Histoire d'Haïti; cours professé au Petit séminaire-collège Saint-Martial

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Histoire d'Haïti; cours professé au Petit séminaire-collège Saint-Martial
Physical Description:
5 v. : 23 cm.
Language:
French
Creator:
Cabon, A ( Adolphe ), 1873-
Publisher:
Haïti, Édition de La Petite revue
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
History -- Haiti   ( lcsh )
Haiti   ( fast )
Genre:
History   ( fast )
History.   ( fast )
non-fiction   ( marcgt )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 213520451
lccn - 41031910
ocn213520451
Classification:
lcc - F1921 .C15
System ID:
AA00022059:00003

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Révolution de St. Domingue (1798-1804)
        Page 5
        Page 6
    Troisième période: Omnipotence de Toussaint (Octobre 1798-Février 1802)
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Chapitre XV. Préludes de guerre civile
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
    Chapitre XVI. La guerre civile
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    Chapitre XVII. La politique économique
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
    Chapitre XVIII. La politique économique (suite)
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
    Chapitre XIX. L’occupation de la partie de l’Est
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
    Chapitre XX. La Constitution de 1801
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
    Chapitre XXI. Administration de Toussaint
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
    Quatrième période: L’expedition française (1802-1806)
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
    Chapitre XXII. La prise de possession de I’Ile
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
    Chapitre XXIII. La Crête-à-Pierrot
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
    Chapitre XXIV. Administration de Leclerc
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
    Chapitre XXV. La guerre de l’independence
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
    Chapitre XXVI. L’independence
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
    Table of Contents
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
    Back Matter
        Page 343
        Page 344
    Back Cover
        Page 345
        Page 346
Full Text


A. CABON. S. Sp.











flst oir e d'Hafii


TOME IV
La Revolution 1798-1804





RN Ie











PORT-AU-PRINCE
Petit S6minalre Collige Saint-Martial
















UNIVERSITY OF FLORIDA L I B R A R I E S

Of







A. CABON, S. Sp.














Histoire d Haiti


TOME IV

La Revolution 1798-1804





















PORT-AU-PRINCE
Petit S~minaire ColI~ge Saint-Martial





x
,20?, 9 //64 V., 4
LATIN
AMERICA


















Revolution de St-Domingue,
(1798-1804)























TR OISIkME PA8R)ODEI



Omnipotence de Toussaint

(Octobre 1798-F~vrier 1802)


























L'ascension de Toussaint Louverture on I'a vu, a commenced d6s le jour oA les 6v6nements Font mis h m6me d'affirmer sa sup6riorit6. Sup6rieur, il 1'est en effet A ses fr6res de race, par ses talents naturals, au service de conceptions vraiment transcendantes en comparison des conceptions commun6ment dcloses dans son milieu. A son education premiere, h son intelligence plus affin6e, il doit de comprendre la liberty r6clam6e par 1'esclave, no% plus seulement comme une satisfaction des instincts de jouissance 6goiste qui se cachet au fond de toute Ame d'homme, mais comme une voie vers un stade de perfection social que n'admet pas la servitude; pour lui 1'6mancipation de dhaque individual doit turner au bonheur de tous: c'est ce qu'll a affirm en terms equivalent &s 1794 dans ses letters h Laveaux. Sa. second education A la t6te des ses troupes et dans le maniement des affairs publiques lui a fait concevoir I'ancien cadre colonial de Saint-Domingue comme le cadre n6cessaire dans sequel la liberty des ancient enclaves peut porter tous ses fruits: il vise d6s lors h la restauration de la Golonle par les ancient colons, -servitude h part; c'est hses yeux l'unique moyen de r6tablir I'ancienne prospdrit6 d'ofl naltra le bodheur pour tous, fallfit-il, pour y atteindre, imposer aux particuliers des r6glements excessifs.
Dans l'ex6cution de ce project Toussaint ne fut pas secondA et ne pouvait Mtre. Les colons appeals et soutenus par lui revinrent dans Fespoir de ressaisir toute leur autorit6 de l'ancien regime avec tous ses b6n6fices pour eux ; les nouveaux libres, extr moment su-sceptibles en ce qui regardait leurs droits r& comment acquis, se m6fi6rent de tout essai d'applicatlon des r6glements de culture, s'insurgeant non centre Toussaint, mais







10 HISTOIRE D'HAITI

centre les propri6taires leur$ maltres imm6diats et centre tout ee q(ui rappelait I'ancien Rat de chooses.
Ce conflict ne change rien aux vues du gin6ral en chef; au contraire le g6n6ral en chef s'obstina dans ses plans, et continua de s'exag&er h son propre regard sa personality, comme it arrive d'ordinaire aux esprit's qui se sont forms eux-m6mes et Wont pas acquis Jeur science ou leur experience h la lumi6re d'autrui; it en arrive par suite h se concevoir comme l'in-strument n6cessaire de la restauration du pays, aupr s de qui tons les autres agents de ce renouveau avaient peu importance, le seul surtout capable de comprendre et de mener h bonne fin cette grande oeuvre.
Ce d6faut grandira A measure que Toussaint s'616vera: I'assurance en lui-m6me, sans -contrepoids, sera aux uns une garantie de succ6s, aux autres elle paraltra orgueil insupportable ; aux premiers elle imposera la conflance Is plus entire malgr,6 de frAquentes d6ceptions, aux seconds elle inspirera la m6flance la plus euracin6e et la m6connaissance des intentions parfois sinc6res. Comme par suite des eirconstanc-es politiques, le succ6s restera longtemps fid6le h cet homme dominateur, sa position de premier plan, avec ses qualit,6s mssi bien que 0 ses d6fauts, 6veillera auteur de sa personnel et de son pouvoir routes les passions. En fin de compete it deviendra m6me pour les sien-s comme une 46nigme; sa chute, six mois avant la guerre de PInd6pendance fera presque oublier qu'il a rendu cette guerre possible et n6cessaire ot qu-'il fut le premier artisan de la premiere nation de Noirs du Nouveau Monde.





i _Ll HISTOIRE WHAITI





CHAPITRE XV


PrOludes de 4uerre civil

LE D19SARROI DE SAINT-DoAtINGur:.. Trois documents de haute importance nous 6clairent sw la situation morale de la Golonie h ce moment important de son histoire ofi Toussaint va, r6solument s'orienter vers l'ind6pendance administrative AL 1'6gard de la m6tropole: ce sont trois m6moires, l'un de Toussaint, le second de HMonville, le dernier de Roume.
Toussaint crut bon de se justifier deviant le Directoire: dans 1'6crit qu'il r6digea 4 get effe il plaid son ignorance des Mnements qui ont amen le depart de I'Agent; A ses yeux l'insurrection de la Plaine du Cap, apr6s 1'6chauffour6e de Fort-Libert6, est. toute entire la consequence des manoeuvres maladroftes de H6douville: il n'y est lui-meme -pour rien; au contraire il a sauv6 la. Colouidt d'un nouveau Usastre. Ce m6moire 6tait port6 A Paris par des d6put6s chargAs de fournir au Directoire routes les explkations requires par le Gouvernement.
HMouville au contraire suppose ]a main de Toussaint cach6e dans tous ces soul6vements des Noirs: MabileM du g6n,6ral en chef, pour saver s-a responsibility consisted h ne jamais pa, raltre. En eff-et I'Agent accuse Toussaint dWre le promoter de Finsurrection qui causa son embarquement et la fuite d'un grand nombre de blanco rentr6s depuis peu dans la Colonie, bien que Toussaint ne se soit pas montr,6 au Cap, sinon apr6s la disparition de IAgent.
Roume, observateur bien inform, qui n'a pas W Mmoin des 6v6,nements, il est vrai, mais qui les a apprise par 1'examen des pikes officielles et la deposition de ceux qui les ont vu s'accomplir au Cap, de Vincent en particular, Roume Wose pas accuser Toussaint de r6volte ouverte ; il rejette la cause des d6sordres de Fort-Libert et du Cap sur la susceptibiliM des Noirs en tout ce qui touche A leur liberU, et il a raison; mais A qui la responsibility de la mise en se6ne qui surexcife cette susceptibilitO h Moyse sans doute; si Roume consent A blAmer





12 HISTOIRE D'HAIT1

Toussaint c'est justement d'avoir eu quelque faiblesse pour son neveu. 11 reproche en outre au gdn6ral en chef d'avoir pris le commandernent supreme de la Colonie en presence de I'Agent et de s'Atre ainsi substitud A celui-ci. 11 ne voudrait pas penser que Toussaint ait pr6rnMU 1'embarquement de 1-16douville, ce qui strait une trahison; si m6me il 1'en d6clare innocent, c'est avec des reserves calcul6es qui permettraient au Directoire de condamner Toussaint comme traltre: il h6site A affirmed que Toussaint n'a pas eu intention de proclamer l'ind6pendance de Saint-Domingue avec Pappui de la Grande-Bretagne et des EtatsUnis. En somme Roume accepted de croire h l'i-nnocence de Toussaint parce qu'il n'a pas les moyens de r6duire Toussaint r4ebelle; dans cette politique embarrassed, il a le tr&s sinc re d6sir de conserver Saint-Domingue h la. France en 6vitant de provoquertout acte qui s6parerait la Colonie de ]a m6tropole, avant que la m&ropole soit en 6tat de avenger s-es droits m6connus. Sonthonax, un an -plus t6t, avail d6clar6 au Direetbire qu,'il avait librement quitt6 Saint-Domingue; Hddouville au contraire s'avoue vaincu; Roume enfin, qui reste sur les lieux, manage 1'avenir et, ne pouvant mieux, se fie A Toussaint.
Il nous semble que lWat des esprits A Saint-Domingue est nettement 6clair par Ntude de ces trois documents. 0
Toussaint est g6n6ral en chef; il est en fait le maitre de la Colonic car en tr6s grande parties les Noirs lui sont soumis et sont pr6ts A ex6cuter ses volont6s; en droit il est subordonn6 A I'Agent du Directoire: cette opposition du fait et du droit' est la premiere cause du d6sarroi de Saint-Domingue. En vertu de Ja Constitution de I'an III et de la loi du 12 nivOse an VI, Pagent du Directoire poss6dait dans la Colonie la m6me autorM que le Directoire en France, pouvoir supreme tant ex6cutif qu'administratif, laissd en certain cas, jusqu'h la paix, Penti6re discr6tion de I'agent; I'agent avait m6me le droit de faire provisoirement des r elements relevant du pouvoir 16gislatif. Aupr6s de lui, et sous sa direction, le g6n6ral en chef n'exercait que l'autorit6 militaire, bien amoindrie A Saint-Domingue: h la fin de 1798, puisque Ntat de guerre avait cess6. Mais Ntendue et le caract6re de cette -autorit6 n'6taient pas tr&s bien d6finis. En s'embarquant, H6douville, dans une letter h Rigaud, avait soustrait le Sud au commandment du g6n6ral en chef, non, comme on I'a suppose, par une manceuvre perfide pour amoindrir d'un seul cuup la force des deux g6n6raux, mais par la n6cessit6 de







HISTOIRE D'HAITI

d6gager un commandant fid6le, de Yinfluence d'un factieux. D'autre part en voyant les managements dont usera Toussaint A Ngard de I'arrondissement de Jacmel plac6 sous le commandement de Bauvals, ainsi que la condutte de Bauvais crui refuse de se pronounce entre Toussaint et Rigaud, on est port6 A conclude que PautoriU du g6n6ral en chef 6tait plus morale que r6elle et n'6tait r6gl6e que par les faits, qui avalent mis le Sud sous le commandment de Rigaud et le reste du pays, I'exeeption de Jacmel, sous celui d-e Toussaint. Le dernier acte d'administration de H6douville A Ngard du Sud Waurait done fait que donner force de droit au 'fait d6jh existent. Ainsi les fires d'agent du Directoire, de g6n6ral en chef, de commandant du Snd n'impliquaient -pas de subordination effective entre ces divers d6tenteurs de PautoritL ce que r6glaient les lois n'dtait pas mis en pratique.
Qu'ensuite on exapine au detail les mobiles qui ddterminent la conduit des divers acteurs du drame qui se joue A Saint-Domingue, on y constatera aussi bien des incertitudes et des ambiguit6s.
Malgr6 I'Mat de ses victories en Europe, la France est d6sormais oans prestige h Saint-Domingue aux yeux de la masse des Noirs. Le language de Moyse, le plus audacieux, il est vrai, des jeunes chefs attacb.46s A Tousaint, monte clairement qu'on Attend plus rien de la France et quon a tout int&6t h se rapprocher des Anglals; ses arguments sont sp6ei-eux: la France ne peut envoyer des troupes A Saint-Domingue parce qu'elle n'en a pas de disponibles; en enverrait-elle, que le solely des tropiques aurait vite fait fondre ses r6giments. La preuve tangible en est donn6e: H6douville, qu'on suppose envoy dans la Colonies pour faire 6chec. h Toussaint, n'6tait entourd que d'une miserable escorted d'honneur,"Roume bient6t sera encore moins soutenu. On a vu. les troupes frangaises disparaftre en pen de mois, par la fievre, sans avoir accompli une seule action d'6clat, comme on avait vu sous la Colonie timber, sans combat, les troupes destinies aux plus brillantes op6rati-ons de guerre ; enfin les Anglais eux-m8mes avaient 6prouv6 des pertes immenses Whommes par les maladies contagieuses. De Ih il 6tait facile de conclude que Saint-Domingue Wavait rien h craindre de la France. En ce cas, quelled pouvait 6tre I'autorit6 d'un agent du Directoire?
Suivant ce raisonnement Toussaint ne se laissera guider h.






14 HISTOIRIE WHAITI

1'6gard de Roume que par son intft6f. Ses principaux lieutenants Wont pas d'autre r4gle de leur conduit. Le depart des Anglais, en terminate la guerre aurait dfi ruiner leur pouvoir; ils l'ont senti quand Hddouville a voulu licencier leurs troupes: centre quoi Moyse a protest en soulevant la Plaine du Cap. Ils ne peuvent sans abus s1mmiscer d6sormals dans les affairs purement civiles g6ries par les m-unicipalit6s et les justices de paix, mais ils ne savent s'y r6signer. D'autre part les autorit6s civiles ne sont pas kablies partout, ou s! elles le sont, on ne les reconnalt gu6re. De I& les chefs mili-taires, qui ne se laissent pas mettre & I'deart, sont appeals h continuer au civil 1'exercice de leur ancient pouvoir, et le regime militaire apparalt A tons le mode le plus avantageux de government et administration du pays; en outre les meilleurs des cultivateurs ou de ceux qui pourraient I'Rre resent avant tout soldats par 1'esprit qui les anime et les habitudes contracts, en particular par le besoin d'6tre enMgiment6s et commands; noulelle cause d'ambiguW: le lien de ]a nouvelle -nationalit6 qui se forme A Saint-Domingue et que le Directoire veut fa onner selon la Constitution de I'an Ill est surtout, A cette 6poque, un lien de subordination militaire, capable de fausser I'application du nouveau regime.
La conduit personnel de Toussaint n'offre pas moins de contradiction en appearance. Dans ses proclamations et sa correspondance il se d6clare pr6t A. se retired et A c6der A un autre sa place de g6n6ral en chef, comme si son oeuvre est achieve. On peut le croire sine6re, mais personnel ne s'y trompe; son r6le West pas fini. Il a rempli une mission qu'il juge providentielle, arradher A la servitude les esclaves de Saint-Domingue et leur donner Yusage de leur liberty; mais il sent lui-meme que cet Rat de liberty est pr6caire; il ne peut abandonner sa tAche en son cours; il se crolt d'ailleurs seu I capable de la mener A bien: il gardera. done ses fonctions''et s'imposera de plus en pIus comme I'homme n6cessaire dans la situation pr6sente.
11 pretend 6tre bon fran ais et s'accommode en m6me temps avec les Anglais et les ancient colons. Dans le pavs on interpret commu-n6ment le depart forc6 de H6douville comme une manoeuvre centre le parti fran ais et Toussaint donne raison h cette interpretation en exer an-t des repr6sailles centre les partisans de I'Agent 6vinc6. Les Anglais sont en guerre d6clar6e avee la France; Toussaint pourtant a de longues conferences amicales avec Maitland; les journal ux anglais A la fin de 1798 publient,






HISTOIRE WHAITI 15

avee I'approbation du roi d'Angleterre, les traits conclus, entre le g6n6ral en chef et le repr6sentant britannique; Toussaint accepted dans ses ports des vaisseaux anglais ; Kerverseau va m6me jusqu'hL insinuer qu'il a admis dans la Colonie des consuls de cette nation.
Les ancient colons, il est vrai, ne sont pas tous des migrgs an sens juridique du mot; parmi eux il en est heaucoup de rdfugMs qui peuvent 6tre admis A Saint-Domingue ; d'ailleurs les formalit6s multiples exig6es pour inscription sur la liste des 6migr6s emp&hent qu'on y voie bien clair, et Rigaud, tr6s 2vis6, s'y est tromp6; on accordera done h Toussaint d'avoir agi avec une certain bonne foi. Mais sa attendance est manifesto d'accepter les ancient colons sans contr6le: c'est centre elle que s'616ve avec force Wdouville; et si I'agent du Directoire r6clame an nom des lois, la masse sent confus6ment que ce retour des maltres d'autrefois menace la liberty des ancient esclaves; la ma-sse, avons-nous dit, a encore conflance en Toussaint; elle ne tarde pas pourtant h manifested son inqui6tude et son malaise par des insurrections.
En face des autres commandants militaries, m8mes 6quivoques..Quand Sonthonax a frapp6 Rigaud, Toussaint n'a pas cru A l'im-partialit6 de I'Agent; quand Rigaud est entr6 en grice pr6s d'H6douville, Toussaint a tenu, Rigaud en suspicion. De cette derni re attitude, comme de toute la conduit de Toussaint A cette 6poque, on pourrait se croire en droit de conclure que le g6n6ral en chef est guid6 nonpar un int6r6t -sup6rieur mais par des vues personnelles. Vint6rAt sup6rieur strait celui de la CoIonie ou celui des ancient esclaves, ou Tun et I'autre h la fois, la Colonies Wexistant plus d6s lors pour Toussaint qu'en vue des ancient enclaves. L'int6r6t personnel de Toussaint se confound d'ailleurs avec ce double int6r6t d'ordre plus Mev6, si Toussaint se crolt, comme il sensible, le seul repr6sentant autoris6 de sa race et son unique d6fenseur; il servira la cause de tous avec la violence et la raider qu'on apporte d'ordinaire h la defense de sa propre cause : ce West pas la moindre des ambiguit6s dont souffle Saint-Domingue.
Enfin Toussaint crui veut pourtant la prosp6rif6 de SaintDomingue, ne I'accepte pas quand elle est le r6sultat des measures de I'Agent; les r6glements de culture qu'iI condamne quand ils sont imposes par Wdouville, il les impose h son tour en les ,aggravant. La cause de -cette contradiction paralt We que le





Ira HISTOIRE WHArri

passage d'Hddouville a relevd le prestige de la France. H6douville n'a rien du jacobin et du politician; il s'est pr6sent6 non en homme de parti mais en g6n4ral fran ais et a rallM auteur de sa personnel les blanco et beaucoup de gens de couleur. Le prestige du g6ndral en chef en a souffert; par suite il rejette des measures qu'il efit adopti6es en d'autres circumstances.
Quant aux Anglais, ils pr6tendent tirer advantage des bones. dispositions de Toussaint h leur 6gard, pendant que Toussaint intend se server d.'eux. Ge jeu pourrait 6tre pr6judiciable aux deux parties qui l'un et I'au-tre proc6dent en cette affaire avec grande conflance et abandon comme s'ils 6taient d'avance assurds l'un de I'autre; mais en mgme temps il gare les esprits des. spectators et les trompe.
On le volt donc, -tout est confusion h Saint-Domingue; les passions fortement surexcit6es empkheront de juger sainement de la conduit des divers partenaires; A chacun d'eux on attribuera les intentions les plus t6n6breuses -et*l'histoire elle-mamea peine A 6tablir les responsal),ilit6s de chacun.

LA UGALITA RATABLIE. La presence des cultivateurs in-surg6s tant au fort Belair que sur les auteurs envirognant le Cap, kait, au moment de 1'embarquement de Wdouville, une menace de nature A jefer I'alarme parmi les habitants rests. dans la ville, appurtenant pour Ja plupart h la classes de couleur. Le trouble 6tait h son comble. La proclamation de I'Agent d& nongant les projects d'ind6pendance de Toussaint augment la frayeur; ef, quand on apprit que Toussaint 6tait au Haut-du-Cap et p6n6trait dans la ville, une panique se produisit qui aurait provoqu6 une 6chauffour6e sanglante, si Toussaint n'avait aussit6t. renvoy6 ses bands et protest 6nergiquement de sa resolution de mainfenir Vordre. Le g6n6ral en chef, entr6 au Cap, se rendit h la municipality, puis h 1'41ise ofi il fit chanter le Te Deum : on I'accu-eillit enlib6rateur. Apr6s la c6r6monie, il prit la parade en public, parla d'offrir sa d.6mission au Directoire, mais, surles instances qu'on lui fit, accept de conserver ses fonotions.
Ainsi -se passa cette revolution qui, dans 1'esprit du people, substitute VautoriM de Toussaint h celle de H6douvilile: ce der-nier en 6taft t6moin car il resta en rade pl-usieurs jours, assur46 qu'on ne tenterait rien centre lui, puisqu'iI avait fait enclouerles canons de I'Arsenal et du Pico-let.
Toussaint demeur6 maltre du Cap, sentit le besoin de r6gu--







HISTOIRE D'HAITI 17

lariser sa position: il pr6vint Roume des 6v6nements accomplish, lui fit part des actes rendus en ce jours de trouble et l'invita h prendre la direction de la Colonie. 11 lui notifia surtout qu'il avait mis la main sur les papers de H6douville, qil'il tenant A la disposition du successor.
Roume se trouva fort embarrass de cette communication; il Wavait de pouvoirs que sur Vancienne Partie Espagnole; il n'osait s'iminiscer dans les -affaires de la Partie de I'Ouest. Mais avert; de divers c6t6s de la tournure prise par les 6v6nements il sentit que son devoir 6tait d'intervenir -sinon en chef, du moins en conciliateur. Il 6crivit h Bauvais, h Rigaud, hL Toussaint pour assurer leur MOW h la France; et quand il eut la certitude que le Directoire I'avait d6sign6 pour prendre, le cas* 6dh6ant, la. succession de H6douville, H s'apprka h se rendre dans I'ancienne Partie franqaise. Avant de quitter Santo-Domingo, il rddigea le rapport dont nous avons parl6 plus haut oil, sans condamner Toussaint, il laisse entendre qu'il ne le croit pas innocent.
De son cU6, comme nous. I'avons d6jh dit, Toussaint, le 22 brumaire 12 november, address son m6moire justificatif au Directoire. Apr6s -ce que nous en avons rapport ci-dessus, il suffit de noter ici qu'il accuse H6douville -non d'avoir commis des ill6galit6s mais des maladresses; il lui reproahe de s'6tre mal entour6, d'avoir pr6par6 une reaction dans le sens de Wes de Vaublanc, c'est-A-dire vers Pesclavage des Noirs. 11 incrimine les deux arr6t6s de I'Agent sur engagement triennial A contractor par les cultivateurs et sur la r6forme d'une parties de I'arm6e, parce qu'il y d6couvre des intentions perverse; dans les 6v6nements de Fort-Libert6 il constant un premier essai de r6tablissement de la servitude; il -expose les faits en function de cette crainte qui aurait dtd l'unique mobile de sa conduit. Aux reproches que lui fait H6douville de tenure h l'ind6pend-ance, il r6pond par le reproche address h I'Agent de tenure h confisquer la liberty& des ancient enclaves; cette confiscation, il 1'envisage non comme un attentat aux lois fran aises, mais comme une ingratitude h 1'4ard des Noirs; le massacre -de la 5' demi-brigade h FortLibert6 lui parfait odieux, surtout h cause du d6vouement montr6 par cette troupe h la France.
Gette justification 6talt un acte de submission au Directoire; par lh Toussaint reprenait done, aux yeux de ses administers, sa. position de g6n6ral en chef aux orders du Gouvernement fran-







18 HI.STOIRE WHAITI

ais; I'appel de Roume, pour continuer l'oeuvre de H6dou-%rille, achevait, en face du -public de pallier ses pr6c6dentes audaces. N6ani-noins les gens les p+us avis6s, Kerverseau A leur t6te, continu6rent ft consid6rer le depart forc6 de H6douville coinme 1'ex& caution du premi-cr article de la convention intervene au M61e entre Toussaint et Maitland; exclusion de Rigaud en strait la
-suite naturelle. Quant au Directoire, il suivit le counsel de Rourne: il tol6ra cc qu'il ne pouvait emp6cher; T)ar cet acquiescement
-tout entra ext6rieurement dans la l6cralit6.


LLs PROJECTS WINDAPENDANCE. L'embarquement de SonIhonax et de Wdouville h un an d'intervalle par le fait du m6me homme avait pos6 plus nettement que jamais la
-question de la procaine ind6pend-ance de la Colonic dans Pesprit des principaux collaborators de Toussaint et par eux dans 1'esprit des officers militaries dtNord; on en cause dans leur cercle et les projects les plus sang.uinaires commencent A 6tre exposes combine les projects les plus normaux pour atteindre la fin d6sir6e, car on se rend compete que l'ind6pendance rencontrera de grand obstacles. Expression de cSs pr6occupations se troupe dans Ie rapport de Kerverseau, du 20 fructidor .an IX 6 september 1801, krit trols ans apr6s les 6v6nements .auxquels il fait allusion, mais bas en ce dont nous parlors ici, sur -un autre rapport, celui-ci d'un t6moin imm6diat, le citoyen Delatte, seer6taire de Moyse.
Les propose qui y sont relat6s, pour avoir W tenus surtout par Moyse apr6s Pexpu4sion de H6douville, ont le m6rite de la vraisemblance quand on les compare aux propose qui couraient au. Cap an 30 vent6se, A la premiere tentative de chaser hors de Saint-Domingue le repr6sentant de la m6tropole: exclude de la colonic tous les blan-cs et laisser le sol b. ceux qui y 6taient n6s, Pavaient cultiv6 et enrich par leurs sueurs. A part la violence avec laquelle ces projects de Moyse sont exposes, H y faut voir la r6p6tition des propres projects de Toussaint auxqu.els il travaille avec une inlassable pers6v6rance et qui ne snuraient nous 6tonner, puisqu'ils furent les projects avou6s des colons h une 6poque ofi la monarchies franchise jouissait encore de son presticre s6culaire: complRe independence administrative de la Colonic, en conservant avec, la France des attaches d'ordre politique, plus nominates que r6elles.






HISTOIRE D'HAITI

Mais ce qui Wavait jamais W ouvertement discut6 jusqueM, semble-t-il, ce sont les chances d'aboutissement de ces projets dans un court intervalle de temps. Les entreaties prWs bi Toussaint et A Moyse exponent avec justesse la veritable situa-tion des troupes fran aises A Saint-Domingue et surtout FineapaeW de ces troupes de resister au climate; ils font Uat des resources que trouveront les troupes indig6nes dans les mores cii les Franqais ne pourront les atteindre et oii les indig&nes vivront de peu, car ce West pas en vain et sans acqu6rir d'exp6rience que Moyse a paciN les mores de la Grande-Rivi re et de Valli6re; enfin ils se basent sur les r6sultats obtenus A la Jamalque par les Noirs qui vivent ind6pendants dans les montages; Blues et qui ont sign6 avec les Anglais des traits sanctionnanit leur independence: h tout esprit 6veiII6 ces r6flexions s'impot. silent dans Fatmosplh6re er66e par expulsion de H6douville.
Moyse suppute en outre le concourse que pr6teront les Anglais h ces projects anttfran ais. Il paraft assure de leur loyaut6, du moins il le feint; il compete sur eux. Toussaint pendant huit ou neuf mois donnera cr6ance h ces esp6rances; il traitera les Anglais avec amitM, il se montrera dispose bi tenir les conventions concaues avec eux, au point que tout le monde s'y trompera dans la Colonie et au dehors; on g'attend en effet qu'.It la date du 15 juil.let 1799, le commerce avec les Anglais sera officiellement admis A Saint-Domingue; la date fix,6e passe sans que rien de nouveau se soit product sur ce point; on s'est done tromp6. Mais it la fin de 1798 I'argument de Moyse a sa valour.
Nous ne pr6tendons pas n6anmoins qu'au depart d'H6douNille, Toussaint efit un plan arrW d'ind6peridance; il y travaillait en homme qui attend son principal scours des circon-stances; il sait que ces circumstances lui seront un jour ou I'autre favorable! il patients et laisse croltre et mfirir Fid6e qu'iI a sem6e.


TRAITt AVEC LEs ETATS-UNIS. Les relations des Colonies fran aises des Antilles avec les Etats-Unis avaient W r6gl6es par le d6cret de la Convention du 19 f6vrier 1793 qui, ddrogean-t aux ordonnances de I'Ancien R6gime, d6clarait tous les ports des Colonies ouverts aux vaisseaux des Etats-Unis d'Am6rique, avec privilege pour ceux-ci d'emporter, sans distinction, routes les denr6es des Colonies en ne payant d'autres droit's que ceux






20 HISTOIRE D'HAITI

per us sur les exporta-tions paT bALtiments frangais. Cette measure tendait d'abord h I'avantage des colonies fran aises, mais en m6me temps elle accordait aux comer ants des Etats-Unis des facilities tr6s appr6ciables.
Mais le government des Etats-Unis 6tait, semble-t-il, plus port6 vers I'Angleterre que vers la France: on compared en effet qu'il se soit m6fi6 des tendances r6volutionnaires et ne les acceptAt pas pour des t-endances r6publicaines comme on voulait bien les qualifier en France. Quoi qu'iI en soit, les EtatsUnis d6sirant rester neutres entre les Puissances europ6ennes engag6es dans la guerre, n6goci6rent en 1794 avec I'Angleterre un traW qui sauvegardait leurs operations commercials comme ils avaient n6gocM et sign6 un trait de ce genre avee la France en 1778. Mais tandis que le trait francais de 1778 proclamait le principle que le pavilion couvre la merchandise, le trait anglais de 1794, trait Jay, (Tue nous avons d6jh mentionn6, accordait aux bellig6rants le drift de visited sur les na-vires neutres et, par suite, le droit de saisie des merchandise qui y seraient trouv6es appurtenant h 1'ennemi; les navies am6ricains, rencontr6s par des vaisseaux fran aisl' pouvaient donc saver les marchandises anglaises qu'lls emportaient, et en m6me temps, s'ils tombaient sur des vaisseaux anglais, ils 6taient au contraire cMpouill6s de leurs merchandise h destination de ports fran ais. La France qui s'6tait interdict d'avance toute repr6saille h Ngard des am6ricains au service des anglais, se trouvait ainsi en position inf6rieure par rapport hL ses ennemis britanniques: seuls les corsairs fran ais avaient pu corriger cette inf6riorit 6 par la saisie des am6ricains qui ten-taient de p6n6trer dans les ports occup6s par les ang-lais; et le tribunal des prises h Saint-Domingue les avait bien encourages.
Ce fut, avec les dissentiments d6jh signals, l'origine d'un conflict entre la France et les Etats-Unis, conflict qui donna lieu h des negotiations d'abord, A quelques actes d'hostilit6s ensuite, sans que ]a guerre ffit jamais d6clar6e entre les deux Puissances. Tant que Washington avait R6 aux affairs, les negotiations avaient &6 empreintes d'6gards r6ciproques, bien que ce Pr6sident inclinAt vers I'Angleterre et qu'iI efit 6cart6 le ministry de France A Philadelphie, Genest. A la fin de 179,6, Washington, refusant d'accepter une troisi6me fois la pr6sidence des Etats, eut pour successor John Adams, favorable aux anglais, Ou centre Jefferson, champion d6clar6 du parti fran ais. Adet, qui






HISTOIRE DHAITI 21

en place de Genest repr6sentait la France pr6s de John Adams, s'efforcait trop bruyamment d'imposer les vues de son gGuverneme t. Or, par suite de circumstances, Genest et' Adet avaient parties 6troitement li6e avee les agents de la France A SaintDomingue et avee les colons r6fugi6s dans I'Am6rique du Nord, en sorte que la Colonie fut entrain6e dans le diff6rend beaucoup plus qu'il ne si6yait h une possession lointaine: les agents et les Colons consid6raient le gouvernernent am6ricain comme oblige de leur venir en aide en souvenir des services rend-us autrefois par eux et en vertu de liens plus r6cents qui faisaient des habitants de Saint-Domingue et des commercants am6ricains des riblig6s r6ciproques. On doit d'ailleurs reconnaltre que le commerce et la marine marchande des Etats-Unis avaient cornpris leur devoir h 1'6gard de Saint-Domingue en ravitaillant la Colonie et en y achetant des denr6es; ils sauv rent les colons qui sans eux eussent W affam6s et laiss6s sans munitions; ces services, ils les rendirent malgr4 la g8ne que leur causait le droit de vIsite exerc6 par les Anglais.
N6anmoins, faisant sienne la querelle de la France avec les Etats, la Colonie n'b,6sita pas bL supposed chez les Am&icains les projects les moins plausible, comme celui de faire de SaintDomingue *une colonies am6ricaine. H6douville s'appliqua h manager ces Am6ricains, car il avait. besoin d'eux: comme ils se plaignaient des entraves qu'une loi r6cente, celle du 29 vent6se, an VI 19 mars 1798, sur la mani&re de :proc6der en mati&re de prise maritime, mettait h leur commerce, il prit sur lui la responsibility de suspended 1'ex6cution de cette loi relativement aux bOLtiments qui seraient destin6s aux ports de SaintDomingue (les anglais occupant encore la grande Anse et le M61e). A ces advances le Congr s des Etats-Unis r6pondit par des actes inamicaux h 1'6gard de la France, qui eurent leur imm6diate repercussion dans la Colonie. Ainsi au depart de H6douville la situation 6tait fort tendue -entre les Etats-Unis et SaintDomingue, Saint-Dominguie aya-nt h se plaindre de mauvais treatments de la part des Etats.
On pent admettre pourtant, h la d6charge de Toussaint dans les negotiations qui vont suivre, que la n6cessit6 obligeait le g6n6ral en chef de se rapprocher des n6gociants am6ricains et de se concilier leurs bones prices; manquant de tout, il dvait implorer I'aide de ceux qui seuls pouvaient le ravitailler. II pr6para les voies aux measures qu'il comptait employer bL cet






22 HISTOIRr, WHAITI

eff-et; il rendit, le 26 brumaire 17 november 1798, une ordonnance sur le commerce des neutres dans le but principal de, favoriser ]a culture des denr,6es colonials et d'emp6cher la sortie du num6raire, en attirant le plus possible de neutres, qui en pavement des denr6es import6es par eux chargeraient des produits de la Colonic; en consequence il accordait h leur commerce routes les facilities possibles. 11 d6l6gua en outre aupr6s du Pr,6si-dent des Etats-Unis deux repr6sentants de Saint-Domingue,. Bunel et Mayer. En return un consul g6ngral des Etats-Unis, Stevens, fut envoy au Cap pour trailer avec la Colonic ; il y arrive vers le milieu de germinal, an VII, premiers jours;. d.'avril 1799.
Stevens au Cap sembla ne connaitre d'autrg autorit6 que. celle de Toussaint Louverture; c'est avee Toussaint qu'il tint. des conferences pendant quinze jours. Si Roume y fut admisce fut grAce A ses instances et moins comme repr6sentant de la Colonic que comme counsel de Toussain* et r6dacteur des actes. Roume se praa h ce r6le pour emp&her une rupture 6clatante. de Toussaint avec ]a France. De ces entrevues il sortit une convention, du 6 floral 30 avril, qui supprimait la course bt Saint-Domingue.
On a vu quels services les corsairs avaient ren*du h la GoIonic en inqu6tant le ravitaillement des Anglais h 1'6poque oil ceux-ci occupaient une parties du pays, et en interceptant les:. relations que 1'ennemi se m6nageait soit par bAtiments anglais soit par bAtiments am6ricains; la Colonic d6livr6e de ses ennemis, la course n'avait plus le m me objet, mais elle efit nui h la prosp&W de la Jama7ique dans les rapports de cette colonies, avec I'Europe, I'Am&lque et les Iles voisines. Si par la suppression de la course les Am6ricalns pouvaient donc, d6sormais commercersans. entraves selon IeUTS propres int6r6ts, avec les Anglais et le; Francais, Ics Anglais 6taient libres aussi de naviguer A leur gr& dans les parades de Saint-Domingue ef d'ans les d6bouquements. En outre, le commerce franqais se strait -trouv6 en une inf6riorit6 marque au jour oft il aurait pu par ses navies 6tablir la concur-rence avee ses rivaux, puisqu'il n'aurait pas W a1d6, commLil aurait dfi 1'6tre, par la Colonic. La convention Stevens consacrait donc la d6ch6ance du commerce frangais h Saint-Domingue au profit des Am6ricains et des Anglais. La situation pr6sente conimandait peut-6tre cette solution, si on voulait -sauver la Colonic en y attirant les navies des Etats-Unis: c'esti







HISTOIRE D'HAITI 23

1'excuse de Roume; quand hL Toussaint, il n'y vit que le profit
-tssur6 de la culture de Saint-Domingue, sans 6gards pour les int6r6ts m6tropolitains, puisqu'il paralt avoir W d6cid6 hL trailer avec le government des Etats-Unis, m6me si Roume avait r6sist6 A ses vues.

NEGOTIATIONS AVEC MAITLAND. Les Anglais pouss rent leur audace plus loin et t6moign6rent la conflance la plus .absoluc en Toussaint. Pendant le s6jour de Stevens au Cap, Maitland s'y pr6senta sous pavilion parlementaire; ce fut I*occasion de r6veiller I'accusation port6e centre Toussaint d'avoir sign6 au M61e avec Maitland un traW mettant la Golonie sous la protection de I'Angleterre; sur la foi des gazettes anglaises, 4on r6p,6ta que Maitland avait fait approuver ce trait par le roi et venait en preparer 1'ex6cu-tion; on ajoutait m8me qu'une proclamation royale avait d6sign6 un resident g6n6ral anglais h Saint-Domingue.
Maitland fut re u froidement par Roume et se rembarqua :aussit6t pour se rendre aux Gonaives ofi, avec Stevens, Toussaint le.rejoignit par terre. LA des conferences h trois furent venues entre Toussaint, Maitland et Stevens ; elles dur6rent plusieurs j-ours. Toussaint refu-sa, c'est lui qui le dit, de recevoir un resident britannique et d'admettre les navies anglais dans ses ports sous leur pavilion national; mais il avait sign6 un trait dalliance et de commerce avec les Anglais: une proclamation de John Adams du 6 jui-n 1799 en fait fbi et les bAtiments anglais entr6rent dans les ports de *la colonies, non pas ouvertement, mais avec certaines precautions. En tout cela on voit la poursuite du m8me but de la part' de Toussaint: restaurer la prosp6rit6 de Saint-Domingue h tout prix et sans tenir compete
-des int6r6ts francais; Kerverseau I'accuse m6me d'avoir positivement sacrifl6 on iaiss6 sacrifier h cette 6poque ces m6mes int&fts ,en refusant justice A des corsaires de la Guadeloupe obliges de relAcher h Saint-Domingue.

ToUSSAINT 'ET RIGAUD. Il semble bien que ces tractations entre Toussaint et Maitland furent fatales aux relations courtoises entre Toussaint et Rigaud. Nous le verrons plus bas.
L'affaire du 30 vent6se avait d6jh implicitement oppose Pun h I'autre Rigaud et Toussaint parce que chacun d'eux ten-







24 HJSTOIRE WHAITI

dait A repr6senter sa classes, l'un les ancient libres, I'autre les nouveaux, et que la question agit6e 6tait celle de la -supr6matie de Pune des classes sur I'autre. Laveaux, en s'associant Toussaint au government g6n6ral, donna le pas aux Noirs.. Observons tout de suite que I'antagonisme des deux classes ne paralt pas avoir jou6, dons le -conflit overt le 30 vent6se, le r6le de facteur determinant: ce fut un 616ment d'extr6me irritabilW qui, A la moindre friction interviendra pour 6garer les esprits et les emp&cher de se comprendre.
On peut dire que les 6v6nements qui suivirent, en particulier les incidents du 10 fructiclor, aux Caves, Waffect rent pas Toussaint. Il v vit une maladresse de Sonthonax qui efit W 6vit6e, si on I;avait appeM, lui Toussaint, A intervenor; d6s qu'il le put, c'est-A-dire au depart de I'Agent, il se rapprocha. de Rigaud. Pendant la mission de Wdouville les deux chefs de la. Colonies s'affrontent: Toussaint avec ses arfi6re-pens6es cl'in&penclance, Rigaud avec sa fid6lit6 A la. France, mais h la France r6publicaine, celle qui lui apporte le bienfait de routes les conquffes de la 116volution, sur-tout 1'6galit6 de tons les citoyens, principle et base de la. sociW nouvelle, r6clam6s avee 41'autanL plus d'6nergie clue I'in6galit6 pr6c6dente a caus6 plus de froissements. Par suite Toussaint est suspect A H6douville, Rigaud au contraire est encourac,6 par I'Agent. Car pour 146douville, exclusivement francais d'6ducation et peu au courant des dissentiments coloniaux, les preoccupations, qui dons le T)ass6 ont orient6jes esprits des deux g6n6raux de Saint-Domingue dhacun vers leur concept propre, sont de minime importance; deviant lui, les homes seuls resent avec leur valour personnel et leur influence actuelle. De plus H6douville voit Toussaint dons le milieu acquis h ce g6n6ral oA I'autorit6 de celui-ci est in-contest6e, spectacle de nature h donner umbrage h I'Agent cha.rg6 des int6r6ts de la m6tropole: Toussaint lui apparalt trop puissant. Par centre Rigaud ne lui inspire pas de craintes, loin du Sud ofi Rigaud commander et oii tout lui ob6it. Si Toussaint est dangereux, Rigaud sera an besoin I'auxiliaire utile: I'Agent le laissa voir. Toussaint fut m6content de 1'estime manifest,6e h son rival; Rigaud encourage prit parti pour H6douville.
Expulsion de I'Agent aviva leur opposition r6ciproque. H6douville la. reform a encore en Ugageant le commandant du Sud de toute subordination h Ngard du g6n6ral en chef: c'6tait la premiere fois depuis Polverel que la France reconnaissait.






HISTOIRE WHAITI 25

ouvertement le loyalisme de Ri.gaud. On s'est Uonn6 parfois que Rigaud Wait pas prafU du premier moment de trouble au d6part de 116douville pour timber sur Toussaint et le r6duire h l'ob6issance A la France; on a n-i6me attribu6 h la sagesse des conseils de Bauvais la tranquillity dans laquelle resta le commandant du Sud. Toussaint aurait eu vent de ces projects et aurait d6s lors concu pour ses adversaries des Caves un.e baine d'autant plus violence qu'iI devait son salut non 'a son prestige personnel mais h influence d'un tiers: ce sont lh plus que des conjectures: Kerverseau les a consigns dans son rapport de Yan XI comme des desseins arrWs et des faits connus.
Rourne, assure que Ie Directoire I'avait charge de I'Ouest de I'lle, se rendit h Port-au-Prince oft I'attendait Toussaint. Il y arrive le 23 niv6se 12 jan-0er 1799. Rourne 6tait d6jbL un vieillard, sans autre visk, dans son Age avan.c6, que d'accomplir sa thche au risque m6me de sa vie. Or il comprenait cette tAche avant tout comme A devoir patriotique, c'est-h-dire que son devoir principal lui paraissait Ure de conserver la Colonie A la France; pour I'accomplir, il avait 1'exp6rience de sa premiere mission h Saint-Domingue en 1791 ofi il. avait travailM h 1'6galit6 des 4bres. h 1'6gard des Blancs; il avait W en outre depuis un an le t6moin attentif des 6v6nements qui se pr6cipitaient dans la Colonies. Sa politique d6s le d6but fut ce qu'avait &6 la politique de 116douville: suivre Toussaint de pr s pour le garden fid6le h la m6tropole et emp6cher les inesures qui auraient ruin6 la subordination de la Colonie a la France: (( Je me suis rendu, 6crit-il, h la tr6s important consideration tie pouvoir offrir A la France (h la conclusion de la paix avec I'LlInal-eterre), une colonie encore fid&le et des products n6cessaires h la prosp6rit6 du commerce et des manufactures nationals >>. C'est la politique d'un administrator d'Ancien 116gime. En rn me temps il se garda de sacrifice aucune des l6gitim-es conqu6tes de la R6volution h Saint-Domingue, 1'6aalit6 et la liberty de tous. Par suite ii fut amen6 a sacrifier Rigaud h Toussaint. Gette pr6f6renoe donn6e au g6n6ral en chef ne lui parut pas une injustice, Toussaint ayant des droits acquis au cominandement de la Colonie enti re; elle influx d'ailleurs tr s peu sur l'issue des 6v6nements : malgr6 les appearances Rourne ne fut jamais I'arbitre 6cout6 entre les deux compkiteurs. Nous Wavons pas h juger cette politique ni au point de vue fran ais, ni au point de vue colonial de Saint-Domingue: il suffit de la noter pour en t-enir






26 HI.STOIRE WHAITI

compete dans la fable measure ofi e-fle dirigea les 6v6nements.
Rourne convoqua les g6n6raux Rigaud, Bauvais et Laplume a assisted avec Toussaint h Port-au-Prince h la f6te du 16 pluvi6se 4 f6vrier, commemorative du d6cret de la Convention pour Fabolition de Feselavage. Toussaint y pa-rut en sa quality de, g6n6ral en chef et seul, apr6s Fagent, y prononca un discourse. Le lendemain, 17 pluvi6se, eut lieu la confer nce des g6n6raux: le but de Rourne en les r 6unissant auteur de lui 6tait de soumettre h I'arbitracre tons les diff6rends parti-culiers qui les divisaient: Rigaud Wavait pas encore donn6 publicity h la letter de H6douville qui le d6g ageait de I'autorit6 du g6n6ral en chef.
La cause ]a plus apparent de discord 6tait Fattribution au Sud des regions de L6ogAne -et de Jacmel par ]a loi organique de la division territariale des Colonies. Cette loi, nous I'avons dit, pouvait paraitre arbitraire, parce qu'elle d6rogeait aux traditions et ne tenant pas compete des conveyances locales: UogAne avait en effet toujours W rattachi? h I'Ouest et Jacmel avait avec Port-au-Prince des relations plus faciles qu'avec Les Cayes. Par m6flance de Rigaud, la d6-16gation de I'Agence, en 1796, avait soustrait Grand-GoAve et Petit-GoAve au commandement de Rigaud pour les donner A Bauvais qui trait d6jh UogAne et Jacmel et dans la suite Sonthonax avait confI46 UogAne avec Petit GoAve et Grand GoAve h Laplume qui offrait a Toussaint plus de guaranties que Bauvais. Dans Fesprit du 16gislateur, les deux arrondissements de Jacmel et de L6o,-,Ane faisaient return au Sud, parce que I-eu.r territoi're c.n parties ,)vaif a Sud; par le fait ils cessaient
-ppartenu autrefois an
d'&tre arrondissements-tantpons entre le Sud et I'Ouest.
Laplume Wavait pu emp&cher Rigaud de s'emparer de Petit GoAve et de Grand GoAve qui avaient appeM Rigaud et qui se consid6raient comme parties int6grante du Sud, aussi le commandant de L6ogftne r6clamait-il -ces d-eux localit6s et m6me MiragoAne. Cette contestation fut soumise au judgment des g6n6raux assembl6s. Roume entra dans les vues de Toussaint en proposant &enlever Rigaud Ies trois paroisses convoit6es par Laplume. Rigaud s'y refuse d'abord-, appuy6 sur la loi organique de la division du territoire. La discussion s'engagea tr&s vive, menacant m me d'aboutir A un conflit arm6. Enfin Rigaud c6da, soit pour condescendre aux d6sirs de I'Agent, soit pour 6viter Feffusion du sang il garda n6anmoins Miragoine. Comprenant qu'on en voulait son autorit,6, il offrit sa admission qui fut







HISTOIRE D'HAITI 27

refuse. En consequence, le 21 pluvi6se 9 f6vrier, par un arrW de Roume. Uoghne, GKand GoAve et Petit GoAve furent districts du commandment de Rigaud et donn6s h Laplume. Le 12 f6vrier Rigaud quitta Port-au-Prince.
Pendant son absence une r6volte des troupes avait 6clat6 h Coral dans la d6pendance de Rr6mie, sur le bruit que le commandant du Sud avait W arrW h Port-au-Prince; on r6pandit la rumeur que Rigaud, selon les plans de H6douville ct de concert avec lui, travaillait h r6tablir Fesclavage. Le m6contentement s'accrut par Vaction des Blancs rests h J6r6mie apr6s les Anglais et qui supportaient mal d'6tre sournis h Rigaud; ceux-ci distribu6rent de Fargent et provoqu6rent Finsurrection du 4' regiment qui arr6ta et einprisonna son colonel, Geffrard. Geffrard put s'6vader, avec que-lques-uns de ses officers, et, A la t6te de troupes venues des Cayes, emporta d'assaut le fort de Coral. La rebellion Usait vaincue.
L'&motion qui se produisit auteur de cette affaire eut plus d'6clat que I'affaire Wen m6ritait peut-Atre. Toussaint fut accuS6 d'avoir excite cette r6volte; on pr6tendit avoir vu, entre les mains des*insurg6s, des letters de lui d6favorables A Rigaud. Un incident, trente prisoners trouv6s morts dans la prison par l'insalubrit6 du lieu, fournit occasion d'accuser Rigaud de vouloir d6truire la race noire. Toussaint fit alors un esclandre: A Port-au-Prince il d6clama publiquenient centre la classes de couleur de fa on A lesser Bauvais qui 6tait encore dans la ville: ce fait eut lieu trois jours apr&s le depart de Rigaud. L'antagonisme entre Toussaintet Riclaud futainsi d6clar6 par Toussaint; d6s ce moment on put pr6voir la guerre civil. De nombreuses arrestations de gens de couleur, partisans de Rigaud, furent op& r6es h Port-au-Prince et dans les mores de Jacmel; il y eut des executions ca-pitales, 40 environ. Les ancient libres se sentirent menac6s; beaucoup s'enfuirent dans le Sud, d'autres dans FEst. A ce moment les parties in6ggaux en nombre Fkaient aussi en valour, inais investment: celui de Rigaud Femportait en prestige, car les masses noires de Farm6e de Toussaint 6taient r6put6es sans resistance tandis que I-es quelques r6aiments de Rigaud, bien exerc6s, formaient un corps d'61ite.







28 HISTOIRE WHAITI


ANNEXE AU CHAPITRE XV


TOUSSAINT ET ROUME

EXTRAIT D'UNE LETTRE adress6e par le g6n6ral Toussaint-Louverture au citoyen Guibre, son secr6taire et charge de ses d6p6ches A Paris.
Port-Wpublicain, le 23 pluvidse (11 f6vrier 1799).

Je vous kris par triplicate pour vous faire passer mon im6moire au Directoire ex6cutif. Le duplicate est encore an Cap, d'oft j'ai W obli-6 de partir pour venir au Port-R6publicain aupr6s de Fagent du Directoire Ronnie, qui s'y est rendu de Santo-Domingo; mais vous ne tarderez pas ft le recevoir, parce que sit6t arrive au Cap avec I'agent, il sera exp6di6 un b5timent pour France, qui vous le porter.
Enfin, apr6s les oranges qui ont obscurci notre horizon politique dans les deniers jours de vend6miaire et le 1- brumaire, I'aurore du bonheur a relui pour le people de Saint-Domingue. Ales souhaits, 0'accord avec les sages dispositions du Directoire, viennent de donner A ]a colonies un agent qui, par sa sagesse et sa prudence, consolidera la tranquillity publique. Vous me connaissez assez pour kre copvainCU qu'assur6 des bones intentions de I'agent du Goovernement, je le seconderai de tous les moyens qui sont en mon pouvoir et dont je ii'userai jamais que pour faire le bonheur de mon pays et le conserver i la France. Car, en d6pit des caloniniateurs, je prouverai an nionde que, fid&le ii ines segments, je Wai jamais m6rit& Yopprobre dont ils ont VOLIlLi me COLIvrir. J'ai servi FEspagne alors que le royalisme en France enchainait ]a liberty et qu'il pers6cutait ceux qui s'en d6claraient les d fenseurs. Mais quand la France m'a tendu les bras, qu'elle m'a adinis au nombre de ses enfants, j'ai pass& sous les drapeaUx de ]a R&publique et je Wai pas cess& de combattre pour elle. Et comment aurai-je pactis6 avec I'Angleterre, lorsque je Wai jamais cess6 de faire tine guerre A mort :k ses stipendi6s A SaintDomingue? La politique dans les armies autorise ]a ruse, et pour Favoir emploN '. ee enters un commandant de Georges 111 (1) avec succ6s, petit-on conclude que j'ai W le partisan de I'Angleterre? Au contraire ce devrait 6tre une preuve de plus de mon d6vouement A la liberty& et de mon d6sir d'augmenter ses conqu6tes. 11 Wen reste plus aujourd'hui A faire sur le sol de Saint-Domingue!
L'arm6e de Saint-Domingue n'a plus de lauriers i cueillir; et lorsqu'elle s'est d6vou6e au triomphe de ]a liberty et A la defense de ]a R6publique, elle n'a d&sir6 d'autre recompense que celle de jouir de ses droits et du fruit de ses travaux. Fai fait server mon pouvoir an bonlieur g6n6ral de ]a colonie; et si ]a f6licit& publique se consolide, mes vceux seront remplis. Content du bonlieur de tous les habi(1) 11 s'agit ici de Brisbane en 1794 et non de Maitland.







HISTOIRE WHAITI 29

tans de la colonies et du triomphe de la France, je mourrai content, et mon dernier soupir sera une expression de reconnaissance pour la B6publique comme mes deniers regards se tourneront vers elle.
Voyez mes chers enfans le plus que vous pourrez, donnez-moi de leurs nouvelles; vous savez combine je les aime, combine est tendre mon attachment pour eux. Donnez-leur les conseils et les avis u,ils doivent attended d'un ami de leur p6re: qu'ils soient laborieux et qu'ils s'attachent A se rendre dignes, par leur application, des soins et des bienfaits de la m6re-patrie; ils m6riteront par IA que je redouble pour eux d'attachement ainsi que leur tenure m6re, pour laquelle vous voudrez les embrasser.
Sign : TousSAINT-LoUVERTURE.


CONE D'UNE LIETTRE 6crite au Ministre de la Marine et des Colonies par le Cn Roume, Commissaire du Directoire Ex6culif A la Partie ci-devant espagnole de Saint-Domingue.

Santo-Dowingo, le 2 frimaire, 7 e ann e frangaise.

Mes derni6res letters A votre pr6d6cesseur annoncaient, Citoyen Ministry' la procaine evacuation des places poss6d&es par les Anglais dans Pancienne parties franchise de Saint-Domingue et r6p6taient les 6loges dus A la sagesse du Citoyen Agent 116douville. Les Anglais ontOdepuis v6ritablement abandonn6 le pays: les vertus du Citoyen Agent sont trop enracin6es dans sa belle Ame pour qu'iI puisse m6me kre permits de soupgonner qu'il ait le moindre reproche it se faire sur les measures employees par lui, depuis 1'6poque oci f6crivais au Minist6re.
N6anmoins, la Colonic qui paraissait alors sous des points de vue si flatters et si glorieux est retomb6e dans un 6tat plus critique encore peut-6tre qu'aucun de ceux qui Pont pr&c6U.
Le Citoven Agent s'est trouv6 dans la n6cessit6 de partir avec les trois frigates qui I'avaient conduit dans I'Isle; est-ce Peffet d'un complot pr&m6dit6 par le G6n&ral en chef Toussaint Louverture? 11 parfait que le citoyen Agent Wen doutait pas Quant moi, d'apr6s les donn6es qui me sont parvenues jusqu':k ce jour je ne puis apercevoir dans ce fatal 6v6nement qu'une de ces explosions malheureusement si naturelles sous le climate de la zone torrid. L'Agent particulier Waurait fait en France, ce, qu'il a fait au Cap, qu'un acte tout simple diet6 par la Constitution et par les Loix pour emp&her I'insuboraination d'un regiment soutenu par un g6n6ral de Brigade; mais h Saint-Domingue cc Un6ral, ce 136giment ne connaissent encore les lois et la Constitution frangaise qu'autant qu'elles se rapportent A la garantie de ]a Libert6 g6n6rale. Ils Wont vu dans les measures l6gales prises par le d6l6gu& de I'Agent particular qu'une atteinte A cette liberty dont ils ne connaissent point encore les justes limits; ils ont s6duit, soulev&, des millers de cultivateurs, ils ont rassembI6 de toute part une arm6e nombreuse qu'enflammait les fureurs d'une horrible vengeance. Ils ont port6 leur aveugle fureur jusqu'au point de







30 HISTOIRE D'HAITI

marcher sur la ville du Cap oft tous les Europ6ens auraient 6t& massacr6s, oft routes les propri6t6s auraieht. W saccag6es et incendi6es, si cette troupe effr6n6e Wavait W arrWe par la tOUte puissante influence du Un6ral en chef. Ce Un6ral en chef ne me paralt pas toutefois exempt de blAme; oncle du g6n6ral illoyse destitu6 et mis hors la loi par le D616gu6 de I'Agence, il a oubli6 que routes liaisons de parents devaient disparaltre A la voix du devoir; il s'est laiss6 trooper par les rapports que lui transmettait son neveu; il a cru aux calomnies invent6es centre I'Agent; il s'est rendu lui-m6me au Cap; il a emp6cM, il est vrai, le meurtre, le pillage, le feu; il a sauv6 les homes et les propri6t6s; niais au lieu de faire savor, comme il le disait, A l'Agent qu'il n'&tait venu que pour prendre et ex6cuter ses orders, il ne s'est montr6 que comme le g6n6ral d'une arm6e triomphante en pays ennemi; il s'est entour6 de la municipality avec laquelle il a pris des measures de sfiret6 g6n6rale. L'Agent Particulier du Directoire einbarqu6 sur la Bravoilre a pass6 plusieurs jours dans la rade du Cap comme aurait pu le faire Lin g6n6ral forc6 d'abandonner une place de guerre.
Si le g&n&ral Toussaint pouvait avoir pr6m6dit:6 ce movement, je ne connaitrais point d'expressions asset fortes pour peindre sa noire, sa profound sc6l6ratesse; mais aussi dans ce cas combine ne faudrait-il pas sacrifler d'hommes et d'argent pour punir un rebelled dont la volont6 fait la loi pour plus des neuf dixi6mes de la population de Pancienne parties fran,,aise de Saint-Domingue, un rebeIle dont le courage, le sang-froid, les stratag6mes dans la guerre coloDiale ont surniont6 les armes et les ruses de I'Angieterrt, un rebelled qui ne dormant presque janiais semble se multiplier et se trouper dans tous les points A la fois, un rebelled qui connait les endroits d'embuscade qui s'offrent pour ainsi dire A cheque pas dans un pays coup6 de montages, de rivi6res et de d6fil6s, un rebelled qui commande A des armies infatigables, armies qui se nourrissent de tout cc qui peut kre dig6r6 et qui peuvent se passer de v6temens.
Lorsque j'appris pour la premiere fois Pembarquement du citoyen Agent Particulier l'on paraissait persuade que le G6n6ral en chef avait d6s longtemps pr6par&, conduit et op6r6 cette revolution afin de proclamer l'ind6pendance de la Colonie en ]a plagant sous la protection de I'Angleterre et des Etats-Unis d'Am6rique. Get infAme projet nVinspira toute I'horreur qui lui strait dfi Oil 6tait r6el; mais malgr& Pextr nie folie qu'il supposerait dans le G6n6ral Toussaint, je Wen fus pas moins effray6 par routes les suites d6sastreuses qu'il entrainerait dans une &poque oii routes les forces de ]a France sont n6cessaires en Europe, et ofi la perte de Saint-Domingue, quoique momentan6e, (fournirait) tant de moves de calomnier les operations du Government.
Je d6sirais vivement qu'il pfit m'6tre possible de corresponded avec le Un6ral en chef, afin, s'il en 6tait encore temps, de Pemp 6cher de timber dans le d6sespoir et de lui faire entrevoir la possiLilit6 de son pardon, quelque 6norme que fut son d6lit.
Mais diverse raisons m'emp6chaient de prendre initiative dans cette correspondance...
Je jugeai d'apr6s 1'examen de routes les pi6ces que je viens






HISTOIRE D'HAITI

d'6noncer comme d'apr6s les r6cits de ceux qui me les avaient remises qu'il devait m'6tre permits d'agir malgr6 les limitations de mes. fables faculty s circonscrites dans la ci-devant parties espagnole; mais mon action devait 6tre telle qu'elle ne pfit offense ni le Citoven Agent s'il revenait, ni ses successeurs s'il en avait nomm6s; il fallait en outre qu'en m me temps que je ferais connaitre aux chiefs militaires qui restraint fid6les A la France ma ferme diSDosition de m'unir hL eux, je le lisse n6aninoins de mani&re ;h ne pas, sooner le tocsin de la guerre civil et que je fisse connaitre en. m6me temps au G6n6ral Toussaint qu'il ne tenant A lui que de trouver chez moi les consolations et les conseils propres A 1'emp4&cher We se liver) A un d6sespoir dont Peffet strait imm6diatement suivi de routes les horreurs qui se peuvent imaginer...
Ces letters m'apprenaient que le G6n6ral Toussaint Louverture, loin de vouloir abjurer l'ob6issance qu'il doit A la Constitution franaise, cherche au contraire h excuser 1'6normit6 de sa faute, qu'iI parfait avoir en moi la plus grande conflance et que Pon desire ardemment que je vienne an Cap pour y prendre les r6nes du Gouvernement...
Je ne doute pas queje ne sois requ comme l'ange tut6laire du pays; mais il est possible que six semaines apr6s, les ennemis du bien public parviennent A me jeter dans des cachots on A me cooper le col. N'allez pas croire si cela arrive qu'iI faille renoncer A 1'espoir de reconqu&rir Saint-Domingue par les armes ou la persuasion.
Des homes qui ne font que sortir de 1'esclavage sont naturellement soupfonneux sur I'article de leur liberty. Leur manque de lumi6res les rend faciles A 6garer, leur habitude d'avoir sans cesse les armes A la main et d'affronter tons les dangers, les rend prompts et hardis dans leur vengeance. Est-ce leur faute? Non c'est Peffet des circonstances et la R6publique, pour un agent de plus ou de moins, ne doit point verser le sang de ces homes qui lui doivent leur existence civil et politique et qui seront dignes d'elle quand on les aura suffisaniment 6clair&s et qti'ils ne pourront plus outer de l'inviolabilit6 de leurs droits.
Le seul cas oii vous puissiez, Citoyen Ministre, vous justirer aux yeux de l'impartiale post6rit6 de conseiller la guerre centre nos nouveaux fr6res de Saint-Domingue strait celui d'une trahison manifesto centre la France, soit par une proclamation d'ind6pendance, soit par une submission aux ennemis de la R&publique.



NEGOTIATIONS

entre Toussaint, Stevens et Maitland

On ne pouvait ignorer A Philadelphie qu'un novel agent avait remplac6 A Saint-Domingue le g6n6ral H&douville. Le nouveau consul g6n6ral (Stevens) connaissait particuli6rement Roume avec qui il avait eu I'ann&e pr6c6dente h Santo-Domingo des relations assez particuli6res. Ge ne fut cependant pas A lui que le pl6nipotentiaire







32 HISTOIRE WHAITI

am6ricain'fut address Le rapprochement de sa march avec celle que Maitland avait pr6e6demment tenue A Saint-Domingue monte que tous deux suivaient la m6me direction. Maitland Wavait voulu traiter qu'avec Toussaint, et c'est A Toussaint, et non A la 116publique, clu'il avait rendu routes les places occupies par les Anglais; Stevens egalement ne n6gocia qu'avec Toussaint; c'est A Toussaint qu'iI fut envoy, cest avec Toussaint que se tinrent les conferences qui dur6rent quinze jours; c'est chez Toussaint que se termin6rent les n6gociations; si l'Agent y fut admis, c'est sur ses instances personnelles et plut6t pour en 6tre le secr6taire que le mod6rateur et lui faire apposer le sceau de Fautorit6 national A celle des conventions dont le G6n6ral Toussaint et Fenvoy6 de John Adams jugeraient A propos de faire part au public et A lui; c'est que son intervention 6tait indispensable pour Pan6antissement de la course que la Commission de Saint-Dbmingue, qui 6tait hors des atteintes de Toussaint, aurait maintenu et qu'un des grand objets (de Stevens et Maitland) 6tait de d6truire.
L'arr&6 du 6 floral fut le seul r6sultat public de ces conf6rences. Ce fut M. Stevens qui le concut Toussaint qui Fordonna, Roume qui en fut le r6dacteur; on le lui ht reflire jusqu'A trois fois et il passa la nuit entire du 5 A le corriger et A le refondre. Cet acte vraiment unique avait pour objet, de la part de Roume, d'&pargner au G6n6ral en chef une nouvelle demarche d'6clat qui aurait pu Fentrainer A une rupture ouverte avec la 116publique; de la part de Toussaint, de faire jeter par I'Agent un voile officieuxesur les stipulations antinationales qu'il avait fates avec les ennemis de PEtat; enfin de la part de M. Stevens d'an&antir jusqu'A Fombre de la course dans ces parades et de faire passer dans les mains des Anglais et des Am&ricains routes les productions des Colonies par l'impossibilit6 ofi se trouverait le commerce national de soutenir avec les Etats-Unis et ]a Jamalque la concurrence dans les marches, non seulement par l'impossibilit6 de fournir aux memes prix les merchandise d'Europe, mais en centuplant pour eux les risque des expeditions et des returns.
Ce fut un veritable triomphe pour les Anglais surtout, dont nos corsairs d6solaient le commerce et qu'ils obligeaient A d'6normes d6penses et A un immense d6veloppement de forces. Soixante de ces batiments ennemis, de toute grandeur, qui enfermaient I'lle colm-ne un circle, sufficient A peine pour d6fendre les convoys contre Faudace de nos filibusters. Des corvettes et des bricks du roi furent plus d'une fois enlev&s par nos barges; des prises et des navies marchands entraient presque cheque jour dans nos ports A la vue de leurs escadres; et ils n'6taient parvenus A nous affamer qu'en exi-eant du Congr6s des Etats-Unis ]a rupture absolute de leurs relations commercials avec nous, et en produisant dans routes les affairs avec les Etats-Unis une stagnation combine, qui nous emp6cha quelques mois de nous approvisionner, parce qu9elles ne laissaient rien a prendre dans nos mers. Aussi, Pagent Roume, malcrr6 cette heureuse imagination qui lui represented tous les objets dans un tableau magique et sous le point de vue oa il desire les voir, ne







HISTOIRE D'HAITI 33

put-il retirement former les yeux sur le precipice oil on Pentralnait.
(( Vous verrez dans Parr&6 ci-joint de l'Agence du 6 de ce mois, in'6crivait-il, le r6sultat des measures du citoyen Bunel en Am6rique et du citoven Stevens A SaintDomingue. Avant de prendre ParrW, fen ai mfirement pes6 les consequences. Si fai vu dun c6t6 (yu'il favo:isait les Anglais allies des Am6ricains, fai senti qu'il ne fallait pas r6duire les habitants de Saint-Domingue dans Palternative de p6rir de faim ou de commettre un acte d'ind6ppndance en traitant eux-m6mes avee un Gouvernement stranger. Je me suk done rendu A la tr6s important consideration de pouvoir offrir A la France, au moment de la paix g6n6rale ou de la restauration de notre marine, une Colonie encore fid6le et des products n6cessaires A la prosp6rit6 du commerce et des manufactures nationals. Faurais bien mieux aim6 pouvoir, comme Pagent Desfourneaux (i la Guadeloupe) punir la conduit audacieuse des Am6ricains par un grand nombre de corsairs; cependant, je crois avoir, dans la circonstance oft je me troupe, fait tout ce que prescrit la responsabilit6 qui m'est impose )D.
... VarrW du 6 flor&61 n'6tait que le pr6liminaire et le voile d'une n6gociation plus importante... A laquelle ni le public, ni I'AgentRoume lui-m6me ne devaient 6tre initi6s. (Il s'agit ici du trait sign6 A I'Ar,cahaye le 13 juin 1799 entre Toussaint et Maitland apr6s des n6go,ciations qui eurent lieu d'abord aux Gonalves en presence de Stevens : Kerverseau n'eut de ces negotiations que des donn6es incompl6tes et values; il albute):
Les negotiations avec Maitland n'avaient pas W interrompues par son depart. Le seer6taire de M. Stevens Pavait accompagn6 AIR Jamalque; deux parlementaires allaient et venaient sans cesse de Kingston au Port-R6publicain, et dans les grades occasions des officiers de marque, tels que les colonels Harcourt et Nightingall venaient .successivement conf6rer avec Toussaint. Les principaux points ,6taient r6gl6s; quatre ports 6taient d6sign6s pour les entrep6ts du commerce des deux Colonies. Le grand jour 6tait fix6 au 15 juillet :
-c'6tait un fait dont personnel ne se doutait A Saint-Domingue. Dans les premiers moments du d6lire et de la joie, le commandant (1) se livra aux speculations les plus insens6es; des chats 6normes de denr6es furent faits par des commissionaires dans les quarters de .I'Arcahaye et du Port-R6publicain; les bAtiments propres A ce cabotage, qui pourrissaient dans les ports de Kingston, furent vendus A Aes prix 6normes. Le n6gociant paya 8 ou 10 mille gourdes de mis6rables go6lettes dont, deux mois auparavant, on n'aurait pas donn6
-deux mille. On efit dit que les Anglais avaient oubli6 routes les calamit6s que leur machiav6lisme avait verses sur cette colonies et qu'ils ,croyaient la trouper encore ce qu'elle n'aurait jamais dft lesser ,d'&re, le P6rou des Antilles et Pentrep6t g6n6ral des richesses des
-deux modes. Mais ces magnifiques prestige s'6vanouirent tout A


(1) Il s'agit ici du commandant en g6n6ral, comme plus has b7 n6gociant.







34 HISTOIRE WHAITI

coup... La guerre civil alIum6e par Maitland dans la colonies et qu'il regardait comme le chef-d'muvre de sa politique fut par le renouvellement de haine qu'elle excite centre sa nation, un obstacle invincible A la r6ussite de ses projects. (Rapport dii g6n ral de Brigade Kerverseau).


A1111PT9 relatif an Htablisseinent des relations connizerciales entre la Colonie de Saint-Domingue et les Etals-Unis d'Am6rique.
ARTICLE PREMIER. L'arr6t& du Directoire ex6CULif du 13 thermidor an 6 relatif aux corsairs frangais et aux batinients neutres sera public imm6diatenient aux chefs-lieux des Wpartements du Nord, de I'Ouest et du Sud de Saint-Domingue pour &tre ex&cut& selon sp. forme et teneur, sauf Pexplication continue ci-apres au second article.
En consequence, il ne sera plus d6livr6 de letters de marque soit en course, soit en guerre et merchandise que par Fagent lui-m&ine, et cells qu'il a laiss6es signees en blanc lors de son depart de SaintDomingue sont annul6es. 0
Toutes celles pr6c6deminent accord&es seront regard&es comme ron avenues apr6s le trenti6me jour A dater d'aujourd'hui; les corsaires qui en sont porters sont tenus de renter et de remettre leur commission dans le m46me d6lai, A peine Wencourir le risque d'Mre consid6r6s comme pirates. 0
ART. 3. Les bAtiments de FEW aiii6ricain, seuls on convovant des bfitiments de commerce aux ports fran ais de Saint-Domingue, ainsi que tous les autres bAtiments am&ricains, pourront y relAcher et acheter les objets dont ils auraient besoin; ils seront sous la sativegarde de I'honneur national A leur arrive, pendant leur relAche et A leur sortie.
ART. 7. Le citoven Edouard Stevens est provisoirement autoris6 A remplir les functions de Consul g6n6ral des Etats-Unis A Sain-tDomingue, en attendant Fautorisation definitive du Directoire Ex6cutif. Le citoyen Jacob Mayer remplira cells de Consul provisoire A la ville du Cap et d6pendances.



CONVENTION secrHe entre Fhonorable brigadier g n ral Maitland ef le g iieral en chef de Saint-Domingue, Tonssaint-Lonverture.

25 prairial an. 17H.
Une suspension d'armes et un armistice ayant en lieu entre Honorable brigadier g6n6ral Maitland et le g6n6ral Toussaint-Louverture, commandant en chef les forces de la R6publique frangaise, pendant le temps de 1'6vacuation des parties de Pile de Saint-Domingue occupies par les armies de S. M. B., et ayant stipul& que le g6n&ral Toussain-Louverture donnerait protection de la mani6re la plus







HISTOIRE D I HAITI 35

entire aux personnel et aux propri6t6s des habitants qui avaient jusqu'alors v6cu sous la protection de S. M. B., il fut en outre agr66 certain articles pour donner de Peffet aux vues humaines et g6n6reuses des deux parties. Mais comme il a paru que le plein accomplissement de ces monies vues exigeait des arrangements ulUrieurs, ]-honorable Thomas Maitland, brigadier g6n6ral, rev6tu des plains pouvoirs de S. M. B. it cet effet, et le g6n&ral en chef Toussaint-Louverture, commandant les forces de ]a R&publique fran aise, sont mutuellement convene.% de donner A la suspension d'armes et armistice extension suivante.
AIMCLF PnE-imn. -- Toutes les hostility cesseront par terre Gans Fint6rieur comme dans les ports de mer, de part et d'autre, c'est-A-dire que Fhonorable brigadier g6n6ral Maitland s'engage A cc qu'aucune expedition ne sera former de ]a part de S. M. B. centre les parties de File de Saint-Domingue qui sont sous le commandeinent du g6n6ral Toussaint-Louverture et le g6n6ral Toussaint-Louverture s'engage, de son c6t6, qu'aucune expedition ne sera former centre aucune des possessions de S. M. B. on des Etats-Unis d'Am6rique par les troupes de Saint-Domingue, et Fune et Fautre des parties s'obligent r&ciproquenier)A A emp6cher en ce qui les concerned et par ,tous les moyens qui seront en ]cur ponvoir que rien ne soit entrepris centre le government int-6rieur des possessions respective des deux parties.
A-11T. 2. Le principal objet de cette suspension d'hostilit6s et armistice 6tant de procurer in g6n6ral Toussaint-Louverture les objets de c6himerce n6cessaires pour accomplir les intentions 6nonc6es dans le pr6ambule; et des arrangements ayant W faits h cet 6gard entre les governments de Grande-Bretagne et de I'Am&rique, le g .n6ral Toussaint-Louverturc, dans ]'intention de donner A ces arrangements leur effet, s'engage de d6fendre A tons corsairs franqais, arni6s dans les ports de Saint-Domingue soumis A son commandement, d'inqui6ter en aucune mani6re quelconque les bAtiments de commerce destin6s pour Fun des ports d6sign6s ci-apr6s: et dans ces vues le (16n6ral Toussaint-Louverture s'oblige A ne laisser condamner ni vendre aucuns bAtiments marchands, dans aucun port de SaintDomijigue qui seraient conduits par des corsairs fran ais, et A les faire restituer sit6t que ]a demftnde r6gUli6rc en strait faite. Le g6n6ral Toussaint-Louverture, conform6ment a la demanded du g6n6ral Maitland s'enga ge A faire relAcher tous les bitiments, qui seraient
-captur6s et conduits dans les ports de Saint-Domingue, soumis A son coniniandement, par les corsairs qui auraient pris leur commission dans quelques autres fles franqaises.
ART. 3. Comme il est absolunient n6cessaire qti'il y ait des ports particuliers qui seuls soient ouverts dans File de Saint-Domingue aux bAtiments marchands, soit anglais, soit ain6ricains, il est couvenu que les deux seuls ports qui seront ouverts seront le CapFrancais et le Port-116publicain, et que tous les bAtiments anglais ou americains qui chercheront a enter dans aucun autre port soront dans le cas d'kre confisqu6s.
ART. 4. 11 est convene, de la part de Plionorable brigadier






HISTOIRE D'HAITI

g6n6ral Maitland, que les croiseurs de S. M. B. ne troubleront en a.ucune mani6re les bfitiments am6ricains ou anglais dans leur trajet pour enter dans les deux ports ci-dessus, ou pour en sortir, s'ils ne sont pas charges d'articles de contrebande de guerre.
ART. 5. Pour donner plus de facility a accomplir l'objet du present armistice, il est convene qu'apr6s leur entire dans les deux ports ci-dessus, les bfitiments anglais ou am6ricains pourront '-tre autoris6s A se rendre le long de la c6te dans les ports que leur permettront les consuls r6sidant AL Saint-Domingwe sur la demanded r6guh6re qui leur en aura W faite.
ART. 6. Les bAtiments anglais on am6ricains trafiquant ainsi le long de la c6te sans un passport de la forme convene, donn6e par les consuls r6sidant A Saint-Domingue, seront dans le cas d',6tre conllsqu6s.
ART. 7. En consequence de Parmistice convene, les bfitiments anglais auront le pavilion ordinaire de parlementaire en entrant dans les ports de Saint-Domingue: mais 4 tous autres 6gards ils seront trait6s avec franchise et loyaut6 pour tout ce qui a rapport au commerce.
ART. 8. Pour donner au g&n6ral Toussaint-Louverture une facilit& plus grande encore, Phonorable brigadier g6n6ral Maitland consent qu'il soit permits aux cannot, chaloupes et autres petits bitiments de Pile, de faire le sabotage le long de la c6te sans danger d*kre troubles par les croiseurs de S. M. B. sous les restrictions qui seront s6par6ment convenes.
Signg: TousSAINT-LOUVERTAr..
MAITLAND, brigadier gdnjral.
Fait et clos & I'Arcahaye, ce 13 juin 1799 ou le 26 praipial Pan VII de la R. F.






HISTOIRE D'HAITI 37




CHAPITRE XVI


La Guerre Civile

SES CAUSES. Dans Phistoire de la R6volution A SaintDomingue, Fann6e 1799 et les premiers inois de Fann6e 1800 sont des p6riodes qui laissent le plus grand nombre de probl6mes non r6solus jusqu'h ce jour, ou m6m-e insolubles ; dans aucune p6riode non plus, les acteurs du drame ne se sont tant efforc6s d'exposer leurs motifs d'action, de sorte que plus ils is'expliquent, moins, semble-t-il, on d6couvre leurs vrais sentiments.
Si dans les ann6esepr&6dentes, nous avons pu suivre le mobile principal de Fascension de Toussaint, 6tablir la supr6matie du g6n6ral en dhef, dans l'ind6pendance pratique A 1'6gard de -la m6tropole, pour assurer la vie 6conomique de la Colonie et pour maintenir Nmancipation et la liberty des ancient esclaves, il r1ous est difficile de -p6n6trer les secrets de sa politique dans sa lutte centre Rigaud. On a dit que Toussaint voulait kre seul maitre -et s'offensait de voir Rigaud lui faire 6chee : supposition vraisemblable mais incomplete; Toussaint s'6tait assez vant6 de dominer son adversaire par sa patience et sa maltrise de soi pour ne pas -se croire oblige de recourir aux moyen-s
-%,iolents. Rigaud, Suppose-t-on encore, par son attachment A la France, allTait 6M un obstacle h l'ind6pendance du pays; mais Rigaud, h ses heures, avait su se rendre ind6pendant de I'autoriU fran aise, quand son int6rk Fy avait pouss6; comme Toussaint, il n'aurait pas voulu d'une independence qui n'efit s6par6 Saint-Domingue de la France qu'en appearance; il tendait A une independence effective ou du moins h une tr6s large autonomie dans son government, en sacrifiant l'ind6pendance nominal: cette We des colons de 1790 s'6tait acelimat6e dans toute la Colonies. On a pens6 en -outre que Toussaint avait W incit6 par les AnglaiS h abaisser Rigaud. Rigaud se montran-t Fadversaire irr6ductible de la domination britannique il se peut en effet que les Anglais aient vu en Rigaud un ennemi redoubtable, tr6s g nant par ses corsairs pour leur conxinerce de la Jamall-






38 HISTOIRE WHAITI

que; mais pour le r6duire, ils Wavaient qLI'hL laisser faire le temps: alli6s de Toussaint ils Wavaient plus h surveiller h SaintDomingue qu'un ruban de c6tes faciles h bloquer; ils eussent W sans peine inaltres de Riggaud par la fainine. 11 faut reconnaltre n6anmoins qu'ils ont pu d6sirer coaliser centre Rigaud tons les moyens d'action hL leur disposition et si Toussaint voulut leur plaire en poursuivant Rigaud, on a peine h adinettre que le d6sir des Anglais ffit -le mobile determinant de cette conduit.
Nous ne nous arrkerons pas A Phy oth se dune politique du Directoirle qui efit consists user Rigaud et Toussaint Fun par Fautre; :le Directoire. Rait inipuissant, -et s'il coneut pa!reil project on entrevit pareille issue, de quels inoyens aurait-il usA pour ex6miter ce dessein? Enfin on a expliqu6 la guerre civil par la presence en face Fun de I'autre de deux irr6ductibles conCUTrents an commandment supr me; il 6tait n6cessaire, pens'et-on, que Fun d'eux s'effacAt volontairement ou Hit supprim6 par ]a force. Gette alternative ne s'impose P^ croyons-nous. Rigaud se strait content de commander le Sud et Toussaint efit confinud d'exercer ses functions de g n6ral en chef, dans I'ambiguR6 que nous avons d6j-hL signaled et sans insures Nriolentes, si les measures violentes Wavaient R6 It la disposition des adversaires, si ni me ces measures ne s'6taient impos6es A eux.
Par dessus ces causes qui ont pu chacune A certain moment avoir leur influence, on a jet6, pour catcher, dirait-on, des motifs plus profound, Faccusation. d'une opposition de clans et de partis entre les deux adversaries, opposition qui se r6sout darts le cas present en -la question de couleur. On ne pent nier qu'il n'y efit entre le Nord et le Sud un antapronistne oit les pir6jug6s de race avaient leur part; mais il est impossible de substitute a des causes objectives, qui ont certainernent dkerniin6 le conflict, un sentiment tout subjectif qui existait depuis I-ongteinps et qui jusque HL n'avai't pas ernp&W Fentente: il faudrait expliquer du moins pourquoi tout-hL-coup ce sentinient s'est niontr6 agressif, et pourquoi les raneunes qu'il renferine ont jou6 A point nomin6. Toussaint Louverture n'a pas craint pouttant de d6clarer que Rigaud ob6issait au pr6jug6 de couleur; il I'a fait h diverse reprises; Rigaud Wen est d6fendu, inais une seule fois. Toussaint n'a-t-il pas us6 de ce proc6(16, qLi'jl a estin-16 de bonne guerre, faute de trouper aux autres iaotifs qu'iI all6guait une valour suffisante pour tout expliquer?
Nous nous croons (lone autoris6s h conclure qu'il faut







HISTOIRE WHAITI 39

chercher ailleurs la cause d6terminante de la guerre civil, bien que tons les motifs 6num6r6s y aient pu contribute. Nous ne pr6tendons pas pourtant l'indiquer, mais nous ferns la remarque suivante.
Nous avons d6jft observe que Toussaint, depuis expulsion des Anglais, avait sur les bras des troupes dont il n'avait que faire et qui pr6f6raient ]a guerre h la paix, parce que, enclaves de la veille, ils Wavaient ni patrinioine, ni domicile, ni, solvent, de famille, qui Wavaient done pas oft se retired, qui ne subsistaient que par la guerre et Wamient d'autre occupation que le m6tier militaire: cette pressing source d'une troupe sans employ et d6sireuse d'activit6 a, sans auciin doute, sur Fesprit d'un chef, plus influence que le sentiment quel qu'iI soit, et sans qu'il se I'avoue a lui-in me. Toussaint n'a pu 6viter de subir cette influence Wen bas; Rigaud 6tait moins expos A cet entralnement inconscient ; son arni6e, beaucoup moins nombreuse, repr6sentait I'Mite du Sud; elle trouvait sans peine sa place dans les cadres des dirigeants .4 divers titres, soit du department, soit des villas, soit des sections, soit des habitations. Cette diff6rence de position entre Fun et Fautre des deux chefs expliquerait peut-Ule ]a difference de leur language, Toussaint se laissant aller d'ahord centre Rigaud aux allegations tr s values du pr4jug6 de couleur, 4 Foppos6. de Rigaud qtii au d6but tient plus dignement la plume.
Il faut reniarquer en outre (jue, dans Fensemble du pays, dans le Sud particuli reinvent, une vague inqui6tude s'kait em, park des Aines; la d6tresse 6conomique faisait craindre la disette, m6ne ]a famine: le blocks anglais qtti s'6tait resserr6 rendait I'avenir angoissant: de pareilles conditions de vie pr6disposent A courier les ventures. La guerre 6Lait done dans Fair avant Wkre d6clar6e; les adversaries le sentient, puisque, avant d'en venir aux trains ils croient bon de justifier par advance .eur conduit-e par ce qu'on a appeM tine guexre A phime : le conflict letir parfait inevitable; il leur faut done par des exposes de motifs justifier I'agression pr6vue.
La conduit de eette cruerre n'en constitute pas inoins que ses causes tin probl nie difficile. Nous en traiterons plus loin. Pour le moment il suffit de remarquer que Rigaud ne second pas 1'61an de ses Lroupes: on dirait qu'i-I attend l'issue de la lutte non de son initiative et du courage de ses soldats, mais







40 HISTOIRIE WHAITI

d'un arbitre sur qui it compete et qui tarde h intervenor. Au d& but du conflict it avait pourtant en mains tous les 616ments d'un rapid succ&s, la sympathies d'une grande parties de la population, des troupes exere6es, pleines d'entrain, excellentes pouir da guerre d'embuscade centre l'arm6e de Toussaint, massive, lourde, inapte aux engagements parties qui r6clament de la promptitude et de la decision, bonne pour les grand coups et qui s'6puise dans des combats de detail: h tout prendre, on dirait que pour les deux concurrent la guerre est un expedient, faute de mieux, et quii leur faut garner la parties deviant l'opinion publique avant tout.

LA GUERRE DE PLUME. Gest en effet h Fopinion publique qu'en appellent d'abord les deux antagonists: its sentient le besoin de s'expliquer h la face de la Colonie, Toussaint le premier, et par des 6crits. Jusque M, ni Funeni I'autre, s'ils avaient lanc6 de multiples proclamations, Wavaient 6t6 prodigies d'apologies A ]a population enti re; on Wen voit pas d'ailleurs l'utilit6 dans un pays oii peu de gens savaient lire et par suite e-taient capable de suivre cette pol6mique, ofi chacun avait ses opinions routes fates d'avance sur les diff6rends qtA divisaient le g6n6ral en chef et le commandant du Sud. A son tour, Roume intervint dans la discussion en livrant au public les communic.ations destinies A l'un ou I'autre des deux -ohefs. Enfin pour 6clairer ces pieces soumises hL I'appr6ciation de la Colo-nie par leurs auteurs, nous ne nous ferns pas faute Wen rapporteur d'autres d'une port&e plus restreinte qui 6clairent les premieres ef les conipl6tent normaleinent.
Le conflict s'ouvrit par la declaration, dont nous avons d6jh parI6, de Toussaint, dans la chaired de 1'6glise de Port-au-Prince, le 3 vent6se 21 f6vrier 1799, Le sens g6n6ral des paroles prononc6es en cette occasion, Gutre les menaces qu'elles contenaient h Nuard de Rigaud et de ses partisans est bien que les Gens de couleur veulent s'attaquer h Toussaint, mais qu'ils auront affaire h forte parties. 11 ne faudrait pas pourtant attribute une trop grande importance A cette sortie tapacreuse. Rigaud ne parfait pas s'en 8tre 6mu outre measure puisque ses relations ovec Toussaint continOrent sur le ton convenable, m6me au sujet de la r6vqlte de Corail et de ses suites qui excit6rent ]a col rc du g6n6ral en chef; dans la correspondence 6chang6e A ce sujet, Toussaint se plaint que les auteurs pr6sum6s de la mort







HISTOIRE WHAITI 41

des 40 prisoners noirs n'eussent pas R6 mis en accusation et ,en judgment: << c',&taient t(yujours les Noirs, disait-il, qui 6taient victims des movements qu'(>n suscitait >>. On sait d'ailleurs que dans le Sud on accusait ouvertement Toussaint d'avoir W l'instigateur de ]a r6volte de Corail.
Rigaud r6pondit en rejetant en bloc l'odieux de ces &6niments sur les partisans des Anglais dans la Grande-Anse; or, ceux-ci 6taient devenus partisans de Toussaint. Toussaint 6tait done vis6, non pour des faits particuliers, inais pour son attitude g,6n6rale et encore de facon indirect; apr s ces explications les -rapports rest6rent corrects entre Rigaud et Toussaint comme ils I'avaient R6 auparavant, Rigaud n'empi6tant en rien sur I'autorW du g6n6ral en clief et ne lui refusant pas la submission d'un subordonn6.
Mais le people voyait plus loin; il pressentait le conflict aigu; aussi bien des 61ens de couleur de I'Ouest se r6fugiaient dans le Sud h I'abri des vengeance de Toussaint. Celui-ci r6clama centre cet exode et Rourne se fit pr6s de Rigaud l'interpr6te des dol6ane-es du g,6n6ral en dhef. Rigaud se content de r6pondre clu'il ne pouvait repousser ceux qui se confiaient h lui (1- flor6ar 20 avril). Entre temps s'6taient ouvertes au Cap les negotiations avee Stevens qui d6tourn&rent I'attention de leur c6t6 (commencement d'avril 1799).
Quand le trait eut R6 eonclu entre Stevens et la Colonie, 6 floral 25 avril, Roume en fit part A Rigaud &s le surlendemain, en expliquant sa collaboration h cet acte diplomatique avee une puissance en froid avec, la France, par la n6cessit6 de souvenir hL la d6tresse du Nord qui r6clamait des measures d'urgence. Rigaud se f6licita des arrangements conclus avec I'Am6rique parce qu'il esp6rait que le Sud h -son tour en strait grandement soulag6; d'autre part, le 30 floral 19 mai, il rendait A Toussaint le tribute d'gloges que m6ritait celui-ci pour avoir provoqu6 VarrW de I'Agent du 6 floral et pour le bien qui en revenait ft la Colonie.
Depuis que1ques jours Tbussaint n6gociait avee Maitland plus encore que pendant les tractations avec, Stevens, la Colonie entire s9int6ressait h cette entrevue, les grand propri,6taireS Tevenus depuis peu, s'en r6jouissaient parce qu'ils escomptaient la reprise en grand du commerce; d'autres, qui ne se livraient pas aux transactions de vaste envergure, voyaient avee peine







42 HISTOIRE WHAITI

revenir par une autre porte les Anglais r6ceniment chassis de Saint-Domingue. Parmi ces deniers 6taient les partisans de Rigaud; ils pouvaient en outre se souvenir que, I'ann6e pr6c6dente, Toussaint, traitant avec le ni me g6n6ral anglais, avait except le Sud de I'armistice qui devait permettre an Nord et A I'Ouest de respirer un peu apr&s plus de quatre ans de blocks: il est certain que pendant les entreaties entre Toussaint et Maitland, en I'ann6e 1799, les desertions pour le Sud se multiple& rent dans les territories souniis h Toussaint, et m6ine des officiers de I'arin6e de I'Artibonite rejoignirent Farm6c dc Rigatid.
Tout h coup, le jour m6nie oft le commandant du Sud 6crivait A Toussaint la letter de f6licitations que nous avons mentionn6e plus haut, Toussaint faisait paraitre centre Rigaud un factunt injurieux sous ce titre: R6ponse du citoyen Toussaint Louverture aux calomnies et aux 6crits mensongers du g6ngrat de brigade Rigaud et dat6 du Quartier 9 n6ral des Gonaives, le 30 floHal an VII 19 mai. Toussaint ne vise pas un unique 6crit mensonger de son adversaire; il r6pond A des 6crits; or nous ne connaissons pas it cette 6poque de letter ouverte publi6e par Rigaud centre son chef. On a pens6, faute de inieux, qu'il s'agissait de la letter de Rigaud h Roume du 1" floral Par laquelle Rigaud se justiflait de recevoir les Gens de couleur de I'Ouest qui venaient h lui et qui n'avait pu avoir de publicity que par le fait de Rounie lui-ni6ine. S'il en est ainsi, on jugera sans peine que dans cette occasion Toussaint sort de sa prudence ordinaire, en r6pondant par une letter ouverte A une communication de caract6re priv6 faite au repr6sentant de la m6tropole, accr6dit 6 pour recevoir les dol6ances de ses administers.
Toussaint, dans son factuin du 30 Ilor6al, reprochait h Ri,gaud des propose odieux centre sa personae: Rigaud aurait dit que le g6n&ral en chef voulait d6truir-e ]a classes de couleur pour .r6tablir Vesclavage, Rigaud aurait entreUenu centre Toussaint tine haine irr6durtible, Rigaud essayait de soulever le Sud centre le g6n6ral en chef dont il iu,6prisait les orders. En terminate Toussaint attribuait A Rigaud la mort des r6volt6s de Coral et relatait leur fin avec des d6taills horrible denature A soulever l'opinion centre celui qui Favait cause. An sujet du m6pris de ses orders, Toussaiint faisait 6tat du refuls de Rigaud d'ex6cuter la proel'aniation par laquelle le g6n6ral en chef or,donnait des pri&res publiques dans Farm6e; Rigaud justifierra sa conduit en cette occasion en d6clarant qu'une pareille pro-







HISTOIRE WHAITI 43

rlaniation 6tait contraire aux lois. Quoi qu'il en soit de 1'excuse de Rigaud, Faccusation port,6e par Tottissaint revenait A u-ne accusation de &6sob6issance A un chef militaire dans le service m nie; 11'a proclamation ft laquelle Toussaint faisait allusion 6tait vieilile de six inois, il est vrai, sans que jusque ]a le refus tl'ob6issance de Ricr ud efit alt6r6 les relations courtoises entre
deux chefs, i-nais Rigaud 6tait n6aninoins trait en rebefle deviant ]a Colonie. Apr s cette R ponse, tout manvenient de troupes vers le Sud potivait tre consid6r6, sinon conime une d6olaration de guerre, du moins coninie tine in-enace procaine centre laquelle routes pr6cautions 6taient I&gitimes.
Dans les jours qui suivirent ]a publication de F&crit de Toussaint, Riga:nd d6ploya une grande acti-vit6 A se justifier et A prendre position d-evant Fopinion publiquie aussi bi-en que deviant ses sup6rieurs hi&archiques.
Le 11 prairial 30 mai, il &crit A Rouine que son crime aux yeux de Toussaint est d'aiimer ']a 116publique et de faire ex6cuter les lois centre les 6niigr6s; il d-6clare a I'Agent sa r6sol'ution de lesser routes relations avec le On6ral en chef. Le 15 prairial 3 juin, dans tine proclamation A ]a population du Sud, il invite le department A le suivre pour la defense des int6r8ts du Stid menae6s par Toussaint. Le 20 prairial 8 Juin, il pubilie une R ponse b IYcrit calomnieux dii general Toussaint Louverture.,
il y rappelile les services rendus par lui h la R6publique, alors flue Toussaint combattait dans les rangs des Espagnols; il 6num re Ies ii-iffaits du g6n6ral en dhef centre Fagent 146douville et protested centre les diverse accusations 6none6es dans la letter de Toussaint du 30 floral: manque d'6gards enters le g6n6ral en chef, complicity dans la mort des 40 victims de Coral; il se disculpe de o6der au pr&jug6 de coul-eur en 6numrant t6utes ses attaches de famille avec Ies Noirs. 11 address en in me temps une justification de sa conduit an ministry de la Marine, avec pieces A I'appui; et le 21 prairial, il resume pour le Pr6sident du Directoire Ex&cuti-f ses griefs et ses crainLes d'u:n ton de moderation propre h Iui garner la sympathies : I! n'a pas us6 des pouvoirs que lul avait donn6s Hddouville, afind'Mter un conflict avec Toussaint; il a accept que 1'6tendue de son commandment fut diminu6e en faveur de Toussaint ; xnalgr6 cette condeseendance, Toussaint entretient de pIus vastes projects; il vient de lancer un manifesto centre Rigaud; ii r6unit des troupes A Port-au-Prince: le but de ces measures pq-







44 HISTOIRE WHAITI

xait 6tre la scission de la Colonie avec la 116publique, grAce h la protection des Anglais. Par suite Rigaud se d6cide bL reprendre Je commandment en chef de son department dans les limits fixes par Rourne. Si, A 1'encontre de son opinion, il n'y a entre Toussaint et Iui qu'une querelle personnolle, il est prft hL se re,firer. Tel est le sens de la letter au Pr6sident du Directokre Ex6cutif.
Enfin par une proclamation du 27 prairial 15 juin, Rigaud d6clara qu'il acceptait la guerre; it la suiLe de cet acte il public pour la premiere fois dans ]a Colonie -la letter de H6douvill-e dont il a W question plus haut, le d6gageant de 1'autoriU du g6n6ral en chef.
Ce fut une faute de Rigaud que de faire Rat de la letter & H6douville: elle donna des armes centre lui A Toussaint et h Roume. Invoquer ainsi des actes p6rim ,,, consid6r6s tels pen.dant plusi-eurs mois, monte assez I-e d6sar-roi -des esprits: rien de net dans Jes griefs que les deux compkiteurs invoquent l'un centre I'autre; ce qui les -s6pare surtout c',est Ntat d'eSpTit er,66 en eux par les circumstances -et qu'ils auraient peut-6tre peine h d6fini.r. 0
A -ce moment de la guerre de phime 6clat6rent tout L coup les hostilit6s par le fait de Rigaud ou -de ses lieutenants.
La coincidence de la proclamation de Rigaud avec les premi&-es voies de fait, dont il est directement o-a indirectement responsible, a fait conjure des desseins maohiav6liques de sa part : trouble tout d'un coup Ntat de chooses actual et ramener la situation A quelques mois en arri6re, en substituant h I'autoHU de Rourne celle de H6douville. D'autres y ont vu une rencontre fortuite. Si nous en croons en effet sa letter an Pr6sident du Directoire, Rigaud n'aurait pas eu Fintention de m6connaltr-e Fautorit6 de I'arrW de Rourne du 21 pluvi6se; il se strait content6 de conserver le territoire bL lui attribu6 par cet arrW, mais aurait reprise sur ce territoire les droits de g6n6ral en chef qu'il tenant de Hddouville, d-roits ignores de Roume, qui par suite n'avaient pu Ure r6voqu6s par ce dernier: il aurait ainsi concili6 la d6f6rence due aux deux Agents successifs. On ajoute que la march en avant des lieutenants de Ri gaud le 27 prairial n'est pas imputable hL Rigaud, qu'elle aurait W provoqu6e par des movements de troupes du c6t6 de Toussaint h L6og&ne, que les populations menaces auraient demand protection leur3 d6-







HISTOIRE WHAITI 45

fenseurs naturals, les officers du Sud, et que -ceux-ei auraient r6pondu h cet appel. Rigaud conserve les positions ainsi acquises; il prit done par 1A A son compete I'agression de ses subordonnis.
Si jusque-lh la Colonie avait &6 agit6e, le trouble se trouva d6s lors port6 h son comble: il se produisit en divers lieux centre Toussaint des insurrections tant des Noirs que des Gens de couleur. Les entrevues du g6n6ral en chef et de Maitland, qui vers oe temps venalent de prend-re fin h I'Areahaye y servirent en parties de pr6texte. Les grand propriftaires 6taient averts plus ou moins clairement des heureuxr6sultats de ces entrevues pour le commerce de Saint-Domingue; ils s'attendaient h en voir les effects en peu de jours, c'est-h-dire dans 1'espace d'un mois; les petites gens au contraire se m6fiaient des Anglais qui eussent r6tabli 1'eselavage et qui en fait ramenaient d6jA les ancient colons, avec la complicity de Toussaint; leur inqui6tude 6tait done a leurs yeux tr6s 1 gitime. Or ils n'avaient qu'un appui, Rigaud et les Gens de couleur du Sud, de tout temps adversaries d6cid6s des Anglais et des 6migr6s, et Usormais adversaries de Toussainfe(l), qui, dit-on, 6tait excite centre eux par ses amis.
Roume fut surprise par la rapidity de ces 6v6nements. II avait des motifs de se m6fier de Toussaint: les n,6gociations avec Stevens, puis avec Maitland allaient h 1'encontre de I'autorW de la France et violent ses droits d'agent du Direct ire ex6cutif. D'autre part Rigaud ne le reconnaissait plus pour son chef, puisqu'il en appelait aux armes de son diff6rend avec Toussaint. Roume essay n6anmoins de reprendre son r6le d'agent. A Toussaint il 6crivit le 15 messidor 3 juillet, pour lui remontrer que son diseGurs dans la chaired de Port-au-Prince centre les Gens de couleur avait excite la m46fian-ce de ces deniers: c'6tait un Teproche et u.n. appel A la. paix, mais h la fa on de Rourne, avec des managements pour Toussaint, qui ne pouvaient tougher le. g6n6ral en -chef, bien qu'ils eussent pour justification le d6sir ,de ne pas 1'exasp6rer et de ne pas Ie porter h des measures exbr&


(1) Dans les articles secrets de la convention du 13 juin A I'Arcahaye, Toussaint avait exclu les ports du Sud des advantages stipul6s pour le reste de la.Colonie. Si secrets que fussent ces articles, on en soup onnait la teneur: ils 6taient dans la logique des rapports de. 'Toussaint et des Anglais.






46 HISTOIRE WHAITI

mes centre la France. ToussaintT6pondit que longtemps avant ce discourse Rigaud avait tdmoign6 son opposition aux Noirs.
Centre Rigaud Roume prit une attitude moins timid mais qui n'6tait pas d6pourvue de condeseendance, an moins dans, Intention. Le m6me jour, 15 messidor, il rendit au Cap un arr8t& d6clarant Rigaud traltre et rebelled, lui offrant n6anmoins en m6me temps d'6tre conserv6 dans son commandment du Sud, s'il faisait sa submission dans les vingt-quatre heures. Gdtaft peut-6tre une invitation h trailer. Rigaud ne r6pondit pas h ces advances, malgr6 les conseils de Bauvais qui le poussait A accepter ces conditions.
La guerre ne put donc 6tre emphh6e; elle se d6roula comme nous le verrons plus bas; mais urie derni6re declaration de Toussaint m6rite mention dans ces pr6liminaires d'explications, addresses A l'opinion publique.
Dans une r6plique tardive, du 6 fru.ctidor 23 aofit, Toussaint tenta de justifler sa conduit deviant la Colonie: A son avis, la production de la letter de H6douville West pour Rigaud qu'urr moyen de colorer d'un pr6texte sp6cieux une fa on d'agir qui a d'autres m-obiles; nous ret-rouverons plus loin ceft,8 proclamation.
Nous arr6tons Ih la s6rie des publications qui ont pour but de soumettre an judgment de la Colonie I'attitude des deux adversaries; nous en trouverons d'autres plus tard oft ces m6mes, preoccupations se front jour. D'un c6t6 Toussaint accuse Wigaud d'ambition personnel et de race; de I'autre Rigaud accuse Toussaint de connivance avee les Anglais et de trahison A Ngard de la France. Des formulas si simples risquent d'6tre incompl6tes. Ne serait-ce pas plut6t qu'aux premieres lueUTs de Find6pendance de Saint-Domingue, tons, m6me les plus perspicaces, en une hAte qui les 6gare, sont entrain6s hL dhercher des. solutions pr6matur6es ?


PREMIARES RENCONTRES. Nous avons d6jA laiss6 entendre, quelled Rait en juin 1799 la condition r6etproque des deux antagonistes. Rigaud avait environ 2.000 homes enr6giment6s, slides, bien exerc6s, couples entre les mains de leu-rs chefs. Toussaint &s le d6but mettait en ligne 10-000 soldats et bient6t. 20.000 format une arm6e moins coh6rente, de fable r6sis-






HISTOIRE WHAITI 47

tance, capable d'un effort passage, mais endurance. Les lieutenants de Rigaud 6taient habiles et audacieux; ceux de Toussaint allaient se r6v6ler diernes de leurs adversaries, et parmi eux Dessalines, par Fensemble de ses qualit6s, tiendra facilement le premier rang.
A la iiii-juin Laplume, qui con-imandait UogAne au nom de Toussaint, Rait au Petit-GoAve. Rigaud venait d'inspecter ses troupes ft ]a limited de son department; il s'en retournait aux Caves, laissant A Faubert la garde de ses fronti6res au camp de MiragoAne.
Les premiers 6v6neinents de la lutte qui s'engagea alors sont connus surtout par la tradition orale: ils ont W recueillis de la houche des acteurs et t6moins, longtemps apr6s. Ces r6cits ne peuvent 6tre contr6l6s et malgr6 la sinc6rit6 de ceux qui les rapport6rent, ils ne r-epr6sentent qu'un aspect de la r6alit6, apercu du camp oA so trouvait le narrateur: on ne peut done S'y fier retirement, mais on peut en accepter les grand traits.
Faubert, apprenant que Laplume 6tait an Petit-GoAve, anTait voulu se saisir de la personnel du commandant de UogAne
-qu'on sup]josait pr6t A se liver h Rigaud mais qui attendant, pensait-on, qu'il y fut constraint. Faubert, le 18 juin attaqua PetitGoAve A Finiproviste, s'en empara, mais laissa khapper Laplume qui se r6fugia par mer h Gran-d-GoAve. Petit-GoAve &ait ville de colons, par suite d6vou6e A Toussaint: Faubert la mit au pillage.
Les troupes de Toussaint dans leur retraite avaient occupy sur la route de I'Ouest tons les posters capable d'arrAter Fa-rm6e du Sud et d'ailleurs faciles A d6fendre, comme le Tapion. En m6nie temps se manifesto dans les villas de I'Ouest, L6ogAne, Z5
Port-au-Prince, Port-R6publicain comme on disait alors, tin Man de sympathies pour Rigaud: on a dit que si Rigaud avait voulu profiter de Feffet de panique product sur les troupes du Nord et de la chaleureuse bienveillance qu'il aurait rencontr6e sur son passage, il efit fait sans peine la conqu6te de I'Ouest. 11 donna ordre h Toureaux, commandant'en chef de son arm6e, de marcher sur Grand-GoAve: le Tapion fut emportd par ses troupes; le blockhaus de Thauzin en avant de Grand-GoAve fut occupy; Grand-GoAve fut pris; des repr6sailles furent exerc6es centre les partisans du g6n6ral en chef. C'est vers ce temps .,que P6tion et Jean-Pierre Boyer qui se trouvaient h MogAne






48 HISTOIRE D'HAITI

sous les orders de Laplume pass6rent au camp de Rigaud avee bien d'autres.
En apprenant ces faits, Toussaint se rendit A Port-au-Prince,. puis h UogAne; h Moyse il donna le commandment en chef de son arm6e; Dessalines, il le placa A UogAne; Laplu.me fut ftart&
Moyse march sur Grand-GoAve. Le 8 juillet, il itait k ]'habitation Fauch6. Attaqu6 par les troupes du Sud il fut fore& de reculer jusqWA I'Acul de L6ogAne oil il se retrancha. Il fut rappel6. Dessalines rqut le commandment des troupes dir Nord; le 19 juillet, sur I"habitation Glaize, il engage la bataillecontre Rigaud dans une affaire qui rqut le nom de affaire des deux jours, mais sans succ s: les adversaries rest6rent d6sormais pour longtemps Sur leurs positions, Farm6e du Nord k I'Acul, celle du Sud en avant du Grand-GoAve. Rigaud qui avaitpris part a ces engagements y fut bless6f il se refira. en arriLe, pour ne reparaitre que rarement, semble-t-il, Sur le front de ses. troupes. On a pr6tendu qu'il s'oubliait aux Cayes dans les f6tes qu'il d6nnait a ses administers et qu'il ne savait s'accommoderh la vie austere des camps: -ce fut peut-6tre l'impressign de quelques officers de son arm6e, impatiens de marcher de I'avant,. sans comprendre les motifs de la temporisation de leur chef. Rigaud en effet n'dtait pas A son coup d'essai; depuis Sept ans. il avait prouv6 son endurance dans les campaigns qWil avait. men6es centre les enneinis du Sud. Plus justement, il attendant une solution non des combats mais Wailleurs, comme nous. I'avons d6jh dit. En tout cas son inaction prouverait qu'il ne. pr6tendait pas conqu6rir ]a colonies entire, -car jamais circons-tances plus favorable A une rapid concru&e ne -se pr6sent6rent.INSURRECTION DU MOLE. Rigaud renoua pourtant ses, relations avec les chefs plus ou moins ind6pendants des monta-gnes qui dominant Port-au-Prince et Jacmel, essayant de d6terminer en sa. faveur un movement de leur part cont-re Tons-saint. Peut-6tre ne comptait-il par Ih que susciter des difficult. b. Toussaint pour le d6tGurner d'attaquer le Sud; ou. plut6tWftait-ce qu'une fa on de faire mfirir le fruit avant de lecueillir?
Apr6s quelques troubles du c6t6 de Jacmel, provoqu6s par-







HISTOIRE WHAITI 49

intervention de Toussaint en cette region centre des adversaires, plus ou moins d6cillar6s, un vaste movement se dessina d'un bout h Fautre du pays d6s qu'on apprit que les hostilit6s 4taient ouvertes au Grand-GoALve.
II atteignit an plus hautpoint d'inten&W au M61e, par une insurrection des troupes commanders pour marcher centre le Sud. Le 23 messidor 11 juillet, la demi-brigade de cette ville s'insurgea sous Louis Bellegarde et Lubin Golart en faveur de Rigaud; Clervaux, qui commandant la place, dut se r6fugier aux Gonalves. Les r6volt6s enlev6rent aussit6t Jean Rabel et mirent le si6ge deviant Port-de-Paix oft Maurepas leur oppose la plus vive resistance. Apprenant cette initiative du M61e en sa fav-eur, Rigaud envoy Renaud Desruisseaux pour prend-re la t6te du movement et It souvenir. Ailleurs, dans presque routes lea communes du Nord et sur plusieurs points de I'Artibonite des partisans de RigaqjI se d6clar6rent sans prendre n6anmoins les armes et former un soul6vement mais ils mirent en grand 6moi les lieutenants de Toussaint. Toussaint command h sea repr 6sentants une rigueur 9tonnante; 11 fut ob6i, an point que lui-m6me dut mod6rer leur z6le. 11 quitta Port-R6publicain pour Port-fte-Paix, le 30 messidor 18 juillet; an Pont de I'Ester, il 6vita une embu-scade, atteignit les Gonalves ofi il command des executions capitals et apr6s quelque repos entra h Port-dePaix, le 7 thermidor 25 juillet. De cette ville il dirigea centre, Jean-Rabel et le M61e les operations de ses troupes confi6es bL Clervaux et h Moyse. Jean-Rabel fut emport6 dans les premiers. jours. de fructidor. Bombarded et le M61e c6d6rent peu apr&s., Toussaint vista I-es places reconquises; il 6tait au M61e le 22 fructidor 8 september, -6t s'appr6tait A regagner I'Ouest. Partout les rebellions locales 6taient vaincues grAce A la repression parfois excessive des commandants.
Avant cette issue et &s que par la tournure des 6v6nements. il fut assure de devenir bient6t maltre du Nord, Toussaint, le 6 fructidor 23 aofit, lan a de Port-de-Paix sa proclamation dirig6e centre Rigaud, dont -nous avons d4jh parM. Il y r6pond A Ia proclamation du commandant du Sud du 27 prairial. Rigaud, d-it-il, n'a publi6 la le.ttre de HAdouville du 11, brumaire que pouir jusfifier sea machinations hL travers la Colonie. et son d6sir de dominer sans contest. Wdouville avait4l d'ailleurs conserve rautorA6 qui lui permit de prendre pareille, measure, c'est-h-dire de confer k Rigaud le comman-







150 HISTOIRE ID'HAITI

lenient en chef du Sud, apr6s I'attentat -commis par lui au
-Cap centre la. Golonie et ses 46fenseurs ? La nomination de Rigaud comme g6n6ral en chef du Sud n'6tait done de la part de I'Agent qu.'une manaeuvre pour bouleverser Saint-Domindue et un pi6ge oft Rigaud -s'.est laiss6 prendre. La Colonie, par son
-attitude, protested -contre les calomnies dirig6es par 1'ex-agent centre Toussaint: ce West pas Toussaint, c'est Rigaud qui est rebelled h la France; -si Rigaud se sert de la letter de H6douville du 1- brumaire, c'est une preuve manifesto de sa rebellion centre la m6tropole; Rigaud, en agissant comme il I'a fait, n'6tait pas ,de bonne foi, sans quoi il efit fait un tout autre usage de cette letter.
Cette r6ponse A Rigaud venait tardivement, apr6s deux mois: elle monte, par l'insistance de Toussaint pour d6truire Peffet ,de la letter -de I'Agent, qwe le g6n6ral en chef 4tait inquiet du titre que le commandant du Sud tenant db H6douville; il pouvait .craindre en effet que le souvenir de ses machinations centre 1'exagent ne troublAt les esprits dans la Colonie et ne les d6tachfit de sa cause. Pour r6duire A n6ant les pr6tentions de Rigaud 11 lui efit suffi de remarquer que Yusage tardif du document du I- brumaire entachait la bonne foi de celui qui s'y *appuyait ou le convainquait d'incons6quence, puisque pendant six mois il avait pu le consider comme inop6rant.
Apr6s avoir occupy le M61e, Toussaint revint au Port-R6publicain. Sur sa route il 6chappa h deux nouvelles embuscades, au Gros-Morne et aux Sources-Pu antes. Derri6re lui il laissait sans doute des ennemis mais il les savait mAt6s par la s6v6rit6 .de la r pressing de leur premi re tentative de r6volte.


DE JACMEL. Les pr6liminaires des operations de Totissaffit centre Jacmel nous donnent tine We pr6cise des curietises conceptions advises dans la Colonie sur 1'6tendue de I'autoriU du g6n6ral en chef avec la notion des d6sordres qui en r6sulLaient. Nous voyons en effet cheque g6n6ral pr6tendre dans 'son cominandement particular h une certain independence; on con oit bien qu'il en pouvait 6Lre ainsi A une 6poque ofi le souvenir des services rendus par chacun d'eux 6tait encore tr6s vivant dans la region qu'il avait sauv6e et qui continuity h 6tre soumise a son authority De m6me que Toussaint avait gagn6 sur les Anglais la ville de Port-au-Prince avec ses environs et qu'il







HISTOIRE WHAITI 51

y 6tait maltre par suite de sa conqu6te, ainsi Bauvais restart A son tour maitre de Jacmel qu'il avait conserve A la R6publique
-sans le concourse de ses colleagues.
Quandse produisit la grande effervescence, dont nous; avons parM, Lt la suite de l'occupation, par les lieutenants de Rigaud, de Petit-Goave et de Thauzin, les ancient ind6pendants qui occupaient encore le Morne La Selle ef le Morne de I'Mpital, qui s'kaient autrefois appuy6s -sur Rigaud et Bauvais et avaient vu leur premier chef, Dieudonn6, supprim6 par ordre, de Toussaint, ces ancient ind6pendan-ts manifes0rent leur sympathies pour les gens de couleur, ou, peut-kre, plus excrement, centre Toussaint et le-s troupes du Nord. Toussaint -crut devoir prendre h leur 6gard des precautions. Sous le pr6texte que de.s 6missaires de Rigaud tentaient de -soulever les cultivateurs des paroisses hL 1'est de, Jacmel, H donna ordre A Mamzelle, qui commandant au Maniel, et :k Magloire Ikmbroise de prendre possession de Saltrou et de Marigot. D'autre part A Fouest de la. ville, Laplume, sur Finjonction de. Toussaint occupant le camp Tavet. Les traditions populaires, il est vTai, veulent que d6jA Rigaud aurait essay de gigner que-Iques officers de Bauvais et se strait assure la sympathies de ceux de c-e camp; Laplume aurait second ce commencement de rebellion et en aurait profit6 pour 6tablir les troupes de Toussaint dans une position qui commander les relations de Jacmel avec Grand-GoAve -et L&o-,Ane. Ces 6v6nements eurent lieu dans les premiers jours de juillet.
Bauvais aussit6f se plaignit de cette violation de son territoire. Tous-saifit r6pondit que tout s'6tait fait par son ordre,. Malgr6 cette explication du g6n6ral en chef, les lieutenants de Bauvais se current autoris6s h reprendre Marigot, et Fun d'eux, Birot, sans en avoir obten-u la permission de son chef imm6fliat, chasse du camp Tavet N6rette que Laplume y avait laiss6 (18 thermidor 5 aofit). Birot, bless dans cette affaire, ne put garden sa conquke -et se xetira ; N6rette rqut l'ordre de reprendre la position et s'y install.
Ces attaques centre. Jacmel mirent Bauvais en posture ddJ;cate h F6gard. de Toussaint et de Rigaud.; son autorit6 n'6tait plus respected par ses coll6gues. Avant que les hostilit6s ne fus,sent nettement d6clar,6es et qu'on distinguAt bien la. port6e des iv6nements qui se pr6cipitaient, on faisaft done bon march de part et d'autre de sa neutralit6i dont il avait donn6 des preuves:








52 HISTOIRE D'HAITI

n'avait-il pas conseiII6 bL R igaud d'accepter Ies conditions fates par Roume dan-s sa proclamation du: 15 messidor et n'avait-il pas blAm6 Birot d'a-voir attaqu6 le camp Tavet? Sans lui demander d'explications, Roume, appliquant h ce cas la rigueur des principles, lui address, le 22 thexmidor 9 aofit, une letter de bl&me avec cette suscTiption qui -signiflait la destitution du commandant de Jacmel: << A Louis-Jacques Bauvais, ci-devant g6n6ral de brigade au service. de la 116pub-lique et commandant Arrondissement de Jacmel, actuellement chef des r6volt6s du m6me arrondissement sous les orders du traltre. Rigaud >>.
Bauvais avait d6jh nettement t6moign6 sa crainte d'6tre amen6k favoriser la guerre civil: A quoi il r6pugnait. La r6probation qu'il encourait, le d6texmina done h se retired sans avoir trempd dans la dissidence. Avant de mettre son dessein h ex& caution il attendit un mois, laissant A sq lieutenants le loisir de mettre les. defenses de la ville en &at. Le 27 fructidor 13 septembre, il sembarqua pour I'lle de Saint-Thomas; il p6rit en mer apr6s avoir W fait prisonnier par les Anglais. En partant il fit une address h la garrison en t6moignage d'adieu. Birot prit le cammandement the la place. 0
Birot eut le temps de r6parer les fortifications et de mettre
-.:k point la garrison forte de 4.500 homes au nombre descruels 6taienten premiere ligne de nombreux survivants de l'intr6pide Ugion de I'Ouesf. Les forts qui sexvaient uniquement A la d6fense de la rade fUTent d6sarm-6s dont le Grand Fort, tandis que routes les avenues de la place par terreJurent flanqu&es de -solides bastions: h I'arsenal le, fort Beliot; au Belair, dans la direction du nord-est, le fort Belair dominant le haut quarter et la TOute de Jacmel h Marigot; au nord, une reroute, le fort Baril; une autre reroute au portal de L6ogane vers le nord-ouest, puis h l'ouest le fort Talavigne et le fort de PHOpital; enfin, commandant ces deux deniers outrages, le fort du Government.
Toussaint voulut transporter son artillerie par mer; il en charge une escadrille: -celle-ci fut arrWe et confi-squ6e par les croiseurs anglais parce qu'elle convoyait du materiel de guerre, ,sans que Toussaint malgr6 ses instances pfit obtenir (TWelle ffit reIALch6e; force fut done de trainer hL bras d1homme les pikes de canon h travers les mores et les ravines, au prix de bien des fatigues et de travaux.







HISTOIRE WHAITI 53

Les operations centre Jacmel n'.6taient pas encore commenc6es, que Toussaint, en r6ponse A un libelle de Rigaud du 25 fructidor, rendit une proclamation aux habitants de la Colonle, le 20 b-rumaire, an VIII 10 november 1899. 11 y parlait des intrigues de Rigaud aupr6s des habitants de 1',west pour les soulever centre I'autorit6 du g6n6ral en chef, de la r6pression qui avait -suivi le movement en faveur du Sud; il se justifialt du reproche de s6v6rit6 outr6e qu'on avait dirig6 centre lui h cette occasion, r etournait centre Rigaud I'accusation dont il 6tait l'objet, de trahison enters la France, se d6fendait de vouloir r6duire h sa domination les habitants du Sud, Wayant, disait-il, d'aut-re but que, de soumettre Rigaud h -une juste subordination; il se refusait hL enter en discussion au sujet de son trait secret avee les Anglais, rendait Rigaud resp(>nsable de tous les malheurs, de. la Colonie, et -se vantait de bloquer bient6t son adversaire dans tous set ports. 11 se lavait ensuite du reproche d'avoir mis h mort sans motif les partisans de Rigaud, protestait de son -esprit de justice enters la classes de couleur et repoussait le grief dont on le charge-ait d'avoir us6 de rigueur enters les femmes m6mes qui avaient implement mal parM de lui. 11 justifiait IRoume des attaques de Rigaud, en dtablissant que I'Agent, dans sa proclamation du 25 messidor, n'avait fait que son devoir ; il d6clarait -ensuite l'organisation donn6e, a son arm.6e, sous le commandment en chef du general Dessalines et Ja direction en second de Laplume, Clerveaux et Christophe; il se contentait, disait-il, de poster ses forces -sur les fronti6res du Sud, 6vitant de parlor d'invasion de cette Partie;* enfin il prescrivait I'amnistie pour tous les 6gar6s qui se soumettraient. Ces dispositions de grAce 6taient fort lib6rales, et, s! sinc6res qu'elles fussent, elles avaient pour premiere fin d'imputer A Rigaud tous les malheuxs h venir. En tout cela, il n'6tait pas fait allusion h Jacmel, comme si Jacmel 6tait d6sormais comprise dans la r,6bellion du Sud.
L'investissement de Jacmel comment a vers la fin de brumaire (mi-novembre): LaplumeA l'ouest, Christophe A 1'est. Comme les operations menagaient de trainer en longueur, Toussaint
-vint en person-ne diriger le si6ge. Dans la nuit du 16 au. 17 niv6se (5 au 6 janvier 1800), I'assaut g6n6ral fut d(ynn6 h la place. Les assi6geants s'empar6rent du fort Talavigne et du Grand-Fort, position qui avait W d6sarm6e ; le Grand-Fort fut abandonn6 par eux, mais de Talavigne ils parent a I'aise bombarded la ville:







54 HISTOIRE WHAITI

ce fut le d6sarroi A Jacmel. La famine y 6tait extr8me; aussi le 10 janvi-er le commandant Birot proposa-t-il Nvacuation de la place ; les officers y consentirent, mais les troupes, en particu-lier ]a Ugion de I'Egalit6, s'y refus&rent. Birot quitta la ville avec ses premiers lieutenants ; le conimandenient revint aux. officers de grade inf6rieur, le chef de bataRlon Gauthier et un autre du nom de Og6. Par bonheur, Pkion, autoris6 par Rigaud, put se jeter dans la Ville pendant la nuit dit 19 ja-nvier.
Toussaint press d6sorinais le si6ge, coupant routes communications avec le dehors, ni me par la rade. Pendant pr s de. deux mois, le carnage fut horrible dans les rangs des Jacm6liens, en m6me temps que s6visait parmi eux la plus complete d6tresse. Le I"' mars, P6tion fit 6vacuer la ville par les feinines: ces mal-heureuses, A bout de forces, furent accueillies par Toussaint, mais repouss6es par Christophe. Enfin le 21 vent6se 11 mars, ]a garrison fit sa sortie par le blockhata, au nord-ouest, h tra-vers les lines enemies. Trahie et attaqu6e, elle se battit avec. le plus grand courage et nialcrr6 de grades pertes r6ussit :k perc-er I'arm6e assi6geante. P6tion parvint h rejoindre les troupes de Rigaud par les inornes du Grand-GoALve. Jacmel apr s un si ge h6rolque, eut ainsi I'ho-n-neur de ne pas capitule'r.

INVASION DU SUD. Pendant le si6ge de Jacmel, les troupes de l'Ouest et du Sud 6taient demeur6es en presence deviant Grand-Goave, se livrant des combats, sans modifier sensiblement leurs positions respective. Seule la tradition nous en a gard6 le souvenir; encore est-elle bien vague et ne nous explique-t-elle pas Finaction de Rigaud, qui ne contrarian pas efficacement les operations de Farm6e assi6geante centre Jacmel. On sait pourtant que Rigaud aida cette ville par ses saboteurs qui la ravitaill rent tant que Toussaint n'eut pas rendu effectif le blocu& par mer; on sait aussi que de ses lines de Baynet, il tenta quelques diversions et qu'il fut repo-uss6 au morne Laporte. Manrnoins tout est obscure dans son attitude pendant ces quelques mois.
Le 23 vent6se 13 mars, il public une proclamation a.ux ha-bitants du Sud; il s'y Revait centre les pertes consid6rables. d'hommes, dans les de.ux camps, par suite des disorders civiles,; il en faisait grief A Toussaint et ordonnait la lev6e en masse, pour la defense de son commandment.
De son cW, Toussaint, le 30 germinal 19 avril, fit um







HISTOIRE WHAITI 55

novel appel aux habitants du Sud: seule I'ambition de Rigaud de commander aux blanks et aux noirs avait 6gar6 ses compatriotes; Farm6e du Nord, commander par des gdn,6raux qui avaient fait leurs preuves, arriverait A bout des defenses 6lev&.s dans le Sud; le g6n6ral en chef se d6clarant pr t n6anmoins h recevoir en grAce. les habitants du Sud qui reviendratent A lui ; il accueillerait Ripud lui-m me, mais il les invitait h r6fl6chir aux d6sastres qui r6sulteraient d'une plus longue obstination.
Cependa nt Toussaint, qui s'employait pr6s de Roume h pr& parer la prise. de possession de I'Est, lancait d6j.h ses lieutenants sur le Sud. Dessalines, A la t6te des troupes se porta de Jacmel sur Baynet d'oh -les forces de Rigaud se retir6rent, en y laissant un 16ger d6tadhement: (3 floral 22 avril), trop fable pour resister, cette poign6e d'hommes 6vacua le bourg apr s 3, avoir mis le. feu et se replica sur Utes-de-fer; elle fut poursuivie, mais, av c un courage admirable, elle tint en respect des bataillons bien sup6rieurs en nombre.
Apr6s avoir occupy Baynet, Dessalines se dirige.a sur Grand-(,ToAve (8 floral 27 avril). Rigaud avait donn6 l'ordre de d6vastej le pays A measure que son arm6e reculera-it deviant Fenneini: cette tactique, pour ralenti-r la march de I'adver-. saire, n-e put r6ussir partout grAce hL la promptitude de I'aftaque; les pluses tr6s abondant-es, qui auraient dA engraver les op6rati-ons des agresseurs, ine nulsirent pas beaucoup h Favance cle Dessalines. Devant Grand-GoAve, la resistance de I'arm& du Sud fut 6nergique, les combats souvent h4rolques entre le.s deux troupes dont Fune, celle de Rigaud, 6tait bien inf6rieure en nombre. Mais le nombre Femporta. Grand-GoAve fut &avu6, ses bastions demante,16s, ses masons brfil6es; les propri6t6s de la plane et cells du Tapion furent livr6es aux flames. Dans ces combats le Sud permit un homme de valour, Renaud Desruis,seaux, bless deviant Grand-GoAve, qui peu apr&s s'en -vint mou-rir h Petit-GoAve.
Le 13 flor6al 2 inai, De:ssalines parvint sur les pentes qui command-ent Retit-,Go.Ave; ses troupes par terre, sa flotilla par nier cern&rent la ville, mais celle-ci avait W abandonn6e.. Sans s'y arr6ter, il poursuivit au-ssit6t -les Rigaudins en retraite, qui lui livr6rent combat au-delh de I'Acul, sans autre e.spoir, A cause de leur petit nombre, que de -souten-ir le prestige de leur cause.
Ainsi le thditre des operations fut-il transport A la limited







56 HISTOIRE WHAITI

du department du Sud, le Pont de MixagoAne, 1'6ta.ng vision, les mores de Fond des N6gres de difficile acc6s par les auteurs de Petit-GoAve : le Pont, jet6 sur le bras qui sert de d6veTsoir A 1'6tang dans la mer, 6taiit Te seu-1 passage par oii, en apparence, pouvait p6ndtrer dans le Sud 1'arm6e. victories: c'est 1A qu'allaient se jouer I-es derni6res -chances de Rigaud.
Le -commandant du Sud s kait depuis lonatemps engag& dans la voic de.s moyens extremes pour assure sa. defense ; par suite il s'6tait affaibli: la discipline des habitations, autrefois -si strict, s'6tait relAch6e; la requisition A outrance des produits de toute sorte avait 6puis6 le pays; la licence. sans frein des chefs militaries frisait insubordination. Revant 1'ennemi ses troupes allaient faiTe preuve d'intr,6pide vaillance, mais il lui Rait devenu impossible de les tenir en main, de les ravitailler, de le.s entretenir.
Les attaques de 1'arm6e du Nord* se multipliaient San& suce s au Pont de MiragoAne: la position 6tait d4fendue par Ie:s debris de la Ugion de I'Ouest ou de I'Egalit6, sous le commandement de PRion, les plus -braves soldats souS le plus avis6 capitaine. Ce que, voyant, Dessalines r6solut de turner l'obstacle par del,4 1'6tang, travers les mores: passage* n'kait pas d6fendu tant on le croyait' impracticable. Dessalines r6ussit le 28 flor6al 17 mai. P6tion se retire sur la petite, savage de Miragoane avec les troupes camp6es jusque-lb. A Dufour, puis apr6s avoir r6sist6 avec un pauvre d6tachement de soldats aux. regiments de Dessalines, il se replia. Sur le bourg de Miragoane, qu'il 6vacua le m8me jour, 17 mai, apr6s y avoir mis le feu. Les cultivateurs des environs refus6rent de suivre Yarm6e du Sud dans sa retraite,
L'arm6e du Nord se porta Sur Saint-Michel du Fond des N6gres. Dessalines avait alors sous son commandement enviro-a 14.000 homes, des 30.000 qui avaient &6 lev6s: le reste, 6tait tom-M en parties dans les combats, en parties par les fl6vres etla maladies.

LA COMMISSION Du GoUVERNEMENT. A l'appui de Toussaint, vint alors le Gouvemement fran ais lui-m,6me, en donnant aux hostilit6s centre Rigaild I'aveu de l'autorit6 supreme.
Rigaud, nous. l'avons dit, semble avoir compt6 Sur Fintervention. de Yagent H6douville, pr6s du Directoire, pour obtenir-







HISTOIRE WHAITI 57

approbation de sa. r6sistanoe h Toussaint. 11 avait en outre envoy6 h Paris un commissaire, Gaye, charge de plaider sa. cause. Toussaint s'6tait fait repr6senter dans la m6tropole par le colonel Vineent, porter de ses d6p&che.s.
En arrivant en France H6douville et Vincent furent t6moins de la revolution du 18 brumaire, qui substitute le Consulat au Directoire. L'homme en qui s'incarnait le nouveau regime, le On6ral Bonaparte, n-e paraissait pas avoir d'opinion arr8t6e dans les diff6rends qui divisaient Saint-Domingue: il ne pouvait avoir qu'une seule politique, -conserver h la France, sa plus belle colonies. Seules la. personality ou Yhabilet6 des deux agents de Toussaint ef de Rigaud, pouvaient faire pendber la. balance en faveur de l'un ou de I'autre. La xtotori&6 de 1-16douville, qui avait servi de trop pr s le pr&6dent gouvernem-ent, nuisit peuti6tre h la cause, qu'il repr6sentait, tandis que Vincent, officer du g6nie, qui jamais Wavait W m616 h la. politique m6tropolitaine, pouvait plus facilement s'assurer les bones grAces de la nouvelle administration; il pr6senta au ministry de, la. marine, -en faveur de Toussaint, un rapport qui fut pris en consideration. D'ailleurs les homes au pouvoir, conservant leur conflance a I'Agent Romme, devai-ent se rallied h la politique de celui-ci.
Le 4 niv6se 24 d6cembre 1799, une commission compose de Vincent, de Julien Raymond, ex-agent, et du g6n6ral Michel regut mission -de porter h Saint-Domin(lue une proclamation des consuls. Michel 6tait destiny h 6tre. employ dans I'arm&e sous les orders de Toussaint, et Raymond sous les orders de I'agent en function, h travailler au r6tablissement de la culture..
La proclamation que les commissaries 6taient charges de porter k lacolonie annoncait que les Colonies seraient h I'avenir r,6gies par -des lois sp6ciales, 6dict6es par I'autorit6 m6tropolitane et assurait que les principles sacr6s de la liberty et de 1'6gaIA6 des noirs .'6prouveraient jamais en France ni atteinte, ni modifications. Sur les drapeaux de, la garde national de SaintDomingue serai-ent 6crits -en letters d'or ces mots: << Braves Noirs, souvenez-vous que le people, francais seul reconnalt votre liberty 6 et 1'6galit6 de vos droits! >> Ces protestations h 1'6gard de gens m6flants en ce qui concernait leurs droits, 6taient au moins maladroites: on pouvait y voir Yarri6re.-pensk que les principles proclaims si bruyamment ne s'imposai-ent pas par eux-m mes et semblaient une concession. Quant h l'inscription destine aux drapeaux, elle n'y fut jamais inscrite, soit parce. que la






58 HISTOIRE WHAITI

garde national li existait plus A Saint-Domingue, tons les hommes enr6giment6s faisant parties de 1'arni6e r6guli6re, soit parce que. elle efit excite des sentiments d6favorables an gouvernement francais.
La con-imission d6barqua A Santo-Domingo, comme Favait fait 116douville; et, de ni me qu'on y avait vu pour Wdouville tin signe de d6iance, on fut port6 A penser que le crouvernement francais avait int6r6t h soustraire, an contr6le de Toussaint les pi6ces dont les commissaries 6taient porters. Toussaint concut ces soup ons et prit ses measures en cons6querice; il fit arr8ier Vincent et Michel ainsi que deux offici-ers blanco de leur suite qui voyagettient A part, v6rifia leurs papers et les relAclia apr6s s'6tre assure. que leur mission -lie portrait pas afteinte A son antorit6. Michel ne, tarda pas A renter en France; Vincent resta in service de la Colonie, dans le in nie esprit que Ronnie, semble-t-il, c'est-A-dire pour conserver SaintiDoiningue A ]a m6tropole.. 11 conthytta de jouir de la conflanee du g6n6ral en chef.
La presence des commissaries dans les conditions que nous venons de dire 6tait pour Toussaint une victoire morale. Si en effet les consuls ne I'approuvaient pas explicitement, ils lui laissaienf all moins toute liberty d'agir. Rigaud au coittraire 6talt tronip6 dans son attente: Toussaint li'ftait pas le traltre A la France qu'il avait represent&

LA FIN DE LA GUERRE. Ces 6.v6nelnents s'6taient passes en ivril et mai. Toussaint avait W oblige de se rendre an Cap pour parer aux 6ventualit6s qu'il craignait de la part des commissaires; il revint an Port-116publicain an moment oil Dessalines for ait Fentr6e du Sud. Un inois et demi se passa sans que les troupes victorietises du Nord avancassent parce que: Dessalines fut d'abord retenu deviant le bourcr de Saint-Micliel pendant quinze jours, il emporta cette posit-on h la mi-prairial, coniniencenient de juin, et parce qu'e.nsuit-e if s'arr6ta un mois enter. Dans Yentretemps, le 1"' messidor 19 juin, Toussaint proclania aninistie p-leine et e.nti6re h condition que les r6volt6s inissent has les varies. Gette invitation n'eut pas son effet.
Dails les deniers jours de juin, Rigaud passa an Fond-desMgre.s pour attaquer son enneini. Dessalines le pr6vint. Dans les rencontres qui eurent lieu sur ce terrain, les troupes du Sud






HISTOIRE WHAITI

,eurent le dessous. Le progr&s des r6lgim-ent's dr, Nord s'acce.ntua: As arriv6rent k Aquin qu'ils occup6rent apr6s de sanglants corpsA-corps; puis Dessalines traverse la presqu'lle pour s'assurer la .possession de. I'Anse-h-Veau et du Petit Trou de Nippes.
Riaaud 6tait vaincu : sa d6faite complete n'6tait plus
-qu'affaire de temps.
Toussaint voulut r6gler avec son adversaire les conditions
-de I'apaisement et de Fach cement des hostilit6s. 11 appeal h Uoaane le colonel Vincent qu'il charge d'une mission aux Caves en companies de Arrault et de. Philippe Usar. Tous trois partirent munis d'un sauf c.onduit de Rourne, dat6 du Cap, 19 messidor 7 juillet, qui les c:hargeait de se rendre aux Cayes, c d'y porter Folivier de la paix et de rainener par un accommodement effectif la tranquillity et le bonh-eu.r n6cessaires A la Colonie >>.
Les d6put6s de Toussaint arriv6rent aux Cayes le 26 messidor 14 juillet. RigSud le.s accueillit par une explosion de
-col&re: il s'opposa h la publication d'une letter de Toussaint aux
-autorit6s civiles et militaries de la Partie du Sud, qui efit eu certainement pour effet de rallied au g6n6ral en chef la plupart
-des comm-pes fatigues de la guerre; puis il se d6cida bt envoyer bL son tour ses commissaries au g6n6ral en chef pour r6gle.r les conditions de son depart de Saint-Domincrue. Ces d6l& gu6s de Rigaud revinrent aux Cayes, avec des instructions aux
-Uput6s de Toussaint dates du I" thermidor 19 juillet. Toussaint insistait pour que la population Hit di rectenient pr6venue de ses intentions par la publication de sa letter; il renouvelait I'amnistie pour tous ceux qui feraient leur -soumission: il en exceptait quatre officers, Bellegarde, Millet, Dupont et PRion qui avaient pass6 de. son service h celui de son adversaire; il exigeait le depart imm6diat de Rigaud, lui laissant le choix entre ren-dre compete de sa conduit au Go-uvernement francais ou s'expliquer deviant I'Agent de Saint-Doiningue et lui offrant, apr s justification, de le r6tablir dans ses functions de commandant du Sud.
Les negotiations continti6rent entre Vincent et Rigaud jusqu'au 25 juillet, jour ofj Rigaud remit h Vincent sa r6ponse aii g6n6ral en chef. Vincent et ses coll6gues se retir6rent aussit6t.
Les troupes du Nord ne rencontraient plus d'obstacles s6rieux h leur advance. Saint-Louis fut occupy par elles, puis Cavaillon. A I'approche de Fennenii, Rigaud essay, dit-on, de sou-






60 HISTOIRE WHAITI

lever la Plaine des Cayes, fit preparer l'incendie de la ville, tenta de faire saute I'arsenal: en routes ces d6mar-ches il sentit qu'iI n' ftait plus suivi; il se retire. done sur Tiburon d'oft il s'embarqua avec sa famille pour la Guadeloupe et la France, le 11 thermidor 29 juillet. Son voyage fut plus agit6 qu'il ne I'avait pens6: partGut oii il aboard, il fut repouss6; en France,
- il arrive A Paris le 7 avril 1801, il fut accueilli et rept un employ du Gouvernement. Le. 30 juillet Pkion et quelques officers de Rigaud, de ceux qui avaient W excepts de I'amnistie ou qui craignaient les repr6sailles, prirent la mer A leur tour.
Toussaint entra aux Cayes le 14 thermidor I" aotit; il proclama h nouveau l'oubli du pass6, et organism dans le d6parte0
ment le government militaire: Laplume regut le commandement des Cayes; Dommage, celui de Rr6mie; Desravines, celui de Tiburon; Mamzelle., celul de I'Anse-h-Veau (23 aofit). Des promotions furent fates dans I'arm6eb Dessalines deviant g& n6ral de division, Christophe et Maurepas g6n6raux de brigade. Diverse proclamations furent rendues: dans l'une d'elles il renouvela I'amnistie, tout en insistent sur les causes de la guerre parmi lequelles il comptait' surtout la question de coule.ur; il rappela aussi son programme pour rendre la prolp6rW A la Colonies et ordonna aux cultivateurs de se rendre chaeun sur la propri6t6 ft laquelle il 6tait attach.
Ayant tout mis en ordire, Toussaint, vers la fin du mois d'aofit rentra au Port-116publicain; la reception qu'on lui fit dans cette ville et au Cap fut un vrai triomphe, pendant que ses lieutenants exer aient de terrible vengeance dans le Sud: les partisans de Rigaud Uaient arrkds, tenus au cachot, solvent massacres en masse: la rumeur publique, qui exag&re singulibrement, il e.st vrai, porta le nombre des victims A 10.000. Christophe commit en cela de violent exc&s. Toussaint dut m6me infervenir pour mettre fin A cette tuerie.; il le fit en public et par iin mot qui laisse entendre que dans cette affaire, il porte une grosse part de r-esponsabilit6: i Xavais dit de taller Yarbre, non pas de, le d6raciner. %,
A certain 6gards la guerre civil fut un d6sastre pour la Colonies; elle oppose plus vivement que jamais le Sud au Nord et laissa subsisted entre, ces departments un ferment de discorde qui provoqua de vives r6actions, solvent fAcheuses, pendant nombre d'ann6es. Pour le moment, elle les rapprocha






HISTOIRE WHAITI

pourtant !sous une m6me autorit6 et par lhL peut-6tre rendit possible ]a guerre de l'Ind6pendance 6clat6e deux ans apr6s. Elle mit aussi en vue, aux yeux des populations du Sud, I'homme nouveau qui devait assume la tfiche de souvenir les bo-stilit6s centre la France, le g n6ral Dessalines, qui se r&dla chef Warm& avec le, prestige de la victoire, capable d'une grande magnanimity, crue la question de couleur ne sernble pas avoir hant6 cornme elle hanta Toussaint A cette 6poque, pr6t A accepter tous les concourse, pourvu qu'ils lui vinssent de soldats 6nergiques, enfin entour6 d'un faste qui lui concilia les e.sprits; il sut surtout se garden des repr6sailles inutiles.




ANNEXE AU CHAPITRE XV)


Toussaint et Rigaud

La premUre pWe que nous citrons ici date de 1798: nous lui donnons cette place parce qu'elle est rappeUe dans les premiers dimilis entre Tqpssaint et Rigaud.

EXTRACT DE LA PROCLAMATION DE TOUSSAINT LOUVERTURE

Du 10 vend6miaire an VII de la Ripublique.

Voici la march que nous demons tous suivre pour attire sur nous ]a b6n6diction du Seigneur; fesp6re que vous ne vous en 6carterez jamais, et que vous ferez ponctuellement ex6cuter ce qui suit:
11 Les chefs de corps sont charges de faire dire aux troupes la pri6re, le matin on le soir, selon que le service le permettra.
2* Les commandants en chef veilleront soigneusement A ce que les r6giments ou d6tachements sous leurs orders soient conduits A la messe, cheque jour de decade, en armes et dans le meilleur ordre possible.
V Dans les villas ou bourgs oii il se trouverait deux pr6tres, les commandants s'arrangeront avec, un d'eux pour faire dire la messe militaire de bonne heure afin de ne pas g6ner le service.
4* 11 est express6ment recommend& A tous les officers, sous leur responsibility, de contenir les troupes pendant le service divin, dans un maintain respectueux, et en silence; ils en donneront les premiers 1'exemple.
5* Sit6t la pr6sente re ue, les g6n6raux ou commandants en chef






62 HISTOIRE WHAITI

front 616brer une grande messe et chanter un Te Denm dans tous les lieux de leur arrondissement, en action de grAces de ce que le Seigneur a bien voulu diriger nos derni6res campaigns, permettre que 1'6vacuation des ennemis se soit faite sans effusion de sang, prot6ger ]a rentr6c parmi nous de plusieurs millers d'hommes de toute couleur, jusqu'alors 6gar6s, et rendre enfin plus de vincrt mille bras A ]a culture.
G* Charcreons tous les -6n6raux et commandants de tenir la main A 1'ex6cution de Yarticle pr6c6dent; leur ordonnons d'assister euxm8nies et de conduire la troupe en armes, pour faire cet acte de remerciment.
71 Le Te Dezim sera annonc& par une salve de vingt-deux coups de canon.
81 La pr6sente address sera lue cheque jour de parade et affich6e A la porte des casernes; les g6n6raux et commandants en chef la front publier dans 1'6tendue de leur commandment et en maintiendront scrupuleusement 1'ex6cution.
Fait au Al6le Saint-Nicolas, le 10 vend6miaire an VII de la R6publique une et indivisible (1- octobre 1798).
Le gM6ral en chef de I'arm e de Saint-Domingue,
ToUSSAINT LoUVERTURE.
(Le Moniteur universal, n, 97, septidi, 7 niv6se).

Dans sa letter du 30 floral Toussaint reprocha Rigaud de n'avoir pas tenu compete de celle proclamation:
Lorsqu'un sentiment de profound reconnaissance enters I'Etre supreme, auquel j'attribuerai toujours le succ6s de mes operations, me porta, apr6s Penti6re valuationn des Anglais, A faire une address aux militaries de Saint-Domingue pour les engager A rendre des actions de grAces A I'auteur de routes chooses, je vous I'adressai pour Ztre mise A l'ordre de Parm6e du department du Sud; vous vous moquAtes publiquement d'un acte de religion qui ne pouvait que consider le r6sultat de nos beureux suce6s; Padresse fut partout d6chir6e dans votre department et foul6e aux pieds; vous ne daignAtes pas m6me m'en accuser reception, et, ajoutant Pironie A votre insubordination, vous dites que j'aurais dA vous envoyer cette address par tin pr6tre pour ]a mettre A execution; en cela vous flattiez la passion du g6n6ral H&douville. Ainsi, r6glant votre conduit sur ses principes, vous vous empressites, alors qu'il me faisait un crime de reconnaitre un Dieu, de m'6crire une longue letter que vous lui communiquAtes pour me porter A me m6fler des pr6tres, comme si la politique et les affairs publiques avaient quelque chose de common avec eux.
Rigand Hpondh le 20 prairial:
Une des chooses qui Pirritent le plus (il parle de Toussaint), et qu'il trite d'i nsubordi nation militaire, c'est de n'avoir pas mis i execution son address fanatique et anticonstitutionnelle i I'arm6e du






HISTOIRE D'HAITI

Sud. En vain dit-il que c'&tait pour flatter la passion du g6n6ral H&douville que fen agissais ainsi: cet agent 6tait-il passion& parce qu'iI ne vouIait pas qu'on violate la Constitution? il lui faisait (H6douville A Toussaint) un crime de porter atteinte aux lois, de sWiger en 16gislateur, en Pontife absolu d'une settle religion, tandis que la Constitution laisse it cheque citoyen la liberty de conscience... I] ne lui aurait plus manqu& que d'6tablir l'inquisition espagnole, cc Nau de ]a religion et de Phumanit6!
Dans la mgme letter de Rigaud on lit: (1)
11 faudrait que je fusse d6pourvu du dernier gros bon sens pour que je pusse avoir une pareille id6e refusedr d'ob6ir A un noir) et encore la produire au grand jour. En effet, si je Yenais A t6moigner que je ne veux pas ob6ir A un noir, si favais. la sotte pr6tention de croire que je ne suis pas fait pour cela, de quel droit voudrais-je que les planes m'ob6issent? Quel funeste example donnerais-je A ceux qui sont places sous mes orders?
D'ailleurs, y a-t-il done une si grande difference entre la couleur du g6n6ral en chef et la mienne? Est-ce une teinte de couleur plus ou. moins fonc6e qui donne les principles de la philosophic et qui fait le m6rite d'un individuEt, de ce qu'on est un peu plus noir qu'un autre, s'ensuit-il qu'on puisse tout faire A son grV Je ne suis pas fait pour ob6ir A un noir? Et, toute ma vie, depuis mon berceau, fai W sournis aux noirs. Ma naissance n'est-elle pas semblable A celle du g n6ral Toussaint? N'est-ce pas une n6gresse qui m'a donn6 le jour? N'ai-jj pas un fr&re aln6 noir pour sequel fai toujours eu un profound respect, une grande ob6issance? Qui m'a donn,6 les premiers principles, de 1'6ducation? Yest-ce pas un n-oir qui 6tait maltre d'6cole dans la ville des Cayes? Pai W done accoutum A l'ob6issance enters les noirs, et Pon sait que les premiers principles resent 6ternellement grhv6s dans nos occurs. Aussi, me suis-je consacr6 toute ma vie A ]a defense des noirs. Pai tout brav6 pour la cause de ]a liberty, d6s le commencement de la 116volution; je fie me suis pas d6menti e! je ne ine d6mentirai jamais. D'ailleurs, je suis trop p6nkr6 de mes droits d'homme pour croire qu'il y ait dans ]a nature une cou]Our qui soit sup6rieure A tine autre; je ne connais dans Phomine que I'homme m6me.


Cayes, le 21 prairial, an 7 de la R. F.
Le G6n6ral de Brigade Andr6 Rigaud,
au President du Directoire Ex6cutif en France,
Citoyen Pr6sident,
Le g6n6ral de division H6douville, agent particular du Directoire A Saint-Domingue, a dfi vous instruire A son return en France des motifs qui Pavaient d6termin6 i me donner le commandment du

(1) Vextrait qui suit est emprunt6 A Pouvrage judicieux de K Paulius Sannon: Histoire de Toussaint Louverture, T. 11.







64 HISTOIRE D'HAITI

department du Sud, aux limits fix6es par la loi du 4 brumaire an 6 et de me d6gager de l'autorit6 attribute au g6n6ral en chef Toussaint Louverture.
Pour 6viter les d6sastres qu'il craignoit que des divisions intestines auroient fait nature, je crus devoir laisser ignorer au g6n6ral en chef les derni6res dispositions de l'Agent A mon 6gard et continuer de server sous ses orders, peasant que Parriv6e, procaine alors, de I'Agent Roume r6tabliroit Fharmonie entre les chefs militaries, surtout dispose comme je le suis A faire tout sacrifice Wint6NA persojinel.
L'Agent Roume A son arrive m'a W non seulement le commandement en chef, mais encore a distrait du department deux cantons important qui ont W mis sous les orders du g6n6ral Laplume. Xavois tout lieu de croire que ces dispositions, retirement dans les vues du g6n6ral Toussaint, auroient fait renaitre la bonne intelligence, mais il parfait qu'elles n'&toient que pr¶toires pour de plus tastes projects.
Pour les couvrir du pr6texte le plus sp6cieux, le g6n6ral Toussaint &coute complaisamment tout ce que la rage des 6migr6s qui FentourentIeur sugg6re sur mon compete; cSla lui a fourni les mat& riaux sur lesquels il a fond6 un manifesto centre moi qu'il a fait publier dans le Nord, I'Ouest et le Sud; il assemble i la hAte des troupes an Port-R6publicain et sur les limits du department et menace d'envahir le territoire dans Fkendue duquel je commander.
11 West pas presumable, Citoyen Pr6sident, que le g6n6ral Toussaint fit de semblables pr6paratifs hostiles s'il Wavoit Dvenger que des torts personnels qu'il pretend que fai enters, lui et dont I'Agent Roume lui auroit fait raison, s'ils eussent W fond6s et qu'il se fLU address it lui comme il Fauroit dfi.
La conduit du g6n6ral en chef semble cacher quelqu'autre grand ]pr6texte: on parle d'une scission de fait de la colonies avec la R6publique, A laquelle il paroit acquiescer, sous la protection promise de ]a Grande-Bretagne; on a beaucoup parM d'un trait particular qu'on dit qu'il avoit fait lors de 1'6vacuation avec le Un6ral anglais Maitland; on dit encore qu'il a organism en r6gimiens les troupes noires qui avoient servi sous les Anglais et qu'il en a confl6 le commandement A des 6migr6s tels que le comte O'Gorman, Capdeville, etc., qu'il a regu des batimens anglais dans les ports de la Colonie et que dans ce moment il y a une frigate anglaise aux Gonalves A bord de laquelle sont le g6n6ral Maitland, le colonel Harcourt et 1'6migr6 Ladebat; mais il est certain qu'il recoit aupr6s de lui les 6migr&s, les nouveaux d6port&s et les prAtres non asserment6s.
Dans ces circumstances fai cru devoir prendre routes les measures qui sont en mon pouvoir, non pour Fattaquer, mais pour d6fendre centre son injuste aggression le territoire con:116 A mes soins et pour reprendre le commandment du department en conformity des ordre de I'Agent H&douville au moins quant A ce qui regarded la portion qui m'a W laiss6e par I'Agent Roume.
Pai donn6, Citoyen Pr6sident, au ministry de la Marine et des Colonies de plus ampIes details sur la situation de celle-ci; je lui ai envoW diff6rentes pieces qui semblent lever un peu le coin du voile







HISTOIRE D'HAITI 65

,dont le a6n6ral couvre ses projects: mais s'il 6toit possible que routes les appearances fussent trompeuses et que le G6n6ral Toussaint WeAl A exercer qu'une vengeance personnel centre moi, sentant combine ill me seroit impossible dans cette situation d'6tre utile A la R6publi.que, ce qui est Punique but qui m'a constamment occupy, j'ai pri6 le ,citoyen Ministre de solliciter ma retraite et mon replacement et je vous renouvelle ici cette pri6re.
Agr6ez, Gitoyen Pr6sident, Passurance de mon parfait d6voue.ment Ama patrie et de nion entire submission h ses lois.
Salut et-Respect,
Ai RiGAUD.
,(Arch. Nat. A. F. 111 206, D' 943).

De la letter de Toussaint 6 Roume du 18 messidor:
Vous me dites que la perfidie de Rigaud s'est service du pr6texte
-,du discourse que j'ai tenu publiquement au Port-116publicain. pour 6garer les homes de cotleur, et cela par suite de Fopinion oil vous Aftes encore vous-m6me que r6ellement j'y ai jur6 leur destruction. Mais ce West pas mon discourse qui avait port6 Rigaud ft m6connaitre votre autorit6 au Port-116publicain, A d6truire Pouvrage de votre ;arrW qui divisait les arrondissement de Jacmel et des Cayes, A faire feu surge pavilion national au Petit-Goave et A y exercer routes :ses vengeance.
Si c'est ce discourse qui Fa part6 A sortir des bones de ses devoirs, de la submission qu'il devait ii votre autorit6 et A mes orders, dira-t-il que c'est ce discourse a -ai fit naltre Faffaire du 3.0 vent6se; ,qui, en fructidor an IV, lui fit rougir les rues des Cayes du sang des Europ&ens qu'elle renfermait et qui lui fit avi-lir Pautorit6 national dans la personnel des D616gue's envoys dans le Sud? Osera-t-il dire que c'est mon discourse qu;, lui a fait former l'oreille A vos conseils paternels, A vos orders po-sitifs? Ce discourse Wavait rien de common avec vous et ne pouvait affaiblir votre caract6re A ses yeux; cependant il a m6connu vos orders.
Est-ce ce discourse qui, avant m6me qu'il efit W prononc6, le fit travailler depuis le depart du 1&n6ral 1-16douville A se mettre en measure de lever des troupes, a creer des officers, A s6duire I'arm&--que je commander, A garner les homes de couleur, A trooper les noirs? Au contraire, ce discourse n'a W prononc6 que pour d6voiler ses artifices, que pour d6jouer ses complots, que pour arr6ter 1'effet de ses seductions. Et aujourd'hui il le fait server de pr6texte A ses attentats. Mais quand ce discourse strait r6ellement le motif de se3 enterprises liberticides, devait-il d6clarer la guerre A la 116publique, allumer la guerre civil A Saint-Domingue, y faire cooler des flots de sang? Ne devait-il pas, bien loin de m6connaitre votre autorit6. soumettre A votre justice le sujet de ses plaints, et attended votre d6cision?... Mais bien loin de m'6tre d6clai-6 dans ce discourse 1'ennemi jur6 de tous les homes de couleur, comme Rigaud veut le per-suader, je vous r6p6te, citoyen Agent, je Wai fait qu'y d6voiler Fim-







66 HISTOIRE WHAITI

posture de quelques homes m6chants qu'il important de faire collnaitre pour arr6ter 1'effet de leurs machinations.

De la proclamation de Toussaint Louverture, .6 fructidor.
Ce West qu'apr6s avoir sacrifl6 le bien public A sa forte ambition, que, pour la couvrir d'une appearance de justice et pour justifier nux yeux des nations sa r&volte et ses crimes, que Rigaud met au jour une letter de Pex-agent H6douvil-le, qui le d6gage retirement de l'ob6issance qu'il doit A l'autorit& qui m'est attribute comme g6n6ral en chef. C'est apr6s avoir ourdi une trame criminelle centre la sfiret6 publique, qui par ses ramifications embrassait toute la colonies qu'6tay6 de cette letter, dont il ne se sert que comme un pr6texte, Rigaud public sa r6volte par sa proclamation du 27 prairial dernier,. en m6me temps qu'il tente A la justifier par des calomnies aussi atroces qu'absurdes centre Pautorit6 national, centre son chef I&gitime; c'est apr6s s'6tre pr6par6 pendant six mois A 1'ex6cution de son projet infAme, qu'il profite des justes reproaches que ses manoeuvres perfides me firent un devoir de lui dresser, pour announcer A la colonies cnti6re qu'il s'investit des pouvoirs qui luiosont confi6s par la dite letter de Pex-agent If6douville.
Si Rigaud Wavait pas abond& dans. le sens des projects destructeurs du g6n6ral H6douville, s'il Wavait pas coneu lui-m6me le dessein monstrueux d'61ever sa puissance exclusive sur PautorW des lois, qu'il foule aux pieds, s'il eftt r6ellement aim6 son paysl,,S'I-l WeAt V-U dans les noirs 6lev6s A des employs accords A leurs vertus que des homes comme lui, des fr6res et des camarades qui couraien, une mZ-me carri6re, e0t-il regard comme des droits fond6s ceux que Pexagent Wdouville lui d6l6guait par sa letter du 1" brumaire, alors qu'il fuyait une colonle qu'il venait de bouleverser, alors qu'il abandonnait Ifichement son poste pour 6chapper aux effects d6sastreux de son propre machiav6lisme, alors qu'il avait rougi les rues du FortLibert6 du sang des d6fenseurs de la Patrie dans -la personnel des militaries du 51 I16giment, alors qu'il avait mis hors la loi et sous le coup des poignards assassins le g n6ral Moyse qui n'avait cess6 de. donner des preuves de son attachment A la France, alors cru'en fuyant il avait tent6 de renouveler dans la ville du Cap les scenes d6sastreuses du 20 juin.

De la proclamation de Toussaint Louverture, 20 brumaire, an VII.
Rigaud pursuit sa diatribe et dit que fai fait un trait avec le g6n6ral Maitland et le Pr6sident des Etats-Unis et qu'il y a des articles secrets. Cela est vrai; mais si j'ai fait des traits, ils ont W rcmplis et effects tant par 1'6vacuation entire des Anglais que par "kablissement d'un commerce avec les nations neutres. Tout cela est A Advantage de la R6publique, et s'il y a des articles secrets, ce dont je Wen disconviens pas, c'est pour l'int6r6t de la Colonie, et je ne, dois pas compete de mes actions A Rigaud.
Oui, il y a des articles secrets; mais ils ont pour but la prosp6rit,6 de Saint-Domingue qui a besoin d'un commerce. Le dissimulLk






IHISTOIRE WHAITI 67

s&it bien que I'kablissement d'un commerce utile content tout le monde, except lui, parce qu'iI ne vient pas de lui; il sait mieux encore que, si ce n'efit W son orgueil, son ambition et sa r6volte actuelle, s'il n'efit pas tromp6 les homes de couleur fables, soulevk les cultivateurs ignorant, la Golonie jouirait d'un peu plus de tranquillit6 et de bonheur.
Res vaisseaux ennemis, dit-il ensuite malicieusement, eloquent les ports du Sud et combinent leurs movements avec ceux de I'arm6e qui harc6le les fronti6res de son department.
Certainement, si j'avais des vaisseaux et des frigates, comme Rigaud se plait A l'affirmer, je les aurais d6j utilement employs; mais je vais profited de la r acquisition, faite par I'Agent du Gouvernement, des vaisseaux fran ais... Avec cette petite lotte, je ferai blo4quer les, ports du Sud et je tficherai d'empZcher le commerce d'armes que les rebelled font avec la Jamalque et Cuba. 11 est heureux pour Rigaud que je n'aie pas de forces navales, comme il le pretend: il ne strait pas entr6 tant de munitions dans ses ports.
(( Tout homme, continue-t-il sur un ton plaintiff qui ferait croire
A quiconque ne le connaitrait pas que quelquefois la piti6 a touch6 son Ame, tout homme, soup onn6 de r6publicanisme ou de dessein de passer dans le Sud0pour y augmented le nombre des amis et d6fenseurs des int6r6ts de la France, est, dans les D6partements du o Nord et de I'Ouest, fusiII6 ou canonn6.
Ce ne sont pas des homes implement. soupgonn6s, mais, bien ,des homes que Rigaud a insurg6s et entrain6s dans sa r6volte en leur prodigunt l'or et I'argent de caisses publiques qu'il a usurp6es depuis longtemps sans jamais rendre aucun compete aux autorit6s nationals; ces homes ont W trouv6s arm6s de fusils et de traboucs, munis de cartouches et format le dessein et Pentreprise de s'emparer des villas soumises A I'Agent de la R6publique; ces hommes, convaincus de trahison, ont W v6ritablement arrZt6s, canon116S ou fusill6s.
11 est possible que parmi ceux qui ont p6ri, il se soit trouv6 quelques malheureux innocents; fen ai g6mi; mais A qui doit-on r6ellement s'en prendre? Yest-ce pas A Rigaud qui a tromp6 ses fires?
Pour ce qui est du massacre des fernmes et des enfants, il n'y a point de r6ponse A faire A cette ex6crable imposture. Gett-e f6ro4t6 lui est famili6re; il I'a bien prouv6 dans son invasion aux Grand et Petit GoLve, et m6me ant6rieurement dans d'autres lieux. La voix publique a fait solvent retentir cette dure v6rit6 A ses oreilles; or, la voix publique est la voix de Dieu.
Plusieurs femmes, cela West pas douteux, ont trempd dans cette fameuse conspiration; mais on a fait pen attention A leurs d6marches et A leur caquet; aucune m me n'a W arrWe pour ce fait. Si quelques-unes cussent W 6videmment reconnues coupables. on se ffit content de les renfermer et on ne les efit pas fait p6rir. Quant aux enfants, ce mensonge est aussi abominable que perfidement et m6chammfnt invent.
(Les passages qui pr6c6dent sont extracts de l'ouvrage de M. P. Sannon.)






68 HISTOIRE D'HAITI

Les Consuls de la R6publique franchise aux citoyens de Saint-Domingue

Paris, le 4 niv6se, Van VIII de la R6publique frangaiseune et indivisible.

Citoyens, une constitution qui n'a pu se souvenir centre des violations multiplies est remplac6e par un nouveau pacte destiny A affermir la libert6.
L'article 91 porte que les colonies fran aises seront r6gies par des lois sp6ciales.
Cette disposition drive de la nature des chooses et de la diff6rence des climates.
Les habitants des colonies franchises situ6es en Am6rique, en Asie, en Afrique, ne peuvent 6tre gouvern6s par !a m6me loi.
La difference des habitudes, des mceurs, des int6r6ts, la diversit6 du so], des cultures, des productions exigent des modifications diverse.
Un des premiers actes de la nouvelle 16gislature sera la r6daction des lois destinies A vous n6gir.
Loin qu'elles soient pour vous un suja d'alarmes, vous y reconnaitrez la sagesse et la profondeur des vues qui animent les 16gislateurs de la France.
Les consuls de la 116publique en nous annoneant le nouveau pacte social, vous d6clarent que les principles SACRAs de la libertget de 1'6.qalit6 des noirS N'APROUVERONT JAMAIS parmi vous d'atteinte ni de modification. 0
S'il est dans ]a colonies des homes mal intentions, s'il en est qui conservent des, relations avec les puissances enemies, BRAVES NOIRS souvenez-vous que le people franfais seul reconnait.' votre liberty et 1'&galit6 de vos droits.
Sign6: Le Premier Consul, BoNAPARTE.

Proclamation de Toussaint Louverture: 18 thermidor, an VIII.

... Une grande parties des citoyens de Saint-Domingue ont W. tromp6s parce que, trop cr&dules, ils ne se sont pas assez m6fi6s des pi6ges que les m6chants leur tendaient pour les attire dan-S leurs desseins criminals. D'autres ont agi dans ces malheilreuses circumstances d'apr6s l'impulsion de leur coeur; mils par le m8me. principle que le chef de la r6volte, ils ont trouv6 au-dessous d'eux d' kre commands par un noir.
En ma quality& de vainqueur, volant et d6sirant tr6s ardemment. faire le bonheur de mon pays, p6n&tr6 de ce que nous prescrit l'Oraison Dominicale qui dit: Pardonnez-nous nous offenses, commenous pardonnons 6 ceux qui nous ont offenses, j'ai publi6 le 2 messidor ue proclamation par laquelle j'accorde une amnistie g6n6rale. ,Cette proclamation, Citoyens, a eu Pheureux r6sultat que je m'6tais promise. Ne consid6rons aujourd'hui que comme des fr6res ceux qui os6rent turner leurs armes centre le pavilion de la 116Dublique.







HISTOIRE D'HAITI 69

Aussi g6n6reux que moi, Citoyens, que vos moments les plus pr6cieux ne soient employs qu'A faire oublier le pass6; que tous mes concitoy-ens jurent de ne jamais se le rappeler, qu'ils re oivent b bras ouverts leurs fr res 6gar&s et qu'A Pavenir ils se tiennent en garde centre les embfiches des m6chants...

Dans Pextrait suivant du Moniteur Universel on verra sous quel jour Toussaint 6tait represent& en France an moment oil A SaintDomingue il imposait A tous son authority :
Depuis longtemps, favais concu le d6sir Waller 6tudier Toussaint chez lui-ni&me, et j'y fiS Lin oyage. Xy fus conduit par Lin de ses iieveux. A mon arrive, je ne trouvai sur I'liabitation que la femme du g6n6ral, avec qui je conversai. On vint pendant notre entretien lui annon-cer Parriv6e du g6n6ral en chef. An nom de son mari, je vis son visage s'6panouir, elle se leva pour aller Pembrasser. Revenues aupr6s de moi, ils s'asseyent Pun pr s de I'autre. Il succ6de un silence de quelques minutes, et je ne fus pas peu konn6 de remarquer, dans le maintain de l'un et de I'autre, dans 1'expression de leur physionqjnie, ces deuces emotions qu'6prouvent deux jeunes amants. Je romps ce silence pour t6moigner ati g6n6ral combien j'6tais flatt6 de le voir. Il me r6pondit par un sourire, me prit par la main et embrassa encore Line fois son &pouse. La conversation deviant bient6t gaie, et durant toute la soir6e, il ne fut question que de sa fernme. 11 me raconta presque tous les details d'une vie domestiqM de pr6s de 20 ans, sem6s de traits du plus grand int&r,6t, parmi lesquels j'en apercus beaucoup qui d6c6lent 1'homme fait pour intluer sur le sort de ses semblables, et pour produire un grand r6sultat.
(( Cest moi, me disait-il, qui ai choisi ma femme. Nles maitres voulaient me mariner avec de jetines et fringantes n6gresses. Pai toujours, su resister aux volont6s qui contrariaient mes gofits, dans I'id6e que je me formats d'un heureux mariage... Jusqu'au moment de ]a revolution, je n'avais pas quitt6 ina femme une lieure. Nous gallons travailler A notre place en nous tenant la main, nous revenions de m6me, A peine nous apercevions-nous des fatigues du jour. Le ciel a toujours b6ni notre travail, car non settlement nous nations dans Pabondance, mais nous avions le plaisir de donner des vivres aux noirs de Phabitation, lorsqu'ils en manquaient.
(( Les dimanches et les f6tes, nous gallons A ]a messe, ma femme, moi et mes parents. De return h la case, apr6s un repas agr&able, Eons passions le reste du jour en famille, et nous le terminions par la pri6re que nous fashions en common.
(( Au moment de la revolution, ma plus grande peine fut Wavoir quitt& ma femme, et je ne me suis battu avee courage et n'ai eu Yesprit libre pour totites mes operations, que lorsque je savais nia femme en s0ret6. Je Wai W parfaitement hetireux qu'apr6s avoir acquis pour elle cette retraite, oi je viens passer les jours les plus agr6ables, et me soulager des inqui6tudes des affairs publiques. ))
La situation de Phabitation du g6n6ral est A la fois la plus riante et la plus pittoresque que j'aie %,ue dans ]a colonies. A neuf lieues







70 HISTOIRE D'HAITI

des Gonalves et A trois lieues de la parties espagnole, c'est une solitude agr6able et paisible. La mason principle et les cases aes cultivateurs sont bAties sur un plateau peu 61ev6, et au bas sont des plantations de caf6s, au bord d'une rivi6re qui vient de la partle espagnole, et dont le cours forme ici deux tiers d'un cercle auteur de la mason. D'un coup d'oeil on apercoit routes les plantations, qui sont dans le meilleur 6tat. La vue est borne de tons c6t6s par des mores dont la position rend cette valke charmante, et prdsente le plus joli tableau.
Tout respire l'ordre et la d6cence dans la mason du general. Son spouse, malgr6 le soin qu'elle prend de la mason, travaille encore elle-m6me A ]a culture des caf6s. Toussaint m'a montr6 une parties de son terrain cultiv6 par elle et par les femmes qui ]a servant.
La citoyenne Toussaint a environ quarante ans, et quoique ]a plus grosse femme que faie vue & Saint-Domingue, 1'ensemble de sa personnel West pas d6sagr6able; sa physionomie est douce et exprime la candeur; elle parfait avoir la modestle d'une fille de 20 ans. Tout ce qui Fentoure partake ses moeurs simples.
0
Le Moniteur Universel, n* 110 D6cadi 20 niv6se (an VII).
9 Januier 1799.






HISTOIRE WHAITI 71





CHAPITRE XVII



La Volitique dconomique



SON IMPORTANCE. La vie 6conomique de Saint-Domingue pendant la 116volution n'a pas W 6tudi6e pour elle-mAme: les chroniqueurs de 1'6poque, les auteurs de m6moires, les rapporteurs des Assembl6es sous la Convention et le Directoire., les administrators de laColonie, dans leurs competes rendus au ministry de la marine, ont bien not6 les repercussions des faits de ce genre sur la. march g n6rale du pays; il existed aussi des &udes sp6ciales sur 1' ftat des finances, de la culture., du commerce; mais tous ces documents Wont qu'une port6e particuli6re et p.* suite restreinte; ils Wexposent pas Fobjet dont ils traitent dans Fesprit de tracer le tableau d'un vaste movement 6conomique d'ensemble avec routes ses repercussions sur Fallure g6n6rale de la 116volution -dans I'lle. Les historians eux-mgmes ont insist de pnffirence -sur les passions, les erreurs, les senrments des acteurs divers qui ont op6r dans ]a Colonie, que ces acteurs soient des individuals, des groupements restraints. ou des fouls, pour les appr6cier, les condamner, les absoudre ou les justifier; leur attention a W surtout revenue par les fluctuations des opinions, des desseins, de la conduite de ces divers acteurs ; ces changements ont W attribu6s h un machiav6lisme 46troit, sans qu'on se soit assez souci6 que d'ordinaire ce machiavOisme est de surface et que les homes sont men6s par des facteUTS d'ordre plus profond, tels que le sont les facteurs 6conomiques.
Cette conception strictement psychologique de I'histoire semblera d'autant plus strange qu'il s'agit ici de I'histoire d'une Colonies oil le fait 6conomique a tout primi pendant un si6cle et plus; mieux vaudrait dire que, pendant ce si6cle la Colonie n'a existed que pour produir-e et vendre; sa constitution intime tend avant tout A cette fin; ses fonctionnaires de tout ordre, depuis le Gouverneur et l'Intendant jusqu'au dernier commis de







72 HISTOIRE WHAITI

douane, jusqu'au dernier archer de la mar6c:hauss6e, ont rempli leur tAche quand ils ont favoris6 la culture et le commerce: la gloire de la Colonie est en function du chiffre de ses transactions et du nombre Whommes et de navies qu'elle utilise h Yavantage de la marine marcibande de France..
Dans cet ordre de faits la R6volution peut et doit, il est vrai, 6tre consid6r6e comme une crise qui bouleversa cette ordonnance, traditionnelle; le but primordial fut oubli6 pour des fins particuli6res et imm6diates; mais on ne saurait s'y trooper : ces int6r6ts personnels, qui semblent tout primer, sont pourtant subordonn6s an mainfien de la grandeur de la Colonie telle qu'elle a R6 comprise jusque-1h: il faut que la Colonie vive et prosp&re de nouveau pour qu'on troupe advantage h la diriger; en outre, pour le present, il imported qu'elle tienne bon jusq.u'A ce que ]a crise ait pris fin; H imported done qu'on la conserve on qu'on la r6tablisse car nul ne prkender6gner sur des ruins sans espoir de restauration.
A distance dains le temps on peut, il est vrai, en raison des r6sultats acquis, se faire illusion sur les sentiments de ceux qui dirig&rent alors les destinies de Saint-Domingue. De ]a crise en effet sortit non nine colonies de production agricoli?, mai s un Etat, comme tons les autres, qui tendit tout de suite A se fare une place parmi les vieux Etats par sa bonne administration; de Ih on pourrait conclure que ce concept nouveau! de I'Etat moderne, hanta plus que tout autre les esprits des hoinmes de la 116volution h Saint-Domingue et de ceux qui h6rit6rent de leurs concepts. Nous n'h6sitons pas h d6clarer que ces homes, Toussaint A leur t6te, ont voulu fonder une nation; mais nous croons aussi que cette preoccupation des governments suecessifs d'Halti ne leur a jamais fait oublier que la prosp6rit6 agricole du pays et 1'6couleme.nt de ses products sur les marches strangers est ]a condition de Pexistence m me de I'Etat haltien. Ils ont admis, comme le disait Toussaint, que la culture est le soutien des governments, parce qu'elle procure le commerce, I'aisance ef Vabondance.
On s'explique Wailleurs sans peine que le fait' 6conomique, sous la 116volution, Saint-Domingue, Wait pas retenu I'attention de la plupart des 6crivains; si ]a Colonie, apr6s les troubles, avait W restaur6e dans les cadres d'aut refois, on se strait int6ress6 aux ann6es de destruction, ce que firent uin certain nombre d'6conomistes francais h 1'6poque oil la France r6vait de la






]HISTOIRE WHAITI 73

reconstitution da sa Colonie; mais, les cadres coloniaux d6truits, et toute ForgaDisationdu pays 6tablie sur un autre pied, la transition entre I'ancien Rat de chooses et le nouveau fut consid6r6e comme une p6riode de peu de cons,6quence, conime si elle Wavait pas eu grande influence sur ce qui se constitua dans la suite.

Tous les gouvernants de la Colonie pendant ]a R6volution, quelque tit're qu'ils aient port6, ont leur part de responsibility, sinon dans la suite des faits 6conomiques du pays, du moins dans I'application des proc6d6s par lesquels ils y port&rent rem6de, la Colonie ayant pass6 d'une grande prosp6rit6 h ]a mis& re et de la mis6re A une restauration pleine d'esp6rances. 11 convient d-onc dereprend-re I'histoire 6cononlique depruis le jour oii fut bris6 ie lien qui rattachait Fesclave au maltre, le producer enclave aux b6n6ficiaires du travail servile, et de suivre les combinations imagine es par les administrators ou in-1pos6es par les circonstances pour r6tablir la main-d'oeuvre, su.ffire aux d6penses courantes de FEtat et aux d6bours excessifs d'une guerre incessant, r tablir le commerce en appel-ant les n6gociants et en leur donnant confidence, enfin sauvegarder les droits deseanciens proprikaires, qu'on estimate devoir manager pour en faiTe d'utiles collaborators de Fordre nouveau.
Pour -atteindre ce but, il faudrait compulser lesrapports des ordonnateurs, ainsi que ceux des gouverneurs, des commissaries du roi et de ]a Convention, des agents du Directoire, des gM6raux. Faute de mieux, nous nous contenterons des apercus, soc.vent sommaires, que -ces adininistrateurs nous ont donn6s dans leurs rapports officials et nous tAcherons de suivre leur action d'aussi pr6s que possible. Nous ne. perdrons pas de vue que depuis 1791 jusqu'h 1800, fous ou presque tous dans la Colcnie se plaignent -de la p6nurie extreme de denr6es, de num6raire, de fournitures de guerre : tout manque ; on y supple par des moyens de fortune. Semblable situation excuse parfois les maladresses commies ; ce ne -sont pas d'ailleurs ces habilet6s qui nous intdressent; ce sont les measures appel6es A durer, soit en elles-m _mes, soit par leur retentissement.

MOVEMENT DE LA PRODUCTION. Avant d'entrer dans le detail de ces mesures ad mini stratives, il est utile de jeter un coup d'ceil r6trospectif sur ]a p6riode entire qui nous occupy pour donner une id6e d'ensemble du movement de ]a produc-







74 HISTOIRE WHAITI

tion des denr6es dans la Colonie, et nous dispenser d'y revenir Aans la suite par des aper us fragmentaires qui restraint foro6ment incomplete. 11 nous suffirait h cet effet -de reliever le chiffre des merchandise -export6es cheque ann6e; ces chiff-res manquent; il nous faudra donc nous contender d'indi-cations plus ou moins pr6cises recueillies dans les rapports des administrateurs et de rappeler, pour expliquer ces donn6es, les malheurs de la Colonie qui ont eu influence stur la culture et le commeree.
Nous poss6dons pourtant les relev,6s officials de 1'exportation en 1789 et 1791 ; celui de 1791 nous e.st, fourni par Bryan Edvards dans The history civil and commercial of the British West Indies; il paraltra au premier abord exag&6 en comparaison des r6sultats obtenus en 1789, -surtout si Pon tient compte des d6sastres qui marqu6rent la fin de Fann6e 1791 par la rdvolte des enclaves dans le Nord. Mais,.Fimportance qu'y attache Bryan Edvards monte assez qu'il tenant ce releW pour authentique 6. une 6poque oii ses lectures, t6moins eux-m6mes des 6v6nements, auraient pu sans peine le prendre en d6faut. En outre, Pamphile de Lacroix cite les principaux chiffres du rapport pr6sent6 A I'Assembl6e central de 1801 pour Pan IX (octobre 1800 h octobre 1801). De sorte que nous pouvons kablir un parall6le entre la production el, 1'exportation, & la fin des an-ndes prosp6res de la Colonie, et entre la production et 1'exportation apr6s le premier effort de r06vement accompli de 1796 A 1800. Ce parall6le nous prouvera que si I'an IX donna d'appr6ciables r6sultats en comparison des ann6es pr6eddentes, de semblables r6sultats ne sont pourtant que de belles esp6rances par rapport A ceux de 1789 et 1791.

La culture de la canne 6tait la plus iniportante A SaintDomingue bL la fin de I'ancien regime. Les sucres qu'on en obtenait kaient r6partis en sucres bruts et en sucres manufactur6s ou terr6s, suivant le proc6d6 employ dans cette manufacture. Administration aurait vou.lu r6se.rver h Findustrie de la m6tropole toute la transformation des sucres bruts; mais les colons y avaient trop d'avantages pour c6der a d'autres une source de revenues qu'ils pouvaient facilement exploiter a leur propre profit. La fabrication du sucre terr6 6levait d'ailleurs le colon qui s'y livrait A la classes sup6rieure parmi les habitants sucriers, qui eux-m6mes formaient la caste dominate







HISTOIRE WHAITI 75

parmi tous les planters. Ces considerations expliquent le grand progr s de la manufacture du sucre terr6 de 1789 h 1791, dans le Nord surtout ofi cette industries 6tait tr6s r6pandue ; elles expliquent aussi qu'apr6s la destruction des engines de fabrication, Jors de ]a r6volte des enclaves en 1791, le, Nord ait eu bien du nial A r6tablir son ancienne sup6riorit-6 due en parties h un materiel qui ne pouvait ffre reconstitu6 tout de suite: en 1791 ce mat(-n-iel, par sucrerie, est eshui6 par Bryan Edwards a 50.000 lives argent e.n mo-%enne.
Les sucres terr6s en 1789 fournirent h Fexportation 47.517 millers de lives en poids; en Fan IX ils ne figurent sur les Rats que pour 16 millers ; Ucadence d'autant plus sensible que la fabrication du sucre terr,6 passa en 1791 h 70.227 milliers. En 1789, ]a colonies livra au commerce ext6rieur 93.573 millers de sucre brut et en I'an IX un cinqui me A peine de cette. quantity, soit 18.518 millers. La valour en argent des sucres exports futo en 1791, d'apr s les calculs de Bryan Edwards, de 116 millions de lives; ati m6nie prix en I'an IX, la colonies aurait tir6 de ses sucres moins de 6 millions. Comme le Nord, sous Vancien regime., produisait 75 t 80 0/0 du sucre terr6 deela colonies, on voit par ces chifTres combine cette parties 6tait &chue en I'an IX de son ancienne splendour puisque. sa production total. de cette denr6e atteignait A peine le huiti me ou le dixi6n-ie d'une seule des suer-er-les d'autrefois.
Les 18.518 millers de sucre brut de I'an IX se. r6partissent en 5.81,6 millers pour le Nord, 10.847 pour I'Ouest et 1.853 pour le sud, soit 32 0/0 pour le Nord, 58 0/0 pour I'Ouest et 10 0/0 pour le Sud, proportion qui ne r6pond pas A celle de. 1791: cette derni6re ann6e, I'Ouest avait 73 0/0 de la production total tandis que le Nord Wen avalt que 4 0/0. On remarquera d'ailleUTS que le. rerd-ement du Nord en sucre brut, pendant I'an IX, d6passe de 1.700 millers le rendement de 1791, plusieurs habitations, qui roulaient autrefois en blanc, roulent d6sormais en brut.
Enfin les sirops, r6sidus de la fabrication du sucre e.t qui sont emport6s surtout par les am6ricains, ont au contraire fourni h 1'exportation une quantity plus considerable, 25 millers en 1789, 99 millers en I'an IX.
Pour 6tablir une comparison equitable entre ie product des sucres en 1789 ou 1791 et leur product en I'an IX, principalement en ce qui concerned les sucres terr 6s qui r6clament une main-d'oeuvre abondante, il faut observer que la population des




1


76 HISTOIRE WHAITT

cultivateurs avait diminu6 en nombre depuis le commencement de ]a 116volution par les -nombreuses pertes d'hommes dans les tombats ou par 1,es massacres et la perturbation g6n6rale. On comptait snus Pancien regime que cheque ann6e. dans la population esclave se produisait par mort naturelle un d6ficit sur 1'eflectif de Fann6e. pr6c6dente, d'environ 3.000 Ames, que ne compensaient pas les naissances et qu-'on comblait grAce .4 la trite de 30 A 40.000 africains par an. En outre, ]a main-d'(P.uvre de Fan IX Wavait plus MabileV. de celle. de 1789, car les 6quipes d'ouvriers des manufactures Wavaient pu Ure entretenues pendant cinq ou six ann&es de. d6sordre, motif suffisant pour les propri6taires et grants de d6laisser une manufacture compliqu6e et de ne pas restaurex it grand frais les engines Utruits.

Pour les autres cultures, cells qui extgeaient peu de bras ou qui 6taient trait6es en cultures families, donn6rent des r6sultats appr6ciables. Le caN exporf6 s'61evait en 1789 h 76.835 millers, en 1791 h 68.151 millers; en Fan IX hL 43.420 millers; le coton fournit au commerce ext6Tieur 7.004,milliers en 1789, 6.286 millers en 1791, 2.480 millers en I'an IX : (bien que les cotonniers de I'Artibonite an commencement de I'an IX, en octobre 1800, eussent souffert de Finondation de ]a plane, par le d6bordement du fieuve); Findigo est ruin6, ou h peu, pr6s, en 1800; le. cacao, au contraire, passe de 150 millers en 1791 h 648 millers en Fan IX; mais le product qui connalt la hausse Is plus considerable est le camp dhe, exploitation facile: les bois, gayac, camp8che, acajou ensemble, fournissent A Vexportation 1.500 millers en 1791; en 1'an. IX, le camp6che seul est port6 sur les 6tats de douane pour 6.768 millers.
De ces chiffres, il est done permits de conclude que le renouveau de Saint-Dominaue, en Fan IX, si remarkable qu'iI soit en lui-m nie, ne saurait 6tre estim6 conime un r6tablissement de I'ancienne prosp6rit6; aux ye.ux des contemporains, t6moins de la UbAcle pr6c6dente, le progr&s fut immense; mais il restart bien des disponibilit6s h mettre en valour.
De cette ruine, et de ce rel6vement, nous avons d6jh expos 1es phases successive; mais, pour bien comprendre Ntat 6conomique de Sa int-Domingue, sous le government de Toussaint, il convent de les resumer ici, pour en saisir plus excitement







HISTOIRE D 9 HAITI 77

la suite et pour pr6ciser leur port6e par quelques donndes plus nettles.

La Plane du- Cap fut d6vast,6e en 1791 par la r6volte des Noirs: tout fut brfil6 dans les paroisses voisines de, la ville; les paroisses plus 6loign6es furent pr6serv6es pendant quelque temps 13ar des, cordons de camps, mais les camps ne resist rent que douze. ou quinze mois; PinsuTrection s'6t-endit bient6t jus(ru'A Fort-LiberM et au Maribaroux, h exception du quarter de 'Caratol, pr6serv6 jusqu'au bout. Quant aux mores au sud de la Plane, les r&olt6s -s'en empar6rent: c'6tait la region favorable entre routes h Ieur retraite, A leur guerre de partisans et A leurs relations avec la Partie Espagnole. A Ouest du Cap, le travail ,des habitations continua plus longte.mps, car les cantons isol6s !de cette ftendue ne furent pas boulevers&s par l'insurrection .,gAn6rale; fis subirent des troubles, facilement restraints par la. nature m6me des lieux, mais qui finirent par mettre le d6sordre Ek comme ailleurs. Les Espagnols y domin6rent en 1793; puis 'Toussaint les rallia. h la France.
La Parties occidental du Nord, le quarter des Gonalves et ]a Pla-ine d0f I'Artibonite fure.nt moins agit4s que les environs du 'Cap; ils pass6rent sous la domination des Espagnols puis revinrent h la France en 1794, hL J'exce ption de la region de Port-d-ePaix qui resta toujours fran aise. Dans le reste de I'Ouest, la culture ne fut jamais abandonn6e; elle fut walentie pourtant
-par I-es d6sordres qui suivirent les compkitions des parties. M& me au Cul-d-e-Sac et dans la Plaine de L6ogane, quand la politique jacobine des Commissaires eut exiM un grand nombre de .propri6taires, les ateliers continu6rent leur travail; comme ils manquaient de direction, l'unit6 des efforts fut compromise ; xhacun se borna bient6t h faire valor son coin de terre et la culture des vivres remplaca ceJle de la canne: ces faits suivirent Pabolition de 1'esclavage.
Il en fut de m8me dans le Sud: en 1790 des d6sordres politiques nuisent aux habitations; en f791 et 1792 l'ordre se r6ta1lit peu A peu; en 1793, apr s la proclamation de la lihert6 g6n6rale, les ancient enclaves se relAchent, mais Rigaud a vite fait
-de le.s ramener au travail.

En 1794, apr6s le Upart des Commissaires, la portion de la
-Colonie qui demure sous I'a-utorit6 de la France se ressaisit;







78 HISTOIRE WHAITI

celle qui est tomb6e sous la domination anglaise, restaure Fancien regime et Fesclavage: nous n'en parlors pas ici.
Dans un rapport du I" floral an V (20 avril 1797), le gouverneux par interim Laveaux donne pour I'an III Septembere 1794 h september 1795), les chiffres suivants du revenue de Firn" p6t du quart de subvention: cafi6, 2.800.295 lives; indigo, 11.456 lives; coton, 6.349 lives; sucre brut, 353.101 lives; sucre terr&, 12.925 lives, chiffres qui ne concerned que les six paroisses rest6es sous I'autorit6 de Laveaux; si on les compare h ceux de Pan IX, on sera amen,6 A conclure.que le product de I'an III est sup6rieur dans Fensemble A celui de 1'autre (1).
La parties des Gonalves, dif encore Laveaux, 6tait endett6e de. plus de 700.000 lives au I e, vend6miaire an IV (22. september 1795); le quart de subvention n'y suffisait done pas aux d6penses de Vadministration; en moins de deux ans par la suite, elle avait acquitt,6 routes ses dettes et avait t9ouv6 de moyen de venir au scours du Cap et de Port-de-Paix, depuis I'arriv6e des Agents du Directoire., mai 1796: ce rel6vement, Laveaux:l'attribuait & Toussaint: << GrAce aux soins de ce g6n,6ral, dit4l, grAce A son Me et son activity, la parties des Gonalves, est la mieux cultiWe et la plus productive.

Sur lWat du Sud en I'an III et en Fan IV, nous ne poss6dons pas de renseignem-ents pr6cis; qu'iI nous suffice de citer le rapport de Rigaud de thermidor an V (aofit 1797): << L'Africain, qui avalt U6 .6cras6 sous le poids des plus rudes travaux pendant le r6gne de. ses tyrants, avait pass6 les premiers jours de sa liberty dans une molle indolence; je fis senior aux uns la n6cessit6 du travail par la voie de la douceur et de la persuation; j'oblige.ai les autres h se conformer aux proclamations du commissaire civil Polverel et la culture comment a h renaltre. Ce grand oeuvre fut dfi h Fardeur, aux fatigues excessive du chef de brigade Lefrane, que je chargeai de la surveillance des travaux.


(1) En Pan IX le Nord donna pour totes ses paroisses 9.348 millers de sucre brut; mais les 6 paroisses de Pan III ne sont pas des paroisises A sucre; elles produisent surtout du caf6; or le quart de subvention A 2.800 millers suppose un rendement total de 11.20() millers; en Fan IX, le Nord fournit en tout au commerce 14.986, millers de caf6 pour une surface trois A quatre fois plus grande..






HISTOIRE D'HAITI 79

Rigaud expose ensuite les efforts qu'iI fit pour r6tablir le ,commerce, surtout avec, les Am6ricains, c de felle sorte, dit-il, ,que. la ville des Cayes deviant aussi florissante qu'elle Favait W autrefois dans les temps les plus prosp6re; le cultivateUT, heureux, trouvait un dAboucU avantaaeux pour le fruit de ses travaux; il se procurait ais6ment et A bon march les chooses ndce.ssaires h son -existence 3 .

Le commerce fut actif dans le Nord comme dans le Sud en I'an 111; il se faisait par Pentremise des interlopes, sans contrble de I'administration qui, apr6s avoir toudh6 le quart de
-subvention, laissait a cheque propri6taire ou grant la liberty d'6couler ses products par routes les petites anses de la c6te. oil pouvait border les embarcations de fable tonnage.
On ne s'6tonnera pas, apr6sr ces Mails, que Sonthonax, son d6barquement en mai 1796, ait admire 1'effort accompli dans le Nord pendaxt les deux derni&res ann6es et, en m8me temps, (rue le m,8me agent ait eu conscience qu'un immense travail resfait h faire pour reliever les cultures. En 1794, tout paraissait ruin6; le renouveau de 1796, tout r6el qu'iI fut, 6tait bien Aloign6 de paraltre le dernier terme du progr6s de la Colonie.
Au return de Sonthonax A Saint-Domingue en floral an IV, Inattention des autorit6s colonials succe.ssives se porta sur la culture et le commerce pour en tirer les resources indispensa'bles pour I'-entretien des armies et la continuation de la guerre
-contre les Anglais, d'une part, et de I'autre, pour Fkablissement et 1'entretien des cadres administrations exig6s par la Constitution de I'an III, que I'agence avait mission d'exkuter A SaintDomingue. Le progr6s obtenu fut tr6s sensible, si I'on s'en rapporte A Sonthonax dans son apologize du 16 pluvi6se an VI au Conseil des Cinq Cents; Toussaint Louverture. et Julien Raymond t6moignent d'ailleurs dans le m me sens.
Mais le commerce ne parfait pas avoir march du m6me train que la culture. Apr s le depart de H6douville., h la fin de 1798, la raret6 des acheteurs am6ricains provoqua une baisse des prix des denr6,es qui eut sa repercussion sur la culture: les cultivateurs insuffisamment pay6s, commenc6rent A murmurer, peut-6tre m6me h abandonner I-es champs. Nous avons vu comm-ent Toussaint essay d'y re,.mMier par son trait du 13 juin 1799 avec. Stevens. Le comnierce report; n6anmoins, commerce ,et culture 6taient sans cesse menae6s par FinsfabilW des insti-





80 HISTOIRE WHAITI

tuitions de Saint-Domingue et par Favenir uncertain. Ne seraitce pas 1A une des causes pour lesquelles Toussaint fit voter saConstitution de 1801 pour qu'une autorit6 reconnue ffit respon-sable des progr6s jug6s n6cessaiTes ?

LEs RPEGLEMENTS DE CULTURE. Parmi les measures 16gislatives ou administrative qui ont intftess6 la production A Saint~ Domingue., se placenta en premier lieu les r6glements de culture, kssus du Code Noir et qui ont inspire le Code Rural. La positiorr du cultivateur, d'apr6s ces r6glements, a quelque analogies avec. celle des serfs en Europe, au Moyen Age: comme ces denierss,. les ancient enclaves de Saint-Domingue, apr6s leur liberty proclam6e, resent li6s A la terre.; pour sauvegarder ce lien avee I'liabitation qu'ils cultivent, des measures restrictive de leur liberty sont 6dict6es, en sorte que ces affranehis sont maintenus,, comme en tutelle pour le service de la terre sous I'autorit6 Tun chef, le plus solvent chef militaire; ce c4ef les traitera en soldats soumis A la discipline des armies, et dhaque fois qu'iI en,. sera besoin, les l6vera pour les enr6gimenter et les faire mar-cher centre un adversaire politique : la terre sera mise ainsi au: service de routes les ambitions.
Cette cons quence ne fut pas pourtant entrevite par les. premiers auteurs des r6glements de culture.
L'attention de Polverel et Sonthonax ne s'arr6ta pas d'abord' aux travailleurs du sol; ils montr6rent d'autres soucis da.ns les. premiers mois de leur s6jour. Quand ils se furent rendus maltres de leurs ennemis et qu'ils eurent 6pur6 la Colonie, ils; se. fourn6rent vers les cultivateurs qu'ils avaient solennellementpromis de maintenir dans 1'esclavage. Ils les y maintinrent eneffet dans leurs premiers r6glements.
Pour entretenir les caisses de I'Etat, il fallait produire; orpar suite des proscriptions, la production baissait, parce que les cultivateurs d6sertaient les fbabitations sans maltres on sans g6rants, ou bien n'6taient pas soumis aux -nouveaux dirigeants de. la culture et que ceux-ci usaient de mauvais treatments pour se faire ob6ir. Pour faire lesser ce d6sordre, Polverel et Sonthonax, le 5 mai 1793 publi6rent une proclamation, favorable aux ateliers et qui rejette sur la direction des travaux toute la responsibility du d6sarroi de la culture, comme si les men6.espolitiques des divers parties n'6taient pas la cause principalede 1'esprit de r6volte des ateliers.






HISTOIRE WHAITI 8r

Les griefs des Commissaires centre les pr6pos6s au travail' servile, sIls sont exag6r6s dans leurs consequences, resent pourtant vrais dans leur principle : les enclaves Wavaient pas de droits centre les maltres. Dans leur proclamation, les Commissaires propos6rent deux rem6des aux abus qu'ils poursuivaient: V I'augmentation du nombre des surveillants et des-. conducteurs des travaux sur les habitations ; 2o observation. des lois pr&6demment rendues pour assurer aux Noirs une nourriture saine, des v6tements suffisants, et surtout pour em-p6ch-er qu'on les punit arbitrairement ou trop cruellement. Un r6glement Rait r6dig6 suivant ces directives, et traduit ew creole pour We lu aux ateliers cheque lundi matin avant le travail, sous des p-eines s6v6res pour le propri6taire et les pro-. cureurs ou grants : nouveau r6glement ajout6 A la foule des. r6glements pr6c6dents, et, comme ceux-ci, h la discretion de ceux centre qui il 6tait port6; c'est pourtant un essai d'orga-. niser la culture et qu'bce titre il faut signaler.

Moins de quatre mois apr6s, Sonthonax proclamait la li-. bert,6 g6n6rale des esclaves et proposait le premier r6glement de travail en 38 articles. Ce r element determine la condition des domestiques, des ouvriers ou petits artisans et des cultivateurs, selon l'occupation des nouveaux libres. Parmi les cul-. tivateurs, ceux qui 6taient encore attacUs aux habitations de leurs ancient maltres 6taient tenus d'y rester pour y 6tre employ s 4 la culture de la terre; les autres, ancient guerriers en cong6, devaient s'engager sur une habitation pour un an, sans pouvoir passer sur une autre, h moins qu'ils Wen eussent la permission du juge de paix, dans des cas d6termin6s, par example pour raison de sant6, incompatibility de caract6re reconnue avee les gens de I'ha-bitation ou sur demanded de I'atelier.
Le revenue de cheque habitation, apr, ,s les imp6ts pay6s, dont le quart de. subvention, kait partag6 -en trois parts, Fune pour la propriW, I'autre pour les frais de faisance-valoir, la troisi6me pour les cultivateurs. Le tiers des cultivateurs 6tait r6parti entre tous h proportion de Fimportance de la tAche fournie par chacun d'eux. Chaque cultivateur avait en outre son lot de terrain particular, qu'il cultivate A son gr6; A ceteffet on lui laissait la disposition de deux heures par jour; il avait droit au repos du dimanche.






82 HISTOIRE D'HAITI

La surveillance de Phabitation et I'arbitrage des conflicts 6taient confi6s dans dbaque commune A un juge de paix aid6 de deux assesseurs. Au-d-essus des juges de paix, un inspector g6n6ral de la culture avait mission, dans cheque department, de contr6ler la gestion de ces magistrates, de Wrifier les lives de cGmptabilit6 des habitations et de rendre compete de la culture au gouverneur, A Fordonnateur et aux Agents de la m6tropole.
Cette surveillance de la production et de ]a r6partition des products, si exact qu'on la suppose et si favorable aux cultivateurs qu'elle paradise dans Fesprit m6me du r6glement, devenait impuissante A pr6venir les injustices et les frauds, des que les directors des travaux, propri6taires ou grants, Wkaient pas anim6s de la plus grande bienveillance t 1'6gard de leurs travaill-eurs, leurs enclaves de la veil-le. Ces deniers 6taienf exposes A se montrer exigeants, n6gligents dans I'accomplissement -de leur besogne et pr6ts hose lib6rer par la fulte, comme autrefois par le maronnage, des obligations qui leur incombaient sur I'liabitation. Bient6t en effet on verra la n6cessit6 de cr6er une gendarmerie sp6ciale centre le vagabGndage des cultivateurs; dans les premiers temps, a milieu des troubles qui bouleversaient le pays, il fut trop f, lie aux chefs des bands arni6es, en insurrection sur tous les points, de d6tourner de leur travail les cultivafeurs jeunes et valides, soit en les contraignant A s'armer, soit en les all6chant par 1'espoir d'une vie libre et des profits des camps. En temps normal, le r6glement de Sonthonax n'aurait pas W introduit dans les moeurs sans des hearts nombreux A cause des habitudes contract6es pendant Fesclavage; dans une p6riode de bouleversement g6n6ral, c omme en 1793, il fut inop6rant. Ce premier r6glement fut nomm6 r6glement de trauail ; les suivants sont comics 'sous le nom de riglements de culture; entre ces deux terms on ne voit d'autre diff&ence que celle qui drive des intentions du Commissaire, plus plr6occup6 des int6r6ts des nouveaux libres que du rendement des habitations.
Ces dispositions de Sonthonax ne valurent que pour le Nord; Polverel en prit d'autres pour I'Ouest et le Sud par ses proclamations ds 20, 21 et 27 aofit 1793 : ces derni6res sont, d'une part, plus importance que cells du Nord, parce qu'elles visent plus loin; et, d'autre part, elles sont moins imm6diatement pratiques, parce que, 6man6es d'un l6giste crui veut tout







HISTOIRF D'HAITI 8&

r,6gler; elles sont trop complexes pour un cas ofi l'on devait se contender d'.6noncer des principles simples.

Polverel pretend faire la transition entre I'kat d'esclavage et 1'6tat de liberty; il proc6de done A 1'6gard des cultivateurs en tenant compete de la 16galit6 de Fesclavage. 11 commence par d6clarer libres les seuls enclaves qui Wont plus de maitresi c'est A dire ceux qui jusque 1A appartenaient A une habitation, dAsormais vacant ou qui strait dans la suite d6clar& vacant; les autres ne seront libres que par concession de leurs maltres et sous les conditions fates par ceux-ei. Les premiers, eselaves sans i-naftres, ne. jouissent' de la liberty qu'A condition qu'Hs resteront ou rentre-ront sur leurs anciennes habitations; I'acquisition definitive de la liberty leur est done assur6e, mais seulement s'ils continent A mettre en valour la terre jadis occup6e p.V eux sous 1'esclavage. En mAme temps la terre ainsi travaillde deviant propriW indivise des travailleurs-, les revenues sont vers,6s dans la caisse de I'administration et r6partis par les soins du tr6sorier comptable entre les producteurs suivant la participation de chacun h la production. Plus tard, quaId viendrale temps du partake de la proprift& indivise, chacun aura droit an fonds selon la part qu'il a eue aux revenues.
On voit par 1A la. difference entre les deux syst6mes, Polverel attribute ]a terre sans maitre aux cultivateurs qui la mettent en rapport; Sonthonax ne fait pas mention de la concession de la propri6t6. Le r6glement de Polverel vise directed ment les esclaves sans maltres; les autres enclaves, A qui les maitres octroieraient I'affrandhissement, seront sans doute traits selon des conventions particuUres A intervenor dans dhaque cas: nous voyons en effet, par les souvenirs de Malenfant, que, dans la Plaine-du-Cul-de-Sac, le passage de Fesclavage A ]a liberty, sur les propri6t6s non encore abandonn6es par les propri6taires on les grants, se, fit sans secousse appr& cable. De m6me la r6partition des b6n6fices entre travailleurs fut plus simple en son principle et en sa pratique dans le r6glement de Sonthonax. Dans le Nord, en effet, les categories de travailleurs, en raison de la part de revenue A attribute A chaT cun, sont .6tablies suivant la capacit'6. de travail resultant de I'Age et du sexe; dans I'Ouest, domine le facteur du travail effectivement fourni; dans le Nord, le- directeur des travaux.







:84 HISTOIRE WHAITI

sous contr6le sup6rieur, distribute les parts; dans l'Ouest, intervient I'ad ministration par le tr6sorier comptable. Le syst6ne de Polverel, plus juste A certain points de vue, mais moins opportune, parce que plus complete, s'effaqa tr6s vite deviant .celui de son coll6gue.
Manmoins, dans le Sud, ofi Polverel remplaga Delpech et ofi il put appliques ses id6es personnelles, il y eut un sysUme Polverel, que Rigaud s'empressa d'adopter et applique avec une rigueur qui lui fut vivement reproch6e plus tard; ce syst6me est arrW suivant les bases 'suivantes, semble-t-il: attache strict des cultivateurs h I'habitation, s6v6re r6pression du va.gabondage, r6partition des products entre les producers suivant une proportion arr6t6e, enfin s6questre des propri6t6s .abandonn6es afin de les conserver en bon rapport.

Dans le Nord, au depart des Commis6aires Civils en juin 1794, il restart fort A faire pour organiser la culture. Laveaux, gouverneur g6n&al et Perroud, commissaire ordonnateur, firent plusieurs r elements provisoires pour la culture des terres et pour la r6gie et administration des habitations abandonn&s
-par les propri6taires et s6questr6es an profit de la Rpublicrue, en attendant que le sort de ces propri6t6s ffit rAgl,6. Ils 6fablirent dans les different quarters non sculement des condueteurs de travaux et des grants d'habitation, mais des inspecteurs d'ateliers charges de surveiller et d'activer les exploitations dans des arrondissements plus ou moins 6tendus. (Rapport de Marec).

Le 22 floral an IV 11 mai 1796, arrive la troisi me Commission civil, autrement appel6e I'Agence, et compose de Sonthonax, Raymond, Giraud et Leblanc. Giraud devait s'oecuper de ]a culture, comme Leblanc des relations de commerce avec I-es Etats-Unis; mais ces deux objets furent vite absorbs par la politique g6n6rale, si bien que Sonthonax dirigea bient6t A lui seul tous les services, Raymond faisant pr6s de lui r6le de subordonn6 autant que de coll6gue.
Sonthonax ne public pas de nouveaux r6glements ; ceux qu'il avait 6tablis en 1793 n'avaient-ils pas fait leurs preuves ? et les modifications que leur avaient apport6es Laveaux et Perroud qu'6taient-elles sinon des adaptations imposes par les circumstances ? Mais ces deux administrators Wavaient pu






HISTOIRE WHAITI 85

les ex6cuter ponctuellement et sur tous les points du Nord et de I'Artilbonite; Sonthonax au contraire d6clara son intention de les mettre en cetivre int6gralement. D s qu'il parut exiger
-que Fengagement d'un an prevu pour les cultivateurs ffit pris deviant la municipality, il 6prouva de la resistance: les nou-veaux libres t6moign&rent leur inqui6tude que ce ne Hit tin pas vers le return A, Fesclavage: le renom du premier proclamateur de la liberty des Noirs ne suffisait pas h leur donner conflance.
L'Agent press les municipalities d'ex6euter leur part des r6glenients, particuli6rement en ce qui concernait la nomination des grants et 6conomes: thche ardue parfois, quand les cultivateurs n'agr6aient pas 1'61u. U-n grant ou 6conome fut' exig6 par habitation employment au moins 15 ouvriers; le grant touchait un minimum de 3 0/0 du revenue. La function des in-specteurs de culture prit -en m6me temps importance qu'elle ,devait avoir; par suite influence exerc6e par ces pr,6pos6s donna lieu h des rivalit6l entre les candidates h ces posters. Le pavement du quart des cultivateurs, en billets, puisqu'il ne pouvait se faire en argent ou en denr6es, fut par ailleurs, cause de m6contentement. Dans les mores de Port-de-Paix, une competition q&u poste d'inspecteur, joint h ce m6contentement caus6 par le mode de pavement, provoqua une insurrection.
L'application plus strict des r elements exigea des me-sures compl6mentaires: le quart des cultivateurs fut d6clard sacr6, garanti centre toute saisie m8me pour contrebande; la gendarmerie fut organis6e par arr8t,6 du 2 vend6miaire an IV 23 september 1796; elle comprit une companies de 25 ft 40 homes par canton, lev6s en pratique sur les coinpagnies branches, donc de mceurs routes militaries; des pr6cautions furent prises centre les 6pid6mies de variole dans les ateliers ; les homes maladies furent recus dans les h6piraux; des ratiGns de bienfaisance furent services par les municipalities aux ,jieillards et aux enfants; le vaudou fut poursuivi, les macandals dscr6dit6s, mais le repos du dimanche fut assure h tous: on voit par IhL (Tue le grand effort de Sonthonax fut d'entburer institution creee par lui dans les r6glements de culture, de routes les guaranties tiles h son fonctionnement; il 6claira les esprits, d6sarma les haines, apaisa les m6contents: c'est h quoi ise resume sa volumineuse correspondence.

Parall6lement au syst&me de Sonthonax, se d6veloppait







86 HISTOIRE WHAITI

dans le Sud un autre syst6me, bas6 sur une Writable servitude,. mais d'un rang plus 6lev6 que Fesclavage pratiqu6 sous Fancien regime, qui, au nom d'un principle d'ordre et de defense, social, exigeait de la part des ateliers la plus exact discipline et attribuait le plus clair des revenues aux caisses de 1'Etat : la subordination ffablie dans Farm6e fut introduite dans les: habitations.
Dans ]a Iii6rarchie militaire le lien entre le soldat et son chef est en th6orie, un lien de haute valour, puisque Fun et Fautre contribuent au bien common, et qui par suite, en th6orie, du moins, constitute entre eux une certain 6galit,6; le joug qui en r6sulte, ainsi d6cor6 d'un nom honorable, est plus facile h supporter: ce fut peut-6tre lb. la grande habilet6 de Rigaud d'abord, et de Toussaint ensuite, dans la delicate affaire. de ]a submission des cultivateurs aux exigencies du rel6vement de la Colonie, d'y int6resser ces deniers au nom d'un principe sup6rieur. 0

De la conduit de Toussaint A cet' 6gard, pendant la seconde administration de Sonthonax, nous savons peu de cbose, sinon que I'Artibonite et une parties du Nord, quieftai-ent directement sous son commandment, sont vant6es A cette 6poque pour leur grande. prosp6rit6. Sonthonax, nous I'avons vu, admit que les fermiers des habitations abandonn6es fussent souventdes members influents de I'Administration, par example Julien Raymond et son genre, Pascal, secr6faire de I'Agence. Toussaint y poussa des officers militaries de haut grade. Le, syst6me, tel qu'il fonctionnait sous Sonthonax donnait les plus flatteuses esp6rances. Danis son rapport du 8 brumaire an VI 29 octobre 1797, il disait': << La Partie du Nord et surtout les environs du Cap sont les parties de la Colonie qui ont le plus souffert par 1'effet des r6volutions... La culture y fait des progr6s sensible tous les jours; routes les habitations en sont afferm6es et tous les fermiers se louent du Me des cultivateurs Le product de cette prmi6re ann6e, d'apr s les competes qui ont W soumis au Gouvernement par la Commission, se porteront ft 25 millions; la deuxii6me ann6e de la ferme, on esp6re les. porter hL 70 millions et obtenir une progression 6gale pour la. troisi6me.
c. Les revenues sont loin d'6tre ports au point oft ils arriveront dans peu d'ann6es. II y a encore loin, je I'avoue, de ces.







HISTOIRE WHAITI 87

products aux 200 millions de denr6es que la Golonie exportait autrefois; mais si, moins pr6venu, on veut se rappeler que la Revolution n'a pu s'op6rer h Saint-Domingue que par Fentler abandon de la culture... on s'6tonnera san-s doute alors qu'h la fin de cette ann-de (vieux style), ces revenues puissent s'61ever hL 50 millions dont moiti6 pour la Partie du Sud e.t moiti6 pour la Partly du Nord. >>
Pendant que Toussaint r6git seul la Colonie, apr6s le d6part de Sonthonax, les dispositions, qui depuis un an avaient donn6 -les rdsultats rappel6s ci-dessus, furent sans doute maintenues et affermies, en particular cells concernant l'affermage des propri6t6s aux officers de I'arm6e. Apr6s six mois de ce n6gime int-erm6diaire parut Hddouville avee la loi constitutionnelle des Colonies du 12 niv6se an VI. Cette loi touche h tous les objets qui nous int6ressent ici: regime des cultivateurs, r6gime des propri6t6s, regime des imp6ts, condition des per,onnes, commerce.
Les ancient eselaves 6taient r6put6s franqais d-e naissance et jouissaient par suite de tous les droits civil et politiques des fran ais, h condition ou d'6tre attach6s h la culture, ou de servir dans Is armies, ou d'exercer une profession. Les vagabonds, c'est-h-dire les gens sans domicile ou Rat reconnu, 6taient priv6s de ces droits. Les Agents du Directoire avaient charge de faire les r6glements de culture; pour surveiller I'application de ces r6glements, un juge de paix avec quatre assesseurs 6tait rjomm6 par canton de 3.000 Ames.

En vertu de la. loi constitutionnelle, H6douville public un r6glement de culture le 5 thermidor an VI 23 juillet 1798 : c'6tait au temps des premi res negotiations pour 1'6vacuation du A161-e par les Anglais; nous avons vu plus haut (Ch. XIV, p. 399) ses principles stipulations. Aucune protestation ne ,Q'61eva d'abord centre ce r6glement soit que Fattention f-ftt toute occup6e du c6t 6 des Anglais, soit qu'il ait fallu un certain temps pour que l'on comprit -la port6e, des stipulations de H6douville et pour exciter le m6cont-entement des cultivateurs.
L'intention de I'Agent Uait de favoriser les travailleurs de la terre, en leur enjoignant un engagement de trois ans au moins, pour qu'ils tirassent profit des am6liorations du sol dues it leurs efforts. Mais cette measure, qui avait le tort de brisker les liens du cultivateur avec son habitation dorigine, ou de






88 HISTOIRE WHAITI

Wen pas tenir eGmpte, 6veilla les m6mes suseeptibilit6s queFobligation impose par Sonthonax A I'ancien esclave de demeurer un an sur I'habitafion choisie par lui: on y vit un adheminement au prodhain r6tablissement de Feselavage. II suffit ;-Jors d'autres measures, tr s justes peut-6tre en elles-m6mes, mais qui semblaient donner le pas aux troupes blanches surles troupes noires, pour que, les griefs divers se corroborant entre eux, le m6contentement deviant g6n6ral et le soul6vement qui suivit parAt spontan6. On se souvient que, pour sa defense. aupr6s des cultivateurs, H6douville, dans la proclamation ren-due par lui A son depart, protest'a qu'iI 6tait, plus que ses adversaires, loyal partisan de la liberty individuelle.

Le regime de Toussaint, qui allait succ6der a celui de. 116douville, fut tout de con-trainte; mais cette constraint fut. mieux accepted que les advantages pr6vus par I'Agent et en d6pit de ces advantages.

Le g6n6ral en chef ne crut pas n6cessaire de remplacer le r6glement caduc de I'Agent par un r6glement former. i6man6 de lui-m6me; il laissa timber les dispositions de HVouville et rendit aux chefs militaries I'autorit6 q.u'il leur avait toujours reconnue sur les cultivateurs; il ne fut plus question d'engagement de un an on de trois ans sur les habitations, measure. qui limitait Finfluence de ces chefs et les avait indispos6s centre I'Agent. Par sa proclamation du 25 brumaire an VII 15 novembre 1798, Toussaint se content en effet d'enjoindre A ses lieutenants et A la gendarmerie d'assujettir tous les cultivateurs au. travail de la terre. Dans I'Ouest, apr&s Fi6vacuation dies Anglais, il avait Ujh ordonn6 que ceux-ci fussent constraints de renter imm6diatement sur les habitations auxquelles ils avaient appartenu autrefois: c-ette prescription fut ex6cut6e a la rigueur: des gens 6tablis dans le Sud furent forces de regagner leur habitation de I'Ouest on du- Nord. Par une autre mesure qu'iI jugea tr6s opportune, Toussaint, matgr6 la defense de la loi constitutionnelle, d6cida d'affermer les terres scous. s6questre, aux officers sup6rieurs, m6me du plus haut grade : il pr6ludait ainsi h l'organisation militaire de la culture, qui de tons temps avait W dans ses vues.

Pendant ]a gueTre du Sud il applique h cette Partie, h me--







HISTOIRE WHAITI 89

.sure qu'iI y p6n6trait, les r6glements qu'il avait arr6t6s pour I'Ouest et le Nord, surtout apr6s que, en avril 1800, il eut ruin6 I'ascendant de Roume en l'obligeant A consentir h la prise de possession de la Partle -espagnole par les trAaupes de la Partie franchise. D'ailleurs, sans supplanter I'Agent, il pouvait, con-ime g6n6ral en chef, prendre les measures qui lui paraissaient n6cessaires pour 6tablir Fautorit6 de la m6tropole sur les territoires occup6s par lui; l'organisa-tion de la culture et la police des campaigns passaient A ses yeux pour des objets int6ressant au premier chef le bon ordre g6n6ral et la submission sincere h la France. A Jacmel, il maintain les r6glements de culture de Bauvais, rendus I-e 14 nivose an VI 3 janvier 1798: ces r6glements particuliers pour Jacmel. montrent assez que cheque chef militaire se cToyait le droit de d6cider de ces questions suivant les exigences de son commandment.
Entre temps Tougsaint prif d'autres dispositions, dont nous parlerons plus loin, mais qui regardent n6anmoins les int6r6ts des cultivateurs. Notions ici seulement Fordonnance du 14 vent6se an VII 4 mars 1799, pr6cisant la proclamation du 15 novem-bre pr6c6dent, -et en particular. r6primant la fraud ,dans les d4larations du revenue des habitations et dans la distribution aux cultivateurs du quart qui leur 6tait attribu6.
A son entire aux Cayes, Toussaint acheva d'appliquer aux cultivateurs du Sud les measures imposes h ceux du reste de la Colonies. On sait que Rigaud avait tout sacrifi6 h la defense de son commandment, qu'il s'en 6tait suivi de graves d6sordres et qu.e ]a culture en avait subi de notables dommages. Le g6n6ral en chef, pour r6tablir cette parties, fit rentmr sur leurs propri6t6s les cultivateurs enr6l6s dans Farm6e ou r6fugi6s dans les villas: c'6tait en m6me temps le plus efficacy moyen de d6sarmer le Sud. Les cultivateurs furent donc renvoy6s sur leurs habitations avec ordre d'y travailler avee ard-euT; les commandants militaries, les inspectors de culture, la gendarmerie furent charges ensemble et de facon tr&s pressante de 1'ex6cution de ces measures.
A son return A Port-au-Prince, Toussaint entreprit Wincessantes tourn6es dans le pays; par Ih il fe.nait en haleine ses lieu-tenants et s'assurait de leur fid6lit6 h remplir ses vues.

Ce fut sur ces -entrefaites qu'il rendit, le 20 vend6miaire







90 HISTOIRE WHAITI

an IX 12 octobre 1800, son r6glement de culture, expression la plu-s 6tudi6e de ses concepts sur ce point.
On y a trouv6 un 6talage de pu6rile vanity on d'extr6me autocratic; sa personality y est en effet constamment au premier plan; It je et le moi y sont d'un employ qui a paru indiscret, m6me odieux; par cette insistence, ce document, dans son ton g6n6ral, diff&e de la plupart des nGmbreuses pi ces adniinistratives 6man6es de Toussaint. 11 se pourrait pourtant qu'en tout cela il n'y ait pas de recherche; qu'on se souvienne, pour le comprendre, que la culture des terres et la mise en valour de la Colonies tient de tr s rpr6s h ]a personality du g6n6ral en chef; il est sorti lui-m6me de ce milieu de cultivateurs qui a fait autrefois la prosp6rit6 de Saint-Domingue ef qui d6sormais doit fournir h I'administration des resources de plus en plus indispensable, h measure que la Colonie pretend se passer de la m6tropole; en outre il s'adresse AL des gens pour qui il est tout et pour qui sa volont 6 est la loi; il leur paralt ]a fois 16gislateur, ex6cuteur, juge; il leur expose ses concepts personnels ; il Its menace, il Its exhorted, en vertu du prestige qu'il exerce, sur eux, plus qu'en vertu de I'autorit6 qu'il tient de son titre ; entre eux et lui, c'est comme une affaire de famille qi se tritee. d6s qu'il s'agit de culture.
Le r6glement est prk6d6 d'une longue instruction bas6e sur cette assertion tr6s juste, UJA mentionn6e plus fhaut, que la culture est le souti en des governments parce qu'elle anime le Commerce, procure Faisance et Pahondance, fait naftre les arts. et Findu-strie et enfin occupy la population. La police g6n6rale avec. le bon ordTe, aussi bien que la prosp6riU mat6riellie, trouvent done leur fondement dans la culture, conclusion qui est Faboutissant de toute 1'exp6rienoe colonial, mais qui, au point oit en est la Colonie peut kre envisage de la facon absolute et cat6gorique selon laquelle la per oit Toussaint.
Apr6s ce pr6am1bule viennent Its dispositions g6n6rales du r6glement: la. discipline militaire A imposer h tous Its travailleurs on h tous ceux qui sont susceptible de Fkre.
Depuis le soul6vement des enclaves, Ies Noirs de Saint-Domingue avaient pass6 de la tr6s dure servitude, des ateliers h la: discipline tr s exact des armies, car Its plus habiles d'entre, eux 6taient soldats. Ils n'6taient pas parvenus sans doute, m8me en 1800, hL ]a perfection du regime militaire, mais Toussaint y







HISTOIRE WHAITI 91

tendait, peut-6tre h proportion des obstacles suscit6s auteur de lui par 1 -esprit g6n6ral de licence et de vagabondage. A 1'61ite de ses troupes il Rait parvenu a cette 6poque a infuser non seulement la pratique mais le sens de la discipline militaire. On sait d'ailleurs que cette discipline 6tait port6e A 1'extr&me; les chefs, a-t-on dit, tremblaient deviant Toussaint, et A. IeUT tour imposaient aux officers subalterns et aux homes eux-m mes une autorit6 sans r6plique. 11 fallait done conserver ce r6sultat p6niblement acquis.
En outre Toussaint consWre comme corr6latifs les deux devoirs, de d6fendre le pays et de le mettre en valour. Ces deux obligations ne sont pas comprises de tous. Pour la plupart des ancient enclaves, la defense d.u pays s'est confondue avee la defense de leur liberty individuelle; ils ont voulu 6obapper A Femprise de Fancien maltre, mais Us Wont pas acquis la notion d'une patrie commune, gu'ils doivent 9tre hL mgme de d6fendre en tout temps, par la constitution d'.une arm6e permanent, toujours pr8te A. routes les &ventualit6s; ils acceptent mal les suj6tions qui en d6coulent parce qu'ils veulent We libres, non seulement en -droit, mais en effet et sans constraint. Le chef qu'ffs ont c*sormais, parce qu'il est de leur race, les assure suffisamment centre tout attentat A leur liber-t6.
Pour la culture, ils ne la concoivent utile que dans la mesure ofi elle pourvoit h leurs besoins; pourquoi en effet produire pour I-es alltTes? et, si le quart de la quantity produite leur suffit, pourquoi peiner h rendre quatre fois plus? Pareille mentalit6 justifie, aux yeux de Toussaint des measures s6v&es.
Ge sont les jeunes surtout qui sont refractaires aux vis6es du g6n6ral en chef, parce que, dit celui-ci, ils ne s'oecupaient pas de culture avant la R6volution et se refusent h travailler sous pr6texte qu'ils sont libres. Cette masse de jeunes qui atteignent 15 et 20 ans vers 1800 fait le traces, on dirait presque le cauchemar de Toussaint; ils n'ont pas re-qu W6ducation et peut-8tre, h cet Age, iks en sont d6jA incapable.
Par cet acte, la discipline militaire dans toute sa rigueur est impose aux cultivateurs, conducteurs et grants, c'esta-dire que, si ceux-ci s'6cartent de leurs devoirs, ils seront punis avec, la m6me s6v6rit6 que les soldats d6linquants. Tout citoyen doit justifier d'une profession utile I'Etat, i qui paye ou pourrait payer une retribution quelconque h la R6publique )o, sans quoi il sera incorpor6 dans I'arm6e ou renvoy6 A. la. culture







92 HISTOIRE D'HAITI

et x constraint de travailler Les parents doivent enseigner h leurs enfants un Rat the vie qui permeate it ceux-ci de suffice plus tard h leurs besoins et de venir m6me au scours du pays.
Suivent les pines centre ceux qui ne se sournettaient pas ft ces prescriptions; et, qui plus est, les g6n6raux, commandant les d6parteme.nts, sont declares trespansables des n6gligences constat6es dans exploitation des habitations, pendant que les commandants des places ou des bourgs recoivent mission de d6pister tous les cultivateurs qui tenteraienL & s'y teacher. Ains! I'autorit6 militaire intervient dans la vie des citoyens sans exception, puisqu'elle contr6le I'utilit 6 de leurs occupations et qu'elle peut les obliger h se liver h un autre genre d'activit6.
Pour rendre plus efficacy la surveillance des chefs militaires, le r6glement du 20 vend6miaire autorise les commandants A exercer une pressing sur les propri6taires, les grants, etc..., qui souffrent le d6sordre sur les habitations ou ne le d6noncent pas, sur les administrations n7unicipales qui ne se pr tent pas A-le restreindre, sur les citoyens qui Fencouragent sous pr6texte de domesticity ou autre. Au milieu de routes ces prescriptions, Toussaint 6dicte des measures sur la morality des troupes aussi bien que sur I'Mucatio-n des enfants, comme si ces objets si divers se confondaient en son esprit dans la vue du but qu'il pursuit.
Ge r6glement est peu explicit sur les points de detail; il a atteint son but, semble-t-il quand il a applique aux habitations la discipline des regiments; il renvoie d'ailleurs au r6glement pr6c6dent contend dans ]a proclamation du 15 november 1798. II suffit de noter ici que dans Fun comme dans Fautre, Toussaint ne laisse pas au cultivateur la faculty de choisir Phabitation oii il prWre travailler; on en pourrait conclude que pour lui chaeun a son habitation, d6termink d'avance par ses ant6c6dents; tout libre choix d'une residence est done 6cart6e ; ou plut6t aucune question de dhoix ne se pose: chaeun prevent chez soi, comme il fut fait h la prise de possession de I'Ouest, au risque de d6ranger les dispositions prises par les particuliers.
11 West pas besoin non plus en ce cas de statue qu'un engagement s-era contract par le cultivateur 4 I'6gard du grant ou du propri6taire ; en quoi Toussaint t6nioigne d'une meilleure comprehension de ]a mentality de ses administers, tout engagement ou convention format un lien qui restraint la liberty ; de ce coup s'6vanouissent tous les conflicts et routes les compli-






HISTOIRE WHAITI 9&

cations qu'entrainait le syst6me de H6douville et qui portaient la marque d'une contrainte odieuse aux nouveaux libres.
Revenues A leurs habitations, et 1'61,6ment jeune dominant, les cultivateurs le plus solvent se livraient aux r6jouissances de leur Age sans se soucier assez du travail. Dans Ies ateliers oft les traditions avaient W conserves par I'autorit6 des ancient grants ou. des propriftaires, on s'appliquait r6guli6rement A la culture, comme dans I'ancien regime, avec les modalit6s que r6clamait la condition d'affranchis r6cernment acquire; ailleurs, c'6tait le disorder. Par suite Toussaint n'h6sita pas bL rappeler le plus grand nombre possible des ancient directors des travaux, plus capable que tons autres, par la conflance qu'ils inspiraient A leurs ancient esclaves, de commander et de pousser it la production: IA encore *il exploitait la force de la tradition, peut-ftre par une impulsion plus ou moins raisonn6e, mais. qui lui faisait mettreau second plan les exigences de la politique, tells que les enfendaient les agents de la m6tropole.

La Constitution de I'an IX 1801 se content de laisser au, gouverneur le droit de faire tous r6glements de police pour assurer lit culture et emp6cher toute interruption du travail de la terre par le maintain des cultivateurs sur leur habitation ; elle admettait un concept plus human de la participation des. cultivateurs A la production et aux profits, en les proclamant, ainsi que les ouvriers, members de la famille et portionnaires. des revenues, -genre de servage A interpreter selon le r6glement du 20 vend6miaire an IX, qui derneurait la base de tous les r6glements de police attribu6s au gouverneur; le principle de la suj6tion -des cultivateurs pouvait en paraftre adouci; les moeurs pratiques des habitations restraint routes militaries.
On s'est 46lev6 avee indignation centre une disposition de. cette Constitution qui autorise introduction dans le pays des cultivateurs indispensable au r6tablissement des cultures; on y a vu une resiauration et une justification de la trite des es-. claves. Cette measure 6tait pourtant dans la logique de la politique de Toussaint, et on la jugera peut- tre avec moins de s6v6rit6 si l'on considered que, le fait de la trite admis, les citovens de Saint-Domingue, qui se souvenaient de leur ascendance africaine, ouvraient par IA leurs rangs h des cong6n6res, appeals d6sormais non h 1'esclavage mais AL la liberty.






94 HISTOIRE D'HAITI

Le 4 frimaire an X 25 november 1801, parut une nouvelle proclamation de Toussaint, h laquelle nous avons d6jh fait allusion plus haut. La politique de Toussaint avait 6prouv6 des ,6chees; elle avait fait des m6contents parmi ceux qui devaient
-en 6tre les premiers b6n6ficiaires: on Favait vu A la r6volte de 'Molse. Le gouverneur g6n6ral sent par suite le besoin de pr6senter son apologize; il justifie sa conduit, mais il rejette I'in-succ6s de son syst6me sur le d6sordre introduit dans la Colonie; il se plaint quie I'Mucation des en-fants soit n6glig6e dans les villas et sur les habitations ; la g6niration nouvelle doit 6tre r6gl6e dans ses moeurs parce qu'elle est livr6e au golftt du luxe, hL la paresse, hL l'oisivet6 et a Vimmoralit6 ; les &rangers euxm6mes, et par ce mot il faut entendre les fran ais qui Wont pas de longues attaches avec le pays, sont pen circonspects
-dans leurs propose et d6truisent la restauration enterprise.
Les measures h prendre pour r6primer ces abus sont surtout des measures de police g6n6rale et visent Pa circulation des individus b travers la Colonie ou la vigilance r6clam6e des chefs militaries pour comprimer touts tentative de rebellion. Mais, par ce fait, les moyens de surveiller les habitations sont renforeds les liens qui attachment le cultivateur it la terre sont resserr6s les lists des membres des ateliers -ser'out 0 d6sormait d6posdes aux mains des autorit6s militaries et serviront pour I'avenir de bases immuables pour la fixation des cultivateurs sur les habitations. Tout i6tranger A I'habitation n'y est p as tol6r6 ; le vagabondage est s6v6rement r6prim6 et pr6venu. Par
-surcrolt la tentative de d6sunion des m6nages est poursuivie pour 6tre jug6e et punie par le gouverneur.

On voit done par tout cela que Toussaint ne con oit l'ordre nouveau que par le r6tablissement des ancient cadres; le vrai progr6s -ne proc6de pas en effet par saccades, mais s'appuie sur la tradition, pour en procMer, mais dune mardhe continue. 11 en fut de m8me du regime int6rieur des habitations: c le fouet fut aboli, mais on usait sans scruple du bAton et des raciness de ces plants grimpantes qu'on appelle en Haiti lines; le sabre, le mousquet &aient fr6quemment employs pour dompter les ateliers et les bands r6fractaires: on allait jusqu'h enterrer les homes vivants ii. (d'apr6s Mackensie, citd par B. Ardouin). Cette derni re all6gat-ion, produite 30 ans apr6s les 6v6nements, demanderait pourtant h 6tre contrWe.







HISTOIRE D'HAITI 95


ANNEXE AU CHAPITRE XVil

EXPORTATION DE SAINT-DOMINGUE
Nous rbsumons en un seul les tableaux donn6s par Bryan Edwards et Mackensie des denrbes export6es de la Colonie en 1789, 1791, 1801; nous ajoutons les chiffres de 1818 fournis par Mackensie).
1789 1791 1801 1818

Sucre terre (livres) 47.516.531 70.227.708 16.540 198
Sucre brut n 95.573.300 93.117.512 18.518.572 5.443.567
Cafe 76.835.219 68.151.180 43.420.270 26.065.200
Coton 7.004.274 6.286.126 2.480.340 474.118.
Cacao 648.518 434.36&
Indigo 758.628 930.016 804
Sirop 25.749 29.502 99.419
Bois de teintu"a 6.768.634 6.819.300.
Tabac 19.140
Huile de ricin (gallons) 121
Acajou (pieds) 5.217 129.962
Cuirs en poil (bannettes) 5.186
Cuirs tann6s (c6tes) 7.887

FWODUCTION PAR PARTIES EN 1791 ET 1801
(Tableaux de Bryan Edwards et Ph. de Lacroix)
1791
Nord Ouest Sud
Sucre terre (livres) 52.970.110 12.529.875 4.727.723
Sucre brut n 4.087.569 68.417.826 20.672.117
Caf6 33.813.306 27.740.675 6.597.199
CoLon 69.188 4.532.248 1.684.670
Indigo 264.870 546.968 118.17&
Cuirs en poils (c6tes) 3.291 1.713 182
Cuirs tann6s (bonnettes) 7.135 752
Sirops (boucauts) 13.741 8.518 7.243
Tafia (barriques) 31 130 142
An IX- 1801

PRODUITS DES PROPRIETES PARTICULIERES
Nord Ouest Sud
Sucre terr6 15.671 869.
Sucre brut 9.348.784 4.817.453 854.335
Caf6 14.986.950 18.294.566 6.338.754
Coton 76.589 1.644.435 295.566
Cacao 282.716 202.274 105.22&







% HISTOIRE D'HAITI

Camp8che 5.329.066 1.392.407 47.161
.Sirop 22.026 9.066 68.327
Indigo 804
Gomme de gayac 1.736 73.783
Bois d'acajou 4.312 905
Ferme des boucheries 50.000 50.000 20.000

An IX 1801

PRODUCTS DES DOMAINS NATIONAUX

Nord Ouest Sud
Sucre terr6
Sucre brut 999.000 1.500.000 999.000
Caf6 1.200.000 1.200.000 1.200.000
Coton 200.000 200.000 63.75,0
Cacao 58.300

[Ces chiffres (pour Fan 9) sont emprunt6s par Pamphile de Lacroix aux competes fournis par Fadministrateur g6n6ral de la colonie A I'Assembl6e central. On pourrait an premier abord penser qu'ils experiment la valour en monnaie des products r6colt6s plut6t que leur quantity en lines, pieds, etc. Le chiffre de ]a ferine des boucheries est certainement celui du prix pay6 par les fermiers; le chiffre du camp6che ne peut repr6senter que la quantity mise sur le march&. Mackensie interpr6te ce tableau comme tableau des quantit6s produites et non de la valour des products.]



REGLEMENT DE CULTURE
Toussaint Louverture, g6n6ral en chef de I'arm6e de SaintDomingue A routes les autorit6s civiles et militaries.
Port-au-Prince, 20 vend&miaire an 9.
... Vous vous p6n6trerez ais6ment, citoyens, que la culture est le soutien des governments, parce q4'elle procure le commerce, Faisance et I abundance, qu'elle fait naltre les arts et industries, qu'elle occupy tous les bras.
... Mais, consid6rant que pour assurer la liberty sans laquelle Yhomme ne peut 6tre heureux, il faut que tons s'oecupent utilement de mani6re A coop6rer au bien public et A la tranquillity g6n&rale.
... Consid6rant qu'un soldat, sans encourir la punition la plus s6v6re ne peut quitter sa companies, son bataillon ou sa demi-brigade pour passer dans un autre, sans une permission bien en r6gle de ses beliefs, et qu'il doit We 6galement d6fendu aux cultivateurs de quitter leur habitation pour aller r6sider dans une autre sans une permission l6zgale, cc qui ne se surveille pas, puisqu'ils changent d'ha-






HISTOIRE WHAITI 97

citation ih volont6, viont, viennent et ne s'occupent nullement de la culture;
Consid6rant que depuis la revolution, des cultivateurs, et cultivatrices qui, parce qu'ils 6taient jeunes alors, ne s'occupaient pas encore de la culture, ne veulent pas aujourd'hui s'y liver, parce que, disent-ils, ils sont libres, et ne assent leurs journ6es qu'A courier et vagabonder, ne donn-ent qu'un mauvais example aux autres cultivateurs;
Consid6rant enfln que ma proclamation du 25 brumaire, an vii, an people de Saint-Domingue aurait dfi le porter A un travail actif et assidu;
En consequence, volant absolument que ma proclamation cidessus relate ait son entire execution, et que tous les abus qui se sont gliss6s parmi les cultivatcurs cessent d s la publication du pr6sent r6glement:
Xordonne tr6s positivement ce qui suit:
Art. 111. Tous les grants, conducteurs et cultivateurs seront lenus de remplir, avec exactitude, submission et ob6issance, leurs
-devoirs, comme le font les militaries.
0
2. Tous les grants, conducteurs et cultivateurs, qui ne rempliront pas avec assiduit6 les devoirs que leur impose ]a culture, seront arr6t6s et punis avec la m &me s6v6rit6 que les militaries qui s'i6cartent des leurs; et apr6s ]a punition subie, si c'est un grant, 11 sera mis dans un des corps composant Farm6e de Saint-Domingue; si c'est un conductor, il sera cass6 de son employ, remis simple cultivateur pour travailler A la culture, et ne pourra plus pr6tendre A Femploi de conducteur; si c'est un cultivateur ou une cultivatrice, il sera puni avec ]a mC me s6v6rit6 qu'un simple soldat, et suivant 1'ex igence des cas.
3. Tous les cultivateurs et cultivatrices qui sont dans l'oisivet6, retires dans les villas, bourgs ou dans d'autres habitations que les leurs, pour se soustraire au travail de ]a culture, m6me ceux ou cells qui depuis ]a r6volulion ne s'en seraient pas occup6s, seront tenus de renter imm6diatement sur leurs habitations respective. Si, dans huit jours A computer de la promulgation du present r6glement, ils Wont pas justifl6 aux commandants des places ou militaries des Iieux oft Us resident, qu'ils professent un 6tat utile qui les fait existed, en consequence ceux des cultivateurs ou cultivatrices qui quitteraient la culture pour loner leurs services, seront tenus de rentrer sur leurs habitations, sous la responsibility personnel des per-sonnes qu'ils servant.
On intend par Rat utile celui clui paye on pourrait payer une r6tribution quelconque A la 116publique.
10. Les commandants des places ou militaries dans les bourgs ne souffriront pas que les cultivateurs et cultivatrices resent en ville pendant Ids d6cades; ils surveilleront m6me A ce qu'ils ne puissent s'y cacher; dans le cas contraire, ceux qui ne se conformeront as A cette defense impi6rative seront punis, la premiere fois de six jours






98 HISTOIRE WHAITI

Warrk, d'un mois en cas de r6cidive, destitu6s s'ils retombent dans la m me faute pour la troisi6me fois. Ils rendront compete des cultivateurs ou cultivatrices trouv6s pendant ]a decade, aux commandants d'arrondissement qui devront 6galement connaitre les personnel chez lesquelles ils auraient W trouv&s pour iceux contrevenans payer Famende 6none6e dans Farticle 6 du present r6glement. Les cultivateurs et cultivatrices, qui parviendront ainsi aux commandants Warrondissement, seront renvoye's par lui sur leurs habitations, apr6s punition subie, comme je le prescris dans Particle 2 ci-dessus, en les. annoni ant aux commandants de leur quarter pour les surveiller A Favenir.
11. Toutes les administrations municipals de Saint-Domingue sont charges de prendre les measures les plus sages, de concert avec les commandants d'arrondissements, pour s'assurer que ceux ou cells qui se dissent domestiques, le soient r6ellement, en observant que les cultivateurs ni les cultivatrices ne peuvent 1'6tre: les personnes qui en conserveraient en cette quality, et iceux reconnus cultivateurs ou cultivatrices, ces m6mes personnel seraient condamn6es A I'amende pr6cit6e; il en strait de m6me de tons ceux qui conserveraient des cultivateurs ou cultivatrices, au:6quels ils donneraient toute autre denomination d'emploi.

EXTRACT DE LA PROCLAMATION
de Toussaint Louverhire (4 frimaire an X)
Dans une de mes proclamations A 1'6poque de la guerre du Sud, j'avais trac6 les devoirs des p6res et m6res enters leurs enfants, Obligation ofi il 6taient de les Mever dans Famour et ]a crainte de Dieu, ayant toujours regard ]a religion corhme la base de routes les x-ertus et le fondement du bonheur des soci6t6s.
Et cependant avec quelled negligence les p6res et les m6res 616vent-ils leurs enfants, surtout dans les villas? Ils les laissent dans l'oisivet6 et dans Fignorance de leurs premiers devoirs: ils semblent leur inspirer le m6pris pour la culture, le premier, le plus honorable et le plus utile de tons les 6tats.
A peine sont-ils n6s, on voit ces mi mes enfants avec des bijoux et des pendants Woreilles, converts de haillons, salement tenus, blesser par leur nudity les yeux de la d6cence. Ils arrivent ainsi A I'Age de douze ans, sans principles de morale, sans m6tier, avec le goct du luxe et de ]a paresse pour toute Mucation. Et comme les mauvaises impressions sont difficiles A corriger, a"coup sur voilh de mauvais citoyens, des vagabonds et des voleurs; et si ce sont des files, voilh des prostitutes, toujours pr4&ts, les uns et les autres, h suivre les inspirations du premier conspirateur qui leur pr8chera le d6sordre, I'assassinat et le pillage. C'est sur des p6res et des m6res auss-I vils, sur des 616ves aussi dangereux que les magistrates du people doivent avoir sans cesse les yeux ouverts.
Les m mes reproaches s'adressent 6galement aux cultivateurs et afix cultivatrices sur les habitations. Depuis ]a revolution, des hommes perverse leur ont dit que ]a liberty est le droit de rester oisif et







HISTOIRE WHAITI 99

.de ne suivre que leurs caprices. Une pareille doctrine devait 6tre .accueillie par tous les mauvais sujets, les voleurs et les assassins. Il est temps de rapper sur les homes endurcis qui persistent dans de
-pareilles id6es.
A peine un enfant peut-il marcher, il doit 6tre employ sur les 'habitations A quelque travail utile, suivant ses forces, au lieu d'We employ dans les villas wa, sous pr6texte d'une education qu'il ne reqoit pas, il vient apprendre des vices, grossir la tourbe des vaga'bonds et des fernmes de mauvaise vie, trouble par son existence le repos des bons citoyens et la terminer par le dernier supplies. 11 faut que les commandants militaries, que les magistrates soient inexorables A 1'6gard de cette classes d'hommes; il faut malgr6 elle la contraindre ft 6tre utilc it la sociW dont elle strait le 116au sans la vigilance ]a plus s6v6re...
En consequence farr6te ce qui suit:
X11. A dater de quinze jours apr6s la publication du present arrW, tons grants ou conducteurs Whabitation seront tenus Wenvoyer aux commandants de leurs quarters, la liste exact de tous les cultivateurs de leurs 'habitations, de tout Age et de tout sexe, A peine de huit jours de prison. Tout grant ou conducteur est le pre,mier surveillant de son habitation, il est d6clar6 personnellement responsible de toute esp6ce de d6sordre qui strait commis, de la yaresse et du vagabondage des cultivateurs...
XIII. IOL dater d'un mois apr6s la publication du present arr&6. tous les commandants de quarter sont tenus d'envoyer les lists des cultivateurs de routes les habitations de leur quarter aux commanIants d'arrondissements sous peine de destitution.
XIV. Les commandants d'arrondissements sont tenus Wen-voyer les lists de routes les habitations de leurs arrondissements aux g6neraux soeis les orders desquels ils sont, et ces deniers au
-gouverneur, dans, le plus bref d6lai, sons' peine de d6sob6issance.
Les dites lists d6pos6es aux archives du gouvernerient serviront pour Taveiflr, de bases immuables pour la fixation des cultivateurs sur les habitations.
XV. Tout grant ou conducteur Whabitation sur laquelle se strait r6fugi6 un cultivateur stranger A I'habitation sera tenu de le d6noncer an capitaine ou commandant de section dans les vingtcuatre heures, sous peine de huit jours de prison.
XVI. Tout capitaine ou commandant de section qui, par n6gligence, aurait laiss6 un cultivateur stranger plus de trois jours sur u.ne habitation de sa section, sera destitu6.







100 HISTOIRE D'HAITT





CHAPITRE XVIII



La Politique dconotnique (sulte)LES ANCIENS PROPRItTAIRES. Pour expliquer, dans toute son intensity, -la crise 6conornique qui s6vit ft Saint-Don ingue pendant les ann6es de la R6volution il faut tenir compete de la condition des ancient maltres, propriffaires ou ge'rants,, autant que de la condition des ancient enclaves; les premiers, du moins les Blanes, qui d6tenaient plus des deult tiers des habitations, sont 6eart6s pour ]a plupart; les seconds tendent, sous deg titres; Clivers, A rester les maltres de la terre. On ne peut. dire qu'iI y ait eu conflict d6clar6 entre ces deux groups; les Noirs, et avec les Noirs nous comprenons les ancient Libres, poussent' les Blanes dehors, d'un movement peu sensible, c'est-a-dire qu'il& occupant les propri6t&s abandonn6es, dans les villas d'abozd, dans la champagne ensuite; avee le temps i'ls s'y fixent, soit comme fermiers de I'Etat qui s'en est empard, soit comme fermiers du -s6questre -qui les administer; ils se les font adjuger peu h peu ou bien les restituent A leurs ancient proprikaires revenues dans le pays, dans la pens6e d'y renter plus tArd en maitres, avec Tappui de I'Etat haltien, quand un jour les anciens propri6taires auront disparu et que Saint-Domingue ser& devenu Haiti.
La condition des Blanes qui quitt6rent la Colonie par suite. des troubles fut diverse suivant les circumstances et les motifs qui d6termin6rent leur sortie. Ms 1793 on compete en effet trois categories d'absents; la p-remi&re est celle des r fugi6g aux EtatsUnis, r6duits le plus souvent h se retired sous menace de perdre la. vie; ]a second, des d9port9s, que Polverel et Sonthonax avaient forces de s'exiler pour un temps ; ]a tToisi6me, des. emigres passes h 1'6tranger, 6tablis dan-s un pays en guerre avec la France et qui 6tai-ent census prendre du service dans les; armies enemies, ou du moins favoriser la coalition des puissances europ6ennes centre leuT patrie.