Citation
Echos de la MONUSCO

Material Information

Title:
Echos de la MONUSCO
Creator:
Mission de l 'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo ( issuing body )
Place of Publication:
Kinshasa, DR Congo
Publisher:
Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo
Publication Date:
Frequency:
Monthly
regular
Language:
French
Physical Description:
1 online resource : ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Periodicals -- Congo (Democratic Republic) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
international intergovernmental publication ( marcgt )

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began with: Volume 1, No1 (Juillet 2011)
General Note:
"Une publication de la Division de l'Information Publique de la MONUSCO".
General Note:
"Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo".

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright, Mission de l'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
on10476 ( NOTIS )
1047609376 ( OCLC )
2018226778 ( LCCN )
on1047609376

UFDC Membership

Aggregations:
Digital Military Collection

Downloads

This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

Volume IX N Juin 2017 RDC : 57 ans et encore beaucoup de dfis Adama Dieng

PAGE 2

Par Charles Antoine Bambara* Sommaire L a RDC a clbr ses 57 ans dindpendance le 30 juin. Anniversaire qui sest droul dans la sobrit. Cinquantesept ans, dont presque la moiti marque par des soubresauts politiques, conomiques et sociaux. Une fois de plus et au risque de galvauder lexpression, le pays se trouve un moment critique de son histoire. Cest pourquoi le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies en RDC et Chef de la MONUSCO, la rappel juste titre dans sa Dclaration du 1er juillet dernier dans laquelle il invitait les signataires de lAccord du 31 dcembre 2016 respecter leur obligation de mettre en uvre intgralement et de bonne foi ledit Accord. Pour Maman Sidikou, cet Accord constitue la seule voie lorganisation dlections paisibles et crdibles. Il exhortait par ailleurs le Gouvernement poursuivre et assurer la mise en uvre intgrale et rapide des mesures de dcrispation prvues par lAccord du 31 dcembre ncessaires pour lorganisation des lections. Oui assurment, la Rpublique dmocratique du Congo est au centre des proccupations de lONU. Quiconque en doutait a pu sen rendre compte ces derniers jours, avec le balai diplomatique observ au mois de juin. Le Secrtaire gnral adjoint des Nations Unies charg des Oprations de Maintien de la Paix avait ouvert le bal lors de sa premire visite du 12 au 16 juin. Jean-Pierre Lacroix est all Kananga, Goma et Sake. La situation scuritaire trs srieuse Kananga a dict cette premire visite du Haut fonctionnaire onusien pour, a-t-il dit, essayer Les Sus limpunit Directeur de lInformation Publique Charles Antoine Bambara Contributeurs Assouma Touaibou, Donat Madimba, Biliaminou Alao, Laurent S. Oussou, Jean-Tobie Okala, Yulu Kabamba, Marcelline Comlan, Julia Doublait Chef de lUnit des Publications Aissatou Laba Toure Photographes Michael Ali, Myriam Asmani, John Bompengo Rdacteur-en-Chef Tom Tshibangu Infographiste Jsus Nzambi Sublime 3 Point de vue Violences sexuelles : la double peine pour les femmes en temps de conflit 4 Vie de la Mission En visite en RDC : Le chef des oprations de maintien de la paix sinquite de la poursuite des violences dans les Kasa Produit par lUnit des Publications de la Division de lInformation publique Contact : 12, avenue des Aviateurs Kinshasa/Gombe Tlphone : (243) 81 890 6650(243) 81 890 4714 Les commentaires et avis mis dans ce magazine par des personnes trangres la MONUSCO nengagent que leurs auteurs. moyens renforcs dans le Kasa, permettront selon lui, dtre en mesure den soutenir la ralisation. A propos du Kasa, Jean-Pierre Lacroix a condamn les graves violations des droits de lHomme et estim qu Lui emboitant le pas, le Conseiller spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies pour la prvention du Gnocide, Adama Dieng, est venu en RDC pour une visite de six jours. Six jours pour mieux comprendre lvolution de la situation dans les provinces du Kasa ; mais galement pour voir dans quelle mesure, il est possible de par celle-ci et prvenir de nouvelles atrocits contre les populations civiles. De Kananga Kinshasa, Adama Dieng na pas manqu de condamner la violence extrme qui a jet dans la rue des dizaines de milliers de civils pris entre le feu de miliciens et des forces de lordre. Il a appel soient et do quils viennent, car pour lui, il ny aura pas de paix au Kasa sans la justice. On le voit donc, lexigence de la justice demeure au cur de laction des Nations Unies en Rpublique dmocratique du Congo. Les plaies ne du Grand Kasa naura pas lieu sans cette condition : que les auteurs des atrocits rpondent de leurs actes devant la Justice. Les Nations Unies sont prtes y contribuer, dans le cadre de leur appui pour la stabilisation et la consolidation de la Paix en RDC. *Directeur de la Division de la Communication stratgique et de lInformation publique de la MONUSCO 8 Actualit Le Conseil des droits de lHomme de LONU dcide douvrir une enqute sur les vnements dans la rgion des Kasa 8 Adama Dieng : Il ny a pas de gnocide au Kasa 12 Mamadou Diallo : des lections crdibles et dmocratiques ne peuvent exclure le Grand Kasa 13 RDC : 57 ans et encore beaucoup de dfis, Mme Nzuzi wa Mbombo 16 Stabilisation La MONUSCO tente une nouvelle approche pour instaurer la paix dans le Tanganyika 17 Appui la justice La MONUSCO apporte un soutien matriel et technique au systme judiciaire du Tanganyika

PAGE 3

3 Point de vue I l faut penser que la guerre, juste elle, ce nest pas assez horrible pour les brutes qui sengagent dans les milices et groupes arms. Pour eux, le terrain de la bataille ne se limite pas aux territoires quils vident de leurs populations. Ces populations, il faut encore les poursuivre jusque dans leurs derniers retranchements et faire de leurs corps, surtout ceux des femmes, des terrains dassouvissement et de conqute. En somme, ces femmes vivent une double peine: la guerre et les violences sexuelles. Le viol et tactique terroriste et une tactique de guerre On ne devrait jamais y voir une consquence invitable des guerres , continue Antonio Guterres. Il est clair que banaliser cet acte en qu sa dmultiplication et son impunit. En Rpublique dmocratique du Congo, est un aujourdhui, qui nous dmentiraient. maisons pilles, aux coles, centres de sant et villages incendis. De quelque ct que intolrables. relate Madame Marie Kayowa, prsidente du Centre dEncadrement de la Femme, loccasion dune confrence de presse sur la situation de la femme dans cette partie du pays dcime par les miliciens de Kamuina Nsapu. A la presse, des femmes kasaennes ont racont leur quotidien : les violations violences sexuelles . Par exemple, disent-elles, les femmes sont dshabilles aux postes de contrle pour des fouilles corporelles humiliantes. La rponse du gouvernement face de telles pratiques est venue, ce mme 19 juin, de la voix de la Reprsentante personnelle du Chef de lEtat, en charge de la lutte contre les violences sexuelles et le recrutement denfants-soldats : congolaises par la lutte contre limpunit des a dit Jeannine Mabunda. Aussi a-t-elle rappel le N vert 122, toute la population, pas uniquement les victimes, dnoncer les auteurs de violences, pour mieux aider le gouvernement dans cette entreprise. Les efforts conjugus des partenaires, de la Justice et de son bureau ont permis dira-t-elle, la baisse de 87% des Il reste, malgr ce pourcentage honorable, que les exactions continuent. Dans le grand Kasa, des centaines de cas de violences sont observs, selon les organisations de la socit civile. Pour les Nations Unies, quil sagisse lOrganisation des Nations Unies npargne La volont des Nations Unies de mettre un terme la violence sexuelle en temps de acharnement donner au personnel de maintien de la paix les moyens dont il a besoin pour pouvoir protger les civils vulnrables et communique Antonio Guterres qui conclut qu il est de notre responsabilit tous Par Aissatou Laba Toure/MONUSCO Violences sexuelles : la double peine des femmes en temps de conflit

PAGE 4

4 Vie de la Mission 4 M onsieur Lacroix sest rendu notamment dans la rgion des Kasa et a exprim son inquitude sur la violence Le Secrtaire gnral adjoint a fait part de linquitude profonde de lONU concernant la violence persistante et les graves atteintes aux droits de lhomme dans les Kasa. Il a soulign combien il tait important que des poursuites soient engages contre tous les auteurs de crimes et a promis le soutien total de lONU pour que les responsables du meurtre de Michael Sharp et de Zaida Cataln soient traduits en justice. M. Lacroix sest rendu mercredi 14 En visite en RDC Le chef des oprations de maintien de la paix sinquite de la poursuite des violences dans les Kasa juin Kananga, la capitale provinciale du Kasa central, pour exprimer la solidarit de lONU avec les habitants de la rgion et discuter des efforts en cours pour renforcer la prsence de la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO) dans la rgion. Le chef des oprations de maintien de la paix de lONU sest aussi rendu dans la province du Nord-Kivu, dans lEst du pays. Goma, il a chang avec le Gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, sur la faon dont la MONUSCO peut mieux et les tensions intercommunautaires dans la province. Kinshasa, le Secrtaire gnral adjoint a rencontr vendredi 16 juin le Prsident congolais Joseph Kabila, au terme de sa visite qui lui a permis des changes de vues avec des membres du gouvernement, des autorits locales, et des acteurs politiques et de la socit civile, sur la situation politique, scuritaire et des droits de lhomme dans le pays. Tout au long de sa visite, M. Lacroix a la mise en uvre intgrale de lAccord du Reprsentant spcial du Secrtaire gnral en RDC, Maman Sidikou, et les efforts de la MONUSCO pour contribuer crer un tenue dlections libres, justes et inclusives 4 Juin 2017 | N

PAGE 5

5 Vie de la Mission Vous venez de passer 5 jours en RDC, pays que vous visitez pour la 1 re fois depuis votre prise des fonctions, vos impressions? Jy tais venu antrieurement dans dautres fonctions et lobjectif de cette visite, ctait de rencontrer tous les protagonistes qui, nos efforts, bien entendu, les autorits congolaises, les forces politique congolaises, les forces vives de ce pays, la socit civile, bien entendu le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies qui dirige la MONUSCO, Maman Sidikou et toutes les quipes de la MONUSCO. Je voudrais dentre de jeux leur rendre hommage tous, car la MONUSCO dirige par Maman Sidikou fait un travail exceptionnel, un travail inlassable au service des Congolais. Je voudrais vraiment rendre hommage ce travail. Ds votre arrive, vous avez parcouru aussitt quelques territoires notamment Kananga et Goma. Quel constat ? Quelles leons? Effectivement, je suis all dabord Kananga puis ensuite dans lEst du pays. Alors Kananga, dans le Kasa, il y a cette connaissez. Nous essayons de faciliter le retourner chez elles, ne plus avoir peur ici, comme ailleurs lenregistrement des lecteurs, la prparation des lections puisse se faire. Nous avons renforc nos moyens dans le Kasa, la fois nos moyens militaires et aussi notre prsence civile; nous sommes en train de regarder le moyen de renforcer davantage encore cette prsence et de cette en mesure de soutenir la ralisation des objectifs que jai dit, mais la responsabilit rtablir la scurit, cest videmment celle des autorits congolaises, donc nous devons travailler en bonne relation et en bonne coopration avec elles. Cest aussi pour cette raison que jai vu sur place le gouverneur de la rgion du Kasa. Maintenant sur le Kasa, cest quil y a eu clairement des violations t commises et il est fondamental que ceux qui sont responsables de ces violations do quils viennent, doivent rpondre de leurs actes. Jajoute que, comme vous le savez, des Nations Unies qui ont t assassins lbas. Et videmment pour les Nations Unies et pour les Etats dont ces experts sont est fondamental, je le souligne, vraiment fondamental que tous les responsables de ces assassinats soient galement traduits en justice. Et si vous le voulez bien, passons maintenant lEst du Congo. Effectivement, je suis all Goma, nous avons eu des contacts Beni par VTC avec les autorits et la socit civile. Le constat l-bas, cest quil dans certains domaines. Il nous a t dit que certains mouvements sont moins actifs mais dautres le restent, il y a une situation qui dans lensemble est juge encore volatile. Dans ce contexte, l aussi en liaison avec les autorits civiles et militaires dans cette zone, nous poursuivons nos efforts pour aider apaiser, rtablir l o cest ncessaire une situation de calme. Donc il sagit dune action qui est la fois militaire en liaison avec les FARDC, et cest aussi une action civile, puisquil faut travailler avec la population, bien entendu avec les autorits civiles et faciliter lapport cette population dun appui, de laide humanitaire. Jean-Pierre Lacroix, nous savons tous que les effectifs de la MONUSCO ont t un peu rduits depuis un moment. Pensezvous que la MONUSCO a les effectifs requis pour faire face notamment ces situations dans le Kasa comme dans lEst du pays par exemple? Ce nest pas tellement, une question deffectifs, bien entendu la taille compte, dont on utilise les ressources et nous cherchons faire en sorte que nos capacits humaines, encore une fois, civiles, militaires, mme dintervenir l o cest ncessaire, dtre prsents, l o cest ncessaire tre liaison et intgration entre laspect militaire, laspect police et puis le travail civil. Concernant justement par exemple la protection civile, est-ce quun redploiement ou une recomposition Propos recueillis par Donat Madimba/MONUSCO Avant de prendre cong de ses htes congolais et onusiens, le Secrtaire gnral adjoint de lONU charg des oprations de maintien de paix de cette organisation Jean-Pierre Lacroix a accord une interview Radio Okapi. Il a voqu les raisons de son la tte du dpartement de maintien de la paix. Et bien videmment il value le travail de la MONUSCO en RDC et explique sa vision pour lavenir de la plus grande Mission de maintien de paix.

PAGE 6

6 publi? Au Kasa, nous avons une prsence substantielle environ de 250 hommes et nous allons encore renforcer cette prsence, protger les civils il y a des efforts quon peut accroitre. Il nest pas toujours ncessaire davoir des effectifs considrables. En tout cas les effectifs en soit, cest peut-tre pas le Alors concernant les lections par exemple, quel plan est mis en place? Vous savez que dans le Kasa, il est clairement dit que ce sont deux provinces particulirement qui ne sont pas encore concernes par lenrlement; est-ce que la MONUSCO a prvu dagir dans le sens de favoriser cela ? Bien sr, cela veut dire plusieurs choses : videmment quand il ny a pas de scurit, Donc notre effort pour essayer de ramener la scurit, encore une fois en liaison avec les autorits congolaises parce quelles effort pour ramener la scurit, il est bien de la prparation des lections. Donc vous voyez, aide au processus politique qui porte sur la mise en uvre de lAccord du 31 dcembre et puis aide pour que les conditions sur le terrain soient adquates pour organiser les lections. Dernier aspect des choses justement toujours sur le rle important que pourrait jouer la MONUSCO, vu tout ce nombre important de dplacs, est-ce quil y a un programme pour eux ? Alors, les dplacs, effectivement cest une grande source de proccupations, nous avec les acteurs humanitaires des agences des Nations Unies, les Ong, on est tous la mme famille, on a tous les mmes objectifs. Et le Reprsentant Spcial, en plus Maman Sidikou fait un gros effort pour bien faire en sorte quon travaille tous comme une seule quipe. Maintenant, nous travaillons pour populations dplaces. Les Nations Unies lancent un appel, pour que les donateurs fassent un effort parce que la situation dans lanons inlassablement, quotidiennement, nous faisons des plaidoyers, des efforts pour quil y ait davantage de renforts dans cet effort humanitaire parce quil est sous cette aide. Il y a aujourdhui plus de 3 millions de personnes dplaces, beaucoup il est indispensable quelles reoivent plus de secours. Jean-Pierre Lacroix vous tes Secrtaire gnral adjoint de lONU depuis seulement quatre mois, mais pourquoi la RDC et pourquoi en ce moment-ci? Dabord, parce que bien sr la MONUSCO est une des plus grosses operations des visiter et visiter ce pays, visiter les quipes. Alors Jean-Pierre Lacroix, sans detour que pensez-vous du travail de la MONUSCO en RDC? Echec ou russite? La MONUSCO fait encore une fois un travail qui est exemplaire, remarquable dans tous les domaines. La russite de la RDC ce sont les Congolais qui en dcideront, les autorites congolaises, la population congolaise, mais nous, nous sommes en appui, donc nous faisons le maximum, encore une fois, nous dployons de gros moyens. Quand on regarde la situation, l o nous sommes presents, l o nous dployons les moyens, il y a eu quand mme des amliorations et des acquis qui sont incontestables. a fait dj 18 ans que cette mission est prsente en RDC. Mais linscurit persiste et la paix nest toujours pas totalement rtablie alors quil y a une Mission de maintien de la paix sur le terrain. Comment vous expliquez cela? Selon vous, est-ce que la MONUSCO a une part de responsabilit dans cette situation ou pas? Cest vrai, il y a incontestablement des gnrale sont en appui, la solution ne peut pas venir de la MONUSCO, nous nous sommes en appui, ce sont les Congolais qui Vie de la Mission

PAGE 7

7 doivent trouver la solution. Effectivement les attentes, quand on dploie des moyens importants dans un pays, dans un environnement o les gens souffrent de cest comprhensible. Dans plusieurs pays, nous avons eu des oprations qui sont mandat, pourquoi ont-elles pu partir? Parce quune solution politique durable a pu tre trouve. Regardez la Cte-dIvoire, il y a eu les lections, il y a eu une croissance conomique, une transition dmocratique et aujourdhui lopration des Nations Unies quitte le lieu, mais elle quitte le lieu parce mais les Nations Unies ne sont pas l pour dire quon est un 2 gouvernement. Lexemple de la Cte-dIvoire est un bon exemple. Les Congolais se posent la question, si la MONUSCO qui a dj fait 18 ans en RDC, a vraiment envie daider la RDC se relever, je rappelle quil y a eu deux processus lectoraux, le 3 me cycle na pas eu lieu. Quest-ce qui se passe exactement ? La volont des Nations Unies, sa comprendre que les Nations Unies ne peuvent pas imposer quoi que ce soit, un pays souverain. Les Nations Unies ne peuvent pas imposer la tenue dune lection, on ne la pas fait en Cte-dIvoire. Que dire alors de linscurit qui est notamment luvre des groupes arms congolais et trangers dont les FDLR, les ADF et bien dautres. Pourtant la MONUSCO dispose des units combattantes quon a vues luvre contre le M23. Pourquoi narrivent-elles arms comme ce fut le cas avec le M23 ? Pour les FDLR et les ADF, dabord, il y a des nuances, dans nos discussions lEst du pays, il ressort que les FDLR navaient des menaces quil reprsentait tait quand mme sensiblement un peu plus faible quauparavant. Est-ce que vous pensez que la tenue des lections, la prsidentielle notamment serait la solution la crise actuelle en RDC ou pas ? Ce quon observe est que les solutions pays o nous avons t dploys sont passes par la tenue des lections libres et dmocratiques. Ce sont des tapes qui sont importantes mme fondamentales pour lapaisement. Et lorsque nous procdons aux oprations denrlement des lecteurs, on constate un grand dsir de la part de congolais de participer ces lections. Et avec beaucoup de dtermination pour faire avancer ce processus politique. Jean-Pierre Lacroix, les violations des droits de lHomme sont rgulirement dnonces par les Ong. Que fait la MONUSCO pour redresser cette situation? Oui, a cest fondamental, les violations des droits de lHomme et notamment les violations qui ont t commises au Kasa, inquitude et aussi la ncessite absolue quil ny ait pas dimpunit, cest--dire que ceux qui sont responsables de ces violations, encore une fois do quils viennent, il ne sagit pas de dire, a vient de l, plutt que de l, etc, ce nest pas important, limportant est que tous les responsables soient traduits en justice. Bien, nous sommes dans un pays des autorits de la RDC de faire ce travail dinvestigation qui doit mener traduire en justice les responsables, mais nous nous soutenons ce processus. Avez-vous rencontr le Prsident Kabila, de quoi avez-vous parl avec lui, est-ce que vous lui avez parl de lalternance accepte et aura-t-elle lieu ? Mon programme ne se termine pas avec cet entretien. Le premier jour, jai rencontr le Premier Ministre, le vice-premier ministre suite de programme effectivement peut comprendre dautres entretiens y compris ce niveau, le message que nous passons est toujours le mme, cest un message dappui, dencouragement cooprer avec nous dans tous les domaines qui sont vitaux pour ce pays : processus politique, lappui aux civils, lappui aux populations, les dcisions fondamentales reviendront aux congolais, aux autorits congolaises car les Nations Unies sont en appui. De nombreux mouvements citoyens de la RDC rclament de temps en temps et parfois mme de manire bien appuye, le changement du leadership de la MONUSCO, prtextant notamment que lAccord du 31 dcembre 2016 nest toujours appliqu et que les civils ne sont rponse? Ma rponse est que nous avons vu avec Maman Sidikou, les reprsentants de la socit civile ici, les reprsentants des forces politiques Kinshasa, Goma aussi Beni, ainsi que les autorits, je crois le message que lon entend, cest un message dattachement la MONUSCO, au contraire on nous demande de rester et de faire plus. Vie de la Mission

PAGE 8

8 Actualit Le Conseil des droits de lHomme de LONU dcide douvrir une enqute sur les vnements dans la rgion des Kasa D epuis 2016, environ 1,3 million de personnes originaires des Kasa ont t dplaces par les violences et 30.000 se sont rfugies en Angola. Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de lHomme, Zeid Raad Al Hussein, sest flicit de ladoption de cette rsolution, estimant quelle envoyait aux auteurs prsums le message que la communaut internationale a fermement lintention de les traduire en justice. Nous soutenons pleinement ltablissement dune commission denqute internationale et la considrons comme un des auteurs de graves violations des droits de a dit M. Zeid dans un communiqu de presse. Il a indiqu quil prsenterait un rapport complet avec les conclusions de lquipe au Conseil des droits de lHomme. Cette quipe mnera son enqute de le respect des normes internationales et limportance dassurer la protection de toutes ce qui souligne la ncessit que le groupe Nous comptons sur la pleine coopration des a-t-il ajout. Les victimes quitter leur maison mritent quon leur rende Le Haut-Commissaire a ajout que ses services continueront observer la situation des droits de lHomme, tablir des rapports et apporter une assistance technique aux autorits de la RDC. La rsolution demande au HautCommissaire de faire une mise jour orale au Conseil sa session de mars 2018, suivie dun rapport dtaill en juin 2018. Source : Centre dActualits de lONU

PAGE 9

9 Actualit 9 A dama Dieng a boucl, le samedi 24 juin 2017, sa visite de cinq jours en RDC. Visite au cours de laquelle le Conseiller spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies pour la prvention du Gnocide sest rendu Kananga et Tshikapa dans le Grand Kasa. Dans ces deux Capitales provinciales, M. Dieng a chang avec les autorits provinciales, la Socit civile, les leaders religieux, les activistes des Droits de lHomme ainsi quavec des victimes de la violence qui secoue cette partie du territoire congolais depuis bientt un an, avec les exactions de la milice Kamwina Nsapu mais aussi a-t-il dit, lusage disproportionn Avec pour corollaires : des pillages, viols, incendies de maisons, dplacements massifs de populations, etc. Pour le Conseiller spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies pour la prvention du Gnocide qui sadressait la presse Kinshasa le samedi 24 juin 2017, sa visite dans la rgion du Kasa Et dajouter qu Il ny aura pas de paix violence pour quils rendent compte devant la M. Adama Dieng sest flicit de ses entretiens avec les autorits congolaises, dont le Premier ministre et le Ministre de lintrieur. A tous, il a ritr son souhait surtout, plaid pour la tenue dun Forum de paix et de rconciliation. Au moment o la RDC est, selon lui, un moment critique de son histoire, avec des lections venir, le Conseiller spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies pour la prvention du Gnocide a invit le Gouvernement, lOpposition, la Socit civile, bref, les Congolais dans leur ensemble, tout mettre en uvre pour arrter cette violence. A la question de savoir si ce qui se passe Adama Dieng sest voulu catgorique : y a une violence laquelle on doit mettre . Pour ce faire, Adama Dieng estime quil est urgent de rduire programme de dsarmement civil et progresser Adama Dieng a promis que son Bureau restera actif sur le dossier Kasaien ainsi que sa disponibilit travailler avec tous les Congolais pour accompagner la Transition vers la tenue dlections libres, non-violentes et dmocratiques. Adama Dieng : Il ny a pas de gnocide au Kasa Par Jean-Tobie Okala/MONUSCO

PAGE 10

10 Actualit LExplorateur : Pensez-vous que le processus de lAccord global et inclusif de dcembre 2016 sera respect la lettre malgr lintervention de la communaut internationale ? Adama Dieng : il faut esprer que cet Accord sera respect. Bien entendu, il faut tout mettre en uvre pour que les acteurs politiques tiennent lengagement quils avaient pris. Jusqu lheure o je vous parle, il nest pas indiqu que cet Accord ne sera pas respect. Il faut tout simplement continuer dployer les efforts qui simposent. Quand on voit bien sr ce qui se passe dans le Kasa, il est urgent que cesse la violence, il est urgent que les populations retournent dans leurs foyers, que la CENI puissent sy dployer galement, en vue des inscriptions sur les listes lectorales des lecteurs Kasaens. Et bien entendu, il faut que la situation soit apaise aussi dans les autres provinces affectes. Numerica TV : Vous tes Conseiller spcial du Secrtaire gnral en charge de la prvention du gnocide. Pensez-vous quon peut parler dun gnocide par rapport ce qui sest pass dans le Kasa ? Adama Dieng : Eh bien, je vous dirai tout de il ny a pas de gnocide dans le Kasa. Il y a aujourdhui une violence quil faut terminer, faire cesser, et le plus rapidement possible. Maintenant, sagissant du gnocide comme vous le savez, cest un crime, qui est le crime des crimes. Cela a t estampill ainsi, cest parce que tout simplement il tient sa source, la discrimination et cest la forme suprme de discrimination, dans la mesure o il y a gnocide lorsquun groupe est cibl avec lintention dexterminer ce groupe en partie ou en totalit, simplement du fait de sa race, de son ethnie, de sa nationalit ou de sa religion. Ce sont les quatre groupes protgs. Et vous conviendrez avec moi, que ce nest pas le cas aujourdhui dans le Kasa. Le Phare : Par rapport au procs qui se tient dans le Kasa justement, lencontre des prsums acteurs des violences qui ont eu lieu dans le Kasa. Quel crdit vous accordez ce processus? Et puis, est-ce que les Nations Unies sont parties prenantes cette procdure ? Je voudrais tout simplement que le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de lHomme de la MONUSCO, qui comme vous le savez dispose dailleurs dexperts, Et il est clair, que demain quand ce certainement, partagera son avis. Laissons le soin aux magistrats de mener leur travail, et je pense que la Rpublique dmocratique du Congo dispose quand mme dun minimum de magistrats comptents. La preuve en a t administre rcemment, dans le cadre de la slection du Procureur pour le Tribunal spcial de la Rpublique centrafricaine. Cest un Congolais qui a t retenu, que jai rencontr dailleurs il y a deux semaines travail abattu ici au Congo, dans le cadre de la rpression des violences sexuelles. Donc, laissons le soin ces magistrats simplement que ce quon attend dun magistrat, cest de rendre la justice en toute indpendance et en toute impartialit. Plante Tlvision : M. Dieng, vous tes juriste de formation. Apparemment, si jai bien suivi votre proposition, vous avez totalement oubli les massacres commis Beni. Ces massacres avaient mme interpell le Pape. Suite ces massacres, quest-ce que vous avez aussi dire au peuple de Beni, pour les encourager, et que les auteurs puissent tre galement traduits en justice ? Il est vident que les massacres auxquels vous faites rfrence, ont choqu plus dun, et ces massacres ont t galement condamns. Maintenant, il convient tout simplement, quaucun crime ne demeure impuni. Et pour ce faire, il faut imprativement que les victimes, quand bien mme elles peuvent avoir des rserves sur la justice de ce pays, Confrence de presse Adama Dieng : Il est urgent que cesse la violence... il convient de faire en sorte quaucun crime ne demeure impuni

PAGE 11

11 Actualit quelles portent quand mme plainte. Parce que moi, je dis, tt ou tard, justice sera faite. Donc, en rfrence mme pour ce qui concerne le Kasa, des victimes de Nyanza, auxquelles Franois [Grignon, assistant spcial de M. Dieng Ndrl] a fait tout lheure rfrence, ont hsit et hsitent encore porter plainte par crainte des reprsailles, mais aussi, parce que tout simplement, elles estiment que a ne sert rien de porter plainte. Je suis, comme vous lavez rappel, un juriste. Je crois fondamentalement la primaut du droit et pour moi, il vaut mieux utiliser les voies de recours judiciaires, plutt que de recourir des armes pour rgler des Agence Reuters : Vous avez voqu des abus, des crimes commis par les forces de scurit nationales. Daprs vous, est-ce quil sagit des drapages isols, ou de quelque chose de plus organis, une stratgie coordonne un plus haut niveau ? Seule une enqute, permettra de dterminer sil y a un lien quelconque. Mais ce qui est important et je lai signal dans mon propos introductif, cest que des enqutes soient ouvertes immdiatement gens sachent quil y a une justice dans ce que vous soyez un simple citoyen, lorsque vous commettez un crime, vous devez en rpondre devant la justice. Je lai dit, les miliciens de KN [Kamuina Nsapu], ont commis des atrocits, mais jai aussi insist sur les atrocits commises par des units des forces de scurit et de dfense. Aussi, ai-je demand lAuditeur gnral de tout mettre en uvre et jai mme offert dapporter un soutien pour enqutes que la police arrive tablir et passe le dossier au Procureur gnral de la Rpublique, ce dernier dclenchera laction et certainement, apportera une rponse judiciaire la question que vous avez pose. Agence Chine Nouvelles : Vous dites quil faut rduire la militarisation dans la zone du Kasa. Savez-vous quil y a eu plus de 200 policiers dcapits ? Et que cest suite cette situation que le Prsident, devant le Parlement, a dclar la mise en place dune zone oprationnelle dans le Kasa pour apporter appui aux policiers et Est-ce quaujourdhui, vous rassurez que la situation est redevenue normale un niveau o les policiers peuvent reprendre [en mains] la situation ou bien, ce serait peut-tre aller trop vite, selon vousmme? La situation nest pas encore retourne la normale. Et cest pourquoi je suis prsent aujourdhui dans ce pays. graduelle, cette dmilitarisation qui permettra dune part, de librer les enfants qui sont dans ces territoires contrls par les miliciens et, deux, permettra aussi dtablir une ligne de communication avec ces milices. Parce qu la vrit, il ny a pas dautre solution que le dialogue pour ramener la stabilit dans cette rgion. Si les gens ont quitt leurs foyers, cest parce quils craignent pour leur scurit. Jai t extrmement choqu par les crimes commis contre les agents de lEtat, contre ces forces de police. Cest tout simplement inacceptable ce qui a t fait. rponse, que je juge disproportionne et indiscrimine, qui a t apporte par les forces de scurit. Maintenant, il est possible que si on engage ce dialogue, et quon arrive petit petit dmilitariser, je ne dis pas quil faille immdiatement dmilitariser, cest un processus, cette dmilitarisation, cest un processus. Et, il est important de passer par l. Parce que si vous ne dmilitarisez pas, vous ne pourrez pas avoir un quelconque dialogue. Et cest ce quenvisage, et que je salue comme mesure, le ministre de lIntrieur travers le forum de paix et de rconciliation, suppose aussi que ceux-l qui sont doublement victimes surtout les enfants, puissent tre librs. Voil pourquoi je dis, si vous continuez avec une rponse militaire qui va entraner dautres pertes en vies humaines, vous ne Congo Infos : Monsieur Adama Dieng, vous tes ici depuis le dbut de la semaine, vous avez t reu par les autorits du pays, vous avez fait des descentes dans des zones troubles, alors vous avez vu et entendu des gens vous donner leurs tmoignages. Est-ce que vous pensez vraiment quau mois de dcembre, il y aura des lections ici en RDC, selon tout ce que vous avez vu ? Je ne peux pas spculer. Comme vous le savez, il y a eu lAccord de la Saint-Sylvestre, il appartient aujourdhui aux autorits de ce pays de mettre en uvre avec tous les acteurs impliqus, cet Accord. Il est vident que les dlais sont certes courts, mais rien nest impossible l o il y a une volont politique. Et l o il y a volont politique, sil y a aussi absence de moyens, ceux-l qui sont soucieux davoir des lections dans les dlais prescrits, feront aussi leffort dappuyer. Mais pour moi, il est vident, que la situation trouble aujourdhui dans le Kasa, qui se propage, si cette situation nest pas matrise, il est fort parier que les dlais pourraient ne pas tre respects. Mais, les acteurs feront preuve de dtermination, pour assurer la tenue dlections libres et dmocratiques dans ce pays.

PAGE 12

12 Actualit Action humanitaire Dans son adresse aux acteurs humanitaires, Mamadou Diallo a mis laccent sur la ncessit dacclrer la rponse humanitaire par la distribution des stocks daide disponibles dans les zones apaises o il y a des dplacs. Cette action devrait permettre de soulager tant soit peu les dplacs en attendant la Dans le mme ordre dides, le Gouverneur du Kasa fait observer Mamadou Diallo, quen ce qui concerne les rfugis en Angola, il serait souhaitable que ces derniers soient encourags revenir sur le territoire congolais pour une assistance humanitaire sur place. Les acteurs humanitaires ont cependant les miliciens tuer les leurs, piller et brler des coles, des centres de sant ainsi que des champs et leurs rcoltes. Dans les familles daccueil, leur prsence aggrave la pauvret et la prcarit gnrale. En outre, ils nont Mamadou Diallo Des lections crdibles et dmocratiques ne peuvent exclure le Grand Kasa pas manqu de souligner la non accessibilit des routes en raison de linscurit cre par la Milice Kamuina Nsapu. Scurisation des axes routiers Au cours de sa rencontre avec le Vice-Gouverneur du Kasa Central, le Coordonnateur rsident et Coordonnateur humanitaire des Nations Unies a plaid pour la scurisation des axes routiers lacheminement de laide aux populations dplaces. Cest dans ce cadre que certains acteurs humanitaires des autorits nationales pour daccder aux populations dplaces. Pour rassurer le Dr. Diallo, le Vicegouverneur du Kasa Central a dclar que le transport ferroviaire reprendra incessamment pour dsenclaver certaines zones en vue dacclrer lacheminement de laide en toute scurit travers plusieurs localits encore occupes par la Milice Kamuina Nsapu. Enfants dmobiliss de la milice Kamuina Nsapu Pendant que les oprations militaires contre la milice se poursuivent encore dans certaines localits, plusieurs enfants dont lge varie entre 12 et 17 ans ont t dmobiliss grce la Monusco et ses partenaires. Tous ces enfants sont dans un premier temps recueillis dans des centres daccueil en attendant de retrouver leurs parents respectifs. Cest dans lun de ces centres dencadrement que Mamadou Diallo a t accueilli par des chansons des enfants dmobiliss de la milice Kamuina Nsapu. Emu, le Dr. Diallo a dclar ces enfants que leur place nest pas dans une milice mais plutt lcole et que les Nations Unies les leur famille. Et pour lui lamlioration des conditions gnrale, contribuera aussi rtablir la paix et la prserver. Dploiement de la MONUSCO Tshikapa les zones apaises, conformment son Mandat et pour tendre sa capacit de protection des populations, Mamadou Diallo le dploiement de la Mission Tshikapa. Cette prsence permettra la mise en place de programmes oprationnels conjoints et renforcera sur place la protection des populations, laction humanitaire et aussi soutiendra les efforts de paix initis par le gouvernement provincial pour crer la cohsion sociale. Enrlement des lecteurs Le Reprsentant rsident du Programme des Nations Unies pour le dveloppement (PNUD), lors des change avec le Secrtaire excutif provincial de la CENI Kananga, a indiqu que la Monusco sera linterlocuteur que lenrlement des lecteurs dbute dans les zones apaises et cela progressivement Pour le Dr. Diallo, des lections que lon veut crdibles et dmocratiques ne peuvent exclure le grand Kasa. Le retour la paix les populations sont convaincues quelles instances dcisionnelles. Mais si cellesci, comme partout au monde veulent une meilleure gouvernance, elles doivent massivement se faire enrler. Par Biliaminou Alao/MONUSCO

PAGE 13

13 Actualit Propos recueillis par Alphonse Yulu Kabamba/MONUSCO L a Rpublique dmocratique du Congo totalise 57 ans dindpendance. Quel bilan faitesvous de son parcours politique et conomique en tant quactrice majeure de la scne politique congolaise, ayant vcu les diffrentes poques traverses par les pays depuis lindpendance ? Quelquun a dit un jour : Quand on examine lhistoire de la RDC depuis son accession lIndpendance, force vrai pour notre pays. lIndpendance, de graves mutineries clatent dans les casernes du pays. Les Autorits gouvernementales qui sinstallaient encore sont dsaronnes, ne sachant par quel bout commencer. Jai vu de mes yeux le Prsident Kasavubu et le Premier Ministre Lumumba Luluabourg qui tait le point de dpart dune tourne digne des sapeurspompiers pour tenter dteindre les foyers des mutineries travers le pays. juillet 1960 ; le Sud-Kasa ensuite un mois le coup de thtre : le Premier Ministre Lumumba est rvoqu par le Chef de lEtat Kasavubu qui, son tour, est par le Premier Ministre. La crise qui sensuit aura des rpercussions tout au long de lhistoire de la RDC. A commencer par linstallation dun Gouvernement dissident acquis au Premier Ministre Stanleyville. Et comme point dorgue, le Premier Ministre Lumumba est odieusement assassin au Katanga. Un mauvais dpart disais-je, qui va marquer chaque pas de notre histoire, avec sa litanie de consquences les unes plus nfastes que les autres. Grosso modo, de 1960 1965, ce fut une temps de linstabilit politique, de linscurit, de la dgradation de lconomie caractrise par la destruction des infrastructures. Tout ceci a entrain entre autres la fuite des capitaux. Cest connu, linstabilit politique Confront aux rbellions, le Gnral Mobutu eut le mrite de monter, sur les cendres de la Force Publique, une Arme Nationale Congolaise pour la dfense de lintgrit territoriale. du pays en 1965, ouvrit ainsi la priode la paix la cl, de la stabilit politique, de lamorce du redressement conomique. Cette priode va en principe de 1965 1997 de notre identit, de la consolidation de la souverainet. Au plan conomique, fut entreprise une politique de prise en main des commandes de notre conomie par la nationalisation qui Katanga et ensuite la zarianisation de tous les commerces appartenant aux trangers. Avec le recul, force est de constater que la zarianisation fut un chec qui amora la destruction du tissu conomique du pays en raison de limprparation de ceux qui recueillirent le patrimoine conomique zarianis. Lantagonisme ainsi cr sur le plan international contribua aussi la prcarisation de notre conomie. Retour au plan politique pour mentionner linstauration de la Dmocratisation des institutions dcide par le Marchal Mobutu qui dictaient le besoin douverture dun espace dmocratique. Ce fut un processus laborieux qui ne fut malheureusement pas men son terme par la tenue dlections dmocratiques. Il sensuivit donc une de Laurent Dsir Kabila, changement facilit par un contexte international postguerre froide dans lequel le Prsident Mobutu tait devenu indsirable. De 1997 2003, on assiste dabord larrt net du processus de dmocratisation par la conqute militaire de la Rpublique par les Armes de pays voisins avec la complicit de certaines puissances occidentales sous le couvert de lAFDL de Laurent Dsir Kabila. Soit dit en passant, lAFDL ntait quun selon une dclaration publique de L.D. Kabila luimme Cest la priode la plus sombre de la Rpublique mise genoux grce ses RDC : 57 ans et encore beaucoup de dfis Mme Nzuzi wa Mbombo

PAGE 14

14 Actualit Grce lAccord global et inclusif conclu en 2002 et sign en 2003 Sun City en Afrique du Sud, les Congolais se sont rconcilis et ont dcid denterrer la hache de guerre pour reconstruire ensemble leur pays, et le mettre sur les rails en relanant la dmocratisation. Les lections prsidentielles et lgislatives au pouvoir. Jugeant le processus lectoral entach de graves irrgularits, lUDPS dEtienne Tshisekedi avait dcid de les boycotter. En 2011, de nouvelles lections prsidentielles et lgislatives sont organises. Cette fois, la victoire de Joseph Kabila est conteste la fois lintrieur et lextrieur par les observateurs indpendants. Venant en seconde position, Tshisekedi estimera avoir remport la prsidentielle et se proclamera Prsident de la Rpublique lu fort malheureusement, beaucoup de sang congolais pour un rendez-vous manqu : la prsidentielle et les lgislatives nont pas eu lieu. Laissant tous les dtenteurs des mandats lectifs prims poursuivre tranquillement leur chemin. Il est galement constat une activit anormalement accrue des groupes arms sur plusieurs fronts dabord lEst et qui par stendent au Sud-Est et ensuite la rgion centrale du pays. Les cycles non aboutis des ngociations politiques ainsi que le durcissement du rgime du Prsident Kabila sont les sujets de bien de proccupations pour les observateurs avertis. Quant 2017, tout le monde voir se tenir les prochaines lections en dcembre dans un climat apais et sous la surveillance de la communaut internationale. Quelles ont t les grandes ralisations en Rpublique dmocratique du Congo pendant les 57ans de son indpendance mettre lactif des dirigeants et quels confront ? Dans le domaine des ralisations de la lactif du Marchal Mobutu Sese Seko. On se contentera ici den dresser une liste qui nest ni exhaustive ni chronologique : gigantesque barrage hydrolectrique dInga inaugur en 1970 ; la Centrale hydrolectrique de Mobayi Mbongo lEquateur; la Sidrurgie de Maluku double de lautoroute Kinshasalongues du monde; la Cimenterie nationale de Kimpese; la Minoterie de Matadi (MIDEMA); la Socit nationale dAssurances; la Compagnie Maritime Zaroise (CMZ) avec sillonnant les ocans; Air Zare, la compagnie arienne nationale; le Grand Tam-Tam de lAfrique ou la Cit de la Voix du Zare (RTNC); les stations terriennes travers le pays ; les Aroports internationaux de Kisangani et de Goma ; les aroports de Matadi, MbujiMayi, Mbandaka, Bukavu, Kananga, Bandundu. Il faut surtout souligner la volont de former des cadres nationaux et dvelopper le potentiel humain, car laccession du de colonisation, les Belges navaient form quune dizaine duniversitaires. son actif, il faut mentionner la dcennies de paix avec le rsultat qu son arrive le pouvoir de lAFDL hritait dun pays dont le tissu social avait t prserv. Aujourdhui, le Congo est devenu le synonyme du pays du viol comme arme de guerre Dans le sens de ce dernier dveloppement, de guerre et de crimes contre lhumanit. La relance du processus dmocratique permettra duvrer restaurer le tissu social, amliorer la gouvernance et amorcer les mesures pour nous mettre sur la voie du dcollage conomique. Aux yeux des observateurs nationaux et internationaux, la RDC ne semble pas se relever de sitt de ses crises politiques et conomiques rcurrentes, quelles en sont les causes profondes et quelles pourront tre les solutions durables daprs vous ? Effectivement, les crises en RDC ont plutt rpondre sans complaisance, cette question, je nirai pas par quatre chemins pour dire que les causes sont rechercher du ct des capacits et des motivations des Gouvernants de notre pays. Une crise nest pas comme le vent qui vient et sen va selon son propre cycle; la crise est en fait un dysfonctionnement qui survient suite au nonrespect des lois, des accords et traits signs par les Gouvernants; elle durera tant que des actes correctifs appropris ne seront pas poss par les Responsables habilits le faire. Pour ce faire, ceux-ci doivent avoir les capacits voulues et la volont politique dagir en vue de corriger la situation. Ainsi donc, la persistance des crises politiques ou conomiques sexplique essentiellement par labsence de volont politique juguler la crise. Sil est vrai quune crise fait des millions des victimes, il est tout aussi vrai que les Dcideurs en font rarement partie. Seraitce pour cela que nos crises ont tendance sterniser, ne laissant aux pauvres victimes que leurs yeux pour pleurer et attendre vainement une lointaine normalisation de la situation ? Dans mon entendement, ce schma thorique ne serait pourtant pas loin de la ralit. Les dirigeants du pays sont recruts au sein de la classe politique. Or il y a du tout dans cette classe politique dont la caractristique dominante est le culte de lintrt personnel. Ce qui explique la recherche effrne de lenrichissement facile par les dtournements systmatiques, la concussion, la cupidit, la corruption, vices dbouchant sur la dgradation et le marasme socio-conomiques. La crise permanente dans laquelle patauge la Rpublique se rsume par le fait que ce pays scandaleusement nanti se retrouve pourtant la queue des pays les plus Aujourdhui la quasi-totalit des secteurs de lconomie sont contrls par les expatris banques locales. Plus grave, le patrimoine minier du pays de lavenir des industries extractives pour assurer le futur de la nation congolaise. Comment remdier cet tat de choses de sorte que la Rpublique puisse se relever rapidement de ses crises rcurrentes ? Je serais tente de dire A long terme, il faudrait que la Rpublique se dote dune nouvelle classe politique forge lthique rpublicaine grce lducation des jeunes. Cette entreprise doit Ce sera une classe politique acquise lide que la politique est un moyen de La problmatique de la parit ne trouvera la solution que lorsque la femme elle-mme prendra conscience de linjustice dont elle est lobjet.

PAGE 15

15 Actualit 15 servir son pays et non plus une sincure; une classe politique ayant le sens de lEtat, du bien commun, de lamour du prochain, de la solidarit nationale ainsi que de toutes les autres valeurs qui constituent le ciment dune communaut humaine viable. Le peuple devra aussi tre form plus de discernement dans le choix de ses lus. Comment voyez-vous lissue de linscurit lest, au Kasa et ailleurs, ainsi que de la crise humanitaire qui svit dans le pays, avec des millions des dplacs internes et des refugis congolais, des groupes arms qui pullulent dans le territoire national ? tique du Congo sont instrumentaliss en vue richesses souvent avec la complicit de puis santes multinationales. Lissue de linscurit ainsi cre par les activits criminelles est dif paux facteurs qui alimentent celles-ci sont persistants. Ces facteurs sont lexistence dabondantes richesses facilement exploita bles, la convoitise des pays voisins pauvres ne cherchant qu sen emparer et, comble de malheur, limpuissance de lEtat congo lais assurer la protection de ses richesses A lEst, le dcor est plant donnant le loisir certains pays voisins de faire impunment des incursions militaires en RDC. La violence inoue au Kasa est partie dun non-respect de lAutorit traditionnelle et la volont de vouloir infoder politiquement le pouvoir coutumier. La fonction de chef coutumier a t vide de son sens ; on va dun chef coutumier en nommant des fonctionnaires ce titre. Cest ce qui a lAutorit gouvernementale qui a ragi disproportionnellement, tant il est vrai quon ne tue pas une mouche avec un canon Des milliers dhommes, de femmes et denfants tus sauvagement et entasss dans des fosses communes. Cest monstrueux et encore plus quand les autorits de lONU font rfrence une milice importe pour sadonner plus de crimes crapuleux. Il est impratif que des sur ces crimes contre lHumanit et que leurs auteurs soient poursuivis par la Cour Pnale Internationale. Je reviens sur les erreurs de gestion du pouvoir coutumier pour demander instamment au gouvernement de faire en sorte que le pouvoir traditionnel reste apolitique et que soient respectes les lignes succession. elle t amliores, plus particulirement au regard de la parit, lmancipation de la femme, lgalit des sexes, le respect du genre etc. ? Avez-vous un petit commentaire sur lautonomisation de la femme congolaise et sa participation aux instances de prise de dcision et poste de responsabilit ? Voil une question qui revient toujours et qui na pas encore trouv de solution. La problmatique de la parit ne trouvera la solution que lorsque la femme elle-mme prendra conscience de linjustice dont elle est lobjet. ayant les mmes titres acadmiques, mmes cursus obtienne salaire gal, traitement gal. Sa participation aux instances de dcisions ne dpend que de la volont politique et rien dautre ; car tout le monde sait que la femme na plus dmontrer sa pleine capacit occuper avec comptence un poste de responsabilit. A lheure quil est, le pays dispose des comptences fminines dans tous les secteurs de la vie nationale ; il ny a donc femmes aux postes de responsabilit quel quen soit le niveau. Comment voyez-vous lAvenir de la RD Congo ? Quels conseils pourriez-vous donner aux dirigeants congolais la communaut internationale, aux Nations Unies reprsentes ici par la MONUSCO pour mieux accompagner les efforts dveloppement ? La RDC est un pays destin un avenir merveilleux, condition que les Congolais comprennent que quelquun dautre ne viendra pas faire leur bonheur leur place. A condition quils comprennent que le bonheur des Congolais comme le dveloppement de leur pays le Congo sont entre les propres mains des Congolais. Ce sont eux qui doivent sengager et simpliquer dans le changement rvons. Quant aux dirigeants, ils doivent sengager respecter effectivement la Constitution et les lois de la Rpublique tout en faisant de la bonne gouvernance un point central de la politique nationale. Ils doivent prner les soit garantie au Peuple congolais qui est un guerre. Depuis lindpendance, la Communaut internationale a beaucoup fait pour la RDC. lONUC vola au secours de la Rpublique du Congo en vue de la sauver de sombrer dans le chaos. Aujourdhui encore, la MONUSCO se trouve dans nos territoires pour une consolidation de la paix. Je voudrais ce sujet remercier les dirigeants de la MONUSCO et leurs collaborateurs pour tous les efforts fournis dans le cadre de son exaltante mission en faveur de nos populations. Certes il reste encore faire surtout pour rendre, en fonction de son mandat, la communication parce que parfois il est des congolais soient massivement tus sans que la MONUSCO nintervienne pour sauver des vies humaines. Ce dernier aspect est critiqu car il conditionne la crdibilit des Nations Unies devant le peuple congolais.

PAGE 16

16 Stabilisation Par Lt. Assouma Touaibou/MONUSCO* C est ainsi qua eu lieu, les 8 et 9 juin 2017, une mission communauts ethniques vivant dans la rgion de Bendera. Et ceci avec pour objectif de ramener la paix entre, dune part, les Batwa, Banyamulenge, Bafulero, communauts essentiellement pastorales, et dautre part, les Batwa et Baholoholo, communauts constitues en majorit dagriculteurs, qui saccusent mutuellement accusent les leveurs de possder des armes de guerre quils utiliseraient pour perptrer des tueries, et de faire paitre leur btail dans les champs de leurs voisins, et par ailleurs de marginaliser les Pygmes (Batwa). Les lveurs leur tour reprochent aux agriculteurs de tuer leurs btes et de perptrer des exactions dans les villages de leurs voisins. Deux runions ont marqu la mission conduite Bendera par le chef de bureau de la MONUSCO-Kalmie, et le Commandant du trouver un accord entre les communauts 8 mai a permis de runir les chefs coutumiers des communauts concernes, en prsence locales. La communication entre les acteurs tant ainsi rtablie, ils ont pu alors changer de rencontre avec les communauts en Puis, la dlgation de la MONUSCO, accompagne des autorits locales, sest entretenue avec les leveurs et les agriculteurs dans leurs localits respectives. Malgr les rticences exprimes par certains dentre eux au dbut, on peut dire que les populations, par les voix de quelques leaders dopinion, se sont dites favorables la paix et donc une rencontre avec les autres ethnies. Rencontre qui a effectivement eu lieu le mardi 9 mai 2017 la base du dtachement bninois de la MONUSCO Bendera et qui a regroup les reprsentants des diffrentes communauts, environ une quarantaine de leaders dopinions et la dlgation de exprim les griefs quils ont les uns envers les autres et propos des approches pour la t trouv. Il a t dcid, entre autre, que les diffrentes factions dposent armes prconis de trouver des zones de pturage loin des champs. Il a t demand aux Batwa de cesser de sriger en force de lordre ; les Batwa notamment avaient pris lhabitude deffectuer des patrouilles le long des axes En outre, il leur a t demand dtre de leurs administrs en leur faisant part de toutes les dcisions prises. Un dlai de deux semaines leur a t donn cet effet. La rencontre sest acheve par le partage dun repas entre les diffrents leaders qui ont exprim leur sentiment de satisfaction, et promis duvrer pour le respect des dcisions et dtre prsents la sance dvaluation qui aura lieu prochainement. Certes, ce genre de rencontres est susceptible damener la paix, mais sa prennit repose largement sur limplication effective des autorits divers niveaux. *Ocier presse BENBATT-11 MONUSCO La MONUSCO tente une nouvelle approche pour instaurer la paix dans le Tanganyika Juin 2017 | N

PAGE 17

17 Appui la justice Par Marcelline Comlan/MONUSCO D ans un premier temps, lappui a concern la prison centrale de Kalemie. La Section JCS a initi un projet impact rapide dun montant de 16.000 dollars amricains pour rpondre une situation durgence. Le projet a permis de fournir cette maison carcrale, des mdicaments, des vivres et non-vivres, de rhabiliter la cuisine avec lArme du Salut, comme partenaire dexcution. prside par le Ministre provincial de lIntrieur, il a t procd la remise dune cinquantaine de sacs de farine de mas, de haricots, de sel et de sucre, des bidons ncessits, ainsi que des mdicaments. Pour Jean Georges Nyame, Chef de bureau de la MONUSCO ad interim, le projet a eu des dtenus de la prison de Kalemie une bonne et saine alimentation et aux soins de sant de base qui leur permettent de surmonter les dures ralits de la dtention. Quant Joseph Kiluba, Ministre provincial de lIntrieur, il a exprim toute sa satisfaction et adress, au nom des autorits la MONUSCO qui avait dj en 2009 rhabilit cette prison. La ralisation de ce prison centrale de Kalemie qui a connu en dcembre 2016 de violents incidents lis des revendications de survie. Au cours du mme mois de mai 2017, Section JSC, travers le projet cellule (CAP) a apport un soutien logistique lAuditorat militaire de Kalemie. Lobjectif est damliorer les conditions de travail et renforcer les capacits oprationnelles de la Justice militaire dans sa lutte contre limpunit des crimes graves. En prsence du Ministre provincial de lIntrieur et responsables de la hirarchie militaire, la Section JSC de La MONUSCO apporte un soutien matriel et technique au systme judiciaire du Tanganyika Kalemie a remis lAuditorat militaire de garnison, une jeep de type Land cruiser 4x4 toutterrain, des matriels oprationnels et bureautiques, et accessoires. Ces quipements doivent non seule ment permettre damliorer les conditions de travail des acteurs judiciaires militaires, mais aussi faciliter leur mobilit dans le cad re des enqutes et des audiences foraines. Lors de la rception de ces quipements, les responsables de lAuditorat militaire ont lou la contribution de la MONUSCO la restauration de lautorit de lEtat. Dans le cadre de sa mission dappui pour une bonne et visible administration de la justice, la Section JSC a port une assistance pour lorganisation des audiences foraines et des inspections judiciaires qui se sont tenues en mai 2017 en Territoire de Kongolo 350 kms de Kalemie. Lobjectif de ces inspections est de contrler le travail des juridictions inferieures et la rgularit des dtentions, de relever les causes de dysfonctionnement et dapporter les solutions idoines. A ces occasions, JCS apporte un appui-conseil aux acteurs judiciaires et pnitentiaires dans le sens dune juste application de la loi et des bonnes pratiques de la dtention de sorte contribuer un dsengorgement des cachots et prisons gnralement surpeupls. Les audiences foraines de Kongolo soutenues par la MONUSCO en partenariat avec la Commission diocsaine Justice et Paix, illustrent cette bonne collaboration, gage dune justice de proximit. Au cours de celles-ci, dix-sept prvenus dtenus ont comparu devant le Tribunal de Grande Instance de Kalemie qui sigeait devant audiences, 17 jugements ont sanctionn linstruction de 17 dossiers connus par le Tribunal de Grande Instance. Il convient dajouter que la MONUSCO, travers la Section JSC a contribu galement lamlioration des conditions de travail des instances judiciaires provinciales par la construction ou la rhabilitation de plusieurs btiments administratifs.

PAGE 18

18 Droits de lHomme A ont t assigns par le Conseil de scurit de lONU dans sa rsolution 2348 du 23 avril 2017, la Mission de lOrganisation des Nations Unies pour la stabilisation en Rpublique dmocratique du Congo (MONUSCO) est habilite fournir aux forces de dfense et de scurit de la RDC (FARDC, PNC et ANR) un appui multiforme : formations ; logistique; transports; ou oprationnel. Toutefois, cet appui est strictement conditionn au respect de la Politique des Nations Unies de diligence voulue en en anglais). Cette Politique, dont le texte est accessible en ligne (https://www. pksoi.org/document_repository/Lessons/ Human-Rights-Due-Diligence-Policy-onUN-Support-to-Non-UN-Security-ForcesLMS-2417.pdf) sapplique toute mission, agence, ou programme des Nations Unies partout dans le monde. La Politique de diligence voulue en Vers un meilleur respect des droits de lHomme travers lappui de la MONUSCO aux forces de scurit congolaises : aucun appui ne peut tre fourni des scurit de la RDC sil existe un risque rel quils commettent des violations graves du droit international humanitaire, du droit international des droits de lHomme ou du droit international des rfugis. De la de commandement ayant commis par le pass des violations graves de ces mmes En pratique, tout appui est soumis valuation des risques en fonction du forces de dfense et scurit concernes, ainsi qu la mise en uvre de mesures dattnuation de ces risques. Le Secrtariat de la Politique, institu en 2015 sous la supervision du Directeur du BCNUDH au sein de la MONUSCO et dont les comptences stendent dsormais aux agences, programmes et Fonds des Nations Unies en RDC, assiste les entits concernes dans leur gestion et lvaluation des risques. Chaque appui est soumis un rgime dautorisation par la Direction de la MONUSCO ou par le Chef dagence concern, guids par les analyses et recommandations du Secrtariat sur la base de consultations internes et externes. Les dcisions les plus importantes sont communiques aux autorits comptentes qui sont appeles jouer un rle crucial dans la prvention des risques et remdier aux violations commises. lhomme. Depuis 2016, 501 demandes dautorisation dappui ont t traites de risques. Son exprience est dsormais reconnue. Avec lassistance du Secrtariat, UNPOL ont mis en uvre des mesures dattnuation des risques qui soffrent reproduire. Par Julia Doublait/MONUSCO

PAGE 19

19 Droits de lHomme E n Ituri, la protection des victimes, des tmoins et du personnel judiciaire dans le cadre des violences sexuelles constitue encore un grand mardi 13 juin par certains acteurs judiciaires, civils et militaires qui participent cet atelier de formation qui a concern 35 Magistrats Le BCNUDH outille 35 Magistrats et Commandants des FARDC dans la lutte contre les violences sexuelles et Commandants dunit des juridictions et Garnisons de Kisangani et de lIturi. Le Ministre provincial de lIntrieur, Etienne Ege a fustig les menaces et des actes dintimidation de la part des auteurs de violences sexuelles pour faire obstruction la justice. Ce qui a comme consquence la rsignation des victimes et le dsintressement des magistrats des dossiers relatifs aux violences sexuelles et le recours la justice populaire. Il plaide pour la prvention et la rpression de ces cas. Pour Etienne Ege, des mesures prventives et coercitives qui visent prvenir et rprimer toute tentative dobstruction et des reprsailles de la part des auteurs prsums de violences et de leur entourage doivent Selon Jean Marc Mazio, le point focal du bureau Genre, de violences sexuelles, qui note que certains militaires indisciplins et des miliciens sont cits parmi les auteurs ce plus dans des milieux ruraux. Mais pour certains participants cette lutte contre les violences sexuelles dans cause des risques de reprsailles qui sont encourus par les dfenseurs du droit des victimes. Cest pourquoi Mazio estime que La formation de ces 35 Magistrats et Commandants dunits des juridictions et Garnisons de Kisangani et dIturi a donc tourn entre autres autour du cadre lgal violences sexuelles; du rle du Conseil Suprieur de la Magistrature en soutien des juridictions civiles et militaires quant la problmatique de la protection des victimes et tmoins ; Les droits et rles des victimes, tmoins et auteurs des infractions des violences sexuelles sur le plan national et international ; Des mesures de protection pour les victimes et tmoins des crimes internationaux en gnral ; La responsabilit pnale individuelle et du commandant et/ou suprieur hirarchique internationaux. Le commandant de la 32 rgion militaire le gnral Jean-Pierre Bongwangela amliorer la rputation des forces armes radication de la liste noire. Par Laurent Sam Oussou/MONUSCO

PAGE 20

20 Produit par lUnit des Publications de la Division de la Communication Stratgique et de lInformation publique de la MONUSCO Contact : 12, avenue des Aviateurs Kinshasa/Gombe Tlphone : (243) 81 890 6650(243) 81 890 4714 ECHOS de la MONUSCO http://monusco.unmissions.org/publications En ligne