Histoire des désastres de Saint-Domingue

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Histoire des désastres de Saint-Domingue précédée d'un tableau du régime et des progrès de cette colonie, depuis sa fondation, jusqu'à l'époque de la révolution française : avec carte
Physical Description:
1 online resource (xii, 388 p., 1 folded leaf of plates) : map.
Language:
French
Creator:
Descourtilz, M. E ( Michel Etienne ), 1775-
Publisher:
Chez Garnery
Place of Publication:
Paris
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
1791 - 1804   ( fast )
Colonies   ( fast )
History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
Colonies -- France -- America   ( lcsh )
Haïti -- 1791-1804 (Révolution)   ( ram )
Colonies -- France -- Amérique   ( ram )
France   ( fast )
Haiti   ( fast )
Genre:
History   ( fast )
History.   ( fast )
non-fiction   ( marcgt )

Notes

General Note:
Title from PDF t.p. (LLMC Digital, viewed on Nov. 5, 2011)

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 759708486
ocn759708486
System ID:
AA00021668:00001

Table of Contents
    Front Matter
        Front Matter
    Title Page
        Title Page
    Avant-propos
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
    Introduction
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    Histoire des desastres de Saint-Domingue
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
    Histoire des desastres de Saint-Domingue, Depuis 1789 jusqu’a ce moment
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
    Table of Contents
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
Full Text

















This volume was donated to LLMC to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library





'HIS 0 1 R,


DES DtSASTRE.-$


"DE S,-AINTA-DOmINGUIEU'un ftUatu du regime_ et des pogras Jo cette ,,icolonio gle-puis sa fandation jusqul ripoque4e la V ,XC C A AT X-*



f Uortsm par* Magna fut* "fuis taliafaxido
7*e ret A lacryinlos,
11b. H.




A,' P A R I S

Chez G A x'x P, R x "'Libraire rue Serpente
No*7 oc,

Ill 1795)*





MON,

too,
A-V A N T X.O. S

u x L L E quait Cte la destiny& du platiryra
Q
nolnbic d'e'erits-1, dota la jutiltitude presqu in", nott, 1"Arable alinjente ou- Catigue depws cinq arts la enriositedu public a.-vide de s"inst'rai re etde
t
p6n 5" r e.,; causes iet ]a chattle des CIt6illellien'squi Pelivir-0111lent cette 'dee d6k0111*aCreall'te
lenij a d I u P, # 0
n Acharret, pas que )e ne hasarde e i offrir im nouvvl ouvrC.,g 1-m sera pent-ett*e plunge dans Poubli pro.6mA qtA t Elit J11stice des pi.e*ft mlers', 6L on le jljg d apr& ha mantere dont lot est t1laite wtat's (,IUI Pourroit, Varoltre cligr* de, qmItju'a.ccaei "Si 1,01i'veUt bien se penetrer d% toute I.Ittiportance, & la' mati6re et d"an sulet qui aura-, Ja moins le' prim et le n1i e-'Irite' de Ii nouveaute,
Mes' foibles talents" ne me permetteiit pas de briller par les races'dii st-vle, -e't d'orner rxion IOUVIaffe de ces, ima-mes fortes et, s6MI)res dontit e it suse 1 11 PUto e1ra"We C 11 a's 'n
eziptions et Ces )eInWre's 'toue an CS dont 14,
1 6 0 1& j .- I
is 't imaotmair
color* 1)roldiou& sur 'des faks es OU
emprtmte'S de ine"motres infid6les, a' 4it- qttelAft quefb*SL totIte ]a rePuPhon, decrivatns qw,
de se restreindredans les bones du
0 Souvent ooc T t
vral, ne se Sont, '"Pegi en traitant
des suiets s6rieiix et'im remew hiswriques., que
I aiag I'atti
parlor a 1. 10 e, et
de Onaf* net a ell) Ottvoir ]a senstbilite ne Pretends qu. au ine'rite.
# I e
de presenter au lecteur la v. r*t toute
entire leg frm'tsde" quel(Inexpelpence,.6-Je resultat Wobservations faitcs;mr le's lieuxet au centre des e'veLaemerls.
o o 0







Les fa*ts do'ntje me propose (Poffrir le eWe
-e sont pa, e a ISCIZC C 11-114S JR111es loppoine -it' s SS "'S
de's bords curol)ecitS. A- tra-N,-er. mi, ivittervalle !WSS' 11AXIV Se 41, 'Is 'Wout P-tt 11 1111 UJ 1 0, r I 'a t teption deja trop cat)t1v(i;e I es C tiel
IV$ proich 1' vt (ILL, 401 f 14 "'TC1 I i 1"'; z;0,11ce 1, licit
rue v se ut, ici i i on t cette
os; ("SSW a i IR) cis
jis"t-ri t
41 e 1, a so i i rce 'it A i-i o v. i t,-- dc Ic ]a France, essetal: S
i i i i e #des' b-, c1le de
son conitnerce et la colutwe 1,01i Llaitivii tale de 5a 081o,I'lLe*
t (1, e -v 6r, e M e 11
(1111"els qu ell aietit ete Pour tous Uutportance vt le 3resub'Lat, sor, '.t ivacs uv *otwvs Ott dont oil joiwo-*', du inouls Jes caus'.-'s l,'cn,chaTnemen t et la, coticlos*on. Cc, neit a, prop]..
-ineot parkr, qu -tine Te'daction- Sulvie (le note 'rises, dwis icette colon *e*--pendant tin selour d'un
--fissez, graxid nolitbre d'am'Dees., e!t qta wrinent. 11,11 tableau rapkle desn-tat lieu f S I tt Itont ru'*1716e et presqu aneanbe. Fom' de aarder le silence Pendant le cours, icle 14, p[ris odicuse tytarittie 11 IIA
e Well loiriu al le all qu'ct I C'I,)oq 'u.e ou wyous, ae la' v6rite' coinuic ityant h piercer dlc touts 'res discuss"
i)-arts -amexl&en t Ic sPrettj ic 10'nstcuch-int les coloilles et Aorsqve fa nomination a Mle C0111mission chuisto Jans le scin de la pvi'miestai
convention rationale it sa SOIRCI
tud t I 418SC41 de I'adoncir
e sur lev'r sort e le
me pertnit Wentrevott. Ale kjin tul, aver-tic'mohis malheurcu t et que to- t n otott pas perdu sans
A
resource. Co -Flatt litt prcsqu'auwAot ex6cu'te







qUe cor-,,qu. L ouvraae etoit term a s
li, 0
mots; mais un wyerlon etr*igourciwx
n g tn "rates C.'t, imittle"S inetit et quel ques ratso s e e n *'S (,Ie I enter
it Clevelo per -n. ont vas Pert i e Ires
P
psqti) dthixi au puliltC lleallmollis, 'It arrt.*,
vera encore a e e., co qua enve,
tem ps. Les- t '.n 1)
SOTI to U ours
6 n-,c
'PC e0etantd*v ,p ra es-dowl-t
it a v w t: e"tet 'p erin isd a se flattel*...
a f *o
Onles.s bt eiicoriart
ja voillawision. des col -5a
pte ime we
listielo On a setilerrien t ado stire
que J avols Ose Coinine Selille
el"e r iel-)l C-111,11 Dos repr'sentans
(lu peupile sont onvoyes t'lt, Sailit-ODOMMLUe 11
1 7 c, les nieille-t*es int""'iti ms
I)a llen t d t on aye e-I ,o
et a li a r a'' e's I i i s t r A Cams Solitelittes par uti arine."
ment formidable qta val don J ter tout I'appareil Ae la.fot co et de la, cal nale 'a une
uissance n vo
ISSI : a tie Vexper nce ml.1vait, faitto visafTer
combine ne divant etre farulie e stir lapmft
Cleace- et Ia- persuasion; j"a8tOLIS (IlU
sotivetur si recent Jut'lMs8e qtte tout, le 'Swc&
a esperer desormais (tUe Ie frol.t,
dc laslagi(mel c-t de'lliabilefe (Vult on Dlusicurs
III)IIIIll"es qui, plus ens bles a ]a gtoire, qu z't. I'al
ct (a;ll.tedu (lal-wer Se v'roiertt g( n6revseme'n.-t
I vo-ties. ii'Valternative je 'a er Sa*nt,- DO
111111111le on d'y' perm
Mlais H a,'t' autr"emen eii., e t o donn6. De nouvetles victime$ ront ekr4 'Jarwe es &ms ce goaffro, (jut, 'tie ur
avidie d(Ill Vespke curopeei-me,, le- 're r
us -ra a tant cle millers d'ho
Vas Cle ce. qu 11 tril e$
qui a 01 10ut--,Is I d atis. 'de,31 temps moms mal-M&
au n "liett bond
-a ance, quloft'
a






lij
osero se ttre e, allce les
vcmix qtie j-ef )rme Pwir ml Patrie et pout. Slim.,* Domin"Crue L-j.qrte 10141 relivesettu it)
execrable'et toU.j()ULrs,.empruSSee des inlri.PnS Re l*exsj)oir, ft nd
daLlime enfin. ne pas laiss*% lllr 1*11ittl 0 surun mewcur avimn
Le laps de-temps a dh amener d(vs chanaeIneos et a Swrt r au it egere mo(Alfla etat oii ctoient lei chooses Uon "a V61)oqu- a
i Aie cet outrage fia secret. Quelquvs obserNations qm se, trouveut tlans Pintro uct"jon, ont
It # # A., 4 6 ?
3)u viemir., Oll deventr 11111tiles 1111411S le it, Y chan.0 gerat m ne retranchera iI, un J'ai dit d-an N11trodue.tion ecrite l.ong-te)ups, avant les journeys da ;m germinal ct-de prairia.1 que Paffi-rux lerrod s ur la tdte
Trsnzetenoltsespozowards suspend s
des malheurellix .4merz*caz*ns. jelne me
d 6 Xtra *1 pas.. 111,C1110 aujourd".1 u* (z..5 pralrial)
#
Uelque salt le. nwntbr- 'd t9tVS collpees 4 cette I ydre infernale'. to"lltes lle, e Slont P" le terro1111STIle eXiste ellcore I 'Xistera -tan t Ju on verra
# n4 lie I
e mvp u i innocence opprinjee et de Y1,18- bri o ands, assis dans Itz ch a'ise curule. 0 0
n
tcmps ne son nes St les2,
S erites
Aconstances se sont un pe-ti adou.cle e s ""ur' d-; ns toute
ttill y sont enoncees existet t toulO S tl
4, 1 4 P
et les rinaux (Itil "y Sont devvies 11 Wit eu encore d'autre ad Otle *mse In (I'll t qu'une Iticur d**eq)'eraitce dollt riett ne xantit le succe's, et d 6j-1t il 4 st 1)iett tie.
lors(Itic leS,- awe4 LIC -de
JIC)titer u rs o ix coulp., es
Ollt et-1C
tant de fOrfaits. 4s ore libres, tt
et pitissatis six mots, allies ]a formation de
Collialisslorl Clia'r ,e d'examiner leur conlo







On doit observer que, le tableau qui preWde 1"historiq[tie des dern tet-s eveiternens arriv..,...'
g(" 0 e t qu'I -we ytelqqes
Saint Domm I ren't I
d4tal'..s Sur le Ileallae et les accro'lksenit:11s do la colome fitt Lut sur les llettx t et qt)e I e suis sens6 J"ecrI"re.,.davs Jes teit!,ps ftoj-i,, sans Xutie'
A I
CtjtL,;e
hetiretise' tranqtjflfite Ce t ble te
*1 -L n rail d t pp- C-111'elit Trials
ti Ae a" Plus 0 16velo
pourqu"-A, trol S t-i esan.tt r mir tlails, q UA
P PP
ne solit Prorwes,.,quca re,,vei tier, d Inut'Ifies I*e ict dolit fe souverAir doi.tZitre ranur4 (lesottijais au 11 104-11 des ch'w&es ? Je itie sumq miferine da'ns. les bones de ce qui &csit im-lispensablement necessane a I'instI'Uw*()n dti lecteur et pon le mettre en et at, par une te ve 60nnow-'tance U
b
passe' do compare elt de Voer des faits "et des evencinens q"i smveiit'.
Lavaude historique commence a 119poqii,e do I a reyolufiott de 10'() 4et est exind-ttitib itistitl a, Celle ,ae la formation d e IA des
colonies, charae"'c de netto er les d uries X.4uZ)
gi as leXft"fleI'll Jjje.S Vechere'l e '1,' our
iscruter darts letir sonrco les pra*lcipes' dc tant de itidhe-ars tie s etendlrcint pas, Aes
bomes Ae &lifft Dofh ;611110'ue et ic iie co-tirrai

f a's les ri, tjuevs cen1claerchant tL suivm -a travers es, met'-s IcA fit d'Ariadne do re'vet'ller imprudeminent I'al-11111josh'. et- les passion 8 Oll petit nombre de n.4dirrophiles, phikntl POS Ct"C' Ctc
A*
qui Wont pas ete erases so"S les rtilftes-cm ils
A -0 0) 1 1111110
occastonri6t etit OlUIX-11-jertles ell Eu, 0ev knieri(I've. 141 11"entl.e PaS41'1011 j)'tts dapsmoft plart deparler des matheu rs de ta Marti-ri L, V t to et dela de'sa's"trevse c(-"M(jUe'te de- h d que le ;obln Victor Hu







tiobes-merre-et di o 4 d'h b le m c4m o re Opposant isti ferocite et le couraow invaictme
e Pol ft6e 'Cle repubilcmi ennell1r.quil
g A
leTl e.,olt rend-tt moave, est parve.Pu Z14revotu.t1ophe'l ext "Cotilevant les escla-ves et en Misant
a es sous e -)Iztz
les in Itr I fe r d e La
faissee I-' d-'a u tres Le'diol.vs Impartlaux et lid6les it retracer-%ces vi oires souillee's par les pluls epol-MITItables exce"Ss a dont le 16)"ilit Se b6me a r erouler I nt les
de tri"tes decmn6 es, Wttutres d li-ttrigues qui du Seln de Itt ineltropple, Ont Am* es et &B
loulevers les nt le d elicPPC
wen t fbilmira des matertaux interessans pour I "ItIstolre de, la Re'Vi6lution frangaise. Residant "a Seme ccnts Iietles je ue peux paler que de ce qui ef- St Passe sous me$ Ircux et ul attacha t h mon.
r4li e, i ees
e t: e n fe, I colmonreles cases "lo*gn
que st-').rumairemont., izt er racoutant leurs terTt el etj
IA es effects. Soliventle lect i r arcourant les affireux eve nemens passe's'a Saint- -0111*tlgue 0101V.-I entenf-Ire, reuh de ceux dwitlai France
tt, le"t'lleAtre it et sera' a whae de & re Ae fr'
i(Itletos rapproctiemens. Ce ra rit _avelc
t Ouv Oe eel
-le ivlt aion 11, a 60 -eu pour IL)*
p! o, n,,ejn t 0 jet que
de tri tior los, elletilp priticipaux satts y 48 in'sodlques oires
-i e ll tai et access
ii --.er atic 'it des
$1 propresi a y repatidre quelqu* mr6&ent, et h 'e" t 6te faCile:
en adwic*r J seehe"resse I[ m It
s raits-,
orm r mes te en y entre e'ant de t
touchalis d 6 -ma 11'st d s in al b eu rs
txsolft des Secours de la fluton Pour exc*flw I& ptus vif intlove*t, 'Als a Ine, Sills, tit aftac io a mon sujCt
priticipal, ct I -at an atolls lager! i ci Xa'01r 1,11110 1 oil,



JV







ordinwre 41c parler,,de soI IF19MO, et qui eut ete exciv able dans un hoftilife, 0111 a fle P1 r
diiL--ecteAmis A
veneint"11S. Q11. if 6"
du mc)ins' de ceoder, an instant ict a, 1"a It- t e 11 J; I S C, ment que "Plouve, ati so
0 0
aclial une )o
,j ari ej oouse, et dCux
I u --de's R-1 I'll 1,111elS
nfins dont naquit au wMe'
de I111 dou de t7ll et4. t
saps- autre scours' que Diem et la'natvr U
311i'llic-a dcsfbts ties mers dia .11 Ord pe1141111 ullliv er
1(0Cest I ails 1110,1 Sahl't
et, Cc 'Lit 0G#c,*A 1011 ter&*
rible deux &entre*ax scOl" rent de lcursawy leUr attaC,11elnent Ct,,Je & leur tueP Ctj)cr-trcjrt pour nous sauvert,
ce Som ux qui Turelt t antrefo s ht
quiP a trav reles boig, et lcs'pliis ho-11-if-Aestanoo,
'Ale A 0
gers atial rent e Wcument sur,
sequel j'osal file collifne" lihm uir en jrjurope c 'a leur atupiu- e devoi quclqueq,d cbris pour substanter i a riamille tvals I& bar1-Y au -- ne, de I I-e(lutsittons m a impt 'I
t T)Ieve ces juices resswirc s e
goitids;tt'Attieriqttc-avotelit 6,paran#es I rieste p1jus que mon in teressante fau&le et
derniur rch-ill"(* des 111alfieur6ii-x-, lles f)erapce ei'licol, e 1110-1 Is des"(4, L# c a 8 aUS-0 ft*re !a (A 'iter, -1. c
A CL. altmei -#Sf-)rtt de'
de P, I.Lt* N c Ian it prol-i c
accuo 110 Pe t j,"v- o i r ootw7ol)jet ic -1j,
le It c
1-1 ai MAIIIeTtreV 9,,3 1 u rri t r e4 i i c- 6 n t r e"' que t1r&--;r,-1re1ne4jt j S i
Waccorder des
V, O!Ws JAVIPS
d
(It t tj
it I l"'OAIJOUrs tout, r v







irn;a1heur es tem t des c1rconstances dalis
Ue eAt 't 1 d*fficlfle -de 'rester exempt de
lesq fles
J# 11'agention a.
totit, rer, roche # et si I haigre toute
&*ter Je nowiner Ies wdlVIOUS.4 en atd6signe que I qu es-uin s a-t *y forc6 par des, dro-Its r la #dWWrer in
bien tue'rites et pa ece'sc
te
march et Jat*Jer autant au il est possible., ZL I Mtelligerce des faits. Jai MIS en tete de I'onAl vr hL carte d. 1"sle de Saint- Donnwo e que
Z
-propre a wie fa -isir la Onnolsai cru ire sa,
sance des evencl t par le m, o-yen de la
quelled il sera faci I s suifre pas.-A-pas.,
11 ne ujek4 reste v us. qulk suppHer le lecteur
M41 IL
de I se idppeer constaniment le sentiment qui a dicte cet ouvraae et dAtre indute t Potir le styl e et pour des incorrectioqs (wV,. 'Peuvent
avoir rnanqu6 d7khapper k u e confila
depuls si long..tevapt ate 1M teu &6 montatynes
A
Ai L qAjr, ri eut )aaxais
de Saint, Doni'9gW
PretelAtion, au w(' *--it# iiit&fure.














INTRODUCTION





ON






Yew
z: L C-4-wantomy tie ri aitt v ie Weo au i,'Ieilex Ouat a que ve,


-, k,
-fie,
AL



Walle tle r- ,L au -41



























dA*
Rio PRO'!, u A A6 *ja

ff 7tZ rp& vvf

L4,e R T t jj
j AI raw

/%6
4L
PL 16 'ann 4h


ceo e
-MoAffiza-re et -A
C.

de ills.
"All

e

4A.




lye
04 ;,,+ ate
ixih&

tj t;4-MVj.P "Op'. yw vlee
C 41
All

r4
-Beatt
--.Effaw V M M -tA JIM,All






IL ort"

elk
N
N'T R 0 : 1""''C "'10 ,

DJE. tous le6 grand' henernens' qut* ont goo
marque r6poque jain ais m4morable de la revolation franOge il n'en e'toit pas de'plus remarquables de plus -cli A tre ap rofojadis
que les troubles. qui ont,acrit6 et qui -sVent encore le's'colo*6s'fran aises des Antilles. De ,tous les, criLmes -qui ont en que1que sorte ternli

" eclat dont est ciiavironn6 le' berceau -de la plus m estueuse r6piiblique da mond e' ancient et moderne de tou es' les places qte la scOdratemsd et la :t' CaUs.
pervprsit ees a la France J. il n'-e
est pas de plus Affieu's6s, de plui's sab la' de p lus difficlks, 4: deatmer que les malheurs
_interro U,
qui, aprh u-ne suite zion' mp e &hordribles' convulse* nt pres'ue toiAlement an$
du moins pour elle, la Pluolbrissantede ses possessions. Par' quelled fatality' apT4 une experience de cinq annexes et an moinent. mgme. ou tons les 'maux: de la Prance sout mis
de'cou'vert qu el aveugl low
par ement incon ce
vable sloppupe-t-on & pe*e d'an des plus terrible quelled ait 6prouv6s de celui* pe'ut -; eAtre q'uimenace le plus Airectement Rt ft pros'06riti et son existence Soit qu'on,. ignore encore que ces







Inaux sont leur comble solt qu'on les alk uAis moins pressans que ceux qui paroissent SOO
Int6resser *,s d*rectement ]a soffic1-tude natiotv IV
vale 'a pewe dai*gne.*t-on 'se' souvenir enfin qu'4 exTste'une colonize fran al4e de Sa*nt-11)04W
A
U110gue eine sonae t- on 'a apptiquer
p
remMe aux infortunes qui Ia,. d6soleAlt. Maii I quelled 6poqu'e! lur'sqwii n1ei"t est, plus temps peut-hre. Que c! orter un remedo?'.
IS-je) P
*-h of q'el est celu' dont on pourrait fair... usage lorsque Ia plai*e n!est seuleuient pas sond6e "et
I A
qu on, ne connoit Meme pas encore sa nature et velle en est la'profondeur. Quoi Ia colonies 4e Saint-Domingue etoit--elle douc si i*gnoree OU paroissoit-eIII&d"une importance sl* m4di*ocre., que le b rui*t de ses malheurs'ai't i petne penetre en Europe ou n'-y dAt Ctre accueilll" qu'ayec ind'Sirence P., Ruit cents vaisseaux, et vinat riffle matelots annuellement et sans interow .3
eruption employes par elle, un.'commerce de'
4oo" m*11 n une balance de '8o millions avec i etran aer les manufactures nat'onaleq viviue4s une multitude- de. bras iju'elle sexile mettait e'n niouvement a' sein de Ia. Francep qmiui cievoit Presque toute sa splendear, 6toipentm
9 0
*ls des a-vantanres si minces qu % on ptAt envisaal C; r Xua cail sec et "insouciant Ia perte dont -on C'toit






3
menac et qu-*il soit ptrm*s de vavetlgler aivol,
ourd'llui sur la grandeur de celleqvt'*,on a fa'te i Et C'est res, cinq annexes de m 'dita.,
Pourtant ap
tions et de connoissanceo acqwses dangle g and I l*yre clu malheur et de P.expe'rience qu On, se trotive 6neore re'duit 'a se demanded quels sont donc les, inaux qui ont afllige Saint'DoniingTle quelles en sont les causes. $ et quet rent de *1 ,seroitmekej.l saire J'y apporter L'Ilistoiro de cette cotcmwie nletoit pas .5* e trang(ke -1 celle
A
d.elaFrancequ"*llft td*lffie'lledereconnnoitre$' aux traits qui lit caracterisen-t, son analogle av' c elle n on,
-etquelare'volutio cok''We' l-fto*t tine des consequences' iney4ables de la r6'01 z1on francim'se. Mal's la' comme lcl 0 de miserablea, intr1aang regard&ent les, tr'bubles et la confue.
t)
#
tort comme leur patrimoine'; la" its S, SO c6rente'galewent d-lattiser le feutle la disic 6"rde de provoquer le choc des passions, ct. de S Parer'des wouvemens irregulicrs d"Un POUPle leve pour ses droits ou pour conqu&ir sa liberte. Lees hom ines qu* ont, 4ans ces deiiiiers temps inonde la Prance de sa-ng sopl ler, ingmes-, ou Wavoient pas -un but dlffiren4 de ceuxqux, aSaint-Domingue se sont 4galem'ent baigne's dans celu-i des, blanco, q i'ils avclient jure' d'exterminer et des notrs qu-ns pr6te A
A








4,tre venus f'endre- 'a la libe t'e. Si" les Complot$ t 'breux des
ene premiers ennemis de la re'vol'tiou
6bauch6rent-Iles de'sastres de cette crolome dans Pesperahce d'bte r 'a la, France un de ses plus puissans,,, SOULI"Ins.0 le Projet infernal d'aneantir le' cominerce &0 ruiner les richest
4
cl-texasp'rer le pativre, en pcaro'-issant ioa faire
our I ti' it le comble et futincontestabk inent, -en AmeFi*que une des ramifications de, Vaffreqx syste^me qui a fatlli f ire4e la France un Objet non moins' d6plorable. que celui q 'offre aujourd'hui cette isle Malheureuse. Vo*lh ce AxCon ignore ce qu'on profit "a pehie toumonaero Le 'rhne terrasse' en Europe, est cncore triompbant au-dela'des mers., et rnenace. (I'engloutir les debris ekhapp'e's h ses fureurs.
Le r4 ne de la Justice se retablit Sur tous ICS Pol lit sagesse *de la Co, ventio a
*tits de la France
national s'einpresso de dcatriser les blessures profondes que des sceIe'rats, 1w ont states ,, dlu moins qui lele voile s coavro t est enti6rewerit
fleciure *a Ies' inaux seuls que Sain t- Domingue a soufferts sem'blent &re encore mconnuS on en soupqonne a peme Pe'tendue, et le rem6de qu'll seroit instant dy appliques parott d"autant plus 41oigne _I q ue le jugement est en-c-ore en suspends ourdeteranner (I-aeI6 sont les wa's





(5)
voupables les vrais auteurs do ses desastres. Les te"ne"bres dont 1',*nsoi;,W*ance et le critneont enve Jopp6 I'llistoire d s derniors e tel)'Vs,
Colonle Sontloelles done Ai. 6 Pfaisses qui*l Solk difficile ou mAnie i m possible de distbilriker- de P 9A* ibles cult*vateurs d ayecAes bri ands aS$a-' sins e incendiaries les v 0 ahne cj"avec Jcurs bourreaux ; des infortunes's quiotit tout perclu, )usqu'a' Jesp&ance, 4 avec des sc'116ratsvrges $; *Y ;tant.&
de sane 'et de richesse, P d,-onc
balanIcer entre le'sdestrudeurs d'une deaforisto exxtre. de&,ho 'eslut
-vifles du monde MW
ont tari,-par le f-er et le feu la plus, abo- 14nte source des rit-Icsses do la France,,, et xgn, ers en ujft instant le mervellIeux edifice que I& main industries de lthomme avoitmis deUXIS1,6*64 'leyer ? ,y a t -it "a balaij er i -je rit de C 4*s e! _re
are et, un p uple jentx*e rt:, diDP t ,.un e
inoitie -a r v MU
-pe i ict* e, & tant cle forfaitst'', Ao nt r4fug*k sur une terre strange ee'A 666Minie dangles deuxlhemisph6rles' yvit dese P6.r6e-,
-et sans resource ? funeste.,,vt d6plorable, ert tude (vi Wem 'che pas .,Peut-e'tr'e' o 3le P lu,
soupqonneetq1qe 1, imagination ne, commence) a evibrasser toute I'6ten-due do m aux afireux, que cheque instant agoraveet ren d dephis en, plu irrem4diaWes,; m4is qni,,iie permit pas lueuie A.3






laquelle on -y doit mettrt uAtertn&,, encore moins e *ILSSUre d'avance tle Veffieae44 dies" mioyeng Ploy&
qui seront em
Uiie'r-ghoso singuh4m et *non moms, a
:geayma, t'es't qu.e ersonne ia ait, entrepris Ze better que1que jour suLr une question- si imporuntie et don't 'le resultat Jinteressela France n fit're w e n e dis pas: dans, ces temps affreux e e I rime
O.h PArler le 1, awgage, de1a -v'rit &o*t -tin c u4misstble; mais depuls cjue la tyrannic ayant rM accabl& S ons le *8 ruins dont ell e s'koit en.,
# 0 1 i I 1 0 A AVxtomi&, 1'hornme)ustepentselivrersa*nscraime UI Moreitude h lla w o u'r de la Patric et prowrer Int6rAtS
1ardimen't tout'ce q ylil 6roit wile-W ses 1 e4et sa prospgrhe; ,depuisenfin que la Convention,
_nat4 416.9 de remecier awt maux
Fra nc 'e !a! paru porter particuUremen't son -,attent on sur telat% qui 1-u i ont eke? fait$ 4dan's ises comes, et tcnomtne wie commission daps 8611, "Sei ,,, pour decottvfir le fil d"time i tr
J, 4e, le't qu6 le crime
gue ti op Im'"ig --te mp"s (igtjor a Jasqtvim enyel6op& alunNoile 6.--ngs ,
i pon 'trable.. De tant in e 'd v6mo ns oculaire n'!F en avoivi*l ancluit capable de- porter lio fla ,beau de la v6nft6,dans ce daale obseur.,- et de renverseir en -son norn 1) f difi' e fantastik qu'e aev6 'je Parmil
par e mensoqq_ et par, calomn





Aw





7
tant d'envoyis Charg4s do venir Implorer Ics secours de la m4tropole, A favenr de la plus belle de ses possessions, un seat n"a-t-ifl pu tirer jus*V qu'aujour'd'hill' k ri dean qui ouvre les &6netw Tnens -et en peinare routes les horreurs &Une4 main ferme etimpartiale? Je n"ai cu clonn oissance, jusqu'*C* que, de d6clamations Vaolues 11 .. de d4w nonclations incoherentes, appuyees de faits Yra S
A
on .1warde's, et impri gne-es dece't',e s'prit de baine et de fareur qui. excite ]a deAtince suspend id jagempnt et auquefl'homme *uste, i ne,
inanee*& 8tre -eciairo ne peat. accorded saconflance, Ce si opt de's' homes coup&bles, d"au-*tres parmi lesqucls A s'en t r
-onve qu-* no -sont.
p s exempts de tout reprocbe qui s accablent reciproquerneP-t, I Jes ptus"odiewes impuia'tions.
C

11 est que trop certftine uttes y reppndent par des -recrinlinatlotls et des accusations babloo lenient Calcul4es-, a presenters dun e it I ani6re specieuse, Les faits, dej;4, colnbus a dont on ne
-petit plus outer parferoien t assez et sbrotent suffisans pour rancher I-a' difficult et dechirer le m;isque dont, le's vrais. cou P;ables Se cou 'Yrem.
sl depuis cinq ans P tri I sce16ratesse 31 etoient parvenu, catcher constammeln t le fil quiconduit "a prayers. les'deptours'tortueux de cia
A






labyrInthe lo- t n At A, ient te'lcmf nt C i d4natarer les 6venemens ct empgcher quIls., fulssent envisages sous leur vra,*t Point de vue qulau Moment o-h la colonic de Saint.-Domingue est presqu entiWeinent ei 61outic dans Pabtme o
*Is Pont pr6 *pit e et d7o toute la puissance bum ain e tentera bientO t en vain de I a tetirer qu'en ce m me moment,, dis-je-,O I'histoire -de se, xnalheurs est Phis obscure pour les Fran =&.-que celle de la revolution de Po'logne, elt qu"au -lieu de re'clanier bautement'secours ot. assistance pour cette important paxtk de la r6publique fran ai-m se., on se repalt avec security de coutes absurde chitneri ques esp6mnces qui. I oin d'Atre 110 a i I 'ent adoptees par, les, hotn'nies ins"M us egerem
traits,,,, ne son. a leurs yeux qu'une preuve do, plus de 1 ignorance funeste ouPon est, sur les,',. &6nemens vfde ]a lenteur qu$on in'ettra "a en prevenir tristes re'sultats, en'supposant meme qu enfin on s'en occupy. Mais comment Ja 'France n avroit-elle pas e'te'trompee sur la sitar tion de ses colonies, elle qui Va6te'si cruellement sur celle de ses, contre'es inte'rieures 10 Comment S unaginer d"aillcurs que des possessions fameuSes par leurs richesses ne deylendroient pas ]a' Troic du crime let du brigandage qui 19ont d6sQ-,, '14e elle-mtM-e
't Ilk





9
TJ "nt,*Ion alletoenne et rxi albetir ouse et
]a precipitation avec laqtielle tout.es. les dise'us,^ sions qui concernment les affakes des colo i furen*t de tout temps tra*t4(-I.-s "e no sont pas une des moins puissante$ ContribOrent "a, ses mallwurs. M*ntrigue et Perre'ur provoquerent o r6rent es d Ics phis
u, ding I ec-IsIOTIS
importance; et81 (Iq.nS le arand nottibre I*] on est que1ques'unes qw etissent pu, o "rer le, bien Pe
elles furent i fo'blenjent soutenues qu'elles nd' prodvisirent aucun efi&, et qu.e solvent mA=O, loin d'4tte*ndre le but q n'won S etoit proposed elles devinrent -une nouvelleist-gtIrce- do ='Iheurs, Parce quo n.'Pckant accompagnees Xavcun des moyens propres a vaincre 12espri*t d"oppositioti et --a reprimer J a matveillan'e elles lie servire.nt qu a attiser.lo 'feu de la discord c't a'redovbler la furcur de Clelux qu* avo'ent I*InIt6r9t 'a p'erpetuer ces -troubles et Ces deckiremers., Vincertikude de Passemblee c-onstituante su'r lo'part* au uol elle" devol't sattacher irr&ocablement. et, la';4'Vver.* satitite' d-6- ses -de'cret's, lesplus, fa
restles effects ''et can flattant tour-a tour Jps far-,tions qui di'visoient )a colonic Isfircat
n- I.C.11 S L
A
aucune, et crIeuserent iiiselis*bktnent l"'*aAn-Me dans I equel C) le- r e tarda- *p'
pas ,-t e'tre preci joe.
Sans M etendre ici sur t u e S C is tOU4"
S 'CI-Ct fn






chart Jes colonies je Wen citerai particullIre-tv ment quetrols, qui fond6s sur des principles
*bsolument, opposes, ne rern6di&ent k aucun =al., et concoururent au, contraire 4galexnen t a exalter le's passions, et developer les, causes qui ont pouse4 Saint-Doiningue Yers sa ruine iotale. Le clecret du 0 ma'I 1791-, destructenr A'un pr6jucre q 'de hoin 'me de b
:ue s mes we onnefbi regardolent, d'apr& une longue expe'riences, corame le fondement le plus iolide de Ve !. itence des cololies., eAt pu, s'll avoit eltef accomal* ipagn6&iin. apparel proportionn6 'a son imp'ortance, conciflier des hoses qui avoient paru )-ti sqn!alo's M*compatibles ramener les esprits -1 deS idies plus shines, et'les diriger vLvs un cei itre c6mmun et propre hL les, satisfaire tons. Mai' It A
'I"O.Pposition qu'6prouvi ce secret, meine au-sein 4e I'Assembliehationale, et Ia' foibles:_ie desinesures pris e s pour son ex6cution., ne firent quo 1,6s aigrir,' et Ioin de dissoudre les' or,,i nes resensenfirent craindre de ptus terrible pour I$ayenir.
Le d4ret da 24 septembre 6mis par ]a nigme 9,Ssemblee fond' sur des p1rincipes diatne'trale ment opposes, ar iva au moins troptard et acheVa de tout perdre. Parvenu h, StLint -DoIningue au inoment, oiL cette colonle ,toit agit6e par






dthorribIes conyulAons, il fut reSu presque avoc
0
i.ndi ff6rence par la classes des blanco, dont 11 flat* tolt les idees orgueffleuses mais que le xna1heur et i1exp6r*ence avotent de'ja icor*gis et wrendus pluo I ustes ;et i I exaspem les, b ommes de COU.leur (Itl t,, parvenus a acqugrir quelqu'infiuence -, n4etoient ricii moms, que disposes r6trdar-ade-t et a peidre ext un in stant le fr q it de tant d efforts.; iiid( #pivndain ment de la certitude queleurs implar, fo Ca[Acs crinemis unetols redevenus Itsmadtres ot les arb' tres. de leur sort ne manquerwent pas CIO 6 ca, preva'toir pour tirer une "vengeance terrioie de le'_w-s 1"Orfifts,
Le &-' 'cret du 4' a-yril i7q.,2; 'prononoe plar 10 As'. Sent'1A 41 legislative et qui eml)rasso't PextAmit6
slit "ago ava pas le "al, f-otau"MOIDS
"rem 1 a aucun epo
qti(-- 11's secrets prGWdens, a'ayoient pu preyewrf Tout, enter en faveu'r d'es ,mttlltres les -bIantsl
4)
n, y Virexit q U'une re'dorallpense accordk aux on-* illes affreux'dont Hs avoient 6-te les victimeq et
0
les preiniers., enorgueilliq par leurs suci: ne bornoiem d6ja plus leumpr6teritions aux ,droits qui leur etoient acc, ord6s Par 111oi'., alnetoieat rien moins que disposes I, s'', co A foriuer A M de Cret quio tout favorable q-4 11 leur' dt-oit Jes ramenoit dans des bones plu *uste ,, q i et ut ie






c.onvenoientaeja plus leur orgueR et leurs
-esp6rances.
Les, inalheurs qui ne 'ess erent d'aller en crow* sant ne prouv&ent que trop Vinwilite' de ces 41*56rentes mesu',res iansl en excepter- la dern1*6re doilt tous les h6mmes sages et' &Iair6s par'
0
rexp6nence avotent enfin sent''la n6cessit' wais que trop de retarde-ment ayoit malheureusement rendue linteinPeStIve,
Enfin -la France fit les Plus grand sacrifices, et env anx Antilles
Oja en 1792, des vaisseawx:,
une arm6eA"lite, et des scours itamenses en arLyent et, cn munitions de toute espeke. Mail
U
it etolk 4crit-dans le-livre des destinies, .. que ces scours, e- f-fica ces, et desquelz on etoit en droit de tout Tattendre semblables 'a I'armeqWon lasso dans les mains Xuw fu'rienx et imprudemmeiit covu6s h la pery' rs't '-, et, "a la tnalv(Allance de nenaroient un inoy-en., de -plus de dest nct*on et, derui 6 ne. Ccst de Pepoque'de leur arrive dans la coloftie que- patent ses plus grarids, xnalheurs et co. Putau mom t o I'on osa se flatter qu'elle alloit 44itre sanvefe, qu$on la vitmarcher d"un pas cricore pius rapide vers sa dern 6re heure et, son enter an.eantissement.,
Tel, est Pencheinemehl de fawts et do desastres sur Icquel fentreprorlds, de *etter,.quel oclartc.








Je -ve'ux',tenter de dissiper les terAres q.UL
r 'bres qu* sont Men sembleot Penvelopper tene Plut8t Ponvr ttxe de Partifice, et le resultant des efforts ,41,es ske'lerdtS interests' i couvrir Cefte el)ouvanjable intrigue d'un voile que
I e t de Pinsouciarioe ou des grants 'e'v&tepar i proxiow
-niens qui leurLiniportance et leur
mite',, 'ont captive jusquici 1"attent-Lon d'une
*6re p'us' directed. 11'' est n at
rnani U'rel d'ailleurs, qu"on ne s I interests que foiblelfient L des malheurs eloign6s et dont on ignore
I etendue les details et la progress*ond. Pine le fran ais d'Europe est it instrui d une wani6re vague et geiierale, que Sail -t Domingue esi de is cinq ans, le' th"tre d'h6rw
v Pu ea,,
ribles convulsions. Mais tous Peut-6tr 6 19norle"nt qWon touebe' au moment de Perdre sans ret0tlir. une colonies sans, Jaq-t elk pvigqtt""1- fau dire, tous les effort que I"on faft pour retablir le commerce de la France., seront moins de parvenir h substitute un nouveau SYSAV& t6m 6 commercial 'a celui dont elle 'toit la plus ferme, base, system qui Ile qu"en so"a Ja
ilite ne, peut &re que l'ouvrage d' A, I)OSsib es
si6cIts et de longues combinations, Cc'!tft: pert 0. qui d'un instant )a I'autre deviant de Otis ell Plus Infaillible ne s'operera pas par, le Pass"Iere,






14
de Catte po'ssesgoon important dam des m, ain s
I #
46trang4res blent6t, 1-gambitieux ennewi qui, I'a envahie n e sera pas plus ava=4 que la Franc, u', lattant contrel"Europe entire, n a pu 1empAcher de s'y etablir ; 'bient8t ce qui reste encore de ses villas apulente., de ses nches habitafions sources in6puisables &immenises richesses, ne sera -plus qu'un -vaste moncean do ruins et, de cendreso et le moment n'est pas 610igne peut.9fre, &h les vaisseaux europ6ens qui. recherchoient cette isle stvec tant Xempressement fuiront ses, c8tes d6sertes et infest4es par desIbrdes f6roces avec plas Ae soin que-, les pretmers, navigateurs qu* textt&ent de s'e'.ft tablir en Aweri I ue, n evitaient les contire'es babit6es par des peoples cruel et antropo,pha'ges.,
Mon p premierr objet est de donner un* conA* ucassance certain et aussi detwolke que le pe rwettent mes foibles talents et 'a m6moire des walheurs qui depuis quatre ans affligent Saint. Pomingue. Mon but le.plus pressanvest, ensuite., non uin iquer le remade 'qu"I convient d'y apporter ( pe't-Atre ne 'me croiroit-on pas d'alffleurs )e suis homm'e et Je pourrot's rne trooper -mais d6veiller enfin toute la sol licitude rationale, et. de mettre un, termeA tuat







06
d wcertitudes etA une"se'curite' presqu aussi luow neste que. Je inal m8trie, en proclamant haUA6 temen t une verite# dont il n'est d a plus per-Oi, mis de outer. Encore que1quesinstans de plus, eihployes I,, de v'at*nes ,discussions t au lieu d'unewesure grande et rapidequl* seule est"cavable do
i oncer sans -tour
tout sauveer et *1 fandra ren re
utie possession riche et flori'ssanteo bjet eter,, nel de la Jalousie de PEurope entire et doni on sentira trop tard la perte irr6parable,, lorsfa 016 V
que le tumult, dune gueTre terriwe une fois passe, lorsqu'une paix sollide a-yant calm6 V6n'#O thousiasme rrene.reux d'un peuple,'qut. combat
1'be' 6 lui permettront de sentor',4 pour sa i rt
profondenr ie s6.s bliessures et son, 6put : seAS
Ah! qn"on ne selaisse pas ab ser par deg recites insidie-ux e't mensongers., 11 Ont -a antre 1)ut qUe de garner dw temps, ",et
A
tie faire perdire'la trace de cries prets a 9"tre a evolles qu'on ne so, laisse pas entratner ttop W Aremem au charvae console "a, teur d espe'r'n* eg
Ces don t la realisaiion Pourroit, tout au plu ,
A
etre effectu6e daIns un teinps de calme, et paisibilito en se flatt -ant m6we qu"on parviendraZL surmonter d'innornbrables difficult te's physiq46s et worales. Eti Ain6riqtie comaie en Eu
vop wie autorite' ltendtia au-d&V1des bor"aes,,







16
une COhliance trop avevO&nent accorded des
n e e 'Ia C1
brani IOSCI publique jusquessur ses tondemeus. Trop de secunte- stir urs ache-vero" de tout les &6nemeiis Ulterie it
perdre. Autant Ics Ainestes effects du cr* e sont rapids, autant ceux da blea et de 110'rdre sont lents 'a opener. 11 n'est plus permits d'en outer et cpci servirA de response a ces homes qui,
J#
mteress6s persuader,,que tout est pour le mleut, s'efforcen't &6aarer Popinion, et lu bonne, f0i publiques p r les nouvelles artificieusement repandues et qui trop conya*ncus eux-w6mes e epouvantable resultant die leurs operations, Ontla perfidie de repre'senter Sa*nt-Doiningue marchatit 'a; grants p4s vers son enter retails segment, et., pres de reprendre cette splendour
ai it,, avant qu-$il y eussent aboard le qui, 1* *so
aesespoir des ennein*s de Ia France et Padim
d' I'Europe 'tonne'e. Tel un autre 'humanit' annon *Oit
fleau de soix Par et 'de I ie les malheurs de Ia. Vendee retirement unis
A
lors meme que le sang francals ru*sselolft "a trayer I ses planes infortun'es, et que ses villas et Ses Villages n'offroient aux yeuxf epiouvante's, que de 's ruins et des cadayres
Ia niest Nque trop certain, que les ines brillantes de Saint-, Domingne, ces Plaines autrefols








awrefols converted de richesses, ne sont Plus' qu"un disen incultie ct aban (Ionjiel, De tnSMS decombies y rappe-111em a pet*tte an voyageur efir,aye J. les superbes eltablissemens quo ii"a.,* g*glcres on y mictintrolt -a chaq1te pas., Cert
ces w 1hei1rcuses cmitrees n 4oamiit
A
IIncifle pas 'a Pi'miustrie de Phoinme laborleux Ir.-s resources qu'un terming viey ge et covert J 1 f 0 4%
epalsscs fo*r6ts pce'senta A ceux qm Oserent les premiers 4Qntrcprendre de les cultiver. It reste a Peme Jes fbndemens de- tes inasses do
A ft
MIA111efts cles sucre ces rha.*"
chines in cremouses et construites 'a gran 109 ont ete ke'duites en ce'lldres. La destruction,''tow'' tale des.a rbres a:miques et ausst an.ciens que, Ic miotide qui couvroient Saint-Domingue, A Parimee de ses Preinlers Onquerans a fait dis"J, paroltre tous les moyens de'relwer ces Per"tes., Enfin les bras, AyA vi Wioient tout ont 4pro'nvO utte dimhiuuon ettrayante, par les. maux'in&i. tables de ht guerre et des waladles; et Ies homw ines qui y ont su'rve"c'n dep "
W trop long-tem,
accouturlie's 'a 1A Ixente au. ineurtre et au bri"O bandage n ofPrimpt jamais h Pagr*culttire des resources mcertaines smon accompagrt6es d'un danger imminent' our quiconque osera se charger de les dimger dans ua,, 6tat dont 114








mCperdu Vbabitude' et qui fut touipurs 0I)POSi 'a' lour, gott natural et leursinclinations
A exception de que1ques bouquets de bOIS que la main' de homme ambitieux et pressed de jouir a epargues jusqu aujourdthul' les
%nornes d* Saint-Doiningue fle*a i o*t" ruioo nesa-vantlar 6volutloll,,.etamoltiecouvertsde plantations en cafi idont la conservation exigeoit 'tin entretlen solaneux et regulier ces wornes dis'.Je ) que Pabandon e' la cessation da tra-vail (cec* se'ra sensible 'a quicanque a une le'gere *de'e de la culture colonial) a converts de halliers, ne sont plus quune terre degra.de'e sans sel, et presque generalementL condamnee "a Une ate'rilite' 6temelle Imposteurs et brictands voita un tableau que I aurois pu kendre, et dont )e vous, defie cle contester i -anthenticite". Osez, maintenant abuser de la cr(IAdtulit6 publique -et peindre comme lan j)henix pre't aJrenattre de sea cendres un pay que .-vau's avez covert de sang et de ruin es 'et que les heritiers de votre rage homicide, 4Ntes 'a Yo's instructions, acU vtnt de pousser vers. son ane'antissement,
t -nme des citoy
Osez nous repres-enter coi ens paie*
Stables, des eftres que yous avez -transforme's en figures alt 6r6a de sang ; et comme dispose's h ren.
dans la Carr46re de agriculture, des







19)
howmes:,Tie vous en avez arrache's, et t1ont vousavezde'n at a re' le"S inclin at ion set hudocilite.. par, le lotig exercise et par Iliabitude fbrti,ment enracinee An vol de Pincendle et du cartuiLgem.
Ce que le vitns de dire sur Pe'tat actual de Ia colonies de Saillit-Dom*gue, et sur les allarnies que les V111FLIS amis du bieu doi vent 6 xprouver
our avemr, seroft susceptible'd"un de'veloppement utile et luinme ux : inais Ia religion na*A tionale West pas encore assez 6claiir& fes diacussions es colon, "es. n'ont pas encore
acquis un deore,suffisant de Iiiaturite St pas pendant le r6gne de Ia prevention e't de I MAW certitude qu it apartment a un colon d'aborder certaines verities, dont experience et Ia." reeft flexion', am6neront. avec le tejn'q, Ia conuol$sance, et dont elles peuvent souls assuret-le triomphe. Mais il me sera blen Perrm's du moins, de ne pas croire h toute.1'eflicacite si proclatue'a &una measure grande et ge'ne'reu"se en efleom
A C
meme, et qjA lent,ement mArie,, fAt revenue une des ep o-ques les plus honorAbles 'a Vhnina-
f 0 1 itamment hasardee
.-pite; mais qu*,,trop precip
1, I's 0
n a ser - qu" reuse'
,ffjL )usqu ici- a r son toinbeau et l
S eloi* gner du-but .. vertueux qu'on s'e'toit pro,, Pose'. Souvent le bien ingme nest bieii que par Ia sagesse ot Ia xnatarite' qui president hsaij








i1pplIcadon et an choix des mestiret propres I'operer et ce n"est pas la preiniere fias qi e Acs intentions pures nauro*ent product que des fruits enters P, ax la negligence des moyens vi auroient &I kre etnploTes et qII* SVUIS etownt capable de cond-uire 'a d'heureux resul4w tam
U on ne attended pas trouper xi vapologie absolute de Pesclavage sur loquel a e** t6 fo n d ee
0 1
jasquIci, Pcxlstence des c6lovles..#, J'al" au des 'ri 4 '1 t lyexpoo coniralre 'a devoUer vel Itos (Ion sition franche nt tendra rien moins'qtea' accreO4 diter ce reproche. Clependant, je supfose que looquit en etoit temps eucoreL "eUSSe 'te" C'Ono* SuItt sur cette graildle determination qm* ve tend a rien moins qvL a changer la face de la France vt Peat-gtre de IT urope endure, J'aurois dit40 flowers prol)cs qnl'* travalfflez 'a la fois au bonheur de votre patrie et 'a celu* de I"huma4lb
-n -VOUS est
el alt'! gardez-vous du pic'ge q i,
tendu pak- le crime, r6-v8tu du. masque de J& so vertu.... V ye I'aff-reux A' e entrouvert A c6t' iuhte du bien que vous youlez *ope'rer, craignez de substitute le ne'ant une'brillante realit'e.6.. Craignez que par trop de precipt*tation, Cie 'vain es speculations de phi'lantrolpie ge tarissent sub abojadante
tewent ,ujie source







de A cheeses et qii'lln fit it t 0 ine cree' ptri r"- Vim aginatl6n, ite retnplvace en un instant ces res-o sources tmmenses fru"t du travait de'plusieurs
P
siecles, et anxquelles les besoins de la atr* Y(MS IMPOSent la lol* de ne point anenter L hu4a ,znantte vous prescrit ttes loix mais les ititer8M de I a 'patde ve Yous impotent pas de moindres' devoirs, et vous commantlent'de grants vnenCq-*. getnens c'est b. votre prudeiice 'a tout mArir tout conol'tier 1. INIals I'arr't'en est prono.ce'.*f,* je ne sais plug queniy soutnettre avec. respect,, et", Ma chera dans ima bouche plut"
1allolle Sf% Ot
que de comeitter, un pas retrograde 11 n apom partieut qu'd'u temp's et 'a 1".experience de deve,*
,.v 6 J?
lopper'd'es, verities suspects de la part 4ruA homine. et sur-tout dun homnie intereSS4 mais'en attendant, le mal fait des proerrh ef.;*' frayans, les motne'ns pre.sse-nt, et *1'estfemps Qu i-i-inals de recottfir atixx rein Ldes qui, peuvent encore kre de q ielq-u'efflcacite,
1 re plus
Je n'ewettrai pas d'une hian' e ten**
dne 'won opinion. sur ceux de Ces remedies qn'-*l sero't instant employer par preEdrence. Je ne dirai qu'un inot et ce mot sera dict6 pir
-1a Y'rit' et par Vamour de mon, pays...... S.0U." vent) intends parlor Xarmemens qu on prepare pour aller au s course Ze Saint-Demingue.40,11A.
jD,: 3-







Quot la France ne s'est-elle pas del& Asset
#S Us effd ts pour ses colon'es P
-Pul ee en muti
a-t-on ouolle qti?.en pleine paix et lorsqWelles Offroient encore des resources abondantes po:ur Jeur entretien C,es gotiffires'de'vorateurs, lui ont englouti, en pen d itistans', une, escadre b1-,-,iI11ante et qvatorZ'L* mille hoinitie''s' de troupes
A
X1161ite dont ancun peut-etre tie ieverra jamais les bords de sa patrie P Ah to ce n est pas au mo* # of
ment ou 40le a bes(j*n de tous so's hero I ques en** fans, qu'1*1 conIvIent cl'eloigner deson seln le noinbre suffisant pour asseol"r des espprances, fond'es de SUCCes cc n est pas UU moment ou les #;kes de France sont wenacees par des forces de wer forrnidables,-quon At inorceleir ses
,escadres et les' en-voyer an loin s'aneantir en. tletafl. Les esperances d'un succ& uncertain ne saurolimt Wlancer la certitude trop assure de Perdre en p eU de temps homines et vaisSeaUx. M.a*s Penuemi a env ahi Saint-Do-win g ue Yh! qu, imported 'a I'a Re'publi*que. que cette source abondante t1e, rJUiesses ait eAe*' de* tournee par les Anglais on quelled a't. 'te' tarie pour jamais par la r ige exterin-iiiatrice des briaands linte."
A
rieurs'! Pout-efre un)Ourleur devra-t-on la con** reservation des se-ttles, parties pre,"serv6es'par leur presence- di R"an destructeur !,Zailkurs, "ose






z3
le A ire, c'est en Europe, qu il faut forcer Va MO bitiouse Angleterre 'a abandonner ses conqu6tes &Aw&ique. Vaincue et malheurcuse IaFrancs cut in6vitablement perdu ses colonies ; triomphante par-tout, elle saura bien forcer ses enne".
is le a -t restitueir
w I Auniil* r deviant elle',, et, lu
w1les de ses possessions eloignees qu'ils retien,-vent encOM.
Mais c'est dans 16 coeur mgm' e de Saint-Dooft mill aue qu1jexiste: le mal le plus funeste celut Aulluel avant long-temps 2 ..it sera desorinais inutile de Pourvoir. Legislateu"rs.. eest sur NA d-'entre yous., sur un hornme ferine intelligent,' rewpli CI mtentioiis pures, 'et rev8tu de tout 1 eclat de la puissance national, quIR est encore perans-de fonder e1ques,' s Vs
qu Perances. La Con
vention nationally ae peut raisonnalblement compok ter que. sur un de ses members, a
que desora,,es
i4ultiplioe's, et une longue experience, lul 011t apprise A* Uien cofinottre Delfiez-Vous de ces intrtglan s qu'un triste essai n-'a que trop fait appre..,,
er de ces hointnesqui exerqant une tyran.. me tiffieuse au now d lajiberte j quieaorgeant ell Parlant tPhumanitel 1 quiruitiant etboutever.. sant'. tout ,sous le pretexte (16risoire de r PI etablir
6
YorkIrb et la tranquillite', prirent h peine le som on Anier'lque coinwe en Europe, de delguiscr






-14
Sentiment qui les ammoit, celux cle Satisfaore leur haine, leur ambitious I et line basse cupicl ite! Au reste, qii'on ne s'exmoe110 pas d1avance le, SUCC& U11'etieur de la seule mesme qu'il con-* vient ZL M on avis d -adopter. Quels que wient les talen:s et les la.mie'res tl' t repr'*senta' peur'le charge de cette wissi ott, lion orlabl e et ]a.* lborieuse les places qulil an'11.4 a wonder sont ro pro onde
our qu"I parv*enne les cica%riser entl t a opener un cliangement
lut ite Peut &re que Potivrage du temps et &autres circumstances. 11 ji",appardent qu'a' un ImInme instrivit par 1'expe'rit-neel des ipter9ts.et &I's intrioglues Coloniales de pALcx dire comme 'I'l me cmvientqu' un howme cottrageux et de** I'Voue ala chose Publique, do conno'tre d'avance fei_(fIfficultes.qn'R attra a vaincre, les obstacles vt pout-4tre les datig'ers qWil attra h surmonter,
I 11 4
Dcautres ont" cueill *1 les flours de cette inission, 11, n'en" reste' PItks que les pines : mais d'autres wissl acemilulailt r-Orf4its Sur forfeits ont tout perd u tout bo -tile v(--,,rse ot *11 seroit d..fnedun .inembre Ae la Coh Yetition wqdonale, qui a sauv4 la Frtance, do preparer le sIcIlut de Ia plus impor-01 iallte de Ses PoSSessions I et d")ari-gterle mouve-A Inent rapide -qI41 entratile ses triste's rates vers
&
lour rwIla towle, NU110 Mission ii onrit jainals







p1ti-Ift de gloire "a reeveiflir. mais aussinutie ne present jamais autant de travatix Zt essuyer. Les forict* ns de reres entaxit du pe-uple Sa*nt Donlingtie ne payment Conventr qu A, un homme S11111ac couraaeux capable de scruter totis les et dou ** de routes, les
pHs du coeur hutnain 0
(J Ialftes politiqties et morales qui constituent" Phonnne d'etLat et un vra* republ*cafti. SondLer, es places profondes., en etudler les cases, et IM, progression dq, ouer les intrigues de la scelo. ratesse et de Paveucrle'inter 'At parv'e nir, "a force de prudence c' t a-adresse 'a devenir le r6gula'teur des mouvemens divers et enchatner Ia
A
fureur de tires pr8ts meconnojare et a* e vorer lefirs amis engine xxiedite'r enfin sur les heu"X. les bases d'un plan (Jul tendroihL't concio her If", respea" et les fruits do 1'humanlte' avea lesint&ks de Ia patrie o. telle est, en peu do mots, Ia tAtche imporvante qnii auroit 'a remplir, Mkais I e :repe* to Ia. concInsion d' un si gnand 011M n,- dessus des forces d, ni). soul
homme puisse* i seulement a-voir Ia gloire Wen Preparer les irjovons Puisse-t-lit inahriser les passions et procurer -un instant de calme, et de repos h une, colonies acm])101 depuis qu a-tr'e an& par tous les fleaux ensemble .' il aura alors suffi.. .1 Sammem xu&U de la patrie et de Phu M"anit6






06
IMMs le Compl4ment-de ses operations le reks.* tilssettlent t att ordre et &vne tranquiIII46 Sta Vcs a',.&,,tint-Donangue et te return d'une parfie de I ecla t dont b ril loit antrefol's &tte Colonle.. ne peut (hre que Pouvre ge du temps de Pewpodrience eide la paix dont la France jowra apy-Js I *avoir donue,4o a' totaw I'Ezerope, (t)
Tandis qtfun holutile qttel q a"il solt, rev8tu cle tout 1'e'clat d e la ptassailce nation.ale, et charge des lxjstructioi'sb'ienfat,*-),,qjites de la;Convention..*
0
ira verser sur les rnaux de Sa*nt-Douiingue wn became sahita*W, et approf6ndir sur les lieux.
11 A, 0
Meine le principle et les causes de*ses longues in-fortunesit imported de les faire eg'alement coa-nottre 'a la France, -trop long-temps abuse'e. Tel Ott#
est l'objet dans sequel i entrepris ce petit Ouvrage, qui consiste dans un expose' rapid des 6venemens qui season passe's 'a Sabit Domingue., de-Puis Pannee 1789 Jusqu'a' cette epoqtte. Se n'ai malheureusemient a, raconteur quune longue serie de inalheurs et ces rnalhe'urs sont sans doute aussi d*tgnes, ou plus peut-kre'XaffecGraces sow*nt rendues h la Convetition -nationale ies vceux sont remphs !, Deputiss que cect est eCrit 1, elle, a deo ,cr4e* Penvoli de repreSentans du peu,,t,)Ie pris dans son selill) A Saint-Dowaingue reste maintenaut h savuir sl ur qui tollibera fe cUm Iijuportaut






27
ter Ia sensibilitA que ceur. dont Peffrayant U4 bleau. "a ekel demi*&evaent Uvoile aux -Yeux do Ia France et de, I'Europe 4pouvant4e mais comment esperer que, le souvenir r4 cent des forlo faits *des' monsters de Ia Vendee, du Rh&* et de Vaucluse, aient laisse' a* Paine fatiguis et accicibl& par le r4cit de tant d'horrellrs, Ia. f4cuite de s'att6udrir encore et de sentir.avec ,Ia. whiiee"nergle des crimes non; moins atro"A ces et non' inoins r'voltatis que1qu'e 1oig-n6 qu"en Ph le the'Atre 1. de plu's Ia 'alomnie et I'aveugle prevention A'ont-elles pas ferm6 et. Pr6niuni d'avance tous Iles'cceurs'. Centre le reftv cit (1e. desastras dont, les causes sont attribueles 1, ceux-l' m^nie q i* t 6,prouve' Ies plus fu
nests vff ts et ce nvest pas 11- Ia moins doulou.,,,, reuse cle leurs infortunes 1. Habitats de"Bedouln, victiiiies cl'nn sce16rat atroce et sanguinaire
-votre sort fat affreux -sans 'Joute mais Yout eAtes du moins Ia douceur de vo*r les, repre.06 sexitans de la' France freinir au recit des hov reurs e:orcces contre vous et Ia Republique entire verser des larmes consolantes sur vos malheurs mai s -jamais un irnot, un, soul mot de pitie' et d interest ne fut pronounce' en faveur Jes halbitans duue ville qui, do mAine que 4 1 1 a 04
0 tre fut livr6e au fer et aux flawLaes,,* e t q i,







blen plus Infortimes, que vous furent forchd'aller cherther un refuge sur des bords etra'n gerst et SOM encore au bout de de'U X-ansp Ott' plutilt de denx sihles de souffrances et de Illi*0 &&e, dans I*affreuse JncettltuAe de ce y2ils ont craindre on h espe'rer. Vatis, ekes la' Consolatl'on. de voir votre barbare persectiteur erase sous le faix accablant'de Iophdon, et devenn PoMet de 1'execration de quiconque entendit le dkafl de ses. or'mes'. tandis quuve ville florissante renoinmee, et du soin de la"W quelled une source inepuisable de richesses cou-0 lo*t dans tous les points de la Rep-tibliklue't aujourd'hin detruite, an6anuell putr une suite epouvant4ble de forfeits nort moins alyreu x ne trove pas un seul d6fenseur, un scul homme, qui ose, an now de Phuman t.... 1,111 lplorer justice et -yengeance pour elle 1. Que dis 't ses ennem's les phis t 'rtielo les clids d(l. Ses IftsSassins -inceitdiaires prt la', qui, parvenus, a torce, de cr'mes ot d'imptidence' a sieaer panni se s juges, et marines du masque doia 118 on t su se couvrlir se montrent, touiours pr8ts a clever la voix, et a etoufl'er celle de quicoiique tenteroit de le, levr a:rracher Les wAie reUlx bab itans de Saint-Domingue ruin.es calom,;,p wes denies de resources et protesters







29
#a 0 v
ine trouvent au lieu de compassion, que trowetir Ot indiff6fence. Tel est le pre'Juge" fortement
4 91%
i1aprime centre ces intortunfs to victitnes des Plus horrible machinations ecnapp& 'a peine au fer qui a detruit leurs families, aux flainnies out ont de'vore leurs proprie'te's,'., deventisies ob-a %jots eternels du reprache et de la defiance au sein
A
Memo dune Patrie, qu'I*ls enricliissoient autre- fois, et laquelle ils sont venu demander Justice et un asyle ; la calomnie ne cesse de a'attacher k je4L
a virs pas, et *11 soluble que CO So*t-Llenr faire
de ne pas les trotter, en bommes Souverainetnent c6upables..La France enti6rd C4 ebroft par d.es cris de jole a deliverance du long odieux du plus vil de ses tyrants, lorsquo les colons, ayil is, persecutes, geftnss'aient, en-i* core dans d'horribles prisons, et av'ient deviant
la perspective dft SUPPliCe 'a e tre
1a recompense du.crime. It n6 manquoit plus
41
pour'niettre'le comble 'a leur wiser que 11-iwo nit do de paroltre devoir la 1*bert I e ces
wAines hoinines qui e'toient parvenu! A la' leur faire rayir ., et centre lesquels depul"S 6, long.-, tem P 9 Us r6clament V alnement I a j Ustice n at10. rale#400 Ma"i's nOn! cettie justice -n'est pas un vain rnot elle 4tend insensiblement s66 alles protectrioi es sur la vaste 't due de la Up-






3o )
oblique fran *se, dou' elle a d4jot chasse' le, spectre affreux qui y regnoxh, sous son noin et sa forme ; ses effects, pour Atre pl-us lents n"e. seront-qtie-pltisterril)les:-attendons.*.#Etvotis, sce'les rats 10 tremblez 1. voyi-Nz -votre j uste SUPIA 'ice 4eavancer d une, manie're lente als Inta IIt ble voyez le f6roce Carrier sortant Ja milieu de ]a repr6sentationnationale pour nion'ter a e faud.... voyez ses mules ces autres itu*aux de Mumanite' converts autrefo's d"un masque. non Ar
snows Sp4ciems, non moius impeneLrableqbe le x6tre Prk dobtenir la. weine re-'compense Le moment n'e'st, pas elloigne peut-e/Ltre.,,j ou" NOUS faudra miter daiis la conclus-ion to- ux dont vous, avez s* fide'lement suivi Iles examples Xatrocit4 et debarbatie f It It
ai cru faire preceaer le pre*c*ts h'storique. des derniers e'ven'emens de Saint-Dorningue, par un tableau sticcint du regime colonial dont on a tant parle qui; donna lie aux PILUS VI'Ves recloanations, et dom Pabus I les plus graves
devoit Ot oa, tard' entrainer consequences. J'ai tAcke" de donner une idee de' wn origin, de ses accroisseinens-, des biens et (les 'Maux clont ce regime fut *usqu"h nos ours wie source 16conde. Les colonies, en 9due'ral, sont les pays de tous les prejuges qux






3t

tiennent de prsa PorcrUeR et I la. Our-I Id t4 120, toutes les Passions qui transportent I'homme, cl*mat brulant le sont deja e:xaltees par un" I i r mutationn, et par
encore phis par la. jalons*oy e les, inn Omfinab lies, facilities de s'enn*chir et -di* satis&lre ses penchant. Mais le, colon qu'on e P t g4dur, cruel etimpitoyable, est n 'rale..
ment humain Sensible'et ge'nereux :)am ais l.hu**. manIke ne wan*festa hit Hement (leyant lui ses Souffrances et. ses, besoins; mil people ne con serva, an milien'(1e, ses infbrtunes, plus d"attachement" sa patrie aucun ne montmjarmils Plus fYobeissance aux I otx nuj. peu ple enfin no temoig;ia pI Ils de resp ect pour I e pouvoir nationall confine' 'a des hoimmes qujL re s'en se'rvirent que pour, aneantir leurs fortunes Pt
"Ieurs *v*es., Le's inculpa
attenter a I tions troP.
generalise'es autrefois contreux our
cause qu' ine basse envie provo(ju6c par leurs
e- de m0me que leurs wanw- urs et la calomme quL les pursuit de nos jours, sont
0
1"ceuvre, do' la scele'ratesse et do yils intrigans, Mais je n'encenserai pas leu'rs erreurs, leurs pre)uges. le ne M'erigerai pas en ap6logiste do droits sans. principles, ;et qui, fbnd& sur Pm." sage seul, laissoient 'a chacun, selon son indIL aati6n 1'etrange lib"erte" d'ktre enters leurs






(32,
su)ets aes mattress Justes et blenfaisans on des bourreaux a-vides et san gluinaires. Se n"atten-o is PAS.1a revolution., et, que leside'es nouve'lles eussept germe tous les esprits, pour ge ir
stir le ottvoir arbitraire qu'un petit nombre d"hommes s"e'toit tarroge crivers une inultitude d"Ptres faits et organizes cowme etizo
je le dis avee I'lia-tichise et viipartiante
non I., le colon, en general ne dtit efre jamals considered' ne Fut jam ads un maltre barbare.0 et abremvd die saog des qrr cazns. La splexideur de Saint-Domine t, e la plus
pic en fu a preu v
incontestable. La richtsse no pebtit-ehro le ftult de la tyrann*e intolerable "Iho 1,110mine juste et genereux voyoiP tout Prospe'rer auto-ur de lut la' a*ussi, I'liomme a-vide et inhumain pritlou--* jours I ombre pour a e i e ,
-1 r'ialft' et semblable L Tantale, voyoit deviant lui un fleuve dIor sans Pouvoir y putser ai va 'a Saint-Doiningue tin gr4tndno nl)redepropr*ie"ta*lres I)ons etsensibles, entoure's d'attel*ers si heuroux-, -qn'en. les, VO a
A
on Out pu harditnent conclude que cet e'tat ie toit pour le noir Ie ineilleur 'tat possible. Mais P, je I"avoue cette situation, fortune etoit absolu-io ment d6pexidante,- de la volont' de celut qui. a "t eu la e ence
Vol sag prud le, ras urer au seia
de son petit empire. Le's loix protectrices' de' Yesdayage






33
e e- te Ion
1'esclavage etoientiomb'es en tl'si 'tvde,*,r* We"toit perma 6nt en Well et tout ne 1'6toit quo, trop en mal. Ouvent ct les, lexemplo en Solit
fr4quens, un fits dissipateur presA de-jouir, et ifilimnain Succedolt h Un Phe e-'con ome
J. p4r sa clouceur et sa sagesse voit Sa J* fc*,
evibl* Pesclave'et lu ir entre i un touchante re 1..*
procittil. de bienfaits 'tt de. i-econncissance.,*w, Maisle fondatear de cette. Prudibmteadmin straw*
tion uyie fois eceid6, tout etoilt boiilevers6* cv,;4v, homine respectable ii 'toit plus dan' ,st bouche de son avide heritier, qultin wa'tre, bible et sans disceriiemen A nit government paternel il en substitute bient6t un atitre plus, analo(rue h ses, faux prihicipes,'et ses, ajobiWes. i La wemoie dn juste,
-tiellses I e meprisee
p -i r 1, celniqui aur6hdA Pitylifter, alloit se reffb ter dans-lecceur'clel'esclalve,,,quil,,Ia larine,;k,,I'oeit et l7anie abate de aoulen r, 11ii-vo quoit silen. cieusement au m I- eu des tr -a 'aux, don t I a t 'che deventic plus- pesante" n'aNroit plus m les, anciennes re'compenses ni les m8wes encou'rage-ww. xnens,'E,3 un mot., j Oal VtI .*-tin I grand nombre c1habitatiorts on regnol't Posprit de !bkmf4iWe Sallcetet d'hurnanite'.. ou si I'on veut une convo noissance tip-profondie des vrais i.tere'ts (lu waltre mais il n'exi existoit que trop OiL I'mil








toott effiraV4, souille, par le"aacte d*nne bat,.,;,, barie,,,.,qu1* efit s-uffisa1111n'ent 1110tive la destroy"
un c i e -. accompagne Alf
tion d it- go"M de Ces epou
Ivadtabl-es-exc6s. Je les inontrera' dans, tout leur eXC& S *
jour, ces -ur les(iuels- les faux prejuges
do. I'Avarice et ide 1'6achswe ont trop l'ng-temps Oett oile tandis aine et Penvie
e un v -.que, la h
n gen 'ral
efforjoient a e e xser rodieux reprochea Qti*al je h me'nager craindroisle Xindisposer centre moi les hoinmes dontPhumaniet6 m'assura rapprobation P., Eh que io"mporte le ressend ment de ceux don't je seroi*s k Preinter pro.* voquer la- punition a do'nt, la -,cruelle avarice est la CaUse primitive et Principale de notre Ot
i6wi&e, et de la calomnie qui nous Pour=
0 rnes compatriots .1 Yietimes de 1erreur et de !a sce'leratesse, at dun concourse de causes et de Circonstances dont toute la 'prudence hu zaa ine ne pouyoit pr6voir ni detour I r Ies funestes effects seriez-,vous as ez injastes pour blitner ma sincerite, p6ur we'connottre-la)US46 tice des Motifs qui diligent ma plume, et qui animent un de vos-fr6res, uon moins plaindre que Yous, series vous encore assez ennetm% vous-w9ti2e pour rester opingtrement attaches' I des preljuaes dont le r .gne antique de-voit trouper son teruip et saneautir 4eyaut-les Cru








r4pett4s de, libeiti et &6craI44 qui se nrent ew tendr,6 "a la fols (laxis les deux he'nuisphares Non, nonlinstruits "a Neole du malheur et da 1 experience, vous'ne donneriez pas d e la v'rax.w seniblance aux calommes, que vos ennemm: et v0s persecuteurs sefforce"nt d1accrediter contra, volls, Qtxiconque d'entre"vous n est pas d6pourva ae jugement, a depa-, send quun changement Jans. le syst6me des colonl'es lefit e"te' tbt on tara, le re"$ultat I-rievitable des e'v6nei-xiens. 'r 1 tjuand.rrj me les malheurs qui ont pes6 surlelleS n eussent pas ete Prematurament provoque's par la perverst't&de qiieftj u-es howthes qui! mus par, Venviep par leur alub'it oxt on par Pexattation JeJeuts ide'es, sont parvenusw tout b'Ouleverser. ,,Non v. ous. ne d6inentirez pa I s ce que ax*-,dit do votre at ache I trie, 'de votre obelsft
t ment "a a pa
sance aux'10*11, Malheureu'x par la perte de vos fortunes malheureux encore -.nar Pero
reur et la pr6ventlian eleveles centre VOUS., VOUS ne vous'departirez pa's de I a. resignation et de is, patience. qui vous caiacterisent et vous lai*sseop
nips e Vexperienco soin ae ctevmorez au te t .1
ler votre Iaiiocence, et de-prouver que vos in- te'*P rAts ceux de laRepubHque et deThuma4it'.ne so onciliables quo la wal'e*
n't pas aussi, inc v 41
lauce ci'edforce delepersuader#C







36
l is quea* out care, ce sincral#er sHence que vous gardez au monient ol 'I importeroit s" e sentiellentent de Yous faire entendre et de payer a votre pays le trihut do vos lum-leres otde Yotre exp6 *ence Ah je le vols Iaffreux terrors M.e., cer monstre abreuv(',-% du s.angdL"un I 101t de Fran ais, fient encore suspends sur vos tAtes ses poignards homicides. Son horrible donlination a disparu de toute 1etendue de la France., et vous seuls Ates encore des victims que 110gno.rance et I'aveugiement ; abandonnent ZL ses fitow reurs., lorsque tous les autries Fran aisen. sont affranchis.
Out, je 11appercois qux, inspirant Un de ses, fanatiques complies et le faisant parkr,,, seloll son usage, au norn de la justice et de 11jurna"W nite', vient de surprendre des applaudissewens ot d'obten ir tours les marqu efs, d'approbation en vous peignan't cointrie des bourreaux des its,
buveurs de sang afrICaUl convert e,;z uqueu,"s L ne ree
ui onnoft cla"te,went les brigands (jut., gardens h potirsuivre 16urs plans et -1 corroi-Aipre Voplalon sugg6rent aJours i'n'ibeciIles t fe ro ;es clie'ns', ce plat, et atroce lan ,gage, Infortune's 1. n'etoit -.6 ce done p as assez devioits pim,.ir de-i's prekJouge's qui vous, avoient e'te' transinis par Aros p&es etld'avoir pris Verreur






('37
povr la' v4rite! et 1"On Ose vollsvel.1dre SOUS les matts qui caract6risent les homes tic 6ang to I'lon vons identified avee ces monsters qitt Ont c otivert la France dossemens et de rnines Yous qui. ntilw vez plus n i iml tes i biens et qui en pe it*t
A
notnbre, nlavez' s'auvecte vos malheurs- qu"'une existence sans moyens, et que le, crillie rourmit encore avec acharnealent .1, Vous seuls Oes eivow core fires aim 4ingmmes de hi. terreur, et conFAU darnn6s au silence, lorsque tom Fran ais'- cm** mence a respirer et peut se faire entendre
Et toi, pouplemagnamme tP *1 dont 1a con fiance et la rel' gion lont et' s* cruellement tro pe'es reconnots dans ces infortunes des freres,,, des amis, des homes dans les veins desquels, circtde ton propre sang! que tes, yeux dessill& sachem enfin distitigner I innocence,
le cr'me de 1"
Punis les Coupables, quols qu'i'ls soient; mais quaraitte miWe ir6lividus, to-as wif-ans, d"une
A
Me"Me patrie, iie saurcient 1'6tre 'galement, ou' ne le sont qtte d'un moment d'erreurjpe tant

expire que la future dont tu ft4appas les tyrant's I& a
et les traltres, s'appesantisse sur les e',tre's viHs-que le -sordide inte're^ t rendit sounds aux cris'cle Phu-' manite 40
et qui, insensibles'h Phonneur de t'
p
partenir, ont cru depuis se mettreA Pabrl* des C 3







iv ncmens ot de ]a vengeance en iLnvorant les Scours. etrang, rs Mals que tes bras fraternels a ouvrent en-faveurdu nombre bien plus gt and tl'hom rnes dignes de toi, qui ont tout perau, tout tbantlonr4 pour venirte delmander un asyle, ouent ete forces Waller le chercher aupr's d"un, people am*. Ado' ur*s enrn 1"Mr qiielques mar" que's dlinte" rZt, leu'r situatimi de'solante caline leurs maux et Icur de'sespoir par la consolante 'certitude qWils ressentiront 'a leur tour les effets---de cette justice Jont tu as ZL jainais retabli empire,




0-0 1 A





11100 1111001:1011jil ow l,





DES $AS TRES,DE SARNI T a a I )6 0 M I'" TftNm"G u 4*"*



,Tableax du rWgi~ et des aecroissemems de "ta
colonie de-saint Dom, n)- Yve departs 3'afoAda.00
tion jusqu ti la rdyolution dez 89'A

.ri:n soxift ulignpre qi e $allut-Mmingue es t Simon, laplus" grand!e.j ,du wolin's [a gus fiorlihsoate &s A nulleso La prenim JaL Fratkcp. ;,, tout le rebte, est po xpoitie* apparilient a ss4di
pa r' let, EVag'ols _q4ien, firent la d6cowerie sous-la-conto dujitedu- f-inieux- Colomb. Comorvant" le souvelpix'-, vevso toaxtit6 dlor ve s eaauc4resarracUrentdoso aisles Ae cette niche terre cf, pqpple kr4afois paresseluxt-t avide
ai jourdl'hui, mqpriser, des, r*heises dlutt w re geurt inais blen, us avanvageusos,, que ld offre sa Pcou44, L
appiso au. cT, tra ire ou rin4ustrie Vqricu I ture son.t patvpuues auplas h'autp6riade, est un guago, dw -. ce, que peuven't, ''le travail et ]a patience de 14hommfo I ieux t.,aiJ" po fes t4u 4or" it e4cesdu cliwat Uplus heurmg,
o' le plas'dovx#
Las commencement. dec" ette colonie offient une sinplarW Vv,*,,nemcn;s,.qll'on ae remarque daus la fouclatiou d,!aucun# 4440 ocienne ou raoderne. Its, fureak,, sur tollt C 4







(4o
V. r des traits Je br",ovre, 4e MrocitA et Je gra"deuir d1am61dontfaiverij4 kolme aij*ourd'hiii leg
ames (le.la trempe la phis forte, et 110,1*01snie 111410e. Je NTAIX rarler des Premier, fra-rO (Iui y e -ert cause
bord'rent et y tit
,com tau ne avec un, petit ]iotAhre-t)Ietranrrs wpit- setolf1tit xne*Us Parmi eux car leurs rivaim ne foretit c&bres que par Icur La' -a:r* ce e V leur barbaric en vers les Indig(%,nes people Idolix et timide....
Les E,4- gniAN et)rent 'a pei(
Pa _,Ois possession de cette terre
qv.'Ate hit presquav.ssi-t6t cotiverte d"hommes de letir nation) ,q qu,
ils a'VO*e#t entendu xacq#ter a o no. richesses I cp qui accotiroie tit pour se ten-tire 4de M ailleurs et alle r Partager le frti it d1autres conqu 4 tes
'n se di'sposoit A! faire. Celut'de Saint-Domingue e des Isles -v oisines q I vie partirent lopl V Insquez, les Cortez, les I)Lizarre, po I ur aller puniettie le? Mexi(Itte le Wrou '16 Oeite disAtitilles et to'us cevvastes'pays quil form .nt aiijoulrU domination esp>i,*Ie-d"Ameriq-tie,.*.
Le'bruit.'eiag're'' -des rilchesse's en 46.ut'genre qur, ivoient, c ouruftd la'hardiesse de ces conqugrans et. de c eva qui var hwit :1 ur le rs traces ne manqma" pm'AIe* iter A jaloifsle des'autres peoples 'AEnrope.. Mais &ndant phis Ain Aikle,,' aimurt x),6sa .1 tilt ter centre 1116 0,ime 610SS 4, arutssawr&,,e ''agornole I ni c6ritesteirfa vadldW du don' qut- tit oit Zte falt pa Uil pape non-Seulement Ae ti-Als lesT*ys conqui#l
I
en' soft n6m mails encore de'-ceux -qu on n avott 'ait quo reco"nottio. Enfill, au commeitcMent d.u ,sikle
4JUelques aventuriers francals osh' le pr6'
im S tn ers* teniftr
Ian eSsai.,S'6tOtIrJissxnt, parllespoirde Anrichir- surle.-sdanit "I b A craindreAe
gers de letir Ontrepi Ise.) et s4ir ce qu 1 9 violent pet ejadoux, qui ice Pitb&b *e dI n pou r plug'' OT
SiAwn,', ks eAt c-andamnes, aller 'ternelleni.ent fouiller les







41
SwAft do, coptinent) ils 'rent tznro dans I& parteI Into Domingue ou I ea au)ourdlhui le port de Paix, Clout It$ hols inhabited's et peu Nq e t4s des EiPagnots leur -o frol'e.nt un refuge et MeMe I esperance try vivre cache$ et In*

.Mai& ce n)itoit pas pour rien que 'les Espagnols avotent laisse cette contrie'46serte et inhablithe. Elle ne prod 'SO't Pi or, Uli aticune des rkchesse l ullique, o4j-et de leurs recherches, Les, UOUTeaUx d 6barque's t troupes dans lettr. espe." races se virent forc6s, pour subsdster de'donner la, chasse auxtaureaux sauVages) dont Pespet cetport6ea' Saint*Domingue par sea premiers, con querans,, Y avol"t multiP11*6 aUUe Mavi6ra incroyable f et dans tin sl6cte avoitnt petiple' les tastes forks dont cette Isle Atoft couveTte. 1,"habitude de combattte ices animaux furleuxt 11usage de wanoerteur chair pour toute nourritorej et-de tei sang t ne
indre. leurs ve'temens dans, leur tard6reat pas ,a rendie ces chasseurs'aussiternbles i t plus Arotes;qWeux. Tels 61toient leS bollc L niers lorsq'ne les E&ND pagnols slapperSuren t que des lindiviJus Aine nation
avdient m6'mettre le pied sur uno de leurs plus pr6cienses j,
conquAtes ils i4solurent auss'. t6t do es en chas.ser et 4exercef stir eux une vengeafice capable dWer A dlautrea' Penvie trimi6r leur eumple. ce it!etoit deja pjus Ces
homthes- aussi* courageux q-tilavares I dont une poi'oliAe avolit viiint.-M des mill-ions de Mexitains et deT6ruvie'ns. L'Espa-* gnol I inerv6 'par sa' molles'se les influences WunAtinitt brAlant et par tine' longue tranquiIIA6 : ne 'conservoit des andennes p0sions qui P avolientrendu ca able al6ntre i ,de faits incroyables que son avarice I Vinsatiable solf de Por. Ses nou'veaux kdv ersaires au contraire I forts & lear pau..
-vretd le ayant pour tout bien qu'une chemise d une (.Osaque, einte Je sang,, et un 1'ng fusil i: devienus, pluis que des






(4%
)mm", Parlinevit laborleuse'et un ext*rtke emt6,66fi,
-et stir, tout PaxViffreuse perspective du sot t qw Its attendoit* oiN se fussent laiss6s Vaincrt; les boucaftlier'S, dis jej ren,dirent lonut*le l 5 P.ir lour tenlible courage, routes les tenta-* pour e qwus
tivt's de leurs enhemis les cbptsser de It centre
Oecttpnient. Ceux'-ci 'siw 'rant d do le
de pe esorm-stis a, lVaincro,
'Par la force des-armes I imag'n rent de sooner de lour c6th O.t
--vne diasse gin4rale a'ux taureaux samrages quYs regarva. A-)lent comme la'scule ressource aes bou'cankers Pour sul)sls**.
letirs peaux comin: la seulo. iC4ew 'Its 'alk
ter,, et e rl ITK
*ttir4s, "a Saint-Domlnguel..**
Ce plan, ex 'ente avec ardeur et avee toute I eeww
,eastillone I titt son entleir effet quant ]a destrwainn des.. Onimaux qui forest tous d6trifits ou devinrent extr6marnent, rares nials il, man-qua de. wcc6s A P6gard de son pTincipat t bj tit la snort ou la retralite deslboucanlers. Caux-d, de.*, ve-was plus terrible et dont la confiauce a Voit angment6.t Optes avoir lutt6 arecavantage conire leurs tiombreax ennow ziis priv6s de luniqu,-eress purce & laquettoi t, tend u jusqu'alors os6rent 4evenir t g gresseurs a* tour tour... et firent, daltis la snite 1, hien repentir letkrs am tagrw istes de VUlle pt&'.aution qu i I P. a vol,ent itnRgWe poxi.rl"ser lear courage. Aide's pttr un petit rombre d1hommes de,,di"Verses.m"O 'tions, Mals qui U e.ft fo moietlt qx une par letir. commuVe. ItaIne pour le AM, espagnol Hs tent6rent t. su'r de fr6les P1toot! e,5 I de c6,toyer 1* ible Ae Saint-Domi JI&I e t et eqmpq r6rent
# 41
sawq relne aes premiers vaitmeaux qu'ils rencontr4rent,
-dans ces mer
,etv i-naviguoient s dans ]a ptu profound sicu4m
rit ". Ce r m eresprises eurent Went& snIS CeS AOUV4eaUXguetrit rilen &at de se re'pandre au. lolin et enpeu do iemps, tou tos .1es pirtlies des possessions eapagnotes cl",kineriquaL furent rempl ies du bruit, delaura couguhas et lae io wrato.,






UO)
Ju mom des Flibustiers les plus reculeles e tare"t pas rabri de leurs hardlies-et lnciroyable. eutreprisest
Do fortes _escadres espamoLes 1"rent armies pour les C.nm.* battle a arrher le-urs propris. La petite iste dela Tortue, aont its Phbust4 it Git leisr refoge leur"fut cnIe4e, etses
forts foretit t4truits, wais ces checks 11'emp6ch*rt-nt I aA qtei Is re, devinssent de plus en plus rcdontables e leur nonttre tie slaccrAt..-ppar, le, concourse Witne graode qttatitltA dthonitoes.attires par le bruit ae teurs sisccuYl, et p,,.tr Vespoir de P-ty ti i er afri-"t (1 1) )Jjjjje$ J'un ennexat de tones Jeo z1ati,014 ElIfin vi t le Moxitevtqoe, plus tranquilles
eurs r0rattes le.4 dangers e les fatignes Won *tat at
Peux Je, les iiixes q- C11ijutCOis sanglantes, qtii devoient #'N.lever (ntre des hontmes Wane. ortgi"e et de hingage diff6rens et la vieil lei,.;e en f ircarent -tin gra'id nombre d a'Jopter
P i jj I
(1) 11, pe.ut y avo r Ae l'inexactitude dins Pexpo$6 des, taits 161Storiques 1. que jo tra;e kil avec rapit]44 ot avec le seul scours de ma mhmoire; mais 'it n en serviroat pas M'oins h donner une lidie'uate de Porigi-ne. et des preiniers to mps do la colonial fran alW 6 SAInt. I omingue. Parmi lee porsnnnesmAme instruites IL "Off' est encore peu qui connoissiplut, let partlicularlitis qui accompagnI& 49 "lit M tondlition. J"oste.,dire quo cptte possession m.ortento Witolft cowntiet'dos VOW rnhne do commorr(4, quorloija le rap. port des biens immense qui en sortoientpo: r lets enrichir; et Cie 3211est viritablement quel deptimla tivoludion I ue d'apr s les dAft ts
lie -a, commenc4, g4ni-ralement
qui ont eu j u h. son, occasional, on
se dou ter de. son J% encore, tes -foibles -Ium4res -sant*Ile# Io partake d- 41un bien petit nombre d'itidividus; le sort do catte colonie ne d pend plus aujourd'buti det ca.prices 4"un r'inistre et do Iavolon44 d4un-setil hpimme totit'-framais est deventi juge datis, st cause, et peut concourir h 4adoueir et riparer ses malheurs 1 11 #vt1woortant que quicolique a le droit direct ou in(firect de pro. IOUC#v Sur -sts deadn4esj soit hlair4 aw







(44)
un genre de vie plus tra :: t plus S4 ire, et les a4
nquille. i dena'
g A 0 ren t d'tI n M*t dont les profits contatencoient dimi-m suer A measure que les JAUgers en, auPtncrttvit;,ut. Les plus jeunes, et Its plw; ar4ens I seults I contanue-rent --le ey livrer jmnIant, quehlue tein
Tels sout Ioriglw Ile Vagri.
cultur't fiait .aisze- h S;dnt-rD-jt*Ii4e-,UO te"Is t- -A IC$ premiers
dont b,.CoAls Obwnus epuii;, pi'as en
,drolit et la Eurot)t4*z, 7que
tout ce qiW Jri rac'ont preink i I jsst;;.seurs
de cette florissante c(Alt, LVe.
4le'V#iS Mt-Joigner rapidement des temps qui suivirent le lberc4eatt cette colonies paissante : je ne:fu7arre'ter&' que, sur queIques Malls dout to,'rapprochement petit Atre PrA-spre etter du jour et de 11111W.'r i sur 111tistrolre de la ge'ne'ration actuelleo,
Saint-Dotninguet' cotnmen ,4rt "a prevdre que1que Consis'a tauce le gouvernement fr-An als la crut digne de son inte're't et de son attention soit qnllil pr6ilt ce"que cette 'Isle devoit Atre un *ou-rl soit quIori la jugea't utile a* -a prepiet dabaisser) en Amiri*quellapuissanceespagnolede, mentaffbi"ja couslide'rable
Mile en Enrope. Louis XIV y envoy un gouverneur, qui y fut reen comrae un gage de &W et le grant d'une protection assure contre quiconqu I e oseroit attaquer ces nouveaux fitilets de I& France (t).
Iw
A 0
Les Flibustiers) olu pretniers habitanide -'.Salnt-Domingua, se. donuarent volontairement & ]a France qui, en reto urassura leurs nowrelles proprikh, at las mir pkr sa protection 4 I'abri des invasion& 6trangkes. Mals quelled dispropor 11 tion da ns la reei.. procW cle ces donations polit*ques!, Le vau fibra et spontanA 4e# MUM= colons wit, gjout4 -One possession iraportante au ao.






(45)
Sous I& conduke et par Its examples deque.1ques homm"
les gouve %rentinoins en
vertimix qui Mu q
Ile les premiers habitat de Sa* tit -Domingue de g ter tiers Mroces et intre' Wc s I devtmus de pa isif- les --ts w.firent 11 tntour du jutlo-&,- a r-bwn--#-ti-tr qni les
car-acte"risoicut 1 8 Uvanlov'lr ci-enn;'t
tty fitire j4aoo ftax vertws do! 1.01-,S Ces rj sjw*
'tables sioit plih stui issent letir hichnatio'n
nature'Ite solit que lies e*garJs dont lits us rent leur assent Ordwines enver,5 des homin6 qat s'LAolient' do nn4s, "a la I rance Je leur propro mon-vement, imt laliss6 une me'moire qui sertz, tou*ours cUre -. &Ogeron ) Pouancey I Cussy I Ducasse et I'Arnago sont des noms t1id encore aujO ur(171-tui),ne so proton cent pas sait s atte -4drissement Ct qi A contrastent d'una
re bien Ctran, les ont suivis des
nanti& ge avec. les noins qui I I
Fayet ,des Bory des Mon bazon 7 des'Bellecombe ect. ect.
Cette nouvelle coterie fut bient6t consolidie et 6tablie d1une manie' re stable par, les scours de la m6tropole) et par
-un certain noinbre de feni'es quIon Se 111ta d, nvoyerp dont Iss charjueS achey&en't de vaincre la f4rocite, d'homixies
-0-04 "M
Inawe national, ot leur r6cowponse fut id'Otro I*vrds prcsqu'*aussi. t6t au despotisrae"id'an gouvernementwifitairep q f ui ndrolt at no fut 'atuais rv,&Ie sur des bases fixes et au wonopole at k PaviXitfs des companies marchmides, 11 impotte pl as qu"bn ne croit
]a gloire at h flintdrat d'une nation Puissante, er qui profit dher- minia h prendre la j justice po ur guide examiner et Wapprofondir la nature d un pacte et do conventions primitives, les effects imprescriptibles no deviant pas Atria soumis au lea des passions et exigtoiient & rwhres r6flexions at des de oins pr6c!
est toujouris temps de reconnoitre ute Injustice ; Ot, peut-ittre eat-ce h eette condition que le phdivix peut renaltre da. Ses Ceadres






(46)
lt$de ulisl -ttemo,,necAylino*;sooentqlieceii tin ril la go et LJU sueurtre et parviurent it leb attached A leux tio,;vei 6tatt san, atipun retour-nt regret vers ce,114 (111TI vt-Ijoleut d"Aan lower Ces ftwints I dunt ta pusbt4itia dewit '%tr4 Cilia ble
4eeuis- sl* loi V de IA pre-wnce et de 'a vue de ce. bt xe*
to*etl a"orde'es Xabt:ml au plus. vertatum OU 'a Celut 4qij 'Ctoit It Plus en Clat dlen phyer une A, ale ur I I US(IU A ce quvi' a on eAt envoy6 on tiond.re suffi atst potir tOUSO .,Llindustrlealt$rott*()Iede6n 'luveauxcoluusse bornalong-temps Ala culture An peu. de tabac, derocouttaecoton, quIts OU14 t*ivol*et)tdt lettr"51)rol)l e! Inainsi ou aides par un on ptusleurt;dv ces bommes qui soub Iv itom dengag ds accourolient dEuropej otechangeo"teittmomintane ment lturl*bert contreun I vxmediocre 1. et con-tre Ile-il4rance dacquedr idans la suite, -4 ne 01
6 0 dans une colom 0 1 ees, namen
rropri e qui offro*t des c,,,intr
ses kdefricher. Quel(julbabitude, que ces hommmeassent 41e ce dimat devoratit que-de. tastes f)rks -et Jvs phaille3 aquatiqtje i et satvi cesse couvertes de brouitl'As achevoleut de rendre mil-saitl 1 011. I)etit Oimagiaer -avvrec qu"elle Ideillte Peuro phint devoit y -p rir i molinsde croire quo
ces inconvemens toient compenw,"s et rendus moins dangtreux par une vie Jabor'lieuse' tt sobre. Toutefb*s on eii vit un grawlill"otubre r6tissir I au poliat d"Ctendresingulierement Itur culture et I urs speculations. Le comawree de la m6tropole foible, dans le pri'lict )e. 7 iet se reduliiaitt, "a Velthaqe des 311luces Produits de la col( 'Mie, cv.ntre que1ques objets do premi eces!dte 1, commemcd A prendre dt: l"accroifisement,
tt peu-&-peu fit connoftre ati C111tivateur les oNets de I-oze luanufii cttsr's en Europe.. Les burros 4e lit parties fiancaise do Sawt-Domiitgue furent po4es et reCOMIUCS I il la fivi-te ties trgi166 de Paix Wts Ave(; IIE6pa")Tleo BAOnt& U11 vit des'-Villcs





47
iMe'Verv e0a.pnP'ttlattion eaccroltrej an Votint qu on j uget indispensable d"kablir une foule de aouveauxchefs en sotw ardre) des consei ilictious et tout I'Attirall JO
iIs Jes urls
11ancien vuvernevaento
4
Saipt-Wtulnguee'toit d6ja arrive Auplifs haut period O*il pouvolit parventr- par 11industrie ) par les settles forces do
A
1europeen que- Unature- ua pas forme pour travalller sousve clel akla-fois doux et d6rdrgeur A xt'y avoit qu'ua example i suivre powr poi-ter raptdemeat-cette colonie- a un, point qui revolt eff.tceir les succ4s passes et P'reParer ce degre, incroyable de magnificence et de richesse o" ell* a 40 eonduite de nos I*ours.
LIEspagnol I capable Ae s'assujetir des tontr6es immense$ Jes-e xpires enters, ne eetuilt pas senti la force Wentr'ouyrir le sein de la terre pour y cherclier ces riches m641'aux dont la Possession etolt Punique objet de 'ant,.,de trii.vaux JOI tant de conqu6tes entre.p6b" k s' heureusewent e%('Icutt!es#A, 11 fallout recourk aux bras do ses nouveaux et infortunes sulets;, ces peoples 7 foible's et timides disparureut par, inilhers daus Its entraiWs dluite. terre dont ils sayoie't peine grater lasurface., pour obtenir les objets de sub-sistance quIelle leur accordoit avec prodligalit0.1. Clest 11 qu-T& futient forc6s & Uri trav al, L 6 crasan t qui R t disparottre ext peu Ae femps des nation's entleres* Saint-Domingue e5toit peuPI6 par un, Vol pas aujourahui ia
million d"indi-if ues on n7eu -it Arace,41un seut.
L'Afrique est eupi 'e tn grande Vartle d'howmes au-so simples aussi Ao6les que les Americalus I waiS P1113 I rt5, mieux constitute's -et plue' capable de resis ter 'a des travaux
lu OUS UIL ciel qui diMre peu ,ou prebque pas)
ie celui qui les a ya nalUre. Oebt U que ITjpa n,)fatla ishercher de uOuicaux Ouvriers do'nouvelles yloctv*Aes aluxi







48
travail Awit le, OUS grind danger ne cons'lste pasAins so. fat;gae et dans #a iduret6 (t). Clest Ij (Ijej son exemplet grdent-a seconder les efforts dit colo. fran t 411 n ais de S int-Domim4o
r1e, le colunterce afla Itti chercher coope'rateurs, Mats qiielle djAiretim! Jes prejP ers Aoi condawn' lu
I e tent es & ne 11
voir le 'oor, -a respirer 6teraellenlent les m"asmes motels qui s"sihalent (lit sein. des inilnes leurs, fr&wt;
n e" furent eml)14 'S qu'! une culture uniform
un tmvail doux et 14ger. On salt Couiblien les pr6miiers liablRans de Saint-Doiningae bornAs -I la possession de trois on quatre esdayes, quills avoilent achetes tu'prix de, leurg longues 4pargnes 1,64wient crai ntifs sur tout ce qui pouvol I reit les leur faire perd et 'toiek Woux Je le.s mintew
:nlr dauts un Atat desant4'etde vigueur. 11s, voyoient en eux les soutiens de leur vietillesse et des holumes qui 4S sup le
letter. force affoibl*es ne lear ten
ment lorsque permettro t
Plus de travai'ller eux-'ine'* ines. NuUe. diff&en ce entire la vie frigate let"la notirrxtora dtL Wane et du noitir les soins, les bons traftemens Iwo koient proJiigue's la punition, des fates itolit, 14g&e $ tt analogue 'a aes utw urs si deuces;,, le n6gre itoit molins trait n esclave qu",c-n enfant tendre chir*. Son it
ent le inal re enmourant donnoit tous la I*bert6 s7ll iNvoit point Xenfans et dans le cas con(w), On revaar'quera peut-LAtre que Jai interverd quolques ipo. queso. Peu imported q lue dans une exposition court et raplide, ale place, un peu. plus t4t, un peu plus tard, celle oh les premiers zoirs furent travsplant6sh Saint-Doniln- lue dan*un 1)rkih quik pour objet de satisfaire ]a curlosite* sur le v4ritable kat, de ces hornmes si essentiellement nicessaires & la prospelrlitA des colonies: 21 suffit de faire connoltre leptincipe et les causes dun 60nement qui fit jaillir, 'pour toute muropept pour la France en PartcI U4uliero une source inipuisable de richassesj'o 0 4 0








il affranchisso't du moi
t4moligne le phis 4e ze, le Ct de fide1144,
Ce re*101me paternet fut sufvi do stic&;S Inesp4i4a et que de foibles commencetuens fi avolent p4s ineAme potrints fle prevotr. Ut onne I sucre 1"Ithilop 1, etat) C()I11I110bCeULCUt dO' t i itt's h'Salin't-Dotiling'11-e et
ecle'le c,;Apir ru-tont u lzi e
reu-Strent au-Jel. de towes esptiriIAC69. Ces lionvOllies C104tto ture extig(Y ent des 04t4deO"ables, e t i rne augme n
station do forces. Le c-ouitnercie iiational .6t scs n6mbr6l I Xvaisseaux pourvurent A tou it. On -.,,It 11:1 colotilb '4e Sal n Doiningue sl levei ra ideplelit it U11 haut de.gr6 de spiendeurto ttannoncer dejasa grandeur fittitre par lies I tia-va-tix 'et 1"inaw, dustrie deses cultivabAwrs alid's par, ies advances tlu nAl gicuutt I yu $ certaiii'de profits Hum ieas(ls site-tout stir
1 exportawn ex elusive detit p-r4dieuses Aenreeg- toldil-i'ces iNto*t pas decoupage par 411iletactitude ou ak 1 ,Iezif ue

La iliouceor primilivres -dut regime' 9 n 0 SatUt' Da" injilgi. e fut sons 'do principal es catises- ae
ial)kxideor pre-*,ress vO "wall"r4, le*ientr', ,es du niqnopob et'
9 9
p sees par pes com-*
viaiflfe leg, Jutes toix qui lut, f lr nt i 111 6 pagiiies, aviaes qui tionnei-ent le pr'einler exem le" 'envvager P 0 ,
Is
Te fri"It des sniev 'S' du coloii lab(-)r*eu'x- comma u n blett qt.,x Teur apparta, toit exclus, ve theti, t. Bit nt t ell t' t a' a fin Aaw le e I ju elle $11 C'S YJ elne vlo; t ocdasionne,3.
testes i.mmenses Oe des Ores econOnIeS transintrornt >L
f;a I S 4j
des e n" qUL ignorwient ou (jul on I
leux av '6 i 6n t co L1 te de tra-v aiix et de soins, un lux6 (Arayant qui en'idut etre le rgst116t n4ti,141-1 Wtrompw rf c t tout -A tin r4gl'me paternellinainten,ijtts ualorspaillint
_q e'ret pers nnCIt
ot par es Joix deuces q11L- m'nins par 1 nelg igen'ce de '
4 1 ehoient diarg6s de I fa Xkuterj qu
ju es ire e e par la rareto
L






(5o
Ott.; les appliquer I koient t*mb#*o!s ptu 4-peti
Jans Voubli et" en Usuitude i ce rigitne* d*00-je succe'dale regne e Ve goIsme Ila var de ice de' Ja harbarie et de
tolls les vices qui. naissent Its uns de's iwtres. Bietaft la &Wreitce et opposition de coulear'qiu disthingue le b anc et le noir 6'(?-tenatrent ou-1it"I I& CoMparaison the leur existertcle Worale le niahrent fut Ins qu'un -ehre, privilege iie pour jouir et Vesclatre un linfortur.6 forme- par ]a nature exprO pour travailler sans cesie et rour souffrir sans aucun d'dont)nagement. Pes milliers" d'howtnes furent r*un*s dans Ulle seule habitatiolf; et A"Un bout de, llantiAa & I'autre et les agrees suivantes I tant que teur existence pouvo't y suffice
j Is traxgull Orent sans, rell-che pow un-waltre que. solivelit
0 6
llsnelcoq olssoient pas, et qui au, sein de la, m-6tropale,, devoroit seul le fruit aeS 34eUrS de tant (le malheureus', et oblioit, au de I& vAurte' et des d6lices, les larjues et let
souffiWices quIelles' avoiint pu leur coker. Souvent au'ssk e0olot Un jnaJve doux et humia Ii it I et qui digne de posse'der les Liens aont la forrane PiMit comble I 6toit rempli dunie, tendte tollic* tude pou aes hommeS "I()" "s tie lui et quo Present *1 eAt trait6' Comm I sea enfans t A donnoit deS ordres press ns d'adoucir leur sort et de lea rendre aussi, heureux que Pitat desilave le compotee, Mats comment
,to t
spe'er quTs fi s; ent executes par des cb rg& I mercenaries ten ani6tralement 'o osh. Un et dont 1e3 lint&ks y 6to t d PP
government quit re6toit fund" sur aucun princlipw, Sur aucune base fixe et qit Ii n7avoii t de durable que le plus Inurd despotisme ;, des r glemens arbitraires et, incoh6rens; des
qui, avo u convenir A aes homes simples,- peu
110inbreux et MCIIe- condwre, mais &venues plus qiOinsuffieantes Pour regler et mettle de *uates borne& i Pambititon, et
c jpiditd de leurs atecendans le- funeste wiluge des








aox passions si faciles eexalter sous on climate brMan -toutenfin concourut A miltiplier les abut u firent Wtintk dis, i e et I"
Opatoltre k Mlicit" innocence des
Readers tentim, et 6te'rent anx rkhesses dont Slahit-Da-w minghe etoit-.- Aevtnue une source f6conde I une parties de leor prix par la consid6rationdes maux qu!elles icoftoient i

Je viens i Ilitat actual do Saiont-Domiingue. St, population se devise en trois clisses inigales et subtuvisees entr"eltoo par Ies distinctions de couleur 7 ou par des nuanm Plus 6U snotns fortement prononcdes lea blanco lea affranchit Ot, Its escia"SO,
La prdmWeest composip de cr6dles descendants, d7ancift's colonsi et deuropeens attWs i Saint-Domin'gue par Ilam'bi.* tion,'et par Iles'polir de "partliciper aux brillantes resources qw ce pays opulent prompt A qtuconquo ne d6dwgne pas Alt se livrer au travailo Ces-'Jeux branches, dt la mdme famflie soint retirement confondue's f et, em6asse.A t le; deuxkats
4
par excellence f de c*ommerjant d1habitant. Les Prewte.Irs .Venplentles villes les habi tan'sr6si(fent, dans let habitat On$ qui cotivre."t lea planes et, les mores de Salint-Do;nlrgue ou -y sont represent& par des promireurs. Clest eux qui
I& t4te de quatre cent cinquartte mille enclaves Cultiven't ces pr6cieuses denr6ew qui enr b Chmetit, I& mitrop'ole m les enrithissarit, eux-malnes et que le commerce national vient ,rharger, ii llenvi I dims, lea Portar notubreux de'la wl,)nxe et porte en khan g,e auxcoloris 1 tOUS jj S
ja marine I le
objeu Je premi re nicessiti dont Nducation euro 'ennb Phab*itude I ont falt pour la plupart dentr"eux le premier Jes bes*inr* et gene'rademlent twit ce que leg hianulketuies skn9ai"S lapriqueut en tout re de lus riche et.4e r1gs









Entre les deux classes des maltres et des esclay0s a exv, te
lie des afC6-anchis nt gres I* aiig-m4l4s 111,14quOici ce tbres Ou, 'S'
mulittres I wefis quarterons, enfins presque toug issuo 4"un commerce avove par Vamouret noa par 'tes (oix. Les t a WT 9 et la
ppres ou Its inal res qui its d vent la v ie I Its W liberate le plus grand det,Ais I 6i regartlerent toll jours comme le boulevard s combine les garans de leur Areit.'. itidlvxdwlle tontre It$ irsurrections de Pescllavage. Tel e'tolit Ju moins 16 service'qu'lls recurentconstamment de leur reconnoissance tel e6t meline 'Io. ,e Vassurer $ 'le, sentinient qui. a 'm i to jours Ifs gens Je couple. Plus d'un sli ekle'de palix et de tra n 'll I ouhl pei s s-pa
146 tr e ine par qtielques complot tr6 rticuft
't", e Plus sAvt woit n4ge-- Cette tOuCJ'a
cite du bienfait et at la gratitude durerbit encote des ci constances _61oignets et impm"",vues uletoient, vopi es interrompre et si des -conselils et dvs, suggestions permit Jw slntcts hom Me$ I jusquWorasit d 40;x'6t'*i fades) ne les eAt mra,$
hwifis -en tigtes forces, q *,,, dans leur fitreur, conro-no direct Vinnocent et le cou-piib e, et, c* omprilreut dans, It me'rne proscription je colon qn1i -tie Jes offense jamais et 11111&vidu doiat, les in *nres troploiig-teinps*lnipuniesa-voientl)rovoqti' leur iwe i(s,,entitneutf
Eitfinvietit la dasse, des %illaves, se.pt foisplus nombreuse que les deux autres ensemble (i). Elie est COMPOS60 en Pat-tie

Vinfide'lifi des recensemens, qutw. cheque habitation. doit (Ionn*er annuellement_, et lee fads.ses diclarations fa.ites p;r beau* coup de colons t, malgriTes, Pei net auxquelles its s'expoSentlTour sle soustraire au paiement duinepattie de I& contribution mo-di. que, connue soos ta nom de droits muniti,vaux, emptAbrens ,touj'ours- de blen connoltre 4 q4el nornbre fil6ve ItA Population zotre de Saint-Doinintme -. on la faisoit monster, en, 5 h endrou trois con milla t4tes) d 'tout Age et da toursoxe. Des lum*4res plus








n4s dans la, colowe de Ores YPIMS) de, Gulklee, RIMS qul y sont
port s 1)ar les vaisst..-aiix dti comia-erce. It Seto, t, dif*fwile do 'Pronoucer, Wune-nwwe re precise et g6oe'rale stir 116tat du ..u ttre 'daxls la -vast(-;, re'glit)ll Collnue SOUS le 11.0in de, Guinie 'On Poorroit aire) avec Write' quil varle .peii-pr6s conima celuides paysaiis '- repandus tians les dilLrentes coutrees do Murove. Les ntwurs ef ks watts d4es Iverses Peuplades y;, varlent encore plus, La% le'noir. st Uvre au travail pour sub.Iister-5 lic 0 s la plus
it it: vit djus Vinaction-et Y6 6te dan
profotidelhtdokitce: danger) futner) boiredu Yin depalmiert et faire 14 guerre aux 1) kes f roces -, sont ses seules occl;xf- tions. Les travaitx fatigaits de Piagriculture I et tous les &ft tails qui en dt-',* prudent sont aba nduti'ne's aux fewines i Oett a clle "a pourvoir, h la ubsistau'ce de leurs warls ou plut,6t do
WOO w Nk"
exactes ,qu'on a pu recuelffir depuls Is 610isnt) 1788 et 2789, k qua tre cent cinquante tAtes... -. Cette diffireoce Cnorme, op4h dans un t-empssi court, est fondge 3Ur l'inexactituat du premier Calcult et Sur 103 encouragemons que'la trite des tioirs a re usdahs cet Mtervu*U. On cst11U4,e que le- n' 6 wbre de -ceux quo fa guerrt, ou les mata diosont ernporth, depuis Viusurrection de i -s9i, niont* k 304ailte mille.. perte'efftayante., et que la suspeasion dei inovens ordinaires d,6 replacement tt!a pas permits do r4parer Jecrois'tne'rne cette est I imation hypotbkique tr6s-mod6re e, d'apr4a
gsls quo I les epide'tnies, mais sur to
les rava u t Is p eti to v 'role, ont
eaut6s partni le-s brigands k eux-mAtnes et (Upouryus Clet, See(-)U.rs bab ituels qu'oti Jeur ptodiguoit sur les 1 abitailon$.,... itfallolt blen fertnement computer sur ]a botme RA d,.*s auditeurs Four parlor i la Conventloanationale de sept ceat ainquante Willa noirs, btu'taui de terser jusquh la- derni6re gou"to do leur wl&pour la Wetw- des inthhs dia lax6publique'. discourse, da sol. 41isant &pute Dufai)*
ID 3






(54)
leurs m att re a quis pour grace sOciale aalgneat les con* server tintqieelles sont jpeunes $ lies cbAssent ou enjont, It# Alomestliques de leurs nott'velles espouses lorsque leurs attracts at leurs forcell out et6 affo'blis par I& vieillesse. Ailleurst On VW t des nAgres, emironnes desclaves I quvils trai tent avec, tine barbarle incroyable. Toas en g4ne'ml d6penaent do chefs OU de rOi$ PIU& ou moins puissans quejes preint6res relat # I e # #
10114 110us' Peirgli nt cowne des tires alters de sangv Inals par leur inte h des usag6 moins bar.
bares et plus lucratifs, se sont depulro arroge le d 1 roit de trou* Ver Parmi lears suits antant Ae crimlinels quilt ont dlesclaves h f9lmir caux'' naylires qui abordentdans leurs; 6tats pour faire ]a tralite crimi-nels d's.je I dont le nombre augntentej lour gre' I en proportion de'la concurrence des man6hands et dts acheteurs dont. par fo*s
ae la volonte i its remplissent hs
demandtg par des retranchemens qu7ils font, dans leurs propres t6ralds I d'un certain no"mbre de sultanes qui I nlayaut PI I tis
0
4. ozhear de leur pla'ire sont condamnees a*' aller cultivar canne, iL sucre et le c4fier "a Saint-Dowingues ou dans les colonies rop'ennes. De sorte qieon pourroit diire., avec quel. Ittles foudemelit I qoe tel prince 'vendroit volontiers sla *a.. tion entl&e se'Presentolt, un no= bre 'suffisant. de juarlb
hands pour Pachetero
It en est caVenjant qui plus hu mains.envers leurs propres s jets I ou as.sez prudenis ppur Pr' Uj evoir ou C'mindre les, consep
tluencesyl)re,f6rentdetliclarerauxpeuplervoisinsun injuste et sans mot*fi ) dans; Punique objet de faire des prison. iiiers') destine's A la traitei des Europe'ens-,- que llayidlt'6 y fttttre en foltile j jes Ai MA e eme souvent entendu accuser
d1exciter ces guerresi I dont ils sont Ars de recue111ir le ImIft.0, cipal fruit $ de quaique c6te' que la vktoire se dedare.- Le rel f* I fultat en est toujou -utre ce
rs le *ame 5 d'an cW ou. de Pa








sont des prisoners Won fa it quIon leur vend et aout is prix qulls Se Sont afrcvO le droit presqieexglusif Jle fixer it 4V
yarie scion I& concurrence On selon le nombre plus ou wolins grand des capti'A ou des at6towis. It faut convenir que Si leur concours et la t m xte otit donned Ilien A cette11OU1101ernal" i A
gtierresen elIcs-ni6incs. P nofiut computer suraucune, relatiolni
** o itest ue lorsq *il
1, ten Const U, 15 irommewce*rent a* kendro
Jeurs sp Pctilat* Je$ cA
e ions stir otes d'Afriqtie les
peqlades qui les habit(Aent Oolent vownises a des potentats
OA
dont on- rac.)rte des clioses qu* par Itrf-Aient inc7ovztbles stil effes n &Oient suffisammetit atthtf, es 7 kolieftf livrelvs 'a d1hor"bles Onvulsions et, d *sprtroissoi nt, quelquel %*,g t
tie* res & la wite ditine guerre sAIn ,irteo 11 Suffit, pour 'er* faire tine juste *d6e 7 de We PhIsf[oir(I' de la Con4ifte royaumes de hAda' et A'Ardra p* le f6roce roti de Da19
howai j dont Parm("'erictorlicuse d4vovt en Pell dejours douze 'Mille Prisorniers et qui desirant f6t iner' qizelque4 haismis Ivec le -commerce europ ei:'
6 1 etabill k -Juida 2 canSentit A soustraire A la xnort environ ilix-huit ceuf noirs destine's a' 4ronver le sort des pr6c4dens et les vend'it au capitaine avgtais Snelgrave, howme digne de foi, et qui a fait, une relation de"taillee de cet 5plouvat i table evenemeut,,
Les princes n gres- ne sont p.1s hs setils aujotwd'hui qui so
Ieta de ce traffic Jeurs stijet'i 'haitent leor c."Veniplo
comme le seut moylen dlobtenir que1ques atticles Altilite I et uelq'*uies march ndisesgrossl res, qui sont, pour eux des objvt4 de Itixe. Ils s7y livrent M6 'we I avec (Vantant phis d1arolleur qtlil s ont prosqne sArs de llimpufiW. Ills slapp roc- heii t t le PIUS,
ecretoniejnt (jullb p envirous de Ptabitation,
aune" peuplade, voisli ,te 7 0"ti (Aoignee dans les t-rres I et se tienneat tapis Aans les W4) ou dans les halllcrs qIAi lei ei D 4,







vlrox pent* Malheur aux eufans' OU aux jeunes n6gres qui (*eut 676cartet, Iila -sont pi 'is, baiVonA ''mis dans ux), sac 1* 1&, voleur le* eu"rte mc uce vitesse proportiomA, i sa jt iev OU 'a' la cralute qa'ita Jleltre poursurvi et va sur le champ
*venJre sa prPW AU Marcliand eurupeen qui no eenquiert jamals a le druit J'f.n Ji,-poderj ou bL son defiaut a cer4olk
la ts factenns ou courtiers litgrel
.1 1 qui se sont kabhs dans
litux oil Ce 000amerce ebt 10 plus en-vi'veor et qui plus intellig(ms, que te commune, de leurs seiub ables, tra-vaillent pour eux-malifts, ou sout charge's de vtiller avix intirehs its prince* mart.1unla.
11 t i4te Une a*re mati i6re iv Lire ce c,,)mmerce. Des -forts oa
Voin arm son L ri'p;indus surd Iv ers points de ceite c6te m 1 iJandailsetPortuaw
psu4e I appartman t a" A n 61aj s, Danoi s, I &a!& Dbb marchands ou des ctwpagnies de niarch,,inds de 'es nations, envoitut -au Wndaus les terres de > factetir s Oares, que leur pw.3 sance y fait respecter ou quli sont 6ous la prow Itection d" py kares qui ont tin i i i te't C* t d i i ect a I es'm. 'nager eux et Ceux qti'ils repre'stit tent. Ces hon4ms vout 'de tout c6te' rafter deb esclavei qLton vat,-t aux fers et qu!t* wiw ta'sswdans des prisons ou bape. 'tAblis .1 cet effet dians lew 'rts' de la c6te, o4 i1s, ri stea jusqu'a' ce que, 4e, batimeiis eur peens do routes les, natiojus 2 wertneut les trailer pour les"rorter aux coloijie6 : c'Cst cc! qulon appelle le rachat..'...
commiercerallavantagede pouvoirse charger wr le champ et &6viter les uombreux et dangereux illcon.veniens qui r6sulteiad'un trop lovg sejour, Sur une cbte, One'ralemeut'mal same 7, -s'oit pour les, e daves dej a traits et tenJus bord *t Pour les equipago des navies, Mais elle
est xhifiniment infocrieure 'a la tra'te proprement dite daus laquelle Pacheteur accelAe ou refuse 'a son gr6 lp tkes qu'on' 4ui prc'serite i 'au I wili clue dans L rachat A est fbrC(: dlache-*






(37)
Apr en, bloc e$l presque sans examen* De toute-S les inatiOlls qui va*,.dew#Lnder 'a IlAfiique ses dociles et iobustes enles Frall aii assent Pur les moiris hatAles et Its lnow$ lieunui ce geskre de commerce soit (Ittlils en went iui.,
quid, inolno We= approfondl les calculus et les s-p4culitt*0114 Soit que levice ai-it son princlpe dans les abus qul* aCcoulliaguent les armemins quiparttnt des ports de France I)Vr 4 consonant 1)ourz0te Jo Oulin'e. Mais ;eorwbien *1 seroft PhumatllW V* tto il 4 it vrai* que vinegalite de's ayAntaaves 'et des succ" queles commleans de ovation, reticent do
la tral'.to des I noirs (lerivent p-rinclpateluen t de ce que 1 4116 41alignau-t quelques Wn6RA#-,de phis ils preAreta de se liv*r 46 la senslibilit6 -,,quii, cara-adnse le fraqdis jusque dans ua ,,cominerce r6provv6 par la saAe PhilloOpliie inals, yAa nw besoins Pha bittide et le ca" n I Cours de tous les reuples tPEu4" rope out ext quolquie sorte rodul'al"thne. Le nolu, franc4u*,; me fut jawais eaenduy sur les bords itfiicalns, avec le m6we tffroli que celui de Ilanglais fiero6e ou de Pavare. eiflegma-I AijUeL hollandols-o et que'Ves' qt2en soleAt les 'alsonN Ica carg4soiis krang6res ne saurolient ehre compares & la beaut.51 Ae-celles quisont destinies pour les colanie's fraivaises..".
J
De inaniere ou d'autre on peut dire avtc quelquefoudement, que Paricalin, resserre entre les.be' tes feroces qui envu Onnetit Sull habitation la tyrannic de ses princes ou de ses nialittes Wet Ila-vara cupidity Jes europeens est tre's-IndiWrent ur IL cbangement d,infortum) et vtbandonne sa'as regra le pays.,qui I'a,-vu nature.
Tj6S 'que lea, carguisons sont completes on part pour lei conduire 'a leur destination. It a a niple
es- e.Kel S 7 Illellic
nombret;x de re'. oftes' qtti ont eu I ttt bord des vaisseaux turop6ens qui transportent des esclayesi, dams 1*--s c Olo ii et (Itii ont eu quelquefois les Suitt.-S les -Jjlti








forw touiours occasiioyw4es par Vintertittide du- ort,"qui
*ttendoit ou par les mauv&is traitemens 4uxquiAs flAtolient exposes de la pirt de"s equipages.,L -A moins qu un capitalifte ferme et vigltant ne tienne tkiir4rement I& Malin AU MaIlltien Au bon" ordre) ces homes grossliers ne ardent pas 'a rafter des infortunes a-vec le me5p ris le plus linsultant 16 plus
-0
'istoUrable d 0
Urete; les tegardent &-peu-pre*s co'lime ce-s'awSlAtIX 411el'Afri(pi eproduit et iioft enferMe A bord dansAet
I
cages, pour les transporter en Europe (1), 1: As ne dalignent ae 4do-uter VAL Pw5,-e regner entreux quelq tie' resemblance I aVeC JeS. f ordure An plus
que pour se vautrer eMMeS aang 'I"
*Ae libertinage. Malis fiett nlest' P fWs affreux qa.e Nsa ze oit Its sont tous de persuader 'a ces 4tres simple* et bornAs, qiMh ro les conduit eu Am"erique que. pour les'Jivrer 4 des anONO Novo=*
(i) Ces details, sur"une matiero que d*autresoat-ant moi., oat traitie, et mOrne d'une mani re plus &eniae, d6plairom i vartaino&," porsonnes. Je suis s6r au moins do dire ce qpt ne Nvoit pas oncoro M toutefois eest dans la traitor ot Its krangers %U%
)*on observe ld plus'ces d6sordres qui font g6mir Phuwa 6. It w V
A Sst Point d'IndiVOLdus P1118 Cruel$ I, plus Aroces' que ceux d'un* madan au sein de faqu- elle on ne tesse de parlor de phil6sophie et Wamour de sessemblAbles. GestdAngleterre quesefireatentendra Us premiers cris pour Vabolition de la trite, que le FranS;is.'senihie etetidule, accu illit-avee enthousiastne
-e t I Cest do Londres
qtw partit 1 6tinaelle qui, apr4s avolir pris des accroissernens IL Paris, alla embraser. 1infortun6e colowi* do Swnt-Dominguia- LaFrance ea T-Jus de trite, 1 lus do colonies.... En Angleterre, tant do, Valnes clarneuts opt donad lieu' a quelques ire"glement Inutiles; le commerce des noirs w plo eit"vigueur uejamais, et leis An,, tlifis oitt vu toinber 01 atre L leurs mains toLitei les possessions co.o,ul.ales de leu s riva lux. I. Frainjoig republicans 0 ifonnerez-votis Or) mno sous lo r ane des rois, dans tow les'pWrs quo vous towl sAns cesse cette n.ati jn refftde et votre hternoN ennesu'.





59Y,

tropophages", qui lea acbetent pour les_44yorer et tits. se ,un 'IOU barbare de lear inquidtittle -et de Pan9()Ji4-" qUI.
its, eprouvent. Dela souverit taissent leis rk-01tes I le d(.14.0 coutaw0met4i tede'sespoir et Ics mahtaies I qui font cllaffreui r#yages 4i'Ans Us carg iisonst et lesUtrinseqit enti6remert laVatit Witrriy'er au terme du voyatre. Autant. Pacheteur fran.0
ais est pln-i difficile que ceux autrts stations sur fe chw*x des esdaves quIl tratte tit Afrique) tutwtj Oil hti doit cette J-06tice it les surpassed da-mi Jes soins qtlvit prl;od gtte 4.1 tes infortun&*, dans sou botd, pendaut la tra-vvrsI'ejUS4w, .qu'aux Antilles. S'J'Ll C 6, de ell ce "a A till sentiment dhu1na-4 Inte I il ne cousulte pa5 -moitis sonintefe*t I qui exAge -imp ieusement quid waintilenne ses esclayes traits d.avs lull dtat de Skunte et que par sei bons trallefuens I A "Ith6ve ,de dissiperles' inquietudes qui pourroltat'letir rester eucore Vusa ge general est 4 teuir aux I rs tous les n6gres OU allL z1oilng Its plusvigoureux. Les capitaineefiraqais sont pres" que Iv.s seuls qui les laissent h6res au bout de que1ques jours ) hien entendu qieon prend routes les p r6cautio'ns que, la prudence pr scrit et qulexi 4je leur propre sAre ct et Celle do Iturs ekluipages et its se contentent I la nuit, de faire faife, bonne gartle sons les points. Us surveltlent excitement len'rs, ivtelots, auxqpels p;4r prudence et pour par6r tl do plus graves
4
Inconviniens Ils pertnettent de se choisir chacun utie cotanpagne parmi Its n(#%resses) qui, recevan't d"eux quelqties pr seiis s y attacherit et, sout autant (Ilespions qui. ont Pee it overt et ne man4ueroient po de d' m er 11allarme, Siur les ruouvemens irreguliers qu e e I
Iles obs'erv toi-crit dans le rest de leurs companions Wc1s,layage.
Ce n"est va,5 beaucoup dire que cl avaticer que ht nourriture e u a
vu est soj)rie' re, celle, a
(ltl'otl leur doaiie r',, wrement, laquelte As 6 tolient accoutufll a- ell' GuInGe. On n 'Separgue rien






60
po'r les' divertir 'on,'Ies fitit danger,, et on s ,efforce de leur Proctiret pret
feg'ntkw ns at- dissipation -1(-s 1410 pro
4 waint(.41ir 1(ur sant( et Itur enjouemeta, et 'a Aoigner It tristeSse et la prAoccupation. qu6 leur nouv4I &at I et 11 quikude, de Val'enir aurolcnt pu leur fatre s,-witracter. Glest
qu a Stbins dleprouver des epidewies, des walbeurs iavfz-vus I tn parvient A condti" dans. les c I
1 r4a olon 'e&'ftancatses
Ce6 beetles cargaisons, dont inie venteausst prompted qtilavawk- tageuse $ pale avec wfure les depentes -'et les soinsqu on en a
Atissi-t6t, qu"un Uftment Ttg
e riez,,,e.st arrive dans le port
on -antionse sa vente. 7 qtt'i in nouvre q4ilau bout de que1ques
Ib
jours 7 qui sont employ & baigner les 'esoiaves "a les rotter 411bulite- pour rtwdre jeur peau -plus br'IIan*e et plus noiroo Bientbtlesacqiiereurtaccour(ntenfoule allS, velix (iesquefe on s expose- tout, bw*mes et, felIMILIC-0 t, IIIIS Corme I& I*
MCA. Its subisse.4it Pexamdn le plus 4cruputeux; s'ils vienneut le march est bie n*t6t con clu ; Pacheteur les c' dulnl-wrre les fait vetir, et ne tarde pos a vienvoyersur SON hahifaeian Is par cette
ou ces pauvres malheureux, -e'totjrJ'
Cer6motiie' areivent wyant &avoir-repfis leurs esprits. Quelle ue suit la diversit6 des contrees d'ou" ce s honinies sont sorts ils inanquent-rarement de trouver'dans les babitatio's Ou 46 dolve.nt rester desormais I que1qu'lit'Aividu de leurs nations rebpectlives, C'ebt-I& le moment dekisif let nouveaux Venus,, qui' oat igir)re jusques-fi ce qu7on, veut faire (Peux sont bieril& inib an fait par les &nciens eschtV44 qui-ne'ananquent pas lie les disposer i Nfard de leur sort avertir d'apr e" s leur propre plan-it'rle de volr, et Selon le plus ou. moins de satis& c..w
S eprouveut eux-juemes. Mur
t-*uzl qt ifr A eux alurs 11babitant
yd a SU Slattacher ses iioirs et leur faire almer leur etat,: 1: .Sdave u--)uvcau manque rarement de prendre les, IU Mes









heiire-Uses ou e VOM0
ns d A, les. Dang I* prewier
C" le twiftre WA (lite foire de Atl qule'ter Vexemple do sanattelw*.r saffit *. le Ue*gre nouveau exetupt des Inqm'etudes passee. ar le spectatte qu7il *.s les yetix I s y *11corporo I ein espri et Ie& cliila At Wi-jai4weetel Prend ral'tid ent I' Ut
tions.0109b.m4ontie tine mellIeure notirritare. qti'nn, est, dans I'lusage detwi. Jonner I poor partager, cefle de son CoInpafty triote- fi7lt 00'te en tt)'Ut 1, e t Aula ne tarde Pas A suivre an travail 1, lqng wtaps lav xnt -Npoque We ordlinairement p0q ry cosduire, la prenxibrt fois.,Lo changethent 4e CI*
et do regime, n7y fa Iit, p Wo, rien ou prosque rien so porpo se resseut de- la diapt )sition de son Ame I ot acqqtort joAje IsIneat itne viguear quk saccrait.A vue d'4,# fnot*p
x4tre affected pAr- des causep,.Aloi fleesil !dqnt Peffiet Ae, a fea&-ou bout, de ,,quelqtie.s jpqr*., a,,.4e quel m4u4 Aa, appos, i teUt-s que It'!s,, spuffrancpjW,.,'quI 1, a --rou 600 I'_'I op yees, 4 4,
&s navires soitpar IaId*sttt#,,d,1404*, soit par,,i n P 46*our t eg Cette, hituation st r is
Mais qiiax4, thrivee au lioa.q4il, dq 46sornials, biter a premier spectacle qu* le frappe, e$,t,.jjqIuId,'4n atelier reux et decoor go qtiand A.- t i pietctdes raspees vI neut se, joi*tlre de, tristt's et doOoureusts ide'essur son-wt
ttond desseisvices:I'de cip noo veau rnalhepre 4*? avenirlqu.4, re
quel-fruit pout -on seflatter Xen retired On prexaieo moments Paccabler, de.soix;s dhercher 110 diverh*r A- le faniii aVeC JeS ob, ne i1a f. tale
Veiivlron nt
I lots su
invession est d( a faite .Iles soin's m0ineqti onlui prod V10 IvA deviec'nent I.tItsupportabAes it se regaide cotqn unp vie-* time on enlnol..'se qua pour,_Ia A6vorer;, un doideur
'St pide -3"empare Aer lut, son, awe se Writ soii. itriagIvation effrayee se vewplit Je clutneres et Widees accablantes "It on, tenterol't an vun -do d raclilu#x,._,, Sou maltre n es't P169 1 Ses




31





ytux qtOun'be)ullreau sangtimaire son COMPAtriote luto, devieft t Indiff4ent 7 tout le remplit de defiance entin la mort settle i Jea tharmes pour Iuli 1- *1 t u'est pas rare dyen voir q1ii cherchent dans le micide- 1'e torme, do- fours maux ; d'autres tombent darts un Atat de langueur et de inarasme auquel on -!Mforcevp
it etiyahi dp-Tem4d* La inaladie-la 1"lus COMmune-est une espike-d'hydrnpisitA yu se mant elMr Ulle bouffissure qui sl,*ccrolt jouinellemient et Wetend t a
ur certaine' I)i tfies
tandls que d"aufres devienutn-t caffleuses et d'un e i e snaigrour
e&414 bte. Clest envain 4tilon in terroge It malady I ii
est augsi di'S$1*mu16 que'sa blessure es't profound, et it finit par mqwir avec sop secret sans aymr rendu le plus liger'ser'm vice Le mature I consterne" par cette perte i;est pag mouts iuallwureuxr r les s6u'p dout son ame est*ssi6.oAe. It e est qui ignorain's et incapables de re mo nter I par 19' refltxion I ovem les causes r'elles'du mal I ne manquent pas en pareit As it topaltre leur iniagination it chtm&es ) alid4es 4e sortileSge et d"empotsonnement at,' funestes tales qu lils se persuadent Aize exerch aecrkement'.par'. quelque'sujet malveillita qui 46 ic xcht d S Oule. Del* les soupcons: aureur delk Ica p6qui.-Iftionsau mmewdeouttefilers, dont 11 itly a pas unseat
d du qui ne soxt frappe' (leferreur et qui ne trevable avec
A
dela enfin des supplices, qui out JU anjt6 et 'WUne
wMir q A '11 geanm
gle et bombtre veit
,exerce arbitralitement ", tur des- preuves qm n- en sertnent pas
djx416me'' artie J"une; aupr6s des tribunaux ks pl
P us rigouTeti 13
I
ot, orame kvsst uutruit que moi sur ce chapitre mais unpartial I et su'r-totit 'Ij _.estde&wt6rass6 -.)'COnv'1endra que
Intureultst rli u moins que char Le moyen d,"itre cetb pei 9de.a'nSLUJ *1 imported
C013te d i *to aieut ou'- I tOUS q1fte ic le sois
-6t. -sa doute de dire 1% 'r t6 a-v.ec franchise et oxictituae;







(63
ren serai A'atittut phis Vroyable et moins suspect alus to
0 r t des ra s *4 adoticir ce tableau
ecl its propre a ot I Ptouver quo
Ces traits Condaninabtes de barbaric ite sont qUe trea-pardcilva lierst T .:nt pis pour ceux qui sy reconnoitront. IItu e6t pourrout een Aire 11appitcaition mals i I est -ALUSSI JUSte, (411* Collsolk-,ut deAlre qu'il existed un bien plus grand nowbre v
OU qui Is i '11im-pulsiou de leurs
zaaltres d et humaxins 111VUlt
Mrs, vettlieux et blenfaisaits ) on se f )aUlaAS
illus*on Sur lletendu'de,,Ileursdroits et de leurs devoirs ont 3u adopterr et matntenir uu rigime qu1i a suffi pour renJm eis c' es affreuses abs lujuent 'traug6res s'ur le'urs habita-t tlions$ et qujio*ndgendamment le la douce satisfaction de fair* le bien ont obtenti- -Aes su-'Os, clout ceux qui adoptilrent x1es maxims tontraires n bnt assez, g4miralement s'isli que 11olkl4k bire. S1' leur eXeMp ,e eAt &6 imlit4$ si Phomme, atoins. aviat ett mieux connu ses vrais linte'rets.f, la colonies, de Sai ntft Domingue nleAit pas moins bri'llante, le fc-ride Phumauit4 qui se fit entendre en Eutope ne nous eAt pas tous enveloppis dans Ile welple, reproche. Que disje si les causes uleussent pas exW6 'le 26, e philauthropique Weut',pas klatei iNut pas songA 'a nous : Pesdavv istu'le et content de son sort,'' continueroit Wexierouv Ir le seldde cette terre r -f6conde bt,
patrlie remillerolt encore 1e fruit de nos sueurs et UOUS attendrions Welle ave C shu ri te' des cliangemens qu elle: croiloft rolt devoir apporter k notre situation avec des lolx r gle-, mentaires s moins pour nourm astreiudre a Ja pratique de nos
A
devoirs que.pour.; obvier ce quilts ne pussent ttre violis dans la suite.
La colonie de Saint-Domii'ngue est cowpos4, dq tro*.s d"vi,* sions connues.sous les noms; do parties du Nord de VOV et du Sud. Toutes out de couttuuu It m#me' r6g
91 ., Ime
Wemes Usagesi 11,06 m4mes Vice$) Itts memes bliena et









ta Parties da nord, la phu'lloriso-sante, de
itonsi.45te dans toute sa longueur, en jiltislieurs planes de gromdeur *U g;ale I et resseirf-es entro la mer let une chalne de mentagnes I qtj* la prolonge 4ans toute son f.' tendue- La peltittire de ses babit nations conviient eneralement, twites,, les autres i elle a et".1. Wailleur' le theA'a"e des 4ve*nemens prindpaux qui i'dkMent att'oord"im dfu Siort, de la 'Colonie P, nti*64 dont elle, fut le berceatt let dont le ieste se models toll*ours stir elle, Ces plaints Partnt lesyielles brilk-rit. eml w W7mment celles du quartier Morin$' de Lithanmde' de la. petite Anse etc. etc. sont couvAertes 'de sucrerles 1, Ott TfIftnufactures h stic r e plus ou Poins InwPortantes mais routes consid e-*ra bjeS let produ isant C t te denree preklieuse Ift phis parfalite conime en Ce ge JeS v issmix du
c-mmerceenrichissentlam6rep**atf'l*e d'oueI16 passe dans'les' rays rangers stir-tout dans Ile, nord de I'Eu'ro'pre. Vind;go I oilti've atitrefois dans. wi grand nombre de qultrtiers de It parties dit Pord ne Vest plus,(Itte- datis qijelqiies, stid foits )a d5pendance dii port (le Paix. Li clilture. dt'&tte mati&e.
'cieuse est 4 son plys hat)t d"gr' dans 1"ovest a x Go r C, I a 41 e 11
n:uves -a I'Artibonltej et tite la depen-dance de Saintll*
Marc,
Quiconque, U'a pas vu la f4meuse p1pine du "Cap I re Peut
*,c, aire ime *d le d1i. n d s plus me-weilleux spectade's dont I'm4 de -.11homme piusse 4,tre frapj)e* (He"las (lans ce Tvirtier si ri(ht!, sil brillatilt, dou* sortoient annutIlement tie's richesses inimerfses 7 on Pe rencm)tre au)-vurd'bui que Jes c mdre' des, ruins et, une 4freu-se sotitnde Mais n"anticipons pas sur laptogression des 6vitlemeM. Chacune ,des manufactures "a sucre k phipart. immense, i qui ertfai solent Vornement koit nuse en movement par autant'def bros Ven renferme le village le pluo peulpI4 de la, Fran'ce,,







65)
Clest4a yie Ike vais commeticer h consiclerer t1lore rnamit ,re n #
erale, tat des&ave cest Is" dis-"
Une (Its couleurs Solis ICS(111'141es je dolis pel.vu.'re Vt- c* y a saus. d tite (les tab'ca
que Je vals tracer Coll ectivel-ne,14 lwaii ce aptItIno Joret est ijifest4p, de quelqties 6ti-'s',inds clitl.nes de, tottt-e version 4e to-ute la seveTA4 desJoIx estc(-- 1 dire que totite la contr4e n so*t e,(", at( 1116a pe-VIA "0, t
Les travatix, des sucreries sontles plus (le tons'jnon par a cultme yti en 14it la base 7 m I ar tout -ceIIII, y fient "a Pao culture, mais cause des J (' r( S Ope'l ICIIIS qui ont lieu dans les manuf4ettires depuis q-.,ie Ia canne est kras4e d ans le, woullin jusqtilau content ou Son )us est Coll. verti en oette denfee. predeuse i ayant su6* to-ates- ,es pre" operations et sc s div rs poin ts de perfect ton) passedes sucreries danslesmains dunegociant, Iid doit la vendre ottla chargersur les. navies tie la metropole. Ces ope rations exigeut un gfiw.4 laoillbre de bras ) et une vigil auce exact et contliji"elle.' Mais de tolls les, travaux,, les plus fatiguans pour les noli s soot les veiile* es q:ullts dolv ent faire tour-'-tour Soit A. ce qul,,)n appe e! proprentent la sucrerie ou* se Talt Za, emite.9 I solt dans le moulin 'A camites. Elles seroien't ecrasantes pour ces e tres Ie4, phis dornieurs (U* existent I si Cet I'llconvenient II etoit compense par,'un ordre adtairabte par les soins et tes avan.." tages qui en swit I -a recojAIPC4 jlse et P Ir mittk douec ljrs ttu'y ,(jnt attacheles, telle!4 qtie de sucer cwal4ttiellenuent et a discre* tion en travaillant des canes dont le ij est extr ',. raement friend etde recewir pe'riodiqtiement mfe aistr'ibution des sirops qui proviennent des sucres, Vile mani *1 wre
4
*Are et infallible de iconaoltrer, sans atitre examen I le verli-k table eltat da noir", le ptus oh moins de cwitenteinent qui Panache U" Son, sort, Cest de jetertlll COtIp'-dVid 6ur 6! titt"Ou
ovie









arpolle les, raffinelirs don t le tra-val"I. est Cle tolls celm q6t liennent. "a la fabiication da sucre I le plu-i ftifigualit I le phl's OMentaire et le plu& dur. Ous t-14- qre'Pob.ervziteurremarqu' avec Satisfactioll Ces 1witimes robustes aux largest lp les iila Peau luisante -**t la fois de suetir et do sxnte I les P111.4 ItItelligens et les phis sarts des ateliers I et stir lesc leli ott voit 6riller d"une maniehe" non-C(ju*V43qne les soins tt Les lraxtt rs du in4trc*. Ordinairetne.nt ces-raffineurs. ixiont point # pom la, plupart t de vale, tir : its a int pour Phablitant qui a w les former o*u qui les posse'de I An prix Inestimable* it
en, est de m eme dun certain nombre de noirs choillis eti tre les ,plus adrolits et les plus lintellig%ns et attaclie's Ix d'autres functions plus- ou. moins jimportcwtes. Ces, examples pr*S
*u wilicit d1un -attelier nombre-mv paroltront peut-kre tr6s" partkuliets : mais tous n'a parties nuent- its pa au memo zaaltre I qui peut bien accorded qwaelqi es distinctiours aux plus utiles, aux plus industries, mais qui n en eA pas moins directement itaepresse a prodiguer a tous les me,mes soins? Les attehtrs sout soigneusement Vetus aux ej)oques fixe"es par les ordonnances 5 une hettreuse abundance y est constamment entretenim, Le territoire des plus belle sucrevies est tr6s circonscrit $ rehitivement 'a leur importance ) et sur-tout cotn.* parativement A nos belles terres do, Frti'tnee. Le grand' artiL qu'on en ti 'e a* I e,.he, p s q on' lett
ir Saint-Dondogue Weinp'' f a u!
toacrifte une artie eit divisions 2 qui cotyunt Its plantations do C3:1111es-, t-n carr4s et dont le triple 01)*et d"Litilit6 est
A
41'arretertl COMIlmnication dune piece 14 Ilautre en cas d1in" tendie i dy 14auter one imineose quantlite' de. vikres pendant le long intervalle qai se'parele content a6l'ott I.Plante la cannis A %,ucre de celui o U" on la coupe, et enfiis de devenir alors xitant de chewing% commodes quitn faciliten t 1'exploitationo Vita autre Pattie Ae ce prekieux terreni, est roligieusement









wonsiterh A Ce quIon aprelle vulgairement J,ardins o places A n6gres. C lost- IA que chictni it ia petite proprlielt,4 et sc- firro 41 son in#Itv;f-j'*C COM1110 it P011teltJ I OU SAM le plas 011 A10114 t1e. Proxiin-Ite' des villes ou b'cvurgs. La surveillance (Itt maltre 6e bor-ne aee'que nen Wy..reste en fridie. Clest-la quo ploye le temps qnlij selon les loix lut ktpNrCent le jours tie tra-vaill 7 les dimnuches et les ftltes',, quIt ,61PAire ea tt-a-val"Ilant avec ardeur pour lui"'mAme et potir ses enfans. Le vois4 iage des villas, et stir-tout du Cap-Fraqats f procure 'ne -ementauxn*gras des. habitations qui'en L port4e, une aisance dont cin selleroit difficilement un* We ailleurs I A y a dans cha ue paro'se de"! march idiacun court, Porter le product de ses tale ns I -et y trou've une vente assutee. Par-4out on voit briller Ulm es0ce" de luxe isur-tout &ths lies vetemenS., T11prouvesuffisaxwoent com,- bien le noir est loin d-ii, besoin et de ]a jn*# re ,qtti iee t le partagi ,. que d1un petit" d7kres iiisoucia'no et opinx 11. treatment paresscux qui ne saaroient 6tre dlaucune utuit lear maltre ni* tl eux-memes*
Ce supplf-' 'ment' dabondance. et ces pricautions'ne SoLtisfant p&s entierejuent la solicitude d'un adminiArateur human et idair& Chaque sti &erie I ou du molns le plusgraud nombre I)osslude' j 4ans fe's mog,-nes voisim 7 des etabbssem "S O'U p1st, fV vivres 7 tIrnqiement consar.'r6s ',cet objet int4ressant et qu7oit entrttiowi soigneusement. Vest dlailliurs un, trayal-I d4'Ux et ji u guant qu'on confie ordinairement Ades negres foibIcs vaLtudinaires et 1".acapables de re m'phr mne t;, plus pesante. Le comineme antericain inet le cothbte A cetto ,heurense abotidatice, et les planes consomment ]a majeure parties des salaisons ,dn rliz et de tons lei,, comcistibies que ,ses nav*res 17 % Q I
I )0j"tent a envi a t, aiat Dom Ingues,
Si la Solaptuosito dOS bAtillialls qui orient les PI CA es
E








68
offie, le spectacle le plus maguifiq tie et le, Ivs iwposqmt I et parolt prkenter les objets d'un luxe dispendiewx 7 et d'une nagftlficence frivole M y regarlant de plus pres I 01V Ile tarde I)a3 de eapperce-voir qu"eltle peut cointribaer au biell6tre de ces. howines inte'reisans q1ta Y fout tg)ut I et pour qul) Par un uste detour, ou doilt tout fiaire.,. A la bien examwer cette, ntsagnificence, -ne Consiste que dans. vin entrefien soli"s gneux, et Aans une's.olit-11te Je hAtimens muldllies et it I cessa..res 'a ce geiire de travait tetle qqe l"extge 'title CCOromle blien entendue datis -un pays oif les fra's de maill.. dtW Uvre ) et sur-tout de reparations, sont IMIlIeWes OU 111calculable$* Rien n!est tfItts rewarqnable1ins ces habit -(tions que les cases A neg!.es ) oil Pesclave et. sa famille sont cou ft yert!> et 10g6s Wune juattv *re aiselt t sup4rieure 'a celle de nos. paysaus d'Europe ; et les ht,*pit-aux ah Us sont soigov'I*s, dans leurs maladies avec une attention et une sollicitude (ItA ue, tienvent pas inoins un sentimejit d1buniainte' qu"a un *11- t&k Wen enteudu 7 et "t La cral"itte de perdre un obiet pr' Cieux Stir ce potut ) oil pourroit dire avec Nt- e' .1, 1 tz
que de simples habitatious la'ttetitavec advantage avec U It grand nombre devilles d'Earope. ; et wir le premier I avec.. le, tolit humble et rual sain de nos paytans,
C'est-la" I qWapre*s un. travail &.)ax "a uuifoiwe 7 le nervre
i lui-ntehao loin de 11wil des blatics ,qulit craint I et enveloppe du ruystere tttt 411 aime exerce "a' son tour 6a, dowinatian au seitt do sa famille. 11 y troupe pour 1111'et ses, nombreux enfatts une. stibskltance abondante et ass'ure'e'j sans
A
)amws crawdre pour Pavenir Glest 11 enfin- qu'il se
livre en liberwA h ses goths 2 h Paniour ce, sentlintent doux
0
et consolmetm I vers leqttet *11 est eutraine" avec Ulle vtolence Iqui ti-en't a sal'Collstit-utiono 0
Euro 41,
Peens qui conno stz 8 int Damingue j"iavoquo








V10tre t4moignage E, st-A, Ae Spectacle plus a(ImIrable anx yeux ptus s[i ti-sfaisant pqur Ile eceur de 1"bomme sensi 140 que ces babitattons bien--c rdlonn es I oth un attetiler nombreux, et fortune' ftlit sottlir des tre'sors d'une terre f&mde) 'et olt,,# par un juste"retour tin mature blenfitisant et, wvrtu ulx Maxillas tient un ordxe parfait et relpaiid le bonheur sur tout ce qiii Penyl-ronne Uh le notr) N, irant smis till (;,111*1118t Q )IISLAMLIfteUt doux et sereAirl ) et sous leque- I ses travaux sant d1un bAf-de Pannee Iantre lnterrompus par des nuits presques egAle.i en longueurtaux 'ours) strt de sa pmislble cbatinii re lorsqao le Solely Commence a paraftre sur 111jorizon -Ses prenti rlayons servant de signal pour se niettre it I'm ivrage ;. Ces
-T 6
ayous biteufaisans excden t sm Cb ants ) 0-Y111-ux Signes certain
-de Im Zllcit6 dont A j6ulit gallant d'ans 1"AOIgnement
rapper Poreille, d'i.in maltre, ou pltit6t tPuti p&e tenure I reni.plissent son cwtir W. Aegresse) et sont )a. plus douce
mul On'trante dialer de
rece )eugo de ei bienfaits A Peine IaPe ,e
,,bs,,)rb' la r s e de la nuit que le siqual eit donn6 aux ouvriers pour Lureell'sembleuti re'ras frugal $ compose' non Wuxi pain grossitr dont la, -wtio ]a p1m; delicate et la I)Ius S'ubstantielle est re'serv& pour le riche, ma's, dune nour-a
r ture s i itte abondante telle qvie ta nature la donne et dont elle a falit presque tous les apprks.Vea-u, d"ne source puru*#, et Iiin-Plide les de'slaltere, ou peut ekre-reinplacee) presque toute Vallfle-,e par les sues delicieux et rafra"'Ichissans de ta canne a s ucre dont le noir est, Ilibre d'aser a volott,10. Le travail reconimence apreNs, et dure. jusqu' I ce I que le solely parvenu a son midir dontie le si g nal de la rt- trite. SA chaleur amibhinte pour le fAble Europe'ea qui p- eut 'a petine y, resister 1.1 a rien que Wagrelable' p,.--jurle noir qla ) Ile S1113 Un dimat brMant, 6te sesve'tem'eus pour imo(m r I eeevoir su," seq members nuds ses deuces ijafluences et, qui t'aitdis que le







blanc court checker un Art couture ses ardmirs ejaplole-Cet instans a se liver pour Itij. mitne "a des: tr w ox q i i wuttji w pli nt, son aisauce le inetteot we" tile en etat des
et J'Atentr un Pur lallberte'.
Pen4ant qn'apr s que1que repus il emploie h reste. da
)our a remplir ses devoirs,, ses heureux -ntans, ne souffren' Point de on absence; la mason Au niatrt- lciir sert-d'asyle. Clsf#IA qtie 7 contondus avcc ses proprek.. enfans i Is sein 61ent ine former avec ewx qu tine nom',reusse fauntle. AJw*s 'a pg:r-* tagei les nwjkies solitts Jes M?_ es vitileur seule
Its eistiiigne awnillte'u des 'elix folatres auxquels Hs se iivreu t ensemble. Clest Jaiis ces intioceus cel)ats dano II 1011ji'liatile JIv prejnl'er Age, que It-tirs jkutles Maltres sliItta(II.-Int awx C01111"CO-gnons de ICIAr enfince, -nnent ittqw sensiblemejftLt 0 bL tegarder d7aviince, comme leurssemblables, Comme leulfiegtiox aux yeux de la natu re ces eltres 'int4rewns, destine's 'a devenir tin our leurs sujets*#**
Le voucher da so"Ielil wm0i.tce la' fin des travaux de, 10, Vurnee ., alors chain, se rend aupri"-s dti wal'tre I qui loin ,de leur rJuser le fitre d"It 6111 Mes et de lea regarded d1une
"ce dvCrente de la si leur iipprena au wntrair*
41 C linoitre et "a Unir le Divi (Iti'il adoie 5 Id. saitspretre san's antre ti inple que la vo-fte du ciel wailtres et,,esclaves se cod rid.vvt ensembleaux -yeitx do:, Vatiteur tle la-nature et IU* sdms lpnt eu commit les-sentimens de r4econliolssance qv e letir insptreiit ses blicnfitio'. Enstilte tandis que les covainandetirs ctiiirg & de survettler les trava"Ux, rendent compete do ceux dij #0 qI-r et rqolivent les ort-Ires poijr, l-len i1einaiti le lit ir except de wins et de ni- 08 SOUCis qoi solvent altertitt le ilepos de son vertijeuxnialtre I tranquille sur Paxettirl' rewte dans's& cabane au svIn 4e sa I millg
0 ey livre es jeux qui sexvtnt ae dila"emciat aus fati.







Vies de I* Journee ; tanclis que sa 'COMM"le "Po
Soills du nleMige it am' enfans attivnt'fs et rassenibli
author do Ini par des coitIA,-,ts taf ricains ou creoles> qu"it chatitt, en i*aC(*01!11,)agnaitt dit batiza 10 7 dotit les 6ons f4ibles et pett snores 1e-- 1,rov()qtteutao (Ioux SOMMeA., auquel ift Se pn ,iibtcraeiit I sam cralitte I sans allarme pour I-*
Jendemahn, La ttlcho- qu'lil wiral ne sent pa plus
pesanite' qce la veiflo sera ttauio-tws u. travail doux et unifirme qUe 11i'a'teimpe'rie des sa1*60,118 I M les fril"Its in's top.-nag son& ce ciel f4twie, ne retidtnt, jvtmais plus cilifficile tt tandis qttlun waitre ht1walill dont'lli1we sensible, eat mise. solvent 'a de rudes elprenves t, garde pour lu I* US details fastidieux de Vadiniftistration, dont le premier objet est d* maintenir 1ordre le contetitement et Paboadance parmi. seir, Sulets, 7 le noir satisfalt de son kat present et pea occup* de. Pavenir est "a Pabri de's cbagrins,,devoran s dorit dm jolt issaives plus e4endoes, n e Peuvent defendre'son mazire, Sil- le Scitt de sa couipa-gi.-te renfei-me uu nouveau, fruit nullw inquie'ttiae r,' Me 1'esp'rance de voir roultiplier ast
Ak,
fanAlle laint I se re qui 1,U Ii est incoullue t ne Itli fait pas en"M vis-ager avec effroi le juoment de ca delityrance f et necon-* Yertit pas en -an lour de chuleur le Jonr le phis dotix pour
A
le coetur d'ua pere. Ses soins zuUme s, ,,)nt intittles :'. iLno snaltresse (Iligne de s,)n eipoux vei'lle cons-tawment sur eltoo

(i) Instrument compwY4 d'une woiti6 de. callebasse COUTerted'un, rarebemin fortementtentlu I d'11 La morce.,tu dtboif$ applati t qui I& traverse pzir le moyen de deitx trous et qui wt rnanche et do, 1 joittoa, et'd'e troisott quatrlecorld,- S it Cet instrutnetit.. ausst impatf41t: que la musique'dct A, fricains en g4n ral., rend do& son* A.pev-pre*s se$fiblablms k ceux de la gatittare, Tnais beaucoup plut Sourdt et u'est Pts saw agremeat, lijrsque pendanfle silence doI& nuit, il est Mani6 par une maia exetc4e, Fw 4








satisfalt tous ses dtisirs I et I'al" prodigae tous les scours do la plus tvu&e humanity' (i
a sitnie assur et rarement trompeur da bonheu-r et tlu coute- tetneut q!d' re* nnent dansun attelier,* clest la popu4o
7
latfou et les naliS01CM. 11 it"est nxaihevreusenw nt que troj vrai ae ht d'j' peupl'e d1t-.nv*r quvitre centdnft
esdaves ite'sattrott se suffice "a elle-meitne I ul" tt ses beso C i ales est
'its prsetis et avettir.'Ujw des causes Prilic, 1)

fientent rajide I axaquel, trente on tretite-sixudlle uoirsiinpordw teis anilliellejultnt sout 1 Iieme "Iftsuffisaits comoie le prove le 1-trix qii i ite ceo' de, hausse S. Ma, *is
-r tt l1affluetice des achett- ur
ce-la Ile tient pas wows-a un viceradlcal et "a un delfiaut de soxn et de preNwyauce qui ne 3C R., it que trop reutarilver ailleurs inais qw. fose, 'le dire ea aujourdui, presqWkranger a Vadininistration des sucrerlit:s i lt dwit je parlerai ert son lieu. It est constitnt que ) datis un temps oh Ies progr eS rapidles de la, culture dtt 'cafier out foit inouter la valour du 110ir rouveatth une auteur i-nouie les sucri 0 ers se .1 sont ttssex g4ne'rafemeut abstetius Wen acheter, navatifpas forin' fie speculation capable de les de'donit'nager a"un pr*x au5si ex. cewf. Dai.11-Curs ha plupart Jes in-aitutActures a slicre Sont recommandablois plar, un travail reg*16 et par"one umitbrut ite
ititerroint ue. Ott y sait presque an coninien i:em(-x ut de ranuee, Its travaox quIon auria a fqire a la fut cheque genre
ft ft W,
(t) Hotnme.s ngiibhes,-arnis sinches de Vburn2nit6, doat Pame compatissanto a ite'sott eut6inue p tr (les :relcitts vrais ou exag6r6so cr6yez quo ce- tableau n"est pas fmaglittaire et qu'll est calque' su' un grand notnbt e Xexetnples :,Yous tie pourrez, sans do-ute, refused riter-confiauce 4-1a, frtanc.1166 "Vec laquelle o vous poindrai -let txemples cootraire3 qui existent inalheureusemento






73
Alouvrage regarded un certa in -viombre' de i-tolirs qw* y tant atta-, elteS ; oll .1i'y de, toume,, point auction sit' 't d'un i)bict little, pour Poccuper 1 A utt objet pttis pressed : eufm I janTaig tin nly 4ronnott ce qu."on appelle ttilleurs travail forc6 parce que es sup iv out en 14ce.s
Pattelier erieur ),ou au, moms eqti at
I qui s jours pre
Aux trawrux de ont toiij -vus et fi 6 3
pre'vos qui petwent
Xavance, et aLtiquels les evenemensittv # siurvejur Wap' portent qWun leger chaugeuieut. Glest atitant
P
A ce regitue aPordre adw rable maititenu stir c( s habi ta,.tions qts'a Itur ancieunete' et "a cc-Ile des futilles, escla-ves, Phislieurs y it t fixes 4 depuis une ou, plusie tirs Se"emo tions et dont mi petit, itonibre suffit moment pour former d'immenses attehers: c7est a% ces, av4nva es I dis-je 'qu'on doit* attribuer, la population qu!on'y reviax(lite, poptiltition JAUS emplacer les-perteS) nntlgre le 11bertI111*141P. que surfisante pourr' It
qui regne aux environs des villes. I Pflrlu* les atteliers quL en
A*- portee et qui 7 $1 elle etoit egale dans toute hI cofto 101lie 2 la mettroit bient6t a ni .tde e se passer -do scours strangers. On la, 'verroit bient"'t eutl retuerit peuple'e'41e n6gres, cre"ales les plu s admits les- plug lutelligens de-toils 1 A nj L
let don't 1'eqpke d omine, menie sans comparaisou proportion dansum grand nowbre Whabitatious bien Co- lithlites.
A
Te1'est le 'C(A6 dt"t tableau dont il me, reste "l esqulsse.r les ombres... J'al, me me dejaAit ktvec fran.Oiise (1-Wil y avolit des exceptions "a' &Iire.. .. Quel qu'ertso1*t,'1e:ndmbre_, ilsuffit q0t en existed poor crailldre que totit le reste -ne se laisse fentralner au torrent d1un exe-mple iiiju'rieim, h Phumaniote tout ( 'Aablissenwnt dont le blen meme est foride" sur Ies cat-ATO cuts de Pinte#re't personj*,l egt toujours prelcaire, et Peut a cheque instant toucher "a son terme. On Ine Sauroit rai I 6onnablenment) e,,;pe#r-er la Juree que de ceux qui out ht verttlt pour base et que des reCJemens sages dfl-'fendent Contre les




IZI






(74
enterprises tle 1"imbition et de la cupildlitC 41 Le regime (Tons-,
vieznt de parlor n est datis le fait, maintena par aucun* jot* en vigti cur ( c4st est prove* par Plmponitfl avec ba(litelle Oil Viole journellement celles qu"on t1lt existed ),s (IiA obvie ve qteun novivettu nialtre ou. on. rouvel a4milmstrateur n7y ime orpose. Les egarh et le
respect dl.us h, ll-nmatjite i: y semblent enter pour ven jamais I*escvve it' eut la cm ol,'-tliotl ae volr faire qllelquecf-lose P)',j'r 114-MIANI'le. (V le Aisjv Finials (in, ieetit Pair ae se outer 111"'ils pu, seiit etre des lur mmes Cgaux selon la
I qtt* aljtt eitt ou n" ibusont pas, clts droits, quitin
vatui-4 it CoUX I
usage etalsh It ur doni-iolit kur k.r(-s4loc lile"S* go. S! quelqu'um osa le. [jew.-cr 1, ut ti'ositt *aiwais le slire. Ces Vices StIftI'm Solent sans doute -pour m6tiver un C-11"lligeltlent, et -Aece_-;Siterr 1111r refornle en etabliisaitt Je notivelles loix,, en rendant leur force aux auciellilles. TJ it, gou ve rite ment droit etleme eut pul'ope"rer sans cottv ull sit ms. Ott hasard"t autrefois ime pre"* mlere tentative I qui fit*atwii foiblemeAt souten-tte que I& resistance et il("jpj)oA*tit-m fa ren t viole-utts. Un eisai qlai n'6.. toit pas la teutle'ttie jlx--trtie de cc qiNu auroit dil exc'cuter,, et dont Int Pect tie lermet, ek assitt'01 t succe*s I souleva tous les-espiits. Ott regarJa la colonie perclue a une lege re el'gra,40 tignure faite "a Vorgudit et aux prejug('11"s americaitis filt Proclantele comme la cause procliaine de son bouleversemento Les adminlStvat(SUrs publit4mit rorJonnance, de 1784, enY()Vce par le mitiistre Castrlits : wais, soit qtilits filbsent I'ntl-*
par le mcontentement
nit e 96ural ou qu7eux-mgmes
fussent imbus des me'-Mes PreTiges I As ne finrent pas la main 31 soil exeCutioll, I et ht laisserent totaber dan Poub I-16 dont ISLUctin it (.ut deputy la. fermete de la fa*re sortir.
Uit atitre rn-ai,, qttt potir kre mmins sensible ieen esi pas MOMS ilar,;,_'lreux et qui devoit la fin entr luer le& Pl"





(75
graves inconvin 'lens, epst Pabsence d"un graud nombre do Prol.me Beaticoup Xhabitations aont Iletablissement
cst tr&-anden I et date iue'me deN previters temps de la coo n, it des fa0 ie, ont dA vattirellement passer par he Ir age ZL
inlifes etab its en France I et qui i en 6nt janials quitto It sol. Daits dlatitres un ffis enrlichi par I& success.itm d7un ere. laborieux et econorae I ou tin maitre devenit opulent notardt-fient pis a abandonner tin se,,olir 11111torme et mon otone ml I I est p [us also' d"aniasser de's rlche sses que de les depenser et courolent jouir tlansla me"tropole de routes les de'lices qui y kolent le par tage'' de. Opulence, et s'-Y Ilivroient avee tine aideur -et une. piroffi6ion qAj* lemr etoient partliculieres, et l1ra reniarquer parle Itme le I)Itis rastuelix (1).

(i) Toutes les parties de )a colonies 41e Saint-Do"ngue ffrfnt tle- nowbreux te4noignages des succ6s at des #vantages, infinit quil x6sultojit dela presence du maltre... Je n*en citertti qu'u-n-exemple q, ue it ch Asjs tParpr4fArence patce qIII I so tronvoit h ma portie, et prefique Otis Mes ve.-tax.Velin de ViAzmsuve, hetbitant du quar. tittr du UmW t Obtin4t si:ice.k brillans, quj, selon I tisaixew firent s"Mer Peavie, mais (Itti ne tuti melrit&ent pas moins
14 r4pittation dun adininistrateur iCL1ird et d'un cultivateur haft bile. Son, stereo unique fut de join(Ire h beaucoup d0exp6rience stir la Ctilture er till examen gpproforidt (lu genie des homes qui travaillweat soug sit direction., Pexercie'e dt:s vertus qui, caractidlent -soti do la fois.sen ible et fermc*f
uste vt bienI JP;fnt it 'tablit un or(46 odmi rable' sur son habltft 0-tion, qui sur tous les points, fut digne Ae servir (le qto'dt%,Ie ;'et sel.-It eond6 de -son attellier qui le chi risroi tcoturne un Ore, I'l executit des trara-ux konnans pour un pays oil I*hOmme 1 6" Mille. obstitGleS & Surmonter, Sesvertus et sei talens lui valurentautreJois une distinction-destine"e h couronner It met-ite-( le co n(je st jjt-Ajichel tnai.s bies moins honorablepour luil que Its motifs qul I* luit Arent Accortler. Uil seul trait# qu je tiens d'uja t6noin occulairej dou"






76
Lei uns et les autres sont represent's "a Saint Domingue
par Jeg procuretirs I- qui )-ouissent Je toute lletendue es_ dro _tg,..,, a des pr&bgafives du Maltre t et qui accumulate sous leur, 'US 'Ou Moins grAn
un Pi d no' bre d1habitatiolls
se, :i I.eur r 'putation et la coufiance plils ont sa eattirer, ardent gti e" rei it deventr aus'st riches I qtte1quefols plus que Ceux dout Iili sont char 'i, de signer les I e IQ n'tsr.
ge

neraune id'a des principes qui didgeolent cet babitant estimable..* a Mathurin, l'un de ses attiets let plus tiles et Jes plus estime0a par vne conduit irroprochable so prisen-ta un. jogr h luil tenant un sac d'argent sous son bras monsieur, Jui dit Is n6ore j'ai une 4,race h vous Aetn"ander, Uest la liberie, sans doute lul ripon. dit. Belin de Villeneuve, qua la viie, du sac mitt i-peu-r s au faitl, Oh t no*, tno*nst*eur I ripliqua I'autre I je n!ai pas besoin do la fil-, berte tant que J'apparti.sndrai It un auss' bon maitre .- mais Ma femme est en(,,1-inte; on ne salt ce qu'll peut arriver et je desire d e J*affranchir avec I"ent'Ant qu'elle porte dans sou seiin. Belin do Y illeneuve accord sur It chatrip ce qui lui itoit dernanxI6 et refusa le pri x qui I u 16 tol* t offers. 11 est affligrant d avoir hajouter quent itre uiltselaveitepurent*joulr-d(,Iadoucesatisfac,-,I
Ition qui accompagne une action. vertueuSe : la feinwe I du bon Mathurin succornba queltlues jours aprks, ailit douleurs de Ienfan.

Des Affaires pressantes avoi-ent appeal ce P-olon en France oit Ad koit lorsque Pitisurrection do 1,7,9 b
t occasionna le ottleverse.
mot-it de sonhattit.ttion ains 1i q ueda routes ce.116sdu LlmW.Apr s qWan en. eut cbass6 les-brjg nds et qt 'on y eut itabli des posters Behn de VIlleneuve depuls peu de detour Aans la coloinie) aecourut sur son habitation. "I trouva d *4erte Mals ell pelt de jours la nouvelle de son arriiv6e rassembla, auteur tie' Jut tosses noirs dispersis, h Pexeeption '4e rem x q6011dans lintervalle, arolgnt p6rli par la guerre ou par Ies malAies. Ces instant vaal*







77
pas donteux'que des bommes dont Ics falens sont formes Part We 1011goe expe riefice I et yd -sjUveixt avettt y immire wvaaCoup de flintie'r(?s et titr esprit ttbsetvatemrj ne so'itint coup phis propres a re--lir Jes .AL?-liera nombreux a 111itintetlif un orJre deja totaibli I ou "a )r eftstthstituer.,tin medleur qtpmt prt.)prikaire clui Wayant j k1tillaig T11W 11 ur"Pe De C0111101t WC01014-ie que, par les richAissies CIwit ell recoit Ott qu'U'U Ids


heureuxfureni oubli6s pour ne soccu'per quv tout r6parior* Son attelier redouble, efforts -, le mattre fit lea plus grinds Sacrillices Tout report 'une nouvelle vie) et IZtat prkaire du Limb6, que lea brigands no cesse'rent d'infester par leurs Inc-urs ions no put omp6cher que I"habitation Belin ne redevint pre3que aussi brillante que- d ans des -t.emps plus tranquilles...Elle se lessen toit k'peine des malbeurs -Pass6s et comment oit A produlre de#fruits abondans lorsque I'Incendie du Cap et le bouleversement qui suivit-cetivenement 6plorable anvantirent.une second fois le malheureux

d0autres infortuu .s) k aller chercher un. refuge dans Jos EtatsL'Tnis) pit peut-'e'tre en ce women gemit flans Jos horreurs; (11'ane prof-onde misbre, un'bomme qui eA relevant deux fbis s:x fortune, avoit 6 ava]W pour, sa patrie autant que pour Jui-mbine, ct qui Wpavoit cessA th donner 4,SaIDt-Domingue P xmple Pr ieux &wxe administration stiga, d'nne expe'rierce consomin6c, et de routes les vertus qui ho"norent I'liumanite.
Je deiclare que 'e tribute d"Moges est address h un homme qttle, in
A
ne connus nt ne Vis memejamais Mais quej ai apprise ijuger sur on reputation, nurses, travaox, quo 1aife'te 'a portie d'admirer,,et jur-tout d'aprbsVesdine etlavetnerationpubliquesf quine sauroietit Atre suspectes-Te't est un des colons de Saia-Doinhigue tim ont k6 enveloppis t1ans la proscription, et dont lasjoltigs travatim et une klutle appro.fondie du g6we et du caractire. des noirs relldolent 166 $age$ ckmseils bieu tiles on Ce U101110Ut!









lenite et hirbutmt, qUt ne CO-nnoissant q'110
I tit les objets m6me qui. lle frappent habituettement, de-w pu's m-in e-Jince, matique rarement, 1,r qulii 10OVISe de de-w Venir administrator en chef, de tout bouleverser ou. d7 en
tra-ver, par de -fauses MOMS le MOUveluebt regtille-r qftIA 41 MWS tin procurer c6rg# de pluskars
liabitations ne saurolt etre egalle'nlertt 1 touted's I'L cholsit or.
Jinairement pour -y faife so celle qui lui offre plus
Xagr6mens ou qui flatten te',Phis son orguelt par les
moyens dly faire kttter Une-, ostentation qui faitgk;n6-* ralement remarquer cett classf- 41 e colons parmi routes celles 4qui Couvrent la surface de Saint-Domincrile. Repre#sentans des proprikaires) 1"Is se font reprc'senter "a leur tour stir Its habitat tions- oii il ne re* silent pas par des geraus cho'jsis parm L. ceux qui out su writer letir faveur I et (jul sachatit Presque tou.,o j ours se modeller quant au fa 4- 1 stir leurs protesters sont sotivent loin- de Lies egaler par les talens propres a Paduil'o Istration. Ila sont' "a la ve"rlt6, survey Ile's par -,uv:K
*tp-blis. Tin procurer ylisite les babitatv W C011,11ces a SOWS une deux ou'trois fol$ par i-nois setoti NA(Agnement que1quefois Wen plus rareuient. It 'r"- Sne 'L &-tint-Domingue vne maxima g4ne'rale : le b1trize ne doit 'r 'to rt
vis-a-vis du iz gre. Vexanwo Se borite dove A velcevOtr les tomptcs de gestion h -voir si Patiminis1trateur en sotis-ovlre, a tire* Ju temps le mcilleur parti possible ktis m4fe-ownt ou plut6t jamtd,i I on ne Anqulert sll a e..vcrce overs 17attelier une conduit sage, une surveillance doum, etwesur6e;, s 11 a WN6 "a des individuals des cha'timens rigourewv et inAw justes... An rested A qn1i aller faire Ces qw shonset Comment svassuier' de la vhfte? Ordim.rement te beut y0on croye Jevoir consulter),est le seut itite'resge -h tout catcher. Um moyen certain d7kre instruit, beroit (11interroger les cominan'-w







(79
oil des soj*ets stirs s les avo"r
mats en secret, et apre
I)realablementrafferwis centre la trained de rester ensulte 'en b(Ite a une crue'lle vengeance. Mai's aii, bomme assez Z,614 Poitr le bien assez human pour reconrir A cette int41-iodeA) ,semt bient.& denonc6 comme im c6upabIle tle,16 ze-coloule tt courrolit les plus grand risyws Un oeratit est done &6r del coil Server sa pla e tant qtf"A ne d'o-une pas Son Patron des motif's particnIter's-de nice -oil tell tc, ment I Ott qu'il salt teitir Ja main "a' ce quie les chooses ne tombentpas dans un, certain point de d'sorilre, quon n7envisage jamaisquedu cu'ke Ju tort qteilpeut apport6r aux intereU du,,maitre, et sur-tout du r(j." Presentant (i)Ces sous-procurations, 6*1 facioles th dirigger et si lucratives pour Its procureuri sont 7 "a proprement I)arler les U.nefices Simples do" Saint I)omiligue. On ne sauroit revoquer eu douts les talents d'an grand noml)re. d'en trleux qu i se inanifestent


(i) Parmi hus homes qui ont honor cet tgt je ne Citerai quo Rart,6 Je Stihit-Vemint et Odelucq procurer des,, habitation*, Galif fet quil fut massacre" par Jes noirs rdvolt6s 16 jour oit klat* I'linsurtection'de 1791- Le prernizer est recommandable parades con, noissances et par des talents qu'il d6veloppa sur I& superb batsita4 th)n Duplaa dont sestravaux et sonadministratio"a firent Un objet dipie d'admtratiou, et laissoieut darls, Pesprit du vvyag ,,ur itoiin6j 1"We la plus imposante de la c" lonie,,de Saint-Dominaud,* Je itoninterai encore Artaud, procurear do,-, Itabitations Boulleflu, Au Linbe' jemeIais un devoir de tended cat bominage _av6,r*t6
I 1 -1 t7 1 ,
et k des bona in es q ui at di s tj ng u ,* t, t t % op pa, r I "'eur esprit, leur goAt pour Pobservation I et, par Une adutillistration sa8e et hu. Inallie I pour ne pas les croire an-Jessus des prejug* cotoniaux. So CS cite Ta utant f-mUt Voloatiers que 8113 tolient au..
tuellement an France, leurs Ilumieres otleurexpuriouce,'pourruien.t. Atro d'uns, grand# utifite-41







(80
les hab i stations qui sont sous Itur a inistratiolt
directed. 11 en est ou te'v-et r le plus sensible est aussi s,ttl*sfait que tl(eit estagr"abletnerit 'ton, par Pordr et P4, ir de grimdeur qui y brit ent. Alais le n gre tm ssi. a ses lirqug0s 'ct un des ptus ettiAdn4s est celut fluit a consu Centre proctireurs I g'rans 7 econowes et n6ratement qit*gle
Conquer exerce sur Im une nutonte qui iNinane Pas du droit de proprik& Ce pr jug' -C ans toute 11 tendue de la
c6lollie et doit pent-6tre son or*gtne a* VexcessIve severite qui caract6rise la classes des gerans et economies a'xquets les noirs portt nt en revanche une baxne et un m6pris morals I qWAS ma, qnent rarementdie matiifester routes les fois'qu7ils, en trouvent occasion sans trop, se compromettre avec ua POUAroir Vils d6testent mats qx.t* ite Ieur inspire pas moins & terreur. Les maltres hals e leurs; esclaves sont, selon moi Wen coupables $ car i'la ne le s,,)nt jamais pour p eu quilts soient humains. La se'*Ite' me^ine n' i Pen $ pourvu, qu elle soit fonde' e sur la justice -. mais'. les economies U11 n6gre pr'fereroit m*1.1e fol's de subir les cliltimens les plus, rigoureux d etre mutlile par cetui dont A se consider* re lui-meilme comme Ulle propriety' I que de recovoir un setil c4 lup de fouet de la I)art de celuli qulit regarded conime un valot qui abitse de la confidence de lour maltre commune ) Pour appesantir sur lui 'Un )oug cruel et insupportable. It est *tiste de dire qtillit est hien rare de trouper un scul de ces homes qui cherche A att4nuer ce sentitAent huntilia-nt dans 'eux qu7jt est char 6 ge
,je diriger en ge116,ml ,ils sotit aussi durs, auss' vain' atissi em u's de Pidee dealers talens.,en ad mitt "strat' on qulils sunt ionorans et depourvus d'humanit' et des premieres nofions nekessai*res pour couduire des homme3comme eux et (JU7amun certamement ne s avi.,,.,a)amais de regarJer comme tels. Alais comment font-itti, donc pour administer 2. Us tro-u-







vent lamachine toute monte* ott r% s IIS COW Ilent
It faire aller Comme iij petwtut stauf
611s la detraquent.l... y 'a Pell (j'U point Ott 10
qui Tit ge Je rans
Maitre reside ou ne r esi-de pas, Cluitiz Ao' vat de ia'priA dt --.r
et dlkonomes. D wt i II
A qui ces ch.-mgetnens filaisetit bea"coap 2 v ralselliblab le'lut"Ut parce que la hallie qm Vaiiitut.$ ett est sitt :51aite et dam perance dlen e"' tre d6tiv rt' -, uu e boune fo Et ce sojit po arm taut ces hommes a* qui, 17on confie Vad.ai in*lstrat ion grand nombre I du plus -grand nombre, meIlle, et des, Plus, considerable habitations de la colonle Ind(J mali
Wes*
Les tnornes de Saint-Doming U'e n'olfrfrent pas ce coup-Alwit savage, et sterile des moittagues dEurope. 11"i"us V'* lev4s gelne'w ralement que nos c6teaii i de France Ii Is offrent a** Pixll satlsd fait une perspective tion moIns 1 riante et ausA PIittoresque; eltes sont dune'peute douce d'un. abord facile imais Pob ,
servateur Wen, est pas moins 4"tonne du paTti que Pindustrie a su en tirer. Clest 14 (Ittlon 4dwire urinombre filfh1i ol'habitatIons7 leg unes immense, &autres conside*rttbies et beducoup de me'diipcre ialportaixe. Dans routes on cultive le caf ) ce.t arbre prIedeux tmnsplante au commencement de, ce sle" de dans nos coloiiies, dotit le p roduit iest atijonrd'.hud une f"Ies principles richesses de Saito t-Domingite et de ta France, et met ceux qui fe culti'vent en etat de rivallser avec les habitans sucriers leur ancient en agrictilture. Ces mor tes reliftrZin ent "tendaes Peupiles et OPULra aes quarters on' paroisses 4
eest la'que va-la presque totality des nolirs impoite-s. a-1111VIel. element A Saint-Do'*.1114tie Soit pour rq_-jarer t2s pe,,rtes despreini6res habitations e"tabtles solit pour augmeker les forces de celles moitts anctennes et qui sont susceptibles 41'a cross fourni tabre de bras suf4 *
C ement i ou.-pour ir, ua no
Topic 1.








ant pour celles qu on 67tablit tous les jours. 0#4 Esln general 1. flka6lisse Ment des quarters des mores ne date pa. do lonktemps : les Iflus anclens'e I inhabite"s
lorsque les platnes etoknt deja fioflis .aittes_. Aiis,4 rejuarqueo t-on dans la whipart une foule d'inconve'll. iei is 1"nseparablels iles nouveaux eltablissemens J I welon
ans les plus anciens ni
re voit p6int r( gner cette uniformity cet ordie admirable

I)arvemios A leur point de'peirfectli'MI, on ne Sioccupe quede Its waintellir dans eet etat mais tians les. worneis mie haLi"tation est rurn".e, et coinjue on dit a** Saint SA
Doinijigue,, enti..
cement d bout, avant que'le proprietaire ai't senti rallentir la fureur de I'lattnmenter saus ccsse. 11 tt eit ezt pas de ces deriners terrems conime de ceux des p4tines., Cieux-cl ) e>;treweinentprofonds et d1une fertillite iticroyable, iiiiisolent dans le principle ; par cela ine'nie'- 'a la' quality* de la caitne et I a celle du sucre. Parventis par le la ps de tenips et par un traw vail suceessif et habitfiel h leur point de bonte et de perfection I its courionneitt aujourd'Ita i et parent avec usure -lestravaux qulls ont coAt4s et assurent pour Ilavenir 4u culdw vateur des ressourqes ii-tvptasablei. En un mot I les, plal es seront daw wille ans ce 'Welles sorit aujourd'hui quant I, la fecotiditeo Les-, m6jitagnes ou. wornes de Saitit4iiiiDomingue sont converts settleineu t dlui che de terre ou'plut"' t a* terreau 7 1 dont la prol'olid-our vdrle a j1 11filli I et cause m e variety non moins grande citatis la quallO et J'ans le 1-4tis ou zaoins de bont des fonds :, le proptletalre d1rat terrain abat Une Partie de bol"S 7 aw-_-'i andiens que le monde I et dont la
01
Lepouille a forme, par succession des temps I cette creme do terre' (Pour m txprimer ainsi.) n une fertilitv 'a laquelle rien vesauroit e M 'it 'tre compa 6. Un solely br'lant a Went& dessecho
Ves Arbres monstrueux et leurs branches abattues 10 moment








ep t que
'vore tont argon-an,
1 3 1 t ,eiidres,
ot lais e la jilace vue c6tiche "pais-e t1o c e
par 11c) pJ'ration 1a Plug- et it'VOC tille
doitt I ext-1,11111te vient desq prenners cultivateurs qui tra.,., vatl"Ioieut lear pvopriv ais witr
On a bient"'t tcruml 4 line lautation a c;_tf Les de.,Swvauviges d"une, nunit* Ire dloj) ;vr ttui'sli Pressee7 IMSi 111al entendue I ne tar,!cut Pas. Ct se. fairo, seutir. Dausles belles' Seasons de'. Vallat-'e Jus av Lila i stus 7 teltes qu'on uo conA
nolt rien en Europe de, sembbble I vi(.nueut jcmrae Ile- went halaYer cette surface &une terre cendreuse e W 're., quo
t
le travail aJP ,ve do roj1dre te'lle. Des torrents I dledu, t ra., verSent 1a *emte jantation ell tout sens, et liur-l 110ts
reunis daus tles ravines 1--t-tifondes enip-ortent dau4 lea Leurovst-s PlAues ou "a I& wer cette pr6ciewe Jelpouli,1161 des 'woutagu.t,,s* Eu 'un r1lot I la notivelle, Pie" Ce do c a G, 1) 4' 1,,enue a age de deux ou trois ans commence-h neill'o ik
produire Ses )rei"ie're$ erawes e la,, terre a d a, p e rd, a,"
tous Ses sels, et sa coudi u' par ,ces arrosOniens rapidea et frequells, 'La premiere recolte n"'est y1s fin-lie u 0a
voit de-ji le s jeupes arbres dej)6rbr'-,, et le culuivateur,% qui prevoidt ]a fin Prochaine de, cette resource ne sonte gue re 1,r ur e.N s ence cl 'bil e et s 6'a d'abattra a soften e IL t dl
une nouvelte Vartie, de bols I et' dly substitute J es, plan tatIOUS "Iles: dordle sort oat est Connu (P 4,wA n c e Telt 'est
Maniere yt-initive J'optIrer ;, to.11e, est celle" qulon suit encore "tnellt, Me pet" t nombre dlexcep 1 0
aujourd'lid -cowinune cL U11 -11 n I
tionspres 7 -tt qu'ou suivra vraigemblablMent I )dsqull, ce que It's mores etant plus' compose's quo d"une' feirre del"
graissie sans sel et depouille's retirement de toin ces bo's antiques que le cultivaitear avide et pett pre"voy a, nt ak SLUSSI PeLU nienag6s que 47ils ne devvient jamstis finir ne Prj.*







(84)
sentient plus qu7na ensemble de terrelins ruins I et soient Aandonne's comme inutiles ) potir courier aux lieux 7 slil en reste. encore ) qui promettent de nouvielles resources. On
en pent excepted un bien petit, nombre Wendroits clair-se
qu7une situation'Tartliculiere a fait participer aux advantages (les planes I et qui sont converts d"arbres 'a caf6l eiternelspour peu qu7ils solient soignes ,) et m6me sans Ntre*60*40 JI y, auroit san's doute Jes'methodes plug avantageuses
Plus, 6conounques et plus conservatricesdes fonds. 11 en' existed certainameut dans les, morries A Jes examples inais que peu se student d7imiter. Ces measures lentes n* $auroient conventr des homes presses de jouir et de'" vore's di I'a soif d1amasser. 11 faut des forces conside'rables pour entretenlr d'anciennes plantations 1 11 est plus expe-w aient de les abandonmer d'abattre du bois debout et
(Ilen faire Je nouvelles. Enfin I A faut faire du revenue volilil' 1 Iatiga-ge et le but kernel et exclusif 'du colon. DeQ, des' quarters entliers use's I et bient6it inutiles-&U dans' la plupart des' autres Ces',vastes terrains ste'riLles et Incuttes et ces montagIles dont !a est encore orn'
ee
A p" eine de quel'
Ties bouquets de b0is, tandis que leur troupee est abandonn6e ou couverte de quelques plantations prelates' Pltreo, La devastation de ces terrehis pr6cieux u est pas en elle-mel tne le Mal qui m7occupe mais elle donne lieu A des incon-v6niens que j7ai priincipalement pour 0bjet-,,,,et,'auxquel9jevajs venir,
Ces operations quells qu'elles soient ex* ran
P
nombre'le bras. On se feroit difficilement une Wee du roduit en premier rapport d1une plke d1arbres afd. Les Prodnits suivans dekllnent progressivement : Payarice, seule du cultivateur ne Udine pas -uu 0 0
prefer succ s ne fa







que Penflammert 11 ne Ooccupe:, que de nouVOUIX SATCC 1Pareils tout est sacrifii il ce but s6duisant fob pen imporW quon n!ait pas un atelier suffisdnt on saura btien A force de surveillance lu* faire atteindre Its deux bouts Ailleurs les travaux n!ont ordlinairement que le premier Moment de dur et de fatiguant la suite ii7est plus: COMOW pos6e que cllune'takhe -uniforme et regUe -. *ci le coop 6 ratcur
0
OU plut6t le Writable ouvrier,, 46a, priY6 d'une r compensLe directe qulil seroit en droit dlespe'rer loin Wobtewir au moins que1que repos I n1a Wautre perspective que celle Ane augmentation de travail I et les fatigues d1une wfne'e soiat le signe de plus ecra-sautes encore dans les anne'es sul-ft vantes. Onlui ajjoliat des compagnous a7esclavage quiost
so 'Procure & bord des 114griers 111als tottiours ou. presquo toujours I en nombre insdfi8ant. Vailleurs, ces xiouveaux arrivAs I qalon.Wisse long-temps dans Pinaction sont peu faits au travail et en attendant quAls y aient acquis 11 ti.*, OLP
tuae nocessaire le nombre a beau paroltre augment les forces reelles ne le sout pas en proport'lon et le redou... element de trayall'et de fatigues tombe itece-ssaire'ent, sur
s ancient.
Le cafeler parvenu A, 'galer Its richesse de Pbabitant
A
ne tarde pas tre jaloux de broiler auss' par le
m6me air de grandeur et,, dlopu-lence. La mature se refuse presque par-tout, dans, les mores 'ala mcrigidficencela construction des grand 'tabl* A ram,
et a s e, issemetis
meme que Ies plus mediocres puissent y trouper utte place. 11 faut'escarper I Oargir le terrem I corabler les elldroits profonds V, et cooper de's coupes entiC,1res givec des Pei n es et des fatigues indicibles : it, faut fouillei ;des fourneaux a chaux,) charroyer des bodies et Ju bois 1A.C de,,i seuth;rs F 3






E6
r does et escarp s et solvent A une d* tance con5M "rable '01 faut transporter des pieke ; enortnes pour 6 cotistruetion des edificei-, Dans les sucreries, on a des macous., c1tarIti U 1, exclusLyement attached
ers Irionniers o ossoyeurs
leflir Les 11)e let, llatte.her remplit tour-a-tonr
parties la pbts 1, ,tigvante de cc s tr. -vaux sats pr6ju (I*ce dc sa takhe o waive qne des d tourijewens, 6craswas 31 1 emptlcheut pas Waller son tra*1A C Pactive sur-O
Maenir le bon
1411ance d'un. cultivateur -Aus J-aloux Ju juai I
eta t do ses plantatI4,m quie de latre regner to 6)mbeur et le, contentment pariah", Jes ettes qu'As to se sont qie trop accoutume*s A regarded cowme destiti4s a traveller oa It I e a un
p6rl'r, et dont 1, 4)ertt -ind*viJue11e est m"nie soutu*se
-calcul titti les console &avauf-e pzir I'a pe ,rsuastoji que la Perte d'utt esclave est au. dele-uple par les travaux
Ja ceuk qui resent I et dont la' viguear snrvit h tan t do

Vt s t *c*,, le" lieu de 'rappeller le tableatt que jai de'ja
*,,,b-a-uteb6 c7est ki Oe I*e pourroisjoindre une f oute de traits et de de'sordres qui affiligen t Phtniianl*te et. waisient les, uns des atitres* It Uy a pas d'hommes sl dociles st vigoureux
n, A
chcz qui un, travail excessif eine 6ans etre gratuiif!
11tailAene leinewtitentement.- De ce sentiment naft bient6t le d6coa fagement dans le I noir sur-tout d4 deco-uragement vaissent vue foule de manx destructeurs. Ili sont deja leur comble et -sans' ren ede I' que -174-varice d"un -aittrIe cruel se fait encore ithisiow sur le resultat de son inhitmao C nations J ,ti Ma dit ce qul*l pit6 et de, ses barbares sp'cuh 1
en CoAte pour former un atteher de parties dt noirs- nou." Yeaux ) qu7on achette successivement. La perte de Ces tomes machetes a unprix ex 01 est dle*solante mais nfin







leur mort n'est le plas son-veut qua le fruit alun germ*, motel qxt'ils renfernient en etix-mA mes% I oil le resultat. d'im f rtotnent dlapre g le spectilde qUX
ertyirwme I sur le sort qtd les attend. La, ermaute Won Ula I Ue It'a pf-Ant de repr4 o, lits (lire ots it se faire enters des 'hommoi qtdi stieuretit tucore courts des Items clont on
t 0 da-Uls les 1). 1, rs S
et de lear tl-'Io uiser Pitveftir, Mais que dirat-je des ateliers fait, I tIC)a former's, au traval't t et (111i Ont domi e"' d"aboril des" eSPCVl*kllCe S qui I loi-n X -tre mi mctlif de les md'itager semb!eiit au, 'contraire a0liller lietl it Ull Surcrolt de travail C0111'rile Si on otivioit h ces lhil- rtunv8., fasqie,t la douceur de S'attacher insenstbleni, Tlt it leur kat et "a leurs maltresol, Jlali 1jelhit rapidemeut lllteuretm evit de Vesclave h qui un
guldel par la prudenceet par 111-mma-nitt* sait faim b6tjir sa. Servitude ou la 111i fait oublier a force Ae soins, me force de parlor 6galeme
et de biellfaits ; la TerlitC nt dia
Petre lll,-Alpeureux (lu'un tyran barbare et 'aveimfle sur se sl ropes lntero'ts -re'dwit-au dernler degred ae Uli S6re et & desesppirQnel attarbentent pourroii-il conserver pour un etat qite tout le porte "a dkester ? Tout lul devient insup-0 portabte-, to it fult la socil de- ses semblables 5 la solitude,
seule,,6L't des clarmes pour'lui ) e-t- il y passe tous 16s momens Aloat it lul" esit permits de diiposer : 011 unique plazisir, es t, de rester ettferav,-:' clmisr sa. filste eab.cine --aupr6s d"Ult, foyer' ardent I dotit la chalour exalted son ima Yination I et SeIIJ4e il eso rAver eIltiuleat de, s s. L assis, sur
les coupes appaye"e, stir les g,,- -ttottx 7 et le visag'S'r cache ii s s e s 4 ev x i-al ins 'l pas e tine parties de la nuit! A, se rappeller- les tenips, Ileureux de son enfa-nce et
C 0"1 parer' trIstement le pays oA le, Isort 11a conduit auctealle., Parlic dout soix tbat prestl .Illt Illi exago'4re








chorines. Le retonr du lour qui excite la *oie et r'veffle le sent*ment du bonheur dans le Cfeur de Pesclave heu.., reux ) ne fait que renduveller dans 10 Sien Ie souvenir des I na)U% quii I'accablent et que le sommeil lui avioit d&A6 Un instant. Le ver rongeur qu-111 porte en-dedans de Mi.
Civat se Me -I 'signal accoutume- J'appelle Vou"6 wage rencl noiichalatnment et & coutre-coeur la
icrainte au chaItime;it Int tient lieu Ain zMe quIA ne sauroit eprouver pour les liute're'ts Altm maltre Injuste. 11 s'en dis." renserolt si celit (Atoit-en sonp-ou'voir et si Ses yeux 1176tolent Continvellement fra r la vue du terrible
conunande'ur arwe d'un fouet -jn en-acauu On. est bien loin 'I cette --Mulatio:n
(le -ftMarquer it i cette ardo ur a'u travel e qjjon voit awt joyeux dont Nnsemble et
I A ttrS ni Ces cbants
Ut wesure parfalite sout jitarquesuvec une Pr6cision admi4
rable, par tous les instruniens de Vattellier JoPius nornbreux) qui., tombaut y1goureusewent et en. cadence sur la terre quilts eutv ouv rent ne frappent qW-un scul coup. Le malheureux in I quelft
,gardeord- a*reineiitiliimoruesllence-ou lite6de
quefois a,4 son goAt natural et dominant pour le chant I ce
st que pour exprimer sa 4ouleur p4r des'airs in'l co Iliques les, parolee.!, empruntees An laugage 141COIJAU I Sont des inignies obscures pour) un "jualti-e qui ne compared pas le's Maled'ctionsqu7t1la re;6rment; nials elles tie sont-que trop intAligible..- potir'ses COAIP40nous rtaL
qui -weaut le
0 PW r,
sent "lent qui Paniine., lu" r 'p I e U.U-dent par do tristes refrei et font r4pel tt*.r aux khos des sons plaintiffs. et Itigubres. La force seule I e redent A* 11ouvrage ; et sII rem''plit bleto ou Mat $a tkhe it v ekt Co'lltralnt par Peffroi que lul ca-use la prel'4 sence contain uelle des homes noirs'ou bluci s char 's de sur,* ge
veiller les tritivaux. Le de"couragelitent a-Aie've daffoiblir ses forces ePuis6ts daus let heures qui lui appardennent 10in








& travalffler pour sa propre utflitA il ne cherche que let &,jx retires pour sy ixvrer au repos ) ott ponr rever triste4o Wit t A ses felines ou bien I pour aller loin d"un se' #our et J* ]a, vue A)blets quIt &teste I il fuit dans les, bolis oit) expos'l a toute Vititempene de's seasons it reste *usqWi te que la xais6re le fqrce d"en soitir et dIaller implorer in -filement reut-eltre,) I-a clepnience du tyran. Le, solin de sa Propre exi&M tence Poccupe 'a peine ; tt si I cedant aux besoins, et,1*1 la faim qui le pressed, il prend quelquenourriture I- il semble choisir par preference tout ce qui'pieut luieltre nVisible I et'satisfaire un gofit Uprav& Vaniour et le desir sli natural de, s e- votir reproduire dans ses enfans deviennent rangers A un, Atre
miserable. Sa compagne lui deviant autiai indiff6rente que tout te quiVenvironne ouj SI, la voix puissainte de Ilinstinct Ile'tourdit un instant sur ses nimix, et le porte A ]a rendre mere quel espoor -y a-t-iil que ce, tenure fruit ,46appe A tousIes dangers.qui le menacent avant m6me,, de voir le Pur? Autani Phomme heureux se plalt J environne' de nombreux enfans I ,autant Celut, qw ,ne Vest pas est retenu par la cralinte de partager avec eux son infortune. Vesclave content "ecoute solvent inoins le cr,* de la nahire que sa haine po-ur celui qui Popprime et it n y a ma euretifement que trop d1exemples quIiI pr6fe*_' de commettre, un -crime. affreux I plut6t que -de'contribuer A Penrichir en luli dominant un stijet de plus. Trop souvetit aussi des m6res barbares et abrutles. oubIient tous les clevoirs de la niaterx W I ot sont insensibles a% un sentiment que les animaux m4me ne meconnoissent pas :,et si de jeunes Inno" cens sontassez heureux pour surviVre 4 des attentats dout la nature fremit) comment' leur fre'le..'exi-stence'resisteroitelle tous les m'aux q x assi gent leur berceati? Queh Awns attendrolent-Ils de parents qui regrettant do Itur avoir