ou
faineant, cet homme, cruel dans ses emporte-
mens, le faisait enterrer vivant, et forbait !'ate-
lierentier d'etre tetmoin des angoisses de sa
victim. On congoit qu'avec des moyens aussi
barbares, dii noaveaux 'eitoyens prgtendus
libres, menaces de l'inspection du general DEs-
SALINESs, faisaient plus de ti'avail et culfivaient
mieux que trente esclavesd'autrefois
TOUSSAINT-LOUviaEtRI, quin agissait'que
par calul, voulant montrer ce qu'on pouvait ti-
rer de'la culture, avaittendu le general DESSALI-
'kis fermier, autant dire popridtaire de trente-
-deux suceries qui, entire les mains decethonmne,
avide et fecrbe, lui produisaient:chacine au
moins ix ,6ooofr. de rete.
SMalgre leurs reVens irntmenses, esg-nieraux
et les-chefs de SaintLDombingue ayant dd se







48 BREYOLUT'ION
1801. cieer des demeures et des ameublemens somp-
tueux ,.et remettre en activity leursjimmeubles
se'trouvaient tous mal-aisas, let aaient besoin
de deuxoii trois ans de possession pour etre
Sales particuliers les plus riches du monde.,
SSoit que le g6enral MoYsE;f: t moinsb arbare
que le general DESSAI8NES, soit que les noirs
du Nord fussent mroins soumis, la culture n'y
prosperaitpas come dans l'Ouest;TousA.INTr
LOUVERTURE lui; en faisait solvent des repro-
ches ;, celui-ci, expansifcomme urjeune home,
laissait alors percer son humeur.Qupo quefasse
mo'n vieuq oncee, disait-il,/je ne puis me red
soudrea &ire le: Rourreat d ma couleur; c'est
touiyoutr au ~nonin des: initrets dela mneropole
qu'i rmB grande; irnas ces interdis sopntceuz
des :blancs- et je n'aimerai les, blancs que
quand iUs m'auront rendu 'cwil qu'ils m'ont
faith perdre, dans les combats.
Ces plaints revinrent a TOUssAINT-LODu-
VERTURrEau moment ou;i appgenaiqgt quune
compagriie,;d4e niegcirans offrtait ta 1giral
MoYSEj 2o,,i o piastrespar mois pour la ges-
tion. des fermes quil. possidait dans 9, Nord.
Tovss INdtLouvEe; Rv mem ntent dei, or
un; de 'es:inspecteurs; de culture dispose' a se
debarrasser des soins mnpres don't ire gair







DE SAINT-DOMINGUE. 49
de si grands profits, lui temoigna pour cette io8x.
fois son humeur dans des terms menacans.
Le general MOYSE, presomptueux dans- sa
fortune, ne se doutant pas qu'un chef qui lui
appartenait par le sang et par la couleur put
jamais le sacrifier aux circonstances de sa po-
litique, ne change rien a ses propose ni A ses
moeurs, que son oncle: blAmait.
Pour son malheur, quelque terns apres, pen-
dant que:ToussA NT LOUVERTURE. itait au
Port-au-Prince, les noirs du ddpartement du
Nord, a qui le travail plaisait moins que la li-
cence, voulurent reprendre leurs anciennes ha-
bitudes.
Plusieurs ateliers,idans les planes du Limbe',
dgorgerent tout- a coup leurs gerans et les
blancs qu'ils parent atteindre. Ce soulvenient
inattendu vint aux: portes du-Cap, et coita la
viedt trois cents blancs; mais comme la revolte
n'etait point tramee de longue main, et qu'elle
derivait plutot des degoits de la culture que
de l'inquietude dccasionnee par les bruits de
paix, les nouveaux revoltes furent facilement
enveloppes par l'ascendant et l'autoriti de
TOUSSAINT LOUVERTURE. A son approche
et a sa voix ils rentrerent effrayes dans le de-
voir. Ils declarerent qu'on les avait pousses







50 REVOLUTION
180o. a la revolte, en leur distant quisii allaient de
nouveau 6tre les esclaves des blanes ; et en les
assurant queles genfrauxDESSALINeset CaiI s-
TOPME y avaieli comsenti, mais que le: general
MOYSE&yf itait refuse.
ToussaimNT-LOdJ VERTURE, qui tait stranger
& cet e'veement, coitprit la jute defiance, qu'il
pouvait donner contre sa coaleur dansaun moB-
ment oi la paix allait rendie a la me6topole
de nouneaux moyens defre. et de puissance.
Il n'hisita point aiacuneillir:e s accusations qui
signalaient son meveu comme Ie hef d'un mo*-
venmenAdont sa haine pour kas blanes,&tait ben
capable, mais qui ne derivait au fond que di'ii
esprit de ievoltel centre le travail. : -
Le g6ndral Most fuattvrd kOne commission
militaire, et-fasilli c'ommie conpable deo ugli-
gence dais I'eiercice de ses-fonctions.
TaussArIrN- LO uiERTUHIVE I par le sacrifice
d'an de ses prochesvoIuht proia ter a lrance
jusqu'oW pouvait aller spn infeximlbil; et, pour
montrer en mime temsa jsqn'oitpouirait s'dten
dre la volo~nt6 de sa puissance sur la resignation
Sides ssoirs, il .iefit & dessein des essais solemnels
sur plusieurs points,; fiw d'en r6pandre la pu-
.i1 citb. sur les placed -Cap
11 reunit sur les places d'arnis du Cap du 1







DE SAINT-DOMINC.UE. 5l
Fort-Dauphin, et du Limbe, la population x80ot
entire et les troupes qui y tenaient garnison.
Sur la mine, et sur des repohses equivoques, ii
ordonnait individuellement a des noirs d'aller
se faire fusiller. Les victims qu'il designait ne
murmuraient pas; elles joignaient les mains,
baissaient la tite, .s'inclinaient humbleinent de-
vant lui, et allaient avec contrition, soumises et
respectueuses,,recevoir la mort.
Un homme don't la puissance morale en etait
*venue' a ee point, commandait plus de mena-
gemens qu'on A'avait su en garder en France
sur.son comhpte. Les journaux du gouvernement
1'avaient plusieurs fois repr'sente'en rebellion
ouverte. '
Le premier consul n'avait jamais.voulu con-
descendreaid rpondre A.des lettresid4admiration
don't rune.-portait'pour suscription intdiieure:
Le premier des noirs au premier.desblancs.
Ce silence affectait visiblement ToUssAINT-
LOUVERTUBE.
11 se sentait hurmilie de l'obstination du pre-
mier consul. Sa peine avait te d'abdrd si vive
qu'il en versa meme des larmes; mais ses re-
grets, quoique constans, changerent bientbt
d'expression. On y reconnaissait le rang d'oi
ils partaient. Bonaparte a tort de ne pas m''-








52 REVOLUTION
i80o. crire, disait-il; il faut qu'il alt e'coue' mes en-
nemis, car sans cela me refuserait-il des te'moi-
gnages personnel de satisfaction, a moi, qui
ai rendu plus de services a la France qu'au-
cun autre gdndral? Lesgouvernemens anglais et
espagnols traitent avec plus d'dgards les gene-
raux qui se signalent par des services du pre-
mier ordre. : .
La susceptibility de TOUSSAINT-LOUVER-
TUBE avait grand comme son pouvoir; pour
prouver cormbien il le croyait grand, il avait
affected plusieurs fois de passer a ses secretaires
les paquets ministeriels qu'il recevait, en leur
disant: Ca n'en vaut pas la peine; lisez pa, vous
autres. Dans un de ses cercles au Port-au-
Prince, en reconnaissant sur une lettre qu' on lui
apportait le timbre du minister de la marine,
il l'avait rejetee sans lalire en disant srdonmique-
ment a ses voisins.: < Continuez, cen 'est rien.....
Ministre..... valet.....
Ces paroles, entrecoupees par la colere, an-
nongaient ce qui se passait dans son ame; elle
etait -livre a toutes les agitations depuis qu'il
avait appris la signature, a Londres, des preli-
minaires de paix entire la republique franqaise
et l'Angleterre.
Des discussions publiques sur les interets co-







DE' SAINT-D O)INGUE.
loniaux, entre autres un rapport du conseiller- 68oi.
d'etat Thibaudeau, annoncant que. l'esclavage
serait maintenu a la Martinique, et a Cayenne;
qu'a Saint-Domingue et a la. Guadeloupe un
gouvernement just et fort soumettrait tout a la
volonte de la France, eurent une influence
malheureuse sur les dispositions de TOUSSAINT-
LOUVERTURE.
Ces nouvelles arriverent rapidement a Saint-
Domingue; elles y causerent de.l'agitation. Les
hommes qui avaient observe les changemens
survenus dans l'esprit des noirs et l'influence
qu'avait sur eux le chef de leur couleur, Tonu-
rent des inquietudes sur la secousse que pro-
duirait l'arrivee des forces de la metropole.
TOUSSAINT-LOUVERTURE, par une procla-
mation sous la date du 27 frimaire (i8 decenm-
bre) affect de tranquilliser les esprits. Cette
proclamation semblait d'abord n'exprimer que
les sentimens de la soumission et de l'obeissance;
ilfallait recevoir les. ordres et les envoys de la
metropole avec le respect de la piete ftliale;
mais un dernier paragraphe avait un sens diffus
et incoherent, notamment dans un appel fait
aux soldats, et cet appel n'etait pas de nature
a detruire les craintes; car, pour l'obser.ateur,
il 1tait clair que si TOUSSAINT-LOUVERTURE se







54 RiV.OLUTION
i80o. decidait a se defendre, son obstination pouvait
eterniser la guerre dans.la colonies.
Ses propos du terns etaient remarquables.
Un enfant bien ne, disait-il a toute occasion,
dolt de la soumission et de l'obeissance a sa
mbre ; mais au cas que cette mere soit si dena-
turee que de chercher la destruction de son en-
fant, l'enJant doit remettre sa vengeance entire
les mains de Dieu. Si7je dois mourir, je mourrai
en brave soldat, en homme d'honneur :je ne
crams personnel.
En attendant il venait de signer une conven-
tion avec le general Nugent gouverneur de la
Jamaique, dans le but d'augmenter au besoin
ses moyens de resistance, lorsque' ce gou-
verneur ayant appris la signature des prdlimi-
naires de paix, fit dire aux agens de TOUSSAINT-
LOUVERTURE qui residaient pres de lui depuis
deux mois, que la paix don't il venait d'etre
instruit reduisait a neant la convention qu'il
avait contract ; qu'il les priait en consequence
de quitter immediatement la Jama'ique, comme
lui de son c6te allait rappeler du Cap-Frafiiais
le resident britannique, don't la mission n'avait
jamais etd officiellement reconnue.
TOUSSAINT-LoUVERTURE, informed de ces cir-
constances, accusait les Anglais de lui manquer







DE S.INT-DOMINGUE. 55
de parole, de le trahir avec perfidie et de 184l.
conspirer avee les Franuais poured I perdre. II
avait une telle agitation iutirieure, que malgre
se$ soias la catcher il fut devine par plusieurs
personnes.
Un des crdoles les plus distinguis du Port-au-
Prinfe, qui babite, aujourd'hui Paris, fut de ce
nombre. I tint en particulier lui demander des
passeports, pour se ,rendre en, France. Cette
demande inattendue trouble TousSAINT-Lou-
VEiTUBRE. II coarut a toutes les issues pours'as-
sureP svils Etaient.r'ellement seulsetsipersonne
pe pouvai tes enteadre. Revenant bient&t avec
anxiete vers cet habitant, il lui dit en le fixant:
,< Pourquoi oulez-rvozs vous en aller, vous que
j'aime etquej'"atimeP -, Parce que je suis blanc,
etparce que, malgrelesbonissentimens que vous
avez pour moi, je vous vois a la veille d'dtre le
chef irrit edes noirs,. et.que depuis quelques
jours vous n'dtes plus.le protecteur des blancs,
puisque.vous venezd'en fire deporter plusieurs
pour s'tre rejouis de la prochaine aririv7 e des
Europeensl Saint-Domingue.,
TotJssAixM-LoT ERTURE lui dit alors avec
emportement: Oui, il ont eu Pimprudence et
la sottise de se rejouir de cette prochaine ar-
rivee.; combine si celle 'expedition n'etait pas







56 P.RVOLUTION
o801. destinde a me perdre, a perdre les blancs, i
perdre la colonie. On me reprdsente en France
comme une puissance inde'pendante et on y
'arme contre moi.... Contre moi! qul ai refused
au general Maitland de me constituer en.in-
dependance sous la protection de l'4ngleterre,
et qui ai toujours reject les propositions que
Sonthonax n'a cessed de me faire- ce sujet!
Puisque vows voulez partir pour la France,
j'y consens; mais que votre voyage soit au
moins utile a la colonies ; je vous remettrai des
lettres pourle premier consul, etjele prieraide
vous ecouter. Faites-lui connattre TOUSSAINT;
failed lui connattre I'dtat prospbre' de l'agri-
culture et du commerce dans la colonies. Enfin,
faites-lui connaitre mes o'uvres: c'est d'apr6s
tout ce que j'aifait ici queje. dois et que je
veux edtrejuge:. Vingtfois j'ai e'crt a Bona-
parte pour lui, demander l'envoi de commis-
saires. civil pour lui dire de m'expddier les
anciens.colons des blancs instruits dans l'ad-
ministration,. de: bons mecaniciens ,; de bons
ouvriers; .il ne m'ajamais repondu.
Tout-a-coup il profile: de la paix ( doni il
n'a pas mgme daigne m'instruire et queje
n'apprends que par, le canal des Anglais) pour
dinner contre moi une expedition formidable ,







DE SA1NT-DOMbfltGUE. 57
'dans le~s' ran'gs idelaquelleje oi& figure mes i8oi.
ennemi- personnel et des geis firinestes'" la
colonie don i'je.'.'aaits.purge'e. Bien" plus, ii
me'refuse mes enfans l semble oouoilir enfaire
des 'tages,; i ifmr e' st' je n'audspay p donee
~s~oz, ait gararnti~e a :France / rpd re woous
aC' pardirotrmptelemenitarltermspresse.
R, ievenez me r.rouver sous 'ingriquatie heures
je vous reieltrai mesrpaquels'; wous',en pren-
'dreztcohInaissnedsous mesyeia ;i leuir contenu
vous'tiendra'liu 'd'instruotions. Jesouhaitebiben
ardemmentCiqzwe ioui -el et mes 4le res arriviez
assez da terj, pour fair -chan'er de d'tert i-
nhtion,'aufpremier codnul etA orr lul faireidomi -
prerndraequ'eni me pkerdai t il perd les 'ndrs.
il pierd non-seilement Saint-Domingue,: rmais.
encore loutes les colonies occidenialcs.',: '" ,*
Si. Bonaparte. esti l firemier h'ommrie en
France, TOusSAINT est aussi le premier dans
l'archipel des Antilles..
Apres un moment de recueillinent il ajouta
d'un ton ferme : J'allais trailer avec les
Americains et les Anglais pour me procurer
vingi mille-noirs de la cdte, mais je n'avals
d'autre but que d'en fair' des soldats pour
la France...... Je connas 'la perfidie (des An-
glais .........je ne leur ai aucune obligation des







58 y A rOLUI N.
i8ox. avis.qu'ils me donrtent sur I'epeddilion qui
fient a Saint-4tomingue...;je n'ajamais cru
de leurs avis que e queje voulaisbien n croire.
Non! jam.~m je: ne mqrrmerai pour eux! Je
saisis mes armes pour la liberMt de ma couleur,
que la France a sede proclamee, mais qu'elle
n'a plus le droit de rendre esclwae Notre li-
bertene lui apparent plus.! ce biez est A nous !
Nous saurons la defedre o .perir.
Cethabitant s'oceupa sur-le-champ de frter
un b$timent. Ayant reqi le. lerddemain. les de-
peches de TOUSSAINTr-LOTJuVERTUE pour le
premier consul, it se hta de mettre i la voile.
Le bitimeint. qu'il rmontait, int se briser sur
la Grande-Ignagiue. 11chappa pat miracle au
naufrage, Ses papiersfurent petdus; au surplus,
sa mission eit ~t inutile, car l'expedition de
Saint-Domingue itait a la mer, et avait mime
deja passe le tropique,








DE SAINT-D OMINGUE.


CHAPITRE XIII.




Activity dans les chantiers maritimes.Instructions secretes sur
1'expddition de Saint-Domingue. Mdprises des ridacteurs
de ces instructions. Attitude defiante des noirs. Fausses dis-
positiolns qiaritimes. Ralliement gdodral de 1'expddition du
capitaine-gdndral Leclerc au cap Samana. Situation de 'ar-
inde de ToussAiNT-LOUVERrTURE. Dislocation de la flotte.
Discussion entire le capitaine-gdndral et l'amiral. Envoi de
I'aide-de-camp Lebrun au Cap. Sa reception par les nqirs.
Conduite du gdndral CHnSTOPHE. Lettre du capitaine-gdnd-
ral Leclerc. Proclamation du preinier consul. Inauguration
de la guerre. Conduite courageuse du maire du Cap. Se-
cond incendie de cette ville.


Du moment oui le trait d'Amiens eut cimentd x8os.
la pacification general de l'Europe, des corps
de troupes s'etaient diriges sur les ports, 'et
les chantiers de France, de Hollande et d'Es-
pagne, avaient redoubl- d'activite dans leurs
armemens.
Le but de ces armemens ne pouvait etre dou-
teux ; il se revelait de lui-mgme. Du sein de la
paix, I'observateur le plus superficiel pouvait
conclude, sans effort d'esprit, qu'il s'agissait de







60 REVOLUTION
180o, remettre Saint-Domingue sous l'action imme-
diate des pouvoirs de la mitropole.
Le premier consul, don't l'activite vou-
lait tout surveiller et tout 'diriger avait fait
dresser dans son cabinet particulier, par d'an-
ciens fonctionnaires de- la colonie, les ins-
tructions secretes qui devaient regler la con-
duite politique et militaire de la nouvelle expe-
dition. It en avait prescrit et arrted les details
avec l'assurance. d'un general habituejusqu'a-
lors a commander aux el emens et a mattriser
la fortune.
L'homme de mer experiment qui tenait a
cette epoque le portefeuille de la marine et-des
colonies n'avait pas menie ete appele a donner
son avis sur les details nautiques de l'expedi-
tion; il n'avait eu qu'a signer pour copie con-
forme les instructions ddja revtues de l'appro-
bation et de la signature du premier consul.
Ces instructions contenaient de vieilles idees.
Une manie aveugle faisait alors saisir avec avi-
dite ce qui etait present par des homines d'au-
trefois. Ceux consults par le premier con-
sul croyaient.les noirs:ce qu'ils les'avaient
laisses, et ne se doutaient pas.que dix aans de
revolution avaient et: pour eux dix; siecles
d'existence civil. Erreur funeste, don't onr







DE SAINT--DiO~fGUE. 61
Terraincessamment les d4plorables r sultats! ii80.
SCen'etait p'ointen vaintqueles.chefsd es noirs
avaient ete les agens de-oitoes les Iopiitiois et de
toutes les p6litiqueq.l A Flecole, des. seductions
ils -avitiet.-appris ,at mesurer leur. .si tuaionr
L'aiicieioteria& dorit ile 'go1nernement eohsu-
laire pi6nait les institutions; ne leuroffrait pas
une garaintie pour es droit's que le6SbavMithlc-
cord6s'la Francenouvellei Ilsseriendaient rai'so
de leur.position ~quiaque,, eti maii fe'st aent
plus-.d'inquietudesi suriles-cons6qiuences de' la
paix, qu'ils i"en:'avaient tidiolgnees' jusque l.
dans les, chahces- de. ai, guerre;.- lls irrd .vdaibnt
pasisans effroi le silence et ls priecauklnsmys-
terieuses olspiwso ansiles'preparatifs de '1iexpe-
dition,.et ils.netaient poiiirassuresen lavoyan't
confide uix'soidei idei 6goal 'e.. .e 'hea -'
fr re du premiierh consul i.'quii pouvait -etre de-
positaire de-se arineres-pensees.; -' r: I "
< Les negociations entamresfpar le eabinetede
Saiht iloud-, aupis r des eabitiets. 'etpanges ,
relativemenit: a'fltxp~ditioii, 'fn' ayaieit -flIus
ebruit6 les details que n'auraient pu le~~-fire
les i~nelligenceiIqu'on supposdit aux agns lies
noirs dans l6s inreaux ide,!-miine a~Paisu l
Si ce n'est pas-directement'par la politiqu'e
etrangere, ce fut'au moins par des'avis' ie.ns







62 i.RVOLUTION
18o0, de tus'les pays q'ue TeUSSAINT-LOUVERTUHE
fut mis en defiancercontre Farmie expedition-
naire de Saint-Domingiue;
Jamaig entreprise -ie ideploya plus de forces
navales! sous d'aussi:mauvaises directions; les
rendez-vous de mer semblient n'avoir dt6 don-
ns que pour retarder et annoncer I'exp6dition.
D'abord les escadites qui sortaient des ports
de 1'Ocean avaient brdee de se rdunir dans le
golf de iGascogne ,. ouil est facile de s'affaler.
Le second rendez-vbus etait aux miles Cana-
ries,,trop aunsud de la route directed :,
SEnfin, letroisiime .tait as cap Samana la -
tee det'iUie ShinatDomingtie- oilesi vents d'est
sont cbnstan: et iptneupitbu ~i.e6 poiqor ne pas
derosser' al'ouest ,il fant san .eesse :litter tcon-
tre 1, venit les feoiwans .et larlame:; il eat pen
de: vaisseaim qui r6sist&nt e ces effortJ.i '*'
Le teams queles-escadres perdirent, se ther-
cher di:c s'attendriedans ;lesi deux;,. premiers
rendezvous;, fiti que le ralliement geidhalI de
lai.flotitein cap Sariaia :dui-a phusieursi se-
maine. :- ".;
L'effet moral d'ime iapparitionre subite. fat
manque ; tandis qle si toute -'l1s escadres
avaient eu pour rende~ v6us ,une fle du Vent
(independamment de l'avantage qu'il- y avait







DE SiA.lDT-DOMINGpE. 63
Ade ioi.trIe en gramnd;nombre notrepavillon A 18oi.
1'archipel des Antilles ) il 'et 6td fadile, tant
anu Vetit~t en metfaftt de embargo, de omber
*~,BEimproviste snr8aihlontiiitu1i t.'e pro-
fiter des acantages qu'e'doinront-C4hrrise et
la aplontanbitdi 'B *' :y:-; *
.Ormfit tott:le contraire.;. la cris*.epelq-tenms
denf4rmidtic.. .em:; '! ari */
ToUssAINT-Lovt*E sBT Eiintit ph briAe abai-
tud, recoinattre au cap Samana artia ee des
escadres; il. pit .d'abord pour, de hesitationn
ce"q:iui ntt6ait6 eidQ alliem6ent.JC epbndamt,
cqmnme ce,~+akiifment -dtait TfoDmlitibie iet qu'il
n!ivait ~ ~faiaia vaidk fl~attheauiigiraiine4ib init
par eprouver un premier moment de d~cpai-
rage nttemSar bandpandintaul d~skspbir; 'lfflzut
pdrir; :dit-,ilt:: ; ieaffie; ; F-France enPtire
,vient &a SaintDomi q ue; drn: .'at'r id e&e
y ie1 pbuise qiene-rii t i9ssli-rr ktdirsn a'
G. pcemietmouy:u enmeM de terreuartieliii fit
point attend ttr e ec abaadoi tes do"ips 'qurI
menaaaient; mais il jtai4t4 Virvsoluttiet'dkrnsa
sis marehesInieraiBide4&ittetimien. Tois-
salNaT' LoigEvi4;sa :saivit les" evrtine'tis e
so:ecaractup rel e de s~i age. i tetlporisa ses
troupegine fiitzpoiat rftu,,itie@ses ggnpaux
ne requrent pas assez proniptement l'instruc-







64 RE EVOLUTION
x8o1. tiponprecise de levetouv~ertemgnt, et.arla-fois.,
1'etendard dela rivolte.
L'expediion du ganeraI;Leclercj Staitfaite
avec une tee eprofusiop de moyens inaritimes,
que.la flotte .ransaiselet.espagnole de Brdst, eti
les escadres de Rochefort et de Lorient, rallies
ai cap Sgamana,. at nortbre de cinqarite-qua-
tre vaisseaux ou frigates, n'avaientt&-bord, qcile
dix mille ciiq cents Qhnbattans i ,: ,: u-
,C'etait, peu pour les resistances.qu'on.allait
avoir a .vaincre; mais.c'etait beaucoup..pour
les noirs de .Saint Domingue.,. que dZoser
combattre.:l'redite de ces..vieilles legions, qui
avaientidtj franchi, e 1;hin i j.i;. 6, les
AlpedS !b wwuoor-i f .i'- t nw 1; i..
O;bn avait :fait marcher, pa.rn acieinnete les
hommes qui composaientoi'UxpddiLioin : officers
et soldaLs. taieht.les veteirans.de. ces armies
franqaises qui avaient deja.conquis F1admiration
.de;1'inivers.,C'etaient ces grenadiers don't .les
lboaets. ft.lej s &;odeorsavaiynt effac ,tous les
autres sOuyeniirs d. gloire. ji ~I : ,
SL'ar'mee colonial ,fo'riait,.au moment de
l'expedifiondu. ge'nral Leclerc, un corps de
plus de vingt mile hommes! de. troupes rgu:
lires, organisms et, places ainsi qu'il suit-:








DE S-&kI*T-.AO l.NGUE. :65

AnnMe 'rgiiftidu gowriemenft--inMl de'Saint-
'Domitgue.

*T AT M#A J OfI-'G NE A L.

'TousiSNT-TLOUVERTU!E /,'geparal.ewaoif.
-Laeaidge du gQuvernemeatse-transportait.altenativynent du
.ppau Port-au-Puinee oise atrouvait fixils quartier-g a*al.
Agd,. gkndral~deobaigade ,.chef.d'dtat-ima-
jor-gdndral .......:.au Port-au-Prince.
'D'Hdbecourt, .aljudanttgdnra l an. Gap.
Idlinger ,directeuri-gin&aLdes domaines,
reipplissant.les functions d'apjudant-g6-
n .ra ...............au Prt-au-Pri e.
iPascal ,6seowardtaie .., aun-PrttautPtince.
Allier secretaire ............... .;a Cap.
.VollBe, administrateur-gidAial'desfinan-
ces et ordonnateuren; chef.... au'Cap.

.uBIvJ$ON:9 U! Z4O1D.
CHMRiTOPHE, gdndral de brigade, commaaidaut, au Cap.
Vernet, gdndr~edEbrig&de. .. .... .. ... . au Cap.
MAmuEPAS .gdnDral, de brigade .. ,u Poytrde-Paix.
Guides desgdandraux . .. . .. . 00
Artillerie et gendarmerie. .. . . . goo
DEMI-BBRIGAD.ES. EMPLACEMENS. FORCE.
* 1/2 brigade colonial. au Cap et au Limbd . iaoo
51 /sbrigaderceloniale4 ..aa Frau.Daui. . ., I oo
9gl/fabijgade coloniale. .Au Port adeiai- . ,ago
M.Totalde;ladivision ,. . .. .. ,Soo








66 R SOLUTION
180o. DIVISION DU SJ D.,ET DE L'OUEST.
DESSALINES, general de division ... Saint-Marc.
BELAIR (Charles), gdnral de brigade, aux Arcahayes.
LAPLUME, gdndral de brigade. ... .. .aux Cayes.
Guides des gdndraux .. .. . .. . oo
Artillerie et gendarmerie . . . 'goo
Garde d'honneur Apied et achev., au Port-au:Prince. 1800
SDE'MI-BRIGADES. E BPLACEiMIMS. FORCE.
et 153 1/2 brigades.'; au'Port-au-Prince. -.. 24oo
4e 1/2 brigade. ...... & Saint-Marc et A Jdrdmie. 00oo
7 i/2 brigade. .. L. . .aux Arcahayes. . . 1oo
8e, 11, la"/ah brigades. auxCayes . . .. ... 600
Un bataillon europeen. "aux'Cayes .. .. . .5o
: Total dela division;::. .. .". ; . . i,65o
DIVtsr'IONDE EST.
Clervaux, gdndral de brigaae conima'ndait par interim la
division. ..;. . . . . -* ... A Sant-Yago.
PAU LouVEanRTOE,' gdndral de.brigade, i Santo-Domingo.
Guides des gdndraux . . ... . . . oo
Artillerie et gendarmerie. . . . .... . 4oo
DEMI-BRIGADES. EMPLACEMENS. FORCE.
1'e 1/ brigade. .... . Samina.. ........ .. 200
2e i/abrigade. .... . Sant-Yago . . ... oo
1o i/a brigade. .. . iSaito-Domingo ... . oo
Total de la division ... . .... .. 4aoo
Rdcapitulation ge'nrale. ,,, ; .
Division du Nord . 8. 4 8oo.
DivisionduSudetdel'Ouest ; Ir,65o
Division de l'Est .... ~.. 4200
PrBsens sous lesarmes . ,20,65o homes.

-/Les gdndraux avaient la haiute police et I'adfiinistratidti su-
pdrieure des arrondissemetnsldns lesquels ilit cinimandaient:
tons les pouvoirs civil i administratifs et judiciaires ressortis-
saiept a leur autoritd.







DE SAINT-DOMINGUE. b7
Cette armee n'etait presque composee que x80x.
de noirs; on n'y comptait qu'un miller d'hom-
*mes de couleur et cinq i six cents blancs prove-
nant des bataillons et canonniers europeens
arrives depuisdix ans.dans la colonie.
Des vingt bataillons franaais, et des detache-
mens nombreux des. troupes de marine d6bar-
quds depuis cette 4poque ril n'existait que deux
cent cinquante homes, que TOussAINT-Lou-
EERTURE semblait avoir expres r funis dans le
cadre d'un seul bataillon, pour avoir a presen-
ter aux siens -un example parlant des ravages
du climate sur les troupes europeennes.
L'armee regulihre de TOUssAINT-LoUVEn-
TURE avait pour auxiliaire toute la population
de couleur, qui, entierement r4signee au joug
de fer impose par les nouveaux propridtaires
avec le mot de liberty, ne supportait plus l'idee
de la soumission aux blanes, qui lui rappelait
r'esclavage.
Nos forces de ,terre et de mer-ralliees au cap
Samana, apres avoir d6tachb deux frigates,
avec un corps de cinq cents homes sur
Santo-Dominigo, mirent le io pluvi6se (3o jan-
vier) le Cap a l'ouest pour se rendre & leur
destination ulterieure.
TOUSSAINT-LOUVERTURE s'en etant assure,







68 REVOLUTION
180o. franchit la parties espagnole pour venir se
mettre a la tAte des 6venemens, don't il ignorait
encore la tournure, et laissa, sans instruction
precise le general Clervaux.
Le gSneral Leclerc, suivant ses instruc-
tions, avait. partage son expedition en trois
divisions. La,premiere, sous les ordres du geni-
ral Rochambeau, forte de deux mille homes,
Strait destinee a se porter sur le Fort-Dauphin.
La second, sous les ordres du general Bou-
det, forte de trois mille homes, avait ordre
de se diriger sur le.Port-au-Prince. (Je.faisais
parties de cette division.)
La troisinie, aux ordres du general Hardy,
forte de quatre mille cinq, cents hommes, etait
destine a agir sur le Cap.
L'escadre de Rochefort, qui portrait la divi-
sion Boudet, avait reconnu la premiere le cap
Samana; la flotte de Brest, qui portrait le ge'n-
ral en chef, y avait atteri la derniere. Des
que cette flotte part, j'allai sur une cha-
loupe A bord du vaisseau amiral l'Ocean, pren-
dre les derniers ordres du general Leclerc. I1
me demanda si nous etions prdts.a dbarquer;
sur ma reponse affirmative, il me dit : <( Quoi-
que mes ordres portent imp6rativement de ne
rien. changer aux details d'execution qui me







DE SAINT-DOMINGUE. 69
sont prescrits, puisque vous 6tes prets et que 180o.
vous tenez la tete de l'armee navale,je veuxpre-
cieusement employer le teams et vous faire agir
surle Cap,enremplacementdela division Hardy,
qui est derriere, et que j'enverrai a votre place
au Port-au-Prince. ,
Il me donna par ecrit ses ordres en conse-
quence.
Je retournai a bord, et a l'instant la division
Boudet cingla dans les passes du Cap; elle allait
s'y engager le 12 pluvi6se ( i" fivrier), lors-
qu'elle'recut l'ordre de poursuivre sa route sur
le Port-au-Prince.
A peine avais-je quitter I'Oce'an qu'une dis-
cussion s'dtait engagee entire le general Leclerc
et l'amiral Villaret-Joyeuse. Get amiral fit ob-
server qu'il leur etait prescrit de ne souffrir
aucune vacillation dans les principles de leurs
instructions (i), etqu'il ne pouvait consequem-
ment prendre sur lui de donner son adhesion,
aux dispositions nouvelles don't le gineral ve-
nait de me charger.
L'altercation fut si vive que le capitaine-ge-
ndral fut au moment de faire arreter l'amiral.
A la fin celui-ci 1'emporta; le contre-ordre fut
(1) Instructiens secr-les sur fexpidition de Saint-Domingue,
chapitre VI.







70 REVOLUTION
8ol.. donnd, et ce contre-ordre eut un resultat d&-
plorable; un ventt contrairee et la nuit ne per-
niirent plus a la .division Hardy d'entrer le soir,
mTme audCap, oi elle eut ete bienreque. -
Le, gnral CHaisJroip E, livrd lui seu an-
nongait le desir di, recevoir I'expedition et de
lui donner des fRtes : les rues etaierit balayces,
les casernes nettoyees, les habitans et les trou-
pes noires se livraient, en ville une: satisfac-
tion generale. .:
L'arfivee secr`te de TOUSSAINT-LOUVER-
TUBE 'arrta ces dispositions amicales. ,
Le lendemain M. Lebrun, aide-de-camp de
'amhiral Villaret-Joyeuse, s'etant jetdans ,1ne
barge de .noiris qhi s'etait approchee 1e' es-
cadrei, prit terce, u fort Ticolet, ou s -iteaouait
le -g4ndral. Ch iSTOPHE..On lui 'demanda-les
papiers don't il etait porteur. M. Lebrunnjes re-,
fusaien disant qu'il avait 1'ordre. exprfs d'en
faire'la premise, en. raits' propres,, au, gendra
Touss'AINTr LOUTIERTftBEI :m1.s,(iqW r ;eisF
ainsi, venez.en ville, et no.us vearons& lui,r-
pondit le gnderal CHBISTOPn E. Aussit6t ipn
donna 5 .notre.parlementaire u, he1al, etil se:
mit a c6te du'gnieral noir,.quiBe rendit aulCGap,
suivi de son nombreux itat-major.
Aucun des officers noirs ou de couleur de








DE SAINT-DOMINGUE. 71
cet etat-major n'adressa la parole a M. Le- 18o.
brun; leur attitude etait froide et defiante.
Celle du general CRRISTOPHE.etait reflechie;
celie des blancs qui l'accompagnaient. etait au
contraite exalte'e..
M. Lebrun recohnut la meme impression,
suivant leur couleur, sur les traits des habitans
du Cap; il fut frappe de I'air de prosperity'
de cette ville. On le conduisit au gouvernement;
deux vedettes a cheval et une garde nombreuse'
y etaient de service. .
Suivant les ordres quil avait reus,_ M. Le- x802.
b-iun avait laisse tomber,'-comme par migarde,
utnl paquet de ,proclamations; on etait.h peine,
arrive' danis le gouvernement que deux blancs
les rapporterent a-u,. ngenral CHRISTOPHE ,, en
l'engageant` a ne point' .couterde propositions
et' repousserla force par la force., Sans'leur
repondre,, le general C'RiR TOPHE dit d'une.
voix levee a M. Lebrun : Vous ne pouvez
pAhft vooir le gouverneur"; .donnez-moi les pa-
piers que vous avez, a luii rereettre. Apres quel-.
ques tergiversations', notre parlementaire, me-
nacd d'etre renvoye, se decida a en faire, la'
premise. '
Le-general CHRIS TOPHE passa aussit6t dans
line piece voisine, ofu il resta plus d'une here;







72 REVOLUTION
1802. les portes se fermerent sur lui : quand il revint;
elles resterent toutes entr'o.uvertes. Monsieur,
dit-il, et toujours d'une voix levee, sans les
ordres du gouverneur-general ToussAINT-LOU-
VERTURE, qui est dans ce moment dans laI
partie espagnole je ne puis me permettre de
recevoir I'escadre et les troupes qui 'sont at
bord..
M. Lebrun se penchant a son oreille, hiu dit
a voix basse que le general Leclerc-portait pour
lui des marques splendides de la faveur du gou--
vernement. Le general CHRISTOPHE., levant
davantage la voix, se t6urna vers la porte:
entr'ouverte : Nora, Monsieur,je ne puisenA-:
tendre ai aucune proposition sans les- ordres&:
du gouverneur-gendral. Les proclamations que'
vous apportez. respirent le despotisme et, la
iyrannie; je vais fire preter 4 mes soldats le.
serment de soutenir la liberty au pdril de leur
vie.
Comme Pescadre touooie et qu'elk n'est plus.
en vue vous la rejoindrez remain martin, .en
attendant, vous. resterez.ici,, dans cet appar-
tement. -.
D'apres toutes les circonstances de cette en-:
trevue, M. Lebrun resta persuade que Tous-
SAINT-LOUVERTURE se trouvait dans le cabinet







DE SAINT-DOMINGUE. 76
o" le general CHRISTOPHE s'enferma pen: 1802.
'dant si long-tems, et vers lequel il se tournait
chaque fois qu'il elevait la voix pour donner ses
responses. .
On servit a souper a notre parlementaire
sur de la vaisselle plate. II fut frappe du decors
elegant des appartemens et de la profusion du
service. Aucun officer noir ne se present pour
lui terir compagnie. II fut servi par quatre do-
mestiques- livrde quii Staient pr'venans, mais
quine profre.rent point une parole.
La municipality, suivie des. fonctionnaires
publics, et des vieillards, se rendit a minuit au-
pres du general CHRISTOPHE, pour lui porter
ses craintes et sesprieres. Elle mit sons sesyeux
la proclamation de TorssAINT-LOUVERTiRE,
par laquelle il ordonnait d'obeir aux ordresde.
la mere patrie avec l'amour d'unfils.pour son.
pere ra ." e ta
Onscherchaia emouvoir son ame par le ta-
bleau dechirant des malheurs.dont le Cap allait
devenir le theatre; on lui rappela avee:rdcon-.
naissance les services qu'il avait:rendus trois
mois auparavant,; l'occasion de r'insurrec-
tion de MorSE; on lui fit observer qu'en n'exe-
cutantpas les derniers ordres qu'il-pouvaitavoir
recus de TOUSSAINT-LOUVERTUE sa respon-








4 REVOLT ION
1802. sabilite et sa conscience:se troiivieht a cou-
vert,:puisque constitution colonial qu'il avait
jure d'observer ireconndaissait la. suprimatie de
la metropole, et que, pour etre consequent, les
fonictionnaires de ila cbloniem ne pouvaient pas
se refuser a recevoir les troupes 'quiveiaient de
France.
Insensible a toutes ces representations, le'g6-
neral CHRISTOPHE repondit: qu'i e'tait : mi-
lilaire; :qu'il ne: reconnaissait pidur chef su-
preme que ToUSSAIT :-LOuvE~RiuRg ; ';i ue
rienne luiprouvait qiiune escadresiaulaquelle
on voyat flotter des pavillons eirangers f t: en-
,oye'e par lameiropole; que les proclamations
avtient ete fdbriqu&s. a bord; que ;la France
aurait pris d'autres moyens pour fire recon-
nailre ses ordres; qu'elle les aurail eiboye's par
un aviso et non par des escadres: e'rangeres.
II finit par declarer que si le soi-disant capi-
taine-ge'ne'ralLeclercpersislail a vouloir enirer
au.Cap la: terrebrilerait avank que I'escadre
rnoutldt dans la rade. '
Toutefois i, permit a' une deputation de la
villed'aller devancer abord'dela flottele retour
dii parlementaire, pour demander: au general
Leclerc de s'spqndre pendant quarante-huit
heures son entree; afin diavoir le teams de sol-







DE SAINT-DOMINGUE. 75'
liciter de TOUSSAINT-LOUIVElTURE la.revoca- 1802.
tion des ordres qu'il avait donnes.
Cette d6putation etait composee du maire,
de deux -notables, du cure de la ville et de
M. Tobias Lear, consul des Etats-Unis.
Le general Leclerc leur rdpondit <( que la
France, pleine d'affection pour la eolonie, avait
tout dispose pour son'bonheur: I1 retraca en
peu de mots les grands prdjets de bienveillance
que la mire-patrie avait pourToussAiNT-Lou-
VERTURE, a qui elle renvoyAit'ses enfans april's
les avoir fait Olever avec le plus grand soih.; il
ann6nic qu'il portait au ge'tiral CHIISTOPHYE
des temoignages de 'la reconnaissance publique,
et fit observer combien's'rait monstrueuse Fin-
gratitude don't ces deux chefs semblaienit vou-
loir se rendre; coupables.
II ajouta que la conduite du general CHnIS-
T.oHE devant fire craindre qu'il n'employat
le; dilai demand' a assurer, par la reunion de,
ses forces, le succes de la resistance qu'il mc-
ditait, il ne pouvait retarder.'entree de I'es-
cadre:, et. qu'il allait faire les dispositions ne-
cessaires pour qu'elle s'opret une demi-heure,
apres le retour des deputes, teams suffisant pour
que le general CHRISTOPHE reparat par une
prompted soumission la honte de sa re'volte.








7 6 1iVOLtTION
18'2. Le general Leclerc sentait avec prison le
danger qu'ij y avait de temporiser; car, effec-
tivement, on ne perdait pas a terre un instant
pour organiser tons les e'lmens de resistance:
on.garnissait les forts de canons, de muni-
tions, de grils et de carbon de terre.
M. Lebrun vint confirmer ces jiistes appre-
hensions, en annoncant les grands mouvemens
qui se passaient en ville.
Les deputies retournerent pres du'gereral
CHRISTOPHE; ils:lui rappelerent encore une
fois es longs services qu'il avait rendus la
chose publique, et don't un' instant: allait lui
fire perdre le fruit:Apres des prieres de toute
espece, ils lui remirent la lettre suivante du g--
neral Leclerc:
A board de 1'Ocdan, le r4 Ipluvi6se an io.
"' J'apprends; avec indignation ,.citoyen ge-
neral, que:vous refuse de recevoir 'escadre
et l'armnie frahnaise qud je command, sons le
pr6texte que vous n'aves pas d'ordres ddu gou-
vernetir-general.
; La France a fait la paix avec IAngleterre,
et le gouvernemenit envbie a Saint-Domingue
des forces capable de soumettre 4es rebelles
si toutefois on devait en trouver ai Saint-Do-
mingue.







DE SAINT-DOMINGUE. 77
Quant A vous, citoyen general, je vous 1802.
avoue qu'il m'en coiterait de. vous computer
parmi les rebelles. Je vous previens que si au-
jourd'hui vous ne m'avez pas fait remettre les
forts Picolct, Belair et toutes les batteries de
la c6te remain i la pointe du jour quinze
mille homes serontdebarques.
Q Quatre mille d4barquent en ce moment an
fort Liberte; huit mille au port Republicain,
vous trouverez ci-joint ma proclamation; elle
exprime les intentions du gouvernement fran-
ais ; mais rappelez-vous que, quelque estime
particuliere que votre conduite dans la colo-
nie m'ait inspire, je vous rends responsible de
tout ce qui arrivera. n
Le general en chef de l'armee de Saint-
Domingue, et capitaine-general de la
colonies.
Signed LECLERC.

Le general CRtaISTOPHE ne tint aucun
compte.de cette lettre. S'adressant a M. de la
Garde, commissaire du gouvernement pros la
municipality, don't les observations le cho-
quaient plus particulibrement: Vous parlez
comment un colon, lui dit-il, comme un pro-
prietaire ; je n'ai'point de confidence en vous.







7.8 R~.EV SOLUTION
1802. II se retira en annoneant, par tn .air farou-
che,,que son ame itait ulcedre, et qu'il you-
lait rester -sourd aux remontrances qu':on Jui
Ifaisaiti
'Loraque la foudre ne suit pas 1'dclair, les
menaces paraissent gratuites. Lailettre et le ton
du capitaine-g6nderal ne servirent.qu't tenflam-
mer la resistance, parceque l'escadre, ne pou-
vant se procurer des pilots et eprouvant d'au-
tres contrarietes de mer, fut obligee de gagner
le large sans mettre de troupes a terre.
Le ,16 pluvibse an Io ( 4 fivrier ), au point
du jour, la municipality voulut encore tenter
d'cmouvoir le- general CHRISTOVH-E; elle fit
assembler un grand nombre de vieillards, de
femmes et d'enfans, qui vinrent en pleurs le
conjurer dese laisserflechir; mais l'eloignement
de l'escadre, repoussee par des vents contrai-
res,- le rendit inexorable.
Il reunit les troupes de line sur la place
d'armes, et leurfit rdit'rerle sermentdevaincre
oude mourir, prescrit.par la proclamation de
TOUSSAINT-LOUVERTU RE,; en dateddu 7fri-
maire (i8 decembre i8&o).
Le maire de la ville,.nomme TiELMAQUE:,
noir .tout-a-fait Franiais, faisait courier dans
les maisons et lire a la municipality les procla-







DE SAi.TT-DOMIIN GUE. 179
mationsvqu?6n. lui avait donnees boardd dela i8o2.
flotte:. .
:r .oici celle du premier consul :

Le premier consul aux ,habitans .de Saint-
SDOomningue.
*. -Quelles que soient votre origin et votre
couleur, vous tes tous Frangais, vous' testous
libres et tous egaux devant Dieu et devant les
homess.,, ..
La France a 6te, come Saint-Domingue,
en proieaux'factions ett dechire'eparJa r guerr.e
Scivile.set:par la: guerre .etrangere ; mais tout a
-chang6: tous les peuples-ont embrasse lesFran-
Oais et leur ontre ,la paix et Tlamitie ; tous
Sales Franaais se sont embrasses aussi, et ont-jure
d'etre tous des amis et desfrres ;,veez;aussi
;,embrasser:les Franqais, et vous rejouir de re-
-*voirxios.amis,et vos frbres.dEurope..
' Le gouvernement.vous envoie le capitaine-
Sgeneral Leclerc; il ,amenei avec lui!de grades
forces pour.vous pro tger contrevos ennemris
Set contre:les ennemis de la republique. Si Pon
- vous dit: .Cesforces sont destinies ,& ous. rapir
:la liberal i;. repondez :. Lor rdpublique ne souf-
ffira pas qu'elle nous soit enlevee, :.
- .. Ralliez-vous autour .du:capitaine-general,







80 REVOLUTION
r802. il vous'a*pporte': abundance. et la paix ;,ralliez-
vous autour de lui. Qui osera se separer duica-
pitaine-general sera un traitre la :patrie, et
la colere de la r6publique le devorera comme
le feu devode'vos canries desse'hees.
Donne' Pariis, au -palais du gouverne-
rsent ,'le, i7.brumaire an ;io--de la; eipiblique
frangaise.(8'novembre 18oI ). ,,

''be'-prefniei'torisul, *
Signe'BoNAPAARfE.

:ta ,pi-odamatison~ldu capitaineigene'ral rLe-
clerc, phus- explicative de' nos intentions pacifi-
ques ,promettait,4 .tous. les-,militaires .et: fec-
'tionnaites pubiics de la dolonie ;quelle.quei tt
,leur couleur, la ecrffirmation.de'leuragrades-,t
:de lerrs functions.
Le gdne4al-Cff-iSToP HE, apres avoin rreuie
serment 4deses, tioapes., se rendit2Ala munici-
Spalite ,iapoiir-; lirrepocher la pablicite.qiu'elle
Sdonnait.iaax. proclamations :de acFrance. :.Le
brave ;T-E1MAiQUEreut le :oourager:de luii re-
poddreiLqulil unsaitl des ,dvoits de :sa, place ,et
'qu'il? s'glorifiaivtde fire connarm tred ses conci-
toyens les imtelntions.bienveillantes *de la patrie
envers la colonies.
Le general CRnISTOPI B tkanronqaiqu'il'venait







DE SAINT-DOMINGUE. 81
de donnerl'ordre aux troupes de faire evacuer i80o.
la ville par la parties des habitans qui n'etaient
point sous les armes et il enjoignit a la muni-
cipalit' de se rendre au haut du Cap.
Le maire repondit qu'on allait en deliberer,
et fit declarer par la municipality qu'aucune
injunction ne lui ferait quitter son post.
Le general CHRISTOPHE, inquiet de ces dis-
positions, fit entrer dans les casernes la garde
national de la ville et l'y tint consignee.
II fit faire des dep6ts de lances a feu dans
tous les corps-de-garde, et en distribua aux
noirs arms qui accouraient de la plaine ; tout
y etait en movement depuis que le general
Rochambeau, d'barque dans la baie de Man-
cenille, avait chassed coups de fusil les noirs
qui occupaient les forts Labouque et la batte-
rie de 1'Anse.
II avait du employer le canon des vaisseaux
pour forcer entree du Fort-Dauphin.
Ces efforts, qui ne couterent la vie qu'a qua-
torze Frangais, au nombre desquels se trouvait
le fils du duc de la ChAtre, aide-de-camp du
general Rochambeau, avaient inaugure la re-
bellion de la colonie.
Dans les grandes commotions, le premier
coup de canon developpe la resistance et decide







82 REVOLUTION
1802. la guerire civil. L'enlevement du Fort-Dau-
phin devint l'etincelle qui embrasa la colonie.
La municipality du Cap voyant la guerre com-
menc6e et tout espoir de conciliation perdu, fit
circuler l'avis de se munir d'eau dans les maisons.
Les ordres r6iteres de les evacuer, le ton
farouche des soldats, I'avis de la municipality,
porterent partout la terreur: les femmes, les
vieillards et les enfans, charges de ce qu'ils
avaient de plus precieux, sortirent en foule de
la ville.
A l'approche de la nuit, une parties de la
garde national et tous les blancs se jeterent
dans les mornes escarpes au bas desquels le
Cap est situe.
Il etait nuit close quand le fort Picolet tira
une vingtaine de coups de canon sur un vaisseau
qui, en courant sa bordee, s'etait approche de
terre. Ce fut le signal du second incendie qui
devait embraser encore une fois la malheureuse
ville du Cap.
Ce n'6tait plus, comme au teams des commis-
saires, la fureur irreflechie de hordes barbares
qui l'allumait: c'etait l'obeissance passive de
soldats conduits, la torche a la main, par leurs
chefs irrites, qui portaient partout la desola-
tion. L'ordre presidait au desastre ; car le's








DE SAINT-,DOMINGUE. 83
monumens publics paraissaient plus parti- 1802.
culierement ddsignes pour 6tre les premiers
aneantis.
Les bureaux du control de la marine, la
grande 6glise, les casernes, l'arsenal, les ma-
gasins de 1'Etat, le palais du gouvernemenit, le
greffe, devinrent en un instant la proie des
flames.
On forgait les maisons qui ne'taient point
ouvertes; le feu 6tait mis de maniere a ce que
le vent attisAt 1'incendie.
Vers les onze heures du soir, les flames se
propagbrent avec une telle etendue, qu'il n'y
cut plus moyen de tenir en ville.
Douze cents personnel, rallies a la municipa-
lite, qui attendait pour fuir le dernier moment,
se mirent en march a la lueur des flames,
ayant 'a leur tate le brave TLEMAQUE, et
sortirent de la ville par le haut de la rue du Con-
seil, pour gagner le morne de la Vigie.
Un officierde CHRISTOPHE, nomme IGNACE,
vint a plusieursreprises prescrire a ces malheu-
reux de changer leur direction et de se rendre
au hauL du Cap.
Le maire, d'apres l'opiniAtrete qu'on mettait
a recidiver un pareil ordre, craignit qu'il n'eut
pour but cache de sacrifier ceux qui s'y seraient,








84 R SOLUTION
i8o2. rendus, lorsque les troupes de CHRISTOPHE,
forces d'abandonner la ville, se porteraient
de ce c6te. II feignit chaque fois d'obeir, et
.chaque fois il recommandait avec plus d'instan-
ces de n'en rien faire et de suivre la route de
la Vigie.
Le desir de la conservation, l'amour mater-
nel, la tendresse conjugale et la peur donnerent
des forces a tout le monde; on chemina par
des sentiers qui ne prisentaient que des rocs
a pic entoures de precipices; le jour vint eclai-
rer ce tableau de toutes les miseres; il n'y avait
point de ravine, de gorge, de rocher escarpe
qui ne recelat quelque nialheureux. Le 17 plu-
vi6se ( 5 janvier) au point du jour, on arriva a
la Vigie. Les explosions successives des magasins
a poudre firent trembler la terre et acheverent
de renverser les maisons qui avaient echapp6
Sl'incendie. Ces explosions annongaient la re-
traite des troupes de CHRISTOPHE. Les esperan-
ces se tournament vers l'escadre ; on commencait
a croire qu'on touchait au terme de ses maux,
lorsque IGNACE revint declarer qu'il avait ordre
d'incendier les deux cases de la Vigie, et de
faire descendre tout le monde au haut du Cap.
Tout fut mis en usage pour le determiner
-A.ne pas executer ces ordres cruels; priires,







DE SAINT-DOMINGUE. 5I
sollicitations, offres d'argent, tout fut inu- 1802.
tile; il fallut partir. Cependant la municipa-
lite, en paraissant obeir, arreta secretement
qu'elle reglerait sa march sur les mouvemens
de 1'escadre qu'un vent favorable semblait en-
fin pousser dans larade. La fatigue et les mauvais
chemins justifiaient la lenteur qu'on mettait-
dans la route.
On arriva a l'habitation d'Espagne; elle n'e-
tait plus qu'un monceau de cendres; les regis-
tres de l'etat civil, que la municipality y avait
fait d6poser la veille, etaient devenus la proie
des flames ; on resolut d'attendre sur cette
habitation.
Tous les yeux etaient fixes sur les manoeuvres
de l'escadre; elle passa sans resistance sous les
forts qui defendaient la rade; les troupes de
CHRISTOPHE les avaient evacues au moment de
I'explosion des poudrieres.
A quatre heures du soir on eut avis du de-
barquement; administration municipal, tou-
jours accompagnee des malheureux qui avaient
voulu suivre son sort, revint en ville. Cette
scene fut touchante : les habitans, prives de
leurs toits, en proie a toutes les infortunes,
portaient leurs mains a leurs fronts, les ile-







86 REVOLUTION
1802. vaient suppliantes vers le ciel, et les.tendaient
amicales aux soldats d'Europe.
D'un commun accord, on ne cessait de de-
plorer que les vents eussent contrarie la des-
cente, qui aurait prevenu tant de malheurs si
elle avait pu s'dffectuer le jour que les premiers
vaisseaux parurent devant le Cap : les regrets
eussent etd bien plus vifs, si le contre-ordre
donned a la division Boudet eut et6 connu.
L'a-propos fait tout a la guerre : il est tou-
jours dangereux de prescrire imperativement
des measures de. detail, et il est rare de voir
reussir un plan que l'on change au moment oil
il doit s'ex'cuter: le general Leclerc venait d'en
fire une experience cruelle. II avait vu se dd-
velopper sous ses yeux les germes des resis-
tances.
D'tourne de sa premiere idee par la reli-
gieuse observation de ses ordres,il. s'6tait laiss6
gagner par le teams, et le teams avait inaugure la
revolte.
Des qu'il apprit l'occupation du Fort-Dau-
phin, il imagine de ddbarquer a quelques lieues
du Cap, afin de se porter sur les derrieres de
cette vill, tandis que le general Rochambeau
Fenvelopperait an loin, en se portant par les







DE SAINT-DOMINGUE. 8-
mornes de Sainte-Suzanne sur la Grande-Pi- 1802.
viere et le Dondon; il plaqait dans cette ma-
noeuvre l'espoir de conserverle Cap et lesbelles
plantations qui couvraient ses planes.
Ce n'est pas avec des manoeuvres dessinees
par la tactique qu'on arrete une revolte a sa
naissance : c'est en la saisissart corps a corps,
c'est en Fl'touffant de son poids.
Le versement des troupes de la division
Hardy sur des bAtimens legers avait pris du
teams; la march de ces bAtimens, retardee par
des contrarie'ts de mer, avait laiss6 A la revolte
les moyens d'assurer son systime de defense;
cc systime consistait a bruler et A fuir.
Ce ne fut que le lendemain de l'incendie du
Cap que le general Leclerc put prendre terre
au Limbe avec la division Hardy; il y fut requ
A coups de canon.
L'escadre n'osant pas se commettre seule
dans la rade du Cap, louvoyait autant par pru-
dence que par raisons de mer. Elle ne s'etait
decidee a mouiller dans cette rade que lorsque
la descent au Limbe eut determine l'evacua-
tion du Cap.
Quoique la masse des interets eit passe dans
les families noires ou d'hommes qui talentt en







88 REVOLUTION
1802. parties strangers a la France, le second incen-
die de la capital de la colonie couta peut-
etre plus au gouvernement que le premier;
elle aneantit les batimens de 1'Etat., qui jus-,
que la avaient ete conserves, et ce n'est point
exagerer que de porter i 00,00ooo,000 de francs
lavaleur des objets que les flames divorerent.








DE SAINT-DOMINGUE.


CHAPITRE XIV.



Arrive de la division Boudet dans la rade du Port-au-Prince.
Ddbarquement au Lamentin. Harangue remarquable du gd-
ndral Boudet. Occupation du fort Bizoton. Attaque et prise
du Port-au-Prince. Issue heureuse de l'enlevement de cette
ville. Soumission du general LAPLUME, commandant le d6-
partement du Sud. Insinuations dangereuscs de DESSALINES.
Ddmarche de la population de Jacmcl. Faiblesse humaine.
Envoi d'une brigade de la division Boudet dans le Sud. Sou-
mission du general Clervaux. Efforts gdndreux des habitans
de Santo-Domingo. Remise de cette ville au gdndral Ker-
versau par le gdndral PAUL LOUVERTURE. Considerations
militaires. Lettre du premier consul a ToussAINT-Lou-
VERTURE.


LORSQUE la guerre dans le Nord reduisait tout 1802.
en cendres et en decombres, les evenemens de
1'Ouest obtenaient des resultats important sous
les rapports militaires et politiques.
La division Boudet 6tait arrive Ie 5 pluvi6se
au soir (3 fivrier) devant le Port-au-Prince.
Le chef de brigade Sabes, aide-de-camp du ge-
neral, devancait l'escadre, porteur des procla-
mations du gouvernement.
On avait fait en ville unl assez bon accueil a
cet officer, et il etait au moment de revenir A








90 REVOLUTION
1802. bord, quand des chefs de couleur, s'opposant a
son retour, le retinrent et le firent garder a vue.
Le lendemain matin le general Agd, com-
mandant au Port-au-Prince, ecrivit au general
Boudet que le general de division DESSALINES
ne se trouvant point en ville, il allait preridre
ses ordres, et que jusqu'a sa rdponse on gar-
derait l'aide-de-camp Sabes, mais qu'on pou-
vait etre tranquille sur son compete.
Le porteur de celle lettre etait charge de dire
verbalement de la part du general Age que son
autorite etait meconnue des troupes parce qu'il
etait blanc; que, malgre sa bonne volonte, son
autoritd ne pouvait plus agir que du consente-
ment des chefs de couleur de la garnison.
Cet avis semblant annoncer de la resistance ,
on s'occupa des moyens de preparer la reussite
d'une descent de vive force.
Malgre Factivite de la marine, les preparatifs
du d6barquement prirent le reste du jour. Le
general Boudet en profit pour &crire aux chefs
de la garnison du Port-au-Prince par le retour
du porteur de lalettre du general Age.Quelques-
uns d'entre eux repondirent, que d'apres les
services rendus par les noirs a' la France et a la
colonies, ils talent indignes de voir que le nom
de leur general en chef ne f4/ pas mdme cite








DE SAINT-DOMINGUE. 91
dans la proclamation du premier consul; que 1802.
ce silence decelait de mauvaises intentions;
mais que des measures pour conserver la liberate
e'aient prises depuis long-tems ; que si l'on
brusquait un debarquement sans les ordres du
gouverneur-general ToussAINT-LOUvERTURE,
il serait tire trois coups de canon d'alarme, et
que ce signal, replete de more en morne, serait
celhi de l'incendie de la colonie etde l'egorgement
de tous les blancs.
L'alternative etait cruelle; le gendeal Boudet
n'en ordonna pas moins le dlearquement pour
le lendemain h dixi heures du martin; il eut lieu
sans obstacle sur la c6te du Lamentin.
A peine les troupes avaient-elles pris terre,
que les trois coups de canon d'alarme furent
tires du fort National. Les mornes qui entourent
la rade du Port-au-Prince re'ptaient au loin
cet affreux signal.
Des tourbillons de fumee s'eleverent a-la-fois
de tous cotes et laisserent a penser que le signal
etait compris; que l'arret fatal s'executait. Cha-
que imagination eut le teams de se former le
tableau des scenes les plus dichirantes.
Les soldats prirent attitude silencieuse du
danger; ils tenaient leurs rangs serre's et leurs








92 REViOLUTION
18d2. yeux se portaient sur Ic general Boudet. L'in-
dignation fermentait dans son ame; affectant le
came del'assurance,ilrecommanda severement
de ne pas tirer un seul coup de fusil, afin qu'on
ne 'put nous preter des intentions hostiles.
Il se mit Y la tete de la colonne, et nous
marchames sur le fort Bizoton. Nous arrivames
a midi a port6e du canon de ce fort; il etait oc-
cupd par un bataillon de la treizieme demi-
brigade colonial, dans laquelle se trouvaient
beaucoup d'officiers de couleur.
Un capitaine noir, nommd SiRAPHIN, vint
se presenter en parlementaire pour annoncer
qu'ils d6fendraient leur poste contre toute at-
taque. Le general Boudet, feignant de ne pas
1'ecouter, se tourna vers les belles companies
de grenadiers qui tenaient la tete de sa divi-
sion, et leur dit: Camarades, vous etes ici
sur le territoire de la France; vous ne devez
Sy trouver que des amis; gardez vos armes
sur l'6paule, et, s'il le faut, laissons-nous tuer,
afin que ceux qui nous suivent soient en droit
de venger notre mort et de venger la
France. Puis s'adressant au capitaine
noir, il ajouta: ,, Allez redire a votre bataillon
ce. que vous venez d'entendre; tirez sur nous








DE SAINT-DOMINGUE. 93
Ssi vous osez; mais si vous le faites, defen- 18o2.
Sdez-vous bien, vendez chbrement votre vie,
car vous 6tes perdus. ,
La colonne continue sa march aux cris de
'ice la republique! vive la liberate !
La garnisor du fort Bizoton voyant que nos
troupes avancaient sans defiance, et connaissant.
les paroles du general Boudet, les accueillit
aux cris de vive la France vivent nos freres!
Notre division, apres avoir opere son entier
ddbarquement, renforca d'un bataillon euro-
peen la garnison du fort Bizoton, et se remit
en route pour le Port-au-Prince.
La compagnie des grenadiers noirs du capi-
taine S1ERAPHIN fut melee dans nos rangs.
Le general esperait que ce melange serait
d'un bon example pour les troupes de couleur
qui formaient la garnison du Port-au-Prince.
On passa sous un petit fort tres-6leve, nomme
le Blockhaus (i) reconquis, qui 'tait defendu
par cent noirs et par quatre pieces de canon. Le

(1) Blockhaus est un mot allemand qui ddsigne une tour
en bois qu'on dtablit sur une base de pierre. Des 1'enfance de
l'art militaire, les blockhaus ont dtC employs pour mettre les
postes isolds A 1'abri d'un coup de main. Le nom de celui-ci
ddsignait la reprise qui en avait ite faite sur les Anglais de
vive force.







94 REVOLUTION
1802. general les fit sommer de se rendre; ils s'y re-
fuserent; le mal qu'ils pouvaient faire etait peu
de chose; on ne perdit pas le teams et l'energie
a forcer un point d'aussi mince importance; il
etait d6ja tard, la division continue sa route.
Son avant-garde, arrivee a portee de canon
du Port au Prince, le general Boudet de-
tacha deux bataillons par sa droite, pour tour-
ner la porte de la ville dite de Leogane, qui
etait couverte par une redoute arme' de six
pieces de gros calibre.
La premiere ligne des noirs prescntait un
front d'environ douze cents homes ; on
voyait de dessus les mornes au bas desquels
serpente le chemin, des totes de colonnes en re-
serve sur les diff6rentes places de la ville. Leur
force total s'dlevait a plus de quatre mille
hommes de troupes regulieres.
Le general Boudet envoya un officer sous
la redoute, dire a haute et intelligible voix,
que nous voulions entrer en amis et que nous
ne venions que pour renforcer les troupes de la
colonies.
Les chefs repondirent qu'ils ne pouvaient
nous recevoir sans les ordres du gouverneur-
gdndral TouSSAINT-LOUVERTURE.
Nos eclaireurs recurent aussit6t l'ordre de




  Home | About dLOC | Collections | Reports | Digitization | Outreach | Contact  
  Powered by SobekCM
Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement  
©2012, All rights reserved