Quelques éclaircissemens sur les troubles survenus dans le Département du Sud de Saint Domingue, en fructidor an 4ème (a...

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Quelques éclaircissemens sur les troubles survenus dans le Département du Sud de Saint Domingue, en fructidor an 4ème (août 1796 vieux style)
Alternate title:
Quelques éclaircissements sur les troubles survenus dans le Département du Sud de Saint Domingue
Physical Description:
1 online resource (95 p.) :
Language:
French
Publisher:
Impr. de P.F. Fauche
Place of Publication:
Hambourg
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
1791 - 1804   ( fast )
History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
Haïti -- 1791-1804 (Révolution)   ( ram )
Haiti   ( fast )
Genre:
History   ( fast )
History.   ( fast )
non-fiction   ( marcgt )

Notes

General Note:
Title from PDF t.p. (LLMC Digital, viewed on Nov. 5, 2011)
General Note:
"Court avertissement" 2nd prelim. leaf, signed: Mandar Argeaut.

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 759715990
ocn759715990
System ID:
AA00021669:00001

Table of Contents
    Front Matter
        Page i
    Title Page
        Page ii
    Court avertissement
        Page 1
    Errata
        Page 2
    Quelques éclaircissemens sur les troubles survenus dans le Département du Sud de Saint Domingue, en fructidor an 4ème (août 1796 vieux style)
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
Full Text

















This volume was donated to LLMC to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library






U E 3,


L A R M N




TROUBLES SURVENUS

7T
DAN3 LV

P R T E M E N', T D U S V D


D E SJIIVT DOMINOUE> Ey Frmflidor4n 4eme. CA04t 1796, Pieux Style







J Hof M B 0 tf R G,
De IlImpr'merie de P. Ff F A U C H

1797








C 0 U R T S S E M TA
I CI.., aleviens
DE toms ceta q:t hront ces E wr
Leger FelicW So abonax ne fera pas le 11 aip-oins curieUx Xen conmaitre Pautear -Ah 8 11 we ColMaj6 ait
comme dans fafarem' phihntropique it chercherait
de lu que1que 6bjet de mon'afeHion perjeautour I a
cuter Car oia dit qult efl fertile en r sources tie tiengeance on dit qu'il punit les-femmes pryentes tle
7 A
I fndjt ration des maris aVeus on dit qu"eqfuite it lie Neglige rien pour couvr*r fon atracite que pur cet efet a Un atgemeur des m*11es
qui dans fes miji"ons exterieures emanate admirable. vvent les maris &, obtient de leur crainte pue Parve. nh- des letters de nemerc*Vnent pour le ta )Ittge leleur do ten' en fi j,4, is ir qq)ens 1"intertitude de
I-je gn ques
L er FNicite' .1 AtO gardera Pinco ito jur
a ce que lavuflice national Tait &I arme' de Pauto; io j qu"il profritw.-* En attendant qu"il m e c bercbe dams lafi* Ynature e'nigmatique dont je fais qfage. Le tentv qu'd y emlloyero fera autaid de r it .p pour Phu.^
it' foufrantefousfon execrable diz7ature,

M .4 N D .,I R J.Tt G E .eY U To






-1 7

E R

AUN Eckiregemems.

A G E + lign" Is & x 6---&-D'aneienres Intrigues ell,
Vol irme lifez We siouvelles
alancleftnes man&MIMS a Pul"19U,
ImIrIgues it neuvelles manaruqArw ea vue.
PaSC 7 lines A I & il z---- d t4 fallu tour dimentrer taffnite
de fes 4#devnes: iawer Jos youvelles menees lifez il Pajallu pour 44montrer Punit do ci rig pes qu trade r ent fes 4ncienmts
A
& fts touvelZes memees.
lVage 9, 'a I a fin de 23'mc- ligne il faut un point, au lieu
d"Une virgule,
Page zz ligne iq- -ret aJmine-r4teur philofobke &c. lifez
les commh de Perroud pritendent lite ret adminij1rateur philral

ft e 16, ligite :zZme. de la note-4es citIrms Laweaux
Perroud fupprimez le mot Cimyenr.
age 16, 'a la derni're ligne de la note-lear condition I*fez
14
Paize is ligne 2o"--.*-ee fut par 14 coofiaywe lifez, cc fat
par la confidence,
Page ig, ligne t2 de la note-.,3 & 4
lifez At i er. &e.
P29e 42 lignc 30"*-t&YeW lirez ils putrent. Page 45 les guillemots qui commencent 4 la z6ezne. ligne,,
doivent finl'r 'a la fin de la z eme. avant les &c.
Jbidem 'a la feconde ligne de la note-mare cbmvds lifez jpvar.

Page 52, ligne 21-&jPar des voix de ]*fez fj,- 'par dgp
,voies defeat,
rage 59, ligne 19-prepares,, luezprtare ex. Page 6o, ligne S-avilic lifez avilie. Page 6 x ligne 5-eette arrete lifez eet arr tf-*, Jfbidem# igne zq"wde; blances-.* llirrz Wes h1wwr,"










U E


Ir
Im
ECL A I R C I sshmE


S V R L E S


TROUBLES SURVENUS


D A Z; L _r

4
D t P A R T E M E N T D U S U D,


D E Sd IN T -D 0 M IN G U EY


Ea Fruaidor, An 4eme. A41 1796 2 Vim Style.





Uvp chofe bien remarkable cleft que Ic retour- de Son.. thonax 'a St. Dominguea t6pr6c6dc & fuiviocilinfurredions; que celle du 30 Ventore, an +eme., fut, dirige'e centre fa creature
0
le. gouvernettr E. Laveaux centre H. Perroud orAonnateur lo, Ip
venviral cd1o di: Frudido m6mc a ontro les -dil' u's







4
& it g ewral quT avett envoy's da ns le d e6partement Sud & que des homes do couleur re't-rouvent toujours accuf6s
0
les avoir foinentees,
On me demandera d1abord pourquoi je trends la Partie Potir
IL j Tefe: nax qui
lo tout; pourquoi *e rep nte, Sontho, n eft qu'un agent
Particulier (lu Direaoire, comme Pagence toute enticre.; je repondrai quT en fat Pame 'car il exeria fur elle Iafcen. dant irr6fiffible d1un ienie- juperieur 'a celui de fes coll"
abufa de la p nd6ranc que devaient' necelTairement jui
Aonner fa grande re"Putation de philantrope les erp6rallces
flatteufes quIelle faifaitconcevoirl,
Giraud teblanc qui Cc font faccefrivement retires, ea
France e atent venus pour la premiere fois dans, la colon* ils ignoraicnt vraifemblablement que le coriphei'e de la commiffion euk d"anciens reffintimens 3 fatisfAire d1allcienties intrigues a--renouer, dlaneiennes manceuvres a pourfuivre. Ils ont du Z en rapporteur 'a fa bonne foi 'a fe S lumieres Pfiqu'Ate qu'Us fe font-apper5ut que les, ades publics, avxquels ih dannaient lcul r afrentiment, fervent de voile 'a des menees criminelles, 4Du que rebuts par des troubles toujours renaiffans lils fe, font vnfip, decides 'a 4andonner la parties.
ant 'a Raymond, n' dans: la colonic, mais aYant recu. 'a Paris depuis le rappel du gouverneur Belleconibe ne conrailTant la con4uite de Sonthonax ak St. Domingwe que par'le rapport de ce Commifaire & des vils Intrigants lies a fa
e ltupidit6 par un.
fortune tomb' d'ailleurs daus une erp'ce de detention de t4 mois dans les cachots. du terrorifi;ie Raymond 4qui parait aujourdhui )kr la fee'ne co'me moitle dc la coninfif fo n, p r o t g,
flon Weft plus ea reaffite qu'un automate que e e


La, de'nomination de Co.?,q#i;faires eft du choix de Sonthonax quit Pa falit adopter' & qui la jaffifie le Direct6ire" ne Ila pas donne"e ; efle rappelled trop les horreurs dont 1A, France a Ct6 le theatre avant le 9 Thermidor.








fait mouvoir a ton gre car Sonthonax eft fa creature Ul
ad A fa pretniiere miffion au tems de I'infortunee deputation de la Gironde J. A doilt la place qu'11 oceupe fes d' arches a*v.s du Dire&oire quli a voulu, rendre homage aux sverw ,ik Raymond & lui faire oublier p;tr fes faveurs, les longue's fouTrances qutil avait enduress, fous la tyrannie 'a jamais cable de kobelpierre,
11 y a plus les part'Ifans que le proteiFteur crok avoir parmi-, les homes que fon credit a attache's fous diVerles qualIte'-'s 1 leAT section de St. Domingue fur la recommendation du
protege' -4e font autr chofe quo les arnes damn' s de c denier,
Ces dle"tailsdont la ve'rite' eft inconteltable ne permettent p as de outer qu- Sonthonax Walt eft e ne fbi t encore 11agence toute, entire.
On ne manque pas de Wobjetler 4auffi que- la pro-clamati n
rn date du 23 Frimaire., an authend it 64 ,J; i4
4 feule piece ique qui
publiee jufqu a, pr6rent, n1attribue- pas excluffiremcnt 'a des, 1, homess, de coulear Ies m4lheure x ev en e I mens' furvenus a U x i Cayes, en Fru&idor.
11 eft certain que le' Aile" -aldroitement' rnode'r' de. eette pro declination, Pa ublication"tardikre 11impartiAi 6 quIelle fup pore 0 I'Mdulgence fp *** c Ii al e qu"i sy'-'manlifefte en faveur de 141 maffe des homes de couleur la rkaufioa que prend Pan teur de uaccufer que cws chers, 6nt dU':e^*trar&r Poplinion publique mais lorfquc les faits front connus que Panalyfe -de cett(I piece machiavelique aura decouvert les vrais motifs qui en ow
1 41
,fug e re' les 6*1' ofitions il ne fera plat., poffible de difconven* quelle fut la dernliere reffiburce d"un agitatcur dejoue qvi pres a-voir persuade' fes collegues qrte Irs rapports faits ra les g6neraux Chanlatte & Martial Befre C"taient di&eIP


Homes' de couleur envoyes dans le Su'd par la COM hiMon povy Iradwe des renleig .zwxsfur lex car!A$ des troubles*




moon


6
par la winte-, qr s av
oir rromis un commanacment cilacun
41c tes deul ge'neraux pour appayer fon aftertion eft parvenu a
11 donner une to rwe I ale
eg a ulle rroclamation w*cevidiaire &
q
talculeic pour atwindre le but quT ai ak ma fa, premicre tenutiv-.
"0,
14U*t MOIL font e coales der,615 les n.!Viellreux tVenemens 44
dle roruffidor le gouvernement ignore iufqu.1a' pretivnt leur's veritable cack.. Le coniniiiral;!ICS que ]a commune des, Cayes ire. rp Ofla Of: ont
wrs le D' &oire -%k le Co s legi tj ete
la callomme a fait a cs, PrOoTres., De nouveaux com-. milraires font ell routV Pcut-etre feront-ils plu heureux,
on
ag*ur%! que tomme les premiers'.. ils font porters de piccesimtatites tv etteront le plus gr,'ind 'our fur une afaiire.! .quc
les memis de -la libeat generate Out effitrouillee a Ileaw par des rapports nwnfbng(*ts que I'eiiloignemcnt des fieux & Pabfence ..,do toute cfpcce de docunielis contra4-wires do-i n kef
fairrment avoir actredite's en France. Alors le gou'vernement nueux inftrulh km en eftat 4e "oger ft 11itifurrMlion qu*, Aft
;n A e Ut avec CC
willtft'e datis le Sud de St. Domingae c' Ile du Nord,
les rapports qu*on lul attribue ou ft elle lui fut, li "e d
Oppole alors 'l fera en "tat de juger ft 41
urretlion porta le cara&re d'une reivolte centre 11'auto0 0 WA W 0

Ps iwdent trolb Un -.'d e-de-'amp du general ig les
'accompagnalt. Its partirent des Cayes le .1 Brumaire dernier, tfur le briq le O rf-volant expe 'die ell parlememalre pour I la
GVnde-Bretagne. Lesoepntcs des departments de IlOueft
& Ir
du Sud i'llis e q G- %Orm in -at al ell" ealbarqu
4 W es avec euxfb,
frois oa' quatre joors apres fon d C*part le baftiment fut rencontre viffite' fous J:3cmel I)ar la fre'gate Anglaife
k Mnidenne qm, ayant decoavert fa rraie deftmation le prit
Penvoya la jam ue. Deux des emoy s reNrent bord
furent changes un mois aprcs les a4trcs, transwres fur Ia.
furent Upofis au M61e.









7
Ilte nationale 6ti Men c,-Iul* d'une cxplotnm poptilalre, Contre
les vexat" i ks manceuvret
I mmoraliti tons mou --s
liberticilcles dles agens, criminals de S ov.,t t h o n ax Vintirk naiimal celui dC Phumanit6 qai WA pas mo1*115
facre exi Ittbordee av& la evis- fjzent que ccue q uell-lon f0it
vere impaffibilite & que le DireLtolre acelleille tout Ce qui peut; ti -nient qu
coricourir a en Ia solution c- r clelt du jugil
prononcera qae depend ]a jufteffi- ou la faufri= des mcfares quIl prendra. pour pre*v-enir dc nouvcaux troubles.
Jai fait remoter les C"clairciffieniens que je vais donner 'a certaines Cpoques du prernier kjour de Southonax dans I% colonies il Pa fallu pour demontrer I'affinitC de, fes anclit:,nucs avec fes nouvelles nienees,,m ais je ne rapporterat que ce qui a ,trait aux derniers mallieurs qu'elles ont proroquc'*.
je reCl4me un peu d1lindulgence pour nion Itile le tems preffic & beaucoup de prices dont "arais befoin, pour fixer les idees ine font parvenues tre's-tard,

Sonthonax a proclaim" la liberate' des noirs dans la r :trCie 4lu Nord en Ao4t 1793 11 A! a,, t fait de's fo n arrivee
Saint Dom*gue ce que bien des perfortines prennent pouli"
,un,-trait de courage philantroplique ne fieralt pas un a&e de puffflanimite. Mais ce ne, fut que deu x mol"s apres -Vincendie du CA la fuite des colo qulil proclaim, ll'bres des hommits
,qui slitant infurges depuis long-tems &- fous dif6rentes banwilores pour le, devenir, menagaient d'ane'antir tout ce qu* vowdrait,!.qcore ne pas reconnaltre leurs droits naturals. Sonthunax etait alors, presque feul au M'illlieu dleux. Sans doute 1*1 Slen til-Ouva quelques-uns qui f urent apprecier 'a, fa julte valour le prttendu denouement de ce S artacus effraye,
11 leur de'dara, que leurs frees de coulcur eftaient leurs preal miers lib erateurs il leur fit connaitre Videntite de leurs interests
les exhort a ne jamais ceder aux hifinuations perfides qui tendraient 'a les divifcro Cos vcrit s constituent tout le Int'irike dc fa Proclamatiollf









On. verra dans la Ike ft teluji qui donna des avis auffit falotaires peut-^tre aocuf6 dlen avoir provoque Poubli ou ce qui Irevient au, inimel eil a ouvertement approve Ceux dont L-1 conduit criminelle Slen Cft 'tkart&
Eatte plufieurs moyens de r'tablir Peklavage 1*1 en eft ulit fur 1equel on slaccorde, aflez ge'neralement il confilte a cI 'qigner, des noir's &- des homes de coulcor ceux de leurs chefs qui
Jes eklairent far leurs vrats intireits ceux qui favent les cl& report ou, les d6truire,
fendre. Pour cet efet il faut les d' r 0
11 fe Prelente des obstacles alors on infurge fous dif6rens p 'textes le i qui font les plus nombreux con I re les I : re. es noirs i OpPorans ceft-A-dire centre les homes de couleur & les noirs les plus capable d"appercevoir le pit'ge. I.Amajoriti t i he on la flatten on'- patient bilentOt 'a fe, d4barraffer de tout ce qLt a quelques pietentions, & Por. rezne enfin fur la malTe i*gnorante & crt"dule. Ne filt-ce que fix Mois on fak d'affez bonnei afTaires. Un ambitkax revetu de glands pouvoIrs croyant
jouir d1une immense popularity 'a St. Domingue,, peut tenter cc mqen pour fon propre compete ; un intrigant luabile qui fe Po ion, peut le- tenter pour celui des au-* troupe dans la, meme fiti
tres. Mals le tems d'une reufttite poffible elt pafr6 & tous ceux qui entreront, dans cette cartli're, auront auffit Peu de fucce4l que les colons fiatlieux. je ne crois pas tnalgri les appearances que Sonthonax alt voulu jouer un de ces deux rAles mais il elt impoffible de ne pas voir en lui un intrigii'lleur fanguinaire excitant des troubles pour s'entkhir m6,nager 'a Pennemi Pinvaflon de la colonic.
Au mois de Mars 1794 environ 8 raois apres, la promulgai* 61on de la liberte' des noirs dans la parde du Nord & fept m'lis apres le ^me a6le dans la parties de IQueft plurieurs parlemen.talres Anglais etaient deja venus au, Nrt.-au-Nince6 Southonax avait Parfaitement accueilli les envoyes leur avait donne" 'a d'ner aitait eu avec eux plufieurs conferences particulieresO Que1ques vaiffieaux de George M. s'e'taiefit depuis, prefentis (levant la yMe tans faire aucun ade dlhoftillti r6peUient de tems en tems I& nico'mc Manocum Cc








9
ra Cet, CPoque que Sotithollax pr6pam Ilex6cution d'U'n pr jet quIll me'ditait depuis quelque tems Parrellation de
Oj
N at Mpnbrun homes de couleur le premier en
g. rande ven4rati in' parmi fes rieres quon avait deja idefZrine5s Pautre commanAant de la 'a de 110aeft & de k legion
Africaine. Le comwiffiaire voulait rernplacer ce derntier I par Desfourneaux Prorou, d1avance au grade de colonel ayant
fbas fes orders, le bataillon ci devantd'Arto*S6.
Une parelifle entreprife exigeaft des- forces capable de ba; tuxer au moins cells de Monbrun. En confidence Desfour.4 iieaux fut autoriM 'a faire Oargir :z5,.,o i niers Vancs
ICS enr6ler dams fon corps, lent t ap 's il re u t le mandate d*arreh ; mais les prokrits qui avaient tout dekouvert,, fe tenaient fur leurs gardes au moment *U Desfburneaux slavangalit vers la wai'fon da commandant avec un p quet de So hornmes celui-ci pafla par les derrieres de fa derneure & court aux cafernes, ou' il fe'mit a% ]a tCA te de fa legion. Vaffion ss lengagea il y cut beaucoup, de tu es & de bleiVs & le bataillon. dIArtols COMPletement batta, fe. r6 fugia,-avec fon colonel Sonthonax dans )e fort Ste..Claiire. Une efpcke de capitulation Slenfuivit. Sonthonax fit corapter 300 Portugaifes 'a Desfoutneaux, & Ilembarqua avec fon bataillon -,pour aller joindre Laveaux. On voyak des vaiireaox ani glais 'a Pentree de la xado Desfourneaux fut pris & conduit 'a Mogane, qui eftait alors au pouvoir des Anglais. 11 y fut tres-bien accucilli fartout par Hanu de jumecourt qui lui raarqua" toute -forte d'egards, Ses foldats furent ent6les de fulke daw ]a le"glion. de Montalembert, On lui ofrit, 'a lui du fervike. Les uns pretendent quT refuta d'en accepter les autres qu'*l exigeak tin grade quIon ne voulut pas luli dohner. QuoliquT en, fbit il partit pour le M61e d'ou' il viint 'a Philadelphie, pour fe rendre en France..
Pourquoi Desfourneaux fon bataillon nlonwis -pas Cte confl* de"res comnle prifonniers Ne femble-tl-ll pas strange que les Anglais & les -eimigre's ayent ti I Zrement donne' la vole'e a"*Un militaire de. 11mportaInce de. Dc5foarwaux Leur aurait.4







to

JwM6 fa parole de ne pas fervir conWeux Pourquoi t-il
en France ? Pourquo* ett-il return St.-Domingne
e a avec un
grade 1up6rieur & toujours fous la proteeffion de S6nthonax
Le Port-au-Prince fu ris en Juin 1794. Les commiffaires
slitaient fauves 'a jacmel Wou il p-artirent pour la France.
0 Is
Laveaux aml intime de Sonthonax fbii confident foti prot ge' tefla cha des re'nes da government. Rigaud & Beati-vaUs. tontinut :rent A commander dans IOueft & le Sud & ibeaucoup ,d'homines de couleur faits o1ficiers par la com'iflion refterent attache's A, leur's'k_ corps relpeCtli fi
Quelque tems le depart des comm'Maires, le,. bruit
fe te*pandit,, "a" St.-Domingae que Polverel s'"tait empoifonntl dans fa onthonax avalit pe,'r* fous le far' de la
prifon 4 que S
guillotine. On y crut & Laveaux devint plus clirconfpea. An lieu de calquer fa conduit fur les plans de Ion prote&eur *1 chercha 'a faire que1ques conqu6tes pour t blouir le gouvernemeiit faire oublier qu'll Ctait Paint', I'agent du preftendu guillotin.6. On f9ut blen. 0 que Sonthonax eftait encore -Vivant. Alors Laveaux Spenhardit un peu,.
11 's'e*tait donne' pour ordonwateur civil un homme qui avait a A
joue un r^le tre's-adif dans les perf6cutions exercees contte les he
homes de' couleur du fort-de-Paix en 1 9 z qui leur a toujours conserve' une haiine aveugle & implacable ; un certain Perroud $ ci-devant charge' par,, la maifon journti-Aubert de Bordeaux, de la, vente de qaelques, cargaifow 'a St.,,Domigue & qui fans doute fera toLljours pre't it rendre 'a la republique un compete auiT fidelle de Vemplol des revenues des habitations fiqueltries que celui quT a rendu de fa geltion 'a fes ancient commettanso
Onl.,accufe cc Perroud dtavoir red.-6 Pargent de la circulation en y fubitituant des hovs. On Paccafie Wavoir lui me'llie fait de premier & acheteir ces k.s par fe* agens 'a so, 6o, & 70 pour cent de bene"fice. On affirmed qtL'au Port-&-Paix un cer.*
A
tai Pb W C r principal les a
in I ppe connu pour tre fon agioteu tous accapare's 'a cet efcompte qu'au Cap la. ine^me opew ation 4:tAk partaggQ entreplulicuro- affides de lordonnateur.









On deinande ce que deviant le numeraire immenfi-, dont re. gorgeait la parties Sonthonax prote4leur de Laveaux,, lou s'il eft relte' dans les poches de ce general & de fon ordonnateur
On demanded pourquoi au lieul'de publier fon compete de recette & de depenfe 1*1 a endormi le public par 236 pages de politiqae in 4P. quil n'ont pas le fens commun ne peuvent
proaver que Pineptie de Pautear fa haine centre les homes de couleur fon envie de plaire 'a Sonthonax & fa mal-adreffe, Car il a cAerche 'a defender fon administration fon afrocie avant qu on les attaqua't. Et il Welt parti pour France qu)4,preS avoir publi e*' fon infignifiant & faitidieux volume
On blame ce Perroud. cl'avoir'pr6che aux cultivateurs Pamodr
PlUtA
de la pauvrete' par fes difcours 0't que par fon example, Mais cette m6thode n'eft-elle pas en ufage ch6z tous les pre"A
ilicateurs P On le blame de leur avoir donne, en exchange de leur portion des revenues des Aons ou des harengs pourris., da bifcul*t vermotilu de la tres-mauvaife toile d e feur avoir p a f T-6 ces articles -a' un tres-haut prix,. Mais o4 les auraient-ils


N Perroad eft arrive" au Continent vers la fin de IAutom' ne dernier fe- difant de"pouill e** par les Anglais., & f4ifant une dewvenfe efrovable. Les Angla's ne Pont point i'll P1 e It Wavait
A bord que, d%,s mcubles des ripiers, des caiffes de blanc de haleine, d'haile, &c. quT a de"barquees ainfi que fes madles 'a Philadelphie. Quant "a- fon argent ou pour nikax dire Parent des autres it etait a** Pabri, On penfe bicn que daw. un tems de guerre un, regard c omme Perroud ne Paurait pas, inis la inerci du premier corfaire,, en Pembarq*uant avec lui fur un batiment Am' ric in, Le pavilion des ktats-Unis n'tait paa af, z refpc6tC': pour qull s'Y hafarda't.







12
troupe's meilleurs moins chers s'il eaffent touche' leur argv".nt La boutique de Perroud le m agal"In de Petat en eitait fettlepourvue jil eftadt deficuda ,iltrcr en concurrence amcc Ivi. lk*s rdt:s placSes au bwrd 'de la wer etsipekhawnt tous au. tres que fes agens de cow...U41,'jw,,r avet: UItimers Ame'ricains,
On Pritend qa'il a pmoavc aux noirs par la n-.ature &- la parelmoale de *'-s patten, eas que ce u Ie talt pai la peine de' travaMer. Maii$ q4lon lil fti e"tats des habitations fe'u,"'I I* q treess
on y verra que tiles o* il a, he moins la cult'Ure
ont donne' ju fq u 1 4 :s lives' dem*e me-we jufqu I i v 13
lives, j-4 dc
On le blime d'avoir paye- quelquefolis les officers & Its fol. dats toujours de la meme monnoie que les rcultwateurs
fx Pon en except le gros drap bleu d1une gourde uk. domie Vaune qu1*1 p afl*ait 'a to, Mails qui plus que Perroud devait
tA
61 etre onvaincu do rtpublicawfivne des troupes Frangalifes s qux mieux que lui devait favor que Pabondance Anglaife ne Ics teuterait pas ?
Cet adminiftrateur philofophe- doit atre fans reproche puifque Yex-gouvonetr Lavoaux m, fe PlaiAt. P- as de fics operations finan-6


Les cultivattemrs les habitans les -.-.trouPes ne tarde'rent pas a muArmurer des dilapidat ions da monopole dont Pordonnateur Per roud fe rendait coupable. Laveaux qui s'eii apper5ut mais qui av, ait des raifens pour ne pas !'C'uir centre lui Witt fubfitter csvs defordreq. 11s, en entrainerent de plus grauds. Dt"'goAtes d'un travail dont on ret nait le falaire des cultivateurs fe liVrermt au brigandage dans quelines quartiet9 idu De'PIrte. ment du Nord & comme les chiefs dont ils avaient Afic plain, dre 6taimt des blanco ils si tous les homes
itaginermt que
a figure blanche eftaient IeUrs Onsiplices. Lcs Anglitis & les enligres initrul"is par leurs age a,;, ,fecret4', de tout ce q6 fe paffie chez les r' ublicams entretinirent les infurges dans cette per. fd4fion Its portctent aux. plus -horribles enes. On doit










,,)iizeiroir combi n Patatorit des chefs, il-lit M e
vat provo i6, -it llw;po Ur les reprimer. Aul coal
bm partielle malgrdl
moyells de v 0
doucour dt ktrel-Iiie quoa employa.--.41 "talt.,
mvpoilible qu-J Peffiei v!ffat xvr -,,Jit Ja c:auri ]a friponnerlie de, l'ordonit:.tcar t-e'*L eM re.douiblait trotipes qu'on
Oppo alt aux inlfuroes ayant les les combam4jimt
reptigilatice.
U, t dl vA q;llalt ell elle.. all Zeu
Aion r i an, le g' Lavoe.lwx & Pordoiuai- r,
Perrowd Wan cute' ho g aeral Villtie del'autre. Les ci.tt yeas du A.' artement du 1 orcl fe. loualient b%-"3*uCoup du d=1*4
P
4
qui commandant au Cip*
On apprit 'a St. Doniiingue la nouvelle, dij triornpile de
Switlionax. De's lors Laveaux ne. garda plus de mefures. It fit clatter fa haijie non-feulement coiare Villqtte mmas centre la
d--.s liommes..Ade cmleur.
la imeme- oque le gc iie rai Rigaud', Orgaue cies felifE'imens ties Citoyens du Wpartenient du Sud jalwx domier A la mlere
p.Arle,,, de3 tvnioignage s de devotiewent de reconnaiMance
pour le decret da 5 The-rinidor, les zautres lois biealltifitnteq
qVil miait de recevoir s'adrelra au gmeral Lawau."U. pour Ctre autorif6 "par lui A cm.wvoquer les primaire8 'a PeBet
Wv'lire des de'Tutcs- aacor-ps l4oyitlatlif. 11 obtia foulenient ]a fkulte' dlenvoyer en France de concert zvec le general BeauAv
vais trois perfonaes charges dc reinc'rcier en leur nom i laconvealon national du grade anquel elle les avait par U'a dk"I'cret du q 'fh.,rmlidolO. Ces trois per lbnricj de. vaietit palkr la' bor, de la la Vellus, qui Cmit alors
au Cap,
Tout le monde, a'* St.-Do i fait que les g."in "raux Rigand
* Bctauvais coit"i"rent cette mifflo attv citoyens Sala, Fontaine,
* Pillchiiiat, qu* faite pour Ida- Gonalves
4: de la Pe readirent au CAp. Lc ggc" 'ricral Laveaux eftant brent de cette ville 13' lils deke-ndireat chl-o5A-z I e g, Cneral Villatte qui Its
gagea 'a loger cliez lui jofl-iu" fba a 11 v deux







14
jours apres avre Pordonnateur Perroud#' Les trois citovens 1i w
fe prefenthent -chez eux Ikent affez bien accuelllis sc re1v
qnrent, la promefe qu'on pourvoitailt. h: lendemahi 'a leur lo che 1)"illatte p'if
ment. Sans doute on les trouva. Wen z U qti on

Afffig-'s de la diviflon dont ils Ctallent les te'rnoins Pun
dlefux Phiebinat ofrit a*' Laveaux fa inediation. Celui-Cl" V10 poevant la re.fUer fans mettrc fa, paffion "a deCouvert 'Paccepta.
Le debut du mediateur annongait que1que rucces mais les propos
colitill"trentde part & d'autre Pefervekence s'accrut
refla twrfijade qu'une reConciliation fittee"re entre Laveaux &.7 Perrousl dun c6te' & Villatte de Pautre Ctait la chofe impof.
fibi opi rer. Ses colleagues 16 fatigues enfin de ces
*1T rtn s formaient des vmux pour le prompt depart,
de ]a corvette ]a Veinis deffine'e a les tratifporter en
tj r, rance' inais bloquee p, r_ -Iles Anglais datis la rad_ !_ ittCap.
Le Tetard qu'eprouva cette corvette les aren't t'nioins dec4
troubles occaftonnes par I'arreitation du clitoyen Rodr* ue clict' de Br' ade du premier regiment du Cap.-JI paraft que RodriJI
gue etait paitifan de Villatte. Le gl_ iieral hxreamx qui avait lakhe le mandate d141rx6t fe trouvatit en France,
deduira, fans doute Ies griefs qu"'l avait alors contra
Pun & Pautre les deux P4rties front entendues.
La, d' laration qua le gew5ral" aveaux avait faite 'a Salla
Fontaino Pinchinat qu'il.q ne devaient-Chre rev^tus d'aucum
pouvoirs que Punique but de lear voyage. en France de,
alit ^tre de remerder la, convention national du grade &
general de brigade qu'elle avait confirm 'a Rig aud & Boaitt vais j ne devint que plus neceff4ire lorfque des fce'nes fcand"nJeufes 'a Voccarion de l1afd1re de Rodrigue, f furent paff6ci fous les yeuv des troiis citoyens leurs envoys. CeuA,,' .6* L leur c6te bien convaincus qu)un rapport fur la fituatlion phil.
fique & morale de la coloniq n'aurait do ids, qu'autant qu'il
ferait Hit par des reprcfentans du people Ccx1*V* nt aux










rijvraux kigaud Beauvais leur confelllerdntde lelte'ret ]a
demanded de la convocatioii des afTemble ebs primairess afin qua Ifes departemens, de 110ueft du Sud puff, nt toinmer leurs,
dt,:Pute, !; au corps legiflatif
A cette deniarche de leur part fucce'da Pavis qulls don. ,
nerent, au Citoven De m dant la corvette la
fa.Irenau com an
& a u gouverneur Laveau x qu'I*l ne pouvaient Partir
quiapres avoir requ. de leurs, commettaos de nouveaux orders de
nouvelles InAkwai"ons.
Cet avis donna lieu a une correfpondance a que1ques dlr
cufflons dont le refultat fut qu'on attendrait la reponfe des generaux RIIZaud & Beauvais. Elle ne tarda pas a arrived; elle rappellait Salla, Fontaine Plinchinat atipre's de leurs
commettans les chargeait de demander au gouverneur &
Pordonnatedr la r6ponfe. 'a une d pkhe qui leur "tai
adreff6e.
Cette de"piche contenait la dernande 'de la convocation des emble'es prim *res 'a Peffet de nonimer des dePute's att
corps 16gliflatif. Elle etait faite avec tant de predfion, & ft bien fonde' fur la loi que le gouverneur & Pordonnateur nd parent lui refufer leur aXentiment. Le general Laveaux invite Its trol's cltoyens envoys 'a venir confe'rer avec lui fur diff6w,'
0.
rens points relatifi 'a la convocation des affeniblees primaries 1z' fu r le lieu o' devait, fe tenir I'affemblee, 6'1e6torale dit dePartement do IlOueft, Apres trois jours de conf6rences le gou'verneur & Pordonnateur rernirent aux trois Envoyes,, une repoitfe aux ge'neraux de britrade Rigaud Beauvais*


11 eft bon de fdvo*r que les 46pates de la parties Fran--al e de St.-Domingue alors en affivite en France furent
etus au tems ou Sonthonax avait dans ]a colonies "une puiffiance diklatoriale & tjuLe Pinfluence qui en de'.'rive. De forte qu'len, parJo Ds kaienit plutok les reprefentans de Sonthonax & de Law Yeaux que ccux d-u PeLIPIC',








x6
Its Pirtirent da Cap le z V entolle -a matia pour L6,-, tA ils arriverent le 4 Ventofe aa foir* Cependant le dcfpot*fme Its dilapi'-, I 1, OP I
cew du I gouveineur Sr de llord,, ,wmatevr con't'iRtIale'llt, a C11:41.6 perer le peupledu Cap, 11 6tait rtout indigne -de 11- Laite dela jaloufte qa'ils montraiciit, 'a Pegard dle Vill'attfs #Sr &S ditagreimens re'pe'tes quIetruvait ce g 'n dont I a Pr le
'le pat tique & les fentilmens d"huinan" ne S$ellail'-illt 4alylsaisq dementia. A ct s motels irritans de r6crimination fe 'AgIlait I fouppu'peut-Chre tITZO-fon, quIl exiltait eutre les pleaders chefs Ilelintini tine wrrefpondance illicite. Les aimears de.
de- la fadion leopardine qu* fait toul'ours ou fiaite nature ou Profi-ter des troubles attifaieht le feu., Erifill le,30 Ventof ne polirriie'e dInfurge"s de. routes coulcurs fe jctte'rent fur La.


-kis accur s &-am 1"'Xaire du 3oVentofe fonten 17trance.111's aurollt idit pourquol la commu'ric. d- u Cap, dcclara que les cltoyensL-aveau--'-' Perroud avaient perdu la CoIlfiance dea citoyenq pourqupi
ClIC requit Villatte deconferver le comwandement de cette ville de i s environs ; pourquoi elle exigea que les feeble's fulrent ;qppof i f tr les papi-ers qui fe trouvIaient chez les prewit',re cliefis 4- fur ccu-v quIlls avaient falit. mettire a bord dl,, la corvette !a jiyella ? Sall-S doute 11 Eta que Plaltol ite Ilatioll-ale fbit rtf.. petlee pa)r-tout. V61oignement de la we'trojx& ellge 111611t: Ique Cette 4autoriv f(At ea v C *n( rationn dans Ivs colorik- ,-,' ; fiiais pour qu,"una maxima fi falmalm alt foil efret Iee faut-il pas aulfi qQe les how-mes rmitus dc Ilautorite tiationale dams ce5 pays lointalinj lie fulillituent pa avt caradere facre' 'Lie reprefent4its' d'utie grzande within le caraele're revoltant d'ao katejt# s ca &agcnt5 d"une fa lloa? Car le gomemetnent tftatit linf-41
fitue" pour le 'boalteur da Peuple Plus Celu"I des coloii*tli
guralt de rtfpM pour des 're'varicateurs kle ixttc crveee rluv'4 leur condition devil,*lndralt d t plmable.
Veav)"







< 0.
vaaux Perroaa & les trainerent on prison ft on Ies en trol't eux-Memes, its recurrent. des coaps de baton, des coups do pied dans le tul.
11 faut observer qui*l ne fe preifenta pas Un feul itre ", fbit poui le5 fouftmire a, te tMitemilt > Ibit pour vn augmented la tl'*gueur.
Le general Touffaint IOuverture que la confiancedes noiri avait mis "a' Pahri des vexations de Laveaux commandait aux Gona'ives t,, quarter fitu 30 Iteues du Cap. It apprit cet ive'nement. Etmnger aux diviuxons. qui, Pavaient amene ; ne vo lant voi*r dans Its deux prifonniers malgre (on ea d"eftime pour eux que des reprefentans de la nation 'a la liberty derquels on attentait il march vers le Cap 'a la tfte (11un corps do troupes & fomma cette ville de les e'largir. On obeit 'tette fommation qui defendant touterepfiqueo
Le gine'ral Layeaux Perroud A Villate pfirent. le change rur la demarche do Ont"iral Toufraint I'Ouverture. Les premiers crurent quIiI Ctait venu en paru"fan do leur caufe particulie're Pautre le. regard comme fon ennemi. Tous fe tromperent. Si Pon eu^t mieux connu fes "intentions laveaux, ne Paurait pas fait lieutenant gen e**ral au gouvernernent Perroud ne Paurait, par. appelli Spartacas Villate ferait refte en ville au lieu de
fe better avec fes amis dans le fort do fon nomo, Le general Toufra*it s"Ctait advance vers le Cap, tout implement pour retablir dans leurs places (que1que fuIt leur crime ) 'des chef dont la nomination ttait confirmed par le government Fraqaiv. It chercha par f4ite 'a opener une reconciliation. ViUate &,
'fiant toujours de lui parce quIiI le croyait tout Laveau
furtoat depuis que cc demier Pavailt fait fieutenant-general au government refufg do fe rendre aupris do lui, & Pengage:t
lui "me A fon camp. Layeaux Perroud perruad'rent
a venir -me
a TouWnt quIon lui tendait un piege & rendirent ainfit ta defiance mutuelle. Village 41clam."' quT refterait ca np4 jufqu'a' Parrivee des agens du DireOtaire,
Au fut -Mi4 1%01:1" 1 -14;f 4qjit le jinfra








'ToulTalnt Aait le 116ratear tfpehchent en Paccablant ac ca. ,Itffies perfides dlinfipides lounges & rne^me en le portant "a' .1a feconde plate de la colan1*0 lul faire ePouter leur rage it rendre Vinfirument de leur projects abominables. Ce fut en vai'll qail lui repre'rente'ren't, linfurre9tion du 3o-, Ventofe, romme *& ramll6t trame- tar les homes de rculeur centre, les Alaves, & ayant pour bat le r tabl;jement de Nfcla-vage. ne fut point dupe de ces ri'dicules manmuvres. It connairait trop bien Videntiti des interefts des bommes, de couleur avec teux des noirs & Vabfurdite' du complot fuppori it
voyalt des plants i- Its i fureis
des jaunes des nolirs parm in
'11 n'i C alt
gnorait -pas que s'ils en voillaient 'a, quelqu'uti e"t
4
'a deux chefs pre'varicateur8. 11 eut pki6 de ]our waladrefle ,a -mafquer le nic'contentement du people & lear- proje 1 e de reunir les blatics aux noini centre les enfans des premiers
3 ree parce qu'a
4contre des malheureux dont la perte'eft 'u $ Ile
temple de leurs pe'res 2"Is fe font lev6s contrz l"opprefflon, & ,qu'ils ont second" les Afflicahis dans la conque'te de kur-liberte
fi Touflailit qui a lu Raynal, ne fe. crut pas indigne du nom je nouvea-U PartacArs ce fat par '"la confidence int' de 1I ii de vouement 'a la caufe augulte facreke de 1"humanite', &
non parce qqil avalt redre' des rifons Jeux dr6les revetu & d"une autorite reipe4table,.
Le citoyen Rouine, agent particulier du DireCtolre pour 110.


11 lemble que Pt les homes & couleur eufrenteu I'aveu* gle atrocity que fuppoferait un pareil complot Its auraient pu ll'exekuter lorfque laveawe & P I rroud letaient au Port-dePaix. Lling nieux Perroud re-5pond 'a cela qulil fallait dlabord fe defaire de ces dexv te'tes importance mais pourquoi dans ce cas ne lettr a-t-on donne" -que d 1"g4s coups de, bahon & des, coups de'-'pied au cut I? Ce nlitait hromerit pas le moyea de les




P"7'







parde Erpagnole de. I'Ve active 'a Santo.-Dolu*ingo. A cctto nouvelle, Laveaux & Villatte ,-hacun,de Ion c O"t- lu* envoient des cornmiffaires ; Beauvtolis &-, Wigaud lui en envoient auffi pour lui rendre compete de' la situation des diGrens departments dont la tonfervation leur, itait confic'e. Du nombre des
*fl7 ires du gouverneur fe trouvait 11ordo teur Henri
comra al nna
Perroud..
Lorfqulils furent itous- re"unis, 'Roum.e inter'rogea ceux dti
Cap fur l"affaire du 3 0 VefttOfe & fur les motifs,, qui Pavaiient provoqUIe e* Dapre's, le rapport de Perroud m^me *1 im.
prouva fortement les proclamation indeicentes & caloinnieules(*


Ces proclamations'Accufaient les homes de couleur.0
da complot execrable Wcxterrniner Ics blanco tandis que dansles 46PAIrtemens de IlOueft du Sud I union la &S
intime r'gnait entre jes citoyens de routes. les c- ouleurs,
Ces proclamations accufaient encore les homes de couleur
du Sud & de 110ueft du' project de faire, fciffion avec la mt*tropole dans quel tems cette accu'ration 'tait-elle port' L
meme m me infant o m^,I'*sl 4vee les blanco' le
noirs de tes, departemens ne format: enfemble qulung
meme famille ils allaient verfer leur fang pour I d 'fenfe de la patrie, Car te fat le 30 Ventofe que la lotte Anglaire
pareil.la du Port-rau-Printe & cc fut dans les journ"es du i
:2 3 Germinal an +eme, qu';t Leogane le- citoyens
de routes les couleurs repouff4ent les AnLYIais les emigres
avec une perte considerable car, cc fut auf i dans les m6mes, journees que les affemble'es primaries autorif6es enfin par
Laveaux & Perroud furent convoque'es dans les departeme'ns de Voueft & du Sud pour Cfire des depute's au corps lc glf latif, Etaiv-ce donc en fitifant de8 prodigies de v, Ieur centre les ennei-nis de I la France ekait-ce en nommant des depuiC'*S au corps 16gillatif, que cc$ departemens voulalent faire fciffiox, C 2










mdues par Te gon"mear Pordonnatenr gJA "rat a
Son de 1cette nulheureufe journey. 11 recommend Puniloa',,'


avec la me're patrie Comme la haine tit ave.ugle compw PI*M**, ,Pofture eft gauche t
is prefen e e er
Ma* rleft fartout en re tant I g"n* at Toufraint I'Oa..
overture & (on armet comme. les fkaveuta des, blanco que les auteurs de ces proclamations decouvmlient lears itufatnes defleiw(4 Mitait-ce. pas comme Als euf6t,"dit aux blanco de IOuelt Les noirs, ont id fau les blanco 'un*ffez-vous.
4teux de vos departemerts mafricrez Its Ixonimes do coq. Cc
TouVat ri'avait point fauvi fes blacks clu'Cap puifqO sq 4-' .01
nlixvitieftt toura autun danger puirque les 1* -furges etaient de routes couleurs, & qaIiI ny eut de violtnces exerc.M qui centre vous prodamatears incendiat'res 1.
Pourq oi done avez-vow prof6re ces Itupides: impofta.res k Vourquoi parce quIiI fallait porter for un, autre obje Mk 4dignation, provoque'e par votre adminift-ation oppreffive & 4epridatiwe, & qu"en r6vellfant la haine, & Iz d fi ance des blanco, vn, flattant 11'amour-propre des noirs les allarin ant fur Icur, ijbert,* vous croyiez eAtre Ars de diriger cette indignation, ICOntre Its hom mes de couleur que vous, accufiez da, proj et aufffi. atroce quItnifewe-5 s daffaffiner- les -premiers & cl-Zervir Its, autres.
je ne parleral pas des d' arat
ed ions que depuls votre clavt Z11T.4ment, vous avez arrachees, ou furpri-fies que1ques hoinzies tilmides ou ignoraw, 'a d'autres qui voulaient avoir des
-places., ou conferver cells qu-Ts avaient en falifant que1que chof4 pour vous, Vous avez fucceffivement obtenu cells
de Germinal de Floreal parce qObn ctoyait le general
Touffaint 11ouverture Pre."t 'a fervor vos Projets centre les horw,s de couleur cells de Prairial apre's Parrivee Son--t ,110nax parce qu"it etait rev4lu de g an4s rouvo*ws CLU.111










ta fraternlt6 Poubli rediproque de ce qu- &$ehalt PaI15 P r"f0 ence des commiTaires attribua les troubles du 3o Ven-4, tofe-, aux mimes cafes qalll indique dans une letter, au gou.*


S etait dklar6 pour cade le de'fimfeur de vos, operations
Que fignifient d-Iailleurs les depofitions infignifiantes de ce citeye-t anonime tris-eft ime' & tres-digne de Ntre do cet homme de couleur, puffilanuine qui efpere quon Npargnera
pour, prix de fa complaifance de cc 'Lowet Am ain Flua
de vos agents commertilux,', d1un autte Citoyen d a Cap anonime d1un Oolier d1un citoyen laoir anowme & qui Yraifemblable. meat n1a ni difte ni Ccr*t fa declaration d1un capitaine des dragons de Laveaux
Pae ft I'm y trouv it ce vrai ce natural quis carad6rife celle du citoyen noir Lechat chef de bataillon adjudaut de la
place du Cap.
Cc citoyen dipofe que les A Cq
ant danf pendant la detention Wei ch (s que fiour les ern tm. lecher > le general noir Pierre Lewilli a id oblige' de fazor** wfage do fen autorite & de leur apprendre que tout I'argent U'ds avaient Zagnei* tout le Zonbeur dont ilsa-zwient oui itsle Wevaient principalexent am gourverizeur Laveaw & 'a' Por.donnateur Perroudo Voyez la page 85, de la eonjpiratiou
divoilie dune horde d'hommes de c ukur de St. Dom*ig u e Contrt lee autorite's riWlicaivs & centre Int Ilancs par Henni Ferroud
oil' cc qui slappelle de la nalive.5 dela candeur, de I* npartialite' 1. Que Ilon n"aime pas en Perroad Plaffommant auteur d1un volume foporifique de z36 pages in-4.P. e5labore dans Pintention de prouvel que Laveaux & lui font d1lionnetes izens & lea homes de coulcur des mon(tres Sz ne prouvapt rien de tout cela xnal"s qulau moins, on lul' denne compete d"avoir zais au jour routes les picks quIll a cru ftifeeptibles dlAklaieer




7





Yerneur taveaux aux ge'neraux Tou'! Mint I 'Ouvertute
late Nerre Michel & Pierre Le'veille' dat6e 'a Santo-Domingo le to Florial an 4eme.
Void un extract de ceaw letter dre" d"un memohre at-refV par la commune des Cayes au corps IegI*Aa'_I tif, au Difeaoire WcutI*f,, le t8 Thermi4or meme anne'e IX-Mentes tro
J ai va I.Aveaux & Perroud 'C' inpes par hi,%
ct xhames kel6rats accuser dans Icu'rs ecritspublics no
-ment les- citoyens de''couleur mats fous ceux de
la colonie entie're dun project atroce centre 19efpeke -totale 4P( des bla&s -' project quio" n*cntra 1- jantais dans le ccc'r de ces
e re p"O" bride qttlil fe d "tr i par fa
h6mines rigW 's rojet Ii a e Ult
Ainph tEnonciadon p'oj*et dont le feul OUPgon injuries, non.
e qI ui roats encore la xat"
feulehi fii, e x en font a'C C f6s, ion.
raii, Ir n ttAffie r ;t pas de croire
;a ca 11 nation ne permit
st que fes de'fenfeurs, Infitigables que des hornmes, lionores de
ton effitne-,' que d els ft :ros neceffaixes 'a la confiervat'on de II dI crime do
ron -terrxhoir6 put ent u oir e, fouiller un nt ja
feuk I'd6e ffit horreur.
Tout ce qui's"eft- paffe m'6tait connu" depuls is a, fe'l Oil Cap bavard'! de'fon nature me
d "couvrit ce nouveau complot, un niatin dans ma chamber a Paris* Non-feulement'lil mlanno'q a, ce que 'vous venez
Olt wals 11 me, r4conta toute I complat
tt 4de v la ftifte d'an
don't vous ne connaillez encore que It premier acte. Cette
ge igne en tout poin eur anie inexecr .-tia Mie d* t -,' de I
fetnale','cotififte en trol's a6fes que je vais (Ievoiler, en vous re.
pe"tant la conv erjlation d)un coI0:I-,"
.74 cbez Its commoZ
clelt le colon qui rarle de ires
I de wos tah es de
page Brulley on feJ -wt trcwtoes Itaucov lot
a am *VoulGir
.-Dot in e vatiowale a ra le
gu
Jgahte des jj;u!tj*.f res la hberf des vol17 o ti'le fivira tar wt, tex les ii fares 1,u*cn v'mt de p re.
NV4 lroui lZer les v.-aldires awc kt, xc**9;v:









.faa reux-ci &zser les 11ares, Ce f& V'tl tro,:ww
totak de ces figures thubarbe.
Enfuite naus bromillemis les ntgres et-iols avec les oAds(*) ,ev coalifant crax-ci avec les Ua&es ce second mtoyen voar
dilivrera de tous ces do&eurs maroquins,
Enfin Fratice eanu de tous les c;
yee -ixes q:tz ji firve
'COMMIS -Vepoitrra plus regarded les we' gres que comme ft r 0 c, e s ieidignes de 14 liki-ti elle r tahlira llefcll woas aVerms de toas ceux yza' wavit de Pinergie 1; titas ,vmir dlXfrique & vous les tieitdms as co fims Ze-J,
les ebaints*
Qttatre j re's la lettre de Pagent partlculier du Dirzrtoire clans la parde Upagnole, 17ordonnateur general Perroud Pun des cominiffaires, envoyesyers lul ect-,Mft au ge"ne"ral
Rigaud la letter fuivante datee 'a Santo DO.-mingo le
2. ? 6 Floreal an 4eme. & imprl'*mzc aux C-1111yes chez L-"Ew Mery.
Oeft avec une fatlisfadion bien douce "citoyen. g e n e* r al
que je vous annonce la fin des dientions qu* de'Chirailent la
partle. du Nord', & quil allaient enlever aux chefs vertueux ,elf
a qui la France doit la conferv4don. de cette portion pr--.W
cieure de Pile, tout le fruit 4e leurs in
glorleux & i fatigables
st travaux,.
,ce Des homes profondem ent pervers ceux qui j*ufqu)a% e.
fent ont dirige les pollfons 'de Pinfernale faffion L60pardine eftalent Parvenus a armerles patriots centre les patriots
leur fang allait peut-etre encore .,, rougir cette terre cc
quand Pagent Je la re"Publique le citoyen Roume condolit par le genle bienfaifant qui veille fur les deffine'es de la
France eft Venu mettre fin a*' nos calamities.
Reunite ici a vos depute's 'a ceux du ge'ne'ral Belaurvajr, t 9 & du general Villatte le citoyen agent dLe Ila republique

im WIN 1016114
Noirs 'es 'a Ila Ote d'Afiriqu c.






24
qui slell convamu I Paris du complot alTreux qui soy
tramit centre ]a profpiiti de St.-Dom*mgue nous a fait consditre la force do nos maux & la caure de nos divilhow, Cette route & cette caufe fe trouvent dans les machinations'eritninelles de ces m6prifables colons qui dans 4 lutte $ a*,, laquelle Us of4ent provoquer les liminortels pro.
Clamateurs des droits de Phomme aux Antilles. fraqaiifes
w*avaient d1autre but que de tuer la, fibert6 & V*4&6,
st.-Domm*gueo
09 Frappe's de cette veriti heureux de ne rencontrer parintnous aucuns coupabies nous nous fommes tous fivaultane"Ment pricipi tes dans les bras Ices uns des aums avons
0
jur" entre les mains de Vagent -de la republique, 1"oubli des A J*
torts qui ont du neceltairement refulter de Perreur fatale
dans laquelle wous 6tions, plon
4,1 Votre re'publicanifine bien connu, prove par tant de
travaux,, & un d Cvoutment ft conliant 'a la caufe de Ia- r
publique mleft grant que vous approuvItTez les mefures con. ce cilliatoires auxquelles ont fi puliffiamment co-ope'rt":1 vos de'" aw putts. 8414t & rratermile** figne s Perroud-"
Vapre"s cette letter, *11 eft C"i'lident quo les ideux'partis fen. Went la niceirite de fe rapprochero furtout telul" de Iaveaux a qui Roume ofrait unc belle occaftou &'cachdtr (a turpitude en attribuant les troubles du 3,o Ventofe ;'Ala faOtion L%5WI., pardmie faffion, dont les agens, en d6faveur a* cette IeMae zmaient pu toutau plus fe meler avec les m6contens du Cap .
chercher A condu're adrohement les troubles vers un but Avorable 'a fes vues.,
Tout annongait une reikoncilliation facile, & les comm''Mires. que Roume envoyalt aa Cap awraient couroune' fon outrage eils Wy cuffent 5 t e" de vance's de x 5 joars par les agens particuliers dt Dire&olim Mais 'a -leur arri*ve'e tout eut change' de, face. Layeaux qui n'aguere temoignait publiquement le 4ifir jue itemt fut vah&i, avait eu une conference fecrete d& s hours avec la commiffion I bord da vailftu 1 WwigvjD4











Des m0ures' diametralement oppofies I cells de Rome 'etalent deja pnifes, pour eloigner toute etpece Cle r=COMMOCIe'* went. Sonthonax au mWeu de fes colleagues avait paru fur la place publique, de'Clame' avec la plas grande violence co-Uft tre les pre tends violateurs de 11'autorite' national pris, all fujet des troubles I du NorA une deftemination qui sleft mieux explique't par (a conduit que par, fes proclamations. D'une main 01 rappell it par des promefes Xindulgence les m6contens
reunis, autpur de Villatte de, P"-utie 10 A deftituait' mcarl% ceratt tous les homes do couleur en place,, pour dormer aui mecontens la mefure de laconfiance qu'ils devaient avoir' dang fes promeffe' & fonaer rur leur re"fiftance la f6ve'riti 'qu'11fe propoklit de deployed centre ce ge-ineral. ta'efet,, il Vint a, bout de mettre Villatte hors ]a loi par une proclamation dA :z Prairial an 'eme. reve^tue de routes Ics apparences de la JUINce.
Ce malheureux qui d'abord avait, ePpe*re* trouper que1que judice dans Ics agens du Dlire&oire fe voyant au contraire 'a- la inerd du premier Icele'rat, oa du premier fanatique qui vott* drait I'afraffiner fe determm'a enfin 'a fe rendre a*" la co"MMUfika blieln persuade' que ne pouvaat plus alors lul faire un inauvals partl fans fe comprom ett re elle Penverrait, en' France pour y rendre compte'de fa conduite.
A la nouvelle de fon arrivee 9 des femmes, det enta-As
dont it avait ete' le ProteLffeur portent dealers dem-eures re rafrembleat auteur de lui lui temoigneat 'a Penv' ]a j Oid
que fa pre'fence leur infpIre. te f6roce Liveaux jaloux de
temoignages de la reconnal"france publique court les rues le fabre 'a la main, 'a la t'te d'une horde de fes vils, satellites
les provoque du gefle & de. la voix au maffacre de tes viaimes infortuneeq. +5 femmes ou enfans de c -uleur furent
'I's Aans cette hot Ne 'ourn"e. Les regitres de Ilh6p* -1 OU US furent transport :s le lendemain attefteront la vefite d4

Ces atrocity w1curent aucune rites fichcufcs pour let af









:z6,
tes agens Its -trdtWent froidementli dt teti.te t6rreaiw
4.4 awit kemi f4it de do tas tali fulnes
11.1er a Cle We cc
lui S'a*Vi'taiest de fidire accaed a un fee ir-at try*crit par
envoy III c q0li appellat'ent fes com.4
,erent V- atte e'
-plices, 'a bord- de la frigate la M e5dufe, command 6e par le ciltoyeall Thomas recommandant "a ce tontre-Amiral de les, trailer
rommi, s Is k mirilaient. Thomas qu* i traturellement bon jp
fi conte I nta de, faire YeHler &r eux, *ufqea' ce quIls. furent transfire's I bord, fle la corvette qut les a port el's en France It Icur" m ontra dIddleurs routes les atten'l-o'hS que Pinfortune tit '. f4r -' illobte *1 des ames fenfible-s. Les agens lui firent fibuv ent des reproches tre's-durs 'a ce fttjet Vous *flvez


Us cmmifairer du government lut en ont touicurs
Voidu depwis cette C**poque. 11 eft niort au fbrtir Ad'un, d,1111T So' U, tendu qu"on- Pa-valt emis chez eu n c-q ipage a pre
Poifonne S I C ft- infurge' centre la cothmitrion. On a
I f
ar ^t6 es infurge&* a.ton ait je
re plufitears
Pignore tnais il ne parfait pas qWon les ait entendus en France.
Le general noi*r Pierrot eft mort auffi limin'diatement apr un dlnei Pris 'a la, 'commiffou. Cet homme ne convenait point,% D troava* qulon c4t change' de prillcipes.
it Mauvlals cc Com.
wtlit diffit-A Cn 1793 on nous confeifflait de tuer les te blaw jourclhui Pon nous confeille de tuer les, homauj
me& de couleur ? Si Pon. vous attaqui- citoyen Sondionax je vous defendrai comme dans PaTaire dti 10' juin 1793 q mais je ri'afrafinerait perfonne, Vaiffeurs ekoutez .- contraent voulez-vous UOUS Perfuader ou nous fidire perfuadtr
I Vous
a nous autres noirs, que les colons a qui Ode
vc nous reunir centre les homes de coulcur ont pour novis MeXprimable t J;,s qW,i]s







27
Itc M13 cei homes fous ma surveillance leur dirait 11
Jew vous responds &eux- Quant 'a les maltrafter It no
le ferat pas. Cherchez ailleurs des bourreaux ou des

Ce futdans ces arconflances, que les commifaires paciifica* teurs eavoyes par Roume arrive'.rent au Cap. Perroud, itait du" nombre. Les mefures quIls devment mettre a ex;!Cu0
tion, ne pouvatent 'plus avoir lieu vu la presence les d1r,pofidon de la eommifflon du government, Qtie Pait Perroud ? Voyant que ce n'eft plus 'a la fA411on Uopardine qu"'on en veut Mais Men -aux hommft do


abhorrent les homes de couleur qui font leurs, en,
fans Vous fentez bien que cela ne fe congoit pas."
Lwa. general Touffaint 110unrture qui s'affiet fouvent A table choez Sonthonax pourrait blien aufli mourir apre's dine,, mais ce ne ferait pas au. cuifini da commit qulil faudrait s"en prendre car ce gr nftal malgre' les inflances ikernelles qu"on luli fait de manger de tel ou tel mots exquis de boire un verre de tel ou. tel. viti-delicieux., sfen ,tient 1crupulcufoment au. calalon, & 'a la bouteille -dont It fe fait to *ours f4i vre chez le Lucullus de St.-Domingue, 11 eft fobre prudent, Ce ir'eflt ni chez lul' ni chez aucun general noir ou decouleur 1. de la colonies, qu'on a vu des tables, de soo converts vomnie Pa dit au Confeil" des Soo, le cito-yen Vaublatw. fang doute fort Mal informe' fur la parties do 1-1 grande man, gZaille'de St.-Domingue. Cette magnificence apparent toufe entire aux cooimifaires du goavernatnent aux delegu6s do Sonthonax dans la parties du Sud,
(*) Cedi paraitra furprenant & cependant OvIt tout natuTel. It vaat mileux avoir pour foi les -clabaudeurs que CCUX qui buffrent fans mot dire. La faction Le-opardine a conduit Sonthonax 'a deux doigts de la guillotine les hornmes do cou* AA










Coultur que les trouj>je's da 3o Ventore noe dol"vent' plus
itre I'cf-t d*Un mal-entjend:t eare les Ph'i istes mais bien celu* a ui tra aucur.
Wont cherch6 I i fa mal quoiiqwils cuffient
auffi I sen PWIndre..
U fka-ion Lio-rardline eft compofee de Mancs, qui tous GAt Cn FrInce OU todt, Ise. zonde eit I blame des parents (tea amis qui peuvent les server. Les homes de couleur font de enfans de la nature ifolles St.-Domingue, & nayant pour ,appui que la jultice de leur caufe une Cducation tr;',I.,s-n'
It* & quelques chefs infiruits dont on ;t1wat le-i priver foudivers pretexts,
Les homes de couleur Wont pas Youlu fuilvlre les confells
de Sonthonax, quit leur pr6chait fans ceEe la dettruftion des blanco (comme I'on pourra s"en convamicre fI Von 14iterroge
pluricurs de leurs chefs qui Ibnt demeureront proferits'
t,nit que durera fon rc'ane & en cel i 1*13 ont oceafiontit:
W ciatute A Soothoww quii a "t'
beaucoup Xembarras d S e e
,oblig** de combattre beaucoup do ion
i es blanco 't Paris.-Ia, fkli
Copard'ine, au contraire fera toujours prete 'a cxterminer Iles homess do couleur pour peu qu'on lul en ficilite les
2noyens & fe ranger bien v' e,, du c ^ t de I-= enncmis ,que1ques ralfons, qu'elle alit, Waillears de s'en plaindre.
40
11 UX CIVIOIr pour fbi des ennewts
Oui faw douto vaut mici
,dangereux qae des ainii apulilklue-j, vk Ans credit. Saw ,ccia a-arait-o-,la fAit cA' J:tatee la p-ifiinodie, par llarcheve que
-Irfhibault? Aurait-oa eniploY6 la plume de ce ve'nerable per,", 4des flux reptl b licains do, St,-Doiningue *.'I rallier fes enfais au tour de Sonthonu Voyv, la letter, Wu a colon 'a un de fc
IMS figneie 11 4rcbev*ue 7/w biv-dt- A Paris le 17 Thermi'dor ? a S.
,I & a nti
de IIIqIpr*me--ie. d- Delbriere CI uff6e dA 'n An 4cme- s
Sans ceta aurait-on ewroyp' dans le Contlinent Perroud pour tcrire centre Ics h mmes cottleur QIroud pour fairq
jgj choLx &xw Ic p,)rti L "op I e 0 6 U
6 -,irdia fp.:- charger dt.3 pptitloa









29
d"une rivolte, des homes de couleur centre Vaator*14 nao
A
tionale il prend un nowmau role fur la nouvelle fc ne qq*"
levant lui. Peu lui im. porte de paffer pour Pautear .0 *w nplice oa Pexecuteur des coinplots revt'les 'a Santo-Domingo, coniplots dont il, a blien reconau I'lexiftencel, mais dr)nt il'n "a plas befoin puitqt1lon, a troupe' plus commodes ceux que LIV"eaux & luli availeat dabord imagine's *1 pre-nd. Ix plume fait un libelle centre les homes de couleur. Dans
cc libelle il les accuse tous du pr jet d1exterminer les blanco,
de faire Iciflion avec la France. 11 met Villate &- Pinclinat 'a la t8te de-ce pr 'et. Nouyel 01biel il invoque contra
01
+oute leur cafte les puifances du ci I & de la terre la ven glance national les Africains Panatheime & les foudres des peutres des Ijies & meme des- ennemi., de la France;' it fionne le tocfin de la g. uerre. civil fe 1*%, re a tous les 'exces d"un de"fire provocateur dti carnage & de I'lincendie lance
fou V.crit calomnieux & lincendiair- i les troupes fur
les val 2aux Frangais fur les b5timew neutr s(*).


des plus enrar6s l.u'r dire que Sonthonax avait eft' dans, Perreur 'a A premiere milfflon mais que fa conduit 'a venir dont on ne voyait encore qu'un ekhantillon forcerait fes plus grand ennerniss 'a' lui rendie jufti#,-Ie &c. &,c. &c,, et en efret quel, que fbitl1honim..., quel que fbit le moyen dont on ft: firvira poir ]a deftruffion des ho'inmes de- couleur it eft bien certain que les, colons faffieux qui la revardent com.n. e le premier- pas a faire pour le retabliffement de llefcLavage, garderont le silence ou s'ils' client encore ce fera pour la juffifier. En atwndant Sonthona'x &,- fes creatvires., 1 ront laurs af.Klires Car Icur nouvelle rnatilu're d j e-tablir la liberate' & I rgalite ne petit que leur procurer de noureaux profits,
Cet outrage a pour titre A-CCis des &;,rnhA -s troubles
yui mt ru hiett da.w 013 tw-Wo Nord de St.-Dcri, tgw






j


11, le date du 26 Germiual tandis qulil I'a ecrit depuis fon
return de Santo-Dominzo qu it Wett fortli ae la prefre que
le go Pr4u*tial. Mais qulimporte. la date ? ou *it a C te' faft AIVIII11t f, Ia letter que Permud a 6critc' le z6 FloreA, au ke'neral Rigaud
a nt fes ditposritions, pacafiq, i re
Va I I ues ou'l a I mont "es Santo-Do.
wingo avant lesavevx qu"it y a faits ; ou' it eft Ile" pofterieuretout cela. Dans tous les cas Perroud eft au mo*mi
un hommefaux, uu agitateur da gereux.
61' le gouveruentent veut favo'ir", te qu'il ell de plus
pmr, qutelle raifon it, a dans, IIWpate de deux moils attribue sles tades ft diffirentes a 1 affaire du 30 Ventofe qu'lil krute ,fts operations adminifttative's. 11 fe convahicra bientok que,cet Imnite ordonnatetir aurait ft Von cut voulu accuf6 de ces imbles VEmperear de la Chine me*me le Se'nat de
rvu yeon nleat pas dit Un mot de res depr6dattOLAS."
.Ws que,,,,Ie gouviernement "ige un compete exaft de la recette & de la, de'Pew qVil ptenne des information far ks -ac.
capaternens des Vivres &-.. des niarchandlifes far Vagiotage des Zons fur 11immenfe quantity -" de firops dotit Pefroud ne parle pas dans Con Emt des revenues des habitations quT s'Informe


*dr$e 0a A&O-e de let fL' des C Ionies. Par Mtory
Perroud Opdmnatcur de S.I.-Domirgre.
Pourquol a-t-41 fatit f'hommage de cet Ccrit linfArne au 1114wAre, 11-a marine ? Qge voulalit dilre le Borgne envoy depois
rcomme th'Ie'gue' de Gotitliona7i: dans le Sud I'un des aa'les plus couples des troubles qui ont eu Ii u. dans ce
d4artement lorfqae dans une letter datee 'a Parl's fe x+ Ventofe, an +eine. & adrcX6c 'a cc Meme miniftre *11 lu*
parlait en ce.s Vermes Ye deii exe'raer une Aartie dlmm*
grand plan yue ruous avenz- confu. Ye me dhvue a,,vee
plaifte, .7'a* le d flr de j'A"'er evct;c ce, Octr'
m*waqt vers cettegeamWe -V"









commAmt il eft palTible que telle caf"eyere qui ,tvant fon -Id njAlIftration dmnai*t so ou 6o mill iers de tafi n)en a-it prow duit depui I' hrres i tand is que /4 s qu'_on Pourralt tft
ramaWer So fois plus fur une habitation de la meme-eftandue fut-elle abandonne'e depuis fix ans ? QuIiI interroge cc. vertueuv C Itoven $ Ce republican par excellence, fur le nouveau gente do
VA
foe"Culations qu.''l faitfait far les Prifes en, achetant les caron de boeuf & de porc Ed' de Cork ourdes-le
barrel payables dans trolls moI3, donnant en payment
le refte de ces me'.mes cargalfous 'a raifon de io gourdes le bamil au citoyen Moline & autres corfaires a, U lieu de leur fi
IC 11 compter a P C**ch **ance le prix convene &c. &C." &CO
Et sl*l-- Preftextalit Iloubli ou la perte!de fes papers de comptabilit"
I I e., alors le gotivememcnt'lu" demandant encore pourquoi il n"a double ni perdu ces liatTes 6normes dlinfignifiantes dickrations ',Contre toute une cl a-ITe dhommes pourqttoi. I'l sleft mili de politique au lieu de reddition- de comptes dec 6uvrira facilement qud ft Perroud cne fi fort 'a des complots d'affaffiniat de trahifon-, cleft, 'a Ilimitation de ces. brigan,41 qui ) apres atvoir vole** dans une mai(on allumeraient un feu de paille deviant la porte & funneraient Vallarme poqr fe fauve''Ir avcclebutin t,,tndisquelafoule-tromp6c-iraitchercherdelrlea'u pour eteindre Ilincendie.
Sonthonax, pourra dire qul*l $'left e'live' centre re'crit, 4e Perroud qae dans un de fes' dilcou'rs il a declare' yulil & y avait Polint de cables coupa Loos & que la,,, commi14*on slemfirefa t d'improuver hautemew les ei*crits dats lefyuels uive fwzVle do !rine eontraire a' es piIndfies aur.iii eite' exprim Mais pour quol cc pre'tenda philantrope en m^me-teni5 quilil. fal"fait ces' belles declarations au nom de fes colleagues donna-i-il "a, llui dleui un autre r6le 'a remplir Pourquoi la commiffion enV 111.
tiere autorlira t elle ]a pubIication a'une letter de confflola.*.
J*
tion ecrite par Leblanc Ilen de fes members .L Perroud., 1, au fulet des Plaintes qu"avait polte cet ordaimatcur centre Barbo Rover, aide-&-camp de R:nwlnond atittznr do qucln









Mex* ns furlec'nte feral intitul' Pr*'*-' di*is Werme1*1 4uts rie to GIA in I e.. e, I$
Atroulle$4 &C. rourquot Barbo Rover rut-oil airgracic par la cotnmliflion pour avolr falit 'Ifirer Iks, reflexiolls darts le journal
Cap nominee i rm'partial
louttltll rifulte Jes mefures ptilks par la commiffion du government aa f4jet dcs troubles du io, N -atofe f Q2adtt it xe Ulte dCS Manmuvres p1lus, que fs4fpc6I-2*S qui, out fubvi ces

Us cultivateurs des quarters Iroffins. Ju Cap dC*,,^efpcrCs de ne plus voir parmi eux, un chef qul* favait collciffier tes devoirs
Iturs drolts Un chef quii ,Ntaih tmijours monte dans fes, actions le defenrour incorrapetble de la liberty &- de Ve*'gralit fe font, inforges. Its ont redemande' Villate leur pere leur It -cs troubles occafionnes par la com. amt. Cambefort. nftrui -(I,miffion, eft furvenu, av ec upe poign6e a emigres it a chetch,'. a tilrtr pard da mckontontement de la dl"'Vifion qui regnz&nt
It mal tit devenu, lus coin & la commifilion seft vue
dans la n4ceffilte, de dtclarcr e
par fon arreft d u, x Fru6lidor
que le Npartement du Norl etal't en danger.
Ce ee'tait. p2s afl7ez Xavolir tout bouleverf6dans la parties da Nord dly avoir feme I;x I .C fiance lea JIVI'fions & la terreur c1lavoir absorb' Pat des dePeafes ttiormes tout ce quT y rzftait de reffourtcs it fall"alt cherther ailleurs de quol fouterlir 00
an falle aftAtilue 11 Uhi t chercher ailleurs de quo! -appalfor U fain) devorante de cette, foule de gy6nirAux, d-10rdonnateurs
de creatures de toute la fiquelle qu* tous n"avdent qulitt-e" It France que pour mettre St.-Doot-mingue 'a contribution ; it falWt lkher dans un champ plus vafte &- plus rkhe cette cohorte eft n a que Southonax n'avaiit pu enr6ler que fOU3 4 Prolnexe du pillage"'.
Les DO'partemens Ae lOue'll St da Sud .4 conferves 'a la, rile courage, & 11habilet' du g"' publique par la fidiii'lite' e claeral
R* d 1 U ces. des Villes dont
Igau ofiro' nt des carnpagnes b en tul
les habitats ,heurcux & tranquilles jouifraient de I'difance qua procure 1c cornmerec 1"norikulture la boune admiuiftratiom








Ities UpartemeM attirere-ht Pattention des commifiralres, Ja goil; vernernent. 11s choifirent pour leurs de'le'gue's le Borgne RV
Ktrvepfaw. Malinger pour Ordonnateur, Dqfourneaux pout le
commandant.,6ne'ral knaud Pret(y pour commandant-geneA ral de la Gendarmerje &C. &CO
11 Cuffira de tracer une lige're dquilTe da tarafte're de tes divera- officers s & do la conduit quTs avaient tenue prece-ft jeannicnt a, St.-ADoiningue pour donner une ldee de la bowat roi, que les commifflaires mirent dans Icur cboix.
LP, Borgne, creature de Sonthonax & adopted par les autres
M s'e-itak point encore lav* de Vaccufat' n di
conim aires, ne e 10
vot intent e centre luli en Frante, It yavatk requ fr quemment du general Rochambeau, -les, t6moignagas les plus mar.* ques du niepris quT lui infpirait, Ses protedcurs avalelit cru
r le r6habiliter dans Pefprit du g"n"ral, il fuffirai 'qu Ha cit exprimaffent le deAr. Raymond porta la parole au nom de fes colltlucs & invite Rocharnbcau 'a rendre fon ef.. time 'a un homme que ba commifflon honotait de fa plus fatinie confidence. Voki inot pour -mot la r6ponfe de ce tnUitaire
dont le wa&ere infiesible lorfqla'it S'agit de Phonneur ne falit poim fe plier fous le joug des clircon(tances : Le d ;v e ne zi er.
le Bgry.ve 0 u.,.,i bot4ne pid Pel IM
iN
vy matbewvux pour wioi que la feule chcfe julil v'efl fias em v.mv Peuvoir de qlaus aeccrders foit preeyement celle qu evout
6.vlgez de mwi.
Le Borgne Us cc moment cut une plus grande part dang It confidence de la commiffion & Rochambeau fat va de ties.-i mauv.111s mU
Voici ane petite anecdote qui donnera la meffire de 1-t morality de e le- Borgne & un apper a des moyens p&unialires quil avdit lorfqul*l eft pard pour St.-Djo
Mingue
La Rivolre jeune neveu de Raymond i vival't A Paris avve une fille de la Rochelle nommea. de Langle dont il 6taiit Cperi dument ainouroux. Le Borgne par Ventr-_mife dc 11oficle, Gt








ltonnalffan:CC avec le neveu f6dult la malltrefie* parvient j par fes C-onfeils 'a lut satire obtenir de, la faiblefre de Patnant un billet de 6oooo IiiVres demanded au miniftre de la, marine un pale-port pour une femme qui a des recouvremens 'a faire St.-Domingue, enle've fa riche conque'te. Active "'a' Roche. fort liea du dcpart A Pembarque fur la frigate Ie Tartu. P yezal fecr&aire. de la commifflon indiigne qu'un homme marquant. comme le Borgne veuli'lle porter Pexemple des mau. vailes mceurs(*) dans un pay3 OM Pon eva pri-her la everiv


N 11'e4- bon de favoir que ce Paical quii Wit l' 'le woralifte, eft Petre le plus *Immoral & Pun dcs plus plats intrigants
que la. revolution ait products. je trends entre midle autres ,un trait d'aptle's 1 sequel on pourra le j uger* I
Oa doit fe souvenir que la Conventi (oa avait deffine' pour St.-Dowingue, une commiffion compof6e de trois de fes members, du nornbre &rquels eftait Bourdon de Wife. W Well I Ce I'afeal, -,t la recommendation des jacobins venalt, d'c^ tre nom,
"'t 're de cette commifflon. Fourbe adroit 'I avait f u garner Ia conflance de Raymond en le pregnant par fon fable,
-Cleft- 't-d*re en lui r6pe'tant, iufqu'a' la faviete', qu'*l itait le pre.* imer homme de fon fickle. Aaymond fe propofant denvoyer 'a St.-Dorninz- tie -une jeune, creole de 16 'a 17 ans fa filleule faifit avee empref1ement Poccafion favorable qui fc prefentalt Sc rewit ce d e p6t facre entre les mains de foa vertueu x wri. I'afcal jure qu'it lervira de pere 'a la belle orpheline & molitio degre' moitie de force couches avec elle, 'a la premiere au4 'bergeou' il s'arre'te. L',expe'dition Ala, o*nt lieu & la Pauvre enfant abandonnee de fon parrahi & de fon fidelle tutear -i
refte fur le pave. Dientok ctlaqtres, tommiffaires font nommes R'llymond eft du nonibre. Pakal le flatten le prie -de lui',ob-, tewr de 11'emploi deviant fecretaire de la nouvelle' com-*
Son g 'I le mari au Cap
1i on eaereux avi fait plus I le







35
ire met dans une college. efFroyable* Arrke de la commitioti, pour,,falre debarq:er cette femmeN. Grande fureur de le Borgne. la deUngle a tout vendu pour 11obliger, 11 ne lux* refte pour tout bien, que le billet de 6cooo olives s P"Yable dans la colonies ; it renoncera luii-me^me 'a Pexpeditioa I ft cette femmt n$ea eft pas. Dailleurs *11 Wa pas le fou. 'a luli donner pour
retourner 'a Paris qu%!. va-t-elle devenir Leblanc at.tendri pre^te 'a la cornmiffion So louis on les compete 'a ]a ,Jeb rqu&, elle part pour la c- ,piWe, A; le Borgne pourSt,, Doiningae fans U4 feu, comme il le pas oublier.
Rey avait i6te adjadant de 1*arm*e du Sud de St.-Dowilfigue it e"tait cohnu dans le apartmentt du Sud par ton incivIifMe fes occurs crapuleuies fa, paMon invincible pour le 'eu fa haine implacable. centre les homes de couleur6 11 fut Pun des. Chep
w
du complot qu* devait les aneant'r & qui Cclata dans la


la-petite fille de fa femmes a^gee de i3,ans, fort 61' fort rkhew
Raymond a double, Ilipjure la plus grave facrifie' A petite
fille Raymond a compromise les Jint&'its de la republique en appellant 'a une- fond'on important un Mal-honnete homme & un fot ; & tout cela, pour jouir, aN fon aife de la puerile fatisfadion ee s'entendre dire vingt fois par jour qu'iI elt un grand homme.
Seulement, On oubliba la, maltreffe de Sonthonax v cette belle f6duifante Eugenie qui apre's le crime, occupy U premiere lace aans fon cmur paitage fes revers & fes
p
triomphes, & diftribue fes graces. Mais Weft-,cc pas un afrez grand effort que de feindre, la vertu dans des arr6t's & Pim w partiality dans, des proclamations fans que J'on doi've encore fe- foumettre dans'fa P"- ro're Conauite aux re.ales aufteres de 1 diceact dc la droiture
42.0









Ville des Cayes le 1.+ jaillet z 795 *our Oe IA fidiratioir. Sonthonax & Polverel, donne'rent eux-memes, ao gen6ral Ri* gaud ordre de Parre'terM it fe A= a,* Yremte,, quarderen revolte contre les lois nationals, paTa de IA' a' la jamallque,,, Vuh au continent Americatn enfin en France 64 f4ris
doute if profit beaucoup A Sonthonax qui dans fowk af. fortiment do fakheux avait befoin dhommes de cette

Desfbarneaux eonnu par. Its troubles qu il avait excites pour Sonthonax en Mars 1794- dans la ville du Port-aix,.
Prince brutal par taraOeirc joueur paffionne crapuleux par hibitude u*npudent & e5tourdi par une faufre idee du bon ton, quIlil cherche A fe donner depais quIll eft ge*'nehal environne des foupgons toujours exillans qu'excitarent Paccueil qu'oa Jai fitchez les Anglais on 1794., Penrblement volorttaire de fes foldats dans la legion des c'migres de Alontalembert ne coriVoici cot ordre,
Au nom de la re oblique fran*qaMe.
Commiffion national civile.
Nous itienne Polverel & Leger Fellcit6 Sonthonax coni. Vniffaires. nationaux eivils delegues, aux Res frangaifes de Y- lordrP, la tra
VArnerique fous le vont pour r** ablir I
illit' publique,,
Ordonnons.,que Rey, hifant fonffions dadjudant de l"armee du
0
sud fera arte'te & co- ndui't fous bonne garde dans Jes prifons des Cayes St.-Louis ou' I"l fera de*tena jufqW'A' fon embar4quement pour France.
Charg'eons le commandant de la Province du Sad do Pexe
utiodu pre"fent ordte*
Yah aux C -ayes le j 5 Juillet 1793, Pan zeme, 4e, la A& publique -frainaife.
Signe Polverel & Sonthor4x#., Nr Ics, w;= Airos cIvI, Ini Poitc'4i $ev









migrant d1autres Nis que les volonte's, de Sonthoift'ai' 'a qui l doit fon advancement d1autres republicans qua I les inftruniens de la WE= de fon prote6teur d1autre inaniere de fe condutire arec les.officiers & les foldats qae celle des injures des voies & fait, &-autre' taiffique que celle qu"11 faut pour etre battu D6fourneaux italit par-deffas tout., Vennemi *ure* des homes Je couleur ne sl',en cachait pas,
Arnaud Pretty eftait connu par ute aveugle firocit e*' & par un &VOaement fans bones Sonth nax 's duqu,^.I---if fai
a 0 aupre Ifait cafiffamment l'office de wercure & de valet de.-t;"hambre... avec un certain Renaud 'in ci-devaut geolier d u Cap rcve^ tu,, comme ron camarade, d"un titre impofant qu'ils devaient 'a la lubricite" reconnaiTante de leur Jupiter. Arnaud s'e"tait diffingue A Jeremie, dans les cruaute-'s cxercees centre les homes de couleur tout comme Renaudin an Cap par les traitemens atroces qu'il fit endure aux prifonniers blanco apres llincendie de cette ville.
Idlinger Banquerouder 'a Bordeaux, d1ou' il fe fauva au, Cap avant Ila revolution. Son occupation principle dans cett.- vi" I etait de balancer 'a leur choix les compteS, des maifons (te commerce les plus vereufes. Dans les tems de flagnation il e fcroquait un piece de toilc d'un c O^tC un barriqae de vin de Pautre & allait fe catcher dans les tripots jufqu'aprcs le depart des capitalines denavire, 'a qul' il avait fait ces petites elpi'gleries. En 1789 au commencement de i7go il offrit
fes services 'a Bacon de la Chevalerie & tat employe' par lul en quality' Wcfpion. A la chufte de ce charlatan il fut de"cre',te,,
fefauva -,l Leogane oft it eut de 1'emploi dans le raffemblement du marquis de Montule connu fous le nom d-*arme*s aux h&ozfrs(*) & deffine5e "'a' Pattaque "du Port-au-Prince. Depuis

N A caufe de A grande voracite. Comme Ion general crut plu's prudent de capituler que d engaged le! combat elle 8 en prit aux bceufs qu-'elle rencoutra fur fa routc 41, Its Avora tow I fans pitic,







38
2 fat kr&Aireae Motbran, qui le fit mooter par d6gr
Ja place d1ordonnateur. Comme il calcule affez bien, & quIll VValt Mteu-z i fe turner du c6t" de Sontho
felon Iu* rtax qui
Favait Comminionne & pouvait reul le, caller il abandonna Monbran dans I'affaire de Mars 1794- hWis celut-ti ayant eu I* delras It fit deffituer & mettre en eftat d1arreflation cc quT ek renda fes comptes. Survinrent les Angla'is, Vordonnateur renyoyi relta au Port-au-Prince. R fe cacha
1 10,
&Aord chez une fillede- couleur nommee joute Deflandes & ;re fit aupr s do jumei'court un, mente de fa -deftitutio.n. Pour prPuVer aux Cralgre's combine il ferait abfurde de le confidirer covame repub I icain.0 il leur Prefenta fes titres de noblelffe, le brevet de chevalier de St.-Louis de fon p're & une comMiXon, &oflicier dans un regimeot Allemand o4 il avait fervi avant A*entrer dans le commerce. Alors on lui- donna un fauf I conduit. A force de follicitations il fut admis, dans le comptoir de Dalton nigociant ,Anglais & agent du government L Du comptdir il paffa biento't 'a la, geftion d1un magafin fipare-* ode la, maifon prmcipale. Mais sappercevant au bout de quelque tems qu-on 11oubliait dans cc magafin lui Mager qui-- d-evait preftendre'au mbins itre I'afocie de DA*ton, il demand a paTer an continent Ame**ri*cai*n pout y ritabli r fa fa n t 6. 0 n I U i 4onna un paffe-port. & des letters de recommaridati*on pour le ralififtre d'Angleterre aux ktats-Unis. Arrive' 'a Baltimore fyers, la fin de 179+, V- S- it n1eut pas de peine 'a fe mettre au courant car on fait qu'il a les yeux 'a la Montmorenci,, ,& qutiI peut voir dans deux dire6lions diff6rcntes. A gauche,* 41 1 les Antr1ais baits; 'a droite, la Re-*publique fraqaife, triomphante & lui donna la pre' f6rence. Il fe prefenta donc tomme ancient ordonnateur, chez le Conful. frangais Thomas.,
travailla, dans fes bureaux. Arrive une corvette avec des depeches pour JeL citoyen Fauchet. Idl*ger fe rend 'a Ph* adeliphie' par le Stage flatten ice miniftre Iafrare ae fon re*publiA dont il
-canifine de, fa capacity dans les affairs de Ntill-to






39
reut-eftre Ae fait thanyer des paquets de la ligation part pour la Frame 0 no is d1or 1*1 sleft honn^te..
.ytnnaxt 25 lOu'
wnt rehabiliti de fon ancienne banqueroute de Botdeaux, S-Onthoftax trics-rrupuleux en fait de p"Nti le troupe &s lors gloublemont digne de fa Proteffion It rame'ac 'a St.-Domingue ,on qoafiti c1lordonnateur.
Voila' les homes auxquels on livrait la plus belle portion de ja colonies
Cette no ton le par une probation univer..,
Inin-ati fut ameill
felle. Desfourneaux & Rey etaient ceux centre lesquels la volix publique ecIevait advantage. IA commiffion fe wit force*e &Y ceder. Ele manda le dernlier. Sonthonax fei nant dligulorer A conduit ante'ricure dans, le DeEpartement du Sud fragrant Xieyaorer que Polverel & lu' Sonthonax avaient en i"
9 3 -1 ( VP
S. adreffi au general Rigaud un ordre d'arreflation & de xI' oration centre cet homme comme Pun des principaux defs du-' complot d'affaffinat des homes de couleur com,Plot
'14ta It i+ juillet, i 93, ( V. S., pendawt 14 fidi. ration lorfq4e Badolet, &c. tire'rent 'a brule pourpoint fur P*
Rigaud ; &c. &CO) interpella de de'clarer s'il ti'avail riev
fe reprocber envers cette clafe' d1hoinmes P Rey repondit qu'a' la verite il avait exifte en 1793, un mal-entendu entr' ux &, lui mais que tout cela sl&ait arrange 'a Parniable avant fon depart des Cayes. 3onthonax favait bien que le foi-difant mal-enten" da n'avait pas pu s'arranger pu*fque Rey s'etait fauve' pre"Opitanunent dans un canot avec Badolet &c. J'
a cremie pour
fe fouftraire au chAtiment qu''I avait merited, Mais comme ilentrait dans les vues du commVaire de croire a la verite d6t, A revonfe il fit confirmed fa nomination.
11 fe garda bien d1ut-er de la meme manceuvre, 'a 116gird d,-.. Desfourneaux. En le nommant commandant-general, il C'*tait prerque Or que la- cownifflon fubirak des remonstrances tresVives auxquelles il ferait bien difficile de re'Pondre. Les trou.

c toutc, la colonic
J ks-dc WArs 1794 'takut- CMOs






40
Desfourneaux y av4t iong le pre i r r"It, pat mit 0 11impulfion do
'Sonthonax; pas un itre n'e Ilignoralit. Mais q4i ne hafarde rien n a rien ; & ft Pon ne reuffit pas d"abord, avec uji pea 4"adrefe on arrive toAt ou tard 'a Ion but. On a I'air de re Irendre au vow du people, & cleft- en fairatit en apparence
quelque chofe pour lut, qteon fe referve de faire tout pour

Desfourneaux refta donc au Cap mais il fuivit de'pras It
41elegation fous une quality dirirente. On le munit d1une com.. inifflon dInIpe'oft-eur ge**ne'ral des troupes charge dorganifet la troupe foldie qui eftait tre's4bien organifie la garde m. tionale k4entaire. .1 La commiffion' fe report d'ailleurs for les manceuvres de, ce general fur cells &s de' u & de
leur, fuite du folin. d'applanit les obstacles qui pourra I ent slop-# pofer 'a 11accomplimement de fes vues.
Lei de"Iegues de'barquerent 'a Tiburon avec une trentaine, d'aides-de-camps & autres officiers dont la, plupart avaient
-habit les colonies & patient les prejuges coloniaux. Ils avaient des initrudions ecrites fondees comme dlufage fur les vrais principes des inftrudlions verbales calquees fur le
-plan adopted' d-labord par Laveaux & Perroud abandon'n" depuis par ce dernier & re4mbraG6 avec ardeur par toutd
la fa ffion depuis Varrivee de la comm'Iffion du gouverac.4 'Ment,
La garnifon fe wit fous les marines pour les recevoir. Ils de, mandcrent combine elle avait d'officiers noirs, U command* dant leur en pcefenta onze leur obfervant que drux eftaient ab's fens lee qul falifait treme.-Ils e'crivirent 'a ]a cormiltion quIa nly avait quc deux officers noirs dans toute la gatnifou de Tiburono"
Le d6legue'* Rey, & que1ques ofikiers de la fuite de la U, elation notamment les, chefs de bataillon Petit Arnaxid
Pretty entre'rent tout de fuite dans leur's fon6lions partkuhires en mettlanttout CA Ufake pour difuw Its n4,"Wres compofaut







t( V
t, t ganwon. Fourvie; dirent-ils auk officers noirtj v'dO 6Z.: "YS1 j,'(S C(;W,7;;UW,1,ans cciowe les mula:res P Pourguoi dirent-ils aux IOUs -ojb-,WrS fol-dats s1Vw-ivCUS Pas a-vatire"S Ce graar eUx h1dr.CS pour les exterms'ner vous aurez lemr.*

Plufti urs Afr*--ains pareff-cuk vagAbonds ne v t que
(W- Vol's qu,14 falfaient CaUX cultivanws avaient que1quefol"S Pull-ls de leurb brigandziges par les intpe&eurs des travaux4 1wTr'u1k bones di1pofitimis des de'I"Cgues US Slempreffielit-, Gialler les joindre fur k chc,kn-.n de Tiburon a u x C ay e s fe plaignetit de la rigueur avec laquelle on les trite. Sans slill!10r.-iner de. la -Conduke de ces Afr*icains des motifs des
pulli-dons dont ils fe plaignaient les -deAigae's respondent
fimilnes vzenus icl paur faire ce&r /tz tyraime des maldh-ex. Dites et :vos camarades Ures yuc,.terfinne ne pvt
ks fcrcer ea travel
A
Its vki-ivaleht tn meme-tems a, la tolfii1liffoll qu- les noirs no 6onnaitTaknt la 11"berte que de norn.
J,
Arrives dan la plane du Fond trouva-Ut la miltare en bort
trat Ies cultivateurs heareux 6"k- coritens toness du bon
Ordr,30 tabli ftir les hablitatiotis -les t1'16"'Ue*s deniandent quels font ccuic qui furveillent les ti-a'Vawx,,P On leur, rielpond qVil y a plulieurs inr&&-mm pris PAIrI'M ks c*-"devant -commandeurs ,z, q ue to 'Otoyem le Frant eit infpe&eur-rr'n'ra1 que cleft lui porhicipalement quon eft redevable' de 1' ;Aduite' des culldva** itra. Le delet-rue' Re.-y, que1ques officers de la fulte fe gliffient daiis Its atelicts accablent de carelres ceux des Affi.;, cains qui leur paraifftnt avair qitielque *influence fur leurs ca.. inarades & leur difent 'a voix bate : Comment
4 zrwe ft grande quantity de wirs fi laoe miduh-e par une
joigdee de zwd4itres ? Cezu,*ed par evmble efl,-d, pofible jue ce le Franc a,-uec fa feuk figure cukuree fiu$ faire tremhller tive de noirs ? Yous ites des ignorant i1faut ditrviie Cittie cah., Nous events lei par vous reidee Tos dreits U- remettre les MU-0 its,







42
mne efp I cc* Xi ifluewe* Sans cela ils

0 all IMIM Faitts ce yve evous wouarez events ites

La d6legation. fit fdn entree dans la v'lle des- Cayes le 5
MeftJor an elle y fut rque awc toute la pompe tous les
honneum, dat av raraae"w p al ic dwit t I tait i at,
milieu des cn's,. mille fois repetes 14ve It? ritwtl: -!e OV*
-te gex&ale On Wa qu." lire cet 'gaid le
Proces verbal de fa reception redigle' par elle-meme -IS; public
par ton ordre.
A peine eft-elle arrive que les agens de la faction leopardine encourages par fon debut & par la march extraordinaire, de ]a commission Eante au Cap, viennent Pentourer
reeommencent leurs mana:uvre perfill1-es. Rey slempreffit de
re-enter 'a fes colleagues les auteurs des troubles dc St.-Doto mingue, les ennemis Je. ]a liberte &, de Pegafit6, les vrais
partisans dcs Anglais. It fuffitXabhorrer les homes de ouItur, pour Chre introduit par ce d'leg obtenir un acuel C lers atc *I favorable. En m'me-tems la plupart des eflici
teaches 'a la d6l6ration fe repa-Andent dans la ville, commencent 'a travailler les efprits, 'a reffuiciter dlanciennes hines,
preparer de nouvelles divifions, A provoquer des dcnonciatiow, calonmiedes contort les vrais rePublicains mais principalement
centre les homes de coulcur.
Les d V u "s encouragement ces tranies critninelles ils ofirent
&font offrir ceux dcs noirs quIon croit pouvoir corrompre
Cvarer des Placeg capables- de tenter leur ambition ils
J#
ecrivent 'a la commiTion que les homes de couleur occupant routes les places puifent 'a pleines marines dans les caifl7es
Publiques dans routes le; bourfes qui leur font ouverteS,
aonnent auxnoirs des repas fomptueux tentent enfin tous les moyens de les amalgamer avec les fac -ux d'ea faire Ie
infirumens de lears abominable projects. Lcs noirs rejettent awo un yalip ris couba les propofitions perfides qui lear








43
font fates Ils d6darent qu'lls no..%. tralAront jamair. leurs p,'-res Lurs amis tjulils ont combattu ensemble pour 4
11berte- quIls niourrout ensemble pour la d'fenf ,de la
pubIlique.
Aucun obftacle ne rabute les daegue's- Apre's avoir de-ffitu""
Pordonnatear Gavanon P & mis a fa place Pito.-= te IsIlinger :
re% ir replace' Pordonnateur de la marine Duoval dont
Its re'publicains ne fe plaignalient point 3 Us Yont vifiter les habitations de la plane, La' lls engagent les culdivateurs i denon cer les chefs qu* les ont gouveine's pre'cedemraent, Us chercherit a*' leur faire. de"clarer qulavant Parrive e de la del6gya.
tion ils etai"ent dans Peklavage. Les cultivateurs respondent walls ii'ont 'a" A plainelre de per)"nne quIon a to *ours fait droit
U9
a' leze;,-s ieclaiwations lorfyie'elles itazentjVes qulihfitt bemi-eux, puec depuis la -omulkation A deeret de liberty" Ze 'Is ont
pleinementJoui tie lew-s divits.
Toutes ces difficult's font des rofes pour les de'*Iegu's Us erperetit toujours. Acccompagne's de leur efraim d'aides-de.
cainp &- autres officers ils fe rendent au &aw Peri-in fitil' aux limits de la dePendance de jeremie. -.drnaud Prett cheT de brigade 'a leur fuite infurge fous leurs yeux la,,gardo de ce camp fronti%,re de Pennemi & fak emprifonncr le chef par les foldats. En vain les officliers de fiervice demandent justice la. delegation prefente, garde le silence & le crime. aemeure finpuni. Heureufement le ge'ne'ral Rigaud ne donne pas aux Anglais le tems de venir prendre pofrefflon de ce polte important qui leur eft livre par le fait ; infiruit de ce qui, vient de sly after, il arrive 'a toute bride, rafflemble les fol. dats, leur fait reconnaitre leur faute re'tablit le commandant. 'a fon polte.
Les d6legu's rentrent aux Cayes. On croirait que convainW cus de Pinutilke" de leurs mene"es 2*ls doivent e'tre reform dly renoncer. Non des homes de cette efpec4:.-- ne* favent ni
rougir ni perdre I'efpo*r de faire le mal. Vailleurs *11 leur vient du renfort Desfoarwaux qui cja vaut m, ilk pour exciter
At







44
des troubles a &1batque*, dans la part-10 4 Sad, W'ja' re rral de ditvijlon a fignale' fit pretence en menaiant Je CACYelk Ploy horntme de coulear commandant par interim 'a l"An Le-114veali de l"affammer da de bAtoii parce quo lea che,
vaux quIll a demanded i ,e font pas vewas afrez-tkRigaud kar fait des Se V'erb.detnwnt
ec's"it. 11 les Previe'4 que cha, jue joui7, a" chalcue. *nAant, Afficaims rendent cotnptv aux homes tlt couleur des de'11AW-,Lhe '; infalmes quIon it aupres deuxt. It lear demajide par qx ,elle fatality oils 6 entourea de, plus achariat's enue*.Ytis tie ]a re* publique des partisans de Page 1 Bruley Tlvmna Maillet
Verneull Sce. Pour(juoi ces hoti uws 4.,puis fon artri'Vi., C tent de menace les republicans raouti erit urao, jolic 'f4- ae
femblen"'t avoir reported' utte- vktolil--e STs eflierent que lours 'rues vont C"tre remplies &c. 11 prie les dt'le'gut's tie
r Cfbudre ces questions les conjure de ne pas perfifter dans leur plarche fanefte & finit par Jeur cle'elarer iqu'il pe'rim il fon Polte 41#
fbit centre les, eiii-temis exte*6 ,urs follt centre cetix de Phi. te'rieur qu"I reftera toujours fidelle a'-la rl.'publique qae
les autorit s conflituees par elle trouv,. -ront en lui tout le ze'-le qalelles duivtMt en attegdre tant qu'el1*.?*s a0jrCint cquforme'nuent .4 f es lois.
L-..s de'l gw' s en reponfe. t ces- remontrance.- to,: pour railarer e rs nieces defl* ue-t les am"
le:; vrais r."Tublicalm e-4,a de leu 1 -'
la patriie donnent leurs places, aux f4j'eux p r re U, f, 6 s pa r
Rey. 11 font plus ils enjoiguent augarde niagafin des, niunttiow i 'de ne rien de"livrer a Rigaud fur I'On ordre 'a moins qu'il ne
it vif6 de Lt d'l' ration & 11'em Pr t' Vienneat Pas e g -11 -ralo Ils humilient 11homme qul a conferveI' ]a republiquer- les De-1
-partemens de l'Oue.11 du Sud au point de fe voir refufer une 1 *vre de poudre qWit peat demander dire- Itmnent aa garde mazafin nl., -.tant pas ii1ruit de. la defc-n-fe qui Itti eft adrdr e. Pour qa1il ne refte pas le plus le ger doute fur leurs ia.ntiowv
*3 Is diftribuent aux faffienx Ies armes que la commiffion leur en-voie refufaut tout aux rept blivains. 1 our Oattl wher lus troup,-, -s









ils en-,royent cheque jour vint cinq FlorttigaiIN au mirth"
o lives S,- laliTent le Odat mouri de fahn Hs proo CHguent Por' aux files joue. it Soo Portugaifes 33ooo
1;-v, res &aa coup-de-dez Ctatent le luxe des rois & le fol-en pro4igitant des brevets de ta-pl.4at eil aud I Es percent qu*
tAilb. de chef de brirrade lieute-nans
to ij qaelque- capor.tax ck
%
Aloirs qui ne veulent connaitre que la C36C dl%-W la liberate js jr1cat fou-3 cqpe de leurs projects its parvimidrunt iil garner Parm6e (Jul Maudit
Le Borgne fe Promena t un *our dans, les rues apper; I
n I Olt Une
A ce VOij4
tres-jolie citoyenne de couli-tir agec d"environ 17 ans.U11 Charniant ni no-*!s 'a qui cela appartient-it?" On lui wpo.ad que L gtmcral Rig=4 en elt fort amoureux qu'il
1 Ai fait la Pour avec P1,11MItIoll &-,, la Promefile de 1'e'*Poufer.---n
Ah Parbleu, voila' qul eft plaifitnt reprea(I le de'legue Wun ton goguenarcl c il a befolhi ilites-vous de Pepoufer pour Favoir ? fie' 11 bien inoi je Paurali fapi le ferment, Je veux Prauvvr a ces niul4tres 14 combine -noj,,- autres,
blanks, leur foinmes f4perizurs en tout."
Rentre' chez lui; it envoye chercher quelques-unc3 de ces, feninties qui s'appliquent, 'a prendre de I'afeendant fur Pefprit de ]a jeunefrf- 'a trafiquer de, fes chorines lorfilue le temps 'a fkrilif6 Jes leurs ; it 4 onne de Por il e, n prompt davan*age
les vicilles harpies Wentreprendre ]a jeun,, perfonne. Tantuht elles flatten fon amour-proprc tantfuAt elles CEarouchent fa timidite" Lamant heuroux fm niagni4que 4utant quIl eft
41t paiffAnt Painaat dedaligfic' fera terrible dans fa vengeance. It tc faut y aller ne fit-ce qu,.-. pour lui montrler de, Pobeiffince." Peut-ctre ne fera-t-il as violence 'a votre c eur &c. &-c. Enfin



Le fieul article des mouchoir-. de Zkidras qu'ellcs ont elt, d'eux fe monte a"'- 5oorNo francs. Les lives d-,,s marc .6-ands dci C---iyes q6 I= ont reads en, font fbi,







46

Aris plufleurs jours de tracalTerlies vii.1kne eft pour ainfl
A
dim, trained a 1111luteL
Le leademain nation, kigaua qui ignorait tout cela va ,
4 la teAte de foln C*tat-major rendre fes devolirs au de'le gat' le Bague. On les ---- introdutt dans fa chwAre. Apr's les, pre. ZIA- 4 cl)niplin- cms s le vertueux philantrope prend ainicalement, Riyau. par le bras Papproche de fou lit, & lu *1 dema) nde comment il troupe cette petite fille Elle t6tait en pleurs.--Le gentrall ktonne de Vinipudente keleraefre de le Bororne malis plein d : ierpetl pour le iil6gue deVore fon indignation fe retire
avec fcS officers apres avoir rempli llo jet de fa viliteo
Ce fait eft conna de toute la ville des Cayes,
Le citoyen Pinchinat infirait indirefternent rw:is dune nia. .nie're allez positive, pour fe convaincre de la, veriti du fait que le. ide'l6gue's font porters Albin, ordre centre lui fe prefente chez leur pre-fident fit fa Profellion de fbi offre del rendre corapte de fa condulte &- de rtPondre 'a routes les questions qui pourront lui-etre fates. Le president cherche 'a caller jes Inquktudes Paifureurfin ha wear, que la deleggration n eft charge"c Xaucun ordre centre lui & lul confelffle d', It
imp la chancece'
Cap pour y _,confondre 11 allure C eo
Jaioux- de rendre compete de fa toliduite & de terraffer 1,
aornnie Piazhinat fe priparait- 'a partir pour le Cap lorfilue le 2SMeffidor U eft infortne' dlune mani 're a, ne lu* lalffer aucun doute fur Its plile'ges qu'on lai tend fur le coup qui
(101t le frap, er que la de16gation elt charge de le faire arfter' & conduire au Cap fiur la corvette la Doucereufe- 11 compare alors ce qws. luli a dit plufftears fois le president de 1% d eSlegatiton avec la violence qu*on va lai faire, &- fe tient a Pecart. Le- 3.o Nlculldor wi lal- donne contial-fram daw fa reza o de la tencur de llarrIke fitimt








Au nom de la RrPtRLI Extrizit At regitre ?w dihUrativns do ja de;kee jpr le gewvervement fi avx ilecfow IP irrza.
Au Cap le z7 Prairl'al all 4 de la Ripublique fraqaire une &- indivifibleo
La Comilion confide'rant que par les diverfes &5clara-tions prifes fur Parreltation da gourerneur gelineral Laveaux de Pordonnateur general Perroud le 3o Ventofe deraier *
e ulte qu'un de3 inot* t!
"f ifs cach "s de cette rebellion tendait a' r6'
parer cette colonies de ]a nietropole 'a former une a&mblee colonial que le mother de ces troubles qtie Pinitigateur secret
A
ce project criminal eft le citoyea Pinchinat qu'A p crait
A
etre venu expire's dans tette parties qu* n'eft,, pas fon f6jour ord*aire pour ourdir cette- trame, La commiTon arrefte: que le citoyen PindVnat eft mando," au Cap par le return de la corvette la Doucereale pour rendre compete de fa conduit 'a la commiffion deleguee par le gouvernement Frangais.
La deIttration de la cornmiffion dans la parties du Sud, eft charge de 1'exc"cution du present arrefte'.-Le pr fident Weiji-on j.-o-Si e-,* SONTHONAAK-Le Se,;-r
let Comm gn
Oe-ioeral, P A S C A L.-Pbur cotie tonformel
Les members compofant lad e'legation de la commiffixon dans la parties du Sud.
Sign', Le A- orgne Re Ker.vei;(aw.

C
Voici la letter que Pinchinat e'Crivit aux d61t':gues au fujet de cet arre'te-*
De la plaline du Fond le .30 McMdor I "an 4 do la R publique Franjalife, une Sk indi'vifible.
P. PINCHINAT 1 av pute-' da W ,bartemcnt tht Sadde St.-Dio,' f a








41MX 41ileog'u e s We 14 commission

CITOYENS DkUGU45
11 viera de Witre donii6 cdrnaiffince &un arrete do la cominiffion d41rga6e par le gouvernewment aux 'Iles fous It' vent cn date du27 Prairlal. derrdier par Idquel, je fuiz5 inandeau Cap par le return de la corvette la Doucereufe pour lui randre compete de inaconduit,6,
Les motifs qu* dnt donne" lieu a cet arre'te" font fi contraire8 A *
a -mes principles les declarations qui on e e futes Ontre moi. att' Cap font fi caloninieAes J'acharnement qui re',arte dans tette ville centre les homes. cle ma couk.ur &- notamment contort moi eft tel que malgre' le 44' Air que j-ai de rendre compete de ma, conduite- 'a la commiffion' Jai era quIA riti tae convenailt poitit du tout de zWexpofer kt la rage de nie ;

je fuis member da co ps leighlatif, nomme par lUreinblee cledorale qui a eu lieu aux Caj-,6, ICS 20 & 21 Germinal Mjer,-L d1l CettC qdalite je reclame Pexecution de Particle i i i de la lo' onfUtudunnelle acceptee par le people F'raw ais & des Autres articles f6fequens &,, relatifi 'a la irarantiv at's mcunbiec- dia vorps 1cgifladf.
E n vain pre" tendrait-on que la noIndiiation qui. a ete faitd CA illegal ; les, articles 23 &r 43 de ]a coaffitution d'trttifent totes pr tensions 'a ce fujet portent que le coils
,tronence feular la 4validite tle's .,terxf ;.,Is tie's
&
Depuis le moment de ma nw-nitiatioii je Wai c&: de
Mpoccupo.r des wyens de me rendre 'a ma det' inatiou 4; raAemblablement je ferais affiiellement en Frarwe fans Parrivee du citoyen Roume agent, national proviloire de la Republique, A Santo -Domingo &,, funs celle de la commillion de'leguee P, e gouvernenient frauqaiis aux ifles fous le vent.
Auffit6t que j-eus connailffance de- Farrivlee du citoven Rounle
Santo-Domingo, je WadrvfLi lui pour firvoir b I t alt
lible








Ahle 4t r lld're in' Prance P T la V60e rfravole*, 11 eu,
A
bo* de me faire une ieponfe fort-honn e de lr$*e MarA
quer qu'it nl avalit fait aucun6' difpofifi6ns i Cie f4jet, rare* 6#4
441-11 Preffibmait que fera' charge avant d art' de voir je is e p ir
It citoyen Raymond,, de piendre des inthuffio's du Dire6loirt

Auffit6t Parrive6 au Cip" de' a commission deleguee par k
4 #A
government frangais je IV- ecrivis lui donna con*
italliance de ma nomination en qualitye' de df.Pu C.C', dU'; d6parteo went du Sud ati corp's legMad. je n lai i6 "d nd f6oonra'
'4 la letter que je luli A terite a ce lujet.
Parri' e de la deIegation dans 16 de pariteii ent du Sud.s j ai charges plufleurs peirfonne's de I u x* demander un Pafle-port pour me rendre en krancc ks ri4onfes ont toujours &C' niZ
gatives,
It ell tem enfilt de fav e, 6 .r 14 "eiplexita' dan's'' Jdque11fr'p
je vis depuls juelque tems ; 11 eA de mon deiroii de ptendre le Caratlere qui convient a un repre'r6iani du people d6 ta'adrefrer aux or rancs de la loi po'llf on reklawie'r llcikution*,
9
En confidence j, je vous detna dc fornielliment par la prelw fente u en ja
nyaffeTort p6ur' rne rendre' Fia Ce Cle ic e
au corps Ie'giflatif quon doit adre&r les' aMarations qM ont "ete,, aites centre mol ceft.! deviant' ce" fribun-al fupii e
A
integre Se Cclaire" qLe je Comparaltr i a'v'e'c aflurance qu ine fera bcile de confoudre tous nies caloinniateurs.
cl .91 4
S1 la demande qu., .4 je fais ki I n a aucun fucce's duPre's def vowi. c1t0wis deIegues'. je rendral compete a nies comme4itdfis., Ae fa conduke que at tenure depuis le moinefit O'lls mont hd_* nore de leur confidence, J e mettrai en up* tous res
mo-yetts qui, font en mon pouvoir pour me rendre a ma
A
Aeftination, 'a 11efet, de remplir 11honorabld million donit jlai eti -charge,
Si pour Pex e6cution de Parr6ti do la commilrion delep6e pit
government frangais on employe centre moi des vdica 1-40 riguear noa autofif6es par lot, je forai valor em, w;,.









taveur Us articles 9 9 de' la d6 1amatidn' ibs Atolts 6
111h omme I lattice 2o4 de la confUtaf.-On & routes autrds coa* traventions 'a la loi,
Je fuis ft jaloux Je rendre tompte de ina condaite aux aato.4 que it depuis votre arrive aux %.;ayes N"OUS tuffiez Voulu m1ateroger fur 1e3 falts qu'on mlimpute aa Cap ,
*# donn ' c pf ine entie're fatisfoh-lon.
je xrous aarals e.a e ci
4
Celt jans Its d-'partemens de IyNett du Stid que les
IcItoyens que, la MaTe du Peuple po.,.,.ut donner des ternoignagei de. Mon divifine de mon attachment 'a la Repubtlque fes lois ae mon amour pour la l!bt&rt6'&- 1*6gallte', It n'ett eft pas de me^Jne aujourdliui de la ville du Cap ou la fadion
domkie a *ur6, ma perte & celle de tous les citoyens q" la Coll fttibn' nafto deklare"S aVOlr blen merite' de Ix

Telies font dotoyens delegues $. lea cares qui m*ernpechent de me rendre au Cap conformenient 'a Parre*t6 de la commit. fion Me'gue I par le government Fran aiis. jlefpere- queyous les trouverez jultes leigitinles conforms A la loi. Autant je de"fire qtie la verite fe fafT- connaitre autant je
rains la caloin'tde la prevention Ia' rage
la perfecutian
AP, me's enuenils Sz c tzlcherai de mly fouffraire, routes leg fois que je pourrdii le faire fanscontr evenir 'a' la loi. Vivd la 16,publique !-----Sabt Fraterijite".
Sigize" P6 P I N C H I N A To Les de'le'gues re"pondirent 'a cette letter par une proclania. tion qui de'fendit A* tous les citoyens de donner aftle Al
:ftichinat leur ordonna de Parrc^ter & do Pamener devant CUX*
Un aae aul tyr-annique centre Pun des plus conflans
d 'fenfeurs, de la -I' ert g"
des plus eclairts e ib e e nerctle & i

le parle ki non d'apres des, timoignagts obfcurs y mm.s cflaprcs les adr;frh da d6partownt 4a $ad -au Diredoire k, U torp e illat"









All' le Wpartement du Sud venait de donner unei nooselle preuvt de fa confidence en le nommant fon, dL" Ut* ep e au corps legiflatif,
I& deflitution, de PordonInateur Gav, anon & de Duval, controAleur de Ia- maruile tou' deux WMe's des hommcsbde couleur, des noirs, des vratis, republicans blancs les manceurres incendliaires ,des dile'gue's & de leurs agens leur luxe feandaleux leur immoraliti re'voltante excitaient deja une rande fermentation annoqaieat une explofton prochtline.
La, comnuMion fe repofa't de Pexekution des orders arbitraires quIeHe avait adrefr6s, 'a fes de16gue's fur le zele de Desfour.. seaux zZle dont repondait fa haine centre les homes de couleur,' fon initiation daus le fecra des operations d1un nou. veau genre qu'entreprenait fon protet-teur Sonthonax ,,, 4s, rOA ,efpoir de parvenir par la jonailon des le'opardins aux noirs, N la place de commandant 9160ral que la voix pu 1*q va 6 ee mais dans, laquielleSwithonax k confirin it tac*

Desfourneaux logeait chez le geiiera I I Riraud qui deN.s fon ar,. rivee sletait empreff6 de lui offrir f4 maifon. 11 avait fait un tri ot de fon apartment paffiait le nuits au jeu de Crap avec les d'leguis &- un tas dii fa6lieux ,ayant., la cheMi-fe retrouff e *ufqu'aux aifrefles jurant comme un cocker de, facre & falfant un tapagc effroyable j, au poirit que perfonne ne pouvait dormir ni chez Aigaud ni dans le voifinage.
Lejour, -il allait dans les maifons de jeu avoc le deIegue" Rey &, infultalit tous les. homracs de couleur- qui fe trouvaicilt fur -fon pafrage.-," Qui es ta mulltre c'etal't un officer,
il repondait jefais wi tel, fieier dems tel cops.-11; Comment
gueux, tu es officer Sv quel eft le j. f. qul'-'-t*a dC-'
core' &une 6paulette ?"o-Les commij;zires PtIveril & Sovtbonax Ah mes b* Ce n)cft plus 5a il faut
en rabattre aujourd'hui la fee'ne va changer c.,Ot D101*
quit vous en responds cleft Desfopmeaux general de-,-diiviifion, intends, tu Allons -f. moit le camp ou, je te. f. I". CeI.t
coup de Plats dc fabre," ",.f, Bt t wi
2









e I Di one pilfrenkr abn
de drqmvs, C nera S uj
mul I tre officer de dragons 1 je crois que ta te f. de m0i 'If *e vcux te fa trader mes chevaux daus 14 Savant voil' ja
place qui te couvient j, C cuir jaune,, &-c. &-co
Rmieoatrait-' un Afficain 1",11 Adia r're tu es des n6tret ti'eft.tx as parlez raoi de 9a voil% Ce OUS rcpuActltls qui nous dibarrafferont de cette alitrail
m le quleu
dis-tu Citoyen Nlell-tepas que ces rwqums-la' veuleut 41 vf,-us reMettre 4ans Pefelavage comme Us" voutaient le faire
erem* te s blanco ne les en euTent pas
to, fi les bons patio
era i hds ?II(*)--LIAfricam respond dOun air waiS : 0441erld V101t
"t ne fais pas A, Rons DCAe u' fe retoarnaixt
ators du voft.- de Rej viens-t en ces chiefs U ropt trop behes gn Wen fera jamais rieq.'X Et, PAticain dIaller toult de fuite faire part aux homines 4- e couleur de, Ca colmaifrati;e 4e, cc que Desfburneaux 4 Lien Voujq lui dire..,
Au furd des qipots public ce g5n "raI de divirlon s*oquPa4 de la f rmafion- de ]a, garde nitimle. VaRe cbamp, poor. fonarrogance Se fahrataAhe** ilptenait au collet & arraaait4es raAgs,, ave violence 0 CCUX quIl, favait pe pas kre de fon pard les maltraiUlt CA roPos & par des voix (h, fait, fAus pze textl q4ls I e M4,7 mceuvral DasWen.
II Wy eut pas' d1njures Poks d6 vexations quIll no fit ondurer U mu 'Cipalit' des Payes', 4: 'a Pordimnateur civil Gay-i=4 lors de la formation de 4 garden national: mfin 14 fe rejadit odieux 'a la Prefque totallte des citoyens.
'Sonthonax qui avalt tant ic n hor.ai Pourqu9i,, dira-t-on


On fait que. c'eft en 6gorgeant les horarnes. de touleur de jerem., io afin de pouvoir.fe liver fans obftaclo, auX Augkis,
A I
,qu"on les,, a empeches Xaferevir les. no irs. On fait auffi q4e les ,halbitaiis de cc quarter oublilent de rendre fibres ces detnioers ,Weiuis les bommes, de cau#44r, je; ou tot*
'04 4 a4s P0 qq
Met Mul's
10 A:,Y.PCu9V$xt tivi tre 'R








C e motion a-w
4tear les blancs lors de fa prerni'r' conp tant
'de tendreffe pour eux depuis fon return & tatnt dhorreur pour les mul4tres P Pourquoi la commiffion dolit il elt Punet pourU fes d C616-01 gu 's pourquoi Desfourneaux &,tout ce qui ,I nfu i
veantat-ils une conduite fi outrageante, fi vexatolre A tlegard des
mernes homes, que la Comnuffion civile -tvait combles de A.
Mrs tA 1795 & 179+ Vn faut It d*re. Les quartici-rs ddat IAngleterre eft en pofleif,,
0
fion A St.-Domintrue. font gardis par do$ J uroptens & des Co.
itye on ne volt P11S
Ions emigres. A IArcaht u feul foldat An,.
glais. je'remie en P. o ou 6o, 1e M61e 2 Ott 300 effedifs It Port-au-Prince autant & St.-Marc un PeU MOIns. jeirernie a beaucoap de denies ainfi que I'Arcahaye It Port-au-Prince
St.-Marc font gorge's d'argent & de warchandifes. L i bande fame'lique voulait paper routes ces denr'ees tout ce numeraire., routes ces, marchandifes. Le direfteur general Sonthonax qui Connaft rol Pefprit publk des gardiec'n's do ces end it 1A j, qui 'fait
quIlon y abhorred les homes do couleur qu'on les y a --prefque
100
tous gorges qu-on y tie, t 'Jes rioirs-dans Un efelavage affireux 1P
quon y eft republican 'a la baine de la' fiberte & de llegante pres eatt perfuad' qu'ea fairaht accabler Ies homes de
coulcur de vexatiow d'outrages & d1injuitlces en les faifant accuser de complots'qui devaient prffager la Veng6nee -na-W tiOnale en cherchant 'a reunir les blanco les noiri, C *)ntreux coinme on le fait dans lesPorts Anglai's n fugg'r mt un
march qui femblait ten re au e Ab avage #
iftablifrement de il-'
Sonthonax dis-ic sle 't-ait Perfuad e* qu par ces m, em philar. tbrow p;ymet il deciderait le emigre's 'a lul liver tout,_ s Ces rich.,fles
n v di*tees- Aufft en mime-tems qu'il envoy
co t en France
le ge46 al Villate & fes pretends complies fatis les avoir enj tends, en meime-tems que pou'r couvrir les vols de Laveaux & Perroud dout il avait I eu A bonw-z: patt il faifait accufey les homes do coaleur dPatte4tats cmatre la foweral'inete natiowle
du com- lot d'affaftaer tous les Burwe'ens' e.i me'me-tem
J*
que ro. Jaeguisdansk$ud, for.'onduitaimt







A
to in, eme-tems quIll ittouait dans le poTtefeullle de la com million la loi du 3 Brumaire s qui ne reconnait aucuns coupables partni les de"fenfeur de la patrl"'C ; en meme-tems enfin qu.1i I jettait Vallarm e la defiance & le d e*fefpoi*r dans le tcear (let liommes de couleur & des autres vrais re"Publ=i1im qui faifaient caufe coramune awc eux ,, il re'digea it une proclamation portant amni tous les frangais emigres a tous les traltres 'a ]a r'publique, fans en excepted I-es bourreaux des amis tic la France a condition que les qo4rders RM's aN I'AnOeterre'feraieot reffiCette, proclawatign en date du ig Meffidor, au 4,* fut envoyee aux deIe' ues. aviec ordre de la, tranfinettre au (:amp de la frontiere de Yremie & de Pappuyer d1une armc'e s'lil Ctait
necefrairi .
Les hablitans de jeremie parfaltement inftruits du peu de fucces des manceuvres mach*mve'liques quIon employakdans le DIeapartment du Sud firent feu fur lea parlementaires envoys pour kur porter des paroles de *.
VineRficacite de I'Amriffie forga dtavoir records ax la voie des
Ai. I .1*. 0 1 .
armes, Les de16guis organiterent une expedition centre Jeremic & tout It quarter de la Grande-Anf'e- D,. isfourneaux I cut le comnundement de 11'armee.
Les d6leigues voulureat etre de la parties. Non moins 6tran gers A Is taffique militaire q4ja4x locality's ils Pretendai.en-t diri erles, movements des troupts. Desfourneaux 'a PCU Pt
9
4ans le meme cas repouffia les pAtentions des deIeg465 fut inacceffible'aux perfonnes que Ilexperience & la connailTance des
I
fieux mettaient en eftat de lul' donner des avis tiles. It forma trois colonies dont une de j2oo homes qu'*I donnaau, general Rigaud avee ordre de marcher centre lies Irois une autre de 6oo fous les orders de Doyon alne' avec ordre de marcher contm It ra*p D rivaux, & fe referva la troifieme compof e de 8oo hormnes pout aller attaquer le camp Daevtfac dans les hauw ft$n At PjYMQUtjj. T
Avant Xarriver rx dernier camp on troupe un pot









fe Paywoad. Desfourneanx
tra cilb nomme le to advancef
une companies pour le prendre dAfrault; elfe elt battle. It en fait advance une autre & -ainfi de fuite companies par compagnie., Ce nouveau genre dlattaque ayant colkle' beancoup do monJe Pefrayeur prit le pard dordonner la retraiw fit enterrer dans fa march precipitee une pieke de tanon qu"11 iie pou.lt fauver fe Jetta dans le tamp Perrin.
Ainfi unetolonim 4e j 8oo homes conduite par un general de dhilion echous
deviant uh polle retrench garde' par 30 Ou 4o homes & command vraifemblablement par que1que economy d1habita. ton putique ce qu1i1 y avait 'a jeremie d1officiers militaire's defendant le camp Deffivaux & Ies Irois ; mais comme Desfour. neaux avalt entendu dire au tems du defpot*me Ique toat le luilre des vi&oires doit refflechir fur le general & toute la honte des defaites fur les troupes comme 1*1 fallait aufft avant &allcr reprcndre aux Cayes des operations dont 1*1 cip6rait une leure, re'uffite femer la division parini cc qui refta't de fa cow lonne *1 accabla d'injures Ies legionnaires coloniaux Ids traitant d a e u 'Ieva les
.Arvis & de fujar,* en fit archer Pl' fieurs
blancos jufqu'aux niies. 11 ne Oen tint pas 1a'; it dhtribua Se fit diftribuer des brevets dlavancement & des. re'compenfes peku4 niaires 'a ceux qu-T voulait chapter k- rentra aux Cayes avec Ies
U.PS
,deI eg e Iaiffiant Rigaud aux prifes avec I ennemi.
Ce general pouffait avec vigueur le fiege du fort des Iro's., Deja il avait Ii*vre plufieurs combats. dont fes troupes etaient forties viftorieufes dej a une division de,+oo republicans avak tue' bleX6 ou mis en deroute i -2.oo ennemis (*) qu* etaient venus les attaquer fur trois coloiines ; de*a la conflernation eitait telle 'a jeremie quIon fe preparait 'a Pe'vacuer.


De ce nombre eftaient le g e6ne'ral Anglais Bowyer blefr6 tres-dangereufement, & le fameux emigre' Serpeai mort de fin bleffures. Les iwigtis pcrdinnt aujx dans C09 96tiou U;lc P140








Pendant que-, Rigaua bittait au dehors1es Ani'tre's Detfout% neaux exer;ait Its a&rs les plusderpotiques & les, plus reivoltam centre les rePublicains, de Vintgrieur avec d1autant plus d1aua .0
dace que la ville fe trouvait alors privee d1une grande parde ,de fes defenreurs que ki confpirate-urs comptaient fur 10'
Afficains 1,;nt leurs agens letir avaient rc*Pondu.
Au me' r*s des articles 223 V3 s, 2.27 359 dc Ja con,;
Iti'tution 11afile, du citoyen Gavanon fut viok 4ans la stait d4
-9 Aa to Ftudijor4 On le train dans in c&chot & que1ques moment.,; apres 'it fut transpire 'a borA de I-a corvette 11.4fri. caine m6rilict- &ms la rade des Caym Ia dile5gation refufa do Jul fare Conna'tre la -canfe -de fon arreflation elle qui peu de jours auparavrant avait pris un arreite, portent que les competes de Cet v--otdoDnatcar feraient V16rifie's par tinecommifflon adhoco A1,11"; 11 -Cagillitit bien d'attenare le rapport do cette commif-ioirls' R f-thait du fang il fallait Aeb troubles s puif4ne rixiept*e mill: L&ire do Desfourneaux Wavait pas ea plus de fvcce's que la pr6" 1C Nation damm I 1 e
'ft*e port e aux 6migre.'s. 11 fallait arbiter
*1
progresss & Rigaud car A cut Cta ridicule qu'un general mm. kitre cu^t fait plus avee 'i zoo homes que la profound pa litique de Sonthonax que la vale'ur & Phabileti &un ge'herak de diviflott blanc.
Au tneprlis de tes mimes Aiticles b ]a conflitution I't citoye* T uffet fut etaletncut arreite ck. conduit a bord de la me4me corWtto*
Dans la matinee- da io Frdcbdov le chef de brigade, le
Franc comma n4ant Farroodifremerit de St.-Louis rcjoit une lettm do Detfourueaux qul' le mande pour affairs de service. A Pinflant il monte a cheval & fe rend -aux orders de ce getie'ral de division, Celui-ci le fait arrester d6farmer.
re vio:*/A a"One f. guet!x de muldtiv lui dit-il
A. v: dlatvres yve t6l Ito &IeCkamersnt pai ; evext y jpffirm foas I rafle maudite puis s'adreffimt 'a fe's fatelliltes Co*.
-4- Yegz# mol re 1,i., a' brd- Af l'-dfekahir.







57
Le Franc demanded pour quel mo#.lSif on Varrehe Utab
dient pour re'ponf que des injares & des mcnace5. Deux aides-*
ww.ON" I.M.

S *1 Pon s len rapporte au 41jer coht-Ar 11 j. w- St.-Dcx1*qPUe Par le ge'&e'ral Menbrun Le Franc eft un terrorl'fte un monftrC avide de fang. S' lon en crolk aux adre ITes de la commune des Cayes au Dire&oire & au corps 169iflatif on en congoit une autre idee. It female cependant que le temolignaV Alune cotainune command au molins autant de conf ance que celu' d1une individual fut-il affifte"' de quelques c'migre's ptlionnie fut-if lui-meine immacule comme un ange; ce que le oren,45ral Monbrua Ift elt pas a% moins quT ne fuffife de prendre Ilattitude &- I e ton de mode're pour fdreune chofe imroffible favor, que des faits anterieurs n avent as exifte,
Perfonne n1a encore oublic que le general Monbrun avait la guillotine du Port-au-Prince fous fes fen e6tres pour votr fans fe d e-'ranger, & qu'il a vot ]a mort du colon blanc innocent quIelle immola', Tous les colons favent, que it la place de Vin. attendance he ut pas rougie du fang de noavelles vklitnes. on le dut *t 1"humanite' des Afrlcains re"volte"s d1un pareil fpe4 ftaclcv
non point a celle 'du g6.ne"ral Monbrune
On f6 -fouvient encore des promenades 44 cheval qu"'I fairait dans les rues fur le rivage du Port-au-Prince du plaifir quT prenait a courirventre a terre fur les blanco des injures &S, coups de fouet ou de plat de fabre qu'*l leut- difIrlibuait,
Les vifites qu.1il faifait aux prifonniers blanco au Port-au"W Prince expire's pour les humilier & les conip er 'a coups de canne font encore pre"fentes 'a la memoir.
It parle de la guildi've qa'i*l fe fit donner au Port-au.,Prince,
Sc pretend qu'il n'avait en vue que le bi"en da service qu-*il a en*uye des pertes, &c. Mais que ne paralyfait-il. auparavant la, memolre de tous les citoyens de cette ville ? Car lils fe fouv, viennent tous q e les firops dont on fabriquait fes tafias pro.* ven.,dent des habitations fcqucljr os no lui cokaiem pas un.








de4amp de DesfoArne4ax le condutfaient au bor(I de, la mer it
raflo,chit fur lea- apropos menagans qu'bn lut a tewis fur It.


fou qu'il, faifait cheque jour de 16 ;'1 1 S barriers de tafla qu'A vendait 2o portkgailfes cheque t37a iivre$ -argent des
colo abfiraftion faim des trois ba i ues quI fourniflait
nies t I I, rriq
par 'our a Iadnilivilifiratiou 'a 6 Portagaifes -96 lives
chaque.-!_-Et les quadruples qull,4chet4lit 'a 13, gourr3es r -a arreitition d3ns 14
It dit avoir 6t6 pillit. avant' :z C's fb
parties t1a SuJ. Mais comment vetj -'I qu"on luli Zk reffituor pir les, terror. Ies de St.-Louis ce qq'il re clame 'a Philadelphlie'l de la femma la plus aimable 14 plus fenfible ? Nla-t-il pas, f4t
fJd b,-trq4er i Norlolk vn V, i*rg*int*e Pitidiggo les 'Mallel gort ger-,s de papers, dleffitts d1or qu'il avalit 'a borfl de l4a fre'Tate la Concorde ? Nli-t-it pas cliarge fa mnitw twitre les foods & Pindigo Ai una, walifon d %- contmerce dc Phi.0 laII-Aphie pas: deputies dontvil ortire waifull
par la volie de fcm correfpondant de fia-unbourz, de fairt0 ]a
remife de Cos foads 'a ce der4ler ? Na-t-il -15 V4111ite fui que le n Cgociatt de Phil;.14,4elphie Wavalt VIen, rqu terit Iu*,w
A
Meme letters f4tr letters 4' la fidelle AwAle, qui par nJgligencc, pill' danq cette ville o'
oti par oubl'i a toat garde' & gaf d, U,
elle -I fait pendant 8, Moii tine di'Teafi,, elTroyabIrz ? Recla"meme! t it auffi des terrorOes de; Sain ,Louis les foi ds qWil, a a*' St.Thomas ou* fon amante 4 paff fe i Moral qn 5eme. pour filcr do 11t a Port-au.j r*e efPeratit dly 6tre 'a I'abri de fes,

Le general Monbrun fo p! Want, des letter de -Zo pe,.S i 4
'ies det cachois do Nue'a4reGe au miniftre Adet
I'autre 'a fon confrZre 1 4ye4qx ynlil efl qu foret if
Prive dencre deijklumes & de pa Mais commenta-t-il, Pa
eCare des, ra ffiyes (te c tte taille f us ;tvo r tout cela
ment a-01 pa I s ackeiiiiner fittis. avoi e 614tioip avec
qui qoe, co elle pu pAfTwr tokites,
fo Comment nial 4 trO
11 jue routes les journ'
les nu'% & prefc cc$ av cc IU* fi toute errew










t ,fas qu 011 lui a fait de de'diaire les wo,"ifs & r6n fa r la deititit' :e qul Pattend ft dans A traverse des Cayes att
A A
Cap 1*1 vient a ctrc pris &- qea o.,r,,,b- entr,- les mains de. fos plus r rael 5 enwlb "is *'t j e-'re m lie & fil f-,tu,,-e a u fort h., liburterilk, 11 dos a camp qaIi Paccompaguawnt ""'y pourfuh le fabre.

Arrive" dans cl.--. fort il ft proporait d'y atteadre Je3 Cclaircl tme:is qtit 'a Io' Pau tori f4k 'a demanlcr. De.sfoarne-aux les donne en fdfatnt crier' aux marines par fes ag.-'m &- b.-.ttre la gc" ne ral-CO
Mfflarnnae Pt repacA dam h ril"Ie. Les citoyens effraye's
bnoranat pour la phipart, 11a fujet de Piderte chercheat un alle dans les pofk-s volfias de leurs denieures. Pattout i1stiourent des agit.-tears. Les citoyens clu; demeurent pm' :s des fort PlIet & la Ycairte)-elle current .0y renfertner. D---sfbUrneAux &', fes agens ,11telit les tlt,,es mi'marche centre 1%:S forts la guerre civil elt

Le g C"'i-leral de divifion au fpe&acle' des fce'h es airreufds quIiI
A
ki P.evares CV. iotu comble de fes d 6firs ; av, fiewd m arrester le, coum A en redouble Phorreur par fes dis ineurtriers. La ia:eUz automeate de part & d'antre. Cas in^ es cultivateur
q6 PO 't arait tant prechc deltrudion des homes de couIca r accourent &., enibraflent leur caufe ils veukat exterm"Iner i-Out Ce qui eft refte dans la ville de..-, homes qui ne. ref'*i


de conimunic,ition 16 6tait interdite P Conment a-t-il veca
Ib
mo's fans mang-er? Car il Wavait, fj on Pen croit ni vivres de la part des terror les ni argleat pour s'en procurer puiiqulon le lai avait vole m fecours de tcs amis ou de fes connailrances ul u*'l* "I 'tait au feeret.
Le Munbrun no fent-il pas que dire trop cleft ne rlien,
prouver que 011 contitwe on finira par ne pas ajouter
plas de foi 'a fon Conte du 4.vafy:fe 41! quau,, conte. dr,
Awie








6o
trmblaie.nt au.--,- *. -gmsde Desfotimeaux quepar la couieur, Jes, kommes qui 111'avaient rim 'a re reptodier qui nic^.*i,.e dans, le, premite-r inlint le fitjet die I'attaque des forts
p'.rItlent v1,111imes imioceiit 3 des phis infer'nales nianwuvres.
Datis c,.A inoav as affreax la deI c gratinn avi ic
*I* par fa cotv#1
daltt,* i -11c fon limmoralite veut iinterpofer fon autorite.
It r.el6relted'autrereffource
qwl d'exp. -lier unco-aiier 'a P.Arra-wad qu'elle fupp!ie de Itwer le U e dt:s Irois d'accoutir aux Cayes pour y re'tablir Por..
citllvelis r I ;unis dans ks forts C'crivent auffi Acege'neral avcc ]a nicme PrKre. Aufikuk *11 k:ve le fi-ge embarque 11"*n1i'lle.ie 'a la vue. de plufleurs fre'gates ennemdes or..
donne la retralte (-Iu* Cdrieduc av(.,c ordre Z: fans la momdra

11 miire =X C-.vcs J.,,-,ns la matime du 1+ Fru tidor au M111.1-U d'unc cTervekence effravante occafionwe par la fuite Ju deVgue' Rey & du g"ni'.ral Desfourneaux. C,.--tte eff
co ]a vie 4' que1ques codpirateurs
"Valt d ela atc mallieurculleinent. 'a bcaucosap d)miaoceates viaimes. Les college ues de:
Pxv Zfaitnt menac"I's & couraient les plus grand dangers.
On venait de Icur eale,.,ver ceux de lears qu'Lls iil"--- va lient
pas eu le tems de br'4'ier. Les rc pub]icaills furieux,* rafemble3 au, tour demandaient leurs tvptes z-* gr,, .mlls
Cris. kligaud vol,. "Pabord;'l leur fecours les viet en furet' le Dorgue cet bow.-ine tzane f, f,,,,P-oneur ruix -I'vild!res le Borgue dont Rigatid avait r1Zyu Voffenfe la plus cruelle ell forc,. de re, connaltrt. en lui foil iib, ,Irateur. On it'a pas Zldee de la baf. fele qut cc fce l rat 'dejoue a inontrec daii, cc women de C I e.
Pendant ce t,ms les, deux parties continued 'a fe fafiller dam les rues. Rigaud -au mllieu d'une gre'le de balls fAit reum ir recu i 's
C ill, eille lu* rn^me les vicillards les femmes
,enfans repandus ga & Ia' dans la riffle & les fait conduire dans A nutifon afin de les prt"!ferver -de la furcur des dont le d6ordre favorifuit les funciles dcft:ins,









L-!s d0e'gue-s tremblans a h vue des terrible's efets dls.* Iziar defpotifme de leurs menees critminelles Sz de leur immorality* Prennent un arre^t6 par lCquCI ils inveftilrent Ie ge"'n'ral Rigaud, de tous les pouvoirs wk.effidres pour le, retablifTement de Por. die. Catte arrefte' en date da t+ Fruffidor, cit tranferit a',,- la fuite de ces C"Clairciffemens fous le NO.
A P
Lts citoyens reunis au fort I'ilet prennent auffi un oirrete aux
A
111".1nes fins que celui des d league's, C!t arrehe' du 14., Fruffidor ell fous le NO.
Les citoy6s que, le g Ir n'ral R'n-aud a-vait fa" conduire dans 'leMA e
fa maifon avec les femmn les enfans lu* adrefrent em
jour une letter qui le fupplie de prendre provifoirement les
A
re.1111.2i du gouvernemeat &- de fauver les departments de I'Oueft Sc du Sud ea datiger par tous les moyew que luli fuggereront
fon z'le fon patriotifme fon hunianite. C%-.tt.- 1%.ttre eft fous
N 61 30
La nuit du i + au i feconle les mat-intentionnes piend int
que les patroulilles parent d2un ckt-* 'ls- portent leurs coups d'unautre & le fang coule toujours,
L x 5 au matin le general Rigaud I fait publiez umm., proclao
martin fonUe fur les pouvoirs dont I'l eft linirelti par les delcCmis S: par le people portent les difpofit"ons n"cer.
flires pour le retabliTement d,%,z: Pordre. Cette proclamation eft tousle No.,+.
,,L:L vifle eft toujours giorgee dAfficains ecumans de rage. Des nial-*ntentionnr" *s qui gagnent -' la guzrre civil,,,,, 'J, cherchent en. i:ure 'a leur perrmader que le, go.ne'ral Rigaud eft intelligence avec les dele'rf ues k' A-IsfoLm., '.aux mais les homm"s de couleur
des balances datis lefquels R3 ont de la confidence finiffi*mt enifn par ramener la majority' la force, expulfe le relle la paix
fe retablit.
Los cultivateurs de retolar f4r les- kibitations abatent avec colere les Paliniftes que D.-sfourneaux y avait fait planter par .(es agens ils dif= que lei ro-bees ele la liberteCt la DeViattmewmv









*r Prdul(ext fie AS pommel e4: dycords re remettent a4
travail,
Leo 16 le capitaines rubrecargae3& tiegocifans, Atne"ricali"113 de la vide des C#, ,,s i ,;-.nofigneni 4 Rigaud la rcconna*Ta.?,jC^ qu"As lut solvent pour avoir preserve rsjours Sc Icufs pro*
a rt;poqfe en ral, fe trouvent
PrIete's. L ur adreXe & I de ce V
fous feN"'. S,
Le j 8 les cilloyens de la 'Ville 'k de la Plaine des Ca-res
4tl e de la plai w u*rpr' tes da vwi
11113 leutdVIL I In e le tout le
6:part, ,JI--at du -ud des quarters de I'Oueft quil y
"U1e's n emes conditions
font tj Occafiahn' s par les
lleme caul s 'AtAlent fait refficutir envoyent a a commifion do
ftjn7ais f ante aw Cap un legdr tableau des rnaloo 5 parla condluite des ide'lectu6s & de Desfburn aux, 10 *Is ava' nt da
Ils d, am-tiat qrte le g ral R* aud A qui j le
p(Aiant trois, ans l'union, le c"Itne le bonheur dont Ils
du gauvernente a ce quv
JwiTatent refleAl a la t tA ut ufqu"
le corps ligliflatif le Diretffoire Exe"cutif fbient infiru t:i de'l
avent pris de. nouvelles mefates pour en r
ventr Iv re.tour, Ea attendant ils jurent de'tres 'fidelles la Republi uefran aife donnent poar garans de leurs f
# .
le z"'..e & la fermete" avec lefquels IIS om con-,battu juitjua preftnt A 4.'rs tropw vz rezs les cimemis de la Frari c&te adreffequi fat reniife a*' la coninfiflion du gouvernewent IR le
pIr ttw cc- ires ch- _trl(*V111 rendre compete des
incns, eft copiee fous le NO. 6.01
La cowinh Wion du gouvernenient les ren'trove fans reponfe le Sud., le gi 'ne raux de b'*
fait Paffer daft's l'Oucit daw d-,
*-t 1-fle & Chanlatte pur y pre).,,ire des lmor. mat$ons J r les de faire retourner
'aU Cap, JLCS de'le'"C'S le, I;0rtrne Kerverfau ainri que ceux la de16-g CCU- des
citoyens qui voudront Ie6 fulivre.
lies dto, a a .ofamunp, Cayes ne ven,'- tie, I e bornent pa s 'a
Ptnvoi de trois comalwalres Vers la COMM1,4011 Qautc Aa







61
its arr"tent qu trcir, utres comm"Mailres fe re-ndrowt en Frapee aupres du corps I e"'giflatif & da diraftoire. Et pour qu oift-ne,,*,koie pas de lear refpe 'l pour Pautorite' ;wtio.vale At font one alrcarkau CltqYM Rouxe agent particulierdadire0oire A'Santo-Dunilillgo aMblument e"tranger 'a tous le ; vvenemcns furvetitis
ap e's I'arrivie de b romxiY;,vi- Dans cette adre'I'le en (late '10 1 Is prii
Ju zzit. Frwlijok qu'on tr#xwera fous le N 7 1 leat
R,,- a -in a dc venir confolider leur palix SA-. Icar bvi -, 2Ur fe llettre a nienic de rend'ro, 'a la France k A let un
pm te fidelle de cc qui sleil imtff6 &ws les I"Ouelt S; du Sud depuis ParAvic die Ja deleg, Aloll. Ityla's les commifflaires porters de 1 -uulrcfIi: nlobtk-.Inn*.,m aucuii fucceso Les d c"I ii g u es qui sen raournent au Cap ks ont do'vanc'3 Santo-Domingo. Ils ont deja preirenu Rounie ou Peut C'tre
A
lai ont-ils fait conn.aatre quelquc: plaii fecret 4i-re'te depuis fou d#.-uart do France. Le- Borgap a pit le mettre, au courant., lui qui ecriv;it au minillre Truguet, le i+ WnOlfie an 4ellle.
e doi$ 4xe'CWer une tartie dlim gi-afid 1.1a)z que VWS il-Ve.Z
effnf a /e me di'Zime aivee 'Plaxi. &C, lui ca qui lez ovrn&7m a 14 p Iv Irtime conflawe deptiis qo'ello eft f4re qu'il elt un voleur.
Vadreffe de 14 commune 4es Cayes au corps ll griflatif & a 4 dir doire exe,cutif relative aux memes e-lenemens, elt auffi en date f14 24 fru4tidor. Elle avait etc preceace,&un cipoirp C-11 date d4 is' Thermidor. Ces deux picks non moins e ffe x tielles fire qum toutips les aptres font par rang de date fous
9
Apre's avoir r"t- bli Pordre 14 tranqt illit' dans 14 villc
des Cayes, fauve les peribimes & les pkopriete's autant qu"il a ete" en fou pouvoir prefer' le departenient du Sud Wtin auleverfement ge'ner;Ll, & ramene tous les citoyens 'a la bonne Intelligence qui regna't parmi eux avant Parrive'e des de169o"
de Desfournicaux le general Rigaud invite fes concltoyens a pourvoir aux moyens le. delivery d'u-ii fardeau qull n'A
accept' quo, momontau"ovi 61'ca rappoite A cc jue les







64
blanco les homes de couleur & les noirs repon4yont aar ar fertions menfongeres des ennemis intirieurs de la republiqtte $qui Pre'tendent que les muldires occupant routes les places & que les nkres ne connaiiftent ]a libert' quede nom. Son adreffe tn date du26 Fruaidor eft fous le NO. i ot
La rePonfe & la, commune des Ca es tit fous le NO.

Celle des officers Europ6ens en garnifon au eft
fous le NO. 120
AP
Celle des officers Europeens des premier &- second bataillons de la troifie'me demi-brigrade dInfanterie du department, en garni on Tbarmi eft fous le NO. 13
Un extract de celle des officers, fous-officiers & volontaires da 88ume* re'gimcnt d"infanteric fran aife cli-dewmt Bertvick, tit fous le NO. i,+,
Va extract de celle des citoye-tis de routes Ics couleurs
de tous grades WmNfiallt 11 3eme demil-brigade de Par.
c' du Sad en garnifon T uron
16 elt f us I e NO.
Un extract de celle des militaries de routes arme3 de tous grades &- de routes les couleurs cn gartifou au Petit-Goavve eft fous'le NO. 16.
je ne rapporterai pas celle des militaires de routes varies de tous grades compofant lagarnifon de Le"'Ogane fianataires autres prefers mais ne fachant ekrire ; tous emploves 'a la de110 fenfe de St.-Domingue fur terre ou t-ur mer,
Cells des -militaires de tous grades Coom ofant Parmele Affikaine du Cohn do POuV! commandeer par IAfricain
Latlume, chef de brigade, & ayant des officers de routes les
coulcurs.
Celle da q quarter L e 0
'k de la d"pendance des Uteaux Celle des cultivateurs de ParrondiXement du Camp Pei-rin r6unis au dt*t camp,
je ne citeraii pas non plus la reponfe fentimentale dudtoyen Momlin habitant, figne"e de fcs enfans de fes petit fils I tk de ks affocieS. &c. &C.4-&cToutcoo






65

To ates ;es 'ces ayant poar objet comw cells 61 1 ties, ae repouXer avec indignation les calomnles lancee$ COUA& tre Its homt es de culture & de determiner le general Rigaud 'a miller au falat des departemens de,.Mueft & du$ud jufqu*l ice que le Gottremement inftruit des cafes des troubles att avifi aux tnoyens dlen privenir 'le return ., ne itrailent que 'groffir inuttlement ce volume,
Le 30me jour complei'mentaire de Pan 4. les communes du Sud qa* avaient,* en Gernfinal,* nomme' leurs dispute's au Corps L'giflatif proteftent contfi% une proclamation commilftariale du ig Therrhidor qu* prefcrivait une noavelle convocation des aambli $ p inuires & la reunion de tous les elefteurs de ]a Coloas. dans la le du Cap, afin que Sonthonax At plus ",
or ee e parter fes affid' h la leigiflature. Var "t** de la p t" d" es re
conimune. des Cayes "relatlif 'a cette proclamation eft fous le NTO, 17, o-Ow"a-w-0 It ell tres lumineux & paralt re"dige' par Pin-% chin4t- jltngage le le6teur 'a le parcour'ir.
Lzz p Brumaire, an 5 It general Rigaud& 11ordonnateur p r hiter;M 1AMOntaghe refilient un trait paff6 entre Pordonna. teur Idlinger k la maifon Nathan '& Compagnie. Va6le de rift'Liation qui eft tres-piqu=t ea ce qu il affede exclutivement au. payment: de la force arm6e & 'a 'toutes les d 'ipen'res inili. t4ts' Its fonds provenans dd la vente des denrees du quart
qtefl donne, la surveillance de la califfe au general Rigaud, fe trove foas to NO. t
Des ades d e cette nature 'expliqualient aez los dirpofiti ns des republicans du SutJ pour, convaincre Sonthonax qulils e6taient refolus dlinftruire la France, par leurs de'Pulte's limm-diats s des cares des troubles de Fruffidor & d1linterdire tans return aux a5des da Diredeur general I e maniement des revenas ( i aut i ne favait-il o4 donner de la t "te. 11 aurait b' n voulu donv

t J1 paralt que Martial Befre. confervait encore de Ilef poir, puifqulil kcrivait 'a Sonthonax en Frimaire: Le tems 101t Prick= 1a ro'colte wva'wr fj It; rremas qul arrivent '&W-






.66
wer aux troubles: la wumure ,,d ua mal-a*nA pais les de'-w putLs patient La nouvelle de Itur prife I'lint diminuertin peu fes embarrass. -11 envoy de.fuite dans les, ports Anglais, parlementab es fur parlementaires pour, les. avoir .& Itslfaixe paf1'er en France commme CoSj iratemrs. Lordonnatrur Idiringer ttatt ron nt'zodzaeur en [a quality ide ctdevant commit de Dalton agent du gollvernextitnt btlitanique. Rigaud de fon Otio de=.dait itftamprent, leur Cchange. Cc contours de de'maxches preflantes avant prove aux Avglais &I aux Lmigr s que 12
1 0
re'clame e 4tait de la Plus grande impart.-ince -non fCUIeMent it$, MfUkMt dC slen de'lWXtr mais ils kablir ent de croilteres 'a llentrke des ports du. Sud de POacft pour 3*ntelicepter ce qu-*cn pourrait envoyer en emplacement. Cette inefure joime 'a la certitude que les deputies Pris ne feraientXas changes fervit Sonthonax 24 fbuhait,,, & Ic raCura aa point qulil publila la pro-clamation rui*vante#l
PROCLAMATION.
It, elt tems de de'Chirer le voile qui, couvre les
41ul fe font PaVs dans le Sud de la Colowe au mois dc Frudiaor dernier il eft tems dleclairer le Peuple, fur les- atra. Cites qui 6"y font clommlf&S4*
La commiffioti, avant de P- d 'cider a, fcrut** foigmufomcat la caufle dest-roubles; ellea interroge' des homes de routes les couleum de tous les patti "; elle v, rqa les rapports de
fes dil uis cite les a compArt's aux rac"Molres. faits par les ichcfs "0 WON-le-3 Mains de lladminiftration, V aurent ele cleflinh Hom qfure'e Uo' dlemphi age qu'autant que Pordre & P16Conew'0 y r gne-*
ront'. & quills feroot con'fi's 'a aes ma x lvaklis & Aclairces
N. S. Les Pikes dont" je te donne id que dts' extrditi & Cells qut je ne rapporte pas du tout, parce (Welle s ont le m me objet que dlautres dej Cc








67
Ies r6ellao.- Juge & inipardale dans fes recLerches fa lenteur i infiruire les habitant de la Colonie eft IN40 gage de Pon .imour pour la v erit .
41 Des attentats inouis oat-, efte, COMInI3, aux cay;s h SaInto
Ums &,,dans plufieurs autres cominunes do ]a particle da Sud. La diffigation du government a etu avilie fes dcle'gues incar. 'Certs la, commiffion. mekonnue I fes paquets intercevt s fes vontriers MaRacres.
Les loix tic la n, re & le drolt des gens: ont fti foul"
.* J- .0ti I .
aux pieds les prophietes ont e Ivrees au pillage &
les p6rfotmes au fer des. afaftinst des hot mes & des femmes iont efte hache's en morceaux 200 citoyens de tout
age de tout rexe & de toute couleur ont ete' iinmoles do- tang froidlo
I el. a efte' le preftexte do tant de fareurs'? L'arreftation dlua

foul homme. Qtiel en a ei't6 le vrai motif? Ambition dniefur" de que1ques chefs la cupliditi de leurs, complies la cralinte de. voir letirs ra 'nes d' oil'es I ic
pi ev e s eur tyrann abate p, la
force de leurprofufion tarie. Quels moyens ent-ilits emplo 's Les armes ordinaires de tout les fadieux le menfonjo
lacalomnie.
Ils ont f6duit les noirs: p r la create du detour de llefcla vage : ils ont dit aux citoyens de coulear, quIlune contpliration 6tait fortne'e our liver leur cafte 'a ]a profcriptioa & 'a la mort ; que les coinmMires da government eii C"taient Its chefs, leurs del'gues, let principaux agens tous les Fran5ais venus d'Europe les compIlices,
La commiffion fe refpede trop elle-me0me elle honored troP les lumieres & le bons Ien3 de fe3 concitoyens P pour rePon" .dre 'a de fi grolffieres I-Inpoftares autrement que par le defi former de' citer un feul de fes ades qui porte I& plus legere empreinte des odieur projects qu'on, oft lul imok Puter.
Prenons pour example Iafaire de Villate. Cleft centre fou
_tmbarquement qae Jes fadieux da $W fe font le plus Oeveso










Ce genirid eft Arrit 0111* avec: 16 an g rand nombre de citoyezq 4e couleur. Le fait, eftak constant 8; les difPofitlons da code pewd precifes. Eh bien! La common, par Ion indulgenct, fi a-velle pas arreftS le fang prit 'a cooler?, Ne *4.elle pas borne'e a i'loigner des hornmes qul ne poaYalkAt plus demeurer dans la Colo*e fans danger,,, r la tratiqui lit' PUbbqUe, 4 envoyer en Fruce des coupables dont elle auralt pa Ordonner le tupplike ? A-t-elle falit parmi les accuses accepting de P'erfonne ? j'AynAtgatears blanco Oes complkes noirs, fiontits. pas efte igale'ment embarques ? Une foule de citoye.ns de coulear, pluam"alheureux que coapables, dans la rebellion du jo vent6re, jeont-ils pas efti rendus a% la fiberti? Quels fon't Its homes qu'elle, a reveftus de fa ronfiance. pour aller dans Ic Sud prekher llevangile de la paix ? Ne fonwils pas les ge'nereux Chanlatte &'Martid Beffies tons deux citoYens de couleur Nla-t-e'lle pas fait partager les fivears Au 9,10averno.Ment 'a plufteOlys, h6mmes de couldir', connus par leur at.tache.
Ment, "a, la Prance.) Oh "elk la pa&n dans cette conduke conAinte unifortne ? 0a' eft la haine ? O eft la defiance' ? Oa
v'O tA la, partiality
Aux Cayes un clief militaire pr.-venu d-*un PrOj.et d"af.
ra f r n.., t ommitrion pour kre con.
ft arre e par ordre de la
ault .. au, -cap 1*1 s"ichappe des m.alins de fes gar&ns H vherche ans lis forts un aftle -contre ]a loi, Un traitre Its lui livre tous, les'inffigateurs de ]a f6dition Ry fuivent :,, ils tirent fe, canon illillarme. Des 6mifiaires fe re'Pandent dans la planee sc f ub liyen't les; ateliers; trois joars re -paffent dans les plus
Mortelles allartnes ; 'mals le 'Pa ng des citoy ns n1j pas coul
leurs, proprietes tout 'refped6es. Ix quatrietne jour, Andie Pkig'aud paraft il f rend, de fushe au, I fort 111flet ne fe con.*& ,certe qulavec les rebelled, U lenaemain les birrieres lui font Ou t ntre en vi Ile la tite de fes tro pes environn'
<11ane"fout.m. de brigands & ave'c lui le pillage la mort.
to 0
11 demand U'e ampliation, ae p6uvoirs ; elle lui oft accoiaee4.
ta vic des citoyew. M OUS fa fauvegarde & fes fatel,









69
EtC6 d ipouill6t gprgent les, amis de la Frafic4t les dew pofitaires de Pautoriti du government font ventures des cada-Yres enranglantes de leurs plus fiddles defenfeum.
Le brave Edonard citoyen noir arrive" de France 11honneur &-s Africains Pap'tre & martyr de la fibert" a fuccomb' f j le fer'des affaffins foudoy6s par 1*4 : aud. Ses vertas
hireique ont force' 'a Vadmitation jufqull res
-be!3rreaux.
Lilladam jeune citoyen du Avfi*l 6galement 'arrive
&Europe & e"Ieve dans les principles dn pl's'pur repubIli.0 .-canirme, a ete leur viffime. L"anthropophage Letranc 11'a deichir' mis en lambeaux de fes propres mains.
Citoyens 2 la commiffion da gouvernement frang.As eft 101in de voir dans cet enchalnement d"attentats le crime des homes de couleur. iqon malgre PAftucieuk feele*ratefre des ordonnateur's de la rc**volte le fang qu-'Ils ont repandune retombera pas for la te,,te des c',4toyens du Avril. Si Pambition ou la cup*l* dite enont:, aveugle' quelques-uns, cleft un malbear qui eft com* mun avec les blanco avec les noirs zvvec routes, les focie'tes nombreuies mais dont pit ne peut accrfer ceu.v qux*. font refute's fidelles.,
Des 14ommes de to4tes les couleurs fe trotzvent atz nombre des chef de la r e*'v'olte des home's d'e routes' les couletirs gn ont les inftrumens ou les vidimes. Les premiers font tre'slieureufement on petit nombre la commission doit les fignaler 'a la Colonie entire pour premunir les bons citoyens con. tre leurs artifices.
Les deux Rig iud Daval Monville Salomon Lefranc
Pinchinat voila' les chefs de'la revolt des Cayes, Ce Pin,* chinat, qui, a facrifi en 1791 e 3oo noi-r8 la'rage des fic w
tieux u Port-au-Prince, en flipulant leur de"Portation 'a la baye Honduras, pour Prix de leur fide'lite aux homes de coulear,
du fang quIlls avaient veric" pour leurs droits ; cc Pinchinat
pr s avoir fecoue daw le Nord de la Colonic les flania,








70
beatm Ae IA difcorAe tit reventt exercer fes fureurs diat ile Sud pour cwvvir ce malheumux dipartement de tang de Crimes.
La commifiiott Ade'le 'a fes-pri i s fe homera, qumt Aprefent A rendre *ufh*ce "a -'fes agens calommes 3' i payer le tribute de la monaaMuce publique 'a ceux qui dins, ces fee'nos douloaw
-teures ont bii!n merit de la patric & de 11humaniti, Mle vaettra le comble A la, mode"ration dont elle. a deja donne, taut de preum en renvoyant au corps ligiflatif & au directoire exicutif Ii punifion 4cs coupables & en implorant It CI tmuce national pour cette multitude d1hommes egares *
0
epouvantis ou fidul'its dont les debuts Purement inate'riels ne Peuvene ehre attributes quIA teux qui par I'abus de lear
*' fleece Ou de la force, les ont cont lim commettre
Dans ces c a rconflances la oomwWion & arre'te urret6 cc qa*

Article ler. la comnu*ffion du gouvernement declare, que les ex-deligue's Rey teborgne & Kerverrau, font a 11abri de tout reproche. Me elt fatisfaite de la concluite Page couragenfe qWRs ont tenue dans la miffion qu'on leur a coltA.

pris par lefdits de'legue". s jufqu" au i+ Fraffidor epoque 'a laquelle its n1ont pu agijr librement font
demeurent -approuves: ils front executes felon leur forme
teneur.
I 11. De'Clarons fauffi:s calomnieufes les accufationg "0
parties, centre le general Desfourneaux re"lativement 'a la miffiort qu!il a remplie dans le Sud.
I V. 1.4 judgment des cotipablea dans les ei've'nemens des Cayes,,, ainri que Pexamen deffinitif de -,cctte atAirc font renvoyes au dir4mire exi V de France S en' tant que de befoin au corps ligiflatif.
V. Corde de rapports, & des pieces -y relatives fera adreffie aii dixeftire exeicutif & au cor s I'gifletif.








V 1. En attendant -1a dcCiAon de I- Pun ou do flautre des Jeuxpquvoirs ]a commiffion ne correfpondra, qulavec I'AdA=itrlatlon Its Municipalite*3, les Tribuitaux de la parties a* Sude
V I I La CowniGon: autorik tous les habi'tans, de cette
It ole de Pile
wrtae 'a fe, refirer fo* dans la parties Efyign Jbii-dans Its pays nestres, ou allies- de la repubItque tans avolir berolift Wautres p4ft -ports que-coux -de leurs Alunicipallitis ref,

Let fomm" es, dues tant par Vancionne Admi f
A
tranda da Sud que par la nouiselle, ne pourront etre acqditte'es que dans le cas o'U les ordonnances auront Cre vt 6es par IAgent central de la comptabilit" on, if C reffil&nce au
"Cia P
I Xo' Le general C6nlatte prendra le comniandement' de Parrondiffement de jacmel 9- le General Beauvais cownandera "aLe ogane aura fous fes orders les Commar4ans da
Grand & Petit-Goave de P Anfe-A'-Veaux du Fond 'des
Negres: le ge"nivral B(!.-ffic auta.le commandment de Saint10uls .
X. Cc$ di ors Gener.aux front ind6pendans entrleux., En cas qu'il slagiffie de marcher centre Pennerai ils re reuniront. rom les orders du plus a'ncien e4 grade.
L:t pre"fente proclamation fera, hnPrim(le publlee & aftiche'e p.ar-tout oa befoin fera trankrite dans les reg A tre' adminiftratifs, & judiciaires & envoyee aux generanx aux
commandant des poles,
Fait aa Cap, le 23 Frimaire Van clnquie'me de
la R' oblique Frangaifie une & indivifibIe.
A 0.
Silres P au regitre des proceNs verbaux, LEBLANC Pre"
fident SONTHONAX CommilTaires PAS.
t RAYMONDP
CAL, Secr'taire-General,
Pour 'opie confornie le, Secretaire-Ge'ne'ral
A
P A S C A Lo






7z
Sonthorax n!a pas pufant fortir da !Cap, interrog"er, les h6mmes de toots, les co*leurs & & tous 1cs-. pards fur des
&iftff+w *41d: *Wletlt CU-1ito dans It Suil dt Ia. Wonit.- -41 vA,,*pIs-d#-s1cA--*pportcr au terooignag do ficsdeliguics4oux I'dus, li vi-ais' RItpublicuki de, ce &Partenuat fc font I portii Its, ucufatcurs. Le rapport, du gint"W C Wattc n"eft Xun
1-rimm. 4 4 tie it eenfure de Ia cco"te OcDcs& ox
.4ej_ abrolument cani C", do Mar" Jkffeo
.a co
de4bn Lcs,,,ni* x


0114 --tf4uvtrA,; fbus, le Nlp 19 cople mot pour mot hr celui qtif envoya -de Lioganc, aux Ca F ;S y le 7 Brumaire
an, ime*
2 Il content entre pluficurs pit'Ces tres-curieufe3 Ies

vuuisige-S-l -Dominquc-., le 2 Fruffidoro PAU
Ire &in .,*nt Alp"
do', Ia tRi6publique Vraqiife une & lndivifiblc
Don dawie raifon de Seize rent
Pau
te,,J ve&, A ,ye quc nbu r. nnaiffians av 'Wes
Of cp I 01. cc
nej,, fur.le corfaire lo Sond max tf taine Rolland ledit armament slel'vant a, Ia Omme -de cent
foixante cinq mille fivres divif '-en eht--aMions ,:-d-oht,
to "taires I t-.'
--nous fbtnwcs pric 1-c fbi iite.. neuf affi*ons I Coglmt
:I& le iour,4 _a g
ioa DcUtan
P*r
fit $* ram*ai Ric
wow ,twvt
Vc qL
tv's**, fi6 1VJT11 .1 IVtt'lrt I-e-),- ,
Bon lives
13on pour ''Ia beux Jc'e') itk Pahoga!ofes que nous
payerens 04%*; z do -a &V P,,adonl*- -Aux,;f 3-ayes P le 1, Fruc,P..I*dor Cnin 4, de Ia R, publique une, ipd1h1i4*bIc,.
N T -0- AT i-& -11 .4 L L
ton, 'potir 13)200 1*11'eI'MS ire,







75
.res adrefts des -hablitans les plus xef enables foM*
aroce des culdvateurs du Sud Sc 4es paroifks del'Oueft y an* nexecs -ne fott fuivant le Direifteur gelle-val I q t Vlouvtage de Cht(t de reArMrsl, Sur quels documents a-t,-il done rjdige" ra tardivt proclamation t
Southostax apple X#"es Its defenfeurs de la liberate qal
outmVs oftice le firanak Plinidofont kve's 1contre les 4
ralite & les, di Itions tlftortnes de fes deM & 65 & deDct., foameaux. Ce vleft pas le peuple qunl veut eklairer, cIcIt 11t-:1 fadion Uopardine qulil vaut careffer; ellefera fon ikho' elle talra fes cruines &- fes d6pre nationss taut qaT fera la guerre aux homme s de couleur. CLael people O'Claireralit-it ? celui da Sud
de 110aeff ? Was 1 11 neft que trop initruit, dos realheu. reux evinemens qu'*l a fufc-itis.
Les diligues de Sonthonax fe font w il*s eux-mimts- La
foudre qu'ils allutn rent Its, aurait CCkaf6s STS n-*cufent tt6 M6 fous une garde fidelk. La co:nmiffion r2a pas e5te* &abord me.* tonnue quoiqu'tlle favorifit otavcnement les, trathes des D& 10gues &, de Desfourneaux, Son courrikr Aiwaud Pretti etc zaacre par le peupIc, et ton joas fix r*urrierf, Cet homm,
'Iwo
tchango pour 5o Louis en n=6 r aire non' autrement."
40 A vue, il Yous Plaira payar.- par cate fetonde 41' change ,
Pte;nlere &- Ix troifieme ne Ntant kI"Ordre 40 la 'CiVienne Clstilde IT4 Aault .. la fomme de 4#mi; i0vt
At
de ViNgI-14949tre Jj-VrCf tOU'rnals ClIque 4 'en )Tun-MlItle U.
autrewat valour rogue en pareiuc, fomme du cityea Ler
horgore que vous parez fuhrant PaVis de vos arais.
Signe d TH .4 N Frlrtr Le-4 CoNta
Au Citoyen bufrayer,
"rue,. Saw't-?&rtiu pr Cs le caie du commerce,, A- P A R I S
jo vnfe quc ces pjvCcs"-a,*QaC pas bcfoin do cowmentawe








tta it dipals long-tems, en -horreur aux 61wrateurs pour fes nwn6es .0dieures it oait I*Mpunement "infarge fous Ies yeUXACS De'liguis la garnifort du camp Perrin for- I;t frontlere de Pea. .Aewi ; il ;sitait fal"t prendre dans un voyage dii Cap, aux Cayes par les, Anglatis df.4 jeremie & avait eu le secret (It fe faire iinvover, vingt-quatre 'heures apre$ Avec let Paquou de.Son.* thonax dontil avah donni 'cowmuwcauon., Cies Wo font
coinusdd tous"Ies.habita nsg des Caye tonn-ant
milieu d1une effiorvckence femlylable, un courier autu furPOO que les 44eches dolit *1 -etait orteur I att Perivia-Ime At fe' propres manmyres
Le fog des, citlovens, a Coale nulb fur, qui dolit-il relal Ir
Sur 4ceux q i ont oq ". les troubles fur ceux quli dans PatM __prov ue .1
taque des forts in'trent le-.1citoyen Paifible a. coke,.du Wipuxl.
le
pru Ia force par ,,la fbrci ,. Arent-ils Jamais
Des op mes repou&nt
de choix davis les rangs Que des TMI-intentioones
0 01 0 10 j.
profitant du defordre, fe fbient olives au 011agt-, reletalt Me* vitable. Tout to. %nonde ne fe I' Our1a, ditenfe de 14
fiberti fi It hlaime doit retomber; fur qui4qu'un ceft tn" core rur les. agitatturs,
Sonthonax pretend qul'anaiinmoli de fang ftvid & demanded quel etait le pretexte e ta$lt, dtfut-eats ? Sonthonax ne slaccor pas avee.16- _rtv. M2* etam orphofer Its 6neftet
(AAS d"Une guerre c* 'le ;a ceux d'an afrAudt, pr in .diti fims timber dans q ttelq te tontradiffion ST extifta de& qPM.4plots d'Afaffinat Ovk aux dipartemens &, POUtft & du Sud que le goqv I ernement Franqatis doit s"adreffer pour,,Onnaitre les hQm** mee qui 31en: rendirent coupables. SMthoMx "a <1e grand. Pou* voirs I Mais il, x a n1i i elui dlane'antir la v 'rite qu'on ne de'v6i*le fma afluce.
ation d1lu feul h6mme ne tat "n le "te te, des
L'arrell Pol t rre x,,
fureurs du peuple- elles fomcntaient depu*Aoh9_temS* I Vattaque des forts1es 'fit Mater, Leur vral motif ne fut pasnon plus l1ambition dc'mefure'e, de quelques thefs. SouthOnax
Polverel Its avaient place-so La conv, Utjon naCtonalo. 106.61tva








Appa"'i au geSw6ralat pour pr-M. do leurs forvices. Le Dire&eto general n1a pa's. pu s"aftrerl slits auraient ou non cede' leur's places a fes creatures puifqu!il ue les en a pas requ*S* It. les accate de tyrannic parce que le people s'eft leve centre cell"C qulexergaknt fe3 de'le ue*s,, & qunt fe garderait bien de Oeji prendre "'a lui. 11 fe- 1)efi ate46, il cherche 4 afroupir ton inlo ,di i en d6clannt,- 11 w -wmabat a ue les chefs.
Si ?. -quelQuIun, eA 46ol; d 'Volr U four", do fe'S protU11011S tar1r,,,
left! S04,60= 0 Rq Uborgne Desfourneaux Wont pas
I, e urn6, trois is dans part
la Lo. du Sad dans ce court
mtervalle lqs dipenfcs de Vadmigoffration fe Ont elevees 'a
million cost jaiixastr:fix *X* jaammte-h4it lives Wrim
$ 44ters la d6penfe connue de ces tre's-chers repre *
entans mon e plus de cent ille ecus, es competes ont &,6
'fentis SoattleMX., Ixs Am' pes fe plaia ericam k les trou
r1c
gnent de w*avoirpas, efte payes. Qui donc a 'Cu ra part do ces, fommes unmenfes fi ce n$eft celui qui, amfe des dilapidations d'autreS L homes que fes d 'Ugu 's
Ce n"eft pas tout, Padmillfiration des, C yes a paye depuis le, dePart de Rey, Leborg''ne & Desfourpeaux, le loyer des 2ppar des, files qu ils entretenaient a% grinds, frais
plurieurs marchands qui leur avaient fourlai des, lions dcs bald. tiftes des mouffermes des moucho rs dc, ro;xdras', C. &-cot
11 Pabien falla pour ae pas dif4re'diter ce"qge, So4thonax apple le$ Diligar's des Rep ;fentans del la nation.
On a, dit Southonax cherche a, rid, uire h* noi s par la
cralate du retoor de 11ticlavage., Tws les vrais rppublicams, 4_U Sud & de JOtwA slaccordent ;ivec, 1 j fu its ne
4i irent q'ue dans Ilindication,,des perfo;Anes des moyqnS ploys & du but qu"o'n fe propol4it, I-So.nthonax deffie de citer un feul de fes ades qui
- - 4 porte
la moindre empreinte des adieux pro'ets qu'on ofe lu *I IMPU" te'r* On Pourrait lu i e e
a, cit r mille mais il f4flira de 1 icja qpp qlqr beaucouA 11,jus, quT n1en exige#
condamutt. Villatte fes p "tend s complies fans lee,







76
avoir entenaus. J16' dejl fait conn'etire I-elpice de dgi6itior's-qui fat produlte centre eux leur Ad 1i finguWt i
,,ides circonfiances o t on les Obtint.
It a WC6 bnpunl le maffikre de 4- femmes enfans 4te
Coulcur''j, commis par le gouverneur Laveaux fes satellites
]m' de ]a feature e de M atte dans ]a 4i6 du Cap.
Si I e fang de ce g6n'6ral ik' % de les compagnowdlinfortuft
pas cou e i tonthonax a cram pottr Ini-m* me.
pl "iait' o a n rapporter 4 3 a gouvemeeu e e d i fp' f6 et' a "A
ment,, mals il n aufait V4 foulteit que s6nt oimx Ot rous de Vains pret"tes ord6nni le fuppilice dt les vitis difenfeui '
S6 n thonax a dans Paltaire -de Villatte,1 embarque hes 611n6s
A
(T s noirs & des homnie cte 66ultur.. M' R ne faut PaVetre, dupe de fon aftuce la pr endre pour de llimpartialit& Aa# que1que couleur q e Pon Nit, on ne lul convientl Pat lorrqul n*feft" Amt. #A es A fes vues
qn a ma i i )d4pqfttwns rcoutran
particultere.s.
11 a envoy C dans It, Sud Chanlatte Martial Beffie tous deux, homes de, couleur. 'parce qu"jjSr lu* It 'at d AVOU IS qu'a' la firveur de leur4pideme-jauric, ils A .vikzt felon lut", ml "ufr e eg q **
eux re ir que 'cles d R s blams. Mais comme R'SnIont pa sloe;qekher de rendre hommage-a la ve'rite", Sonthonax a
nrl a e ient ditl6s par la c inte,
n.O, que leurs rapports 1)'ta rai
leur a donp6: qn commandeer t 'a chacun, 'pour ne pa's le contredim
JA-Vm m-1# cle cette conduke e*q'uivo ue, n1a. pas vou.
JU recevoir Martial Beffie & a chaE6 Chanlatte. Sonthonai n1a pas perdu la t&e H a fait du premier un po ,teur de, depeiches de llautr u4 n 'e"pr"ktat 44- iu lui a'Aon..
ne' Leborgne pour coMem
aw"O-ONOWIMW man*", 0 1 i
I), Cbiigatte ai t- intme- 4et
Wmit de It idt r6, dojit fA, fdnt let e'leaions au Cap par une letter du % -,FrAidbf h 4&096 A te derniero,
j _eXtiats!
En Oic et







-17
11 eA fur x1lavdir en, cut trois ap logl k
Des plawes repet6es on.t kftfuit'Sonthpuj avant apr s
les malbewm de Frueddor, des ln=muvres perfides, de res d,*I,* ruig & de Doifourneaux. W S onnaifrait ces inanceuvres
awmt qeelles, eulTent lieu. It' prevoyak meme qWelles ,exc*-teraient des uw*s* Au#* s'lekait A arrang e*' de manie*-te
A P:O;Vo*r les 1 ,q imet de-couleur. 11 leur
avult 6clit par' 14 fon 44towte Raymond lesexhortant
ze Pas khpw its Places# Ils ne ies briguaient point#
O=pAiea troupes.
c4es il' les tenaient del Son'
POjVa4 de
thonn & pu's leur-d6part Rigaud plus
,Jwk qu'lear av21t plaqi.,, beaucoup de blanco & de no*rs vrais totites les places civilles talentt remplies publicains. pre1que, e


so* 9'0 0 Vaffiembl**e eell tenue ces jours-cil. Le refultat des; f4frares a apple a la Ugliflature les cito ns Thowani Wf.rondjeane,, Brothkr, Pequinilaud, So n-thonax & Lavea Ux. Was n1imagitiez pas 1 mon vni a quel point sleft accrue. Intrigue, pour faire nomilner' les Brothier & Pequinlaud.
Le ge'n6ral Pierre Michel s7elt Porte ay ec cent Dragons' A I'Affemblee, & a dit 'a haute voix -. SS Si on la I- e n alhe6r de
nommer aucun mulatre, je donne vingt,quafre -heur-'e''s att General en chef & kaux autres '131ancs -' "ou ''fe- rettrer&noas Yerrons enfuite'qui aura, la Colonie, des Noirs ot de-s jaa,*
Togs les' in s *ufq4l lbayonnet x i, Iit is
en ufage pour influence' Valremblee
Nous ne pouvons pas as diffimulir qae a 6L 'on
U' rdine qui exifte dans la Colonk tend A IA*re -aiffiaffiner
Opa
les homes de couleur; fes agens' influencen-t le's TNO'is IdUr difent qu'lils toenaeAtl la 1riborte' des Blancs qell faut 6gorger tous Its homes, de couleur. Ce,-font palx, leur dife4fllll qut out livri auk,,Anklais routes lea 'places de 11' Colonie,,-& qu"i wuleak 4ans cc a oment vpus -ravir Votre liberlt6o- &,c-, &C.








par des blanco M; a $ontho= ne. d un sv6w
ift I I vii
,,4k &voir tout cela *1 devait ziu contrau6c fe miuger 1C Moyen 4t Wre repriknter les troubles qulil py6voyait tomme Vseff4t Ac 11ambition irrit& Act, ozmes de vx leur, ferifervant de So coadm*m felon Piviwweat- Sea -mau=vres wayant pu
il a jou e** PhnPvtialiti Pwr regagw,, cette Wuewe 4otit un a eur sk to j jars befoin pour entret"i lei; trouble, A42:48 il etalt ud *- ton vaafquo
Sonthowx avant de er fo
'Publi ivarti4o Prac
*rche a perfuader le citoyea Toue4zt 1110avrrtare que, Its ,hoinmeg de couleur en voulaient a th icatle(-t). Cc', 6M t4 tro igneux de -fes papiers pour perdre fa letter trap
IWA pour ne pas la montrer s2il en elt rquis par It goaveraement,
Sonthmax a favorif6 I" tmifts & fes d6ugues & de Dcs fourneaux en leur envoyAnt des rames de brevetz, en,,,, blanc pour g0e diftribue's a ceux qui -'Youdr ent fervir fos Pi0jets, brevets Oftalient A la dAcrition' des Principaux accomplice. ctift f, vraill que Charles Labrie Pun d es' w'des-de-cam de la ailigation en a voic Un & Pa rempil --,-Cn ion nom & o ecriture au iade "'de" ef de bataill
ch on, 11 eft encore
pour 'e fait i6h eitat darreftation, clans 1a vMe des 'Cayes.
Sonthonax a accord amnioticc aux ennemis ae ]a Frame a ceux q l faiffient & -font encore ctufe immune ayec I Anglals & toujours fuivant fon urage J fan's'" faire acceptton
A
de perfonne pas Meme des bour-reaox lqui ont e gorg6: de


Voyo -;L cc 6gard les, adreffics ide lit foroe
"'JeS *,ceS 1r
tint Pit., -a PUj de ces aklairc4ewens,
W On demandera comment Jali pA tre inarat, cc fait?
-j e n fais Uett d1autres qPi iitonntr
C -qt)t 1,1-,ne fg dit, p2; vo,
imot il ne s icrit pas -=d -1igAe 4zus 1co Immox, 4- tuiva
J=t Son*QIUX que: *'0, le a. ir
dans la rab* _4




Jok




tang frold Its Mmotes de, couleur A coups de p nards JM*, bayonnettes, Wa 's le mime- principe d"impartialiti ij A pre
therche des coupables Parmi les defenfeurs de la patrie paring leg; I s plus nfloens de h 'libert "n'rale de quelque
Couleur qu'ils fullest. It ne troupe pas mauvais que let traltres ayent repoutre ton amniffie i coups de fiifil mais if eft furieux de la r6fibnce- ique Ift tipubficams ont oppofee 'a ton dofpo,, ame.4""'Adiem ne Pau"t gut je blarnt Pindulgence. jo, f4tt Ue Al app enait quelqeu de 1,
e W, f
i it 1 cdvtr dit k. telut qui Wa pas cefic' d-vavoiir berom de grace, Mm's siumnt elle eft falutalre lcwrfqulon la dilpenfe
A
aveefagea,, & avec justice., aut=t elle dtvient funefte lorf., qu,*Olk eft, exelafivervent verf6e fur u a parti car ell* Ven.4 hardit & iette Pautre dan s le defefpoilr. Malheureukment, ell& a Produit I* pmMkr de ces efets. Le Ang des homes coultur, & des, republicans blanco 'a de notmeam rougi It fol du Port-am -Prmt & de PArcahaye'. Les monies amchUvv"low Oft i 1.1

Santi doate ilmly a plus grand chofe-, 'a faire pui(que
plits fameux chevalier da poi nard eft arrive 'a PhRadelphit & sly report 'a llombre,, de fes lauriers. Vrairemblablement, it mcevra bient6t un, fauf-conduit de Sonthonax & Im partager fe s faveurs ave un de, fes ancaens camarades (1-1'6conomat nomme. Malexfant que le direfteur ge-ineral honored del fa protefflion. fpeciiale. jepcnfcqa"*'l'ne fera pas horse proposde dliro.1*6. cc que c"eft que cc Malafant.
tconome far Phabitifion Gaurv au, Culd*.Sac, it y exerq4t lies cruaute's Its plus rafin'es fur les culdivateurs. Dans IV,* faire de Mars 1794. v. s. entre Desfourneaux & Monbrun Ane partle de ces cultivateurs accourus au Port-au-Prince i Ia deferife des homes de coulcur le rencontre'rcnt fur la place do goli'vernement fortant de chez Sonthonax dont it Ctait Pe ion & le h ch rent__A coups de mamduettes efpccc de faress) 'Qaejqt e tms apre3 'Pardt pour la Frame fe renditk






C
e eg es, ron amniffie meur.
lfqve Ac Solaonax & de fesAdU u tr. re du 19 Thcmidor, avatent afrez convaincu Its bour-, reaux


Paris. La il allait dans tous Its clubs., fe fou-mit dans tous
groupies pour exciter la coppoon montrait fb
Ures encore mal-fermt'es fon ceil creve fon bras mutile'
VoH"' Mkit-H au couplele', voil' 11OUY;age des ai&oEt Son hopaz
crates d Saw*t--VoM=9UC*, cc vertueux &
refpeffible,, 6toyea, quils accuftnt quo, n al.-t-il .Pas fouffert I A quels Aa'nglers ea-til pas e't6 expose ?4,-Mon --crime,
citoyens cliotait ma phiJant4ropie clitait aufli le fien MV
Celt par de pareilles pafquinades que cc hairream dt.* neirs a obtenu laconfiance intime- & .1a praeffion lffllimit'e dajohilwithrope Son., 'thotum. 11 tit aujourcPhui ,, jag luji A ri fke des',
6toyeas mhne dea I unes qui rcutrent au Cap
dira*ur general ales hiens des On peut ju-ger Oapres
cola fites propri"tai'es 6t beau jeu de qWque coulcur qu%,' foiett. Au refte Matenfant agit dlapres Ies plans de Sonthonax it no fait inception do perfonne. 11 accu6ille 1cS*viei1Iards.., I". ,femmes &, le s fenfaits 'parcc que le's infirmites- 1% peur les enip6d=t & regir leurs biens lils font forcP's de les affernia aulers. e -,ral des inprixqulon vcut y mettre. Les feriz 'font cn g6n..
A,
divides fans proprieties foncieres dans, la parties du Nord,, & fortant de chez les Anglais; ils fervent de pr^te nom moyen-.-l nant une part aux beneffices. De, :e nombre eft un certain Graii. wer- qui devrait etre ftir le m8me pied que tws cleux ialoz qualifie d16zn*igr 6's puifqulll a pafr6. da continent Aniericau'l 1, St.-Marc en 1 -94 ( v. s. apre's la fivraifon de cette villr Aux Anglails, quT y a reside tant qulil n1a pas'ett peur des,
,lepublicains. _je le cite par pr'firence parce qulil eft coufiml
ge era a letgneur tol"04
du kcr6taire "'n I de- ]a commifflon & pl' -tout bonnoler. it encore-pour witautreraifon, c,',Ieft, qtt*&-








ces eux ports Anglais, i e' h locaulles
-qoe cei horr bl $ -0
leur donneraient de' nouveaux drotts 'a fe- boat6s. On n"a pas
0 1. 1
,,eatendu dire *ufqu'a pre-Cent 'que les re-6pablicains ayent ufi de reprefailles. 11s nlen uf4ont pas. 14 fe repoferit -fur- la
*, _ti 1;
justice nat4onale, de la punition de" tant de crimes k de telle des fbi-difant 4ifatitropes les C
qui ont p, tovoqu-s par leur abo
ininable hypocrifie.
1A conftituo*on n7a etc. public dans li Suct' que" trois' inols den*,apr s Parriveelde la conimillon $- le to' Fruftidor- ad Piliku des furcurs: populaireeo' Pourquoi ? Par e qiie pour Pea" freindre plus 'a fon, aife on 'royait &ffifant do la tentr tach6e, Mxis elle eftait connue 'a Saint-Domingue. lie people fa ait que les colonies failkient parties integrate de 1 republique. Lc refus obftine que Sonthonax a fait de I U* Pr-'O''Mulguer a reyolte Ies ciprits autant que les nombretifes atteintes qWil 141 a

11 Ila violie en attendant 'a la liberate &ija depute au corps
I le A r A)- 4k
l6gWatif-41 Ila violee en ordonnant 'a fes de ues die p6cher
le depart des 'deiepuie's du dk Partement du Sud au corps, legiflatif. 11 Pa violee par fa vroclamition, 4a 19 The" midor qui Prefefivait la r'anion des 61eaeurs des trois (14artemerti connus ,de Saio-Domingue j dans la ville du Cip & qui fix' ait avec
partialite le nombre d'e*1e&eurs q ue cheque caitto devaitfourfoL fa population. 11 Ila violee en prono ant fur Bir re ativernent a n
ja vaildit6 des afDrablees priMaires & e5leftraks qtA avatent eu lieu au mois de Germinal in dani les departments
-0-6-01 1 d M 11 el, "WAw
Pejl' par fon rivertueuxta t R a ete** le jdindre en VenL4 t jiaire v an s fans le fou quIafon arrive au Cap 'A
Sleft troupe' fermie; dd plufieuis habitations & proprie"taire" dt deux corfaires. Tout le monde s"eft C**bahi "'a' la vuo de cettd rapid'
mervellteute fortune & bien des gens Tont att *bu e A
feal ral*Oe dans Pa ien Inonde, & faifeuir'' d*
Sg wt-Pq m 0 A nc
tackles dans It a',?uveau. c v que ilea que 12 f0perfution-4,








a. muett da sad. (1ro-it qui appartlent exclafivement aia
,corps Cgilketf &c. &c.
Les Ul u6s de Son-thonax eftaient juges et parties reladvement aux e ricaines Puifqu'11 tent s affions lur les cor..
riss A m e' i s avai de
fires. 11s s'oppof&ent a ce que le general Rigaud diftribuh
dlfenfeurs e &e* la colonies Ies armes env ee
prouve3 oy' s du
e S epenjerent.
Cap et les donn'reat 'a leurs partif:in Ils d' des
P
foinmes enorm-.!,,s afiich rent 1111ninorallite' la P16s, d 6goutante exercerent le defpotif ine le plus r ivolt,*nt et des inanceavres qui ont wits I rtemens de I'Ouelt et da Sud 'a deuxdoigts
aellcur raine. totall. Sonthonary Im., falit ; tous les temoignages routes les preuve3, conourent 'a Ilea convaiticre it les approve,
Timpuden'e de demander o' eft 1a patron o' eft la. aret a I c U U P
fialite
11 y a bien plu3 4ue partitaliit6 Men plus q e palfflo, 4ans fa procla ntafton infernal. It y a, ntiensonge y a ca.
lomwe 11 y a routes les femencea & d6.1cordC.- it y a la perfidie lai plus atrom
It pretend que eeA reulement 'a Pentree, de Mtraud aue ja d ; *1 affirmed que
uerre civil a conimcnce que le fangr a coul' 1 c e general s"eft concert 6 avec cc qttlid ppelle les chtfs dis t-ckllex quIR a deta'ande une ampliation de pouvoirs kc. Tout cela eft faux. Les plus grand malheuna etaka arrive"s" lorfque
d s Irois dont *11 avwit levt le. fiege aux follic'
RigauJ arriva- C ita.P A
tions ecrites (les dt*-Uzue's et des citcyens reunis att fort 1-71flet. La demarche q e Swithonax ludi attribue eat ete aufft fauiTe
qua les deux pards lui avaient
qu" udle fauTe Parce, I envoy
I 'pu qu"'tant en
les details de cette 'inalheurcufe alTake inutile if Plahie des Cayes 51 cut voolu fe toncerter avee les chefs des fo* difant rebelled *11 avait pu les manner aupr's, 4e lui 11 11 a point dernandc'. une ampliation de pbuveirs mais, je
ruppofe qwelle Cu^t ite necefaire., pour le rctabliflement de Por.
S,
dre et quT Pek demanded ? Nla-t-il pas voulu la depofer apres tlue Pordre a efte rletabli?, Le people ne lla-t-il pas requis de la comferver et de vAller 'a ton Oq ?--o-Sonthonax ,Penfe-t-il,









ttre Plus croyaWe que toute la population des d' rtemens quill a d echire*s Qu"*l dife que les arteftes de It dilcigation furent fines d3une tnaiiin tremblante 'a la bonne heure des confpirz,
4
teu-rs dimafqu's peuvcnt avoir peur 'a moins. Mals les teSo in nages des communes o des corps arm* descultivateu a -clarent, devoir leur falut A Rigaud Sonihonax les attribaera-t-it a la crainto ?.w-,Non it dira tout implement qu"Ils font ceuz 4es cbefl des rebellesio Ceft plus commode C'4#* MOMS dangOw TICUX*
VAfricain Edouard et le jeune. homme de couleur Uflladwn ent perdu la vie avalat Parrivic de Rigaud., Us aValent ete" arrC 4t-s en plaine par les cultivateurs mAmes clu'ils cherchaient I require et furent maffacr6s par eux.
Le premier ne fat pi Papotre nit le martin de la liberty'
letait % Parls au. service d1un des plus, grand feelerats de la France da duc d'Orleans & ce ne fut furement Pas 'a fon
ecole qu.1i'l prit des legions de philanthropic. Desfourneauxen. avaiti faitfon aide-de-- camp parce qu.1il avait befoin de tra ler les noirs & qu'il lui fallait. un homme dont Ja peau noire renft 4it 116loquence.,pius efl cace-,, Son x fait tout cela mais il repraente Edouard c mi pj'honneur des Afficahis', pour.
M 0'
Cette hyperbo e, politiqUe me rappelled certaines anecdotes tragi-comiques recueillies'au Potwu-,Prince c"I 1794
v. s. par,, un hillorien de ma connaiffiance. je veux P rller dcs relations partlculleres de Pintimite qui exiltaient entre Sontho4ax & Xavu,, Chef A ricain du Pa auteurs du Cul-dc-Sac. Cc recocil a pour cpitrapht! Ja feno tence de Mirabeati,
6c Donnez-tnoi une bete-brute en ferai une b c-&AA

Or cet dlaou qui avalt de Aeaux theveux ua /I teau nez.
ane ft belle jeau : A- qui Vlicite" Southonax itait fo fdeb' do k re ou ree.14bler awc qui it daufait dts contre-daAfc.s ;t
L








4)
ralitt rtgretter ra perte & otcodionner un foule'vement centre
4
It$ homes ae culture qulll ne celTe pas cle calomMer pa, fe3


quatre & faifait des Parties carries eft'ait un homme qui lui -con.*, venalt mment par PailiteO' dont a
]En eChange d-an' nVir qu'41 en avait requ., Sonthonax IUl'* it prifent &u4 qq &- &un moutoo Aiatic. Le lcoq ehait Vaagu're qWil confulterait avant d"affaftiner les perfounes, qui lui, fe iraient Oifigalee s. It devalt le pooer fans ce!Te fur le bras gauche* loe mouton,. blane t"tait It -pr6fervatlf de, tout 4nlger pour lut dam Its a0ffinats &Ae toute impunite apr'e. Marthe" dtur pour Sonthonax qut manage, 1,; boeuf, march' funefte pour Xlaou qui malheureutement' tat us Ae venemion pour fes au.

Un jour Sonthonax envoy chercher. Alaos & fit venir t A
Mhle-tems ye -;m., Afrl d ,.Ja Croix des bouquets pour
lui flerv* dlin tite aup 's At lui. It en. fallait tin dans les Aftires com pliqu&s Acar *Advu Venu. ilepuis" peu cl'annees de ]a Ott d'Afti'que ulentendait pas un feul mot de Fralft ais. Son. thowx lai fit done evpli*q r que Acauvais etAit ermi'*s Uattet 4c par confequent ennemi de la lliberte glenela.le qu"il
fallaii le tuer & que.Tour y parvenir plus" furement allaou e fichdrait i minute. au bourg de la Croix des bouquets avec le plus de toirs qu.51 pourrait' raflembler,, & qularrlive A :krait ce'rner It's cares, & tirerait un, coup de piftolet & qu!A te final l3eauvais &Aes autres homes de couleur fortL relents feraiftttousl' rg s, &quepourrecevoirlesderhi res Ifillrattio'ns de (on prophite Sonthonix .41som viendrait It lendemain le trouver for Phabitation, $ante.
Or it ad#int qae Mnterprefte hoinme julte traignant lefeigneur prevent Beauvais du complot. On attendit -done. fjaou qui at* :m=qua pas Ak dekendre & la montage de lbrt boune Icire. 'Oomine it 'tfavtrfait It bourg & 'k Cro'Oix de's bouquets -pour -aUtr tectvoir Us, dorniiies M"firu&i0tutt 1j,









agens eftmetme-,tems qelil declare dans fa prochmatio que les stiteurs; des troubles font de routes les couleurs. Peut-if wer ique cleft 'a Poccaftott de ]a rnott dEdouard qu,11 a prevenu le general ToulTaint 110uverture que Its hommcs de couleur voV. laient4frervi- Its Afrka-ins
iran a e ne Mintais
Edouard exp t, a dit fes Ures.
pa's de vivre je fervis d"infirument 'a des projects 4.
jaelles 'a Ja liberty. AW! malheureux Desfourneaux tu ral'u perdu."' $on repentir donna des regrtts mals ils furerti
inutiles,
Lilladam itailt un jeune h6mme intereXant par ton intelligence & Vair de t1oucedr qui cara&'rifait fa phyfionomie mais it ne tint pas aux careffes Perfides des delegues, il eut la fu*blefte. dq factifier fes frZres kfon advancement. Au refte it nlitait point ileve dans Its pr"i-cipesdt plus pur ripublicanlifine. It Pla
sy ,enr& vers ]a fin de e Paris Londres en 1792
w. dans la I eioti dlitn' levait Charmill
ewT I igres- qu y colon .40
Saint-Domingae. Comme o4 Vy voyadt de mauvais ceil par rapport a A couleur il prilt le pard dc fe 'fauver au epwi, neat e'ricain. Il sloffrit en quality de dome a
major tkoflaisnotfitne Jackfon marie a' la fille de M, Willingo
6 dent de la banque des ttats-Vnls Ilan des agents


b C'ne'di6tion Ide Sonthonax avant dlentreprendre cette ouvre 'Pit
A
on Fengagea Ao defeuners 11 confulta le coq. Son aide-de-camp qui avait 'rand f4im preftendit ve Faugure etait favora le,6 lb
On fe mit "a' table. Pendant qulon deJefimit, les troupes de
-Beautzw fe difpotZerent de mani'm tertir cells d-1,11aca cl) Cchec ; dix hfiliers ontre'rent dans la falle 'a manger & It coa fe mouton blanc 10 ge'ne'ral Aaoa & fon aidq-du-jamP parurent, ;& I armt e Afficalae w',en retourna dans Jes mores, Sonthonaxqui apprit cet eiveneraent fc mord't les I C'vres Ae Vaiint ,,de proclamation pour Vannoncer pa# m4me troia
Ak
demi japre. ,







36
government Britatn ique* Ce major on Vamena a Pitt*
ladelphim ou 'a Pinf5u, des perfonnes que fa bonne e'ducatiott le mett ik 'a rnehne, de fr quenter 1*1 Ila fervi lufqulau Mois de 'Mai 1796 ( v. s. 6poctue de Ion depart pour Ies Cayes. 11, Tut tre's bien accueilli dans la parties du Sud par tous les hom. mes de couleur. Tous semprefetent de lui kre tiles notam. ment Rigaud 'qui'le pla;a d'&'fon c' Reaucoup de per.
fonnes ont plawit A *eun6fc, & roit' i experience & Out fait .4es rfTorts inutiles pourle fauirer.
Si Pinchinat, en 1791 AcriYfa 3oo noirs a la rage'des fac. tieux du Porvaa-Princt ,- e % fti 41ant leur deportation -1U' I& baye &Honduras il fut MO'M9 barbare que les fa6tieux qui Its neyrent au We*
Mais pourquoi* le foi-difant amit des noirs Sonth onax, que 41e notmeatix itftehs portent 'a r6trogader Jufqu-,en4,, a-t-il oubli,*; quIR avalit connaiffance de cettte Ripulat'On en 1793 lorfqu'il fit de Pinchinati Un d6le'gue del la commiffion ? Pourquoi *11 Ila oublie, Parce que faifant Jour&liuli la guerre aux JI
homes del couleur it ne'dolit conferver, que les fo 11renirs ne-!t ceffiaires a fow- objet* Or Pwchinai eftant reconnu pour le to.. riphee de fes fre'res ayant vektt au. milieu d3rux depuis le com. mencement de la revolution n'ayant rien fait qullils nlayent approuve it senfuit qu'ils font tous auffi coupables que Iui & que Its noirs dans feur vcnggeance n"en solvent difliquer ancun,
Sonthonax n6 slexplique pas dans & proclamation mais it a. des commentators 'a fes -ordres. *WWI" 011 fait 111talien on a lu Marbiaevel : Sonthonax sen appercevra plus d2une fois avant d1arimer an bout de ceite analyze.
Les pr 'ets d1ind' enhance de P*nchm'at font: P, Dlavoir provoque du Cap, lors de la mitrion dont J"Ali flait connaitre Pobjet, la cowocation des aXemble'es primaries, & e6leffirales, dans le'Sud & 110ueft, afin que la France fut inftruite padres reprefentans du peupla de Saint-Domingue &- non par d'autre; iles dilapidations du monopole des vols, du defpotifme de k" 0 ".
Laveaux Sic de Perroud prote g6s & fallacies de 6onthonax.






87,
'2,*. Wavoir efti e'la depute, lui-Me" %_ $ d"avo*r afTezl, de Tunnepour Mendre la cianfe de fes fit'ires &- de'veloppcr la caufe & troubles. 30. De ti'avoir pas voulu fe mettre 11)us le gobelet de Ilefcamoteur Sonthonax. En quoli *11, a eu orandlort, cAr Oil cut etouG 'on Paurait PO.1peuf:mei.16- ontAcrrt!'. On auA
ralt meme grave une f4parba. 4-itaphe fur fa tomb%6.0 Enfuite pour diftraire la doultur pablique on auralt joue les marionDettes. Sonthonaxaurait fait pa'rai itre tine Afficaine jalonfe, qulon mprifonne pour avoir empoifonne !on amant & 'a qui des pantins font fon Proc C 's toat conime daus lit pileke intitulee, tchjj A general herrot,; & les fermiers des haWitations fiqueftrees fe fer11'ent ecr s, que inc-nieux Sonthonax coinme i
le v 0 Paimablehonime
nous amufe & fait nous faire oublier le PaZ6 1.
ja ne finirais pas fi je voulails de'velopper Paftuce qui caracte'rife routes les phrafes de la proclamation du z, Frim Sonthonax la. termite par un arru digne de, couronner

Dans cet arreke, .*1 rcnvoye 11examen definitif de PaTaire aes Cayes au Dire loire Executif-ck en tant que de befoin au Corps 'Le"giflatif. M:tls it quoi bon ce renvoi puif qulil a pro,& nonce lui-Meme en de'claralit faulTes & calom.nieufes les accu w factions porties par les dep-artemens- du Sud, & de I'Oueft en d6fignant les coupalles en declarant que la conduit de fes de.0 fe' g u C's & de Desfourneaux efl I'# Pahl de tout reprccbe. Que ne pronongait-jil une bonne fois la sentence ? Que ne condom. nait-il 'a ]a roue, ou 'a la guillotine les homes d'ane in.,, silence nuifible it fes projects ? 11 C111. vrai que cle't Cte un pea r1evoltant, & Sonthonax ne veat pas fortir de fon r6ledlim,partial. 11 announce au contraire qu1*1 envcrra copledes r;Lpports & cles pieces y relatives au, Diredoire Exekutif & an Corps Le"giflatif, obfetvant, comme de ra*fonle silence, fur Jes moyens qWil employers pour empe"Cher ceux qu'*l accuRe. ill6treentendus du Gouvernement.
It a envoye" fit proclamation en France, par une corvette iqui venait dlen arrived & dont il n1a pa',,-) permisqnnNqu1*_








page eommuniqu' avec les citoyens dti Cap MUM
at POU Sea-t.-iJ
pas pemis, de communication ? parce que parmi Ies cltoyens du Cap it Y avait des homes de coulcur qui auraiient" pu havarier ou icrlre que1ques lottres ati moinx fur-ce qui slitait Pairi dans cette ville.
sfeft agite' en toat fens pour obtenir- 1es deput6s du Su4
41
pris par Ilenneinx* Pourquoi ces d' at&. Iul tenaient-ils
tant a ccour, pourquoi hrukilWl A Striemawnt- de Its avoir en
Puitr nce ? Pourquoi -Tarce- Z que : de -,,deux chores Nile
ou 11 les aurait efcaftiotis 1 ou A les gurait envoys on France 4comme 'Cotifpiratevr.f. Le prenilier inoytn leur'coupait la, pa. idlv It second les re'dilifait 'a ne parlor que, tre's-tard; car oft fait que Pami Ttaguet a foin de retenir dans les ports Ies reupables qu* viennent de Saint-Domingue 'a fon adreft fans do-te afin de donner 'a Sonthonax It tems de fe procurer der mvens de Venfe., Pow Ic paffi, le Pre"fent 4: Pavenir.
Sonthonax a fait C"Hire en Germinal, -an 5em%, des reprifentaw, de, fon choix -au nonibre desquels -fo trouvent compare je I deja dit Pex.&lirru( Leborgue Chanlatte 2=ret alfid"', J*
Pourquoi pour miiettx catcher la verite pour prouver au Corpa Leogifladf, que It people eft on' ne peat plus content do Le. bo4rgue & Compagnie puifqu-lil Itur a confiefes plus chers
4A 4 L #--
int'rets. Veit par ces McfT6-urs que la France fera Uftruiti des tive"'nemens.
F.Ai Niv4fc, an 5 It citoyen Pelialer commandant de Mi.J.
,rago=e ape. ete, envoy aux Gonaives par le t neirzl Riv.. gowl, pour linfiruire le gt"Me'ral. Touffaint Louverture,2 descati1., 0
fes des troubles des Cayes & le preinunir, centre les artifices, &ane bande. de volcurs & de fadieux de"guif6s en philantro.. pes, itiv capitaine general Sonthonax fut inftruit par feg ef... Pi de cette demarche, fitlpede. Que fit-i'l ? il adrefa un Pa,* suet au general cemniandant au-x Gonaives en 11abien,
.* .0
Ce. du general Touiraint Louvcrture. Pans le m finie moment
Pact le plus 'heureux des hafards celul-,Cl,$ qui etait au Port. do-I)aix, oa il ivenait d'Appaifer des troubles lavait mande lo








89

g'On&A Bt:,dos pour le remplacer J* forte quT fe trouva ren* du aux Gunaiire avant le Aat uet de Sonthonax. Comme cc
'rt pct adreT6 au gin"ral Be'dos, on le lui envoy au Portde- Nix. (Ziie contenait'il Pordre dlarrcter ud 11ane nomm" pelktier cvena du Sud paur itorger les Par le plus hea,
reux des hazards enc-ora, lorfque 11'ardre renvoye du Port-de Paix aux Goaa'ivo arw,,,a dans ce denier lieu, le
Pelletier avalt remp i fa miffixtan & s-' taxit foudlu. QuIon j up du a fefpoir de SO11thQRa'XL de la taine qw% va Lire ev
Efant cet, artkb Mais puifqu'il efsk A fin pourquoli Wa-t-iL pas des alentours plus. difdets ?
Le nje'me citoyea, Pelleti andaut de Miragoane
etant payti de I)Ance-u'-Veau 'a la fia du mois de Pluvi6fe a&5 eme. ur fe tenure A Philadclpliie paffer de la' en
-- PO .. a I France
pie cs-piquantes contra Sonthonax
avcc une balic 4e ces tr' fes,
Delegiles'', Dabfourijeaux & toute la r -qudllc, le Diredeur 116ral encore initruit de cela par le canal d'une noinmeeGsifte 6-devant fervante de TvIde. Paya-a a i*cxit au miniftGerminal an 5 il JUi dePeint Pelletier non comme un charge' -' de-, depekhes xnal3 coinme UM lvokwr jui fe faave awc des 4willion'r le prie en grace de le faire arre'ter. On voit que Sonthoaax 'a tous-fes autr.-s talents fait au befohi jolindra celoi &-is ntC *timor:,*ofes car voila Peliletier infurgeur de noirs ea N ivo* ie change !en, voleur de millions dans It mois de Gtr4W Minal. fuivant d1un coup de fa bagut-Ate magiqae. 11 left IMI
bien dommaga que ce Pelletier qui ne fait pas, 4e lou,* ga; S PAufes diw- fies voyages &-1- fbit troupe' parii- pour I;' France-, lorrque la letter du magician Sonthonax a d4 arrived
*1 $ fe"t bica plus encore, qu'il neat fon adrefle il le ral I as
&6 pril par les, Anglais. Mais le Ciel vaills quelquefois, for
A A.
le fort- des opprimes Sc un certain je ne fais quoi me di qU7AU t-aonzient ou jlecrls il a partake la halle 4,ux million.'r 'eam le Diredoire & It Corps Leigillatif.
Te reviens a, Parrefte.
Pourquoi Sonthonax qui a, dMare Rigaud coup2ble, nc it 'N









4*6itue-vil pas -Nurquoi dans ce cas annonce-t".11 qu Al ve t., "
correfpondra qulavec l"Ammi1tradon h municlipalite & 14 tribunaux du Sud ?,w-Patme que ne pouvant pas fe diffimultr quo Rigaud Coaferve le commandement par ]a voion e** da people
i ir S6 agens 'e
it e ayer de le rendre nul. 4iront au peui
du "Siid Les Repraentans 4 la Nation -Fra.1jaile ont pArle
ils wous indquent affiez d- e ne pas reconnettre Rigaud mus nous expufons en ne xempliffaut pas: fon' 4mu. Le fuc,
icts: do cette manmav re eft -felon Sot onai-j d1autant plu."* probable que 11impunite' de fa coneduite patTie -'doit faire pre** figer llim'punit6 de celle quIA a tenue- depuis fon return 'A Saint... 'Domingue meme par ccu-x qui rendent le- plu3 de jullice a Rigaud
Poivquoi Sonthonax autori;(e-t-d Ies haNitans du Sud 'a fe yettrer dans, les pays ,neutres-ou allies de 1a Republique ?par,, ce-qAt fait bien que Its homme3 foibles & ignorans regar.. 4tront ton authorization 6mme un ordre.* qu*une fois expa". wc's,* 'l. fira- f.Acile de -Ieur perfuader que cette dc'marche a lii" rite' 'Icur Wpartemcnt & que dans cette faufri, idt:e j ne COMPUnt plus far, le parti quiAs ont Amid o'Ine' ils fe reuniro.Ot aux de Sonthonax tk, front avec eux "choxUS dt calownies centre lei hopnme i dc coulcur. Cette Cmioration un au' re excellent effet; elle d*40
e department du Sud
Inwatra le nombre (lei d 'ftnfeurs da -d I* britt q"ue 1166-:Wt C',durie'., que kig-raud veat fe liver aux Angiais z fe-, confirmera peut-etre ., tar rkn A'eft oinis d;w's 1"Arre te pour mettre. '-'C'( epartementaux ab0150 oiftft w

t-t On n'A pas, tilili'*ic de Ja tendroffie qu'a puur luil la claWc Aes colons inc ara )les ,depuis qu"id f conduit 4'une P owcre quills croyeat'favorable 'a leurs vues*
'wa diralt a* ellt."ndre les abjyeurs de la fadion que cela depend de Rigaud, N't-IF-ce pas encore fe moquer & ruplic C.4 qui ruldva U fvxl ;o !a volvat







9
Al A*A,
C,,etj clans *cette vue q,,ae Sonthonax d' lare que Its fOMMO
dues tant par Pa'nienne qae par la touvelle adminlffration, ne Pourront e^tre acquxtt ei que -far le -,s:)Zt de Pagent central de
comptaWite rle"fident au Cap. 11 fait bien que les Ameo
ricains ne voudraL.ht pa.i aller chercher au Nalrd le p-ty1,.,.tn1-*Mt des carvifons qVils aurcient venues au Sad que pour evi..
ter cet wcoavement its- fe difPenferont dlentrer dans les ports de- ce derm"'er dtpartemepit 11 ere avfa jue les citoycns
craignant di;-. mouri I de falim lut enverront ks
OeJ touiAtrs &M la me^me vue de piller & & perdre to
pays qtOil gliffed eux go'neraux fa devotion entre Rligaud
Beauvais qu-il nla- pas pu brouliller & que fans dire un Ynoo.
de Rigaud qu'll n-*.i pas deftitu C' il rend les trol's ge'neraux dont 'I f *t mention, independans entr1eux. 11 fait que cette indg&.
1)! _-ndanee ni'6'ttra f(As la tnala de chacun la caifr de ?arrondlIV& ment conU 'a foncommandemeet- S.- qulil aura au, moins 10 rexettes de Ch.inlatte & de Alarltial Beffe d e*du&ion falite de leur comrnl ion.. car ces rneffieurs vwa fe recup #e* Wes portou yuWt ext Ailew; dms b re',z olufion 11 fait que cette indopendanct
exeltera Panibition que de, ambition naltra la jaloufle, de 1:1 ,aloufle, le difordre, du defordre la fubverfion du Sud & d* Mueft &-, le -triompbe des Anglais & que ceux-ci une fois
maltres de ces de"parternens, *11 aura raifon aux yeux de la France
Jz les homes de couleur commandant auront tort Ainfi que tout& leur eafw. Car A criera 'a ]a trahifon; de3 f4etieux & des, imbe'eilles le feconderoiit les veritabIcs agitat.aurs le's
r1tables traicres front des patriots imperturbable dans la ville du Cap.
Heureufement on C"t-e dupe ni do la proclamation da z3



Ce foat les exprefflons dont ils fe fervirent 'a la nouveffe_" tie leur nominatioRO







92
rrimalre ni Aes manceuvres des agens die, Sonthonax. TbLvtc, les' Commuties du Sud ont'form'ellevent reqqi le general PIlgauj de conferver le conimandernent & de renoneer 'a fon pri)*let de Partir pour la Fraxice le rendant reponrabIt. det heur.-I que, fon rtfis pourrait mcafionner. Lame-a'-V-eau, sailzt, Michel, le Petit-Goave le Grartd-Goave communes de
A
-10aeft annexe'e5 au S I adrefri la ineme requifit-lon.
Toates ayant le meme objet daw kur; arrat's je rrve borrie 'a, Cito aS*d I' C-dl
t;pporter celux des ye e a comintita es Cayes tn date Aujo Nivok an 5erne., 'on le troa-vera faus le NO. zo-C -*6 du Me
La reponfe da general Rigaud date le me mo*
eft fous le NO. it.
Sonthongx turieux a ces iditpofifions, da. refits de recevoir Mittial Beffie 'a Sakt-Louis & da rerrvoi de Chanlatte anre.s un court fejour jacmel AX4t prendre par Pi corfaires les blitimens Ame'ricains all=t dans IA par ie du Stid & les a condamne's fous preftexte quilts eftalent expedites pour des ports Aushi ; pritexte qui felon lai vaut bi-n niitwx que les exI'e"ditions les plus en r rle & tne me que les letters de recom
*gn&tion des conruls, de la republique aux tat -Unis. 11 It
Op6re' obtewr par la famine Ia jrahj( & que n'avajt:-pu opener
,Oit machiav fique f guinalre. fa cupi I e an
Mais les r6pablicains de ces contr6es depuls long-ttni ac-.
MIS -defrus d,-- ces tours
toatavses aux privations k font au
philantrotiques. Re'unis -Tar -1a hame de routes les tyrannies es murs de la le du Cat Pinfluence "Is ont eirconkrit dans I' VII
de Sonthonax ont Parche de routes parts centre les
Anjlais laifrint 'a ce M*GrAble con'(pirateur le foin 4e
r 'di er les relations de leurs vidoires. Le gentral Touffaint e ig, -da Mrbalai A
110avertur6 a fait 11importante, conque te Gran4s-Bois & du Cul-dc-Sac le gewAral B-, .-auvais- feconde par des troupes a uxinaires venues du Sad sleft empare" de Iufieurs poftes awy portes ,.C^Me du Fort-auTrinto* t e", IC Iew









neral Rigaul a dirigt5 centre jeremie ti-ne tou*vtjjc attlque jont Jes re'rultats nz font pas encore conaw'*' Voila" lebs flits les PtOjC6 d1q1-tPenjanC't6 0 0 A Nort
les vrats repabilicaltis de Saint-Damitnerac ne font n' dlafenf s
's d1ane ind'peiiidanct impoirible ni des eaws
Partl ail I e de L
ctuehar Ran+% -kZ nt' d,.*.s homm ',.5 indlgnes la liberate 113 ai, -atent fr 1
imtmt le gouvern,.. fi ai*s parcc que fba.
1- -t6ut favorable lo*a de
de" rur des pr'incitpes I
d re infidolles agens *1 s comp. I'laccafer des men6es at armawes e tcnt fur fa suffice St fed" btent de. ze*le pour lul' prouver Ituf devbueni znt Woques par les Anglals dans tous Ies ports da Sud ck. de I'Oaeft, Prives de toute erpike de fecours, envi, tonn..s de toute rorte d'ennemlis ils ont encore dcs veltources ,u il n'elt pas au paurmr d,,* Sonthonax d-.. leur enlew tftlources font leur fobr' 't' I-ear gueur, leur indompt6le energie & le climate que dlautres ne bravent pas mpunem6nt 11s conf rveront la colonitt 'a la Fran%-.e parce qulcn la lui confervant ils- confervent aufli leur Ebert Cc 110. 6rx pas apre's kpt ans de combats pour la conquerirl aprel fePt
'e N a
ans d"experlence de tous les Pitges S de toaes Les fourbarles qu'ils fe laifferont fubjuguer par be machiavOifMe. Or corno went veut-on que TAfricahi encore meurtti ties chaiwes do
A
I efclavao-e LA: Portant le nom de fon ci-devant maltre ravo I'Ur fa Poitrint: croL 'a ha volonte de refoeder fes dro.'.ts fi Pon attaque ilexiPtence de, Phomwe de coulear? Comment ve'ui 'On' quil doute de cette confirmation graduelle s ri C'eft 'a WISE*= qulou s---Ldrede pour Pex ekuter ? -Comment le goavemement slil i4n6tionnait par le silence ou par Pimpunite les a6tes cri nxinels dont I-un Pautre fe n1al o-ment 'a fi jufte fitre pourraivi-11 erpe.0

--ft 0-9*1 I'm en croit aux rapports les rIns reCens., le fr,,ere de A "*t'
ud a e Li tu%t- dan, atvaqis- lui meme ac 6






94
:rAr.Ae reftablir cette confiar'.Ce fur laquelle rep*fe la Cdiedtc dts poiritofflons Cloign e-'es des me'tropoles
Et que le gouverne,,ment ne s'y trompe pas fi 41ans les cir.
onft.-Inces aduelles il prermait des mefures. furceptPoles de reA mouithcr Ivs inquit-tudes fi au lieu d-envoyer a Saint-Domingue %*
,&s homes de, plix strangers a tout efprit de parti
chAtges de faira exe6cuter la.. conffitution fi en un ot att liew.2)r envoyer des armes ,des raumftions fl, y envoyak deg ,
4rwkcsou de faux philamropes; 4*1 ft it, I craindre que Ces noq %vel.les erreurt; nedonnafTent a' la defiance un carae*Zre pluq
-dange'rtux.--Mais le gouverilement.neroudra pas allumer me gaerre, civite genirale *1 1 1 ne voud.ra pas ouvrir aux Angl=1*3 quifont la routes Its portes de Saint-Domingue il ne vm,, dra pas que cetm colonic prcziede folt perulue fans return., Us dpe'rances des republicans pouvant fe changger au moinIrr figve allarmant m, une deffiance fans remede, il soccup,.E-ra Uniquement alljourdhui des moyens de raffurer Icons efprits.
Q.OC les Colop lancs deviennent julles; -qq" s deviennent finceres quTs ne fe repaiffient plus dufoldpoir de retablir leur anclen delpotifine quIlls fe de'fient des fourbes qui careffieraient par leurs aetcs Ou. JOA urs, la funeffle erreur o '13
I par leurs faitcO
font A* U Us apprennent slih iie le ftsvent pas eiieore
qwft c,fs f)tirbes de que'Lque mafque quliis fe cow;-zerit de que1que autoriW qulils folient revehas foot leurs plus graiids

A
les colons Manes au lieu de concourir eux-memes a Ugaiher les cultivatem du travail par Iclurs metic'es
to excufam par Icur silence les fomfttonnaiires publics qui en 41 "robent Jr. falair d "noncent avec coura-ge -tet abus ME= Arits concurrent eux-mbnes -a"' rendre leo noirs f ditieux 'a entreteAir Ie5 troubles a* prolonged leur propre wa"C'Ire. Wils I -, ict vowle's ]a tr
oyeiit la bonne f&* damu'C''r que les nors a ail.
les par des faCtions ailleurs repourtant les Anglais ne Peu.. vent pas fertill".1'er la terra en "e"me-tems, qu"I"Us fe leVent corare: le- dil-I-plIlateav-, cn wh-ae-teim q0t ls fotrt abuf, "It 'pur Its









ux en menie-tems jqu s :ombatzeut les eunemis de la patr"
Car les colons blanks doliveiat fe p 'ne trer d'UnIC Imrande ve"AW"s nt phis do. facilitii qti"b-:i
,::Ieel qiie Ve fclavaga fe d.0 I V it
nepeutle rekablir & fartout en malintemr la dwree ia Cit dt %
*Ant,.'.' 't de concourl;- 'a ;'on irre'vocable abolition. voix ele cet int ire^ t couvre dow: c elle de lears paflions 'qu'11i ne reveiwt 14us all lour emp!.re lorfque I;a p-dx
abtewile par lei niballtes vialeureux, citoyens qiellh calonizaient aura ran-i-en Lr fe fque fous la fauvc-r-artl
pas ha cultarc 1O.V
cle llaffe 'Iion des cultivatears quils aurant re, ,,onqulftt AS jouiront d'urv.:,, fortune itablie far catew bafe bien plas flattede poar les homes fenfibles & bien plus folide pour tolls I qu an
e
Valtnpreffig evanout Pour toul ours.$ II..'; verront (jue Ce neft p"ts 4a coideur Rawh. e que les noirs #Sv- k homes de couxur oat, proferit 'a Sa tit-Dornin,(;ue inais. Wan -le pr1eitere 'A tyraniiie
k4z- intrigues libertid&8 qatt dt tels ho;minci foot
Cia liberty.



'A L

IX