Débats entre les accusateurs et les accusés dans l'affaire des colonies

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Débats entre les accusateurs et les accusés dans l'affaire des colonies imprimés en exécution de la loi du 4 pluviose
Physical Description:
1 online resource (9 v.) : ;
Language:
French
Creator:
France -- Convention nationale
Garran de Coulon, Jean-Philippe, 1749-1816
Publisher:
De l'Imprimerie nationale
Place of Publication:
À Paris
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
1791 - 1804   ( fast )
Colonies   ( fast )
History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
Colonies -- France -- America   ( lcsh )
Haïti -- Révolution, 1791-1804   ( ram )
Colonies -- France -- Amérique   ( ram )
France   ( fast )
Haiti   ( fast )
Genre:
History   ( fast )
History.   ( fast )
federal government publication   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )

Notes

Citation/Reference:
Martin & Walter,
General Note:
Signed at end of v. 9: J. Ph. Garran, président.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 801977952
ocn801977952
System ID:
AA00021771:00001

Full Text

















This volume was donated to LLMC to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library






E 'B- A To S,

E N T R E

LES. ACCUSATEURS ET LES ACC bANS.:'VIATFAIRE DES, COLONIE9,

E'XECuttax DE LA
Wo












A P;'A R, 1 5,
D J l Vlm] AIMERig NATI ONAL
Pluvio"fe, an IM
Tome A.



At-I










D EB A_,T S
Qqi 6nt eu Iiem entre les ace teur 4S. irs accilftfs,
dans I'affaire des Colonitp en exe"Clution de
Zvi da4pluvi4fe.,

Loi du 4 Phevi6fe.
LA Comention, rationale d6crelte qu la comm'iffion des colonies emendra, fous trois jotirs, & accu6teurs & les accuf6s dans-l'affaire des co- Ionics 1 que-Tbs debars qui attront lieu f ront recueillis, imprmies & diftribut:s a la'Conventiun nationale.,
U du 7 Pl,"WfeLa Convention nationale, apres avoir entendu fa com-'
million des colonies fur le mode d'ex caution du &crer du 4 de ce mois, qui ordonne q"elle, entendra fous 'trois jours
les accutateurs & Its accufi s dans I'affaire des colonies
r
& que les d6bars feron't recuefflis, imppimes & diftrAle$
Y la Convention national d6crr'te.:
La. conumilTion. des colonies'fera iecueillir en fa pre'fence faus i*a surveillance, par des lttnograp es, les debats qu doivent avoir lieu entre Iles accuiateurs &- lew*
accuf6s d h a faire de colonies.
Extrait des'difibirations de la commissionn -des colonies., du. r i
plaviife, Pan troift,,me de la Rel'7ublique itre U indipijiii4.
_P rL F m i A4.1L IL i T L
Les notes prifei par ks em- rfovu's charges de reqeillir le &-6its mt ,les'acctdateurs & le's accuf6s, &-uis I'affaire des
A






colonies,, refteront d6pef6es daris les bureaux de la commiffion; la' copie, *ie au -net, de. pourra -Lre faite que 1i fous les yeux dun fecrkaire-coftunjs.
i m'prim&s q 'apr's que ]a
Les aebars. ne front U e egapre en.
aura- & donnij, le1indemain du jour o' 1 0
aux pOrfUUM S int eff ZeS & ue la rtMadlion aura k6 arr tt en kur presence par la cornmilEon., 'Du- 1-3 nLVi(;feP O-W ID R R T
Les debates entre ks accuf auteurs & IL's a --cuft',s dans 1'affaim des colotfies front a l'imprefflun auffit^ t q' e la redaclion tn aura C'te arr tee & quel. copie cofldtionn6Q en aura fi nt';c par les mEmbres de la commiflo n.

Ie s pronlicr s notes prifes par les rnchygraphc s la copie ou whe au net du ces notes, At, fuNif6tit Floinr dies bureaux 0-- Ia L mxjluillion., &- v-rcftt ront comme pit-ces orjgh4k. On ne confit ra x fimi-zeillun que dts copies collatipwit'!,s.,

Pour no --oh't rjqr'J _r I'imprell lon d,!s d'-bat,. fiaris!'aire la juft. impatience de la Convention national, A 1'era cholli
-1UN 0111 'crn--ans qui f iont diarg s, fous les
V,4 ux dLs'c1ro:,cns Grlmaud'L' : MtfpIt', de cuier-les yi-ices rapport Os ans I's d'bats, de faire ks, copies ie ces dvbats qui f r 0" t ODJILVS 'a fhl, Tlancur.
I V,
Lt-s d frezit imprints forrm-a cara-.t re de

Signe', J. P v. GA jrr rtdcrr
x-Su j j, cretazre.






AL A








PRE M I ER-E.4 S,_E AN C E.
pfimi4 it luviofe, Pan tro.f.eme-,de 2*4 Re;%Aqi;c
I
donne que Irs &0
million des culoiiics or, vens qui
elt_ das, -,ell execu-ionde I., lui ble, itront
introd1li-s-dmis-le lie dt I'ts
'id,:nt donne fc-c ur, '; ti'c'et la Coi,
Le r t v u r -venvon
natioliale i-ordcivic 1, i &bats- entre Ics ac,. L auteurs
& Ivs -accuffl s, 4ns I'ati.,Ir,? dus Lolonics" ferow. recuefflis hiirrinic v,: diltribucs aw\ rq, 17041nalls Uu pf-uple-j 11 dulint, aulli bztlurt de celui du fluyi%'el, qui rr64: k iiiuieldun kqutA cc, S Jcbars d tnr t',re recu.c.,ifis.
Le prifident :, I font-parmi
votis, citovenslesa cu. t-( ur3 accpte, *
":!. e -wl- au noni &s cvIons c d ni'ont '.1 de
OUVUILS iu'c)nAwdunn_'- dQ pouri'Llivre Polvercl., &
-tit tears & la I acie de Sf.'
Kildionax comm-, &v. cl
Dom' ingue. 11 y a dix-huit mol*, c'ctolt au nris de juln,
4qu oil reyut dL St. Ponlin ;ue des S: dcs pro .Iiziiatidnsdes commill'ttires civil Fulvelll & Son iionaxj nous y avons va qu'ils inenac(tient la Lolonle' d'unl- deftrufflon totale,&.1eurs zt tts ci cjels n9us otit bi,:nxk delliolitic'- ce
"Is vouloient faire. Nous avons fait part dc nos craiwes plufii urs rcprcIcnrans dLt. people & fur i)otrc dcliiandl la conwnuon national a do' d' W tiun -Wolvercl &,Son*,hQnax; nous n avons pas ceflu de fcxc%.:ucich da
Flutw'Lirs cl,'OyEns ejitrkmt d-ais ki* fll .
di6 nt Ki I'-"- r-p ciit,7vs
So--th onax : Les citoy,-ns. qui tv le
des Colons, folit a'-peL-prcs au nombre j,, je dtmand-? quo h commillion fixe L nombrc de cettx qui-dolvent
cr,dans c-tre, cnc :inte. Ce ii'( It pa-- citjoje rcdo je fe rrei I.i- U
Ic non.,bre des homn,,,,:s qui vouji-(.)Ilr part r contre niol; je delin! (ilic ta f'alle ii'cit pds alliIz vaife pour Lonr -iar cebx ( I Ul 14: Vrotcllt -01, lldl'e -it: rccit dw I.urrcuys, kve Yious ayons
rV, J. f '_ i- -)s 'd,.r: Jv &nianJe s'il t.tl _r _).wis '.I
h-un la k z c n(:vs
que tou Iles anils yat: 110"Is avonts, Uwl.) qti- tous





4
les noiri leg, homes de Couleur qtzi,-rofit le v'ritabti! people des col6nies '& que Je ne ois pas ici, foient admis concurreniniont, avec les fQi-difant-reprefentan deslcolons de Sailj.TYor ingue, ou bien q e le nombre de ces repr -,
dt -u 4o St -F e, foit rt dnit. Je demand,
que I r fident do la conitniffion. interpelle 6acun de iceux qm f, trouv6nt ici ; que I eu s noms, leurs qualir6s k nt wrinus, S--qu'enfuite la cointnifrion decide fi Li I alle fera ouvEr.-e au u Ci elle ne le Cera qu'aLIX citoyelis
qui ont des r6ciama6wis i faire centre Ics d6k&u6s Pol exel & Sonthonax.
U,n colon roctome IN parole.
eco* te (&Deux S _vres) mtmbre de.1a comwifon-: Se denaand., qtle-le citoyer& 'cont;ditre fon nom, & co qudb qw!lizzt il'parle.
Seizac : Ji I uhi cii ar46 des pouvoirs des colons de'SaintDoiningue, potir V"n6ncer les d vatkatears & certe.-culonfe.,
-¬amnient iPulverel & Sonthonax,.
Th -Irwzs A1,1'et : Jene prend point de quality : un,&cn-t de 'Ift CO.i k _Li ioii, ordonne qu'apr s 1'examen
_I'r -des papitrs o'
v6riiiora les P-0 avoirs d6, ceu-c q i L viennmt c. noncer les d-W!ffilteUrs de Saint-Donting Lie. TI importe cependant 'pour
wairl .c6vamhfi s d s I a"
envJr on des colonies ii -cefl'ires,
de IAC pas rqp ttar a einon4e un trop -grand- noinbre de

K erfonnes,, qui pomoient par d ue &.4fertati-Ms
;Ipier le Moment ou'. lal-Convemben nati'onale pourra fixer fon opinion fitt ce-te grailde aff).ire. Plus la &:cifion fivra reratid6e, plusIes pla" fe cont'Olid-ront ianslcurs conqui tes; c, r la C6w:enuon ne pourr tirna -.aucmv d' ertni tion f1ir les c ironies aVIMit qu'eli.. If-oi:t &Ldrec fur les 11 imported. qqe nous &-niandi--ms PLAif4ue ce, n'eft jkU'Un secret qui petit- proiioncer fur n-IS, pouvons, IIOLL
renter veVsjl3.t ConvQnaon pour finoir ce qu'JLord(,)'!it1, ra.C
Je me 6fetite conim, har-b d- oavolr I de
Sain iningue I,-& acctifateurLl,,:t)ol-v(,r, tkd6,9ollzllolli-< &vi M urs ae la parties fraii aife de Sr,-D6tiijn5ue a-eiis Cie I' A eterre. t
GVeve I :'Je &clare q' e je ne rkufe aucun, accufateur, aucun noiiciareur aucun te'1110111 en qu&Ique noinbre
qu e pr6 !ntelil. '
Sonthomw T* droit d' tre furpris que Thomas Mill"t






pr6fente pour coprideration de la briew- des Adnars,--Ja cellite de fe ou"rtr la artie francaife de _SI'Vi -I orn:m&ue lui qui n I a demand la ItIPP1,01011 O 1"nvol' &S ft coufs qtt pour do-ti'lli t ame Am_ Us la facih dt 's' -rfiparcr de cette
r,-ie de fins c .Ionies,
-notrias Melee : Se. demanded wfte de' Cette C ut
Solithonax,: Je pi6uve ce,-i.' me i ilin mccndie- on v porte d'abord des f(-LC'U.-- '-%%,n. de rci.o:C'-.'&r les atiteu's de I'Dicendle. Nos a4,, que la
n6ceffit6 de potter de prompts-iecom ,,ux. CuIC-Ilks lie
pas permettre d'entendre beia ucu up & taiwilis,; m9i & mon. ClUIlLgu'e n'en ferns entendre que avec leurs-.6crits me-me"que I nolis les,&.tna 'querons; c'eft
-fudeius acles que nous prouverons (mvIs lont2l,?s _v&ita:bles de'valtiteurs de Saint-bomingue. Yni touttEu JV: tanner que ceux qvi ont paralvi'v kis forces qui 'alloitnt 'a Saint-Domin gue-, dil'-waujourid'I'vi (ju'iI faut ft &_- r chcv &,entendre trcs-peu de mwide pour fccour.r bientok SaimPqmingue : mai I s jequitte un wilant cot incide'iit'pour vcnir au rinc
?h mas Millet Pr6tend 'lue' la Convenpirjii a ajounic
dfc,,, .1
Cette lion juf (Itla cc, qu on alt pris CoIIII(jill"Itice
des pouvoirs di s curomill'aires, d,.,s c, A"),15 -c- -Iut^ t- Connoitr atice d. s p6uvoirs ds conimil!-iii:, s & s Cii5i !-'s dalis la NolivelloAl-vieterre. Thoglas Mllict pr t-nd qu'elle a ajourr-, cettQ difcuffion juCm'a'Te :.-m .:n des ri;--ces.de cet,e adtive.'Je domande a6te &-l".burd& la e P-joim.s Alilh i qu.,'L de cbmmifl:dre ne Coft
pas I'lus d'tnpn ux Cor.1111i[Vaire quo JAnple rdIrIculi.r. Je det xie eii fL-ai, ccnd li _u quon interpc lh Lthicen des citOvens col,-.n qui CGnt -d.,ns cett enctilite dc O.-C, nn. lotns 17"*
qu, -hor,ms
,X- pi quelled flit ils Cc rr wf-nt qw a renouc re de ccimmit!'Ji-c dt:
Thomas -Millat : Je ch6uis wp Thonor..:A,_ miflioll de mcs cell,- li, q, in .,ont. ch,-,.nA de v-ni.r PC'I_.Ont -if., ns de

WW* envcrs ct-' re 'nuu,;
je kk)u-I'eiidvai la mill:On
ion, fuls C,lip





6,
SOr,:honaIx,-_- lkir_ _rovle2, C'ommiffalM
V:& , C, Te It qu'il ell imp-or;ant que la Convent len'J 6ciat :certc,. "boll, 0 ul.nt- Gl pzti. A U repe ti ccla peut aj)portcr CI dt- W. iltutir -k:VIe -,Eire je, rctife ina motion cept,,MInt f- vnn? c, e ujourd'ci Ic' d ns LA wicic d'a
page LIi 1IIo,lUjIII-;ll, I cile _.Out tmiax a E. ite m6rite
-RS dou- Yle Nous rrtAiiez ni-(Auri s a cetegard afin
4,2 t"Uvoir Ii ds perfcmws tv-tont pas mi'Aces
parini nous. Yi, no, e ii, pi m 11: U-, i I y a' des pLrt' iimsqui Oie I03t. PUS, par ]a- parties
-n: -J'_ d- SJ. '-Dumin ue je. drIimdv aVlfiCWZ hilLun r, IL, I I,.
& n"s (IVJare (ILm nom & fa dcniaiidcrai tntuirequ on pafl la diIAJifib in & qu"on entire h's tonimill'aires.
Je la commitlion i* re,-ir-_nr "an-6 une Les nv ,mbrc, I e Q
CIZIMbru P L'Ickuhcre Four- fAC4jb,!rer fur la dernaride qui a iLe' faite,
Les i'llell-lb.es r(-mnfS le, rr trident pj, ).nuilze que la commilliun ,rrcre _qie hayi cl-oveii &JarCr l f0u. UorA & en qu,,Ie quall. 11 r-ro-z aij. &bws I'm comi e acc'u Ulu cullijil- accuse.,
Je Int! ill-Mirilo Pi.6rre-Frincol:3 Pare; je rarle tant ell mon- noill q,,t, comme cltarg des'pouvok'-'j des colons
--withoilax.
D i (11 11:, 11 110M que cornmQ chan-t de pouvoirs
de mi 7) A I)ortvs auy., ETws-Unis 'i-epandus
fur Iv TC I t colillile accilfatl ur de

en T Ilt t1l 1,11011 110JI 1, -rfonncl qLie comme fonJ6 de aint Ingue

Ireine:,a ': T,-,n en -,-Oon noni iierioiindi Gu-ku nom dle mes
C k I In I la -I I L S d e 111 t Ili n a C C LIJUeUk -do kcrel sollriloll,!x dit-,,aftartun ae ours c(;mThomas VW,er : AccUEie.-r Hidiyidt, A :I.arge' tj(,- Vouvoirsdes p2ti-iotes roff d6noncer Pche-,_A & Sontl Qllax collie je*,,., ffa-eE rs d,- la parties francaife SaintPoniingue paftlii;ans d I'An,,Ie.erre.
Rriiliej, Taii-, oi nion awil, queC011111le folidt des POU-






voirs de Jq01 ,Omratriote5 x6fugic' S -aux Erats-' ullis -em Trance, iccui'atetir de Polverel t,- Sonthonax & auwes agent
C4zuj n Accufateur, rant en mon nom que coniiiie fond.6' d (.,uvuivs de, wes cOlliVatriotes r6rugits r3nt atix _EtamVni,, quit, diMr1w rour -omlunfre SquivthonaxPolverel & lCurs coinvIlices.
It-n-awre co.!oii :' Je* we nornme Deaubonneau je fuis,
charge- rant, pir ks colons patriots ref igl s ell F6tlc e que, par ceux qui son[ rvll s dalls le's-Etars-Vnis J'Ame,
ue de pourfuivre 6oilthonax, Polverel & kurs- cum"T
11 ices.
FondevioL*-,,.Je m-'umme ForldevioHe 611 'Mon nom
au. nom de mes con il ,,I, -ns refugees aux Erat Unls d'Aiii rique r6.paiidu l far afOrface del fa Republique, je me porte acfuiateuy de SoA-Jionu, Polverel cornplicts.
L'zoi des, commi c
g ires': Sonthoriax, I'llti des- onuniflaircs civiL envoy's a* Suiin -Dommgu'e-puur rectlercher d;-s rroulbf,-s av an-roxien arrive comme auteurs d'un f, Ile'llIe d'jndvpcnd=;e tendant 11011-feulement f6dt-rabier-Ifu,.s culonic,5, niais encore 'a les fouffraire a la France : je we porte acculatetrr'des aid*CiiiblC'es Cploniales & de leuis aeclis, PCIur avoir mactime avec k cabinet de Saint-James 'le coniplor
de livreS les colonie i I'Ardeterre.
recdnd commipre :Mon. nom eft Etienne Polverrd.'
ci-de d6gu dans fes Isles-f-us-le-Vent: je
e nj de perfonne; walheuretlfement il v
J
qui-fe trouveront frofflus par les
-ricces6
Zd ,, t de la ca,*mij7,q,4 La cofn ifl a d6lib6r&
L c v ryi III ion
fit elhA Idii-wttoit i fes i'eances tous ceux qULi 1e -porreroient
accuuaeursiq u qui ferolent accuf&s.
Sonthbna. : MCme tous ceux qui rx font pas pr6ens.
PolvereleLaccufation. pNte centre Somhofiax Polverel
cornplices i dans le. nombre de ces complies Ii troupe
un nom m6Fran ois Polverel, nortim6rntfir accuse d'avoir-fait '\ or zer des citoveils a S4nt-Domjn, ue: jede 'ande. 11 celui-4
d.ilt tre prefien't'aux, debars.
-CazS n : Jefais une observation ; je d s u aucun-. des
Ceinplices ii&tanr accu!_C'ipmi6meiit,. FrancloisT olverel fiura "A





appe16 aux d6bats lortqulil aura 6r4 nornmi dans le r6cit d Gits.
senOC A'Men article fai ai kt6 envoy.6 pour
d,6noncer rous les dute'ii des -&falfws dEs colonies ftiputer lasreflatiration' d A niilles.
pour es t
I t VIO ans
NIC P ivzrd : Yal t6, i lernment- inrulp6 peasant deux'
*d* huit mois *'a' &6- i deu mille Ii'ues de la pendant t ix t x
rance A m'&toit impollible de we-d6fendre. Depuis fix nwis queje fuis en- France, _11 he m'a pas,06 plus 'Offible deme defender, ; tours les ickes eroient sous. les scell6s., je- nat pa-.s crU devoir tattVe" Fair du'n'vaiif fon; fai, garde fe fileiicc.'Cepeiidant, depuis C s fix M()is que jv fuls ettFrance comme auparavant, il ne s eft pas koul un fieul jour-fans que ]a cal6innie fe foit-exerc6e fur mon compete; on a fait aes affiches centre moi, routes les rues de Paris n ont 6 t6 tapi fies ious It s d partemens -en ont 66 irion&s. C46n : Ce n'e"f pas-4 une motion d'ordre. P&Iverel :'I Citoyens 3 vo I Lis lie devez pas mInterrompre jamais A -ne m'arrivera de 1 fi ire A Votre 6gard. Gtoyens, je vous zii fait cet expoi 6 .rdimina-ire pour vout faire entire ccrnbien j'ai du' attench e avec, impatience, conibien j'ai Ja dellrer Touverture des 'd6bats,-. contridicloires 4ui .'popr Ja
Y r-,mj4e fois rn rnettent. a rn me de repoulli-4 la caloffinie..i rnanif-.ft plafieurs fois ce Yceu & par mes adreflis --i IZI.Convennon, & par celles a fes cornites- de'gouvernemen t3 ]a commifrkn menie; & la commilrion fait bien qu"'Il ii'a
-noi & -devant coiRgue que cette op6rapas tenu- a t mon ci A
tion n'ait plitt6r comrtienc & que cette affiiire Wait 6r6 plutor 6CIlircie. Vous devez donc juger awc quefle farisf"Idion uelle r cojinoiffince, j ai d6 -receveir- le d6crer qqi ordmipe I Ouv*erture des &-ba i s- 3 r ais totes les pi6:esqui font 'a norre charge, o u A notre &charge ne font -pq eincore inventory cs il y a une parrie de ceMs m6ne arriv6cs avec novs de C *
Saint- Doaiingue,, dont Fijivenraire n eft pas achev6 ; il y apirtie all' coifi&rable de d6claxations 6hes
une autre ez I a
Breft levant L Une commillion forin6e par k repr6fentant Prieur, q uj i3e, fionf pas encore hiventork-'es,:A1 y a une autre partii bien I)Iws confiJ rable de' pKees crimess de'd6cInratiOlis fates par L?-, pr6rendLjs patriots colons aux EtatsUnis dAnie'rique qux font enore fous les fceWs & dont






pas encore 6te'iaventorie'es; pi ce d'au'-nnr plus import ntes-l ZQnt 1e'amen fera d'autant jilus lumineux qu.vlles votts. '6ettront m me k jugcr' u patriot- Yme '&s 'Colons dont
citqycns qui font, ici. lie dit iat les comm raires^Mt gues. Citoyens, je fourriets- a votre Cagelfeles mel'ures 'a' prendre pour qu e I'Inventaire Lies pkt:e5 f )6s Iv, ftxlll iti'lle oncurIrertuneot avec les d6ats, de lniani re qu'il neiious, f6it pa's 'h*tfrdit &' tious, krvir de iios armes centre dd bortimes -qui 1 6notis attalueiir arrn6s de routes picCES. Vou_ me Nlouh z pas de dellil P' O-JT,, your rnievx d'irp je f aUjj S Verjr6S vous ete Charg6s p r la Cwivention de rectic-illif 4: de. lui tralifilleitre les faits ", Its pi ces qui-v'lendront 'a votre connoill'ance fur, 1-s '4ufes &-ittfteurs des tr6tbles des colum CS; vous devei Jonc,, voulez done traii(iuertre. la ,Ollvention toute la ve'rite. Pourrez-vous vous iprommre d- lul tranfilicttre Aoute la v4it6 lor!que vous gardeiez-f'ous le fcellv une foult- de pi ces importance que N,_ous ne connoitrez pas Ll,-- que vous ne pourrez colmoitre Voil I-, .' Cltoyells 1, la premi re 6bfervation que ai 4 VOLIS 'faire. Quant' i. la fZconde fiii.*agine que votre prevoyance yaura pourvu.,. C eft. flur les mefillfes que probablement ,ous -,iv'ez- pr-ific-s' pour ..Aker Lh fi3atQ, de la redadion du i6tirnal & ces dcbats 'a cheque fLnce.Tettt: et'pLce de, contri'_,le f'e f.-ra- --il eii 1,11,6feil e des parties inthdle'es -, La ,comiijiiiion ju cxj-t-ellv kule Texaffitude d, ]a' redadion, ou les pzr-e.s. la c mlol trojlt-elk avitnt f1mrrolion Dahs Ie cas o'la conviii-OL;On
-lie fe croiroit illas flatuEr" fur ]a premiere pro- A
Pofitioll 5- j lul dernande Xen Y6&er -a' ]a Conwntloil.
Rrg :,.J'igiiure 11 L" pvcopinant a proNroque ics ticbars V
Ztd;L I cores; mais io vois quil fait t6ut p our ks 6nipMie'.
p ,ouers no yi ces_, nos- preLWeSf(mir fous ]( ,s 6C(116,3;
s tom aux arc..IlVes de la commillioli des colonies : mais
--notis fort-imes en i-nefure d'itiliquer la otmnhfio'fi dei coJ_;i-ies L-ou' f tir les I.Kct s que rious rLL-nioiis,, dont 11011S mvoqumis le te'll)0l*VD:I-,e pqur prouver, notrv accusation contrv le commiflair- Polverel Sontlionax. La iii,-'n.e mefure, peut fervor 'a ccs cvoyeiis : -ils C.1verit fans doute ou' folit 1,S pieCes- dont As jnvoqucmr le t6mi-nnoo OU 6011t
-les jlr uves de crlhimi.Al Cowre Jes ii, mbl 'ColoilNet & colitre les culons; ils 'i.diquLmix Ens, doute a





ro
nfifflon oA fbnt cei pi6ces. Je ne penfe pas qu oit befoin I ,
d'uti lo ng ddai pour obrenir-ces pieces de la 'coninufflion 4 s oul*nies. 11 fuffiroit &inl U font i notre ina quer, 0' elles
tWt eft de les retrouver que les fbup ons qui ant
plan6 ft -long-temps fur nos tetes -n'y planet plus encore> k afin qu la juilice narionale s'appeliintifle, tur nutis 11 nous fomrn, co -'able& Je M'op ut*e donc 'a la mefure Frozof6e par P.olv r tenda ttnir un delai pour que les papiers fiolent'rentis. Je demanded 'que ks d6bats ."0 cominumt
A, ont coa-xmen, ; Jes comimil'ir -fo
a es sontl -nax
Folverel fierrinr toujol,,rl- en iiieture d'etr, entendus.
Quant '_q' la feconde FrOPGRN0111.5 Je Fau ze au nom de, mes co&eues: jc pen que la fagt-lie dt? la commillion aura, pourvit a _e -iue les d1bazzs oient communiques aux parties intereifut,,, iJin, nue chacune d'elles pulled y faire f6s, obkrvatl()111 .
Sonthona.v: Fai une obfervation i faire ur -ce qu'a dit le citeven PF.ae. Lor,que la Convention a ordomie' que nous ferions'eiltc-n4ls colitradk1oirement avec les colons de SaintDomingue 'a Paris fur ks, cafes des troubles des colonies, ej Za pas dnt( ndu que' iious i-erions obligls de r pcndre i-A6morialerne't & de donner m6morialemeat des renfeignemens J-Ofiini's fiur c.--s troubles.- Notre mifflion a && de deux
-is; c- a oranges ; ce eft point par des dif--lie a &6 ren,7plle
cuffions tefbmo Iliales que nous exitendons y mertre fin ni mcme hidiquer' L, Convention national la ve'ritable caufe des truvblek J_( s pill,__es doiat nous parlors, que nous r6clamms, fiant dails les archives de la civil; niais
nous lie nous A.attoDs pouit., v u rnoins je ne me flatten pas Inoi, coinme I'a Eit 1, citoyeii Page, de favor oil fe trbuvent .Ies pi. ces que Jai centre lui ainli que fur fes collques. Yajoute quo f4r cette dilcufflion contradidoire, pour que ta Convention I'cah parfaitement clair6e, pour qu elle r-eniJes fon6hon .I de Jury dans cette affaire., A eft z4,ceffaire que h comrniffic+ faffe't"ortir la v rite' du chaos qui Ilenvirciine ; A c1l n6 efraire que la comilafflion preire par des queffiens par de interpellations, les diftrenst accufts. acculateurs; c'eft I r le vu des pieces, c'eft fur-tout fur ces
'idoire doir ay6r lieu; car
i'ccs que la dtfc i'lion contrad






fur les pi ces & de- ces pi, .ces q1l'on Joir, tirer les-in-,I! 4uaiuns pdur ou con-re les accjif-6s-.,La coi .-..iflion'f'alt ia fes fonelions, de dirtdeur de jijr-;; C' Cff !,Ile qui Qqit, refumir les ropoli, ion c'eff ell qui d r faire- les i s,
p I niterrogmon
le ntexpellarions: & cvinnicilt vourm-t-elle 1 fa Ire "AL quelle probabilir& pourta-t-elle e-ablji- la d.-II-Cuflu,011,11 e U? ji a pas coniloiffance des pi4es, 11 elle rie connoir r4, 1,2ulement lom- bre de la premucre Fi ce Yai &re comme mon cufl gue que 1, s arellives je la ccmm;. i jn civiie ne fimit pas les fcules qui conticilnew, L.'s Pretives des ffi-,-Ii*IOns perverf es de nos accuCateurs. Une curnmifli.en 'a Le fcirnee a Breit parTrieur (de la Marne ce-te a creconipof& de citoyens arrivant d, s ccl,,:jjlts choviElls patriots ik reconilus pour tels paT les aurorijtt' s coi ftnut,!es. Ces bommes, charges par TIri::-ur Xinterrogper 12- colon- arfivc's P zir k convoy -d-inter-rogr ks inaiclots 1*,t qtiipa ge-, Ls offi Liers de I 6q* ulprge, ont recuell.11 une foule de tembi-nages qyi doivenre'tre ccwlus dans cette encewtem Cependant je ne les invo(juL-r--iqoe fubfididirement aux preuves dontj at p,- rle tout-a-l'hturc TJ eft U-11 autre dle j)O^t ; C'eft celui qui a d tre envov6 par Geneff, miniftre dela Repubfique aupr s des Etats-Unis &Ain rioue : ce d6po't colvient les ri ces trOLIV6vS fur GAbaLid, cnfui-e au Cmada ; il 'cc' nient
les nieces mouvevs dans le, porre-f'eville de Tanguy- de la.
ami de v accuf.', teurs. C eZanguy eft un follicvhire, dans les Fapkrs duquel on troupe' des pruuves de ]a ccqif itauon qui a edar6au. Cap, qu A a livi:6 aux P1611mes. Ces pivc-zs fon, arrives cia France;- d6pof &5 au
bureau de relations _exterieur6', corhit& de ialdr public 1. le i i bru-nimre all deuxi me. Le*p( ')r ea iwad. -Alors nei entietnis 6-101ent lesmaitres en Franl,,e; alors, mix pieds Oe Yol)-f-pierrC, As di toient des lois aux, colonies c'uft alor*s quils ont enchan,&. rous ceux qui ont voulu pomrla v6r't' a la Convention; c'eft alor-3 qu'lls t-Unt'venus la barre demander qu'on nous mit'hors de' la loi: illeCure trt';s-commode, car alors 11 n'y avoit plus de difcutlion contradiftojre pluS de moyens de faire conno'.tre la v6ri.6; -& dans dit ails peutetre la philofophie nous eur veng6s par de beaux difcours. mais ces meflieurs eufl r*joui de leur perfidie ce qui ne fer a pas I'ans d ute. Mais pour que cela ne fefaflieyas, A faut que






la commi(Tion voie les pikes arrives de la Xopvelle-lngfe* ter1re. Pour yous en faire fewi r la n6cetfit6 j e Jai s, vous lire une letter qui m'a k6 ektite par Geneft, minifire pl6nipqten . n -e pr s les Etats-Un" d'Am6rique q i en d6montre touts aLL is U1
importance. 11 lit
Copie de la letter du citoyen Genost, extradite de,
la proclamation de Sonthonax, du .17 sep cmtra
179"
Tt Yorck, nemier fepternbre z7s>-11 de ubliqi c,
Le citoyer. Geneft min rre pMnipotentiaire',de la Rep'blique
aife., aux citoyehs commi
franf _g ires civil Saint-Do-4

Depuis inon arrive New-Yorck fai 6prouv6 bien
des conrrarik6s & des eihbarras fans nombre. Les colons,
fe font donn& rendez-vous ici ; & *de concert avec leur 9>. rhef &dite Galbaud, A neft pas de m6yens bas kinfames
IquIls n.'aient ernploy s depuis un mois pour -egarer do plus en plus les inarins, & rendre nulles iri les forces de.,
-V la. Reeublique.
A
Parvenu i connoltre en n Ja trame de routes ces machinafion fai follicit & obrenu un warrant,'contre, Tanguy-Labo'l Ure. 11 avoit 6re pris;'fon coNgue-Puny W.quelques colom' fe font jet6s fiir les conftabl s, & foiji parvejus le faire vader. Du,iy a &6 pris & conduit' x7 en prison, comi e
-ne couple d'avoir arr&' le cpurs
suffice. Mais ce qoi eft bien plus int6reffant pour Ja'ch (W $3 publiqu ,,ce qui, elditera t6us 1;?!s 40"utes, c'ek la 6ifie
des, papers de, Tanguy & e Villandry : les e6ts'de ces
individuals f'ont depof s-au confulat, de'la Republique.
Daps les papers d6ja examine's de Tanguy-, nous ^ avons
trotiv les preuves de la confirmation du Cap IeN preuves des moyls employee's pour jeter le deordre dans 1'6quipage & dans le
du -UpIter s autres cqu de I' fc.Adre;
Ir re alle reles preu'vc-s d'un project dehl're' titai a
V Porter k IVr Zr 1441dinme Saint-f)K II-me: des, Orxefpll"

4*







dances 6toient ktAlies fur toute ]a c8te dAmirioue, pltw de -.zboo Icadre,
,Aolons. devolent hre embarqu s fur ke
pour fervor a certe nouvelle infarnie.
C'eft dans ces circonfbnces avr s la d6couvert,6 do
ces preuves ecrites, I que Galbaud, fe voyant perdu, 'perquon alloir mettre aujour routes les pieces qui
conftaroient fa trabifon a tent6 de fe-fioullraire jar la fuite- a la punition qu'il rn rit al e le
oit. M 'tre 'd au
4irer., avant L ditpolirion les vivres'- le vin A oa
J, a fait diftribuer i dif r6tioil dux matelots apr s avoir
cOrrompu, par 1"or qti'il, re.cevoir des agens de I'Ailglesw tprfe, les principat)i atleuri de 1'64uip'ag'e A a fui daiis
]a -nPit ALI 2 9 U 3 o accompaple- de i6n aide-de-camp
d'un caporal du ci-devant r girneiit dela-Reine,'nomm6,
lhie parties de 1'6quipage avoit lakhement confetti fa
I'autre partle y At 't force ; tous defcendirent
le le- domain
terre h un equipage far & patriots celui
-de !'Embuot ade s' ft auffi-t'r empar6 du vaitl-au. Un
grand nowbre d1jornmes du Jqir,,r, arm'sde fa
de fu0s, fe font rendus a Philadelphie, o6 Galbiud leu'
avott donn rer.1dez-VOLIS.D'aprcs ces faits fai dii, m odcuper de' Farreftation-de
Galbaud ; un warratir in'ayant '&6 dclivr fai, fait courier ,, -aprUs luk A a &6 art& a A miles de T-Jew-Yorck fur
la route du Canada. J1 allot fe r fugier chez les Anglais.
V611' oA en font les chores : malgre les contrarie't6s que
j ) prove, malg 6 les fbujxons que, J ) ai Je crols utile a la R ptAbUque de faire fervor tefcadre de'rruire- ici le
cotnrner e- anglai-S, &, A prot6ger les Iles. Quolque de mon 'lan avec zt';le, affivite' Z,- P r 10-GENEST.
eil dirai pas Javantage A ft;ffir de dire que cerre letter ll importance d.e cces qui font au d6pbr des rela11 ext6rie re's hinporrknce des piLces qui vous porterc-lit a la, trace d la c'ohfpiratd8n'du Cap dom nous' avons &A plufleurs fils,' &. qn'e nbus vous founicEtzons. Fai h vous obi'er'ver que je crois impoffible que la cornmillion puil-f
&



3





t4
ceflaires poin 6cblrer fes d6libftadons, fans qu.au prkalable ellv, alt conii0litance au mins des pj ces principles de, cul z, teurs -& des ict:ufes. J'ai encore tine autre, 6fervation 1 f,,ure &I une bt.c4rvatioii blen ellewielle I c'eft' que leg colonsqui fe pretenttiit ici pour conbattie, tant en leur & priv ncrn qu I au nom des culons -ra-up'es. aux Ltat,,-"Unis il dl, cs-,jxcaaire, puifqu'ils t*e diieDT patriores, qu'lls fafh nt ccnncitr Itiur mowli' & letir civifme. Les C-re L -)otd affis.firUmoralit &Ae '.vifnie debates dowent fat I C4
dtfs accut'e's. 11 v a 6aps les .:rchives de I I Cornmi4lion deux lettres' &rjtes deux jours avant le i o aou'r ; qw pronvent quel c ft te 66f iie des cir(! ens Page & Brulley i elles p vercrit leur accord avei: L tyratipour difl() jre gfflati'e ces 6 de la hatfe du
ic juin.; elles tont hwentfri-es. Je dernande doccpr6dtillement qu I on voi: q-z(l elft le rarriorilme & la morality des
L bon-mies qtii- funt 16 -, des hurnmes qui accufent les co i fr.
fairies car 5 '11 taut It dive le pe uyle des colonies eft outa-fai, 'a CCT, te aCUlfatiOn j IC'Pe Uj,1e des Golonies rieft
po;nt C1 cdf ulle t. i-s- petite teaion du peupie )' cette fe ion' eff cn-qi ,t e Jels Lunwes qui faifoicnr traffic des, au es tr-.tfic ilu J,,A mvs avk:,us mis fin ar la f yeri,.i de'nos r_.glen- en, (_ til dk nc en. coninven(znt par examiner le civifme
_h, nos aci. ateurs-, y:e je demand 'a la com. rnlfl .(,n 1, fixtr le cara&L're de, homes avixquels ncus au' f, I -oil
rons a air-. !,a comm-ft. -eut ordoniier V 1-port de ces
'du citoy(n de la 'ettre do'citovell Page & dda leare It:y, qu ont 6t6 ecrites avant le i o auk qui p4ouWilt 1 ,ir v'nlpliLit avec le tyrari, pour Ila diffoluti,,A' du S L J
At, Lcs d6bats feront'inpfimeq._On vient de s"appuyer
du Xun honinie que j'al-cufe n,oi. Te parle de
Qei A inf, lie LL
ai )nfpiratcur, queiio xs nwn, MtS tjli'S N IJUS Cn trCUVe'FC-Z le', les Jmmffiwz
la con, A-s L -n; : .
les kr.aks-Ullil c%_ Allfe iv Illei Tit; VN:, Son Mrax
,L .011"'LlITILatrice centre
llw du vtuyle. D,,ft bi--r atie* novs cntendions
Llt(r (_;L-n& comme kiunti, r di_ 7, runftlgnen z r.S
zuttur dc' 11 c- ,cit, Fzigtn & ce ii'ol




%



pas R le moment cr4ntrer dans ]a difcuffien. 11 n'eft pas question d'examitier la-morallt des ac ufateurs C11Gs car 'a Int ni'me nous' fori6lis cuimoirre ce que nous avons 'ce'qut nous tomes: nius nous n'avons
rien' craindre de cot examen. Nous n'avons pas pak la iner nos ftais
11 vods fQra, facl;, x de comioirre ler. ijidividus. Nous demandQns 'f-ans 1-lus 3-V-,Mt qu'll wit llatu i'ur le
Mode d ,-S dr-bav-, & qui Itra accuic! Ou accutateur.
R:c-' 'Oulvercl- parou- vouluir &a'rtt.r Lk- diiCullion fur ce qu'll tie C-ut prodUlte Ics pi ce,; qui 6tablilfint dcs accul'ations CoWr 11041S. eft ewmlulit q me B&I-verel, lie Contloiffe as
ca. 011dionax a, purnitt-ment hid qu6 la. date 4s
Brulloy & le Ilea 4C)L'I 'C_11, s 'Crolent : A eff doif,, v-,onnnt que PolveeA tie coiinoifle pas- awli bir-n queS)11,hou-,,x LcspkLces far kfq'Uelks 11, veut vwer [(:)li accusation COMFe l1uLTS.
Jed ,mardedoiicqueladilcuPioncon-raditl )ir tabliffle fans Mai, t'auf'i avo-irJ.-Ous les youx Its piLces iemani&rcs par Sowl-1011ax. Q-umlt 11011S 11OUSAC v"lons difruterque les a0es- de Polverel & qiiibonax: ce bnt ces ad-L nous les avons,'& vous les _,avez, crrovens, c'ett ftir ces adesque nous appi4yons raccui-aionlest'aits 6tontiqns que nous avons A le ur reprocher. Nous rkouverons q ueSondioilax &,Pulverel ont, tdbfi 'a Saim-Downtg*ue unfvftcme'd malinie, do d folatfon -& de' niurt;, nous prouveroi is que c 4 eft euxquiont arml-les 1-onuiles de couleur, c c oiifforc les culons de' fe liver "a I'Angleterm; nous. prouverons que'Gen.- fl lw-m me deft qu"une rarnificwion Ac cettv4confi iriti,)n mf,'irne; nous,
'iis que la factor an,,Iaif'e fur Ies Etat unis prouvero r I
wnulpe t1le pci )ir f-ur Saint Doftllhgu6; nous prouverons qu I elle-pOle Au): Li Prai),-e ; qu Pol-erel
C Li qul c '- 111.1 Pottall L OU(
derri'r* eUX it'.S t ? 1.1 Repubfiotfe conrtohi-, il we la fitpublique
ie *,qucls io.-- 1-,s ,,,,ns, ctt --11.1- 4 Ics colonies 6-S, C11twRil a Prof 1,t -,I ; 11 (A Important que I.I. Coi-,.VtIltIOD C(IT111oll", COupablLs d,.w; Fatf ,kt, (1,,s
Cf -e,- do P jl verel L;.I Cr ax lipliul- S 123 t3-0,1tvt CC-A flir Propv es. att, s ..nvovee! la CulAC11--ioll Q Lle






TI y a enfuite des Eits'A inculpations, particuUres qui
r-eviendi ont aprvs la dikullion deAes a _"t s mais ihirnForte, av--nt tout, de connoltre le tyliane d!e !yra nnie organistt dans Its colonies. Leurs actes examines itblei-ntnt, f6nr infiniment coupablees ; mais Ils le- font bim dav:anta-e quand on d&montre la peffidie avec laquell,? As (cm e't' tairs; S,-,c'fzft ce que nous voulons prou*cr aulli : d,_ nc nous den andons I ditcuter con tra di foirernent les actes de Polverel & So*nthonax.
Pendantla difcuffilun deces :,des, Sonthcnax & Polve'rei t rorrt
ll i ure d'indiquer la' ou f nf ces a6tes f' r let'quels repot'
ICS reponfes a nos acculkions: uiais Four cela je deiuand6, c1rovens qLie ILL dif cufliohoont adl6lolre s'emblifle (Its cetDiftant, qu elle fe fuiv, fie fa. el fur les ades 'm mes de
polVerel 11 1 X.
Sonthoi a'
Quam a Geneft, nion coll g tie vous a dit qu'il 6toir un
agent de la faction anglaife: nous Yavons denonce' 'a la Conyewion nam,,iidt fix mois avant 'il ek org'nif6 dans les' Etats-Vriis le -fvfl me d'anarchie & de' d6organifatign du .
gouvemcmcnt am6ricain.
Thom' as M4(et : Je Fai d6nonc6 I Wafinithon.
Page- : Nous avons connohlance An arret6 4u confeil
ex6cutif, au 17 f6vrier ganiCoit
179; qui.or aux Etats-Unis
le m rne fyfi rne de d6folation qu aux colonies fran aifes
]a Cmvention a-appris ix i ois trop tard que Gendt 6toir
en efir un.homkile coupabl, e que Gcneft koit un conf
rather, LX,, ce que nous avioniannonc de Geneft S eft- r6aliE6
-1- h 6 par IaT force de
I.WatIngihot avoit pei on g6nie &par
fIt pUularitt': fur la fa(fbon an laii d, c'e'l koit fait de la hbert.d
des Etats-Unis,
Je dt-mande denc qu'il s,6r4 bIiII'e uneOifcuflion fur les Itfc s
de Polvc-rel & Sonthonax: lpus-,vous ctfrons enfulte la dife remps er.nu que les f upcons CL!flion -perf-4nmIle car 11 q -P
celknt de plimcr fur nos MO.
_Polv rel Je n'ai qu'un rno -, r6pondre fur ce que vient
lue din- le citmen Page: je ii premature. la difcuiim qui Ooir a oir liett ce fienuit e'p otimr unc mutile; je reponds seulcluent a 11i duclion ce que
qu, Page. vient ac firer de
&nthenax-a ditaurarayant.
11 a dir one S,)n4-,ermx conijoiffoit le licu forit les es
jont il a F ZrIv. Gala II'dI a's C 4winam, elks iont inwn cori6es alai$
Q




j

17
nous pAfur'le-clilinip & precif nient la place' & 11 n=6-ro, des F mais il n'en rrAte, pas que u Ems rour cda indifer

noji inven & qui fiont emvr_ Ibus le fceI16. ts
On veut, dit le citoven Page, notis. in.ult,)6r, nous, onvaincie par nos a tcs: ii-aii 11 la cnajeur r.mle 1 de nos'#tes (ont encore t'ous L! fcA U* ti IeS I'IlCt-S (jW iditili&lIt CCS 4 UCS m mes tont encore fou's leI'cell conlw, tiu Voulez-Vouqqae notis r6vondions
BrOey Yentends pider ici des pi ces inventory ',-4,,
C'eff le, ret,_,xe dynt ol i fe _tcrt pbur ey I tL r d tii N ei)ir au bat ; le but eil d' chi rer ta Con, entice. Lk c ji,-, u 1 firlil I 5ais fur les_,maIiieur&u& qm kwi eLI Al"ajns les
e I S forf'amdonE I- 6,n- f'o"I 'ievatt tL
0101"i s fur e ks -a 4r;
41es colonies voila le- but d,,:ir 11 n ? fn! pis s ---,:artc or pUILju,, c efl-L le but
A ne s'a,ir plas d'-?xarnifter des let res d,,,s cocrreyotilmc-_-S ,, nous- revi,_ tfdr-as Aans Id fU1,_e 11 Klut ili U-t r les ac S' ui ont e-c- les- princi-al,_ s cait s d -3 0,qL:x qui ont p 4" 7ur les n;_ 5; ce fone ces -L je,,, (1-1 o ;,-, z Cau'l'- "Lur Nous FIm xle comnierce mar;,hn, J,, -nI-JV''- d
Nut pubih.-- votis I'a dit- A v a cu,, tr- i u u r s la trib'Line. PoUr is pllusde ccirmierce Ina I-jr
qtloi 11"I"-tz-vou 11 -Iffic ? arce
que vo-, I s Wavez phis de coloni s. Pourquoi n a-,, :Z-Volls plu,
cce qu'Ay:i ont 6-v ode c ,I in'" PL r P 1,,cre:
Qontli-)oax- TI 11'eft pas qa,_--!I on ici de,, 1, non inve tori es inals des pi ces que Ia cI,:mr-nI;Ii(ia d%-Ii colwli, S,, mre les mains vue Polverel S: Soathonax cn t ,plemcnri CU C a'IIS PeLlVmr le procurer fa,_ilem.mt ; des pi ces qui out
'IIfq,:,.tes dans Ics, C0l0DiL*S par-tout ; dc tout lr-- Mon& C0111101t.
lie pr ja: e rl,--,n f-ur I.?s niefures que la cornnnWion pi-ei'ldra POL r procuter. aPol'.-crI L,: Scnt, on-,-, les pkci- d._,ilt As anno 'ils aurGnt befoin par la faittf
.jicew qu pour iluais 11 n'eft pas quellion d m, nrompre 4w mir Li dit.cuffien conl,"Mdi loirc pour rrocti.-er i9X ('\-0 'Is ii'onr i-w 1,)w; ct rn 1111-111t.
des yi ces Join
it cit aujou-id'hui qctaion de I u'rs
ls on-, pas nous les remettrons ',i-r le burea;, S: jioui- Jeur demanderwis Ces ades imprint s tont-11's b-11 le, lors', -fur loars. r ponf es'' Ues la di(cull S ouB,



-Oli






mra no-.ns oxprrmnelrons chcun do-ces a&e3 clam ce qu il
etc; 1jud, S IL k nt Oil 11oll-pVIALi ivs cololuv s
ell".: '1i JQ a ?v
Nous I.'*-- LILL'Iiv GL la nd"S accv!' -,S Y;-,11 a ;-1 cli .- aLX iacoIMS, a fl- d-n- k:arn nogs
dirous tr0LLVv- I k--riA \V (
dan s zv I t I on dz telfe tefle"

'Ill] tl ll (ji, ils voul-olit comme -e f6ilt, eux qui
fUllt ci-RAAVfbellt C'Cif TIX -le'ars r* C les 'aux
-'s dolvt 121,-, Collin dcm;ulde
a,-Cut-ations L,., -i cl t2 L, IH]lcer.
Jti '-,mr --poll
dunc f- I'Lir ta I I-,-, Jili d, 'Suntlipflax.
it-v retcnd quo nous r&rimiM113 UP-'1 11 n: tl i-,,ii nj ie nos ad-vafaires.
ii j actl-s c u I a -L:u., 1101.13 acCU L 0 )17 JL,,: ,1 iL 11, I-S C-1-- LIV-les n ii ne tont 'Fas t --uILlnentdIi:-Etd,111,1I-, L 5,-Iffaires
-S j!'ou-aly d;, k- ,
-d, 2111- cc
'C Lle po a ufl teurs
1011,
VUILIA-U '-S. LS a nous'emdv ti.Qre will.-oll.
Xlchc d fa* -11 A; I- Ill
a 1' 11 ., u r, klan3 1-1 CkAW *t- Q : mi'i'lue l"riclue nous
-3 i I v nmfs troubles.
I!' tvdr- ow.- ir 1,%d't 1,1- clic pre'avanu notre amI*a io; Ll- n cilercher ks la Gjllv mtjoll IlaJ-- qu, noLs 'acculions
Fr,?u
d, -de
"n par la ('oil
.- i U4
Vcilti.)Ii i. U A les autc-urs des
colone de
al h t- i Ir"t Njih,-n ouund-nous
-j-1 C fr, tL ,f i Ul" lrullo -ac
I i 1-- J)
-Ll-- fes -I'Ll c.el, 111als ce

113M 11011 llolv 11 VcTcu dt! la
16i du 4,avril a,,jul OLIs avc
pis v da d&rer







A accuration, ni l'iccufation en. elle' Cin -qtn* nous a mis au nombre des complies de -Blanchebnde; -- IC cQs ciwyensil I-no.reiir, as quePolyer e Sonthonwont env ovt, BlaIldieLnde en Rame, que Cefl f uIr leur d yri,:Iation qLI,?J-;IdlAleIan-de a 6t6 mZ-eii jugeti.ent Nous (1011C puifli
me tF de C'11 secret d'accufatiuji: ce &cre -efl I'ti da C eft -Co mille S'il ifexiflolt pas; qu'll ne p :It? r"Iiz, f*Ur la-tcte de colui qai e'n e'toi- I'obi.--Z', recwl,Ct : 1011,
6rat civil ; nous a i6ns civibmi,-,nt W;OL7;:TfIVI Otle
le d6crereft t'uf endu, &--perlonn tit? nous a .Pidions -Igir civAement. Le d,.crc:-Conime S 11'exiffoit, P Is --ncor- T'j-, Cii*-, Vr-!40:
voir s'll doit, exifter qut! nuo,; t, s I Fence des ciroyms colons. Je,,jn rc-f xe do!"-- J P170potition: I'. qu, h commidion CO1;J!"l- : C-7,2
nos pi%:Ces illv(-111'07'ie, s .cir -j,2 int b Al" "I U Jul tunt qu ? no
flui I I p 1 1 01 1,
piraphu0 par les niemb,"CS h
nous fi)letlc dowi '(fs ell COMIDU1311 a,lon POUrI-:Z* lions
inande- encore, comille tout' 'a 11,cure qtr L- djius accu lreurs f'ol't examnic,?; car dar, rozi tv, reL,:,, lorfa If urt t6moin ou Lm, 'atehr f pr t2
ipi--'-re chofe qw 6it le tribaiialc'eft'j" de faire connolr;,: L: rnorA Iu Jujiundateu ., wili, iii H-daninlent dL,!; pr,--uye- que-) ,-J cont;-e L-s afl' inbk It lui!s aaell", les clw-.-cas
C!-'alkfLrL ; j -' u- 1,; 1,2tri-,!SCMf(:s Lf--,* .'I- 'is plus a 4- A-S Cut lt burcatq qu'dc nf,AtI ,Jv qu
qw tont mupables JC les nII-Ir ecr'M t a nier
L.-IIrs lignaturt-ji ou it les avouer car -Ces lerti-c-s Coll tic, 11 icnt des faits gravcs,,des preuves dt: 1--urs machination d2hs Ls C Joflies; Joiirpas !,ran-- resa Latf-iredtscoelles dAv.--nt Ctre examinees C011111h: Conflat-ant d abo--j l'ifilillor,dit& desd6noixiatturs, -comrm jettant un granl jour fut Ieurs periiies nianu uvrcs. Je dinlinde dc nc qLl-- k:CS Ficces kfi -!lt appqrtees 1, qu'elles foltmt lu-es, ( oil les trou%-,?i a fjJLqti,--- Ls clitwlel!3 Fa-e LS: Erulley foiew t-iuis I-s al:ouer ou du'favouer"fur-le-champ, Pu!vercl: R, 111.1i qu un
B






SZria'.- Tour-a'-tour,'accotdez la parole-.
Frcf. dt t Se v is co nf'ko r la coinviiiffion.


7d n t La"corm iiifE-3,n a fer la demndc, de Eirt: coiifl.,it r L's d bats, qu'elle y a L in k la f .ACQ; I u elle arr
le surplus, ae que 1,:s & b'ts fe- coil Ja L:C- runt aux
Ju dc' crct.
t fenterons la, difcufl" 'fe*ti'tale;
ion -en rht
nous difoin donc qu'au i js de jUill 1793 nous avons ,r.cit-i : (Averel & Sunthollax a II ('01i'venti qui lanca cortre eLj-x un & cret Ta-cufation; le ii-jini!fre de la marine d I I I Lfut 6, e un I'ex&ution 'de ce' iecrer; 'I novs invii i a hii n: diqutzr-deux Perfomies poiir cette million: nous lui iii-hq"mes deux rtrfoiIIIes;,IujIk2 ell: a iu,-Alem mt. Rochefwt, FaUtre eft c'jav ; e d-une cominhiio'n articuli re la Guaddoure. Le iiiii-at"Ic 'de ht marine expedja un baltiment qui rentra 43 heuves a s 2tre f' rti. Pe obenir le
1 c 0 J- Puis DOLIS 11 ZtV,-)IIS PU
111c, Nous Wa I LIIIQ -ier -,onsiatuai P- breiiirmi-ncportlur
la 6tua ion des cololiie5, rd faire a& r cits fec 'Ours aux
C,-IOII-I-; nous avcL s Oei danr till IM PI LIS I f uivi le,, Ode faltit pd-';fic & les members qtti le conipofcd nt 11011S, awns M Ine pejldaut 42 jours depuis hifi hetiresilu jufqu'd d6nx'hLres du 111anvfulvi les werrIbres our MIliter le cniiw de IALL.t -'Pubfic' dans un momk2ijt d I tir11fment o, 'Oils qz,,- LS 611gJs
g e dans UJI I u nous fa),
armAeiit cowre 11 s colomes; m-nis avom 4z jours f;-,IIAciEe aL.FrLs du comite' du tllu j-,UH.'c, cuJ,-n du & cret qui ml-ttoit tm etat d',irrcfh zkii Pdv-rel SOI I-,i-iO'IIZIK, F t-Cliti n de plusicurs &-rets qui ordous colonies &,Yci I)PtS feiiolent L! rap :!rt fur le, I I"("' k tO F,"()*,
ca-)urs ces c ALni, s ; iou5 ii avons lailial-i pti vtre adji-d &nsIt- ccrnit-L Ouelque tc nips aprus-corre Fociue DvfL Y;
01 s f,,n- anivee" nous av6iIs demaii AV, tre 'en-Letictiis cc)'nVCC lui ; Ilk-'us Da
tradi,:toirern nt- a Vol Pu Fobtemr, 13U11.5
al'CIIS (tC DlLarccres c'eft a clvtte epoutll Fqoq'c de I A
incarc&lrdticm cdil a cv etivoyli tin b161,11CM pour
ramener en F .mce Pc'I -erd & Solittionax. N-ceff-tirerr.ent
Ivur avoit I -.
Dufay rcriE que n(jus ett lis en, prifun' 11 ft donc






IT
itonnant que Sontholvix -Y.ir dit qu'alors nous' Hons aux
de fes- nigens dans un femps oa
d' e Rubefpierre.
Obefpierre qui doniltioit le con-At-6 de falut public a env9YO c1hercher Polverel & Sonthom-m apr s mus avoir fair mettle en pri!en. F'olvercl L Sonthomx 1-ont arriv s, nous Avons 211f I-t^ rourtvivi notre demmide en accufatitm: mais ils- oi-it :e' inis en. hb ?rz le d6cret d'accufation Jance cont're eux a C't fU.FiiJu. BarCre -a i it plus ; car 11 a dlit I la, ryl bune de h Convonrion, qdil re-pondoit *u patriotime dle Polvet- .4 LS.- dapr s ce que ILd en avoir
dit Dtif-av.-Ft nutis., noas wons etc remis fous les verroux: inatilemellt ilw.us av2ns de, 4' 'tre 01te;1du, contradictoirmiient ) Imaisl nims ii'avons pu Fobtenir ; inittilement nous ayons qu';I fut f_,nm6 'Line- comm-hEm des
climes jam-is hous- n'awfi-,r pu I'obtenir' inutilement les; C(nons -,,e iont Frc n ,: ; 'a I'a Ltre, vainement Ont-ils ffcrr ( C11-:10 fial"s ex, n-'p!c ) &, fe cnriffituq prilonniers pour obrenir tic)t'rle 11berte' Us ii'ont in pu obvenir. Enfin, la comrrifliwi de; a (2; t f, m'uc"e elle exifte depuis quatre
mois ; novs n, avens c0l'e & t'Ollicier depuis, la, difcwlioa cuntradl".'wire qui 'a eu lieu au jourZ1'hi:,j.,
Vc;Lt la iillxion. 1,?s Vt-,ila\ comment depuis
1793 rO'.js navon c,11C facctu'_& Folverel S onthonax. QUIMIt a''I'accut-am ii-que now; avons porree centre eux nous les accul'otis Xavoir fouleve' Saint-] )oiningme & s'y &re gor-6s de ian- &"d Ot d'v avoir e'gorg Ids patriots, d'avoir finc. I, rpeu de co!-ns qm ojjr, kchapr leurs poignards defe re'fuvier 6LIs Ivs C' endar-ds de I'An'leterre nous Ies accufolls d'avoir 6-e d-tns Is' c )kmies 1. 5 agens & I'Angleterre qvi a vou lit envahl!_- leur &mner- nn tuaitre
-1 e rre voudroir piir un. Avftem mcore plus -hotunlacOV le jc AYuic' far le irtne de France, L_placer a Ia t te dvs 'tats-Unis un pr fi&nt de fon choix.
L'accufaticn. embra6 des vties Lman&s & g percufes; il ji--porte que la dil"cuffioii air !E-1-1 ie phitot p? LbI6 afi-n u4 le 'i,_,vPIe &aix-is fAt f" 4
ir fa portion fur ks
b-Ifl,111(s (10i jo 'C-nt' un fi grail dans ce,, te Nous;
Ofms qtle mi 4tuNi t eut1le la fituatik n
de Saint-.Dorn'ingtte & quelk &oit fia phyfiunomie -politiq u e & h y fi a u iiimimit _oL sulithyp'-w.
3






fu I i t arriv 3 nous -delmindt- -j-ons car nons* 6tablirom-,Ces f i its ks acfcs'dc- "c'Sontheniax car yous ferez
de favor que cc,- hojimnes qtU
:Ukllliale & ks ci-xjls populmyes'&ablis 'a & int-Doiblflgue; vous ferez fort e'ttonne*s dlsje* l de voir que Jans letlirs proclalliations &- Ians lt--crs lcme, a la,'Cow. 7C ntion As font de ces mLnes cor7 6 1,,-.pdairr s les plus grants C-loges ; vous Its verrez fans ce!lv en crintradi6tion avec enx-ri-i mes, pncc!
i I T, 't ima, t)
olfi6le que le cf.-h-ne ne tergiverfe pas ;. v us,
pa LS I,?m:(:S je Fex -coll-, Iniff, ire ROUITle ctlllo C'toh L I -- L I ir lique politiqtte (I StdntPol -,im!lUt?; VO US Vefrt Z, paf ILs letters cle I'alkvnblee cc-loI-,;,&, 1-tcoi-ref lond-aii,:V-'co-,Ifidt!lltic-ile avec, notys, f*esarrke's
-e;]* t ft r,zl' 1.,., oil -O.,lt .q*-? *. vous verrvz par L-s letters de
.1V "c"m i i .-,Lf de la-li,annt a la ConV, lv lon il.--d0ndu enlin liar leurs proLl-mianons. dans Is
verrez quelle &oltla phylionomle de
a rdigionpolinq ,? des aflern,
.--s coleniaf- ', s cok-m des corps popilaires el
i,,:l -tuk not! ; InvQqLit:,ns les z!eles. de-Polverel & Sunthonay. Cl! -llerolt ilit-tout Lt ti-matioll Civile &-P(,Ii-,iqv- ,ie SzillrDolillngl;" ".,- VOUS vtJrt:Z (11je te pavi I
y Ericol -)r Emit
Par-tout'-dans File exc,:pt diins les camps de5 nc'01703 revc ne S litlw'xx Folver-4 arm rent- le 2 t juin 1 -9;
V .ur,-46va&r, & Inctaellt-x la ville du Cap & en (v; irt fr
le- !,-.b,,ans ; vue cttti? ile., t2xct pt& la Fartit. d t No-rd qt'W' CTO iu! trois qilartl. in-e, li ; Itlante que
Ii fLit encore flor,
I vi! 1n. llccre t Conllrr-- rcames Populet1 fc
L-, J- !' t -A- Ll varu%,rs CjLll (Tlt' eCtlap r_ 1 1-11 flairline & au
Zj-_J-- Oll -!7'"t Olver'l fom entre les mains'
Ii -nt qvV"C C LA C-1-11L eijco e en Ile
L i Air J-:,; y n- h2urs aendar&,: vous voti3
Lit 11 on mai7cli,2 Qlltre J&errjlc- clue P,rce flUt, ..h:1761,1110 1-.-oi.- ra"ife lit Pro-edion des Angll s ; lioti' rruvtr,-,ns qtw Pol verel LS-- Sontliona--- dont celf'C' de nial chcx C 111.lrc le q tin I- t i % r du Jtn' 1111-- que ClUand le pavilion am-Lis
-a nor's 7VULIS Proliveruns que PolverA
tO 111 'x C! lt fl*-, r 1 r C h r C c'! ,- n-- I v A T t l v ; C cn e h! vitlil'eall I'Europe t ;.zc& en ,: oil":n- rade d-LI
liaus Yous pruuvemis qu au viw,






1'Earopz ;v re:m au p- 411 ,-m Initannipe
a ke' ph lte alc rs" feuh:t,, Ifiu Teiv,-'rel &, Sollthuhax 011t
fait retir- r leurs faiellites., An-l!1 de leuts a&es
ecrits que nu a Nou Ics Jjfcuterons ce s ak- e s ;, q u n: It cL:.,' quant a lc-ur, re'W'Itats; Nous votts p"'Al' 'C roll,5 C av la kid'14 aArll,

fls, ell a. it ia t,% zan car e Cs
11OLIS vouF. Clf-; OVlu Leu XextLute,:
cette loi ils on- empc'chc' -nu L ; Lit: coulcur ve
fuilent fdndus ians !a blunlcl, e i nou", V(-tls
prouvetcus l r u lieu d, cx, 10; qdau 1',u de f, n_-er
une JA Inbl,' e Coloni A-2 d,- 11 0j,, J- hmm c- -, d r & de
blanc,,, 11S,0111, fLibibzutf a ci t iif"*iii't- lt7e-cc l -fi , 11tion de douze licnimes rnoj lt !A'_ 1MA-C 'i'm fix
kto-,.n,- choitAS 116111rIeS 7,.'t r tL, %,,A-t
C o ft ai i id, q n I s on eza t-f- S
Ct joil qui
hommes de covleur F.s L, prou- t
ven-)IIS ove Sowhollax I!: lin LO
Lits droits ou".avUl't 1 11 Ir, de
pronencer lur lt fiyt (:"C 1-14
car ils nt dit que "C fl
.SC OLl'i noncer
fill- "Cl-l"'es 11's C-n-, J!-, d'- -e In 1:1.
portz,r
i r t o u c r 't ,,ii It're"el
-dv- IUl Yous voll: L j troraLVAI
a Ltn: J""'IX a. qu-15
L. ton-_ Cie Lk-m n C
-ter to, "!"N o" -;.enz as enn6s i ( S leurs
d--; -it e imr-r les
iiCLCS Jv- ,-Uce i:i de.lvs
Ll It:

1!(AlMle wcill,-, L'tk_ -Ct,' OdIL'
i CeT-61 1 t r, i t C! L- ", t r l _- i, e 11 tie 11 O'l L 11 C U ti
de_,CCS ad ,S. N*, ,!! "WOy" I IAll
cukp% Car C Cn rutt 'wr AS C111, C11 -c- C11-als 1; S






homes de couleur,, dans Its bkncs m6me, utie gar& pr6 torienne de laquelle e lont environs s pour Eire ex6curei les a6tes de cette commillion, imerme'diaire & les learA"' Comnient ont ils a t pour etablir cefte garde pr6torienne ]IOUs vous le prouver ns par les a&esrne^mes de Polverel. P SonthoWx i nous vou pr6enterons une proclan-iation du x 6 &cembre 1792 par etfe proclamation ils-dit'ent qu'it fera fortune' -des compzplies ' hes a'homnws de-couleur & de 11 gres Ceulement; -'ainii ils donnoient une exclusion formelle aux b ancs & I Vous concovez que cette-excluCion. avoit de s; des motifs pwilans, elle
grand motif ne pouvoit que ra-viver lespr6joge's entre les homes de couleur & les blanco fom nter le m6contentemcnt & la. me'fiance enrre Eux au lieu do mariner ces deux clafles homess comme dles F&oient d6ja : car nous vous rrcuverow que Ta.fl'enibke coloniale-a fait plus qu'clle ni2 potivoit, quoique 1'ex6cution' de la Ioi du 4 avril fk r6ferv6e aux coimriifl:kt s civil. Vafl mbke colonialq, prevoyahtlqu'etle devoid r6rablir la paix dans Sa'int-, Dorningde, av(91t requis le, gonverneur & le commillaire civil qui y e' tolt aters de la faire exe' 'ter. Etifuire n'ous vous tou,'ils on-t organic un cor-ps 1 ghi.-fif qa'ilg ont Ern& yrons q -nmes de couleur & de nugres
no f4rce, 'armee compof e Xhoi
fball-ve's; inlfi, il y avpiE d'un cor6 la garde national blanche, & e I'adzre la garde des Uc--=es & couleur3 enfuite ils. aVoient ex lltrait de 'ette me'nie garde ut couleur, une garde pr6torienno ; & dans Ile cas oA cctte garde d'hommes de Coultur Inu atre.s atirok voulu- bleifer letirs int6rks its
ont -cherchv 11s, les blaiacs-e,.:-.-rnemes ivne nouw1le garde. Par ur Iamatlop e Polver-el L,- de Sonthonax tous.
le s com1nis',d adwitii,4rafi3n de Ia marine & des finances fe trouvent &-.tangers --yJa garde tiationale ; its forit. oblige s do deCob61r auk rcouifitions da, comniandant do la garde nationale, de manitre qtL'ils placoient fi us leurs ffiains une covpotation Aommes do codleur' t' trainers aux blanco une 'Icorporation, de commis 6trangers a tous les colons; car il faut que vous ficlitez que-cette fioule de conirnis Xadminifs de, la marine COITIPO
traction, Xe4iploy, I fuiint te quart dela force art 6a de la colonies ; ainfi doncinous prouverons te f -i'e its ont fornI6 de's
qu apr s avoir orpnif6 -cet orce arn C tri, voir la montlruofit6 i nous Yous
bunaux Qnt nQuil fi ruiis






rouvero-is que'Sonthonlix au nord 50 avoit orzanifa un tri unal de cinq *uges,, fans autun jt;re. Par un-a'rtide de fa pnochamadoif A difoit : S'11 s'kevoic quelqu7ueftion &in'feivens de ftatuer de us, &rogeant, competence nous nous r, t,
poq cola 'a towes les ordonnances; de manKre que ncnAs avoient il des lois, mais encore ils abtogeoi nt Ceilts qfti &oienr 4fonfi es '. teur execution., Polverel a fait p1m. ar il a orl-'Mif dans l'oueft &- 'le fvd un'tribunal de trois individuals fais jury; la lautude a, s pouvoirs de *ce tribimal eff 6pouvam,,ble-Nous votisyr i I ewerons ces deux lit C1 nations., CitON oils: vous verrez .1 yous Pouvez les lir horror; vous ver.cz qu ,, pa une d4oh. ion de cetv- prod.- nation Polverel rend tolls Jes' p ropriqtures efi. France r .4poniaWsJes faits civiques &- militaries di leursprocureurs &gc".ansdeniani, -redit-ilqLPiiqtit I U'undecesge'rans,
-de c ?s &onomcs, 1"e rmd coupab] Zies d&ts CININUCS
ou militaires qui enumnPlit Ia. condearion- des to n6t6s les prouxi&t6s ferolit c6nhf'q,-t-Ees coinim? fi to prorrpit' ire lulrrl i tie fe f'Ut rendu coLi V;.bl, do ces d81*1 s C11-11 C ties ou n 1raires. Fnfin, eitoyens,, qua; id no,, s en fer(mis a Ia difcU11ion des ades nous les devoiet-ons fur le, barEau notis ies parcopr.., roils les uns apr s les autres nous vo'us en ferns voir h 1lionilrupfit6 ; noas d (evelopperoris le fyLmede tyrannic iious prouverens que Yincendie du k.ap n 5 eft que k d ,veloppement de certe i ande intrigue que Ia livraifon da Poritau Pri-nce aux A11'r1ais' par PotVerel &- Somhoilax nQft
une lui.re de cette grande intrigue, ",: qt!e I'an6inciflement 4e la cotoilie il'uff que le r A'Ultar n-ccella*ire de ce f eme de'terreur &- demort oiganit*e- m6thodiqueii! cnit par Polverel
Sonthonax : vous It verrez par les proclamations quevnous vous mettrO13 40us 1,!s yevx.
Millet Si la commliron juge propos- Ae- difcuter le
premier a6te, Aft-a-dlre lour pro, 'Lallla'Uon du 12o--'Iubre
La loi du 4 avril ordonndit Ia formation Xune aflembl6e cuiutiiale.
P,?-& Je deina-Ja qu a-vant on conflum johyfionomie
"'-'aint Domimgue' a Y peque oul PcAvcreW Sontli .!nax

S* lacw d sco1Qnie.;a lie _or 4f,





16
d'une analyze qui lui Rra voir, q e a &6 la confpiration centre les colonies, non fevlement depuis' la r6yolution mais eDcore depuis 1787 confirmation dolit voki les demiers, agens je denyide qu on- me Wrmette"de lire la r&olution de Saint DoiMue quo f&rlvis pour la -Convention nationaL." I
Brtzllej, Fobferve que pour mettre deTordre Jans la
A faudroit conflater quelled koit la situation &-la colunie a I'arrivee de Polverel & Sontlionax.
Lecointle -, member de la commilmn : Yavols aufri cetie id6e la conimiffion ne peut juger de Ntat dZs Colonies Que par le tableau de leu' 6tat, a, rarrive'e de Polverel 8z Sonthonax & liar celui de leur tat a fuel. Y
'Mais comment les cito)ens
C611frate.-ont-Ils F&tat ou fe tro voient les colonies, quand lt: conimifl ir, s y foiitarriv6s? %nAe ces c'itoyens pourroit
c n pMenter maintenance le tableau?
Ceft ce que j ai propof ; & aprv's avoir mis fovs kr 'ux une analyze cl tailke'de;'6tat d.- Saint Donlingu e dt-I.-Liii le Commenccment de la revolution -jufqu'a F poquf. Oc- farrivee de Polverel Sonthonax le premier tie Jeurs a 4t 1 5 ous Conflatera que le prekis dont jo le 1 tai prkdder f ft la v e fite. Dans leur premier i&e ils ont fait le tableau de 1,.-.uatioi1 de, Saint-Doinnigue &- des opilacins politiques de Y'allLmWe' colonial.e.
Poge : Je ne fuis pas doig & Xentend're la' 1, %:rtire de I'LM de Alillet;'niais je dewande qu'au,,,arav nit Cli, Lfe c 1 -s do Polverel de Sonthona'x3 f1ii -trouvera paind
.1 -'S
I 1',ci qtli un 'Ct_ C111portces AC P011c; (Jvf!m otl
0- Int-Dujwn Li
CI t ILLUL111t 1:_Cilt te ks trulvocr qtie je le .vyls
tfs avant nt)trc arn-flaion, e c I-xcumle la'it
elles I'Cnt ; c ,
S jj JiS nous lui oL furv u-,s qut tious en aurions
111-1 I eut lur j! &S
Ile demInd,:6-jis J(nnc q,,e la cot- -H.L. U
"'(Dii voulk Let'
e repr (' litcl- C :', C"trait; ell't UOUVeFOUS Ifne
rrct VL ULI CI i-, &s colons la I rz i x'u cic Ic ur ob"' If 4mat"'111CI tl
allCe la fW u 4 avril 4ans tine', du !'IrMI'dA' ire
Ut Lrvl'vee
a Sjint-DOMil I. !C. G_ f 5 lull 11C YLVUt I' S
Af






col,,-,'m :s car nous Ta ons de'nom6 favis cefl 11--Ti encore eit A vrai que fon t'rnoign' e eft d'autant I ills fufpett, que nous I'avons dencmc% falls c -Alle- Voici c6tte leare que Roume 6crivit 'a Polverel & 'a Sonthonax; leure qui fe troupe fous les fce&s.
Leitre 4 citoyen Rot.-:,-.e aux nO11Ve.7:..V Cot".1mijraira
civils dilegue a 'Sain: -Doming, ze en vertu de b loi ill
avril 179'zPorr-au-Drhce, le ii juillet i7qz,
"-MF S S I E V RS,
M. Leborgne, fecr6taire aajohit de la cQmmitfion, aura 'rhonneur de vous d(AIlP--r. tf-)LIS k" uv "'Ous
defirez., foit relativem.-in aw o:,v ,Lx de-NIN1. AllirIneck, Saiiir-U-L r t*Ult fiir -1a' coloniese & les evene-,
0,
,Ul la revo utiop. AL Lebuzpe niens qui s y'lont puil'cs 01 I I'
ne vous ailfera a de!-nr itir cL-s con&ncQ qu'il ni&rite ni'a b, zxcoup ci1cc)uract-- -dans le arti que J I ai I pris de ii-i'abl't'liter "'it Cap pour venir preparer dans I'Ouelf 1 ex cudon d :,- 11-. lol (it-,I votis ell col&t.
Ci joint rn;-,1A- Irs Cs--)Fi%? Tune lepre que feciJs au miniftre par le nx -ir'- qua-part ge, f jir pour
le flare; vous y wrrez FtAaCadVel des C110feS dans I'Oueit
le Slid.
Fai -1a fatiscaitTion de pouvoir vcus affurer niet-fieurs que, 10-111 d',i-vtqir CrIthiLlre le ro-Indre obstacle vous ferez rc,--as cona,.A: ks w-t!s tut,'laires de la parties francaYe de S11111W oi nin- tie Les Litovens del trois couleurs s enipretferont de voins FrOUN'tT lutir rcf cCt & leur cohliance. Les aGiubMes priiilair,,.-, i, formerojit tOUS VOS )eux. 1,41is la phis kgLre diffictilt&, pew-cm2 ne tcrez vous jamals dins le c.is de jtl,(x des constellation; relatives 'a ces allimbl6es. Vous fi rn-,evc,, un ? :jLmb1,-'t! colonial qiii t tmira de bons cozons-c"i"ts trois coulcurs; la paix &- le bonfieur lialtront fuus vo., pas.
P S que j apprrlldrii m21li-tirs., votre arrive dans rifle, j, 1112 potir a%---ru que mcs -folictions folit
C., d-- 1-t Vni-ni,-'ie occaffion- our lile






Cependatit meffieurs, i VOUS f lgiez dans wotre fagelfe Xaj-,rLI Ce que fal n
-que je puffle. co tribune
v0s, fucc,.-' r vous
& q ue vous i Ligw;& autii &voir prendre fu
de ill ? rer-nir oicore quejque emps dans la colonies je fuis pr,- t a ni V l6urn.!, z a .:oniinuer d'at,.ir fous vos ordr es
-comn-it- je- i "i ti vii ac_-f -d,: ptds que je ine lilis trouV6 f6ml re! powall, d.-s zr..vaux de la winiillion. Ceft un bon Fra a 4;ai qta tait cet e ioli e a trus bons Frari ais.
'fl-re. naJonal, RoumE.
va,
a 14 -1 )[Ouve s difliotitions aes coins r6poque de rarriv e de Volvercl & '- ,ontltuiaxx. A cette picce nous joindmn5 tin arret6 de Fall niblee colonial, qvi rouve quel ktoit foil Civitme LS- quel A a &e dans tous res I telilps.
Extnzir des teg flresd, IaSe'mblie coit) _iale dclaparti francaz C
i :ft
dc Saint-Domitigue.
1,e la ft:aiice du 4 eptembre I-792a 6te' extract ce qui fuit:
'a .*mbLe coLniale erant
Confide' que depuis la pro
hiulg"th)-I --Ie L 101 du elle a'a cell' de tellioigner
le dLfIr finc re d'une r union, parfaite ent re les difi6rentes claa't:s de citoyens que touches ks L16-narches, tous fes a6tes on- conflamn-mit teiidu 'a ce but3
ks. intc:n-ions ont 't' contrary' Que jdfqu' prtf iit I e e ces
par les ennernis du bieia public, qui, foli&-tit leurs crimitielles, efp6ranees f'ur les' diviti I ons des citoYcns, ont cmplo -6 routes leurs mance'vres poui les rerpetucr;
Que pctur d6joaer les complu-s qui menacent la colonies dune deftrudion total, A refte un dernit r. moven que I'affellibke s'erriprefl de falfir; C'Eft de- fdrC PrOL''der a 1'6x6cution inqm6diate --de I,-,- Joi du .4 avril ell ce qui concede la rf_'-d:,_-Hon de fafleiii5 ee colonial &- Ls attres corps pop laires
Que I' f! inWe cotolij-1-- aveit 6-6 rmllue Itifcu'a
par cette ininortmite coiifl ,ion, qIX F,!-'cu6on de la loi du + avril til vXI!UiVtMCIlt_ cunfiLe nouveaux commillaires civics; mnis que Varfivce de ccs co mi-milfaires'. qui devoicrit qe cux-tn nws porteurs dl- ja Akd, ayaldc!i4






retard6e jufqu" cc jour cette confide'rat*on doit c6der au jOuid)lui,*,il betoin unperl-eux d'une r.-,Ullloll gwivrale que MAI.- les cwnwillal es civil ne t'rLur arrive,
blahuer cae d,-,ilclarC ;-Ie qui acL e-LrL Ft xtcu clon, d,, la 1
Que d4 inornent que les hommts de auronr
concouru 1'6.1-,,c6uA des corms iioptil-ir,-- 3
leurs j6hbe'r-ti ,,pq il I& T'4)L-lrA TILI f-t.% r aux
iufions, reunion de,,- uk 1,-S LL;,(: ;
1, JJUr A L cc&-nie doic ( -re le

pr&lew :ns dLi colJ'l'-ll*e j
A rrc-- arr te que. A-T. le lieutenant au gouverneJ
rmmt 91-lilt rA NI.i$-h collilllitiM -e liatiom-11 civ;l 1,011t
Lire fit expre!l,, nIOM reqm au iijin du filut, de la co.lunie, de cunvloouer $ails deki les alfen)Wes prmiaircs,% 'a feff-e, d? procel.r ala ree'Lellon de Fa6mble'e culoniale,
&s aurres corps populaires-,- conformv.'ment a 1.1 lui du, ;
N rrki: en ourre qhe Faifembl e colohiale iftudl c on finlitra f'es travav.: i U1,4u'au mornell. 0 u\ la nouveil- aflernbl6a Cololliale f'e,.a r *uni &'que L--s autres corps populalres lUbIlIlen')nt jut' 'a. ce qu"Is aient &6 remplac6,,,
Arrc-,-- el.lhn que les boinn-iles de couleur LX iiLgiTs libres, fon't de ljouveau Invite's 'a envol-cr conf -,rinenmv- a 1'.arrcte du 19 aolit derm-r, des co.m.-Ililial'--es dans 12 fliii de Yafftinlol6e colontiale achielle pendant le temps qu elle Culltirtuera fes. travaux.
Sera' le Pr6f iit arrete itnprini6 ]a, pubN LS- affich6
% bet' *n fera & n -)ri'-e au aifmb'
Par- Wilt OLI QJ I x ice-I pro .-inciale' adliviniftrafives qui &ni.2utent diarg-';es de lei 'fic municipalit s de kur arrum!*O m'ilotl r aux -1 tz U.'
Fait' &- axt te en &anlce les jour mois & an qpe

S,,,Ync', RABOTEAU preridev GRASSET, vice-pr ridew GQMBAULT, GARNIEPL, DU7 : S77, BLJREAU-LC i,1_11OUX., fic,-, taires.
Collationn6 POTTEVIN des archives.
collatioiln,'-.1 'PINCEMAILLE garde des archives L- 1,zjTem-







Extralt des birations de PabrembLe provirccla e A Nord)
4) APSCM-7c, IOn donne lecture d'un arr-,"t d---- FallQw!-Le colonia!e, en dare- clu 4 du A7',,E Ul I a AT. le Iit u,
tenan', au gyOtivernencm coli-,Iliflaire
nation-A cni! de convYqu", i--s aux ari, -imv noz; L '11111 kjjai; s autres
chives h pi
co*,"ps populaires de Ja-p--JV.AlCt?, Four ,-,rc: 1u, pubfi &
le ;rs ref-
p
S: -C c,*:L 11121' MOREAU DE, LiSLET
o T ecr tires.
GAaalonn PINCli,,-------_ 47arde des archives.

Je vais dire ce que c'ell que I'arret6 du ig aot'it,- que je nai 1-upit apporte.
L'ali'tnibl-'tz colcfdale apprenant, le Z"7 111,11 que la Ioi d1l 4 avril avoit ce rz-ndue en France mais lie Yaourenant que par I.a vole d'! -les conimillaires aupro C1,2 -I'atKn)bL'.e
noi I offi ctaque cette
liationale, & -i d'urfe iiian* re cicIle tix'
Ioi fruit ex6cut6e .....
'&t : Je rd'
Vzoms Alt cvf une petite e reur de iji'moire
qui 6:11,41PQ a 111011 :1,' 10* du 4 avril arrh a dLiis
la C0101'* 10 24 z t nr u v t' e I c tafleiiil: I e
c I "I"? L Z- c1le 1-1 CL! adopu e,
'I'-A 65 accl ln,16cn, de I C It L Z! "U'll L.
B.". vajoute q u',,t,,ailZ (I ue ja oi du 4 avril fot.arriv6c
dails ]a 'Coionie Fafl*vl-nbl e colonlale at'ol'r al! I,,Dce par unj proclamation affichc.e clu i.l I avoit rcndu ell 1,17allice 11iQ Ic)i qu,- iil- lul ,.is Offi-:11AL' L11t Ir ,Orle111,us que oette 10i. avan mt me fin a- tous 1,::; tro,,;bIes-Ct'lVxiftoient: dins I s cololiies, ch ? aiinoilcol d'avance aux u)is dt t,-,1lteS I-S CLII qu'elle uit dan; F-titcn-ion dobremp-r-r 'a cette 10i oil ell collfc, Qle ful'.
]a ouvert' flir Fv at des 11w-umLs c Oul,:Ur "Llll
Its culol'jl, i.
a"- L11:_ vo--ant qu -, ]a qu',"le







I V'01 prife ne,,- ramcnoit pas Oftme dans la. colonia qu'eilt- ne pouvolt faire ex&uter la loi dms toute, f'a I a"Urudti parce que le foin L 1'exdcurlion etoit anx cot-'_imifa ires civil prit le i ao't un arn'-f't- par lecl;_wl e0c jn iwit ks homes de couleur & i i z -I h1vei; a envov;ar "kill
fein douze d'eni-re eux jut'OU'a Ctz! (It' 1-1 e it kt'_.' 'a Li
k d,2s corps popi.Jairt-s Par le ccimman-i'1117
commit'aires qui rt quis par h: Lulllle a Ae 11";
convoquer iecontinetir.
Lecoitite des mx2!:,e d,, L.- co.M,11,1-i' :',"I
Deux fairs I-01ir P_'x le C". U,
0- c 1-0 tfll_ pa)c IV r
c't fl que la coionit! err) L t d u-is ma c a IJe t"1_-':1 -11
que Fad':mWc ccl-, ni.4-- aVOit R'S MA'OreS FOLIZ
Cuter la Iji ALT je L 110
blvil 111rcrFt4kr Ik:s 'Sonth- -,iia. do 4V
dr-clanr s'ils convi'_-n:1 211t de Ces fIU"L";.
Po&ercl : Retir connwrre 1.., -, Q'rkable efprit de
c olonial.- fur la bn du 4 avril A faudroit d'abord fir'! on arr t du z-7 iml vcrn; / dans cet arn' tv il-'s, tnoTifs
& fes intcndull Z11 Ord.)rmajit fe- ccuion de I-&I lf- i du 4 avr'l ver conu
I vou, mz qtle, pat, cet unt- A.e fte
laflcmbLc'e L',ii1ail,7, 1.? drolt kle porwr c!L-te Ioi ; voui verriez qi vlle ii-_ c&-le qu-1 des Jc ralnte qu I a u
fe11tjjjj L'jjt 'je f-t Quan A I"-.ccution de fait je
-I,- ji tn-"Iis h" to; -fit' a. ewcmcc
daw CIL T..cn-A niols de ni- i ;i
I .9;JLA-ur aider l ji Lonirn cs d' 'wuleur Lk les n -res
navoic-nt I.-,as e uv qui.-tVY LL -nile L Jacunel &
d'urrer dani x; ,s par Ycill-et des menaces de I'aCfclilbhl c colo,"11111,
'U MOis J, i-,)z Jans le temps mcwt_- (11L on
a-iroiz le Cap Cintri_' Ies 11011111-les do coult!Ur & VOICI ct lu "Irf J r s tk Jacmd. Je rt rois mis ,2n
routt Pow: y alLi or". 111ck;ir une mulklvAllt conf)rrno- IIIMMt a 1 a ll li Itu 4 vrfl- Se couclini au Grand-C oave tUr la r'ouzte du Pon a-u-Pril'I"t re(,vs 1,
a Jacwt- 't t-.n ---and
nombt,! &I ionirnes de c6nlcur _& dv ii 'gres de cvt ,z p rc; Ift arm Ils me dfinnit a' u il ven-jim-L in
u!'q u'i Jacm.A. Je leu obi-emd que I't-at ils
VkvoiL ntll dans ce morm .nr pouvolt fi nuitr, -1ir", 11






niens graves slls' paroiAnt en armes dans la v)Ile dow ils 6toient exclus je leur dis qu'il fallout d'abord,,pr parer les voles. Pcndantque je leur parlors il arrive a u n capitaine des homes' de couleur, un courier qui Im appurta Fordre de Eaudouin cpmmandam de la garde-nationale aux ci-ov&ns de la paroiffe-de Jactnel'.1 de Fe rendie le lendemaill au, fort de. cette ville pour y ruowdr le commIlEake Civil. Je m ecrial auti-tot : Dieu f0it ou Voi h le prt-jaiier atle
Aconciliadon entre les blanco -.vous qui paroifl' llnc re; rendez-vous a Fordre. Cc capir,-ime pa I rtit avcc, ks'JIDMAlles qui I'acconipagnoleDt.-Il 6;-olt alof lle.uf keares du f ir.
Deux heurcs* apr-'-s il arrive un parell ordre pour 1. chef &un autre uartipr de la. mc 11 me le col II'I-nt: r -nm
nilaa ; je lui donna le mc,mj c(j!J. eil que lo pretnicr. 11 Me repr6enta qtill toit trop ,.Ird -ur aller dans lim' qEa r-tier faire connoirre Fordre armer Ics honnn- s co
rjgnie. 11 ajouta : Nos chtVau'. fent fiatiLues Ati
je n aurai pas le temps de ceux -qul',X nt twis
mes ordres de ies amener i Ileum iiidlaue e
11 vous voulez, nous le pcrineztre nous, icons--. avk c- vous Jacmel. Je ne vis pas d'inccn,.-."MMr a ce que ces hommes
Jacm'l appeloit dans fon fein v. vind'ent avec mol en chemin nous fiipts une petite h +e it la Brmli*. La" vin nu-devant je nous la garde nation-111-1. de Jacmel 11 &- un &tachement de la gendarnv-,rie na-ionale. Les chcfs de cettv- upe nous. direct qu'ils avoient ordn Xlilzerti:,A'acc s de I.cmel 'a tous les honu-nes arm s autre-, au'eux.- Je rQTtyndi:qz e cet ordre pouvoit exifter POUr les ttan,n-rs out les li Jbitalls dune-parodfi lhnllt'l' de la
rocli-ine ne ,Lyoient pas en, er fur le territoire tt Wurs voitins 'mais cZ3 heintle s ajoutai-je Ile N lus f Onr F(int errangerS As font, de vorre garde national; un crd- -! les appelle a Jacniel que. inconvenient v aunJ,-,. qu.1 y Aafi*ent avec i"nei pttitque fans moi As 0!", le clr'-'it (I t eDtr--r Sont-ils plus 'avec tric i quc i,,,ns i (-n
me r pondit qu'il etcut impollible d'onr--Pai,,Ir k; orC"r,23
Sur-II- cl-,-amp j'v--vrl, R-i un couri i -c' ]It,--' de Jacmel. Je Itii 6cl:-Ivis, un 4ovt de zi*" '
int far i pi ni vluml ni, encre. La n. 7.i-& in-i" c, ayon n ayz itN!
4ie r&-ond c17, e rr o f b I c qtc c- c e s h Q n 111 ICS V j: 1






rn,4 fuite. Je d hbc raiun moment fur cetre r6ponfe fingah re ck- je dis \.4 je perfifte a eniniener s chorines zkvec rnoi je m'exl)ot'e a en,gager tine rixt ejitr& :; blanc-, &- les gns de couleur ": je nwrendi rfiponfabk I,,_rwcrs ft-n rautre des p,ir-ii des e;tnTnICIIs qui peuvent e1i YtA uj.C;. Je me d&ermind alors, 'a rebrouller choillin, LS i rciivo, -er un temf I heuieux & un moment plus favorabh Fex'ccu 6011
sf us -ietit de Jaciawl.
de a coi du 4'avri, LIZAIS Farrondiflen
Dans le qvarii ,r de LL 'a Jt rt inle-. voici
comme la loi A" 4 W f I avOit _ute ex A la Ca* i-,.i
plutieurs ci-otcris & violent eto chalks & kLrs
proprieties, aink que leursnc*gres. Quand nous funv-s ivrivu-s dans la colonie nous re nie des p: titiclns deces honinies de coulur pour Ctre rC'iiv-e ges dans leuri pufl_ fficiis r tablir 1.urs nvgr .s.. Neus; rLiondinic-s aces cito,,,enq'- L'un d', nous va bien-tot fe tranfporit:r dans I& fud ; A fera dywr
Ciaqi n : J'al un-I iijotion d'Ordre 'a faice. On 6erche nover la d.-Aiv3 Lics InLilens qu'll eft 'mainteii-ait
in rile de, rapporte.. 1.1 "a-6-It de fiavoir 11 'a F poque du z-7'
Ja loi Ju 4 avril 6toit e,.U'cut e dans la celonie, On -. ous .P rle de faks alufrieur-,. Cet:x relarifs 'a Jacmel font du niols de dLernbre: lorf 4ye' iipws en ferns -a cette qroque nous irons ce, qui s'eft a Jacmel & a Jt_:rC'MIQ I ) Oil
fera toiinc' d Feflronrcri _, zv"cIL_,euvPe onen iMpoic Ici. JO dernanJe qa on rttablilK li quo ,I )h. 11 'S agit ciel-avoir Ii
r6poque du 27 rnai la Ici du 4 a -ril 6toit exkut'o.
Polverel : 041 les cl-ovens colons pret'CrIvEnt non-f ulement fordre de L dif'cu fllion mais pie tracent encore celul de ma jufflification, 'e 11'ni qu "I 1--rcft nter ina t .-e ... faut favor ti avant- notre arrive -,! la loi du 4 avril etolt Cut6e.
Je prove que non-fevhment elle iie re'toit pas notre, arriv e mais qu'eIIL ne feroit pas encore long-reinps apr s uk qu'clle no I'a jamais &6 dans le quarter do, ItGvaad,1, S, de R: 6mie. VoIla c2 que je, prove fi j'y
parvLii-, pour des- temps poili_'-rieurs a iiotre arriv e, certat11 MINtit je le prpuve pour dcs.-tenips ant rieurs cette atrl-, Ce. Je continue donc le recit q,4c- j'al" commenc6 ; je ne trai plas loag. J,2 parlors dcs pzopri6zair, s de couleur' de la
rc Mel.






Cain I iitte qii on aVoit chafis de chez eux-; qui nous deniandc&:nt tre ruinte6r6s daus I-ars proprieties. Nous diff ram,,,s J,_ Itatuer' j ifqu'anotre &part pwar-le fud. Ailhaud avoit tZ pour y afler rn;,v & A reviar en France y
allai fa place. Arriv'& dans cette parties les- proprietaires nno ayel r ,nt Icurs petitions ; je les r,- nvoyai 'I I-L commiflion imerni dlaire craignanf toujoursde comj_-,rdinettre I'au-Ca commifiion in, ediaire ptend un arrv^t6 qui oNdonne qu: Ls wu Cns I.-ront rti. fi' s &I!S lears propri6tes auc n' r v ii relablis. Le ccne24(,a* 'imtte am te -la ue eull on dcla commiffiun -M-arn dlalfo nl p_ m V*-,ro & n-, f ra pas ext' cutc'e, En ILOnt'_.- U' nce cc s I Omm --s funt revenues a moi pour me deun o-dre. Dans c, rnomtjit arrive uil troiLm.- fair,
arl qui m convainquit de rinu 'ht de
dont je vais p. ,:r & tl
donner cet or-It,?. Vous -en jUgerCZ VGUS-MLMCSckoyens je n, poavols lll e le prmettrl- LS circonibnces a
moms d',-xpol r I'autorite' xiationaL une d6lufien 6vidente. 11 ne rn'eft pas potilble r6pondis-je au-x pcdtionnwres, de vous accord-r, dans ce, mornmt fordn- que vous demandt:z. 11 d cndra d--s infun s qtie nous prmdrons pour r tablir I'autorit6 natioi)al, dans
Cv.,11"'n : TWO11r,"'re _q U'll eft Ull al claircir avant tout.
"IV I t ks colonies ko, _-nt dans aa -tat flo11 faut l' o'r fi en c 11
riffallt -t I'Uriv6--2 d commitlaires' (ils.
Polverel : Tl ii'a pas encore kt' quefficli de ce fair.
Le pr4id nt ;Ct-ft b premi-v fait qu'ont pof les ClMyells CCIUl (ILI-2 tu as Jiiclit& CIt LI
1. men: ;--e b la c._,nz,:ijzcw : Je demand que les d.? la commillion ai,!nt fieuL ici le droit de faire d-s motions.
Le r,-e iiclent TI m-2 female que le Pa e avoit commence 'par &ablir que la colonies koi: daiis un &tat floritfant avant larrivLJe PolveTd tk Soudionax, & que Ja loi.du'4 avril y (-2 Cutec.
Bn7h'ev _Fft-il q,. e(hon de proin-er wic ra lui d" 4 avril e oiz -qur,-n- qtl'elk pouvoit i'e'tre avant 1"Itriv6e
I T) I 6z Smitbu- _x ou de prouver que I'affembl e
C01011i'ale Ioir la difpofititon d: : la faire cx cutc.







Ya6mbl6e colonial 6roir-waiment la reunion des cltoveiu des colonies,, &C.
Le -reprifentant die peyvle Lecointe (des Dr, v-Sevres
'Les r4les d'une ditiuilion quelconque ne 'doWelit fortir qHe- des ificulpations fates &- des p,;Lces &pof es. Eh bien! on dir:- I'kat de la' colon'eeft a,61aell-ment rr s-d&a I I %- ftreux
fe at dela colonies e-iolt el--,riffant avant I'arriy e de's commiCfaucs;japreuve de cette atlerzion, c'eft la letue de-Rorm-iw. Voil le pre. kr point &,AAFcirLe fec3iid poin, tit que L, loi &14 avrll t?,-ol- en-i remlelit vx6cut e, & que, a-,aut- farrivee Cles. celnu;iffaires
civils I'afi'enibke coliniale aVoir Pris des arrk?te: telidans 'a I j execution de, cette loi ; voiU deux- falts aflegti, s atixqji--Is Polverel rkpond & ici ce n'dt point Fopiniou dim homme qui rk' gle la difcu,11,-,n nials Ies faits;- it ine female que le Otoven v ell rentr.-'-.
Polverel : 11 ne 'iae -lus -arl-?r'qvc du quariLU ciJ&&mie. A la fin do ier ou coinmencc.nuit d r
.179J deux cent cinquante cito, d- coul,--r homin't's
fernmes enfans ont & forcCs d' iw-- f, I Or-r IJtIjt[Cf
le-ur's pa +Iffe3 par la FIh*t:* J t I- a)-- -, & 5 lo ils viennent aux Ca--es, o) fi6geoit Yautoritc mai, -iiale, ill y viennent demand r protection centre cot a&,e d'opprtllion ,dont ils eroimz vidimes. Je n",avois pas de grand uioyms aupf s de la collinlihiie*de Jerellik car ellu, :-ol la de Ia* colonie-qui n1avoit jzim ais voillu correlpomire av -c lt 3 Cbminif-faires naw*nalux, liati, pas. ivume rour1cur acct'i'--r Ia exception de!; lons, des a&--s qui lul avdient f 11VO-V 0. Je fus donc- oblige ren-dre un biais, d'a-II: par V4,)Ie tj
li ggociation p ;,,r ni7 pas compronicure Faarorl-c nazionaJo. je fis inviter la nianl, irihte des Cayes a number des comMill'aires concillateurs., I.-s r'nvover, a JerLme P'xjr goJ ?r la paix, entre les blanco: & res hollinies do coulel't i J engage le cominand.-titde ]a province nommer un omin,! ,de i*a confidence & de la mienne Pour fe joiner: zmx- C61-11mitraires n gociatlmu J2 h iii u n icipa' lite' des J,: don, iiai-des ce comaih ir n-.'h-,!ire
en ni rnc-tcnnps f' :rivis la conmuine de J r6niie -11le jettre dans laqueilc- je u.ppelai tom Ics torts qu'clle avoir, eus.7 les pr;,uves nua interrun-ipu, s qu'Ju en avoit aoiai es'
C





36
is 4ve les corn'PiEkes civil. 'roient dalis ]a xolob'ie,
tachai de la ramener a refprit, national les principles
dob&lffance du*e aux auforit s nationals. Terittai rz'nf-uite'
dans la' di(cLiffion de racle. rdatif aux hollltljes -de couleur
.ageai a rent
je Fen, i -' r6r a leur-6-ard dans IC-S difpolitions
favorables- de la loi da 4 avril 'a recevoir ces. homes de coulear a Jes faire pr6fiter des avantages que le'ur I -is, les homdonnuitcetteloi. Les ii ,,,ociatetirs-ner lr.ii'i:entp
mes de ouleur continue rent Xc tre, exile's de leur patrie. 11s; k f-ont probablement 'ricore. A' m'on d6pirt 'a ma ccR_i1ohl'ance., les trois quarts au moins tuGnt encore hoU,de leur patrie,,& quanfils eufl nt ru y -rentrerdep4s que 49 les Anflais fe foUt rcnd'-s maizres de cette parties de la coJortie, ils 6toient xtop b611s patriots Four profited" de ce'tte fiicili alo? J&r mic a tolljours perf&v& les
Mais-jufqLi' -S
tenir dans 1'exil; voila' que! t*toit F. fprit des di&rciis par'tis;
de 1,1 colonie far I ex & :Lirioii de la oi du 4 a'vrilSi I'm veut fe rz ,randt r par -61 e coloDiale je deihande qu'll f-,it fait fct ure de Farre't6 4U 17
I ,qi. -par lteM-l elle a ett I'air Xcceptcr ha loi- du 4
avril. Je dL2man-JL,a_1111i le1ure dt 1'arr t du I i am'tt fuivant,
par Jequel, paiweillalir rec-evoir I 4alit de Jr ts I *
01 es citoyens
dc: couleur &- ks homes libres elle limitoit le nombre &
';port 1 ous leftluels ils y feroient re us i voix cot fuli, -'
tive IeA nieiv.
Voil les deux.arr t6s dans lefquels la cornmhEoii trouvera le vcrizable efFrit de-faflemWe colonial dans 1'air t fur- tout -Liu z; rn"I, par lequd -elle --:, paru. accepter la loi
du4 avr"
Sowhonax: S'A Cuffifoit, our aonner de veritable lumio'res
fur I'C'tat de troAk:s ou Se'tranquillit& de la colonies au
morntnt de I'arrivee'de la loi du 4 avril ; s'A fuffifbir
domfor des xenfeigncmetfs fm les v6ritables'niten-rion's de Faff a6 'I f' flifoir do pro
r ibke*coloiuale & ur fes les; s'i u uver que
Lt 10i dU, 4 avril na jamais && exCcutv*..e, je ine bornerois, comme mon coNsue viont dJ le faire -a vous rappeler.rarret6 de cette afl*cmble'e du z wal; je dirols. que cet arrete
toit- une 'Injurle filite la Ici du 4 avril un, reflis formel.de
Fex cuter do bonne, grace dans toute la fincftit de ,6rita les patriots j je dirois qu-,,,s Four cet arrete C111 _Z7 rual





7
dvCre:- Zaccufatioti p4r Ja Fonw-nnom 11ationale qtte le 6 cond chef d'accufation povt- centre BlancheLmde J'avoir approve Tarr t de 1'afkmWe-colo"
niale fur la PV telidUe acc, ptation de lalol da 4 avril. Te dirois de plus qvf, blen Lin due les: colons bla'fics ou patriots, puilqtzopatriotes fl va ai--mr ac ept& dans la linc i:46 & Itur owur 14 10i JLt 4 avril dans ies deniers temps de llexhqence'de talle'nibLe coloqild-- on a va les troubt:-s'-fe unouv ler aa Cap; depuis cette acceptation 0 1i a fulfill les liollimes du' 4 avril conirn,- &s b&tes fauves 3 je dirois. quon Its termite en rifoii dans U, Ue F.,b--4ri:e & 'a borA d'un batcaa bils la rade a C ,-p ; je Irais, q ua Rr&vnie on Lmr avoitinocul la pel !w .V&role ni.- -iJi peffiienzielle dans ces climars, Fowr'&truire ut4u a Fefp ce; je chruis que c I eft pr cif ment dxis'le moInent de Farrivee de L' l6i dU 4 a-,frll, dans les deniers inf-k la coi noit" nce de c,tte loi 'c
tans 3 t qu n -I vu les noyades.,
icipale nidis de
1 -s batea.,x tutipape invc-nt6s dalls les Prir Saint-T)g"Ilingue I ',!-'.norar Went on port de Wx ou' l'on tenol t les lrc III mes, A e cou letif 'en prh n; je dirois que, la'n-IL:ne cho'f'e a Lt': prauqu t a, Je'remie, trois inois ayvus 1'ac&ptatiou de la loi-da 4avril':oll fu!1lloi,1'd'jjSl,-s rucs 1,Aonimts de coule-ur comme des b tes fituves. Et 11 cola ne fuflit pas,, je ditA que Farr te' da z7 indi kolt 6 criminal quo Blancliclande a te d,:c;-&t& d'accufation pour cer arret6. D filut donner une veritable i&e ..duiiner tie v ritables- renfeign, mens fur Fetat d- la colonize car le mal. vicntde plus loin
-le inal ii a pas precfz de de quIelques jdurs" Ou de quelques mois rar-ivc'e de1a loid-a 4 avril; le tnal'viclit de 1'aflenible'e de Saint-marc ; ic m-I vient de FaIK i ble e qui I'a f'U1vie le mal*lent Je Fafficn-1ke colonial quia at ore' la c0cardle noire. .
Thomas Miller : Je dcmande a&-- d, It dMaration,
Brulley J, deman& icte-de tour 1-- refte -, car, un tiffill de ment-Ouges.
Sonthonay : Certe cocarde noire a L tr 'an5forin&e en &harpe n(Alre f'Ous les prttex-rcs les plus vka 11'1 L ridicules. Le m-al'vieni de ce que 1'ail' 'nlbltee de Saint-Alarc en le cotiftimint a conymenc par bril f totis les liens qui unifi'ent Saint-Domingue la Al tropole. Le inal vient de ce qu elle a comineiic6 par liceiickx les troupes de ligne def-






t r.'Ies agem la
u. France, fe declarer ind6poadante*
par fbn ckcrpr dti 28 mai. 1-790; df Ce cue, pbur arraquer direOement les izoyens du avril, a dtclar6 la fufpenfi6 de YaffianchiWem'ent'des enclaves d.Ins la colonle afin 4e tarir la force du bien' ue devolt yp r r la liberty. te r4l vient de ce qae cette Nembke de Saint-Marc apre's tr4 venue ici I la' fuite de I'aff mbke conflituatite ce que ;e pr I ouverai par les a6Lcs qui repofent &ns les archives; aprts avoir recu. une ef ptke d. aniniffie aj$r s We rerournee %ians les colonies, -a con-.-nu6 fur-les w8mes erre mens qu'elle avoit cvnirncnc Le mal vient de 'e qu'i ]a mouvelle du dectet du' i i mai, loin de vouloir exkuter ce itcret, on s eft r6vni enafimble"e coluj.iale ur repo,,,11 r li sjprincipcs dc Nl trorol Ce clue, lors del,
la le le in-I viem a preiniv,re inf'urix 6ciion & 1791- 3 blen lohi d'avoir averti la France de' cette infurret'_'Xdon, CoMme Ii on avoit pris plaifir foi1 3, a crier d,.?s embarras pou): appeler les ari Jlo.:ze- 6-ranlr res; fe mA vjent, de ce qu'aptc*s avoir mis un ennbar4D de pr s de --7 j. uts fur les franc.-ds I'affembIJO colonial wmrLnf_- toute correfrondance avE'c la M
--o -niflaires dire.5 Lats-Unis
tropok en, -,a kl 2 com tfIrVf'_'It aux
XAmei-,qL- ;' de ce qv., cecte a0ei,nblr'e tu Cn-voya. a JamaYque E cour-d'An"Icterre cc aux principaux etats de
YfEuropp poui fc,11ner Ie toclin centre ]a France lui onlew.r 2- p] s de ,es poffeffions coloni_Ics. Le mat
-h n- e 'S ptfatione Jes princ.,gaux officials
du coz,)werc,,, telld.m.tes t'aire Ifeverl'embargo fur
Es navire3 iranais,, p_.ndant que cet embargo V6tcit J6ja. I*Ur les cc qw m I rroit a nicAne rAmdem.
Terre &L--p- I'nI'L-ruitcy,!ut6t qu2 la France & la cataffirophe artiv'c Lun L da Nord, "af'rnbl'-: ccloniale d6clara par trO's fols qu il n'-; -avoit lieu t d lib"rer lur la p6tition da commerce franca'is : .'ii refd-a 'ClavoVer U11 avitco
Ce lie fiat cju'apr s qua to-us tes Im"erca's & tous lesvflici-:i s des navies francai's qui 6toil nt daiis I-a rade pre's 4Q 51"umer vinrent en rroup pour la fomi-ner d'envoyer unavill-o, quo, con-mie je Nid6jg dift,,on I'obrhitapr strenteML
cy. jutirs d'eirbargo. Le mal vi mt de ce que ccac afre -lie
c qu CMIt CI aftach6e aUx rincip-s du ggo iverneI MOUrCLI'e JC 1:4-r[& 4e .!',4g2jif'






a arrEt& que les imprimetir s ks cclporf urs les d0iibtiteurs d'ouvxages concernan-1- ja r volurion frwi aitie, firol(St trait s cQmmz pemirbatou-.s, & incendlizdccs publics. Ceft ainit quIls 6toiefit panii4ns des princIP0, fran5ais; c'eft ainh que la libart6 & I igaliz6 6toient dans leurs C rurs. Quoi 1. ils repouffdient les- ncipes fran ais au point de ne pas -vouloir lailrer circuler 1'es ecrits qui parloic-tir de hbert & de 16S fi re 1*2iftir! C'eft alurs quIls invent U:Ilt Les cummaaives de rade, ces Inquifitious des homes attache's aux rrincipes coloaiaux., pour incarcerer tous les Fran-ais qui arOverment .avec des principles libres & un vccu pr-,noncc eil faveur'de la loi du 4 avrfil. Le mal vien-, ncn-'f ulement du m& de cetm loi, mais encore de cette lutte cor"itindelle' des atfemWes kgiffative & colonial. 11 mirft im )Wible dans cc inoment de pr cifer davantage- les r punl'es cue je vi-ens, dz faire; je crois que daRs les d bazs elles fui&fmt pour vous 6claiter fur f6cat de la colonie.-Mais comme il ne fuffir pas 4'alliguer qu'il faut prouver ce qu'on advance Je me refelrve de mettre, les pi6 es fous vos- veux;, mais iie les pas!, n I ayant pas pn vu les accufanc ms j-e volls-lupplie Jle m I accorder Uin ielai quclconque pour me les urocurcr vous faire un ricit h1fla-zlque & ce qui "Ju" afiL; dats la F ;I
avri.., *%
colonies depuis 1799 'jv.qu a arrI-O'c Ou 4 1 0
Polverel : Le dernie.- fak'qiu alh,,DBI dans Ls colonies L-3 bones difpofitions des colons Hancs enters ks cito ns do couleur, c eft I'C'Venemelit du r4 jifille'r I, L, vil!e 21es blanco proffient d a ceremonae, des Cayes. Ce jour7l' I
Our maflacrer des ci*toyens de couleur I plufieurs coups de PlAolet & d;- fufil font tire's fur les chei & ces cito--en,-:
A
plu(ieurs coups pa!izent de Jif&rens cbt ; : la ville eft armue en.ikux Partis: Ad ciroyens de couleur 1 'redrent ; ators ic candE - la mouf4aeterie grondent de toLltes parts. Et voila" les t6moignag, &amme qu.-- les colons blancs donnoienta-ox hgnimes de couleux, & la -rret ve de rub iffance que I'un avoit ppur la loi du 4 avr'l
-VerneLS-: Ce fent toujours les pj ,ces qui nous a Ul'ut quand n6us parlon j nous. Ce qu'a di- withon L U11
men6onge ; cc qu'a dit Polverel en eft un autre.
11 VOUS a dit qu. la loi da 4 avrit n'c' oit p6int accePtce: ch blen! jQ vats -Yous Prouver, plar -uue leftfe XLM de, fis

A





4P
agens au,- min-illre de la marine, dont la C o-nvention a orionne' l'imprellion, que cette loi a ete, exc'cute'e.
Lettre de M. Lc orgne, fecretzire de la c mmifzo national.
civife da t, e du CT le j u i Ilet 17 9 z adiefie 1 Al'. Ic
17anytre de la aarilic 6 des 'coloines.
,-La vill- du Can, qui ell le centre de routes tes opeVaI
tions, & qui a ere'.-)u I I des d; I ordes Par le s rnencts
de coloni-- --de' certain members, ne pretense
y1u 4-111, ICS-'UOIS co"lleurs, qu'un raflemblemen- de fr res al S f- pout faire renaltre de-fes cendres
]a partlv 'iU 'N-U d ii walfieuretiA e, b4lgtiee de faiig'& tbuillee
do ZOLIS L s f-'r .dts coamlis par les brigands.
C'tfir a 1-i federa-Aijti du qui s'oft faite dans
cett ville, 'que Fen a vu, tout ce que pour I'amour des lois
de -1a pa, rie flir Jvs occurs franc as.
L 1,e i )iir les gardt s ji-rionale3s dorlOxent un repas frugal
aux ciEwvens d,;. coulur, I L'L ,S 1i aux troupes de ligne.
Ccae fi:te, ml -)ur L e
Fr,2mi; re fois l'orl vit r'unis aux E bALm:c; des hw-nt.;f-squi en. IVCI'llt cft fepar s depuis un ELJ, f a,, L-.n,! blarricre Qij,2 Yon crolvoir impollible de franchir., ef" Uzi C' en-;flAellt aulli PJL17 11-.S Fral;lcais que celari
du 14 MIL-A 17S9 I OU' S'LCj:,'-'UIa le trk"ne dii deipotitilie.
r
f :i' -L la rricIlle- c ,oque, Forgueil'&,h pl 6juge Olit 6t alic".11t1s; fegallte cette ptcro re vertu civique parut effacer 1411qu'aux nuances ete h couleur de la peauqui
diftinguoir 1---' op-rell ur5 des op ,riii ts, & ]a fvateriiit
aoutj'a 'Louwi k s haiin-s routes les ven-eances.
Sailln'tIll- Vec elil'orefit;!rnent ( es moments &1icieux d'enthoullafille clig tgeai'l-S Cito -enS deL couleur i-remdre cette f te akii de fo rdher de plus'en Plus, ces. fvntimensd'union far do fkt L ;quenb rapprocheniens. Cette- feconde f te patriotique' eut Jlc-U to 10; Lt Zoilhance fat plus I intiniede &-ux co^,t:s, & les- citoyeiis des truls couleurs fe corifoudant 6ifernb.le, fe' confoloi iir de leurs inallieurs pqfr s Ile f-ulgcwen
qu its n.:p-tter pour vcnir au. ft cours de la Pattie ell 111i ILI L- ill
It 1JULIN'eau.
juraw- I I ..A fidclit6.& I'attachement le P s v ulab1c.
Anifd quvacelte Xacclifer Ic p uple des colonies. &- de le
calumnier cil itnput='t 'a fun averauli, pu a les honuue de





41
couleur Jes mawz d- laculunie.'Quandle peupl& deft -pas trO1110C, "I eft toujuurs It prernier 'a donnec-,_Jans tous leg P tvs 1'exemple de touts les vertus civiques deToMfl fallCe aU.X 1,1S. Ceux-cai murraurew iujourd'hui de Cemi g;lfiw P._ Ikique cts itupoileurs qui s I arro-g- 2oienr .1c mae periiAe Sell ctrtf, k-s prorechurs. Et qucls, fon, ces.hom'p .Cs hS emi'llits dt la coiiffitiltion, de lz Ooire d-i bull!.WM de leur attic. Its mettem-wut ell uloge pour oftrer vne feconde iecovtl en fOuil"ant les uns & ell es autres.
Gelt pburquoi'il eft bieii important qu'il nous arrive promptement un g6n&ral connu par 1'6n atrac4niellt a la Fnuice: & aux v&ritables principes!- & des troupe's pamotiquos pour donner Fopinioll publique un mouvernept'uniforme' & faivi. Avec' ces fecours -iious triompherons des eilnelmis .de 1'empire fran ais les colonies que Yon a voulu mettre 6 danger, poiir perdre la France, pourront, rar fon coi-imcrce, concourir aux- d penf s & la 6uerze.
D ja les citoyens de "ouleur d c,,Ue Ville de la: rrovince, quoique bion illaltievrtux pLilom'ils ont pylque rous i
perdu leurs jraprie'tc- S fe a w.-Yir une fout'criptioll
patriotique poor en'oftir le montant -a I'Mlembke i3ationale comme un honunaze de leur pour les bienfaifs
'*Is en oiit recus ell I r dommat te ritre glorieux de citoy us fiuncais. i leur d i etoir pas nePrLei,-u ans I'le 1,;
Ceii-aire" 11s"auroi-ent bientk traverf les niers pour all,r combattre Fouleiiii dela -patrie.
Les n "Ires rtvolte's, -font iomrlitfie ment, de noul,,elles atmques; oil lQs travailte avec une ardeur inmicevablp'Four les entret-mir daii s la r volte & les, forfidit8 ; on en vtdt des pretives paf les p*enrioils 6toamantes qu'ils r da ment, &,av, quells oil Ies,a ilicii6s par 1-1 f duc ion, & P-rce qu eillin its voieut qu on lie les a pas attaqu s depuis que nous avons recu des troupes d6 ligne, & oil leur a f4t entc-ndre que le 'nic rle project qui lz: a arrn s.fubfffle la nation a etwovees cciillte elli%. Cil't- les forces qve 1,
1. 'd 1jer
e-rhonzy : Yobi-erve que Ia Icttre ell, a _-q jui
q-.ie c el., 14 ao& qu.'on a ful-11' Ls -6-o-2lis de co; a I e -1 qui Cruient dans File.
Verneuil : Sonthommc vous a Eut UIIQ king-jo CnilMellZioll ies'-fdis. Eh biel.4 Ices fafts unt aut apt dt 111elifoliges C"Cit





41
fbornme le plus Lux de la nature; ea. voi ci ]a preuve :(I
Sonthonax ) connoiffiez-vous cettc -proclamation?
(It la reinet au pr4fident.

Pm amation de Polverel th conzmzS ires civil
aite au, Cap le iz oPobre 1792,

AU NOM DE LA 'NATION.
Nous, Etiennei Polverd Le'ger-Ulicite' Sonthonax, Jean Anto'ine Ailhaudcommillaires nationaux civilsd6legue's auxiles fraii ahies &Am6riqu 60us le vent pgur y &ablir
- la tranqufflit publiqueYurdrc 31
Au. homes libres de la partieffancpife de Sairit-Dovming?_!c, a tous les volontaires. nationa'ux, Xoldats de la garde vationale troupes del ligne =ttelots employes, dans..
1'e'xp ditkjn.
C I TO Y EN S,
fornmes- us. U, fur-ur voas agite? dan' quel
0 u no que"
-3 noer? Leimenli ell "a vos abvnie de mau-. ailez-vous vjvv 19
ortes ; vos. cbmnps ,.bltaLjns fon-, de'vores par
Fincendie; le faii- de vcs frtre- 'go-g25 Crie vengean._-e, &
-ous reflex on proie-5 la dif'or le aux dhivntions Civiles, conlnl nit Iy e.,Iateurs indiGrei .- zmit
vc;u ; pretvrer 2.ternels d&ats Xopiniu is ata devoir invperiewx pour vous J'arrach,7r I.-s derniers- lanit-ea-ax de' SaintDumingue aux bi 1 anls qtii veukii- f les parra ger?
Non il netc plas qzi'vM Moveil de fauver la Aofe publique, c'eft d'abi ur r toute oft-Lce de querelle & d haine pvrtonnelle4 de Vol-, irlnchenicnt auteur des luis &
do Zecouter que li&urs or ;anes.
1r alfe pour venir p-Lci izr Dd.gucs-par Ia. nati,)n '- inc 1k, ce, to nt.allieureulk? coliti:6,? 11CUS II'dvons pas
ibffi --tilres ni rnL'ino des p6hl ; d'une pareil1e entrepi7if"e. 1_)vy
-nis aux c* 4s militaires la. d4ofi:.i _,n d 1, ii -us avons rei fl- P I
force arme-_ it nou, j:L- tie un, tlichoa remplir; c,11-1 d'e: 6cuter I.-s lois Ls 'a-vril dernicris 3 cJe' ole dcnm:r
Ia c Q







L






,enfln.de Ia Lire- jodir du bienfaii de ]a re'gin6ratiorrfr,-1nqaire par Ia nomination de fies d6put6s 'a Ia Convention na'donale.
Si- nou s avons difir6 cette grande 6pe'rgtion c etoit uniquemeint pour preparer les ef rits Ni3ion ]a paix
dans les alrembi6es primairg, c'6toit 4fix d'ufier le p r jug6 avanr de le mettre en pr6fence de Ia. Joi. Nous- I avons fbuI6
-Mpleds fan'' mLagenient; puiffie Pinte'r& public engtger
les colons qiarolxr i r no's traces #
Le prernier pas faire vers le gotivernement poputaire c Ia foriuation des inunicipalites routes celles qui no,, font Tas conflita6es 1clon Ia loi du 4 awil doivent kre chan('Yhes.
L'urgence de'la Convention narionale de France nous forcu -a ordonner Ia nomination des dix-huit dkputes affed s "a Ia colonie de Saint-Domingue A fans attendre Ia format-ion de coloniale,
) j 'f v
le -cs repre entans rr ifoires- de Ia colorkic ayant -reconnu ar in competence pour faire la.repartitioj,.ideces.d putes, nous en laiii'Vrons le foin Ia comi-niffion interm6diairL, 1111 adi-niniftrera Ia t9lonie /ans fintervalle de Ia dill'olution. He Vaffembl e aduelle I'it4allation de Ii r.ouvelle. Cette corninitEon interm,- -".,aire com-of6e de citovens I'ails dlftiik- on de couleur, c-11 I'Unioul? MoYea d'accotrf-r Ia Recetrx2' Xavw wie r ,prei station co'loni---Ie avec l1nt r6t d'un people qui, i en guerre -1'tvPx--fes enclaves, ne fauto'i.t volr le lair de s'oc11jer ,- Ufflons Politiques.-Citovtn-is, le iciour des carries I -Jes: La pai-, feuL 1,
t PC Pre aux inflitutions focia I ourra
Ili ro'pl
vous d wer de bolines lois.
P ns ces circonftances I Cis a ffmble'es pro'vifoires doiirent f ire p ate aux nouvolles. Depuis Ia loi dti 4 avril elles ne ftpM ,ivent plus Ia colonies ; Alt,3 font fwis cN et dans leut travail puilq e,- reuni, S pour prcpar --r Ia conflitation -coloiUe ne ptjuvent pfip pT&- i Ia m6tropoL U11
Atil 'e Vurdv, rfa -. des VCH j" fLlf- an, U1 ii'vii pas
Gt-k done ftlul---nivfit 'a (les comfi :rations Xinterc't PUbliC aL X pEj lCip-S d--2 1,1 &, J jn. -n-0tifs dt On*rale qu- doir c 4._r Vex', ence -d-s corps
popullire,; duels.
INVIIS les remercioni au. nom de Ia nation franca,ce,
toij je t is qu'As font dQl)ne's pur mairtenir





A Aw
p,;H1q-e dqj.7 publication de Id 16i du
INTous r,_rnercions lur-rout cette afrembl'e oloniah qui parde prej ise qu'clle a trop long-temps partlagt fans doute avt c les comniettans I rl' t futavent, eu d uutres torts qut! ceux du p, itifm%? qwentr, arric -unce quelquefois dans
ae fatiflus nitt'urLs yar le torrent irrefiffible des agitationspopul. O'r :s ii'a du tes 6,art rn*_- ns- pair-Lgers qu';!, fa haltle 1117
i'_'Ur [_--s trails & la t'.-i.anme.
Un fk:ul d, f :i aftes dep'tas qut la loi du 4' avril eft
-onn n-.,_ rit-_ norre ccrifuR1,; c'ell Con arr O du z ei17
qLn c"icern-_ Its i-no-ii pr cU-ilt I
fs qU C e dif ofit*f. On,
a femble V 111,2rtre en dout l.__s pouvoirs de Faff'emble'e iiarionaw du roi par rapport au droit de ftatuer fur 1'e'"lat des couL-ur le. doute vknt- d'une erreur fon-'
hir la narore' du d_-'crer du Z-4 feptembre 1791. 'A"
On pubile qu z -ce d6cr,-,t tit contliturionnel (R- crendaiit, I'Ademblue itatiowtilt! plus conaltuanre a'4 oqOe O'
11 a e-C r._ ndu. jo irs aup-travarit elle avolt d6clare
4que la Cunfliturion achc!vee elle 6toit de-venne firriple
L &illaturt ; elle ii'avoit dotic Plus L droit de rendre dos JdI2 turi_"nilels. 1? fiort &s
cruts conffi Qa'o ne diie pas que
'If Oprictes niobillairts Colons ile repoie pas- fur le d6cret U z4 (_tlui du i mai pr& dent eft le teLf
coniti!--utionn-1 parce qu'll a et6 renda dails, tlcj -Ipl'i Oil 1'aff mb'we avoit encore les pouvoirs flkel_fures pour itatu ,rcc)liti-itu-i -iiiiieilcnieiit.
D.- ct _* I dMare corni-De artich,
qu j auc';'weL A.- 0i J'i,- Petar des FerZ)74zes non fibres a v f: i, le etirtu h',-- 1L:t;t'pour les Allon'
72e Lt te ia; les ug.,
Jv- demarj j rrnel,'e' j1pontai.ee des qtj mbldes colonzales.
I Volh le pal4liunl dcs pre'rogziv;-'s des coloils ; voill
h bafe &s rajp'orts elk-itiels qui uniflenr la colonies 'a la

Le Cv w-.nlifaires nationaux civil aprcss en avoir murment Ont ordorint & donnetit ce qui filit
A R T I C L E P R E 1A I E R
La convcc.-,z'on des aflemblc*es paroiffes dont les
labirai-.3 ne fwit Fas di r,*'s E fft '(;finitiveniont fi;we au





45
Preinwr novernbr, prochain jour anquel les citoyns aclifs s at embleront pour proc,der all renouvellement des nimucipalitc S.
I L
Cells qjj* attront forni "es'prozift)irement-dQpui3 Lt Promulgatlop "- I'C-Ion Ls f de la lui da .,tvfll Ccrunt
,Conferyt cs, fauf Peffet des tvc'aniatioiis kgak,
I I T.
Cltol,-Ms adf 611 IbLszolls lc s homm-s 1*b-,Jprle al uE d*un-j
ages, zf an P r-s,"011CI rS OU a
I
relle profile' d=icilit s dans' la co.OnL deFw*s &-ax am & pay'anr une contribution qu-, L-onqL.
I V.
Seront 6-:dement conflder-- s com,1-11- a6lbfs CJil-ibles les citoyells l1br"S qui g s de z aiis auronr purt les
"I our la &fenie de ]a culonle Ll'fp uis L pr-inier fq-a IS re 1791,


lmm diatement apr*s "inflallation des mvni i 1* 6
coullitutionnelles -le prerni. r, ac e dont. elles s occuperom lera de prendre k viru de leurs communes ur la ,&acceltfrer 011 de difirer la convocation des afl nibl& Is rimatrQs "folt our former 1-afll mbl6e colonial foir pour es nominations des d putis de Ia Conveiition national de Frarice ; elles front parvenir fiur-le-champ leur del lb ration far ce fuj It'aux' comnliffiaires nationaux-civils.
V L

Les-- ninnicipalirk &ja formi 'es, ell exQC11-ion de la 19i dti avril front times 'gale iiV-n-. de rad'embler le premi r november prochain. O.Vens affifs pour prendre Lar
vmu fur les objets &lonc s Gns Yarricle pr c dent & IIZ wanfinettre Ae f4ite au', 'comnliffiaires narionaux-civils.







V, 1 1.
A compter.du jour de ]a notification officiefle je la' Tr6feiite proclamation les Ml xnbf es provinciates du ijord
K du fud le conteit'de paix, & d'uni- n de Saintde I'oueft L 10
C -nie fbna& demeureMarc celtd Xadminiftration de S'r6i ront pprivnes.
V- I--VL

Qzdonrons aux officers -municipaux des fieux ou' ces affcmbkes W confeils tiennent leurs f6ances, d'appofer les fceil s fur, Ics_ papers, & regiftres, Xen faire inventaire, 1equel fera'envoye- aprLs fa clo'ture aux commiffaires nationaux Civils.
I X.

Le jour de la notiFcation de laprc -n-Le pi-oclamation', fallt3i:iWe-coluniale 611raau fcxutin, & 'a lawMjori 6 abfolue des fufiiaf-,es fix de fes niA-n.bres ,lefquel- formeront une corrtmhion intern. diaire avec fix 'ItIties CRO ens 4e Ceux

"I ne font point repref"M&S &ns FAI-mbl6e colonide lefquels leront nomm6 par les commilai1, natiunaux
Civil.
X.
De ces fix members A 61ire deux fleroiit'atiribu6s 'a la I Province du N6r-d 3 detLx cdEe de I'Oueff, deux 'a celle du Sudl.; les autres front r'partisdans la m ine proportion.
L
Lesfonftiong des com.rhiffaires interm6diaires front 1'. de fuveilier rex6cution des arr t6s de'l'affembl6e coloniale- daiis la parties de's finances & de I'adminifIration
0 A
-2 de conn tte 4,es conteftations fur les arr t6s des municipalit6s, & de cafl r ou d'approuver leurs-Mib&ations' 3'. de d6cid'er de, routes les'queftions qui, atucient kt,6 de' la- cornp tence de I'affem &e colonial.







-X 1 1.
L S arcere's dtS commiffaires interme'dia-ires -ne pourront ttre executes Lats I'apprub:tion des conami4faires nationaux ci,;ik.,
X I, I L
liumu*Iatemint aprLs 1' It?,Iion dos fix ommin.,)et ln!erm ,Iiai res I'all*emb! e colonial fera ttnue de fe teparer.
X I V.
-Les officers municilamfx de la vilk- du Cap fit8t aprAi h notification qui-71etir era faire de-la prelente procfamadoll ierom tellw Xap ofer les fcelle's tjr les papers 1, eiitrs de I'afKmH'e colonial d'en faire inventaire & de Y dr'ilfer aux conimiiEircs nationaux civil.
X V.
3 Les archivIII les des aff2t nblQes colony ile &- provincials &-des aurres corps aclinird: razzifs fupp iiu6s 6eront prt':pof& i la gard'-des
trdonnons que L prEnte proclamation Era imprim6e, p_61i,_ e & affich6c I ar-tout 'ou' befoin fera.
Mandons aux -corps alminiilrafifs mwiicipalite's & tribun;fux, de faire tranfcrire daus leurs regiftres la pr6enre.
Reqq6rons M. te gouverneur-g6n&al de renir la main I' fon execution en ce qui le--concerne.
FaiE, 4a Cap. le it oclobre 1792. Sign POLV4RFL SONTHONAX -AILIIAUD.
Par MM. les conuilliffaires natiqnauxi civil.
0. F. DELPECH, feCretaire de la comn-iiffion.

Le citoyen Verneuil rr.mer au citoyen pr6fident un atr t6 le la municipality' du Cap dontVA donne lecture & qu*





49
Pixtrait des re tres -des deliberations de la mu;-.ic afire A cap
Seance dLA 3 1 d6cembre.

Le procurer de la commune donne lc&ure da r6quiC I T 0 V F N S3
La 'B publique fran aife vient de proCtire a', jl-m'ais les tliligr s de rowe s les, Clafles & de rous Its ordres eux-m Cmes CIE-' "tir6 furAeurs t tes coupables la fuv6rit,& de la France Ell d &ignant un pardoji qui leur a &6 -fi f'ouven tf'ert,
Ul 1*X1,a!-1e1tnt LM pays qu'ils ne purront plus 16rm2is
leur Patrie eii faifant' cooler le M
fangdes ch vens
CU'lls nolpouven-, plus nornrer leurs fic'res. La R6publiq'ue a Vmiunce vmt pelric gak- centre ceux qui fouillef-oicnt pit
Ur prelclice le tcrrito-re i-ancais, ott qui felroknt pris Its
la m..in- -Qucl fera, le' fort de la plupart
armes a es e1121gres Celui d'erre- juiqui'd ce que la nai, re ( je- ne 6-ai
f lls le remords ) tcrinine leur pkible exiftence Oil qu I on levreux hazard fi:,.e Ieur course v gaboilde ; rejet s par la Fr, ice; m6pritle, Far les autres puillincEs d6m s des moyens nkeffai;:C3 rk ur fubvenir leurs premiers b -I'Oins 'fans honneur' pornn fans vertus leurs elperinces fie tourneront i'ans doute vers les ays lqs plus ooiani s cornme Ies plus favorable 'a catcher teur 11onte %Z., leur indigence.
Depuis loiy-t, mps, Sain.O)Ornillgue ell vegard comme un pays -de reflources & c'eft Ia. rail-oil qu! fait abordeE dam 1,-'L cralonie tan, d'Intrigams 8c de gens fans aveu, auxquels nous pouvons attrib'uer en Partie les nialheurs qui nous accablc r 0 peut donc sattendre a voir relluer ici une part 6s migr6s, ; mais pouvons-nous les recevoir 2 le devons-not s
Nous ne lo -ponvelis pas, parce que Saint Dombig e fait parties do Ia France, & vue Izur profaiption s"rend fur tout, s les terres &J, t L ique.
\(-.us ne Ic dlevohs pas, 11-arceplejtur arriv e dans cette colonic






49
Colonies, eut avoir tin mo-tif que nous demons f4i'peder, celul de eanirlituer a ygrpetuer les troublesrou un but qua nous ne devops pas fou rir, clui Xechap er,,a une peine qu'ils ont juffeincin encourue.
Et q ue, viendpient faire les 6migt6s 'a Saint-Domingue R .Ihler-fur Jeurs proprikes -i -ils n"en ont plus, elles font confifque* es. Solicitor des places elles, font d6volues de dro it aux patriots ? Travailler rendre ce pays floriflant ? ils h7ont pAs voula contribute la fplendeat de celui o' ils &oient employ6s. Non, nous davons befoin ni de militaries traitres ni.de pr tn2s L 11,'Iadaires, ni de magiftrats perjures: la France a jmj_-,rim sur lours fictnts, un sceau de r6probacion qui ne permer pas i leur 6gard la plus kore indufgmce.
Outre les 6migt s, vou,; verrez affluer Saint'-Damingue beaucoup de ceu [ qui, opposes par principles ou in-,6re't I ,]a i volutidn, ji'ont demure juf'qu'a' pr6feut eF France que dans Fefpoir ifun fu c s des art-n6es ewnen-iies qui ameneroir JO ret.jur de Vancien re gi fuccc s qu*ils fe proponent de haker ou de feconder. 11 Mae point de viUe de la R publique qui ne recJe une 4uantx de. ces percurbateurs de la trang r,&ale 5 '1,- leur arri &e f6r ces bords & X-ititant plus dange, :euCe potir nous qu'il,, front porters de palre'ports qui ne nous permettront pas de les diffirguer des a:ttiis de Fordre & de la patrie .mais fi les precautions que vous; avez.a prendre doivent tre rigoureufles' A ne faut pourtant pas impofer des coliditiorLs ou inutiles ou Xune execution. impoffible. Depuis quelque temps on a exi,' caution de la
f art cks arrivals d'Europe ; mais ce clautionnMent eft abfoament illufoire, puifque iien v'Indique les cas ou il ptut tare mis a execution, S- que Xaillcurs la v;_Aeur iiefl p d terwin e. Cette condition renfeime un vice bien plus confeqpent en ce que le caurionnenient fe troupe llqrter f4k les occurs : car., quo caurionne-t-mi que- tel particular ne troublera pas la traiiquillk publique que fvs principles ne font as daiigereux pour la colunie, &c.r peut-on valablenient contfa '[er un engagement de cecte nature dont la. durt 'e ii'tft pas rn me do_iern-An6e 2 peut-on recourir en d,;Jommagk!meiit pef.uniaire centre celui
-i sdl r ndu le ganant Jvs wrtus LI'Lin autte Les lois 411i aUlt 11:. I-Aau k" d2s US eft
f"Me I.,





10
h grande du droit enters, la fc,.A64 le cautionnement pent etre exigible 1, mais dans un cas A46rent, & lorfquIl ne, r6unit pas les trois imonv6niens ci-deffus d6taille's : ne recourez donc qua des mefures" d'une execution facile 4 & tenez rigonfeufement la-_ main a' ce quelles. foient ftrifte'ment
obferv6es.
A ces cafes, je requiers que la municipalit67 arre te que Mute per bnne arriving au Cap reconnue pour avoir
kt hors de la France, au moment oula 'R6publique a rol'
nonce une profcripti,,n gen6rale c ontre tous les 6migr6s ui ne pourra -biei3 'rconftanci ,
prouver, p..r un cong
qu a cwt .poque fa forte des terres, de la Mpublique avoit, Une caufe le'gitirne fera detenue dans les prisons civiles comme eoupable de trahifon, & ayant encourue les pines porteespar le &cretdu,.z3 o6tobre Jernier, i$-.comme tel xenv*e en France, pour y fqbir ton judgment, par le premier Witiment qui mettra. ak Ix voile & zfdreffee 'a ]a
municipality de rc-ndroit ou' le navire doit-aborder.,
Que tout palfager arrivsa ur un ba.iment fran ais, & ne pouvant rep &.wer un. pafie-porr de la municipality' de
rendr 0 I il s ft embarqu&, fera envoy en Fran e,
41 en. attlindatnt leemoment de fon 46part,'&tenu da'ns les
.prifons. civiles s'il ne peut fournir caution 17ofvable de fe repr fenier 'a la municipality lorf u'ellevoudra le fairepartir; cautionnem 10,0
ledi ent derneurant fix6 'a la fomme Ve co liv.
e ible vingt-quatre heures aprcs I'injon6li
x1gi on qui, aura te
faite par le- bureau de police au cautIon d'avoir 'a reprefenter le utionne pour fon enibarquement, s'iI pe ram,
ou ne le fait amener au bureau de -police. lobligadon contrad e ne pouvant cependant Atendre au d1eli 4u terme
4 un mois.
Que dans le cas ou un particular -ioud'4 Qn cautionner un autre qui fera venu faris paffe-port,,il fera. tenti de fitire au -butieatt de surveillance une Lclaution circonftanci6e portatit qu'il fe read caution de la perfonne -d'un
--tel'" 'il scbb,,e de le repr6enter toures les fois qu'il en
fera reqwspnr le bureau de police, pendant fe pace -d'a-i mois & q u' d6faut de repr6fentation du cautionn6 vingtquatr-e heures apre's Ja dernande'qui lui en -aura 6t6 faitei R fe foumet "a payer fans autre d6lai une. fomme de lives.






?2, Que totit Fran ais -irrivant fur up batiment stranger, fera
-tenu de juffilicr de 1'6poqme de fon d6part -de France, ou tout autre lieu fal6nt Parde de la Fratice &-du temps ife f ii fkjour du pays d 0 il fort'. & qu'' &faut -des repr6l ntatlons des palfe-port's qui lui dnt &6 nkekfaires poui' palmer en pays stranger, il en foit*uf& a ,'fon 6gard comme enters ceux dont il vient cl'kre parl6.Que tout capitaine de navire foir firangams ou stranger fera obli-4 de faide fa d6claxatioi redes palfigers
font a fon bord-, dans laquelle mention fea faite..de
Uir nom & ,e leur age, qdil lui fera, d6fendu fous peine
-.4e punition corporelle,; de lailfer defcendre aucun yaffager fans permits de la municipaht6 5 que la meWe penie lera par lui encourue I en -_ cas de' faufi d6claration du nombre des Pall'agers 4u'il aura introduits dans la,.colonie.
Que tous les paffe-ports des nouveaux arrivals feroar Ppot t6s -a' la rn nicipafit6 par le capitaine du Wtiment Ors. de la J6 laradon qu'il viendra y faire i que Jefdits palreports y reftev nt d6p -f6s afin d'obvier aux inconv6niens qui p(iurroient r6fulter &une compLufance dangereufe.
re Que MM. les corniniffaires de radt front mv#6s
doubler, dans la cirewftance, la furveillan s ont
donn6, depuis Icur formation, des preuves multipli6es, qu I ils front tenus de reinettre au. capitaine de cheque bltiment arrmanv an Cap un, exempla-ire de I'arretc_ 'a intelrveAr & &en exiger un re, u afin qu'il n'en pretendecaufe digtmrance, le uct arr'e^t& "a cet effet, fera irftprim6 .affich6 par -tout ou' T-efoin fera, & adreff aux difirente rounicipalit6s de la- coloiaie.'
L6 i, d6cembre f792' Sign' DILAVERGNE.
Sur quoi la mati re mife en d6lib radon le codeil municipd arr te ce-qui fuit:
A' R T I C L E P RE M I E A.
Toute perfonne arrivant an Ca reconnue pour avoir ite' kfente de France au nioment oa la R6publique a pro-,/ nonc6 une profaiption g6nerale centre, tous les kunigres, qui ne Pourra- PrliVer par ua con&6, bien arcout 16






-qa'a cette 6pvqie fa forte dfIsterres de la Wpubiique avoit une caufe ,, I girmie f6ra detenue dans les pfifons civiles cornme co pable de trahifon zyant enco&:u les pemes
parties pai le dccret du z 3, octobre dernier & Comme tel. Tenvo-& n rance pour y' fubir fon) ugement -par le
i bA I
prernier patient qui mettra 'a la voile & adrefl e 1 !a municipalit6 de I'endrvit o'I, le navire dcit aboVder.


Tout PAager-arrivant fur un 'O.'ttiment franytis lie Pouvanr repr6feat r un pafl port de 14 ynunlcipztlit de, 1'eIndroir b' il s'e it embarqu iera renvoy6 en France, & en attend i!r le moment de fon &part &renu. dans les prisons d-viles (s A ne peut fournir caution folyabli; de fe
repr6tenter la municipafii6 lorfqu'elle voudff le faire partir:
dit f 10,000 liv. 3
e caution.nement derneurant &6 a la omme de e gible vingt-quatre hears apres I injoncuon qui
x! aura 6t6
faite par le burea-u de police au caution Xavoir 1 repr6fenterle cautionn6, s'il ne Vam ne ou ne le fait conduit au bureau de p O*ice : obligation contraactee ne pouvant capen*= S'Utendre au-dcla' du terme d'u ft mois.


S;IM particular vear.en cautionner un autr, uenu huis pjl'fe-port, A fe a. tcnu de fare au bureau de fLirveillance uae declaration circo-11.tnzl e, p6rrant qu'iI 1 rend cautio-1-1 de la perfonne d'un tel; qu311 s'obfige de a reprcienter routes ItA foisqu:ilen kra requis par le bureau lice 11 k ce ,
P !11qallt 'efpace d'im mois qu'a de'fauttprepr6l iiration p:ir Itti du'cautionne, vingt-quatre lieures ap! s la demanded (I- ui 1-n aura &6 faite, il fie fuumet pav, r, ians aun-re d6lai L.I'jL i0mylle de 10.3000 liv.


Tout Fvtncai arrivant fur Lin b'Ciment krati-er, fera reriu de juftifier,_de Pepoque de f-on a' art de :France ou dv zoin lieu faifant Partie de la r ,, L & du temps







de fon I jour- clans le pays d'u'(il fort d6faur de repr6fenta6on des palfe-forts i 6t' necellaires I pour
W. qu, 'LU ont e
paller- en pays &tra nger i en flAA 66 "a fon 6gard comme taverns ceux Ant A vient &Llb park.'
V.

Tout ca i' ne de navire, ()it franca47% Lran3er, ffera, oblige de fi-ire a de'claration Ju. noAre de Paf5gers: qui font I fon bord Aans laqtzelle riftention feraf ite- de 16ur nQm & de leur 'ge. 11 eft 46fendu fous peine de 1,500'liv, damende ) de lailfer del'cendre aucun pafl7acger fans: permits de la municipalic& en ca de faua dMaration de lva
rrtn, du nombr.- des paffagers qu'ils aurunt i-mrodults, its er, t punis corporellemcnt.
'N -V 1.
J'CS pafi-ports &-s nouveaux arrivatis leripiit-apport6s
la mwiicipA46 par lies capitames des Watimeii!; Ors des 46clarations- qu'ils iendront, y faire; lefifits p atl -ports y tefteront d6pof6s, afin d',bbvier aux iiiconv meils qui pourrcient r6fulter d'une complaifance daagereufe.

V I I.

Les commi6ires: de rade font invite's 'a redouble, dans la circeaftance, la surveillance dont its ont donne, depths kur formation, -des preuves niuldpli'es- ils-feront tenus de ,temertre au capitaine de cheque ba3dment Un ekemplaire du' pr6fent artet6, & Xen exiger un reca, ahii qu'il n'en Pr6rencle caufe &ipora4ace sequel 1 ez cifer teca lmprim6 affich6 par-tout 0 befoin E-ra &r adrell'u aux ditte'relltes municlpidit& de la colonies.
Fait & arret6 en fiance les jour an que &fii.

szgzc CHEvALiFrL rain&, maire 3 GARx ri(, fecre'taire-






Ferae'uil Sonthonax jZt t&tes- les, perfonnes qt
arrivoient de France pour-faire ex6cuter L lei du 4 avril ktoient inhumainenient- 6gorg6es.
Sonthonax : Je ifai pas d* cela. V
Vernead : V as I'avez dit. C
Brulley : Je einande Ia parole p6iii reliever un, faux.
Verneud Je demanded que les infiruffions paxticuli&E fecr res donn6es i Sonthonax & Polverel foignt lue.,
Sonthenaxt Je Za,.Lo
yde perfenne Xinftruftions fecr tes mes pouvoirs font s les 46crets dans les inftrudioii
re5ues d1a confeil ex66utif, d6pof6es aux bureaux de Ia. marine & que, tout le'monde- peu- confulter.
La fuite de Ia ditcuflion eft remife 'a Jemain.
%ance fevee.
Le regiflre des prifences efl fign! J. PH. GAPRAm
-Deux %vres jec
prifident ; LEcOINT.1 ( des retairc
AUASSMUI FOVCmi L de Nantes PzyrF PALAsNEcliAMUAUX, GPT'kGoiRz,-MAzAx)E', CASTILLON.




'4





DEUXIEM11 S A X C'E'

Des Mats qui ont, e' tieu entre fes ac fateum (%
ks accufjs, dans 1'46 aire des colonies, dewant Ia
comm&ion des colonies.


Pu ra Pluvi6je, I'an trolfLeme de Ia Repulfiquefrxica.fe une & indivifible.

L A &' ance Is'ouvre par Ia- ledure des d6bats de' Ia. veille la r6da&on en ell adopted.
Le president dcoAne leauTe de Ia letter fuivante.
Le ciloym 4rc1mv4fj,,,e Thibaud aux c1to ens relrifentans.
I Y
compofant Ia Commilrion charge'-, dep arer L jz aeiient dgC I T 0 Y E IS S,
La d&niflrion 'cue j avois donn6e entre les mains de mes Colltgues 3, de ma qiuafic6 de fonde dcs pouvoirs dz s colors .patriqres de Saint-DO*M ingtie, r4fugks aux Etats-Unis de I'Am6ri4ue, navant point L6 accepted it 'eft de nioif devo'r Ae vqus PrOenir que je conserve cetre qt1alit6 afin que vous Youtiez Wen me comprendre dans les'invitatiohs ou r quifiions que, vous ferez' dans le cas de falre mes CoUgues votamment dans le cours de Ia diccuflion contradj ioire qui, vient de s'ouvr ir enir"eux les derniers agens da pouvoir tx6cutif i Saint-m-Domingue.
Salute iaternit6,
S4,te'. L'ARcmFVtsQtu TMEBAVD.' ,
'A Taris! 't PWIi6fel, ran' tro'iftime de Ia R pubhque,,franfaire C 2
Ut & indivifible.
Tome L E




56
La tominifflon ap%savoir &116l:6 fur cette lettre, paff'e
a re du jDur ii-.,)tiv fur Parrew pris hi&, portion cu'elre
vcut cnt,ndre tot:5 Ics zt"uiateurs tutis les aLCUf'CS.
Brulley 6t.ent la rmtole
y: La quellien t'aiz'e Iiier 1toit de favor qurl 6toit
Fe tr 1_1 T' U'C, 1; C J e I L C 0 10 n i,-' avant dc f*avoir quel tcl. Con C.tat U 1: 1 er
..w.n ivg la amduire des- commillaircs',qui' y cm Yobt'Crve qwe -les aflemble't_-s ccloni lcs
etall, le tnt--n-norili tre qui dn-igoit 1'efrit publAC Oll a (Xamill ,uel I'efprlt public de ces afkniWes ; on a cbftrvi
Aitpchit dif ,of 6s adopt ks dLce vjct qticlks 11 eto;,_ -L Eh bi j I
act-, notaiiin.,(mt ccliul da 4 avri len C fk Maczrai
rapidcnic-i-a cc qui dir, FOUr votis rtmettre fcus IV's 1'eux
S Orique,
11' rL 1 U Ull"- 111 111i re ILIS cathq
011 ki-as It (lit he 0 Ouc L 10i dt' 4 -'Vril
11 1"W';1 'is I-Ite villt dece quo
ctjhmiaL.'s ont toujours c,C tai f ns iny esfe gvs principcs de la Ollt t0t1jo'! ,-rs ete pet-fe'clotrices des honimes de
COVICur. Oil vons a dir: le wal vi -nt encore do plus i0in A % vici-it de dc St.-Tvlarc de certe afl* 11.1.! e qvi fut
la c,,Lnic. Ctil CL-tte
bice qui .(ft la 60urce de tOL;S les rnaux; C'eft elle
qu, a empoifunn' tufyrit puHic- oil en a tir depths la,
colif science que cette adcaibl,'_ e dl la caiVi*e de tous Its
1112u, qm unt dt6;,16 LL cc4onle de Saijit-Doii-dn,,3c.
Eli men, cito---cl;s UCl rn pruclwa_-t-ori f-ut, a
de S-int-ALitc 'cc, 1 4 _ri:och,: C'teiiiell qu'un a toulours ell"Clidu d, ns k-s boudics d-s oim";,'luateurs que I-erfunilo
pu prc)vver le
XeJairci r dalls Czf moni"Clit-ci ce pCilit Important.
jw7nl nwit nous f 4t IL
-i, avons d ?i tous ceux out, avec
a:d- ce, orit pof*c' e falt eaii ; -d'en
A
iiLl.tiiniftrer &s preuves ; pwais ils ii't:ii ont prcduit une t C ule ; As e I-Ont born& 'a dl 're: IL!s prem es dcj'inJ" endince Je I'affemble.2 colonial, & Saint-Marc font f(-, a6ts,
dans le Ll :c et qu' Ile'a rcnklu IL iS un-4 17V' T.'
a P. C'ut au
troLivel till vC lic.lant a lndtpnda ? Tarce Lit! aft-av(! ,
orfqu'il ell Clwwaledurv





57
cha perfidement 1 conflLrant qui inotivoir ce secret, &-. qi'll fupprinia av'ec la rn meputidie 1-2s le-tres dont J'allenib;t'!c dt! Szjint-Alar c avoit accompagne ce dccret lectres dalls, let;,UvILS oil trolivoit le rabkiw fidde es- i'cn.1mois d',attadit in--ii- a la France 3 que falkaAbLe Je st.-Alarc a loujoLus

eft Line awre preuve Tatrachemew- a Lt France, don-,-ta par cet.e al c',Al- qu'au noal-1111- (i Lelle a te powi ivij par I ionnair,s c0nime nous le
prouver C' ft t-n France qu'elh eft venue fe-rcfugier. Et c-rtes, ft (A L, It eu d -s princives d 110 fcwir F.s vel tile clitrcher en France fa propre cond-Lnmation ..... : 1 nal jt fic M ec 117tc-i7al Fas 1,s a -E,.. Tai ca', tiuc ie ne dlt-cuzerui qUe LIS adIS 'a 'a IlMllli jj -- lilt- 4-1:4-11C 1.1.
'i
On a dit q t d -'-Crez da i.8 mai I 7) ti6d : la Pj't-'US'e do
Wh L! I It 41 Arc; Lill
Findepend ill e e ak-kevnbt
de nies coli-gu-s va -,ous donaer 1,-,dure de ce dvLrk:t.
De'cr'et de I -femblie ainc a,' 'de la par!.e ;ranayc ae Sa.4,tI" f I I
Domin.az4e rend4l a' 1 unw!ilni' '.. en zno' ;, dU N-1i

coli',id rant que ks drafts de, la parties inmail'e de
mLonnus oubh% .s n'en 1011t Pas Allolils L demeures dans
toa v r int ;-iit
Confide-ralic que Npoqtie d'une r6g6ne'ration g6n6rale &-nis empire fran ais. eft la fou'e oU 1'61) pulfl h;ter.njm--r, dLUJIQ 111"LlIlCre jutte invariaLike tous I's droits dunzILS un's "C'm part.callers, & Ies autres rdatifs Curoadt Yant que It druit de ft-MlCr flar fon rLim. e int a a parties
& A *Cefllircluent I
;fm"I5L1j"e& Saint-Dumiu--JC U-6t) pea' comme delaFr'alwe, don-, d1le- -it f par6e Izr'uli hnni( nf'u Uonfid rantque Its irgue np-a ce rol
n2nonccr d- 1"in:111-Inque
i 1--ur clzwoir te plus 1 acr qui eil Ole yrozurer a lours c6nfrtiri-ns d-s Ioii 1"ages c :
Ccnfiderant que de telles b')Is ne p,,-mveRt Ctre fid: es qn au uni nivnie de cette We Xab ord cii rait-on'de la djtt -






rence Ju chmat, du genre de population dex mcurs, dds habitudes enfdite parce que -ceux-L, feulement qui out inr6re -t i la loi peuvent la ddlb6rer & ia confefi-dri CoOd6raht que 1' ffemWe national me pourroit de'-, Crker, les lois concernant le regime inEer.1--ur de Saint-Do!7 min-ue, fans reiiverftr les principles qu'elle a onfacreS Pat fes premiers 4t crets & notamment par -la declaration des drgics de I'llomille ;
Confi 6rant que les d6crets 6manes de Xalfimbl6e des,'repr6elirwIs de Saint-Don- ngue ne peuvent itre fourflis it dautre fan6hon qiia celle du rol, parce qu' lui f ul apparfient cetw &trogative in46rente au tro'ne & que nu'l autre fuivantla oiiit'Ltutielifi:ancaifenepen'ten-^rre d6pofitaire; de- faiiai'ul
qut conf6que'minent le dfolt uivr me peut ctre ac-,
cord6 au gouverneur 'n&ral, 6tran ,er a c6tre contre'e, n'y
7 ge
exer5ant qu. tuie autorite precaire fubcrdonn6e
Confid6rant qu 31 en ce qui concern fes: rapports cominerbaux & les autres rapports communes entre Saiat-DO rningue & la. France, le nouveau contract doit rr form6 4fapr s les v(rux-I les befuins-, & le confentellient deux parties contraftantesi
3,1 Copfid tan t que tout d6cret qui -auroit pu &re rendu par 1'.-W mble'e manonale, oui contrarieroit les principles qui viennent d",-'tre exposes ne fatiroit li-r Saint-Dorningue ,qui n a point &6 consult & t'a point LUD" 116 CCS m6 Ines J crezs
Confide rant en6n que.1'afremblee national, fi conflaminent atttchee aux pal"Cipes de jullice, qui vient de
rnabifefler le delfein d'all'urer la profp6ritt' des liles fvvi dff 3 tie I'Arn riqav, iil fitera. pas A reconnoitre les dioits de Saint- t-ningue par un d6cret f'?Iem-nel Do, Sc autheiauque:
Apr s avoir,-,@ib6r& dans fes f6ances deS 2 Z,, z6 2.7,
-d cret d' r'te Funaiiirnit Ce
dalls cel e Ide ce jour CC v
q i fuir
A T I C L E P R F Ai I E R.
Le pouvoir L -AflatiFj en ce qui concerned le r6iji-ne InI Q nt Doi, ,u re'lide d-ans fall'!Anbhe de fe s ltril-ur de -Ial n i n,Teprdewans, conflit.11ts en. alleiubl e L61 lale de laparde
-frarSaiCe de Sailit-Doli-iinjue.








I L
A ucun aae du corps 16giflatif ep-ce qui concern It t6gime \jnt6rieur ne pourra E.tre confid&r& comme loi d6finitive, S' 'il n eft f it par les rordentans de ]a parties fran aif Ae Saint-Domingue, libreme-lit & I galement dus, & s'4 n eft--fizaiqnn6 par ro4


Tout ad l6giflatif fait par raff mbl6e'gC'nCrale dans'le cas de n6cefr14,urgente & en ce qui concerned le r gime inthieur, fera coqid6r6 comme loi provifoire & dant ce cas ze 46cret fera noNfie au gouverneur g n&al qO, dans les dix jours de la notify ation, le fera. promulguer, & tiendra I& maiu, (on ex6cui 6n ou remettra i rail7emblie gtn ralv fis observations fut le contend audit d6rrer,
I V.
I:urgen.ce qui d6ferminera..Tex6cution provifoire, rera 46cidee par un d cr& C6 tr6 rendu qu' I&
I par6 qui ne pourra e ;.
majority des deux tiers de's voix prices par ra -pel nvn- inaj.
V.
S:x-le gouverneur g6neml umet des &fervauons elles front auffirok inkrites fur I' regiflre de I alleiiubke gen rale' 11 fera alors proc6d& 'a la r6v"ifiondu &cyer d'aprts as obiervations. Le d6cret & les obfirvations*011t livr es 10 L acuffion dans trois.diff6rentes f6txes; les--vpix front donnees ,pr oui ou par non, pour mainteitir ou ann r le d&ret. Le roces-verbal de- la liberation fera figni par"tous les mem--res prekns, di ignera laiquantit Ae'voix qiui"auront ki pour l'une ou I'autr6, opinion. Si les deux.tiers des voix maintienneat le dicreE, It fira pr6mulgae par le gotivernQu'r &6n -' rid, & exkuti' fur-le-champ.
V L
La lei dennt Orre le refultat du confentement de to=







-C CUX pour qt Elle fA 'f;,i-al, Itt parties fran zdre de Sain.'I .4)fflingue propolera les pla,,ji concemant I-es rapport,; cui-P llltYO; ux & auzrts raPFOris tommuns; & hs, qui
Itront rendas 11M par I'ail' nibke nationwide, ne f't. uni, 2x cutv's dans la pzrnt imncaife de Saint-Dornirgi-,e, quc 1,)rl*qu'As auront CW Confintis par 1,Aembl' Vrale
dv '4 5 reprC ell,tans.
v I J,

Nz? fi ront, point-, comprise dans la claff, des raprport-s la-France ILS Ob ?,S U12
lu ,--, t tnc que la toxtra d'introduire ; mais 1,:-S ticcr-Lts oid 4tront rendus 'a cot c=rd.par K-rolit Klill a la rtNifl-11, ri 1,2 ouvernur
tivIlLe d,-s I,-:- Colitellu au: Jhs Cum, dal
fe "Aldd' Ext': F"r 111-;-S'. f*ervilt au lurplas O6for",
tout, S ll' S formalltv Frei-crites par i zrt.clv V.


TOtit aLlIe fait paird-is le cai dc n' ellit ur, ;!:-nre n' ii Cla as MIIIIS -C).1.4 110 1, 111, flol
'e roi rcfi:#t2 t*'Il collfcwmibli a--idit a6te, en
It-ra t lif.ejldac aufl,
(Jue cc- refus fi:ra I 4gilcill(Alt 11"" 'a I'd C


Clique 1 _ieLLtvre do g6n6ralo fcra de t!eM
2nS le dvs inernbres de cheque 16
tac Ivra fait ta

_tj JeS C i _,C Ir

-'n rille J(:'crCre cue les "' C j
cornme J,,-- la de Li 'parti f-r,=de
Prance POU17 C ,re a wc --Ptation de Lll ffiblc!






61
Antionale da roi 6rolit en outre envo,,,e's routes les
roiffes & diflri%' fs, de la par- e fran,'WC 'dC! Olint Do1131ur'lle.
Qe olit au surplus lefdits articles notifi- s aij cpaverneurBridley reprend Cirovens, volis VCIM2z dcntendre la Idule Je cc famem.- -.tf fur Ic-quel on le f6ti1, pour rax,_ r fat emb.'Lle de Saint.7 Marc d'efprit d'indcpend;mco : VOUS aJuz rerwrou qm- 1, cret efl- c-mnFyft- de aix af ticlt-s 4v les neuf* premiers comivnrent ics bafts de la L011111tvior, que Falfoinble-'e coloniJe crovoit pouvoir convelur .a' ]A colonies de Saintj)Ojjjin -uC.. Rc-m.arqyez adudlemtnt qoe le d i nIx -ie article ell I'ct.vL.i de ; ii-id airrei qui le precvdent, L, Yaccepzation de na-,lowde k du
roi alwl Ics iieufs prenuers ;articles nuls, fi
cctre acceptatickm 11avoit Pas lieu, puif tle ceft de cettZ acCeptation qtfon. faifoit &pCndfC JCUr N, h
Que vous a-t-on dit Cc:te
avoit pas le droit do faire des b I15 IqU C1 Z C-11* 'W'Olt C11ILite A 'LL finding de 1'afletnLlee & da, r(";. 1., A
bi n, citovens, c4ft na-,k)-nale e1L-nt,,',me q,,d,
OfficK,1101-11ent par &-cret -a- dit a F:i lem W e de Saint -Marc denvovtr Ies bafes WHO11 conv Li;,c 'z le'd&cret du 8 wars 179 0 v0d i ro!, v, i*-,--, _,c, i I'aflel-Il"Le conAituante dir que c'eft aux Coloniales it pro of or la conffiruTion cumvenabl'2 X or I'afKmbleo de Saint-Marc &O."t IOrc,- ? 4
dc'c et- du 28 n3z i & d, me,,tro A I-It fi n 1) cu't-ilv cn,-Ovoit en -cceptation de Fafl tnbl-_'e natiowle & uht r i 11, -VA, parties qu'elle crovoit devcr forvir de ba'_ Ll colli, C11 de Saint DC'mill."ue. Ou' eil douc It le- mo ;17 d,-- r-proche d'ind6pen1mc! Appcl!Q-t-on ve.alur i'e f*_.:.,r4irt: "- !t' France', an homage, rQnAu ; COD(tiW, -C,
un afte de founililion lots Ia imerro-_,Ae ( lix appffle VOL110ir fe fouilraire aux h;i qui at-al :f went hs C-0Ioni,_-s a, la. m trc)pole, quc &I-x6cut-or im d&i-et quiordonnoit Xenvoyer Ins baf-s conftitutloi-,ti _41,s a V-,_ :eptanon Yafl'Lutbkcwuiom1e & au roi. 11 y a 11,13 on lie pzit
L







trotiver dans cot aae ces rnotif diaeipendance qu"011 tan r fironner fans jumais les prouver. On a $ a pas lu non plus la lettre denvoi de ce dicker a toures les comaiii -Dom '0 ferabke "'q
inunes de S, t InVue., Dans cette lertre IV
Saint-Mikc expufe fes Intentions ies fentimens envem IA France.
La VOICI.'

letter de PafTemhMe ginirale de lapartiefiran,,.aire de SaintDonzingue a' fes conflituxis., en Icur envoyant les hfesi
conjitutionnefles en date du zS Mai Y790CHEAS CONCITOYEWS,
'Les ennemis du bieA public, ceux qui fbnt inr6rellZs au maintain des abus, ne ceffenr Je calomnier I'allembVe Cl'luiale de vos reprdentans. lis cbercheut i nous enlever 'a confidence dont ,ous nous ayez honors. Ils veuleur yous perfuader que trabillant vos int6n4s les plus .hers., qui tunr aufli les I n6tres nou's voulons nous d6clarer ind6peng. dans o erer une fcIfflou avec la France. Ceft Jan
Cf-IS I durq-t-on hardime.tit, qde nousn, avom pas voula mus expliquer iur nos pouvoirs.
.1> N ous obferyons dabord qull ne nous apparent pas 4'ext)I'vuer n )s pouvoixs j ils f nt Yexprellion facre'e de vos droits de votre volonr6 : mais nous Vous demons compare d, 11 tj iu 110US, VOUS PrQpofQias de faire de ces pouvoirs
Or-, comme. cc conipte doit avoir pout bafe les ptin1 -urjon de la Partie h Saint-Do
cipes de la cuiifb I nutigue ; que
ces principles devoiciit &re fe rduirat d'un travLil long & r fle'chi, -%, )Us co&ii iidrcz que iwus ne p unions iiueuxenlplov -r un itervalle de fix feniaines qua pr6parer les, merfies objets iiu,-omms qui pendant quatre mois conf6LU_,itS, 011t ()C;,;u' FailEmbl6e national avant de "ouvoir &Y, fus nis a k dititullion puMque.
N(u avons enfin le bonheur de, vous mettre f6tis le
rux les bafi (;0IAIj'.tI4CUVICUL4 Xarr S 160UC IWS VQU VQii-t







yez juger nos principles. Sins doute Hs font d'accord avec Jes v6tres, parce que -nous fornmes fries que nos droits nos int6re'rs font mfi_' parabless.
)0 Quant au. project de killion qu"on a oC6 nous imputer avec quelques reflexions Yous n'y avez fans doute pas joutu f0j.
.111 En eirlet, reftime & la conGance ont dA dkerniiiier le choix de vos rejpr6entans. D'aillg ceuel eft celui d'tatre nous, qimi ne Wit attach& 'a la ra par des liens de fentitnens'- d'inte're"ts quel eff cetvi d'entre nous qui ne foit fier de tenir 'a une nation dont 1'4nergie fait I'admiration de l'univers i qbel eft celui &entre nous qui ne
6-n6tr' &arnour & de V, reffbit e generation pour un roi
taurareur de Ii liberty fran aife ? quel eft celai d'entre nous enfin qui, s'iI avoit le thoir d'un government ne yr6f6rat, fans Wancer, celui de la France comme le' plus conform aux lois de r quiE6 naturelle, & de I& faine
Jugez done, chers concirovens, fi jimais ret oditux & chimc'rique project a pu nous oc'cuper tin t'evl instant ?
,, Toure notre attention- s'eR part6e vets les abus que 'Volls vouliez atruire, Si nous avons nlanJc les agens dtt o-Lvoir exccutit c eft pour leur Faire connoltre vos cli-oits trop long-temps ignor'.; c'eft pour leur apprendre que des homes libres lie peuvenr .,,tre command que par des chefs Chovens. Nous nous -onlille$ OCCUP6 des 6taM6niens qui 4oiventaG'er votre liberr& c'eft povr votis Ia conf'er7er, eeft pibur vous mertre d6formais i I'abri dc. vexatiwisdu pouvoir a rbitraire que I'alfemblee g6n rale a decr6te' f*a'reri-naneRce & I'amovibilit6 de fes members: en'jn concourir 'a voire bonheur fous rous lei raplaorts pollibles c' tl Funique 6at que npus nous propofons : y parvenir ce fera le Prix le plus ffatceur de nos p6nibl-s travaux & 4e Yios [ac, i
Voil ce que nous avons fait; il nous refle. fans loure beaucoup faire : koconftance ne nous M. I Inquen-. -,as ant que nous ferns anime's par votre con6ane. NToils pmrnen ons a marcher dan's la route de L Ovi
le vous confentiroit Iretourner fur fes pas potir I's 6141nes du pouvQix arbittaire Le deipoulfla'_'





64
fourth (encore aux doubles qu'il a excites, A les alimcnte V4_aN It4eld.
NOUs f'otumes avec un inviolable attachement,
X R S CON C IT OY.ENS'
Si'f-W, T!-SnL-; A UD I Elk's, president DFC A DUSCH Vice-prefident ; AIILLIr BRULLEY LIGRAI D LAMBERTT

BrUtky repren.1 Ciro,-ens-, yous venez d'entezidre la
-let, re',.ftnvo. _d u d6cret I'tir lequel on fe fende pour iiccufer Tallv'allLe &e Sahir M atc "M,16pendance, & d vouluix '_, ire f.C1f1ion'avec'1.-, France ......... .
Je dewan& que Ertilley foit intcrbC116 de &dar-_ r it L3 dccrets cles S r1lars out ,6 enrqiftr6s
recus yar colo'niale de Saint-Mirc, s'll
peu -iuffih or de cer enmjilremenz.
Br.Zky : Le d6cret Lt .8 mtrs a recu "'I- eure6f*i
Rvec rejunneit!"nce; Cehii 4u 2.8 mars a C[ kpk-,n, nr etniegiffr6 c'eff inz)i qui ein al donn& IeCrure au"a.6t frr(:te a' Ae 2 o 'L '3 on le prouvera ....
Le T.e Lewir,-c 11 exile deux dc-crets 6 v z ro.; r, e cttis_ qu'il d.c ocn. de dif'illguer les ann'_ 'es dans i _I'Ouelles AS ont ke rendus.
1 I,- i luit d'hiremeller-tes citc ens
C01 7n.s d'3 4"-_ J'Irr V ii C(", unt ie' nw certe 111'erl _1111c,11.
Bi d"Y j e Y PrJrljs C AlCac;rlquenient a cek. -inter-Fdiazwn ces decEets on.r, t tnregiftres ; je peux donner
&S ren"ti'-flenlens Pc",;111s' car )"6115 VJLC-j'1C1! 1Cnt
-de, & je j":'is afjurir qu'am1]it(%t apI s leur
le ture ils on enr;-. s. Si Sundiunax & Pulverel ,
-lots de' l1inc1-,mz*ie du Cap ii I avokar pas ktit r .'Aer le6' archive:; de fatiemble-a de Saint Marc, nous vous wertrion" ces rtaiftres fous les yetix parie q'e ncus' ks a L, 0 1: 15. Z)
On va v(A!s Jotiner 1, ,.' ure de la letter d'LlIVoi cle cette

Th 'IUX -AN!et dinne Lz de c,-,L t,,. letter de c ,Me T-i
eiivoi du di L'cc t-:z





65
Lettre du 7 Juin lui accompapolt le. dderet du z8 mai

UaffeinWe da ns le dkmr du 8 Mai, a va
probation de fes baies conftitutionnelles, quelques alffirences pr s,.que Its locality's exigent; qui n ont pu tre jag6es par nos fr res d'Eiirope places a deux mille lieues & nous, mais qui fol t frappanro & palpables pour ceax ,qui arrof nt.de L-urs &!urs cette terre brAlante qui -tie devient fertile que par des -moyens abiblument 6tran-ers 'a la France ......
1) Accepted meffieues & -dccr6rez ; pr6fenwz Iac-, ceptation & la iainaion du roi I-.s bafes contikution nelles que nous avons I'lionneur ae v'Ous adrefl'e'r : par-IA vous porter la paix w4 milieu & nous ; vous repout-tez cles. fyft rnes deftrudeurs qui, fous le voile d'un -- chim6rique perfe fion troublent states les proprike's, & fiiii-,
-1o I nt par tarir les forces de la profp&itt- pub4que. NOUS hornerons la n-j-, demands n"- 11S
'Vuelks nous le Edo
avec &aufant plus &4 cotifiance qde c'eft,. dans r-in,16r r commune que la parties fran-aife de Sai Dom'ingue a
pris les bafes qu'dle vous propola Poulye 01 Cc ider k lien
arnener fa prol'p6rit6, de laqueile dpend ce- te preponde ance que I'Emp re ftancais aa,,:qazJi daus L bat ancz poh&qlle Ze PLuropc.' : I
L'affembl6e, g6nerale efp re, vous voudrez b,,n hii 6ife parventr le journal de vos r&ieux traviux dans lefqu ds elle puifQra ks rpate'riaux qui. front prop.res 2' COMPl6ter la cortfcitution.
Attacfierni nt inviolable a la nation fourniflon refPeaueuCe aux lois., amour vo,,ir le Poi dt:s -Fi-anqois tels font les fentimens que la -pirde fran5aife de Saint-Domingue d4qfi, dan's le fein- de Iftarion entie*re
11 donne enfuite IeRurr de 1'exit it & de la letter da 2 1 juil"et a:_1'4jTemb4.'e national, coVme il
Nous vous avons rendu compete de nos travaux jufqui ce jour. -De ran s' &6neniens fe4-ont palfes depuis.'Novs D"s--croire que vo.us voudrez-'bien fut-pendre un infant vos importance o"upations pour 6coater Jes r6claniation'!





66
d'une au,.,T int6reffante portion de Yemplre franqais, truns
de ce people magnamme que Yous repoufferiez de 'or *0
,votue ein, que vous-navoueriez Plus Qur vos tr res, iilt n'ernplo oient en 'rout les moyens que feur onCdonu6s la nature., la raifba &-voEre example pour briefer les fers da de f'Rapr s les !ettres 4u, goiivermeur*n6ral des zz avril & Z7 Mai, vOus aurez jug6 Meffieurs, quefles font fes dif pofitlo S.Your contribute a* o 6rer tout le bien que I'affemIblee generate fe propofie de g iTe mais quel fera votte ktonnement lorfque vous happen rez que fiai le agent du pouvoir exkutii, it proclaim une d&laration en inierpr6 ration des &cr,!rs de 11 les modified ,
it les itrenue it les ifitervr Ae conform fiient I fes, vues parriculi'tes ; & edif'-nt rev&u de IA puif2mce fuprime A defend aux reprtfen xas. ljbrv tfu people francais de Saint-Domingue 'a une eman,4ion de.l'aqufle afl milic de Iz nttioll r1cullfie por mod.fier vos ges 4&.rets ,.,cUnfi0Cm6menf i leurs conveniences la'ah-s c parikulieres ; A leur defend difionsj ous, d'y rien ajouter -&, &clare qu'il foutiendra cette emange proL;lwuation. avec toures les forces 'Rui font.en fes-, Ivains,
Nou& fentons quefles peuvent kre les fates, fune&&du refus obflin6 Ju gouverneur 'a. fie ra richer de raflem---: bj&e general : mai nous fpvc, X ce que dol"ent de vrais Francais pour foutenir les droits du people, & le fucces dutie.r6volution qui doic op6rer la shet6 Ja gure S de War empire.
Convaincus que E moderation & la. --prudence n exclu nr point le courage & la fermet6 nous faivrons votreexer4lc ; & compete Meffieurs fur la conftance & la i4 d2s repr iemans.- de la parties ftan aife de SaintDomingue
Thomas Millet On fommoit hier les commAhires des colons de faire connoltre leur morality Eh bien Citoyens Brulley 'eft Fun des, r6da&eurs de ces letms -, & jel fuis rou-tre. r
Brulley : Certes, ft Barnave eAtAonnfi i raffemble'e conf-,
r let Jil zz avrd.
Expreffi0a de la lettre 4LL S'. Peyn,






67
nra=6 ledure de ces pitxes jamais on ne 1'e& e cout6 un (44 inftant prokrer le mot Xin&pendance centre une affembl6c qui (e difoit effe-xn me ane simple parties du people frangus contie une afremblce qui, fe difbir ne vouluir Xautre confliturion que celle qui t roit adopt e par les repr6fentans de Ia Fraiice : mais on a calornni cetre afl wbl e ; on Ia calownie -encore aujour&hui & toujours par le rn me fyft me afin d'allumer le feu que I'Angleterre souffle fa us ceffe tur lps col-olies. On a cher'Lbe' a allumer Ia guerre civile; ,on nous peignoit en France comme des ind6pendlps, pamu nos f-rdes comme des u4xpateurs. On a clwrch6 I confi:)nJre les chores & lei perfonnes ; & les affeniWes de France onr 'toujours et& Ia dupe'de tout ce qd I'on a- dir' des affem. bl es c6lowales. On reproche encore i ces aflembl6is Saurres aaes ; -aucun n porte le carad4e 0-md pe I dance. On s'eft fur-tout attache 'a celui dont nous venons, de 4onner league ; & -vous voyez Ciroyens qu"A n'efc qu une conf quence du secret du 8 mars 1790, &cret reconnoiffance, & exkut6 aulli-t&
a, ave que conifu.
e crois xnAintenant que ce repro6e Xind penance eft loin Xavoir que1que cr6ance aupr s de vous j cependant, cornme A ne fuffir pas de prouver ue. 1'afreb:ible'e de SaincMarc ne voulair point proclamer I independence des, coloY es, ilfautdire quel kroit le bur de ceux qui lapoarfuivoient: ce but itoit ladeftrutHon.t&ale des,- colonies ; je le prove toujours; les pitic'es en main.
On croyoir Barnave un tr s-grand parriore on crovoir que, lorfiqu'A faifoit 1'61oge de Mauduit qu'il furprenuit i f Affembke national le &creE du 12 o6tobre 17 90 il parWit en faveur d'un homme qui avoit t& vkliaie de Ia r volution. On croyoir auffi que Peyniet 6toix uia patriots celf que-Luzerne 6toir le premier agent de Ia. faction an11aife i c'eft que ce minittre avoir jur Ia perte ties colonies; C eft que Barnave, Cell quelesLamethc'eft que Briil'ut, c'eft que tous c I euxqtuonrdep is' wanie' le's afNres des colonies, i ont fuivi les m mes erremebs'infqu'i P(Averel & Sondionax. NOUS le prouyerons par Ia le4lure & Ia dt f'ct;djjn- des act,:s.
A
16 A S'agit dewrtftateritte cet-homme, pront. pztr Barnave, qui a 46 I'e memi de I affewbke de Sairit-Aarc q ui i I
'Main armie 1a fbrc,. e L s'embarquer pa ,;v qw.'t1te _a'






Youln 6 arg er- 1'effufion du fang (car elle eu^i ef d'fendue Par les colons) toit le contre-r6A.utioiinaire le plus -enr* qtd air jamais exi.q&. -On -croiroit que' 'efc une affc-rtion ac;Ue, une atlertion du genre tie ciAles qui fortent de Lt bouche de Pol,.,errzl &- deSonthonax ; 1 )int du tout. -Voici um! piece officielle adrefl'ce a I'Alremblte conilituante ; je vous prie de Fecouter avec'la plus grande attention. Vous allez avoir la folt tion de ces intrigues en connoilfant Morriiiie qui '6toir -1 1 agent dc! cette, faction.

Xdref de [a- municipalit du Vqrt-au-Prince a' 1 ,4ffemblie
nationai'e', du 9 mai 17 9 x

kE S S I E U P S ,
I
NTous zi ons en Phonneur de mis faire deu'x adretfes l'une le 8 Fautre le 3 r tfu mois de mars dernieri Ms avant la date de la I'Monde, la. nouvelle de votre dkret du preimi r f vritr 1791- etok parvemue a Saint-Domingue. Cette nou' el 1 avoit 't6'recue avec traji
Ile quoiqu'indimAe e fPrt dans
Its parries d- 1'ouvf du fad de la colonies & dans ou grm d non-,bve de paroittes 'de la patties du nord. Elie s'dl confirme- v depuis pur les, papers publics par une iii fini, de letters pardculi res nous nous flattions de voir Wenter arrived f6r nos, bords les commifilrei civil que- ce d6cret nous arnionce ; mais ces minifires de paix n'ont Point encore parti. Votre de' cfer nl'cft pas ni rne encore officielki-nent comiu- a Sain -P o-mim, ue ; celui du i z o lobre eff le leul-dont nous ayons Cu 3- jufqu'a cette 6poque une conm-ifl.1ice officiefle dquis ceux des 8 & 28 mars. -Ove cesr, tardemens paxoifi ient 161igs aux vrais amis de la paix! Quand jouirons -nous enhn comme les autres Francais
dwbi-nfair C'e la on ? Uarrlv ,e des cc-mniii iir6s
I
civil pt:wr feule rei.-Thr nos efFaances : a Peine fe faiit-Ift montres a la Martinique que ks troubles y ont &6 appailt's. Ceu-- c dom notis avons t agit s iioUs-m hies, cala par.-ie auJoTr.i1iui peuvent- ccpenda-nr renairre fc;t
rar la cundait--t i,,xL:rtzm,e flottailm du Lx i-,L rill f'oit 11:1r
'i' v I I u qucs rare;, la
dQ ir d clans r
I Que votre O L I I crev noa:. wi,





6.9
Nonce'l.. 6toient arriv6s la plus parfinite paiv r6,-,IneroIt-d6jI dans routes les parties de qa.'nt-DcmAngue ; chacull VLI:rf)lr en eux les JL-pofitaires d. de I Afi;embh 'e
national -chacun fercit av c plallir le I' acri'lce LIL fijil OPI n,.wn particulivxe: car nous ddirons tous imimimeniciit dezvoir la colow participer a a r g n6ration de I*L ni pirL j ranIICUS t0lfiun, aLL 111 :MC bLIC, & nous n -_ di",Yrons que zuil les i-noyens que chacun veut prQn&e.F'our x, parvcrur.
,, Le governn. ment feul jitrolt avoir d'auttes'vjaes ;,. c,611 Ju rnoins ce que fait pr fbmer Ia- condate de M. Blanchelande depuis le momt-n-L of'fil a mis le pied dans la coleiikAflirvi cn tout aux id6es da colony Mauduit,, A S'ellp=6 I tous. les atles de viott:nce & -de tyranuie que cet ennen)i jur de la r,",volutionja voulti exerce'r : vous en, avez va Mellieurs une fbilble efjquifl dans nos prk dejites adrelfes. Mal5pourvous mettre plus a porl&,de jugerde i.wcnfi jis ffiaefles de cot hornme Qulit les avis fembloient tre des orders pour M. Blanchelande c ICI UIAa
nous gallons rrani Hre
kttr ou'll krivoir 'a FanibtWeur dEfbapie en a
e 1790 zy 'It
fon return 'a Saint Domin-ue_. Nous' a'vons en deptk le bf-O"1011 de cerre kure, Crit tout center de I-a maill.
Copie ae la ktrre, crit-Far M Afatiduit dani le temps
etoir 11 Paris en i go cz M. le comte de Fernand,!Vi a', _,s
ambafadeur d'EjPqg2c.
Vous i-n'avez co mW d'int6ret, M. lecomte j'en
-fierai toure ma vie reconnoiffant ; vous ni'avez "Vile
gande marque de conflance & je vous donne ma parole
tfho'nrieur qu'dle eft bien pt-_tc ?. Le p!,.ts af&-jit ci defirs ett le bon'UQur de Camille foyez Sur qtv, J y ita-vaill-rai fans cefl .
Je n'effirne perfolineplus que AT. le conite de T'ernqIIA ,NUIIk:S; je lui fuls profondenicar attacht; : nials Ls cz rc _.nftance5 me forcent de quitter fa maif__,n- potw allf"I 111(2 i dans un hkel ,,,arni. Je cef' Rrai de- le voir nia1.5 111011 LA 1nent Ile, faivra toujour,,.
Oul je Fainierai jufqu' 111011 dernicrInionient j2 )ul
fral avec franchlfe, ce q ui we dVIM11,11C a ck ztv qui iw_ Feine &






Pairne ffia, patrie avec padion jaime le faiig de metIrcis conime on iavoit faillitr A y a deux fiicls je fuis attach6 la patri6, a la conffirution demon pays rout
Ce qui arrive une dechire. La de"marchv aduelle du rol, eu alliant i faflefilbl e nation'le nx, paroit dif fP6rante; c eft, fuivant moi, la, dt4truction tWA-1- de la monarchies 5 6 4, un lionirnage que le -l'utiverain rend au crime qui a tout, bouleverf- tout &rvuir; c'eft, fuivant moi un prin ui abandonne fes les honn tes gens 4 on
royaurne pour aller fe niettre i la te'te des miferable's- qui Forit dctr6ne, qtji ont dt;ruk k)II royiAume, & qui ont lure' la perre des gtns de bien; c'eft un rcd qui fe'coalife avec le- crime pouz accabier anVantir tou te vertu, tout honne ur ,
-toute probiE .
Vuil ma pryfefljon de foi M. le cointe ; jugez --du dkchir emew que j'al CprQuv& lorfque je vous ai vnrenda,
-mardi au foir, d dns vutre apparternew, me dire que yous approuviez cette d6marche. Oui, mon ame en afaign6 & dtpuis ce mometir le vous evite, le a6vite moi-m mej je fuis i-nalhoureux, & je vOus quite.
Comment, M. kE cornte Vous noble efpagnol Frain, 5ais par-: vxre mcre I rep ef Entanr un f6tiverain du fing de nos rois vous approuvcz une re- volution atroce, la deftrutbon de ]a lreligioii, le dkrtnemejit de notre roi, FaviIffeITIC11-- du i'an, des Bourbons la violation de tous droits, de toure juflke, fwuvragp elfin de ringratitude Fotr rage 4es inwiffi-Cs vou s depuis loji L-teiups ati. rn prlis Fubhcj i,* 11, &C. &C.
Conrivis ar I-tirs vices leur ba L e :4 Pouvez-vous-defirer, rouvez-vous croire qte Yous conferviez dans la France une alUe:, Non le va u de ceux qui ont fiait la r6vuliult)-n dt de Fup6rer audi en Upagne. Vous I I I ation pllis daii3,Lreufe PIU!; LIII Wlie QUeL
n avez p a s 6 c i i.
.1a France a itucllo; les thiltitz'ces gcjis defirerorit que Yon rLn(*IiILe A-wre all'I.,nce, -a tout Jieu qui nous w)lifit-ir a vous. Vous avez A-tidowa& la catife dcs I'Mivcrains, de ]a itiffice, des, honnetes rens; on n 3 a pas lait -un pas puut ut elworc .
arrester 'e togreingid aX t
La polklque des r pr fenraiv; des rois de I'Europe a et de Paroirre fe r 11.Iir iti v u &S 1jj,-L.P.ftrcs de la orufa -11-ificilai Qui Mi'
U's






71
tous le aire, paTe dam Ie public pour avoir fervi I la r6-,
-Enfili la France a 6t6 ditruite & perfomle na voula )a fecourir, Dana Je nouivel ordre de chafes, la politique fran5aia fult-eBe de cowintier fen afliance.avec vous, en quoi noire malheureufe nation peut-elle vous itre Utile cimme, alliee i Point de in rine except dis vaiffeaux qui deviendront la proie des Anglzais; point Xarm cs-.. Point argent ; la difCorde, qui d&haerabien long-temps fon fein: voill la France 'aftuelle.
Ne croyez latuals que la 'noblefri aura. de Yintirk de Yellitr i dans 'e f me a6Euel : non, la claffe g ne'rale iles Qfficiers ui Kit la force unique de nos arm es de terre
Je met 'I ii'agira pas ainC on a -r'a des armLs fans of6ciers fans cheft& I-ans- argent k les officers ne quittent pas 16tirs empluds, ils n*y apport6runt ni zele ai defir de r6uffir.
Oui, M. le Comte, je vou -, le dis-- vous,,Ie r6p&e vous avez affille 'a 1.1 moi t. 4 _, la France & aux fun6railles de votre Marine & par cont quetit de vos colonies qui .feules vousdonnearvorre Conti --i -n ; oui l'ouvrage auquel vous av,z applaudieft plus J,'-- ..treux pour vous Suerre de vingt ans & trente baai!les pcidues.
QU'A 4ft cruel pour vous que Ir rume 41,_- votre -marme date de votr# ambafade en Fran,e I quil eft malheuttwt pour vous d avoir rewplac6 M. d'Aranda! Se vous dirai 4 Ce fujet une ve'rit4 cruelle:'on dft pcrfiuadL' ue fb6s AL Arandanfpagne nous evt fi LOLUUS & evc enrendu fee v6ritables ia-,6, rs.
-VOUS vovez qu avec mes opirAons & mon allftc're franlcldfe, je ne puis plus habi-er chez vous. Je vous iefpe6to votis- Qd'me vous airne du fwid de nion ame ..... Oui lai I'-me n" vtee_.... poarqaoi vous ai-:je connu ? Je fens con&,' 'n 11 eft cratA d,-- renonccr vous it votre amiti6 i pour
effirne, VOUS lie, pouvez me I.t reftifcr.
Une aulre qu'ufvxlfi de A Mauduir lul 6crivoit de,Paris 4 Ia fill de 179o, YOVS fera voir, Meflieursqu'l-ce e
tie A ii'avoit pas chang d'op4iion ; votis jugerez Far k de les ve'ritables inten,iuxiorfqu'iI ve6oit 'a Saint-Doniingue le 41% dts





171
Q4and i I fut p.-ve-nu w&truire au Port-au-Prince I
1;'-ffilt-mdrC Tous ICs etablid,' lwds populaires, il fit faire, d6
r
concert aver, le gt n r"l une d6patation aapr s de vous par la paroitle de la Croix-'des-Bouquets.- L'un des &pw s fut M. dAulnay de ChiLry, f-on onde par alliance, auquel it S Ouvrit vraiCen blablen erlt'. fur les proje-s qU'il avoir concpspendant un. voyage qq'il avoit fait Tutia L*- a Nke.
-d'Auinay lai 6crivoit ace fujitt, le x df-lc Aubre I la
letter dont voki fa cooe dont I'orig Mial eil d C pofv eigre
nos -irialns.,
e vous avois mand6 Mon cher chevalier que to r6i n avoir -pa5- fanftio m6 le de-cret- de raflembLe n;Itio-, iial,. concernant le clcrg6 ; quIl avoit envoy& tin courier a Rome ; depuis 11 I'a f-anWonnt!, comme le- vous I'avois prec demmcnt mandv. te re-inwns lie f'Ollt pas elicure parties ; ils font nomm6s & leurs dwfs. Jc oulialte quezout
-Cela- ran.6ie le. boa .1 dre.
Ij Je compete ni embarquer dans le -courant de janvier avec i maaame, Mauduit -qui retire b.-'-aucoiij) N-oas rtJoindre.
Le prozeclem de Cal'Mille rda dit Cafiico)i de penfer far ce qui fe palfe it a, de la peine a croire 'ac. fable7s"n'tt bif
-&bitel our la reLinion d,?s pulflances d'E urope an printejups;
A
- it prttend qdelles favent trup ce que cotne une guerre & qu elles f coatenteront de ft gpxder chez elles; il tri):iw
uc les chores font trop ava.-2c es en Franck, I amft mon,
bn ami cond, ii VOUS filgemwnt & pow., 1c "eux.
J ai vu avec peine le confeil dle guerre que vous av,--z tenu: je crams que cela ne vous fa6 dts ennewis, quoique je fois perfuqd que vous ne I'avcz fait que parce qae volts
ro-i ?z li cetf 'flexions.
le c Ire, &-- apr 'S de mwres re
1; Les -qnatre-vingE-cinq fon-, ce qdils penvent pour reS gner rafl'embLe national ; its offient de faire le.f'ermem qviquIe.
Adieu, mon cher chevah.---r 3 por-z-vous bien crovez que perfonne ne -Aus eft plas aitacl-l que votre fcmme Inul,
P. S. Bien des cliofes,'t MI-S anciells calivarades. On w-uz ici i qu, vous rouliez 4v-c de Frxice pour ft






75
Tobfervc que le com'eil de guerre dont it A pailt; dant. L Irttre de Mauduit, a condemn& a'mort un
lc-itr& cette pi "-ce comme tits16bats, VQICi la preuve que- j'en donne;
C'e" auc n, us dernontrons, ar coa ? letter quc le chef
' Al de radcurlbick -dc Salnr Man: LQit 'un
conzr --r: Jwionn -Jre auPi pron6ii,:6 quIl Ft- toi, Ia Litre aut, a ez a-,;rf iee nuji-iculuninAr, par IaL municipality qui
ForluinIA ril-is oicor-_ pa 4 res de I'afell p r 1 s. men-b
futdb', J,2 -rc Ui 61,oi :Ilt icl 'pdr Fzplibxalfideur
qui a r-,coraw a% )IT rcCU Cette lettre Cc cii a
ull : copk ct r; liil -,_ L'W 11d.....
T ,mas : 1-1 Fa
B- -1 e : 'Jjl' Ct e J ; 'C-'I cc e a Lt; c C
I I-t1e. tAl bitfn q _,_f Alauduit ctoir Ln nomme
to, IIILIlt, 01'114-11- ;U.X dv r&(,IUtl()Il il lie faur PILIS VOUS er(11111t r dt'avulr contend JXxnav-- fe larnemer fur 1,,. fort de AlauJaiz Ck fur qui ont aiyienu le
,fott -,de, CEt honlrn ; *] lie faut plus VOUS e,-umier que E arnm? ait dic l'aAC'rn.bIL'e cotiffituante que I Mauduit avoir fai- 6gorg-iAme f -Alcm du Port-uu-Prfnce. Cepandant it ,a-vOlz 6 "" mg de, patriots titwres avoit trami dans la 'boue les iii:apt aux de la garde i_-aronale ; cependarl; it Ivoir
uil con"Y(t rc't.t1i pour dchberer fims Quoique
cotivtrt de tant, de for faits*imnpanlonnat-les arnaves cft
,parvellu le Wandia Bara iva a obtenu ull 111'et qui vote des reffi-n:ieniens a Alauluir a fon co PS, I e!,, nis Barnave 1,2 nlk*:we f ft.'rne L Cte ful-4 Brillot s ch plutieurs f-Ci Iamem fiv 1(, li*Orc de ce, A.Tuud;,iit, BriGot a pre!entc oildaonax Folvcnd J'our idler- Zt Saint-Poill Ig4c, & Sonthonax Polvcu l ont nd dmis le m me 1'ei-J que
JaU(jj "' 't ('k't e j"ILU011 Sit IA MC'1111L ; '107, r tllalficlinurls f ,Ilt aji,,, renters mai, ; ti.-nuenticn la LL deftru'-ton de Saln -Durnl;ngul- V(;us vo .-t z, Cizu-, CIIS, que 10 qroche d'ill "u P-n(laue i le feul qu:on ait pu Iaire j afi,"Ibkft d,-_ eizeit di 'Inu6 de Gpvn,!;nt t I oujourj orl 11-, 'tuurluit pour ]a nv_-me caufe, faw aucull folICI0111011t pizf6ue vous clut lit P,_11 2
da fvft"I-IjJ dt





74
fafrernble'e colonkile prouvir au contraire Con atracherne nt aux principles de Ila nation. Ainfi le reprorhe d' d6 d tombe donc, de lui-rn nie,- & je porre id au not de rousles colons, le d6i Po rel & Sonthonax el'adininiftrer la e'

di d
moindre preuve de cette ft fouvent reprochtle,
jamais prouvi 11 v aip', z vous voulez ccimoitre refpric public de la colome; c e -la question qui nous occupy'; car le reproche d'indlk op ance neft clue rubfidiaire. Je
'de c(inn('.te cer efprit public C'ell de voir, fi la ma-' moyen 4 -aingue 6roit attach aux
jofit6 des citoyens habizans de .-Doi princim de I'allernb.lt' de S.-Marc i voila' I-a vcai thennoMetre qu vous fera connoitre quei toit refprit pu fic d-- S.Domingue. Eh bitil i citovens lorfque Vaflimbl6e untMarc eut pof lQs bal s con4itutionnelles de Saint-Domingue elle 12s ei voya-, avec la letter lue, i tut tes les communes de la cAoiiie.. Par le dkiet rendu -le A mars i-79o, qui avoir i b!M accepted, que I'a& mWe f' umit dLs qu'iI
d6crer A 6toit dit que d.-ms le cas o' it*
arrive. i ar ce U
auroit une affembl e c--,Ionial,! exifffitnte les paroifl s ne s'en r6tiniroient pas mohis pour favoir- fi cettelad'e'mWe continuero.t d'exifter, oui ou non. Voila' 'a peu pr s le texte du d6crer du 2.8 mars. Qu'a fait I'a6mbl6e --tnerale Elle a dit -: voiU le d6cret du 18 mars qui nous fournet i une.' nouvelle nomination, 'a une revision de nos pouvoirs v a une efp ce gie frutin 6puratoire ( ce mot eft plus connu en France ). Eh bien nous envo ons tous nos ades nous fournettons par confiquent norre corvduite les bafes que nous croons propres a affurer ]a profip&rlte de la colonie tout la. colonie. En del;b rant ft elle doir, oui eit non, nous conferver dans les pouvoirs qu 3 elle notis a delegu6s clle nous jugera avec connoiffance de caufe & faura fi nous fornmes dignes de continuer nos fonffio" C'&oir ainfl q-66 la queffiQn, 6toit pofke : les paroi ffies re rafl-emWrent, on lut le d6cret & :tS mai 1790, on fe confornia enticirement au d6cret dU 28mars. Vous vo'ez qu"on m'interpelloit de dire s'iI avoir -&6 enregitlre & je le prove par, tout ce qui s eQ! pafr6 dans les paroiffis de la.colwnie. On de'lib6ra qu en r8ulta-t-il ? c'eft que, fur cinqpaiirequatre communes, quarante-netif confirm rent I'afrembl6e* de SAint-Marc avec 61-iges, 8c &Jar4imt qu'elles adh'ruieat






71
I tous les princir s d6cr&ks par I'a(fvmbl6e de Saint Marc,
eavoye's I afriniblee conflituante. Vous dcmandjez 'a
A
,vonnoitre 1'efprit public de la colonie ; le Voila It's C01011S en majority a4lieroient aux bai'es propof6es par YaikniWe coloniale, VoiU' qui chiige la conn.;Aan c' de Fopinjoo -I 1'&puquede I'exihiice cc Vaifowbke dc-',Saint-Marc: depuis, elle. eft vle.twe en France; on a fait beaucoup de rerroches aux quatre;Xingt-cinq, reproaches auxquels its oiit r pqpdu v161oricufement, & quil feroit oifeux & r p tej.
Une autie aamb1c'e cul niale fe forma, epuis 'a "-z J n t Dofiiingue c'eft de celle-U qu'il fi ut paler maintenance.
Pour connoirre I'eff rit public qui exiPcit i I'vroque de fa formation quels knient fes princip s ? L'a fit., mblt :e" qui s eft
-ikc en vertu. des d'
4orrn6e depuis, s'tft 4galernent forn tcrets
des 9 -& 28 mars r-79o.- car il fatitvous dire qti il il'y a eu' de docrers Fre-11,114gu s dhns la. colonies .que ceux tits 8
mars & i z otlobre 1700 3 ceux -dEs 13 I!k IS Mal '791 zii y ont J'amau ert-', rroclatno.
Pluficurs olons : Janvis.
Les comni aira :-C"eft vrai.
CrulA., filnfi, ciovens oii la &rni"m a(femblec colonial S'eff 'f-onnee elle n e ton pas inLqn1'CiLUfignnelle puifq,,i'QI1e s,'elt former en ve'rru des dt crets. Cette aflinnbl6e a taujours trouve un I grana nembre d'ubfiacfes Jans-fa. march. Ces obstacles fon-, vt=.; de c- qvc PeU ae jours apr s fa formation, I"hifurrecticn-:1 c A-L. T o iie fuivrai pas les aftes e 1'aflimblee ccla i: oi c
trop long; trailleurs Ii- piochmation A Polverel Sonthonax men 6vitevt ]a peine. Ce I*Ont eux-rnu11-1- s LiUIV(Alt paler, ce ront eux-me'mcs qtu vont vors dire ce qu 'koit, :ettt atfembl e colonial. ( 11 Ji- de cette -rccl-n ,ation u 1. odtobre 1791 (1), & il aPurtic:-venons i 1'jifemb16e Joniale
(it lit un second article, commencant par ces-mots- Xous Merci-ns I'affembic G colonial Sc). .Oridley reprend: Voil lad6finition que Polverel & Son(1) OYez raze 42 de 1A premkre Uanft-





76
thona'%. ddhne tt eux-me'mes d 6 cette Ifembl6e -col, niale. Je conrinu--.
(11 lir le paff. -e conimen ant ainfi: I'l n'eiz efl qu'un feat gui m rite d::s re. roaches
Bruli-ey- repien T Vous Favez entendu orovens ; ce n3eft pas Falfiernbl&e col6njale c'e'ft Polvercl c'eft 4onrhonax qui difcnz eux-m i t e Co-nes que dans tous les atles de Faffewtil'
loniale u'ils acculeint ils n'en ont troUV6 qu un a cenfurer : encore convennent-ils que ce n etwt qu wie erreur, Crreur qu'ils paroilfent itiftifier etlx-mcmes rui u'ils difen't
-qu'elle vient du cl cret du 13 1 mai iqj. Or,_pu'Ifqu'il n'y avoit Tas autres -&es qut- celvi-fa ent lactri
fure d-.s commIlEires, il ell inutile d'en fire- d'autres. Un feul quenous avons ici, & dont nous donnerons 1'extrais dans to*n temps I,:,.Lqu'il fera queftiofi de Blatichelande, fera ef'Entiel : mais nous nous bornerons feulem.-nt 'a donner lecture de CE71t1i du Z-7 maj ; vous verrez s -contient la crhnlinalit 0, UQ 11 01verc I 'I,- Sowlionax y trouvent car alors ce ii'etoit qu'une -erreur aujourd'hu' nous accuse CA ,un crime. Nous allons fol lire -t-- 16 IdiofcIIu-,er.
Clauffon lit la pi.ce- faivante

Affenibile'e colonial 'de la parde franpife de
Saint-Domingue.

f-w-rizit de la fiance A %7 mai 1712.

Uaffembl-_ e colonial de la parties francaife de SaintDonlingue Ls b-s premiers inflans de fa t-ort-nation .11 innonc6 par tesarr&,Ies des T 6 & 14 fePrernke dermor dICI-,fiIKIn o' olle C zoit d'accorder aux hornnies de codeur Aous le8 dicdc; poli-iques que-la juilice &- Fint&et des cocojic6der.
UA*CML 1 nationale c( nfliruante avant flatu6 ces droiis' Par U11 Je' rtt all 15 P701 Faileinble'e coloiliJ-, dcc I.-,ra. par ion arr !- du zr, f prennbre ftiiy, nf qu'rzll--, tie S OPI-oicruit I-oin't i 1'execu-Ion Lie C-Itte loi &S l'infbIr qu cfl& f6ewlit ullicichement proniuku e, & qu'elle s'occupe-





77
roit amflior'*r re'tat de ceux qui n76tokent po',Inr 'c mprls dans- fes dif onions.
-,Deguis cet-tt 6poque, I'affernbli* national conflituante, ar-fbn dvcrer conflitutionnel da 24 I PZemke 1791 aC7 cept par le roi Ic zS du rn me mois, comme le cerppkmeni
la conffitution firancaife a &kgue aux aa nlbjees Colobi ln a6uellement e;Jdanres, & 'a cdles qui leur fucc6der6jlt, l6droit"de prononcer exclufivememt fiir r6rat politiqu,-,, 4es homes de couleur & n6gres libres. L'all r We c n'Vaincue c ce n. eft que dans;an eitat Je calme &-- de tra n-,
6 qu ,, jois 4,
que, olvcn etrefai cs, &- qu'elIcs-peuvelit
sexecuter; convaiticue 6galement qu'il importoit. aux hoin'mt-S de couleur & n6gres bbres, que'la loi qui pmnoncoit fur leurs drois politiques, ne I ph pas tre fuppof6e F et 4e la colatrainte ou de la vkAence, s'ernpreff, lu'e d6chrer par fou arr t6 du T nov'e*i-nbre- qu'elle ftatueroit-fu : f e't"'It
_ "'ique d,:s ho I Mines de couleur nt'gres libres k, dt;S KUlt. q 'ils abroi-nt mis bas les armes
Ces (i4-politions bienkaifantes 'n'avzi* U 10 fuccL's qu'elle avoi6,eu droir d'en artendre Taflimbke's"&,iiz d termin6e i emploTer le dernier moyen qui luj reftoir*pour rameiierleshQmln'esdocouleur&n ire's lines lo-rdne&- At raifbn.Enconf6quen6, elleavoitarr t6 depron'onccr'dvfim tivement fur le-ur &-at politiquek'fa dkifion eu3ixempli 1', flcz de I s promelles fans blellier les coi venances localci.
La commiffion qu'elle avait noraffice pour lui pr -fcnvcr, unplan fur les obje.s fournis I- Con pou,loir l6giflatif, avuit hit fon rapport. D6ja raffiembke avoir jpro-nonce. flur le for r d,-s enclaves, &depuis plufieurs jo'urs ]a difcutloili,6roir onverte fur Ykmt volirl 0 des hornmes de couleur & iKgres
-libpes lorfque I afl mMe a4iri 113ftruite., d'abord par piers &bljcs eiifuite par une letter de fies commiMms aupr s de I'affembl6e national &- Ju, roique I'aflevabl6e nationale 16giflative., avoit rendu le 14 mars dernier un d6crer qui pronounce fur 11'6tat politique des hommes- de coulear Ic n &res libres-, S.- que ce d6cret avoir &6.falltlionll rAr le roinle 4 avril fuivant.
Quoique ce dkret foit diam&mlememt oppof6 anx ditpofitions. de la Ljoi conftitutionnelle du 2.8 feprembre J-791 ri moins faffenbkc coloifiale ne vb-ulant ms compromettM
4






par )a r&Xiftance L- fAut-aes reftesaeSaint.-Dominguequ'll imported & conferver 'a la. France, puii4ue foncommerce & 1'exiftence de fix inklions d'.hommes repofent retirement fur leursonfervadon nevouhnt Dns non. plus niettie en oppofirim la. loi qu'elle a le droit cenflit cra 'rit6 pourroienr n I
uto aitte s divifions- & ties
46fordres qui acc6tercroient la rum'e de cette malheureuCv
colollie.
UafTembke d6clare qv;attendu la connoiffance certame
qu'elle a du dtcret raflinibke wti6nale Ugiflative, dti 2.4 wars dernier fan&omn6 par le roi le 4 alril uivant, elle S'abftier.t de prononcer fur 1'6tat pohrique des hommeo I de couleur & negres ljbres ', qu'elle recomicAt la. ni6ciffirt,
"'de fe foumettre la volontk de Taffembke liationale. & 44
roi lortp'elle lui fera lnanifWe.
arrere que la prdente, dedaration fera. imri- W invite M. le lieutenant au government 6n6ral
a. faire publier dans to;ite la colonies 'a adreirer a routes les afremb!6'es aarniniftratives i qui deinturent charges de la notifier aux municipalities de letir arrondifrement; invite en
'"Wre une proclamation pour ord
entre a onner aux homes
ae couleur & nt'gres libfii de renter dans l'ordre & Idt fe r6nnir aux blincs dans Jeursparoilfes refpe6tives Four
faire ceffer I'l r6volre des 'efdaves
Cullationn4- & cerA6 contorme i la. pi ce iorit nous
arons donn le6turc. Les fou&s des oull.oirs_ des- colixis
Saint-Domingue accufatears de Polverel,, Sonrhojolkx &
Com-Aces.
( 8uiven- les signatures de Brulley, Dunj, V rueuil,
4huGn3Deaabqnneau III). millet.1 Pig ., Senac ).
Brulle oyens e vous le demand vous ve= Zenr
ten Ire lire cet a6te ; A eff bien vrai Cans doute & Aire que c'eft U tout au plus une erreur : mais moi, je vais prodyer (10'il ne m6fite pas nic'mo la censure. On a fait un crinuki
I'affembke, de parler des droits de la parties fi=5 ife
Salnt-Don- ngue. Eh quoi eft-ce que nous n.avons pasd
drvi-s eft-ce, que le d*cret du 8 Inars 1 1 790 n'exiftoit pas?
fit-ce que ce d6cret n'annon5oit pas que nous avions des
droits eft-ce que Je d cxer du A.+ f6prembre, acccpt4-






ne.reconnolffbit -as cesdtroir, puifilue Tafrewbl6e colopiale fe troupe invcfUe du droit dc prononc6r fur 1'6tat deS bowmes de coulear & x4res ljb ts & n.Qn libres! ER quoi! on reprochera i, ra&wbI6e d6pofiraire de la confidence de 11 Col, rtie de r4damer le's drolts de fes ornrnettans-, lorfqt;eUe ne fait qikikurer la loi qui lui a 6r6 notifi6e? A t-on ot;W qtuw Iorfque cette loi fut rendue nul reprifen-rant des colonies ne fi6geoir dan-s I'AfeiiiWe Ilationale de France ? A-von oubli6 que les colors Cavoient, co mme tout I'! franquis -que nul n'eft'obhg6Vob6r qu*'Y utie 16i
Ui fen'1i hbrern:ent p-,r lui ou par fes repr'fe
'I a c e ntabs?
I jc 1 b,
fependa I'afkrnbke, colerti.le dir 1: La n6ceffiri de r tabfir
- 'Penda licn
le Calive- Ionic eft un trop puilranr motif ppur
Ue POUS n0us 41 onions d't)n principle kwrRel; nous noas
)IOns .
T
IoLIMertrZ, a 7u- & ts de NffernbMe national -, nous ne Cro' *Ons pas, qj e ce 'Tret porte atteinre nos droits inh6rclis a norre thre de 'Fraticais. Et ce feroit des' Fran ais cui lear en feroi-ent un cri.ne Je no le cfws pis, cito-yens
je chs giie cet aae, loin de mhirer la cenfure,_protwe combine I affernbl e colonial 6toit 46cid6e A faire tours forces de sacrifices -pour rw-nc x &- la tranquillir6.
Av-,z -vous rernarqu6, dans cer a6fe tout ce qu"ellba fait pour rameiiu,. Ja pilx i ave -votxs relilar qu& h fage prt"utioa
tri fe I ,, r f I I
que le iicrer I, 18 fiertembre fur not*N ? Ceite 10i
r6fe oit de fiatuerfur k,5 ciits des Llciunw-s de couleur nigres I Ibres ou non libes. L afl rnbl6e co1oniale dit auffitot :,,Qn ne, fait pas & lois les arnies 'a- la inaln ; ce n'cft ;ts da-ns _Ie rumulfe des armes quon fait ies lois fages. Les Cmilles de cot-Jour aEtendent leur fort de nous ; I'afrernbke national I'a riaiis Rntre nos rains: iu'ils mettent bas les wries avint, -tout; qu'ils s'entendent avec nous & nous hous w certerons fuu application de tous les principles de juilice k- Je conciliation. Certes, ce raifonnement deft pas digne ie cenfure;jcerres, cet aae n'efl point uncrime, & YanOrki q a Je pore ne peur, quoi qa'on en dif' ,onime crimindle. Cepend-aw ciroyens on a ec lit A e le f ire an c',,in:ie ,Blanchelande J'avoir mis A (knarure au )as A -ec & I'avoir-approuve'. Eli quoi Bl nchelan.$, t1r;"ir 6-6 co :p-ble Xapprciuvrr vn iae par 1equel I'atfetu"1161UM01L que Iorfiqu'un d6cret lui foroit no-






elle s7y fo=ettrolt. Ge6 Un bou e,, es PrIn-6
vous cha'ppexa pas I qu i y
cipes &,je crois qij',il ne' 1 '1 1 4, 4
dans cet- atte dacculadon une perficlie wanife aoi'
i aire pa r
)--'

I -ic I'aflirjabl6e colonial ati crimt Ae B nche' 9 I'affie liee c
nde, ou-Bla elande au. crime
Eiech Pof
Uc la e 6laiiiale, clir onfin vous -ven z d'e ritenAre a k e de at'e VAT le e -tair
$I&e; vous ,ez qu'A n' ft, point rifrat e a auyrit6 natidnale vods 'ovez qu'it ne porm auc
uti car Wcre criminal; qu au contrarre, it renfer'me routes les mefures pour ramoier la paix i &- c p,-n Junt Sontlljowx a dit avec v6rIt6 que C koit un' des chefs d'acepf n, intent'ss ontre Blanchelahdel.
Certes BAatichel,4de'- k6it bicti coupable d"afliz. autrq crimes fans lui en fai r-e un de ce qui ne pouvoit is 1' tfe.
Sonthowax n'd pas P-ti an.t1cr centre tious d,,Un- crjvn ft!Pofie 'a BLn.Nchn&-., Au furplu clo en ,* v,3LIez-VOUS
Fai'oir r-f enible'e colonialepouvoit e^tr i we des crim I es 8e Blanchelande ? V'04'ile-z-vous connoitre I s-vrinctpts 4e I'affien-We colwnale, qui a 6t6 remerciee par-les d,ux homes quivienuent I'accuf r.? voulez-vous connoiltre Flen lit- ralement fes prhicipies voulez;-vous conno'Itre quells
&oieiat les -v rit,bjv 4 e
Ies- lurrlitions de atte a6mbl'e, & en m me terns tout ce qu'elle rojetolt, tout Ce quae avoit tn-vie de f-tive rour Ic bAim,. e deitiande je,'-Iure de ]a lettre ,ae rairem'bl e colonial i I'afft!mbl6e nation-ale efi 4ate da
4 lokobr i -7n Z.
.4 h6rnas Nfillet lit cette letter.
rancaife de S Snt-DOMX;Ue
V&femblZe coOniale de la reirtief
1 Pq r ionale -oqobre
V i J 4 1792.
La colonies de Saint-Domingue -mar6oit, glands as
lVers L -,d=fh-u,;Uon. -oar les wanceuvres des O'ntre -r Ula vonnaira tous fes orders du pouvoir exkntif. Depv'
lorg- t ffins k provincee du nQrd ne .-pref'entoit plus que & Monceaux J-- C-,Plres &'de'd6combres ; celle de loueft, vkbriie,&fign6 de la vlen.,,ean e'ties ennemis-Ae la xe'vD,
Intion ,Wx
&voir a a popz;htio bataillons d Artoie-Nerinai.Jie une plus longue r6fi!hnce ; enfin la pr6L
vince du fud ven0jr d C' re livr6e au fer& 'a la fl=me.
Les amis de lair'rapce de la COIAWEiOn d VlDrOidBt





Ir
eti rkret leur Aotilc'ur & lour indiona-rion,' tandis que rimt uivoit le cf ime da'ns tomes les padres de la Colome q e les bourreaux du people Oienr encore crier
veqeance contre-le6rs prc.prcs vk,_kim, s. Voil lapof tiondot doureufe dans laquelle .4114. jes commilltires i arionaux CI% its ont trouv 'rom'trQP.malhLUrQUi'C -Colonie.
Fn6n le kangage des &16gu6s d'uiw nation fouveraiine vient & fe faire ente dre pour la r :nii re 1-bis dans un pa dop' les Pallieurs Ant lexc d,6 le-4 forces qae par lit tranifuni. & la calomnie. Saim-Domingue cependant refpire 'Un-111,0ment les auteurs def s maux fwat J mafqo& ; les 'Jois vont venger fansdoute laviqlation des prqri te'ss &I& Mort de cc-nt titille individus.
L'all mbke- C610male a du' indiquer I la'nationj dans les oni,.(;s d eS repr6tintqns ISaint-DoIningue'.. la maiti facr&ge qui 'deI'gnantl les vitliffies'l conduifoit par-rou*t le .fer & la -flAmme a fon'gr& I L
Lefieur de Blanchelande eft d6fto#ce' i MM. les commiffairef nationaux civil, Saint-Domin ue ble 't
d6jiVrk cle f fencee fb s 1'6gide des pouvoirs nationaux. ,va fe relever & renaitre de- f% cen'dres.
Kii rojez do, coptre-r.volution fur form6 i.Saini-Dommgue d s Nes commenc-Ilieng de la r6yolurion. Le colonel dti r6gimenpddPorr-att-Frince, le fieur -Mauduit 6toit charg6 de I'exekuriop : dc's I-On axri c,4ans cette ifle apr s'avoir envald I'auterit& fous 1 gouvs--rn ar Pe tfiez it fe fit un. pardi mais pou Ile reiidr.e impofant, it &ut calom'nler 16s amis de IL a Con iturion ; it fallur rroi per la m6tropgle
-furprendre la mikim de fAflembl6c natIonafe conftitauiw-, ,
do pref 116 tours Jes places, de comw arce de Francei.
La diflolution 'a m'ain atmie du coniii6 de rou a' Lm violation des drapea de la ';arde natlonaleJu Port-au, Pri*e & la destitution d,,- folimbl6e de S-. mt-Marc PAK 4e d6cret du i 2,o(ftobre 179 z i vOila'-, TvIelfieurs les premi rs fl;cccs des con tre -r6yolution naires I Saint-Domin-ti ,. L'ambition I'erreurou la foiblefle leur fbanirent une foule -d_ parn ans. De's-lors les rnunicip4lir6s de I'Quoft & da fiid reccivcnr du fieur Blancbetande ordre dq fe Jhfoudre ;,deg, comniandans l'ont envoys dans des paioiffes o it n'y en.
oumoir iiniftre 6toit Pr^
,avoit pas wi projvt quu l'on f6up Ur
uclat'er.






11 c-ft vif;bL- anjourXhui ca! tout" it calcuk Tvt les rnouvemens de la Fr.-ncc. La fuite precipit e du roi) en'j iin 179 1 Jevoit C'-re m rqu&e Saitit-Domingue r be i pliis grand malhew: mais- i'arriv6e- des bataillons X-Artois & de
-Normandie Jeconcerta la c nduite crimine'le dii coloffel Alauduir aulli ces baraillons furent-ils cnlomnit' s pa- le chef du potivoir executif &- par ks agens; auffi M. d ---Blanchelande, dans'le n-iois de fq;ern1br- le I'ana6l- d--rnl refbl-ficitoit-il dti'minifire le rappel qu'il avoit &;i 6mandE 4e ces d6ux bataillons. Une liadon couzable entre'les con- er6voludonnair :s de France de S, Domingue'- de
Coblentz dirigea In mAicureux 6venem'ns dent la colonies
Vatraffinat della n'uit da 19 au 0 juillet an Port-au. Trince, & I'artaquelpr m&lit&-4 affiemb'6- de Saint,-Marc iroiont Iimage des Tallidureu(es, affa ires 4e Mincy, d'AviP6 ft,,& d'ArIes. 1\
Cependant In. condviie piMorrjue des bitaillplis frAnqais fait ouvrjr les yeux au r6gin-renr du 'Port-an-15fince 11
-voit fes armts teintes du fang de Os fr res la violatrm Jes drapeaux de)a g-irde-nationale de cette ville lui pr (ente. un crime : -h-,44 i Lji-meme exc6d de fis r6flexions A veut voir avenger ce-re injure Faire i la ConfEitution It, ,colonel 'Mauduit paye d fa. tke fexcus & le crime, de, fes Coldats. 3
M. de Blafichelande d6concerte fang doute, quite ron poffe & fuit dans la province du- Nord. Alo'rs arrive au Cap la fr6we la Prudente. On da jamais fa quelled 6toit
miffion il nen a tranfpir6 que Farrettation du'roi iMGntm6di. cette nouvelle imagination det contre-r6voA
lutionnaires'S'dance. Un d6cret Ju zs mai paroir, & fert de xr6texre -um-complot pr6m6dit6 de rneurtre & d"itice" 6.
3jr Mais ii, les amis de la revolution furent les'premieres, vMbme fi depuis- fiacenJie les cito-yens attach6s aux corps' populsti'res ont it4 ies- (culs perf6cur6's par les agens dupouVoir exicatif les-!Re ifenvws; de la na tion peuvent-ils enco.edouter delatatipNe nos-malhours?
Les droits politiques -des homes de couleur al ois fervilrent de pr6texce AU.( lcontra-r volutionnaires. -Ceft, rerreur







aes um & racharnement de ,' utres qui pyolongent. cerm tualheurcLife Suerre ell voulalt arrezer les. progrc'' de LL i6volution trainer 1i commerce national, enhii mkonnoiffa r le courage dcs: Fran ais cels ennernis de la patrie efp6roi nt par la ruine clu commerce an6w ir la Colifti-Lition. Mieux in&uits que noix.1 tous 11-s tnovens qae
s avens du poupoddon 4s' forces d-a Mer fe tlrr donw)i, t' v iqJr.ex6carif eroient fans do.,te pr":venus du mouv,-inent qui devoir avoir lieu en France aprvs la ad6ration de c erte,-, ann6e. Au(Mie fieur de Blanclielande pr paroit-il dans toute les pardes de- Saint-Ddiningue -) -coup - u'il
devoid y poxcer, & le, &fefpoij! des eoluns.---L Cen4e g6a rd du refte de Ja colonic d'voir fignaler, I'avaniage: que les cowre-r volulionnair & aru:nJoitnt des difirens cull'.plo.ts qui' fe tuanifeftes en France.
Voila" ) Metieurs 3 le pr6c' de' la r&volution'de Sai tDon-dngue. Yous en recevre-z Veframment les d6rails des trois -pardes 4-- L cojanje. Ce rapprochemeiit 41ont nous avons &A dclht tine"" artie des prtuy,-.s i MM# I-s coinmiiTLires natio'naux civils -, 6claircra Ia. Fxance fur les vraies
difpUtitions, de Saint- r,(;M, ingue.
Lafr; mblie culon'ale vient auirn de mettre i us
eux Ia conJuir& qti', Ile a tenue dQp Ljs fou installation. V ercutce calornni_, e CUM"aCCIIC4? MCM0 ju!ques dan fon itin p,.r le re?refi ,want dis rri fa- pra =ce ne l'abandonfia
s & JPR:L prokription do de fps metAr es
le'sidIn-gets Jont elle fut ,nvironn62 1-,cTC11t Poin- M-11IT11die,'c'eft ton amour po ur ]a Conffizurion' c eft fon. attachement I fies coliffituanz qoi i'on-, mainrenue dans Ic pofte o ces conffituans I'avai ?nt plac&
7- Entin Yeereur va fe di,! -er enti' remenr 1'6rergie des Pran ois XEurope va pafl,* :r .,ns le co.-tir des colons, d,,,courag6s par trois ann6escenr. ,CUr'1.1vq de mallietirs fou les coups de Ia eabinnie ; le re jped dA h Ia fouverainetu natio-, Mile, 6nervera le couragede Ia fenLlbilk.6 &S colons de Saintro 6 1 g Li e.
'Reive(entans d'une mition- fi're & g6n6reufe ft vous avez pa outer de nw-re fid la 14'ranze, de notre 1bu..
In0ion 'a Ia Joi jetez un hAlanzl" yeux fur nos mallieurs.... Vous c6tuvviffez aujourd'hai ce que peuvent rinttigi,- iik





94
rrfidie...,. vous en vovl-z en nous les rnnLeureures vie-' times j nous f6mes trc) 'Iong-temps abfeuves d&s larmes au euple que nous repr ientoris. Ne fouffrez plus qu'.on'cache es plainres d---s colonies ; alors la France reconnoitla les vrais- ai-nis de la Conlli--ution les vrais Francais de-0aintDomingue.
Fait arr- t en fiance les jour mois an quc
jefflas.

Sip7Z, DELAVAL,,prK2&n t j'F o'U (2 v r-Au Aice-pr.Tz dint; ix L F fi.:reGEANTY MAILIES L GErL DUVAL,
taire-v.
Collarionn Sz,,,,ne P 0 ITTL VIN gar, 'e des arch*V'CS

Ci LO ens, on-cherchoit .coiinoltre I'Aprir public : nous 0mmes convenes que celai qui dingeoit Yallimbl6e 6toit le veritable thermomLrre de celui de la-coloiiie. Lelprit public devoid Ctre nf_% tflairerncnt. ufo i (e h cdu I'afl'niblle; r -n I dt t 1.
Yous v nez d'enzendre quvefut Celui de Fafl'embke d'MS le, Frecis e ce qwi s',11 p. fl ,% Elle anronce qdeflc a rindu
Je fia cmidukt aPolvere'l & Sonthonax ; c'eft C&I-VCS
ra a en. vertu da d'
q Ale a renia conil-t-? & ft coiiduie., du 4 avril que Polvt:r,.A ,:,Sundhunax font v' :nus 1,a rA -mercier. Ils l'ont" donc jul-- -e JJne d-:, remerciemens; ils Yaccufent atijourdt'hui. QuTs donc d'accord avec eux-nie'mes. "Zi alors- elle rn,- r.-.cit Lh s r ,mercicmens atijonni'llui, C':-'Ct': al rfibt' 11" A pas pofficfe qjt" Li s lo raomc, U ils aAei-,-t envi-C la nivir twj c Iic du co,,-mw l3.fcu-.H'- '-enci de
rM-Ire L*fa i' n'elf vis Iv' Iible qL,e ceu- % q6i.-Jon

Cuptr CaY OILI d1, btXw,-bl- ';ou e joLir ni-*-qe
C jj'
'. d
in riter dkpuis. t I 14C
4 Sain t-Dol'VIJI I"! le
Clik I France p;ir Po'n-CIA
ces.,deux hamITI C ; 'PGU',' faire C!:CI*'t;. 1 lI'I':rj.-JjI C'







Xaccor4 aye' leurs aftes. EiifuhePolverelvous'a it, aym un toa affirinarif. fait pour *n irapofer 1i nous ne tensions r cl j Prouve
la main un a&,jk, Polvert le contraire 3 A
vous a dit qua la IoiMu 4 avril a a jamais 6t6 exekut6e. Eh bien! Cito';C ns,. C'eft Polverel Itli-mbne, aul va VOUS dire ve la -kd a L C ut e. Cc deft pa-, ma faute c'eft lui
,qui va vous 1,? prouvr. ju lis un -,rt"X1o de laprodamxtion du I I OC-10bre 179z.,

Lvs n-niiiliipali-t s d&ja for'6es, en execution de la loi
du 4 avril ., f ruiit t en ues de convoquer ;--Ak inent let

Bralley Poim & inibeti; oi ]a loi da 4 avrii 6;-oit ex6c4l." t4 I OLL elle ne I'Lokyas. It deik pas jvflible q, 'tsii hc.onrne vcnne ici vous dire oiront6ment que jaarl'- '-Ilis 11 loi da 4 avril ji a M. ex -cutee, &,,-' que ce mcme kornme, Saint-D10rwngue ai, f -it'u,,, 'proclamation p.)Lr c,?Kles d-s municipaht6s qui av oknt 6t& 166 rmLs en d(- 1,: lol du,+
avril. Vous voyez donc que c', P par !,-,s fr rr; s aCEt: dt ces hummes que nous d6truitOns 1, tirs accut"twils 1'6difice
'&efi pour 46truire le refte des ce1Q:-;ts ;'t';zroul"ra avac to'us 'leurs raifonnerneils qui tie fom '1'70nA6:; que i'" limpofOn vous ii Pai-16 de- JacnvA Ow iie. On votts a
fait un long U11 long recir
g hitlGrique ; Folver-I'vous* a*fait
do fon-voyage dans ccs p Sun
V arti-s ; A vous a 11'arb*
Wernent d1ornmes de coul,,ur de J-a,---ntA 't 4L I t
rrof*crits Eli bien on vous prouvet a c. .%- L 3 a es de 6" -,ttr do cette paroifle n unt poin -te purcL -111 VOUS It prouvcra car A-v a ici m o iici-- JaC111"I
a les i'a 11' ;)%-!"'A !
"i e'l --A
cun bomMe d,! coakar n'&olt r, L) J
kra d6mintre.
Voici le fiit rut a ort, d6Cm ",A Tt A. 'LEO U11: Olt
jaC01 (1uar,,-. ou chio, it S'm
rencontre p.ar-tout, qui [,-Muits ,-r 1-'

T lit ville. Gv, quatre oa cing chcfii J, 1,.vti, qui





86
tomme vors voyez S,6toient ports i des voias le r9t
krolent cetx qt-,e Polverel voilloit ramener aveo lui ; e*eft-, dire, des e'gorgeurs qu-Qn ne vouloit.pas recevoir.'Udefis il vous a Eit le Y cit dun voyage contenant des details tr sOifeux. -Teut_61a fe r duir i favoii qu'il vouloit introdvite dans la paroill7e des egoigeurs dont on n'a pas voulu 'ermeitre rentr%-e.
Quant 'a Jere'mie if vous a dit que ce quarrier koit tr sx6calcitrant; qu'on ne vouloi i it point reconnoltre la 10i du
avril -, qu'il y a1voit ceci qu"' T avoit Eh bien !
,Citoyens on yous prouvera qu A y avoit des hofiimes 'de couleur'dans ]a municipali-A Yefj3 re que lorfqu"k)ii 'aurai donn6 cette pre ave lorfqu'on aura- duniontr6 rexifteinCe, d'hommes de couleur Jans la municipalit6 on verra tomber de lui-m me rekhafaudage qu'on a Oeve fur le refus d'ex6cuter la foi du 4 avril. Rrhnie rent roir donc Jans la, cla.4.1. de ces municipalk6s inflitu6es en execution de la loi da 4 ;LvKil. C.ette loi 6zoit donc ex'rur6e dans la lpr'fque tota IAt6 de h colonies car on ne vcus'a. cite' que ce.,, deux quartiers.' Mais qmn4 rn me vous adinettriez.( ce qui eft 4traire a la v6ritk ) que les deux quar iers n I
ont pas exe=6 la
101, du 4 vril ; qtmnd -n me if fetoit vrai que qnelques autres quar:iers ne Faurpientpas e%6cuz6e Ile, feroir-il pas, ridicule Sen inf&cr que la 10i du 4 avril n'6toit I as ex6cur e dans 1'6t-endue de la Coj! 'Jjie ? 'C' eft c6mme ft I'on difoit qucn France if n'y -a que des royaliftes parce qu'en France if ya une Vcisd6e ; certes pour la po nation & Ietekdut: j mie &Jacmel fonr 'Moi Saint-RO ef6 ns a n-ungue quie deft
]a Vend6e ii la France. Aitill je conlAus que & ]a part de Polverel 11 y a une alkgatriuzi fa fl prouvte par fto acte ni raei quaftJ if a dit que L lol d 4 a -ij n'kui U, vr it Pat
ex&uz e a
d&kuir Faccul' duh Xind6pendance p6rt4e co tre I'at-' fembke de Saint-Marc. Y,;,&truir I'accufati: n porter coutre fa teco J e.afl'inbke., quGique I.-s. conilmh1pres civib Itil-alelit v6t6 des remzciz!inens, quorque vous verliez d'enttuAre les aava de, ZVrw ftc;-i-,516e q uHa juffifieni. S'A 6roit niceffidrede hio les Idttres conli-JeAriellIES vous verriez queb&oicnt 1,!s fentimens de cclceacimbLe n a s cetre ledwre ferciz furaboudanco, Puifqa votis ventz it'eiittndre la lecture
AN






87
,ture feul aae q-ue les commigaires trouyo*t repr&hen,b,, que vous avez reconnu, qu
'il n'hoie pas digne de censure.
I Nous voulions connoltre Fefprit public, les-fentimens des sfrembkes colonials j vous venez de voir quejamais elles j;ont penf& i lind6penciance ; que I'allembl, de Sailit-Varc n I a t6 pourfui ic que ar Mauduit & par c ux qui, comme lui, ont voulti perdre faa colonip de Sainr- omin&ue Otl
__ I .
la fivrer aux Anglais. Toujours Yous verrez le mvme Ianpgo. Voye7 les merits de Mauduit ceux e Polverel. Se Sunthonax; cWt ]a, meme 6ofe : voyez ceul de Barnave i cleft la m rne chofe encore : tous font cal u6' fur le in rne plan,,fur un fyft rne Xind6penqance attrlZ I'afl mbke de Saint Marc. Vous les entendez parlor e it a Lla I f' ttion
des UopardiIns; quand ils ont aiiut Ia'ch6 quelques m6ts infignifians-, ils croient avoir fourni des preuves. Eli bien! nous le-s fornmons de les dunn r, & nous Ieur portions le d&fi le Plu' former. d'adminiftref aucune preuve de fournir aucune pkce centre Yaffembke de Saint -Marc & centre, fafrembl6e colonial; & certes A Jeur fera impoffible de. Produire dautres a6tes que ceux hnari4s d'eux-mimes.
Ainfi, Ief rir public 6toit bon dans la colonle votl; voyez que la 10i du 4 aml y 6roit ex6cut6e atitant -qu'il 6toit poffike : cartici il y a une obfervinon ii-aportante fiire ; 14 loi du 4 avril ne devoid pas erre executed (:;IZIL:xement e I'arriv6e des, cotntniffaires' civil olverel
--Scm-fionax; unarticle de cette loi lour en rcfervo4 exprefiement- 1'ex caution quan4 ils fe r6' nt6s a Saint-; Doniingu il lear 6toit referv6 de complex ter de la loi. L'itffei bke coloniale- avoit voula la Wetit'e'en. enter exku ioi ; elle en fut dif ua&e par Romme pa ce que la loi* 6toit tellement expreptive quil n&- 1111 appartenotC pas e la meme a execution. F110'.1voit 1,1i vit6 les homes dc codleur en attendant. Fairivte des connniffaires civil, qui fe. faifbimt- -long te- I I tt.'ndre parce, que I"e.xp6ditimn avoit tar&, Breft; e ie al'Olt Itl.Yit6 los, homes de couteur t venir 'Jans fon -fEin no n, conune repr6fentans ela koir d4fendu aux ,rerrnes m mes de ]a loi' mais AVJ ur a dit': i Vencz alKiler a nos d"Aihrations', & Inous, vous Prouverons que nous he voulons Tome L




A






q e unis fiaterneflement avec vous. Que &vimt
1, r le reFroche qu'cn nous fait continuellement, b4
Ir la pr&..&nAa e Mtiparhie des'blancs pour les horrAiies de couleur NQtre int& t vouloit efrentiellemedt que nous f-Jions a ces hornmes & jamais Fefprit public ii'a
Le prononc- co&re eux. fe foutiens que les Ifenibkes
culoniak s I,? f-Ont toujours condaites -d'aprLs les'principes de la r6vol ati-on dwis des intentions de suffice &- de paix,
1-s azcm, ti- us d. Pol.erd & Sonthonz N font 4b,.I)ltulient

fk, Ue. a prouver qn,--l V' Zoit Fel'PrIt public dans toute I'jt '! 1 1 L C 0 fl; L f era l'objet de la dit'cullion dans. ]a

Je 11 iii qu un m-n 'a dir, jourdhui car il
I-lie -foi inIT,),AIibh! & r6j)ondre 'a Finlf' ,.,.w-.
D-ns It grande querelle qui s'i ft dev6e entre Les opch Fliunianiru* : -'k fe-s d- fenfeurs ; entre jes niard'tlonlni, S' ceux qui, par la f6v rit6 du lears
1 1 -Aur -S ofir 1--S 60UrCes de cc trAC hontetLx; olm
pard.,!, icdat-urs de ritidependance,&-,du f
,Aotiial, &- C- L!x (IUl* Unt tOU jUUrS protege la pm pn.et, i-ran aiLe en A,, j-- d,-mianl pour que- 1'6g i L ruhlZf r,',nL-r en7re noLis qLw je puilre avoir coin.,
Ju -r*I.nJ wmnbrv dvs.pi ces qui f trouvem J. -czl% v n )s papers. Les colun5 &Y roduifeht'
cq4:bJan, qu ils Ilont eti Iii la rernife, la ri d'au -mi- ils vii- dc)n,- fouflndt CQS
OU 1 la djS 11 ef.- Clair
)dUire
rtantes a prc qu avant
A .--I fdL 'i ,o it lj Uh- jt L 'U"', -Ui ) Ii
-d- la jafiida novre arriv u, nttus
]I le faire ou'aa-ant que nous atiron3 n-)s FICQ Isl
4-r, ic donc d--i com.bar, fil lurfquon n)w
1,:IAS A un- ji;*--d lioll Vis-a-vis d? tous les C01063
bl-tncz- a L tile .1111,-IiS a IIC t, 70jj fjUjjjjqjrt
LI 'c- -111,irialt fur d "S,
C!"I 'it Iloas OIz Co"" L Lt Ux I I 10 i S de r 6 P e x w I s L
norre Ine'm
a U11-2 I't, Ui-? de I'Ats +ILjiIqbII y d--, qui i Aiz dafio ngs archives inv, -w






stories', qte iiolllis les Ayolls, pour que ilo's felons 'a armes

Hicr, en memo temps que Je vous annoncois quel 6rok 1'41:4 des allemblees cclotiales je vuus &w_ Midai un d&lai tr's -ref pou avoir les ri ces,- Jes i'lictrro fous yos Teux; elles foftt impertalites, pour VOUS prouvzr I'cff'rrir I wbIlit-, de' la colonies & veici- une letter du ratriwe
U'y comnaill.aire des -it) i-dii'nt patriutescolc-iis dc SainDonilligue.
Le citoyen Brulley 'vous a all'ur6 q11e.- d 6 C des 3
1
Lk ,.8 mars avoient ete recus avec F "ifir & enrtylfh- S
I
qu'on s'y &oit entlcrerwent'confo tmL Jo n'avrai pas do
cille I e ICS (All
v6us pvozweri6,ue le fait -it faux, puifqu I ail'
91 es ccloiliule ii'olit jaillais z:t,.,,cciiipof'ee5 qu'e do Hancs, jijun article -Jfs jnflrve.i( it"s 't-fu zS rr-,urs z fl:o dif'CIZ pr6ciffillent otla toute, rtrf lnie 1,Qe dh
dans la coloilie depu.s nns cievoit -r
alfeinWcs. Ainti fo'n.a C-"CCIU IeS CitO' CITS 1-- LU-1-ur, I)ArLv q "Is n'6toi,2l. r pas des pert'
Voici ce qu' crit Dau-.
lc!.-re de Ptwg J' mej!&v-s. ks hzl"---.-,s d2' I: d,',ctia'& iUCd
da Nord d. DO 21-,
Faf S, 7 julA I
NTE SSIrUjIS ET CINE:*Is COMPATRICTES
I'e trouvmt compronmes, P;r tie lA;'2rn'bfL'IeP.a-io'nale IJur les & cc.:IL-Un.- lil-- S "tt .5 un-I -ruicr. TI 'faut que nous hs cow',n A L; ,I-lutturule ell aepit des hommc ou avcv-h s,


(i) Cctu Icttr,: i
patriots, -6111,grzs ?I LI Nuuvedc-. U! F,( C, I* t
,&.Iign'e et, choin Fac'eux pwr, coujo, Wcj L_ C ..t it, C Iv
B) uIlty 'L3rcli :V1:1 L'_ I Libilt.ld Fab' t :_Iu
Dun' ;', t-XC. les rcpv ,tntcr a ]a t:n
d,"Il' ILAr'f PI-UzfUjV:IZ 1'0IA_,LrJ SUWJ U-I
G






foudovio par I'A gletcrre qui ont fait rendre ce fatal -dicret. Ici la r6fiftai-ce deviant le devoir de toutbon RanCals; .--Mais p I our que la r6fiftqrici fbit efficacy, it faut qu I elle foit unanime ; Elie nepeut I'&re que par le plus inLiine ;; le plus imperturbable accord entre les colons pro!ir -,s ou non-proprik ires. A otis au, n a en-ioins nos
11(lilis, aux ennemis du bien r6l ic lobligatioa de nous avuir reunis dans la pc-r-e' g6nftale dot-it nous fommes me" nac s, & coyzie-laquclie n,-)tre prem ere affembke colo111,11e do aint Marc- a imitilement voulu. yous pr6munir. S-s preffentimEns qui -I-,;i avoient fait demander pour la corexercice du ponvoir Kgiflatifn, en ce qui tie, touche tie fon, r vkne, int6rieur' les preflentit-nens dis-je voui avez trak s de tes : Nv iiement en v6rifie auiai;,s pretex
jourd'hui Li juffefil.
P&ifl'ent I-es colotiks a dii ltobefiplerre dans li tribune Fafl ii6ke national atix gr4nds applaudiffernens de certe afl&rr, I, e & 6riflent les colonies plut6t que
de laffll r porter la mehiare atteinte fa d6cfaration des drolts de Fhoi-Atne,
CAI Ott chir, meffieurs & nous hvionsprevu & yous en trouvez Lt pr dit- I'Hoadans Ll-lettre que AT. Uin-lieveCque1114aud & niei nous vous krivions de Saitit-Marc 1, ;o'
mat i-go.,Certe lOttre doit tte dans les -LK-hives de IV-.

NoteJoIrte 'a la Let.-re.
-re a vo)4L' eepu I 'a Perte d4 1 'es, par det E --bi fptei on'
vIte _bica, op ot' es au !- rinciyel clu'd profelroit d ns I'aj*mWe CUIJIMLIVItf. 'I quc ts coniplices "I- lui o ut tenu les r n--s da onies au'cuu fec.,urs, nuvcm metir, ils n'ont envoyc' dan, ks col UCIUVI-A'c.ni nie fur !a situation & ]a France. Us fe font coa laslitll--r' 0I.Cs 1111 ra0port que I-L Conventiori avoit cbarg fts Lik: 1*,I,,t public, dz varlae & des colonies, de lui faire fur
-s n,-.- p(jur I eem ) Ja d6crct au 16 pluvi6fe, 4
fur It codifite d-s conipiiffaircs civil PolverJ & Soati-on2x. lit r, m U-tprls du dz cr,t qui -ordonne ce. rajo,. orr., fait enlec er de kes deux oniiiift'dres opi v amount prad W6194, :,e & nc Ics ont p-is rempl.iz s, dans I't:f cir que Je$
Atricains I'ans arnics, fan i f-coars fans &ui(Aes, flubiroicnt biefit& Ic jvug deb Ap- i s d-.s







fill






fembl6e provincial du Nord. -Je daffligerai 'pas voscceurs ell vous rappelant ]a r6poqf que. l'on nous fit; rinrker g6n6ral dont fai I vous entretenir eft bien autremqnt important que ce qui ne concerned (I ue deux individuals.
,, Vous 6r!ez dans rerreur., Meffieurs, On raxant d'alarmes faufr s & fimukes les jukes craintes que nous cauf ient &- It secret du 8 mar's & les inftrudiolis du A du rxl me mois; .voas eriez dans rerreur-, en voas bornant devlanaer, dans vom adreffe, que FAII-embl6e national ne ftatult que Xapr s les demand des 2&mbl es colonials fi;,F,&tat des perf6i nes dans les colonies ; eil*ft, vous riez dans 1'erreur ell vous f&lic-iunt du d6cret de I'Afrembke natiohale du -. i z oaobre dans le pr6imbule duquel elle affureflj qffernent avoir tdhjours ell fintentioii de drxr ter con ffit titionnellement ce que vous lui dti-ritindcz. Remuquez que p our nbus condamner cojurne efle I'a fait par ce'd crer, il. a fallu que coinme vous,,elle nous reprochk de maiijuer de conflance en elle; que combine. vous, elle' qualifiat d- faux &- vains-p etextes k crainte qu,2 nous avions lnaiiift'vIKe de la voir prononcer fur 1, t44 dl s Fe fotznes de la oZonie ja7s attended les demandes des q mble*es colonials.
,, Lardeiiie fiocKrtt des amis de's noirs v6us a fait rodiguy*o des applaudifl mens, ce n'eft pas fans raiRen $ puifq e vous la I'Crviez a fon gr ; premi4ernent en, en-, voy.uit, comme vous I'avez fait, des'a.' ;-anchis arme's'contr6votre afl'tiriLlea cololiiAle;, fecondem6it, en appretiant aux races africaines ef'Claves ou libres ue ce n'c ft plus la loi Mals- la feute- vO'lcnt6 -d-s cololis de Sahit Domingue qui d6ormais retierif I s tl s dans la fervitude le,;"aumes 'a N diflance qui jui4uI, ce jour, a kpar & doit -A jamais ferarer Ies affianchis de leurs'patrons. Le rMacteur de votre adrefri.'a voulu,,& fons doure a cru dire en d'aurres*terme3i ce que nous einendions. dire a Saint Marc par le pouvoir kgiflatif' pour le regime itit6ridur, a cru aller aulli Ivin qLIC lious I&- le fait eft que iious--ril ClIles qui I'avoiis laiQ Bien de Fd'rrie're notls-m mes INIalieurs n3av' pas 4 to" ,afrei loill Dous tious fommCs tromp,6S ell deZUaiit 'i I'Afl nibke national la de'I garion du pouvoir kgiflatif pour notre regime' int6rieur; car c ctoit 1-ji r-Q nnoitre. le droir Ck Uous le'refu!'er: c-'C'toit, "a cet ,-Id, ious mettre vulon-






tairernent fa difa6tion R fallout dire je voas le r4p te,, d'apr s M.Gafifer &- je voos pria de le faire favor i M. Ode-jup(on r,: pr6fentant a Shint-Don-ingue-3) il 6lioit dire Ce pou-voir 16,viflatif apartment a la parties francaife de Saint-Domingue c-n ce qui toache Con regime interieur, tout. ce ni eft
6-zrancr fies rapports corni-wrci-iux avec ]a in& e : & ce pavoir-lLgitlatif, la colonial de Saint-Dorningu dklinlle reren:r, &- n'inzenden M,. guer 1'exercice que dans fon feia-au-c -11 mbl6es colonials librernen-, 16-alement P)rintc- fous la cule fan6tion acctp' tatioit du roi & s'd lef-va 6, p'on le convenable) rapprobatioli provifoire
da g(juverneur.
YoiL 'Jiice: lim's dironT
_quelle doit erre la bafe tie notre
tnftnto, knon dans lc- tfrnios dont jo veux me fQrvir,. Mt moins en fubftance

AR T I C L E VR F M I E R.

TVfch-,-agc des noirs acbct s Yla c'te ,I'Afriqu-, venh, Saint Dorniligile., &- des enfam q!ii t ll proviefill-lit Qft Jrrt:,vGcabL--i-ncnt maintenu dans 'cctze



6-A d--- la uie des noirs le ret' eJ ia)pot
I-s- blinds aux --.qratwhl; hfus d',O anchii c6t.lvur qu i,,, ic,,-, d, i"re'VOCIII, ,,,I
'a Saint-DornillPI,



i-!l collf quence les'aftr ,iiclli ill'as d'ii'manclclic-ba- cot,IeL!r qu'ils t- ijit, dvtnturEnt jannk tu,* O Q;I"lal, 1 2 de-blaiics, ll, poea0lit ctre rl M'0:U-!, Li -n-al, C01-1-11IMarOlit d* ,rv,
I
A Nal-,S IK f-lll ililclllll l-. --'acilcz fous







L






tefflon des lois, po-ar-la su'ret&,de Lmrs perfonnes &--Je I eurs rropri't's, & As auront le droit p6titionlaux ailbmbke

Tels fom, Met-fieurs, tels me-parbiffent du-moins les principles auxqucls nous demons tous nous rallier : nos falves mUmes -,. nos iniiiiitiL nos vi-Olvices fugg6r ts & atif es Tar nos enliemi, communes doi-cii-I C-Iro d&forma6 le gage de notre union: que rkii ne la trouble plas n-oas triompht-roiis d'une fech orguQjlleL,--- ik folle qde je cmis plus' eriminelle, encore qdaveugle. Ne- damons am refle q v! no re qttqchemen't a' Lz m tropok po jr jwt t.f de norre rifi',dance au, d# flreux secret de national nous E, ons vris
d'at)ord puifqLle notre hit rc t pour noils v oppofer & pour r6clamer notre i- giaie eft a Omi 1146rk d-. la F raiwe,
& do plus, ndus)e*rons biewforts, fi noas rL:flons wfis.
Y, I'honnmr Xe*tre, &-c.
e DAVG7:

P. S. Je remets cette letter r,Ir dLIpliCata, I'mie I Tranonderio, I'autre It. M. Xtivray : lout fejour a Paris la connoitfaice qu'ils ont I-,r;te des vues de nationile, L-,ur unt fitit appr cler les principles qui diriSe,)ient I'allimbl e ae Saint-Marc : Ih f-ont L-n tat de donner nia hitr, 1,24, d6vcloppeniens dont itivpir bef-oin.

on, vous p-Irlo on vous en parltra d'-a6hs
Id'adh0ion- de ti=e pirt attx d crt ts de rA6nibl6e nanonale t(juchant les colonies demand JI nos ar garq:zes ce (1,, Vt-,C:zf UCL Or."wations Contraac-esvzo-C les deux -,,achets.

11 eft ainfi-en ladite piLce fi ,n6e parjph -- & depof & cn. la cliancelturie du conflilat ae la 11 pttbliqL-? fram-,6.-,-, er,-,r dt, Pell fvlvanio parwAe du i z d ceaibr 1-,,13 all 11". t la PUTILblique fr-ncaii'e.
Si BFAUVARLET.

son!honax -Voil Citovens la 10-ttre que Da,-!gy a LOve ,a its CC-111mettans, de la province d,,l N ord j-- la rc,-a





94
Ali pretn'We4ance: jeme r6fume en ce momellten pnant cominiffion d faire -drQii a'mi premi&6 4emande'
PoNerel : J'obferve 'a la commission que. original de Ipme &ift mon coWgue vient de donner lecrameA d6p,( au co"fulat Pfuladelphie nous n i avons entre les nnipi qu J% use copie cerdfi&e par le hariceficr Bewavarle",
Le pr6fuh= &clare que la f6awe eft levEe.

Le rq lre da prifenfes Me Agne' 1. PH." GAitwi Pre)Tdent ; Ltcoi'TE (des. eux 5 vt s Secretain
AsT' -. B- D. MAZADI,%ALLASSOUI
ILLoN G&EGotm,
PsyRi, FoucnE' (cie Nasres).






















Tro ricme







Da Pluvit re.

L A r6-da(hoii dcs d6bats de la fiance de VeAle -ell lue
A adopt e.
--L, p -jtdeat : A alit d'buvrir_ la difcuftion je vais dt-Innet leaure 4u dlkm de-la Uonvention natlunuf& dII-4 -(A'L%*it",t ,, qui mdonne Vouverture de d_" bars, & qLf ieiit d rrd tavoy6. officiellem-nt-i h camiIMIlon tivs cdonks, pmdanv, quon bfbit le PrOC" SVuI:b_-Vd'Iher.

Aucomlt Extrait A roce"s-:verbal de la Conven',ion 12aile marine,& eionVe da, quatrie: -e Jour de p&v:qje, Ian. aonieS.
tro fiz me' de !a He;p4blique iwxaij une


N kq. La Convemion- tiati >nale & -te que IA'
commiffion Je,, _,Aonies t! -,tendra L)a s tois
jours, Its ftccu ] 's acCuf"
3 & ti dtiis I'aIT'J
ties COIOIU*t ; '_-U.' s d "bais qUI .-Ur6fit litu, front rLzueilhs, itutlrnnt _S difiribu s la

v xir le repr6fewaardu people irif'pectear aim pmci:s-verbaux. Sig W., ViGi;v.
.0
Collationne- 'a original -car novs reprefentans du people, fecrt.-'-Lair'-s de fa Owivention natiotiale.
Paris, le 5 p'ui i6re -de I'an fijfdit Oux, AIERciER
S* e R Ires.

i Renvoy par le comite' de mal-ine S- des Colonies A ]a ComTt jrion des colonies, le io pfuv Ue, i'an truilmile do )a R62U'Jlique francaife qge indivisible. "L ,
S;grl, J. N. Top-,z,.-T, MwNE'L ciitair $.
To.-n,, I. livraifwz H,





96
'Le*oi,7t's (des Deux-$Zwres) donne leaureXuh arreAtc"Je It gommilrion, en 4ate du I x de ce 'ois.

T oi i me ann6e, i L pfuviafe.
com?; izon des Colonies.
A i -i L
La"corm-nifflon des colonies, confid6rant que les debates ordonn4s par la Convention national, entrIe les acc.ufateuts' & It!s accuf6s dans raffaire des colony es n attemdroient pas, le but qu'eUe sA ro f6, fi les u n ent
I g po., soulesauties '6toi
Pasam8me de"c' igner v i epr cifiedansla difcullion les pirces I rappui ies. in ulparions ou de la juffificarion
Confide rant quil eft jufte de fo-amir aux qccu es les moyens de fe dtftndre, comm- at. x accu"Atc- rs Ls mo-V'ens cle prouver ce qtt'ils ont avanc6, fg.r-out birfitie cstrnoycn r6fultel3t des piQ'ces, qtid ont it6 _faifi-s en re leur; Mais: I I s"
Aut*;ze que les cito-vens appelic a la co,-ninAron d-s colonieg, pour 1'exekti-io de ia loi "!' 4 & ce mois, _qui ordonne une &fcuffion, comtradi._16kr, eitpe les accal-atews
les acru!_ s dans I'affaire dels. coimi-23 Po mront prendt ,communica-ion de S' qui on-, e-.-- fqiliep elitre leurs
mains, &-, d,_ poCt-es a 'commillion Is c Aonies. Cette collimunicarion ne pourra Ctre donn,6e, que par un memBre de la Oimmiffib, & fans d6placer.
VerneudA Nous gallons ous demander nous-rne^mes ctie les Pi ckes -rv'clam es -par _Polvere & Sontficnax leurfullent rernifes.
Sonthonax riclame la parole -q:ii,, dans b fi m:c d'hier., jai
cte T, rom c po,er I erture 4s dibats.
Br:illey : Se demand a falre une pro fizim d'o dre, ef'j.-ntielle -Fo"-. le public -our nous. Aier, voyanr que Soathmax, 6toit impatient de r pcndie 'aux f*S que J'awis
-tmonccs le n ai pas demanA& pottrfuivre. Tobferve fellU nax tirer6t parti du reIcniznt que, dans le Qas o' Sontho ti I




97'
,he A'avoirarb r' IS cocarknoire d'avoir retarJ fenvoi ae FaVii-O enl'rance jecOut r'-fatIf aux -bateaux a oupape ou &- c.-Ivi par lequI il annume do honmi-.s de couleur, Ont _e'16 IUIAI 6 COLMIle des 0) tcs Tteves, )e me i6ierve expreftiernen-, de Iid rePondre.
La, Commijilo," aCCO11"C Br.: Eq la f"'zw L re o4jfe S04honax.
'S nthonax Envovair I'ac'iarnement que les ciroym5; colons rn,_-: em- daas e!zle em-ein-e & ;iors de ceiteaflervbMe,'
is Livent denY*nd la cauf* je I'ai
je m,:ii III io e rouvee
4ans le &,-r-er du 16 pluyi f:- an z. la ljbek ,6, c'eft f mdipendance Livi des qfkains, que 1. s cioyeng colow veulent. a-taquer dans nos erfonhes ils f venr que nous en avons &C Ls -Ius ficrs & les plus intrepidts de'fvnfeurs. Les c lons blmcs de "- ,jintPomingue, oui on, ici leurs: axtifans, convocut--n-, dans ce mvmtn 'le bz7n & 'Faeric-rede la -col ni 'de Sahit-Oomm ;ue. 'I oute la ijyblefl (je a Peau arrive a Paris de tous'les p-,it- ,ts Je I'a R pulshque, pour machinery, non 1'eulement'-Viti-re Ilous, Inals encore com-re lvlui inimor-.elle de hi hbertc: & ce n'oft pas directeintnt I qu on pr-_ reud I'a- taqaer eell en fembarrall-ant par de:pi6!-endu" rvIjermns de culture qui rattaLtieroxenr au3C Crs que nous s. Les colons
ci-devan t et'davEs, It:s f avons bfif'6
ne fe contentmentt pas d-, i:epanJe la cdomme par tout : hier, hir-la place du Carrouz'e].-I' ai I'Ortant de cette enCeinte, j'ai ie Am dt devx c.?nts colons ont ameut6
h pflp'l en'l a me c0briif f'uS : Moll COlh gue PblVe Is AVec Im
Verae:iil d0m;mde "CLe de c'-,-e acc-Iationi. 4
Sonthonax Cl-k6ytns qui t: tt:s i':I rfef' ns' je Vous prie d'in1jirer plus de prud-nce a vo litcaires; J'ni fu braver 'a ';aijit ards je no Is re iou.te poin, ici.
-Dorniv-ue VOS poign:
Puifft-je p rtj'r alfalliale- pourvil qut- t1uporte la douce fa:dsfaction & voir It Lafricain libno & heureux, & ue
Vous endu6-z le fPe=iee-'de' foil bunlieur. Je patfe outre' cette digreflion oblig6 de Je dire pour. vous
prouver l'.fcharn,!rqmt q- conre inei : je ne nuis
pafl'C r dins Ivs I'alks enter -'ni futtir de la cornnii1riop, %_1 z





fai s 'tr CM0 I m e
i e e, infult'C. Les t it s des infLike's q ul ont r6
fkiies hier Air- h plice W tu e I fG I I t 1 I rph*is 11 e ft
inutile de lt.-s iirt t ,nt-mdre : )e pE VIEDS
au fair. J'ad dit 3 daiis Favaq-_- & .nlt*:rl- fc, a)_-e C', ue Ia force desplliu cd ".-Domint- tit dens! fvft,-._,x i'adi pmdaiye
eo t_ '16escQl' I
bien proii.iA Je u x aL", i i iL,
J. e j zi dit que Ia
premiere c:eu. 'K.niblt'es C010-1liakeS Oft L61C, Cle arc:
(:,io aimonr,3r, mal,, picnic (-.tlc ex 2rcoit penance 5 je bov-, le 1-rotive'r : fai 'cht, que Ia.
Joz;rce tic Its 11!Z L zolollic-S VC111 *,oppofitio;i Ll ,S
Corr's puprdai es- aux' volont s ,de- Faflinibivc nancnale & France'. Tii'd ik 1'ef-rit nbiic
,des c )Ioiir U an s,, cm v! ut6t n-,--taeurs 6 s col, n,
(car de' YouloAr entri.tier dall Lint prof rip- tioll I 1:1elleu,110 Jos hori-mles cul 611-L eze"Pluti,)t etrar s &
Conduits a rous les ICS ,iliopafix menetfrs des
deux cc 1C S _Cz ir V To
Far ks
fiur fur Io Ia JUI_' I*S' 1- 7 'L'qi:
notre %vrtv -1hil-'s L CAonie.
C i a
pour c*iicult Yu,,rr, I _?US .1a Cohrik
f2 11 i lroi t. L, S C 0, 1 k:,s L n L%
WL, etidari s ,
d e s o it v c, i: r s s ft,,
a qui de ,(weloit 1,, miev r,_,n-, _- u
mais mv-,s !_-3 Y oul S: notlmC _-.1!_,:,,r. 1,2 u, IL C Ott plutk"t
Ia prermeye 11 )111V-fle qui a-.,-- ,- a Jaj, 1" 4 i,: la -prife
: ,
de N Jja tiil o tA-r1r,, 1, 11-) ,Id_ VOLd!A
(: re I-,- :-,-a c,,,-,Lji1 vt;nluz i 'a I'a ni- I
v ou I ur, n I C Z 11 e Z ; I 1 r c L,! r C
k _.; vou I L, rl-ur
couer Ie de conici!s
T, irb ioar d,- I,*,b,-m*! voolr d, utr_- 1, Y,
qlif? 1114u:, t,,* 1,1- 11-1 It
avage eerne Jai is so,.jm-_s J ft,
It -1 lit S
Dans le co ; -ncernol-, ainnlL, m S L
-riaire d-m
le- fud de -Ia lunie 1- :; bhui.;s admi.oit wa mom.mt les