Citation
Echos de la MONUSCO

Material Information

Title:
Echos de la MONUSCO
Creator:
Mission de l 'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo ( issuing body )
Place of Publication:
Kinshasa, DR Congo
Publisher:
Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo
Publication Date:
Frequency:
Monthly
regular
Language:
French
Physical Description:
1 online resource : ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Periodicals -- Congo (Democratic Republic) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
international intergovernmental publication ( marcgt )

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began with: Volume 1, No1 (Juillet 2011)
General Note:
"Une publication de la Division de l'Information Publique de la MONUSCO".
General Note:
"Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo".

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright, Mission de l'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
on10476 ( NOTIS )
1047609376 ( OCLC )
2018226778 ( LCCN )
on1047609376

UFDC Membership

Aggregations:
Digital Military Collection

Downloads

This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

Volume VII N 2015 Uvira : un an de progrs importants dans la protection des civils Bilan de la MONUSCO dans lEst

PAGE 2

Par Charles Bambara* Sommaire Photo MONUSCO/Jean Tobie Okala Directeur de lInformation Publique Charles Antoine Bambara Coordonnatrice des Publications Aissatou Laba Toure Rdacteur-en-Chef Joseph Tshimanga Infographiste Jsus Nzambi Sublime Contributeurs Tom Tshibangu, Yulu Kabamba, Thophane Kinda, Abdourahmane Diallo Arrt sur image Gagner le d de la protection des civils Uvira, Sud Kivu, 19/03/2015. Une dlgation de la MONUSCO, essentiellement compose des militaires, discute avec la population des mcanismes de scurit. 3 0 juin 2014 30 juin 2015, dj un an que la Mission de lOrganisation des Nations Unies pour la stabilisation en Rpublique dmocratique du Congo (MONUSCO) poursuit ses oprations dans le territoire dUvira, en province du SUD Kivu. Objectif : Excuter son mandat de protection des populations civiles. Douze mois durant, et conformment ce mandat, les hommes et les femmes, soldats de la paix dploys sur le terrain dans ce territoire nont mnag aucun effort pour raliser les objectifs principaux de la Mission : stabiliser, consolider et restaurer lautorit de lEtat. Ils ont d apporter un appui logistique, mat riel et conseils ncessaires aux partenaires traditionnels : autorits politiques et administratives, Police Nationale Congolaise (PNC), Forces armes de la RDC (FARDC) dans le but majeur de protger les civils et de combattre les groupes arms. Le contexte politico-militaire tait plutt ardu. Les tensions politiques et scuritaires au Burundi voisin, nont pas aid ce travail de consolidation de la paix dans la rgion. Lopration Kamilisha Usalama mene conjoint ement par la Force de la MONUSCO et les FARDC a permis de dloger Concomitamment cette scurisation, de nombreux efforts ont t dploys dans la Plaine de la Ruzizi pour faciliter la rconciliation intercommunautaire, prcher les vertus du dialogue, sensibiliser ou former les populations aux diffrents mcanismes de protection des civils. Par ailleurs des Projets Impact Rapide (QIP), sont venus matrialiser cet engagement de la MONUSCO travers la mise en uvre de projets concrets au bn Des puits deau potable, la construction des tats-majors de la PNC, en passant par la construction de bureaux pour la Direction Gnrale des Migrations (DGM), il convient de noter que la MONUSCO-Uvira a initi de nombreux Projets Impact Rapide (QIPs) censs contribuer la rduc tion de la violence communautaire. Ces projets, non seulement crent de lemploi, mais aussi vitent aux jeunes de se laisser enrler par force par les groupes arms. En douze mois donc, ce sont quelque 378,997 dollars amricains que la MONUSCO-Uvira a dpenss dans le cadre des Projets Impact Rapide pour promouvoir et consolider la paix, le dialogue entre les communauts. Martin Kobler, Chef de la MONUSCO, sest lui-mme rendu plus de trois fois en moins dune anne Mutarul pour appuyer les efforts du Bureau de la Mission Uvira, en vue de la restauration de lQutorit de lEtat dans cette partie du pays. Un lot de stabilit y a t cr. Pour la MONUSCO, il sagit daider les autorits se rapprocher des populations, manifester leur prsence et combler ainsi le vide laiss en certains en droits par les forces de lordre de lEtat; un vide qui a souvent donn lieu la prolifration de groupes arms et aux violations massives des droits de lHomme. Partout dans le territoire dUvira, la MONUSCO a ritr le mme message de paix la population : la guerre mene contre les groupes arms Actualit 3 Martin Kobler souligne limportance de la coopration entre la MONUSCO et les FARDC pour neutraliser les groupes arms 5 Le dialogue politique est une affaire des Congolais, dclare lambassadeur de la RDC lONU Analyse 6 Pour une redynamisation du partenariat Focus sur Uvira 8 Un an des progrs importants dans la protection des civils 10 Sud Kivu : situation proccupante des rfugis burundais Fizi 11 Sud Kivu : le Commandant de la Force de la MONUSCO appelle la protection des rfugis burundais 12 La MONUSCO renforce les capacits des jeunes et chefs de quartiers dUvira 13 Deux bureaux de la Direction Gnrale des Migrations construits par la MONUSCO 14 Pour une meilleure scurisation des populations civiles 15 Construction des locaux pour la Police nationale congolaise 16 Les officiers de police judiciaire lcole des droits de lHomme Echos des secteurs 17 La MONUSCO soutient les FARDC pour neutraliser le FRPI 18 Kabumbulu, un groupement sinistr au cur du Katanga Post-scriptum 19 Journe Internationale Nelson Mandela. Un prix pour des humanistes Suite la page 3 Sud Kivu

PAGE 3

3 Par Centre dactualits des Nations Unies avec ECHOS de la MONUSCO Martin Kobler, Reprsentant spcial du Secrtaire gnral de lONU, au cours de la prsentation du rapport sur la situation scuritaire de la RDC au Conseil de scurit, New York Photo ONU/ Loey Felipe pour protger les civils ne peut tre gagne sans la ncessaire implication de ces civils eux-mmes. Les populations ont constam ment t invites et encourages faire con congolaises, en dnonant les exactions des groupes arms et en collaborant avec les forces de scurit. Au Conseil de Scurit des Nations juillet 2015 sur la situation en RDC, Martin Kobler est notamment revenu trs ample ment sur la situation scuritaire dans lEst de la RDC. Il a appel de tous ses vux cette constance qui devrait marquer le partenariat MONUSCO-FARDC: laction concrte sur le terrain avec des oprations conjointes. Zone sensible, le sud Kivu et notamment le rgion devienne un havre de paix et que le *Directeur de la Division lInformation Publique Suite de la page 2 M Kobler, a rappel que la pro tection des civils tait au cur du mandat de la Mission. Je viens de voir un rayon despoir sur une de nos lignes de front a-t-il dit ce propos, en signalant la mise en place dun cordon militaire et doprations de recher che par les Forces armes de la RDC (FARDC), de sopposer aux Forces de Rsistance Patrio tiques de lIturi (FRPI). Ce sont les oprations contre le M23 a-t-il fait remarquer. Il a expli qu que cette fois, il navait pas t possible dviter lusage de la force, aprs trois occa sions manques des FRPI de se rendre. Depuis le 3 juin, a poursuivi M. Kobler, les efforts conjoints de la MONUSCO et des forces congolaises ont permis de neutraliser environ un quart des FRPI. Il a cependant insist sur ce quil reste faire pour restituer lautorit de ltat et crer des opportunits demploi, en particulier pour les jeunes, ainsi que pour trouver des solutions pour les an attirs par de meilleures opportunits chez les FRPI. Les oprations en cours prouvent quen agissant ensemble, nous pouvons tions, consolider la paix et restaurer lespoir, a assur le Reprsentant spcial avant de rappeler des situations tragiques quil a luimme constates sur le terrain. Les oprations contre les FRPI dmon trent clairement ce que nous pouvons raliser quand les Forces de la RDC et la MONUSCO travaillent ensemble a-t-il dit,, en saluant le Gouvernement de la RDC pour sa coopra tion avec les forces de la MONUSCO et les FARDC dans ces oprations. Le rsultat de ce partenariat renforce notre engagement et notre volont combattre la menace que reprsentent les groupes arms , a-t-il ajout en sadressant lAmbassadeur Gata Mativa, de la RDC. Les oprations menes conjointement contre les Forces Dmocratiques pour la Libration du Rwanda (FDLR) dans le NordKivu, le Sud-Kivu et au Katanga sont dans limpasse depuis cinq mois, a cependant fait remarquer M. Kobler. Progrs dans la scurit Il a soulign nouveau les progrs impor tants accomplis par le Gouvernement con golais au cours des 10 dernires annes pour rtablir la scurit, tout en regrettant que la population soit toujours la merci de 14 Juillet 2015, devant le Conseil de scurit des Nations Unies Martin Kobler souligne limportance de la coopration entre la MONUSCO et les FARDC pour neutraliser les groupes arms

PAGE 4

4 groupes arms dans de nombreuses parties de lest du pays. Le Gouvernement de la RDC a choisi de mener ses oprations de manire unilatrale dans cette rgion, a-t-il dit, en indiquant que, pour sa part, la MONUSCO collaboration avec le Gouvernement dans le cadre des engagements en matire de droits de lhomme. Pourtant, M. Kobler a prvenu que, mal gr certains succs des FARDC pour dloger les FDLR de leurs bastions, larme congo laise ne parvient pas consolider sa posi tion dans les zones libres o la popula tion continue de subir des violences. Dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo, qui sont le thtre doprations anti-FDLR, linscurit a de nouveau augment, a-t-il indiqu, en dplorant que le personnel des Nations Unies et le personnel humanitaire soient aussi la cible de violences. Signalant le nombre de violations des droits de lHomme qui ont affect 416 personnes au cours des six derniers mois, M. Kobler a not une forte hausse par rapport aux 75 victimes du semestre prcdent. Il a dnonc, en particulier, les actions des Forces Dmocratiques Allies (ADF) Beni, en soulignant leur nature islamiste. Le reprsentant de la RDC a assur, cet gard, que les FARDC, appuyes par la MONUSCO, font de leur mieux pour scuriser Bni et ses environs. Aprs avoir rappel que 156 soldats de la MONUSCO avait contribu la formation de prs de 900 policiers congolais, M. Kobler a demand au Gouvernement de la RDC de travailler en troite coopration avec la Mis sion pour garantir le droit la scurit pour la population congolaise. Attendre nest tout simplement pas une option , a-t-il prvenu en numrant les souffrances de la population, notamment celle des femmes qui ont peur de se faire violer. Processus lectorale soutenir Passant au processus lectoral en cours Kinshasa, le Reprsentant spcial a prvenu que lon risquait linstabilit en labsence dlections crdibles. Il a plaid en faveur dun processus lectoral transparent, en demandant de surmonter quatre obstacles majeurs: un budget, un calendrier raliste, des listes lectorales mises jour, un espace vile. Il a mis lespoir que les consultations organises par le Gouvernement de la RDC nentraneraient pas un report des lections prsidentielle et lgislatives prvues en no vembre 2016. Dialogue en cours En ce qui concerne la revue stratgique lanc en mars 2015 entre le Gouvernement et la MONUSCO, M. Kobler a indiqu que son objectif tait de mettre en route une stratgie de sortie consensuelle et de relancer une collaboration sincre sur les questions de la scurit, des lections, des droits de lhomme et de la communication. mutuelle qui a prsid au cours de ces ngociations, permettant ainsi de raliser des progrs. M. Kobler a prcis que des quipes mixtes MONUSCO et forces de la RDCavaient men, au mois de mai, des missions conjointes dans 29 territoires des 4 prov sions sont en cours pour valuer les rsul tats de ces missions, a-t-il dit en soulignant quelques divergences de vues sur le retrait des troupes de la Mission. Le Gouverne ment de la RDC souhaite, en effet, une nou velle rduction, tandis que la Mission prfre adopter une approche plus structure pour cette phase de retrait, qui soit conforme la rsolution 2211. Nous sommes daccord sur le fait que la MONUSCO doit quitter progressivement le Congo faisant remarquer que ce retrait avait dj commenc. Il a prcis que 1 420 des 2 000 Casques bleus devant tre rapatris ont dj quitt le pays. Ces soldats ne revien dront pas en RDC, a-t-il assur. Le plus vite, leurs forces, le plus vite les groupes arms se ront radiqus , a-t-il estim. le plus vite les groupes arms seront radiqus et lautorit de ltat restaure, a-t-il estim, le plus vite, les troupes de la MONUSCO seront rduites . Source : 7484e sance du Conseil de scurit mardi 14 juillet 2015. Couverture des runions Les membres du Conseil de scurit en sance de travail, New York Photo ONU/Rick Bajornas

PAGE 5

5 5 L e Gouvernement a pris des engage ments fermes au titre de lAccordcadre pour la paix, la scurit et la coopration pour la RDC et la r gion: la poursuite de la rforme du secteur de la scurit, pour ce qui concerne larme et la police, la consolidation de lautorit de lEtat dans lest du pays et la lutte contre les groupes arms. Il revient galement la RDC la charge de promouvoir les rformes structurelles des institutions de lEtat, y mouvoir les objectifs de rconciliation na tionale et de dmocratisation. Trois ans aprs la signature dudit Accord, depuis que le Gouvernement a mis en place un cadre lgal et rglementaire des rformes entreprendre pour la mise en uvre de lAccord-cadre, des progrs notables ont t accomplis a indiqu M. Gata Mavita. Pour ce qui est des relations avec la MONUSCO, a-t-il ajout, le dialogue amorc avec les Nations Unies dans le cadre de la revue stratgique se poursuit. Nous sommes convaincus que mon Gouvernement arrivera un terrain dentente avec les Nations Unies et quun accord interviendra discussions Lors de la mme runion du Conseil de Scurit, parlant du processus lectoral en cours Kinshasa, le chef de la MONUS CO, Martin Kobler, a prvenu que lon ris quait linstabilit en labsence dlections crdible. Il a mis lespoir que les consul tations organises par le Gouvernement de la RDC nentraineraient pas un report des lections prsidentielle et lgislatives prvues en novembre 2016. A cet gard, le reprsentant de la RDC a soulign limportance du dialogue voulu par le chef de lEtat : cest une affaire des Congolais qui doivent, a-t-il dit, apprendre se parler entre eux, sans lingrence trangre Pour illustrer la volont de son gouver nement dorganiser des lections transpar entes et crdibles, il a assur que le calen drier lectoral pour les prochaines lections tait tabli et que le budget ncessaire avait t prsent. Il a nanmoins numr les diffrents obstacles sur cette voie, com me la scurisation du processus lectoral Ignace Gata Mavita, Reprsentant permanent de la RDC lONU Le dialogue politique est une affaire des Congolais Par Joseph Tshimanga/MONUSCO Ignace Gata Mavita Lufuta, Reprsentant permanent de la Rpublique dmocratique du Congo lONU, au cours de la runion du Conseil de Scurit sur la situation concernant son pays Photo ONU/Rick Bajornas

PAGE 6

6 Par Yulu Kabamba/MONUSCO P ar sa rsolution 2211, le Conseil de Scurit a renouvel dun an le mandat de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Rpublique Dmocratique du Congo MONUSCO, du 30 juin 2015 au 30 juin 2016, dont les grandes priorits sont : outre la protection des civils, lappui du processus lectoral, le dialogue stratgique et la restauration de lautorit de lEtat. Suite la prsentantion du rapport du Secrtaire gnral des Nations Unies sur la situation en Rpublique dmocratique du Congo au Conseil de Scurit des Nations Unies, le 14 juillet 2015, Martin Kobler a soulign que la meilleure application de ce mandat dpend du partenariat constructif et permanent entre la MONUSCO et le gouverne ment congolais . Les oprations de ratissage menes avec succs par les Forces armes de la Rpub lique dmocratique du Congo (FARDC) ap puyes par la MONUSCO contre le Front Pa triotique de Rsistance en Ituri (FRPI) est un exemple russi de ce partenariat. Selon de nombreux observateurs avertis, ces opra tions ont t une grande russite, aprs celle de la victoire sur le Mouvement du 23 mars (M23) en 2013. Protger la population En effet, les efforts conjoints mens par les FARDC avec lappui de la MONUSCO depuis le 3 juin 2015 ont permis de neutraliser prs dun quart des effectifs des combattants du FRPI. Dans ces oprations, la MONUSCO a MONUSCO RDC Pour une redynamisation du partenariat Des lments de la Brigade dIntervention de la MONUSCO et des Forces armes de la RDC en patrouille au cours dune opration militaire contre lADF le 13/03/2014, Beni dans la province du Nord Kivu 6 Photo MONUSCO/Sylvain Liechti

PAGE 7

7 appuy les FARDC avec des hlicoptres de combat et des drones. Aussi, la protection des populations civiles reste-t-elle rellement au cur du mandat de la MONUSCO. Il faut tout prix rpondre aux attentes de cette popula tion qui na que trop souffert. La popula tion congolaise meurtrie ne demande pas mieux que de vivre dans la paix et la qui tude, cest--dire, tre capable dexercer les activits champtres, envoyer les enfants lcole, aller au march et lglise sans crainte dtre agresse par des lments des groupes arms et avoir lespoir de vivre comme tous les autres peuples. Cest cela qui constituera le point cul minant de cette Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RD du Congo. Mais pour y arriver, il faut unir les forces pour mieux protger les populations civiles sans dfense, harmoniser les positions pour mieux consolider la paix et travailler ensem ble pour redonner lespoir des populations meurtries. La MONUSCO est actuellement en train dexplorer les voies et moyens pour repren dre la coopration avec le Gouvernement au qui attendent dtre protges. Il ne faudra plus prolonger cette attente. Chaque jour qui passe, des femmes congo laises ne peuvent aller aux champs vaquer librement leurs occupations villageois sont contraints de enfants congolais sont recru ts par des groupes arms, ex ploits et abuss. Si nous de nous devons ltre galement dans nos actions Martin Kobler. Stabiliser le pays Pour consolider davantage la stabilit du pays, les recom mandations de la Rsolution du Conseil de Scurit 2211 sont on ne peut plus claires en ce qui concerne le proces sus lectoral: il devra tre transparent et et le calendrier lectoral. Les lections elles seules ne constituent pas une garan tie pour la stabilit, mais labsence des lec tions crdibles peut accroitre les risques dinstabilit. Cest pour cela que la Mission des Nations Unies recommande que le bud get des lections soit rapidement apprt lectoral actualis et un espace politique davantage ouvert lopposition politique et la socit civile. Il ne fait lombre daucun doute que la MONUSCO quittera la RDC de manire pro gressive. Dailleurs, le train du processus de rduction des effectifs de la MONUSCO est dj en marche avec le rapatriement de 1.420 sur 2.000 hommes de troupes en opration dans lest du pays. Cette rduc tion des effectifs affecte galement le per sonnel civil de la Mission. A cet effet, le dialogue stratgique, amorc en mars 2015, qui sous-tend les diffrentes rencontres de trs haut niveau entre la MONUSCO et le Gouvernement de la Rpublique Dmocratique du Congo avance lentement mais srement vers la mise en uvre dune stratgie de sortie 7 Le gouverneur du Sud Kivu, Marcellin Cishambo (au milieu) pose la premire pierre de la construction des locaux de la Direction gnrale des Migrations (DGM) par la MONUSCO Photo MONUSCO/Jean Tobie Okala

PAGE 8

8 D ans le cadre de la lutte contre les groupes arms (nationaux et trangers), la MONUSCO a considrablement particip aux oprations militaires conjointes et au pro cessus de dsarmement. Ainsi, cinquantecinq membres des Forces dmocratiques de libration du Rwanda (FDLR) dont vingt trois combattants et trente deux dpendants ont t rapatris au Rwanda par la Section DDRRR. Pendant ce temps, sept combattants des Forces Nationales de libration (FNL) ont t remis aux FARDC pour leur rapatriement dans leur pays, le Burundi. Par ailleurs, deuxcent et neuf combattants issus des diffrents groupes arms congolais ont t remis par la MONUSCO aux FARDC, dans le cadre du DDR. On ne saurait passer sous silence les pa trouilles quotidiennes des Casques bleus de la MONUSCO, qui ont permis dattnuer considrablement linscurit dans la Cit dUvira, dviter (certainement) de nouveaux massacres dans la Plaine de la Ruzizi et de sauver des vies humaines. Les mmes Casques bleus qui sont inter venus cinq reprises pour lutter contre des incendies qui auraient pu ravager des pans entiers dUvira, o il nexiste pas de service anti-incendie! LONG Pax Christi/Uvira, la bote de nuit (Sky Hills) ou les locaux dune compagnie de transfert dargent furent ainsi par exemple sauvs concours de la MONUSCO. Ils sont nombreux, dans le territoire la MONUSCO dans le cadre dexcution du mandat de protection des civils et de stabilisation. A titre dexemple, lappui logistique apport la Police Nationale congolaise (PNC) en carburant, pendant les patrouilles et les oprations coup de poing dans les districts dUvira et dans la Plaine de Ruzizi, sest chiffr environ 6,782 litres de gasoil. Humanitaire La MONUSCO a galement t trs active dans la lutte contre lpidmie de cholra dans le terri toire dUvira: deux vhicules furent offerts lAdministration du Terri toire et la Zone de Sant dUvira pour la supervision et la lutte con tre les maladies diarrhiques. Bien plus, la MONUSCO a fait don de : plus de 2000 savons pour le lavage comprims dAntibiotiques (Doxy cycline) Appui au systme judiciaire Lappui au systme judiciaire na pas t en reste. Dans le cadre de la protection des civils, volet de la lu tte contre limpunit, la MONUSCO -Uvira, travers sa Section dAppui la Justice et avec le concours dautres intervenants du secteur de la Justice, a appuy le Tribunal militaire de Garnison dUvira et la Cour mili taire de Bukavu lorganisation de quatre audiences foraines dans le territoire de Fizi et dUvira. Au cours de ces audiences foraines, vingttrois dossiers ont t examins dont vingt-et-un en appel. Il en a rsult treize Un an de progrs importants dans la protection des civils Dossier ralis par le Bureau de lInformation Publique de la MONUSCO Uvira/Jean-Tobie Okala Photo MONUSCO/Jean Tobie Okala 8

PAGE 9

9 condamnations pour viol, crime de sang, vol mains armes et espionnage. Aussi la MONUSCO a-t-elle appuy le Par quet de Grande Instance dUvira mener des police judiciaire (OPJ) et le contrle des ami gos, pour lutter contre la dtention illgale: trente trois visites de lieux de detention ont de la garde vue. Durant ces visites, le Par quet a ordonn la remise en libert de soix ante dix-sept personnes arrtes, soit pour non infractionnels, soit pour des faits pure ment civils. Les magistrats inspecteurs ont Restauration de lautorit de lEtat Dans le cadre de la stabilisation et de la res tauration de lautorit de lEtat au sein des Institutions judiciaires, la MONUSCO a ac compagn les greffes du Tribunal de Grande Instance, du Tribunal de Paix dUvira ainsi que le Secrtariat du Parquet de Grande Instance dUvira organiser des sances de restitu tion de la formation tenue Bukavu du 2 au 5 mars 2015 par lEcole Nationale de formation et de recyclage du personnel judiciaire sur la gestion pratique du greffe et du secrtariat du Parquet. Ainsi, trente-trois membres du personnel et quatorze secrtaires du Parquet ont par ticip activement ces sances de restitution durant le mois davril et de mai 2015. Toujours dans le cadre de la protection des civils, la MONUSCO-Uvira a organis treize sries de sensibilisation Uvira-centre, Kiliba, Bwegera, Luberizi, Kilembwe, Luvi ungi, Mwandinga I,II,III, Minembwe, Hongero, Kigongo et Mboko, et form entre juillet 2014 et juin 2015 plus de six cents vingt-huit points focaux sur les mcanismes de protection, des points focaux dans la protection des civils pour prvenir ou attnuer les menaces. Paralllement ces formations, le Bureau Conjoint des Nations Unies pour les droits de de lHomme de la MONUSCO -Uvira (BCNUH) a effectu dix missions conjointes de protec tion travers les deux territoires de Fizi et dUvira. Le BCNUDH a aussi sensibilis deux cents trente sept lments des FARDC sur le droit international humanitaire et les droits de lhomme dans le cadre des oprations sept OPJ sur lamlioration des enqutes en matire de violences sexuelles, la rdaction des procs-verbaux et le meilleur respect trente activistes des droits de lHomme au monitoring des violations des droits humains en vue damliorer la qualit de infractions pnales et les sanctions judiciaires. Concernant la sensibilisation des populations sur le man dat de la Mission, la culture de la Paix, le respect des Droits de lHomme et le civisme, les lections, la Section de lInformation publique de la MONUSCO a, de son ct, organis des dizaines de rencontres avec les diffrentes couches sociales. Plus de deux mille personnes ont t sensibilises par lInformation publique de la MONUSCO-Uvira. dix-sept journali stes de Luvungi, Kiliba et Sange ont t forms ou recycls aux techniques dcriture journalistique et sensibiliss sur le code dthique et de dontologie journalistique Inauguration, Uvira, dun projet impact rapide de la MONUSCO dans la prison centrale dUvira La MONUSCO fournit de leau potable la prison centrale dUvira Photo MONUSCO/Jean Tobie Okala Photo MONUSCO/Jean Tobie Okala 9

PAGE 10

10 L e Haut-Commissariat des Nations Unies aux Rfugis (HCR) avait esti m que quelque 150 000 Burundais avaient fui leur pays, du fait des violences pr-lectorales. Parmi eux, plus de 13 500 ont trouv refuge en Rpublique dmocratique du Congo (RDC), dont 13 territoires dUvira et de Fizi au Sud-Kivu. Si une bonne partie dentre eux sont dans des familles daccueil, en revanche, 7 000 dentre-eux sont hbergs dans le camp de Lusenda, village situ une soixantaine de kilomtres dUvira. Prvu initialement pour accueillir 10 300 rfugis, ce camp est confront aujourdhui un problme despace, de scurit et dadministration. Le 19 juillet, la Commission Nationale des Refugies (CNR) a boucl une mission de prospection de nouveaux sites dans le territoire de Fizi, pour dsengorger le site de Lusenda. Sur place, la dlgation a rencontr les chefs de secteurs de Tanganyika et de Mutambala, certains chefs coutumiers ainsi que les autorits territoriales de Fizi. Ensemble, ils ont cibl les sites de Lulinda et de Lubumba, dans le secteur de Tanganyika ainsi que le site de Mulongwe dans le secteur de Mutambala. Daprs la CNR, les deux premiers sites prsentent lavantage dtre proches du camp existant de Lusenda. Ils sont situs prs dune rivire et sont proches des villages disposant dcoles pri maires et secondaires ainsi que des struc tures sanitaires. Le troisime site de Mulon gwe, lui, est plus vaste et rpond aux normes requises pour limplantation dun camp. Bien plus, il est loin de la frontire avec le Burundi, a soulign le chef dantenne de la CNR/Uvira. Le HCR devait encore valuer ces trois sites avant de dcider lequel pourrait ac cueillir dventuels nouveaux rfugis. Car censs dans les territoires dUvira et de Fizi, prs de 7000 vivent lextrieur de ce camp, notamment au Centre de transit de Kavim vira, au poste de rassemblement de Sange et dans des familles daccueil. En plus de problme dclairage pub lic dans le camp et de rgime alimentaire non vari que reoivent ces rfugis burun dais, lquipe de la CNR se dit par ailleurs trs proccupe par la scurit lintrieur mme du camp de Lusenda. A peine trente policiers pour la scurit ce qui est insuf domestiques et dalcoolisme sont signals aussi bien parmi les refugies que les polic tains rfugis sen prennent physiquement aux policiers. Plusieurs mesures ont t prises dans le cadre du plan de contingence mis en place pour faire face la crise burundaise. Outre un hlicoptre de la MONUSCO disponibili s 24h/24 Uvira, deux tentes vont tre ri ges pour accueillir ventuellement tempo rairement le personnel onusien qui pourrait tre emmen tre vacu du Burundi Sud Kivu : situation proccupante des rfugis burundais Fizi Par Jean-Tobie Okala/MONUSCO Une vue du camp de rfugis de Lusenda, Uvira, Sud Kivu Photo MONUSCO/Jean Tobie Okala

PAGE 11

11 J e suis satisfait de la faon dont les choses se pas sent ic i, a dclar le commandant de la Force de la MONUSCO, lissue de sa visite effec tue Lusenda le 24 juillet dernier. Nous avons la Police [sur le terrain] mme si elle est trs bien organis, a constat le gnral Dos Santos Cruz, avant dajouter : pour amliorer le systme de communication qui me parat essentiel Lappui de la MONSUCO se concrtisera rapidement par la fourniture de matriels de communication radio mobile la Police Nationale Congolaise (PNC), a promis le commandant de la Force de la MONUSCO, aprs avoir chang avec des rfugis, la PNC et les reprsentants du HautCommissariat des Nations Unies aux rfugis (HCR). Le gnral Dos Santos Cruz tait la tte dune forte dlgation comprenant notamment le gnral Masood Ayyaz, commandant de la Brigade du Sud-Kivu de la MONUSCO, le gnral Gustave Safari, commandant du secteur sud des oprations militaires Sukula II des FARDC au Sud-Kivu, et Mme Christine Kapalata, chef de Bureau intrimaire de la MONUSCO Sud-Kivu, La visite Lusenda du commandant de la Force onusienne dans le terri toire de Fizi a t prcde dune brve escale Uvira o, la dlgation accueil lie par le chef du Sous-bureau de la MONUSCO, Ould Mohamed El Hacen, a d simprgner de la situation scuritaire dans la zone ainsi que de la situation des rfugis burundais Le Commandant de la Force de la MONUSCO satisfait de la protection des rfugis burundais Le gnral Carlos Alberto Dos Santos Cruz (2 me gauche) et sa dlgation dans le camp des rfugis de Lusenda, au Sud Kivu Le commandant de la Force de la MONUSCO sentretenant avec des jeunes 11 Sud Kivu

PAGE 12

12 Restauration de lautorit de lEtat La MONUSCO renforce les capacits des jeunes et chefs de quartiers dUvira C e sminaire qui sest tenu en fvrier 2015 rentrait dans le cadre du renforcement de lautorit de lEtat. Plus globalement et pour Armand Forster, chef de la Section des Affaires civiles de la MONUSCO-Uvira, ces quatre jours de formation soutenue visaient contribuer la cration des con ditions favorables la protection des civils ainsi quau dialogue dmocratique entre les de leur implication dans linstauration dune gouvernance et dune dmocratie locales sus ceptibles de favoriser le consensus et la coh sion sociale poursuivis par cette formation, il sagissait notamment de sensibiliser les leaders des jeunes et les chefs de quartiers sur le con tenu de lAccord cadre dAddis-Abeba tout en soulignant leurs rles et responsabilits chefs de quartiers dans la mise en place dun cadre de dialogue entre les jeunes, la socit civile et les services locaux de s curit en vue de la matrialisation de leur de renforcer la capacit des acteurs locaux menaces et des rponses. Processus lec toral oblige, le sminaire visait galement informer les jeunes leaders et les chefs de quartiers sur le calendrier lectoral ainsi pour la MONUSCO, ce sminaire qui stait droul en deux tapes devait permettre de sensibiliser les participants abandon ner la culture de la violence dans toute action de revendication Cest dans ce sens que lAdministrateur du territoire dUvira, qui avait prsid la crmonie douverture avait circonscrit son intervention. Pour Lunganga Lenga, il est travaillent avec les autorits pour trouver les recourir la violence ou exiger le dpart de La premire phase de cette formation avait runi tous les chefs de quartiers et les lead concernait les 14 quartiers que compte la Cit dUvira. Au total, ce sont quelque cent soixante-dix jeunes leaders et Chefs de quartiers qui avaient ainsi t forms la culture de la non-violence et sensibiliss sur lAccord-cadre dAddis-Abeba, le nou veau calendrier lectoral, le respect de la loi.. Avec lespoir quils en feront bon us age pour lenracinement de la culture de la paix, la scurit et la stabilit en RDC Des jeunes et des chefs de quartiers renforcent leurs capacits sur les mcanismes de culture de la paix photo MONUSCO/Jean Tobie Okala

PAGE 13

13 L e Gouverneur de la Province du SudKivu, Marcellin Cishambo, a procd le 8 juin 2015 Luvungi, village si tu 60 km dUvira dans la Plaine de la Ruzizi, la pose de la premire pierre de la construction des deux btiments devant abriter les services frontaliers de la Direction Gnrale des Migrations (DGM). Dun cot total de 86,930 dollars amri cains, soit 43,465 dollars par projet, les Restauration de lautorit de lEtat Deux bureaux de la Direction Gnrale des Migrations construits par la MONUSCO travaux de construction de ces deux bti ments dureront trois mois. Ils sont excuts par lONG locale HADEC (Action Humani taire pour le Dveloppement des Commu nauts). Ces deux btiments de dix mtres de longueur et sept mtres de largeur comprennent cinq pices chacun. Ils seront quips dun mobilier de bureau et dun outil informatique (un ordinateur, une imprimante et une photocopieuse). Et pour faire fonctionner ces outils, deux panneaux solaires de 400 watts chacun seront installs. Il faut noter quoutre la DGM, ces btiments vont galement abriter les services administratifs de la Police nationale congolaise (PNC), des Forces armes de la Rpublique dmocratique du Congo contrle (OCC) L a Section des Affaires civiles de la MONUSCO-Uvira a organis le 19 mars 2015 Minembwe dans le ter ritoire de Fizi un atelier sur la protec tion des civils lintention de trente-quatre points focaux et des autorits civiles et mili taires locales. Latelier visait renforcer les capacits des nauts paysannes dune trentaine de villages du territoire de Fizi, en vue dune meilleure appropriation du concept de protection des civils. Pendant un jour, les participants ve nus des villages de Muzinda, Miko, Rugezi, Ruhemba, Monyi, Runundu, Bidegu et Mi shasu se sont fait expliquer les principaux as pects du mandat de la MONUSCO, les princi pes fondamentaux de la protection des civils qui reste la priorit des priorits de la Mission ainsi que les mcanismes de protection Minembwe : 34 points focaux forms aux mcanismes de protection des civils L e 15 mars 2015, la MONUSCO a inaugur, Luberizi, le projet de rhabilitation du canal dirrigation de Tengetenge, dont les travaux de 45,300 dollars amricains. Ce projet va runir toutes les communauts locales : Bafu liiru, Banyamulenge, Barundi, sans exception a estim Armand Forster, chef de bureau in trimaire de la MONUSCO-Uvira. Au moins cent personnes, parmi ces communauts, y ont trouv du travail. La MONUSCO finance la rhabilitation du canal dirrigation de Tengetenge Luberizi Le canal dirrigation de Tengetenge re monte lpoque coloniale belge, en 1952. Il fournissait de leau potable la population locale et permettait dirriguer des champs. Il est tomb en ruines cause des diffrentes guerres que la RDC et le territoire dUvira ont connues. Avec laide de la MONUSCO, lespoir est de nouveau permis : le canal va tre cur sur une distance dau moins 7 ki lomtres et un nouveau mur de soutne ment sera construit. Le projet de rhabilitation du canal de Tengetenge vise dautres objectifs, et lapprovisionnement en eau potable pour quelque 22,000 habitants des sept villages concerns. Avec ce projet, lactivit de la pisciculture, qui nexistait plus par manque deau, va reprendre. Ce qui va permettre aux nombreux mnages de gnrer des revenus et ainsi subvenir leurs besoins. Les riziculteurs sont galement compts MONUSCO 13

PAGE 14

14 14 L a MONUSCO et les membres du co mit territorial de scurit dUvira se sont runis le 19 mars dernier pour discuter et adopter ensemble les m canismes de renforcement de la scurit de plus de 900.000 habitants de ce territoire du Sud Kivu. menaces qui psent sur la paix dans la r gion, particulirement dans la Plaine de la Ruzizi, en proie des assassinats cibls, des feu et des arrestations illgales et arbitrai res par certains services de scurit. Les re crutements rptitifs de jeunes au sein des Pour une meilleure scurisation des populations civiles groupes arms ont t galement relevs. La crise socio-politique au Burundi voisin et ses consquences scuritaires et humanitaires sur le territoire dUvira tait aussi cite com me menace potentielle. Pour faire face la situation dinscurit rcurrente Uvira, la MONUSCO et le Comi t territorial de scurit dUvira ont plaid la sensibilisation des populations: essenti elle pour briser le mur dincomprhensions ministrs et pour amener les populations mieux cooprer avec les autorits et forces de lordre, en dnonant par exemple tous les actes de criminalit et leurs auteurs par mi les groupes arms. Les participants cette rencontre ont, en outre, plaid en faveur de la redynamisation des comits de suivi des violations des droits humains (Police et FARDC). long de la frontire RDC-Burundi, il avait t propos de renforcer les procdures de con trle, surtout le long de la Rivire Ruzizi, ainsi que le renforcement de la scurit le long de la frontire. Les deux parties ont exhort les auto rits provinciales redoubler defforts et simpliquer dans la recherche des solutions pour la paix et pour la scurit totales dans la Plaine de la Ruzizi Une rencontre entre la MONUSCO/Uvira et le comit territorial de scurit dUvira Photo MONUSCO/Jean Tobie Okala

PAGE 15

15 D ans le cadre de son appui la res tauration de lautorit de lEtat et de la stabilisation de lest de la Rpublique dmocratique du veaux Projets Impact Rapide (QIP) dans la Plaine de la Ruzizi. Dun montant global de 97 356 dollars amricains, dont 49,917 dol lars pour le Projet de Luvungi et 47 439 pour celui de Sange, ces deux projets portent sur la construction de locaux devant abriter les tats-majors des commissariats de la Police Nationale Congolaise (PNC) dans ces deux localits. A Luvungi, soixantaine de kilomtres dUvira, la MONUSCO construit ltat-major du District de la PNC. La Mission va doter la Police congolaise dun local de 50 mtres sur 50 comprenant quatre bureaux, deux Construction des locaux pour la Police nationale congolaise salles daudition, trois cachots spars pour hommes, femmes et enfants et quatre la trines. Cr en juillet 2013, ltat-major du Dis trict de la Plaine de la Ruzizi loue des bu reaux auprs de particuliers. 100 dollars de trouver cest grce la gnrosit du Chef de Groupement dItara/Luvungi, aux dons des civils et aux amendes transactionnelles que nous y par venons Do, la joie exprime ce jour-l par les policiers qui nont pas manqu de remercier t la MONUSCO qui va ainsi nous et de bien faire notre travail A Sange, une trentaine de kilomtres au Nord de la cit dUvira, la mme joie tait perceptible sur les visages des agents bn G rce ce projet, la MONUSCO a construit un nouveau quartier uniquement pour les femmes, le dissociant de celui des hommes qui existait bien longtemps dans ce lieu car cral construit en 1948. Cest dans le cadre de lappui la restruc turation du systme pnitentiaire congolais et en vue de promouvoir le principe de la sparation selon les catgories (hommes et femmes) prvues par les standards interna tionaux que la Section dAppui la Justice de la MONUSCO-Uvira avait initi ce projet dun montant de 35,000 dollars amricains, dont 800 dollars de participation commu nautaire. Pour la MONUSCO, ce projet est une Prison centrale dUvira : construction dun quartier pour les femmes contribution lamlioration des condi tions carcrales des femmes dtenues, et de leur scurit face aux actes de violences sexuelles. Les travaux de construction excuts par lAumnerie Catholique du Diocse dUvira, ont dur six mois. Ils ont consist en la construction dun btiment de 27 mtres de longueur et de 11 mtres de largeur comportant deux grandes cellules spares dune quarantaine de places disposant dune gurite, dune cuisine et dun dpt. La nouvelle installation comporte gale ment deux toilettes et une douche par cel lule. Lesquelles cellules sont quipes de lits avec matelas et moustiquaires. Prsidant la crmonie dinauguration, Gisle Balegamire, Ministre provinciale de la Justice et Droits humains a salu cet appui de la MONUSCO qui va permettre la prison dUvira daccueillir dsormais ses dtenues femmes en toute dignit et selon les standards internationaux . Elle ajoutait que, Confor mment aux recommandations des derniers lation carcrale dans ses prisons a rappel Mme Belgamire. Dune capacit initiale de 250 places, la prison dUvira accueille aujourdhui prs de 500 personnes, dont 8 nourrissons. Ces pensionnaires avaient reu le don de la MONUSCO de 500 matelas galement doter la PNC dun local de deux bureaux, deux salles daudiences, deux cachots spars pour hommes et femmes et quatre latrines. Ces deux projets font partie des activi ts menes par la MONUSCO dans le cadre de la restauration de lautorit de lEtat travers lIlot de stabilit de Sange. Ils visent tous les mmes objectifs: amliorer les per formances des prestations du personnel de la PNC de la Plaine de la Ruzizi en vue de population. Doter la PNC de Luvungi et de Sange dune infrastructure viable et con lamlioration des conditions de travail de conditions de dtention 15

PAGE 16

16 V diciaire du parquet de Grande In stance dUvira ont suivi une forma tion de renforcement des capacits oprationnelles les 16 et 17 juin 2015. Or ganise conjointement par le Parquet et le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de lHomme (BCNUDH), cette formation avait un objectif louable: renforcer les capacits lamlioration de la qualit de lexercice de leurs pouvoirs et attributions, en facilitant le droit daccs (des justiciables) la justice dans le cadre de la lutte contre limpunit. Le constat fait lors des visites des dif frents lieux de dtention a rvl de nom breuses lacunes dans les actes poss par les notamment, de la mauvaise rdaction des procs-verbaux (PV) ainsi que de la violation des droits de la personne arrte. En lisant leurs diffrents PV, de comprendre les explications fournies par les OPJ par la de respect de linterprtation de la loi pnale a soulign John Kiza, membre du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de lHomme (BCNUDH) Uvira. Consquence, les OPJ commettent souvent de nom breux abus dans lexercice de leurs fonctions. Des lacu nes sont galement observes dans la technique de col lecte des donnes sur les violences sexuelles. Il en est de Les officiers de police judiciaire lcole des droits de lHomme soutenir laccusation devant le Tribunal lorsque le dos sier transmis par un OPJ est truff de lacunes graves en rapport avec les lments de preuves. Ce qui conduit souvent des acquittements cause de la mauvaise rdaction du procs-verbal. Arrestations arbitraires Pour John Kiza, membre du BCNUDH-Uvira, la confu sion quentretiennent les OPJ soit par ignorance soit par brche des arrestations arbitraires et dtention illgale le dysfonctionnement de ladministration de la ticiables/ de la population dans ladministration de la Justice Do, cette exhortation du Premier Substi tut du Procureur de la Rpublique dUvira, Ali dor Tshimanga Kapeta, louverture de la for mation le 16 juin : Les OPJ doivent sapproprier les acquis de cette formation dans le cadre de lamlioration de la qualit de leur travail et viter ainsi larbitraire qui pourrait les exposer des sanctions Quatre thmes avaient t dvelopps lord de cette srie de formation de deux jours: en matire des violences sexuelles et la golo calisation des donnes tlphoniques Sances de formation des policiers judiciaires du Parquet de Grande Instance dUvira Photo MONUSCO/Jean Tobie Okala Photo MONUSCO/Jean Tobie Okala

PAGE 17

17 17 L es Forces armes de la Rpublique dmocratique du Congo (FARDC) et les casques bleus de la MONUSCO continuent de traquer les com battants du FRPI dans le Sud du territoire dIrumu, dans le district de lIturi, en province Orientale. Les oprations se poursuivent dans les localits de Gety, Aveba et Bukir ingi. Selon des sources militaires, le bilan de la traque de ces deux derniers mois fait tat de quarante-quatre (44) rebelles tus, cinquante-six (56) blesss, soixante-dix-huit rendus et un nombre important denfants associs ce groupe arm dmobiliss. Ces oprations militaires ont dbut aprs plusieurs jours de ngociations entre le gouvernement et le FRPI sous les bons of chou, les rebelles ont repris les armes et renonc au processus de dmobilisation. Ce qui a provoqu un toll gnral au sein des populations meurtries de lIturi et des autorits locales. Emmanuel Leku, chef de division unique de lIturi et membre de la commission des forces vives institues Bunia par le ministre de la Dfense, a dplor et fustig lattitude du FRPI durant ces ngociations infructueus connaissance de leurs grades et des primes. Ils lont rpt devant nous. Mais, nous avons constat que lunit de commandement de ce groupe arm nexiste pas. Le chef dcide, les subalternes sopposent. Nous avons con stat que chaque membre de ce groupe sest arm sa manire Le leader du FRPI, Mbadu Adirodu, rejette ces arguments et reste camp sur la position de son groupe, celle de voir le gouvernement amnistier globalement les rebelles et recon naitre leurs grades. Selon la socit civile du Walendu Bindi, les oprations militaires contre le FRPI ont oc casionn le dplacement, denviron dix-sept mille (17 000) personnes. Pour Dieudonn Mbafele, la forte concentration de dplacs de guerre dans la chefferie de Walendu-Bindi est perceptible notamment Sorodo o il y aurait environ sept mille (7000) personnes. Cest presque le mme effectif Bukiringi, et plus de deux mille cinq cents(2500) per sonnes se sont rfugis Gety-mission. Les personnes dplaces par la guerre sont dpourvues de tout. Elles ont tout abandonn. Elles nont pas de nourritures. Il y en a qui dorment dans les glises, dautres dans les coles Bien que lopration militaire en cours ait pu rduire de 20% la force de la milice estime 600 combattants selon les FARDC, on note cependant la recrudescence des at taques contre la population civile. diurnes et nocturnes dans le Sud Irumu, en utilisant des drones pour traquer les combat tants du FRPI. La Mission a aussi mis en place des mcanismes dalerte prcoce entre les FARDC et la population en vue dune rponse rapide aux menaces rcurrentes de ce groupe arm. Face la rcurrence des incidents perp trs par les miliciens du FRPI contre les popu lations civiles et malgr les appels rpts la reddition volontaire lancs par la MONUS CO et les FARDC travers des campagnes de sensibilisation, les troupes congolaises soutenues par la Force de la MONUSCO ont repris les oprations contre le FRPI dans la rgion de Aveba. Ainsi, le 24 juillet 2015, en soutien aux FARDC, deux (02) hlicoptres d attaque de la MONUSCO ont bombard le camp Rambo du FRPI situ l Ouest de la localit de Aveba, suivi d une insertion hliporte de troupes spciales Guatmaltques ds le 25 Juillet qui mnent avec dtermination des oprations de bouclage et de ratissage aprs avoir dtruit cette base rebelle La MONUSCO soutient les FARDC pour neutraliser le Front de Rsistance Patriotique de lIturi (FRPI) Par Laurent Sam Ousou/MONUSCO Des lments du FRPI, dans lIturi Photo MONUSCO

PAGE 18

18 C e que la d lgation a observ sur place est d solant. Depuis 2001, les populations vivent sous une menace arme con stante des milices dun seigneur de guerre du nom de Mvuende. Les diffrentes incursions de ces milices sont ac compagnes de viols, meurtres, exactions, ex torsion et pilages. Les infrastructures de base: coles, centre de sant, couvents, sont pills et bruls au cours de toutes les incursions. Lautorit de lEtat y est absente. Tous les symboles de lEtat : bureau de la Police Nationale Congo laise, lAgence nationale des renseignements, le bureau chef de Groupement sont cibls et dtruits. Lisolement de cette localit est notoire. Selon la population, le Groupement na pas reu de visite dune quelconque autorit politique et administrative depuis plusieurs annes. La mission conjointe de protection mene par la MONUSCO et les humanitaires est la premire dans cette localit depuis plus de 18 ans. et l, on peut encore observer des plaques signalant la prsence un mo ment ou un autre des ONG humanitaires dans le groupement. Mais les populations sont incapables de se souvenir dune assis tance rcente quils auraient pu recevoir de ces ONG. Les origines de la crise Kabumbulu est un groupement du territoire ve Congo. Il compte 18 villages et une popu lation value plus de 46.750 mes. Des 18 villages que comprend le groupement, plus de la moiti est contrle par le seigneur de guerre Mvwende. Dautres villages sont contrls par le chef coutumier Mushikonke. Depuis 2001, le groupement de Kabum bulu est lobjet dinscurit quasi perman ente. La cit avait t le thtre dun affronte ment sanglant entre les milices de Mvuende et les FARDC au cours duquel trois militaires FARDC avaient t tus. En reprsailles, les militaires pillrent la cit. Ce qui provoqua un grand mouvement de population qui dserta la cit. A partir de cette date, linscurit res tera entretenue par les milices du seigneur de guerre Mvuende jusquen 2010, parfois ap puye par les lments dun autre seigneur de guerre, Macchabe. Daprs les autorits locales, le 24 fvrier 2010, en pleine cr monie dintronisation du chef Mushikonke Kapome III, une attaque conduite par Mvuende sera lance contre la cit de Kabumbulu au cours de laquelle la cit sera littralement pille et la crmonie dintronisation com pltement perturbe. Bilan : deux enfants tus par les balles des milices Mvuende, plus ieurs coles pilles, des habitations brules, des magasins pills, des cen taines des personnes blesses et une cit sac cage. Depuis, aucune action rparatrice na t entreprise. Le groupement qui est galement abonn des inondations rgulires, est comme abandonn. Selon le responsable local des services de scurit, les diffrents administrateurs de territoire qui se sont suc cds Malemba Nkulu nont jamais effectu ditinrance dans la zone. Les reprsentants du Parquet prs le Tribunal de paix bas Malemba Nkulu ne se rendent jamais Ka bumbulu, pourtant situ seulement 54 Km au Nord de peur dtre attaqus. Les habitants de Kabumbulu ne caressent quun seul rve, voir les autorits simpliquer pour amliorer les conditions scuritaires et sociales de la population. A lunisson, ils indiquent que la solution la situation hu manitaire dsastreuse Kabumbulu ne pour rait venir que du retrait de Mvuende de cette Kabumbulu, un groupement sinistr au cur du Katanga Par Nana Rosine Ngangoue et Jean Ngandu/MONUSCO Un hlicoptre de la MONUSCO, le premier aronef attrrir Kabumbulu depuis plus de 18 ans Photo MONUSCO/Nana Rosine Ngangoue

PAGE 19

19 19 Par Joseph Tshimanga/MONUSCO C Cette anne, pour la premire fois, Un Prix des Nations Unies Nelson Rolihlahla Mandela, insti tu par LAssemble Gnrale, a t remis aux laureats de 2015. Il sagit du Docteur Helena Ndum de la Namibie et de Son Excellence Jorge Fernando Branco Sampaio du Portugal. Tous deux ont uvr dans un esprit de tolrance, de partage et dhumanisme qui leur ont valu dtre cits par le Comit de slection, jugez-en. Dr. Helena Ndume (Namibie) Le docteur Helena Nduma (Namibie) est une ophtalmologue qui consacre sa vie soigner la ccit et les maladies ophtalmologiques, aussi bien en Namibie que dans lensemble des pays en dveloppement. Ne en Namibie, elle a vcu en exil en Zambie, en Gambie et en Angola avant de partir tudier la mdecine lUniversit de Leipzig (Allemagne), o elle a obtenu son doctorat en 1989. En 1995, alors quelle assistait une confrence mdicale aux tats-Unis, elle a rejoint les quelque 600 chirurgiens ophtalmologiques bnvoles de lorganisation amricaine, commenant rapidement mettre en place des camps de soins en Namibie. Depuis, plusieurs groupes internationaux, tels que SEE ou Seeing With out Borders, ou des mdecins titre indivi duel, se rendent chaque anne en Namibie pour mettre leur temps et leurs comptenc es au service des plus dmunis ayant besoin de soins ophtalmologiques. Les camps de soins ont rencontr un tel succs en Nami bie que le docteur Ndume a dcid dlargir son projet lAngola voisin. ce jour, le docteur Ndume a permis soins ophtalmologiques gratuits (interven tions chirurgicales et implants intraoculaires pour soigner la ccit, la cataracte et la myo pie). Elle est actuellement Chef du Service dophtalmologie lHpital central de Wind hoek et a reu de nombreux prix et distinc tions internationaux. S.E. Jorge Fernando Branco Sampaio (Por tugal) N en 1939, Jorge Fernando Branco Sampaio a reu son diplme de droit de lUniversit de Lisbonne en 1961. lu prsident du syn dicat des tudiants de la facult de droit, il du mouvement de lutte pour le rtablisse ment de la dmocratie au Portugal, qui tri ompha avec la Rvolution des oeillets (1974) et la mise en place dun rgime constitution nel dmocratique et libral en 1976. Dans les annes 60 et au dbut des annes 70, M. Sampaio porta de nombreuses affaires devant les tribunaux de la dictature, prenant la dfense de prisonniers politiques et rvlant au grand jour les exactions de la police. Il sengagea pour le respect des droits de lhomme en qualit de membre de Commission europenne des droits de lhomme du Conseil de lEurope, de 1979 1984. Depuis 1976, M. Sampaio soutient infati gablement la consolidation de la dmocra tie portugaise, que ce soit en tant que par lementaire, porte-parole du Parti travailliste, Secrtaire dtat la coopration extrieure, maire de Lisbonne (1989-1995) ou encore Prsident de la Rpublique (1996-2006). Au cours de sa prsidence, M. Sampaio sest employ prsenter le Portugal com me un pays dmocratique et moderne et le faire reconnatre sur la scne interna tionale. Ardent dfenseur de la construc tion europenne, il a appuy activement llargissement de lUnion europenne tous les pays dmocratiques dEurope mais aussi la Turquie. Il a supervis la rtrocession de Ma cao la Chine et soutenu loctroi de lindpendance au Timor-Leste. En tant que premier Envoy spcial du Secrtaire gnral charg de linitiative Halte la tuberculose (2006-2012), M. Sampaio sest employ faire prendre con science la communaut internationale de lampleur et des consquences de la mala die pour la ralisation des objectifs du dvel oppement pour le Millnaire. En qualit de Haut-Reprsentant des Nations Unies pour lAlliance des civilisations (2007-2013), poste auquel il a t nomm par Ban Ki-moon, le Secrtaire gnral des Nations Unies, il a cr une instance essentielle en faveur du dialogue et de la coopration contre la haine et la violence Journe Internationale Nelson Mandela. Un prix pour des humanistes 18 juillet 2015

PAGE 20

SE CONNECTER NOUS www.monusco.unmissions.org www.facebook.com/monusco.org www.twitter.com/monusco www.youtube.com/monusco www.ickr.com/monuscoProduit par lUnit des Publications de la Division de lInformation publique de la MONUSCO Contact : 12, avenue des Aviateurs Kinshasa/Gombe Tlphone : (243) 81 890 6650(243) 81 890 6885