Jacmel, grandeur et décadence

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Jacmel, grandeur et décadence
Physical Description:
30 p. : ; 20 cm.
Language:
French
Creator:
Lauture, Edmond
Publisher:
Impr. La Phalange
Place of Publication:
Port-au-Prince, Haiti
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
History -- Jacmel (Haiti)   ( lcsh )
Haiti -- Jacmel   ( fast )
Genre:
History   ( fast )
History.   ( fast )
non-fiction   ( marcgt )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 84175582
lccn - 56028072
ocm84175582
aleph - 26819806
Classification:
lcc - F1929.J3 L3
System ID:
AA00025570:00001

Full Text




,EDMOND -LAUTURE










JA-MFL


Graf*uret Decadence o.






F,






Prix Gdes 3.00
V-



lpiprimerle LA FINALANGE PORT-AU-PRINCE, HMTI
1955











UNIVERSITY ; Qj
OF FLORIDA LI BR AR IE S









EbMOND -,AUTUfAt









GanereDeaec









Pri Gdo 3.00"4





'YmprmerleLA PIA4ANG PORT-A-PRINC, HMT
1955





























11 z



LATIN AAAOICA










A LA MEMOIRE

du Chanoine Charles WArnaWz. d'Alcius Charmant, de Volney Livy, ile Rovigo Barion, de Melcour Poux, de J. B. Vital, de J. Fraenkel, de Ferdinand Bernier, de Normil Chicoye, de Alcibiade de Pommayrac, de F. M. Lauture, de Turenne Taluy, de Joseph Pierre-Louis, de 11. A. Brun, deete., etc., etc. CunE, d6puti, magistrate communal, fonctionnaires, commerqants, industries, points,. musicians, 6mlnents citoyens, etc'., qui avaient travaiII6, c acun dans; sa sphere malgri des diversitis d'opinions, dans une entente parfait it rendre Jacmel une m46tropole comia6rciale important, une fi6re CH6, time ville ob il faisait bon vivre au sein d1une SociW en plein progris.























Jacrnel est la cit6 vaillarzte, fire et fibre



.......................... dont l'ire toujours vibre.

Pour toute grarzde cause et pour tout grand maiheur.

C. M.













A C M E L
Grande'ur & Dekadence


'II y a exivieov, deuxou trois ians -un cono tadiji qui (a IaISS6 j ipmelAepuiwp lut d'ane trentain-A'annkg, bwvi-: site-dans swville mataI6 ,,Oai-coiirant les rues,;s'6criaitIse ParIant;,AAui-m6rne-- iiCen est plu&'Uiie'-Ville b'esVune, n6cr6polew. 11P6ut -6trg,, ceum de -cette, actuellei g6n ratio n, qdi-aurAient. rdric6nti6 F ,D.:avec;ses, yeux Alh peti;hagards, les,.chevefi-x,.6n-t6upet, ounatit-a] ito.y ,s ld tegardalit par& us F6paule,-n-,auraient pasmanqg6-cette r6flexion:i:: ,xAM le -pauvre foin>. il:exprimait la'plus. 6videnite des v&it6s.
jacmbl-,;erv d6pit dequelques: stirsauts, baisse- -lavaenta,, element m6me nous qui y vivons, la chose nous est. sensible, aujour&hui; -plus, qu'hier et7 domain n6us le sidiltirons plus quaujourd'hui, L'exo&, de tes infants, er0de4 vient tragique.-Vous tous--qui m'6coutez,,'n'kes-v;ous pm; pr6ts-Apartir?... ves .enfantts:d6j& vous ont:pr6c6d6s,. 1,1 sont 4116s cherchet leitravail- le pikin. qaL Jacjyl el ne: peutf plus leur ptocure .
Ses villas les nation 1 comme l6s-ihommes,'n assent, vivbnt);at nieur6n ,-de vieillessej de mal4die ou d'acciddnt., L'Hist6im., en, -t6m oigne continuellement. Ainsi jacmel mefirt desisuite&,&un accident..- ,j -f- :.- ', -'- I
je vais vous pr6setiter &abordl- liesquissei dunfableatv de son.hpaque deprospkit6,Ae son apogm.. sii, gran-i deur ni6me.i., pilisijelvous ,fefai:l'historique d'un6-courW p6riode: desa vie,7-p6riode- d6sas*euse.-et qui pourmchet ai6t6-d6t-rminante i'puisqtiL-,Ie couTs de lavie de.'Cett6.Ci-I Wgr 6t6 m6difi6 .dcins; uh.-sensiqu.l:a ,amcin6:son d6clin, puist nQus emierons d'examiner le's circon dances, les. raiwm





8

qui ont 6t6 A la. base de cette prosp6rit6, et,'A I'aide do ces' faits du pass6 nous verrons a titer la lecon de I'avenir.
Cot 6tat de prosp6rif6 0ohl je. vais'essayer de vous faire le tableau est presque, un c'onteAej6esi', sk nous envisageons 1'6tat actue'l des chooses. -Aussi vais-je commencer comme on commence dans les contes... Il 6tait une feis, il y a- plus d'u'n demi si6cle... le let janviei. 1896, quandi A la Grand'Messe -tiaditionnelle de 4 hebres du nation, le Cur'6: monta on chaired, on out un 6blouissement;i vingt.,ampoulew do 50 Watts fix6es-. auteur d6' l'abat-voix;s'alluxn6rent soudaiv, 6claiiantla.,fi6re stature q4i semblait gortir.de la nuit, C'6tait la second fois Aepuis No6l, que la, puis sante Usine:dTnergie.tlectrique de la ((Petite Batteriew langait pour un supr bme essai sa magique 4umi6re. Elle, en avait fait la prl;meur A- I'Enfant-Roi dont on. avait c616br6- huit jours avant le mil huit cent quatre-viingt quinzil&me, anniversary de naissance, da n*s une multicolored, incandetcence.
-Vann6e s'ouvrait sousAes plus brillantes perspectives. De -Chanoine Charles &Arnalz, dant le language chAti6 et C-16gant qui htait. lesien,'apr&s avoir pr6sent6 ses. souhaits d'heureus'e annee a ses ouailles.'accourues en- foule -on ce premier jauvier 1896, pour re miercier Dieu de I tant.d'6v& nements heureux que connaissait la ville, fit le bilan m6ttiriel do la-Paroisse. VEglise venait d'6tre compl6tement restitur6e. Une vofite m6tallique on feuilles: de plomlo sbppoft66s do loin en loin par Aes: arcs. d'acier, avait -remplac6. le plafond en planches qui menagaft ruined, Les. plaf6nds',des bas-c6ths, ggaloment-,*taient en m6tal; I es tours s'61an!;aient avec, grfice dans Tazuk, ox--prisonnant. les cloches, retirementt refondues:' d6nt Al-armonie em-I plissait. agr6ablement I'air d6s qWelles,,se rnettaienti, en brginle. Ce matiri-IA, encore, 'elles ve'ria-tent."de, faire on-. tenure: lour d6nt m6lodieuk appolant, les -fid&les 4., cette grand'messe de 4 heures,








Chanoine. ous son caftiai.l.violet, le geste insure, lapargle chaude,, semblait heugeuxdans, sonecpos6 du Awut d& cette chaire monumental en hois ouvrag6. 41
-avait beaucoup n
t)ravaill6. i la transformation de so Eglise., 11 -6tait 4atisfait.. Jactnel, n lavait pps marchand6son concours 'a, son 46vou6 Cur6 qui :en avait bien, dispose. 11. ayait en outpe rapport de son r6clent voyage de Franae tout. um, choix d'ornements, d'obyetsprkieux,. de vases
_Sacols,. de,-Icroix qui-rutilaient, chfitoyant,.sousla-nouveut lumi6re, ajoutant ainsi A 1'6clat de la c6r6monie. jgcmel, ,A cett 6poque,. avait iiJa Chambre un, jeune ,;36 146 qui d6fendait,.avec intelligence et arnour,,ses int6r6ts, un D6put6 qui voyait,,grandcarpour ceD6pui6 qui aimait d'un Fmour preqque charnel sa. ville natale, rienWitait. ni trop grand ni tKop u. Il!avait r6alis6 ,quelqpp.., chose d'inimaginable, de formidable pour ap jourd!,hui, de ph6p=,6nal enfin. -It donnait,- jacmel. une ,,ppispanteUsine &Exi rgieElectrique,,,alors qu'il n'en ftait meme pas question pour la, Capitale. Depuis troi!japs, do inig6nieurs franc des ouvriers; qualifies desires vpi,onosdes journ ers v travaillaient d'arrache-pied. Ves;sai,,d6finitif venift &8tre fait ewce premier, janvier. On posait maintenantdes pyl6nes comphe, seul Paris ien pos6dait, dans ses avenues les.plus pyivil6gi6es,, qui, devakent xpceveir Jes glQljo-s pour 1.'6clair.1 es
ge, Aes, rues et A pp
teauxren bois;cr#osot6s pour,,supporterles, fillsde .dWribution, dq courantA domicile.
-Un march6,en fer, comme it nen e-xistait,21ors qWen
_Pays 6trabger, se dressait en face d6 I'Eglise et rempla"gait, les-hideux.,abris qui. d6shonorai4nt la:.place. Les affaires dejacmelprosp&ant,. le local.,.de, la Douane -ftait
-deventi,.insuffisant. le, yieux -Wharf vn. bois po pouvant ,,Plusr pqndre I'lintense -traficqui se d6vel9ppait sans
(Pour 1'exprcice..qui s'6tait terming au 30Se -embre le vort.z ai export 110,000, _04C res
,a. Oq caM.d....op








Ia statistique de Ia mals6n J. B. Vital & Co. tuccr& s! dant sur pr&s de IN aria,(ce qui'donnerait-avec lepoids
-de' sacs actiUAIement plus de 125.000,sacs)'et beaucoup d!gutres denr6es: Coton, Ecorces, &Oranges,-Peauxde ;Ch6vres, etc., exportation totalequi'avait corresp6ndu -it une importation de plus de 60.000'tonn6s de -,marchandises diverse. Peu de, temps 'avaht, on avait inaugur6 les nouvelles halls 'de Ia Douane -et le wharf en 'fer. St ces, commodit6s portuaires nkegaires venaient d'6tte Iivr6es au traffic.
Tout celabnle devait au-D6put6 dejacmel, M Ajcius 'Charmant, un nom. qui devait 6tre inscrit, en letters We r dans -les.,annales dela C it6.
jacmel 6tait'heureuse, L.,
Elle avait un Cur 6 qui 6tait un grand Cur6,; un Wpu_' t6 qui 6taft un grand d6put6. Elle a Va'it aussi son grand
-Magistrat.:-Volney Uvy.,Dk son,61 btion'fl avaii-inaugur6 de &And& tiavaux d'urbanisme c6nane on rilen connaissait pas encore en Haiti. La -rue, improprement'appel& -RiI6 St'6nio'Vincent (podr'he''pas tonnaitre Mistoi r'e -de 16 Cit6 on donne ii tokt'et 'a tfavefs des homs Aux iiies et aux. Places'publiques) 6tait un"bourbier...'oii-iI 6tait dafig&ieux de se risquer meme A dheval.' En'temps de-phiie, elle,6taitinfranchissable,','b tLs et gens'Ofit 6t6 solvent emport6s, paF:Ies eaux en furie. CP travail"gigAntesque ex6dut& par: des ing6nieurs frariois '(sim'plus d'un kilom6tre) et qui devait ''Snaliser les'-eaux de pluie -:et
6tabfir cette belle chauss6e que fut c1At6-6po4ue Ia belle Avenue des Cayes-jacmel, fut poursuivi 'ans i nteFruption, jusqu au 'a, so6 terminu A:,St- -s'achevait en ce commencement derannk'1896.
-.Le.,travail de I'Eclaif4geMectriq ue se poursuivait'depuis, troisang; cependant le'Magistrat L6v* n6 crut'pas que, Ion put se dispenser (f6clairei- Ia- Ville., De''s'lampes
k6rosine spkial6s'pdur I'Mairage des -rues foiebt ita-








blies et; 3 des* Sp6cialistes. J arrialicains engages pour'Ieur allumage r6gulier et leur, bon fonctionnement. Un servi-ee t6l6pbonique par, con cession municipal venait d'ftr'e
-6galement 6tabli porl le jeun6 6lectricien Raoulj. Mon, service qui comptait d6jA plui de 300gabonn6s. Les: rues

;6taientAmpeccablement entretenues.. tjn service bydrau-lique sous contr6le de sp6ciatistes engages et pay6s par 'la caisse i communal -proc'rait une dau abondaPte, sous une forte piession-h tous les abonn6s en mgme'iemps.
En ce premier Janvier, une fanfare, municipal 'com'I:pos6e d'une quarantainide .jeunes-'rhusiciens pqfmiJes meilleuis (Jdcmel 6tait r6put6e pour en poss6der de tr6s bons) sortait pour.la premiere fois avec leurs uniforms, flambant neufg'(pantalon de drap blanc, redingotebleu 64'. aiguillettes, d'or et shako) s6us la. baguette, dut-jeune'Mabstro Erndst : Bellande. La fanfare de t PArm6e ., qui existait -d6ja (pantalon rouge et r6dingote bleue) comMahd& par le doux et pur' musician qIie fut Joseph Pierre-Louis sel, surpassait dans un assault de concerts avec 4a. nouvefle.
C'6tait un temps yraii-nent heureux L.
/La ville,4tait bAtie ik nelaisseraucun emplacement videAes magasinsmombreux.6taient bbnd6s de-marchandises, A perm ettre le -choix le plus:vari6 et le-plus diffidile. .Les rues bruyantesle jour,:Ia muit, 6taieht r6niplies-.par pne nombreuse population affaire gallant all6grerrient-A ses. affairesi, A sesplaisirs. Le& f6tes, du carnival approchant,, ion iy pr6parait comme chaqueann6eavec'.encore ,Plus A!efitrdin.. :Les tailleurs taillaient,:Ies, charpentiers charpentaienti,tous ceux;qui avaient, unm6tier..I'exjploitaient avec profit,. Youvrage neTmanquant-'pas.':Le!taV'etier chantait en martelant les savates. Des iles voisines accouraient un flot douvriers qualifies avec leur famille qui trouvaient A, traVailler -avec beaucoup plus d'av ntages,,que. cbez eux ,








jus Cett
Enfin Supr6me 'lbonheur,' Jacm, el ietait qu"
heure-l la f Ble ah6rie, du Gouvernement du Pr6sident
En 18.89, elleiavait tendu,4a main par. dessus 1& Wpubfiqd6 au Cap-Haitien quoad ilffle-refusa la place.que.1ui avait r6serv6e Port-au4P rince dansison,-ComeiI de,,Q.ouvernement par .1'abstention-,d!un:,de,, e&:fil ,parmi I" plus notoires.: Sans contrairite inutile. le, gouvernemeht laissaitjacmelila t-teduSudTEstse,,.:d6,velopper. jamais donc cette,, ville -Wavait connu,, en,,un,:.MIfime temps, tAnt A4v.6nements -heureux,,jamais. tant de sea fils, parmi les. plus ihoxin6tes et les plus; capable: (s'ilfaut citer encore quelques. noms : un Labidou, jacm6lien Des f6tes de routes sorts, litt6raires, th6kmdes, rnugicales, des bals, unorchestre Tzigane, une troupe d!Op6ras, des artistes frangais,, Jes. cirquie le&,, plus, farneuk se succ6daient, 6gayant vne.-population mis&i gns& qui, com.Mle,&,Pompeisemblaitvivresesderiiiers.iours...,, "En.qffet, deux Jourdes,,menaces "planaient slur la cit6.. Lourdes., de.-cQns6quehce....Si elle devaiien pdr-tielichap-. per de i4otpose 4,la-promikem6ahmpins 16 preinier coup de feu 2111,Mars:'fermait.A jaqui;elaquadans la nuit,.duA
mais un? are,de,prqsp6rit6,clo !pi-ogri!s.6t,debonheur. J,4c,mel allait; conAaftre Aea. jours ... des jours; de




ral m isier Jeannis depuis, la cfinAe la: --R6volution de 1889 s6tait retire sur -,sea. terre4iA.4afand,






131

ii!ayant--aucun!,*'C-cintact apparentt aver-laville, Le G6n6-,, ral ,-avait! 6t6,,- (.11-idite',-di ,-, pr&tet son ..concoursj qugndjacn meI-.s!-6ta&iinuTg6e c6ntre:Ie;gvuvernemePt.du 0,,6n, 6ra Ugitime. 11 arnbitionfiaitau triomphe de 1& Wvolutionl I&Con-iniatidernent-de I'Arrondissement., OnAe,-Iui-avait offeTt, qtte ljnspeoation de I'Agriculture, f:le la, C immune,; sin-6euve, a-vec:16quelle on penspit se-46barrasser de,. lui.. Fii;remebti il avait -refus6, montant,-,son 'Cheval A avait diipartuAoFpuis,.. 11 semblait s'6tre 6vanoui.
1,1,.attendait ,tout.simplement !
Le mandate, : du Pt6sident Oyppolite trait sa fin., Le: 15 Mai: 1,896rsiiiva nt la;,Constitution, -il-clevait abaadon!ner-Ae Pouvoir.- Bien que'personnel-lement il-ne fut pus CandidEit it lax66lectioji, les 6leetions .46gislatives qui ven4i6nt &5Voir -lieu a.u commencement de Fann6e,, dev4ient-donner lamajorit6 A Monsieur -Stewart du CapHaltieW son chef de Cabineti C'6tait u n. government appar6mment civ.,ii, qui alla it succ6derau.,gouvprnement. f6rocement militaire du -i G6n6rat Hyppolite;., -Mais i-I Isembl&it- suridut,!i4uelle m6me -personnel allait Jrester. au pour voiri le, Genkat Hiyppolite deviant, souvenir ce, gouvernei ment tqull, cr6ait; ,de son domaine- de xMON REPOS5> pr&s !de, port-au-Prince, ,o, L ilpensait se retired.
Ce6m!ftait pas- du toutda, gofit dq,. G-6n6ral Writier. 11,7avaitintrigu6 un peurpattout., 11-avait-une vieille r& put e t4oii,,,,de-.btavoure,, il s'6tait rendu L616bresurtoutAurarit les!kv6nements rde -4 883i par, je, xnassacre qVil avAitfaxt i dejltal finefletir de IAI j6unesse Jacrn6lienne qui s kait. laiss6e ,surpvendror pendant la nuit du 3 Aofit-Au.Postei, de .,,,cDerri6re-IL6ge>>, -En, 189,&i cependant,:il !avait certadnemento dest Intelligences A, jAcmeL car, Vattaque du. 12 ,Mhrs,,devait,.id6.clancher uiie r&volutionla.voirdet,,r&PercusEiRint dans", les' autres!! villesde., lai Wpub.liqt e.. et; portOrn m.Cm, 0 61a Pr6sidenoe ?.4-4e G6n6vat Wrisier JeAo.






14

qui ce fut uhi 'i)bstgcle A son abdibitidq.'.iy-,Etn ei6uk;-'6ou lourhu e-ti'dyahtjafnais su',ni'lireni. 6crir6.' MaigiUserabla qw 'dtmx -sur Iesquels il .6isaii-fond, n'avaient pas l'iti-, flyence necessary pour pgreille Actionil.
Le' G6n6ral avait attaqu6 ceite nuit du- 12-Mars IC D616gation oit i'I''k*vAit tir6s peu de soldats qui s'empres-*, s6ttrit de fuir. '11,1'avait pour troupe qW.une poign6e-de carhjjajiiards, Le Vkft6ral Barjon,-D61igu6 du,'Gouveir_"' cement dont la r6gidence-6taitiAtenante im Bureau dei, la D616gation, surprisn64'rimoins put-se saver' et'trouva un refuse 'au pre'O'byt te, oii il'passa'le r6stede-la nuit prk de' son comip4rieet- aftni le,. Cuf6 Charles-, d'Arxiaii"
'Le Bureau" de 11a place 4ttaqu&'fut 6galementpris, rhaisLe bureaulAe IAfton-'_"
distenlentattaqU6, r6sista Le' G6n6ral Nutnal Rabet.,,&--i fendit son post le 6 la mainit 16 tftedes-rftiments de ligne etmiteii d6route les assailants qui'dul' rent,* ait p6titjour,'abandonner tous; les posters qu'.ils:!aL vaient'occup6s. Latentative avai.t compl6tement ichou6, 'grge'd A la Vigila*nc6 du, G6n6ral' Rabel., LeIendemain, le' General Barjon-fitune toutn6e 'en ivill'e- A la, t6tt! d'une imlids6nte" ciii kkade,"et une.bAttu6 cdm'men4gwdans toute la plane de jacmetj surtout'A Lafond Pour se'rendre mav. tre'du 046ii6raJM6risier qui, pris, devaititre iitn6diatemerit fusifl6avec se s compliess, Malgr6t6utes les rem chirehesi le- G6n6ral restaiiitrouvable 'Le G6n6ral,,HY*;
-polite s'itrita'it de'me'pas avoir recule:tiI6grammb ilui" nnbnigant lacapiure 6t la fusillade du G6fi6ralI',M6risier'.' Il. envoyait mitsage sur messagelet 6galeinent; des fonds abondarnmetit pour favoris'er,"Ies "'bp6ratimits niriet reche'rches A la fin, il s6 crut jou6 parIev auto6. t6 s de 'Jacmel. If d6cida -de veiiir- 6n personfie, difig6r' l6t optionsn, L-hviso de guerre ((La' Cr6te 'Ar.'Tierrotsv 6tait "entr6 dtiris I& pori aVec des froujjes de la.:Garde -et: )a, MOs"ique: du Talais--16 2T Mar& Le, Pr6sident, 6tait at-i








tendu. le- 4 hi Ia. t6te d!autres troupes. iLa ville, 6ta# dans4a, consternation, les bruits: les;.plus,;IugubT.es, 4#17cu-:. Went., -Dii connaissait;l mani6re forte, du "Pr6sident On. se souvenait-de I'affaire du,2$ Maim,1891. Des. flots, de sang-ayai ept couI6, lpijour:,de la F te7-pieu dans.les rues de,]Port-mau-Trince t,, Ia, suite de Tattaque de Ia, Prison,,
i
pour.,: 40ivrrev les priscaniers polit ques; par le._Gkn6rak Sully;.Guerrier. Uautre partonpr6tendait. que des Jac-, m6liens,,,parmi, tpsquels qn,, citait jes noms de B. M. et R.i L.Jappareaths, auxx -plus, igrandes, families, suspects d?6tre:: compromise. dans. Ia tentative, de, M61risieret qui, lidbitaient. Port-au Prince, prigonniers, bord'de Ia qCr& te ,, 4: Pierrot2> et dans les fers, 6taient amen6s, pour -6tre ex6cut6s ici avec lea %autres:cpniplices de Mkisier, dont Ia liste-longuej1ongue ii Finfinviembrassait presque, ous los, gens,-ayantiune,,cer,tainoinotori6t6.,
Uhe animation, linsolite cause par: les) troupes 46bar-- quees regnait:eri!ville. Ces troupessemblaient d4jktagir,. en pays conquis6 ;Brusquement dans, I'aprh-midi.e du 24I'lieure A laquelle devait enter le Pr6sident, cette t aVJ7, station tombaj j&,consternation. changeaft de bor&:-;PuiS ce -fut ,uae fuite, 6perdue, les soldats,, les musicians du- Pa-4, lais d6barqu6s,,de4a -o ,Crke.,,& Pierrob) nullement.pour suivis,-sexuaientvers le port, s'entassaient p6le-mele dans lea embarcations gallant, vers Iaviso, qui leva rancreim, m6diatement. x., Orx veriaitAe .recevoir Ia n ouveJle de -, Ia mort--foudroyante du Pr6sident, tomb6 de cheval 16 matin, au ,moment o i il allait venir. chfitierJacmeL;


:,Cependant, Ia- mort suite du Pr6sidont cr6eaftAlaw. tresccsmplications!it.jacmel.*,'A Ia Capitale on'se trouvait,. ew plvixt d6sarroii JF ne pouvait-.plus 6tre question, de I'Mection deMonsieur'Stewarti La-R6voIu4ori,6tait s I r. le point d'6clater. -Le 06niralFrangois Saint-Surin. M-a-








nigAtj annon 0-it-oit d4b-. toUte,'jparts,, idlait d6barquer..., 6 Jkniel.i Ohleddujait, un:s'Oixl4bveinent qui, iious, ddrme rAft,:une,7 nouvelk 60ition- revue, corrig,6e! etaugmeht:66 dix G6)uvernement Sal' mon. jakmel, en paiticuliermvpow. vait envi ager une;pdreilI6 6Vetitualit6 sans quelque ef froi.- '.Eh,1883,'on1,,navait pas'eu A se louer ddla,;ft 'acon, d6nt1eG6n6ra1 MAnigat avalt exkut6,le; terries de, Ia Capitulation quiI Oivaitf accepted et gigh6e. Wl!avait:in- .ditminient Viol& en faisant ou ewilaissant,, massacre nomb tel dei citoyenfa que les terms decetba Capitulatiofi' couVraieftt. Ce'penoant, malgr6:'tout, 11, n6,,manquaiC pas de, Miknigatistes, A jacthel. Toute, Ia champagne o i sf&aiit. rectutge,. l'ancienne arm6e d1investissemefit I'6taitr prim; cipEde mient Lafon& Le G6n6ral' 'AT6rigier, par, consequeiat-;-quW-,faisait pprIer 'delul, oostensibl4ment)ven4t9it un, bien qu'au fond il ne, fut jamais que Ktn6risi6ristev, il le fit bien, -voir' quelques jours, ap4s; qUand 41 : emp&h' a Manigat de- d6biarquer., :L6 bruit ciicu1ait:qu- Ia ville allbit v, 6tre: envahie -'Par des bands qui 9 organisaient L Lafbn&, On, ne; parlait,. de rien.: moins,. que ', de pillage, et &,Tinr, e'ndfe de'-I& 'villb." Le vendredi qufsuivit Ia mort clu. Pt6sident- une Vanique'se d6chara: 6n. ville., Les, 6co les-tutent, renv'oy6es,- les farnilles '.se'r6fugiaient dons les halls -du'136rd-de-Mier avec. leurs biens let plus lpre. cieux se- mettant gous,. .4a 'protection., des pavilions 1 des commerqants, 6trangersi -les -consuls, ouvraient leursimav senw pkiv6es aux r6fugi6i politiqu6s. Les draieaux 'de, routes les nations,; iepr6sent6es flottaieht sur tous-les4difices. habits par le moindre -6tranger. Da'ns I'apris-midi du m6me jour, le ((Couri>) atteint' son comble, quand. on sut,6udle d6l6ku6 av4it cherche,,un.'*asilit, chozIL-,lC onsW Allemand;; Monsieur, WOLFF. '. -On *6 yait: descendre Ia nuit lavec. effroidans, un: certain calme qui serfiblait' prgsager., Ia tempke. CependAnt., il ,n'y eut, all"Cun, inc* ideftt pendant; Ia. nuit








Motu le-Giendemain samvdi vers- Mlieumg-4m, n,
mgr-al'Uhiisiert A lat tke &une cavpakfie, fit-soif entr6edans lta .v.illt.,,L,!indignatioii 6tait-& -son cofnble. Cependaht p6rsonne ne pensa Aorganiser aucune resis tance... Le-. G6h6raI, ,appuy&dtn contingent4epaysans auxquels on., donnait'l& nomde, < k la plac&-de Rovigo Barjon qui-coilvert par le-paviflon Me,, mana s'k6it embarau6 sur un inAvire stranger pour -Por-tau Prince.
"Un calme xelatif'sifivit.
Le G6n6ral Sarp, ministry de Ia guerre,-se trouvedt aw, Cap4llaftim au. moment Ae Ia. mort du Pf6sident. -Dtvant le! ref6s,.7de! Monsieur) Stewart- d'assumer IL-POUVOIr" omle-"fit ch6rchbr en'hfte-et'dis soil arriv&'il fut'Ou PaIr.l ev'Clyambrespr6squeiiial-gr -Itui. It 'agissaitsurtoutide', pr&venir, le 66sordre- Les ministres'krangets iPorVii i4Prin e; :surtout IeF fninistre,,Afi.exnand, 6taient7 A-: I'afffivet --souhaitaient des xhouvements.r&614 ti6dhairesr' pour, sous pr6texte daccorder. protection aux int6rits de leurs-ressortissants commer-ants, faire-dibarquer des marins- 6v prendkej si possible, possession du pays,:' LAM66 qu*-If6tait rpas encore Ia puissante nation qx 'etle-est au, jourd'hui, rk-66nmoins Aesp, Ain,6ricainsl, faiskient d6f des -, xyetm rpndo aux-Europ6ens. et Ieufjaisaient compren-i" drcr- qu'il y avait A,,cqmpteraveb. eux- lisp avaient, jiods'6A,,-Ia,,formatioii,.rapide--d',.Unrgouvernement.
Ld,:G,6nira17SAm, -pour-- s6 d6bavrasser' du- G&ftal,,Aft, ni&t-A&nommaiministre- A,-,Paris-etaussi pour -6vpH'Of dei,) enhijis- [ Fint6rieur dw-,pays, consacrwAa prise-de pos'sisi sion--du Gin6rafM6hsier et-le-nomrrila ,'fID616kii6;dttoou-,, 'vernementt-,dans: les-,,ATirondiisethents, deT jametet-de, $aftrom








Les- &6hements qui s'6taient d6rpulks :en un si court capace-. de lemps, bien qu'ayaht apporth un grand% changernent.'dairis"I'Administration dw Pay& n avaient pas, apparemment une importance particuli&re par eux-m6mes. Ces sortes'de changements 6taient couturniers, mais cette fois-cependant, ils marquaient une assure, entre deux 60o:, qubs.' ou 'phis -or6cis6ment ils consommaient une- assure entie deux 6poq'u es.: En France on a, consid6r6 que le dix,.n6 uvi&mesi6clene s'6tait termin6.qu'en,1914, en Hai~ ti on pourrait dire que notre dix-neuvi6me sikle 6tait termini dis 1896, car un changement considerable s'6tait product -dans, les esprits.
L6 Parti Libirat achevait -de tisser sa legend. Les' derniers',survivants, vieux:retir& de la' vie publique, assistAient attrist6s; A.la- fin de leurr6ve. Ils Wen allaientl'un aprkl'autre. Le grand.Edmond Pautvenait'de mourir, Armand Thoby ne tarderait pas A le suivre. L'6ton nant,- 6'est que la jeunessed'alors laissa tomber-leilarnbeau. Wavait-elle -pas comprise ce qu avait reprisent6 -ce group. dhommes dont: les Wes 6taient r6pandues dans le:,Pays entie r et quiavaientappuy6 leurs actions surges, seuls-pfihcipes,,d'honn8tet6 et de capac it6 ? Ces homes n'avaient,.pas h6siti A sacrifice leut vie pout, I e triomphe. de leurs Wes-. Le. r6cit; dle leurs exploits. tient de I'ipop6e, leur vomportement deviant. leurs bouffeaux kait presqup celui des martyrs :de la Rome antique. <>,s'6tait 6c,66 l'un d'eux, notre cher M6thurinLys,-Aleuravocat Luxembourg Cauvih qui les, d6fendait avec -une fougue- juvenile deviant la Couf Martiale -Wlas.!Aeur-r6ve s'en allait nvec ,eux. Certes ilsavaient commis des e rreurs. Ils n'6taient que des hornmes mais ils furent grand par leur vertu, par leur courage et surtout par leur intransigence.
La plus basse injure qui fut faite a ce group d'hom-








meN qui avait deg- repr6sentants'-dans towtes- les -villes du: pays '-'jet-qui comptait, des noirs autant, que Ae. mu- : 14tres fut jde les, accuser de pr6jug6;.. Ckait'-Ia, seule- fa-. qo'n de les discr6diter',dans la maswignorante On Wop, po-w aucm prindipe, aucun programme,, aucune We en-, finlauxleurs. Cequel'on' a fappe16, leParti f National, -0!en.kaii pias un .otiAors il-se composait-de-,tousceux-14 Clui:.. s'aeharnaient centree Fkablissement, dfuneadministration, rftuli6re :Ae-contr6le des finances dd I'Etat et la capacit6 -da,,ns. les functionss, oubl iqu6s.
Effort de 1902 devait 6tre vain, le dernierrepr6sentantide l'Id6alLib6ralAe grand iAnt6nor.,FirmiiT,, devEiit tristerfient.mourif sur le-ro6her de Saint-Thomas peu:del tempi avant Ia r 6alisatiov de sa terribl6 proph6tie qui fut--s6n:testament politique.


-Jactnel avait 6t6 une ville essentiellement, unanimument lib6r;wle, Aonc la, confirmation- 4u G6niral. Wrisi ef' ; dans i les fonctiohs quil s'6tait, octroy6es Wayait p as Pr&.I cis6ment soulev6. deTenthousiasme. On be pouvait slem' p&cher de-se rappeler-fhomm6 & 83. .. Aussi consid6rat-on-toujouri cette 'nomination comme, une hbnt6 poiar la-ville. Cepeudant le coilme revint avec ,la -mort4p-saison-q4i ouvrait lar'saison de& vill6giatureg. c Presque. tox. t68' leg principles I ainill6s avaient une. maisoh dL- -campdgne;soit A M6yer, aux Orangers, is BermudesP. A Grantlin,, k Berry ou A Lavanheau.- Les vEicances se 1passaient ert bai-7' gnadeSL dans les rivibres et:en 'exctirMons. Leg dimanchesAe nombreux amis venaient, passer W journ& A Meure Au diner'due I'on ;'Prejnait-- Mi& 4iV grande table- reposant sur des tr6teaux se-dremit.giu&ralerpenten plein:air dang let tour sous uw grand---arbre, Je Vou's-laissei.iipenser,,I s -!bonne ch6re q&on y faibait -et lesr.bofis vinsquon ytd6gustait,






20!

;'Al.cette4poquel leavacances'se terminaient-atla fivdu mois, &Aofitj .: Les classes et le,tribunaux is'ouvraient, le."prernier!: lundi: de Septem bre. Les; affairs, reprenaiefit,' d6s le c6mmencernent.,de, ce mois. Cette ann6e lei r6col W 6tgWipr6coce; et s'annon ait brilliant. De grosses com-, mlande&iavdient' ft&' pkc6es Tftranger;' Le prix. du caf6, kait b lon jusque lk i Pendant tous:leis mois de, Juin, juillet et -AbCA3 les, bateauxk gvaient d6vers6 des tones et, des tonnes db tnarchihdises de routes sortesAans lesnouvelles halls de Ia Douane. To.utes les grossesbodtiquft se proouraient de'lorts stocks.
'Lestacheteurs-Venai6rit 6galement.-des villes'lvoiities. jabmef1puissanb&,'M6t opo1-e, Commerciale maitrisait: nonseulemenf- leg., &iix: ,arrondissern6nts des Anses-A-Pitre aux C8tes-de-Fer, mais routes les !sections Sud deTortau-Prince, ainsi que celles-de L6ogfine, Petit-GoAve, Grand-Gofive et Miragoine. NoSL exportateurs faisaient dew-affaires r6guli6res a-vec l6sgrands'spkulat6ursdes Owes- 6f'd'Ailui* dbnt, 16s envois, arrivaidnt. par iv6ilier. On-peut-cbmprendr6 que jacmel ait 6t6 lepremieriport d'Exportation:de Ia- Wpubliqueet qu'il put k cette epoque ex*iter,, le quart pr6s de Ia-, totality& de Ia. production ca-!., f&Lre dti, Piywhvalu6er entre; 450 et 500.000 sacs. Cest encoiw -pav,, ce, portv qUe' toute, Haiti corfespondait I'Murope, 11 constituait Ia p6rte ouverte du, pays sur lei mondef et celA, depuis au moins 1850,: d&s I'origine de ta, nuvigafion A -vap6ur,1-it ti-avers I'Atlahtique. Le, pbrt de, j4cmet-,,a!d6nc-,6t6 leprernier et Je seul pendatit 30 an" environ, jusque vets 1880 -A, 8tre desservi r6guli6rementi, Pat. une.4igne-de-bateaux iL wapeun Lespaquebots de Ia Mkilit-Royalir -Anglaise le. Packet comme on disait afors; par iqqntrat-Avec, le Gouvernement, Haitien, y,; d6barquaiientlet'embarquaienttoute la correspondence du pays-, avec Muropepbar c'est- avec. I'Edrope ment.(France, AngleterreAllemAgne, Italie) queAes, 'af









se.faisaient. 'Une th6oriie d'une viqgtaine ',de mules avec deuxou troisguides, ebaque semaine, transportaientla correspondence du Pays -exp6di -e par le bun6au postal de jacmel A Port-au-Printejapp6s de la vorrespondance destine'e .,A jacmel (ee dernier .ai.,valntage permettait A nos n6gociants consignataires (Va:voir.1a priorit6,,des nouvelles commercials sur leurs-col.16gues des autres villas) et ramenaient la correspQndaoce .6 exp6dier.
Cest aussi jacniel. que les, voyageurs de tous les points d'Haiti: venaient s'embarqueti pour: I'Europe sur .AesTapides etAuxueux paquebots-ppste.,,4e la, MAlle Ro:yale qui faisaient-le traj&t jusqu'6 Southam.ptanwtn .-3 jours, ce qui 6tait un record pour 1'6poque. :Un-magnifx' -qu& h6tel, VH6tel International I avait ft6. construct pr4s I.irivag-e par M. Josef FRAENKEL Tusage.de cette clientt 4eflottante et cosmopolite. Le dernier paquetbot
touchajacmeLau mois dej juillet! 1902, mettant fin3ri tm %servicequi avait dur6.plu&,de.,50.ans.
port de jacket qui s enable, qui d6ja ne recoit
-Plus, de navire tenant des Xtats-Unis-I& cause- dewmauvaises conditions pdrtuaireset.qui-Aera peut4tre denisin compl6tement ferm6 A tout commerce stranger, si le gouvernement'n e se decide pas i faire les travaux que I'urgence r6clame, a eu un passe des plus glorieux.
Si nous remontons un peu plus loin pour trouper d'autres'%rai I ons, sentimentales celles-IA, pour d6plorer r4banAon, dgms'Aequel jusqu'icionJaisse sombrer,,et le;portyiet Aaivill nous ne puuvons omettrele fait, international. de la creation dans, la rade par Miranda 4u droeau qui..de vait server A 1'6mancipation de. tous les Pays bolivariens, .mi ne pas rappeler Ie sC-jour que, fit,!'dans notre Cit6 le grand Bolivar quand, vaincu, il vint sereposerprarmi, nous. Riconfort6s, Iui ,et.ses.-.compagnons, par les ,,soins-etila '. sympathies; dont.ils futent entourh.s.par.une .pdl!lulittion-qui








clerAe pfivtle, l'ind6pendan x et,,de la liber'savAit appr46 cc
t6f 46, pure0t,,repartir all6gres vers la gloire. I avigt' encore Ajacmel que d6barqua du Packet Anglais IEnvoy6 Ae Pie IX, Mgr Spacapi6tra, en Mai 1853, d6-Ugu par leS6uverainPontife pour riftocier un-Concorde,.Soulouque. La reception IaibE A I'EnvoY6 dw Pape A. jAcmel fut. -grandiose et resta vw6e dans. lam6moire des infants qui y avaient assist et qui en 6taient enthusiasts aprZ-s plus de 50 ahs. Une
-d6l6gation des.pr.incipaux citpyens de la ville accompagna-Ie;d6le"guC-du Pape -jusquA Port-au-Prince. Et quand
-Ori s 1'6chec des. negotiations provoqu6 en grande, parties par. Jes intrigue& de 4 adventurer Cessens, Cur6 -de PortPrinceilui avaiteuFaudace dusurp6rIes,4nsignes des t;-Emiques et que Mgr Spacapi6tra pr6sque thass6 dd Pays, ,dut, se retired A i Saint, -T homas, la, vraie. Religion Catholi;qiie, renltmdan' u0b certain clandestinit&_ .C'estencore. ,bi Jicm6l que I'Evgciue dut. dresser par des arnis scirs, ses instructions au P.P6rcin-i Cur6 de I'Anse-A-.eau, un des-irares bons- pr6tres..de cette 6poque, qu'iI avait insti1 W6, sofi. repr6sentant, A trarismettre aux pr6tres et fid6les-. I rest6s attach6s,- A -Tob6dience du Saint-Si6ge.





C6tte digression. 6tait m6cesgaire, pour faire ressortir 4e r6le de leader. tenu %par jacmel pendant longtemps et
pi:
JuIstifier,.un d6s'titres.: <(Grandeurv de ce documentaire.
notte r6cit.

D6s .4,heuresdu fnatin, le samedi,1.9 Septembre 1896,
-onicoinmpnqa,4 travailler:Ala lumi&6., C'6taient les pre';miers caf6s, 4ui arrivaient, Ies pes6es n'6taient pas fortes, %m a is, nombre c!ftait d6s apions* et Aes. cdiolarm)






2-23

comme on disait alors ''Ms 6 heures leg acheteura'anvahissaientles grades boutiques, les magasins rdu BeIzAir, de la, rue de IW6pitiil, de,: la xua T touslsa-Mte, de,' I& Grand-Rue at, des Portails,, se, r6pafidaierit dang, les rnadu Bord-da-Mer d6s 7 heur6s;-',,Le brouhahit-de ce -same& du, d6but de r6colte s"arnplifiait dans ce mar'ch&'tout neuf an face de VEglise; -La', foule, d6bord&it dans leg rues adjacentes.
'i.'L'horloge venait d'6grener'les coups de 10,heurea* du matin.-;;, Soudain.. uncri sihistre ( -d'eau 'Our alimenter la gompe. Viricand le prefid des proportions effroyables, car la rue est'kroitie at.brftle "&s deux -c6t6s, lefeu march dans- les daux sens. Q6and 1'6au .finit par arrived, les efforts des pompiOrs at de tbut6: la population qui les second semble pu6rilgan -face da""ce brasier. Le.m'at6r'iel se r6v6le insuffisant. Le jet de la pompe --s'6vapore avant dlatteifidre, le foiyei. ToiAie 41a 'Place:du march bond6e d7opulentes boutk4 ues,' avet"'ses constructions, de grades 'mefisons A d6uk images, 6jalemertt!, collkes les, unes aux autres,' est mdna'c6a; car ldfl le'feu a a'tteint la rue Valli6re at l6che'de sei'hairnes I& mason Coriolgn Maximilian (14ag"Asin- Malit*6 B&IAande actual). On- sembla esp6rer qua le 116.4d seia ifi& t6 du c6t6 Est. par las muts de I'Eglise. On, glac'hii!x6 du &6, Ouest, Maiw bient6t le feu'contourn co a l7glise; sekita.








-j)4-e,,at mw portes et, fe kres de celle-ciqVIsq;it en. bois, s!en ,prend, aux-chaises, aux, trioime& s'616ve jusqu!au toit. ,Les tours sont afteintes, les cloches s4pport6espar une arm.atur-een bois-d6er insolent avec, un, bruit effroyable ,,.et tPut cela -devient un immense;.brasier dpnt le foyer 4 termine- des couraots d'air.. qui tourbillonnent, arracbEknt des r6tincelles qui sont projet6es aux quatre, Points cardinaux. La majority des maisqns est couverte en ais,san'tes. Les. 6tincelles trouvent un foyer favorable L 1'extension Ae lInceptlie., Dans des,.efforts. d6sesp6r6s on trise des masons, on e ssaie d'en evacuer d I autres de Ieurs merchandises. Cie lpurs-,meubles, des. objets pr6cieux, ,,wais;h6las !, vela se, fait dans un tel d6sordre, avec, une telle r cipitationpar des gens de bonne volont6, certes, mais aussi par Aes inconnus (car, les gens de la plane ont.envahi, la ville et, se livrent au. pillage) qu'il aurait m.ieu; valu laisser. tout broiler. On lest d6ppurag-6. deviant ct catacylame qui d6fit tous lea efforts,, de ce feu qui ,semble. tombek du ciel.
,Le commandant des. pompiers josef,,FRA-ENKEL est ,h bout, il tomb,e.de, fatigue et &6puisement. Tous sea homes J'abandonnent pour courier, chezeux, leur maison brOle ou eat menack, car d'autres foyers aussi consid&ables; que le, premier, se. sont. constitu,& it la.Grand_Rpe, -h IP rue r des. C4ye ,s, 4 I'Mpital, etc...
Onvit des.,d6vouements, -admirables. Quand tout le' ''Bel-Air,,eut 6t6 r6.duit-en cendresdes jeunesgensde-ce guartier qu'on aurait cru repus de, fatigue et.de d6sesp.pir, .dont les v6tements comme desloques coll6es & leur, peau ,,par..la sueur, let Par. 1'eau descendirent -i la Qrand-Rue 1, *'. I .. I
travailler saver merchandise et caf6s,) lea transportant dAns jes hallf s du, Pord de Mer. Mais, il,6tait dit qua ce Ahastre Aevait kre -complet, car peu de halleS. Qu a'kaientemjj6sp0'e-m6le le's objets lea plps-divers de.Y ieiit,.. 6silt r,-',,I.'affondrement,.-ca s6 Dar. Fintenwxha-








lour-a d,&gag6e par Ivs bAtiments en. bois quibrAlaientaW.. tour d'elles.
,U feu se consuinma toute J& nuit, la joulrn6e. du Iop.:, main, et, corhme un- monstre repu. sarr6ta de lui-mka.e. v6r& la fin de 1a xiuit. Le soled du 21 Septembre 4r, aira une terrede 46solation.-.1
On eut pu 6crire : << Ici fut jaemol
Des homes, des fernmes, maintenance, sans #bris, 414ivis d'enfantsfous de douleur, merchant dans ce desert de cendres chaudes, de murs 6croul6s, de platraits,; pleuiant toutes,..Ies.,.Iarmps1de leurs yeux, gr attant la terre,,cherc.hant la,,,place, o. ; fut leur mason, esperant trouper, qqoi. ?... un Ojet quelqpe.chose'! un je ne sals'q-uoi', qu'eux-m6mes n'auraient su. pr6ciser. Des lar es de spng des cris de d6seppoir, des rires de d6ments (beaucoup perdirent'la raimPon). VoilA de quoi 6tait fait ce jour''du 21 sept.embre 1896. Les efforts de pr6s de cent ahs, dr, plusiev.rs t.
g6n6rations venaient d'8tr.e anean is en quel- ques heures. A peine quelques jours plu's tard, le quarter Oe la'Petite Batterie qui avait 6t6 6pargn6 dis'paraissait a son tour dans les flarnmes.
Imaginez-vous, debut sur la place Louverture, sur le, terraiti'G ii a '6t6 construct d6puig -I'h6tel de' Ville 'promehint un regard circulaire... vos yeuk no"' p'ourrialefit' renco ntrer I da ns le loi ri I tain vers le Nord q u e I la maisoh d'Anf6ine Vy es (h4bitee dctue'llerh'ent par sh fille) 'qiie' les fla mes avaient
n ircie,' v6ri'lMst les p'ent&s
i "; hill du Bord-&-dit (5imeti6re, ve'rs'*Ie Sud :4uelques a. es Mer, des Rots dans cette mer de cendres, la maison J. B. Vital (habk6e par M' Bo'lt6), la maison Deme:l-" yer 'Bergeron appartenant; i ,Madsen et la rriAison Bducard .(maisoh-Poux) qui venait ld'ftre' achev&,iivers. I'Ouest la Maison Octave Lh6risson. Tout le centre de la ville, la rue des Cayes, jusquA la mason Alm6clus Larochdi-toute la Orand-Rue jusqu'A la maison.-de The-








dfiftocl,64,60' M Rifid dd I MpitAl -.tout enti6re;Jei'mes: Trouscote et Ste-Anne, tout le Bel-Air sans en!1iie%'n expk!&ef, t6ut h'- eiit6 la'prbii d6tl, flanitnes. -Les pertet-Juretit i6valti6es Aphig de, 10.000.000;00, de.- dollars '(pertes dO, t6itt6"iciit6 f,-'fna l'sons, lrn ubks', riiarchiridises objets, pr6c'leux, argenterie, vaisselle, bijoux, e(fgeiit eip6ces) qui, disparurent dans ce'edta6lysme.7',
-mort:1
Apres plus .4' n dik i '6i6cle les traces ,' u d6i6s ire S6,nt. encore vipibles. Les nombreux, emplacements vides, es cahutes provisoires qui evinrent..diffiniti 6s que on renc6nire dans presque routes les rues principles, les
jadis prospered ornii Ies rues ab I H615iiai et; d pore qui ne s.e sont jam'als le. q':u Iartitir
do' fa-rue-.Sainti-Anne avecl sirifin ies de'coquefteg.,petites maisom sur pilotfs.'hal ltees par les ouvriers aes i es' 6u,
malcains, Martiniquais, adel 6efis, I orn mioupp
cains, orto-Rlic:aifinis et 'egale-rnerii par! 4es chalainidiers, Put te corporation & cette. 6poque) eVenu ce quarter de taudis gciuliel en t6moignent. Lai 'v'ilie de jacniel'ne
Fut aucu n seconds avr6s le d6 astre.
rtes, nepppulpttion. 6 ssgy6 de iempn,,
perg que A es
terje, couTantpendant des annj es,: putout pendant.1ap6-, r qd on put, croire a,un redressp
ma n, tpn plyp les. m6mes, no is, nj pjqpes
pal, r"ister .4 Yeffq% qre ent dj; caf ep Octobr, e 1.929., Le pppital.de cette Mftropolekaitbien perdu. j ut
lqF!ient6lequ'elle maintenait par ses puissants mo
,d!*f)%de son hinter d. v it luj;6 hap e .
jAn_,., de p F
i0tst, le: 46but de!sa A&Odencej: 4e, sq 46cadenceeco-, nornique et;partant de sa,1d6caderice:.politiqvpj_ j.,-, J!

Maintenani peui-on, i so6rer Vhl jour une nouvelle'prosj






21;

t6,e6riiiiie'ciLIlti qu eibett' lril;W a cohnue: ;juiquen1896 4 :'
Pour r6pondre A cette question;: ilfaut unb.analyse des. faits qui ftdi6nt A 1A base de cette prosp&iftk.
Lid, rigioii- renferrn6e dafts les Iimitest! ;C&e&-de-Fer,Pekit-Gohvei Sud de Pdrf-adl-Ptince, :7ond Verrettesj, Ahses &!Pltros; et'preque:-enti&rement doMin6e:!pau la, chAinedeli Selj est la r6giog- laiplus,,,caffi,6re-du P ays; EIM.' ijioduif' O -libur. c6nt enviton de. la' totalit6:,de Teg-j pbit tiod -A'Aalti. On geut s'en iendre compete : _pAr JAI SatistIqub publiee: en 1909'par.-la ,C11ambre, de C 6mmerce de Port-au-Prince s'6tendant Sur une p6riode:.de, I., etqui fut dressk-par-nbtre ami,-M.,
-'A cet te 6poque exporGeorgreg k86journ4. cheque port i
tAit: ekattemenf'-Ies, products: de 4b::r-egiow gui: envd6penT. ddit Aihsi Port-ovcu-Prince n'exj ortait. pas:,plus, de cafO: queAes'43orts 'du Cap ou de jacmel, (iten',estaptremehL gujburd'huf). Tepdant,'Ies r6coltes de 1904 5j 1905-6,, 190&1 jakmel-avaitexport6 plus de caf6 que Port-au Pfifice-OA peftdAntT.ann6e 19054906 le Calx6galementi: L "Lakpori6boh n1byenne de cias 'Sept ann6ev-a.ait &6A'e. 66!794.2441ivres ou environnUOMO sacs. Ls r6gioh- tdn" iiernik dans les limits Utes-:de Fer, PetitQo&ve; Fou& Wikrcittes, Anges a' Pitre%-;C6test de-Fer,4ftient exporbi par' 4L ports 1 de Port-au-Prince jacmel, etit-iGoAve i 20'.451-035 lives soit plus del, 180;OaO 'sacs, pr6s d& la; nioiti& de 1'exportatioh totalc La; inoyenne de jacniel 6tait, 'd6j& 'tomb& & 68.534 sacs par rapport aux exportati6ns dAvant'-T 896- -et celle Ae'-.Portrau-Prince 6tait% de: 73.306 -i f la rnby6nn e )du Cap s'eul port-Wexportatiorr-iu cette 6poque Ae tout le D6partement du Nord evid6rif 6pendaient 28,*cofnmune* rt'avaii-ft6que de,56,139's fcs.
La plus brilliant r6colte de ces, seot annexes, avAit 4bi celte de 1903 1904 avec 556.629'-sacs, chiffre qui;-,je- croiilt o-fuij4ihais atteint si ) 'on-'excepte Tanti&e -191.8-4919-






28'

dorit 1'ex*portation comptit deg stocks qpqurriul6s pend" la guerre... Les trois ports avaient export 268.000 saca soft toujours la:moiti6,pn s...
jacmel enferrq6e au centre de cette r6giOn et de cp fait, port, &exportation mieux plac6 que.les deux.autres, a W.le p-lus-fav6ris6. Ort de 1889 A 1,896, le prix du,caM, w6t6,61ev6 pour 1'6poque, oscillant entre 12 et-j15 centimes 'k I'habitant. ce qui repr6sentait 12, 15 dollars -es 100 lives (bon.dollar du temps), le. change. tant aupair.: La ville, avait pu facilement;r,6parer, ler, lbreches:.qui 7fu-rent4aitiis A sa fortune 'pendant-la revolution de 83 et: s inrichk.
Aussi quells que soient leg cultures, nouvelles qui. seront.introduites,.dans cette region, elles ne.pourrontjamais. 6ompter que comme appoint t, sa vie economique, qui est,-li6e;au sort du Caf6. Jacmel connattra une certaine props6rit6l cheque fois:que le prix, du Caf6 sera! 6.lev64 : Notre vie est ax6e sur cette' f6ve,, nous n'av ons, hen d'autrej tandis que le Cap, les Cayes, I Port-au-Prince-et les: autres villas disposent, de tastes planes pour: d'autres, giandes exploitations agricoles. Cest ainsi que.:de 19M A 194-4, aucune parties du Pays, na connu autant,.demis6m aviec le pfix du caf6 oscillant entre 40 et 20 centirnew de-Iourde -A I'habitAht coincident aver- la-, perte de notre production de coton. qui..,suivit, Aeux ans apr6s. la baisse; fobdroyante du Caf6 en 1929.
Le prix 6lev6 du CaMpendant plusieurs,ann6esde sui, te peut toujours:ornener.une certain am6lioration 6conorniqU6 ; dans, la. region: jacm6lienne. Mais nous, sermons quandim8me d6savqntag6& A cause de Ia taxe 61ev& sur lo'caf6o
Notre; production caf6i6rec 6tant. proportionnOter-ent Oldshlev6e:que celle du rette du pays, les.260.000 habitants-Au.Sud-Est, ou Bud-Ouest, domme on, voudraj patient. per capita plus de $ 6.70 tandis que lee 2.740.0000








labitants du reste du paysne patient :que 3.00-Ce ne sei-alt I donc que'j justice si on ex6cutait le, travail, le -,Plus
-ur'gent pour, la region : celui du PortAe JactneLi-_.W6anrnoins pour profit6r pleinement de ces bonsrnom6fits' Actuels il, ne suffit Pas, de compteT seulernent, sur cela. NPus ne connaitrons certainement pas la prosp6rit,6 01i mieux importance Politique et ECQNOMIQ" qu'avalerit la Ville et:la region du Sud-Est Il Y, a plus d'un derni si6cle, car Port-au-Prince, capital, a profit de la 4aillitle de Jacmel apr& s l'Incendie, et a pris une advance consid6rable dans la region et qu'une pqlitiqu;e centralisatrice-a' tout ;crin, depuis l'occupation arn6ricaine, enforce chaque jour advantage. Cette politique a consists. surtout pour Jae mel dans le d6tournement de. ce Chef-alieu, de routes les, regions qui en d6pendaient autrefois et f qui faisaient sa puissance 6conornique (routes dirictes C6tesdp-Fer -Port-au Prince, Bainet Port-au-Printe, Saltfoii-Port-au-Prince) alors, que cesx6gions ne sont pas
relies -A JAcmL-l). Un jour, qui ne sern.ble pas tr6s lointain, on s.aura si cette politique d'une grosse t6te spr un corps gr6le a et6 bien inspire6.
_]$MiAIf6p&ons, clife1ques ann6es suivies de hauts prix du CaM, peuvent'amener un rel6vement c6nsid6rable par rapport 4 la situation que nous avons confronted, jusqu" ces dernikes ann6es. Mais il faut une collaboration do tous lps 616ments pour faire cette prosp6rit6. Il nous faut
6tre anim6s du ((Spiritus Societatis>) n6cessaire.pour converged, routes nos forces, vers ce but. Le Spiritus Societatis P resume la somine de tous les efforts Inoraux, e6conomiques, et politiques de tous, C'est le contraire du (iGangst6risrn*>),qui A Pheure actuelle voudrait poser et que nous demons combattre. Le <(Spiritus Socie-tatis* cegt effort de chacun, de cheque classes, de cha, que corporation dans le but de s'e'lever ensemble. Donc Oott*i 616vation nd d6it pas se reposet sur un effort'd'a-








niantissoment, commellewoucirg:t le ( -respecte et protege Ip, travail de-chactih.;
Totitf-le temps,,que jacmel (cfub) la cit6 vai ante, fike et, libre, suivant la belle expression du.po6te, elle navait
--4q-t&'.ce pfmicipe.; pour base. Zlle, redeviendra, peut-,&tre, Ce.qu,01 e a !&6 si nous consentons, A nous.,d pouiller du vieil homme, it 4)ratiquer 1'esprit--de conciliation e tol ranc'e, de -,compr6hension, et, surtout d"Okation.

jacmel, F6vrier 1955..
Edmo : AUTU
4d RE.







3 1262 04060 4380