Réflexions sur une lettre de Mazères, ex-colon français, adressée à M. J.C.L. Sismonde de Sismondi, sur les noirs et les...

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Réflexions sur une lettre de Mazères, ex-colon français, adressée à M. J.C.L. Sismonde de Sismondi, sur les noirs et les blancs, la civilisation de l'Afrique, le royaume d'Hayti, etc.
Physical Description:
112 pages
Language:
French
Creator:
Vastey, Pompée-Valentin, -1820?

Subjects

Subjects / Keywords:
Slavery -- Haiti   ( lcsh )
Esclavage -- Haïti   ( ram )
Civilization -- Africa, Sub-Saharan   ( lcsh )
Civilisation -- Afrique Noire   ( ram )
Genre:
federal government publication   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )

Notes

Statement of Responsibility:
par le baron de Vastey.

Record Information

Source Institution:
Cornell University Law Library
Rights Management:
This item is presumed to be in the public domain. The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions may require permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
oclc - 261332886
ocn261332886
Classification:
System ID:
AA00021541:00001

Table of Contents
    Front Matter
        Page i
    Frontispiece
        Page ii
    Half Title
        Page iii
        Page iv
    Title Page
        Page v
    Reflexions
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
Full Text


















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

Cornell University Law Library





























































































N
























... ...........






















Jobit Cirter (It-o






_R L 2c'"UNS,
S u Et U#e Tettre dle. *R/l A Z E RT 9 ex C61on f-r-nncQJs adressfe A A/Jq J. C. li. S IS M ON DE DE
8 1 s Al ON



44
10

\3 tj rt
17
ol TU;;
LE LAN
1%



































00h



























1 10

















I IY it
4k






v, LEz%.TONS,
S u a vrfe ettre de MAZERTS
ex C61on fron-CIR-1-S, ad reisc'f e A IW9 jo Co lio SIS MONDE DE
SISMOINDlY,
41 S1. u rt les No-irs et les Blancs
la Civilisultion dc', J'Afriqpl!l,,
Royatime d'Hay.t* etc*

L'CJrgimll est la cause des Erreurs do IHoinwib
4qv de sa, Alise're,
Porr, Essai"sur lRanini%Par le, Baron, DR, VA S W 16i..




A,,-U C A V HE4 N. R
Chez P.- R o U x, impritneur Au Mii
M A R S 1816 L" A N 13"*-







ICA






_I_.:i'F L 0 Ns

5 u'r uno Lettre -de M "A Z E 11- E Sl
ex-C61on franc-ais q addressee "a M. J. COLO
I
Sl S M 0 NTDE DE SI'SMONDI'7

SuAlesNolrsetksBlancs laCivilisation' de I'Afrique le Royaume d'Ha.,yti etc*



El ne connaissais"du nomde Mazeres-qu'uue liabitation sucrerie, situde dans la, riche et florist sante plaltl 6 du Quartier-Morin; les crimes et les cruantes de tous genres qu'il avait commis on ses parents 9 stir les inf6clutl's noirs dans I'affreux regivne colonial le do-,--i de la vie que Pinfortune' Og6 lui avait fait lo-squ'il 'tait a son pouvoir e i'minoler 'a la vengeance de nos frees qu'il avait
n
fitit )Qr r Clans le-0- trpi. Rruuea.; r.' tait sous cos diff6j,








'O'ns rapports yie ce nom abhor r4. 6tait connu llayti: J avais tout lieu de penser clut a semblable. a la majeure parde de sa caste avili *,,, il tralnait dans rexil sur une terre --d,'.trang6r.e-,.,-sa, miserable existence ; mais sa letter adress6e 'a' M. Sismonde de Sismondi vient de me de'sabuser et m'apprendre,,. que ce Maz&res, q ji. a, deSlionove 1,1--um.81nitfe 'par ses crimes vit encore que 1'exce's des maux que le, ei-colons ont (' PVOUV6, loin de les, corriorer et ,de Ies rarnener "a des',sentimens plus justes ot plu's Ijumains, ii'avait fait qu"augmenter leur rage et quits br"Oent encore plus que jamals du d6sir de.,pouvoir torwrer "a leur gre" une grande partial, 'du genre human!
T6urmeWdispar 1. soif intarrissable'des rich essms suscite's par'un esprit de rna! diction, que d'absur. cite's, de divacrations, de calo MIL nibs et d'assertions ,,xiiensonpleres -ces airj6tres de satan n'ont pas inwentees pour lecritimer la. trite et les horreurs do I'esclavage' Qij.e de blaspbeimes I que Winframies, D19011t-ils pas ose inipriaier p our ravaler et de(Trader htjmr;ine ies uns nous refuselit le norn d1iorrinie nows as%,iu-Ii'ent et. nous raligent d.ans Aa niet-ne es,4e.(-.e (pie ies orang-outangs ; Waunes poussent la loll Itisqu'au dernier de 't
dissent 1' Vtlt notis e, %lernuner iusquwaux enrans
-%. ails Fur real I
te U e S I Placer 110tre FOP1;!







3
nation par (Yan fres'in roall Tie's arrq'ch'e's da seln dc leur terre natale Exterininev tout tin people ,grand Dieu parce qu'll ne veut pas reprendre Ies chLnA^.pjies de i"e'sclavage Parce qu'il veut jouiv d. es 11
droits qa'il tient de Dieu le ]a attire et de la iustiee!'Ces homes abominable] ,s Wont pas craint de fonler aiii'si, 'a leurs pieds les, lois divinefs et. bu'aines, de'brl,.iver Noinion ge'ne'ralle de leurs conten-1poraills le jucrement de Ta poste'rite y..11 les conclclrnnent aTexceration ef a an opF.robr-%.
,tprnel :- c"est- dans le z 9' sikl'e que des h-3111i-M-5 ccla-Ws de's lurni6res du christ ia n 'IASI U6, O'nt'-O'se poser en principle 1'exterannat',011.1 tot611e' d"'Line
I lavoix universeHe de 'eurs'
tion Ef I Compa,
triotes ne s 9 est. point e"Ieve'e pour imposer sitlencia a ces -irryies -1 Quo ]a Fran6e civillisde se vant doue mainterrant de ses ei lot scrue JA
Voix Wun ho '-me de bien se fait en e -cl-e [)o7'xr
e n C1 77ZO /11
PI-dv, "h.- lin Yro ur 'et TaC'Comp,*
777ent dim crinze.7 Un Mazeres im exO
colon de 'Ii oua sa;i OU
t 1,11 S U, It e r au 'verweux et g6me'reux IsismOT11,11i !,,,Va-rc'e quil-a Une Col'taine fa i ,i It i 1 -4 de c(YuAe'r Sur le r f- i cl e S v x t va
ZIN Superfl( ipflvs Ce P j I I C] e TE .7 e'. rc. -s
i,'est Permis de vocif6ver Oes iiilures .1 e t (I(-" S (,- P I ItI-lips les plus atroces conAre tei arric-ains el 16,b-avii-Gas keurs 65cev-, CIA -IuDsv-







4',
lia, plome savante de M. Sis'monde-da Sistnonffi, n a cerfain-ernent pas, besoin du scours de ]a u-netine potir re te eres,
'ruter les absurdit 's de Maz' inais CIta t parties intereSsee le ne doi is pps rester
speciateur trz.1niquilie cle la discussion; je doils faire tous nies efforts pouv aiucll lie's I kI 1. e I I S e u V'S dans [a grande cause qu'ils ont enabrassee; me tlois tout, enter 'a lalde'rens.-, de rnes sei -nblables et Sl COMMe le dit Mazetes", Archim, ccle ne deman-11 dalt qu'un 11ohit d'app'n; polir soulever-le, monde physiclu'e J'esp've- qla" R-TaYll sera le.. point d'appui
'philantropes pourront poserj levied, puisS"ant Crul doit soulever le rnoudemoval coiitre les
t
du.genre disje 1,
Ces niortels vertueux p prix de, I.eurs vei.1les et Ide leurstravaux trouverant'dans la grzatilude el.] i reconnaissance des haytiens lin defl07ninqg-enzent ,oassi.re corltl'e I lly ,istice des hom7-nes. Ah! si ces fiomn'ies glne'reux e#t bienfaisans persecut6s 1)armi leurs sen--lblables vena.1%,,n'tIL a nianquer ,(-I asile, yI'lills viennent doncau mJIle"U ele nov's" ils trouveront souveriiin liberal g-Vand
e bon et, reconnaisrnafynanume') C"llez U't'l [)eUp
.-s ant, I-a recotriple-nise, d-Lte 'a ia veric, niallll'e. Ll."e use 1111'est point inutile que je previenntl'ines lecteurs., que je n 1, ai jarliais fait une 6tude pavticuli re cle la 4a llrrUe frallealse, ils QxClIserclit lelJautes








11011 et de. literature qui do''vetit ne"cessaii tie ment foumidlerdaiislesouvrages Xtminsula'lre, quhl'.U jamais ea d'autres, ME'Uttes que ses lives Wauires stimuf iis quie'la haine des tyr ans Mazeres poutirca dotic se rejouir de trou'er,'dalis mes ecrits'quelques-preuvesA'inf6riorite Tnorah- ldzins des expressiorss,,,
-;? ?4t' I ell
impropres, dures, bizarre elfses etce
imputee pourvu qi-'il ni e ntende
qoe m UrVII
que par les sImples doni'lle's du bo, set-is je k0j" prove (ju 11 'est clu'un e: :,-avagaw co'un fat
9
(111i ayant routes les preLenjwis al be'l espritr$ Ila A 1, 1 r 4
cependant pas m6ine, le. sens, comn-un.

Je vaisrelever., je ne dirai pas, ses erreum, cac il e t trop i-rieebatit pour, en avdir mais sa turplw6ell et son insigne mativaise fbi; je vais user da juste droit de re'pre'sailles pour terrasser cet ennem. i 6dieux ; et si" 1eprouve-dans ce moment un Vir regret c'est d'C^tA-e r6duit 'a me server de ]a plume pour redresser ses outrziges sanglans,, et de no pouvoir pa-P me server d'autres argumeris'qui 16 conwA vaincrai nt encore mieux que des paroles, qu'notre espece n est pas iiif6ricure 'a la sienne.
Le systenie de iios de'tracteurs, 'tatit de VOU1011C materialiser I'homme noir, par la diversity, primitive des vaces Ihuw.ai,.Aes,, dc'mentir le recit de la cuation c,L dat-ts de mtre








cspece se fare un litre Pour nous fraito comme les plus vi!s animaux je ne repondral doiic pas seulement 'a Mazeres mmis i"t toute la caFte des ex-colons fr-ancais ; je vais commencer par de'barrasser mon ch-Ornp des oridtives clue, nos ennemis y jettent pour olxscurciv la've'rite; je vais remoter d la"sou:,ce des choses, re"'-Ibliv les faits, les ai)payer rar les autoriwis les Plus resp'ectables ; je vais combattre touted leurs ob'ections espere que le ile manqueraj pas, de p euves et Xavcrurner,,s victorieux potir renverser lenrs sophisn-ies 6t leurs ab,uvdites. Maisavant (1 11 entire ell je vms transcribe I*es,,ecc-- de Prores.
6on "de N de Maz('3.res,

44 Consiclerez sons le rapport materiel [ dit-i IA
14 le ntegre dirf6re bjeti e'viclemment du b1avic,
Yen diff-f6ra-i-il que par Ies chevezix et p'a. ]a
A
5 pedu la diffe4--en.ce seralt deja tr",s ("r va n e y il ne facit q6c. des yenx pGur s eu coriv. aincre.
Avec les me^mes sens avee les in'3files 011
ganes el une con fi gavallion peu pres sem
Iblable s"es'trails exarwn6s en detail of
pourLant des diff6renees eszsciiiie lies. Une fil(rure sans expression deS fori-nes sai)s grAces et sans I-iarimonie des mains decharne'es et cafletisqc4, 1411 U11 coil Parsewo de filarmns sangvins qui. I'LlI








6) Aonnent tine feinted ros6e voilA ce me. semble,' o dans le ne'gre des traits evidemmentdistincts o et qui semblent caracte'riser en kii une espeke
particuli're ; il y a ', Si Oil le veut entre les deux especes une grande affinity' ; mais il n'?y a bien ceriametuent pas d'identite, )e vous t) de'fle de le nier
Je le nie arlIrmativement et je Nrais pr6uvec par des autorite's irre'eusables, I'unite' dutype pri,. mitif de la race, humane.
Pour demontrer soil assertion i m-pie Maze'res' tombe do sn'I'te dans des diva nations 11 quI lui s-ont SUCY(r4rees par se's passions et par le mepris qu'il a
or)
FOUr 1'espe'ce humane; il commence suivant so'a system absurd par faire de I'homme noir une esFeee distit icte de I'homine blanc ;" pour asse6ir
,SUX A
son opinion, il ose compared Moinnic anes et
aux chevaux et veut le juger par analogies avec- les b% 'ltes ; et, tout cala pou r prouver que les -j.oA:rs soiit, inf6rieurs aux blancs Qae Maz rtis et les excolons se ddiii(rj,6jjt S'jIS le ve-tilent ; qo'ils se com parent et se jwrent par analogies avec les abies -e'L- tes clieva-ax, le ne les en e mpekhe pas Je sowiens pour moi et mes sel-I'Llblables que I'homme la plus belle wuvre dui cre'ateur doue de 1"inteIIII.." gence dlemlelle founie" "a son image et ressem.. Vance hotr=7 qzCIV QU.I: K e r S LI V L 9 V t C









4'Mrre et sur tous les ariimaux, forme une especo. particuliere, Clistincsie, unique et qu'if ne pevi Pre com'pa 6, ni juge' par analogies avec les u5nes et les Cbevaux.
Maze'res el les ex-colons ne peuvent apporte'r a Nppbi'de leur opinion aucurie version, aut()',rite' ., ni temoignage quefconqiies voici, m s Preuves, qu'ils les recusent s'lls osent
44 Dieu, diifaisons fho'mme ti notre image,; sel n notre ressenzblance., 'et qu'il donzine sur les poissoizs de Ia 77zer -, sur les ois-Caux des Cieux., sur les an immix donzestiques et sur polite Ia terre 1, ell.- sur tout reptile qui rampa 15111' Ia. te.rre (r) .
"t Mais comme ce qui est nuforit" pour Ia ge,,.Ieralite' des humans tie 1'est sans dou:e pas pour Ies ex-(-olons, illeur fout dione d'awres pretives puis4des
It I
dins d atitres sources clue dans les lives acres.
0
Eeoutez uvi anteur cdlebre
e.4 11 a dAns Ia nati.ire dil Af. de B11f)'07Z
y I
'un prototype general da%,.s cheque esj ece sur sequel cheque individual esi model Mals qui
sel,,,nble en se rdalisan[ s"al-tte'ver OLI se 1)erf6etionner 'par Ies circonstances ; et sorte clue relativernent "a

0) La Genese"
'de








,de certalnes qualitds il y a une varj'aifiton blvirr',o en appearance dansla succession des individuals, eii i Sk 11
m6me tem' ps uiie constance admirable dalisloute Tesp'ce; le premier aiiii.nal, fe premier, cheval par example, a e'te' le mod'le exii6i-ieur ou e rtoule b ntdiieur sur leq!-ie I tous fes chevaux qui sont.ne P tow c..eux qui exislen't et tous ceux qu'i nalltr C nit o ent 646 f0ormes ; n2ai- ce mode'le a pu- s al'&6 et se pei-Tectionner en communiq'nant sa forme et Se 'Alultiplianl ...... Vempreinte originalire subs i te en son center dans cheque i,Idividu; mais clue da nuances diffiventes dans les divers individuals
latit clans I'espec-e 'humairle y ie dans cel,16 do :tous les ve ge'taux de tous fes en un rnbt q UA se reprodiiisent
Or, si M. de Burf-on recohinalit A cheque indiA .vidu un prototype 'a qui *11 apparth-I tit orig i oair'e'I existed
mcnt, comnient j), ut-I Ues'esp'ces
d1hommes Xa^nes et de chevaux 7 Co f6it -P056" tout I'ect-.; a rauldag de'mazekes Sea sba phismes ses absurdities (ombent deux -m8mes
qu"il-compare an physioclad et au moral 1' afilcalll a 1'europeen a, I'asla(ique ii Fam6rica ill Sea Tre'res; lo hotten'..of au laponais le calmiouk 6L Tesk.miaux rl"en de Unieux ; qu'it coil-1pare 'le.5 r 1, ky -D
animaux les ve, C X I's 1. indraux de 1"Aa








efviqntk aux autres productions do globe A la bonne. bearer rnais lorsqu'i 11' vou dra. j uger I'lion-ime intelligent par analogies avec la brute H e cou, vrira du dernier ridicule -ait, pas
I et il ne devi
7,01.,gir mais mourk de bonte, si wn Alme gan' grenee en etait susceptibl6a

Je vais donner A lectures une jucte 14de'e de la bonne f6i de Mazeres et des ex-COIODS ; DS pourront jageAr qu'els fondchmens I'on doit falird wr les assertions de ces homes perver'.

Plason considered la nature dansses proce'de"s,
dit Maz6res Iplus on ref roil ve dans sesc ceuvres,
ces barmoiiies et ces consonnances., sui, le's-.
quelles Bernardin de Saint-Pierre, a fait un livre chat naant ;. ainsi quand les faits n1e, prove.
raient pas que Jes formes exte'rieures des ne'gres correspondent avelo Jeur intelligence on pourrait
peat-6tre I'affirmer par a n-alocrie

Lorsque Yon et 'itend citer ainsi M. Bernardin'de Saint-Pierre tout le nionde ne croiralt-il pas qua cet homme vertueux dans son Jivre chai'mant, a confirmed' l'opinion stupid et m6chal]te de MazeVes
'n "aux
maiatenant le savant et ge e







-z "r
Zerflardl*n'de Saiw.Pievre et von allez. "u'PrO comme Mazeres SaiL citer juste -et d propos:'

4< Tandis que des philosophies donnent a routes.
les species de chiefs une -ovicri-necommu tie'
d'auires en attribuent de diffldrentes aux.
homes. Its rodent leur system sur la varicito' des tallies et des couleurs Aans 1'espece humaine ; mais ni la coul 'ur, rd la grabdeur ne, sOnt des c-aracLe"res au jugement de tous les naillralistes. Seloil eux, ]a premiere West qu'wn acc'
dent ; la secorlde. West qu uri grand d'veloppewment de formes. La diff6vence des. esp'ces
vient de la diff&ence des pmporuolls :' Or. efle caracte'rise cells des chiefs. Les proportions d6
oflfme iie variant Mile par-t;'sa couleur nowe
etilre lea tropiques esi U'h sl -Ple erfet, de' I& clialeur da soleil., q.uile retabruci-it a -mpsuve q 'it sapprocl e de la ligne. Eile 'est 'c(Amha;
mus le vetrons un blenfait de la nature
Man" res aura beau se creuser la. ete .110ar r approcher llic)m.me de la bete, I-,.our prouver que les noirs Wont pas e' 16 trait's par la, nature aussi Eavocablement que les hlancs il tie pe,"Suadera ,q ie les ex-colons cotrime lui qui som lutdreswis

Ewdc de JMXZavvire, tome i ,page








A'crder des preiucr& aba-urdes, pour SOUteDir leur affreux system, la trite et 1'esclavage
Ceetes ., la nature n'a pas fait pour les noirs une exception 'a' ses lois O"ternelles; toujours conbiante daiis ses Nenfait-s-"eflIR ne les a pas violees 'a notre, egard, elle nous a traits avec la m^me faveur que les Jil ancs !
cc L'howme ( dit M. Bernardin de Saint-Pierre) 'Pa.- toute la terre est au centre de routes les grandeurs de tous les movements et de routes les barmanies; sa taille ses mernbres et ses organs ont des pvop options si justes avec tous les outrages, de la nature qu'elle les a rendus invaviable s comme leur ensemble; il fait "a lui seul U11
7' 1 7 i classes, ni esp'ce, et qui a m'rit' genre qui n a n e e e
Ipar excellence le nom de genre human
Mais pourquoi cbercherai-je 'a accumuler des faits sur une question d6i "a decide depuis long. temps s'il fallait citer et rapporteur ici Ie temoignage de tous les europe'ev.s vertueux qui ODt vesisI6 et brav6 routes les injures des ex-colons, des marchands et trafiquans de chair humane 'pour prouver rotre identity' avec les blarics je deviendrais prolixe. Qui doute aujourd'hui except les ex-colons qtie les homnies sont tQus frees el qu'lls se r"attachent par leur origin 'a ]a U ^me fatuille ? Toutes les absurdile's que Uaz' es








--et 'Ies ex-colons ont imprin-ic'es centre le genre, hurnain ont. 6te dej'a' veirweies par les hommels Jes Plus cei6bres. Des souverains magnaroiti.ies des iiations eivie'i-eslde I'Europe ont rendu homage A Dieu et au genre ht.1maiii en brisant ies fers des iafricains La cause de Niomri-ie a ete' d6fendue par les immuriels pbilla tit ropes europeens avee autant: do zele de cons a'iice d'arde"ur et de talents que les noirs, auraient p u le faire euxmeiiies s'lls avaietit eu les tnetnes avaintacres! Si iue suis determine a' eicrive cc _nest pas precisement pour re'fater les sophismes des enuemis do Mumanite. qui ont e'te curnbaaws deja' victovieusement parnos iflustres protesters; mais par un sentiment de reconnai stance et de gratitude j"ai voulu, par wes fables travaux appuyer-les assertions de nos amis excite' en outre par une juste indicrnation. Mfenseur de ma propre cause et de celle de mes semblables je Wai pu resister au de'sir de rancher le, noeud Gordien ell prouvant aux ex-colons, morale ment et physicluement pav la. plume et par lleipe'e que nous ne sommes pas inf6rieurs -a" ]ear espece.
Je reVieDS 'a Maze"res,
a Les-colons Edit il .1 en reelamarit pour les enropeens I evidence pre'f6rence que leur accord re tjsejit pas ceux'-e*
la Lialure stir IC5 Flegres ne a I








le noir. OMOMme ete 3. 0i-THe impudeilce de In "part des x-colons,'de re"clanier pour les europe'etis une preference qu'ils ne veclatnent que 1- our euxmenues Da qui dwic Miize'ves a- t-il re ai 1'aposItAat, pourk se rendr-E., l'urgane 'de I ioll's
270 1.11 i'l'
Veurope'.ens d une Poi-ornee d ex-colo'ns fffi', ns dans l'opinii.-m, par les crimes dont it's -se solit couverts ? Quelle extravagance (Aser re(Jatii6v une pr6f6rence absurd ,une et its dissent
encore qu ureux mais qu i -e
"ils sont i-Da I h %-'- "Is
sont pas en d6niecce A--t-on annalss. vu )e le dernande des Preuves de f(,,I.e et de dcmence, plus caracteristiques (lite, leta-s pretetitions ridicult-0 Coi-nillent peuve;it-ils soute'tiiv une these aussi 'exira'vagalAte, qu'elle est abStIN"de ? J. J. Roussean
it rai 4-on de dire quatid, 1 homi-ne' comr.,ne;i0e
-6 raisomier, il cesse de setitir : Nla-zeres nous d6montre 1a willie zxj'O-jre ar -(OUL, SOU.
veibia-ge
Ex-colons, 'Afres org)-neilleti'x et denatui es
TEurope enfieve vous desavoue ct cmq ceiit mflHons-d'Lon:imes i oirs jarmes 6L basalle's 91 repaiidus sur ]a surface dL-, globe revendicionht les droiis et les privileGles qu'ils ont rqus de Fautem- de ia nalure
/JC decouvre tant d'absurdite's, de metchancetes et d'ab*ections daus feult de








-que ie suis vinat fois tewe" de jetor la plurne et d'abandonner son fratras au' profound m6pris qu'it m inspire. Je ine sens humilid je suis homme
0
. le le sens dans tout mon 6tre je posse'de des facultds, j'ai la pens6e, la raison, la force j'ai tout le sentiment do ma sublime exis ience, et ji6 me vois oblioe' de refuter des puerilith d'ab4
;n
surdes sopbismes',, pour prouver "a des -hommes Couple Moi que -je suis leur semblable Mon Ame indignde de'cet exces de de'raison. et de mi-ebancef', me force de outer 'a' mon tour .S"ils sont bonimes, ceux qui ont ose mettre en discussion une question aussi impie, aussi M-' morale qu'elle est absurd cc Mais dit :o Mazeres, si les castors sont plus inteIligens quer 13 les Anes 'I s'iI y a des races de chi-ns diff6rentes w en intelligence it doit necessairement y avoir' n des espekes d"hom- es infetieurs aux autres Y* Eh non imb6cile re"Pond J. J. Rousseau at arcrument fird de 1'exemple des N,,' tes ne corteld point et nest pas vrai. L'homme n"est point ud ebien ni un Ane. 11 ne fautqu''tablir dans son es puit Ies premiers rapports --de. la socie-t6 pour donner 'a ses sentiments une morality touiours inconnue aux beftes. Les anitnaux ont un cmar et des passions ; mais. la saints image, de I'honnke et du beart Jaleatrd jamals que dans le cocur de-l"hom.mei







.7 6
e.',est done une grande absurdity que de vouloir iu!r,er Phomme par analogie avec les bekes,

G2vteiinement iI p ut y avoir des castors qu1 ont un peu plus 'instinct que d'autres castors ; ,des Anes et des chiefs qui soient un peu.MeilICUM les uns que les autres; it y a dcyalement de beaux hoinnies, it y en a aussi de contreraits; Ii! y a des 41 i I
hoznrnes d'un g p4rieur, if y en a aussi de
n i e s u,
sots et me' C-' hans ; par exe mple, Maze'res se cWt I egal de M. de Butron en talons et en lumie'res Se croitp-il un AchMe ? tandlis qu'I'l n')est qu'un fat reuipil d'orgueil et de vanity', Idehe counme Thersite! Je le re'phte', que Maze'res Se compare et se juge s"il veut, par analogies, avec les anes et
0 0 A
,Jes chiefs, je ne 1en empeehe pas; if peut existed entre lui et ces quadrupedes que1ques analogies les, chiefs, par exe. ruple, ont 'e'te' les auxiliaires d'truire et
es ex colons qui les ont aide a e ii
d6vorer les noirs ; i1s, peuvent done tres bieii
ympathiser ensemble ; mais je soutiens (111 c 1"homme'"intellic-ent -espeke unique, ne peut 8tre comparie.et juge"e qu'ave"c I'liornme son seura. blable e les animaux avee les individuals de leur







17
r"apreIS le syst6me absurd de M '.t6r' s e &3 ex-colons, iesparisieng [comme le dit fort bien M, Sistnonde de Sismondi ] parce qu'ils seraient plu -Is 6clairds que les paysans de la Vende'e "'se croiraient d'une espece particuliere et supe'rieure & celle de ces malheureuxv) ; mais ce que Maze'res et les ex-colons ne pourront jamais comprendre 9 c7est que le plus rut de3 "liottentols est 1'egal de yeux de ]a supreme et "ter. M. de Burf6n aux A e
relle intelligence!
Maz e"res'. dit Taniraod qu i a de belle f9rmel 'dont lo- t4te s", Mve vers le Ciel a ordinaire." 7nerit des UIC/if7ations idus p _'ndreuses PIILS de. force et Pilts di,fzteh1,rrIP_riC'e eh bien qu'est-ce que c I ela prove ? qu'un cheval d'une belle taller., bien proportionn4, devra it A tre st pose meilleur qu"un autre qui aurait de moins ,belie forme; cTest utie refyle ge'n'rnle, mais I'ex. pdvilence Cle'montre qn'elfe W'est pas toujours exacte, c;1v,,.,I y a des chevaux..peti! et d'autres qui sa ns C"ti, beaux, sont cependant e xcellen.s. Adaptez encore, si vous le voulez, cette toi des barmonles et des consonnainces "a Fbomme il s ensuivrait Aussi que le ginie devra*t Atre essenI I'apanage des beaux h' eft
tiellernelit omtnes ; 1'exp '
xience vient enwra cle'truire cotte r'rTle des ha",








Im.onies et des consonnrinces, car les bornmps leg plus laids ont toujours ei6 les plus spirituals. Esope Ie phrygien avee ses diffortnites, avalt une befle Awe Je veux bien que, cette loi r'CrIle dGans ]a po&fe cornme dans la printure ; ill faut
I Is
zwx arts de beaux models ; cela ne prove rien centre fes nuirs, ni centre les blancs, ni centre 'Jes chevaux quii ont 6oraleinent des forces et des
-proportions, plus ou irwim.,bellkes. Que Yirgila ait dit 'adrnivahleyrnent pour car act-4.viiier une diviU4, lk
x4e -,,i vera incessit pall-idt dea ) a son march' elle Parut une. vraie d'esse. D'accord, cela ne prouve rien encore centre Ives noirs. Que le people dit, pour caracte'risier on fripon il a unie 7nine
Je suis assez de cet avis et s'-11 est vrai'qu"It v a tonjours dans. noirm. exterietir quelcr-6 elt-flose d'hartrion'la Lie avec nos faculte's intelavt c nos Inclinaf.'i6ns et nos pvnehan.s, ave'c 'nos ViCes et 1-103'Vertils; (11.el hornme doit avol1, till p1hyc.,que, plus bideux que ce Mazeres
IVII%- 115 Ce 11 Csi, pas, ce me semble, c O'A'(,all a voula
P
pi onver par ses s,,.;--uhi,,rnes abs-urdes, c"est ]a supe. rio"'I"e 6e la wuleut. blanche sur ]a noire qif'il a WWII il aura-it du^ donc comi-nencee
!av a]-)! II: la SLIP 'v'ov;t. "des clievaux blancs sur les cht--vaux noirs des chiefs blanco sur le cbiens
1,
X10il.'s et cn;xite de I'licunme blanc. sur l'bomme









110ir cette march anvait e'te p us natwelle, et it" aurait inontre' Lin peu plus de. bonne f6i; 111ais e I I revanche., que deaibarras qae, d'obstac lies n'auraii-il pas rencontres 7. Par txemple lie, savaiit professor de ottingue riema.Ujae quen Guin'e,, II011-SeUleMeDt IeShommes maiS ICS ChiCIIS IC3
oiseaux el surout les gaflincac'es sont 110irs tandis que Iwrs et d'autres animaux'sont blanco Vers les III..,A. Glaciales. La couleur nowe e'lant Selon'Knio'lit, I'attribut de la race prirr.-,-itive dans
Z
JOUS les anit-awlix, il pence "a Croke clue le I-,&Cyre est le (ype oviginc-tl de NSYCce Ilutria-ine [ i Hunter soutient (tue quwad la vace Won anirnal ,blatichlt C"est une preave de degenera-tioti. Buf bii vent que les clievaux anx extre'rriite's blancliei soient bannis des haras ; rnaii cerk aj nei 11 z -Jlt tout cela. n6 prove Pas quo L". I'esi- &Ce 1111111- -Illla
la. vani.6te' Mianche soil
L'Mriqtie prol-hlli 111115si des anlitiiaux Net) plus formidable& (tue IEtirope ; I'on ne pourizit ;,,;,as meml-I trouiver aut.,-Un decree de ColCparailsol-I.. kA e anlin-al UOU, a;t ^Lre eoni!,are au 11011 C at'l U 'V'Q k 4-' n
ro.yat, de ia zorletorritc-Ile ? se,.-aietit-ce Vouils hillatiC. et le loup de Ia zazae glaciaie ? X[azeres quli amie a
p
Ll.r (a e s ti onlines par ar a togie a v"ec I s cfielvaux ceux de I'Eul-ope peuverit-Ills soomenir Ale Varalll lv

Li t t h at ur c cl e s a r e s T) C1 p P I







20
avec ceux de I'Arriqii@ ? Ecoutez M. Bruce dang son voyage de ]a Nubie.
cc Gest 'a Flal.rala et A A(rerri, dit-il clu'wi commence a trOuver c,,t;.e noble race de chevaux, si justement ce16bre par toute la terre. Ils semblent etre d"une espelce touit -A-fait diff6rerte des chevauk arabes qu"on voit dans les planes de I'Arabie D f.3serte. Si la beauty" la regularite Parfaite des formes, la grandeur, Ia rorkce, I'aorilite', la soulesse des mouvernetis ]a raci,1ite 'a supporter la P &
"falicrue ]a doGilite' et I'attach.ement 'a son inaitre doivent' constliiue's le rn6plie G"un Cheval, le nubien est saris conipavaison ceI61 qui I"emporLe.sur tous les autees. Le plus beaU que )'ai wi dit-il, e'tait celui que montait le Sheik 4delewz ; ka cheval n9avait pas tout-a'-fait quatre'ans, et it avait seize paunies de haut : ce cheval e'tait accoutuale 'a sacte-noui 'tier pour laisser monster son maitre comme pou le laisser deseendre tout arme'
Les ex-colons dissent que nous sommes iiirdricurs aux blapcs, parce que nouas avoids, suivatAleux de's t-I-ai-,:; moins purs ]a Peau noire et fes chevoux crepus. Je reponcivais a nos d6t1racteurs que le m&.1me preju'go-. regne parnii les noirs 'a I egard des bliancs its se croyew plu5 beau et favorite's plus pariiculie'rement pawV ]a nature cette croyance se fortified Far les cxen-lples fre-








quens qu 'i!s o'it Iles Y("U, Des c
ac r v i v a n s so c q, Li es a c s ca fo- c c. c cl c scmte' avec le veIL-11-l'ail I cau !)out %.a'(; deux on
trois mois de tolial-.c.1-i L, claims uo. 6,r'at
f fre u x c et -)rle ciul sa *,t leur
e', P' eau Dianc e
deviera bleme, Sale ba VICMC .) tres et cotistentes ne peu.Vell.t SOvt.:4,.'vw les vayo-r.3
11 1
da Scolell ; le Corps cllechar.;Ile 11 ("st satIll, V:'O TILI (alai, I ses facu't 'S phys" "a -1 q u e 6- e t -.n c, I avl-*es -,
blanc n'est lpnlus "n IcLi-L-s y,") 3 P lallt di'sc"vack, P a 117 la I'latuce (lai. ne pcwt ull ^ Irle SU o rte r i r-i flu e i--, o da le w: ckna'-, ni h t-. he c lia U C heureuse contmC.
cc Tout ceux qui ont voulu de'she'rif'er les negres, dit le vertueux (31-c"croire, ont appelle' i'anatonme Aleurs scours et sur ]a disparate' des couleurs se sont partdas leurs premieres observations -33,; mals S'il est pr6uve' que la couleur noire se trouv'a entre les tropiques,, et que ses nuances S'6tendent progressivement suivant les diff6rens degree's d'e tenip6rature s'll est prove' que I e-. biatic n pedt pas supporter Ia chaleur de la zone' tortide flu e le DOiC tie peut supporter-le froid de la zone glaciale ;'quel advantage donc il y allfait-il d"etix inoir, jautie ou. blanc ?

cr L e S f e m m e s cl c I a ]NI, b,' e dit Bruce, en Nroyant








Manclieur cle ma i)eau frent nn c-L* dlior-reur 'I eL seMbliet 011t. id C011*161-er plulut cor-timic Veffet oune malcadic qlae, cortincie une co '1 1 V naturelle 33. Uauzres fennn,11-11S Se Bruce, Sur s6n liez long et l'imillu. chaque, Peuple a ses Prell.l(VT115 ; 11OUS tmmvcils, la COL11CIA, 111OWe plus btAle clacl. la bsanche' DOS peiguent la divinviie" les avtg,,- s en nuii s Ires 114inavais (--rcinies et les di -.ibles "elwi blanc. Quant A la bea ute el!e consist e OEM (if, beafles 1,0i'lues el da nos ]a re' ularite' rcics traits ; et sctus ce rapport nous nous croyons aussi emineinment favonses que les blanco leurs; propres temoignages etant ici de que1ques poids je, vais C'11 11-appo, ter- Plas"e L. I'so
Bosman vanie ]a bleaut6 des' iiegresses- de 3 c.*Ida ; L,,,,dyard et Lucas eel I e dles i)e gres J a iwes; Lobo celle des -byssins ; 44 ceux em Sene'.gal dit Andansson sont les plus homnkcS de Ila
Nigritie; feur faille. est sans cleTant et pavvni eux on lie tcouve point destropiels n. la
des dl"Li-le rriancic heautc, 9 cl June
posame avee des traits ]a romaine.
C011, "M j j
Lio on Parle d"une ne,crl-Csse de 1'.Ie
Z) %n 9
qui uhnissait la beacte" et la tnaies!6 'a tell j-,oint& que jamais il n"ava-11, rien ,vti de coaipai aljle-. 'Robert Chasle du journal dzu vo%7a,,,,ve Lie
AI
61.end cet 610ge aux







I ert

Mullfresses de routes les iles du Can
Leguat, Ulloa el Isert rendant le ine'iiie Vmoig1lage a 6 a qu
"g rd des.n grossess lls ont vats; le premiere Batavia, le second en Am6rique, el le troisic'me en Guinde [I]#
Bruce, en voyant wie jeuna personnel de la Elubie, sexprime ainsi : u "a fus frapoe' de "son extre^ me beau te".
r'N
,une chemise Neue qui lui t..'Llbait jusquaux.". pied,,,), Quoifilwal cette jetine perscline' Lieut Pas, quinz.e ans sa ta- ille 6failt au detsus d'une taillct ouditiaire; tous ses tnaiis cIE-Irmans auraniew pu serviv de urio(,! Iie,A un peir)tze. Les dames, cor.606e R-o'ce s"a percu rent 'a' quel iiolltit etais et de ce que)i v nais de vol7r. La fille O"Adelarl Ine dit alors : vous av.--z resle si !orrr-fteinpsen AI)ys. Sillie (Pie YOUS, devez rci4e bien peu de cz.is des fitu rn es de rrit! is on dit ( I u e I es re M [I] cs
de i"Europe, sont si blaiiches que leur beauty' ,Tcunporte, stir celie de ttoutes les autres. Je n'ai jamais gfenioiDs Persuade' de ceae venire qu'a' pr6. sent, lu-i repondlit B rpee x7. 11. vante aussi [a btoaute des princes aruicaltis; ;4 An-iba-Yasous, Glitil pavaissait avoir v,ngt sfx 'a vi,6gt-huit ans if arfaitetneilt bledait, it avait utie ctait grat-ld et P

al --iu'rawge des NVV







24
tre's-7i-elle FignLe, qno ;CTU'9;,AVeC de petits!ra-Z.ts. m_f- se, rn a i i i C' ne s 4iale'nt e:xtr6mem'ent 'venaw-s ; -le--i vo-vp _irce aver- le Rol et.F-Angedan, f"TO-yak., vow, dit Bi'r4ce, les trois plu.s beaux horum,ec, qui euEsent jatais' frapype Plies "rell"Llilds
Les -v olofis) Pamk sont antics
puiSsEMs et belliqueux ; Jeur nez e3t molins epalt.o.'roins epakses leur peau esz tr'tc;,ire el ]es quil font, le commerce d"essr
C ,-IV al e,,
-3. 1E, s jc e a p c o rn mi rz, I e s p.' u s b e aux V 12-1 G 7 CIS C. C C*_1 du co..ItivAerk.,
Les fo lj a, i s, o n i C 1w
n o n no i r p e "I fo'n
lt-. S C;_-kC.Ve-X -()r,,lV PJ Ic-, N"-!As alzr6ables ; i!s al M.erlt 1...2 vie puslora et ; I. Trqcofle et se repa. dell! dn'l- A" e r,IJ, po. u 37- 8're her11 01 .euus E 11 cel a il font beaucoup
Ml C U GQ:? t2l,,-, Sill V"I"T'll, (101 Se jettent eo-ll Fraan,,e,
;L
pour ex %rcer es !,IrOfess'lons meprisees de ramo. Ineur e t (1...
P iteeson ctf lo 'Vaillant decouvrent dans Ieq.
sauvaore hc),J.,_r.AW Oles wiltir que l'on cherelvo. rait envain el-yez (les penpk s elvilise's.
tra^mes trois f%2affres qui JNRCU Cllt SiDgUli'rement







2 5
tonne's noire aspect, car nous etio6g certaine-i
4
inent les premiers hommios blanco qu jIs-'ebss6nt 'vU') Ils s'en fuirent a 0 et domierent"I'diarm'e au vil lage. Cependant, quand nous Y arrivames les habitats fiddles 'a' Nsage, ou' iis sont a 10 ex erce I r
-'Thospitafiti.6, vinrent nous off'rir du laii et-un tau,reau gras. Les cares, dit eme voyagqur
ont en g'n'ral ciriq pieds dix pouches, A six pieds anglais de hanteLir ; it's sont bien prop or'66 ni) e-s et la hianieve d6nt i1scombattent fi .-slions 00es autres betes fdroces prove leur courage: ihs ont
teint aussi noir qu'uii Jay, et lies deWs blp.nches comme, l'ivoi,.,e, leurs yeox sont tres-gvands.
44 VouleZ-VOUS des autoritds 'a Vappui de moa opinion sur U'infdrioriie' des negres ? dit I"6x.
colon Mazeres., en Use One'rale, FonterigAle vous dira : que les habitats des pvys tr6s.
chauds el. tres-Froids sont incapables des opdra-I $a
tions Lin peu relevees de 1'esprit. L'abb..-' Dub03,
dit-il Oans ses reflex-ions sur la peinture s et la pod,.-iie. xrous expliquera et vous prouvera la ve'6te' de, cette assertion )). I

Qae Mazeves explique lul-tnf",me comment se rait it que les horwegiens les suddois les rushes, quisoni dans les pays tres-fruids, i t qUe lei







26
lhabif ans du Se'negal, qui sont dans les pays tr&,,.* ChaLids sont de tr&s- beaux tioninaes et tres-capadft bles des olAration's de I*esprit le plus sublime. L"abbd Dubos tie prove rien it a puise' ses preuves dans de manvaises sources, pour un hisforien Jes poets. et les orateurs, : ce West poin t, dit Montesquieu sur des outrages dustentation qu'il faut fonder des sysl 6mes ; et oserai me per-, wettre d"a-jouter,, apres ce grand homme ce in7est point. par des sub,-i!ite's despite et par des jeux de tncts que Yon doit jucrer le genre humalill,
Pour itwiffier sa tb,orie de Yesclavage f 0
Maz6res app-elle te temoignage de Montesquien 1%
a son scours et en crime temps il calomnie auteur de I'Esprit des Lois.,
0
Monlesquifti pour avoir dit que ]a ebaleur 4nervalt le courage, n'a pas 'mprimd que les in'6gres 4taient une esp&-e particulie're et inf& rieure -aux blianes ; experience d"Omontre au cono. trpi-e que les PfFets des clinic Ischands influent I.-aviictillerenient sur 'les blanes qui Oprouvent cet abatement de rorce et despite dow parle Moi- iesquieu tandis que les, j1ohs sous ]a zone torrid dans leur clirn-at vatal, sont fiers et rem4M 1: is de courage ce qui est contraire au jugement
rvl Y ZD
de AluiitesquieLi ; wais nuus respectons les carts








de ce grand homme: voici conime Moii fesquien', sItexpritne sur le droit affreux de Vesclava(ye.
Veselavage proprernent dit est I etablisseft 5 ment d'un droit, qui rend un hom'rne tellement
A
5 propre a un awre homme qu'il -est le inau'.re
absolu de sa vie et de ses biens; it West pas bon par --,a nature ; il xWest, utile ni au malitro 5) ni 'a 1'esclave "a celui-ei parce qu"il ne"p "ut
t rien faire par vertu : a'* celui-la parce qu9ft s contract avec ses enclaves routes soixtesde 5 mauvaises habitudes, qu'il s'accoutum6 hisen- I
s ble-ment 'a manquer 6 routes les vertus mo5) ra les clu'il deviant fier prompt, dur cole're
voluptueux cruel 5 .
L'immortel-Montesquieu., en eo'crivant ces deeini6res paroles songeait aux' ex colons ; il a vo'ula les twindre d'unsewl trait.
11 continue : 44 11 n'est pas vrai qu"un'homt-fle libre puisse se vendre la -vente stippose un 51 prix 1'eselave se verdant icyps ses biens entreI
A
raient dans la proprie'te"du tubilre le rnaltre 5) ne donnerait done. 6en et 1'esclave ne recevrait rien it aurait un decide, dira-t-on.,, mais le p'cule est accessoire 'a la personnel s*ii West 5 pas permits de se wer parce qu on se de'robv A 3o sa Pairie il n'eSL pas plus permits do so'
vendre







Q.
Sur Fesclavaze des n6arr,-s, Monfesqnieu s"ex., prime, ainsi : 41 Si j'avais "a Soutenivle droit que
110kis avons eu -de, rendve les n'g.r.es enclaves
voici, ce, que jedirai.
L's peuples''de I'Etirope ayant, determine
A
ceux de I'Am'e rique ils ont du mettle en
ceux de I'Afirlique pour s en service,
'a' "dfIfficher tant de terres
Si leS ex colons' We'raient pas avecges par
ils a-uraient senti touL Fainertume q "I' dans, cotte-iron-w. 'Co riiriiefit pe u v e" n't-J Is avoir 1"impudence de citer, Montesquieu pour justiffier leur. affreuse the"orie-J 'Q-t'ioi- parce qu'il, aurait ecrit. que ]a chaleur, ePervait le courage S 9 en, suivrait il
So
qve tous, Aes peoples qui habilew les climates
chauds, seraient inr4rieurs aux. peuples -des cl-;., mats froicls et, devraient etre feurs. e1sclaves ? Je 11
sonJien"sqtFe c 1P est une tb'urie tres-frausse qu'oelle est. ab-urde, cheque homme a ant, recu de la I I Y :1
nalnre, une complexion relative au pays et au cl mat qui 1"ont vu noit're ; pour rne I coiwaincre que fes blanco seraient d'une natUl-e sup.fieure aux noirs il faudrait pouvoill- n e prouver que Jes blaincs pourraient resister 'a I I influence des climats,41 A
qq'ils pourraient habter sous, la solleil bt ullant de Vdquat6ur cominne su les glaces des p "Ales sans-







29,
6prouver aue-une alit-I'atV III ni cha-ngernent'. dans, leur complexion phy3i(liv,; mai it est prouv.6 pav des faits et des aworves ivrdctisavble s quTs ne, peuvent rdsister "a peine trols moi s d angles climats.. chauds sans degen6rer. I
Derrianet et lml y remarquent que les des, cendans des partugais e'tabill's au Congo sur la CO^',e de Sierra- Mone e! sur d'autres point dle .1-PAfrique sont devenus negres ; ce. qui. prove dit D1. Gvegoire, 1'ascendaDt du climat sur la complexio.n et la figure
Les froancCalis ont-ils done d6* "a oubl14, les fa. iiestes elffe'Ls de la chaleur br^ lante, du royaUTUe,1 d'.Ha ti, et da froi", glacial de 1'ermAre Pwss-e, Our discourir aussi 16gerer-neht 7 J"a'-.VLi des rnll:iers de franca-is quipMlvaient 6-ire- de tieo V.; L I I't U X
I
et de tres-braves soldats dans Luc je If-S,
ai vu dis-je, et le iii'en rappelled e)- core &,endus sur la pousslere, Preseritter le conible de la vnis%'/1 el de la falblesse hornailite O' est.. done cette pr6-tendue supeviovile' des,,blancs sur les noirs ? Oh est done cotte lh-e-'orie de Montes(4ujeu (IM
Inous Conclamne in',."v-7tablement "a F)esc-lavav ?
Les ex-colons se contredlisent sans
quand il s'agit'cle leurs fls sont sans sctmpule ; s'ao-it-il de' proviver la supe., ite' des, blanco' sur les noil,,-, lils VOUS disquit que lero peoples de







3o
la zone torrid en ardeur er en puissance le" e'dent tous aux Peuples des zones tf-mpere'es ils vo'Us dissent efrroi.,itdm ent club les noirs so-tit mous, effemines., arnis du repos ; voyez' Iles 11 egr.--s dit c-et impudent de Maz&es tout leur mouve-, ment. sont des efforts un porte faix d'Europe S011'eve des fardeaux que deux noius soul6veraient A peine ; mais s'agit it de I'abolition de ]atraite et de 1'eselavage des.ijoit-s dans les colonies, vous les voyez tout-a'-coup changer de language !' Ecoutez bes chena pans point d'eseltiveige pol /,It de colonies la terre des Antilies ne peut-6tre cutfivee que par des negres ; its sont d6ji habitue's,',. en Afrique dans I'ardeur du solely ; eux S Iuls, peuvent resister aux travaux de ]a culture, 1'e'-', ropden ne 'pourrait y temr it succomberait bient6t sous influence dU climate et du travail
Cest'alors quits se soav eniient de nus penibl'es. labeurs ; qu'ils recapittile'ni la masse d'or -'qu'ils pouvaient extraire de notre sang, pen(.1aw les dix annexes de vie et de tortures, qui ilaleivt le it-rime supposede notre existence notre g,-nre de vie frois heures de sommeil dans les v1r:1iq-,t,-qiiat1'C'. hiress, pour habililement (Itielclues haillons pour nourriture qoelques raciness cultiv6es sur le terrain le plus ingrate de Mabitaijon dans nos lieures de repos ; tout ien r'capituI6 Its colons







31
supputent ensuRe ce que le travail d'Lm blano pourrait. lear rendre le pickle qu'iI faudrait lui, donner, les heures, da repos, Jes v6temens, une nourriture plus saine et PILIs abondante; et ce qui
-0 A
est bien plus cruel pour un colon, c"est d etre tiblig6 de trailer le blanc avec un peu plus d'human'ite' que le ne'are, de ne pouvoir le torturer suivant
n
,ses caprices ; lout bien compete' et mu'rement r6fld. chi il le-ur faut des n6tyrps des enclaves; pour eri avoir. it West point de c.allomnies de stibler.6 files, et do niensonges que ces o-cjieux brigands investmentt pour obscurcir la. v'rii' afin de per. p4tuer leur abominable syste'me cololiial
Gest ainsi que Mazeres., apt es av()i,; fail long ses efforts, en employan! le ia isonnem ent le plus absurd pour nier Yidenlit4 de I'espeke humane, vent. encore yie les africains de la pariie septen ttionale de l"Afrique soient d'une autre espe c a que Jes africains de la parties, m4ridionale.
Ain-i apre's avoir prove' l'ident.44 des tiegres avee les blanes,'il me fdudrait encore prouver 1"idewite" des arricains avec les iiegres, et proba., biement aussi Iiclentie' des haytiens, avec ces deriiiers ; quant A moi, nyant reca le jour d'une arri. caine, 'je me crois tres-identifie' avec' les africains
I A *
aurai desire' que Maze',res nous Chi. demontr6 si., 1P.3 pi .uples du midi de I'Europe ferment une espee








p rt-semll' ve LYaWc les "Uples du I'Jlm d s"if ,4 identiie' eime les fvaticaia- et les laponais, et Les espagnols avt. -c lies russesi quels mise'rables sophismes quelles ,pue'.vilitC"s Mlaze'res a cru', sans duute, par ses subterfuges, evi;-erles objections que I'cm pourriail. Ini faire sur I'anciftne civilis tion cles peuples & fla pautie septentrionale de I'Afriqpue, ou. bien comme ily a encore des nations de 1"Europe qui font 1"odieux traffic des homes; et comme elles ne peivent pas faire ]a trailed des egyptiens, ni des ruarecains, il imported peu aux cy.-colons Lie lew, attrilmer quelques faculte's et d'en faire une espece separe'e, des habitats dn &.,Pe7,egal, du Monornotape. et du Zanguebar, qui
."Utes propres a fa
sont selon eux des 1) F ire des
esclaves
Les erneniis des veulent persuader
Irlille ans qvie, le monda que depuis cli-tq 'a s',,., i
existed I'AftiqVIC a twiio, 1'1'11-5 6te plwIl!Cfee dants I'a 'i0l'a!"We est ii ,hl.'.rent la
P. a 'I u r e d e c e s k ii i a;,; s. 0! i !,,S (I iu i i c u u b 11; q u e I'Afrique a eite .f., berceau !es scien-Illes et des artsl i'ilS felglIfmIll de I'OUbllier c"est Anous de les eii faire ves"'louvellir !
Je ne Feral clu'une esquisse rapid de
pour y puiser les argu-mens a Iles rcipprocheinens qui







33
epi me sont n6cessaires p our refuter les C Iomff nies des ex-colbns; malgrd que je n we pas eu le bonheur do f6ire tnes ditudes, comm'e ce fat de Maze'res; sans avoir dte' eti sixi6me, ie crois' que I"histoire do Momme aux yeux du philosophy a que1ques exceptions pre's., est pour lainsi dire la
A
Meme dans tous les temps toug Ibs Ages et dans les diverse regions du monde.
D'abord Ion volt que les pays le-S plus vision' du berceau du genre human furent les premiers peoples et les premiers civilisds ; les peoples so Communiquerent ensuite de proche en proche les premiers rayons des lumieres,: chez le's premiers I"on voit briller dejA les sciences et les aris,, et chez les autres quel 'fincelles tandis que toute ]a terre e'tait couverte d'epaisses te'ne])res, et m ekne encore ignore'e des bommes. Von, voit le flam. beau des lumieres parcourant le glol )e s'al-lumer ,pour de3 peoples et s'e'teindre pour d'Qutres des empires puissans s ' dilever et disparaltre ; les peoples succornbcant les uns les autres, montrer
0 11 0 It -1
ainsi a nos -T;eux Lies exernples frappans sut, llnsta,bilite' des chows Immaines! D'apr -sta version dea ;Seplante, il y py ait deja' 1656 anti e' es qu'u ne. i)a&..w tie de I'Asie e't, de, I'Arrique dtait peuple'e qua Murop dtait encorc inconnue. ai x harrnn-ies






34
.West qn9apye q le deloge, que des trois en'rans do Noe' sont soviies routes fes nations qui p'euple'rent lc tel.-re, SeIn FA ie, Chlim I'AfriqLt6 J iphet FEurope ; SLI*'Val les niiales et It a e-s traditions do tous ]PIS P ,Uples ITgyple tout le 0.&Vniet. pays ci.'Vili e du monde et Ie bercean des sciences et de ,s arts 9 a &est de cc pi-i'PIlitif, dk
TU, Lesage 'Wou" bien- cerlainement est parti I etince'lle antique. qui, par ia suite S'i ekles a engender' IOLIte- !a masse de llumlece', qui eclaire aujolard'hui I Europe
Tout le rporide sait qtie les grecs I s i polis ce rtiode J@s du goU^4 etaient Oans Ta phis grosssiere ignorance q n "is 'se nourrissaien't d'beibes et de
- I I I'imi ation 'des' b8les lorsq"u'ds fur-nt
9 iav ,k d. s a
Civ*IiS% 3 par dvs Colonies egypnennes ; alors tout Ic re,,;!e de I'Ear6pe e'taiL encore inconnu et fes peuples qni 1"hal-'iti-dent diaienteertainement aussl 1-yarbares avssj igiiwwans, au s sit 'abrwis qu6" fe sonit peut-etre attJOU1,01'bui 1.3s peoples du Bcnin., (A Zanornebar et chi Monomotapa.
MAs ak Inachns C66rops et Lelex, au lieu d faire la Iraile d,-.,s b!a6cs en ena-eignant aux grecs
vol le piflage et Pincendie' au lieu & Jeuv fournir de's carries des nimlitions, de g4eyre, des uqueurs fries pour e-prer len.rs rni oiis ef les porter 'a se vend re fes.. uns Ics uutres ; au lieu, dis-je









de les exciter 'a ce traffic inhumai2i leur'appor '* to&rew le ble' leur emewierent Vagoicu'114re les sciepees et les arls des e gyptieils ; au'lieu do 'disculer avee ce3 'grecs ignoratis pour leur de-'MO'1'1trer leurs infeI'lorile's pbysiques et morales, ils leu'' ens eignef.,ent, a''l(,'s united dains )"art de las'06646,,ef 'biew 0", mr_'me A le"S SUrDQ3)Ser Aih6iies Sparie Corib(he flovis'sanent que le reste tie I'Eutope 6.M4 encore bavba'v6s
Vers ]a.- ll;'i -j6'9"' avant Rsus-Christ
ne colonie Tyri nne fonde"e par i.)Idon ; "b"Ilift 'Cav lvige ; et iT3 atis apre's Roni, ,) ceito mattresse do- nnonde fur, folld'de, par urie pojg nee "de bVigands;, i !es ron'lolils se mod'ellerelIt Sur les
-grecs ; les de'ec,mvirs tedig rent les lois des k1l
ll'i de-'at e lidetAbles sur ce e hinieiis, qui swit le'ro,
ihera da dvolt ron-sain ; de I'Laiie les lit"'lleres da-v1s, ies Gaudes, (.111i "favent dolm., Lees par Jules C.-,Sav Vall 696 de Rome, et 58 an:3 G-vant JesUS-Glll',.*,St,'
Albrs''le's' ga'ulais, cornme la.pl part des eu*6'Pee'll'S 6taient encore idollialivesplonge's daiis la plus .c!rasse ignorance pratiquant des coulu es superstit lieU Se s et- barbares; le motive, cependatit avait deja pros do 4oooans d'exisipence, et ces peoples de 'I'Eul'oPe n'avaient pu recueillir une seule e, Ingcde
U! ;-lazzlemen't Une le i








'-talloi2 la bordait dans sa pe-irtie m, ridionwlei
la lumie're ne pouvait penetrer dans les somhres
top A
ets des Gaules et dans 1'esprit d6 ses gcossiers
e ')es 'gyptiens les ph -'
babilans. Les 'thiopiens e e,n Aliens les carthaginois les grecs, le remains avaietit fait retentir le YJionde du J)vuit de leur 8agesse de leurs lois et de leur gouv6mement., que les gaulois dtaieiit encore demeur6s dans leur a gporance primitive. DI-mmenses forks, des hautes monta(mies le Passaf-re des lacs des fleuves ]a rigueur des climates Ivoids ]a barbarle des lpeuples arrebaient lintroductiori des lumieres dans le nor.d de.1'Europe ; tandis que des causes diffdrentes mais d'une rreA L e nature, empechaierit ]a civilisatioii d,.=.s peuDles du midi do I'Afrique.
11 ditait. t-res-diffic He aux egyptiens et aux carthaginois de communiquer avec les nations arr* canes du midi qui sotit separees d'eux par Immense desert elu Sahara ; la dlfficultd de traverser ces sables mouvans qui engloutissent fluelqdefuis des caravans entie'res le default d'eau et de subsistence sous, un solleil br^ !ant 6taient autant d'obstacles (lu'il fiallait fratichir c I est ce qui engage sans d,,,)utc3 les cartbaorinois d'envoyer des colonies par mer sur les co"Ies de I'Oce'aii. Ht-molz par Or"Ire du serlat de Carthage
IP CUICIMACS'
--itloS -'ePjjj5 S
A %A







37
.47-Tercul e jusqu'' Cetnd au degt-4,44 latitti-de Nord, C'est-A-dirle jusqulau Cap de Badajor, limited de ]a navigation des anciens dans cetLe parties de IAfrique..,
4< C'estun beau morceaude Panti qti il' e' que. la relationd"Hation (lit Montesquieu les chooses Sont coinme le style it ne donne Point dans le merveilleux: tout ce qo if dit du clitpat, du terreif-i'v de's mceurs des mainieres des habitats se rapld Forte 'a ce qu'on, voit aujourdflui dans cette 0 d'Afrique ; il,.setnble [ dit-il ] que c'est le journal d'un de nos navi rateurs.
Les carthaginois continue Monlesquieu
6taient sur IeCheMiDdes richesses et S"iis avaient ete jusqu"au 4 degrd de latif tide Nord et au 15' de 1011gitude ils auraient d6cotiveri ],a C v e d'O r
# A 41 .
et les cotes voisipes. Es y auraient falt Lin com.-I merce de foute autre importance que celui qn'o" Y fait auiour 'twi; clue I'ALnerique avoir
avili les, rickesses de tous les autres pays ; ils y auraieut ItrOUV' des tre'sw qui no pouvalent e^tre enl6ve3 par tes romai.ns
Les ex-colons, voyent le me"pris que Montesquieu avait pour la tralitte des n'Lyres 9 qw a avili
dit-it ] les richesses del tous les a7utres pays MazereS, qui s'a uic solvent sur le te"rnoignage PP 0
de Tdoiite squieu, m recasera pascelui-ci sians doute.









Je M IS dr, -ur-f a .Te Patlles rov-kigins est uno des ca',Ivsqui ait
eMPCIC11,114 (i ue-I'A, fvici tie, ne Mt entlereriien! civis "e, joit
-it l'it-va-ion des ba-bares, do Norcl.
44 C*e,-,L- au cornmencerne-nt du "cinquierne
-sie'cle dit Al. Lesag, -datis son savant o,lvvd(re quelepied bad)ai!e fo is
cette terre e'rnbellil. par pILjsl.:1=s de civi ',
C -- a,
ligation. Gensevic. avec les vandales en ch ..sa
A tr A, I (I,
le3 romaiv;s et batit son 0 sur ,,'.,cs-ruines
A
merw-4s de 'Iancienne Car'lliage. Mais-si les vait dales arracherent I'AFrique "a Ietnpire. d'Oa-it s'en vivent d 'Pouil'-v le.ar tonr'pear
rerni.11re d'0i'lent, (jul yetta uji lustre epholnvei'le sous lo genie dti ce! e"ove et' malheueeux Beflfis,,tive.
plita ne fut pa- lon---r e-- FAfrici'Ll-fl-i Ce dIvIll'or IriorD, L
ichappa do nou'veall 'a ]a civiliswitoa pour renwfrer encore daois ]a possesslo:i des I-arl-ares. Ello avait Succo"'llbe &MX )r, Solis UVI.e itivaskm du' Nord,; cette fo*s ce Fzit & )us ane itivaSion d() Alid]') tous 'les ter-Wes Sarr&sins qui fiaisafell" tullt
lier sons leur fana,'.iswe et lear couraf.Dre P %1.0
I'a- b I i s-, e ni e i i t G" u mal i o n i S M e 9 1 9 1 11 ncl i e de la biblioheqac d'Alexw.(Irje bru ee. par
Omar acheverenucle dEtruilre los restes'de I'ancienne civiklilsa:ion africaine; les minuses effiaye'es, L I-, 'k',IS
Pri-ent la faite les Iclike di5u avareut les







39
tnonumens furent d6truits et futile's la lumle're worale S'eteignil et invention de' la fraite cet odieux trafle, de crinfes, et de sang vint mettre le comble aux grades cal-amite's qu 9 avait dejA 6prouv'. ce(ie malhetueuse cozitree.
T inlfiis qm-.T4*-nouatice couviait de son voila ccienCE'.S
lugub:-c cette awiqlne patrie des et des
ris, I'Europe [Aus heureuse soulevait son bati. deau par les lumieres du-christianisme le
grated A Sked ei Chat- lema gr.-e commen.c6rent police people ; parlerai je des 61)O(JOes cele,s
bies de lic"'oh le GIzi-iid d ces iff1mor
!els pvoteoieurf, des sciences et des arts ? Pie, Grand au 17' sie'cle vint encore, ajouter ]a
Russie la, civilisation euroidenne.
Malgre' le temoiarnage de Pbis oiro 9 fous Tes 'calomiiiateurs des noirs itidis'liuctement aff-Ir. ment que 11anorance et ]a barbaric sont dcs viwes inheiei)s 'a la nalmee des afiricaitm; Ids dissent que de tout temps cetle parfie du cylobe eut, des e S c 1 a e s ; q e c e E C i u e s t i n d; F., ot, i e 'a cette terra de m a Iekfici loll. Ces indignes emaiis de Jq hze l, oubliant aVisi leur propte. "ussioire caloniflient 12urs fr&es et leur d fgllora'10a
f
-et (IV 1"' vrbarie dans !(,quiel ils' ciit f ie ploriges eux Mernes pendatili plas de cinq mille at-is.
Ila tout I't-mps, disc vit -711 i's it-Y Cut dca- eselaves ot i Aft i q uA e ; iia a *1 s y' ci -i e ui t a il ss k, d e i a u L t e I'll'"







40 IQ
en turope et 10 en existent encore ; les grecs le,,q Yomains, les gaulois, les germains, tous les people' eurent des eselaves ; le SOrL affreux des '11o--es danS rancienne 'Greke nous represented assez quelle etait notre situation dans ce pa. vs sous I'abomi. nable regime colonial. Pourquoi reprochent lils aux africains leur barbaric et leur ignorance Les europeens iiont-ils pas &6 egalemeut ignoI A
rans et bai-bares avant d eire civilize's Malgr' que les assertions des ex-colons doivent'nous etre' bien suspects su'rIout ceilles d'Un Pa.lissot de. ]Be.auvois qui a eu rinrat-nie de nous ranger dans ]a classes des o-larig-outangs et qui rilpa jamais cesse I I Ij
de nous calomnier ; il est possible quiii existed encore chez plusielars peuolei de. I'AFt:ique de.5 costumes superstitieuses et barlwires it lest possible, que fes be'niniens sacrlFfnt des victimss humaines et que dl'aut:Ts nations
imassacrent leurs prisoll"if-I's ie, quis loin de VOU(Oirdiruinuer I'horreur qWitispivent ces moj,).s-trueuses prQ-tiques et mon coaur, en credit rna,s c'est le re'sulfat de. la profound ignorance de ces peoples et ce n1fest clue par le see ours de la i,civilisation clue I"on pourra les fa ire, disparaitre successivemvnt.
It est bif-n 6A01fDant que- les ex-colons veulent hrec lo africains sur quelples Ivaits de superstidon







4T
flon et de barbaric s'ils avalent ieV un coup-*, oeil-sur'l'hist6ire et sur eux-me^mes ils auraient eu. la coiwiction que ce nest pas seulement les negres qui ont e'td ignoraDS Superstilieux cruel et barbares mais que les blancs Pont &6 egalement ; I*e retrouve chez les europdens les m6tiles pratique3 superstilieuses et barbares que les ex-rolons reprocherit aux africains it eest pas m8me jusqu'a IdPreuve 'a' 1eau. rouge du roi do Sherbro qui se troupe dans la, loi Salique qul' admettait usage de la preuve par 11yeau, bouil]ante ensuite' vint la. preuve par le combat judiciaire.
Faut-H que ce soit un insulaire 'lletr6 qui leur rappelle.sans cesse I'histoire du genre bumain ?
Dans les premiers Ages du monde les ofTrandes 4taient sliniples ; les prerniers homes 'dit Porplure., ne sacrifiaierit. que de- I'lierbe
-lorsqu'ils furent livrds 'a I'agriculaire, les Pr6wices des r6coltes et les plPs beaux fi-nits de la terre 4taient orferts "a ]a divinity ; par la suite on-immola. des animaux; ces sacrifices se muldpli&lreilt; et dans les calamitds publiclues ce sang paraissant trop viol on fit couler celui des homes; cet usage barbare et presque utiive=4 remote 'a la plus iaute antiquil.e.







42
tes gaulols aussli bieDque fes autre's peoples do I'Turope 6taieni livr6s a ces pratiques supersft fitieu.,'4's 'et barbares les plus solennelles do foutes'les cerdm'onies des druid'es e'taie-nt cells do eue'illk le gui de cheAne. Je vais -rappqrter quel. ques unes des Otiricipales maxims de's druids qui ont gt'e conserves par la tradition,' parce quIls n'e Jes kvivaient jamais.
44 Le gui doit 6tre cueilli avec un grand'res." p ,6 t -, toujours s1l esrpo sible le dixierne jour de )a lune, et it fAut se server d'une faucille dov 06u le cooper. I
Dans les occasions extraordinaire il faut
-immoler un homme. On pourra pr6dir6 I'aveniv selon (pe le coups tombera selon que ion sang coulera, ou selon que ]a plalie s'ouvrira,
Les prisom-devs de guerre doivent Atre imm6ie's Sur des aulels, ou 8tre renferme's dans des panieks ci'usi r pour e^tre im ^fes vifs en I'lionneur des d- ieux.
Tous les peres de famille son rois dans feurs masons ; ils ont puissacice de vie et de mort sur 1,11eurs fernacies, leurs enfans et leurs enclaves
Teiles 6taient les horribles Maxinnes des p etres gau loi I s; ills sactAlaienl &- s victims umaines "a Esus et 'a-, Teittate's; ils massacraient et bru"laient Acurs priminjers do guerre. daus des panicra






43
d"osier 91. les peres de farni'lle exercaient Morriblo Touvoii de vie et de mort sur leurs femmes leurs 'enfaws et leu!"S e1sclaves, Cette degradation, dans laqpelle les gaulois itaient plunge's., est att-estdo Tar C'sar acite Lactance'et Lucain. Cre, fut sous I'ein*e de' Claude, I'an, 50 de Jesus.- Christ'.
ue ces abotiinables costumes furent abolies'; et l'ordre'des druids no cessa d'exister quau temps cu-,,le christianisnie triompha enti6rement, des superstitions'des gaulois.
4es peuplt s du Nord qui, recurrent plus tard le's 111ali&es co'nserverent ces wonstruetises Pratiqui-es juscla"au neuvi'me skils ignoraient encore Jes aivts qui avaient adouci les Mccars &S grecs et de's to'iiiains'. Les peoples du Nord evoyaiept que le tiombre trois ,tait cheri des dieux ; chlaque reuvietue Mois, 0,11 trois fois trois, on renonvela'it les grand sacrifices its duraient neur jours, et 1,011 inimolalt, neuf victirues solt liomrn'es so-it anirnaux,
Dans les 'temps de gueIrre, on cliolsissait les victim es parini les captifs; i t, peiidant ]a paix Parmi les criminals. Neuf personties 61aoent IMmol&s; la volonfg des assistant et le sori corribine's ensemble r4glaient le choix; les malheureux clue de"signait le sort itaient trait& avec tant Whormeur rVassembWe on leurprudiguait tellewentdo






44
Oresses et de promessies pour la vie 'a' venir
-quTs se fdlicitaient qoelquefois eux-tne^wes de Jeur deslinde. Le claol... De tomb:iit pas touiours It
stir un sang vil plus les victims talentt chores plus on croyair racheter la bienveillance divin L'histoire du' Nord est fe-conde en examples de rois et de peres qui ont fait todre la nature pour ob6ir 'a' cette coutu me barbarel.
t6rsque Nn imniolait des hornmes, ceux que I"on ch.oisissal't talentt couwh4s "sur une grande
its 'traienf6touff4s
pier, e., ou e ou ecrases- : quelquefois-on faisait cooler leur sang et limp6tuosite' avie'laquelle it jaillissait 6tait Vuiides prdsage les Pirl,s respect's ; on ouvrait aussi le corps de ces victims pour consulter leurs entrailles, et elemWer dans leurs course Ja volont' des dieux les biens, et les maux a' venir. Les tristes rests des objets sacrifi6s 6taient ensuite bru'16s ou suspends dans On lbois sacrg vision dw temple ; on repanilait le sang en parties sur le Deu pie en parties sur L t
le bois sacre'; on en arrosait las irna'ges des dieux Ie3 autels, les bancs et tes murs da te 41e au deans et au dehors.
'Pie's du remple e5ftait un puits ou une source
Funde, on y prkipitait quelquefois une vie. fitne de'vouee A Frigga, deesse de la terre ; eHle
I
ta-kait qw-6able 'a la d'esse si Ole alfait prompte-







wt vecue. M119
iaent au fond, la. d6esse alors avai al le cas contraire, ]a de'esse la rerusait, et on la sus. pendait dans ]a foret sacrfe. Pr6s du temple d"Upsal on voyait un bois de cette esp6ce dont cheque arbre et cheque fruit 6taient regat-de,% coinme la'chose la plus sainte,;-ce boig, nomvb6 le bois d'Oditz 6tait reilipli des corps des' bommes et di-s animaux que l'on'avait sacrire..i
leg enlevait quetqnefois pour lesbru'ler'en 1"houneur de Thor ou le soleit, et l'on tie dautdit pas que Molocauste ne lui eut 646 agreable larg., que la fum4e s"glevait directement ; lorsque l'on immolait une vieffirne le pr8tre disait :"Je tc ddvouc a' Odin, je t-envoie h, Odin, ou. je -te ddvoue pour la bonne rdeolte, pour le. return de la bonne season. ; la cdr6monie se terminate par des festins o-L'I 1'on d'ployalit toute la magiii.. ficence connue, dans ces temps-la. Les rois et leg principaux seigneurs portaient les premiers des santis ou saluts en Monneur de.3 dieux ; cl acufi ibuvait ensuite en faisant sa priere et son vceu,,
Cen est assez pour les, ex-colons, que Maze'res et Pallissot de Beauvois eitudient I'histoire do I Ir
leurs anc8tres dans laquelle nous avons Pu Ise ces faits, et ils cesseront de s'ditonner e F'ignorance superstitieuse et barbare des africains ; ils c#mront, din-jo., de s'etonner, que Jabou capi-








Ae 45
famp des rrm 01ti Roi fie Benin ;4t sacrif!J
grois dans. one Pie ( u Pallissol de
atIVOIS a 1.1F.Si,5;4 ; vi'est-il 1-),as tn"'.me tt &s probable (v.ie Vallis, ot de -B..- ,a.uvois I ait contribu-'e' :,Fouv C1110(14".,e ehose dans cet horrible sacrilIC-e en fourn'ssant AJabou (leg h(Peors forces' pour 1'ennivrer et en O.garaw sa rail, on le pooer A hd procurer que,,Irjties enclaves ? Je suis d'autaill PhIs fonde' dans cette assertion clue. Pallijssoi de Beauvols dit quo Jaboit avait un gmnd noril fe d'esclaves et ce tie pouvait dire clue dans I'inienflon d"en oNemir que PC--Ilissot se h-ouvait chez le capitaine des gaMes do Roi de Benin
A
il awralk dLt au moms par hum.anite' acheter
A A
ces frois viQ(ik-Desj el eriipe,-..h,.or son bo#,e de coal.. mettre ce crime homViNe
TI appaviient bien imix ex- mons et aux marcliands ettrafiquans derbair Immaine, de vouloir deer1re Jes mauvais traiiemers q ue Aes afiicains ignorant font duronvera' leurs1l),A)CIA.Vies eselaves quand eux-awmes qu i son', c-461Ise's, et qui Wit Ilep des lumieres put exerce" les crua'we's ies plus a Y)ouies stir les mailheureux esclaves; cuti'ils jettent un reprard sur les horremrs de la traVe et sur Jes crimes dont ils se sont rendus coupables dans les colonies et ils verropit combine ils-sont doublement odeux de calownier ces infurtim's afr







'47
CaIns ce s'ont ces 1-iouim' es' de' tang, ces eift rolons,'couverts de crirhes, qui osent encore noug ta orunier; c e8t eu'., Commele dit. M. Sismonde de Sismondi qui reprochent aujourdhui au.r-otricains 'ta bdrbarie qu'ilks ont cr"eic ; ils Veulent O'on juge ces peoples sur les ulimes qu'ils ont excil(- .S et (fuTs Ont payes
EcQuIez. le language de ce fourbe de Mazeres considdrez IAfrique, dit-if, cons*&rtz son inal. tdrable, ita dirai presque son jinerfaqable barbarie-i qu'a-t elt fait ? Qu a-t-elle irnacrlm6'? Ou'a-t.ella perrect'iont lotsque let hanipre europ'eand briliait par torrents sur ses bords mediterraneens et depuis qu"elle en recoit les rayo-nis affaiblis par
a
des voles si nombreuses
. Qj'a t-elle fait ose demander cet Iiiiipudent lovs4ue Ics iumieves brillaient par torrens s"r ses bords africairis ? Ce qu"elle a fait. ell@ a civilise
I
I'Etwope, et c'est 'at la race ne.-Yre auiourd'hul esela-ve dilt Volne que les euro 'ens do", -ant les arts et les sciences, et jusqu" "a 1"art de la parole I
Je demanded A mon tour, depuis que I'Earope, 6vilire est revenue ]a paNiie des sciences et des, It
depuis qu"elle a clairt&e des lumieves dix i h-risliani-sme qui enseignent aux- homanes 1A chaidte Nuttanite enveus ieurs prochains, q-a'a' i-allo fait pouc e4viliser 1"Afrique, catte contrdej






49
Infortande que ce monstre de Mazires A limputil deur d'a-ppeller une terre de malddiction ? Ce que I'Europe a fait elle a 6-tabli cet effroyable commerce d'hommes qui a corrompu la population africaine ; les progre's de ]a vie so-ciale agriculture la morale les lumieres ont &6 gloufNs par les effects de' cet odieux trafle ; elle a fait nature la desolation la barbaric et. tous les genres de crii-nes et de brigandacres auxquels la ,socie'tg humane puisse ekre r6duite les larmes ]a miisere le sang des africains client vengeance I I
et demandent *11stice 'a ]a nature entire et les auteurs de Jeurs n-iaux osent dire que T.,4friq1ze a ro siyte'aux ense'ignemens de la nature, CoMme a ceux deshOlMnes,, lorsque la birvi&e europeenne brillait par torrents stir ses bords md.diterrane'en.s., et depuis qit'e'lle en Fecoit les rayons afffiaiblis par des voies si nomk-enses,
I I
Grand Dieu quelled lumieve quelles voies' pow- civilliser et e%,,Iairer des, bommes que cells
]a trite
C comble d'audace et de mechancete souleve mon Arne O'indipnation!... Je rn"arr^le, j9a*tlais mau4ire I'Europe et les auteursde cette horrible invenge'n6reux Sismonde de Sismondi, Wilberforce, Clartson, et vous Lous europ6ein's seDsibles







4x
.st vertueux ;,rassmez-.,Vous,, 1'exce's des mauxqije inous ayons eprouves ne peuvent nous rendreni itijustes ni ingrates ; qua pette c4isse
ldhomtnes f6roces et balcbar s, ennemis du- genro human que je. puis imputer routes nos ihforef tunes; c."est llcontr'eux sculs que je diri '6 me3
9
6crits; --ils otit pe:id(al nt assez long"- temps ddnigrd calomnie et torture' mes 's6inblablles; qu'i I n ia. soit donc permits 01"user efivees ei.ix. du jume droit
repre'sailles 9 en repoussant leurs odieuses ca, lomnies; ji- inais non atriais nous ne leur dit,0119, autant d'injures iii nous.lew ferns la millie"Me parties des. maux dont ilS nous Ont accable' pendarit des silecles.
Vils calomiiiateurs des aF.,-icains dilles nouj ,q!ai a pu done les enijAchfIr de se liver aLIX CIISCi;. .gnemens dela nature el. de-S! hoannes si ce 11,6st votre infAm6 avarice et vofre copidiie' ? N i ,st-ce pas: vous qui, Jes avez de t6umc des douc-eurs de la vie pastorale et agiJeole, Vour les fivrer
N. plus horriNe de routes les corruption"
La, nature a t efle Pu jamais enseigne'r- A u'ft 'Pere de velldre se enfiams 'a ceux, lei
.- Pr'tenc i que
alitem's de 1,.-ur:s j*ours 5 e lez-vous aus il Jes homes puissent se civilisor etIIs7e,,.-ldi 'ter zveq de pardihs institateum, tels que .-ces ,-: barb rt$ ,,,,







50,
triarchands et trafiquans Oe chair bumaine jbi enseignent. pour precepts' de morale, aux
-cains le vol le pillage et I'incendie,' qui leur fournissent au lieu de lives d'e'ducation des Ii. clueurs fortes des verroteries des armes et des munitions de guerre pour s'entre ddiruire ? et vous avez encore I'Impudeur de parlor des lumieres 'Cul'opeennes qui brillaient par torrents, dites-vous, sur ces bords africains? ah! ce West Pas ainsi 4que vos barbares anc6tres ont 6(' civilis4s au lieu de ces indignes moyens, lorsque les eurolm Feens auront introdUit les lunii&es datis PAfrique eti y envoyant de savants professors et d"habiles articles; Iorsclu'ils y auront fait nahre agriculture, industries, les scien..es et les acts,
les africains ne profitent pas de leurs felons ien s C neant dans Ia carri
Ia. e. e de Ia civilisalion
alors vous Pout'riez avoir raison de dire que 4ous sointues d"une esijece iififdrieure 'a Ia vAire et 11OUS recol;ML I ions sans murmurer l'injustice da sort. Mais non que dis-ie P Ia gloire immortelle ,,de pivi-liser une des qualre parties du monde, de, rendre cent millions d'africains 'a' Ia socie'te' euro-pPeenne., ce grand wuvre qui doit surpassed tout ,ce que les pebPles des temps antiques et moderns ,,o ix qui doit obs
jjtfait de.grands" et de glorieL
curcir ioui les Zenives de gloire, asppartiea'41a








w- agnanime et ge'nereuse Ancrieterre 'cet ceum., grand er vraitnent sublime est deja' coinmened Vaine gloire des conquerans disparaissez Des-i-. trucLeurs des humans homilies vous vos triom. phes opt 616 fletris, ils sun't souil-le's, de larmes de crimes et de sang, la posie'rito-les condamne mais la vraie gloire lagloire de I"Angleterre'est giernefle et ses bieilalis survivront encore" aU bunt des si6cles dans la uwrnloire des homrne
41 Les portugais, dit M ize'res., ont essayddo police le congo an moyen du- chvistiatiisme; "Ie, congo est reste' aussi barbare q0'iI 1'e'tait,, lorsqu'ony fit cet essai I'Abyssinie a recu le chis ianism- e it est deg,-ne-r au point d'e^tre m6contlaissal4e
De routes les calomilles des ex-colons rien ii eg-fle l'impudence, Ae celle-ci. Parce que 1'e. cl-v-is#ianisme a civilise' ITurope., it aurait da allssi civiliser I'Afriqlie e.t 1"Am6ripe : mais les, Hanes ont-ils inivi 1'esprit d( I'e'vangile enverIg le*s it i rori tit te's-aft-icains eramMvains ? Les blanco
-nPoiitstlivll'espi- itclel'e'v,,-it)gile'(iti'enversiesbiailes -' et le christlianistne a civilise' I Etirope; sadoucetirj.son humanize sa chivite' orit adoiici les uoeurs
-4e ses, harbares habiwils; mais I'avarice la cupi- dite et SLIIIO)It I e fanatisme des eU1,01) ee11SIO DOLIS ont fait considered commo des b&es de soi-m-ne et le chrisdaniame la relligim d uti Dieu de paix.








e; pv4texte q,.)' les hom
P Mes
se,, (-Wservi pont, les illf01-ttI116 a nierica i Lis e;[ I )o u r en fai Ve 4 ecs c I 1 r61 (,- n S' 1( s malheurt ,Ix, afiicains ont 't '. plong6s daws: le plas cruet It 0 4
PS(Aravagre. C'est wo-6 f,-,Itj US OW ('11eshonore' le chfisp d-a- sal propagationA Ijt d"U'
de Al (K e grand
poii&, pour ks Ye, a,3, rapporler soa
DI)AIIIO;-. a', c o a r d
q(. Oreligiondonne
qui-la p'rofesseiot un divoit & v&1luiee eii servitude ce'ux qui, ri.e la profeSsent pas Potir traval,11'ei Plus aiseim-en-t "a ]a propagation. Cc fat cette I maniere. de pen'5er qui encouracrea les destructe.ur,3 de 1.'Ame'vique dAns leurs crimes. Gest;-sur cetfie Wee qu"ils fonde'rent le'Aroit do rendre ta nt de ,peaples esclaves ; car ces brigands
tl t A I 'I,
qui Oulaient absolute eire chr'ti.-ns e.,aifenit,
tre's-de'vots,
w "Louis XTII se fit une peine extr8nie' de la loi, quor-etidait esctaves les n degrees de. ses. c 6 10131'es mais quand on lui eut blen mis dcans Fe, prh que
't, 6ve pour les converdr, il y
e ah. la voie la plus -s^
c o n s e i i i I t 0 1 i Pe'U t, t i e' s b 11 P r e S 1,1 010 r -j 13 %00 c a
A
fut la meme cause qUi empekha d'ebord Louis XVILI, dfl>. nos joum, d'ab%-)iir la trite des noirs,
-ilu yeux des ex-colons da
Je wis mc IC SUU3 ICS







53
falts qu"Ts ne pouftont recus'er j leur ferni'vbi'r, COMme des homes implies" et pervers-se sot it serVi de la rellcrig, n POUl' aSSOOViC IC-Li I'S pbsj bns effi-Onie'es et perseewer Iles hurmins
A flayi par example sous 1"a.ffreux re'(-4me"
Colonial 9 11 aviolls-nous Jes' pi e,'res cailiol"
ques awsal oli cities et ro"Moins 'Clans tones le"s paroisse's de la coloriie pas amissi
ignorant que- les c at i o s el 10'- A-YSS'ns, prevent
fl A
elve F Pourquoi 0 j(_)j.jS_r j 0 U ",1,' 1) a S
Professions cependant le christlanism('.', ? C'est C3 L L e .-t aiitan
'p'arce que-les prk res 6aiew t (Finctrumens
pay's et emaploy6s,, par- IeS. -ex-eulbl is, pou r Iwas
0 Al I
te: Ur da tis u n eia t (Va bjees, *1011 1' poll V44 01 "A' S k 1-111 tc her ,de'secobelrle joug de 1'escIa'vwy,3, ces 11OLIS re-presentaienL scams -(Ies e dans -Joukrs s, sermons quie les Wancs taintt d"es Cives dune-nature
t', e A I writ fe respect 'a sout,a" 1 0 (10113 prectia
Mission', Murnafii .,e' enters les- Nanes ils rcu's consolaient d,-,s tortures et des A A"',, imens quo nous 6prouvions en 'nous disarit qu'll. fallait scitifft-ir et
'durer d '- i s dar ce inonde., pour C"tre plus
n es -peine &a 1)
heureux dans I'autre ; its nods faconnaient'ain81"i caiis 1esel et nuus acebutuma, lit
e i en supo r t e r I e, u u g. L e s, e x
.,verite de ces as ertiuns; ilssavent t. e's-oien
A :
pire CpavaliZ.311tillors les pv .6s, en quelled, 'tait leur








WilitJ poor les ex-colow, car i1s propospnt encore dans tous leurs 6crits comme. un sur'moym de rious ramene.r dans 1'esclavage 'de nous'envoyer des pr8tres pour nous entrance r darl.s'I"al-Altile., Solis Ie inanteau respectable de ia religion; maisqWils sachent que nous avons bvise les flochets de la
A
superstition avec les changes de I'esclavage.,
Dans les, pays ou' les preAtres trouv e"rent des ob3w (acles pour asseoir leur puissance ils, devinrent int-olgrans; ces fanatiques, s'61oignant de. ]a morale &angdiique de noire divin sauveur jeterent le trouble dans les families excitement les guerres civiles dans, les royaumes; poor parvenir A so samir de fautoritg, des peoples furent ext-airmi ties; d'autres plus hcureu x, fatigue's d'ekre e*n butte 'a la persecution et 'a la lyrannie de ces fanaiiques, fe's chaise'rent de ]ears contre"es. Ex-culons, cest de cette manlere quo IAme'riclue, le Congo,, I'Abyssinie, la Chine, Ie Japon, recurent les lufflieres. du christianisme 1* Totis les maux qui de'solent le genre hurnain sont fouvraW des homes ; not-i contends de les avoircrees ils calumnient encore I'autiour de ]a native,
11 fa Ilait done introduire en Asie en A rrique
-et en Atmgrique le chris-4ianisme comme il s'est mtroduit enEurope, avee 'cet vsprat de paix-, dlumaniwet de charity, que Ieivaugile esprit






55
eux bo'mes il fallait nous considered eommv vos fv6res ef non pas comme des b8tes de som me condamids 'a' une servitude plu's cruelly que la mort me-tn'p; alors le christianisme. au lieu de disparaitre datis les pays oii it ' avait d6ja jefg do profmides raciiies, au liewde degenerer dans, Xauv tres au point d"Atre m6connaissable se strait repanda sur toute la te rre et aurait fait le bonheur du genre human,
a On ne croira jamails. dit Montesquieu, qua
c9eut e4e' [a pitid qui e6i Otabli .1'ese lavage dans le paganisme, et pourra-t-on jamais croire que ce fut pour rendt-e chre'tiens les, couples de I'Afriqueet de I'Ameirique, que les europeens les rnassacr6rent
et les plong6rent dans le plus dur esclavage. >3 ?
Ce West plus aujourdhui la piti6 des payem, ni le fanatistne des chre'tiens, qui autorisent le dmit affreux de 1e,clavage ; mais suivant les ex-colons,
10 est la 'i-tidence Te'quitd et 1'hunzanite'; Va.
bol ition suite de la, traitie dit Palissot de Beau.
vois, sans aucutle m..-Alfical-ion, ni aucan temPeramment est confraire aux'lois socials ; telle-s
sot-A k,
les horribles maxitues clue cet homme de
wauvaise foi. Wa pas eu honte d'imprimer., et que Maze'res S'on vil flatter ii'a pas rougi de miter comme un temoicynage respectable. Cest ainsi %ue la pitie', la reliorion Mumaniti lag enti-,


IL






56
Imms les pfii's doux .,ont i rvi d' textss pour asl: otjviv les pas ions F'oigueil larapacitd et la 'Welebahcete' des hominres.,
Pcur acheve- do. "PeTufter, -Jes, caloinnies di
I ; 19 41
Mazeres je vais jeter ul'l,.COlp,&u m I Sul- la situamft tion de I'Arrique et, c"est -par le' te'rnoignage
A 1 9. j 0
Tneme G13.S voyageurs qu it a dies, que )e vais 1,3 contain 're d'impo'&'ure et de calumnies. enters les africainsoJdprotA- ve ici 1 Plus 9,11MId regret de ne pas aivoir etude' la I-ancrue avig', adse et je suis bien
de ne pouvoir renfdri-ev r,.e' assertions par I'awoiiie', respociable d.--s homes c'16bres tels -que MA 'W", -erf( ee Steptien,
et en rva.nerat tous les viartuenx Oil lan t ropes dc3 Ica grande et magiiamitne naiio'I beiiannique quint einplove lews tales letirs veilles et lears"
I a J ,
tra'vaux pour le bonheur et I=- perfeciiwn do respece humaime.
- Dos assertions de, M. Si rjonde de Sismondi. sont fondc"Vs., flon sell lenle nt sur le ts.,moignage utiivenel des % yagetn's 9 mais sur la connaissance profond.-_ qu'il a des humunes et des chooses; je suis plus 'a' rn( 'rne d'apprecier, ]a justesse de ses argamens 9 q,"a la P11-11"'art des ewopeens qm ne connaissent clue tLe"s-Im padaitem ent Ic caractere








el les Mcours de's africains "et des haytieng"'Ienro descendants,
Oai, C'C Je Sioutiens avec M. Sismonde de Sisift Mondi que IMrique est. habitee par une race d'hommes nombreuse active industries et,
accoutum6e au commerce x),
Mazl6res s'eftonne et ne pent coinprenilre pourld
la
quoi it Wexiste pas de villas florissantes sur.laCAtq .du Senegal et de la Guin'e; if feint aussi d'ignorev ,,quel est ce mur Wairain, quiecarte les savants, et les, comineroans de ce p a'ys myste'rieux iY
/11 -- ,,z
4emeure co'nfondu de surpris-e ; it croit rAver Mais qdest cc que ce mur d'airain, dit-il dont vous nous parlez, st cc, n"est une -barba's rie qui rdsiste ,h tolis I s-exemples, ii tous les,, ,enseignemens et qui repottsse la lUMie'7'Cpajrtoutes les voies oA elle pourr'ait pdne'tren,
Si, Mazeres avait lu les voyageurs dont il -a citd les noms on du moiiis si son A.e gangre-m ,n6e par ses passions lui avait laiss l'usagede ]a
-rdflexion et de la r-aison il a-urait" pu discerner 'Jes causes"'qui empe"chent qu'il existe des villas
-florissantes sur le3 c6t s du S6,ne-gal et de ]a Guine it aussi de'couvert qu e-st--,ce que
rp xnur d"airain qui ecarte les savants de ce pays







eyst ieux qui prompt aux, uns, sa. poudre Wor
son ivoire qux autres ses antiques secrets,
It n'existe p s, de ,,vil le stir la c6te, du Se'negal etde IA Guinde pa.i -e que cei esprit d avarice et
e* cu"pidite' qui excite les" CU'ro"p4ens' 'a parcouri la vaste dittendue des ers pour' chercher des contrees nouvelles on imaginaires les a fixe' en, Afi-ique sur les 6tes -1 "a ils attendant la Voudte A'or l'ivoire et surtout les. malheureux' enclave'; la, ils Win.ventent que les m6yebs depouvoi.t., s"enprocurer n 9 imported "a quelque prix que Ce'
Git; ils ne competent pas les crimes,, mais leut profit ; peo leur imported ce qui se passe dans I'in. tdrieur du pays, qui ne leur offre que des profit's trop uncertain's, des'' fdti' ues et des dangers; s'il fallait iilller'chercher eux-niieAmes les malheureuses vic.;f 'times de' leur cu'pidit': les crimes de la t aite,, les usurpations et les briorandages des' eurb e'ens-, ont constraint les natifs de s'enfoncer, dans' llnte'Irieur des terres ; ces c6tes iadis si populeuses, sont ,deVenues, de'sertes et retournent. dans ]a barbaric, Jandis que le centre fait des progr C's dans la ci Vilisation ;, ]a crainte oh sont les africains que les europ ensper, ieure l'inte u ids pourraiet-v cemmetire les mehueasj brigandages que suc
jCb rendent extrOtilement mefians, ce JCS 4 0 le,
.qrd les Cmp "-chenL de permettre I entire aux voy"-






59
geurs d.alnsleur pays ajoutez encoma ces ca.nscs que la plupart de ces pe'uples profess' ent RI
8 .Je aho
t indtisme'," e't ont en-horreur fe norii ch &ieii alors'.wu4 s ver'r-e'z quell 'est, ce mur'd'airain qui e!-iirA he de p lie(re"v.'dans ce pays myst6rieux"Des europe'ens'ani m"es par la curiuzite' eL la gloire de faire de nouvelles de'couvertes .' Ont parconru une parole de cette grande region' Brown peine'tra dans le Darfour ; Bruce dans I"Abyssinie illsqU'vau source du Nit ; Mango Park At frois
'lieues dans, l'int'vieur des bords de la Gam M6 laux bords du Niger; Patterson et le Vaillant ont visit l' pays des hottentots et. des cares une infinite' dantres voyageursont Parcouru I'A' frique ; voudrait-on en conclude que eesvoya'geurs qui n'ont fait que passer, et clun ignovaient jusqu'a la larigue des riatifs,,', auraient pu y in,,troduke les lumictes et la civifi8 ation ?
Parce que les iurortun6s ma'or Fluugition et, Munao Pauk ont p,66 victims de leur euviosite ,) seralt ill juste 4e j*uger tous les peoples de YAft-icige sur ce trait de barbaric Dams les pays police's de I"Europe, n"est-il jamais arrive que dles voyageurs furent assassins par que1ques hordes3 de brigands ? Eii Fratice Wa+411 pas exist C e 3 Cartouches et des Ma nC-!,A.,ins ? Les hordes le's !:A-us Evo.es se sont-P.Ifes jam iiis,,scuil esdesm'






60
primes-,dont les frajicais de nos iours se sont rei)dLis coapables ? Doll oil eti c6nclure lJour cela que la FI*atice West pas civilisee et que ]a bai-brtrie soif inhe'rente 'a son sol et aila t)alture de ses habitats ?
Ne devrait-on pas-s'e'tonner au contraire, que cbez des peoples tels que les aNcair)s qui ont tant de suits de haii-le de me'fiwice centre les Manes que parmi ces nombreux voyageurs, il in'Pait pe'ri que ces deux homes ? Ne devrait 011 pas setomier, dis-je: que ces peoples aient pa Jai.ssd visitor leur pays par des europeens 9 qui devaient- Jeur etre suspects 'a taDt de titres mais qui au coiltraire en de'pit des calomniesIdes ex-colons, ont exerce' 'a' regard de ces voyageurs les lois de Mospitalit4 ?
., Si j'e'tais chef de queIqi.-t un des peoples de ]a Nigritkie dit J. J. ]Rons.reau ie d6clare que je ferais eflever sur la fi:oniie're du pa-yS Ulle potence, c' je f-erais pendre sails re't-nission le premier europdenqui oserait y p6iielrer, eL le premier citoyen qui tenterait Well soi-tir.Maze'res croit-il pouvoir sliltroduire 'a' Hayti pour prendre des renseipiemeiis sur ilotre sit nation iwerieure comme Dauxion Lavaysse ei IVUdiiia ? Fil est daiis cette cwyance, je ryie dopnerai blea de gardede Fen desabuser i clu'll.vienne done!








SiIe arri ,a!nse'taie1*it, aussi bArbares que c6 vil calon-ifiiateur veut bieti les repre'senter ces voyageurs auraient-ils pu pkeitrer dans de I'Afeique ? Un se'ul homme 'satis defense aurait-il pn, voyager avee des rnarehaiidis.es ,9' considered dans le [.ays par leur rarete, comme desuiche"ses im.menses., sai.isavoit-ete(16;,Jouilie, par des voleurs ? Lorsque nous voyotis dans le!; pays les plus police's de FEurope dans Piaris xna m'e,. des voleurs d6trousser les voyaoreurs pour s 9 emparer de leurs butins.
Mais it est temps d'appoyer mes assertions par I'aUtoritd-'me^me des voyageurs ; oui je soum fiens avec M. Sismonde de Sismondi 41 que la civilisation. a fait des progress reniarquables dan le cetitre '- de I'Arrique tandis que tes Otes retouinent 'a une absolue'barbarie; de ires-grandes villas commercantes et inanufactur,e"res ont e'te' bates au milieu du continent arricaiii ; elles sont les, capitals des puissans royauriaes o t les arts. les niallUfactures et I'agriculture wtestent Jes proczvk de la Vie- social. La propri4ie' y est assur' e,, J.a v7e civille y est garwilie la justice y est adr'Din13 r avec, sagesse, et le gouvernetnew y est respect e'
9 ,
44 Je fe dematide S ecrie Maze'A-es, 'a' fow fles lic.mmes sans prevention : ne faut-il pas vouloic Lout d'niatua et tout peindee Lous des cuuIcurs







62
fusses porm faire mi pare*N tableau de I'A ur, et si vous av;lez (A' Parler de Paris, de Lon: res, di Iyon, ou, de Manctiesten, Si'mis av;ez 'a caractJP riser lesre'sultatsde la. constitution ainglaise, ou d., la. charter franchise qve pourriez vons (fire de I.Aus P puisque vous citez Afiwgo Park, "ad' Le ici ses nombreux Jectems de'Rie dire si ce ii"est pas Fousser ]a prevention josqu a i
'A la rolie que
de nous peindre I'Afrique des memes traits dont tin ftaqais on tm amflais pourrait iout au plus peindre leur beiireuse et brilliant patrie
E h bien c'est Par Monkyo Pai k tre^me que le vais repondre "a Mazeres; c'est pat- ce voyageur que le vais le c(-)nv,3i,..!ere d'imj)osture et de ca' IOMDie ; J'ad*ure aussi Iles nombreux lectures cle' Mungo Park de juger de la bonne foi de ce Maz 6res.
Arrive sur les bords du m-ijesineux Nig,.nr larrye comme la Tamise 'a NVestminster, Munga Padr, s'exprime ainsi 44 : S' ro capital du Bemibara se compose de quatre villas, deux sm, fa Five septentrionale s'a-t),vwIlent Sd6o-o-Kop'-0 et S oo-.Bou ; les dt-ox so-.v la rive me'ridionalle, e s I appelleDt Sego-soilorl-o ef, sr-,,( O-See-korl-o. Touteslsont erAorwees (lie granck rriuk.-s de tercc,,; les masons sont consti nif,-_es en arcri le ; elles sont carrees a leurs toits sont I)Iats quelrjues'- tv.;'







63,
;VDtdeux df-taps ; plusieurs sont blanebies. Outre ces baltimens, on trouve dans tous fes quarter' des mosques bAti'e's par les Maures. Les rues sont e'trlc)itles les voitures I 'a roues inconnues. Sa
A
Population s'eIeye environ a treDte mille babitans; le. roi de Bambara reside constamment a S goI 1: f. I (I
,see-koiwo et il emploie un grand',nombre d'es,.
A I I
claves 'a, transporter les habitats, dun Cote a I'autre de la riviere. Le salaire qu'ils recoivent
-fourilit un revena considerable; les cannot dont on fait usage pour ces pass6cres, sont d'une forme singuliere ; its sont faits avec les troncs de deux arbres joiivsbout A bout : de sorte que la jointure est pr6cise'm6nt au milien ; its r ont ni pont ni
A
mats; mais beaucoup de capacW.Ten aivu qui traversaient la rivie're charge's de quatre chevaux et de phisieu'rs personnel.
44 En arri vant au passage, la fodle me regardalt
ilence; ; J'y ,vis avec inqui'tude plusieurs Ma'ures; ie ni'assis sur' le rivage poor attended iu.oil tour el. je conternplai cette grande Ville' ,Ces 1101-nbreux cannot cette population active les terres Neii c'uliive'es qui s"'te'Ida;ent au loill
-et annonealent I'opulence et la civilisation'.
J'attendis plus de deux heures.- Le roi Alav,'--, SO/I' f a a reru que le venais pour le voir, it rnp*
1
A
fJ.t d', e a, 'IS admis en sa
01 que id nip serals Pt







64
pr4sence mns ql_'I il sat ce qui m amenalt en son pays qu'il me defendant de passer la rivi 'ere. Le
it L seilla
message, qui m apporta cet ordre, 'me con d'aller chercher dans un village quil, 'me mantra, bn logement pour ]a nuit eh'we distant que le lendemain il. -m'apporteriit 'de nouvelles instructions
A
Yest il pas prove' par Mungo Park meme que M. Sismonde de Sismondi ti'a fait que rdpieter les me^mes chooses que ce voyarreur a vues. et Fapportees : Jecon.tew I plai, dit- if, cette grande ville., ces nombreux cailots, cette Population active, les terres bien cultivees qui s etendaient au loin et annowaientl'opulenc'e et la
Wisatio7z
Cette defense du roi Mqnson& 'a Munoro Park ,de.passer ]a rivie re sans (lu'il sut les inotifs qui
1 9 amenaieunt (-.ti sot) Pays,, ne pwouve-t-elle pas cette juste fiance que les a r6cains ont des europe'ens; &'fian,'Ce qui ne cessera .(pie lorsclu'ils Wauront" plus 6en 'a craind, e des injustices, des b6gandages' et usurpations de tous g-nres de leur part ; et cela
n
,est si vrai que le Jendemain un message apporl a 1,
a Mungo, Park un sac contenant 5coo kauris'. don de la'* ge'ne'rosit6 du roi qui l'invitait ei-i TDCVW ',Rn1jjS de de Skro ; le message
avait ordre de le conduire I*usqu a Sansanding, sa
. 11tioll jait 7
$011 lifile e Waller a Jenno4. Je ne pus dit Mungo Paik deviner les inotifs de cette coxicluite ; elle 6taiL bien facile cependant "a deviner








'Mr que, vient B, done' ehecherdatis le, ll tfibmlzlo cet 6tranger.4 a di .t d-lre Mwlsong.,?, lets, Quelles ititeii(ions peuverit avoir amenerThomme blanc de si loin au travers de tantde dang rslr Je ne puis recavoir cle, chrOtien ni je ne puisviolev les lois de 14hospitalite' en-vers, lui *elexenve'rrag done 0 eren lui faisant un prOsent et en. lui don' Inant un gulidle pout le-conduire, je satlisferais" A Ja fois -a" ]a su'rete' de mes peoples et auxlois de Mos Pita t. te'. .Tefs sont, les raotifs quitonr.dA ,diriger Mans.ong. dans sa condaiie; mais comma la phipart des hianqs ns-,nousjugept qu'avee des Trevetitions toul'Ours mjustes ne peuvent se ficrurer q ie, not-is scaiune ,. susceptlibles de senti-i
ellereux;-c n si, sa mlajest4 le ro
niens g 'Clr
Mansong vait eu Vintewion de faive du mal A Mvigq PaA.,kt qui I en,,aurait empAcH I
G est avecce-s rrihries sent*.nens de pr'vetition et'de haine qtie ce trpwiistre de Mazeres trite, do vieMes negresses les feim.nes hunialnes et charttabl s qui accue'illitent,,,,MungoPat k lorsq 2'il 6t aiL rnou k al-,.t'd'e faim etvet a 8tre de'vord par les b&es revoces. Ecoutez, le propre re"cit deMungg Pa Ch. Ct YOUS allez juger jusqu"Ou' Peut allez I'atrocite' de I'Ame d'un ex-colon,
o. Vers -le soir dit ce vo agnur j9jfais lofcidi






66
ik grimper sur I'arbre pour y passer la nuit 'a I'abd des b8f es fdroces dej4 j'avais 1AA6 mon cheval 0 afin -u'il put p ^tre
enlibert6,quandunefeimme, 'qui revenait des champs, s"arre"ta poLir me regarI
der. Elie sinforie de ma position je la lui
0
I expose 6nPeU 'de mots : alors avec un air de

grande compassion eile prend' ma selle et ma Ivide, et me fait siorne de la suivre; elle me con-duit.dans sa'hutte allure une lampe, extend une ii'atte sur le sol et me dit que j'y pouvais pager la ,inuit ; mais elle s'aper oit" que "ai faim et sort ziussit& pour me procurer manager. Bient6t elle tTvient avec un fort beau poison qu"e.Ile fait grilled a moiU sur quelques carbons et qu'elle me "donne ensuite pour super : pnis me inontrant ma iiatte,'ma digne bienfaitrice m'invi(e A m'y repo. ser sans crainte. Les femmes de sa mason n"avaient'cesse' de me conteinpler elle les rappella alors au. travail qui consistait A filer du coton, "Pour ebar.mpr 1'e.nnui de ce travail, elleg eurent recourse a des chansons et en improviserent illhne tine su r tyjui. Une Drnme seute chantait d'abord lese autres repreniaient en chcour. L'air en eitait ,doux et plaiwif, les paroles r6pondaient A Miesci. .,-"4 A.es vews i ugissaient et ]a plulie tombail. S.-Oft
I
Le pativ.-f,5. hwaime Mane, fable et fatigue, Vint et S issit sous i)utre arbre. 11 n'a point de mvivt'







67
Four IA appopter du lait pui9t de femme pou.r., nioudre son grain. .,- Chceur Ayons pitie,. de,, 1,'homnie blanc, il n'a point de mere. etc. etc. o Ces details Lninutieux pour le lecteur donneront, peut-C-tre une We de Id position cruelly ou" je m.ell tr6uvais. Emu d'une botit6 si louchante si inesI)er6e, je i)e pus former les yeux. Le m4tin I'
A
donna A ma ge'nereuse oliesse deux des' quatre boutor-s de cuivre qui restraint "a ma vested 6) tait le seul don que j'eusse A lui offrir )t, Ames sensible, vous qu Ii ri'kes point dominoes par Witliustes Pr4jug6s, ii'abliorrez-vous, pas le, vil calomniateur de ces femmes bienfaisantes
Poursuivons c9est par Murigo, Park m0me ,que je vais confondre Maz'tes,
oc Je part is, dit ce voyageur du village le
et accompagne' de mon guide je passai vers buit eures par ane. grande ville appellele Ktzbba., situde au milieu Wunbeau pays, tre,s bien cultlvd et ressemblant p1wot 'a l'itudrieur de I'Ang weterre, d It I
qu a celvi de I'Afrique. i> Je le dernande 'a tousles
i
homm.es saiis pre'v ztions si Mungo Park avait eu a de'crire I"Angleterre ou tout antre pays civi$6 de IT ucope se wrait-it expriaid diff4returnent ?
Mungo Park dirigeant sa roLite vers Tom-" ,h bLIP10a quT devait attelindre ppur couronnex to,






68
Inrces de son voypcre passa par Sansanding sibiii Njura Wy, nzee Motizzan ut Sillapfo,"Ut6s, C'e's, VilleS plu o-ul moins geandes sont lres- pe""uple'es el tr6s fiviquenties'parjes Maures qui Y appodent du sel', e. e la verroterie et du coral uI q ils 6changent c6pare de, la poudre d"or et de 1.1%' toile de Colul"I ) qtj ils revendent a un tre"s-grand beneficre a% Burou et dans le, pays des Maures.
S A
Sill fut le dervier terme ou sarretavMungo Paik-; la maladiie,-, )a fatigL16 9glasaison dei pluses, Jes marais ilIODde's, et la crainte de voyacrer dan un pays influence par les Maures, quiDe veu,ent pais voir les cbre'tiens ; tous ces, O'bastacles le confraignirent' de retouriier sur ses pas vers. la Gamble, par la m6me route, qu"il- 6tail venu,
Avant de quitter Silla, 11 prit des renseiginemens sur le cours ulte'rieur du Mger, sur la situafion et I P etendue des royaumes qui I'avoisinent sur les villas de Jenno Tombuctoill, Houssa qui, sont les plus-" coiiside'rable3 de IAfrique at encore inconnues aux europeens.
hant arrive aux environs de Seigo, il se de'terYflina "' remoter IeNger, afin de savor jusqu'oit e,I !ait navigable dans celle direction. 11 continua 'a unionter le Niger, dans u'n pays populeux et Men ciihive' it passa 'a Kag*
1
t,,di Ville murde saus !),.y a' Vit^,"O V i il tuaversa






69
U "Re, lient un Tran
encore Seime.e. o- r-, d, marcb4l
de b'tail, de toile et de grain ; il traverse ulle, grande ville appellee Stzi, qtd excite' sa cul'"10 sit6 ; elle est ceint de deux fosse's tre's-piofondsT 616iomes d'envir* n' cent tosses de ses RIO.'rS sur le haut des tranchees sont plusieurs tours carrges le tout offi-e I'aspect d'une fortificatioxi r6gulie ce.
Lezo, il entra an coucher du solail dans Koulim
A
7iorro, Ville considerable et grand march' cle se.,Is,
2.r Ayu^(, 'apresavoirtraversf' les villages de Kayou et Youltinzbou., il artiva "a Marrabom, ville c6lebrc par s,-)n carnmerce de sel. Le -23 0'
elait aBammakou., ville du moyen ordre don't les 6bitans sont ti"es-riches.
'V
Dans -les environs cle Sibid-oitlou il rut (110" Fouille par des voleurs ar r i v dans cet(e Ville, Mungo Park porta ses plaints au Mansa oti 90UVerneur, (11,j 'vol
11 avait e"te e'. Voici Jes propres expressions d.., M u T a Pc eus
w ark : 44
fini, qu'O"tanl sa pipe de sa boucheil acrita a v e c indignation [a mancIie de. son vehement. Asseyez-,! vous, me dit.-It,, tout vous se a renclu je I'm I'llre: puls sWllvessant 'a un serviteur I donned, dit.-II "a I'liorume blatic de i'er u 'a b(-)ire. Au poira da jouc vous ivez'sur les montages et vous infrorle douty le juge de 1clu"un'







70
Pauvre blane 1etranger 1. du roi de Panzbara a.. 66, voI6 par les gens du roi de Foilhi.4oit
Le Alansa itivita ensuite 'Marigo Park "a re.c ter ave.c I u i ju sq Li'aa retou v du messaaer. 11 le fitewdaire dansson logementet lui evivoya des aliens; mais la foule qui s'assembldiL pur le voir, qui preiiait pitid de Mungo Poavk et maudissail les Foultihs de I'avoir voI6, Fempe^cha de' Ormir avant.niinuit. MungO'PdL-k n I e volant poitit ab-user de la gdndrosit6 du Mansa, Iiii d6inanda la peralisslion do partir. Le Mansa 1'en.gagea d'aller 'usqu'a' TIVonda, cL'I il lui profit qu'il aurait des nouvulles de ses effects qui ;ivaient &6 voig,
4( Wonda oii j'arrivai le 3o dit Munrycl
Fark est one Me -1--t-'s d'une haute won.
tagne, oh I'on troupe une inosqtide. Le Allansa qui eitait mahomdtan veiiiplissait les deux foric. tions de prennier maoistrat et de tuative d ecole pour les en-rans. 11 ieDaiuson &ole dans un haiigar ouvert, ot'i Ie pris ma demure. Di-poil, long.. Cjnaps je ressentaii des acc6% de fi6vre, qui redouV16rent Pendaw rnon-s6jour 'a' TVowla. Mon 01 I IL 01
s en aper ut et ssen lincjui6i-a car il eut ete oblige', dar"S I e(,lt de ma!adi. .- ou ''Pottais de me. garden jull"(11-1 a Ce Tw le me guerisse oa triourusse
le 6 Septembre,. deUX PeTSODnes de Sibiclou-







fou ramenirent A Mungo Park son cheval, -see' habits et saboussole, qui avaient'dtd voles par les gens du Fouladoiz. Le 3 de' Septeunbre, au mo. ment de son depart, le Ma nsa donna 'a Mango Pavk en t6moignage de souvenir, sa lance et ull sac de cuir pour conten'r ses habits. Je convertis dit,41 tues bottes- en sandals et )e marchai facilements
Je le demanded aux nombreux lectures, Oe Mango Pauk reconnal -on 'a ce recit, ces,,afi'm cains stupidest, f6roces et barbares, tels Ciu"its sont depeints par Maze'res. Dans' qnel pays de Vtd-., rope ou- la police y est la mienx exercee Nn aurait pu con'traindre "a des voleurs de remettr' des effects vold's et o u I'on anrair accueilli -ave' plus d'humanitd et Xhuspitalhe un malheureux voyageur ?
Mazeres n est-it pas convaincu d'impeSture et de calor., ilie, et M. Sist.-tiondev de Sismondi n"est-it pas pleinement justifle'd'avoir icriiqueI'Afriqua est habite'e par une race d'hommes nombreuse aciive, industries et accouturne'au comm-:.ree Nest-il pas prouv6l que dans t;n pays O' y a d'anssi gra"tAes villes, wissi proche Nne'de, Vau'tre et de nornbreux villages- que ep pays, doit avoir.. vne population considerable ? Yest -11 pas prouM que dans tousles pays o' les campagues soni bien








ii&e'ss4a- nt *1 dol*t
wem6 i i y ex Ister dc*lindust ie d6 Vac ,, iv Ad eit d.u commerce ?
Ma Suf fit Ide cile e'ticore'. quelques passage dc'Mun'g6 Pa""k et j aurai Achev6 de confondre Ie4,i n-i postures d' Y,)zeres.
I
cc' Le's bandit" e
Igu s n s, us, ii-ombreur hiabitan' de's cai itons qu'a paveourus I M. Pa rk leur league est pavl'eou du moins entendue dani toute celte Partia du 66winent,
5 On croit que ces peoples porlen-Cle norn de Mandingues 1, parce qu, e leurs pe"res so1--a sotti u.Pvfan ding, qui est an cefil re ide I'Africlue- Mais, loin d'itniter I el gquveunement republican de leur' ancienne Patrie, flias 11'ont forme"dans le voisinage de. I'a Gambie quEl- des eft'als Prionarthiques-Cepe,ndant le pouvo r nis rois ri est pas wi nite:-dan's'
les arfalres importance, ils sont O Iilige's de convo" quer upe, assewtI--.#Ie e des 'plus shares vieillards de sedmcre I r par leu rs conseils ils ne Peuvent sang le'ur a'sse-fitiment d'claver la g'uerre ou coriclarela paix..
11 y a dans.loutes les grades villas un I/kazd dontla place est he're'dittaire. 11 maintient Fordre
9
Percolt le-s droils impose's aux voyageurs et preside A I'adMinistration de ]a justice.
La iurik"I.iction e'st cowposeie de vieiflardg de condition




N

73
,Ondihion libre : leur assemblies s9a pelle un pa.&& & I
,Per. Ses -ser4oces se hennent en plein air I avec 10 plus grande soleiinite'. La, les atfaires sont exami,4 Pees avec franchise les t6moins publiquement entendus, et les decisions desjuges prOsque towi igurs recties avee Vapprobation 9' i-ale, ',,,Let negres, Wayant point de langiie eicritejugent let Affairs Wapre's le.urs anciennes coulumes; mais ,depuis que 11slamisme a rait des progtes WMA eux plusieurs institutions civiles & prophet so sont introciultes avec les pr4ceptes reliarieux et Jorsclue Ie ]Wran West pas assez clair ils ont recourse a un commentaire intituld al schat'lla qt i contentt une exposition compleNte et me'thodique des lois civiles et criminelles de I" Isfamistue, M. Si--imo'nde de Sismondi a donc eu encore rai-e son de dire qtie la proprie't4 y e't ait -assur6e ., a:-Vie Icivile y e8t garaiiiie, la I'uslice y est administree, avec sagesse et le gouvernernetil y est resp ,4z o, tv Maz'res est donc un infArne caloffinlateur Poue' Vavoir affirmed' que ers peoples etaxen-t stupides-el ,f4roces et que la barbaric 6tait inhe'rente, A YArrique I
n I y a pas de doute quo fes peupfes de !9'AtrI-I-que sont -infiniment plus advance's que I es- natureI6de I'Ame'rique, et que ceux Aiwes au nord et am levant de Murope,







'74
'Les mexicam's faisaient, il est V*rai des calcu b zVe'c des 01/?OS. espekes de noands ou d'hi6v;6 Ipz es leur sOrvaiebt a measure le temps",
0 Yib h qui
'Coin M- e, les rdmainss, ta ient serves pendant lotig.
d.e ,,Io u,"s pour marqu e r I eur lu st e ; mais Iles immed4is ne s6v aient P s&rir6 hi 'Cbirfrer, -et ifs J i-e eo n In e fn
a'issaie't m pas l'usa*96 'dd fer; au lieu
"' t es nfde 'ih 6 "de"t 1'66rifrir et le calcul xfl- riurc .-,emrentle fer, le toiles twinen't fes c'mrs'; ,e 11fill Ivot)t bien plus eivilist s' 'qu'e't'a"ie'j4t'les-na

Irn &riste,,dit Mazeres rien -cle comparaMe
1'Afrique a' la
su r'1& llao.'Mexico : oui mais it Wexiste noll PIUS Tiell chez Ies it-oquois ei les e'squimaux qui oit comparable aLi'x grades vifle's Ala police et a, 1a,1 culture do 1"Afrique e-t-ciumid -aux mines 11,mex ique ju'ellei
je ne crois pas c s Puissent etre
icb1b'pare'es aux- fameuses rumes de'A'Egypte elt de' Carthago,
Poutqdci v ouluir eitablir le p6rallele en't're les Peoples fes plus 6-lair6s de I'Amerique avee les Feuples les p1lus i,(YiwrauS de I'Afrique.? Pou. quoi iie pas lcs mexicams aux egyptiens
les it,64w)is et les esq,1muaux aux peoples du ZanW Les aFvirains se servant de 1'krittire eL des chiffres
I
azabts i C26 C11iifxCS Gr, dau's toute FEurope.






7 5,
,guebar et du Monomotapa qui sont "a peu'pr 4
aussi savages les, uns quok les awres ? Pourquoi* vouloir toujours prendre des degr6s de comparai-, soil, dans des, objels qui Wont aucune ressemblance ni aueuns rapports "entv'eux pour apl puyer ses argument sophisfiqu.es ?. n'est-ce point Ia" les, preuves les Plus i.i-ianifestes de I'iiisigna, mauvaise f6i deslex-colons ,,, Je ne'parlerai pas de ces peoples du Nord, tel:g que les laponois, les samoyedbs;ceux du levanttels que les mingveliens Ifes'MoUgals, fes tartars de la Bessarabie., Tout le rnonde sait qu'ils ne sont pas plus av4nCP.-S datis la civilisation, que, les pew! ples du Zanguebar', du Congo, de la Nigritie, etc. ces peoples du nord e't du 1'evant sont Manes cependant et Mazeres n en parle 1---as. L y a pre's ..de six mille, ails que le monde existed, et ils sont derneuu6s,,statiannaires dans leur ignorance pria milive; sont-its "quissi d'une esp6ce inf(' ,rieuve 'a' la sienne ou to- I)arbarie est elle aussi inhe'vente 'a Jeur Sof ?I,Non-seu-Iement les Pfricains sont plus avaneds actuellement dans la'civilisation qtie les n:iexicains Jors de la decoLiverte de I'A me'rl*ique mais ilssont erwove beaucoup plus civilize's que ne I"taient les Cirancmsau slydE me sl(".1cle. Nous menzpe ei fin,
M. de Ghateaubiiam, dans Ic Genie du Chri"







76
fianisime ne sornmeo-nous pas' lin exempM. firappant de la rapidity at.,ee la qitelle les peit rples se civilisLArent ? il ny a guG're plas de doltze sibclefl'que nos ance'tres etaient aUSSI barbares que. les hottentots, et nous surpass ,
-sons aitjourdhui la Gri ce dans tous les rafflhemens da gout dit luxe e't des arts ( i
N'esr. il pas bien e'tonnant que cest 'a' peine sioOi du gouffre d'une revolution terrible qui a 6branle le tyionde parses secousses et failli central. tier la. France "a deux doigts de sa perte ? Yes',il pas bien e5tonnant, disje, que les frargais raisoninent tou!ours avec autant de faciiiie' et de legev, ret' sur' les grand desastres qui.ont de tout temps afflicre' l'univers, 7
Si les wissances alfie'es de I'Dirope avaielit de'truit Paris, comme les romaitis ont derail Gir. kbage, si leur invasion avait e f6 semblable 'a celle de cette nude de. vandals, de goilis, d'alains iA de huns ; si an l.I'f-u de Soliverains maorna.nimes Vs n 41 avaient troupe' que des farouches conqu6rans. tels que Jes Afaric les Gensdric et les Attila lea frpiicais seraient aujourd'hui beau(i) Les ex-Colons ne reruserort pas sons doute Fautorho" de M. de Chateau4iant, iuigistrQ do la MaisoA du Roi dq t1ilim!ance etc*








toup lAtis circonsp'cts et ils ne d*iscouveraient
-pas fsi leur aise et avec; autant de frivo.ite Su''r Mistoire du genre human.
Thebes ,Memphis, Babylone Attieties, ces villas ce",6bves ne. sont plus A peine trovive-t-on' les traces qu i altestent leur existence, et. fes debris des monument qui faisaient leur orgopil ; elles 5-ont (unibees ces villas supetbes et opulewe< ,, isous les -conps des barbares des revolutiolls ('t dtl temps! Paris, vil Ile pre'somptueuse! se cro-j '-el le s exempted de cette Joi du sort un 101JI, 1,4 114tre le voyageur cherchera. en I valn ur It-s vives cle la Seine la place ou" elle aura exls(ee; an lieu de ses inonuiffens, il ne trouvera pat-mi des ronces et ddg
f
pines que de fables vests de son archliectore.' Qoe cesddb!'is seront loin d'ecraler les fameu.ses ruins des eigypti, ,-,s Quelle falble idee se formera ce voyag..-aur de la puissance, des sciences jet des arts des franc-,iis
3
Alors la vieil le Europe blasepe par des siekles de lumiere et de civilisation retournera dans fa bar-w b'arie 8ans Ntat de nature et d'ignorance -usqu"A ce que le lemps et le contours des circons(ances aie'nt r'unis et formes de nooveaux 616-o rnens',pour la rappeller encore a' la civilization. Alors peut-6(re, apres I.uti IoPg repos, 1"Afric1de
f
rvchauff6e et rajquoie aura recueiili as5ez de







70
-Orces et & facultes pour occuper la sceile dq monde ensi ejancant de nouveau et pew-etre
encore axec Phis de viorueur, dans 1- carrie're de la civilisation et des lumieves.
La' dur'e d.es emplies COMIme existence des bomnws sont measures par 1'ai hifkre supreme de. l'univers ; au bout dt.i tertne lorsqu'ils ont "-tteint 1'etat de viedlesse et de.v6tus't6', ils nict.-irent et renaissent ensuite comnae les zutres Produetions de Ja nature.
Ce tie sont pas Jes memes empires ni les ie^nies homes qui renaissent mais Cest toujours la weme v6petition, Oes" ernpires et des humfnes; cette verite' deviant encore plus frappante lors.. qu"on considered 1'existence ]a dov h SUCf
cession des peoples qui se sont 16gues tour 'a tour ]a puissance et les lumieres com.rae un h.J.-ifkage
n
'dont. la PGSSeSSIOU) devalt Aire travismisslble "a d'autres peoples. UE.-i-yke G-rec a duie 1.,veS die onze sie"cles; I'Einpive Romain le plus puissar-41[ qui ait jamai4exist4, pr .sde cinqsiecles; celuid'A-lexandre ri'a dave que pendant'sa vle s1calein,::-.-,.t Voila Pres de 140o ans que la moiiarebie rearicaisesubsiste ; ia. Evance a depassc' sot) zenitll, elle se pr6cipite ii (,,,vands t as dans la nuit de I"ignorance; n est-it pas temps (lo'elle transtnette "a d'av.,Ayes 1A. L, rcea dlesromailns ?







79
Je crolI nVIDIV suffisa.n'ent rdFuieIcgsa'4 ismes fes abstirdilds'et 1" "alorrinies de' Fex tolon Mazeres sur les noirs 'et les bia..,cs et ]a'.
I Afriqu
civilisafion de'l e
Je damande aux homes imparttaux' t"quo Jui reste.-t-11 de'.son raisonnement ig noble d I c routes ses calommes d ex routes ses imposture3 pour ravale-v et de'nigrev 16,'cq A c e h u m a 'I n e ? uti opprobve eternel'! Mais clue" fait la hont' et I'in f tiiie pour nn ex-colo'i- Q'e!" fait 1 ex4cra',i_oIn contempgrairw.e, et future pou'r des monstr-es qui diseTif ouvertement (vvi'ik ne sdont pas 1A i la in tropes,
(.1il flsne se donnent pas si facilen-ie'nt 'a ce'Ve bien7efl la n ce pour le genre human ? Qu"i*'I'iPOrt'e'.' ti ces ffiliaux de ]a socidte de corrompre towes leg sources d6 ]a morale par des calomnies et des im., po!;t tires les plus atroces,, pourvo qn'ils, aient des, boinmes V)onv esc!aves PQU!VU yi'ifs aient de3 noivs Pow: c '." raire de Foo de leur sang afin de,' L al isfaire, le-ur avarice& et 1eUr CLIpidite insatiableon s'indicnke de voir un excolon,, un fat, U11 Presomytnei3x tel que Mazcves prendre le ton de Vironie pour fiaire des menaces et des insults aux philantropes ; mais que petwent faire SIR epes homes vertueux les savcasixles et le jnjur6s de ce vil suppf')'t-, du crimit.. et de I'escla_' Y ge ? De lous les temps la philosophic conni-







ptigne fiddle, de ]a pbilantr'opiie, ell, celle-ci de In 11& rte' et du bonheur homes ont eftg les objets de la haine et de ]a persecution. des tyrants; e vois Socrate buvant )a cigti pour avoir pr8che ]a morale aux atheniens ; je vois ouvtir les ve.ineg
'Ier le sang de' Sinklue e I de, Thraseas, IF
pour avoir resisted a la corruption ; maigue tous les efforts des iyrans je Ivois que ]a saints philosoptilie est eiternelle ; le desir d'e'tudier ce qui est bon et wl"ie 'a' ses setriblables est inne" dans le! ccear de Mornme
G6ne reux Sijinonde de Sismondi pbilan'trope
-vertueux consolez-vous vous Vouvez bravery corni-tie ces martyrs de la philosophic les menaces et les iniures des ex-co!oris Oni., saris doute,,,, c"est un be.an --0" le bien noble et bien diorne de. volls qu' de plaider pour le genre human foul enter avee des tatens sope'rieurs et la bonte' de votre coel-li-,, volis ponvez contvibuer pulssamment anx success de ]a grande cause de Ma. manite'
Q imported fe pays que vous habltez; qu"Importe la naLlion it-qvi voui, appavieriez, avant tout 9. VOUS Ces homes, vOus vous devez an, genve han-lain et aDieu. Qt)i tie s I ordonne pas, dit M. Bernardin de St-Pierre, 'a sa patrie; sa patrie au genre lainnain,








]a genre, human "a Dieu, n a. pas plus' con, nuIts lois de Ja politique que celui qui se faisant unf physique pour tui.seul, er s6paraDt SeS velations personnelles d'avec les 614mens ja xerre et le soleill, r aurait pas connu.1es Jois de Ja nature.
est avec les m6mes smimens malis avec do plus faible-moyens, que j'ai commetice' d'aborcl par d6fendre la cause des africains mes aiwekres avant que de discuter les drolts des haytiens me* COMPatriotes ; i 'ai 'osd me trainer sur les traces do ces homes, celebres et bienfaisans pour plaider la. grande cause de Murnanite' celle de me's sembI ables, tant de fois degrade'e et avilie, AM si le coeur des homes n'est pas totalement fermd a tout. sentimew dhuaianit6 et de justice, ine, fable voix sera .Scoute'e sans doute je n It aural pas en vain iruplore I'liumanitd, 1equite' et la
des europ6ens!
Gest de mon pays maintenan't dont je vais. parlor I; c'est d'un people infortund qt-d a g6mi pendant plus'- de x5o ans dans, fe plus barbare esclavage, qui est parvenu par sa constance s.a valour et son courage 'a conque'rir sa liberty et son irldePendance. Quel suiet p1w sublinie plus, vaste plus f4cond plus digne d'occuper 1A plu= d'un Vatriole








".Salut terre hearease terre de prgdileem fion: 0 H16yti! 0 ma patrie seul asile de I&' fibe'rte',, ou fhouime noir puisse lever ]a Ate, youir et contem- 'Pier les' bienfaits du phe universal, ,des homes, salat
Urnoin des faits que je vais rapporteur,
rappui de mes assertions je Waurai plus besoin d'empronter le te-moignage, d'antrui de fouiller dans les, relai"'ons des voyagers pour garantir Jeur authenticity'. 'C'e-at comme haytien, et descendant d'afri-cam que je vais repondre aux infdmes calornnies do Mazeres, sur ry.on august bouverain mes compatrioles, et Mon PaYS.
;i Apr6s avoirp-arfe'de I'Afrique [dit M3zeres) 9 M. Si motide de Kmojidi, comme on parlerait a peme des pai'ties les plus Avilise"es et les, plus btillawes de I'Etwop-e Vous dissertez sui SaintDomi;icrue, dan ton plus qdmiratif encore;
n joue.,
ainsi Ane cr6dulii', qui'serait 'Wexplicable dans un hornme comme vous sans les prevention qm vous su blugoent c"est dans les gazeites, fabriquges 'a Londi-es, par les ag ns de Christophe [- le ]Px-(,ji ] yi e vo us prenez el que vous adopted, Jes Olemens d'une opinion dont les, bases sout routes hypothe'dques, ou supposes. )
_.Ne voit-on pas dans cc passage, le m6ma Pprit de haine et de preivoution qui a Oiuig4
A







83
la'pTume de Mazeres-contre les afri'Cains et quj I'ai u me encoie avec plus de violence centre Im haydens ? My ddcouvre-t-on pas. la inauvaise foi la plus insigne toote la mechancete' et 1'atrocit' de 11me d'urv ex- colon.
Opinion de Al. Sismonde de Sismondi suo Hayti bien loin d'etre fonde'e stir des bases hy-M potheitiques ou supposes comme, le pretend cet imposteur, repose sur la plus- exact verite', sue des faits er des examples v 1,v a ns. Nous en'appelu- 13S aux t6moignages des &-an,,-rers y i fue'(pientent nos ports et qui ont, visited' 1111t'lleUr du royaucae ne sommes-nous pas constitutes et org)i i s comme les rations civilisees de FEurope ? Ya-* v(ms nous pas un government stable et moinan chique, mie chavle constliwionnelle, des institulm iions. et dt-s lois ? La ju,,tive riest-elle pas adnai.* nistree avec integrue Nos arnides nombreuses ,et apruerries ne sunt-elles pas aussi bien disci-W pline:'es que Les premie'ves ivoujws du motide 9 Mavons-nous pas e'leve' des citadelles imprer-ables c(lifistriiiies, dans routes fes i eagles de i"Irt, i a is clei lieux itiancessibl..es, ()' it a Ulu surmon't ter tous Ites ob tales. en faisant deq imvaux do rorna;ns? Nav ns-nous p-as h."'Iti dei pala-s, des &4ifices publies, quifont lagoire de uoA&e, pay, 14 A 1
&rangers ?.L'aN7011S DOUa- pas des







r 641 N
manufactures, de P'oudre et de salpefre ? la wasse de notre population West-elle 'pas entievemenz fivree a'I'agriculture et au commerce ? Nos .Mavins tie peuvent -ils pas traverser la vaste &-endue. des mers et ne n 19 aviguent-ils pds avec
A
habilete" sur nos cotes sur les plus grand batiMens r Nous 6crivons et nous imprisons. Encore da'ns son enhance nolre nation a eu ddj "a des 6cri vains et des po"tes qui ont defend sa cause et ce br' sa gloire. A la v'ritd'Ton Wa point trove dans 'eux ]a plume des Voltaire% des Rbosseau er des, De Iffle. Mais nous Wavons pas Oneure ve"CUS COMme leur uaxion mille ans en civilisa-Pion nous avons done tout lie-ul de ne pas iiou des'esoerer..... nous avons 4galement f6it des essa'is dans les beaux arts et n6us bous sommes convaincus qu'if ne nous manquait que des maltres habiles,, pour avoir bienm t6t nos Lepoussin nos'Mignard rsos Rameau'x et no., G-4try. etc. Enfin 1'exp6rience a prouv6 au monde que Ir,,s noirs comme'les blanco avaient la'mhaie aptitude anx sciences et aux arts par les Progr6s immense que nous avons faiis dans les lutmeres et ]a civiliswion. Parcourez I"histoire du genre human jamais vit-on un pareil prodicre dans le m'C'v'-)Ade qne fes ennemis des noirs client. va seul ex mpfe cfaucun pmple qui se suit trotivi







dans une situation semblable 'a ta n8tre, et qui,, jt iait dP que nous dan's moins
d"un quart (,)e secle; noti-seulement le Peuple haytim s"est acp is des druis immortels a I'admi., rat.oo. l'univers et de la postdi:ite' mais encore il a acquis d""awres littres "a la gloire (jui mili(e en sa Eveur, pour s'i.tre e'leve' de lui-m4me, du sein de I'ignovance et de Fesclavage, au falte de ]a gloire et de Ia prospe'rite', oit it est maintenance parvenu Ce n'est dme point par esprit de pre., mention ni sur les gazers fabrique'es 'a Londres, comme. le pr4tend ce fourbe de. M,3zeres, ct'ue,
Si monde de, Sismoiidi a. Poise les 61emens qui fo;)dent son opiviion sur les haytiens, maig bien sur des Faits notoires, -our des Piekes re'digIFes et imprime'es 'a Hapi, par des haytiens; tout le monde civilis6 en est instruct, il Wy a qLI-e- les ex-co!ons seuls qui ont la see'le'ratesse d'en outer, tant ils sont domit e
-i6s par les passions effr6n "esqui les sub'Juguent
Je ne tn"appesantirai pas sur les outrages que Maze'res, vornic dans sa rage. contrive moi i atig uste Souverain mes com patriot es, et, mon pay% je pourrai facitementlui rendre outrage POUC
n
.outrage; le champ en est vaive' et -fertile; sojilc N
souverain et sa rmtion donnent tanit Au ridicule 0 6es furev.,rs builesques







dehontrent la bassesse de son Ame et rne'riv-enf le plus Profond mepris de m'a Part. SaI13 11MPdrieuse n6cessitd je le repe'te ou' je suis de deTendre [a cause de mes semblab!es, tant de fois 'bamili'ds et degrade's inar ces 4ternels ennemis du genre human i'aurai cru m 9 avilir si je n"derivais que pour r4pondre 'a un ex-colon tel que ce Mazeres convert de crimes et Wignominie.
Sails m'arre^ter done sur ses invectives, je pouns" suis ]a thhe que j'ai enterprise.
44 Aptes vingt ans, Werreurs et de lemons
dit-il vous ne voyez qWun beau spectacle dans ce qui se passe "a Hayti.
,OLIi Mazeres ; le p!us beati et le plus digne. d7attirer les regards et les meditations du pbi-I o-,z o P e.
L'orgueil les pre"uge's Nvarice des plan.-leurs, avaienL fait de I'liomme noir, une er-pe'ce particulie're et distinct de MotTime blane ; noire race avilie et d6gradde par eux, fiv assimile'e au rang de l"orangputang: tout en faisarit Npreuve de nos forces en nous 'erasant de traqb' v I aux forces., its soutenaient par un rai, oiinewent sophistique et ahiurde, que notis leurs 6tions' inf6rieurs en faculties physiques et me, ra los, el sue cette pretended inf6riorite' ils s"arrocrerent fe di9it bagbare de nous re'duiva dan's an Verpe"








teel esclavage et de nous trailer comme Tesp1tv vils anitnaux. Quel 'eve'nement Flus, glorieux plus digne de fixer I'attention du monde, que celui qui a reversed par des faits et des examples vivans,, tow Ieicbafandage du erim'e et du men-i buM dlev6 par eux depuis des sieMes centre 1'es. pece hu maine !Grand Dieu que tes muvres sont" grands' Cest du sein Wan troupeau, d'esclaves qne ta toutte. puissance forma les eile'mens necessaires pour avenger tes divines lois ta souffles dans nos course le fen divin de la liberal'; s6uda,n inos, chalnes furent brise'es nos oppross'eurs disparurent de norre sol et leut.'s prejuge.s et leue crgueil furent. confundus pour jamals Ex, cottons, &*res superbes et orgueilleux reconnaiss( z don -a dans ce qui se passe "a Ha" ti la main divine et 4oute-puissatite qui vous chatie Homiliez- vous 4onc. fle'ehissez vos genoux au deviant des d crets du pere univer el des homes, que NIOUS evez trop long .1emps nideonnus 'et outrage's I. IMais non leur orgueil est indomptabile! sem". blables 'a' ces esprits infernaux dans leurs affreux conciiliabules tels clu'ils nuus sont depeints par, l'immortel Milion -,-a[)j e's leur Aute, les ex -colons, quoique vainells foudroye's et pre"cipit6s' dans I'abime,, Cherchent encore Partout les 1110yen.3--,
-Sui leur 5011t wggeres'paz








1,8a ressaisir de 1'empire qu'un' Dieu iuste Ck re'numerateur leur a fait perdi
-e pour jamais.
x, Vous vous empressez dereCUDnalltre ( dit MazeresleBelzibuthcoloii)comniele 'gitimeceri. diculesouverain, qu'aucune puissanceeurope'enne nw/a encore reCODnU. Vous declareZ dssez formelletnent la Colonie de Saini-DOM'Dgue indepey-odante 'par le droit', comme 'par le fait et consacrez 'a' Ja fois en faveur dun b6gand heureux ]a
,dUcheance de la, F i e
-ance souveraine I "gitime de la colome et cette maxima subversive du repos des peoples
Le premier qui fut Roi fut un soldat heureux
Et moi i'a;ouiefe com.ple'ment de ]a phrase que Mazeres Ovite.
Qui sert bien son pays n'a pas besoin d'ayeux.
Je r6ponds d'abord a Maz6res que cett
,rn.axime subversive du repos des peoples, West pas de M. Sisnionde de Sismondi, ni de Nionsieur to cornle de Limonade mais elle est bien du grand homme dont Mazeres, s est servi de VaLhOdtd pour pruuver que lies blancs les n6gres leg albinus, Iles hctteri kols les chinos, les alll&icains dtaient de races diff6rentes. Par respect pour M. de 'Voltaire ) ja nai pas essay do reliever cette







89
Prreur, pais il me semble que Mazeres quietest servi de son aworite poor nous combattre, aprait. d^ au moins, respecter les maxims politiques 4e ce grand homme; 'car s'il le r4cuse, lursqu"I pous est favorable j'aurlaiaussi le droit de la re.cpser torsq.u'it est en nQtre, d.e'faveur ; mais ca Isont de ces incons4quences que le passe volon-m tiers 'a cet ex-pplon ; it aurait d u^ singer ql,,,la M. de Volta i*re,, avait exp,#.irrie' ailleurs et aveo,
A
noblesse les Memes sentiments de philosopher e2
'il n" 51a't pas toujours en favew des orcrueilJcu: .
Cet insect insensible ensevelisous Y".,=bc xP
Cet algle audacieux qui pl,' ne au baut du ciel,
Rentrent dans le ne'ant aux yeux dc
Les motels sont gauy; ce n'est point la naissance,
C est la s6ule vertu qui, ftit leur diffhence
TI est de Ces nioA'els f"avorise's des cieux
Qui sont ton't PAV Ines et, nen rar leurs a-yeux,
14 adorer ni ve' %jetler cas, sentIL-nen3 je pense (In on souverain tel'que Sa Majeste Henry
ul d"Hayti qOi a 6-46", pl'ace sur son one; par le choix unanu.rue, et paV Famou de
r POLL
people qiii a Qonslatuuent combattu pour sa
-4 o 4 "
ib,.le et sdii ind,4-.,pendance qui a su vaincre ses, onnervus qui tegne aveesagesse et gloire; je Ucts., dis .-P qu If an Sou'veram nest point dutoLt ridi-






C)
cule, comme le pretend M'azeres,., et qu'il-esl pour le mo"ns aussi kgiliihe et aussi errand qu"un touverain. qui ne strait, vleti'var lui-rri8me mais tout-par ses ayeux si M z'eres a voulu nous mys-6 fifier en insultaiit notre iiligUste Souverain 11 me semit, facile de le i ny tifie.r ini-l-n6me par de cerlaines- allusions qui ile"met-traiei it Oas- les rieurg do
A
Son CW ; je pourrai lui dire que le roi Henry est un des plus beanx hfOrnmes d.u'No6'eau'Mohde u*iI est le module des gueftiers, frane, genereux t .t intrepid Sobare, actif et infa;igahle qu9AN ses quality's ,Tuerrieres il 'Jo"int ]a saOsse d'un le'gislateur et routes les veins d'wi bon et grand Roi
A
qu'll est religieux salS etre bigot qulil sait parfait. cement que tous les homnies peuvo it adorer Dieu, chamm en leur maniere sans lesser pour cela d 4 P,
e're de hons ei I de fide'les citloyens.; que son W110111, pour son pays et palriotist-ne est si grand 'il c i ")
qu s -i b1i e touiours pour ne penser qu'aux vrais interest de son people et que le roi Henry I", Nen'loin de resspnibler 'a' mais je n-i'arrAte ]a' circon s Peet ion et le respTct que je Porte aux
ees,, rnempechent de poursuivre.
Ce serail vo111oir encore mystifier Mazeres si %a Z,oulais arartnrnnnter avec lui, pour pronver
notre i'ide'pench, nce de fait malgr' ioule son In'credulit6 ) il n. 1-4cut outer de ce"Ie fdlala







91
ve'rite ; la question do, fait etant done reconnue bon gre' ou malgre' pav eux, il ne, s'agit plus que de discu'ter Ja question de druit et si la, justice et I P equate' solvent la v6soadre elle le sera 'nCord en notre faveur,
Si I I injustice la mauvaise foi les cruaute's de, tous geiires donnent des droits 'a' ceux qui les OM eprouves cutitre ceux qui les ont exerce's quel'peuple 'a jamais eu. plu's de droit 'a IlidePendance que le peu'ple h iytien ?
Ge strait ici 10 lieu de faire le tableau de la situation de'plorable oil nous editions plotig6s sous
r Z3
1 affreux regime colonial en fa-*.saiit la nomen. culture dei crirnes intion-buables des ex.'colons
A
inc-is cela m'entramerait trop loin : )e renvois ines lecteui-s aLi Systiwze Colonial De'voik ou" j'ai de'j' trite' ce sulet horrible : he'las avec tout le 9 A ta cause
desiv qu- )"A X&tre vrai et d etre Utite. a de I'humatiite ; POU!"Fai-le depelnlre aux yeux de meS lea-urs routes les horreqrs de Feselavage irai-je exhumer les cadavres de mes infortune'a
I
corn, patriot es 9 clu'lls ont fait-e'terrer v i va ii s POU V iPt,--nogPrJet4rIJ mgmes et 6potivatiter les humai?- s par le rec., L 1r'ble des crime de ce; mow-,u7cqv.",-AJe besolhi de tracer ces horreul's ",11,1az&ves qui est un'de ces ex-colonc f6icces
it Lui qui I-Es a C;11 prF,,I-r Ue S0.11







pins bas age; Im qui de's son entrance s7exercait a tourineriter les petits noirs de son habitation 11.11 quk,) avee Ited lait qui I'a nourri apprit Adevenic IV a e Fer I
mpitoyable et 'touff ians son coE.ur barbare tout sentim *nt d humanity ; a t il beioin que je lui fasse ]a description des borrilblas supplies que lui et rei pareils avalent coututne d'itifliger A feurs infortune's e8claves r' Comes i it Wen a pas I)esoin iI les connait inieLix que moi, et son coaur Ce Drotize bien loin de s apito'yer s'en r6jobiran encore !
Sou'vent je ine suis fait cette question quels droh fes ex-colions avaient-ils done, de torturer ainsi leurs irifortun6s esckives ? Quo' ? y aurait-it dans ce rinonde comme dans I'Milre une race de bourreaux destined 'a tormenter les hurnains 7 Jes ex -colons sont ils sur ]a terre ce que Sont ies d(Amons dans I'etifer ? niaz;s it n'y a, ine dissisie, que les crii-,ninells qvii soient cot-wdamn's aux flainines 4ternelles et les it-mocens sont id bas condatnrws pendant Jeurs vies CnIieres aux plus horrible supplies; non me disais-)* e encore, c'est calloirnukr un Dieu;uste, bon et bikenfaisant ; Ces[ une impiet' que d'auribuer 'a' I'autear universal nos cruels infowunes ; Fes-k-,.Ia-vage eSt I'OUVL-Fige de3 homes corroamn-pus et xnI"Icha.n6 i Cest la plaip, ha pkU]f afftC-nsc

Ile?






f 3
ainais deisolif I'huma-iiitei ; eest le droit que s'est. arroge' le plus furt sur le'plus fable du plus rase sur le plus ignorant ; or si les hdmmes se sont,-irroge le droit cle.'re'duire d'antres hainme5 d-iis le plus har'bave esclavage ceox ci D"auratent IIS pas le droit cle brisker leurs f fers ? Quoi ? vons peurriez me river de la liberate me ravi r le plus, prccietix de tous Jes biens,-, vous pourtiez Gle, charger d'indignes fers et moi votre fie.-e et, votre sen-iblable je ne pourrai pas revenclicluer Jes droits que je tiens de Di(--ti seul que nul ne pent me ravir ; je ne pourrais pas dis-le briser mes cheines et vous accabler de leurs proves poids ; quel:e logique abon.1nable quelle arfreuse morality' que de vouloic adniettre en principe que J& liberte' est un mall et que 1'esclafa. Varye est un bien de voul(Ar persuader aux
bompnes que les uns auraient le dioit de reduirs hes autres dans un perpeituet eselavage sans que COMIX-ci n"duraient le droit de pouvoir jainais en .6Ortir
i, p t es
Les ex-p-colons ne fevont atnais des ade
parmi tious dans la scietIca. de Fesclavage 'a' qvtl versuaderont -ils que 11"esclavage est un b,* n.- P ? Est-ce a nons qni en avons e-PLOUIVS 'outes Ic-5"
If
? E h si Pleurs assenions etaient vralie3 TIC Lie so, MeRelit-ils "a 1101fe AIS Mr-Ills







94
rctivalnefaient bien mieux encore Pa.- des examples que par d(1-s raisonnerriens, abosurdes.
Je mettrals de cote si Fon 7eut le
que tous les homes ont A la liberte.
Le people haytien se trove placii dans une circonstance tow-a-fait particuliere 9 qui a;,,,SLIrC iamais la bonte' et ]a justice de sa caluse.
Le monde enter n'jgnore pas que ]a Framye republican proclania, la. lilerte' dans cette 1^11e apr6s avoir joui souS ses lois pendant dix ans de ce Niemcait api e-) avo-Ir cornibattu et verse" notre sang pour elle et lui avoir 'dmine des preuves de, zele de firlk' lhe' et de reconnaissa I qce pour les hiienfaiis que nous en avions recus ces vils, republicans, sans aucuns motifs quelconques voulurent nous ravir la liberate' qu'ils nous avaient donne'e.) comme :5i Mornme en butte aux caprices des tyram devait quitter ou reprendre les chains, de Peselavacre, suivant leurs volonteis ; ils ne se contenle'tent pas dempleyer 11a force powr nous ramener sous ce joug abhorred' ils emp'loy6rent encore ]a ruse et le mensoncre tout fut inis en usage. pour nons Seduire et fions trooper ; ils uous dibaienl qile? 77011S 4 tjo,'.IS t0713 fr&es el. tons /,T t 1t"C"i, 1" O;ez, et de -a Be4PUNique taildis (1051,o dans lu
barhare- et Ile inkenCion AOUS
c;-,, do :10-4 0 -LA A',







95
Pleinedecotirancedaiislearsb,,-llllespromesses' Ja majeure parties de la population se considdrant 4epuis long-teinps comme fran aise, se rendit sa ns coup fdrir, sails'tirer un seul coup de fusil waig ,biento't nons f 'tnes derangement desabase's lorso
que les franciis se current les plus forts ils com,,mencerent a etablir leUr sysl&me de proscription ils montrerent leurs v6ritables intentions, et ils ,proclamerent hautement 19esclavage
a 43, 10 11 fr C C a I, h 3 S U r
Mazeres qtii veut q juge les a
les crimes 'q' 4-i'i Is, ont commis pourra fixer sot jugeinent sur s-es- compateiotes par la fable esqnisse que je vais faire des CrIM1.3s' et des cruaute's 'de tous ger.res qLie les francais ont exerces sur nous. 0 souvenir horrible qui remplit 110s CCCUVS ,des sentin-iens d'amertume do Laine et de vengeance
Nous avons vu nos concitoyens, nos zim"Is tics parents nos fre'res homes Fe. nitues enrans
A
vieillard.s sails distinction d'Agu ni de. sexe, tra nh' a u x d e r ni e I'S Supplices par ce-s inonstres :. ceux-ce
A
xpiraieiik dans les flames des bLjrhers.; ceuvi" altache"s aux giblets servaiealt de, paktwe aux oiseaux. de proie; Iles uns eLaietit livi-c"Is aux c1hiens potir 6tre Uvore's les autres pl.us heareux p 'rissaient soug [ps ouns de poirroard et de b.3yan;-ictUa dans