Saint-Domingue

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Saint-Domingue la société et la vie créoles sous l'ancien régime (1629-1789)
Physical Description:
1 online resource (viii, 384 pages, 11 leaves of plates) : illustrations, map, 2 portraits
Language:
French
Creator:
Vaissière, Pierre de, 1867-1942
Publisher:
Perrin
Place of Publication:
Paris
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
To 1791   ( fast )
Creoles -- Haiti   ( lcsh )
Blacks -- Haiti   ( lcsh )
Créoles -- Haïti   ( ram )
Noirs -- Haïti   ( ram )
Blacks   ( fast )
Creoles   ( fast )
Manners and customs   ( fast )
History -- Haiti -- To 1791   ( lcsh )
Social life and customs -- Haiti   ( lcsh )
Haïti -- Jusqu'à 1791   ( ram )
Moeurs et coutumes -- Haïti   ( ram )
Haiti   ( fast )
Genre:
History   ( fast )
History.   ( fast )
bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )

Notes

Bibliography:
Includes bibliographical references.
System Details:
Master and use copy. Digital master created according to Benchmark for Faithful Digital Reproductions of Monographs and Serials, Version 1. Digital Library Federation, December 2002.
General Note:
"Published twenty October, nineteen hundred and eight ..."--1st prelim. leaf.
Statement of Responsibility:
Pierre de Vaissière.

Record Information

Source Institution:
Cornell University Law Library
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 591151533
ocn591151533
Classification:
lcc - F1901 .V132
System ID:
AA00021556:00001

Table of Contents
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
        Front Matter 3
        Front Matter 4
        Front Matter 5
        Front Matter 6
    Frontispiece
        Frontispiece
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Introduction
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
    Chapitre I. Les origines de la colonisation et les premiers colons de Saint-Domingue
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 10a
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 14a
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 48a
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
    Chapitre II. La noblesse francaise a Saint-Domingue
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 138a
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
    Chapitre III. Le monde noir
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 176a
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 180a
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
    Chapitre IV. Vie et moeurs creoles
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 274a
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 288a
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 330a
        Page 331
        Page 332
        Page 332a
        Page 333
        Page 334
        Page 334a
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 338a
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
    Conclusion
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
    Appendice I. La conquete de l'ile de la tortue par les Francais, en 1640
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
    Appendice II. Inventaire du mobilier d'une Creole
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
    List of Illustrations
        Page 385
Full Text


















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

Cornell University Law Library





PIERRE DE VAISSIERE





SAINT-DOMINGUE

(1629-1789)

LA SOCIETE ET LA VIE CREOLES

SOUS L'ANCIEN REGIME














Librairie acaddmique PERRIN et Co.








LIBRAIRIE ACADEMIQUE PERRIN El C"


HENRY HOUSSAYE, de P'Acad~nie frangaise. 1814. 56* dilition. 1 volume
in-16 ................................................... 3 50
-1815. La Premibre Reatauratlon. Le Retour de I'lle d'Elbe. Lea Cent-Jours. 530 ddition. 1 volume in-16................ 3 50
Waterloo. 57* ddition. 1 volume in-16................... 3 50
La Seconde Abdication. La Terreur Blanche. 40* ddition.
1 volume in-16 ................................... 3 50
Les mdmes, en 4 volumes in-81. Chaque volume ................... 7 60
Mdmolres du GdndraI Marquis d'Hautpoul, pair de France (1789-1865),
publids par son arridre-petit-fils Estienne Hennet de Goutel. 1 volume in-80 avec portrait ....................................... 7 50
Le Vice-Amiral Bergasse du Petlt-Thouars, d'aprds ses notes et sa
correspondance (1832-1890). Prdface du Contre-Amiral Dupont. 1 volume in-8a avec portrait ....................................... 7 50
Le Duo dra Lauzun (gdndral Biron) (1791-1792). Correspondance intime
publide par le comte de Sdrignan. 1 volume in-80 dcii.......... 5 ))
CHATELAIN (U.-V.). Le aurintendant Nicolas Foucquet, protecteur des
Lettres, des Arts et des Sciences. 1 fort volume in-8. couronnd par l'Acaddmie franoaise (Prix Thdrouanne, 1905) ............. 7 50
ANDRi LEBEY. Le Conndtable do Bourbon (1490-1527). 1 volume in-8S
avec gravures, cotironn6 par l'Acaddmie frangaise (Second prix Gobert, 1905) .................................................. 7 50
- Les trois coups d'etat de Louis Napoldon Bonaparte. Strasbourg et
Boulogne. 1 volume in-8- dcu........................ ... ... 5
GILBERT STENGER. La Socldtd frangalse pendant le Consulat. 6 volume in-8' 6cu formant six sdries se vendant sdpardment, chaque
volume ................................................. 5
G. LENOTRE. Paris Rdvolutlonnalre. 1 volume in-80 dcii........ 5
- Vieille$ Masons, vieux Paplers. Trois series. 3 volumes in-8, dcu.
Chaque volume.................................. ........~ 3
- Le Drame de Varennes (juin 1791). 1 volume in-8* dou .......... 5
- La Captlvltd et la Mort de Marie-Antoinette. 1 vol. ln-8, dcii. s
- Le Marquis do La Rougrle. 1 volume in-80 dcii..............
- Le Baron do Batz. 1 volume ii-8, dcu ........................ 5
- Tournebut (1804-1809). 1 volume in-81 dcii..................... 5
- Le Vral Chevalier de Malson-Rouge. 1 volume in-8* dci.... 5
- La Guillotine pendant la Rd6volutlon. 1 volume in-8o dcu ........5
LA ROCHETERIE. Histoire do Marie-Antoinette. (Ouvrage couronnoi
par l'Acaddmie franeaise.) Nouvelle ddition. 2 volumes in-8 -dci avec
gravures ............................................... 10a
P~iLz DARD. Un acteur cachid du drame rivolutionnaire. Le gdndral
Choderlos do Laclos, auteur des Liaisons dangereuses (1741-1803), d'aprds des documents inddits (Ouvrage couronnd par I'Acaddmie
fran~aisp.). I volume in-8dcu, ornid d'un portrait par Carmontelle. 6 ANDR9 BONNEFONS. Une ennemie de la Rdvolution el de Napoidon.
Marie-Caroline) romne des Deux-Siciles (1768-1814), (l'aprds des documents loddits. 1 volume in-8o, ornd de deux portraits........... 7 50
- Un allid de Napoldon. Frdddric-Auguste, premier roi de Saxe et GrandDue de Varsovie (1763-1827), d'aprds les archives dii Ministdre des Afraires dtrangdres et dui Royaume de Saxe. 1 vol. in-8% 7 5O 9MILE HORN. Frangols R~k6czI III prince do Transylvanie (1676-1735).
1 volume in-80 dcu avec portrait ........................
Paris. Imp. E. CAPIOaMnNT el Cio, rue do seine, 57.





































































Published twenty October nineteen hundred and eight.
Privilege of copyright in the United States reserved under thte Act, approved march third nineteen hundred and five by Perrin and Co.













SAINT-IDOMINGUE


















DU AUTEUR




Gentilshommes campagnardis de I'ancienne Fraace.
Outrage courotind par l'Acadd-mic franchise secondd pr(x Gobert). 3e edition. I volume in-S, . . . 7 fr. 0

L--ttres d'Aristocrat--s. La Ilivolution ra-,ontdc par des
correspondences prides (1789- 1794). 20 6dition. I volume in-81, carr6 ora6 de gravures . . . . 7 fr. 5 0







































A;
S


L4
N

















Ono I A

























CAIA111.1 S-Hi.,Niiy-Ttjf-ODAT, COMTr DTSTAING
Gouverneur de Saint-Domingue de 1-,63 t j766.
(1729-1794),


D'apr&s une gravure de P. Freislhion.
(Ribliotli que naLionalo, Cabin(A des estanipes).






PIERRE DE VAISSIFRk' to







SAINT-DOMINGIJE





LA SOClft ET LA VIE CROLES

SOUS LANCIEN R GIME

(1629-1789)















PARIS
LIBRARIES ACADtMIQUE
I
PERRIN ET Cie, LIBRAIRES-EDITEURS
35, QUAl DES GRANDS-AUGUSTI-.is, 35 '1909
Tous droits do raproluclon et de traluction reserves pur tous

























A MON FR8RE



En tdinoignage, si vraiment il en est besoin, de la profound et tenure affection qui nous unit.

P. V.













INTRODUCTION




I

Le livre que je public aujourd'hui avait W primitivement annonc6 sous le titre do lVoblesse des Iles, Jiude sit), la socid16 crdole (le 11ancien rQime. 11 devait, dans ma pens6e, faire suite 'a mes pr6c6dents travaux sur la noblesse de France, e L montrer quel ro'le a jou6 cette noblesse dans I'histoire colonial de notre pays. Si on effet Pon a tres solvent exalted Pesprit avenue reux de notre ancienne, aristocratic, le gou't des exp6ditions lointaines qui la distingua, l'on. n'a jamais qu'assez sommairement recherche les causes et expos les results de son expansion au dehors.
Je le dis tout de suite, l'idee de suivre par delh les mers la classes social qui fait Fobjet de mes 6tudes, cette ide'e reste bien l'idee maltresse du present outrage. J'ai W amen6 seulement, et pour des raisons un peu diff6rentes, 'a restreindre d'un coW, 'a 61argir de Fautre le cadre que je m'eLais assigned Ce
a







11 INTRODUCTION
sont ces raisons que je veux d'abord indiquer, pour justifierun titre nouveau.
En premier lieu, j'ai biento't reconnu que pretendre tracer un tableau d'ensemble do 1'6mio ration de la noblesse ffiangaise aux colonies Rait un travail qui perdrait en profondeur ce qu'il pourrait gagner on ampleur eL en int6r6t g6n6ral. Travail qui en effet m'apparut immense, de's que j'cus commence le depouillemenL des 6normes collections des archives du minisLere des Colonies et que j'eus la claire notion de la bibliographic presque infinite d'un pareil stijet. Ne valait-il pas mieux, et jo no tardai pas a me le persuader, prendre comme type Fune de nos colonies, on p6n6trer advantage Phistoire, bion marquer la place Cminente que s'y fit notre vicille aristocratie, que do poursuivro des g6n6ralisations rendues difficiles eL hasardouses par la diversity des sources ou puiser, la multiplicity des maL6riaux 'a mettre en w- uvre, Finsuffisance des moyens d'investi-ations et de recherches offers encore aux 6rudits dans le domain de Phistoire colonial.
Aloilh pourquoi j'ai born6 mon 6tude 'a SaintDominY'Lie. En dehors des pr6cieux souvenirs de famille qui me d6terminaient 'a ce choix, c'est 1h chose d'ailleurs, je le sons bion, dont mes ledeurs n1ont que faire, il m'a paru que je trouverai dans les annals de cette colonic, mieux qu'en cells






INTRODUCTION [if
d'aucune aLILre, de quoi illustrer la th6so qui Rait la mienno. NU110 part on Wet les raisons, le devolopI)CM011t Ct ICS r6SUItats du movement, qui poussa auLrefois hors do F-rance Cant de nos cadeLs d'ancienne race, ii'apparaissent plus clairement et plus ILIMineusement qu'A Saint-DOMiD(rue. La curiosity d'une vie nouvelle, et quo FOD diL enchanteresse, eii ces pays presque fabuleux des Iles, des perspectives de fortune rapid qui Lentent les descendants de nobles masons appauvries ou ruine'es, Pospoir de retrouver au dela' des mers un peu de cette independence don L le pouvoir royal d6pouille de plus en plus la noblesse franeaise, routes ces causes de la migration do milHers de gentilshommes se peignent d'abord h merveille dans Fhistoire de (( la reine des Antilles)). Mais ce qui en resort plus fortement encore, c'est le ro'le politique et social qu'ils yjoue'rent, Finfluence civilisatrice eL bienfaisante qu'ils y exerce'rent. Dans le monde si 6tran (),ement me16 de Saint-Domingue, dans cet amalgam, plus bizarre en cette colonic qu'en toute autre, d'aventuriers, do de'class6s, do r6fractaires, de condamn6s, la noblesse franqaise apparut de bonne heure comme tin merveilleux 616ment d'ordre, d'organisation, de moralisation, de sant6 social. 11 y eut lh comme une prolongation exotique de cc qui avait W sa mission historique dans le pays, et Dul doute que les documents que j'ai re'unis 'a cc







IV INTRODUCTION
sujet sur Saint-Domingue ne permettent de mieux juger qu'on ne Favait fait jusqu'ici comment fut remplie cette mission.

Pour qu'on p6t toutefois apprdcier excitement, par quels moves elle le f ut, et de quelled maniere s'exerga Faction d'une classes social privile'gide sur le singulier milieu auquel elle se trouvait mel6e, il 6tait necessary, je le reconnus, bien vite, d'6tudier plus profonddment, que je ne Favais cru tout d'abord utile comment s'e'tait constitu6 ce milieu et de quels, dl6ments il s''tait form6. Apre's avoir W amene' 4 restreindre mon sujet, j'e'tais ainsi conduit 'a 1'61argir, h remonterj usqu'aux temps he'roiques eL aux origins, de la colonisation de Saint-Domingue, h reebercher quels furent ses premiers colons, comment ils se multipli6rent, comment se constituents les, immense troupeaux d'esclaves, auxquels, ils se trouv rent biento't commander, enfin 'a peindre les, mceurs et h esquisser la physionomie de cette curieuse population. C'est de la sorte une 6tude sur la socidte' de SaintDominguequeje fusbiento'tamen6 'a desire et quej'ai en reality 6crite. L'on s'en plaindra d'autant moins, j e Fespere, que d'une part l'on pourra par la' plus exacLement appre'cier le rAle colonial tres glorieux de notre noblesse franqaise, et que, d'autre part, il efit
't' regrettable de laisser inutilis's les documents si







INTRODUCTION V
vivants qui m'ont pormis de donner tine idee de la colonies au premier 'acre de sa colonisation.




A d6faut d'autres m'rites d'ailleurs, la. pr'sente Rude aura au moins pour elle celui de la. nouveaut6. Si depuis quelques ann6es les travaux d'histoire coloniale se multiplient en France, ils ont trait en effet presque tous 'a Fhistoire politique, militaire ou commerciale, et Phistoire social des colonies n'a R6 encore que bien peu explore.
Que cela tienne surtout au considerable et minutieux labour de documentation qu'exige cette histoire, il m'est bien permits de I'affirmer, puisque je viens Wen faire 1'expe'rience. Rien de plus vai44 que les sources ou' il faut puiser en pareille matiere, et rien de plus ingrate ensuite que les recherebes h y poursuivre. Que d6sire-t-on decouvrir ? Le trait de mceurs caracte'ristique, le fait piquant, le tableau color, Panecdote re've'latrice. Or ou' trouper tout cela ?
Dans les documents officials, correspond dances, rapports, m6moires ? Sans doute, lh doivent se porter les premi res investigations. Mais que de deceptions sont reserves au chercheur! J'ai ainsi d6pouiII6 aux archives du minister des Colonies, page A page, pike






VI INTRODUCTION
hpi ce, plus de400registresoucartons, etassur6ment jo n eus pas a certaines heures 'a regretter ma poine. De ces cartons, de ces registries, combine pourtant en ai-je ferme's, ou' je n'avais rien trouv6 'a recueillir, combine ne m'on t; fourni qu'une citation, une phrase, un mot!
.A ces memes archives du minisL6re des Colonies, en revanche, une source slest offerte 'a moi plus abondante, la pr6cieuse Collection Moreau de SaintNoy, considerable amas de notes, de copies de pieces, d'ori-inaux aussi rounds avec infiniment d'intelligence par' le c6lebre auteur de la Description de la partly Irancaise de Saint-Doiningue, eL oft sont relev6s et conserves mille dRails curieux et inte'ressants sur la soc;.6te, les moeurs, la vie dans notre ancienne colonies.
Les Archives nationals et la Bibliotheque nationale m'ont naturellement fourni une moins ample mission; et nialgrd un d6sir solvent exprim6, je n'ai eu, d'autre part, que de tres rares communications de papers de famille. Ce m'est d'ailleurs une raison de plus de remercier M. le marquis de Persan, M. le baron de CollarL, M. de Pellerin de la Touche 7 Al. I e vicomte de, Beaucorps, M. de ]a Alartiniere et; LAI. Pierre Cottreau. des documents qu'ils ont bien voulu metLre gracieusement h ma disposition et de l'int6re't qu'ils n'ont cesse' de porter 'a mon travail.







INTROI)UGTION VII
Si les sources hiediLos do FliisLoirc social do SaintDOMinO'Ue SOUL CD general I)cu abondantes, cellos qui sont aLijourd'hui publics, m6motros, r6ciLs do VOV(10 cs correspondences, ont un autre de'faut, le d6fauL d'e'tre presque toujours on opposition les unes avoc les auLres. Je no crois pas on effet que Pon puisse appr6cier, plus differemmen L que ne Pont fai L solvent les auteurs do ces divers 6crits, les mo urs, existence et le caract6re des habitants do SaintDomincue. En sorte qu'il est parfois bien embarrassant de d6me'ler la v6ritd il travers des impressions aussi co ntradic Loire s. J'ai essay' de le faire, saus me flatter certes d'avoir toujours triomphd de ceLle nouvelle difficult. Les uns me trouveront peut-6tre trop indulgent dans mes jugements sur Ia population de notre ancionne colonic, d'autres, plus nombreux, trop s6ve're sans doute. Je n'ai voulu au'une chose je le declare, e'tre impartial.

Une observation en terminate sur le sons dans sequel j'entends prendre lo mot (( creole )), si solvent d6tourn6 de son accepting veritable.
Aujourd'huibien designs s'imaginent que le mot cr6ole )) d6signe aux colonies les homes de couleur issus du melange des blanco et des noirs.
D'autres croient au contraire qu'il s'applique exclusivement aux blanco de sang pur.






Vill INTRODUCTION
En r6alite, le mot (( creole )) no devrait s'employer que comme d6LerminaLif de blanc ou de noir.
Creole veut dire exactement, (( individual ne' aux colol)ics )), eL il y a des negres creoles, comme il y a des blanks cr6oles. Sous Fancien regime, on distinguaiL ainsi parfaitement les planes cr6oles des Europ6ens )), etles negres creoles, des (( Africains, )). Cette distinction a, il est vrai, un peu perdu de sa rigueur, et il est peut-e'tre permits aujourd'hui de donnet- au moL (( cr6ole )) PILIsd'exte.-ision et de Fappliqueren (ren6ral 'a la population de nos colonies. Gest du moins dans ce sens que jo l'ai employ dans le t1tre et au COLli's de cc livre. Je tonais 'a en pre'venir mes lectures'.
1. Pour l'illusLration du pr6sont outrage, jo dois tout ou presque tout h Faimable concourse ot aux pro'ciouses indications do nion distingu6 confr6ro, Al. Fran ois Bruel, du Cabinet des Estampes, L la Biblioth6que national. Qu'il me permetto do lui on exprimer, une fois do plus, ici, ma tres vive reconnaissance.









SAINT-DOMINGUE






CHAPITIIE PREAHER

LES ORIGINS DE LA COLONtSATION
ET LES PREPARERS COLONS DE SAINT-DOMINGUE


Jusqu'en 1789, Phistoire do notre colonic franeaise de Saint-Domingue, au. contraire do Celle de la Martinique ou de la Grenade, no pre'senLe quo peu (to fats saillanLs au point de vue politique et militaire. Mals olle offre en revanche un inte're^t tout particular, on Cc qui touche une autre question : celle de la colonisation et, plus specialement, Celle de la formation do la soci'Le" Coloniale sous Fancien regime. Comment s'est cre'e'e cette socieL6 ? Quelle a 'te", dans sa naissance et son d4veloppement, la part respective de Finitiative individuelle eL de Faction gouvernementale ? Cc problem, si inte'ressanL qu'll puisse 6tre, n'a copendant ete re'solu jusqu% present que de fa ,on tros superficielle. Les uns, exultant outre measure Fesprit d'aventures, les quality's d'expansion des Francais d'autrefois, amoindrissent eL re'duisent a trop peu l'oeuvre colonisatrice propre de Pancienno monarchie; les autres, par centre, glorifiant inconsiderement cette oeuvre, diminuent volontiers le me"rite qui doit revenir 'a la naLion olle-meme.



























1 4p I i ,








o.


w

















CARTE DE LIME DE SAINT-DOMINGUE


par (1, Aliville, en 1,7'(), pour FIl'sloire de File csl-)(t,)iole ou de Sainl-DOMb?-ue dit P. Cbarlevoix.









ORIGINS DE LN COLONISATION ET PREMIERS COLONS 3

commencement, in( Ijnc du xvic si'Cclo la date de noLre proinier inou\romenL expansion, pre'tendonL que cc mouVemonL, brillaminenL inaugure par les Cartier ot les Roboiwal, vit son essor briso' par les guerres. do religion et, qu'aussitoA apNes, 11 le report, ; les autres, restart, sceptiques sur la r6elle poile'e colonisatrice des voyages de circumnavigation ou do commerce des marines du XVIO siecle ', croient au conLraire quo les perres civiles, loin de nuire au development colonial, Font accelere et, presque cre6, soit en renforpnt les causes primitives des enLreprises des navigaLeurs du xvie sickle, soiL on donnant naissance 'a do nouveaux eL tr's puissants motifs d'emigration, si bien que, d'apr'es eux, du commencement du xviie sickle settlement patent les premieres tentative de colonisation dignes de ce nom. Je dis tout de suite que cette second opinion me paraft la plus conform aux faits.
Que d'abord le mobile capital qui, dies le xvie siocle,

1. (( 11 y a longtemps, 6crivait, au commencement du xvile si6cle, .1lare Lescarbot, il y a longtemps que nos roys.... ont est6 inviWs h estendre leurs bones ot former k peu do frais des empires nouveaux k eux ob6issans par des voies justes et 16gitimes. Ils y ont fait quel(lues emploites en diNers lieux. et seasons. Mais apr6s avoir ddcouvert le pays, on s'est contont6 de cola .)) (Histoire de la Nouvelle-France, par Marc Lescarbot, noav. 6d., 1866, publi6o par Edwin Tross, t. 1, p. ni-iv).
Ce que Jacques Cartier, aussi bien que Frangois ler, Pernarque un ecrivain de nos jours, r vaient comme tous les chercheurs de terres nouvelles au xvi- sime, ce waait pas un sol verge A d6fricher et & conqu6rir..., c*6tait le chemin du pays des spices, c kaient au moins les mines d'or et d'argent qui comment aient h faire la fortune de I'Espagne. )) (Pigeonneau, Histolre dit cominerce de la France, 1888-1891, 2 vol., t. 11, p. 146). Et ailleurs : (( Nos premieres tentative de colonisation officielle, dit le m6me auteur, remontaient au temps de Frangois Jer. Mais elles avaient eu pour but beaucoup moins Foccupation de terres nouvelles et Feaploitation de leurs ricliesses que la d(3couverte d'une route plus directed vers les Indes, ce rCve de tous les navigateurs du xvie si6cle. ) (Pigeonneau, La politique colonial de Colbert, dans les Annals de I'Ecole des Sciences politiques, -1886, p. 487-488).







SAINT-DOMINGUE
poussa Lant de hardis (( companions )) au dehors de France se soiL troupe singulierement fortified" 'a la suite des -uerres reli-ieuses, la chose est undeniable. Ce mobile, on le connal c'etaiL le desir de disputer 'a I'Espagne les richesses du nouveau monde (lu'elle e'tait
0
seute h exploiter. Mais est-il besoin de dire quelled popuA
larIL6 avait du (Ionner 'a ces entreprises le spectacle d'une nation qui, pendant pres d'un quart de sickle, avaiLjete' sans compLer, en France et aux Pays-Bas, les revenues unmenses de ses colonies? D'autre part, et surtout, tandis que, pendant la premiere moitle du xvil sickle, FeLat de prosperity' et de richesse de la France, n'avaiL point ke pour encourager beaucoup les desseins aventureux, la ruhic total de la fortune publique et privee du royaume au sorLir des ILMes religieuses devait e'veiller blen des initiatives eL allufner bien des convoitises.
Mais en dehors des raisons economies, les guerres civiles fournlrent 'a Fen-ii-ration d'autres reasons qui lui avaienL a manque et sans lesquelles, vrai (lire,
jusque-l' a,
il n'y a poinL de movement de colonisation veritable ties reasons socials. On s'atLendraiL plut6t h ce que je dise : des raisons reli-ieuses. A la fin du xN,-ie si cle ct au commencement du xvne, un parLi se Lrouvait, en effet, qui aurait pu tenter avec quelques chances de succesp semble-t-il, la fortune des lointaines migrations. C'csL le parti proLesLant. Cc parti sortait, en somme, vaincu d'une lutte de quarante ann6es, cL Wayant obtenu pendant ecUe luLLe que des success massagers, apres, quune Tolerance provisoire, 11 paraissait devoir posse'der cc qu'il fallait pour r6ussir h creer des etablissements comparables h ceux des dissidents anglais. Pourtant, et c'est









ORIGINES DE LA GOLONISATION ET PREMIERS COLONS I.;

Fh une PrOLIve de Finconsistance du pi-oLesLantisino francais, it ne devaiL rien soi-Or des tontatives de colonisaLion proLesLanto, aloi-s in(ftiiw quo tout- promoter so nomma Coligny
Rostem done les reasons sooiales donL je parlais. Cos raisons dolvonL e[re cherch6es dans to bouleversoment general qui suivit los troubles religieux, quand tout urt monde do capiLaines, (Fa\,enwriers, WeArangers, (JU-1. pendant pries d'un demi-si'Vele, avalenL vecu Sur to pays, eL do ses -uerres, so trouvi.Tent tout 'a coup inoccupes
sans employ, plac6s en face d'une auLoriLe qui renaissalt forLe eL absorbante, eL furent amen6s 'a envisaged I emigration comme to soul i-noyon de continuer la vie d'alertes, de liberLe. do licence m6ine, (lu'ils avaient mon6e prec6demmenL, 'a lit consid6ror, par 14 m6me, comme une v6riLable expatriation. Car, si assure'monL FespriL de lucre eL de gain pout bien donner naissance a FespriL d'aventure, des senhmenLs plus profound, (CIS

1. Jo sais bion quo ron rojetto g6n6ralement sur villegaignon ot sa trahison ['6chee de ces tentativos, an moins celui de 1'exp6dition da Br6sil. Mais, com me ra tr6s bien d6m ontr6 Al. fleulhard, d ans son beau livresurvillegaignon, (( Cost ]a niinoriL6 calvinisLe qui, divis6c en ollem6me, image do la confusion eL (to la discord, coupa iiani6diaLomcnt on doux une colonies d6jL fable par la disparate do ses 616ments primiLifs et qui no pouvait vivre que de discipline ct d'auLoritd )). Et si ron pr6tond quo (( les calvinistes auraient peut-6tre about si Villegaignon ofiL laissd faire Coligny, que dire alors dd exp6dRions de Jean Ribault OL de Laudonni6re on Floride, exp6d.itions bien protestantes colles-la, dont l'iniLiative et ]a responsabiliL6 apparLierinont bion a Famiral? Les expeditions (to 1562 et 1564 no sont-elles pas 6galement funestes ? Ne sont-ce pas whaes disputes onfro chefs, m6mes intrigues, memos trahisons ?... PourLanL, voilck des enterprises bion conforms an doamo protestant, avec de bons ministers, do bons psaumes unanimement. chants, do beaux sermons, auxquels nut ne conLredisait. Et la troisi6me exp6ditiOD do 1567 avec le capiLaino Gourgues a-t-elle mieuK r6ussi ? )) (A. fleulliard, Nicolas de Villegaignon, 1897, p. 208-209). Sur lus divisions dos peotestants en Floride, cf. Gaffarel, Hisloire de la Floride franpaise, p. 36, 89, etc..,







6 SAINT-DOMINGUE
que ceux que je viens d'indiquer, sont souls capable de susciter des departs sans esprit de return.
Quoi qu'll en soit, la colonisation des Antilles et en partiCuller celle de Saint-Domingue, au ,Ile sickle, nous offre une singuliore confirmation des ide'es que je viens d'exposer. Nulle part, en efret, les divers mobiles qui pouvaient pousser alors nos nationaux hors do France ne se peignent mieux quo dans Phistoire des filibusters et des boucaniers, nulle part n'apparaissent d'une fa on plus violence et plus heurtere les causes profondes du movement colonial du xviie slMe.
11 est difficile de bien pr6ciser les origins de nos premiers etablissements dans cette fle de Saint-Domingue occupee par les Espagnols depuis 1492 eL dont la population primitive avalt 646 rapidement de'truite et absorA
bee par eux. On s'accorde on general 'a reconnaltre que des colons franpis et anglais, cliass6s de Saint-Christophe par I'amiral espagnol Federico de Toliede, en september 1629', furent les premiers Europe"eDs qui disputerent aux Espagnols la possession de la peti ile de

1. Gest au MOiDS la version des P11. Le Pers et Charlevoix, qui est aussi adopted par H. Lorin, De praedonibus insidam sancti Dominici celebrantibus saeculo septimo decimo, p. 6. M. Gilet, Origines de la Martinzqzte ; le colonel Francois de Collart et la Martinique de son temps, p. 48, pretend qu'un certain Levasseur, le m6me dont il sera question plus loin, ayant c6d6 & M. d'Esnainbuc ses droits sur SaintChristophe, moyennant 3.000 lives, lui demand, en 1627, de le faire transporter avee ses corapagnons a la Tortue, qui aurait U6 d6s lors occupde par lui. Qu'il y ait eu un accord entre Levasseur et d'Esnambue au sujet de Saint-Christophe, la chose est inddniable (cf. Pextrait du registry de la Compagnie des Iles d'Amdrique, donnd par Gfiet, Op. cit., p. 40-41). Mais je ne sais sur quels texts le na me auteur s'appuie pour affirmed la -venue de Levasseur h la Tortue en 1627. 11 est peuttre permits de dire qu'll y avait ddjL en 1629 A la Tortue d'autres Europ6ens que les Espagnols ; du moins ces deniers en dtaient-ils alors les maltres officials.









ORIGINES DE LA COLONISATION ET L'IIEIIRS COLONS 7

la TortLue, siLu~)e au nord do la grande ile ei (jut est
consid~reo d'ordinaire corumne le berccau Ie plus ancien
de notre domination 'a Saint-Doinguc. Mais des doeuinents d'origmcJD britanni(Iue qui iious sont parvenus ~
iseibie bien re'sulter ((Ue les Anglais olvinciercnl do
bonne licure les n~Lrcs diu gouvernemient de la nouvelle
colonic, et quo bien vile ils y exercierent 'a pcu pr'cs
seuls I'autorite'. Di.es 1631, la Coinpagnic re'organisee
l'ann6o pr&,,cedernte en Angiciorro, sous to nom do Comnpaynie de la Providence et de '7IC dle I'Association',
s'occupc des colons do la Tortue, des rnoyens (Len. grossir
le noibro3, coiniissionne Ie capitaine Hilton commne
gouverneur ci, en cas de mort ou d'absonce do celui-ci, le
siour Cliristophe Wvorniole) '. C'cst sur cc dernier qua la


1. Les queiques pages qui suivent ont 6 rddig6es it aide des histoires classiques des PP. du Tertre, Le Pers, Charlevoix, Labat, mais aussi et surtout, comme on le verra, h, aide des documents anglais analysds dans les Calendars of State papers, colonial series. Ces documents conteinporains, dont la valeur ne peut a~re contestde, n'avaient point dt6, ii semble, utilisds jusqu'ici pour Ihistoire des origines de Saint-Domingue. On verra la remarquable confirmation que ces documents apportent au r~icit du P. du Terire, trop dddaign6 par Charlevoix.
2. (( Patent to Robert, Earl of Warwick, Henry, Earl of Holland, William, Lord Say and Sele, Robert Lord Brooke, John Roberts, sir Ben. Rudyerd, etc., and others hereafter to be joined with them, of incorporation by the name of the Governor and Compagny of Adventurers for the plantation of the Islands of Providence, Henrietta, and the adjacent islands. )) (Calendar of State papers, colonial series, 1574-1660, edited by WV. iNoSI Sainsbury, Londres. 1860, p. 123). Dans les registres de deliberations de la Compagnie, l'ile de la Tortue est appelde d~s lors ile de l'Association. Sur les origines de la Tortue, Du Tertre n'affirme rien. 11 commence seulement sen rt~cit en 1640, disant : ((I1 y avoit ddjh quelques annees que les Anglais s'6toient dtablis dans Ille de la Tortue. )) (Du Tertre, Ilistoire gdndrale des Antilles, 1667-1671, t. 1, p. 169). Cela ne contredit pas ma supposition.
3. Minutes of a general court for Providence island, 19 Mai 1631 (Calendar.,1574-1660, p. 130) ;Minutes of a court for the isle of Tortuga, 16, 23, 27 juin, 1"r, 4, 6, 21 juillet (Ibid., p. 131-133).
4. Min utes of a court for the isle of Tortuga, 6 juillet 1631 (Ibid., p. 132).








8 SAINT-DO3IINGIJE

fin de 1631~ on au commencement de 1635, les Espagnols reprennent lFile'. D'apr'es les PP. Le Pers et Charlevoix, un certain Willis l'aurait, un pen plus tard, reconquise sur les Espagnols. Ce Wliesp e-tre un personnage quo les documents anglais appellent Samuel Filby, et qni joua certainement un r~le en ces parages et en ces anne'es, sans qu'on puisse le bien preciser. Dans tons les cas, occupation espagnole ne dnra pas Lr'es longtemps, puisque la Compagnie anglaise ayant, en avril 163"a, envoy' un nouveau gonverneur, Nicolas Riskinner cdans le cas oh' File ne serait pas lesertee par los Anglais )), elle apprenait, an mois de mars 1636, qne Riskinner avait bien pris possession de son poste, mais qu'il etait inort h ]a Tortue trois mois apres son arrive'c'. Le mois snivant, e'tait nomme' it sa place un certain William Rudyerd 6, auquel snccerda le capitaine Fload.
Quo faisaient cependant los Frangais? Ils paraissent

4. Dans le registre des d'ilib6irations de la Compagnie de la Providence et le de I'Association, h la s6ance du 19 mars 1635, un certain Perry, nouvellement arrive de la Tortuc, informe la Compagnie que 1'ile a dtd reprise par les Espagnols (Ibid., p. 200). A la s6ance du 40 avril, les nouvelles donn~cs par une dame Filby confirment ce dire (Ibid., p. 201). Lb,-dessus, la Compagnie destitue Christophe Wormeley de sa fonction de gouverneur (( pour la couardise et negligence qui lui a faith perdre File. )) (Ibid.).
2. Cf. Calenda ...415T4-1660, p. W45. 446, 204.
3. Minutes of a Committee for Association Island, 17 avril 1635 (Ibid., p. 202).
4. La Compagnie au capitaine B eli, gouverneur de la Providence, 20 avril 1635 (Ibid., p. 203).
5. Minutes of a Committee for Providence Island, 26 mars '1636 (Ibid., p. 226-227).
6. Minutes of a court for Pro vidence Island, 44 mai 4636 (Ibid., p. 233) et Minutes.,3 juin 4636 (Ibid., p. 236).
7.Minutes.,25 juin 4640 (Ibid., p. 344).








ORIGINS DE IA GOLONISNTION ET PRUINNIS COLONS 9

avoir -\recu d'abord assez paisibtemon( avec les Ang-lais. NuL-6tre nieOn-le re'occupierenL-ils les premiers la Tortuo apv s Fe'viction operoe par les Espagnols on 1635', oL permirenL-ils 'a leurs ancient companions de revenir s'y 6Lablir libremenl'. Mais mal rocompenses do leur
-onerositel, persecutes bienLOL par ceux donL ils avaient favoriso le reLour, re jeLe's meme sur la cRe do SaintDomingue, sans qu'on sache bien comment eL 'a quelled occasion 2 P ils se retournent en 1610 seulement centre les maRres de la TorLue. Un certain Levasseur, appuye' par le commander de Poincy, gouverneur des fles d'Ame'rique ', s'empare de la petite fle et en reste le ehef pendant pries de dix ans. En 1651, MAI. de Fontenay' et de Tre'val, qui Fy ont replacee, en sont chases, il est vrai, par les Espagnols', que remplacent,

4. C'est cc qui paralt ressortir du (( M6moire envoy par M. de Poincy aux seigneurs de la Con2pagnie des iles de I'Aindrique )), dat6 do SaintChristophe, du 15 november 1640, et quo jo public on Appendice. Cf. Appendice 1.
2. 11 est fait du moins tr s clairemonL allusion 5, ces 6v6noments, qui durent se passer on 1638, dans lo Alimoire cit6 L la note pr6eddente et dans une letter de M. de Poincy & Richelieu du 2 d6cembre 1640 (Bibl. nat. V- Colbert, vol. 45, fol. 479). D6s 1636, d'aillours, une rivalit6 assez vive devait existed entre Frangais et Anglais : un document anglals, du 26 mars 1636, fait allusion a (( une protestation des habitants de la Torture centre le commerce qu*y font les FranQais )) (Calendar... 45741660, p. 227), et dans une auLre pl6ce dat6e du 5 mai 1636, la crainte est exprin-i6e (( que les Hollandais ou les Franeais vionnent t saisir File, si elle est abandonn6e par la Coinj)agnie de la Providence el de Pile de I'Associalion. )) (Ibid., p. -933).
3. Philippe de Lonavilliers de Poincy, commander puis bailli de l'ordre de Malte, regu chevalier en 1605 (Archives nationals, MM 42, fol. 11).
4. Cf. Appendice 1, et A relation concerning Torlugas...., by Abraham Langford, 1661, dans Calendar of Stale papers, colonial series, America and West Indies, 1661-1668, 6dit6 par No6l Sainsbury, no 818.
5. Peut-6tre Louis d'Ach6- de Fontenay, regu chevalier do Alalte en 1647.
6. Qui Foccupaient en 1655. Tous les auteurs sont-d'accord 1&-dessus

I









10 SAINT-DOMINGUE

en 1656, un An-lais, Elias WaU appeler par le P. du
Tertre EliazoUard' et son genre, le capitaine
James '. Alais la me^me ann6e, un aentilhomme franZD
pis, Je're'mio Deschamps, seigneur du Rausset, se fait
donner (novenibre 1656) une commission de gouverneur
par la cour de France3, passe en Ame'rique, dissimulant
sa qualiter, obtlent du colonel (I'Oyley, gouverneur de la
Jama'fque, une commission au nom de I'Angleterre,
prend la place do Watt eL de James, et ne tarde pas 'a
proclamer la TorLue acquise au roi (to France '. De 1661
4 1663, plusieurs tentative sont fates par les Anglais


Du Tertre, Le Pors, Charlevoix. Cf. encore A brief account of the Island Tortudos...., dans Calendai ...... 1661-1668, no 817.
1. C'esL & propose do cette occupation de la Tortue par Elias Watt que Charlevoix critique le plus ViVCmeDt 1'exactitude du r6cit do Du Tertre. M. Lorin avait d6j L (Op. cit., p. 18) admis la version de cc dornier qui, comme il le dit, a ici une autorit6 particuli6re, ayant connu la plupart des personages de cette histoire. Les documents an-lais, qui restiLuent son veritable norn & Eliazoijard, confirmed retirement le r6cit deDu Tertre (A brief account of the island Tortudos, 166.1, dans Calenda? ...... 4661-1668, no 817, et A relation concerning Tortagas...., by Abraham Langford. 1664 ? Ibid., no 818).
2. Simple nom de guerre dyidemment. (( Utait, dit un document anglais que j'ai ddjb. citd, un pauvre gentilhomme en d6tresse, colonel dans Farmde du Roi, banni d'Angleterre et qui avaiL dpous6 la fille do Watt. )) (A brief account...., Ibid.. no 817).
3. La Commission du premier coin7nandant pour le Roy de I'lle de la Torture, M. Jdrd)nie Descharnps, sieur de Aloussac et du Rausset, 26 novembre 1656, esL publide dans Moreau de Saint-1116ry, Lois et constitutions des colonies des iles de I'An26rique sous le vent, t. 1, 1). 81-82.
4. Cos faits rapport6s par Du Tertce, Hist. des Antiltles, t. 111, p. 135 et suiv., sonL excitement confirnids par les documents anglais. Un
ordre )) du roi d'Angleterre, du 19 f6vrier 1662, declare que, (( suivant le ra6moire prdsentd par Thomas, lord Windsor, gouverneur do la Jamalque, un Frangais (du Rausset), qui est maintenance gouverneur de la Torture et qui a eu commission du colonel Edward d'Oyley, a cette dpoque gouverneur de la Jamaique, sur la recommendation du Conseil d'Etat d'alors, refusanL aujourd'hui d'obdir aux orders du gouverneur de la Jama*ique, lord Windsor. est autorisd & user de rigueurpour le r6duire.)) (Calendar...., 1661-1668, no 2233).



























































T



1w;


BOUCAMERS ET SCk SES DE LA VIE DES BOU,,-ANIEIIS,

D'apr&s une gravure anonyme.
(Bibliotb&jue national, Cabinet des estampos).








0111GINES DE LA COLONISATION i,,,,r PREMIERS COLONS It

pour la ressalsir'. En depiL do tout, la Tortue eL la
c6te do SainL-Doniingue, sur laquelle de.bordonL desollmais les colons, restenL d6eideniont terres franCaises IrrAce aux successeurs do Du RausseL et le resteront,
Jes O-eron et les Du Casse'. Bon -r6, mal -ro'. les
b ZD n

1. La premi6ro fut faite, a la fin do 1661 vraisemblablement, par le colonel Arundell, sur l'ordre do lord Windsor. C'est m0me h la sufte de l'6chec ot do 1'emprisonnement d'Arundell a la Tortue que lord Windsor envoya 5. sa cour le m6moire auquel il est fait allusion dans la pike cit6e h la note pr6c6dente. Apr6s la r6copLion do Pordre du Roi du 19 f6vrier, une nouvelle atLaque control la Tortuo fut combine entre le colonel Samuel Barry (celui que Du Tertre appelle Bari), le capitaine Abraham Langford e L le capitaine Robert Munden. Cotto attaque 6choua. Langford r6ussit seulement h prendre pied sur la c6te Saint-Domingue, et h se faire proclamer gouverneur du Petit-Goave, (( d6veloppant le premier I'dtendard royal & Hispaniola )). Cc succ s, d'ailleurs, ne paraft pas avoir eu do lendeniain (Proclamation du gouvorneur do la Jaiii0que, du 16 d6cembre 1662, dans Calendai ...... 1661-1668, no 390 ; letters d'Abraham Langford h C16ment do Plenneville, du PeLit-Goave., 16 mai.1663, oii it dit qu'il attend de pied ferme les habitants de la TorLue, les (( Tortudions )), s'ils osent venir l'attaquer, et do Cl6ment de Plenneville ii William Morrice, seerdtaire d'Etat, du 8 juin, dans Calendar...., nos 474 et 474-1).
Du reste, comme to reiharque avec beaucoup de sagacit6 Du Tertre, ces enterprises diverse centre la TorLue ne furent jamais sdrieusement et officiellement appuydes par le government anglais, qui, effectivement, d'apr6s une letter publi6e dans le Calendar d6j& cit6, paralt s'Otre soucid assez peu d' engager son honneur et do risquer une rupture avec la France )) pour une proie aussi (( peu important )) que la Torture (Lettre du Dr Henry Stubbs a William Godolphin du 3 octobre 1664, dans Calenda? ...... no 819). 11 est intdressant de compared ce qu'a devi-fl6 Du Tertre de la politiquo anglaise (Hist. des Antilles, t. 111, p. 138 avec ce que nous en rdv6le cetLe letter.
2. Par acLe du 15 november 1664 (Moreau de Saint-M6ry, Lois et constitutions..., t. 1, p. 1,28-130), la Compagnie des Indes occidentales acheta. on le sait, la Tortue & Du Rausset pour on donner le government h d'Ogeron. Du Rausset kait alors a la Bastille. pour expliquer cet emprisonnement, Du Tertre avait supposed que, ne trouvant pas assez avantageuses les offers de la France, il avait propose au gauvernemenL anglais de lui vendre la Tortue. Cette hypoth6se est confirmed par deux letters de lord Hollis a sir Henry Bennet, secr6taire d'Etat, des 26 mars et 9 avril 1664, oi Du Rausset est dit express6ment avoir offert de remettre la Tortue entre les mains du gouverneii-ient anglais, a la condition qu'on lui rembours&t 6.000 lives sterling. Ces letters sont publi6es dans F. Bavaisson, Les Archives de la Bastille, 1868, t. 111,








12 SAINT-DOMINGUE

fjspagnols doivent nous accepter pour voisins. Pres de
la moitie' de Vancienne Hispaniola devient'notre SaintDomingue fran .ais, aujourd'hui HaYti; Fautre moitief
demure 'a ses ancient maltres, mais leur e"chappera
finalement comme 'a nous : c'est actuellemenL la Republique dominicaine.
Une foule de questions se potent sur les premiers
colonisateurs de SainL-Domino-ue frangais'. Lours occupaLions, on les connalt. Ils e'talent filibusters ou boucaniers : les boucaniers s'adonnant 'a la chasse des boBufs


1). 436 et suiv. Mais dans le m6mo outrage, est donn6 (p. 437) une lotte de Du Rausset A Colbert, qui prove que le s6jour de la Bastille l'avait ramen6 h de ineilleures resolutions. 11 c6da ses drafts h la France pour 15.000 lives et sorLit de prison le 15 november (FunckBrentano, Les letters de cachel ?t Paris, dtude suivie d'une lisle des prisonniers de la Bastille, 1903, in-fol., p. 26, n- 265.) L'acte do (( prise do possession de la Tortue et do la c6te Saint-Domingue par M. d'Ogeron. gouverneur pour la Compagnic dos Indes occidentales, )) esL du 6 juin 1665 (Moreau do Saint-Wry, Lois el constitutions..., t. 1, p. 146li7).
1. 11 ne pout We question de donner ici une bibliographic compt6te de I'histoire des filibusters et des boucaniers. En dehors des outrages do Du Tertre, Hisloire gjn rale des Antilles, d6jh citde, de Le Pers, Ifistoire manuscrite de Saint-Domingue (Bibl. nat., fr. 8992). de Charlevoix. Histoire de Hle espagnole oit de Saint-Do ningue, Amsterdam. 4 vol. in-12, 1739(t. 111). de Labat, Nouveau voyage aux Isles de I'Amjriqae, 1742, 8 vol. in-12 (le manuscript sur sequel a dtd faite impression est aux Archives nationals, K '1212), on peut consulter sur cotte question: Alexandre-Olivier OExtnelin, Des adventurers qui se sont distinguis dans les Indes, traduit du n6erlandais, Tr6voux, 1774, 2 vol. in-12 (la promi re addition en hollandaise date de 1674 ; le livre fut traduit en espagnol en 1681, puis on anglais sur ce texte ; une rd6dition de cette derni6re reduction anglaise a paru h Londres en 4893, in-S-) Raveneau de Lussan, Journal du voyage fait 0 la mer dit Sud avec les filibusters de I'Amirique en 1681, et anndes suivantes, Paris, 4689, in-12 ; J. W. Archenholtz, Histoire desflibustiers, traduit do I'allemand, Paris, 1804, in-8; James Burney, History of the baccaneey,3 of America, Londres, 1902, in-12 (cette histoire fut publide pour la premiere fois a Londres en 1816) ; Uon Vignols, La piraterie sur l'Atlantique au XVIII- sMcle, Rennes, 1890, in-8,; Lorin, Op. cit. ; Gabriel Marcel, Les corsaires franvais au XVI- sijcle dans les Antilles, Paris, 1902, in-80 Funck-Brentano, Les brigands, Paris. s. d., in-4o, p. 117-180.







ORIGINS DE LA GOLONISATION ET PRE,311ERS COLONS 13 sauvao'es, donL ils pre'paraient les cuirs, ou it Celle des coclions sauva-es, donL ils boucanalenL et fumaienL Ia cliair ; les filibusters poursuivant sans tro^ve'dans la nier des Antilles les vaisseaux espagnols qui revenaient vers I'Europe cliar-os des d6pouilles du nouveau monde. Alais les boucaniers preke d rent-ils les filibusters, ou ceux-ci furent-ils anterieurs 'a ceux-14" Flibustiers et boucaniers se divisorenL-ils d6s l'origine en deux soci't's distindes, ou bien les uns eL les autres exere6rentils concurremment les m6mes metiers? Tous problomes insolubles et offrant en verite assez peu d'inte'rk- Cc qu'll importerait pluLOL de connaitre, c'est ]a vie monie que menaient ces homes pendant les anne'es d'independance absolute qui pre'ce"dierent la reconnaissance de VautoriL' du roi de France, vie primitive et 'a demi sauvaoe mais aussi pittoresque, au moins d'apr'es le peu qu'on en salt, qu'iI s'a-isse des filibusters ou des boucaniers : les uns habitant au milieu des bois ou des sayanes, dans des cases fates do branches 'a la maniere des savages, vetus do haillons sordides, imbus et poisseux du sang des animaux, les cheveux he"risses
e' la barbe incufte, et lono-ue COWS
ou nou s sur la tete,
d'un sorte de (( cul de chapeau )) it visliere, chasse's do soldiers de peau de pore, toujours arm's de quatre ou cinq coutelas et do Iongs fusils, dits boucaniers, au canon de quatre pieds et demi de Iong, (( h I'aide desquels, 'a 120 pas, ils ne manquentjamais de donner dans une piastre I )), eL, ainsi accoutre's, passant lour temps h la poursuite de lour gibier, h de longues buve1. Beauval-S6-ur, Histoire de Saint-Domingue, on manuscrit L la Biblioth6que national, Nouv. acq. fr., vol. 9326, fol. 8.








14 SAINT-DOMINGUE

ries a ripailles, ou encore en de sanglanLes escarmouclies centre les Espagnols, vivant g6neralement
unis, mais prompts h de terrible colieres, qui se terminent par des duels au fusil sans inercil; les
autres, les filibusters, partant un beau matin 'a quinze
ou vinol sur un che'Lif canot fabrique' par eux, s'emparant I)ient^t d'une barque de peclie, puis Fabandonnant 'a son tour pour se ruer en un de ces forcenes
assaults dont ils onL le secret sur Fob jeL final de leurs
convoy quelque gros navire lourdemenL charge"
dont ils se parLacrent la depouille, menanL aujourd'hui
une vie donL ne voudrail pas le dernier des matelots,
le lendemain dissipanL follement, leur part de butin en
de somptueuses orojes, biento'L de pirates se transformanL en conquerants, pilleurs de villas, devastateurs de
provinces, h6toYques bandits (( d'Line bravoure f6roce et


i. Le 1). Labat qui v6cut plusieurs jours avec eux nous an a trac6 un pittoresque portrait: (( G'6toit quelque ebose de pleasant de voir I'habillament de ces chassours. Ils Wavoient qu'un calevon at une chemise le cale .on 6Loit 6troit at la chemise Wentroit pas deans, elle 6toit par-dessus comme les roupilles de nos rouliers et un peu moins large. Cos deux pi6ces 6toient si noires at si imbibes de sang at de graisse qu'elles sembloient Otre de toile goudronn6e. Une cointure de peau do bceuf avec le poil sorroit la chemise at soutenoit d'un c6td une galne qui renformuit 3 ou 1, couteaux comme des bayoDnettes at de Fautice un
-ar-oussier a l'ordinaire. IN avoient sur la t6te un cul de chapeau, dont il rastoit environ quatre doiats de bord coups an pointe au-dessus des yeux. Leurs soldiers 6toient sans couture at tout d'une piu,ce. On les fait de peau de bceuf ou de COC110D. Voici comment. D6s qu'on dcorche un bceuf ou un cocoon on enforce le pied dans le morceau de peau qui lui couvroit la jambe; le gros orteil se place dans le lieu qu'occupolt le genou; on serre le tout avoc un nerf ot on le coupe. On fait monster ,a, reste 3 ou 4 doigts au-dessus de la choville du pied at Pon Fy attache avec un nerf jusqu"5, ce qu*il soit see at alors il so tiont de lui-m6ino. Cest une chaussure tr6s commode, bient6t faite, & bon marched, qui Do blessed jamais, qui eiupkhe rju'on no sente les pierces ot ]as 6-pines sur lesquelles on march. )) (Labat, Nouveau voyage aux Iles, 6d. de 17421 t. VII, p. 235-236).





















if





Xdi 14
; V-1 Al ik


J,3
4
4


Rol,

COMBAT ENTRE PUBUSTIERS FIIAN( AIS Yapr s une gravure hollandaise,

(Bibli0th6lue ilationale. Cabillet des estampes),
ET HOLLANDAISE,







ORIGINES DE 1A COLONISATION El' PREMIERS COLONS V catwicicuse )), auxquels il no manqua peut-Ure (ju'un chef pour accomplir do grades chooses !
Tel nous apparalt, cc nionde des filibusters et des boucaniers do SainL-Domingue, dans sa physionomic -("Ine'ZD
rate au moins, car nous no pouvons naturellement. qu'eLre blen imparfaiLement, instructs des ide'es, des sentiments, do, Fetat d'esprit de ces extraordinaire aventuriers.
Du pou que nous savons d'eux resort. bien. cependant ce quo je disais touth, Pheure des causes do Fe'migration fran ,aiso au cours du XVje sibele. La haine he're'diLaire et de'sint(Sresse'e do FEspagne dont on fait solvent, honneur aux filibusters, en particular 4 ce Alontbars qui, des sa jeunesse, avait puise' dans les re'cits de Las-Casas de quoi alimenter la f6rocite dont il devait faire preuve unjour, cette haine, est-il besoin de le dire, est insuffisante 4 expliquer existence et la carrier (lu'ont. embrassees ces homes. En revanche, conime je le reniarquals, Fesp.oir d'enlever 'a FEspagne exclusive et frudueuse exploitation des tre'sors du nouveau monde semble avoir etc Fune des causes de'terminantes de la foundation de nos colonies antiliennes, on particular do Saint-Domingue. Comme le dit excellemment M. de Dampierre, (( cette foundation out pour cause la mesaventure de corsaires malheureux qui, rejet6s par les Espagnols dans les Iles du Vent, eurent l'ide'e do s'6'tablir d6finitivement dans ces dernie'res. Les documents relat if9 'a la guerre sans merci que les Espagnols faisaient aux navies do routes nations qui osaient trafiquer aux Indes occidentales sont ainsi d'un grand inte're^t pour Phistoire do Porigine des etablissen-ionts europe'ens dans ces quarters







16 SAINT-DOMINGUE
Ils expliquenL on effeL commeriL les marchands, U-MILICs de LouLes parts, onL 61.6 americ"'s it s'ULablir forteniciA on (luchlues endroil.s eL, Xauk-c, parL, i1snieltent On lumi'e're JOS principles barbares eL Lottjours repousse's par les auLres nabolis On verim desquels les Espagnols proLen(hicnL avoir lo droiL de Lraiter On piraLes LOUS les Europeens Lrouve's alt (Mit des Lropiques, non rnoins (lite la maniOre dotiLils appliquOrenL parfois ces principles aux colonies curopeennes naissanL on ces paragos'. )) Cola esL [ellemoriL \,rai (lu'en 1699 encore Je no regarded pas, -ivaiL Du Casse, jo no regarded pas ceLLo colonic de Saint-Domingue par la culLure du Sucre, in(ligo et Cabacs, ny auLres denr6cs qui se fonL dims FAinerique, mais cornme une place tharines pour unir h la nionarchie frafl aise JOS imporLanics ClCfS (11.1 Alexique, du Perou cL du royatinto de SanLaTu12 )), JOS ClefS (JOS royaunics de For, onLeridaiL-il (lire airisi saris aucun doulc.
Alms cc qui so roOele le niteux pout-kro dans lo return volonLalro th lit vie do naLurc do Lant WavenLuriers, c 'esL bien coLLc impaLience do la, r'-le cL do 1'auLorae ceLLo dujoug, cc d6sir do liberLo' absolute el.
illinliLec) nes do Fordre ni(^1nic qui renaissalt sur le contirienL. LiberLo do LouL genre : liberte' poliLique, car- ces homes de'claraienL volontiers (( qu'ils ne devoient d'obeissance qLta Dieu, apr s qui la Lerre o' ils O'LoienL .WavoiL d'auLres maisLres (lu'eux-mesmes pour Favoir
1. Essai su)- les sources de 11isloire des Antilles franf. aises (14921661.), par Jacques (to Dampierre, Paris, 1901, in-so, 1). 62-63.
2. Lottre (to Du Casse au ministry, du 13 janvier 1699 (Archives du niinisl rc dos Colonies, Currospondance g6n6rale, SainL-Dotningue, C1, N'01. IV).








0111GINrs I)E, 1,A C.01.0NISATION rT CO1,ONS 17 conquise ILI Pe'l-11 de lCUr Vie Sup une naLion qui l'avolt usurp6e elle-m tno sur les Indions libeao social,
car onLre eux Lous les rangs sonL confondUS, 'a ce point quo des gentlIS1101111110S COMMO DU RaUSS(A eL Ogeron onL mene" la vie do boucaniers'; liborL6 reli-ieuse, car si, on general, ils so disaienL caffioliques, (( la religion conservoit Sur eux fort pou do ses droits et ils croyotenL faire beaucoup que do Wavoir pas enti'erement double' le Dieu do leurs peres' liberate" legal, car (( do lois Ils Wen reconnaissoient point d'autres qu'un assez bizarre assemblage de conventions qu'ils avoient fates enLre eux eL donL ils a voient form6 une costume qu'ils regardoient comme la r gle souveraine liberate' morale,
onfin, complete et sans frein : 'a ce dernier point de vue ils prolsentent, exage're's et grosses, les traiLs dishnctifs
0
des homes de ce xvie sRecle qui venalt de finir, une jovialite' grossiore, une bruLale loyauLe, iin me"pris cynique de la femme, caracLeristique de Fesprit d'un autre 'age. Et tout cela indique bien encore une fois les causes morales profondes qui 6loignalenL ces homes d'un pays ou' Fordre renaissait et les pr6cipitaient vers, celui o' ils etaient assures de trouper plus que Find(pendance, la plus entire licence.
TouLefois, si nous demons consid("'rer les filibusters et les boucaniers do Saint-Domin-ue comme les fondateurs
0

1. Le 1). Le Pers, Ifisloire de Saint- Dominrl ue, Bibl. nat., fr. 8992, foL. 252 vo.
2. Le P. du TerLre le dit express6ment pour Du Rausset (Hist. des Antilles, t. 111, p, 1 '35), pour Ogeron (Ibid., p. 140-141).
3. Charlevoix, Ilistoire de I'lle espagnol6ou d6 Saint-Domingue, t. III, p. 56.
4. Ibid.
2






18 SAINT-DOMINGUE
de la plus belle de nos colonies d'Ame'rique et les en nommer (( les p res )), suivant un mot qui prevent souvent sous la plume des premiers gouverneurs, il faut reconnaltre aussi que pareil titre., ces premiers gouverneurs aid'erent bien 4 le m6riter 'a leurs administre"s. A des homes que poussait et qu'inspirait un de'sir, et combine une soif d'absolue liberate ou que guidaient des instincts de pillage, des chefs tels qu'O-eron, Du Casse et tant d'autres surent inspirer les qualiLe"s qui font les v6ritables cotonisateursi, et avant tout Fattachement au sol. Par une adroit politique, en effet, ils arriNT'rent (Fabord 'a grossir ce noyau trop petit de vrals colons qui s'etait fornie sous le nom d' (( habitants )), et qui, d6laissant les enterprises de la flibuste ou de la chasse, furent les premiers cultivateurs du sol de Saint-Domingue. Ns 1665,1 faisant tr'es nettement la difference de ces deniers et de ceux qui se soustrayaient encore a Loute autorit6 : (( Sept ou huit cents Fran ois, 'crivait Ogeron 'a Colbert, le 20 juillet 1665, sont, encore habitue's le long des costs de cette Isle espagnole, dans des lieux inaccessibles, entournes de montages, ou de -rands rockers et de mer, et vont partout avec de petits cannot. Hs sont trois ou quatre, ou six, ou dix ensemble, plus ou moins 6carte"s les uns des autres de deux ou trois, ou six, ou huit ou quinze lieues,, selon qu'lls trouvent les endroits plus commodes, et vivent comme des sauvages, sans reconnoitre personnel ni sans aucun chef entre eux et font mille brigandages. Us ont vole plusieurs bastimens hollandols et anglois., qui nous a cause' beaucoup de de"sorares; ils vivent de viande de sanOiers et de bceufs sauvaoes, eL font quelque peu de tabac







0111GINES DE LA COLONISATION ET PREMIERS COLONS 19
qu'lls Lroquent pour des marines, dos munitions eL des hardest. Ainsi il scrolt ti-e's n6cessaire que Sa Afi jostef donnzA un ordre pour faire sortir ces gens de ladiLe Isle espamole, par sequel il leur fust enjoinL sui- poine (to ]a vie do so retired dans deux mois (tans celle de la, Tortue, ce qu'ils ferolent sans doute si elle esLoit fortifiee, et ce qui porteroit un grand revenue au Roy, eL qu'il fust perinis par ledit ordre de defender 'a tous capiLaines do navies marchands eL autres de rion Lroquer, iii vendre auxd1ts Franpis, quo Yon appelle boucaniers estans le long des costs de Hsle espagnole, sur peine de confiscation do leurs navies et inarchandises, inesme permettre de faire signifier lediL ordre aux fermiers et receivers ou commis des bureaux des villas maritime de France de confisquer au profit du Roy routes les inarchandises fates par lesdits boucaniers venans de ladite Isle espagnole' )). Mais six ans apris qu'Ogeron e'crivait ces lignes (1671), beaucoup de boucaniers avaient da sinon 6migrer h la Torture, comme 11 le souliaitait, au moins se fondre dans la population, puisqu'un in'nioire do M. de GabareL constant que (( dans le, cul-de-sac de Saint-Doiningue on compete 1200 habitants centre 100 boucaniers seulement 1; et une correspondence d'Ogeron estime -k la, memo date qu'il y a bien (( 2 000 homes habitueS
dans I'lle3.

1. Wmoire sur I'lle de la Tortue envoy h Colbert par d'Ogeron, le 20 juillet 4665, (( de la costo Saint-Domingue )) (A. M. C., Corr. g6n., 2e s6rie, C', carton 1).
2. Al6moire de Al. de Gabaret, clief d'escadre du Roi.. du 4 juin 1671 A. Al. C., Corr. g6n., C", vol. 1).
3. Al6moire d'Ogeron, de september 1671, envoy L la Cour par Al. Renou, major du government do la Tortue, (Ibid.).






20 SAINT-DO31INGUE
Les filibusters furent moins vite absorbed's. (( 11 3, a encore ici, krit 111. de Pouancey en 1677, plus d'un inillier de ces homes qu'on appelle filibusters. qui sont ceux qui vont ordinairement en courses et aux descentes sur les Espagnols et qui sont de braves gens tries bien armes. 11 esL impossible Wen dire preciseinent le nombre, mais par experience que j'ay, je, crois qu'll 37 a ce, nombre, estant h ma, connoissance qu'il en est parti une lotte, dont le general est le marquis de Maintenon, de 600, et il r avoit ouLre cela deux h trois corsairs se'pa1.6s sans ceux qui ne se sont point embarques. Leur inaniere de vivre est touLe parLiculiere. Ils ne vont en descentes sur les Espagnols eL en courses que pour avoir de quoy venir boire et manger att Petit-Goave et h la Torture, eL n'en partenL jamais tant qu'll y a du vin ou
'ils ont de Fargent ou des merchandise ou credit pour en avoir. Apres quoy ils font clioix du capitaine ou bastiment qui leur convent le mieux, sans en epouser aucun, car ils n'embarquent que pour huiL jours de vivres ordinairement. Its quitLenL parLout ou' il leur plait; its obeissent tr s inal en ce qui concerned le service du vaisseau, s'estimans tous cliefs, mais tr s bien dans une entreprise et execution centre Fennemy. Chacun a ses armes, sa poudre et ses balls. Leurs vaisseaux sont ordinairenient de peu de force et nial 6quipes et Hs n'ont pro-prement que ceux qu'ils prennent sur les Espagnols
Un document de 1681 fixe au ine'ine chiffre (de 1000 200) le nombre des filibuster 11 est bien certain

1. Winoire de Jacques Nepveu, sgr de Pouancey, du 4 mai 1677 (A. M. C., Corr. g6n., 2,, sdrie, Saint-Domingue, C9, carton 1).
2. Cc document est un m6moire ot (( les officers du Conseil joints.








ORIGINS DE LA COLONISATION ET PREMIERS COLONS 21

touLefois que co nonibve, comi-ne colui des 1)oue tjjjors
alla Lou jours on diinlnuanl. En 1681, une leLtre Je
M. de CUSSY, gouvernoull, nous apprend que (to' ja plus
de la moiLie' Wentre eux so sont fa]Ls habitants 1.
Tous les auLeurs sont d'accord sur Fun des moyens
employe's avec, to plus de succies par les gouverneurs
pour en arrived it leurs fins. Mais tous n'en rendenL pas
compLe dans les memes terms. 11 esL amusant d'entendre Moreau de Saint-Alery nous exposer gravemenL
que, (( pour transformer les intr'pides conqu6ranLs de
Saint-Domingue, Ogeron invo(jua le scours d'un sexe
puissant qui sait parLouL adoucir Fhomme et augmented ;0


avec, les principaux habitants, repr6sentent a M. Colbert )) que la population total de la colonies est de 7.848 ames, dont 4.000 Frangais. Cetto pike esL une preuve de plus t Fappui do Popinion de Moreau do Saint-Wry, qui affirnie, (lu'il y out un (( Conseil )) h Saint-Domingue ant6rieurement a 1685, date de la reconnaissance officielle par la Cour d'une assemble do la colonies. 11 cite, pour confirmed son dire, un arrOt au civil d'un counsel de Uogane, compogd d'officiers de milices et d'habitans du Jer f6vrier 1682 (Moreau do Saint-2116ry, Lois el constitutions des colonies franVaises de I'Amdrique sous le vent, t. 1, p. 363364) ; un arrOt criminal du (( Conseil de Saint-Doraingue )), du 26 aofit 1681 (Ibid., p. 397-398) ; enfin un arr0t de police du m6me Conseil, du 31 octobre 1681 (Ibid., p. 403). Corrime on le, voit, les (( repr6sentations )) du Conseil que nous citrons sont quelque peu ant6rieures au premier acte du Conseil de Uoganc public par Moreau do SaintWry.
Quoi qu'il en soit do cette question, il doit y avoir un lapses calami dans ce chiffre de 7.848, ou bien il faut consider les recensements de cette 6poque comme tr6s approximatifs, car un (( d6nombrement )) de mai 1681 constant qu'il y a & Saint-Domingue 6.658 personnel se r6partissant ainsi : 1.421 maltres de cases ; 435 femmos ; 438 enfants ; 477 serviteurs et gens libres ; 1565 engages et gens libres ; 1.063 n6gres 725 n6gresses; 314 n6grillons ; 210 rnulAtres. Dans cette population les Fran(-als capable de porter les'armes sont dits Atre au nombre de 2.970. En plus sont mis L part 8 pr6tres desservant,13 chapelles (A. M. C., Corr. g6n., Saint-Domingue, C1, vol. 1).
4. M6moire de M. Pierre-Paul Tarin do Cussy, du 24 aoAt 1684 (Ibid.). Cc m6me m6moire value les forces des filibusters a (( 17 vaisseaux arm6s de 328 canons ot months par 1,875 lioninics )).






22 SAINT-DOMINGUE
son penchant pour la. socialite' )), et nous raconteur comment (( il fit venir de France des Ures inte'ressants, de timides orphelines, pour soumettre ces 'tres orgucilleux accoutum6s 'a la revolt et pour les changer en epoux sensible, en p4es de famille vertueux' Cc
nest lh pourLant qu'une v' it que le m'me O-eron e I e e ZD
exprimait sous une forme plus brutal lorsqLt*il s'rcriaiL : (( Corbleu je feral venir 'a Lous ces coquins des chains do France! )) (( Chose, ajoute le P. Le Pers, qui nous rapporLe ce propose, que Pon ne compriL pas alors, mais dont lo mystore no Larda pas 'a se de'velopper par I'arrlvee d'un navire charge de cinquante files. )) La colonic re -ut ainsi, dit-il -alai-m-nerlL, (( l'unique et dernier ornement qui lui manquoit 11 n), avolt encore en effet,
pretend le me mc aLiteur, aucune femme h la coLe de SainL-Domingue, eL il n'y en avoiL que quaLre ou cinq h la Tortue, bien quo le nombre des adventurers qui avoient 6tabli lour demure en ces lieux Hit de 4.000 '. ))
Alals la politiquo des premiers -ouverneurs ne se borna pas 'a des manceuvres de cette nature. On les vit, comme O-eron encore, s'occuper activeinent d'attirer des 0mi-rants en nos nouvelles possessions; devote's interme'diaires entre la colonic et la Cour, s'employer a obtenir do celle-ei des faelliLes commercials desti1. Moreau de Description d.- la parties franvaise de SaintDomingue, in-S, t. 1, p. S. Wimpffen, dans son Voyage & SaintDomingue, est, jo crois, plus prt, s de la v6rit6, lorsqu'il derit : (( On envoy aux premiers habitats do Saint-Domingue des, cabins do la Salp6tri6re, des scallops ramass6es dans la boue, des gaupes efTront6es dont il est dtonnant quo les mceurs, aussi disso.ues quo le Ian-a-e, ne so soient pas plus porpRUes qu'elles won'. fait cliez leur postdrit6. (Winipffen, Voyage a Saint-Domingue, 1797, t. 1, p. 108).
2. Le Pers, Op. cit... Bibl. nat., fr. 8992, fol. 2.52 vo.








ORIGINS DE LA COLONISATION ET P111,011EIIS COLONS 23

n6es 'a oncoura-er les habitants ; consentir des advances
personnelles d'ar-ent, 'a ces deniers pour lour permeUre
tic commencer des exploitations ; allor nienie jusqu'h
assurer sur lour fortune propro uno partic des charges
do la colonic'; par-dessus tout, ils surenL joindre 'a une

1. Chacun do ces details est o.xtrait do ]a correspondence d'Ogoron avee la Cour, correspondence dont je prepare actuellement une edition et qui forme, jo ne rains pas de lo dire, une des plus belles pages de notre histoire colonial. Qat homme avalt vraiment le gdnie colonisateur, et son d6sint6ressement 6galait sa mervoillouse activity. (( No croyez pas, 6crit-il un jour, que men dessain soit d'amasser des tr6sors et que, s'il me vient du bion, je 1'emploie [A autre chose qu]a envoyer en Guin6e chercher des n6gres, a faire bAtir des vaisseaux et h recliercher toute sorte de b6tail. C'est 15, oh consisted ma plus grande passion. (Lettre du 15 juillet 1664.) (( Depuis six ans que je suis Alouverneur, mande-t-il un peu plus tard, je n'ai pas touched la valour d'un teston d'aucune prise. )) (Lettre du 4 mars 1671).
Recruiter des colons, tel est avant tout son objectif. 11 fait plusiours fois, dans cc soul but, le voyage de France, et it expose tr6s finement comment les habitants doivent Ure encourages (( h aller an France chercher les merchandise et les engages et serviteurs qui leur sent n6cessaires, non seulement pour eux, mais encore pour tours voisins et pour leurs ainis qui peuvent contribute h la d6pense de coux qui font le voyage ; cc sent en effet do tots voyages qui les fortifient dans l'ob6issance (lu'ils doivent au Roy et qui sent cause do la bonne r6putation otL est cost(., cosLe, un chacun se for .ant d'en dire du bion et d'en parlor avantageusement, estant en France, d'oii it arrive que nous trollvons plus facilemenL des gons pour venir ici )). (146moire du 20 septombre 1666.)
Ne negligent au surplus aueune occasion do plaider aupr6s de la Cour la cause de ses administers, le z616 governor dernande (( qu'iI praise au. Roy, en faveur de la nouvelle colonic, de faire remise en France de la moitI6 des droits de routes les merchandise charges dans les vaisseaux qui viondroient de la Tortue )), it solicited la faveur de (( pouvoir seul dquiper en France des vaisseaux pour porter des merchandise au pays, soit pour son compete, ou & fret pour les habitans )), et s'offre L indemniser la Conpagnie des Indes occidentales, si, pendant quatre ans, elle n'envoie pas de vaisseaux ii la Tortue ; it subviendra, on change de cette faveur, routes les charges de ]a colonic, et se fait fort d'accomplir pour 10.000 lives cc quo la Compagnie ne ferait pas pour 20.000, ni m6mo pour 30.000, car il a do grades habitations bien fournics de vivres et de gens propres a les faire valor, (( cc qui 1'exempto do rien faire faire & la journde, d'otL it arriveroit une entire ruine, les journ6es dtant prodigiousement ch6res, quoique le monde no travaille pas beaucoup ici )).
A son oeuvre il accepted en effet de consacrer toute sa fortune et une







U SAINT-DOMINGUE

autorite tres fernie un sens et comnie un art tout parficulier de manner les singuliers sujets qui etaient les
leurs. (( Lorsque quelque flibustier, raconte Le Pers,
allot trouper Du Casse pour lui demander de Fargent
t-lu'll pretendoit lul etre du Je sais bien, coquin,
lui disolt-il, que, quand tu es en arriere de Moi,,
tu me traits do chien, de rouge et de voleur. Mais
je ni'en moque. Si tu n'es pas content, trends mon
x epee et enfonce-la-moi dans le corps! Pour de Var(( gent, je n'en al point et tu n'en auras point'. ))
Ce inot peint mieux que de longs de'veloppements le
systienie de government h la fols brutal et paLernel
adept' par les chefs primitifs de la colonies

parties de celle de sa famille, de sa sceur on particular, marine h Jacques Du Tortre-Pringuet, conseiller au pr6sidial do Rennes, (( qui jamais no lui refuse son aide )).
Cette couvre, il la r6surne d'ailleurs admirablement, et non sans une 16gitime fiert6, dans les 111dinoires qu'il address, L la Cour lors d'un de ses deniers voyages on France, en 1669. (( Dans ces m6moires que jo vous envoie, 6crit-il A Colbert, on une letter joinLe, je Waffecte pas, Monseigneur, de faire connoltre la conduit quo j'ai gardde pour augmenter la colonies de la Tortue. Alais vous jugerez sans doute qu'il otolt difficile d'en garden une meilleure, puisque, sans avoir jamais rien pris, ni rien re u de persoDne, je Wai pas laiss6 Wassister tout le monde. J'ai prest6 aux capitaines, aux gens de guorre et aux habitats. J'ai est6 au deviant de tous les besoins qui pouvoient les r6duire passer dans la Jamalque, dont I'habitation est plus avantageuse. Fai m6me fait en sorte que plusieurs de nos Frangois sont venus de la Jamaique & la Tortue. Enfin j'ai eu c gouverner des gens farouches qui ne connaissoient point le joug et je les ai gouvern6s avec tant de bonheur qu'ils n'ont tent6 que deux petites s6ditions que j'ai 6touff6es dans leur commencemeDt )). (( Alais aussi, ajoute-t-il, j ai enIploy6 celte ann6e an la colonies plus de 80.000 lives au delh de ce que j'en ai retire. J'ai encore mis plus de 2.000 escus en voyages de barques n6cessaires, en gages et nourriture de pr6tres, religieux, si bien que je suis daus une impuissance si grande que sans le scours de mes amis je n'aurois pas de quoi retourner on Am6rIque. De Paris, ce samedi de Pasques, 1669.
1. Le Pers, fol. 2-273.
2. Rude est d'ailleurs la tAche de ces premiers gouverneurs mal seconds, ou mieux pas seconds du tout. En 1681, M. de Pouancey,








ORIGINS DE [A C01,0'.USATION ET PRE)IIERS COLONS 25



11


Si habile cependanL que nous apparaisse la conduit
(les O-eron et des Du Casse, leur action devait no'cessairement avoir un ternie. D'une part, ils ne pouvaienL
se flatter d'inspirer des gohs charnpRres 4 tous les
flibushers, de tous les transformer en habitants, eL
cela est tellement vrai que beaucoup parmi ceux-cl
reprennent 'a Foccasion sans repugnance leur ancient
metier, un instant abandoned d'autre part, eussentils pu r6ussir a aneantir la flibuste, ils ne Fauraient pas
voulu. Apris la paix de Nimiegue, le pouvoir les pressed de
porter le coup de grAce 'a la course, et eux de repondre
les corsairs detruits, qui d.efendra la colonies ? Ge qui


nevou d'Ogeron, demand a la Cour 1'6tablissement de deux petites garnisons de 25 homes, (( car, dit-il, c'est ravaler la quality du gouverneur que d'estre constraint Waller lui-niesme se saisir d'un voleur, d'un s6ditieux, d'un ivrogne... De plus, il n'y a pas de prison... et le gouverneur se voit forc6 de server de provost, de go6lier et de sentinelle. )) (LeUre de Al. de Pouancey, du 30 janvier 4681, aux Arch. du min. des Col.. Corr. gdn., Saint-Domingue, C', vol. 1.) 111. de Pouancey fut nomme gouverneur de Dle de la TorLue et de la coste de SaintDomingue, le 16 mars '1676, apr6s la mort de son oncle (Moreau de Saint-2116ry, Lois et constilutions...,. t. 1, p.
Veut-on savor les noms de quelques-uns des premiers colors de SainL-Dominoue ? Je les troupe dans une enqu6te faite en 1713 au sujet des droits de la France sur Samana. Ce sont : Nicolas Le Normand venu dans la colonies en 1653; Francois Bigot, en 1655; Jacques Lamy, n6 dans la colonies en 1666; Guillaume du Breuil venu h Saint-Domingue en 1671 ; Jacques Aujour, on 1672; Bernardin Brunclot, ancient capitaine de milices, venu vers 1673 ; Jacques Ledoux, seigneur de Lonochamp, capitaine de cavalerie, en 1674; Jacques Bizet en 1675 Jacques Duquerrier, en 1675 de m6me ; Louis Besnard, en 4 675 encore Jean Bizet, en 1678; Pierre Gudrineau, la m me ann6e ; Pierre Chicoteau, en 1679 ; Pierre Vieulle, en 1683 ; Claude Carron, en 1684 (A. M. C., Corr. g6n., Saint-Domingue, 2e s6rie. carton 11, et F1 168, Historique de Saint-Domingue, par Moreau de Saint-.116ry).







26 SAINT-DO51INGUE

reste de, filibusters est en effet la plus su're garantie de
1"le centre les incursions toujours 'a craindre des aventuriers d'autre nation '.
En re'alite", 'a Fepoque ou' nous sommes arrives, c'est-dire 'a la fin du le XVje S*,Cle les gouverneurs de SaintDomingue comprennent que le possible a e't' fait, que
les elements assimilables de la population conque'rante
ont 'te' fixes, et Ils se tournenL vers la me'tropole pour
tenter d'y faire de nouvelles recrues 1. Malheureusenient,

1. Constatant, un peu pr6matur6hnont sans doute, d6s 1689, la d6cadence de la flibuste a Saint-Domingue, M. de Cussy 6crivait a un de ses correspondents, le sieur April : (( J'ai d6truit la flibuste parce qua la Coup I'a voulu, ot je n'en suis vonu b. bout qu'avec bien de la poine. Je voudrois h present n'y avoir pas r6ussi, car il y auroit c coste coste dix ou douzo bons navies ot quantity do braves gens dessus. )) (Lettre de Ill. de Cussy, sans date, mais vraisemblablemont do 4689, aux Arch. du min. des Col., Corr. gen., C', Vol. 11). Un rapport do Du Casse do 1691 d6plore do nV me (( la porte des flibustiors. )) (Memoire de Du Casse du 23 novenibre 1691. Ibid.).
Bien apr s, an 1756, MTNl. de Vaudreuil at Lalanne, gouverneur at intendant, entretiendront encore le ministry du project de reconstitute un corps do corsairs tr6s propre a la d6lonse do la colonies (Lettre, de MTAl. do Vaudreuil at Lalanne, du Port-au-Prince, du 9 september 1756, aux A. M. C., Corr. g6n., Saint-Domingue, C9, Vol. XCIX). Mais 11 Rait alors bien tard pour faire refleurir la flibuste. MM. Bart at Lalanne le constatalent en 1738. (( Les flibustiors, 6crivenL-ils, (ful nous seroient dans Foccasion d'une -rande resource, ne trouvant plus h, garner lour vie depuis le commencement de la guerre par le d6faut de navigation le long des cOtes, disparaissent insensiblement. Les uns meurent de mis6re at les autres s'6tant ombarqu6s sup des corsairs ont U6 pris at peu d'entre eux sont rovenus dans la colonies. )) (Lettre de MM. Bart at Lalanne, du 1- noverabre 1758, aux A. M. C., Corr. g6n., Saint-Domingue, C9, Vol. Cl.)
2. S! quolques-uns des premiers gouverneurs regrettent qua l'importation des n6ores ne soit pas plus considerable, la plupart se plaignent plus justement des trop rares arrives d'Europ6ens. (( La Compagnie du &ndgal, 6crit notamment Al. de Cussy an 1685, envole 150 n6gres par an, cc qui sera le moyen de diminuer cutte colonies, car les Frangois n6gli-eront do faire venir des enga-6s qui leur cofitent plus. (Lettre de M. de Cussy a M. de Seignelay, du 18 octobre 1685 (A. M. C., Corr. g6n., Saint-Domingue, C', vol. 1). Cf. les m6moires de Du Casse des 15 at .93 november 1691 (Ibid., Vol. ii) ; la letter de M. de Brach, lieutenant de roi, do Uogana, du 25 november 1701 (Ibid., Vol. V) ; la








ORIGINS DE LA GOLONISATION ET PREMIERS COLONS 2 7

alors, un arret somble so produtre dans expansion
franC.aisc. L'iniLiative individuelle qui, pendant pre's
(Fun siMe, avait eiitralne' tanL do hardis companions
vers los Indes occidentales parait defaillir. Les temps
herof(lues sont passes oh une colonies comme SaintDomingue avait pu se former seule, passe' aussi le temps
o dOgeron pouvalt, sur la soule conflance qu inspirait t)
son nom, dercider chaque annee doux cents ou trois cents
Franpis i passer a Saint-Domingue'. Beaucoup quo
tentaient jadis Fespoir d'une fortune rapid, I'appa^t
d'audacieux coups de main, la perspective de fructueuses
rapines, ne sont plus guZere seduits par la vie de travail

letter de M. de Charritte, lieutenant do roi au Cap, du 22 d6cembre 1711 (Ibid., vol. IX).
1. Dans un indmoire remis L Colbert par Ogeron an 1669, pendant un de ses sdjours an France, m6moire cit6 par Charlevoix (op. cit., t. III, p. '109) : (( J'ai, dit ce gouverneur, fait passer cheque ann6e h mas d6pens h la Tortue at costo Saint-Domingae 300 personnel. )) De fait, lorsqu'an cetto ann6e m,, ,mo 1669, ii revint a la Tortue, o i il d6barqua an september, il emmenait avec lui 225 homes, (( dont il n'est mort personnel )), disait-il dans une letter au minisLro, du 23 september (A. M. G., Corr. g6n6rale, Saint-Domingue, C11, vol. 1). 11 faut lire, d'ailleurs, le m6moire remis par lul an 1663 au capitaine commandant son navire la Nalivitd, pour appr6cier les qualit6s do cat adminisLrateur de premier ordre. Ledit m6moire esL curieux par les details qu'il nous fournit sur un transport XdmigranLs h cette 6poque. (( Les passages, y est-il dit, devront 6tre traits avoc toute la douceur possible, sans permettre qua les maLelots les frappent sous pr6texte de les chitior.... Ils auront la liberW de smaller diverter it torre.... Us auront des nattes at pourront se faire'faire des maLelas.... 11 y aura des bailles suffisamment pour faire tramper les chemises at les calegons.... Avant le depart, on player au capitaine ou au commis la quantity d'eau-do-vie quo chacun voudra d6penser pendant la traverse. Elle leur sera ensuite fournie tous les jours.... 11 sera ached quantiLd d'oignons at d'herbes fortes pour faire raire de -rands potages, parce qu'il n'y a rion qui rafralchisse davantage.... Le jour du depart, on tuera du b6tail... On aura du 'gru au matin, 5, midi des pois avec potages, at au soir du lard... Llon fera metLre dans le navire quantiLd Wceufs, de beurre, de mouLons at volailles pour faire des bouillons aux, maladies, qui seront couchds dans la chaloupe. Elle sera sur le pont, couverte d'une bonne toile goudronnde.... Les maladies auront des couvertures at des matelas )) (Ibid.).


0






-28 SAINT-DOMINGUE
reaulier qu'on leur propose; si remune"rateurs qu'on les leur fasse espe'rer, les r'sultats 'des nouvelles cultures sont encore loinLains et douteux. 11 faut bien le dire, la date de la decadence de la flibuste respond 'a celle d'un ralentissement undeniable dans nos enterprises coloniales.
On fait gene'ralement dater et d'pendre de la morL do Colbert cette interruption de noLre development extcrieur. Alais si elle se produisit 'a peu pries vers Felpoque. de la disparition du grand ministry, 11 n), a la', je crois, qu uno simple cofficidence. Le in "rite de Colbert esL Tavoir prote'ge" et encourage' le magnifique mouvemenL colonisateur du Xylle si'cle; mais ce movement, il ne I'avait pas cree, il s'en e'tait fait implement Fauxiliaire'. Apres lui, au contraire, c'est au ,ouvernement, au gouvernement seul., que revient de'sormais la lourde ta'cbe de souvenir Pceuvre considerable qu'a -\7 aient entamee et comme mise en train des volontes individuelles,- et c'est apres lui seulemenL que commence veritablement 1'a'ffe de la colonisation d'E; tat.
Quelques historians ont beaucoup vante' la politique colonial de Fancien re'-ime, beaucoup trop 'a mon avis et tres solvent h des points do vue auxquels elle ne

1. (( Si on veut comprendre Colbert, dit Al. Pigeonneau, il faut se souvenir tout d'abord qu'il n'a Ud ni le fondateur ni le maitre do notre empire colonial. 11 a on a computer avee deux puissances qui ne lui ont laiss6 qu'une liberty d'action incomplete : la tradition et la volont6 de Louis XIV. )) (Pigeonneau, La politique colonial de Colbert, dans les Annals de 11cole des sciences politiques, 1886, p. 487). Bien que grand admirateur de Colbert, M. Pigeonneau reconnait que le c6l6bre ministry de Louis XIV sut surtout admirablement mettre & profit Fincomparable movement expansion dont, couame tous les homes d'Etat de sa g6n6ration, il avait pu appr6cier la force (Ibid., p. 487-509, passim).







ORIGINS Dh IA COLONISATION E'r PREMIERS COLONS 29 Illerite aucun Moge. Les traits caract6ristiques de cotte, poliLique sont, oil lo sait :
11 Un system commercial particulier, dit exchisil
2' Une protection tr s large donnee, par YELat aux Companies do commerce
30 Une method de pouplement special.
Je Wai point la prevention do faire lei 1'expose d'une, aussi vaste question. Pregnant cornme exeniple SaintDomingue, je voudrais seulement niontrer auxquelles de ces diverse conceptions colonials de la monarchie, doivent aller nos bldines, et auxquelles revenir nos, e 'lo-es.
On ne peut, il me semble, se faire une idee plus juste. du svsteme commercial mis en pratique par Pancien regime vis-a-vis de ses colonies qu'en le comparant 'a colui que, la France, d'aujourd'hui adopterait 'a Yegard d'un pays nouvellement de'couvert. Que faisons-nous, que, ferions-nous dirais-je peut-Ure plus justement, rtant dODne' 1'enconibrement de la planted, lorsque les premiers nous entrons eD relations commercials avec une contree jusque-lh inexplore'e eL fermee ?
1' Nous nous efforCoiis d'ocarter les aclieteurs 'trangers, pour avoir les pro(luits do la re'-ion h meilleur inarche, et d''loigner les vendeurs, pour placer plus. avantao'cusement nos products
2' Nous clierelions surtout 'a realiser un commerce (Neliange, pour 'viter la sortie de notre argent
30 Enfin, nous tendons h r6server 'a notre indusLrie national, le product exclusif de la (( manufacture )) de nos importations.
Sans se rendre compete que les colonies ne sont qu'un








30 SAINT-DOMINGUE

prolongenient de la mbre patrie, que leur enrichissernent
est celui de la metropole, c'est excitement sur les nietmes
principles que Pancien reginie regle son commerce colonial.
10 En vertu de defenses multiplie'es, tout negoce des
colonies avec, ks e'trangers est formellement interdict,
parce qu'un tel negoce ferait hausser le prix des denre'es
de la colonies, soit en vertu de la loi de l'offre et de la
deniande, soit parce que, proposant de payer ces denrees en argent, les concurrents exoLiques pourraient
obtenir la pre'f6rence sur les nationaux '.
C)O C'est en effet centre ses seuls products eL ses produits en nature que I'l&at veuL obLenir les fruits de ses
colonies. Les colons Iii-rent ces fruits aux comer ants
de France, qui leur donnent en exchange tout ce dont ils


1. 11 m'esL impossible, cela va sans dire, d'6numdrer tous les actes par lesquels le Roi interdit le commerce stranger dans ses colonies, et en particular h Saint-Domingue. L'6dit g6n6ral d1octobre 1727 rdsuma pourtant assez complUement la Idgislation antdricure et fut assez peu modiU dans la suite, pour qu'en 1771 encore Petit (Droil public et government des colonies, 1771, t. 11, p. 385 et suiv.) le considered comme format la base du droit en ces mati res.
Voici les trois premiers articles de cet ddit:
(( Article ler. Ddfcndons 6, tous nos sujets dans notre royaume et dans les colonies soumises A, notre ob6issance de faire venir des pays strangers et colonies 6trang6res aucuns n gres. effects. derides et marchandises pour 6tre introduits dans nosdites colonies, h, exception, n6anmoins, des chairs sal6cs d'lrlande.
(( Article 11. Dffendons.... h, nosdits sujets de faire sortir de nosdites isles et colonies aucuns n6gres, effects, denr6es et marchandises, pour 6tre envoys dans les pays strangers ou colonies dtrang res. Perm ettons n6anmoins aux n6gocians fran ais de porter en droiture de nos isles d'Amdrique dans les ports d'Espagne les sucres do toute esp6ce, h, exception des sucres bruts, ensemble routes les merchandise du cru des colonies.
(( Article 111. Les strangers ne pourront border avec leurs vaisseaux ou autres b&timens dans les ports, anses et rades de nos isles... )) (Moreau de Saint-Wry, Lois et constilations..., t. 111, p. 224236).








0111GINES DE JA COLONISATION ET PREMIERS COLONS 3 t

ont besoin : ne'cessaire et, superflu. Les chooses sont sur cc point pousse'es de bonne lieure si loin que, di. s 4699, une ordonnance du It, mars (( defend, sous quel(lue pr&
I
texte que ce soit, Fimportation des species d'or ou d'arZ-,cnt dans les Iles au lieu de niarcliandises, et d'embarquer d'autres monnoies que cells qui sont absolument, necessaires pour les de'penses imprevues des baltimens, h peine de confiscation des species exce'dentes, de 3.000 lives d'amende centre les proprietaires des species et de six mois de prison centre les capitaines
30 Enfin, sous le pretexLe qu'll est contraire au cominerce que les matibres preniiieres ailment alimenter les fabriques 'tran-bres, on voit, 11tat interdire la sortie du royaume du principal product des colonies, des sucres, avant qu'lls aient ke' raffine's par les raffineurs nietropolitains ; et dans le but de re'server 'a la scule industries du royaume le be'nefice de cette transformation, on le voit peu prices imposer aux sucres raffine's
2
dans ses colonies des droits d'enLre'e conside'rables .


1. Ordonnance du Roi du 4 mars 1699 (Moreau de Saint-Mdry, Lois.... t. 1, p. 625), cit6c par Petit, Op. cit., t. 11, p. 361-362. (( La France, dit cot auteur, manqueroit son principal objet dans I'aablissement de ses colonies, c'est-&-dire le d6bouch6 de ses merchandise, dont les returns en denr6cs de ces pays fournissonL & la balance do son commerce avec I'dtranger en Europe, si I'armateur pouvoit Wemporter que do I'argent et ne se procurer son cliargement, qu'avec, do I'argent, ou si, d'un autre c6td, Fhabitant pouvoit d6boticher ailleurs ses derides et se procurer les merchandise de Ffance avec do I'argent. Le commerce de la France avoc les colonies doit donc Otre et ne sauroit Rre qu'un commerce d'6change, c'est-h-dire un troc des merchandise & importer de France avec les denr6es L exporter de cheque fle, et non un commerce en esp6ces monnoydes. )) (16id., p. 360-361.)
2. Histoire Idgislative des Antilles, ou Annales da Conseil souverain de la Martinique, par Pierre-R6gis Dessalles, avec des annotations d'Adrien Dessalles, t. I (soul paru), 1847, p. 26.5-266. Cf. ArM du Conseil d'Etat du Roi, du IS avril 1682, portent que les sucres rallin6s tenant






32 SAINT-DOMINGUE
Je le replete, vis-h-vis d'un pays neuf 'a exploiter commorcialement, on n'agit pas aujourd'hui autrement que nia-it notre ancien government vis-h-vis de ses colonies. Los d6plorables re'sultats do ces theories ont OA6 trop solvent exposes pour que j'y revienne. Je me contenterai d'en signaler pour Saint-Doniingue quelquesunes des consequences les plus typiques.
La premiere est la perte frequented d'iniportantes masses de denre'es dont le comnierce national, pour une raison ou pour une autre, refuse de se charger et que les e'trangers acquerraient volontiers si Fautorisation lour e'tait donne'e de commerce avec la colonies. Nes 17115, ainsi, les habitants de Saint-Domingue demandent la permission de vendre aux Anglais et aux Hollandais, (( qui en font un grand traffic' les sirops ou
molasses reGre's do leurs sucreries,, products avee
lesquels ils ne font que de la guildive et qu'ils jettent en grande parties, ce cominerce deviant leLir rapporteur plus de 600.000 lives )). Ce West pourtant qu'en 1763 que des letters du Roi autorisent Fe'change avec Fe'tranyer,,
- et encore dans un port specialement designed, le m6le

d'Atn6rique paieront pendant deux ann6es huit olives d'entr6o par cent peasant (Moreau de Saint-Wry, Lois..., t. 1, p. 368-369) ; et arr6t du Conseil du 21 janvier 1684, qui (( defend a tous les sujets do Sa Majest6, habitats des isles et colonies franCoises de I'Ani6rique, d'Otablir & Favenir aucune raffinerie esdites isles et colonies. )) (Ibid., t. 1, p. 395396).
1. Lettre de M. de Bldnac, premier (( gouverneur des Isles-sous-leVent, )) et do M. Jean-Jacques Mitlion, premier (( intendant do justice, police et finances )) a Saint-Domingue, de Uogane, 20 juillet 1715 (A,. M. C., Corr. g6n., Saint-Domingue, C9.. Vol. XI).
2 2. Mdmoire anonyme et sans date (Ibid., Vol. X11). Ce m6moire est confirm par une letter du marquis de ChWaumorand, d6jh nomm6 alors gouverneur en replacement de Bl6nac, dat6e de ]a Rochelle, da
8 september 1716 (Ibid.).







0111GINES DE, LA GAONISATION ET REMIERS COLONIES 3 3' Saint-Nicolas, des Sirops ot nie'lasses centre un certain noinbre de pro(lults stridenient Vnume're's'.
Mais sur le commerce jn me des products recherche's par les armalours do France, esL-il besoin de (lire quolle repercussion onL les principles U'ti-olLs exposes plus haut? La plus sensible esL Favilissement desastroux pour les colons du prix do ces products. Tout y concourt. En premier lieu, oL sans qu'il soiL besoin d'insister, la position privile'gie'e des naLionaux qui restonL maltres de l'offre, et en abusenL 'a tel point qu'en 1689, pour ne ciLer qu'un example entre mille, des navies vendent 'a Saint-Domingue une auno de toile, 60 lives do tabac, (( en sorto qu'un pauNre liabitant est constraint de donner tout le travail do son anne"e pour 17 ou 18 aunes de toile I )). (( Si les habitats,, declarent du reste nettement MM. de Ble,nac, gouverneur, et Million, intendant, en 1716, si les liabitans avoient la liberLe' de vendre aux Anglais leurs indigos et leurs sucres, comme ils le dissent, cette isle regorgeroit d'argent, puisqu'ils font valor 6 'a 7 piastres le cent do sucre qui ne vaut ici que 9 lives, et 11 lives Findigo qui n'y vaut quo 50 'a 52 sols, et les habitans n'auroient pas leurs sucreries pleines do sucres et de sirops qui s'y portent '. )) Mais, detail moins apparent h premiere vue, h Fabaissement des prix contribue, aussi la defense dont je parlais tout h Ulieure,

1. Les letters du Rai, du 18 avril 1763, autorisent 1'6change des sirops et indlasses centre, les products suivants : bceufs vivants, cochons vivants, moutons, cabris, volailles, chevaux, mules, riz, pois, Idgun-les et fruits verts, bld d'Inde ou d'Espagne, avoine, son, planches et soliveaux, terrain, briques, calfthes ot cabriolets (Ibid., vol. CXV).
0. Lettre de 1A. do Cussy, du 25 avril 1689 (Ibid., vol. H).
3. Lettre de TAIM. de Bldnac et Mithon, de Uoqane, Jor juillet 1716 (Ibid., vol. XII).






34 SAINT-DO31INGUE
porter en faveur de Pindustrie metropolitan, de laisser ressorfir les sucres bruts hors du royaume. (( Ce n'est pas tanL., en effet, o'crivenL encore MM. do Ble'nac et Alithon, cc West pas tant la contrebando angloise qui ruine notre colonie. t videmment le sucre est surabondanL en France. Les negocians onL acbete des sucres bruLs h 17 et 18 lives le cent, qui, de 36 lives qu'lls valolenL en France, sont tombe's 4 20 eL 22 par la quanLiLe' qu'il en est enLrer dans le royaume., plus forte do beaucoup que n'en peut kre la consommation. 11 faudroit adineUre la libefte de sorLir les sucres bruts hors du royaume; c'esL le soul moyen de
'tablir un commerce avanLageux. Nous no persons point de vue la conduiLe des An-lois nos voisins pour soutonir lour commerce et faire fleurir leurs colonies. Cellesci leur produisenL plus do sucre. brut que nos colonies, eL I'An-JeLerre en faiL une moindro consummation quo la France. Cepondant le debouchomcnL qu'ils dODneiiL 'a ces sucres dans les pays rangers on soutient le prix il a valu, dans le cours do cotte annee, a la JamaYque, 32 lives le cent, oL est 'a 48 livre s en Angleterre, au. lieu qu'il ne vauL dalis nos colonies quo 11 lives, et en France 20 4 22 livess. )) Et lorsque, (levant ces falls, les rerclamations des colons deviennent trop vives eL pressantes, saiL-on quel reside apporLe 1'1- AaL h une aussi grave situation, et quelled satisfaction il donne 'a ces reclamaLions ? 11 lour respond par Pordre transmit aux gouverneurs de restreindre la produdion, d'en joindre aux habitants (( de ne faire que 700 millers do Labac'

1. Lettres des m6mes, du 6 no rembre 1716 (Mid.).
2. (( Le ddfautde consummation et la non-valeur des tabacs de SaintDomingue estant provenus de 1'ex0s des plantations et de ]a fabrique...








ORIGINS DE LA COLONISATION ET PREAHERS COLONS 3b

do liniiLer le non-ibre des sucreries, pour cette liaison (( que les autres colonies suffisenL aux besoiris du royaunie' )) !
Toutefols, plus exLraordinaire encore esL la position prise, par le gouvornomenL, inis on face d'uno autre question, celle des monnales. 11 est entendu que les colons, aussi bien que les ne-ociants de France, doivent opener par change le troc do leurs produiLs respectifs. Mais si la chose est presque to-Lijours possible aux uns,, on no reflechit pas (lu'elle est solvent impracticable aux autres. Comme l'observe tres bien le -ouverneur marquis do Sorel, en 1722, (( un marchand de nbo-res ne peuL vendre aux gros habitats tous ses no-res en sucre, parce que, quelque prix quo les negres puissent valor, il auroit des products de la vente des effects trois fois plus qu'il n'en pourroit rapporteur et qu'll feroit un tries mauvais return. 11 fauL done qu'il compose avee le sucrier, et fasse son march' deux tiers en argent et le tiers en

(Arr6t du Conseil du 20 juin -1698, Archives nationals, E, 1904). (( Pour 6tablir, expose le mC mc arr(4, la quotitd do ce que chacun des hat)itans pourra planter do tabac pour composer ladite quantity de 700 milliers, il sera fait annuellement par chacun des cultivars, dans le temps qui sera prescrit, -Line declaration de la portion do tabac quo chacun intend planter. )) (ibid.)
1. (( J'ai vu, 6crit le ministry il Du Casse, le 26 f6vrier 1698, j'ai vu, en examinant 1'6tat do la cargaison qui ni a W renvoyd du Witiment Le Dauphin, arrive dans la rade do la Rochelle, qu'il a rapport uno quantitd considerable de sucres; et il paraft, par CC qU'OD derit h M. 136gon, qu'on se propose de s'appliquer beaucoup & cette culture dans SaintDomingue. Comme elle ne peut 6tre que tr6s pr6judiciable aux colonies de I'Am6rique, s'en fabriquant assez considdrablement dans les Isles du Vent pour juger qu'il y en aura bient6t plus qu'il ne peut s'en consommer dans le royaume, et qu'ainsi cc sera un novel exc6dent, Fintention du Roy est quo vous ddtournids les habitats de cotte vue, qui ne peut jamais leur 6tre aussi avantageuse que la culture de Findigo, du coton... )) (LeLLre du ministry h Du Casse, du 26 f6vrier 1698, dans Moreau de Saint-Wry, Op. cit., t. 1, p. 582-583). Cf. la letter de Du Casse au ministry, du 22 september 1698 (A. ill. C., Corr. g6n., SaintDomingue, C", vol. IV).








36 SAINT-DO31INGUE

sucre )). Ce qui se product la' pour les nogres se r'aliso
de meme lorsqu'il s'a-it do freLs objets manufactures
dont la valour en produiLs natures eSquilibre nial tries
souveDt un ebargenient de reLour'. D'o' il restifte que,
s'il pout bien en principle, ne point enter d'argent dans
la colonies, il en sort continuellemenL, et que do bonne
lieure I'ttat est obli-e Wintervenir. Que faiL-il alors? 11
s'en tient parfois 'a des measures timides, comme lorsqu'il
fait rapper eL exporter aux fles une monnaie special 3,
h moins qu'enLrevoyant enfin le sail moyen d'affirer 10
numeraire, il n'autorise provisolrement, h Saint-Domingue, le commerce avec I'Espa-ne, pays repute' d'argent'.
Si cependant le proLectionnisme aveuglo do Fancien
reo-inie no pouL lui valor et ne lui vau L plus en effeL auj our0


4. LeLtre de M. do Sorel, de Uogane, du 92) novernbre 1722 (Ibid., Vol. XX).
2. L'ordonnance du 6 octobre 1720 expose dans ses considerants qu'il n'y a plus do nurndraire dans 111e, et quo les ii gociants do France no veulenL en 6cliange do leurs niarchandises que de I'argent (Moreau de Saint-.)16ry, Lois el constitutions-, t. 11, 1). 701 of. suiv.). En 1721, M. de Sorel. gouverneur, ayant ordonn6 que, 5, 1'encontre de cc que voulaient les capitaines marchands, les paiements des colons so dissent en nature, pour empOelier 1'argant de sortir do la colonies, les capitaines refusent de vendre leurs merchandise, sauf aux habitants qui s cngagent 5, payer en argent (Lettre do, Pintondant Duclos, de Ldocane, 22 f6vrier 1721. A. M. C., Corr. gdn., Saint-Domingue, C', Vol. XIX).
3. Voir dans Moreau tie Saint-M6ry, Lois el constilittions..., t. 1, p. t88-189, la d6claration du 19 f6vi-ier 1670.
4. Voir un ai-r6t du Conseil du 27 janvier 1726 (Ibid., t. 111, p. 155), et un m6moire du Roi, du 28 ocfobre 1727, dans sequel il autorise le commerce avec I'Espagne, (( commerce d'autant plus utile, y est-il dit, qv'il n'y a point d'autre expedient pour introduire de Por et de Fargent dans les colonies. )) (Ibid., t. 111, p. 237.) (( Nous no connaissons que le commerce avec YEspagne qui puisse remddier b. cet inconvenient [le manque de monnaie] )), derivent. encore, le 4 avril 1786, Mill. do la Luzerne et Bubd do Marbois (A. M. C., Corr. g6n., Saint-Domingue, C', Vol. CLVII).








ORIGINS DE LA COLONISATION ET 11RE,)HER'S COLON."), 37

dlitii (In(,, des blames', il ii'eji (.,sL pas do jite'me des ojwouragemwits et des privil ges accords par lui aux coliebres
eiiLreprises connues sous le iiom de Cornpagnies de coloiiisation, qui trouvenL encore d'ardents apologists leur
aLLribuant volontiers tottLe la gloire do nos sauce's coloniaux d'anLan '. Je no voudrals pas m'Inserire en faux
d'une maniiere ge'nulralo conLro ceRe opinion, ni condaniner perempLoirement le deuxieme des prMcipes sur
lesquels a repose' noLre ancient sysUeme de colonisation ;
mais il me sera bien permits de dire (ju'a' SainL-Domingue


1. Je dis : aujourd'hui. et pourtant, apr s I& notion g6n6rale que j'ai dorm6e de la politique do notre ancient gouvernement en ce qui touche son commerce avoc les colonies, on appr6ciera la critique lumineuse qu'en fait, d s 1772, un gouverneur do Saint-Domingue, Al. de Valli&re : (( Le commerce de France, 65crit & cette date M. de Valli6re, le commerce de France croit, et on a fait tout ce qu'iI fallout pour le lui persuader jusqu7t present, quo les colonies ne sont fates et cr66es quo pour enrichir la m6tropole, sans quo, de son c6td, elle e-at la peine de contribute aux moyens de faire naltre ces richesses, dont elle veut jouir exclusivement. Si le commerce de France vouloit Otre de bonne foi, 11 conviendroit qu'il craint moins l'importation Urang re que 1'exportation & Ntranger. 11 voudroit que, sans peine et sans y contribute qu'autant que son advantage s'y trouveroit, tous les sucres et autres productions de ce pays passassent 5, la m6tropole. Ils ont certainement raison, si on pouvoit cultivar et recueillir sans moyens. Encore que le commerce do France f(it en drolt d'exiger pareille chose, au moins faudroit-il qu'il procurCLt les moyens d'extraire tout ce que cette colonic immense est en dtat de produire de richesses, et l'on m'assure qu'il ne vient pas dans une annde, dans cette colonies, h beaucoup pr6s, la quantit6 de navies qu'il faudroit pour enlever les deux tiers des productions qu'on y recucille. )) (Lettre de M. de Valli6re, du 17 mai 1772, vol. CXLII).
2. M. Pauliat, dans un livre (La politique colonial de Vancien r qbne, 1887), dont la documentation insuffisante pout Ure dangerous, car elle lui donne une appearance scientifique, alors qu'il est surtout un livre & th6se et de circonstance, Al. Pauliat s'est fait le d6fenscur enthousiaste des Compagnies de colonisation. J'aurai Yoccasion, Wailleurs, de revenir sur ce travail. Sur les Compagnies, l'ouvrage g6n6ral le plus consciencieux, le plus impartial, et dont je ne crois pas que les conclusions puissent Rre d6truites par la inasse des documents qui resent in6dits, rue parfait We celui de Al. CliaijLley-Bert. Les Compagnies de Colonisation sous Vancien regime, 1899, in-12.






38 SAINT-DOMINGUE
N r
au i-noins, eL 'a Fepoque ou nous sommes arrives, ces Companies me paraissent, n'avoii- joue' qu'un r6le sinon n6faste, du moins fort peu glori-eux.
Remarquons d'abord quo le regime des Compagnies n'a 6te applique pour la premi re fois hN Saint-Domingue qu'en 1661. Or, si auparavanL, sous Henri IV, sous Richelieu et pendant me la minoriLe' de Louis XIV, le monopole commercial concede 'a ces grades entreprises peut se justifier par ce fait qu'elles eltaient alors un moyen d'encourager la decouverte, d'achver Foccupation et, la mise en valour de terres nouvelles, de favoriser e si Yon veut, F't-niuration de capitaux toujours timides a la fin du XVje siiecle il faut bien le reconnaltre, presque aucune de ces raisons ne tient plus debut' Comme le dit trZ s bien Al. Chailley-Bert, les premiNres Compagnies privilegieres (sous Henri IV et Louis XIII) ont de"couvert, des terrains 'a coloniser les seconds (sous Louis XIII et la Regence) les ont peuples; les troisi .n-es, depuis Louis XIV, ont fait surtout du commerce' )). Rien n'est plus vral : les Compagnies dites de colonisation no sonL plus, des les derni6res annees du xviip siZecle, que des Compagnies de coinmerce, et c'est, bien sous ce dernier nom, qu'on le note, qu'elles sont en quelque softe venues jusqu'h nous, ot qu'on les d6signe aujourd'hul le plus couramment. Or, sous ce dernier aspect, que sont-elles? Pas autre chose, il me semble, qu'un proc6d6 volontiers employe' par l1tat pour exao-e'rer encore le r6--ime commercial qui

1. Chailley-Bert, Op. cit., p. 179.
2. Ibid., p. 172.






0111GINES DE LA COLONISATION ET PREMIERS COLONS 39 doNail. lul permeate de. tirew to IIje Ijlejjj- pi ojjt, th son point (10 VLIO, s'enLend, de ses colonies. nterdiro R coilinle 11. le fait, to negoce fibre aUX naGonaux euxmenles, au profiL d'une, Compagnie privilepele (ILI] resl-e seule maltresse du commerce, et, accorded Lelles permissions qu'il hii plaff, 4 qui it lui plaft, n'est-ce pas, eit effel, pour le pouvoir, Lin moyen de rest.reindre et de circonscrire encore une concurrence dans la deniande qu'il esLime toujours susceptible, de fare hausser les prix des denre'es inipofteres dans la inetropole? Et avoll, dans ses colonies des agents qtio to propre inLe'rk de la Companies (lu'ils representment encourage h se montrer impitoyables 'a Fegard des fraudeurs, n'est-ce pas, d'autre part, une r'elle s'eurite' pour Lin government dont la u iance est sans cesse en e'vell, C' P les texts le prouvent, vis-h-vis de ses gouverneurs, lesquels, selon lui, ne prohlbentjamals assez servierement le commerce des interlopes? Eu ergard h ces advantages, on consent, done a, former les yeux sur la verrilable exploitation des colons qui re'sufte d'une telle poliLique, exploitation que Pon considered comme le dernier mot de Fliabilete dans Yapplication d'un systicine dont, dies lors, les Compagnies ne font plus que surveiller la bonne et rigoureuse execution et qui enferme le commerce de nos colonies dans le circle le plus eAroit qu'il soA possible d'imaginer.
L'on pretend bien, it esL vrai, qu'il est exage're' de dire u a dater de 1'6poque que j'indique, les Compagnies ne rendirent plus que des services de ce genre, car alors encore, assure-t-on, elles contribuierent puissamment ati peuplement et 'a la mise en valour des colonies.
Cette opinion ne vient-elle pas, touLefois, de ce qu'on






40 SAINT-DOMINGUE
juge trop souvenL les Compagnies, non d'apries les r("IsulLats obtenus par elles, mais d'aprbs leur programme, je Nleux dire leur charter ? Sur le vu de son ade de constitUtiOD, Fon fait ainsi volontiers 'a la Cornpagnie, dite Compagnie de Saint-Domingue, fondue en 1698, Fhonneur de la re-arder comme Fune des plus heureuses tentative de FfiLat pour achiever d'asseoir son influence h Saint-Domingue'. De fait le projeL d'etablissement de la Companies est plein de processes. 11 s'a-it, y est-il diL, (( do transporter une nouvelle a forte colonic dans la parLic sud de I'lle, qui n'esL occupee par personnel et de rendre ladite colonic assez considerable pour kre superieure aux etablissements des Espagnols Beau programme en verite, mais h Pe'gard duquel le gouverneur de Sairit-Domingue lui-me0ine, Fillustre Du Casse, reste &s Fabord assez seepLique. (( L'otablisseinent que Fon va commencer, ecrit-il, en effet, est tries vasLe et je puis dire que c'esL la plus belle portion des FranC.ois en File espapole. Les Anglois Favoient reconnue telle il y a longtemps et ils ont toujours eu la pensee de s'en emparer. Ils en auroient fait une colonic considerable, au lieu que les Frangois n'y front que languir'. )) C'etait pre'voir juste '. Et il faut lire la letter ecrite au ininistre par

1. En donnant le toxLe de la charter de cette Coryipagnie, M. Pauliat s'extasio ainsi deviant la haute sagesse qui inspire les diffdrents articles de ce document : (( 11 ost probable, dit-il, que cette charter sera jug6e comme encore plus curious clue les pr6c6dentes, on raison de ses dispositions relativement aux cultures et h. 1'61evage des bestiaux I )) (Pauliat, Op. cit., p. 238).
2. (( Projet pour I'Rablissement de la Compagnie de Saint-Louis sans date (A. Al. C., Corr. g6n., Saint-Domingue, C", vol. IV)
3. Lettre de Du Casse, du 27 juin 1698 (Ibid.).
4. D s 1701, le 1-1. Labat, en m me temps qu'il nous expose Ws claire-








ORIGINS DE LA COLONISATION ET PREMIERS COLONS 41

Al. de PaLy, conuaandanL la, partle do Fouest et du sud
de I'lle, pour appro'cier onfin justeinenL cc que NralurenL
trop souvenL on faiL ces fameuses Compagnies coloniales
do Fancien i-6--inio donL on nous vante si pompeusemenL
Faction bienfaisanLe. CriLiquant ((1a Compagnic do SaintLouis )) et (( les orders ridicules des directors qui sont
a Paris, qui ne sorvenL qu'a faire r1rc le public, volant
ensei-ner aux peoples de I'Ame"'rique la mani6re do defrib
cher leurs terres, la planLaLion do leursvivres, la maniZere
d'oIever des chevres et des cochons' )), (( si ceLte Compament le fonctionnemont de la Compagnic, nous donne les raisons du peu de faveur obtenue par olle parmi les colons. (( Les conditions, dit-il que la Compagnie faisoit L ceui: qui vouloient s'dtablir sur les terres do sa concession 6toient si avantageuses qu'elles auroient d-6 y attire une infinite de gens s'ils avoient &6 tant soit peu raisonnables. Alais ils no pouvoient souffrir qu'on les oblige t do vendre leurs marchandises et leurs denr6es b, la Compagnic privativernent a tout autre, et d'acheter d'elle cc dont ils auroient besoin. En cola, comme en beaucoup d'autres chooses, j'ai remarquO quo la prevention a ordinairement plus de lieu que la raison. Car la Compagnie lour donnoit des terres de la m me mani re que le Roi les donne aux autres lieux de son domain en Am6rique, c'est-;I-dire gratis, sans redevances, droits seigneuriaux, lods et vents, ni aucunes charges. Elle leur donnoit des enclaves selon leurs besoins, et les talons do coux qui les demandoient raison de 200 dcus pour les homes et do 150 6cus pour les funimes, payables dans trois ans sans qu ils pussent Otre constraints il advance aucune parties du payment avant le terme expire. Elle lour donnoit encore le ni0me terme pour les marchandiscs qu'elle lour fournissoit et qu'elle lour laissoit au prix courant (lu'dtoient cas m6mes marchandiscs A I'EsLerre ou au Iletit-Goave; ot si la Compagnie en manquoit, elle leur permettoit, sans aucun d6lai, d1on acheLer ou bon lour sembloit et de vendre leurs marebandises et denrOes au prorate de cc qu'ils devoient payer pour cc qu'ils avoient acbet6. Elle s'engageoit encore & prendre g6n6ralement tout cc qui se fabriqueroit sur leurs habitations au in me prix que cos m6mes chooses auroient R6 venues dans les, autres quarters. L'interdiction du commerce avec d'autres qu'avee elle, ex.ceptd dans les cas que je viens de dire, dtoit la pierre d'achoppement. Voilh h peu pr s le syst6ine de cette Compagnie, dont il me semble que toute personnel do bon sons se devoid conLenter. )) (Labat, Nouveau Voyage aux Iles, 1742, t. Vlf, p. 246-248.)
4. Lettre de M. de Paty, de I'Artibonite, du 28 avril 1719 (A. M. C., Corr. g6n., Saint-Domingue, C', vol. XVI).






42 SAINT-DOMINGUE
gnie, kriL Al. de Paty, w oit e"Le' gouvernee, par des -'ens b ZD
do commerce, au lieu d'Ure r6gie par des gens d'affaires, elle scrolt une des plus florissantes do I'Ame'rique ; au lieu que, ayant Re r6gic par des gens d'afraires, its v ont donn6 peu d'atLention, outre que ces messieurs sont (tans l'usago que, quand its metteiA un ku dehors, its le voienL revenir au bout do I'an avec trois auLres en coupe. 11 n'en esL pas do inerne des colonies quo l'on 'tablit. 11 fauL somer pendant dix ans pour faire unc ample rocofte. Its onL un faiscur do memoirs h Paris, qui s'esL Imagine qu'll suffit d'envoyer des inomoires pour enLrdenir uno colonic... 11 faut quo cc faiscur do inknoires solt d'une ignorance crasse sur les affairs do I'Ame'rique. De trois cents eL tanL de in6moires, 11 nly en a pas un seul qui se puisse inettre en pratique. 11 propose de raffiner les sucres on pains care's comme des briques do savon. 11 fauL demander it Lous les raffineurs de France si cette method est practicable. 11 veut enseigner aux habitants le defrichement de tours terres, eA pour mettre cette method on praLique, trente negres ne forwent pas Youvraue do deux. 11 veut enseigner la me'thode de planter des patates. Si on la pratiquoit, on n'en recuoilleroit jamais de fruits. 11 veuL que l'on sache combine un nb-re doit manger de patates par jour. 11 y a des patates qui sont grosses comme les deux points et it y en a d"autres qui ne sont pas plus grosses que le pouce'.
4. Lettre do M. do Paty, du fort Saint-Louis, 21 juin M9 (Ibid.). Le 11. Labat nous r6v6le, &s 1701, d'autres causes de 1'6chec de la Companies. (( Jainals, 6crit-il, je n'avois vu un si grand nornbre do conimis et d'officiers pour un si petit lieu ot un si petit corninerce. Ils avoient tous des appointornens considerable et bouche h, cour a la table du directeur, qui 6toit bien service et fort abondamment. On entretenoit pour cela des chasseurs avee une grande meute do chiefs.








ORIGINES DE IA GOLONISATION ET PREMIE'll"; GOLONS It 3

VouL-on savor d'ailleurs le r'su[LaL final des ope'raLions
de la Cornpagnie on cc qui Lotiche la question qui nous
interests en- particulier, la (Itieshon du peuplement? La
Conipagnie s'6LaiL ongagee h transporter quinzo cents
blanks et trois mille ne'-ros dans Fespace de cinq ans et,
apres les cinq ans, cenL planes eL deux cenk n6r),res tous
les ans. Or, un meinoire do 1717 des habitants du quartier du fonds do I'lle-C-h-Vache constant qu'-h cetle (late
la Coinpa-nie n'a introduit h Saint-Don-iingue que quaLre
cents blancs au lieu de doux mille neuf cents cL que, des
cinq mille trois cents nie'riles qu'elle devait fournir elle.
n'a pas Importe' la moiLic '. 11 faut avouer qu'il seralt
difficile, prices cela, de voir dans I't"'Lablissement, de la
Companies de 1698 le plus brilliant effort colonisaLeur
de la monarchic 'a Saint-Domingue'. Et y a-t-il lieu de

11 y avoit aussi des pOclieurs, et on elevoit quantity do volailles et de moutons dans Fhabitation particuli6re do la Compagnie. Un malouin nomm6 M. de Bricourt 6toit director do ]a Compagnie... 11 6toit brouilld avee le gouverneur M. de Bouloc, gentilhomme des environs de Toulouse. La Compagnie avoit entretenu une companies d'infanterie pour server de garrison. Elle dtoit sous les orders du gpuverneur, qui dtoit par cet endroiL en Rat do se faire ob6ir. Le directeur venoit de passer cetLe compagnic afin que lo gouverneur n'eAt plus a qui commander eL que cola le rendit plus accomi-nodant... Je voulus travailler a leur reconciliation, Mais je vis bient6t qu'il Wy avoit rien b, faire. (Labat. Op. cit., t. VII, p. 243-245.)
1. P. BonnassieuxLes grades Compagnies de commerce. bude pour server A I'hisloire de la coZonisation, 1892, in-8-, p. 419.
2. On doit reconnaltre que Jes difficultds rencontr6cs par les Compagnics en g6n6ral et par cello dont je parle en particular 6taient souvent tr6s grades. Un mdmoire d'un certain M. d'Armigny, joint h une letter du 9 f6vrier 1714, en fait preuve : (( Ceux, dit cc m6moire, qui se pr6sentent ou qu'on envoie 6 SainL-Domingue pour s'y habiLuer sont d'ordinaire gens sans aveu et d6nu6s de tout bien. On leur donne gratis un terrain comme do 700 h 800 pas en carrd pour y faire leur habitation ; on lour advance depuis deux jusqu'& douze n6gres. Cc n'est pas un petit travail que de d6fricher un terrain inculte depuis au moms deux cents ans, si cc n'est depuis la creation du monde. On ne tire presque aucune utility de ces n6gres nouveaux et maladroits la pre








SAINT-DOMINGUE

s'etonner de la joie qui salua FecroulemenL de cette
companies on 1720 el le retreat definitif de son priviI ege fait par ITLaL en 1721 'a la Compagnie des Indes,
qui lui avait succede dans Ffie'9
Mais si ses praLiques commercials, aussi bien que la
protection accordee par elle aux Compao-nies, ne doivent
valor decidenienL que des critiques 'a la monarchie, par
quoi done, au point do vue qui nous occupy, me'riteraL-elle, nos 6loges? Tr'es franchement, je r6pondrai que
ces Mo,, es ne me semblenL pouvoir mieux s'adresser
qu'au dernier des trois principles dont s'inspira notre
ancienne poliLique colonial, je veux dire h sa me'Lhode
de peuplement, ou plus expliciLement h la Lr s re'elle eL


ii-iR rc ann6e; ils n'entendent pas la league et il leur faut un temps pour se faire au cliniat et pour apprendre a manner la co,-n6e ; ils tombent maladies, il s'en estropie ot il en mourt. 11 faut do plus nourrir I'liabitant pauvre comme eux: on lui donne do la marine, du vin, des outils pour travailler. bas, soldiers, etc... pour lui ot pour sa famille, s'il est marM, de ]a toile pbur ses n6gres, des rem6des on cas do maladic ot g6n6ralemont tout cc clui est utile pour le soutien de la vie et le d6frichement de son habitation. 11 so passe quatre ans avant que ce, pauvre habitant puisso entror en payment sur cc qu'iI dolt, et au bout de cc temps, en remettant d'une main au magasin do ]a Compa,(Ynie les traits qu'il a recueillis, il y prend de Fautre ses nouveaux besoins, et enfin il se passe douzo a quinzo ans avant que cet habitant so vole une sucrerie roulante avee 30 n6gres, franc et quitLe enters la Companies. Cc r6cit est it la letter. Je parle ici d'un habitant sage, attentif et bon dconome : si, au contraire (comme il n'arrive que trop), 'est un ivrogne, un joueur ot un negligent, clue crolt-on que deviennent les advances de la Compagnie ? )) (A. M. C., Corr. g6n., SaintDominaue, 2o sdrie, carton 11.)
1. La concession retire le 2 avril 1720 h la Compagnie do 1698 fut attribute le 10 september suivant h ]a Compagnie des Indes (Voir Farr t du Conseil, du 10 soptembre 1720, dans Moreau de Saint-Wry, Lois et constitutions...., t. 11, p. 692-696). Mais les troubles que cette nouvelle cession occasional entrain6rent sa T6VOcation en 1724, ot depuis lors il ne fut plus question de compagnie h Saint-Domingue (Petit, Droit public des colonies franpaises, 1771, t. 1, p. 91 et suiv.). Beaucoup d'auteurs voient dans cc fait, avec raison, me semble-t-il, l'une des causes de la prospdriW inouie de Saint-Domingue.






ORIGINS DE LA COLONISATION HT PRE31IIERS COLONS 4 f6conde activiLe qu'au temps ou f)ous sornmes arrive l.Z, elle sut deployed en faveur de Fe'ri-ilgra Lion buinaine oppose a cette Cmigrahon des capilaux que si excessivement on veut souxent qu'elle alL realise'e par le rjioyen des Compagnies. Sails nicme parlor ce n'(,,sL poIlIL ici le lieu de son consLant souel de multiplier aux fles (( Fesp'ece des Ti'egres enclaves )), c'esL-a'-dire, en Somme, d'y inuftiplier la niain-d'ceuvre ne'cessaire au development de la culture en des colonies de plantations politique qui, nous le verrons, quelque paradoxal que cela puisse paratiLre, ne fut pas, comme on le pretend trop souvenL, la cause prcnii re de la ruine de Saint-Domingue mais h envisaged seulemenL la ferme impulsion qu'll donna 'a Fermigration de ses nationaux, 11 faut icl, en effeLl reconnaftre bien haut le me'rite de Fanclen regime. Au moment ou" comme je le remarquals, seniblait Larl le flot d'ermigration du xvii'-' SiMe., Fobjectif du government devait 6tre de parer quand m6me au pouplement de ses nouvelles colonies, d'empe'clier, coCte que co ^te, qu'elles fussenL derserLe'es. A cela le government ne inanqua pas, et de cela Saint-Domingue nous offre un tr s vivant et tres saisissant example.
Autant on a exalLe la protection bienfaisante, dit-on, accordere par notre ancienne monarchies aux Compagnies colonials, autant on a ir justemcnt rabaisse son systbme de peuplement. Ce. systieme consista, on le salt, en une sorte d'enrOlement obligatoire des colons, de racolement force" des rmigrants opeW parmi les erle'inenls juges inassimilables de la population me'tropolitaine : ,gens sans moyens d'exisLence ou sous le coup de pour-







46 SAINT-DOMINGUE

suites, de'biteurs insolvables, adventurers, individuals vereux et tares qu'on dirige de force Sur les colonies, ou 4 qui Fon monte le chei-nin de Fenligration comme la Soule route qui lour reste ouverLe ; application, on Somme, de cefte ide'e. donL il esL difficile de contester la justesse, que ce qui irnporLe 'a un moment dODne'. c,'est moins la quality" que la quantity' des nationaux qui doivenL aller au loin represented le pays. L'on n'ignore pas, d'ailleurs, quells virulentes apostrophes a soule'd de Fancien r'-ime, et les belles phrases Wes ce proce e et
fates sur les raflesff(IODneres par Law et Choiseul pour poupler la Louisiane et la Guyane, erreurs qui, affirmeL-on, ont plus fait pour ruiner I'a-\,cnlr colonial de la France que le Lraite do 1763 11 Alais peut-Ure, en parlant ainsi, n'a-t-on pas assez reNchi qu'il n'y eut, dans cos deux cas tou.ours clLe's, que la mise on praLique haRive et exager6e d'un principle qui, poursuivi d'une faCon plus raisonne'e eL plus reguli'ere, put donner
illeui comme par example 'a Saint-Domingue, des resulLats Lout autreS 2

1. Uon Deschamps, Ilistoire (le la qttestion colonial en France, 1891, p. 241.
2. Je sais bien quo jo soutiens lh une opinion tr s 11616rodoxe et condainn6e par nombre d'auteurs. (( 11 ost une insure, 6crit noLaminent M. Chailloy-Bert, qu'on a lou6e ici ot lit critiqn6o, qui me somble h moi detestable : Cost cello qui a consists ;! envoyer m6nie par force aux colonies les va-abonds et les criminals de droit con-imun. )) (Chailley-Bert, Op. cit., p. 70.) Cependant ces m6mes auteurs vanLent volontiers
Poccasion le (( syst6nie des engao,6s)), et approuventles encouragemenLs donnds par F-Mat & I'dmigration do ces individuals qui acceptaient par advance de se mettre pendant trois ans, ou trente-six mois (d'ofj leur sobriquet de Trente-six-mois), au service d'un colon, moyennant les frais do leur passage et le versement d'une somme fixe & leur libdration. Or, il faudrait une bonne fois s'entendre sur ces engagds et le monde oij ils se recrutaient d'ordinaire. Sous le pr6texLe que des gens comme le chirurgien Esquemeling ou comme Raveneau de Lussan ont








ORIGINES DE LA GOWNISATION ET PRE511ERS COLONS 47

Alanquant du recul n6cessaire pourJuger de la polio
tique de, leur government, les represenLants de la
France 'a Saint-Domingue, au commencement du ZD
XVIII e ne le ciedent guZere ge'neralement, en leurs
doleances, aux plus farouches detradeurs de Law et de
Choiseul. Leur correspondence en fait f6i. Elle s'exhale
en continuelles lamenLations sur les envois qui leur


6t6 Lies cnuaa6s, on so repr6sonte volontiers ces gons-la comme des
nationaux tr6s lionorables, auxquels il no manquait quo la fortune pour r6aliscr leurs rAves do colonisation. En r6alitd, Esquemeling et Raveneau do Lussan no paraissent avoir 6W, Fun qu'un (( amateur )), Fautre qu'un fils do famille on qu6te d'aventures; cc qu'il dit do luim6me le prove assez (Ravoneau do Lussan, Op. cit., p. 1 ot suiv.). La plupart des engagds 6taient on offet au-dossous, tr6s au-dessous de ces deux types. (Cf., ci-apr6s, I'appr6ciation c[u'cn donne un gouverneur do Saint-Domingue.) Au vrai, beaucoup n'6taient pas autres quo ces vagabonds sur le sort desquels on s'apitoic et dont on condamne d'ordinaire sur un ton si indign6 la rel6gation, ot beaucoup ne devaient pas appartenir L une cat6goric social tr6s diff6ronte des homes racol6s pour Farm6o, puisqu'une ordonnance du Roi, du 47novembre 1706, constant quo (( la lov6o des engages est revenue difficile par les recruos qui so font on cc moment pour los armies. )) (Moreau do SaintWry, Lois et constitutions.... t. 11, p. 83-84.) Cf. dans Moreau do SaintAldry, Op, cit., t. 1, p. 220-921, un arr6t du Con-soil de la Martinique, du 16 f6vrier 167 1, qui condainne des vagabonds t server comme engag6s. D6s lors. tous les 6loges que Fon accord au syst6n.Ac des onga-ds peuvent aller au syst6me de p6uploment qui fut colui do J'ancien r6ghue et qui strait, m0nic de nos jours, j'osc lo dire, le weilleur & adopter au point do vue dos int6r6ts de nos colonies.... et do la m6tropole, si nous pr6tendions encore cr6er dos colonies de peuplement, cc 5, quoi nous avons renowned, fort sagernent du reste, dissent quelques-uns.
A condamnor le syst6mc do la transportation do force, il no faudralt pas exag6ror d'ailleurs, comme le fait Al. Pauliat. Cot auteur so declare
- it contre-cmur, dvidemment hostile h cc syst6me favor de la monarchie. (( 11 West pas besoin de dire, remarque-t-il, quels d6plorables colons ces malhoureux [les ricidivistes] devaient faire, lorsqu'on les avait envoys aux colonies et qu'ils 6taient remis en liberty apr6s cinq ans do gal6rcs. )) PourLant, ajoute-t-il, (( il est probable qu'ils 6tre la p6pini re ofi se recrut6rent ces homines de sac ot de corde auxquels on donna h cotte 6poque [vers 1661, si j'entends bien] le nom do boucaniers eL de filibusters et, qui, pendant pr6s do soixanto ans, v6curent on v6ritables forbans dans les Antilles. )) (Pauliat, Op. cit., p. 282.) C'est donner lb. aux boucaniers ot aux filibusters do SaintDomingue une bien peu glorieuse et bien r6conto ori-ine.







48 SAINT-DO31INGUE
sont faits de France. (( 11 ne vient du royaunie, 6crit 1'un d'eux, que des miserable sans chemise que la contagion tue ou accable ou bien (( des gens impropres les uns us6s de vieillesse et do d6bauche, les autres prisoners, les autres enfants 'a charge aux fanAles par la cralnLe que leurs nieeliantes inclinations ne les exponent au. supplies )). ( Ces couples., mande un autre, sont un ramas de garneiiients do routes les pi-ovinces, sans education eL sans reconnaissance do leurs devoirS2. )) (( Certes, renclieriL un ti-oisi6me, les colonies n'ont pas costume de, se peupler par gens de mceurs bien purees )), mais (( ici il ne so troupe que gens amasses de routes parts que le libertinago et quelquefois de mauvaises actions contraignent d'y releguer )). EL tous do conclude : il nous faudrait des artisans, de bons paysans do France, et on ne nous envole quo le rebut do la population, (( la Cour re-ardant cc pays coinine une d6charge des liberties du royatime... vaudroiL mieux y faire passer des -cns Whoi-ineur, afm de pouvoir corriger, par leurs examples eL leurs bones actions, les mallicurcuses dispositions de la plus grand parties de noLre jeunesse, porte'le naturelleii-iciA au libertinage plus qu'en tout autre pays du monde, tenant en cela, tant du clte paternal que du maternal, de leurs premiers parents fondateurs de la colonle I )). Mals si

1. Lettres de Du Casse du ler sepLembre 1698 et du 13 janvier 1699 (A. M. C., Corr. g6n., Saint-Dominnuo, C', vol. IV).
2. Lettre de M. Joseph Donon do GallifroL. lieutenant de roi au Cap, du 22 juillet 1699 (Ibid.).
3. M6moire de J.-J. Mithon, premier intendant do Saint-Domingue, du 6 janvier 1712 (Ibid., vol. IX).
4. Lettre de MM. do Sorel, gouverneur, et FranCois do Alontholon,






Te


Zo








Aj AD"























YUE DU PORT-DF-PA1X, L'un des plus ancient 6tablisseinents franc.ais A Saint-Domingue, d'apr s une gravure de Partenay dat6e de iOS-, (BibliotUque national, Cabitiet des ostan-ipes),








0111GINES DE LA COLONNATION EIT IIREAIIEIU COLONS I 19 certes it RaIL louablo. de souhaiLer des 6161'mciik de colonisaLion plus honorables, it eu^L eAer jusLe aussi de reconatRre que paysans eL ouvriers, (( gons (I'lionneLlf- eL (to verLu )), restailL indiff6renLs aux avanLages de Fe'migraLion les documenLs sont 1h pour to prouver la
politique du gouverneineiiL ULaiL cc qu'olle pouvait Ure, oL., avanL (to condamner sur cc poinL les proc61d"s do Fancien regime,, nous demons nous i-nodernes ne pas oublier que c'esL 'a des proce"des analogues que les An2
glais doivent aujourd'hui I'Australie .
Un soul, pout-Ure, parmi les preiniers gouverneurs de Saint-Domingue7 semble avoir entrevu les re'sultats que devait produire h la longue un syst me trop d6cri". Cc gouverneur kait, il est vrai, Du Casse. Sans doute, pas plus que les autres, A lie s'abstienL, 'a ses lieures, de plaints et do protesLations. (( UeA un hazard, 6crit-il on 1699, quand un engage'. projetLe un kablissement.
ZD ZD
Les gens qu'on nous envoie sont si rebates du travail de ]a terre et de la misbre qu'ils ont soufferLe, qu'ils prennent volontiers tout auLre parti par preArence. )) 11 demanded pourtant (( qu'on fouille les prisons et les h6pitaux, pour en extraire et lui envoyer les vagabonds et les pauvres gens qui s'y trouvenL it propose de
faire passer des Irlandais 'a Saint-Domingue, d'autoriser
les Juifs de Cura ao et de la JamaYque )) 'a venir s'y intendant, do Ldo-ane, 13 juilleL 1722 (A. Al. C., Corr. g6m., SaintDomin-ue, C", vol. Xx).
1. Cf. notamment la lettre de Du Casse du 10 mars 1700 (Ibid., vol. V),
- Uji m6moire du nAme, du 12 juillet 1692, constant qu un ouvrier gagne a Saint-Domingue un deu par jour (]bid., vol. 11). En 1721, un charpentier se paie 10 lives par jour.
2. Paul Leroy-Beaulleu, De la colonisatioz che.:; les peupiesmwderpgs,
9 5 6







50 SAINT-DOMINGUE
'tablir. Car, ajoute-t-il, (( les fles se formeront de cette maniere, par une suite de temps considerable; la succession de vin-t homes en e'tablira un, eL insensiblement elles deviendront florissantes' )). C'est bien, on effet, ce qui se r'alisa, et assez vite. Mals 11 faut avouer que, combine je, le. disais, la quantity des colons est tries disproportionne'e ii leur quality', et quo (.'est vraiment un singulier monde que celui qui, pendant la prorni re moitic' du xviiic slMe, se superpose peu 4 peu au nionde d h si strange des filibusters et des boucaniers. Un coup d'coil jet' sur ceLte society nous eii convaincra, et ce coup d'coil, il seraiL dommage assure'menL de nous en river.
(( De tous les besoins do la colonies, ki-A un gouverneur, il n'y on a point de plus pressant que d'e'tablir des prisons et des ge^liers )), car, tijoute-t-il, (( il faut ici tenir aux gens le coMeau roide 2 )). No voyons ]a aucune exa-6ration. Los ni ,nies chooses nous sont confirmees par d'autres. (( Tout le monde a Saint-Domingue, dit Al. de Galliffet, on 1701, court 'a ses propres affairs ou a ses plaisirs, pre'fe'rablement au service, et Fliabitude de ce proce'dl-1h esLant establie en riegle estime'e sijuste qu'on passerolt pour tyran si on entreprenoit de la changer en religion en discipline, on justice et en police, on De pout imaginer un pays plus licencieUX 3. L'on se doute d'abord que, me4ne transforni's en habi1. Lettres do Du Casse, des 15 november 1691, 30 mars 1694, 1- mars 1699 (A. Al. C., Corr. g6n., Saint-Domingue, C1, vol. 11, 111, IV).
2. Lettre de Du Casse, du 27 juin 16,98 (Ibid., vol. IV).
3. Lettre de M. Joseph de Galliffet, gouverneur int6rimaire de la colonies, du 15 mai 1701 (Ibid., vol. V). Galliffet mourut on 1706 (Charlevoix, Op. cit., t. IV, p. 208).







ORIGINS DE LA COLONISATION ET PREMIERS COLONS 51 tants, beaucoup de flibusLiers Wont repudle complRemenL ni Pesprit ni les moeurs de lour ancienne profession. Je le notais tout 'a I'lieure, ceftains no repugnant nullement 'a reprendre, 'a l'oecasion, leur premiere mani re de vivre, et cela forme une population amphiA
bie', c'est bien le cas de le dire, de mmurs extremement libres. 11 n'esL pas un habitant qui refuse une advance 'a un flibustior ou qui, du moins, no lui accord toute sa sympatbie. (< On ne sauroit crolre on effet, 6crit un --ouI zD
verneur, Yindulgence qu'on a ici pour les forbans. On les y regarded comme on regarded en France la jeunesse qui s'enr6le pour faire une champagne. Une parties des ancient habitants a fait ce metier. Tout le monde leur donne retraite et protection '. )) Quant aux boucaniers, s'i1s ont diminue' dans de plus notables proportions que les filibusters, ils subsistent encore en groups sole's vivant par bands dans les bois sous le nom. de gens des bois )), (( gargons chasseurs eL volontaires )), gens fort liberties., accoutum6s h la debauched et A vivre inde'pendants' )).
A ce fond de la population primitive viennent done, comme je le disais, s'adjoindre peu h peu les arrivants d'Europe. Or, 'a voir quels ils sont, on ne troupe pas force Pindignation. des ffouverneurs 'a lour endroit. Ce ZD

1. Le mot est de Burney, History of the buccaneers of America, p. 40. 2. Lettre de M. de Galliffet, du 15 niai 1701 (A. M. C., Corr. g6n.. Saint-Domingue, C', vol. V).
3. M6moire do M. de Gabaret, clief d'escadre du Roi, du 4juin 1671 (Ibid., vol. 1). Cf. : Lettre de M. de Cussy, du 3 inal 1688 (Ibid.) -, letter de M. de Charritte, lieutenant de roi au Cap, du 22 d6cembre 1711 (Ibid., vol. IX). En 1736, il so troupe encore de ces (( gens des bois Qu chassours )) dans le quarter du Cap (Lettre du marquis de Fayet, du 12 juin 1736. Ibid., vol. XL111).






52 SAINT-DOMINGUE
sont d'abord los (( en-ag's )), c'est-'-dire cos mis'rabjes dont cheque navire on parLance se charge et qui, n'ayant pas les moyens de payer lour passage, acceptent par advance d'etre a leur arrive'e, vendus on quelque sorte pour trois ans h dos habitants qui les traitent aussi durement que leurs oselaves et no leur remettent, lour temps fini, qu'une indemnity derisoire, (( gens qu'on prond sous les lialles, fain6ans qui s'abandonnent au moindre mal et quo L or de (( r'galeur
c'est-h-dire de vagabond, tente beaucoup plus que le
2
travail de la terre On pourraiL esp'rer mieux d'une autre cat6gorie d''migrants : les protestants. Mais il parait n'en Ure venu que bien peu h Saint-Domingue. En 16S7 seulement, j'en vois debarquer 58 3. Et sait-on on quelled companies ils arrivent ? En companies, de 18 for ,ats condamnes 'a vie, de 12 qui Wont pas fini leur temps ot de 20 faux-sauniers. Ce sont 1h, du reste, ordinaires envois. En 1686, Al. de Cussy, pregnant livraison de 450 gal6riens Yen aurois eu 300, e'crit-il,
que jo les aurois places; ce sont des gens indusLrieux et les habitats sont fort contents d'eUX4. )) Ce qui, soiL dit en passant, jette un jour assez singulier sur une population susceptible de se contender d'un tel cadeau!
1. Lettre de Du Casse, du 10 november 4693 (Ibid., vol. 11).
2. (( Entre la baie de Saint-Alarc et les montages, derit M. de Cussy, vivent 160 chasseurs, qui fon L subsisted la plus grande parties des habitants du Cul-de-sac... Mais, parmi eux, il y a des jeunes gens sorts d'engagement appeals r6galleiirs ou fd nians, lesquels, aussit6t qu'ils ont gagn6 une arme, se inettent parmi les chasseurs, sur la chasse desquels ils s'attendent pour vivre, sans s'ingerer d'en aller chercher euxm6mes. )) Lettre de Al. de Cussy, du 3 mai 1688 (Aid., vol. 1).
3. Ibid.
4. Lettre do M. de Cussy, du 13 aoiit 1686 (Ibicj., yol. 1). Cf. ja lettre du T48i4o, du 13 aQAt 1689 (16id,, vol. 11),






0RIGINES DE LA COLONISATION ET PREMIERS COLONS IKI
Un lionneRe homme est d'ailleurs expose", it SaintDoniin ue a bien des pi Z I oniiscuit's de ce wenre, sans inerne s'en outer quelquefois. Voici, par exeinple, un galerien evadc' dont on ne decouvre la veritable qualiL6 que longtemps prices son. kablissement, eL qui esL devenu Wailleurs un citoyen si lionorable eL si riche qu'il peut acheter sa gralce 10,000 olives, (( lesquelles ,10,000 lives, inane le gouverneur, seronL employees 'a basLir des prisons au Cul-de-sac' )). On ne pouvait donner 'a ces fonds une meilleure affectation. Un autre, condamne A inort par conLumace eL execute' par effigies, acquierL dans I'lle, ou' 11 s'est refuge, un joll bien, et ineurL possesseur de vingt-deux n gres, sans avoir jamais Re inquie'ta' '. Le gouvernen-ient ferme d'ailleurs les yeux aussi blen que les habitants, et, pour e'viter des poursuiLes, il suffit 'a un autre criminal de changer zD
de nom; (( bien qu'll soit connu de tout le monde dans son quarLier )), il est suffisainment protege par ceLLe. simple modification d'e'Lat civil'. Qu'on joigne 'a ces e ranges colons lesjeunes gens que leurs families exper;D ZD
dient 'a Saint-Domingue, n'en sachant plus que faire,

1. (( Le sicur Louis Ladvocat avoit W condamild, il y a plus de vingt ails, aux gal6res-par arrOt du Conseil sup6rieur de Saint-Christophe, du 03 janvier 4699. 11 trouva le secret do s'khappew des prisons et se rendit ii Saint-Domingue, oil it est bien dtabli ; il y a femme ot enfans et y vit assez paisibleniont au. quarter de Jacmel. Comme pc, de personnel 6toient informdes de cette condemnation, on Fa laiss6 tranquille; aujourd'hui on pourroit lui donner sa grAcc L la condition qu'il donne 10 000 lives pour bAtir des prisons au Cul-de-sac. )) (N. m. C., Corr. g6n., Saint-Domingue, 2a s6ric carton V, letter de MM. de Ch Leaumorand ot Mithon du Jar aofit 1719.)
2. Leftre de M. Gaspard-Cliarles do Gouss6, chevalier de la Rochalar, gouverneur, du 25 aofit 1730 (Aid., vol. XXXII).
3. Lettre de M. Mallard, intendant. du Petit-Goave, aoAt 1744 (Ibidvol. LXV).






54 SAINT-DO31INGUE
comme cc Al. de Bragelonne envoy par ses parents
qui ne devrolent jamais le rappeler, n'y ayant pas un pays au monde de st meehant. exeniple' )), ou comme cc M. Le Roy de Valleroy qui, venu 'a Saint-Domingue en 1710, est successivement niapn, carpenter, pre'cepteur, 6conome, titulaire d'une (( bandolliere )) de marechaussee, se fait voiturier et colporteur, tient les competes d'un cabaretier et finit par s'engager, pour deserter en 172 8 2 qu'on rapproche de ces mauvais sujets quelques maris indignes ou mallieureux : tel cot Alexandre Charles, (( valet de charrue, condamne aux. Iles )) et diri--e sur Saint-Domingue, pour avoir espouse 4 Bruxelles Marie-Adrienne-Frane.oise d'Authies, noble fille, mais (( peu favorise'e de la nature of, do la fortune, n'ayant quo 250 livres de revenue, et qui, Agee alors de trente ans et sans aucun -ou't pour le co'llbat, avoit
le (lit Charles h certaines familiarity's qui furent suivies d'une f6condite ou tel encore cc Pierre Cottin, de Du-ny, que son epouso, sa famille et les habiLans de sa parolsse supplIent Al. de Sartine d'exp'dier sur les colonies, de BicUre, (( o' ses de"bauches et ses violences Font fait enfernier' )) ; qu'on y ajoute les soldats libe'r's ou deserters qui presque tous se font (( chasseurs )) et qui sont nonibreux, 'a en juger au moins par les continues envois fats par les gouverneurs h la Cour de procedures de desertion; quIon mette en ligne de compete, enfin, les niegres libres eL tes mula'Lres,

1. Lettre do Du Casso, du 12 juillot 1692 (Bid., vol. IT).
2. Lettre do M. Duclos, intenclant, avril 1728 (Ibid., vol. XXVITI).
3. A. Al. C., Personnel, s6rio E, doss. CHARLES, C'6.
4. ]bid., doss. COTTINT, C".






0111GINES DE LA GOLONISATION ET P1110111"US COLONS 55
qui sonL encore, krit tin (rouverneur decoura-'e cc quo nous avons ici do moillour ot Fon ne taxera pas d'exa-'rahon, je pense, les constatahons do Al. de, Brach, lieutenant do roi A Uocrane qui OcrivalL on 1700
0
n'y a aucun honinic dans cato colonic qui no so croic plus quo nous officers du Roy, quolqu'ils no soienL pour la plupart quo des en;-ag(' s, banquoroutiers ou gens do sac cL do corde, gale'rions qui so sont sauv6s ici ou y onL esLe envoys, gens sans honneur et sans
ver LU 2. ))
En fait, Fesprit ot les course de coLte population sont cc qu'on pout supposed, exeerables.
L'esprit, d'abord, et il fauL tout le saDff-froid des gouverneurs pour pre'venir de continues soulevements.
Cetto colonic, niande Du Casse,, Wayant este forme'e que selon le caprice do cheque parLiculler, elle a subsiste' dans le de'sordre,. )) Los habitants do Uo-ane sont complietement indiscipline's, ceux du Cap (( sont des brigands qui no reconnoissent ni Fautoriter ni la ralson,'- )). En un mot, Finsolence et la mutinerle sont partout. La liberate' du commerce et la suppression des Companies sont bien les prertextes iDvoque's lors, des revoltes de 1670 et de 1723, mais IA-dessous couve autre chose. En 1670 de'jh. d' (( trancess discourse )) circulent dans I'le sur Foppression o' sont re'duits les habitants

ottre do M. do Fayot, gouverneur du 13 d6cembre 1736 (Ibid., Vol. XL111).
2 Lettre de M. de Brach, lieutenant do roi h Uogane, aoAt 1700 (Ibid., Vol.
3. Rapport do Du Casse, de 4692 (Ibid., Vol. 11).
4. Rapport de Du Casse, du 15 mai 1691 (Ibid.).
5. L'esprit des nouveaux colons est, du resto,. aussi mauvais quo celui






56 SAINT-DOMINGUE
(( Ce n'est plus seuleinent conlre la Compagnie qu'en ont ces peoples, e'crit, d'autre part, AT. de Sorel, en 1723, c'est centre Fautorite' du Roy ; ils doniandent 1'exempLion de tous droits, le commerce overt avec routes les nations, et une liberate republican '. )) En 1693, ann'e de la plus -rande clierte du pain it Paris,- un certain Le Febvre (( disoiL dans une auberge de la capiLale que, s'il avoit seuloinent cinquante honimes capable do re'volution eon-ime lui, il feroiL blon donner du pain au people )). Cc Le Febvrc, maintonant citoyon de SaintDomingue, esL Fun des prineipaux moneurs du d6sordre, oLl'on peutjuger des auh-es par celui-lit'.
Avec do Lelles dis-positions, on to coinpron(], Lout esL pretext 'a insurrection. E, n premier lieu, done, les rogleiiients cornmei-ciaux. EL s'll faut avouer que sur ce point le proLechonnisme 'LroiL du gouverneinci-iL dwine quolque 6'-*tii-niLe' au m'contentement des colons 11 fauL recon Z)
al aussi Fincroyable m6pris do toute autorite' avec, loquel ceux-ci pretendent imposer lours revendications, ne reculant ni deviant le, ineurLre ni deviant Fincendie pour les fare trioniphor'.
Autre suJet eonstanL de re'volte : I"tablissement ot le

des ancient. Dans son w6inoire de sepLembie i0l : (( Les deniers aiTiv6s, rapport 0-cron, ont diL que la r6volLe n'auroit pas OW vaincue., s'ils avoient 6L6 Ik. 3) (Af6moire d'Weron, de september 1671, envoy ii Colbert par Renou, major du -ouvernement de la Tortue, ]bid., vol. 1.)
1. Lettre de AIAT. de Sorel. gouverneur, et de Montholon, intendant, (lu 20 mai 1723 (Ibid., vol. XXI).
2. Lettre des m6mes, du 20 i-nars (Ibid.).
3. Voir Phistoire des r6voltes de 1670 et de 17233, dans Charlevoix, Op. cit., t. 111, p. 112 et suiv. : t. IV, p. 22)1 et suiv. ; et un curieux r6cit de celle de 1723 dans [P.-J.-B. Niougaret], Voyages intdressans dans diff6rentes colonies, 1788, in-8-. p. 185-200.






ORIGINE'S DE' 1A COLONINATION PREMIERS COLONS 57 paioirionL dos inipo'Ls. Los deux councils sup'rieurs do Uo-ane cL du Cap pi-64ondenL avoir la 11herLe do consonLir l'iinpo'L coninic representank dos habitants (( auxquels cc privili ge a ko' donn6, on consid6raLion de hL
Oto que lours pires ont faite do I'lle par leurs pi-opres arnics Cot impOL n'ULanL (lu'une sorto do don
graLuit, cliactine des seances des consells oh A s'a,,-iL do le fixer osL marquee par des s6enos tumultuouses, cL s'aeUve genoralemenL dans un concert Xii jures aLroces a Fadresso Ju gouvernetir ot do FinLendanL. EL le, pouvoir doiL bien souvenL s:incliner, car h la moindre volMIL6 do re'sisLance, la canaille, dont est abondaini-nont pourvu le pays, fait cause commune avec les councils., organise, de bruyanLes protestations, afficlic partouL des placards, aineule les liabiLants le dimanche. Que "ouvernours a intendants LionnenL bon, il esL (Faillours un auLre genre de protestation, c'esL do ne pas payer, et la chose esL si courant qu'h peine songe-t-on 'a sen 6tonner. (( L'usage est qu'on fasse publication, h la LU'Le des milices., lors des revues, 4 tous les habitants d'avoir a payer, dans trois i-nois du jour de cotte publication, leurs drolts aux recoveurs '. )) Mais c'est 14 advertisement dont les naffs souls tiennent compLe, chaeun payant quand 11 vetit et payant si mal, qu'en 1733, 11 est da
1.00.000 lives Xarri6r6 aux caisses publiques
A-vec aussi peu d'empressement la population s'ac1. Lettro de MM. do Sorel, governor, et Mithon, intendant, du janvier 1720 (A. M. C., Corr. g6n., Saint-Donlingue, C', vol. XV11).
2. LeUro de Charles Brunier, seigneur de Larnage, capitaine des vaisseaux du Roi, -ouverneur, ot do Simon-Pierre.Maillart, intendant. du 15 mars 1742 (Ibid., vol. LXI).
3. LoUre de )TL de Fayet. flu 24 noN,-cml)re 1733 (Ibid., vol. XXXV11).






58 SAINT-DOMINGUE
quite d'un autre devoir : le devoir militaire. Cola respond a un trait caracte'ristique de cette, population, son manque d'esprit guerrier et paLriotique. Sur cc point,
-ouverneurs et intendants ne tarissenL pas. Tous consLatent (( le peu do golk quo Fon a pour la guerre dans ]a colonic )),, eLcoinbien SaML-Doiningue diGro, ifi cc point
n
do vue, des iles du Vent'; cola de tr s bonne heure.
La --arde ordinaire de la milice ('crit d s 1702 Al. de Galliffel, est insupportable aux habitats qui, pour s'-v soush-aire, eiiii-i-ent dans les quarters 6carte's'. Ces sentiments so tradulsent dans FaUiLudo des millciens. (( De tous les petiples qui sont au inonde, mande Du Casse h son frouvernement ceux qui component cette colonic sont les plus mal disciplines. Je les ai vus sous les marines comnie dans une foire, n'ayant pas le moindre principle do discipline, tous nuds pieds, sans espees eL des fusils inal on ordre... Je ne me flatten pas de leur inspirer de ]a vertu ni de Phonneur 11 en est peu qui le cognoissent' )). Cinquante ans apres, les chooses D'ont pas beaucoup change, Di la discipline faiL do grand progress, puisqu'h la revue des inilices du quarter des Vases, Al. Binau, aide-major do Le'o-ane,
faisant FinstrucLion Un milicien, 6 Milon, ne,
craint pas de sortir des rangs, on criant A bas Binau
oi les gardens Faisons Al. Nodet notre capitaine

1. Voir notamment les letLres de M. de Larnage, des 8 aofit, 30 juin, 31 octobre 1744 (Ibid., Vol. LX1Y) et 15 mars 4746 (Ibid., Vol. LXIX).
11. LeLtre de TAM. de Galliffet, de Uogane, 22 november 1702 (Ibid., Vol. vl).
3. Rapport de Du Casse, du 15 november 1691 (Ibid., Vol. 11).
4. Lettre de MAL de Larnage et Maillart, du 12 juin 1741 (Ibid., Vol. LIV).






ORIGINS DE LA COLONISATION EA' PREMIERS COLONS, 59
Qu'atLen(lre, du resLe (to gens qui, 'a cheque insLanL, colliparenL le sorL d ]a forLune des colonies an-loises auxquelles la "Llorre n'apporLe pas la nioindre alLe'raLion par le nwyen des nombreuses eseadres qui sol-IL pernianenLes, avee FaneraiaissemenL Lotal des ours, oL la destrudion prosque enLloro de notre commerce qui,
a I'approclie des plus petiLs cannot, ainis ou onnenus, ne cherehonL (lu'h saver leurs nogres eL leur baggage Z) Z:)
dans les bois, sans slembarrasser de la garde du pays, qu-'ils abandonment 'a la discretion de la plus falble troupe qui so prosenLe2 qui laisserolCDL faire les
Anglois, si ceux-ei leur proniettoienL de ne pas trouble
pri r rS 3 )).
leurs pro etc Les flibushers eux-m mes, qu'on
est*merait avoir d^ kre animes Fori-ine au moins, do sentiments plus nobles, ne semblent pas so dishnguer Z)
beaucoup des autres. (( S1 mhne IN avoienL connolssance ecrit Du Casse, que la colonies deusL esti quee, ils ne rentreroieDt pas pour cela... eL sans le mal qu'ils font aux ennemis, 11 seroit tres avantageux qu'il n'y on aiL aucun dans ceste colonies )) Car, il no fauL pas s'y trooper, c-est (( lour soul libertinage qui les

1. Lettre de M. do Larnage, du Petit-Goave, du 28 octobre 1741 (Ibid., vol. LXIV).
2. Lettre de M. Louis-Marin BuLtet, major L Saint-Louis, du 13 avril 1747 (Ibid., vol. LXXI).
3. Lettre do M. Maillart, intendant, du Fort-Royal, 13 mai 1748 (Ibid., vol. LXXIII). (( La malice bourngeoise, derit vers la m6me date Ill. Dubourg, juge h L6ogane, ne doit point estre mise en ligne de compete bien important pour la defense des forts et batteries, pas iyic me pour cello 'd'un autre career quo le leur. Ancor, je ne sCay, Monseigneur, comme ils s'en tireroient si Pattaque estoiL opiniastre. 11 y a quelques braves gens parmi eux, mais le nombre on est si petit qu'il ne vaut pas la peyne d'en parlor. )) (Lettre do M. Dubourg h M. de Conflans, gouverneur, 28 mai 1748. Ibid., vol LXXIII.)
4. LoUre do Du Casse, du 10 november 1693 (Ibid., vol. 11).






60 SAINT-DOMINGUE
OUide et les attire partout ou' ils trouvent du vin et des Z)
femnies' Les filibusters ne sont plus filibusters,
mais pirates 6cumeurs de mer 2. )) En sorte que, pour obtenir d'eux un service quelconque, on doit bient6t les payer. Une ordonnance de AIM. de Choiseul et Alithon, du 9 soptembre 1709, prompt 600 piastres, une fois donnees, ou 150 lives de rente viag'ere aux boucaniers ou filibusters )) qui combattront pour la France', ot cetto perspective, de pouvoir se dire un jour filibuster en ret-rai[e ou boucanier ponsionner ayant paru probablernent trop lointaine (A al6aLoire 4 nos bommes, I'MLondant Alaillart, en 1717, le temps ayant march, propose de leur accorded des advantages plus ininierdiats.
Z:)
On n'obhondra rien d'eux, kriL-il, si l'on ne consent (( it payer tous les six Jours 6 livres, faisant une piastre h chaque flibusher, fi-6re do la coste, et auLres gens do mer, par fori-ne de pret et advance pour leur solde; 'a lour faire distribute la ration on paiii frais ou biscuit, viande fraiche ou viande sal6e, poison ou lerguines; h donner nieme ration aux capitaines de filibusters, et en outre 3 escalins, faisant 4,5 sols, par jour de solde )). Quand on voit la triste deeadence 'a laquelle sont re"duits coux dont les glorieux predecesseurs avaient fond' la
Z:)
colonic, on peut ais6ment se figurer quelled csL la valour guerriLre du reste. de la population!
A Yesprit public civique ou mifitaire de cetie

1. Du m6me, du 2 f6vrier 4697 (Ibid., vol. 111). I.. Du m6me, du 19 mars 1700 (Ibid., vol. V).
3. Ordonnance (In conite do Gboiseul-Beaupr6 et do m. Mithon, du
9 september 1709 (Moreau de Saint-Wry, Lois.... t. 11, p. 166-167).
-1. )16moire de 1. maillart, intendant, 177*7 (N. M. a., Corr. g6n., SainL-Domln.guo, C1, vol. LXX).







0111GINES DE LA COLONISATION ET PREIIIEIIS COLONS 61
population respondent, des sentiments (A des uw.mrs tout
I
fait 'a Funisson. Ces ,ens-lh n onL qu'une Wo : faire fortune, ot faire fortune au plus vite. (( La pluparL des
r It I'InLendant Saint-Aubin
liabiLanis ecr I en 1731i, ne
son-ent qu'a' travailler 'a acqu6rir du revenue pour so rotirer onsuiLe on France Les privileges et les distindions 7 ecrit do i-neme un pou plus Lard lo gouverneur, M. do Larna(ye no sonL point FaUrait de nos colons; ils Wen sont point susceptibles, Westant reveille's que par lour inte'ret... Chacun ne pense qu'h garner, ZD
2
ffj[-ce et surtout au detriment du vision En fait, Fon est etonneS des fortunes qui edifient en moins de deux generations. En 1701, (( il y a dans File trente-cinq sucreries roulantes, vingt autres pre0tes h roller dans trois mois, et quatre-vingt-dix de commene6es 1 )). En 175-2. on compLe trois cent six sucreries daDs le ressoft du counsel sup'riour du Cap et deux cent trente-trois dans celui du counsel du Port-au-Prince- Or, en 1699, une sucrerie moyenne rapport dejh plus de 10.000 6cus par an 5, et de ce fait la valour de la propriefte' augmented dans de tells proportions que, comme Fe'crit Al. de Gall. Lettre de Al. Jacques-Pierre Tesson de Saint-Aubin, commissaire de la Marine, ordonnateur en chef, intendant int6rimaire, du PetitGoave, 27 juin 1731 (Ibid., vol. XXXIII).
2. Lettre de M. de Larnage, de Mogane, 6 november 1740 (Ibid., vol. Lll). (( lei Fon ne rougit de rien except de no pas garner do l'argent, n'importe it quel prix )), 6crit bien plus tard, le 26 d6cembre 1764, Al. d'Estaing (A. M. C., Corr. g6n., Saint-Domingue, 2e s6rie, cart. XVI).
3. Lettre de M. de Galliffet, du 24 september 1701 (Ibid., vol. V).
4. Mdmoire de MM. Dubois de La Motte, gouverneur, et J.-B. Laporte de Lalanne, intendant, du Port-au-Prince, 2 novernbre 1752 (Ibid., Vol. XG).
5. Lettre do Al. dp, Galliffet, du 27 0 cembre 1699 (Ibid., Vol. IV).







62 SAINT-DOMINGUE

liffet., en octobre 1700, (( on refuse presentment
2.000 e'cus d'une habitation qui a eLe achetere, it y a dixhuit mois, 70 e"cus, et bien (lu'on n'y ait fait aucun travail '. )) 4 0.000 lcus, c'est d'ailleurs ce que d6pensent
annuellement nombre d'babitantS2 Aussi les gouverneurs ne tarissent-ils pas sur ]a richesse et Fopulence
des colons. Dbs 1730, its nous de'peignont la larce existonce que mbnent stir tours liabitations les proprietaires,
(( qui vivent si aisemenL (lu'ils peuvent nourrir du
superflu de lour table et du reste du bouillon do lour pot))
des parasites sans nombre, dont le tolt abrite sans distinction Lous ceux qui viennent y demander Yhospitalite ',
dont les femmes, habillees do taffetas et d'e'toffes de prix,
excitement Fenvie et la cupidit' de coux qui arrivent'.


1. Du in nae, 10 octobre 1700 (Ibid., vol. V).
2. (( 11 y a des subalterns et des habitats h LOogane qui no d6pensent pas moins de 10.000 6cus par an. )) (Lettre de Al. de ChAtcaui-norand, gouverneur du Cap, 15janvier 1717. Ibid., vol. X111.)
3. Critiquant 1'6tablissement proje.tO d'une mason do charity b, Ldogane, (( cola ne feroit. 6crit Fintendant Saint-Aubin, qu'augmenter le nombre des paresseux et ne pourroit quo diininuer la charit6l des habitans. L'expdrience prove quil n'y a pas un pauvre dans cette colonic, qui ne troupe une retraite dans le besoin, ct surtout lorsqu'il se pr6sente malady chez un habitant. Nous en avons m6me plusieurs qui ont assez de charity pour rechercher les nialades, ot clui on reticent plusiours dans leurs habitations. Ces endroits sont connus des 1 auvres gens. Et enfin il n'y a point d'habitant, m6mc ceux- qui envisagent Foinbarras quo causent los nialades, qui Wen prone un chez lui lorsque Foccasion so prOsente, ct cola avee d'autant plus do plaisir quo cc n est pas une d6pense pour lui, et particuli6rement ceux de la plane de Uogane qui vivent si largement.... )) (Lettre do Saint-Aubin, du
zD 0
Petit-Goave, 27 juin 1731. Ibid., vol. XXXI 11.) J'ai voulu. citer cette letter, parce qu'elle confirmed le fait que j'avance, et parce que, aussi, elle fait ressortir un trait honorable de cette population si singuli6re par d'autres c6t6s.
4. Un des grand griefs des habitants centre les directeurs de la Compa Fnie des Indes fut cc propose qWon rapport d'eux, que (( Yon voyoit a Saint-Dorningue bion des femmes v6tues de soie et de taffetas quidans peu, seroient fort houreuses d'avoir de la toile do halle pour






OTIMINE'; DE LA COLONISATION HT PAEMIERS COLONS 63
Dans leur premiere origin expose un memoir date' de 1748 sur Fetat present du quarter du Cap, les habitants do cc quarter estoient des adventurers endurcis 'a routes sorts de traN-all; its ne savoient cc quo c'eLoit (to marcher chausse's. et its alloient sans peine affronter to solely dans sa plus grande ardeur et sans se soucier z:1
des suites fAcheuses qu'on on oprouve on ces clunats, parce (lu'ils y etoient falLs Ct LOLjours exposes. Mais presentment quo la paix, par la s^i-ete' de la naNi-ahon
attire' to commerce h Saint-Doiningue plus que jamais, a fait inonter les denreres h un prix exorbitant et a fait auLant de fortunes dans le pays qu'il y a d'habitants, leurs course et leur inani'.ro do vivre ont bien change. Au lieu d'un inorceau. de coclion marrow et de bananas dont its se regaloient, prices avoir eu la peine do les aller cliercher dans le bois, on ne voit sur leurs tables que des reliefs de gibier et des syme'tries observeles, les meilleurs vins de Bourgogne et de Champagne ne sonL Z:) n
point trop chers pour eux, et quelque prix qu'ils vaillent, it leur en fauL; its n'oseroient sorLir do chez eux que sur le deelin du jour pour 'viter la clialeur, et encore dans une chaise ou bons carrosses 'a resorts bien giants'. ))
Ces carrosses surLout deviennent do trbs bonne lieure un signe 6clatant de fortune. (( Je pourrois faire lei,
r
ecrit le P. Labat, un long de'nombrement de ceux qui r F
eLant -renus engages ou valets de boucaniers sont 'a pret n

se couvrir. )) (Lettre de MM. d'Arquyan et Duclos, du Cap, 21 novembre 1722. Ibid., vol. XX.)
1. M6moire sur r6tat present du Cap, 1718 (Arch. du min. des Col., Corr. g6n., Saint-Domingue, 2e s6rie, cart. IV).






611, SAINT-DOMINGUE
sent de sl gros seigneurs qu'h peine peuvent-ils se resource do faire un pas sans Ure dans un carrosse a
I _A -oit do la
six chevaux. Alais peuL Utre quo cela leur fei peine et je n'aime pas Wen faire h personnel. D'ailleurs its sonL louables d'avoir su se tirer de la mis'ere et d'avoir amass6 du bien., et ce qu'on leur doiL souhaiter, c'est qu'ils on assent un bon usage pour Fautre vie... Quoi qtt'il en soit, it v avoit (Res le temps que j'eLois 'a Uogane (1701) 'Lin nombre considerable do carrosses et de chaises, eL jo lie douto pas que le nombre Won soiL fort augmented depLiis mon depart. It n'y avoit presque plus que do petits habitants qui allassent 'a cheNal ; pour peu qu'on fut -4 son aise, on allot on cliaise..., et je ne pouvois n-i'empe-.cher (to rire quand je vovois le marguillier de la paroisse de FEsLer dans son carrosse, qui sembloit no pouvoir se server do ses pleds depuis qu'il avoit Upouse une veuve. riche, lui qui, trois ans auparavant, 6toit tonnelier dans un vaisseau marchand de Nantes' )).
Comment se cr6ent si rapides fortunes? Lh-dessus oouverneurs et intendants garden 'a bon droit un enter scepticisme. (( On ne connalt guere, ecrivent-ils, la
2
source d'un bon nombre La pluparL sont sans doute des fortunes affricoles et beaucoup sont dues au travail acharne des premiers colons. Mals comblen Wautres dont 11 ne faudrait pas trop approfondir Forio-ine Cela achieve de peindro le singulier kat d'esprit de la colonies. Tel ou tel -ros babitant West pas moins consideW,, bien
n

L Labat, Nouveau voyage aux Iles, 1742, t. V11, p. 195-196, 205.
2. Lettre de 11. maillart, iptendant, du Petit-Goave, 16 moA 17J4 (Ibid., vol. LXV).






ORIGINS DE LA COLONISATION ET rREMIERS COLONS 65
qu'll soiL 'a pou pres (to notorieLo publique que le point do depart do son rapid enrichissement est la fraud de quelque carpenter qui a volontairemenL ferme les yeux sur la validity' d'un titre de concession '. D'autres dolvenL leur aisance h pire : comme, ce SainL-Martin I'Arada., Fun des plus gros habitants du quarLier de FArLibonite, posse'dant plus de deux cents niegres, auquel son maria-e avec uno n6gresse, proprieLaire d'une trenlaine d'esclaves, a soul perms de parvenir 'a la situation qu'il OCCUpe2; ou comme ce Gaseard-Dumesny'. (jul, epousant une n6gresse de soixante-douze ans,
veuve d'un certain Baptiste Amat, sequel avoiL laisse' 'a sa negresse un bien do I million )), deviant, do garpn chirurgien qu'll (Atait, un notable colon'. Mais ceux dont Fele'vation appara^L la plus impudence et dont Fespiece se multiple dans I'le sont les procurers aux vacancies successorales, exeeuteurs testamentaires et fondue's de procuration des he'ritiers de France. Sans que ses agissements semblent soulever aucune protestation parmi les habitants., le sieur Mignot, procurer aux vacancies a Saint-Marc depuis 1723 jusqu'en 1738, n'a encore rendu en 1742 aucun compete (( Quant aux exe'cuteurs testamentaires ecrit Fintendant Maillart a cette meme

I. (( Les concessions, 6crit M. d'Arquyan, gouverneur, ont de tout temps W mal donn6es, mal expliqudes, mal (161imit6es.... C'est ce qui cause les troubles et les proc6s. )) (Lettre de M. d'Arquyan, du 22 mai 1711. Ibid., vol. IX).
2. Lettre de Mill. de Larnage et Maillart, de Ldogane, 28 mars 1741 (Ibid., vol. LIV).
3. Lettre do M. Le Normand de Mdzy, ordonnateur au Cap et subd616gud do Fintendant, 16 janvier 1742 (Ibid., vol. LX). 4- Lettre, de M. Maillart, intendant, Petit-Goave, 26 avril 1742 (Ibid., vol. LVI).
5






66 SAINT-DOMINGUE
date de 1712, ils jouissenL tranquillenient du bien des defunts qui leur avoient donne' leur confidence, pour la disposition du bien qu'lls laissoient, la plupart Wayant in me pas e'criL aux lieritiers de France ni satisfait aux legs port's par les testaments, se contestant de payer les creanciers sur les lieux; et 4 Pe'gard des he"ritiers qui ont ke' instructs de leurs successions, ils Wont pu tirer encore aucun compete de ces exe'cuteurs sur diff6renLs mauvais pretextss. 11 en esL de im"Ime de ceux qui sonL charges des procurations des he'ritiers de France et qui, apres avoir touche' tout ou parties des sommes..., Wen sont pas plus fiMes (h en remettre le, produit... Une succession de plus de 500.000 lives, dont avoieDt ke' charges deux porLeurs de procurations, a e'te' ainsi enti'rement dissipee par eux, et si bien qu'ils sont morts Lous les deux insolvables. Dans un article du compete qu'on les avoiL enfin force'soh rendre, ils disorient avoir employe' pour 22.000 lives d'herbes. pour leurs chevaux dans les voyages qu'ils pretextoient avoir fait 'a L'o-ane 2. )) 11 esL courant d'ailleurs, de voir des (( fermiers et des de'biLeurs de successions )) achetant cyntquenient des babitaLions avee les revenues de ces successions". Et rapportanL ce trait d'un (( o'conome )) qui, son maitre et sa inaftresse e"LanL morts, passe en France et ach'ete 20.000 lives aux he'riLiers une succession qui

1. Un nomm6 Perisse, institu6 16-ataire'universel d'un certain Cocard, dans le quarter Saint-.Marc, au bout do six ans na encore ni pr6venu la famille du d6funt ni pay6 aucune charge de la succession. (Leftre do M. Maillart, du Petit-Goave, 16 mai 1744. ]bid., vol. LXV.)
2. Lettre de M. Maillart, intendant, du 26 avril 1742 (Ibid., vol. LVI).
Lettre de J.-B. Laporte do Lalanne, intendant, du 25 niai 1751 (Ibid., vol. LXXXV).







ORIGINS DE (A CO1,0N1SA'r1ON ET PREMIEnS COLONS 67 on vaut200.000, ((COS cl loses, joutel'Intendant Lalanne, so renouvellent lcl fr(""(11.10111111011P )).
Sur la (( bonne gestion )) des fortunes, les ide'es, on le con ,oit, soiA aussi largest que sur leur acquisition. La contrebande est, entre autres, la moindre des peccadilles que se porniottotit les plus notables habitants, contrebando do leurs products ou contrebande des niegres. Es s'en excuseraient, s'il on ULait besoln, sur los mille entraves mises au commerce par le r6gime (to protection et do privilege du gouvernomenL; mais combine daignent le faire! Et lorsqu'll s'agiL non plus simpleinent de contrebande, mais do frauds sur les vents, les colons so justifient volontiers on accusant les ne'90ciants de lour en donner les premiers 1'exemple. Toute source do profits paraft bonne 'a presque tous On voit, ecrit Al. de FayeL, governor en 1735, on voit de gros habitants acheter en fraud des ne-res aux An-lais, les revendre 'a terme avec 100 p. 100 de benefice aux petits habitants. Si le n ,-re pe'rit, ils poursuivent ces petits habitants qui, ne pouvantpayer, abandonnentleur terre 2. Un autre abus, centre sequel luttent vainement gouverneurs et intendants, est la. vente 'a mason ouverte, par les proprietaires, d'eau-de-vie de canne, guildive ou tafia, habitude qui est la source de continues de'sordres '.
L'extraordinaire absence de tout scruple et de toute Pne enters qui quo ce Solt, trait caracteristique de
1. Lettre du mAme, du 28 juillet 1752 (Nd., vol. XCI).
2. Lettre de Al. de Fayet, du PeLR-Goave, 2 avril 1735 (Ibid., vol XLI).
3. Voir notamment ]a letter de M. de Paty, lieutenant de roi, de Uo gane, 11 september 1700 (Ibid., vol. V), et celle de M. de Galliffet, du Cap, 20 mars 1701 (Ibid.).






68 SAINT-DOMINGUE
cette population, laisse facilement supposed les mille diff6rends qui suroissentjournelleinent entre ses membres. Ell fait, il est peu do pays d'un plus mauvais esprit et plus processif. Neuf fois sur dix, ce sont des questions d'argent qui divisent les habitants; car, chose curieuse, en ce pays oil existence nous apparaft si facile, la question d'argent semble plus irritate que partout ailleurs. C'est que, tout en vivant largement, ces colons souffrent d'un mal cruel et singutier : le manque Wargent. (( La plupart des liabitans, krit Al. de Sorel,, sont tou jours sans argent, quoiqu'ils assent des revenues considerables. )) Nous savons d'jh la cause de cette apparent contradiction. 11 faut la faire remoter 'a la politique commercial du government et au principe maintenu par lui qu'aux Iles tout negoce doit
'rer par exchange. (( Des 1'etablissement des colonies, marquent A11M. de Larnage et Maillart, en 1745, le commerce de I'Am'rique n'a e'te' qu'un troc respectif des denre'es du pays centre les marchandises d'Europe, dans sequel. il Wajamais du^ kro question d'argent, puisqu'il ne s'en fait pas dans le pays et que celui d'Espagne, qui est le seul qui y paroisse, n'y vient que par acciden t 2. )) Cette letter do Larnage fait allusion aux re'elamations des ne'gociants oxigeant leur pavement en numeraire et aux fins de non-recevoir des habitants. Fins de non-recevoir que ceux-ci. opponent d'ailleurs hL leurs creanciers, n6gociants ou autres, avec le plus beau

1. Lettre de MM. de Sorel et Mithon, Uoaane, 28 mars 1720 (Ibid., Vol. XV11).
9. Lettre de MM. de Larnage et Maillart, du Petit-Goave, 21 avril 1745 (Ibid., Vol. LXVI).






ORIGINS DE LA COLONISATION ET PREMIE11c; COLONS 69 sano-froid. et la plus enLii, re liberty du ji-ionde. o Tous les colons, 6crit M. de Fayet, Joivent doux fois plus qu'ils n'onL... It est d'usage lei, en efret, que, quand. on a pi-este, oil no rend. point, quo, quand on acUte un terrain ou une habitation, oil ne ]a paye jamais Les
gens s'embarrasseiiL peu do m6nie de remetLre les fonds avec lesquels ils ont crele leurs Mablissements et bien
2
'ils y vivent grandeinenL Cela d'une fagon si generale qu'une certain dame Foreade qui, depuis 1-139, a fait plus de 360.000 lives de revenue, se troupe, en 1742, Wavoir pas paye un seul de ses cre'ancters., nombreux pourtal-A 1. On devine, &s lors, les contestations et les d6bats quotidiens qu'engendre pareille situation. (( Je no vois ecrit encore M. de Fayet, je ne vois quo gons qui demandent apres avoir obtenu des sentences et des arrests du Conseil. Alais si on se presented pour les mettre h execution, les no-res domesLiques travaillenL au jardin, et 11 est defend do les saisir; on ne garde point de ineubles... Les huissiers sont d'ailleurs des fripons qui prennent des deux mains... Do plus, Fusage des IeUres de change et billets 'a ordre ne porte point les juges 'a ordonner le par-corps, grand inconvenient pour la colonies, car Fhabitant se porte 'a faire tous les billets qu'on veut, sachant qu'il e'vitera toujours de payer'. ))

1. Lettre de M. de Fayet, du Petit-Goave, 27 avril 1733 (Ibid., vol. XXXV11).
2. Lettre du m6me. 4 f6vrier 1733 (Ibid.).
3. Lettre de Al. Maillart, intendant, de Uogane, 7 mars 1742 (Ibid., vol. LIX).
4. Lettre de M. de Fayet, du Petit-Goave, 4 Wrier 1733 (Ibid... vol. XXXVII). Les chooses ne chang6rent pas beaucoup, & en croire des texts postdrieurs. (( L'article des dettes, derit At. de Bellecombe en 1783, est toujours un article difficile. Uest ici le pays de la mauvaise foi et les







70 SAINT-DO51INGUE

Beaucoup de querelles se evident, du resLe, ailleurs qu'en
justice, et I'on ne compete pas les sc nes violentes qui
ecIaLent 'a touL insLant entre crefanciers eL debiLeurs.
Pour une question d'intfrk assez minime en veriLe.
AII-e de Graff, veuve du ce'Rebre corsaire, accosted ainsi


d6biteurs trouvent dans le d6dale do la chicane introduite dans cette colonic pour s i ruine des moyens infaillibles de se soustraire k la loi. 11 n'y a quo CeUX CODtrO ClUi IeS cr6anciers ont obtenu des condamnations par corps, que le gouvernenient a des MOYODs de contraindre L payer, en les faisant mettre en prison, quand ils no payment pas. 11 faut autremenL des proc6durcs 6ternelles pour condamner les d6biteurs et, Farrk rendu, il n'y a encore rien de fait puisque la saisic r6elle n'a pas lieu. leux qui devroient donner Foxemple sont ceux qu'il est le plus difflcile do faire payer. MAL Saint-Martin, doyen du Conseil, Ruotto et Uger, conscillers, doivent L Al. do Laborde et no payout point ; leur 6tat de magistrates deviant la sauvegardo do lour mauvaise foi. )) (A. Al. C., Corr. gdn., Saint-Dorningue, vol. C1,11f, leltre de M. Bellecoinbe, du Cap, 8 juin 1783). (( Los dettes, 6crit un pou plus tard I)I. de la Luzerne, les dettes sont guaranties g6ndralement par les biens immobiliers de Femprunteur, ses nieubles, sa porsonne. Nulle resource pour le er6ancier h Saint-Domingue sur l'immeuble denommd habitation. La saisie r6elle parall, promise par les lois on n*en use cependant jamais, ouelle est au moins infiniment rare, d'oii on pout conclude qu'il est tros difficile de la provoquer. La location est une mani re do jouir peu usit6e dans celte partic du monde ; il n'est done pas frequent qu'on puisse saisir les revenues d'une habitation entre les mains du former, Qu'importe, m'objectera-t-on, n'est-il pas loisible de rn me de faire timber la saisie sur le mobilier du bien exploit par le propridtaire ou son fond6 de procuration ? Les informations quo j'ai prises me prouvent que cc moyon simple en appearance deviant illusoire dans la coloDie : tout est soustrait ou class parmi les immeubles, lo cr6aDcier poursuivant en est pour ses frais. 11 ne pout non plus contraindre dans I'llo la personnel do son d6biteur pour aucune dette civil de quelque nature qu'ello soit. Les letters de change, les billets h ordre ne lui donnent pas iWme cc privil ge. Une, soulo exception a W faiLe pour le prix des denr6es venues par les arinateurs. )) (all6flexions sur la multitude des demands qui m'ont Rd fates par les er6anciers a Feffet d'6tre payds par leurs ddbiteurs, propri6taires d'habitations h SaintDomingue )), par Al. de la Luzerne, 1785, aux A. ),I. C., Corr. gdn., 2- sdrie, carton XXXV).
1. (( Laurens-Cornille Baldran, sieur de Graff, escuyer, lieutenant de roy en Fisle de Saint-Domingue, capitaine de frigate 16g6re, chevalier de Saint-Louis )) (ainsi est-il qualifl6 dans les pi6ces officielles), est restd illustro dans les annals de la flibuste. Originaire, dit-on, des Pays-Bas, il avait 6pousd en premieres noces, b, Un6riffe, en 1674, une








OHIGINES DE 1A C01,0NISATION rT PREMIERS ('01,0,NS -1

(1,111S lit I'Lle le (Atevaller de GalliffeL, lo IraiLu (( de
chion, (to rou-'e d pn naDt, un balai des mains d'uno
servanLe, se procipiLe sur lui. L'autro Loinbe sur
son adversaire th coups do canne eL la luLte resto indelcise 1.
(( .11 y a ici, consLaLe un gouvornour, il y a ici beattcoup do cervelles elpuisees par la hoisson ot par la funi6o
du tabac", )) et il semble voir Ia' uno excuse 'a d'aussi
ranges mceurs. C'en est, bien une. on effetl la boisson
Z


cortaine Fran coise-P6 Lronillo. Mais pal- sentences successive du juge eccldsiastique do Wn6riffe (23 inai 1689), du vicaire g6ndral de l'6v6eh6 des Canaries (10 f6vrier 1690), du vicaire g6n6ral do I'archev6ch6 de S6v!lle (23 f6vrier 1691), it avait obtenu la nullit6 de cette pren&re union et sldtait rnari6 on seconds noces, le 28 mars 1693, avee Marie-Anne Dieuleveult, originaire de Normandio eL veuve d'un certain Pierre Lelong qui aurait 06 I'un des premiers habitants de la Tortue ot de la c6te de Saint-Domingue (Charlevoix, 01). cit., t. IV, p. 56, Moreau de Saint-M6ry, Notes historiqites sur Saint-Domin.qae, aux A. TNI. C., F1 132. p. 227). D'Anne Diculo ,eult. Graff out trois infants : un fils mort en bas ilge et deux files: I'uno Alarie-Catherine, ;!g6c de onze douze ans en 1705, et une autre qui avaiL quatorzo ans en 1710. 11 mourut le 24 mai 1704 (ArrCt du Conseil d'Etat, qui rend i la dame de Graff et t ses files les biens du feu sieui- de Graff, 9 d6cembre 1105. Cet arrk, qui se troupe aux Archives nationals, s6rie E, vol. 1933, a 6W publi6 avee quelques erreurs et sous la date (In 2 d6cembre, parMoreau do Saint-Wry, Lois..... t. 11, p. 42-15). La fillo aln6c do Graff 6pousa un ill. de Son1Y6 ; en 1709, je troupe ce genLilhomme tyrant sur sa belle-m6re, M- de Graff, pour 38.000 lives de lottres etc change (A. M. C., Corr. g6n., Saint-Dominizue, vol. VIII). Apr s 4.710, M- de Sono,6 expose au ininistre clue sa m6re 6tant morte on cotto ann6o avait confi6 sa seconcle fille it Al-- de Charritte, femme du commandant du quarter du Cap. ,Iais la joune fille ((n'a pointvoulu alter avoo sa proteeLrice, et a pris une mason dans le bourg du Cap o-h elle fait une d6pensc considerable avec gens de mauvais commerce. ))
_111no do Sona6 termite on demandant une letter de cachet pour faire passer sa swur en France (A. M. C., Corr. g6n., Saint-Doiningue, 2a s6rie, carton 1).
1. Lettre de M. Choiseul-Beaupr6, de Ldogane, 29 aoAt 1708 (Ibid., vol. VIII). L'6pithke de (( rouge, )) injure tr s courant aux fles, doit Ure une allusion.... d6sobligeante b. I'adresse des premiers habitants.
2. Lettre do M. Choiseul-Beauprd a M. de Charritte, du 22 mal 1710 (Ibid., vol. IX).






-7-) SAINT-DOMINGUE

au inoins. Le vin cofite cher : il vauL it cerLaIns moments jusqu'a' 120 ecus la barrique'. ALissi se rattrapet-on sur d'autres liquides, sur 1'eau-de-vie surtout. Bienlicureux temps que celui d'Ogeron! L'on important encore la prercieuse liqueur Dies lors pourlant, le premier gouverneur de Ffle se f'licitaiL de l'interdiction du commerce ranger, (( ne seroit-ce, dit-il, que pour empescher Fintroduction de Feau-de-vie, 'a Faide do quoi les colons augmentent leurs de'sordres' )). Cola n'est rien cependant compared a la consummation d'alcool qui se fait lorsque, les sucreries Rant organis'es, la colonic so suffiL desorn-mis h elle-inenie avec Feaude-vie de canne. (( 11 est ordinalre, e"crit un intendant, de voir des gens boire cetLe eau-de-vie, qu'lls appellent guildive, et qui est d'uno force eL d'une Acrae' peu communes, avec autant do facility et aussi abondamment quo Pon bolt du Yin dans le royaume'. )) J'ai dit plus haut que tous les habitants sucriers de'biLent sans vergo-ne leurs arias. PourLant le nombre des cabarets est deJ"a respectable. En 1709, les droits payes par eux sonL considered's conime un des bons revenues de la colonic, 10.000 livres, alors que le budget en recettes se monte A peine 'a 60.000 lives '. QuaranLe ans apres, ces droits, mis en ferme, rapportent plus

1. Lettre de M. Maillart, intendant, du Petit-Goave, 10 aofitMi (Ibid., vol. LXV).
2. Lettre d'Ogeron, du 23 september 1669 (Ibid., vol. I).
3. Lettre de Duclos, intendant, du 30 juin 1721 (Ibid., vol. XX).
4. A cette date, les droiLs sur Findigo sont de 38.436 lives, les droits de la boucherie de 6.49-5, les droits des cabarets de 9.938, Jes products des vents d'agr6s et munitions de magasins de 4.038, en tout 53.537 lives (Ibid., vol. Vill, in fine).







ORIGINFS DE LA COLONISATION E'r I'll EM I ERS COLONS 713 do 70.000 olives'. 1"A il iie s'agIL 1h qtw des (Itablis. moments aULOI'iSo'8. Ullo foule d'atit-res lour font conemi1crice-, on parLiculler (( les academics o' Fon joue des jeux deffendus oL oLI Yon vend du caf6 eL des liquetirs
I
Rien qu'au Cal), 11 y a dix liaisons do ccfto espece on 1745, ot le nonabre s'en mulLiplie tollement que, dixans apres, il y en a plus du double. VainemenL I'autorlte S'6mcut, fait former ces tripots. Centre la furcur du jeu qui einporLe les habitants, elle ne pout pas plus letter quo centre lour intemp "rance. (( Les Lrois-do's, le tapetingue, le passe-dix,- les deux-des., le quinquenove, le mormonique, le hoca, la cassette, le pharaon, le lansquenet, la duppe, le biribi, ]a roulette, le pair ou non, le quinze, les petits paquets sont les jeux qui passionnent ces avenLuriers venus aux fles dans Fespoir d'une fortune facile, eL que tente, d s leur arrivee,- cc moyen sinon toujours do s5enrichir, au inoins quelquefois de subsisted.
De la demoralization qui accompagne ces liabitudes d'ivro-nerie et do de'sordres est-il besoin do parlor ? Cette de'moralisation est h peu pr s general. Sur la foi do quelques na*ffs auteurs, on pourrait s'imaginer Dos
C

1. LeLtre de Al. de Laporte-Lalanne, du Port-au-Prince, 31 janvier 1751 (Ibid., vol. LXXXV11).
2. Lettre de Al. de Alontholon, intendant, du Petit-Goave, 10 janvier 1752 (Ibid., vol. XXV).
3. Lettre de M. de Vaudreuil. ler mars 1755 (Ibid., vol. XCVl). -11 1i'est pas, du reste., jusqu'aux dettes de jeu qui ne se r6glent en nature. En 1706, le Conseil du Cap condamne le sieur Gachet, poursuivi pour dette de jeu par le sieur Saleran.. (( h. payer & ce dernier mille lives de sucre, et en I'amende de mille autres lives de sucre., applicable aux reparations du palais du Cap, et, ce, attend que la dette de 90 barriques est cause par le jeu. )) (Arr6t du Conseil du Cap, du 4 Mai 1706, dans Moreau de Saint-Wry, Lois ..... t. 11, p. 71).






I k SAINT-DO31INGUE
colons comme des modMes d'auste'rite et deCOI-ItiD enCe. On nous delpeint d'ordinaire les boucaniers comme se passant habituellement de femmes, et le P. Le Pers les f6licite bonnement (( de ne point s'embarrasser ainsi d'un ineuble inutile,, deviant 8tre encore plus des soldats que des habitants' )). Ce paraft Rre de meme, pour les gouverneurs un sujet toujours nouveau d'e'tonnement que cette rarete de 1'e'lement f6minin dans I'lle. Adressant h la cour, en 1681, le denombremeDt de la colonies Cussy constant que, centre un nombre de 2.970 Franais capable de porter les armes et de 1.000 'a 1.200 flibustiers, il n'y a que &35 'MMeS 2. Nous avong
troupe' dans ce quarLier du Cap, elcri rent, d'auLre part, en,1684,,AIM. de Saint-Laurent et Be'gon, queles habitats n ont presque point de femmes Plus de cinquante ans apres, en 1742, Larnacre note encore qu'au fond de Nteh-Vache, (( sur 120 liabitans qu'll a vus place's la'.. on ne compLe que 4 fenimes et 3 files h mariner f. )) Mais sans parlor des mceurs specials que peut nous laisser soupgonner cette diskette, ne nous faisons pas illusion sur elle. C'est une diskette de femmes blanches dont il s'acit et l1le semble assez bien pourvue Wespeces d'auLres couleurs : d'Indiennes d'abord,, (( (lue l'on prend dans les courses et qui deviennent les plus grades loves du monde, infectant tous les jeunes gens, filibusters ou autres, en sorte qu'ils sont tous perdus quand il aemeu1. Le Pers. Op. cit., fol. 253.
2. Lettre de M. de Cussy, du 29 mai 1681 (Ibid., vol. 1).
3. M6nioire de IAIM. de Saint-Laurent et B6gon, du 26 aofit 1684 (Ibid.).
4. Lettre de M. de Larnage, du fonds de I'lle-a-Vache, 2 juillet 1742 (Ibid., vol. LVIII).








OHIGINES DE LA COLONISArioN ET PROHERS COLONS 75

renL un mois avee elles'. )) Nos colons sonL IDC-IfIC gCDS it se conLenLer de moins. (( Nous lie VOVODS dans cc pays-ci 6criL Al. d'Arquyan en 1713, qUe 116(presses et mules h qui leurs Ulaish-cs onL troque' la llbeae ell echan-e de lour ucela-e 2; )) et l'intendanL Mon1holon
0 p t)
declare, en 1724, quo, si Fon n'y prend garde, les Fran(,,.ais deviendront rapidement comme les Espa,-nols leurs voisins, donL les trois quarts sont do sang nie^le 1. Do fait, on 1734, Al. do la Rochalar observe qu'au quarLier de Jacmel, h la revue qu'il a passed, il a remarque que (( presque tous les habitants sont mula'tres ou en descendent' )). Cola nous prove que les pe'nalite's edicto'es, &s les prei-nReres annexes de la colonic, centre les
maisLres faisant des enfans h leurs negresses ne
furent point tre's ri-oureusement applique'es. Le pouvoir d'ailleurs ne se monte pas tou jours impitoyable, aA en juger au moins par cc gouverneur qui plaisante a-reablement sur les mwurs d'un certain Depas, de
0


1. Memoir de M. do Cussy, du IS octobre 1685 (Ibid., Vol. 1).
2. Lettro de .1. d'Arquyan, du Cap, 20 fevrier 1713 (Ibid., Vol. X). A en croire, d'ailleurs, la chronique scandaleuse, Al. d'Arquyan n'aurait pas 6W plus quo les autres h I'abri de toute faiblesse de co c6L6 ([P.-J.-B. Nou3oaret], Voyages in1dressans dans dillirentes colonies, p. 206). E n 1687, M. de Cussy proposait d'envoyor vendre au dehors les muUttresses espagnoles, qui causaienL le plus de d6moralisation dans la colonies (A. Al. C., Corr. g6n., Saint-Domingue, C', Vol. 1). Et en 1713, MM. de B16nac et Alithon 6crivent : (( Le nombre des gargons est plus consid6rable que celui des files, ce qui jette les gar ons dans le d6sordre ar des concubinages presque publics avec des n6gresses et des mul&tresses. )) (Lettre du 10 aofit 1713, Ibid... Vol. X).
3. Lettre de M. de Montholon, de Uogane, 4 octobre 1724 (Ibid., Vol. XXIII).
4. Lettre de Al. de la Rochalar, gouverneur, du 5 juillet 1734 (Ibid., Vol. XXXIII).
5. Cette decision fut prise par Mill. de Saint-wLaurent et B6gon en 1684 (Ibid., Vol. 1).






76 SAINT-DOMINGUE
Saint-Louis, (( qui s'est amuse' 'a faire quelques males eL femelles 'a une n6gresse pour laquelle il a des bone's ')). 1-Yexemple vient ni me quelquefols de haut, eL 'a un moment M. do Galliffet, lieutenant do roi all Cap, esL
I A
inenac Lre inquieLe' pour s'Rre violen-inienL empai-6 d'uno negresse, (( la plus belle de quaLre ou cinq qui le ardent auLour de, son lit" )). L'amour noir, all surplus, Inspire pas que des passions ill6gitinies. La cupidity aidanL, J'en a] donne' plus haut des examples, il troupe parfois sa consecration dans le marriage. (( Dans quatre mois ecrit Al. de Cussy, on 1688, 11 s'est, fait vingL maria-es d'habitans avec des inuldtresses oil des ne,,resseS3.
Le desir des bleDs que Fesp ,ce noire, acquieA plus aise'nient par economic, consLate longLernps apr s un auLre gouverneur, deLerininera en effet insensiblemenL tous les planes qui, sans fortune, assent en ce sejour a en avoir par ces marriages avec des negresses, mariages quo les religieux desservant les cures ne font pas difficulte, par principle de religion et souvenL par interest, de ce'lebrer. Je me figure que deviant Dieu ceste espece est re ue egale 'a la nostre ot on ne peut par des orders superieurs empescher ces unions. Mais je pense que si le Roy d'claroiL tous ceux (Jul feroient ces soles de marriages et les suite's qui en viendroienL inbabiles 4 poss6der aucune charge, et qu'il fust on m'me temps ordonne' de fare server dans la malice parmi les noirs ceux des planes qui seroient unis Na des nel-resses ou

4. Lettre de M. do Larnage, de Uogane, du 17 juillet 1743 (Ibid., vol. LXI).
-9. Lettre do M. Auger, gouverneur, 22 mars 1701. (Ibid., vol. VIT).
3. Lettre de M. de Cussy, du 3 mai 1688 (Ibid., vol. 1).








ORIGINES DE 1A GOWNISATION ET PRIDIMIS GOWNS 77

inuldtresses, ce. seroit tin frein (ILI] VIDPeSCIM-01L ces sorts d'altiances
En general, touLefols, les chooses no vonL pas si loin,
-je veux dire jusqu'au sacrament, car (( la conimodiLe' du libeilina-e 6loi-ne noinbre d'habitans du maria -e 2 Ineme avec des feinmes blanches. 11 faut dire h leur de'eliarge que cells qu'on envoie pour peupler la colonic ne seniblenL pas fates pour les Lenter beaucoup ni surtout pour devenir des m'eres (to famille bien exemplaires. Les gotivernoursle consLatenL trop souvenL. (( S'11 vous plait, C'criL M. de GalliffeL au minIsLre, s'il vous plait, d'envoyer ici cent files, olles s'v plairont fort, pourvit qu'on nenvoic pas les plus aides de M^pital, combine. ou a accoutume". )) (( 11 seroiL L propose, observe plus P-avement M. de Pouancey, crouverneur de I'le de la Torture et de la clte de Saint-Domingue, en 1681, 11 seroit h propose qu'il vinsL ley des femmes, afin d'y attacher des liabilans et d'y atLaclier des me'nages; mais il


1. Lettre de Ill. de la Rochalar, -ouverneur, du 5 juillot 4734 (Ibid., vol. XXXIII). A Fencontre d'uno opinion assez courant, les marriages entre planes eL noires libres ne rurent jantais d6fendus t Saint-Domingue. On vient do lire et on a vu plus haut (p. 65) des texts qui le prouvent. En voici un autre. En 1718, le sieur Cahouet ayant 6pousd une quarteronne et ce marriage ayant 6t6 attaqu6, AIM. do Ch&Leaumorand ot Mithon d6clarent express6ment quo (( la loi ne Mond pas le marriage des blanco avoc les n6gresses. pourvu qu'ellos soient libres et qu'il faut chercher ailleurs une raison d'invalidit6 au marriage do Cahouet (Lettro du 1i avril 1718, aux A. AL C., Corr. g6n., Saint-Domingue, CO, vol. XV). L'6dit de mars 1721 (art. 6) d6fendit, il est vrai, (( aux planes de Fun et Fautre sexe de contractor marriage avee des noirs h peine de punition et d'amende arbitraire )) .: mais cot 6ditne fut jamais appliqued qu', t ]a Louisiane pour laquelle il fut promulgud. (Moreau de Saint-Mdry, Lois.... t. 111, p. 88-95).
2. Lettre de MM. de Larna-e ot Maillart, du 15 mai 1742 (Ibid., vol. LXI).
3. Lettre de M. de Galliffet, du 27 d6cembre 1699 (Ibid., vol.IV).






78 SAINT-DOMINGUE
vaut mieux n'en point envoyer que Won faire passel- de debordees, comme Fon fait. Elles ruinent la sante' des homes et leur causent tant de chagrin que solvent ils en meurent, outre qu'elles font cent autres de'sordres '. )) Relevant, en ao^t 1689, 63 files, -1. de Cussy essaie bien do faire croirc aux habitants (( qu'elles ont Re parfaitement 'levees, encore quo quelques-unes, ajoute-t-it, no paraissent se ressenLir nullemen I do cette U'ducati 01-12)). ((11 nous faudroit au moins,150 files, niandent de m6ine un peu plus Lard AIAL do Blenac et Alithon, mais nous vous supplions de n'en faire prendre aucune comme, d'ordinalre des mauvais lieux do Paris; elles apportent un corps aussi corrompu quo leurs mceurs, elles ne servent qu'h infected la colonic et ne son[ nullement propres a la generation. On en a fait 1'exp6rience h la Alartinique et lei'. )) Et en 1743 encore, Larnage, se plaignant qu'on Jul expe'd.le des files (( dont I'aptitude a la generation esL pour ]a pluspart deAruiLe par un trop grand usa-c consLate les effects deploi-ables de cette praLique. ((Les Yrals colons, dit-il, ne se font que dans le lit. )) Or, beaucoup des nouvelles arrives se livrent h la de'bauche eL no petiplent point, encombrant ainsi la colonic sans profit'. 11 y a blen, il est vrai, un autre group dont on pourralt espe'rer mieux. Cc sont les files creoles. Mais elles non plus ne semblent pas tries porte'es vers le maria-e. (( Tout d'abord, 6crit Al. de

4. Lettre do M. do Pouancey, du 30 janvier 1681 (Ibid., Vol. 1).
2. Lettre do M. do Cussy, du 13 aoAt 1689 (Ibid., Vol. 11).
3. Lettre deTAIM. do B16nae et Mithon, do Uogane, 10 aofit 1713 (Ibid., Vol. X).
4. Lettre do M. do Larnage, du 22 avril 1743 (Ibid., Vol. LXI).







ORIGINS DE LA COLONISATION Er PREMIERS COLONS -1 q Cliarritte, --ouverneur du Cap en 1711, ces files sont pleines d'un si grand ii)epris pour les gar(;ons qui ont incline origin qu'elles, (lu'elles pre'Reretit un hoini-no d'Europe qui ii'aura rien (h un du pays qui feroit leur fortune, et celui-cy en fait de mesme h Fes-ard. des filles. Xa jouteray qu'elles onL tatiL d'anibihon et de N'(:LniLe' qu'elles neveulent des maris s'ils no lour donnent la (jua140' do Madanic. Voilh, (h ce queje croyr, assez d'obsLacles pour faire connoitre qu'il ne LienL 4 moy s'il y a tant do gar(,ons eL de files creoles 'a inarier dans ce quarter ; et je pourray en ajouter encore d'auLres du cote do celles-cy, si je ii'appreliendois do dire quo la pluspail sont persuades que la chasLeL' n'est point une veftu; cL s'll y en a, quelqu'unes quo nos missionaries ayent mises dans une auLre croyance, olles s'y relAchent facilement 'a 1'exemple do leurs mcres, qui ont plus travaille 'a Fau-mentation do la colonic clu'a' son edification En somme., conclut M. de Cliarritte, ce qui
vaudralt le inieux peut-eRre seraiL de creer des inslitutions de jeunes files ou" celles-ci seraicnL (( seviereinenL e Iev'es cL continues )) par des religieuses et oth s'adresseraient tous ceux qui voudraient epouser d'honnetes femmes. Projet auquel, quolques annexes plus tard., prevent M. do Sorel. Toutefols, ajoute-t-il, il faudrait que parcilles institutions fussent bien closes et entourees de murailles, car grande est iol la malice des genS 2. Et pour acliever de peindre le monde f6minin de Saint1. Lettro de M. do Ctiarritte, lieutenant de roi au Cap, du 23juin 1711 (Ibid., vol. IX).
2. Lettre do MM. do Sorel et Duclos, de Uogane, 26 november 1721 (Ibid., vol. XIX).






80 SAINT-DONINGUE
Domingue, je dirais bion qu'en 1737 Pintendant La Chapelle krivait h la Cour que sa femme repassait en France, (( parce que, dit-il, il n'y a pas au. Petit-Goave une settle compagnie en femmes qu'elle puisse voir' si, he'las il Wapparaissalt bien des documents que la
iW des office Aiculior celle do M. do Rance,
ocie, e lers, on pa
deplaisait beaucoup moins it ceLLe dame, et si le pauvre intendant W'tait par la' m6me suspect d'un triste et ordinalre aveuglemont'.
Comment s7eLonner, d'aillours, do YeAaL moral du pays, lorsqu'on songe que cette population West retenuo par rien, ni par la loi rellgicuse, ni par ]a crainLe salutaire de la j usLice.
-11 esL incroyable d'abord (( quolle indiff6rence onL les peoples do ces conLre'es pour le spirituel )). Los rapports des religieux sont lit pour nous le prouver. Los habi[ants r6puffnent ainsi tellement h s"approcher des sacrenients quIll ost souvenL difficile do trouper pour parrains des individus ayant gagno' leurs pa^ques, beaucoup se vanLant de Wen rien faire'. Aussi nombre d'enfants se passent-ils de baptchne, ou. bien (( sonL ondoy's par de"rision dans des repas de d6bauche )). Encore West-ce

1. LeLtre de Al. 'Daniel-Henry de Besset, seigneur de la ChapelleMilon, intendant, du Petit-Goave, 28 juillot 1737 (Nd., vol. XLVI).
2. Lettre de M. de Larnage, du Petit-Goave, 22 d6cen-ibre 1737 (Ibid.).
3. Lettre du m6me, do Ldogane, 25 juin 11413 (Ibid., vol. LXI).
4. Lettre de Barthdlemy Gaucher. curd do la Grande-Anse, h M. de la Chapelle, ler juin 1736 (N. M. C., Corr. g6n., Saint-Domingue, 2o s6rie, carton Xl).
5. Lettre de MM. de la Rochalar et Duclos, du 4-1 avril 1728 (Ibid., Corr., gdn., vol. XXV111). En 1743, M. de Larnage est obli-6 de rappeler sur ce point les habitants t leur devoir (Ordonnance de M. de Larnage sur les bapt6mes, du 11 octobre 1743, dans Moreau do Saint-Mdry, Lois et constitutions...., t. 111, p. 768).