Citation
Echos de la MONUSCO

Material Information

Title:
Echos de la MONUSCO
Creator:
Mission de l 'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo ( issuing body )
Place of Publication:
Kinshasa, DR Congo
Publisher:
Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo
Publication Date:
Frequency:
Monthly
regular
Language:
French
Physical Description:
1 online resource : ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Periodicals -- Congo (Democratic Republic) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
international intergovernmental publication ( marcgt )

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began with: Volume 1, No1 (Juillet 2011)
General Note:
"Une publication de la Division de l'Information Publique de la MONUSCO".
General Note:
"Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo".

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright, Mission de l'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
on10476 ( NOTIS )
1047609376 ( OCLC )
2018226778 ( LCCN )
on1047609376

UFDC Membership

Aggregations:
Digital Military Collection

Downloads

This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

Volume VIII N Mai 2016 Journe internationale des Casques bleus Hommage nos hros

PAGE 2

Par Charles A. Bambara* Sommaire Photo MONUSCO/Biliaminou Alao Directeur de lInformation Publique Charles Antoine Bambara Chef Unit des Publications Aissatou Laba Toure Rdacteur-en-Chef Abdourahmane Diallo Infographiste Jsus Nzambi Sublime Contributeurs Biliaminou Alao, Jean-Pierre Elali Fabien Faivre, Anne Hermann, Guy Karema, Fatou Jobe, Mbaye Sady Diop, Marcelline Comlan, Yulu Kabamba, Nana Rosine Ngangoue, Jean-Tobie Okala, Marylne Seguy, Tom Tshibangu, Joseph Tshimanga Arrt sur image Des lments du contingent pakistanais jouant du Rubab, un instrument de musique traditionnel de la rgion nord du Pakistan N ous clbrons le courage, la bravoure, le don de soi, le dvouement, et surtout labngation des hommes et femmes, des troupes qui ont choisi de servir de nobles idaux de la paix sous la bannire des Nations Unies. Exposer sa vie pour que le monde vive en paix est une cause noble Cette citation est du vice-Premier ministre et ministre de lintrieur et de la scurit, Mr Evariste Boshab l occasion de la journe internationale des Casques bleus Kinshasa. Le ministre Boshab rsume trs bien en quelques mots pourquoi une telle journe a t dcrte en faveur de Casques bleus. Depuis 1948 ces artisans de paix ont commenc servir les nations du monde. Ces Casques bleus sont un instrument de la communaut internationale pour ramener la paix dans un monde dchir par les guerres, qui sont de plus en plus violentes avec des consquences humanitaires catastrophiques. Et pour coller cet esprit de don de soi des Casques bleus, le thme de cette anne est Rendons hommage nos hros comme pour clbrer les 125.000 militaires, policiers et employs civils qui servent dans 16 oprations de maintien de la paix. Il sagit du plus grand dploiement de casques bleus dans lhistoire des Nations Unies. Ils sont prs de 20.000 militaires en RDC, et la MONUSCO, lune des plus grandes missions de paix dans le monde. La Mission onusienne a jou un rle important Maman Sambo Sidikou, le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies en RDC, a salu dans son adresse loccasion de cette journe la reprise de la coopration entre la MONUSCO et les autorits nationales, particulirement la reprise des oprations coordonnes entre les FARDC et la Force de la MONUSCO Dailleurs Evariste Boshab dira entre autre travailler pour la paix cest dabord et avant tout lutter pour liminer les causes de la Cest lengagement pris par la MONUSCO de lutter aux cts des FARDC pour que la paix ne soit pas un vain mot en RDC. Le lancement de lopration militaire conjointe USALAMA avec les FARDC contre les ADF, le soutien militaire ferme des Casques bleus larme congolaise contre les FDLR dans lopration Nyamuragira, sont autant de preuves que la MONUSCO est dtermine respecter ses engagements dcrits dans la rsolution 2277, laquelle ritre la ncessit de protection des civils et de neutralisation des groupes arms. De nombreux progrs ont t raliss 17 ans aprs larrive de la mission de paix onusienne en RDC, mais le travail nest pas achev. Le Conseil de scurit et le leadership de la Mission restent dtermins achever le travail entrepris par les Casques bleus en RDC avant de de la situation scuritaire en RDC. *Directeur de la Division de lInformation Publique Dossier 3 Rendons hommage nos hros 4 Hommage nos hros morts au service de la paix en RDC 5 Commmoration de la Journe internationale des Casques bleus Kinshasa 6 La RDC reconnaisssante envers les Nations Unies 7 Commmoration de la Journe internationale des Casques bleus dans les secteurs 10 Tmoignages : la parole aux Casques bleus 14 Commissaire gnral Abdounasir Awale : Des miliers de policiers congolais ont t forms pour la scurisation du processus lectoral par la police MONUSCO et ces formations continuent travers la RDC Actualit 16 Les partenaires de la RDC sinquitent des tensions politiques grandissantes Entretien avec... 18 Abdourahamane Diallo, Chef de Bureau et Reprsentant de lUNESCO en RDC : la libert de la presse est un des piliers de la dmocratie et de lEtat de droit Photo couverture : Le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral de lONU, Maman Sidikou dposant une gerbe de fleurs Photo MONUSCO/Michael Ali Casques Bleus Exposer sa vie pour que le monde vive en paix

PAGE 3

3 A u cours de lanne coule, les Casques bleus dploys dans 16 oprations de maintien de la paix travers le monde ont sauv dinnombrables vies, ont fait progresser la cause de la paix et ont suscit lespoir. Au Soudan du Sud, plus de 200 000 civils qui craignaient pour leur vie ont trouv refuge dans les bases des Nations Unies. En Rpublique centrafricaine, les Casques bleus ont aid organiser des lections prsidentielles et lgislatives dimportance historique qui ont permis ce pays nagure en proie de graves troubles de sengager sur la voie de la paix et de la stabilit. Dans lest de la Rpublique dmocratique du Congo, ils ont combattu des groupes arms et ont russi convaincre les ex-combattants de dposer les armes. Au Mali, ils ont subi de graves pertes qui ne les ont toutefois pas empchs daccomplir leur mission. En Hati, la Police et des experts civils des Nations Unies ont aid endiguer la violence des bandes criminelles. Alors que les craintes lies bola se rpandaient de par le monde, les Casques bleus en poste au Libria ont assur la scurit des experts internationaux qui sefforaient denrayer la propagation du virus. Dans de nombreux pays, le personnel de la lutte antimines des Nations Unies a remis en tat des zones dangereuses jonches de mines et de restes explosifs de guerre, y compris des armes dispersion, et en a fait des terrains se prtant nouveau la construction dcoles et dhpitaux et lagriculture. Si la taille, la complexit et le succs des oprations de maintien de la paix nont cess daugmenter, il en va malheureusement de mme pour les risques qui y sont lis. laube du nouveau millnaire, une trentaine de Casques bleus perdaient la vie chaque anne ; lheure actuelle, ce nombre a grimp 120 en moyenne. Lanne dernire, 129 dentre eux ont pri dans lexercice de leurs fonctions. Ils venaient de 50 pays diffrents et taient issus des rangs de larme, de la police, des fonctionnaires internationaux, des volontaires de lONU et du personnel recrut sur le plan national. Leurs parcours taient dune grande diversit mais tous avaient en commun leur hrosme et la conviction que les oprations de maintien de la paix des Nations Unions constituent une force pour le bien travers le monde et doivent le demeurer. Cest pourquoi il est essentiel de mettre dexploitation et datteintes sexuelles commises par les forces internationales dployes dans des rgions en proie des troubles. Je nai eu de cesse dappeler placer les victimes au cur de notre action. Je mefforce activement daborder ce grave problme chaque fois que jen ai la possibilit tout en exhortant les tats Membres, seuls habilits sanctionner leurs soldats, pleinement justice aux populations touches et de soulager la douleur quelles ressentent. Lanne dernire, jai charg un groupe indpendant de haut niveau dexaminer les moyens de renforcer les oprations de maintien de la paix des Nations Unies pour mieux rpondre aux problmes actuels et venir. Nous nous employons nergiquement adapter ces oprations et y apporter des amliorations bien prcises pour quelles soient plus rapides, plus ractives et davantage amenes rendre des comptes aux autorits et, surtout, aux populations des pays que nous sommes chargs de servir. En cette Journe internationale des Casques bleus, nous rendons hommage nos hros, plus dun million dhommes et de femmes qui ont servi sous les couleurs distinction et courage depuis le premier dploiement du personnel de maintien de la paix en 1948. Nous saluons avec gratitude la mmoire des plus de 3 400 Casques bleus qui, depuis cette date, ont trouv la mort dans lexercice de leurs fonctions. Nous leur sommes jamais reconnaissants. Nous nous engageons aujourdhui raliser le plein potentiel des oprations de maintien de la paix des Nations Unies pour faire advenir un monde meilleur Secrtaire gnral des Nations Unies Rendons hommage nos hros Par Ban Ki-moon* Photo ONU

PAGE 4

4 A vec prs de dix-sept ans de prsence en Rpublique dmocratique Congo, la MONUSCO (appele MONUC de 1999 2010) a, comme chaque anne, rendu un vibrant hommage ces Casques bleus morts pour la cause de la paix en RDC. Les contingents asiatiques ont perdu le plus de soldats en RDC Selon les statistiques, il apparat que cest le continent asiatique qui vient en tte du peloton avec 87 Casques bleus morts en RDC. LInde est le pays qui a perdu le plus de ses les Casques bleus, de 1999 jusquen avril 2016. Le Bangladesh est le deuxime pays ayant perdu le plus de soldats, avec 25 morts. Ensuite, il y a le Pakistan, avec 16 pertes, puis le Npal qui compte 10 pertes, la Jordanie 3, les Philippines 2. LUkraine, la Malaisie, lIndonsie, Fiji et la Chine ferment la liste avec une victime par pays. LAfrique est le deuxime continent ayant enregistr le plus de victimes, avec 85 morts parmi les Casques bleus. La Rpublique sudafricaine a perdu 22 Casques bleus au Congo, suivi du Sngal avec 12 pertes et du Benin 9 ex-quo avec la Tanzanie galement 9. Ensuite, il y a 8 Casques bleus morts pour le Malawi, 4 pour le Kenya et le mme nombre pour la Tunisie. Le Liberia, le Mali, le Maroc et le Nigeria ont respectivement perdu 2 Cameroun, la Guine, le Burkina Faso, la Mauritanie, lAlgrie, la Cte dIvoire et la Zambie ont dplor la perte dun soldat chacun. Pour lAmrique latine, lUruguay vient en tte, avec 12 Casques bleus qui ont pri en RDC, le Guatemala est en deuxime position avec 9 pertes, la Bolivie avec 3 Casques bleus En Amrique du Nord, les Etats Unis ont perdu trois soldats en RDC et le Canada un. LEurope vient en dernire position. La Grande-Bretagne, lIrlande, lAllemagne et la Belgique ont perdu chacune un Casque bleu pendant la priode sous examen. Ainsi, pour perptuer la mmoire des Casques bleus dcds, la MONUSCO a rig une stle in Memoriam lentre de son quartier gnral Kinshasa. Outre les militaires, des civils ont galement perdu la vie au service de la paix en RDC. En effet, il convient de noter que les casques bleus ne sont pas seulement des militaires issus des contingents des pays contributeurs. Ce sont aussi des civils venus du monde entier qui travaillent galement au sein des missions de maintien de la paix. Notre collgue William Elachi Alwiga tait de ceux-l. Il travaillait Goma, dans lest du pays, au sein de la Division de lInformation publique de la MONUSCO. Citoyen kenyan, il avait travaill quelques annes auparavant pour la mission des Nations Unies au Timor Oriental avant de rejoindre la MONUC en 2004. William Elachi est dcd Goma en octobre 2014, laissant derrire lui le souvenir dun homme gnreux et dvou la cause dautrui. William Elachi Alwiga : A true public servant Toutes les personnes qui ont connu William Elachi Alwiga, quelles aient travaill avec lui ou non, lui reconnaissent des qualits exceptionnelles qui devraient en inspirer plus dun. Selon ses collgues et tous les autres membres du personnel de la Mission qui lont connu, il avait une patience sans commune mesure, une grande capacit dcoute, une intgrit, une pudeur et une discrtion extraordinaires. Sympathique et serviable, il tait dune grande simplicit et dune humilit sans pareille. Quand un journaliste international barrire de Goma pour diverses raisons, William tait toujours l pour lassister, quand un correspondant tmraire dun mdia tranger saventurait sans prvenir dans une zone sous le contrle des groupes arms, en mettant sa vie en danger, cest encore William qui remuait ciel et terre pour le sortir vivant de la zone. William Elachi Alwiga tait lincarnation mme du prototype de ce que les Britanniques appelleraient a true public servant La traduction franaise avec lexpression un pas la dimension vocation au service public quimplique lexpression anglaise. Hommage nos hros morts au service de la paix en RDC Par Jean-Pierre Elali et Marylne Seguy/MONUSCO Photo MONUSCO/Michael Ali

PAGE 5

5 Commmoration de la Journe internationale des Casques bleus Kinshasa A u moment o la MONUSCO et les Forces armes de la Rpublique dmocratique du Congo sont engages raliser le plein potentiel de leur coopration, le Reprsentant spcial du Secrtaire lvolution de cette coopration de satisfaisante. Maman Sidikou a, dans son mot de circonstance, salu la reprise de la coopration entre la MONUSCO et les autorits de la RDC, particulirement la reprise des oprations coordonnes entre les FARDC et la Force de la MONUSCO, ce qui, selon lui, va certainement contribuer amliorer la situation scuritaire dans lest du pays. Le vice-Premier ministre et ministre de lIntrieur, Evariste Boshab, qui reprsentait le gouvernement, a galement salu cette labngation des Casques bleus onusiens, aussi bien ceux dcds en RDC que ceux, vivants, qui continuent uvrer pour la paix et la stabilit de ce pays, travers leur leur professionnalisme. Ces hommes et femmes dvous la paix La Division de lInformation publique de la de 11 minutes sur Ces hommes et ces femmes dvous la paix documentaire retraant la vie et les actions des soldats de la paix en RDC a t diffus le 26 mai au cours dune rencontre entre des reprsentants de lquipe dirigeante de la Mission, la presse congolaise et quelques dbat, au cours duquel le Reprsentant spcial adjoint du Secrtaire gnral des Nations Unies pour la RDC charg des Affaires humanitaires, le Dr. Mamadou Diallo, et le Commandant de la Force de la MONUSCO, le gnral de corps darme Derrick Mbuyiselo Mgwebi, ont tour tour rpondu aux questions de la presse et des invits sur la prsence des troupes de lONU dans lest et leur responsabilit, quant aux massacres perptrs par les lments arms de lADF contre les populations civiles Beni, ainsi que les oprations coordonnes entre les FARDC et la Force de la MONUSCO pour y mettre un terme. incomprhensions, face la guerre asymtrique des groupes arms, les Casques bleus et les FARDC ont la possibilit de collaborer, de travailler et de vivre ensemble. La protection des civils reste lune des principales priorits du mandat de la MONUSCO la MONUSCO. Par Joseph Tshimanga/MONUSCO Photo MONUSCO/Michael Ali

PAGE 6

6 6 A ujourdhui est un grand jour pour la Rpublique dmocratique du Congo et les Nations Unies. Nous clbrons le courage, la bravoure, le don de soi, le dvouement, et surtout labngation des hommes et femmes, des troupes qui ont choisi de servir de nobles idaux de la paix sous la bannire des Nations Unies. Exposer sa vie pour que le monde vive en paix est une cause noble. Par ma voix, au nom du Prsident de la Rpublique, Chef de lEtat, du Premier ministre, et du peuple congolais tout entier, le Gouvernement de la Rpublique dmocratique du Congo renouvelle ses remerciements et sa sympathie ceux qui servent sous les couleurs des Nations Unies dans les conditions que nous connaissons Travailler pour la paix, cest dabord et avant tout lutter pour liminer les causes vritablement. Faut-il pour autant plaider pour la fermeture des usines darmement, alors que le terrorisme dans son aveuglement frappe les innocents de manire impitoyable ? Faut-il soutenir, comme du temps de la Rome antique, que qui veut la paix prpare la guerre ? La Rpublique dmocratique du Congo, qui a connu la dstabilisation de ses institutions depuis laube de lindpendance, connat le prix de la paix. Pour linstant, tablir la paix en Rpublique dmocratique du Congo, cest aussi mettre en place une arme nationale forte et dissuasive, capable de dfendre lintgrit du territoire national dans toutes les circonstances. A prsent, nous voulons remercier les Nations Unies, puisque notre pays est professionnels qui, au prix de leur sang et son sens. Hros, ils le sont. Ainsi, le peuple La RDC reconnaissante envers les Nations Unies J e suis heureux de vous informer quen ce moment mme, la MONUSCO est en train de soutenir lopration USALAMA des FARDC, qui vise neutraliser les groupes arms qui massacrent les populations innocentes dans la zone de Beni. Je saisis galement cette opportunit pour adresser notre sympathie au gouvernement et aux populations affectes par les exactions de ces groupes arms. Je tiens ici vous assurer que les efforts de neutralisation des groupes arms seront sociaux dans la rgion et promouvoir la stabilit. congolais dans toute sa diversit se joint la communaut mondiale pour leur rendre les hommages dignes de la grandeur de leur me. Cest un hommage mrit dun peuple pris de paix et qui souhaite la paix toutes les nations. Mesdames et Messieurs, distingus invits, que le sang de ceux qui sont partis au-del, ainsi que la souffrance de ceux qui vivent encore servent de repres pour dire plus jamais la guerre Maman Sidikou, Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies en RDC et Chef de la MONUSCO Photo MONUSCO/Michael Ali Echos de la MONUSCO N Mai 2016

PAGE 7

7 7 Commmoration de la Journe internationale des Casques bleus travers la RDC La Journe internationale des Casques bleus a t clbre le 27 mai 2016, au quartier gnral de la MONUSCO Lubumbashi, en prsence des autorits politiques et militaires de la province du Haut-Katanga, des reprsentants du corps diplomatique accrdits Lubumbashi, des chefs des agences du systme des Nations Unies, du personnel de la MONUSCO Lubumbashi et de plusieurs invits. A cette occasion, le Gouverneur de Province, Jean-Claude Kazembe Musonda, a salu la contribution en gnral et de sa province en particulier. Dans son message loccasion de cette journe, le Gouverneur de la province du Haut-Katanga sest rjoui de la contribution des Casques bleus aux cts des FADRC pour combattre les forces ngatives internes et externes qui svissent encore certains endroits du pays et qui tuent les paisibles populations. Il a salu la grande dtermination et lentier dvouement dont ont fait preuve les soldats de la paix et lensemble du personnel de la MONUSCO dans la gestion des grandes questions de lheure en Rpublique dmocratique du Congo et particulirement dans la province du Haut-Katanga, en collaboration avec les autorits provinciales. Jean-Claude Kazembe a en outre dclar quen cette en RDC ncessitent une culture de la paix, lentretien dun climat de tolrance et de dialogue permanent. Il a soulign que cet amour de la paix et cet attachement au dialogue constructif faciliteront le retrait progressif de la MONUSCO, car, soutient-il, le peuple congolais ne sera pas et nest pas un bb ternellement assist Par ailleurs, en marge de cette clbration, la section de lInformation Publique de la MONUSCO a organis une sance de vulgarisation de la Rsolution 2277 du Conseil de scurit des Nations Unies, auprs des jeunes de la ville de Lubumbashi. Prs de 200 jeunes venus de diffrentes associations, ONG et partis politiques ont pris part cette sance. Au cours de la sance, le chef de Bureau de la MONUSCO, Guirane Ndiaye, ainsi que les charges des sections Affaires politiques et Information publique ont examin avec les jeunes, paragraphe aprs paragraphe, le mandat de la MONUSCO travers la rsolution 2277 du Conseil de scurit des Nations Unies. Les jeunes ont manifest leur intrt dans la comprhension du volet Protection des civils et laccompagnement apport par la Mission au processus lectoral en cours en Rpublique dmocratique du Congo. Nana Rosine Ngangoue/ MONUSCO Photo MONUSCO/Nana Rosine Ngangoue Photo MONUSCO/Nana Rosine Ngangoue Haut-Katanga : le Gouverneur se rjouit de la contribution des Casques bleus dans sa province

PAGE 8

8 La MONUSCO au Sud-Kivu a clbr Bukavu, le 27 mai 2016, la Journe internationale des Casques bleus avec faste et un show culturel riche en couleurs et en enseignements. La commmoration accompagne de lhymne de la RDC et des circonstance. Dans son discours, le Commandant de la brigade du Sud Kivu demande de Il souhaite galement au peuple congolais Le chef de bureau de la MONUSCO au Sud Kivu a dclar, citant le Secrtaire gnral de lONU, que 129 Casques bleus venant de 50 pays diffrents ont perdu la vie au cours de lanne dernire. Ces soldats de la paix avaient en commun leur hrosme et la conviction que les oprations de maintien de la paix des Nations Unies constituent une force pour le bien travers le monde et doivent le demeurer. Quant la reprsentante du Gouverneur de province, elle a soulign que cette commmoration tait une occasion pour tout un chacun de faire la rtrospection de ses actions pour la paix. Elle a aussi demand de rendre un vibrant hommage aux Casques bleus pour leur professionnalisme. dapplaudissements le quartier gnral de la MONUSCO, lorsque les civils et les contingents pakistanais, chinois, bangladais, gyptien et uruguyen ont tour tour, chant, dans, jou du Luddi pakistanais et battu les tambours pour montrer leur folklore traditionnel. Au menu, il y avait de la Rubab le changement de face chinois appel Bial Lian, une prire contre le terrorisme et linterprtation du Toca que te uruguayen. La crmonie a t clture par une visite de stands anims par des Casques bleus civils et en uniforme. Biliaminou Alao/ MONUSCO Tshopo : les autorits saluent le courage des Casques bleus La Journe internationale des Casques bleus de lONU a t commmore, les 27 et 28 mai activits : une crmonie commmorative constitue de parades militaires, dpt de des Casques bleus tombs au champ de bataille, et une partie rcrative faite dune marche et un match de football qui a oppos lquipe des FARDC celle du contingent ghanen de la MONUSCO. La crmonie commmorative sest droule dans lenceinte du Quartier Gnral de la MONUSCO, vendredi 27 mai 2016. Elle a connu la prsence des forces vives de la province de la Tshopo et des autorits locales. Agrmente par la fanfare de la Police nationale congolaise, elle a commenc par mt du drapeau des Nations Unies par le chef de bureau de la MONUSCO et le vicegouverneur de la province de la Tshopo, et sest poursuivie par une parade militaire et les discours de circonstance. Dans son mot de circonstance, le vicegouverneur de la province de la Tshopo, M. Lon Basango a salu au nom de toute la population de la province de la Tshopo, la bravoure de ces vaillants soldats des Nations Unies qui ont donn de leur vie sur le champ de bataille en Rpublique dmocratique du Congo depuis la premire Rpublique jusqu la priode actuelle pendant laquelle la MONUSCO est en train daccompagner les institutions Lon Basango na pas non plus manqu de saluer les Casques bleus qui sont devenus Photo MONUSCO/Biliaminou Alao Photo MONUSCO/Biliaminou Alao Sud Kivu : au cur de la Journe internationale des Casques bleus

PAGE 9

9 handicaps physiques, ou qui continuent de souffrir de blessures du fait des guerres rptition qua connues la Rpublique dmocratique du Congo. La province de la Tshopo na dautres mots que de dire merci toute la Mission a-til conclu. La partie rcrative de cette commmoration sest droule samedi 28 mai 2016. Elle tait constitue dune marche de quatre kilomtres autour de laroport international de Bangoka, Kisangani, et dun match de football qui a oppos lquipe des FARDC celle du contingent ghanen de la MONUSCO. A lissue des quatre-vingt-dix minutes de confrontation, les FARDC se sont imposes sur lquipe de la MONUSCO par un score de un but zro. Guy Karema/ MONUSCO Tanganyika : des Casques bleus clbre dans la simplicit et la solennit A Kalemie, simplicit et solennit ont caractris la clbration de la Journe internationale des Casques bleus destine rendre hommage tous les hommes et toutes les femmes qui ont servi et qui servent encore dans les oprations de maintien de la paix. Les activits ont eu lieu les 29 et 30 mai 2016. Le 29 mai, journe ddie aux Casques bleus, sur laire de jeu du quartier Filtisaf, un match de football a oppos lquipe du Contingent des Casques bleus bninois (BENBATT-10) lquipe des jeunes de Maendeleo. Le match sest sold par un score nul. Au terme du match trs fairplay, des ballons de football ont t offerts aux deux quipes. La musique traditionnelle du Benin excute par les Casques bleus a mis de lambiance au stade Filtisaf, sous le regard dun public visiblement satisfait de la manifestation. Sur une note plus solennelle, le 30 mai, la MONUSCO Kalemie a honor la mmoire des Casques bleus qui ont perdu la vie au service de la paix. Dans lenceinte de son quartier gnral, une crmonie dhommage a une minute de silence a t observe en leur mmoire. Les autorits provinciales, militaires et de police de Kalemie, ainsi que le personnel du systme des Nations Unies, ont pris part cet vnement. Une cinquantaine dlves du complexe scolaire la Lumire ont t convis la crmonie dhommage, occasion pour eux dchanger avec le personnel de la MONUSCO qui sert sous le drapeau des Nations Unies, et plus particulirement dexpliquer le rle des soldats de la paix dans la province du Tanganyika. Le message du Secrtaire gnral de lONU a t lu lors de cette En marge des festivits, le contingent du BENBATT-10 organise une sance de don de Kalemie trs sollicit par les populations en cette priode propice la malaria dans la province du Tanganyika. Marcelline Comlan/ MONUSCO Photo MONUSCO/Guy Karema Photo MONUSCO/Marcelline Comlan

PAGE 10

10 10 Tmoignages La parole aux Casques bleus De Radio Okapi MINUSTAH FM : le Journalisme au service de la paix Par Walter Mulondi (RDC), ancien journaliste Radio Okapi (2001-2005), aujourdhui chef de la Radio MINUSTAH FM en Hati. Jai choisi de servir dans une mission de maintien de la paix parce que je crois aux valeurs que vhiculent les Nations Unies. Je crois fondamentalement que lorsquune mission de maintien de la paix excute sans faille et sans entrave son mandat la paix, la scurit et la stabilit sen suivent. Je fais partie des trois premiers journalistes engags Radio Okapi en janvier 2002 et depuis cette date, je continue de travailler au service des Nations Unies. Mon travail de journaliste radio contribue normment au maintien de la paix. Les radios de maintien de la paix sont des radios de service public [indpendantes, lhomme au centre des productions. Des dbats quilibrs, des missions dintrt public, des informations objectives sur la radio facilitent le dialogue entre les auditeurs. Cest notre quotidien. Tmoignage : Radio Okapi a commenc ses premires missions le 25 fvrier 2002. Le territoire de la Rpublique dmocratique du Congo est subdivis en trois parties sous contrle du gouvernement, du Rassemblement Congolais pour la Dmocratie (RCD) et du Mouvement de Libration du Congo, MLC. Les reprsentants des trois parties sont Sun City en Afrique du Sud pour louverture du dialogue inter congolais. Des radios sous contrle du RCD et du MLC diffusaient des nouvelles propres pendant la journe que les travaux du dialogue nallaient pas commencer. Radio Okapi, grce nos envoys spciaux Sun City, donna la premire, linformation de la soire, la une du jour Les travaux du dialogue intercongolais viennent de souvrir Sun City en Afrique du Sud. Toutes les parties y participent Je prsentais le tout premier journal en swahili du soir. Javais la gorge noue dmotion. Les missions taient diffuses en mme temps sur la bande FM Kinshasa, Goma et Gbadolite, les capitales des trois parties au dialogue. Nous emes des tmoignages de scnes de liesse partout les ondes la RDC. Ma plus grande satisfaction, cest lorsque les messages transmis par la radio participent ramener la paix, la rconciliation entre les hommes et les femmes, destinataires des programmes. Cest lorsqu travers des campagnes de sensibilisation, la radio sauve des vies. Des exemples sont nombreux aussi bien en RD Congo, travers Radio Okapi, quen Hati travers MINUSTAH FM. La radio est une boue de sauvetage En Hati justement, au lendemain du tremblement de terre le 12 janvier 2010, MINUSTAH FM a radicalement chang sa grille de programmes. Objectif : sadapter et rpondre au mieux aux besoins dinformation de la population : comment se protger des tremblements de terre, comment ragir face aux rpliques sismiques, o et quand trouver de lassistance ? Quelle agence pourvoit quelle aide ? La radio de lONU, service public, diffuse aussi des spots sur la scurit routire, la sant, mais aussi contre la justice populaire et le lynchage Dans le dpartement du Centre, une rgion dHati, un pre plor avait rattrap le prsum Une dizaine de personnes, armes de btons et de machettes, lincitaient achever le prsum meurtrier. Le pre refusa et dcida de lamener au tribunal. Lorsque le juge lui demanda pourquoi il ne stait pas veng comme le lui demandaient ses partisans, il donna la rponse suivante au juge: Radio MINUSTAH FM di nou pa fe tet ou jistis. Mene kriminel yo devan la Jistis [Radio MINUSTAH FM nous exhorte ne pas nous faire justice, et nous demande de transfrer tout criminel cyclones et autres catastrophes naturelles, est une boue de sauvetage autant que peut ltre un gilet de sauvetage dans un canot en dtresse sur une mer. Finalement, lorsque des manifestants exigent le dpart des deux missions o jai travaill, jai souvent entendu ceci: Partez, mais laissez-nous la radio . Cest le mme message quand les missions sapprtent fermer. Lorsque des auditeurs se rapproprient la radio, cest aussi un motif de grande satisfaction.

PAGE 11

11 11 Il faut amliorer la gouvernance pour assurer une paix durable Par Mireille Kamitatu Olungakana (RDC) Je travaille pour le Dpartement des oprations de maintien de la paix depuis cinq ans. Jai servi en Hati et au Mali avant dtre affecte au Sige, New York, o je travaille actuellement comme spcialiste des affaires civiles au sein de la division des politiques, valuation et formation (DPET). Ma passion pour les questions de gouvernance ma mene vers une carrire onusienne Jai toujours t intresse par les problmatiques de gouvernance en Afrique. Servir dans une mission de maintien de la paix, et particulirement aux affaires civiles, reprsentait donc une opportunit de mettre mes comptences au service de populations et de pays dont le faible niveau de gouvernance notamment labsence de services de base (ducation, sant) et les ingalits de distribution des revenus a btir une paix durable, ce qui requiert, audel de la cessation des hostilits, un travail constant sur la cohsion sociale ainsi que des rformes profondes des normes et systmes de gouvernance. Mon travail quotidien consiste faire en sorte que les quipes de terrain des affaires civiles aient les outils ncessaires pour pouvoir appuyer lextension de lautorit et assurer une implication optimale des communauts dans les diffrents processus de paix au sein des missions de maintien de la paix dans lesquelles elles sont dployes. Je suis donc charge de rdiger des politiques, de dvelopper des outils notamment de formation et de prodiguer des conseils pour amliorer le travail des affaires civiles dans ces domaines essentiels pour le maintien de la paix. Jai de lespoir pour mon pays Ma satisfaction, ce sont les petites victoires, savoir ce que mon travail rend possible sur le terrain, une rencontre communautaire facilite qui permet dapaiser des tensions, un bureau loign qui aura les ressources ncessaires pour fonctionner effectivement. Au travers de mes affectations, jai eu le plaisir de rencontrer des professionnels, des hommes et des femmes de grande qualit, qui sont rellement anims dun idal de paix. Certains servent aujourdhui au sein de la MONUSCO et cela me donne de lespoir pour mon pays. La Journe des casques bleus est une grands, que nous faisons tous au service de vivre loin de nos familles et amis, dans des environnements parfois hostiles mais nous le faisons parce que nous savons que cest le prix payer pour ramener la paix. Pour dautres, malheureusement, le tribut est plus lev. Au Mali, o je servais il y a encore quelques mois, des dizaines de Casques bleus ont perdu leur vie, des centaines dautres ont t blesss, victimes dattentats et dattaques diverses. En Hati, la mission a perdu plus de 100 de ses membres lors du tremblement de terre de janvier 2010. La Journe des Casques bleus nous permet de nous remmorer tous ses collgues et amis qui nous ont quitts. Faire respecter, protger et promouvoir les droits humains pour tous Par Liliane Egounlety Kayode (Benin) Je suis coordonnatrice du Bureau Conjoint des Nations Unies aux droits de lHomme (BCNUDH) Uvira (Sud Kivu). Je travaille depuis dix ans dans le domaine des droits humains au sein de la MONUSCO. Jai servi successivement Goma, Kisangani, Dungu, Bukavu, Kinshasa, et Uvira. Fonctionnaire international : un rve devenu ralit Quand jtais jeune, je rvais dj de travailler linternational. Jai tudi la diplomatie et les relations internationales lUniversit ; les droits de lHomme et la Dmocratie la Chaire Unesco de mon pays. Servir dans une mission lHomme est une merveilleuse opportunit qui ma t donne, non seulement de pratiquer ce que jai tudi, mais aussi et surtout daider les populations congolaises en mettant mon savoir et mes expriences leur service pour leur apprendre connatre leur droits et sorganiser pour les revendiquer, les protger et les promouvoir dun Etat de droit en RDC. La justice est indispensable pour la construction et la consolidation dune paix durable Au quotidien, mon travail permet aux populations vulnrables, femmes et hommes victimes ou tmoins de violations des droits de lHomme de prendre conscience des possibilits que prvoient les lois de la RDC pour les rtablir dans leurs droits ou pour obtenir rparation pour le prjudice quils ou elles ont subi. Il sagit par exemple dcouter de la rassurer et discuter avec elle de pistes de solution son problme, de lui redonner espoir, lui faire comprendre quelle peut compter sur le Bureau des droits de lHomme de la MONUSCO pour le suivi de son dossier auprs des autorits comptentes, de lui redonner le sourire, de laccompagner porter plainte, de lassister trouver un avocat, etc. ; il peut aussi sagir de mobiliser des fonds et diffrents partenaires pour laccompagner dans les procdures judiciaires et ce, jusqu aux procs. Les victimes rapprennent, travers cet accompagnement, redonner RDC pour lutter contre limpunit et pour les restaurer dans leurs droits, car la Justice judicaire sense garantir la justice sociale est indispensable pour la construction et la consolidation dune paix durable. Apporter des solutions aux problmes des populations Ma plus grande satisfaction dans mon travail est dapporter des solutions aux problmes de protection des civils et aux problmes des droits de lHomme, notamment aider une personne victime darrestation arbitraire et dtention illgale retrouver sa libert, lutter contre limpunit des violences sexuelles ou de torture en obtenant des jugements qui octroient des dommages et intrts aux victimes.

PAGE 12

12 12 Uvira du comit de suivi des violations commises par les FARDC qui est co-prsid par moi-mme, coordonnatrice du BCNUDH et le Gnral des FARDC, commandant des oprations Sukula II de la partie Sud du Sud-Kivu. Ce comit, qui fonctionne de la collaboration entre le commandement militaire des FARDC, la MONUSCO et la justice militaire. Il a surtout permis davancer sur plusieurs dossiers judicaires concernant des violations graves comme la torture, les excutions arbitraires, les viols, etc. Grce ce comit, les prsums auteurs des violations commises par les FARDC sont mises la disposition de la justice, permettant ainsi lEtat dune part de lutter contre limpunit et dautre part de redorer le blason des forces armes nationales. Every time, I come across some children smiling, while I am patrolling with my blue helmet, I feel encouraged By Caporal Doubadji (Morocco) I have several activities that may vary from one day to another depending on the scheduled operation and the security situation. However, my usual activities are patrolling and escorting, in addition to participating in ensuring the security of MONUSCO facilities. Patrolling day and night inside and outside the city creates an environment of security for the local population. Also, operations that are carried out in the surrounding villages have a positive impact by deterring any negative forces activities. Contributing to keeping the peace somewhere in the world makes one really feel a great happiness because it is an honorable mission, and the opportunity to participate in peacekeeping is not given to everybody. Besides, another great satisfaction I draw from my work is when patrolling with my blue helmet, somewhere in the city, I come across some children smiling, watching the patrol, and waving their hands to say hi, I feel encouraged to do my best and keep them smiling and help them grow up in a world full of peace and mercy. Peacekeepers day is an opportunity that can be used to tell to the world that there are people who have left their homes and abandoned their families to risk their lives with a view to protecting others who are under threat, providing security to the children and women who have committed no crime. I am grateful for the chance to serve as a UN Volunteer in MONUSCO By Andreas Karpati (Switzerland) As a United Nations Volunteer from Switzerland, currently serving as an Associate I work in the area of Protection of Civilians, which is one of the key mission priorities. deployed to MONUSCO military bases, Civil Affairs ensures that UN peacekeepers are well-connected with the local communities which they have been sent to protect. This involves Civil Affairs staff going on patrol with UN peacekeepers, advising them on local power struggles or ethnic and supporting communities in setting up their own groups to discuss protection and security issues. civilians My role is to analyse the information sent by of civilians-related concerns are understood and acted upon at the provincial level. This could mean sharing information with other MONUSCO civilian sections or humanitarian partners, discussing armed groups activities state authorities and national security forces for an adequate protection response. An important aspect of my work consists of regarding the threats and vulnerabilities of missions are an opportunity to engage in conversation with local authorities as well protecting a given area, but also to consult a variety of civil society groups and community members. I believe UN peacekeeping missions can be very successful if they put complementarity between military and civilian components at the heart of their strategy. International Peacekeepers Day is a day to remember those who lost their lives in the service of peace, but also an opportunity to celebrate this unique partnership between dedicated professionals from such different backgrounds. United Nations Volunteers play an important role within MONUSCO UN Volunteers make up about half of all civilian staff in MONUSCO and play an invaluable role in ensuring the day-to-day functioning of the mission. For me, the chance to serve as a UN Volunteer in MONUSCO meant that I could experience the daily life in peacekeeping missions I had previously only read about in books. This has allowed me to develop immensely as a professional but also as a person, being exposed to the very real consequences of poverty and armed I will eventually leave MONUSCO and the DRC, it will be with a wealth of memories and new professional skills and a truly in-depth understanding of what peacekeeping really is all about. From United Nations Volunteer to UN Staff By Mary Tennent (Great Britain) This is my second time in the Mission. I came Assistant in 2002. After spending two years, I decided to take on new challenges therefore Echos de la MONUSCO N Mai 2016

PAGE 13

13 13 I left in 2004. Three years later, I returned in 2007 to MONUSCO as an International UN staff working as Logops Supervisor. Peace and Peacekeeping are big words that cover many different aspects political affairs, civil affairs, child protection, conventional military peacekeeping activities etc. This provides an environment that can be both challenging and frustrating. More often than not it can be extremely interesting and rewarding when you watch large projects reach a successful conclusion, particularly if you know how hard it was to achieve, the endured. As Logops Supervisor, it is the role of my team and me to make sure that the Field projects, for example, the construction of a DDRRR camp, construction of COBs. We facilitate the work of substantive sections with vehicles, accommodation, special etc. This is to name only few of our tasks. On a daily basis, we make sure that the militaries and the civilians, serving in a UN mission, have the resources to carry out their tasks as peacekeepers in Bunia and out in the hinterlands. The greatest satisfaction is ensuring that everyone has access to the resources they missions mandate. The International Day of United Nations Peacekeepers represents an acknowledgement by both Peacekeepers and the community in which they are working about the importance of peace and the need to work together and support and respect each others contribution to the process. Understanding the daily work of Corrections officers in peacekeeping missions By Jostinah WAWASI MWANGOMBE (Kenya) South Kivu), I daily visit the prison to mentor, advise and train prison personnel; uniformed and civilian on best prison practices, imitating rehabilitation and reformation activities for inmates and assisting in the record keeping and sentence planning of prisoners. I also carry out enquiries on complaints submitted by prisoners and act as their mouth piece to the judiciary and local authorities on matters pertaining to their detention and conditions of living. In infrastructural developments, I assist the local authorities to identify prison structural reform priorities and submit the funding requests through MONUSCO Quick impact projects (QIPs). Rehabilitation of prisons, building of perimeter walls and women wings etc are some QIPs which I supervised to their successful completion and handover. By the end of the day, I collect statistics and send written reports to MONUSCO mission hierarchy for further action and information. The more reforms we have in prisons, the easier it is for any country to restructure its criminal justice system and hence fairness in the community. I serve as a link between MONUSCO and the community which I serve, which has a positive impact on peacekeeping. My greatest satisfaction is that I work prison walls) and that by the end of the day, I the people I serve. I feel good when I record zero incidence of torture in the prisons, I get the engagement of the local authorities in the matters of Prison Reforms and record zero death and escapes from lawful custody. As a long-term output, I am truly dedicated, through my input and others, to see a peaceful stable DR Congo through restructuring of the prison system to a semiautonomous institution in the near future. Ensuring gender mainstreaming and increasing the number of female officers within MONUSCO Force I joined MONUSCO on 24 January 2016 as The role of female peacekeepers in the protection of civilians Almost 52% of population of DRC is made up of females and to walk in their shoes to understand their real problems, we need female peacekeepers. Uniformed female trust from communities and shaping operations to suit the needs of men and women equally. Its a well-researched and proven fact that womens participation and inclusion into peacekeeping makes humanitarian assistance more effective, strengthens the protection efforts of our peacekeepers, contributes to the conclusion and implementation of peace talks and sustainable peace and accelerates economic recovery. I am aware that in most countries women represent a very small component of the Defence Forces, but I had not expected it to be the same in MONUSCO. The UN being an international environment, I had expected near equal participation in the Mission for both men and women in the military component as well as civilian staff. However, as there are few military women in the contributing countries, it would be impossible to have an equal participation from these countries. I think that we should try to increase the number of females in MONUSCO; however it assignments that can directly impact and But the very fact that the Force has created a dedicated appointment for Gender and Child Protection for gender mainstreaming shows the changes that the military are willing to make to improve the link between civilian authorities within the UN and to help improve Gender mainstreaming in the DRC. Current priorities for the Gender Adviser within the MONUSCO Force As a Gender Adviser, I want all components of the Force to be aware of protection, rights and needs of women, gender sensitivity and the importance of involving women in peacekeeping and peace-building measures. My priority is a peacekeeping force well trained in gender and considering gender factor while planning and operating at all levels. Echos de la MONUSCO N Mai 2016

PAGE 14

14 14 V ous avez pris le commandement trois mois. Quel bilan faitesvous des ralisations de cette composante de la Mission ? Beaucoup de bonnes choses ont t faites pour la Police nationale congolaise (PNC), mais aussi pour les populations congolaises conformment notre mandat, notamment en rapport avec la protection des civils, la participation la stabilisation, lappui au processus lectoral et la protection des installations des Nations Unies. A titre dexemples on peut citer, entre autres, notre apport dans llaboration de textes juridiques fondamentaux rgissant la PNC, comme la loi organique rgissant lorganisation et le fonctionnement de la PNC, la loi portant sur le statut du personnel de carrire de la Police nationale congolaise, le plan daction quinquennal (PAQ) budgtis de la rforme de la police 2012-2016 qui est en phase dvaluation et qui sera suivi par un nouveau PAQ. En outre, des milliers de cadres et dagents de la PNC ont t forms dans divers domaines, notamment la police judiciaire, la police de lair et des frontires, la police de la circulation routire, le maintien et le rtablissement de lordre public. Les policiers des Nations Unies travaillent rendre cette police plus professionnelle et respectueuse des droits de lHomme et des rgles dun Etat de droit. Si on parle de protection des civils, on pense souvent la Force. Quel est le rle Commissaire gnral Awale Abdounasir : Des milliers de policiers congolais forms pour la scurisation du processus lectoral par la police MONUSCO Photo Tiers Echos de la MONUSCO N Mai 2016

PAGE 15

15 15 domaine ? Les policiers des Nations Unies sont dans les zones libres pour participer la restauration de lautorit de lEtat. Nous faisons des patrouilles de jour comme de nuit dans des zones o nous avons nos units de police constitues. Dans les zones o nous navons pas dunit de police constitue, ces patrouilles se font avec la Force de la MONUSCO, les FARDC et nos policiers individuels pour la protection des populations civiles. La Police des Nations Unies a connu un dveloppement fulgurant avec la Rsolution 2185 qui lui est Elle nous reconnat un plus grand rle sur la gouvernance de la scurit, la rforme du secteur de scurit, la lutte contre la criminalit transnationale et son impact sur la scurit. Ces domaines demandent les pays contributeurs doivent envoyer pour aider la restauration de la paix. Nous avons commenc en recevoir et nous poursuivrons dans ce sens. La Rsolution 2277 donne la police MONUSCO plus de responsabilits, pouvez-vous nous dire quelles sont les orientations ou actions que vous prvoyez pour les mois venir ? Du 4 au 5 mai, nous avons organis une retraite Goma au cours de laquelle nous avons fait le bilan des rsultats que nous avons obtenus par rapport la prcdente rsolution, la 2211, et nous nous sommes penchs sur la 2277 pour dterminer les tches qui nous sont assignes. Nous nous alignerons sur lanalyse faite de la rsolution 2277 lors des retraites respectives du pilier Oprations et de la MONUSCO qui ont mis laccent principalement sur la protection des civils, la stabilisation, la gouvernance dmocratique et la rforme des institutions, qui constituent les trois axes autour desquels la MONUSCO est en train de dvelopper le Concept de la Mission. En vue de favoriser lintgration des activits de la Composante dans celles des bureaux pour lexcution du mandat et aussi, en vue de la stratgie de sortie, le plan de travail de la Police MONUSCO rsultera des plans de travail de ses diffrentes Sections dont celle de la section des oprations qui manera de ceux des secteurs. La mme rsolution voque galement la stratgie de sortie de la Mission. Comment la police y participera-t-elle ? Nous travaillons rendre la PNC plus professionnelle par la formation et depuis quelques temps nous formons beaucoup plus de formateurs pour quils puissent assurer le travail quand la Mission quittera le pays. Nous ne savons pas quand, mais nous nattendons pas que la date approche pour commencer ce travail. Nous y travaillons et je pense quau moment de quitter, la composante Police de la MONUSCO laissera des collgues congolais plus aptes faire le travail queffectue tout policier travers le monde pour le bien des populations civiles. La gestion scuritaire du processus lectoral doit tre mene par la police. processus ? La composante police de la MONUSCO est gestion scuritaire du processus lectoral. Des milliers de policiers congolais ont t forms pour la scurisation du processus lectoral par la police MONUSCO et ces formations continuent travers la RDC. Un effort est aussi fait pour le renforcement de lquipement appropri de travail et de de la PNC. Que reprsente, pour vous, la journe des Casques bleus clbre le 29 mai de chaque anne ? Cest le moment pour moi de rendre hommage au professionnalisme, au dvouement et au courage des Casques bleus, qui servent aujourdhui dans des conditions pour reprendre les mots du Secrtaire gnral des Nations Unies. Je salue le dvouement, labngation de tous ces hommes et femmes qui ont accept de et souvent au risque de leur vie. Je leur rends un vibrant hommage. Je ne saurais terminer sans une pense pieuse pour tous les collgues qui sont tombs en Mission en apportant la paix travers le monde et comme vous pouvez limaginer ma pense va aux collgues de la MINUSMA, do je viens, et qui traversent des moments Photo MONUSCO/Michael Ali Echos de la MONUSCO N Mai 2016 15

PAGE 16

16 L e 26 mai, dans une dclaration de son porte-parole, le Secrtaire gnral des Nations Unies, Ban Ki-moon, sest dit profondment proccup par les informations relatives aux tensions politiques grandissantes, lies lincertitude qui persiste autour du processus lectoral en Rpublique dmocratique du Congo. Quelques jours auparavant, le 21 mai dernier, la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Rpublique dmocratique du Congo (MONUSCO) avait clairement exprim sa proccupation quant lvolution de la situation. Dans un communiqu, le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies et chef de la MONUSCO, Maman Sidikou, sest dit profondment proccup par les tensions politiques croissantes en RDC. Il a not, cet gard, que la multiplication des procdures judiciaires, ainsi que tous les autres actes ayant pour effet de rtrcir lespace politique, ne feront quexacerber tenue du dialogue politique que le Prsident de la Rpublique appelle de ses vux. Il en a appel au respect scrupuleux de ltat de droit et des liberts fondamentales garanties par la Constitution. Les Etats Unis dAmrique ont galement mis les mmes inquitudes. Le porte-parole adjoint du dpartement dEtat amricain, Mark Toner, a dnonc, dans un communiqu publie le 21 mai dernier par lAmbassade amricaine Kinshasa, l a multiplication des intimidations et des cas de harclement et de dtention des membres de lopposition et des leaders de la socit civile travers la RDC . Il souligne que un gouvernement ne peut appeler au dialogue entre les parties prenantes tout en harcelant, arrtant et emprisonnant simultanment les personnes appeles y participer Daprs ce document, Washington tudie les possibilits dappliquer des sanctions en rponse ce schma croissant de loppression en RDC Cette dclaration fait suite celle publie par lenvoye spciale de la GrandeBretagne pour la rgion des Grands Lacs, Danae Dholakia, qui informe que Londres et ses partenaires europens envisagent des sanctions cibles contre des responsables dactes de rpression politique en Rpublique dmocratique du Congo. Le Gouvernement dnonce les menaces de sanctions brandies contre lui La raction des autorits congolaises face ce quelles appellent lingrence des Etats trangers dans les affaires intrieures de la RDC ne sest pas fait attendre. Cest ainsi que le ministre des Affaires trangres, Raymond Tshibanda, a dnonc le recours par certains partenaires un discours teint de menaces gomtrie variable et dapplication slective dans la rgion, selon ses propres mots. comportement est contraire au droit international, qui proscrit tant lingrence dans les affaires intrieures des autres tats, que le recours la force, ainsi qu la menace Les partenaires de la RDC sinquitent des tensions politiques grandissantes Photo Radio Okapi/John Bompengo Par Nana Rosine Ngangoue/MONUSCO

PAGE 17

17 de la force sous quelque forme que ce soit, car constitutives datteinte la souverainet desdits Etats. Raymond Tshibanda soutient que la RDC est, en Afrique, lun des pays les plus avancs en matire de respect et de promotion des liberts publiques, notamment la libert de la presse, la libert dexpression et dautres droits civiques et politiques collectifs et individuels Manifestation contre larrt rendu par la Cour constitutionnelle sur larticle 70 de la Constitutionnelle La tension politique en RDC est monte dun cran ces dernires semaines suite au rcent arrt de la Cour constitutionnelle sur le maintien du Prsident de la Rpublique en poste jusqu linstallation du nouveau Prsident lu. Larrt de la Cour constitutionnelle de la RD Congo, prononc le 11 mai, dispose que Joseph Kabila, prsident congolais sortant, pourrait rester au pouvoir au-del de son mandat en attendant linstallation effective dun nouveau prsident lu. Jeudi 26 mai, plusieurs plates-formes de lopposition notamment le G7, la Dynamique de lopposition, le Front citoyen et une frange de la Socit civile ont organis des marches travers le pays, pour dnoncer, entre autres, larrt de la Cour constitutionnelle Rpublique. Autorises Kinshasa et Bukavu, ces marches ont t interdites dans dautres provinces de la RDC. Justement, au chapitre des lections, le retard pris dans la prparation du scrutin prsidentiel prvu en novembre prochain est galement pingl par de nombreux observateurs comme principale source de tension politique dans le pays. La Commission lectorale nationale indpendante (CENI) vient juste dentamer la procdure qui doit conduire la rvision opration devrait stendre au-del du dlai constitutionnel de novembre 2016 pour la tenue de llection prsidentielle. A six mois de lchance constitutionnelle, les Congolais attendent encore la publication dun nouveau calendrier lectoral, le prcdent ayant t dpass. Le prsident de la CENI, Corneille Nangaa, a rcemment dclar que son institution nattendait que loption consensuelle de la classe politique congolaise avant de publier le calendrier lectoral. Appel au dialogue comme solution la crise politique La plupart des partenaires de la RDC soutiennent la ncessit pour les protagonistes congolais de participer au dialogue. Selon le chef de la MONUSCO, Maman Sidikou, seul un dialogue politique vritablement inclusif et respectueux de la Constitution permettra aux acteurs congolais particulier ceux lis au processus lectoral. Point de vue partag par lUnion europenne qui, dans une rcente dclaration, estime que la tenue dun dialogue est ncessaire pour dbloquer la situation et sortir la RDC de limpasse. LUE considre en effet quil est devenu urgent de tenir un dialogue politique bref et prcis entre tous les acteurs un consensus sur une feuille de route claire, sur la base dun calendrier et des besoins dans le respect de la Constitution. Cependant, sur le terrain, les choses peinent dcoller. Lancien Premier ministre togolais Edem Kodjo, dsign par lUnion africaine pour faciliter le dialogue politique, notamment lindcision de plusieurs acteurs quation du choix des reprsentants des diffrentes composantes, notamment lopposition, pour faire partie du comit prparatoire du dialogue. Cest dans ce contexte que le Secrtaire gnral des Nations Unies a appel tous les acteurs politiques congolais placer les intrts du pays au-dessus des leurs en sengageant de manire constructive dans un dialogue politique visant rsoudre exhorts cooprer pleinement avec le facilitateur du dialogue, M. Edem Kodjo. PhotoTiers PhotoTiers

PAGE 18

18 E chos de la MONUSCO : Quelle est, ce jour la situation de la libert de la presse en RDC ? Abdourahamane DIALLO : La libert de la presse est un des piliers de la dmocratie et de lEtat de droit. Nous flicitons la volont politique du Gouvernement en faveur de lamlioration du cadre institutionnel et juridique de lexercice de la libert de la presse, et en particulier le processus de dpnalisation des dlits de presse lanc par le ministre des Mdias en novembre 2015 ; nous saluons aussi lengagement des journalistes qui, de plus en plus, prennent conscience de leur responsabilit sociale dans la consolidation de la dmocratie et de la bonne gouvernance. Cet engagement a t exprim par la tenue Kinshasa, en mai 2015, des premires journes dontologiques de la presse congolaise et, en mai 2016, dun sminaire national sur le rle des journalistes en priode de crise. Toutefois, lUNESCO reste trs proccupe par les atteintes de toute nature la libert de la presse. Nous sommes tout autant proccups par les fautes et drives professionnelles commises par certains professionnels des mdias. Tous et des atteintes la libert de la presse, et nous rappelons chaque fois aux uns et aux autres leur responsabilit devant les impratifs du respect des principes et des fondamentaux de la libert de la presse et de lthique journalistique. Que fait lUNESCO face aux atteintes la libert de la presse, particulirement les assassinats ? Chaque fois quun journaliste est emprisonn, menac, ou tu dans lexercice de sa profession, lUNESCO ressent cela comme une attaque contre lEtat de droit et contre la dmocratie. Et cest par la voix de notre directrice gnrale que nous condamnons avec la dernire nergie les assassinats des journalistes et demandons aux Etats de lancer des poursuites judiciaires lencontre des auteurs de ces crimes. Pour le cas de la RDC, elle a eu condamner et rclamer louverture dune enqute sur le meurtre de Germain Kennedy Muliwavyo Abdourahamane Diallo, Chef de Bureau et Reprsentant de lUNESCO en RDC La libert de la presse est un des piliers de la dmocratie et de lEtat de droit Photo MONUSCO/Michael Ali 18 Echos de la MONUSCO N Mai 2016

PAGE 19

19 de la radio tl Muungano, tu alors quil couvrait des oprations des Forces armes de la RDC (FARDC) contre les rebelles de lAlliance des forces dmocratiques (ADF). LUNESCO a conduit les nations du monde proclamer la date du 2 novembre Journe des crimes commis contre les journalistes que du reste, nous avons dj clbre deux reprises ici en RDC, en 2014 et 2015. Cest pour nous loccasion dinviter les Etats membres dvelopper des mcanismes de condamner les auteurs des meurtres et des assassinats des journalistes partout dans le monde. Accs linformation et aux liberts fondamentales Cest votre droit !. 2016 marque le dbut dun nouveau cycle de 15 ans pour les nouveaux Objectifs de dveloppement durable (ODD) adopts en 2015. Le thme de cette anne met en relief les liens entre la libert de la conducteur tant le rle du journalisme ainsi que limportance de prserver ceux qui proposent ces services au public. La libert de la presse et le droit linformation ont une incidence directe sur la ralisation de ces objectifs, et peuvent tre galement considrs eux-mmes comme des objectifs implicites. Et jai un immense plaisir de vous informer que la communaut internationale va clbrer le 28 septembre de cette anne, la premire Journe internationale du droit daccs linformation, un droit humain ncessaire pour la protection et la jouissance des autres droits, y compris le droit la libert dexpression. Quels sont votre avis les principaux contexte de la RDC ? Ils sont de trois ordres. Sur le plan institutionnel, garanties constitutionnelles, rglementaires, juridiques, statutaires et politiques en vue de gagner le pari de laccs linformation pour tous et par tous. Sans une lgislation, une rgulation et une autorgulation dtre relev par le pays avec ladoption depuis 2015 par le Snat congolais de la loi sur laccs linformation qui devra, par la suite, faire lobjet dun deuxime traitement au niveau de lAssemble nationale. Sur le plan professionnel, laccs linformation comporte en soi des exigences auxquelles les journalistes sont censs souscrire, notamment lobservance des normes thiques et professionnelles comme principe par excellence devant garantir un meilleur le plan pdagogique, -et ceci touche le grand public-, il faudra aussi vulgariser la loi sur laccs linformation, une fois promulgue, droit daccs linformation. Quelles sont les actions que mne lUNESCO pour promouvoir laccs linformation ? LUNESCO appuie tous les acteurs nationaux du secteur des mdias dans leurs actions pour la promotion de laccs linformation; nous avons soutenu avec dautres bailleurs le processus qui a abouti llaboration dun projet de loi sur laccs linformation; nous sommes prsents dans la mise en uvre, suivant une approche concerte avec dautres bailleurs, des programmes dappui la promotion de la libert de la presse et du droit laccs linformation. De mme, travers notre approche intersectorielle incluant, tout la fois, lducation, les sciences, la culture, la communication et linformation, nous nous consacrons essentiellement la promotion de laccs linformation en gnral, et de laccs aux savoirs en particulier qui par ailleurs, sont tous deux au cur des fondements de tous les droits dont jouit la personne humaine. Aussi, le projet Renforcer les radios locales par les TIC en cours la coopration sudoise a permis de doter ces mdias des capacits et des comptences indispensables pour booster le droit daccs linformation. Les outils tels que linternet, le tlphone portable, et les logiciels de gestion des sms intgrs dans la production radiophonique, ont aid les mdias crer des espaces de communication interactive qui garantissent le droit daccs linformation et la libre expression en milieu lUNESCO telles que la formation continue des journalistes sur plusieurs thmatiques lies leur profession (les perspectives du genre et des indicateurs des galits des genres dans les mdias, lintgration des TIC, la couverture lectorale, le traitement des questions environnementales et le journalisme dinvestigation) ainsi que lappui la mise en place dune Maison de la presse, concourent galement la promotion de la libert dexpression et, au-del, au droit daccs linformation 19 Photo MONUSCO/Michael Ali Echos de la MONUSCO N Mai 2016

PAGE 20

20 Produit par lUnit des Publications de la Division de lInformation publique de la MONUSCO Contact : 12, avenue des Aviateurs Kinshasa/Gombe Tlphone : (243) 81 890 6650(243) 81 890 4004 HROSHONORONSNOS ONU JOURNE INTERNATIONALE des CASQUES BLEUS des NATIONS UNIES