UFDC Home  |  Search all Groups  |  Digital Library of the Caribbean  |  dLOC  

GAZETTE POLITIQUE ET COMMERCIALE D'HAITI

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
GAZETTE POLITIQUE ET COMMERCIALE D'HAITI
Physical Description:
Journal Article
Language:
FRENCH
Publisher:
Imprimeur de l'Empereur
Place of Publication:
Cap-Haitien
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
Caribbean Area   ( lcsh )
Genre:
serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage:
Haiti--North Department--Cap-Haitien
Coordinates:
19.75622 x -72.199669

Notes

Abstract:
(blank)

Record Information

Source Institution:
Biblioteque Nationale Haiti
Holding Location:
Biblioteque Nationale Haiti
Rights Management:
All rights reserved by the source institution.
System ID:
AA00013097:00047


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

(Numro 31.) G A z T T E :" '; POLIT 1 QUE ET' COMMERC 1 AL E D'H '.' .... Du .Jeudi 7 Aot 1806, l'an troisime de l'indpendance. DIS C o URS De M. Fox la Chambre des Communes. L'injustice 'la f111 produit r olt. 'J'anc.: ; gnation, ,qoit sentir la ncessit. ,d'allie-r,' les mesures les plus 13oge.ge' modr qui cgp.vient ,aurespe.ct, M ttes courQnnes J et ,dont on, ne", doit.;,pas Fox secrtaire d'tat, rclama s'carter en ce moment. Certes ,en 'l'ordre du jour pour prendre en considdes mesures prises par la cour de 'ration'le messge de majest; et aprs l'on ne doit. pas la leclure' J il se leva 1 et lit le discours dictes par le roi de Prusse ,car l'qn.coll" suivant: nah ce souverain pour. tre d'un cc Il est impossible que le me;sage dont doux. et pacifique; nonplus,ne,.doit ... on. nous venons d'entendre la lecture, n'ex-pas penser qu'eUes ,ont, te pas les plus' ses minia.tres, 'car aucon.m'ini-stt'';ri:OIJerait" que sment'lesdHfrenrs oisposiiions-d'cs-' conseiller des ,mesures, viol.n.tes prit qni peuvent dans cette assemaussi aux,.intrts:.de" ble. Lorsque nous d'abord narqne; mais il faut, que sa majest s'cst ab5tc'nue d'avoir remajes-t prussienne ne les a ,cours ses sujets brit,anniques pour l'instigation des, conseils, ootenir une rparation de la violence et dc:ce pays. Si j'eusse eu de l'injusticE' qui lui ont t faites pa,r de censurer plus fortement.la l'envahissement LI ses possessions lcc-, cabinet prvssien, il eut t n,cessair,d" torales; H est de n'tre pas mettre sur le bl,lTeaU plus grand ilo,mbre: touch de reconnaissance pour la bont, pices,; mais ceci ,n'tant pas .inoa et la sollicitude que sa majest a toujours objet i' je n'en a\ requis que pdU, c)at t, ses sujets de ce a' t inut,He ,d'en presenter d'avantage; attendu 'avec la 'plus extrme qu'elle que ,mon. dessein chargee los, ; a pu consentir les entrainer Jans une ,couleurs de l'accusatIon, faIte le, mes, 'guerre pour des motif5 qui ne concernent, ',sage.,:, Pour fa.ire cs pasdirecrement les qui, ont. t Aprs avoir' iiotre. gratitude: (lui ne trouve point d:exemple:, sa le 'premier qU:e doit, d,aps les plus o-lieux .-exciter. ce "est, celui ,d'une juste: ; les pll;ls; ma.lheureuses d.e indign ation de la conduite de la cour .il: sera', fall.' 'Prusse. J'esp'requecheun desniembre,s,: 'd',ull Fas.pro'!!',; en tcmp's"iu'i1 prouve cette indi-cds doit tre rapporte la. conyentioD,

PAGE 2

( J!%!J ) .;condue ;Vicnne le ,t"5 e Dcembre., pe5sderdfinitivcrncnt l'Hanovre, m::frs seulement a vec la facult de le restituer' .. ".-nrr le COtnte de HJl1gwitz et l'cmpef"errr l L' rraot;e, en memeternps,'prcssalt :tlesfral1aisymais-en (lu'dIe. pour III cession et tle"Rareuth. bitutlton (le liPnbst!; 1fslue sot1;Que'lkalors CertainetDt-r-tt souverain cond"lt 'e trait avl'C la france; il, ne pOUVdC pas esprer que ,l'en it se ses :moyens de ... nelnent se -,.' -, entre lui et sa britannicme J pOlIr .,:n,"oCToCi[ttions etaient a ceux \fi lui:laisser ; et-il J ma.qu'elle thait de propres ,rcssurcf.'S ou ,Ietnent J de s-'en emp-arer sns le,.conscn--(le ar.mes. tentent dt! sa et SOU'i .. :!):Lcs armEs Je la ticnt sans d'uu 'luivalcnt pour Bareuttt ... dolIfenolhureuses et nif pieJ' rC!ipecet les (lui 'taieTlt c,les la 1 France, L'on nc pl'ur donc pas dire que cc :;-(able ,. 'ihais sur elles seu es que trait et les qui l\lITl:suivies, rid'e Prusse cum ptcait, lorsq'il ngo-taient l'effet 'de la crain te; car "cih avec la France r Certainement Don:; qu'clle tait la ncessit o. se trouvait ava q donnait pins sa mjcst prussienne r seulement .1 L' la nces1lit de..cecler Ans-pach t't l-lart':ut h? -de'poius ses negoclatH'msempcreur C'eut ct U/1 b-iengrand Joas .Je Rllssie" aprt}s son dpart d'Austerlitz J encore un malheur qui e-ut pu tre justifi ,laissa la direction delouteson ar.me par la'ci rconstance; ma.is la de n,. volont du roi de ; l'Angleterre lui cessit.lallgue 'par le. roi de PlUs5e ... iSvaitaussi promis une aS$istance 'puisdiHrente; ila:dit : Parce que j'ai perdu cl ,'... Ansnach et Bareuth jeme trouve dans hi. : san te, en snbsi es pecumalres.,. en cas r o ncessit e m'elnparer des possession-s 'dans la guerre avec la (rUne t-roisimepuissance., non-seulement iFrancc. q'elstaient les moyens qu'il pospuissance, mais d'une pIns e poids ses : que :t'tais dans l'obligation, E,t:':cduirile1itles em-:' respecter J dan$ tous les temps toutes les ci rconstance9". Telle es.t la sort ;,ploys en saisissant une parHe de ncessite allegue pada .cour de Prusse; :d'es. psessions d'une des .puissaRccs qui et c'est:j ustcUleut ceqcii rendsacau'se JaValt, le. ptuscontribua; le soutenir dans.beaucoup plus mauvaise que celle de rang t la: situa'tien qui le mettaien t en ,.autre uel:,Europe ; Car 'pour .:tat-de co:nclurele' trait. ,Aprsl-a,signa-.: ('Je ne, pas. fal,re '" ,la ddf(!rence cl opinIons relun ve tralt/ son ?ffralt avec l' mals l'Espagne, dis-je', 'Ide 'grandes dlfficultes;, ces dlfficultes pro-' n'a pas autrement rempli les vues de :venaient .. cn grande partie, des justes ennemis qu'en leurfournissallt des "scrupules, du roi qui s'apP9"utsid:s cColes ... bien difficile de prvaloir sur on.t ete ouhgee5, pa: la. terreur-, ,""l. ,.' ,'. .de faue ceSSlon de-leurs' teI:rltOlresla ;sa m.aJest .bntannJ({ue., pour lUI fuue :France aucune autce puissant.e. JJ.''''' !ratifier et JP seDtit, par toblige, parla terreur, de ;. cela mme, que ses droits taient si ,mal des spoliations ses tablis,.que-l"Hno:vre jamais VOlsms. Ces: .e.n cela que la cause ae ta b '.. 1 t cl 'Prusse e$t ddfcrente de-celle de toutes les Tt:tre qu un len pauvre cqulva eD es' 'T '. ,. ,. 1 ,autres DatIons. l..'OUS ne. pouvons qu rt .. etalt oblige I.a jetter .ulIregard ,de Il sentit en outre .. qu 11 ne:pouvalt.-de, mepns sur cette ;puis;sance ;,pas, sur ,:aucuQ de ,jusMce J le: ''lu'e.lle \receveir d'autre9 ... -coooit-ians que celles "( une con81d. '-tatlon degradante pour;la ... France ",Je -elle-blige -mme '", .et,ll u-e. _.PltonC1-1t :F" c4.abord ;pronncea etalt.';$i

PAGE 3

( 12 ) qu'on les appelait cc le berceau e la maison de Brandebourg JJ. L'odieux. de cette cessic," a etc encore augment par hl conduite du peuple d'Anspach ": possession rl'Hanovr:Le parlement, l\lcssieurs ,Joit aisment voir le Lut vritable travers tons ceS prtex tl'S d'arrangemens con ve -'nables, dit"on, et ncessaires nu-x ports d,u 110nl, et {lui ont finis panlIle dcla 'ration de la Prusse qui a prcd-la cl-ture de ses' ports. La Prusse annon,-a p,lr la suite, que les marchandises anglaises pourraient passer traverS'Ulle partie du territoire.prussien. Aussitt aprs ce canal 'de communication fLlt-i-nterrompu j alors la Prusse ne dissimula plus cette mesure .monstrueuse, qu'elleptexcuter t en s'em-' :parant d'Hanovre comme un prsent de la France; et duquel on ossa -assurer que la 'France avait, par le droit de conqute, : : Est-il Rl!CUn exemple qu on aIt dISpos d'une' provlnce avant ta' _'fin de la guerre dans laquelle cHe a t -conquise ?Et je demande. encore avec plus d'assurance, s'il est un seul exemp-le qu'on '-en ait agi de mlue ; lorsque le sGuverain du territoire cJ est en amiti avc;c elui qui la ces;ionest farte,? 'A. qu'elle extr.-: ;mitla conduite de la de ne rdJiit.elle ;pas. de' CI ue les lle la Prusse' n ajoutent cncore nos crtlamits. Tout accroissecnent, dans Je nombre de ennemis, doit augn:cnter nos calamiti!s et Ct: tte ci rconstance en est u ne LJien or-a nJ7 C' b encore uue at;ravation dl!' c\Jtre _cala, que ce que nous pourrons t h.lre, pour montrer notr,e Juste .mlgtlatlOn de b conduite d.j J-Prn.ssc." ?oive J en .quelque sorte, affc:cl" les des neutres J ceai des ndtions en amiti avtc nous ct mme affecter jusqu' nos propres indrts. Mai.9 Mes.sieurs J il est des circustances o sacl'jfice -des intrts llldiocres la conservations des prineipes, dcvient'u!12evoir. 'V ()ici U110 de ces circon5ta'Ilces. --Si nous' (lue la conquitetle la Pitlsse pa.s.e sous silence,nous devons comptet' sur une dgradation de Botre caractre national. :Je sis loin de chercher ir.si:" yltler aucune suspicion sur :l'honneul' ds autTes puiss.'lOces du 'continent mais Messieurs '. comment pourra -t-, cin-coi? parer la position o elles ont t ga.id, avec celle Olt maIntenant. Lorsque ces COUrs sont fores de leurs possessions l'autre, .la puissance. colassalede_la France, en gruissnntsu1"_leursort, no 'pouvons avoir -aucun contre elles. Nons leur-dir .: .
PAGE 4

C 124 ) conr e Bcrlin en .prenne sur eUe les conplus auacieux spcuta.teufs, rien. d sfluence,ll est possible 'lue le roi de Prusse plus propre b:anler la stabilit puisse se fire illuson an de s'ima':' v,ernernc,ns le qu'on gincr qu'il a beau?oup gagnc obtenant s est attrIbue repubhque ou d,ans la p'Qssession d'Hanovre. une n de des francais peuvent aVOIr contnbues a des sUJets sans aucun nt pour-le crer et cette illusion. Qu'at-il caractre de ccus par qui ils doivent obtenu? Tout ce qui a pu tm arrach gouverns, ni sans s'ernbarrasser s'ils d'fIanovre a t enlev par les franais, sdcnt leur attachement ou haine! et ils ont' permis ensuite au roi de P(u:;se changschampscotltrechamps,.ehangs oe prendre d'un pays produit de vos, champs, Sous un' autre pomt de vue, M('ssleurs, tlaux: pour bestIaux ma13 n el:h;lDges la Prus'iC a', 'en plus perdu que jamais vos peuples. L'on doit gagn, Je puis que!a regard!.!r c,ollltn,e quehll1e attention que d g,lluvernement. ses sUJets, et des l'Autrtche ne l'a etc. L Autrrche a ete sUjets il leur gouvernement. Cct attache-force J' par des revers, de faire une paix ment mntuel a toujours t considr par CS conitions extrmement onreuses; tOIlS ceux qui ont raisonn su r le "mais 1 Messieurs, en cdantson territoire, social, cornille la pierre fondarnC'nraJede -l'Autriche a du liloins eu l'attention cl c ne la socit. Il a tou jours t en effet, t Gori':' qu le sien. Le de'rnier degr d'asscr-'sidr cOlllme tel. J..; laisse au juger.Dcnt 'visselDcnt esfd'tre le lllprisable instru-de ceux. qi se sont' consacr au develop;' :ment de l'injustice d'un maitre, Er, MospCUlent ce principe, de n'ousdire sieurs.; peut -'il y' avoir de plus' forte;:s qtiel point on l'a bralll par: le cou'p .preuves que fa ql.te la Prusse vil,lleut rju'on vit."nt de lui porter. Pour 'prtend exercer sur l'Hclllovre, n'est que pensant comme je le-fi"3'sur Ge je nominale,. que la mission du fran-. dois avoiler (l'le j'ai .rcssenli un ;ais ce pays le eviucnt tic111ier en et e la, note, dan.s laquelle, Je 1 al dlflger de.1a 'manIerc la plus convedeterlllltl:ltlOn' malterable e sa marestlP, ;naol fa rD:'lod connair,. de ne jamais C?onsentir tranfrer:;is diffrentes lsultes (lue la et affectionns sujets hanovl'ico.s', Prusse a re de France, dt:puis su "Je ne sache pas qu'il soit ncessaire: d' comp.lte. La France l'a. traite, "tenre d'avantage ces obsrvations; certes, avec aussi peu de ct:'rmomc tpIJelle avant e les terminer', je clois' ann(tiiei-.le mrite, St:s ont 'te occupees par qn'il n'y a pas de doute que l'exclusion des les troupes franaIses; ses remontraD;ces seuls hcl.timens anglais rtcs ports ont tout sc nesoit un acte trs-d'liret non termmera-t-ll? Cest ce que Je IIC pretcnds contrcl Analcterr ", .' ". pas Clire ; mais au moins l'Angleterre vi-M, Fox conClnt la Tllotion tora le plus gran'rI malheurs p,oss,ible! adresse de sa majest, flur. en ref:lsant sanctIOnner ,pnnclp,e comme l'ordinaire. n'est qu'une oppose al! bIen tre de la en. tition 'du message. '. : ; r,. tera le malheur de paraitre lTIdlfferente. auxsentirnens de notre gracieux souverain, .. .,'.' r et d' tre i nsensi ble la conserva tion de A VIS. DIVE. R S. 1. !.:{-. .ses droits'; eIte vitera aussi le malheur. t M. 011y. tapitaiill: de la plus grand encore. de do:nner son cons en-de nepoiu[ fait tidi! aux Matelots de teillent et son approbation l'odieux usage cem golwe. pu payer qu'Ils pourront contracler.: .' ':' .. qui .. a ct adopt, de t.ransfrer les sujets Ir eu enu' an piIYcs de la .. d'un prince lm au tre, Grand Dieu "j'en Morin. une J urnenti poil bai sOlJrif, sor"(aliin. appelle ceux' qui on t sen.ti le dangt:!r du montoir JL. slIr le devant ML.: ce!le.;hon dont les gOlivcrnclUens rguliers 'ont t dq manIait Une b,lure j elle sera. vrDd ... le.J mnas par les opinions' insenses de rant, si on ne l'a plS, \' .: i visio;naires en thousiastes. Peut-on J les projets les plJ1s rvoltans,. "':. .... '... ..... .. Au Cap 1 Rou x', de l'E1;nper'o., .. d!Anjou'et plac d'AnDu. !;f.r ...... .. ....... 1 ..


xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID E641TAPED_DAV35M INGEST_TIME 2013-10-10T01:48:33Z PACKAGE AA00013097_00047
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES


  Home | About dLOC | Collections | Governance | Digitization | Outreach | FAQ | Contact  
  Powered by SobekCM
Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement  
© All rights reserved   |   Citing dLOC