Citation
Le Réveil

Material Information

Title:
Le Réveil
Uniform Title:
Réveil (Cap-Haï̈tien, Haiti)
Place of Publication:
Cap-Haï̈tien, Haiti
Publisher:
Imprimerie La Conscience
Publication Date:
Frequency:
Weekly ("Paraissant tous les samedis")
weekly
regular
Language:
French
Physical Description:
1 online resource : ;

Subjects

Subjects / Keywords:
Literatures -- Newspapers -- Haiti ( lcsh )
Politics and government -- Newspapers -- Cap-Haïtien (Haiti) ( lcsh )
Newspapers -- Cap-Haïtien (Haiti) ( lcsh )
Genre:
newspaper ( marcgt )
newspaper ( sobekcm )
Spatial Coverage:
Haiti -- Cap-Haïtien

Notes

General Note:
"Journal politique et littéraire".

Record Information

Source Institution:
Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrètienne
Holding Location:
Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrètienne
Rights Management:
This item was contributed to the Digital Library of the Caribbean (dLOC) by the source institution listed in the metadata. This item may or may not be protected by copyright in the country where it was produced. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by applicable law, including any applicable international copyright treaty or fair use or fair dealing statutes, which dLOC partners have explicitly supported and endorsed. Any reuse of this item in excess of applicable copyright exceptions may require permission. dLOC would encourage users to contact the source institution directly or dloc@fiu.edu to request more information about copyright status or to provide additional information about the item.
Resource Identifier:
on10370 ( NOTIS )
1037095977 ( OCLC )
2018227488 ( LCCN )
on1037095977
Classification:
AN 111.C37 R48 ( lcc )

Full Text












-1/re. ANNAE NO. 40


PARAISSANT TOUS LES SAMEDIS


2 SEPTEMBRE t893


LE REVEIL.


JOURNAL IOLITQi'E ET I. I''TTEHAllE.





PRIX D'ABONNEMENT: REDACTION: ADRESSRR

Un an. G. 5 Cap-Haltien, les lettres A 'adminstration

Le numiro .0.10 c. Rues Eapagnole at du Canard. du journal.


Sest eli vain q11 Ol es- /"tile fuile ( metimsioje it id itssalr le nois intimider par (It i"'ie, dans les rans de ceux bassesinitrigues et de plates qui approuvent quawl l)Wme maimuVres. Nous avons liI- ses tctt-s, sans la toinldre dislile bliell illpie. Nous tut i- cussio i. alors qi s lsll t-eur llerons, ell d piti doto[[,l 4111il tttor uoui stilr ili l esto'C-i ies vt'rilf's sl erri blO.s qu1't-114S dalmnent salls lnwrCi. it-eIit ;,ral touis les 4-1 vI ,lis .01 la o s p seiig vralintiv lpatriwles volinpre 00ovill prior-spe, iI'l e cort, molins 414. Iv but f{ov liolls poil-Sluivols. ISellhillenk. -


Nmis sommnes .sis will. pal.'I qill' lils ullS Stvo s Sll iS

1111i' t HilS ot l I itsliii
.rlalais I)nl }io ulia l its aiire' v ssVI* ilx VVuX (II Prf*Sidevllt I 'ppohl tustl o i glides e ei'i-i' s
Il sail' queI sous njim s iper,onmcd|vincit de SOS aills, vt qIIev wits ne f'aisow la guerre MWr abm u,- (IIp our -ap a n il.I- i hii lti$s Jtul ilt iavents S i V ll ht mia rce soie g ad-I

Sir i'bli d(-s faits, il bit Omiir conmme vus al. Dolls ovoll's conlialtre sol cl'llr de pa1.14Iot e ef d'11()11 ki l it II\ell.
N uIIs III ,Ilolls Iiiss'oi' ll IsI iliIider, rs tols-iIo' s, et ]lols II sotirois jallis Ide u oll es (1111IallUs Sotuis utIACi's pa1r 1"i' 1'0 Siilhi 1Presse.o
viilyit'lis. n uS
(lerk-l'ow.s dairs fmi despreilers NIs de ve t Ioir al, It's i I u i it valth's 11111 soilit loi rs d ac"Dalls notre Pavs Iale"tll grand our, avec le plus de mrl itrat io possible, "ta piimi.s" sauce d(h' ti t1vde M duse sur ceux qui ot a lit 'eoiwle Sde la dil' sails cl-iite.
I lit, mille chicales, mijle
Sefites ilisires surgissent sous ''tou s eiie t il i t il i ia'ou .s L h is, noli. altres qfli coll
servostos.heres
l)salilcuis loi l'petit vain
de inotre u, &i'"ol jaots ti its le I'tiM 4llSeirt trort'ai de notlre pitrie, lion s SVoullols rfagir contre re s S

ler la plnse, syA Imlv digne thin autre temips et d autres homilies.
U aillcursI e~s Nrais amis d'nGotuverlielt lie Se re(Tute pas da ns s I angs de
ceUx qui endorment finns Nla
age 20eyr 'ne 'HPpolifi/Pe


Dev 941s iSit ii lS 1111S dire det ille I ('tre plus politlique" (Linls 110 rits ;- : vr fit, s iie les cou'roui par", Car d'apres leur funleste doctCrIne, 1:1 vraie et lit holime politiIue dlii pa slit! cOsisterait
que dan la Inhets, e llsongte, et la flatterie. Ces ittiaidies morales n' ont pas enlcore Suil 110$S ceuars.
(,us f isoiis l 11uerre t la miauvaise foi qui linine et finira par tuer notre nationahiit.
NOusllie It oirols api s ilicune vainle to
Nous lie iaresson aucu 1 ii i irrbfisable.
I'a plirct6 (d(! oln, (,()sliencee t de1 tilS jlienitiS tOlls ritd forts.-- A-ssi avolls-tIUs pour devise: '" li .Ce (ple1 i0is ad vicne que poui a.


AFFAIRES TRANGRES.
Dans un des dernurs numeros do cci journal nous avons appeld attention du public sur des nts"ociatious qui se poursuivraient entre Secretaire d'Etat des Affaires dtrangures t Ile Mimistre d'Alhemaglie A tPort5-u-Prince. Nous apprenons di ha source l plus attorise qu'itl'est ptus ei e moment question d'uculln traite de paix ou de commerce entire les deux Gouvernements, et que nos concitoyens pauvent s repo;cr A et 6gard.
Mais que nos lecleurs lie croient pas qua rich ito justiflait nos alarmes. Voici en affat cc qui disit tainin da'rni're, M. Archin, talrs ministry ies Ataires Etrangilres, dans l'Expose de la Situation (page 11. )
S. M. tIEmpereur d'Allemagno t Roi de Pirusse, dans lt louable but d'aider aux hurcuses relations elistant djA eliire les deux paus, tfait proposer an ii;uuornieit o. le a Rttiltiiue pat' sill touiorablaat intelligent litpreseniat e u Halti, lo Dr. It. E. Gotring uti projat de trait oe paix, d'amiti, do navigation et d commerce antre notre pays at Allemague, reposaut sur la baseprincipale du traitement accorded, soit dans le hpsent, soit dans Pavenir, A la Nation Ia tius favorise.
Ca puoret, qui est eil cc moment A N 'etud de MM. lea Secreitaires d'Etat Sdos Fina ices et du Commerce et des Relations Exterieures, Tars 'objat oh's Sprochaines dlibirations du ensil des Secretaires d'Etat, et, s'il y a liu, sera admis, sign et soumis A votre
haute et souveraihit sanction. .


Nous avio-s Ulu attirer, asalit It: vote, tattenfitl du Corps Legislatif sur linutilite et t danger d'i pareil trait. Nous fdlicitois le gouverneincllt do i11) avoir pas donud suite.

Nous avoils parle plus haut d'un projet do traits avv e 'Allimagne;lie qiuttols pas to l)6parteiiivia dc ttolali. ils Extiriures slit roveir sur uii jialit 1u1 pelroccupe, e IC rmn. s 1t 0nidi lique. Laqkuesti),,des laturallsan tra n t'lqaises5
Nos tct.urs saveit de quoi l t gil. N. de SemillailOis, qlu'ates sa brillatioe Carrion pdirmi nots, a, ainill.e a vtu fairo ititerdirm, oil Fratice pour ses extratvagancs At sus dilpensesi lcolsidlre'-, aait 6lt6eiepri, eild'ut rage iiaturliItatiOll. It agrait 'ahiiitiai' arAteICS taitiatis aux coinsds rues pour lCur prapotser ditoo tsair naturlliser FrauIais. esp~jt ;tibiiial, ci. ccprocddl-:i correct d ijit urs iit d une applicatiai si facile, le joi taut ddsir o to protectorat frana a srait usifiabli Sur la hipubliue dlhiti. Quand la mbtie plus uni ds gitens i40 asls- seratitt Frall.;a, to Wtour sertitijsaklliiat tjoud, palnait-it

pIrodi uc i'etait plus, est-ce pS? qu'unl Jeu d infant.
I ieoua pitiusemietit ;at Iogouverlement frangiais, aeibarrass d'uii pareid persillagl, quiet do voir diminuer lci sou prestige, et aioiidrir soi[."Ila, rap.pela Miiistre cmpromuttatt. 'ress:
de iuastits par L oiueriilmit ia
ien, it tit phts, i d isavoua silloRprtsentant ;I. Ribot delara slaillalamenit a la tribulie que ses prsdeceumars avaiait blame Iv comtuc at seagsmtit. ; et que Iordre aait etO doltt do radiv, des registres dcla legationi de France les Ftitielis q uiy V aitlit itd illdtliametit iaserits, eil violation do Ia to1i d'Itaii, l, violation do l loit doFralce.
Voici c u'6crivait alors MN. lV11iis, Sacretaire d'etat des Relations Extdricures dansi Expos d sla situation da 181i page it
En detour de ios boils proeides, le GOvernemuant traniais nous a donn 6 tin haut tainoignage die son espr t d'6qulite en nous accordait touted satisiacion A Pt gard des Hattiais qul, saus quiter to pays, s'taielt iiscrits comiln. tran:ais dans ll matricule de Ia Legatioii iraliaiise A Port-au--iriiCi, oll prntelldant changer ainsi to lationalitl, eli depit de in Conistitution hauienne at de la Ioi frainaise. 'hutiorable Mr. Iibot, Ministry des AtTaires Etrangeres da Ia ttepublique fratiaisi, avant an C u-ill t animation d'un mienir atdressd au jijlisde France par tv Seiretaire d'Etat tits eItattiions Exterieures, 'a pas tardd A reconnaitre le princip die la iiullit6 di toutes les inscriptiolis illegaleanent faites i IsLigation trangaise. La Miiistre die France A Port-au-Prilca a iti tilvite a procider dulls ce but A nite revision minutieusedes iminiatriculatiouts. I a dejiciitmmutii1 au Niistre d,-s Affaires EiranerosdZe Paris l resultat do ses iLvestigaiols. II attend da miistluctionls detinitivas do GourmiGulli'lluileit pour fair c itollltare au Gous ernimient haltieii hs idiuidus qui lie serutit plus adimis i1 tigurer aiiuuotbre des cito un frkIcais relevant die lit Lgation -do I lRpubique fraintais nc Haiti.
goaC t pi us 4Ioii slcas d """ilonai iq 1r ifols ayons jasmais o ue ; et pur al ap cier iout he meriti, ii suftira d" ret 6cthir au peril tue tutvait couril' Ila iiatiolnalit ba lieuiia par la contiluatiul clandestine de ces proIcdes 4i lioblement disapprtisi par le Gou rilement franiais. .


klu'diait au juste co beau succes diploimatiqe.
1. Artim n s ripondra un ai lus lard dan IExpos de Ia situation de 2 i page 7. )
l.agrave questiolidontc Departemelit Cau an 'luiir dous eniiteteir, Mrs. los siitirur" Mr,.s 14pt~luhes,,A otri delriire sisso, it qui est r native A la rai laiaui ides Hegistres de la LUgation de 'raniet i irt-a- irince de Iusetirs ait"yriio Iillcrlic qui amaieit t 6ifulia' ituaitita l c a faveur deIs Ironhhlrivi' ls areluiii eda-. liIt pay.s, a eit
peutuu al. IV tliiuveniiitniaiit fisialaus dans I evu sd nos roclainatioiis sauf i en. Illli u'ascarno tr isi u qiatv rd'entre aI l.Iisi' Ill ance diclare-tie psii pou% ii 11 rendre, parce qu'elle les cnn"Alis ininine des nfaiits issus de parntralili:ais i i miit jamais abdiqud

s'ieolementlSecrtaina d'Etat desRihilis Estlrivuras itt licarged'afainus de' Fraics, it Port-au-Prinice Wnt Pu jusqu'ici timber d'accurd sur It mode assez dlicat de parvenir A cette radiation stis froissement disagreable d'un e.li, ni de tautre ; mais nous esperons
-, i'. iai a igmsps in peut-tre naine (al'i = iin e do isoul os sur er paint aura 6#6 termind, et qu lIt I uaoereu iotse trouvera en measure de vous fire ile communication offiieillo et satisfaisante A et egard.i
(.'iument s'est realise cette espelrncer M. Lespiniase nous repond cette ann6e
depir'artment vous disait dans son
dernier expose, qu'il Wavait pu tombe. 'accord avel Ia 16ation de France pouir la radiatiOn sur lis registres d'imi-trieltiiit de la 1 igationdes citoyens ialtiens jui s'%lytietant indOment inscrits t la fiasir do troubles civils survenus
ulhiiis I pays. Les nigociations ont 61m fie inouveni ouvertes sur cc point avec Nt. le Comt' o Iaugier-Villars, elle d6ptirtmnla wi pilr bienttit pouvoir porter I vote connaissancee que cette importa'tequestion depuis I longtomps pandite, est enfin r sole.
Ains itoujours des illusions, toujours dles espirances diques ? En 18" trois iiois settlement eaient reserves, leaquels ? .Les autres inscrits Otaient abidonies par la France A leur malheureux sort, et yaienit condamnes A rester laitieis. Mais unie annie n'apas suffi pair tomber d'accord sur l I d eassez dlticat de parvenir A LIa radiation des atires, sans froissement desagreable.
Mais comment tie voyez-voUs pas que ce qui troisse. c qui irrite, ce qui 6loigue do pus en plus do ia France des homilies qui etaient Franeais par I'6ducalisi et par tes mous, c'est ce partipris d laissvur toujours une porte onverle A des qtuerelles et A des r6clamatills ? c'rst rette crainte que nous prouvis dlet ses atermoiments, des tendanc's do ses Ministres A ne pas pedre de vue nos affaire intrieures as'niiiixer dats ummre politique, et A couvrir pirit,.I I'niemt de sill drapeau, ous cetix qi vei'ient abuser de notre bien%eilanciepiurfaireitisulteAiotredignitd.
I.e Giiuiarm letituiuen redioute les tr-piauits i'n ii action hardie; il atieut -ustl'I sin fair'eenacuser do timiu ie faib esse ; il support sans ii r.ubilcr toutes les injustices,. ignore-til q eLi la natiiOl entire strait avec lui, I jour n A tant . dimportunitts il reI'mdrait par tarme efficace que la Coistitutiii meot en ses maiis : t'expulsion du Pays piendatit cinq aiis de tout Haetien qui se ferait naturalisr eitaner.
Ctvroy.z-vous i u'en 1891 M. FIrmin eAt dit ai Crps 1kgislatif que M. Ribot 11' 11pas tard6 A recontualtre le principle de la ullit de tonIts le itiscriplions


-WNO I -," -, "' , -,
















LE REVIL'


a illdgalement faiths A In Lagation do as peut-dtre qu'il sera ternie, ot que tous qui taient present is ict10 sce pr6senteront lessieurs les Sooretaires d'Etat
* France, quo le ministry de France a In garanio dintrt sera exigible. Je de savagerie, et es expddi is I clurtoas sar exdoloes d6parteesonts e1 t invite A procoder, dans le but, A s vousdsmandodoncdo paseot u risa. po, t ls explictions dtlaies ui pen
* une revision minutioux des immatri- paroles de mon honorable .Cotllgue. Co uatin, ils doivent comparaitre s a ment vote jugement.
culations, s'il u'y avait t autoris a Renvo'or A o une date ultorieure 'exa- Justice de Paix qui ne manquera pas, Agreez, Messieurs les senateurs, Messieurs par des documents diplomatiques ? men des contrats do cheains de for,' nous en some certain, d'appliquer l les Agputrs, 'expression renourelle de ma
Que sont devenus, dopuis, les engage- a c'est les renvoyer aux Calendes gr nou ds sosas crtaunsr, d is ilos haute considration. ments do la France ? pouquoi ne les a- quest. Lo SAnat a ile voudra pan Isi daas toutse na riguur contr eon d ils HYeosirTE.
t-elle pas tenus ? Qu attend-elle pour fai- On se ferait difficiloment une ideo do sapor titioux qui foulIahootset do pays HYPPOLITE.
re honour A sa signature mise a bas limpreccion produite par cette contre al- e de l race. d'un acte aussi formel? locution. Le public applaudit. l'AssemNous supplions notro Secretaire d'Etat blde se flicite d'etendre une ddclara- DETTE INTeRIEURE.
desRelations Extrieures, de ne pasfaire tion aussi correcto et aussi gouversende cette situation un jeu, do n pas per- tale. Elie est copendant encore agitec et LibdrteoEgaliddFrutornitstNouniavosupobtnir cope do prodre de vue qu'ellc est grave, et que dTans inquite o; et l'orugo 'et pas dissip lorn- UL EjAT jet do loeitde ti aordglemet do In
oloRfPUBLIQUjE WAT. dotic inldricorc.
bien des milieu le patriotism mis A que le Snateur S. Pierre deiande A son Labondance des matidres nous oblige
une si rude 0preuvesouffre etrangement tour Ia parole. Apres quelques mots A renvoyer an prochain numero notre
de toutes ces nteurs. destinds A interpreter le sentiment gn- SECTION a reciation longuement motivee. Nous
Notre susceptibilito st A bout ; et it ralen presence de ce dsaccord ministd- s,,
est temps de songer un peu A cotte di- riel, it entire dans le vif do la question, l oet es Sutre. 'crt-so-rice, te eI ux mtlroSenattendant,is project luir-mme gnitd national qui fait' proferer la mort va droit A t'argnuent do futd, irrefuta- No. 3 unt:.o ie to t'qdps u'n pmditalions doito jco quacroinrt A la honte. ble: Quo vient-on nous dire, Messiedrs? goo TP )L T E ses engagements, et'qu'il 'est ni just
Pour une chiquenaude donnec oil par- Mais dites moi d'abord comment ce coo- n ageontsut d' ne us sts
le aujourd'hui do canons, de bombarde- trat est-il soumis i nos dtlitorations? PftShDE'T AT i nage, ni prudent de renter Ia signament, d'interventio.fidiplomatique.-Ex- Qui t'a signod? Qui 'a present? N est-ce ate public.
p sz pour cinq ans, d'apris la Cons- pas le Pouvoir Exdcotif got a tiuitiativ Aa titution qu'ils connaissent, les Haitiens des contrats?.L'Assembla Nationale. HYPPOLITE
qui se font naturaliser Franais ;et vous a Etn'est-ce pas lui, I'annedortiere qui Prmsidaould'HLITE
verrez si la flotte franaise quittera les nous pressait de voter celi-ci? Lorsque Messieurs les Sdnateurs, Prdident d'HaTti
eaux de la Mdditorrann0e on ses essays le Pouvoir Executif sige un cotteat, no liu tessieurs les WputesVu'article 60 de la Constitution, de guerre dans la Manche pour souteasr sait-il pas qu'il y a des charges pour s pt' Considorant qu'en attendant que le
des prtentions qui nout jamais exist, l'Etat? ces charges n les a-t-il pas cal- Obdissant au vou de la Constitution, je Gouvernement troupe dos capitaux pour s pour turner contre nous ce principe cu16's; et quand le contract vient devant viens par to0pres0nt Message vous rendre rembourser la dette flottante qui tout on .I, re 11empar to prtsont l~en
qo en 187 on reprochait tant aux Ale t Pouvoss Istatsif cola sue signifio-t-it compto do mon administration pendant absorbant annuettenent 15 aia dintdret, mands: ta forco prince to drutit. pan q tPouvoiri Executif suit par 'anno oexpiree, et vous presenter la situa- ddtient en garantie une forte parties des
Du train actuel cetto question ne sera us mnosens it pourVoira A son exdcu- tion general de la REpublique. droits d'exportation, il importe de prenpis rdsolue avant plusieurs andes 0; etiso ?1 contral-cu esi-t d'titer? Dpi L dd petocupotina ta pusssnus- dre certaiss mesures poursuivies proIasne prochiaiunc Ic Socrtaire d'tat doox aulsait eat dcc nut to Corps Id istatif, ants do Goversomest au660 danurer is snRel hains lEtrisurenoon Etatr deuxots i sdeo van co ac t e lo es do iiturieurtoe maintii do 'ordre t de la press cA conjurer une situation non moins
des Relations Extrieuresnous entre- depuis deux ans ous saeuar s se paix, condition indispensable au duvelop- prejudiciable A t'Eat qu'aux porteurs tiendra encore de ses prociaines espe- nses H ajouterait aux charge annmul-t pement do l'activiti atioale, et rehaus- memo de ]a dite dette; races, on perdant peut-dtre lui-mno mer lsI sbudgs et an seu de reaplir le sorpt l'extdriure toprestige its pays. Considdrant quo t'dquilibre denos budtoute illusion. devoir strict qui luin combe, cest-A-dire Le Dupartement do Iuitriur et celut gets est deveno impossible non pas tant
L'Expose de la Situation du Ministore do prdparer ls fonds pour les ddpenises des Relations Exutrieures oat faith dans c tar l'augmentation des services publics des Relations Extdrieures est sobre do prdvues, c'est A nous quo le Pouvoir Ex6- uoubio but to tres louables efforts. dont le chiffre est restd A peu pres le details sur bien des points intsressants. cutif demand( des v uses l et moyes? Mais it no pas suffi au Gouvernemont niumoe dans les deux dornidres annes, It usifait que citer les decisions des Messieurs eost A ltUii a npouroir. toi de rechercher, par ue cooduite sage otcmais surtout ar le devellopement proCommissions mixtes franco-haitionnes, finit notr responsabilit, I siPa coat- oroe, leasithin qu sit tisonigu gressifdesoEprt dvtspsor proet anslo-haiiennes ; nous aurions aismo sunce ; et nous reiptrons, nous, noret rlvan ot ceagoa ita agali rConsidrant Cue les esures ciapres
avoir la liste des reclamanls, le rapport devoir espassant snimdiateument A In uoolavu teredut paniosil 0e ftauuds dior Consimpqoen snores, ci-pr'o avoi a(lan to msuro ds posiblo, te ancasoos dicides imptomont tranaitaires, Wsent
des Commissions, les protentions des in- discussion a cointrat do I'Etat, profondment endommagees par pour but quo do permettre a -service
tdresss. Itn'est pas inutile qu'une socidtl Le Secretaire d'Etat do finances r- It crise commerciale den dernidres annes. public de marcher sache qui sont ses ennemis, et jusqu'a pond qu'il vut dogager sa rsponsabi- ios titulaires des departemsents de tIte- Sur Ia proposition du Soertaire d'Etat quel degrd d'audace in sont arrives de- lit6; et fait allusion a un autre Snateour ieur, des Finances et des Relations ExtO- des Finances et du Commerce et de l'avis puts crtainos repartitions scandaleuses qui l'anndo dermisre avait aussi demand rieures vousentretiendront plus amplement du conseil des Secretaires d'Etat a prods 18r3. sr ao Snat do sue pas examiner le contract des efforts tents, des rdsulats obtenus, et
Ne dit on pas que la Bauque aussi e- si son adoption dvait octsaiter des dO d onles sprus por irP orIgislatifaa.loisui
amaitet-qelle avait Toirfiiides armes ess pr ment l'objet do la sollicitudo do mon admi- vante
o des munitions A Logitime? udget- nistration. Quand on penso aux souffrances Artlcle er. Le Secretaire d'Etat des
Croit-on qu'ilsoit inutile que de pareils t. ?Marocihn avait cru provoquor 00 et aux privations gu'endure to soldat, on so Finances et du Commerce est et demure
faits soient portdsa Ala connaissance de intervention en sa tavur. peat rellement s'empcher de sinteresser f autorise A porter uniquement a Budget
Mais it jounit de malheur ; et le Sna- lui et de chercher t lui assurer un sort meil- ot de la dette publique l'intdrdt convetousteur St. Amand, dont it parsaissit solti- leur.- Lo Gouvernement a faith dans cette u entre les parties pour le sold Od
citer t'appui, n hit que rforcer le dis- voie tout cc que tuI ont permis les ressources sur ten Emprocta du septsmbrs 1892
LEJCONTRAT DEJBN AU SENAT cours do M. Sondquc Pierre. Avec toute restroietes quilt acues, i sa disposition. Coyr
T'autorite do son raisonneento t do sa qui to prdccupe maistenat chest de faire ct den dne Syndicatado janvier1892 verve causlsqu i -i dtruisis.-onle lorgo- des divers corps do troupes, dissdminesS ure t do jansir 1893. nentation d u isaro etclisan at l letons les points du territoire, ue arme vri- It sera galement porter au dit Budget Ls Sdorat a commessod coil senoaie iointatin dpa;alst;quote Prcidsut Hali-table moins noibreusesans doute, mais une some suffisantepour pratiquerun
la discussion den coumna t remain do poaOos oe ocosioun duann plus forto par 'instruction, la discipline et amortissement A raisoi de 10 o/o sur
la isusionde cntrtsdechemsdeprononQa eoi dilferentes occasions. dans to sentiment do sit propre valeur. Le Secre6- le cat.
de fer de M. Raoul Detjeen; et tout fait i siu ago dans to Nerd ci A son aeric e acumont do in Le pavement de l'inturot et de l'amorprevoir que ces conventions seront Pro- dans In Capitale, it emanda si c'taitulquera 0 nacsujot ses idues, ses prejts, et tissement rdunis seront garantis par une chainement accept~es par le Corps L6- jeu quo l'on voulait fair jouor a eSnat, vous no maquerez pas, o oveux le croi- affoctatios d'uno piastrc sum tea Oits gislatif. en crovant l'enfermer dans on ie sait e, de 'aider a realiser cette reform si de cafeoAat'Exportation routes les autres
Mais un incident absolument inatten- 3uls sophismes et quels dilonumes, entire vivement reclaie a double point deo vue affectations sur les Emprunts plus haut
du a failli arreter cette discussion dans I opinion publiquo, qui rclamnc par tous oituineiaurec d soatigiutout1,enumrsdevant retourner imm diatel'ouf; tle sort do Ministre des Finan- ses organes li erdation des cliemins de It-uee psible. Sa nouvelle situa o d'Etat.
ces se jouer spr le principle mdme du fer, to Prdsident O'Hait i sa ast nsat 1 uI- tion ncessitera assuriment un accroissement Article 2 Le Secrtaire des Finances contrat. terpruto du sentiment public, et cette ac- e dpenses. Maaisous teS treUverezeon- est autorisd dgaleuent A contracter avec
M. le Prosident du Sdiat ayant demen- cusation nouvelle de dotruire I'Oquilibre core dicn modioues, si vous les compared toos capitalistes et en offrant tout
d6 avant l'ouverture des dbats, aux Mi- du budget. a aux normes frais do ruquisition des ba- o parties de 'affectation d'une piastre
nistres des Finances et des Travaux pu- Le Secrotaire d'Etat des Finances d- teaux du serSvao Acctru, et Sri v ous son- pour arriver A la diminution des intdrdts
blics, invites A la sance, s'ils avaient savouo partout, finit par reconiaitre quo gez aux services importaits nuatiptes qe actuellement pays.
quelque observation gendrale ft prdsen- les cheamins de fer Ine seraient pas coas- rdtetndoit readreao as pays ce temarine, Le contract passe;kcot effet sera souter, M. le Secretaire d'Etat des Finances traits en un jour, et que la garantie dii- etoat 'Isorgse iom ottl lermst is coasanction desfChambres.
demande la paroles;et la surprise g- trdt ne fonctionnerait us cette asiut ni Lu'eesti oeteInatrbucion pabaie, qut mis AI I Tautes en ismbrens
ndrasA1 Il~s In rocuin. gette corenenlst bnuinopds o r'O Article 3 Tbates ton dispositions condnr a s fon m dc emgul deptacc Nos- ala prochait.pi des spja et desdifficultostconsquemment traires d]a presented loi seront et desemblee, il declare qu'il n'y a pas place Ne valait-il pas mineux conmnencer pmai.' inherenites au recrutement do personnel des mneurent abrogees. Elie sera publide et dans son budget pour le service do la ga- IA, et est-ce la discussion qui a dclaire s Tibunaux ot du Corps enseigonat, ont excutde A la diligence du Secretaire rantie d'intdrt, iscreto dans un des ar- tardivement sa religion? uonn, pendant 'auueui stcoulb, des rsul- d'Etat des Finances et du Commerce.
tiles du contrat, qu'il demanded donc le Un pareil dbat prove t'harmose qui tats fort appruciables. Pour ma part, j'ai renvoi de la discussion A une date ultt- regne entree les Ministres. Si elle se ma- port sans hesitation la main partout o risure; mats site Sdnut peesiste voter l nifeste ainsi A docouvert dovant 055 corps ula ndoessit dune before 'a 6t6 signrleue; -, I ussipoil~i-6que e in 6, e ci tcni nuouni, roan poueunocon re LES POMPIElIS.
lecontral grand Corps songera A lui nasi posider qoc Ie Sonat, que doit- a A so Lfaire A cot gd mon devots anns
creerdes fonds pour ces depenss quit no passer dns tn relations joursa idros ddfaillance et sans faiblesse. La compagni des ponpiers ds cell
n'a pap a prdvoir. sntno colleagues, ot que devient cc vous savez, Messieurs les Sunateurs, Mes- ville a reou une organisation d6finitive
A ces dermers mots ce ndtait plus do nogonetO dont on a parlait touted 1 annee siurs les Dputds, tout coequ'a fait leo Gu- aujourd' i
la stupefaction, c'6tait une irritation pro- dernidre A paroille poque, et qui somble vernemnotu por dsoner satisfaction aux be- i nj usu abits et duergiqus fonde qui se lisait sur les visages des sO- ln condition essentielle de l'existence de soins religeux des populations. Inutile d'in- commandement de Marcien Gabriol, nateurs; il y avait uln orage Oas I'air ; tout cabinet sister Sur c point. Vous to trouverez tou- qui pour ainsi dire snest entidrement dOet on attendait quand et sur qui la foodre jour disposdit aeconder, t oenourager, A noa ihlia chose. Nous savons unil
allait tomber, lorsque M. le S6crtaire protger tons ceux A quelgue dnoina- rencontre dans s totche de grades difd'Etat des Travaux publics, M. F. Do- LE VAUDOUX ET L'AUTORITE tu" guit lappaelionuoi- g,ui se d "ouent icultds; mais avec de la persvrance et
casse, se leva; et prenant le contre pied ines lui sont conies. la .force de volont s que nous Lai condes paroles de son collgue, fit a d- ta antu naissons, il arrivera les vainre routes.
clartion sivante: Efoio, tautorit6s! cst imise out ounspa- hairavaittant abiso-6tro moral doeo nnani arcr lscisoobts
Mtiesne-lVaudoa. Le Roi noadministres, le Gouvernement na pas per- lonneur lui et a ix autres officials
SMessieurs, tea chemnios Os len soulnitO 05150 ntooe itoitx. Ltunseul instant de vue leur bien-6tre quile secondent si bien.
ouvresd'utilitdpublique; loind'appau- saurait trop dlenaliciter-amatnriel: timoin sasollicitude constante vrir le pays, ils seront un des ltments lier soir, it y a eu grand ii i iia doipour tIAgricultlre et ses continuels efttrts les plus fdconds de la richosse natio- Cardag Le Commendant de l itplace, pour organization to leut16veloppeient du
nale. Le Prosident les a promis, l'opi- instrudas dc u deai travail. 11 depend de VOUS, e rsles R C IFICATION.
Son public e ecltme; et qumit A snateurs, Messieurs le Ddputs, dnassurer
a gnpulue sr gaie I soucide avoir lieu, prit OUtesIses dispsitios los ,sUCCeComplet de 1 r ito troprise, Nous avos reu de la Capitale une
la garanrtie d'inerit& qui fai -su )>Our s6vir d'une fau son eergique conltr en mettant A ila disposition des dparte- note qui nous certifie que i. le misistre
man Colegue des finances, vous sa- amerts do 'Agriculture et des Travaux pu* otbio u'tu'sspol asdre goos- ion netairsecdii audnacu. nssdodgeutse0 dnluau 0 itaGnorre n jausiain onerod aucoor
Svez bien qu'il Woen pent pas ereq Vers mninuit, an moment o6 lit edr6mio- blics 1es moyens necessaire, pour realiser influence dans les 6lections seniatoriales.
tion cette anns, et quo o'oilibre .d Verattissimsle cii adrdi dans ces deux branches dcadousep istdatio l i
budget u'sn sera pas atteint. Un che- oIt baltait con plein, Ic gdnar irsin publique, toutes les ameliorations don't elles Tant mieux pour lui et pour les d6m in de fer ne s'improvise pas on un Vincent faith corner In mason par con sent susceptibles. puts. Nous enregistrons ceci a leur
jour, et c'est dans deux ans, dans trois hommes et procdeh i l'arrestatio do Os treaverez duos 'Enp s eas aclif. -








-as-


LE REVEIL.


MACHINE h COUDRE


Parmi les taxes nouvelles proposes
par le Secretaire d'Etat des Finances, i e on aura peu d'aussi impopulaires qu Cell qui frappera les acsines A coudre
Dans co pays ot Pindustrie est encore
A nattre, un autre aurait song A encou rager les premiers essais des faibles e etits. La machine A coudre a pentri ans toutes les maisons, dans tons les petits mnaoes, grAce A Ia franchise des droits, et Aa modicitl du prix do cc outil inestimable. I a rendu et rendra en coredes services trts-grasds A un nomobri considerable de nos concitoYens. Etait-c IA qu il faillait frapper pour combler les trous des delicits? Si to Socrtaire d'Eta des finances jetait, en passant les youx sur les soldats camps devant les bureaux de 'Arrondissement et de la Place l en verrait beaucoup qui demandent A la modeste machine un supplment de paye, et qui employent leurslongs loisir A un travail hoorabloe et un pou fructueux.
Ce ne sont pas ces malheureux qu'il
faut atteindre, Monsieur lo Secretaire d'Etat. Ils sont trop infimes, regardez
plus haut. plus haut encore.
I1l est temps que le people puisse souffler- s'augmentons pas ses charges sous prltexte qunil est plus acile do nmttre un droit sur les machines A coudre que d'imposer tlles categories de ngociants sur leur chiffre d'alfaires,ou tours
bnefices probables.


L'AVENTURE DE SAINT-MARC
MISE AU CLAIR.
La lettre ci-aprs the commandant de
l'arrondissement de St.-Mar que nus publions, vient jeter une vive luiitre sur lVaren lire don't nous avons parley
dans le 38e. no. de ce journal.
Nous ne demandons jamais plus que
d'kre renseigns sur des fits vrais ou ftaux que nous pourrions signaler lattention publique.-Sibiendesgens, loin de aire gros do s ce qui iasisne

-'nnmsosrirn our nos lvres voslauici Gniter l'oxe~mplo do 31. lIs gtntral P.- St.
Pierre, notre tAlhe serait rtduite de
sioiliil.

Liberty Egalitd Fraternitd
REPUBLIQUE jiHAITI.


N681. L.-Macs,'le::0 i Aos uit a:90v.O .

POLYN ICE SA IN'I-1ERRI,
Gdndral de Division au an ,res'declil,'dpublique, tido-e-esap ounoraire de Son1xcellence le PredsidenI d''asiti, Commandant de cet arrondissement.
Aa
Rbdactour du journal le a dRveil, Cap-Haitien.
Monsieur le Rldacteur,
Dans un but que je no veux pas qualifber, on me prond A partie dans la disparition do la fille de lmne A. C., arrive
en cetto ville, le 14 Juin dernier.
Permnette-moi, dans l'inttrt de la vtritd
et de la justice, qui ont toujours d.tole pivot do toss les articles do votre journal, do vous demander de m'ouvrir les colonnes du us Rdveil pour justifier ma conduite comme autorito dans cette circonstaco, et permettre en mme temps au public do tirer a Clair les faits de cett malheureuse afaire dans laquelle cellc qui accuse ( la mre qui raconte A sa facon, ) est loin
d'tre sans pchd.
Dans a deouxitme colonne do la troit silme page du joursAl Ie u bdveil, s N 038,
n 10 Aot dee cette annie, il a paru un
article contenant des faits absolument ineso arcts sur la disparition do la demoiselle
K. C. L'auteor de ce a-ticle, mal renseignd par une plaignante don't la passion aveugle la raison, ot command e do tout oser pour se soustraire A la responsabilitl qui plse sur elle 'avoir caust pas non fait ce regrettable accident, advance que sic ) a la fille avait dtd appelde chez elle. Elle sortit et- n'a pas dd rotrouvde. Comme toujourso en pareil cas, dit lauoaur, des brits dlranges ont circuit.
m Poison Enldvement sortilges- venv glances de famme. Lajustice boiteuse a ne trouvant rien, conclut 4 un suicide.a Un homme dont le noia est inconnu a t rencontr sur le grand chesmin en veaunnt A St.-Marc, un junet ile dont le
O signalement et les vtements rappollent
entitrement la fille disparue.- Elle tait
s conduite par un personnage de maaivaise S 1ine, qui no lui mdnageait pas les iau4(vais traitements. oRentrd en ville, i raconte ce qu'il a vu, et quo bhommeet


S lit victim doivent ttresu' telle habita
tion qu'il design'.
Los parents s'oneuvent et se render auhpros it Commandant do l'Arroudisse
sinent auquel ilsracontent le rdcit fait pa] C e oyageur: is annoneentea oi iniutemps e j u'ils sont lia reeherche do laimalliou
reuse, et vent se diriger sur lI'abita
tion ddsigndo.
((A Ia surprise gdnrale Ic Comimandaii
- a d l'Arrondissement refuse de les laisses
e partir. I suppose I ce qu'ils sortent de a laVille, A1 decide qu'il ira sesi sur les
ieux, et rendra cosupte son retour do s cc qu'il aura vu. t ((La famille proteste ; les amis s'indignent
- muais que faire-?
t Le commandant do larrondisseusent va e seul it retourne it n'avait rien vu
(Voilae cque raconte Ia ntre de la
s jeune fIlle. s)
Cot expose, Monsieur lo Rddacteur, faith
it dessein, sans doute, est un tissue do
- mensonges et d'affreuse calomnio.
Aussi a-t-il profonddment indignd la population de St.-Marc qui a assist a tonte
la scene.
I no usappartiont pas de ddelaror tou
baut ce quso ess pease, mais l'opinion publique s'est ouvertement prononc e 14-dessus: ot Jo puis affirmer quo son verdict n'est ignore de personne pas mtse do cell
dount lo racontar fantaisiste a smotivd l'article dont s'agit. La vdrito est qu'A la suite d'une entrovue avec son fiance le soir du 14 juin, Ia jeune fille a disparue.l.s que li nouvelle me parvmit, jen
lis part asUx autoritds sjusiciaires qui se trausportaient sur les lieux et ouvrirent e ouqute, tandis qu0 do mon ctO je doployais touted monnergie pour retrouver cette fille ou les traces a0 moins do ctte disparition enigmuafique alors. L'action fpublique iise en mouvemont, rion se fut dpargna par toui pour rechercher cotte deinoiselle: visits domiciliaires, perquisitions tant el bVilleque dans les -campagnes, fosilles accompagnoes d'appareit militaire, arrestations do porsonnes suspetes, tout a td faith el presence( public prt 4 attester uses avaiCurs.
Dan c1 i rsploire t lofo so ue Je ai*sis, loin do rossontrer Ic, conesos doie a mre et de la famille, j'eus la douleur de voir celle-IA soublier le lendesain, et se jeter entitreuent dans lia superstition, en appelast loss los pupae-isis doe l'Aroondissosooot et des cantos circoacoisins pour trouver ia jeunet ille au imoyen desortileges. Ds lors sa maison devint un veritable lieu do eontours de bocars. Elle on lfit demander un do a larasi.-Ss.lisoqu. Porto one dotsnis-ese lcoul-ci qul, reoosoro'pbowit
que les astres, profit do fairo rovonir ia filo :1 la maison maternelle moyennant ois7 cents piiastres convenues par correspondance avant
ddplacement.
EnFin apres toute ne sdrie de stances diaboliques aites en Ville, et chez la mtre do la victie, le dernier Papa-oi-Oiseau, se voyast inspuissant, a pris la old6es champs, on accusant touted lia notabilitt do St. Marc avoir pris part a la disparition ic cette de. suoselle.
Respectant la doulour d'une intre, je 'ai
pas roulu faire artr 1n flagrant drlit de sortiltges, et les papas-lois, et celle qui les avait convoquts; c'est peut-tre 14 mn
tort.
Le devoir no pouvant s'allier is Ia faiblesse,
j'aurais sit iettre la lmain sur ces sectaires du Vaudoux et les livreri la justice; aujourd'hui je 'aurais pas is victim do ma propre bontt.
Le public, les autoritls etlla mtre do lifile
dispaore elle-mie, si elle a un coin ie sa conscience encore tolairde do la grande lumitre de la vtrilt, diront que person nest Janais venu me ddclaror avoir vu lit tille, ni me designer aucune habitation, aucun elldroit on cette fille, pourrait mme par supposition se trouver. Encore moins les parents qui ne m'ount jamais dit ou plus un mot pouvant me laisser un soupoon do lieu ot pest s trouver Is bIle. Jo me demanded done pourquoi a-t-on forgosun homo dont le nom est inconiu oyant rencontro, Sur le grand chemiain do Si. Mare, n1o jousse tille don't le signalemeont et les vteients orppellent la tile disparue, 0t tout le rested.
Cost inentir mechamment pour sair ouse
reputation honnte.
Os aurait voulu me voir prster Ic flanc
aux sofiltges et fire chorus avec soi pour accuser et avilir les personnes les plus respectables do cetto ville, mais refusont obstindment do me faire coiplice do eoott nisioe et deservir dinstruent 4 de vulgaires passions, o 01en Vut Es attendant qu'uno onqust 'Vienne justiier ma conduite, je smis et resterai ti nionlite purt de famille, dsitenteur o l It force publique pour l respect des families et lia garantie die la socidtd, et ce e sera pas pour fire plaisir i one cohorte do feisies superstitlouses que jo me descendrai jusequ' llit bttise.
J me suis donno beaucoup de pcine, ot coutinuorai 4 A'en ldoniner pour rehercher cotton ille, me mettant au-dessus di's coteries et faisst son devoir d'autorit'comimeit) m limipose masituationde soi-c scioftb et de lieutenant du iouverneisont. De toutes les liypothss forisses sor Ia disparition de cetto demoiselle, la plus vraisemilable, si c nest la plus vraie, isest ignore de personnel, croyez-le bien, M. le Rdacteur; mais on nen parle pas pour us' pas rougir. Cette disparition rsulte d'un miouvenelts d'indignation quo tout Ic sonde connait, et,


Ia pauvire petite no pauoant supporter le fareau sic sa grade douleur,;. iieux ainiss t mouri iiU'ons fasse plutot son me5-cup'i'
et avec uo repentir sinore on pourra obteo r nir le pardon d LIa soeist qui pleure cetts
ange trop tt ens olofvers les regions stroi
- nes t'dternitt cfscelui dle Dieu qui accords
- A tout pichoimissricorde.
Tels so les. faits, M. le Rddacteur; ils t scrrOnt ounliries ainsi que je vous lai prlpo r cdemment dit par une onqute que je livre ri tla publicity, afin quo Ic public s'ddili s sur le coipte d certains membres de la soci6te don't Ia conduit perniciouse et secrlls
engendre bien desimalbeurs.
Je vous remercie s'avaoe de la bonts que
vous allez avoir de faire paraitre sur Ic plus prochain No. de votre journal cote treetifi. cation, et vous envoi MAt. le dateur, las* surance do mes meilleurs.

e.St. PIERRE.



D1. T. LECHAUD.

Mous ainionons avec plaisir a la pops iaies a presence dans notre ville du 'utihro pianiste port-a-princien,I .
Toureaux Lechaud. Ildonnera pendant soil coult s jour ici une ou deux soires nusicales. Les amateurs de bonnei mosique accourront en fouls: tlendre le virt0osedont les grands talents ne sont ignorss d'auCl haitiell.


NOUVELLES TELEGRAPHIQUES


POR l-A- UPR INCE le 24- Docteur Desoux
sort 0 seiati Is lirectiousils os'ussissisal ir Po'i-ssuPrince de Al. Casmill Bruno et de Mr.
Nel'sos esrochus in jremiplaceient de Mr.
0i. luioeau
laris le 4. I 0It 'ouvornemient siaiois
vient de doposc les trois smilions de franes ouids par I oGouverneiient franais pour garantir les reparations jss'siair's et les inlensiits dues aux familles les victinos
P'ARIS 24: be Gouvrtosssos frsscisi
a refuse d'envoyer a etzli une mission sssililairs 1pour suivre les granses manouvres
alles'msasndes.
Les journaux orldanistes font retomber sur
Joese s is t 6as' e
isoatsdo sbirso"Alllctiosuenegrisoses. Les journaux francais protendent que r.
Constant a I'isteion 1 muessr uo isne campagne ayant pour but do renverser le cabinet Dupuy, ce dernier ayasst fait trop de concessions aux radiscasx.
O 1dit que Air. Devlllo istredties affairs
6trangoros a l'ointentiou sl dosner sa domissin'
1OME o : -Les ournaux radicaux italiens
ssobt heureux de constaterque paL uss oille rpublicaine d'italie n'a pris part-au Milfestatienls controls l France 5 suite( sc
l'incident d'Aigues-Moltes.
Oil sit( jil Ic rulsssoi msser 1 idft ros
affect par les d'erniers dvdnemnts et que o cabinet italios serais partisan de cesser
de faire parties de la triple alliance.
NE'-YORK :- Une otrte tourmente a
ravage la cott des Etats-Unis et beaucoup de personnes ont dtd uoydes. Grand incendie a Chicago, 250 liaisons ddtruites ot 7s0o salns abri. Dosmmages ovluerA plus d'un million do dollars.
ROME. A Naples et Turin on a voulu recomencer les manifestations, mais la police a dispersdoles manifestants. A Milazzo (Sicile) la popUlace a brisk les vitreSL dU Consulat franals ot a essays de broIler I'oeussol smis la police a po s'y lfopposer. La decision praise par Is GouvernesIent francais a sujet des fameilles de victimes a calmd la surexitatioties Italieos. L'dhangeL des notes diplomoatiques continue et o pdrvoit dts mainteiant que tout norra4gera a l'amia bl. Boerlin. On annoc l ,'ort du Due rtgoant Ernest st oaxe Cobourg Gotha qui a ot frappd d'une ataque s'apojslexiU aprs une partie de chasse. L'En1mper0ur d'IAllemagne 'est rendu 4 la residence du due d'Edisibourg successeur si Duc Ernest. Le Duc d'Edilmbourg a prt segment d'alliance envers l'Allemago soulmais on croit cepeldast qu'il abdiquera en faveur de so ils Alfred pour oviter cette situation trange do voir un ]isse aglasis marid io une russe, ogler en Allemaigne.
Le cyclose saliiond dernileroisent a attint les ctes do l'Atlantique ft aeCaUsd do sdrioeux o smagos la naigation et au conmorce.
Oss Signale unsteamer perdu et 24 norts.PARIS I' 27: oi dit q510 le iuOtVerneent fr'nais 55, psir mosre 0 jsr'usldence csio. Is' renvoi dos s lovers danilois qui ifoit partoc do Is'rme sisis Oi.
on vienti sdecou' oo 550 Iilunportanits collection do papiers ayanit appartenu all Gs'ral Boulanger. Ces papie's jettQst u l JOIlr nsou u sir l'pojsd fusslgistf.
IHe dl'pehe do Porto-Novo aistioce Iarrivo ei loutveasex smiissaires envoyots par WOhanzin pour essayer de traiter avec la France. .
On crOit que l'expddition que prdparle g'lrali Dodds a beaucoup d'inflUllse' sU


Ia decision que vient do prendre l'ancien
ro i de Dahomey.
ROME. -- La surexitation de ces jours
derniers calmllod et on considered incident d'Aigues-tortes come dfinitivement close
On signaled quelques cas de cholera dans los environs do Naples. do Londres. l-e home rule bill a 6t adopt par ]a chambre des Communes aux applaudissementsl des libtraux et des Irlandais.

La Cliambre des lords commner ale 5 scielmlrs, Ia discussion du o hmsrobs bill.
NFW-YORK. On croit que la malveillance n'est pas6 trangre A l'incendie de Chicago.
Les nouvelles du Bresil sont loin d'etre satisfaisantes; dans la province de rio Grande del Sn i'agitation rtgoorait toujours et on dit que das Uruguay it existerait un parti assez important qui pousserait le GouvernementA soutenir les revolutionnaires de cette province.
PARIS 28 : o annonce come tres pro chaioo l'dlevation au cardinalat de MgrCombos archevoque d'Alger et de Tunis.

Ie Comfe doParis vient, parait-il, dderire asspape pour so plaindre du clergd francais qii, dans les dernires sections a combattu le parti monaroiste. Les journaux francais et Russes constatent avec plaisir que les dernitres sections ont resserr6 les liens lamitit qui existaient dtjA entre Ia France ot la Russie.
Le bruitcourtA 4 a bourse et dans les cercles financiers que le Czar a intention de nsgocier nil nouvel eIprunt en France, l opinion g'n5rale est que si l'emprunt se fail if rOussira.
ROME : Les gallophobes sont mdcontents sc l'entente qui s'est produite entire la France et Ilalie, aussi its font tout leur possible pour maintonir vivaces les sentiments hostile qui rgnent contre Ia France.BERIIN : L'ipcreur Guillaume serait tres meaontent de ce 400 toegooversomout fraais a refused d'etoverioe mission suilitaire Pour suivre les' manuvrse alleIanos ei Lorraine. NEW-YORK : Les derniers ouragans ont fOsit dasss la Floride des ddgts cunsiddrables Les rensoignements exacts Olanquent encore, mtis on dit quil y a eu beascoup do violiloes.
l'dlgranimes arrives hier scm A 8 h. A cause d'une interruption dou les lignes amiricaines


lONDrES.- Lo presse anglaise pense que le homsule bill sera rejet par ta chambre des Lords.
SLe frro du roi du Cambodge qui residait a Paris vient d'tre ovite par lo Gouiernemlent francais A se rendre en Algdrie pour y-et gardoA vue et v y ivre de la pension que lui faitl IcGoovernement.
Des nouvelles de Vienne adressies A Ia pressed anglaiso prttendent que la Russie se ptpare 4 occuper Herat et adopted et fortisie u11 politique hostile 4 I'Afghanistan.
Le duo 'Iliibourg ai pris possession du ducht de Saxe Cobourg Gotha. La pressed du ducho, qui en gdndral est anglophobe est oicontento du dmenti doond A la noUvelle qui annoncait pue le duo d'Edimbosrg abdiquait en faveur de son fils.
PARIS le 30. Le roi de Siam refusantdexecuter cortaines clauses de l'ultimatum sous prtexte que France trop exigeante, le Gouvernemient franais prend des muesures pour envoer de ant Bangkok une. autre escaslro qui sera chorgto doappayer sos rttclaniations.
On done comme affloielle la nouvelle annongant la rencontre trts prochaine dans le puort 1 Toulon des escadres Russeet Francaise.
AtIls e grAves dusordres ont eu lieu
4trait-Sdhastien ; la populace a voulu pronshe dsassautl a maison o etait descend Mr. Stgolss. It police a disperse les demeotiers et loosire est IdloblO.
NEW-YORKI.-Le cyclone qui s'est abattu Sul la Florisle atendu ses rvagne sur a (ieorgiv, la Caroline et la Virginie ot i a d&truit in grand nombre do maisons et faith seaeoup de victims. Les d6gats matlriels sont values 4 dix millions de dollars.


Avis.


Le uirecteur ohis,1- le l ationilss priine Its de gaeo'us de ceus lll sle pittie A les parents des s1lses qui lui sossl coniis que son Plablissesnent est t s al ovi 'usal 11h lsail le bureau de l'Arrsmsdisseoies'sI l eIH''e (p'ils leo
u' i i 's-l it I' litil i i se plubi'
.1 089000
li llhit'a 1 que ce- l pusseIi t prel1oss hart la promotion des classes

Cap-Ilali1en, l 2U AonAt 1893.

L. lEININ aind .
















LE RVEIL


AVIS. "********~*****~*


COLLEGE GREG04I)E1I. 0
on BAUDRY m
La rentree des classes aura Pharmacien de I" Classe, Pari L 0 deI
lieu au Colge Gregoire le lun- Xi&tsuitedenombeesesoasevto iaga p 0 a sant Ite s erioredeser e le in n e c o l m di 4 septembre prochain. ttseourIn011"0 dopoass0m"ent, it lee
m e ss eree ae i t~letor us .0 tu
Les parents tant de la cam- 0 1) o. r rommes aoaii ?"ie amole0 s F~ole le lol e seelesee leieuC d
agne que de la ville sont pries 0 fC l lije.alBifto.leCelt. t C0s 0 d I circuslato. Soofe itdis s ereeois edie- d
0 t ii ete, ds eales erses lee s auc l- l .tlte C aitieis. eeiseeistiee
envoyer leurs enfants au ci t ee e d ee 0
ladae ~eafn I t-u s Jos iman stations st mnit q Iduner-.I.m
16ge aladt i~ fnque 0 moee.-Duoetit&sa. 8e,eise 0
ceux-ci puissent prendre part 0
au concours de promotion. YINJOOAJEhLS

15 aout 1893. 9GRIMAULT&C',lnarwnUno
X A1n;:t aent N
Le Directeur,
T eailble per des 15tr055 es 8Glal f pe
J.F. T.MARiI'AT ld il5iie5d55ii 4 wd s n. an, an
J F T GA Tiri- --I .--lg---e de preeie oree qel censlet ux
pai udamesa S Na p i
tup~ee, due esl viewi eieie*
seelielr let fires desee arlstel plilasie
eur e Iisstenee.n prit et previ leisssf
Ilocteur Louis C. LIGINDFE, Clr-lr- dsi st 10 w oe M a
gien denliste, diplIC' do l niversl = ni bt. oupplusis
le sylyll lie, lPhiladelphie, spc lliste me Codesdeles edP se,.
I- T ci 11(i, P11 ouwI~e iul? sItr. MN ViMM
dans l'exlraction des dents st",S saCs dlc rI.C Pon I 15 d
're Son service Ia plopulion ( I-Call.

mason do 10110 llatle ell CpledICli KFRUIT JULIEN
Posle. .Purgaif vil.ealtaxetii't 1ahrsloCissot C
Ce drelite shel0s eel pets even plaisr, asial
pi-deln e I a Ce urgee leI pleJ IiUieIf forc de s'absenter pen lant qua-Us m su;dae A li"ues ta e d,
tre COis, pour reason do saICe esMaladies do Ispeae s M1ies Pgalos,

-O eltS i esigestlien tae- IA spi, ie a d
prie ses clients dotoujous 01 brakes, Is irelysie. b Vouloir s'adresser 'I soncssilsCt' i5va. 1'tiextb 8s 1PtRC1=0 i b rue Espagnole, pour tout cc qui o

pourra lour faire bosomilln
pouratfairescivdes qu pur NIIY0Ph I
recouvrementsdescrLancescon- ,OU L MOUCOIR


Cap-Haitien, le 14 juillet 1893. Ass X W DES Oa nE
~pur ESENCE t Lsaai :.E
--laT. a do Perese
Dovant parLtir procliaineilentl XTAI.i eraiosa. 1
pour luropo, rle-ublic etle Pssai VEN=e .
commerce sont aviss quo MV Reda.
Lon Durand et Mc Is]mQ6 outIerIa -giet see bois.
sont conCjoiStenient cl (,ld (l e X.--~
n sa OllourationlipllI" gel l 1nes SAVONS ET POUDRES o RIZ
ma r~urtin i r y a A,- """
affai res commercial es ( ""6t a Pari.Sp rueeie -edmon absence.

Cap-Haitien, icier AOC t I ~M*ORRHUOL PAP1 I UON d 0EAPOTEA'T
LeM OR 5tHUOLre 7esiteto slesprin-nature, Auf tiergse.Tout le monde
conis I incoviiient e e while do foie do
Le Dr. BOUZON donne alIa ieselea.adgo je a
Pharmacie LECONTE, des con- 4- .,-o t u- danleesle, it, Ios urcaux do bionnisance,
sultations gratuites le jeudi d""oles I" C C o
de 3 A 5 heures de l apres- Isnnuo u ee -nious ateo
-rr phtr o 1 lptit qi oul ieden itdsp midi. p ailisi "s n se "op
inc tde e bie.itlt. oea diedaeHseOm std
Me J. W. Woolley avocat dL blarreau trapidemot la constitution deeit. qui sout '
du Cap-Ilitien, annonceal 1 publicet il susts e .des homes freqeuets.
ses clients quo. releso de la Ilongule 'Ila- i eeiieditstdifoidlB eedouiileseerI e ladie don1 il tait atteint, il li repris ses d a tigte. p sed1 s oee ,, hetee.olee traveaux. reep eia mdeinscommasplus
ti PARIS, CHAPOTEAUT,.llleoef e e

On trouvera chez Me J. A11-1
mar Auguste les lvriS ess SANTAL E M Y
vants: A ALDEMIDY
LINSTANT PRADINES. ode civi, SupprimeCopahu,CubbbeetnjocCode de j proC uc civil CoJde t ic0ommeC tionsgueriten48heuree l soale ns
annIOltC. Trbs efficace does leeasmalade eI
J.n N. LEIGER. IeCll dsT 1 1 vie il rend claires leaurines
c1 1 i E -leae plus troubles. Chaque capsule



jeticoneiCOonsde laci.Cl mill,' I I s I prs ane M I S se ies.ee.
D.Ji.iJOSa e H.t h 1aCx preede la police.e
E. TRIVIER. 31021 voyageaCo
Inent noir. =F
PAU L NA H AlLIN.- Le rils die Porthos.
SEVIN DESPLACES. Afrique l SIROP PH N
Africainsd os VIALSePharmalen Paris
GEORGES OHNET. Volo resiCombatsleamitrbesongermedesmaleDette de e5ain5Iile- d o d oitrine, reussit merveilleusement ALBERT LABARLETIEl o- 0tabr- dana lee Toux, Rhumes, Caterrhes, Mate. GUZNMAN. eorallc ( Episode Bronchites,Grippe,Enrouements.
de la Rdevolution de Saint-Donmingue. :PT: e,ee VMu.Vie-ee
HENRI AVENEL.-L'Amdrique latine.


doCHAPOTEAUT
Ilitel O N Pharmocie- eic Cls
a Peptone est l, r6sulat de la digestion
* lI viande de beuf prii 1 epsinei i cmlme tr1'estomnc u-ae .Onnuri is e s lades les convale cen Is je i lard e e le per l iii C e.s Anemde pan .smeseet e JeesolsdilliileS, degelftt ,AlimentsI!ovnesdileete, phthisie, sentense tules, cancers, maladies
a foee d 'etmc
A CCIPA i I II V9- esiI etihp d isart
Au LACTO-PHOSPHATEdeCHAUX
Lc Lacto-Phosphate de ch.h Contenfu Cls le SIROP C le VIM de DUSART st le plus puissant des rpareteurs. 11 rafferrmit ct redress les ovdes enfants
Soae.Iid i eIs '- endivgueseetlselbiitisse Idedeselts oee etlIyrophaliqletset A cu qui sont fati.114s ar tine croissance trap cseC le, Chhisnques it fcilite]a e
i des poueeors.
1esffemmiCe, seiceitcsuiii prennentle VIM
It eIROP de DUSARTsSUppOrteni tllr 6tat sans fatigue et sans voinissernents et donnent le jour a des enflits plus vigoureu.
Ls LactoPspht edihau i se~d lait des NoCrices etgalani les enants p elee Ca Dieeehde et lesmalai ed oeeissae. Parsoninfene.DeC~letfit dan oftigeot n dleio eeeille
L, Vild et lo SIROP de DUSART &'eillent l'app6lit et les forces des conalescens, eet coniennent dans tolls les cal de




'HOSPHATE DE FER
de LERAS, fD Es-Soenoeo
Ce ferrugineux est ls seul qui renferme ans sa Colposition les 61me nts des osa t Ilolng; lesttreseftleace contrel'anfeie, appauvrissement du sang, les maux 'estomac,les pAles couleurs,lespertes lanches, irrd sarit6 de la menstruaio. Tujours bee support, il eet tres CrdO Cax dalmes,auxjeuneslles etaux infants dicats.o pltAParis,8,RueVivienne.

CAPSULES DANTIPYRINE
doDr KNORR
esliee 1UsdUr des Mir.eN, 4m11 0. T
edragiles, D eele=ss5
j ery-O-ARl es, ieveenedeur dorAVtip.ru, geale experimentde dans leg Hpltaux par le ofesseur StE. comme garantle de ret, chaque capsule portle Isnom EPOT C 8. tue Ytvienea P-A.nZS

SIROPa PATE ELAGASSE











'1Uels le pi ed~rt DEa ipapr
e le deoPe d nPMaritime.
Les personnes Wibdes de fllrine











cs e les t~ ain alses7- at, a e
s entees,, 1e I s,,ets o a,. ,gcmPni Exstltionvte SlysmAstae.













sonteraie. e ariersu
aiges.-etuearsdonle (rop e perle aen nofr e sves.a. l.-' Pails, ID?, U, Pa, IR e .en
'- fi a 'sd



e i a R
at us Vivgon


PAAI


tou odans ~ e oll le alm e



rattre e u tedea lours eru Jp nicueivctra, su, sselot vine, at a d

monde .61 EgaDt.
vesed s bie llI@pa vfk a dei,

reces os ens uri

Parume Vicitrs, 8, I.sSI-HnDPris


CIGARETTES INWIENNES
An CO5ssitbs Insif a
de GYSIAULT & V-, Phsrm- Paris
1ifft imitaa Isrir e iaretespE
vlolentsac esd'ASthMe, ieoux ,ewe,l'r= meneelleeiionderO le le esvea l es Msaes, liiesi i ee bsltre Is js lae idsi routes lelafections desTo is resepiratores.

Ddpd dts. des es primitalo Pharmsaess


L-, soussign6, laomnl6 huissier exploitant p11CC le Tribunlal civil du messon du Cap-Hialtien, avIse le public qil'ii ne 51gue plls.Mimi Joachimo, et quil siglle

desormais Romulus Joachim. 11 profite de cette occation pour offrir son minister aux avocats de ce barreau et :1 routes les personnes qui voudrot bien honorerr de leur confiance.

Cap-Haltien, ler. Juillet 1893

Romulus JOACHIN.


Quinine de Pelletier
ou Ws 3 Cachats
Adoptde par tous lesmddiecins pour
sa pret6 et 'on erricxitc' contre les Migrainees es Nesralgieit les Acces febrile, 9 es'C ives inter ittentes et Faluldrees is[a Goutte, Is Rhumatisme, le. Sneenoctsrnes. G Chepee
e la g rset d p Po
lenmde PEILETIER, etgi'jpe
i que es piu e rsde ees
s'vale pls len t qu les orh.,
Cstlepes elulesset drgqsl
lilnes, pels iieectue peisse au eCsep sst deesteungsiqd
eer d siqeqs re

i l t A P A R IS 8 ie s i i e nI .





d e IsALT de Cppe, rmiensen i ri s est le rem lel e plus mlofensif et en












I i C I s itI ar hi l i rsi se sel l
temps~ -e.aie
1,r;t d BRismuth est d'une eVivliee CIL6 6p wuv,0 contre .













le GRJa UL Dar & ', I -D srm ll Pris.
It G aseritos I str es.' ,' les Coliques e tsUlcerations In i nales.is Elle so prend a la dogse moyne 'ueSlp cuilleree AlcaF matin et soir, quel ues
\ i lmnutes avant les repa s.
Depdl A PARs, 8, nBe VivhesU17




L E B IRA R e lrre r d ete j d appott favor o ble do IAcademie
















ged pobt I per it id- ces des har, g e osrt e otes rostuantes des onne
















dJ l pe a tene -n aoib s8eee 0
pClPar eSSO ito t c eello d'ps oir ulc actn douemqent lesxtixe, qui d 'truit 1l constipation et presorvides he morrhoides. i C ramps

o 1t mpeelsieiCramIntst a eie, d4veloppe les jes nsfilyes ples et d.ielices et I e pguiai e travail mensue l.

apotA PARS, s, nI eV ivienne, s

M ALADI ES DE POITIRl NE



de G141ULT & C', pharmac'ens Paris,

I. F iO lea,,n e stl strop


Loc -C'll e :T iix,1 dis,- treel s SuB urs
p onHetesn IrIsConsumption,
s a Laharhoti, I I. Phthisie,
ej ,L sF ivr ento,. i t Isfied
D~ APri,8,re Vv-nn
LT e u D nA N C S I (PALES I'l -N1I 's .

PIAL 4ADIE S DES ENFA N TS

SIHOP DER AIFOR T ME'
de GRIM AULT & Cite
Pluls actif qie le sirop antiscorbtiquIie, ii excite l'appetit, fait fondre les glands, comladbat la pileur et la
Kourms, croAtes de 6rpg os d. lapa.Cette comibinais n7 -tale, esseptielli ent depurative, st ille tol6rs'e que les iodures do 201 sillm et de fer.rlrin. reI ieestae

INJECTION



GRIMAULT & C11,Phiarmaciens
Pre6paolee qc vec lei femles du



P la. w ei son tirI.b C1Lljee


Ll G/a Io P. USI oCtilE-11 n

qatiteimprie ures. RNIL


'OlheevUOOiw0i.