Relation très-détaillée des malheurs arrivés aux Isles de Saint-Domingue, par le tremblement de terre arrivé le 3 juin 1770

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Relation très-détaillée des malheurs arrivés aux Isles de Saint-Domingue, par le tremblement de terre arrivé le 3 juin 1770
Physical Description:
1 online resource (4 p.) :
Language:
French
Publisher:
Chez Couturier
Place of Publication:
Paris
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
To 1791   ( fast )
Earthquakes -- Haiti   ( lcsh )
Séismes -- Haïti   ( ram )
Earthquakes   ( fast )
History -- Haiti -- To 1791   ( lcsh )
Haïti -- Jusqu'à 1791   ( ram )
Haiti   ( fast )
Genre:
History   ( fast )
History.   ( fast )
non-fiction   ( marcgt )

Notes

General Note:
"Appové, ce 5 octobre 1770"--P. 4.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 819751677
ocn819751677
System ID:
AA00021792:00001

Full Text

















This volume was donated to LLMC to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library






04



4r4


LAr"-." N,

des'nzallicurs art-ires aux Yes deSaint, Ye Ton arriv' le
Dollla ;ae par Ic Tremblenzent C
A a.).
ill 1170

iyfi miferrinw vidi
Et yziorumpars magnafui.
Virg. YE n6d. 1. .2.


L E Tremblement de, Terre de Lifbonne fi, terrible d'ans fes effects, ft effravant Jans fes circonflances, n"a pas &6 aufti violent que celut qui vient -de der.rairle les Iles
A-, r 4C
DOMIngue -'eft reffe
g s
Le I Juill 17 o-, jour delaPentecke 'a' 7,heures un'quart du foir on 44ya dans m
tonte I'llIc Saint-Domingue Am Tremblement de Terre, pr&CM6 &un bruit fourd 0 femblable a' wi mugiffem nt, & d'unc comi-notion considerable dirig6e de VEtt a' I-'Oueft; Un hotifou gras wic athiudphere brilaute, un ait-pefant aalls la journey announcement icer veliel-Aclit conftances qui furent d'autant plus fav-0rables iux Habitails de la Ville dn Port-au-Prince chef-lieu de la Partie Fran.jaif qu6tant tow I fe proxiieoer,
ors de leurs,'A'aifoas, ou fous leurs leries. its eurew lp traps Je fe jettet au premier bruit au. wilieu des rues qui foInt fort largest & ord.-es Xonu6aux. Les deux premieres fecoulles qui fe tuivirent de tres-pres prices enfertible I dukerelit au 1,110ins
'q !'Itr Minutes: elles fireat le tout du compass; oil eAt dit alprs; que la terre bouillolmoit
qu'elle hoit deventie fluid, car f it it l'ondulation des values de 14
a ien, Well fi aillreux que le momew qui faccMaa cette premiere catailrophe
potAere qui obfc.urciffoit t'air & g6noit la refpiratioii; les gevoiffemenys, les criq kiiientables les plaints doulou'retifes des bleGs & des mourarts la ciainte XC'tre ea- f
vfou' ou Cubmergei tout inf iroit la terreur & Felfroi: la luntiere palle de la lui,'C ell I res les raines, ajoutoic encore a' la cotifternation. Daus cc
irant tes de'co! t IT
tant cruet cc n'e'tIolt riell que la fortune ,un bien. plus precieux, la vie occupott um-quement-. Revenit de cc premier abatement chacan sintr r fes pro4hes & la i' 'oit pou
Mere qui revoyoit fon fils,6prouvoitj att fein de la calamity' publijue I les- featiracus &Uile ,
joic m8c'e de joulcut.
A ces deux terrible fecouffes it en f4cc6da -plafteurs, a "M s qui., quotqtie woftidres
gut les prevoiercs,- Wen -6toient pas mohis capable de rellverfei des Villes entleres. Le -tefte de'la nuit, la terre fut toujoars; en mouve lit pour ainfi Jim flottallie: leg
Suivant la Triditloti, on a 6pr6av6, dans I'Me S4tot-Dowin ue, -ciaq'Ttembleinens de Terre
11 9 1 1, Y
rvolifiderables Jepuis le commencement de ce fiecle, en i r
-70t, t 7 1 j 17 3 4, 17 5 1 '77-0) *114






Aj









fecouffes qui Pagitoient fe Eifoient femir i des intervalles tre's-courts & daris des; feris prel'que to ou-s contraires. Le jour vint enfin 6clairer ce d6fallre & Offfir le I cc:tacle le plus atireux. La-terre entr'ouverte en mille endroits; des malheureux Soldats dignes dtme mort plus honorable enfevells fous les ruines des Cafernes & des H6pitaux ; des Prifoniiiers Iont les uiis payant cherement leurs &its, & les autres fubifla t Ja julte pw- tioii de leurs crimes, ont &e e cafes par les d6bris de la Geolc; les mon-Pta nes-qtii-4omirient la Wle d6gra '
1) Ics tels que le Gouvernement-, F.Intendance, le Confeil, &c. les bAtinleils les plus folides, coi-ru-ne la.nouvelle Eglife le nouveau Corps-de-Garde le i A Ics maiforis des Niticuliers,-ne-compofant prefque plus quun nionceau ; toute la Ville 'Clifin renverf6e de forid eii com6le, & Wokant- plus que des',Wconibrcs: telle eft I'tbaiiwhe des calamit6s qu.t eptouv es le Port-au-Prince.
An milieu de la corifternation gen6rale M. le Comte de No!ivo.v, GouverneL C
VI
ral, & M. le Prefident de Bongars, Intendant, donnerent les orders les plus pr6c s pour que les Vaiffeaux de la Rade, qui avoient feriti la commotion fans en chre cridom' niaoe's, fouiniffent du.pain a' la Ville en attendant, la recoiiiLru6tion des' fours, qui fure.nt r6tablis art bout de trols lOurs & de manicure a' pourvoir au befoin general; les Watches furent ouverts aufli le troifleme joar;jcs. Habitats y envoyererit des vivres de terre & des legumes en aboiidance ; quelques-uns m6aie eurent la gclierofite d'ea faire diftribuer gratis, ainft que des 6xufs & des volailles. NIL les Gc'nhal. & Intendant d6p6clierent en inei -tei
-ne -nps des Couriers daus les diff6rens Quartiersde I'Ifle,. pou-r ;s "informer de la situation oil ils'fe trouv oient, alin de pouvoir tirer des fecours des Parties qui n -avvoient polilt ct": WaltraItces ) ovi de recourir ':Ii bef6in 'toit a' 1, trangCr. Enfin les malheureux Habitans du Port-au-Prince re urent de ces deux Cliefs les fecours
'its etoient en dioit d'attendre de leur zele, de leur a&ivite & de leur aniour pour le biell public.
La &fette Wetoir pas le feut mallicur qu'on edit a' craindre Les morts, dont on igno0
roit le nombre common oient a Cc corrompre & leur pturda6tion faifoit-appr6ender 'pid6mie. M. les Gouvernear & Intendant s'occuperent de- cc fain; en codequenc: le Procureur-Gene'rat du ,onfcil fe cliargea ec
de concert avcc le S6n' hat de la JurifJi6tion de iaire crilever les cadavr'es qt!1 auroient inconteffableinent *caufe wi autre Peatt plus redoubtable que celui qu'on venoit d'effuy' & quon ept ivoit enco Le nombre des morts, qu'on ne porteL dans la Ville du Port-au-Prince,. qua U S TI31eft pas proportionn6 a' celui qu'un e'venementaufll terrible auroit dul prqdttii '. ii en n3f6iera peut-6tre, que nous avons exag&6, en mettant ce Tremblement de Terre arf-deffus de celui de Litborine ( b ); maiis P atonement cefrera ft Poll confidere le jout & Pheure oA -cet accident eft arrive', 6 l'on a fur-tout Me i&e de la fajon dont cette ille etoit corriftruite de la taro, ur de fes rut I Mai routes
V e s da pett ovation es
Pour 2infi dire-, au__re7_-Jc-cUiflec.'_Nous -ne craigrions pas d'avancer que dans tout 2&tre iour, & qu-a"toute autre heure fes mallicureux Ffabitans --turolent ptefquetous peri. Enfin ilsont conserve' la ie dans un endrolt ( le rnifieu des xues 0 4 its auroient trotuve la morr' a' Lifbonne.
11 n a pas &6 poffible de computer les fecouffes qui fe forit Faites entire penchant les premiers gnuize jours qui fucc6derent a' la Pentecke ; on ne dira rien de trop y en-por tant ce nombre a cent par jo'ur : la fec6ude quinzaine elles commencement I diminuer
(b)'Nowtna ppuierons point notre affection du rkjioignige des perronnes qui ont effuye ce Trein, 6 ble; ce ne. fera que d'apr's led
blewentle Terre celui de Liffionne, quoiq0f-notts it favora e
erett, que le ]Leaour en fagera. SII en faur croire opinion g #erale & M. de V61taire, il Wy eut, Clv7i quun- tiers de cette Ville de detruit; & tr&-certai6qtfi *tcetteCapiltalen'auroit pasr( aux deux preniieres fecoufl s qui ont anearal le Pon-au-Prince puifilue les bitim I lu li p us grande prkau;iqu o4; 66 Its kninicts xgunt9s.










We leur vivacity' & aevenir mouis frcquentes enfin on en te&nt eticore. le '15 de e ZI c e wais qui dans tout
juillet jour o4 cette relation a et faite ) de I'getes lit v 'tit' autre temps cauferoi(.nt de Finquietude & de 1'eftroi.
Les malheurs de la Plaine & du Cul-de-Sac -ne Fom point c6de' a' ceux de la Ville tones les Maifons & les Manufa6i'ur&* "'a'fii F "'i)iit 6te' nniverflees; & I-a terre S elt ou-d nwzke
alliess en caffe, ont 6te' auffi extrememem maltralt6es. La riviere du Cul-de-Sac mife -i fec peiidanr 16 heures, ell revenue an bout de cc temps, avec imp6tuorite' ; la niontaune 110ire & cells de la Selle ( c & du Guimbi, e'croul6es avec fracas ont fair difparoltre les ancient chemills.
Quoiquc les QuarLiers de I'Arcliaye du Boucaffin & des Va7es tiennent a' celui du
71
Cul-de-Sac le. donuna(ye -qu'ils out-fouff'ert, n'eft pas a beaucoup pres auffi coil'n
fid'rable; le Bouro, a t6 l6o,6rement maltrait6; oii conipte 15 Sucteries de renve&es, & les autres pourront avec quielques r6parations cominuer datis peu leurs roulaitons-;
-une Habitation fe troupe en partic, tubmerg'e; & la terie s'eft entrouverte en plufieurs endrolts.
Les Quartiers du Trou-Bordet & du Lametitin qui etabliffent la communication entre les Villes du Port-lau-Prince & de- Uoqane' ont fubi, dans leurs plantations & leurs M-anufa&ures le nicme revers que le iful-de-Sac ; tout a e'te' d'truii & renverf4; & les malbeurs divers qui out accompagne ce defaftrei font fre'mir la nature: la terre enteouverte les montapics renverf eq, le cours des rivieres arr6te plufteurs cadavres enfcvells fous les ruins cette fcene affreuk fe reproduit fans ceffe maismalhmeufement, c'eft d'apre's la ve'rit6.
La Ville de Uonne offre le m6me coup d'oeil que celle du Port-au-Prince : PEglife;

A ui etoit tre's-belle & tre's-valle, le Prefbytere, le Gouvernement, le Magafin a p udre,.
1pital-Militaire ont crotil Wont pu re'tifler a' cette tchinante trtSridatioll it eft A. remarquer que ces Edifices folides & bien bAtis -woient eprouv6 d6ii le Tremblement dc Terre de 17 5 1 & le terrible our, le fitivit de pro's, fans en etre 6branks -- ce
Ul prouve inconteftablement conlbi en plus fortes & plus violentes on't 6f6 les fecouirds
-e de la Ville eft e'galement rnaltrait6, & neprefente que des-ruines c&dernier : le reft U
.5 o perfonnes fetilement ont p ri ; & les rn mes raifons qui out fauve les Cit ens .]Port-au-Prince, out aufli preserve ceint de Uogane.
La Plalhe de L66orane Wa pas moins fouffert que la Ville : les Habitations, foit en
0
fucre, toit en caIT6 font, ou d6truites ou confiderablement endommag6es,: quolques parties de montagilesotit croul6; des rivieres ont tari, & fe font perches un nouveau lit ; enhu pour ne pas trop le rep6ter, la m8me caufe a product les m6mes effects dans les endroits precque quldiflans du foyer.
Le Petit-Goave a 't' auffit maltrait6 ; une maifon feule exifte dans la Ville: les deu a7les de I'Eit "I I'Oueft des Cafernes coriftruites en maconnerie, 11ont &6 que ldat&es Jans les Angles; rnais le Corps-de-loeis a &6 enticement renverf6: le MagafiA du Roile Grefle, ia Salle d'Audience, la (feole bakis en pierces tornbe a la premiere fecouffe: le Fort de la petite riviere ahill que le Magafin a' poudrejont prefque Je'truits.

(c) La montage de la Selle, ]a plus eleve'e de la Pattie Fran aife de Saint-Domitigue eft celle OU' l'on voit les effects leg plus terrible de ce Tremblement de Terre; auffi ]a Croit-on la Plus proche Id'u fOyet. Off Otime que ce tover fe troupe i I'origirie des rivieres du Cul-de-saj, du Pori-av-Prince,
-de Uogane & du Petir:,Goave e. parce qu$on Y a cndans Pen-droit appel]6 vulgairement le Gouffr
tendu de tout teriips des nitigiffietnens, feniblables A-ceux qui ont prke'd- touted leg fecoliffes. Oil pr _proviennent de Pair qui s'engouge d2us u e funle-,,, rts-tootiff-, -ens ptefque conis
de cowniunicatioli Won fuppore avec quelque apparcuct deyoir 6tre'en'tre la incr U
Alks- qui fe trowlw-daut, tvnagnic.
L









Les Habit'ations 05111prifei entre le Petit-Goave Petang de Mi agom* parrat
lefquelles fc trouvent huit 1 neuf Sucreries ont &6 raf es ; quellues-autres, hablies en Catfie' & fitue'es dans les auteurs ae cette VIlle ont crouic" avcc 1(,,jr fommet: clifill enormes de terre & de roche fe font d'taclweb le la m-wag ic d Tapion, ont tendu, les chemins impraticables aux voltilres ( d
le d'aufli ulrdila. viatheurs,
Le Qttart* F&
maconnerie ont cte renv
bi "B Iarg en efi' es; Ics autres ont plus ou moins fouffeftimais laperte lapiusfenlible tomberafur les Plantations de ce c1twtier, parceq tc les hidigoteries ant otifiderablement endommag es les H'ibitan et S 1, -, pourrolit prohter
& it fur pi d & dont la rkcolte preff it. La cotimi i ion du grand che"111"I" Jacmel A Uogaiie par la riviere de nin del auche, eft catie.enicat bouch c par I'Ooulewent des. terres la chlitt des tochers.
Les Qaatticrs du Foiid-dts-Neg.-q','1,- d_'Aquin ent &6 irifinin-ient Ous Parties. En a i6ral 14 Pattie du -&6 garauti-g. Le d6ait n' as 6t- coni'd6ra e
g6i Sud a' y a p I bl
On C0111par far-tout i celui de la Parde de rouelt, le dommage Ilemble 'diminuer, nc raifon de I6101gaement du foyer. La -ville principal les Cave,; quotqWelle ait e des fecouffes violentes exifte du inoins ; Oc les Eta6liffemcn fitu6s dans la Ot'i e dij Foild, oat mcore moins Couffert qqeja Ville. La terrear ni^rne fut que paffagere, puifque, Wivant quelqups lettr s, on Joute avo:r fentl des fecoufles le ten.4cinail.1 4 Juin. Quelclues Maifon& s'en font cependantreanties i la cerre s'eft entr'oltverte fur 4 Place J'Armes, & rodeur bitutimiegfe qui ea fortoit, etoit inftipportable.
$4int-Louis*, Cavailton les Anfes les CoLeaux, Nipes, le Cap.Tiburon je'remid & Nflet-1 Pierre-Jofepli ( e ) out-reffenti fans doute -des fecouffes tu's-f tes ; mais le 4omunne de ces diGreas endroits eft ea gefacral pea de c.,hofe it 41 pelques'
aifolis Qu renverfees Ou lefarde'eF,
Lj Partic Ju NorA a moi u mAtraitee- que la Paytie-Au Sud. LO mal dtt
PAirebalais Pft pe,*u de chofe i Saiqt-Marc ii'a pre quc point fouffert i quelques Habitations de I'Artibohate'aptit pas e e auffi 1jeuret&s -, I Port-de-Palx o"a 'ue le1routitpica, defon Ealife Paroiffiale de ldar& enfin. le Cap-Franjais le Fort-bauphin ont ete-' pr6crvf S, quoique les fecoufres s y ient kites'viole ent (entir? & qu'clles y aient cauf aipfi qu; dai s 94el Ues Habitations qui le avoi ment,
-que 1, pues dommage
Nous ri av'ons rec4 aucun detail desper ps que cle tr Aub lenient* terre aoccafionn6eq 4ans la Pattie EfpajnoleJe Saint-Dotuiiigue ; Pe qui eft d'un -auyure favorable. 11 eft V,
4,pr6fuojer cependim que la fronticre 14 plus proOic du Pomau-Prince attra effuy6 ;9kute larigueo fecoqff s de ia'terre' ont 't' auffi violelltess,
r,4e ce iUAu PT 1L14e les
ge 14 Ville Capitale 0 Saat4-Damingo Wa point 't' znd
ogs fampns (olenient q 0 -n
Inatp6e quoiqu'elle: -foit 6itie oi pierces. M. de Vincent, Licutenant-deRoi, au Cap cnvoy le Comte de Nofivos, vets M: le Prefidcmt de !'Audlence ce trouva,
vetnement) q c C, mals qm r'lifta.
VH6 e l du Gou ui fut 'bran!
A
Cepeadant, malp, Ies dornmages cpr.otiWs dans*los Plaines du Cut-de-Sac, Uogane, k redi-Golve It I S _ma ufaa fes _1 fucre feronf en e?Si de rouler en brut fous deux moh, par I'ac a ites I Pexploitatioi, & lies foins-'& Ies ti
0=6 des Habions A reconitruire les Wtimens nkcI6 a Foutagenicasqu'ont donned lesAdminillrateurs.
(e), Oil acre qu*un. Baf au, fe trouvant en mer, i 36-Aieu es a!j Sud de 111fle de ]a BL ate; Sqife Ae $. Romingue 1, Ifentit
qui:n eft koi llsc dts 6tgPde la Pattie Fran la recoitife fi violeinment q 'il fe dbct4ij I PiqUant une voic d'ciati co C &4ble & ju'o4 fo obfig6,4'avoit re rours i deux powpes I I Aa
I'll & approuO ce 10 ftTA K_ T 144
Fit 1".4pprobat it, ce 5 P SAR-TINE.,
ion petmhv c Uq4_Ozer, Are 1774
i!! ob
Chez C 0 U T.U 4 I.L-R Vcrc, 4'U-X'Qa1CriOS 414 LOW--Pt