Citation
Echos de la MONUSCO

Material Information

Title:
Echos de la MONUSCO
Creator:
Mission de l 'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo ( issuing body )
Place of Publication:
Kinshasa, DR Congo
Publisher:
Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo
Publication Date:
Frequency:
Monthly
regular
Language:
French
Physical Description:
1 online resource : ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Periodicals -- Congo (Democratic Republic) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
international intergovernmental publication ( marcgt )

Notes

Dates or Sequential Designation:
Began with: Volume 1, No1 (Juillet 2011)
General Note:
"Une publication de la Division de l'Information Publique de la MONUSCO".
General Note:
"Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Republique démocratique du Congo".

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
Copyright, Mission de l'Organisation des Nations Unies en R.D. Congo. Permission granted to University of Florida to digitize and display this item for non-profit research and educational purposes. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions requires permission of the copyright holder.
Resource Identifier:
on10476 ( NOTIS )
1047609376 ( OCLC )
2018226778 ( LCCN )
on1047609376

UFDC Membership

Aggregations:
Digital Military Collection

Downloads

This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

Une publication de la Division de lInformation Publique de la MONUSCO Echos e Volume II N Juin 2012 MONUSCO : un nouveau mandat pour protger les civils, soutenir la rforme du secteur de la scurit, les lections provinciales et locales

PAGE 2

2 Juin 2012 Sommaire 5 La MONUSCO a un nouveau mandat 7 Interview Madame Leila Zerrougui proccupe par la situation lEst de la RDC 9 Nouvelles Instabilit lEst de la RDC : lONU sengage fond aux cts des autorits du pays 11 Reportage Equateur : consolider la paix tout prix 13 Province Orientale : La MONUSCO proccupe par la situation des nouveaux dplacs 15 Portrait Rachel Soki Bahesi vit de sa passion, la maonnerie au sein de la MONUSCO Directeur a.i. de lInformation Publique Madnodje Mounoubai Coordonnateur Penangnini Toure Rdacteur-en-Chef Joseph Tshimanga Infographiste Jsus Nzambi Sublime 3 Nouvelles RDC : des progrs interrompus dans la stabilisation de lEst... Photo UN L mandat de la Mission de lOrganisation des Nations Unies pour la Stabilisation de la paix en Rpublique dmocratique du Congo (MONUSCO) vient dtre reconduit. Ainsi en a dcid le Conseil de Scurit des Nations Unies qui note quen dpit des nombreux progrs raliss, les attestent les derniers mouvements des mutins des Forces armes de la RDC (FARDC) constitus en groupe organis et structur sous lappellation de Mouvement du 23 mars 2009 ou M23 en rfrence date, permettant lintgration des ex-combattants du Congrs national pour la dfense du peuple (CNDP) au sein des FARDC. Quid des groupes arms nationaux et trangers qui semblent dtermins Cest en connaissance de ces de Scurit a dcid de proroger jusquau 30 juin 2013, le mandat de la MONUSCO, pour continuer Edito Suite la 3 me page Par Pnangnini Tour/MONUSCO

PAGE 3

3 Juin 2012 RDC : des progrs interrompus dans la stabilisation de lEst par la faute dune mutinerie dicilement contrlable Nouvelles L es FARDC (Forces armes de la Rpublique dmocratique du Congo, ndlr) et la MONUSCO La mutinerie lance par Bosco Ntanganda et Sultani Makenga dans lest de la Rpublique dmocratique du Congo a entran une grave dtrioration de la scurit pour la population civile. Cette mutinerie a interrompu des progrs considrables qui ont t effectus, notamment concernant la menace scuritaire pose par le groupe rwandais FDLR dans les provinces du Nord Kivu et du Sud Kivu. Dans son expos au Conseil de scurit, le 12 juin 2012, sur la situation scuritaire en RDC, Roger Meece, Reprsentant spcial du secrtaire gnral des Nations Extraits. ont troitement collabor en dbut doprations conjointes dans le Nord Par Joseph Tshimanga/MONUSCO dappuyer les autorits congolaises dans leur qute pour un pays stable et en paix. Nonobstant donc les progrs raliss, la MONUSCO devra redoubler defforts. Cest du moins la demande du Conseil de Scurit laquelle il appelle galement de le mandat de la MONUSCO, le Conseil de Scurit lui renouvelle plus et mieux pour atteindre les objectifs qui lui sont assigns. La responsabilit du Gouvernement congolais nen demeure pas moins importante, car lui est responsable au premier chef de la scurit, de la rconciliation nationale, de la consolidation de la paix et du dveloppement dans le pays . Ainsi, le Gouvernement sefforcera datteindre, avec lappui de la MONUSCO, les trois objectifs militaires en cours dans les Kivus et la province Orientale et rduire autant que possible la menace que constituent les groupes arms et rtablir la stabilit dans les zones sensibles ; (b) Amliorer les moyens dont dispose le Gouvernement de la population ; et (c) Consolider territoire. Le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral des Nations Unies en RDC, Roger Meece, devant le Conseil de scurit, New york, le 12/06/2012 Photo UN/Evan Schneide Edito Suite de la 2 me page

PAGE 4

4 Juin 2012 (Forces dmocratiques de libration du Rwanda, ndlr) et dautres groupes arms. Il sagit notamment des mesures limpact de ces oprations sur les civils, tablir des centres de surveillance, ou bien encore de tenir les zones scurises et vides des groupes arms conjointement staient droules en mars dans le Sud Kivu et avaient montr des rsultats prometteurs. Par exemple, au cours des 18 derniers mois, le mois de mars a enregistr le plus grand nombre de rapatriements de combattants FDLR et des membres de leurs familles. Des oprations conjointes du mme ordre au Nord Kivu devaient se drouler en avril avec pour objectif cette tendance. oprations au Sud que celles menes au Nord Kivu ont t suspendues prvisible, nous avons assist depuis une trs grande baisse du nombre de rapatriements dlments des FDLR, dcoulant des actions de Ntanganda et de Makenga. Tandis que Ntanganda, Makenga des accords de 2009 essentiels pour leurs intrts nont pas t appliqus, le inacceptable de soutenir leurs griefs. Pour de nombreuses raisons, il en ressort quil est important de mettre un terme le plus rapidement possible prendre toutes les mesures possibles que les mutins pourraient recevoir de lextrieur de la RDC donateurs peuvent faire plus encore pour appuyer les programmes et les parti des progrs trs encourageants de justice civile et militaire. Dans le le Gouvernement, voir de nouveau comment nous pouvons utiliser oprationnel pour mettre un terme aussi plus vite que possible aux menaces scuritaires des groupes arms, et explorer les options qui nous permettraient de renforcer et dappuyer les capacits des FRDC. A ce propos, je partenaires pour examiner quelles sont les ressources disponibles pour appuyer la formation, la professionnalisation et larme congolaise. assiste actuellement, il y a de grandes possibilits et des perspectives pour que dimportants progrs soient accomplis dans ces domaines. Je peux vous assurer que la MONUSCO et les pays des Nations Unies en RDC, pour atteindre ces objectifs le plus possible Lire plus de dtails sur le nouveau mandant de la MONUSCO ddans la Rsolution 2053/2012 du Conseil de scurit en pages...... M. Roger Meece en visite de terrain Goma Photo MONUSCO

PAGE 5

5 Juin 2012 Nouvelles () Le Conseil de Scurit, Considrant que la situation en Rpublique dmocratique du Congo continue de menacer la paix et la scurit internationales dans la rgion, Dcide de proroger jusquau 30 juin 2013 le mandat de la Mission de lOrganisation des Nations Unies pour la stabilisation de la paix en Rpublique dmocratique du la protection des civils doit tre la priorit lorsquil sagit de dcider de lusage des capacits et ressources disponibles et encourage en outre la les mesures novatrices quelle a mises en uvre pour assurer la protection des civils; de la Rpublique dmocratique du Congo est responsable au la rconciliation nationale, de la consolidation de la paix et du dveloppement dans le pays; La MONUSCO a un nouveau mandat 2013 le mandat de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Rpublique dmocratique du Congo (MONUSCO), le Conseil de Scurit met au centre du mandat de la Mission, la protection des civils et la rforme du secteur de la scurit. Il parle aussi de la lutte contre la mutinerie du Mouvement M-23 et des futures lections provinciales et locales en RDC. Ci-aprs des extraits de cette rsolution. MONUSCO seront fonction de lvolution de la situation sur le terrain et de la ralisation des objectifs ci-aprs, que le Gouvernement de la Rpublique dmocratique du Congo sefforcera datteindre avec lappui de la Mission de lOrganisation des Nations Unies: en cours dans les Kivus et la province Orientale et rduire ainsi autant que possible la menace que constituent les groupes arms et rtablir la stabilit dans les zones sensibles; b) Amliorer les moyens dont dispose le Gouvernement de la Rpublique dmocratique du Congo pour protger le dotant de forces de scurit professionnelles, responsables et progressivement les fonctions de la MONUSCO en matire de scurit; Gouvernement de la Rpublique dmocratique du Congo, lautorit de ltat sur lensemble du territoire en crant dans les zones libres des groupes arms une administration civile congolaise, en particulier une police, une administration territoriale et des institutions garantes de ltat de droit; Souligne que la protection des civils demeure certes la priorit de la MONUSCO, mais que la rforme du secteur de la scurit doit tre au centre du mandat de stabilisation et de consolidation de la paix de la Mission; Prie instamment le rforme du secteur de la scurit et de mettre en uvre de grandes orientations et une stratgie globales relatives aux secteurs de la scurit et de la justice, y compris en ce qui concerne la justice transitionnelle, et des institutions judiciaires dmocratiques, responsables et professionnels;

PAGE 6

6 Juin 2012 provinciales et locales se droulent liberts fondamentales, garantir la participation pleine et entire des femmes au processus lectoral, coopration avec la socit civile, mnager un accs quitable aux mdias, notamment aux mdias contrls par ltat, assurer la scurit de tous les candidats et celle des observateurs lectoraux et des tmoins, des journalistes, des des intervenants de la socit civile, y compris les femmes; Dcide que la MONUSCO prtera la tenue dlections provinciales et locales, sous forme dun appui importe que le Reprsentant spcial du Secrtaire gnral encourage et facilite un dialogue politique ouvert les parties prenantes congolaises, y compris les associations de femmes; Se flicite des mesures que le Gouvernement de la Rpublique dmocratique du Congo a prises en vue denquter sur les violations cadre des lections du 28 novembre 2011, et dcide que la MONUSCO continuera de constater et dnoncer Reprsentant spcial du Secrtaire gnral pour la Rpublique dmocratique du Congo, selon les besoins; en particulier les mutins de lexCNDP et du mouvement M23, les FDLR, la LRA et lAlliance des forces dmocratiques/Arme nationale de libration de lOuganda (ADF/NALU), quils cessent immdiatement de commettre des actes de violence et des violations population civile en Rpublique dmocratique du Congo, en particulier sur la personne de femmes et denfants, y compris le viol et les autres formes de violence sexuelle ainsi que le recrutement denfants, et se dmobilisent; Condamne la mutinerie rcemment mene par Bosco Ntaganda et le soutien extrieur et exige que toutes les formes immdiatement; Demande instamment au Gouvernement de la Rpublique dmocratique du Congo, avec lappui de la MONUSCO, de poursuivre son action contre les groupes arms, en particulier les mutins de lexCNDP et du mouvement M23, de rtablir lordre et de traduire les auteurs de violations en justice, tout en assurant la protection de la population civile, et de sattaquer aux causes profondes de linstabilit, en particulier les effets que peut avoir le retour des personnes dplaces et des rfugis et les ventuelles tensions sociales dcoulant de litiges fonciers; entretenir des rapports plus troits avec la population civile pour faire mieux connatre et comprendre son mandat et ses activits et pour concernant les violations du droit des civils; quelles cooprent pleinement avec les activits de la MONUSCO et quelles veillent, conformment aux dispositions applicables du personnel des Nations Unies et le personnel associ puissent excuter leur mandat et accder pleinement, immdiatement, en personnes dplaces, sur lensemble du territoire de la Rpublique dmocratique du Congo, y compris les zones o svit la LRA, et prie le Secrtaire gnral de lui signaler exigences; Lire lintgralit de la Rsolution sur le site web des Nations Unies (www.un.org) ou sur celui de la MONUSCO (www.monusco.org)

PAGE 7

7 Juin 2012 Interview R adio Okapi : Madame Leila Zerrougui, bonjour. Vous venez de lEst du pays, quelle est votre apprciation gnrale de la situation ? Leila Zerrougui : La situation est proccupante parce que nous avons des forces ngatives qui essaient de dstabiliser pas seulement le NordKivu ou les zones o ils se trouvent mais cela peut avoir des consquences pour une dstabilisation rgionale. Cest pour cela que je suis partie. Il y a des mesures qui ont t prises pour justement contenir cette menace et pour ne pas donner lopportunit dstabiliser la rgion. Donc, le dispositif qui a t mis en place par la MONUSCO ; le dispositif qui a t mis en place par les FARDC ensuite pour encourager les troupes et aussi pour rassurer les populations, les couter positivement ce quon est en train de faire. Parce que je faut pas seulement laction militaire, il faut aussi travailler sur les populations, cest des populations qui sont cibles de lautre ct. Mais la MONUSCO est accuse de soutenir les FDLR, de contribuer Madame Leila Zerrougui proccupe par la situation lEst de la RDC au massacre des civils dans certains territoires des Kivu et mme dtre tout simplement inutile, voire irresponsable. Que rpondriez-vous tous ces griefs? Dabord, cela dpend de qui soulve ces griefs, parce que moi si je suis partie et jy vais rgulirement sur le terrain, cest pour dabord voir moi-mme ensuite parler aux populations qui sont leur avis qui compte. qui subissent les menaces, ces populations, non seulement elles sont satisfaites mais elles demandent plus de prsence. Alors, la MONUSCO aide mme une accusation extrmement grave. Je voudrais souligner tout ce quon fait : un, nous menons des oprations conjointes contre les FDLR a tout un service de dmobilisation, de rapatriement qui est le DDRRR, qui avant les oprations conjointes [dont les membres] sont dploys pour sensibiliser les FDLR, pour leur demander de dposer leurs armes, de se rendre et ce quon fait et les rsultats 2010, 3.180 Rwandais FDLR dont 986 combattants et 48 enfants soldats, le reste, cest les dpendants ; lanne 2011, 3.062 dont 878 combattants adultes et 44 enfants soldats moins de six mois, on na pas encore comptabilis le mois 644 combattants et 18 enfants soldats. Donc, quand on fait cela, comment on peut nous dire concerne cette accusation, je la trouve non seulement ridicule parce que fait nous accuser quon appuie les FDLR. Quel est lintrt de la MONUSCO qui a un mandat priorit protection [des Madame Leila Zerrougui

PAGE 8

8 Juin 2012 ce nest mme pas logique. Mais, moi dit les accusations. Il y a des gens de mauvaise foi, cela ne mintresse pas de les convaincre parce que je narriverai parle parce que je veux les informer, des informations fausses et ils peuvent tre intoxiqus. Il y a les populations qui vivent les menaces. Parfois, les populations quand elles ont subi vous avez t attaqus et quil ny a eu personne pour vous protger que parce quon na pas voulu mais parce quon moyens, parce quon na pas appris la notre posture, de ragir Cest ce quon font de mauvaise foi, comme jai dit, je nai pas lintention de me casser la tte pour en parler. La RDC vient de saisir le Conseil de scurit des Nations Unies, accusant le Rwanda dtre impliqu dans lEst du pays. Que pensez-vous de cette dmarche? le gouvernement congolais qui dit avoir des preuves dimplication de son voisin. Je pense que nous, on a privilgi ds le dbut le dialogue et le contact entre les deux pays pour quils se parlent, pour quils rglent leurs problmes, si cest possible au niveau bilatral, si ce nest pas possible dans le cadre multilatral, rgional, africain ou au Conseil de Maintenant, nous esprons, ici, le Rwanda plus que le Congo. Parce quune dstabilisation de la rgion, elle va freiner llan de dveloppement, la terme. Donc, ce nest dans lintrt de personne. congolaises ou rwandaises, vous tes des voisins, personne ne peut dmnager. Le Groupe des experts sur la RDC doit sortir un rapport qui est Rwanda quant son implication en RDC. Que dit la MONUSCO [ ce sujet]? Je voudrais dabord souligner que le Groupe des experts nest pas un mcanisme de la MONUSCO. On a entendu parler de ce rapport. Moimme jai essay de lavoir, je ne lai pas encore eu. Je ne sais pas encore On attend de voir ce rapport pour voir quel est son contenu. La MONUSCO, que nous avons, nous le partageons avec le gouvernement. Quand on a eu par exemple, les gens qui se sont rendus a inform le gouvernement. Ils ont t par la suite interviews par le Rwanda et par les autorits congolaises. Donc, nous navons pas de secret quon garde dcidera, je pense que cette semaine, on puisque je pense quil va tre publi. Source : Radio Okapi Mme Leila Zerrougui lors dune visite lEst de la RDC Photo MONUSCO/Sylvain Liechti

PAGE 9

9 Juin 2012 Nouvelles L e Premier ministre Matata Mponyo et Leila Zerrougui quaccompagnait un groupe de membres du Gouvernement se sont Kivu. Ils se sont entretenus avec les autorits provinciales de la situation scuritaire, domine par la poursuite des combats entre les Forces Armes de la Rpublique dmocratique du Congo (FARDC) et les soldats mutins dex-CNDP (Congrs national pour la Dfense du Peuple). Nord Kivu au dbut du mois davril dernier, a provoqu le dplacement de milliers de populations dans lintrieur et vers les pays voisins, notamment le Rwanda, le Burundi et lOuganda. Le Gouvernement et la Mission de lOrganisation des Nations Unies pour la Stabilisation en Rpublique Dmocratique du Congo (MONUSCO) civils qui fuient les combats. Ce rle de restauration et de stabilisation de la deux provinces respectives. Avec elles, la dlgation conjointe de la MONUSCO et du Gouvernement de dterminer les besoins scuritaires Contre la dstabilisation Notre position est claire Leila Zerrougui, Reprsentante spciale adjointe du Secrtaire gnral des Nations Unies en RDC. Nous avons condamn la rbellion depuis le premier jour. Nous condamnons tout lment de dstabilisation, quel quen soit lauteur : que ce soit des forces internes ou des forces externes, a-t-elle poursuivi. dfections intervenues au sein des dune nouvelle rbellion dnomme M23, Mme Zerrougui avait dclar que les Nations Unies ne permettraient pas une fois de plus, rassures du renforcement de leurs protection et scurit par le Gouvernement et la MONUSCO. Instabilit lEst de la RDC : lONU sengage fond aux cts des autorits du pays Par Alain Likota/MONUSCO Le Premier Ministre Matata Ponyo (extrme g.) en compagnie de Mme Leila Zerrougui, Reprsentante spciale adjointe du Secrtaire gnral en RDC Goma Photo MONUSCO/Clara padovan

PAGE 10

10 Juin 2012 la RDC. Pour elle, la discipline au sein de larme (ndlr : FARDC) doit tre Cest dans ce sens que la MONUSCO a fourni lassistance pour la tenue des procs des mutins capturs (ou qui se sont rendus) ainsi que dautres lments des FARDC Mme Zerrougui a fait savoir que non seulement la Mission des Nations Unies apporte cet appui, mais aussi que les soldats condamns purgent leur peine dans des prisons scurises. Il ny a pas dautre option la lutte contre limpunit , a insist Mme Zerrougui. La population doit faire conance aux institutions gouvernementales et la MONUSCO Si certaines actions et ractions de la population taient lexpression de menaces et attaques des groupes arms des FARDC, Mme Zerrougui a appel rgulire et de son partenaire des Nations Unies. De notre ct, nous y travaillons. Et les FARDC y travaillent , a dit Madame Zerrougui. Les procs des lments FARDC, dont preuve. troite entre la MONUSCO et les FARDC dans llaboration et la conduite des oprations militaires. Au Sud-Kivu, si la tentative de mutinerie de certains lments FARDC a t matrise, cest parce que nos militaires et vos militaires [ndlr :les FARDC] ont travaill la main dans la main depuis le dbut . Toutefois, pour Mme Zerrougui, il faut continuer renforcer le professionnalisme de larme et sassurer que les moyens soient disponibles. Faut-il un nouveau contenu du mandat pour les interventions de la MONUSCO? Maintes fois, la MONUSCO a t dans la ligne de mire des critiques et mme sa mission de protection des civils. Lon se souviendra des 11 casques bleus des Nations Unies blesss en mai dernier une attaque la veille, par des FDLR, dun village dans ce secteur. Plus dun se demandent alors si le contenu du mandat ne devrait pas tre revu faire face aux menaces continuelles dans diffrentes zones de lest de la Rpublique dmocratique du Congo. A cette question, Mme Zerrougui a rpondu quon a la capacit, dans le mandat actuel (ndlr : Celui de la Rsolution 1991 du Conseil de Scurit), dintervenir quand il y a des troubles, en appui aux FARDC . Pour Mme Zerrougui, le problme ne se situe pas au niveau du contenu du mandat. Cest un problme de moyens. Quand on a plus de moyens logistiques, dappui . La visite conjointe des membres du gouvernement de la RDC et de la Mission des Nations Unies dans lest du pays en ce moment de crise scuritaire aura t, sans nul doute, deux partenaires, pour des actions coordonnes visant la stabilisation. Le Premier Ministre Matata Ponyo encadr par Mme Leila Zerrougui et le Commandant de la Force, le Gnral de corps dArme Chander Prakash Photo MONUSCO/Clara padovan

PAGE 11

11 Juin 2012 Par Jean Tobie Okala/MONUSCO M bandaka et les 27 territoires que compte la province de paix retrouve aprs plusieurs annes de guerre. la rbellion arme du Mouvement de Consolider la paix, tout prix Equateur termin, les casques bleus des Nations Unies continuent duvrer quotidiennement aux cts des populations linstauration de lEtat de droit. Libration des Indpendants et Allis (MLIA) plus connue sous lappellation de rbellion Enyele violents et meurtriers. Avec lappui des casques bleus des Nations Unies, la diffrentes autorits provinciales, le gouverneur de province en tte, nont jamais tari dloges sur lapport des soldats onusiens dans le retour de la paix et la restauration de lautorit de les diffrentes composantes de la MONUSCO, civiles, militaires et policiers, ne mnagent aucun effort pour pauler les autorits locales dans Patrouille conjointe FARDC MONUSCO Photo MONUSCO/Clara Padovan Reportage

PAGE 12

12 Juin 2012 protection aux populations. La MONUSCO poursuit sa mission, dans le cadre de son mandat, de renforcer les capacits de la socit civile, de la Police nationale congolaise (PNC) et de larme nationale. Ces quotidiens fournis aux diffrents souscommissariats de la PNC sur les dlais centrale de Mbandaka pour sassurer que mme derrire les barreaux, les droits des personnes sont protgs. Dautres activits daccompagnement de la MONUSCO consistent en lorganisation des sminaires et ateliers pour renforcer les capacits de la socit civile en matire de lutte contre les abus et violences de faciliter ses dplacements dans la province dans le cadre de ses missions dinspection des troupes. Magistrats, juges et autres avocats ne sont pas en reste. Des audiences foraines facilites et appuyes par la MONUSCO ont lieu dans des endroits o ces activits navaient jamais t organiss. Consolider la paix Consolider la paix, cest galement et rapide. Il peut sagir par exemple de tables-bancs; de crer une radio communautaire ou douvrir une maison de la presse; dquiper un service public informatique, ou encore dappuyer contre la pauvret. Ce faisant, les sections des Affaires civiles, des Affaires lectorales, de lInformation publique ou encore des organisent rgulirement des ateliers de renforcement des capacits du mobilisation des fonds pour des projets de dveloppement. Expliquer le mandat de la MONSUCO Le travail des casques bleus, ici, cest aussi par exemple expliquer aux lves et tudiants des diffrents tablissements scolaires de la province le fonctionnement de la MONUSCO et dtre de la MONUSCO, la ncessit de privilgier la paix et le dialogue dans donn lexistence parmi la population vis de la MONUSCO par les uns, ronne du mandat de la Mission par les autres. les populations civiles et les casques mandat de la Mission. Pour beaucoup, la MONUSCO doit tre une rponse les populations en temps de paix ou de guerre. Le mandat a beau tre expliqu lors des sances dinformation publique, daucuns continuent, malgr tout, de croire que la Mission onusienne peut la prsence de la MONUSCO. Quoi quil en soit, les autorits nenvisagent pas le dpart de la MONUSCO et de ses Casques bleus en Casques bleus uruguayens assurant la scurit Sake, Nord Kivu contre les insurgs ex-CNDP Photo MONUSCO/Sylvain Liechti

PAGE 13

13 Juin 2012 Reportage P roccupe par cette situation, la Mission de lOrganisation des Nations Unies en Rpublique Dmocratique du Congo une mission du Bureau des droits de apporter lassistance et assurer la protection de populations civiles dplaces. Plusieurs villages dans de violents combats intervenus en mars et mai 2012 entre les soldats territoire de Bafwasende et un groupe de braconniers dirig par membre de la famille rgnante de Par Codjo Houegniglo/MONUSCO La MONUSCO proccupe par la situation des nouveaux dplacs Province Orientale Les rcents combats dans la chefferie de Bombo au parc dEpulu dans le territoire de Mambasa entre des braconniers allis au groupe Mai-Mai et des Forces armes de la Rpublique dmocratique du Congo (FARDC) ont provoqu le dplacement de milliers de personnes dans les territoires de Bafwasende et Mambasa. Equipe mixte MONUSCO OCHA en entretien avec des commandants FARDC et PNC, Bafwanduo, province Orientale Photo MONUSCO/Codjo Houegniglo

PAGE 14

14 Juin 2012 Ma-Ma dOpieng oprant dans le parc de la Maiko. Ces braconniers considrent cette rserve comme la terre de leurs sa nouvelle dlimitation par un arrt ministriel. Ils dstabilisent lordre de la hirarchie de faire obstacle Morgan et ses hommes dans leurs activits FARDC, lun des dirigeants de ces oprations armes contre les braconniers, sur laxe routier de Nia Nia Badingaido, Selon lONG Caritas du diocse de Wamba, ces affrontements staient solds par des morts et des blesss graves civils et militaires, et un dplacement forc denviron composes en majorit de femmes et denfants. Daprs des tmoignages recueillis par lquipe mixte de la MONUSCO et OCHA qui Nia dans le territoire de Mambasa, les villages de Badumbisa, Bassiri, Itembo, Molende, Bulambemba et Tokobika (territoire de Mambasa), de Bigbolo et Bafwamiti (territoire Problme La plus grande partie des dplacs, presque dmunis de tout, vivent actuellement dans des familles Nia en territoire de Mambasa et Bafwasende). Nombreux dentre eux viennent de Bigbolo o des des exactions contre la population civile au moment o ils battaient en retraite des lieux de combats dans le La mission de la MONUSCO et OCHA a eu des entretiens avec le comit territorial de scurit de Bafwasende, les responsables des structures dencadrement des dplacs, les responsables des FARDC, de la PNC (Police nationale congolaise) et la Croix-Rouge, de mme quavec les responsables se rendre compte de la situation de vulnrabilit, de violations dont bon nombre de ces dplacs ces combats. Plusieurs villages abandonns par la population en fuite ont t pills et incendis, a-tde mme que plusieurs femmes et de premire ncessit aux dplacs. Pour trouver une solution rapide MONUSCO sest rsolument engage autorits nationales comptentes, en demandant, toutefois, que les auteurs de violations sur les populations en dplacement forc dans ces deux territoires soient punis Populations fuyant des combats entre groupes rebelles et FARDC lEst de la RDC Photo MONUSCO/Sylvain Liechti

PAGE 15

15 Juin 2012 Portrait E de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Rpublique Dmocratique du Congo (MONUSCO) de pour faire partie du groupe des Congolais qui voulaient apporter leur modeste contribution au service de la davoir particip activement, ensemble avec ses collgues des bureaux actuels du quartier gnral de la MONUSCO au Nord Kivu. Depuis sept ans quelle doute plus du rle positif de cette organisation dans la stabilisation de la paix en Rpublique dmocratique du Congo. Navaitelle jamais dout de ce rle avant de rejoindre ce groupe diverses, qui uvrent depuis plus de 12 ans au service de la paix rpondtelle. Jtais dabord une nophyte qui observait le travail de lorganisation de loin. Maintenant, Rachel Soki Bahesi vit de sa passion, la maonnerie au sein de la MONUSCO Par Sylvestre Kilolo/MONUSCO tant lintrieur, je connais ce qui sy passe et quels sont les efforts que la MONUSCO dploie pour stabiliser le pays . est clibataire, ge dune trentaine Jai rejoint la MONUC (ndlr: Mission de lOrganisation des Nations Unies en RDC) devienne MONUSCO comme contractante indpendante; jtais anime par la volont de donner ma contribution la Mission . femmes dans son quipe. ne trouvent rien qui la diffrencie deux en termes travail. dentrer dans la Mission travers la ville de Goma. Trs vite, elle avait tent et avec la mission onusienne. Ses services proposs ont contribution comme casque bleue de lONU dans lexercice particulier de son mtier lui donne une grande satisfaction. Je vis de mon boulot ; (...) Mon travail me donne une place dans la socit Rachel Soki Bahesi la tche Photo MONUSCO/Sylvain Liechti

PAGE 16

16 Juin 2012 Pour nous contacter : 12, avenue des aviateurs Kinshasa/Gombe Tl. : (243) 81 890 6583 (243) 81 890 6885 E-mail : tourep@un.org Site web : www.monusco.org www.facebook.com/monusco.org twitter.com/MONUSCO www.youtube.com/MONUSCO Bunagana, Nord-Est Goma, province du Nord Kivu Photo MONUSCO/Sylvain Liechti