Citation
Echos de la MONUSCO

Material Information

Title:
Echos de la MONUSCO
Creator:
Mission de l 'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo ( issuing body )
Place of Publication:
Kinshasa, DR Congo
Publisher:
Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo
Publication Date:
Frequency:
Monthly
regular
Language:
French
Physical Description:
1 online resource : ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Periodicals -- Congo (Democratic Republic) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
international intergovernmental publication ( marcgt )

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began with: Volume 1, No1 (Juillet 2011)
General Note:
"Une publication de la Division de l'Information Publique de la MONUSCO".
General Note:
"Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo".

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright, Mission de l'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
on10476 ( NOTIS )
1047609376 ( OCLC )
2018226778 ( LCCN )
on1047609376

UFDC Membership

Aggregations:
Digital Military Collection

Downloads

This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

Volume IX N Mars 2017 Pour un monde 50 50

PAGE 2

Par Charles Antoine Bambara* Sommaire C e mois de mars aura t marqu par plusieurs vnements, certains douloureux, dautres moins, comme dans la vie. Mais il y a eu tout dabord, au Conseil de Scurit des Nations Unies, New-York, les discussions sur le renouvellement du mandat de la MONUSCO. Des discussions ont t pres avec la nouvelle politique amricaine de ladministration Trump de diminuer ses dpenses publiques extrieures et donc aussi ses contributions aux Nations Unies. Une politique qui a affect le renouvellement du mandat puisquune diminution des effectifs a t dcide. Nous reviendrons sur ce nouveau mandat dans nos prochaines ditions. Mais cest tout dabord 27 mars, de deux experts du Groupe des Nations Unies sur la Rpublique dmocratique du Congo, cr par le Conseil de Scurit : M. Michael Sharp et Mme Zaida Catalan. Ils avaient, avec leur quatre accompagnateurs, t ports disparus, sur laxe Bokonde-Tshimbulu, 120 Kilomtres au sud de Kananga (Kasa Central). Les recherches pendant plus de deux semaines, ont permis de retrouver leurs corps. Congolaise (CENCO), entre la Majorit prsidentielle et lOpposition reprsente par le Rassemblement. Aujourdhui tous sen remettent au Prsident de la Rpublique qui a promis de sadresser au peuple sous peu. Cest avant tout un mois de mars plein despoir, qui vient de scouler, avec la clbration de la Journe internationale de la Femme, sous le thme : Les femmes dans un monde du travail en volution : une plante 50 50 dici 2030 A cette occasion, le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies a rappel, dans son discours prononc le 8 mars, Kinshasa, lors de Aujourdhui comme hier, ce sont les femmes qui donnent au bien-tre de toute la socit. Et pourtant, les conditions des femmes demeurent encore prcaires Pour cette dition 2017, ONU-Femme, lentit des Nations Unies qui soccupe de lgalit entre les sexes et de lautonomisation des femmes, exhorte toutes les parties prenantes franchir le pas vers lgalit entre les sexes. La libert, lgalit, la dignit des femmes sont des causes universelles. Dfendre ces nobles causes, ce nest pas lengagement dune seule journe. Le 8 mars, le 9 mars, le 10 mars et tous les jours de lanne, nous devons faire plus pour ancrer le leadership fminin dans nos institutions a dit M. Sidikou. Le nouveau Secrtaire Gnral des Nations Unies Antonio les premires dcisions adoptes lors de sa prise de fonction le 3 janvier 2017 ont t de sentourer dune majorit de femmes dont la Nigriane Amina J. Mohammed comme Vice-Secrtaire Gnrale ou la Brsilienne Maria Luiza Ribeiro Viotti comme directrice de cabinet. En plus de la Sud Korenne Kyung-Wha Kang comme Conseillre en matire Politique de Monsieur Guterres . Ne perdant pas de vue que la RDC se prpare pour organiser des prochaines lections, Maman Sidikou a exhort les congolais se mobiliser pour une participation plus accrue des femmes congolaises cette premire phase du processus le processus lectoral pourrait tre la cl qui permettra aux intrts des femmes dtre pris en compte au plus haut niveau . Il a incit renforcer lengagement en faveur dun du chemin. *Directeur de la Division de lInformation Publique de la MONUSCO Mars : mois de la Femme Directeur de lInformation Publique Charles Antoine Bambara Chef de lUnit des Publications Aissatou Laba Toure Rdacteur-en-Chef Tom Tshibangu Infographiste Jsus Nzambi Sublime Contributeurs Bernardin Nyangi, Laurent Sam Oussou, Nadine Fula, Michel Kinda, Joseph Tshimanga, Alain Likota, Penda Ly, Guy Karema, Denise Lukesso, Marta Biongo, Amuri Aleka, Jean-Tobie Okala 3 Point de vue Et sils sen mlaient... 4 Actualit Kasa Central : Deux experts des Nations Unies ports disparus 5 Maman Sidikou : Il faut que lAccord du 31 dcembre soit applique le plus vite possible 6 Vie de la Mission Le Coordonnateur humanitaire conduit une mission interagences dans le Tanganyika 7 Dossier ONU-Femmes : Franchir le pas vers lgalit entre les sexes pour une plante 50-50 en 2030 8 La Ministre du Genre, Femme et Famille rend hommage aux travailleuses et demandes limposition des quotqs pour lquilibre genre dans les instances, institutions et services 9 Guterres : lavocat des femmes 10 Changeons de comportement lgard de la femme 10 Jetons un regard neuf sur les femmes 11 A Kinshasa, plus de 5 000 femmes et filles sensibilises lgalit des genres 12 Clbration de la Journe Internationale des Femmes en Provinces 14 Rose Mutombo femme dinfluence Madame Rose Mutombo 16 Rencontre avec des jeunes femmes qui veulent oeuvrer changer leur pays 17 Elections en RDC sous la perspective du genre 18 Femme en Politique Eve Bazaiba : Une femme en politique, la politique la change mais plusieurs femmes en politique, elles changent la politique, pour lintrt gnral Produit par lUnit des Publications de la Division de lInformation publique Contact : 12, avenue des Aviateurs Kinshasa/Gombe Tlphone : (243) 81 890 6650(243) 81 890 4714 Photographes : Michael Ali, Jhon Bompengo

PAGE 3

3 Point de vue Et sils sen mlaient Par Assatou Laba Tour/MONUSCO S i jtais un homme, je soutiendrais la cause des femmes car ma mre est une femme, ma sur est une femme, ma lle sera une femme et, cerise sur le gteau, ma femme est une femme Je rsume : elles forment le premier cercle de tous les tres humains qui me veulent du bien. Si jtais un homme, je ddierais ma vie aux femmes, leur talent, leur intelligence humble, leur mansutude, leur grandeur dme, leur humanisme, leur fminit, leur fminisme, leurs justes colres et au sel quelles mettent dans nos vies. Si jtais un lu politique, je ddierais mon mandat aux femmes car ce sont elles qui mont lu car elles sont une trs bonne clientle lectorale. Si jtais un homme, je serais le rempart des femmes et jempcherais par exemple, que lon brle des veilles femmes taxes de sorcires, juste parce quelles sont dformes par la vieillesse et la maladie et quelles nont plus de force pour se dfendre. Si jtais un homme je demanderais lhomme qui bt, viole ou tue une femme de venir vers moi pour voir si cest aussi facile. Si jtais un homme, je moccuperais sans ciller de ma femme et de mes enfants car ils sont le socle sans lequel ma vie naurait pas de sens. Si jtais un artiste, je passerais ma vie dessiner, peindre, sculpter, chanter les femmes car elles me portent, elles minspirent, elles sont mes muses ternelles, elles sont au dbut et la n de mes crations. Les voir si belles, si fortes et si fragiles en mme temps me donne la joie et la lumire dont jai besoin pour vivre et crer. Et pardessus tout, si jtais un homme, jen aurais assez dentendre chaque anne, la mme poque, que le monde a besoin des deux sexes, un mme niveau de considration, pour avancer. Il se trouve que je suis une femme, heureuse de ltre et mme si je men porte bien, je pense comme beaucoup que la lutte pour lgalit des sexes se ferait beaucoup mieux avec lentire implication des hommes. Pour moi, la Journe de la Femme est en ralit une Journe pour que les hommes prennent conscience de leur part dans le combat pour lavnement de la parit dans toutes les strates de la socit. Jai envie de dire Et sils sen mlaientbeaucoup de choses changeraient pour les femmes ; mais ce jour-l que remarque-t-on le plus ? Ce jour-l ils rivalisent de jolis mots sur les femmes nos surs, nos partenaires, nos chries Ils regardent les femmes dler ou clbrer le 08 mars, dans la plus grande hilarit, en se disant demain elles vont se calmer ! Et ce nest pas tellement ce dontelles ont le plus besoin. Certes les tmoignages daection cela fait chaud au cur, mais elles veulent des preuves que derrire ces mots il y a une ferme volont de changer de comportement leur endroit. Engagez-vous par exemple pour amplier et dmultiplier le message de la campagne dimplication des hommes pour lgalit, HeforShe Il sagit dune campagne de solidarit pour lgalit des sexes lance par ONU Femmes et dont lobjectif est de faire participer les hommes et les garons dans le combat pour lgalit des genres et les droits des femmes. Des centaines de milliers dhommes de tous horizons, se sont engags lancer des actions majeures en faveur de lgalit des sexes. Ce mouvement mondial vise faire voluer les comportements, les normes et les perceptions qui contribuent notre vision culturelle du genre. Selon ONUFemmes/RDC, au lancement de la campagne dans le pays, 50 personnes taient inscrites, elles sont passes plus de 3 400 adhrents en aot 2016, pour atteindre aujourdhui le nombre de 43 331, faisant de la RDC le deuxime pays en Afrique et le cinquime lchelle mondiale. Prochain objectif : tous les hommes et les garons de ce pays Les femmes ont besoin du soutien des hommes pour avancer. De la mme manire que les hommes, sappuient dj sur les femmes pour leur propre bien-tre et leur tranquillit pour avancer. Sans sa comprhension en tant que poux, la femme ne pourrait spanouir professionnellement ou tout simplement en tant que femme ; sans le soutien dun pre responsable et impliqu, la jeune lle nirait excise, violente et/ou marie de force ; sans lappui dun frre, dun cousin, dun oncle, elle ne pourrait pas continuer ses tudes et aspirer une condition de vie dcente et enn ; sans lengagement dun lu, la parit serait toujours un rve impossible atteindre moyen terme. Des comportements qui changent lendroit des femmes, des lois qui sont votes pour leur donner une plus grande place dans la socit, des engagements fermes pris pour une plus grande autonomisation et des mesures dictes qui leur permettent de se sentir leur place dans leur lieu de travail, considres de la mme manire que leurs collgues, cest de cela dont elles ont le plus besoin. Parce que les femmes qui travaillent gagnent, en moyenne, 18% moins que les hommes et touchent 26% de moins queux la retraite ; parce que 80% de femmes travailleuses ne bncient daucun temps libre ; parce quune fois le commerce, le bureau ferm, elles repartent au travail dans la maison ; parce quil y a une oppression domestique et sociale qui use long terme les meilleures bonnes volonts ; parce que lenchanement aux tches domestiques qui psent essentiellement sur elles, les toue, et les abrutisse ; parce que 75% des personnes assistant un parent dpendant sont des femmes ; il est plus que temps pour les hommes de poser un regard juste sur la problmatique genre. Sont-ils prts sy mettre sincrement et dnitivement ? Certains, de par leur position (autorits politiques, lgislateurs, organisations internationales, ONG) font leur cette lutte pour lavnement dune socit plus juste lendroit des femmes, les autres attendent alors que le temps de limplication est arriv. Chers frres, je vous y invite et vous verrez, le monde ne sen portera que mieux

PAGE 4

4 Actualit 4 Mars 2017 | N7 L e 29 mars, le Secrtaire gnral des Nations Unies annonait que lon avait retrouv les corps de M. Michael Sharp (americain) et Mme Zaida Catalan (suedoise), le 27 mars, par des Casques bleus de la MONUSCO. Il a prsent ses condolances aux familles, amis et collgues des disparus. Michael et Zaida ont perdu la vie en cherchant comprendre les causes des conits et de linscurit en RDC an daider apporter la paix au pays et sa population. Les recherches auront dur plus de deux semaines, dans une rgion hostile. LONU rclame justice Au nom de la famille des Nations Unies en RDC, je voudrais exprimer toutes nos condolances la famille, aux amis et collgues de Michael et Zaida. Nos penses vont galement aux familles et amis des congolais toujours ports disparus , a dclar Maman Sambo Sidikou, chef de la MONUSCO. Dans un communiqu publi mercredi 29 mars dans la soire, le chef de la MONUSCO a fait savoir que lONU est prte fournir la RDC le soutien ncessaire pour appuyer la justice congolaise dans cette enqute. La MONUSCO espre que les autorits de la RDC mneront une enqute approfondie sur leur dcs note le communiqu. Maman Sidikou rclame que les auteurs de ces terribles crimes soient traduits en justice. Il a promis que la mission onusienne continuera dhonorer par le travail et lengagement la mmoire de Michael Sharp et Zaida Catalan, pour lavnement dune paix durable en RDC et particulirement Kasa Central dans la rgion du Kasa. Les Nations Unies mneront galement une enqute. En cas dactes criminels, les Nations Unies feront tout leur possible pour assurer que justice soit faite, a dit Antonio Guterres. Il a ensuite exhort les autorits congolaises poursuivre les recherches pour retrouver les quatre ressortissants congolais qui accompagnaient les deux experts. Le 25 mars, loccasion de la Journe internationale de solidarit avec les membres du personnel dtenus ou ports disparus, le Secrtaire gnral de lONU faisait ce constat : cet vnement nest que le plus rcent parmi les dangers que les fonctionnaires et partenaires de lOrganisation des Nations Unies arontent frquemment alors quils uvrent au service des peuples La Communaut internationale sindigne et sinquite de la situation dans le Kassa Le Conseil de Scurit a dit sa stupeur et son indignation face ces actes et a observ, le 30 mars une minute de silence lors de sa sance de discussions sur le nouveau mandat de la MONUSCO. LAmbassadrice Nikki Haley, Reprsentante permanente des Etats-Unis auprs des Nations Unies estime que Michael Sharp na pas hsit se mettre en danger pour essayer dapporter un changement positif dans la vie des Congolais. le 27 mars, lUnion africaine (UA), les Nations unies (NU), lUnion europenne (UE) et lOrganisation internationale de la Francophonie (OIF) avaient dit leur profonde proccupation face la grave situation dans les provinces du Kasa, atteste notamment par les informations faisant tat de la mort denviron 40 membres de la Police nationale congolaise tus lors dune embuscade tendue par la milice Kamuina Nsapu, entre le 23 et le 24 mars, sur laxe Tshikapa-Kananga. Le gouvernement promet une enqute approfondie Le gouvernement congolais a annonc le mme jour que la justice militaire enqutait sur la disparition de ces deux experts de lONU. Ds quils ont disparu, les magistrats militaires ont ouvert une enqute qui vient de sacclrer avec la dcouverte des corps , a dclar lAFP le porte-parole du gouvernement congolais Lambert Mende. Que Michael et Zaida reposent en paix. Par Tom Tshibangu/MONUSCO Deux experts des Nations Unies perdent la vie au Sud de Kananga

PAGE 5

5 Actualit 5 Mars 2017 | N7 Par Assatou Laba Tour/MONUSCO L e Conseil de Scurit des Nations Unies, qui a commenc sa sance par observer une minute de silence la mmoire des deux experts tus au Kassa, a adopt lunanimit le vendredi 31 mars la rsolution 2348, prorogeant jusquau 31 mars 2018, le mandat de la MONUSCO. Ce mandat est centr sur deux priorits: la protection des civils et lappui la mise en uvre de laccord de 31 dcembre. Ainsi aprs 18 ans de prsence en RDC, la MONUSCO continuera dappuyer le gouvernement du point de vue scuritaire et politique avec les lections qui sannoncent pour n 2017. Une diminution symbolique de 500 casques bleus a t note ; les eectifs de la mission onusienne passe de 19.815 18.316 hommes, soit une rduction de 7%. Dans la nouvelle Rsolution, le Conseil de Scurit invite la MONUSCO avoir comme priorit, la protection des civils se trouvant sous la menace des groupes arms et milices locales, en travaillant pour ce faire, de concert avec les Force armes congolaises (FARDC) pour les neutraliser. Il lui demande aussi dappuyer ou dengager des initiatives pour empcher lintensication de la violence dans les conits inter ethniques. Le Conseil La protection des populations et la mise en uvre de lAccord du 31 dcembre, au cur du nouveau mandat de la MONUSCO Rsolution 2348 formule clairement la ncessit de fournir un appui technique et politique la mise en uvre de laccord du 31 dcembre 2016, notamment au Conseil national de suivi de laccord (CNSA), au futur Gouvernement dunit nationale, an de favoriser la rconciliation et la dmocratisation et douvrir la voie la tenue dlections avant la n de lanne 2017 Selon cette Rsolution, la MONUSCO doit, dans cette optique, fournir une assistance technique et un soutien logistique au processus lectoral, an de faciliter le droulement du cycle lectoral, en particulier en engageant un dialogue rgulier et portant sur les questions de fond avec la CENI Pendant cette priode, la mission onusienne doit galement constater et signaler immdiatement au Conseil de scurit de lONU les violations des droits de lhomme, les atteintes ces droits et les infractions au droit international humanitaire, y compris celles qui se produisent dans le cadre des lections. La MONUSCO dispose dsormais dun mandat adapt, concentr sur deux priorits stratgiques majeures: la protection des civils, dune part, et lappui la mise en uvre de laccord de 31 dcembre et du processus lectoral, dautre part, a dclar Franois Delattre, Reprsentant permanent de la France auprs de lONU. Mon gouvernement prend bonne note de la rduction des eectifs de la MONUSCO a dclar le Reprsentant de la RDC lONU, Ignace Gata Mavita, lors de ladoption de la rsolution. La RDC va poursuivre le dialogue stratgique avec les Nations Unies, les partenaires internationaux et rgionaux, an de dnir le calendrier devant aboutir au retrait ordonn et dnitif de la MONUSCO, de la Rpublique dmocratique du Congo a annonc M. Gata. Un autre sujet quil a abord concerne limpasse dans les discutions directes entre la Majorit prsidentielle et lopposition politique, sous lgide de la Confrence piscopale nationale du Congo (CENCO). Il estime que le dialogue doit se poursuivre car: pour le Prsident de la Rpublique, limpasse actuelle ne doit nullement tre considre comme une rupture dnitive du dialogue. Au contraire, les changes vont devoir se poursuivre an de dboucher, dans les brefs dlais, sur les voies les plus adquates pour la mise en uvre eective de laccord du 31 dcembre 2016 a-til conclut.

PAGE 6

6 Par Amuri Aleka/MONUSCO D epuis le mois de juillet 2016, plus de 370 000 personnes ont t contraintes de fuir le sud-est de la province du Tanganyika, enracine dans lextrme violence du conit qui oppose les communauts Luba et Twa. Cest pour attirer lattention sur cette crise humanitaire que, du 15 au 17 mars 2017, le Coordonnateur humanitaire, le Dr Mamadou Diallo, a men une dlgation de haut niveau, compose de reprsentants dagences des Nations Unies, de donateurs et dONG, dans les territoires de Kalemie et Manono o se trouvent 75% de la population dplace. A Kalemie, la dlgation sest rendue sur le site de Kalunga, o les ONG apportent de leau et des services de sant quelque 17.000 personnes qui y rsident. Cependant, dautres besoins vitaux restent sans rponse, notamment en termes dabris. A Manono, la dlgation a visit le site de Kamala, o les Le Coordonnateur humanitaire conduit une mission inter-agences dans le Tanganyika Vie de la Mission contraintes daccs rendent lintervention humanitaire dicile. Ce territoire reprsente le berceau du conit intercommunautaire qui ravage la province. Quelque 40 millions de dollars sont ncessaires pour rpondre aux besoins humanitaires de ces populations vulnrables, dont $20 millions pour les besoins vitaux. Le Fonds Humanitaire pour la RDC et le Fonds central dintervention durgence ont rcemment allou $5 millions chacun pour la rponse. En outre, le Fonds Humanitaire prvoit dallouer $2 millions supplmentaires. Le Tanganyika est le thtre de violents arontements qui ont fait plus de 370 000 personnes dplaces depuis plus de 9 mois. Cette mission intervient alors quune autre mission, conduite par OCHA, est en cours dans les territoires de Bukama et Malemba Nkulu de la province voisine du Haut-Lomami, an didentier les besoins L e Conseiller Militaire et Secrtaire Gnral Adjoint des Nations Unies, le Gnral de Corps dArme Carlos Humberto LOITEY (Uruguay) a eectu une visite de travail la MONUSCO en Rpublique Dmocratique du Congo. Celui qui est charg de donner des conseils dordre militaire au Secrtaire gnral, au Secrtaire gnral, adjoint aux Oprations de maintien de la paix et, sur demande aux secrtaires gnraux adjoints aux Aaires politiques et au Conseil de Scurit. Arrive Kinshasa le 14 mars 2017, le Gnral Carlos Humberto LOITEY a eu des entretiens avec les Hauts Responsables Militaires et Civils de la MONUSCO, avant deectuer des visites sur le terrain. Le vendredi 17 fvrier, le Lieutenant Gnral Carlos Humberto Loitey, sest rendu Goma (Nord Kivu), aprs avoir visit Kananga. Selon lui, sa mission sinscrivait dans le cadre de ses obligations ocielles, celles de se rendre Visite du Conseiller Militaire et Secrtaire Gnral Adjoint des Nations Unies (MILAD), en RDC Par MPIO Chief et Bernardin Nyangi/MONUSCO compte des ds et environnements dans lesquels travaillent les units dployes dans cette mission de maintien de la paix : Il sagit dune mission de routine, pour couvrir la mission assigne au conseiller militaire du secrtaire gnral du bureau des Aaires militaires bas au quartier gnral des Nations Unies. Outre le rapport militaire, le gnral Carlos a t aussi brief sur les forces rebelles en prsence et sources de linscurit au Nord-Kivu. humanitaires inhrents la province ainsi que ceux lis larrive des milliers de personnes venant du Tanganyika.

PAGE 7

7 P our la Mission des Nations Unies en RDC, la question de la Femme est priorit. Parce quil y a encore trop de femmes marginalises, parce que trop de jeunes lles sont exploites et leur force de travail utilise sans quelles en aient le bnce. Selon la Directrice excutive dONUFemmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka pour parvenir lgalit dans le milieu du travail, il faut parvenir orir davantage dopportunits demplois dcents. Pour elle, trop de femmes et de lles passent des heures dans des tches domestiques, soccupent de leur fratrie, des membres gs de la famille et arontent seules les maladies des leurs. Cette charge de travail se fait au dtriment de leurs tudes, de leur vie de couple et de leur vie professionnelle qui nvoluent pas. Tel est, dit-elle, le monde immuable du travail non rcompens, une scne familire de futurs anantis, partout dans le monde o les femmes ont des trajectoires trs dirents de celles des hommes. Pour ONU-Femmes/RDC, par la voix de sa reprsentante en RDC, Mme Awa Seck, le monde du travail est en train de changer, ce qui entrane des implications importantes pour les femmes. Dune part, la mondialisation et la rvolution technologique apportent de nouvelles opportunits ; dautre part, linformalit croissante du travail ainsi que des salaires et des revenus instables ou encore de nouvelles politiques scales et commerciales ont aussi des eets sur lautonomisation conomique des femmes. loccasion de ldition 2017 de la Journe internationale de la femme, ONU-Femmes lentit des Nations Unies pour lgalit des sexes et lautonomisation des femmes exhorte toutes les parties prenantes Franchir le pas vers lgalit entre les sexes pour une plante 50-50 en 2030 Certes, on commence compter des femmes qui pulvrisent ce qui est communment appel le plafond de verre. Elles le font sans complexe mais aussi conscientes du fait quelles ne sont malheureusement pas reprsentatives de la condition fminine. LONU dit que dici 2030, conformment lobjectif de dveloppement durable 4 (ducation de qualit pour tous), tout doit tre mis en uvre pour que toutes les lles et tous les garons suivent, sur un mme pied dgalit, un cycle complet denseignement primaire et secondaire gratuit et de qualit, qui dbouche sur un apprentissage vritablement utile. Comment y parvenir sans la pleine implication de lautre moiti, lautre 50, les hommes, les amis, les collgues, les frres, les poux, les dcideurs, les lgislateurs, les gouvernants. Il ny aura pas dautres moyens que de les bousculer (gentiment), de les pousser, de les convaincre par une information, une sensibilisation constante et surtout une ducation lacceptation de lautre moiti du monde comme une gale. Pour mettre le doigt sur les injustices subies par trop de femmes et recommander des mesures idoines pour changer tout cel, la MONUSCO, ONU-Femmes et le gouvernement congolais ont initi de nombreuses activits, durant tout le mois de mars. Echos de la MONUSCO revient, pour vous sur ces vnements, dans ce dossier et interroge des hommes et des femmes sur la prise de conscience ncessaire un changement de comportement, pour une plus grande considration de la femme, en tant quactrice part entire du processus de dveloppement de la socit congolaise. ONU-Femmes : Franchir le pas vers lgalit entre les sexes pour une plante 50-50, en 2030 8 mars 2017 Par Assatou Laba Tour/MONUSCO Dossier

PAGE 8

8 Dossier M adame la Ministre, pouvezvous nous commenter le thme de cette anne ? Le thme de la Journe Internationale de la Femme 2017 est : les femmes dans un monde du travail en volution: pour un monde 50-50 en 2030 . Nous prenons le thme international et nous ladaptons aux ralits congolaises, pour le thme national. Comme vous le savez, la RDC est un pays post-conit, aussi nous mettons laccent sur le travail des femmes, dans un climat de paix et dquit. Les activits prvues tournent autour de la sensibilisation la cause des femmes, des leves de fonds, des campagnes pour informer sur les maladies qui atteignent plus les femmes (cancer du sein, de lutrus,). Pourquoi toujours les ensembles en pagnes ce jour-l, nest-ce pas un peu folklorique ? Je ne connais pas une circonstance chez nous o le pagne nest pas lhonneur. Le pagne accompagne la femme congolaise tout au long de sa vie. Ce pagne enveloppe nos enfants leur naissance, dans certaines familles aux revenus limits, les pagnes uss des mamans sont recycls pour faire des habits pour les enfants; dans nos crmonies, le pagne est une valeur sre, qui habille tout le monde, peu de fois. Cest notre identit, en un jour comme celui-l La Ministre du Genre, Femme et Famille rend hommage aux travailleuses et demande limposition des quotas pour lquilibre genre dans les instances, institutions et services nous le portons rement, pour nous-mmes mais aussi pour soutenir le secteur industriel de notre pays. Le mois de mars est loccasion de faire le point sur la situation de la femme en RDC. A ce jour, Madame la Ministre quel est ltat des lieux ? La femme congolaise a beaucoup avanc puisque nous avons le Prsident de la Rpublique qui nous soutient. Nous souhaiterions quil y ait plus de soutien, par exemple de la part des chefs des partis politiques. Quon laisse les femmes sexprimer en leur sein et quon les mette en avant en leur donnant les bons outils pour leur avancement. Cest la question des quotas ? Oui, il est ncessaire de les favoriser avec des quotas, ainsi avec le nombre, elles pourront, leur tour, aider dautres femmes slever. Cest seulement unies que les femmes gagneront la bataille de la sousreprsentation dans les instances de dcision, pour leur panouissement au travail et dans leur famille, et cest dans cette dynamique quaujourdhui nous clbrons la Journe ddie aux femmes.

PAGE 9

9 P ublie le 8 mars, cette tribune commence ainsi : les droits de la femme font partie intgrante des droits de lhomme. Mais en ces temps troubls, alors que le monde devient plus imprvisible et chaotique, les femmes et les lles voient leurs droits remis en question, limits ou rduits. Le seul moyen de protger les droits des femmes et des lles et de leur permettre de spanouir pleinement, cest de les autonomiser Et il poursuit : Les dsquilibres qui caractrisent depuis toujours les relations de pouvoir entre hommes et femmes, encore aggravs par laccroissement des ingalits au sein de la socit et entre pays, exposent les femmes et les lles davantage de discrimination. Dans le monde entier, les traditions, les valeurs culturelles et les religions sont utilises comme des prtextes pour sattaquer aux droits des femmes, institutionnaliser le sexisme et dfendre des pratiques misogynes. Les femmes voient aujourdhui un peu plus rongs leurs droits au regard de la loi, qui nont jamais t gaux ceux des hommes sur aucun des continents. Ainsi, leur droit de dcision concernant leur propre corps est remis en question et attaqu. Les femmes sont par ailleurs souvent la cible de tentatives dintimidation et de harclement aussi bien dans le cyberespace que dans la vie relle. Dans les cas les plus graves, des extrmistes et des terroristes dient Guterres : lavocat des femmes leurs idologies sur lide de la domination des femmes et des lles, quils vouent aux violences sexuelles et sexistes, au mariage forc et au quasi-esclavage. Sa diatribe fait mouche quand il conrme que : En plus dtre rprhensible sur le plan moral, le fait de ne pas respecter les droits des femmes et des lles a de graves rpercussions sur les plans conomique et social, qui sont contraires lintrt commun. Lgalit des sexes est porteuse de changements essentiels au bon fonctionnement des collectivits, des socits et des conomies. Laccs des femmes lducation et aux services de sant a sur leur famille et les communauts dans lesquelles elles vivent des retombes positives qui stendront aux gnrations futures. Une anne de scolarisation supplmentaire peut se traduire par une augmentation allant jusqu 25 % du revenu quune lle pourra toucher quand elle aura atteint lge adulte. La pleine participation des femmes la population active ore des occasions sans prcdent et est porteuse de croissance. Si lon parvenait combler lcart existant entre hommes et femmes en matire demploi, on pourrait augmenter le PIB mondial de 12 milliards de dollars dici 2025. De mme, si lon accrot la proportion de femmes dans les institutions publiques, on aura lassurance que celles-ci seront plus reprsentatives, mais ce sera aussi un gage dinnovation et damlioration de la prise de dcisions dans lintrt de la socit dans son ensemble. Lgalit des sexes est dune importance cruciale pour le Programme de dveloppement durable lhorizon 2030, le plan mondial que les dirigeants de tous les pays ont accept dappliquer pour relever les ds du monde contemporain. Lobjectif de dveloppement durable no 5 a trait spciquement la ralisation de lgalit des sexes et lautonomisation de toutes les femmes et les lles, qui revtent une importance fondamentale pour que puissent tre atteints les 17 objectifs de dveloppement durable dans leur intgralit. Lavocat des femmes du monde entier compte faire en sorte que davantage de femmes participent notre action dans les domaines de la paix et de la scurit. Le travail des ngociatrices augmente les chances de parvenir une paix durable et la prsence de femmes parmi les soldats de la paix vient limiter les risques dexploitation et datteintes sexuelles. Pour ce qui est de lOrganisation des Nations Unies, je suis en train de donner des orientations claires assorties dobjectifs prcis pour que la parit devienne ralit dans tout le systme et pour faire en sorte que lOrganisation reprsente vritablement ceux quelle sert. Les cibles xes par le pass nont pas t atteintes. Il est temps de joindre les actes la parole. En cette Journe internationale de la femme, nous devons nous engager faire tout ce qui est en notre pouvoir pour en nir avec les prjugs culs, encourager la mobilisation et le militantisme et promouvoir lgalit des sexes et lautonomisation des femmes, conclut-il. Malgr quelques progrs, ce sont les hommes qui occupent presque toutes les positions de pouvoir, et lcart conomique entre hommes et femmes est en train de se creuser, sur fond de mentalits arrires et de machisme ambiant. Cela ne peut plus durer et nous devons donner aux femmes les moyens dagir tous les niveaux et leur permettre de faire entendre leur voix et de matriser leurs propres vies et lavenir de la plante. Dossier

PAGE 10

10 Dossier L e thme de la Journe de la Femme : Les femmes dans le monde du travail en volution : une plante 50-50 dici 2030 un d? SK : Cest un d majeur. La femme est encore victime de prjuges et dune conception rtrograde des relations sociales. Elle doit prouver plus que lhomme chaque fois. Cest injuste. La seule faon de garantir un certain succs ce slogan est de leur donner dj la place quelles mritent dans les organes de dcision, de supervision et de contrle. Cest ce prix que ce slogan deviendra une ralit! Votre point de vue sur la question Genre et comment on tente au Nations Unies de respecter lquilibre entre les deux sexes Les Nations Unies nchappent pas aux dynamiques et autres inuences culturelles ngatives et rtrogrades ambiantes. Il sagit davoir le courage de xer des rgles strictes. Il sagit par exemple de xer la parit comme rgle aux postes de direction. Si le chef est une Changeons de comportement lgard de la femme femme, ladjoint sera un homme et vice-versa. Cest lmentaire comme dcision! Si on xe la rgle alors vous verrez on ira chercher les personnes! Que conseillez-vous aux hommes et aux femmes comme comportement an de changer la donne? Tout est dans lducation. Vous avez entendu parler de la transmission des strotypes. Ce paramtre joue un rle important dans la socialisation des enfants. En fait cette transmission se fait de manire anodine et sournoise, parfois avec la complicit des femmes elles-mmes! Il faut simplement tre attentif cela dans lducation des enfants. Pour les adultes, l il y a du boulot... Que pensez-vous que les dcideurs et les Institutions peuvent faire pour amliorer la condition de la femme? Il faut xer des rgles et les mettre en uvre. Ces rgles vont progressivement entrer dans les moeurs et simposer dans le quotidien! Il faut arrter de grer cette question de genre dans la perspective de lexception sociale comme dit le sociologue! Mais qui aura le courage dinstaurer ces rgles? Cest l quinterviennent les entourloupes et autres philosophies et parades intellectuelles pour viter de prendre les dcisions quil faut! Par Jean-Tobie Okala/MONUSCO V ictime de prjugs de toutes sortes, malgr ses qualits dtre profondment sensible, humain et humaniste, la femme est juge sans mme avoir drap. Car comment comprendre que certaines choses soient tolres voire acceptes par la socit quand il sagit des hommes, alors que ds quil sagit dune femme, on crie au scandale ? Quune femme se marie ou vit avec un homme plus jeune quelle, le toll sinstalle. Quune jeune femme pouse un homme g, cela ne choque personne. Sans oublier le fait quelle est partout marginalise, sous-estime, infantilise et condamne avant tout dlit ou crime. Cette marginalisation constante et continue de la femme par les hommes que nous sommes Jetons un regard neuf sur les femmes nest pas seulement une erreur, mais aussi une injustice, lourde de consquences aussi bien sociales quconomiques. On ne prtendra pas lutter contre la pauvret et le sous-dveloppement en marginalisant plus de la moiti des habitants de cette terre Je me demande donc o sont les hommes et pourquoi laissent-ils perdurer de tels comportements ? Oui, nous les hommes, portons une grande part de responsabilit dans le sort qui est rserv la femme. Faisons du 8 mars une Journe qui nous concerne, impliquons-nous davantage pour une vraie rexion et une sensibilisation, surtout en direction de la jeunesse pour un changement des mentalits et des habitudes ds la petite enfance. Oui, la lutte doit continuer, mais autrement. Si lhomme porte une grande part de responsabilit sur le sort fait la femme, celle-ci nen est pas moins responsable galement. Aux femmes de comprendre que sur cette terre des hommes, il ny aura pas de cadeaux. A elles de revendiquer leur droit un travail dcent, au repos, au respect et une qualit de vie. Les textes et autres instruments juridiques nationaux ou internationaux ne feront pas que leurs hommes se lveront tt pour laver les enfants, prparer le petit-djeuner et les emmener lcole ; ni iront au march, feront la cuisine aideront pour les devoirs des enfants et les endormiront Voil ce que je pense quil faut pour inverser la tendance et jeter un regard neuf sur laccompagnement homme-femme. Propos recueillis par Laurent Sam Oussou/MONUSCO

PAGE 11

11 11 L e Gouvernement de la Rpublique dmocratique du Congo (RDC), lquipe du Systme des Nations Unies, dont la MONUSCO et ONU Femmes, ont mobilis plus de 5000 femmes et lles, issues de direntes catgories socioprofessionnelles, loccasion de la Journe Internationale de la Femme, au complexe Shark Club de la Gombe, o ont eu lieu plusieurs activits culturelles. Un panel dchange dexpriences professionnelles fminines a t anim par la Radio Okapi. Jeunes, ges ; elles taient venues, tt le matin, de tous les coins des 24 communes de la ville kinoise pour participer cette journe solennelle place sous un thme des plus vocateurs : Les femmes dans un monde du travail en volution : une plante 50-50 dici 2030 A travers ce thme, lONU et ses institutions spcialises veulent rarmer leur engagement datteindre lObjectif 5 (de lagenda 2030) : Parvenir lgalit des sexes et autonomiser toutes les femmes et les lles, dici 2030. Lgalit des genres est au centre de Journe Internationale de la Femme 2017 A Kinshasa, plus de 5000 femmes et filles sensibilises lgalit des genres lagenda 2030 des Objectifs de dveloppement durable, sign par des leaders de tous les pays du monde, dont la Rpublique dmocratique du Congo, qui en appelle, cette anne, investir dans un travail dcent et plein emploi pour les femmes dans un climat de paix et dquit. Ensemble pour le travail dcent des femmes Il faudrait dsormais que la RDC accorde plus de place la femme dans les institutions, notamment dans le gouvernement, a souhait le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies, Maman Sambo Sidikou, dans son message de circonstance. Les femmes ont besoin de la dmocratie pour faire changer le comportement de ceux qui les empchent de raliser lgalit. Il est temps de rcompenser les eorts des femmes en RDC () Chacun son niveau doit se mobiliser pour la participation accrue des femmes la premire phase du processus lectoral en cours a exhort le chef de la MONUSCO. En eet. Le Gouvernement devra se pencher sur lducation technologique des lles et des femmes pour leur permettre dmerger tous les niveaux a renchri, de son ct, la Ministre du Genre, de la Femme et de la Famille. Marie Louise Mwange qui a invit tous les partenaires du gouvernement congolais appuyer, au cours, de lanne en cours la vulgarisation de toutes les lois rhabilitant les droits des femmes. Cependant, pour parvenir lgalit dans le milieu du travail, il faudra arriver orir davantage dopportunits demplois dcents, qui ncessiteront des eorts cibls de la part des gouvernements, an de promouvoir la participation des femmes la vie conomique et de recueillir le soutien des collectifs importants comme celui dorganisations syndicales a estim, pour sa part, la directrice excutive dONU-Femmes dans son message lu par la reprsentante de ONU-Femmes en RDC, Mme Awa Seck. La crmonie a accueilli la Mamu Nationale Tshala Muana pour la partie ludique. Par Joseph Tshimanga/MONUSCO Dossier Mars 2017 | N7

PAGE 12

12 A Bunia dans la province de lIturi, la MONUSCO a clbr la Journe du 8 mars avec les femmes dtenues, ainsi que les femmes hospitalises. Dabord, au stade Amani, une crmonie ocielle a runi les femmes de direntes corporations, en prsence du Chef du bureau rgional de la MONUSCO et du Vice-Gouverneur de la province. A cette occasion, la reprsentante des femmes, Mme Kabazaire Baguma, charge de Programme espace des Femmes et Prsidente de la Fdration des Femmes protestantes, a fustig notamment la persistance des groupes arms qui ciblent principalement les femmes et les enfants, mais aussi labsence de parit au travail, entre hommes et femmes. Le bureau du Genre, Famille et Enfant du gouvernement provincial a, pour sa part, soulign des avances enregistres dans le cadre de la promotion des droits de la Femme. Ensuite, la prison centrale, les femmes employes de la MONUSCO ont pass la journe avec les 39 femmes dtenues. Au programme : musique, danse, posie et thtre, suivi dun repas que les dtenues ont partag avec les autorits. A cette occasion, la Ministre provinciale du Genre, Famille et Enfant a exhort les lles se former davantage, an de pouvoir briguer les postes de commandement Elle a galement appel les responsables de la prison faire Clbration de la Journe Internationale des Femmes en provinces respecter les droits des femmes dtenues . Enn, lhpital gnral, les femmes de la MONUSCO ont oert des pagnes et des vivres aux patientes. Par Laurent Sam OUSSOU D e la mme faon, Kalmie dans la province du Tanganyika, le personnel fminin de la MONUSCO a choisi de marquer cette Journe en orant des vivres et non-vivres aux femmes dtenues la prison centrale, ainsi quaux femmes sjournant en maternit lhpital gnral. Ces dons, composs de sacs de mais, de soja, de sucre et de sel ainsi que de cartons de savon, ont t fort apprcis. La directrice de cette institution, Adle Lutingwa, en accueillant les dames de la MONUSCO, accompagnes de leurs chefs de section, a exprim toute sa reconnaissance pour ce geste gnreux. Terry Tumushime, au nom de ses collgues onusiennes, a eu ces mots de rconfort lendroit des dtenues. Aujourdhui, cest la Journe Internationale de la Femme. On na pas oubli les femmes dtenues dans cette prison et nous venons vous rappeler que nous sommes toutes des femmes. Mme scnario lhpital gnral o, aprs rception des dons, le mdecin-directeur a remerci les femmes de la MONUSCO pour leur gnrosit. Par Amuri Aleka A Dungu dans la province du Haut-Ul, la journe du 8 mars a t marque par une crmonie ocielle, dont la premire phase tait un dl runissant plus de 400 femmes des associations fminines, des jeunes lles, venues des dirents tablissements scolaires et des femmes militaires et policires. Un des points saillants de la crmonie tait la lecture du message du Secrtaire gnrale des Nations Unies. Notons que les activits commmoratives du mois de la Femme ont t lances le 4 mars, avec lorganisation dune Dossier 12 Mars 2017 | N7

PAGE 13

13 course cycliste feminine, en prsence de lAdministrateur du Territoire. Tout au long du mois, des sances de sensibilisation ont t organises dans les localits de Bangadi et Kaka 2, autour des thmes suivants : Femme et politique, Femme et lection, Femme et dveloppement. Par Penda Ly A Kisangani dans la province de la Tshopo, deux activits taient au programme de cette Journe. Dabord une marche pacique, organise par le gouvernorat qui a runi les femmes de tous horizons. Au rond-point Espace 3000 point de chute de la marche, le Gouverneur, Jean Ilongo Tokole, a rappel le thme national : Ensemble pour la parit 50/50 lhorizon 2030 : investissons dans le travail dcent et le plein emploi pour les femmes dans la paix et lquit. Ce faisant, il a invit les femmes simpliquer dans le monde du travail, et mme parfaire leur formation, an de pouvoir proter du partage quitable des responsabilits, en comblant les ingalits pour un avenir o rgnera la justice, la paix et le dveloppement et bien sr le respect du Genre. Le Chef du bureau de la MONUSCO a donn lecture du message du Secrtaire gnral de lONU, Antonio Guterres. Puis, la journe sest poursuivie avec la tenue du premier Forum francophone des femmes de la Tshopo, qui sest droul au sige local de lAlliance franaise, en collaboration avec dautres partenaires dont la MONUSCO. Ce forum avait pour thme: Leadership, entrepreneuriat fminin et mergence conomique. Par Guy Karema A Bukavu dans la province du Sud Kivu, la Journe de la Femme a t commmore travers plusieurs activits. Le personnel fminin de la MONUSCO sest notamment mobilis pour venir en aide quelques femmes indigentes, en couches ainsi qu des femmes enceintes en prison. Grce une collecte eectue auprs de leurs collgues au sein de la Mission, elles ont fait don, lhpital provincial de rfrence et la prison centrale, dun lot de vivres et de matriels constitus de matelas, de gobelets, de seaux, de mdicaments, dinstruments gyncologiques et de matriels de chirurgie. A lhpital, ce don tait destin aider les femmes en couches se trouvant en situation nancire dicile. Pour les quelque huit femmes retenues lhpital avec leur bb pour dfaut de paiement, les frais de maternit ont t rgls an de leur permettre de retourner auprs de leur famille. A la prison centrale, les femmes dtenues, certaines avec leur bb, se sont vues remettre des cartons de vivres, des matelas, des seaux ainsi que le ncessaire pour la layette. A noter que la journe a dbut par une crmonie ocielle, avec les autorits provinciales, au cours de laquelle le Chef de bureau de la MONUSCO au Sud-Kivu, Charles Frisby a donn lecture du message du Secrtaire gnral de lONU. Par Alain Likota A Goma cest travers une foire sur lentreprenariat que les femmes du Nord-Kivu ont tenu clbrer la Journe.Trois jours durant, des uvres dart et desprit, des uvres scientiques, des produits agricoles et de la confection, ont t exposs. A travers cette manifestation foraine, les femmes du Nord-Kivu ont voulu montrer leur dynamisme comme la soulign Mme Adle Bazizane, Ministre provinciale du Genre : En organisant cette foire, on voulait faire voir lopinion que la femme est capable. Les femmes mnent beaucoup dactivits au sein de la socit, mais qui sont peut-tre mconnues. Et cest loccasion de valoriser tout ce quelles font dans de notre socit. Il y a des femmes qui sont dtermines dans lentreprenariat, dans le petit commerce, il y a aussi des femmes qui sont capables de travailler aux cts des hommes pour que tous ensemble, nous permettions cette province daller de lavant Cette foire tait organise par le Ministre provincial du genre, en collaboration avec Onu-Femmes, MONUSCO, Care et dautres partenaires. Par Denise Lukesso Dossier 13 Mars 2017 | N7

PAGE 14

14 14 D ans le cadre de la commmoration du mois de la Femme, vous avez lanc ce 8 mars une campagne de communication en ligne sur les droits de la femme congolaise. En quoi consiste cette campagne ? Cette campagne consiste changer avec les femmes, vulgariser les direntes lois favorables aux femmes et pousser les direntes femmes utiliser loutil informatique travers les rseaux sociaux. Pourquoi on le fait ? On a remarqu quil y a beaucoup de jeunes lles qui sont abonnes WhatsApp, Twitter et Facebook mais qui nutilisent ces rseaux que pour des conversations prives. Et donc pourquoi ne pas proter de ce dveloppement de linformatique pour vulgariser les droits des femmes. Quest-ce que vous entendez par les droits de la Femme congolaise ? Dabord le droit cest ce qui revient quelquun. Et nous avons la Dclaration Universelle des droits de lHomme qui donnent certains droits inhrents toute personne humaine. Quand on dit les droits de la femme, cela signie toutes les direntes lgislations, tous les dirents programmes et politiques qui font attention lpanouissement de la femme Pour la Journe Internationale de la Femme, la CPI a appel un monde sans crainte ni violence. Que faire pour arriver respecter les droits de la Femme, dans une socit congolaise exempte de violence ? Il faut que la justice puisse faire son travail ; il faut que limpunit cesse ; il faut que chaque personne connaisse ses limites, ses obligations et ses devoirs. Il faut que lEtat congolais veille ce que les droits de tous les citoyens, et pas seulement les femmes, soient respects et protgs. Moi je crois que cest a lidal ; cest a un tat de droit. Le 21 octobre 2013, dans un discours, le Prsident de la Rpublique, avait promis la participation des femmes au moins 30% dans les Institutions. Jusquici on assiste encore une faible reprsentativit des femmes dans ces institutions du pays. Quel commentaire faites-vous face ce constat? Eectivement, au niveau du Cadre permanent Propos recueillis par Michel Kinda/Radio Okapi Entretien avec une femme dinfluence Madame Rose Mutombo

PAGE 15

15 15 de concertation de la Femme (CAFCO), on a eu faire la lecture genre de ce discours et on tait convaincu que cela pouvait sappliquer. Et quand on a ouvert le projet de loi lectorale en 2015, nous nous sommes prcipites pour rendre cela oprationnel dans la loi lectorale. Mais hlas, au mois de janvier 2016 je crois, ces direntes dispositions ont t balayes au niveau du Parlement et on a vu que larticle 13 de la loi lectorale qui viole dailleurs le principe de la parit nonc dans notre Constitution. Pour que les choses changent, il faut vraiment limplication des dcideurs au plus haut niveau. Mais comment valuez-vous la participation des femmes dans la gestion de la chose publique depuis 2013 par exemple ? Ce qui nous choque un peu, cest que tous ceux qui ont une parcelle de pouvoir pour promouvoir la femme, cest comme si les dispositions de la loi fondamentale ne leur disaient rien. Du moment quon a inscrit la parit dans notre Constitution, cela devrait aller de soi dans tous les secteurs de la vie nationale, y compris le secteur priv. Mais ce quon na jamais compris cest comme si on a de bonnes lois quon ne doit pas appliquer. Depuis 2013 jusqu ce jour, le pourcentage des femmes dans la gestion de la chose publique ne fait que rgresser, ce qui est quand mme dommage. Certains dputs nationaux estiment quaccorder obligatoirement 30% des postes serait comme si lon orait sur un plateau dargent la parit aux femmes. Pensez-vous que si lon privilgiait la mritocratie et la comptence, les femmes congolaises sen sortiront dans cette lutte ? Je peux tre daccord avec les dputs nationaux sur le fait quon ne peut pas donner des postes sur un plateau. Mais le fait est que pour des postes lectifs, notre loi lectorale ne favorise pas les femmes. Cest plutt dans le systme proportionnel liste ferme que les femmes peuvent se retrouver, puisquon lit une liste. Mais dans un systme tel quil est retenu dans notre loi lectorale, il faut dabord que cette femme-l soit aligne dans la liste de son parti ; il faut en plus quelle soit aligne en ordre utile, et cest ce qui souvent pose problme. En eet, quest-ce quon voit dans les partis politiques ? On voit que les responsables des partis politiques alignent dans leurs listes les personnes qui ont plus dargent. En outre, la faon mme dorganiser les lections dans notre pays ne favorise pas les femmes. Plus dune fois, dans les propositions damendement que nous portons au niveau de lAssemble Nationale ou du Snat, par rapport au vu des femmes, nous demandons quon puisse mettre une disposition interdisant les cadeaux pendant la campagne lectorale. Car beaucoup de femmes nont pas autant de moyens que les hommes. Parce que les hommes ont longtemps dirig dans ce pays, et ils se sont fait des conomies dune manire ou dune autre. Vous disposez dune expertise de haut niveau sur les stratgies de ngociation et transformation des conits. Quelle analyse faites-vous du blocage enregistr sur la mise en uvre de lAccord de la SaintSylvestre ? Il faut que les parties prenantes puissent se dpasser ; il faut que les uns et les autres puissent respecter les signatures quils ont eues apposer. Cest ce qui fait la dirence dun homme dEtat. Ils doivent comprendre que la population est fatigue. Et quils regardent la misre de cette population pour que ce pays puisse avancer ; pour que les lections que tout le monde attend puissent se raliser. Pensez-vous que dans ce contexte de crise et de blocage, les femmes congolaises ont un rle jouer pour quenn la RDC avance vers les lections voulues par le peuple ? Les femmes ont toujours un rle jouer malgr quon ne les mette pas la table de ngociation. Quand on est parti Sun City en 2002, on a trouv que le Dialogue tait bloqu cause de la multitude de partis politiques qui rpondaient au mme nom. Mais le 8 mars 2002, les femmes ont pu montrer aux hommes quelles taient capables de se retrouver de toutes tendances de la rbellion, du gouvernement, de la socit civile pour faire une scnette qui expliquait la situation de la RDC. Et ce jour-l, on a vu les direntes composantes au Dialogue Inter Congolais prendre la parole et dire que nous avons chang nos mots et que les femmes nous ont donn une leon. Quand on a trouv, au Dialogue Inter Congolais, que les direntes composantes tergiversaient, les femmes avaient dcid un jour de barricader la sortie au niveau de Sun City, et cest qui avait pouss les uns et les autres avoir dabord lAccord des Cascades dont on a parl. La mme situation sest produite la CENCO. Vous vous rappelez les 30 et 31 dcembre dernier, on a trouv quon allait dans une autre anne sans accord, les femmes ont fait un sit-in au niveau de la CENCO, toutes les femmes de toutes tendances confondues. Les femmes peuvent jouer le rle et vont continuer jouer ce rle. Et au niveau de la CAFCO, on a dj rchi l-dessus pour dire pourquoi ne pas orir aussi nos bons oces en tant que femmes ; et je crois que cest ce qui ne va pas tarder. Entretien avec une femme dinfluence

PAGE 16

16 L a rencontre modre par Mme Jamila Seaoui, conseillre principale en matire de Genre, sest droule en prsence de Mme Vivian van de Perre, Chef de Cabinet du Reprsentant spcial du Secrtaire de lONU en RDC. Avant toute chose, Mme Vivian van de Perre a pris la parole pour encourager ces jeunes congolaises poursuivre leurs rves avec dtermination an damener le changement dans leur pays, comme elle la fait ellemme dans son propre pays. Elle a racont comment, entre lacadmie militaire hollandaise lge de 17 ans, elle a brav les discriminations et les strotypes sexistes pour raliser son rve de devenir ocier Rencontre avec des jeunes femmes qui veulent uvrer pour changer leur pays militaire. Et comment, en tant que femme, elle devait faire beaucoup mieux que les hommes pour acqurir la mme connaissance queux. Rsultat : elle a t la premire personne de sa promotion tre nomme capitaine, ce qui par la suite lui a permis de rejoindre les rangs des fonctionnaires des Nations Unies. La rencontre sest ensuite poursuivie avec une exposition virtuelle permettant aux membres de la MONUSCO invits de dcouvrir ces jeunes futures ambassadrices de la paix travers leurs ides, leurs parcours de vie, leurs activits actuelles ainsi que leurs ambitions pour lavenir. Une tudiante en droit qui passe son temps libre encadrer les enfants de la rue, une autre qui crit des cartes an de sensibiliser les jeunes lles leurs droits, une autre encore qui rve de crer une entreprise pour donner de lemploi aux dmunis font partie de ces jeunes femmes Il sen est suivi une sance interactive avec les invits et ces jeunes femmes, ce qui a permis dapprofondir les ides dveloppes par ces dernires. Des ides dont le leadership de la Mission compte se servir dans le cadre ses bons oces. Mme Vivian van de Perre a conclu la runion par ces mots adresss aux dix jeunes femmes : Quimporte les obstacles, continuez faire ce vous croyez juste ; cest vous de changer les choses. Si vous ne le faites pas, qui dautre le fera votre place ? Par Tom Tshibangu/MONUSCO Dossier 16 Mars 2017 | N7

PAGE 17

17 D s 2005, les Nations Unies ont mis en place en Rpublique dmocratique du Congo des structures appuyant les structures homologues nationales dans la promotion, le plaidoyer du genre dans le processus lectoral, notamment au niveau du PNUD, dONU Femmes et de la MONUSCO. Cet encadrement a contribu la prise en compte de la dimension genre lors de llaboration dinstruments juridiques, tels la Constitution, la loi organique de la Commission Electorale Indpendante, la loi portant recensement des lecteurs et la loi lectorale. A travers ces dirents textes de loi, le lgislateur a rendu explicite le respect du principe de parit homme-femme divers degrs. Cependant, ces lois ne xant pas de quota notamment au niveau des candidatures fminines et surtout ntant pas contraignantes, cest--dire quaucune forme de sanction nest prvue en cas de non application, beaucoup de chemin reste encore parcourir pour une reprsentativit eective des femmes dans la chose publique, en tant que candidates ou lues. Aprs le referendum constitutionnel de 2005, la RDC a tenu ses premires lections dmocratiques en 2006. Ces joutes lectorales ont connu une participation massive de la population, particulirement celle des femmes avec un taux de 52,6% lenrlement des lecteurs. Malheureusement, cet engouement initial a subi un revers au cours des lections de 2011, o seulement 49,7% de llectorat a t fminin. Au 10 mars 2017, les statistiques provisoires de 13 provinces sur 26 issues du monitoring de la rvision du chier lectoral, lanc par la CENI, en juillet 2015, indiquent un total de 17.906.235 lecteurs enrls sur 19.959.511 attendus soit 89,71% avec 49% de femmes. Les principales causes releves par les rapports dvaluation publis aprs les oprations lectorales de 2006 et de 2011 restent dactualit et expliquent la persistance de la diminution du taux de participation des femmes, savoir linsusance de la mise en uvre des instruments juridiques, les dicults daccs aux centres dinscription dues la distance, linscurit, lanalphabtisme et des dciences au niveau de la sensibilisation lectorale cause de coutumes rtrogrades et discriminatoires, linsusance de la Elections en RDC sous la perspective du genre formation de leur base par les partis politiques, linsusance de moyens matriels et nanciers. La Division Electorale et la Section du Genre de la MONUSCO, le projet PACEC du PNUD et ONU-Femmes sattellent appuyer leurs partenaires nationaux dont la CENI, les ONG et organismes de la Socit Civile impliqus dans la promotion du genre, pour une meilleure participation des femmes la Rvision du Fichier Electoral (RFE) en cours. Ces eorts visent particulirement mobiliser des ressources, en vue de nancer la sensibilisation lchelle nationale et inciter la CENI adopter des mesures dapplication favorisant les lectrices (conscration du dimanche lenrlement des femmes en priorit, alternance homme-femme dans les les dattente, etc.). La participation des femmes la vie politique en chiffres en 2006 Dossier Par Jean Fitzgerald/MONUSCO

PAGE 18

18 Paroles des femmes leaders Q ue pensez-vous de la clbration de la Journe de la Femme ? La Journe Internationale de la Femme, le 8 mars de chaque anne, permet aux femmes de faire le bilan de leurs marches vers la prise en compte effective de leurs droits dans tous les domaines et secteurs de la vie. Cest aussi loccasion pour les femmes de clbrer les batailles gagnes. Le thme de cette anne porte sur la parit et lgalit dans les milieux professionnels. Quest-ce qui bloque latteinte de cet objectif jusquici ? Bien quil y ait des avances juridiques en faveur des droits des femmes pour laccs au travail, travers la suppression de lautorit maritale dans le code du travail et le code de la famille concernant lgalit de traitement dans le milieu professionnel, les discriminations demeurent. Il sagit de la problmatique des avantages lis au travail. Pensez-vous que les autorits sont pleinement impliques dans cette lutte ? Il y a un manque de volont politique au niveau des pouvoirs publics. Le frein rside dans les mentalits, les us et coutumes rtrogrades discriminatoires lgard des femmes et en contradiction avec des engagements lgislatifs pris par la Rpublique dmocratique du Congo. Le combat pour lgalit des sexes sera gagn ou est-il perdu davance, sauf trs long terme ? Le Combat pour lgalit des sexes est un processus long terme au mme titre que la lutte contre les discriminations raciales. Ceci est une lutte qui nest ni gagne lavance, ni perdue non plus. La responsabilit est toute la socit humaine et non seulement les concernes, cest--dire la race ou le sexe victime. Quel a t pour vous le dclic, ce qui vous a permis dtre une femme dinuence en politique ? La prise de conscience du rle de la femme apporter le changement positif dans notre pays a t la base de mon combat. Dans une approche de la dmocratie, lexpression de la majorit compte, tout en protgeant la minorit. Dmographiquement, les femmes sont majoritaires. Je suis convaincue quelles sont capables de transformer positivement notre socit ds lors quelles sont dans les conditions de pouvoir le faire. Ce que femme veut, Dieu veut. Comment par vos actions aidez-vous vos surs congolaises se raliser comme vousmme avez pu le faire ? Avec la cration de la Ligue des Femmes Congolaises pour les Elections LIFCE jai russi regrouper les femmes de toutes les tendances (majorit au pouvoir, opposition politique et socit civile) en vue de renforcer leurs capacits en leadership, travers des sminaires et autres formations, des changes dexpriences dans plusieurs domaines de la vie, avec comme objectif daccroitre la participation politique des femmes, tant donn quune femme en politique, la politique la change, mais plusieurs femmes en politique, elles changent la politique pour lintrt gnral. Eve Bazaiba : une femme en politique, la politique la change mais plusieurs femmes en politique, elles changent la politique, pour lintrt gnral Propos recueillis par Tom Tshibangu/MONUSCO Femme en Politique 18 Mars 2017 | N7

PAGE 19

19 Paroles des femmes leaders Dossier Les ressources les plus inestimables de lAfrique sont les femmes, toujours actives et innovatrices. Il est fondamental de reconnatre la synergie entre le besoin de promouvoir les droits des femmes et des jeunes lles, ainsi que lgalit de genre et la prvention des conits Julienne Lusenge, Directrice executive du Fonds pour les Femmes Congolaises (FFC), Prsidente de lONG Solidarit fminine pour la Paix et le Dveloppement (SOFEPAD). La Journe Internationale de la Femme permet de rchir sur les actions menes en faveur de la femme: Analyser les forces et les faiblesses des unes et des autres an de changer de stratgies, clbrer les avances Le statut dinfriorit, les us et coutumes qui persistent encore, lignorance et le manque de formation constituent un frein latteinte de lobjectif 50-50. Le combat pour lgalit ne sera gagn que si lhomme simplique. Par ailleurs, jencourage les jeunes femmes qui embrassent leur mtier avoir des initiatives, la volont, la dtermination et la conance en soi, travailler dur, promouvoir celles qui le mritent ainsi que nous lavons fait pour la 1re fois, 16 femmes comme Directeurs, sous-directeurs des postes qui taient rservs dans les mdias uniquement aux hommes. Cette action a stimul les jeunes. Nicole Dibambu, Directrice gnrale de la Radiotlvision nationale Congolaise (RTNC) La question du genre se pose dans la Police mais nous travaillons tous dans le sens de la valorisation de la femme policire. Avec mes collgues masculins, je nai pas rencontr de dicult pour madapter car la Police nationale est un Corps o rgne la discipline. Le respect de la hirarchie est une obligation et la considration est mutuelle. En ma qualit de maman, je prodigue beaucoup de conseils aux jeunes lles quil marrive de rencontrer dans le cadre de ma fonction et je les encourage se prendre en charge par le biais dune formation an dtre indpendantes Commissaire Divisionnaire Adjoint KAMON MUKAZ Odette, Directrice de la Logistique de la Police Nationale Congolaise. Je saisis lopportunit de ce mois de mars pour exhorter les femmes congolaise devenir excellentes dans leurs diverses activits. Pour arriver une parit 50-50, le respect du genre va y contribuer mais ce seront surtout les comptences et les mrites des femmes qui compteront Marie-Chantale Kaninda, Directeur excutif du Conseil Mondial du Diamant. Ne ratons ni lopportunit de nous rclamer gales aux hommes, ni loccasion de dnoncer les discriminations qui nous accablent et nous freinent. Ne nous contentons point des seconds rles. Il revient la socit congolaise (autorits, parents, communauts) de produire des femmes de qualit, duques, indpendantes et travailleuses dont le premier souci est daccomplir leurs aspirations professionnelles. Gueda Wicht Amami Yav, pilote de ligne. Cest avec humilit que je reois ce prix. Je le ddie toutes les femmes congolaises qui font preuve, chaque jour, dun courage extraordinaire pour survivre et faire survivre leurs familles, souvent dans des situations scuritaires et conomiques extrmes a dit Rebecca Kavugho en recevant son prix du courage fminin des mains de la premire dame des Etats-Unis Melania Trump. 19 Mars 2017 | N7

PAGE 20

20 SE CONNECTER NOUS www.monusco.unmissions.org www.facebook.com/monusco.org www.twitter.com/monusco www.youtube.com/monusco www.ickr.com/monusco