Discours sur la nécessité politique de révoquer le décret du 24 septembre 1791, pour mettre fin aux troubles de Saint Do...

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Discours sur la nécessité politique de révoquer le décret du 24 septembre 1791, pour mettre fin aux troubles de Saint Domingue; prononcé à l'Assemblée nationale, le 2 mars 1792
Physical Description:
1 online resource (56 p.) :
Language:
French
Creator:
Brissot de Warville, J.-P ( Jacques-Pierre ), 1754-1793
France -- Assemblée nationale législative (1791-1792)
Publisher:
De l'Imprimerie du Patriote françois, place du Théâtre Italien
Place of Publication:
Paris
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
1791 - 1804   ( fast )
Slaves -- Legal status, laws, etc -- Early works to 1800 -- Haiti   ( lcsh )
Slavery -- Early works to 1800 -- Haiti   ( lcsh )
Esclaves -- Statut juridique -- Haïti   ( ram )
Esclavage -- Haïti   ( ram )
Colonies   ( fast )
Political science   ( fast )
Slavery   ( fast )
Slaves -- Legal status, laws, etc   ( fast )
Politics and government -- Haiti -- 1791-1804   ( lcsh )
History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
Colonies -- Early works to 1800 -- France -- Haiti   ( lcsh )
Politique et gouvernement -- Haïti -- 1791-1804   ( ram )
Colonies -- France -- Amérique   ( ram )
France   ( fast )
Haiti   ( fast )
Pamphlets -- France -- Paris -- 1792   ( aat )
Genre:
Early works   ( fast )
History   ( fast )
Pamphlets   ( aat )
Early works.   ( fast )
History.   ( fast )
non-fiction   ( marcgt )

Notes

Summary:
The declaration of September 24, 1791 made by the Assemblee nationale constituante annuled the decree of the 15th of May which assured the white colonists' exclusive power of men of color and slaves in the West Indies.
Citation/Reference:
Bissainthe, M. Dict. de bib. haïtienne,
Citation/Reference:
Martin & Walter. Révolution française,
General Note:
Name of printer from colophon.
General Note:
Place and date of publication supplied by Bissaithe and Martin & Walter.
Statement of Responsibility:
par J.P. Brissot, député du département de Paris.

Record Information

Source Institution:
Law Library Microform Consortium ( SOBEK page | external link )
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 777010980
ocn777010980
System ID:
AA00021745:00001

Full Text

















This volume was donated to LLMC to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library







0 2

Sur la nicessite poltria de, revoquet lo decree
V
pt mbt-c ur mz. .#ttrc fin aux
u- 2-4 Se e 1791 1)0
troubles de Saihit-DO'1111*11911C

Prononcf' A Passembke nationalt- le ;I mar_ I

Par J. P. BRISS OT, Wpute du D41.artenlent'de Parls,



MESSIEURS,

A vuerre civil a. succe'& &,i n s Salnt-Po" immovie, a -ta atierre- des esclaves'-, On pivt& tr o isq, especes,_dc gue.rre de*chirent maintetiant cette malbeureuse isle guerre des noirs centre les'
*b guerre $
lancs, des, mulAtres centre. ks blanc
.n ont qu"une seule caus e maintenant 4'en con-, Iftue Oque I'm a*t cbercW 1"obsc 1'*
quoi I a urcir .In-*'
pstice comic pe enversles gens de couleur,
Tel estle. point oft se reunissent inaintenant
Ap
les opinions des homes qui, dMajimant esprit de parti ne, sattacbent qu'A. F6vidence tous 4bonvdennen nde la neo ces sit6 de r6parer 0 cette inj'wstice ; on ne (fiffilwe (lite sar 1(1.1"- Mode tous-clon' nnent de la n&essA6 d'accorder aux homines de coulear les droits de citoyens actifs ; inais les uns venlent coliform6ment-, att- &cret du 24 Sep,
I. P. Brissot.







v, wuls blallos
IaLser an des colonies la
faflulte* deleurconf6rerces droits,&autresdentan Jtj a Irt rd ocation dtl dkret du 24 N" ePten1bre I; d,,ailt m-s; voadroient que sans r( !.vvoq ier ce dl6crc,t on se, bornfAt A* rtatifier les concordtats A ou Aprendre une mesure ave.0 la(litelle On 61'Lldat la q estlofl sur le d6 C--clret 1 du tA4 Septembre.
QueA p4rtt* devez yous lirf-!T rar mes ett
Celui Ift(Itte 8 accordent a
,ne !a justice et la poli
,OUs recommanden c'est la r6yocation da- df cret dtt 24 septem, re. M. Garrand voits a deMontr6i jusqu a 6 idence que les principles de, votre ,
C- onstitution Yous oidonnolent cette revocation 3,1 vous a dtmontr6 lue -non-settlenient ce d'c t
pr 4 ti-atto (-,At (" It
llkoi mit cons ionnel mais qu'il
Ine 11-le '16 11C Onstitrifionnel. Pers VM6 que 1 s preuves de, Cet orateur aust&e mit port6 la collvict1011 tlans I t 8 alflf s e ul envis ag erai P,,Ointla questioll SOUS le Oint de -me de droit wais sous cektti tle la 1.)Ofi et, )e vais in"Anacher 'a pronver
I'* conserve
lptilr -Jes 1-alts seuls,, qtie., votdoir c'' r le d ej' c re- t d it septembr(-,t., c'est vouloir entretenir la g1terre civile dans Saint-Dolfflllgue, c7e t voul PlerPetuer 16s 4-6sordres qnia'ffligtjut les colwu*e$,-,,
e- gardemi- -biea- d
les trots rap.. orts de)yotre cot:nit colonial ; la
1gurie presque par- tout; onta cherdid attout it jet ter Ae la d6fitreur s r la caused,
d,,l,,,cotdeur; les y a calomn*& plr -tout,;, Oil Ca pajli ,Ptir-tout les lal).U."'St-110es
's des Wan( in de rkabl*r la vd
rit sqiMleseul '' 6- *t dirivervotre d
ot potir la r6tabbr. *1i, .we saf hviv de rapprocher da. s le i6 t*ftc-a*
Tle qu, arop n -s p Ces'JUS'l
byes pro tlite's PAIr to C041ite. pl abs olument M condanination-du rapport de votre 001114 colonialo On a--cru qne leur,,enornie vo-








le lecteur le phts de la
ve"r it' icati tin, et d (Is- 1*,'IPPr 0-C I ift-y-vens -0 je I es al tal Is 10 vous elililv les ri:" stittatsn'. A st en parwurlatit' la ser e de ces 1-11its que wous PItrvI*0n dtlez ."t ctemnoltre les & ers parties qui (avisent gue, t vous ftfire ttn justo-a J*f 6e Ie ir
'. ticre I q dd
tion, eta ous eonv li tte les 'I
couleur solit ni'rs podium fibcrt6' ct quo, les ad-* Mettre dans lets di*fferens et wps achn"inisstratifS
1 UAII
t a qu,6 r 'i r de n o u-v e a tt
la prosp&46,des Won* 14'
et do G "Ies t i 14- zis tItIf 0
leS 610igner I que fes su"bordo'uner aux bLUICS clcst semer Ie,3 J.dousies, les haincvs j IeQ di 'Covdes
0
eternelles. Gi st --en voyant d'un autre cc46, dani 1"histoire de ces taitsl'orc),tj ell, nicti-r-IMe deS ]a perfidie de ras;L;emWe ec4ortia1le et deS- 11-iselli Ie$ C'ttr0C'jLtCS eu la saif (Itx
9.1ifflage des petits blanco qu* donthient ces ttisse
"Ces; IC Ia facil*t' aveo laquetle Us se, 80flt'

Par"ur6s quand 1.16-ont (-,-rti avo"r L a fbrce deleurl
A 1 #11
cotep que vous serezconvaincits qu u se'roit
-iitiq-tied'abandonneracette ,c.lass-e"
po 0' 1 Ivue, 1,16tis
et irascible des planes le sort de la c1as"se 11''011a6ta et do tic e, des- homim uIeur qu Oii
-3 40]
measure
yolte 6ternelleso
On nous a dit cent fols que la'-question do homes de couleur ne devoitpas Se d4eidp7-f prar Lis
rincipes, n1ais par les, faits et les-lo-ahtfls ehien e, est par ces faits ceit'par ces locali f6sr que, je veux reverser le -systdme dox nos'adver'w salreso Je dis, que roxisfence de cewA' ,, insurrecuon est parAtout la coudam tation-du dkf'et-du d'* 4 .
24 september. On y lit dans c'hctque rait cette
0 1
v6rit6 *. ou supprimez le d6cret du 24- sr:p tembre ou consented a avoir une guerre 6ternell-le,
z






(4)
'tie, Itw'- ivttr,,-; CSI la rei
pre III 16A 1_11
basedesop "tationsde celf-Ma
_ux du p 1,11 *loL-,o phe, tc-,i J u,;,te et rutito d &j t. Att yc
fo.nt (J'a Un-, et cQue catise votts en ottre enCOIYIO 111.11e. Ide'.Mon'strCat tell, On votis ta prouveliqui'A
U
f4alloit i-optIV Avati Nrou s- pronver p A est
I-IS C! je t -wo i p,,acottr nt
It t *1 le Jt_"t re t -twer et
d t tie, rre cl v it'e les effects I etat ilAIIIJUgue, et le rem de quIl conacwel do Szaint D e I
lvleliLL 'Fv porter.
(j t6 l t p1rel
,,err. c,,ttise do ri-asurrection (I o s hwn Iii -s de, c o u ekt:t r o ) nrta, s s I- ion. On adit. qsle 'j ItItj, t
le ew vroxt 4111, 1 # el Ot Ia cause de cet-ste pre2ntereitistirre.,ctio"."IC(,toiL iet -xiideabsurdite-. 4Car (:,oazvnent strpv)o L-(-;rqtte des Loinmes se. re,

(Jyj Ce no f oitit te de ce
t t,
d6cre 411t les arliles .1k"I 1"A '111111*11 des hoinmes
ile coule't-ir, mais ]a dotdj-,tir de le voir louler
atix pieds pat les blanco elt ICUIr 4r e solution de rie
j P q S5 le-fal't'o Les
TO *t, COnvienlient all OL'ttr&Jftt J% i (I'Ute'' Ce a-CCIV-111, C4LIt
la Colotile sl Olt (I,
4'allve ut voulu le stik"'re et
Lnecernpaper do quelqttes -forces ; ww*_ 5 les
trigrms qvit n avwent P-a Pettip6cher en paraly(,Vejj46 41,
tj()II e U X.'* S dolto S,4c
US,( de t -w leso
s lies trotibb s des colon"
V, 0 1, 'le L # I IV viis les coloA LI secret ard a do,
uies, Josv, ithe-uts deS [I.Lomines de couleur koient
4 leur Je i),e vous -,retracerai poltit *Cl*
to utes les Vexatjo JILS atroc! totites
doutpurs dotit wicelt' alm-euv s de
po 1 i pas 0 U I P,
trois.Ins# jt-.* ne vons ra-P Ue
4 00 t4,1'ses COM, al"ftlioiis I tt, pel. section Eongue it, tutle S, 11al (1 le suppl* et cruelly dwitt' C ice
1) voy z ICS P*CC I CS JUStjfi*wAtjVeS PjI&CS 81 tt Sir*








Ce 0116reak p-LI111, pour AVID I r ep t (1
La rdvolte* Aes noirs f-u t 1-1 ; a pr,&exte U-110 11oil Re pers:ecittion, n le -, gelfts do cotiteur. Ott les taccusa d'an etre Jes S -aves con 'Ie*
autears,, -emx proves ka*re d'oscl 1111C
blanci eux que ceu revolt, -c d6volt aLa-uter et
T- uiner err-Iteme-in 1. Mais I a passion tie. raisonne point, -elle force 1,is le des I citoyez-i,8 de coulelurlh elle existiliglatite letirs mliswf- ms t les i ls,,,da" Port-au -Princto reef org6rent bientNt die k6 mer quCon. uloit martyriser, pour 8 e.,,-.qj)are-- r de" letir I en (I)#
11 est un terme a"-.Ia rettience, dos honunes qux, ont quelqtle courage *: le niOuletit -etoit vehu 0A Vinsurrection develloit, Poar les citay'eris & oou-*
le plas saint des devoirs. Elle &Iaa, &-abord Aans k parties, de I mie-st A It Croixc-des'-Bottoo (In e, t S Rc'Isolus de recotivrer "a Ia fin'- I&irs droiTs et de lt :t 4,-e eke' em ter e d e,eret du 16- mad lea
WiL- 'cs de coulour ;ais n
ein- Ue- t 16-3-1 17 91
sur la A iontag"ne de 1 4- Charbortni6re Ils e ,toiont 10in encore de singer 'a attaquer leurs #-tdv, e"r-ok shares ; mais voursuiv'm 1) qr ei ur- le mmit,
Avent" "- t-I-r6du i Po amte-rA eur,
t1xindre le scing des '.-kaiicois
jours a r(:,, S ), qu ttm
avoient. to jot,-trs disoicat-i s reoar&s conime ide-la fvuerre I-v
leurs Ures, Tel -ut le sitynal 6 ile
0 In I 1 14
118 v loielit tr6 "in-*1 fat do=6 par lea planes 0 a e I
ImIn6ment oppresiseurs As s7in-dignoient de, Iaresis.tqnce fat4l, jamais do resistance, rn fondue, d insurrection p- Im'sam60- CeA celle que 11 votre declaration des Ar. oits C04,TSCICr4q-*
Le rapporteur da comit6 colnmu*al V,048 a dif
VDYCZ Ple ifica'd 8:9
Ces Usti ives., page.
i'P. 7919
A








o*ent ute, bell
cause, mais qtt"Is ront "At e par, des actes de vio'w. Silence eonda 'n, ables-i, qoe let,. qWils r'claino 40 e ient,
&oit Illste i que pour Iobtenir its aeIvoient riece i-mr A la oi et non A la, force. Alftis Oit 11 rs
titoft J o. cr al''o' la lbi' Efle 6to*t tiette
et son icilaive &oit dans la main. de 16 Urs ty-O raiis# Ils avoient la loi nil-Ills ils la paralysoient e t i reponc wen auxp e par des
"'.6- ne t .6titionri qu
Oebafawds 11 fallout dono s'arnier OU Courbersous le joug. Je YousTai d6j.h dit Fran ,.ois- du 14 ji-til et vons 6tes coupables si es liommes'-de' Couleur-ne sont pas onnocens,
La reillica're cause de linsurrec tilon est donc, toonn elle 'est juste elle est dans 1"oppres-sion
et. dans l'inex6mition du d4vret du 1"), nvcii, Voyons U aintenant j, le 'ell S 'S xces des homes de coukur ont souille cette insurrection,
VO.tre rapporteur vous a soutertu que les bomines do co- U16'ar ont commis dtis actes de -violence ,tondinnnables i. c'est une' calomnle deomentie par les faits -et par les pieces justificat ives. Se v 0--jls di-ans le c6urs-de-cetteinsurrection, trois epoque,% frappante s trois prises4armes et deux trait&
NIX e vom P&r -toil,1. iumanitle accompagmer le's homm es de cou'leur d-afis. les combats *V701s" lluinanitd, la bonne-f-oi pr's*tder 'a', routes leurs. transactions, Lors de'l Premiere pri-Se ilarmes ils, Sont- les pr- e, miers attaque's qu iqn? cc qoque les horreurs- d'nt fjs koient "victinies leurd6imassent le droit de re -f session centre le' br'"
dut Port -au-Prillee. Bantis da-US dloverse"5, rencontres c e--- s deniers craignent e le
-(I*'tre ass"
C63' et pris A'assatit. Les blancs se li.a"tent d'inter'







7
poser, lour M&11ition As- envoyent d.,es &putv 0tions aux deux p:irtis les bommes do,-,cottlettr les' re, en frer(-',1,,3* on les malirA Ite au Pe*rLati-yrinM
Attaqtt6s de notivean par Surptilste los" hom
mes (Io% conleur marchent vers to Port-au Primbe,0' respectAnt dans lear route les proprie't4s, mairtmo
les ttteliors dans tetirs devoirs annon(Antar-tout le desir do la paix (i). On .1a propose VA .Iacceptent fls ne denvandent d'autres bases quo les prinCi de la saints 6 its dema dent
Ve3 ULA :1
It nt 0 1 p 11; 1
q11 'y ut entre euxet les blatics Wantre d*fre"
f 01
rence quo celle p'entralnent necessairement 10
'te et la vertu que la s'nerit', I fraternft6, ]a concorde cimentcmt ih jamai$ leurs liens (2).!' Telles ont ete messietirseles bases du, corwordlat du i'l Septembre, de ce concordat que vorts iav ez applandi avec enthoasiasine, de ce concordat downt je, le rept' *te Locko et Montesquioti: h6norerolent de ce. concordat qn*, retrace, dans chaqua ligne la fid6lite' anx rincipes etemels, 10, devouedP ment Ch la m6tropove ja submission A la_ constl.. tntloli#
Volitez-vous con noltre par un trait-, la granda Aine 46,s- h6muv 5 ae -cm o Lism-ms-mo a-qttz-1terminent les oartichlks dtt concordat propose. pag eux : tous ces articles Olt la viiVle. Le.&
11 4 7 0 b
blanes re-* poiidtorent 7a. paix- et, siane'rent, tous.t Lei- h omtne6 do couleur les cru'rent., Eh I-qu *1 n atx roit cra att language de M. Ganot, president de,% comi-russaires, M,,ancs fil vint apporte 'Ia$]"In.Ittire du tra t: cc Nons, _'Volls 11ft iportons d-eg
roles de paix nous ne yen I s tra*teravea
WO 0-.(7) VOYPz P3,(,,ie #74.
(,z) V. Le corwordat da, z i septmnbre#A 4






S
nous ne venons plus vow accorded des dei mandes .1 nous venons recaftnottre auffienticluee lu or Jan&
xnentvos drafts yous engage'r a i s voi Jes eftoyen.-s- blanco que de- i et deg fr6res.
us us entieretne.ut et, $arts auGulle
neor dt"I t nous 'eavons 'mpOS6 SILlei-we, aux fs au Petst es *t dfok dozainattion. Vous en eu el me$*eurs 9 tut'x Pe etIts freirage PrI
tits prejuges P am petit eiprit cle domitzatiolt. Voil 'a donc ces pr6mfv s dout on semblo- t 'ettre la rao, cave dans ]a nuit des temp- s qtt'o ti cropit inexow t*rpabless vo*ht donc le siujet, -a causeAes caVastroPhes qui ont bottleverA lescolon*es0 U116 petit sprit de elwndnatioiz [ Les blanco. ams s colonies .1 011 ne
Iayoue u, k4 blacks de
nous objectera done plus en f-avenr de- ce prep** e, la, connoiksance des locality 1,14; cost S.r ICS henx 1114mes, c'est 'a ]a face," des..,bb:m*cs I ;c'est A ]a faee de Saint-Dow*ingue que des blanks ont fraplud ce pr ug& &antith'
j ein-e
0 ervez'encore cet autreaveu: rious
ri contzoitre ilos tzroits; et tout. A-Fheure, vous verrez ces blifines perfides souvenir que cc,-is droits, ne POUVOl- nt- venir ue I &eUx SetilS6
La:m6m-e:PerII*(I*CA ctlract6risoit
quo 1 I'asselnb'We colon" allez juger
'ale ; Ot vorts
6 1 114
par sa- condtfite si comme ra dit votre rapporew
-t et les commissakes civil
e ir, M. Bbanchelande,
les homes de couleur, attrownt d A remettre leur ;sort dans les mahls',de cette nssembMe, s"I e't,
tru 'a 0 *
.&6 dent etvittique de le confer jama*s it
-des CSI*
o le, avoit des bonimes Pre.ssee par I e be$9011 9 a el I
011 A
11 SS_ bI c cmOe cherchoft a Calo, de Couleur a ': elft ee 61 mer leur resentment par des Iwomesses dicuses. Se's Porter le ISWU4 de








C'callt4 ot cc 11 ciloit t"U n 'Ilssn cle perfidy
e& cl(*top us de vouletur de r e' di
gt r des- ji6dtions parce uf dt- 'S p&ILl(Ims n fi111grtgeo'j;ent A rieti exv tteqient des &*l -"lr-it*
4 k
Nuvolerit. e-tro t1raine'es en Imigue'ur et do. imer le temps crattendre un-d6det re'vocatoire q,,,tA aNr it
AP
paw les intrigans.
Ott r6pdtoit kernellement qu on Pe s O.Ppost-tr.olt pasau d6cret du 6 wai, aus6itot quit 01116el-lenient counu paree cluon ,.,,iv,-ol*t NeCt
ue los xri*nistres, de la justice et de ha nua
.Ldors koiettt au,',* z fact' IN
qui gouvertioient Sow leu rs nonns et qui ament 'r- Ildu qu6 le deP cret dut 6 mai ne sOrtxt tt To
.mais offileiellement envoy. 011 promeadit d eten- v
Are le proft du d6cret du 1 15 m ceux qu.t
pas, parce qtl on divisoit par cetto elt r q o a,
nise les hi-immes de cou parce e f,
isolt un fort parti coutre ceux qui voul.6ient 'It, &eret-tlu 6-utai,- de-ceux qu'il d6pou-illc;dt, r, re que, dkri-ant ainsi rasseiuble'e natiotiale aux yeux de cei dearnlem, I'a sembl'e coloniale se sulb.,* fituolt a sa Place -I et s'acc u 'roit des droits ,sur leur rc3con-noisSance*,,, ejifin,- messieurs onfaiso I gr-ace. .- ux "j6 ii de----coiA64 conna -mes, pour I a conjuratl*on d'Oo, parce qu'-cm craignoit qii P, la prolongation de la s6vente pour-C [t1d",koi*lf"i' ltir
d4tenus -n'indfiom-At kurs, fr-e*,resen 1*1)ert(4. Mal's, C-11 m6me temp's qu onusurpoit en itppr rience pour-le Wen publ-le ef pour IllIdn-Itluitel e, ("I' r C, I* t e, "--.re- grace en in 'tfie te qu, oivpro- metto't dv I a -re rat-fier paw I'iiss We national, et 1j,
bieu.,deA fa6re
ar ort, so crarqoit
P t ,
assenlbl& ;m-now-de cette rwIlficatio'n, et da'a.I IV Ilulln l tos i 3 5 56







coin mmil,5,So kares el'Il es I a L

r0lex*ou tlok vous frapper n la, lecture de ces prome.,,ses, Ittite par
Co.- 14--mi et 10, e SaintCt I I I ItIl ;4 U le d' 6 ilia* k
&retdu I Olt St IMPO
litf%-1110 2 IS'"il cl-vo*t 1, a rume de.5 colon
Col-I'llillo 101 1101, oil t- ,ovlt rame Potirqnoi d'
rv 'tile metit ile re-v--cmter
'0 c t i jin se
den esteullre le bt*6 nfait h toi us leg
Al" t- r e s r e. a mos.. ours ,,,nne insitytie.niduJavi, I I pw ui
t- t- s cette emadu tes GLi*dee I
)-rIft A9* que sm machiavelis-I e 44gulma
III, t-3 t e Olr tMee
it 41 laseemblk, co-lonhal 1 dAt v 0 r.
rf" V r I e cm tt ,-ordat du i i septewibre,,. 11 renverl. 30j
It tf 11 44 Se S stvitag6ries pour 6loi gner rexd..
t.--taloll Jut dt"-Il.cret du 15) nmi Ae raw re, It. enley.
41jt $011 PA rt* Cettoclasse d homes de couleur., d6w*
I'loui Us par,, le de* cret du 1, 5 mai pul* s fne le cou ,
tlistli.t auction dist netio,
.)n entre les holn* ute,,- de, cottletir et les n gres libres; et etifin, it de" trtil'soli, routes I es: esp&-ances de cette ifftdepend, "tnep I qt-i t c!toit le, syst6me favnri des factieux
et stir 1eque4je rfevietidrai dan's lin momen, t#A
C, efoit la terreur de ce sysi6me Tu avoi bd
-ir a s-p-- -ten
"a e 0 t 'CA e I CA,
-tm "e, t'koit encore I nc ss"t' do, maintettir
le's 'ateliers dans' levoQr dmj-ir ; ctars )-e ne doik lesser tile vous to vipp6ler 1,, mess-aeurs., misqu on n a-pas
-n ni far -" d.
IS, e d o ofal o i ter a cot tegar les citoyens de
C J O*ent to
eoul ur, ilsenilnoy I Us leurs nmoyens pt-) U r
r les ni6gres. Ils les stirveille
survey. j i ibler et
nuit, (i) disolt M. J"I'tic Urt M. Btanchelande
lew patt itilles -vites etp *uzbles. E o I
011111lesque M. B4tnchel4nd(t et Vassemb'!Ae
e."om ww(I V-ove,:, f*li ig I Ct







eoloniale voulolent d6potuffler de, letirs Jroltr qn'its vonloientd&arixter, a Ja colonies des services anssn import"Ins 11t A t de concert avedes ftictielux dut P ort-'
-P "neo (i) I'assemblk colonit-Ae et 1, ,-,''*n
I'ulie oar un arrk6 dit !20 Septembre I'autre par 11,110. du zlr soptenwre (a) casse' rent
Iv s cvrtcordats et o- rdcmnorent aux cito., c tirines de Tell.,Iett ete la catise do Ia- soconde
jaisurrec.,,tv-)n des bomivtes de' cotfleur. Les Manes, p arjures (:-*t le cp O*nkal de Saint-Doiningu. lenr complice, en Sont e- neore couptables., 11i'en it'Cltolt plus 4 frivo'ie que les inoLifs surlesquels porto-ent cet arrete ot cette pr claniation Atoit plus
perfide que. les prolne-s e--- s qn-'elles- contentment. Le ge'xieral --sontenoit (3) que"rarticle 4 du d6crot d--a
I niars ne frappott point sur les honin-tes de co.ui
leur. It les eagageoit N protidre pationde, en 6Ort'twIO
'A
rattlee s ort te"S Jui Fs eiiL France r6d a its art Mew c
-evit qWe ux, c'est-h-dire,, quit vouloit pallier une injustice 1)"r -ttne autre injyst we. Mais d'an Ilutre c6 t,6, rien e plus fbru, de phis victotieux, de plus presqsaat quo, Ia rAponse a uous ces sophisnies (It)##


nion surhisituat :'ll act e'e de Saint-Domingue sur les opinions des'diver's parties,
Jumecourt rapp-Joit a. ce g4n6ral ( 5 ) I P, S M i f olent
ot s qui av rnen6, le concordat des 7
et i i septenib- re lei motifs qtfi a7 voient engage les holillues do co aletir 'a -rester, arm6s les ed
(1) voyez page I I Z#
(2) V. P,- 43 et 44(-3 )) V. Sa letter P. 03-V. ibi elein p. 9,







^al iiiibleg qui dev er r
clitton du f r c(), *t
11Mt,'velles de.la rn injclplllite du Port-au-Pri'llce
o fles" bommes de coulcur- MnD'
3!111-se dan-S t9tites leurs dhaarc'llws A-xiveatux q u' ils avww t dur& patiewment
onttreit fabstjrdjtt le dangtt4rde vouloir distie,S' holnines & cloulcur I con
le g6n ral Iordaunoit elie suppose disoit M, JuM(,cmtft, la tratq'uilllt6 de nos Ateliers et )"Is sout
d tre tranq1tilles : elle suppose que les cik*
ems de couleur soutassembl6s pou
armes a la watindes, droits incollst 416,
u0b; ot ils ne vettleat que souteni les droit
de Va8setnbi le-1,116flic
wnuemt '6e at
Atle Stll, pose que la dts crsion des'eitoyens dea ct ufeur raruetacroit ic,, rame et elle av;) t 4 t su via tie. la r!%voltos tle's ate'liers et des vengedums exer,#
0
C&5 -tontre .-tou-S.Mix qm Oilt assez
surles. vrais *mt&ks do la Franc ctran concord at solellutiel,'Mvt6 6 lass-e d7hommes rbres (vic les b Pei ton appe
i itaits tie ia n, at*
-plus. particuli6remN nt A lia Adense de it 'trie
em- ek ou _t-_mm&
p
p
Des flatter-les rivers les citoyens de coulour quid
aulre 'Oull de leur douceuret
R leur opposol son imp, uls'.; ti ieur.courtuge, t
th oudre fes cor ulaires et cependant
PT
Il le-ur 'couselffloit it leur ordonnoit w4me de so relnettre sous le jouty. de ces corps,
V, 0tilez.-YOUS copulottre respri, qat an'tanoit lem; -tx parus a cette 4 Comp rez la letter
ecritte i c kte OCOSIOn. A M., de Btanchelande$ par., les citoy'Olls d el- CPU, leur du IvErebalais- 0) avec la
V,
76







r' onse cle ce, p, Di nu're 1cw ci-our, bon
( 11 justesse I qat ck!
Ift lecare des c1toyeas de cottleur, faw6ete p4'va ebaque, lighe 4ans: Ita letter da 11 avol"t
citovens A intimber corar les n I,,.res reVUIWIII I. (C NO ne connolssolls
i les i r 6 ni le bui
III'les U1113se-SI n.j. ogres, i 11i uto-61
,cle l'ins-urrewa'.011 qut a fiect dans laprovmc,"u du nord- qn-and mlenle-110us- Ics COMICAtri(It, I IS potwons-I 611 (_)S
-1 8 allandonner la d6,cewc de t, per." sonaes et de nos p-roprik&I', seconair
-unc.1011OVIII-ce pniss ante a oromeillous. ca, qw, apant 4paise, Sur notts et sur'.nos f*rtkrO;S totis les trait's de, la barbaric et del 1"iniquit-6, se' tmuve empo!' O
t e, aste punition du ciel,' et -qu* Ans P&at d6sas'treixx auquel elle est r6duite-, br-Ale encore du des f'r de lanber, sur nous, ses. foodres exter-,
?
cc Que 11OUS imported, un ays dont Ies cvrands
p
MIPS- aee t6te's dh mInes de',cotileur plan-tees sur dis piques, font ree'Liler l".,,.orre.tirlesvoyage'Lirsles A tr p i deo,
-1rolis, 1-1.041.8 &Ijcverser encote-botm sa.n les lizibit ns a, une ville-.0A se fient -Une as
4"t 6rn&alo et
Se (11 '111) "Flu bett de S"attac6r
a -6tre jwst6, croit 14ire, son devoire ni se mett aot
-effe, 1114nie *au-dessps cle ]a 10'.t Pour, notis- pioneer dans I'vpj_)r(Abrec d"tale"ville, oft: 16 san', e n A' fr& ek 0,qe' .(,rj* e e n cl o r e v c n a, e a i i c el t-111 u n e vi I I fl, q u i deptlis I"'e 11101$ de &Yrier delmier: ne pr&en to "anx )-cux cle 11ttmaIll e adhfnee qu s ectac e rAvOltant de'rho UrreaUX', dex oib ts NoU S 1W devons'- Ifoutent'' )*Is',)' C' he-a
lav6'mexifar le wwitbre de nos- ennem*s', vt notts
orsque nous.
nser ommes wexxac.As de-tootes






parts lorsrit %11)114 1_; 61(411_ Ivtiltv -.! HOU4
nous troavons ruZ1 lt-_s ct che
21OUS tenir en 9MIje centre toate eve*_ do trabison, lorsque des- forces etvaw-t" re s et des NrA6seaux angIdis invests, ertt
C'est avcc la neroie cjctc le.S4 citoyens de
t du 2o sepcoulettr discuteknt et putvictrisent I*arre- e tembre, protivent quaux terines du deCret dn-ti$ ulars t I S Sont CAW ct N -ws Solunles soiA,
dfats de Iia patric s ecrie n.ats skornines-nons Jotic les s0ldan et les valets des bI tnes 7 Le temps
k,
de Verr*ur-_et du, est PIISSC POUr 11OUS
1'ex6clition ponctuelle et fitterale Oe totts les d "46 crets de Uas icftl nat'onatc, swicdonni e's, par le xot tia robjet de nos reo c ib
oU 111011)111 7 vollit 110tre clevise et Ic bttt auquel 1,10
us aspirin,
A Ce 1"ILIJOr IlleSSietirs recoi-nioissez-vovs
c, *VI ons volts
Acos, honnfies brut es que 1es orOtiewe ont repr&eat& jusqu a present coinitte une esICAUre Ift Ce
Pt!ce ltflpeu SAT& Ile d. a 0 uran ty-outang;
OU 011t6t, S'it koit &s homilies qai, il "Shorio"rant fhttmanite, dus.sent en 'tre s jmr6s ite se. rownt-ce, pas les tyrants et les fourbes Vooyez
]a foLirberie qui, r6gne dans ta rclponsc dti g4n6ral &anchelaude- du 0,0 Octobre (I-) -it-apI elle les gens de conle-ur 6es enrans t ndis qttlt consen-. tott A lenr d4gradation ; -A te-I:tr v prochc de d*ZYputer, dansdes inomens d"alarnicsottr des d4crets que personnel ne contestoit d 16so it-it tandis qn, I I del4asseni.connol.ssolt I cloigneiftent irreSISLILIte just "fie We colonial pourles Icur acc,,ordei 1
A
I'assembVe de ses actes d i0tlepentdauce, tanciv)
v
III fa*ts avoiet
V1119t I -tt d it, Itt i prott ver. sa re 1) ell i on
A .1 leur cIiv,'q'uun vieux Fratical"'S COIRIne lui

(C Yom rime Ito.







fult'lle-au roi et lz Irt latriie ne peut les tralt'r CCIS mots m4illes let leur Construction I-Piel".1 son aversion ].[)our ta libe:rte" : it leuir kilt lul fls I'v,00 P ell yent In0 terprtAkter Paorticle W du de*cret Itt mars t:lucl Cette Iltel4prCACtfloll toit r seul corps legi,-Jaif tandis, que Ulale Ot tatriacuie s etwent perin.- jjtC,_Vl)rC r
Ces articles ell, Sens contraire, et d e consequence, les citoyens de. coule-ar; 1, uur
que biem6t les corps populaires -st. r(ut ces corps que daiis- sa lettrel loartie-titl fj, f AM. himewart, A se recowtoissoit hors (F-etzmt de dilssoudre alorsvotts cowit.-Iouirroz dit-iI1, les Citoyens oianes "a la,,bjrmatlioji des nowve iux corps la lwa tie I eissewbi e vol t, e'lle, et telle est aussi Itz iwOeu4,*e* lcnun moiS 4) r4& le .21 no- embre, 141 vioioit sa promos se il voulolt falke ex6cuter le dtScrei rt': 66atoire du !A4 Septembre.
rrive, wessieurs h la quatri6me
deuxie ine, concordat du 1 -9 octobre et je vois encore les holullies ile Couleur totijours its 1110de r6s, cjtio*q-ue, plus Iloulbreux et plus forts, it leitr f itt''fi-wite de se avenger. Jo., les vois reeheala 13 tti i x', in a 0 evocations: dei h,, bltatl$
P aalcc s 6ii6, fy s
d-u-,-4 L--vtw f-InCle 11 a e
ces deniers s e- portoiel-fit so it Colitre les Ci do couleur qui dame-aroien r, dalls le Ur- v, 1*1 te centre les deyhtations'qL'L 7 '-Oil. leitr -'envo Pit O t Ils.,14tirviorelit 't rasseliinbte le, -8 Ctep-ates e-- tlatorze paroisses et CL Att d -an s la' reurdon de lees
t
qtiatorz 'pelroisses que, tie nu
depaix,
(iYlp. voyez-volls 11164sle-urs dav-, ce nouveatt comorda nti&enlent. I Ouvra
quis fut e des. ci)*>ycz pa es io5 ct 1206







Ale Itutuatut t,, c- e, ra
0 u .Aropo -e, Ai
"S r le s secrets de la mA I -I' ta
I GA -i y c entire to tesles
ch mont a'ses tit 'r 't s. 01 0 CI
41 "t, : v 'I is
)O14tiolvas dtr ,p, rassembMe
-d n to --.4'atotze
_p ter 1 1 C,
aarr teut Xen' rap e "Urs d 'put6s on annulle
les acted's fitits patr ibetio mssem'We'e con"
# I
tre JOIS P- g.-:4ns de couleur le g6neral est in-vite a
-1) e e s primairespour
les as 'elli A, ormer
uite- tiouvelle- nss'mblk' ,e coloiiiale les citoyens
"Ce COUIeur C10mvent y 44tre -admis- les d6iiornlioti
t-101ris d rilulAtres c _fens del C'OttleUr do, q1ICIT-4tocrom; 'sont prosurites a' jtunais oil pronounce
oil Convi t ont de ivre,
.1 re"'.,totutt-ttion, de ceux qui a
voientper' victims
etu pr('jtigY6 on ieurconsacnA un service soleniliet
im tsk -*,vmont Mde*ratii dolt unir'iWsoruiais 0'LIS,
1 #1 0
ks 1-10rilmeli Ilbrese Ce -',concor'dat do-It
6 4v- ndre. sur tous les bommes de cauleur deye, s fir ur de s ou-0
ct les COtO n de, COU jurent
tell de, toutes- lours' -forces ba nouve e const""
Itultion I et de verser totit leur stinev n'our s .pposer tM # 410M reWtir de I'anc*e'txr6g*we; eclare.-n'
I Ils"d 00
"Y Oct-,
-UCA-- Tul, in
Marc be, -Pri _Scrlte P-11.V A ets its -d and que
le 1101-1. ce ,ecri- ent
C011C, or- at du 11 septem br ctt le C t traot'6
-del aix soient sbuinis I 'a son ,,appiwobatioii de*cIdraut s en rapporter- absi- 14men
0 t a% sa de'eision sar
Tel est messier C-1 me(10, Co's hom
le. laft, v ni,
"que to, rap r-tin coi 0 1 1
p ort On n't 6 c ton hal You pe-ijI
#
Collime aetvou( "S a ttri, tomatie, et Comme" ort
i la contre.46volutiorl, Ce trait de paix fut fyro'
de nouveau -.qv. le, e, Ita-i:0-15 'OTCMI& sohnnniote paz t es
d6putatlions de la gktrde- natioliale du Port-atio*






1'7
Pritice, les r4ginieiis J'A rtok,, do Nor;rancl "4et r ; de d*ff6r x rizi ell
quivag I MIS valsseatt llo
rkde et cle'Kit alors Ler,6'mb , 1 "
Wire UlalrO
ort-au-Piin'ce Prommrtaw jtsc(t s 66 tj(A
IN,
que vous aVez tous applatticti* Iry dps ()Jt .- 1111"On's
tous de redarder et dii he com' Aw
't eurg du repo's bl*c tous
Ptl 'l, ceux '(11.11 Colitil VP141"
,Ooient au coil: Orda 'q It"t- *11C4 -i6i pr64da
C tie $1 ri.,
&w'ss Solen-Inef i promettons.n b
ralt u tous
iamilto,4, ftart)6hf9e et lovaut6 es Wanes le pro* Ur's
reht i6t uin mois apres -its iAlt s" sacrerent T
M r'-p s 'liet' i'lol6vant, ce m'dme0-rq'it6,
clef iAas volis, rappelle'ifddja laAri'41te atfts-*
W j 1, 1 "t, i
filt oc Slpllnl *
pi4fama-uv aisefoi*d'sblancs,,qu-lvo,#.iioleiitro6IM*
ncor S OCCA.Sfolgi&ellt
)t e a troi,
Prrse, crarmes'des't'Ito en, de I
cot ieut,, .jut netut
PA-moins jusfe es 0 C le lites
11 ayoit &6 St 116, parle ra que
%I Port -aiti-Pritfceeu coneurre
Ah coid mija n -,4-4c les Mid
I-A
t9jens y'Mairife'noient 11 .10,rdie tandis", e, U'l
tj Se propageant da#s touro ia calon'
On imiterPresqite par to'u"i, lpmr exempt* eli. 'p-lu-sieurs C 0 n4 tni6- d', U Pe
-ins celle d'-' dt-Goave et ilit Foird (.16 'N gr,.c e enq
$ S S elflo'I
11 4 1 1 1 Z.-I 4 e;
tftdeur cas'sevetit les, tnit III* C,-A*, P" alit' venl'
les"an'Cieftg, iand-di e
-bitir ux-deco-m-agpon ance, chara& de s4yt 6AIer
jrCe ; etLt
th eg "bureaux"' &Oield'compc'
4id d blanco e'..t litolti6 ldil gens' de oule
ll,&ganisation nou'velle projp se-,, pa
llfesieinbl& :iYAW64 ale.. 1"I"fallol't bien
bngands cillf"fie-r*
4t Ct, $








de oient pas M haisser subsister dans Ifat T'cain dj
ces brigands, quil com 1". Osolell't en parties ies muip-,
-luzs es homm
ppiIW4 dans lesquelles &aillc et
i6"'COuleur n"avoient auc I tui repr 6eut,,,'tfit et, o
I" "ne'voilloit ell Iithmure aucun: Les factieux:
iet'Wtir de'fenseurs averts $$aV.-aebant a co'.4lom,*
mler"Jes cjtoyens de collteur ont repr&ent6 ce4
tes COMMO des acteS'de conire46volution il$itoyens hi
el r, ont you
on C diit que le's c de coul u
st une cal
par* 14 mt ablir I'an c1fln me, c I I'l,
A
bum ot jele, prouvelnil-, I Me$,;, let et Les loin
ef d
c I 0'alcur n"Ollt CeSS4 d"Ore les awi s rvens q a
o'
.1constu ution et de la Fran'ce ma'ss As, vo-jolent
'PaIx et' la )ouosance- alsible de. feu'rs droits.'
IYOI t I' sp(:iter j tant, que subsists' ili us ne ou e." I i
4 4- 6 s4i
V-Aenfles 'bctt, t4'&S uftpn avot 't,
PullI6 ell dans .c-,,s com&& t "a Ve P r J'es'.'414t
)uemes,
te"S' fbactieux Poirt-au.-rrince emp er 14'*
4'04ant un- mois routes., lesnuanceuves Potl
mper cette dissolt-44 uom La munlellpalitc
t* d I'Ovest, 1"ldln*- *Arat" m ,o n ro nic t.l. e I On'
1poin;nission pre-y6tale -le coal* 111,16, -Se c-)ret tt 'w ar)um e.. vue$
Ou 'tOU$ COUyrPicm leur pi Oeurs,
A t *0 S ( U- w4t., i t aU
ex te tlu YOU10i
rAncien rt-- .aime. La folvince 'cl'Ouest quo;(Rv ;;
43'rivee o une artie de ses' deput6s', tie cessai't do
I gu i '-s oix countries spucpucordat t. ,pro Nul er S. I i K. 1 4 1
VIN &Oit' me,ssieurs a
*dl va au commetweniient de- rwyelorptors u arrl l f,
tre e c embre.la partial* ;4jt
A -6 'f
:xmm s ne so m6iitre-t lle PAs.,. 4anls-cet i lrq,7our envoyet:.w6cre *gljuma;u, uu 44levoi dtw,,a de sang,,
*yl. mo w e a t- -ne per'du ant. des -.iuws
enters on 6uda Yeavoi dun -Uqvt humairv et
10 I -pt
i#ao quil auroit rguneu4 W fjti Oh no peut P014







TAieuxyous taire connoitre J'effet liroduisit sur les blanks, ( nitant hs
III en elllprt.
imroles de M B A &
<&ie'res de ce de" cret I les t6tes sont ex alt6es (Nne m tere ,, A fai
an im connnultre qite le prononc6
p., ssl
sur le sort des aens de couleur ne sem -is au favorable q "J' et ere, r p c-e
u i s avo iu liew, de Fesp'
0
q'111 pourrott., moute le g6n "rat, produ IT e 11 ;,i e des;
effects tr e*s. fAcheux I ces gells kant ell, arwes Ot en, forces; et cependant malgr6 ct s, i ro ] Ase soncti nn, .,a
eut la foibles, -de 'o er I,- Tr&6 d ass-embl6e colonial, du 5 novembre'e. 4qet ov qui w-vantIui-meine, devottitrr t--:'T le 1 de, couleur. 41 eut la foi'I.esse d'ecrlre ,,q -s9us sa une, proclamation dans le M61he'' it* (c Nous ianorons, ,6crit 'I. ad mimstre lex nq yembre, reffet que produira ce's pl*k-eso, Si les
h6mmes- & caull V-ur sontconfians' et rais lies to-'Ut -ica hien S11,1011 la colonie -courreje*
-iolus Lyra n dsl d -mg'ers
a Pt raisonnable. s des ho
o t as in, iptes qp q a
egorgeoit Do ue-u on,, don... sa conflance boLrreattx?-est-ced.oneses ervirdesara'i'son,.qt de somi re s -a liberty de
tett a s homes iiisatiables
de tyraimiie T Et celpenda nt 16rs qu 011 itv6it
-Ja- cewtitu& -mue le's bon=e4-de--couIeur-%'ne -stavl'r-1iroient pas A ce,.degr6, lorsque le g4nerAattent", doit de leur rdsi'tance, Ia. ruirie,,de11, olpn* c alors, que ce qu-i,.1ors -&.Ia nou.
16.
inelte d-u &cr'et-l d'a iantai avoi '
e voudroit pasle f-aim ex6cuter 7 de- Peur, gi-e fwq
du sitng c I e
ko4'' le, in"me bomw sianoit 1,40rement I'ordm d.e,' I Oquell et 41 "Iq
%J
ce la ro afion-des.,hommes-dec
P
Jeur ot 1 -nc-tidle de t1a c 071wlieo

1) Voyez Page -2zoo







arr
IQUI ne S(ra pas encore f6volt4 6 hsant 11, ilu S n6*ewtbre (i) i 4en, voyant Itt nimV. S fO'*
f__4 0 Clillato cli erc h e 'a dj* Mrer, In laquelleFa selilftl'ec 'I
justice due ITUX, bommes, de coideur P C
e -'avolt
texte de. tronbles, et viole ]a Parol qu" hc # M
donn& Oh v-'v4.(; 1) t S 11 jole mat : gttis e stir fa
d &crt_- t dtt-i5 'ma" 1'insolem;e Ve r6vockfon U -C
laquelle elle menace Jes I citOyems de, toulettr
-dkre Lj_ 4 ? Oui ne se' r volto
t'(i 9-4 Sep Pas,
Ael'etitthdre traitet clo 1-)diti (--;'lux CeUx (1111 ne vour leurs: -armes et r'cl' dfole", P a &pose, anier &,t
CMwerf te (,)vi ite sera, pas revt:)It en-LASSAnt'la
plus perfide,
1proclaVidtion ellcore* VIIIS Crtte'lle
-Pllu iiiAc'h' 6ralbm -ebelande7(2)
M bjelth66a nce. c! e 1'assembl&. g6n&ale,
Ae ectre assernWe qui n $ avoit cess6 d'Oraser les ses
'i r- :
ift C0111-Pter 'I a4oyaut6, tandis qwelle es
te uS.'%;oit On -Se ott all 1, (leS' e 11 gagem eu S les PIUS ef t raite tes de Cov
leur de s di
vettlic Mkito)h
-tur 'brl aract -doe'l et. g('nJrCux, 11 dit q e
te "C ele
Arrad.6svpar la, "e ffe peuventtmroir
1 I fort,
*low
un pit GU* dowel Jes ttal
es IM11% isme imais non. ceux
t6s .'arrach I de",q)01"
10 rnmrvde s e par i equit&
T m la I& ert # et
Quant efle, a
Ott Cftt4)2t_- '1% Souille (;'haqtib page
des proO* s-verbaux de 11asseInNe ev o1on'a4_e,:((LC
eer", -8*16criek M. B1,11ticli.elande, de, roire qti.e
sq Ann t d e I a 1'ra n ce (Im et le ro',; q u e 'Deup
*&neAL4, '1 uisse opprouver tln._niolllent 1tS d&,.
s6fres et les rebeffjolf's S%'. Oui,, sans doute,,ce
zog# sormt 1 Ies roi, le- peup'le- ne y1eulent pas soutenir le c rhue Ma i S ''16 Cylille fist de contester i
VOYCZ pa,(r
0. 1, '; 174.
S 1 44








deshommes libres des droits qu'lls4lennent de Im nature, ; mais le crime est de, verser' des flots, do, sang poursatisfait"e (M CkifMce Worguelfl. Oui sans doute ce se ;ka t, vous trotivez si sage depuis, le d6cret du Qq sf--,ptembre; ce s6nat que yous couvriez Wcppro[-We. fiLtuparawint ce s6nat ne s., ecarterq jain:tis des le peuj-Ae sur-tout
Ies soutievodi-a, les ad44-- -irera satis cesse et c parce quIlles Cidore qutit n"a cesse-? de manifested une, opinion cotm-aire I-I ce Ocret dtv 4 se'ptembre.
N en doutez pas,. cest h cc d6cret, c 1 est a, lli*n-* splence 'des blanco qi-61 mcociragealt qu, on doit attribute I'liorrible proiet, qui rled-nisit le Pcrt-au** Prince en -t.,-endres. La saille partic des bqb'tans de cette viffle, malgn le ddere-, votiloit Vex& citation du concert. Trolk sections wr quatre avoi4ent d(,ja manol est6 leur,,Yoeit p-mt- la dissolufm tioii des corps administratit's les f actieux 7 pour,
-*I: 1 1 e e 6m, eute.
empechert'ef -tdecevtxt exc* Urent ui. Je Wetitrera* plis clans to deta"I des f ilits; ni apr6s avoir co.mpar6 ensemble le recit de*, la ca., tastrophe, fa*t par itt mumcipatit6 du Port-auPrince (i), ceftli fitit par les homines. de cou.*# leur (!z) la letter de M. Blatichelande (3), du v7I
6 t enfin une relation faite. par un, t6ow moin ocuhttire (4) it nuarch e' lui'meme centre les homes de, coulemo, quatre points, importams me paroissent d6montre44 I re. Vorigine de cette catastropbe doit Qhre at., tribune uniquement Ch ]a rage des foactieux, qux. ne chemboient qu 'title occasion de pittage,
20. Les holliffles de. couleur ont employ tous, I OWN--(1) Voyez page 1900
(1) Page 2.17.
(3 Page 114.
(4 V. Ic Patriote Ftanr.,,,)Is,'du 14 f vrier 100,o9z".






A
1#1 moyfts, pour 4-iter une nouvelle guerre cl. vile I et'se sont born6i i Ia dense.
30. Le feu ne s'e*t d6velop& dans la ville qu7aprt's la retraite des bommes de couleur.
40. Le Pillage aite' com'*s par les pefits blanco, ot ils- ont'infitillfainement massacre' et les citoyens tie conjeur, et les blancs'qui leur 6toient attache's,
Non$ devon messiteurs letter Itin voile tur totites ces atrocit& (j.;; elles font ft,4m*r &horreur; mats aucune n1a souII16 les armes des oi:toyens de couleur: ils auroient pu se veng.er, its on t &poA leur resentment. Les -babitans du Port- au-Prine/e qui ne partageo-ent pas les fureurs des factieux et qui craignoxent les horTeurs d"une guerre civile, se IlAi6rent de la pr6aw 0 JL -1
venir en pr6sent-,,tnt un m6o6re 'a WI. Grimoara, Offut coninjandoit les forces nav,-des au Port-au-06 Prilice et en envoyant une reputationo. A I'arm6e des c*,toyens de couleur, cawp6e Ala Croix-des3B o t: -t t C t
A
C e,-;,t dans Ces pieces I messieurs I que vous de, vez.0tereber le Y'o u des hab*tans de' Suint-Dolhvnvtv,, qtie yesus trouverez les bases du dfIcret
-A!&,-.x enJrj'rt'. a Le. co- w me isent I es 11"Utbil (I.nS 12) vilt! ,nt rklanier Yam appin, pour SICI'IC;fIr 1*1 14.1 FnLjlj, les, rested encore humans du Nous
fa*.SOI)S MOTOpref ,.,i(-tndef(-,*d'obeirau.xde.cret:g de la n.,.,.t*on et Je ma imwr la consti ton qux sera dt"'cr('44, mais en at4l*
repre-sentaw de la co-*
Jollieii.'em teriniae' Ce plaa de nos 10is VAIStItuC u, rt'c le nia'rzflen de Iordre, ja
111-UMV41.1bon, des proprietes* Et

Jjv






, 4iscint-Ils en terminate st les zens de eovIewr ne to maintenozentpas? n Pesez cette derni6re phase* Vassewbll6e g6n*rale du co, innierce, au Port-du.* Prince' tenott le me'Me lancrage dans son arr&6 dti 6 noveinbre. Elie d6clarboit que 1, Infraction faite an traIU6 de Paix etolt ]a Scule cause de la guerre qui allot s"otivrir que cette infraction avolt 66 Caite au mepris da weti- presquumintme des quatre sections du Port-aw i- E'.'e sup
phoit en cons6quence'M. Gritvoard de ne pr4ter aucun seci3 tirs pour aller centre les homes de couleur,
Cest dans ce m6me esprit, M*essieurs, que les lhabitansj le commerce M. Grimoard, firent une d4putation vers leur arni6e, et leur propo. 6rent une n q-yociation. Us y conseittirent mais A condition -on qu'auparavant on leur rendroit leurs femmeg, le-urs enfians et les, effects quits avoient pu laisser derriere eux. Cette condition f t. effec. tu6e mais I-a paix.n 1) a pas 66 retab- lie.- Cependant les citoyens de couleur se inontroient disposes 4 tons les sacrifices; oublivtnt les outrages, les mas. sacres des letirs its se born6rent h deniander 1'ex6cution si 0 mple du concordat du ig octobre., Les brigands les rejett6rent. M. Grimoar chef des f;orces-navates -cfans-cette7-parde- de-Tile ) paroit avoir jou6 dans cette catastrophe le r6le d'un m6diateur saae et humitin; M, Grimoard
-=e une conf4d6ratj*on entre les bommes de
r et les soldats. Malgr6 la r pugnance de
0 It 0
ces premiers A se lier avec des soldats qui it avoient
a Is It
cess6 de ies outraged et do se parjurer-, its accep tent cette proposition; wai*s elle est encore rela jetee ,,iu Nort-'au-Arinc'e et la v*e du Pacilique G- r*moard est en danger pr s =e condulte auss*
QUe devoient a i per*,,
B, 4







Me que devolent faire ie.s homes de couleur Se, tenir en armes ass*6ger 11 I es, brigands, porter
par-tout le respect des prop Wte's. Telle a 'te leur C6, nduite. Qua nd As ont ect le -malheur de 'armer de torches, 1*1 y ont epte' force's pour leur propre ScIrete I C0111mvj, &Ias Fattuique dit Bizoton. Tout est ti-anquille da e d s t1oirs I VOUS a-t-on dit
4
dans tm e leur e., qui a ete lue "a ce tte tribitiie tout est mmteli 'Ie thi c -ot des i zoirw elans lei.. de toitea; et cet qvvuA*a*t le I -- I)Ius bel Ooge des
-s de c0tt'._ eur et de I orilre quIls minute :1101ent. 11is Sont (foac les gardiens'et les mod& iatt---lins I'lle en m "me-te I *'I
Ilk e mps sont les
"VeDgeut's Cie letir's frere,1140
4ittlv-i 'e des C01-1111HSSaires civi a -.ai -Do
Mj trrete _el Ile
tt'a point P011volt arreter la
_4 CIVile, Q ue, venoit-, nt-i fai re ? Executer le dtcrij du #- s 4-tre c'estclitenj I a-di*re ordonner
aux holvimens de couteur & reprendre leurs fers, _Ucl e Ot I -it Ils de la fit! df- cette servi- 6 La bont' ete cess Wanes qu* de-tude IoUvelle
ruis troik necessoient de. les martyrise r -tUl
111111m& par ]a soif de Ja venge-ance ne clierow clioient'que I'oecasioa do. satlkst'alre leur lessen.** 4-imen t et lectr orcruefl. e lent dans le
-lb" 1 _quilatrouvo
&cret. Que.1 g:age en.,core les "Commissaires pouelv
v4 aenvils dotwer La I)onue-tm tie ces I.Aancs qui n ont, cessit de se. pflfjurer? De parents gages ne POUVOteat que r&c# Ite'r des bommes courageux, n n ittC1113 lellkri6s de .1a bont6 (le letir cause, et ou a p4rir. Attss* n'ontils pas s tit p- ar Ii-a proclartiation emphar "tiq'i-je ridi-ettle Jiv Jkgnifj.-mte des commissaries eivils, Lisez avec, attent-mm 1',adresse envoy4e A C(II'S COD IISS JIYIS p.ir les cbefs de I'annee des
Llants a des homes de couleur, et







yous serez convainctis IU On ne Sn't))Ume pu de tels bommes (ju'lj laut ott letir accor er fran..' cement et leinc-,ment leurs droits ou singer
exterm lermer. G t la ra I
iner jusquau t es ison qi
r1a'de avee 6ieVII*e ]a causci de ]a liberte, cc La 01 nlobfige que. ceux par qui elle est
cotisentie et A 11 est pas Possible, lorsque I'as*A
mWe national s 'est propose e d &endr
ice e le"
6,-I'-tif-aits de la regen6ration jusqu"au -del "a de.9 iners cru on lui pre"te. 1"intentimi d"'avo*r voulu oter -tin'&drot*t de rqr6sentafiou atix deux plu,%

E randes sections du people franvois de Saintev
OMI.DgUe JeS hOMMe$ de CoUleti r et les n6gres libres
Tout le people,. ftjoutent ils dolt 6tre req*
l r6sew6 volIA un pr incipe constitutionfiel. ties ommes de couleur et les n6ares libres dolivent dond 6tre represents 'a I'ass Al& colonial. -119 ne le 'sont pas ; cependant article IV du d6cre't
28 Aroitsvotis le d&larons
du mars Tordonnoit. fl,
disent-As en u,_ ruminant avec eette franchise qui coaracterise de vrais Fran .qis 110-11's voulons ezm.. hitter hadralenzent les dderets nettionaux., En con sequence, ,no is n"ob6irons J11mais qu aux dicrets d'une assemble*e -representative de tOUt le DeUple' libre de Saint- Dwnitigtie. Nous sommes enaLrmes nous demons y rester, parce que. nousavons tout a craindre de ceux qui nous ont 'ruellement tromp6s et qui p'euvent encore, le taire. n 'Les commissaries civil, p6uvoient-fls esp&et de vaincre deshommes arm'6s de tels principes en leur affirmwit centre toute v&146 que les homes de couleur n'koient point compris dans le decret dw-,>8 mars ; en soutenant avec la m6me fausset6, que le d6cret du j. 5 mai'1 6toit pas constitutionnet et que la lo *1 du,24 september ne pQu-*,





w4t, Atre r4voqu4 que par le voen dela 14gislature en d6c arantles deux concordats nuts en soulte. "ant que, I'adhdsion des paroisses itoit Insi"Im-0 tante en m, enacant enfin les h ommes de coufe. ur,, Ju poids dc ia Vrance- entie"re i
Une, pareitte r6ponse, messie-urs a d A indigner les gens de-couleur. Lon he doit pas s'konner s*,,, depuis c*'ae c poque, le sano na cess6 de'couler, sides tra-its de f6rocit6 ont sou*116 tons les parties A quels exc6s ne se porte pas resprit de vengeance (in vous cite de'sbarbariesincro'yables de. la part des c itoy'ens de coulear : la source en est bien susw* pecte ; mais 4 e veux le croire. Mais est-ce de la couleur qWeffes font le proc6s ? -Ce ne sont pas de4 gens de couleur qui ont ensanglant6 la glaomi C" i6re dAvignon. Blanes, qul* vou' Iaisez "a 6numkeir des horreurs qui vous tralnez sur ces rkits affreux, ils sont votre condanination; tout
m4 rejamm;
qui se ryaud dans les colonies
Su' r vos t6tes votre orgueil sent a fabrique' les polo gnttrds qu* vous percerit,

VAPPi'Sles faits que je viens de vous ex osert VOUS Pouvez'O, messieurs, vous fitire utte t1ste lWe do rie*tat- actual Ae Saftiv-Dom- ing u---e k g e vile et la. guerre des enclaves y d6ploient routes leurs ffireurs les noirs Sont armAs c"ontre les Manes- que fes homes de couleur attaquent d7un
t6* et ces planes sont e core d*v*s6s entre Stutre cQA
4eux i lesblancs des villas combattent les blatics 4es callipagnes. Vous vo-yez dans Jes villas des hordes de' bfigai ds qui dominant routes les auto,* .two,
voyez page 15040








ic on St itu 45S quio-, veulent imposer des ioix auxhab*ltansdel'apf ine.'ettn'ttresou eurloug les, gem de, C', 0, Ulenve VOUS voyez au- Cap une assem* 0 homes arnbi-,,
bIA& toloniale ', dtr'igAe par -des" t*z'e-uitl. ai:cabl6sde-d ,t-t"s quiontcnerchA,4aU*$' 1, !m0p dante, des moyens -de r,60rer"Ielf6r., Wnet des homes veulent, A aucun t)rjx
Wansver avecb vrs prolgds et qui, tranquilles dahsl ufs fortresses contemplent de's'ang-troia riticendie des habitations. Vous v oyez au Cap'un government foible Upendantdes Ca rices de celtt assemble6, des, comm-issai*reeci-vi-fss-sousla
4me tutelle, avilis et san's Aucune inhuencell,
I An Port-au-Prince vous voyez des factieux do nierla loi, forcer les commandant de marine cit'del- terre A leur pr6ter desforcesi; SOUS peine da riverb&e ; vous les voyez tatit 6t "Her 1 s maga-* SMS tant6t pellet les va'isseaux qui vontlav roww
tisionner eles autres parties, de -1'*sle,,'
Vous yo-yez dans les plai es a ort ion la .13a
*=bfeuse, laplus'-respectable, ce eLdeswoy'ns de'C'6dleur, force de maintenir ses &oits et Sas prop-rdetds Iles armes & la main, se r6unir A uno, $.r nde', 'portion dephinte urs planes interest &
-conurte-euxjh4& tonservat*ion-4la- tlTex, 'buislon des brigands' qui ksassibgen't a -n- s -fe9

-*fin-, messieurs vous voyez auiniTeu de ceg volcins une portion his norlibreuse, celle'de' escla'ves, &2nt la rl v n.'est kas encore tout-kaw Alt appaisee es caves traaiquilles par tout o* 1, t S jjL1 M maltres rl
M eS de couletir se -in i tu bulefts
Ot sial-tieux par t6ut 61t lt,,,; 4ancs triorripl-tento-_4 4
Ce n'est que dans I Vord qu'l JOUIS
6wt de cQs petits tr.0_1 1 le reste do







We; la-, cause des- homes de couleurFemporte et ee6t le bonlieur de ]a colonize,
Le rap.0orteur du comIU4 vous a dit (i), pour t *'a
vous rendre, les gens de couleur odieux 11"q wjis ,""&Otent armes q ute pour retablirf*anc ien regime. It tie sera pas difficile de detruire c(me calomm e In1:41-S je f4ire, avec succe!,s, A imported dex-P
iquer le sens i Itt'on donne 1TUX mots, patrzotes et ezri3tocmt-es ; 'A est finpos,, ,tble de ne pas faire a ebaque msittnt, des,,coritre Sells I"On n e connolt. pas Ie sens particulier de ces mots a Saitit-DOIningue. Rappelez-vous ta classificaItoll que faite, daus inon premier discourse, des baJ--o*t-'ms de Saint-Doiningue rappelez- v"Ous Ce qu e )e votts ai Clit do, ta classes de, ces pefits blanco -. un fait a du t-vous les PeIndre,k)rSqu.,,AS Ont rertise* de im.1rc.her pour la de-Ofense des ba-bitations, st on ne le-ur en neordoit le Pillage. ?I J, 14 -v*l"r le
On m7a reproch6 d'avoir cberche
*,I.
People franirais en aviussant Ies ts, blanco
ce reproche" West qu"une insure. P(-,)-,Uty a-t-il de commuting entre cette lie de 11jumanite et ]a masse, du people fran -.ais' qm, faisant.justice des on4ityieti-ement
pettpt lages 9"
ce- e qfu pumssoit il-mAme es
Ces, bi-ancs, dis-*e, les c6loits enfettes qui
it .s soldats qu'ils olit embaueb6s, COMPOSefft Ce Part, appeal tes a4trliotes,* Cest CO,
tt qw aspir t a Iinde* penance qui appeloit ,rr A ic--*l o it se( ,ou qui veut tenir les,
4 I IS a rs
hvinuies de, couletir daiis ropprobre; cest ce
--,art.1 (1,01 llf ve tit I qtti ne com-niet que dies pil*&'
-rimge-4, que des assassinate c'- st ce pard qui s em;
do., A-0 16
I C r"I 0 C




"own"



arjtir6 deux, fois, qtn a caws6 les in'e'dies dw itice qtti itocx isjon-n,6 les, tro*1$ prises 'lligecle
t cc parti quo di nt fli tel de
Massiac er les as, einbl&s -coloniales Voila' les
patriots de Sklint-Dowingue. On conv*(-- ndrarl xnes'sletirs, que ces-patriotes netessowtuient pas Imal aux patriots & -Coblentz.
I -stocrates ,tout ce part* Its (Ilualifieut d l rv
pos6 de pl.mteutS hoixiie'tes de 116gocuins. et
dlommcs': de cauleiir lo' Pard qui -abhorre
"I)elftdance- a des re, 1'6g,,, Ul veut -et'qul pr&
-4chela -so- q-,ull veUtIle r(AIAMe Jes PrM*
.,Clpes et pardon i quiei t Iej itf tre es
libres.. Ce son.t, ,, 1*1 faut avouer'-, de, plaisan#

Aristocrats, irlue le's holilines quivflulent 1'6gall'i& Aiisimessicmrs lo mot patriots qulvantlh Saint-oft DQWU Igtle ,a c6lyi t ide *, brigands de rebelleds, k I& -loi I;, Ot le terme aristocrat signifte les lionimes
-tes afix secrets ,et auxprincjpes -clest avec
-'cette confu,,sioti de-Mlots qu'o,jia.6gar6 les espr & ts 'a o s, soldats "a Saint-* ;et qWon a'd6b u-ch le
u pris- intenan
-.-Vous ne,-devez;pIUS&re,'s ma t Jo
-voir le" rcrilpporteur twnber s i T.41 clt-- avent. stir les
1 0,
(-aristocrates de i'Siaitit-Doint-ngue I L, fr6ppoit sur '4 d'
ten t leur.-vi,-cifids sout tous des dristocrates ; i f le pr6terid p-arce qu'AIs lconservent le-cir I itr lesesito c efs de Tvrin4e ,Ldt couletir"'Sont, 'en''partie, des ployens de cettr. nasse 'I nics, de cotiteuf,; tles blanco "it
-c d 10 til,
commandelitii, Soilt de',s-,honimes connus par leur
--s4gesse et lear attacbenti6rit a,la wetropcile, jels Aue'MAI- Juinecourtet dautres, que-lerapporteur A in-- J afih s san. owirrctucune preuve de ce, 'q4#

11, cite la 4atyre faite- par.103 -homm" -d o cow






leur, de la'gar& nationAlle d" Port-au-Pri' des soldats u Out de ta ownicipa'IA6, de bt
6 *
XMIUMSSIOn Pr&6taie de cette fle etil oub-fie dc' citer vingt Pletees, justAlwattyes q[ui attestent les crim es oommis Par cette garde na'Conqale, les miquit6s commies, par, la, commission 1pr6v6ta1e;les exe e* s tole' ar la InUniCip-11146. 'It d6i'end e rIS
cette coatAlon detrig-aitdi6 tvitindis que les d -*b fumans du Port -,au Prince, taijdiN que le sang "qui soume. -mcore son enceinte U 'se-contra leur farear.,11. s"piclignie de tue quo ce.5 cito-yens ide couleur out constwmm.emt, avili et ealw mizzeiles ajitoiit44s nowelles,'fille.8 de !a libeitt,4 1, ,ollrantes de nos droits et. des leurs. Comment )W TarbA a- t-il 'nu .,qualifier axonsi, des corps Mus SOUS Tautoract des 1;ayonttettes -des' corps doa les homes. de .coufeur on-ti ,&6 Constamulent exclus- des, corl--is qui, loitt,,,de. gaxaritir,16uirs droits, les-eijL'out. d6powties avec 1,'fnhuma-n 'itti la Phis r6voltante? De pareiflei- awotit&n etolem
le, yatla fome -Noa ,
cue des tyrann* s llist-tut ei-,
fo urb erie Wes t P014 lit f, le & la I ibert,4 le- brigandtige n *est. pas un wuverii mem rej,,f6sentiat *1 f)et fon ne voit 46 q Uje des brigandages., Le 4' "0 wmement- eprosentadf al
r e I
senate* t cette ga i. e qj videntmen't
VIOMeo
Les hommesde coukur 6toiew done fbn46s i reverser le despotisme de corps lact lietlx t Ut le6 vicrasoient depuls deux ans desp -.itisme cent f6148 plus terrible, comme ihsle, di&ent eux-mewes, que Celui sous sequel 'its vivoient -Avant .1a r g& n6ration fraim aise car., messieurs SOUS les prdSpOPU ires w-an
tends corn la iis de ]a liberate et
de r6gai i t 6 L ieur-s letters Ctoient interciapt6es); vilo no pouv4ient 3#14'r-Al'ont, jainws pu envoyer tit








tidresses ni d4putat n en Franc e le'urs P&Itlons A VassembMe, colonial et Provinciale &01*( mt traitdes dates de rebellion,, ort eniprison-no oft inaltraitoit les blwncs qui leur Pr6toient len.r'' Ounie et Ieur a Pul; lelifin I Ia. pens etitivn con-* tre-eux &oit porter h un tel exces qu ii 6toit pluo patdonnable de tu'er un nialatre que de battle un n6gre enclave: 0 Lajustice fermoit les yeux sur tous les outrages nuts aux prerniers, sur les aS4W
-Les munic' I +As
sassinats commis centre eux. I 1pa
don' t les niembjres 61US ,Par les petit'- Wants par le's soldats et les adventurers 6toient a leur devo
i6; les municipalities, I n de porter scours aux hoinm6s d'ecouleur ne c6qsolent de soultenir
pers6cu* 6-6'n centre eux'. Pourroit-on s etonner S empn S" 1 AT%$
rnaintenant V ces bomme sonn6 -d-L",
vIs
le'urflelnartyr 6 ,sansaucuneiesp6cg,&,-Ippu l, 'eussent que1qu'efois reLyrett6 I ancin r6gilile, ul'$ laissAnt subsi *torle pr6jug6 prot6treoit au moms
prp et leur sAret6,(1)
kurs pri
M
ais ce nest pas, Meme Ce g1me.,
XOli-iffe Dhii fiivorla'ble potir eux que le nouveau' e _Saint'Doniin'gue; c I niest twint cet an' e- i e I I i r6glkme quIAS vie'utei-A r&ablir. Convaincus qul
passer totites 1C)
le -mun* *pa S S
asseniblees fActieusles ; que cependant en. lies = illant de'Tauiorite dont ik abusoie, i -,it I A
Ia transfer ailleurs 'qnvaihicus U A
i 1 11 0 4 11W
faildit ,, par quel u es inesures waintenir I or3r" en attendant que 'assemble'e natio n''ale e At d6cr&6 le- s I o-mmes
Torgani station ctes colonies de cow.
Jeur -I* inagin4rent Sae les moyensles plus prompt*
(1) Voyez rhistoire des troubles de Saint-Dominaue
%.., S Pait
M. Coatcruu, tt l'origins de. ca trouiWes, par Zvi, 1 _Imojad*






et Its phis efficaces) 4t *enet de rkablir prona wirement le 'mniandant mmtaweeL d inst*tuer
4 *2 1
un bureau, de corrospon clan ce e-ui' vettieroit Sur 16 ,Ohce quj. Se rolt compose, dhomines &s dcu*
classes*
Veut-onniess"*Ieursunepreuved ci*si*vequ-iis t!pscrivolient A janiats le return de 1ancien ,r62w V ne?- It suffit de lire leuriR d hd)&ations,, 1( 1.
est en verat des c6twordats qtt"iis s-uppriment

lesmunicipantes est enve-rat des di6crets, qui
prolliettent Une nouvelle, orgranisatton des colooa
c t. w o dunOnt 1"
zies) -t 'rd- executp Douve
10*x 9' qu'lls r6tablissent I'ancie' _,coniniandantt 'Vest pour exku ter par advance le conc. ord6t, u'l* I is component I bureau, part' I des vyen's -de co 11 aparti-e-des blacks' Usez enflii li I6z ]a deknie,re hdresse U 141s Ont laite pour. f, commissaAres 'Civii el
_,vous y
par- out ides ''r e uve's de leur a tiac'heinent 'a k cons4o htu"'i6n. N6"Svottlions "d le t -co is it AS sqnt leurs
# I i t Itermes nous vou wis exectitet- liitt&alenn' pt lei
,d&..iets. Est-i3e doitc 1A le: Jamn e,, i1e, centre r&",
4, *,# 0 ,. )D ,l -4 "" )w
-vo utionwures, Al- De'puts quaiid teoelles ont-14
-Ifani de teiidresse pour la constAption e
crets Peet e-,VOx
-pression trop vive de'' aniour,,j)(.1 in oni ir ,
et 41 S 0
Lait I gne as leutr
pour la na t J on ct la lo,* que! ,ans anAtne
esse s exprinient avec autant de
Or" (4)
e r quils, .,you oient ti
Qil!'On cessie don. d' r6pke '0
etourr -J ne, 11S 011t jure e ig
de ancient, v6gil

(1) P39e 184 p1cces justificativc$4
(ij Voyez P29c 144f,
(J) V. P.
(4) V* P,'24910
Octo'bl**'







e *Is lie le res
Oct6bre twath6me "a ce reglill 4 susciieront pas. Pretendre 'qu'ils veidentle res.. suscite'r cles't pr6tendre que rancien, t'ers-&at voudroit retablir le despotism i e passe' : clest trans-, f6rer Coblentz dans .1e faubourg Sal'a-Antoine.
Maintenant messieur's que doit faire la Fran,.
'? Rendre leur.9 Ce pour 6 eindre routes les cruerres droit's aux homes de couleur voilA l'unique rew6de 'a tous les maux cest celui que la Polow tique otdonne; car encore une rois ,,-je ne arle Vis ici & la itistice et-des- -1 -ne-mapn
-, - .1 PrMc P
V&.2"fie que sur votre int6r6t et ceAui des colonies.1 Les homes de coule-ur etn6gres libres sont Men 'plus nombreux que les blanks; As ferment pres. que les deux tiers- de I& Population libre de Saint.. ]DOMingue; ils peuplent avee plus d'e rapidA6 que". les blan cs ; ils supportent avec bien plus de courage les variations et les intemp4ries de ralfro sobres, il. s' ont moins de besoins; i6guliers dans leurs affairesols, ont moins de letters; braves, i1s, ren.. dent moins ne'cessaires les troupes pour la defense de !'Ile t craints des noirs, ils en 8ont les weilleurs gardens. Voil 'a cles v6rite s avou6es par M. de Blanchelande lui m6m e e t par les blanks. So us tous ces- ra Ces-h6mmes- pr4cie=14 A
mdrifent d"6tre prot6g6s et d etre soutenus, A raindre pour la traro'
Qu avez-votis en e, f;
quitlite* dos Iles? Us adventurers qui Jes d6solent es Soldats, qui s'y d6bauchent et 8 attachment A des

factieux; 1'esprit d ind.6pendance et de trahison quit vo oit arracber les col niesa la m6tropol, re vo* isinage des Espagnols, dans le territoire des-* quels les mtilaftres jouissent de 1'6galite # les aris, tocrates qni stappuyent de-leurs secotirs enfin jes noir dont le noinbre inun ouse et la attendance It A, Bri"Swe







" a la 11berte" menacent sans cesse 4!engloutir les

Eh bien .1 messieurs, render leurs droits aux lommes de couleur, et routes cles terreurs s'e'vav nouissent" Soyez justes e'nvers.eux et i1s auront bient6t d6h*vre File de tons les adventurers qui la desolent. Soyez justes enters eux, et pour garder Saint-Domingue .vous n'aurez plus Pelito d'y envover des troupes de ligne dontnbee tier tien et le transport sont si dl*spendieu. I il. etoit tardent pas A y s6couer le joug de, la discipline,
sy iv er '-toii:s-le-s-exc&s-qieTespTit--cl panx doit encouraged pour se seryir de leurs armes. oyez justes envers -euxs et vous conserverez 4 ]a souvera* t6 de la m6tropalo sur le'
et vous andantiorez cet esprit de r6volte qui a tent6 de les transIf6rer it une autre puis-sance, Admis dans touted les assremblees les citoyens de couleur ne cesseront, d!y do-nner les pre-aves de leur attacbernent, 'et de combattre les projects des ambitieux. Soyez justes eiivers_ eux, et vous n aurez plus ri*en a craindre des rivoltes des noirs flu eux seuls gotivent retenir ailisi (JU 11 corl--vietit A D- haichelande, (ju i* regarded les I niLe- incapable de souvenir la plus douce -et PIU-s-oIffte- nnipagne 7 -c-ontre eux. -Soyez'justes qnvers eux et vous n atirez plus "a craindre les sPulevemens excit& par les aristocrats, qui I def-, sesp&& de leurs defaites dausn'otre hemisph&e, yont semer des t-roubles dans le riouveau ; nos vaissea-ax en portent cbaque jour qui migrent dans cet asPoir, Soyez justes enters eux et vous A av, z prus a rjawdre les enterprises d'attennea,
f ssancesetrantm&es etsur-tout desEspagnols,eus'hounives de co-uleur fornieront toujours con" trit ewx- une barriers impCnkrable. La. un mot








80yez justes en vers eux) et hot tranquillitA revu-4tra dans v0s Iles et la population *nffig' croltra et vos products auginenteront et tretien du gouvernenient Msera moins dispen(lieux^, #
Contin'uez au contraire de subordonner les hoinmes de couleur iaux blanco et tous les maux qui ravagent aujourd'bul"Saint-Domiligue, finiront par I"engloutir car i*cj*. ]a force est a
A
coter du droit, et ta force engloutira 111e, plut6t que de ce"dibr son droit. Les homes do couleur
0
ont)ur6 de- p-6rir plut6t que 4e- -cl6d-er- -et Totis' ldev& applaudir a ce noble et g6n6reux deState"ressement ou vous cesseriez &Qftre Fran ,oes a'&re les homes du 14 jiiillet,
Quels sont les adversaries de ces homes pr4cieux? A qui voudroit-on' les subordonner? -Vst." e s plus braves Dtus Utiles
'a des homme, a -t
Tivolution, plus attaches A la iii6tropole? Non, c'est a des mis&able.s qui ne veiilent vivre (ILIQ de pillages A des foux qui n'ont que de la va. nite7 A des factieux qui ne veulein clue 1.Itid
0
enhance et le de'sordre. Car, messieurs, et 1,10LIS ne, demons lesser de le r p ter les plantetirs 00 P
honn6tes les oprie aires respectable le-s bcavi cito-ye us, -tous-wus-- disent- quIl-s- ve.alentlesser j ouir des droits de citoyen a'tif : c'est le de la grande majority, de cette majority' paisibl e et soumise quit veut. le r6ane do la p
6 I aix e, t qui
x est arr6te'e dans Femission ae ce Ycou que pcir I)aspect gla ,ant des bayonnettes, 11
Pourrez-vous maintenance balancer "a acccircler ce droit aux homes de- coulewr? Mai-s, je vou,* I'ai & corder pleinement, francheinerit
t I A faw ac
de mani6re 'a extirper h j amais la. haine et les dlc z A.
sensions. Or jP ne trove cette plenitude, dov-







st e que dans Ia r6vocation du d6cret du .24 seinewlim
En effet,' vous border A ressusciter le d6cret du 15 mai, ne serol"t qu'une derni-justi'e; car, ce d6cret privoit ies citoyens de couleur d'une parties de leur& drolts. Ce de"cret ouvroit la porte A mue chicanes q.u-e Iorgu.eil et Yinjusuce n'auqb ment as anqu6 de saisir pour tout broifiller.
Rati r le concordat est encore une demi-mesure instaiisan'te, une measure qui laissera des germe -de discor-es on- soutiendroit un jour OU us ont e* t extorquep s par la force qu'lls- n-- ont itd que parties.
Uailleurs, deux objections irre sistibles repoimo sent cette insure. D';abord en. ratifiant ce con-Cordat I, on reconnolt ue les Cito yens do couleur tiennent 'leurs droits Jells b Mims ; cqendant ils les fiennent de la nature,
Ensitite qui Pre'sentera ces d4crets h la ratificalm tion de Passetnbl6ca national et du ro* ? Est-ce Fas,semble. e colonial e actuelle ? Elie es t ind omp4tente,
lhlgct -t.Faudra-t-'lenform -t
-elle esti dc I eru ienouvelle?
11 y entrero.1 des liommo$ de cottleur, ou non? Dans ce d ?rnier wS Fifflebaf-1146 reparolt dans Timm, la question des concordats disparity; ils sont ratifj6s de tak. EtAn messieurs Ces deak joi6thodes entrainent des lerittiurs et des diffic-alt6s an'il Eaut 6viter si on. veut arre'ter les troubles
Saint-Domiiigue.
11 est un raison. vemont sans r6plique qui nkes" site la revocation ctu d6cret -du 2, 44" september. Nous-voutez extiorperta cause des troubles. Cette ouse est dazis la r6sistance 'a l'oppression des ci .oye is de couleur ; elle naft de leur opiniolt
ns sont le. s- 6,gaux d.es Wanes que 1e4ur sort no 36APOIntd6pendre d'eux. Or, cene opi *on est oo




let



sera constamment blessete par le dekrot du nij $Cptembre tan't qti'il existera."'
On me dit et clestla plus forte objection qu"on itTafte: les citoyens de cottleur do* ivew joulir des rue'Ines droit$ que les blancs ;- mais laissez aux blanco la. facult6 de les. leur accorder : attachezles par la reconnoissance; maimenez le d,6cretdu !24 september, et croyez qvie les planes les leur a ccorderont. Eb qui Yous a dit qu'ils les Teur accor-w deront? Qui peut garatitir mahitenant leurs promesses TXe-les- avez-vous pas -ru separjur r a res. le serm ent le plus solemiiel ? Direz-vous que $in.*. t&t les y for ,o*t ? Cet interest existed d "h depuis long-temps et il ne les y a pas forces : les forcerez-yous vous-memes A 6tre justes ? Vous violeriez les principles du d6cret du 24 september.
Enfin Je veux que les blanks changent tout;k coup ; je veux qu'ils consistent "a 6tre justes; je veux quWartant -tout resentment, ils veulent embras'ser es mulatres coinme leurs fr'res ; je dis que I-a' cause des troubles nest as 6teinte. Elle est toute dans rin6galW entre -foes blanks et les homes libres de couleur dans l'indignation que resentment les citoyens de couteur soumis A cette in6galitd. Or cette inaralW existeroit, eme dans les cas ou' le blarics Ta romproient eulnx-memes car on accorderoit par la a ee- ux-ci une superiority U'ils n'ont pas : As tireroient de cet article dti kret un titre kernel de vanity' ; ce seroit urt germe 4ternel de divisiort A le faut arracher,
G- ardez-vous. messieurs'. (le perd-Tedesi-niomms prkieux d'attendre d'autres r6sultats ou de la force arm6e qni est maintenance 'a Saint-Domin Igue, on du congr6s nouveau, convoqII6 'a ha Marti-* nique. Je ve'ux que cette force armee se voule en'-* ti4rement au gouverne-ment actual; I e veux. qu'elle
C







les Clotoyens de c6uleur je:veux qi eUe lekir arrache la I:womesse de se sournettre aux W A. a, & 10
cwcisions des blane"s o. cette renonczation cette womesse se"roit loin dWre -tin gartant certain de I astentiment a cette esp6de, &eselavage de la, art, J'hortmes qui ont goAt les doux fruits de 1%, t De pareils homes n renoncent point; ils se
Iaisent tant qu ns sont foibles ; ils se revoltent "a la
tere occasion favorable.. Or les colonies, 1--tar levirposition et par la nature deleurs babitans, ofirent ces moments fiavorables, bien plus souvent j[uo les antres pays. La submission, ul n'est que Ie procltdt de. la f6rce, ne prompt quel'es r6voltes Ue Ci S mallieurs; it fa-dt donc encore renounce
En a-urez vous un. member dans ce congr6s
6:out la trame" avol'ot 6t6 si Men ouraie L ann6e derulere; dans ce congress dont le patriotism a d6jotte* to-as le s resorts et qui se reassemble malgre-0 lf:t secret ; con"res lul peu avoir les plus funestes enetis pour ]a d6pendance des colonies. ?Je dis que non ; et que laisser "a ce concrr6s le soin de deicider du sort -des homes de couleur c'est vouloir
i rir le mal en I'allmentant : car les blanco seuls .stwn a-d-mis dims I e- congress ; ce privilege consacres c-t t tf.I 11-16 aalite de droit qui cause la r 6volte Le cont r(' 't6- fi 141 uste clans sa de" vision, A n'en auroit pas 111ciMs viole' un Principe, A n'en auroit pas moins coirsacre" ]a racine do S_ jalousieset des haines ; car I t 'S hommeg ne peuvent disposerdu sort des antres It c)ttnnes. 0__ ui- le blane sera to 'ours fier davoir t" le 4 j asqu a lul i homme cuivrd et ce dernier ISI en senior -a toujours hum*U, et par consequent Ce jour$,
'.8 dewx classes d'hommes sedetesteronttou*
ITialffleurs, inessieurs, le Ile vois pas, 4ansce ob
C01hir, de repreSeutans de Saint Do








ne vois prots, qeton irtit convoqud Ies 6 couleur de cette fle. Croyez-vous quo I plus noin., breux xl w. les blanco pliLs forts, pt Lis discipline,& qu'eux,, croyez- vons que bien instmits de lettr,,,; drafts que-, r _.vohe,,!; &Joag des nittnilcipalit'els e't des assembles coloniales, les b6mi-nes cotileur se soumettent volontairemetrit a'UIX decislons (I'LUIL congr6s illegal, inconstitutionn el, et dans 1eque.1 ils ne sont pas represents ? Cette Supposition est gqlbsurde; les homnies de couple n'ontJawais cess6 d e le dire dans Ieurs a d ress es : W ualiO ott I a m ort.,
Mainteiiaht laisserez -Volts' 6tablir de-ax droits dans T- osilesCortsentirez.voiis 'a les honimea decouleur de la Martinic Ue etC&Ta 4uadeloupe fiennent leurs droits des blanes, tiiandis qu'a' SaintDomingtiel*Isrleveulentlestenirqiied'e.-Li,.x-menies. Cette diversity de jLtrisprudence ite cr6eroit-elle pas bient6t- do-nouveaux- troul6les dans ces fles ?6' Les martinicains ne se sottleveroient-ils'- p -as PCI.,vfse niettre au niveau. de leurs frees de Saint-Doit carter ces germs de dissension
ingue ? 11 fat
nouvelles et Cest en adoptant une Jur*sprudence uniform, fondue par-tout sur la justice,,que Yous y Itarviendrez. La justice loftre une- r6gle v a-riab le et, c'es t en ]a suivant s eule qu on Pe'ut t maint nir la poss--Lh* t de o'otiverriler des c016-n i, e- sa, j6oo lieues de la iii6tropole. Avec cette r6gle, ctn,, n'a pas besoin d'attendre les nonvelles pottr de'terminer ses operations ; avec. cette r'tyle on s'entend dun Ole "a I'autre; avec cette rA ,,Tle on ne blessed personnel, ou A quelqu'un est blessed" c'est 44u'it est hors de a Justice, et il m6rite d'kro bless. Admettez-des modifications, des exceptionsa la justice et A n y a -plus de terrine aux variations et aux desordres,
h-. un mot, wesssieurs voulez-vous tine aix C 4







(46)
ifternelle? r4voquez le d6cret, du t4 septetnbre.
"" ? maintenez ce
Voulez-vous une guerre 6terneue d4creto,
Souvenez-vous de ce mor, pronounce' "ar un hornme qui n'est point suspect, par M.'Blanchelande (r. En at taquartr les homes de Couleur, A i y tt plus de reme'de pour saucer la colonies.



M E S S 11 E IT n S en r6voquant le d6cret du .24 september ,vous devez prendre enfin des measures
0 1)
riaourenses qui assent respecter VO's decisions 0 t de nonveaux connnissaires civils, revi e'tus de toute Fautorit6 que les repr6sentans de la nation peuvent leur confer, second's de bones troupes de lio ue atteindront parfaitemertt ce but, en sonniettant les'factieux les ind4pendans, les auteurs., en un mot, des troubles de Saim-Domingue ettle la r6 volte des uoirs, sur lacluelle je dois, en termin.ant, faire que1ques re4lexions.
Cette re' volte oure saris doute des caract6res b- ien ranges. N'est-il pas surprenant clu'on ait mis- tant &-lenteurs- 4, dissiper d-e- s homes aue M. Blanchelande peint cortime des briganas ? Yest-il pas surpret-tant que ces n6gre s dissent des petitions et des observations si biert krttes et n6nie des dissertations sur les d6crets ; Me st-il pas sur ren-ant qti"au, milieu de la revolt on ait wndu Xes n6gres an Cap 'a un taux assez avantaoelux- ? Nest-ld as plus surprerjaht quapres tant 4-interrogatoi es de nearest appliques la quesCon, apr6s., tarit de veilles de la commission 'pr4
A
-votale on nait avc-tines Minikes sur les'auteurs des troubles? Car) je lie Pfarle pas-de cette






41
'carte mystique portent les letters M. L. copide par des h6mmes qu* ne savent ni lire ni krire; carte, que la calomnie a interpr6t6e, d'une mva-, n iere atroce pour perd-re tin citoyen respectable.
Tout est enseveli dans le olus profound silence. On Parle de milliers daristocrates ei jigrans qm ont form6 cette r4volte, de planes qui commandent les rebelled; ori parle de munitions et de canons fournis aux revolt& et le greffe de la V 91
commission Prevoka-le se tait sur tous ces faits et les cominissaires de Saint-Domingue se taisent aussi sur ces faits. Ce silence -6trange n'indique0
roit-id 1--)a que ces arlstocrates ont des complies, et que ces complies ont le, credit d'kouffer la voix des temofiis -et de la veritV
Quoiqu'il, en soit de ces faits qw s expliquedft rout saus doute U11 Jour lorsqae les commissaries Patriots porteront la lunfi re dans ces, cavernes an moins est-il, ma-intenant de'montrc 10, ffue I'enibrasem'e'nt rapid de. la rdvolte cl es noir-s, dans
1 4.
la- ie u nord est d au de'sarmement des
0
citoyens de couleur; 2o. atie la soci&e' des amis
JL
des noirs, centre laquelle la calomme a tant de
A
fois voini les injures les plus d' 0 tastes; que
I I eg tt %-L
cette society, dis-'e n a eu aucurie part a la revo Ite.
Le rapporteur du comitep colonial en fait lul-0 m6me important aveu. (c Aucuries des pieces dit il qui nous sont parvenues -n G-A I-) ronve nt qtie les amis des noirs ai,ant pris part 'a la dernie're, revolt de Saint-Dorningue (i) ))v
Que deviennent maintenance messieurs ces accusations des forfeits ies plus truces, qu'ou


(i) Deuxicme rapport page 7.






C '4A)
dibbit appvy4es de pre ves important tes, dans ces, Placards, dans ces r declamations, dans les bbelles andus vvec propsion', dans les p nxt*ons menIft, di&s et colport4es par des honimes fikr-s? Que # AM,
devennent ces rnenaces ces torfanteries cess Acriks hypocrites, do- ces homme8 fill' tiatis rimPuissance de so Jtistl4fjer de .(, crIftW' dont ils sont
1 0 #
accuses, n ont cess6 de'reproature ces imputaAW tions mensono&es A cette barre, esp4rant bans doutequelcu rleff'ronteri*esuppli6ero*tlt A*1ave r1t6?' 11s se trompoient le temps lait justice -de tout il me andiourl'innocence
tau gr ki A met les meeh.ans
t4 leur place.
est vrai que le rapporteur, regrettant
qu v*ent de faire, ttJierche "a Pconsoler ht ealomnie I
ell 110US llprrreflant (i) que les am*s des noirs)etsttr*.toutt, uelqucT-"S-,Ilnsdes.p,!o embres sont vivement iwcu lpe*s d'avoi r provo qu6 les -trou bles de Sa*nt-DoM*nD11te ,ar 1 'vrs t cr*t'-, sur resf* tl" P
davageet __ sur les droits des homi-P.
-fieile 1. a&),oute-t.j1, de calculer quIelle est 1"Influence morale de ces &fits dawi le colonies)), 11 faut apprendre A M. Tarb6, qui connolt
eux les kr*ts des colons que ceux des a-MIS des noirs, que ces derfliers reont point krit SlUr 1!esclavaae # bien sur rabol*t 0 1 *
.. mais i, ion de. la trake
11 faut IU'* apprendre ce que les colons lux* ont cacM que pas un de ces krits: na pu p4nkrer dans les colonies', grace A la vigilante inpisi ion qUL r6gnoit par- tout dans les colonies 11 faut lui apprendre ce que les colons lui ont encore cach6, que les noirs ne savent pas lire. Si les. nova ont connu la r6yolution, As doi'vent cette

Voyez ibidem, Ct *11 Che Its Pic"Ces'nurkiros 11, 6:2, 89






(45
connolssance AL rindiser6tion de leurs mattress et non A des fires.
ft Ar *
mais comment M. Tarbi a-t4l pu, s6riensement ,ra irarder les amis des noirs colnMe Ylvement Ift culp6s, parce que I e, president Cadusch, dans une letter tr&-fleurie' krite att M t lieu des flames, disoit aux Am& icains I qoe la philosophic quifait la.consolation des homes, porte ti Saill't-DoMInLyuc le d sespoir; parceque M. Blanchelande
j t
or (r que Padresse de Pabbel Gr joire perdt-a Ut C01611tes ; parce 5u'un. a nonyme kritt,- --dans une letter aux Nantois- re les n6gres out A leur t6te des blancs prob b ement ertvoy 6v par I"
I*$ des noirs nic
tzm enfin, parce que la mu I I
des Cayes se plaint que la veete horribfe des philantropes troupe d s appids alans le gout-ter.., cement.
Com-bien est - A A_ regretter., messieurs.., que M. TarM n"ait pas connu 1;'hl*sto*re des fatences a -Oloises, oit sout repr6seat-6s des enclaves en-o C n S 1. ie ce-M it- C rinrent6e-&-Lot4res-pour soulever--aussi, les noirs de la Jamalque* quit ne se servant point de faience. Ce petit conte,
6 a ces quatre grades preuveso leur aurbit, =6 une f6rce merveeilleuse.
Ma*s, de bonne-foi pent-on citer, pour preuve
A
d'une inculpation grave, une antith6se, une pre**
6
diction. un doute et une injure? car voithle rdsum6 des quatre citations, importance de M. Tarb6,


M.Ussitults eest Sur-tout en examinant les faits
*I
relatifs A accusation que j ai porter centre Fass emblde coloniale que perce la partiall't6 du







44
rapporteur, le suis accusateur et cette fono. tion r-edoutable, confine au l6gislateur, ne peut pas. e-* tre un *eu* Si je me suis trom, 6 1 je do 0 gel is.
-&re blAm6 maos sl* la v&46 m*a g i les C ou
pables doivent kre punds. Je do'O done an caract&e- sacr6 dont je SUIS rAV&U, *e dois A cette assemblAe qui a. entendu mes accusation )e dois enlin A ]a France, A I -a colonie de prouver Ce que i"C'U, O)VIUKA
T i-rl-4 n",q vu que des homes purs oA vudeL,,,c'#_ 1) bles.J.6 isprotiverqueMTarb& fi Om I Mts iwwortans qu il en a d6gu*sd
d a u t re, s ; je vais, prouver yi n a fernx6 les jeux A 1. i6vidence.
iiiaccitsel"assembl ecoloni*aled'avoircherchd A so rendre indtApendante, d.lavoir conspir6 pour enlever la colony' A la inkropole, d'avoir usurped le n- Uvoir w tislatif.
M" TarW m- e, rt6pond que ces accusations ne sont pas appuyees dune s ule pieceJustificatiTe MTNue le comito'5 #it tout tion. Jai cependant IA4. une foule de faits A I'appu *1 de ma d6noneiat ion discourse d'ind6pendance, et do, r4volte ten-us dans Iassemblde c6lo ft n ate tran slation de cette assembl6e au Cap.. rnahyr6un d6tret soin avec- Jequel on fortifloit cette ville; cocardes noires arbor4es; lenteur A
a. ser ]a r6volte des, noirs oir un prd,pour appeler les Angl
texte, Ols; cominandement
dontt46 aux honimes qut* portoient le plus'de laine
* ]a France* formation de trois r4imens; env 0& a Olk
d'anibassadeurs aux Etats-Unis et 'a la Jamaique correspondanc.A.-. suspected avec IAngleterre ; sus., pension de toute relation avee la France. Tels sont les falits qui ont, ce me semble, proavd I* syst4me criminal de rassembke colqw*41e.






45
prouv6 d"un autre c&A, que de fak Ns se-mbl& Colowale skoit rendae 'nddIfendante, en s arrogant tous les no voirs a en u aean
adrw*nistrant, taxant Jes &nr6es Semparant de$ merchandise et de I'argent des particuliers et tous ces faits sont prouv4s par des pi*&es jus tificatives imprlm6es,
M. Tarb6 convent de tous ces faits dans son, rap ort mms il les interpr6te tons en faveur de rassembl& colonial. Mai$ Comment Ile rap Rorteur AL a eu SOUS les -yeux les prot-&-yerbaux ties s6ances. de Fassemblie colonliate, a-t-il Pu vous dire ou aticune pike n6tablissoit le S stAme d'in(i6jendance et de r6volte de I'assembilm colonial? Cest avee ces roc6s-verbaux que ja veux convaincre-Tassem 16e national. Je nen clfteral* ne trois actes, et X*ls sont d6cI*sAs6 Dansla. stance du 5 ao, t, assembly& se consm titue assemble g6n4n-de de la parties fran oise
-de Saint IW* Domingue, et non pas assemble colm lonialeL quojque le &cret de I'assenibl& cons*&
_t ffqUo -efor airc q
-xite r '-D-af
mot colonial i"ndiquott la d6pen&ance de la m&" tropole, comme le d*soit M. Dospaond, dans son discourse, en soutenant que I'assembl6e dev'olt
---se-con8iituer-comme -g6ul &rale,..-,II se-fendoit Sur----deux pointe et je les copie textuellement -. Nd d* cessii4 d'e mettre les d-&iets nationaux de c&4, et de ne iatwcheiqdik la monarchiefranco4e,
On a done pris cette qualification de g ndrale & I P
elle flattolit la van 146 elle, corroboroft le syst4mer (rind,6pendance; et cependant les -6crets ordon nolent la qualification de colonial.
Une discussion bien YAUS important s616ye
it Sagit de., savor s* I'asse mblee se constituera, en vertu des dicrets de rassembide nAtionale og







46
x elle se, constitnera. en yertu J05 pouvoirs de es commettans. Assuremen't la siii]i 81tion
de ce"tte question Atoit une violate on de la Io
-t une marque dind6pundance.
Lisez les discourse des orateurs qui ont parl' sur cette question pen d-ant phLsieurs jours; vous y trouverez les decIamations les plus indecentes centre les d6crets, de I'assembke national. Je nfen citerai que deux fragments. Je choisis le premier dans le discourse "de M. Lagourgue, urt des six comittissaires ui sont venus ensuite votre- barre protester le leur submission h vos d6crets,
ec Pourquoi di-Solt-il sommes-nous rassemble"S West-ce pas principalement pour nous, Opposcr a la promulgation dit secret du x5 mai? Je Sitty ose que ce funeste d4cret vous arrive officielfentent; point de doute que vous ne soyez dans Fintention de le rejeter. Eh bien! il youi est de"montre _que les de-"crets du z8 mars, du-.
bre 11 -M
iz8 niars et JU-12 oct0 isent la meme chose tj e I e- dicret d-u 6 mai. Vous devez donc les irej e. t er. ))
jLs cours 6toit telle*
L yst&ne tahli dans ce do
ment frappant, clue M. Launiont qui le combar. toit et ani vouloit que Fort se constitua' t en vertu des deerets du 15 mai disoit : c< Si Cette measure, it t est pas adopted, avomons de bonne-foi que, Ies- d6crets des 28 mars et du 0 ma-A,, ne servevntAP qtie de pr4texte. A-yons le courage et ]a noble, hardiesse, puisque ce dessein s.eroi.tform6, de nous doclarer iid6pendans et puissance souvelo '. ralne, C -- st d'apr s c tte doctrine que rassembPe
A
S est (.!,Onstxtu& le 9 ao'u"t 'a la majority de 67'VO* I en vertit ties pozwoz*rs cle ses contmet4 ontre 47
4411S et non point en rertu ties d&IVts







A 47
j6urs le premier acte d e rassem,, We colonial a 06 -tin acte d'independance.
Vassembl*e colonial ne tarda pas a donner J,,autre5 reuves d7ind6pendance. Constittlee au xn6pris Sw d4c ret du premier f6vrfer, elle se transit re au C ap; nialoi4A! le.. Cueret ; elle dklare ses wembres ifitvi6lables ; elle se d*clare corps l6gis-hitIf elle now -me des coinw. Issaires, pour 1.1.ci er forme des trib-tinaux leur donne une at tribution; nowine une com'zoission pour e q
f
cher la promulgation du secret du i mai, dans le ccas cwA les commissaries arriveroient de Fr ince.
Voulez.. -,voits une derni 6re pretwe de ce systAnie J ind6j)endante? eocoutez'unfraginent dudiscours J- e son presWent -Cadusch, prononc6 le 4 septem"M bre, en r "sence do to-us: les corps et de to'.Us les fonctitoniiaires publics de Sainto-Domingue.
(C Vous p 6serew, dit-il dans votre s agesse I si vous Yous mettrez ou non, A rabrides enterprises, centre vos ixte'r6ts si* vous devez attended ou non, du dehors des loix qui doivent volas r6tvir
--tui- fea-ve n-kr
venir;. vous, yerrez si ceg oix p
inta ees, loin du pays qu* doit y 6tre soumis., et par des hommesqui ne connoisseur rien a x.c rappor-L8- 8-ur le&quels on peu uab b r le r -i Constitationnel dos- eolonies-; Yo- -as deciderez si Ja
0 f t
)r sence de ceux qui etoien en France comme vos &put6s peuvent remplacer viotre assentiment et A yous ponvez vous, croire SaintDoiningue lies par le-ur assistance a-a s6nat
e(Nous allez kablir nos droits oubli& ou viol,.$', conservation de nos, propri6tes "et la juste me.* sure,,de notre soilinission aux loix europ6ennes., Entour& do ii-os fr e*res il ne manqtteroft rl'en 'a xiotre saisf"ctioa sA lions avlon$ rgr= UOUS UQ$






48
compatriot'ss, qu!une evinfiance trop aveugje dans hssinibWe nat dle- a entrafii6s Io.An do nos Tegards. >)
En faut-il &vantage messieurs pour vous convaincre de esprit de i6volte qui aninioit ras"
_sembl& colonial? Observe que ces discours couverts d'applaudissemens i6toient ensuite ho 0 sion
nor6s do impression, r6pandus airee profu .Pr,6n6s danss tons les journaux.
Et un rapporteurqui a eu ces pikes sous les yeux vietldra nous dire qu'*l n'exi te pas tine se ,e pike (ful rou've' 0 I e-sprit de re"volte et d'in-, d6pendance assembke colonial, tandis yia
cheque page ort lit des protestations, tandis que cheque acte attested une r6volte! Eh,! peut-on' re, harder antrement les precautions prises soit pour Yortifier leurs villes, lorsqu A Wexisto"t aucuns
A
,ennemis extdrieurs soit pour, empecher les va:isseaux fran ,ois daborder, Soit pour les 8,ouniettre
Une. inqu Wo tion s6v6re? Peut-on qualifier cette solution de prendre la cocarde noire et I ech a-rPe rouowke 7 autrewent q, u une nisurrection iorniene-,
la m' ropole"?,
centre et
. Qui da yous a pu 6tre dupe un seul instant Ze la miArable excuse qu'on -vo-tts a donn6e ? Itnaae de deuit, intaaze de san-a, a t on dit.
6 I A b
Cest tl I -a perfidle joindc"re ]a achet6. On a arbor6 clette cooarde parce quelle. e0toit FemWitte d'une Puissancta dont on desiroit Pal.. hance pa.rce, qu'elle 'toit I e-' signal d'une An& nation 'a ht France. On entendolt de routes parts parlor de se donner aux AnOois -b dix letters de t/eMoins oculaires et auriculaires 'en potentt. BeaueouP de t6inoins qui ont entendn les faits existent en Fvince. Ils petivent etre interrog&. Les lefties out e" t consign 'es au. cowit colon- ial.
Le







ur d*t q n'existe pal tine I-ece )US-* Le rapporte I UI P, '0 "
ins per -4-A (;Om.
tificative de,,,; idesse de4"assettibb,
10! Iliale,
6 4
it double les &positions des prisontiters I-Afanl* ,ois de MM. Matlac. et Pepin, des capitain-4s 1*1 double le- t6noic)'Ifta go,
fran ,ois assembly& au. Cap; ik b
des homes de couleur qui ne o otoient at M '" 64 que pour se preserver du syst6me, angloi-s A double les letters de M. Jumecourt 1*1 double cette' formation de trois r6gx m8,ns, clut devoit etre le soutien de la resistance A la. m6tropole; 6ar au-0 treatment s pourquoi former trois r4giln6n$ .7
Dira t on qu us n'kolie.nt destiny &'q ue pour appalser la revolt des noirs ? Mais on auro*t done compt6 sur' une'r6votte de, 6 1
qwatreans2 puisu on n engage d'abord que our ce tempso'Eli o 3e quel droit I'asselnbl6eco on'ale fo it-efle 'des regimens? Musurpoit-elle pas le pouvoir 16islatif de I'assewbl(Ae nationale,'h qui "cepenant dans un arre'td, elle avoit abandonxid le soin de maintenir les droits politiques des colo4"
"e re ne-to-mbe t ettd
pas essentiellement dans cette par tie? L'ass6ill.. bli6e coloniate n1tnitoit-et!e pas I'assenxWe dd Saint-Mare qui avoit voulu aussli se former des'
-16gimens et qLu zvoit etc blitmee pour cett6 usurpation.;
-on du r- fiig
Marre'terai-je, 'a la ridicule -j ustificat' e
d'envoyer des airisos en France? L(.--,- cornit6-luirndme tavotte la faute. Or, ce refus est un des plus' rands crinies, car A a occasionn6 les plus g' rands Anaux.6
Le comitd confessed encore que I'assemt)Me 'a' auament6 I'octroi sur le.s. de'nr6es de Fuince; co'
y
U1 dtoxt usurper le, pouvoir 16gislatif. 11 a fa-it q. 0 L I
lourair dos Ueaxes de force ce qui est un attd JD







.e tyrannic et pr une contradiction mooncevabk, ce conih46 m*e .ailteurs qulo4 se-wit emPar6 des warebandises fra. .Otses de I argent frtineo*S llla*s A existe un arreAO du 9,6 ao-ht q, tl 1' porter que tout captain e, tout Parficulier, tlui aurolt fait embarquer de I'argent "a bord, i$'O-*
4 1 1 ;_'
roit tenu de le. d0jarquer de le &',poser au tre'sor public) c'est- aAire dans les mains des factieux; 4un y ewit condunne, "a ]Pe*ne de wooo l*v. d'atide, et cetarrka 't6riaoureusement 'cut'
Enfill,' ille'ssleurs, I- tous Ies routes sur Pesprit &Inde*pleudance ne doivent-i"Is pas s*eva'nou*r deVant cebte esnece &,ctmbassade envoyde par I asft*
1,
Semblee colon*ale tant 'a ]a Jauia.,:que qlfcaux
tats-Un s, de vant cette awbassade, que M. Tarb6 1 40
Il a ptas rou u c e u stiti er Ne'to ii't S v*deni viellf Facte d'une colollie qut tratte Ae puissauc:e V-* 1 -.16
I- s=ce ? L"atubassadcur, francois Ph fladel11 1 pas com Wavoir t
renu rouve6 dans les
feti;ras de crel:ulce de AL Roustan -d eS e.% rcos-! si.ons qui fair h I'assemblee colconjale
I VeTA1,10' Le ministry des affairs Ctranty6res n't estb
I'l 1)'a, convene que M. Pco-v6'u-71n a pris le ti-t-re de UcTitte de de Sa"itt-DOIllingtte pres
les'Eta-ts-Unik?
Off VOUS a d*t,'car a quels mensonges la pierhdie ln,,Iest efle pas obfigo4 de descended., on v-ous
-iditytonto-noroit Saint-Domi*nauel'existence
franclois I't Philade hie ; comme
6 6
(,,!e flalt n'ettt pas ete' onivu da'-. s: la colon*e t-I e 1) t1i ISS I'arrlivee do Al. Terna'd, COMIlle sl* dla'if. leurs iol, n"ext6toit pas une correspondance'coris il n'e *S'L it
tallfe clillre ces deutx 1.)ays; counne s xi. o
Olul "O s secr4ta* es de 16gation ou des I)as to u .- .1 s de Ir Qusuls dont la cololule devol't ellipNater Torganv*, Aw








'Ah'. messieurs disoitavec raison un estimable inembre de 17assembl& Uwstituante ealomni6
--,-dans cette affaire s* le department du Rli*n ott dit. Nord, s'avisoit de de'ander directement aux princes de re'MI-Are onau, gouverneanient des PAYSas (renvoyer leurs troupes de ligne appaiser lestrotibles Oeves .8-tir les fromi6res que diroient repr6sentans de la, natioif?
b
Le. crime est maintenance prouv6; et que sera-ce qLiand 110US pourrons avoir routes les preuyes enft fouies datis les greffes, ces.,correspondances qua le minl6tre de la marine nous a si long temps eachees "? Or, m'ess ieurs si le erime est prouve it illy a pas 'a b a-lancer, il doit 6tre puki; A faut un grand example de se'v&4,6 et parce qti'il s'agit cle existence des colonies ; et parce que 1,610ignement I nle#nerve que trop a puissance de Fautorite' n enbardit que trop les resistances coupables et parce qLie- le crime est com"mis *ci--par' Jes d6positaires, meme de Yautorit6, par des mabiSILIT" C01-11 F"L te-petipie ty&r-c... F 114e-, VeUt kre et qui sera toujours Fran ois, Plus d indulgence ; elle seroit la -source de nouveaux crimes : plus de palliatiffs; As ne satisfont, its ne trompent personnel : plus de lentetir;- elle acheyela ruine le i Ut
roit des colon* s. Mo*ns de sang e' k6
-verse, si d6s le mois de decembre, vous eussiezpris un parti vigoureax.
V Ie grk
Vous a vez a i arer c ands niaux et Ihon--, neur de I'assemb"ee pr&64ente. La justice seula Peut eltacer cette tacbe et esmyer les marines des opprim4s. Les principles Yous oirtgent, et vous de# ip
vez 4tre intlexiblea- comme les pr*nc*pes ; su-mra I &
en tout les ri, a. s I C est e'viter le$ rouages inufiles dans fa, ministration. Vint4rdt ind* due.1 ;en trouire nueux et cet int6re't est le meffieur,







dupo *rex
UY'01 IN r es est
.1 Su* r6les p * les Cov. moyen de vo I tacherd4$0MIMS
r it n a t nour les
,es ca olon*es fran-o
eS et bi ot Sn', aura plus pour les cow* f6'$ies rangerss de force capable de les arder
9
long- temps centre Jes rdvoltttjio ,ns qui S'a'vancent dansIe temps. Cettef-orce d(o*t 6tre dans Iintkk de tous, on effe, sera nalle. La justice est done iDour
X
yous le rneilleur des calculs politiques. Votre r6dan la diploniatie
vient de se prononcer 8
quf'elle se protionce dans les colonies. Leur anav.
est la satire de no re r6volufion: h4tez-vous d'011C de ]a &1re disparottre. 41 Woo
PO 8 T- S OR IP T UM dit 5o Alars.
JjA cause, de I'humanite' a triompW, et ce 101:11pbe nie &s _--iise de r6phquer SIM. Tarb6, Dubayet et Van lane qui se sont attache's dans la tribune A Wuter les Eaits etIes raisonnemens

l U61 avois announces. Cependant *e dol faire e'ux. observations'sur le-urs discours, On m'a reproeb, -4. &avoir exag&4 les Wits de assembly& boloniale : je n'ai q-u'-un reprocke & rae faire_ c'est de Po, les avoir pas d6velopp6s sviffisamnient c'est de. n""avoir pas expose routes les preuves Lie faurois pu accunitiler. Craignant
4- ej 0
de I ati cruer 1' assemble j at voulu ref duire mes preaves, M. Tarbd en les r6futant a, bien eu soin (Nearter celles. qu* le condamnoient; par exempt j"'avoi*s sout-enu que rassembke coloma wale, avoit fa*t un atted'ind6pendance en se constituant en tiertu des Pouvoirs do les conimettans et non en wnu ties d9crets. Les proc6s-verbau_ X ottotient ce fa;t; 'IS pr ouvent dix autres faits







RUS$1 C"Oupablet, ) et cepetidant M. TarW n ayas rougi de dire quit n' existoft P."18 une Ple- e- jus** at* e, tanctis t arrk6. setil I qu it avoit
"fie IV que ce
llllPl*jM6 &Oit I)acte le ptus former (find6penla dance.
M. Tarb6 se demanded, encore ou" eto*ent les injustices coinimses enivers les loninies de conleur et qui justinoicut leur instirreaton, 11 a donc Oublie' et scieinnie'nt oublie" (i) et le m eurtre du sen6chal Fcirrand de B&ttdi&e et le (Wret. de 1al-ssembtee de, &!int-Alarc, du f).8 avril
1, de" tend aux hoinmes ue
17(490, qu lel couleur de sortir
de cbez' elix ;-Vec des ies de voyager sans
assemble. It a done 'bf Mprlcong6 de r ou t6l e
sonneinent d-a vieillard Joly dbnt l'innocence d6nontrAe ne put le saver saiis le sacrifice d'un-e somine de /1,00, 000 liv- It a done oubli-6 le segment infAine procrit aux muL' 'tres d''tre sounit's e',t urtre de tr
respectueux envetw les blanks',, le me Ols
i
mulAtres '.1u-t* ne von urgent pas le peter, It a done oubli*6 que la rnunicipalit6 da Cap avoit, depuis
15) awl 7 juin 1796- -empr
0
bitrairement quatre-vingt-huit bommes & couA 40
leur. It a dolic Oubli6 ces tetes de mulatrOS quit rest&ent exposes, pendant quelques hettres dans Ymntichambre- de-Vasse m-We provinci-, Ae- du-nord, et dont tout le prime 6tol't dans la couleur. Enfin, il a oubli6 que lorsqu'on apprit an Cap le d6cret du -6 mai, les bla'ncs all6rent "a la chasse 4eS MUI A i .
atres comme a celle de betes fauves. Ou*,, sans dout,,, il fallout 6tre couiplettement e" stranger

(i) Ces faits se trouvent dans 1"Origine des tronblef de Sant.; Domingue par M. Rdymond, et dans la second partle de MisWirt dts iroubla *c Saint-Dimingue, par M. Gatelau. Au bu.* reau du Pairiott Awfois rue Fayart no, 3








A. 114'stoi r es de Saint-Domingut pour
*re des t oub",
ignorer ces faits publi& con,---%i -tons pour les disAwn ejustwer en tie voidant citerque des pikes offi.
k1l sw. Ge-ftoit ,".,LiloirnenteiidrecotitrelescotLe s que le S COU'p tI)I(j6 eUX"IfIC I-I, es pulsqu'il
JII
y que ce qui koit envoy
1.).-r le gotivern'ellielit OU assemblees adminis-' lrativt ?s eet qu"itl e'tcyit bien vraisembLible qt Rs U etvveirrotent pas ides pikes -probantes centre A"I'V0S C(- s pieces of-ficielles m6me deen't cofitve eux I et A ne les a pas- citks on A
es8ta tortures 'PoUx justifierles coupables. Vaso
sensible ntt pas e* te# se'duite par un parcel artifice
twits croyant qu'il etoit des temps ou" il fallout 'roller la statue de la loi, elle a pardonne" "a ces tyrr,ins qu, vouloie, t tout a la, fois 6gorger leurs I- s 16 la krop ple -Elle
ftovwes e-- t ronipt-e e-.-, iens avec me
a cru que la de.elaration des droits des hornmes
3 r- it 11 --- de- -C-Cf t& r secret d- aceu-s-41-ion
centre les traitres le me Iffleur inoyen de pr&euir dorOnavant leurs crimes et de venger les
hoinnies de- coulenr,
M.- Vquhlane. a Porte art que M. TarbA
dans ht nianiere d'attaquer les faits que *",Ai avanes 666. 11'a dispute avec--e'tendue des griefs m6diocres OU que i n1avois pas artioul& et A a gliss6 sur les 'c, liefs principaux parce quil 6toit difficile", deles refifter.... It seroit inutile aujourdhui de fe,4'ressusciter,,; 1*1 fatit 'Miter rin' violence de I asseatbMe. M. Vaubtanc ma reprocW une conira(fictioll qui in, a parit tavoirtait (iuelquimpres Sion et qn.e je dois Aclaircir. 11 a s'outenu qu en
ISO,*& at ilv, ne les colon* s dev w6 q le Olent
-to et uiaccuse
ptarte- iiir Oles-m6i es







S quence pat-ve qu'eft 1 r7 les IX me 1-14,
you oir sc dre in t-peittlaittes. fidts Sout
vraxs', et cePendant" oe ne suis point cri coutradic.t* n. et *e k fou e*
I-it Pe Stiepu eq des colon* En 1789-, et ctva' le- ut les,
fussent achnis 'a Passwitoice xiationAe, je 'CTO qu cites lie Aevoilelft mc)ir au (Ams &put&. U, A
fallout leur prescrire Ie re, ie colonial am.-Y-lois,
et je I'ai soutenu,.(i). Depuis, on a admis 'a I'as.* selublee na-tionale ieurs &putk I et fai ckrit tlu'olles ne Pouvoielit, Wvoir de-- &Asiature *nd6te de not-re as-semWe national et'cela fjoit e tlre; car c'est pr6tendre nous donner des. loix et ne pas vouloir en recevoir de nous, It, Ti"'y a, done point ici de contr.-tcliction. La position 'a u est pas senib-lable dans les cleux c4s.


-'Uj
W. Tar-6 pretend, dcanstivie Ytote, Ins r,,.( a la pageqo ;qe'sa R61ique (fue le it ao pituse. illes pretlVc li (ftle 4114 les, journaux e t it plaimnte 8ur mon nginu a croiri,% aux i6tunaux, Alais quoi M. Tarb' ign0'i pour t e (It
rer qtie' Cest da le-'a t- e -de '11"asse-tubIt.0 '6016'ft A -ale, actes inip 1.11611 e i 1 1) ii
I '' raies par I-je q1t i*
u ns p erv -N -18 en effeti-1111--,
PretrVes. de ses dessei ers ?- N'a-at-ff 1).-L
1ui-m1um-e 1- a-cte- par 1equet Pa ssetA--v &-tAoll- e- -se,,Z6 -Jare assembMe ghtha-le e t rion coltAil"afe ; FaCte 101 '0. ISquel e'lle se constit-tte I ell vertu, des ponvoirs, de ses cbrdinettaris, tit lion eii Aleitt, aes d*c rets delasseiliblee natio-mrs .nde-6 les actes par les'quebs elle f4we trols r gijuons augmented les octrois stir fes &nre'es s'empare de Paroent des -patti'cnfiers', les force A fournir des war6handises* ', 'wa-t-iii pas, unpri i,6: Oti-en Sons les "Y nx fej. aetes'par quels 1'assembWe nomme tine commission pour soppose'r a

'A Voyez wes Reflexions sur 1"admission des diputis des, COIO fiqff' 'A f ;sstmbtic nwion4k 1789-








'A Wn dti d4cret du 15,111aj S'emrlari du POUVOI,' )ud. I aaax, COMMuzwtaire"6j le dAegue, fonne des tri-Ijul pons, ressuse-itola, torture) IN -t-il P41S *111 i prImMicteparle,*
quef elle envole des ainbassadears atuti, Imissances kfang, res? llsvce dans leg)ourn-aux que aiputs(' talettre (fe NI.Ternau, ambassador, qui &clare avoir trou'v danslespouvoits, q1tt s'eur Roustan le caractere d"'ane colon lie quii trali te d'61 Puissance A puissance? IM. Tat-W a ea tous ces aue&
ious les yeUx, et il it la mauvaise fix trittalwinier queje n # a i FUiS6 wes Preuves que d"Afts les journaux of 11 a faudace de
ift r Le per6iflage ('6t, I "e la nollit Qwnd on a iDersi e (IX lu
fait un rapport aussi nianifestenient coutj)able que le sten le silence est Ulle 101 de 1.1 Pructence e t le persil'iage n t a nonce que I-effronferie qw ne roijglt de rien, 81 Al. TR66 avoit eu que1que respect pour Ile, -loste quIl rem Oissoit jeil avoi*t voulu renipfir religieusenient, son devoir, au lieu de -traiter avec cette lvg& W les journ-ciux (-:)u I ai ptlls ICS discourse seditieux et cc)-upables des ritembres de rasseniblt- colonial, A auralit examln46 avec solft Cles Prectiles et Ces dis. cours; A aurctit'vu que ce journal, conwnaw les pro'66sverbaux de I'asseirjbWe, koit: impriiet par peranssion de I'assemblee, sous ses yeux, re'dig-4 pardeux -de ses nietwo bires, et par cons quent inhlit t toute Ii-i confidence pos.* sih1e; 1*1 aurPit vu que des discourse se-clitieux 11-f1prim6s par
-twe assemblde, trahissent-ses wttntions, et que ces niau!WR raises intentions deviennent &I*dentes, lois que les arrkh 1 4 it -b 4 lors]Prjs elisuite sout co, f rilles aUx PrIncipes Skiltieux qu!une foule &autres actes n en offrent que, les d661' xemens. 0 0 0
M. Tarbe ne se borne pas a' mInjurier, -tif in' 110.
t Marttr Cae et I'tipo'-we Gr#-,,gofie. Ces atrt')4-es plaismit'* jr-les centre urte viettwe dn pre-fu e- t centre 'u, des plus saints th-Wnsettrs de I'liuniaiind dvMent une awe krAn' gere a tolls les princifL 11 4 de hbert'f -et &huajajxIt4. A.Ta&6 S'est jn6, lUIL11161-11c; tandi* ctu fe nom de Fitpot goire iera beni a janjais de tous les atuis de, I'hutiiauitd, lejsiell dolt kre devou6 au mepris Que dis.,e,;) a Voubli car le, souvenir dun- now me*prisable suppo3a le souvenir di quolque"s, talen"SO

I)g I'linprilnefle dtl P A T It 10 T a FIL AN VdI S
plue du Th6atre Rahen.