Citation
Echos de la MONUSCO

Material Information

Title:
Echos de la MONUSCO
Creator:
Mission de l 'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo ( issuing body )
Place of Publication:
Kinshasa, DR Congo
Publisher:
Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo
Publication Date:
Frequency:
Monthly
regular
Language:
French
Physical Description:
1 online resource : ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Periodicals -- Congo (Democratic Republic) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
international intergovernmental publication ( marcgt )

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began with: Volume 1, No1 (Juillet 2011)
General Note:
"Une publication de la Division de l'Information Publique de la MONUSCO".
General Note:
"Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo".

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright, Mission de l'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
on10476 ( NOTIS )
1047609376 ( OCLC )
2018226778 ( LCCN )
on1047609376

UFDC Membership

Aggregations:
Digital Military Collection

Downloads

This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

Une publication de la Division de lInformation Publique de la MONUSCO Echo e Volume II N Septembre 2012RDC : eorts communs pour une paix durable Kasa Occidental : une tape

PAGE 2

2 Sommaire5 Evnement. Ituri: la MONUSCO sensibilise la population la recherche dune paix durable4 Quid de la scurit dans le Maniema6 Kasa Occidental : gouvernement provincial, Socit civile et MONUSCO ensemble pour la consolidation de la paix7 Goma : quand les universitaires se penchent sur la question de la paix8 Socit. Sud Kivu : linscurit, une grande proccupation pour les populations civiles9 Uvira :la MONUSCO soutient le dialogue entre les communauts Bafuliru et Barundia11 Equateur : ces conits qui continuent de menacer la paix13 Coopration. Vers une plus grande synergie entre la MONUSCO et les agences des Nations Unies14 Interview. Sud Kivu : le gnral de Brigade Nadir Khan voque les eorts de paix dploys par la MONUSCO Directeur a.i. de lInformation Publique Madnodje Mounoubai Coordonnateur des Publications Penangnini Toure Rdacteur-en-Chef Joseph Tshimanga Infographiste Jsus Nzambi Sublime 3Evnement Rtrospective sur la journe internationale de la paix, le 21 septembrePhoto MONUSCO/JMyriam Asmani Photo couverture : Des enfants du camp de dplacs Kanyaruchinya prs de Goma, dans le Nord Kivu Photo MONUSCO/Sylvain LiechtiSuite la 3me pagePar Pnangnini Tour/MONUSCO*Lre de la paix et du dveloppementLe Secrtaire gnral des Nations Unies, Ban Ki-moonLactualit du mois de septembre 2012 a t riche en vnements. Retenons dabord la clbration de la Journe internationale de la Paix le 21 septembre, vnement qui a guid le choix du thme de la Paix consacr ce numro. Il y a eu ensuite le sommet de haut niveau sur la Rpublique dmocratique du Congo (RDC) convoqu le 27 septembre New York par le Secrtaire gnral des Nations Unies en marge de la 67me session de lAssemble gnrale qui, elle, sest tenue du 24 au 26 septembre 2012. Le sommet de New York avait runi les pays membres de la Confrence internationale sur la Rgion des Grands Lacs pour essayer de trouver une solution la grande instabilit qui prvaut dans lEst de la RDC en raison de la prsence de nombreux groupes arms dont le M-23. Au plan local, et plus prcisment au sein du systme des Nations Unies en RDC, le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies,

PAGE 3

3 Suite de la 2me page Par Joseph Tshimanga/MONUSCOUne paix durable, un dveloppement durable, pour un avenir durableRtrospective sur la journe internationale de la paix, le 21 sptembreJengage tout un chacun, dici au 21 Cest en ces termes on ne peut plus vocateurs que, le 13 juin 2012, Ban Kimoon, sest adress aux dirigeants des Etats, de la socit civile, des institutions locales et du secteur priv, runis Rio de Janeiro, au Brsil, loccasion du Sommet sur le dveloppement durable ce domaine. Pour rappel, cest en rapport avec la Confrence de Rio+20 que le thme de clbration cette anne de la journe internationale de la paix a t choisi: . Une paix durable La journe internationale de la paix est observe chaque anne, partout dans le monde, le 21 septembre. LAssemble gnrale des Nations Unies a consacr cette journe au renforcement des idaux EvnementRoger Meece, a prsid la crmonie intgrs dans trois provinces, savoir le Bas-Congo et les deux Kasa. Le dploiement de Coordonnateurs dans ces localits en lieu et place des traditionnels Bureau est laboutissement de deux annes defforts pour que lide du One UN (principe dunicit des Nations Unies) connaisse un dbut de ralisation. En effet, dans les zones du pays avres stables et jouissant dune paix relative, les efforts de stabilisation font place ceux du dveloppement. Ainsi, la Mission de lOrganisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Rpublique dmocratique du Congo (MONUSCO) se retire de ces endroits pour faire place au volet dveloppement conduit par les agences des Nations Unies avec pour chef de pour le Dveloppement (PNUD). Il est souhaiter que dautres provinces puissent suivre lexemple du Bas Congo et des deux Kasa et que petit petit, lentiret de la RDC connaisse la paix. Cette ide ou ce rve cest selon trouve tout son sens dans le thme retenu pour la Journe internationale 2012, savoir, . Le Secrtaire gnral des Nations Unies, Ban Ki-moon, a trouv les mots justes en disant dans son adresse loccasion de la Journe internationale de la paix que . Vivement donc dchirent la RDC et empchent le pays de se tourner vers son dveloppement *Coordonnateur des Publications Le Secrtaire gnral des Nations Unies, Ban Ki-moon, ici en visite en RDC le 30 juin 2012, plaide sans coup frir pour une paix durable, un dveloppement durable et un avenir durable dans le monde Photo MONUSCO/Myriam AsmaniUn appel du Secrtaire gnral des Nations Unies lanc au monde entier pour une paix et une scurit durables, gages du dveloppement.

PAGE 4

4 de paix, tant au sein des nations et des peuples quentre ceux-ci. Selon lONU, un avenir durable ne peut se concevoir sil nest pas accompagn dune paix durable. De la mme faon, une paix durable doit se construire avec un dveloppement durable. En effet, dans son message prononc le 13 juin 2012 pour le lancement du compte rebours de 100 jours avant la Journe internationale de la paix, Ban Ki-moon prcisait que : . Pour M. Ban, les causes profondes lies ou alimentes par les ressources naturelles prcieuses, comme les diamants, lor, le ptrole, le bois ou leau. Concernant la proprit, le contrle et la gestion des ressources naturelles sont essentielles pour maintenir la scurit et pour restaurer une conomie saine bonne gestion des ressources naturelles peut-elle jouer un rle central dans la construction de la paix durable dans les de partager une date commune pour avait estim le Secrtaire gnral des Nations Unies Par Martha Biongo/MONUSCOAu nord de la province, dans le territoire de Lubutu 380 km de Kindu, le chef lieu de la province, une milice, continue de faire la pluie et le beau temps dans certaines localits, en faisant du parc de la Miko leur base-arrre. Au plan humanitaire, il y a aussi signaler, depuis lavnement du M 23 dans le Nord Kivu, larrive de nombreux dplacs en provenance de Walikale. Ces populations prises en tenailles fuient les combats, dune part entre les miliciens de et les Forces Armes de la RDC (FARDC), et dautre part entre les Forces dmocratiques de Libration du Rwanda (FDLR) et les FARDC. Dans le territoire de Punia, plus de 245 km de Kindu, cest essentiellement dans le secteur de Babira Bakwame Kasese, 125 km de Punia, o lon note des cas dinscurit. Il sagit ici dincursions dlments des FDLR en qute de minerais dans les nombreuses carrires minires au cur de la fort Nkumwa. La rgion est galement marque par des manifestations dordre social du fait des nombreux oprateurs conomiques du secteur minier qui, par moment, protestent soit contre la multiplicit des taxes imposes, soit contre le refus du Gouvernement provincial dexpdier les minerais vers Goma, seule porte de sortie. Il sensuit gnralement des frictions de courte dure avec le Gouvernement local. Dans le Sud de la province, notamment Salambila, 300 km de Kindu, o se trouve la socit minire BANRO, la paix est mise mal par les incursions des FDLR qui sont systmatiquement repousss grce aux efforts conjugus des FARDC et de la Mission de lOrganisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Rpublique dmocratique du Congo (MONUSCO). Il y a galement le mcontentement des creuseurs artisanaux qui dnoncent le non-respect des accords entre eux et la socit BANRO, comme ce fut le cas en septembre dernier. Lintervention muscle de la Police nationale congolaise (PNC) avait fait de nombreux blesss parmi ces creuseurs. coutumiers ou fonciers, si ce ne sont des actes de banditisme commis par des coupeurs de routes ou autres bandits de grands chemins, compromettant ainsi la libre circulation des populations et des biens Ces groupes arms qui nuisent la quitude des populationsQuid de la scurit dans le ManiemaNonobstant des cas dinscurit isols, le Maniema, province frontalire du Nord et Sud Kivu, peut se targuer dtre lune des parties de la Rpublique dmocratique du Congo o rgne la paix. Les quelque cas dinscurit enregistrs sont le fait de petits groupes arms ou de bandits qui font des attaques sporadiques dans les villages et hameaux isols. Souvent, il sagit de querelles entre familles sur fond de contrle de terres ou de lautorit coutumire.

PAGE 5

5 A Bunia, comme dans le reste des territoires de la Rpublique dmocratique du Congo, la Journe internationale de la paix a t clbre, le 21 septembre 2012. Place cette anne sous le thme central , cette journe a t bien accueillie par la population de lIturi qui, pendant longtemps, a souffert des affres de la guerre, et cherche maintenant panser ses blessures et aspirer ainsi un avenir meilleur. Le Bureau de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Rpublique dmocratique du Congo (MONUSCO), en collaboration avec les autorits locales de lIturi, a saisi cette occasion pour rencontrer des forces vives de lIturi au cours dun atelier organis cet effet. La rencontre avait pour but de livrer aux participants le message de paix du Secrtaire gnral des Nations Unies, et de les sensibiliser sur le nouveau mandat de la MONUSCO qui a pour vocation dassurer la protection des civils, et au-del, de contribuer la recherche dune paix durable en Rpublique dmocratique du Congo. Sensibilisation totale Dans le souci de rechercher cette paix durable dans le district de lIturi, le chef du Bureau de la MONUSCO, MHand Ladjouzi, a invit les jeunes et les anciens soldats miliciens dmobiliss ne pas rallier les groupes arms encore oprationnels dans cette rgion. Il a par ailleurs convi la population bannir la haine ethnique et soutenir les efforts des Forces armes de la Rpublique dmocratique du Congo (FARDC) nouveaux groupes arms en Ituri, une manire dexhorter cette mme population ne pas saper les efforts consentis jusqu ce jour pour rtablir la paix dans cette partie de la Province Orientale. Chacun est en mesure dapporter sa contribution au processus de district, a dit Monsieur Ladjouzi EvnementPar Amadou Maga/MONUSCOIturi: la MONUSCO sensibilise la population la recherche dune paix durableEn marge de la journe mondiale de la paixUn appel de la MONUSCO aux hommes et femmes, jeunes et vieux de lIturi pour enterrer la hache de guerre et cultiver la paix. Des rencontres culturelles, dont un match de football amical entre les jeunes, ont t organises Photo MONUSCO

PAGE 6

6 EvnementLa paix dans la province du Kasa Occidental est sur la voie de saffermir entre deux communauts du terroir, celles de Bungamba et de Bakatombi -avec son alli Bulangu-Kapimbi. comble en 2010, causant dimportants dgts matriels et une rupture de la cohsion sociale entre les habitants de ces trois villages. Aujourdhui, selon Edel Martin Kaputakapua, prsident du Rseau Jeunes dans le Monde pour la Paix (RJMP), Pour russir Laide de la MONUSCO La Mission de lOrganisation des Nations pour la Stabilisation en Rpublique dmocratique du Congo (MONUSCO) sest, elle aussi, implique aux cts des populations locales pour aider au retour de la paix dans la province. Ainsi, la section des Affaires civiles du bureau de la MONUSCO au Kasa Occidental a conduit une mission dappui la rconciliation communautaire entre ces trois localits situes dans laxe routier reliant le territoire de Mweka celui de Lwebo. Au cours de cette mission, une La recherche de la paix et la rconciliation communautaire au centre des proccupations de la MONUSCO, des autorits politiques et civiles locales. Kasa Occidental : Gouvernement provincial, Socit civile et MONUSCO ensemble pour la consolidation de la paixPar Lansana Dabo/MONUSCO formation en gestion et transformation de 40 leaders locaux, notamment des chefs de groupements, des chefs de localit, des notables dont quatre femmes. Suite cet atelier, les participants ont sign un acte dengagement pour le rtablissement diffrentes communauts et un comit local de rconciliation compos de 10 membres a t mis en place pour veiller la consolidation de cet engagement. Les participants ont galement dcid lunanimit dinstituer des activits culturelles inter-villageoises retrouve. Pour respecter la tradition et demander pardon, le chef de la localit de Bungamba a remis une chvre titre symbolique chacun des chefs de des dommages provoqus par ledit Un groupe de jeunes lles et garons des villages de Bungamba, aprs un match de football amical, signe de rtablissement de la paix sociale Photo MONUSCO

PAGE 7

7 EvnementA lissue de ce colloque, les participants se sont engags : assainir les milieux universitaires en inculquant des valeurs civiques aux tudiants et ainsi, aider crer dhonntes citoyens la culture de la paix par lintroduction de la paix dans les curriculums interuniversitaire dans la sous-rgion en vue dentreprendre des recherches dans des domaines dintrt commun et faire des publications tendant promouvoir la paix et le dveloppement durable LUniversit libre des Pays des Grands Lacs (ULPGL) a organis du 2 au 4 octobre 2012 Goma, un colloque sous-rgional sur le . Plus dune cinquantaine duniversitaires et de reprsentants dOrganisations nongouvernementales venus du Burundi, du Rwanda, de lOuganda et de la Rpublique dmocratique du Congo (RDC), staient runis durant ces trois tre leur contribution la construction de la paix dans la sous-rgion. Rsultats Plusieurs thmes ont t abords, notamment le ncessit dune nouvelle commission dune bonne gestion des ressources minires. Il est apparu, travers les diffrents changes, quil existe une dichotomie les intellectuels du monde acadmique et celles manant de la socit civile. Pour Margaret Angucia, de lUniversit des Martyrs de lOuganda, ce constat servir doccasion de crer une synergie positive entre les acadmiciens et la Colloque sur la recherche de la paix dans le Nord Kivu Quand les universitaires se penchent sur la question de la paixpopulation reprsente par la socit civile. Pour ce qui est de la gestion des ressources minires, les participants sont arrivs la conclusion que lexploitation minire, lorsquelle est mal gre, peut intellectuels, la ncessit et lurgence du rtablissement de lautorit de RDC, notamment dans les Kivu, pour faire respecter la lgislation minire en vigueur et mieux contrler son exploitation.Par Alexandre Essome/MONUSCO Des tudiants, Goma, lors dun colloque rgional sur la paix et le dveloppement, lUniversit Libre des Grands Lacs Photo MONUSCO

PAGE 8

8 Populations civiles et humanitaires, tous sous la menace des hommes en armesPar Tahina Garcia Andriamamonjitianasoa/MONUSCODes massacres, tueries par-ci, des viols et des exactions commises contre les populations par-l, cest le vcu presque quotidien dune bonne partie de la population dans le Sud Kivu. Ces populations traumatises sont en perptuel mouvement pour chapper aux affres de la guerre, ou pour leur survie tout court. En 2012, contrairement aux annes prcdentes, le jour de lindpendance de la Rpublique dmocratique du Congo (RDC) -30 juin -a t vcu sans grande pompe, mais plutt dans la mditation, au regard des souffrances endures depuis au moins une dcennie, par les Congolais de lEst du pays. Au moment o se clbrait cette journe nationale, Sud-Kivu : linscurit, une grande proccupation pour les populations civilesle nombre de dplacs au Sud-Kivu passait environ 850 000 personnes, selon le Bureau de Coordination des Affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA). Linscurit cause par les affrontements entre groupes arms dune part, et dautre part entre ces derniers et larme rgulire dans le territoire de Masisi, Sud du Nordde dplacs. En outre, la mutinerie, suivie de dfections, au sein des Forces armes de la RDC (FARDC), a frein llan des oprations militaires et ainsi retard lespoir dun retour des dplacs dans leurs zones dhabitation. Sans logis et sans ressources, ces dplacs continuent dtre une charge la fois pour les humanitaires, qui doivent acheminer vers eux de laide dans des les communauts daccueil, submerges par un accroissement dmographique soudain et exponentiel. A Bunyakiri et Bitale, dans le territoire de Kalehe, le Programme alimentaire mondial (PAM) a d fournir 217 tonnes de vivres plus de 26 000 personnes fuyant les affrontements. Consquences raret de denres alimentaires dans certains endroits. Linscurit touche non seulement les populations, mais aussi les acteurs humanitaires qui leur viennent en aide. Souvent cibles faciles pour les groupes arms, certains dentre eux se sont tout simplement retirs, laissant des villages entiers abandonns eux-mmes. Selon OCHA, pour le premier semestre de lanne en cours, 44 incidents scuritaires ont t enregistrs contre les humanitaires au Sud Kivu. Des interventions coordonnes des forces gouvernementales sont rclames par des populations en dsarroi travers les diffrents territoires de la province. Toutefois, la cohsion actuelle au sein des FARDC -appuyes par la MONUSCO -est un lment ncessaire pour la russite des oprations visant la stabilisation SocitScne de rue Bukavu, Sud Kivu Photo MONUSCO/Sylvain Liechti

PAGE 9

9 Dans la plaine de la Ruzizi cohabitent deux communauts, les Bafuliru et les Barundi. Cette collectivit est frontalire avec celle des Bavira. LEtat congolais a hrit de lEtat colonial belge le dcoupage cartographique de ces trois chefferies qui forment aujourdhui le territoire dUvira sous le dcret-loi royal du 04/10/1928. Suite lassassinat, le 23 avril 2012, du chef des Barundi, et lintronisation Uvira : la MONUSCO soutient le dialogue entre les communauts Bafuliru et Barundi Le 28 septembre 2012, le chef du Bureau de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Rpublique dmocratique du Congo (MONUSCO) de Bukavu, province du Sud Kivu, a accompagn le ministre congolais tension intercommunautaire persistante entre les communauts Bafuliru et Barundi dans la plaine de la Ruzizi.vague de contestations et de violences entre les communauts Barundi et Bafuliru a t observe travers toute la plaine de la Ruzizi. Deux membres de la communaut des Bafuliru souponns dtre lorigine de lassassinat du chef des Barundi ont t mis aux arrts. Sensuit une manifestation de colre des Bafuliru qui lexpriment en barricadant des voies publiques pour exiger la libration des leurs. La tension monte dun cran lorsque les Barundi organisent la rplique, aids de leurs frres venus de lautre ct de la frontire avec le Burundi. Un alliance htivement conclue pour rconcilier les deux communauts est soumise rude preuve. Les hostilits repartent de plus bel en dpit de lintervention des forces de scurit. Recherche des solutions et actions par la MONUSCO Pour viter que cette situation ne Par Laurent Sam Oussou/MONUSCO Socit Le gouverneur de la province du Sud Kivu, Marcellin Cissambo (g), avec sa gauche le Ministre de lIntrieur Richard Muyej, dans une runion avec les notables de Ruzizi Photo MONUSCO/Laurent Sam Oussou

PAGE 10

10 dgnre en une guerre interethnique aux consquences dmesures, la MONUSCO a organis du 8 au 10 aot 2012, dans la plaine de la Ruzizi, une mission conduite par une Equipe de protection conjointe compose des sections Affaires civiles, Droits de lHomme, Protection de lEnfant, DDRRR (Dsarmement, Dmobilisation, Rapatriement, Rinstallation et Rinsertion), ainsi que de la Police MONUSCO, et de la Brigade du Sud Kivu. Des contacts formels et informels furent entrepris avec les diffrentes communauts impliques dans la MONUSCO conduisait des patrouilles rgulires sur les principales voies de communication en vue de dissuader toutes tentatives daffrontement. Dans ce contexte, la section Affaires civiles de la MONUSCO a organis les 30 et 31 aot 2012, en collaboration avec le Cadre de Concertation intercommunautaire (CCI) un mcanisme local spcialis dans la for Commun Ground, une rencontre damorcer un dialogue entre elles. Les autorits provinciales ntaient pas non plus en reste dans la recherche dune solution de paix. Cest ainsi que le Ministre provincial de lIntrieur a dcid dorganiser les 28 et 29 septembre 2012 en prsence de son chef hirarchique au plan national, le Ministre de lIntrieur, de la Scurit et des affaires coutumires, Richard Muyej Mangez, une rencontre entre les Bafuliru et les Barundi pour le retour de la paix dans la plaine de la Ruzizi. Aprs avoir entendu les leaders des Bafuliru, et Bavari), le ministre Richard Muyej a demand une cessation immdiate des hostilits dans le territoire dUvira, non sans donner lassurance que doit se poursuivre, et dajouter quil faut Un accord de non-agression, dont voici un extrait, a ainsi t sign par les de dnoncer et condamner tout acte de . Avec ce succs qui a amen ces communauts surs se rconcilier, la MONUSCO continue de surveiller de prs la situation qui demeure encore fragile. Elle continue dy mener ses activits civiles et militaires habituelles, de manire consolider la paix si durement acquise et permettre toutes les communauts de vivre en toute quitude les unes avec les autres Des participants une manifestation foraine organise du 28 au 29 septembre 2012 Photo MONUSCO/Laurent Sam Oussou

PAGE 11

11 Heureusement que vous tes l disait un jeune tudiant, membre du CJP, en rfrence la MONUSCO, lors dune sance de sensibilisation lducation et la culture de la paix en 2011, dans un tablissement secondaire de Mbandaka, la capitale provinciale. rpertoris et estims aujourdhui prs de deux cents, continuent de menacer la quitude apparente des habitants de cette province. Des cinq districts que compte lEquateur, celui du SudOubangui, Nord-ouest de la province, Tous les moyens permis pour rgler des comptes Dans les villages de Gemena Budjala, en passant par Yakoma, Enyele, Munzaya, Bozene ou Bokonzi, les ceux qui sont lis la terre ou au contrle du pouvoir coutumier. Ces populations nhsitent pas recourir aux armes blanches et autres de fabrication artisanale, pour en dcoudre. Les annes 2009 et 2010 furent particulirement marques par la rvolte du Mouvement de Libration des Indpendants et Allis Equateur : ces conits qui continuent de menacer la paix dautres provinces de lOuest de la Rpublique dmocratique du Congo (RDC), lEquateur jouit dune paix relative mais extrmement prcaire. Fort heureusement, la Socit civile, la MONUSCO (Mission de lOrganisation des Nations Unies pour la Stabilisation en RDC) et certains partenaires tels que Search for Common Ground travers des actions individuelles et concertes.(MLIA), plus connu sous le nom de . A Yakoma dans le district du NordUbangui, et Bikoro, environ130 km de Mbandaka, lon recourt souvent la machette pour se faire entendre, ou pour rclamer son d. A Mbandaka, chef lieu de la province, certains hommes politiques mettent parfois mal cette paix si durement acquise. Mais, le sens de la responsabilit dautres dirigeants, ainsi que la permanente disponibilit de la MONUSCO accompagner le processus de consolidation de la paix, combins la maturit dune population indpendance face une certaine classe politique, ont souvent permis dviter Par Jean-Tobie Okala/MONUSCO Socit La MONUSCO, les autorits locales, y compris la presse, tous au service de la paix dans la province de lEquateur Photo MONUSCO/Jean-Tobie Okala

PAGE 12

12 la province de lEquateur les affres dun Intervention de la MONUSCO La MONUSCO contribue normment au changement de mentalits qui sopre au sein de la population. En lieu et place du langage des armes, la mission onusienne tente dintroduire une nouvelle culture base sur la travers le dialogue et la ngociation. Comment sy prend-elle ? Elle y arrive par le truchement de ses sances de sensibilisation dans les sminaires et ateliers quelle organise travers la province. Elle appuie la mise en place de comits locaux de rconciliation. La MONUSCO mne ces actions en troite collaboration avec ses partenaires que sont la Socit civile, lONG internationale Search for Common Ground, et le Comit des Jeunes pour la Paix. Ainsi aprs linsurrection du MLIA, la MONUSCO, travers sa section des Affaires civiles, a initi une srie dactivits visant mettre en place et former des acteurs qui pourront jouer et la rconciliation des populations touches par la crise. Ce fut dabord Gemena, du 11 au 16 juin 2010 o 46 acteurs se sont engags sinvestir dans Oubangui, travers un vritable plan daction : sensibilisation de la population travers les radios locales sur la culture de la non-violence, et galement la sensibilisation de la police sur les arrestations arbitraires et la valeur dune franche collaboration entre policiers et civils. Ensuite, Dongo, du 18 au 25 aot 2010, 38 personnes avaient t formes pour servir de . Elles avaient pris lengagement de sensibiliser les jeunes de Lobala rendre ou dtruire leurs armes, et amener les communauts Bomboma et Lobala dun ct, et Munzaya et Lobala de lautre, privilgier le dialogue dans le cadre du diffrend qui les oppose. Par la suite, de nombreux autres sminaires ont t organiss sur la notamment Bokonzi (22-29 Novembre), Bozene (8-12 mai 2011), Cacaoco (2027 mars 2012) ou encore rcemment Yakamba (3-7 septembre 2012). Par ailleurs, lors des dernires lections gnrales en novembre 2011, un forum regroupant la Commission lectorale nationale indpendante (CENI), la MONUSCO et les partis politiques, avait t mis en place en vue daboutir des lections apaises. Mais bien avant cela, la MONUSCO avait fait de limplication des jeunes abouti la mise en place Mbandaka du Comit des Jeunes pour la Paix. Cadre de concertation par excellence des jeunes, le CJP organise rgulirement des campagnes de sensibilisation dans les coles Mbandaka, ainsi qu lintrieur de la province. Il organise en outre des sances de sensibilisation sur la culture de la paix, sur les valeurs de tolrance, de respect mutuel et de coexistence Toujours dans la recherche dune paix durable en Equateur, la MONUSCO et ses partenaires du systme des Nations Unies, avait pris linitiative de crer Dongo une Radio communautaire au lendemain des tristes vnements qui avaient ensanglant la province de lEqauteur entre 2009 et 2010. Dnomme cette Radio a pour but de promouvoir la paix entre les diffrentes communauts de la province. Depuis lors, son rle dans la consolidation de la paix a t unanimement salu par lensemble de la population de lEquateur Une sance de sensibilisation la culture de la paix, travers le sport-roi, le football, entre les jeunes Photo MONUSCO/Jean-Tobie Okala

PAGE 13

13 CooprationLEquipe-Pays des Nations Unies et la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Rpublique dmocratique du Congo (MONUSCO) ont dcid dtablir le systme de coordonnateurs provinciaux de bureaux conjoints de lONU dans certaines provinces. Lobjectif est de renforcer la coordination entre les Agences des Nations Unies et la Mission onusienne en uvre des plans de travail intgrs, Vers une plus grande synergie entre la MONUSCO et les agences des Nations UniesUn coordonnateur provincial du bureau conjoint des Nations Unies, dans Par Maimouna Traor/MONUSCO conformment au Cadre stratgique des Nations Unies pour la transition et au Plan-cadre des Nations Unies pour laide au dveloppement. Ce processus dintgration entam depuis 2010-2011 a connu son point dachvement le 18 septembre 2012 Mbuji Mayi, o a eu lieu la le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies pour la RDC, Roger Meece, des bureaux intgrs avec les premiers coordinateurs provinciaux, qui remplacent dsormais les chefs de Bureau de la MONUSCO. Trois provinces sont actuellement gres par des coordonnateurs provinciaux, savoir le Kasa Occidental, le Kasa Oriental, et le Bas-Congo. La paix relative observe dans les deux Kasa et au Bas-Congo a guid le choix de ces trois provinces pour abriter ces premiers bureaux conjoints. Un nouveau coordonnateur provincial Au Bas-Congo, le coordonnateur provincial du Bureau conjoint du systme des Nations Unies, Hendrik Bruyn, a pris fonction le 20 septembre 2012 Matadi. Il a initi des rencontres avec les plus hautes autorits de la province. Monsieur Bruyn connat bien la RDC pour y avoir travaill durant de longues annes, dabord avec la MONUC, devenue aujourdhui MONUSCO de 2005 2010, en Ituri (province Orientale), puis au Katanga et au Nord Kivu. A linstar dautres bureaux provinciaux, Matadi (province du BasCongo) sera galement un point focal pour soutenir les efforts de consolidation de la paix et un instrument de plaidoyer pour le respect des droits humains et le droit international humanitaire auprs des autorits politiques. Notons que le mcanisme de Coordonnateurs de Bureaux conjoints vise tablir une direction commune pour llaboration et la gestion des programmes au sein des Nations Unies. Cest une initiative novatrice qui pourra servir de rfrence pour amliorer la collaboration et lintgration entre les missions de maintien de la paix, les agences, fonds et autres programmes du systme des Nations Unies CooprationLe coordonnateur provincial du bureau conjoint des Nations Unies au Bas Congo, Hendrik Bruyn

PAGE 14

14 InterviewEchos de la MONUSCO : De manire gnrale, pensez-vous quau Sud-Kivu la paix rgne entre les communauts locales ? Gnral de Brigade Nadir Khan: Globalement, la paix au Sud-Kivu est relative, mais, si lon compare la situation davant avec celle daujourdhui, je pense que nous des problmes. Toutes proportions gardes, la situation au Sud-Kivu est Sud Kivu : le Gnral de Brigade Nadir Khan voque les eorts de paix dploys par la MONUSCOLa Mission de lOrganisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Rpublique du Congo (MONUSCO), en appui aux autorits provinciales et runions de mdiation avec un certain nombre de communauts locales. Dans un contexte defforts conjugus de la MONUSCO et longtemps les communauts Bafuliro et Barundi dans la Plaine de la Ruzizi, le Gnral de Brigade Nadir Khan, Commandant de la occasion pour voquer les efforts Propos recueillis par Biliaminou Alao/MONUSCO calme, surtout si on la compare au Nord-Kivu. En ce qui concerne les communauts, il y a diffrents types ethniques, fonciers et de leadership, etc. Il sagit dune socit complexe. Tous ces problmes sont lis les uns aux autres mais globalement, bien que la situation au Sud-Kivu demeure volatile et parfois imprvisible, elle est sous contrle. Comment pensez-vous que les communauts locales vivent cette situation et quel type dappui souhaitent-elles recevoir ? Les communauts locales ont certaines inquitudes car il ne sagit pas dun climat de paix idal. Si lon regarde la situation davant et celle daujourdhui, je pense que nous avons fait du chemin. La population ainsi que la socit civile reconnaissent quelles sont relativement plus en scurit. Quant aux attentes de la population locale par rapport la MONUSCO, je pense quil y en a plusieurs. Leur premire attente est Le Gnral Nadir Khan, Commandant de la Brigade du Sud Kivu bord dun hlicoptre lors dune opration militaire dans la province Photo MONUSCO/Brigade Sud Kivu

PAGE 15

15 que nous garantissions la scurit et la protection des civils, ce qui bien sr aussi de nous une intervention dans le domaine du dveloppement, de ladministration ainsi que la rsolution de problmes courants. Nous essayons dexpliquer le mandat de la MONUSCO chaque individu et nous nous efforons galement de les informer des capacits dont nous disposons, capacits qui sont limites. Nous essayons de fournir un soutien maximum avec les notamment au regard des effectifs et de lappui arien limits. Je pense que la population locale a une ide gnrale du mandat de la MONUSCO ainsi que de ses capacits. Quels sont les efforts et actions mens sur le terrain pour contribuer paix soit rtablie ? Nous sommes dj dploys physiquement et de faon permanente de veiller la scurit des populations mais tant donn nos capacits limites et dans le but de nous acquitter de notre tche de protection de la population, nous avons mis en place certaines techniques pour combler les vides. Nous organisons rgulirement des dploiements courts dans les zones la MONUSCO pour que les populations nous voient et soient assures que nous sommes l pour les aider. Nous menons ensuite de nombreuses patrouilles dans les grandes agglomrations urbaines o les activits des lments ngatifs peuvent tre matrises temps. Pour ce qui est de la mdiation, diffrentes communauts, je pense que nous jouons un rle important ici, notamment en matire de sensibilisation de toutes les parties prenantes. Nous avons remarqu quil ny avait pas de stabilisation et que les choses peuvent dgnrer tous les niveaux entranant des consquences graves pour les forces de scurit de la Rpublique dmocratique du Congo (RDC). Cest la raison pour laquelle nous avons lanc une campagne de sensibilisation dirige par le commandement de la Brigade du Sud-Kivu, en coordination avec le Gouverneur provincial. De plus, nous rendons rgulirement compte aux conscient des problmes existants et de la ncessit de les traiter en priorit. Ceci est le rsultat de ce dont nous avons entendu parler rcemment, savoir que le Ministre de lintrieur, les leaders du Territoire dUvira et tous les dputs originaires de la rgion ont effectu une mission pour discuter avec les anciens tensions entre les communauts Bafuliro et Barundi de la Plaine de la Ruzizi sans quil ny ait de bain de sang. En ce qui concerne notre prsence physique, nous nous assurons que chaque fois quil y a un problme dans une zone particulire, quil sagisse dune grve ou dune manifestation organise par une des communauts, nous essayions de ngocier avec la participation de toutes les parties prenantes. Il y a mme eu des fois o les autorits nayant plus la matrise de la situation, la MONUSCO a engag une mdiation et a russi apaiser la situation. Quelles sont les principales parties prenantes impliques dans ce processus de mdiation ? Il y en a plusieurs, commencer par les plus hautes autorits provinciales. Lorsquil y a un problme, nous sensibilisons les autorits et aprs cela, en gnral, elles dcident de rgler le problme au plus au niveau hirarchique. Quelle est la contribution de la MONUSCO dans ces efforts de maintien de la paix ? La contribution de la MONUSCO se fait principalement en matire de sensibilisation des autorits locales sur la situation et par un appel une intervention politique de leur part car lemploi de la force nest pas toujours la solution. En rgle gnrale, les pour gouverner les communauts. Part ailleurs, lorsque la situation saggrave, notre prsence et notre mdiation permettent de garder la situation sous contrle, et ceci sexplique principalement par le fait que la MONUSCO est accepte comme force neutre. A votre avis, quels sont les principaux rsultats de ces efforts pour la paix et pour les communauts locales ? Limplication de la MONUSCO assure la population locale que mme les situations critiques peuvent tre rgles par voie de mdiation, et montre aussi que si toutes les parties prenantes travaillent ensemble en quipe, il y a plus de chances de rsoudre les problmes. Ici, lemploi de la force nest comprend trs bien que par le dialogue, on peut rgler tous les problmes. Cest un trs bon dbut qui ouvre la voie aux autres