UFDC Home  |  Search all Groups  |  Digital Library of the Caribbean  |  dLOC  

GAZETTE POLITIQUE ET COMMERCIALE D'HAITI

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
GAZETTE POLITIQUE ET COMMERCIALE D'HAITI
Physical Description:
Journal Article
Language:
FRENCH
Publisher:
Imprimeur de l'Empereur
Place of Publication:
Cap-Haitien
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
Caribbean Area   ( lcsh )
Genre:
serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage:
Haiti--North Department--Cap-Haitien
Coordinates:
19.75622 x -72.199669

Notes

Abstract:
(blank)

Record Information

Source Institution:
Biblioteque Nationale Haiti
Holding Location:
Biblioteque Nationale Haiti
Rights Management:
All rights reserved by the source institution.
System ID:
AA00013097:00006


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

( Numro 8. ) GA z E T T E POLITIQUE ET COMMERCIALE'D'HAtTI; Du Jeudi 3 Janvier 1805, l'an deuxime de l'indpendance. NOUVELLES DIVE RSE S. De Londres, le 27 Octobre. LES nouvelles reues d1talie nous infonnent que les consuls danois et hollandais, l't six. autres per50nnes ont. t envoyes il Gnes sous une escorte de troupes franc:aises, et ont t jl'tts dans les prisons, sans qu'on sar.he pour quels motifs. Les troupes franaises, dans les tats du pape et du roi de Naples, reoivent journellement de nouTeaUx. renforts; elles doivent prendre possession de Ci,ta-V ecchia et d'Ancone, et probablement aussi de Tarante, Otrante et Narles. L'accroissement des troupes russes il Corfou, ollrira Bonaparte' le pr texte de s'emparer de Naples. Comme de mme la guerre. Far lui. entre l'Angleterre et l'Espagne, lui fournira aussi l'occaaion de tIans les affaires intrieures de la cour de' Madrid, et de faire occuper par. ses troupes le 'royaume d'E'pagne. TI parait que notre ambasseur il N aple's sera dans la de laisser cette ville. Il y a un btiment slIr cette cte pour le recevoir, ainsi que les ncgorians anglais, en cas que les 'circonstances poli titIlles rendent leur dpart ncessaire, Les noun:lles reues de Saint Petersbourg sont de peu J'importance. La gazette de cette Tille con tredit le bruit que sa majest Sarde avait laiss Rome ponr Gai!te en consquence des dpches qu'elle avait de la Russie. Samajest, d'aprs oeque l'on assure, ne s'est ren'ue Gate que pour y prendre les eaux. On annonc:e, dans les papiers hollandais, 'que (les importantes ont?,t reues la Haye. Eonapartc tait Mayence le '14. L'clecteur de (lfsira de le complimenter par. un' des gen. t.ilslwulll1cS de sa cour; mais on lui dire qlle sa yisi:c personnelle pourrait.etre seule. acceptable l'c1iupercul'. ,Des letlJ:cs d'lt,ie. disent, que Qes garnisons fran ont resns ordres d'occuper quelques-tms des ports du pape, a11n d'empchet qu'aucnne atJ:e puis:;.mce n'en prenne possession. En consequence d'un message du lord Hartowbr ,. secrtaire d'etat de 5a majest pour les affaires tran .. gres, un comit compos des personnes suivantes, engagee avec le commerce d'Espagne, se sontrmdue. lui luer. .': M. Bell, de la maison de Reed et PanirtSCin M. Macdonald, billiter square, Et M. TumbWl, prsident du tnounal', des negoc.ians faisant le commerce du midi de fElirope'/ ainsi que quelques autres ngocians' du. d'Espagne.:: Lord Harrowby lent qu'il avait dsir do le! voir au sujet des relations de l'Angleterre avec l'Espagne dans lesquelles ils avaient un' si -grand inLrt. TI donna connaissance qu'il lement, entre les dewc; certaines ngoci..>ions, dont l'issue tait encore incertaine; et que cations' ayant t demandes sut l'intention"::rl'ec la queUe on prparait des armemens dans les 'potts: d'Espagne, sur lesquelles on n'avait jusqu'ici' aucune rponse satisfaisante. Bon exr.ellence a pens ncessaire de &.ira ces communications, laissant il la prudence des qui taient prsens, la 1 jugeraient le plus propre pour la prservauonde leurs intrts de conimerce. : .:.' Le comit est entr dans de longues discussions avec lord 'llarrowby, au mjet de, la conduitad., ; l'Espagne envers l'Angleterre depuis la. 1 du trait li plus 1 sur l'infracuon du 14 .' arucle du tralt.e. dfutii de portant que tout squestre JDJS de.Eut et 'd'utres sur des fondir,revenus et ciai.ces ,'ils quelque nature que ce : aucune des puissances contractantes, ou 'leurs citoyens ou sujets, seront levs immdiatement: la signature dfmitive du trait. 1 1 ; I.e jugement de toutes rclamauons Jlatml individus des nations respeq,lves, pOUI

PAGE 2

30 ( prie ts effets ou droits, 'aucune qui, d'aprs les usages reus et les 100s des nations, s-raiirlfreclamS: icl:e:p:oqntt dkIa. paix. serOIi..t :re'frosaux tribunaux competens ; et dans ces cas, prompte et complte justicr srra renc:lue dans .s: pays les rclamans auront respectivement des droits il faire ) un entirement oppos aux principes qui ont toujours dirigs ses communications avec la G::can&-1tl:StagR&. Les-ngocil.ns iDsistrentalors valoir I.e-tllOnva. que l:'-Esllag.p.e l"a.i cuupable ciela viohrion-dhecte-dece dernier article. Nous ;<1nnrnns la rnnnse nue leur fit lord Harrowby sur point; mai;si, Co'eu; lit le, seul sujet de griefs dont 1 onet il se plaindre, il eut te de peu de ncessite d'in sister sur son redressemerH pendaml la: G'ontiauacion de la guerre aver.la,France. Indubitablement les plus JIi'lJlcl.s, de plaintes canue l'Es.pagne sont actuellement les n9ol'v:eiMW. armeJDeU6 o-cdonns dana s,es, pflrts,. el Mut lesquels IlID. JIl"a jamais PIL obtenir a001:lll."e nplicacioDl suffisante;: lEs subsides fournis. la: FJ!anCe:; le U!ittement .fuit J M. et la conmsmt:ante du! de la. Pai.,-Il pas possible d'offrir aucune excuse de cette conduite, et jas: le; pllish3ger 85pOr de les. recnou. Ces griefs paras&ant av.oir t. mis, en mag."6 il q.essein.q.;uruer en heatilitsvec Quand espagnol ordonna Q,'anner-!ie"l'aisSlIaQJi. il e:vait. Itr&-l1L'pus rl!cevor du ,a.biuat de Saint-James des remontrances, et dE:vait p056r cpie ... iea mew 'lue; le; dsarmeelll de; aes -.aiSMlau:s: Jliiitai.t fa.it; pour cent-ent:eJ! cett:e-cour. maimerianA il .. fit. paai pumill ,cl'Inag .J; f.lJ16 1'El;soit. iailk u. pGm, d;anur-avec le. de a evpcimail. un lll'IiCQn,. tattDlfllil de: ses NElU6 anneac plU lwJ.ut l resultat tre-vue .. et ls. ng.ocia.as fai6ant lt eommeI!% IL MUS. restse lement dire, que les mllJfi ag.ociansSf: sems .clie&. le d:valiar Aunlutlga amb.a&aeur autant'lu'il ..tait des senaieila lie son ell!eelleru::e .sur.1e actuel, et .. pariiwtliell!ftnCDl ,_ I!et pner leUl! .dbm:ler l'assurance que les de gra!> an ltuglet:enii: :pIeulI rEspiz,gMll de la /Ille ceos dtar.geso de laines sortam tii ,.mme en.tsmps gtmrre .. J .. II son.elX:ell.imc:e li! prbUV' q' ne pas. d' fi.;itcr de'zponi1t allL'l de ce g.eme" mais eDr.ere de rien ruJ:e. qui pt ClDwproililellze SOJll autorit. eu impliquer-en. M1Cune manire, :Les intrts aes dftux p .. Son exceUelli:e. ne.alUlWins, a et iusqu'a dire, qu'avoir du doute te sujet ,. serait supposer que If: ga.Te.rBeIJUU1t. avll es.seim.d.'agiJ; cl.'aprs avoir l'assurance de la part du chevalier d'Arduaga ) en sa qt!illit d'ambaosadeur) qu'aurune squestration de )1rtlprt n'aurait liu en. tant qu'elles concerneraient les btirnens r.hargs de grains pour l'appro...-isionnemmt de l'Espagne, st que Cl ls b,kimei4 recevraient la mme protection que ceux qui trans-portent les laines d'Espagne en Angleterre. Son cj.celleR;::e Ih-ica encore de donner aucune rponse directe ni aucune assurance; mais cependant lorsque les. Rgot:ians lui dirent que de telles instructions concernant les btimens charges de laines avaient te donnes et saurctonn.easpnr le gouvernemellt anglais, et qu'ils pourraient lui en prouire des preuves pour la satisfaction de son excellence, s'il lui plaisait; le ch8.valiew ObS6rTa. 'abord ql\e s'ils lui prsentaient une copiede la pice lui alors it prend-rait cefle affaire en considratiou. Si nanmoins l'ambasSadeur d'rupaJgJle n'a point d'insll'uc.nofts de sa cour'.sur ce point, il est vident qu'il ne peUl FrellrQ sur lui de donne!: aucune assurance ; non plus, si la cour d'Espagne elle-mme n'a poini reu Q'i.nstrUl>tions du cabinet de St-Cloud, elle ne peut donner aucun gage-sur qui l'on puisse compter. Une as.&urant:.e mme de la part des deUlI. cours runies ne serait pas une assurance. Les rcLnnatiolU des ugqcians aJlglais: pOUl' proprits sequestrees pendantla demire guene, ne sont--elles pali restes Cil' moment, quoique sl!.pules dans le trait de paix.? Peu;nnt -ils' esprer qu'on "1 aUra d,'egards tant que ces pays 5eI!'ont encore eD tat de guerre? On rapporbe au sujet de l'armement de la part de l'Espagne, que sur la. question faite par le ministre anglais a Madnd, demandant l'explication de leur et de leur desbination, le gouvernement espagnol a rpondu en demandant son tour: Of. Qu'elle etait la destination des escadres russes et de leurs ope rations da!ti la Mditerrane" ? On dit aussi que lagouTe:rn.emen.t anglais. a cel1taines informations sur la. conclusion d'un autre trait entre la FrancQ et l':&tpagnfl, pal!' lequel la premire a stipul une assistance-
PAGE 3

'( 3I ) jJl"ifJ,Cip4';' ct l.4ur$, -et: STlr le t1erm'er Compte 7'endrt, Je "iri/;;':;, il a.pl'" de tek }ll'oc'6s, d'e 'Z" A'dmimstratm' des Finances de la FralZ&e: clu roi-Bi da diEs-' .6:o!tlpartil: et son lllJ.ce, sera le, Eoi &b le CQl1siJil de: MadEitt, cgalemet1t le de-la 'li& et: des espagnols, C.onlJll.e, da I:elbes, dES. hoUaDdais. et des fl'a-naii. Le des fJ;g,ates de saJ,Ilei. et lundi, est nOus le il. d.ess.ein, de CODl mettre des h,Qst!;.ts contte l'Espagne:. OI.'<;!J;I:S ont et envoy.s. a. Falmou.th d'arrtef le d:v&rt paC}.uet de W il1_sl;ghJ.m ,qui, tait en, s.enir.e a,vec malle du 18. Nous
PAGE 4

( 32 ) d'Wl ct, et de l'opinion publique de l'antre, MTreusesque fussent les lumires qui sortaient de et doit tre regard comme digne d'une confiance ces tristes combats; car c'est il cette poque que la universelle' .. lassitude et le dsespoir' ayant ramen la rllexion, Pendant les vingt aimes de troubles et de malheurs on commena il mesurer la profondeur de l'abime se sont .pour la France depuis 1780 dans lequel la rvolution avait jet la France; ceux jusqu' 1800, la faiblesse du gouvernement d'abord, qui dsiraient connatre le vritable tat des Closes, et ensuite, l'anarchie gnrale, y avaient introduit pouvaient du moins tre srS de ne jamais manquer par rapport aux a1faires de l'tat, une publicit de de donnes. Les conseils et le directoire les' four'discussion, pour le moins gale celle que la constinissaient alternativement. Tantt les lgislateUrs, 'tution et les lois ont maintenue en Angleterre. Sous jaloux des usurPations toujours croissantes du drec-les derniers Dnistres de la monarchie l'administoire, ou indigns de ses brigandages, qui dvoraient tration, e:n "discutant tous. ses devant le les derniers dbris de la fortune publique, attaquaient public et. avec public, contrla, s'accusa, et sans menagement les tableaux mensongers que les 's'excuta trop souvent elle-mme. Depuis M. N ekel' ministres de ses ,olont,'s prsentaient de temps en radministrateul' le plus iniscret et le plus maladroit temps sur les finances. Tantt le directoire, press qui ait jamais perdu un tat, les comptes rendm du par ses besoins, ou heureux de pouvoir rtorquer furent toujours rcligs en style, d'op-. contre ses adyersaires les argumens qu'ils avaient position. : ce furent plutt des dolances perptuelles employs rontre lui, de--oilait dans tous ses dtails, sur les charges publiques, et des projets intarissables soit par des messages officiels, soit par les journaux de rforme et de changement, que des exposs de qui lui taient dhous, l'ex.trme pnurie des finances et des tableaux de ressources propres insl't la nullit des mo)'ens que conseils lui avaient J'irer la confiance et commander le respect. Lorsque transmis pour en srtir. la cause en grande partie par ces insignes La mite art Nmnro procl,az. ,et mprises, eut enfin cla.t, et que le des finances, comme toutes les parties de l'difice politique, fut boulevers de fond en comble, il fallut bien. pour en lever un autre, :analyser la ,les besoins et les ressources de l'tat jusques leurs derJ?iers lmens ; et alors iln'y eut ,pas d'colier en France ,.J)imme en Europe, qui ne, se crt autors proposer plans finanes detempire franais. Quand ensuite les rves e la philosophie et les chi mres d'un bonheur idal eurent fait place aux plus 'tristes ralits ,que la: rvolution eut engloutile le prsent et l',iVenir la fortune avec toutes les fortune& particulires les rsult,ats avec la source de l:ancienne de l'tat; la convention, gouvernant la France avec des milliers 'de bourreaux et des 'milliards de papier ne se donna plus la peine de calculer.ni ses recettes 'ni ses dpenses; et si elle insulta .quelquefois au public par ces indignes rapports, qu',C?n appelait les Car; magno/es t# &rr.ere et de pap.bon, ce public fut 'trop affect et absorbe par tant de calamits. t forfuits. kocis, pour de ce qui tait devenu un JD4lheur secondaire. Apr.:s la du' papier-monnaie, de la de 1795 il en 'quelque simulacre de calcul, d'ordre et de 'dans l'administration j et aI.ors s'leva Cette lutte terrible le et les latifs qui.n' pas discontinu toute la dure du rgime de, 1791. '1 Poids du ,Pain J'un Escalin 16 onces. A VIS DIV ERS. On vend l'Imprimerie l'ALM,\NACH de Cabinet; pour l'Annee 1805. Prix, un Gourdin. .. 1. M. Buisson, cl1apelier ,offre ses services. polir tout ce qui concerne son tat: ceux qui l'honoreront de leur confiance seront satisfaits. Sa demeure est rue Notre-Dame, pres deTimprimerie. 2. Mn Modieu pere et Compagnie offrent leurs services Mn les Habitans pour fa vente de leurs denrees : ceux qui les honoreront de leur confiance aU.J;'ont lieu d'tre satisfaits; ils ont des logemens pour les personnes et pour les animaux. Leur est rue N pres de la rue Neuve. 2. Madame Depaloir fait des parasols, franges) dans le dernir got. Sa demeure est rue d'Anjou, vis-il-vis l'imprimerie.. 3, M. Lagr,ou, notaire prs la chambre de jusce du Nord, il la rsidence du Cap, demeure rues Saint et du Gouvernement, numrq 138, 4. M. Calame, horloger, offre ses services pour tout qui concerne son tat: ceux 'lui l'honoreront de leur conHam:e satisfaits. Sa demeure est dans la maiSon 411,1l.lcJ.ecin place d'Armes. r ", .', 'A "V'l! N D R l!. "3. Du de Hollattde, de la premire qualit,. en barils et 'caisses. S'adresser chez M. ngociant"

xml version 1.0 encoding UTF-8
REPORT xmlns http:www.fcla.edudlsmddaitss xmlns:xsi http:www.w3.org2001XMLSchema-instance xsi:schemaLocation http:www.fcla.edudlsmddaitssdaitssReport.xsd
INGEST IEID ETR9NWIRM_F5OF7A INGEST_TIME 2013-10-10T01:38:00Z PACKAGE AA00013097_00006
AGREEMENT_INFO ACCOUNT UF PROJECT UFDC
FILES


  Home | About dLOC | Collections | Governance | Digitization | Outreach | FAQ | Contact  
  Powered by SobekCM
Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement  
© All rights reserved   |   Citing dLOC