Procès verbal d'interrogatoires de Agoustine Franco, dit Médina, espion français

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Procès verbal d'interrogatoires de Agoustine Franco, dit Médina, espion français
Physical Description:
1 online resource (8 p.)
Language:
French
Creator:
Médina, Agoustine Franco de
Haiti -- Commission militaire spéciale
Publisher:
P. Roux
Place of Publication:
Cap-Henry
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
Trials (Espionage) -- Haiti   ( lcsh )
Espionnage -- Procès -- Haïti   ( ram )
Procès-verbaux -- Haïti   ( ram )
Genre:
federal government publication   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )

Notes

General Note:
Title from PDF caption (LLMC Digital, viewed on July 8, 2011)
General Note:
At head of title: Royaume d'Hayti. Commission militaire spéciale.
General Note:
"Cejourd'hui dix septième jour de mois de novembre mil huit cent quatorze ... la commission militaire spéciale étant réuni en l'hôtel de Sa Grâce monseigneur le duc de la Marmelade, gouverneur de la capitale, à l'effet d'instruire la procédure criminelle du jugement d'Agoustine Franco": p. 1.

Record Information

Source Institution:
Library of Congress Law
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 739932005
ocn739932005
Classification:
System ID:
AA00021609:00001

Full Text























This copy of a rare volume in its collections,
digitized on-site under the
LLMC Extern-Scanner Program,
is made available courtesy of the

Library of Congress







A





ROYAUME D'HAYT-1.



C Q-m miss ION


MILITAIRE SPkOALE.



Prock verbal d'interrogatoires de AGOUSTINE
FRANCO, dit MEDINAj Espion francais.


-C gjouRO Hut dix septi6gie jour do mois de Novembre-mil huit cent U-11,ze, I'an onzi6ine de 11nddpendiance d'Hayti eL le quatri6me r gpe de So Nlaiesi6.
La colninission Ynilitaire sp&iale nomm4e par Sa Majes16, en vertm do sa d6pAche do unze Novembre pr6sente annOe compose de Sept Inembres; savoir:
Sa GAce monseigi*ur le due de la Marmelade, gouverneur de la Citftxpresidew.
6e, lence Monsieur le-corate d'Ennery, lieutenant ggngral des armies do Roi.
San Excellence Monsieur le comte de Richeplaine.
Monsieur le chevalier de Jean Joseph mardehal. de camp des, armies do Roi.
Monsieur le baron Oe Cadet Antoine secrgtalt-e &dral au ddpartemenj du'grand ainiral greffier de la comonssiun.
Monsietir lo'baron de Uo, colonel etc.
Monsieur Joseph Leonel, lieutenant colonel,
La commission wilitaire sp& iale etant r6unie en 116tel de Sa GrAce mouseigneur le due de la Marmelade, gow erneur de la capital,
d'insfroire ]a procedure crimin6lle do jogement d'Agouslme Franco dit Medina on des' trois espions envoys par le cabinet francais, et arre"to le onze do Novembre, pr6sente ann6e, leq iel jugewent d6fmitif aura lieu lomque rafioire sera stiffisamroent L11SWULLe.













'Affoustine Vrancm dit TNT4dina ayant introduit dans la salle Ja
Conseil a etii interpelld par le prOsident d'avoir A dire et diclarer la Write toute ]a v6616 et rien que ]a vt rii4 et ledit WdWa ayant prc( le set-t-nent susdit a 6td iweriogti par leprisidentde la. commission
3niflitaire sjj ciale ainsi clu'it suit

-1171erroge: Qnels sont vos pr4noms noms, Age et profession
A rr powlti : Je nn'appelfe Agousliiie Franco, de Alidina A# de
qnaran[e sept ans ou moins natif de San(o Domingo habitant et 1-tuop661aire A la Wgi ei-devaill cl3avgd de Ja police des contrebandes i, Bannie I ensuite nornmd maire par feu, le gouverneur Toussaint J.ouvei:ture et sous le g6ji6ral franqais Ferrand adjudant g6n6rat coininandant le dt apartment de Gibao, pr6entement colonel au services
de sa majest6 Louis XVIII 6ruissaire do miniswe Maloupt.
jateroge : Cortiment avz vous dt6 choisi pour remptir la, mission
dont vons 6tes chargti pour Hayti ?
4 r( ponclu ; Par une letter d'iiivitation que jai requ an rnilieu da
wols deJuin de I'atinge 18f4, d'un clesseprdtairesduinitil5tveMalouet, pour me rendre, auprhs de ce dernier; il avail 6t6 hgiij ava tit cela i la commission des colonies, (p,'on aurait envoy le comle d'Osmond. le Inarquis & Fontenefle, NI, M ztire. M. D goute le. u6gre Louis Labelinai(-- et quelt-jups autreS inotl!res poor sounder le terrain mais
M. Malooet en a autrempni'ordonnti.
Iwero,,g,; : Vous 6res voustrendu A invitation, do ministreMalouet,
Cl A (JUP11C 11PUre, 7
,4 'ef"mda : Je me Buis rendu A 1"invifation dans son h6tel da, u'sj we de la marine at des colonies, le lendemaina Meure du midi
mutant que je m'en rappelled.
I,, te, Par qui f6tes vous prAsentg au Ministre P I
-4 repowlil, : Par un des eml IoYds de bureau,
lnterl, ,,e : Qwlles sont les persunn es qui Be sont trouvdes avee vons
,gbez le ministry ?
A reporidu : 11 v avait on noruniti le 4eur de Begonlancien officer Jjo JA WaViLle fidnVaise Dauxion. Lava ssa et Dubuc mai UAW"-,












Intendant A ]a Martiniqu*e les autres. me sont ificonnus, je vie rapOlle, aussi qua M. do Petit-Thouars Atait d u nombre.
Interrogd : Qua vous a dit alors le ministry Malouet, en presence
-de ces personnel relativement A votre mission
-4 rdpondu : Le ministry s7est etpritud en ces terms: 44 Cest au Xiorn do Roi que je'vous parle, SaMajestd desire prendre connalssauce de 16tat de ses colonies mais particuli6rement de Saint-Dulningue. En cons6qpence M. Dauxion Lavaysse ira s7aboucher avec Pili6ti aUP ort-hu- Prince et tvaitera avec lui an nom de Sa Majest6 suivant lei bases du dernier traU fait avec Bonaparte; Dravermann se chargers de la parties du Sud, ayant des rapports even Borgella ; vous M. Mgdina
eadcessant A moi ] vous forez ce qua vous pourrez aupr6s do Christophe je sais qu'il est prononed centre la France mais vous Verrez 6tant sur les Hoax ce qua vous aurez A faire
Znterrogd: Connaissez-vous la teneur du traits fait avec le g6rigral I'dtion depuis Bonaparte, at A quelled dpoque ce trait a gtd consomm6?
A repondu : Depuis clue le g6n6ral Ferrand dtait i Santo-Domingo jai an reconnaissance qua le gdndral Pgtion correspondait avec Fertand at Bonaparte ; mais le trait dont sagit a dt6 conclu sur la fin de x811
Interrogd: Connaissez vous les articles de Cie trait ?
,4 Mpondu : Xai entendu thez ]a ministry Malouet, dans la m6ma conference dont je vous parle, que la. France devaiL fourniv an g6n6ra 1 Ntion une certain quanti[6 de troupes d7armes et do muni(iolls de guerre.
lnterroge : Connaissez-vous la personnel qui a ndgoeig cc traM da g6ndral Ntion avec Bonaparte ?
I 4,rt poiidiz:M.Dravermaiijim'aditquec7&aitunnommgTal)iau, quarteron do Sod qui dtait charg6 de suivre ]a n6gociation par Ventretuise de ]a mason Perregaux A Bordeaux, beau-phe do mardehal Alactionald, A Vadresse duquel 6(ait venu un bAtiment de Pd1ion.
lnt rrqge ; M. Dauxion Lavaysse avait-ii d7autres instructions que, velles dont vons 6tiez porterr?
A rdpondit. : Oui il en avait d7antres qui sont relatives an g njral P4011 partiCUI;ftementsurtout Les bases da trait quUdoit faive avec IuL












lnl,'errriget Cannaissez-vous ]a nature de cc trattg 7
-f re-'pori(Lz : Le but de ce trait est de prepare r un pied A terre A Yzirmt' fran -aise dans le cas que, le roi (Ifiristoi.lie fefuserait de ge
A la Fiance, alors Nii(ln v ,unlrait ses, troupes A I'arnide fl'an(;ake ponr foj jnpv nos savants aides lcver les ernbuscades et 46('Iam v la march des iconpes fialcai cs. Al. Pauxion Lavaysse est en outce chargii de faire teas ses effor s pour faire proclamer samajest6 Louis XVIII an Porl-au-Prince.
lnleiio, o' : Croyez v6us qii'il soit possible an giriftal Wtion de v r61-i" ses troupes i Iarmiie frangaise pour combattre le roi Henry I
(, ;wlda Moi- ja ne sais pas ; mais le ministry Malouet I'dasure
a Jit lious tons qui dtaient pr setis, quejamais le g6ndrajPition no consentira A se laisser commander par on nigre et clue ]a guer e Civil continuerait tortiours et clue Mien dtait d6youd, A la France.
Interroge : Le counsel vous demanded comment croyez-vous clue le gdn6ral ftion puisse rdussir A garner ses troupes pour combattre ell faveurtles. Manes
-4 rdpondu Le ministry a dit que c7est au g6radral Pdtion de pr parer les chooses Wailleurs vous. verrez clans me& instructions l6i veri!( de ce que je vous dis, 6
I-crroge! : Quelle est la sigi.irication de cette expression de I'Ve dL 2ateau porte dzc1is vos instructions?
4 repondu 'Cest une invention do ministry Malonet, pour ue pas. Ncss, i I'ojrit philantropique, de, Sa MijestO ; c7est un moyen de se cll-[Lii- des hummes dangereux cle I la colonies.
1;irwogd. On a done l'intendon de renouveller i Hayti les noyades et les horreurs, quont &jic commisles francais ?
I j epundu : Je crois que intention du cabinet francais est de se &Taire cle tons, les homes que rou croira nuisibles, parce que sans cela un tie pourra jarnais rdussir A rdtabfir lorqre.
Interrogd: Qual ordive entebdez vous ? Ne sommes nous pas: clans lordre ?
-4 rtipoizda Le ministry dit qu'il faut qua les rt gres rouirent st*.











les habititations de leur maitre, et que les colons soient en possession 'de relurs habiiatious mvlffi la Martinique et A i'a CyuadeloLye- .
znteimgd, % otis a,, z dit pbliquetnent lors d6- votre arrestation que si la populdl ion Ile voulait )as se soumettre& la France I (ILI'C'113 strait eqti&enjont exw, min6e, j ,qu'aux enfans ?
A rdpon I a : Je le ( i 6 o le ministry Malonet nous I'a dit clans les confLences que nous 6m s (hez lui avant notre depart.,
lnterrogt : Avez vous cie, plusivurs fois chez le ministile ?
A refjolvda : Oui pendantirois fois, eest latroisi6me fois o tnous rous Sommes trouvds M. Dauxion Lavaysse Dravermann et moi ensemble.
I arrogd; Quels orders qui vous out 6td dorinds par le wi:dstre ?
'; j epoudtz Le ministry nous a dit en nous montrant Dauxion Lavaysse, voila vutre chef; le Vous recommended de union i vos instwetions vous seront donn6es. Prenez Men vos measures agissez prudemment afin de bien remplir le but de voire mission.
1werrogd : Quei le conference avez-vous cue avec le ruinistre alors est-be Lout cc qu*il vous a dit ?
repondu : M. Dravermann a voullu parler an winistre, it a 616 interrompu par M. Dauxion Lavaysse, pour lui expliquer clue AL Dvavermann le priait de lui faire passer ses letters de Bordeaux qu'it en attendait de tr s int6ressatues de la pavtie dei I'Ouest et du Sud du g6n6ral Pgtion et Bovgt1la.
Interrogd : En France on a done beaucoup de con-fiance sur les go aux P6tion et Burgella
re I Pondu : G6n6ralement en France, on a beaucoup de confiance
Pdtion et Borgella, coupe je vous I'ai de L dit.
In terrogd:. Par iluefie vvie Dravermann avait 6crit au gen6rcov Fdtion et Borgella ?
A rdponda : Je pense, c'est par les Etats Unis-d'Amorique on pluf6t par le badment m6me de Petion qui 6tait venu a Burdeanx.
fateirogd: Sortant de chez le ministry Malouet, oij avez-vou.s ete ?
rdpondu : Nuns avons pris chacon de nutre c6L6, et nous solmmes r4unis A diner clans un b6tel sur Novitation qui nous en a 6t6 faite pac W. Dauxibn Lavaysse.
Lecture 'faite du present interrogatoire an sieur Agoustine Franco do Medina a d6clard contenir veriLd n'avoir rien a ajouter ni diminuer et y persisted, et a zn6 avev nous : Frai ico de Medina de la Bande (in Nord due de la rawlade, dEnuery, de Richeplaine, de Jean-Josepli, baxon de Ldo Jobeph Ldonel et de Cadet Antoine greffitr.














Cejourd'hui vingt-quatre Novembre ]a commission militaire, spiCiale r6unie au lieu de ses s6arices ; le sieur Agoustine Franco de AIddina a 6t6i introduit et intcrrog par In Prdsident de In commission
militaire sp6ciale ainsi qu'ii suit:
lntern)ge: Fait-ou des pr6paratifs de guerre en France maintenant
centre Hayti ?
A rc4pondu .- Non pas lors'de notre depart, on attend ]a rdponse de notre mission un ou deux de nous trois iront rendre 6ompte do risultat de notre mission pour mettre le government A m8me de dodger ses
operations, et mi de nous resterai i [a Jamalique.
x lnteriogi .- Qu'a t on fait des haytiens des deux couleurs qui
scrit en France ?
A r, pon A : On les a r6unis 6 Pc4isle et dps plusiieurs antres ddp6ts
y en a beaucoup A Paris, ce sont les wilitaires qui sont dans Jes Odp&a,
pour attended le (161jart de Varinde frangaise.
In-terioge : Quelle es I In force croyez vous sera compose armies fiav aise destined cuntre. Hayti?
A repoliflu Je tie sais pas; muns je me rappelled dails In coiuf6rew*,,,.que nous eCimes chez le ininisire- M.du Pe:ir-Thouarsad it : si Is ministre me donne des fHgates, i1rai voir et parler avee..Ies deux chefs puur connaitre eils veultiit se sourneure A la France, dans le cas contiaire dtablirai me croisi6re pour intercepter In commerce de 111a de 1,apar:! franchise seulemetit. Le ministry a interrompa ce Monsieur en Li distant : vous n'&es point venu ici pour tenir cette conversation.
C- West pai ['interiiiun d-- sa Mdjftte, elle est d4cidge a faire pour Jes cliFs ((- ijui d6pendra d'elle, ainsi que pour les officers subalterns que jes ch f d#sl neront In moindre disposition hostile quiserait faite pour e 4 gg 'nit vos operations. Quand In temps en sera venu .
le ranger *1 f dra employer pour r duire
nous vous occuperons des moyens qu'i au
ou extectininer les n6gres r6volt6s.
: QUel cojLpS d'armde croyez-vous qui sera. emploY4 pr4fdrahle mpiit centre Hayti ?
/ i-t-pomit, : Cela depend du minist6re ; mais j'ai entendo dire quo In Fr owe proffierait de cette expedition pour se d6bavrasser &on tas da
nintivais suits qui 1'embatressent.
Intel I ogd : Quel chef croyez-vous qui commander. Iexpdditioa
-4 pndtt : Je ne sais pas; mais le prince d'Anuleme a promise IleMICOUI) de chooses an eornmerce de Bordeaux ; M. ravermann Ua&
17a dif i I vent le relabli lenient des colonies et In trite des n6gret, Ja4urfogd. A quells 6puclue avez-vous quitid Paxis I













w f roondu te vingf-buit ou vingt-neor Join nous sonimpq Partis
DauxionLavay!se,.Dravermann et moi poor nows rendfe a Boulogme, ca quatre ou cinq jours apr6s nous sornines embartlu6s pour Douvres.
Imerrogd. Comment avez-vousquitte J'Angleterre ?
-4 roonda : De Douvves, nous avons 616 ii Londres, et de Lofidi-es
A Falmouth; I'ambassadeur de France, cowe de la Cliatre, nous a fait
rocuter tin passage sur on parquet du Gouvernement A la dispositiorL
e M. Dauxion Lavaysse.
letery-ogd. Darts quel endroit avez-votts toucM datis les iles
Preniiiirement ?
_' rdl;,ondu ; Nbus' avolis touched premi6rement A la Rai bade
ensuite A Sainte -Lucie, apr&s i la Mariinique et dela GuLacl,'w, d'()4
Inous'sommes retidus A la JanVICIDe.
1werrogw. Avez vous vu I gk, ral Agason A Curacao ?
,4 rdpo a*u :Non, 6est M. Dauxion Lavaysse qui a descendu il
ferre; cornote M. Dauxion veut iltize, toulours & .or", centre les infentions do Alinistre now, sommes facli s sur les reprdsentations que is .opjmi ai faite3, Je prdsonne cela.
: El vons, avezvous voq.d onra I ions ?
,4 rcin"' bi : J'ai deux croix ujie k ,5. ZI 'Lotiis XVIII et- I'aulre
de I't-inpereur NapolOon, et in's un Foruaes sout dans ma malle, partial
i ]a V6,ga et parties A Santo-Dorningo,
jw('rrog' .- Cli-z qui les av z voiis dt pm ,s ?
.4 ;'c'pondzi : A la Wga chez le conninandant, et A Santo-Domiiigg
thez wa swtir Donna Anna.
1"terrqg( : A (Inel6rtipoque avez- vous tWhd a ]a JamaYque I
rdpom.du Le 25 ou 2G Ao a.

ne aubeige.

i av"z vous descendu 7
I"t"' Avez vous descendu tous trois ensemble daus la m8m&
ftube, ,gs C'
4 Mpo zdu :.Dauxion Lavalaysse a descend dans on autre canot
que nous, a Old logd ailleurs, M. Dravet rnann et nioi nous acvons'dtd ensemble dans la 'm6me auberge vers' le -soir ; le lendemain M.'
IDVaVeVmann a tombO malady de paralysie car cest on borne de
soixant6 dix ans environs.
lmlerrogd: Quel Age a A-peu pr6s Dauxion Lava sse ?
A -tdpowllu ; A-peu-pr6s quarante ans.
lwvi rogd: Comirie porteurdes ddp6ches d sa majestd Louis XVIII,
A quelled autoritO vous Ates v tots adre 6 1 J ?
-4 reloondu : Al. Dauxion Lava) 5se a Pt6 clari capitals pour
se prgse titer an gotiverneur, poor niontrer les let'res e recommandittiOA
jq'if awit apportoes de Ltitdres et pour lui parler..













;%lerog,' Q, Ilog sont lea personnel qui avatentdomid Ines 16ttrel, :I fpcoln ilia lidul lo:, ?
repti&, Je I),, ais sic'est le ministreou J'ambassadeurfrlan- aist Iest le duc de Nlalich-- Iov rlji est le gouv!rneur de la Jamaiijae Dauxion Lavays v I vn li-s chefs mais mui el. Dravermarm nmis les avons pas vu I, I iarr iti-IlLdes; mais, lors lie nous aVons e6 r6tablii moi ip lea ail vus, exI If, duc de Mar I ester. .Piterro-,, 0 -i! i nit lea dispositions que Dauxion, Lavaysso it prises A a Ja j;j, l it- retuplir sa mission ?
4 If-41)OW111 : 11 LIJ',i fl avoir 6crit au general Mion ; maintenance Tafond Vji ivh 3t esi ,!, t ,t il-tailo il "t presqu'avAgie; nous Wavions pas erklfw ,If, (1, -, ili; rwus, 1i attendant la rdponse de Pdtion Four tie relldf- an P, i l ;,! v, I
111tell","O, : 1),11-01101 1 i.,j% sse ii'a il derit qu'au ggn6ral Pition

ropoiWu #T. D ri \ i,)n ni'a dii- (Inp son intention 4tait d'hi-ire an roi Chrisioplie t (lu'd a% tilt UI-11 WC clMIJI SCUT I 011 -e1a
Pv qP;1I- (,( cajon zi-i-fl eei it i P, (iol) ?
J( III' S W OhS J fl PI !'e Ill) Ill i(' Qq' tm.
wl "Vittlell
D,- VOU5 -elUi LlUi est parti dv ia Jarnaiclue
W
?
AD); le, premier. AI. Dravermann doit aller dans le Sud rt M. Dawxwn L ,vavsst i,vait esttr d la )a

A6 z t de ia riqnt*on,*s, rolons A la,
'i"i a it lien.
Cvile C P s',, s: d 6 (1,-I Its la m6mle soir6e. de -nolraarri re It I. Io t I S I vi V! j I e jo, i is s a n ce d4a, pai x go i i6ra I e.
A%,,,z, %,(tw it com,, ssa e d a its fates A S. M.
i, 7K pm,14-- "i"116es aux nqLall )ws &' qllinze Colas ?
-4 Ito sallce deces petitiw a, iai vu A la
Jaw I It, plu!;wul oiw q. Ir%wiros If- chevalier I 1filI- el 1), -sourco*' 'I C% k)ul wi hIS 1 C' ;P;line d, colotis A [a
4!"", --votisvehudans lai ariivespaglitlle?
-wo,", 0,111, wil, C"'i"'. J'ai aebarqu6 6 Aiwit'Clicist
It, wt, sw, 1w, doil d"I, Que jaide.
e ( !t t I I e i I I I' I I I T P I I' I I t i I (fl 'r( _rI I I k I i re an sietir A govistine Franco de Medina, a e cor,"i-iji, n avoir vien.h alutiter tit dinlinuer
persisted el A Joils Fratico de M6ditia, do la Bande du
1 ordduc tie 1c, 'd tj iw-kile, d'Eonei v1de Richeplaine, do Jpall-joseph, baron do Uo, Ju ,ih Le,4)el el av Cadet Antoine, greffiler.

Au Cap-Honryl clie4l?.-Roux- imprimeur du Rf,)i,