Réponse de Pinchinat, député de Saint-Domingue, aux discours, actes ou écrits des citoyens Leborgne, Garrigou, Lachapell...

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Réponse de Pinchinat, député de Saint-Domingue, aux discours, actes ou écrits des citoyens Leborgne, Garrigou, Lachapelle, et Sonthonax, adressée au Corps-Législatif et au Directoire-Éxecutif
Physical Description:
1 online resource (xvi, 171 p.) : ;
Language:
French
Creator:
Pinchinat, Pierre
Publisher:
Impr. de J.F. Sobry
Place of Publication:
À Paris
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
1791 - 1804   ( fast )
History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
Haïti -- Révolution, 1791-1804   ( ram )
Haiti   ( fast )
Genre:
History   ( fast )
History.   ( fast )
non-fiction   ( marcgt )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 802295443
ocn802295443
System ID:
AA00021774:00001

Full Text

















This volume was donated to LLMC to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library







D E

Tj N, C If IN T
1 14
D P'U T-t D F, -SAINT-.DOMINGUE, A U X
Disc6urs- actes, 04 itlits des ciitoyens
Leborgne Parrigoa, -Lachap'ellc 'et


A D R E S S E 19-A -,CORPS-L ISLATIF
R T
AU DIRV4 TOME-EXtCUTI ',
'Sm I

Alp





A P A",R I S
D e rImpritneric de J. F. S 0 B ItY, rue du Bacq,
li*- 149-















1-4 ip









Aj R


7.M

P jr z x.A r entrepread la refutation'. del
atre Ic 11, J7um,(proc*Iamadbn,dej digguts
u rits P.
S4W-Domingue, dy ;3 frimaire," s. xq'. DI& conipte ren4 dei, trouble des C-4yes par..Garripuet Ldchgpel& 3 Ducompte rtndu de cts m6u lts au Conseil dfjji#q-Cens par WOrgIM 4*- Du dis-cours prononah'-Oar Jonthonax A ce Conseil le zG pluYidse an 6. Pap i et suivantes.

Pinchinat-. tit diputi-au Corp! .VgWatif avant Ceux 4zeil refute 41 est numml sans _nzen is et safts intrigite et ayec un degd deconfixonce qk'its sont loin d4tteindre. Pa-e

Pinchinat qIg esimn des' fondiieurs de 14 liber:6 Saint bomingue ne parle point du-pas;1pogr, I viter'une a ologic qui le Onervit lui-mime : il -se renferme d 'Ies faits q a lui ir#pute. Page 5 y et suivano

Piftchilzat prove que raccusation que lui fait
a
4L








Sonihonai d'avoir embarful, eh i.79X otiOiP CenS' nbirs "4ui zeitoieiw qai deux cehs 7 est 'fl Sse ei4
qdekc n!a Id mise dansla proclamation' de Sonthonazi que pour midre Pinchinat odieux auv clw*
toyens noitj. Page 9 et suivantAl LNe
.4irfigg44osi ak cute, oceusaian est prouv;e parks
&1400040 dc S044onax' Imi inim' A4 ks diimpnidsrur les affitires"de Saint;0)4ngz4o I t par As continuelle.1 missions que ,FplvercJ,, $on;Aon4x et AiUaud lui oiit'donn'les
dkvqjs, p4ge I z ta $,Ui* antes,

4es noirs ne-donneront pas ddns, le pilge'peoJi, 1 -er avic -leurs ami 'nleesIgur-ten4y*'df. its brou'U s
sairei., FinAinat acquli, e1z difenjam kur li- '
berdrexicration 4ts prince col6ns. 11 a fait readre justice a4sinlral Clwalatte, qa'on-vouloit P'qnii davoir refus! ;le sivir centre eux. -U a rklaml pour qmf,$', Cojent enrd SJutMarc centre fis
-fi &qx 4ans farnlie d; 14i jypublique, lorsque 40*04ax a., em la batbare inconsequence de les
foyer JDUS. fo=t de lexi rs"*Jaitres. Puge'lf,


Ifqta4oa de T icrit dr Xgchope k irs, Qgn









ihatum rerta ,us t6vimes es. tux C. ay-03
cu frixetidqr de Tan 4- P29c IScc qw eistque Gdrrioz ;.Pt uvf qu'il a, d'4zkrd
pamrijIM -Par. P,&Iveftl, Pout'slhre _oppoi 4, Cfc4I te
A$Aomhaj de *4ft joui apris t&%yqr 91f6sla 7 &,gi A2?.Rigizird Yok
mmi IVUX c4i5l Ry. 4 I r th qudIms Atfols 'Uni


ition pritefidue int gre et enfin il y a lil I akieu p te colporeur,, le Signataire de to4s les Icrits 'u'd tst in dern' venu dinoncer e/z France. Pa 1-9


Ce qg 'est que LachiipeUe. Lachapelle est mh homme de 6ulear,'inhabik 41.61(nir la Fo4a"t 'Paucun ami de la liberd pour avoif prid le segment 1411ii-socildet anti-igaIN, de sauniission A la coil?eur blanche,: pour i'lite mi, 41a diedis "'Awchisks, ju-i portbient def rRes"dienes rt ftorres aux Princes et -Princeises blows. Ischapelle 'irp4s Ces, artes li&oPch4ci, Wa id roustrait SIa fartwr ik-s
-noirs que piar femprif onmemitet bzenJWjaqt qa'ejt
01 &ai: R eud, cdPhonnemr de qui il.4fait -dcpz(is des discourse drs veri des cke.nsons a 3









etlpei? est.en.-wite- venu.' mir.,i Paris.'- Pag.
e


Tab#qu dPiOrqbIj del partivdz(ju extrdit
duvoqpte, rendu I ie
Pat G vu o4chapelk. Ta
we4u*,ConsbUnv-& la thime partieda" le ml)ne
-iemps ,extrait dune 4drevie de Ja commune des Czyr4 Ces deux t4ble4UX contra4mirutont toil dtux part s de 14 plume de Loch apelle." Pa t
suivantes.


P Yiloppenlef t du sysMme LaMOnceler'.
;buj Its -Udmej sur S_ h'ammej dr couleur, pour
-h leur d1faite" remelf're irs pouvoir mkzkx apr ?es.,ho'
dons reidayoge. Pa 4x et sWvantes.

Comment _,LdA;ptUe,- jai a"use k g nlraf Rig4ad d'avoir'fayori5l lej pillages a Id i4i -mime
V fhA
traduit de ;zn iglralBigaad, pour av6irchargl, doule mules objets piIIIs. Comment le giqral Ri-gaud lai afait gr, vc, apris avoir ordonni la rk-sfitu-., tion dune parties 'des'effirts et le remboursemegi 4i Prix des aigres sur Its -qppojntem qs, 4d& L chgpflIe. Tag. 0 et Suivaux".









rom pe s 4ccus )I 4 ijr PaL
Ito) t id
74is flla fq*U imaiso' t1ii-on aire Vont il dois
oncore-yne pa time de_ laeonslowtion., Pag. 49br its rop. ndus qu'oft j ioaloi4 remettre les miri danf avage oiuleffit de p
$Ieu mvt4giQa;,,,ind4crixej et doi divijions fo-, z-andes tre es t;oirf et kf grhr de coultur I pai fojdbjm4teur;Peao d et le,&&alLavau4:fag! 52t


Commit Carr.-gou qu, a trbu l ftrt bon de -se.
Mettre h couveit I krque jegouveri;ement (4 poursuivi contme, mvali itt' 2 fait ma c 'iheh Pinchinat
di s7tre joustrait dul., crilcutions de Sonthonax
lorsqz 'itd, ju propos- le-pou uivre* COmmepatrzolcl.

mment Carrigvu et LachaprIle, dissent niaiseJeM
melzt,, pe si Pinchinat tilt bien vo se Zaisier*
Ppreadre, il leur auroit lpgrghl 'hien C horrturs.
Pag. e3 et suiyantcs.

Comments Gorrilou et Lachapelle. se plqignent de
ce, que Lefranc en refusant de jr laisser arrittr

-i, Oi I'exempk de Pinc4inat taadis-q cLeftaac aa-










ks, Ras
12' 'i zi 40t4i"gens
Vil. 1, ius .0 t wy
arreMation. kae

I/$ aicuse t i Pap -.+3 2 lig,;u et' :ikjjZ Ajn'at, PA,oi risi, dA d hr4 1, tul
r- brisl dlp ches r1ta i x
ayes ahdi quWs'eonvie' que Pill.
anen y PAGe 49,
chiiat nerep' utau.;C yoqu' ri$lc5w'm4isacres.1'l



41s accu5eht: incfi.jnat.4ravoi public des acus inke hinat
fbnes t1cl. a une
-faux libei 'des.
adresse -jes o mettans VeAfeet fu'il j*jtific 'et il expliq e la part Wil a ise A.Hax pro, station de'la co uiii des c nfre iis lftrtiCh5
Ifti tes par laftice et parlint e., arripzi et Lach elle-sont lei auteur de to-us les utres. Pag.. 79' ot suivantes,

Troubks defiructidor hur cezrie ds ts le- ruour
de:Sonthon-ax en, floral de Ian 4- situation respecz a b le etj rissa n i e de. la co Ion ie a so a, arrivIc. Fureur de Sonth-onax A cet aperyii. R-Wit-de's'ennemis. e sa gtoire ct, de sa'dommation-'ddhs 'toiis -lei tc rM dela colonies. 4a rate c0ifc- 16 h6mmex A









mom It fpOrw
Lv*irrt t lit rymstskidn wfaiwk- itt stdT.
-Jo&hOa&2,, Ito 'eu 0 .,a'vmenf, Ia- CollPe toui c.,
3
ce pabliquir pour'.'c'ofiqidIrer- toWe T dutoritl
A
-dans% trois Ifipb eli torreur a touti-Ja colonic
toorgpe- ef bes ourned*t. flbukyement-'91-.
--tral au* x Cayes Ii 16 ru si o ,Isrs;ance
I I e. fuite
z
ma i a c-res. Pag' et sidiant6s.
Arrivie te Pinchihat 'aux Cajies -k 19 fructid6r.
*Itauissemient de Ia intnquiffid; divji6;itiod A Le fizainfenir, juvipiam de-s rist'ej de'difiahce-,*Pag. 89,
Wfutaiion du disco I' ParTeborgac
yrs. pfononc
au CJrr s Ligislatif dgns Ia slance du r.7, rendiM141re an 6.- Pag' go.Syst1mr, iuivi pirr'toi&e'ettt 'coalitiott de t'r hs hbmbwj de d0tynia wzrzemrs dut dipeits ia utu autre$ pio
des -ur-jeter-rnot eux 14 &Visiont
Elo ,e ;Wes airs aux diptas des muldires Ltk*r. Efog? Pius graytd Jonhi &uJr twirs par Pinchihatj M4iS MRS p'r;ijidicier aztx services Ai Ammw dt Ouhw. *R(Cit jur, fait pincijift'it -*i Wits. atfiohs militairts et p6hi*es de OtAute al;
de, -Rigiud de &)utxrd) 04yaholts




A Ik




Wnstades dAq ItsdiMts, d4hy It rappvy de, Dc+ I
fiimonf, dalks tous Its acpes relat fs A A coldwc"Pag. go et suiva7ux".

Leborghe'pritend que lei hammer de couteur onerjemp&4 elz argued leuis.aAciens oppre$selirs Prfuve YLte ce.propos est unlPement Propie a itmer. la C'sllmnie 7 diso ganisa.tion et insubordination P par 14 comparison 4don en fait ayec kr p opos gal f Wennent ki Wsorganisatiurs conire lei autorids rl,, pdkiinaines'de t4 mh Iri aZ 97e, ,61 e. -P

1UPItitioil par Lekrgne di accusation faite Pwr Cd rriffo, et Lachapelk A Ceux qzd-appelle melieurs p d'avoir deluxe et de Lifiritme." Ce Y)rstime Pa'cdu--, sation prvuve ie mept la bi se jdl6dAz '21e$ acc'usateurs qui cherchent ca, vain A rendre odieux, sous le nom de meneurw,, ceux qui-joulvent mdlbni -eux de Testime db
p' lique. Pag. 98.

-Pinchinat donve That. 4c- lafoktzi ; &S Pritendus. mene-urs. Ia sienne o.nsistd- uniquement-a avoiroo-, hm des auttyrs d s colzcprddts 't'raidftmtsux eftwie, troll PlAilles du gent hiwmain' plus. 4t&;As a
?
rappivchtr 9: tr4itifai'd
quefeiptusgrands potent




41k









Pai M fihrd wuvelil monde i trahlq'u;vuvure
'a jqn nom tejt flie- drjoui ICJ'4mij dt,
hwnanit dt,,It patrii. l1q. .99

Leboyhe dit qdi? cOhvih6it d7kigner la 0lonie ceihommes.knt Ix pdrence',ppuy6 i "Oencksionner beaucoup de troutles" Pinihinat 4May* al&.s.poarqaoi il slut ppposi a s, n*,art de'SWntbomingue a il croit. avvir ra.tjoj;, dtn conclurel qut ce'nepouvoit Itre alor; pe pbak dtspoje dc W
-a CO il r. N& I Q2.,..


-lui dti'nandlc p'b w qUoi' il n'a pai rendu comptidune
C -, I SsQmm de trvis cen s Inifte fra cs #peh4e dons so d& Ugation. d4nt te;pacf de dekx mois iotamment de treauttmis.milleftailcs -eitsusA lui dMyrls de
16
#ia:,-.Iept "17iille francs en, a'ctions-4ur des corsairs et en hwej.de change sur, -P, rir payaHes A unt fimint A is. divotion e; commknftrois suhdl gy!s '_Iogl et mcublis aux frai-s de publique'.' ont,.dl,'., penli pvu egx,!,yz -aqt cins indipten-V
-dammint t, rdr4e
millions pay4 par Iturs o s.
PAge I I I*

lufutation du Iii4ngri prono itci au con's'eil des









OnT-Cefis 'or AyOnAdhai 26 ptdvmst


Prrmi res cvntradietions ,, e Sonthonat--" e .t tuosuls PW st lier aux amis, de la librriV Its, scia. Pag..i x 31 et 1 q.

..YGn- d1w5ioe ses: didamotions vowre Mmes de couteur : Pinchinat. IdZ00,7 eur crime, aux,,ytux de Sbhthq*f'X-2- rj voir M tiles a4 la p trii it a' la librrt ;j U, ne CX'* ;tme qu'il ne put atteitzdre j

D Veloppeintnt da, ##p*t Sonthonax et dt
sous ks. mis5lonn fire;edg Qn -C# ctirt, 4mi fad4ftvahir de la gtc ire, pourl' .Yoirl r F-auiodd de ipon Orver Z'dutorid ell iv &nd$'Sant tout Ce 01 04CIOUIr ee 1estimt publique ks ennemis
ft d cla ser arnfi
de la liberty tout 'cc plils ont peur qui-ne vailk I- 1pieux
qu'Oux- P4 1-4 7Sonihon4x pritend gue s'iI fflt arrivi deux iqurs pius tard-faA 4 la colonies pgssoit au pouvoir drs Ang c'ls. Pinchinat'lui prove que si son arrWe I alt Id diftrie'l tous les troubles ju Cap eussent Id app-aii4par'k pacificateur Roume. 11 promyr lug c' est Pen-.
t








prise&4 dt Sonthvnax ju I uar
:mrs de Sa at-Domingue At Id livris -quf c'Cj't*
-eit,
*adantvq abencr qu ils ont It r, reprij, et que ,
fgt dem' cut
euri., la colonic, lit s* etour la proic A* fennemi. Pag. ixg, 15octi5i.

S6nthonax accuse Pin'eltinat d'avoir provoqui une wriemb& colonial pour, Itablir findipendahce dc Stim--Ddmingue. Piizchinat dimontre q'dil in pique VaiiI alt accept les function; d.e -Uplslateur em France en sepribnon.Fant pour Youlbir ks rempfir et qu'il alt dune i;utrepart souhaW Tin4ependancePage i zz.

d mojure' que Sonthonax w"a tentl de ditr*ine tous les, hDmnus accrMitis a' S. Domin ue que po'ry Itablir lui-mime Pindlpendafise-., t paur se, ren4re le Wasington (eh!queIWa^,ffton) jrsh Antilles. Jprh avoir tenti- de ditruire IMiuence 4u gl*al Youssaint-Lauvzrturr, il Ta voulu r/ztrahzer dans cc project absurd ;.ce qui dhernzini ce ginlral fidUe 15 le d1parter en Fralicer. 'Vag, t 22 12.3,,15.+ et i 8.

Yoxthonax cherche 4.,je tier tog; It parties (opOt il t iregyan;qge dgyair 61 p4rsuiJvl








blanc tandt daPair Id loul 'Air' R-dibi-markois, 6s rapprochement ne prouvent ri,n. On ft"est poi#t IntwCent pour 01tte accuslptr des homes compables. 0& dest point lovable pour, hre applauift par ses, ennemis. Cest k fbnd des chooses quidicide ft 1., 12
o
cU -Consiquences tides perforce. Pag. i z3 146.,

&nth0?7axprItehd que Pembarpement de Villdft.t a rendu la pjjx h la cclonie: et eeslaprij le depart, de. Villatte 4ue Sonthonax a dklarl par unt pmda- mation, la parties du nord en danger. Aa.. 1114Cnthonax embarque pour France Villatte et ses compagnons dinfortune ) avec une f-brte dose Jaccasations. Etonnement. charitable -de Sonthonax de Ce qu( malgri cctte sage precaution ils dont point Id sacrijils. Pug.' 12 f!

111struct*ions sicrIles de Sonthonaxa J(s difiguls pour trouper des compables. Illegrprescritdi.chercier dans It sud Iq chefs des troubles du nord. Dinzonstration qu'il dy a point Id'afibi pour la haine, point de distancepour Ja tyrannit Pag. 126 et suiv.

-Sonthonax pretend que Ics homes de couleur traitent les blanco comme des franchise It Its wirs comme des esdayej. Impossibility e cet Itat"de







chosis ks Ran" ayant t4utoria-'Z j n lrs dyan t laforce et des armes. Pag. t3'2 et suivantes.

Sonthonax accuse -depaisun an' It ginindl
Riyakd de trailer avec les -Anglois et depuis
quatre ani le, ginlral Bigaud ne cesre de r1fater, cette accusation 'en combatant Its 4nglol$.l Deslettres dimigas j surprises par les commiss2dres Tatcusent dit Sonthonax. Des blessurex re riclemment iii se battant centre Its 'Adgloi& lejuitifient, dit Pinchinat. De pareilles kttrts. joar ou fibriquits ne prouveno ren, Pag. 14o et 14,

Sonthonax prittit4que Rigaud a enwyi Garrigou
ou
et Lachapelle powttraittr h Paris avec In lmijsaire* des Angloij au conjell dAs Cinq-Cens. Pinchinat ripiie que Garrig6u et 'Zochapelle ne sont digqes de co fiance dans aucun seas itant convenes tax.!
V ur c6mpte rendki
memes 41a premi re pa ae e k qzeils sont des trafirts. INg. 44,etsuivanies.,

Sohthonax j qui avoit ptrilcud Pinchinat a5sent par des proclamations Jqui tavoit diffaml A SaintDomingue par mille Icriis Calo?"lix 21 nen parle
-plus da as son discourssur Saint-Domingue, parce qzeil lesait en, Fran e. Que peas er alors des diatfiles








p4l vomit ;04tre r4*; pi som 444 4W4 fit"& Pag. 160 ct lullvlor 0'

CoitclusiQn -de Piackinat qui dimantrf pre les ur fit-Damiagge
irnii; coupables des maMm s de Sai nesoit Autres que- SontAox" if; kq*rem. Fag. e4 at iaivantc&

























N's F,








P 0 N.S

DR PINC-UIYAT-,, De ute' ife SaintDominzut
Auxdis ours actes ou e'crits des citoyens
Lebofgne Garrigou Ldga cfic et
Sonthoriax
Adressic au Carp''Ligislatif Directoiri-Executif


CiTOYINS R9?R]hlNTAXIS ET DirkCTEUXS,

D u is, Penvoi dii mem- oire justificatif qne'je S ai address en 4-at -- du I o briin, a i'rd A dernler',fai eu connoissanclk de la proclamation du 0 fri'aire -2n 5 rendue p r ler agens., du Directoire-Ex6cutif a' Saint-Dqmtngue, a Occasion des troubles'survenus dan's la ville des Cayes en fructidor ; du compete, rendu dd ces memos troubles pRr' Garriaou et Lacji;tpelle, commissaries de cette 'cornmune; de
lui d dans la stance du 12 7 vend'mia
par _I orug ddput6 do Saint-Mmingue








et du diseviri prononc6 par So thonax dans la s6ance Idu, i 6_pluvi ^td. an 6
4
tion actuelle de cate colonies. Ces.6cfits ouire les inculpations do 't ils me 'cha'rgnt person-. xiellemerit et aux-quelles je- ne peu I x me dii-,, penser de r6pondre ne presenient'qu'un tis u,' d'assertions, d'erreirs de' mensonges .que"
je
dois r6tpter avec- ]a fermet6 q la frafichise qui Vnviennent a un r publicdtn caloqipie et perskut&

Soutenu par le ze; le qti'inspire natqrellernent une cause.,juste jescntiment de hi fiber-6 me, rasiure en meme temps que le fiambeau'de la'v6rit6 rn:eclaire. Cc West point en temeraire qne j'ose me mesurer avec dpi homes puissans ,accrk t'ls et qui par l'intrirue et I'imduneprotection
posture 91sent se flatter assutee;
c'ea zkpr4 y avoir mfixrme4at rifl6chi qu e fart-d* une con.science irreproachable j'entrerai &ns la lice aft6 & routes Pi ces coptre le Mellsonge, Quand ii &'agit du saltA de m6n pays, quand 11 sagnt de itpousscr les atteintes Porteev a- men hon'neur k i mon r6publicRaISMt queilc consideration' pou'rok me revnir ? Seroit-ce 13 foiblesse Je'mes'talens O'








Nais quoi! ia v6rltd pour e^ tre entenduc et senate auroit elle donc. besoin. d;OrTlemelis trangers et de J'appareilpornpeux de, Part
Son 6clat simple ei toujours im o9antne suffit-il pas pour issurer'sou triomphe roit ce, Ia quality de quelques uns de ce'ux que j'aiicombattre?-,Mais quest-ce'que Ces fiommes aupr6s dq- Ia v6rit6! Leur quality de Saint --D? nihgue adpiis aixorps l6gialatif 'pe t elle les 'autorirdrA mentor et i catdrnnicr impqn6mPnt ? dbit-elle etovffer I& cri de innocence opprim6e et me,
,-forcer A avaler i longs trait's li poison dont .-ils ne cessent de m'abreuver? Ne suls-le pas avant eux, nomrn6 d'puti de,,Saiint-Dorningtiel
-non encQre admis'iu -corpi l6gislatif ; mais pos. sedan aijuste titre Ia confianc6 de mes- concitoyens i un degr6 qtfils.sont encore loin d'attein.dre? Seroit-ce enfin ]a ctainte 'd'indisposer centre moi le tribunal ouveraiji, 5 qui je va'is fare -entendre les accePs. de Ia. v6rit6 &ns le zeinduquelj depose,, Avectou'tel -effusion du cceur mes re amations mes plaints et mes
CT
,,ern1ssCmcn-% ? Non': Ia luttea' I'aquIelleje.suis provoque'. et'dans laqijelle je M'613gage envers que1ques mernbres dn Se5at Frariqols








loin de' d'eplaire au corp enter, doit iu C, on_ traire me reridre plus eitirnable al ses yeux,,, Ay 4'rjtl rne plaindre de' s erreurs-et d6s injus- v tices dans' 16,squelles on voudroit 1'6ntrainer, qu'ai-je i criir dre en'm'a&essan-t &rectei:4e'ftt','.' 2u -corps leigislatif etau Dbreict ,ite' .'I k6 6' if.. Ma d6tria.rcheri-e devlent-elr ,j asla pieuve la P s complete de, mon entie're eopfimice en sa .sagesse et en son mt6grit6 West-elle pas meme .'dict-6epz r le devoir impose*. a' tout r6j ublicain d'6clairer le rni'res Jim rit6s qui d6cidefit du sort-de la patrie

Je dirai donc Aai verit6, parce' eje dois la, dire-;'parce qu'e-Ile n'appartient exclusivement personnel; parce qu'on deviant coupable" en la.taisant, lorsqu'il esfess'elptiel qu"elle, soit re'v616e,, parce que ]a factAt&Ide la. dire est nonseulementun droit, mais "tin.devdir toujours
-Tressant enters la patrie e-n danger.

Ferme dins la regolutiort que j'ai prise annoncee dans mon memoir du lo brumaife, le ne negligerai rien pour 6 itcr id tout ce qui pqur oittendre 'a exciter les, passions a rallu-. mer des haines encore mal e'teintet, 'a r6veiller








1'esp e- tir'dr "-sivgntage
it 8e paid peu jaloux d"
iXune i pvtation,,.que IeAqfFbr6 puissAns ot torn-1, bines dexa6s calornniAtburs ne p arvien.droqt rnalsa ternAr, tne-pirlerai point des premier t I;1es de, arce qu ro
rou Domingup -p-, 'iI fand it
expoier aux,.yeux du corps 14gisl.atitet du D rectoire-Ex6c-utit, le tableaii des crimei- efifant6s et commis pae I'orgueil Ia vengeance et le pr6 jugd; parce que dans le r6cit-qu efabrois hire dex eis pr6miers 'v6nemens je serois force' de parlor s uvent de moi-me^rne et qu'il West pas de position plus accablante qpe ceII6 d'un homme qui,-se trduve.r6duit Ala triste h6cessit6 de faire lui-melme son apologize i parce qu'enfin ron ne pept, eftre autoriA al-parler de soi-me^me que dans le cas. d!une juite j6gitime et n6cessaire'd6fense. Or, je zie suis incujp6 qu'k raison des deniers eve'fiemens survenus a Sqint-'Domingtie dqs actes et dei circonstances qui les ont Provoques et amene; ; je dois e"n -cons6quen.ce--me renferrrier dans. cc qui les'concerne.

D'Abord, j6 r6futera ]a p declaration des agens du Dire ctoire-Ex6cutif, e date du !2 frimaire ap 5.,-' le Qiptc r endu 1 17 vcndd3







6
,Aernier par Garfigou, et Lachapelle
co -minaires de la' com mune. des Cayes -aes,
nemens survenus dans cette parties du sud
nn fructidor dd Pan 4 ; celui reindu par -LeA l blorpe d6p t6 de Saint-Domingue, dans la
seance du Q7 vend6miaire sur 1 situation acluelle de cette colonies ; et enfin le discourse
pror Ad stance du i
prononc6 par Sgnthonax dant
P 'luvi8se de Fan 6. Les details dans lesquels j& 8 slatif et le
vais enterr, mettront le-corp 16gi
Directoire-Ex6cutif 'am 6^me de juger des pro.
gr6s de- la restauratioh de Sain t-D omingue', de,.
puis le moment d'u 96part des commissaries civil Polverel et. Sonthonax en prairial de I'an 2, jlU Squ'i celui de PairivO des agdns-du Directi)-ire-Ex6cutif en 4real, de I'an' ef de prendre les measures les plus propres a ra.
mener I'o re et la p4ix 4ns cet infortun6 pays 7 q- ts agents infid les ont livr6 aux librreurs de. ]a guerre eivile et dont A semble qu'ils aient Jur,& de consommer ra ruine total,

Rtpr'sentan's du people et birecteurs,, le
moment est pass6 ou e devois-me border A ma scule justification. Ausentimenr quo m'inspire xnon honneur et mon-r pvbli4 ledesirdevengi








canisme ontrigi se jpignent en -ce rn ment d'autresmoti'S non-rnoin#Pffiss*gns quiln e.ncoura#n- er Ae dke)eriunent; ce sont: I es o&euses ci6m iei f6panddes- s url'ecomp.te dernes'connsle'seiri'du corps 16,gislatif par 46e u:izIS'th4mes'qui, oubliana la. digijit6 aeleur Carie"t6re tr ahtlissent a' fa fais efletirs devoirs ef 1 -a vkiti6; c'dst le-dangcr pressant- qu menace Ie's-d4fienie4s de 1 la foudre pr&te
i'les ''6tdidfit'les 6clat .peuyent liver
une*C016niepr enewd., e encPre-ffdrissante., i denouvea'uxrnalhe-urs'2 a do n ou yeaux disasters.

Safis n0gliget ce, qne *e roe dois i moi-m eg,', Je vais -seul ; et sans autre 2ppui que la ve'rit6., embrasser avec aonfian e la d6fense de mes concitoyens. Je signale'rai les imp-Josteurs I Ter, trattres,; jeofer'ai timber ein. lambeanx le masque dont se cou'reat impuderninent les FLUVULd-fdfirs* des dern iers d'e'sastres qui I ont afflige et 2ffiigent encoreles habitans'dq la possession la plus important te de la,- Republique* Fran oise dans les Antilles;'je re'futerai leurs, assertions, leur s- errears tours injures; leurs mensonges-I leurs-caloitnnies;jeferaiparoitrea-u$ andjour,. leur immoralif6, leurIgpisrne, leur nbitiin







leurs dil pidatiou ,Ie;urs.tur 'ra v
pitudez;le4 Jt
lions, Icurtyrannie;j'W#Yysuaie fia qsx*mu' vresperfideset sont ciiploy&es.,
I I
pour o ganiser lazuerrel. ci V,4e mingpe -pour -le. livror, aux horr6p de 1'+narcbie-; insi que jes,'mqyensqWiWfnettcn aujourXhui en usage pour egare 16gislateurs et des mag*]Strats r-priver les inlortul6s habirans de.c'ette cQhtr4e',I,(? am CS
Ik
bienfaiis d.e la m6re-patr L t Ievr,..6ter4 t espoir de, return.' h p4ixet A la jranqiq 114(

-Tel est le'plan qu6je'me'suis propose" pour
I
Parvenir i faire triomp-her la irekit6; -V& rit6 mon unique appui mQn unique con. fiance; cette v6rjt6, queje suis sbx, de- ne,'pas attester envain cjev'ant.&s, bommep Uvrqvet justes; heureux si mon ze"elsuppl6ant aux taleiis (juLme M-anquent pebt suffire 'a ]a m4he -que je T' irppose, et me foumir, assez delorces pour pjircourir a'ec succ6s, la pe'nible carrie're 'dans laquelle-javaisentrer.

le.commencerai par M proclamation, des, '_Zgens du Dire ctcnre-.Exkutif en date du 23
I I 4
himaire ZIR.5 mai5. Comme CILIC Oil rclative





41

ktk t&ulblea s*vinns dans la ville Je*s Caves ien fructidor- rei qeilt faut autant qvi'itest poslibI6 hviter'.1ts. xeipbtifions j6 nd patrler4i de tout. CA -qni it.rapport. i.cii- e'Wfiemens -,que lors la refutation du co,
que fen, setai,,,a Mpte,
-Fdnda par'Garrigou et Lach;yelle "commissaires de- cettel.coMmune ; je releverai, ici
uaoithoutation; inseirge dans 'cette procla-=ation et dbnt. il West -point du %out question clans les autfes'krits auxqueh fai i rdpon
r- an enrs es
Apf 6s avoi d6nonc6- com:iL f. d
trb'dbf e surv6nus aux Cayes Ct'I'd6r Jes deux- RiA ud '13uval MonviI16 $06M-On tefranc e't-rin h1tri;ii-1) kiagierig du Directo-iret ekufif 'aJouicht A mi on sDjet : Ce Mime Phichinat jut qL 17 91 a re fareur dei
faifieux du'Tort'- Npubficain trots -cents noirs., e1c.

H 6toit, dig.6ei de Victor Hugues ennemibi.enconnu-etbienprorionce'delalib6rteetde,* 11 eg afife", pen64 -.-son i"our au Port R6puIiclkin ju commencement de la r6voltition de repmeher co'crinae aux &6iaux B. a uivaii-et








Rigand, (-1 per'sa letter, dat c, de- la Guad 6upc en prairiA 4e Vau,3-, maia.-SpOiOnax j a tlu w p.er4oit.-j-l, quand it-m'a'ac us.iHan:6, .jItrociti, -ceme-nature t Si,, popr y ripondre il m' Leit perms de roMprg T mgagementqixe je viens. de prendre ne, point', parlor des.
premiers.'-twoubles de- Saiut!, Dumingue j ah! lt;el. ch-d!np.vastc Vaurois 'a parcofafir! Non, A m6 suffiFa'cIm"voquer axe stijet le timoignage, do-666yencMirbek, Roumeet$miw-L6geri 2rri-ve's au Cap en quality de commissaries civils e'n i_791 ,,,peu. d,& jours 2pres cet 6vinement et celui du -i x november de la meme ann6e qpt occasional. I incendie, dune parties ae la ville- au Port-au'-pri nce, a' &hui PoitR6publicain. Mais qu'ai-je besoin ct'aller cbqcher a' loin des prenves qui existen't clans les archives da corps 16gislatif? Cette ;affaire a 6te' amplement discut6e dAns les d6bats entre les accusateurs et les accuses dans Faffaire de's colonies. imprini6s en execution do ]a I.oi dd
Puvi's6 qti'onjes co sulte et l'on demeu(,r I Ces deiix g6n6raux ont crit A ce, Sujet it VictorHugues I une lettre de rdatation qui a &6 iMpTiiee tux- Cayes rot qui doit se truuver; Paris,








rera 'comaiticti qtLe rembarqneMent de he x cens ndirs itu lieu de trois cens-) connu s ous la d6nowination de Suissw-,'ne rn'a*6 impwini par les colons accusateur ni' ar Santhonax
P
accuse lui-me^me. Si rbn,,;ijduta 'a tout ce-qui a'
'4
&6 dit a cette occasion la. repQnse, qat, daag le cours de ces we'mes d6bats 8Vitbomxfit 'a Varcheyeque T h&au& a' Foccasibn d1ane &cla-, ration, cue c'elui-ci prkendoit lui avoir ixi-xe*
i.ad Cap., T'
mise centre VINO eponseque. J. ai rap t
port6e danA mon me-inoire du i-o brnafaire-,que doit-onpenser des im mutations lap 'es aujourd!hui centre' MO-1, par ee fu ctibnn-aire public, R Nest-il. pm 6viderft qu'iI se, fait unj eu d'inVenter des crimes. et, de les nitribuer i teux dQut il w d( termin6 la proscription

Si le fai(dont Sonthonax m"accuse ici 6toit Wkai, quelle -,cons6quence ne pourroit-qu pas t4er de sa copdtiite a6tuelle I mile' en, opposio! tion avec celle qu-1,a tenue 'a mon 4gard dans sa premi6re -wi.ssion ?, A leur arrive au. Cap en x tq 2 les commissaries ciVils Polverel Sonthonax et Ailhaud me n=rnirent, avant de m'avoir vu et Seulement sur les rapports qnorL lour avoit faits de ma c6nduite pendant. lar&'







Ira
n,, Tnambre de la commission interim& 'diaiie -,. 6*blie en vertu de Ieur proclamation du it octobre 7 re
1 _92. Peu de temps ap 's, Son4 lbonax rest6 seul en residence cfans la parties du norct, m*e-,ivoya 'a Saint-Marc, pour y priparer les R'sprits 'a marcher contre'les factieux* du, Poxt;,:R6pubIi'kdn. S"e'tatit rendu lui-merne a, SainfM-arc' ainsi que son coNgue Polverel Hs me charg6rent d'une miss-ion au q quarter d MirebAA- A'r s la canonnade du Port-Repnbliczlin, Polverel, ayant vaincu.ma r6ppgnance a accepter ancune place me nomma ? de I 4v
concert avec Sonthonax Ile de compouvoir executif pr's le counsel knissaire du e
superieur, de Fouest 'et du sud., Imm6diatexnent apres ils m'enmen6rent avec eux i 1 60gane au. Grand-Goave et i Jacmel, pour y r6tablir 1,ordre etj tranquillity pub.lique., Forc6s par Varrivee deGalbaud de-,ve-transporter all C4 envoy alit6 -de d6l&
'p, ils erent en, qu
ka6, feve*tu d'une 'portion 'tr6:;-6teijdtje de 4 leurs pouvoirs, a Rr4mie,.au Petit-Trou-et quarters circonvoisins. Polverel deviant revenir, dans Youest apr6s f inceiidie du Cap m'6crivit 2u.-Petit-Trou, et m'appela aupris de lui. La inortde son coll6gue-Delpech 1'ayan.t forck








d'aller dahs la parties au- sud uh sa pr6sencd 'toit ne'cessaire it me revekit de ses pouvoirs i et me nomma son representant -dans.toute ci-devant province de l'ouest.

Dapr6s cela i jeusse &4 I'ahtebf de l7em.barquement dels'n6irs-Suisses pourqiibi Sonthonax, au lieude me c6mbler*de ses, faveurs 'ne me cknon oit-il pas Alo.'rs ? Comment a-t-il ptr accorded tbute sr confidence toute son esAftne, totIte ton ainitie' confer rne^me son zutoritea' un homme, qui s'6toit rendu coupable-d'un acte aussi atroce ;Iufisi liberficide ? Wit decbire- done le voile, t6riebreux qui obscurity la v6rit6! Qu'il d4montre 'a ]a France enti re par quelle incroyAble bizarre6e, apr6s avoir m6r 6 la confidence '4es, commissaries civil ses red6cesseurs en 1791 et 1792 aPi6s avoir rqu de Sonthonax lui-m me dc- t6moignages 'e"clatan; de mon civism'e et d eernon zele r6publicain en 1792. 1793 1791'et 1795 devenu tout-A-coup l'objet d& sa liaine'implacable un seul instant. le.moment de son arrive hu C-ap, efi hor6al de I'a--l 4 a sufti pour le porter i se de'chaiher c9ptre moi avcc un acbarnement' inexprimable et i me signaler comme Momme








le pInz dangereux! Uno aussi strange ine'taMorphose est,,nkess aireiment une atrocity. Ou f6tois vomme je suis encore., un citoyeu digne de la confidence des amis. de' la -libert6 y ou il &eit lui eme un homme inconsid&6 qui ne m'ritepas plu's de confidence aujour"hui qu alors..
Ceux qui onnoisse n
ne c' ht pas bien So thonax 5 s imagmeront peut-6tre qu'it se propose de faire. valor centre m6i tin tel cbef&accusation. Point du tout-,son intention est bien, de-qie noircir et de me diffamer en France, aupr s des amis de la liberty; maissop priffcipal but na &6 que de me rendre odieux aux noi" par cette proclaim ation publiee et r6pandue dans routes les parties de S. Dorningue. Cependant il a bepu faire,' ses -efforts seront inuti.iles. Les noirs quoiqu'on les suppose, peu 6clair6g, le Aont neanmoins assez, pour reconnoitre leurs vrais amis, leurs vraisd6fenseurs ; et quoi que Sontlionax ne n6gjige rien, pour s'appri3prier exclusivement la gloire d'avoir fond6 la liberty dans, les Aritilles les blancs, Ies noir&'et leshommes de couleur savent parfaiteriI5ntqfie j'ai coiitribu6 plus que lui (et Cest 11 mon vrai







15
crime) anx operations sublimes qnt ont fait pro.; clamer "a Saint DomiAgue la declaration dis dr'bitsde I'homme. L2'preuve dd ceite-dernile're
se troupe dans les t moign-ages d'attachement que les noirs rn'ont toujours donn6s dans la confidence que les republicains'de to jes les couleurs qui sont actuellement i S. Domingue rn'ont accord6e etinaccordentvncore ; elles se rouvent ow4out dant la ra e' que les princes colons ontmanifeste'e co ntre moi depuis le com. mencement jusqu'a' la fin des d6batma6ji cit6s et-dans tous les 6crits que les enno de la Iibert6 et de f galit6 ont repandus Lis c profusion- dans les deux hemispheres.

Voici un. fait qui control uera A faire connoi,tre mes principles. Le citoyen Chanlatte alors capitaine-rt6n6ral de ]a garde national A SaintMarc, avoit ke' de'nonc6 comme crimitlel.de I&e-nation parun, arr&6 de ]a commission inter. m6diaire pris dans- un temps o i fes ennemis de la liberate' et de F*galit6 influengoient,-toutes ses operations; etcela, pour avoireu Taudace deinployer Id voie,(Ie la.pe'-liasion,pour- faire Tetitrev dans'Pordre des noirs in. surge's dans les onvironsde Saint-Marc. Vern-








barqaernentet la orationin de devx'_rnen -; bres zy;knt retabli 1'6quilibre dans cette comxnission ce fut sur la Motio-h qu I e j'en fig, que cet'aff eti. fut rapport. Ce' fait est con,isigne' dans lea, proce's-ve'ibaux de la. commission interm6diaire, daris lei; d6bats entre lei accusateurs let les accug6s danipl'affaire des coloDies : j'invoque pour surcroit de preuve a -ce sujet, le t6MOigp2ge du citoyen Pianlatte aujourd'hiii g6n6ral de brigade, nominee deputy -de Saint-Domingue en I'an 5 et d6clar6 inadmissible au corps 16gislatif par la. loi du 0 fructidor. Personnel nifoux que lui, ne peut rendre compete de ce fait etde tout ce qui est relatit i Pernbarquernent des noirsSuisses. Son Me 'our la. liberty et V6galite' est trop 0-onno pour que son t6moignage puisse etre suspect.

Je terminerai ce que faii dire U-dessus par le recit d'un, autre fait qui se rapport parhitement 'a Fembarquernent des noirs-Suisses que Sonthonax m'attribue. Celui-ci qui s'e'toit rendu comme je rai cl i dit, i gaint-Marc, pour marcher centre ks fa ctieux du PortRepublicain autorisa les citoyens de couleur dc







17
de la premier re de ke- s deux villeg 'a enr6ldr p rmile3 tro upes destinies A cette'exp6dition les wula'tres et les- noirs esclaves enfant3 d'homtnes'libres,. Les citoyens de couleur qui: ne desiroient que d'augmenter te nombre des difenseurs d' la liberty fecrut6rient en tr6s. peu de -temps environ denx(cents de ces hom. rnes -qu'ils casern'rebt. Les habitatits de Saint. Marc t des environs instructs de cet enro"Itment, pr6sent6rent au commissaire civil Son. ihonax une petition reve'tue de sept a' hult cents signatures tendante A ce que leurs esclaves lenr fussent restittl6s. Quefit alorr, celui qui me reproche aujour&hul un crime qpeje Wai -plas cornmis ? it fbignit d'ign'Orer ce iui se passoit, et ordonna qiu ces hom Mies f6 _sent renvoy6s A Iditrs proprie'tizircs. Ce fut ell
A
vairi que noli4 lui rappelanles meg ca*mar ades et moi ce qui s'&toit passe' an Port-& publicaih A Poccasion de 1'embarquement deg neiirs-Suisses; ce fiit en vain que, nous Jui representames combien un.6,pareille operation' Astoit in'Juste et preJudiciable i la ciusede U liberi& Tous nos effortIs f urent inutiles ) il fallout ob-6ir; deux cens homes enr0^169 au service de la Opublique, et arm6s pour ]a cause do






IL
lalibeiftd,, n pr6sen e e2ar- rautorisation da' cle16gu6 furent remis s n;; le fouct 'meurA
trier de leurs maitres I ar rordre dit philantrope Sontbonax! cc fait nest ni controbv6 ni falsiU, il qst rapport dans- les d6bats deja' cit s; Sonthonax lui-m'me s'est conten't6 1de nier la piirt qu'il avoit prise A cet enro'lement; cc fait est consign6 dans les registries de'la commission civil et dans ceux de Ila, munici. Palit de Saint Marc; Yen. -ai d6taille' les circonstan es dans la plus_ exact v6rH6 et j'invoque encore A cc sujet Ile t6rrioignage du g6n6ral Chanlatte, qui. sait n il nous.en
cd voy homes chez letirs
a PW6 pour ren
alWes Eh! bien,'Repr6sentans du people; Dlrecieiirs," et vons, c1toyens Frangais Fomrkient concilierez-vous cette perfidie barbare de Sonthonax envers les noirs dans cette circons-.
d'cisiv avec les sentiments de hilafttance e e p
tropie-qu'il'affecte dans tbus les cas oA il West question que de de'clamer et de sefaire* valoir.

Je crois en.'avoir dit assez 'pour inettre le
I
Corps 1. 'gislatif et le Directoire Ex6efitif A meme d'apprecier les motifs et la solidit6 di 1'imp'tatlow caloinnicuse lancee contre moi







-19)
par Sonthonhx -A Voccasion & Ternbarque.;
ment des' noirs-Suisses; je passe au rompte rendu le. 17 vend6miaire par Garripu eit La''-chapelle','commissaires de la commmie des Cayes, des 6v4ne'mens s irvenus dans la partie du Sud en fructidor de Tan

Avant A'entamer la. r6futjatio-de cet krft Je dois.sigiialer ses.auteurs, e les'faire connoitre tels qu'lls, sont; ce Garrigou un de ce' bon mes nourri g dans les pr6j uge"s.coloniaux, 6toit au commelne"ement de la revolution secrOafire de Passembl6p provinciale dt Sild d'tindle ces'assembl6es connues par leur systeme. d'ind6pendance et par kuis-acteg'fiberticides. 'Les cominissaires civil' Pblv'erel, Sontli-onax et AilLmd 5 ayant pro- onc6 la dissolution de -ces assembl,6es Garrigou ; qu am'si que beaucoup d'autres sait se plier aux circumstances, voyant qua ]a Joi du 4 avril allot recev-oir sa -pleine et en'ti6re execution feigiiit de se ranger de son c8t6; Mais bient^t Li force de ses principles fit taire son deguisement et Yon vit dispaA
roitre'le masque dont il s9koit convert au







'0
point 4u'aprZs- raffike- du IUjuiflet 1793 tapport6e dAns les de'bats et &autres circons., tanceS qu'on'ne peut recueillir.que sur les lieux, le co mmissaire civil Polverel fut oblige, de, lan er centre lui un ordre d'arrestatiofi ef de deporl.atiorl.
Pour se sonstraire Fex' ution de t
a ec *ce -or4re, Garrigou fut oblige' de -se catcher; mais ou ? qui le croira! chez des citoyens de- couleur du quarter de Cavaillon chez des ho-mtnes faisant aujours
parties dune r t il
eue, en horreur. Ce f a que, pendant 1'espace denviron un an il fat cach6, Iog6, nPurri et soign jusqu'apr6s le d6part des commissaires civil Polverel et Sonthonax en prai. rial de I'an Q. Eh! cWt par son compete rendu le 17 vend6miaire dormer ,que l'ingrat Garrio goupaye aujourd'hui-a.'ette caste infortqn6e le iribut de reconnoissance qu'il Ipi doit, pour les bienfaits signals et la touchante hospitality qu.'il en a reqds.

Ce n7est pas tout; ces memes homes qui avoient i6chauffd dans. kur sein le, 'serpent 2ffreuk dont. la morsure devoitun jour lour







etre mult: instructs du46part des commissacivils sond&e'nt les disp6sitiong du & 6ral Rigaud, charge de rexe'cution de Fordre de, Polverel, 'a' 1'egard de Garrig'll,'dont its se gardbient bien de dkouvrir la retraite. Enfin-., ils fire& tant Xinstance-aupTe's de cc chef que celui-ci, quoi que tre's JOicatsurse'sdevoir', d& lermin6pardeg consid6ratibns fondees sur le desir de voir la paixet Funion se r6tablir, parmi Ies citoyens de routes les coule Urs prit sur Iui de ne pas exicuter I'brdre du comimissaire civil. Ce fut alors que Garrijgou reparut dans la iille des Cayes et cc' fut que1que temps apre's qu'it fut plac6 en quality, de -pre' 6 administera tion i rAnse-a'-Veau oil dan&- Fespace de que1ques mois d'une administration S'qge et saas doute integre il a troupe' les moyens d'acque'rir une'honne'te fortune qu'il- a laisse'e .'bn. partant, des Cayes entre les mains, d'un de ses amis.-,

Apr6s rarriv6e, de i'a d6l4gati6n des agens du D" ectoire,-Ex6cutif auxCayes eh messidor
'G riaou, H depuis- Ion
de 1" 4 ar g emps e
Principe e't Xopin.ion avec FadjuMt-g6n6ral*y un do ses uicinbxes, instruit deji des
B 3




410



craintes qu'elle iuspiroit-a tobs Ids a rnis de -la fibert6 a de egalite fut appeal' aupr6s d'elLe en quality' de secrekiire-g6n6ral. Avant d'accePter cette Ile'place it eut soin de te:mOiguer.cQmbt6ii it regrett-t celle'.qui-le.fai-11 soavivrepaisiblenientetasona' ; n6ani ins ifresta aupr6sdelad616' tion'ju5qu, g auxtroubles de fructidor ; poque i laqutelle it Vaban-' donna 6a effet-, pour s"4ir aux -citoyens C -Et Cest ai
rass embl6s cbez le g6n'ral Riga d. nst
que cheque pas de cet intrigant consof4me dan.s les rou tes varies qu'il cherebe A, suivre esttoupu marque par l'inte'rek personnel', p ar, la. capiditei e par la. trabisoi%

Cest maintenance gur Lacbappelle qp'H faut que je Porte Fatt-cntion de mes'jtigcs,, et si les Couleurs dont je me servirai pour 4e. peindresont i6voltantes, elles n'en fer6nt pas rnoins refl6chir avec 6clatla v6rit6 s6v6r.e qui me ICS fourhit. Apr6s avair 6t6 61ev6 en France de'i soil bas ageapresyavoirservipeiidantl'eI acedeseize"
1P
anssous ler6gne du-despo-tisme'. LacbapeHe repagsa i Saint Domingue efi 1791 dans le temps que fes citoyens de couleur, accalbl6s sous le paids des, vexations et des ] irskutions,


Al







,r4clamoient par la, force, des 2rmes- des *oits polifiques ,que l'orgoeil et le' prejugei' ,sourdi aux reclarhationo de, la nature de 4, justice it de la. iajson kur refusoient avec une bbstination et uti acharfiernerkt- salris exem0e. Arrive et d6barqu6.,dain la. ville des Ciyes' soit parcequ'ilkoitporteur-d'un con, e ou passepott sign6 Bouilli soit pluto't parce qu't] porioit ernpreint suir'sa fi&ure le sigue de la. proscxiptionlancie centre lesm'ulakres il hu arre^te'
incar vouloi6n-t de la
c6r6 par ceux qui ne
revolution franqoise que ce qui .-con venoit-I leur Ambition que ce a i, polavoit les co' duire % l'i I 'O n
un c t,6, dt i la'tyrannie de
penance d:
FaUtre.

,Ce ne fat quapre's avoir prof&6 le-sermen I anti-sociaLet anti4itimain.de soumi"ionet de respect pour /a coul urblanche que Lacha' pelle Obtint sa hbert6. Ce sentiment vil a Iou. jours 6te'-profond6ment _gtay6 daTis son' cceur., ct sija f o.rce des circumstances I'a ?id'I q e1quefuis Ben carter, ron peut dire avec v6gite que ce n'a &6 que poury revenirayee plus de bassess'e dt de .11chett !. La suite dv cet icTit et ta conduit qu'il tient aujotrid'hat,' -le prou. veront d monstrativement.






04
.'Apr6s avoir 6t6 61argi des pri.gona, iLne tavda pas i se rangpr sous les drapeaux de la fiction enhemie' de la fibert,6 et de 1'e' alite. Ge.
g it, lui
qui, bubliant qu'il 6tpit issu du sang afrioin 0 "tondnisoit leg Dbalanges dirige'es centre 4a caste ]cur fais.oit 6viter les passages difficiles,, et leur indiquoit Ios, rusps'dont it fallQit se- ser' vir pour' egorger' les amis. dela'rivolutim, Gest lui q'i de return de cc's expeditions n6gricides et thulakrkides, allot, ave-c Aes. dignes compagrkons d'armus deviant les- portes des princ ses colons ex-F
princes et es vamer leurs
plots sanguinaires et faire I'6numhaign des tetes jaunes ou naires qu'ils ippovoient dj'ns ]a ville. Cest lui qui dans Faffaire "du 14 juillet 1793 (vieux style) 6t3it T6Uni' aux mylord Oshiel aux- Mouchet aux B4dolet etc. pour assassiner I* citoyens du 4 avril aux pieds de Pautel sacr6 de 11a patrie (Q

(2.) On me reprochera pent ehre ici de n'avoir pas rempli la promesse que j'ai faite de ne pbint parler des premiers 6v6nernens de Saint;-Domin-fte ; mais les amis de la v6rite',, cenx qui fr6m'ssent A I'aspect de innocence ovpnm6e y pe rendront assez de justice pour c5wifqqu'iJ A n &pas k6 ]possible de ra'en dis'di4 s.cetth occasion.








Cest lui enfin mais en voila' tr6p sans
doute Upour, exciter centre lui indignation des fbndateurs et des appuis de la R6publique Ct do la liberty

AprW'attentataflreuxdu 14juilletle 'n6rai Aigaudpour soustra;re L26apelleaujuste res-des bommes de couleur,- f ig6
sentiment ut obl
de 1,e 6ire mettre enlprisoii pendant quelques jours. Cette sagp precaution calrna les esprits et sauva la vie A' llngratque dis-je, 'a l'imposteur qui vient aujoiird'hiii en France d6clainer centre son bienfaiteur et trahir la confidence de s.es commettgns.

Ce fut qttplque temps apr s'cet v6nement que le com*missaire civil Polverel trompe' par le repentir simu-16 de ce cam6l-60u s6duit par ges protestations d'un reiour since e.4ux principes, frahgois, lui donna dans 17arm6e de la R6publique un gTade, do-hil. est parvenu a celui 'de chef de bataillori dans I'adjudance-gen6rale.

Telle eat, Ugitlatcurs et Ditecteurs ]a fbible esquisse du -portrait de ces deux homes, qui joignent impudernment 'ingratitude_ au nature qui ne rougissent- point cie, protester








2ujonrd'hui centre leur propre alignatnre', 'et conre cells de leurs coimettans; qui -cmt rau. dace d'aitribuer 'a un citoyen., qui de nototi6t&
oblique et de leur propre aveu '6toit absent,
A
des 6crits dont.ils sonte'Ux-meme les auteurs, leg TMac'teurs les 6Peurs les colporteurs les gignataires.; dont la premi re demarche., en arrivant en France est de bire imprimer un rnemoire darts la premiere page duquel ils d6clarent qu'.iJ9 sorit des tralitres et qui enfin
A
ne tarderdnt pas eLLV IfZL;L)IIIIUs pour -des imost urs et
-des caloynniateurs"

Mais comment dira-t-on sans doute a-t-on pu choisir deux individuals de cette nature, pour rendre compete aux. prerui6res autorit6s de la Wpublique &6"v6nemens aussi m-ijeurs?-Urf tel cboi-x -en effet-est: in-concevable ; rpais ils le deviendra n1oins lorsque j'aurai trac6 la conduite perfide qu'ils ont-tenue aux Cayes pendantles troubles de fructidor. Je neleur rendrai point ici assertions pour asssertiohs, suppositions pour miles; je leur r6FFondrai par d6s faits
authentiques,, par des verk6s incontestable.

Xai d"A.dit qiie G'arrigoru s'6tuit re'ant, au








moment deTexplosion. de fructidor, aux citoyens rassenibl6s chez le g4n6ral Rigaud. LaL cbapelle de retob ri de Pexp edition centre J& r6mie 6tant rgntr6 en -ville dans la n*uit dti 13 au 14 fructidor',*Se re'unit 6galementi ceux-ci et alternative m'ent a ceux xassernbks iux torts I'Llet et la Tourterelle. Ce fat alors que ces deux' homes perfides devinrent insensiblement les flambeaux et les r6gulateurs des assemblies d'e, commune u eur
q_t ent lieti dans la. ville des Cayes pendant et apre's les, troubles.

Garrigou ne cessoit- de 'declamer centre 'la d6l6gation et d'appren-dic au. public desparti-cularit6s qui ne pouvoient ^tre conimes que
-ioient d'61'. Gest I-ui qui cle ceux qui approcl e
en sa quality de secr6tairc-Yn6ralfit connoAttre cette r6ponsedes d6l6gu6s Leborgne -et Rey
1'e'ur colleague Kerverseau qui leux faisoit des observations ur les arres nations effiectu6es par leurs'o drer. : Depareilles arrestations, disoit celuici sont bien inconstitutionnelles! Oh parbleu, r4pondirent les deux autres Si n6us clierchions ti juivre, la constitution nousine. finirions jamais, Ues lui 4ui'fit une- d6cJdration centre le g6n6ral Desfourneaux et la








remit an g6n6ral Martial-Besse nvoyd par
les agens du government dans, les departemensdu Sud et de I'Ouest., pour y prendre des renseignemens sur les deniers 6 6 evenernens.
Yinvoqt e.i ce sujet le t6moignage du general Martial-Besse Y actue ment a Ile Paris ; il-esttrop
franc et trop loyal pour alt6rer la v6ritZ, et la mission dont il koit alor. charge ne doit laisser ;tucun doute sur I'authchticite' de sa d6po6tion.

-Lachapelle de son 1*6, r6digeoit I-es 6crits '9
deg citoyens: Gest lul qui fit Fadresse A )a commission du government dans iaquelle il 6tolt'rendu compete des 6v6nemens de fructidor et der, actes- qui les avoient provoqu6s. 11 West pas n6cessaire d'aller 'a Saint Dorningue pour y chercher la preuve de cette v6rit6 car elle se troupe A Parip da" s up- arre^ te' de ]a comrnune des Cayes, qn porte que de trois ptoj d'adresses present s par troig- citoyens IUi pr senfe' par Lachaprlle a M adopt. C' t lui
fut I'anteur de celle au erps-Leigisl if et au Direttoire.Exkuti (3). Gest lui qui eut labas.
(3) V Ioig A j e trove des pi&ces relagnement ou )eTn
tives aux troubIbs de fructidor, ;ne wettant dius- la








sesse avant dela so.urnettre all'approbation de ses c-'Oncitoyens d'aHer', en presence' de plusieurs per onnes k en la mienne la communiq 1 g4neiral Rigaud, dont ]a modestie
futbless6e au point -qu'it nie pria d7engager-O Lachapelfe 'a supprimer les louangNg que cette adresge lui prpdiguoit Cest lui .' enfin qui colporta chez lei -citoyeni les diff6re-ns 6crits qu'ifurentfaits les e n-taAleurssig"
_pr'se natures.
lbs porta. ;i Timprdss= et indiqua les jo-urs des assembMes,

Citoyens Legislateurs et Directe6rs vo.ila'
des ve'rite's que J6. m'oblige -,A prouder de ]a,
manl're la-pjus completee.

Garrigou et Lachapelle en assur2nt anjou'rdlui pour justifier leur cond uitcabom in able,,

n6cessit6 d'ecrire de m6moire, il neest impossible &indiquer les dates des 6crits, que Je suis oblige' deciter; mais je les.d6signe assez clalrcme t po r q'UOU me puisse pas s.y. m6prendre Ces 6c ifsr doiveti 'tre /-dans les archives da Corp s-Ugisl a tie et du Diretoirlehxk'atifparmi les pi ces envoy6es par. les citovons du d6partement da Sud.







.(3o
qti'"x et leprs concitoyens ont-&6 forces le coliteau ii la gorge a signer Je diff6rens 6crits 'd-ont its 6tolent porters veulent sans doute faire entendre que la force des circumstances, ii a pas permits i qnelques citoyens de refused leur signature. Ma s meAme dans cc xas,
qui devroit on s'an prendve P ne i
pas aux orateurs der, ass ernbl6es aux auteurs et CQIPOTteurs d1b ces 6crits ? Or s11'est prou'v6I que cc soient. Garrigou et-LaIchapelle Id coneque ilre-t-elle pas _ue Lachapelle et
Garriaou qui eux-me'mes sont les auteurs et Jes colporteurs de ces kriK' qui, les nt pr'sent6s a .1a signature aes citoyens 1. et qui depuis sont venus en France pour les de'noncer 5 sont sculs coupables de tout cc quils peuvent contenir de* r6pr6liqnsible ? It est possible,, je crois m ^me qu _estvraiqpedanseettecirconstane'e',comme dans routes cells de la revolution, quelqt es cl-' toyens'n'ont fait que se conformer au vceu de la majority; mais Garrigou et Lacliapelle qni jotzissoient d'une en'ti6r Ilibert6 et d'une parhite security ii'6toientcertainement point dans cc cas-la. En effet qu'avoit i craindre Lachapelle, ILij militaire adjudant-&e n&al ? Lui qui reven o.it de 1'ex edition centre .16remio-, ei
p







31
qui 6toit an' Tnoins-pkkume'. Wav'oir'Orticip6l en aucune manie're -Alvx megures et ahx'ac'tcs qiiiavoient-occasionne' lesevenemens defructidor* avoit-11 le, coua du a' la gorgelorsqt I 'it r6digeoit chez lui l'sadresses mentiorfri6es de Pautre part, dans lesquellas il s'expr-lmbit avec tant d'6nergie contre4a de16gati6f et 16 general Desf6urneaux? QWWVO*t,--'l be 'n -Ill mi I Itaire d' er dans- les, assemble s '46 'x imitoit-41 ses camaradeil ,dont-la plopart'se gont abstenus dYall-r? It en est 6' em de Gary e m e
rigou qui depum-qu'il avoit -abandonn6 ]a &16gation I prengit tous', ses 4epas cliezie g6.
n6ral Rigaud edflywrvoit de secretarye, OseVtt-il dire qu'on Fait forc6 r6 A v6lcr l's s'ccrets'de'
la d616(Tation et1fairecontrele-_9 I 6ral Des-' forcaux uhe declaration remise par lu: Jg4n6ial Martiat-Besse?

Mais voici un trait qui caract6riscp leiir
fidie de la manii' e la plus frappanic. Do quatrnz: pikes de- N-en q!li ont 6te' Elites A- la lonanc du g6n ral Rigaud, a* Voccasion de la I coiiduitc qU'll a tenm pendant les troilbles de ffru.cilldor, Garrigou est I'autetir d'une Lachapelle d'unc autre. Sil est vrai qu Lin citoyon puls c qucN








quefois 'tre ontraifitparli force I signer un
acte contr2ire ses hitAreks on /A 'son opinion
aton/jimais!OtAd0e qu'oh ait mis; le
-d! a go gr 4; qaelq _Uln pour le torcer de".
Tnonter'Or.le Parnasxd', d'aller r6ver dans le sacr6 -allqn de caresser enfifi les nc!ufs.sOEUrs., pour.en obte*rAes versA 14.1ou'ange de celui
se propose de diffillier un jour ? Voili
,,, _=rtant ce que. des' traltres voudroiefit pev.
sua u people ranrais!Tai ibH' F irde
T e ai
la cha
h4pn de-'Garrigim;'ma s Lac'hapelle- ch a
-jait une compqs6e de s.ePt 4--huit cctuplets
Sur Vak du v audevill du'- F
0 mariige, ,e
qu il a ait impkimer au nombre'deinille
plaire dont il est passiblevqiie quel es-pris
6 tr uvdnt actuellement'A Paris. tr Ts nous
'dig t maintenapt si tous cou i n ont point
fa i t e cbanf,(*s stir les 6vhnMp ns de f
ont 'te e 6s 21'
gqrg
i4ffle a 6t' cor dbit' de -16e
]a, *4ux trap
,pendant les ArbuY*sdei,Ca' m Alificommefit"
'y
tl'aprescelapet-eii.gfrei-tonn6 qul'ls*aient6t6...pommes Pmmissa,"
corll te _.en,TrarW6 des d &aMts qyli -avoient 4 affil ettie patties de-la colomill Y'a, Qit-il rien


z.






35
de plus, natural qne de eb oi9ir ceft qUi 2Voi'e'nt redige les actes les doldancei et let icrits
par lei citoyens'au-lporin-Legisiatit et au Directoire-Ex6cutif ceux' qpi avoient pam prendre tant d'int6re jla cause'de la, liberty let Cie sont eux-mgmes qui, osent dire anjourd1hbi n'ont accept cette mission 'L qUe
either lafureur des assasswsq.quepqur mettre feargjours ti rabri- de leurs coup&! Les
impoStPu'S!- N'est -il pas a leur bonnoissance, quele citoyen ChAflo* avOU6 prIes les tribtf- I naux, a refus6 i ette mi"io'n parce que leg affairss, don-t it"i t6it charge we, lui permettoient pas deXa-ecepter ? Ont-ils oubU que le citoyen Desclos ". n6gociant --a e'galement refUS6 parce ,que son ab3ejace-auroit cause un prej udice consid6rable i sa maison de commerce? Ce*pen&nt q1ea-t-on fait, qu a-t-on.dit 1 ces deux citoyens ?. ne s6nt-ils pas acttiellement aux.'N 'Ca I oit ils jouissent cte. Festirrie et L de la
4e feurs fr'res et de, leurs amis ? 11% 2joutent que le seal parti qui leur restoit itoit daccepter et de prorae(tre au giniral Rigaud et a ses partisans de'suivre leurs intentions au M pris 'de la v4 rit ;, Comme st -le g n6ral Ri. gaud avoit concouru a leur nomination et aux
C







lnstrn fions, 4Wils avoient repis vle lemi e6nix mettans, -Mandataires infid6les nommez donc ceux que vous appelez les partisans de Rigaud; Publiez es actes et leg addresses dont'vous 6tiez porters, et dont les dyplicata'ont depuis_ 06 envoys, au Corps Ugislatif etauDirectoire-'Ex6cutif ; alors on verra quels ea sont les signatures! A qui persuaderez-vous quevous avez 6te' forck 4'accepter la mission dont vous
6t6 charges ? Aviez-vous le couteau-, Ig, gorge lorsque, prisoners des Angloisabord de PIndostan et de fAventur4hu. mole, vou. kriviezilrgaud leg le=6 les plus affectuenses ? 'Bedoutiez-vous lafureur des assassins, lorsque aix mom ent de partir pour rAngleterre vous, avez, rernis au chosen Riniaume, votre col16gue, une letter danslaquelle voO lui-annonA
ciez a ce metne Rigqud, votro d6pvt pour I'Europe et la ferme re'solutiondo'-;gropik di ne nent la.mission dont v'os conclto$ie s vousavoient charge's ? Faites done paroitre au. yandjour qes actes qui demontrent votre in-' famie wtre Ia^cliet6 votre perfidie ; exhibez ces. letters,, qUe j'ai signee's corArne vous dont VOUS I AteS Vo I USMemes les, aut urs les r6dacteurs"et les, copistes dont leg minutes sont







ntre v.os maimi dont vous .2ve/t refuse" 'Cot'10 tarAment 8e, donner 4e% copies au ci toyen Ponnet mon compapon d"nfortune,, mais que mpp college &y-D.eknar herure-use ment a eu soin, de transcribe sur I son joutnal ? En vain chercheriez-vous aujourd'gui.i nier leux existeDce car-non-setilemieut elles sont entre les, rna.ins dug6ne'ral ]UPAid, aux Cayes., mais encoreje, VOUS -df'.clare ici que, I 'depuis que Je suis on France I, Jai requ de lut-meme Ja re'A
ponse,.f. ces memes lettr es. Quelle confidence apr6s cela 4v;z-vous inspirer aux I' magistrates dont vous- Ozerckez a' surppendre ]a religion Vous qui commence par vou annomer pour,
- aes iraitr4, par d6clarer que vous Wavez ac
_Cept6 une. Musion impertante; que pour parlor et agir cbns. un sens abtoloment contraire, Non; la trabison nisigae don' ious VGUS ekes
I
rendu Iles, et dont sant doute la r6yolut;on sene fournit pasnnpareffl exemple*v
1 ;t_. It
ContrastvIMP q ViAeirxdent avec le's in-tirkset le, vceu de vot commettans I av.ec la franchise la loyauti6j. le icargee're et la ignite, des'autoriths auxquelles vous vous adressez, pour que vous puissiez jarrkwiv espirer de Tous justifiet #Ur h d'elles de I'avoir commie.
C !2






(.36
Je passe 'a la.-r4ftitation do corfiPte r ndd i quicommence- ainsi':

,.Ant'rieurement ati-mois de pr irial, epoquc deraffive'e de]a commission dngouvernement Frah 6i dans- la colonies de SaiutDomingue la parties dn sud 'cre'cette ville jouissoit d7une tr4nquillit4 app rente. Malgre' les vices de son-admi in stration;-ld commerce y fleuiissoit par le grand nombfe de prises 4ue conduisoient-nos corsairesdansles d'ffd rens ports,, et notIn-iment Zaifii celbi des Cayes. La culture-, -assez et trop, longtemps abandonn6e,# promettoit dans' quclq'ues
quarters, une r.6colte askei ;ibx fdante. en
caf6 i nous d6ons dins quelquesquartiers Ouk .
car ceiix da Platon, arche-h- Terre, du
PaImbilici de la, Roche-ti-Batea-u j des Coteaux des Trois-Rivieres d Ois et
de. Tiburon itpient absolument, he
sans aucun e-,culture et les babitaAons pour la plupart incendi6es 4toient 86serthes des cultivateurs et des proprietaireL, Lahaine et les vengeance& pa"fkfili6res -,W6toient pas encore iteintes ; le g' vernemerit de ce d4par cement kai.t enrre- 16 'mains dun thef






*W







W, qu t.,, -par son iinflubn *i,6Aiiigeoit les acw
de administration -et des, tiibunaux divils et
militaries ses volont-ds,avoient force de- I O'i
les citoy(;hs foibles et'dwcourag6s'- milv.
soient tw- silenqe en atttn dant tin, eureux tein s',, etc.

Tel egr.l6:,_tabl6anqtiL- Gaitfigpu et Lachaz, pelle pr6sentent i la Fram -,-de la Situatio*tl du 46pariter ent -du Sud ;' I Wpoquq de' rarriv6e de la commission' du "gobvtmement' i-Sairiv, Domin-gae non en -pifd i FwI cg m me' i ti le
disent-jtmis'jenflbr6tkl.:Oopdsonsmaiiftenant-I cc tableau telik presented,' Of les itoytns de-h commune do Cayes 'a cetie At&- e -commission dn gouvtMement apr6s IINAtoubles de fructidor. Le iimoignage des-ekoyeni d'u'ne commune doit certainein6tit Temporte'r sur -les
assertion'cjle deux individus qui' se livrent a' touslj6f* &-de FiMposture et:de la trahison.

Noids, ne vous achcrons pqs, dissent Jes
citoyensdes Cayes 15 que les malheurs'dori.t fiotre vale A 6t6 le theme doivent leur or.ig:1fe aux- mesur _s imprudentes, arbitraires et vexatoires de yos. &16gu6s et notamifient C 3







du g6ne'ral Desfountatuo 'Quine jendoic qu'i', reverser, Nnion et Ia fraternity dont jouissoft un peupje d:amis'et'de frZres depuis, plus de trois a L Quand vos, 46wgt16S om 'Mis le pied snr, qette terre cile koit couverte des riches'productions -de Ia. nature les ateliers efoient, remplis home'ss laborieux les villas peuplier d ouvriers le commerce-f riwxkt. ; mais, tout 'a t6 d6truit. D'abord Ia &16gation avoit alt6re' Funlon et Ia tranquillity dqn nous jouipigm; le ge-m niral Defifournoaux 5 apres son arrive 4 achev6 Ia subversion total, de "tte Ville ainsi qu'il ra f it au Port,-2u-WixiQ1C ,,QU MOIS de. -mars 1794 i(vidux 8010; Vre's,;avoir at-, 1=6 Ia. flambeau, de Ia discord p mi nous, il vient de's'enfuir avec, ses, indignes com places et le cV6gui Rey, -nous laissant.-aux horreurs d'une guerre civilo, -"q!ai In'a' it calm6e que par I'arrive'e 4,1 g6rt"'Sigaud. Sans sa prudence et'sa sollicitudo la-Viile efAt &6 livrge aw Rarnmes et au pillage, e t les citoyens se sexoient mutuellement 6gorges. Les circonstance; ne nous-,permettent pas d'entr'r ici dans de. plut grand ditiils Pous les renvoyQns a' un temps, plus Calme







ou nons vons ferns, connottre et 'a' la
nce entie're n os malheurs et leur furiesm
or ine. nous vous protestons qne toujours files a' la, Mpubrqoe Fran
i goise, nous
pe reconnoitrons jamais d'autres pis. Notre pio on de foi e9t assez connue Ac la merepgrie poj$Orqu'iI n.'existe auction doute sur
nos-sentimens republicans.

Voici un. tableau ians donte, qni diffZre hbsolument du premier ;. rnais d'oa- provident c ette diff&enci qui y fait -q
s' r&narqtier XT
maniere si sensible ? Qui PMrra jamais
croire' que Pun et Pautre faits stir fe nienTe su.jet, ont 6t6 enfant6s par le nAme cerveau, fabrique's par Ia meme main trac6.9 par ]a
A
memeplume ? cependant rien n'est plus cer6in. Uun cot extract du comptiv rendu le 17 vend4miaire an 6 par Laehapelle et Garrigou, et Pautre d une address r6dig6e par cc me^mc INLachapelle 4,et pr6sent6e pat lui 'a YapPTOb.AOII de FassernWe de commune tenue aux Cayes pendant les troubles de fructidor de Fan 4: d'une, de des trois.adresses qui ainsi que je Fai dit pr4c6demment a obtenu par un arret6 de cotte m6me assemble de -commu-nc,, 14-






(40)

p les deux autres, Voifi pourtant
4v iUs acie nfiimesfaux et libert'icides, doift parlbn t Lacbapelle et GarrigQu.dans jeur
reiidu pag'e 5o.; un de ces, actes, fabriqu s par c.e rr. e I ue
em -achapeII-eetqu'*Iattrib* avec toute I'auda'ce du mensonge, a un citoyen notoirement et de son propre, aveu, absentt, a cette 6puque I i un citoyen qw, ainsi qu'il sera
4
ampltment prouv6 dans le cours de cette r6futation n'a fait depuis son.Yet-our aux Cayes 16 \ 3-9 fructidor
jusqu au moment de son d6paft pour qn-e.en
brumaire suivant, aucun 'crit relatif aux iroubies survenus. Le Corps-Legislatifet le Dircctoire-Ex6cutif ne pourront jainais eroire que les deux 6crks que je viens de citer aient 6t f4its par le mekne h omme; tn 14 c est un fait constant daiis le d6parterr wit du Sud I et je trends ici engagement splemnel de le p'rouver mat6riellement.

Carrigou et Lachapi lle pour .-dire que la culture West point e. viaueur aux Ckeaux et
JL"' 6ron
1 th akre de la guerre centre les Anglois mettent I'affectation Ia- plus ridicule 'a faire une lunge 6nuffi6ration des locaux ren-, ferT6s dans ces deux cantons j,"ils fQulexLt aux






4-1
pieds avec impudence le t6moignage', de leurs concitoytns et le letr ptopre! N'importe; necbercho'ns point a diminuer le'nrg av stages; rejettons le'ta-bleau de, situation present par les'citoyem desCayes; en"fructidor an -4 et tenons-nous-en pour un mument sculement 'a celui trac6 par" euX-mimes le- 17- vend4miaire an 6; par- ce moyen. nous les, mettrons, sur leur propre;terraim, et nous les battrons de leurs propres armes. Its conviennentau moins; que.legcitoyetis d-u d6partemdnt: du- SudjouisSoient, i I'C'poque de rarriv6e de la commission clu government i Saint Doming-de dune, tranquillity et d7un,6 uni,6n apparentes'; it ni 9agissoit que-de les consider et de les rer.dre r6elles larsque surtout elles Wavoient pour but que-laprosp6rit6'de la culture et. du omrneKce etle bonh-eur du people.

Eh bien, j'inte* elle ici Garrigou et, Lachapelle; qu'ils me r6pondent Vous dites, que, la patties du Sudjouissoit en ):florr'al d'une tranjuillit, apparent di que la haine' et 'Irs veng-eancd parficuli&es- n' toient pas encore iteinMs. 11 y avoit donc 'a cette 6poque deux Parties A S-aint-Domixigue ? Oui sans doute.






4.Q
icelui de la liberty et de 1'6galite', -et relui de Fesclavage etdu pre'jjuge'.-QuI est-ce qui a mis en movement ces deux partii; Fun centre I'autre ? Dans le nord, c'est d'abord Layaux et Perroud ; dans. toute la colonies c'est Parriv6e de la commission du gouvernernent da-ns le sud et dahs l'obest, c'est notoirement, I'larriv6e de ]a d6l6gation aux Cayes- -- Lequel de ces deux parties a triompU de rautre dans, la parties du sud? -- Cela nle se demanded pas. cest cel ul de la liberate et de r6goite ; mais, le parti le plus foible s'e6t re'uni en appearance au plus fo t apr6s explosion de fructidor. Q11i vous a nommes, commiss2ires a Feffet de rendre compete au. Corps- Ugislatifet au Direct-6ire-Exe" cutif des derniers troubles qui'Gnteulien aux Cayes ? --- tesit.... ce sont les deux parties en appearance re.unis. Colitinuez i dire la v& rlt Qyels motifs ont pu vou, porter 'a trabir la cQnfiance- de vos 'commettang ? -- NoTre opinion nos principles ; notre caract re la haine de la liberte" et cle I'igalit6 la Certitude enfin o L nbus sommes, que la faction, dont 4 iaous servants les int6re'a, nous saura bon gr6 de njous 6tre d6clare's centre lea mulitres n& grophiles, --.-,Et! c'est avec de paroib prin-







tie vous venez
Cipes', de parelUez intentions ', I
c archer aupr6s de la Republique s ^ rct6 protectimi et scours, centre les d6fenseurs de-la patrie, contreles fondateurs. etlessou-tiens de Ja
A
liberty ? QUe VOUS etes peu p6n6trant! 'Yve Vvoyez-vous pas que nous, sommes, prol4ge's pat unefactionqui.sedit arniede cette mAme Ebertg wais dontles, mesutes-, en divisant les c7toyens, el en portant les Inoirs et les muUttesi se hair rautuellement ne. tenant qu'a' r6tablir I"esc* J-a*age et le pr6jug des couleurs ; qu a le',plan que nous suivons do.it nou, assurer le Sucks le pjf l wMple t; que nous, nous somm es couverts.dumanteau du.patriotigme; qu6 nous ue nous dechainans par foiscontre les homrne% ae couleur que-.V, ur donner un instant apres des 61oges 'a quelques',- uns -d'entre eux; que, rious nous abstenons 'aut2nt'quiI-est possible, de.parler centre les noirs;- que nous ne cla;; ons centre leur p resse et leur licence, que pout, attribuer leur incoinduite aux chefs, des mulaitres ; qtie nous nous bornons en ce moment i dinoncer ceux ci parce qu'une fois d4truits 1. il-nous sera facile de riduire let, autres; eu pnii: _plus de droirt politiques plt % AIeJibertd et d-igalitii voili le rnot: d6






----------






44
rdnigme volli le. but de tons ''not project,

'Citoyens Repr6sentans et Directearg voila, lei conge'quei ices qb'on pent tirer de ]a C duite infame de ces deux homes, et autreg i e -de ii'
ut'ress6s A gt ser la v'rit6 sur la situation et ks deniers 6v6nernens- de Saint --Domingue! ,Voyez, en effer comme les uns A6clament centre ]a licence et la paresse des'cultivateum, propag6es, dissent ils, par les chefs, des homm-es de couleur, tandis'que letautres accusent ces inemes chefs d'ekre les ennemis de -la liberty
A
ct dla!ssuj ettfr ccs memes cultivateurs A-un j oug tyranniqiie ; voyez avec quelled perfidie ceuxci 6vitent de parlor des d6tenseurs de la patrie, tt de leurs suce6s centre les enyremis,, -randis que ceux -Ii s'attribuent impudemment des success auxquels i1s, n'ont point concouru, 'a 11 Qbtention Oesqpels leur pr6sence',mule e't rpi* des obta6-s- iusurmontables Voyez enfift c9mme les uns et les autres quoi que.'divis6s' en appar'ence d'Qp'lnion sont gardens 'a d6ver-, ser sur les citoyehs de.couleur tout Podieux de leursrne ures tyra-nniques et de-leur-symime (16sorganisateur, Qu'ils concilient, dorIc de.i contradictions, aussi manifested; qu*-s effor-







45
cent de cle'montrer auyrepre'sentans et aux ma91 straits du people comment on peut etre i I'a fois, Pennemi dttla liberty en versant, son sang pour la libdrt6; Vennemi de la R6publique en I r battantsans rel,-'tchesceenriemis;1'.enneini

q la prosperite' de son pays, en appliquant tous, soW, s i le rendre florissant OA ont donc Iles Succ6s de ces memes agens dont des intrigans audacieux iie rougissent point de faire 1'61oge le plus pomp.eux ? Q Wont-ils fait pour le b&-heur de S. Doming ue es fonctionnaires desir6s t attends *Puis si lo-ngter:pps ; qui au. lieu de verser les bienfaio de la m6re-patriesur les infortun6s habitats de ces countries loiwaines ont r6pakidu p'armi eux l'6pouv4nte.je deuilla consternation et la mort; qui uniquemen-4 OCCUp6s de leurs int6reks personnels et dealers. VCDgeances particulie'res ont livr6 ce, rualheureux pays A routes les hoireurs deFanarchie et de la guerre.civile P-Oseront-ils mettrc en comparaison, la- situation affligeante ou' se trouvent actuellement Jes, de'partemens du -8ud et de 1'0 oest avec F6tat de prospe'rit6 et de splendeur qui, avant.leur arrive attiroit Fadmiration eVI'6tonnement des chorines J ustes et Impartiaux.







46
Qui peift voir saps' Garrigon et
Lachapelle avouer dans I'avertissement qui prk de leur tompte retidu que ce n'est qu'a-. vec peine qu5ils se voient forces d'accuser le &niral Rigaud, Arquel-ils itoient attahispar ies liens de 4' mitie' et de la reconnoissance ?
Compare cette dklaratiqn avec Vacharnement, qu'ils m e! tent 'a diff. imer et a' -d-6shonorer ce chef r publican covert de blessures aii service de- la patrie dont chacume des cicatrices est une 1 reuve. parlante de son'intre'pidit6 et de son z6le 'pour la Republique. Vs ne se hornet pas 'a rmire s-ous lescouleurs les plus 16,dieuses ,des 6ve'n,6nens bonibles 'a la ve'rit6 mai, provoques par la Ytmation l'i"Justice et ]a tyrannic.; ils ne se contented pas d'attribuer
A
cies rnefnes everternen-s au &n6ral Pigqud, 'a' qt i les citoyens -d,66archt q4i'ils doivenr Icur- salu et cxltii du department du Sud ; 'I pt)ussent ies exces de leur ra.gejnsqja "a I'accuser de pillages faits a' Uoganc et ATiburan, lors de la reprise-de ceg dejTx vii1es sur les- Ariglois. 11 oublient qu'apr6s 9'^tre empire'. de Uogane, Rigaud fit une proclamation qui ckfendoit le pillage s6us des pines tr s-s'veres. Ils ne dissent pas quq les pri caution s quil prit i ce-sujet furent








k! bl
fen replies que les or-drei 4qall donni furcut Si bien ex6cut6s qu'on arreta au Petit., Goave dome mules i chfrgewde i; faits pan ce me^me'Lachapelle adjutant -ge"n6ral de rarm6e aujourd'liui accusateur de Rigaud qui, da4s cette circonstance fut assez humaim pour saver non'rhonneur d6ja perdu do Lachapelle Mais'sa'vie.

J'ai promise de nie r6pondre-i leurs assertions que par de f it' authentiques ; a' leurs calomDies que WAcs v6rit6s incontestable' Oui citoyens Frangois ce iri^me- Lachapelle qui dan-s sa rage d6lirante, reproche aux d6fenseur3 de la patrie leurs pillages leur licence leur' indisci liiie- et leur insubordination; lui qui, devoid dohner 'a ses subordonn6s F.exemple de I'honneur et de la probit,6 militair.e, S.',kaya, lurs de la reprise de Uogade sur les Anglois cle sa qnalit6 d'adjudanirge'n6ral pour se trans-, porter dans les maisons'particuli6res, pour I fa i re enlever le Iiijge, les menbles, I'argenteric, les bijoiix I'or et I'argent, pour ensinte. s'eniparer de douze mules qu'il exp6di pour la ville der. Cayes, lieu de 'a residence et qu'il a charges de ceux de-ces effeti',I s plus difficiles i transp orter.








]Le corhmandant. militake du Petit -Goave en vertu des orders qu il avoit regus, fit arre'ter O-es douze mules I, et dressa- a ce st jet un Re au, g6n 'rat
proces-verbal qu'il envoy; de sti e
Rigaud, Tkois i Uogane lorsque les officers de la garmson manifeste'rent _- abatement rindignation quexci.toit entrl-eux la conduit abo.' minable d'un de leurs camarades et appe16rentsur'sa teke Feffet de la, proclamation du g6n6ralde Farm6e. Ykois present lorsque cc rneme Lachapelle vint se better aux pieds-ae Rigaud qu'il accuse aujou-rd'hui d'e^tre, Fau-, teur des pillagesfaits a' Uogane, et qu'll le pri i dene point le perdre, en offrant de faireestimer son vol, et de le prendre- en pavement de ses appomtemens. Que dira-t-il, ce trailtre ce caN
lomniatehr ce spoliateur lorsqu on lui pr6sentera, l'acte qui constant sa. triple inf a5mie ? I
Gest en vain.qu'a' notre depart'du'mo'le il avoit promise i son ami. Garrigou de m'assas. siner7 ou Ae rihe faire assassiner; jp reprise leur lakbet6, je brave leurs traces et leurs calomnies. Les preuv s de feurs intentions criminelles 'a rpon 6gard sont depos6es,,au greffe de I'administration municipal de Cherbourg. Qu,'ils tremblcnt les iinposteurs






el
49
81 las de les mepriser je me r6souds i* ajonter 'a' la justice que me rendra l'opinion publique,, le droit que'j'ai d'appeler sur eux la s6v6rite" des tribunaux en les, forqant 'a la preuve desimputations calomnieuses qu'lls ont vomies centre inoi!,

Je'ne repondrai. point an tableau pompeux da palais et d.U luxe a3iatique da general Rigaud; je me bornera:i A engager les.lecleurs. a' concilier Pacharnement de ces deux ap6trevt d Ja virite', avee-Faveu qu'ils font dans Pavertissement qui prec6de leur-corupte rendu, que ce n'est qu'avec i We se' voientforces
-peirie qu
-d'accuser le general Rigaud, -a' qui ils zoient attaches par let -liens de Fainiiii et de la recon. noissance. Yajouterai. sculement ici qu,6(ant depuis longte'mps chefde la force arm6e dans'ld d6partementduSudetjouissanten cettequalit6 de la plus grande influence, Rigaud ne ppss6de.,Aan's uft pays. abohdan't en -richesses et en resources, quiun emplacement sur iequel Jil a fait bakir upe mason tre's _- ordinaire dont: il doit en, grande- parties les frais de construetioii. Je -pourruis iter une-m'UItitude de fait$ qui p buverit la g^ne excessive ou' il se'jWuve i
D







50
Mais tous, ces- details rn' Ioignerdient e la'refutation taquelle je reviews.

La commission du gauvernement, dans sa proclamation, clu 23 frimaire donne pour exempfe de son imp2rtialiti et de izt mod4p-: tion. enters les citoyens de couleur, et pour rnotif.de la confiahce qu'elle devoid leur inspirer laconduite qu'A son arriv e au'Cap elle a- oit tenue i 1'6gard de Villatte et ses companous d'infortune. Garrigou et Lachapelle dissent
-au con'trike page i o de leur compete rendu que cette meme conduit a vxcite'le me,'on-' tent ment des citoyent,.de couleur, et ajeie
,,sur les act % de la 'ornmissioit de la d6favWw e C
et de la d6l6gation. En cela, je pense que,ces deniers ont raison sans le voulo;.r; car tpus les homes justis. et amis'de rhumanit6 convien I dront quun telalcte de se've'rit6, en'vers les congervateurs et les restaurateurs de la
11 A
parties du nord exrce' dans un- pays -priv6 depuis lorigtempsdes lois bienfaisantes d.e Ia' m6re-patrie par une antorit6 qbi eft arrivant Saint-Domingue, devoit'pre'sefiter la f constitution, d'uhe tnain et l'olivier & I.a paixAL Vautrti "6toit fait pour inspirer Peffroi +Ians








routes les parties de la'ccilonie. Cet effroi e&t cl'aufant -plus fond6,,qu'on'se ntoit qu! on Wavoit i desire potir mettre fin i C ette insurrection ppov6qu6e par le'despotistr e des deux chef Lavaux et Purroud et de*i calm6e par les soins' palciocateurs du sage et vertueux AOUMe., 2gCnt nationahe la R6pubjique i Santo- Do- mingo et membre de cette meme commission du gouvernement que le return au. Cap des C'Ommissaires envoys aupr6s- de lui et le r2pprochement des deux parties ains! qU'Qn le v4prra par les de cet agent de- la &ptjblique auvcheis divis6s pt par cells da ci-devant ordpn.,, nature Perro'd anx g6iiiraukde bri&adeBauvais et Rigaud, (4

Quet iticon* nt e4t u r6sulter-dune measure de ppc n ? Pas tin seul I a moin*>
euil i tio
qu7on np v 14 fegarder comme tel limpossibilit6 oft se soroient trouv.6s le&-mal-intentionn6s de nuire auX d-vfenseurs de )a patrie aux -amis de Ja liberate et cle 1'egaliti. Qu'a product ,au

Les pieces que je cite e6tant pas en ce moqnent en ma possession, je me content de les designer,
que je puisse les rendre iLbli
eu -attendant iqueso
D







t3t
contraire 'Pacte d s6v6rite' exerce' envers 1 4 citoyens de coaleur- du Cap? des maux indicibles I incalculabJes et que ne r6pareront jamais les discour prononc4s dans le, sein du
Corps-Ugislafif,, sur la situation actuelle de
Saint-Domin'ue, par Sonthonax et let depute's
9
de c-ettecoloniequiyontprec6d6, son ailmission.

Garrigou -et Lachapelle dans leur compete
rendd., calqu6 sur la, proclathation du !23 fiiinaire jaloux de suivre scrupuleusementle plan' ccmbin et trace'd!ane'antir Iles ch-ffs deshommes '- de couleur, pour r6tablir plus facilement Pesclavage, attrIbuent aux'chdfi der'citoyens de, couleur le m6contenternent general qu'excita parmi ceux-el la c-onduite de commission du government, a occasion des troubles- du 3o
vento"se. Cette m Ame cotnmisfon de son c OW
dit qu'e ces' m6mes chefs ont siduilts les noirs par la crainte du reform de Tesclavage; qu'ils Ont dit aux citoye''s- de couleur qU'Uzq conspiralion'etoit forme'e pour- liver leur caste ti la proscription -et la mort etc..; mais -ces bruits
de conspiration de proscriptialz el d mort
n ont pas pris naissanee dans Fouest et dans le sud; ils- ont 6t6 apport6i paroles personnesqui








venoient _dn nod; les' chefs des 6toyens de couleur ne peuvoient y ajouter f6i; ils her'an, contraire, 'a calmer 1'effervescence qu'ils occasionneient. Ces bruits on pris leur source dans les proclamations publi6es dans la colonies par Lavaux et Perroud, 'a l'occasion des troubles du 3o vent&e;'ils koient 6crits ep caract're de sang le m'moire inceiidiaire address; par le Orniei au ministry de la marine et des c I ',en d ati d u, 2 6 germ' in al.
2n 4 dans ce liblesaffoux qui appqlle sur la caste proserite la vengellk te national et. celle des puissances neutres, alli( s ou. enDemies; ces bruits ont k6 accr6dit& par'0,es ordres donn6s ztux chefs des noii-,&. pour ek*er les mulatres I I par les arrestations effectuees i ns tous les cantons du nord et ceux de I'ouest attenans ; ces bruits ont vol6' q Cap dans toute les parties d' la colonies; ils ont traverse Iegmer \9, et sont parvenus 4n France par I'organe des ho'' mes justes
et im' artiaux pr6sens 'a tout ceqiii iNtoit*PaSS6 au Cap dep'uis I'arriv'e, de cette comr i ssi6n.

PourqAoi: done 2ttrib uer anx chefs' es ci-, toyensde couleur u1ne indignation ex it66\par des insures perfides atroces et saaiguinai ,S D 3








par des horreurs qui saps 1- prildence'de ce", Ine""nes chefs aurolent' excite- brie insurrection g,646rale ? Tout ceci, d'aiflellrs, s'e'st pass6 en prairi.al 'et Wapas emptakhe' que ]a delegation qui n'est arrive'e, aux Caves que, ..idor
n'y ait 6t6 reque de la mwii re d6taill6e d mis le proc6s verbal de s;i ct I de son
installation 'r6dig"par, ellememe- et qui ne laisse aucun doute Spr raccueil favorable qu ils y Wit rc u.

A Nga 'd d:es noirg qui selon ]a proclama.iion du Q3 firimairc,, t so- deux fidHes echo's Garrigod et Lachapellf, o7zt'&Os duits par la crime du return d 1'esclavage il co, 11vient ,avant de re'poiidre a ce\f it, del6r6tablir teli quit est. Depuis longtemp s Lavaux et Perroud, dans le noid avolerit, mis tout en usage pour soulever les boi rA .- coiltre les niulakkes ; Ics. agem-du DirecLre Executif avolent abond&
ans leurseDs, et sanctionri6 lents operations j I s &16gu6s (3) i ]cur arrive dans le. sud


J6bserve c ks fois que je parlerai
des da gu6s I mon intention est d'excepter le, cit6yen.. j Qryer5eau. si ses deux cojl -ues Jui mAssent ressem-








troyftat cleils parviendroi nt dans ette par c' atl5si facilement qbe dangNtitm divi
js& es
citoyens noirs et de'couzliir firerit (leg rts incroyables et inutil.es ry.parven ir; i s ent venir apples &eux le hefs-des fier ils
flaft rent leur ambAtioni, exc'ite'rent-leur blou.. 'Ve., diient'qu'ils venotent pour rompre., leur& fers qu'il fallbitAandonner les mulaltr pour se jQindre*a eux,;- que leg rnulakr*es ko' nt les
e
enn'rnis:, de.leur li6 rte' et qra'il Wy a i pas %mom en Xperdr pour leg extermin r.

Void r
c Repre'sentans et Dir cteur.;
la doctrine que les d616-,U6.3 wcclioi nt aiix* cit4engn irs qui', n itistantapres, ie manquoient pas. de venir n randrd comp A ceux de cquleul. 'Que devoient faire ceu -ci ? iie devoient-is T)as chercher vi d6sab ser &s homes qu'on clierchIpit a egarcr Ne devoierA ils 'pas, leur' clire qu'ils 'toi nt leurs frees let' rs amis et 'qu'fls, versero ent tou t
I

0
leur sang pour la d6fensecle leur libi t6 P Dc
voient-ils attended patiernment qu i vint Ids

WS je. crois que le Gpartement du Sud all'rOit 'M i
la plus grande tranquiJilt6'.




A

56
egorger.? Pent-on leur faire un, crime d avoir M2intenu entr'eux et leg citoyens noirs une lustongui a d6joti6 la conspiration la plus atroce? Eil v6rit6, A entendre'la. commissioned gou. vernement ses d6le*gu6s et ses, partisans A est impossible de ne pas s'apercevoir comblen ils, regretten't de Wayoir 'as effectu6 le project
p
rim tons les mulatres execrable de faire d6t' 're par les noirs.

11 est donc.6videiit que les premiers actes d- Icommission du government avoient pr6ven'u, Con-tre elle les citoyens de Fouest et du sud Qulya-t-ell& fait ensuite pour ramener I-a conhance ? Elle a. fait une proclamation qui ac-A
corde une amnistie g6116rale aux tr3itres qui ont livr6 aux ennernis le ierritoire & la Republique, et, qui ont combattu centre 016'sous le pavilion -aDglois ; tandli qu'elle persicutoit ses plus gardens d6fenseurs, au mepris de la, loi du 5 thermidor an 3 dont 116 premier' article Porte que les homes arfizis qui ont conserve 2
terriitoiredelaR publique Sainl-Domingue, ont bien m riti de la, patrie! La cOMMISMOU du gouvernernent ne devoid elle- pas en vertu de *cette loi, pardonrier quelques erreurs com,








mises dano un femps 0'1 la Fra nce- occupee A". combattre. ses ennemis d'Europe avoii it6 oblige'e de confer au patriotism des citoyens fiddles de Saint-Domingu6 le soin de sa conservation; des errenrs commies daus un temps oA l'on. 6toit priv6 de ]a connoissance des lois de la m6tropole ; des erreurs qui, pour la pfupart, 2vo nt pour but l'interek public-? Qu'avoient fait les citoyens qu'on a airek& ou. voulu arreter ? aLvoieni-ils trabi la patrie 1=6 son territoire A Pennemi port6 les armes, centre le pavilion national? n'avoient-ilspasaucon-traire, foule', ziux pieds les tr6sors de PEspagne et de I'Angleterre .. et vers4 leur sang pour la. defense de la. R'e'publique Tour 1 gloire de ses armes pour le triomphe de la liberty et de Ngalit6 ?
c'est sur eux cependant qu'on lance rostracisme et la proscription tandis qu'-On met sous la protection des lois I sous la sauve-garde, sacred de la R6publique les person es et. les proprie'tis des 6rnigre's des conspiratenri; qui sans piti6 ont d6chir6 les entrailles de la patrie Et ce sont les agens de ce me'me DiructoircEx6cutif qui donne A'I'Europe entire 1'exemple de routes les vertus.r6publicaines qui ne rougissent pas de faire, urt crime i des r puWi-







58
MIS d'avoir, u avec: indignatioxi une pareille, conduite!...

Je n e releverai point le crime qn'oR reproche au gen.Oral Rigaud, d'2voir cherch6 'a fortifier ]a vidle, &s Cayes en faisant'rA arer le fort p w
Uslet avant FarriMe de la commission et de- ]a d6l6gation: bien persnaU que le Corps-L6gisI itif et le Direct oire-Ex6cutif ne verront dans. sa conduit que Vintention de rendre' nals jes efforts d',une puissance ennemie, soutenue des, hordes d6migr6s etde traltreg coalis6s aVec elle ; et dans les insinuations artiftelenges de ses calomniateurs que le desir ardent de nuire a uii chefr6publicain dont le ze'le ost au dessus de tout soupgin. D'ailleurs!IQ:Oto wu, Bonnet aide-de-camp die ce g6n4ral et charge par lui de rendre compete au Corps Ugislatif et au Directoire-Ex6ciitif des 6v6nemens de fructidox,, et de la.conduite qu'iI a tenue avant et pendant ces troubles ne tar"era pas i's'acquitter de sa mission. Je lui la'isse 16 soin de r6pondre 'a tout c I e qui est relatif au fort l'Islet i 1'exp6dion de Rr6mie, et aux operations militaries.

Je passe i lare'futation de qnelq tes impu-








stations qui me concerned personnellemant; apr6s quoi je dirai un mot der, eV6nemens de fructidor.
Garrigou et- Lachapelle pour don er du poids a' la. proclamation du Q3 frimaire,, voulantprouv.-r, coMme elle, que je suis un.de'rauteurs dez 6v'nemens de 6u'ctidor 1 Commextcent par declarer I page 12 et13-deleurcornpte renda) que ai fui de la, Ville des Cayes pour me soustraire a un drdre de la commosion e'tfinisse"ntp4raVou0r
(Page 49) queje ne suis revenue Ins cette Ville qu'apr6s les troubles; A les entendre, no seroiton pas tent6 de croire qtfils ont envie do pjopver que je n'ai pris aucurre part A ices troubles Peut-on mieux s'v en effut pour Y
parvenir qu'en fai'ant la d6claration et I'aveu qui so trouvent au commencement et 'a la fia d e leur'compte rendu ? Je vais t4"qlier de les suivre, s'iI est possible dans le torrent de leurs calomnies.

Pinchinat, disent-ils (page 13,) prit lafaite, el Sorlit nuitamment des Vayes escort par quelqueg dragons ayant leur (6te A ugustin' Rigaud, cliefdebiigadc,-co.7inzaildan4,1'arron-







6o
Wisvfment des Cay!s et se rendit au camp des' Baradaires situi du cOW du' Petit Trou command par le chef de bataillon Doven., It eat rai que je suis portides Cayes If! Qq messidor v plein jour a CtDq heures da matin; mais i ,, i faux que faje &6,escortepar'iles" dragokis .ayant i leur tke A u-g'ustin Rigaud. A 176- ard. du lieu que fai chol'si 'Pour -ma retraite il n'y a que ceux i qui j e ral dit, qui le sachent ; et G irrigou*etLa6hapelle, qul croiemt e^tre dans ce cas-la' sont encore li-dessus dans une parfaite imorajace.

Alais dira-1-il (car il ra d6a dit), qu'll i!raignoit detr; assassin au Cap: tout autre que lai au'roit il pu supposed les diliguis 'du puvernemeniftanfois capable d'assassinats
11 eat possible que j' Iie dit apr6s Mon return aux Cayes que Je redoutolsla fureur des factieux qui dominoknt au Cap; mais je n aijamais dit que jeA craignois d'y, 'tre assassin par les agens du government. Qu'a de common. au surplus, av-r, lea troubles'deg Cayes,' ce
-que je ne peux avoir dit qu'apr6s ces meimes troubles?
11 dira peut &r' e ici car il ra dit ailleurs







6
qu'Y craignoit en p as i t lee i n'e Ts de bomber dans la puissance es Anglois et deg imi&6 ; tr6s certainement je le dirai;, eux qui, comme-Lacbapelle, et Garrig6u, ont 3fficU I'anglomanie i bord des vaisseaux anglois, sur lesqu6ls hous avons e't6 d6tenus pendant' n.otre captivit6; ceux qui comme ils viennetit de le faire ('page V) i 1 6ccasi6n. de Famnisfie pronounce -par la commission' du gouvernement, plaident si bien la-cause des trattres qui (int livr6 Ic'territoire de 1,A R6publique I 1'ennemi ,peuvent bien ne pas craindre de timber en 14uissance des'An&lois et des emigres mair. mol qui connois toute la haine qp'ils rn7inspi,rent, et cc-Ile qu'ils ont pour moije dirai part6ut que. ]a seule We de la possibility de timber entre feurs mains k me faitffissohner d'horreur.
Certes il Wavoit pas eu ces memes craintes lors qu'avant Tarrivie de la 'commission il s7itoit -rendu au Cap :, alors j'ai fiit taire ces crairites tparce que quand I'int&ek public parle 0 t9utes consid6ratiorm disparoltre.,Je me rendois a' cette 6pqque au- Cap, 6!i j6 devoid m'cnibarquer pourFrance; charge J'Une, mission, qui n'a pu 'avoir lieu,.P rce que mes cornmettans M'ont -rappele. J'ai d6jil








re h4u compte dans mon memoir du to bru ; maire, de tou's ces Lits et des motIfs qui m'on* t crnp 66 d'ob-.r -commission
C 'ii A I'arr^t6 'de la
ell date du t2 7 pairial. Je h'ai donc pas besoin de r6p6ter cc que j'ai dit U'- dessus; mais je demandebiaGarrigou ,corrAmeht aveeses principes de soumissi6n et dcb6issance ii la loi, il a pu se, clec ider A se catcher, pendant environ 111i all chez fles 1,nulcitres I pour se soustraire A, TeX'6cution de Yordre Ianc6 centre lui par Polverel en 17 93 vieux style.

Tai r6pondu ala note !z Page 14, dans mon memoire.du ji o brumaire; j'y al rendu compete des motifs demon voyage au Cap apre'sTarriv6e de la corvette IaVinus et de moh -retotmaux Cayes avarn les 6v6pemens du 3o ventZse.,Ce m6rnoire, r,6pond encore afla note 3-de la me^me page; je, r6p6teraiici que j'ai recl=6 I en flor6al le fitre. de d6pute' aupres du citoyen 'Rounie agent nationalA Santo-DomingQ; que je I'ai rklame auRres dela commission du- gouvernement ausshk que fai apprise son, arriv6c, e la d6l6gazu Cap; que je I'ai fitit connoitr a tion aussitot son arrive aui Cayes ; que jai,
Pnfin r6cl m6 ce titre aussitok que wte d616-







63
0 ier Parr't' dii
nations estmise endevoir,'4'exk e P
7 rairiai. itest donP -faux que Je "n. I-aie r6ciam6' ce fitre que sik mois apr s cbmme A est dit dans-cette -note.

-Ce West pak nous'(page 0 )', jqger de la validity ou non validiii,* sa .4bfizination
noug disons ec v riM que, s'il C't OM mai aV
wumandatd'arrel
qu diparfeznent duSud. etn'otamnzcn1,a'-1a vilk des eayes son ch f-liea, fes sc nes -dhorreiir et de cdryage qui Oni. eu lieuv qui ne doive'nt tre re&rd es que comme k risultq de eesk sourde.v_ meu6es. It n'appartenoit p as pfus i ,S"nthonax qu'A Lach'apeHe et GaiTig6u dejuger ,de la'validit6,-de. ma nomination. 'Pourquoi donc: avoit,- il d6clar6 nulle la nomination d'uR' d6put& faite en germinal? Pourquoi avoit-il viO16 la constitution en Co'pposant 'a mon d6p4rt pour FraRce, et a' celui des autres d6,put6s duSud et de rOuest ?.D'ailleurs je ne vois-, point du tout le bon effet quc les injustices que j'aurois 4prouvhes Axi cap, auxQient'produit dans le d6partement Sud
4c t dans les auires parties de la colonte; Je 'CU119ou encore inoins commerit wa retraite'






64*
Aafts des- rri ntagnes fort 6loigne'es.de ']a ville fes Cayes., a pu y occasionner des scenes ehurreur et de carnage; mais Gaftigou et Lachapelle, par hazard pe youdtoient-ils pas fiire entindre par-la' que Je I neserois jamais revenue du Cap ? Dans cettb hypoth6se les craintes quils dissent qu 'ai eues dy e^ tre assassin6, eauro"Ient pas k6 si..mal fond6es.

A nfin le ciioyeq Pinchinat k Mdigre ses craintes s'est dicidi h 4embdrquer le 4 bramaire pour pas! I er en France les dangers qu'ilcraignoitatiparavani(celui letumberen
la puissance des e es
gloisetdes 'migrl ) ne Tontplus, retenu; non sans doute : et cela par ]a meme raison quefai donn6e, qpi a &6 la ne'cessit6 de passer- sur tous les dangers pour remplix u n devoir, devenu indispensable.
44
Nous avons tout lieu de croire que Pinchinat, pendant son sej"our aux- Baradaires, entretevoit une- correspondence secrite av4 c August' Bigaud. Imposteurs! Ce West pas our despfe',somptions qusoi accuse un! citoyin frangpis toute autre r6ponse je v ous la ferai devant un tribunal. 11 en estde me^mc 'a rhga:rd-des horrejlrs






65
T"M r6paildms clans ]a notL,--, ui page 6, auxqueUes je no r6pondrai-pas autrement.

Garrigou ttLachapelle dissent( Page'93), 'a Occasion d'unc proclamation do la commission du gouvernernent qui acco7rde amnistie aux trairres qui ont fivr6 le territoire do la R6publique 'a I .'ennenli' : Cale proclamPIZO-n fat lres'-mabaccueillle duMze'ral Rigaml; d Pi Ch-mat'et de leurymis qui crure ql 'on ne voukit )'alre ent r cc quartlej Is -les drapeaux epu iqlte que pour cl
de la 'R iercher.a'
leg asgervir euxm mes avec plus-. de facifit .
J'ai d'ejA parI6 de C'ette proclamation; je nai pas craint d'6m'ettre son s-ujet inon opinion et cle la d6poserdans le sein de la W)P UblflqueFranqoi I c. Si cc qVon rnc' reproche ici* etoit vrai pourquoi craindrois-je.de Favouer Scruit-il donc ckiminelje r6publlicai"ui -appre a-nt qu'il serott question du raj)pA des, 6miaA
ures centre la pwiie
gr6ls et des- tr tres conj croiroit voir dans cette meinre le renversementdo la constitution et le return de Id royaut6 ? E n niarit ce que Garrigou et Lachapelie affii-rneM A cc sujet,'je nc suis donc n) qne par I'imhet de la v6rit6 et par la vuix 4u, devoir (JUL E-







bu
me prescrit imp6rieusement de dcmasquer leg traiAir6s et de c ondre les 'calQmniatcurs.

Wabord, jedhl2re que je'nai point eif tonnoissance ivant mon d6part de, la ville des Cayes-, le 2 9 messidor de cette proclamation 'faite au Cap le'iq uxne^me mots. Pour s'en .-asstrer il suffit de fixer I.'qoque de mo4 d4-, part., et celle de renvoi de cette merne procla'mation. par la Megationanx C'orpil administratift et judiciaires du department du Sud mals quand bic'n me^me j'en aurois i u connoissance avant- le 2 9 messidor seroitAce A Garrigou i q I je x avois jamais parl6
ui Ivant les troubles
des Cayes que j'en aurois t6moigne mon meL
c-ontement ? Scroit- ce A son digne collaborgeur Lachapelle qtle je connoissois, i la* v&W par sa mauvaise reputationn, /mais dont les principeg,,jecziract' rectles.mauvaisesmoe.ur 16)

f 6) Lachapelle que1ques mois apres son premier 2narjage 6tolt en rupture avec sa fe'Mme ) qui; ea r cous Elu divorc.-, parce que sou, mari vivoit pu liquemeat wlee nl e de Sca SIMurs. Je rougis c 'd" Lie o io
dc re'v !Ier de parcifleg v6rlte"S daiis cet crit- mais- I'atrorit tvec laq'ur-Afe ji )suls clffam6 et calomni6l lerend x6cessaire po Lr faire connahrd toke, NirjAnaraI46 de nu' S :alomlliatcurs.







67
oi nt ourstenu fort 4loigne' et che:t
v e t6til
i1equel je ne rn'koli encore trouv6 qu7une fc is Wapr6s invitation qu'il -m3,cn avoit faite luibapt^me de son enfant
meme A l'oecasion du e
La v6 rit6 est'que. ce West qu'! rnm.retour aux Cayes que trduvant 6 s deux i divides 'a. la sieke detoutes ces -affaires d6sastreuses, fai eu occasion de les *voir et de'lebx parlor, Ce. West done qu'a' cette e"oque --que f4i pu manifested mon opinion spr cbtte aimnistic parc.e qu*iI est impossible, qu'avant Tfton depart de cette ville le qq rnessidor, jaie'pu parlor Xun acte c 4 je ne connoissois p2s. J'admire qn v rit4 la- francl te avic Iaquelle Garrigou et Lachapdlle s'in-. teressent au'sort, de ces pauvres innocent$ qui cQ,t trahI ia patrie tandis qu"ils accu sext sans, mis6ricorde ces inf4mes mul4lres, qui ont 1 fur.eurde-vouloiretrer'publicainsetdeverserleut-pour lad'fense de laliberte'at de Ve
Aang e galit6;
Mai$ 6 ks.princa xolons leur ont de -graujes obliptions pour le z6te quTs mettent i plaider leur clause 'iq?e,'doft penser Sontlibnax de cog deux hommirsqui, affirmant ed A
que ces rneme.&
colons ont soutehu avec-force con"tre lui dans le cours de d6bats viennent aujourd'hu*ap.-, prendre..a 1 France, jue ce n"cst qUe pqur se''








.68
sroustra'ire !a _fure#r de Sonthonax que leg '6mig'i-f4s et les'traitresde St.-Domingue ont livr6'
le ierritoire dQ la Wpublique aux Anglois.

ll.enestdememe,.decequ'ilsdisent(p age:z6) UQC msion d' ne adresse-dleJullen Ray.moryd
-;f Ses col I ci I toyeris d&l'ouest et du sud; mais ici 0, il n'est pas Pouible de coritenIT son indignation:-'
la cal'mfii e't IS m6ch.ancet6 sautent trop eVI"
demment aux yeux. 11 est d6montr6 que cette
adreise faite- en-t-hermidc)r, an Cap, n'est parve- "Yffle qiie dans lea premier urs de fructidor A la ;W&Tation ensuite ; % a'fait Fenvoi aux
diff(Yens -cantons de Fou'estet du sud. Or, com ment se peut-il que Rig'aud qbi, de notorie'te' pu-bliqu e, 6tqit occupy' i ciette 6poque'au siego des Irois tandis que j'6tois selon eux, refugi6 dans lea imontames des Baradz ires i une distance d-ocent licues de Iendrolfv6 6toltRigaud? COM-ment se I cut-il queceluirci, rbntr6 le 4 et Mot le 19 fructidor, aux Cayes, nous ayonspq # av int lea 6v nem ns dont'ifs foilt

le recit le Jn6 contentment qWils" nous r-'prochent Foccasion de cet c, adverse ?. 'Te.
11'a? doic pu jxarler de. cette odr,, sse qn'aprk Ics'' tro iblcs 'aloi.s qu'a de common. 'akcc







69
C mem es troubles tout c q que PePy

'a oi dit apr6 qu'ils brit ke' _,UailI rs,,,depuis qu nd'n'est-il, plus perlrnisx n ettre s ri, opinion sur upecrit pi 41ic4? S1
-1-i u'ils appellantmessourdqsme
i Cest-ainsi. qu'ils pr6wrident prAqyq qpe je Suis nhde .4utedrs.dqs 6veqerPens de fructidor, il faut.qu i1saient conqu ane ide'ebien ext aordinalre d6s ef-eis de la calomnie de so' n ascen'dan t la*vc'_,Pit,6, c a cr- Alit6.,dea honimu. dw
Gairrigom et,- Uchapelle dissent page 2
kioccasibrr de 1'arrestati6p, du citoyen,'Lefranc-, 41 J
commandant I arrbndissemeP le-Saint-Louis) ,que C-ClUi7Ci, encozirqg ,P(;r,Tk mPhe"de deSo' hAis vzcq -du citoyen Pitichinat, s.e sauva au, fort de TqUrt4e11ejetqnx -IC cri de la r voitc-Si je.digois moi,, que po! r me soustraire i ]a pers6cutionjai irnit6 1'exempl4Q de Garrigom q.U1 pour se soustraire a I exectitioxi do l'ordre centre lui. par P 4verel 5,6tolt S ,UV6 Pt cach6 ppndarj.t environ ua an certainement on se mocqueroit. dle' Moi etTon aur it ra.iwn; mais ce Westjp , encore cela. :-IV. citayen'Lefr=6 n'a pu imizer' la conduit que j'ai tehue, puisqu A iie s est pas.trouvTdans la me^me cir1 3







10
ronstahceqnemoi- 1-nstruitqiA'ilexistoitunbr dre.
de m"embarqUer' pdur le Cap, j'ai-fui tranqniL.
element, i rimgu de toiatle monde, avant-quou ait cherche i m'arre***ter, e'tc6la,.pour writer le, scandale qu'auroitoccasionn6 Varrestat on OwL citoyen librement Ou par le people pour aller d6fendre'ses droits et tes inte'refts.dans IeSe'nat


Si fetlsse4te' I'ami des troublits, j'abrois
brave"Ie danger de cette arrestation ;'j'aurois ameut6 It p6uple Saurois cri6 'a Ia violation de Ia 6on s-titu tion. 'Qu'ai -j e- Ut au cenwaire ? Tai abandonfiO mes f yers, m6s enfans tt rnN amig, pour rne.vel6guer au rpilieu des bois .... Gest-li que r6flecbissant %or tou 6e qdi s'4toitpa&s1e 'depuis le fatal 6vinemlent do 3-o vewo'so au c4p, i lentrevoyois, 4ans Favenir, les m-alheur, &nt 8aint-Domingue allot encoA dev4nir Ia., proie. C'est-1A qu-e, scrutant dans le tcalme des 4r passions tous les replies de ma conscience fy
cherchois vainernent Ies motifs de Fachainemen t
qqon inettoit i me 'pers6cuter; Gest Ia' eiifin
que, victim do r6publicanisme, i 'ose dire, le plus pur, je g6missoi en secret sur rn triste degI Est-ce 14 Ia conduitedun-enntrni de Ia







71
.1ranqn ill it6 publi qu e? Ne st-ce pas au c ofitrlatre,, celle d'un ami de la paix et de Vhumaniltii?

Xes dezzx apltres de la viriti, dont' 11ma' gination d6r6gl6e etactive a ri-iattribuer des crimes deviant une source in6nuisable de ca-_. lomnies de tout genre, dissent (page 43 en parlant -d7Arnaud Petri, arrive' recemmenh du Cap avec les dh 6 hes de pec a commission du government que le.sceezu de ces depichesa ite' bris par le gihiral.Rigaud et Phichin6t
cl'oii il faudroit &nclure que j 16tois aux Cayes lors de I'a*rrive'e d'Arnand Petri dans cete ville., cii il a 6te' tu6. Voila encu're un de ces men-' songs atroces et mal adroits d6mentis par eux-memes 4, car ils d6clarent (PagQ 4 9 ) que cefut lakiiie des massacres que r. parut 2 .aux Cayes, le ciloyen Pinchinat. Si je n.'ai reparu clans la ville des Cayes qu i la suite des massac S,, je n'y 6tois donc par, lorsquWrz. naud Petri y est arrive; et, tr6s-certainenwrit, Fon na-ura point at"du mon return dans cetti Villd, pour ouvrir les depeches address 6es la d6l6gation puisqu'une commission' avolt d6ja
6tablie'pour F61igement et Finventaire dc ses papers. Qui cat-ce Iqui a coop6r6 A Cet 611;-







7
cement et 'a cet inventalro? Garri(Tou sacretaire de la d6le',r-itiorf et LaclizzipcIle, iiomrnq, dep'uisavec lui, pour rendre Compte au CorpsL6,gishvf et au Directoire-&:kutif de ces'tristcs evenemens. Quant 'a moi je d6clare et ie Prouve-raj que, pendant le cours des Op6rations; qui- ont cu. lieu A cc sujet je Wai pas approach' de la m-,iison oi 6toiew d6pos6cs 1cs archives dt;hi d6l6gation. Cc sont ces deux homes qui,uaiid ils tronvoient- ell f aisant Nligernent d.es Papier.5 quelques pi cespropres a repandrc du jou, sur la conduite des W&TU6sse h'toivntdo Jes aPporter chez le g6n6ral RIgaud ou venoient ehx rn'rnes me les communique. Eh! cc
A
sont eUXM emes qut,,anjourd' ui m',,ittribUent audacieu-sement des faits dont le blarue n pourroit retomber que sur eux souls! 0 comble dlirreurs, d'intrigure, d'audace et de dnpli.ciW.

"Enfin, dissent Garrigou et Lachapelle (pag,, A, ce n'est qu'. la suite de ces massacres que reparut aux Cayes le cadyen Pinchinat qbe de r6flexi-ns i faire sur cet avdii forc6! St apr6s avoir obsprv6, Fart -ayee Icqu6I its d6-'
-chirlent quej' ifui de la ville- des.Cayes eii 'wespidor cc quo silis ;rentr,6 qWA la







'13
spite des troubles oh emaynirie;pnsnite- la sc4-' 16ratesse av -C_ quelled dans to-ut letaaur deleurs r6cits 'ils ont eu soin d6 m'imercaler 'da.nS toUteS IeS CaJJSCS et IeS effats-Aes v6nemens- dle fructidor on pourra'se-Jaire u'ne juste 1 6 C de la p Tfidie de ces d, eux. tr, altres et de caux qui les. diligent actuellement

gon air-de. saiisfaction., ajouteni-ils 5od. visage riant,, laissoieI4 voi le.contchtement de sonxwu r. Mais siyal t6mbign64e la satisfktion t du Colitentemelit, Ce, West q:uapre's, qu'il3
-ni ont saut6 au, cou et que dans 'leurs pbrfides lembrassem-ens ils ni'ontlappris, quMs s?6toient d6livr6p joyg tyrau-niqm) quj pegoit- horribleinent sut leurs te teg ; ce ri'6st qu'aprhs. m'avoir cornmuniqt6 les. actes et les k66 qu'lha, avoient faiis A Foccasion des-troubles.,- ei sur lesquels je reviendrai t,,)ut-A-I'he6re;*'ce n'est qnapres avoi ntendu chanter -memes
les vers et,16S amnsons qu'ils avoient fait., a la lounge du general Riga d s'ur les ev6nemenT qui venolent d'avoiylieu. En quo i a4-'-e mani--fest64ant de satisfacti"on'et-de-coiitenteniciit? 6toisjdonc plus'coIntent et plus satisfait que, ce mQMe Lachapelle qui s'estparI6 dans ces







74
tomps Ae. calarnit,6 (7 )-? Avolt- if couteau k lagarge Imque je jour de soli marriage, il a donne' un festin splendid avec bal, et illumi., nations- avxquels-o-nt asgistiM'aprr4s son invita-.
Me homme u'il trite lion, troiscensVe ces m' S 9
d'assassins et dont il dit qu'il red utoit si fort Ittpoignards ? Avoit il. le. cauteau,4 la gorge lorsque le capitainiq de port,.quelqnes jour.s apresv, donna -chez son Zau -pe're une f6te pamille i laq ielle il pr6sida ei*a laqualle furent invi4setassistkem I&s g6nkanxMartial-Besse et ChAr-latte ; -r6cemment ariiv6s du Cap C ar0s.de missions par I commission du gou. vernighent, ainsi quejeurs aides'-de-carnp? Qu'ilr.&clarentlav'&rit6surtout:cequejeviens de- dire; qulls fasimt conhol'tr- 2u Corpg-Ugislatif, au Directoire-E*cutif, et 'a toul 6 la

(7) Aussit-6t 1'expiration (lu (MI.Ai'preserit par lit loi du divorce, Lachapelle a convoM en iecondes n6ces avoc la femme qu'il a laiss6e aux Cayes. Cependant ce meine Lachapelle, qui West ni bon -6poux; ni Mon p6re, ni bon citoyen7 dit, dam son compete reiidu 7 qu'il a sacr fii au devoir de sa conscience j, familles-, biMs intirlts liaisalzr et perspectisies dans la Coloizie. Quant a Garripa 2il m'iriim pu sacrifier; il en -curop6en t t a, tpuw #4 fw. ajUe eA Frianco.








Frince,,Aa cond-niteque, ces deux imposter s ont 4enoe apmles-troubles dvs Qkyi s, penjejo Aclifils ont-fait dam cette Nille. dint,-k ur
Les g6n6raux Martial Besse et Chaniatte sont actuellement en France *,, et je declare m'en
I
cappotter li-dessus,11 leurt6inoignage.

EAq, Um Vail' ren4u i ces actes ii a, s faux -et iiherdcMes,, qne Garfi gou et Lax:ha-. pelle,,rh'atttibaent f P29. 4 et suiwintes), et &ntjIs,_sont etix-memes ksauteurs!'Oni-ils Aonc pmp*mer que sernblabie i ieux, jp serois assez Uche pour nier me's propres ecrits ? J'e commence par, d6clarer que je ne connois polite les aae& *t les 6crits r,&Istifs 2Yx double; dft Cayes 9 qui nzititeiit les-6pithkes qu'ils feur prodiguent A moins que"re ne soi-ent ceux qu! -vat i*- faits pendant les tr4lbles
mcxa ayiv6e, le 19 fructidor. Entuite je ay ^ rai et examinerti peux don'je'tuis
re onn Ott
er itablement I'auteur, et 4e ferai connoitre ceux qui sont Wrtis de la plume de ces deux impostemv.

11 ne S ffit P61 int ici-de nier O#u d'affirmer il fadt prouver milieriellemcut. Cela stra &autant









p1lls facile vid an*
A v -m w 8e 1ru&id6r,, s6fit eh(ze-mornent !"Pri V p6stession, du, C&p' L 6gishifif 6t crur-D, irectoire,Rx6cutif,

Quels,94nt c6tvv do-c'es 4&0 et kkifg.," j'ai faits ? 6arrigou et Lachapelle, en d6signent. dcuN-,:, une a dressed nkszommettans ; ,a tinLpr6teftation de la 66mikune'de's Cay6's Tontr' i*assemblee'electoi vle.tenue = C p-;ervAriiCfi-cwmo'reId&
or. n'attendant-qu'ilsaient 5 it i
alitres,, -me bor i6rqi i texaminerrcm deWc



QtiantA monadre4se'a-rnescornmettails,,iI
-est evident qtf6 j'erisuis Pau.teur:,, I'Miteur et le 8,gn taire unique. AtoW.,it'ne-saur6ity-avoir de contestations A4 ce sujet. -Mais-cettb- adWsd a,&6 faite dans les premiers jours, de therinidor; elle n'a aucun rapport Qux troubles 'survenus depuis; 4 11e elst purement rvdlavive aux'motifs de Parre't6 du Z7- prairial -,dont j'.ai-.Parl" dans 'mon mumoire, jusfificatif du lo-'.brulm'aire, address au council des cinq-cens. Je me borne, dans cette adres3e A expos-er aux y6j:k de mes, coinn-kcaaris le tableau-, de la -coqauite qnejl i







(,17
t-enne avant. et iipre* a. cet arr't4 et 'a Jear rendre compete dcs Motifs qui.,rWorft emp14I1O* d',obe'ir ;i I'oidte do la- commikioa. Ces motifs sont puis6s!dans Fa# conAlutionnel de la R6pu,.. oblique Frangois'e et dahs, le d esir ile Macquitter de la mission honorable dont its Mavoient charge'. _Cettel Adresg it est veii, n'a 6te' imprim6e qu'apr6s les troubles des Cayes; mais.pourquoi cela ? 'Ace que.1'ayant envoy6a
prim.eur aussitot qu'ella a 6t' fait it a refus6 avee obstinationAe I'iffiprimer!, craignant qisoit-il le courroux de la d6l6gation. Le.citoyen Leniery, hnprimenur, doit 8treactuellement aux Cayes'; quon Finterroge et
Fon Verra srje meearte de IS V,6rite-. Au surphis elle a e'te' impri'm4e et je regr6at sinc6rement de n'en avoir pas une copie parce que je me ferois un melite de la Publier i.la suitp, de ce m6moire. Je vais plvis loin: it est pr6sumable qu'il Seu troupe 4es exern' laires Pari8; finite fraternellement ceux qui pouFroient cuavoir j'a faire c nnoltre cette address au public,.afin qu'il juge si cet kri.t m6rilte les qua-, lificationg dinfdm defaux et de liberticide.

A fe'gard de la protestation de la cumn-luS








des Cayes centre rassemble'e Oleetorale te-nnd Oap Cap en fructider, je vais rendre compete de Ia- manie're dont'j"y pris pa;t. Ap & raon
return da s Ia prern d ce's deux villas
les cito.yens ayant manifesto hautement Finten'tion de protester conr e les operations de cefte assemble qiielques-uns d'gry teeux tn engaerent a' better sur k 'pier que1ques Wespropresdonner du oids 'a leur pyotestation.
.-Se m'Y p ^tai d'autant plus Volontiers, qb'6'p
ma e -yen int6resse i Ia prosphit,4
qTialit'de cito
Ode nt-Pomincrue Je ne voyoispas &un ceil tranquilly un choix it. influence, par
ceux,4i me^mes qui avoientplonge ses habitats dans- fa consternation et le deuil. Je ravaillai
f
donc au -&velopperi nt des motifs e cetteProtestation et jo lei puisai tous da in; I'acte constitutionnel.dejan.3-1 ainsi qniiie tfaxile cTe een ebnvaCncre. Alors Lachapelle i'Vint me trouver,,,et me detpanda mon travail. Se lui-wPon dis, que nem'kant point M Ale des derni 'relaffaires' f6tois dads IaJerme resolution de ne paroltre en ribn"dans, Its assemblies au:kquellas elles donnoient heu'. U-destas il me dernanda,
et ie Iu'i octroyai -Ia faculty 'de copier, en ma..
presence Ies -notes relatives cette prqtes-








station. Ceit Xapris ces notes, qu'it rddigea -nn arllet',, pr&ent6 par' lui, i I'approbation dei' citoyens qu il'fit assemIker i ide, adjet., Voila' ioute J'a part que'favoue avoir prise a' cette prcrtestlion qu f n'est point. dp'tourl relative aux troubles ides Cayes, et qui ne tardera pas a etre mise so
-'I '-yeux du C*s-Ugis4tif, / la sagesse et-au j gemen t deo qutje la sGumets avec laPfus' entire confiance.

It est.possible quej'aid-fait qnelctrtes antres iecrits -, dont je ne me souviens point mais que Garri2ou et Lachapellq les indiquent, et its ne 4- V I
,,me verront jamais balancer i les. avouer Aors.qu'ils seront viritabl.ernbrit de 'i.'Pen do, ne pour preuve I'aveti que je viens, de faire i occasion de'cette pr testatibn, que je poirvois nier sans crainte.-Je vais pMer de ceux qu'ils, ont faits eux-m-eme's,

Lachapelle ne niera pas, ant abute dletre I'hteur de I'adresse "a -1a CoMm-issiou-, adlr e se d9rit j'ai cit6 un fragrhentdans le cours de -ce m6moire puisqy'un irr&6 der, citoyens & la commune.porte, que de trois projeis d'adresser., i la commission, pr6sentis par trois citoychs





OL



cehii prisviti pa La hq dle a MF adopM,
Yoila" CePend.-Mt' nn aicf _' relalif ibx troubles 'de frucildor., ll.,'nd, niera pas* Mon plus'd'ehre' llautear d,,e Fadresse des, cito"ns au CorpsUgislatif et a Direptoire-Ex6cutif-' dans 'Ia'quelle it's instruisent'les pmmi6res Aut6rit6s I 'de IaR6ppbliquel des d6sastre&quil s cynt affli C a
g6s i et des auses de ces I desastres. Voil' encore un de ces actet pr aris etfabriq&e7,, h la'suite de c.es qSrq?4x v rzc mens, pour garer, 14 cc sont leurs stores') le Corps-L gislat f et le JDircctairc_-,Er ecu;if- 'Si Lachapelle 6t(?it capable do nier c6s deu,- actes, on n 'auroit"qu'i, ordonner 1'envoi en France des pi6ces, crriginales 7 et tr6s-certaillefrient on -.on trouveroit les mintites ecrites de's'a main deposees gu greffe de I administration Imunicipale des Cayes, OU dd moins i des preuves, qul ne lais.seroient, .0
aucun doute sur la v6racit6 de -tout, cc quo, Yavance.
7
GarriTou ne niera pas non plus ia part qu it a prise aux diff6ros actes, advesrs OU m 6. moires q ont &6 faits a cette 6poque. Les priauves en Ont consignees dans Its- proc'6svlcrbaux dl'cs assembkes de commune, qui ont eu








th -lie'u -anx Cayes,,.' en tru tidor..', Qnand disent l'un et ran'trq',que pour nepas slexpp er a -afui'urdes aSsassiAs,-ils:ontje es
a'acceptqr la mission. dont ils oni e't& charges its oublient qu'lmm6dlatement apr6s les trouWes 1* it n'6tolt question- qbe de. 1' envoi des
-d6put6s du sud en Fraince et.que ce sbnt euxqui. ont fait naitr, ride'd d' envoyer. des c mmis-saires dakis 1'esPoi?-d'etre-nomm6s.euxmemes ; lequeLespoir sest r6ilis6 apr6s le refur. des cioyens Chailbau, et Desclos. R5 ne ni ront. pas d'avoir 6td les provocateurs 1"-. r6gulatearg., les drateurs et les s6c0taires des assemblies de fructidor, Si les'actes qui en sont 6mank ont F't6. pr6sent6s ei la signaturefigmic des citoyens, ils sont dond les s6uts aupableo',
-puis4tieux 'seuls les oTit -nr'sent6s i leur ap, Rrobtion et A feur signattZe. Et' 'est ainsi que del eneurs d6terynin6s -pr6tendent avoir 6te' forces k couteau la gorge.

Je passe au' troub,!es dQImc,64or, on plptok aux actes et aux circonsl nces qui les ont profoqu6s et amen6s-; mais comme J en A -d6j' parI6 Aansfhon M*'e'molr*e du i o brLWiaiie, je ne ferai que reipkir. ici somm-airement ce -que j'at
F








dit1A-&sS1q9# equo'autre$ on dit avantrhoi.

Ce:.fut en fiorealan..4, que Sonthonax" aboard
d cap pf rid4int la commission d6legdee par le ijuvernemept aux isles ious le vent. Ason
9
'a'rriv6e,, iltronvales iiUsfepeup166& et rebakies,, Ii all-ture en vigueur, le commerce florissant 1eg 'arts et Yindustrie en, activity, Ia. hbert6 con-s6li&e :Funion et Ia tranquillit.6 base's de Ia prosp6rite' des peoples j rekabJies P#mi jes cli14itoyqns de tcRites Its couleurs (8') ; d4ji renne.rni-ext&ieur, k6nn6 du courage dei.'Vpubli(8), Vaffiiire du 30,vent'ge an. Cap, pouvoit e^tre Facilt-ment arrahgie par Ia commission du gouverne xnent ; A eat meme certain que si son irriv& eu^t 64 retarded -dequelques jours Ia-tramqufllit4 auroit 6k6 r6tablie dans cette parties de I& colonic par lea aoin; du pacificateur Roume. Am surplu's, je re-nd computer ae Ia situation 6 toute Ia parties francoise'de SaintDoiningue 2 et j'Aserve qne c'eat VWf Agno-rance on par m6chancet6 qu on affected de croire que tout va mal dans cette colonic ]or,.;que les chooses ve Yont pas' Men, au Cap. Le d6parteineut du Sud xoit alor4 dans un 4tat b6flant de prosji rit6 ; suii ant. lea dcrnk'T s llouvellt!s ) il 6toit encore en bon kat en *essidor dernier, malgr6 les efforts de Sowhoual. 11 m6rit* 41onc I'Utttnlion all gonyernement.








tauls 'avpit rt Odsietiri des postegstohis. qui IA I It
avoipyg 'iti, livroe A. r4iiel.*au potivbir, de la I ses,&fqnseurs
Wpublique, rPhitr#piditgde privis ous. secours do la'metkopole et r6
duits I i IttYrs propres rney;cns. D e* i I'e fiherni devenupeu con6ant datis sesrnoyens de corruption,.Oattaque et de defense u
avoit perd
tout espoir de co%-i4e^tc a Sainf-Don- ngue.

"Ce-ph6nom neinattendu,9*dansupecolot)ie tLbandono6e ai elle rne^me., Wsgu'e'resle'th4bre
4 e la ifj6,026tation du massa ere de Pin cen d i e u village 'de la licence', de ranarchiLs et de, la guerre civil I setok opka' par les soins le
'le i fatigable ,et le'r 6pnblicanisrne'des cbefs que 80ndionax jors- de son depart pour ]France,, en praltial. de IAn Q -, avoit laissk ebar. g6s- des rennes. du gotivernement et de I'adrni.- .nistiration d2ns 1,@ diffkrentas parties do SaiptDatn ingud.'-Ifaig h jas!,,c&oi,&nt eel V gm6a citoyvnsde. couleur qq'il avoit si. Nen 46sfendus ainsi qu'on le verra dans lei 6bats qui ont eu 1,",u dansTaffalre des colonies; c'6toient elix avani de parties de france ponr sa.
dern e -mission J1 aV4[)it Promis et jt rO -,'].a Perto
F