Citation
Echos de la MONUSCO

Material Information

Title:
Echos de la MONUSCO
Creator:
Mission de l 'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo ( issuing body )
Place of Publication:
Kinshasa, DR Congo
Publisher:
Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo
Publication Date:
Frequency:
Monthly
regular
Language:
French
Physical Description:
1 online resource : ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Periodicals -- Congo (Democratic Republic) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
international intergovernmental publication ( marcgt )

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began with: Volume 1, No1 (Juillet 2011)
General Note:
"Une publication de la Division de l'Information Publique de la MONUSCO".
General Note:
"Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo".

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright, Mission de l'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
on10476 ( NOTIS )
1047609376 ( OCLC )
2018226778 ( LCCN )
on1047609376

UFDC Membership

Aggregations:
Digital Military Collection

Downloads

This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

Mission de lOrganisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Rpublique Dmocratique du Congo Volume VI N 2014 RD Congo ONU :54 ans de bonnes relations de partenariat agissant Anniversaire de lindpendance de la RD Congo

PAGE 2

Sommaire Arrt sur image3 Les Nations Unies en RDC : Bilan et perspectives 5 Spcial 54 ans dindpendance de la RDC Martin Kobler exhalte Le courage, la rsilience et la sagesse du peuple congolais 6 Entretien avec Lambert Mende, Ministre de linformation et des mdias, Porte-parole du Gouvernement9 Analyse du processus lectoral La MONUSCO, le Gouvernement et la CENI : quel partenariat?11 des pavillons pour les femmes dtenues la prison centrale de Makala 12 Equateur : un projet pour amliorer les conditions dtudes lUniversit de Mbandaka 13 Sud Kivu : Martin Kobler sassure des conditions scuritaires de travail dans les sites miniers de Nyabibwe15 Ce quest la Division des Affaires politiques Directeur de lInformation Publique Charles Antoine Bambara Coordonnateur des Publications Aissatou Laba Toure Rdacteur-en-Chef Joseph Tshimanga Infographiste Jsus Nzambi Sublime Contributeurs Tom Tshibangu et Yulu Kabamba, Mounia Lakhdar, Fatou Jobe, Basse Cheickh, Maja Bogioevic, Jean-Marc Matwaki, Natalie MariniDe la stratgie de bons offices de la MONUSCOVoici plus de 50 ans quensemble, lOrganisation des Nations Unies et la Rpublique dmocratique du Congo entretiennent de bonnes relations de partenariat agissant. La Mission de maintien de la paix et les agences spcialises de lONU sont prsentes dans ce pays et travaillent en appui aux stratgies de dveloppement humain durable et politique mises en uvre par le Gouvernement. Appui prioritaires dclars pour ce partenariat. Les : sous cette appellation on retrouve lune des composantes cls du mandat actuel de la MONUSCO. Ce sont tous les efforts que dploie la Mission pour contribuer la scurisation, la stabilisation et la reconstruction du pays que lon retrouve (Rsolution du Conseil de Scurit 2147, 2014, Para 3b). Le Conseil de Scurit autorise la MONUSCO promouvoir la consolidation de la paix et un dialogue politique inclusif et transparent parmi les acteurs congolais en vue de faire avancer la rconciliation et la dmocratisation et encourager lorganisation des lections crdibles et transparentes conformment au cycle lectoral et la Constitution (art. 5b). Les efforts fournis par la MONUSCO en faveur de la dmocratisation et des lections libres et transparentes contribueront la stabilisation de la RD Congo. En rapport avec les lections, le mandat de la MONUSCO sera limit lappui logistique tandis que lappui technique sera graduellement transfr lEquipe Pays ou des institutions en les La mission vise la cration dun large consensus parmi les acteurs au processus dmocratique et lectoral pour que les rsultats ne soient pas contests et que le jeu lectoral se fasse dans une ambiance de fairplay. Un effort important pour crer une vision commune entre la majorit prsidentielle et lopposition a t fourni en 2013 dj avec les Concertations Nationales inities par le Prsident Kabila. Ctait l, une innovation et un effort sans prcdent de souvrir lopposition et de crer lunit et la cohsion nationales au-del des clivages et tendances politiques. La MONUSCO appuie cette initiative et tient appuyer lide dun large consensus sur les Par Daniel Ruiz/MONUSCO* Le 30 juin 2014, sur le boulevard Triomphal de Kinshasa, la commmoration du 54me anniversaire de lindpendance de la Forces Armes de la Rpublique dmocratique du Congo (FARDC), Suite la page 3 Photo Radio Okapi/John BompengoEn couverture : Joseph Kabila et Ban Ki-moon lors du cinquantenaire de lindpendance de la RDC, Kinshasa, le 30/06/2010

PAGE 3

3 Par Amadou BA/MONUSCO fondamentaux de la jeune dmocratie de la RDC. Dautres efforts importants ont nationale lectorale indpendante) travers la tenue de plusieurs forums avec les partis politiques et la socit civile. Cependant, plusieurs questions restent traiter, dans ce processus, notamment, celles dun cadre juridique en accord avec la constitution et les normes internationales reconnues; ladoption dune feuille de route complte et inclusive ainsi quun processus transparent. dans ce mme ordre dides, continue dencourager la participation de tous les acteurs politiques dans un processus lectoral libre, quitable, crdible et transparent; dencourager les dcideurs promouvoir un dialogue politique inclusif et transparent; de crer un espace politique pour tous les candidats. Tous les acteurs impliqus dans le processus lectoral devront respecter et appliquer le Code de Bonne Conduite, promouvoir le respect de lindpendance et les dcisions de la CSAC (Conseil suprieur de laudiovisuel congolais). arrangements scuritaires adquats dcide par le gouvernement pour la les efforts de la mdiation et la rsolution surtout au niveau local. La MONUSCO, ensemble avec les acteurs lectoraux, travaillera promouvoir la mobilisation des ressources et la publication dun budget crdible et raliste et lencouragera tenir des runions rgulires avec les acteurs nationaux et internationaux. La section des Affaires politiques et Electorales continuera de faire le monitoring et dappuyer dans la mesure du possible son mandat sur le processus lectoral en cours, mais lappui direct est, selon le mandat, limit la logistique cest--dire, principalement au transport. Cette section mettra tout en uvre pour contribuer la cration dun consensus aussi large que possible entre les acteurs politiques et sociaux sur le processus lectoral venir.* Directeur a.i. de la Division des Aaires Politiques de la MONUSCOLhistoire de la Rpublique dmocratique du Congo et des Nations Unies se confondent ou presque. La prsence des forces des Nations Unies dans ce vaste territoire ne date pas daujourdhui. Elle remonte en 1960, quelques jours seulement aprs laccession de ce pays la souverainet nationale et Les Nations Unies en RDC : Bilan et perspectives internationale avec la mise en place de lOpration des Nations Unies au Congo (ONUC). Le seul objectif des Nations Unies dans cette opration fut daider le gouvernement du Congo restaurer la paix et la scurit sur lensemble du territoire congolais. Aprs le retrait des troupes belges du Suite de la page 2 Le Secrtaire gnral de lONU, le Sudois Dag Hammarskjld a trouv la mort dans un accident davion alors quil tentait de trouver une solution au

PAGE 4

4 territoire congolais, lONUC va satteler mettre lordre dans la province du Katanga. En effet, Mose Tshombe, lu de la province du Katanga, fait la scession avec le soutien du gouvernement belge et de la Socit gnrale de Belgique et proclame lindpendance du Katanga le 11 juillet 1960. Les Nations Unies ont ragi en dpchant au Congo 19.828 hommes katangaise. Lintgrit territoriale du jeune Etat congolais fut ainsi prserve. Lhistoire retiendra, cependant, que le Secrtaire gnral de lONU, le Sudois Dag Hammarskjld est mort dans un accident davion alors quil tentait de trouver une Aprs la chute de Mobutu en 1997 la RDC sest nouveau plonge dans des sries une nouvelle fois ncessit lintervention de la communaut internationale matrialise par la cration de la Mission dObservation des Nations Unies au Congo, (MONUC) dans une rsolution 1279 (1999) adopte lunanimit par les membres du Conseil de scurit des Nations Unies le 30 novembre 1999. Dune mission dobservation limite, la MONUC sest transforme en juillet 2010 en Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Rpublique dmocratique du Congo (MONUSCO). Rsultats Tout au long de son histoire, la mission fut un laboratoire de paix et, ce titre, une pourvoyeuse infatigable denseignements et dexpriences tout en se consacrant une panoplie dactivits qui gravitent autour de la consolidation de la paix par lorganisation des lections en 2006 puis par un soutien logistique des consultations lectorales de 2011 mais aussi en participant la rforme du secteur de la scurit et au processus de Dsarmement, Dmobilisation, Rapatriement, Rinsertion et Rinstallation (DDRRR). La mission dispose depuis 2013 des rgles dengagement robustes avec la mise en place de la Force de la Brigade dIntervention (FBI) qui a permis danantir le groupe rebelle du M23 et les ADF dans le Nord Kivu avant de satteler prsent groupes arms ou forces ngatives, notamment les FDLR. Depuis la cration de cette nouvelle brigade, on enregistre de jour en jour des redditions massives dlments de ce groupe arm. Perspectives La mission travaille en troite collaboration avec le gouvernement congolais dans le rtablissement de lautorit de lEtat dans les zones jadis sous contrle des groupes arms. Le concept lot de stabilit gouvernement congolais et dautres les domaines qui ont urgemment besoin dintervention pour favoriser le rtablissement de la paix, la cohabitation socioconomiques en faveur des populations locales. De ce qui prcde, on note que des progrs considrables ont t accomplis mais beaucoup reste encore faire. Ce qui reste faire, seuls les Congolais, gouvernants et gouverns, peuvent laccomplir. Les Nations Unies nont pas lintention de se substituer aux autorits et aux populations congolaises ou de Dmocratique du Congo. Il incombe dsormais aux Congolais de prendre le relais en vue de faire avancer leur pays sur la voie de la paix, de la dmocratie et du dveloppement

PAGE 5

5 5 Le courage, la rsilience et la sagesse du peuple congolaisMessage du Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies en RD Congo Monument de Patrice Emery Lumumba, premier Ministre de la RDC en 1960

PAGE 6

6 ECHOS DE LA MONUSCO : M. Mende, la RDC vient de fter sa 54me anne dindpendance. Quel bilan faites-vous de son parcours sur le plan de la construction de la Nation Congolaise ? Lambert Mende : La commmoration du 54me anniversaire de lindpendance de notre pays la RDC a t place sous le signe de la victoire du peuple congolais sur les forces du mal qui cumaient depuis prs de deux ans lEst de la Rpublique. Lagitation sanguinaire des forces ngatives a t pour nous un obstacle majeur la construction de notre pays, car on ne construit que lorsquil y a la paix. Cest ce qui explique lhommage rendu par la Nation nos Forces dernier. Il fallait ainsi clbrer la bravoure et labngation dont nos vaillantes forces de dfense ont fait preuve pour ramener la paix dans notre pays. forces de dfense poursuivent leur mission qui consiste dbarrasser la RDC des autres groupes arms irrguliers. Lopration Sukola 1 a ainsi rduit substantiellement la capacit de nuisance des DF-NALU et autres groupes arms Ma-Ma. La monte en puissance des FARDC est telle que les redditions volontaires se sont multiplies du ct de ces groupes arms. Mme si les FDLR ont rsolu de rentrer dans leur Rwanda natal. Ainsi donc, en termes de bilan, on peut noter que la RDC a eu affronter beaucoup dobstacles sur la voie du dveloppement. Ces obstacles relevaient autant de puissances trangres pour lesquelles lordre au Congo est contraire la logique de prdation quelles entendent y faire perdurer, que de certaines forces politiques internes plus enclines servir ltranger que leurs concitoyens et qui nont gure conu la politique autrement que ce quun auteur Nous nous trouvons aujourdhui un tournant dcisif : la RDC est non seulement en train de retrouver la paix, mais avance selon une vision claire de son avenir: la Rvolution de la Modernit. Le parc agroindustriel de Bukanga-Lonzo qui a t inaugur au mois de juillet procde de cette vision, autant que les nombreux projets et ariennes et tout ce qui est entrepris pour amliorer lindice du dveloppement humain dans notre pays. Quant la construction de lidentit congolaise, les diffrentes guerres ont dmontr que cest dsormais acquis : les Congolais sont attachs leur appartenance la nation congolaise. En effet, si les tentatives de balkanisation de notre pays Lapport des Nations Unies est globalement salu par notre peuple et son gouvernement Propos recueillis par Joseph Albert Tshimanga/MONUSCO Lambert Mende Omalanga, Porte-parole du Gouvernement de la RD Congo lors dune confrence de presse KinshasaPhoto Radio Okapi/John Bompengo

PAGE 7

7 ont toujours chou, cest surtout parce quelles nont pas t soutenues par notre peuple qui est, du Nord au Sud, de lEst Cest pour moi le grand acquis de ces 54 ans dindpendance. Cette notion dindpendance nest-elle pas mise mal, avec la prsence dune quarantaine de groupes arms dans lEst du pays ? Actuellement, il ny a plus de groupe dont la capacit de nuisance soit de nature constituer une menace crdible lindpendance de la Rpublique Dmocratique du Congo. La plupart de groupes arms ne sont constitus que de malfrats qui nont aucune revendication politique. Cest donc essentiellement un problme de retour lordre et de la consolidation de lautorit de lEtat. Larme qui a aujourdhui une capacit de dissuasion vidente constitue un rempart quant ce, ct des structures administratives rendues nagure inoprantes cause de la guerre, ainsi que lappareil judiciaire. Llan actuel est plutt rassurant ce sujet. Voici plus de 50 ans que la Rpublique Dmocratique du Congo et les Nations Unies entretiennent des relations de partenariat agissant. Quel bilan le Gouvernement dresse-t-il de cette collaboration ? Cest un bilan plutt positif. Avec plus du soutien des Nations Unies et a pu elle aussi contribuer pour la paix et la prosprit des autres Nations ainsi que le dmontre lengagement dun rgiment des FARDC en Rpublique Centrafricaine. Les Nations Unies sont venues au chevet de la RDC chaque fois que les autorits du pays lont requis. Il y a eu certes parfois des divergences de vues entre harmonises. Lapport des Nations Unies est globalement salu par notre peuple et son gouvernement.Quelle lecture faites-vous de la rsolution 2147 du Conseil de scurit des Nations grandes priorits : la protection des civils, la stabilisation, lappui la mise en uvre et la coopration pour la Rpublique Dmocratique du Congo et la rgion ? Je note dabord que la rsolution 2147 proroge le mandat de la brigade dintervention titre exceptionnel. Nous ne pouvons que nous en fliciter parce que cela rpond non seulement un besoin de cohrence dans laction commence travers la rsolution 2098, mais aussi la ralit de la situation : le processus de stabilisation de la RDC et de la rgion requiert en cette phase un prolongement du mandat de la MONUSCO et de la cette mission sera apprcie par rapport la capacit de la MONUSCO se rendre progressivement non indispensable pour les tches qui en fait relvent essentiellement de la comptence du gouvernement congolais. Etant donn la situation postpays, nous avons besoin du soutien de la MONUSCO. Mais il faut, pour utiliser lexpression des matres spirituels, que la Force internationale sactive se rendre inutile. Les Congolais lui en seront trs reconnaissants. Les choses semblent voluer dans ce sens. Cest dailleurs pour cela que le Conseil de scurit de lONU entrevoit la ncessit dune stratgie de avons la main la pte avec le soutien de la MONUSCO et a se passe bien. Comment analysez-vous la rsultant de cette rsolution, avec la rduction des effectifs (civils et militaires) de louest vers lest du pays ? est conscutive lvolution de la situation scuritaire sur le territoire congolais en gnral. Nul ne peut douter de laccalmie qui sobserve louest et au centre du pays o les forces de scurit de la RDC tant civiles, militaires que policires assurent comme prvu la scurit des personnes et leurs biens ainsi que lintgrit du territoire national. Il faut aussi reconnatre la baisse dintensit de lactivisme des groupes arms au nord-est du pays o les FARDC avec lappui de la MONUSCO poursuivent les oprations de leur traque dans le cadre du dsarmement forc. Cest tout fait normal ministre Mende Omalanga (au centre de la photo) la rencontre des lments FDLR dmobiliss, Kanyabayonga, au Nord KivuPhoto MONUSCO/Sylvain Liechti

PAGE 8

8 son dploiement tiennent compte de cette nouvelle ralit. La rsolution 2147 demande galement la MONUSCO de prparer une stratgie de sortie du pays. Pour certains congolais, le travail des Nations Unies nest pas encore achev dans le pays, pour dautres, il est temps pour les Nations Unies de partir et de laisser la RDC rgler elle-mme ses problmes. Quen-pensez-vous ? La MONUSCO est en RDC pour soutenir le Gouvernement dans des actions qui relvent de sa charge. Le Congo tant et la normalisation du travail relevant de lEtat congolais. Nous sommes heureux de constater qu cet gard, les choses voluent positivement. On peut donc estimer que les objectifs de la MONUSCO seront atteints dans un dlais pas trop une situation telle quelle naura pas besoin de ce type de soutien. Un mdecin nest apprci que si son malade gurit. La valeur du mdecin rside dans les gurisons qui rsultent de son action, pas linverse. Quels sont les obstacles qui sopposent encore la stabilit et lintgrit dans lEst du pays, et quattend le Gouvernement de la MONUSCO et de tous de la stabilisation ? Vous avez sans doute suivi lincident survenu en juin dernier Kanyesheja au Nord-Kivu. Ce type de provocation de la part dun pays voisin nest pas de nature rassurer quant la volont de tous de respecter les engagements pris dans lAccord-Cadre dAddis-Abeba. Nous pensons que la communaut internationale a un grand rle jouer pour amener tout le monde simpliquer dans la ralisation dudit Accord. La partie congolaise fait le maximum dont elle est capable cet gard. Toutes les valuations lattestent. La MONUSCO et les autres partenaires nous appuient surtout sur le plan logistique dans les oprations visant radiquer tous les groupes arms encore actifs lEst de notre pays. Nous souhaitons que cet appui continue jusquau moment o nous aurons atteint les objectifs assigns ces oprations.Quelle est lvolution du programme gouvernemental en matire de rforme de la scurit, de larme et de la police ? Il y a longtemps que le processus a quitt la gare pour ainsi dire. Le Prsident de la Rpublique a promulgu en 2013 la Loi portant statut du militaire des Forces Armes de la Rpublique Dmocratique du Congo et la Loi portant statut du personnel de carrire de la Police nationale congolaise. Des ordonnances organisant les deux corps ont t galement publies. Pour ne citer que le cas de la Police Nationale Congolaise, il y a des innovations importantes pour en faire une police professionnelle, civile et rpublicaine. Dornavant, seuls les Congolais disposant au moins dun diplme dEtat peuvent tre recruts dans la police et, en matire disciplinaire, les textes de discipline militaire rgissant les membres des forces armes ne sont plus applicables au personnel de carrire de la police nationale. Bref, on volue. Il reste consolider toutes ces dispositions lgales dans la vie concrte des diffrents corps concerns. Cela se fait progressivement. Le calendrier lectoral de la CENI vient dtre publi, le soutien de la MONUSCO sera essentiellement logistique. Le Gouvernement pense-t-il que lONU assez? Je pense que le soutien logistique est de mieux faire ? Interfrer dans lorganisation des lections ou le choix faire par les citoyens? La loi ne reconnat pas cette comptence aux partenaires internationaux, mme pas aux nationaux dailleurs. La CENI est indpendante et rien, mme pas nos partenaires extrieurs, ne doit entacher cette indpendance. Ni le gouvernement, ni aucune autre personne ou institution ne sont autoriss violer lindpendance de la CENI. Lapport des partenaires, sagissant des lections, ne peut donc tre que celui sollicit par le pouvoir organisateur des lections quest la CENI. Pas plus. Quelle est la vraie nature des relations entre le Gouvernement et la MONUSCO, est-elle aise? Ces relations sont-elles au Je crois lavoir dit en rpondant votre question sur le bilan du partenariat entre la RDC et les Nations Unies pendant les 54 ans dindpendance : nous apprcions lapport des Nations Unies dans notre pays. Je pensais que vous aviez compris que cette apprciation rsulte principalement de lapport de la MONUSCO. Nous ne pensons pas toujours exactement la mme chose en toutes circonstances, mais une telle fusion identitaire nest pas envisageable dans les relations de ce genre. Lessentiel ce propos, cest que nous avons toujours russi harmoniser nos vues et travailler dans une complicit respectueuse des missions de chacun. On peut donc dire que la fte de lindpendance sur le boulevard Triomphal de Kinshasa Photo Radio Okapi/John Bompengo

PAGE 9

9 La nouvelle Commission Electorale Nationale Indpendante (CENI) mise en place par lOrdonnance n 13-058 du 12 juin 2013 a prvu, dans sa feuille de route, lorganisation de 2014 2016, dans lordre, les lections locales, les lections provinciales et snatoriales, llection des gouverneurs et vice-gouverneurs, les lections lgislatives et llection prsidentielle. Le calendrier global de ces lections attendu par un nombre important de partis politiques, la socit civile ainsi que la communaut internationale nest jusque-l pas publi. Seul, celui des lections urbaines, municipales et locales a t rendu public le 26 mai 2014. Du processus lectoral Dans la perspective de lorganisation des lections urbaines, municipales et locales, la CENI mne plusieurs activits prparatoires. Il convient de prciser que lorganisation dune lection est une suite dune multitude dactivits raliser pendant une priode relativement longue qui prcde la tenue de ladite lection avec des chances prcises et contraignantes. Sans dresser le bilan des activits en cours la CENI, il est important de souligner que cette institution a conu et met en uvre dessentielles oprations lectorales prparatoires. Elle a, en effet, entrepris depuis le 9 des cartographies oprationnelles. Cette opration est une rponse aux recommandations des diverses missions dobservation des consultations lectorales de 2006 et 2011. Elle a pour but de rcuprer un maximum dlecteurs dits omis, minimiser le nombre dlecteurs gars ou loigns de leurs sites de vote lors des scrutins de 2011, doter chaque un site de vote, rpartir les lecteurs dans leurs sites de vote de rsidence et daider chaque lecteur retrouver lemplacement de son site de vote. Aprs une exprience pilote dans la province de Bandundu et dans le territoire de Bfal dans lEquateur, lopration est progressivement tendue lAire Oprationnelle 2 compose de dix autres provinces depuis le 11 juin 2014 avec le dploiement du matriel, suivi de la formation des agents. Laction de la MONUSCO Dans le processus lectoral conduit par la CENI, la MONUSCO apporte une assistance dans le cadre de son mandat conformment aux rsolutions du Conseil de Scurit des Nations Unies notamment les rsolutions 2098 (2013) et 2147 (2014). Cette assistance qui se La MONUSCO, le Gouvernement et la CENI : quel partenariat ? Par le Bureau de la Division Electorale/MONUSCO Labb Appolinaire Malu Malu dirige la nouvelle Commission Nationale Electorale Indpendante (CENI) Photo MONUSCO

PAGE 10

10 concrtise par des appuis multiformes la CENI est dgressive. Elle va se concentrer dsormais sur lappui logistique et avant de procder au transfert du volet appui technique de faire le transfert de lappui technique lquipe-pays du Systme des Nations Unies. Lassistance, mme rduite, va continuer jusquen septembre 2014 sous forme dun appui technique et logistique lorganisation des activits lectorales au niveau central et au niveau des dmembrements de la CENI dans les provinces et antennes. Dans les oprations en cours, la MONUSCO apporte la CENI une assistance par le biais de ses experts lectoraux travaillant en groupes intgrs thmatiques (oprations lectorales, formation, sensibilisation et ducation civique, logistique, traitement informatique, support des activits de terrain, scurisation lectorale) avec le Secrtariat Excutif National de la CENI et les Sections Electorales au niveau des dmembrements. Cette assistance, dans son volet technique, consiste fournir un appui conseil pour la ralisation des activits majeures non exhaustives. Citons en exemple, la conception et la mise en uvre des oprations notamment celle et de stabilisation des cartographies oprationnelles dans toutes ses phases, pilote et gnralise, la production des plans oprationnels et lorganisation de la reprise des scrutins cits plus haut. Dans son appui logistique au processus lectoral, la MONUSCO, dans le cadre lectoral et la stabilisation des cartographies oprationnelles dans les dix autres provinces du pays a effectu, par des vols spciaux et transport par voie terrestre scuris, le dploiement de plus de 60 tonnes de matriels lectoraux (kits de formation, ordinateurs, Bgans, GPS, Thuraya, formulaires de collecte des donnes, documents de sensibilisation) de Kinshasa vers dix-huit centres logistiques de la CENI. Elle a galement transport plus de 17 tonnes de matriels lectoraux des dix-huit centres logistiques vers les antennes de la seffectuer uniquement que par voie arienne). La MONUSCO a aussi assur le transport par voie arienne des agents et fonctionnaires de la CENI pour les oprations lectorales en cours. Il est important de souligner que la Mission a contribu au ramassage et au transport du matriel lectoral (cartes dlecteurs vierges, CD et les scrutins du 28 novembre 2011. Elle a appuy lorganisation de la reprise du scrutin des lgislatives nationales pour la circonscription lectorale de Bfal par des vols spciaux pour le transport du matriel et du personnel. Reprsentant Spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies en RD Congo, Martin Kobler, avec lappui de la Division des Affaires Politiques et de lUnit lectorale, a eu plusieurs rencontres bilatrales avec la CENI, des reprsentants de partis politiques de lopposition (UDPS, FAC, MLC, UFC, UNC), ainsi quavec des reprsentants de la majorit prsidentielle. Le but est de faciliter le dialogue entre la CENI et les acteurs politiques et aussi damnager pour lopposition politique un espace de discussion sur les questions lies au processus lectoral. Dans le cadre de lexcution de son mandat en rapport avec le processus lectoral, la MONUSCO, outre la CENI, collabore et mne des activits dappui conjointes avec les ambassades et missions diplomatiques, les organismes et organisations internationales, les partenaires et bailleurs internationaux impliqus dans ledit processus en RDC tels que le PNUD, lUnion Europenne, le DIFID. Pour ce faire, plusieurs cadres de concertation et de travail sont crs et on peut citer : le Groupe de coordination des lections, le comit technique, le comit de partenariat, le task force logistique du matriel lectoral lintrieur du paysPhoto MONUSCO/Sylvain Liechti

PAGE 11

11 Financs hauteur de 35,536 dollars amricains, ces pavillons comprennent quatorze lits et matelas de couchage, une salle de jeux et de vido pour enfants accompagnant leurs mres dtenues. Ils ont t construits dans le cadre des projets impact rapide de la MONUSCO. Le 26 juin, des autorits de ladministration judiciaire congolaise, dont la Vice-Ministre charge des Droits Humains et le directeur de la prison, ont rceptionn ce projet remis par la Section dappui lAdministration pnitentiaire de la MONUSCO. Mme la Vice-Ministre des Droits Humains a remerci la MONUSCO pour leffectivit de ces pavillons ddis cette tranche vulnrable de la prison que sont les femmes dtenues accompagnes de leurs enfants et les femmes enceintes. Le directeur de la Section dappui la justice de la MONUSCO a soulign, pour sa part, le contexte juridique du projet dont le but est de tendre vers le respect des dispositions de la rgle 23 de lensemble des rgles minima des Nations Unies pour le traitement des dtenus. En effet, ces dispositions stipulent ceci : Dans les tablissements pour femmes, il doit y avoir les installations spciales ncessaires pour le traitement des femmes, relevant de couches et convalescentes. Dans toute la mesure du possible, des dispositions doivent tre prises pour que laccouchement ait lieu dans un hpital civil. Si lenfant est n en prison, il importe que lacte de naissance nen fasse pas mention. Aussi, lorsquil est permis aux mres dtenues de conserver leurs nourrissons, des dispositions doivent tre prises pour organiser une crche, dote dun personnel laisss aux soins de leurs mres. LONG GAAD, matre douvrage de cette nouvelle infrastructure dans la prison centrale de Makala, a t remercie pour cette belle uvre qui permet damliorer les conditions de dtention des femmes dtenues accompagnes denfants et des dtenues enceintes. A la mme occasion, le directeur de la Section dAppui la justice de la MONUSCO a offert plus de 1000 registres lensemble des greffes des prisons de la Rpublique dmocratique du Congo, des registres des vads et repris de dcrou, des malades, de situation KinshasaLa MONUSCO finance la construction de pavillons pour les femmes dtenues la prison centrale de Makala Cheickh Ahmed Dia et Harouna Tarnagada/MONUSCO (au centre de la photo) remettant les cls des pavillons la Vice-Ministre congolaise Photo MONUSCO/Harouna Tarnagada

PAGE 12

12 Le projet sera excut pendant trois mois pour un cot total de 34.920 dollars amricains, dont une partie de 29.920 dollars revient la charge de la MONUSCO. Au cours de la crmonie de pose de la premire pierre, devant une assistance nombreuse, le chef de bureau a. i. de la MONUSCO/Equateur, Jean-Tobie Okala, a insist sur la ncessit de veiller la bonne excution du projet, soulignant tudiants daujourdhui qu ceux de demain. M. Okala a par ailleurs voqu cours au sein de la Mission onusienne. rsolution 2147 du Conseil de Scurit des Nations Unies. Pour autant, la MONUSCO ne se dsengagera pas de lEquateur, mais elle y sera reprsente avec un effectif rduit, a prcis M. Okala, devant les membres du gouvernement provincial, les autorits administratives de la ville de Mbandaka, le corps enseignant et de nombreux tudiants prsents cette crmonie. Prenant la parole son tour, le Gouverneur de Province ad intrim, Sbastien Impeto, a remerci la MONUSCO de son travail daccompagnement des efforts mens en Equateur pour amliorer les conditions de vie des populations locales. Notons que lUniversit de Mbandaka comprend cinq facults, mais ne dispose jusquici que de 7 petites salles de cours pour 4000 tudiants. Rsultat : des heurts, parfois violents, y clatent rgulirement entre tudiants qui se disputent laccs aux places disponibles pour suivre les cours. A cela sajoute le manque dinstallations sanitaires. Autant de raisons qui ont pouss la coordination estudiantine solliciter lappui de la MONUSCO qui lance ce projet, qui est excut par la section de lInformation publique de la Mission. Pour Aloys Likongo, prsident de la coordination estudiantine de lUniversit de Mbandaka, ce projet va nettement amliorer nos conditions de vie en gnral, et dtudes en particulier. Nous ne savons comment remercier la MONUSCO pour son implication dans la recherche des solutions nos problmes, dautant que ce projet est la deuxime intervention de la MONUSCO lUNIMBA, aprs la dotation en chaises en plastique de lanne dernire EquateurUn projet pour amliorer les conditions dtudes lUniversit de Mbandaka Jean-Tobie Okala/MONUSCO Pose de la 1re pierre du projet de construction de nouvelles infrastructures pour lUniversit de MbandakaPhoto MONUSCO

PAGE 13

13 Accompagn de lAmbassadeur de la Rpublique dAllemagne en RD Congo, de la Vice-prsidente du Parlement allemand et du Ministre provincial congolais des mines, Adalbert Muhri, le chef de la MONUSCO est all de la Mission onusienne dans les sites dexploitation artisanale de cassitrite. Rappelons que la Rsolution 2098 du Conseil de scurit des Nations Unies demande la MONUSCO dencourager le gouvernement de la RDC pour la mise en place rapide et la consolidation dune structure civile nationale pour contrler les activits minires et pour grer quitablement lextraction et le commerce des ressources naturelles. Par cette premire visite de travail effectue dans cette zone, Martin Kobler a voulu particulirement sassurer de validation du site minier de Kalimbi Nyabibwe. Dans le cadre de la Stratgie Internationale de Soutien la Scurit et la stabilisation de lEst de la RDC (I4S) /STAREC, il sest rendu compte des conditions scuritaires et sociales dans les sites les autorits congolaises aux mcanismes pouvant contribuer la traabilit des minraux et la manire dont les ressources naturelles peuvent mieux locales, en amliorant leurs conditions de vie par la construction de centres de sant, dcoles et de routes. Regroups en coopratives dexploitations artisanales, les creuseurs travaillent main nue. Ils creusent la pelle, broient les morceaux de terre rcolts la main sur des blocs de granite et lavent la boue rcolte la main ou dans des ruisseaux de fortune. La cassitrite est ensuite vendue par les coopratives des ngociants qui les vendent leur tour des comptoirs. Les creuseurs partagent gnralement les gains avec les propritaires miniers. Les sites dexploitation artisanale de cassitrite sont en forme de galeries souterraines denviron 700 creuseurs et produisent environ 2000 kg de cassitrite par jour partir de puits de 20 30 mtres de profondeur chacun. En raison de la profondeur des galeries et pour des raisons de scurit, la MONUSCO, en partenariat avec lOrganisation internationale pour les migrations (OIM), le Ministre des mines et le Service dassistance et dencadrement des creuseurs artisanaux (SAESSCAM) tudie la possibilit daider les exploitants Sud KivuMartin Kobler sassure des conditions scuritaires de travail dans les sites miniers de Nyabibwe Par Biliaminou Alao/MONUSCO Le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral de lONU en RDC (2 gauche), la Vice-Prsidente du parlement allemand (au centre) visitent un centre de ngoce dans le site minier de KalimbiPhoto MONUSCO/Sylvain Liechti

PAGE 14

14 travailler ciel ouvert pour augmenter la production. en ce sens par le Mwami Kamerogota Chuchu Ntale, chef de chefferie de Buhavu. Il sollicite de laide pour les creuseurs de sa chefferie, pour une exploitation semiindustrielle avec utilisation de machines. En effet, la production artisanale est trs faible. Une exploitation ciel ouvert pourrait accrotre la production et par consquent les gains des creuseurs artisanaux. Le reprsentant de lOIM, sur place, a indiqu que dans le cadre de la mise en uvre du projet de traabilit des minerais, de lUSAID, envisagent de construire des centres de ngoce proches des sites miniers. Les carrs miniers de Nyabibwe sont site pilote de la Rpublique dmocratique du Congo ayant commenc, depuis octobre rgionale de la CIRGL (Confrence internationale de la rgion des Grands Lacs) en fvrier 2014. Selon les statistiques minerais, les carrs miniers de Nyabibwe ont export pour plus de 8,500 millions de dollars de cassitrite aux consommateurs 2013. Il est possible damliorer les conditions de travail. Le Code minier de la RDC prvoit que lorsque les conditions techniques caractrisant certains gtes des substances minrales ne permettent pas den assurer une exploitation grande chelle rentable, mais permettent une exploitation minire de petite taille avec un minimum dinstallations dexploitation minire petite chelle. Selon le Code Minier, les exploitants artisanaux ne peuvent vendre leurs produits miniers quaux ngociants qui vendent leur tour aux comptoirs ou aux organismes agrs par lEtat. Ces derniers cdent ces produits aux consommateurs aussi vendre leurs produits aux artistes agrs par le Ministre de la culture et des arts dans les limites de leurs autorisations La Vice-Prsidente du parlement allemand (au centre de la photo) Des ouvriers dans le carr minier de NyabilwePhoto MONUSCO/Sylvain Liechti Photo MONUSCO/Sylvain Liechti

PAGE 15

15 La Division des Affaires Politiques (PAD) joue le rle de cellule de runit et analyse les informations, et apporte son expertise au Reprsentant Spcial du Secrtaire Gnral des Nations Unies et dautres responsables en termes de politique et davis stratgiques pour toute question lie au mandat de la MONUC. La PAD prpare galement des rapports sur la situation et appuie les oprations de proximit (outreach) et de plaidoyer pour la paix, la stabilisation et la reconstruction en La PAD appuie le processus de dmocratisation et de rforme ainsi qu la construction des relations de bon voisinage dans la rgion des Grands Lacs. Dmocratisation et rforme institutionnelle La PAD travaille en troite collaboration avec les partenaires nationaux et internationaux dans lappui la dmocratisation en RDC et assiste les institutions nationales et provinciales ainsi que les organisations de la socit civile crer des conditions favorables pour la promotion de la dmocratie et de ltat de droit. Ceci comporte des avis et appuis techniques pour llaboration des lois et la bonne gouvernance. La PAD contribue de manire considrable la stratgie de la MONUSCO sur la prvention et la focalisant premirement sur la situation lEst, il travaille en collaboration avec les diffrentes sections de la MONUSCO Ce quest la division des Affaires politiques Des moyens logistiques adquats pour contribuer la scurit et la stabilisation, mme dans les coins les plus rculs de la RD Congo Photo MONUSCO/Sylvain Liechti

PAGE 16

16 et dautres partenaires nationaux et internationaux dans lapplication du mandat de la Mission sur la protection des civils par des Equipes de Protection Multidisciplinaires Mixtes (JPT). La Division contribue aux efforts de la Mission pour la restauration de la paix lEst de la RDC, travers lappui au processus de paix et examine la question de la prsence des groupes arms congolais et trangers. Construire des relations de bon voisinage dans la rgion des Grands Lacs La PAD contribue lamlioration des relations bilatrales entre la RDC et ses voisins de la rgion des Grands Lacs travers la plaidoirie, la facilitation et le Rwanda et lOuganda et a facilit la coordination des oprations militaires conjointes contre les groupes arms trangers. La PAD focalise galement ses efforts sur les implications politiques des mouvements des rfugis et des questions relatives aux personnes dplaces internes et DDRRR. Responsabilits partages Les responsabilits de la Division des Affaires Politiques se rpartissent entre une Unit de Rforme et Dmocratisation, une Unit de Gestion de Rgionales. LUnit de Rforme et Dcentralisation (RDU) surveille et analyse les activits des institutions nationales dont la Prsidence, le Gouvernement, le Parlement, et coalitions, ainsi que les acteurs non gouvernementaux. Ce travail se repose sur les objectifs partags de paix et de scurit, particulirement lest de la RDC. La RDU apporte aussi un appui aux principales rformes lgislatives et institutionnelles en vue de renforcer la dmocratisation ainsi que la gouvernance politique et conomique. les menaces contre la paix, offre ses contributions pour leur prvention et rsolutions. Ses surveillance et analyse visent le renforcement du systme dalertes prcoces. La LCMU labore des recommandations pour la gestion rconciliation communautaire Un casque bleu uruguayen en conversation avec des jeunes membres dune communaut locale dans lEst de la RD Congo Photo MONUSCO/Sylvain Liechti

PAGE 17

17 Les projections publiques ont eu lieu simultanment dans deux sites dans la ville de Kinshasa savoir : La Gare centrale, dans la commune de la Gombe et la place dite Echangeur, dans la Commune de Limete, en fonction du calendrier des matchs de la Coupe du monde de football 2014. Sens de lvnement au service du dveloppement et de la paix. Il contribue au changement social, encourage le respect mutuel et la comprhension entre personnes et promeut lesprit dquipe. Le sport permet aussi de mobiliser et sensibiliser une audience large. Lorganisation de la Coupe du monde de football en est une bonne illustration. ses actions, la Mission de lOrganisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Rpublique Dmocratique du Congo de la Coupe du monde de football Brsil 2014, en lanant lopration Mundial Pour Tous, du 12 juin au 13 juillet 2014, en partenariat avec le gouvernorat de la Ville province de Kinshasa et des acteurs du secteur priv. Cette initiative a vis plus la paix chez les jeunes et les spectateurs de la Coupe du monde de football des quartiers dfavoriss de la ville de Kinshasa. Au cours de cette manifestation, outre la diffusion des matchs de football et la prestation dartistes onusiennes, des jeux-concours ont t organiss sur divers sujets relatifs au travail de la MONUSCO. Il y a eu galement la diffusion des messages de paix et autres idaux des Nations Unies, des sances de sensibilisation aux questions de droits de lhomme, la lutte contre le recrutement des enfants au sein des groupes arms, la prvention et la lutte contre le VIH/SIDA. intervenu le mardi 12 juin 2014 la place de lEchangeur de Limete dans laprsmidi, en prsence des autorits politicoadministratives, des membres du Corps diplomatique, du personnel du Systme des Nations Unies, des reprsentants de la socit civile et des professionnels des mdias. Les Kinois ont suivi en direct du Brsil Coupe du monde de football, sans louper aucune rencontre sur base du calendrier de la Fdration Internationale du Football Association (FIFA) LOPERATION MUNDIAL POUR TOUS A VECU 17 Par lUnit de sensibilisation/MONUSCO du football photographi lors de louverture dune cole de football lInstitut Don Bosco, Goma par les Casques bleus uruguayen de la MONUSCOPhoto MONUSCO/Sylvain Liechti

PAGE 18

18 18 Une soire de fte et de rjouissances populaires a t organise, cette occasion, sur le site Alcatel de la MONUSCO dans le centreville de la Gombe. Le directeur de la Division de lInformation publique, Charles Antoine Bambara, le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies en Rpublique dmocratique du Congo, Martin Kobler, le Ministre des Postes, Tlcommunication et Nouvelles technologies de linformation, Tryphon KinKiey Mulumba ainsi que de nombreux reprsentants des mdias et des journalistes se sont runis pour clbrer cette journe internationale de la musique, agrmente par lorchestre Okapi Musica et le tout nouveau Chur de la MONUSCO. Ctait une soire exceptionnelle, selon M. Bambara, qui a tenu, dans son mot de circonstance, souligner limportance de la musique dans la vie sociale des peuples. Daprs lui, linitiative de la Division de lInformation publique avait pour but de partager, en commun, avec les responsables de la presse quelque chose daussi important savoir, le devoir dinformer. Bien que ces responsables des mdias se rencontrent dans les confrences de presse, cette journe est lunique occasion connatre et voir comment faire pour avancer le travail qui est le ntre, celui dinformer, de former et dduquer a prcis M. Bambara. Et dajouter : Linformation est un outil fort et puissant. Le cas le plus illustratif est celui de la Cte dIvoire en proie la guerre civile, et qui a t sauve par lapport de musiciens travers leurs messages vhiculs et un sentiment de rconciliation manant de la population. Lopinion du Directeur de lInformation publique de la MONUSCO partage par Freddy Mulumba Kabuayi, directeur du groupe Mdias 7, qui a estim qu travers les chansons, on peut faire passer {absolument, Ndlr} des messages de rconciliation et de paix. Au nom des responsables de la presse, M. Mulumba a flicit la MONUSCO pour cette belle initiative. Il a souhait que la collaboration soit entre la presse et la mission onusienne pour consacrer la libert de la presse en RD. Congo. La fte de la musique a servi de cadre solennel Martin Kobler pour prsenter au public la chorale de la MONUSCO. Dirig par lartiste Jean Ren Balekita, ce chur est compos dhommes et de femmes talentueux utilisant la musique pour transmettre des messages de paix, damour et de rconciliation. Il dispose dun nationales (dont le lingala parl couramment par les Congolais) et en franais (langue vingtaine de chanteurs, y compris Martin Kobler, linitiateur, ont excut des chansons de conscientisation et dducation, de rapprochement des peuples, pour la paix universelle et pour la stabilisation en Rpublique dmocratique du Congo Le choeur de la MONUSCO, une initiative de Martin Kobler, Reprsentant spcial du Secrtaire gnral de lONU en RD CongoPhoto MONUSCO/Jsus Nzambi

PAGE 19

19 Dans sa Rsolution 2147 (2014), le Conseil de scurit des Nations Unies demande la MONUSCO, notamment, de proposer un plan de rduction de ses effectifs. Do, la Mission procde, depuis quelques mois, de la MONUSCO est mal perue et mal interprte par une certaine opinion, qui voit travers ce processus un dsengagement de la Mission, dans louest du pays. Cest faux, la MONUSCO ne de la Rpublique dmocratique du Congo. Conformment la Rsolution du Conseil de scurit 2147, la Mission rduit plutt sa prsence pour aller mieux soutenir laction du gouvernement de la RDC et de son arme dans lest, o svissent encore de poches des groupes arms. qui affectera toutes les catgories du personnel de la MONUSCO : fonctionnaires nationaux et internationaux. Tous sont rduction des effectifs et dabolition de certains postes. Mais, il faut avouer quil ny a pas de discrimination, surtout pas contre les Congolais, qui disons-le ont beaucoup lapport la Mission depuis sa cration. Lon oublie quil y a plus de personnel civil recrut sur le plan national (civil) la MONUSCO que le personnel recrut sur le plan international. Les employs nationaux occupent ou ont occup plusieurs fonctions au sein de la ingnieurs, traducteurs-interprtes ainsi que des informaticiens... y ont servi. Sans lappui professionnel du personnel local, la mandat. La RDC et la MONUSCO ont travaill ensemble pour la paix. Nous avons tous en nous quelque chose de MONUSCO Chaque citoyen congolais, directement ou indirectement, a pu apporter sa pierre de la MONUSCO. Car, faut-il bien le reconnaitre, la MONUSCO est alle bien au-del de son mandat originel, le maintien de la paix, travers des actions sociales et humanitaires grandioses, telles que la construction, la rhabilitation ou lquipement dcoles, hpitaux ou rhabilitation ou lquipement dcoles, construction de maisons de presse, la construction dinfrastructures routires dactivits gnratrices de revenus en faveur des plus dmunis. Loin de nous lide de faire un (premier) bilan du mandat de la MONUSCO. Il ne faudrait pas, cependant, oublier les progrs raliss, au moment o son bonhomme de chemin. Un Gnral des Forces armes de la Rpublique dmocratique du Congo (FARDC) qui lon demandait de tmoigner de lapport de la MONUSCO, loccasion de la clbration de la Journe des Casques bleus le 29 mai 2012, navait-il pas estim, en des termes trs justes : Si certains se demandent toujours quoi sert la MONUSCO, quils se renseignent auprs des FARDC pour le savoir. Oui, dune faon ou dune autre, chacun se souviendra de la MONUSCO ou de lapport de la MONUSCO la paix, le promotion de la dmocratie et lavnement dune nouvelle re sociopolitique en RD Congo Ensemble, pour la paix !Par Jean-Tobie Okala/MONUSCO armes et munitions rendues par les combattants FDLR Buleusa, Nord Kivu, lors de la campagne de dsarmement lance le 30 mai 2014Photo MONUSCO/Sylvain Liechti

PAGE 20

Produit par lUnit des Publications de la Division de lInformation publique de la MONUSCO Contact : 12, avenue des Aviateurs Kinshasa/Gombe Tlphone : (243) 81 890 7368 (243) 81 890 6885