Citation
Echos de la MONUSCO

Material Information

Title:
Echos de la MONUSCO
Creator:
Mission de l 'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo ( issuing body )
Place of Publication:
Kinshasa, DR Congo
Publisher:
Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo
Publication Date:
Frequency:
Monthly
regular
Language:
French
Physical Description:
1 online resource : ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Periodicals -- Congo (Democratic Republic) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
international intergovernmental publication ( marcgt )

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began with: Volume 1, No1 (Juillet 2011)
General Note:
"Une publication de la Division de l'Information Publique de la MONUSCO".
General Note:
"Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo".

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright, Mission de l'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
on10476 ( NOTIS )
1047609376 ( OCLC )
2018226778 ( LCCN )
on1047609376

UFDC Membership

Aggregations:
Digital Military Collection

Downloads

This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

Volume VII N 2015 30 juin 2015 55 ans depuis laccession de la RDC lindpendanceLa perception des Congolais travers le Projet PollingJustice, Scurit, Consolidation de la paix : ONU : 70 ans de maintien de la paix dans le monde

PAGE 2

Par Charles Bambara*Sommaire Photo MONUSCO/Pakbatt3 Directeur de lInformation Publique Charles Antoine Bambara Coordonnatrice des Publications Aissatou Laba Toure Rdacteur-en-Chef Joseph Tshimanga Infographiste Jsus Nzambi Sublime Contributeurs Tom Tshibangu, Yulu Kabamba, Thophane Kinda, Abdourahmane Diallo Arrt sur imageConsolider lEtat lEst de la RDC 30 juin 2015, Uvira, Sud Kivu : une marche dunit et de solidarit (ONU-RDC-Pakistan) organise loccasion de la fte nationale congolaiseLa Section des Affaires Civiles de la MONUSCO vient de lancer auprs des populations une collecte de donnes devant servir toires dans lEst de la Rpublique dmocratique du Congo. Connu sous lappellation Polling project, cette action de grande envergure sera conjointement mene par la MONUSCO, le PNUD et Harvard University Humanitarian Initiative (HHI). Ltude couvrira la priode 2015-2016, avec des descentes trimestrielles, dans les villagesmme les plus reculs des provinces du Nord Kivu, du Sud Kivu et Orientale. Lobjectif de ce projet consiste mener une grande enqute au natre leur perception et leurs attitudes envers la paix, la scurit et la justice. Aprs ces enqutes, les rsultats seront fournis aux agences internationales, aux bailleurs de fonds internationaux et aux acteurs cibler et les appuis dans la programmation de ses lignes dactions prioritaires. Bref, ce projet est une priorit, non seulement pour la Section des Affaires Civiles de la Mission mais galement pour toute la MONUSCO qui doit mobiliser ses efforts dans les deux prochaines annes. Comme la bien soulign le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies en RDC, Martin Kobler, dans sa lettre mensuelle de juin 2015, ayons lesprit notre crdo : Une force, une Mission, un mandat timide du dialogue en cours depuis la mi-avril, la MONUSCO vient de franchir rcemment une tape importante en partenariat avec les autorits congolaises. Il sagit dune valuation conjointe de la situation scuritaire dans les principales localits des provinces du Nord Kivu et du Sud Kivu, Orientale et dans le Katanga. En cette anne o sont clbrs les 70 ans de lONU, les 55 ans de laccession de la RDC la souverainet nationale et les 15 ans de la MONUC-MONUSCO, il tait temps de prendre en considration voient-ils les diffrentes interventions des gouvernants et de ceux qui sont venus les appuyer dans leur dmarche de consolidation dune paix mise trs rude preuve, depuis bien des annes? *Directeur de la Division lInformation PubliqueActualit3 Nations Unies 70 ans : vers un avenir plus sr pour les peuples prconise Ban Ki-moon 4 La fte dindpendance de la RDC clbre avec faste Matadi 5 Consolidation de la paix, dialogue national et lections lordre du jour 6 La Belgique et la Rpublique dmocratique du Congo voluent en parfaite communion, selon lambassadeur Michel Lastchenko 8 Elections : la MONUSCO raffirme les conditions de son soutien 9 Lunion fait la force souligne Jean Baillaud, Commandant adjoint de la force de lONUDossier spcial10 Projet Polling : un impact rel pour la MONUSCO dans sa revue stratgique, selon Martin Kobler 11 Polling : un projet qui donne la parole aux populations congolaises 12 Consolider l'Etat, une ncessit 13 Lamour du travail bien fait pour Christine Faida 14 Le partenariat agissant entre la MONUSCO, le PNUD et les universits congolaises 15 Harvard Humanitarian Initiative : son impact et sa contribution la recherche 16 Zoom sur la section des Affaires CivilesCoopration17 Le soutien des Nations Unies pour lexcution des engagements de la RDCVie de la Mission18 La MONUSCO immortalise ses 15 ans de prsence en RDC

PAGE 3

3 Par Joseph Albert Tshimanga/MONUSCO( ) Au moment o nous clbrons lanniversaire de ladoption, le 26 juin 1945 San Francisco, de la Charte fondatrice de lOrganisation, jespre que les membres de la famille humaine se rassembleront pour uvrer avec plus de dtermination en faveur dun avenir plus sr et plus durable pour nous, les peuples, au nom desquels la Charte a t rdige. 70 ans, lONU peut faire un retour sur un breux partenaires pour liminer le colonialisme, vaincre lapartheid, maintenir la paix dans des lieux en proie des troubles et formuler un ensemble de traits et de droit pour protger les droits de lhomme. Chaque jour, lONU nourrit des personnes souffrant de la faim, offre un abri aux rfugis et vaccine les enfants contre la poliomylite et dautres maladies mortelles. Nos travailleurs humanitaires bravent des environnements reculs et dangereux pour fournir laide humanitaire, et nos mdiateurs sefforcent de trouver un terrain dentente entre les parties belligrantes et des soluLONU a t cre pour prvenir une nouvelle guerre mondiale, et elle a atteint cet objectif essentiel; malgr de graves revers, les sept dernires dcennies auraient certainement connu plus deffusion de sang sans elle. Pourtant, nous sommes parfaitement conscients quaujourdhui, le monde est ravag Au moins 59,5 millions de personnes ont fui leur domicile soit plus de rfugis, de dplacs et de demandeurs dasile qu tout Guerre mondiale. La violence lgard des un moment o les besoins humains prennent un caractre urgent, dnormes sommes dargent continuent dtre gaspilles sur les armes nuclaires et dautres arsenaux Nations Unies 70 ans : vers un avenir plus sr pour les peuples, prconise Ban Ki-moon militaires dstabilisateurs. Les consquences des changements climatiques sont plus que jamais manifestes et elles nen sont qu leurs prmices. Et bien que le monde ait dit plus jamais encore aprs lHolocauste, et nouveau aprs les gnocides au Rwanda et Srebrenica, nous continuons dtre les tmoins de crimes atroces commis par des extrmistes violents et autres. De nouvelles puissances sont apparues depuis que les reprsentants de 50 pays se sont rassembls pour rdiger la Charte, et le nombre de Membres de lOrganisation est pass 193. La mondialisation, lurbanisation, les migrations, les changements dmographiques, les avances technologiques et autres vnements sismiques continuent de remodeler nos socits et de transformer les relations internationales. Pourtant, lidal dun monde de paix nonc dans la Charte et les valeurs consacres dans le texte dignit, galit des droits, tolrance et libert restent un parangon pour tous partout dans le monde. Le soixante-dixime anniversaire survient au cours dune anne o des dcisions dune importance capitale pourraient tre prises concernant notre avenir commun. Les Membres sont en train de donner forme ce qui, nous lesprons, sera un exaltant nouveau programme de dveloppement durable et les changements climatiques. Notre objectif, cest de parvenir une transformation : nous sommes la premire gnration qui effets du rchauffement de la plante () Ban Ki-moon, Secrtaire gnral des Nations UniesPhoto ONU

PAGE 4

4 Radio Okapi avec ECHOS DE LA MONUSCO30 juin 2015, le 55me anniversaire de laccession de la RD Congo la souverainet nationale et internationale La fte de l'indpendance clbre avec faste Matadi L la place Mzee Laurent-Dsir Kabila Matadi dans le Kongo central, loccasion du 55me anniversaire de lindpendance de la RDC. Toutes les units des Forces armes de la Rpublique dmocratique du Congo (FARDC), savoir les forces terrestres, la garde rpublicaine, lcole de musique et la police ainsi que devant la tribune dhonneur o le chef de lEtat, Joseph Kabila, tait entour dautres membres des institutions gouvernementales, et des corps diplomatiques. La place Mzee Laurent-Dsir Kabila o a t rige la tribune fut totalement dcore des drapeaux du pays et de plusieurs banderoles arborant ainsi les murs et les arbres qui se trouvent sur place. De gauche droite, des banderoles, des efKabila, de Patrice Lumumba et Joseph Kasaeu lieu, a reu une nouvelle couche de peinture. Outre lambiance sur la place Mzee Laurent-Dsir Kabila, le gouverneur du Kongo central a dress le bilan de sa province quil juge positif, notamment dans le domaine des infrastructures. Clbrations travers le pays La fte sest poursuivie dans dautres provinces du pays, o les responsables des institutions publiques ont saisi loccasion pour restituer leurs administrs les principales questions dactualit abordes dans le message danniversaire du prsident Joseph Kabila diffus la veille. Au Sud-Kivu, la journe commmorative de lanniversaire de lindpendance a t marque par une grande manifestation. Les fonctionnaires de lEtat, les organisations de la socit civile, les casques bleus de la MONUSCO, les FARDC, la Police nationale congolaise (PNC) et dautres organisations lesplanade de la grande poste de Bukavu en prsence du Gouverneur de la province, Marcellin Chissambo, qui a prsid la clbration. Dans son discours, il est revenu sur le dialogue propos par le Prsident de la Rpublique. Il a inform la population, venue nombreuse assister cette crmonie, que 90% de couches sociales consultes en province taient favorables au dialogue national. Une tranche de la population de la province du Sud Kivu interroge sur les festivits du 30 juin a indiqu que cet anniversaire ntait pas une fte mais une occasion de faire le bilan de diffrents maux qui rongent la nation. Au Kasa Oriental dans la ville de Mbuji-Mayi sur le Boulevard Mzee Laurent Dsir Kabila, avec la participation des forces vives de la province, sous la conduite du gouverneur Alphonse Ngoyi Kasanji. Il a indiqu que tout est mis en oeuvre au niveau de sa province, pour maintenir un climat de paix. Il a mis un accent particulier sur la ncessit dorganiser le dialogue national. Le gouverneur du Kasa-Oriental a expliqu que sa tourne lintrieur de la province, loccasion des consultations politiques, a rvl que la population tait favorable au dcoupage. Toutefois, le dmembrement du Kasa-Oriental et la cration de trois nouvelles provinces ne devrait pas faire voler en clat lunit du peuple kasaen, a-t-il prvenu Photo Radio Okapi/John Bompengo 4

PAGE 5

5 RDC : 55me anniversaire de lindpendanceConsolidation de la paix, dialogue national et lectionsComme chaque anne la veille du 30 juin le Prsident de la Rpublique dmocratique du Congo sadresse la Nation. Joseph Kabila, pour cette dition 2015 qui concide avec les 55 ans de laccession de la RDC la souverainet natio-nale et internationale, na pas drog cette tradition bien tablie. Le Prsident de la Rpublique a mis l'accent sur la consolidation de la paix. A cet gard, le Chef de lEtat recommande tous les Congolais de sinscrire dans la voie du rgle--tiques conformment la tradition congolaise de prvention, de gestion et de rsolution des Il a, une nouvelle fois, invit les Congolais aimer et protger la Rpublique Dmocra-tique du Congo quil considre comme le bien le plus prcieux au monde. Nous devons laimer, la chrir et la prot-ger. Quoi quil en soit, quoi quil en cote. Dans cette optique, la paix, la stabilit et la scurit simposent nous, comme un impratif non ngociable. Notre destin commun en dpend, a-t-il ajout. Lautre temps fort du message prsiden-tiel du 30 juin a t consacr aux consultations avec les forces vives et au processus lectoral -marche en tant conscient de cette exigence de paix et de stabilit, si vitale pour notre pays et dans le souci de faire aboutir le processus lec-toral. Jai entrepris depuis 3 [4] semaines des consultations avec les reprsentants des forces politiques et sociales de notre pays. Ces consulta-tions entreprises au Congo profond travers les entretiens entre les gouverneurs des provinces et les forces vives de leurs juridictions respectives font suite la demande pressante et insistante dun dialogue politique par certains membres de lopposition congolaise, a dclar Joseph Kabila. Jai donc engag la nation sur la voie des consultations et ventuellement du dialogue, civile puissent convenir des voies et moyens, per-mettant de surmonter des obstacles qui jonchent la marche vers la 3me srie dlections gnrales, voulues libres, transparentes et crdibles, mais aussi apaises par notre peuple qui avait t priv dlections dmocratiques durant les 45 premires annes dindpendance, a poursuivi Joseph Kabila. Toutefois, le Prsident Kabila a tenu dans de mdiation trangre dans le dialogue na-tional quil a propos en vue de parvenir des lections apaises. Lcrasante majorit des congolais qui se sont dj exprims sur le sujet souhaite que dans lventualit du dialogue, celui-ci soit men sans ingrence trangre, travers un nombre limit de participants, et pour une dure relative-ment courte a conclu le Prsident Kabila me Par Amadou Ba/MONUSCOPhoto Radio Okapi/John Bompengo5

PAGE 6

6 Esieur lAmbassadeur, la Rpublique Dmocratique du Congo clbre ce 30 juin prochain la fte anniversaire de son indpendance. Que reprsente le 55eme anniversaire de lindpendance du Congo pour la BelSi la Belgique et la RDC partagent indniablement un pass commun, les deux pays tracent depuis plus de cinq dcennies leur propre voie et chacun sa manire. Ceci dit, aprs tout ce temps, les relations entre les deux pays demeurent encore trs fortes que ce soit sur le plan diplomatique ou sur le plan de la coopration au dveloppement. La RDC reste ainsi lun des principaux partenaires de la coopration belge au dveloppement, comme cela a encore de partenariat militaire a aussi t institu depuis quelques annes et dlivre des rsultats tangibles et trs apprciables pour les FARDC. Cependant, il y a encore quelque chose de plus important que ces relations ofunissent nos deux peuples. Plusieurs milliers de Belges sont installs de manire permanente en RDC. Dautre part, vous savez comme moi quil y a une grande communaut congolaise qui vit et travaille en Belgique. Elle contribue manifestement la prosprit de notre pays mais aussi sa richesse et sa diversit culturelle. Plusieurs programmes de coopration sont aussi en place entre certaines communes belges et congolaises, ce qui participe de manire fort pragmatique un individus eux-mmes. Ce sont ces relations interpersonnelles qui constituent en ralit la base vritable de notre partenariat. Comment jugez-vous les relations entre Je suis effectivement convaincu que ces relations sont excellentes. Comme je le disais, elles sont riches, profondes et multiformes. Des rsultats concrets peuvent tre perus sur bien des plans, que ce soit en termes de retombes conomiques, diplomatiques ou scuritaires. Leur visibilit nest pas toujours assure et ces rsultats ne sont pas toujours reconnus mais elles produisent incontestablement leur effet, sans trop de bruits. Ceci ne veut pas dire toutefois que nous sommes daccord sur tout et quil ny a jamais cun garde, et cest bien normal, sa propre perception des choses. Mais, au moins, nous sommes arrivs depuis plusieurs annes convenir entre nous que cela pouvait tre rgl de manire responsable, parfois dans la discrtion qui simpose, et surtout dans un dialogue franc et dgal gal. Aprs plus de 50 ans de coopration entre Comme je le disais, des rsultats importants La Belgique et la Rpublique dmocratique du Congo voluent en parfaite communion, selon lambassadeur Michel Lastchenko 55 ans aprs laccession de la RDC lindpendance Propos recueillis par Joseph A. Tshimanga/MONUSCO accrdit en RDCPhoto Ambassade de Belgique 6

PAGE 7

7 ont t obtenus. Mais on ne peut videmment pas entirement se satisfaire de lexistant. Prenons par exemple la situation sur le plan conomique. Jentends souvent les critiques mises par nos amis congolais sur la faiblesse relative des investissements belges en RDC. Cest vrai, il faut reconnatre que nous ne sommes pas assez prsents, en tout cas comparativement avec dautres partenaires conomiques issus de certains pays mergents. Jincite systmatiquement nos entreprises venir dcouvrir le potentiel et les opportunits conomiques saisir au Congo et ainsi contribuer concrtement son dveloppement conomique. Certains projets conomiques denvergure sont dailleurs dans les cartons et attendent encore du rpondant du ct congolais. Nanmoins, le climat des affaires reste globalement compliqu et cela peut expliquer, en partie, un certain degr de frilosit. Ces difraires et une amlioration est visiblement en cours. En ce qui concerne notre coopration belgo-congolaise en matire de dveloppement, le Congo reste notre pays partenaire nos secteurs prioritaires, sant, ducation, agriculture et dveloppement rural, de travailler aussi prs que possible de la population et avec la population. Congo pour que cette coopration et la reNous avons dj parcouru un long chemin ensemble. Je pense toutefois que ce nest que le dbut car nous avons encore beaucoup de choses raliser ensemble. Non seulement, nous avons des intrts en commun, notamment en termes de dveloppement des relations bilatrales conomiques ou de paix et de dmocratie, mais aussi une sorte de lien plus indicible qui nous unit et qui fait que nous nous comprenons ou nous connaissons mieux que quiconque. Cela tant dit, ce nest pas une donne immuable. Comme dans un couple, il responsabilit des deux partenaires. Du ct belge, nous devons en tout cas nous efforcer de continuer mobiliser les curs et les esprits des jeunes gnrations sur et en faveur du Congo. Dans ce contexte, la poursuite et le renforcement des changes culturels, entre tudiants et universits, entre oprateurs conomiques ou encore entre politiciens et jeunes parlementaires de nos deux pays sont essentiels et prennent tout leur sens. Quesprez-vous pour la RD Congo dans Cest ce quesprent les congolais dont il devrait tre question. Sur base de lhymne national congolais, on peut imaginer que le du rle quil est appel jouer sur la scne continentale et mondiale, ancr aussi sur la voie de la prosprit conomique, de la paix et de la dmocratie. En revanche, la question que nous devons nous poser de notre ct, entre autres lorsque nous mettons en place des programmes de coopration, est la suivdcouter et de comprendre les besoins et les aspirations exprims par la population conjamais aise et implique une remise en cause permanente de notre faon doprer. Quel message voudriez-vous passer auJe voudrais tout dabord lui dire que la Belgique est et demeure ses cts. Quelle est ensuite dtermine accompagner le processus de stabilisation et de dmocratisation du pays. Et quelle nenvisage un tel partetuelle, dans un dialogue permettant lcoute des proccupations respectives. Cet engagement fort de la Belgique vis--vis de la RDC, qui est notamment illustr dans la pierre travers la construction en cours dune nouvelle Ambassade Kinshasa, doit toutefois tre la mesure de lengagement des Congolais eux-mmes dans ce partenariat. Comment la Belgique contribue-t-elle au mandat de la MONUSCO, la mission de staLa MONUSCO et la Belgique dsirent la mme chose : la paix et le dveloppement en RDC. Lappui de la Belgique au mandat de la MONUSCO est donc vident. Et il ne sagit pas uniquement dun soutien moral. Une douzaine de citoyens belges travaillent au quotidien au sein de la mission, tous les niveaux et de tout grade. La Belgique soutient aussi relatifs aux droits de lHomme contenus dans le mandat. Deux millions deuros viennent ainsi dtre librs par la Belgique pour appuyer le Bureau conjoint des Nations-Unies pour les droits de lHomme et plus spcilenfance La MONUSCO et la Belgique dsirent la mme chose : la paix et le dveloppement en RDC Photo Ambassade de Belgique

PAGE 8

8 Co nformment aux dispositions de la rsolution 2211 du Conseil de scurit des Nations Unies, la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC reste dispose apporter son appui technique et logistiques aux lections venir certaines conditions, parmi lesquelles la transparence, lintgrit et lquit de tout le processus lectoral. Cest ce qua dclar Ray Torres, directeur de la Division des affaires politiques de la MONUSCO, au cours de la runion du comit de partenariat sur les lections qui sest tenue vendredi 12 juin Kinshasa. Selon monsieur Torres, la crdibilit du processus lectoral est une condition essentielle du soutien de la Mission onusienne. Il a ainsi rappel quil est fondamental, aussi bien avant, durant et aprs les lections, que toutes les conditions soient runies pour que les liberts civiles et politiques, ainsi que les droits humains soient respects. Par ailleurs, la MONUSCO et lUnion europenne ont clairement indiqu que leur soutien sera accord en priorit aux lections lgislatives et la prsidentielle de 2016. Retard Vu le retard enregistr dans la mise en uvre du calendrier lectoral global, de plus en plus de voix slvent pour appeler au report de certains scrutins. La Confrence piscopale nationale du Congo (CENCO) prconise le report des lections locales jusquen 2017 pour privilgier la prparation et lorganisation des lections provinciales, lgislatives et prsidentielle dici 2016. Pour sa part, le porteparole du gouvernement, Lambert Mende, soutient que le gouvernement sinscrit en faux contre lide selon laquelle il existerait des lections plus importantes que dautres et rappelle que la matire lectorale relve de lentire souverainet dun peuple. Au sortir de la rencontre entre le Prsident Kabila et les dputs nationaux, qui a eu lieu le 16 juin Kinshasa, le Prsident de lAssemble nationale, Aubin Minaku, a annonc que le chef de lEtat avait indiqu quil tait imprieux de convoquer une session extraordinaire des deux chambres du Parlement en vue dexaminer et adopter le projet de loi sur la rpartition des municipale, urbaines et locales prvues pour octobre 2015. Pour rappel, depuis la publication par la CENI du calendrier lectoral global, le 12 fvrier 2015, de nombreuses voix se sont leves, aussi bien au sein de lopposition que de la socit civile, pour dnondirraliste. Ces personnes estiment quil a besoin dtre amend pour mettre laccent sur la tenue des lections prsidentielle et lgislatives qui sont considres comme prioritaires par lopposition. Cette dernire qui a soumis sa contre-proposition de calendrier lectoral continue dexiger la tenue dun dialogue politique ouvert et inclusif en vue de surmonter les divergences et pour parvenir dun processus lectoral crdible et apais. Dans son discours la nation loccasion du 55me anniversaire de lindpendance ncessit du dialogue et promis de poursuivre les consultations prliminaires avec les reprsentants des forces politiques et sociales du pays en vue de parvenir un consensus permettant dassurer la russite du processus lectoral en cours. Sil na pas annonc la date de convocation du dialogue attendu, en revanche, il a t clair sur son refus de toute mdiation internationale PolitiqueElections : la MONUSCO raffirme les conditions de son soutien Par Abdourahmane Diallo/MONUSCO Poigne de main entre le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies pour la RDC, Martin Kobler (gauche) et le Prsident Joseph KabilaPhoto MONUSCO (Achives) 8

PAGE 9

9 9 R -ennent de lancer les oprations Gnral Jean Baillaud : je peux dire que ces oprations militaires ont t ncessaires en raison de labsence de volont des dirige-ants du FRPI de dposer les armes. Ils taient venus pour a Bukiringi. Le Gouvernement a engag des ngociations mon avis sans prcdent avec eux. Ils ont dtach un comit compos dinterlocuteurs de cette commu-naut autour du FRPI qui a fait tous les efforts ncessaires effectivement pour avoir une sorefus. Et donc lpreuve a t en fait obligafaut dabord dire que le village dAveba tait entirement vide de ses populations. Mme les familles des lments du FRPI ont quitt le lieu. Nous tions devant une face face militaire. Laction coordonne des FARDC ap-puye par la MONUSCO en revanche a per-mis de ne pas laisser le FRPI poursuivre son action ngative en dispersant ses lments, ces oprations continuent maintenant avec lappui dcisif de la MONUSCO. Nous employ-ons nos armes, mais nous souhaitons malgr tout, ds que possible, que les combattants se rendent. Comment se fait-il que vous soyez engags sur plusieurs fronts la fois. Cest--dire Beni dans le cadre de Sokola 1 ou toutes vos forces sont concentres et aujourdhui En fait nous souhaitons tous une solution y a toujours en ce qui concerne le FRPI une voie de dsarmement. Il y a une incitation de notre part ce que les combattants d-posent les armes. Cest le message que nous passons leurs proches, leurs chefs gale-ment. La MONUSCO ira chercher ceux qui veulent effectivement se dsarmer. Cest le Lunion fait la force souligne Jean Baillaud, Commandant adjoint de la Force de la MONUSCObut de ses oprations. Nous ne cherchons pas les liminer, nous cherchons au contraire les rcuprer vivants, mais il est impratif quils dposent leurs armes. Maintenant il y a des oprations comme vous dites qui sont simultanes dans la rgion de Beni. Et Beni cest une priorit du gouvernement, cest aussi une priorit pour la MONUSCO. Ce que je peux vous assurer en tant que responsable de la Force, cest que nous avons la capacit de nous engager simultanment sur ces deux fronts. Cest aussi le cas des FARDC, nous som-mes en contact avec tous leurs responsables, oprations conjointes en Ituri annoncent une reprise de la coopration en ce qui conLappui direct de la MONUSCO a t retard on va dire par des considrations politique qui sont actuellement en cours de rglement. Tous les efforts sont actuellement faits, de manire ce que les diffrends soient aplanis. Sur le terrain, nos forces de la MONUSCO sont prtes reprendre toutes les actions avec celles des FARDC. Nous avons un man-dat dlimination ou de neutralisation, de tous ces groupes arms. Pour linstant, nous organisons des oprations en cours en Ituri, nous avons une action prioritaire concernant ADF qui est un groupe criminel qui doit tre neutralis. Notre dtermination est pleine et entire. Mais ds que possible nous repren-drons les actions contre les FDLR, et les autres groupes. Que fait la MONUSCO en matire de dsSur les territoires de la RDC en gnral, mais sagissant de FRPI en particulier, je peux vous assurer que la MONUSCO auprs des autorits gouvernementales est prt soutenir totale-ment un processus de dsarmement volon-taire. Et pour cela, il faut que les combattants dposent les armes. Sils sont sous la menace de leurs chefs, nous sommes prts aller les chercher dans les zones o ils se trouvent. Quel message adressez-vous aux popula-tions congolaises qui ne sont toujours pas rassures par rapport leur scurit dans Alors le message est que la MONUSCO est leur ct. La MONUSCO est ici pour les popu-lations. Nous nous rendons souvent dans les rgions qui sont affectes par ces souffrances. Pourquoi nous le faisons, cest pour bien con-naitre cette situation, mais surtout cest pour des FARDC, en assurant que nous sommes cte cte, nous avons le mme but, qui est reste beaucoup de choses faire, mais nous sommes dtermins et nous irons jusquau bout Lutte contre les groupes arms par les FARDC et la MONUSCO Photo MONUSCO/Myriam AsmaniPar Bernardine Nyangi/MONUSCO

PAGE 10

10 Par Xavier OleiroLobjectif de la confrence de Presse tait de dissminer les deux premiers rapports dune srie denqutes qui est mene pour fournir des donnes population sur la paix, la scurit, la justice et la reconstruction en Rpublique Dmocratique du Congo. La runion avait t prside par les partenaires du PNUD et le Vice-Recteur de lUniversit Libre des Pays des Grands Lacs, reprsentants des institutions acadmiques associes au projet, en prsence des membres de lquipe de la Section des Affaires Civiles de la MONUSCO. Au cours de la runion, le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies pour la RDC, Martin Kobler, a dexemple de bonne coordination. Il a tout dabord remerci les partenaires dudit projet pour lexcellent travail qui a d tre abattu et les rsultats qui ont dj t atteints. Il a prsent ce Projet comme un exemple de coopration entre la MONUSCO/UNCT et les partenaires tatiques, qui ont maximis leurs synergies, ressources, et capacits pour russir. Polling comme tant un outil qui donne la connatre leur perception sur le mandat de la Mission. Il a apprci aussi laccueil positif des enquts et de linitiative. Les congolais veulent parler, cest nous de les couter et Appropriation des rsultats Le Reprsentant spcial a vivement encourag les dcideurs et agents de lEtat soit au niveau national, soit provincial exploitcible des projets dans les domaines de la Selon M. Kobler, ce projet a une importance relle pour la MONUSCO dans le cadre de la revue stratgique. Il a signal que les rsultats de ces sondages ont eu et continueront avoir un impact rel et tangible pour la MONUSCO. Il permettra, par exemple, de bien valuer limpact de nos interventions dans les Ilots de Stabilit (IoS) et contribuera de manire substancielle dans la Revue Stratgique de la Mission visant la rduction de a prcis que cest sur la base des lments devra prendre des dcisions. Pour sa part, le dlgu du Ministre de la Justice a remerci les efforts de la communaut internationale pour avoir fourni une tude de base de telle qualit. Il a rassur que son Ministre allait sapproprier des rsultats de ce projet. Rappelons que le protocole d'accord du projet polling a t sign le 21 dcembre 2014 entre la MONUSCO et la PNUD. Cependant le processus de gestation remonte plusieurs annes d'changes et de recherches. C'est en 2011 suite aux changes entre la MONUSCO et le Harvad Humanitarian Initiative qu'est ne l'ide de mener une enqute de base sur la perception de la population sur la justice, la scurit et la consolidation de la paix dans l'Est du pays Lancement, Kinshasa, dun projet denqute sur la justice, la scurit et la consolidation de la paix Projet Polling : un impact rel pour la MONUSCO dans sa revue stratgique, selon Martin Kobler 10 Photo darchives/MONUSCO

PAGE 11

11 Un projet qui donne la parole aux populations congolaisesPollingPar Essoh Essis Lobjectif du projet est de recueillir et de faire connatre les perceptions et attitudes des populations des villes et villages des provinces du Nord Kivu et du Sud Kivu et du District dIturi en Province Orientale sur les problmes et dnotamment sur la manire dont les institutions nationales et/ou internationales cres pour apporter des rponses ces problmes remplissent ou pas leur mission. La premire phase du projet, ralise en novembre et dcembre 2013, consistait en une Etude de base mene auprs de 5.166 adultes par des tudiants/chercheurs de lUniversit Libre des Pays des Grands Lacs, lUniversit Catholique de Bukavu et lUniversit de Bunia, sous la supervision technique de Harvard Humanitarian Initiative (HHI). Au cours de cette deuxime phase, la section des Affaires Civiles va dployer 40 Assistants de Liaison Communautaire (constitus en 20 binmes homme-femme) sur le terrain, chaque trimestre sur une priode de deux ans, pour des interviews avec plus de 25.000 personnes dont la moiti sera des femmes. Les donnes recueillies au cours de ces enqutes trimestrielles permettront aux chercheurs et aux dcideurs publics nationaux ou internationaux de suivre lvolution de mesurer la qualit des rponses qui y sont apportes par les services publics concerns et de connatre/comprendre comment les citoyens (qui sont les juges ultimes de la valeur de laction publique) peroivent loffre de services publics en matire de scurit et de justice et/ou la contribution de ces services publics lavnement de la Paix en RDC. Elles permettront notamment la MONUSCO de mesurer limpact des activits de ses composantes civiles et militaires en matire de Protection des civils, et ainsi de corriger les carts (rels ou perus) qui existent entre les objectifs proclams dans son mandat et ses ralisations sur le terrain. Lon imagine aisment lampleur des dprojet : comment accder des villages parpraticables, frquentes par des groupes assistants de liaison communautaire (CLA) dans ces zones, tout en veillant ce que les Comment combiner lobligation dexcuter un plan et un calendrier de travail trs serrs terviewer par jour avec le respect strict des En effet, la Section des Affaires civiles, les assistants de liaison communautaire (CLA) et d'autres collgues de la MONUSCO (Force, Police, Chefs de bureaux) ainsi que les autorits tatiques ont dploy des trsors d'intlligence et d'organisation pour permettre l'accs tous les villages et quartiers pralablement chantillonns. C'est ici l'occasion de remercier sincrement les milliers de Congolaises et de Congolais expriences individuelles et collectives et leur comprhension des conditons dans lesquelles ils vivent, sans aucune compensapour eux-mmes, dans l'espoir que leur participation au Projet Polling pourra ffectivement contribuer la restauration de la paix, la scurit et la justice dans leur pays 11 Photo Xavier Oleiro

PAGE 12

12 12 Depuis prs de 20 ans, la Rpublique Dmocratique du Congo est en proie des crises multiformes : humanitaires, politiques et scuritaires. La situation politique, conomique et sociale sest dtriore tranant une crise humanitaire prolonge. LEst du pays, savoir les deux provinces du Kivu et le district de lIturi dans la province orientale, a t la zone la plus affecte. La rponse de la communaut internationale cette crise a t sans prcdent. La MONUSCO et les agences du Systme des Nations Unies ainsi que dautres organisations non gouvernementales, nationales et internationales, et les partenaires techpour soutenir le Gouvernement congolais dans ses efforts de rtablissement de la scurit, de consolidation de la paix et de reconstruction. Toutefois, lorsquil sagit de prendre en compte des besoins, des expriences et des attentes de la population congolaise, on de ces interventions. En effet, la RDC souffre dune carence de systmes dvaluation des programmes. Rentes malgr les efforts fournis par lInstitut National des Statistiques et les autres structures impliques dans ce domaine. La redevabilit lgard des populations Cest dans cette optique que, depuis 2013, le PNUD dveloppe un projet intitul Collecte des donnes sur la consolidation de la paix et la reconstruction en Rpublique Dmocratique du Congo (CDCPR) dit projet Polling en partenariat avec la Monusco, la Harvard Humanitarian initiative (HHI) et les de lAgence Amricaine pour le dveloppement Internationale (USAID), de lagence Sudoise pour le dveloppement interna-Consolider lEtat, une ncessitPar Priya Gajraj*tionale (SIDA) et du Gouvernement Canadien (MAECD). Ce projet consiste raliser des enqutes trimestrielles sur les perceptions des populations en termes de scurit, de justice, de consolidation de la paix et de reconstruction dans les deux Kivu et le district de lIturi. Elles sont effectues par les assistants de liaison communautaires de la MONUSCO (CLA) et des chercheurs universitaires sous la supervision technique de HHI. Le projet Polling est avant tout un outil de collecte, de traitement et dactualisation de donnes au service de ltat congolais lEst du pays dans les domaines de la justice, de la scurit, de la protection des civils, de la reconstruction et de la restauration de ts et dlaborer des politiques cibles dans ces diffrents secteurs. Le projet Polling constitue galement un outil visant rendre compte la population et la socit civile car il permet de mesurer les performances des politiques, des programmes et des projets mis en uvre dans le temps. Sur cette base, des recommandations sont formules pour amprennit et mesurer leur impact sur les conditions de vie de la population. Les rsultats des sondages effectus dans le cadre du projet Polling au niveau des provinces de lEst pour recueillir les perceptions des populations sur des thmes ts la connaissance de diffrentes autorits et partenaires concerns en vue de lamlioration du vcu des congolais Photo Papy Bakamba

PAGE 13

13 Par Xavier Oleiro et Christine Faida Kabino/MONUSCOChristine, quelle tait votre raction aprs Mes collgues et moi-mme tions impatients de voir le dmarrage effectif du projet depuis son annonce au sein de la section. Finalement il nous a t communiqu que les sondages dbuteraient au premier trimestre de lanne 2015. Cest un projet extrmement Entretien avec une assistante de liaison communautaireLamour du travail bien fait pour Christine Faida tant que femme congolaise et staff de la MONUSCO de faire partie de lquipe du projet. Quavez-vous appris lors de la formation Nous avions pu maitriser les notions de base lexprience trs riche de Harvard Humanitarim Initiative (HHI) dans ce domaine en Afrique. Nous avons appris aussi comment grer la technologie KoBoToolbox, comment nous conduire devant les interlocuteurs tout orienter le questionnaire. Plusieurs sances pratiques sur les entretiens ont t organises pour faire face nimporte quelle raction des interlocuteurs. Nous sommes presque devenus psychologues, sociologues et enquteurs la fois. Quelle est la routine habituelle dans une Il y a un grand travail de fond au niveau des bureaux des Affaires Civiles dans le sens de la coordination, pour laborer un plan logistique cohrent qui nous permet daccder un grand nombre de villages et quartiers pralablement cibls. Les jours de sondage, nous nous dplaons et travaillons deux, mon tandem masculin pour interroger les hommes et moi-mme pour les femmes. Il faut prparer les quipements, se dplacer jusquau village, que parfois on ne connat pas, prsenter les civilits aux autorits locales et coutumieres, munis des lettres dautorisation de lautorit provinciale. rencontres le plus souvent lors des Le dplacement des quipes est un des cens couvrir un grand nombre denqutes lenqut. Pour nous les femmes, nous avons certaines questions qui touchent lintimit du foyer ou les violences faites aux femmes quil faut savoir bien poser. Quelles sont les ractions des personnes En gnral, les interlocuteurs taient positifs et rceptifs. En tant que CLAs, nous avons une grande exprience dans le contact avec les membres des communauts, nous parlons diffrents dialectes locaux et matrisons les les rsultats. A premire vue, les personnes intrroges nous reoivent avec curiosit et ente en milieu urbain quen milieu rural, ceci nous conduit adapter lapproche au milieu. Quelle serait la valeur ajoute des enqutes sur le vcu quotidien des populations civiles Comme je lai dit au dbut, le projet permet de recueillir des donnes sur la perception de la population sur la scurit et laccs la justice dans une rgion quelconque. Les rsultats des enqutes peuvent tre exploits matire de Scurit et Justice denvisager des mesures (projets) concrtes, appropries laccs la Justice des citoyens Congolais selon le contexte du milieu. Les rapports des enqutes sont-ils accesternet www.peacebuildingdata.org/drc Photo Tino Kreutzer13

PAGE 14

14 Par Prof Dr Kennedy Kihangi Bindu*Face ce constat, le PNUD et la MONUSCO en partenariat avec les universits de la RDC ont entrepris un programme robuste de rechercheaction de terrain. Une rcolte sur le terrain des donvernement congolais et la communaut internationale dans le processus de prise de dcisions se fait conformment aux standune tude de base conduite par Harvard Humanitarian Initiatives (HHI) en partenariat avec lUniversit Libre des Pays des Grands lacs, (ULPGL/Goma); lUniversit Catholique de Bukavu, (UCB) ; et lUniversit de Bunia, lEst de la RDC. Il sest agi dune rechercheaction sur les thmatiques suivantes : justice, scurit, consolidation de la paix et reconstruction. Cette mission a t un succs plusieurs gards : une opportunit offerte la population de sexprimer librement ; un cadre dchanges dexpriences entre professeurs, tudiants et chercheurs indpendants ; un diagnostic sans complaisance des maux qui rongent la socit congolaise; ciopolitiques et conomiques ainsi que ladaptabilit des enseignements des professeurs des universits aux ralits locales. Il sied de noter quau travers de ce programme les tudiants parviennent comprendre au-del de toute manipulation, les actions de la MONUSCO et du gouvernement congolais sur le terrain et Laccompagnement de la MONUSCO dans Le partenariat agissant entre la MONUSCO, le PNUD et les universits congolaises une opportunit pour elle de faire une lecture critique de ses ralisations sur le terrain et contribuer lmergence de la recherche Certes, il serait trop ambitieux de penser quavec cette premire exprience des solutions solides et immdiates prsentes. Il y a lieu de renforcer ce programme dans les universits qui prparent des futurs cadres appels diriger le pays. Ainsi, il serait recommand la mise en place dun comit pilote, qui va travailler sur lappropriation du projet et sa prennisation par les acteurs congolais

PAGE 15

15 Par Patrick Vinck, Tino Kreutzer et Phuong Phamet le gouvernement assure que les rsultats informent directement sur les actions sur le terrain. Le travail avec les universits permet de dvelopper un nouveau ple dexcellence dans la collecte et lanalyse de donnes qui survivra bien au-del des sondages eux-mmes. Impact Les processus et stratgies de consolidation de la paix dvelopps au niveau national sont parfois loigns des proccupations locales. Mais ces proccupations et priorits locales peuvent varier grandement entre individus en fonction de leurs expriences des demandes contradictoires comme par exemple le souhait de voir plus de police, ou au contraire moins de police pour assurer la scurit. Nous avons galement appris que lexprience de la paix, de la scurit et de la justice reste avant tout une exprience locale, informe par les circonstances de chaque individu il est donc important de non seulement renforcer la paix, la scurit et la justice, mais aussi de sassurer que la population vit, ressent de faon quasiment intime ces amliorations. La justice, par exemple, doit tre faite, mais elle doit aussi tre vue. Le suivi de la perception des acteurs de la justice ou de la scurit est un moyen important de mieux comprendre comment amliorer ces institutions et grer ter entre la population et les institutions et leurs acteurs, y compris la MONUSCO Harvard Humanitarian Initiative : son impact et sa contribution la recherche Ce travail denqute et de sondages rapides est le rsultat de plus de dix ans defforts entrepris par une quipe a la Harvard Humanitarian Initative pour documenter les effets dvasde lHomme, et collecter les donnes essentielles pour informer les processus de reconstruction et consolidation de la paix. Lide de dpart est simple : une consoliprhension de la nature et de limpact de la violence sur les civils, des causes de cette violence, et des priorits des populations pour construire la paix et la scurit. Lappui et la participation de la population aux efforts de consolidation de la paix est essentiel pour diminuer les risques de violence future et participer la dmocratisation du processus de transition. La mdiation des gouvernements et groupes arms, avec peu ou pas de consultation de la population. Pourtant, dans les milieux touchs par dautres formes de traumatisme. Ces personnes et les communauts touches par la violence sont au cur des processus de consolidation de la paix. Leur exprience, vent tre compris et pris en compte pour viter de crer de nouvelles sources de tensions qui constitueraient des risques de viopour mieux comprendre ces risques et les attentes de la population que le projet Il est encore trop tt pour prdire leffet des informations qui seront collectes, mais le partenariat avec la MONUSCO, le PNUD 15 Photo tiers

PAGE 16

16 Par Joseph Tshimanga/MONUSCOLe processus de paix en RDC est loin dtre achev. Les nombreux groupes arms congolais et trangers qui oprent encore dans le pays restent une source dinscurit et causent des d-placements massifs de population, princi-palement dans lEst du pays, ce qui gnre de srieux problmes de protection des popula-tions, daccs humanitaires et de violation des droits de lhomme. La Section reprsente la composante civile dune Mission de maintien de la Paix qui opre au niveau social, administratif et politique lo-cal pour faciliter la mise en oeuvre du mandat de la Mission sur ltendue du territoire dun pays et pour soutenir les populations et le -forcement des conditions et structures nces-saires pour asseoir une paix durable. Mandat En tant que tel, le travail de la Section des Af-faires Civiles participe la mise en oeuvre du mandat dans son entiret et fait partie int-grante du noyau dune Mission de maintien de la Paix. Le rle jou par la Section des Af-faires Civiles dlimite le rle dune Mission de maintien de la Paix vis--vis de ses partenaires. Reprsentation de la Mission, suivi et facili-tation au niveau local Le personnel de la Section des Affaires Civi-les reprsente la Mission et interagit avec les acteurs locaux sur tous les aspects opra-tionnels et sur toutes les activits de la Mis-sion. La section constitue un cadre de discus-sion privilgi qui permet la population de communiquer ses priorits et ses perceptions que ses proccupations au regard de laction de la Mission dans le pays hte. Les condi-tions de dveloppement au niveau local sont values en fonction du travail politique et oprationnel effectu au niveau national par potentiels lui sont transmis, et les progrs r-aliss dans la mise en oeuvre du mandat de la Mission sont rgulirement valus. La Section des Affaires Civiles peut jouer un rle important en appuyant la coordi-nation, la cohsion et la consistance des politiques menes par les acteurs locaux (y compris par les composantes militaires et de police des Nations Unies), en donnant des conseils sur la mise en oeuvre du mandat dune Mission en gnral, ou relatifs un asles populations civiles. La Section des Affaires Civiles soutient le dveloppement et la mise en uvre de condi-tions sociales menant une paix durable, par un soutien aux mcanismes de rconciliation niveau local et/ou national, ainsi quau trav-ers defforts pour favoriser lengagement des dans les mcanismes devant mener la paix. Appui la restauration et lextension de lautorit tatique Les Missions de maintien de la Paix des Na-tions Unies contribuent la restauration et lextension de lautorit tatique de bien des faons. La composante Affaires Civiles dune Mission appuie le dveloppement dun es-pace politique au niveau local qui doit con-tribuer la lgitimation de la gouvernance reprsentative, fournit un support opra-tionnel aux activits des autorits tatiques lorsque et o cela savre ncessaire. Conue dbut des annes 1990 au sein du Dpartement des Oprations de Maintien de la Paix de lOrganisation des Nations Unies, environ 500 membres du personnel travail-lent pour la Section des Affaires Civiles dans 13 Missions de maintien de la Paix de par le monde. Rle au sein de la MONUSCO Les activits de la Section des Affaires Civi-les de la MONUC sont menes dans le cadre gnral du mandat de la MONUSCO, tel que -tes en 2007) et 1856 (adopte en Dcem-bre 2008) autorisant la MONUC /MONUSCO prendre les actions ncessaires en vue : dassurer la scurit des populations civiles, du personnel humanitaire et du personnel des Nations Unies (MONUSCO et agences onusiennes), ainsi que de leurs btiments et infrastructures; de favoriser le retour volo-ntaire des personnes dplaces internes et des rfugis ; dassurer la scurit territori-ale de la RDC, participer la stabilisation du pays; de dsarmer les groupes rebelles na-tionaux et trangers ; de raliser la rforme des secteurs de scurit (police et arme nationale) Zoom sur la section des Affaires Civiles 16 Photo Tino Kreutzer

PAGE 17

17 Dbut juin, un sminaire national sur lAccord-cadre pour la paix, la scurit et la coopration sest tenu Kinshasa. Il avait pour objectif de renforcer le dialogue sur les politiques et stratgies de programmation et de prsenter des propositions dactions prioritaires qui contribueront lexcution des engagements nationaux souscrits par la Rpublique dmocratique du Congo (RDC). Cet atelier, plac sous lautorit du Premier ministre et organis par le ministre du Plan et le Mcanisme national de suivi (MNS) en troite collaboration avec la communaut internationale, reprsentait un cap dcisif dans la mise en uvre de lAccord-cadre. Il a t conu, prpar et mis en uvre grce la participation active des Nations Unies conformment au mandat qui leur est confr par les rsolutions 2098 (2013), 2147 (2014) et 2211 (2015) du Conseil de scurit. Ce soutien intervient plusieurs niveaux. Tout dabord, celui de lEnvoy spcial pour la rgion des Grands Lacs qui dirige, coordonne et value la mise en uvre des engagements nationaux et rgionaux en coordination et avec le soutien du Reprsentant spcial pour la Rpublique dmocratique du Congo. Ainsi, le Conseiller spcial de l'Envoy spcial pour la rgion des Grands Lacs, Modibo Tour, tait prsent Kinshasa lors de la session politique du sminaire. Son bureau comme la MONUSCO et les partenaires au dveloppement ont, nancier lorganisation de lvnement. Autre acteur cl intervenant dans laccompagnement du Gouvernement dans la mise en uvre et le suivi de lAccord-cadre: Le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral (RSSG) pour la RDC dont le rle est de soutenir, coordonner et valuer la mise en uvre des engagements nationaux en collaboration avec lenvoy spcial pour la rgion des Grands Lacs. Il fournit aussi des bons naires, conseille et soutient le gouvernement congolais pour la mise en uvre de ses six engagements. Une unit ddie lAccord-cadre dAddisAbeba au sein de la MONUSCO Pour soutenir le rle du RSSG, la MONUSCO a galement mis en place une unit ddie lAccord-cadre dAddis-Abeba au sein du pilier dirig par le Reprsentant spcial adjoint/Coordonnateur rsident/Coordonnateur humanitaire. Cette quipe soutient, coordonne, suit et rapporte sur lexcution des six engagements nationaux. Sa mission principale est de veiller ce que le systme des Nations Unies et la communaut internationale adoptent une approche coordonne et harmonise dans leur soutien la mise en uvre de lAccord-cadre. Elle effectue galement un plaidoyer en faveur de limplication de la socit civile dans toutes les questions lies lAccord. Cette unit a t activement engage, tout comme le secrtariat du Groupe de Coordination des Partenaires (GCP) et des reprsentants de la socit civile, dans lorganisation du sminaire de dbut juin en prodiguant la fois conseils et appui technique au MNS prioritaires en relation avec les engagements nationaux du PSCF soient intgres dans les programmes, budgets et cadres stratgiques du gouvernement de la RDC. Ces activits sinscrivent dans la continuit des actions dj ralises par lUnit depuis sa mise en aux cts du MNS et du Ministre du Plan, le comit technique charg de coordonner lensemble des acteurs impliqus dans le processus de suivi des indicateurs de progrs, un processus qui avait abouti, en septembre 2014, la validation du tableau de rfrence par le chef de ltat congolais Accord-cadre pour la paix, la scurit et la coopration en RDC et dans la rgion Le soutien des Nations Unies pour lexcution des engagements de la RDC 17 LABC de lAccord-cadreLAccord-cadre pour la paix, la scurit et la coopration sign le 24 fvrier 2013 Ad-dis-Abeba comporte des engagements aux niveaux national, rgional et international pour ramener la paix et la scurit dans lest de la RDC et la rgion. Il est mis en uvre avec le soutien des quatre organisations intergouvernementales qui en sont garan-tes : la Communaut de dveloppement de lAfrique australe (SADC), la Confrence internationale sur la rgion des Grands Lacs (CIRGL), lOrganisation des Nations Unies et lUnion africaine. Afrique du Sud, An-gola, Burundi, Kenya, Ouganda, Rpub-lique centrafricaine, Rpublique dmocra-tique du Congo, Rpublique du Congo, Rpublique-Unie de Tanzanie, Rwanda, Soudan, Soudan du Sud et Zambie. 5 engagements au niveau international, 7 au niveau rgional et 6 pour la RDC : R-forme du secteur de la scurit, consolida-tion de lautorit de ltat, dcentralisation, dveloppement conomique, rformes structurelles des institutions gouverne-mentales, rconciliation, tolrance et dmocratisation. Lancement du processus de dveloppement des jalons et indicateurs de progrs par une srie dateliers de sensi-bilisation, dappropriation et de formation. Tenue dateliers techniques participatifs avec lobjectif de dvelopper un tableau de rfrence. J Validation par le Gouverne-ment, sous la prsidence du Vice-Premier Ministre et Ministre du Budget et en prsence des membres du Gouvernement et des partenaires de la Communaut in-ternationale et de la socit civile, dun tab-leau de rfrence comprenant 56 jalons et 247 indicateurs de progrs. Validation et appropria-tion par le Prsident de la RDC en sa qual-it de Prsident du Comit de pilotage du MNS du tableau de rfrence. Le Prsident demande son gouvernement dintgrer les interventions, mesures et actions nces-saires la mise en uvre des engagements nationaux souscrits au titre de lAccordcadre dAddis-Abeba dans les cadres stra-tgiques et programmatiques nationaux. Tenue dun Sminaire national et actions ncessaires la mise en uvre des engagements nationaux.Par Florence Marchal/Bureau intgr

PAGE 18

18 FEMMES DU CONGO : CAP VERS lESPERANCE Une exposition photographiqueLa MONUSCO immortalise ses 15 ans de prsence en RDCLAmbassade dEspagne, en collaboration avec la Dlgation de lUnion Europenne, le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de lhomme, lInstitut franais de Kinshasa, la Fondation Hirondelle et Air France ont organis lexposition Femmes du Congo : La Route vers lesprance de la photographe Isabel Muoz qui a t prsente la salle dexposition de lInstitut franais de Kinshasa le 11 juin. Cette exposition sest voulue un hommage aux femmes congolaises et plus parPrix Prince des Asturies de la Concorde, pour son activit en faveur des femmes victimes de violence sexuelle dans lest du Congo. Cette uvre offre cependant une vision positive et pleine despoir, dmontrant comment avec effort et persvrance il est possible de passer dune ralit trs ngative une autre positive, comme la prouv Caddy elle-mme et son ONG travers son projet de microcrdits. Lexposition a t suivie dune confrence sur la condition de la femme, prsente par Caddy Adzuba et dautres reprsentants de lONG Association des Femmes des Medias du Sud Kivu (AFM/SK) appuye de divers documents audiovisuels dun grand intrt Caddy Adzuba est journaliste Radio Okapi, station de Bukavu et membre de lAssociation des Femmes des Mdias de lEst du Congo, qui a permis que des plaidoyers aient pu tre entendus la Cour Pnale Internationale et au Snat des EtasUnis sur les violences sexuelles contre les femmes en RDC La salle dexposition de lInstitut franais Halle de la Gombe a servi de cadre du vendredi 22 mai au samedi 6 juin 2015 lorganisation dune exposition photo sur le travail de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO). Quarante photos prises dans divers coins et recoins de la RDC ont cre une grande attraction du public. La MONUSCO a prsent la population congolaise un bref aperu de ses grandes ralisations. La crmonie de vernissage tait prside par le Reprsentant Spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies, Martin Kobler, en prsence du ministre de la Communication et Mdias, Lambert Mende qui a reconnu le rle non ngligeable de la Mission onusienne dans le processus de la restauration dune paix durable en RDC. Cette exposition tait organise en prlude aux festivits des 70 ans dexistence de lOrganisation des Nations Unies. Comme son titre la indiqu, la MONUSCO en images : 15 ans dactions en RDC, cette exposition travers quarante photos jette un regard sur les 15 ans dun travail intense et collgial pour btir la paix en RDC. La MONUSCO est prsente en RDC depuis 1999 et son mandat a Ce mandat est prscrit dans une grande varit de rsolutions du Conseil de Scurit des NationsUnies, notamment les rsolutions 2198, 2147, 2136, 2098, 2078, 2076 et 2053. Ces rsolutions couvrent une diversit de volets entre autres : la Paix, la Protection des civils, la Scurit, la Stabilit, la Dmocratie, le Dveloppement, la Rforme du secteur de Scurit, la Rforme de la Justice et de ladministration pnitentiaire, la Bonne gouvernance, Mines et Environnement, Droits humains... Par Jean Marc Matwaki/MONUSCO Par Jean Marc Matwaki/MONUSCO En avant plan, de gauche droite, le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral de lONU en RDC, Martin Kobler, le Ministre de Communication et de M dias, Lambert Mende, le Directeur de la Division de lInformation Publique de la MONUSCO, Charles Antoine Bambara sextasiant devant une belle sculpture capillaire Photo MONUSCO Abel Kavanagh

PAGE 19

19 19 La journe mondiale de lenvironnement a t c-lbre cette anne sous le thme Sept milliards de rves. Une seule plante. Consommons avec modra-tion. Dans son message dif-fus cette occasion, le secrtaire gnral des -chir aux incidences des choix de lhumanit sur lenvironnement, lexhortant devenir meilleur gardien de sa plante. Lhumanit continue de consommer bien plus de ressources naturelles que la plante ne peut en fournir durablement. De nombreux co-systmes approchent dangereusement du point de non-retour. Il est temps pour nous de changer a dclar Ban Ki-moon. En cette anne de transformations qui, esprons-le, sera porteuse de grandes avances dans les domaines du dveloppement durable et des changements climatiques, clbrons la Journe mondiale de lenvironnement en pre-nant davantage conscience de notre empreinte 5 juin Journe mondiale de lenvironnementDevenons de meilleurs gardiens de notre plante recommandent les Nations Unieschoix sur lenvironnement. Devenons de meil-leurs gardiens de notre plante a-t-il prcis. Nous ne pouvons pas nous permettre de et que les prix augmentent. Malgr tout, il est -nution et de la restriction des ressources et de crer des opportunits qui dboucheront sur des conomies prospres et une plante saine pour les gnrations venir, a soulign pour sa part Achim Steiner, directeur excu-tif du Programme des Nations Unies pour lEnvironnement. Martin Kobler, Reprsent-ant spcial du Secrtaire gnral de lONU en RDC, pour sa part a ajout. La RDC possde la moiti des forts et des ressources en eau de lAfrique. Dans ce con-texte, pour la RDC, lexploitation raisonne et une ncessit conomique, mais une obligation morale et le Systme des Nations Unies ne cesse lier dveloppement humain et prservation na-turelle. Une rcente (2015) tude coordonne par le Programme des Nations Unies pour lEnvironnement (PNUE) et la MONUSCO rvle le rle majeur que joue lexploitation et le commerce illicite de nombreuses res-sources naturelles. Selon les estimations du rapport, de lor, des minraux, du bois, du charbon et de la faune sauvage dune valeur de 0,7 1,3 milliards de dollars amricains partir de lEst de la RDC. La vaste majorit des rseaux transnationaux de crime organis, groupes arms qui continuent de dstabiliser lEst du pays. Le rapport propose un certain nom-bre de mesures prendre pour rpondre la menace croissante du crime organis en RDC, et appelle une action concerte pour stopper ce commerce illicite. Pour rpondre lappel de cette Journe Mon-diale de lEnvironnement, il sera galement essentiel que la RDC sengage dans la voie de lconomie verte, visant raliser un dveldenviron 70 millions dhabitants Par Aissatou Laba Toure/MONUSCOPhoto Tiers

PAGE 20

SE CONNECTER NOUS www.monusco.unmissions.org www.facebook.com/monusco.org www.twitter.com/monusco www.youtube.com/monusco www.ickr.com/monuscoProduit par lUnit des Publications de la Division de lInformation publique de la MONUSCO Contact : 12, avenue des Aviateurs Kinshasa/Gombe Tlphone : (243) 81 890 6650(243) 81 890 6885