<%BANNER%>

Exposé général de la situation de la République d'Haïti

HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Message
 Relations exterieures
 Cultes
 Finances
 Travaux publics
 Commerce
 Travail
 Justice
 Agriculture
 Instruction publique
 Interieur
 
MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Exposé général de la situation de la République d'Haïti
Physical Description:
v. : ; 21 cm.
Language:
French
Creator:
Haiti
Publisher:
Impr. Nationale
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
Politics and government -- Periodicals -- Haiti -- 1844-1934   ( lcsh )
Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
Genre:
serial   ( sobekcm )
federal government publication   ( marcgt )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 10908761
ocm10908761
Classification:
lcc - J167 .R13
System ID:
AA00017961:00014

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Exposé général de la situation de la République d'Haïti
Physical Description:
v. : ; 21 cm.
Language:
French
Creator:
Haiti
Publisher:
Impr. Nationale
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
Politics and government -- Periodicals -- Haiti -- 1844-1934   ( lcsh )
Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
Genre:
serial   ( sobekcm )
federal government publication   ( marcgt )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 10908761
ocm10908761
Classification:
lcc - J167 .R13
System ID:
AA00017961:00014

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Table of Contents
        Table of Contents
    Message
        Page v
    Relations exterieures
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    Cultes
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    Finances
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
    Travaux publics
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
    Commerce
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
    Travail
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
    Justice
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
    Agriculture
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
    Instruction publique
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
    Interieur
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
Full Text









i G/N
S | '


DE


LA


SITUATION


EXERCISE


1932-1933


PORT-AU-PRINCE


HAITI


Imprimerie de I'Etat


r
[J
- *


1934
- ~~~~~~~~ -- -i-- - ~ -- - -







REPUBLIQUE D'HAITI




EXPOSE GENERAL


DE LA SITUATION


EXERCISE


1932-1933


PORT-AU-PRINCE, HAITI
Imprimerie de I'Etat


















." "o*-* :..



Message du Pr6sidenl de la Republique au Corps LCgislatif............. :., i

Secrtfairerie d'Etaf des Relations Extericures...................... 1

Secr&tairerie d'Etat des Cultes. ............ ... ........ ........... 29

Secr6tairerie d'Etai des Finances..... ..... .. ......... ............ 39

Secretairerie d'Etat des Travaux Publics.......... .................. .......... 51

Secretairerie d'Etat du Commerce ........... ...... ........................... 87..

Secret tairerie d'Etaf du Travail.......... ................... .................... -97
Statistique des Ecoles de I'Enscignement Professionnel....... 100 ,i

Secretairerie d'E tat de la Justice.................. ..... ....................... 101. .*

Secritairerie d'Etat de I'Agriculture .......................................... 107

Secritairerie d'Etat de I'lnstruction Publique.... ..... .......... ............ 121 '
1.':'". i..
Statistique des Laureats des Sessions d'Examens de 1933.... 129 .'

Secr6tairerie d'Etat de I'nltnrieur................ .. ......... 137



I
. i'.
















Y'e
.J .


* .'.. -..:.,










.W4





L .........- ........ ..
K X
K :. ** '* ^
y '*^ *? f:' * '* * ^ "- *.""i
















D .PRESIDENT DE LA. REPUBLIQU i
AU- CORPS LEGISLATIF

Messirs les Seatenis.
Messieurs les J)eputs,

J.ai. 1honneur de, vous renmettre. sous ce pli. les rappoTts,- ani::
nuels gqiT'orit ete adresses pat les diff6rents Secretaires d'Etat. :
et don't' l'ensemble constirue 1'Expuse Gerrralde la Situation]a.
Je- saisis cette- occasion ,pour vous renouveler, .Messieurs'le .,i ..
Senateurs, Messieurs.les Deputes, I'expressiou de ma haute ,co'i2;
sideration, :' .. ,--. s.
STENIO VINCENT .':"
., "" ,


? -*_ ,, .




I. 'i
. ... ' " "







:A
-+ *. .; :



A .
U" : -. '..." .4

... .. .o :







.; 4 '. '"'. ': ..- ." ; C -
l ,.'.' .' ., ^ ; _: .'/'* \ "












SECRETAIRERIE D'ETAT

DES RELATIONS EXTERIEURES.

20 mars 1934.

Son Excellence Monsieur le President de la Republique.


Monsieur le Pr6sident,

Depuis que Votre Excellence m'a fait I'lonneur de m'appeler
a la direction du Departement des Relations Exterieures. je n'ai
cess6 de consacrer mes efforts a rendre plus cordiales. plus sta-
bles et plus 6tendues les relations que notre pays entretient
avec les nations representees en Haiti. Pour accomplir la tiche
que vous m'avez confine, j'ai suivi la politique de progrbs inau-
gur&e par votre Excellence des son accession a la Pr6sidence de
la Republique, politique qui. tout en respectant les interets 16gi-
times de ces Etats, implique toute une oeuvre de redressement
national don't les heureux effects n'ont pas tarde a se faire sentir.
Relations d'Haiti avec les Etats-Unis d'Amerique, negocia-
tions de traits de commerce, propaganda conimerciale a I'exte-
rieur, litige des frontieres, ces importantes questions font 1'objet
de ce rapport annuel, de mnme que, d'une faqon gendrale, tout
ce qui touche a notre participation a la vie international.


Relations avec les Etats-Unis
Accord du 7 Aofit 1


Le 3 septembre 1932. le Gouvernemen
Gouvernement des Etats-Unis d'Ameri
liberer le pays de I'occupation etrang&r
tot et suivant un programme convenu, at
le rraite de 1915 et organism par les acc
semblle Nationale-n'ayant pas dunn6 so
trument diplomatique le Gouvernement,


..:.


t:i
d'Amdrique,
933.

t Haitien conclut avec le
ique un trait appele a
e et a mettre fin au plus
u regime special cree par .j
:ords subsequents. L'as-
n approbation A cet ins-
conscient de ses respon-


: ". ;V4


1:
" ., ,
/.- ,' :

* i'









2 E vpos Gerneral de in Sirufrion-Exercce 1932-1933

sabilites vis-a-vis de la nation. reprit imnediatement les pour-
parlers avec Ie Gouvernement des Etats-Unis. Apris de longues
et laborieuses discussions, an course desquelles le. Gouvernement
se heurta i des difficulties parfois insurmontables, et oi6 il defendit
la cause haitienne avec toute l'intelligence. toute I'energie et tout
le patrintisnie voulus. fut signed le 7 aoit 1933 an Departement
des Relations Exterieures un Accord qui realise la liberation
du territoire national en amenageant les garanties linancieres
stilulee-s clans le Protocole de 11)19 et- I cuntrat d'emprunt de
1922.
Si certaines prioositiois et contre-propositions du Gouverne-
nient out rencontre au cur- dles n6gociations des obstacles irre-
ductiblet,. le Gouvcrneinent peut etre tier de la tiche accomplice et
doit se felciter hautement d'avoir fait un pas decisif vers la.
cessation crnnplete de tout contr6le stranger sur les affairs
d'Haiti.
SII nest pas snupcrflu de rappeler les resultats consilerables
cnisacre. par I'accord dir 7 atit par lequel nous obtenons:
I'hairianis.ation complete de la Garde, la destccupation; sans con-
ditioln. au ler. ~cthbre 1934, de notre territoire. avec le retrait
de la Mis.~ion scientitique aniricaine, I'halianisation complete du
personnel de I'Adininistration des Contributions et de celui de not
louanes, la reprise du contrile du budget par le -Gnuverneinent.
la liberty d'autoriser tous credits, pourvu qu'il y ait des fonds
disponibles, la consecration de la lo du.4 juillet 1932 c~mine 1oi
organique de I'administration financiere haitienne, la fermeture
definitive e Ie 'Emprunt de 1922 arrete aux series deja eniises.-le
Sjugement par nos tribunaux de toutes contestations douanieres
et de tout litige entire les contribuables et I'administration des
contributions, la faculty du rachat anticipe de 1'eiprunt et de
r' approcher davantage I'&cheance de I'emprunt prevue pour 1944,
etc.
Mlais Ie Gouvernement ne devait pas s'arrdter i ces resultats.
II a coinpris l'invperieux devoir qui lui etait fait de continuer son
Section pour arriver a la fin de tout cortr6le stranger en Haiti.
S Cette action jamais interrompue. ii la pursuit" avec und cbns-
tance quotidienne, une foi entire dans le succis de ses efforts;
!*:.'




I;, ?.t ? . -- .








Secritarrere d'Etal det Relartons Ext.ri eures 3 '

et le'ferme dessein d'aboutir incessamment, comptant aussi sur
les genereuses dispositions de I'honorable Pr6sident Roosevelt -*
qui:a maintes fois affirm une politique de bon vouloir a I'6gard
des nations am6ricaines, politique qui a permis la conclusion des .
accords d&s 5 aoibt 1931 et 7 aofit 1933. Cette action s'est nani-
festee une fois de plus de facon eclatante dans-la demarche per-
sonnelle faite par le President de la Republique dans Ia lettre
adressee le 16 novemhre 1933 au Ptesident Ropsevelt. Ce docu- .
ment est annexed au rapport, ainsi que la r6ponse du 29 novembre
de-la nieme annee du President des Etats-Unis faisant savoir
que le Gouvernement amrricam. serait heureux de preter ses ..
bons offices pour tout arrangement devant mettre in a tout
contr6le des Etats-Unis en Haiti.



S Conventions Commerciales


La cruise" economnique qui sevit toujours dans le inonde a ap-"
porte des troubles graves au commerce international. Malgre
I'esprit de collaboration qui semble regnet dans les rapports entire
les Etats, des measures ont ete adoptes dans la plupart des pays
tendant, a'une protection outranciere, measures qui constituent de
vritables. entraves au libre jeu des changes. Presque partout,
I'un s'eleI.e centre la tradittri nelle clause de la nation la plus
favorisee qui, dans les relations contractuelles des Etats, cons-
tituait un element de stability et dle cminnidite. empechant les
tratements de discrimination suivant les pays. II existe actuel-
lement une politique commercial du about notamment au enforcement du systerne des contingents.

Le Gouvernement s'est vite penetre de la nouvelle situation
du commerce international. Pour sauvegarder I'exportation hai-
tienne. -nienacee sur certain marches, il a compris qu'il avait
pour devoir d'examiner les propositions qui lui etaient soumises,
avec un grand esprit de conciliation et le desir d'arriver a de'
solutions positives de nature a consolider les avantages deja
obtenus pour nos products, moyennant une just reciprocity. Ce
sources idles qui ont pr.side aux negotiations don't je vais entre-
tenir Votre Excellence.


6
-. -. 42


~



..


:.
r' '
r.l
r. ... ...:







4 Expose Ginkral de la Siluation-Exercice 1932-1933


Avenant A la Convention Commerciale Franco-Haitienne
du 12 Avril 1930
Le 12 avril 1930, une convention commercial a ete conclude
entire Haiti et la France. En vertu de cette convention, les pro-
duits haitiens b6neficient en France des taxes de douane les plus
reduites applicables aux products similaires de route autre ori-
gine etrangere; les products originaires de France, d'Algerie et
d'Indo-Chine beneficient des taxes douanieres les plus reduites
applicables aux products de la nation la plus favoris.e. Toute-
lois, ii a &t6 accord a ceux figurant au tableau B de la Conven-
tion une d6taxe de 33 1/370.
Mais, des l'annee 1932, le Gouvernement Franqais faisait des
overtures au Gouvernement -Haitien en vue des modifications et
remaniements qui pourraient etre apportes, dans un esprit d'e-
quite, a la convention du 12 avril sous le regime de laquelle
I'exportation francaise avait beaucoup baiss6 en Haiti. Dans des
communications adressees subs6quemment au Dipartement des
Relations Exterieures, la Legation de France exposait les causes
de cet 6tat de choses. Elle faisait d'abord ressortir que Ja France
est et a toujours ete le principal ddbouch6 des products d'Haiti
don't elle prenait normalement 66%, tandis qu'elle figure pour un
peu plus de 6% dans le tableau des importations haitiennes. Une
situation si nettement d6favorable, ajoutait la L6gation de
France, resultait surtout du tariff douanier de 1926, et aussi de
certaines taxes internes qui frappaient particulierement les pro-
duits franCais d'une majoration qui detruisait les avantages de
la d6taxe d'un tiers consentie. D'un autre cote, ces advantages. /
par I'effet automatique de la clause du traitement de la nation
la plus favorisee, etaient octroyes aux autres pays ayant conclu
des accords commerciaux avec Haiti. Puis une demand formelle
de revision de la convention nous etait faite par le Gouverne-
ment francais qui exprimait la possibility d'arriver a la d6non-
ciation de cet instrument diplomatique si le Gouvernement hai-
tien se refusait a envisager un ajustement suitablee des intsrits
en cause.
La France est jusqu'ici le plus important debouche de nos








Secritairerie d'Eror des Relanons Exwrieures 5

products. Pour l'exercice 1931-32, marque par une diminution'
des changes, elle a requ 43.63% de notre exportation, "alors
qu'elle figure avec un pourcentage de 5.87 dans le tableau de nos
importations. D'autres pays nous offrent, ii est vrai, des pers-
pectives rassurantes pour l'avenir; mais nos relations commer-
ciales avec ces pays manquent de r6gularit6 et de stability. IUs"
sont pour notre exportation des d6bouches restreints et pas .en-
core assez stirs, malgre tous les efforts du Gouvernement quii
tendent a les developper.
Dans ces conditions, il a paru indispensable au Gouverne- ,
nient, en raison des interets de I'exportation haitienne et consid6--
rant la'vieille et trafditionnelle amiti6 existant entire Haiti et la
France, d'arriver i une solution equitable, conciliant les int6r&ts
des deux hautes parties. Des pourparlers ayant it6 entrepris, un
project d'avenant a la convention du 12 avril 1930 fut present par '.
la L6gation de France, project qui, au course de nombreuses con'-
versations, subit de profondes modifications soumises par les
Dipartements ministeriels comp6tents.
De ces pourparlers est sorti I'Avenant a la Convention exis-
rante, sign le 10 mars 1934 au D6partement des Relations Exte-
rieures.
Par I'article ler. de ce nouvel accord, le Gouvernemeht fran-
qais s'engage i appliquer les droits.du tarif minimum aux cafes
d'Haiti et a ne pas reduire les licences d'importation ou.le con-
tingent attribu6 a ces cafes au-dessous du chiffre de trente mil-
lions de kilos par an.
De son c6t6, le Gouvernement haitien, par I'article 2 de 1'Ave-
nant, consent a appliquer aux products originaires et provenant
du territoire douanier francais-vins, liqueurs, parfums, pro-
duits pharmaceutiques-d6sign6s par leur appellation d'origine
ou leur marque, dans I'annexe jointe a I'Avenant, le tarif qui y .:
est prevu.
Sur la. demand pressante du Gouvernement fran'his, le Gou-
vernement a consent A mettre provisoirement le nouvel accord ,
en application, en attendant les formalitis nicessaires.
Nous avons la ferme conviction que cet instrument diploma-
tique aura la plus heureuse repercussion sur le movement corn-

.'-..5








6 Expose General de la Struarion-Exercrce 1912-1913

inercial entire Haiti et la France et protegera eflicacement I'ex-
iportation de nos cafes en France contre toute nesure de .discri-
miination oi de represailles.


Project de Protocole Additionnel-' ia Convention Commerciale
Italo-Haitienne du 3 Janvier 1927.

L'aniee dcrniere. Ie Departenient des Relations Exterieures
signalait a la haute attention de Votre Excellence les proposi-
tions faitce par le Mini~tre d'Italie en Haiti qui ldeimaniait, au
noin du Gnuverneiieiit Royal. qu'unl reduction -d'un tiers des
dronlt pre\tLs an taril, fut appliques en fa'veur de certain pro-
duns italicns specifies, en vue d'obtenir la reci[,rocite des avan-
tages accurdes en Italic aux cafes d'Haiti lui beneficient d'une
taxes drouaniere de 477 Ilres les cent kilos, prevue par I'accord
italr-bre~ilien. Le Gijuternenient Haitien, tut en acceptant Ie
principal dl'ie telle deniande. avait fair des reserves touchant les
details de.Is propositiOns sonimises qui appelaient'un exanien ap-
p)rof indi.
Au iliss de janvier 1934, la Legation d'talie a presented au
Departemient des Relation. Exterieures in project de protocol
additionncl d laConvention du 3 janvier 1927, augnienta-ut la
listed des articles precddenunent fournie, dont .'article ler. sti-
pule que pendant la duree de la dite convention, les products
originaires d'Italie figurant au tableau annexed -au protocol
bTneficieront a leur importation en Haiti d'une detaxe de 33 1. '3%
des droits.
Le. Gouvernement Haitien est d'accord avec le Gouvertnement
Royal sur le principe du project de protocol qui est a l'etude de
nis services coiipetents.


Project de Trait6 de Commerce avec le Danemark et P'Islande.

Certaines circonstances cxposees au Departement par Mon-
sieur Constantin Mayard, Ministre d'Haiti a Paris, charge de
negocier le trait, n'ont pas encore permis d'arriver i une-con-
S delusion definitive. II faut esperer qu'il sera donnC avant long--

." -







S' .* . ., . -. -* " : .' -' 3.'...s;
Secritairerre d'Etrt de Relations Extirieures" 7 i

temps A notre Pl6nipotentiaire et a celui du Dan&nmark de sigher.;.,
ret instrunient diplomatique qui doit contribuer dans la plus '
grande niesure a intensifier et a d&eelopper davantage le courantf -.:
d'echanges de plus en plus important qui existed depuis'quelques ,..
annees entire les deux pays.

Changes Commerciaux avec les Etats-Unis d'Am&rique.

Les relations comnierciales entire Haiti et les Etats-Urnis
d'Amerique sont regies par le Modus Vivendi conclu le 8 juillet
1926 sur la base du traitenent inconditionnel de la nation la plus
favorisee. On ne peut dire que fJus ayons tire de cet accord les .
advantages que nous etions en droit d'en attendre. Tandis quj ..
nous recevons des Etats-Unis plus des deux tiers de nos iuipor-
tatians 167.58%', pour I'exercice 131-J32), ceux-ci n'aclitent que
les.8.10 de no.'s exportations (minme exercise).
II devient done indispensable d'obtenir une contre-partie equi-
table des advantages don't beneficie le commerce aimiricain. et
d'arriver ai attenuer dans- une certain measure ce desequilibre '.
qui nous est entierement defavorable. Nous.avons d6ja envisage
la possibility d'une modificati nn de I'accord existant aifi d'6lever .
la proportion des prodnits que nous pouvons exporter aux Etats-;'
Unis.
Deja nou- avons eu a demander, suivant les instructions de
\Votre Excellence, au Gouvernement Ainricain un contingent -
pour le rhum d'Haiti, et d'apres rapport de notre Ministre a ,,
Washington, il nous a ete accord cinquante mille gallons come
contingent provisoire pour les troi- premiers niois de cette annee.
En dehors du rhum et de nos alcools en general, Haiti devrait. .
trouver aux Etats-Unis un debouche pour le cafe, le sisal-le
cainpeche, products don't I'exportation ne se heurte dans ce pays
a aucune barriere douaniere. II en est de meme du sucre pour" '
lequel nous pouvons demander un contingent de 35 a 45 mille
tonnes, aux nmemes conditions qui sont accordees a Cuba, d'autant
que le inarche colombien nous est termn et que d'autres marches.
auxquels nous pourrions nous adresser sont tres restreints. Un
autre produit qui est pour nous un article d'avenir est le nouveau L \








8 L p ,pw Gtnrul ,i fto truarrorj---t'rercie 1912. 1933

coton a longues fibres employee dans l'industrie automobile,'qtii
va devenir un veritable product d'exportation, et qui. par sa
nature special. ne saurait concurrencer le cotont des Etats-Unis.
II faut toutefois que ces products soient standardis6s et qu'il
soit possible d'en assurer une exportation minimum a peu press
constant.

Commission Haitienne de Propaganda Commerciale en Europe.
Standardisation des Cafes d'Haiti.
Jusqu'a cette heure. le Gouvernement n'a qu'a se louer des
activities de la Conmission de propaganda attache aux legations
et c:insulats d'Haiti en Europe. La tache qu'elle pursuit est des
'plus importantes, et de nature a avoir les plus heureux effects sur
le developpeinent de notre commerce d'exportation. La Commis-
sion se livre a routes les initiatives que lui pennettent les fonds
trop exigus mis a sa disposition, pour faire connaitre davantage
nos products, et Ijur fire apprecier leurs veritables qualities.
Elle constitute en mrime temps pour le Gouvernement une utile
agency d'infornations, lui fournissant toutes les donn6es et tous
les renseignements pouvant 1'eclairer dans I'action qu'il a reso-
lument entreprise pour I'amneloration de nos products, leur meil-
leure presentation et I'extension de notre commerce avec I'etran-
ger.
La Commission vient d'etre charge de s'entendre definitive-
ment avec la Chambre Syndicale du Commerce des cafes diu
Havre pour arriver a I'harmonisation de nos types standards de
cafe avec ceux ayant course sur cette place. Le project que le
Gouvernement a adress6e cet effet a notre Legation a Paris
vient de nous 6tre retourne par M. Jules Faine, President de la
Commission. avec les observations present6es par la Chambre
syndicale. M. Faine a soumis sur la mission qui lui a &te confine
au Havre un important rapport qui a ete envoy au Deparfement
du Commerce en vue des suites utiles.

Relations avec la R6publique Dominicaine.
Question des Frontiires.
Le 18 octobre 1933 eut lieu a Ouanaminthe une entrevue entire
Son Excellence le President de la Republique d'Haiti et Son
Excellence le President de la Republique Dominicaine. Au course








Secrrtairerte d'Etac des Relations Exterieures 9

de cette entrevue memorable, don't les heureux effects se font deja "
sentir sur les-rapports du Gouvernement haitien et du Gouver-
nement dominicain et les relations des deux peuples, les deux '
Chefs d'Etat, animes du meme desir-le enforcement de l'amitie
haitiano-dominicaine, dans une ere heureuse de paix,.d'ordre et
de progress pour les deux peuples freres--ont jet6 les bases d'une
reprise des pourparlers en vue d'arriver A la solution complete .
de toutes les difficultis qui paralysent jusqu'ici le rtglement
(efinitif de la question des frontieres. et qu'a fait naitre la deli-
mitation de la frontiere, telle qu'elle est prevue par le trait du .
21f janvier 1929.
Pour realiser ces hautes fins, les deux Gouvernements ont
nommi des commissaires qui depuis le mois de janvier dernier
se sont reunis a Port-au-Prince en une commission mixte, tra-
vaillant activement en vue de la solution souhaitee de part et
d'autre. Un parfait esprit de collaboration et d'entente regne au
sein de la commission qui pursuit sa tlche a ec le desir d'abou- '
tir prochainement aux heureux r6sultats attends


Entrevue a Ouanaminthe de leurs Excellences
le President de la Republique d'Haiti et le President
de la Republique Dominicaine

Le mercredi 18 octobre 1933, S. E. M. Stmo \'incent, Pr6si- ''
dent de la Republique, eut A Ouanaminthe uine entrevue avec
S. E; le G6n6ral Rafael Leonidas Trujillo, President de la RE-
publique Dominicaine, i laquelle prirent part. du c6to haitien: .
M. Leon Laleau, Secretaire d'Etat des Relations Exterieures,
M. Elie Lescot, Secr6taire d'Etat de I'Int6rieur, M. Adalbert
Lecorps. E. E. et Ministre Plknipotentiaire de la R6publique
d'Haiti a Santo-Domingo: du c6ot dominicain: S. E. M. Arturo
Logrono, Secretaire d'Etat des Relations Exterieures de la R6- :"
publique Dominicaine, M. Pina Chevallier, Secretaire d'Etat
de I'Intirieur, M. Moises Gardia Mella, E. E. et Ministre Pleni- "
potentiaire de la R6publique Dominicaine a Port-au-Prince.
Cette entrevue fut marquee par la plus grande cordiality, et se
diroula dans une atmosphere de confiance reciproque qui est.

. .._,








d'un heureux presage pour Jes relations des deux pays. Au
Scours de leurs entretiens, les deux Chefs d'Etat envisag rent
toutes les questions importantes interessant les deux Etats, par--
ticulierement la question des frontieres. qui fut consideree avAec
un grand esprit de 'cooperation et de conciliation et la volontf
d'arriver ?dans le plus bref delai possible a une solution .equii-
table, complete et dfiniti\:e des difficulths encore pendantes.
A midi. le President de la R6publique qu'accompagnait Melle
Vincent, offrait an President de la Republique Dominicaine et
a Mme Trujillo un lunch auquel prirent part Jes nombreuses
personalities douninicaines et haitiennes qui accompagnaient les
deux Chefs d'Etat
Un peu plus tard, a trois heures 30, S. E. le President Vincent
rendait i DIajlabun a S. F. Ie President Triujil.lo la visite que
celui-ci lui avait faite I COuanaminthe. De brillantes receptions
furent urganisees en son honneur.
Nous sommes en drcit d'esperer que cette entrevue disormais
historique aura les suites les plus heureuses pour les deux pays.


Delegation Haitienne aux Fetes du 90e Anniversaire
de l'Ind6pendance Dominicaine.

Pour repondre a l'invitation de S. E. Ie General Rafael Leo-
nidas Trujillo Molina. President de la R6publique Dominicaine,
S. E. M1. Stenio Vincent, President de la Republique d'Haiti,
emnpech, de se rendre personnellesnent A Santo-Domingo, a
charge Mr. Leon Laleau, Secretaire d'Etat des Relations Exte-
rieures, et Mr. Elie Lescot, Secretaire d'Etat de I'Int6rieur, de
.le representer aux fetes qui eurent lieu dans la capital voisine,
le 27 fevrier 1934, a F'occasion du 90e anniversaire'de 1'Indepen-
Sdance dominicaine. Melle Resia Vincent. soeur de S. E. le Pre-
sident de la Republique. r6pondit de son c6te.a l'invitatnoii de
Mme Trujillo.
b.. Les representants du President de la R6publique 6taient ac-
compagnes de M. Charles de Catalogne, Sous-Chef du Protocole,
S du Major Durce Armand, Chef de la Maison Militaire du Pre-
sident de la R6publique et de deux officers.


' I ,

''i .- ::' :'-^.-..' '*-_" '..- '- .- "'" ". " .. .. ,.-







Secrrrairerie d'Eir des Relations Extdrtiurs : ] .
; ( .,
Cette d.16gation fut reque le mardi 27 fevrier, en audience
solenrielle et avec le ceremonial d'usage, par S. E. le President" .'
Trujillo A qui.elle renit la lettre autographed de S. E. le Presidenr
Vincent. -.
Le plus chaleureux accueil fut fait a notre delegation tant par '
le Gouvernement que par la society dominicaine. '
Melle'Vincent requt les plus pr6cieux temoignages d'attention
et de sympathie du G6naral et de Mnie Trujillo qui I'invit6rent a
residerA. la Mansion Presidencial.


Adh6sion it la Convention pour limiter la fabrication et
Reglementer la Distribution des Stup6fiants

Par lettre en date du 17 avril 1933, le D6partement des Rela-
tions Exterietires a informed le Secretaire Gen6ial de la Societe des 7
Natipns que le Gouvernemnnt a adhere it la Convention pour li-
miter la fabrication et reglementer la distribution des stup6fiants,
,ignee &i Geneve, le 13 juillet 1931.


Accord pour une Reduction des Traitements
S ds Fonctionnaires Amnricains

Par -change de notes en date des 5-8 juillet 1933 entire le De-
partement des Relations Exterieures et la Legation Amnricaine,
il a et6 convenu par le Gouvernement Haitien et le Gouverne- :
ment des Etats-Unis qu'une reduction de 15% sera appliquee
aux traitements et frais du Conseiller Financier-Receveur Gene-.
ral, du Receveur General-adjrint, du Directeur G(.neral des
Conti'ibutions; aux appointments de tous les aides et employes _
americains de 1'Office du Conseiller-Financier-Receveur G6n6ral,
des officers et engages americains dans la Garde, aux appointe-
menis du Directeur de la. Mission scientifique americaine et du;.
personnel .americain. de cette mission.
'II a 6et entendu que cette reduction est une measure de cir-
constance, el que les anciens traitements seront r6tablis si la
situation economique s'am6liore.
.

.". .. -. .......







12 Exposi Gjneral de la Siluuanon-t.i ercrii IYvJ- I U


Accord sur les Salaires et Frais .du Repr6sentant
Fiscal-et du ReprBsentant Fiscal-Adjoint

Par change de notes des 30-31 decembre 1933 entire le De-
partement des Relations Exterieures et la Legation Anericaine.
le Gouvernement Haitien et le Gouvernement des Etats-Unis
ont convenu, aux terms de I'article 9 de l'Accord du 7 aofit 1933,
que le salaire du Representant Fiscal sera fix6 a $10.000 mon-
naie des Etats-Unis, par an, avec $2.750 de frais, et le salaire
du Representant Fiscal-adjoint a $5.000, inonnaie des Etats-
Unis, par an. avec $1.375 de frais, 6tant entendu que ces mon-
tants ne seront pas soumis a la reduction de 15% pr6vue par les
notes 6chang6es les 5-8 juillet 1933.
II a &t6 aussi admis que: Ic tous frais sp6ciaux que rend ne-
cessaire I'exercice des functions des dits ofticiels seront pays
dans les mnmes terms et conditions que dans le cas du Conseil-
ler Financier-Receveur Gineral et du Receveur G6neral-adjoint.
2 si dans l'opinion de l'un ou I'autre Gouvernement, des chan-
gements dans les conditions financieres et economiques parais-
sent le justifier, les chiffres indiques ci-dessus pourrort etre mo-
difi6s par accord-entre les deux Gouvernements.

Accord concernant les officers de la Garde faisant parties de la
Maison Militaire du President de la R6publique

Par change de notes, en date des 21-27 octobre 1933, centre
le D6partement des Relations Ext6rieures et la L6gation Ame-
ricaine, le Gouvernement Haitien et le Gouvernement des Etats-
Unis ont convenu des dispositions suivantes:

I'.-I. Commandant de la Garde pourra i partir d'octobre 1933
afecter jisqu';i ntui orficier. cumimis-ionnI l de la Garde a des functions
dans la Maison Militaire du President de la R6publique. Ces officers
resterom incorpores dans la Garde, eE i conserveront leur rang et leur
sold ,t, s'ils sont Seconds Lieutenant,. letlrs frais' de logement seront
fixes a cent gourdes par mois.
20.-Tant qu'un credit sera alloue pour frais de representation de la
Maison Militaire, ce credit, par I'interm6diaire du Quartier-Maitre de la
Garde d'Haiti, sera affect mensuellement, aux d6penses extraordinaire
des officers qui font parties de la Maison Militaire.







"." '* 7 "t '
Secr&tarerre d'Elat des Relations Extirreures 13 -.

Project d'Accord sur les Statistiques des Causes de D6cs

Au mois de juillet 1933, M. le Charge d'Affaires de Sa Majeste
Britannique adressa au Departement des Relations Ext6rieures,
d'ordre du-Principal Secr6taire d'.Etat pour les Affaires Etran-
geres, le texte d'un project d'accord sur les statistiques des causes
de deces, en nous demandant. au cas ou le Gouvernement Haitien
accepted ce project, de bien vouloir designer des plenipotentiaires
pour la signature du project, et d'en informer le Gouvernement de
Sa Majestic, afin qu'une date snit fixee, pour la signature qui doit
avoir lieu i Londres.
Ce project fut soumis au Directeur General du Service National
d'Hygibne Publique, qui en a recommnand I'adoption. II ne rest
plus que les formalit6s a accomplir pour arriver a la signature
du project.

Project d'Accord concernant I'Admission des A6ronefs Priv6s
Au mois de juin 1933, la L6gation americaine a sounlis au
DNpartement ,des Relations Ext6rieures in aide-m6moire for-
mulant la proposition du Gouvernement des Etats-Unis qui
desire arriver A un accord avec les Gouvernements des pays si-
gnataires de la Convention de la Havane sur I'aviation com'mer-
ciale, par lequel il sera reconnu que selon I'intention nettement
marque de la convention, les-aeronefs americains prives pour-
ront entrer dans ces pays et les aeronefs prives de ces pays pour-
ront entrer aux Etats-Unis en vertu de I'autorisation g6n6rale
continue dans cette convention, en s'assujettissant aux condi-
tions techniques concernant le droit d'entr6e et aux r6glements
en vigueur dans le pays qui dolt .tre visited, mais sans qu'il soit
necessaire de demander une permission formelle de vol par
I'intermediaire de la mission diplomatique de la nationality de
I'aeronef ou par l'interm6diaire de la mission diplomatique du
pays qui dolt etre visited.
Le Gouvernement des Etats-Unis desire, sinon la conclusion
d'un accord formel, au moins une entente an sujet de I'inter-
pretation de la Convention de la Havane, et consacrant le droit
des a6ronefs priv6s d'une parties de p6entrer sur le territoire de
I'autre sans autorisation de vol.
Cette important question fait actuellement i'objet de la con-
sid&ration du Gouvernement, en vue de la decision A prendre








14 E.poa; Genical dr la Sittuaion- Exercce 1932-1933

Union Panam6ricaine
Septieme Conf6rence Internationale des Etats Am6ricains
de Montevideo

Cette conference eut lieu du 3 hu 26 decembre 1933. La Re-
publique d'Haiti y fut repr6sentee. avec toute la dompetence et
touted la distinction voulucs, par une D6elgation composee dc
MM. Justin Bareau, ancien Secr6taire d'Etat des Relations Ex-
terieures. President. Francis Salgado, ancien Secretaire d'Etat
des Finances, Antoine Pierre-Paul, ancien depute, Edmpond Man-
gone6, ancient dcpute, ancient Magistrat communal de Port-au-
Prince, et Louis Moravia. Secretaire.
En raisun de I'exceptionnelle importance -de la Cunlference.
le Giuvernemient jugea utile de donner- A notre Delegation de,
instructions precises don't le texte est annexed a ce rapport.
En outre des questions d'ordrc economique et financier, le
Gouverneinent demand a la Delegation la question de la non-
intervention devant etre reprise it la Conference de Montevideo--
d'appuyer energiquement la resolution y relative qui avait -ete,
soumise en 1928 a la Conference Panan-iricaine de la Havanc, el
qui Fut soutenue par treize Etats de I'Amerique Latine. Cettr
resolution consacrait le principle de non-intervention d'un- Etat
dans les affaires intereures d'un autre Etat, et le pnncipe del
I'6galite politique des Nations de cet hemisphere. Par la in&emr
occasion, considerant la haute politique inaugur6e par L'hono-
rable President Roosevelt pour creer une atinosphere de con-
fiance, de solidarity et d'utile collaboration entire les Etats ami-
ricains, le Gouverneient, dans son souci de ne laisser passer
aucune occasion de poursuivre I'action entreprise pour Ta libe-
ration complete et definitive de notre pays, donna a notre D61e-
gation des instructions concernant nos rapports avec les Etats-
Unis, particulierement en ce qui concern la cessation du control
financier, instructions confornes a I'action resolument entreprise
et constamment poursuivie a cet regard par Votre Excellence.
Conform6ment a ces instructions. la D6legation haltienne, dans
ses pourparlers avec le Secretaire d'Etat Cordell Hull, President I
de la Delegation aminricaine A la Conference de Montevideo.'



: -, ~*- *








Secrtairerie d Etat des Relations Extrieures 15 '' "

repritla question de la cessation du control et soumit les pro-.
positions tendant a cette fin. Le Secretaire d'Etat des Etats- '
Unis fit l'accueil le plus encourageant i ces propositions et ma-
nifesta de facon non equivoque et ia plusieurs reprises le d6sir
de son Gouvernement de faire tout son possible pour arriver a
ine solution de la question, satisfaisante pour les parties en
cause. M. Cordell Hull affirma que, des son retour a\ Washing-
ton, il nei anquera pas, muni de tous les documents y relatifs.
de considered encore la question avec toute la sympathie voulue.
et denianda au Gouvernement Haitien d'avoir toute confiance
dans la valeur des declarations faites par le President Roosevelt
cllncernant la politique de bon voisinage, et que lui-memne; de
nn cote. avait renouvelees maintes fois.
No'us gardens le ferine espoir que la solution necrssaire inter-
viendra incessiamment.
A la Conf6rence de Montevideo firent discutees les questions
le., plus importantes touchant I'organisation de la paix. le droit
international, les droits politiques ct civil d.e la fermre. les rap-
p jrt.s econnmiques et financiers, les problems sociaux, la doo-
I'eration international, les cornm iunications, .etc.

Society des Nations
Conference Mon6taire et Economique de Londres

Le 12 juin 1933 s'ouvrit a Londres la Conference monetaire
-t ecncoinmique. Invitee a y participer, Haiti fut representee a
cette Conference par MN. Constantin Nlayard, Ministre d'Haiti i -
Paris. President de notre Dle6gation, M. Rene Auguste, Minis-
tre a Londres, et M. Clovis Kernizan. ancien Secretaire d'Etat
de, Finances. Mr. Julio Jn. Pierre Audain. Commissaire du
'mouivernement pris la Banque Nationale, fut designed come
Secretaire General de notre D61egation. -' .

XIVe Assemblee Ordinaire de la Soci&te des Nations .-

I'est M. Constantin Mayard, notre Ministre a Paris, qui ut -
disigue pour reprbsenter Haiti i cette session, avec comme D61e- "
gue-adjoint, Mr. A. F. Frangulis, Secretaire General Perpetuel











Mr. Alfred Addor, Consul d'Haiti. a Geneve, et Mesdames Ma-
Q,.' yard et Addor, charges de representer la D6legation A la Con-
: mission consultative pour la protection de I'enfance et de Ila:
jeunesse.
i:. A cetre Assembl6e oiu notre pays fut repr6sent6 avec -la plus
: haute distinction, fut soumis par la Delegation d'Haiti un voeu,
selon la resolution du 8 novembre. 1928 de l'AccadEmie Diplo-
matique Internationale, relatif a la protection et au respect de'
droits civils et politiques des citoyens d'un Etat, sans distibc-
tion de race, de langue et de religion.
Cette initiative aboutit a un nouveau texte pr6sent6 par la De-.
legation franqaise, texte qui fut vote.-Furent 6galement votes'
divers voetx et resolutions; et recorrunandations, conformement
au programme de l'Assemblee.

Visite de 1'Honorable Harry Roosevelt,
Sous-Secr6taire de la Marine des Etats-Unis d'Am6rique

.:" "Le vendredi 28 juillet 1933, arrivait en rade de Port-au-Prince
Sle SS. cRaleigh,, de la marine de guerre des Etats-Unis, ayapt|
a son board I'honorable Harry Roosevelt, Sous-Secretaire de. Ila
Marine des Etats-Unis en visit d'inspection.
: Accueilli an quai par le Chef du Protocole au nom.de S. E. leI
:. President de la R4publique et par le Magistrat Communal'au
nom de la ville de Port-au-Prince, le Sous-Secretaire Roosevelt,
-accompagn6 des personnalit6s de sa suite, fut conduit au D6par-
.. telment des Relations Exterieures oi il fut pr6sente'6 Monsieur
S' Albert Blanchet, Secrtaire d'Etat des Relations Ext6rieures.
puis au Palais National A S. E. M. Stenib Vincent, President de.
la R6publique avec qui il eut un entretien plein de cordiality.
:.: Difffrentes receptions ont etC organisees en l'hormeur du Sous
::. Secr6taire Roosevelt A'l'occasion de son passage a Port-au-
:'" Prince..

u. . Visite du ad'Entrecastreaux),
SLe lundi 22 janvier 1934, a pris mouillage dans la rade de
Port-au-Prihce le navire de guerre franqais cD'Entrecastreauk,
:. coi nnande par le Capitaine de frigate V. S. Maistre.



m ia .':.': ". .
pt. ..' '. " ..
C:., 01.'. "-.. Auk :-. ., .










S. E.:t. Mi'nistre de France, a &t .recu ain D6partement deA Re- 't-
lations Extriieures, par M. Leori Laleau, Secr6taire d'Etat, ui. ..
par s n ....n
par son Excellence le Prsident de la R6publique. Quelques ins-.'
tants apres, les deux visits ont ete rendues a board du navire par
le Sous-Chef du Protocole.

Visite dtu 4Suomen Joutsena

Le 10 mars dernier, a pris mouillage dans la rade de Port-au-
Prince le navire-ecole finlandais par le Capitaine S. Kon,Kola.
Le surlendemain, lundi 12, a dix -heures, le Capitaine accom-- .
pagne de M. Kenol P. Gornail, Consul de Finlande, a &te requ au .
Departement des Relations Exterieures, par M. Leon Laleau,
Secritaire d'Etat, puis par son Excellence le President de la
Republique. Le lendemain, les deux visits ont et& rendues a
hord du navire par le Sous-Chef du Protocole. -

Visite des Uss .cMississipia et 1New Mexico
Le samedi,17 mars-1934, ont pris mouillagedans la rade de
Port-au-Prince les navires de guerre Uss. Mississipi et New-
Mexicoa, de la marine des Etats-Unis d'Amerique..
Quelques instants apris les Commandants des deux navires,
accompagn6s de M. Stanley Woodward, Charge d'Affaires a.i, .
des-Etats-Unis et du Colon.el Little, Chef de lalere Brigade du
Marine Corps, ont 6et requs au D6partement des Relations Ex-.
terieures par M. Leon Laleau, Secretaire d'Etat, puis au Palais
National par son Excellence le President de ia Republique.
Le.surlendemain lundi 19, les deux visits ont ete rendues a:
board du New-Mexico par le Chef du Protocole. '.;

.- Audience Solenneile '
Reception de son Excellence Monsieur le Ministre
de la R6publique Frangaise
Le Iundi 31 aoft 1933, Son Excellence le President de la Re-
publique a. requ au Palais National en audience solennelle son
Excellence Monsieur Jarousse de Sillac qui lui a remis, avec les
Lettres de rappel de son prd6cesseur, M. Ferdinand Wiet, les

.. .z '',.V
*. .. .- ,.0:
,-i .4_1.M::'r" .. r" ,




*' _" : -

18 Expuse Gentral de lu Stuarron--rctirLte ;932Q-1o3

lettres I'accreditant en quality d'Envoyv Extraordinaire et Mi-
nistre PlInipotentiaire de la Republique Francaise a Port-au-
Prince.

Reception de son Excellence'Monsieur le Ministre
de la R6publique Espagnole

Son Excellence Don Alvaro de Maldonado y Liman, E. E: et
Ministre PIenipotentiaire de la Republique Espagnole. a ete
regu en audience solennelle au Palais National par-S. E. le Pre-
sident de la Republique le 4 novembre 1933 pour la reinse de
aes Lettres de creance.

Reception Officielle de Monsieur Albert Blanchet
E. E. et Ministre Pl~nipotentiaire d'Haiti A Washington

Le 9 decembre 1933, M. Albert Blanchet, E. E. et Ministrf
Plinipotentiaire d'Haiti \a ashington, a ete requ avec le cere-
monial d'usage a la Maison Blanche par S. E. Monsieur Franklin
D. Roosevelt, President de la R6publique des Etats-Unis d'Arne-
rique, a qui il a remis ses lettres de cr6ance et les lettres de rap-
pel de son predecesseur, M. Dantes Bellegarde.

Mission aupris du Saint-SiBge

S. E. le President de la Republique, ayant confere la Grand'
Croix de I'Ordre National cHonneur et IMerite au Cardinal
Pacelli. Secretaire d'Etat de Sa SaintetP, conia a M. Rene T.
Auguste. Ministre-Resident d'Haiti a Londres, la mission de se
rendre au Vatican i fin de remettrc a cette haute personnalite les
insignes et le diplone de cette dignity.
Le 19 janvier 1934. notre Delegu6 fut requ par son Eminence
le Cardinal Pacelli pour accomplir cette mission qui vient res-
serrer les cordiales relations que nous entretenons avec le Vati-
can.

Mission au Venezuela

S. E. le President de la Rep4blique, dans le but de maintenir
et de fortifier les excellentes relations que nous entretenons avec
le Venezuela, a dcerne la Grand'Croix de l'Ordre 'National



.




,., -.. *,-.


.Secrietarerie d'~tra des Relations Exterieures 9

Honncur et Merite* a S. E. le General Vicente Gomez. Pr6si-
dent -de la Republique des Etats-Unis du Venezuela. M'. Ernesto
Martinn, Consul General d'Haiti a Curacao, fut envo\ye au mois
d'octobre 1933 en qualira de Delegu6 Extraordinaire a Caracas
afin de reiettre au President Gomez les insignes de ceite deco-
ration.

Manifestation de Sympathie au Gouvernement Beige

En raison des circonstances tragiques de la mort.de Sa Majeste
le Roi Albert ler de Belgique. le Gouverneient de la Republi-
que s'est absocie au deuil de la colonies beige de Port-au-Prince..
Le President de la Republique, accoinpagne des Membres de
s-on Cabinet, du personnel de ses Maisons civile et militaire,
assist I'office ftunebre c6lebre le 22 f6vriep dernier a la m6-
miinre du- Roi.
S. E1. le President de la Republique avait adresse un, message
de sympatlie a Sa Majeste la Reine de Belgique. J'ai de mon
co6t fait la meme demarche aupres du Ministre des Affaires
Etrangeres de Bruxelles. lui exprimant les condoleances du Gou-
\ernemient. En outre. NM. Constantin Mayard fut charge de re-
presenter S. E. le Pr6sident de la Republique aux funerailles du
Roi Albert.

Des Lettres Patentes ont 6tA dilivr6es du ler Avril
1933 au'31 Mars 1934, a MM.

Numna Rigaud. Consul CGenral a Genes (Italie), le 3 mai 1933.
Jules Laforestrie. Consul d'Haiti a Barahona, R. D.. le 12 juin
1933.
Guy Hebert, Vice-Consul Honoraire d'Haiti a Montreal, (Ca-
nada). le 16 juin 1933.
Camille Hocquard, Consul Honoraire d'Haiti A Metz.
( France), Ie 6 juillet 1933.
Gustave Jacques Palita. Vice-Consul Honoraire a Paris,
(France), le 6 juillet 1933.
Alfred Joseph, Consul a Colon, (Panama). le 26 octobre 1933.
R. C. Dugand, Consul Honoiaire a Baranquilla, (Colombie).
le 11 novembre 1933.







20 E.posr GCnral de lao Sirutalion--E. rcte, 10i2-1933

Reginald M. de Sousa, Vice-Consul Honoraire a Kingston.
(Jamaique) le 20 d&cembre 1933.
Alfredo Danree. Consul General Honoraire a Montevideo.
SUruguay), le ler fevrier 1934.
Kara Osman Zade, Consul Honoraire d'Haiti a Istambul (Tur-
quie), le 4 fevrier 1934.
Xavier Kiefer Marchand, Consul G6neral Honoraire ia Lima.
(Perou), le 12 fivyier 1934.
Max R Stempel, Consul a Balboa, (Canal Zone), le 7 mars
1934.
Alfred Joseph. Consul a Cristobal, (Canal Zone). le 24 fevrier
1934.
John G. de Freitas, Vice-Consul Honoraire a Colon. (Pana-
ma). le 8 mars 1934

Du ler. Avril 1933 au 15 Mars 1934 I'Exequatur
a 6t6 d6livr a MM.

Carl Breuer. Vice-Consul des Etats-Unis d'Ainerque a Port-
au-Prince, le 31 mai 1933.
R. d'Adesky, Consul de Belgique a Port-au-Prince. avec juri-
diction sur les D6partements de I'Ouest et de I'Artibonite, le 16
aofit 1Q33.
Fernando Bernejo Acosta, Vice-Consul honoraire de Coromn-
bie a Port-au-Prince. le 23 aofit 1933.
Corey F. Wood, Agent consulaire des Etats-Unis d'Anerique
au Cap-Haitien, le 21 aout 1933.
Paul E. Auxila. Consul General Honoraire de I'Uruguay en
Haiti, avec residence a Port-au-Prince, le 31 aofit 1933.
Emile Miot, Consul Honoraire de la Republique Dominicaine
a Saint-Marc. le 8 novembre 1933.
Emmanuel Lancelot, Vice-Consul de Norvege. a la residence
des Gonaives avec un district comprenant la c6te du M61e St.
Nicolas jusqu'i [a abaie de Saint-Marc, le 23 novembre 1933.
Gonsalo Ramos Vila, Vice-Consul Honoraire de la Republique
Espagnole a Port-au-Prince, le 24 janvier 1934.
Veuillez agreer, Monsieur le President, I'hommage de mres sen-
timents profondement devours.

S. LEON L.ALEAU







Secrelurrernt d Elar des Relations Extrneures 21 .

A Son Excellence
le President Franklin D. Roosevelt,
Maison Blanche
Washington

Palais National
Port-au-Prince, le 16 novembre 1933

Monsieur le President,

Des la signature de notre Accord du 7 aofit dernier, il m'avait
paru opportun et il me semble encore utile d'ecrire a Votre Ex-
cellence une lettre particuliere au sLjet de cet eveneiiint consi-
Ilerable.-dont I'importance ne saurait eire exageree. vu sa sini-
fication et sa port6e aussi bien que 1'espoir qu'il suscite et li pro-
'nesse qu'il implique et don't il est raisonnablemrent possible d'at-
tendre I'heureuse r6alisation dans un proche avenir.
C'etait en meme temps I'occasion et je la saisis avec un vif
plaisir de rendre au distingue plenipotentiaire de Votre Ex'-
cellence un honimage m6rite: ce n'est d'ailleurs que justice due
au tact, i la droiture de Monsieur Norman Armour, a toutes les
qlualitis de I'homme qui ont si bien servi le diplomat au course
dles d6licates. ngociations qui aboutirent au r6sultat don't ii est
iermis ii nos deux gouvernements de se feliciter.
Pour sa part, le Gouvernement haitien, animt, Votre Excels
lence le sait bien, du sincere d6sir d'entretenir avec le Couverne-
inent des Etats-Unis des rapports de paix et d'amiti6 bass sur
I'equit6, a donned la preuve la plus eclatante de sa bonne volonte.
de sa loyaut6, de son scrupuleux respect des engagements inter-
nationaux, de sa ferme resolution de les executer de bonne foi,
it ceux qu'il a h6rit6s des Gouvernements precedents et les siens
propres. Tel est le sens exact de )'Accord du 7 Aoit dans ses
dispositions financieres qui, du fait qu'elles sont conformes aux
stipulations du protocole de 1919 et du contract d'emprunt de
1922, n'en sont pas moins de nature c9mme le sont d'ailleurs
ces engagements ant6rieurs eux-memes, a porter atteinte i des
attributes essentiels de la souverainet6 d'une nation amie.
Cet amoindrissement d'un membre de la grande famille pana-
miricaine, est-il, aprbs tout. bien n6cessaire?






.'. ... -,
22 Exposr i Genral de la Siluuaor,-E.rvrcice 1932-1933

C'est d'ores et deja la gloire de Votre Excellence d'avoir inau-
gure dans notre hemisphere la plus haute politique qui pfit &tre
concue et la plus clairvoyante a mettre en pratique par le Chef
de la plus grande et de la plus puissante Nation des Ameriques:
politique tendant a creer une atmosphere desolidarit et" de se-
curite entire les peuples aimricains, a les rapprocher les uns des
autres en groupant et en conciliant leurs intt6rts, de maniere-a
faire de 1'ensemble des Etats americains une sorte d'unite inter-
nationale basee sur la souverainete politique des peuples et la
conscience precise de leurs responsabilitis les tns envers les
autres.
Quelle plus belle politique. en action, que cette nouYelle poli-
tique de bon vouloir? Apres avoir contribute a aplanir bien des
difficulties et facility la reprise du contr6le de nos pringipaux
Services publics, epi assurant la liberation complete de notre ter-
ritoire a partir du ler uctobre 1934. elle justifie notre desir de
reprendre aussi rapidement que possible notre complete-snuve-
rainete.
A la suite et en consequence des actes office iniervenus en
1919 et 1922, notre Accord du 7 Aofit rcconnait que ce qui.reste
du control financier que les Etats-Unis ont entendu exercer dans
notre pays se fonde sur la garantie des interets et de I'amortis-
sement de I'emprunt de 1922.
La Republique d'Haiti, malgre. la cruise sans pr&ecdent qui
etreint encore le monde et don't elle a terriblenment souffert
conmie tous les autres pays. non seulement a fait r6guliereiment
face a ses engagements mais a memI paye d'avance plusieurs
annuities. Elle est peut-etre leseul pays agissant de'la sore, et
une tell conduit a I1'gard des cr6anciers atteste qu'ils ne pour-
raient avoir de crainte serieuse sur la parfaite regu!arite du ser-
vice de la dette haitienne dans I'avenir.
Les Etats-Unis tiennent de I'Amendement Platt le droit d'in-
tervenir A Cuba, et malgrl le developpement d'une situation po-
litique evidemment precaire dans cet interessant pays voisin.
nous constato.s que leur avis est que la situation a Cuba -de-
meure un problene cubain don't la solution ne doit etre apporte
qu'au moyen des seules m6thodes cubaines. Cette belle et gene-


S. -







-. Secrrretarerie d ta des Relations Exterieures 23

reuse attitude .du Gouvernement des- Etats-Unis a produit la ".'
meilleure'impression sur le people. haitien come sur les autres
niembres de l'Union Panam&ricaine, et elk est d'un profound en-'
:eignement.-
Le Gouvernement Haitien est rested fiddle a son programme de
se degager sans aucun heurt avec les Etats-Unis du regime-ex-
ccptiomnel etabli par le Traite de 1915 et les accords subsequents.- '
II lui est bien permis d'envisager, et il l'espere, avec une 16gitime .;
conviction, que,'de son c6te, le Gouvernement des Etats-Unis,
voulant donner, une neuvelle preuve de son desir de vivre d6sor-
mais en bon voisin avec tous les Etats.de I'Amnrique. pourrait
renoncer a un inutile contr6le financier en Haiti, dans un geste
spontanr qui serait l'affirmation la plus 6loquente d'une volonti
commune d'ahiitit, de meilleure comprehension, de collaboration
et de cooperation ecoriomique interamericaine pour le bien-Etre
respectif des peuples des trois Ameriques.
C'est dans cet espoir reconfortant. Monsieur le Prtsident, que
j'ai la satisfaction de renouveler a 'otre Excellence les assu-
rances de ma vive et constant aniitie. .
STENIO VINCEVNT

La Maison Blanche.
Washington. le 29 Novembre 1933.

Cher Monsieur le Pr6sident,
J'ai l'honneur de vous accuser reception de votre lettre du 16
novembre 1933, relative i I'arrangement contenu dans I'Accord
du 7 Aoft 1933, entire nos deux pays. Permettez-moi d'abord
d'exprimer ma vive admiration pour la faqon don't le Gouverne- -
ment haitien a fait loyalement honneur a ses obligations finan-
cieres. Come le Secretaire d'Etat Hull l'a declare le 8 Aoit
1933, cc, fut, dans une grande measure, grace a'l'administration
efficient du Gouvernement de Votre Excellence qu'il a ete pos-
sible d'arriver a un accord don't les conditions sont si favorables
A Haiti.
Je suis heureux de lire dans votre lettre ce qui resort si -
clairement des actes de votre gouvernement,,savoir qu'Haiti a
I'intention de continue a remplir loyalement ses obligations
dans .cette sphere.. Potr- ce qui regarded le Gouvernement des -


*" 9






2-1 E.
Etats-Lnis, je peux dire que d'apres moi, ce gouvernement est
dans I'obligation ineluctable d'executer le traits de 1915 et le
Protocole de 1919, et dans I'Accord du 7 aoit 1933, il a fait les
provisions approprices i cette fin. Si ce n'6tait i cause de cette
obligation, sur laquelle les porteurs de titres ont le droit d'in-
sister, mon Gouvernement ne serail que trop heureux de fair
cesser imnidiatement ses rapports avec I'administration finan-
ciere d'Haiti
Certainement. vous, Monsieur le Pr6sident, appr6ciez que
ce n'est pas une obligation envers une Banque ou envers un
creancier particulier. mais envers les porteurs des titres qui se
sont repos6e sur la bonne foi de votre Gouvernement et de mon
Gouvernement pour executer les clauses des accords existants.
Comme vous le savez, d'apres la march actuelle de I'amortis-
sement. les titres seront retires vers 1944, er I'administration fi-
nanciere, d'apres I'accord du 7 aofut 1933, cessera certainement i
ce moment. Cependant, 11 serait agr6able, du point de vue du
Gouvernement des Etats-Unis si un arrangement de reinboursc-
ment pouvait etre prepare par Haiti i une date plus prochaine.
d'accord avec les porteurs de tires. qui aurait pour resultat le
retrait par ce Gouvernement de sa collaboration i l'administra-
tion des finances haitiennes. D'apres l'article XXVI de 1'Accord
du 7 aout dernier, Haiti, avec l'approbation des Eyats-Unis, s'est
reserve le droit de retire les fitres avant la date prevue pour leur
retrait pourvu qu'elle puisse faire un arrangement qui donne sa-
tisfaction aux porteurs de titres. Le Gouvernement des Etats-
Unis serait heureux de pr6ter ses bons offices dans la question de
routes falcons qui ne les chargeraient pas de nouvelles respoTn-
sabilites en Haiti.
Cela peut vous interebser de savoir qu- j'ai recu des lettres
recemment d'organisations de ce pays au sujet de I'Accord du
7 aowt 1933. Je mets sous ce couvert, pensant que vous vuudrez
la lire. une cdpie d'une lettre du Vice-Secretaire d'Etat en r6-
ponse a une de ces communications. Je partage les vues qui y
sont exprimees.
Avcc l'expression de mes cordiaux sentiments personnel et
mes meilleurs voeux.
Votre sincere ami
(Sigrn) Franklin D. ROOSEVELT







Secretarrrerr d'Etat des Relations Ext:rieures 25

Instructions du Dipartement des Relations Ext6rieures
aux Membres de la Delegation charges de repr6senter
le Gouvernement Haitien A la Septiime Conference
International Am6ricaine

Les problems de droit international public mteramericain.
en ce qui concern la Republique d'Haiti, peuvent se resumer.
pour le moment, dans le devoir de non-intervention d'un Etat
dans les affaires interieures d'un autre Etat et dans le principle
de I'egalite politique des nations de cet hemisphere.
La Commission haitienne appuiera energiquement la resolu-
tion de non-intervention qui avait ete ajournee a la derniere
Conference Pan-Am6ricaine a la Havane en 1928. qui avait ete
inrmulee deja par treize Etats de I'Amerique latine et qui sera
reprise par la Conference de Montevideo.
La Republique d'Haiti est reconnaissante au Gouvernement
du President Roosevelt de la haute politique qu'il a inauguree
pour career une atmosphere de solidarity entire les peuples ameri-
cains, pour les rapprocher les uns des autres en groupant et en
conciliant leurs interets. de maniere a faire de I'ensemble des
'tats aimricains ine sorte d'uniti international hasee sur la
souverainete politique des peuples et la conscience precise de
leurs responsabilites les uns envers les autres.
Elle constate avec Ja plus grande. satisfaction que'la poli-
tique du P'resident Roosevelt ncarne cet id6al aussi bien que la
volonte de le realiser.
La Republique d'Haiti n'a qu'f se louer de cette politique de
hon vouloir. Elle a contribute a aplanir entire elle et les Etats-
Unis beaucoup de dificultes nees du regime exceptionnel du
Traite de 1915 et de la series d'Accords qui en avaient etendu
I'influence sur notre administration.
La nouvelle politique de bon vouloir a 1'egard d'Haiti s'est
manifestee par les Accords des 5 Aoft 1931 et 7 Aoit 1933 en
vertu desquels nous avons repris le contr6le de nos principaux
Services Publics et assure, a partir du ler Octobre 1934. la libe-
ration complete de notre territoire. Mais le people haitien attend
plus et mieux de la politique d'amitie du President Roosevelt







26 Exposi Gindral de la Sailation-Exercicr. 1932-1933

enveis les, Etats Centre et Sud Americains. II desire reprendre
sa complete souverainet eet espere fermement que les Etats-Unis
renonceront a ce qui reste de son contr6le financier dans ce pays .
pour la garantie.'des intfrets et de I'amortissement. de I'Empuht ,
de 1922. sp6cifi( dans les engagements intervenus en 1919 et en ;
1922.
De mime que les Etats-Unii n'mnt pas considered, dans les cir-.,
constances actuelles, que les droits qu'ils tiennent de I'Aiende-
ment Platt le ur pernnettaient d'intervenir a Guha malgre le de-
veloppeinent d'une situation politique evidenmment pr6caire dans '
cet interessant pays voisin. de mrnme que sa decision, a ce su-
jet. a puissammiient aide a I'anitie Pan-Amnricaine. heureuse de
constater quc la situation a Cuba denieurait ui problmine cubain
donr la solution ne devait etre apportee qu'au moyen des seules ;
methods cubaines, de Ininie aussi le pcuple hait'ien pense que
I'anitie pan-aniericaine ne pett etre que singuli6re:nent consoli-
. dee par la renunciation des Etats-Unis a la continuation d'uii
control financier qu'ils pretendent exercer en vertu d'actes in-
tervenus en 1919 et en 1922. D'autant plus que ce contr6le ne se
justifie par aucun faith. la'Republique d'Haiti 6tant peut-etre le
seul pays qui, malgre la crise sans precedent qui etreint encore
Ie nonde et drnt elle a terriblement souffert conlne tous le,
autres )pays, non seulement a faith r6guli&rement face a ses enga-
gements, mais a meime paye d'avance plusieurs annees des in-
terets et de l'amortissement de sa dette.


Toute sa conduite passe et present en.xers ses creanciers
atteste qu'aucune crainte sErieuse ne peut 6tre soulev6e sur la
parfaite regularity du service de sa dette dans l'avenir.'
Le Gouvernement hattien'a apporte dlans les n6gociations rela-
tives a la liquidation du Trait6 de 1915 le plus large esprit de
conciliation et de bonne volont6. et il est rest fiddle a son pro-
gramne de se degager, sans aucun heurt avec les Etats-Unis,
des liens de ce Traite. Le Gouveinement de Washington donne-
rait une nouvelle preuve de son d6sir de vivre desormais en bon
voisin avec tous les Etats de I'Ambrique en renongant a un c6n-
trble financier que rien ne justifie et qui, en rendant a Haiti tous
les attributes de sa souverainete, serait 1'affirmation la plus 6cla-
tante d'une volonte commune d'amiti6, de. meilleure comprehen-


I


1k







I.




" .. :







SeWr.:oarere rd Etal des Relations Exrtrreures .. '

sion, de collaboration et de cooperation &conomique interameri-
caine pouir le bien-itre respectif des peuples des trois Amiriques.
Sur les tarifs douaniers et routes autres conventions relatives -
au commerce, la Commission fera nettement ressortir notre
situation particuli6re vis-a-vis des Etats-Unis d'Amrrique. Pre-
nant environ 75% de notre importation des inarches am6ricains,
il est equitable que ces marches reqoivent, en retour, tout ce
qu'ils peutent absorber de notre exportation, et jusqu'A due
concurrence. La Commission veillera a ce que les tarifs soient
amenages de maniere que les products haitiens y trouvent, .dans
les meilleures conditions possibles, de; d6bouches, non seule-
ment pour nos vieilles denrees, mais encore pour les products
nouveaux d'exportation que va career le d6veloppement 'cono-
mique du pays. "
Les m6mes idees devront animer la Commission, le cas
ech6ant, dans I'elaboration des traits commerciaux collectifs:
assurer aux products haitiens d'aujourd'hui et de demain I'acc6s-
facile des marches.
Dans le mrme esprit de surete pour les relations et les opera-
lions commercials. la Commission appreciera, apres en Avoir
ctudie I'6conomie, les projects de resolution relatifs a la stabili-
sation de la monnaie et a la possibility d'6tablir un syst6me mo-
netaire commun.
Les resolutions relatives aux pro6lenie sociaux au develop-
pement des moyens' de communication et A la cooperation intel-
lectuelle seront etudides par la Commission dans un large esprit
de cooperation interamericaine, sauf A les adapter a nos condi-
tions particulieres.
Au cas of il serait question de I'etablissenient d'un port franc
mnteranericain. proposer le Mobe St. Nicolas comme r6unissant
toutes les conditions de position et de suirte desirable pour la--
convenance d'un tel etablissement.
En'tout cab, provoquer un change de vues a ce sujet de ma-
niere a pouvoir proposer au bon moment le 61le St. Nicolas.
Pour toutes les autres questions inscrites au programme de la-
Conference et qui sont plut6t d'ordre general, les envisager et








S 28 E'po Gentral d, la .Siruation- E.xrrcrce I 32-193

appuyer les resolutions v relatives en s'inspirant des grandes
regles du Droit international public et prive et des idees d'hu-
manite et de solidarity international qui sont A la base meme
de la Conference de Montevideo.
Toutes les interventions de la Delegation doivent etre presen-
tees par I'interm6diaire de son President.

Leon LALEAU






















:.







-- "


RAPPORT DU SECRETAIRE D'ETAT
AU DEPARTMENT DES CULTES

31 Mars 1934

Monsieur le President,

I'ai I'hlineur de faire parveni r a Votre Excellence ]'exlpse
.1- la situation du Dp.artement des Cultes don't Elle a bien voulu '
me confier la direction a la date du 20 Septt-nbre 1933.

1.-VIF RIEI' .;IEUSE DIE L'ARCHIDIOCESE DE
POKRT-AL-PRINCE

a.-Au point de vue spiritual, le progress, quoique assez lent
piar suite surruut du noibre intime de pretre~, est pounriant con-
linu dans nos masses rurales et dans nos villes.
Malgre les srieux obstacles qute constituent. pour une Cvan-
gelisation rapide de nos populations. leu'r attaclemnent aux pra-
tiques superstitieuses les plus varies et ed'union libre> qui est
It situation des 83% des fovs ers- haitiens le nonibree de atholi-
'iues pratiqu;ants, au dire de Monseigneur I'.-\rchev\'que. n cesse
Itc croitre d'assez consolante facon. Sa Grandeur a eu :; le cons-
tnter au course de sa derniere tourney pastorale a travers les pa-
inisses de Fonds V'rrettes, Grand Gosier. Saltrou, Marigot,
ayes-Jachiel, Trouin, 1 uane,liale GreCsier, Carrefour Ducabron.
i.'insuffisance de hnos eglises paruissibles ou de nos chapelles
rurales pour contenir la foule toujours grandissante desfideles
'-n est la preiuve directed.
La progressi:n s'avere dans les endroits ofl nous av\ons pu
crter des ecoles presbyterales
Des regions entieres sont depourvues d'ecoles.
.\Assi hiien nombreuses furent les delegations de chefs de fa-
Mnille qui, au course de sa derniere tournee pastorale, vinrent sup-
Ilier Monseigneur de fonder de nniuvelles ecales presbyterales.
I.'applicatioin de la Loi du 6 Juillet 1033 en assurera, nous I'es-
Iperoins les llovelS.






30:" Exhose Gritral de la Siruauior-Exerace 1932-1933

,LSi. de- campagnes, je passe maintenant aux villes, je ne crois
nullement tn6mraire de conserver, au point de vue religieux. Ie
meme optimism.
Les confr6ries diverse, les associations pieuses ou charitable
d'hommes et de fennnes sont en prog'rs. dans la capital surtout
et plus encore les groupements catholiques de jeunes gens et de
jeunes filles Plus accentues, eussent et6 ces progrbs spirituels
si le malaise &conomique don't, coinme les autres nations, souffre
le pays n'avait jusque sur les pratiques religieuses de facheuses
repercussions.
Faute de pouvoir s'habiller comme ils le voudraient, beaucoup
de fidles, dans les campagnes, restent malgre routes les objur-
gations du Clerge, sans fr&quenter I'eglise, sans-participer aux
ceremonies. sans nimme baptiser leurs enfants. sans legitimer
surtout. par It marriage. une situation irreguliere, attendant, pour
ce faire. des jours meilleurs. Les cur6s des 35 paroisses de I'Ar-
chidioce'se ont pourtant, au course de l'anine 1933. b6ni 1305 ma-
riages, celebres, pour la plupart suivant les dispositions de la
hienfaisante Lot du 16 Decembre 1929.
De partout, du reste. miarrive I'assurance grace a cette legis-
lation, que quand I'aisance sera revenue, les legitimations de
foiyers ,e miultiplieront. (dans d'importantes proportions a tra-
vers ,is tcampagnes.)
b.--Aussi. pour repondre a d'urgentes n6cessit&s nouvelles
d'importants tra\aux materials ont-ils dui etre entrepris en main-
les parnisses
Une grande et belle eglise paroissiale edifiee, a ialabial. celles
de Cabaret, de Delatte, de Gressier. de Jacrnel. restaurees, agran-
S dies, ou embellies, celle de Grand-Bois en \ole de construction;
des chapelles rurales nouvelles baties a Bizoton. dans les sections
rurales de Bainet, de Saltrou, de Petit-Goive, de Gressier, de la
Gonave, de Pktion-Ville, du Sacre-Coeur de Turgeau; un pres-
S bytere neuf a Fonds-Verrettes. V 'ila. pour une seule annne, un
bilan asse.7 important. 11 le serait encore davantage si Its res-
sources ne faisaient point defaut.
c.--Une des realisations les plus consolantes a noter. c'est le
developpement a;eentue de notre Ecole Apostoliquc de Port-au-
Prince. grace, ppiur une large part, ii l'augmentation sensible du

0... ,

< ,.' ;.- ; '...'






S -. . ,, ,,:

Secretairerte d'Erat des Cullte ."' 3 '

inumnbre des bourses gen6reusemen.t accordees par I'Etat. De-31,
le chiffre des eleves est passe 'a 39. 11 suivent deja les course. de
Thieologie de cetre Institution. dont'4 pritres nouveau.x. Mes-
_-ieurs Augustin, Deiouis, Dorelien, Louis-Charles, en sont so-Irtis
en Juillet dernier.
Deux autres seront ordonnes a la fin de la present annee,
miais ce bont la de.s chiffres exceptionnels qui ne sernnt plus
arteints d'ici Iongteinps Et c'est encore bien pen pour repondre
IuN iinmense.s hesoin. de 5 dioceses!


2.-DEMANDES GENERAL.ES

Voici, en viue de Ie'laboration du pirchaini budget. les demiandes
'l|ic Monseigneur I'Archev&que de Port-au-Prince croit neces-
-nlire die presenter :i inop Departenent.

I' -Pour lui permcttre de soniicir plu efihcacernent rt de d6velopper de
plus en plus I'Ecole Apostolique dt Port-au-Prince. porter A I'ar-
ticle 738 du budget, le chiffrte des-ioursitrs de 3C a 4u
:.-A l'article 734 du budget, il n'est pr6vu de traitement que pour 168
pretrcs (15.190 G. par moisi or, il comptc qu'A partir d'Octobre
prochain, il aura au moins, 180 pretres ai emarger au budget des
Cultes. Pour eviter de graves difficult possibles, il demand de
porter la _-omrne mensuelle de 15.190 a 16.200 gourdes, et la
somme annuelle, de 182.280 a 191.400 gourdes.
Ainsi serait evite I'inconv6nient toujours ennutLIeu, de iaire des
virements ou des rappels de fonds.
V --Faire inscrire, si possible, dans le budget general, come cela se
faisait dans le passe, ou. a tout Ie moins, obtenir que puissint etre
inscrits dans ies budgets des Communes des Credits pour cons-
truction ou reparation d'eglises. Plusieurs paroisses trke pauvres,
pour ne parler que de I'Archidiocese: Saut-d'Eau. 7rouin. la Go-
nave. Gressier. Fonds-Verrettes, Cayes-Jacmel, Delatte, Vialet,
etc. auraient un absolu besoin pour construire ou achever les eglises
qui leur manquent, d'etre aides efficacement par I'Etat ou les
Communes.
4' IAnemander an [Departi nm.iit e',. la. l .ici il. Ftlch0 diiuliir (it en
augmentant Ie nonibre des Officiers de I'Etat Civil. so0t en les
obligeant i fair. de temps a autres, des tournees dans les lointaines
sections rurales, que I'on facility ainsi anix gens des campagnes les
declarations des naissances et des d&ces.
i5 .---Obtenir du Deparl:iin nt C (I I'liite -icur jute par F'interviintion de la
Police. I'on fasse interdiction aux papas-Lois, ou epapas-Savanesc
de chanter des enterrements et d'oacuper ainsi des functions reli-
gieuses qui ne sont pas les leurs.








32, E.xpose Gtneral de to Siruarron-Exerice 1932-1933

6.-Enfin, obtenir du Departement de 1'Agriculture que soit egalement
appliquee la Loi du 6 Juillet 1933 sur les coles rurales presbyte-
rales si n6cessaires pour l'instruction religieuse des masses.

DIOCESE DU CAP-HAITIEN

Paroisses

22 dunt I sans pretre: Cerca la Source, I annexe, les Perches,
avec tin prerre resident.

Clerge

35 niicimbres dolint 32 E\veque comlpris) dans le ministere en
Haiti. 3 afftctes au Grand Seiniaire d'Haiti et a I'Ecole Apos-
tolique S. Pol de Leon en France

Jeune Pritre

Le Perr Mlahe. sort du Grand Seminaire.

Mortality

I-c PIre Jloseph Carre, cure' de la Plaine du Nord. decede le 12
Uctobre.

Eglises

Ia villu du Cap et tout le DiDc&ce apprennent avec boitheur
que \'otre Excellence vient d'affecter une premiere valeur de
50.000 gourdes, puri les travaux de restauration dt la Cathe-
drale.
Restauration de 1'eglise du Limb6 execut6e par les scaii des
ingenieurs D. Brun et Nazon.
Depenses 7.000 dollars sur lesquels il reste dui 3.000.

Ecoles
L'Etat vient de construire la mason d'habitationi des Freres
du Cap.
La Commune de la Grande Rivihre du Nord a contract sur
I'Etat un emprunt pour construire un local pour l'ecule des
Freres.
*' '>





- .. ..,
4.-
Secretirerie d'Elat des Culres '- 33

Les Communes et paroisses du Trou, Limb6, Plaisance, Pilate
m.,llicitent de l'Etat Ie mrmen emprunt pour des &coles de ft-eres.
[.e Collge N. D. du P. S.. maison d'enseignement secondaire
dlirige par le Clerge s6culier pr6parant au baccalaureat compete
250 eleves.
Le College a un besoin urgent d'un theatre et d'une chapelle
I'un et I'autre indispensables. i toute riiaison education reli-
ie leise.
.'etablissement est reconnu d'utilite publique et les services
ilu'll rend it la collectivit6 ne sont contests par personnel. Les
constructions existantes, joie et orgueil de la ville du Cap nnt 6te
t xcutees par les movens propres du Clerge. Afais le Diocese est
.i bout de resources pour finir d'equiper cette maison
L'Eveque sollicite de I'Etat un emprunt sans interet de 30.000
rlnllars.

DIOCESE DES CAYES

.e Diocese des Cayes coinpte actuellenent 41 pretres. qui se
lepartissent ainsi:
Curie Episcopale: 3.-F'rofesseurs atix Seminaires: 3.-Affec-
tes au Minist&re: 35.
.-\ course die I'annec. nou, a\ons perdu deux pretres les abbes
Charron et Dupont, sujets canadiens repartis chez eux, inca-
pables de s'adapter i; la vie d'Haiti.
Is ont &et reinplaces par I'abbe Foisey, sujet americain, 6leve
au Canada; I'ahbe \'cyrunes, sujet franqais. ele\ve a Cuba; I'abbe
Quinquis, sortis de notre Seininaiie de St. Jacques; J'abbe C.
Lindor. sujet haitien. ne it Darne-Akaric. (ui a etd orduonne pr6tre
le '-) Mars courant.
.- I'autoiine prochain, delux autres jeulnes pretre. nous vien-
dron t du S eminaire Haitien de St. Jacques.
II ,lenible. d':-utre part, que la cruise de \Vocation rouche a sa fill. r
En France. le Seminaire de St. Jacques est a mnme desormais
de foiurimr au Dioc6se 2 pretres chaque annee, et le Petit S6mi-
iaire de Saint Pol a pour nous 15 sujets.
D'autre part. nous avons, tant i Port-au-Prince qu'aux Caves,
S Si-uinaristes. don't 5 en Philosophie, et prochalnement, 3 autres
.ujet-. entrerint it I'Ecole Apostolique, au compete du Diocese.








34 Et.pow Genra( Jdela SkhiW p-Exrrcrce 1l 121933

Pardfsses

Les 35 pretres affects au Minist-re sont loin de suffire puisquc
5 parnisses, faute de sujets, doivent rester sans pr&tre: Tiburon,
Chardonnieres, Roche a Bateau. St. Jean du Sud et Maniche,
qui doivent etre desservies par des cures voisins.
Deux de ces paroisses: Tiburon et St. Jean du Sud, paroisses
de pe&hcurs aux resources trop restreintes, ne peu\;ent faire face
.i leur- charges legales: 11 imported que le Gouvernement leuL
accord un secours.
Enfin I'Eveque rernercie le Couvernem.ent pour la haute bien-
veillance qu'll a.montree au Clerge des Cayes. A l'occasion de la
nouvelle trance de 10.000 dollars. accordee pour la continuation
de travaux de la Catlidrale et en I'occurrence Lui renouvelle
I'expre'sirii de toute sa gratitude. car nul doute qu'elle ne suffisc
i I'achev-rment et A l'anmeunlement de cet edifice.

DIOCESE DES GONAIVES

l.a s ituatiion du Droncese des GLronai\ e rtte tioujours difficile dlu
iait 'k la nIaladic de -nii Eveque. et du petit iirinlmbre de se-
l) rc I C.*
CGric.'c I'obligeance de Son Excellence Monseigneur I'Arche-
\ique de PI',rt-au-Prince, qui a bien voiulu venir en aide ii Ce'
Di)oc-e ()n a pu avoir un administrateur resident A la paroiss'
de Maissadr. qui etait restee vacant depuis le, deces de snr
dle ier-r cire.
SI toutes nos parnisses .se trouvent actuellenielnt pour\ues. It
nimhbre de pretres est notoireient insuffisant dans la plupart
d'ertre ellee., vu leur etendue.
Bien que tries reduit, le Clerge continue a faire tout son pos-
sile ppur repondre aux hesiiins rcligieux des populatiems.


Dep t L I'a
de vue mate



Des repair
faites a notri
? , . :


TRAVAUX EXECUTES -

ninee dernieie, voicd cc qui a pu etre reahlit, au I)pin
riel :


Gonaives


ratiions d'entretien trees dispendieuses ont du etrt
e vieille Cathediale qui de plus en plus menace ryint l
I


!`s
i


r







7.1 1 m. -' I
S. ri. S lr renr;d i t.c ,Crzlrps' 3,5 V: "

Terri pu ve
Le cure aide de la population a.commence Ie b6tonnage de
1'Eglise. Le travail sera termine d'ici quelques semaines.

Gros-Morne
Des trois chapelles rurales qui restaient en construction, deux
-ont ,cnmplitement achevees.

Maissade
L'Administrateur procede a I'amenagement de la nouvelle
eglise.. Trois autels sont en construction aux Gonaives, et on.
'rimmencera le carrelage des que la route Port-au-Prince-Hinche
wera de nouveau ouverte au traffic.

Thomonde
Ia paitie de I'eglise achevee a kt6 couverte: on place en ce
moment les portes et les fenetres.

Saint-Marc
Une belle chapelle en maconnerie est en construction dans la
section des Roseaux.

Verrettes

Grace au concourse des Travaux Publics, on a pu restaurer la
iacade de 1'eglise.

TRAVAUX NECESSAIRES

Gonaives

Voici quels sont les besoins les plus urgent du Diocese:
1.-La construction d'un Eveche est absolument indispensable.
On a pu acqu6rir un terrain et uxecuter quelques travaux pre-
liminaires, mais les resources manquent pour continue.
2.-II faudra necessairement songer i remplacer notre vieille
Cathddrale.
bes reparations qu'on doit y faire chaque annee absorbent
toutes les resources sans resultats durables.








36 E.,post General de laSiaudt,n-Exrcirce 1932 1933 -'

Saint-Michel
La nouvelle eglise a peine livree au Culte. a ete consumeepar
un incendie au mois d'Octobre dernier.
Depuis lors les offices se font sous un miserable abri provi-
soire. Pour utiliser'les mur- a pen pris intact. ii faudrait re-
prendre le travail sans delai.
Aprs I'effort fourni, le cure et la population en sont abso-
lument incapable, si Lni ne leur vient en aide.
Maissade
II faudrait reconstruire le Presbytere qui tombe en ruine, mais
toutes les resources ont 6te absorbtes par les travaux de la nou-
velle eglise oi ii reste toujours beaucoup a faire.

Verrettes *
Le Presbytere demanderait d'importantes reparations, sinon
une r6fection total.

Petite Rivibre-de-l'Artibonite
L'Eglise present vraiment un aspect lamentable pour une
locality de cette importance. Lks reparations entreprises en 1930
n'ont pu itre continuees faute de resources. La population sem-
ble s'en d6sinteresser.

Terre-Neuve
Le Presbtrere est a refaire.

DIOCESE DE PORT-DE-PAIX

L'Eveque souhaite de voir aboutir les multiples reclamations
qu'll a faites depuis 1928 pour que le mur de cl6ture qui etait
une protection pour la Cath6drale soit releve. Ce mur, sape
depuis longtemps par les divers debordement de !a ravine, a
6te renvers6 en 1928. Ce travail dit-il ne peut etre a la charge de
la Fabrique qui a fait son possible pour prevenir cet accident.

Eglises
La nouvelle paroisse de Bassin-Bleu est toujours sans eglise,
et la population de cette paroisse sera longtemps trop pauvre
pour pouvoir fair les frais d'une construction semblable. Pour-







Secrrtairerie d'Etar des Culies '- 37 .'

tant il est urgent de remedier a cette situation qui finit par deve- .
nir demoralisante pour le pr&tre et'les fiddles.
En vue de parer ii cette situation, I'Eveque propose au Gou-.;i-
vernemncnt de lui verser la sommne de Dix Mille Gourdes, pour ce.
travail, ou qu'il soit accord au cure de Bassin-Rleu une valeur..
mensuelle de 50 gourdes, pour payer les interets et aider a amor-.
tir la valeur de Dix Mille Gourdes qui seraient emprunthes a .
3% si possible?
Les recettes des Fabriques sont presque nulles' dans les pa--
roisses organisees depuis longtemps, si bien que les pr&tres,se- '
deniandent comment repondre aux divers besoins du culte. Que.
dire des paroisses nouvelles, o6f tout est a organiser?
L.'Eglise de Bombardopolis, qui date de 1760, est a. tefaire
parce qu'elle menace ruine. Mais la encore les resources font
completement d6faut.
L'Eveque prie le Gouvernement de bien vouloir etudier la pos-
sibiliXe d'obtenir que les eglises soient dispenses des droits. de
douanc, sinon pour les materiaux de construction' comme il en
exprimait le desir I'annee derniere, mais au moins pour le mobi-
lier du culte Cloches, harmoniums, orgues, vases sacris, chan-
deliers, etc. etc.; et pour les matiriaux de construction eux-
nemes un arrangement possible pour les rendre plus abordables
aux Fabriques si pauvres.

DEMANDS GENERALS

I'--La reconstruction du mur de cloture de la Cathedrale,
renvers6e en 1928, par les inondations de la Ravine de Port-de-
Paix.
2---Une some global de Dix Mille Gourdes pour aider a lai
construction de I'Eglise de Bassin-Bleu, ou une subvention men-
suelle de 50 gourdes, pour aider aau remboursement de la dite
some qui serait empruntee pour la construction de 1'Eglise.
30-La franchise des droits de douane, au moins pour le mo-
bilier du culte. et d'autre part, un arrangement permettant d'avoir
les mat6riaux de construction i un prix abordable pour les Fa-
briques pauvres.
-4-a) une ecole de filles au Bassin-Bleu.
b) une cole de garcons et I'autre de filles aux Palmistes,
I'lle de la Tortue).










CULTES PROTESTANTS
.'" S .. |
En conformity de ia Lo du.20 Juillet et du 16 Decembree 1929-
et de I'Arrete Presidentiel du 10 Janvier 1930. des accords sont
intervenus entire le Departement et les Ministres de divers cultes
I ', protestants les habilitant a celebrer des mariages religieux. pro-
i!':'.:I duisant des effects civils. -
Daignez agreer. Monsieui le Pr6sidenct, I'homni7age de mon-
i: profound respect et de mon entier d&vouement. .
': IS) LEON. LALE.' I

., ,, .. -.
: Son Excellence
o.. Monsieur It President de la R6publque,
Palais National.












'1k4
I. . ',

.-.,- -,
















(II ; .... .

." : ... .. ... . .



.'='!. ,= : , -. .
;,X =i '.: :: ," '-:. ~1 .~ ~;... ".' --"." '' . 'r. :,' i'"















Son"
Mon

Pala


I


Monsieur le President,

II ne semble pas que I'on commette une tries grande erreur, en.
affirmant que le principal.problem9 haitien du moment et pour 'l'
bien des annees encore est le problem budg6taire. .
Le budget se compose de deux parties bien distihctes: le budget
des voies et nmfoyehs et le budget des depenses. Et de ces deux .''
parties la premiere est evidemment la plus important, puisque .:
-ans voies et moyens il n'y a pas de depenses possibles. II n'en *"r
est pas m'oins vrai cependant que, les voices et moyens fixes d'une
maniere raisonnable, savoir comment les utiliser avec 6conomie, :;'
comment depenser chaque gourde d'une mani6re profitable a la '.:
collectivite sans trop heurter beaucoup d'int6rets contradictoires, .'
est un problem extrimement d6licat. Mais quelque grande que
suit la delicatesse de ce problime,. il ne peut faire I'objet d'un '-i
examen 'erieux et detaill6 qu'autant que les disponibilits; essen- :"'t
tielles aient et6 trouvees.
Ainsi done. au premier plan des soucis du Gouvernement, ..
I'estimation, chaque ann6e, des voices et moyens de l'Exercice
hudgetaire suivant.
Cette estimation est forcement statistique, et les d6boires.bud-
getaires-actuels'des plus grandes nations du monde suffisent pour
montrer' combien sont al6atoires, malgri tous les efforts de la
meilleure technique, les provisions faites. Cependant si les.
grades nations chez lesquelles la richesse a pu s'accuinuler, les...'
pays oh I'epargne s'offre pour aiderl'Etat dans.les moments dif- i.
ficiles, ,peuvent regarder sans grande apprehension l'accumula- :,:
tion d'apprkciables 6ficits budgetaires pendant plusieurs annees.,,.
conse&utives les nations pauvres, celles ou I'epargne prive-e r'est
guere constitute, ne peuvbnt pas se perrtettre de. pareilles faqbns -4
...i. .. . .*. . : ;- .. ,
. ; .. . .. . . :,., ', ,.; '. /i.t .,.," -7.,",.,._. f,' :,,, ,{ .". -2


.* -. *-i:""-


RAPPOPT : DU SECRETAIRE D'ETAT'
AU DEPARTMENT DES FINANCES .

Excellence
sieur le President de la Republique.

is National.




-I-


40 l A'pose GCein ral e,- 2, S2ru1.--.-.'nIe 1932 193?

(1'a3 zanr courir Ilillediatelineint tiuus 1, r(il>qu e deciulant dr
la de-&,i,rlal ibatluiil ad"ilinistrativ l qu pl-!t tou.1'ur', )jnvnrller I,
le:-qIuilibre du budget
C'est donc dire que pour niluts, d&s la d6soccupation du te'rn-
toire national. ein octobre. ct plus encore apres la cessation du
contr,'le financier. :ce-iati.-nii il. cill aussi. av-ec le, efforts socu-
tenus de \'otre Excellence, ne ,aurait tarder. la principale obli-
gation diu Gouvernemeilt haiti.-in st-ra d'equilibrer criute ique court
It. Brutlct de la Rcill'lIquL., enii tlep ii dcl tloutc- Ik. clrc'lIntance-
itd\'v lte'.-, pLouii rii lt i pru.n I. te ti de fire iii.l d- cet equi-
liIbri. coiim e line r i. il'a ('iome Iilitiiquii funidaniental
Al.iu I'axiomne pi. .e. la ditiicultt' n'lest Plas recolIe. .\u conl-
ri.air,.. l coI mmii ii cc II et t'acile. cn- effect. ,I supp)oser, poul
illu trer ci- sur qu a.l i t.u., vi l.ii3 i ilui.ter p VI till c \eeiiple. qut.
It-, r-cettes avant te ix ti.c- a; Trente Cinq Millions de Gourdes,
les depenses A Trente Quatre Millions Neuf Cent Quatre Vingt
Dix-Huit Mille Cinq Cents Gourdes, in s'apercolve an course dr
l'alnnee bIudgetaiir Iruc les rtcettes au 30 septenmbrci ne seroni
gu reu -ul rieures i Trente Deux Millions de Gourdes: d'oi, un
deficit de Trois Millions de Gourdes. Si par honlheur il sc trouve
qu'll v ait dans Ic Tr6s.i'r Public des reser\eS sup)ricures a cette
derniere valeur, on peut s'en ser\lr pour couvrir le deficit au
fur et a measure qu'il sr scra accuniule. Mais si les reserves n'exis-
tent pa>. \a-t-on re.Cu'rir aux pircedes onereux d'autrefois, au\
eniprunts sur place il es taux incroyables, a I'aaugmientation di
la Dettc Publique par des operations financieres detestablcs, an
reject sur les Exercices future d'lun iardeau financier que le payp
ne pourra pas suppuiter? \'a-t-on acculer la nation a la faillitt
a la revolution et tnutes ses consequences-a une nouvelle inter-
vention etrangere peut-Ptre
Nou, lie pou\iv(an pa, croire au retour des allnielnni. [pratique-.
et mnalgre une attitude tries nettl. cn Haiti vis-a-vis de I'Etat
attitude caractr-sec paarI la finrmule de I'Etat-pro\ idence. noxu-
\ouluinis esperer que Ie", seuls inoyens auxquels le., Gouverne-
ments de I'avenir auront rccours pour cou\rir les deficits budge-
taires sei),nt suit la reduction des d6penses au niveau des recette,.
soit la creation de nouvelles recettes en proportion du deficit, ou
un melanlge des deux proc6des.




4- ?1


Secr.taurerif J Eru des Finulraes 41

alais la reduction des dipense-, vt la creation de nouveaux
inilpts consitiltent itoujLi rs de-s operatiicns exces-,ivement pe-
aiilles auxquelle. ,iI nii doit fair al'pel qu'en desesp~ear de cause;
surtout -I 'li pern1-. que Ie cointrilluable haitiei. de menioire
seculairt aimle .si peu i ave: r I'liinpir sti,'-i, directed qu'il a ton jours
fallu en appeler ai l;i tAxatijn in .lirecte. ct qu'il n'e-t plus guere
)Jissible i'aitgilentetr ellnco-i'. tirl 'etnll bleineilt i1,.1s droits de
.lnuanie. et si l'1n sr rappelle. d'autre part. lnue partout ldans le
minde ls lfinct'ionnairc. et le-s (jLuI'erneienilncit n'ont pas beau-
coup de gouit puir It'l c.upcS ..umlbrs-a lans les allocations. les
premiers poiUr uine rain-ii evident-. Ite- giiuveraicnimelit-s cause de
I'impOi-puIlarite '[lui eln result
La solution du problem n'est donei pas tres facile t'est
pourquoi le Budget haitien de\rait etre avant tout un budget
de con.tervatini, Lin budget miniiiii. Just ce qu'il faut pour
fair iiarclii-i It-. adt linistratiilons ipubliques- indispclne ables et
fire fact- au\ cngageillents contractuel- (diu IpaI Er -i cc- budget
est calcul' de tell ,Irne quc nl,'s revenius. estimesl dan. des con-
'litions nIIrniale-s dI e rlix c-I cIc i.luantiti pour nos principles
recoltet-. en particuller la recolit duii cafe. puissent tou.uiurs en
couvrir le niontant, iI ne fait pas de doute qut, avec ulne reserve
appreciable it cInq ;t .1ix minlliun.- .1. lgurcdes dans Ie Tre,or
S'ublic, II nie plii-s. ertr- iaintiienu sans (ldifficulte pendant quatre
iu cinq alili-cl- iln'lit't ta I;ai\(.Tr [pet-i -tre Ia I)pls ilur desle c crises
mondiales.
L'indispeniabt Citaiit ite cLtte latCii --a;geiient I a.s.ue tout
surplus budgetaii 'peut Zalirs tire excliisiveinent al'ccte i la
realisation de progranunes de tra\au- de toutes sortes, propres A
accroitre la production totale du pac c'est-ai-dirc pripre,-s
iamener de nouxellecs recettc:, qui a leur tiur p)eiLvert perniettre
I'augmentation du budget normal de I'Etat
A.ini. 11 faudra en r&alite1, a ccot clu budget normal ptrnmanent.
une sonre d- budget extranrdinaire, depindaint de la reallsation
d'un surplus budgi-tairc. Pa-- dt surplus budgecairc ni de reserves
diisponible,. pas- de depensc-, extra. 'rdinaires. Et comme le
rythine suivi par notre priiciplale denree, It raft, ne pernct pas
tie fixer la rcc'lte probable de I'ainnee ;avant la fin du mois de
fevrier. c'e-t-,-cdire cinq mnois apres le debut de 1'exercice budge-
raire, et.- a'ec la re te e ri'te. ecette- apprncxinatives. 1i serait







42 Expose Gcntiral de la Sitlualon-Exerprie 1932-1933

tout a faith dangereux dt fixer les disponibilites piur credit-
extraordimaires avant I'ecoulrmeni des cinq preminers mis de
l'annee fiscal
Le >sstenie qui vent d'etre expose. Monsieur It President, est
d'ailleurs celui mis en pratique par le Gouvernement de la REpu-
blique depuis le debut de I'Exercice 1931-1932. et qui a permis au
pays de traverser jusqu'ici la crnse ecrin','mque mondiale sans
avoir etr trop durtment eproue Cminie directive findamen-
talc de notre politiqut iconirimrlliqLt pour les anneer :[ \venir. il
tend a garder le budget annual aLu min-im. ni\tiau de Trente Deux
Millions de Gourdes tout le temps que la production du pays
n'aura pas effect\iveent augmented, et a n'accroitre ce budget
que dans la proportiIIll oil se serint accrues nos recettes par
I'augmentation du volume des denrees. exporrees ou par I'intro-
duction dans notre commerce d'expurtalion de nouveau pro-
duits susceptible de trouver des dtbouches tideles et remunera-
teurs.
Et c'est precisement dans le dessein de materialiser certt poli-
tique. en donnant au pays un nouveau produit d'exportation tries
apprecie un peu partout et en grande demnande i l'heure actuelle
sur Ie march international, que le Gouvernement a eu, sous
l'active impulsion de Votre Excellence, a preparer, a signer
ct a presenter aux Chambrcs Legislatives. au course de la derni&re
session extraordinaire, un project de contract pour la culture et la
vente des figues-bananes. Ce project, minutieusement etudie, et
qui devait faire passer I'exportation de la figue-banane, dans la
court period de deux annees. du chiffre actuel de quelques mil-
liers de regimes ai chiffre infniment plus important de huit a dix
millions de regiimeh par an. apres avoir rencontre I'approbation
g&nerale, a la Chambre des Deputes, a ete rejete par le Snnat
de la Republique, qui n'en a meme pas adnis le principle. Pannmi
les motifs allegues pour justifier ce rejet, l'aversion de I'ancienne
economic liberale pour les monopolies et la crainte des capitaux
anmricains semblent avoir et les principaux. Toute I'ancienne
antipathie centre les contracts. nee d'abus de toutes sortes de la
part de cuncessionnaires a qui I'Etat avait eu la negligence cou-
pable de remettre I'arme terrible d'une obligation pecuniaire de
sa part, a et- revise sur le tapis, et le spectre de routes les recla-







Secretrircrit dl Eral de- Tinancnir 43

IInatIIiii I'audiulusCe i I' 1 cca.lrin (It c. c itrait. 1inon execute f a ete
rappel pour Iblenlr (lhqe Ie pirojet du ijouveerneent 16i rejete
Sans revenir -ur toute I'arguintntaitimri qui. presentee i la
Chambre des Deputes. avait fait justice de ces objections vrai-
ment trop faciles pour que le Gou\ernement n'l efit pas pense en
,-laboant .oa i i. pro-jet -t -i11 -n sur i 'auttes nlblect]ons lhien plus
olitdes cnc'ir- i)re1senlt- te ; par la Cnmniission Speciale ijU avait
SI c haicrge d'examinelr It project i la Cliambre. sans done revenir
-in I'n girlliillt'-i titl (I tju a'alt change crn pnrtisanrs decides du
pi'-jet dit-s adu t'er.aire, ani dakc it i .,re-(lIU'] lt'riat;abl inirc-, v'julonr]
'icll)lein iitl ra-ip'lrCIi (1ii' In l-i1r iJ n'\ avail p:as de inmicopole,
I)is(quc ton 'ltS IL" lgites-l atantrin lli (cl.\ ;iL- nt ct-i r:x Xportee:
ilaient Ctli r pir rlUI C ,s i.r It co ic'ts.iilnnairl liitl- ielllli 'grace au
-..steiroc des cdux ninitlt's iu dJu cil:n partiairc, ct que touted
i:zillit du concessiinairt.. rapre, eL.icngag~nrilii ian, I'entreprise
-le tre, forts capitaux. ne i.,ou\.ait entrainucer (lu'une situation
cinaleue i' celle dans laquelle se trou\e actuellen'ent la Com-
I'agLnic dcic- i 1iaias ldu Cap-Haitien. c'est-.i-dire la perte du capital
,:-asi aucuII Irec' urs colltre I'Etat
Mais puIsquI'l sn'agit d'accrirt ,itrti I)riducticii, cc quI est
l'une importance capital p-.ur Ic pays, et qu'il s'agit egalement
ict la diversficr. il serait pcuit-et-re intressant de se demander
I ar Cquel e nmthode il est p[sS.ilhlu d'arriver a cctte augmentation
plant is-'uliaitti et a ci tt r-r li\er~.iI-atiwon t l lstrable ii- ii nos pro-
'luits d'exportatior
En Climinrant scices--siitni'ct leI- .pr'ic-dcs? qui peuvent etrt
-rmplovces, 11 e-t pl,,sicblie dI- mintriir qu'll n'cxiste actuellement
'Iu'un seul mlovtn \ ra inienr t _-eri-u-. tt (quI pui'seL etre enrierement
profitable au p:t.\-, d''Oltc--ir I'atiiinmentation et la diversification
r-cclerch6les, c'es.t Ie -i steile- .1. deux nmitie. e .u du colon par-
iaire. L, s\'sitenme, scientifiqurment etendu er forticent coor-
' il.n-ie s.ILIS untie ( rcctinc,;. tin LiLcu c'i. tirile- par I'Etat qui. lui.
r-iur Ic mniienlt, ii': ni I'argent. n ',cirganisation politique et
technique necessaires pour entreprendre lui-memie la coordina-
tion indispetnsablc peut (lonnrr des r6sultat. inesperes.
En d'autres. terms, il est absolument necessaire. si I'un desire
dliubler ou tripler le volume de telle production d6terminee, ou
si I'on desire introduire une culture nru c-llt. qu'un home, ou
un group d'hommes possedant les capitaux et les aptitudes







ose Gendral de lu Situantin-Exeratce 1932-1933


"' ''i.. .




i:.
s.
i^.. .
':'
















!:..


S-
|:























;.c.








;: . -
;-.
p.=.-


techniques vuolus, et dumient iiandate par les pou6iirs cimpe-
tents, puisse aller au paysan, au p,-ssesseur uu fermier de deux
ou plusieurs carreaux de terre et lui dire: SI vous voulez bien.
notii labourns-votre terre. nous la plants en coton selectionne,
nous en assurons I'irrigation..-\u moment de la cueillette, nous
venons nous-memes vous aider: nots vous laissons seulement
I'entretien de la plantation, ct avec tout cela, nous vous assurons
pour plusieurs annees un prix fixe par livre de coton recolte.
Si ce prix fix6 est un pourcentage equitable et contr6le par le
Gouvernement du prix obtenu dans les contracts de livraison i
long term sur les marches strangers, si le rendement net par
carreau est remunerateur, si la terre ne doit pas servir de gage et
si le paysan n'a d'autre obligation que celle d'entretenir la plan-
tation, il aura int6ert a signer un contract dt culture qui, en plus
des avantages deja mentionnes, lui apportera la possibility d'ob-
tenir des avances de celui avec lequel ii aura contract.
Le system des deux moities ainsi compris a le gros avantage
d'assurer d'un c6te le maintien de la petite propriet&. d'en aug-
menter le rendement et de faciliter I'emploi des methodes scien-
tifiques les plus iodernes sans qu'il soit necessaire d'avoir
recourse a la grande habitation., qui. transform le petit proprie-
taire des campagnes en proletairc rural. II consacre. la coordi-
nation de toutes les operations, depuis le labourage des terres
jusqu't la vente des products recolts stir le march international
II tente d'eviter les large fluctuations dues a la speculation, en
essayant de profiter des contracts de livraison a long terme qni
assurent au paysan un benefice equitable et certain pour de
longues annres. De I'autre c6te, il permit au concessionaire de
trouver la remun6ration de sa peine, du capital qu'il a engage,
de sa technique. dans le pourcentage du prix de livraison qui lui
revient.
Mais le concessionnaire demnande a etre couvert. 11 ne vent
.pas qu'apres avoir plante 10.000 ou 20.000 carreaux de terre qui
ne lui appartiennent pas. les recoltes puissent etre enlevees la
nuit et venrcues a d'autres acheteurs qui, n'ayant fait aucun frais,
peuvent offrir de meilleurs prix. II peut sans doute poursuivre le
propri&taire qui a viold son contract, mais que de frais. que de
temps perdu! Comment prouver dans une plantation que les
regimes de figue-banane ont ete coupes par le proprietaire lui-



1~


44 E rp







45 : -. v
45>


Secrvtarerre d Elua des Finances


nieme ou par un voleur. comment distinguer, parmi les regimes'
exp6dies par un comp6titeur, ceux qui viennent des jardins cul- .
tiv6s sous contract, des autres regimes' V oila les motifs du droit
exclusif d'achat dans une region delimltee.
Personne, aucun capitalist ne viendra s'aventurer dans un tel
,.ysteme de deux mnities du colon partiaire, qui seul respect la
petite propi-ite et qui permit au cultivateur de jouir largement
des benefices tir6esde sa terre, s'il n'est pas sir qu'apres. avoir
riis sur pied une plantation, il puisse se d6dommager par la
vente d'une r6colte pour laquelle il a depens6 sa technique, son
argent, ses eforts. L'extension du systckme entraine ntcessaire- .
nient I'assurance qut les r6coltes une fois en inaturite ne seront
ias \olees pour etre vendues a des acheteurs qui, n'ayant fait
autun frais pour les obtenir, peuvent payer plus cher.
C'est la a l raic raison du ionnopole d'achat quise trouve dans
le contract de figues-bananes. II semble que I'oh ait discute sur le
mot monopole lui-mmnie, et que l'on n'ait pas cherch6 i corn-
prendre sa vrai signification de par le contract.
II nous faut produire plus, Monsieur le President; d'abord
pour ouvrir le march ainricain a notre rhum, et a notre figue-
banane. avec un rhum et un regime type de banane qui puissent
etre accepted par ce march, car I'Amerique doit acheter plus de
nous. la balance des achats etant tres largement en notre defa-
veur: ensuite, pour accroitre notre production de cafe et de coton,
car il ne fait de doute pour personnel quc meme si nous pro-
duisions une moyenne annuelle de 75.000.000 de kilogrammes
de caf.e et 15.000.000 de kilogranmmes de cotton, nous n'aurions
aucune difficult a les placer, le cafe d'Haiti restant todjours en
demand, et notre coton se vendant toujours avec facility; pour
que le tabac, que nous n'exportons pas encore, arrive lui aussi
a occuper une bonne place parmi les products que nous vendons;
et enfin pour doubler et tripler.la valeur de notre exportation,
afin de supprimer nos droits a l'exportation, et peraettre i uotre
produit national. all6g de son fardeau s6culaire. de trouver plus
d'aisance i entrer en competition avec les meilleurs cafes des
autres parties du monde.


Produire, produire davantage. vendre, vendre toujours davan-
tage doivent former chez nous, Monsieur le Pr6sident, une sorte
de complete national voisin de I'obsession, car c'est IU le salut.


.. ...--4
.'' '
'.v
.. '*








xnos' Goneral de la Struanon---Exercice 1932- 19J1


-!** "
1



.: :. -



if
I -. ,





*..










f' '
". .






<-,'-"

"-, "










'I

?*'


Wi.





4-s
.I '
. .*.











* ..


Notre standard .e vie est si bas que, pour peu que nous gagnions
quelque argent, nous aurons unie tell sensation de prosperity
que I'apre competition pour les ionctions publique s'attenuera
de beaucoup, que la menace de la guerre civil s'eloignera A une
..i grande distance que nos gouvernelments, moins accules par
une opinion publique toujours hostile, pourront se consacrer
plus libremnent a la prdparatiun d'un avenir durable.
Mais pour produire et aussi pour vendre, il faut un effort
technique considerable, acconlpagne d'une masse inportante de
capitaux, et comine la technique rie court pas nos rues, come
I'argent nous fait totalement d6faut, nous n'avons pas d'autre
resource que de nous adresser a I'etranger. en lui donnant des
avantages raisonnables mais qui n'eugagent pas la responsabilit6
pecumianea de I'Etat. Et puisque c'est I'etranger encore qui doit
acheter nios produits quand nous les aurons recoltes, il est indis-
pensable que inotre conduite vis-a-vis de lui soit irreprochable.
ineme si la sienne n'avait pas eu a I'etre dans le passe vis-a-vis
de nous. Haiti. par sa position dans Ic monde et par ses be.soin.
actuels, ne peut se payer aucune fantaisie de xenoplobie. Notre
ind6pendance ue peut etre defendue autrement que par la prospe-
rite du pays, le scrupule que nous mettons i tenmr nos engage-
ments, It respect que notre parfaite correction dans nob raI))orts
internationaux aura pu inspire aux autres nations.
En VoIus priait, Monsieur le Pr6sident, de trouver ici 'expres-
-ion de mon plus entier et plus profond devouement a V'otrc
Excellence et Vo\tre Gouvernement, je lie plais a signaler que
Vous trouverez. annexes au present Expose, les statistique.
usuelles sur la Dette Exterieure, la Circulation Monetaire, la Si-
tuation du Tr6sor. et les Recettes pour les premier- monis de
I'ann6e budg6taire en course.

(S) LUCIEN HIBBERT


4


- !" '


46 E'*





ETAT DES RECETTES FISCALES DES CINQ PREMIERS MOIS DE


Chapitre I-Recettea Douanikres Chapitre II Chapitre III

Drous I Droirs I r ,IOu
I I r -


Octobre


1933......


Novembre 1933.......
Decembre 1933.......


Janvier
Fevrier


1934.....
1934 ......


1.480.134.32


1.739.502


1.56.1i78.41


1.568t


. 1.494.396,32


7.809.205,90


d' x o ,a i I n I r ,u,.3


13,468.58
13.101,67
12.517,94
13.874,69
11.792.85


590.695,69
1.421.806,36
2 052.011,56
1 761.981,79
1.362.056.87


7 188.552,26
ul 755.
----*---.-*j_____________________________
A1~ ~ 91 A'2.~ CC.) 1 C I' A~ j~ *~ a -


615.073,51
525.049,16
:39.959,95
46 7870,85
368.579.74


266.095,94
25.215.74


65.922
1II.263


.6.~064.51


2.965.4ti8,04
3.724.675.27
3.996 590,53
3.853.985,11
3.272.890.29


3.22.80.2


L'ICXBP CIC& 193~-1934


RECAPITULATION


15.0~262.513.8


CHAPITRE

CH JAPITRE

CHAPITRE,


-Recectes Douanieres


11 Recetwes

Ill--Divers


2.316.53,2 1


Internes


* *


I'V*


17.813.609,24


.* yla -: :


-'1


;... -.


.,.


* '~ :;i~ .1.


nmpprrftl Grn


Dlr~l'rr


6~,;5,5.


8lfir, nl~r


Gourdrr


11111111111111 11111111111111111111111 11 I


111111 1111111111111111
1111111.1 11111111111111111111I I1 11111


J I


*J '. ?.


O'YC









*. .


Inrm~i


d'ExpJrullos


~991,51


18 8.55 2,86


.I'1.I ~Cd









S.:.
48




Au 30 S



'Obligation!
':. Obligation:
Obligation:
K,;





STouteioi
I s" s i"actte
Store suiva
Gou ernen'
Aont 1926
Sen course s
prunt Les
Sdu ler Oct



-S., .


B ....
I-
,. "'


TOTAL


De sort
ainsi qu'il
vernement



A .......
B .......
C .......


TOTAL .


E>pose G'neral de lu Situation-Exercice 1932-1913

DETTE PUBLIQUE


eptembre 1933 la situation de la detct s'6tablit come suit

Dcll.ar


s S6rie A, en circulation iValeur Nominale or)
s S&rie B, en circulation (.Valeur Nominale or)
s Sirie C, en circulation (Valeur Nominate orl


TOTAL


or


9.929.000,0C
1.392.496,79
1.615.019,1;


12.936.5156,9


s, les fonds d'amortisseinent pour la Seric B non encore utili
date du 30 Sept. 1933 ont permis d'effectuer, des Ie 210 Oc
nt, le rachat de 5 283.175.35 tir6s des Titres de la reserve di
ient et vendus a I'Agent Fiscal, conformement a la Loi du ?
. Le'service des interets et des amortissements pour I'exercic'
e faith normalement et selon les provisions des contracts d'Em,
rachats en bourse pour I'amortissement des Titres A. B, et (
obre 1933 au ler Mars 1934 e decomipnsent, cminme ci-aprei


\'a'u., ,, omlnole
Rufh.' r Ju Irr Oct. \ a%.Iu. Paurr
19.1.1 au ler Mar. 1934


.............. ....... 334.500,00
..................... 9.813,70
..................... $ 23.028.56


....... ......... 367.342,26


Tnr. Mourn


243.521,25
7.431,85
15.661.49


266.614,59


e que, au ler Mars 1934, la dette publique peut etre table
suit, deduction faite des titres du Fonds de reserve du Gou


.......$
.......?
.......


Solde rr C'riuhrun
t'aleur Noarmnaln e o
9.594.500.00
1.099.507.74
1.591.990,61


...... 12.285.998.35


V'alrur .cmnoale Or
rlurr du GoU~'ernemeni
649.800,00
898.809,80
318.799,74


1.867.409,54


Sold ?Jet
8.944.700,00
200.697,94
1.273.190,87


10.418.588,81









Seciratarerre d Ealr des Finances


49


Situation des billets de la Banque Nationale de la R-publique d'Halti


Au 30 Septembre 1932, Ie total des billets existants accusait G.
27.447.370. -A quoi. II convient d'ajouter les emissions par substitu-
Iiorf reques en Fevrier et Mars 1933 constitant en

2.000.000 de Gourdes en coupures de une Gourde et
2.000.000 de Gourdes en coupures de deux Gourdes
portant le total precedent A Gdes................. ............... 31.447.370.00_
Retranchant de ce dernier chiffre le montant des billets
rlteriorC-. brill6s an court dIt I'Excrcicc '2-,t.3, 'cit .... 950 000,00


.10 497.370.00

On obtient comme total des billets Gourde existants au
30 Sept. 1933 (y compris le solde de la Rserve pour
.ub.titutnon G. 1.447 3170 sou .crile-i ri-parti comme
,:i-apres


Billet 1 gourde ........ .... .. 7.958.100
Billet 2 gourdes ......... .......... 7.422.800
Billet 5 gourdes ...... ........... 2.137.000
Billet 10 gourdes ............ .... 1.379.470
Billet 20 gourdes .......... ..... ... 2.000.000
Billet 50 gourdes ....... ....... 5.000.000

Billet 100 gourdes ................. 4.000.000


30.497.370,00


11 est interessant de noter quc la circulation des billets a passe de
6.500.000 environ. (chiflre ou cile s-mblait figee depuis quelque temps et
jusqu'en Octobrc 19331 a plu de 10 0()0.000 actuellement. Cette aug-
mentation de la circulation est d(ie a la hausse des prix de nos principles '
denrkes sur les marches exterteurs, et conscquernment, les achats aux
producteurs ont provoque une plusJorif demand de Gourdes.


I.









50


Expusa Grenral de li ,Situarnon-Ex.erac, 1932-1933


1.









L".'
.-' .


[i"' ,




t:


i ;
r







I.
'~: .'.







i *
, '.. :


[..

f'
I..





i -
!-' -
,I,













*. '

*;- \

" ..


1) le total des valeurs exi-
gibles.-
(credit budg&taire. cre-
dits' extraordinaires.
Cptes. non fiscaux etc.
soit .............................
2) le solde de la Provision
Pr. Nickel savoir:
Montant de la provision 3.622.500,00
Moins nickel en caveau 2.717.345.13


11 vient comme total
disponible ................


D'oi, un solde dispo-
nible 6gal a ..........
Soit en Titres ......... 8.701.692,45
Soit en especes ........ 3.718.704,26


7 861 744,15






906.164,87


8.766.899,02




12.415 396,71


12.415.396,71


SITUATION -DU TRESOR PUBLIC AU ler MARS 1934

Celle ci se resume "comme ci-apres. monnaie'haitienne


1) Fdnds liquids du Gouvernement:


A New York .. ............ .3.272 016.55

Gourdes
en Haiti ......... ............... 9.208.586.73 12.480.603,28



2) Fonds en Titres du Gouvernement:

tvaleur nominale Or 1.867.409,54)
contre valeur d'achat ......... ... .... ........ .............. 8.701.692,45


Tolal.. ..... ..... 21 182 296,73

Diduisant:










SECRETAIRERIE D'ETAT
DES TRAVAUX PUBLICS
Port-au-Prince, le 20 Mars 1934
A SON EXCELLENCE
MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Moiise'inr le I president,
II n'I'le il i d(nite pulIr plerunnue tlue. par I'inipurtance des cre-
dits qur lui .ont allotun-, par la varite de ses activities et de ses
realihatiun-. et p'.r Ih inllnbreux personnel technique et adminis-
tratiti q'il entretient. le De)partement des Travaux Publics est
l-euii-ure' an preliitr rang flt: I'.-\Admfniitrition Publique.
Cettc position excellente et enviable i tous regards. ne peut
qu'li.inrer ccux '(ui nt contrilue ;i la career et surtout ceux qui. -
iepuis I'i ltiainisatnii. I'ont mainteniue par leur competence, leur
Ievoutnic-'t t leur savo'ir-ifare.
Mai elle englendre iiievitablement de tries lourdes responsa-
,iilit&. [lie s'cule peit a.siiimer une volonte rigoureuse qui ne se
laisse pas intmiidcer. nit nclouoir pai les difficulties de la t.che et
par les pcrspectivx. ni'enes les plus sombres
L'l'x.\.ose G6enral le In. Situation de ce Departenent que j'ai
I'lioilnncr de sotnmettre it \'itre Iiaute appreciation Vous per-
mettr:a rie \'iu renldr.c un compete exact de ces responsabilites
et surtout de juger. ivec quel ,njcCi de leurs devoirs, les Adniinis-
trateurs a qui Vous avez hieni voulu donner Votre confiance, ont
ermploye le- credits alliia s aun sections qu'lls dirigent et servi
les inte:rts tlu I'Pa\
DIRECTION GENERAL DES TRAVAUX PUBLICS
Ia Direction IG enrale de- Travaux Publics doit d'avoir mairi-
tenu set belles, traditions de travail. d'ordre et de discipline a sa
Iri urgnlique qui a nt pr6ciser ses attributions et fixer son statut.
.MalIrc son Bug'l rt rest-reit.- comiparativement ,A ce qu'il
Iut... -mt, I'admniistration americaine.-cette organisation n'a
pas ce-se (-e tonctaiiner a la satisfaction gen6rale, tous les roua-
ges de son inirniomlralle service pariaitement harmonises. On
dolt lui rendre cette justice d'avoir compris, apr&s 1'Haitianisa- -
tion. ,a hLaute mission et qu'elle a su converger tous ses efforts
vers. int rendement maximum.







52 E rpos& Gnerel de la .Situatron-E ercace 1932. 1933


ADMINISTRATION GENERAL
La reintegration de 3 Ingenieurs sur les quatre mis en dispo-
nibilit& a porter le personnel technique commissionn6 du Departe-
ment des Travaux Publics au nonbre de 56.
Aucun changement notable dans le cadre des technicians. spe-
cialistes et employs de tous ordres. utilis6s dans les divers tra-
vaux de construction de route, de drainage, d'irrigation et des 6di-
fices publics, saul qu'il a du etre fait appel a un certain nombre
d'ouvriers et de manielnvres. cc qui a porter i 5.234 le chiffre du
personnel employee aux Travaux Publics. soit une augmentation
de 750 sur I'annee precedentc.
Pour les besoins des routes et-du Genie Municipal, il a k6t r&a-
lise pour la Direction Generale des Travaux Publics. 58 expro-
priations. s'elevant i la lomnme de G 18.115.28 cts.
ECOLE DES SCIENCES APPLIQUEES
A\ec li promotion de Juillet 1933, le nombre des Ingenieurs
iliplomei de I'Ecole des Sciences Appliqu6es s'est eleven A 104.
La Direction Generale des Travaux Publics n'est pas rest6e
indilterente i leur igard. Elle a eu la pensee d'utiliser leurs ser-
vice dans ses dift'rents chantiers. Ils n'ont pas tous r6pondu a
son aMpel. preferant sans doute. porter ailleurs. dans I'industrie
privee. leurs activists.
Trente-cleux etudiants de lere. 2e. et 4e. annies poursuivent
regulierement leurs etudes dans cette Ecole qui a droit a toute la
so)llicitude du Gouvernement

CONTRIBUTION DES COMMUNES
La participation des Communes n'a pas 6et ce qu'elle aurait
dfi etre. en consideration des travaux qu'elles reclament le plus
souvent. I a contribution de certaines d'entre elles est bien
pauvre.
D'aupre part. la Direction Generale des Travaux Publics n'a
pas pu leur donner tout le concours qu'elle aurait desire. Et les
quelques fois que, se liant aux processes des conmunes, elle a
entrepris des travatrx pour leur compete, elle a eu toutes les peines
du monde, une fois ces travaux acheves. pour se faire rembourser
* ses advances de fonds. Ainsi, pour la construction du Pont-de-
Pierre qui a coiite environ 51.000 Gourdes, les fonds dnt ete en-
tierement tires des allocations budg6taires.
II faut esperer que le systmne de perception actuel par le ser-









Secretlarerne d Ear des TCravauA Publics 53 '


vice des Contributions, des revenues communaux--que la plupart
des Communes et non des moindres ont adopte--donnera un
ineilleur rendement et permettra desormais aux Communes de
contribuer aux Travaux Publics d'une facon moins d6risoire et
vec plus de regularite.

Le Tableau suivant done exactement la participation des
' ltnmunes:


''llle FPond, d, I Elai

< L. J.,..
Port-au-Princi ............ i 128 70;0.6S
Petion-\V ille ............... ... .


Petit-Goa ve .. ...... ..
M iragoane ..................
\nse-a-\'ea n..... ....... .
Maissadc ..........
M irebalaik ..............
Lascahobas .............
Cap-Haitien ........ ...... .
1 lot ..... ... .. .
Ouanamninthe ........... .
P ilate ....... .... .. .. .... ..
Plaisance ........ .... ...
Fort- Liberte ........ . ....
I.e Borgne.......... ..... ..
Port-Margot ....... ......
Limronade ............... ..
[.im b6 .................... ...
Quartier-M orin ......... ....
\rul-du- Nord ... .........
(de. Ri i:re dlu Nord ..
london ............... . ..
Gonaive- ............ .... ..
Saint-M arc ..... ........ .
Port-de-Paix ....................
St.-Louis du Nord...............
Pte. Riviere de I'Artihonitc.
Gros-M orne ...................
lean-Rabel.............
Baie de lieiie .........
.Fer m ie... ... .... . ..
Bombardpnhi-........
Pestel ... .. ...
lacilel ... .. ..... . ........
I .a in et . ......... . . .
C a es ... ..... . . . .. .. .
Cavaillon ............... ...
\quin .. .... .. ....
I6eoga ce ................ ... ....
\rcahai ... ......


2 700.2G


407,1:7 !
164,00
6 4,5 v
67.75

1:i 307.49





13 767.41


653.39

211.60
1.00
29' u, q 6
6.607,02
3.805,31
2 379,35
76,75




7..774.77

4.264,29
4 476,82
1 796.11
6 5 0i.00





19 1334,59


Fonds
Commanaux

Gourd ;
bii 500,I)
1.600,00
2 150.00





.1.401,20
179,00

186,07

342,10
1 000,00
226,92
249,55
900,100
255.00
279.60
50.00
30S.29


S 200,u0
. ". . .... .. .
399.80


950.00


.. .... .....
701.1111

500.00
676,94
1 931.94
63,410

7 .898,91


Toail


Gourd. i
189.200,68
1.600,00
4.850,26
407.13
164,00
64,50
S67,75

17.208,69
179.00

186,07

3f10
14 41
2?6,92
249,55
1.553.39
255,00
309,20
51,00
599,25
6.607,02
3 815,31
2.579,35
76,75

399,80


8.724,77

4.264,29
4.476.82
2.496.11
6 500,00
500,00
676,94
1.931,94
63,40

277.233,50


I





...- -- .. "


54 E.vpos; Geniral de lu Situation--E.nericce 1932-1933

Cette some de 78.898.91 represent le montant des depenses
faites par le Genie Municipal a I'aide ties fonds communaux.
24.747.70 Gourdes ont ete employees par d'autres divisions pour
des travaux de routes, points. sentiers. edifices publics etc. Ce
qui porte Ir montant total de Ia participation des cornmunes a
G 103.696.61.

TRANSACTION AVEC NOS DEUX COMPANIES
DE CHEMINS DE FER

A mon arrive an Dlepartement des Travaux Publics. les tran-
rsacticon1 rcspectivement conclues avec la Compagnie-des Chemins
de Fer de la PC.S. et avec la Compagnie Nationale des Chemins
de Fer d'Haiti etaient en voie d'ex6cution.
L'une suinmeltait a nortrt- con-eil technique Iles plans et devils
i'our la modification d .in .on track la construction d'une nouvelle
\oie ferrt-e ct olbtenanit niitre apiprobatnin I'antre reprennit sim-
p*lement son tranic
Le- formalites il'inventaire d'ui.age reg'ulierenient remiplics.
S la Compagnie de- Chemin; die Fer de la Plaine du Crul de Sac
nous remettait toult ce q'i etait rpro rie6t de I'Etat.

COMPAGNIE D'ECLAIRAGE ELECTRIQUE
DE PORT-AU-PRINCE ET DU CAP-HAITIEN

QuoilnC. ctudice et cliscntie avec inerglc par mon predecesseur
la question de modification dlu contract de la Compagnie Electrique
S des \'Vle- de ['ort-au-Princic t du Cap-Haitien etait encore pen-
'. dante
Le Negociations entrepriscs a-vec ellt. conformement atu voeu
-mis par la Chambre des Deputes dans sa resolution du 25 Sep-
temhre 1o32. n'avnient about aucun rcsultat notable, la Com-
S iagnrc restant sur ses positions, presqu'intraitable. quant aux
avant.age, 'ilie nous lui reclamions pour 1'Etat et pour leI con-
trihunbles
Nos princip.ale.- Iropositonll peuv\'en etre resumneei comnime
suit :
. RIeductio, graduellt du prix du Kilowatt pour 1'Eclairage et
S pour I'utilisation de la force morrice.
-. Extension du rseauL jusqu'a Petion-\'ille,


4,





._ o - I

Secirreirere r Etlal des TruLaur Publics 55

Installation et alimentation sans auctn frais pour 1'Etat, de
lampes stpplementaires ai Port-au-Prince. au Cap-Haitien et i
Petion-Ville;
Augmentation de l'energie Electrique des edifices publics, par-
ticulirernent du Palais National:
Installation modeme Icanalisation souterraine) des pnncipales
places publiques de Port-au-Prince. du Cap-Haitien et de Petion-
Ville.
En retour iJe ces advantages. I'Etat consentirait i la Compagnie
unt- prolongation de son contract de 1906.
Cependant. reprises. les negotiations ont ahouti i un accord,
dann; Ic ,ieni de nos sis-dites propositions satisfaisant pour
les deuL pairtie.,. iI -er:a prisenti( i In ncti-,n ldu Corps Legis-
latif.
Dans l']intrvalle. d'uine ic.on (LCinerale, la Compagnie d'Eclai-
I:. e Electrique restant tlans les terms de son contract de 1906
nornaleient fnnctionnit : P'ort-au-Princt et an Cap-Haitien.
I.v Contrle iminulitieux et t-ffectif d'e la Direction Generale des
fravaux Publics n'a guere ete neglige, tant sur la tenue et 1'ex-
i-nsion des'ligine%. sur les iimtallations noiivelles, les extinctions,
h-s accidents, que sur I'eclairage et la consomnation d'energie
S-lectrique di-s rues et des edifice, publics voire sur les franchises
,Iduanires -.ollicittee. par elle. en vertu de son contract. An Cap-
Haitien le control e-,t assure par la Garde d'Haiti.

COMPAGNIE D'ECLAIRAGE ELECTRIQUE
DE JACMEL ET DE JEREMIE
Elles out regulierement touche I'allocation mensuelle de 1.500
ciuirde., crnsentie par I'Etait (Loi du 21 septembre 1932) i titre
Ile prTt a ces deux communes et ,t nionicti nne la s satisfaction
.It no)re servicee de contr'lle.

COMPAGNIE D'ECLAIRAGE ELECTRIQUE
DES GONAIVES
Cette (oinpagnit a fonctoinne assez regulihremennt Mais les
ineliorations luc nkce.tt- st son systeme de distribution devront
-tre poursuivies.








56 E.pu:, GCindral de It, Siauatrar- E x erclcc 1932-1Q33

CENTRAL DES CAYES

Le project de creation i('une central pour la production et pour
la distribution de I'energie electrique aux Cayes. etudi6 et adopted.
sera completemecnt rtnhlis ail course du prochain exercise. au
moyen de allocation de 110.000 Gdes. y aff6rente. Commne pour
les companies de Jacmel et de IJermie. ce credit fait A la Cen-
trale des Cayvs. nest qiu'un pret a cette commune. II rest enten-
du que tout autant qu'elle n'en n'aura pas effectu6 le rembourse-
ment. la Direction Generale dtes Travanx Publics assurera la
gestion de I'entreprise

CROIX-DES-BOUQUETS

Notre appro)hation ia ee en outre, donnee au contract passe entire
M. Ed. Horelle et cette commune. pour 1'eclairage de l'H6tel de
'ille et de la place d'arines.

AUTRES VILLES

Au fur et ii measure. I'Eclairage Electrique s'etendra aux autres
villes de la R6pulu)lue L"est ainsi que la Direction Generale des
Travaux Publics a mis a I'etude des projects pour Saint-Marc,
Leogane. Petit-Goave, Miragoane et Bainet
Les valeurs depensecs pendant I'anne-e ficalle l.32-33 s'elevant
a G. 5.331.470.65.
Ellks. lproviennlent tde 'mIurcesr suivant es


Credits Budgetairc- ..............
Credit Extraordinaires ...............
Contribution des Contnunies..............
Com pte N .......... ....... .. ..... .
Divers competee rntreprises)..............
Competes Monuments historiques........
C om ptes 5 c . ....... ............ ..........
C oniptes 15' ............. ... ....... ... .
D)-penll'. pour let? fonds rembourss .

R6parrition
Dtpartmtee nt Ouest ......... .. .....
Department Nord ................... .. .
Department Artibonite ct N/O ......
I)O parlemen t Sud. . .. ..............
D district Jerem ie ............... .....
Il-trict lacm el.. ................ .... ..


Gourdes
3.932.372,21
1.095.897,84
103.696,61
30 339,71
39.751.40
53.049,55
14.574,69
20.440,82
31.347,85

5.331.470.65

3.863.640..31
557.112.54
384.920,25
236.367,04
115.400,1
17 4.030,46

5 331 470,65








Secretairertz d'E al des TraLjau( Public' 57

GENIE MUNICIPAL

RUES-PARCS-JARDINS PUBLICS ET DRAINS

Les travaux de construction, d'am6lioration et d'entretien ont
iiece.ssit tiles d6penses q.vii se chilfrent na total de G. 277.233.50
ciniprienant la participation de l'Etat soit G. 198.334.60 et cells
.le- C',ouniii-es G 78.898.91.
Ne6aiimi ins. les place.; piulliques et Ic. rues de routes les villes
dle la Riepbli(qie ur t ete reparees et ainmliorees. Port-au-Prince
\ ient piur la pinlu grande part soit G 189.200.68 la contribution
Ide cett commune ne -'eleve qu'A G. 60.500.68).
A Port-au-Prince. 55.176 metres carries de travaux de ter-
rassemclnt soit n11 de'-eloppel) eniit de 8kmn" sur 7 metres de lar-
-eur.
Replaration de chausse,-.e asphaltees et chausises btonnies:
respectivement 29 15 km' et 332 mn'.
Reveteinent d'asphlalhe 1 073 m'.
Rcvttemenit de macadam 532 m'.
Consltructiron (1d'n1 nmur de lictii le long du wharf eintre Te
Bureauii du port et le ,nuai
Agradi.liseenut de I'Entree du Bois-V\erna I Avenue Lamarti-
iliere) par I'acquisition d'une parties de la propriety Clavier.
Petit-Goive.-Relparation de toute, les rues; rev\tement de
-ravier a la rue Repuhlicainlt particulierement.
A Miragoine.-Replarationll de. riue, (lii el-.\ir et de la nou-
velle Cite.
A Mirebalais.-.-\iu ruesi Coniille et du Bac: 4.560 m' de chaus-
,ee en nacadami.
A Milot.-400 metre,; hicieare, de macadam a la rue conduisant
In Clhapelle Ruyvale
A Dondon.-Macadanisation de la Grand'Rue
A Pilate.-Emplerremelnt du Mlarch6.
Terrier Rouge.-MaIcadamisation de la Grand'Rue: 600 metres
li ieai e-i
Gonaives.-.Ax dattes, a la rue Louverture et a la rue de la
I.ilterte 10000 mn- de revetement de gravier.






".Ti

i



?:,.


F .

























I-'
.. .,



S r - *
'1, ,"




".; .
ir









-'




























* ..: : .


8 F'

Saint-Mal
Port-de-P
Petite Ri
chauss6es e
Aux Cay
meant de la
I'Islet.
Aquin.-
Jacmel.-
la Gosseline
la Petite 13
J6r6mie.-
8.000 mi


DRAINS. BORDURES ET CANIVEAUX


Port-au-Prince. Lonstructoni de 2 300 hlitres lineatres de-
bordures et canivtiea, dans, diff6rente., rues et aux places Dessa-
lines et 'l'usaiiit-l.ou.ive-rtuire. Autour de I'H6tel de 'ille 420 mn
II- a et egaleient etabli dans diff6rentes rues. dans la cour du
Dpo6t des routes. et a I'Ecole Militaire des drains de 15 a 3t.
pouces sir uine longueur total de 558 rn.
Reconstruction en bieet.on sur tine Iongueur de 115ni du Canal
qui pas,,e devant le Cimetiere
Reprise du course sinuetx de la Riviere du Boi, de Chene et
suppression des courses Le nouveau trace de cette riviere relief
en ligne droite It point du Cimetiere et celui de la Rue de I'Egalite
Ce travail qui a n nces.site Un dehlai te 3 200 mn1 t 83 nm de mim
de barrage. met de.,irmnais notre cimeticre a I'abri des ionda-
tions
Ecole Volmar Laporte. Burdure.s et caniveaux en Beton siur
110 meltres Imealires
A Leogane.-Hordure- et caniveaux en Beton; 423 m lin6aire%
a la Rue la Croix
Cap-Haitien. Bordures et caniveaux : 474 nmtres lineaires et
un pout cil beton de. 6 nmtres de portee sur la Ravine Belle
Hotesse


nosee Ginual de la Siruation-Exercrce 1932-19 3

rc.--Amelioration des Rues sur 7.000 mn.
'aix.-1 500 mrtres lineaires de chauss6es am6liores.
vibre de 1'Artibonite.--Construction de 2.000 m" de
t reparation de 4.000 m2.
es.-R6paration des rues sur 20.000 inm. Prolonge-
rue des 3 Freres Rigaud jusqu'a I'emboichure de


Reparation de 321 metres lineaires de rues.
*Amlioration de la chauss6e sur I km. au portail de
. 3.000 metres aUx Raquettes. a la Rue des Cayes et A
atterie
-Dhn-i.senient de la ville et rev&tement des rues sur







Secr&lutferie d'Etat des Travaur Publcs. 59 '9

Reparation effective de 41 ponceaux. :
Borgne.-2.300 m. cubes de deblai pour driver la Riviere-
1.500 m3 de remblai pour la construction d'une digue. .
Quartier-Morin.- Un drain de 450 -mtres le long du Cime-
tiere
Port-Margot.- Drain de 250 metres de longueur.
Limb6.-Protection centre les inondations: reconstruction
sur 150 mntres de long sur 2 de large de la digue du Lev6 Lindot.
Gonaives.-Construction et reparation de ponceaux.
Petit-Goive.-Construction de 380 metres de bordure et de
cani'eaux et de six ponceaux en beton.
Pktion-Ville. Construction de 5 ponceaux en beton de 18 et
24 poiuces de diaxpetre.
St.-Marc.-Construction d'un nouveau point en nmaonnerie.
en lieu et place du pont de pierre eniporte.
Port-de-Paix.-Construction de 2 digues de 40 m. de larger.
Reconstruction des tabliers de 2 ponceaux et cu pont Madame
Renal.--Le lit de la riviere a te6 creuse sur 1 km 500 et les berges
5largies sur 82 metre.
Pte. Riviere de l'Artibonite.- Amnlioration des canaux de
rlrainage sur 1.600 nmtres lineaires.
Cayes. Travaux de drainage i Dexea et a Vernet.
Jacmel.- Travaux de drainage sur 120 metres.
Bainet. Bordures et caniveaux sur 487 nmtres lineaires.
Jer6mie.-Constructions di\'erses don't 400 m. lineaires de ca-
naux'et 68 m. de drain de 18 pouces.
Ce service des Rlue,. parc-s. drains er jardins publics a egale-
Sient etlectuC cluelilues tra.aux. pour les particuliers ani moyen ::
tle leurs propre, fonds
Port-au-Prince.- Station du Pan-Am-Airwavs Canal en be-
Stun.
Residence du Nonce .Apotolique- Drainage et asphaltage
de la court.
Residence dtu Ministre .mericain: bordure. terrassement et
asphaltage dans la court,



S. .








60 E.tpose Gvneral de la Situation-Exercice 1932-1933

Ecole Militaire.- Asphaltage de l'entree du batiment sur 129
metres construction d'un trottoir drain en b6ton.


Cap-Haitien. Pour divers particuliel
et caniveaux --70 metres de trottoir en

PARCS ET JARDINS P

La Terrasse. la restauration de c
S meure parmi les belles r6alisations a
Gieie Municipal Agrement6e d'un pai
h' aussent quatre lampadaires electriqucs.
petct tres seduisant Ce qui. malheuret
,- vret6 de la place de la Cath6drale don't
S quelue peu couverte a I'avenant.
Le, iimportants travaux etffectues
276 m' de macadam. 3.271 in' d'asphalte
tuonne. -4)0 metres lineaire, 'le hordure
mlent de terre de 300 n'
Aussitot son aclievecment. la I'errass
ceremonies religleuses auxquelles ,e joid
S la Republique

PLACE SAINTE-ANNE ET PLACE D

L' petit square de la Place Ste-Anne
bres tqui le deparaienit. est certes moinm
Place de l'Ind6pendance. oil se trouve le
grand aiictres et. par ce fair. entourei
culiere. Mais. il n'est pas moins vrai que
place Stc-Anne ne laisse rien a d6sirer;
S l'int6ressant quarter du Morne-a-Tuf.

PLACE DE LA CATHE
; PLACE LOUVERTURE ET PLI

Elle i ne sont pas encore amenagees
elles out te6 l'objet des soins constants
GEie Municipal. don't le budget, pour le
S face a de multiples autres obligations.


i' .. .


rs: 90 metres de bordures
beton.


UBLICS


:e souvenir colonial de-
Port-au-Prince. de notre
rterre verdoyant que re-
la Terrasse offre un as-
isenent, nontre la pau-
la nudite demand a etre


la Terrasse out exige
. 149 m' de chliusse.b&
eni beton et un mouve-


e int coinsacree par des
g-nit le Gouvernement de



E L'INDEPENDANCE


de
luP

mia
e d

il



DR
ICE

coi
. d
i1mo


'barrassc des gross ar-
xueux que celfi de la
usolee de deux de nos
'lne sollicitude parti-
tenue dt square de la
demeure la parure de



ALE
G EFFRARD

nme 11 convent, inais
ans leur entretien. du
ins precaire. doit faire





....






.. .. . ,, : . i \ j.

Secretoirerr d Eror des TrV'au.Y Public, 61'

ESPLANADE DU QUAl

Cette belle promenade qui n'attend qu'un filet de lumiere chaque
soir, a etC enjolivee par des massifs de croutons (cretonnes) des
pelouse.< et une rangee de palniers et de flarhboyants.

JARDINS DE L'HOTEL DE VILLE
L'apport de niou\eau. crotons (cretonnel fait aux jardins de
I'H6tel dt ville a contrilhue ~ leur embellissement.

PLACE DESSALINES

Le bosquet de la Pergola a chaque jour. un dessin plus accen-
ium. Ce sera le com In plu., charmant ldu Champ-de-Mars si on
en croit lea promaIe-:,e drI verdure et de fleurs qu'orTrent les ar-
bjstes varies riont il est ;rse-;me et les i'iougainvilleas rouges qui
'aiccrochent ileja an treillage
D)an, I 'en.eimle iour nui place publlques. nos jardins et
nos parcs-des c'etortl. ,nt ete tents par notre genie municipal,
a.lin d'otfrir ti la population de, lieux rie rendez-vous et de passe-
temps plaisants.
Sans dr(,utc ce (ue nli'i, a;ivuns nest pas encore prs tie la per-
fection, nu.dnublle pIinit le vrue materiel et esthetique. Les pares
at les jardin, pu)lilijlc- n'rint jamais kte reussis du premier coup.
C'est par de-, essats succcssifs que I'urhaniste avise arrive a
proluire un lheau de.sujdlre et :'t creer quelIne chose de definitif
'Iui appelle 'ndmiratioln.'
Dans les autres villes 'le la nRpublique des ameliorations sen-
ib)les ont ete apportee.- aux places et jardins publics. Leur en-
tretieii n done ps ;ete negligd.
.A Bainet. uii project de place publique est sur le point d'etre
idopte 11 sera amennage en prolongemnent du march. Les tra-
vaux die mur rle sourienemenr ,nt t et poursulvis sur 25 metres.

ROUTES, POINTS ET SENTIERS

Nos routes. points et sentiers unt ete rudenent 6prouves at
courses de i'nnee passee. mai bien moindrement cependant.
ains V'ensemble. qu'aaux annees precedentes, par la frequence




... .. ... .. ..,.
: ; ~~~ ~~~~~~~ ~~~~~................. ..- =:. ;' o...~..i....... .................,....












: et les communications renidues difficiles voire impossible.
D'Octobre 1932 i Septembre 33. la division des routes promeria
sees activities un peu partout dans l'Ouest, dans le Nord, dans,!e
.. ; .Nord-Ouest et dans le Sud, reparant les degats, retablissant les
communications avec le meme souci vigilant qu'il n'a cesse d'ap-
Sii' porter a I'entretien effectif de notre reseau routier.
i. Cependant, quelqu'aient ete les d6gats causes par les 616ments,
,'.interruption de la circulation n'a presque jamais depasse 48
". heures, sauf dans le Departement du Nurd, en Janvier 1933 oif
,..par suite de pluies incessantes. le traffic entire le Trou et Fort-
SLibert6 resta suspend pendant 10 jour;. C'est la plus longue
duree enregistree.
S.Pour nos pouts, le seul dommage important a signaler a ete
i:.' l'effondrement de la trav6e Nord cdu Pont du Fer-a-Cheval. La
L communication entire Port-au-Prince et Las-Cahobas n'eut i su-
h;;.- 'bir aucun changement de ce faith. un gue provisoire avant ett
Sii tabli dans le lit de la Niviere.
L'entretien normal et re'gulier dti nos routes, points et sentiers
IA :"h'a-guere ete affect. II s'est poursuivi parallclement aux tra-
'aux indispensables et permanent d'ameliorations: "(drainage,
enipierrement, revetement de gravier.. elargissement. rectifica-
.- tion, terrassement et nivelement, courage des fosses etc.), assez
important pour meriter cl'etre signals ici.

DEPARTMENT DE L'ARTIBONITE ET NORD-OUEST
: ..Route de Port-de-Paix a 1'Anse & Foleur

Drainee sur une longueur de 5 km. et empierree sur 2 km.
Entre Gonaives'et Port-de-Paix.-Empierrement sur 2 km. 50.
SRoute de St.-Michel. 1.500 m. tie revetement.
.. dAu Puilboreau.-8 kn. de revetement de gravier et 600- im.
de canaux refouilles.
.'. A Pasco pris d'Ennery.- Coupure de 6 in. de hauteur sur une
'":"distance de 40 metres pour 1'elargissement de la route Asile Ca-
i:.... vaillon.



...M. ..,.,. ,.,:, ],










nuuvo tULnita nA;lCiuIAyit LclItALg. IXCLL" ilL tLU -"lJ IlpUILIl e:. 1
pour inettre Ie terrassement a l'abri des crues de la rivibre-forage.:.r :
3.100 rn' de deblai pratiques etc.
Au Sud des Gonaives A Bourbier.-12 kin. de routes endom-';':
magees par les pluie_, dragues et niveles Construction d'un...i
terrassement de 1.325 ml representant 530 metres de longueur.' ..
Section Dessalines-Segur.-Revteieent sur 4 kin. 5 2 kin. de
-canaux retouill s. ... ....1'
'PrBs de St.-Marc. 1.100 mtres lineaire- de routes reformees; ,
remblai de 500 mn centre I'action ile. enux Digues de I m.' a.-,
1 m. 50 sur un parcours de I km. 500.
Route de St.-Michel a Riviere Canot vers Maissade.- Les tra- ,:.
vaux de reiparationl1, s'ettnldct sur un ]pacours de 30 km. *

Z
DEPARTMENT DU NORD

Placemeni de 500 'drains ein I'tlun de 18 pouces de diamietre .:
27 au Puilljurt-a. aun BeIlret, '1 entire le LimnbD et Camp-le- .
Coq. 6 entre le ILimlbe e le Cap.
Nouveau pinit sur le Bois de Chcne-de-lor; construction d'une,..-
variante sur unic I,,ngueur de 21 ni. 500. lnemblai de 3.50 de haut
an-dessu-. d'(ti drawn de .36 poticec, places suir cette variant.
Soutenmniciirtt lic j rrr )" I ili IftCia iiii ie. c.I.


DEPARTMENT DE L'OUEST

Route de Port-au-Prince-Leogane. Et'tli'-seenit de variant .
sur line elipris ,ee 25 metres de larger. Construction. dans ce
.seu die 3 lni &i, i, te '..'...
Miragoane-Petit Trou de Nippes.- 100 mni de gravier repan-
dus entire le pot Baconnoir ct Petit-rrou.
Entre Bon Repos et Beudet.-400 i' lie gravier utilises.
Entre Port-au-Prince-Arcahaie-Montrouis.-EnEmpierrement de :'
plitsieur' sectiniil.
Petion-Ville.- .\-slh:l!tage rilge trIJl0nQon die luute stir kmn de
loinggtetr.
. Route Croix-des-Bouquets, Ganthier, Fond Parisien.- Sur iun '


--n,
.. . .. :-.::,~t





r4.:'' P *. F


64 Expos G6indral de to Srtuanuon--Exercice 1932-1933

'; parcours de 45 kmetres, chaussees 6largies, fossis cures et erm-
Spierrement des sections de terre naturelle.

DEPARTMENT DU SUD

Travatx d'l1argissement. d'empierrement et de revetement, a
.':.Route Caves-RiviPre-Glace et Sentiers Bonnefin-Baradbres et
Vieux Bourg Asile-Cavaillon.
S. Ravine Mi-Temps.-Remblai de' 200m3 de 1 m. 50 de haut sur
S8 n. de large an dessus de 3 ranges de drains de 24 pouces de
i:,.. diamtre pour I'ecnulement des eaux pluviales.
La. Route Marfranc-Moron Chambellan.-Elargissement et
empierrement.
SPoursuivant le programme adtopte pour l'extension de notre
reseau routier. la Direction Generale des Travaux Publics a en-
: trepris des constrictions suivantes
Routes Kenscoff-Robin-Morne la Selle-Route Fland6-Savan-
.nette.-Les travaux ont dii etre suspendus par fate de dispo-
y r:; ...,' nibilitCs
La route national Port-au-Prince-St.-Marc a modifier res-
;:. pecrivement dans les Sections Lafitteau-Caharet (12 kin.): Vi-
..;" 'gne-Williamson 12 kim.I: cinq kilometres ont ete completement
acheves.
Route Fonds Verrette-Saltrou.-Elle aura 26 km.: 20 km.
acheves.
Route Hinche-Pignon.- Cinq km. ont ete acheves.
SRoute Diga-Mignon. Completement acheve% 5 km. de long.
Route Corail.- 10 km. de longueur.
Route Carrefour Joute-St.-Jean du Sud.-8 km. acheves.
-.. Route Trouin Bainet-Jacmel.- Elle aura 64 km. de parcours.
Route Fonds Verrette-Saltrou.- Elle aura. 72 km, 31km 5
: acheves.
S Route Carrefour Charles-Corail.- 12 kin.: 6 kin..acheves.
':::*... Ces nouvelles constructions mettent notre r6seau a 1.943. 1 km.
": de routes de toutes categories. soit environ 82 km. en plus sur
I. exercise 31-32.


'm.:z.. "
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~~~~s .-"i'". ', .. ; f.," ""' '' :="" ,,'k: ,,








Secrlrairprte d'Eitt des. Trauaux Publics ". 6 '

Ponts-Ponceaux.-)es travaux d'am6lioration, de consolida-,
iotis et de reparations ont ete effectues. apres I'inspection gene-' .
rale. a tous les points et ponceaux.
Milot. Un nouveau pont de 5 m. 50 de port6e avec tablier en
beton arnm et parapet en briques a iet construit a Milot (Nord).
St. Mare.-Le pont colonial en maqonnerie dit Pont Pierre ..
emporte par une crue a ete replace par un pont en beton arme :
de 41 pieds de purtee bur culees en maconnerie.
Petite Rivibre de l'Artibonite. Construction d'un bac de 9 m. :.
de long sur 4 de large pour la Commune de la Petite-Riviere de :,
I'Artibonite.
Le tableau suivant rend un compete precis de la provenance des:,,-
fonds alloues a a Division des routes. des valeurs'd6pensees par
Deparrement et selon la nature des Travaux.

Provenance des Fonds:
Gourdes
Compete d'entreprist.... ... ... .......... 1.891,65
Credits Budgetaires....... ................... 900.908,42
Credits Extraordinaires ............... 219.1964,00

1.121.996,07
R6partition des Ddpenses:
DI partnie iim du bud .... ............. 144.655,13
Departermeit du Nord.................... 136.776,10
Departement Artibonite et Nord-Ouest 150.492,84 .,
Departenieit d< 1'Ouest. ................ 562.455,11
Destination:
District de ieremie.... .... .. ............. 44.976,33
district dr Jacmel. .............. ..... S2.640,56

1.121.996.07
Routes et Sentiers:
Entre ie ..... .. ........ . ... .. ... ........ 401.850,54
.Am lioration et reparatioIn.............. 253.227,92
Nouvellis constructions ................... 281.552,43

NATURE DES TRAVAUX t:'
Points:
Eutretien ......... ..... ................ 24.673,75
.kAm liorations et reparations .... ...... 6.855,56 ..
Nouvelles constructions .................. 39.941,35.
Administration et fonctionnement ...... 62.856,02
Etude des routes: depenses gendrales 51 038,50

1.121.996,07


* -. '^'* '~ i* .' "" .. ". "j : ".^1,4"'y^ -* &k. "..4: 1'A 'iff" ,-,,,i Mew'.
:,1 ". ' . ^ " ", ,'. :. "" : -: ..L.. :.. '- "
". .? ,, :; : "'. ",.' ',.'. : : .'._ k .; :" ,% ? :'A.',. ',L", ::. ".,' "'* '....:e, . :, J l:,ee .: '











SSbKVIUBjc naX UKAUJALyUfO -

Non'rliff6rents -ssteme- hydraulirlues out ete I'objet de soins
i et d'inspectio permanent et n'ont, de ce fait. subi aucune de
: preciation notable, au cnurs tie I'exercice passe. De nombreux
i : travanu d'amelinration ct de reparation en ont assure Le fonction-
T nement. TI v lieu d'eni n1otr les plus important, notamnent a;
Port-au-Prince:
Culnstructioi u *1)110!1 Nt. .2 d: Il it(tiilli.
"' Reparatton du I'aqueduc dc I)iquini suir ule loigueur d 7 mn.
Reparatil' iliL la Chanbre di ca taC' &e I'L SourL I. L leelrc, en-
d,. (Imniagec par la rhutl e c'uin arlrer
-- Surelevinieii& de I'aquduc (Ic Plai-.al ce
Pose iA I'.Avoue Iiohii [;Browi lenviron 2.1'0) piedc di tu:.-aiux de
i! 2 pouces de diametre'.
\ la Rue Latcur D)uclieilc 114 11 d de 2-.] er .I pouces).
'' C i tr -ti-11111n de liiin. c..oi: daircs i I'Av.\ nut .hol BPrown.
P-- Pl.t. de 1 800 pIed- dle tuau\ dti .1 l Ru. Iu Mnller. Pose a
I '.Avenui Dc.f al ei': de '3.020 pii.ds linctairt:-s de tu:,'a.:x de 1" I,':
-;"i la iprtn ier,: A'tinue de P.ol.o-,i t'iimllt .Ic c 100 pi rds& d rt tranclhet
:.' ti pos,: dk 6;'0 6 p trl-, dil tt 'y t ld.. .1" ,r 411 pi.-' ,le I,'" I 'Avc-
inue [laiartiitc-re
P6tion Ville.- I)e Inoml.iretit',e amelio ration et des reparations
ia:, ont ele t. ffectues tant anx riitrct- de la I es ., ; le s tie. ( la cite.
Tn ces travau\x cOnI1tittuenlt une parties dlu programme adopt('
l::. et ;i realicer pinir nti reseatn Ii drauliquie parfait a Port-au-
Prince.
,:.L"'' 'ex. cutiotli a\ait ere entrelirise au court, de l'exercice 31-32.
5<.... Petit-Goave-Anse-A-Veau. )ans cts 2 villes. le Service hy-
t.. drailiqiIe n'a rien laiss it d4lsirer Son fonctionnenent a ete nor-
nal et rcgulier.
Miragoine.- II n'en et pa-s de meme pour Miragoane don't le
systemne est defectueux. Pour v remdirer. unl project de captage
d'une source d'eau potable a ete aIdolpte. C'e reseau sera coimp!Mt
ai:.. Ia0" la Io poe e 00 pi-d., de tuyVaii gal'vaises.
Gonaives et St,-Marc. Flinctiiifitement satisfaisant Aux Go-
naives, de grandes amelioratiuns ont etc ai)porteic an sytetme
i de distribution 1.600 metres lineaires de tuyaux de la conduit
principal, ont ete replaces: pose de 180 in. lineaires de tuyaux
; secondaires de ', et 4 de pouce. Les conpartinients du reser-









.drtria erre ~ Clr rt Ua J r uuA rUuluLa ur :.'l

voir inspects et vides; les chambres de ,captage et les tuyau:x."
destines aux abonnes ont ete nettoyes. Tout gaspillage est-deso"r-
mais arrete et la pression dans les conduites plus levee.
St.-Marc. II ;a et posi -41 mietres linaires'de tuyaux de
,/-3/4-1 et 'V, pouces. La toiture du Reservoir de Charette, ef-
fondree. a ete reinplacee par un autre en beton armed. Par suite de '
ces reparatif'n-;. In chainlre de capltag.U avait di etre mise en con-
tact direct ave: l;i vilic, et. pour eviter tout arret dans la distri-
buItion, les inspections ont ete frequentes.
Port-de-Paix. -II l 'c.:i.cte pas encore de systeme hydraul'Lie"
pour le public. Un puits a i't fore nur la place d'armes poi r le
service de la pou)Lilation )De, installations privees fonctionnent .'.
avec satisfaction i I'H,-lpital. a l'Ecole des freres et dans let bu-
reaux de la Garde
Cayes.-U tielques Ietits tra\aux de nettoyage au reseau de
distribution de GIal'ionl unt ete seulem'ent effectueL. L'U!sm hv'. .
.raulique a fonctionne parfaitement.
Dansi les :iutres villes du I)epartement du Sud le systelme hy-i
draulique est con titul par I.e; pompes qu n ont necessit- de fre
quentes reparations par le manque de soins des usage:-;.
Jacmel.- II 1et6 effectuC dces ravaix d'amelioration I la
Source Cresson et aix Clhamires de captage: queueues tuyaux o t
ete remplacds Pour la complete epuration des eaux putabAfes. ii
luite principal.
J6remie. RIparatitin (te la tc ture du reservoir.
Pestel. La construction li'une citerne pour cette ville se pour-
suit activement.
T61egraphes, T6elphones. Radio. L'ensemble des dpeus.es
S inecessities pour le fonctionrnieent et I'entretien des Reseaux
Tl6egraphiques et T6lephoniques ;e chiffre a Gdes. 449.54303
provenant des sources suivantes:


Credits; Budcet
Remboursfnienti
Conipte X........
Complex d'entrel


Gourdes
aire .. .. ... 4 39.6 1 3.45
.. ..... . ........ S.30 7.S5
.. . .... ....... .. 1.2 9 2,3 5
prise ... ... ... ..... 329,40

449 543.05









68 ExposJ Genkral de lu Situanton-Exercice 1932-193-

Par contre, les recettes commercials se sont levees a Gdes.
477.577.15. ainsi reparties
Gourdes
Telegrarrvnts ....... .... .. 73.854,10
All America Cables ........... .. ... 7.749,15
R. C A Communications ... 2 616.15
Naval Communication; service .. 1.309.00
'Telephone. .. .. :392.04S.85

477.577.15

La comparaison de.. recettes commercials, soit gdes 477.577.15
et des depenses faites avec les fonds de I'Etat soit Gdes 447.921.30
montre que les premieres depassent le- seconds de G. 29.655.55.
soit 6%c. Ainsi avec se,, recettes conimerciales. le Service des
Telegraphes et Telephone- et Radio a pt couvrir routes ses de-
penses. Et. en plus de cet excedent de 6-6,; qu'il verse au Tresor
Public, le Service assure a I'Etat tout Ie traffic officiel don't I'im-
portance represent les 2'3 du traffic curnimercial.
D'une inaniere general les Recettes commercials ont accuse
pour I'annee fiscal 1932-33 une 6legre augmentation sur 1'exer-
cice anterieur le nombre des abonn6s s'etant eleve A 1.503. soit
dans une proportion de 1.5%.

REPARATIONS ET CONSTRUCTIONS NOUVELLES

Inevitablement. ides reparations ont dfi etre faites au reseau.
En majeure parties, elles ont consiste dans le replacement des
poteaux en bois sur presque toutes les lignes. Des essais de po-
teaux en beton arnn. sur la line Croix des Bouquets-Pont-Beu-
det. ont ete concluants Le systemie a cause du prix comparati-
vement reduit ienviron Gdes. 15,00 par poteau en beton) devrait
etre etudie a fond, pour une application plus etendue, les po-
teaux en bois etant d'une dtiree moindre
La creation des trois nouvelles agencies de Fond-Parisiens,
Fonds Verrettes et la Victoire et la transformation de 1'Agence
de Kenscoff en post telegraphique ont port le reseau A 46 postes
.et 62 agencies (celles-ci sonk places sous la direction de la Garde
d'Haiti).
La construction des lines de Dondon-St.-Raphael-Ganthier-








Secr tlairerr d Ela des TraL'aux Publics 69

Fond Parisien et Fonds Verrettes-Pignon-La Victoire, celle de la
ligne t6lephonique pres de Saltrou, donne au r6seau une longueur
totale de 2.109 kmin
Des travaux ont ete faits i Jacmel. pour parfaire I'installation
du Central Automatique Le montage execute par le personnel
du Service. n'a coit6 quc Gdes 925.00 de gratifications. ce qui
constitute un benefice de pres de Gdes 6.000.00 sur le devis pre-
sente par la nianufacture. pour le cas oil elle aurait eu a le faireS,.
Seize appareils ayant kte installs a Jacniel, le chiffre des t61i-
phones connects au nouveau reseau se trouve porter a 75.
L'ancienne batterie du Central A.utomatique de Port-au-Prince..
a etc replace. Et le grand nombre des communications a longue
distance a nccessite, ain de r6duire les delais de r6ponse, I'ins-
rallation d'un switchboard i deux p.iitions.
A In Station HHK. on a procede au renouvellement, apres
,ept annees de service. de la battcrie de .350 volts. qui alimente les
plaques des lampes des ampliticateurs.
Des switchboards i une position, ont ete installs a Jacmel.
Miraguane, Leogaine. Hinche et a la Croix des Bouquets.

COMPTES X

L'admmistration G(nerale des Contributions. afin.de faciliter
,es communications avec ses agents, a fait installer a ses frais
tle coit des telephones except) lun telephone au Bureau des Con-
tributions de 22 villes ditffrentes. De plus. un cabinet tleipho-
nique a ete installed au Bureau principal.

CENTRAL AUTOMATIQUE DE PORT-AU-PRINCE

Le system automatique b6n6ficie, de plus en plus, de la faveur
du public, mais I'insuUfisance de lines disponibles a empech6 tout..
I'accroissement qu'll ciu 6 ete p sS I-SlL cl'ilttenir, du noinbre des 4
aboniis. Environ une vingtaine de demands ne peut etre satis-
faite. Cette situation fait perdre a I'Etat plusieurs milliers de
gourdes, chaque annee.
D'autre part, la iioyenie des communications par jour, qui est
estimee i 18.5%c rend les croisements trop frequents. II serait
utile d'augmenter pour la facility des conversations, la capatit6
Ju Central ou de transformer I'6quipement des groups.











AU CAP-HAITIEN

Aucue construction nouvLelle n'a ete faite.
Le nonibre des abonnes a subi, du fait de la crise economique,
i:;~:tune reduction qui e chiffre a onze: mais, compare a celle don't
:.out ete affects les reseaux similaires A I'Etranger, cette reduc-
': tion nest pas alarnante
.Cependant. It nombre de, appeals a ete de 444.817 centre
.:'420.000 pour I'exercice precedent.

SERVICES DES TELEPHONES AUTOMATIQUES DE JACMEL
;.".'... . -
'Sep)tnibre 1932, mai., l'inauguration lii a pu avoir lieu que Ic 9
SOctobre suvant.
Du Icr Octobre an 30. It nimuilire 'its ablInese est passe de 30
S- 41. ce qui montre la ta\veur du public pour Ie system auto-
'n matique.

i, RADIO

R : La Station H.H.K.. ne Ieneticiant d'aucune allocation special.
Sa-ete oblige de se tenir a une radiodiffusion par semaine. Toute-
fois elle fait des efforts appreciables pour la propaganda du tou-
i; risme haitien et la divulgation de notre musique
S Les seules resources commercials de la station ont 6et four-
n;. ies par la radiodiffusion des tirages de la Loterie Nationale;
y:. est-ce pourquoi. dans le but de les augmenter, la D. G. T. P. a
e-eutrepris des pourparlers avec une society de publicity, en vue
i'...d'obtenir ses r6clames comnmerciales.- ce qui permettrait de de-
:: charger le service dea T6elgraphes des depenses de la station, et
mnettrait. de plus. cette derniere en measure d'arn6liorer son 6qui-
4'... pement et de payer ses artistes

4 EDIFICES PUBLICS
Les edifices publics ont ete l'objet des soins attentifs de la Di-
''rection' Genrale des fravaux Publics. De nombreux et impor-
': tants travaux de construction. de transformation et d'ameliora-
A;. : ll. nt etc effectues par le service competent, avec le ineme souci
,:!'.'d'en assurer la dur6e.

-:,: .. '
1 j . A : *. .. .; .*: .. *


U.*-** f -.* *;: ;* ;*..* ; ;*. :,.**. **. *" .;- .











SERVICE DE L'ETAT
Port-au-Prince.

Palais LUgislatif. La facade du bitiment, la salle des seances: 'R
et la tribune ont ete remis a neuf. L'office du President de la :
Chambre ainsi que la salle du Personnel et celle destined aux.'.-i
archivess agrandis par des travaux en maqonnerie.
Depattement de la Justice.-- Le minur et la boiserie ont et:'
repris et repeints.
.*;'.,. A i
Cathddrale. Certains travaux urgents de preservation y out
* te effectues.
Pr6fecture.- rravaux de reparation aux planchers et a la
boiserie.
Verrettes.--Construction de I'Hotcl de 'ille.
Ce batiinent qui.a une superficie de n50 m2 a ete amenage pour ;::.
recevoir les hureaux de l'A.dministration Coinunale. ceux
d'autres services publics et des Ecoles nationals.
Petite Riviire de I'Artibonite. Restauration et achievement .i
du Palais dit des 365 portes. don't les premiers travaux de cons-
truction datent du Roi Henri Christophe (1813). C'est un magni- '
lique bitiment de 1.400 m2 de superficie, oil sont logs les bureau
de I'Administration Communale, du service des Contributions,
du Service d'Hygiene. le Tribunal de Paix et des 6coles natio-
nales.
Milot.-Restauration complete dc la Chapelle Royale. Elle
a reclanm des soins particuliers et des travaux en raison mime
de son, style antique- tres delicats, qui ont te6 mends a bonne
fin. Is m6ritent. pour la rarete du cas. d'etre mentionn6s ici:

-- Mur de pourtour 1 0m' i e mtci,,:,,Lierit
ceinture de couirojiiiencllt 24 rin de beton armed .e
Lattis dc couvcrture ciuc,:he di. ieuille naturee d'amiante bur
laquellc 40.000 ardoi~4- out -ter posecs.
Croix de la couple 2 m 4011 d hauteur.
Plafond Feuillc de ZInIL.
Plancher BEtonnace colored rappelant les carreaux de 1'epoque.

Pour la restauration de I'autel, il a ete employee le marbrfe' .
I'Epoque qui a pu etre retrouve.
.

.... . .. *








S72 Expoie Geniral idela Stuarnon-Exerir ce 1932-i193

La Sacristie a ete egalement reconstitute.
L: e 15 Octobre 1933, le Gouvernement de la Republique a faith
solennellemeit reimise de cette chapelle au Culte.
Citadelle Henri.- La Citadelle Henri est aujourd'hui 6ourvue
Sd'un paratonnerre.

SERVICE DE LA GARDE D'HAITI

.i' D'iinportants travaux de reparation et d'amelioration ont ete
effectuC. a I'Hu16ital et la ctuiine du Pl6nitencier National: Nou-
l'i 'vellc installation de dlI-,uches et de fourneaux modernes confor-
tables, hygieniques rt economiques.
: A ]'Ecole Militaire.--.Amlioratlon du syst&ne de drainage
souterrain et consolidation des murs du batiment.- Btonnage
du pourtour sur une largeur de ni 50 et asphaltage d'une parties
de la Cour.
Au Bureau de la Police.- Reparation de I'installation hygie-
S ique et de I'escalier principal.

SERVICE NATIONAL D'HYGIENE PUBLIQUE

R.. paration et amedhoration a 'Ecole de Medecine et au March&
. Salomon ( Port-au-Prince). a I'Hopital de Petit-Goave et au Cap-
.. Haitien. a I'Hopital Justinien, au dispensaire de la Croix Rouge,
au laboratoire. aux salle d'isolement. d'operation et aux sales
S privees.

S SERVICE DE L'ENSEIGNEMENI PROFESSIONNEL

A Port-au-Prince. -A 1'Ecole Industrielle de I'Avenue Dessa-
lines: management d'une cantine pour les pupilles de la Saline
et d'un appartement pour la Directrice de I'ceuvre Installation
de plomberie.
Aux Cayes.- Transformation de I'ancien th6etre du Sacre-
Cceur en Ecole industrielle travaux d'amelioration et d'amena-
gement complete.
A Jacmel. aux Gonaives, a St-Marc. travaux d'arielioration et
-At reparation. Construction d'un bassin et travaux de drainage a "
St.-Marc.
,i . ,


. ..i :,.... j. .
W :.ai, ,.. ' '..'7 ', .".:. : :.- .* :' ,'..,:. .' : :S i .










A Hinche.- Reconstruction de la maqonnerie au batiment dii-,".':"
regisseur a la ferme de papaille, Travail non entierement acheve.
SERVICE DU CONSEILLER FINANCIER-RECEVEUR GENERAL. .,i
Au Bureau du Port ii Port-au-Prince. construction d'une clo- ..'.
rtre de toile metallique et d'une plateforme en b6ton. .
Aux Gonaives. Rparations a la Douane. '
A Port-de-Paix.-Travaux de transformation du vieux hangar
metallique qui a servi pendant 35 ans de bureaux a la Douane.
Completement remis a neuf. ce batiment est du plus bel aspect. :
Au Cap-Haitien.- Remise A neuf des batiments de la Douane.
A Hinche. Construction standard a deux appartements '..
pour loger le bureau du service des Contributions.
A Grande Saline. Pareille construction.
Dessalines. II a 6te adopted un type de constructions a un seul '
appartement
Ennery et St.-Louis du Nord.- A.mmnagement et transforma-
tion des anciennes prisons civiles pour servir de bureau aux
Contributions
SERVICE DE LA D. G. T. P.
Les bitiments de la D G( T P.. n'ont pas necessity des travaux
notables.
ECOLES
A Port-au-Prince.-- I)cs, travaux\ inmportantN tint ete executes
aux ecoles suivantes.
Ecole Darius Denis. Consolhdntion et redressement de la 0c6-
ture de la court de recreation
Ecole Isidore Boisrond.- Amelioration dans I'ensemble du ba-
liment et reconstruction des dpendances
Ecole Camille Bruno.- Exhaussement du mur de cloture et
pavage de I'allee d'entree.
Arcahaie.- La construction dt la nouvelle cole de GarTons .':
destines aux Freres de I'Instruction Chr6tienne se pursuit tres
activement. Ce sera un batiment moderne en maqonnerie, r6unis-
sant tout le confort desirable. II aura une superficie de 540 mz.
La pose de la lere pierre'eut lieu le 18 Mai 1933.
Cap-Haitien.-Travaux d'aielioration an Lvcee..:
Construction sur I'emplacement de I'ancien palais du Goui**.. ;
neur d'un batiment en maconnerie d'environ 100 m2. pour loger



-












ltrULIUC MLIVACUe uu AUiu.-.-Lu iIIuycil uCa luillu pluvciiaLit
d'un emprunt faith par la Commune, une construction en maSon-
nerie pour une cole des Freres est en voie d'achivement.
Jer6mie-Jacmel. De tres utiles reparations ont &t6 faites aux
Ecoles des Freres de ces deux villes.

ETUDES ET LEVES

Ce service, pour les besoins de la Division des routes, a faith les
7:."" etudes suivantes
a Route Fonds Verrettes-Saltrou.--Sa longueur sera d'en-
viron-70 kms. avec tine pente maximum de 8%.
b Route Trouin-Blockauss.-Elle reliera Trouin a Jacmel
et a Bainet en passant par Baudoin, et le Meilleur. La
riviere Blockauss en sera le point de jonction.
c Route de L6ogAne.--l\ariante pour diminuer le plus
possible les courses dangereuses).
S d Route Thomazeau-Cornillon.-Elle aura environ 29
l'ns. jusqu'a Cornillon (1.050 metres d'altitude). Cette
route permettra aux voyageurs de jouir sur pres du
quart de son parcours des panoramas qu'offrent la
:.'.. Plaine du Cul-de-Sac, I'Etang Saumatre, le versant Nord
de la Chaine de la Selle, Thomazeau, Ganthier, Fonds
Parisiens, Kenscoff, Petion-\'ille et une parties de Port-
au-Prince.
e Route Chambellan-Dame-Marie.-L'ancien project de tra-
:. verser la Vallee de Boucan jusqu'au col de Merisse, pour
.. descendre ensuite a Dame-Marie. a ete carte. Le Ser-
vice des routes s'est arr&te a un project plus facilement
Sralisable. La route aura un parcours de 18 kms. envi-
ron et passera par le col Francillon, la Ravine Trois-
Ssources. le col de la chapelle. Berlin et Morne Chat pour
joindre Dame-Marie.
Route Vallibre.-Projet pour relier Valliere au reseau
routier. La trace de I'ancienne route colonial ayant kte
retrouv6e est suivie; ce parcours sera de 18 km environ.
g.", g- Marigot-Saltrou.-Des reconnaissances out ~re faites
dans ces regions en vue d'6tudier un project de route.


i -.*: -- .
i.. ,.. '" .. : '.
.., ... . .... . . .' : ..' . . .. ..."-. . :' :".-' I








S ecretatterre d Etal des Iraoaux Publics 7 -'i'..'
.A
Le service des leaves a egalement fait des etudes pour: i',.
La Division d'Irrigation.- Un project a eti alabore en vue':,
d'utiliser les'eaux de la rivire Bois pour l'arrosage d'une super- i
ficie de 4.000 hectares I Rive gauche de l'Artibonite) .partant de
la section de Moge a I'Est de Verrettes jusqu'au pont Sonde. ;. 'i...
La division du Genie Municipal.-Plusieurs leves et nivelie-.: i
ments ont ete effectues ai iragoine; de nieme a 6et dressed le plan'
topographique de la Savaine siche de Petit-Goive a Magon et a '..
Louis Charles (14 km .
Le Service des Contributions.-j es recherches ont 6te faites
pour retablir la Rue Moise i Ption-Ville) dans sa position rielle
que des empietements successifs avaient deplac6e.
Les plans relatifs a toutes ces etudes ont ete dresses.

TRAVAUX MARITIMES

A I'exception des granide- rjparatliuns Iqu'ont necessit le \\harf
dt' Jacinel endoniniage par la violence du iaz-de-rnare de No-
vembre 1932. et la sinnette flottante. le~ travaux naritimes n'ont
pas ete nombreux duranit I'exercice patsse. 11 y a eu. sans doute, ..
a restaurer quelques parties Idu Whlarf ties Gonaives endommage
egalement par le raz-de-naree c-t dc c-lui tie St -MIarc. A J1ereiie, ...
les grues ont ete reparees et rcpeintes. '
Deux petits wharfs ecin Iboi c'onstruits i Corail et Pestel ont
cofite respectivement G(.le, .4')401j18 t 1 -51,.3.(

IRRIGATION

Les divers credits lue le Gm'ivernement a accords au Departe-
inent des Tra\aux PulblcI: I..Iour le drainage de la Plaine du Cul-
tle-Sac et du Quaruer MArin. sunt une indication nette de sa sol-
licitude i I'exfension de I'irrigation et au developpement intensify
.le I'Agriculthre et de I'Industrie.
Le chiffre des allocations destinies a la Division de l'Irriga-
tion sont plus eloquents que tous les memoires et discours. Ils
arrivent ia tn total de Gdes. 1.395.385.52 r6parties comme suit:

Gourdes
Credits Budgetaire4..... ... ...... ..... 105.828
Credits Extraordinaires .. .. ......... 1.289.557,52

1.395.385,52 2
.. ..-.'.. ':.

.-.' .::" *. :-: ".











;": Pour I'information precise du Gouvernement et du pays,.il
i : n'est pas inutile de rappeler ici, par le detail, entire quelles de-
penses ces fonds ont et6 reparties et dans quelles proportions:

I,:; rrigations

Administration ... ........ .. .......... 6.417,72
S ,. Fonctionnement ...... ......... ............. 26.195,66
Entretien et Riparation..................... 30.534,22
SAmelioration et Dhveloppement.............. 28.815,11
Etudes et lev6s... .. ... .. .............. 2.457,92

S94.420,63
S Contr6le des Riviires
'::. Appointements Hydrographes et obser-
vateurs de jauge............. .................. 5.927,29
Frais de voyage et d'entretien............ 1.762.87
i' Imprimes ........ ............... ....... 300.00
SMateriel et fournitures ..... ........... 3.404,56

:. 11.394,72
::. Irrigation de la Rive Gauche de I'Artibonite
Depenses generale-........ .... 193.965,90
SBarrage et grand bie ... .................... 15.203,44
Fouilles ct terrassiment. ................... 289.113,80
Ouvrages ct structure en maconnerie.. 10.633,741
Materiel et outillag ................. 29.723,91

538.640.79
S Drainage de la Plaine du Quartier Morin
:.,.- Depenses generaler ...... .. ....... 40.844,56
-'': M ateriel et fournitures....................... 14.790,96
Terrassement et fouilles ........................ 110.760,05
Ouvrages et structure en maqonnerie... 12.296,01

178.691,58
'.;; Drainage de la Plaine du Cul-de-Sac
SD penses generales .............. ............ 33.6 7,3 b
SMateriel et fournitures.. ......................
Terrassement et fouilles........................ 27.200,53
SOuvrages et structure en maconnerie.... 723,75

61.551.63
SystBme d'lrrigation.

'Le fonctionnement de nos 4 systems d'irrigation: Plaine du
i. Cul-de-Sac. Plaine de Leogane. Plaine de 1'Arcahaie et Plaine des
;' Cayes, a -te assure pendant I'exercice passe, avec la meme r6gu-
S larite que dans les ann6es pr6c6dentes par la Division de 1'Irriga-
.,,- . : . .; ,



S. ........ . *;i: i .








,-.'*, Secrrlarprie d'Erar des Travau Publics- 77

tion. Grace a sa vigilante attention, elle a pu noter dans les, ta'
bleaux qu'il serait superflu de retablir ici, des donnees preCises~r -
sur la.superficie irrigable en hectares, le d6bit des rivieres; I' va-. '-
luatior d'eau utilisee dans les canan Il'irrigation et le pourcen-"..:. :v
tage de.l'eau dtlivre 'i
D'autre part les' tableaux concernant la valeur estimative des"':
recoltes accusent un chiffre de 4.390.441. La comparison de cette:i
valeur avec cell des revenues des taxes d'irrigation, par rapport :
aux rdcoltes et aux depenses. done une idee de I'insuffisance des;..'::
fonds provenant de ces taxes. .
Une It est donc necessaire por reliever le taux des charges
imnlosees aux iproprietaires-usagers
Pour garantir lenr fonctionnement regulier et normal, de nom-",.:
hreux et iinportants travaux de reparation et d'a.melioration ont
ete effectues a nos systems Riviere Grise. Riviere Blanche et
Riyiere Momance. ,

Drainage Plaine du Cul-de-Sac.

Les grands travaux entrepris an Boucan-Brou et suspendus a '
cause des inondations causes par les fortes averses de septembre
1932, ont ete repris et se sont poursuivis rapidement.
5.040 metres lineaires de canaux ont ete fouill6s. des emissaires :
cr6es, des points etablis. Le Grand Emissaire du Pont Cass6 au
Pont de la Route Nle Port-au-Prince-Morne-a-Cabrit, a nicessite .i
a lui seul, des fnuilles et un terrassement sur une longueur de.
10 km 500.
En resume, presque toutes les reionI desservies par le Reseau
ont ete draindes. Le drainage de la Plaine du Cul-de-Sac cons- :,"
titue le meilleur placement des fonds de I'Etat, a cause des resul
tats heureux obtenus: des terres jugees incultes et abandonnees
de ce fait, pourront etre mises en culture et sont desormais .
I'abri des sels alcalins qui les avaient fait d6precier.

Drainage du Quartier-Morin.

Les important travaux qui y ont ete entrepris du 20 Juin au '"."
30 Octobre 1933 ont regularis6 le course des rivieres et ravines, :
don't les eaux se perdaient inutilement a la saison de sdcheresse, .
et a I'epoque des crues, se d6versaient en desordre, un peu partout,
inondant les terres et catsant des degats. .'

.. w
. ..; . .. ,













anmeliore la situation de cette region.
: Les caiiaux de Mapou. de Cada. de Quartier Morin; suatront
j largement A drainer les eaux de pluies.
l: -Mai. i reste un problem pour la Direction Gen6rale des Tra-
u. 'vaux Publics, c'est celui de la rectification du lit de la Grande-
. .. Riviere. Par la nature des terrains qu'elle traverse, il semble que
';; la )olutionl bccasionnera d'importantes depenses.

SIrrigation de la Plaine de 'Artibonite.
S Le project d'irrigation de la rive gauche de I'Artibonite adopted,
parce que plus a portee de nos resources financieres comporte
,; un barrage etabli en niont de l'emplacement du Canal Valme
.: ur la riviere Bois on de- Verrette. .
1K4"- Lc-e travaux frrent inauiigures le 1( Mlai 1933 et poursuivis
sans relache.
Au, 30 Septcmbre 1933. le culage des fouilles etait d'environ
.: 209.01() m' reparties comniic suit:
Fouilles ct ttrrasseineit Grand bief. 0 .000 niL sur 1.S00 M. I.
:;" Fouilles Grand Coursier Verrettes-Pont-
Soird ................... ........ ...... .. ... 1.17 l00 mn l .ur 26.700 M I.
Gdes.
Fouilles Grand Coursier Rive-drotne.. S.000 m3 sur 4.200 I. 1.
Travaux en maqonnerie achieves au 30 Septembre 1933.
", Grand Bief
Grand Bassin General de distribution
Sept chutes en niaconnerie
Un Pont en beton de 4 mitres de portee
Un Radier en Beton pour la traverse du chemin-de-fer a
i.: Pont Sonde.
Plus de 2.000 travailleurs ont 6te employes i ces travaux.,

; Hydrographie et ContrBle des RiviBres M6teorologie.
Ces.services ont fonctionni quand meme, malgrI les compres-
::sions budg6taires, poursuivant leurs investigations. Le service
". a. ,,.", 2" : :' .,'.., '.,.: .. "
:, .::"" ; : -.'' .' :: :: .,. .... ., :" .,.- -. . ....;.:,....,,. ,,i














210 jaugeages au moulinet Ilydraulique out ete pratiques. Le
service de meteorologie muni d'uni enregistreur automatique,
cormprend 131'stations pluvionetiriqures cuntr6oles respectivement' ...:
par .1 Direction Giinrale des Travaux Publics 132) par 1'obser-
vatoire du Petit Seminaire (28) par la Haytian American Sugar
Company (39; par le service de la production agricole et de 1'Eih-
seignement rural (hJ par le Clerg6 Catholique et par les Freres
de 'Instruction Chretieiie (5) par la Garde d'Haiti (14) et par
diff6rentes compagnie, (7) et 16 stations pour la temperature
olnnt 13 fonctioniineit a Port-au-Prince et 3 dans le Nord. ..I
La plus haute tenip6rature enregistree a ete de -4 degrees cen-
tigrades a St.-Marc i5 (.)ctuhre IL32~i et la plus basse de 6 degrees
centigrades a Kenscoff. 130 )Dcemnhre 1932. 7 Janvier et 18 fe-
Svrier 1933). ..
L'utilite de ces deux services ne fait aucun doute et les rensei-
genements qu'ils fournissent A la Direction Generale des Travaux
SPublics disent clairement la necessity pour elle d'ktendre leurs
activities. '

CONSIDERATIONS ET SUGGESTIONS '
II est regrettable que le cadre d'un expose ne permette pas
. l'enregistrer toutes les remarques qu'inspire la situation, dans
I'ensemble, en ce qui regarded les Travaux Publics de notre Ca-
1 tale et des autres illes de la Republique.
Cependant, nous avons pense, en maniere de conclusions, a in-
serer ici sans arriere pensee d'innover ou de critiquer, certaines
considerations et suggestions, simnplement dans le but de noter
Sofficiellement quelques idees. don't la realisation n'est pas inac- '
cessible a notre action -- qui m6ritent d'etre examiiees s6rieuse- -
ment. parce qu'elle,, ont trait A 1'embellissement de notre Capitale.

Tourism.

Une source de revenues a la fois pour 1'Etat et pour le parti-
cuber est i chapter. C'est le tourism. Des measures serieuses ',...;
T'
.. : .. . . .. .' ., : .










doivent etre envisages pour en assurer le developpement pro-.
. gressif. Elles peuvent etre resumes en trois points pour ce qui
O us concern:
a Construction de routes slides et esthetlques;
) Leur entretien permanent pour en garantir'la duree;
c A- management rationnel de nos cites, particulierenient
celles qui offrent quelqu'interct touristique.

C'est ainsi que la Division des routes devra reprendre le project
de I'asphaltage de la route Petion-Ville-Kenscoff. Une fois rea-
lise. il garantira le (leveloppement de notre station climaterique'
deja tres en vogue
De mmnie doit etre etudie I'asphaltage de la route qui relie leI
Cap a Milot et parallelement le project d'un wharf d'accostage
dans la Capitale du Nord. Cela a toute son importance. Car, par:
le fait que Sans-Souci et la Citadelle Henri se trouvent places
dans le Departement du Nord, il est inevitable que le Tourismee
prenne plus d'extension de ce cote qu'ailleurs.
D'oi la necessity pour I'Etat d'aider dans la plus large mesureI
possible, ia amenager convenablement la petite cite de Milot.
C'est d'ailleurs, une des belles pensees de Votre Excellence que,
au fur et a miesure, toutes les villes et bourgs interessants dul
pays, soient equips de telle sorte qu'ils deviennent autant de
petites capitals.
Le tourist est tres exigeant, d'autre part. II delaisse vite les
lieux visits, s'il n'v a point trou\v toutes les commodities. II est.
evident que, si Milot les offre, il s'v attachera et des particuliers
disposant de capitaux n'hesiteront pas a les employer a des ini;
tiatives utiles, tell, par example, la construction d'un hotel mo-
derne avec tout le contort indispensable: restaurant, garage,
ecuries, services de transport, ciceroni, etc.
Dans le Imme ordre d'idees, les travaux de d6blai ne doivent
S.tre jamais discontinues aux alentours des ruines du Palais
Royal, et des travaux de consolidation des pans de mur doivent
etre entrepris pour diminuer le plus possible les risques d'acci
dents.
En outre, le sentier qui conduit a la Citadelle meriterait d'etr



i.. ,. .. "" :; ., ": .








Secrerairerte d'Erat de. Traruux Publics 81

amul.iore, en attendant qu'il devienne un jour, une belle route de
montagne carrossable a I'instar de celle du Puilboreau.
11 n'y aura pas de tourism possible sans la reunion de tous..'
les facteurs que nous venons de passer en revue: une action vi- '
,oureuse du Gouivernement dans ce sens. est done indispensable.


Le Littoral. 'i

Lt Littoral de Port-au-Prince est la premiere impression du
Sisiteur stranger DI le large 11 en diitillgue tous les details.
I.'ensemble, certainement doit lui apparaitre bien pauvre. C'est
ine impression pour le moini desagreable, susceptible d'arr6ter
tout elan. quand elle ne bIrise pas tout a fait, les meilleures dis-
Ipositions.
La necessite d'ameliorer nutre littoral avait fait naitre le project
'Ic la construction du Quai.
Le tronqon acheve est devenu unie promenade trrs frequentee et
le coin de la Douane et des maga.-ins generaux a. tout de suite,
pris un autre .apect. ii tie mIll:itrll pluts que I'Eclairage Elec-
irique.
.On s'imagine volontiers ce que representera dans quelques
,,nnees le Quai completement achve.x reliant Martissant (La
Source Sal6e) a la Saline
Sa construction r idit duone c-ti iiursuivie. Elle entrainera la
solution de nombreux problems d'urbanisme, tels que I'assainis-
sement, I'embellissement du Littoral et surtout la realisation de
nos projects de cites ouvrieres qui doivent permettre a l'Etat de
loger convenablement uine grande parties de notre population.'


Cites Ouvri6res.

D'ailleurs, a c6te des realisations d'un ordre purement econo-
mique I'ceuvre des cites ouvrieres apparait aussi belle, par son
caract&re social que la restauration des monuments historiques.
Elle suffit, a elle seule, a t6moigner aux yeux de I'avenir. des dis-
positions genereuses et honnetes d'un Gouvernement A 1'6gard
du people.
;.". ,j ., . .::; ...,.. .'*








82 txposr, Ucneral tlc ta 3.tlrualron- c- .e.rcl e i l -

Elle devait certainement tenter Ie Gouvernement actuel, puis-
que soui la haute inspiration de Votre Excellence, elle se r6alise
deja i la Saline.
S Le bourhier seculaire se transforme pen a pen en un quarter
salubre avec toutes les commodities modernes. ouvrant ainsi aux
masses qui y sejournent des joies nouvelles de vie.
La Cite ouvriere de la Saline est un nouveau jalon lumineux
pose IA. pour 6clairer les Gouvernements a venir sur le veritable
'role d'un Chef d'Etat. quant a ses devoirs vis-a-vis des masses
Squi n'ont cesse. j1us(qu'i ce jour. de croupir, abandonnees, dans la
S vieille routine, aux cotes d'une elite qui progress el prospere.
Le Gouvernement actuel laura ete le premier Ai prendre I'ini-
tiative de conmblcr le fosse qui existe entire les classes levees et
;' le people. II est a souhaiter (liiton )1 CuV re soit bien comprise,
qu'elle soit fcoindCe. qu'ellc sit strtoput irJr.I s vie pour le bon-
heur de toute la nation.

Pares Publics et Lands de Jeux d'Exercices en Plein Air.

L'acquisition d'autre., terrains, specialement celui qlu devrait
S rester une depcndance dte 1'Hltel de \'ille, devra ktre egalement
::. envisagee. Depuis longtenmp,. iius -diles avalent pense a l'utiliser
pour la creation d'un pare noderne Mais le proprietaire a fait
des difficulties pour son retour i la Commune, exigeant un prix
S qui ne cadre plus avec la situation. ces jours-ci. de moins-value
des proprietes situees en ville.
: Nous demanderons niotre service du iGeie Municipal d'exa-
. ininer serieusement la qIluestion et de nous souimettre on rapport
S pour les.suites qu'il cunviendra d'adoptcr
A c6t de ce parc public, qut serait evidemment le Parc de
I'H6tel de Ville, il y a lieu de penser a I'tablissement de jardins
scolaires destines exclusiivement aux enfants des ecoles. Les lands
i de sports sont prevus dans le plan general de transformation de
Port-au-Prince. Mais ils sont destines a nos associations spor-
:. ties. L'innovation que nous preconisons concern tout parti-
.: culierenment les 6coliers. pour leurs leux et exercises de plein air.
De telles installations font parties diu prograimme d'firbanisme
dans presque tous les pa)s Elle, sunt places dans les quarters
oil il y a une frequentation scolaire nombreuse. Les enfants uti-
.' *-. 6


tg": ,. '











qu'il en cofte et que ce n'est point la, precisement la destination.
e cces lieux. '"

Marches Publics.

Notre Capitale n'a que trois marches presentables.
Ouand I'afflus des pay'ans qui noise. apportent leurs denrees
envahit la 'ille. certain jours de la semaine, la circulation est
'l'uine tell inteiisite (iu'clle tait regretter I'absence d'autres mar-
chlis.
Dans notre conceptiiii. til grand miarch6i convert (quartiet de
St.-Josephj dev'rait etre le delinuclie natural des provenances de
la Plaine cl Ciul-de-Sac et tn autrc niarchC pareil (Quartier du -
I'Ptail de Leogaine. de celles du Morne I'H6pital. de Carrefour,
de Mariani et Leogiine. etc.
Le Marclle Salmnin des ervirait les region(- qui en dependent.
Pour Petion-V\'ill et les enlviroi'ns. un inarchl pourrait etre cr6 .
an haut rle Lalue ou i:' Sainit-Aintine.
V\'ila, de ce fait. la ville lcoingestiinnee. Le grand inarclh de
la Place \Valliirc-. Ilnctiolnnlranit comlllnl des halle; centrales.
Ce soln dl .,iniplet sNugges.ionlu q(i. si elles ne peuvent etre
realisees pajr notre action, tenternnt peut-etre les activities de nos
siucces.,eurs. II faut seiner des id6es Elles peuvent germer.
(u'ili)portent ceux (cli en fern lt la recolte. )pouirvu que le Pays
en profite.

Cimetibres.

Eni ce qrui coticciire inmtre cillmtcre, notre peisee est qu'il ne
repontl plus ia noi I'es. s. en raison de I'evolution de notre ville
et dt-s cxigCnce- rlce ctte evijlutinii. i.e cinmetiere actuel devrait
n'etre plus accCe,,iile iq'aux Cieuls conce.ssionnaires de terrains.
I'our le d(saff'ectler. il faudrait tout :ilt suite penser i le remplacer
par un autre dain le ;style moderie.
Nagtri-e. une alminiistration coiiumnunale avait peinsC a I'agran-
dir \-ers In collins idu tMoriic I'HM pital. C'etait un diagnifique
project que les disponihilites comminunales insuffisantes ne per-
mirent pas de realiser. Aujourd'hui. ce n'est giere possible,
I'emplaceiuent avant ete morcele.








34 E.

Le nouveau cimetiere a construire desservirait toute la parties
Sud et Ouest de la Ville Un autre serait crte dans la partic
Nord. Et pourquoi ne remettrait-on pns en etat le cimetiere de
St.-Martin "

Hopital General.

L'eusemble des blitinents interieur- qtui logent les different
services de l'H6pital GeneIral in laisse rien a desirer. Mais nous
pensonl, que le terrain vide cxterieur inutilise, pourrait etre em-
plovy a l'ngrandissementI de cet important organisnme social.
L'Hopital General dans unii proclie avenir sera a I'etroit dans le
cadre qu'il occupe actuellenient
Non.- nil preconion- pa- de parcils etallissements par zone
I.'initiatic privee nieticale. a notre sens, pent eparpiller de-
dispein.snare-, nin lJe parti)It. Et cela suffirait.

Edifices Publics.

Palais Legislatif.-Sa place e.st tout indiqet- dans le bloc de
ins heanx edifice ipubllics. rui s'etend dlu Palais de Justice a la
Place Toussaint-l.u overture Tons nos services publics sont loge:
assez somptuense.nient depins line quinzaine d'annei&
Le Corps iLegislatif merlte uil local approprie a sun caractere
de Grand PotuvoiIr dti I'Etat.
On s'etait rendu compete que la \Iajeste de la Justice gagnerait
a etre lugee dans lun Palais On a construct le magnifique edifice
(lui projette ses lignes sur la Place de I'Independance. II y a
tnute ine psychologie dani, cette conception. Le prestige d'unt
.\sseniblee grandit inciuctahlemnent par le fait qu'elle siege danti
ln local adequate

Entrees de nos Villes.

ToIiute. no- villeh, ,e ressenililent par leur entire Ce -nllt ciecor 4'
* des laidcur qcli'il co'mi lenlt de conmbattre par I'adop)ti n d'ln .,vs-
teme de cin tructionis-standard auxquelles le service coinlpetent
tiendrait uine mai terme,. pour qu'elles ne s'6clvent pas au grt
'des- capricis des prolrietairei-. Nos. deux entrees principales Sul
et Nord reclament notre pluI' vigilante sollicitdle ainsi que la
Grand'Rue qim rest la plus belle arterc de notre ville.












Secritairer'e d Erau deq Trauau.r Publics 85

Routes et Rues Pavees.

Ce svsteme a donned des resultats concluants en Belgique. II
: te definitivement adopted et vulgaris6 Nous suggerons I'idee
.lIe I'essai en soit tented cher nous II nous semble qu'il y a de
I'-conomnie a construire ainsi nos routes et rues et a les asphalter
..nsulte. Elles sunt durables, rcsi-tantes et eco unll quest. Ou'on
-c rappelle la Rue Pavee lIactuellement rue D. Destouches) ; elle
etanit, peut-etre cLnitennire. i ,aindl elle fuit d molie.

Asphaltage ou Betonnage de certaines Routes.

\'oici iune ,drnicre rcInlarque Nousi ne resistons pas au desir
Ii.- la joindre aux precedente- I.';sphaltane de la route Port-
'il- Prince- Petonui-l\ille ntr'autrs Ilentaits a cr66 A cette prome-
nade, un movement (quI 'accrn-it dei our en jour et a redonne a
iutre villegiature d'ete sa vogue d'autrefois. Petion-Ville est plus
Ireq-iuente. plus habitc- C'est uni derivatif nature a I'etuve de
I'ort-nu-Prince. en attendant Iu'll en .soit la banlieue. Petion-
ille est assiurement la plt.1 johli ite ie .ille lie montage du pays.
iPourquoi n'asphlalterait-un pa-,. ,ur n, e parties. la route qui'va
'lu Portail dL LeogAiie a Malairianii aI quc cc- lle '-ul conduit du
i'Prtail de St-Jiirepli a lIa Crix-des-Missionn" '
Carrefour ct la Croxi-dc.-Missi(n- qtlii -,ont pour l'avenir. des
Irolongement... logiiques- de Port-au-Plrince. reprendraient, a F'ins-
:irr Ie lPetion-\ ille. nm regain de vie. en tout cas. deviendraient
*1- nouveaux hIuts de promenade
.es objection-, faitie. Iaguere. a cc pirojet d'asphaltage lie soft
|I:is fontles. Elles repl:Isent ..ur le iait que les cabrouets a boeufs
|Ui traversent ce., routes. ls defonceraient. Un reglement en
interdirait simpilenint I'acccs .L ,il tcki vehicules, don't la pratique
iie ,e cmconi it, q. t'en pleint c;iiil)ag-is nl, ur11 les rI utes ,'icinales on
.Ie traverse, sa, i jaiaini franchir uiir leur longueur les routes
irincipales D'ailleurs ii peut etre crer d'autres inoyens de
iranslpui-t plu, modernlen,. plu rnpiui-V et inoills 'oulteux.
La conserqlence logil'ue dt I'aphaltage de ces tronconsl de
rilute. ( Portail I.eoganc-Mlarlani. Portail St-Joseph-Croix-des-
.issions I c'est qu'il conduirait inevitablement A I'embellissement
I-rs deux principles entrees die la vil e ie Port-au-Prince.















-i: revenir a celui d'avant I'-Iaitianisation. les credits alloues aux
Sdiff6reute, divisions de la Direction Generale des TravauixPu-
*blics' tant incontestablement insuffisants, si 'on considere.les
'..multiples obligation, auxquelles elles doi.Vent faire face, et les
i?: besoins, de plus en plus grand de nos villes et de nos populations.
;'r L'amnenagementi ratinnel de notre lere cite ne peut etre realise
en un tournemain. Ce ne peut 'tre qu'une oeuvre de longue ha-
leine, a laquelle dcvrount s'atteler. sans doute, plusieurs Gouver-
einemets haitiens juscqu'a complete achievement. Elle n'en demeure
p-as moins. cependant. line ceuvrc utile. necessaire. indispensable.
:. et qui. quelque jour a \enir, cn raison inme des lois de I'Evolu-
'" tion. se fera irresistible...
Ce sera tout honneur jijui votre Gouvernement d'y avoir pense.
i: e saisis 'occasion. Mounsleur le Presidlent. de vous renouveler,
avec mes respecleux huniLmniages. I'assurance de mon entier de-
;'ouement.

iS) LLCIEN HIBBERT









Q ',I .




if ....
it'...





I....

,.J :. ....







:" .:-, .












Son Excellence Monsieur le President de la Republique,
Palais National.

- Monsieur le Pr6sident. '.

J'ai l'honneur de V'ons soumettre le rapport annuel du Depar--
tenent du Commerce dlout \'ouu avez bien vonlu me conier la
direction en Septembre dernier.
Je dois tout d'abord fire ressortir (qie les attributions de ce :i
)Dpartemeit telle, qu'elles ont te determiinees par la loi du 10
Decembre 1924. ne reposeii enlcure sur rien d'effectif, puisqu'une' ...
bonne parties en est aux mains d'autres Services publics et que. .'
tles rouagcs qu'il est cenie coiitroler i'existent meme pas.
Quoiqu'il en soiL cre D'eartement avant pit fonctionner quand '
mneme, je m'arreterai au cn ldrie dI s activities existantes qui sont
loin d'btre n gligeal)les

APPLICATION DE L.\ LEGISLATION DOU.-\NIERE
1. Au course de I'Exercice 1932-33, le Departeinent du Coin-
merce u'a ete saisi (que 'e cinrI contestations douanieres produites :
par les Comnnercantts suivant.. MMI. I"--Mentor Laurent. 2.-
L. P. Aggerholhm Co. 3Z.--.-\lhd Assali, -I'.-Vincent Creidy
et 50.-Reinblold & Co.
II n'est particuliereiment agreale e e niotr que I'Agence Fis- ."'
cale don't I'objectif est la strict application des lois douanieres a
montre, en ce qui concern le reglenient de ces contestations, un
souci remarquable 'I'equitt. en ne creant. apris examen des ques- '..
tionis soumiLesC aucune inutile diffictlte pour I'adoption des points
de vue du De lartemcent hase isur une saine interpretation des
lois. ".

II.-SERVICE DES MARQUES DE FABRIQUE ET
BREVETS D'INVENTION
Le Service de argues dce Ilabrique et lde, Brevets l'Inven-
ioun- a fonctionii-. comine cls aninee. precetdenites. de facon re-
glie re. .:
'". -'... If .' ,g












48 Marques de Fabrique
4 Brevets d'lnvention
23 Cessions de Marques de Fabrique

?, .Leur-enregistrement a rapport au Tresor Public la somnme de
.- .Gdes. 4 508.60. repartie coinme suit:
Gourdes
SMarques de Fabrique............... 3,600.00
Brevets d'Invention ................. 75.00
'D roits d' tim bres............ ........ '33.60

-4,508.60

:. Bien que le. recettes pr,,venant de ce Service accuaent. a pen
diice choses press, un chiffre legal b celui de I'Exercice precedent,
il;' y a lieu d'esperer qu'elles anuginenteront sensiblement au course
Sde ['Exercice prochain. par I'application plus rationnellement
entreprise, depuik peu. dc la; o11 dlu 18 Decerbre 1)22.
~.!".i L'article 6 de a dlite loi .lui prescrit. en effect, ue la durce des
;: Marques couvrant de, pilroduits et marchandises d'Haiti sera de
0i: ains et que cell dei; Marques. concernant lesI marchandises et
products etranger er a e fixe selon les lois du pays d'origine. n'a
i': jamais ete appliquee. daus la pratique, qu'en ce qui concern sa
premiere parties. les delais d'enregistrement etant uniformement
l.imites a 20 ans pour Its marques haitiennes comme pour les
:marques etrangere.. O'r. Ipour ces dermeres. la duree a fixer de-
,'- vrait correspondre a celle accordee au pIays d'origine.
M,' :" on Departement y ; heureusement obvie, en exigeant la pre-
: sensation d'une cupie authuntique du proces-verbal d'enregistre-
i.:'ent au pay d'originede toutes marques don't I'enregistrement
sera egalement sollicite en Haiti. afin d'en fixer In meme duree de
protection.
Cette measure iqui est. sans contetet. le mode le plus pratique
'd'application de I'article 6 de la loi de 1922, aura pour conse-
Squence immediate In sauvegarde des interets du fisc. en donnant
lie: u a des renouvellements d'enregistrement des Marques, chaque
.::..fois quc prend fin la dnree de protection au pays d'origine. soit
; nornialement, soit par suite d'un changement de legislation sur
: Jar matiere,- 4

teMe^ ^ ^ y^;^ ^.^-AM :.










rlh' L.ULI UUL UTJ I LA 1 cIll .CL IIJULI I J JdI ILCIICIl lfl c .UI ll tLRL. L :.:. i L
avec bonheur que la measure a laquelle il s'est arrte; est. entree''...
en pleine execution, puisqu'il a ete procede a plusieurs renouyelle-'';,
ments d enregistrements.
II convient de rappeler ici le depot effectue sur les Bureaux-des.',..'
deux Chamnbrei, a la Session d'Avril 1933. d'un project de loi' ;
creaiit de nouvelles taxes sur les cessions. les expeditions 'de '
Marques de Fabrique, etc. Ce project malheureusement. n'q pas ;',
ei a beneficer de la sanuction legislative.
Mon D6partement envisage actuellenent la prise d'une loi de .
rredessement de. takes -- reconnues trop faibles sur les Bre-;.
vets d'Inventinn cession. expedition. certificate d'addition de .-
Brevets)
11 n'v a pas de doute ique le vote de ces. projects d6terminera un '
rendement plus appreciable du Service des Marques de Fabrique
et des Brevets d'lnvention. cui d6ja s'ameliore et demand une
organization repondant plus efficaceient a son importance.

III. -SERVICE DES LICENCES

Le fonctionnenieit du Service des Licences n'a pas ete moins
.atisfaisant que celii des Marque. de Fabrique et des Brevets
d'iivention. Des circulaires avaient ete adressees aux Magistrats'
Communaux pour leur signaler quc bun oinbre de contribuables
etranigers s'abstenaient de produire au IDepartement leur demand
de licence et de fire par con~squemt les frais de timbres, en se '.,
:ontentant e se cunfurmer a a loi sur les patentes et d;acquitter
A. la Banque Nationale de la Repulblique d'Haiti. les bordereaux
du Service de-s Cu triibution, relatifs A la taxe sur la licence. .'
Ces circulaires semlblent a\oir attempt le Iut vise. car nous cons- .
tatons avec satisfaction uine augmentation sensible du nombre
des licences deli\vr6s par le Departement, pendant le course du
present exercise. .
En.effet. pour les periodes comprises eiltre le lei- Avril 1933 :;
et le ler Octobre 1933, et entre cette derniere date et le 15 Mars
1934. le Departeiiient a pu delivrer 1208 licences rapportant au
.. . ..-:,

~..; ,. .* ,, .. i, ....".,
..:.,,. :.:,,. .:. ..,. ." . . .. : ..'.. ..- ::, ,'.. .. .:..:-..,.; 2:
W : :' y .- , . .: r "". , ; : ';r.;












I resor uI-'Ilic
vilies suivante!


la some n le u.


.Licences

Port-au-Prince ........ ................... 701
leren ie .................... .. ........... 31
iacm el .......... .... ..... ................................. 4 4
P etit-G oave ............................................ 61
C ayes .. . .. ... ..... ........ ..................... 48
Port-de-Paix ....... ........ .. ................ 74
Gonaaives .... ......... .... ............ .. ....... 73
- Cap-H aitien ........... .. .................. 181
M irago iie ....... ........ ..... ... ........... 16
St-M arc .......... ......... ........ .... .. ......... 69
Surtaxes de 10't au course dts deux periods ......



T'ect lrnr 10R lirepllrc rip nhlns et itn excedent


Gourdes
107,740.46
7,359.40
8,643.75
9,763.13.
9,237.50
11,183.75
11,707.50
28,338.33
3,325.00
10,102.31 ,
2,557.29

209,958.42

de G. 7:535.25


sui la m&em pride de I'excrcice prime.

Pi'ur encourageant iqute ;,oit ce re&ultat, oin ne doit 'pourtant
pas le considered comine le rendement. maximum susceptible
d'etre obtenu, car il v a a tenir compete d'un genre de fraudes
facility par Ie defant d'harmonic de. deux lois regissant la
maticre des licence-,: 'entendtis parler de la loi du 13 Aouit
1903 et de cell du h Jtumn 1-24. creant d'Administration Gen6-
rale des Cuntri Ilt ion,.

La premiere de ces lUoi. plus categorique,. prevoit que la de-
imande tde licence doit etre produtte Idu ler. au 20 Octobre de
chance annee. et sanctionne le defaut d'accomplissement de
cette formalite par Ine amended a pa)er par le contribuable et
equivalent au quintuple du montant Jlu droit de licence aucquel
il est as.dujetti.

Mais la lui du 6 Juin 1924, tout en prescrivant que Ite contri-
buable est tenii, plans Je detail qui lui est impafti. de payer in-
tegralement sa contribution, n'a sanctioned son retard a le faire
que par uI1c surtax de 10"e p1)1111 cliaqie mois, ,iu fraction de
mois de retard. et ce, jusqu;'it cc. que la surta-xe ait atteint un total
de cent ptuil- cent eqluivalant a dix mniis de retard, et, auquel cas
line contrainte sera decernee contre lui.

Or, le contribuable menace de l'application-de I'amende pre-
vue en la premiere loi, s'empresse toujours d'opposer la second


t'-.... '.

















jf :. .'
:.











"."';.c'
^=".










, .
;'..












l' '" '.-
!. ?. .
';:.
., .' -

! '.';: ." -.










. :: '
&' *`








.h:. *:
:K \;:


1;


.'...'.'f.,W
"""`
'. : .). ...,:.";. - "J. : .
i i* . .. ... ...... : . ..::. .. . ;, ::..- .,o .












retard. -..
Si, a la .,vrite. le fisc applique quelquefois la surtaxe de 10%';I .i
il n'en reste pas moins que le deces ou la faillite du contribuable.--'.';
rende souvent illusoire eI recouvrement de cette surtaxe. II,-:
arrive de plus que certain industries ou professionnels etran- :"
gers font en sorte que bien avaiit I'expiration des dix mois ils ..
cessent toutes activities et opposent au moment d'etre contraints'"
qu'il v a beau jeu qu'ils n'exercent la profession ou I'industrie.: .
La meilleure facon d'enrayer ces possibilities de fraude, serait. ,;
d'abord. d'excepter les droits de licence de I'application de la. .
loi du 6 Juin 1924 conque en terms trop g6enraux, ensuite de
confier exclusivement au Departement du Commerce 1'appli-
cation de la loi de 1903 en sa parties relative aux demands de
licence.

IV.-POIDS ET MEASURES

En vertu de la Lni du 4 .-\Ait 1920 et de I'Arrete du 22 Mai '
1922 pris pil'o"r etn1 execution. le systeine metrique come sys-
teme.lIgal dcs poids ct imeure- eii Haiti. aurait di d6ji passer '.
dans le domain des faits.
Mais il n'en est rien. iOne ans apres, en 1933 par consequent, '
I'expose general rie la situation du Departement du Commerce
signalant cette anomalie. en attribuait la cause au d6faut de
I'arrte qlui devait reglementer la mise en vigueur de la loi et
laissait entendre que le< Departements du Conunerce et de 1'In- -
teieur s'etaient mis d'accord pour remedier a cet etat de choses. '
C'&tait li evidemment ine erreur. puisque 1'arriti avait ete bel
et, bien pri s depuiis 1922 Les mIcsure. que faisait privoir 1'ex-
pose du D6partement dii Commerce. uit ete que les Communes ::
de la RKpublique furent invitees ai verser chacune 600 gourdes '
pour avoirle jeu d'etalons-types que les deux Departements ihte-
resses s'etaient charges de faire confectionner sur un devis &nanie
d'un Ingenieur de la D. G. r. P.
Les' Communes pour la plupart--devaient se 'saigner a
blanc pour trouver cette sommne un peu levee pour leurs budgets


': .' . <..:' :. :.* .. ..*:^ :. .. .- . : ;:; '., n








. 92 Ex.p.e-: G.rc.ral do la Siruarion- E.'eriice i 1 J2. 1933

Elles recriminerent un peu et opposerelt. le unes. qu'elles ne
pourraient pas verser tout d'un coup la dite some, les autres.
qu'elles aviseraient au moyen de le faire. mais apres la date du
ler Octobre 1933 fixee par les I)Dpartements competents pour la
noise en vigueur de la Ioi
Jusqu'a D6cembre 1933. ia peine si une dizaine de Communes
avaient pu se niettre en reglc. Pour conjurer les perturbations
jqui auraient pu se produire dans les operations commercials si.
sur certain points du pays on appliquait le system metriquc
alors quite ur d'autres in etait rested aux anciennes measures, j'ai
dfi. par I'mtermnd aire des Prefets. informer les Magistrats Com-
munanu que I'application d la Ia i le 1920 &tait ajournee jusqu'it
notivel ordre
Cet etat dc chos-c, persi;te encore forc6ent. puisque jusqu'ici
sur plus de cent comnlinune-i seize -euleinm-nt ont pu rpondre a
I'obligation qui leur est fate d'envoer les 600 gourdes a Port-
au-Prince, pour etrc oversee. ii celui que Its Lepartemcnti inte-
resses; crurcnt deleir charger de fair confectionner les ctalons-
type-;
11 y a hleui dt noutcr (ute Ie delvi imnjpoe; aux Lommuines avait
ete plus consciencieux. elle,- euissent ete iroins 6crasees et on eui
1I., depuis longtemps rdeji. ahnutir a la mnie en vigueur de l;a
loi du 4 Anfit 1920.

V.-- STATISTIQUES

Le Service des Statistiques. il faut hitn I'avIuer. n'existe pas.
11 exige un personnel techunque con\enahlenient retribu&. Mai,
dans nntre y.ysteme administratif. il n'y a i '. sen occIuper. et depuis.
Octohre seulement. qu'unl Chef le Service al;pp)inte a G 300 el
un employee a G. 150
C'est done an petit rIonheur q ue le Dep Lrtement (ILI Comlnerct.
se prucure les donnees necesaires sur le commerce int6rieur er
exterieur de la Reptpuliqutc
Le bulletin annuel du Service du Conseiller Financier est rest
longtemps le Iseul guide de ce D6partemenit sur ce point








Secretarrerae d Etor du Commerce


Ei attendant que nol)u. a'yons a ce sujel le ronage admnisnitratif
ilu'il faut. j'ai exige que les Delegues des Finances renseignent
regulierement mon Departement sur les chargements 6 I'expor-
tation effectue. dans leur, .rrondissements financiers Ces ren-
-eignements joints a ceux que fournissent nos Consuls a I'6tran-
-er, permettent au Departement de se fixer. comme il le peut, sur
les possibilities d'affaire' du pays tant a l'int6rieur qu'a I'exterieur.
C'est ainsi (qu'nvec ces mioyens rudimientaires. Ie Departement
: pu etabllir colnite 'tiit It mrntaian de.- imiportations et cxporta-
tions durant I'anniTe tficale 32 33:
Importations Exportations
Exerice 32-. .. .. .. jS,333,943.1 0 46,650,366.Ou
Exercicc 31-32 . 37.305.551 00 36,106.394.0t
Il'o6i un excedent tur I'Fxercice 31-32 dte G( I 028.392.00 pour les
importationii et C.344-.815.0C pour les- exportations

V'oici. reproduit cI-dessous, It pi)ods et la valeur de nos cinq
principal\ )priduiiit.s rxportes clurant la imeme periode-

CAFE
Kilos. Gourdes
Ex\rcict .)2-3 1,745,7b6 36.252.152
Exercice 31-32 .. .. ... 23,204,896 26,335.228

E.Acedtiit ua r 31-2. . .. 18,540.S 70 9.916.924
COTON
Kilos Gouldes
ExLrcicCt .33 . ..... 5,846,483 4,634,86U
Exercice 31-32 ... ..... .... 6.308,335 4,062,261

Dl1l inutiio)n sur 31.-32. ........ 461,852 572,599
SUCRE
Kilos Gourdes
Exc.rcce 32-:JJ ....... .. 24,801,170 2,221,629
Exercice 31-32 .. ... .. 20,593,987' 2,221.097

lx:ctd.lnt -ir :'1- .. 42 7.1S3 532
CA. PECHE
Kilos Gourdes
E-x rcict 32-33 .. ........ 11,129,175 653,560
Exercise 31-:32 .. . .. 12.085,025 817.086

Excedent s;ur 31-32 ....... 2,044.150
SISAL
Kilos Gourdes
Exercice 32-33 .. .......... 3,737,05 1,140,752
Exurcice 32-33 ................. 2,788,614 874,037

Excedurn i ur 31-32 ............ 948,443 266.715








94 Ex.pcst General de la Situalton-Exercire 1932-1933


VI.- CHAMBRE DE COMMERCE

Cet organisme fonctionne a la satisfaction de tous, et je dois
reconnaitre ici que le plus souvent son concurs intelligent aide
a trouver la solution des nombreuses difficulties d'ordre comhner-
cial et industrial poses devant ce Departement. Par ses activities
incessantes et courageuses, et malgr6 la pcnurie dans laquielle il
se debat, il rend de tels services que mnon Dpartement deplore
sincerement de ne pouxoir lui preter le concours don't il a neces-
iairement hesoin pour accomplir plus largement sa mission de
defense du commerce national.



VII.- ADMINISTRATION POSTAL

Cette organisation fait de son mieux pour assurer le service re-
gulier des courriers. Sa bonne volonte n'a pas t, qu- je sache.
surprise en defaut, malgre les embarrass serieux qu'elle rencontre
fort souvent pour s'en tirer a la satisfaction general Elle a vu
reduire le credit que lui alloue I'Art. 193 du Budget et don't le
montant est affected a I'achat Ju materiel. des fournitures de bu-
reau et a couvrir les rain divers.
Faute de inovens. elle n'a pu entreprendre aucune des noni-
breuses amnliorationi que lui imposent les necessities de la vie
moderne. Elle ne peut pas remplacer le camion delabre don't elle
se sert depuis cinq alns et pour lequel dlle fair continuellement
des depenses, de peur lue le service auquel il est affrete ne s'ar-
rote tout court. Elle n'a pas de buffet a casiers pour la securite
des envois, pas de pese-lettres pour I'exacte application des taxes.
Le nombre des employes don't elle dispose est devenu depuis
longtemps insuffisant. a preuve c'est qu'uii seul d'entre eux est
oblige de preparer les envois pour quatre-vingt-quinze bureaux
regionaux on agencies. en format lui-memne les sacs.
Les rapports d6courages de I'Adrmiistrateur G6neral unr rete-
nu I'attention de mon Departement qmu a compris que l'etat de
choses signalTne pouvait I'indiff6rer.

AA








Se\rrtairere .d Frar du Commerr.


.\ussi. dani Ile project de budget prepare par ce Departement.
a-t-il ete prevu des allocations pouivant permettre i I'Administra-
tion Postal e se sI pourvoir un pen mieux de materiel et de four-
nitures de bureau et d'agrandir ui peu le cadre de son personnel
tant a l'Office central i Port-au-Prince que dan, certain bureau
de Province.

VII. SOCIETY COMMERCIAL

Au course die cet excrcice cinq societes ont ete autorisees a fonc-
tionner en I-laiti. ce ,unt

1'1 La Sociltr Halrienne de Pecherie, par .\rrct du 9 N'vL1nbre
1 9:!.3 .
2' I La Socite Ha'itenne pour Commerce et Industrie, par ,rrcltr ilu
13 Neicmnhr. 1.:::.
i: 1.3 Sai- tl .Alliniivny dPillinrmet uCompagnie Haitienne d'Expor-
talion de Fruits,). par .-\rritl u 21 Decenibre 1933.
4' i 5o,.irll .\ilu~iimnim denlr.mmrt "Compagnie des Assurances Ge-
nrales Contre I'Incendie et les Explosions, par A.rrcte du 22 lan-
vier 1!.;4
.5 i.n S',Cli.tv -\i]],ul i. tdvin nni Huilerie Nationale S. A.), par
.\A rr.-'-l rlu li 1 :,., rier 19.-I.
Ces organisn.m, -tallnt de creatiui recente' on ne peut db.s main-
lenant. porter auciune appreciation sur leurs activities qui ne
peuvient etre iil ore 1uiivics par t1- lDpartement du Commerce.



VIII.- LEGISLATION COMMERCIAL

l..a loi du 3 luillet 1933. mudificative de I'article 342 du Code
Penal. att6nuait la rigueur du principle d'interdiction des jeux
dit hazard par la faculte (qu'cllee laissait an President de la Repu-
I)lil(u ie e les auitor.ser ien vui. du developpenent du tourism en
Haiti et p)OuL d'autres lins sociales ct humanitaires. L'arrete qui
dlevait reglmnienter cette sort d'autorisatiun se faisait attendre.
Sur I'initiative des Dipartements du Commerce. des Finances et
de I'Intericiur. cT.tti- lacune ;a et6 comll)ee an course de :et exercise
par I'arre6e (d. 31 Iln1ieLer '1934.
es~ir lna ,is 1:, prati(lue des jeulx tie halsard est reglementee et se
It uuve cundititonelit par I'obligation pour celui qui vent ;e liver









96 Expos6 Gineral de la Sliuuaton-Exercice 1932-1933


a pareille entreprise de construire un casino et un hotel dans le<
meilleures conditions possibles pour attirer les tourists.
Voila exposes. Monsieur le President. les activities du Depar-
tement que Votre Excellence m'a fait I'honneur de me confier.
Mes six mois de direction m'ont fait voir assez lucidement les
ameliorations qu'il convient d'apporter cet important Service
Public. Par des suggestions et uin legislation qui viendront a
leur here, je ne manquerni pa-. de fire que ces am6liorations se
r6alisent dans le cadre de inos possibilities financieres.
Veuillez agr6er. Mon-ieur le Pr'sident. I'hommage respectueux
de mon devonement.
1H TITUL;























.4
.j|


li~BBIPrr~