<%BANNER%>

DLOC



EXPOSE GENERAL DE LA SITUATION DE LA REPUBLIQUE D'HAITI
CITATION MAP IT! PDF VIEWER
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00013189/00001
 Material Information
Title: EXPOSE GENERAL DE LA SITUATION DE LA REPUBLIQUE D'HAITI
Physical Description: Serial
Language: FRENCH
Creator: unknown
Publisher: IMPRIMERIE NATIONALE
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1918
 Subjects
Subjects / Keywords: Caribbean Area   ( lcsh )
Genre: serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage: Haiti--West Department--Port-au-Prince
Coordinates: 18.538759 x -72.337289
 Notes
Abstract: Annual report about the situation of Haiti in 1918.
 Record Information
Source Institution: Biblioteque Nationale Haiti
Holding Location: Biblioteque Nationale Haiti
Rights Management: All rights reserved by the source institution.
System ID: AA00013189:00001

Downloads

This item is only available as the following downloads:

Exposé Général de la Situation de la Republique d'Haiti,Année 1918 ( PDF )


Full Text

PAGE 1

XP()S . ,.' HE: LA" SITIJATI()N DE ........ L' : f / . i !.' i l

PAGE 2

DE LA SITUATION DE LA RPUBLIQUE D'BArrI. PORT-AV-PRINCE ONALE DIRECTEUR EDG. CHENET. ISIS

PAGE 3

LJIIErlTf: : EGALlTf: FniTErlNIT HI::rUBLlQCr, D'IL\ITl Port-au-Prince, le 8 .1 uillet 1 9 i l$. ::J::).A.R. TIG "VEN".A. V"E D'HAnl :\HffiSAGE CONSEIL D'ETAT Messil'Il('S les Conseillers d'Etat, ,le me rjouis vivement d'avoir vons :lU vcru de la Consti tution, Gnral de la Sitnatiull de la Hpuhliqne, ljn'accompag'ne le prsent Message. ,Je remplis ce devoir a\,('c honhenr et tonte la satisfaction que constate(' que les deux pal'lementaires qui pal'aissaient de nalure il provoquer le naufrage ,le la PaIrie n'onl en rien intluenc la clai\' vOIance du Peuple, ni bl'anl sa confiance. Aussi, m'esl-il ag('able de rendre un hommage pnblic au hon donl il a l'ail preuve, marqu surtoul pal' le vote de lit Conslitution lihrement, solenllellement l"atifie, le 12 Juin, il une imposante majorit.Si il cela j'ajoute la formation du nou veau Cabinet et l'organisation liu Conseil d'Etat, je vous aUl'ai signal les circonstances remarquables qui, ces dernil\res sem1ines, onllarg'ement con tribu il ('aITe('mi(' les uns, il rconforter bien d'autres.-J'en lire le meil leur augu('e pOUl' les imp'lrtantes rMonnes il entreprendre, afin d'enlrer dans la voie des amliorations il venir jusqu'il ce jour. Cependant il n'esl pas indiffrent de noter ici qlle, du fail de la gue('('e mondiale el de la campagne sous-marine mene, avec acharnement pal' l'Empire d'Allemagne, noIre situation tconomique et financi('e, trs, p. l'il\euse auparavant et depuis Aot -1914, s'est considrablement aggrave

PAGE 4

4 par nlanf/ue de, lonnag'es pOUL' la sortie,!le 1I0S dCI1I'es, nolammcnt Ic caf, facteur principal de nos chang'es ill'Etl'UlIgel',Comme contl'e-coup, les impol'tations ont cess, on pcut dil'e, compltemcnt, cntmnant la cl'ise. alimcntail'e dont le Gouvcl'nement s'ellol'cc, autant qll'il Ic pCllt, les doulolll'eux effets -En cela, Messieul's, nous a\'olls tl'ihut il un phnomne conomique qui a eu sa l'l'pel'l'ussion paraly:;ante chez prcs que Ioules les Natiolls de notl'c hmisphl'c, N'esl-ee pas, ou jamais, l'occasion l'OUI' non" Ile Ilelllandcl',a\'l'C UII scnti ment de ce qui altl'iendrail si, ail milicu dl' tdll's l'IIII,Iunl'!lu'es, nous il'avions l'assist{lnce hien\'cillante ct vraimcnt ilJal'llll'ciahle dll Gnuverllem:lnt des Etats-Unis '! A qnelles anssi ne sel'iuns-nous pas infailliblement rduits, la paix l'tablie pal' la Conl'cntiun Ami'ri cano-Hatienne et stabili;;e pal' la GenlltU'll1crie aille de l'Oceupntiun Ne laissons point, Mcssicul's, de dtestel' sincl'cmcnt nos stupides f!llCl'I'CS Cl\ iles, mais avec la rsolution de fail'e Ilue rlsol'mais chacun allende SOli mieux-lr'e des seuls f'I'uits du tl'avail (ans 1'01'111'1.' et cntour tle toute la sollicitude ncessail'e, L'hmme (les champs l'a helll'elisement compl'is djil, Nagure la l'lus intl'essante victime tle nos (lisclIl'lle,; politiques, il jouit aujuurd'hui tle la quilulle et tle Ja scurit indisp(msahles il la PI'Uduclion, 11 faut en louel' le cit'! r\ pal't quelques l'tlexions allx!(lIell(s VOliS ne malHJlJel'ez pt1" d'accol'tler' une scrupulellse allentinn, VOliS tl'OIlVel'l'Z, Messielll's, SIII' 1I0tl'e tion intrieul'e et extl'ieul'e, (l'amples dans les t1ifJ'l'tmls Exposs que m'unt aill'esss, il vull'e intention, Messieul's les Secl'tail'es eil cunf'ol'mit du del'niel' alina Ile I"al'ticle Ile la Constitution, \1 n'est pas hesoin d'aflil'lllCl' que le Gouvernement scnt tout le pl'ix Ile votl'e collaboration il la t:iche (Iil'ficile u'il s'est illlpase, \1 n'h sile pas non plus il se persuallel' qu' celle heul'e de II/CIl (,lIlpa, tle pl'Ofonde lIlditalion, nous accompli l'ons, en pal'faite communion noll'e devoir tle bons citoyens, pOUL' nous maintenil' d'abol'd et', il la l'enais sance de la paix du mon le, ol'ientcI' le pays vel's un avenil' fcond en pl'USpl'ils de toules SOl'tes, Dans ce fel'Illc espoil', asslll'ment je forme les vux les plus heul'cux pOlll' vos t(';(VaIlX, et vou.'; l'enoll\'elle plaisil', Messieul's les Consl'ilh'l's iI'Etat. dt, ma DARTIGUENA YE

PAGE 5

Poyl-au-Pl'ince, le 10 Juillell \)1 8, LE CONSEIL D'ETAT .lu ,Prsidelll de la Rpllbliqlle )IOllsieUl' le Conseil ,l'Etat a l'holfllClll' d,) al'rllser l't',t'l'l'tillll 'tlll ar l'Expos dc la Situation tic la HpublilluC, dout Il' dpt a' t "ail tians sa stiancc du H Juillet courant. C'cst arcc unc lg'itime satisfaction que le a YU la l'Ol'ganisation des IUUVGil'S Publics, SIII' la base d'une Cunstitution accepte et ratifie pal' le ,lellflle il une tri):> fOl'te majorit, La sitllation spl-ci:tle qll'ont cre ail )Inntle entier la guerre mondiale et la ('ampngnc sous-marinc inallg'ul'cs 'pal' le t;ouveruement de l'Empire d '..\1-ICIIHlg'nl', ont eompli'lllo les cunditions rollollliqucs etli,nancires rie ce Pays, l'Il' les St'COIISSCS rvolutionnaires avaient tfl-jil rendues si mamaises, Grce il lntill!itt; tic nos rl'lations arec le l;ou\'Crnement tles Etats-rnis, la situaion alimPlltairc n,IS populations a pu rcstcr il un certain quilibre, L'oJ' rc Illaintl'nu il illtricur, la sl\<:urit g'arantie il telles sont il t'u prs les bicnfaits dc la nou\'cllc ol'ientation du Pays, epuis la Ilnvcntion tle Scptcmhrc 1\lIj, il ct tles hienfaits tlui nous sont VCllUS U tlehol's, le Conseil d'Etat c plaiL il l'endre hOllllllag'c aux VHlus cirilJlIp.s, au courage indomptable et l'ahng,ltinn dont \'ous avez r.onstamment fait preuve, Monsieur Prsitlcnt, :,ux tli('(jciles et quelquefois pleines de pl'ils, que le avs a tran'rse:;, C'est dt"sorlllais il assl'oir notre jcunc Dmocratie ces reritables hases, conquril' pouy nntre la juste place qui lui est tlue dans le con tics Peu pic!; ((uele Conscil d'Etat est dcide consacrel' sel' errul'ts, Etahlil' la J lIsticc pal' tles lois pl'opices qui assurent la Paix sociale; dve' oppel' Ics rcssoul'ces dc l'AgTiculture, en encolll;agcllnt la Pl'ot!uction, en lhtenant quc l'Holllllle dcs champs ait la Iibel't de disposel' de sa personne lt tle ses l'eoltes ; aSSlll'el' dcs dbouchs rmunrateul's aux produits agri pl'Otg'Cl' le producteur contre toute tentative 'possible d'accapare lient ruineux de ses IH'otluits; dvelopPcl' l'Instl'UctioR Publique, en conf 'ant lin enseignemcnt l'apitle ct prati(luc, qui melle le paysan en tat de d 'cnse conrl'e la eont:urrelfce tic l'lement immigTant, tcl est, ce nuus semhle, e ealll'c dans lt!tJllel Ic Conseil d'Eta[ \'Oit la manifestation Pl'oehaine de l'Ef 'ort \'Otl'(' Exccllcnce Iwut r.omptcr, MI', le PI'sitlent, (lue le eoncolII's tlu Con eil [n:tat ne lui l'cra jalllais dt'l'allt et que le se: a t
PAGE 7

. EXPOS GNRAL DE LA SITUATION DL LA RPUBLIQUE D'HAIT!. RELATIONS EXTRIEURES le Prsident, Le moment estvenu dndiquer dans leurs lignes principales les diffrentes questions qui ont occup l'activit du Dparte ment des Helations Extrieures au coursde l'anne qui expire, tantt de l'excution de la Convention du 16 Septembre' 1915, ,tantt du conflit sanglant qui dsole l'Europe depuis plus de trois ans, la plupar't de ces questions ne vous sont pas tout il fait trangres pour avoir t, en partie, soumises dj Votre Excellence l'anne dernire. Les autres intres sent plutt soit l'Administration proprement dite de ce Dpartement, soit des matires d'ordre moins gnral. 1. CONYENTIOX Dt: Hi SEPTEMBRE t915. J'ai le profond regret de constater que les diverses ques tions qui ont fa il l'objet du dernier Expos en ce qui concerne la Convention de 1915, sont dans Je mme tat. Les mmes divergences n'orlt pas cess d'exister et je ne pourrais que me rpter en les exposant il Votre Excellence, Je me borne il vous donner l'assurance que le Dpa \ continuera ses dJ'nai'ches, convaincu de notre bon ;, ,confiant dans le triomphe dHnitif de tout ce qui conforme la raison. ,...., 1 II. GUEIH EmOPENNE, CQ , t Le 4

PAGE 8

-8-expose dans une Note adresse QU.V Saliolls Ilt.'uires, que si ([ les vaisseaux allemands excutaient rellement les menaces (l faites contl'e le COil1l11erc.e des neutres, le Prsident \VILSON dC\1ll.lndemit au Congrs l'autorisation d'employer la puis a: sance nationale la protection des citoyens amricains engags dans les entreprises pacifiques et lgales sur les hautes mers terminait en leur demandant de suivre l'at titude des Etats-Unis vis--vis du Gouvernement Imprial allemand, il des violations des Conventions de LA HAYE et de GENEVE. Le Gouvernement d'Hati avait rpondu que, en prsence de ces graves ventualits,obligde sat1\'egarder les intrts de la Nation, dsireux de servir la paix du monde et d'ap portel' sa sincre contribution tOLIt ce qui sera tent pOlir hter la fin de la catastrophe qlli afllige l'humanit depuis bientt trois ans,ill'lait entirement dispos adopter dans cc les fOmes et condiliol)s traces pal' la Constitution natio nale telle altitude que ch;terminerait le dveloppement de nouveaux ct qui serait ncessaire pour arriver le plus tt possible ces fins suprieures. II La dclaration d'tat de guerre ne tarda pas suivre la rup ture des relations diplomatiques entre les Etats-Unis d'Amrique et l'Allemagne. Ce fut au mois 1917. A peu prs la mme poque les Chambres Lgislutiycs Hatiennes se runissaient en Assemhle Nationale pour discuter le Message du Prsident de la Hpublique exposant les griefs du Gouvernement Hatien contre le Gouvernement allemand. Le i\Jessage fut jug insuffisammnt motiv pour justifier une dclaration de guerre,L'Assemble rsolut d'autoriser simplement le Gouvernement: 10. il 'pl'Otester, au nom de l'Humanit, contre l'action des sous-marins allemands : 20, rendre la Chancellerie de Berlin responsable de la vie des citoyens hatiens sur la haute mer; il lui demander, le cas chant, des rl'parations et des ga-ranties pour l'avenir; 30. adopter une politique bienveillan1e il l'gard des Etats Unis et rompre au besoin les relations diplomatiques, Ce fut donc pour se conformer la dcision de l'Assemble que,le, 11 Mai ,notre Chrg d'Affal:es Berlin, Monsieur CONSTANTIN FOUCHARD,qui se trouvait en Suisse pOUl' rason de sant, reut l'ordrc de rentrer immdiatement Berlin pour porter es faits it la dtl Gou\'ern-

PAGE 9

-9 ment Allemand et lui notifier en mme teri1ps que les rpara tions et les garanties devaient tre accodes dans les 24 heures de la notification, Les instructions ajoutaient que si satisfaction n'tait pas donne, il demanderait ses passeports t en informerait le Gouvernement Hatien, Il avait ordre galement de confier les archives de notre Lgation au Minis tre Suisse Berlindont le Gouvel'llcment, sur notre demande, avait bien voulu t\cceptcr la garde, Le;) Juin, Monsieur Fouchard nolilia au Gouverncment Im prial les demandes du GouYel'1lement d'Hati En rponse. la Chancellerie Allelll1nde lui remit scs II ne nous restait plus q' faire le mme geste rgard. du Heprsen tant de ['Allcmagnc il P,)rl-:lll-Prince qui la lettre suivante ful adresse le 16 Juin, le Chal'ge d'A fTaircs, A la slIite Ilc la !!'UCI'I'C sOlls-marine ClItl'qll'isc et conduite pal' le GOIIa "erllementlmpl'ial Allema:-,d ave!', U!le r.gul'lIr ,a11S pareille, en \'iolatio'n (( tles cnnventions tic L_\ Il.\ et de GE\'E\'E dont il cst cn-sig'Hatail'e, les Nations neutres el' lelll's ressortissants ont t victimes comme le savez de dOmnHIl!'eS considmulcs, {( Le' GOllvernement, ayant ell connaissance. le Commel'ce national ct Iles familles hatiennes "enaient dl' sllbir pal' torpillag'es slIccessifs (( Iles pCl'tcs immenses, s'cmpressa tic Ilem:\Il1lL'r :'1 l'Asselllhle Nationale {(Ilc delal'el' que raits de yiolence dOllt tI'lotre victimes "collstituaient tics tic g'11e1'l't'. La hallte .\ssemblc, Ihns sa sag-essc, ( autorisa le GOllvel'llement il Ilcm:lIlllcrtllllt tI'ahol'll tics pOlll' a Ips Ilommag'cs causs et l\)s g,lranties cn vue Il'une mcillcul'e tles con\'entions violi'es, Le l\e(lrselltant Il'lIati il Berlin rellt tles in,.;tl'llctions pOUl' :tl{ir ce sens ct hl;) ,Iuin COllI'ant il notifia au GlluVJI'n(-)lIl;Jntlmprial Alle( Illand notl'C dCIII:uftle tle l't'parations et lie !!'al'anties. ( En rponse il celle tllllal'che pal' un hallt esprit tic conciliation', le Gouvel'llelllt'nt Impl'ial Allemand Cl'ut l'l'mlll'e ses passepol'ts au Chal'g tI'Amll'es Il'lIati il l3erlin, ajolltant ainsi une injurc gTa\"e aux Cl' actes tic \'iolence Ilont nOlis a\"ons t \'ictimes, \1. Les relatil.ns tliplomatiqucs entl'e GOuI'PI'nements sc tl'Oumnt K l'(lmpues Ilc ce cher, j'ai l'honneur Ile \'UIIS rlllllelll'e SOIIS ce pli vos pasIl. sepol'ts en \"ous raisant t'onnalre IILW j'ai tlelllallll aux tles de l?l'alll',e, tI'ltalie f-t tle la Gralltle Bretal{ne un salir-conduit qui VOliS assure ainsi qu'il \'otl',l' famille l't ail IWl'sonncllle la Lg'ation la plcine jOllissance tic vus pril"ili'gcs ct imillunits, ) Monsieur Cappel. une fois muni des passports qui lui furent l'cmis,ne tarda pas quitter Porl-au-Prince le 30 Juin, Tous ccs faits furcnt ports la connaissance des Gou (lCl? Puissances amies, tant par

PAGE 10

10nos Agents l'tranger que par l'organe d leurs Repr sen ; tants Port-au-Prince. Entre temps,ds le 8 Juin, les archives et le mobilier de la Lgation d'Hati t remis 11 la Suisse Ber lin et ceux de nos Consulats en Allemagne confis aux Consulatsde Suisse dans les mmes circonscriptions Ainsi prit fin la mission diplomatique c Fouchard dont la conduite en celte grave circonstance mrita les flici tations du Gouvernement, sans ouhlier que, pendant la dure de son service, il a toujoHrs su montrcr qu'il tait la hau teur de sa tchc. Le Gouyernement ne resta pas indiffrent au sort tfes Hatiens rsidant en Belgique; en raison de l'occupation, du territoire belge pq.r les troupes impriales,il y ayait de justes raisons de s'inquiter sort,-d'autant qe lrs de la remise de ses passeports .V!onsieur Fouchard, celui-ci tait sans nouvelles d'eux ni de notre Consul Honoraire il Bruxelles, Monsieur Cav. Grce l'obligeance de Ml' Streitberg,Consul de r anama Bruxelles, toutes difiiculLs ont pu tre vites. 1\11'. STIlEITBElHi avait, depuis le dpart du Dr. RIBOUL DE PESCAY, la garde des archivcs dc notre Lgation Bruxelles' A la suit.e cie celte rupture des relations diplomatiques, le Dpartement fut autoris procder au retrait de l'Exequatur qui avait t accord aux Consuls, vice-Consuls ct Agents Consulaires de l'Empire d'Allemagne cn Hati. Ce furent: Ml'. OTTO Sr:HUTT Consul d'Allemagne. au THODOHE DONNEH GUILL.-\.DIE ANDIHSEN CARL SEIDEL l( HUGO JeRGENSEN Vice-Consul d'Allem. Dr. ED, KOII:-.l GEORGE BomH ([ FRITZ Agent consulaire A. SIEGLEH Charg du Consulat ([ Cap -Hatien Gonaves .Taemel (.AYES St.-l\1a rc Jrmie Petit-Go,'e Port-de-Paix Mi ragone Puis, en mme temps, le Dpartement demanda aux Gouvernements des Etals neutres de ne plus continuer confier leurs reprsentations consulaires des sujets allemands. En consquence 10. Ml', EmI. HELi\fCI, Consul Gnral des Pays-Bas en Hati nous infornu\ le :30 Juin que Son ExcelleRce le Ministre des Affaires Etrangres il LA HAYE lui avait envoy des instructions tlegraphiql1es pour la remise de la grance du Consulat Gnral et des archives Mr. HOBEnf STAHK, agent de.la Compagnie de nq-vigation eq eLLe viII\!,

PAGE 11

-1120. Son Exccllence l\Ionsiem LVIS TOLEDO HERRARTE, 'Mi nistre des Relations de G1.1atmala, nous avisa le 12.Juillet que les Lettres patentes dlivres MI'. STAVDE en qualit de Consul de Guatmala sont annu les. 30. Son Excellence Monsieur POLfTlS, Ministre es Affaires Etrngres de Grce, fit savoir que le Gpuvernement de Sa Majest le Roi de Grce a sollicit du Gouvernement de la Hpuhliue Franaise d'assurer l,a protection des intrts hellniques il Port-au Prince, puis' l'Exc'.wtul' dlivr Mr \YALTlm o 1.0 l' FSO:-.l ayant t rapport, la grance confie Monsieur 1 {;(:AS en l'ahsence dn titulaire fnt considre comme termine La Lgation de France, sur lnyitation du QUAI Il'OnsAY, se chargea des intrts hellniques (15 Scptcmhre 1!117). -40. Par l'intcrmdiaire de notre Lgation PaI's, le Dpar tement reut un chlogramme l'informant que MI'. GVSTAYE KEITEL tait relev de ses fonctions de Lon sul d'Autriche Hongrie il Purl-au-Prince. h) Sutificatiulls raites Qll de la gucrl'e CUI'OpCIIIl pal' les Puissallccs IIcutres Son Excellence :\Ionsieur :\Iinistre Plnipotentiaire de la Rpublique de J'Uruguay aux Etats-l'nis a fait parvenir, d'ordre de son Gouvernement. la Lgation d'Hati \Vas. hington, il l'effet d'tre trailsmis ce Dpartement, un extrait de la rponse du Gouvernement de l'Uruguay il la note par laquelle le Brsil notifie sa renonciation il la neutralit dans la guerre actuelle .. Cel extrait est suivi d'un Dcret du Gou vel'llement de l'Uruguay modifiant de notable faon sa dente dclar.\tion de neutralit. Les considrations 'pal' lesquelles le Gouvernement de l'Uruguay a motiv son attitude en cette circonstance, ne pouvaient laisser le Gouvernement d'Hati indifirent ; aussi ce Dpartement a-t-il pens qu'il n'tait pas sans inlrt de donner puhlicit ces importants documents en les accom pagnant d'une-traduction de la leUre de Son Excellence .:\Ionsieui le Ministre Plnipotentiaire de J'Ul'l1guay Was-hington. (Docul11e lts publis au des 1cr et 4 Aot, HH. (iO ct (i] ) A la date du U Anil, la U'gaLion de Cuba il Port-an-Prince notifia au.Dpartement que le S le Congrs avait dclar et :Monsieur le Prsidenl de la Hpuhlique proclam J'existence e l'tat de guerre enll'e Cuha ell'Allcinagne. l'nI' :i"l lel!r du :W Septemhre, le de I;q

PAGE 12

-12 -cette rsidence a inForm le Dpat'temeltt des Relations Extrieures que son Gouvernement l'a charg de porter la connaissance, du Gom;ernemcnt Hat.ien que le Nicaragua avait rompu !!es relations diplomatiques avec l'Empire d'Allemagne par Dcret du IS Mai dernier. Vers la fin de Novemhre de l'anne dernire, la Chancelle rie pruvienne nous nofiIia la rupiure des relations diplomatiques entre la Hpublique du Prou et l'Empire d'Allemagne; au dbut du mois de Dcemhl'e 1nli, il nous fut >galcment notifi la rupture des relations diplomatiques ('ntrc !TJruguo)', et l'Equateur d'une part ct l'Empire d'Allemagne d'autre part, l'tat de guerre entre le Austro-Hongrois et le Peuple amricain, entre la Hpuhlique de Panama ct l'Empire d'Autriche-I-Iongril" enlre le (ion\'crllcl1lent de la Hpublique de Cuba et le Gouvcrnement Imprial et Boyal d'Autriche Hongrie. ( Voir correspondance de la Chancellerie de Quito, Annexe A,) annpxons ces diffrcntes informations un tableau des Puissancf's en guerre (Annexe B.) c) Slln'is ob/ellll Cil (avClll' dll Clag. L'unne del'11ire, le Dpartement mu de la diminution sensible du nombre des pl'lres par suite de l'ohligation du service mililaire, avait demand l'Intc\'llonce du Saint-Sige Port-au-Prince d'y portel' reml'de .Jusqll'ici nos dmarches n'ont pas ahouti. Cependant nOlis ne pouvons manC[lrer de dire que la L gation de France Port-au-Prince s'est toujours empresse. 'd'appuyer les dmarches de notre ,Ministre Paris, chaque fois qu'nous a t donn d'adresser en faveui' de certains religieux des de sursis dont la plupart ont t fa vorablement accueillies. d) Questioll alimelltaires,E,rp0J'/lltioll de nos denres 10, Pen apr('s la proclamation pal' le Prsident 'VII.SOS de l'tat de guene ,entre l'Empil:e d'Allemagne et les Etats-Cnis, le 7 Avril, le Gouvernement Amricain crut de\'oir rglementer l'exportation des produits nationaux. Hati, recevant la plupart des Etats-Unis pour sa consommation des produits alimentaires, la mesure devait avoir quelque rpercu,ssion chez nous. Le \YAll TUADE refusant d'accorder des licences, les importateurs -taient menacs de ne plus receyoir des marhandises,

PAGE 13

13 Proccup d'amliorer celle situation: le Gouvernement eritreprit des ngociations "Washington (Janvier 1918) en vue d'obtenir l'envoi en Hati des provisions lcessaires il l'alimentation de la population et d'assurer en mme temps par "un service rgulier de hteaux, le transport dc nos produits l'.tranger. (irce aux dmarches de notre Ministre \Vas hington, auxcIuelles S. E. Mr. B.-\ILL\-BI..\i\"CIL\HI> voulut hien s'associer, le liou\'ernclllnt put ohtcnir la promc"se d'en-vois serait ralise. Les envois \l'tant pas rgulicrs, nous aVOIH d 'entre':' prendre d'tahlir un accord autorisant en principe l'exporta: tion d'une quantit 'dtermine de dcnres comestibles et autres produits, En atlc'ndant le \VAn TBADE BOAHD a annonc le 21 F\Tier del'l1ierque le consentemcnt de L\.dministration de l'alimentation avait t obtenu pour une attnuation des restrictions en ce qui conceme l'exportation de certaines denres comestibles destines aux Antilles, lesquelles dpendent manifestement des Etats-Cnis POlleurs provisions alimcntaires. Il ajoutait, d'aprs une communication de notre Ministre \Vas hington, qu'i! serait pcrmis.d'exporter des quantits limites d'avoine, de mas, lait c:Jlldcns, dc fromage, de porc, de bnf ct dcs produits dri\'s d'hniles de graincs de de muntgue compose (lard compoullds) et d' olo-margarine. Le ;) :\Iars lc \VAH 'l'BADE BOAHD rCllou\'cla l'avis pour l'exportation, pendant unc priode limiLe, du porc et des produits drivs il dcstination dc certains pays de l'Amriquc du Sud, de l'Amriquc centralc, des Antilles et dc l'Afrique Occidentale, Ce n'est pas sculcment il l'l'gard de l'approvisionnement alimentaire que l'intCI\'CntiO:l dc notre' Lgation a t heureuse. Ainsi il maintes reprises clle a cu il appuyer auprs dn \VAR 'l'HA DE BOAIUJ les dmarches de licenccs dcs commissionniires en vue d'exporter en Hati d'autres articles tels que tu1ns, 1l11teurs, plaques, dc\'ant servir il des ins tallations industrielles 20, A la question d'importation de provisions alimentaires se rattache celle de l'exportation de nos denres et principalement du caf. Yers la fin de l'anne dernire, les risques de la navigation avaient considrablem:.mt. augment il la -suite de la ,campagne sous-marine S::1.ns restriction dcrte par l'Allcmagne. navires qui transportaient nos denres avant ln guerre, les steamers a)lemands vaient d.lt forcment cesser de frquenter nos ports; seuls continuaient les desservir les btiments de la ligne hollandaise et les transatlantiques franais.

PAGE 14

-14-EncOl'e ces derniers, rquisitionns j)ar le Franais se faisaient-ils de plus en plus rares, On tait arriv il ne. compter qu'un tous les deux Illois. Presqu' la mmc poque, le (ioU\'crnement Franais qui avait d'abord limit par lin l'importation du. caf' prit un nouvcau Dcret interdisant l'entre de celle denre en France et ordonnant la 'fCl'lllcture de la hourse des cafs. Ces mesures, grves dans leurs consquences, dcvaient naturellement soulever un grand moi en BaHL-Le Trsor Pu blic tait atteint dans une de ses' sources les plus vives. sontce pas en eflctles droits perus les douanes il la sortie de cette denre qui constituent le plus importa.nt revenu de rEtat,puisqu'en tcmps qll'ils garantisscnt en grande partie notre dette extrieure, ils cOlltribuent pour u,le honne part au paiement des fO!lctionnaires publics'! D'un autre c:)t, nous ne p:H1\'ions p:u' ,p2rdre de vue l'atteinte que ces' mesures portaient la CanventiOli francohatienne du 30 Jan\'er Hl07 qui ne cessait cependant d'tre applique aux produits franais. Aussi le alarm s'empressa, tant par l'intermdiaire de nos il Paris et il Washington que par l'entremise bienveillante de la Lgation de France, d'atfirer l'attention du Gouvernement Francais sur la situation pnible et anol'l11'1le que craient ces mesu"res et dedemander une drogation aux prohibitions d'importations dcrteS'. En rponse une communication date de Janvier de notre Ministre il Paris, S. E lit connailre que les questions d'exporta lion et d'importation ,le ou pour la France provo([ues par l'tat de guerre taiet:L allrihues aux sen'iees du du Blocus qui les tudiait en COIll( mun accord a\'ce les Administrations intresses ,njoutant toutefois que ds la rception de sa leltre il, avait donn communication il son Colll'gue Ml'. Lehl'l1l1 en attirant son' attention sur l'intl"t qu'allachait notre Gouvememenlil ce que ia question fut soumise un nouvel examen Il promit de le tenir inform du rsultat. Par sa demire dpche, Ml' Guilbaud nous fi comnHllliqu" les lettres du Ministre des flffaires Elrangres des 16 Mars et 2 Avril 1918 ( Annexes C et 0 ) En accusant rception de cette dernire lettre, notre Ministre Paris n'en a pas moins insist, conformment aux instructions du ppartemeht. sur l'opposition manifeste qui existe entre la mesure d'interdiction dont il s'agit et la Con venlion commerciale du 30 Janvier, 1!lO attendant la rponse du Quay d'Orsay,le GOllvememcnt invita notre lleprsentant formuler toutes rserves quant aux

PAGE 15

L3 -consquences que l'aLLitue du Gou\'ernement Franais ra entrainer, dans le cas o le refus d'admission serait maintenu. Il est utile qu'il soit donn ici connaissance de la lettre que le Dpartement a eu l'honneur d'adresser la Lgation de France Poel-au-Prince.il propos de cetLe question el dE: -lu rponse de Dejean de la Balie. (Yoir Annexes E. et F. ). D'autre part, notre Lgation \Vashinglon, mise au courant de III situation, ent il entreprendre d'aclives dmarches en vue d'obtenir, en 'faveur des cafs d'Hati une. drogation aux prohihitions 'importation dcrtes en France; ses efforts n'ont pas t fructueux. Les ngociations dont furent galp.Illent chargs nos Agents en Angleterre, en Italie et Cuba pour trou l'el' des dhouclH!s celle dente ne furent gure heureuses, Xos denres, nous riyit notre Lgation il Londres, la date du U Mars dernier, pourraient l1l1 bon place ment SUI' les marchs d'Angleterre, en raison des grands hesoins d'articles de prerilire ncessit qui se font sentir dans le pays; mais la difficult, c'est de les transporter .. D c: La raret des moyens de transport, du tonnage, comme on rappelle, a CI'it Enlmann,con'iul d'Hati Londl'es, le 12 Mars UHS, est telle que, mme par la voie de New. York, il doit de\'enir de plus en plus difficile d'oprer des expditions de marchandises. Chaque coin de nayire est en efrct requis pour le tran:;port des armes, munitions et Cl vines, ct des deux cls de l'Atlantique on refuse -aux n goclUnts des licences d'cxpditions Ce que je viens de dire Il est de notorit gnrale et Hati ne souffrc sans doute pas plus ni moins, sous ce rapport que d'autres pays et colonies qui nous aliinentcnt de leurs denres. ,J'ai sous les yeux unc mcrcuriale de sucre dans laqqelle je rel\'c qu' ,Java; cc grand producteur de sucrc de canne, lemarch est lourd ct sans intrt en l'abscnce du frt dc l'Europc. Au Brsil, (( il Y a des prix ley pour Liyerpool, si l'on Ihumail dll ji'a C'est VOliS voycz, partout ct dans des pays plus importantsqu'Hali, le mme cri : manque de moyens de transport manquc de navire ), Conformment enl1n aux instructions du Dpartcment,notre Chancelier Londl'cs tcnta des dmarches pour obtenir que les paquebots de la Royal Mail Cy ) qui t?U chent la Jamaque et Cuba, d-esscrvent nos ports. On llU a l'POldu que cela tait impossible pour lc moment.

PAGE 16

111.A )--LeUres Patentes. Des Leltres Vatentes ont t dlivres il 1\1r. EUSTOHJlO CAU)EHON, noinl11Consul d'Hati li. San Francisco ( Californie ) ; ANTONIO J)'OLln:TIA nomm Consul Honoraire d'Hati il Porto ( Portugal) Aot Hl) 1 ; Le Docteur JUSTIN DmIINH.H:E,nomm Consul Gnral d'Hati il -Kingston ( Jamaque) le 4 Aot Hill; ( PHILIP GeniEZ, nomm Yice-Consul Honoraire il St'1 homas, le 21 Dcemhre HH 7 ; ALFHED CltLEsTIN,nomm Consul Guatanamo (Cuba) le Mars 1917; EHICK A. BENDlX, Consul Copenhague, a t promu Cousul Gnral; (( A. L. nomm Consul Honoraire le 21 Novembre 1916 il Inague ; ALBEHTo CIIO\'ET, Consul Gnral il Buenos-Aires Cil" re-mplacement de Emilio Schuster ; Mm.uloNT, _Consul il Alger; ( JACQUES Boc:wn.LON, Consul il :\Iarseille. 13)-Exequatur S. E le Prsident de la Rpublique a dlivr Exequatur il Ml' Einile Vilal, nomm Consul ad honorem de la Hpubliqlle Dominicaine il Jacmelle 5 Mars; l'Ir.J,F, Villedrouin, nomm Vice-Consul Honoraire de la Hpublique Dominicaine aux Cayesle 30 .Juin 1917;il 1\11', Nelvil St.-Cyr,lev au grade de Coasul Gnral ad honorem de Panama; Ml' Vanden Berghe, nomm Consul de Belgique en remplacement de 1\11', Schwedersky; il :\11'. Abraham Pretto, nomm Consul de la RpubliqUe Dominicaine au Cap-Hatien C )LeUres de XoUncations. S. E. le Prsident de la Rpublique a reu ia lettre. auto graphe en Janvier 1917 de :Ml' lfipolto Irigoyen lui notifiant son lection il la premire Magistra ture de la Hpublique Argentine; Mars ('eUe dugnral EMILIANO CHAMORRO notifian t son lection il la premire Magistrature de la Hpublique de Nicaraguaj

PAGE 17

AYl'il l\Iai en Octobre Janyier 17 1917 celle du Dr. ALFREDO BAQUERIZO MoRENO, notHiant son lection la premire 1\lagistrature' de la Rpublique de l'Equa!eur; celle de :\lr; J VAN Lurs' SANF:UENTES, notifiant son ltion la, premire Magistrature de la RiHlbliqe' d.' Chili; celle de S. E. l\k. FEDEHICO TINOCo' GluNADAs, la premire Magistratrdela Rpublique de Costa-Rica; 1\">17 celle de S. E. Mr. MANUEL ESTRADA CABREHA, la premirc Magistrature de la Rpublique de Gllatmala pour une priode s'tendant de 1917/1923; 1916 celle de S. E. le Gnral MARIO G. l\IENoCAL, la prsidence de la' R':' publique de Cuba pour une pi-iode s',Hendant de, 1917/21. o ),-Suppression de Consulats Etl'an{Jers., A la date du 31 Janviel' 1918, la Lgation amricaine nous a avis' de la suppression de l'Agence consulaire des E.' U. Port-de Paix. A la date du <1 Janvier 1918 la Dominicaine Port-au-Prince nous avisa de la suppression du Consulat Do":' minicain Jacmel. -( rtabli peu aprs ). E) Extension de .J uridi('tion.En vertu d'une dcision du Gouvernement,la juridictiol) la Lgation d'Hati Londres est tendue aux Pays Scandinaves (Sude, NorvgeetDanemark) celle ee la Lgation J.'Hatj" Paris, la Hollande, l'Espagne et au Portugal.-F) Lettres de l'appel. Nous avions notifi, il y a quelques mois au Gouvernement de S. M. l Roi d'Angleterre qUE; S, E. le Prsidel1t de Rpublique avait mis fin la mission qlle l\1r. A. Sansaricq_ remplissait auprs d'Elle en qualit de Ministre C'est le 29 1\lars il 10 heures du matin que Monsieur Kahan, Charg d'Affaires ,U. i. de S.l\I. remit au Prsident de la Rpublique, en audience particulire, la rponse du Roi. 1

PAGE 18

Ci) -Vente des Antilles Danoises,-Le 24 Avril la nous informa que ie Gouyernement Danois a cd aux Etats-Unis toutes ses pos sessions dans les Indes Occidentales comprenant les Iles de St.-Thomas et avec les Iles adjacentes et les rochers. Cette concession, a t consentie pour l:I.OOO 000 de dollars, valeur qui Il t verse l'Agent autoris par le Gouvernement Danois, le 31 Mars 191. H)-Lois, Arrts et Rglements du Dpartement, Au mois d'Aot,Son Excellence le Prsident de la Rpuhli que, sur le rapport du Dpartement, prit : 10.un Al rt fixant les conditions d'admission et d'avancement dans la carrire diplomatique; 20, un Arrt fixant les conditions d'admission et d'avancement dans la carrire consulaire;30. un Arrt de rorganisation du Dpartement modiI1ant celui de 1912; 40 des Rglements conformes.-LeDpartcment avait d,epuis longtemps dj la pense d'organiser le recru tement de notre personnel diplomatique, L'expos de 1904 comportait ce sujet les considrations suivantes: L'importance grandissante qu'acquirent les questiops in ternationales et l'influence de plus en plus considrable qu'elles exercent sur les destines des peuples ne sont pas sans nous inspirer le dsir de ne confier le soin de nos intrts l'extrieur qu' des Agents dont le mrite person nel, le ,zle et le patriotisme soient seconds, complts par des qualits ordre plus spcial qui, seules, constituent le diplomate de carrire. Ces qualits sont de diverses sortes et nous n'avons pas la prtention de vous faire Uile rvla tion en affirmant que la diplomatie est, sans conteste, une des b,ranches de l'activit humaine qui, outre l'ducation d'un homme du monde accompli,exige une culture intellectuelle tendue, en mme temps qu'un certainnombrede connaissances professionnelles qui ne s'acquirent que par des tudes sp ciales et la pratique . Quatre ans plus tard, l'ide tait reprise. Le Dpartement crut devoir, en rappelant les conditions de 19(14, recommander la haute attention du Corps Lgislatif un projet de Loi sur l'organisation et le recrutement du personnel diplo-matique. Les circonstances qui suivirent ne permirent point la rali-sation de cet utile projet.

PAGE 19

En 1912 furent votes la Loi sur l'organisation du 'servic diplomatique et celle sur l'organisation du service consulaire; Tout en fixant les attributions de nos Agents l'tranger, les deux .Lois de 1912 tendaient fixel' les immunits accorder aux Reprsentants des Puissances amies accrdites ici. Elle promettait, en outre, que, par Arrt du Plsident de la Rpublique, il serait pourvu la rorganisation 'du Dpal' tementdes Relations Extrieures(art.23 de laloi sur l'Organisa tion du Service Diplomatique), 20 qllele Crmonial observer en H9.ti serait fix (art. 19), et 30. que les conditions d'ad mission seraient dtermines ( art. 13 ) L'Arrt SUi' le Crmonial fut pl's le 2 Mars 1912. Les Arrts du 7 Aot 1917 sont venus raliser la pro messe contenue dans l'article 13. Celui concernant la rorganisation du Dpartement apporte quelques modifications l'Arrt de 1913 surie mme objet et contient,en outre,d'imf)ortantes additions relatives aux grades diplomatiques,qui sont confrs pal' le Prsident de la Rpu blique sur la proposition du Secrtaire d'Etat, et au rl'crute-. ment du personnel du Dpartement qui sera dsormais choisi soit par promotion soit par permutation, Les deux autres Arrts, en mmes temps qu'ils fixent les conditions d'admission et d'avancement dans les carrires diplomatique et consulaire,prvoient les condiLions du retrait d'emploi et de la mise en disponibilit. 1er, Juillet 1918 De Votre Excellence, Monsieur le Prsident, Le Dvou Serviteur, ( Sign) LOUIS BORNO ..

PAGE 20

. MINISTnE DES nELATIONS EXTtnIEUnES. No. 64 Monsietll', ANNEXE A Quito, le fI Septembrc Hl!7. T/(AlJlCT!(jX. di,'er,I':i' silllaliow., qlli ';0111 l'n AlIIl"riljllc cn COIlSI'tjucllce tlll ia a('.[u('II(,. Ollt l'orlifi la Chal1('l'Ill'rin E(pwtnl'il'flIw dans ('C Ijlli a loujoll!'!' t'tl' f'royalll'n ct son lTnioll l'l la Solidal'i[ de [ou,; Pays tllI CIJnlilll'lIt, yoir rl'aliscr Cl'ttc l'Ilioll ct ecllc Solidarilt',; tel a 1'[ ail dl'hll[ tle la gllerrc, lei il esll'psl aujourd'hlli tlllC des IWllpll's d'.\nll"l'iqnc sr \"oi!'lIl entl'ain's dalls la grande lolll'II11'nll'. Dieu qll"il soi[ pos:,ilde d'al'l'i\"('1' 1111(' Enlente Pan-aml'I'icainc q \1 i Il nt l'!' COlllillPlI1 IIlli l'll'ol't l'II l'a('n dll ?llond(', cn de la l','';disa lioll dt's idl';ds COlllnlllllS il no:; !'I pOlir la dl'I'l'Ilse des dl'. ton=,: a"pil';llioll 11'01l\"c son expression dalls J11'11/(}/'lIndlllll qlli aCCOfllpagne ('('lie ll'lll'e el dOllljc pl'ic \'otl'e Exeellellce de pl'cndl'e noie. JI' profite l'occasion pOlll' nll'ril' il \'otre les aSslil'anl'.I'S Je ma h;\1I[1' 1'[ dislillglll-e eonsll'a[ion. TOlL\1I y 110GO;\,O :\1 K\I 0 IL\:\' D L\I Lil :2) 1 \111, l\/dlbiell!' h' d,'s lIelati,)ns l':xli"rielll'cs (le soumil ail assesscurs du l'du(le Ju pl',Oblme g'nral de la el la faon de la gal'an[il'. Dans sa sance dl! 23'du mmc Illois, le s'inspirant des d':\ mricanisme el de Sillidal'il eonlinenlale qlli onl tOlljC)I[I'S t't en'lIes de signala comme un des moyens les plll,; eliraces pOlir atteindre le bul envisagqlle ( les (;ollVel'lLemcnls (Il'clarassen[ que le respect de la nCllt,'alit d.e char'ulle dcs .\Ill('l'icaines lils intresse Ioules, i) FI le 8 Dcembre, cette proposi[ion ,"Iail signale ail Conseil Di recteUl'de l'Union Pan-aIll!iricaine pal' le jlinis[rcde l'Eqllatem' il Waslting'lon, Depuis, l''Equateul' n'a pas l'enonc il son vil' dsir d'Union cn vue tle la saul'eg-al'lle des tlroils et intrts de tout le Cuntinent et, il cette

PAGE 21

-21-fin, il s'cst inspl'6 (te la pl'ofondeconviction o il est que l'isolement des di\'Cl'S Peu pIcs de ne pouvail, pOUl' le moins, .que leUl' ll'e pl' jlllliciahlc, PUiSI(l1C les so1l1 communs,iL lous ct que, pal' cela mme, commun doit tre le souei de les' sauvcg'arder, puisque l'ullion et l'accord doivent l'ol'cmcnt Nrc hautemcnt l'conds pOUl' le Continent en g'nml et pOUl" chacun tIc ses Peupls Cil particulier, La prsente gltel'l'e qni, pat' malhelll', a djil tendu scs mvag'es .l'Am Tiqlle, lie peut laissel' les Etats qui demeurent encore ell marg'e de la luite: Iles commllns, des selltiments Ile fmtel'llelle affeclion et Ile sinel'c sympathie ullissellt les' Peuples amricains neutres, il ceux 'lui soulfrellt des consquences tlu conflit pOUl' avoir assum une all tUile ui il ce qu'ils cl'oient ncesfairc il leur dignit et il la pro tection Ile leurs Ill'oib, La nculi'alit, 'conservc encol'e par quelques Etats, ne peut .tl'e un ohslacle il ce que les sympathies,nes du plus PUl' Amrica nisme, les indinenl il l'egal'del' avec bienveillance les belligl'ants amri cains ou le.; Peuple; ((IIi, sans I\tl'e arrivs il la belligmnce, ont pris cCl'laines allitude3 qu'ils tllIl cm les plus aptes il sauvegarder les con venanres nalionales, Ic1l1' pl'Opl'C honneul' ct la jnstice, Les Pays les plus idoipll:'s tlu Ihlre d la guelTe souffrent cons quences tle la lu Ile, lenl' eomJllt'I'ce reoit de rudes coups; la dfense ac tlldle tlu Iles pl'ollnils et la scurit pOUl' l'avenir pOI:lel' ces il l'ec\tcl'l'her des llloyens communs de dfense lant qne la menace l'sI l'g'all'ment communc, La Ch:tllcellerie El(ualol'it'Ilnc a pens II'H' ces intl'Ms communs lout le Conlinent pomaient ll'e pat' des Hepl'senlanls de lout Ic Con tinent dans un AllIricain: ancun n'a M fix, les prcis qu'ontlc\'ill lrailel' ne I"nl'cnl pas il el' momcnt signals; l'objet qlle 1'111 aull'e qllc tic VOil' l'Amrique se lllelll'e d'at'C01'il SIII' cc (l'li l'inll'l'essail cl Illi cClll"enail: on nc devait abor dCl' ni le proS'1 alllllle l'examen tI'aucune r[lteslion lrang'l'e il celle pcn!'l'cdn plus pnl' Allll'l'icanismc'; Ics pl'obl,lH's d'ordrc inlerne, CCliX qlli, pal' IlIalhcul',tlirisenl qlle\CI'IIlS !'ays d'Aml'iquc, les qucsli,)s au slIjet ,Iesquelles les opinions tic ious ne sont pas en harmonie, devaient lre exClues: le projet avait un ohjet pa1'.liculicl' d'Entente Am. rieainp au SIIJl't tI'unl' situalion qui inll:l'cssail tout le Continent. Lorsqu'il cul ta doulclIl' de voir le lIau tic la gllclTe s'lcndl'e il quclques uns (les pays tic ce cM de l'Allanlicl'le, l'F,IILHlIClll' cmt devoil' ritl'cI' l'cx_Pl'llssion dc son sOlld tic voir le phlS parfait inspirC/', da'ns unc telle l'onjnnetl1l'e, ses du Continent; aussi dans la note du 23 A Hil, il fut tlit :'l la Ll'galiondu Bl'I\sil il fJl/.ilo qlle' l'Equatcul' ne pouvait moins fairc Il"C Ile cnsitll'Cl' qllc Ics Pays Aml'irains avec lesquels l'Equa tClll' tait uni pal' liens (l'inll't!ls, e sympathic et de tl'aclitionnellc cl )lad'ois solellnellB amili, sc sont Il'OlIrs dans le cas dl' l'Olllpl'e les rela tions arec cm'tains et llIme, commc il lail allrenu aux Elats Unis ct il Cllha, de [lren,lre part il la Il!1lH, LI' 2i .Juin fut l'cnou\'cle la IIH\mc aflil'mali'Jil cn il unc nouvcllc note du Brsil, note dansla ([lICHe il l'ut dclar !fue le plus haut eSpl'il d'Amricanisme animait ce Pays, Lc lill11c esprit inspira le Prsident dc la Rpublique au moment de (ai l'l'., le -\. .!;;illel, un tlgl'ammc de flicitations il Monsieur le dcs Elats-Unis ct cet esprit sc l'clltc dans le IIIessa,qe Prsidentiel at.!rcs s au CongT cn 1 g li, .lIes.mac o il est dit fJlle c( nos relations

PAGE 22

avec les autres Pays continuent d'tre sur le mme pied de cordialit; nolt'e neult'alit;;e maintient, non sans que nOlis ayons entretenu la plus simple, la plus franche entepte avec toutes les Nations du Continent aml'icain, Nom. avons manifest nos sympathies et notl'e foi dans toutes les circonstances o l'exig"eaieut=la ,J "U les gr'ands pr'incipes du Rlime Dmocl'atilJue, base ot rondement de ces Natioiralits, L'Amrique nous trouvel'1\ donc toujoUl's avec elle, La Patl'e Equatorienne est une de ses filles et la Rpublique son esprit et sa vie, Nous ne manquel'ons pas de nous Il'ouver' toujoUl's et de prrr'ence avec ce qu'exige notr'e devoil' dC( mocr'atique, noh'e devoir rpublicain et notre devoir de tils de l'Amdque", Si donc telle a t la politique quatol'ienne dans le pass, il n'y aUl'ait pas de motif ni de l'Uison pour' qull ajoul'll'hui l'Equatelll' s'lm loig"nt; c'e"t ce qu'a dclar' le Jlinistl'e des Relatious an Congrs Na tional qui a accept celle d'envisag"er' les choses et exprim Ilu'il' est satisfait de la manire d'a!{ir' de la Chancellerie il cet L'Amr'il(l1e trouver'a toujc,urs l'EI(llatelll' prt il cnllabOl'er' avec les autres Peuples amr'icains il la dtif'ense et il la sl'"curit de ee qui appartient il tuut le Continent et pour tOut ce qui peut considr' comme la !{al'antie des intrts communs amricains; mais pour' que tout cela soit efficace, il est ncessaire qu'une Entente se produise, que l'Amrillue soit rellemeut unie et que les divcr'ses entits internationales dont elle est compose se sulida risent dans l'action, Dans son MelJslIge au Snat du 22 Janvier dernier, le Prsident \Vu.sos disait que dans l'avenir les Nations devraient les alliances compro mellantes dont le l'sultat est IIne r'ivalit de pouvuil', qui n'al'l'ivel'ait pas si toutes s'unissaient en vue ,.l'ag"il' ans le ml\me sens ct dans un but ien tique"Sinon toutes les Nations, tlullloins celles de l'Aml'if(ue,ne pourraient elles arriver' il un tel accor'd qui les unisse pOUl' toujOUl'S tians un idal commun e Paix et tle tlfense '! La Chaneeller'ie Equaturienne estime flue oui, car' toutes les Nations sont nes il la vie politique et intcl'llationale par l'ellor't noble et grandiuse tle leUl' Indpendance, toutes ont lutt ensuite pour' fair'e une r'alit du principe de l'Eg"alit humaine el de sa Liber't natUl'elle et toutes s'ellol'cent !{alement de faire en sorte que le Gnu"erne ment u Peuple et pOUl' le Peuple 80it une autre ralit tangible et ,penna nente sur'ia Tene, Ainsi seulement les Peuples Amr'i'Cains se presentel'Ont rm'ts et l'espec tables devant le 'Ionlle alin Illle, l'or'ts et r'espects, ils puissent arrivel' il se fair'e entenre il l'heur'e pr'scnte et il se fair'e couter dans l'avenir, Quito, le 11 Septembre 191 i,

PAGE 23

-23-ANNEXEB. TABLEAUX DES PUISSAXCES EN ETAT DE GUEI\IlE OU 1)E RUPTUIlE DIPLOMATIQUE A YEC INDICATION DE L'>V1l IlEPIlSENTATION IlESPECTIYE, ------1.Tableau chl'Onologique iniquantles liles de l'ouvel'tUJ'e de l'tat de !\uel'l'e ou de la rupture diplomatique, Il,-Tableau rcapitulatif pal' gToupes de Puissances, II\.-Tableau de la reprsentation diplomatique des Puissances en tat de e gucl'l'e ou de rupture diplomatique, l, TABLEAU CHRONOLOGIQUE INDIQL\NT LES DATES DE L'OUYEIlTrilE DE L'ETAT DE GUEIlRE ou DE LA RUPTrRE DIPLOMATIQUE ENTRE LES PI:ISSANCES GUERRE DATE ou PUISSANCES RUPTURE HH4 28 Juillet GuelTe Autriche-Sed!lie 1 ('r Aot id A lIemag'ne-Rl!Issre CI 3 AoLt id Allemagne-FI'ance .t-Amit id Allemagne-Belgique CI 4 Aot id A ngleten'e-Allemagne 5 Aot id Autriche-Russie 6 Aot id CI 9 Aolt id Serbie-Allemaglle Cl 12 Aot id Fmnce-Autriche CI 12 Aot id Angletel're-A ult'iche a. 12 Aot il! Montngl'O-Allemagne 23 AoLt III Japon-Allemagne AoLt ill Aull'iche-Japon 28 Aot id Autriche-Belgique Octobre id TUJ'quie-France t( 2n Octobl'e id 'l'tll'quie-Hussie 2U Octobre id Serbie-Turquie 30 Octob.'e Rupture Belgique-Turquie, fi Guene Ang'leten'e-TUJ'qUJe 1915 Mai GuelTe Italie-Auh'iche 1{ 23 Mai Rupture Allemagne-Italie 21 Aot Guerre Italie5 Octobre Huplure Fi'anee-Bu s-ari ;) Bu

PAGE 24

-24 GlJEl\l\E ANNE DATE ou Pl'ISSA NeES Hl1';rUHE '1915 5 OClobre rupllll'c 5 OClobre ill Ilalie-Du cr 11 Oclob['e id Dulg'aric-Scrblc IX 16 Oclobl'C id AIIIl'lelerreBlIlo'arie IX 13 Oclobre' ill l''I,:i'IICCBu 1" Hl Ocllibrc ill' 'IX 19 Oclobl'e id DlIlgl11'ie-llalie 1916 H GuelTe P 27 AOII id llalie-Allemag'ne 28 Antt id Hnumallic-.\ ull'iche 2tl AoLil id .\ Ill'mag'ne-HlIumanie ,di ..\oLit id TurC( lIie-Hou man i e 1 .,. Seplembre ill nulg'arieHoulllanie HH7 2 F\Tiel' HlIpllll'C ElabU Il is-A IlclIlagne 'U Mars ill 'Chi ne-Allemagnc li Avril GUPfl'e Elals-U lIis-Alleulag'nc 7 ,Avril itl Cu ba-A Ile cr Il An'il Hllplllrc U IIis-Aulriche H A\'l'.i1 ill Ela ls-U Il i 5-Tu rC( li i e 10 Anil ill Panallla-Allemag'ne lB A \"l'il ill Boliviel( Hi Anil itl Brsil-Allemagne 27 Ahil ill l; ualmala-A Ilemag'ne ,.9 ill l.i bria-Allemag'ne cr 17 Mai i,1 110 ndul'as-A Ilemag'n C 1 \1 Mai ill Nieal'ag'lla-Allemagne ({-16 ,Iuin ill Hali-Allemag'ne 29 ,Jilin Guel're (; l'['cc-A lIellHlg'ne 29 .Juin id 2tl Juin id Gl'l'eC-TIlI'CJuie ,( 29 .Juin id Gl'['ee-Bulllarie IX 27 .Juillel ill Siam-A Ile 1ll:lg'ne 27 Juillet ill' Siam-A ull'il:he 8 AoLiI id Libria-Allemagne Il 14-AoLt ill Chi lIe-Allcmag'ne (1. U AOli! III Chinc-Aulriehe 2t Seplcmbrc Hupltll'e Cos la\1 icaA Il c magne 7: Oclohl'e III ( 8 Oelobl'c, id, [j lIemag-ne H (Jclohre il\' El! Allcm,tgne Oelohre GuelTe Bl'sil-A IlclllaA"ne 8 Dcembre id Enlls-U nis-A ull'iche-llongl'ie

PAGE 25

-25-II. TABLEAU RCAPITULATIF PAR GROUPES DE PUISSANCES A.-Grollpes des Pllissallces ellnemies PUISSANCES 1 ,;,;' 2 Autrichc-Hongrie Allcm:tg"nc TUl'quic 20 ./uillet H1I4 1 CI" Aot HIH 20 Oelob. HI14 11 OClob, HJl5 1 2 3 5 fi 7 '9 10 11 a 4 1 2 3 .t Bulgarie B.Groupe des Puissances lHlies. Serbie ........................................ .. Russie .. .................................. Fl'ance .. .............. ................ .. Belgiquc .............................. Grande-Bretagne, Montrnglo ...... __ .... .... ,Iap'ln ........................................... .. ltalie. ....................................... fJortugal. ............... .... ........... Houlllan ie ........................ Etats .. Unis ................. .... Cuba .... ..................................... Grce .......................... .............. Sia Ill .................. Libria ...................................... Chinc .......................... .......... __ Brsil ..................... ................. pnEll. DATE D'E:->rnE E:\" GUEnnE 28 Juillel HII4 1 "'AOli! 19 U 3 Aot HIU 4 Aot 1.014 4-Aot H1I4 () Aot Hl \.t. 28 Aot 9'14 2:1 Mai HJl i1 \l M3I's inl Aot inllj li .-\ \'l'il 1 nl7 i Anil 19t 2\I.Juin 1\117 27 ./uillet H1l7 fi Aolt HH7 H Aot 1917 2:7 Octoh Hl! 7 c. ell tat de mplure Diplomatique avec les PuissallCes ennemies PUISS.\XCES EtatsU nis-Tul'
PAGE 26

-26-1lI.TABLEAU DE LA HEPRSENTATION RESPECTIVE DES EN ':T DE GUERRE OU DE lllij'TUIIE EN ETAT DE GU.;rmE OU nE Hri'TUIIE IREl'lIf;SE:W':ES PAil: : DlI'LOll.\TIQUE A n;c! : 1 11. Belg'ique-GueITe: 3 .lott 1914 2. Bolivie-Rupture: 13 Avril 1917 3. BI'sil-GuelTe : Del. ,1 JI 7 4, Chine GuelTe : 14. Aot 1917 5. Cosla-Ilica-Hup : 24 Sept. '1917 li, Cuba-Guer'I'c : 7 Avril 1917 7. E'Illateur-Bupl.: 90cl. 1917 8. jtats-Cnis-Guel'l'e: (j Avril 1\.117 'J, "l"rance-Guerre : 3 Aut 1914( Alg'ric ( ( Tunisie ( Cochinchine ( Madagascar 10, Grande-Bretagne-GucITe: .f. Aolt ( Seylan ( 1 ndes ( Canada ( E"'\'ptc ( II iim,llar ( Samoa ( Zanziar ( Ifon('f Kun'" 1'1, Grce-GuelTe: '12. Guatmala-Hupt : 13. Hali-Hupturc,: 29 Jiliu -1\)\ 7 27 A vril191 7 16 Juin 1917 14, HonduJ'as-Bup: n Mai 1917 15. Italie-Gucrre : 21 Aolt HH 7 11i, ,Japon-Guerre: 23 Aot 1 III 7 17. Lihria-GueITe: M Aot 1\117 18, Montngro Gucrrel2 Aolt 1 III 7 Hl. Nical'aglla-Hupl. : Hl Mai HI! 7 :20, Panama-Rupture: Hl AVI'il 19'17 2'1, Prou-Hupture: 7 Oet. 1 fl17 22, Portugal-Guerre: 9 Mal's HH6 ( Montana 1 ( Mozambique 23. ROllmanie-Gcl'l'e: 28 Aot1917 2J, Hussie-GuCl'['e 1 el'. Aot HH4 ( Finlande Pays-Bas Au"tI'che Pays-Bas Pa)'s-Bas Espagne Espag'ne Espagne SUisse Suisse Suisse Pars-Bas SUisse Pars-Bas Suisse Suisse Suisse Suisse Supde Espagne SUISSC Suisse ( ) au Cap Pays-Bas rrs-Bas Espagnc St. Sige (archives seulement, Suisse Suisse Espas'ne Espagne Espas'ne Pays-Bas Suisse Sude

PAGE 27

-27 PUISSANCES EN ETAT DE GrEnnE OU DE RUpTUnE REl'nSENTES l'An: DlI'LO)IATIQUE AVEC: t-ALLEMAGNE 25, Siam-GuelTe: 27 Juillet 19 t 7 21i, SerbieGuerl'e: 9 A'llil 19\4 27, Ul'uguay-llupt: 8 Oct. 1917 1,"'-Belgique -GllelTe : 21': Aol1914, Pays-Bas Espague 2 AUTBICHE HONGHIE 2,Chine--Guerre: 14 Aot t 917 ................................. iJ,-Etats-Vnis GuelTe: 8 Dcembre 191 ( Hawa ................. ___ .. ........................ __ ..... ... ( Manille ______ ................... ....................................... France --Guel'l'e :12 Aot -\';114 ................ ( M:u'oc ............................................. ................ 5,-Grarle-Bretagne Guerre: 12 Aot 11:114 ( Canaa ._ ............................... __ ................. _._ .... ( Incles .................. _._._ ........................... ...... ... _. __ ( Eg-ypte .............. _...................... ......... ... _._ .............. 1),-Grce GuelTe: 29 Juin 19'7 ................... 7.-Italie GuelTe: 23 Mai HII5 ....................... _. ( "enise, Palenne, Turin, Livoume 8,Japon -Guel'l'e: 2;) Aol 1914 .............. __ U,GuelTe: 6 Aot HIU 10,Panama Rupturtl: 10 Avril H1l7, t 1. -POl'tugal Rupture ... ............... .. .......................... 12,-Roumanie Guen'e : 28 Aot 1916 13,Hussie Guerl'e : 5 Aot t 914 .... ............. 14,-Serbie GuelTe: 28 .Juillet 1914. __ ........... 1;1,-Siam GUClTe : 27 ,Juillet i 3 BELGIQUE L-Allemagne --Guel'l'e : .1. Amit HII4 2,Autl'iehe-Hongrie Guerre 28 AOIl ... 3, Bulgm'ie -RUlltlll'e : Octobre HJl4 4-IJOLIVIE 5 BHl'lSIL (j BULG<\.RlE 4,-TurCJuie Rupture: 30 Octobl'e HII.I. 1.Allemagne Huptul'e : 13 nil 1 : 17. 1.Allemagne Guerre: 27 Octobre Hl li 1.-Belgique -.... Ruphu'e: Octobl'e 191;) ... ..... 2,-France Guerre: 'li Oc,obl'e 1915 ........ 3,Grande-BI'etagne -GuelTe :16 Oct ,1915 ( Cana.da .............................. ......... ........... ................... 4,Gl'ce Guerre: :29 Juin Hlt i .... _. __ .... 5.Italie GuelTe: t9 Octobre 11H5 __ G,-.Japon Ilupture: ____ ..... ........................................ .. i ,-MontullTO : __ .................... ................ .... ......................... 8,Iloumaflie (um'I'e : 1m' Sept. HlIG. 9,Hussie GuelTe: 19 Octobre 191;) 10,-Sm'bie Guerre: -J(Oclobm 1915 Pays-Bas Sude Espagne Suissf'. Suisse Pays-Bas Sude Sue Pays-Bas Pays-Bas Pays-Bas Espaone Espalrne EspaSne Espagne Suisse Danemack Espagne Pays-bas Espagne Espagne Pa,s-Bas Sude Pa's-Bas Suisse Espagne Sude Sue Espagne Suisse (1) Pays-Bas (1) Aucune Ltlgulion Etl"Hllll'rc il Ptrull'l"Iulc_n'a t chargc pur le Guu,erncllleilt Ilul!:)arc lu ,!f
PAGE 28

-28PVlSSAKCES ET.\T \lE GUEn"E OU nE HIll'TrllE nl'l'lIf:SElwt l'An: E A YEC : 7 CHrNE 1.H, AOIill\lIi ........................................ .. 2.-( Belgique occupe ........................ 2. AUll'iehe Hongrie Guerrc: H: Aoll HlI i 3.TUl'quic Burlul'e ............... 8 COSTA BlCA '1.-Allemagne l\uplure : 2 Sepl. H1I7 . U CUBA L-. Allcmagne -G uerrc: 7 A \Till \11 7 10 1..\llcmagne Huplurc: n Iklo!Jre HI! 7 11 ET:\.TS-UNIS L-Allemagne Guerrc: li A\'l'il Hlii 12 FIIAN 2.Huplllre: HAVl'illUI 3.-Tlu'(IUic l\uJllul'c : H A \'l'il .\ H 17 .......... ___ '1.-AllellJag-nc GuelTC : 3 Anll1 \Ilt 2.-Aulrfch'e lIungrie -Guel'l'Il:12 Aol -!UI-i:J.-Ilulg'aril' Guel'l'c : l'1 Odu!Jl'e 4.-Turquic -.Gucrr.c : 2\1 Oclobre Hlt.t ( l'aleslllle ...... ...................... 13GRANllEBRETAGNE 'l-'\llr.magne GuelTe: .t Ami!. j(IU lIelg'ifJuc .............. ............... ............... ( Luxcmhourg ...................................... : .............. .. ( I\u:-;sie uccupc ........................ 2.-AUlriehe-lIongrie -Glll'rrc: 12 Anl HIH 3.Bukanc r;'llCl'l'e : Hi Odohl'C Hll;J .t,--.-Gucrl'll : ;1 Nuvemhre -!\llt Mcrsina, Tripoli de Syric L--Allemagne Cuerrc :'2\1 .Juin 1(11 2.AUlrichcHongrie -Gullrrc: 2!LJuin 1\)17 3.lIuh.rarie .G'UCITC : 2!! .Jnin '1 \117._ ....... .... 2\I,fuin HI17 ......... 15 1.Allllmal?,nr. -Gucrre: 2U Juin HlI 7 2.Aull'ich'c-I-Iongric -l\upl. : 27 Avril 1017 11i HAITI 17 HONDURAS IT.\LlE 3.-'Tlirquic-l'uplurc: 27 Avril HII7 .... __ :J.-Allclllag'nc Hllplul'c: l(j .Juin H1l7. '1.Alll'magnc Huplure: 1 7 !II 7 1.Allemag'llc -GUl'ITC :' 27 AuLiI 1\)1 (j ... Aix-I-Chapellc ........................................................ ) ( j 2.Alllriehe-llongl'ie-Gllcrrc.: Mai -l!1!5 ( HoumanlC oceupe ......................... 3.Bnlg'al'e Gucl're: lU Oetobl'C Hl1i"L. 4.-TUl'!l'lie Guerrc ; 21_ HI15 ...... ........ Dancmarl, Sui'de Danelll:u'k Dancmal'k Espag'ne Espag'nc Espagne SllcLlH Espa':'ne Suisse Pars-Bas Pa"s-Bas K .. jHlgne Pavs-Bas Pa'sBas Pn\sBas Pa\'s-Bas ElalsL"llis Pars-Bas EsjJaglle Pars-has Pa"s-Bas !'a"s-Bas P:lrsBas 1':sjl1lgnc Espag'ne Sui-8se Espagne Suissc Pars Ua,; Pa'\'s-Bas -Espag'llc

PAGE 29

29 .. PUISSAXCES Ex ETAT DE GCEIU\E OU DE RUTUflE REPflSENYES PAfl ; Hl JAPON .HEC : '1.--Gllcrrc .' 2;, ,'OIl191.1. :2.-Gucrrc Aot HH4 3.Blligarie -IiuplUJ"e' .............................. : ............ ..... __ 4:-'l'm'(lllle -Hupture...... ............. _._ ..... .. ........ 20 L1m=R1A 1.Allemag'ne Guene : 8 AoLt H)17 ... 21 MONTENEGRO Allcmagne -Guerre :12 Aot "914. 2.-Aulrichc-Hongric Gucrrc : (j Aot1914 3. ............................................. ... .......... ......... ... ,L -lurqulc : ..... ......... ..... ....... ......................... ..... 22 NIC,\BAGUA 1.-Allemagnc Hllpture : Hl Mai H1I7 23 L-Allclllagnc -I\upturc: W Avril H1I7 .' 2.Aulriche-Hongrie Bupt : '10 Avril 1917 8.Turquie Hupturc: '10 Avril 1017 2t PI::rWU 1.-Allemag-ne Huplurc: i Oclnure tOI L 2;) POHTUGAL '1.-Allemagne Guerrc : \) Mars '1
PAGE 30

DES AFFAmES ETIIAiSGIIES DIIIECTIOiS POLlTlQ(E Cafls 30 ANNEXE C. Pal'is, le H) Mars HH 8. lI/onsieul' TEIlTl/LLlEN G/LBAUD, J/ini,ytn d'Hati li l'ul'ilJ. MonsieUl' le Millii'>tre, Au cours d'une dm:u'che que vous avez bien voulu fail'e d,lI'niremenl auprs des sel'vices de mon Dpal'tement vons avez exprim le dsir de connaitrc l'accneil 'lue le Gouvemement tle la Bpublique avait cru pouvoir rservel' il voll'e demande tlu 26 Janvier tlemiel' tendant obtenir en fa venr (lu commerce des Ca(s IUltien, une dl'Ogation au dcl'et dn 3 Janvier, Me refl'ant il ma commun,ication en date du 15 Fvrier dernier, j'ai l'honneur de pOl'tel' il voll'e cONnaissance fine, d'aill's les informations qui m'ont t transmises par le Ministl'e du nlocus, les stocks de Ca(s entre poss an Hvl'e suffisent il fail'e face, pentlant une longue priode, aux besoins de l'arme ainsi qu'il ceux de la population civile. D'aprs les l'enseignements qui me sont communiqus tI'autre part par M, le Ministre du Ravitaillement, il sel'ait 1natl'iellemenl impossible de tl'allsporter les Ca(, hlltiel/s pendant les semaines qui vont suivre, le tonnag'e disponible tant juste suffisant pOUl' assurel' l'importation en Fmnce des denres de premire ncessit, Celle situation peut prendre fin (Ians un avenir plus ou moilB loigo et vous ponvez aSSlIl'el' \'Otre Gouvel'l1ement que je saisimi la premi re occasion opportuna pOUl' amenel' les divel'ses adminisll'atiOlls fmn aises intresses il examiner dc nOll\'eau toute solution susccptible e l'avol'isel' les vues conomiques et financires que vous avez bien voulu m'exposer, .Je cl'Ois evoir ajotltel' 'lue, d'aprs ceI'taines infol'mations. les stocks de Cai existant aux Etats-Unis sont exll'mementrduits et qnele Gouvel'Demendl'al songe('ait il les reconstituer,Celle situation m'a pal'U susceptible de ('etenir volI'e allention comme tant de nature il remdiel' momentanment, mais immdiatement, il la cl'ise que tl'averse le commerce hatien, AgTez, Monsieul' le Ministre, les assul'ances e ma haute considration, PI'. le Ministre et pal' aUlol'isation, Le Conseiller d'Etat, lIfinistre Plnipotentiaire Directeur; ( Sign) P. de MAHGEIUE.

PAGE 31

3i ANNEXE D DES AFFAHIES EI'I\AiliGf:nES Paris, le 2 Av1'; DmECTION POLITIQUE Jlrultibiliull de l'entre en Franl'e cles l'afs. MOl/sieul' TERTCLLlEN GUILBACD, JlIinistre d'Hati Paris. Monsieui' le Pal' une letlre en date dut 8 vous avez bien voulu accuseI' rcep lion de ma communication en date du 1 Ilu mois qui vous faisait pal'l dt's'mntifs pOUl' lesquels l'AIlministl'ation franaise ne pouvait COIl senlil' eo faveur Iles Ca/ifs IlIIitiens une dl'l'OlI'alion au Dcret du :J Janvier. : Vous eslimiez il occasion que la principale difficult qui S'opptlsait i actuellemenl il la prise en eonsidmlion de votre requle consislail dans la question du Il'anspol'I du contingent de dont vous demandiez l'ad mission en Fl'ance et \'ous me signaliez l'inlention de \'olre Gouvernement de prendre tOlItes dispositions utiles pour acheminel' cetle denre desli nation de la,Fl'ance honl de voiliel's, J'ai le regl'et de portel' il vnlt'c connaissance qne cetle suggestion ne me pal'ait pas de nalUl'e l'etenue, Pal' le fait mme de leur lenteur, les voiliers constituent en elret nne proie trop facile vi,,-il-ris des sous-marins pour 'lue nous puissioris en\'isa!('et' leUl' navig'ation il tmvel's l'Atlanlique, J'ajoute au surplus qu'en pl'sence des risques auxquels se Il'ouvent expo ss les btiments il voiles, les se sont mises ,d'accord pour interdire il ces demiers la travCI'se de l'Ocan, toute lihel'I leur tant laisse pOUl' accomplil' telle navig'alion ou qu'il vOIH11'ait enll'epren dl'e soit SUI' les cles aml'icaines,soil enlre la Fmnce et la Gmnde Dl'etag'ne, Dans ces conditions; je ne puis malheureusemeut que me l'fl'el' ma letll'e du '16 Mars en vous rappelant l'inlrN que pourmit avoir le Gouvel' nement Hatien il expOl'ter ,directement ses aux Elats-Unis, Agl'ez, Monsieur le les aSSUl'ances de ma haute considra tion, ( Sign) S, PICHON, En accusant de celte derniel'e ltlt'e, noh'e Ministre Paris n'en n'a pas moins insist, conformment aux Instmclions du Dpartement, SUI' l'opposition manifeste qi existe entre la mesure d'intel'diction dont il s'ag'il et la Convenlion cemmel'ciale du BO JaDvim' 1907. En attendant la rponse u Quai d'Ol'say, le ,Gouvernement Hatien invita Guilbaud 11 fOl'mulel' loutes l'sel'\'es quant aux consquences que l'at-

PAGE 32

3-2 titlle du Gouvernement pouera enh'ainer.' dans le cas Oll le refus sem maintenu, Il est galement utile flu'il soit donn ici connaissance de la lettre que le Dpartement a ell l'honnelll' d'adrcssel' la de Fmnce POI'taU-PI'ince il pl:OpOS de celle importantc flllcstion el dc la l'punse dc Mon sieur Mce DeJcun de La Datic, ( Vuil' anlll'xes E. F,) SECI\I:;T.um: D'ETAT DES REI.ATIO!SS EXTtrm:um:s ANNEXE E, Port-au-P'incc, le 28 Mai '1918, Monsieur le Minish'e, Au coms de l'annc dCl'Ilire le Gouvel'llcmcnt de la Rpubliquc Fmnaise a Cl'll dcvoir,par Dercts dcs 22 Mars,'1:1 et 22 Dccmbl'c,lilllitel' l'entre en France dc ccrtaines dcnrcs (lc provcnancc' tranp:l'rc, notamUient dn Ca/, Tout rcemment Maurice Long, Minisll'e du Havitaillement, a fait savoil' fluC Ic march du caf semit ferllll\ et l'importation de celle delll'e suspentluc, l'exception dcs Ca/,,y bl',llJiliClliI, Il est uujoud'hui ques tion d'un projet tic loi flue la Commission (le fiscale de la Chamb,'e des Dputs a deid, le H M;u'" tlel'lli(H', de snumelll'e 'au Pal'le ment Fmnais,il Pen'et rl'tab.il' au prolit de l'Etat le monopole de tien du Les th'oits pel'us en Hati il la sOl,tiee celle dClll'e constitue, Votl'e Excel lence me pel'mctll'U (le le lui 1'appclcr,lIn'des principaux l'evenus du Trsor public hatien,C'cst donc il uon dJ'Oit fluC Ic Gouvcrnement s'est mu dc ces diffrentes mcsl\I'es qui, en tarissant III1C impOl'tante sourcc dc J'ecelles, sont venues inopinmcnt ag'f:'mvee, dc faon inquitante, les cmbalTas conomiqucs ct financicl's qui trcig'ncnt la fipubliljue depuis 'Prs dc \J'ois ans dj, Sans doutc Ic Gouvernement hatien n'ig'norc pas les circonstances exceptionnelles invoqucs pOUl' justificr l'adoption de ces meSl\I'CS, Et c'est mme pOlIJ' ccla 'Iu'il s'cst gard de prendrc aucune initiative' qui put tre considre comme une pl'otestation contre ces dcrcts, hien que pal' lem' mise en viguclII' l'admission des denres ct produits originaires d'Hati au l'gime dc favcul', stipul pal' l'art. '1 el', de la Convcntion Fl'Unco-Haticnnc du 30 JamiCl' HJO, se trouvc suspcnduc, Et s'il fallait il Votrc Exeellence une nouvcllc pl'euvc des bonnes dispositions de mon Gouver'nemcnt, des sentiments dc hicnvcillanrc d'Hati l'g'ard 'de la Fmnce, je la pl'emis de sc l'appclel' que, malgr tout, Ics produits naturels et fabriqus, ol'ig'i nl'es de ,Fl'ancc et d'Algric, conlinuent il bnficiel', Icur impol'tation ici, des rductions pl'vues pal' les al'!. 2 et3 de la dite Convention. Toutefois en raison mme de l'atteinte indil'ectemen t pOl'te il cel ins-

PAGE 33

33,-5 )ru ment diplomatique par la prohibition d'une faon gnrale, ne fut-ce provisoil'e, de l'introduction des Ca/s hatiens en France, mme SI eUI' Il'anspol't s'effectuait par des btiments appal'tenant une nationamie, 1 faurait allm311re une diiitinction qui concilie et sauvegarde des Pl'illcipes et des intl'ls galementlgilimes, C'est celle fin minemment utile que le Gouvel'nement t!'Hartj a pl' senl des objections que je prie Voll'e Excellence de ,'ouloir bien appuyer de son Gouvel'llemenl. Les nombrenx lmoignages, qu'Elle m'a dj (Ionns de son pl'of'oml espril (le juslice el les dispoiiitions bienveil:antes dont je la sais sincfl'emenl anime il rgartl d'Hati,f'onl natre en moi l'ep poil' que sa haute intvenlionsel'aheureuse, Veuillez agl'er, l\lonsieul' le Minisll'e, 13s assUl'ances de ma haute considrations, Son Excellence (Sig'n) E, DUPUY, M6nsielll' Mec DEJEAN de la BATIE ., E, E, el lI/inistre Plnipotentiaire de la Rpublique Fmnfaise POI't-au-Pi'ince, .-\XXEXE F, Port-au-PI'il)l'f', le li ,Juin 1918, Fn_un: Mon"il'III'It' J'ai bien l'cn la lelll'(' qlle \"oll'e Excelll'Ilce lIl'a fait l'honneur tle m'/'rl' re pOUl' m'exposer les misons pOlir lesquelles le Gomerllt'ment Hatien a\'ait fait part il mon Couvernement des objections que sonle\"aient id les meslll'cs p'1'ses en Fl'ance en ce qui conccrne. l'impol'Ialion du Cal, \'OI1S me demandez en mrme lemps d'appuyer anprt!5 dc Son Ex, MI', les dmarches failes pal' Il' de mire pnys, J'Hi mis le Q:Uly d'Ol'say ail rotlraill tle la ronomique tI'Hati el de la l'pel'ctls!'ion que les IlJeSlII'es t10nt il s'il{.\il JIIIU' \"aienl avoir pOUl' son commel'ce et. ses finances, ,Je ne mUlliluel'ai pas 'ap peler de nouveau son attenlion SUI' les emb:u'I'as qu'elles vous causent ac luellement el je suis cerlain que le Pl'sitlcnl, tic la l\JlublifJue examinel'a avec bieMveillallce les pl'Oposilions qui lui sel'onl failrs :l rel g-al'(1 par le. Ministre t1'Hali il Paris, Veuillez llg"rel', Monsieul' le Mini.;;ll'e, II', tir. ma hantl' romi: dl'alion. ( ) DEJI-;.\N DE tA BATIE. -

PAGE 34

FINANCES. Monsieu'i' le Prsient, Il ne peut tre tonnant pour personne que holre situation financire soiL actuellement dplorable,ElIee!'1 faite d'un pass de dsordres intrfers et d'un de houlevel'sement mondial. La lche de liquider et de rparer ce pass, d'enrayer les efl'els de nos fautes et dG nous relevcr de nos ruines se" trouve donc, l'heure actuell, enlrave par des circons tances internationales formidables,sur lesquelles nous pas de prise et qui psent sur nous de tout leur poids, :N"ous avons il remdier la crise de l'Exportation et de l'Importalion, la rfection de notre systme montaire, un, remaniement de nos Ces problmes soulvent des questions multiples qu'il faut rsoudre: les marchs trangers rouvrir, dvelopper ou crer; la production nationale instruir. fa\'oriser, augmeilter; la suppression du papier'monnaie et son remplacement par un instl'llll1ent d'change stable, l'abri de ces perturbations quotidiennes qui drouteut les calculs et dhasent le commerce; liotre dette publique amnager et payer dans des conditions nouvelles qui perlllethmt de nous dg:tger d'un d'affectations dont le grave dfaut est de nous immobiliser dans l'erreur et dans l)njustice; et enfin un contrle srieux, consciencieux, de toutes les dpenses de la Nalion. Les plus urgentes e ces questions ont t tudies par le Dpartement des FinancesQvec la collahoration de i\Ionsieur le Conseiller Financier,ADDIso)ll T. Les solutions adoptes seront soumises au Conseil des Secrtaires d'Etat pour tre examines et prsentes au d'Etat. En attendant, j'ai l'honneur de mettre sous les yeux de Votre Excellence, Monsieur le Prsident, l'expos spcial relatif l'e.xercie budgtaire 1916-1917, Pendant cet exercice, la perception des revenus publics s'est effectuee sous l'empire de la dernire loi de finances proroge, chaque anne hudgtaire, depuis l'absence des Chamhres, et le mouvement de l'Exportation et de l'Importation. malgr la restriction des affaires amene par la participation des Etats-Unis dans la grande guerre, s'est maintenu dans une certaine

PAGE 35

35 .e tableau suivant que me fournit le Service de Comptabilit 'ous permettra d'en juger: lm p 0 rlali on d'O l' ...................... ........ ............ ........ '.... $ Enchl'es .................... ................................................ ,...... ... \( Nalmalisalion .................................... ................................. Dpls ....... : ......... ................ ........... .. ,_ ............... 0 ................. SUl'laxe -' .......................................... .... ............ '" .. ...... ...... Visas ,." ...................... '"'''' ............................. ............ .. ,........ Tabac """"""""" ... .... ......... "" ........ ........ ............... ....... .. ".. Ame nlles ."" ...... ...... """""'''''''' ."."". ......... '''''''''''''''''' Tn n nage. .. ..... ....... .......... ........... ,,,.,,,,,,,,,,, ........ Whal'I'age et pesagr.", ... ......... .......... ... ........ ..... (\ Dive IS. '"'''''''''''''''' ............................. .......... .. ''''''''''''''''''''_.' \( On A1InICAIX 1,02 H(;,22 '82/,0 1.120.04Ja,iJ.i / \ {;;',42 84J.li\l,1O .\ H.6;1;1,2iJ ------.-$ .Gl',369,16 Cnf ... ......... .. .............................. ................ ..... $'1. 1 .2R l ,37 ., IIillge" ............... ......... .. "."""" ............. .............. \( Campc\ehe ........ .................................. "...... ................. .... Colon .................. ...... ......... __ ... "."" ........ """" \( .. ................. Bois jaillie ................. """ ....... ......... ".".......... Il (':al'llo ........... ... "' ...... .......... .... .. ....... ......... ". clr. Chi'\'I'c's ...... ''''''''''''''''''''''. flcl'lll's .... "........... ..... ........................... .( .... ... :'.'.':.,,':.:.::.:'.""'.'.:':.'.:.:::::.::::: : ......... ". : Pill'C' ...... ......... ""'"'''''''''' ... .. .. .. ... """"."". \1 EeaillC's ""''''''''.'''''''''''''''''''''''''''''''''''' ... "........ Il Acaj ou ........ ".. .................. """""" .. .... ... "... .... \( Olh'e ... "... ...... ............................. ............ ............... \( Mie 1." ........................... ................. ................. ................. (\ Cil'e .................. "................. ..................................... II: Os ............................. :...................................... .................. Lalan iCI' ....................................................... ",,,,,,,,,,,,,,, II: Zi ne ........................................ ,,,.,,...... ....................... ........... Coco ............... .......................................................... ""."" .... ..... FI'lI i Is .. """" .. "._ ,,,,,,,,,,,,,,,, .. .... ""...... ................. ..... .................. Plo III h ............ '''''' .............. ................... ...... _...................... ............ Vieil al'gent .................................... .................................. Caoutchouc .... ........................ "........................... .................. : ...... ........................ Grailles et IlUile l'lCIll ..................................... "... Cuil's .................. ''''''''''''''''''.'''''''''''''''' ......................................... Huile de colon .. ............... ..... ,............. "." ................ cr; Pis lac hes .......... ....... ""'"'''''''''' .................. ............. ... ........... Cornes ...................................... ......... ___ ._ .................... U'12,46 \1.IH2,01 IiGH, iO 81UH2,.ii. .\ 1.0 1 :l,il 1.102,;,;,' ;',r,:," 203,;,a 50,24 U165,iJ6 66,45 11,82 3,:n 2,60 123,34-279,03 9,86 0,53 0,48 [18t,86 955.W 2&,23 3;')6.13 (22 10,22

PAGE 36

36 Sabots. _............................... ................. .................................. Ecorces ... :....................................................................................... II: Pois . ... ___ ....................................... ............... : ....... 1 .. .. :." Briques _.............. ............................................................................ u nap:uloll ...................................................... _............... .. Mil .................. _.............. ................ ................. .. .............. 'l Patates .................. .................................. ..................................... CI Charbon ................ ................................... __ ................. ..... Bananes __ .............. ...................................... _...... ......... I!\'narnes ................ _._ .... . .............................. _............ ufs .................... .................... ....... : ................................................. II: PoulesVolailles .. __ ... .............. : ... ........................ Gingembre __ ._ ....... .................. .................................. : ..... (\ Amidon .................. .................... _.................. ............ Graines Mdeciniels ....... .......... ................. .................. CI. f.mines d'Avocats .... ................................................ ( Epong'es _: ... .. ........ ............ __ ... .................. ..... _.... Gombos....................................................... .................... ( Delll'I'e ... ....................... ........................................................ ( Divel's ........................................................................................ ( GOUHDES '1,\19 7,74-,3\1 7,01; 3'1 O:fi,i I,X;I 2\1,10 71i,X.t .1 . ;10 2"HI 3,87 f1.:19 1,XO 'I,':!i 0,.18 O,H.I. O,UX 1.2\l2,lit I:npol'lalion .......... ......................................................... G. 2.\1;-'. ilii, i:l Pilulage il la sOI'lie el Divel's.. .................. \1.207,2 t .. .................. ....... _.. .. ...................... G. BWlIS DomanIaux .. _._... ..................... ................. Timbres ........................................................................... n.2H,Rt 2\U;,7,t'ili '1 n I.Ofi.t,.11 1t-1.1i\l2. %1'1,.10 :u ;,.t,:l:{i ,;,Ii 2:n 7:lIi, \11 on F.xpol'lali,," .... ................................................................. l.f,\l2 \lf,fI,.t.O Pesag'e &: Wltal'I'ag'e ..... ............................. .... ......... 1 H.ti5il, 2:1 Importalion ....................... "'_''''.'' _._ .......... ,' ......... Receltes di velses .................................................... .. Enl'egistrement ...................................................................
PAGE 37

3/ -Les encaissements ont donn pour: PortuuPrince ............ __ ................................................... G. 990.225,97 $ 914.665,54-Cap-Hatien ............................................................................. 421,501,18 ({ 540.672,53 Caves ................................................. ..................................... Cl 251.9.1.6,89 Cl 291.iI23,46 .Iucmel. ..................................................................................... 145.112,40 Cl 311.311,24 GOllu\"es.. .... ................................................................ ( Hli:J.045,38 6. 301j.4H9,12 .Irlllie ........................................................................ 108.9..i2,22 188.57'1,'12 ;\Iirugo:ine .............................................................................. 6. id.313,07 Suint .. ............ __ .................. ........ ..... 108.1858G (( H3.922,44 Port-Je-Paix ............................................................ 96.358,98 '180.981;21 A
PAGE 38

-38ayec la Banque Nationale He la" Rpublique d'Hati. --------Aux termes de l'arrangement conclu \Yashington, le le Juillet 1916, le Dpartement, aprs vrification dps dbiteurs et crditeurs par une Commission compose de troi; fonctionnaires de son personnel, a convenu avec la Banquf. Nationale de la Rpublique ,d'Hati le j)rojel 'alTangemeni reproduit ci-dessous, projet auquel a travaill ad re/re/Illulli Monsieur PAUL SA:\'TALLIEH, Directeur Gnral de la Banql\(';' Nationale de la Rpublique lfati Entre les soussigns: 10, -Le Gouverneinent d'e la Hpul)lique d'Hati reprsen, t par :\Ionsieur EIHIO:\I) Secrtaire 'Etat des i;nan: ces et du Commerce, dment autoris par dcision du Consl'il des Secrtaires d'Etat en date du ..... ",,,.,,, ... ,,, assist df Monsieur ADD!SO" T, Hl:,\:\, Conseiller Financier, d'nne pari, Et 20 -La Banque Xationale de la Hpuhlique d'Haiti re: prsente par Monsieur P.\l'l, S,\:\L'-.I.LlEII, Oiredeur GnnlJ, ({ment ato!',is par dcision du Conseil d'Administration l'Il date du""."." ., assist{, dl' :\IonsieurO, SC.\I\PA, Direc te:!r de la :\Iaison Principale de Port-au-Prince, d'autre pari; Il a {'l con"enu ce ql\i suit: L'rrangemcnt prl'\'l\ par ks articles (i el 7 de la IransaC" jion signe Washington le 10 .Juillet l\JHi pour le rl'glel1lell: des Comples entre (cs parties n ct reste tabli comme suit' AnneLE \'pritkaliun t'l,l'lin COIIlIllIIII ar'['nrtl, snI",'; de la Ctlillplabililt', dll t;OIl\'l'rllelllt'111 ":ln, 1(', dt' la al'l't"I:',. :tu Il,,t't',,d'I''' 11111 .'11" l'I'CIII,IIII' '-'1:',' l,.; ,II;'IIII!'; DOLL\l\S ,:' mnc('s ,I:tllllai('(', (,\rI. j;-l dll COlllral) ;lli-:2.:I()(I,ill GOURDES des 7 Becelles el Pail'llIeills Ex. Hfl;" 21.4Ii2,;) l, El/IIi :lti,;)liil,:)O 58 Timvl'('s il r;.:ulal'iscr '1 :)/1 G Arris Cnl/l'e};!. RudfF;/llire Ex, 12/1 :l, 13/14,.",,,,,,,,,, Timbres il rgulariser Ex, 15/1 G Mandais e paiemenl 1'11 suspells ... Frais il rgulariser Ex, '1 ;)/1 G",,,,,,,,,,. 3, i:1 16/17 .. ",.,.,:.. 108,Ii7 7,( li: 1.1 :13.0Ii 7,1 d 1 84;) 2;')7, (1:: 1,3'2(i,:I1: LGI3/1:1

PAGE 39

DOLL.\HS Au dbit de la Banque Nationale de la Rpub.d'Hati HI'orme Monrtaire .................. : ................................ : ......................... F. 3.025.842, in COlllpte Empl'llllt 1 Wi5 ....... : .................... ......... ............. .............. 141.009,50 18\)ti ............................. .. __ ._ .. ................... 709 60 t, 1 0 (( '1\)-10 .. ............................................................. 397.215,50 Uanque Nale d'llati en liquidation. (c 18.590,15 Baehat int{'l-\r;il Delle! Intrieure ...... ..................... ........... 5.209, ifj I\formc Montairc ................. _.,., .. :, ... ..... ............. .... ..... ...... cc 378.715,05 Jntr. transfrs il N.Y. Heccllcs 'el Paiclllcnts Ex. 16/'17 'l't'll-\l:.tphe Terrcstre Ex. Hf'li:i Heeelles Tilllhrc-postc '14/1;) l( l( Cl lC '1 ;)(1 tL Timhres il rl-\'ulariscr ((UII;) Cl fi tOl17 G.UH:.\'TIEHETlIAIT Ex. 11.\li) Partie cles 10.000:000 .................. .. tlivcrses ..................... l;arantic Bctmit Ex. 1 ;)\llj._ ...... .... Cl' l( 1lhI7 ......... .. {( l( Amira\ Caperton Dt'peit 1 If JI Il' Wharl'ag'c l( l( Ex. H11;1.. Droits Conslllairs CI. 15(11\. (( l( 1\)117., Hl'ccllcs disponibles 1 ;,\1 tL II le: (l 'I(17 ... TDlBltES A Province 1\1l6-Hin" ............. .. Hecellcs il Ex. '10117 llplil pl'. g-arantic, cautionnellli Surtaxe approxilllative ............ .. II II Ex. HII;) l( CI. Serv. Financier Comptc Dlpts ................... .................. Dpts en Provinee-blPORT EXPORT Frais il rg'uloriscr ................. ............ .. F. 4.676:182,65 22.087,05 P. 2,18 tH,05 ({ 2.388,00 Cl 124;17 8H2,15 3 1.:{tjX,'IO le o,n;) 1,3 ;),t. 1 20H,5 fTU10.20 G.;l'12.21 : ( {( Il l.fi81i,fi.! (( 32,10 fiO,62 -1,30 Iln,7:1 l( \'. Il ( 22.200,28 8Hi .iOI,53 28.550,-1-7 24.;);'5.)ol! ::!,25 7:J1,53 16.522,50 41-1,16 2.IHO,\)O '[7.028,04 LiiO,3fi 54.03 9.2H8,57 1.-137,tH 12,31

PAGE 40

ItllO CI: 1 III fi. 4 Ex, .) V Hill i ( {( 18i;) ex, 1 t'II;-, ,( (l Illi 1111;-1 C( ltil!7 O,Oi) sI Caft! Cliles SI Ex, 16\li ............................ '.' COlllp:C Amira Capel'ton ................ O,Orl )fm'ch tIcs Caycs Ex, 1 tilli ... _............ ........ 0,10 Cnlltl'llt ,\l'ehl'I' Ex, Itil11 (t If ........ _M ............ -Hereel. Hill'; l't-ull-Pcc Ex,IIII;) 151Hi {( 1 I'17 Dl'oits SUI' campche Ex, Ulli> RpQ7lttion 8111' Bon FOllchard Amiral Capel'ton .......... .... .... BON FOUCHAI\D .......... ................ _._ .......... Gal'antic P.C,S, .................... ............. 0," 5 SUl' tl'iages ................ ............... .... : Cathdl'aledu 0,20 cls, 'sur Tabac .......... _._ ......... Caisse des Ecoles ..................... __ ....... : ...... SURTAXE DFINITIVE Deite Inlrieure 14115 ...... ....... .... 15116 .... : ............... Amiml Caperton .......................... ... ......... ...... .............. __ .............. .. Deite Intrieure 1913 Ex, 14(15 15116 Amiral Capel'ton ................... Delle IntrieUl'e 1914 A Ex,14115 15 1 16 Anural Capel'ton ....................... .... Delte Intrieure Hl14 B ................... ..... __ .......... -. Deite Intr, 1914 C SUl'\. 14[15 15(16 Car 14115 Amiral Caperton .............. ........... .. Surtaxe .................. ................. UlI, ,1. ii 2N7.X\1 7,12 Il 2, \.i --:lIil,.t 7 1102, 1 0,::17 -i-.327,tj6 -112,42 Il,:n --if 2X.i\1 1:I.U8 8,6.122 ( {( Il 46,04 90 351,75 285.2i --46,04 1,58 1.,1 i'l8,Xi 1,ia 1,;18 1.020,12 -355,08 71,01 46,02 89 112,42 2,227,44 164,02 II: li. 4,HO,4.t 22,84-49,--Hl 3,494,09 3;,3,1493,83 mn,6!1 .854,55 231,15 2,343,li 683,06' 1.023,43 426,09 2,551,16

PAGE 41

41 Tonnag'e tics Gona\'cs ................. de PtPee Ex. -1-1'115 l( '15111) Wharf et Tungc.Jacmel Ex.-t.I l( pl-an-P' l( -\.j (( 1;)t 1 li Chemin de Fer llu i\.ol'll ... ..... ..... 2.514,92 'Ii,i7 519,.1,.i 88 cc 7.2U:-\,'13 1.169,69 2. 532,ml 18,58. 520,32 Amiral Capcrtoll ........................... \123,51 8 '126,lH ---P. 1.028.384,76 SEI1YICE FINANCIEI1. GOURDES DI'oils approximalifs ........................ .. 188,81i Dpts billets Imporl: .............. 1.'112,37 Ex -14-['15. __ 8,45 G, l( en Pro\'illce ... iJruils a(l[lrox. \\'h:II'I'. ...... __ .... ,_ .. l( l( Ex. 14[1 :J ................. VERSEMENT DETTE INTRIEURE Hll.f. Il. Tahac .............. ,._ C ................ Il A ....... ........................... Wharf PI't-au Prince ..................... Ex, j 11 (j .............. .................. IIMeclion Rues Port-au-Prince., Whad' de .Iacmel Ex, !4115 '" Service financier Wharl' .................. ,. l)pl ... ............. .. lIecelles di:-;ponibles GUlIl'lles ... Tclt\g-mphe .. , ............. HECETTES & PAlIENTSo Ex, 1,1 Il ;) ..................... .. .... Il 15110 ...... ___ ..................... Il 1 6 Il 7 ................. ___ __ ._ ... __ Recelles des Ex, pl'ims, ................. Timbres PI'UVISIllIl 1 Gill ............ ......... _. __ (;amntie Helmit 1 G ................... .. Timbl'es il rCl:lllarisHI' 'Wl17 Provision pOlll' solde avance 23 Mai -t 9 t -1 .. ...... ............................ --.:. __ (( 2, ---l( Il '1,995,95 3,tH 'l( ;106,0;) 133,180,05 -----""-2,'164,03 cc cc 1.7G9,23 2CJ(), 1,c,n4,09 1;IO,7U UHl9,5!i ;10,2\1 '178,H 12,70 20,1;' 1,.HI2,tm 1 )j(),50 135, 9.f.-I ,03 iO,Oi8,77 30,405,44. 7 .799,40 '12.523,35 1,2()(),00 2fi7.240,2i

PAGE 42

1 -42cmlPTE D'onDnE paon DOIT A rOIll Timbl'cs en GOlll'llcs .. ... .. """" G. Stocl, timbres mobiles ']\103,., 1.0.8!i3,O cc ( dits' anciens 18IJO ", .......... "."... 2fd i Pa pi CI' timbr.. ." ... .... ....................... ,'.. 3!i3.8\!i,-1 il Cahicrs de permis. ,. .................... il.mIO, iO Chilfrcs taxe,;.. ......................... "..... 2.\I:a,I;1 Cartes pos.talLs ....... ............... ,............ Timbl'cs poste ...... ,., .. ..... ,.. IiO.i8.1,;Ji Timb. 11mb. l\IU:I,Estalllpilles ,1. i4i .2i/'!,20 G. 3.;IOi.i:ii,;li TDlBfiES OH DOIT A rlllil Stock tinJbres mohilcs -1\103 ... r. 1 ... .. ,................. i2 ,(\80, Si Chiffres taxe ..' ... "..... :10. i2X,;Jli Cal'tps postales."",, ......... ... "......... :I"I,ii, 18 \sas pOlir Timbres :171Ii,t'JO P. I.HI:I.:r'12,:l:1 Billl'ts l'ctraits L ,'"Il's il la charg'c de la BanlJue), G. l.R8,I,OO C;. I.XXI,OO -_ ... ..... --"'---20. Les soldes dcs comptcs Garantie Hetrait) Exerdce 1914-1915 et (( Arrirs COl1\'Cntions Budgtaires ll,. Exercice n-13, 13-U ont t ports pour les montants apri.s avoir t rgulariss comme suit: Le Compte Carantie Hctrait Ex. 1'1.;13 a t crdit de P. (j, 550 ristourne de frais ports SOIl dbit ( Art. 7 de la Transaction du 10 .Juillet 1916) ct a t dbit de P 6G.\J1O saisis il la Banque cn yertu d'un jugemcnt ( Art. 2 de la Transaction ). Le solde du Comptc Garantic Hetrait Ex: 1-1/13, s'tablit donc comlllc suit : Solde des,Fcs 10.000,000 .. Ressourccs divcrsc's plus HL9HUO 6,560.00 98278.10 Au 31 Dcembre 191 ti6910.00 836.333 J3 31.368 10 86.701,53 Le' Compte (( Arrir Con'ventions Budgtaires 12jU, 13jVl a t crdit de P" 46.816,28, intrts lui revenant lors de la rpartition faite en AYl'il 1916 ct qui an\cnl t porls

PAGE 43

-43-provisoirement sur un compte spcial en attendant le prsent rglement. Le solde du compte Arrirs ConvenLions Budgtaires s'tablit donc comme suit : CAPITAL ............ _..................... .................................... 1.089.8H),31 INTRlh'S ................ 110.663,82 .MOINS ....................................... 46.8W,2S +i3.817.3 1 153.667,05 Au 31 Dcembre 1916. 30. La Banque de la Hpublique d'Hati consent faire abandon des commissions et interls ci-aprs dtermins. Ile son ct le Gouvcrnement d'Hati consent faire abandon des intrts ciaprs d6termines : Commissions et abanonns la Banqlle Sa[ionale : de! la Rpllblique d'Hati. CmnIISS10;\S 11.250.00 Intrets nbnndonns' par le GOllYernement du 1er. Septem1\)15 nu 31 Dcembre H)1(j s/ F. 025 8-12. Hl............ ............. : F. 87 18:1,56 37.500 HI'orme Montnirc ................ .. 82.033.94 Du 1er. SCI)tcmbre I!H5 au 31 Dccmbre 191() SI P. 500.000 em'oyes No y.......................................... P. 1,j 275.14 87.185,56 48730 40. Par consqucnt les soldes de la Comptabilit du Gouvernement dans les li\"l'CS de la Banque de la Hpu blique d'Hati a :H Dccmhre I\H6 ont t ramens aux montants suivants: AL' DBIT DU D'HAITI A Y:lIlCe statutaire ........................................... BeceLles Ex-prims..... ..................... & Paiements .................. P 562.500.00 o 71 057.67 9.275.04 Arrirs Coriven t. .Budgtaires ,.Ex.: ........................... 1 nubres a regulanser .................. 1.06<:>.491.46 ( 7.40 :e. 1.70n.321 56

PAGE 44

-44GOURDES Timbres rgulariser FRANCS Ex : 1915/191u .......................................... .......... _. Mandats de paiement en suspens .............................................. Frais il rgulariser Ex: 1915-1916............................. 3 73 Frais il rgulariser Ex: 1916-1917.............................. .... 10R,fi7 Al' Dtnrr DE LA BAi\'Ol'E DE LA D'liAIT! Fmprunt 1875 II 1876 ...................... Hglement Banque Nale. d'Hati en liquidation ..... ....................... .. -... Hachat intgral delle Intrieure Hforme montaire ......... ............. Intrts sur Hforme Monetaire DOLLARS Intrts s/ 500 (lOD dol-transfrs Y. P. (j.811 01 1 1 613,93 112,40 :3.052 (l7 Ul oon 10 70D.GOl.1O lR.;")OO.lil :l. 20n. tG :UI2;).Rl2.l9 liR 1.11 Les soldes des autres comptes n'ont pas subi de changement 50. Le de la Hpublique d'Hati ct la Banque Nationale de la HpublicIue d'Hati consentent prolonger la priode. d'abandon respectif des commissions ct intrts dont il est parl au paragraphe 3 jusqu' la date rlu rglcll1l'nt prvu ci-aprs; les critnres dj passes concernant ces commis sions et intrts aprs le 31 Dcembre 1\1l6 sont donc annuls. 60. Par suite de mouvement des affaires pendant les annes 1917 et 1918, certains des soldes ants aU'31 Dcembre HIl6 ci-dessus mentionns ont subi des modifIcations. De la vrifi cation de ces comptes, il rsulte que les soldes de la Compta bilit du Gouyernement sur les livres de la Banque arrts au :-31 Mai 1918 ne comprenant pas l'exercice 1917/1U18 sont dfi nitivement i'econnus les suivants: Au dbit du Gouvernement Or 1 709.:321 56 G. 3052,67 Au d}Jit de la Banque Fr. Fcs. 4.196 Or 1. lOG 164,20 G. 33:3.4(j6.30 70. Le Gonve rnement de la Rpublique s'engage rem-

PAGE 45

hourser il la Banque de la. Rpublique diHati ies sommes par lui dues ___ .. .. ___ ................ .................. .............. _. __ ............... ... ................. sur le produit du premier Emprunt qui sera contract pour le remhoursement de la Delle publique; toutefois si ce remboursement n'est pas au 31 Dcembre 1918, les va leurs se trouvant d'abo!'d 'lU crdit et au dbit respectifs des deux parties rapporteront 010 d'intft annuel, paI'tir de cette date. Au cas o le Gouvernement de la Hpuhlique d'Halli se trouverait crditeur, un nouvel arrangement interviendra pour la fixation du taux d'intrt lui rgler si les deux parties ne pouvpient se meUre (raccord sur ce taux, le Gouyernement de la Hpublique d'Hati aura la facult de reprendre de la Banque Naliollnle de la Rpublique d'Hati le sorde son crdit En tout cas le Gouvernement de la Rpuhlique s'engage formellement il ce que la Banque Nationale dc la Hpublique d'Hati soil rembourse en capital et intrt dans un dlai. ne pouvant pas dpasser cinq annes aprs le 31 Dcemhre H118. La Banque Nationale de la Rpublique d'Hati s'entendra avec le Heceveur au sujet du rglement de la commission de trsorerie revenant la Banque Nationale de la HpuhliqllC d'Hati, conformment l'article 4 de la Transaction du 10 Jlliliet Hl16 depuis le 1er. Septembre 1915. Art.:2 En considration des sacri fices faites par la Banque de la Hpublique d'Hati dans le prsent arrange ment, l'art 8 ainsi que la deuxime phrase de l'art 6 de-la Transaction du 10 .Juillet 1916 sont annuls, Art 3.Lcs soldes des comptes ci-dessus tablis aprs de minutieuses y.rificntions sont dfinitifs Il demeure entendu qu'ils ne peuvent tre sujets aucune nouvelle rvision ct qu'ils mettent fin toutes les difficulLs y relatives qui taient pendantes jusqu' ce jour cntre le Gouvernement de la Rpuhlique d'Hati eL la Banque Nationale de la Hpublique d'HaHi, En consquence, le Gouvernement de la Hpuhlique. d'Ha'iti renonce formellement taules les poui'suites engages contre' la Banqde Nationale de la Rpuhlique d'Hati et ds la signature des prsentes fera lever les scells apposs sur les portes de cet Etablissement. Port-au-Prince, le Fvrier 1918. Lu et approuv: Le Conseiller Financier, Le.. Membres de la Coml11ission, Le Secrtaire d'Elat des Finllnces cl dll Commercr, Ad referendu1l1 . Le DiJ'ecleul' de la Banque, Naiiollflle de la Rpllblique d'Hati,

PAGE 46

4G-RFOR)IE La question la Rforme Montaire rclame une pressante solution. Des mesures seront proposes cet gard vront crer une situation o il ne pourra plus se prodUIre l1l ces fluctuations que nous constatons dans le change grce il la raret d'or amricain,' ni ces perturbations provoques dans les transactions par la grande quantit de hillets de caisse en mauvais tat. Le compte ({ Garantie Retrait s'est accru de nouvelles recettes dans le cours de l'Exercice 1H16Jl!l1. Il n'est pas sans intrt que le Dpartement en fasse la reprolluction : BanqllC: Xaiionale de la Rpllbliqul' d'Hati. CO;\IPTE OH A No u vea n ................................................................. .. Ex : .15/16 solde compte liquidat. Ex: 16(J Ressources diverses suivant 10L ............ EnSCl11ble ......... ........ A No u vea u................................ .... .................. Ex : W/17 Hessources diverses Ense m bl e ... : ................. ,. RECETTES DPENSES 8G 252.30 P. :3:L21 42.00().38 (( ---------CO;\!PTE GOCRDES G. 7.799.4G G. ({ 20.G21.62 .. l21.08 ----Banque Natiollale de la Rpubliql/e d'l!ati, Paris A Nouveau si Fcs 10 000.000... F. 3025842.19 F. Intrts si balances des' nombres. 2H6.581 11 TotaL ........................................... F. 30 ";":F;-. ---DETTE DE L'ETAT Le Dpal:tement n'a pas perdu de vue la situation faite aux porteurs de titres de la Dette Intrieure et de la Delle Extrieures. Des efforts qu'il a et de l'attention toute particulire dont cette question est l'objet de la part du Conseiller

PAGE 47

-47-Financier, rsultera assurment le rglement gnral projet depuis l'anne dernire. Il en est de mme de la Dette Flot tante dont les intresss ne sont pas moins l'objet de la plus aLtention du Gouvernement Le rapport auquel tra vaillent assidment les :Membres de la Commission de vrification de celle dette sera remis incessamment au Dpartement etleH porteurs de litres dont les crances seront reconnues Jgitimes auront la satisfaction il laquelle ils pourront avoir droit En allcndant, celle situation cre, il n'y a pas ne doute, un malaise profond auquel il importe de porter remde C'est pourquoi le Dpartement ne cesse de poursuivre les pourparlers engags dans ce sens avec laide flctiye et claire de MoU: sieur le Conseiller Financier. Voici le Ttlbleau de la Dette Publique tel qu'il m'a t pr-' sent IHlr le Service de Comptabilit du Dpartement. (Voir tahleau la page -lIS ) . Jc ne tcrmincrai pas cet expos, dont je suis le premier constatcr les graves lacunes, sans faire les rserves plus expresses quant aux cOllllllunications ultrieures que je me propose de prsl'n ter soit Votre Excellence, soit au Conseil d'Etat. En allentlunt, je pric Votre Excellence, Monsieur le Prsi dent, d'agrer la nOllvelle expression de mon entier dvou ment ( Sign) LOlllS BORNO .;ttent .;ecou effectif

PAGE 48

'TE SOI.III:S .-\1' ;:1 1 \1'11 \1. 1 1 1\1 III t \1'1'1 \I-OUI.U;, 1 III s L'iTI.II. ,,1;11 1 .. -.-.. -----1: ... -------1 i Vralll" 1 :,' 1 \;,I.;,'2,IOI ;,21.II\H,()81 24Ii.:H.7,00! 7t1. 1 Xli, ni 7O:d t7X,ooj i 1 ;,2X.2f',LOUi ;,II.IIO,U7! :1:1'1.\l;,,2;)[ 1:'J.1):)9,lilf)1 1 1 1 1 ;,x. \1;);,,::21 27.0\11'<.17 7::,;,;{ 1.722 ;)8 :u IIIU.UOI l,' III ;01 o.;)'n ,;11 IiI UHO, tiO IX 1 7

PAGE 49

COMMERCE Monsicur le Prsitfent Le Dpartement du Commerce a l'honneur de prsenter Yo.lreExcellence, l'Expos de la Situation pour l'Exercice 191f)1 !l1 Les circonstances exceplionnelles cres par la Guerre, ont, dans une large mesure, empch le Commerce d'Hati de se dvelopper pendanl celle pl'iode. Cependant sous l'Adminis lration hahile de A, .l, Heceveur Gnral, conformment l'article '2 de la CoilYenlion intervenue entre "la Hpnbliqlle el les Etals-Unis d'Amrique,les recettes de nos douanes.o.nl dpass nos esprances, Notre princ!pal produit d'exportation, le caf, n'a pu tre exporl qu'en partie, malgr les prix rmunrateurs obtenus sur les marchs trangers, -par manque de tonnl'l.ge d'une p:lrt, et pl!'t, cause des mesures de guerre prises par les X'llis des Etats':Unis d'Amrique contre ce produit cousidr comme produit de luxe; mais le Dpartement al voir d'aulres denres, telles que: le mas,les pois, le coton, le miel, expdies sur di vers conlribuer parer l'insuffisance budglaire et apporter nos concitoyens laborieux, la rcompense de leurs peines. Il n'est pas douleux que les rsultals de expdence n'enouragent nos agriculteurs s'intresser la culture de produits aulres que lecaf, cerlains qu'ils sont de raliser un hnfice rmunrateur avec moins d'alas. Dansle but de parerdarls unecerlaine me,S'l.1re, aux moins values qui devaient cerlalwment se prsenter dans notre budget de recettes par l'impossibilil momenlane d'exporter nos cafs, il a t tabli un droit de statistique un peu plus lev sur le mas et le colon pendant la dure de la Guerre Europenne. Le tableau statistique au prsent rapport permettra de constater COl)lbien la terre mise srieusement en valeur ap portera d'aisance et de bien-lre la classe laborieuse de nos inlressants agriculteurs. Les rapports parvenus mon Dpartement relatifs au di vers genres de culture entrepris dans nos champs permettent d'esprer que non seulement les rendements de l'exercicecou l ,seront atteints mais encore dpasl!s. L.e concours effectif

PAGE 50

50-que donnent les tablissements importants nouvellement ins talls. qui dirigent leurs capitaux vers l'agricuItllre et l'industrie, ne manquera pas de produire les rsultats les meillers. En c.ours d'Exercice, des discussions se sont sa'oir si dans l'tat actuel ries choses, il ne conviendrait pas mieux d'm"ter l'exportation de certaines denres Le Dpartement du Commerce a ,pens qu'aucune entrave ne devait tre mise l'Exportation Les marchs des les avoisinantes, n )tamment Cuba, ont reu pendant ces derniers temps la visite de nos voiliers chargs des produits de notre sol S'il est ncessaire pour favoriser ce 1110uvemer.t, de rduire ou de supprimer une taxe, le Dpartement y pourvoira. Ce,;;t dans un esprit de prvoyance qu'il a eu il recommander le Dcret du 26 Dcembre Ulli qui permettra, si des cil'cons tances exceptionnelles l'exigeaient, de restreindre ou de prohiber l'exode des produits de premire ncessit. Cest toujours dans le mme esprit qu'il a fait paratre son communiqu en date du 15 Janvier 1918 rglementant la vente des articles de consommatio,n principale, Dj ces mesures ont rpondu l'attente du Dpartement en mellant lMl frein aux menes dcsimportateurs qui croyaient pouvoir spculer sur la raret des articles et ralisel"ainsi des gains usuraires, Dans l'Expos de la Situation pour l'Exercice dernier. Le Dpartement se plaisait rendre hommagc il la collaboration du Receveur 'Gnral et de ses auxiliaires, Je nc puis, pour cette anne, que renouveler ces loges. Ceux qui ont cru pouvoir se boustraire tant la vigilance, du Dpartcmcnt qu' celle de l'Office du Receyeur Gnral n'ont pas tard il apprendre il leur dtrimcnt combien il est difficile de vouloir raliser une contrebande. Dans le but d'enrayer la contrebande qui se faisait sur la ligne de nos frontires, des douanes ont t installes il Glore, Belladre, Ollanaminthe. Les rapports relatifs au fonctionnement de ces douanes sont des plus satisfaisants et encore une fois, combien les. droits du fisc n'taient pas pro tgs de ce.cL, C'est dans le but de les sam'egarder d'une fa on que l'Arrt du Octobre 19\ 7 a cr des certi ficats pour le contrle du paiement des droits qe SUl' les tabacs, cigarettes et cigares, Cet AITt mis en vigueUl' n'a pas permis seulement d'apprcier le rendemen t de la cultl1l'e du tabac en Huil ; il a de plus pour effet d'astreindre rentre du tabac par les frontires au paiement rgulier des droit:.; auxquels ce produit est assujetti. Le DpartemenL tient flkiter ce point de vue la Gendarmerie d'Hati, dont la vigilance facilite la tche combien difficile des Directeurs de nos douanes fl'olltires.

PAGE 51

-51Pendant le cours de l'Exercice, le Dpartement a eu tu dier plus fond la questiorJ. dont il vous entretenait l'anne dernire savoir: si tous les ports ouvertsau Commerce tranger ou jouissant du droit d'chelle sont dans les conditions conomiques voulues pour bnficier d'tin Fareil traitement et si les sacrifices imposs pOUl' l'entretien de leurs personnels et de leurs btiments sont compenss. L'tat deS" recettes pro venant de nos droits, tat annex au prsent rapport me parait indiquer l'avantage qu'il y aurait fermer certaines douanes pOUl' plu" d'conomie et surtout pour plus d'efficacit dans le controle de l'Administration. Le DparLement a pris tche d'intresser nos Consuls faire cO:lI1aitre nos denres J'extrieur d'une faon plus pra tique, particulirement le caf, qui abandonnera peut-tre le mUI'ch franais cal', d'aprs les communications de notre Lonsul du Havre, ce produit ne bnficier de la sp, cula tian la bourse, la Commission de lgislation fiscale de la Chambre des Dputs en France ayant commenc rem-. plir les formalits pour arriver obtenir du 'Corps Lgislatif que le Gouyernement frnnais ail le monopole du caf. Grce aux efforts persistants de ces .Consuls, des marchs; tels : les Etals-Urtis et les Pays-Bas, commencent s'intresser notre principale denre:Et si ce n'tait la crise desrilOyens de tl'3nsport, je ne doute pas que le stock de caf emmagasin actuellement en Hati ne fut de beaucoup diminu Les Etats-Unisd'Amriql1e parleur marine marchande nous sont d'une aide efficace pour attnuer la crise du transport. LaCompagnie ((Panama Line se fait toujours un devoir de rserver nos produits un tonnage apprciable, bien que sur d'autres marchs son plein chargement lui soit assUr. Pre nunt en considration ses bienyeillantes dispositions, le Dpartement a dintenenir prs la. Compagnie df's Phal;es pour obtenir un tarif minimum en sa faYeUl' Ce qui a t accept. Grce cette ente1lte, Purt-au-Prince est actuellement desservi pat' les bateaux de cette ompagnie qui s'arrtaient Saint-:\larc, C'est ici encore l'occasion de rpter combien le contrat onreux des Phares qui pr\'oit des droits levs affec tant le corps du navire,loigne des rades de Port-au-Prince et du Cap-Hatien certaines Compagnies de navigation dsireu':' ses cependant de frquenter nos ports, Dans une entrevue que mon prdct'sseur a eu avec Monsieur A. BAHTHE, reprsentant de l\!r)l1sieur HAENTJENS, Con cessionnaire des Phares, il n'a manqu d'tablir combien ce contrat estprjudiciable aux inlrts de la collectivit.Monsieur B:\HTHE a demand un dlai pour s'en rfrer MonSIeur HAEN'fJENS, dlai qui lui a t accord et pass lequel,

PAGE 52

'1 -ie Gotivernenient prendra ds mesures en vue de faciliter la frquentation des ports d Cap et de Nous devons arriver, ainsi que le Dpartement le disait l'anne dernil;e faciliter l'accs de nos rades aux bteallx tl'llnger!) par la construction de wharfs prsentant l'avantage de tout,le modcfl1P, Je suis persuad que le concours li u serVice techniquf' dn O{opnrtemenl drs Trn\'Hux Puhlics, Ile J'rra pas dfaut pour la.ralisation de progrs. Le service des colispostallx apris un dveloppement tel que, par suite d'accords inter.venus entre le Dpartement et le Hc-: ceveur Gnral des douanes, les droits de ce chel -ont dpass nos prvisions. La crise du transport a mis l'preuve le courage dl' nos marins. Durant la campagne active du mas, nos frles har ques surmontaieut chaque jour les dangers de la grosse mer pour transporter ce produit Cuba Le Dpartement a d intervenir pour rglementer ces voyages auxquels des affrteurs peu scupuleux exposaient la vie de l'quipage et de nos concitoyens, en chargeant outre mesure ces petits voiliers. Une correspondance a t change avec le HeCC\'CUl' Gn ral pour charger les Directeurs des douanes du sen'ice de nos ports. Nous ne devons que nous fliciter de celle collaboration qui nous a permis d'abord de rglerilenter les condilonssanitaires de notre flotille decornmerce, ensuite de mellre fin aux entrepl'ses honteuses d'embauchagc de malhureux paysans tromps par des promesses allchan ts. Il ya lieu de vous signaler encore les difficults que noS douaniers rencontrent dans l'application tant de nos loisdouunires que dans les taxes appliquer. Depuis longtemps dj, le Dpartement est d'accord avec le Commerce pmlr une r\'i sion de notre lgisla,tion douanire et de notre rgime fiscal qui demandent plus de dart, plus de prcision, plus d'esprit de justice et une concePtion plus large des besoins conomiques du. pays. Le droit de licence encaiss dans le cours de cet Exercice a dpass de Trois mille. 'Cinquante dollars seize Cl'II3.050,96), le rendement de l'Exercice 191611917. Par. une application rigoureuse de la loi du 11 Aot 19)3, les demandes de licence ont dpass de 85 le nombre enregistr au Dpartement da.ns le cours du Exercice. Les fonds destins au Retrait se sont accrus, de ce chef. de vingt huit mille cent dix dollar,., quaire-vingt douze centime,., (23 810,92). Oe Votre Excellence, Monsieur le Prsident, le dvou yiteur. J,.OUlS BORNO,

PAGE 53

-53 LICEN"CE. Du 1er. Oclobre 1917 au 2-1: Juin 1918. il a t adress aU Dpartemellt u Commerce 8Hl demandes de licences. rapporlant P Or 28.810 92. valeur se dcomposant par Arrondissement financier cornme suit: ... AI\RONDISSEMENT FlNO:\IBRE nE DEV ALEUHS ENCAISSES NANCIEUS :\IANDES. DE LI1>0(;1\ DROITS DE LICENCES. CENCES. Portau-Prince. 406 P. Or 13.805.42 Cap-Hatien CI: 4.26f.')0 PetitGo\'e _._ .......... f>7 cc c( 1 681 50 Gonavesh. 42 (( 1 Saint-Marc .................................. 51 1.597.75 Cayes ..................................................... 55 1.;;35.110 Jacmel .................... h ................ 38 1.276.25 Port e-Paix 0. 1 on 50 JI'mie ........ ............. h 28 942.5U Miragone 17 456.75 Aquin ................................. .......... _. 10 :'U750 ....... ................. 4 ., 152.25 2 75. 891 P. Or 28810,92 EXPORTATION DU 1er. OC-:OBRE 1916 AU 30 SEPTEMBRE 1917. Caf .................. ...... ... _........... ................... ........................................ .................... P. triages ................................................................... :.................... ........ ....... parche_ ............................ __ ......................................................... (( Cacao_ ............................................................................................................... (( Haricots., ..................................................... .................................... ...................... (C l\'las ...... __ .. ................ .................................. ............. __ ...................... l'fiL .......................................................................................... ... ....... _........................ Gombos ........ ............................................................................................. : ....... h. cc Ignames ........................ ....................................................................................... :... Patales ._ ............................................................................................................... Tayos .................................................................................................................................. 45.122.253 2.042.185 71.487 3 860 571 430.936 1.196.782 1.800 79 4.725 26.708 15.316

PAGE 54

54-Vivres divers ................... _........................................................ P. Gingembre ................................... _._ ............................... _............. Avocats .............................................. ................................................................... Bananes .............................. .... ...................................... .............................................. Fruits divers ................................................................... : ................................ ................................................................. __ .................................... Noix de coco ......................................................................................... __ < Pistaches Graines de coton ..................................... .................. de ricin ...... _. .... ( ........ ....... .. ..... ::::.:: .. ::.:: .. :.:.. : Pite .... : .............. ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,.,,,,,,,,,,,,,,,, .................. .................. .................... Latanier .................... ............................................................... ............. :.... .... i3uches ................................................... ............. Il Racines ...................................................................... Ecorces de' manglier......... ..... ............ ................. ( Bois jaunes Rur.hes........................................................ (( Racines .................. ...... ............. _.... ............. A caj 0 u ......................................................................... __ ............ .. _... Cd re ............................................................ _.............. .................... .................... .. Ga" a c ......... ............ ,.............................................. ................... ................. Gonlme ............................................................................................... Caoutchouc .................................................................................................. Charbon de bois ............................................................................... _. Extrait de campche .................................. ,................... ({ Huile de coton.................. .......................................... ({ Farine de colon .......................................................................... : .. Huile de ricin .......................................................................................... Si ro Il ................... ................. .................... .................. ................... .................. .................... S li cre.................. ............................... ........................ ............ ................... Ra pa d 0 u .................................................... ... ............ ... :.......... .... ...... (C Ami don ....................................................................... _................ ................. ........ Tourteaux de coton .............................................................................. Volailles ........................................................................ ................................... ". ufs .................. _._... ................................... .................. ..................... Beurre ....... .............................. ..... __ .......................................... ,............ .. Peaux de chvres ..... : ................................. _........ ...................... ({ b ufs .................. ......................... ......... ................... .................. 1 Cri Il ..................... ....................... ...... .. ..... ......... .... ............... .................... Cornes ................. ................... .... ................... ...... ..................... OS .... N .... ..................................................................... __ ......................... Eca i II es ............ ,..... ................... ................. ................... ...................................... ... ... E Il ange s.......... ...................... ""'"'''''''''' _............... ................. .... ............. ..... C LI i rs tan ns ... """""'''' ..... ........................... .... : ............ _................ .... l\fiel .............................................. ........................... ........................... 4.Gi5 2.142 95 4.500 309,016 45 120.912 1 754 2,8.H.314 964.404 1.13:3 4,G04,071 H1.346 5,3!iG 89.598.839 4,780,i22 6 623922 19 75644 89.000 16.710.515 491 115 76.863 438.023 326759 286 15.453 2.2;iO 410 94 436 1.825 900 3.854 2.496 3G 336 881 354.30a 2i8 4148 G.787 822 841 :\72 1 835.560

PAGE 55

-55Ci re ........ -.:::::: ................ ..................... ...... .:. ................................ ...... _.... P. Vieux cuivre .................................... ........................................................ (( plo Jl1 b ... _........ ............... ............... ................... .. ............... .. ..... Zinc .................................. .............................. _......... ( Argent monnay ............ : ................... ......... _..................... .... ( Terre ............... ................................................. .. .. .. .. ........ _... ( GIa i sc ............... ............ ... _........ ............................... ........................... _....... ..................... .BrIques ............................................................. __ ........... :............. c: Divers................. (( 61.451 56.026 40.076 214 227 432 '-j.629 36.800 641 3.106

PAGE 56

INTRIEUR le Prsident, Aprs la reconstitution du Corps Lgislatif, le Gouvernemenl, devant la gravit des vnements, tait en droit de s'attendre une franche coopration et au loyal concours des nouveHUX mandaiaires de la Nation pOUl' la solution hemeuse des impOl'tailtes questions qui sollicitaient son attention, Malheureusemenl son espoir fut du : l'accord ne fut pas possible entre les Grands Pouvoirs de l'Etat et le nouveau Corps Lgislatif dut se relirer, laissant encore le Gouverne ment dsarm et incapable de trancher ks difIiculLs qui r clamaient une prompte solulion La situation en Europe s'aggrm'ait chaque jour et la Guerre Sous-marine se dveloppait, outre nlesure,au mpris du Droit des Gens et des lois de la Guerre, Emu de 'cet tat de choses, le Gmlverncment des Elats-Cnis d'Amrique du ,Nord, dans une noble pense, adressa la Chancellerie de Berlin de sage,; et nergiques reprsentations, Tromp dans son allcntc cl ses avis tanl mt'connus, le 4-F vrier 191, il dcidait la rupture des relatiolls diplomatiques avec l'Empire d'Allemagne ct conviait, HU nom du Droit, de la .Justice et de l'Humanit, les Neutres conformer leur alti tude la sienne A cette importante communication,le Gouvcrnementd"f-IaHi rpondait le 6 Fvrier HH qu'ohlig de sauvegarder les intrts de la Nation, dsireux de servir la Paix du Monde ct d'apporter sa sincrecontrilmlion tout ce qui sera tent pour hter la fin de la catastrophe qiIi afflige l'Humanit, depuis bientt trois ans,il est entirementdispos,selon rappel adrcss pal' les Etats-Unis aux Puissances Neutres, adopter. dans les formes et conditions traces par la Constitution Nationale, telle attitude que dterminera le dveloppement des nouvcaux vnements et qui sera ncessaire pour arriver, le plus tt possible, ces fins suprieures Le 6 Avril 1917, notification tait donne au Gouvernement que le Congrs Amricain a,ait dclar et le Prsident des Etals-Vnis proclam que l'lat de guerre existe entre les Etats-Unis d'Amrique et le Gouvernement Impriai Allemand, Le 11 A nil,tin avis du Brigadier Gural,ELI K COLE,

PAGE 57

-57Commandant les Forces Expditionnaires Amricaines oprant en Hati, y tablissait, en consquence, la censure. Le 2 Avril.la Lgation de la Rpublique Franaise notifia:t ofliciellement au Gouvernement Hatien le tOl'pillage,sans avertissement,du steamer Montral et la mort, son bord, de plusieurs de nos Compatriotes: MM. Jos In.-Baptiste, Dor clus Charles, GJbriel Hilaire, Fojl1ger Laurent, Frdric Jall1ton. Devant violation des Conventions de la, Haye dont la Hpublique d'Hati est co-signataire et pOl:lr la sauvegarde d,es intrts nationaux, mis en pril par les procds inusits de laguerre Sous-marincpratiqpe par le Gouvernement Imprial Allemand, le Gouvernt!ment, en vertu de l'article 60 de ra Constitution,convoqunit les Chambres Lgislatives en Assem ble Nationale aux fins de statuersurla dclaration de guerre, ncessite par les circonstances. Ea sa sance du 11 :'lIai 191;, l'Assemble, cartant la de mande dc l'Excutif, autorisait, nanmoins, celui ci par une Hsolution : 10, il protesttr, au nom de l'Humanit,contre l'action des Sous-marins Allemands; 20. rendre la Chancellerie de Berlin respons!.lble ge. la vie et des intrts des citoyens hatiens voyageant sur la hau te Iller et lui demander, si le cas y c::et, des rparations et des garanties; il adopter une politiqne bieaveillante l'gard des EtaLs-Unis ct il rompl:e, s'q ya lieu, les relations di, plomatiques avec l'Empire d'Allemagne. En conformit de ceLLe Rsolution, le pres crivait son Heprsentant Berlin de demander des rpara tions pour les dOffimnges causs par les torpillages successifs des paquehots ( et :\IONTREAL et des garan ties en yue d'ulle meilleure observance des Conventions de Genve et de la Haye dont le Gouvernement Imprial Alle mand est, comme nous, co-signataire. A celle demande, inspire par un haut esprit de Lion, la Chancellerie Allemu!}de rpondit en envoyanl.ses passepOl'Cs il notre Charg d'Affaires, Berlin, ajouLant ainsi unE' injt!re grave aux actes de violence dont, dj, nous tions victimes. En prsence de cette aLtitude, l Gouvernement n'avait pius qu' remettre ses passeports au Reprsentant de l'Empire d'Allemagne, cc qu'il lit le 16 Juin HH7.

PAGE 58

-58-Avant les vnements qui viennent d'h'e relats, le ,25 Janvier 1917 dans une intention toute de CiJllrt()isie et dans le bt' de resserer les liens d:troite amiti qui unissent le GOll vern'emenl desElats-Unis et celuid'l-Iaiti, l'Escadre Amricaine de l'Atlantique, sOlls le conlmandement de, l'Amiral A, T. Mayo; visitait Port-au-Prince, le23 Janvicr l01i.Le lendemain, 26, ,le Governement recevait la visite de Son Excellence 1\11'. 'Franklin D. Hoosevelt, Sous Secrtaire d'Etat ail Dpartemen[ de lal\Iarine des Etats-Unis et du l\Iajor Gnral Barnett, Co.mmandant nnfanterie de l\Iarine des EtatS-Unis Le souvenir desftes offertes, cette occasion, est trop rcent iJour qu'il nous soit utile d'en faire ici une nouvelle relation. Qu'il nous suffise d'en retenir l'impression heureuse. Trois mois aprs, l'Assemble Nationale G,nstitllunie se runissait pour l'laboration de la Hvision Constitutionnelle. Mais la lutte fut siapre et si ardue, entre et le Pouvoir Excutif que l'uvre ne vit ps le jour et que le Gouverne ment dut intel:vnir pou r pargnel' dS m(;Onlptes la Na t ion. L'vnement accompli, le Gouvernement s'empressa d'entreprendre les rformes administratives et conomiques les plus urgentes et rsolut, pour dbarrasser les finances du far deau des contrats inexcufs qui les encombraient, de prendre les Arrts suivants: Le 28 Aot 191/, il rvoquait l'autorisation donne la Socit Anonyme dnomme Socit Agricole de la Gonve pour violation des statuts et inexcution dans les dispositions les plus essentielles; le 5 Septembre H117, il fmppait de forclusion les contrats des Wharfs du Cap-Hatien, Port-de 'Paix, Jacmel potu'non el\i.cution. malgr les dlais antrieurs accords; taient galement rsilies pour mme_ motif les Concessions de MM J, B. Marcelin, L. l\Iemnon ain et L. Lumarque pour l'clairage el la distribution d'nergie lectrique de celles de l\I:\L Augustin jeune et Jos.Dgraff pour clairage et distribution d'nergie lectrique des Cayes, et de Jrmie et enfin celle de 1\1. Paul Gar di'e pour installation d'un Service Tlphonique il PortPrince et dans ses envkons Par contre, il autoriosait la fondation d'importants tablis sements de crdit, encourageait de tous ses moyens l'Agriculture et l'Industrie, appelait, en vue de la grande culture, le CapitalEtranger. d'abord craintif puis confiant, en prsence des' offerts, enfin, par de sages et prvoyantes me augmentait sensiblel.nent les rvenus de l'Elat par' la perception rglire des redevances domaniales, en attendant que des lois viennent fixer la relle valeur qe&

PAGE 59

-59 biens du Domaine et donner au Pays les lments sables son volution, L'intensit
PAGE 60

60ture de ses cl\amps, Confiant en un avenir meilleur qui le rmunrera de ses peines et de ses efforts, il s'adonne, slins rserves, au labeur quotidien, De partout, c'est le retour la Tel're et, grce la refectIOn des routes, entl'eprise rgulil'ement. les P.:lysans pourront, sous peu, se tmnsporter d'une ville une autre sans danger, II n mouvement important et; chaque jour, plus se produit en faveur de l'Agricultul'e c'est il qui titl'e de fenrie ou de concession, une de nos vastes et 1'1-ches habitaLions pOUl' la meUre en valeul' eL en tirer tout le profit possible, Des Compagnies Lrangres, aux ca vitaux ont soumissionn termins, l'intneur, p:mr la culture de la canne, du ricin et autrcs plantations, L'initiative prive, autrefois lente et timore, sort, de sa torpeul' pour la cration de Socits agricolGs, l'Lablissement de fermes-coles, bien outilles et aptes rendre les plus grands services, Le Gouvernement, heureux de cette dpense d'nergie, consacre tous ses soins encourager, entretenir, et dvelopper ce champ d'activit, Les Socits d'ExploitatIOn des Ils de la Gonve et de la Tortue tant restes indiffrentes cette nouvelle impulsion, le Gouvernement, devant l'inexcution des clauses de leur contrat, dut intervcnir, prononcer la rsiliation de cux-ci et dclarer le sequestre de l'exploitation, en attendant qu'une Qcision judic1airc vienne tranchcr diffrend L'exode vers Cuba qui, son dbut, par son importancc. prsentait quelque caractre inquitant, s'effectlH', actuellement, en de meilleures conditions, l'Emigmtion, hier, dsordonne et avantureuse, est aujomd'hui, discipline et sv remel)t contrle, Les infracteurs Soilt poursuivis et punis pal' la justice.' L'Emigrant, en laissant le sol natal, est assur du travail qu'il Va entreprendre et prmuni de tout risquc, Son absencc n'est que momentanec et son relou\', garanti par contrat, il apporte au Pays des mthodes rationnelles de cul!ure qui ne peuveul trF qu'a\'l\l1tagcuses, Astreint une IMhe 1 gulirl!, inslruit des plus rcents elmcilleurs procds agronomiques, il dveloppe el perfectionne son ducation agricole, apprend s'carter de la Houlinc et il apprcier le Progrs, A son insu, au contact de l'lment trnl1cJer et de la civilisation, insensiblement, il se discipline et set> transfor acquiert une mentalit supriel\l'c qui lui permet de mlcux comprendre la situation nouvelle qui lui est faile et est I.ui offrir, v'ores et dj, Ion. pe.ut preVOIr 1 ou relenu dans ses foyers, par )'orgalllsaltoll du travaIl, Il retournera il ses champs, s'adonnera il culture et, aux connais:;ances acquises, 'obtic:n-

PAGE 61

-61 -dra, sans effort, leur maximum de production. C'est le but vers lequel convergent tous nos soins. Dans les villes, la situation est moins heureuse: le citadin, pins sensible, par nature, aux effets de la terrible crise co nomique que nous devons la Guerre, en subit davantage la pnible Frapp directement notre Commerce d'Importation faillit, sans la prvoyance du Gouvernement, ne plus pouvoir rpondre aux besoins de la population, Anssi pour faire tace ce da,?ger et empcher l'accaparrment, le Gouvernement prit, sans hsiter, les mesures nergIques que rclamaient les circonstances et assura pal' fixation du prix de vente l'impartiale rpartition de'! principaux articles de consommatk .. n Le Dpartement note, cependant. avec satisfaction, l'hen reux changement que lui signalent de partout les rapports de Province: le renoncement au vieil esp,'it politique et l'aban d 'n de l'ancien systme qui a eot tallt de dbo'es au Pays; Chacun, actuellement, est au travail laissant l'Etat le soin de lui assurer, p:11' sa sagesse et sa pdtection, un avenir pros pre oit toutes les nergies, toutes les b()nnes volonts trouve ront leur emploi. Une sensible amlioration se constate dans les Communes Impuissantes, autrefois, par insuflisance de ressources, subvenir leurs besoins, sans le concours du Gouvel'l1ement, elles rpondent, aujourd'hui, leurs obligations Vm' l'accrois sement de leurs revenus, La perception rgulire des impts et des taxes, l'habile administration de leurs biens, une intelligente gestion les met: tent mme d'entreprendre et d'excuter, dans une certaine mesure. les tl'avaux ncess:,ires il assurer leur complet dve loppement. Conseils C()l11mUnaUx, avec un patriotisme averti et le sens exact des ral,its, s'adaptent de plus en plus au nouvd tat de choses et en tirent, pal' une nette et.saine concelHion, tout le protit possible. pOUl' aider leur mot:yement ascentionnel et leut' faciliter la tche, il e::;t urgent que les Grands Pouvoirs leur donnent 1 instrument utile celte fin: une loi conforme leurs aspirations et leul'shesoins, une loi de circonstance, celle qui l,CS rgit tant dsute et inhabile leur volution, Nous rappelons, li cet effet, les suggestions mises ans notre dernier Expos Gnral et ne saurions trop recommander, en l'occurrence, le va qu'y fC'l"hlltlnit le de yoir Pl'endre sa charge le recensement dont les op rations sont crasantes pour les Communes et partant imparfaite!?, Effectu par l'Etat, Hecensenlent sernit opr

PAGE 62

(32 -plus de minutie, de rgularit et surtout de diligence et serait, d'autant, plus conforme son ohjet. En outre, la rvision du Code rural s'impose. Ses prcscl'IP tions,bonnes hier, ne)e sont plus aujourd'huLIl convient de le mettre en harmonie avec les circonstances actuelles et le nou vel tat de choses. De sa lgislation, par le d\'eloppemen t "qu'elle assure l'Agriculture, dpendent la prosprit et la richesse du pays Rgissant la des campagnes, elle garantit la protection des personnes et des proprits, l'encouragement du tra vail, le maintien de l'ordre, la rpression du yagabondage et l'excution des lois et actes du Gouvel'1lement Une telle loi pal' son importance et les consquences funestes qui peuvent rsulter de sa dfectueuse application, exige la plus grande Crcnspection,notamment, dans le rle et les pou"o!'S qu'elle est appele confrer aux agents chargs de son excution, C'est dans cette pense que le DpUl'tement, yu la suppres sion des chefs de section, serait heureux de voir largir le mandat des Conseillers d'AgricuItlll'e qui il serait accord plus dautorit. Leur fonction, actuellement honorifique, ga gnerait tre rtribue, Ils y apporteraient plus d'activit et de dvouement et l'on serait en drcit de rclamcr d'eux pl Uf. d'efforts. Un point qui, dans cette rvision, doit retenir, d'une faon toute spciale. l'attention du lgislateur est, sans ,contredit, la rglementation de la con'e. L'utilit de la corve est in contestable, mais. telle qu'elle se pratique aujourd'hui, elle il1quite le paysan. D'aucuns la considrent commc l'une" des causes essentielles de l'Emigration. Pour qu'elle rponde entirement son objet. il est nces saire de la dpouiller de ce qu'elle a contraire nos ins titutions rpublicaines, Un des plus grands soucis du Dpartement est d'assurer dans les campagnes la pleine et entil'e scurit. Il y tra vaille avec tenacit et espre, sous peu, avec le concours ac tif de la Gendarmerie, obtenir la rcompense de ses efforts" et atteindre son hut. Depuis les dernires lections, Son Excellence le Prsident de la Rpl\blique dl,t lollll11er pour cause de dmission, de malversations ou autres 16 Commission .. communales. Le Conseil communal de Port-au-Prince ayant jug opportun de se dmettre, l'Administration de celte importante commune a t cORfie une Commission. Le I?partement comprenant tout l'intrt qu'il y a pOUf 1 a le mouven1ent heureux qui s'opre a-

PAGE 63

-63-tuellement vers la tcrrc.fait tous se.s efforts pour et l'orienter. Son principal moyen d'action tant de connatre de faon prise l'tendue ct la valeur de son domaine, i! en fait une tude spciale. l\lalhellreusement, il se bHte dans ses recherches des difficults J'ordte matriel sans cesse crois santes, difficults provenant de l'insuffisance de "es ressources et lIe l'tat dsastreux de nos arr.hives. Tant que les opra tions crdastrales, prconises dans. son dernier Expos, ne sel'Ont point excutes, ses efforts demeureront infructueux ct vains. Touterois, voulant, autant que possible, raliser la tche qu'il s'est assigne, il instiLua plusieurs Commissions cadastrales qui, ,malgr les conditions dans lesquelles s'effectuaient leurs travaux, obtinrent des rsultats apprciables. C'est ainsi que le Dpartement est heureux de sig:1aler la reprise pal' leurs soins de vastes et importants bien de l'Etat que des particuliers occupaient indmenL Puissamment en la circonstance, pal' certains Admi nistrateurs des Finances, il lui est agrable de reconnatre ici la nouvelle et srieus impulsion que ces fonctionnaires ont su donner au Service domanial de leur Arrondissement et le rel qu'ils ont, constamment, montr dans la dfense des intrts de l'Etat. Sous leUl' habile et intgre administration, les revenus des hiens du D'omuine se sont ment accrus. Dans son dernier Expos, le Dpartement faisait ressortir la d.fectuosit de la loi du 21 Fyrier 1825, rela tive l'Enqute suppltive. Aussi est-il important que celle loi, qui est la source de nombreux abus, soit abroge. De Juin Hl1 Mai le a eu affermer mille cent qllarante dell.l.' C,UTeallX de terre, sans coinpter les mille consentis DWIS en vue de la culture' du Palma-christi. Avec approbation du Conseil des Secrtaires :l'Etat et aprs l'accomplissement des formalits prescrites au titre II de la loi du 21 Aot 1908, le Dpartement a eu donner suite aux propositions d'change pl'oduites par Mme. Vve. Dominique Je:lIl L'Jais \fartia, d.! Pelit-GJ:lve, :\l\I. DupJnt Day, de Podau-Prince ct Georgcs Gayeau de Jrmie. Ce demier a vers au Trsor puhlic une soulle de cinq cents gourdes. A la date du No\'embre 191, Monsieur le Prsident de la Rpublique, SUI' le rapport du Secrtaire d'Etat de l'Int ricUl' 'et en yertu de l'arlicle 5, 2me. alina de la loi du 21 Aot 1908, prit un An't dsaffectant une portion de la Hue St.-Joseph. attenante l'Orphelinat de la Madeleine. Cette mesure tait commande par l'inutilit de cette partie de la voie publique et la ncessit de concomir au dveloppement de cet tablissemcn't d'utilit publique qui, en rrcuei,Ilant les

PAGE 64

(H-Orphelines et en leur donnant une ducation et .une instruc tion professionnelle, ncessaires assurer leur eXIstence dans l'avenir, contribue la protection et au relvement moral des enfants de la classe indigente. T' Avant de clore cette partie rclative au Domalllc :'\allOnal, le Dpartement croit utile dc les et sugges: lions mis en sa fa veur dans son dernIer Expose ct tendant a donner celle branche tL\dministration l'cxtens:on qui lui convient. Il recommande spcialement celle Jin le Cadastre Parcellaire et la rvision de la loi du ::!1 Aot 1908, notam ment en ce qui touche son larif. Imprimerie Nationale.-Cct tablissement qui prend, jour,. unc importance plus considrable par .la l11ultIphclte et la diversit des travaux qui lui sont confis, mrite une srieuse rorganisation. Son personnel, bien que et actif, ne peut rpondre, vu son nombre restreint, la lourde lche qui lui incombe. Formant deux services distincts: Administratif et Technique, il serait souhaiter que ce dernier. compos exclusivement d'ouvriers, ft pay la semaine, comme partout ailleurs, et non au mois. De plus, l'immeuble affect l'Imprimerie est impropre sa destination. Il n'est pas suffisamment ar et manque de lumire. Son matriel est incomplet et en mauvais tat: certains travaux d'imprimerie y sont impossibles p'lr dfaut de machines spciales et modernes, par insuffisance. mme de caractres d'impression. Cependant, en dpit de ces fcheuses conditions, l'Imprimerie rend de remarquahles services l'Etat. Son travail est soign et habilement excut, De sensibles et heureuses amliorations s'y constatent. Par ses seuls efforts, elle s'est cre une clientle particulire, s'assurant ainsi une hou velle source de revenus. Le voeu du Dpartement serait de voir l'Etat, selon ses vrais intrts, entreprendre, au plus tt, la srieuse rorganisation de l'Imprimerie en la mettant sur le pied qui convient son' impor tl1nce par l'installation d'un outillage scientifique et selon les procds les plus modernes: il 'raliserait ainsi une double conomie de temps et d'argent. Ecoles des Arts et Mtiers.Cette oeuvre, intressante par son objet, est .digne de l'atleution et de la sollicitune des Grands PouvOIrs Cre dans un but humanitaire et social, elle contribue puissamment l'avancement moral et pratique de la jeunesse de la classe indigente Primitivementconsidre comme une maison de correction, n'a pas. tard, sous l'habile et intelligente dIrection de Mr. JACOB, a reprendre son caractre

PAGE 65

.nr) 'Ecole Professionnelle. Ppinire de futurs ouvriers, ceH institution enseigne l'enfance, ds l'cole, se guider dans la vie et par le mtier qu'elle lui apprend, l'arme, pour demain, contre et le vagabondage, ses plus dangereux ennemis. Paralys pat Insuflisa:lce de ses ressources, le Gouve'nement Il'a n1.llhellrCuseIHent pas pu faire pOUl" cet Ctahlisse lUent ce qu'il aurait vo:Jlu. Les dif1icultes de l'heure actuelle, accrues par)a crise conomique et financire, cause pnr la gllen;e, l'ont empch de raliser le programme qn'il s'tait trac pOUl' le rapide dveloppement de cette Ecole ct le perfectionnement de 1'es Ateliers .. :'\anmoins, grcc unesage administration, elle a slll'inon t hien des ohstacles ct a pu obtenir des rsultats hies Le nombre des lves croit chaque jour, Les meilleures conditions d hygine y sont observes, Le rgime alimentaire y est sain et abondant. L'adoption de mes'ures prophylactiques opportunes et l'assainissement complet des lieux ont en ray le paludisme qui y existait l'tat endmique. Les cours professionnels et classiques se foill rgulirement. Les Ateliers, malgr un matriel drimire et un outillage incomplet et en mauvais tat, donnent, cependant des rsultats cHisciencieux et satisfaisants. si l'on considre le but de cet tablissement et les services qu'il est appel rendre, l'on comprendra facilement l'intrt qu'il y a poUl' l'Etat hter sa transformation en le mettant il mme par un outillage convenable et moderne de rpond l'e son objet et l'attente gnrale. En agissant ainsi, l'Etat raliserait une lucrative opration, car les dpenses que pourront ncessiter sa nouvelle organisation et sa parfaite installation constitueront pour lui le meilleur placement par le rendement que cet tablissement, ainsi outill. sera en mesure de produire. Bien administr. il ne peut tre qu'une source importante et fructueuse de revenus. Hygille.En conformit de J'article XIII de la Convention du 16 Septembre HH5, l'Ingnieur Charg ,du Service d'Hy gine fi pris. il la fin de l'anne dernire, la direction des tra vaux de cette branche d'Administration Publique, Ce Service est organis en quatre divisions gnrales: La 'Division de l'Hygine Publique, La Division des Hpitaux. La Division de Quarantaine. La Divisjon de l'Assistance Publique, La Direclion effective de l'Hygine Publique a t prise le

PAGE 66

()(j 1er, Octobre et celle des autres divisions le 1 el', Dcembre 1917, Les allributions de la Division de l'Hygine comportent: la t('lilette des Hues, lasuppressiol1 de toute cause d'insalubrit et l'allplication des conditions hygienique&les meilleures pour toute la Hpublique, Celles de la Oivisicri des Hopitaux. comprennent: l'organi sation, la construction et l'administration des tablissements rservs aux malades et :ll1X blesss, des dispens1ires affects la distribution des mdicaments et secours utiles aux per sonnes dont le cas ne requiert pas l'admission dans un hpital. Celles de la Quarantaine ont pOUl' objetde prmunit' le Pays de tout danger e propagation de maladies contagieu ses, qu'eUes viennent de l'Intrieur ou de l'Exterieur, d'emp cher pal' des methodes prventives l'extension l'Etranger des maladies endmiques et pidmiques, sevissant en Hati et ce, conformment aux Conventions Internationales, Celles de L-\ssistance Publicpe ont pour but d'aider et de secourir les indigents, Dans l'.excution des plans succinctement exposs ci des sus, le service d'Hygine a entrepris ln lalisatlOn des projets suivants,' 10 La promulgation d'un Code Sanitaire moderne: celte I1n, les lois sanitaires de di vers pays tropicaux, notamment celles qui ont donn les meilleurs resultats, ont t avec soin et ont servt la raction d'un Code appropri aux besoiris du Pays et adapte aux c,mditions actuelles; 20, L'organisation des hopitaux sur un type uniforme et perfectionn, Actuellement, nombre d'hpitaux ne sont d'au cune valeur, ne sen'Ulll qu' hospitahser des qui ne sont pas Il est souhaiter qu'un contr le plus des hpitaux s'exerce etqu'i1s ne soient astreints qu' lelll's seules obligations C'est ainsi que la Division l'Assistance Publique devrait dcharger les hpitaux actuels de la catgorie d'individus sllsparle, en tablissant d:lI1s diverses localits des salles convenablement organises et diriges; L'tablissement d'un Dpt Central pour les fol'11iLures et des diffrentes divisions, Cette entre prise mettra le Service en mesure de faire des achats de f('lur nitures en g.1'ande quantit et de raliset' de relles conomies sur le cot, l'escompte ct le transport; 40. L'adoption des rglements modernes de Quarantaine, ceux que nous possdons tant et rclamant des

PAGE 67

67 rformes radicales qui protgent le Pays contre toute nienac d'pidmie et .garantissent le Commerce de l'Etranger; 50. L'adoption de mesures sanitaires qui, par leur appli cation gnrale dans le monde entier, ont prouv leur effica cit pour prvenir les maladies contagieuses. La plus urgente .est la vaccination gnrale contre la Petite Vrole. Des dispositions sont prises pour que, dans un avenil' prochain ... la vaccination de toute la Rpublique contre ce terrible flau soit \m fait accompli; 60. L'organisation d'une Ecole d'infirmires pour Hatiennes. Les premiers arrangements cette fin ont t pris et ce projet. est en voje d'excution; 70. L'isolement des Lpreux et des Alins. Dans un bref dlai, un endroit, appropri aux soins donner celi malheureux, sera ta.bli. En tant que Nation, nous avons envers eux des devoirs que nous avons trop L'ngtemps ngligs; 80. Statistique sur les naissances et les dcs. En travaillant mettre la Rpublique sur le pied des plus modernes perfec tionnements, au point de.vGe de l'Hygine, il est ncessaire de dterminer le mouvement de la population relativement aux naissances etaux dcs. C'est uri des desiderata essen tiels du Code Sanitaire; 90 Entre de la Rpublique comme Membre actif et int gral de l'Association Internation,ale de la Croix Rouge. Tels sont les principaux projets que le Scrvice d'Hygine a en voie d'excution et qu'il espre bientt raliser. Dj, par l'organisation des hpitaux, des Asiles de Bienfaisance, les travaux de Voierie, nous avons pu apprcier son intelligente activit et reconnatre le soin et le dvouement qu'il apporte dans l'accomplissementdesa tche. Le Dpartement ne craint point de se tromper en assurant, d'ores et dj, le plein et rapide succs de ces plans et projets. En terminant ce Rapport qu'i soumet haute ap prciation. le Dpartement croit utile de rappeler, esprant qu'il retiendra Votre plus srieuse attention, le vu qu'il formulait dans son dernier Expos et dont la ralisation, par suite de circonstances spciales, affrentes la situation ac tuelle, a t contrarie, d'une Rforme Pnitentiaire, selon l'esprit de la loi. Il l'espre d'autant plus qu'elle s'impose et est conforme aux ides de progrs et civilisation que consa cre la nouveIIeConslitution que, dans sa souverainet, le Peu' pie vient de sanctionner par ses suffrages: 98.294. oui contre 769 non, le mercredi 12 Juin 1918. uvre de sagesse et de modration librale et large, cette

PAGE 68

oH -onstittition, en harmonie parfaite avec les de l'Heure, en ses fins suprieures, ouvre une ere de prosprit et de bonheur. Garante des Droits du Peuple, elle assure el affirme sa Souvera.inet t lui rserve pour le triomphe de sa cause, l'appui propice et indispensable d'qne grande puissance amie: les E'tats-Unis d'Amrique. Par ellc, la Terre, s.ilongtemps abandonne, verra surgir de son sC'in',I?nr le Capital Etranger, la Paix fconde, seuls aptes a les taIre valoir, les immenses richesses qu'elle renferme. Nos plaines, autrefois dvastes et hrlcs, o ne retentissaient que l'horrible fracas des armes, les clameurs sa u "ages de frres s'gorgeant, ne rsollneront plus que de chants d'al lgresses et, joyeux, l'cho rptera de morne en morne, de vallon en vallon, l'Hvmne vivifiant du Travail Tel est, Monsieur Je Prsident, le Rapriort que j'ai l'honncr de souf.Hettre Votre haute apprciation. Daignez agrer. Monsieur le Prsident, 'l'asslll'ance ,de mon entier dvouemerit et de mon profond B. DARTIGUENA YE, avocat l'

PAGE 69

TRAVAUX PUBLICS Monsieur le Prsident, J'ai l'honneur de vous faire ci-aprs, l'expos gnral de la situation du Dpartement des Travaux publics pour ranne 1918, L'anne dernire, dans son Expos gnral de la Situation, le Dpartement des Travaux publics signalait le champ d'ac tion considrable qui lui tait dvolu par suite de la Conven tion Hatiano-Amrricaine, champ d'action qu'il n'a pas pu explorer largement, tant donn la modicit es ressources fi nancit'es dont a joui le Pays. Ceperldant, t're des grandes entreprises d'utilit publique s'est ouverte, et il n'est plus possible de reculer devant l'ex cution immdiate de quelques-unes de ces entrepI'ses qui con tribueront au dveloppement des richesses nationales, et l'accroissement des finances publiques, Trop longtemps, ces entreprises ont t ludes ou mcon nues, trop longtemps, l'activit et l'intelligence de nos conci toyens sont restes inutilises. Et pourtant, les grands travaux quel vaste champ .ils reprsentent, quelle perspective ils indiquent! . Point de progr's, point de reconstruction de l'uvre nationale tant que les travaux publics ne joueront pas le rle pr pondrant que la nature ,mmp. des choses lelll' attribue et 1 lem' assigne en ce pays o tout est jeune et est crer, Qu'on 1 ne se berce pas d'illusion; la ralit est que le service des travaux publics par la cration d'organismes puissants, tels 1 que les mines et les usines. l'tablissement et le perfectionnement des voies de communication, devra mler l'activit l'activit et donner l'impulsion premire, le mouvelJ.ent la vie conomique. Comment vouloir, par exemple, dvelopper l'Agriculture et rclamer la vie et la production de tant de i terrains incultes, dsols, abandonns, sans faire appel aux : grands tl'8vaux publics,' barrages, rservoirs, canalisations, en un mot aux irrigations, l'arrosage mthodique et per-manent. Aussi. convaincu que de tels travaux pourront seuls faire renaitre l'aisance dans la classe intressante des ouvriers de la terre, le Gouvernement, sans hsitation, a mis la main aux

PAGE 70

70 .-; travaux de corisoiidation et de rfection u barrage du BassiIi Gnral, dans la Plaine du Cul-de-Sac, effort unique tent dans dans la sphre des grands travaux publics dont le programme dtaill est inclus dans cet expos ,sommaire: .A.. -THAYAUX D'IRRIGATIm, ET D'ARHOSAGE 1 Irrigation par les oaux du Bassin Joly. 2 """ de Torcel. 3 . .."" de la Chaine des l\latheux. 4 Arrosage de la Plaine de l'Artibonite. a) Savane Dsole. b) Section'Gros-:\lorne par les Rivires Joly ct Plaisance. o de la Haine du Cul-de-Sac par la Thumbe l3.-CONSTHUCTtON DES WIL\HFS. 6 'Vharf de Port-de-p'aix. 7 .. du Cap-Hatien. 8 .. .de Jacmel. 9 .. des Cayes. 10 .. de Saint-Marc. Il .. des Gonaves. C.-INSTALLATION DES SEIWICES IJYDHAULlQt:ES. 12 Port-au-Prince. 13 Petit-Gove. 14 Aquin. 15 Mole Saint-Nicolas. 16 Cap-Hatien 17 Port-de-Paix. 18 Gonaves. 19 Saint-Marc. 20 Jrmie. 21 Cayes 22 Lascahohas, 23 Jricmel. 24 Fort-Libert. 25 Hinche. 26 Dessalines; 27 Plaisance.

PAGE 71

71 D.TRAVAUX D'ENDIGUEMENT. 28 La Rivire Renaud (Cayes). 29 La Bavine du Sud (CayesJ. 30 Grande Rivire de Jacmel. 31 !.es Orangers (Jacmel). 32 La Gosseline 33 L'Artihonite. 31! Savanette' (Port-au-Prince). 35 Grandc-Hivire du Borgne. 3(i Bivire de Logane. 37 Grande-Hivire du Nord 38 Hivire du l\lle St. Nicolas E.-GRANDS PONTS. 39 Pont entre Port-de-Paix et le Mle 40 Talavigne (route de Jacmel) ./' 41 .. sur l'Estre (Passe Dcorces Dessalines). 42 .. "le Guayamouc (Binche). 43 .. le Bac d'Aquin (St Marc et Dessalines). 44 "l'Artibonite (Passe Juan-Pas Lascahobas). 45 "l'Artibonite l\Iirebalais. 46 "la H.ivire de Cavaillon. 47 "la H.ivire du Borgne. 48 "la H.ivire de Nippes. 49 . "la Hivire du Limb entre le Cap et Limb. 50 "la Rivire Colette (Fort-Libert). 51 "la Grande-Hivire (PQrt-au-Prince Duvivier). F. QUAIS. 52 Ligne de quais Jrmie (Basse-Ville) 53 " Port-au-Prince. 5t oc " Saint-\1arc. 55 " Jacmel. G,-CADASTRE. 56 Plan gnral et plans parcellaires,

PAGE 72

-72ROUTES NATIONALES, 57 PL-au-Pce.--St. Marc"Gonaves-Cap-Hatien 58 Port-au-Prince--Logane-Miragone-Aquin 59 Cap-Halien-Trou-Ft,-Lihert-Ouanaminthe 60 Aquin-Cayes-Jrmie .............................................................. 61 Logane-J acmel ............ -..... : .......... ..... -....................... 62 Saint-Marc-Mirebalais .............................. .... ............ li3 Port-au-Prince--Mirebalais--Hinche--Ennery 64 Massade -Dondon-Le Trou 65 Limb,Pt.-de-Paix, VIole St. 66 Cayes,Port-Salut,Tiburon,Abricots, Jrmie 67 Jacmcl--Saltrou-Anse--Pitres .......... 68 Pt.-au-Prince--PtionYille-Kenscoff-Furcy Total au total environ : 1.636 kilomtres. I.T1U \'ACX D'AncIIITEcTURE 69 Mais.:ms d'Ecoles rurales el urbaines. 70 Fermes-Ecoles et HopiLaux. 175 milles 100 .. 50. .. 100 .. 30 .. 40 .. 100 .. 50 150 ., 100 .. 90 .. .40 .. 1 U2U milles 71 Edifices publics (Gendarmerie, Postes, Tlgraphes, H tels de Ville. J.AMNAGEM:'ITS DIVERS, Phares, Ports, Tlgraphie, Radiographie. 73 Etudes minralogiques, hydrographiques, hydrologiques. 74 Tunnels, Ce tableau vous donnera une ide des efforts ql:le le Dpar. tem3nl compLe dvelopper Il ser:J. complL au furet me sure que les tudes des 10caliLs indiqueront d'autres travaux. Il y aura lieu d'examiner au moment opportun, l'ordre d'urgence et de priorit accorder ces travaux, ordre que d'es .considrations conomiques appl"Ofondies peuvent seules dterminer. Diviss en groupes, ils seront attaqus et excuts successh'ement. SERVICE TEt:IIXIQt:E. Dans 'le but d'obtenir des rsultats effectifs, le Chef du Dpartement cles Public!) a en un u4rell,4

PAGE 73

--technique. les Ingnieurs qe la Convention Hatiano-Amricaine a prvus en son article XIII et les Ingnieurs Hatiens . Il semhle rsulter de cette combinaison une meilleure utiIi 'sation de l'nergie et de la science de ce Personnel. Il est esprer que des avantages immenses dcouleroilt d'une collaboration pleine de franchise et de loyaut qu'une amnit parfaite entre des hommes appartenant une mme profes sion conduira des relations rg:llires, une plus parfaite coopration et une apprciation des unes et des autres Des changes constants de vue, .et l'examen pennanrnt de plans labors dans un mme bureau, permettront de prsenter des projets avqntageux et prts tre excuts. Truvuux excuts. _. ". Ba.'!sill Gllral.--Des tmvaux d'utilit sont" entrepris: leur excution est confie aux Membres Hatiens du Service tech niqtle et aux Ingnieurs commissionns au mois' de Janvier, conl'ol'lnment l'articlc XIII de la Convention Hatiano-Am ricaine. Le Dpmtement a cru bon d'adopter la rgie dansle mr>Lle d'cxcution des tr::nraux. et les rsultats obtenus sont satisfaisants. Un exemple justifie et corrobore cette faon de procder, il a trait au barrage du Bassin-Gnraldont'les tra vaux de rparation avaient t sollicits par des entrepreneurs pour la somme de 16.008.85 dollars. Les travaux consistaient le profil ancienncment adopt en un profil pa rabolique,' offrant une chance plus certaine, de rsistance toute rosion en consolidant le barrage proprenient:dit contre totit renverscment. Le Service technique tudia le projet, fournit lcs plans au Dpartement et excuta pour moins de 8 300 dollars des tranlllx pour lesquels un crdit de 14 533 dollars avait t ouvert par le Conseil des Secrtaires d'Etat. Le Inrragc rcconstitu pour une longue priode, le Dpartement nc manquel'a pas dc s'occuper sous peu de la 1 fection des canaux d'irrigation anciens et des canaux nouveaux qu'il y aura ncessif de crer; car l'arrosag des trrains ou-trance et en toutes saisons, proccupe le Dpartel 1. .. .. E CADASTRE .. . Pour les lments f < .. dlute de la 101 du 3 Septembre 1912.11 nt une gonrde pal'carrea irrigu, des quiP:'f!, ous tion du Personnel tcchique, dressel le plan cadastnll des proprits arros r . ;: \. '1>')" .. '.... "1 r ... ::.

PAGE 74

-74 -Ce sera une amorce an travail du Ca,dastre de l'Ile, Inutile d'indiquer les avantages multIples qUI la ralisation d'un leI projet, coteux peut-,tre, mais .repre-: sentant une source de revenus nouveaux et Imposants. RFECTION DES RUES, Depuis longtemps dj, la ncessit d'endiguer eaux la Ravine Pintade et des hauteurs de Lalue se faisaIt En effet, apl's chaque averse, l'A venue JOHN taIt transforme en une vritable rivire et se trouvaIt lItterale ment endommage le lendemain, C'est obvier cet in convnient qu'un grand got se constrUIt a Lalue, CONSTRUCTION 'ET RPARATION DES EDIFICES PUBLICS Les ressources.du Dpartement ne ont J?as permis de rparer les Edifices publics, Il a pu, neanmoms, met,tre main la transformation del'ancien local de la Matermt qll1 tombait en ruine, en une maison deux tages destine loger l'Ecole Nationale de garons d'u Quartier de l'Exposition qui y tait depuis quelque temps dj, o l'Ecole Nationale de Mdecine, Ce travail n'est pas entirement achev, Quant aux rclamations faites pour des rparations effectuer dans les maisons loues Il l'Etat, nous n'avons pu tenir compte que de deux ou trois d'euh'e elles; car outre qu'elles sont nombl'euses, il y en a }J:)urla plupart dont le bien fond n'a pu tre tabli. Du reste, le Dpartement a dcid de ne plus prendre en C'onsidration les demandes de ce/genre, et d'accorder, de prfrence, lt:1e indemnit aux dont les maisons mritent des rparations purement locatives, A, DE FEn ETTHAMWA YS, Compagllie Nationale des Chemins de {el' d' Hlllti, -Une transaction intervenue \Vashinglon entre notre l\linistre Me. M:-qos et le Reprsentant de la Compagnie, sieur a remis la solution de certains diffrends Monsieur RUAN, Conseiller financier, choisi comme arbitre' La, senteilce de l'arbitre. n'a pas encore t communiqlLe: mal ." comme elle est suns appel et que les points en examen ne gnent pas l'exploitation, les rclations lIC ta'l'deront pas it reprelure entre le Dpartement et la Compagnie des Che minsde fel' d'Hati. Le GOll vernemen t avait com missionn le Commissaire finan ciel' pl'vu pal' le CO(ltrat de cette Compagnie, mais il a mis. fin pro [empore sa l1lission, attendant la, solqtion Jfinitiv

PAGE 75

-75 -de toutes les questions litigieuses De cette faon, le Representant de l'Etat sera plus libre dans son contrle. Le Dpartement ne manquera pas de faire par le Service technique l'tat qe la voie et du matriel roulant, d'observer et de faI'e observe!', en mme temps, toutes les prescriptions prvues par les articles du contrat de conces-sion. Le montant de la garantie d'intrts rclam par la. Com pagnie Nationale des Chemins de fer est de ilo lia rs 8t,.9,;J(jO,69 Le .opartement se contente tout sitnplement de mentionner ce chiffre. COMPAGNIE DES DE FER DE LA DU liL-DE-S.\C. La CO,mpagnie de la Plaine du Cul-de-Sac, malheureusement n'a pas progress et aucune amiioration notable ne peut tre signale dans son fonctionnement. 'Cette anne, les accidents ont t plus que dans le pass et surtout ils ont atteint le caractre sinistre avec la catastrophe du 4 Novembre dernier, survenue au Pont de '1 hor. Le Dpartement est bien rsolu appliquer toutes les mesures de rigueur en son pouvoir pour contraindre fonctionner autrement la Compagnie qui, dj, tudie les mesures susceptibles de donner les rsultats les meilleurs. La nouvelle administration de la Compagnie semble vou10I' comprendre ses devoirs et obligations Elle laisse prsumer que toute satisfaction sera donne au public eicroit que si elle nc peut pas, COI'lme une baguette magique, transformer toutes les dfectuosits en un seul jour, elle arrivera faire disparaitre dans une courte priode tous les inconv nients les plus choquants comme les plus faibles, Le Dpar rem crdit du laps de temps st1'ctcment ncessaire pour constater que le bon vouloir n'est pas une fiction. Aussi, ds prsent, examine-L-il un projet dont lcsbases principales seront la modificatbn du trac et l'largissement de la voie. En attendant rapplication de ce projet, le Dpartement r clamtra de la Compagnie que son rseau entier soit compltement reballast. Le 'dfaut de ballast cst la cause vraie des draillements nombreux dont se l:gulirement le pu hlic, et un rapport Ju Service technique ce sujet, conclut ainsi: Toutefois, le poids IOllrd, l'architecture mme de 'ce mat riel rOlllant le J'e/l'Jront toujollrs dfectllell,T:. Les chances d'ac cidents existeront et persisteront ds qlle le trafic prendra le l'extensioll, .

PAGE 76

--76 'En effet, si les d(ectllosits communes aux trois (J'actiom du rseau. sonL nombreuses et apparentes, elles. s,ont, cependa,lll, insu(fisantes pOUl' ea.'pliquer les dmillel1l('nts et les ac cidents aont soulfre le public el qui lsent les llltl'llts de l'Etat. La cause vmie mtiollnclle de ces inconunients rside dans l'cartement des : la largeur de la uoie est trop {(rible et ne correspond P((S au poids du matriel lourd_ utilis depl.li$ que le .trafic de la Compagnie s'est quelque peu accru. Le dl' gr9vil de ce matriel se dplace ds que la charge prodlllt U!l a/l'crissement imprvu de la uoie 011 1lI1 cartement lc:!Il'rdcs rwls et presque toujours [' qllilibre est rompll et 1lI1 accident se pro-duit, (( omment fcrire disparaitre Cl'S allomalies? .4ullloyen de L'une des dCIl:r solutwm suivanle.'; : a) substituCl' llll matriel rOlllallt moins lourd el conserver la largeur de la voie, b ) au trac ac/uel 1lI1 t mc(; li /loie pills large et conserver un ma trie[ lourd. Des deux solutions: il semble l]lll' la deuxihlle est celle qui donnem Ioule satisFactioll, si 011 le dveloppeml'Ilt qlle le Lm/ic esL appel li-prellC.1re tt ou tard, ) .... Le Dpartement a t saisi d'un projet de contrat relatif il l'tablissement d'un rseau de Tramways lectriques devant desservir toutes les villes du Sud et les relier il la Capitale. C projet considrable, ct qui semble l'tre avantageux, est il l'tude, B, CONSTlWCTlON DES ET <..WAIS DE POHT-AL'-PHI;\;CE, La Compagnie Hatienne d Construction, en 'excution de la Convention spciale du 20 Octohre 1\H2, a achev le hl' tonnage des rues comprises entre la .rue des Casernes et la rue des. Csars, d'une Pf\rt,' et la rue Gell'rard au lieu de la rue La l1arre la :'11er de l'autre, de Qalte convention laissait inacheve une grande parti de la rue Rpuhlicaine ( de la rue des Casernes au Fort-Lerebours, "ers le Sud; de la rue des Csars la Gare du Nord, "ers le Nord ). Le Gouvernement, en Dcembre HH, examinn et aara un accord dont le fond taitIa sllhstitu'tion il lilconstl'llctignd'une ligne de quais des travaux de htonnage de l'artre centrale par la rue Hpublicaine.

PAGE 77

-77Cette' entreprise s'excute avec une rduction sur les prix pays jusque-l par l'Etat par mtre carrou mtre cube, com me suit : 10 2 dollars 75 le mtre carr de chausse carrossable au lieu de 3.50 20. 3 dollars 15 le mtre cube de b:lrdure aq lieu de 4 dol lars. Le cotit de cette entreprise eflt de 10j.001 dollars. Sitt signe, cette convention entrait en excution et, l'heure actuelle. les travaux vont si rapidement ql1'ava<1t un mois, cette grande artre sera compltement btonne. En d finitive, les travaux faits par cette Compagnie ont cotit. en tout : la somme de Hllit-Cellt-qllal'nntecinq mille sept-cent quatre-villgl seize dol/a/'s 46./100. 1er rglemenL .................................................... Or 176.917.44 2me .... .... _._ ................................ 150.171.47 .3me ([ .............................. ___ ,166.121.89 4me ....................................... : ............... 106.73596 5me .......................... .......... ...... ....... 90.766.80 6me li: ......................................... : 91.656.56 7me ................................ ............... 57.4:!6 34 8-15.796.46 C. -JETE JACMEL Les travaux de la Jete de .lacmel sont dans l'lat que nous signlions dans l'Expos de H117. Ils n'ont pas t complts, aucun arrangement n'tant intervenu entre le Concession naire et le Dpartement des Travaux Publics d'une faon po sitive. Une proposition d'entente fut soumi:;e au Conseil technique du Dpartement des Travaux Publics; mais, avant mme la remise du rapport de ce Service, l'Administrateur Principal des Fil'1ances de Port-au-Priftce eut transmettre au Dpar tement une assignation trois jours francs, la requte de Monsieur Auguste Ahrendts qui rclame les avances de fonds faites Monsieur J. R Barjon pour la construction de la Je te de Jacmel. Nous avons dti ajoul'ller le rglement de cette affaire et transmettre l'acte a,u Dpartement Justice, fins .

PAGE 78

-78-D. CONSTRUCTION DU PALAIS NATIONAL Clte conslntclion a lentement progress, il cause. des difficults de toutes sortes que par de, la gqerre, les Adjudicataires, l\IessJeurs SII11ll1onds fl'cres, a se procurer les matriaux nce')saircs. Aux termes de la Convention du Mars 191i, ce travail devait tre achev dans un dlai de lG mois, c'est--dire, au mois de Juillet 1918. Mais, par lettre, e..I1 date .dl! 21 Mars. dernier, les Adjudicataires ont invoqu le cas de force maJeure stipul dans la dite convention, en demandant an Dpartement de leur accorder lIll nouveau dlai pOUl' l'ach\'ement de cet Edifice. Le Conseil technique de ce Dpartement consult il ce sujet. conclut qu'il ya lieu d'accorder un nouveau dlai aux Adjudicataires. Apprciant l'opinion du Conscil fechniqe ct tenant compte des cas de force majeure dont ont fait latles sic'Jrs Simmonds fri'es, le Conseil des Secrtaires d'Etat, conformment il une dlibration en date du 23 :\Iai coul, a autoris Dpartcment des Travaux Puhlics il accorder un dei'nicr dlai de huit mois, pa,rtir du 1er Aot H118, c'cst--dire, l'expira tion, dc celui de seizc mois prvu par la Convention du 30 Mars 191i. Toutcfois, il demeure bicn entendu que: 10. Les Adjudicataircs s'engagent acLh'cr ls travaux de faon il remcttre au Dpartement l'aile Oucst du Palais, le 1er Octobre 1918, afin que Votre Excellence puisse y prcndre logement.. 20. Les sieurs Siml1londs frres s'engagent achever entirement la construction de cet Edifice l'expiration de ce nouveau dlai de huit mois,soit le 1er. Avril H119, sauf ces cas de forcp. majeure dment constat. E.-CONTRATS NON ENCORE MAIS QUI ENCORE DA:\'S LES D,AIS POlIR ET ET DE FOBCLUSION. De woupes de C.o;.ltrats, le n'a' pas gran.d chose a dire. Ils ont ete presque tous frapps de for par divers puhlis au i\IONITECR, except deux ou trOIS d entre eux qUI ont donn lien il des rclamations diplomatiques Par dCfrence pour les Natiohs Amics, le Gou-

PAGE 79

'_:.: 79 vnement atteild que le moment soit venu pottr prendre contre eux les dispositions ncessai-res. 1 CONTIUTS DE FonCLUSION. a) Contrats pour la construction des wharfs 'de Port-de-Paix, du Cap-Hatien et de JacmeL b) Contrats pour l'Eclairclge lectrique des villes des Cayes Jrmie, Port-de-Paix, St-l\Iarc et de la ligne tlphoni,que de Pod-au-Prince et environs. c) Contrat de concession. pour l'exploitation du gisement de fer et de cuivre, accord il Monsieur Louis Bazelais, le 10 Aot 1908, dl Contrat de concession pour du gisement de fer, accord Monsieur .ln-Baptiste Dm'tigue, le 15 Novembre 1\lO5. e) Contrat de concession pour l'exploitation du gisement de plomb, accord Monsieur Jn-Baptiste Dm'tigue, le 15 vembre 1905. f) Contrat de concession pour l'expluitation du gisement de fer, accord il Ml'. le Gnral L. Eug!le le 12 Fvrier 1907. g) Contrat de concession pour l'exploitation des minerais de fer dits d'alluvion situs dans l'arrondissement de Nippes, accord il Emile Marseille et Degrammond jeune, le 2U Mars 1906, h) Contrat de concession des gites de charbon de terre si-. tus dans les arrondissements de Hinche, l\Iirebalais, accord l\lr, Rodolphe Gardre, les 1er. Aot et 29 Novembre 1906. i) Contrat de concession pour l'exploitation du charbon de terre dans la Gme. section rurale de la Commune des Cayes, il l'endroit appel Camp Prin ainsi que son affleurement la Valle de l'Asile, accord au Gnral Justin Carri, le 29 .1 uillet 1905 j)Contrat de pour l'exploitation du gisement de manganse accord il Ml' .. \lexandre Poujol, le 20 Fvrier 1907. k) Conlrat de concessiQn pour l'exploitation du charbon de terre de l'arrondissement de Nippes, accord il M\!. Bmile Marseille ct Dgramlllond jeune, l,e 1er. Mars 1906. F TERRESTRB En "ertu de l'accord sign il \V le 24 Aot 1916, sur les Tlgmphes et Tlphones, le Rseau Tlgraphique Terrestre se trouye plac sous le haut contrle de l'Ingnieur

PAGE 80

80""'"'-prvu l'article XIIlde la Convention du 16 Septembre Vers le mois de .Janvier de cette anne, commena effectIvement l'application de cet accord, et le contrle de l'Ing nieur prvu l'article XIU s'effectue depuis cette date. Des rglements vont labors pOlir dterminer les nouvelles attributions cres par cet accord. Cepenut. une question de justice oblige le Dpartement adresser des flicitations au Personnel du Rseau tout en tier qui a accompli son de\'oir avec dvouement et comptence. Depuis plus d'un an, il n'y a eu que des interruptious de quelques heures seulemenl, et les relles de celle branche d'administration ont augment de beaucoup depuis prs de deux ans, appert l'tat de recelles 01' el gourdes suivant, qui a t remis au Dpartement pour les mois d'Octobre 1917 au 30 Mai 1918. ETAT DES RECETTES GOURDES PAR LE RSEAU TLGRAPHIQUE TERRESTRE, A PARTIR DU 1 ER. OCTOBRE 1917 AU 30 MAI 1918. 1917 Gourdes Octobre.............. ........................ 4.359.95 Novembre......... ................................ 4.131.35 Dcembre ..................... :................. .923.10 1918 Janvier ........ ............................................ _.. 5.882.55 Fvrier ................... __ ........................ 5.624.35 Mars................................................................... 5.650 90 Avril........................................................ 5.7:>680 Mai .................................... ..................... 47.85 Total G. 41.044.85 Or 677 15 542.25 543.85 75826 4.726.52 3.507.45 1.161.62 Or. 1287800 G. MINES. S'il 'faut se fier toutes les concessions accordes dans le pass ou sollicites l'heure actuelle, un immense et brillant avenit financier est rserv au Pays, grce aux richesses de notre I!. tout le systme fiscal qui a prdollllll Jusqu ICI, base ulllquement sur lesrendemenls des Douanes, doit tre modifi. L'amlioration de la situation

PAGE 81

81-conomique s'ohticndrn par'la cration de BOU velles provenir soit du sol, soit du sous-sot Le Dpartement des Travaux Publics n'a tecueilli que des surprises et des dhoires; parce que avec ue complaisance sans gale, il a concd des gtes qu'aUCl1l1e; tude n'a\'ait indiqus co'mllle Aussi, presque toutes les conces:.,iollS tl"lcienlle:i sont-elles forcloses. H:mlpant avec celte tradition mauvaise, le Dpartement reste rsolu ne concder que des gisements pour lequels des prospections pralables et srieuses auront t entreprises. De cette faon, les parties du territojre accorderseront neltement dsignes, locl/lises et dtermines Nul ne sera concessio'nnai re et ne pourra promener SUl' les mardls trangers la signature de l'Etat hatien il la recherche des ventuels. s'il n'a pas satisfait il des cOllditions assignes par un contrat type ct un cahier des charges labors par le Dpartement, qu'un Arrt d'administration publique. aura rendus obliga toires. En altendant, il conviendrait de f.:ire une premire et s rieuse application de la loi de 1!112. Le Dpartement, dispo santdll cr:lit d:!, 2").0]) (hIlals, pro3pectera pal' lui-mme et pour lui-mme, les matil cs facilement accessibles et qui. sont, cependant, tant rclames par l'industrie. Qu'elles cansquences hereuses ne dcouleraient pas immdiatement de ce premier essai, si les prospections lin'aient les renseignements voulus slll'des gisements de platine;d'osmiured'irridium, de fer chrom: mtaux dont le illonopole a t rclam par tous Ip.s Gouyernemcnts dans la guerre mondiale! Si. les ex perts engags corroboraient les indications sur la valeur des phosphates et du guano signals, tant dans le Nord que dans le Sud, n'y aurait-il pas.immdiatement une transformation conomique dans les rgions o ces prodits dorment inutili ss, ddaigns par ceux qui les contemplent? Qtte dire enfin du dveloppement infini que prendrait la fortune nationale si seulement une portion du yaste champ fossile, signal vainement deimis 1860, tait mis en exploitation? Pensez donc qu'il peut s'tendre de i\Iirebalais Hinche, comprenant la Marmelade et Sl.-Michel! Htlchissez que de toutes les Antilles et de toutes lcs terres qui a voisinent Hati, le sous-sol hatien est probablemeut le seul o la nature a enfoui ces richesses combustibles, charbon et ptrole, sans lesquelles l'industrie moderne ne ferait que vgter et retourner aux priodes primitives. La perspecth'e est tl'Op brillante pour que l'hsitation existe. Si, des explorations tentes, toutes n'aboutissant pas, ce "'.loi il faut s'uttendre,cur l'histo'e des prospections

PAGE 82

\ 82-est certes pleine de il y a Heu de se consoler eri se persuadant qu'une seule exploration heureuse suffirait ddommager largement ties sacrifices consentis. Telle est, .Monsieur le l)rsident, la situation du Dpartement des Travaux Public VOliS voudrez bien retenir notre pense et notre espoir de trLlI1sformer ce Dpartement, en lui donnant l'essor qu'il lui faut. Pour atteindre ce rsultat,le Gouvernement devra rclamer le conCOllrs el la volont d'agir de tout ceux qui, de prs ou de loin, doivent contribuer faire naitre dfinitivement le bien-tre de la Nation. Daignez agrer, Monsieur le Prsident, l'hommage respectueux de mon enterdvouement. lOUiS ROY

PAGE 83

AGRICULTURE Monsieur le L'AgriculLure est la hase de la vie nationale:c'cst unevrit que a souvent on n'a jamais donne, dans la pratique, une sllfhsante attention. L'expos de faits et de chiffres que nous avons l'honneur de Vous prsenter SUI' le's rsultats du'demier exercice fera ressortir, de faon clatante, combien le mouvement conomique et commercial d'Hati est lrollement li sa production agricole et de quelle manire pressante smposPllt nous, l'heure actuelle, les mesures efficaces qLii doivent aider au dveloppement de notre .Agriculture. LES RSULTATS CONOMIQt:ES DE 1917, Avec la scurit enfin garantie au travaillelll' du sol et la conviction acquise que la Paix est nninLenant solidementtablie en Hati, nous pouvions nous attendre. des rsultats de beaucoup suprieurs ceux de l'anne 1916. La pl'olongation de la guerre, au del des prvisions mmes les plus pessinlistes, avaient Hni par crer une sorte de siabilil provisoire permettant, dans une certaine mesure, la reprise de l'activit commerciale. :VIais l'Allemagne, en affirmant, ds le dbut de 1917, sa volont imp.lacablede dchainer la guerre sous-mari ne sans gard aux droits des neutres et sa ns distinction entre les bateaux naviguant sur la haute mer, .amena entre elle et les Etats-Unis d'Amrique une situation extrmement tendue qui. ahoutit., le 3 Fvriel', la rupture des relations diplomatiques, et, le 6 Avril suivant, une formelle dclaration df:! gurre. Les vnements eurent une pl'Ofonde rpercussion sur les affaires d'Hati, et, par contre coup, sur notre situation agricole. cela, personne ne peut s'toner quand on sait quels liens troits nous attachent aux deux des grands Pays engags dans l'immense onflit : la France pour nos exportations, l'Union Amricaine, 'poUr nos importations ..

PAGE 84

84 te Caf. culture fondamentale et la source pr.incipale de nos revenus allait particulirement sounrir dc la SItua tion intemationale. A dfuut de c.01ll1l1uTlications directes aY<:c la France -la Compagnie iq ue 'ne pom'nnt desser\'ir a "ec la mme rgularit les ports hatiens et. il Ull certain 111.0111ent . suspendant mme tout envoi debatean les exportateurs dc caf comptaient SUL' pOlir la rexpdition au H\'rc ou Bordeaux. esprant malgr l'norme lvation de frt qui en rsultait, obtenir une suflisante compensation SUl' les hauts prix du marcb francais. Il fallut bientt renoncer cette esprance, l'extrme congestion du port de :'\ewYork rendant peu prs impossible la rexpdition en France et faisant supporter la marchandise emmagasine dans les docks new-yorkais des frais considrables. Bientt le bruit courut des restrictives avaient l prises par les autorits franais.'s relativement au caf. Malgr la confirmation de ces alal'l1untes, chacun gardait l'esp9ir de pouvoir pl'Ofiter de la hausse en France, due principalement la raret des m;)yens et l'incertitude des permis d'importation. Cet tal d'esprit fit pOllsser les prix d'une manire draisonnable, comme le montrent les suivants du tel quel de. Juin Septembre: 2 Juin ................................................. P. 7.50 U ........................................................ 8. lU .................................... ................ 8. 23 ....................................................... 8.50 :i0 .................................................... n. 7 Juille!.......................................... 9. 14 ........................ : ................... 10. 21 ............... ................... 8. 28 .......................................... 4 AoL ....................... :................. .n. 11 ..................................... ... 18 (( ........ _"....................... 25 ..................................... ... 9. 8. les 100 li "l'es 8 8 ;")0 9. 10.50 10 50 9. n. 9. a.50 '9.50 n .. 9 . Pendant le mois de Septembre les prix se maintinrent P. 8, et dans les premiers jours d'Octohre on com mena se rendre exactement compte de la situation .-d'oit une baisse qui alteignit P. 4 dans la 2me quinzaine de D. cembre. La nouvelle de .l'arrangement. franco-brsilien con cernant la vente -contre chargement de caf -des na\'ires ennemis interns dans les ports du Brsil contribua accentuer cette baisse. Devant qmpossibilit d'expdier en Frl,lnce,

PAGE 85

.. 8a-on comprit qu'il fallait essayer de mettre le prix d'achat la parit de New-York afin de l:cndre plus facile l'exportation. aux Elals-Unis. La consquence de cette situation fut que le producteur, habitu aux hauls prix pratiqus en Juin, Juillet et Aot, re fusa de livrer son caf quand la b:tisse fut venue. Une fode proportion de la dCl'l1il'e rcolte est reste d:\I1s les m1111S paysan, laquelle vont bientt s'ajoutel', compliquantdavantage la situation conomique, les 5() 63 millions de livres de la rcolte prochaine. La comparaison des receltes perues pour caf en 1916 et 1917 durant les mois d'Octobre, Noverilbre et Ocembre. mon treracombien les difficults relates plus haut ont t nfa3tes notre principale denre d'exportation Octobre 19 6 .......... ..... P. 90.776.98 1917 ..... P 39.406.92 Novembre ... _. __ 111).987 41 ...... 87,845.93 Dcembre .................... 119.619 80 ;1.730.03 Le tableaQ suivant, donnant les quantits en livres, prsen tes de faou encore plus saisissante les effets dsastreux. de la guerre sur l'exportation du caf d'Hati. 1911 1912 1913 1'917 Octobre 4.169.188 4543.388 4.4SL320 1.3U.56! lbs. Novembre 8.618.241 7 151 120 3.023.151 Dcembre 12627.063 9.596.916 15.794.040 780 l\blgr tous ces embatTaS, dont les effets ont t particulirement sensibles dans le dernier tl'mestre de 1917, nous de vons noter pour l'exercice 1916-1917, une augmentation de 2.173.571 livres dans l'exportation du caf par rappol't celle de l'exercice prcdent. Pour mieux faire ressortir les mouvements de l'exportation du caf dans ces del'l1ires annes et marquer la place qu'y occupe chacune des rgions du Pays, nous groupons par pori s, dans le tableau qui suit, les quantits en livres franaises ex .. pdies de il. 1917. Nous ne faisons pas figurer dans cet tat l'exercice 1914 pour lequel nous n'avons pas de donnes prcises.

PAGE 86

86 19H-HJl2 1912-1913 HH3-1914 HII('I-!':lI j F.-Libel'I .. C.-Hatien . 10 075.1(i3 8.2i4.;:);)3 8.3%.1 \)8 PI.-de-Paix. 4.825,95I 3.58.t.1 tiG 2.li2;) .. 18!) 3.108.8<.!1 M. SI.Nicolas 188.1i42 10A'12 Gonaves .. 8.633.3;)7 7.8W.gOi 8.28UIII 6 .. 181.;181i ;>.Ii7ti.X;I;) St.-Marc 1.9Xti.0;IO 1.027 ';)('18 1.i36.18\1 i lj(). 2t)1) PI -au-Pee 98'1 8.281. 8i);) (i.402.mli) 10.2\) 1. mli Pelil-Gove .. 10.660.500 4-.U,8n 3:38 (iXI2 .1li'J 4 .. lm.iO Mil'ag'one .u 4.796.469 2.mn.i-i;) aX)\Ullf) 1.:n:"d1O ti2a. :-1:3\1 .Ilmie. 6.425.699 4-42;).7)(i (i ,H9.527 2.:\22. 1 2. Hi .. i7(j Cayes ._ ...... ... ... 7.567.42;) 4.971.8;);) \1.0i'i.:I iUlI 4 227.(jlfl Aquin .. 2.140,100 1.708.02;) 2.;)Oi til2 aH3.03!i aOU.i1a Jacmel. ......... 11 .. 168.1 i9 9.57li.8li2 18.483.113 7. i31.3ti;) 7 .liW. 241J 71U68.1ilJ ;); .51Ia.8aO 81.M!.i..52il .n.23;1, U25 Le campche avait connu, l'anne prcdente, une faveur exceptionnelle, et 1916 'comptera comme la plus brillante au point de vue de l'exportation de cetle essence: il en fut ex pdi 231.258.S91 livres. Avec ses 9J.3.5G l livres l'exercice 1916-1917 atlent peine la moyenne de 1906 191-1, qui est de 97 millions peu prs. Le coton a t plus favoris pendant 191. L'exportation s'en est leve, de 2.8U6.8O livres en 1913-19W, ,l.GOUi au cours de l'exercice 19IG-1917. Le cacao ne prsente qu'une lgre augmentation: 3.8G8.;I livres contre en 1915-1916. Mais d'autres produits, rservs jusque l 'la seule con sommation locale, allaient prendre une imporlance consid rable. Les nouveaux besoins crs Cuba par le dvcloppe ment de son industrie, joints aux pertes causes son agri culture par la rvolte des libraux et aux restrictions amricaines l'exportation des substances alimentaires, forcrent les Cubains s'adresser Hati pour leur ravitaillement en vivres et en grains. Vers Avril un mouvement d'exportation, o le mas et les pois tinrent la premire place, se dessina vers Santiago de Cuba. Ce mouvement s'accentua tellement au dbut de 1918 que devant le mas, de vcnu l'article souve rain sur le march, le caf recula, intressant de moins en moins les acheteurs, Rien ne peut mieux faire ressortir la faveur exceptionnelle du mas et des pois que le tableau comparatif suivant, montrant l'exportation de ces produits de 1910 1917 :

PAGE 87

-87Annee 1910-1911 ................. ... _._ 4.921 livres 14880 livres 1911-1912 .................................... 2.192 1913-lU1t ..................................... 1.400 2.378 1 15-1916 ................... .............. 4.(i18 11 951 1,916-1917 .................................... 430.936 ft 1.19.782 C( Pendant les trois derniers mois de 1917 et les trois premiers de l'anne en cours la progression a t plus merveil leuse encore pour le mas: Octobre 1917 ................................................................................. ___ ... n91.029 livres Novemb ................... ................................................................. 1.6M.873 Dcemb. ........................................................................................... 1.973.522 ( Janvier 1918 ......................................................... ............. ............... 3.309.445 F v l' i e r (. ... ...................................... ......................................... 7.341.649 :\1 ars ............................................... : .................................... 4.116.-560 C'est donc, d'Avril 1917 fin Mars 1918, environ Vingi Mil/ions de lin'es de mas que nous avons vendus l'Etranger. Si l'on ajoute la masse exporte la quantit consomme da!1s le Pays et qui a atteint un chiffre .important laI' ja mais la consommation locale du mas, sous les formes les plus varies,n'a t aussi considrable. On voit la produc tion, aiguillonne par les hauts prix obtenus sur les marchs de Cu ha et par une active et patriotique jJl'Opagande, s'est .mulLiplie dans des proportions vraiment admirables Les rsullats ainsi acquis mettent en pleine vidence l'el'reur sculaire qui a consist faire reposer sur un seul pro duit toute l'assiette conomique et tinancire du Pays. Ce produit se trouvant tre, comme le caf, une denre de luxe, c'est--dire ne rpondant pas il des besoins de premire n cessit, et subissant, d'autre part, l'norme concurreBce de pays plus puissamment rien n'est moins stable que la tenue de cette denre sur le march mondial, et tous les qui en affectent le cours ont un prof'Jnd retentissement sur la vie nationale elle mme. La. France, oblige de penser d'abord aux objets de premire ncessit, indispensables la conduite victorieuse de la guerre, a ferm ses' parles au caf hatien; mais, recevait avec empresse ment tout le mas, tous les pois, tout le ricin, que nous pourrions lu\ expdier Il est donc de l'intrt d'Hati, sans ngliger le caf qui restera un lment essentiel de son nctivit conomique. de diyersifiel' ses cultures afin de pouvoir, pal' la varit de ses produits, supporter sans pril les dpl'ciations qui peuvent affecter l'un d'entre eux. Un pays, donl'la production est abondante et varie, voit s'ouvrir de-

PAGE 88

-88 -vant lui des dbouchs plus nombreux. de qtlC, la fermeture de l'un d'eux ne le laisse pas expose a la l'lune immdiate. LES CONDITIONS DU AGICOLE. Que la production actuelle d'Hati soit insuffisante, tout le monde If reconilait. Qu'elle puisse tre ,multiplie, cela ne fait aucun doute pOUl' personne, il s'agit donc, pur, une meilleure utilisation de nos forces productives, de fmre de nos possibilits agricoles et industrielles des rnIils con crtes sous forme d'entreprises et d'exploitations profitables devenant de plus en plus nombreuses dans le Pays, Pour ramener vers la terre toutes les activits et toute l' pargne disponibles, il faut que certaines conditions soient ralises, de ces conditions ncessaires au travail, et particulirement au travail agl'cole, nous a longtemps man qu; c'est la paix,-non cette paix de cimetires que les despotismes presidentiels imposaient jadis au Peuple Hatien,mais la paix fconqe et durable,fonde sur la justice et SUI' la loi, qui permet d'envisager sans crainte les rsultals futurs d'une entprhe. Cetle paix ne sel;a compl-te que lorsque nous urons organis SUI' des bases srieuses la Police des campagnes, fortifi, le respect des Conventions et assllr la pro tection dll travail agricole en le librantde toutes les entraves qui le gnent. Pal' un projet de loi sur l'organisation gnrale de l'Agriculture, nous avons tach de rsoudre ce difficile problme. Le "Gouvernement a d'ailleurs commenc celle uvre q'affranchissement rural en abolissent, par dcret du 2:l Janvier 1918, le privilge abusif des commissionnaires en denres, dits spculateurs i), et en levant l'interdiction de tenir boutique la campagne, qu'Edmond Paul qualifiait justement d'inique. L'.Agricilltrur hatien se ,dbJt dans la plus dplorable routine. J usqu l'anne dernire il n'y amt pas une seule col d'Agriculture dans ce pays, que tout le monde s'accorde cellendant reconnatre comme essentiellement agricole: la Ferme-Ecole de Thol' ouverte dans le courant de 1H17 rend dj quelques services; nnis elle nt! saurait suffire tche norme qul nous faut raliser au point de vue de agricole du peuple des campagnes. Nous avons ce sUjet vous prsenter un plan d'organisation rpondant aux di\'ers besoins e notre agriculture. Mais l'excu tion de ce.plan de\'ant ncessiter beaucoup d'argent el dl! temps, et l'Ecole ne. pouvant agir que SUl' les gnrations Yen ir,l1ou:; qevol1& il prsenl,le d'augmenter

PAGE 89

-89-la valelll' professiollnelle d LI paysan hatien et le rend emenl de SOIl lra!Jail pal' l'organisationd'ull enseignement nomade de l'agriculture, par lnstitution de jardins annexs aux coles de l'intrieur, par rtablissement de champs d'expriences,. par la distribution gratuite desemtlces slectionnes, par la cration de ppinires pour les plantes qu'il y aurait intrt acclimater en Hati. La diffusion des connaissances agricoles dans nos cam pagnes est d'autant plus indispensable que le rgime de la petite proprit est la en Hati. Le petit propritaire n'a pas les moyens de faIre appel un spcialiste. Il cultive li-mme sa terre: d'ol! ncessit pour rui de la connatre afin de pouvoir, par les meilleurs moyens et dans les meillelll'es conditions de profit, tirer 'elle tout ce qu'elle peut donner, ET CHDIT AGHICOLE. Deux questions intimement lies. Faire des avances aux agriculteurs, c'est bien. l\Jais cela ne suffit pas, -il faut encore tre sr qu'ils sauront utilement les employer. L'institution du petit crdit rurale est l'un des problmes qui devront arrter le plus srieusement notre attention Il nous faudra tudier un sp;tme-assez simple pour tre com pris de tout le monde, assez souple pour pouvoir s'adapter aux murs et hahitudes du peuple-qui amnegI'aduellement les paysans prendr.e cunfiance en eux-mmes, renon.cel' IJeu peu la thsaurisation et il comprendre le bn-. fice immense qu'ils retireront de remploi pl'Oductif des par gnes qu'ils accumulent dans leurs cachelles, sans profit pour eux-mmes ct au dtriment de l'agl'cu1ture nationale. Il est lin autre faclenr dont l'extrme importance au point de vue agricole et industriel ne devra pas moins nous proc cuper. Ce S)tlt les 1',H1tes, elles aident en une mesure appr ciahle la production, elles assurent l'accs des marchs ex trieurs. En offrant le moyen d'effecLter de perptuels changes. Elles sont indispensables au transport et l'coulement des denres,el.les facilitenten outre les voyagesincessants grce Huxquels les lments de civilisation et de progrs sinfiltrent' insensihlement dans les campagnes, rendent les hommes de la glbe plus sociables, en poliant leurs n)UrS cl en affinant leurs gOlHs. Sans elles les groupements ruraux constitueraient des clans isols, borns dans leurs besoins comme dans leur horizon .. L'utilit des routes communales, des .chemins vici naux et particuliers est donc indniable. Les ntres ne sont pas tous en bon tat et tOUjOUl:S propices une libre circula-

PAGE 90

00tian. Dans quelques-unes de rgions, il en est qui, aux saisons pluvieuses, sont entirement impraticables. Il convient de les rparer a\'ec soin et de les entretenir constamment. Dj, un effort trs louable a t dploy cet gard. De grandes artres de cOl1ll11urications ont t ou vertes ou restaures. Dsormais, plusieurs de nos centres la borieux et industrieux sont susceptibles de pouvoir traiter d'affaires par des voies directes, favorables au ngoce. C'est l un rel. l\Iais il est ncessaire que l'uvre entame soit paracheve Les routes puhliques doivent tre multiplies La rfection de celles qui sont dtl(iores mrite d'tre ex. cute de faon qu'elles puissent, sans subir de dgradation, rsister toutes les intempries ou au poids des plus lomds vhicules, L'Etal y est oblig, afin de faciliter le libre jeu des transactions par lesquelles se manifeste l'activit agricole ct ind ustrielle. La question de,s route .. nous celle tout aussi im portante des eaux; De grands travaux dCYI'ont tre excuts pour assurer nos clulInps l'arrosage systmatique indispen sable la des cultures, C'est toute une orga':isa tion qu'il nous faudra crer ici pour l'utilisation conomique des eaux ct leur quitable rpartition enlre les proprits; pour intresser les planteurs l'exculion et l'entretien des ou vrages reconnus ncessaires par le sen'ice de J'Hydraulique agricole; pour asnlrer la perceplioil des taxeset le rglement des contestations que pourraient pro\'oqucr le recoU\'rement de ces taxes et l'xcution des travaux, Le projet de loi,dont nous vous parl, contiendra des prescriptions prcises ce sujet, de mme qu'il comportera un ensemble de mesures propres conserver ,ou l;econstituer 110tre magnifique domaine forestier, dont no,us avons, pal' une coupable incurie, lai:-:s dcrotre la .valeur. . Jusqu' prsent l'Etat n'a tir de ses terres aucun avantage rel. Nous croyons le moment venu d'en faire un usage plus profitable l'Agriculture et la Douane du Pays Nous devons examiner les conditions dans lesquelles ds concessions pourront tre faites des familles d'agriculteurs hatiens ou trangers, s'engageant il se consacrer il telles cul tures ou tell es i nd ustries dtermi nes, En le moral des P?IHllations, eOn leur inspi rant le gout du hlen-etre et du confort, en crant en. leur fa veur, et en dveloppant l'institution du llOmrstead. nous les attacherons au sol et leur feront aimer cette terre d'Hati, o elles ont tant sOllffert et o elles doivent vivre dsormais peureuses dans la p:lix des bbeurs

PAGE 91

Ut HOLE DU MI:'\ISTRE DE Dans ce mouvemenl de rgnration conomique et sociale, le Dparleme_nt de rAgriculLure doiL jouer le principal rle, Il doit pouvojr diriger l'orientation de notre agriculture par ses conseils aux cultivateurs et pal' la diffusion des bonnes mthodes cultumles ignores de nos paysans En se tenant au courant de la situatiou du march international produits tropicaux, il conseillera la culture des denres de meillem et plus sr placement. De mme, par clUH11pS d'expriences el pUl' ses laboratoires, il. pourra les 'IH'opritaires d'une rgion de l'avantage qu'ils peuvent avoir substituel' telle culture il telle autre que les qualits du sol ne favori sent point et il laquclle ils s'attache-nt p'm' pme ignorance, Il faut qu'il deviennc un office de renseignements libralement ouvert tous et que, pal' une action incessante et mthodique, il dirige notre effort dans les voies les plus sres du' progrs conomique, Il est juste de reconnatre que le Dpartement de l'Agriculture n'a t mis en mesure de remplir !)on rle: Il a t constamment sacrifi, et la modicit de ses mo\'ens a tellement paralys son action qu'on s'est rarfois drllland s'ine fallait pas simplemenlle supprimer, Pensez que jusqu' l'heure oil nous cdvons ses douzimes mensuels ne dpassent Cinq mille gOllrdes '? ? Une telle situation [;)e saurait durer: nous devons doter' notre agriculture et notre industrie des ressources financires' indispensa'bles, en faisant du llpartement de l'Agriculture, par la nouvelle organisation que nous lui don nel'ons, le nisll'e de la Prosprit publiqtie. Vetiillez agrer, le Prsident, l'assurance de mon entier dvouement DANTS BELLEGARDE,

PAGE 92

INSTRUCTION PUBLIQUE Monsieur le Prsident, Les terribles vnements dont le est le thtre de tantt quatre ans,. n'ont gure pcrmis au Dpartemen.t de l'Instruction Publique d'aborder srieusement la rorgalll sation de notre enseignement national.Son action, son grand rcgret, s'est borne jsqu'ici prvoir d'une faon plutt tho rique les que, par une tude attentive, il a re connu tre d'une urgente ncessit pour notre enseignement; Comment entreprendre en efl'et une rforme importante de l'Instruction Publiquc un moment o le Pays suhit si pni hlement le confre-coup de la Guerre Europenne, cette heure o toutes les transactions fructueuses sont paralyses par un nrrt presque complet de notre Commerce gnral'? L'nppel de toutes nos classes la vie intellectuelle ne peut se faire qu'nu prix d'importants sacrifices d'argent. l'lIais il faut ponr que les ressources ncessaires soient trouves,que notre Agri; culture et notre C.ommerce soient florissants,que notre indus trie s'affirme, qu'enfin le Pays se dveloppe dans l'ordre par le Travail au milieu de la Paix du Monde. Vous nous excuserez donc, si contrairement, vos esprances et malgr la bonne volont du Dpartement le prsent expos est encore un tableau trs sombre sur bien dcs roints, de nos divers degrs d'enseignement. Toutefois les renseignements qui vont suivre Vous per mettront de vous faire une ide exacte de la situation prsente des di"crs services du de l'Instl;uctioll Publique .1Hnrnl Cet enseignement c;)mporte quatre catgJries d'coles; ] o. les coles pl aces sous la su rycillance excl usi ve de l'Etal; 20, les coles prcsbytrales; 30 les col(,'s prives; quel' ques congrganistes situes la campagne, Moron, Carrefour, amassin etc ... et dans cert aines communes qu'on peut juste titre dnomJ;l1er ruralcs,)