Citation
Echos de la MONUSCO

Material Information

Title:
Echos de la MONUSCO
Creator:
Mission de l 'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo ( issuing body )
Place of Publication:
Kinshasa, DR Congo
Publisher:
Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo
Publication Date:
Frequency:
Monthly
regular
Language:
French
Physical Description:
1 online resource : ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Periodicals -- Congo (Democratic Republic) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
international intergovernmental publication ( marcgt )

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began with: Volume 1, No1 (Juillet 2011)
General Note:
"Une publication de la Division de l'Information Publique de la MONUSCO".
General Note:
"Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo".

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright, Mission de l'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
on10476 ( NOTIS )
1047609376 ( OCLC )
2018226778 ( LCCN )
on1047609376

UFDC Membership

Aggregations:
Digital Military Collection

Downloads

This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

MASISI W ALIK ALE L UBERO RUTSHURU STABILISATION DE LESTVers la restauration de lautorit de lEtat dans les zones sorties de conflits Mission de lOrganisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Rpublique Dmocratique du Congo Volume VI N Novembre 2014

PAGE 2

Par Richard De la Falaise Suite la page 3Stabilisation : quel impact dans lEst de la RDC ?Sommaire Arrt sur image3 Ilots de stabilit : Une voie vers la restauration de lautorit de lEtat5 Ray Virgilio Torres : Mon exprience dans la mise en oeuvre dlots de stabilit dans le Nord Kivu 6 Shabunda : Un lot de stabilit pour le dveloppement 7 Sange sauv de linscurit? 8 Paix et scurit retrouves Manono 9 Kalemie : A Lugwangulo, la MONUSCO veut aider lamlioration des conditions scuritaires10 Droits de lHomme : De nouvelles violations enregitres sur le territoire de la RD Congo 11 Situation scuritaire : Poursuite des oprations militaires contre les groupes arms 12 Reconnaissance de lEurope Lhomme qui rpare les femmes 13 Kinshasa : Quand la MONUSCO sensibilise sur Ebola et VIH/Sida14 MONUSCO : Les pratiques optimales en marche!16 Novembre : un mois culturel vcu Kinshasa18 Vous avez dit stabilit? Directeur de lInformation Publique Charles Antoine Bambara Coordonnatrice des Publications Aissatou Laba Toure Rdacteur-en-Chef Joseph Tshimanga Infographiste Jsus Nzambi Sublime Contributeurs Tom Tshibangu, Yulu Kabamba, Thophane Kinda, Basse Cheickh, Maja Bogioevic, Jean-Marc Matwaki Aroport international de Goma. Le 27/11/2014. Un groupe de combattants FDLR et leurs dpendants vont tre embarqus pour Kisangani avec lappui de la MONUSCO, dans le cadre du programme DD3R Photo MONUSCOLe mot stabilisation apparat de plus en plus souvent dans les noms doprations de la paix. Il ne faut y voir ni hasard ni prcipitation mais la claire vision de lorganisation. Faut-il veut-il dire quil ne faut pas penser, quil ne faut pas initier est un processus long qui demande de la coordination et une vision gnrale quelle doit apparatre aux premires heures de la paix. La stabilit, cest la clef de la prosprit. me souvent auparavant, prcurseur dans le domaine de llaboration puis de la mise en uvre de 2008 2012 de la sera pas possible de mesurer son impact auprs des popula vers les populations concernes tout en assurant un engage ment plus fort de la part du gouvernement national. Le changement, ce nest pas un moment mais plutt un changement quaura connu le pays ces dernires dcennies. arms, nous avons d, une fois de plus, innover de plus belle avec le dveloppement du concept des lots de stabilit dans Les lots de stabilit nous permettent de nous focaliser, ds les premiers dploiements, sur la restauration des services de tion de la Paix sont des exemples de la mise en uvre de

PAGE 3

3 dialogue intra et inter communauts grammatique. les zones o les lots de stabilit seront tablis permettant le suivi et le dvel permettra la communaut internationale de sassurer de lengagement de celui-ci sur le dveloppement et lappui stabilit. dans les domaines de la protection des civils et le combat contre les violences domaine de la stabilisation, nous continuons cette longue tradition qui suivra encore une nouvelle route Aujourdhui, lorsquun ou plusieurs territoires de lEst de la Rpublique dmocratique du Congo sont librs des mains des groupes arms, le Gouvernement, de concert avec la MONUSCO, dclare ces territoires lots de stabilit. Lide est simple: aider les autorits reprendre position des zones anciennement sous contrle des milices et autres groupes arms. Voil en quoi consiste ce concept. Cest un processus qui sinscrit dans le cadre de la nouvelle Rsolution 2147 du Conseil de scurit. Les avances observes ces derniers mois dans le domaine de la stabilit grce la Brigade dIntervention et dautres instruments comme lAccord de Paix dAddis Abeba, nous dmontrent que cette stabilit menses, la MONUSCO a une dtermination toute preuve pour assurer son mandat. Ce Ilots de stabilit Une voie vers la restauration de lautorit de lEtat Par Aissatou Laba Toure/MONUSCOSuite de la page 2 Un Casque bleu escortant les habitants du Village Pinga, Kalemie au Nord KatangaPhoto MONUSCO

PAGE 4

4 travail de scurisation se fait graduellement et sur le long terme par la MONUSCO et le Gouvernement car, toutes les institutions de lEtat doivent tre reprsentes dans ces terrains reconquis. La Mission sachemine vers lallgement de sa prsence lOuest et la rtrocession des activits ayant trait aux questions de dveloppement aux agences sur le terrain, il est plus que temps que le concept d lots de stabilit soit intgr dans les dmarches dappui et daccompagnement. Cela requiert galement un engagement de la part du Gouvernement. Voie oblige de la restauration de lautorit de lEtat? La stabilit dans lEst de la RDC, et partout dans le pays passera ncessairement par laction militaire, certes, mais pas uniquement. Dautres actions doivent tre entreprises en commenant par un renforcement de leffectif civil. Cest la restauration de lautorit de lEtat, qui passe par linstallation des services publics, administratifs et scuritaires. La MONUSCO aide ainsi le Gouvernement congolais combler ce gap par toute une srie de mesures, qui vont de la rfection de locaux administratifs la rhabilitation des coles, des hpitaux, de leurs quipements, de linstallation des commissariats de police et autres bases de larme rgulire. La consolidation de lautorit de lEtat, de la scurit, de la stabilit, de la prosprit conomique est plus que jamais un impratif auquel la MONUSCO, travers toutes ses actions, sattle. La question, au demeurant lgitime, est alors celle de savoir o est la ligne de dmarcation entre lhumanitaire et les oprations de maintien de la paix. Ces dernires ne font-elles pas de lhumanitaire en lieu et place dagences telles que lUnicef, lOMS, OCHA, PAM et autres Organisations Non Gouvernementales ? Daucuns pensent tort ou raison, que ds lors que les missions de paix intgrent le concept de la stabilisation dans leurs assignations, elles empiteraient sur les prrogatives des humanitaires, en construisant des puits deau potable, des coles, en rfectionnant des routes ou hpitaux au sein de lIlot de stabilit. Dans ce cas-l, les Projets Impact Rapide (QIP) pris en compte depuis linstauration des premires missions de paix nauraient pas de raison dtre. Poursuivre un mme objectif En ralit, les humanitaires et les Missions de maintien de la paix sont complmentaires dans leur action, si la coordination est bien entendue et bien mene. Les uns, comme les autres, poursuivent un mme objectif : la paix, la scurit et le dveloppement, chacun jouant son rle : la mission en apportant son concours par le dploiement de son personnel dans les lots de stabilit pour conseiller et appuyer le Gouvernement dans le processus de reconstruction des fonctions de lEtat, les agences et ONGs, en assurant un mieux-tre aux populations, avec des infrastructures sociales de base minimales. A la vrit, il faudrait aussi envisager plus de mutualisation des moyens. Cela aura lavantage non seulement de promouvoir le concept de One UN, mais surtout, permettrait aux populations de disposer de projets de dveloppement et dinfrastructures solides et viables. A ce sujet, comment ne pas citer en exemple lexcellent projet commun aux Nations Unies dans la Province de lEquateur o aprs linsurrection arme du MLIA (Mouvement de Libration des Indpendants et Allis) de 2009-2010, la MONUSCO et les Agences du systme des Nations Unies staient mises ensemble pour crer la RaCoDo, Radio Communautaire de Dongo ? Oui, les lots de stabilit sont une excellente il conviendrait dy associer tous ceux qui uvrent pour la consolidation de la paix : ONGs (locales et internationales), Mission de paix, agences du systme, autorits et population. Car la paix, au sens large du terme, nest lapanage ni des uns, ni des autres mais de tous Les lots de stabilit sont une excellente ide pour les populations ruralesPhoto MONUSCO

PAGE 5

5 Par Sy Koumbo et Joseph Tshimanga/MONUSCODevant les journalistes, qui lont rencontr le 14 novembre, lancien chef de bureau MONUSCO Goma a dtaill quelques actions quil a menes, et les leons quil en a tires, en collaboration avec les diffrentes sections organiques de la Mission sur place. Sa participation, dans le Nord Kivu, la mise en uvre dlots de stabilit a t trs importante, selon lui. Je suis heureux davoir particip la mise en place des lots de stabilit dans le Nord-Kivu aprs le dmantlement du M23. On ne peut aider les gens que si on connat leurs problmes et on est leur coute Cest ce que nous avons fait avec les lots de stabilit en rapprochant le personnel de la MONUSCO, de ladministration dans les a-t-il soulign. Sans beaucoup de moyens mais avec beaucoup dides, des actions ont t menes avec des rsultats immdiats rappelle M. Torres, quand il parle dlots de stabilit, dont le processus a commenc en 2013, Itebero, dans le territoire de Walikale, lorsque des groupes arms locaux oprationnels dans cette zone avaient dcid de dposer les armes. Aprs Walikale, ctait le tour du territoire de Rutshuru, au lendemain de la dfaite du M23. Aussitt le territoire libr, la Police des Nations Unies (UNPOL) a accompagn la police nationale congolaise dans ce territoire o tout avait t dtruit ou emport. Des tentes ont t montes en guise de bureaux de police, des rations ont t ap-Ray Virgilio Torres : Mon exprience dans la mise en uvre dlots de stabilit dans le Nord Kivu portes par la MONUSCO aux policiers lamlioration des conditions optimales de travail. Aujourdhui, prs dun an aprs le dpart du M23, environ un millier dlments de la Police nationale congolaise (PNC) ont t dploys dans les territoires de Rutshuru et de Nyiragongo, y compris les forces de la Lgion Nationale dintervention. Ces redploiements ont permis, dans ces zones dj scurises par les FARDC et la Brigade dIntervention (FIB), un transfert rapide des comptences en matire de gestion de lordre et de la scurit publique en vue de garantir la protection des personnes et de leurs biens. Notons que Ray Virgilio Torres possde une solide exprience de 27 ans dans le domaine du dveloppement et de laction humanitaire au sein des Nations-Unies ainsi que dans la notamment occup divers postes de gestion de haut niveau lUNICEF la fois sur le terrain, au Sige des Nations Unies New-York et Genve. Son parcours aux Nations Unies la conduit dans plusieurs pays, notamment en Sierra Leone, en Guine, en Zambie, au Rwanda, en Inde, en Suisse, au Belize et dans son pays natal, le Honduras. Ray Torres interrog par la presse Photo MONUSCO

PAGE 6

6 L nombre dlots de stabilit que la MONUSCO veut tablir dans les deux provinces du Nord Kivu et du Sud Kivu. Le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies en RDC, Martin Kobler, et lAmbassadeur Matthew Rycroft, Reprsentant permanent de la Grande Bretagne au Conseil de Scurit des Nations Unies, ont visit Shabunda le 15 octobre 2014, pour se rendre compte de la mise en uvre de ce projet. Martin Kobler a salu le soutien des partenaires de la MONUSCO et des Agences de lONU dans la mise en uvre dudit projet. De mme que lAmbassadeur Matthew Rycroft, qui sest rjoui de la contribution logistique de son pays aux travaux damnagement du territoire, notamment le dsenclavement de cette zone de Shabunda avec la rhabilitation de la route Burhale-Shabunda et la construction de nombreux ponts, dans le cadre de la Stratgie Internationale de Soutien la Scurit et la Stabilit de lEst de la RDC (ISSSS). Les autorits locales de Shabunda, par la voix de lAdministrateur du territoire, ont saires pour entretenir les routes par la mise sur pied, dans les villages, des comits de maintenance et de suivi. Le Ministre provincial de lintrieur et le Vice-Prsident de lAssemble provinciale ont, pour leur part, pris lengagement de sensibiliser les jeunes quitter les groupes arms pour contribuer au dveloppement de leur territoire. Les entraves la stabilisation La prsence et la prolifration de plusieurs groupes arms qui refusent le dsarmement, freinent le dveloppement des communauts de Shabunda. Linscurit augmente dans ce territoire cause des activits de groupes arms. Dans ce territoire dune 2 et dune population estime 720.000 habitants, les vastes zones forestires servent de refuge aux groupes arms. De diverses factions du groupe Ma Ma de Raia Mutomboki et des lments incontrls des FARDC (Forces armes de la Rpublique dmocratique du Congo) sont accuss dexploitation illgale des ressources naturelles, notamment lor, la cassitrite et le bois. Le taux du chmage est trs lev Shabunda; les jeunes, dsuvrs, se font rgulirement enrler par les groupes arms pour avoir des moyens de subsistance. Cette situation dcourage les partenaires, la plupart dentre eux, investir Shabunda. Shabunda, lot de Stabilit pour le dveloppement Lrection de Shabunda en lot de stabilit constitue un dbut de rponses aux problmes de dveloppement. Le concept dlot de stabilit qui consiste, pour le Gouvernement de la RDC, la MONUSCO et ses partenaires, renforcer lautorit de lEtat dans les centres administratifs, permettra de freiner les activits illgales des groupes arms encore actifs dans ce territoire, comme Raia Mutomboki et dinciter ceuxci dposer les armes. Le projet dlot de stabilit va galement aider soutenir les autorits locales et la socit civile dans la dmarche dun bon dialogue social en vue de loprationnalisation dun plan plus intgr et holistique de stabilisation. Sud KivuShabunda Un lot de stabilit pour le dveloppement Par Biliaminou Alao/MONUSCOPhoto UNOPS Un pont mtallique construit par UNOPS, dsenclave Shabunda et ses localits 6

PAGE 7

7 7 Sange a t rendu clbre par le terrien 2010 la suite de lexplosion dun camion-citerne dessence. Sange, cest aussi le grenier agricole dUvira, malheureusement en proie une inscurit devenue chronique. Plusieurs groupes arms y avaient lu domicile depuis lpoque de la rbellion (1996-1998), notamment les groupes arms BeDe, Simuzizi, Karakara et les FNL (venues ethniques entre les communauts Bafuliiru et Barundi de Mutarule et de Luberizi. Sange sest retrouve tre la base-arrire de nombreux autres petits groupes arms. tauration de lautorit de lEtat, les FARDC ont men depuis le dbut de lanne 2014 plusieurs oprations militaires, surtout contre le groupe arm BeDe considr comme principal source des troubles sociaux dans la Plaine de la Ruzizi. Aujourdhui, avec le dpart des groupes arms, la paix revient peu peu dans cette cit. Cependant, la population ressent, tous les niveaux, labsence de lautorit de lEtat. Pour consolider la paix retrouve et restaurer lautorit de lEtat dans les zones anciennement contrles par des milices et autres groupes arms, la MONUSCO a tabli dans la cit de Sange un lot de stabilit. Buts et objectifs Rappelons que les lots de stabilit crs par la MONUSCO ont pour objectif dapporter ts de lEtat et de soutenir le Gouvernement dans son rle de leader dans la promotion du dveloppement des Provinces. Ainsi, la MONUSCO se dploie dans les zones libres de groupes arms quelques heures seulement Le but premier tant dinitier le processus de restauration de lautorit de lEtat en aidant rpondre aux Sange sauv de linscurit ? Par Jean Tobie Okala/MONUSCOexigences minimum, au renforcement des c a quil assume son rle dorganisateur. Llot de stabilit de Sange stend sur une distance de plus de 30 kilomtres, allant du Pont de Kiliba celui de Kamanyola. Se trouvant au sein de la base militaire occupe par le contingent pakistanais, le QG de llot de r le 29 octobre dernier par lAdministrateur du territoire dUvira et le chef de Bureau de la MONUSCO. Trois tentes blanches servent la fois de bureaux et de dortoir pour le personnel onusien. Pour linstant, et en attendant le dploiement des autres Units de la Mission, des lments de la Police civile des Nations Unies et des agents de la Section des Affaires civiles font partie du personnel permanent de llot. Leur rle ? Collaborer avec les diffrents acteurs relevant des services de scurit, de Socit civile, changer sur les moyens de renforcer la scurit et consolider la paix dans la Plaine de la Ruzizi. Dans le cadre du processus de renforcement de lautorit de lEtat, le chef du bureau de la MONUSCO/Uvira, Ould Mohamed El Hacen, a La MONUSCO viendra renforcer la prsence de lautorit de lEtat travers la construction de locaux administratifs (bureaux, Commissariats de police, lieux de dtention, etc.) et/ou leur quipement. Il a ajout : notre prsence se manifestera aussi par les bons lentente, le respect mutuel et lenracinement composantes ethniques. Linitiative de la MONUSCO est apprcie par la population fatigue par la guerre et la violence. Cest du moins ce quen pense un habitant. Fidle Kabongo, coordonnateur de la Nouvelle Socit civile congolaise/Sange souligne : Nous avons lespoir quavec la collaboration de la MONUSCO travers cet lot partir de l, nous pourrons amorcer le dveloppement de notre rgion. Toutefois, ajoutet-il, sans une plus grande implication du Gouvernement, nous craignons que malgr la prsence de la MONUSCO, tous ces efforts ne soient vains. Car, explique-t-il, dans toutes les runions que nous tenons, le principal point qui revient constamment reste le dsarmement des milices et groupes arms. Or, la MONUSCO nous explique que cela nest pas de son ressort, mais plutt de celui du Gouvernement congolais !. Une scne du march dans la cit de Sange Photo MONUSCO

PAGE 8

8 Par Franois-Xavier Mybe/Radio OkapiLa vie a repris son cours normal depuis quatre mois dans le territoire de Manono, o la paix et la scurit avaient t exposes de nombreuses menaces du groupe arm Bakata Katanga. Cest, entre autres, le rsultat des efforts dploys aussi bien par les autorits civiles et militaires de la province du Katanga que la MONUSCO qui a fait de Manono un lot de stabilit. Le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies en Rpublique dmocratique du Congo, Martin Kobler, avait effectu en aot dernier une mission dans cette zone pour lancer la mise en uvre de cet lot. Sa mission tait intervenue au moment o la localit avait t secoue par le dplacement massif des populations provoqu par lactivisme des nautaires. LAdministrateur du territoire de Manono, Franois Kazembe, exprime sa satisfaction : La vie reprend. Ce systme dlot de stabilit, cest quelque chose que nous avons salu. Maintenant, il faut stabiliser le milieu et le dvelopper et y asseoir lautorit de lEtat. Et dajouter : Ce nest pas un slogan, la collaboration dans la mise en uvre des lots de prend sans incidents Manono alors quil y a peu il avait t perturb cause des activits de groupes Ma Ma et Kata Katanga. Nous avons recouvr une petite libert mais il reste certaines poches dinscurit cause de la prsence des Ma Ma lEst et au Sud de Manono, plus proches de Mitwaba et Pweto. Mais du ct de Mukebo vers Nyunzu et Kalemie, la scurit est assure, tmoigne un commerant. Le territoire de Manono a t retenu dans le programme de mise en uvre dlots de stabilit suite diverses considrations: Manono, de par sa position gographique, est situ dans la rgion de ce que lon a tristement appel Triangle de la mort. Il constitue une voie daccs vers dautres zones comme Moba, Mitwaba, Pweto et MalemManono est galement une zone o des groupes arms sont encore actifs, notamment les Bakata Katanga avec leur tte intercommunautaires ont t aussi dterminants que jamais dans le choix de cette zone du fait de leur rcurrence. Pour ses premires actions dans le cadre de la restauration de lautorit de lEtat, la MONUSCO a orient son appui vers lArme et la Police, principaux acteurs du systme scuritaire. Le retour de la scurit Manono est un signe de la russite du partenariat entre le Gouvernement et la MONUSCO, comme lont mentionn souhait sa poursuite ainsi que de lappui de la MONUSCO. Katanga Paix et scurit retrouves Manono Le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies en RDC, Martin Kobler, dcerne une Photo MONUSCO/Franois-Xavier Mybe

PAGE 9

9 KalemiePar Marcelline Comlan/MONUSCOLe site de Lugwangulo est situ 12 km au Nord-Est de Kalemie. Il est gr par le Haut Commissariat des Nations Unies aux Rfugis et divers autres partenaires. Il compte 3 490 personnes dont 476 ayant opt pour une intgration locale en raison de la persistance de linscurit due la prsence des groupes arms (Mai-Mai, FDLR, FNL) dans leurs villages dorigine. La particularit de ce camp est lentente qui y prvaut entre deux communauts, Pygmes et Bantous. Sur ce site, ce sont les Pygmes qui ont accueilli les membres de la communaut Bantous venus du Sud-Kivu. Le Reprsentant spcial a apprci la fraternit et lesprit de solidarit qui existent entre les personnes dplaces de ce site. Une coun exemple suivre pour dautres communauts. Les dplacs ont clairement exprim leur intention de demeurer Lugwangulo et ont plaid pour lamlioration des conditions de leur vie. Ils ont port la connaissance du Reprsentant spcial quelques dolances, principalement la rhabilitation dune cole situe dans ce camps et le paiement des salaires des enseignants, la construction dun centre de sant, lapprovisionnement du site en eau potable, la fourniture du petit outillage agricole, la mise en place dactivits gnratrices de revenus. Martin Kobler a promis den discuter avec le Gouvernement et les partenaires humanitaires. Les Casques bleus bninois : un engagement rel au service de la paix A Kalemie centre, Place Maendeleo, Martin Kobler a prsid la crmonie de remise de mdaille aux Casques bleus du 8me Bataillon bninois de la MONUSCO, en prsence des autorits civiles et militaires congolaises, du personnel des Nations Unies et des populations venues nombreuses assister la manifestation. Le Reprsentant spcial a salu les actions des militaires bninois en faveur de la protection des civils et la stabilisation de la province du Katanga, rappelant au passage que la rgion connat actuellement un nombre croissant de dplacs internes. Le travail de protection des populations doit se poursuivre, a prcis Martin Kobler, exprimant son admiration et sa satisfaction pour les tches accomplies par le Bataillon avant de procder la remise des mdailles aux rcipiendaires. Dploys au Katanga depuis plus de neuf mois, le 8me Bataillon des casques bleus bninois compte 450 militaires dont 21 femmes, rpartis dans huit localits, savoir Kalemie, Bendera, Lubumbashi, Kamina Manono, Moba, Kongolo et provisoirement Kabalo A Lugwangulo, la MONUSCO veut aider lamlioration des conditions scuritaires La prsence, Manono, des casques bleus rassure la population9

PAGE 10

10 Au cours du mois doctobre 2014, le BCNUDH a enregistr 236 violations des droits de lHomme sur le territoire de la RDC, ce qui reprsente une hausse de prs de 57% par rapport au mois de septembre 2014. Les types de violations des droits de lHomme les plus rapports sont les atteintes au droit lintgrit physique (88 violations et 171 victimes) suivies des atteintes au droit la vie (65 violations et 138 victimes), des atteintes au droit la libert et la scurit de la personne (42 violations et 112 victimes) et des atteintes au droit de proprit (36 violations et 444 victimes). Les provinces les plus touches restent les provinces de lEst de la RDC, savoir la province du Nord-Kivu, la province du Sud-Kivu puis la province Orientale. Lensemble des agents tatiques aurait t responsable de plus de la moiti du nombre total des violations des droits de lHomme enregistres par le BCNUDH en octobre 2014. Parmi les agents tatiques, les militaires des FARDC et les agents de la PNC seraient les principaux responsables des violations des droits de lHomme commises en octobre 2014. Les militaires des FARDC auraient t responsables de 58 violations et les agents de la PNC auraient t responsables de 57 violations. Les combattants des groupes arms, tous confondus, auraient t responsables de 111 violations au mois doctobre 2014. Parmi les groupes arms, les combattants des Forces allies dmocratiques (ADF) auraient t les principaux auteurs des violations des droits de lHomme. Durant le mois doctobre 2014, les combattaques dans le territoire de Beni, province du Nord-Kivu et auraient commis 40 violations des droits de lHomme. La majorit des violations commises par les combattants des ADF ont consist en des atteintes au droit la vie, 25 violations ayant fait au moins 94 victimes. Il convient de noter que la plupart des excutions sommaires auraient t commises la machette contre des femmes et des enfants leur domicile et la nuit. Le 7 novembre 2014, Kinshasa, la Haute Cour militaire a condamn le Gnral Jrme Kakwavu 10 ans de prison pour viol et crimes de guerre par meurtre et torture commis par lui directement et par les combattants sous son commandement dans le district de lIturi entre 2003 et 2005 par son groupe arm, les Forces armes du Peuple congolais (FAPC). Au mois doctobre 2014, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de lHomme conjointement avec la MONUSCO ont publi deux rapports sur les violations commises par le M23 au Nord-Kivu entre mi-avril 2012 et novembre 2013 dune part et sur les violations commises par les agents de la PNC entre le 15 novembre 2013 et le 15 fvrier 2014 dautre part. Ce dernier rapport a fait lobjet de vives critiques par le gouvernement qui a dclar le Directeur du BCNUDH, Scott Campbell, persona non grata et a demand son dpart de la RDC. Source : BCNUDHDroits de lHommeDe nouvelles violations enregistres sur le territoire de la RD Congo Les militaires des FARDC et les agents de la Police Nationale Congolaise seraient les principaux responsables des violations des droits de lHomme en octobre, selon le BCNUDH10 Photo MONUSCO/Abel Kavanagha

PAGE 11

11 11 Des oprations de bouclage et de ratissage sont menes avec vigueur Beni par les Forces de Dfense et de Scurit congolaises, soutenues par les Casques bleus de la Force de la MONUSCO. Elles sont menes partout dans le but de dominer le terrain, consolider les acquis de la dbcle de la rbellion du M23, interdire les activits des forces ngatives. Elles visent aussi surveiller les frontires congolaises, collecter des informations sur les Forces Dmocratiques de Libration du Rwanda (FDLR) et les diffrents groupes Mayi-Mayi, mais galement rassurer et protger les populations civiles. Les troupes de la Force onusienne engages dans ces oprations mnent des patrouilles ariennes, motorises et pied, de jour comme de nuit dans les quartiers de la ville de Goma, ainsi que dans les territoires de Nyiragongo, Masisi, Rutshuru et Walikale. Les soldats de la paix de la Brigade dIntervention de la Force onusienne poursuivent galement leurs activits de traque et de neutralisation des groupes arms actifs dans la province, mais aussi, de soutien aux troupes des FARDC et la restauration de lautorit de lEtat congolais dans les zones conquises aux forces ngatives, ainsi que dans les ilots de stabilit. Les statistiques ce jour danciens rebelles des FDLR transports vers le camp de transit Gnral Bahuma Kisangani, font tat de huit cents vingt et un (821) individus, comprenant cent quatre-vingts dix (190) ex combattants, cent cinquante-trois (153) femmes et quatre cents soixante-dix-huit (478) enfants. Au Sud-Kivu, les Forces de Dfense et de Scurit congolaises, soutenues par la Force de la MONUSCO, poursuivent leurs oprations visant radiquer les groupes arms dans cette province, o le climat scuritaire a t jug stable. Par ailleurs, dautres offensives contre les groupes arms actifs dans cette province sont menes par le biais de sept (07) oprations unilatrales des Casques bleus de la Force onusienne et une (01) autre conjointe avec larme gouvernementale, dnommes Kimbilio Salama III (Safe refuge III), Refuge sr III, Safeguard III (Protection III), Mkesha II, Outreach (Longue porte), Amani ya kudumu II(La paix durable II), Safe water III (Eaux sres III), Safari majini (Navigation sre), et South sailboard (Navigation vers le Sud). Et ce, dans le but de combler le vide scuritaire cr par le redploiement des units de larme congolaise au Nord-Kivu et protger les populations civiles. Les diffrents postes oprationnels de la Force onusienne dploys dans cette province, maintiennent galement la pression sur les groupes arms et assurent la protection des populations civiles, par la conduite de patrouilles intensives menes dans les diffrentes localits de cette partie du pays. Les activits ngatives perptres par les lments des Forces Dmocratiques de Libration du Rwanda (FDLR) et ceux du groupe Mayi-Mayi Bakata-Katanga ainsi que Yakutumba, rendent le climat scuritaire volatile et imprvisible au Katanga. Toutefois, les Forces onusienne et congolaise maintiennent lenvironnement scuritaire sous leur contrle par la conduite doprations vigoureuses contre ces groupes arms. La Force de la MONUSCO soutient les oprations menes par les troupes des FARDC au Katanga et y mnent galement des patrouilles intensives de domination de terrain, dans le but de combattre les activits des forces ngatives et protger les populations civiles...Poursuite des oprations militaires contre les groupes arms Les Casques bleus, en patrouille, pour scuriser les populations civilesPhoto MONUSCO/Abel Kavanagha

PAGE 12

12 Martin Kobler a rendu une visite de solidarit aux nombreuses femmes victimes de viols, prises en charge par Docteur Denis Mukwege. Sadressant au personnel de lhpital, il a reconnu que ce travail tait trs dur. Par ailleurs, a-t-il ajout, toute la famille des Nations Unies soutient ce travail, car la lutte contre les violences sexuelles est une priorit. Pour le Chef de la MONUSCO, chaque viol est un viol de trop. La visite de Martin Kobler lhpital de Panzi a t galement loccasion pour lui de rendre hommage au Dr. Denis Mukwege pour un prix Sakharov 2014 qui lui a t dcern le 21 octobre dernier par le Parlement Europen Strasbourg, en reconnaissance de son travail auprs des femmes victimes de viols et de violences sexuelles en Rpublique Dmocratique du Congo. Dans un livre qui lui est consacr, une journaliste belge a surnomm Denis Mukwege lhomme qui rpare les femmes, on y apprend que Denis Mukwege est, lorigine, un simple mdecin, devenu un lanceur dalerte, sur ce quil voit chaque jour dans son hpital. Fils de Pasteur congolais, il a fait des tudes de mdecine au Burundi puis en France, au CHU dAngers (Maine-et-Loire). De retour dans son pays, il fonde un hpital Bukavu. Le docteur Mukwege a assist au gnocide des tutsis du Rwanda et a reu les victimes dans son hpital. Il a, ensuite, reu les victimes des dplacements de populations entires venues du Rwanda. Depuis lors, linstabilit politique na jamais cess dans cette rgion. Des groupes arms se disputent ce territoire avec un mode daction nouveau pour asservir et terroriser les populations locales : le viol collectif et les mutilations gnitales des femmes comme arme de guerre. Des exactions massives commises Reconnaissance de lEurope Lhomme qui rpare les femmes Par Alain Likota et Aissatou L. Tour/MONUSCOteindre lhonneur des hommes. On estime que, depuis 1996, lhpital du docteur Mukwege a reu et soign 40.000 femmes. Les mutilations qui leur ont t inleur sauver la vie.. De fait, le docteur Mukwege est devenu bien malgr lui lun des (rparation dune communication anormale entre les voies gnitales et les voies anales). Ceci donne une ide de la violence des crimes sexuels commis dans cette rgion. Grace papa Mukwege, comme lappellent affectueusement ses patientes, aujourdhui, le monde entier est en train de prendre conscience de la gravit des exactions commises contre les femmes dans cette rgion des grands lacs. entour de femmes qui lui tmoignent de leur affection

PAGE 13

13 Kinshasa UN CARESLe site du bataillon ghanen de la MONUSCO Kinshasa a servi de cadre, le 2 novembre 2014, lorganisation des activits dnommes UN CARES (LONU AVEC NOUS) pour la rduction du VIH/SIDA dans le milieu de travail au sein des Nations Unies. En organisant ces activits, la MONUSCO et les agences du systme des Nations Unies ont voulu soutenir et appuyer le programme daccs universel une gamme complte des avantages comprenant la prvention, le traitement, les soins et le soutien pour tous les personnels de lONU et leurs familles. Environ 300 personnes, parents, enfants et adolescents ont rpondu lappel de lONU. Dans une ambiance bon enfant, les organisateurs ont parl, avec mthode, de la maladie virus Ebola et du VIH/Sida, connues pour leur plus grande propagation. Le Coordonnateur Rsident des Nations Unies en charge des Actions Humanitaires, Moustapha Soumar, le Coordonnateur pays de lONU SIDA et dautres chefs dagences du Systme onusien ont eux aussi particip la sensibilisation. Dans son discours marquant le caractre solennel de lvnement, le prsident de lAssociation du personnel des Nations Unies (FUNSU), Kitenge Yampanya, a soulign limportance et lobjectif de UN CARES. Nous, personnel des Nations Unies, uvrons surtout pour les autres, souvent dans des situations haut risque en nous oubliant nousmmes UN CARES a t cre pour nous permettre de marquer une pause pour penser nous ainsi qu nos familles, sur le VIH/SIDA et sur Ebola. Pour sa part, M. Moustapha Soumar a invit tout le personnel des Nations Unies Quand la MONUSCO sensibilise sur EBOLA et VIH/Sida Par Yulu Kabamba/MONUSCO nos familles dEbola. Nous devons porter linformation nos familles pour viter de jouer au cordonnier mal chauss, a-t-il prvenu. Des informations utiles sur ces deux maladies ont t fournies au public par des mdecins de lOMS (Organisation Mondiale de la Sant) appuys par le Reprsentant de cette organisation, le Dr. Joseph CABOR. Des mesures prventives ont t recommandes, dont le lavage des mains en suivant les diffrentes tapes suivantes: le savonnage, la friction (dans les paumes des mains, entre les doigts, le long des doigts et dans les ongles), le nettoyage avec des serviettes usage unique. Pour le Reprsentant Rsident de lOMS, il fallait commencer par combattre la peur, enlever de la tte des gens quEbola est synonyme de mort car, bien des patients ont t guris grce aux soins appropris administrs temps. Ce jour dominical du 2 novembre, du-rant toute laprs-midi, une campagne de sensibilisation a t mene avec suc-cs. Des visites de stands des diffrentes agences des Nations Unies, du counseling de masse, de dmonstration de lavage des mains par lUNICEF, des messages destins aussi aux enfants par UNFPA/OMS et des conseils pour le dpistage volontaire du VIH/Sida ont t organiss. Photo MONUSCO/Myriam Asmani Campagne de sensibilisation. Des ides innovantes et partageables avec dautres

PAGE 14

14 Le fonctionnaire charg des pratiques stratgique, qui relve du Bureau du Chef de Cabinet du Reprsentant spcial. Son rle est dobserver comment la MONUSCO fait son travail, dans le but notamment de recueillir les ides innovantes et den tirer des enseignements partager avec dautres au sein de la communaut du maintien de la paix. Les pratiques optimales permettent aux missions de maintien de la paix de capter et de conserver la mmoire institutionnelle, de mieux grer aussi nos connaissances collectives. Elles aident les membres du personnel viter de constamment rinventer la roue : un problme particulier que connaissent les missions de maintien de la paix o la rotation des effectifs peut parfois savrer fort. Il existe plusieurs faons daccder aux pratiques optimales labores au niveau du Quartier Gnral et dautres missions, qui peuvent tre adaptes notre travail. Nous pouvons : Rejoindre une Community of practice (Communaut de pratique), cest-dire un rseau de personnes travaillant sur des problmatiques ou domaines qui vous intressent. Des fonctionnaires provenant de lensemble du systme de maintien de la paix se rejoignent et partagent des ides travers ces communauts virtuelles. Con-MONUSCO Les Pratiques optimales en marche Prsent par Luisa Ryan/MONUSCOTraduction en Franais de Tom Tshibangu/MONUSCO Jeremy Gilley lors dun concert de paix Peace One Day organis Goma, le 21 septembre 2014Photo MONUSCO

PAGE 15

15 sulter la Base de donnes sur les politiques et les pratiques (http://ppdb.un.org/) pour trouver des rapports ou des enseignements tirs des expriences des sections similaires dans dautres missions. Lire le bulletin mensuel qui fournit des orientations en matire de gestion des connaissances et exploiter toute ide intressante pour nous et notre quipe. Finalement, nous pouvons nous adresser au fonctionnaire charg des pratiques optimales au sein de la MONUSCO, qui peut nous mettre en contact avec lEquipe des pratiques optimales au sige ou dans dautres missions. Il existe galement 30 points focaux rpartis entre les sections organiques charg des pratiques optimales auprs de la Force de la MONUSCO. Cette quipe des pratiques optimales est l pour nous aider trouver des exemples et expriences tirs dautres missions, qui pourraient faciliter le travail. Types doutils ou documents de collecte de pratiques optimales Il y a des outils et modles de document sent dans toutes les missions. Il sagit de : Analyses aprs action (AAA) : lorsquun projet ou vnement particulier est achev, des ceux-ci sont tablis par des fonctionnaires de niveau P4 et suprieur, et sont publis dans la base de donnes. Dautres catgories de personnel peuvent remplir une note de passation des fonctions l intention des autres membres de leur quipe, mais cette note nest pas publie. Enqutes sur les pratiques Lorsque le sige rassemble des informations sur la manire dont les diffrentes missions de maintien de la paix traitent une question tirs : Diriges par le sige, celles-ci impliquent souvent lintervention dun consultant externe appel fournir une valuation objective de la manire dont une Mission sest acquitte de sa tche sur laxe de travail ou un projet particulier. Tous les rapports et modles associs peuvent tre trouvs dans la Base de donnes sur les Politiques et les Pratiques POINT Quick Links (POINT Liens Rapides) ou en accdant ladresse http:/ppdb.un.org/. En complment des outils indiqus ci-haut, la MONUSCO a labor des instantanes (snapshots)/tudes de cas de bonnes pratiques, qui visent prsenter, de faon simleons de notre exprience. Ils sont particulirement utiles dans le cadre des projets nouveaux et innovants o nous voulons partager des ides qui nont pas t dveloppes assez longtemps pour en tirer des leons de faon systmatique. Les missions en phase de dmarrage peuvent galeou mthodes dopration qui pourraient ne pas se ranger explicitement dans dautres catgories de pratiques optimales. Mais il est important de rappeler que les pratiques optimales, cest le travail de tout le monde au sein de la MONUSCO. Nous voulons tre aussi utiles et aussi pratiques que possible. Si vous avez une ide ou un projet que vous voudriez partager, nhsitez pas contacter Luisa (ryan@un.org). Les jeunes enfants, dpendants du staff MONUSCO, se font expliquer les diffrentes tapes de lvolution de la maladie virus EbolaPhoto MONUSCO/Myriam Asmani15 Cette image montre pourquoi les pratiques optimales sont importantes ; les travailleurs disposent doutils (roues rondes) pour faciliter leur travail, mais ils ne les utilisent pas !

PAGE 16

16 Livre : des auteurs congolais, suisses, belges et franais lhonneur La deuxime dition de la fte du Livre a eu lieu Kinshasa du 12 au 16 novembre 2014. Une trentaine dauteurs congolais, belges, suisses et franais ont expos leurs livres et chang avec les lecteurs autour de plusieurs activits, dont lectures, spectacles, dbats, musique, ateliers, expositions, sances de ddicaces. Une librairie phmre et un concours de Bande Dessine ont t organiss. Le Congo dans la mondialisation, tel a t le thme retenu pour cette nouvelle dition du livre Kinshasa. Ces activits de la fte du livre, organises par lInstitut franais, se sont tendues sur plusieurs sites, notamment lInstitut franais de Kinshasa, au centre Wallonie Bruxelles, lEspace culturel Texaf Bilembo, lacadmie des BeauxArts, au Lyce franais Ren Descartes, au Lyce Prince de Lige et lespace Sadi. Cette anne, un accent a t mis sur la richesse de la littrature du Congo, son rle et son apport dans le monde. Un rle qui ne se limite pas quaux ressources naturelles du pays, sa musique et sa danse, mais aussi et surtout sa riche littrature francophone.Le Festival des Solidarits : une vitrine pour lexpression artistique congolaiseLa 3me dition du Festival des Solidarits (Fessol) sest tenue du 20 au 23 novembre 2014 en la salle Mongita, sige du Thtre et du Ballet National. Le thme retenu cette anne tait lExpression artistique au cur de lmergence de la RD Congo. Plusieurs activits ont t organises, entre autres, un carnaval motoris, des rencontres professionnelles, des sances de projections dbats, des spectacles de musique, la danse, le thtre et des expositions doeuvres dart et dartisanat. Le Festival des solidarits est un espace ouvert de promotion de la libert dexpression et de participation dartistes en herbe des quartiers populaires de la ville de Kinshasa. Des artistes de Kinshasa, de Lubumbashi et de Bukavu y ont t invits. Le Festival des solidarits travaille en partenariat avec le Centre dart Picha de Lubumbashi et le Festival de Bukavu. Cest un projet du Rseau de Promotion de la Dmocratie et des Droits Economiques et Sociaux (PRODDES). International et de Solidarit Socialiste. La premire Biennale de lart contemporain La premire Biennale de lart contemporain dnomme Yango (en franais cest a) sest ouvert le 21 novembre sous le thme Novembre Un mois culturel vcu Kinshasa Un condens de Jean-Marc Matwaki/Radio Okapi16

PAGE 17

17 Avancer dans les sites de lAcadmie des Beaux Arts, du Centre Wallonie Bruxelles, de lInstitut franais, dEchangeur de Limete. 25 artistes venus dAsie, dEurope, des Carabes et dAfrique ont pris part cette grandmesse des arts plastiques et visuels. Au menu : des expositions, ateliers, perfor-mances, confrences dbats et spectacles de musique. Un jury de professionnels du monde de lart a dcern neuf prix, inclu-ant les aides la cration et les rsidences dartistes. Cette biennale est une initiative de lagence de production Mutotu en parte-nariat avec lUnion Europenne, Radio Okapi et tant dautres structures dici et dailleurs. La biennale de Kinshasa vient rallonger la liste des biennales existantes dont celles de Dakar (Dakart), de Bamako, de Casablanca et entend servir de vitrine la crativit des Congolais Kinshasa, Lubumbashi et par-tout en RDC. Des cinastes venus dEurope, dAfrique de lOuest et australe changent au Centre dart Picha Lubumbashi Le centre dart Picha a accueilli du 21 au 23 novembre un vnement culturel dnomm BODA BODA. Plusieurs artistes, principalement des cinastes venus dEurope, dAfrique de lOuest et australe se sont retrouvs pour changer autour de limage. Le projet BODA BODA LOUNGE est un festival vido intercontinental qui devra tre prsent dans 15 lieux/espaces travers lAfrique. Le projet prsente des vidos dartistes bass en Afrique ou dorigine africaine. Lexposition sest poursuivie jusquau 23 novembre 2014. Places : Picha (Lubumbashi), Alle School of Fine Arts and Design (Addis), VANSA (SA), Townhouse (Cairo), Medina (Bamako), Centre Soleil de lAfrique (Bamako), VAN Lagos (Lagos), Voices In Colour (Bulawayo), 32 EAST(Kampala), Kin Art Studios (Kinshasa), Njelele Art Station (Harare) and an online exhibition at Chimurenga Chronic (Chimurenga.co.za).Little Miss Nobody sduit le public de KinshasaLe cinaste belge Bernard Balteau, rLittle Miss Nobody a t prsent en avantpremire au Centre Wallonie Bruxelles le fvrier 2014 Kinshasa et Kisangani, relate les vnements dramatiques de Stanleyville de 1964, par une rescape belge qui est 17 revenue au Congo 50 ans aprs. Lavantquelques jours aprs ltape de Bruxelles. Dautres projections ont eu lieu Kisangani. Belge (RTBF) avant de parcourir quelques festivals. John Of God LJohn Of God a t prsent en avant premire le 21 novembre 2014 au Grand Htel Kinshasa. techniciens congolais et amricains, aligne dans sa distribution quelques clbrits de la musique et du thtre congolais, dont le chanteur Ferr Gola et les comdiens Jean Shaka Tshipamba et Moise Ilunga Shambuy. John Of God Mpoko, ralisateur congolais qui a volu durant plus ou moins 20 ans aux Etats Unis brosse un portrait plus gai et cool de la ville de Kinshasa au-del du tableau triste et sombre diffus dans les mdias trangers. Un nouveau site internet pour promouvoir les droits de lhomme et les actions de la socit civilewww.ndhcongo.org cest le nouveau site internet lanc par la maison des droits de lHomme du Centre Carter. Ce nouveau site internet constitue une vitrine pour la socit civile congolaise et propose une varit dinformations sur les droits de lHomme en Rpublique dmocratique du Congo.

PAGE 18

18 Dans lEst de la Rpublique dmocratique du Congo, aprs la dfaite du Mouve-ment du 23 mars (M23) et la reddition de nombreux autres groupes arms, les lots de stabilit initis par la MONUSCO commencent fonctionner. Un fonctionnement progressif mais sr, qui cre, dj, des conditions propices la restauration de lautorit de lEtat, vers ltablissement dune stabilit durable. La prsence de la MONUSCO dans ces zones permettrait aux Forces armes de la Rpublique dmocratique du Congo et la Police nationale congolaise renforce Vous avez dit stabilit ? de disposer de plus de temps pour as-sumer leur responsabilit premire, celle dassurer la protection des populations. Le sujet reste dactualit car, laction mene par la MONUSCO est fortement apprcie. Cependant, les attentes des habitants des zones stabilises sont pres-santes. A Goma comme Bukavu, en pas-sant par Manono au Katanga, le concept dlots de stabilit suscite tellement des ractions que la sensibilisation sur cette stratgie doit tre permanente. Vous avez dit stabilit ? -tion des interventions de la MONUSCO en appui la restauration de lautorit ont ts crs particulirement au Nord de lEtat en appuyant la police, la justice et ladministration locale. 4,5 millions de dollars de fonds supplmentaires sont consacrs aux efforts immdiats de re-dressement social et de construction des infrastructures. Les lots de stabilit ont pour objectif de lancer le processus de restauration de lautorit de lEtat, dapporter lappui Par Joseph Tshimanga/MONUSCO Des troupes de la Brigade dIntervention de la MONUSCO en patrouille Pinga au Nord Katanga Photo MONUSCO/darchives18

PAGE 19

19 19 lEtat et de soutenir le Gouvernement dans son rle de leader dans la promotion du dveloppement de la province et du pays. Modus operandi La MONUSCO se dploie dans les zones libres de groupes arms quelques heubut premier est dinitier le processus de restauration de lautorit de lEtat en aidant rpondre aux exigences minimum, au renforcement des capacits et en appuyant le dorganisateur, en appuyant les efforts de plaidoyer du gouvernement territorial. Et pourtant, les ilots de stabilit ne doivent pas dpasser la dure dune anne. Aprs cette priode, les organismes et organisations des Nations Unies ayant un mandat en matire de relvement rapide et de dveloppement doivent prendre le relais. Ce nest pas tout. Certaines activits pourraient prendre plus dune anne avant ne devrait pas sengager pour plus dune anne et devrait, trs tt dans le processus, travailler avec le Gouvernement et avec dautres organismes des Nations Unies pour une passation des responsabilits avant la Les activits des lots de stabilit sont centres sur la restauration de lautorit de lEtat, et pas sur les activits de dveloppement qui peuvent tre ralises par les organismes de lONU ou dautres acteurs prsents sur le terrain. Cependant, la rfection dune prison, le renforcement des capacits de quelques responsables gouvernementaux peuvent tre considrs comme des activits de dveloppement), par exemple. Lambition des lots de stabilit est dapporter une nouvelle approche au travail de la Mission, approche qui met laccent plutt sur les solutions aux problmes systmiques dans les prestations de services par lEtat au niveau local que sur la prestation directe de services. Les lots de stabilit sont aux cts du Gouvernement et travaillent avec celui-ci au quotidien. Le personnel des lots de stabilit doit avoir une approche pratique et durable sagissant de la restauration de lautorit de lEtat. Ce personnel sattache galement renforcer les capacits au moyen de formations sur le terrain, lencadrement, laccompagnement et lassistance technique. Le Gouvernement doit rapidement et de faon visible remplir le vide cr par le dpart dun groupe arm. Ainsi quon peut le constater, les lots de staciviles de la MONUSCO dans les zones o ils sont tablis. Ils exigent une raction et un dploiement rapides; ils apportent de la vitesse aux actions de la MONUSCO et visent des rsultats tangibles et visibles; ils exigent et au sein de son personnel. Ils apportent une dimension durgence la Mission. Ce que nous croyons cest que la stratgie dlots de stabilit est un processus de stabilisation de lensemble du territoire Est de la Rpublique dmocratique du Congo, fragilis par les guerres de ces dix dernires annes. Une patrouille diurne des Casques bleus dans les rues de Goma au Nord Kivu 19 Photo MONUSCO

PAGE 20

Produit par lUnit des Publications de la Division de lInformation publique de la MONUSCO Contact : 12, avenue des Aviateurs Kinshasa/Gombe Tlphone : (243) 81 890 6650(243) 81 890 6885