Réflexions sur l'admission, aux États-Généraux, des députés de Saint-Domingue

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Réflexions sur l'admission, aux États-Généraux, des députés de Saint-Domingue
Physical Description:
1 online resource (36 pages) :
Language:
French
Creator:
Brissot de Warville, J.-P ( Jacques-Pierre ), 1754-1793
Edition:
Édition qui soutient l'admission des députés de Saint-Domingue

Subjects

Subjects / Keywords:
To 1791   ( fast )
Colonies   ( fast )
Political science   ( fast )
Colonies -- France -- America   ( lcsh )
Politics and government -- Haiti -- To 1791   ( lcsh )
Colonies -- France -- Amérique   ( ram )
Politique et gouvernement -- Haïti -- Jusqu'à 1791   ( ram )
France   ( fast )
Haiti   ( fast )
Genre:
Rules   ( fast )
Rules.   ( fast )
non-fiction   ( marcgt )

Notes

General Note:
Edition statement supplied by cataloger.
Statement of Responsibility:
par J.P. Brissot de Warville, membre de la Société des amis des noirs de Paris, & membre honoraire des sociétés instituées pour l'abolition de la traite & de l'esclavage des noirs à Philadelphie, à Newyorck, & à Londres.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 820017184
ocn820017184
System ID:
AA00021794:00001

Table of Contents
    Front Matter
        Page i
    Table of Contents
        Page 1
        Page 2
    Réflexions sur l'admission, aux États-Généraux, des députés de Saint-Domingue
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
Full Text

















This volume was donated to LLMC to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library















.11EF L EX 10 NS

SUR ADMISSION,

A U X 'ETATS UARAUX,


MPUTtS DE SAINT-DOMINGUE

Pijt J P. BRISS OT DE WAR VIL LE, Mernke de Ila Socliti des .4mis des Voir' de Paris, & Memkre Bonoraire des Soci. -s ijzjiituies pout ?abolition de la Traite 6- de IEfclavage des Noirs Philade 7hie a Newyorck, & h Londres.,













Al
Rl FL EXIONS

Su.R PadmilTwz aux Eta.tS.GC'iz&azzx
de S Dep a t e's de Sfllilut-Dolnll g7le,

LA Colonle Fran.q(xfe d%-, Saint-Do.minbxue on plutk les grand 'Prop ri.5mires-PI at) te u rs cette Ifle., on t nomme, trente Depute's aux EtatsGonoerau c.
Douze de ces'Depute's fe Cont preofentes IN ont profite pour fe faire admettre d"un mon-itnt d',Allarme, ou les Membres de I'Affemblee Niatio na!e etoient difpof6* 'a ne voir dans eux que dr, botis Gtoyens, quivenotentcour geufement fe de'vouerau dal L lger; que des Repre'fentans d'ijn'e Colonic gemiffant rb ls ce de-fpoti(me Minifledel dont elt s redontent encore elle-meme les attentats.
On les a provifoiremen't ad.mi s 'on a reliv iv C 1'exarnen de leurs titres au Comite de ]a ve'Ai'cation des pouvoirs contefle's.
11 parolit par la quatorzie m- Lettre de M. I-Cornte de Mirabeau que IQ Cotvmifraire harg' du rapport a dans fon Difcours, pluto"t plai de' leurs raifons qu'il n'd pla*de leur ciufe. Les d-.-., bats a ce fuj et continue-t-il ont 6t" nom r,--ux
A








4
mais les evenemens ulte"rieurs 4 cette journie ont empeche' que la decision ne f6t prononc e e le me^me jour Oe s d6bats m'ont paru 4erficiels vides de chafes 6t.rangers 'a la queftio' du nioment & toui-a'-fait indiznes d'un ft beau fujet. -
La deciflon de IAffeh 616e Nationale n'eft donc pis encore pronoun e'e- It eft donc encore. terns do 1'eclairtr fur les dangers & l'inconflitutionalite' dune admlffi6n de -ces Deput6s trop nombreufe. Je'le dols comme Franqois', comme Ami comme De fenfeur des Noirs-, .-Je fuivrai le::1 Commiffairie-Rapporteur: des Colons dans fes en *dtera i une it nauroit trois divifio'ns qu'
pas du^ omettre,
,IQ' Faut-il adtnettre'les Repre"frentans deSaintDomingue, & des Colonic's en gen6rat iuxEtatsG6n&aW
20. Lour Eleft'ofi eft, valide Moors OUvoirs font-ils en bonne forme?
3.0, En quel nombre doivent-ils etre admis,?
411. Les Noirs de nos Colonies 'n'e font. its, pas 16f6spar cefte admiffion, que doitlaire"I'Affedble-e 'Nationale, -lour! la d e5fenfe, do leurs drolts







4

JPJR E M I E E: Q U E S T 1 0 N.

Faut-'it adt'eltre les DJputJs de's Colotzie s allx
Eiats- GMefrgux

1) paroit d'apre,s le re4t de M. Ae Mirabeau qU'04 Wa pas menje a'git6 cette quefli,-)n tant o:i a cru uti.le le princip.q 6vidervirneat favorable aux .,-,jons.:.,
M6 de M. le c'ontefte parce qUe, dit- les Colonies Wont japaisaffiMqux Etats-G n Ax & qu'elles n'y:,.de'oieiit p4roiLtre que fous 'la otnvocafio t-du Roi.
Mais it n'eftpoint que, nos Colonies
n aient jamais envoy' de Deputeslla nos Etat.sGe'n6raux ; car l'origine de to es A bl'n p f.. t6ricure laux deniers. Etats. Geo raux de 16t+
11, flut, 49,nc renoncer, A. ge, rpoyen de fait if-faut encore aliandpnn, .r cOui de Mrregufarite apparente, de I'Eltdibn', fall te cpqre les'or4res du Roi, ou plutot des Minuftrv.s. Le defp6tifnie paConVi L
rott, a, oir di&11 cetordre il- ne ent point a des amis, de la liberty 6', de s en aPPUYer,
Remontofis aux principles' s- I f
& examination
lueur, qu'ilsmous.. preteint cette, queftion importante aw. it admettre -lei &put' de -eoknies a u x Era ts G in dra u x del Frajzce
A 3




AMPA




Les Colans fon t ho mmes font Ftan-qo'is
ils 'Ine peuvent '6n 6tre taxs ni' gouvQrnes 4 t
fans leuf confent'ement
Mais refulte- i iL d'e IA., qu'ils doiv--n 0 e repreFfent6s au': x I Etats Gheraux de la Ft ance ? Non car ils peu vent tout-aA-fois'ikre pas taxe's fans le'ur confent.ement 1, & III etre pas repreI'ent6s i
V
nos, Etats-6666raux.
A
L examen de cettO. question entraineroidnt A grads develop'pemen" s, fur'la'nature. 4es Colonies, leur rapport poll'tique avec la-,M&r6pole'; m I is il fau.t fes refierver pour le t*f.--ms"o't'1 lon s'occupera, de ]a con, flitution- fondarnuentafle de 1a. place qu'on *8oit y alligner aux- COIO'nies,. Q4ainxY n il f ffit de faire entire' ir, trs-rapidea pre t U
ment les motifs, qui doivent faire rejetter J'admiff16 t) d e S W m6s des: Co colonies" aux Etats-G.6ne"Comment-y a'dmettr ,, en eff et, des homes
j iIrti nn f a u'
qui app e ed n autre he ini( h re, ui
q
etant"loign6 d- ]a Tr 't6, de plus de ; r bo flie'ues ne PoUrront dip"ut'r quIrr6gutiere ment j far-tout'fi les Etats-G6ne'rwx dev naint Peribanens., ont reelus tous les deux ou trois ans" dk homm es, qui bien inqruits peut-c'tre des beroins
int Ir A
des 6 ets de Saint-Domingge ne- Peuvent
A
C0111101tre 4ti'imp'aifaitement les be6oins-,; I rcf







7 4
forces, Iles i.ntere'ts de 14 France des homes, qui vivant au milieu d'un,,,peuple d'e(claves ne peuvent qu'apporter des habitudes de-,-aerpo, 'tifime & de corruption att wilieu d"une Na On:
A
qui VeUt etr,e libre ; des hornmes; appairten'a nt a tine., Colonic'. dont,,quoi quon'en dife 1, l'iiit6. 4t eft, diGrent
re ffant a Prifettt, non, fe
de celui de 4' M' ropole- mais m,&ne oppof6 a cet inte'r6t,
Car infiti. dans le fyflem6 aduel le C' 06trat eIntre la -Metropple & les Colonies, eft un c- n..
Vdavare. L'une accord Ja proteffion ai x
nlai. fo.us les conditions les plus one'reufes,- Les.- Colonies'doiVent donc chiercher autant 'a feco-uerjeurslers qu'e la Me'tropold 'a les rcfferrer.
Et dans le fait elles le cherchent & elles retiffiffenti Elles 5chappent aak fers de4o.Europre p4r la contrebainde lap44s, a4ive', qu-ifoutnit p 'ir, exeropfe- Aux 6 "Icains' libres I s vingt milliofis,,de livres, djIucre,,-,& les deux rnillion-sde -livr'es. de cafi qu iIS_ c6tifomment ? NO's Iffas 84 les, Ifles, Angloif s ; car, on ne cro.ira pas
I
fans dou-te, comme I'6ntimprim6fauffe '' men't'la Cilor4 qu'e ces Amiericains 6daire's I vien. nent cbercher 'en-,Europo. I' fu e cre ,,_.qu'on jeur
olfre -A', Saint-'Mmingue non-feulement ils dell
A








vl6nnent pas, chercher, mais ils en-rafipent & exportent pour IEurope.
Non pas- que je pritendecondamner en cela 1eA Ame'ricaii is libres', ni les Colons.Les fers que I'Eu-, rope leur iipofe ront centre la nature des chofes. It ell donc de la nature de's chores qulls cherchent 'a s'y fouffraire par la contrebandd; ;nais quand on la-fait, it ne faut pas le nier if nehut. pas tant venter tet envoi excluff de routes' fes. Marchandifes Col-oniales A la M6trqpole,:ni ee.nl fa.lre u n titre potir faire admettre les D6ppte's des Colonies aux Etats-'Generaux,
En un mqt les Colonies ont un interim'. 8164 m6tralemeniv oppof6 acelui de, la Fraom La France &- le-s Colonies' font tro'p 651o'ignees. ont des rapports int rleurs trop, diff6rens pour, Ore' gotiverneS par 1',6 me^me fyfl^-me donc il eft-im Wq
,Pol' ue d'admettre JesWpusds.des Golotis aux Etats-Ge'neraux.
S'enfuilt-il ck-l' qu'it faill e taxer ou gotiver.'ner Jes Colons fans feut confentement Non:, in-,' core une fois. Ps ont, fes me6mesdraits que nous; mais ils doivent les exercer ailleurs ,qud dans une, Affemblee geo6rale dc France.
OU les exerceront-ils La nature'des chores Yindique clairement'*. Saint-Domingue, & routes les autres Colonies Franqoifes 5tant trop .6loignees .e la-Franc doivehtappartenirla un autre fyflemo ,






4

que N France elles''doiVent s' ppartenir 'a. ellesm8mes elles doiverit av'oAr dans le'ur fein une Aflemblee general des Coloaks fqmblable 'a
flotreAffemble e Nation* 'des Xlenibl'es particulleres fe blables sAffe b,
ano M leesProvinciale.s.
A
Les Ots feroient'arrete's, les Loix confi4m.,
ties 'dan s I'Afller b'le'e g6n"rale. Les Affernble"es, Particulie'reg' veilleroient fur 4 rePAr(ition Aci imp6is & ftir re'xecutlon'de's' taix.
L'a fWfib'n'd u,' ,Gouverneur reprefente"roit la fa'6<66n rbyale,
Dan' cet ordre de chofes les Colonies n'au. foicrit'l s A im I pofLigr q u'e- pour leurs propres dc'penfis'; eeff A -dire j'ircelles entra'Wes par leur gouvernement;q uep,,ourleurspropresdettes-,& lekimp6tt ne'devroient a qu'a' ces depenfes
colo"hWeso
-DOS:de t'ordrd&' 6 lts Colonies ne P rendrojent aucune part 'a la ddt'te g 4*n*eral.e de, la Fran''e',$'p'a't:plo -'que"I"Irtand,'e., n"e,'prend'pai't A la ,dette-& IAn glefeeii6t,,
Elks, nd t6q&kvet6knt de rapport avec a
France"' ,40-P.6ur 1'exportation de Ic'rs pro:duc-. tions & pour l'iroportation des Marc if S'"'
eftrange"res. '-Le &JUble fyftem'e devroit eil ebt r e concerto. entre I'AffiernbVe national de France & le's Colonies; & mani r a n"itre point oppreffif pour ces derniercs.







10]
Pour le concerted., les Colonies devroient avoir des Aaens ou d6 De'pute*s pres des Etats GC'neraux qui feroient les fondions de leurs 'Repr6fentans.
Ces Azem ne. pourroient jamais tre- Parti(s d11 Affernbl6e N.ationale ce feroit colmine on I'a protive., 'Oour Pavan'taze commu- n -de ldfrance & des Colonies.
Ces Agens, pre's- es EtamGene'raux t I'ait
Vient'de tous les interestss exterietirs eles Colo-Mes lcfqueltfVe. rifqueroient point de fe ccimromettre en'ne donnant 'a leurs Agens quc des pouvoirs limits, & en fe r6fervant la fact I I tc-' d e confentir par elles-m8mes, pour 16, objets importans.
voila le f), fleme, qui to't ou, tard fera admis pour les Colonies 'vafce que c'eft celut que prefcrit la force des chafes. Cette. force..,tend a afrancbir Iles home's &,les Societes, -&I il eft impoffible. que da.ns le tourbillon"qui entrafne.tout vers la libert6, des Colonies confide'rables reftent e f les aitachees 'es C' orps qui',.fbnt ak de.tjx miles lieues d'elles & confeato a ft laifler godvArper par eux.
7
Etre gotwerne dd loin c'efl s'expoferit etre mal gotivern'. LEtre de'fendu de. loin-,c'eft $'CXpofer 'a etre mal d'fendj; !es inte rks pert"Onuts









& i'nterIe!n!S de 'M GJZOII Ie ne Peuvot C"tre 'bltn, juggs pir conr 6n't nd doiyent. etre ju#$
que par,. elle'. & C116 neaQl*t *dii ut r'au-deliors,, que les int 6r&s du debors',,
Les G'lonies loin d'' recherch'er I'honneur dang'cre'tli d'avoir des DepUt& aiux Et'ats.Gen6raux .devro'nt- C a ces
Pnc quand eVes"'feront 'A
adopter Iau tre,-fyPt-cme. qui au ffi pl'us. conforme 'a Piifter't de la Francles
U11 exemole fratmant'fortifiera. 'es raifb'nnc-' niPs ; c'ell celui de I'Anglete r rei. La Jama*ique ni- fies 'auires Colofiies,'n'ont point de -Rep'r6antans A Tarlement d"Angleterr.e Ofes n ont-que
des A gens, pdury dI(ctkterIJeurs inte're"ts.
cc, En tout ce: qui ne, regarded pas.f & Commerce extftie r, Jes Colons 440b, dit le Dofteur Smith ,'conduifent librement leurs Aai'es; ils jouffent chel leux des'nitmes droits que Icurs
ht en font
My s--de Aa met le.,.Ces droit's
affiur6s dt 'la i fi em e,' Mh. he alre-mWe Vaffen:iblee leivie"eile ( fe ldsl'defiiets 11 entretlen"""dd' 'Qbuv eine"metit 'civil ;,elle en impoto. p pouvoir x6ciitif ; tjnt q' un : Qtoyen
ob''it -Ux- LoIx ', It n"a'- rien''a craindre ni du
-Gobvernerhen't Oi I d'auctin Officier Civil ou 11i. litaite. QuoiqUe" ces a'frcrnblees Provinciales no








fbient peut-etre pas, non plus que no.tre Chnibre des Communes, une *jgg'fientation du Peu. ple diftribue' en dejuf6s proportions if 'arilve pourtan't que' le pouvoir executif n'a;yant pas ert main de quoi les c'orroinpre ou Wayant p'is be-, foin de le' faire p'arce qU,.,.,'it, eft ruffifaiiim enr fbu tenu% I'afTemble'e eft plus que%, Anglet' -tre ., le fide'le interprefte djes fentim6ns 4es conflituans les Confeils, qui,"dans'le Corps l6giflatif des Colonies,, respondent 'a notm Chambre 14a U-te ne font point compof6s de Membres auxquelkl& naliffancey donne entree. RUA de't Nations, Gap. 8 Liv- 4-1)
11 eft donc vrai de, dire quc,, quoloue les CoIonies AnglaAes ne foli nt pas s'pr5fentees au Parlement elles, cint ,cepen'dant Ia. liberty' poli-,* tique.
Je.ne pr6tendl pas., ce4dint, qge cet exemple rerV.e entier6*ment'di,.mo4 1',;,'C'ar, les Colo.. nies Anglaifes me par0ifint dans u'n'e trop grande .d6 enhance de Ia M6tropole; eut ^tre ne 'chP, P, e ,,re
c '4jetiqpm parce
me.-It-on pas centre et a ent
que Ia plu"part'des Proprietaires & s plantations & de leurs creancier's refidans en An ;l0texre "Onl une- grande influence fur les decisions. a o nn ie s par Its Parlemens fur, les Colonies que ceite-----









influence leur profit irif6rable A une repr6fen.tatid'h dire&e.
Mais le cite cet'exemple pour faire voir qu'cn 'Angleterre on a fenti les inconviniens de la.reprefentation des Colonie's.dans le Parfem.ent, & qu2o4 ne doit ros 'a, c"et. 6gard fe'decider tro kg recent en4France.
On me, dira.peut-6tre quo c'eft faute d'avoir admis r les Colonies de I"Ame'riqu' da Nord 'a fe faire re r' nter au Parlement d'Angleterre, quo I'Angleterre les a.p rdues. Od 'fe Iroinperoit. VAtp'erique, duN.or& n'a jamais efte bien jaloufe de fe'faire repre"fenter i ce Parlement mais elle de firoit h'e'tre, point, taxie Cans le confentement de fes afrem'blees Wiflatives elle ne seft revoltie que parce qti'on vouloit la taixer fans fon confentement.
tes Col'ns-de Saint-Domingue client encore, ou plult6t dfigure Milblim. Romaine pour
U n6c flite- d'ad ttr Iturs R 'r
prouver me e ep efe,
tans.
Quel ftok,'di enfils fe reciet'avec Jequ'eI o n ie 11 'eat-6-Ao "Ie
it s Novinces conqui es ? Elle leur do'nrwit la'facult'd d"envoyer leurs Reprifintons voter ns ta nblie du Peuple R lain' &'Prendre part aux- Arrets qu"it 'didois J, tu iVers (Miwolre inflrutlif aux Yosrabffl, F. 1 ).









C'eff tin trait-dIgnorance que ]on auroit p-evit a croire fi le tie copiots pas fiuWfement id Iles paroles des Colons. Le fyficnie de I'a reprefoh;ation tel quT eft pratiqu6 par les R6publiques modernesl a ete inconna des Romains. La de' inocratie pure ou perfooelle i#oit la fe, I e me' thode qu'ils fuivoient. Tous lesRomai s votoient en perfonne & leilEtrangers, q11' 'itsadmiyent enfuite au dreit. de Cit.e, votoient 6galemene en pe-Anne &'jarnais -par Reprcf ntans. Mais..,,ils furent p endativues long- tems avares, de ce droit persuades qu'ils 6toient, que*]a Republique cefferoit d'e'tre, du mornent ou' tant de millions d'homrnes aUroient 8roit de Cite,, Sc. la rc'fiftance.' 'a cet,6o'ard- caufa'la guerr longue & fangl'ante
-avec les Latins.
Les mallieurs de. RoMe*- patent -de l'inflant A le droit &- Souverainete" fui' 6tendu 'a tous fes' Suits :..-alorscommefic'rebt le s querres civil'es* ute'de ]a' c P'wb
qui pre'ce'd'r.-at la c1h^ R
etablirent fur SruAnes on Gouvernemiinf' dd pS 'I'onvoulo-it rover qae 1'exe;pple & Rot*
p
n%'eft oint applicable icl il'faudroit- ntrer .,d.ans des de'tAlls.qui me conduiroient t6p loin, "S on pe t dire en-detm mots-, 'que Rome ne p iVe 'S*ts f,
volt fe. tkif 1;bre, ni en a Ant,&s








15
noMbreux ni en fe les, incorporate, comme
Citoyens. Affdlettis, il fallout perp6tuel.lem6 nt les tenir enchaine's ou combattre. Devenint Citoyens, admis 'a voterak Rome ils fervoient d'infirumens aux factions des divers Arillocraten ouble mal, en laiffant. ta' Rome eut pr -*venu ce',4
ep litique, c'eft-'-dire, le droit de fe gouverner N'.tous les pays quell avoit conquiso en ne confervant avec eux qge des -rapports de proteffiop & de.-Commerc.e.
w co
.pfeille au
Tel eft le fyfle^me ue la raifQ
Gouvernerhens Eur'O' eens s'ils, veqent confefp
ver leurs Colonies, ils doivent p1lus les trailer en 66uvernemebs conf6de're's, en Allie's qu'en S lets.
Ces raifonnemens -, qui bivent e^tre examines, lorfqu qn, batira une conflitution foodamentale &'qu3bn organifera des Etats. GeneraUx-durables tie dolvent point s'appliquer aux Etats-Gdu', rajux'de il8p. A
,Xti attendant qu'on I alt adopted un fyUrne, r6gulier, qui-3, quoiqu'excluant les D5put8..,-det Colonie'',, nettmutra point 'a letirs drolts., quu, Join d'y nuire revc"tira les Colonies eiles-m'mest
noex rcer-oient que par un jpouvoir qu-elles
peil't nombrIe de Delegue's 'a notre Affemb ce en attendant, -disje.$ ce- il faut ouvrir







16
aux Colons le fanduaire de nos'Etats-G6n' aU'V a&,jels. Its font perfkutes ty-rannifii-I its ont befoin d"un afyie oi& its Wen peuvent trotiver un meilleur que dans le Temple common op. a I
*Nation s'occ'pe de reformer les abos & de detruire tous les genres do defpotifme,

D)R u I XIIME QUE S t I ON.

Ve&Mon des DiFutes de'Saint-Donzingue ey- eUc Vafide

Comment Nleffion de ces Depute's s,.eft-elfe. faite ? Je lIgnore. M. de Mirabeau nous apprcnd. lWon a gliff6 fur ce point probablemen't patFe, quon' a fentiles vices de Pele&on.
1on a Nivi le e da ire
_plan publi ns to Me,*mo* des Colons, it en refulteroitque Piledion dauS it e ni, libre ni
te general. Ce*plan portoit
ue. pour 61ire it fallout avoir*viligt-c ,q ''inq N gres
& pour 6tre eflu cinquante. Ces diftin kions de ,proprie'te' ont 6te rejett6es par le Rdglement de convocation. On 'a bien fend quo.la repreffientation devoid kre p ,e.,rfbnnelle. Cott' diffindion feroit d-autant plus cond b amna le pour la Colonic de Saint-Doming4e qter,11e a d ^ exclude us dos trois qutrtg des, bommcs, fibres. pour le &4it Wile4tion









-7
d'e'le6lion plus des neuf dixi mes pour le droit d 11 Atr'e Deouie.'
Les Noirs.libxes ont droh defe phindre parce qu'ils n'ont pas e're' convoqu's qu'ifs n'ont pas
-1
concouru a 1'61cftion d4s Depute's que. parmi eux il exifte des Proprie'raires., & qu'ainCi on ne. Peut 'alleguer aucun pre'texte Taifonnable de les-,e'xclure ; ainfi le default de conv9ption des, Noirs libres, fuffit pour r6ndre nulle i'efleftionfaire'a' Saint-Domingue.
Une circonflance', particuliere rend plus e v i dent encore le droit des Noirs libres ou enclaves, c3leff que la Colo" nie de Saint-Domingue n'a point 6 t.e.convoqtie'e par des Lettres du Roi : de quel &oit donc s"eft-elfe affemble'e ? En vert u. du droit nature, fans do4te ; or le droit natural ne pouvQit d-onner I aux habitats blanco de Saint-Don irjgue le pqu'oir le'gitimc d'e-Wure les Noirs; fibres de leur affemblee, Ce vice pourroit engager les Etats- Ge'ne'raux I ordo.nnerune nouvelle e'leftion ; & en atten. daint, 'a conferver quelques-uns des Depute's, actuv1s.




B










T R 0 3 1 E M E Q U S T 1 0 N.
En juel nombre les Deputes. de Saitzt-12ominque doivent-ils e'tre admis ?
Pour le de'tdrminer, it faut fuivre. la. bafe de Ja convocation pour la France non pas que les Etats-Gene'raux dev'ront toujou rs,.Ia refpe,-'Ier, mais parcP qu'on nepourrolt ca-.
faveur de Sa'int- Domingue, Cans faire -une injuftice 'a' routes I es', Provinces de'.Yrance.
La* representation du Tiers-Etat eft A-peu-pres dans le rapport d'un a' quaramte mille.
Je I ne parle pas id de la representation de la 14ohleffe, & du Clerge. parce qu'il n'y a ni No. bleffe ni Clerge 'a Sam t -Domingue & qu'ainfi it ne doit'point y avoir de representation 'de ces deux-Ordres. ( Voy. le Mehwire injirudif.
La Colonies de Saint-Domingue- ." d'apres les calculus de M. I'Abbe" Raynal content 38,686 perfonneslibres, & d'apres ceU'x de M. le quis de la Feuillade environ 40,,000 (1).
Donc-, dans rexade proportion elle' ne- doit
pas avoir plus dun Depute' & cependant'elle en a nomm6 trente. Dans un Pre-cis diftribue' par

(i) Voyez la ,ttre adrelrie aux ttats-G6n4,xaux.







rig I
Ces Depute's ils 'difent que Saint -Pomin'Ve content dix Senechauqes Rovales qui, a.u.roient pu confiequemment -envoyer quarante Deputies,
Ils comparent 'vrairemblablement les Sene"chauff6es a nos Bailliages Royeu,- .,Mais cheque. Bailliage envoyer delux Depute's du Tiers,
devoid 'a la rigueur contenir quatre-vingt Mille atnes, c'eft-a'-dire le 'double d'e, la,, population libre des dix S6ne6auUe's deSain't'-Domingueo S'arre^tera-t-on aux autres m (otlfs pre"fent6s par'
-ces De5pute's pour foutenir 1%-.ur prettntion ? 11's font encore plus abfurdes, Ils S'e'crient .par example dans feur Lettre
Touie votre Cour e We Sire,, les
au Roi cre
liens du Sang on-t pour jarnals uni votre' N& h1efe avec Saint-Domingue; tous les g randsp oFriita res font -Nobles..
Eh tant pis. pour la Colonie; ceiix qui Ma.
'11 A %- e 'tim
bitent doive etre tour-a tour I 's vic e dude(potime des gouverneurs, & des Miniftres, &'de 'IAriftocratie.
Tant pis pour les rnalheuri ux Noirs car ceg Nobles aim. ent mieu.x vivre A la Cour & dans la Capital que dans leurs pla ntation.s. Ils les abandonnent done 'a des -InrpeaeLI;S qui pour conreror lea fav C'U rs do iours Maltres &







20
faire fortune eux-me^mes ecrafent les Ncgres do travaux,,
'Tant pis pour la Nation F anqaife fi I'on
admettoit tr6nte Depute's de Saint-Mmingue, ce feroit ajouter peut-e^tre au Parti'de I'Arifto-i create trente'Partifans nouveaux,
Les Colons ne ceffent encore de venter, ta, ficheffes de Saint-Domingue; ils pretendent memo que cA la feule bafe qui.doit'fixer leur repr6fentat I on ; mais leurs calculus me8mes* prefebtent des variations & des contradiffions fi considerable* qu.'elles doivent Icur faire reffifer toute efpec ,,, de.confiance.
'En effet., Us difent, par example 1- dansletif requtte prefente'e aux Etats- Ge'nerau' qu'ilp font agir' un million, de bras Afri'cains, IorfquIiI D y, a pas plus A trois cens mille Noirs 'a Sainta. Domingue.
Ils difent qu'elle verfe t ous les ans fix cens' Millions dans la circulation tandis que dans jeut' Lettre -au Roi ils ne parent qu'e & deu'x cens .millions WO
Dans un, ndroit ils font voguer cinq cens

(i); Voyez encore le Procis -:V al des Nobles








21
'valfreaux pour leur Commerce; ailleurs,,' c'eft un mIllier.
Ils difent qu'ifs procurent tous les ans 'a' la France tantot quarante millions & tantk
Une creance de trente millions de numeraire; ce qui fait, ajoutent-ils (2) la quatric'me parties dot l'or & de I'argent que I'Europe reqoit cheque annee de IAmerique;I & ]on, fait que les mines d"argerit feules verfent pre's de deux cens miblions de nume'raire,,tous les ans.en Europe.
ces anrtions ils difent ailleuts que la France retire neu'i millions d'imp6ts' directs
foixante milliotxs dimpo^ t' indire6ts Eh Ue I;ur refte-t-il Jeleur prod uit de, cent fnillions ? Trente A millions pour piiyer leurs advances, 'nourrir trois cens mille Mgres, & foutenir leurs d6penfe I exceffives. N'eft-ce pas une abfurde exa,, Oration
6ubfiant en Ore qu'il's ont r'duit dans cettei affection a neuf pour cent l'impo^ t direct Us difent dans un autre -MC'moire' que la France retire quinze -pour Cent d'I'mp6ts dire6is fur leurs produ'dio s & plus, loin ils difen't qu'ils -apppr-:


0 Voyez le Prods-verbal ci defrus dt& J
tz) Voyez Detix'ichiie Lettre ao Roi, p.
B 3










tent 'a ITtat quarante-cinq pour tent de routes leurs produdions.
Veut-on avoir une idee.nette de ce que produif 'a I'Etat Saint- Doiningue ? Confultons M. Neiker ; il dit que toutes les Colonies ne rendent. pas pl ySooooo fires, & cokent
plus de quirze niillions par an.
Les Colons difent enfin, que c'ell la Province Aa plus pui ninte, la his productive la moins a charge la plus utile 'a la France.,, &c. un' cond Royaume enfin. Or. Sa int-.Domingtje, fuivant MM. Raynal &-Ladebat I ne'verfe pas plus e c-ent millions d e*. product -par an ; ce qui. neft qu un trentie"me du"revenu general deta France, apprecle- par M. Claviere', d'apr s de'. profondes recherches, 'a troi' milliards (1). La population Sai't-Dorningve'eft daqs Id m^me rapport avac ce'lle de ]a France; ce second Royaurne donc-que I le trenticme du premier.,, & il y
8 1, x Provinces en. Fran beaucoup moins
4tendues cependant plus peuple'e & 'plu's
produdives qne Saint-Domingue.
Toutes ,ces contradi&ions, ces exaggerations, J*
prouve6t i*.nblen les calaff's 'des Deputei,,de

(i)-Voyez fes ouvrages'de la Foi publilue & 0 1nions dun Cre'tincier de I'Etat.
F







-23
Saint-Domingue font d'fetlue'ux & qWils ne 10
meritent aucund attention on a 6te_trop longdupe, d'ailleurs de cette manie decalculer-, des chores incalculable tellss. par example .que les circulations pour appuyer aucune decifion fur des bafes. I offi Ikertaines
I e I
11 parolit c pendant Xapfi, le recit de M.
ComW de -Mirabeau ot de cirque ce grand
-,culation a product le plus grand effet dans IAffemble'e Natio pale, q&on a ete 6duit par ces P 600 millions verfis dans ]a circulation. Eh ft la, fomme de ]a circulation de'voit 'tre la de la repr6fentation ; quel nombre immenfe do. Dep tute's ne dev'Toient pas avoir nos ,Yrificip ales villas de commerce, comite Ta f6tt bien obferv6 W de Mirabeau ? Paris devroit.avoir des cen-taines'de Depute's puifque dans, ceg derniers tems par 1'eftet f6efle d- I'agiotage des mil. liards''a'coumu.lesontcircule-dansfonf ii-.
Mais en ore une fois cett e- bafe de Ia repr6. fentation eft .65trangere au droit de reprefenta.. tion ce droit derive de cqlui -d ne point 8tre


(i) Voyez entire', pour vous m, convaincre, le Cha.. pitre II de I'Ouvrage fur'laFrance ;es- Eta' Unis.3 par MM. Claviere Brifos de Warville.
B







24
taxe n; go"verne' fans fon confentem*ent; ce drolt eft personnel tient 'a lanature de I'homme & du Citoy n & non 'a fes richeffes ou 'a fon commerce ; qu'il ait pep ou.beaucoup qu'il faffe circuler peu. ou beaucoup d'argent, tout cela eft indiff6rent a' la representation ; la representation efl un droit perfbn el.
Partant de c6'principe, la quotit6 de- )a re-prefentation ne doit admettre d'autre bafe que ,le, rapport de la population, & tel efl le rapport qu'on a fuivi pour ]a convocation des Etats--4 Gene'raux de 1789; ainfi le dr6it & to fait fe reuDiftent ici pour, condamner la prevention des Colons d'e,,Saint-Dorningue. La r'gle doit-hre gene'rale 'puifque toutp la. France -s'y eft foumife. On ne, peut faire ici exception fans, commettIe- une injuflice enters Ids autres Provinces de France.
L'Affemblee Nationale n'ell pas fibm &admet A e par indulgence desDc"pute's qui he fiont pas r6gulieremen't CJus, ou qui. n'bnt pas, quality pour etre adr ne
pis outre qu'elle doi.tfe faire
Ioi invariablele de ne. jam-ais de'vier des r -. gles elle doit fe rappeller qu'admettre up -Colon de' Sain 'gffioas implement
t D omingue ce n ..,
faire, reprefentet cette Ifle mais c'e'ft donnerun
'fentanta'6atleRo umedeFrance.
nouveau pre Y-a








Si ce-Colon en- effit, borno'it ron fulTrage aux affaires qui concernment fa colonies on Pourrott 9 carter dd principle it y auroit moins -do danger 'a en, admettre beaucoup. Mais comm, e Its Colons voteront fur' routes les affairs ge'*ne-' rates Ceft r'ellemen't hire rep e-*fenter le Royaume par des'Colonsde Saint -Dominguee La-grandeur & I-im.po'rtance de ce titre doit faire la loi 'a I'Affimble'e Nationale de ne I'ac-* corder que d"apris la bafe proportionnelle de reprer. nation qui a e'te* fuivie.
Les De'putes Wont pas of6 s'atpuyer trop OU-0 ver.tement'fur la population" Noire df SaintDo. mingue, pour prouver qu"its'avoient eu dfoit de nornmer trente D"put6s; ils ont probablement TCconnu Timpoffibilit' de repo.ndr'e mix raifonnemens q*ue j'ai deMopp's '.iillcurs, .0). Ps fe font cependan't fervi-du-nombre de leurs,&Iaves co I rnme dune confide'r'ation-,-pe'ct riiai ,re.,d'un Inoyen indire& pour obtenir une reprefentation nombreuft!. cc Foyq secrient-ils emphatiquement parante mill e dtes 'Fran "ifes qiii. ,Ant-agir tin midion de ras,,X

voyez la Nott 6ritre J'admiffion det i latitpmrs, A la fuire de mon Plan de Conefulte pbur les De'pvte's
ple, aux EtaisG ux chez BuifbPeu enera o Ubrair ee







26
On a VU que ce calcol e5toit tit! t'enronge'. puifqu'it n*'y a pa's plus'da trois mille' Noirs efclaves 'a Saint-Domin'gue.
Mais dans leur letter au Roi, ils ont -dcvea fOppC ce moyen dune maniere 'tr'op strange pour qu'on ne cite pas ici leurs propres' paroles.
Quand il'a Ct' bien reconnu, difent-ils, n que la nature refu(bit aux'Tranqais I U force*
de corps n6celTaite pour cultivar up fol bru^16 fous une zone ardent 'nous avons,c6 nferv nos teftes pour ordonner les travaux & nous avons 4pe chercber au 'fein de IAfrique un so Nuple enter' d'habitans acclimat's, nousleur 3o avons prefcrit Tenrichir la. Me'tropole & notre
Souveraip ; &,pour prix d'un travail tribute m, quele, pauvrep'aye parAout aux riches nous
A
n les traitors par' hurnanite' & par Interet COM 3* me nos enfans en d6pit des affections erro,so nees de quel ques -Philofophes novateurs
Teut-on d5guifer. dune man,
,Zre plus revol tante fhorfible traffic & la ca ptivite des Noirs Vous a-vons Cte' chprcher au fein de I"Afriqueun Pett Ie.... c'eft-a'-dire, que la flame & le fer
]a tn ino, nous avofis ravag6 les c" es & I'in' t6rieur de IAfrique que nous avons affafrn6, enlev6 des Peuples confines qui nous avoient&a-








E 27 3
bord' accord" rholpitalite que pour prix de Jeur confidence nous les avons condamnes 'a un'e captivity & des travaux efternels c'eA-A-dire que lorfqu'une guerre ouverte ell devenue ou 4jngereufe ou trop di(pendieufe nous dvons feme les divisions entre les Africains me'nie nous les avons, avec nos marchandifes & nos Ii.. queurs infernales*, provoques criminellement aux combats, pour nous vendre leurs prifonniers C'eft-4,dire que lorfque ces guerres n'ont pas encore rempli notie (6if infitiabl e nous avons dreG des Chafleurs. de Noirs, qui Ies attiroient dans des pie*ges nous awons p ovoque"Ie' p re a nous vendre, fes enfans les enfans 'a, nous vendre I ur pere, ; c'eft.'-dire ." en-un mot, que pour peupler Ies Colortice's de qu4l4ues mil,--Hers d'bommes nous en" avons fait affaffiner des millions, que nous avons engloutis, your nos plaifirs des generations inombrables de Noirs...'-.'& pour prix detant de forfait.,'nous e 'Affembl' la.
demandons d"tre admis dans', I ee
plus augufle pour prix de. la captivity rigoureufe dans laquelle nous tenons cinq. "nt mille boffinles, nous demandons d'etre adm's dans le Se'nat d'un Peuple libre & qui veut former une
Conflitutibn libre. .
N"eft-ce donc -pas une d'rifion infultante que










employerr des argument auffi re'voltanS 2uprh d'une Nation fenfible e5clair'e enthouflafte de la Jib.erte' & exafpeWe elfe-mc'me par le'fou-' venir poignant de fon long efdavage ?
Yeft-ce pas infulter encore 'a fes lumieres 'a 'fa paffion pour Ngalit' des fa fenfibilite a e.
drolts que d"imprimer cette phrase ariflocrati., que
Pour Prix d'un travail, tribute que le pajj
vre paye par-tout aux riches. .. 03,
Un tribute! I Non : le pauvr'e qui. travail'ie pour le riche ne paye' point un tribut.. Ilechange fibre.ment fon travail centre un falaire ; mais cet
A
change eft volontaire ; le pauvre peut refuterou quitter; 1'e(clave. ne le peut pas6' Vefc1ave feut' raye do6d un tribute Ne le di(ois-je pas avea raifon tout.a' I'heure ? les Colons portent & introduifent par-tout leurs id'es, de defpotifme ils voyent des tributes, 11 ou nous ne voyons, q'ue Aes"falaires -, & dela' 'a I-id6e de regarded les pauvres comme des efdaves de Jes trailer comme des enclaves, il n'y a quun pas.... Xh I defions-nous Mons nous de ce language it
nous empoifonneroit infenGblement., 'M11 Maisl(ui6ns I'apologie des Colons,
Alous traitors nos Ali)gres par humanite'l par-







29
indr4r4t comme nos enf4ns., en d'it des aSe rtio ns erronnees de qiielques Philofophes iiovateurs.
Grand Dieu Les peres. aans no's C o I o nies' font-ils'donc des b6lirreaux) Vorit-1's aufli tous les matins le fouet 'a la maln arracher leurs enfans au. fom'meil ? ,Les condamnent ils a*' et r e brule*stout le 'our par un foleil de'vo-rant ? Ne leur donnent-Ils pou*r foutenir leurs forces que des raciness ou des aliens corro"mpus & defse'che's ?-Les' font-ils tai4ler' ou delc4irer par des fuppl ices, barbares ? N o n", uoiqLle' les rapp"orts de p rd & d'enffins tolent & doiv.ent etr'e anean,tis p;ir I'liabitude du de(pofifine, cependant les Colons a'ont pas abjure' 'a ce point tous les fenlo times naturals ils ne traitent pas leum, enfans
comme leurs enclaves ; mais ils ne traitent pas non plus 'leurs efdaves comme, leurs enfans fans doute rhum2nit' l'inte'reft d v, q mient leur
en faire ]a loi ; mais I'hu an e ft u.' Iiiot in'connu dans nos Ifles, &'tani. ue des'Colons preff6s de- jouir auront I'efpoir de remplacer les Negres, qtas excMent &,qu'ils tuent* en quelques annexes, par des Ne'gres nouveaux ils re.
nonceront par calcul i I'bumanite.
'Je ne dis pas que ce calcul foit exaft il eft Celui d'un n*uvais Fermier preU d'epuifer CL
terre parce qu'il veut la quitter*







30
Dementir ces faits de 6ruaute', eft dc'me.ntir les Voyageurs les Ecrivains les plus refPeftables c'eft dcmentir -des Planteurs ; enfin C'eft d6mentir 1e'videnlce meme car on'ne peut pas fur ce point raffembler plus de depositions, que ne I'a fait ]a Societe' de Londres ; depositions qu'On ne -detruit point', en difant niai.te*ment fertio de juelques Phdofojue ce foat de a ns
.,Phes Si ce font des Philofophles qui ont
fonne' le toctin co'ntre les tyrants des Colonies qui ont venge" les Noirs qui ont excit6 I'opinion pubfique en leur faveur., grac'ei leur en fbient rendues ils 6nt' Nitle.ur devoir ils ont' fait une muvre Aurnatiite, &. innovation da'ns'
ce regime barbare deviant un autre devoir,
Eh I que les Colons rernerskient ces, Philofo.
phes encore quelques anneesi; pept C^tre, & las d'un joug infupportable, jes Noirs fe re vo tant, auroiehtye%e' dansleur fang les tolurtneiii' de, deux, OcIes. La. I r6forme pre riendra ce maffacre en '.attachant de'formais les 'Xoi s aux Blancs, en rendant aut premiers tqpi Jews'
orbits.










QUA TRI EWE QUESTXOX.

Les Noirl, efdaves, -de nos Colonies font-ili
#s par fadmigoh d* trop grind novzhre
de ] i.Ws des Volons ont-ils le droit'de
?y oppofer?
La fblution, .Oe cette, question n'eft pas diffi., cile 'a donner.
41 les 30 POO NoIrg de Saint Domingue font'repr660t6s par "Ies, Deput6s des Colons de Saini-Dopingue ou. ils ne le font pas.
Sil .Je ton't c eft fan's Ileur confentemept & Par conf6q'uent ils font lezle's par cette admifCion.
S ils ne' le fo*nt p s ils encore le'z6s
car ces Deput6s font ou J rs maltres abfiolus ou les reptefentan's de leurs nia"tres abfolus' ils 6nfdbnc' 'a defendre des i#t6r6t4 c9atraires I ceux de leurs enclaves &-,'par con(6qu nt forfqu-'II fera quifli'q' de jugr ces,. intr'*,t$ il cft 67ident "que les Noirs efclav,A* da6s ving pa trente Juges, auront, vingtIou. trente 'parties ils ont donc um int*'*re^t maniWe "a re que l'on, admette ces Deputes dans le plus petit no'bre poffible.
Et 'q'ui a hit4roft. a drolt; donc les Noirs, oat,








;2
le drolt de demandef'que ceux qui profitent de' Jeur servitude, ne' contribuent pas 'a la formation des loix relatives 'a la. fiq;vitude, 'que leurs ennernis ne fbient pa4Aeurs le' iflateurs & leurs ju ge s.
Les Deput's des Colons diront-i.1squIl ne e -Saint-Domin
faut pas fixer ]a repr5feritation de gue d'apre's population Noirb,'mais d!apres fes irnmenfes produits?Soit; mais quelled main cr6e'e ces products ? Sont'-ce ces Planteurs'qui e5tale'nt un l6ke re'voltant en France, ou qu1i font, de fi belles phrases fur les-richeff s & I'irnportance de Saint-Domin. gue.? Non, ce font le Ooqoo.Noirs.efclaves. N6 feroit-ce donc pas..une iniquite' (candaleufa que, les products qui'. font fe prec, des larmes 46 fang des Noirs', fervifint de prefteve pour donner une representation plus nombreufe & plus d"influcnce 'a. leurs -ennemis?
Je vais Ous loin,, &. ie dis 6 limmenfite'
Tr u ts eft I'' titre de 4f
des r 'od 1 Ia iepr ,,Fntation,*
des. Colons', les Noirs e. claves 0 f nt bieif plus, do
droit 'a cette repre5fintation qve. les, Plante u rs idar cOeft 'a leur travail que- laFratice les doit; & pourquoilorfque leur travail feul pous enrichit,* les priverions-nous de ce droit ? Pourquoi les. tra nfiporterions-nous 'a des homes qu* n'ant au.
cpnc








33 1
tOlle part a- ces travaux que pouf tortufer les homes tiles
Cette idee emblera un paradox parce qua nous fornmes enore trop pres du pre'juge,-trop loin du droit natural mais les NoIrs, de nos CoIonics devroient plutok eftre 're -*f pre ente-s que les
Planters, fi, I'on;,fuit leur bafo de 'repr'Ccntation Qa'r ces Noirs font horstmes cornine eLlx,, Fran ais comme eux-,, & plus qu evx. ils produifent, ils font ultiles 'a la France.,
Les Colons nous diron.t-ils qu'on ne peut pas fe ici par le droit natural?
Eh quoi Mabitude de le violet, ou le profit qu'on en-retire font-ils des motifs pout 1'e-*touffer ? STs le font, pourquoi les Planteur e'x. m8mes fe plaignent-ils- du defpotifrn.e de le-urs Int6ndank, qui les tyrannifent.depois fi lobg-tems? Ils itIvoquent ce ,droit natural. cointre ces der-' niers)-les Noirs donc fin.v, quer 4 leur
tour centre lesCOlODS.
Les"Colons ont encore,...invoque-* le droit naturel pour eaffembler & nommer des D e5p, u t e's quoiqu"ils neuffent point de Lett:tls de convocaion, uoiqteil leur at d5f ndu, par 1,e Gouvernement, den' nornmer. Ils 6nt cru le droit naturel fuperieur 'a ccs d6fenfes arbitraires, & 1'.Affemblee Nationale I"a juge' de meme.








41
Pourquoi ce droit natural, f falutaire aux CoIons ne le feroit-il pas aox Noirs?
Non IA&mbll'e Nationale compof6e d-'Amis de lalib rt' ne fera point, une difliniftion atiffi revoltante ; elle prot'egera les, droits des Noirs comme elle doit prot6ger ceux des Colons.
Le tems n'eft pas encore. yenu d'admettre les Noirs Efclaves 'a itre te e
pref nt ^*s de leur feflituer tous leurs droits civ4,&,,-,poIitiqucs.
Maisaumoins, cri a attendant cette c'poque- ou la juflice triomphera ne doit-on, pas admettre en fj grand nombre parmi nos Le'giflateurs ,' des homes qui ne peuvent repr6fenter lea. NoiFs,
qui peuvent nu'ire beaucoup 'a leurs interc^tsj par l'iqfluence neceffaire, qu'ils auron't furfa forTnation desLoix Colonialer.
J'ai prouve6 pue,,Ies:^ Noirs violent, I ec
avoicnt droir 'a s'opporor a unV deputation trop nombreufe de Saint.,Domingue; c'eft P't.buver que ]a Sociiii :des 'Anis, des Noirs a le Me droit. Defendre celul peut re de'fendre
centre fes ennemis qui a les mains liees e ft non feulement up .1roit natural, V o's les hom-mes, mais c ) eft un devoir iinperieux. Ce droit oa pluto't ce devoir.de tous les individuals blanco 0-ivers la 'Noirs efelaves eft fu r-tout telui d' Soci6te d'hommes de'flnteireff6s, dclaire's amiq








351
eft d'voude 'a la d6fore dti bien ,,.qu, S, e
des NoirsCette-Soci4re a balance' fi etle Sop poferolt formOlement' en Ieur'nom 'a I'a&iffion des Colons j mais.-Alle a, penf6, qu'elle feroit doutar do la b ntd de:1
-W caufe, en r6clamant d"avance, centre llnflue6ce future dun troo grand nombre deJuges''41. qn'ellt offenferoir limpartialite' &-Fe(prit. de 'Jufli-ce de I'AffembleeiNatioJ.,
nale en croyant; A, "teoe influence elle a penf6, que cette Ocl matlonl pourroit parolitre, odicufe parce q*lle 'priverolt les Colons tyrannif6s d'.un grand nombie de d -fe nfeurs ; enfin elle a penf que lors de la' d4cifion de ce grand proce's les
-Colons en que1que noinbre quTs fqffent idmis auroient-aflez -d'equite pour defcendre de jeur Tribunal. Elle na.donc ru- trahir ni'les int6reAts, ni I les, droft des'Noirs;, em gardant le, fiIdnte --fur: I'admiftion db9' C61-ohs.-l-,"elle s'en, A
Pportee a ge a IAffetrM Nat"on4c'
'Pour limiter"le., hombre,41,1quIrs: bi"P'tis.
'Elle, attend, que i cotte augulle Affembl6e., ait declare' nos droits, propof6 uh plane Cotjfti.&
confolide la,.dette terming' les grandsobjet qui 'me'riten't la p'ref&ence far' tous* les autres po r lui pi6fenter la p6tition-des Noirs' E(claves, de nos- Colonies, & provoquer I'aboli. con de la Traite. C'eft alors, qu'elle refutera les




77"




exaggerations les fophif m-es, IPS menronges qu*ot a fait circuler depui8 q-40que iem', fbit dans,
des ek rits fbit dans les affemblees fur la n
ciAite' de conferlver cet -inflme aihfi quo,
1'erclavagre ; c'eft alors qu'ille prouvera qu'il, ell de fa- dipite' de la j'uflice ,de lInteret politique de ]a Nation Fran aife d'abolir immediatement
]a Traite.
Puifque les circonflance;0e:Vermettent pas en.,
core d61ever les Noirs au. rang des hom'mes libres
'de leur a ccorder des Repre"fentans FAffemblee National -accueillera, fans doute les defenfeurs Pue la Societe' des, Amis des NoIrs, (x) a Choifis
-Pur-appuyer-leurs- droits 'a Mrembl6e Nationale.

i Vafremb'Me g6nerale de la,,Soci'C"t6, du 0 Avril 1781,
a4 fait I'honneur de me charger :de',Ia r6dadion do Wmoire a' pr6fentelr, en fiveb'r des NGirs aux Etats-G6i & dans"d6s affembMes ginkrale fubf6quentes,
elle a choirt MM I WM;rquis de Condorcet & de Bour'ges'
pour ruivre avoc mov, cette cauCe Pris des Ftats-GeWe
Rux.