<%BANNER%>

Exposé général de la situation de la République d'Haïti

HIDE
 Front Cover
 Message
 Relations exterieures
 Finances
 Commerce
 Interieur
 Agriculture
 Travaux publics
 Rapport de departement de l'instruction...
 Rapport du departement des...
 Justice
 
MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Exposé général de la situation de la République d'Haïti
Physical Description:
v. : ; 21 cm.
Language:
French
Creator:
Haiti
Publisher:
Impr. Nationale
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
Politics and government -- Periodicals -- Haiti -- 1844-1934   ( lcsh )
Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
Genre:
serial   ( sobekcm )
federal government publication   ( marcgt )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 10908761
ocm10908761
Classification:
lcc - J167 .R13
System ID:
AA00017961:00012

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Exposé général de la situation de la République d'Haïti
Physical Description:
v. : ; 21 cm.
Language:
French
Creator:
Haiti
Publisher:
Impr. Nationale
Place of Publication:
Port-au-Prince
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
Politics and government -- Periodicals -- Haiti -- 1844-1934   ( lcsh )
Periodicals -- Haiti   ( lcsh )
Genre:
serial   ( sobekcm )
federal government publication   ( marcgt )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
oclc - 10908761
ocm10908761
Classification:
lcc - J167 .R13
System ID:
AA00017961:00012

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
    Message
        Page 2
    Relations exterieures
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Finances
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Commerce
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
    Interieur
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
    Agriculture
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
    Travaux publics
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 64-1
        Page 64-2
        Page 64-3
        Page 64-4
        Page 64-5
        Page 64-6
        Page 64-7
        Page 64-8
        Page 65
    Rapport de departement de l'instruction publique
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
    Rapport du departement des cultes
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
    Justice
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
Full Text










!-yle. -. ,. ^: ,, "; .l. .. : ".', .'.; .. ,'' .- .
," A" ., '- .0. "" -, "- t : .' .,






JDE









.... '...- : .... ....
-r



M,:. M .... .. I- ,." .i 5 :
""'' Z1;' 4.:t"'3 / .


I,.. ..&






U:S '.AN jA "A
-" C : 7: ,. '
-, .. ,. ;.._. :." .. ": ,'- :!J'
op ~~~i~;~t:~ ..,
















LIeBRTk EGALITt FrATTNIT ':-
REPUBLIQUE D'HlAITI. ''.
_"____ ;:"..'"*'.
P-.. .' .. .! : fQ ,


Port-au-Piince, le 13 Avril 1921, an 118in. die l'Indipen4iance. .

DARTIGUENAVE
PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. *

MVtessacge .

AU COUNSEL. D'ErTAT :. ;..

Messieurs les Conseillers d'Elat,

Je viens renplir te devoir annual que n'impose la Constitluion el vous
remeltre 1 Expose General de la Situation de la Hipublique
Le Gouvernement pourrait, a la v6rit6. s'absleir de be presenler devant '
vous, pour vous reudre complex de sa gestion, ear vous connaisez dans leur'
moindres ddlails, par les publications qili ont td failes au uJournal.Offieel'.
et par le Livre Bleu, les divers dvenements qui out affecle la vie national .
depuis le niois d'Avril de I'annie dernidre.
SAussi, je ne reliendrai pas longlemps votre attention, et-vous, renvoie, .
pour ee qui concern I'Pta actuel des affaires du Pays et les questions qui '. .
vous seront soumises au course de cetle Session de votre Assemblde, au :
diffetents rapports ninisteriels qui accompagnent le preseln Message.
Un court examen de celui du Dparlement des Relations Extirieures vours '.
permettra de constater que le Gonvernemnent n'a pas cesi6 d'enlretenir d'er- .
cellents rapports avec les representants des Puissances Atrang6reb accr#di- .
aes auprds de lui. Et j'ajoute avec plaisir qu'il n'est, quant A lui,aucun effort ....'
qu'il ne soit disposed a fire pour mainlenir eel heureux heat de chases. '
Je vous signalerai parliculibrement la reprise de nos relations avec-la Rd-
publique du Reich Allemand, prcde de e la ratification du Trail6 de PaIx '.
de Versailles, du dep6t de cettle ratification fail a Paris le 30 Juin 19-20, et '.
la participation-de notre Pays A la premiere reunion de I'Assemblhe GAn.e-
tale de la Societe des Nations. Ges deux vynemnents capitairx auront sfire-.
ment des consequences heureuses sur I'avenir national ; par I'un, un pi'ls- .
S;ant dobouche est overt a nos products d'exportalion; I'autre reaffirme 'e- .
"aistence d'Haiti come Natioa souveraine ampoiat de vue du Droit.


.... ,.. o.
A. "i:; ,-.
;,I.~ :C::














DE LA REPUBLIQUE-- HATITI. ::: ,..;i.

.* . ....:' "14:*^ l
-z

RELATIONS EXTERIEURES.-"


Monsieur le President, -

S'Les diffcullts survenues a n mois de Juillet 1920 entire iles;',-
Deparlement des Finances et le ConseillerFinancier, diffif'
cullds qui ont vile change en un veritable conflict diplomati-::
Sque, ont 6lt I'objet de la plus grande activity du Departemedt; ::
des RelaLifns.Extlrieures. ::i
Elles se pr6senlerent, oi-sque le'12 juillet 1920, landis que l
"le Cabinet discIntalt le Budget de I'Exercice 1920-21 avec le'..
S.Conseiller Financier,"ce dernier en arreta -la discussion -irs-,.i
quiau moment, tcrivait-il, < ob certaines affairsrs d'.une. iri-
.r portance considdraile pour le biciiutre de la.-R6publiqueg:..
(- auront 616 finalementI r6glees selon ses'recomman atiosi
'a Gouverncment Hailien. '
Lorsque le Cabinel recut celle leltrelibsoluniment inaltendiue,,
le Secr6taire d'Elat des Finances ful chaig6 de dembndder au;
Conseiller Financier qui avait oublid de:l;es fair connaitre;- ,.
.quelles laient ces affaires d'une importance si consid6rallbf:
pourle _Pays que lout devait leur 6tre subordonn6. C'qsta alorsI
que Monsieur le Ministre des Etats-Ui.is en Haiti renmiti-.
-V--otre Excellence un long mininiredaoConseiller Financie,::'i
. irdiqla nt ces affaires importantes dohit:&la principal parut-:;;:'
' tre le-vote d'une .loi.pour la mise en p~alique de.l'article 1t.i.
de la Loi-siir. le Retrait, relatif a l'improTation et a e'exporta-',
ion des monnaies non haitienne's. i
Le Gouvernement par un confre inici;ire rdp-ndit su'r ch'l:
cun des poin's soudeves par Monsicnr.le Consei,._: Financiei.-...:
<':'"'dans sa Note, el exposa les raisons'pour lesqueles il .jugeai'
tqi il n'y avait p6s lieu de mettre en application l'articlef .5..'t:
S e l ."sur le Relrait; .
. ... ...... .. "-.. .-' 'S. -. ....
".. . ,.:
O'' ", .. z... "i :' .., .. : <... ." : .. .. : <
k, :, .; : .,.,: ... . ..,: ....,:. .. .,.... :,,,:,,.' ?', -2 :, .: ,."". . ; ."... ./ '.'.: ,M : , :.,::;.-" "..; ....+., .-: :.,;+',-. .v* + +: .+ ; ` `+ `... `












a. I.. ..I L. iU VU u CI a lt C IItL"t J 1J UL .O AILIL LLLO A -au -
ressortissants respeclifsk -
La plupart des documents relatifs A ce conflict out t. d6j*i
publi6s au Jqurnal :Officiel et tous onl &tdcoinpris dans-le ILi-~
S're Bleu.
.Si ce conflict, par 1'6inolion qu'il-a soulev6e dans'tout,4e
Pays et par le relenlissement qu'ila eu, a .6b le fait princ.'-i
pal de la pdriode allant d'Avril de I'annie derniere a ce jour,
l- e Dbparlemeni a en a s'occuper de differentes autres'qtes-_
tions qui, pour avoir 616 moins bruyanles; n'en.ont pas ett..
; cependant moins importantes pour le Gouveraemen. t.
i :- . *....:-
S. Affaires des. fronti6res
SLe 22 Deccmbre 1919, le Gouverneinent de la Rdpublique
':_ Dominicaine, par une communication du Daparlement d' tat
Dominicain A notre Legalion A Sarito-Domingo, denmandait de
..reprendre le r6glement de la Question des Fronti'res en la
-soumettant a. I'arbitrage de Notre Saint Pere te Pape.
-Cette communication uous fli transmise immediateiiient
r., par n.otre LUgation' et mon -Dpartement,. au nom du Gou--:
verriement;autorisale Ministred'Haili A Sanio-Domingo,A etu--,
S;-..-di.er avec le Dpartement d'Elat Dominicain les terms d'un
I:;'., Protocole pour arriveir A uin r6glement ddfinitif de. 'Affaire
desFrontieres.
S Pea de temps apres, mon Deparlement requt ce Projet de:
Protocole qui reproduisait pour la.plus grande partie:.les-dis-'.
&.;' positions des nombrux Prolocoles dejA dresses A-ce, sujet'-
dans le passe. Cependant le Ddpartement des Relations Extl-.
;-:::- rieures eat 4 faire quelques modifications au Projet qui lui w'
arrivait deSanto-Domingo ; nolamment il demand que-fuit'
"' insrd dans le nouveau Protocole le texteinldgral des articles
et 9 qui out toujours Wte des clauses de tous nos Traiffis
-. -d'Arbitrage.avec la Republique Dominicaine pour le regle--
P ;* '."ment de .la question des Frontiires.
Ces deux articles sont les suivant :
Art 8. --Si le point est rdsolu en faveur de la Nation failie e, le'"
o',. uveroement;Donmii ain s'oblie Alracerla ligue frotiir definitive d

.. .
. .-..-. ..
... . .: ., .. :. -. ,'f, ,- ... '.. . o . :: '
, :.. .. ,, . . . ..












- emnlser["esu propnleiaures na" uens aes DieCns:s lles.ei L lian i as: 'ral : ,t-.lt:;'
terr8tii,';:epomm aB issi el- s6e trouv'radit dadns: 'i mp:sifb'ilit6 i e Ie i .perpri
e:i de laL puplef de faiiilles dominiicainez; s'pblige a tiWnvehir avec t e ou-r%.'
vefinement Haitieri, uSanltpoar cela. de .Paiturisation -expresse. qUe&'iLt ea;i
..nf:ciree lPe'iple souverain- pour laisser -Haii en possessionn, -avoc dioir1, .
Sparfait, :d terriloire- qu'elle occupait oni 871.,,.i move a.iL : ujle cinpn -.i *
said 'peculaire.- .
.usqu'ici le Itexte-ddfinitif du Protocole 6 A signer entre- :
SGdoivernement de la R6publique Dominicainfet ei'Ei6.n re ka
.pas 6t. d6finihivemeit arr6L6. Les pourparlers se poursii:
-venti.' .
:-;Le GouverneinentlHaitiei' seraitl heireirx d'arriver' A une..-:;;..
:solhiioh dffiniive, de cette question des Frontieres 'etl mn .
/.De) atement 'ne nglige'a rien pour afteindre ce but. .' -
-:Assembl6a g6n6rale de la soci6t6 des Nationis A G an ve :
..*-LPPr6sident des Etats-Onis d'Am6rique, en verlu de Iarti-:.
cle 5; dderiier alidna, du Trait, cohvoqua A. GC&nve, si ge de.-'I-..
laSocit6 des Nations, le 15 Novembre' dernier, I'Assembl6e .
Gd~.oral:e de la. SocitA des Nations.
-, La~B6piublique d Haiti, cormmne Memlre fon'dateur de la S.o p-..
:bi~~i dAl1gua A cette.. premiere. reunion Monsienr Auoost'a:.i
-BoeAMY, ancien Sect.taire d'Etal,. Pirsident--du; Tribunal, .de:.-:'
-Casstion, el..Monisi rur FatDeRIC DORE.T:I' log.nieur. Les -.ife-.r
-'vauq de 1'Assemblee au course desquels-fu.ent .soule0ses .U
'-pluiishaute 'questions au sujet de l'Avenir .du Monde aprSieiI-
Gnerre duirA-eht dii 15- Novembre au 20.Dce'nbre..:

S Ratification du Traite de Paix avec 1'Allemagne -

L- e 2 Jlin 1920 leConseil d'Elat, sidgeant errses atlrib-ttions .
.6gislatives.et come Assemblde Nalionaile, a ralifid.le rai-dif '
-de: Paix sign e a Versailles par notre DAlgu6 A 1- Conrifrence.:-
:-.de-la Paix, Monsieur TERTULLIEN GUILBAUD, Envoyd .Extraor-
- dinaire et Ministre. Pldnipotentiaire d'Haiti A Paris..
Confoi-r6ment a I'article 440 du Traite de Paii, le-. Dp6
Sds ratifications.enL lieu- Paris,,le 30 juin 1920, selonile pro-
c,:c6s erbal qui a WL dressed et signed a Paris par Monsieur TiE:,;.
T.LL LIEN GUILBAUD, Ernvoy6 Extraordindire et Ministre Pl-ni- "y
pi tentiaire d'Haiti a Paris,. et Monsieur A. MIIILLERND. Pl' .7
---a
.. 7
LAW..,,.
..,
,x, V,*5'.b. ," '.'"'"'" ,:" ," .,. . ": ", ." s .'- .;. i,"' ,a': "'











l:'. la creation de I'Office de Verification et de Compensation ,pr-
vue A 1arlicle 296 de cet instrument diploratique Une Loi .
i' :--fut.dposee devant le Conseil d'Etat, et vote, qui 'a crC cet'.
Office ct rCglC sorn.fonctionnement. Mon Diparticmuena d6si-,
S ga comme Meimbres de I'OfUice de V\rificalion et de Coin-
pensation, Messieurs RODOLPHE-B.RRAU, Chef du Service Di-
plomatique au DCparlement-des Relations Extsrieures, Hu-.
BERT ALEXIS, Chef de Division au D.parlement de .la Justice :
et ALFRED BARJON, Licenci6 en Droir et Avocat.
L'Office fonctionas depui3 le ler. Dcembre 192).

Tribunal arbitral mixte haitiano-allemand.
La Section VI du Trailt de Paix prdvoit qu'iu Tribuna.l'
Arbitral Mixle sera conslitu6 par chacune des Puissances. Al-
: lies ou Associses. d'une parl, et l'Allemagne d'aulre part,
pour connaitre des diffrends qui sont de leur competence,
aux terms des Sections III, IV, V el VII du TraitC.
Sur la demand reiterCe du Gouvernement Britanique,
.-' notre Gouvernement a acceple que le Tribunal Arbitral Mixte-
t". -IHaliano-AUemand siCgeat t Londres. Selon la communica-
-" ion qui nous a-6t6.faile par la Ligation Britatinique A Port-
': aiTPrince, d'ordre-du Foreign Office.l'Allemagne elant dans
Fll'impossibilitC d'avoir des fonctionnaires conimplents-dans
pilusieurs places difflrenles, avail sugger6 d concenlrer les
,,.:diff6rents Tribunaux Arbitraux Mixtes a constituer, a Paris
*et -Londres. C'est ainsi que le Japon. le Slam et Ie Liberia
avaient donn6 leur'agrCment pour la constitution de leurs
i Tribunaux Mixtes respectifs A Londres.
.Sitbt que nos d6elgu6s A -cet impjrlant Congres auronl re-
:..; :,mis leur rapport, il sera publiC au (Journal OfficielB.

.. .. Congres Postal de Madrid.

L-.... 'Leongres de I'Union Postale Universelle avait Ct6 convo-
Squ6 A Madrid et 'devait se reunir en 1914. Mais par suite de .
Sla Guerre, la reunion fut.ajournCe d'annde en annCe.
Cli::- "C n'est.que dans les derniers mois'de l'a passA que ce Con-
l gris put se rCunir a Madrid.

; ,-: .. .' -.. '-."


... ...'.....,.....- .i .."
..~.L ..... " ., 2




















ceux qui apparliennent A la carriere-pouvaient etre- choigiss'
l6taent trap etroit. Chest pourquoi mon' Dpartemerit-priparce.
pour etre-soumise au Conseil d'Etat,.dans sa prochaine sesi
sioh ordinaire, une Loi modificative de l'Arrtd dui 17 Ao X:-
19.17 as le but d'Tlargir ce cadre. :
:.Conform6ment .ce que mon D6parlement 6crivait 'danij
son- dernier Rapport & Votre Excellence, dans le bu.t de fo~iur-l
nir'de plus grandes ressources au Tr6sor, une Loi avait 6t6.
pr6par6e pour modifier I'article 33 de la Loi di 17 A6olt 1l91:
et augmenter les taxes fixes par le Tarif des Actes de Chai-,,-
cellerie y.annrex&. -
Celle-Loi n'ayaht pas pu 6ire vol6e A Ia dernierel session:.1,
rdinaire du Conseil d'Etat, mon D6parlfinent fera dili i geipi
pour qu'elle -le soit:celle ann6e,.afi d'etrer, en applications;:
'au prochain exercice budg6laire en augmentant ses receiesti

SD6placement et R6ception -Diploanatique..: '.i-;i

.-Monsieur-Juan Elias Moscos6 hijo a 6L6 accord .p are
SGouvernement Dominicain -en quality d'Envoy: Extrabt'k%
dinaire et Ministre Plenipolentiaire en lieu--et place de Mr' C I
A..Mola.
Monsieur F. C. Zitelmann a W16 accr6dit par. le ..Goduver "e
'nement du-Reich Allemanden qualiltd'Envoy6 Extraordixnairej?:-'
et -Ministre Pi6finptoenliaire; .
S.-En. 1'absenoe de Mr. F. C. Zitelmann, Mr. Edmund .'.!-i
ic.:ke g&re la- Lgation du Reich Allema nd en qualitl di?
Charge d'Affaires a. i.

a . .-
. ..
flKI, .b ,.. ..,, .. .... r ,- ......4., ..* .. ....... .. ...= .. ".. .. ".: ".. .. . ..t. 7 : "r..*:.r : -" .;" - '.". . ." . /" '. ,. .. -: -: -














S-:aint.ete INotre baintl ere le-.a-pe--et press .le.Ci uernemefit.-
: de.la Rdpublique-du Reich. Allemand "
: -: Monsieur -i -E .6le nomm6 Envoyo Exiraor--
,.dinaire et Minis re eniipo enliaire A .Washington en rem-
-:. Mondsieur Baa 616 nomm6 Secr6laire de. la
.i":a-':L lion I aa' d'Hig oan Rii "-
: -Monsieur'Fernand Dennis, Chef de Division au D6parte-.' :
ep-t. des Relations Exterienres, Ancien .-Consul G6naral- ,
;d'Haiati a G&nes, a 61L nommna Charg6 d'Affaires d'Haiti- T:
Berlin pour-g6rer la Legation en 1'absence de. Mr. D. Belle- -
-. pgairde, En-voy Extraordinaire et Ministre Pl6n-ipolentiaire'
S-."dont la residence est a Paris.
; Des lettres patentes ont.6t6 ddlivrdes A-
".-.:'
' I d..Mousieur Alfred John Bovey, nomm6 Consul de la .R6pu-
Nlique d'Haiti:A Cardiff(Ecosse) Angleterre,2 Juin 1920; :
-Monsieur Archibald Claude ..Dunlop, Consul de la:. B6p-. '
.lqife d'Halit a Southamptlon, le 21 juin 1920;
:MognsIteur V. Kieffer.larchand, Consul- G6n6ral d!Hait:i A .
i5 Lima (Prou) 3 Septembre 1920,
Md;i'sieur Lbtis Callard;:Agent Consulaire A Manatr(Cuba),
.26 Oct6bre 1:920;- .
.- Monsieur JosepXi D6jean, Agent Consulaire de lad- publique .
":d'Hfaili aiSanta Lucia (Cuba), le 5 Novembre 1920; -
iv;.'AMuensipeurDavid Borges, Agent' Consulaire d'Haiti- :Ciego. .:
:- de A&YUa:(C Gamaguey,.:Cubn), le 8 Novembre 1920; .
iiMnsieur-,..A.. Telstcher, Consul de-la-R6piiblique dfnas .
.lEtat de Rio Grande do Sul (E U: du BrAsil), le-18.Novenifite "
'R:",Mopsieur AndrACass6us, Agent Consulaire de la Rdpublique:-
i adlH iti A Manzanill6 (Cuba), le 3 D6cembre 1920;
'";- Mqnsieur Denis.St-Aude, Consul G6neral de la RIpublique-.
'Haiti'a .Santinag de Cuba,. le'7 Dcembre 1920;
.A-I ioensieirTCiariJes Ganrief, Consul de la Rpubli.que-.d4UaitL. -.
S 4na .de lMallorca, le 3.Dcembre 1920;

M" - -
.. 5-.,, ,.. ...... .. .. ,. .. . . . ... ... ...












.:'ct ,bi re w ;-. -. :.
t:iisidtieir`ules Laforesterie,- Ageit Con ulaLre. d'H.ailt ,....-.
-Barahona;",(Rep, D:) .-
1 monsieur Ulrick Barthle a 6t -nomitn6 Vice-Cohsur d'Haiti.,
SQu6bec (Cinada) 5 Mars- 1921; .

Exequatur a 6ti accoTid'
'.-Mo6nsieur J.ules Deve, Consul de Belgi.qwue q. uCp-rlaieo..-;' ':
avec Juridiction sur les l)tparlementsdrf'Nbird'&d ii .Nord- -:'
Otiesi, le 21 Avril 1920 ; -
:-Monsieur Maurice- Cheriez, Agent Consulaire de France&. .
'Pelit--GoAve; le 4 Mai 1920;
Monsieur.Giovanni Poggi, Agent Consulaire d'Ilalie -a 'la
residencee -de Cayes, te 5 juin. 1920;
SM'.onsieur A.lphonse Haynes, Consul ad honorem de la.R T6
.publique du Peron A Port-au-Prince, le 23 Juilel 1920;
.Monsiear .Robert T. Olivier, -Vice Consul des Elals-Unis ::
d'Amerique A Port-au-Prince, le 23 Aoit'1920; -
Monsieur Henry Averii de Virginie, Vice-Consnl des Elats-
Unis d'Amirique A Port-au-Prince, le 10 Octobre 1920;
S.Monsieur Jules Deve; Consul du Danemark la residence
d'u.Cap-Haitien, le 10 Octobre 1920; :..
M-'Mdnsieur Avra M. Warren, Consul des Etals-Unis d'Amrri- i
que au Cap-Hailien, le220 Octobre 1920; :.'
Monsieur Hyacinthe Anglade, Agent' Consulaire de France A:-
-Aquin, le 7 Octobre 1920;..
:Monsieur G; Marcos, Vice-Consul Honoraire de-.la R6-
publique Domninicaine a Fort-Liberl6, le 22 Novembre 1920, ".-'..i
.Monsieur Berhard-Lemoine, Vice-Consul de la R"publique .'.-
ad Peroui A Jacmel,. l 3 D6cembre 1920;
. ..* -..,.

Mon Ddpartement a continue A pourvoir nos Legatiops et
nos Consulats de mobilier.
C'est ainsi qu'A la lisle des Legations et Consulats auquels
I'ann.e:.derniere, certaines sommes avaient Mt6 allou6es pour. :'
achat on r'Apiration de mobilier, il y a lieu d'ajouter .
,'.L' IA L6gation d'Haiti A Paris, .
Ia:. la L 1gation -d'Halti A Santo-Dominhgo,


.: .z ... ,. .. .. . : c '.: ,-. ';. . .. ,,',.1'_
L. e, .,, ,, .. "+..., .'< r.-... ., '.:, . .. .. '' % : '



































K.: "r -

t:.:: : . -- *
<.[.i ,'1? :." ,"' . '
: '" ; **- '
K . .'' '. .. *.' " .




." .*-- -





"1 ^ ,." -. .' '
. ': -.: -.



i-"U. :- ..

!ii"
;" ]': i 1'















1.7 :7 .. ... -
? :*, : .-:: :
i ': "" : ,
I;'- :
.. ll,.. ..







" !7 : '. :, .. ., ,:,. ,. ,.. . -.. ,_ ... . . - . . ] _
:. .".. ,..,<: ,. .< .. . .. :,. ..,.-. ~ ...









'l' "i," ". .: : .. .. ;, '" :
. .... ..:" , : '<" l ,' .. ..-, .. '. .. . ... .. . .. ,












.'.Monsieur le Pr.sident, ..-
" : "' :": ::; .': J. i ;::' :.iy
J'ai 'heohneur de presentle Votre E-cellence l'Etpos. :'s
deldaSituation des services relevant -du Dfparimeint ek '
Finances.; . -
Cet.Expos6 devait 61re. accomipagiTh dt unaper'~u general die-
eltat -financier du pays,niais les donnees slatistiques'sans les--:.
quelles 'i ne peut y:avoir une vraie appr6ciation.'en matiere"
de finances font d6faut:. Nous ne cdninaissons ni la. richesse :"::
duipays, ni sa production annuelle, hgricole et industrielle;- :
Nous ne connaissons pas exaclement I'-tendue des terres cul-...'.
liv&es. Memes oes derniers temps, la circulation mon6taire en.
or qui fournissait une base.d'appreciation si utile estinconnue. ..::
Il-est A d6sircr que la collaboration des difftrents departe-_. iJ
ments minisltriels -ide A conibler ces lactines regretlables
Mais'A d.fautLdes chiffres posilifs, on peut" dire qu'un tat-.;;
de malaise est l6endu sur le pays,d'un bout a 1'aulre depuis '-":
quelques mois.Si'lesechanges commerciaux sont un indice:du
-plus ou moins de prosperitt de la nation, it est.. certain que:.:
le paystraverse une cruise intense. Le tonnage des nmarchan-.--
dises.importees en Haiti pendant-les deux Irimesires de 1'E- .
:xrcice 1920/1921 est inferieur a celui des marchandises im-.
port6bs. pendant le sell, premier trimestre de 1Exercice pr6-'::;"
c6dent.
SLes recelltes.douanires des 5 premiers mois de cet Exrer-:' i
cide sont peu pres egales A la moitie'des receltes de la pfi-:-
-riode correspondante de I'Exercice .1919/1920. La raisonr deio
toit cela nest -pas a cherclier bien loin : pas d'exp6dition .de
cafe, pas d'importation de marChandise en retour. D'oti, stag.
natiorinans'le commerce, diininution des rcelles de I'Etat.. :'
Le prix du ccif est tomb6 si bas que les habitants refusetiit
de-le Vendre C'est.A peu pr.s la meme chose qui est arrive .-
aux Etats-Unis pour le coton ou une bonne parlie de la der- "
nire recolte est reste. encore invendue. Mais les amrricains.t::.:
dnt plusieyrs cordes- leur are el le dommage caus6 -m6me a:::-;
une si vaste categorie'de producteurs que les planteurs de- co- ::"
ton-ne peut embarrAsser le pays. 11 n'en est-pas de m6me cheek .
nous.Nous avons touLours trop comply sur une seule deririe.
Aiant de passer. a la revue de nos services pour ::lExcrcice



S...... ..........' ... .. .. .... ...





M 41,:x-,;,
v, 11 t 'iL
0 cq,:iiep U,
nient" sifV id j-
sur.,, M -TO'C'n 1.- is a ur, a :r'd Ill
bS6 a dntfel-Iio Oil tse- ren( e,,cou]

uj,"Actit
_PeupI`(_,' q-ur-sdilITL'C reg ird-e'
d,iiji-4iiait." R d[Leal de'1'4i' Ir'
'd `'da s in e s c _r-Opres
4' ormerement ree, en proieaux"em ar-.-. -
ras ay- 'a i t p-a- -ns 6 I'Efat,_Ouvait-le tirrjit puble- 04i"hr:mA:n
lier-d d 0 rn -a
,d,6n ne iable-. lesulls ai'
aide apr6,i
pi,61iibili6rt TI(m
-do wrtation les'autres tin
"s- dern ieus invotitian'L-Texemp e, qu,2 veam db rtli e r, J'" `2'
)Uctife de considcli-6, I e, Gotlyerhel,'Tl
-asJ11tervellii'. n`e
Ge s L 'pa's qu uj, tiiq,,.e' res er-
etit:, ux 116s -cat,, avail
e (t r urs-ou,
ieu Waucuhe flor, e t te'
C nimere'ants, mais il semble bien qu'en g6 P-6rat'so'n ma
e 'Cl'on--dIx,tcte lVest Ims 'S 0 1 I'lla I ta 1) 1 ei.i':
Cest tort- qu on a e,: P e P-as 01,6er-dti Jraall-
IMai F, .'rait-coupa J e de, ne pas-travailler A e rA S,
C(, d "t- permettPnt le d6veloppqnlent duh,,_";Pci,_.
la s6cai-it6Aans le-s cimpagnes, llnstrlueti6n g6 n
-rale ef-te'chnique, dc bonnes -routcs, iffi service eqiisu`16trie 'A't-!
-tenff,,,Ilbus chercher dcsd&boucli6 di-ange'rs "k uqi I f
Aijoute la pr6dc4tion d'e-la-rilurale-ei drfar6ligloii v S
CL
agen s c i'men
I ff
me __vu`iY'et de It*
ift d Lt ra.
-It yJaudra aussi des capit"tux.-Mms capitafectr'avail- m a r_
C leiff d-t 1) a i r. Ge f TL nion des deuxqui- fait la -xich
4 -,piiis t 0 uj 0 u rs co pris C'est ainsil que "ftgu,i 6,
-D ead&up de gens ct io a ces ninIndres-A la nouVelle
prh-iit allarit'Otre r&alise", cI`OY4,ieIltI d6jA-yojil- d6vers cr' f
or :Iactole S,ir -iiotre j;uys. Le-'- r6ultiit- deg-E nip -iik',
06 19to liavait pas retissr, 'o. -vr
a eur u ir es plix:_
au I re' tO 1_1 t'D et ai-eiii 'rien' a u x, )Uts, de
IIIIS fie c o ni p rk
f .ouir4,uqlieterla I)etfe,.e
al Jri,Idlprullt alt-_ x 6 1.) eu re "L
ftia-u se all in ilent'(3it 'e-ette opL,.'iftoia grace`-aw I
r6dUff notre Dette -,q-u- tier:s-dd's&n -liontant
-6taA-",c'.e-rI6s -.bi e-rtd&sirable. A1 S oudi qui noti. oAL

y
"t" t ete' accept -a
ai es'n on pas, ables. V16Lre Gouvernemelit
sciission-.quia ea liou c 6&6- 1
di 11" ati
1:: IP
'mi par._ a -p (iblication- d U,-Livre BIQLI. _-
mblo que s6if un all6genipt(le.-deLtes, il y a 'd e' r
qd'6nne saurait ynietlre,.L pavs cut certes ',gagn6 it fai C-
ui-Iii,6no Ill 16 '&eli o fi
t, que c ii ier 'c
t" I de, s-particulie s. oti 4 -des Compagules qili tienuent t
'dnien,! et SDnt,,,t6ujoLiFS'-ywts:A s ii cit or ` d '4`
Z7>
niiuW-au PaYs. C61aus e.seus quila',p Jre P'ar,16 &E iii



Pw







m kp
b e~qq -vP
0"q~cjxa
rW '
't- AO'dt U
pmi" 0,Z
"T IW,"
Hhtm-httn

so'B:ddelP
Tff'1U&d6 e 16qn
jqTd&e_ ue-,e Lar
S, An
pc~y A
'f~n&ee-t tupw
-D tt T Ub j u~ lm
-faugehl ase 8
-4f s-A lieTUi 'as6ir,
0han~i a t -.gil-' 1
'de-mcte, 6 ani~e t
s ou "d
up_
;-ela.d a nd e 'etle ,d o tsA E ~ ', q m
' nrwbnsde5bo.' ~m lede-'10re-vis n e -st-,'n
t,,qa o'lC st-urd te~pu-irc~s ~llSi6At
:.) oi~~ij-st,;qi-]6 udesde-eapy sn'bts
verernn derapoosrds' 0'SPLI,0tals ph(,-'
tiq es s a, sa
urw e ce_,n uvele~s t Co r s 6 t:d-,J f t' p
d~)t aprnleSes(?. ve ceijuelt
.,.4 oi~ a co d-d otve ii me t A
-d i o
paki~:, er~s.
D "- "'e x n et fisin, t4 16td!dsa











cussion est g6n6rale. Nous ne pouvons pas faire exception. .
; II faut payer la lourde dette.publique. Nous ne pouvons yr:
: c happer.II faut pour maintenir notre rang parmi les nations;,
r faire des depenses dout nos peres 6taient dispedsAs. On sait
par esei.ple, que 'Instruction publique ne cofilait l'Etat -
Strainqais sous Napol6on que quelques milliers de francs.C'est
par centaiaies de millions que ce budget se chiffre aujourd'hui.
Nous aussi, si nous voulons dUvelopper note capital human i
Silnous faudri, depeuser et dppenser beaucoup pour I'Instrfic-
lion publique. .Je me cohtenterai de ce seul example.
:.-: Done, si nous voulons avancer,-si nous .ne voulons pas, re-
culer, si nbus ne voulons pas compromeltre I'avenir, devant
S nos budgets que les recettes douanieres ne peuvent plus 6qui-
librer, il ne faudra pas fermeir les veux. Ii faudra faire les
.: sacrifices nkcessaires.:
Les receltes de 1'Exercices 1919/1920 ont Wl. bonnes Les
recelles douanieres on produil:

Or.- 5.463.707.76- - Gdes.- 4.733.150.49
:.v; Les recetles diverse ont product :
G-des. 908.708.64 Or 198.044.80
r :: -. ( (Voir tableaux annexes) ;.. .
Ir:.; :- Les divers credits voles, ordinaires, supplnmeilaires es
: extraordinaires, acquiltts A l'aide des fonds de, cet Exercice se
:i:; sont 4:ev6s a :

Or 2. 547.429.031,/3 G. 4.477.81.1.81.
S- Avecl'excddenit des recelles, il a pu etre transfer A Paris
I: somr-e de or 2.200.000.00 pour metire pleinement A jour
:.'notre dette Ext6rieure, inltrets el amortissements. .Celte va-,
S leur a t6. remise A Mr. Mc. ILHENNY, Conseiller Financien,
S pour agir nu inieux desAintllrls de I'Elat, Mr. Mc-IIIuNNy o .:
pas encore rendu couple de celte operation.
t oe -s.. .e a -.:.o

W"i 'srecettes douwanires-.sont encaiss6es soils la Qir maotiori *. *

., '. 4': .::d:''"., 4': .',::' .-...... ... .: .. ... ;.. ...- r. ,,.,



















conxroie aes Aaminisirateurs aes finances ( tLnregistrement, ./-
Timbre, Domaine etc ). .
-Ces recelles"devraient Ahre plus importanles,. mais beair-
coup de percepleurs riy meltent pas la diligencevoulue. C'esti
ainsi que les biens domaniaux nolamment sont loin. de rap-::.
porter A 1'Elat ce qu'ils devraienu rapporter..
En ville lout le monde pale I'abonnement A l'eau. A .la;';
champagne, IA ou l'Elat a fait de grande d6penses pour assu- ':
rer:'arrosage des habitalions on pergoit avec pine un droit; :
d6jfd6risoire. I11faudra que la loi arme les percepteurs de:::,
moyens de contrainte plus efficaces. II faut dire aussi, quoi-' '
qclecela pe saurait excuser leur negligence, que quelques'i
uns d'entre eux devraient Wtre mietx pays. -
-* t

Un. service qui rapporte 'ne' belle contributioni aux budgets;:
strangers, est celui'du timbre et du-papier ti.mbr6. Les ree-:
cettes-en ont Mt6"de:
G. 476.888.81 -Cr,. 17.394.96
** "" '*.L. : -..." .i
SCe service:devrait rapporter plus. -Les prescriptions de la"4
Loi ne snnt pas ex6cut6es.C'est ainsi-par exemple que les..im-!
bres pour quittances commercials ne sont gur.e en usage;,'..:
malgr6 le veu de la loi. II y auta 'h revenir sur ce chapit.r.ip;i
*, ,- *. ....':" ..: i

Laposte n'est pas pr6cisement une source de recettes pour:bi::;
nous, On n'ecrit pas encore beaucoup dans notre pays. Mais,: A
-je'suis heureux de dire que de grandes amAlio'rations out ftl :.
apporl&es :at Service postal. .
.La 'nallae, apport6e defix fois par semaine, par train ou par
auto,a;Miragoine. d'une part, aux Gonaives de rautre, facilid
Jeptorf pt :aheminement des lettres aux extr4mit6s du g.ays. ;

: ." Z i ~: . . % '
P', 'i ..'' ....La." : : " " -, ". *: '










compti les papiers qu'il retifame bt't bien .connu..i iijul :
non seulement du temps, nias aussi de la vermiiae.'g e :eiJ
: .heureux de voir bienltl transporter dans un lal plus a
propriC, ces pr6cieuxt6moiousde notre vie civile. -
.- ':- .. -
""' Le Magasin de 1Etal est maintenanrt bien -modeste. i'n1.
: nferme que des livres qu'ofi a oubli6s, mais aussi, -dahii
.quelues offres-forts, des -plpiers precieux.
q. -p *

SAprs les difficull6s de I'ann6e passee don't votre Gouer.-i;
nement a dejA entrelenu le public, les rapports .de la Bniaie"
National de la Republique d'Haiti avec mdn Departerent
snt continue A dtre normiux.
Le. systlme de quittances. donndes par eel Etablisseimeint.-i
pour les versements fails pour complex de I'Etat ayant ch~bgqn :
avec la presence administration, il s'eii suivait ain grand tlelared!-
dans l'expedition des pieces de contr6le,o mais les Directeui...rs ,
r.e, emment-onl accepltede bonne grAce de prendre de novel -
S les measures pour I'exp6dilion de ces pieces. La'Banque ate- '
,: .* nu A ses engagements en veillant A la stabilisation du ,change
des billets.
..- -.Le public a 616 inqlietl ces jours derniers, en-voyant la:.
,S:.-. .BIUiqe se desintsi resser de la monhaie. de.nickel. MniiS cet -
^'!- 4ta blhssement'a promise d'en mainteni nla patitM aivec.les :il-"
t,.'''lets jusqu'At ce que soient prises les measures qui seroit. pro-
:- pos6esbiehl6t'fi Cdnseil d'Etat.pour ruieux gararitir la mon- '
4-: '. naie du Gouvernement. ..- .
: 'Nous attendons.de la-Banque qu'en cetle anti6e de:-crise -et.-'"
de moiis ~'alue des recelles, elle fera tout ce qui dependia.:-
Se". d'olle pour aider le Gouvernement dansisa tAche; Quoique )I,;'
"a.". lajoritj de ses aclionnaires soient.terangers la prosperit6 d'.
I Banque Nationale esl lite a celle de niotre pays et ce sera
pour olle d,. banne polilique el de baine finance que de prater.
. SQfn meilleur contours A I'Elat.

*I."': .La Ba nque Nationale ces temps derniers-a ralentidans ufne.-.
...; ie ..esure .es. credits qu'elle accordait au Coniz ilrce,



- -s .4.. .-. E- .
ot *4 ., . o.. .f .r . ,. .t
: i:: .:: . .. . . . = . ..,. :. . .. .
,,:,: ..L :. " ::- - ,:: :': .-'' :: ' ". .- ., ""< :- .',:'*.'



















- ... .. --... .-i '
LeC.or nriissariat du Gouverhemeni pres Ia Banque joue:
aapirs de .et Etablissement -un r6letro.p i.ap6i i.~~ viieiit.
qii4 treprenne.le conitrible privi par V 'eeonitratde la'i:anque'-
.aE e.t.rdet ntedle.- s-Administrateurs des Finaqices, qu.
oniL contrd i i sur .1: inisl ation dduaitir. q.u
- ".. ;. ,,,.- - -......." -.... . ..... ... ......... .- ". .... .::;:.r'--


Lirct.aitsides. illets ordonn6 par la loi.du 7 Nov. 1919
s'est iie poursuii- duraDLle. course de 1 4ercice'
Au 3 yii;n y.advait pu sencimrcula Lion.upi e G-.r 72.972.:.
U .', ; :. A., . -b i - _. :'.i t,,: ;-..q'

Le ~p~-pl .s habitue, de plus en plus & recevoir -iunrda p E
mneat le llar- anirican-oes-gourdes A; reason de 5 pr; i. td
te'qui f;. tdii:tfraiterient les transactioins
Vo l-Mnieu'ri rle& Prifdenit-u n-rapide.aperqu jetld: buir ia
silihation L.-a prdsentd session du Conseil d'Etat sera i~ab -
rieuse : en juger par les decisions qu'il y aura --.prelnd~:
Maisj'espere qde vous trobverez en Messieurs les Coiieseilrs ,"
d'Elat non seilement des. lgislateurs, niais des Coiel rs .
asrs e.L desyitrtibtes, .- .- .:
L'hbur est difficile. 1i y Taut le concourse .de toutes :le-Ls' -
bo nnei. olonts- .-
Jeus,:prie.de re Svoir, Monsieur. Ie Pr6sident la noa-. :
v eUle.san- 4e n -.oe. entier ddvouement. .
." .. . ".. - "s P. " " .. .
CA, m,.?~m...
--."
%' "' ,' " d 'J: . ;" :;,;..: :.-. ". :".,' ". '] -' :.'..: <;,: :: " ', ..I. "A









Recclfes Douanit


~ti: -
~;..

!r


,~ -
18:;
:'r:


''



r




i. .
i.:
''


Ores de I'Exercice 1919-1920.

Or. 25.800,11 -Gdes. 3.969,87
S 711.939,84 a 582.994 00
233.245.48 t 113.011.86
.a ( 279.217.13 222.806,36
S 241.843,24 a 190 313,79
a 2.494.582,22 2.644.935,47
( 314.982,(8 a 169.438,42
5 54.460,89 30.972,55
( 189 533,09 ( 127 070,33
a -133.583,59 a 405.969,61
(. 41.597 32 a 12.762,79
.. 442.92277 228.911.44


Or. 5.463.767.76


Gdes. 4.733.156.19


Recelle Douanieres de l'E.ercice 1919-1920


1919_ Or.
11919.-...-. _... a
1919 .
1920____-
190.....-_. .._....~. cc
1920 ...... .


1920_ -
1920_ a
1920 -.. .


365.500,70
383.383,81
698:864 18
690 675,39
509.035,90
531.247,17
481.285,75
412.879,26
419.233,17
33.1.086,19
337.522,72
299 993,52


Gdes.


363 923,31
313.220,53
568.562,17
565.156,00
465.707,03
373.966;26
351.143,03
348 893,61
330.983,19
348.320,75
315.168,20
388.112.41


Or. 5.461.707.76 Gdes. 4.733.156,49










*





. ^ ., .* ; \ ** 'i


Oclobre
Novembre
Dcembre
Janvier
Fdvrier
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillef
Aodit
Sepembrre


Fort-Liberltd ._.. .
Cap-Hailien .. ..
Port-de-Paix ....- ..
Gonaives .... .........
Saint Marc ..-....
Port-au-Prince --...
Petit Goave.... .
MiragoAne.. ...
J 6r mie.. ...... ..
Caves ..........
Aquin ... ....- .
Jacm el .... ........ .....


I


----;~-










nrregntreien ....._.
ypotheques .. ....
relffe ..-........ .....
erm age... ...... ...
mlaution).; ..............
3 po t ._. -. ._......
meride.
'enles ........ ... .. .
asiers-posle .....
rrosage _..... .. __
ois chauffage ....
loniteur -......... .........
ecettes Imprevues_.......
i m bres..... ......... .... ..-
i cennce ........ ... ............ .
Passe-por ............ ...... ...
Cii'Haitienuede Pt-de-Paix
Loy3ers........
Service Hydraullique. ..
TMlgraphe Terrestres -
Elat-Civil ...... .
Taxes consulaires.........
lie A VAclles...... ...........


UR AMtRICAIN
35 146,96
16.293,31
18,65
1.491,15
(C


2.218,05
298.48



267.06
17.391,96
33 197,08
56 750,00
1.200,00
360,00
7 905,00
13.749,21
10,00
11 213,86
500,00
- $ 198 041,30


MONNAIE NALE.
104,485,42
23.712,39
8.562,35
112:330,34
4.400,00
10 500,31
517.85
60.169,08
5,321,74
166,00
100,00
1.324,20
4 184,30
476.888,84




60.501,45
89.930,25
3.167.72


966 262 24


..* :".



.'
.- '" !..,,



:


DETTE PUBLIQUE.

Soldes au 30 Sepkmbre 1920.
DETT- EXTIERIEURE.---Apres les versements des Or 5.200,000,
00 fail A Monsieur JOHN Mc-ILHENNY,ConseiIler Financier,pour
les paiemenis des intlerts et amortissements jusqu'aux cch6-
nnces :
lo- de ler. Juillet 1920 pour l'emprunt 1875
2o- a 30 Juin 1920 1896
30- R 15 Mai 1920 a t 1910
Les soldes se resument come suit:
Emprunt l875-... -..-. Fcs 2.513.760
Emprunt 1896 .. --..... ........ 29.674.500
Emprun' 5o/o Or 1910 de la Rdpubli-
que d'Haii -... a 61.576.500
Fee. 93.764.7bL'





. . .... ......
*-*;*- r -j.L.'x, .^: -l*.*'*Ja '-.''.', ii a M~


_ _










puis I'ann6e-j!16- .
Le solde de Capital Obligation se resume comme-suit:

EMPBUNTS;


Delle
Delle
Delle
Delle
Detle


Inter.
Inl6r.
InIlr.
Ifildr.
Intir.


1912 Or. 246.347.00 in.
1913 ( 451.572.10 a
1911A A 705.078.00 a
1914B 528.264.00 a
1914C c 331.965.25 a
Or. 2.263.226.35


pays jusqu'au 29 Fv. 191-6:
a 15 Janv. 4'
a 30 Spl. 1:9151
"a 15 Jui-. a
S 29 F6v 1916


DETTE FLOTANTE.
Delte Inltr. Cons. Or. 1.111 284.11 Int. Commence 6 partirde_

6-- Janv .'g14.
Crdan e B Nale. . 1.733.151.87 e p. jusqu'au 30Spt. 1919-


i~.
.....









.\:" *
'"" '
L!.. ..








I r':'
1&--
S:. :.







P y .' ...
c '.': .. .


83.690.00 -
81.422.04
15.689 85 Int. p.. jusqu'au-29.Fv.l916

39.121.64 . en retard A partirdu ler
Octobre 1916
43109.40 C c r 29Fev.1916l


263.700.00


359 833 34 Gdes. 2,068.988.22
3.734.00.25 : Gdes 2 Q8.98 '32.


CHEMINS DE FER DU NORD.

36.720 obligations de Fes. 500 chaque, Fes. 188.600.00.
la garanlie d'intierds est due,& par.lir de. l'chanceAu. ler.
AoL11 1914.






_io .,


I ) ..;. : .: . .. . .. . . : -, . .':. .. -. :


Calhddrale du
Cap-Haitien ....
f.ic.Fse.des Cables (c
Cr6ance Fouchard a
MarchM et Rues des
Cayes ...-.... a

Irrigation Plaine
des Cayes.--... .
. Rfeclion Rues de
Port-au-Prince c
Val. acceplte par
la com.F6quilre.
:Or.


'`' '"
'''
....,

ii.












"- .' -. i- -.i "t ," = " "' "

departmentt diu Commerce a pour agelits le 'erson el -:
dill ice, oions laite et cel-i' du service douanier. LCes dier
niler .arigiettr,sont regards comrme des agents lscails'ne. .
i Ddutii nei seble' tre .qug'un bureau lderecetles. Nos taxes. ::
ne's6hffpasles-taxesxde protection, mais des taxes qui doi- "ii
verrcrappitet i est4d' aUlant pus necessaire que le person- '-
Ine:dqijahiei -ni'alporte aucun esprit de.chicarie dans sa tache, .- -
mais se Mi~-'aonr'e serviteu"rempre:sse du publicc.
Lat cleiere persontle delicate.Les discussions avec les
codrtimnetrith.a propos.de' taxation sont susceptibles de se re-
prt6s~iet dlerdenps en temps. Pour couper court A ces diff- .
cult e .i.'ffiiidAitque la loi-ifitervienne en prtcisant nette-' .
mnnF!k poS-'dudd'i.gislateur.
Les Consuls 6sdil"appel j rendre-le plus grand service au-.. -:;
pays'-II'd e' soitpas d'.librd des agents fiscaux et si- les re-
cettesuIiI9spie diveint ne sooit pas a n6gliger,c'est surtout iun
autite:rdre'de service i'o attend d'eux. Bien connailre no-
tre pays qu'l's repir.sepisent pour. le faire bien. connaitre A
l'6trangerar-tt estleur'devoir principal. Le cafe, le cacao Ie.-'..--. A:
coton, les lbis; voila les produils don't le bon placement peut -::i
aligmeniter.sensiblkhennt les revenues du pays. Le Consul doit
lre plutdt un Comnis-Voyageurqu:u r diplomate.Jll doit savoir
faire l'articlei De I'avis des con.aiss'eurs, notre.-cafa, notre .
cacao sont de beaucoup sup6rieurs- -des denr6es d'autres
provetanhcesiqui'obtiennent de mealleurs prix sur certains--
marches. .
Celle inf6riorit6 vient de ce qu'on a.su faire I'arlicle pour .
les autres et que nous, nous n'avons rien faith. .i
Le Consul devrait.suivre les -affaires commercials qui in- .
teressent son pays et renseign.er son Gouvernement el -mame
les principaui .int6resss 'directement. On ne saurait dire .
combien d'ennuis seraient 6pargn6s s'ils trouvaient chez les :
Consuls d'Haiti l'information necessaire -
On demandera.peut 6tre que l'impulsion parole du DBparte- '
meant. Non c'est aux Consuls appel6s A Atudier les milieux.
oi ils sout accredil.s A se taller la Adche pour atre utiles a
leur pays C'est 1'homme qui fera la charge. Pour assurer le


~ ~~' 1~ .. -- .. .j ... .
. . .. . .










pas qu'ici la negligence ou.un calcul A rebours comprom.ett.
leur oeuvre en jetant de temps en .emps sur le march 0Ia-.
ger, des denrees mal pr6parees ou avariees, Une seule e6
dilion de ce genre peut compromeltre dans iun port elrarifg
le labeur de plusieurs anndes. La loi doil armer..Jes.douanier
du droit de visiter et d'arrler. ces sortes de denrhes. 11 y v
de l'interlt majelir du pays. ..
Le DNparlementldi Commerce ne saurait resterindiff6reni
aux humbles efforts qui soul deployds. p.. nolreindustrie na
tionale don't les productions entrent daniisa circulation cou m
merciale. La confection des velemenrts,.des souliers, des,. r.i
peaux ocenpe une anmee de bras el done pleine'satisfa.e
aux acheteurs. Pour toules ces choses,la nmaiire premiere esi
imporlte Mais d'aulres produils sont entiereniebt d'e fabric
tion haitienne, tels les meubles, depuis les simple jisqu'aw
plus luxueux, tels ces chaipeanx a une et. deux,gonrrdes
coiffent aujourd'hui nos ecolieres el nos -demoiw4 es i 1e ouT
fortune. Les Haitiens commencent A comprendre.et les "Ha,
liennes surlout, ce qui vaut encore mieux qu'il ie.faul a~da'
*gner ni les produils, ni le travail du pays.
Dans I'Expose des Financesj'ai dit la cruise commrerciale qeir
nous traversons. II ne depend pas de nousd' y porter remide,
Car celte situation est enchainPe A un t(at de choses motidcialki
Ce qui ne veut pas dire qne'nous nous croiserons les brs-'
allendre. Tout ce qui peut ameliorer la situation prdseute.--
si faible measure que ce soil doil dire entrepris.
J'annexe a eel expose des tableaux ( A. B ) qiii danie
ront les informatidns qu'on esl habitue A attendre A celle place
Veuillez recevoir, Monsieur le President,'les assurances le
mon enter devouement. -.


?',-,;.
i:: ".











^^h'*^' 27".
*. ;: .
..;. ,
!i2,::: -'

'. ..... .



: ... : .
i '.-."".




-: '-" ..
.~i::'.:. .

i'i.-. ,i


I


J CHARLES PRESSOIR .-




S. _-- .
-. I





-s.





. .. ...: .-. : ....


,














; Caf... --.... ... 60.987,105 -
Do triage ...-.__ ............ ... 4.5 14,-1Q4:S
Do Brisures ... 24:499$" i- :2i * .
Campcche': --..e....--:..... 2186.464;743. .' :
Racines de campfche .. 1 867,000:-
Extraitde camp che____.. 485,463, -.4'-;
Ci re ..-- ... .15,397
Galac --. 11 175,43 .
Coton .....~-. ..... ... 6.603,891'
Cacao 4.. .-....-.- 4.4153,035
Peaux de bceufs -- 228,005
Do de ch~vres. .. .. - 278,297 .
SPile __ ._ ...-. ..-. -597,907 .:
Miel .. ....--- -.-.- 1.4115,617 e.
Ricin .. --...--- -2.092.003.
Ecailles ..., -.. ... .. ...-...- 2.986 .;- ..;
'Vieux cuivre .._-------.- 275.933 ~
Vieux fer ............. ----...-.... 302,280
Sucre ..._......... 6.691,967 :
Rhum rn-..- 4,165
Fertiliser ..-- ... .... 3.159,578 .
Graines de colon_.....-_.-.. .-- 7.385,306
Produils- divers ........ ...... 205,045
STabac ... 11,760 :
Cuirs tanns__....... 640 6 40'
Noix de cocos ..... . ...-. ... ... 2549 -
Panieis vides._ ........ .... 141
Naltes ..... .. .... 1.052
Meubles ......... ... 10,779 : t
Barils vides .-....-.-....- 55,661 ;.
Fer a repasser ........-............ .... -- 56 ., "
Bonbons ..... 100 ...... .... 0 .
Liqueurs ........ 771t-:
Acajou ...... ....-.. --- 64.82%
Eponges ................. ..... -. ..- -. ....- 579 -:(:
SLaanier .............. 2,662.
-. Teinlure de campkche 21.1,698 .:
Cedre ..... ............. .. ....... ..... ... 103,000 .. -


. . '.. -.^: . *...i,7 ,
: i : "" " **'*'" .

.' .-
.' .. ., A, .. : -,,








~l..i'ie de cbionJ '-: . '.--. - 333,766
raines de palmise 492
G6 ne de galac 3,257
S'Talei'no- :- .7-40 .
l.' ice .... ... 523 -
: Caoutchouc...... -.. ... ...... .... ... 892 -
J lt Bois jaunie__. 158,500 <
'Ecorce d'orange .... _. 711,132
Chene 2,146 r .
-- Fusti. 188,400
.:: Minerais .. 220
i.-:. Nasses.- ___.. ..--.-- 316
SBois divers 1.988 a,. ;:
MPons-^ .. 938
S Articles de menage ....-.. .. 2.000 a.
i Crin 100 ..
:. Balance__-.- 300 a
; MaTs 3.680 G
Vins_ 571
Os. Cor.es; Sabots-.. ....-. 16.706 -
SFigues bauames .._...._. 6.120 <
S361.686.865 64.829

i.:- TABLEAU B
Q .. Qantili,de. tonnes de marchandises importles pendant l'exer-
: cice 1919-1920.

!ER. TRIMESTRE. 2EME. TRIMBSTIE.
: Port-auiPrince.. 15.031,93 Port-au-Prince .. l11.951,66
Cap-Haitien ...-. _2.262,56 Cap-Ilaitien -... 2 800,89
:'-Cayes- __.._. 2.147,93 Cayes.. .. .. 1.725,82
Jacmel ........ 1.370,02 Jacmel .... ... .958,77
i- G: naiveivs ........ ... 1.044,67 Gonaives ..- .. 1.264,94
SJrmie__ .- 487,18 Jrmie .... ............ 61482
.- Port-de-Paix .... 589,92 Port-de-Paix 7-93,08
Sant-Mar....... 1176,57 SaintMarc 1 416,7 -
SPetil-GoAve.. -...... 616,73 Petit GoAve ........1093,54 '.
A.-quin ...... 106,42 Aquin; -.... ..- i6,77
.r.: Miragogne. 150,52 MiragoAne .. 241,77
?-: T" oLTL .__ 24.98445 ... 22.898,87-

". ., -..k_.k-
.' .A I .,-.o -. ."r. -_ . ", . :-,
't ': :..... ' .. .. ... '.,'.'',7
::. : : ., ., .. .. : .- ,. ., ,- =

















-Pbl'iAGbAve-l__ :. .443.91 Petit-GoWAe .--
Aquii ....... 91 40 Aqin.. _...__ .......
-Mir'agba6-ie__-..... -216,73 'Miragoae. ..... -*.... 23-2.T."
TOTL .... -17247,68 TOTAL.-..-. _,223.;.53..S

T&rAL-. 24.984,45+22.898,87+ 17,247,68+ 22.935,53 = 88.0653. ,

Port-au-Prinoe le 8 Avril 1921.


S o .-, ., ._ .. -






... .










-.-
. ..., ,;:










." -- ,' V
,- .. :: .
: :i' :9 : -f








. .-. ..
-- * ..:. .

*. -. '-r.--:;..- . ..

. . .. .. .... .












La situation qui semblait s'am6liorer depuis la pacifcationi
Complete des regions troubles a brusquemen' empire.
Toutes les populations des D6partements du Nord; Nord;
.Onest etlde l'Artibonite qui s'6taient vues chass6es de leurs:
champs par les exactions continues des aCacosp avaient re-
pris avec une louable 6nergie la culture de leurs terres, el:
SdejA elles esp6raient recueillir le fruit deleurs efforts, lorsq g
la baisse inattendue des denr6es est venue briser leur 6'6i
La gene aigue qui en a ee6 la fAcheuse consequence, accrte'
Sde la chertI de la'vie, a cr66 dans- tout le pays un malaise'
general et inquielant. Le commerce d'exporlation, alleint.
dans ses ceuvres vives, tend A disparaitre. L'imporlatibn, par
.la suppression des credits A I'Etranger, due A la crise finan-
.M; ci6re mondiale, esl nulle on peu--sen faut. La situation
est d'autant plus critique qu'il parait difficile de prevoir,
quant a present, un heureux changement.
Comme bien, vous devez le comprendre, ce facheux 6talt
*;' : de choses 6coi.omique a eu sa frtale repercussion sur la po-.
liique. La misere, le ch6mage force, l'oisivetl onl produit:
leurs tristes effects : les vieilles passions, les app6tits inas"
souvis, a peine endormis, se soht reveilles a l'envi. Favori-
S. ses par les circonstances, enhardies et allisees par I'appro-
che des elections, routes les competitions se font jour, para-
lysant souvent, par clur action irrflenchie, celle du Gouver--
nement.
.. :11 est A regrelter qu'en lelle occurrence, an tournant peni-
;. ble de notre existence national, que routes les intelligence,
les bones volonths, les energies ne s'unissent en vue du bien
'': Y. :A rtaliser, de la defense des inter&ls sup6rieurs de la Patrie.
De partout, cette enfTnte sacrte est clamee, d lges lies en
c- e sens se forment,mais helas L'idde noble et genreuse quti
Sales a concues, qui a pr6side6 leur creation, est gAchee par le
faux et nefaste esprit politiquede parti. Malgr6--tous les d.-
boires, les cruelles deceptions que nous ont toujours value -ros
Smesquines dissensions,nos querelles intestines, nous semblons
ne pas vouloir nous en rendre compete et restons imlnuabl6e
.ment attaches A nos anciennes erreurs. pensant faire oeuvre
Spie et m6ritoire, en nous vouant totalement au regime debt6
litant et motel de al'opposition systematiques.


J..
-! ... .
...." .......













pre ceuvre, pourtant. .." .
Soucieux, cependant,'de ses devoirs, le Gouvernremen.ifi
fMrent.ayx rumeurs intlress6es, aux critiques *irtem~p;est
S el inopporlunes, ne se laisse pas abattre et reniplitsa .iiss
sans defaillance, Cest ainsi qu'aux heures difficiles,.lors
conflict, par son attitude -inergique,.sa saine comprfen
de la situation, il a pufaireprevaloir sesjustes revendicat.i.
Fort de ses-droitt,conscient de ses responsabilit6sleGboul
nement ne dcviera point du but qu'il s'est fix : la-dffensd:if
transigeante de la Souverainet6 Nationale.. -. -.
S 11 serait a souhaiter, n6anmoins,qu'au moment on nous ei0
trons en contact avec une nouvelle administration tirangeB
qui; par son programme liberal et les id6es de justice qu'li"
prdconise, nous permet d'espdrer un mieux 6Ire et la soliitii
heureuse des graves questions qui nous pr.occupent, que ip'
te division cesse, que I'Union-Sacrde se fasse entre- tousl~
Haitiens et que le mot d'ordre el-de ralliement soit Ajantati
cVive Haiti. -
La situationeslserietlse el nous semblons,cependanrt, ne pai
le comprendre: 1'6parpillement de nos forces, la dispersi'i
de nos energies,mises au service d'inter~Ls personnels,de ~66e
ries particulieres, affaiblissent notre action et rendent .vaii
nos efforts. A I'aspect troublani que nous presentons di'n
troupe sans cohPsion, sans discipline, livrde A ses seuls cap.i
ces, offrons un front unique, sans failure ni faiblesse, arr
ductible en sa volonlI de vaincre, alers, nous donneron's 1'i
pression forte d'un people qui salt et qui veut.Notre voix,al oii
aura des chances d'6tre entendue.-Ne decourageous pointpa.
nos stdrilisantes querelles les esprits g6ndreux, Ics gra.iU
S coeurs qui ne demandent qu'A nous aider. Que notre uni6i
sincere et sans arri&re pens6e leur soil un stir grant de.ndi
vouloir d'6tre. Que noire parfaile harmonic fasse perdre 41u
souvenir meme de nos anciennes turbulences. Ressaisisso~Q
nous, il n'est pas trop tard pour nous fire valoir et -appr
c ie r '1 A.-.
Que la press, cd puissant.416ment de saine propaganda
nous p,-le tout son appui. QI'elle n'ail qu'un but, -qii' n.se
objectif: le triomphe de nos droils
Plu. de ces d6primantes polmique. de ces n6fastes .at t

. .'
.- :.. .'... .
....
.. $ $. r .. ...









s. a.umie e eteve. er, aisant n L es personneslance n eei reveine,:.
iles Ames assoupies, combattre ..e bon combat.JUnie en- son
.,.idial, la Grendeur et la Soidverainete d'Haiti, qu'elle jetle .la..,
ior bnlie semence et la rccoltl sera prospfre. La tcehe n-'est pas :
.::.-aui-dessus de ses forces, car-elle a en ell le .plus-puissait des g .
'talismans, son ardent et avis6 patriotisme. : .
.2 .. Le grand.mouvement ihdustriel.et agricole que nous-signa--
Jions a Votre Excellence dans notre dernier rapport s'est vu
arri~L en plein -esso- par la terrible crise que travetsele Pays. "
Les importantes conipagnies auxquelles le DCpartement,
pour favoriser'ce movement, avaient consent la -concessibn :;::
de vasle habitations, surprises par la brusqlie-raret. dru'um5- '-
i.'' rare, ont dtl restreindre leurs exploitations. C'est ainsi .qu'A
: St-Michel, I'entreprise d'l1evage et de culture que dirigeait Mr
Davis et qui offrait plant de promesses s'est vue contrainle de
': .:suspendre ses operations La baisse de nos principaleaiden-
i" r 6es sur les marches lrangers a porlt un coup fatal- notre
.agriculture. Le paysan, dcourag6, ne trouvant plus d'6coule-
ment pour ses products, ne rbcolte quele strict n6cessaire; trop
Sheureux encore lorsqu'il peut le soustraire A la cupidit6 et A la
l,; -'. rapine des voleurs qui infeslent les Sections rurales. L'insecu-
':. i'it6 des Campagnes, d6pourvues d'une bonne -garde champe-
t '. Ire, est un des plus grands soucis d.u Departement. En maintes
i: circonslances, 11 a eu a attirer la plus serieuse attention de la
;; ."G'endarmerie sur les plainles constantes qui lui sont adress6es
r .de ce chef. ILest plus que temps que 1'on obvie A ce fAcheux
: 6;."at de chooses.
.',. Les- Cdmmunes ont particulierement eu A souffrir de la cri- '
se bconomique actuelle. Commencant A peine A se releverpar
n-ie 'e administration integre et vigilante, la perception r6gdliere
e leurs taxes et imnp6ts, elle se sonl, brusquement, .trouv6es
;,., ::arretes en leur d6veloppement par la suppression inalltdue ie
-' [ ude quelques-uines de-leurs principles resspurces..
:.;::;.. U'nede leurs plus lourdCscharges, entr'autresest cell del'Offi-'
^.^^Tce deI'Etal Civjl.Leurs doleances-sontlnombreuses a ce sujet, .-
les trente pourcent -lrii Leursonl affects de ce chef -blant ab- .
OT -.-solumeat reconnus insuffisanls. Le Deparlement estime en
1'oecurrence qu'il seraitopportun de.reviser la Loi du-2 Octo-
Sbre 1918 en ses articles 13 et 14, en accordant un plus fort. .'
pourcentage aux Conseils Communaux pour la gestion de
cel Ofice.
S. Chest ici ponurle Dppartement F'occasion-de rappeler ce.-qu'il
a:.. aguvent demand, la.revision de la Loi du 6 Octobre 1881


..,,...
... ... . .. ... ,.... ..... ... .. ..... :. ... ..... ....., ;, ,., .-
E,.,, ~ ~ ~ ~ ~ ~ I; .'.. .;=.. .. ., ",,. :. '., ,- ,.; ; '@.-: -; : -..
~ ~~~~~~~~~~~~~~." :I,". "~r. '' " "' '; ;::'' ; ':"" ; "" "=' "l~~:~BB "" ''















t6sincapables de se su fire,Ad fepl usOgrasdes qi. 'prenda
soin de-leur, administralion,%n verlu" d une Ig.islation appr".:
pri6e a cr6et. -
Dans le cours de celte arnne,le D6parlement a eu A accQO- '
der A .plusieurs Communes des crdditsrsuppl6mintairesa.Cei;
Extraordinaires pour .insuffisance de: -pr6vtsions. bud"d aii'est
et. cou'vertu'e de.d6pensess. impr6vnes dutrgente 'ieces&it,'
-comnje, par example, pour combalttre a'ec avanttge la.tern-'
ble 6pid6mie qui a sevi dans tout le pays.
Quelques Conseils ayant eu se demelile en course d'exe-
cice,' le'.Gouvernemerit a di proc6der A leur remplac :nt !
par la formation de .Commissions Communales. -..-.:-
En general, les Administrations Communales fonclionnent' :i
r6guliirement,prenanl A tache de.donner satisfaction au-xi,-;,j
tribuables el au Gouvernement. -Soucieux des intOire s.qti;.;-
leurisont confits, les Magistrats et leurs 'onseils fonttou'i
leurs-effoits pour surmdnter- lesdifficulltsdu .moment et.tra-.:;.
versersans..encombres.la ci'ise 6conomiqutequi res-itreint do::
toutes parts Le- Dpartement est heureux de pouvoir -Ipur.::
en espriiter ici toutes ses fl6icitations.-
Les:deriieres op6rations-de, Recensement n'ayant pas.donn6'.
les resultats qu'on 6tait en droit d'en atlendre,leDQpartemouent-:W
en vue des.prdbhaines-6lections, se reserve de les -reprendrgi-"
et de..lps campllter. 11; rappelle, cependant, a ceite..occasonl:. ..
ce qut'il ianongait dans son dernie" rapport, qu'il craintiq qq ,F
Smalgreale-.b.n vouloir des Conseils Communaux, ces.op.raii-: S
tionsene soilenecore dTeclueutses, car, outre qu'ellies sQot0
tres dispendieuses et au-dessus des.moyens de certaines .n1iu- .
nicipa.bits,elles exigent des agents recenseurs des connaissan- p:
ces sptdiales-qu'ils'inquiAle de. ne pouvoir trouver eue.et....
Ndanmoins, il fera, ses efforts pour obtpnir 'les meilleurs ri ,
'siltats .
Le;ePr6fectures,bien:qqe les disponibilites du Tr6sor i'aieit..
point permits leur complete installation et qu'elles soint0,:-';:
core'-co ft6es jaux .Sa's des-.Adlmiistraleurs des FinanceOtigt: .
ete p.ouirleGauveraesm.enb -papuisanl lm enat d'inforimal ti

' .. . . .. . ..
"" ; '' / '" " "-" ".-'*% :- " .. -"-. "'. .. '.': ', ," .. '" ". '... *'-,' ^.'. '.'^ *^ --^
2, te,








le.l- aiuu -peilit au YuL-rULL uuuOIS auiDueue Uravanl quelue-
ii eait de ces impornants fonctionnaires,dedj tres encombres
ont le zle ne. saurail.dtre trop lou.
.e regime des prisons, sauf peut-Atre en certaines localit6s
s.ur-lesquelles 1 attention du DepartemenL a e16 attlire et pour
iesquelles il a ouvert une enquele, est convenable.
i.La nourriture y est saine et suffisanle, l'hygiene r6gulibre-
me.L observe. A la suite de la crise dconomique don't nous
p.:parlious plus haut et don't les effels out 616 funestes A l'Agri-
culture, peu de demands de grades fermes qnt et6 adres-.
.i-;ses au Deparleient. II s'en est suivi une diminution assez
Sensible des recettes domaniales qui, pour eel exercise, s'61C-
vent A-:- 2.691.55 dollars et gourdes 112.330 34
It y a eu 127 concessions de fermes.Un change de proprie-
-,tWen faveur du Dr Coicou. trois ventes ( 3 ) de propridt6s
:en faveur de Lusincourt Dejean, Samelie Rondeai et Alice
??-a Benjamin aux droits de Emm. Nadreau, en vertu de I'article
.45, 2e alinda de la Loi du 21 Aofil 1908
L'Elat a eu a a qurir pour cause d'ulilit6 publique deux
I..terrains : I'un appartenant aux Heritiers Danls. Deslouches
pour la some de 1.000 dollars et I'autre A Mine Tinette Jn -
loil pour 800 dollars, soil ensemble 1.800 dollars.
:' Les revenues du Domaineseraient plus consid6rables si nous
. ."avious un Trel Cadastre.
Malheureusement nos donn6es cel gard sont tres incom-
spl6tes et necessilent de la faqon la plus absolue\la rirision
i:des operations Cadastrales pour fixer d6finitivement le Do-
: maine de 1'Elat.
SIt est malheureux que jusqu'A celle date, le project de loi
61abor6 sur le Domaine n'ait pu etre vol6 car il eft A61 tout
[ profit pour I'Etat.
:.. Le movement d'Emigration a Cuba a subi use sensible
?aiminution par suite'de la crise sucriere el financiAre qui-
l"s6vil dans cetle le" 11 ful, en outre, interrompu par l'6pid6-
I:mie d'Alashrim qui contraignit les deux Republiques A prendre
"r6ciproquement des measures de prophylaxie el de protection.
iy.-. :'Ce que nous disions dans nos pr&cedents rapports sur le.
;.':causes de celle emigration est encore .vrai et tant que ie,
i:imesures necessaires ne seront point prises pour y rem6dier
I..notis verrons nos paysins dii Sud et du Nord-Ouest recher-
c .:her A.l'ttranger leurs moyens d'existence UL p6nible situa-
tio:1 dans laquelle nous n'us trouvons n'est ptis failed pou-r
i| sen delourner.
.Le.Gouvernemreat n'ayant pu faire pour laMaison Centrale -.;.
Adt Arts etNtiers les utiles r6formes que-nous recomnmadionu.

r..-. . . .

",?. ?.% .,':..: ,. .i:'.."., .: ... -- ,... ....; '.:': -:,,. .- .k.. :., ,

















e cl6turer la propriety d'un mur assez eleve pour s'opposer ..:
SI'Ovasion des diAves. Le imantriel technique demand un en-.
ier reuouvellement avec l'addition d.principales mrichines-
utils. IPserait triste. de voir tine telle oeuvre disparaitre. L'E- .: .:
at se doit de la satuver de la ruine. -
Les dispouibilit6s du Tresor n'ayant pas permis d'apporter ". ,
l'lmprinierie Nationale les ainelioralions desirees et signa; .
~ees dans notre dernier rappoif, eel Etablissement, .pour r- ,.;
ondre A ses.-obligations, faith preuve d'une rare ingeniosit6 et '
d'un extreme- bon "vouloir 11 est reellement facheux que '"'
'on ne puisse rien faire en sa faveur, car I'usure tr6s ..
grande de.son materiel ne fail que s'accroitre et il es A 'crain-
dre que bient6t, malgr6 les efforts de son personnel, cet Eta-
blissemient ne se trouve dans l'iinpossibilile d'entreprendre un
travail sdrieux on de quelque importance. L'Etat A tout inlt-
rCt A y penser.
Une des questions sur laquelle le DUpartement attire I'at-
tentiin'du Gouveruement est ce!le de I'Administration deJa
Compagnie des Pompiers Libres de la Capitale Depuis.quel-. ;
ques mois, des dissentiments assez graves existent danse .
corps, dissentiments qui paralysent son action et constituent ":
un reel danger pour la. apitale en cas, d'incendie. Cette corn-
pagnie, autrefois prospere et remarquable par sa discipline-, .:
offre aujburd'hui un triste spectacle d'anarchie. .
Un intervention de 1'Etat serait utile en i'occurrence. -
D1nude de tout materiel convenable, la compagnie est-im- -
puissante A. combattre I'incendie II serait A souhaiter que
I'Etat, par une aide p6cuniairevint an secours de cette insti- ...
tulioai dorit i'tilit. n'est pas a d6montrer.
Leservice. national d'hygiene publique fonetionne x6gdi- -:
libremient.:En. face. des plus grandes'.difficult6s, lors de Ia
r6cenie pid.mie, il sut par son zile, son activilt intelli-
gente-- et .son enter -dvouement se rendre, en pen dpC
temps..maitre du mal. Le .Gouvernement se rappelle -cette : .j
occasionf Ilembarras. dans lequel le Dpartement :se tronva a ,
.. ^.... ....-w. '-' :" ".: :".
i.:..... : .;*^ :..... .. ::, : ,J










par la diffusion des opinions, le- Departement, .-conscient :-.q;
Sses responsabilil6s, ordonna, sans retard, 1lapplicatione'.
:-- plus-sevres measures de prophylaxie. Faisant droil a laide-,:
: miande du Service d'Hygiene, il s'empressa de lui odyfrirAinh
SCr6dit Extraordinairede quarante-huit milledollars(.480Q)):.-.,
pour l".cquisition. aux Etats-Unis de tubes-vaccins,.des-I pM--
camenis n6cessaires pour l'entrelien des interns, -eit:alJitre
Sdpenses utiles. Voulant la cooperation la plus compln.te/; e :.r
tre le.Jury M6dical, le Corps de Sant6 Haltite.et-le Seye~gei
N:. national d'Hygiene Publique, il multipliales:co.nfrences conh"'
tradicoires el vil enfin ses efforts r6compens&s. par l,'adh6sijO
i:. :. entire du Corps-M6dical aux finsde conibattre~rl6pid6mi_,.
Prenant en consideration les dol6ances du Public sur I'isele.-.-
ment forc6, il oblint du Service d'Hygiene de cr6er a'Porf-aii-i
Prince pour la classe'aiste qui pourrait prendre A a largee
.' les frais d'enlretien et de traitenent, une mason de sait ..
S convenable ou elle recevrail les soins que..r inamergit'son
6 ta,.s'il: lui ltait impossible de-se fair trailer. Thez :ell, [ a:.-
maison d'habitation n'offrant pas toules les-g&rantieS d4e p ro-
tection et d'isolement requises par la salubrit ..publique...
S Les'.loeaux de 'l'ecole des Sciences appliques et de 1'Ecole
S de .6.decine.( ancienn, Maternit6 ) ont 616 .mip, 4-cet.e fin,:.
i la disposition du Service National d'Hvgihee. .. -
'---. .Laivaccination genarale fur prescribe et, .bient6l, par.l
Sconcours g n'reux. de tout le corps Medicalet du-Service ea.;
tional d'lygiene, le.mal ful j~gule. -
Le! DApartement .est heureux d'annoncer au: Gouvernempent -
que 'Yalastrnim. est aujourd'hui prtesqu' sa fin. ,DDans Ia lultl:.
"- contre le fl6au, une aide efficace fuL prel6e a'i.SerYiGe d1Hygid-
ne el A la population par la Section 'de la Groix-Rouige.J.-Iay
S tienne,inaugui-e par MbadameWise A qui,-e. 1'en nce'u eC,... e-
Dpartement adresse ses plis vifs renierc.ienerlts. Lne'des -
t, Institutions qui s'est.le plus d6vou6e dans ces, ciroonstances",
do.uloureuses,, est le Corps des Infirmieres; Hailiennes .;Aussi,.;:
S pour les encourage et leur donner une ..marque, particuliere
d'estime et de sympathie, le -Gouvernemeqt,:ea enticrs,:et:.-
,. fail- le devoir- de participer A la .manifestation; fait.e-eq-leu ,.r
7". honiueur pour la remise de leurs dipl6mes. Lp D.parle..Mg.int;.-
S. nc sa.tirail itrop fire ressortir les immerises service.que celte.;-
'-" ..gn6'deuse lnstitution esi appellee,A rendre Ila S ci.t; I;I.
":: aisifcette..occason. pour renouveile : 4 cles :qui~,(qo. a g,
t .ie et.Aileir! .Diect~iee .es pipssi e re q !RU pmegtame


'-i -
,. ,, , .. : .- ..- ,.. .. ,--. .. .
t:: '.' t.-' .'4,, ....."4'.;" ''. #, . : ""." : : 7.":L-z" ,:::'r.,g
;' -',%+.:-.4 .-', ","., '.; ':':.. ... .:.". : '" ',. ". ",,,.,""":'.,." '""--',.a...i

















'rspectueux sentiment,
p: -.: . .


C--


s et de mon- profond:ddvouemente.. : .....
.. ..,- .--. ,. ;,- : ".-.^ ; --^-..i
'41

-: BDARTIdUENAVE,. ; -;:,
-* ~ "'. ..* .' *'= .. .*"....*.'':.; *?*.*sf. ..
,, . . .'
.~ *. _. " . ..... .:. ^ ^:.
..* :. .' ;^

~ ~ ;. .,- 'o. *t



*- . -. t
a

S-4


. -' "

-* *. ,:
S. .










." .
o . .. .
'* *^^'l~
r










. *: ." .^ :



--. _
.' -.. ":?'











., ** . .. :," '. ,. .... ^ ...- ,: : .{ :=, .
,. ""* .:" ," :: .' ..* ... ,.. ." . ". .: --. .. :: ; :.,















-Jamnais la nbcessitd de..rdaliser touted les'p6ssibilitls de no-..,
-- Ire regime, agricole et d'orgainiser -'exploilation de..nos res- -.
-ources foreitieres he s'est manifestde de favon plus imp6rieuse
S qu'au course du dermer Exercice budgetaire.
-: La reconstitution des-regions de rEurope dCvastles pen-
dant la guerre ruondiale, la reconstrucliotr des Usines et des
Manufactures d6truitesdurant cette pdriode, nQtamment''en
SFrance et enBelgique, la reint6gratioin- de la main-d'oeuvre
,: agricole et industrielle lib6r'e de l'enr6lement iilitaire, 1'ac-
ivit6 industrietse des Puissances obliges, au moment du.
". conflict, de s'approvisionner abondamment A l'trauger et re-
'solues, l'heure acluelle, non point seulement a. recouvrer
I'ancienne extension de leur Commerce exterieur, mais, A -1e
Sdvelopper de plus en plus, out d6placd i'axe 6conormique et.
*.- financier des Pays producteurs.
Un tel souci de iteleement inlirieur,de reslauralion etd'ini-
tensification du n6goce international impliquc n6cessaire-
.'. ment une plus value'des cultures indignes et I'augnentatiori
-dui rendement des industries locals La France, entrautres
1 pays, ya employed toutes ses energies ;profondes.- Elle s'est
':;: -parliculierement altlache a restreindre aulant que- possible
ses-achais sur les places -d'outre-mer;, susciter Feffort integral
Sde sa.classe terrienne, en instil-ant des Comnmissions Corn-.
7i. mU: I munIles et DMparlemenfales de reconstitutio-n foricitre, en,
i l6ressant les cultivateurs la mise- en valeur de leurs .
:. "champs par une distribution de primes specialeset, dbj,, la
:'.. balance fiscal est.plut6t .en faveur.-de ses exportations.
La statislique de ses douahes accuse -en effect pour lea dix
: premiers mois'de 1920 : .
importations et Exportlaions reunies. 35 milliards 131 mil-
,, .. lions defrancs en 1919. En 1920 48 milliards-674, millions de--
--:;:-: francs. Or; I'excdent ,des importations sur les exportations;
Sd.' de 19 millards 984 riillions de francs en 1920.-
L'agriculture a-fourni un apporl noltble.au movement des
f.I .denrdes- d'alimentatibos. A cetl dgard, les importations ount
S",;:remarquabflement dimiinud au lieu d'dire dei 8 millards- 289--:
imiillions- de francs, comme 1919, elles nioot dt en 1920 que-ae ::


4 '. -. :." -. :- -
........ .;.. .'.: ,











onsIs-ae:Trancs- enl iu, -elles -ot arteint a i. m-iara rTmlln-i-!; ..
ion:ade fiancs .en 1920 Elles olt diminuet'de& 993 millions- de-:,-
rancs.Q'. nf saurait trop remliarquer que. les products -ag.ri--. :,
holes, et iimme le miel, y sont -entr6s en contributions dians. :':
ne,';tr6s arge:proporti .. .. :- .." i
Mais,, des i Grahdes -Nations belligj4antes,' celles. qui: es'i: :.
ostilit6s odii laiss6s les fuines les-pjlus dsastreuses, ne sont .-
as tes'seulesa-:.defniander.de nou eau a leurs domaiies ru-
aux1es. garalties: de 'eur prospiril6 et le gage de leur scu-_
il. R6cemin-nt encore, en Angleterre, uq bill, 6mand-de la -
hambre des Lords, est veyu reconnaitre .au Gouverridmnent .. i
e Sa Majest--Bi-itannique le privilege d'imposer aux proprid-
ires la culture du sol, afin que le peuple-anglais-soit en me-
ure de s.approvisionner luindmme en temps de guerre.
La pousse d61libhr6e.de la. production cultural, la limita-
ion des cd.tmandes au dehors, la recrudescence du mouve-
net d'expdrlatiorndes Nalions contraintes par leur position.
rriloriale mnimed'engager la pi6nitlde de leurs forces acti-
es et produclrices, de les orienter inflexiblement vers le
iomphe-unique d'ienejuste cause, de se 'avitailler, en con- ;
quehce, de' ninirre-surabondante, et dont.les" march6s,pen-
ant qucatire aniides d'une conflagration formidable, -servirent -
e centres d'6coulenient .extremement remundrateurs, ne pibu- :'
aient maiiqtue d'avoir des repercussions funestes et 'lointai-
es. I1 eb resultat la chute des couis de' plusieurs catgnries
e denr&es,-la congestion des stocks d'avant.gderre surpris- -
ar la conclusion d'une pais~prcoipite,..leur iiquidatiori ind-
ilable A'tarifs r6duits, la grAve des acheteurs opposds l'im- :
revoyante obstination de quelques grandes maisons- A main-
air les hadiTs 8rix de cerlains articles, la perplexit6 et laI
serve 'des Banques, sourdes aux sollicitations d'extention de ...
*rdit, le--dsarroi financier de grosses firms, et enfin le ma-
ise gd6~ral du.,Commerce international.
Contie.-cbupnfidluctable. Les d6mocralies mbdernes, de -
Ame que les groupements 6thniques in6branlablement atta-.-
h6s aux cadres seci~laires et.lraditionnels de leurs castes et : -
e leurs privileges, ..e constitnent point des entilds inddpen- .,
antes. Lesbesoins sans cesse renaisssans, imposdA par 'idvo- ....
tion et lea.qrA.As de lai civilisalion les rendent solidaires
as uineidesi-"tF es. C-Vest IA une -vrite, iuslifide donstam-
ent patte~iJnits et que--Monsienr Louis H. Aubert A -excel-' -.: -.. :
mmenft lra.du'itn ces termss: c Les dchangds commerciaux
t la dis pLifr:dds valetirs mobilirres .ont crd6 une a tell
intend tiic44dci.-eiitire tous-les pays civilisds qu'aucuan m '
c" r, -; . ,g- : .... .. .

ft.-n .. --,,
a.4 - -a -










. co.nomiques. .
.."Ces rApercussions sont susceptibles d'etre atlt6n-es, de ne -
S pas se perpetuer itidAfiniment pour abouiir a la faillite de .
I i.:." toot on people, quand linitiative-et l'ndresse des producteurs,
i inspires des n-cessit.es aclielles de la consommation aiguilg-
6es vers la voie des exploitations opportunes et exerc6es sous
un regime agricole et industrial complltemeni organism, sont
Ssecond6es par I'action propre d'un Pouvoir dirigeant, altentif
n6gocier des accords qui assureront- accesss de, nouveaux
rde bouches el les avanlages-des marches au Commerce de la
SNation; La France,. lAngleterre, la Belgique, les Elats-Unis,
le Brzsil, 1'ArgenLine, Cuba, n'ont pas meconnu la vertu d'un
pareil soin.
SDs lors, 6tail-ll possible que notre Pays ne ressentit point -
Sles effects de la perturbation mondiale des affaires? La gravil6
S en a (el pour nous d'aulant plus exceptionnelle' qu'Haiti est
un pays neuf, A monoculture en some, oil 1'6conomie de la.
vie collective, aucuninent alimeunle par les resources ines-
timables du sous sol, nulleme':t etavye par une substruction
S slide d'insdustries, s'enlretient-du placeme.it extirieur d'un
oinbre restreint de den-res et de la large importation des
. comestibles et des objets manufactures. La. dcroissance des..
S prix, aggrav6e de-la mbvente locale, et Finsuffisance, sinon-lIa
raret6 absolue du numeraire, ont d6termint le'ralentisserient-
.-.. .des transactions de nos spdculateurs en denrees et crde une sir
tuation deficitaire aux maisons de nos places, fondues. toutes
sur le credit, encore .comblie de fournitures acquises -aux.
.'" c6tes de guerre, anxieuses de- ne. pouvoir solder regulitre-;.
ment leurs chances, menacees de la d6bAcle, non loin d'6ire.
1 obliges de d6poser lears bilans.
Decroissance des course de nos products d'exportation.

SLes course de nos principles denrees .d'exporlaliot out
:..: 'baiss6 dans la proportion suivante : --
En 1918-1919, le caf6 sur le march de New-York dtait c616t,
18 dollars, .voiie 20 dollars. Au mois de Janvier -de cette.-:
annde,-il ne s'y est vendu qu'A 7 ou 8 dollars, les 100 livre;s,
En Novembre 1020, le stock haitien, consid6rablement- rduit,.
S aun. FHvre, n'y tait constitnu que-par 141. 137 sacs, et,en; Jan-
vier 1 ,1 c616 J190 francs. Le colon don't le prix atteigni't sur:-
ce march 525 francs pour les 50 'kilos, -n'6lait encore -lobjet,,
Sd'aucune livraison appi'reia'ble en Novembre .1920, i~aldr~une
Srcolte assez remarquable, et la moins-yalue, dui. rendezttat ,(
-iu texle amr6ricain 1a derni re an-ne fiscal. e cacaoh
.... :..
-": ".- '
i.. .- -
:. >.'-'
!,.-.. "::-.: ..:. '': .. . .,... ., . .. ..... 7 :.... .. ,
















. betleravires de la FIrance et-la recrudescence de-In:a [tite-
lion du-sucre en Belgiqie suscilees el orienlecs par une p' .o- .`:W
tection.vigilanle de I'Elat ne sont pas absolument Ubrngneais.
Raffe'rmies, elles ne tendront d'ailleurs A rien koins qu'A rce.s-
treindre les champs d'econlement des aso6res n d'ane bulre '.
provenance. '
En effet, il a 6t1 relevd en France, pour la beTterave ? trn-"
vaillei e- le sucre prviu ou raffin6 un excedent qui se rdpar--
tit coimmesuit '

Betterave A travailler Exercice 1919-1920-1.130.917t. -
a a aG 1919-1921-1.919,538 .
Exc6dent-788. 631 tonnes ou 69 1,7 o/o en plus .-4
Sucre prevu ou raffinu-Exercice 1919-1620-143,328 -
a t a 1920 1921 214.260 .
- Exc6dent-100.932 toqnes ou 70 1/4:o/o

D'au'tre part, un fort courant d'opinion don't Monsieur Hen. -
ry Sagnier, Secr6lai-re perpeluel de I'Academie d'Agriculture,
s'est fai l'interpTrte dans unrapport adopt i I'unanimir6 pi-r -
cette docle Assembl6e, imm6diatemen l, transmis au Ministere
de l'Agricultui;e, r6cla-me une base.d'entente entire Jes fabric '
cans de sucre el leurs fournisseurs de belleraves, en signa-
'ant la ne6essile de rdlablir les marches A terme pour les su-.
cres A la bourse de Paris.
La -situation, dans cell brauche industrielle est encore plus ":I
brillan-le en Belgique. Les provisions y indiquent que la pro-
duction sucriele, en -1920-1921, ira au-delh'i des besoins de la ON
consommalion Aussi, le rationnement pour l'u.age manager
n'y. exisle plas. Cependant, il n'est pas sans ihlniret de sp ci-
fterIque les sucrps bruts et cristallis6s seront r6quMstionn6es-
driranticett p-riode, afin d'Nniformiser lespix. -.
..-Le, dgo. ment des cours, poursuivi, r6alis6 et ici ni en-
.tjofin6 -n'est qu'tine mrodalite d'activit6s nvis.es, soucieuse
deli -stabilitt ianernatioinale et du r6tablissernent de I'6qui..i-

-.,.








o:.-Lment prepares y .obvier, il n6e doif pas---tre pourt elles un'.:
S.:otacteur-de; regression rreivocable et de .baiqueroute nvlaita-
:" -flie Loin de 9'en affaisser, les frces- Tcondes.:dela Republi---
.i'; que't6moigneront de selis t de raison en aidant:. par une'.
"nergie. plus averlie-do.nt elles betneficieront les premieres,
& ce a retour de pIosperit dans le monde eniier .a que Mon-
sieur Isaac, Ministre du Commerce en France, pronostiqua':
pour le prinlemps prochain. -
S D6jA l'intltet recommence A se manifesler eii faveur d.u.
: cfr indigene don't les expeditions sont de plus .en plus fr-h -
,.; quentes. 11 y a IA un slimulant digned'entrelenir la conlinuilt.
del'effort-rural et de d6cider nos planleurs a. n -point negli-
ger la culture des denrees auxquelles ils accouultimerent .'aoc-,.
eorder de-pref6rence.un soin particulier et don't le -rende-:
ment assura au fise ses plus clairs revenues.
S a s- Mais. de la crise actuelle I'enseigneoilent resale acquis une
S ois encore que notre regime 6conomique ne serait pa's telle-
ment pr6caire, s'il ne d2pendail pas, pour unesi grande part,
de la plus oui moins value des prodluils cul.turaux ettait
6*galement garanti par une plus large utilisation de fos res-
|::.. sources.naturelles spontanees. Il-en est qui, sounises A une
S exploitation m6thodique, seraient exirenemem nlt-profitables A.
;^:: " 'Etat.
Bois et forces ; .
--. :Les:fordls vierges dont la-libre ppusske s'leIve avec une
.-: remarquable vigueur dans. toutes les regions de-- la Bepubli-
Sr: que abondent en bois precieux.Nos vallees, nos plateaux,-
-"' les versants de nos mornes conti ihnent des essences d[verses;.-
: '; d ..dun rare tenant et propres A de multiples usages.TravaillHes
. ;:..avec soin et exporters, elles .seraient-fort apprfciees des ac-
: '.- qu6reurs e- rechercleespar le iindustriels.lJusq u'Acette date,
elles n'ont don6n6 ie. qu'd un ne6bce infimine, limit A deux
Sou-trois varietes...sujet A des fluctuations d'autant plus desa-
vatitageuses qu'll n'embrasseoindistinctement tous nos bois.
1.: 1 demeure sans objet el lahguit, des qure les besoins des ceni- .
P.4.: I tres habituels d'ecoulemeiit sont. coinbils. De':- lIes coupes:
l..: abusive et-pr6matur6es praliquees fievreusement su le- do- '
maine foreslier du Pays a de certaines periods; o.l un sp:
cimen d'arbre est abattu sans menagemerit, Afin.-de salisfaire :
Smomentanement une clientele 6trangre oQU d'aliime ter les
fourneaux de nos Usineso. Rglement,- canaliss6,non point
:.,- '.Todrne aux .seuls gaac, acajou et camp che le comnierce-- es-i


...... ............ .. ......... .... . W- .
** ." ""'"~9 "," : :" : .- .: ;1 '.
,. .. -
".:.
: :: d % " ." : "' : .,. ,' " .. . ; : : .
.,..r ~ b. ;.- .. n.': .,. ." ... :.. .x : :.-

















a..big.e. de p.ourvoir an reboiseiment d'innomnbrables hectarei.c_.':T
el fotiini.t rnalai-sment les bois 'd'ameublemnent .es. fabr.- ';
ques;.Le.~Gou.hernement frangais a dd. mnime en arrive'r ~iin--"
teirdie, par deciets iecents,. lasoltie et .la rexporlation. dii
chene etdu over. -
:Des dTs, z'est-iT'pas souhailable que.la speculation .s'ini-: '"
.-resse .daaii age a la vente des essences dit doniaine,- qu.ue i-
aelion opportune du Pouvoir,- inspif6e du- rCel-dsir de doin-i:S:.
ner la plus large extension aux affaires decel ordre, viendria--. :- ;
favoriser, en l'organisaiit.
Sans lo.ute, ['importance de- celle question n'a pas toujours
laissA-ifdiff6renis nosdirigeants Des controls ont reconnu i '' .:'
plusieurs.Soci6tes encore cotnstituees le privilege d'enlrepren-
dre 'exploitation des bpisaux-Anses A Pitres,.sur le' littoral ..,
du.Sud, dans le D6patlement de I'Onest et l'exploitation 'des- .:
mangliers sur-le littoral .des.Coinmanes de Fort-LibertA. Ter-
rier-Roiige, Caracol el Limonade. Mais; on ne saurait ne pas'.'-
av6uer que ces diff6rentes enlreprises sauvegardent m6dio- "'-
cremient les intertls de 1'Elnt. Les avantages.qu'il luPest sus-:.. :-
ceplible d'en.tirer sont ddrisoires et plut6t aldatoires. Jls se-,.
ram6nent A la perception d'une redevarnce,..ptoporlionnelleh .:i
la quanitle. de tonnes de bois.exportles, et subordonn6ee pari,:
,cohns6t ent A I'initiative, la capacity detiravail e. aux dim- '
ponibilitls financiAres des Compagnies exploilantes. ..
L'infinie diversilA el la quilite des bois dbonaniaux autor i-;
sent le.Pays A pr6tendre A des profits autrement posiifs -et .
immndiats. II en aura- le b6nefice, si aux prescriptions soiim .
mires du-Code tuiral en I'esp.ce, une decision adniinistrati-: '-
ve aijoute.desi'tglesso(is l'empire desquelles serout conclus,~;: '
e* nire .icpulateurs-et iEtat on les Communes, par vole- d'id- ~i
jiidiea.tioir, des. marches emporaires a court term, et.renrou-.';
.velabies,'pour des.coupes .qui seronFplaces sons le contr6le
d'adiloriis .cormp.lentes, en attendant que des lois apprO-::,
pfi.esauix nouvelles modalites de la vie natiobaile viennenp a -.

,*.,., . .. -
....... ..- 4....-
..4', -..,....- .. ........-... .".
O ;NI. .-
"trio,
..,< <-, : ,: ': ,7" m 7 '--.', C1=:i:. ".?" .'..'":"". ; :;" ',









uIL.. ac IM.uU uc uii aILumL uc (eutiaines places.eirangeres ; aei-..
c.. -fait,elle.appoetera quelque at6nuationi.A noire, marasre;::
S coinoiurique et aidera A empecher la dtcroissance funeste.de
... :.. a.forTune publique. Neannioins, elle ne.. constilue .pas-,une
solution de I'un des graves cB6ts de note probl me agraire.
L'exhortation A dAvelopper les cultures auxquelles, volon
l iers, 1'6nergie terrienne nest toujours consacree ne peu.t etre
davantage enlendue come tell, si, pour etre efficace, alle-
ne se.forlifie du niinimum de conditions indispeinsables. A un
rendement appreciable de'la production agricole. L'amnliora-
'. lion de l'oulillage rural n'eu est pas'la moins n6cessaire.

"., ~Outillage rural. Culture mecanique.

-n'est aucunemenf hasardeux d'affirmer que, dans nos
i;. campagnes, leseul oulil human s'emploie d'une maniere:g&-
S .n6 ale au travail de la terre. J'enlends parler de celle fouled
|S .gragaire, miserable el pourlant active, don't Tinlelligeuce.,pri-
maire ne tressaille pas du constant souci de -cel all6gement
de 'effort qui amnnerai A le rendreiplus, production Sbn es-
p. ..riit:ne s'est pas encore dlev6 a In claire conception des mo-
S Ayent pai quoi elle r6aliserait effectivement la rapidity de sa
:h.. e. Elee esl la nourricitre obscure et besogneuse' qui, de
S.sej mains diligenles, creuse souvent le sol, plante I.arbiuste,
;: sme le grain, arrache les legumes, cueille les fruits,-.egr&ne-.- '
':: i ',.la fbve, ensache le texlile et engran-e la r6colte. Les instru-'
iments:aratoires dont-elle use ne sont pas m.!liples : ce sont
,li houe, la serpelte; la manchelte ct le piquois. A quelques
points du lerritoire oal elle se-trouve,elle n'a pas encore vib-6
S d'aise et de long espoir au spectacle dun sillon .trace par .e
,soc de la charru6 que, seduement, possedent de rares plan-
;'. ; teursplus fortunes et 'quelques chefs- de grades entreprises.
.Ses-forces, son endurance, la continuity autdmatique de son
.;.. opifniAret6 lui permeltent d'oblenir de. ses' champs ls de.n-
res..vivrieres el maraicheres d'une abundance parfois si sur-
.* ;'. .prenante, et d'assurer,, malgrd le;poids des changes fiscales .
1'alinmentation d'une vast' collectivi[t te la prospiriln .publi-
S que..: I1 est de petitesfermes, en somrhe les plus uombreuses,:
.o le mat-riel de culture se compose d'une serpelle etd'une
houe.. Instruments pr&cieux, conserves avec un. soin jalou,.
. do ,,d6nt: a,perte inopitne cause le plus .cruel embarrass :aux
ii'.: .; nlarteurs pauvres.I -
SI.a--il tin tenioignage plus mauifeste de.: I'eonnante fecon-
a .:,1:d^ e la te're tripicale? '


2 I
............._..........._ ... ..... ..
{,,a: ':".' " .. : '- ."" ." "" Og a z t"i '':" ," .














.tionnelment. lle:.revet des types dilerents auxquels: design e-.
liora:tions. sont sans ceSse appointees. Des machines: teltqles
-dimensiops el de tofles categories s'offrent qui s.1ut desiTlaes
Ssi'niplifipr chaque ordre de, lAche determinee Les plrspcji :.
tusde propagande, les manufactures, les' fires, les staiies
d'essais lessignalen, lesrecommandent,lesexposenl,les exp~ri- -i
mentent, eri expliquent le'micanismn, aria d'arorcer le cje.t
el de les.r6pandre le plus possible. It n'esl pas un centre' pip-',;.
ducteur d'une certain importance, dans I'Ancien ou daqsie -;
Noutean Monde, qui n'ait sa semaine de motocull.ire, .."
Ce mouvcmenl qui tend A faire.uine place de plus en .plus .:
pr~ponddrante A la culture m'canique dans le travail d .
-erre estgranJement encourage palr 'Elat. A uLne dale .pitufbt
rdeenie, le-Gouvernement de Madrid, entr'autres, d6cida "par
decret.qu'A .parlir du ler.F6vrier 1920 les droi.ts_-de douane .'R
prl ,l6s str 1'essence employbe.pour ce mode de- culture se- .
- raient.abaiss6s par quintal w lrique. D'autre parl: ario de .:
fayoriser 1'elude et la vulgarisatidn des. proc6ds qui y. t -nt
aplpliques,il a. consent uine augmentation aux budgets allA4s .
Ssa .station d'essais de machines eL. ses-Ecoles d'AgriculltPge.
-, C'est qu'i.1.s'agit de produire dans le minimum de temnsl, *N..
de.pd6eupler.ja production,d'en garantir la valeur nfarchap&e. ..
par..une preparation so igne et, principalement, de. fa.cilijr
le labeur-de I'hommu des champagnes. II'serait pueril de .i6- -::'i
tendre.imprimer, du premier coup, une semblable anipleux ,,~&
i'orientation de noire Agriculture dans cette voie Le po grs *r f-
ne.s'accomplit pas par bonds. 11 est. la rsultante (ld'apes,sQ-:.-
cessives au course desquelles les peuples comme des indivi4.s
acquierentiles 616ments constitutifs qui condilionneropnile.
46"deloppement de leur bien-etre etlle pleinepanouissemepL.dfe ;t
.lea.ripersonnalit6.. Or, une modification de note putillage .-q- :
al;.qi, sans exclure le .vieuxfonds d'instrumetls aratoires en
jige-dans les canipagnes, compendrait I'acquisiion del;ma-.
4': ..i s samples 4u -deri..er modele serait I'une de 'es .6 apes, .:i.:
'..Ela 'inp.ose, puisque I',volution mal6rielle de la R6puhlgue" -S
A- ix.tiach troi tment L'autorit6 di rigeante, en tenant cojcp- .i:
."'-tefa~,.lai"|dcilt des moyens pecuniaires de la majQrit4il6j. -,4.
--A
. . t .: ,:i* .-." ,.:. '.. ... *: ..
16." -'",..... . . .. ..A :,

..... ......, ...... .












:;:;.u teurs, pulvdriseurs A .disques, charriots epandeurs de frumier;,
'eliarpeurs etc. Les foiies; manchettes, piqnois,- serpettes.~ i-.
i'tit!aux, bdndefcieront'de Ie'eondration. -
::,' Afin de mainlenirl'6quilitire fiscal minimum de droitiel:
d itaxe seraieut conmpeuSs c: l'iinportalion, par Timposition.
Splus,. levde de cetlaines. categories -d'articles 'de luxe et.de
products industries tels quc les vins, liqueurs, -sucre raffin,
de certaines provenance.s. dontnla- fabrication en Haili,: est.
-. suseptible"de prendre une-grande extention. Ces mesures:su-
-; lesquelles j'a. 1'honieur d'altire-r la serieuse altletipn deurobi-
i'..verhemenl auraient pdur effet d'enlraiier-une baisse:des ji:ix
,-d::.de.vente qui, au cas echaant, seraient officiellement fidxs et:
con tr61ls, et d'augluenter,de ce fait, a possibility d'achit des
cultivateurs. En 'occurrence, I'Ecole Nationale d'Agricullure-
:"..de Thor serait loute desigade pour essayer les inacliines- n
pieu cbmpliqudes et en expl.iquer Ic fonctionnement aux ac-
quereurs qui Ini en auraient adressd la do-mande..

E cole Nationale d'Agriculture de Thor. -
La conviction du DparltenenL s'affirme d'avanlage =que:-
S.cette Institution do6nera.les meilleurs resultats. Sa .clien86le
scolarre.est d6j6 plus nonibreuse. L'effectlifde--la'f rme-Ecole
.'.est pf.seileamert.de trente boursiers don't dix sont entrelenus
i .-.:aiix frais des Communes de Port-nu-Prriice, du -Cap-Haitien,
i-des Cnyes; deJacinel,de la Grande-Rivii re-du-Nord, deHinche,
dlo e.Limonade, de Quanaminlhe, de. Mirebalais, et des Gonai-
.. .l.es. L'ensEignement, al-double point de'vue thdorique:et pra-
ii .tique, y eat dispense avec zele et devouement. JXespBre fer-
i metnient.qu'il commencera a_.pQarer ses fruits A la sortie. des
6. -Alves qui, A la fi .de cette ann6e scolaire, obtiendriont leu-
'd:ipl6m es,de capacity agricole C'est ici pour moi 1'occasion
e fde'fliciter .publiquemerit lepersonuel efseignant et surtol.t;
:' oiPhr.' E N. Bailv q'ui, .haulement p6ndtr. des devoirsde
"s'Ra fIontiodI de Directeur,iemploie sa fermi'et et son-- initiative:
SAa.- sassurer &l discipline inlArieure et la botihiema!rche des.&tudes..
Cependa nt, il ne sensuit pas que-cet Elablisseen.t :ait:rieugm"
cette oi'ganisation complete qui seule permeftra d'd1 :tei.dF,.!
01peinen ent le but qui v es popsuivi. L'allocationd ffedt~
et.aAn estT nsaffisante, Ele n'en.est pas moins- uilis6e :de;:
6on e e qu les besoins de I 'cole; !Obutillage de la f erai,
T"-'.. ':.~ ~ ~ ~~: " : . -'"''"
...: : .. _- : 4 l; .: .. . : ,, . . .. . . ... .- .ii !










que, -la geoinitrie et I'arpenage;.. n'tfaiefit profes.s6es' gu':i--
parfaitement; faute de 'disp6nibililfs btidg6taires. Al'hgtret
presente, 'ces chairs ont respectivemnent leurs t.iltulires.-Ui.t UIM.
.-maM.riel special doni'la command a dtklafic~e pour:compte;
Sdu. Dpartement par I' bligeante entremise dela--maiqso.ai-.
monds freres est deja remis A l'iTisLituti6n. 1 compare -les
articles .suivants : . -
1 fotge 1 clef ltuyan 1-fiaratle '
1 enclume : 1 marteau 1 mneule
1 tlau-- 1- 1" scie
.1 pince I 1 niveau -"100 boulons
-. lenaille 1 ltiache-paille 1- semoir -
3 pincettes 1 couteau 1, here -
S2 clefs anglaises .. 1. querre ...

;Ces butils sont-destines aux course pratiques. D6sormais,-les .
61udiants, exereds A leur maniement et anx metiers .dnt. uan
agriciiteur expert doit avoir quelques clartis, seront, en a.e-
spre de reparer eux-niemes les machines agricoles mises A
leur service..
Leur literie valail d'6tre iremplacde ; elle a 616 aussi renou-.
velde. Mais les conditions de salubri16 et d'hygi.ne, indispen-
sabtes A leur san[l, onr -sollicitL, el -partieulierement arrAt6 :
mon atlention.Les lugadieur!sdu DWpartements, envoyes.A :E- :
cole, oat dress des devis pour la construction de "Tuarnes.
au local principal, I'6mondage des arbres du monticule avo4- .
sinant, le replacement du baton du dortoir piar .un plancher;,
fous travauxi en voie d'execution. *1'
.A bieni consider, ces measures n'auraient qu'une port-e
relative et restreinte. 11 fallait s'attaquer directement aux can-
ses permanenles de l'insalubril6 de la region -de Thor, c'est t i-
A-dire aux terrains marecageux qui y entretiennent ces'agents "'
de propagation malarienne que sont les mousliques. Du'dra'i-
nage. des marais stagnants decoulerait le libre jeu de l h'ac-.
tivild agricole et industrielle de celle Section de la Commune -
de Pbort-au-Prince, eh menie temps qu'il offrirqit une.sore
garant'e pQurr-la-frquentatibn scolaire de la Fertne Ecole. -.',
L'ec cution-de ce travail revetait une importance trop.-vi' .
deiffepouciq.''A mon avis les propri6taires int6ressas ne' on- '.
seatisei '.'prendre leur part des charges qu'elle entraine- ? .
rait ,-n dsalement. J'en appelai done a- la cooperation des, .
plusidtoires d'entre eux. Je ne sauraiasne pas signaler icie e'


,. ".A' .' : A*.-.r:-
-;.- ..," -" t *". -. "* .. :. .t -i.




















-;' sont autant-de projects don't la rxalisationme preob6t4~pe .et
"- j'prouverais une veritable satisfaction si les esssourees du'i
Trsor perinellaient de m'accorder les credits que .ai de-
S.mand6s a ces divers points de vue.
Cependant, A quoi se rameneraient la justification d'une
semiblable preoccupation et la 1~giiimild des effort du-A Pu- .,
'voir, si la Ferme-Ecole, en dispensantl'ihstruclion t1clinique ,
:,.: n'arrivail A exercer une influence .lointaine et profd6ide -'sur
Sl' -1'AgriculLtue' national. Elle doit6 tre le-ce:tre rayovria'nfiti:ui.-
con tribune a substituer A notre empirismne'rural les' rroc s
rationnels de culture. Aussi, ai-je accueilli favorabl&-nent.the .:
.-. be-u'.heueuree suggestion de Monsieur E. N. BAILEY. I1 datidiciii- .
i:. ement penpns que se 1 6tudiants bbtiendront probableiment
:..::en'Aoi't prochiain leur dipl6me de.cp'acibi': el pbuttraienl''i re..
6.. -:omdirfis professeurs noifiades d'Agri.cliture, places so.,us.: 6l -
Sciintrl6e d'uniInspectetr g6ndral. Ilsdesseviraient ldeszi'ne
:,::. uiivanites': Port-ail-Prince, Carrefouir, Logane, Pelion tfie., .
Ia.: Grik-des-.Bnuquets et I'Arcahaie Leur mission bonsitbra -.
oC .a' parcoiurir les canipaghes de leurs zones respe'ctives,.:i 7' :
June parmi les cullivateurs pendant un nombre lde :o uis
d; et'ermnin ,kia. se meltre en contastperptuel- avec eux, A.' ei. -.;
:k-:'seit'sf rifre. niode le plus praiique et le plus efficade d'i'enF :
i".:ien'er, d'arroser, de tailler,: d'&nronder, d:amender-1le ci i -
:'"ini mol, toufes les-nbtians n6cessaires A leur'tat a-ef itrid Ii
;'r nistratibn f.iuciueuse de leurs fermes. .
S Ils seront obliges-de .vrifier les'plantations et de renouvelert-
Sleurs indications, s'if y a lieu. -n outre; le Sectialte d Efal:
.. de nstructiin Publique pr6alablemrnt aviisA, 'il se'roDta''d,
Ais adonner des le ons, el6menfaires d'Agricultt.re pratique
;i a-nr-les ecobresm xurales de leurs regions. Les autoritEs 1 "i .&i '
.. . .;
::,.: :." '".,'.: .' ": " " . ."' : i .;' .;'.
: '-," ;, i ,. "" " : "' ...: ".' '"










Sotutante-gquirze dollars, soit une dtpense.mnienueIlle e'Qlila
tre-icnt -ingt-cihq dollars que jai inscrite .aui:iidget dL-iD_ ,
partteheht pour l'exercice 1921-1922a2.erij e tsaidait 1l-vbon?"'
iers qu'elle me osera cnhsenlie. .
:Elle- ne sera pas iimpr6ductive. La forniation dui no.ueau" '.
cadre permetti'a 6 la fois d'utiliser les connaissances sp6cilei-'-
de.jedtes ahur.eats.et d'entamer l'oeuvre de vulghrisationi'agro- ."':..0:
nohiiqe. p'aimi la classes terrienue. Elle aura d'abord ine. i
acli-tio ftdrcdment limited. .Mais chaque annee, un nouvearti':
contingefit de dipl6mbs y sera adjoint, A moins.qu'ils ne :*iprp :.'
f&rent p-rofesser dans une de nos Ecoles primaires et suivre-law -.-.'.'
carriore de l'enseignement, conforirmment. aux prescriptions.' ^s
de6'I .lOidu- 28 Juillet 1919 sur le recrutement el le traileme ,nt-;:
des :nslituteurs,-ou ne soient appeals a militer dans urie autre::- '
FernieEEcole qui serait crdee. Ce sera touijouis profit piur :ri' '
JoPats. ':
La preparation et l'utilisatioh d'un tel personnel, de prati- -
ciens-impliquent. augmentationn des resources du DJparte-,.:.. :
meant et une clienu6le scolaire plus nombreuse A la Ferme-Ecote. -
11 conviendrait quuine taxe sp6ciale, prelevee, par example, '.... :
sur le product des coupes de bois domaniaux vint y aider.et- ,-'
qu'.ine loi habililat l'Ecole Nationale de- Thor A recevoir des
doris et legs, Le fonctionnement, le.d6velopLpement de cet -
Etablissement et la bienfaisance de son Enseignement n'en -
seraient que plis assures N'est-ce pas A des considerations .
du meme ordre qne le-,Gouvernement franais:a obbi, en
ap.pliqiant des -meures analogues, en accordani notamment
par: dciet du 25 Septembre-1920, la peisonnafil civile aux ;,
Ecol id'Agricullure. -
..D'auire part,il inporte que les Communes dela R publique :
autres que celles qui sont plus haut mentionnes -se d6-
cident A faire quelque sacrifice pour entretenir chacune, un ..
inlerne"dans cette Institution. .Nos-Banques, nos Maisons;de-.-:
Commerce, nos -Compagnies d'Exploiation, -ne pourraienrit;- .
elles- aussL prendre une pareille initiative. Le progrBs du-.:':.;:
regime.-agricole 'di Paysnne constituent-ils pas une gara'nlie
pr-ohle.ou 6loignee de la prospe:it de Teurs aff'rires propres? '.
Aussi bien', le faith ne serait aucunement extraordinaire. En:.
19f7, oil a-.u .la National City Bank ouvrir un credit an.n.el,
afinfd'accordet des bourses a des eludiants Sud-Amrricains. .:
Erviro_', i-laio me e6poqu'e, soikante socieles amnricaines d-
livi'rtnt .tfois-cent-cinquante boirses a des jeunes gens des .:..
deux: sexes,-briginaires de I'Amnrique du Nord et de l'Amd-
rique dii Sid. c'est que.les divers organisms qui participent "i


-.: -'.. ', "" -.-" ..-' -,i 'P." t "V "
:,-. A i . .- .. .
"* -.- ,. .. ," "." ," ... ..
,::,'. ....' .,.: ;.:... <. .-..:, :. ".. :, .. ,.-,..:' !
-. . : ::.:.;,: , -,...;,.. ..,. . . .' . .. : :. =': ..:,' ,,'.:, ,

















S . LdC IIUULVCICI UL U cU igi IiiU ii pili LELIu piLU ULLrUU ll Iijuc-,
Sante en Haiti 11 s'est 6tendu A toutes nos campagnes..Mais il
s'est manifest6t davantage dans les Deparements de 'Ouest, du
Sudtet du Nord.-Les rappolts qui m'ont 616 adressds A-. et
6 gard par les Magislrats Communaux en t6moignent. Sans
Sdoute, la disaffection du close cultiv6, trop isoe16et insuffisam-
: 'ment protege contre les d6predalions.des maraudeurs,le taux .
R q.modique u-salaire local, le traitement d6fayorable r6serv6 a
:: la main d'euvre agricole dans les grandes entreprises, Iespoir
Sillusoire d'une r6muneration autrement avantageuse du labeur
fourni y ont contribute. Mais surtout, des employers assures
d'un pourcentage assez appreciable, parcourent les praines,se
dirigent vers les bourgs, p6iWtrdilt dans les sections, .exploi-
Stent la cr6dulit6 de la population des champs par de falla-
Scieuses processes, event les paysans. De v0ritables negriers,
i. longest nos celes, regoivent ces besogneux, gagnent tes h- sites
eaus, appareillent pour Cuba, et en reviennent souvent, plus.
f:lourds de regrets que-d'argent. -
i. Quelles que's,oient les causes de cet exode, ilUreste tou.jburs
Suti danger plus redoubtable qu on ne. s'en advise. Quand le facr
teur rural le plus important- se rarefie,la vie organique ne.mme
d'un people est menace. La desertion des terres arabes d6-
termine le fl6chissement du rendement des cultures, le suren-
?. ch6rissement deS cctes des denrees vivrieres et maraioheres
::.sur les marches inteieurs, le mailaise de la consommation,
I,,'la .decroissancc des revenues publics et enfin l'affaissement
..... financier et conriomique d'une Nation Si elle.s'aggrave et
Srevt une plus vaste proportidn chez nous, le Pays ni'chap-
.ipera pas A ces-consequences qui ne seront pas les plus d6sas-
: -treuses. ,
Le Pouroir ne saiurait trop apporler'sa vigilance A.l'alt d-
Snuer, silnoi :Ala cotijurer entierement. .Les agents regio-
-nmaix du Gotverriement qui, par la natuie de leurs attribu--"
.tions sot prpos's A suivre les mndalit6s de la vie terrienne,
douheraient uie'nouvellepreuve de leur sens des intAifts,
ssntiels de la Republique, en tenant une-action morale:i. ;qu
adriit inspire aux agriculteurs'u attachemenl soliie, ;
. ... .. . ... ...' ";..:


-4-.. II: :f-s
K.... j '..
M; i.: .: . :.. ,,"::.. '.,;:.












Lonseillers d'Agriculture. Les ides: ont leurs forces:Elles .snt-t-i
bieufaisai'tes el g6ndratrices de faits, lorsqu' lles .proc6deht
dud6siri opiniAire d'accomplir ui bidn.collectif. .
Je.ne m6connais point qu'illy ait 1lI un.ph6nomine;qui. i- '
sulle directement des conditions actuelles du travail .n Haiti; ..
Alais .en l'occurrence, il s'agit uniTent de career. et.de-fortifier,;.
esprit terrien,' c'est-a-dire cefte disposition coimmune.par
qubi r'homme des campagnes, 6pris de tAcheh libre, lent A se ..'
-dcider A -affronter les risques des aventures lointaines et sa-:'i:
fisfait du profit lir6 de ses propres plantations, 'r6sisteranatu- .i
relletbent-aux solicilations appliques Al'en d6tourner.Ce'soin
ne ispense pas le Gouvernement de I'obligation de metire a
1'Alude les moyens positifs qui, sarisporter alteinte A la libeid '.
individuelle, restreindraient ce mouvenment d'emigration don't
je crois avoir signaled l'extr6me gravilA. II imported particulie-
rement que ceux don't la propaganda le favorite soient passi- -
.bles d'amende ou d'emplisonnement, comme en Dominicanie .
oh un decret qui aura effel jusqu'au ler. Avril de celte annae
pregcrit les memes pdnaliles contre les instigateurs de I'rmi-.
gration des travailleurs dominicains. :
Tel est, Monsieur le Pr6sident, le programme d'action que- ,:
necessile la situation du Deparlement de 1'Agriculture. Mais il
ne portera tout son fruit que- si les travaux d'irrigation des
plairies de la Rppublique;la refection de nos routes et I'entiere
organisation de la police rurale se poursuivent activement. II
serait fort heureus que les brariches de I'Administralion pu-
blique auxquelles incumbent depareils soins puissent disposer
des fonds qui y sont indispensables. .'


-*..- .
.' ...- ." -
...,. ;... ;.. . . . .t . . . .
. :':. ': l' .f; '" " .
.. .# ,:, ,* .:, o' -:. i- o ... .: . . ,. % .


; P



.* ,
" -:


:@
:^:
ii4
s'..


:_.

,













Dans I'brdre des.Travaux Publics,des r6suifals.nppr6ciab1les
o' .ont dd6 acquis et de grandes perspectivessont envisag es pour
S I'avenir. Pour en parler, il me -parail natural de suivre les
cadres of se-groupent toutes les questions.qui se partagent.
actuellement I'activilt des services relevant'de moni Dparte-.
ment.
meri. : Ces cadres sont :
i. : A.- COMMUNICATIONS ET TRANSPORT EN COMMON
S. B.- HYDRAULIQUE AGRICOL. ET URBAINE
C.- -EDIFICES PUBLICS
,. D.-- ECL-AIAGE ELECTRJQUE ET FORCE MOTRICE HYDRO-ELEC-
TRIQUE
E.- Mines.ET METALLLRGIE
F.- CADASTRE ET SERVICE "DE LA CARTE
G.- PERSONNEL TECHNIQUE ET.ADMINIS1 RATIF.

; RESULTATS ACQUIS.
SA COMMUNICATIONS ET TRANSPORTS EN COMMON
1o.-- Voirie urbaine et rurale-
S D.es travaux varies de voirie urbaine, I'enlretien et Plam6-
lioration des voices de g-randcs communications di6ja existantes,
': "" l'6lude et la pr6ppralion des projects de nouvelles voices; repr6:-
sentent le bilan de noire activity pour I'annee Bcoul6e.
.;-: .Dans le-Nord, nous avons am.lior6 les conditions de viabi-
:.t. lilt de la ville du Cap-Haitien en consolidant la chauss6e'les
rues du Quai et. Espagnole, en reconslruisant celles des rues
r ,, .telles que les rues No. 16, 24, No 2 et No. Q et enfin en inua-
gurant un-syst&me logique de canivaux et d'6gouts pour l'6va-
,4d cuation des eaux pluviales et menageres.
..:'. La voie de grande communication de Ouanaminthe a la -
-':' Crete du Puilboreau' par Fort-Liberti, terrier-Rouge, le Trou
Limonade,Quartier-Morin, Limb&, Cap-Haitien et limited d'En-
nery a 6t. mainlenue et amrlior6e par -
o.-- La construction de ponceaux en beton arm6 :( ponr, -
S- ceaux. de I. Belle-Holesse v ( Camp-Cop B, floche Pavee
::i: r Bidoret- < Chata b, a Puilboreau a )


S".. -

~' .-- ..."-
: i : :'" ,,. -:z.-'.:'..: :::,., ,. ':....- . ..,:. .",..'. : :..,,..,.









2o.-- L'Elablissemnit d'un systbme rationfiel de fosses das-;-'::
sainissement )-entre Terrier-Rouge el Savane _eifridelee Trou6::- '
et le pose Chabert l, le Trou et Quartier-Morin-,Linoioaide.,,---:
et la Grande-RiviBre, la Coupe-LimbB et le:Morneo" iBidoretB -))
3b.- L1amdiioration des rayons de course suri:les sections -'.
de .monlagne-( courbe de la a Coupe-Limbe-, de a Roche Pa- ..
vee r de a Bidoret -ec ) -
La construction de la route nouvelleCap-Hailien Ala Grfande-
Rivibre.du Nord A travers Lhoiseul, Lacombe et la Tannerie,
a WtA commencee. La route de St. Raphael au Dondon a.16
construile jusqu'i 3 kls. de ce dernier bourg, ct enfin les elu-
des pour I'acces au plateau-du Dondon par une ioule A flane
du t Grand Gillcs D ont Wtfaites et. les projects arrilts. .
En r6sumB, A .par'-les travaux de voirie urbaine, environ -
140 kis. de route ont 6tl entretenus et am6lior6s environ-15
kls. en oat ti construits et douze kls..6tudies.
Dans [1Arlibonite etle Nord-Ouesi, les conditions de viabi-
lilt des villes.de -Port-de-Paix, des Gonaives el de St-Marc,ont
A6t am6lior6es par la refonte du revlemente des chaussees, la
construction des ponceaux etde caniveaux d' vacuiation des
eaux pluviales et m6nag6rcs.
ILes voies de communication entre Monl-Rouiseet' Bassin .
Bleu par Gonaives, entire Gonaives et la Creti Sale vers Saint-
Michel.de I'Attalaye, entire Ennery et la Crele du -Puilboreau- .
vera Plaisance, entire Port-de-Paix et Jean-Rabel, Port-de-Paix
et Anse-A-Foleur, entire Dessalines et la Petite Riviere, out W6l
maintenues et amClior6es par :


lo.- la reparation-des revetemenIs -
2o.-- 'etablissement de foss6s d'assainissenent ( enre. la
Crtle Sale et St. Michel de I'Attalaye, entire Ennery et
Sla Crale du Puilboreau ).
3o.- par la construction de ponceaus en belon arm6 ou
en bois ( entire -Gonaives el SI.Michel).
Des. tudes se poursuivent en vue de. la creation de voies
nouvelles entire Bassin Bleu,Gros-Morne etPort-de-Paix et en
vue de la rectification de la route St.-Marc Gonaives par le
trac6 de Pont Sond6- Bois Gerard-- La Chicolte sur I'Es-
ttre r),qui, A part I'amoindrissement de la distance kcilomdtri-
que,permettra de passer 1'Estire sur le grand pont m6tallique
existant au lieu de le contourner par Dessalines.
Une -tude planimetrique el altimntrique de la route Gonai-
ves-Hinche a 6te faite en vue de l'amblioration du- profile en
long et des rayons de courbe de cette voie don't l'imporlance
est considerable pour la p6n6tration au a Plateau Central,


. -

.- : ..
& I UN3 W, '`"


-I

I

; 4


*^
4i-
. -' :



S...-, ,





** '










i.d'.: Mars;. aux Avenues Boyer et de.Turgeau.
.Les voices de communication entire Mont-Rouis et St.-Iarc,-
entre'Port-au-Prince etl le Fond des Ngrtes :et verse Anse--:'
.:YVeau ont..46 mainten(es et ameliorees par ia construction de
-buses en &&ioton, le ponceaux en beton arm6 ( ponceadx de la'
i section de route traversant la Plaine de Boucassin et la Plaine:
dles e Vases" ; buses- sur la section de route entire. Portu-i-
: :Prince et LIogAne ) L'ancienne route de Boucan-bro.u "aLas',
: cahobas est en voie de construction
S Les 6tudes preliminaires out At6 faites entire Gantlioeret la-
FrontiAre en vue de l'6Eablissementd'une nouvelle vbie et.dans
.. ces derniers jours le Deparlement a faith reprendre les 6ludes-
de la route de Port-au-Prince A Jacmel en vue de la construe-
.tion A la Section Trouin-Jacmel.
Dans le D6partement du Sud la voie entire le Fond des NA-
S gres et les Cayes a 6te con id6rablement amrlioioe -par un
.assainissement logique PL la construction de ponceaux en char-
pente et maconnerie et I'empierremenl d'un troncon de 2 kls.
de la route du fond des Ntrres dans des conditions particu-
: lierement difficiles a cause du peu de relief de la region, en-
trainant unecomplicationinouiedu problmmed'assainissement.
Avant ces travaux.il fallait un minimum de 14 heures pour
couvrir les 200 kls qui s6parent les Cayes de Port-aC-Prince;
aujourd'hui, par temps passable, il suffit de 8 heures 1/2 pour
fair le m6me trajet. Les principaux travaux ont 61t execut6s
SA Brimballe, Virgile et le Morne Rouge.A c616 de cela,.-la via-
-': bilit6 des Cayes a -16 considerablement a-mBliorde.

,!.:;.i"- 2o.- R6seau ferroviaire.

S Notre r6seau ferroviaire est parlag6 entire deux Compagnies
de construction dt d'exploitation: la Compagnie des Chernias
: de Fer de la Plaine du Cul de Sac el la Compagnie Nationale
:: 'des Chemins de Fer.

a) Compagnie des Chemins de Fer de la Plaine du Cul-de-Sac.
Les rapports officials des fonctionnaires comp6tents de mon.
i, Dpartement : CommissairesduGouvernement el Soups-Inspec-
!;teurs des Chemins de Fer;monirent,en meme temps,leslpiteux/
i:,:.'resultats financiers obtenus par celle Compagnie pourl'anfiee' .:.
i .: coulte.


..* . . .-.






C .' .'", ." .
C*es resultats: sont cnsrgns dans-.abeiau :soa .I..: .

'Tramways de Bizolon-Carrefour.' .. ...
SGds.-- OrP. -
Recettes au 31 Dkcembre 1920. 61.891.38 90.00
Ligne de la P.- C. S. .
Frets et passagers........ 182.648.32 2i... 217. :0
Cannes, .. __ .......... 8.587.35. :
Carrefour-Logdne
Frets et passages _......... 84.679.27
Cannes ----.. .-.. .. . B 9.701.51 -- ..
Au Total- ... 329.218.97 18 596.36' ':
ou bien par conversion ..... Gds. 422.199 27 .. .

Cette valeur reprssente les recettes de ( Carrefour-LogAne
732 trains )( Port-au-Prince-Carrefour 1098 trains, Plaine du .
Cul-de-Sac 732 trains, en tout 2 562 trains plus les trains de
cannes), soil une moyenne de Gdes.165 par Irain si on ne tient
pas competee des trains sp6ciaux pour les transports de cannes,
et Gds. 157 00 par train si on en lient complex. .
Detant ces r6sultals de faillite, 1'Administration de la PC S ..;
a rcolam6 l'application de la loi d'Octobre 1912, etendant-A
toutes les lignes existantes en Haiti le tarif contractuel a la
Compagnie Nationale des Chemins de Fer. Le Dparlement
considerant qu'il 6tai- de son devoir de chercher par toutes-
les voices 16gales A rendre prosperes les lines de Chemins de
Fer afin d'exondrer l'Etat de la garantie d'int&rels, n'a pas.cru
devoir refuser la nmise l'essai de ces tariffs. MaisTexp6rience
a montr6 que ce tarif n'6tail pas praticable dans les conditions
Aconomiques actuelles. Le Deparlement a arrtl6 avec la Com-
pagnie le -principe d'un tarif intermidiaire que dans son allure '.
gen6rale favorite les denrees de premiere n6cessit6 -el celle-
dont les charges d'exportation sont d&jA trop lourdes.
La Ilgne urbaine a donnA des resultals encore plus pileux
et la Gompagnie a beaucoup de peine A en mainlenir le ser-
vice.' Le D6partement ayant r6clame une amelioration imm6-
diate, la Compagnie lui a promise de metLre A 'essai sur cette.
ligne des locomotives A essence. J'ai autoris6 cet essai, par
consideration du" progres quLserait. 'ralis6 sur le systmme .
existent, si I'experience reussissait.
A mon avis, i'insuccs financier doit 6tre altribu6 lo.- au .
niauvais tat g6nheal des althires mondiales et nationales,2o.- '
Surie p6nurie de materiel, de traction et de trip.sport.
iLa Coimpagnie vient de rem6dier en parlie A ce dernier in-



--x
:,, .--.. .' ," - ., r* .... .'.; S

a.,
: .. V M..N,-
:, -. k' ,.,'-. -:':: :. "-.-- ". ": ,':.".': ,. .. ," -::: : $i:
. ... '.. .''.' "u 4 "-:.: " ', '. "'.' 'A :::' ".. .-- : w ,' .. '',b












i ~didC A~y veiller.

b ) Compagnie National ,des. Chemins de Fer.
s.:--Le, Deparlement a. e regret de ne rien sounmelre d'officiel-
ir.. -concernant celle Conmpagnie. II espere que la situation anor-,
male existant centre elle et I'Etat soitrr6gle .au plus t6t.

S -. 3So.- Rades et Ports.
: Les ameliorations apportees a nos rudes et porsnt o U rtout.
consists6 :
:. I.- dIns le rtpdrage complete des rcifs. et hauls fonds
dangereu-x pour la navigation A 'aide de boudes en.bois on
.7 en mital.
2o.- dans la construction ou la remnise en Mtal des wharfs
de cabolage dePort-au-Prince, des Cayes et de Jacmel.
: Les phares de-la RWpublique dont.l'entretien revient a 'Etat -;
-:- .depuis la p6remption du contract de concession,onl Wth main-
Le' uenus en parfait lat de- fonctionnement. -
.- 4o.- T61egraphes et Telphones.

SLes lignes t16egraphiques et tdlephoniques suivanles ont t61
l'" Trpar6es oiu reconstruiles :

lo. Ligne de Port-au-Prince A L6ogine. -
if 2o.- Ligne.de. St Marc .ala Pelite-Riviere de IArlibonite.
:" 3o.--Ligne de Port-de-Paix-au M61e St.Nicolas.
4-. 4 Ligne du Cap-Hailien A la. Grande Rivi&re du Nord.
-: 0.Bo.- Ligne des Cayes a Aquin.

: La situation financiAre,du service-des Tl66graphes est indi-
quee par le tableau ci-joint.
-i; Un service te1lphonique a 61l 6tabli dans la ville'du Cap-
-4 --Hartien et le service des Cayes a etW notablement amnlio i par-
l'installation d'un-nouveau tableau d'appel pour le service .des
:.:ibonn6s.


. .-

4.









L;lic.vuicul UL I O J aO, UI c %, a UOu c DiU ajL- I, a*-*.*%- *
L V -. - N - . .... :I" :C.d.... .-j f.-U.a"fU C O U t I d- L LA.'k.
B ) HYDRAULIQUE AGRICOLE ET URBAINE:.-:

o.- Irrigation..-

A partl'entretien-rggulier 'des ouvrages et canaux d'irriga-:
tibn-des Plaines du Cul-de-Sac, de LeogAne et des Gayes, leon- -... i" :
registrement des litres de propritd..poi r I'application de taxei. ,
les. ravaux suivants onl-etd esxcutes r -

. lo.- Reparation de 16 klms.de la branch aLevy Laborde
( Canal d'Avezac ).
2o.- Curage de la branch a Levy-Bourjolly ( Canal d'A-
vezac ).
3o.- Neltoyage de l'ouvrage de .I Mercy n (Canal d'Avezac) :
4o.- Reparation de nombreux bassins de distribution su.r
le riseau du Bassin G6ntral. .
50.- Nettoyage du grand coursier ( Bassin Gn&iral ).
6o-- Reparations aux portes du Bassin G6ne-al.

La situation de l'irrigation actuelle de la Plaine du Cul-de-
Sac-et les possibilities pour la plaine de L6ogAne sont consi-
gnees dans les tableaux ci-annexos.
Ces tableaux montrent qne en moyenne ii est distribu6 en-
viron 6297 m3- d'eau par carreau et par an au.x terres faisant
parlie du systume du Bassiu G6neral 10 097m3 a cells du
systlme de la Riviere Blanche et 2693 m3 A celle du sysltme
des Sources,qu'enfin les disponibilit6s de la Plaine de L6ogane :-
sont de 13.100 m3 environ par carreau el par an.

2o.- Hydraulique urbaine.

Le D6partement des Travaux Publics, conformrment A la
loi portant organisation de La Direction Gn3irale, a mainte-
nant la charge des services d'hydraulique urbaine suivante : -
Cap-Haitieri. Gonaives, St.-Marc, Port-au-Pr'ice, Miragoane,
Anse-A-Veau, Jdr6mie, Cayes, Jacmel.
Ces diff6rents services out 461 amniiores et seront dans la '
suite- transforms, soil par le redressement du profile en long .
des waitresses conduites, soit par le nettoyage de ces memes-
conduiles.soit enfin par la suppression de branchements nuisi-
bleset-l'application des r-glements severes centre le .
Le service de Port-au-Prince est en voie de grand
; . .


41
S........... .
.. . . : '--2

.... ... ... .:... .. ... ... ... ... . .:. .. :.o . .., .-
,, -. : .Y :: ;: .., .::, ,. .,;:. .,,, :;.% =r:,: .' .; ..







~'
~::
;~~
s:~'



~i~i :

.;. i
-







..-.


~

;.




1
i :



r


lo.-
2o.-
40.-



80.-
8o. -
90.--

10o.--
11o.-
12o.--


Edifice de I'fmprimerie Nationale
BAtiment de I'Ecole Normale des Jeunes Filles
Sa du lAiliment el del'EcoleIndustrielle
A it t des So!eurs des Gonaives
Le local du Tribunal de Pelit-GoAve
Le Balinment de I'Ecole de Gressier
>, a des Sceurs de Port-au-Prince.
a de la Douane a
( u de MIdecine
0 du Magasin nctuel de 1'Etat
0 c r Enelus Robin A Rolosse
(a Elie Dubois.


et a fair maintes rdparalions localives dans le
.. par I'Elat pour les besoins de ses services pul
fastidieux l'enumerer ici.

t D ) Eclairage Public et Force Hydro-Ele

L'cclairage electrique des villes de Porl-au-
Haitien et des Gonaives est assiur par les soi



ti'c


*s maisons lou6es
blics, qu'il serait


ctrique. -


Prince, du Cap-
ns de la Compa-


ration par suite des travaux de derivation des eaux de Diquini
et'leur reunion A celles de Chaudeau et Leclerc dans un aque-
due construit A flanc du Morne de I'h6pital. 11 ne reste plus
qu'un troncon de 1.000 inmlres de cel aqueduc A construire sur
un total de 4 605 metres.
A l'ach6vement,au ler. .luillet prochainil passer normale-
ment au chateau d'eau de Bolosse, en charge de 52 molres
sur le niveaut de In nme, une quanlile quolidienne d'environ
]5.0(00.000 de litres d'eau polable.
Les ameliorations projet6es A la captalion de Turgeau, les
nouvelles caplations a I'elude ainsi que la refonle du syslvme
de distribution aclhveront de meltre Port-au-Prince sur un
pied salisfaisant par rapport A ses concurestes les mieux par-
tagges.
C ) Edific.es Publics.

A part la conlinualion des travaux A 1'Edifice du Palais Na-
tional el son am1nagemen,lan construction ou I'amenagement
de quelques maisons d'Ecoles (Anse--\-Venu, Cap-Hailien ) la
construction de chalels hygiieniques et la construction d'un
annexe au Bureau de la Direction Gen6rale des Travaux Pu-
blics, la construction d'un bliminent pour longer le post lt16-
graphique et le bureau postal des Caves, nous avons etn
mainlenir en bon 6at d'habilabilili les edifices suivanls :







S55 -

gnie d'lclairage 6leclrique des villes de Port-au-Prince et du
Cap-Haitien et de la Compagnie Mlectrique des Gonaives.
Les services de control technique n'ont rien sigoaln do
particulier dans le fonctionnement des reseaux qui en d6pen-
dent.
11 a 616 concede A Monsieur Boucard, de Jacmel, le droit
d'anmnager pour les besoins de l'Eclairage et de In force mo-
trice, 1'energie disponible a la chute du .( Jet d'eanu sur la
rivire des (< Cayes-Jacmel !1. Le concessionnaire aura jusqu'au
30 Septembre pour commencer les travaux d'amenagement.

E.- ) Mines et Metallurgie.

Les autorisations suivantes de prospection sont valables
pour I'ann6e en course.

HENRY BRISSON
Charbons de la Hoye ", Commune de Lascahobas

R. B. CHILDS
P6droles du ac Cul-de-Sac 1

BROUARD et GAETJENS
Divers minerals

ATUANASE LAFOREST
Cuivre de Jean-Rabel

La mine de cuivre de Terre-Neuve n'a pas prosptir dans
son exploitation par suite des difficultCs de transport du car-
reau de la mine.au port d'embarquement.

SF.-) Cadastre et service de la carte.

Les travaux de la carte topographique ou g'ologique de la
Rdpublique entrepris sous la direction du U.S. Geological Sur-
vey ont progress normalement.'Les reseaux de triangulation
primaire el secondaire sont presque fermes environ 4.500
photographies aeriennes des coles ont e61 prises et au mois
de Mai prochain le Departement espCre les premiers exeni-
plaires de la carte topographique.
Des 6tudes de stratigraphie et depalContologie sont en course
d'ex6cution sur les lignites et p6troles de Maissade et sur les
cuivres de Terre-Neuve. Elles seront generalistes au lerritoire


...:- ........:,
"^.^iFs




-.- *,. :..-'.:


.:3
** '
**I



;.-
^ "'--i
...'"'


'*
j;.:P
w.li
ir












,U-. rT,;Tl,. ;U.I ul ,LCUi qUCI D Clb auIILLuII aUL~1
061: : .; I)-Direclion- Generale des Travaux Publics.

SJe suis leureux de pouv.oir annoncer-.h Votre Excellence ,
Sque l'application de la loi organisafit I'6tablissement de la Di-
rection g6n6rale des Travaux Publics A commeuc6 A produire
son effect. Nos cadres sont cri-s, il ne nous reste plus qu' les. -:
-larair A la demand des besoins techniques et selon.les dis--
1- ponibifit s de notre Budget.
-Je ne .suis pas moins heureux d'affimer a Votre Excellence,-
-lexcellent esprit de corps qui existe entire tous les membres
S : du Service de-a Direction genbrale et delui-signaler -le d6voue-
.;-", men et le-tact au-dessus de lout 6loge avec lesquels il est
q:: "- dirig6 par Monsieur.L .Paisons, Commander C. E C. U. S.N.
Directeur general des Travaux Publics. Je crois pouvoir affir-
:. mer que dn Directeur ge6nral, au moindre employee, ious les
efforts tendent A la r6alisation du vceu, derni&ereenntexprim6
par l'Assistant du Directeur g&ndral, que ( la Direction g6n6-
.:, ..rale soil Ic service le mieus adninislr6 le mieux organise, le .
plus-beau d'apparence et le plus e-ficace des service du Gou-
vernement H-aitien. a f'est IA. une noble, ambition et le D6-
.y :X parlement sera toujours heureux d'aider a sa realisation..
-i. '2. ) Personnels des Teldgraphes et des' tilphones.
.; Je dois aussi vous signaler le devouement avec lequel le.
4 :. personnel des 1616graphes el des t161phones a rempli son de-
D .voirw Mon Departement,pour en tenir-conpte dans une cerlai-
Sne nmesure, vient .deservir une augmentation auxeniployts.de
ces- services.
. ..3. ).Personnel Adnminislraif.
Je dois ines meilleurs eloges A mon personnel adminislralif
p,: pour son effort constant-de d6vouement el de bonne volontC.-

Perspective d'.avenir.
Aujourd'hui, Monsieur le President, que nos experimenta-
.: tions sont failes et que le Departement des Travaux Publics a.
s: .'heureusemeht achev6 le ong novicial qui lui a 16t impose par
:l'iusuffisance des credits mis a sa .disposition, je crois qu'il.
'..con vient d'examirier etde fixer A la lumibre des resultals acquis,
les directives gendrales de son action dans i'avenir.it pourlJa
oribode de ee croissance -e d"&panouissement.

....;... ...- ".......- "..i
.:; "':` ,.,.
." :;": .. ; ,.! .' ; . .. "










Pubfics dbit-accomplifr une aI he 1is lour.dA et; Aoioi i -
le freul:moyen d'y suffire.en -6vitant les ialfalor.s et les A-...1
shamonies,est de la d6fenir aussi claireniefit.que possible dao s''-',
son'principe ea son importance-aussi bien que dans la m.th&-'.t.-.-
de et les moyens qui permetlront de l'acicormplirEn :prieiepe e"..'-'
.notre 4tache consiste A abaisser an minimum les -.d6enses:i. de' .
criation.des ri-hesses; par la realisation el la diffusion des- 7""
facilities que.les ressoi:rces de l'irt ..de l'ingnietir apportent a.:'
letr production et leur transport jusqu 'ax grands courants -de.:i
circulation.L'iiriportance d'une pareille tlche se d6duilde "sobn::
principle: mme ; on .peut A peine se pemnettre d'insister-ld.:--.
dessus.:Etant donnA : lo 1'dlendlhe et la vari6et du travail, 2o .'
la course duree sur laquelle il doit se r6partir pour etre utile,-.
3olihnmilil -des resources qui peuvent y itre appliqutes,notre
milhode me parail devoir ttre la methode si frconde des
a approximations successives qui consisle, I'ouvrage ftant
clairement d6fini et fix6, A disposer.d'abord 1'ensemble aussi -
rapidement que possible pour en fixer la silhouette g6nirale
et lui fare porter ses fruits an plus t6t, puis,.par des retou-
ches-successives et continues A reprcnd:'e les details en .leur
accordant respectivement importancece qui leur est logique-
meut assigned par leur ordre- de subordination A I'ensemble. :
Nos moyens.consistent dans la parfaite conjugaison et 1'6-
troite synergie de nos efforts avec ceux des autres services
publics intlress6s au--mtme but, en particulier, avec ceuxtdes -
Departements de I'Agriculture, des Finances, du Commerce,-
de 1'Instruction Publique-et-de l'Inl6rienr.
Sans vouloir fire des extrapolations toujours dangereuses
el iou r m'en tenir seulement aux. donnees.de la documenta- :
lion actueHe sur les besoins 6conomiques de 1'avenir imme-
diat, je lie crois pas d6raisonnable d'affirmer que pour .au .
moins les quelques cinq ans A venir, Ie DUpartement des Tra--
vaux Publics, sans pourlant perdre de vue ni nagliger les :
autres branches de son Administration, devra appliquer le
maximum de ses resources et de ses .efforts aux services -
suivants: -
A.-COMMUNICATIONS ET TRANSPORTS EN COMMON
B.- HDRAUI.IQUE AGRICOLE ET URBAINE .
F.- CADASTRE ET SERVICE DE LA CARTE. -

En indiquant bri&vement ce que trente mois d'exp6rimen-
tion:et d'ltude ni'ont designed conime souhaitable dans chacun
des services du DApartement, j'insisterai sur les trois precede
,. -. .



4 ..
-" 'd:" ."4~~~ ~~~ ~ 2 "". ".:.., :m '.'










...... ...une mamere ae commentaire et a illustration de mon project
de-budget et du system de Legislation quej'aurai la profonde
,"' satisfaction de proposer A son agr6ment el A celui du Con-
seil des .Secrtaires d'Etat.

-.- A.-- Communication et transports en commun.

.) -- Voirie urbaine el rurale.- En allendant que 'Etat
puisse se ddcharger entlirement sur les Communes des exigen-
ces de la voirie urbaine, le D6partemnent devra toujours.
maintenir un service de reparalion desrues dans son budget
et dans le cadre de son service technique, mais la doctrine de
I'avenir sera d'accenluer les efforts dans le sens d'une colla-
boralion progressive des administrations communales avec
lui, jusqu'A complnle substilulion. La situation acluelle et le
processus de sa transformation sont indiques dans les tableaux
i.. ci-annexes.
La grande voirie qui restera encore longtemps un apana-
ge de 1'Etal, doit aussi rtre considdrde, en liaison avec les
communications ferroviaires, maritimes el fluviales, come
'" I'enen essential du pro:'6s economique de la RBpublique.
.. -. L'idee qui doit guider le DUparlement dans son effort de crda-.
lion el d'amdlioration dans ce sens, dolt elre la commoditL de
transport des passagers. Au point de vie technique et finan-
cier, la difference est considerable dans .i'dtude et 1'Fconomie
des projels de communication, selon que I'objet principal est
de faciliter le transport du fret on celui des personnel. Et si
S on lienl compile de ce faith que les personnel pourront toujours
: passer par oi le frle peut passer que d'autre part les voices
tudides en vue du-transport du fret sont les plus efficaces
pouraccentuer'le progres d'un Pays,qu'elles sont d'ailleurs les
plus economiques dans leur 6tablissement, on admet facile-
:;, .. ment qu'une Administration. pr& oyante se prdoecupe d'abord
.de leur creation, quite A les adapter par des ameliorations
:.. postlrieures, successives aux besoins des passagers et du
tourism.
Guid6 par ces points de vue, le DWpartement des Travaux
Publics a te.nu d'abord A realiser en premiere applrximation
U11. un rseau roulier logique nu point de vue des distal ces kilo-
metriques ct des centies raccord6s.
C'est ainsi que nous avons Mtudi6 un nouveau trace du Cap-
laitien, a -Port-au-Prince A travers les Hauls Plateaux intd-
r ..ieurs el que nous,avons 6tabli la plateforme decertains Iron-
.. 'ons du trace g6ndral. Cette nouvelle route qui passera par


.. : ;r.,,..'...'










raccourcir la distance k-ilometrique entire Port-au-Prioce et'le ;'.-
Cap-Haitien et de presenter des dclivitds, moyennes. plus fai--"..-:
bles que la route existanre, ce qui .est d'une importance con-
siddrable pour le traffic du fr[t et des passages; au'point de,
vue &conomique, elle permet de desservireet de relier & ses '-:'J
ports' naturels la region du haul Artibonite que des raisons va- '- i.
rides d'agrologie,de geologie elde paldogeographie rendent Ires- .
int6ressantes pour l'avenir economique de notre Pays. Pour'
implanter le-nouveau trac6, 'il-nous rest a construire : le
trongon Lascahobas, Thomonde, Hincle, le trondon Mals-
sade, St.-Raphael et le troncon Dondon, Carrefour la mort
(pr.s Quartier-Morin ). La plateforme de celle roule Mlablie
ainsi que celle'de la rbute de Port-au-Prince.- Cayes, il nous
reslera A raccorder latlralement ces mattresses voices A des
ports logiquement choisis en consideration de importance de
i'arriere-pays d.-sservi et eu meme temps A amiliorer la pla-
teforme, a la consolider el a la pourvoir d'une chaussde. Si, A
c6to de cela, nous dlablissons les accts A nos fronti&res, je
crois que nous aurons cri6 le. cadre de developpenpent de
notre r6seau routier.
Mais le cadre cr6d, if faudra, tout en Iravaillant A son dlar-. :
gissement, songer a en entretenir et ambliorer les parties d6- .:
jA fixes. Ce sera la tAche du service de grande voirie prdvu
A I'Art. 1, 3eme.alinea de la loi organique de la. Direction g6-
ndrale des Travaux Publics que le Deparlement est anxieux
de creer pour pouvoir enfin r6unir les elements d'un corps d'e
Pouts et Chaitsses v indispensable au bon fonctionnement
de nos chaussees carrossables ou cavalieres.
2) REsEAu FERROVIAIRE.

a)COMPAGNIE DES CHEMINS DE FER DE'LA PLANE DU CUL-DE-SAC.

L'action du D6parlement pris de celte Compagnie sera d'as- -
socier plus dtroitementl'Elat A son Administration technique '
el financidre par la creation d'un Commissariat g6ndral des
Chemins de. Fer, centralisant le contr6le technique et finan-
cier de.toutes les lignes exploitles ou concedes. .

b). COMPAG.NI NATIONAL DES CHEMINS DE FER. -

Sans vouloiraniticiper sur le rA.glement de la situation anor-
male existant entire I'Elaltet celte Compagnie,ai contraire en ..-,
renouvelanl ici les reserves les plus formelles du D6parlemenj .


-4. -
.............. ..-..:... ..-i
....: .." . ... . .... ... .
,.-... ..
.._.... K ., ; --,.... .











-.ii "'' q"UjE .u-Uit- uIIc I UIIaEuu e tumLIIe LlurI 5U I"t.-ISII LL' t IILtIjuct par
le-. 'ntral de concession.. L'interet de principle d'une pareille
"p1 tfra':* tnsaction serait, pour I'Etat, de permeltre.le rapide ddvelop-
-pieent du r6seau ferroviaire dans la region des < Plateaux n
.-.. : ddnt j'ai. signals l'importance-pour.notre avenir economique
et,-pour la Compagnie, de reculer 'epoque d'une -sortie con-
siderable de fonds iuproductifs qui autremnent doivent ire
S- immobilis6 ds dans aconstruclion des lignes d'acces,aux Hauls
SPlateaux E. En effel,.la lopographie generale de celle parie.
du -Pays est telle que les accs par voie ferr6e de la c6te au
rebord du ((Plateau ) sont sinon techniquement impossible
S miiis du moiris 6conomiquemant disastreux. L'est ainsi que la
Sligne d'acces le Bahon a Savannetlle par le ravin de Marianne
ou par Ranquite -et celle d'Ennery A St.-lichel par la Crete,
: ....- Sale, cofiteraient des sommes folles dans des conditions de
I::.:. conception et de construction techniques ires cisqu6es (decli-
-vilts anormales, ouvrages d'art exceptionnels).
Au fond, la transaction c-nsislerait A d6velopper le r6seau
S du plateau d'abord,-quille A am inager des sysltmes adequals
( monorail, transporleurs a:Iriens ) pour la manulention du
frWt sur les sections d'acces, on encore a changer- le svstlme
de traction et A le remplacer par la traction l6eclrique qui me
S prail devoir presenter les meilleUrs avautages sur ces pro-
fils accidenles, si on lient d'ailleurs compete des facililds que6
:- prsentent la region pour la construction de puissantes cen-
rales hydro-electriques. Mais pour que la transattion- soit
fructuense aux deux parties, il faut que clacune d'elles se
--reade compile des charges et des advantages nouveau. et que
surlout, au plus grand bien- de la region codnid6ree, l'Etat
profile de cetle transaction, pour y r6aliser A peu de frais un
'syssline d'irrigation par l'amenagement des.eaux de fiile des
~c' entrales .qui doivent necessairement Atre cr66es pour les be-
soinn de l'lectrification soil du r6seau.enlier soil des lines
ac ilacs sp6ciales exclusivemnent

S 3) RADES ET PORTS.
Daons le prorata de I'application de ses resources et de son
aclivilt A l'amelioration des i-ades el A la creation des Ports,
l.-'-e Deparlement se laissera:guider par cetie idCe que I'cficaci'
t economiqilte d'une trade ou d'un port d6eend unique.nnt 'de -
':..:' .Jla valeur de 'arri-i re Pays qu'il dessert et.de sea *T-5i vers
%i -:.ce. arriere pays; c'est dire qu'uue rade ne sera pas anjalioree e



X-- - - ----<44.. :.AKA
s / ,"!. ". ,: -... ..' . . " :. "" .. : = -.. ..td:
-' '+" ; : ,-.', .' 2 2" :," .. ++,;., ? ,. ... .x .' ":-:












Uu- uLICe iC pa 'b Vll I ll Ull ju.U q a t u iruuincic ctI -uLi JCU u -au LL-
.delak Caves pour la rPgion Sud.de la penir.sule limilh6e-pat ;
mf et et li a Hotte ,, 1 r6mie pour le versant oppose, Abse&:k'-
:Veau el MiragoAne pour la vall6e de 1'Asile et. le Fo jd'.;de:s '
Njgres; Port-au-Prince pour la region environnante' jtsqu'i
'a frontie ie el une portion des a Hauts Plateaux C,. St. lard..
pour .'Arlibonite inf6jieur et moyen,-Gonalves pour l'.ri- S
gion envilonn: nie el la PLhine de 1'Estexe jwuqu' a lachaine
des cahos et :uie p- rlion .des Hauls Plateaux D, Port-de-Paix' !,
pour la.p6ninsule du Nord-Ouest et Cap-Haitien pour le ver-.-::
sant Alantique et la plus grande parlie des-plateaux int'rieurs; ,.
4. T616graphes Tl16phones. .

Pour compllfer e' parfaire le sysleme d'e communicalion',le '
DNparlement doil faire les amblioralions suivantes au -r&aeau. .
t161graphiqde: to reprendre el gtnerali, er la transmission an
Morse A ioutle r6seau, 2o remplacer tous les supports.de
lignes'existants par des disposilifs plus durables 3o doubler .,
les lines de Port-au-Prince-Cap-Haitien, Port-au-Prince-Cayes
ou y Mlablir un system Duplex. .
B)-Hydraulique Agricole et Urbaine. .;:

lo Irrigalion.- L'ambilion du D6partement des Travaux -:
Publics est non seulement d'amrliorer les services existants.;- '
Sceur de la Plaine du Cul de Sac,de LeogAne et des.Cayes par ,:
la creation de reservoirs. recuenateurs du debit inutilisd en
temps 'de crue ou d'inac(ivite et par la refonte des r6seaux de
distribution, mais aussi de g6n6raliser progressivement les:-a
bienfails de I'hvdraulique agricole A otites les terres -suscep-
libles d'en profiter. de facon a facililer I1immigration chez nous .
des :mlhodes modernes de culture qui 6levent 1'Agriculture '.-
contemporaine au mrrre plan que les plus vasles industries
chimiques.
Mais pour cela, il y aura une question de principle h.-solUi-
tionher et. un .prbjug6 A renverser L'hlbitude skculaire en:
Haiti est d'assimiler tous les services publics A des ser iceide. '
ienfaisance; c'est-A-dire de faire payer un outillage paf tous- .:
-lIes contribuables mrme quand il ue peut mauifestemeni ser-'
'vir pu une region d6tlrminee. "
p. .':t l: -p deni de justice contre lequel il cohvient de r-6a,

j-'-:
.. '-." .. - N--
-.,......~. '. ,'" .. '. ..*." -.'Y, '..









(nlri et q.a.i.s clffres suivants vont'rendre visible A tous lesi:
eux .. .. .
-I e service d'irrigation de la. Plaine du Cul de Sac deveait -'-
.Iph:distribuer une moenne. annuelle de 128 899 202 m~tres cubes
di- :dteaiu 23,838 carreaix' de terre, soit une ..moyenne anniielle
t ';"de 5.407 metres cubes par carreau. Ces. 5.407 metres cubes
Si.' d ont'pays 0. 1 -par les fonds d'une countenancee superieure A
..... deux carreaux ; c'est-A-dire environ G. 18 50 le miller de
nh-; ---itres cubes ou le.iillion de litres. Ce million de litres re-
-;&,.- vient le prix suivant aux contribuables de route la RBpublique.

lo) Construction-Captation.
( G. 2 000.033 amortissables en 25 ans au taux de 5o/o,
intlrdts 4o/o environ) emission en y comprenant publicity
': ( commission 80o/o. )
S .( annuitls ( inl6rdt et amortissement ) G. 91.901.00 soit;
9.190 400 de centimes pour la captation annuelle de 188 89g.
.- 212.030 de litres et prorata par million de litres 70 centimes.
Explditation DJpenses annuelles sor 11592- 72.9S0 gds
7.296,000 centimes de gourdes soit prorata pour un million de
litres- 56 centimes.
Dn c le million d2 litres est vendu 18 c-ntimes.1/2 et il
revient A G. 1.26 A 'Elal; c'estl--dire At iou les contribuables
S de la Rdpublique.
sKZ L'ihiquitA est encore plus ninifeste si on compare-la-sitta-
."-"-. tion des bahonnas des services rurr.ux celle de leurs confreres
*> i-des services urbains, qui utilis.nt I'eau pr-ir les besoms de
leaur hygi6ae;A ['exclusion de toaL urLges industriels sauf dans
: .'..- des cas.trAs rares.- -
S Les'abontms du Service de Port au-Prince.par example, re-
: oivent une moyeane jotrnalibre de 190 litres soit 5.700 litres
:." ; par mois pour lesqLuels ils parent G. 4.03 ou 140 centirmes -ce
qui met 16 million de litres au prix- de.G. 703 00.-d'oh une
::;.. : difference de G. 678,71 centre le million de litres vendu A des
industries et le meme million de litres vendu a des citoyens
Squi s'en servent pour les b2soins de leur boisson. Ce n'est plus,
un encouragement A I'Agricullure, c'est un abus inique. Jo-
": demanderai au Gouvernement de le redresser en modifiant
d: "ranisohnablenent In loi du 29 Aolt 1913 qui regit la matiere.
IN ..." LLes Hauls. Plateaux pr&sentent un. champ tres vaste. A
-Iactiv ite du Dapartemniert pour l'amCnagement des forces hy-
IA -: d- drahliques. Le .programme; dans ce seas coip.ortera :;
S .lo,-- amiageent 4es vall6es Iautes pour la proqdqqtio


S. ...
,.. , ". "
.: :, :'', :,.' 5 ',,. ,. ',, .- . . " : .":" "" "'r: :... :.'.' ,. , ,. . --. .' :. w. -..' -- a ':"








de la -orce,/o.u ,tiihsaiori des.au:
pouririrrigation. des Plaines-hau tes, 3o; r-ipratiu rq1.H
plius..d'iriigation 'el leir -ulilisafion -eri con-jgaiso`ti -a'v
d i-'ivatiohgs-spciales po0r les besdins de pertuis latrau- j suEti : :
es biefsffcttables et navigables de lFArtibonite moyn. .enetif6-:
rieur- .
.I-en est de tiime pour- a portioniderIa -piriisuIledu-SuCd
situe A'l'0uest d'une line qui passerait .sensiblenient :par-
Carrefi6ururPur,le Mforne des CQnimissaires e.Ue LapiMoigp gds.r
-A 1'exceptihn de la flollabiliteet de l- navigability des riviP: t(-.
res,le.programme est sensiblement -adaplable a. celtteportiW'.
du territoire de Ja R6publique. .
L'imporan.ce de cette question vitale de I'irrigation ne doit -so
pas 4chapper'. I'allention de tous ceuxqui penent,avec raisioni .."S
d'ailleurs,-que nous devons atre avant. tout des agriculteurs .-'
sii'hous- tenons A profiler du progrbs 6conomique d-i Moide .
A force d'avoir eritendu dire et d'avoir r6pedd que notre sol.'
est exceptionnellement riche ils ne se rendent pas compte.de -. "
ce faith que les 61lments de cette.cichesse ne peuvent pas prd- *.
tier aux plants, s'ils ne sont rendus disponibles par .une .. .,-:
tratisformiation.pbygique.approp riee.. C'est le- rble des irriga-
tions qi-apportent- .naos champs I'eau, qui est-le v6hiculeI
indispensable Ail'incorporation aux planes des6Ilments min-:
raux nacessaires A leur croissance. Corpora non agunt nisi
soluta. Ce viel adage de I'alchimisme medi6vale est .entire-'
ment applicable ici. Pour faire voir dans quelle measure, nous .:'
pouvons disposer des chiffres suivants; le rendement moyen
de nos terresde cannes ne d6passe pas actuellement 70.tonnes
par carreau. Eh bien 1 les planteurs des miles HawaT qui sont. -:-.
parmi les premiers du Monde, obtiennent jusqu'A 210 ones
au carreau rien que par le judicieux anitnagement de leurs ..;.
irrigation au point de vue de la quantity et dela distribution. -.
C'est-airisi que pour obtenir ces resultats, ils h'emploient-.pas
moips de 3060.- iniltimntres d'eai au carreau r6partis ena
tre les itrigatio-ns dfcadaires 6chelonanes sur toute-la campa,-.
gne de production. Notre moyenne gduihrale de pluie annuelle '
dtant sittide.entre 1 000 el 1.200 millimetres, il nous reste.-'.
done, pour arriver aux memes--rsunltits, A combler un d6ficit--:':
de -2060 A -1860 millimetres -que nous pourrons- prAlever.-?
sur notre- reserve .souterraine par le forage de pluies judicieut- -;"
sement lOcalists. -
S 2) Hydraulique Urbaine; .
Le Dpazteinent entreliendra el amiliorera autant que pos-:
sibleles.. services hydrauhiques urbains- qui sont sous son-. .
contrOie 'usqu'A ce que le hombre des'abonnds oliule produit.'
-- . - -.w ,


.: .- -...- .., .
Z ',, . -" '
7. . . 7-. . ...-.-..
J.ir
--t::_,T"

























- .. :pouvoir mettre a I'eLuae un programtme ae aeyeioppsment :.;-P
.d'amenagement des- forces hydr6-electriques disporiihles tiltis
Snos vallIes hautes et qui se. percent actuellenieLnt. A ce point--.-
: de,'vue Ie systeme des rivieres du Bassin suprieiurder Arti-.,
, .:" .bonite presence Ln: inter6t de tout premier ordre que IL D6-
pq.Iprtement est decide A ne-point perdre de vue.
S' "" --. '- :-E.- ,Miries et M6tallurgie.
S:;,- Ac6t6. des travailx de perception sur le.territoire.de'certai--
i...ies-miiies telles que les lignites elt:ptroles:'.e Mnissad'l'es
S.-cuiivres de Jean-Rabelle -Departemnenfest soucieux de .o[iyoir;..
.,favoriser 'essor des midres djA oiouvertes i. o'exploitatipcn' elles
S::qtIe. Terte-Neu:e et Zepiny.L'Uch:ecfirancier de ces entreprises
-:.vient-.surl6ut.A .non avis,cdesj.frais de transport rti6p;lourdis::
que e. I-e mineral ddit porter *-if .carrpau de'dla:,mni ; ai:. pol..
': d'eiiibarquem ent. Pour le'relever, il faut fairies de.ux cblioses
;:nIie ou bieo:abaisser .les;frais en creant unsysmime de "dt'raiis-.
:1 -.port ..grand, rendemfint ou augmientlerJa valeur. du -proluiiikt
i: ::transpo6lt ,.par example. tansformer.le'es.itierais en. iatf& '
;..: L'une ou 1'au fre:solu.ti6a.t peut Ire appHli'qu-e %:tes dconcmIiqe-
-..-ment si le D6partlement' -trrive.' rgani ~r-cs forces'hydro:
; eieletriques.disponiblres dans Les 6lgiqKism'nii6ralis. ~~es

F.. .- Cadastro.et Service do la" Cartb:..-

Se D6parten eint teadra au territore eti e tr
Al I., t:. z.7m..
.- : .. ':. .. : :~:. :'.'-,.., A'.,
R '.. : .
;.. . . . - '- ." ,









NTITE- ITEArU' APTET- E IS)WI

No. 1 PLANE DU CUL DE SAC.


Siiidi Gneral..
B1i.vire Blanche
Sources des Pu-
Szeaux :........-..,


M3 par second

1.721
1.541


0.840


M3 par here

6192..20-
5544.00

3024.00.


.,i:;
:


28.899.202


IRRIG1

Nc

POSSIBILITIES DE LA


Momance ........
Source M me.
Vigne .. .
RiviUrc du Ta-
pion .... ..
La ronillonne..-


2.943

-..084
0. -o
0.140
0.112


IAIONS. .

S2

PLANE DE LEOGANE. ::
-M

10.584.00 92.715 840

302.40 2.649024

504.00 4.415.040
403.20 3.532.032

103.311.936 :




-- -. ?. i








:-...791
in''f


"UO AN: .i
. :,' , .. : ., ,
'.- !" .~: ": :': ". :'"::- ',
...'.. : 2, ,.,, : .." ,'" -.# :':, ;:: ' ,I-' ,
:' '.. % .: ~ '. '..:% ";.:'..> : ,. .. '" : "." .,. ',"";'".:-""Y'- ? ." ", '" Y '- .2. .' .. " "


---~-~---


M3 Par An-."

54.234.612";
48;565.4O (

26-490.240 '-


*.' 7,












No 3,


TERRES NON ARROSEES.
m r .._ n


NON DES HABITATIONS


SUPERFICIE EN CARREAUX


Inr~i;
EIW.;
~~:";
~" ;~
";;
r~.
:'


I:|^


::i :: '.








CAR .


384.00
277.00
76.00
71.00
41 00
30.00
9.00
103.00
37,00
516 00
210.00
1 3 00
236.00
16500
326.00
108.00
1201.00
16.00
b3.00
155.00
297.00
329 00
90.00
110.00
'85.00
-270.00
98.00
323.00
252.00
241.00
5.292.00


Daguin ...... __.._ ........
Poissonniere .........__...
Gauvin .. __.........
Manneville. ..... ........
G lore ..... ..... .. .......
Marie Plaisance ... ..
Pt. PI. Penigau............. ..
Desbanas ... ....... ....
Dumornay._ .. ...... .......
Chainmbrun .......... .....
Fafelliire .. .......... .
Corail Cessales .. ...... ....
D eprez ......... .. ... ....
Aerger g ...... . .. ......_ ...
Bernadon --__.
Mlolear ......... .. ........
Janneau. ..... ._..........
Corviette ..... ...... .....
Savane Lolas .......
Mais gates .. --..... .
, Drouillard _... .... ... ..... .
Chancerlellel..... ........__.
S Robert .-........ ....
Rendez Vous ........... .
Saint Martin Laferme ._......
DessQurces ..... ..._ ..
Saint Martin. ... .. ........
Pasche-_ .. _.......
Lavoix .... . _... .. ......
Lemeilleur ....... ...
Total ...


:;~
i;'~; 1
..;

.~..,
I
~:i~; .;
a;J- -
I;-










No 5. -

SYSIEME DE LA SURABONDANCE.


NON DES HABITATIONS SUPERFICIE EN CARREAUXl.


Duvivier .. ........ ...... 57.00 .
Trni Iier... ................ 190 00
Vaudreuil .--. ".......... 11500 -- :.
V'aud retil_. 11500
Marlial ....... ...... 22.00
Pelil Fourgy_............ .. 137.00
Robert ..... ... -............... 121.00
M arin ........... ...... .... -.. ........ 172.00 ,
i172.00
Feirrier ..................... 50.00
Total....... ....... 864.00 .. :.

a-V
TABLEAU

D'IRRIGATION DES TERRES DE LA PLAINE DE LEOGANE. "

GROUP NONS DES HABITATIONS. SUPERFICIE SUPERFILIE
EN CARR. EN HECT. :;

Mathieu Bognoto ...... ..... .. .. 100 129.00 ,,i
Momance Malhieu .._..... ..... 225 290.25
20o0o 1500 Molier .. .. ..-...... 140 180.60
Ha Mlomance Hasco___...... 81 104.49
Jurin Supplice Partie -- 66 85.14
La Salle Geffrard_..... ... 35 45.15
Momance Geffrard__. .. 106 136.74
La Salle Pte. Place.... .... 192 247.68
Sautb Conte Porlie N. W.... 60 77.60
Laferronny -........... 120 154.80
Saint Mesmin ................ 70 90.47
Flon Geffrard -........ 61 78.69
Flon._... . .. 99 127.71
La Salle Grande Place Plie 98 126.42
To al ......- 1.453

.. ... ;..' .
.. ... ... ..... ...... -1


I. :


LL JUIZLLI\






.S.5 4M VIM 12 475 25.75 --
346 446.34 -
z 36 46.4
S- 148 140.92
teau- .. 99 127 71
SB ss ....... 123 158.67
"Ca Ira Bino .- 112 114.48
SDavesno ....... 108. 139.32
Pitly.' 69 89;01
Chatuler... -. 170 219.30,
Lantliro .. ...... 142.57
Total ... 1.520
Sercev Sercer ....... -........ 154 198.66
2360 D)eslandes -..... 250 322.50
Longpr .. ........ .... ......... 300 387. 10
.. "Rencogne .- 112 144.48
Le m i re 84 108.36
Du or ................... ........ 52 67 ('8
Charennes... ........... 101 130.20
.' ... Bino Lesl eres... ..... 104 134 16
Collin GCombo ...... 13. 172.86
Montuler ... 113 145.77
.lorelle ....110 111 90
SBarbo ... 117 15092
reau.. ..... ........ ....... 37 47.73
Nolivos 116 149.64
.:B Regence ... 37 17 73
s' Bossier -. 107 138 15
Bello_ ..... ... 85 109.65
Dextra ou St. Cyr . 127 163.83
Le Coudre ....... 147 189.63
Total 2.287

Tapion Jovin Supplice..........
200jo 106 La Slle Riob -..... .... 132.00
Ha- La Salle Geffrard... ....
Santo Compte- .. ...... .




g .: ;. .




i::-!i.- "....







21JOWtl.a Blgueno .t-.....__;
Guerin..... .. ....
Macombe e.......... ......
Masson ..90
Brache- . ........... .. 199 -256.71
Biv6 ... .. .. 158 203:82 .r
La Salle Grande P..... 125 161.25
Aubry_ .- 162-- 208.98
Per ..... 159 205.11 .
Merger- 166 214.14
Mariani 67 86.43 .. -
Terre Force._...._. -30 38.70
Place d'Or.......- 31 39.99 -
Charidon ........... 176.65 227.88
Mercerie:..... ......... .... 106 136.74,
M i ton ........ ......... 385- 496.65
Done Volonne ...... 16 78.69 -
Total_..._... 2.625,5 ,t5
________. 1 ..-,1

TABLEAU D'IRRIGATION DES TERRES DE LA PLAIN DU CUL-DE-SAC
No "..:

SYSTIME DU BASSIN G1.NiRAL
SuPEcE n'.c
NoMS DES HABITATIONS EN
CARREAUX

Galets Duamy........... ................ ... .. ... 42.00
Pernier..... .... ..... ... ...... .. ..... . 120.00
Dumay. ..................... ....................... 10.00
Celicourt ... ................ ..... ... ... ....... 29.32
Camp 6ecie.......... ........ .... .......... 39.20 -
Denis Morcella......... .. ............ ... .... 26.00 -
Greffin ....................... .. .... 83.72
Baudi y..- ... ............ . ... ....... ... ..... 92.99
Gale -Rboche Blanche .... .. .... ........ 54.00
Galets .lTw& illard ............... ... ...... 50.00
Digneron ........................ .. ............ 200.00 ..:.
Roches Blanches. .... ....... ........ .............. 42 0.00
Droul r .......... ......... ................... 159.00
Turb6........................................... 60 1.00
A 12 .0 0 '.'.:,:'7.' '
Fleu ...... ................ ... ............... .
C i . .... ..... .. ............. .... ........... .., 160.46




6.. _-. ..,_,











aillf .... ....... ... . . . . ...
iale... ..... ...... ........... ...... .. .


-Is ''t.
=K "s.: :








I;,.
I-.. .
V1.











i i .


r;:: ..











41^
"











I: z '.
:4..
"









ii
, ..:; :..

:.I:':" .'
,,, : : ..



S -: ..,


:.., :.


Trois Rigoles. ... ...... ...... .... .
Laferronnay....... .... ... . ...............
Duval ..................... .................. .. ......
Coupon ..... .......... .... ...... ......
D ieudon .. .. ........................ ................
Prenoix .......... .. ................... .... . ,
Perrat .. .... ... ............... ...
Bumorna) la Boule... .............. ....
L'Eloie .. .. ..... ..
Cateau. ....................... . .... .
Tabane .... .. ............ .. .... ... ...
Duval Partson .... ... ........ ........... ....... .
Dagoul ........ ...... ........ ..... .. ........ ....
Mlichaud . .. ...... . .
Cnlard.. ......... ... ........... .
Lalerm e Blanche .......... ...........................
Borgella.. . ... ........ ........ ....
Daulnay... ........... .. .......... .. .. .
Duval Hoche............................... .....
Jum&court ....... ........... . ..
Didier. ........ . ..... ................. ... . .
Canire
C aniere ... ........ ........ .. .... .. .. . . .. .
Robin ... ....... ... ... .. ..... . .. ..
Dugneron .... ....... ... ........... ... ....
Cuvilly...... .... ........ ........... . .. ... ...
Goureaud.... ............................
Sante ......
San e.. ... ..... ... .. .. ...... ...... .. . .
Savane Blanche ....... ..... .......
Belanlon.. ...... .. .... ....
La Serre ..... ... ... ................. .....
Lamorini6re..... ... .. ............. ..
Bon Repos............ ..
Segur .... ............. ........... .. ..... ..
Dujour ...... ... ............................ ...
Beuvel .. .... ....

Leroux ............ .. ...... ........ .. . .. ....
-Lilavois
L ilavois . .. ... .. .. . . . .... .. . ......
Cesless ... . .. .. ....... ... .... ........
Le meilleur.. .......... .... .
, spinose .. ... .. ......


-:::I:


*21
hA


.106.50
10.00
400
19.00
48.00
240.06
50.00
100.00
56.00
79.69
285.00
74.00
64.63
267.34
60.00
l 9.00
131.00
65.00
127.00
35.50
55.13
99.00
35.50
8100
39.00
52.65
51.75
84.(0
37.14
221.00
691.00
386.00
281.90
362.00
133.00
221.00
241.00
76.00
151.00
23.00
774.00
163.00
214.00
8 186.50
191.00
8.690.99
5.94
8.696.93





. '











SYSTtME DE LA RI


NOMS DES HABITATIONS


SUPERFICIE EN CAEREAuX FAD DiSTnIBUEE -


Joly . . ........
Bouzi. .................
Lam ardelle ..................
Jacquel .......... ......
Goureaud Balamp.........
Dame Marie..... ... .....
Mlisseau ......1 .. .......
Jone ........
Hatle Jone ...............
Turb6 ... ......... .......
Lamothe.... ..... ...... .
Perrat ....... .... ......
Descloches ........ ..... ...
Haul Boin........ .... ..
O'Garmen .... ..
Bonnel .............
Beaug ......................
Bo n. ... .... .... .... .
Drouillard .. .. ........
Vaudreuil ,.. ...... ......
Latremblay ..............
Jum court ..................
Desvareux...............
Lepine ......................
La Ser e ........ ..... ..


11.50
26.00
178.00
9800
162.00
74.00
151.00
72.00
41.00
[601.00
I 46.00
1285.00
260.00
I 59.00
1271.110
'243.00
450.00



1025.00
5r29.00
1J2-3.00

67.00
1107.00
362.00
4.810.50


48.565. 10 M3


10.097 M3
par carreau

48.565.440
4.810
I


TABLEAU D'IRRIGATION DES TERRES DE LA PLAIN DU CUL-DE-SAC
No 3.

SYSTtME DES SOURCES.

NoMS DES HABITATIONS SUPERFICIE EN CARREAUX EAU DISTRIBOEE


Ganthier ................ ...
Me Beaug6... .........
Colin .. ......... ............
Despuzean ....... ........ ..
Leroy de la Halle..... ......
Monquet .. .... ....... .. ..
Balau .......... ........
GCustard ..............


103.00
281.00
417.50:
280.00
101.00
111.00
I 95.00
356.00 1.871.00


.'","' '. .. ,
. a,,,^.*. :;'. .-'_ :. *..-*'*. *'_" :"'. ..


: .".-.
"- ^s.i
"'*"sa



,,
18




..* :^

S .. ; ,-i-
1'****



. -..**
-';^

I
-- ..*U
-.- -:~


~_












.. .....
...... ...... ........
P ir I/ 6.iannoi ...........
B: ois Gormand.... ...........
i Demissegu. ......... ..
S" -Drouillard
V5: .' audreuil... ...... ..
Halle Boen...... .. .....
Boulin ... . ....
Halle Drouillard... ........
: Jeaniol ... .............
C.yr. ....... .. .
Gijondrie ..................
Thomazeau ..............
D utlel ...............
-Dallemand................
-Dalis ....... ... .. .. ................
Perrigeau.. ..
Durand....................
S Dupin. ; ..................
SCazeau .............
.. Papeau..................

Clapier_......... .... ..
Riboul -.
Sarlhe ......................
':;.. Fond Drouillard_ _..............
Duvivier. _ ........... .
Blanchard ......... ... ..
.athan .. .. ...
:.-.. Fourgy ..._. .. _._. .. .. .....
Chanlalle. _.... ... .. .. ....
l" Molear .
:Mrin. .
** YM arin.-........... ...
Rober ........ ...... ..

Segier .... .. .....
Halle Lalhan...- ........ ..
Lerebours ........ ........... ...
: ,


254.00 "

707.00 -
S15t6.00
76.00 en
424.00 re
214.00
26 1.00
506 00
204.00 3.051.00
515 00
268.00
488.00
170.00
98.00
211.00
123.00
50.00
27.00
223.00
6;1.00
13.00
388.00 2.338.00
19.00
189.00
.34.00
35.00
123.00
73.00
57.00
108.00
156.00
11000
234.00
95.00
168.00
121.00
-109.00
2.1.00
174.00
[58.00 2.204.00
Total 9.468.00 9.467.00


26.490-240 M3

2.693 M3-

iviron par. car-
au soil:

26.490.240

9.461


4
/ 1

1

1




' I


i
;


0' .





~~ .' ~.. .


OaV








N '



3- ,.


1


r


. .;."- ..











Jogie actuellement.en course d execution, cette carte s.erEru
A jour par les soinsd'un service orgamiise come suit :

1- Ing6nieur en Chef .
1 Chef de Bureau ..
des dessiriateurs. .

Tous les p]aris de travaux inleressant la carle lopographiqune I.
projects ou ex6cul6s.par des particuliers ou des companies
devront 6tre achemines au Bureau ci-dessus pour y 6tre d6-. ..-
pouilles et'enregislr6s
Tels sont. Monsieur le Pr6sident, A c6t6 des.resultats acquis
par les D6partemens de l'Agriculture et des Travaux Publics,
les -16menlsqui me paraissent definir leurs programmes d'a-
venir immbdiat. -
Je ne me. dissimule pas que ces programmes impliquent des.
charges relativement lourdes pour la Nation, mais un people.
ne peut.pas se sauver par le travail prospere sans la volonit "
de r6unir. les moyens indispensables A son organisation. Au -;
lendemain de Novare, Mr. de Cavour le disait A ses compa-
trioles: -
(Les Budgets de mis.re sont des budgets rItrogrades,la par-'
cimonie n'est pas un systlme d'Administration; u n pays ne
peutpas h6siter A accepted les charges qu'une bonneAdminis-
tration peut aider A all6ger en les r6parlissant sur une pro-
duclion intensified.
Ces principles me paraisscnt d6nnir un programme qui peut
ne pas sembler genial, mais a quoi on ne peut pas'reprocher
de manquer de fierlt et de vaillance nationals. Mon' voeu le
plus ardent est que le Pays comprenne qu'il doit au-Gouver- .
nemeht l'aide qu'il faut pour le realiser. I
Je profile de celte occasion pour Vous renouveler,Monsieur
le Pr6sidenl, I'hommage de mon entier'dvouement.
Louis ROY .

'I-








..- .: -.-











RA PORT.

S ~I.TJU DEI-iTEMENT.DE L'INSTRUCTION ~ P-IUBLIQUE

A Son Excellence le Prdsident d'Hai'li.o

il,
Monsieur le Pr6sidenl

S La nouvelle anne scolaire' 1923-1921 s'est. inaughrde sous
.
de mauvais-auspices.
Juste au moment ou un grand nombre d'-leves repuriiaient
:leur tAche avec un certain. eitr.iin, une cruelle 6pidemie vint
-obliger le D6parlement de l'Instruction Pubhque i licencier les
S coles de ra Capilale et en grande parlie celles des- .autres
points de la R6publique.
- Or, une consequence force du progrrs de l'esprit human
-dans tous les domaines est que les programmes scolaires de-
-:: viennent de plis en plus samples, sans que le temps d6parli a
la jeunesse pour s'instruire puisse augmenter dans les uidmes
S roportions. La capacity de-travail du cerveau de l'enfant .ou
i.- .I'adolesce- t offre une limited qu'on ne peut impunmenent
franchir..
-9- Ce rereettable contretemps faith malheureuseiient prd vir
;-," .qu'.a fin de cetteann6e, le DApartement n'aura.pas- et.re-
gistrer peut-etre le succbs oblenu par nos 6lMves aux div ths
examens de Juillet dernier
'i-. Cette consideration parliculiere carte, nous nous trouvons
dans. un ordre plus g6enral; d'iddes, pour notre enseignement,
:. en face de quelques questions irritantes que nous pr&ciserons
.":dans ce rapport sanis toutefois oublier de Vous' signaler- les
efforts faits dans -le but d'am6liorer la situation de nos &coles
-.. publiques. -
'4,e"- -. DE L'ENSEIINEMENT PRIMAIRE RUI.AL.

S Celle branch de l'instrtiction publique comprend 390 ecole:-
,, primaires r-uralesnatioriales, 105 dcoles.presbyterales et une
soixantaine d'6coles priv6es,.laiqies, -catholiques ou proles-.
-tantes.
I. .- Ce chiffre fort respecltble d'6coles pour 518 Sections et 88'
w '.: ,QQuartiers et Posies Militaires, ne doitpas .cependant faire
'?..' illusion, 11 y a d6jA.plus.d'un deni sidcle que, le D6parlemeut


7i ,. .. .. .,










n. a cree,: come. .on. e vo lt1ass- aeote% e1 ,
pain cenires rutraux, mais a-t-ori-jam-iai dispose idest
quitmeme si lon'envisage I'6cole rui-ale commne ufi simpLe
tru'ierit de culture bl6mentaire, poirraient lui' assurerm,
0pleit epanouissement. L 'cole iaraae telle qu'ele-est-- organi-
i se;. centre elle une sbrie de contingencies locales qid,id"e-lon-.g
temips encoree-paralyseront son essor. De. 1l, decoule la: nu'es-', 'f
"sitAt6 de penser adoptionn d'un systlme nouveau dans le ulaEf,, I
cation'de la masse paysanne .
L'ann'e derniere, le DNparlenient esquissait dans le rapp~.rKtir
qu'il Vous prs.enla, un plan nouveau d'organisaion de e
seignemnent rural. 11 avail mmme cherch6 par 1'Mlaboralion d'ui.
project de loi qui fut..dpos6 au Conseil d,Etat, les nioyens de.."
S:asstirer les resources que n&cessiteraii l'organisation nou-::'
.elte. En some, ce plan se ramenail A ceci: lo Diviser le .'-,
Pays ;en iuncertairi nonbre decirconscriptibns scolaires rurales
don't Ie tableau snivant donne les grandes lines : .
Deparlement dti Sud
;' oi.~ Circonscription Cayes-C6teaux
2o. ( a Aquin-Nippes
3o. a Grand'Anse-Tiburon
Deparlement de I'Ouesl.

-lo. Circonscripliori Port-au-Prince
2o. a Mirebalais-Lascahobas "
3b. Jacmel-Saltrou .'
40. a Ir LdogAne

Diparlement de lArtibonile.
1.o. Circonscriplion Gonaives.
2o. ( Marmelade Hinche .
3o. .. : Saint Marc Dessalines
Nord et Nord Ouesl.
lo. Circonscription PoritdePaix M6le S.Nicolas.i
S 2o.- .- Cap Haitien Trou .
o 3 'R Fort Liberlt Valljzre:; ; .'
4o. a -a Limbe Plaisance Borgne
S 50. Grande Riviere du Nord..-:

-- . ..



-. i.,. .. .* :...












iwsiaventflire at.calculer. Le chimp de recrutement serait :
is fairm6 par les 6eoles presbyt6rales et- les meilleures"
'i les rurales naEionales, car cette organisation don't le
i but serait de constituer dans nos campagnes uae 6lite de
ultivateur delair6s, ne-doit point se faire au detriment du
systeime actuel. AUcoutraire,elle doit viser a le coanpl6-
ter, a lui assurer ufi meilleur-rendement.
En admettant pour-chaque ferme cole un maximum de
200 616ves on aurait pour les 15 6tablissements, un effec-
.' tif de 3.000 jeunes gens. Quatre anndes d'6tudes permet-:.-.
Straient bien de conduire cette masse s6lectionnee, puisae-
parmi les meilleurs 6dlments des autres dcoles rurales, au
Smoins au brevet 616mantaire, tout en-lui assurant, ce qu-i
i'. est essential, une connaissance moins routiniare de la cul-
ture du sol. Ces fermes-deoles constitueraient.de pfus une
p6piniire pour le reerutement des instituteurs qui, demain
: seraient charges de la direction de l'deole rural dans-la
;'-;section. IL suffirait de leur donner durant une ou deux an-
n&'.es, une preparation normal 6e6menta-ire et agricole.
30. L'iater t 6conomique du pays trouverait en unetelle
organisation une assez large satisfaction, car il faudrait
6 :dtablir ces fermes-deoles sur des habitations db 50 car-
reaux de terre, .au moins, de rnanibre h s'y livrer ha une
experience varideeat intensive d4 nos principals, cultures.
S :i' Ainsi qu'il a dt, d6montr6, 1'annee dernibre, la feime-
c' ..ole, apresales tAtonnement du debut pourrAit subvenir
-. ,,:'aux frais d'entretien de ses pensionnaires en permettanb
i' aussi de servirjdans-un but d'encouragement, une certaine-
:,:quotit6 au personnel enseignant sur les b6ndfices nets do
:'1'exploitation.
i!:-.4o..A -de eemnblables 6tablissements, ii faut ndcessaire.
A~^. i.ment in personnel-en possession d'une formation spcdlale,
in:," auspi qualifi6 par example pour .1'euseignement des con-
naissanees primaires proprement dites que pour celui des
notions 'pratiques d'agriculture tropical.

Nois avons, depuis 68ans pros, une congr6gttion ensei-


.... .... .

Lk::. ...' i .. ." .. I .-4." !'i", -. . `












giee parmi-nos instituteurs,..crent pour pous I obiigation-r .:
morale d'itendre maintenant l'action dde oette c6iigr6ga-'''
tion,-'a.utant dans les villes que dans les campagnes. ~C'-,ti::.
ce que.,:d'ailleurI, predvdit l'un'des articles duionbueau pon- ,
trat deg. Fr&res. 6an6moins,-ure convention a4ditionnella;'::"
peu6 interiv'enir,. t dn au mois & -une trentaine le&dombre"-,
des FrbreQj.qui-seronb mis A la disposition de l'enseignement :-t
rural. La congregation serait libre de fire appel si elle
ne dispose de sujets ep nombre suftisant, A d'autres Con-
frdries. A-ces 30 FrBres,.-on confierait par esemple, la di--.. -
rection: ds fermes 6coles dan' l'Ouest et dans le Sud. Dans
l'Artibonite..et e Nord Nord-Oaest, on ttcherait de recru- ..
ter ailleurs le personnel n6cessaire. .
Cette organisation imposerait aussi la transformation '...-
dans le-sens d-une.dcolenormale agricole,de 1'dtablissement
de Thor.'lBien loin d'y appeler des jeunes gens simplement -.
munis-du certifi at d'6tudes primaires, incapables par con- '
s6quent de.s'assimiler un-enseignement agronomique -s6--
rieux, on-y recevrait des jeunes gens en possession d'une.
culture..gngdraleleur permettant, apres deux ou trois an-
ndes d'etudes pratiques, de' professor a la ferme-6cole cu ,:
mAme.de diriger I'un de ces 6tablissements. .
Inutile de lerdire, cette organisation de I'enseignement .
rural n6cessiterait des sacrificesd'argent. Rien,A la.vdri-
td n'emapicherait de se procurer les ressouirces par Line -
meilleure -t"etente -du budget communal et par d'autres
moyens aB tudier.-.
Tout dem~rme.ce n'est la qa'un aspect de la question.
Nos petites payaannes n'ont qu'un nombre tr&s infime d'-
coles a leur usage.-Dans certain arrondissements, il n'e- "
:xiste mime pas une seule ceole rurale-deojeunes filles, et.
"dans beaucoup de sections, les-directeurs sont- forces de. .
kleur fire utae place en leur dtablissement A c te des' .:
ijeunes gargons. Les d6eles rurales de. jeunes filles '
amdritant'uin:.geu d'attentiou, -sont quelques dcoles rurales -'
"de I'arch'idioese' de Port-au-Prince et du Diocese des Cayes.
:Le mal paru~i:pirefond que -Monseigneur KERSuzAN, le '
t- .-
.:.; !. .'** :. : ,! .. . -. ..

M_ 0! ~l..









pgnesdi department suss
p.. .-. . ....
.. ._ .- .. . -. . -... .
Ste elle .euvre-mrit 6rait-d' tr.e encouragee-et -le-D-
.. .. apartment sim plifierait-sa itche dans: leNord si,, par ule
F *liwiebv ntienio mensuelle de- il le gouirdes au.:nioiis,- iilper-
;'- ettait .t L'institution- Saint-Joseph .d'6tendre encore ses
'- bienfaits. 'nos populations rurales sous le sympathize
i:. patronage du.6vou6 Eveque du Cap.
Un programme d'action du DNpartement'pour Ie6ducation
':'; 'de nos paysannes devient done de plus en plus n6cessaire.
Autrement,. l'norme fossd qui spare d6jh le peuple- des
.Tvilles de celuiddes campagaes s'accrottra toujours. en.in-
troduisant, si possible, plus de malaise encore dans notre
vie nationewle. Les elements d'ex4cution d'un tel program-
me sont-ils introuvables ?
I suffirfit lo. de demander i hos congr6gatiops.ensei
g nantes de jeunes files d'4tendre au moins leur propagan-
; de educatrice A nos quarters et postes militaires.,Qeul-
,:.-:. .-que modestes experiences faites dans ce sens A GCarrefrur,
A Moron, h Damassins, sont assez encourageantes-..- :.1-
L'Ecole Elie Dubois, si on s'y prend bien, pourrait, sayee
le temps, fournir une notable parties du personnel ode nos
'.: 6coles rarales de jeunes files particulibrement dans- le -
: endroits ddej cites, dans les sections situdes..h proximity
des villes et dns. les planes. En ce moment.une 6I1ve di-
p-:-.'lomde de 1'dole .professionnelle et m6nagere dirige '6ta-
,,- ii--lissement rura- .de filles de.Boucassins.

DE--I'"ENSEIGNEMENT PRIMMIRE-URIBAIN .

S-...; Ds- .'ooles congr'ganisles Nationales
:E^oef_::f-_ fc'tif des ecoles on anistes naon-lede .gar-
o:ii:..:.. ns3 .260"00-- 616vels t6moigne-6loquemment de la. vital.it
doe.1 bade cesetablissements. Cetfeffectif reprtsenferpbur les oize
i 4teablissemoents que dirigeti les Fireos a peu pros ie .tiq~s
.:-. de I'effeotif g6ndral des c6dlls primaires urbaines nationa-
-esa de g.roons .
S.--Un- e ftelle affluence d'1ves est la garantie formelle de
i. J a--:confladce que les ftm.illes de la Republique accordent



-7
g..e : .. . ... ... . . :.. .
.., ... .. h .. .,; ; , . -, . ... = 2
". :: ,':. : .:"'. :;---- .o -. ': -;.' .. .:-,-.: z ,.
,. . ,* ... ... : ,, .. o -,; , . .. .. ,, #, .. .








Auss1,IreCQrnpte-ong*l
w ce uitiie3ble aes FrJM&;e us
o pi1oiip' dLoffrir cefte: satisfatlon stu .i
tt-t .d elaijjets- dont- aiposelaesaOgi 6gfng aj at n
tdidSlesI'foTs qu'il pbrira cobmie k Petit- oK -pgrM. .
ponidr'e -iime.a.d6sir.de la population,. fondecrio'ii otr -
ai@siian porsone ie cone 'hatn.sous-.e .controle d.'uiidffs a
Frereil. Ioferwa 'ave a certitude que lai conbin ai1sonsa
r.6fiabIl~ tla.mirchs das 6tud6s-da ns la .rgion.- D-ijitl.es
Frjies eEmpl oieft t dans.leufs divers (bablissemnents deski4s
titutedrs'donti._paraib il,. Hs n'ont gu&re. se-plainare.. Osd
jeeaes genas autant qu'on les encouragera, fori'erontidan
la :suite un eadre- d'iostitutears pratiquemei nt ent'ran6 .&eit
,pour'la.direc.tion de rios 6coles primaires. .
.Le.dernier contrat sigan'avec les Fi-bres leur.fait san- ,
nuil doute:une situation privil-gide parmi .os instituteurs:.:,
Le.s adversairesies p'us ddeltr6s de lamesure .trouven i.t
pourta.it que les Freres ne sont pas indignes de cette .at-
tention-bpartipculiare*; il ddeoule de ce nouve! arrangement
un de'voir pouri''Eat, c'est celui de permettre aux Freres--- '
en leurs procuranb des locaux convenables -et-un ou ilJage -
moderne, de travailler dans ls meilleures conditions au .ni
ddveloppement.de notre enseignremt.nt primaire.
Nos :aoles congr6ganistes nationales de files mnritent-::'
elles aussi loesencouragenments du'pays. Au nombree -de32 :-.e.3
avec uii effeetif de 4.782 e16ves, elles ont do nn.dans 'Ien. e '
seignement f umiuind'i ncontestables rsultats.Il faut miem--- K
regrefter que quelques. unes d'entre elles,placees danaL des.
centareg~ ot elles r6alisaient un immense bienfait, A. Ouana-.i-.:
mintlie;Fort Libert6;-Mirebal as,Lascahobas, Chardonni6re,,-i.-
Tiburoii_,et.-aient disparu pa sumibe des conditions prdeai' ..
res d;i personnel enseignaut. Les-Provinciale's de :ns deuxr .
Coing06gatiois feminines ont remis r6cemmnent une pb6- ,:
tiona,au- -GoUVernemoent. Cette petition sera, dtudiee-car-
tainement avec bienveillance. -
:. DE LJ.E'NSEI G EMENT URBAN NATIONAL -- '--
L.. ;parte-"ment :ne peut -h"isiter A d6elarer que c:' E te
branch e:e- notri.enseignement primnaire est loiA "d rdpQi-:
dreaux"-d eisit6s scolaire du pays. Si.oh dcrte .qalquea le
colei6s i iii' ieurbaines des grandes-vflles, on na soui;
;.. . . . ., .

C'* -.' : '' .. .. :. ' ". -. .
.. . . ..-,....*:,-*l
.... ~~~~~i -::- ...'








S'Pnt depuis de nfom .
Se instituteurs leurs postes,,
.- '1'; personnel de ces ecoles change presque.
ip tement tois les deux ans. Ces changements riit6r's"
i ne se font pas malheureusement toujours dans le sens
4:.'de meilleures acquisitions, ont influx d'une fagon .n6faste
E-' sur la march des 6tudes dans ces ecoles. Or,ce qui a per-
mis au DNpartement de fire certaines reserve au sujet de
q.uelques coles primaires des grandes villes, c'est bien
-'!" justement le modest relevement operd dans les appointe-
-, meuts des instituteurs de ces deoles. Oettee'irconstance
Sfiit clairement voir que tant qu'on ne pourra offrir a nos
instituteurs un salaire convenable, les meilleures initiabi-
ves du Departementresteront lettre more.
SCependant la crise de I'enseignement primaire larque
s'accentue toujours. 'II arrive mame de ne pouvoir, dans
,-- certaines regions du pays, remplacer les instituteurs qui
:- en vont. D'autres fois, le D6partement est rdduit h con.
server leur poste des maTtres, don't I'incompdtence ou la.
':- mauvaise foi n'est que trop manifeste. A ce mal si intense
S s'ajoute enoore,dans quelques centres, une cruise des ma;-
sons,- condamnant le DMpartement A des transfers rdp-&
t- a d'6coles, sans que celles ci ne troukent A se loger plus
confortablement.Telle est,,avec les attenuations que com-
porte'n6eessairement le sujet, par example le d6vouement
isol. d'un petitnombre de maltres, la situation peu bril-
S lane denos dooles primaires nationales.Ces etablissements
.- sontiat nombre-de 213 avec un effectif de 18.812 l66ves et
une n'oyenne-de presence de 12.356.

S.:' DE LENSEIGNEMENT P'RINI.IRE PRIVI, -

Slns cantoes, c3bbt brass'l3 13 I.12al33i3atn pri.niitra
e I'b:- de JUillet dernier la lCapitale, co~mme en Province, .lea
-. "coles primaires priv6es, laique ou congreganisbes, ont
I '.. fourni le plus fort contingent de lagrdats. 105 -l6yes out'
o bbenu lebrevet 1lementaireet 6 dlv`s -le brevet sup.-
rieur. Pour le certifica d'etudes primaires,,eles m6mea
d:celes ont figurd en une excellenfte position A& 0o6 des
congr6ginistes nationals des deux sexes-. 438 61Mves ont











se'ntinent plus net de sa responsabilit6 effv 'lehn
11 sait.encore que seule,une louable-et saine kmdilatiod
tache. ehaque 6tablissement de ce genre une .eleit'le.
que la moindre d6faillaiice dloigoerait. Au couis deddedix-;:':-
premiers trimestres decette annde scolaire,le DMparbemeni -.'z '":1
.a eu A d6livrer uri assez bon nomfbre de licences .pour-la
foundationn de nouvelles Bcoles primaires. priv6es.
. -C'est aussi & cette branch d'enseignement. qu'il fauVt :
rattacher 1'oeuvre scolaire des missions protestantes,'.'-
Wesleyenue,Baptiste, Episcopale et Mdthodiste africaine,
On sait aveo qu'elle admirable persistance le Pasteur N.
Lhbrisson pursuit dans- l'arrondissement de Jacmel sa. :
lutte-contre l'ignorance; .
Le pasteur Lhbrisson contrrle en ce moment 11 dta-
blissements priv6s. A Ldogone, Ption-iVille, Grande-Ri- -
vibre.d.-Nord,etc. on trouve des 6coles desmissionspro-
testantes Cette concurrence dans le bien a pousse le
Clerg6 catholique 4 son tour 6 cr6er, en dehors de cells
qui.sont subventionndes par 1'Etat, de noivelles dcolesa :
presbyt6rales dans les campagnes. ,
IDU MOBILIER SCOLAIRE ET DES FOURNITURES CLASSIQUES ",
t'effortj tentd cette annde_ par le D6partement pour
am6liorer a ce point de vue la situation de nos reoles, -, .
n'est pas nregligeable. .:
Dans un recent rapport, le Dppartemen.t a expos-6A vo-
tre Excellence lejudicieux emploi fait des resources que .. i:
nous procure la loi sur l'dtat-civil. Ces valeurs insuffi- l
santes pour 1'entreprise de construction de maisons d'deo- .
les spdcialement urbaines, ort 'td affectdes pour L'exer- -.
ce 1919-1920 I la fabrication d'un mobilier a: I'usage de .
ces 6tablissements. A 1'heure actuelle dans presque tou-
tea nos circonscriptions- les ecoles out regu des banes, .
.des tableaux noirs. des bureau, etc qui parent, pour -]e
moiis aux necessitds les plus urgentes de ledr fonction-.
nqmeent, Disposant d'ailleurs aes mgmes resources e; ,:
D6parternent est en measure de compl&ter ce niobilier 1:...:
oh ii sera reconnu .insufasant. A ce point de vue partiou-
liernous sommes done A meme de consid4rer.l'avenir aveo ..:.
gune -ertaine. qui4tude,-..
-------------------------


T,1







Fft


. .. ....- :..

'. '. ..,' -:...,.= r :..:^


'C.:i ~... :-
V *** -. . ,-


^:

:.-








___ l eee. urs sianalent avee-
ir ports ay IDpartement,.' est.la.
>I pnurie de fournitures classiques des coles .Ad
sieseignement primaire. I- rtsulte de.cette constatatiion
mlhe cd'nsdquence des plus facheuses dans la march des
fi:''6tudes. Dans une seule-et m~me classes, les livres les plus
g dmmoflCs, les moins conformes aux dernieres acquisitions
'-. de I'art d'enseigner, voisinent A c6td d'oeuvres tres rtcen-
tee. Dans ces conditions, la tache du maitre que ne faci-
"'. -lite pas d6ji la pleine possession de son art, devient ar--
S.-due ou passablement ingrate. Le LDpartement signal
cette situation come l'une des causes qui expliquentila
w t'-. g stagnation relative des dcoles primaires nationals. Bieii
plus, comme si ce manque d'ac2ord dans les livres ne suf-
: fissit pas, les livres meme ont atteint en librairie un
prix a peine abordable. Le D6partement a compris toite
l a portee du mal. Aussi a t-il pens6 l'annee dernibre A fai-
re une command de fournitures classiques en grande
'p rtie distributes ces jours-ci ai.nos diverse circonscrip-
:.' tions scolaires. II n'ignore pas-pourtant que pour rdpon-
dre h cet tgard aux exig ines de la gratuity, scolaire,-lE-
|?- tat devra s'impcser sans cesse d'assez lourds sacrifices
d'argent. Les livres aux mains de nos elves s'usent vi-
te comme les autres fournitures, craie, paper, encre, etc.
a' ., DES MAISONS D'ECOLES.
La cruise des lgements scolaire r6v616e A votre Escellence
dans le dernier rapport, continue toujours.Elle devient mnme
plus inquiltante par le fari qu'on n'a pu obtenir pour 1'exer-
cice en course aucune augmentation'du credit des locations.
Pourlant ce sont surlout nos principles ecoles des grandes
t illes, cells occupant des bAliments que se dispulent le- com-
merce et f industrie, qui sont ainsi menaces. Ainsi la pre-
i. .; niere ecole primaire nalionale du pays, celle des Frires des
Cayes, n'a pu iere maintenue jusqu'ici que grAce A la bienveil-
M:-. -lante mod6ralion du propriflaire de la maison qui la loge,
:.' Monsieur le Docleur Hollant. Le m end-fait deplorable ou tot-
,.'. au moins, le" mn.me danger menace les coles des Sceurs de
eogane, de I'Anse-a-Veau, de Port-de-Paix etc. Ces 6coles
.iont mneme logees dans des bIlisses branlantes quil.mellent en
i '-:.- .ptril la vie des mattresses et dlIves. -
S. LGouvernement a conmmenc6 A Jacniel, A 1'An'se-A-Veau
-el au .Cayes, 1'ex6cution d'un programme de constrA;tijn de


L 4s,
'.;:.,.,.".:: ...,.. -,": . .. .% .
""~~~.I~. ...... ..... .. ..;









maiOn's d'6 oles qice, avec:
ment- verrait se poursuivre -dans d'au
Rdpublique. A son tobr, usani des ressolirces cre
du 7-Novenibre 1919, il a entrepris, la ou ses resources s.o
suffisantes, la:conslruclion des maisons dcoles. dans les see
lions r'rales. Le recent rapport sur 1'emploi des fonds.de 1'tlat
civil a dejA indiqu6 A Votre Excellence les principaux centres -.
o01 ce programme s'ex4cute.: :. .-si
~ .... .DE L'ENSEIGNEMENT -PROFESSIONNEL. - .:
L'e'Dparlement ne reprendra'pas ici les. arguments qu'il ;:;
developpait l'annne derniere en faveur-de .'oragnisation de
plus en plus etendue, de plus en plus mdthodique de notre .
enseignement professionnel. Personne d'ailleurs de conleste -;
1'ntiliIt d'un tel effort. La siule considbrMtion imporlante qu'il .'l
soulave est de savoir dans quel sens il convient de l'orienter
pour qu'il r6ponde aux besoins reels du milieu. II ne servirait -.
de rien de creer des ecoles proressionnelles, si on doit y en- .
seiguer des arts -et m6tiers sans application immediate dans le '
pays,susceptibles defaire nature au cdnlraire plul6t une classes: *
d'ouvriers ni6contents par l'impossibililt d'cmployer utilement
les connaissances acquises A l'6cole.
Pour nos-jeunes tilles qui auront- souvent A demander a '':.
I'effort individual leurs moyens d'existence, le probl6me est. .
resolu. Le mobile d'6tablissement professionnel qu'il faut adop-
ler pour elles en le perfectionnant sans double, est 1'Ecole Elie-
Dubois. Aussi, le Gouvernement accomplirait une.ceuvre ex- -
cellente s'il dr6ait,non pas au Cap et au Cayes, mais dans les
planes du Nord et des Cayes deux internal de ce genre Pla-
ces dans ces centres, on y enseignerait, a c6lt des travaux de
lingerie;,de couture et les soins de menage, certain petits m6-
tiers don't Pagriculture et I'l6evage fournissent les matieres pre-
mieres. -
L'tcole des Arts et MAIiers, sous I'aclive direction de Mon-
sieur Georges Jacob continue sa lache d'epurhlion morale de
la jeunessemnasculine abandonnCe. A ne voir queles travaux : '
executls -a a Maison Centrale, on se rend vile compile que
les eontr&jmaitres de l'atablissement ne negligent pas 1'6duca-:
lion professionnelle des pupilles de 1'Elal qui y soot inter-ns.
Les mAmnes remarques et avec autant, sinon plus dejustesse,
peuvenl tire laites au sujel de I'Orphelinat de la. Madeleine. "
Avec Monsieur J. Chancy, un' home plein d'initiative, on .-
peut beaucoup esp6rer dd 1'Acole professionnelle J. B. Damier
qu'il dirige. Le Deparleinent a eu cetle ann6e A munir les.
trois ateliers de 1'.cole de quelques outils indispensables. Ls.
I . ~

i. ..' -.. : -. -. - '-,-.' .,.o: t
:. .... " :Q-X: ' .'. ... "i
:, !.< '., ': -. --,-> .;., 3... . .... .._ : ;;

,. *~ iji











, comme la prec6denle, o


-.
-e--


W "







1s A -
iS. :







*. 4... -









Y : ;, ."
M :..


S ,. ,
R :,,


3 ..'.,.,".


N. .


. -" --


r : DE L'ENSEIGNEMENT NORMAL.

Pas-de bonnes ecoles sans de bons jnaitres, telle est la for
Smule banale en sa veril, mais qti r6git avec une rigueur im
placable l'organisalion scolaire Nous ne 1'avons malheureuse-
ment pas comprise. De IA les laMonnenents, nos essais infruc.
tueux a chercher, dans une legislation toujours nouvelle, des
chances de succs pour nos ecoles
I" Aussi la creation d'ulie cole normal de garcons s'impose
absolument pour le Deparlemnen. Aucune combinaison, si|
ing6nieuse qu'on la croirail, ne saurait remplacer une tell
creation. L'enseignement normal est avant tout un entratne-
ment pralique a I'art. d'enseigner que la lecture la plus atten-
tive des livres de pedagogie les plus parfails ne peut supplier.
Envisage sous cet angle, on doit dire cependant que les ecoles
congreganisles des Frfres possedent-UdjA un enseignement
normal pralique. Les ;0 jeines gens qui professent dans ces
lablissements s'habituent aux mnthodes scolaires des Freres;'
se p6nelrenl par une prnliqlue quotidienne de I'enfance. des:
difficulles qu'il y a a lui i::culquer les premiers 6elmenls de la
connaissance. On comprer;d alors 'idde du Departement de&
s'emparer du" systmne que la necessilt a cre6, de le perfection-
net- en instiluant des course normaux dans les, principles 6-
*coles des frrres de la Province. Une telle idWe ne dolt pas Aire
abandonn6e, car elle est susceptible, en attendant qu'on fasse
mieux, de donner des resullats appreciables.
L'6cole normale de jeunes files continue A fonctionner avec
r6gularjil. Elle complex pour la presente ann6e une trentaine
d'6lves mailr.esses. Son 6c6le d'application a 6la, I'aun6e der-
niere Iransrornime en ine cole primaire sup6rieure.
Mais on voit venir le moment ou cetle Ecole ne sera plus
qn'un simple 6lablissement de culture ,6ndrale pour nos jeunes
filles. Alors son but aura I16 devi6. DijA pour celle aniiee, il
sern,assez difficile de case A Porl-au-Prince la nouvelle pro-
.motion de 1'6cole, A moins de sacrifier des institulrices qui,par
leur instruction, leur experience de I'enseignement, lenr.de&
votiement parfois, onl rendu de rtels services la jeuriesse
Sfhinine de la ville. Le temps et la bonne volontl, cornme
Son le salt, sont souvent de puissants maitres qui, dans bien
des cas; rcm.placent-avec advantage I'cenvre de la scolarit6Ela
plus soigune.
Pourque notre Ecole Normale de jeunes files s'ndapte aux
-besoins de noire enseignement, il est n6cessaire dedla trans-















De grandes oscillations ont marqu6 en ces cinq dernieres"
annees rolre frequentation scolaire. L'ecart not6 entire I'ins-
cription generale et la moyenne de presence trahit une silua-
lion anormale qu'on ne releve-dans- le system scolaire d'au.
cin autie pays Si on excepte les6coles congr6ganistes et un
nombre reslreint d'elablissements priv6s, la moyenne.des ire&
sences dans nos 6coles nalionales publiques est souvent an-
dessous de la hoiiti6 de I'effectif general, alleint mrme parfois
le fliers ou a peu pres de cel effectif Veul-on essayer de remn-
dier a celte Irisle situation en demandant une strict applica-
tioin de Ia loi sur i 'obligation scolaire, les inspecteurs r&-
ipondent par de vraies lamentations. Ils invoquenl en choeur
la missre des families, I'indigence meme dn plus grand nom-
bre de ces families don't, A Ja vril6, on ne peut nier la fai-
cheuse influence sur la fr6quenlation scolaire Le tableau sui-
:vant donne pour le premier trimestre de. I'ann-e 1920-1921
eff'eclif et la moyenne de presence de nos ecoles.

Statistique Scolaire
ANNEE 1920-1921

Enseignemenl primaire priu :


NOMBRE DIS ECOLES


EFFECTIF MOYENNE


ecolt s rurales priivAes ... ....... ....... 530
a urbaines ( primaires ) .. ... 2951

Enseignement primaire public:

c rurales nationals. ............. 18187
a presbyl6rale's 5857
a lrimatres ( filles ) ............ 10481
S ,' ( garcons ).. ... 8131
a dede demis-leihps .. 9ti3

Enseignclenlm congreganiste Nal.

Sd es Frre s' .. ..... _. .... 3260
-. :Soeurs ... ......4....... 4782


M Y .. .. . -
11
.S '. .... M .
.',:'i @ : ::: :.;> ,+ ; ..... : . ... : .. .... :'.,S,..


,: i:+

4
N7 0..'"









- -
-..?


..n


St. -.')-,":













:


450
2316



11481
4147
6606
5751)
767


.. ''..-"'i.
2900
4047

i o.- '.'$ t:
-~ ~ -. '-";.as. j


-- *I .








-. el-prmirni
EFFECTIF Q. YEiY E
c.... es 0... _.......... 650 -535
.,.1 Secondaies pivees ... 2792 2545







41 Annexe de I'Ecole Norniale .... 1(109 83
1 -a Normale de jeunes lilles i.-.. 20 -18
Enseignemehi Superieur privd

a de Commerce ... . .-- 40 40
?- ,, Dacylvographe .. 28 28

., .. Enscignement Supericeir public
S-.Sciences Appliqu.es.._ ..... .26 26
Ecoles Nationales de'Droit..... 1.. ...... .. 67 56
c : de Mt-decine et de Plirmacie _i.... 88 84
EFFECTIF GENI:RA.L ....1...... 391
MOYENNE GtNtRAiLE ......... .12.426

DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE PUBLIC

-650 6leves, lel est 'effectif singulierement faible.enos.six
lycdes -el dans.._ ce chiftre .fanl-il encore defalqner les course
'. primaires qui-repr6sentent a peu prls cls trois-cinquimres du

S.Si cet.Mtat de 1'enseignemenI secondaire public -n'dlait, as
icompense dans-uine ceriaine measure par Uenseignemient secn-
:.. dairi-epriv, ii fadraift d6sesprer de I'avenir .inlelleclul s-
prieu.r du pays, quand on songe surltoh quil ne aut -pas-ncr-
malement -moins de 12.000 individus pourvus de'a. culture
'secondaire pour assurer In mnrche :reguliere des fonclions
sociales et politiques de Ia nation ; gouvernement. adrin s-
: tiation justice, medecineenscignerente--coinmerce,e dustrie
~' e.tc. tc, etc. Aussi au Cap, tandis que le lyce; dlaiss piar li
Fi:" pflal ron se plai-nani de la -suppression des classes supe-

4. r .



4;1A. 4
j.. .. ... ..au .p
::?:.,..'.~emn-oisde1.(0 idviu ouvs ea aliue










-plusl'ianrne deIrnire aux eT.
S-qu/'toute-la quatrir -e'du i lyd e tde oI
A examenen secondaire du ler cycle.i.Ce'tianislyt i
vi nce, palrticuli emeni eeux des- :Gonaivesetdu Cap
pas pu,-selon la nouvelle orgariisalion, envvoyer des boi
a' *Portaun-Prince. -
-: Le D&parlement cr61it .devoir atlirer,;sans. en visagera s-
tiori aun pnnt de vue boriomique,-l'attention de Vottre: W-
lenCesur les ioconv6nients pratiques de ce-dernier; p1'o
E admiiettant que les cinq lycees de Province en-ioiec1i .
cuin one dizaine de boursiers A Port-au-Prince,- puisquhe-.leIy
che de .Jr6mie en A exp6did huit cette annee, il faut -pprtvoi"
A court dchdtance le moment ob les Jocux de.l'Mlablissemeit ;
de Port-au-Prince ne poIulront plus recevoir uti seul'boursier. %;,
Ces boursiers devant rester au: lycee de la troisieme 'a'>;r.
philosophic, c'est dans deux ou trois ans une quantity. ai:.n
moins de deux cents 61hves s'6crasant.dans les classes sulp&-:-
rieutes a laqelel sl'ajoutera d'ailleurs le grand nombre des ex-; .
ternes de Port-au-Prince. De IA encore la necessite de ddouq. : '
--bler A-infini legsclasses du lycee, sans grade possibililtd:i~t;;.
i lger confottablement ces noiuvelles classes. Le syst~ne imeI.m.
posera chaque ann6e I'augmentatiou du personnel p'obtr.les.1:
classes superieures, A moins de limiter arbitrairementle nor n'-
bre.de boursiers a'admettre dans ce dernier etablisseiment';---.-
DE L'ENSEIGNEIMENT SECONDAIR.E PRIVE. .

Cet enseignemenl est le plus vivant espoir pburl'avenir in-
tellectuel superieur du pays. A n'envisager.queles &coles con-.;
gr6ganistes de cet ordre, Seminaire College Saint-Martial, 1'I1s- k::
titrtiHn Saint-Louisde Conzague, le CollMge Notre-Dame duti1
Cap, sagis parler de- quelques Mtablissements cri's par...nos.-
compatrioles,College Louverture, Colltge St.-Vincedit de Pau-i4
Ecole-du.Dr. Paullte, A Saiut Marc, College Capois aPort-deif-.
Paix, I'enseignement Secondaire pr.iv6 offre un effectif de .-'2r
592. e6ve. Dans tous ces dlablissements, des mattres dvoud g6~i-
et comp4tenis assurent le progress regdlier des lauds-A I'aidie'
d'une discipline qui s'inspire des plus recentes acquisitions de;n.,
l'a t de c.ultiver les espi-ils.
S ,.; rIEL E l ET FOURI TURES POR NOa LYCEeS.

n .Ineffort a 6.t re emurent fait pour do ner h-nos tycses."n.i:U



:i ti..w,

W ,: . 2 . "", .
.. . .:j :.















B .siquie,oun lanoratoire ae cilnie, la possession ae collection
r !'s.rienses, zoologiques, botaniques et minerologiques, I'ensei-
:lgne.ment si utile des sciences physico-naturelles qui expliquent
*"' en sommee Ie monde,prendra dans noslJyces un nouvel essor,

DE LENSEIGNEMENT SECONDAIRE- DE .IEUNES FILLES.
Avec la nouvelle organisation de l'enseignement primaire
Sadopt6e par'le-Dppnrlement, il conviendra de definir bient6t
w-.; ce qu'il faut entendre par enseignemnent secondaire-de-jeunes
I.ifilles. II existe un programme de 1'enseignement secondaire
i'de jeunes filles et iin certiiical de fin d' ides de cet bordre.
Cependant jusqu'ici les.6leves des 6eoles dites secondaires de
':i'* -jeuties files ne se -presentaient qu'aux exanmens des brevets
i', mentaire et sup6rieur qu'd tori on considra.it comme :
des sanctions de I'enseignenient secondaire. Ia nouvelle' oi-:
S:,'. ganisafion de 1'enseignemeut primaire met ces brevets A leur
..' place.Neanmoins, par plus d'un point les piograimes de I'en-
Sseignenent primaire supdrieur et de l'enseignement secondaire
," special de jeunes filles se touchent.Ces enseignerents different
surtont par leur m6thode..En definitive qu.ils soient des 6col(s...
S primaires sup6rieures ou des 6coles secondaires speciales, des
3*.." i 6tablissemetls, comime. ceux des filles de la sagesse et des
Soeur de St.-Jbseph de Cluny. au quarlier de St.-Josep~l et -
S Lalue, de mrne.Vve. Parel, etc, font le plus grand honneur:fi
|4',i 1'enseignement tout court d'un pays.
;:.....,'' DE L'ENSE[GNEMENT SUPtRIEUH.
Ic'i rien n'a change elle. D6parlement peut- rdp6ler.ce que
,:I..exactement il disa l I'annde'derniere a Votre Excellenice. L'En-
,^.t:seigtiemeint Superieur continue a donner d'assez: bons r6sul-
..-tats mlalgrd une deplorable absence d'olrganisat-ioti"matdrielle. '
i'i -I:T"utre aspect de la.question est qe nos -proesseurs dense -
i.gnimnent sup6rieur regoivent des emoluments-derisoires Le-
V :D paitenient naintient son project d'augmentation des appoin-
.tement. des professeurs .de l'Ecole de Medepine et de 1'Ecole
e Droit.


'- w..
.. I, 1 -
~. . .... .... . -... .. . .
il:., -:,: :' :.: ...: ,, .. -- .i::' : '.7













'tet "'dee -d ouvrir les portes qe l'Ecole de Pharmacle.anxn.io
i l-filles munies'du brevet supdrieur. Le bDpartement nC..A Si"
-' ieinjusq.u'ici de regretter son geste. Celles de'ces jein'fes fililo.
qpi:loht tI aiihsi admises a I'Ecble de Phatvinacie ornt rarqudA-i
un bel-entraii pour 1'Mtude, confirni d'ailleurs par leurs:s-i:t;.-
ces a leur' premier examen. -
S- DDE L INSPECTION SCOLAIRE. : :
La surveillance;et le contr6le est le point faible de notre
gystlme scolaire, hon parce qu'il faille penser-que le corps ':.:..1
des inpecteurs ne. rdunisse point les qualities de tact, d'energie :'
mesuriee, de constance on de ddvonement, irnis plutot- par. le:
fiit de l'orgarisatiori elle-m6mre. Le control de chaque ihns-.
pecteur s'6tend sur une portion notable du territoire de la Re- '
publi'qhe De tels fonctionnaires pour exercer avec succs leutr'-:.;i
mission auiaient dt dire conslamment str les routes par les
plains el les mornes, excitant A la tache, conseillant, rCp'li-i-_:
mandant au besoin le personnel sous leurs ordres. Au lieun":
de cette surveillance active, enlassante, said's tr6ve ni;merci,
nous faisons un ppu malgrd nous de nos inspecteurs des fondc:
tionhaires quasi-s6dentaires, pris le pliis'souvent par une fas- .
tidieu'se besogne administrative Ainsi done comme.le Depar- -.:'-1
tnsient le disailt 'annue derhire A votre Excellence. le service. i
d'inspectfon appelle de profondes modifications pour donner.. -:.
des r'sultats plus appr6ciables. -.:,

L'UNIVERSrIT D'HALTI. ..
-La loi.dii.18 O'ctobre 1901 sur l'[nstruction Publique a-dd 6.
finice... qu'il cnvient d'entendre par I'Universit6 d'Haiti. ItI.
restait ..nanrhoins A donner une forime coficrte h l'ided mise"-." is&
eu-'Avidehice par la-lo.i. De 1A est sorti la rIzente orginisatiori.
de l'Uaniersitd d'Haiti.De routes les fonctions sociales ou poli- ..'
tiques de-la vie d'un people, celle qui organise son existence !
intellectuelle doit par dessus tout.le pr'occuper. 11 rant, bn l i
souverites fos reconnu,quelques formulas morales cdllecflives,.iAi.
.au:peaple 1a:riient'-dont la vieoinationale de voile une trop -
grandde ~'nairghie d'iddes et- de sentiments. Une telle anmliora-
Lion.gu*'ppeb't.;:s'abtenir que par I'ecole, en temps qu'on s'y liVre
ia olAi'efriichement 'ducative.

.A. ,
.': ..-. ,.,.. .. ..,. .. . .. . .. .,-... ... : ,, ,W









eraible de notre en-i
0T sFtuctioi coilime consti-.
r i no ncom-me uin mayen. d'education-
rsulle celte-ficheiise consequence que chezz nos
.es gens, le coeur ne r6pond pas toujours A 1'esprit et que _
nous faisons de progres dans les hoses de la pense-
tioins on sent croitre les qualit6s morales tant il est vrai aussi,
,:iselon cette pense, de Challemal-Lacour, a qu'il ne suffit pas
A,:,e l'instituteur pour fire d'nu ciloyeu un homnie,q-u'il y faut
.:^',": biendd'autres chooses encore et en particulier cc grand ensei-
S gnement qiiiest l'espril de la sociedl on I'on vit.o
:';- Ajoutons de plus la plus grande indifference du public pour
Sales choses scolaires, indifference qui n'est secouee que-parles
.crises spasmodiques d'une acerbe critique entreprise trop
souvent parades individus assez pen qualifies pour Ia discus-
r .. -sion de-choses aussi delicates que les probl.mes de l'ensei-
gnement.
i":'-'i La creation du Conseil National, des Conseils Rdgionaux de
S" 'Universitd, viserait done a inldresser tous ceux qui pensent
et dans I'Mtendue du pays, au progress de notre enseignement."
4.. Les divers groupements universilaires prevus par la loi du 4
^ .. Aoilt 1920 existani des mainlenant,le devoir du Departement
de lInstruction Publique est de les consulter, de les tenir en
,:... .- haleine afin d'empecher qu'ils ne tombent dans la somnolence
invincible de 'ancienne commission locole.
*:-:;- .. D D EPARTEMENT DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE

.i:I.-..,FLes divers services du Dparlement ont marched avec rdgu-
:- '.: .':ilaiild, sans qu'on puisse cependant s'empnche'r de remarquer
,i.-.: e '-"'lI caraclere trop bureaucratique de ce moleur essential de
notre rouage scolaire. On a par ailleurs 1'impression que la
:.. besogne est accomplie par es expddilionnaires plutdt comme
une corv6e que. comme-uhe tAche A laquelle on s'int6resse. La
raison de celte situation est- la modicile des.-6moluments ser-.
'. vis A tous ces emplovys.Aussi s'empresseut-ils,sit6t qu:une po-
sition meilleure leur est offerte, d'abandonner le D.parlement
Si:- Un autre trait du D6parterient est laprecarild de ses moves
ide contr6le pour tout le pays. II est parfois difficile de se re-
.t'- connaitre au milieu des renseignements contradictoires qui
a. rrivent de routes parts, De IA des bhsitations, des tAtonne-
,;.. -ments,desdecisions-surlesquelleson revient A course kchbance.
-toutes choses enfin qu'on ne saurait enregistrer pour In baoine
i',.: march de [enseignement national. I1 es( evident qu'on. re-
m6dierait A ce ral si les agents du Dtpartement prtpos6s A
,-.. lIrispecion g6n6i ale du pays, contr6laient plus souvent'par



-". N *:.U h : ....:. A
f. ..'. .. ... ._.









eux-ame l6tdt Id
Te.1:,e e .M.Tsieu- -
notre :kaseigfiemenl Une q
de plls eg Ius 6crasanle noire vie .co"D
d'argh -t
A cette heure, en face des diflfiulits coissantes'de la.]
&conomique du pays, line vague de decouragemnent passe -su
le personnel enseignant tout enlier. C'est la note qui domjne
avec uine persistence inquielante dans ous les l apports., des ...
inspeCleurs. Si nous ne pouvons fire tn meilleur start a nos.;--
professeur- de lous ordres, il est h craindre que les amnl:o- ';
rations dAjA obtenues .ne disparaissent dans eel universe de-:
couragement.
Devons-nous enfin ajouter que nolre systnie. d'inslruction
publique, base sur le sysltme Ie plus moderme de I'lnstruc- .
lion piub!ique en. France- n'a point besoin d'etre de nouveau
organism. Tel qu'il est, il peut donnerles ineilleurs resultats,
si au budget, il est inscril les valeurs necessaires-A la bonne ..''
marche-de tons les rouages du Deparleient.
Daignez agr6er, Monsieor le Pr6sideni, I'hommage respec :
tneux de-mon profound devouement. -
J, BA BR.\.


-.n
'- - s
.- *"-- ~ -" ,









V.











N-aI



P-NN LA
- '. -" ..- 'SA'N
.,- .. ....







S- .:..



.5 -. '"'




S -. .* .- ,".
:I7C'~'?' .
r I..i.:.. .: ;











: UU Ut'Aittbll .INI.U i. LULL1'.

AU. r RESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

Palais National.
Ntonsieur le Prtsident,
Le DLpartenent -des Culles don! j'ai I'inJirimat est heureux
de vous annoncer que ses relations avec le Clerg6 n'bnl -pas
Scess6 d'etre des plus cordials. El c'est ici pour moi l'occasion
S. de rendre hommage a 1'aclivite incessanle, au devouememl de
?. t- Monseigneur 1'Archlevequede Port-au:Prince, des Ev\ques du
S Cap-tiaLtien et des Cayes et de leurs infaligables auxiliaires.
:.:'-" Relativement aux difficulties d'ordre-budgataire suscit6es pari
l- e retour des pretres d6mobilises el'qui vous Mtaient signal6es
dans ie rapport de 1920, il m'est infininmein agrable de cons-
tater qu'elles out 6I6 toutes aplanies, el cela, grace au credit 1
'. suppli6mentaire qui a t61 accord au Departenient par le Con-
seil d'Etal, en ses attributions l1gislatives. Un credit extraor-
dinaire a 616 6galement vol6 A I'eifel de permeltre au Depat-
tement de payer leur pension lo. aux dix boursiers du grand
Seminaire de Pont Chdleaux,supprinimsdans le budget pendant
Sla grande guerre et' qui orit Atd rltablis confornm6ment aux
I. Concrdat et 2o..A Leairs Grandeurs Nos'Seigneurs Le Rirzc i
el-J. BEUAGEB qui-ont p-is leur retraite. -
SD eux itouvelles paroisses ont 616 fond6es par deuix ArrAts
p: is par Vorte Excellence, en Mars de l'ann6e derhiEre et en
Janvier de celle annIeE: celle A-du Sacrt-Coeur A Turgeau .et
celle dp Thomonde, dans la Commune de-Lascahobas.
" -. Le cbncours que donne toujours le Clerg..A livstruction,de
l ljeunesse s'affirme de plus en plus grace .aix 6cples presbjy-
tm: alesdont I'initiative-lui revient et 9gi -continuent a fonc-
tionner A la satisfaction g6n6rale.
SUae oeuvre a Iq r6alisation de laqurelle travaillaient depuis
longlemps Monseigneur 'Arch6vque de -Port-au-Prince et
S Nos Seigueurs- les Eveques des,Cayes et du Cap-Haitin, pour
la formation A 'tlat eccl6sidslique des enfantsidfi'pays, A-dA-
finit ivemgnt vu le joir: la foundation, 4 l'Achev&ch .tdeT1Ecole
.:.;-.-. "Apos olique Notre-Dame don't le but et est de constitui.e:: un
C lerg6 ind'igne. L'olverture de cet Ctablissement a.eu lie .en



t .. ,.: .......a .. ..
5, .
I S














.pr u ..L.. ,A .L & i WL U.% ., ,, L L A i IQA AI IuJIC, .JUI iUL VsI 0 L. k I
.pour.y;all.etr d6velopper letirs vocations religieuses Osl
ront-ainsi,:tl'avenir, 61re uliles A IU'ducation mooraJle 4e e uri ~
conicitoyens. .. ...
- Aussi,- formons nous des-voeux les plus ardents .p.aur-:...;
,conservalion dec celte grande CEuvre. Le Gouverne ient ne:-.
manquera pas d'y donner tout son concourse. -
Parmni-les Ira-vaux execul6s depui, un an dans l'Arcliidio.se'
de Porpt-aIPrince et du Dioc6se des Gonaives, il y a signriai..'...
ler A V6ti'e.cExcellence, particuli6rement; ceux accomplis'&.:;
Baii.et, Sain.t-Marcel La Vall6e. Ces divers Iravaux, nous-i'
apprend I'Archevlque, ont t e excutls grace a la gfi.rosit;
des fidl6es qii s'est monlr6e tries grande dafs ces Iroispar-is.
ses,'-- ." .-.. .
Le D_,pArie'ment a 616 inform qu'une Convenliorr concern i
nant.le Petit Seminaire College a 6tt signee le 8 Aodt dernier
_entie l'Archevech6 et la Congregation du Saiit-Esprit. Cedei.
Convention, nous signal Sa Grandeur, assure d'une manier1e:.
definitive a an grande joie de tons, 1'existence de cet 6lablis s-'
sement..
Monseigneur. rappelle au DWparlement I'espoir que .elii ci;
exprimait dan's son. dernier expose, que le Gouvernemeut 'i
potlir'ait dans le cours.de I'annee, dinner son attention au "-
prdjet'de I'asigmentation de traitement cu Clergd quilu ii a' Ct.
soumiis:par'linlernonciatiire Apostolique. II ne doute pas,:dit' '
ii, cette question n'ayant pas Wt r6gl6e- I'an dernieri,-qu'elle I
recoive unersolution salisfaisante pourle prochain budget .
'GrA'ce A 'accord intervenu.entre le Saint-Sijge et Votre-Ex-:.i
celleiice, latvacance du Siege episcopal des Cayes, survenue,
A-lA-suite dela demission de'MNonseigneur Le -RaZic, a' t"I'
comblee par la nomination de Monseigneur Pichori,Archevi-.
qde Coadjuteur de Port-au-Prince, avec le -double titre d'Ar-
chevi&fiE-Eveque. II en a pris.possession le 9 Mai de l'anne.i;i':.
derni're -
D4puis sa nomination, Monseigneur Pichonu'dploie;a'e:i
uneigi e'ii .inhte'lligente activity don't it a toujours su doiii "'i
des'p.re jes a .aPort-au-Prince el faiL des eTforts considerabfes. )-
pou r ': e ce diocese dans' un Ntat florissant, -


, 6" " .,; .-':* .
..,,.. .-.-,.. N..N
,::.~...:; .. . . . ...:,-, .- : >."
.,..,. .... ," k' ;,: .' -' '." ;.? -: ., .:.;..
'2 x, .::. ': :.: z- :.;w.?:,:..A.-: ..:










UWCafA pesu y.lpuAie. .1 acstL U-quufatc1 ^q.u.4 t
nifeHtn.e oirdayi hieigahrnis; car less pa;oisses
lnelliementde preiDes en souffrehtn fteei au voypdt-
eel que.-eligi e xj
1s s~ r.cerite tburbe, Mionseigrieur l'Ayrclieviquevjfieq
?,LoUisttlc.c qi& seulement' six Eglises sur trente quatr..i
;ciAu ves-- 1 en:.est de meme a pe-..prs: ipoiurl.espres&by-
S :s Iignake A :Vahentibn, du Dbparleu.ent .l'flat dilpora'ble:-n
Ji clq etf se- tr'oe s laL ath6Irale,des Gayes :'' Ce n'estdit'.
~4,it. pjaIn rnagasin.informe et qui-ne conenyet-point a -sa d.
I, tinati ont.:acluelle..:I ' -
Id m niouvant rapport que. nous.a address Sa Grandeur,eli
.qiifiL.y alieu de retablir e chiffre.principal des icol
iesbyl irals subvelt ionn6es auirefoi." .et don't; io n grarid
noriebie; parlticuli"remncl de 1'Arrondissemenrt-t '. Nips:
I.:ilsupprim 'sans e xpli nations mralgr6 leur hio- A. iia. -w'a.lti
:;ent.lDatns uLn certain nombre de cas-e 'diocse a.praai
'- cbles -sa charge, mais il. he peut faire-.pourutonutes.:t
'r.l:;ablissement est d 'atant plus-ndeessaire .qie seule, E.&
.,geur l eenrayer- le mouvemeiit marqu. de recuf de- npos: .A
|pAgnes, mouvemnent 'qu.i s'accentue -visibemen itparlq &
i'-clole fai ddfaUtLil ouest mal teniuex- -.
Dnle diocse- du. Cap Haiaen -MAloseigneur Ke sza~ifai:
euTejf Ae d'uti -; belldeaci.tieit .En-effet.depuis son retou.:t e- ',
Flbe :enG DOceibrederer. o er l1 ] tala all6.:s' ocperd. i.:;
rii'e itint du .Clerg6 et -des it rrA t g&neraux 'E la :Missi
:d'fai Li,.ce veoi .A Prat se defense sans cotf ipter. en effecd uait
l6i. rnbei aslora es pour' pbrIer la. bnne:ie pare a t
ii..la.:iiai.s d son -dioc se"et r'i-..eforter.-ses no6ibre.uau .
ui uie.t esercent lean tniuiisifre aan les villas artlea bo1g4
oIn s. du si-7episcopal. .- .
; ^-ailie uq; Monseigneur Rersuzan faitsayi ailparte
-ifea que es: CE~ DN GOsRDES:palr moirs donna s parla.La sek
iibmqnue ..a on noem ; tie Dos coles .reb asOi loin
tP arni: le ises qui tomb'ent en 8rtuid, rinozs gnak ls
and iEgtasedI Plaisance dobtaJouve e 1a 1 ;ta -- .' ::
\ ei, relle d-St I-iel de. At `aye autre, nos ti.
sfiit eti cosi-ruco- depui dsrnnita t e'npeiientO ti
.che. es,, eonine~.St L-ouisndii od Lim),b laiassatde .Sainft :
Eidus entree anti :Eghes M sei ur s pre
-i.-;,,"" ... aosss ima'nquon dpresbyt6s
.. ., ., ... .. ::
.,,A" A .
.: :'...:.I ." -', ." -: *
.: -mt
.. ,. :..- .. ,.-.,. ... ... ,v























-6ieyeln inpeeadane di Porl-au-Piicei 1I e :
,Eg-isi(4 tehA r6st iqe, -Baptisle et Africaine-M6tli:p
dlisk~ddi jiaS t6cib-id Biblique el 'es; Livres ReligieuJ'
dsdis.aesi:daens. pIi "-lles de la RIpubblii'
pouiasi enis bdmi~ faill Ece la mission qui le ur-e -e u !'i i
danl I re ; ivag 6lisation Et ce nest pas sans raisoi:?.
queo r. *t iAent st.:sefaifle devoir de rendre-ici :- h6oirin-
mae "yb:ie &;leutts-dev.outs.pastenrs.
agrae Monsieu r e Pr6sident. lVhotnimage: d
enlier d em ant -. ele4, non profound espee.t-.

"': ::.i: *'- ... "-'- '" '.- .' ..... -


4 :7

-.-,- ... ^ -, .-; : ... .. : - -:. : . ..
4




4 4... .. . ....... .- .. ...




!94' -- .- ..
















rier 192(0 c e jour. En accomplissant ce voeu constilu-
:. lionnel, qu'ii me soil permis d'exprimer, au.seuil de ce Rap--,
ponrltoule ma satisfaction da voir lainarche de nos Tribunaui
:- s'oienteF d"iin pas plus fernmevers ude distribution rapid: et
i :.':.-eq suitable e de la Jusice, rcpondant ainsi A l'un des d6firs les
I. plus fervents du Pays enlier.Oa peut encore signaler quelques
Slentluiis regreltnbles qui'ont soulev6 des critiques ; mais ces
l-"'en'ci'rs iinlierenles d'ailleurs aux choses de Ia. Justice,- sorit
1it ." Inogeilent compensbes par on fort courant d'6mulation eitre-
lenu par des homines de devoir que la Rdfornmede -1918 .a
:.. :. permis d inlrodiire dans la Magistrature. Si T'on songe que e
i;:"::.sort de nos Magistrals n'a pas pn 6tre amnliore en proporliri
-.. de ce qu'il F adrail pour les mellre A 1'abri du.besoin,.lonhne
S .peut -que se rij'ouir du dLvouement qu'ils a'pportent darisTai -
conipl'ssement do leur tiche.. Nos. magistrats comprennent 7,
... qu 'ils sPrvent leur Pays, en faisarit simuplement lerir-devbir..
..;. Autour des Lois de 1918,ltoutes les criliques se sdrt tibs.
S 1 s'agit enlce moment de perfectionner cette L6gislatib6n .ea
:' comublanrt leIs'lcunes r6vdidees par la pratique. Le D- parte-
S m lent n'a .pas manqu6 de fire appel aux miembres des Tribu-
naux pl:mltlcur demander cle signaler les defectuosit6s recori-
i nu es.-Dcs r6ponses failes, il est.resutll qu auctfie des:Lois de
S 19_ 8 -,e :numrile de profonds. femaniements. .Cependant- des
..; sIuggeslions files par les Membres des Tribun'aix d'Appel,
d:: es modifications doivent Ltre .p. )ort es-aux-Aits. 6,.15,2', 30,
4': et 44 de l'lbi -u u.j; 'Appeln.icons~tiuence ,:un--projet de..
1"6;i-a et souhis au Conseil d -
".Voici, sucintement expos6,1les lravaux parliculiers de cha-
c' n de.nos tribunaux.
I.- Cassation - .
:6:i:;" De Mars 1920 A Mars, 19'1, le Tribunal de Cassationr'a rendu.
Ar.s ci s... ... ....,.... ..
S.. ... " ..... . 0 "
S .... 24 design

'.': :., &.: ..'$" ':..': .,., . .. .. .. ; :.

















danger signale,"imais encore. a .i1re de vulgarisation daons. l:.
monde judiciaire.deIla province et a I'ltranger. Un'crdit de Or,:I
|'200Q sera.porle a cette. On dans le projet'de.3uilgei 1921-9i22?:
Cetltel: iine a.vu fonctionner le Conseil Suptrieur de lalMa-
gistrature, cr6.-par-la:oi du 12 Mai 1920 et don't le r6Beest ;t
attribu6:autTribunal. de Cassation Les decisions conimunic:,-: w.T
qu6.es,auI D6partemi.nt de.la Justice, selon le voen de 1'ai't. .8-,
sotnl: u 'nombrpde-cinq. Ce cbiffre peu-61ev6 est lout-un cri--" ..;.
t6ri-um.A l honrieor de notre Magislrature,car ii s'dvidente que ,'-
si .dars.'enchevit.erenienL des interels divers el parfois oppo-"
ses.qui se debattent ean justice,il o'exislait pas.un certain -qui-;. '..
libre,,leap'sainies:eussent AIt plus no:nbreuses, et I'iriterveri-
tion du.Conseil 'plus frdquente. 1. .,esl infiniment -_ddsirable i
d'autlre pirt q"ue celle'mrnme ponderation el celie mrme e s--. -e i'
gesse qui'ont:'ait -disigner :le Tribunal de Cassaiion pour un
r6le it a fois itmporlant el dAli'cat, continent d.iaspire.r sesea
dec sionsde ee tle sorte que tous Les irit6rtIs 6tant sativegnrdds, ;-:
ceux desjusiticiables comnme ceuix des Ju.ges, le: Conseil ne ./'
d6g6pAreipas e.i na instrument de chicanetetde tyrainie. .',
NolosI, pour~f .finir, la perte doulourease qu'a eprouv :.le'o.'S
Tribunal. de:-,Cassaalion,- dgais .a personne-d'un de '-ses juges.le
plus dir;tiUg4iMe. Justin D vot.Aiux manifestations de regrets i
qui fkre it. exprini's A celle occasion, le Gouverneinent s a'-., : A.,I
socia po.ur-.:uielargb part. .
C'est Mtl.-ies -Lger,Vice-Pr6sideno du Tribunal. d'Appel de"
Port-au-Pritice, qui a 6tl appel6, par Arr6t6 du 3-Mars 1921, i.
remplaoer ipJ, tuge .D6vot.

. .. ...... -:- ..' '* ;
I* 'Tibunaux. d'Appelpd' -
Nos deux Tri.b1unaus d'Appel sont-en plein fonctioahtemenit-:,:.:,,
(lepfisMdeu t.an. -Bieio quc cet intefvalle soit court pour poi-- ;,
ler unj e end.ensenble sur l'influence. qu'ls exercent dins '. -i
la soluh ij ads ires litigeuses, c'est-ia-dire de con irmer des
Iurilspri t iierl li s.po d asseoir les leurs propres, on pfut: .':
-. o P, u i

t *,A
A- "
:.. ,, .' ... ,.'. . ".. :. ,. ,. ;....., -.., :













0 crimriels .^ ;,-23,
.. La '-l 150- dcisi& i
S ..p.p. G.v ,* . .. -..;,-..' -.w fs.;:
S ... .. .. ..

: Ls civils..-.. ;. ."

.- Toal :-- .37 dcisi
V La qeslion -de loger nos deux Tribtinau d'AppeY oc-
upait e D6 partement jusqu'A 'ane derni re. .le
"solef: 'pour celui de Port- au-Pince quai. a-touverture
69rseite ann~ e jiidiciaire,a pa- cornmmencer ses travat4. daihs
twe .rvev p.pur--u ne Courdimi ppel,; un cadre-. plus r'
. 't esi r. se.rv dans" 'aYe.t i '.;mais t ..alle qgu' 7 eis't, .- 'i'..s.
tiltitbon r6pond aux essantes. ncessites d ,t edes
pi- ratiaes est la ag at pt it des a .s Tri
';: :Laf'" ofi'rexon pai-d e t a uxavnoats.-ua d ppl .
i .iipait lep.sp artemei tJ usqu' ni ie n t q l a 'en fu
inejpfut l bwitir lT pepl des GonaivesLUh &ui
atfonfif aidmenrft ; ms faitbe dunIolalpd lo $ih-)
viz cets:1viWf kT4bnuu l lcd brdtih.bjd 1rses |
; 'ceelui deqlert-au-P e-
^ Clj Tjegte!iinMaee jdiciartl ea o.lt rdns-ai d corgaefslWrt .at's

p dprpre local. itiSans Vifee l.estpaids la.stdin.i Ap-i
AQi&evi i....... t'd "" .
d~hi .dzGoinia esa.bien t'6 q i:l_ enB:u.


7,6L 9 i I H.- i' ,. -Trib u uua l "Ibtad c f.: t
2 :~., Sd parculier Ignae wdsasu Is ar esi

a.. A .. . ..-. r ..

Ui i d..... : -
t. A:.. :, :, ~ .' &%in N .. ... . .

` I:.. .. .... ...... .
t ..'' ',": ; -...,- ......
... ... '., ." :..',',.. % "' -,',, ..
;,-.d "'.k h '." -',' '
















R--



n-- ,e to. ,
e e -j-





41tile^ '~-12 121.-2i 174- 8
.te^ -34? .30 ::. .4.1 7 !
...".... ;




..Tp&a P 9..72.. -..e7 I a91- 2 14.- N
S" ..27 :


r10 1 v 1,
* *..: P.AO r":s 1...... 5 3; 291 4 ^6 ":5


... .
152 2 1 19' 66!
: ; :...
.... .... .. ... ....
.";f-.':i"do p g' h ., rencon-. ,

siall q e que sou Ive66:
* ^ds1rad6. Pour snivre4es iooprlrons si cot
..ail envt v .- .'"vte r.1 rei a rd q 'ap.. o r
e a l A t ,:.: ... .... e. .. o.. -

lg.nJU~&-t~U hm^e 'ii isIl'stit:-ls syrdis sipr
ht-ie l'es- co test ti
ti ee Le ..ge.C n.

Ss." issaiihe. c.tane: ~n mesare, -le,
:-"i l;' : '',. .. .. .'











'I c IejleUb_
Tpe4:1TVWC(LIe.
Ies 3'rr
v6ulu IV le 'It'] ab.-Auti-memle,
eS -,-a u VQs-, k
r m'cs
cc
1) e't des S, difficy t6s,'par, vs
Ive, le upal, enjen
ca 1) 't
cahbil du texte-ae
al, n e s't clOs, P111sque ces 4ril:ullaU%,en'
d in e 1, Missaij.'es., e-,
em se Iii, pose Ire exammer fa' I guestion pat".1a
fe's, en ',Lje
Si 'Li '-'de- r6yisi" 11 dus Coc P
ox t 0 1,
s d ans tont
'D es s 0 s s 10 1-18 crimine es- t 6 t
'011s, perine an ainsi 1'
a;a,;P US- grMW 6 1 e e
djnstVVj6 jo
yafi [ jj Pri
6lie t 6t6l' P es modif,6 P'
pricipa es'
n_ I 1,t ar'la
'Ntb"-dii 12 f 6'i I Ict 192. :c estdanc sousTempive de-cette Ic h qUe,
Wu I e c inine, e a e.tP_,SqNk. N cet ega 1 -.1 d'' It COU7
m arras -or
I _ j' dre nlat6'riel qc soit
b'
ientaacment, relati'N_'Cm
fliAtioiva t'ait-maj re..,moi ent
if, kjo mi lisfie dii.'Jurs (fmt._ 1218 -d e Ve U U
4 I , )_ p 0
es-- -- ommunes"6 666n I I ;;%. I
e pourvues. notaire, 'notaixe d6h17Z'-:,__
4as 9
mai- f t'
enan A,'A a ilotiffcati6n-aux
requIse _o
uT.es e Ieur nomination, dans Jos PO Li rvues" -
un Minis r;
"'I h6of, posti16 autill6e-suQi s,
ryiiscs_'i ',i chafge J)ar- 1,.qrL23-
le Wpart'Nnenlta- da autoriser qdhiiiiistVativ1116
e-sc 'p assur _d 'not ire, 61' dans- lc second ac Vrycf,14, ij
sslej"S
IA'Iabo'rtan&, N Iiii.,fiianere a;_1 ntra CrIMIne ej.
se u- Al
A ul -t,,--
-C 1spositions- de. 16i qui, wi qne .p(
"hjjcje n es
teN scro
11 rappe es ''u Olf-I 8, PF Sen
ave"IeS-11ouvea Vue annotation 7doctmlfe
-011
Attemmt:s 6at: ei t 61 1 ",1 NT e jirjs es_-.qq4 son eh.

J'jf dc-fr A Pel"ClOvOir rjbuaaiv' de-
tliue (166nP'a'(j'iJ2k1 a des contestdho'as SIMIS cesse_; Alk
QS qm ii'6(aitit pas ti'afich6es-A-15
6,meiiif_::Acs lextes sur'-I,
'tUX'1'I1 eVeSs:,' a, jau" editer Ofkfefq

mais,-ea- ""C'Offili -eMqlAt to
Pr 'A"
-1 z