<%BANNER%>
HIDE
 Half Title
 Title Page
 Avant-propos
 I.
 II. Provinces andines
 III. Provinces du Nord
 IV. Provinces centrales
 V. Provinces du littoral
 VI. Les territoires du Nord
 VII. Situation economique...
 VIII. L'immigration
 IX. L'agriculture
 X. L'industrie pastorale
 XI. Usines et manufactures
 Annexes
 Table of Contents


DLOC UFLAC



PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
La République Argentine
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00013051/00001
 Material Information
Title: La République Argentine
Physical Description: 272 p. ;23 cm.
Language: Spanish
Publisher: T. Falk,
Place of Publication: Bruxelles
Publication Date: 1888
 Notes
General Note: ses ressources naturelles, ses colonies agricoles, son importance comme centre d'immigration /par Ernest van Bruyssel.
General Note: Argentina Economic conditions
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: UF Latin American Collections
Rights Management: All rights reserved by the source institution.
Resource Identifier: aleph - 28295214
oclc - 11188472
System ID: AA00013051:00001

Table of Contents
    Half Title
        Page 1
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Avant-propos
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
    I.
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
    II. Provinces andines
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
    III. Provinces du Nord
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
    IV. Provinces centrales
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
    V. Provinces du littoral
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
    VI. Les territoires du Nord
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
    VII. Situation economique et sociale
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
    VIII. L'immigration
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
    IX. L'agriculture
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
    X. L'industrie pastorale
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
    XI. Usines et manufactures
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
    Annexes
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
    Table of Contents
        Page 271
        Page 272
Full Text








LA

REPUBLIQUE ARGENTINE































SV BRUXELLES 4-
-4* P. WEISSENBRUCH, IMP.DU ROI .-
^^ 4, RUE Du Pozwgon














REPUBLIQUE ARGENTINE


SES RESOURCES NATURELLES
SES COLONIES AGRICOLES '
SON IMPORTANCE COMME CENTRE D'IMMIGRATION



PAR


ERNEST VAN BRUYSSEL


BRUXELLES
LIBRAIRIE EUROPIENNE C. MUQUARDT
TH. FALK, EDITEUR
LIBRAIRE DU ROI ET DU COME DE FLANDRE
18-20-22, RUE DES PAROISSIENS, 18-20-22
MEME MASON A LEIPZIG


1888









A n .
19 9 I,
yiMs








AVANT-PROPOS



Los populations humaines sont trbs indgalement
rdparties sur les different points du globe. Extrme-
ment denses dans certaines regions, oin la surabon-
dance des forces sociales ne produit que trop souvent
des luttes intestines, elles se rarefient ailleurs, 1nn011
pas toujours aux approaches do territoires arides et
ddsolds, mais lh off 'indpuisable fertility d'Ln sol
vierge, la douceur d'un climate salubre, la vitality
feconde d'une nature privilgide assureraicnt i leur
activity les plus prvcieuses conquetes.
Des courants d'dmigration se sont formIs, il est
vrai, a diverse epoques, mais leur movement est
relativement faible, si on le compare a la progression
rapide, dans les grandes citds, de l'indigence et du
paupdrisme.
S L'6nergie individuelle, qui, bien dirigde, crie des
richesses, s'y use en d'obscurs combats, quand elle n'v
"( provoque pas le disordre. On s'y dispute une place an
soleil, sans songer qu'il projette ses rayons sur
d'immenses spaces, encore inoccupds, ohi des mil-
lions de travailleurs pourraient satisfaire pleinement
leurs legitimes aspirations.







- 6 -


Cette situation a sa raison d'etre. On ne quite pas
volontiers le milieu oh l'on est nd, les habitudes
acquises, les affections de famille, les relations
d'amitie, pour aller au loin recommencer la vie.
A cette cause d'inaction, dvrivde d'un sentiment hono-
rable, s'en est ajoutd d'autres, ayant pour origin
des idees priconques, b:asdes sur une thdorie qui n'est
pas entievrement abandonnee.
<< Tout home valid, a-t-on dit, reprdsenIe une
< valeur social. 11 contribute, par son travail et pour
, une some plus on moins important, i la forma-
< tion du capital national. Son absence occasionne
<1 au pays une perte sensible, qui *se manifesto par
O une diminution de production. ,
' Cette objection a paru assez sdrieuse, dans certaines
contrees, pour justifier l'adoption de measures spd-
ciales, ayant pour objet d'entraver l'dmigration.
Ailleurs, cependant, celle-ci n'a pas rencontrd d'ob-
stacle. 11 y aurait done, logiquement, augmentation
constant de pouvoir et d'influence, d'une part; affai-
tblissement progressif, de l'autre. II reste a deter-
miner si des faits diiment constalts impliquent cette
conclusion.
Parmi les puissances qui, dans les temps moderns,
fournirent aux expatriations un contingent exception-
nellement important, il faut citer tout d'abord la
nation anglaise. Ses lois tendaient a favoriser la for-
mation de centres coloniaux a l'dtranger. Nous la
voyons, en 1815, envoyer par delay les mers les catho-
liques irlandais. De simples ddlits, dans le Royaume-
Uni, entrainaient la ddportatioin des delinquants. De







- 7 -


nombreuses associations, fondues dans un but chari-
table, expediaient gratuitement, chaque ann&e, par
delay l'ocean, les desherit6s des villes et des cam-
pagnes, auxquels elles offraient g6ndreusement des
chances d'amilioration de fortune. Plus de 4,200,000
Anglais et Irlandais vivent aujourd'hui loin de leur
patrie. On les rencontre partout, dans toutes les
zones, sous toutes les latitudes. Us ont cre6 des comp-
toirs, des colonies, de vastes et florissants Etats.
Quelques-uns de ceux-ci ont acquis l'autonomie;
d'autres sont rests lies, plus ou moins 6troitement, h
leur metropole : tous out contribu6 a la prosp6rite de
celle-ci et l'expansion de la race anglo-saxonne.
L'Allemagne, sinon officiellement, au moins par
1'initiative individuelle, a pris une large part au mou-
vement general d'emigration. Plusieurs millions
d'Allemands ont quitter le sol natal depuis moins d'un
demi-siele. Uls ont 6tabli des maisons de nugoce, des
factoreries, des dep6ts de tout genre dans les deux
hdmisphbres. Leur diplacement, loin de nuire, a
donned au commerce et ai l'industrie de leur pays une
impulsion remarquable. En effet, de 1861 h 1885, les
importations allemandes ont augmentW de 355 p. c.;
les exportations, de 51 p. c. L'empire a double, et au
delI, son reseau de chemins de fer; quadruple sa
production de carbon; centupid celle du fer brut.
En Allemagne, comme dans les iles Britanniques,
on n'a done pas souffert ainsi que les observations
pr6cedentes le d6montrent du drainage p6riodique
d'une parties de la population, effectOu au profit
d'autres communaut6s, en voie de formation. Ce drai-







- 8-


nage, utile par ses consequences 6conomiques, a
rdpandu usage de la langue allemande, augmeutW le
prestige national, et ouvert de nombreux marches
aux manufactures indigenes.
Trois cent mille Italiens abandonnent chaque annie
leur contree natale. La situation intdrieure de celle-ci
presente-t-elle des sympt6mes de decadence? Nous
savons qu'elle se relieve de jour en jour et qu'on peut
y suivre les phases d'un progris tres appreciable.
Les tableaux de population de l'Angleterre, de
1'Allemagne et de l'ltalie figurent-ils difavorablement
a c6td de ceux que nous prdsente la France, c'est-
a-dire une contrde oi l'dmigration est relativement
faible, malgrd les grandes possessions coloniales qui
lui sont ouvertes? II n'en est rien, tout au contraire :
ils prouvent que lh oi l'exode annuel est le plus actif,
la aussi le nombre des habitants s'accroit avec le plus
de rapidity. La France, pays de vie sddentaire, est
distance sous ce rapport par ses rivals, qui s'essai-
nient de par le monde.
On se souvient des vastes entreprises, militaires et
coloniales, des Espagnols et des Portugais, aux xve et
xvw sibcles. Des milliers d'entre eux s'dtaient embar-
ques et, se dispersant par groups arms, s'en allaient,
au prix des plus cruelles souffrances, dans les deux
Indes, implantant sur leur passage leurs moeurs, leurs
coutumes, leur idiome, et marquant de leur sceau les
nations futures d'Etats puissants et prosperes. Leur
importance social s'est-elle accrue lorsque le courant
d'emigration qui partait de leurs ports et de leurs
havres adiminudd'intensitd ?N'est-ce pas a ce courant,







--9--


condamne en thdorie, qu'ils doivent de rencontrer
jusqu'a nos jours, dans touted l'Am6rique du Sud, des
affinitis d'origine et de race ?
Les Hollandais, resserris sur un territoire peu
ktendu, sans cesse menace par les eaux, ont-ils eu tort
de turner la proue de leurs vaisseaux vers I'ocean,
et de s'assurer, dans le lointain Orient, des regions
fertiles, riches, et vingt-quatre millions de sujets?
Les expeditions collectives, immigration indivi-
duelle, ne sont que les forces diverse d'une 6ner-
gique vitality. Plus un people multiple ses relations
commercials, en mime temps que ses points de
contact avec d'autres races, plus il accroit ses forces.
Ses iddes percent leur exclusivisme et se gin.rali-
sent; ses connaissances s'ktendent; ses facult6s, exer-
cees par la lutte, se d6veloppent. II apprend a prd-
voir, a raisonner, i vouloir intelligemment.
Chacun des immigrants qu'il envoie au loin est un
pionnier, que d'inoubliables souvenirs rattachent i la
patrie. II apporte a l'6tranger des gouts acquis, des
habitudes anciennes que son pays d'origine pent satis-
faire mieux que tout autre. 11 entretient le plus sou-
vent, avec celui-ci, des rapports que I'eloignement ne
rompt pas entibrement. Les outils, les ustensiles, les
objets de tout genre dont il s'est muni, et qui font
parties de son bagage, sont autant d'dchantillons de
l'industrie de ses concitoyens. S'il juge h propos de
faire quelques operations mercantiles, il s'en procu-
rera les moyens str le march qu'il connait le mieux
et qui lui offre le plus de facilitis : celui de sa nation.
A ces divers points de vue, les services qu'il pent







- 10 -


rendre ne contrebalancent-ils pas, largement, le
deficit occasionne par son depart? N'arrive-t-il pas
souvent, au surplus, qu'apres fortune faite, it fasse
retour h son lieu de naissance, apportant a la masse
social les capitaux qu'il aura peniblement acquis
durant son exil volontaire, a force de persdvdrance et
de patient labeur?
S'il fallait une demonstration pratique de l'utilitd
des relations internationales, des immense bendfices
qu'elles procurent et de I'atonie qu'entraine leur affai-
blissement ou leur suppression, il n'y aurait qu'I
consulter les annales des provinces belges.
Ces provinces, auxquelles la similarity des institu-
tions a constitud, des le moyen age, une nationality
commune, contenaient alors une population essentiel-
lement cosmopolite.
Bruges, la Venise du Nord, recevait dans ses halles
des products de tout pays, des marchands de toute
nation. A ce movement, venu du dehors, corres-
pondait un reflux procedant de l'interieur. Des
ouvriers flamands allaient fonder des ateliers en
Angleterre et y preparer les 6elments d'une 6tonnante
opulence, due en partic a leur vigoureuse impulsion;
des marines, de mime origine, parcouraient les mers;
des paysans de Flandre ddbarquaient aux Acores et y
dtablissaient, sous la direction d'un gentilhomime
brugeois, une colonies agricole.
Les efforts de tons ces travailleurs portaient leurs
fruits. De splendides monuments, merveilles d'archi-
tecture gothique, s'elevaient dans ces vicilles cites,
enrichies par le commerce et l'industrie; les corpora-







- 11 -


lions do metiers, noibreuses, bien organisdes, met-
talent sons les armes, au premier coup de cloche, des
milliers de ddfenseurs de la loi et du droit, et remplis-
saient leurs locaux d'oeuvres d'art. La vie national
6tait intense, parce qu'elle etait expansive, ouverte
ii tout venant.
Plus tard,au xvri si&cle,dans ces m6mes provinces,
un tableau plus animd encore s'offre aux regards
Anvers est devenu a son tour une grande meiropole
commercial. L, dans l'enceinte de la Bourse, s'assem-
blent des ndgociants don't la reputation s'etend aux
contrees les plus lointaines; des explorateurs ayant
parcouru les solitudes du nouveau monde; des gdo-
graphes,dont le norm est citd parmi les illustrations de
la science. Quelques anndes apres, dans cette mime
ville, naguere si brillante et si animne, dominant
le silence et le deuil.
Qu'a-t-il fall pour arreter le magnifique essor d'un
people laborieux, intelligent, voue au grand negoce,
qui exige un si long apprentissage et des connais-
sances si sdrieuses, si diverse?
Un simple fait, la fermeture do la grande artre
fluviale par laquelle il communiquait avec les terres
d'outre-mer, consequence fatal d'une crise euro-
pdenne et d'une longue et impitoyable guerre.
Des lors, la decadence commence, rapide, irresis-
tible. Pendant quelque temps encore, come un
-tlambeau allumei sur des ruines, I'art done quelque
dclat h l'antique renommec tlamande, puis cette lueur
supreme finit aussi par s'dteindre. Le pays, comprime
dans d'dtroites frontibres, n'a plus qu'une existence







- 12 -


languissante. Tout s'y dtiole et s'y rapetisse a measure
que son isolement se prolonge. On n'y sent fermenter
la vie qu'aprbs plus d'un siccle de-ldthargie, lorsque
le cercle de fer qui 1'entoure se trouve soudainement
brisd par ic couli do foudre de la Revolution fran-
(aise.
Le rdveil fut lent, accompagne du bruit des armes
et des calamit6s de la guerre. I1 s'achbve aprbs la
paix, ranime le sentiment national, et les provinces
belges, a la suite d'une crise nouvelle, acquierent une
existence inddpendante. Leur autonomie, accueillie
d'abord avec nmfiance, a cause de l'effervescence rdvo-
lutionnaire qui l'avait ,prL',dde, se consolide peu h
peu, grace a la politique habile, sage et moddrde qui
en dirige les destinies. L'industrie se relieve avec le
rdtablissement de l'ordre et des libertls publiques. II
s'agit de lui ouvrir des marches, et de ramener vers
la Belgique le commerce de transit, quo sa position
central semble devoir lui assurer.
Ce project, toutefois, dtait difficile a rdaliser. L'acces
de la mer edait encore ilci-rdil aux Belges, ou tout au
moins soumis a des conditions ondreuses. Les embou-
chures de l'Escaut, garddes avec un soin. jaloux,
echappaient -i leur jurisdiction. Les voies de commu-
nication manquaient au ndgoce, essayant timidement
dc reprendre les traditions d'autrefois.
'La creation d'un premier cheipin de fer modified
cette situation. A ce tronpon de railway-s'en ajoutent
d'autres, et bient6t un magnifique rdseau de voies
nouvelles, faciles, dconomiques, rattache la Bel-
gique aux contr6es voisines. Disposant des trois 61d-







- 13 -


ments principaux de l'industrie moderne, la main-
d'oeuvre, le carbon et le fer, les producteurs se mul-
tiplient. Des usines, admirablemcnt outilldes, poss&-
dant un personnel d'dlite, s'elbvehit de toutes parts, et
obtiennent en France, en Allemagne, en Angleterre,
une nombreuse clientele. Au sein de cette prospdritd
renaissante, les consequences de l'ancienne periode
d'affaissement se font cependant sentir. Les vues com-
merciales manquent d'ampleur, et un esprit 6troit,
mesquin, exclusif triste rdsultat de l'oppression
d'autrefois s'y revele. Les marchUs lointains, mal
connus, inexplords, sont presque entibrement udgliges.
Des intermediaires s'emparent des articles varies sor-
tant des manufactures nationals, pour les faire con-
naitre par delay les mers; ce sont eux qui ouvrent des
credits, en leur propre nom, aux firmes transatlan-
tiques, et en recueillent les bdndfices. Les products
belges, ddpouillks de leur marque d'origine, font au
dehors la reputation d'intelligents compdtiteurs.
Tout effet remote a uine cause. L'Angleterre dut sa
haute position commercial h ce que ses fabriques
durant les guerres continentales, non seulement
demeurerent intactes, mais se trouverent en measure,
a la premiere requisition, de satisfaire a l'immense
demand qui se manifesta au retour de la paix. La
Belgique reconstitute profitait d'avantages du m6me
genre : elle avait ete la premiere, sur le continent, 5
ddifier de vastes teablisseients industries, mais
l'exemple allait 6tre suivi. On pouvait ddjh pressentir,
dans un avenir prochain, des moments plus diffi-
ciles, a measure que d'autres contrdes s'engageraient







- 14 -


dans la m6me voie; une lulte de plus en plus vive
pour l'existence; I'intervention d'el6ments encore
latents, don't il faudrait tenir compete. Ce qu'il fallait
dviter avant tout pour no pas 6tre accabld par ces
perturbations imminentes, c'dtait de dependre, Irop
absolument, de quelques marches centraux, don't
1'encombrement devenait probable.
L'avertissement ne fit pas ddfaut, et vint d'une per-
sonnalitd auguste, don't on ne saurait, sans rdpiter
une veritd banale, rappeler les droits incontestables a
la reconnaissance publique.
Durant une seance du Stnat, le due do Brabant
insist sm: la necessi(, .pour les Belges, de dive-
lopper leurs relations avec les autres peuples, de
prendre pied h l'dtranger et d'y ktendre leurs opera-
tions mercantiles, encore trop sp6ciales, trop loca-
lisdes.
On ne comprit pas assez 1'urgence do cet avertisse-
ment.
Une derniere barriibe restait debout : celle que des
preoccupations politiques, peu h pen dissipdes, avaient
laiss6 subsister h l'embouchure de l'Escaut. Des
hommes devouds aux intdrkts du pays, uhissant, des
vues large au patriotism le :plus sincere, beaucoup
d'experience a une grande habilete, entreprirent de
renverser cet obstacle. Non souleiment ils y rdussirent,
mais ils parvinrent h fair adherer toutes les nations
civilisdes a la libre navigation du fleuve et h placer
celle-ci sous leur garantie et leur sauvegarde.
On sait quels furent les fruits de cette belle victoire
qui, pour 6tro pacifique, n'en tait que plus pricieuse.







- 15 -


Sous l'impulsion de la confiance qu'elle inspire,
Anvers, la vieille cite impdriale, se remodele et se
transform.
Des quais superbes, au pied desquels des navires de
tout tonnage peuvent jeter leurs amarres, y recoivent
les rails destinds aL la locomotive qui va emporter leur
cargaison; des installations ad mirables, des entrep6ts,
des bureaux de tout genre remplacent des quarters
surannes et appauvris; la metropole de jadis reprend
son rang et redevient, en quelques annies, le premier
port du nord de 1'Europe continentale.
Pendant ces travaux, toutefois, les 6vdneinens
avaient suivi leur course. Des rivaux avaient surgi lh
oh l'on ne croyait rencontrer que des consommateurs:
les dcueils qu'une prevoyance dclairke avait signals a
l'horizon devenaient visible. Que faire pour rdagir
centre le flot croissant d'une production gnedralisde,
active en tout lieu ? Dejh des contrdes voisines -
celles qui avaient requ jusqu'alors la plus forte pro-
portion des products belges leur opposaient les
rigueurs d'un tarif douanier de plus en plus severe;
Les frontieres terrestres se fermaient, comprinuant
I'essor de l'industrie, tandis que d'imuienses convois
de cerdales, arrivant par la vole maritime, desormais
ouverte, ruinaient les agriculteurs. Ne fallait-il pas
proteger tant d'int&rets menaces, dut la liberty des
transactions en souffrir ?
On alleguait en faveur de cette solution un grand
fait contemporain, revolution economique r6alisee
aux Etats-Unis d'Amerique apres la guerre de Seces-
sion. On y avait resolument rdpudid le libre-dchange,







- 16 -


et quelles avaient e6e les suites de cette measure
hardie, contraire en apparence aux principles de la
civilisation moderne? Une prosperity remarquable,
1'6rection de nombreuses manufactures, l'amilioration
du sort des classes ouvrieres, le rdtablissement du
credit public dcras6 sous le poids d'une dette 6norme.
L'exemple ainsi present est-il reellement con-
cluant? C'est lh un point important a dlucider.
~Etablir des droits dleves sur les marchandises
6trangeres equivaut a octroyer une prime, propor-
tionnelle i ces droits, aux produits indigenes.
Cette prime, ce sont les consommateurs qui la
payment.
EnBelgique, il faudraitl, pour remplir le programme
des adversaires, du libre-6change, proteger a la fois
agriculture et 1'industrie, c'est-a-dire faire donner
des subsides par tous, au profit de tous.
Aux Etats-Unis, rien de semblable. Une seule classes
r6clamait un regime protecteur: celle des industries.
Les fermiers de F'Ouest, les planteurs du Sud, n'en
avaient nul besoin. Les inarches d'Europe leur 6taient
acquis, et ils y dcoulaient librement leurs edreales,
leur coton, leur tabac, les products de leurs 6tablis-
sements d'6levage. A c6te du courant commercial
qu'il s'agissait d'entraver, en existait un autre, paral-
lele ai celui-lt, source de grands -bendfices, assez
fructueux pour compenser, et largement, I'affaiblis-
sement de l'autre. La taxe y atteignait tout le monde,
mais ses revenues avaient une destination spdciale.
Les conclusions bashes sur 1'exemple prkcitW, en
taut qu'appliquees a la Belgique, pichent done par la







- 17 -


base. Elles tendent, en effet, h rapprocher et it con-
fondre deux situations dissemblables. Nous irons
meme plus loin, et nous n'hesitons pas a affirmer que
si les Etats-Unis ont ktd le theatre d'un movement
d'expansion et de progress des plus sensibles, ce n'est
pas a cause de la.superioritd de leur politique com-
merciale, mais malgre l'influence ndfaste exercee par
celle-ci, et par suite de circonstances particulibrement
favorables, qui out predomind sur les effects nuisibles
de cette politique, sans toutefois les attenuer entib-
reinent.
Expliquons-nous plus clairement. 11 est reconnu
que les Etats-Unis possedent de grandes usines, bien
montees, habilement dirigees, disposant d'un mnateriel
des plus perfectionnus. Un important ddbouche
s'ouvre a leur activity : celui de l'Amdrique du Sud.
Les maisons de commerce nord-am6ricaines n'en iguno-
rent pas la valeur, car, durant les vingt dernibres
amn~;es, elles en ont recu pour plusieurs centaines
de millions de marchandises et de.matieres premieres.
Or, quels sont les fournisscurs de ce march si voisin?
Les mlanufacturiers europeens, presque exclusivement.
Non seulement ils y ont maintenu leurs positions,
mais ils n'ont pas interrompu leurs importations aux
Etats-Unis memes, tout en y 6tant soumis au payment
de droits exorbitants et quasi prohibitifs. Ils out
continue ai combattre, pied i pied, sur ce champ de
Ibtaille si bien gardd, les industries priviligids, qui
n'ont pu introduire en Europe, pour leur part, qu'un
nombre restreint d'articles rentrant dans certaines
.spkcialit6s. La masse des importations revues des







- 18 -


Etats-Unis se compose encore, comme autrefois, de
matieres premieres et d'objets non manufactures. Ce
sont lh des faits indiscutables, faciles a vdrifier.
11 nous parait presque inutile d'en exposer les
motifs, tant il est evident qu'ils se rattachent aux ori-
gines des grandes entreprises industrielles ameri-
caines et a leur organisation interne.
Dans un pays ouvert, soumis au regime de la con-
currence libre, on n'installe une industries quelconque
que lorsqu'elle y parait viable. Rien n'est ndglig6
pour la mettre, dbs sa foundation, dans de bonnes con-
ditions de lutte. On l'dtablit .I frais rdduits, en veil-
lant attentivement au necessaire, sans rien sacrifier
au luxe. Les achats sont faits avec discernement an
meilleur taux possible; des soins assidus sont consa-
crds h la fabrication,h laquelle on applique, sans ddlai,
les perfectionnements les plus rdcents; on n'y connait
pas de ddchets ni de non-valeurs : tout y est utilisd,
approprid a un usage particulier, de bon rapport.
Un tableau tres different nous est revild lh ofi
domine le protectionnisme. 11 provoque tout d'abord
le rencherissement de toutes choses en rardfiant les
sources de production.
Des spdculateurs, pregnant pour base de leurs cal-
culs les prix factices ainsi rdalises, se prdparent h
satisfaire, dans ces conditions exceptionnelles, aux
demands de la consommation. Leurs installations
sont dispendieuses ainsi que les salaires qu'ils ont a
payer, car les rigueurs du systeme atteignent toutes
les classes; mais il leur reste une marge suffisante
pour s'enrichir, et ils n'en demandent pas davantage.







- 19 -


Des industries andmiques, a peine viable, prennent
la place de fabrications reellement nationals, don't
elles arrtent le dcveloppement nature], par suite du
deplacement de capitaux qu'elles entrainent. 1Etant
a l'abri de toute concurrence, on s'accoutume a tra-
vailler negligemment et la routine s'implante partout,
se substituant aux vives allures du progres. 11 n'est
pas facile, le mal une fois invitdrd, de revenir a des
doctrines plus saines. Si les Etats-Unis, d'un moment
h F'autre, abaissaient notablement leurs tarifs, il leur
faudrait subir une transformation 6conomique et
social, avant de remettre leurs forces productive en
equilibre et d'en rdorganiser le travail d'apres des
principles rationnels.
Parmi les contrdes curopdennes, il en est particu-
librement deux, la Belgique et I'Angleterre, qui ont
intdrkt a maintenir haut et ferme le drapeau du libre-
&change. C'est en combattant sous ce drapeau qu'elks
out acquis leur incontestable supdrioritd industrielle.
Revenons, cependant, I ce que nous disions prced-
demment. Des plaintes, sdrieusement motives, se
sont fait entendre. L'agriculture, rdpete-t-on en Bel-
gique, est aux abois et nos manufacturers se voient
exclus, pen LI peu, des marches les plus proches. La
g6ne s'accroit et reclame un rem de efficace. Ce
rembde, ohi le prendre, s'il faut renoncer a cette
measure supreme, adoptee par les Etats voisins, la sur-
taxe des products strangers?
DWfinissons la situation en commencant notre
examen par l'dtude des intir6ts agricoles.
Les agriculteurs sont des industries, de m6me que







- 20 -


les filateurs, les maitres de forges et tant (dautres. Its
ne peuvent dcouler leurs products que pour autant quo
ceux-ci .soient offers dans de bones conditions de
vente. Nous savons avec quel empressement les manu-
facturiers en general s'efforcent d'appliquer toute
innovation utile so rapportanit 1'i fabrication. Uls
fcraient preuve, en agissant autrement, d'inaptitude
reelle. Que deviendraient nos filateurs, par example,
s'ils essayaicnt de travailler actuellement en se ser-
vant exclusivement des anciens miniers a bras?
Seraient-ils en droit, se voyant battus par des rivaux
possidant de puissants moteurs i vapeur, de riclamer
I'appui de leurs compatriots ot d( sc fire payer par
cux une forte prime pour avoir (te iIpprvoyants?
La similitude entro la direction d'une ferme ou
cello d'une fabrique est complete. La terre est la
matiere premiere de 1'agriculteur. 11 ne faut pas qu'il
la paye trop cher et il imported qu'il la melte convena-
blement en oeuvre.
On est en droit d'attendre, de la part du fermier,les
soins, attention qu'on rdclame do tout fabricant. Or,
nous constatons, entire l'un et I'autre, malheureuse-
ment, des differences radicales.
Le fermier est essentiellement routinier. On lui
dira, par exemple, qu'aux Etats Unis, aux Indes, en
Russie, dans la Republique Argentine, on peut obtenir
l'usage du sol, sa matibre premiere, it tries has prix,
et it n"'hsitera pas, ndanmoins, i pousser la charrue
et a semer du blW, passivement en quelque sorte, sur
des terrains voisins des grades villes, au loyer relati-
vement'exorbitant. On lui prouvera que ses compkti-







- 21 -


teurs, ddjh si favorisis, rdalisent des economies de
main-d'oeuvre des plus considdrables en employant
des machines de tout genre, donnant des resultats
supdrieurs, et cependant on le verra, dans, maintes
localitds, semant encore a la volde, maniant la fau-
cille et le fldau, vannant la rdcolte avec des engines
primitifs.
La terre est a haut prix, il est vrai; mais ne pour-
rait-on pas en doubler les revenues et rdsister ainsi a la
concurrence, par une culture plus intensive, en fai-
sant une application plus habile des engrais et parti-
culibrement de la chaux, du phosphate, de i'azote et
de la potasse?
Citons quelques chiffres a l'appui de notre observa-
tion.
A la Guadeloupe, l'usine d'Arboussier travaillait
40 millions de cannes a sucre avec le fumier nature.
Depuis 1869, elle emploie la fumure scientifique,
exclusivement. Le rendement est de 100 millions.
Dans le nord de la France et en Belgique, la bette-
rave, qui donnait de 5 a 9 p. c. de sucre, en produit
de 4'4 17 lorsqu'elle est cultiv6e scientifiquement et
bien pourvue de sa dominant, I'azote.
L'objection que fait 1'esprit de routine a l'emploi
des engrais chimiques est qu'ils content plus cher
que le fumier. C'est une erreur don't il serait facile
de presenter la refutation pratique.
On a pretendu aussi que cette mdthode 6puise la
terre; ce qui est absurde, puisqu'elle y ajoute chaque .
annee des elements nouveaux, qui ne peuvent qu'en
active les propridtis fertilisantes.







- 22 -


Dans les environs des grades villes,c'est-a-dire des
marches de 1dgumes, de primeurs, de fleurs et de
fruits, il est contraire au bon sens de cultiver des
cdrdales. Ceux qui le font subissent les consequences
d'une erreur, et s'en trouvent mal.
Quant a l'emploi des machines, nous nous trouvons
en presence d'un argument plus spdcieux.
Les exploitations agricoles en Belgique et en France
- surtout en Belgique- sont gdndralement peu 6ten-
dues. L'achat de locomobiles, de moissonneuses, de
batteuses et autres appareils perfectionnis reprdsente
une mige de fonds considerable, ddpassant de beau-
coup les resources de la moyenne des agriculteurs.
Cette ddpense ne serait pas m6me justifi6e de la part
de chacun d'eux, individuellement, car ils n'auraient
l'emploi des ustensiles ainsi acquis que durant peu de
jours dans l'annde.
11 y a cependant possibility de rdsoudre ces difficul-
tls.Pourquoi un certain nombre de fermiers ne s'asso-
cieraient-ils pas pour faire ces achats, riglant entire
eux l'emploi des instruments, places successivement
a la disposition des differents souscripteurs? Les auto-
rites locales, par leur lgitime influence, pourraient
contribuer utilement h populariser cette id6e, et a la
faire adopter. Quelques entrepreneurs, dans nos pro-
vinces, parcourent ddjh les campagnes, louant des
appareils aux fermiers, au grand profit de ceux-ci et
au leur.Quant-aux associations, elles ont dtd mises en
pratique dans diff6rents districts coloniaux de la
RWpublique Argentine.
Supposons cependant que tous ces rembdes h la







-- 23 -


situation actuelle de I'agriculture en Belgique soient
insuffisants. S'ensuit-il qu'il faille renoncer au regime
de liberty commercial qui a fait, pendant des annies,
la prospirite du pays, pour reliever cette seule indus-
trie, qui est loin, et trbs loin, d'avoir (puis6 ses res-
sources? Serait-il just de compromettre en sa faveur
l'avenir des autres? En 1846, 1'il6ment agricole com-
prenait 24 p. c. de la population du royaume; en
1880, cette proportion n'6tait plus que de 21 p. c., et
ce chiffre s'est encore abaissi depuis lors. Dans les
6poques les plus prospbres, I'agriculture national n'a
jamais suffi aux besoins des marches locaux.
II n'entre pas dans notre pensee, en faisant cette
observation, de depricier d'utiles et honn6tes travail-
leurs, don't la patient 6nergie est au-dessus de tout
loge. Nous songeons plut6t a am6liorer leur sort en
leur indiquant des reformes h op6rer, revenues ndces-
saires, et en leur offrant, dans les pages qui vont
suivre, des perspectives nouvelles et les moyens de
riparer leur fortune par l'Nmigration.
Si le protectionnisme n'est qu'un palliatif qui, appli-
que partout, n'est plus utile a personnel, et devient,
par consequent, dommageable pour tous, y a-t-il
quelque autre plan, plus recommandable, a lui substi-
tuer?
On ne peut rdtablir les prix et multiplier les ventes
que de deux manieres :
10 Par 1'exploitation plus intelligent et plus com-
plite des anciens marches;
2 Par la creation de debouches nouveaux.
D6velopper le movement d'affaires dans les anciens







- 24 -


marches est loin d'6tre aisd. On s'y trouve en presence
d'un cas de force piajeure : les tarifs douaniers qui les
regissent, important facteurs dans la crise actuelle.
Nous avons ddji insisted sur leur mauvais effet, qu'une
dernibre demonstration va rendre plus sensible. Si
1'on arr6tait, dans chaque pays, par des digues scien-
tifiquement construites, le course natural des fleuves
et des rivibres, on produirait inevitablement des inon-
dations, d'autant plus dtendues et plus destructive
que l'usage de ces remparts se rdpandrait davantage.
Or, que reprdsentent les droits, souvent excessifs,
imposes aujourd'hui dans plus d'une contrde sur la
merchandise~ trangbre, sinon des digues don't l'action
est d'emp6cher ldtablissement d'une distribution natu-
relle des industries, selon les resources spdciales,
les capacilts particulibres, le genie individual de
chacun des producteurs?
Tel 6tant cependant l'etat des choses, il ne reste,
pour ne pas 6tre expulsd de ces marches, qu', apporter
plus d'attention que jamais a rdaliser, dans l'acquisi-
tion des matieres premieres, l'emploi de la main-
d'oeuvre, les depenses d'exp6dition et de fret, toules
les economies possibles, afin d'exciter un surcroit de
demand. Tout surcroit de ce genre, dfit-il ndces-
siter quelques sacrifices h l'origine, determine une
augmentation de travail, et donne a ceux qui y satis-
font un plus grand pouvoir d'achat, activant ainsi
la vente d'autres articles, don't la manipulation con-
tribue au bien-6tre de nouveaux ouvriers qui, i
leur tour, deviennent consommateurs. 11 y a une
cinquantaine d'anndes, on n'euit jamais cru possible






-- 125 -


de pouvoir placer, meme ah perte, le quart des objets
actuellement vendus.
On doit faire pendtrer de plus en plus la consom-
mation dans les masses, et il income aux autoritis
publiques d'y aider par des facilitis de tout genre.
Les tarifs bases sur le protectionnisme ont pesd sur le
capital et sur le travail
Les capitalistes en ont 6prouv6 les premiers les
atteintes, puis la pression s'est fait sentir sur la
classes ouvriere. Quelques manufacturiers- se virent
reduits 5 travailler a mi-journde, d'autres abaissbrent
les salaires. Des publicistes, se faisant les organs
d'opinions avancies, cherchbrent a ddmontrer que le
montant des salaires n'6quivaut qu'au tiers de la
valeur des products, et que par consequent les capi-
talistes se r6servaient 60 h 70 p. c. de profits. Ils
oubliaient, ou ne voulaient pas tenir compete du prix
des matibres premieres, des machines, des repara-
tions et des renouvellements d'outillage, des frais de
transport, des taxes, du taux r6clami comme interet
de l'argent employee.
Les luttes entire patrons et ouvriers ne peuvent
qu'augmenter les embarras actuels, sans bendfice
pour personnel. 11 n'y a pas, quoi qu'on dise, exces de
production pour qui sait h quel point, dans les pays
neufs, le commerce est encore mal reparti et insuffi-
sant.
Ceci nous ramene hL l'examen du deuxibme mode
de multiplier les ventes par la recherche de debou-
ches nouveaux.
Remarquons tout d'abord combien les eldments des







- 26 -


etudes qu'il faudrait faire pour les ddcouvrir, et en
constater les resources, sont incomplets en Belgique.
Les connaissances gdographiques, tout d'abord, sont
trbs peu rdpandues dans le pays, malgrd les efforts
louables de deux .associations, ayant leur siege a
Bruxelles et h Anvers, consacrdes a leur vulgarisation.
La press p4riodique national faute d'encourage-
ment de la part du public ne contribute que bien peu
a les 6tendre, 6tant consacrde exclusivement a des
luttes de parties et a des ddbats locaux d'un intdr6t
mediocre, qu'elle n'abandonne que pour indiquer tries
sommairement les points saillants de la politique euro-
pienne. Quant aux autres regions du globe, out de mo-
destes coloniesse transforment, presque sous nos yeux,
en grands etflorissants Etats, elle les ignore ou n'en fait
mention qu'd l'occasion, et a de rares intervalles. Dans
un petit pays, il serait utile cependant, pour 1'hygibne
de l'esprit, de porter de temps en temps les regards par
delh les frontibres. Nous' devons constater, malheu-
reusement, qu'on s'en est trop deshabitud en Belgique.
Notre pavilion national est totalement inconnu sur
bien des points oii les products belges obtiendraient
une vente assure. Ces points, il faudrait les explorer.
Des expeditions, intelligemment prdpar6es, devraient
6tre organisdes dans ce but. Elles entrainent cepen-
dant des depenses, et celles-ci, peut-on les attendre de
l'initiative privde?
Une solution h ce problbme a dtd propose, et lah
encore nous rencontrons, toujours active et patrio-
tique, la haute influence a laquelle nous avons ddjh
rendu hommage.







- 27 -


II s'agissait d'armer et d'dquiper quelques navires
de guerre, du type des canonnibres de premiere
classes, par exemple,- de les confier a des dquipages
belges, qui auraient fourni plus tard un personnel
instruit et expdriment6 a la marine marchande, et
d'employer ces navires aux voyages lointains. Leur
mission euit kt6 6tendue, non seulement a la protec-
tion des intdr6ts nationaux, mais efit compris I'etude
des marches nouveaux; la reunion d'6chantillons de
tout genre; une participation honorable aux grands
travaux g6ographiques et hydrographiques que d'au-
tres nations exdcutent chaque jour, avec tant d'appli-
cation et de succes, dans les deux hemisphbres.
Comment ce project, si pratique, et don't la rdalisa-
tion eit 6dt d'un poids moins lourd pour les finances
nationals que les frais de construction d'un grand
monument public, a-t-il &td accueilli dans les pro-
vinces belges?
Par une opposition irrflichie, irraisonnde, tenace,
qui demontre une fois de plus combien l'influence du
passe se fait sentir dans le present, et quels efforts il
faudra faire encore pour lui 6chapper. L'imagination
populaire, effray6e des audaces d'une conception
utile, simple en elle-m6me, n'a-t-elle pas transform
immediatement les modestes canonnieres don't il s'agit
en cuirasses redoutables, et le budget moddre qui eit
suffi h leur entretien en un total 6norme, offert en
picture au minotaure de la guerre?
Tout progres important effectud en Belgique depuis
un demi-sibcle est imputable, non h l'initiative privde,
mais h l'action gouvernementale. C'est au gouverne-







- 28 -


ment, ainsi que nous l'avons dit, qu'on doit l'installa-
tion des premiers chemins de fer, violemment com-
battue h l'origine par ceux-li meme qui allaient
jouir de ses bienfaits; c'est a lui, et a ses agents, qu'on
est redevable de la libre navigation de l'Escaut; c'est
lui qui facility les transactions et tend a les accroitre
au moyen de traits de commerce, longuement dis-
cutds; c'est lui encore qui, par la creation d'un grand
Musde commercial, institution jusqu'alors inconnue
en Europe, a mis h la portie des industries et des
commergants, air moment ofi la necessity s'en faisait
sentir, des sources d'informations et de renseigne-
ments qu'on leur a envies.
S'il fallait une dernibre preuve de I'apathie centre
laquelle il a fallu letter, apathie qu'on doit secouer
a tout prix, nous n'aurions pas de peine h la donner,
car elle appartient a l'histoire contemporaine.
Un immense continent, I'Afrique, 6tait encore livrd,
il y a pen d'anunes, aux atroces barbaries des mar-
chands d'esclaves. De grands efforts ont dt6 faits,
depuis quelques annies, pour substituer a ce regime
de violence et de sang une situation nouvelle, plus
douce, plus humaine, prdparant la redemption de
toute une race, et son initiation aux idWes de frater-
nit6 chrdtienne, de solidarity universelle et de civili-
sation. Un nom belge, illustre entire tous, brille au
premier rang dans cette noble entreprise, au succes
de laquelle quelques hommes divou6s et vaillants ont
consacrd, sous ce haut patronage, toute leur 6nergie.
C'est a peine cependant si l'on commence a compren-
dre, en Belgique, ce qu'un tel fait a de glorieux pour







- 29 -


le pays, et ce qu'il lui assure de sympathie et de res-
pect dans cette postiriti, pr6te a naitre, qui verra le
continent africain rigendr6, conquis au travail, et
accessible au commerce, don't il augmentera la ficonde
activity.
11 ne suffit pas, cependant, d'indiquer des marches
nouveaux et d'en 4tudier les conditions 4conomiques,
il faut encore pouvoir s'y rendre. L'etablissement de
nombreuses voies maritimes, bien services, se rattache
a toute bonne organisation commercial. Sous ce rap-
port, le systeme actuel est encore tres imparfait. Le
gouvernement beige, apres avoir complete son reseau
de voies ferries, avait une dernibre thche a remplir,
la creation de grandes lignes de navigation, compl&-
ment indispensable des routes terrestres.
Son intervention, toutefois, devait-elle s'6tendre
jusque lh? L'administration des chemins de fer de
l'Etat constituait dejh une charge assez lourde.
Fallait-il qu'il la compliquit en pregnant des responsa-
litis nouvelles? Etait-il raisonnable qu'il se fit arma-
teur et n&gociant? N'6tait-il pas plus simple d'aban-
donner cette entreprise h l'industrie privie, plus apte
a la mener a bonne fin?
On le crut ainsi, et l'on attendit que le haut com-
merce se chargeit de ce complement de travaux, don't
il allait 6tre le premier h profiter.
11 ne rdpondit que faiblement, et avec une hesitation
marquee, a l'attente g6nirale. Son abstention, ainsi
que nous essayerons de le demontrer, 4tait assez
justified. L'dtablissement de lignes transatlantiques
exige des avances considdrables. Chacun.des steamers







- 30-


qu'on y destine represente un capital important, don't
il faut, a bref dMlai, servir la rente. Or, il n'est pas ais6
de faire naitre, du jour au lendemain, un courant
commercial rdmundrateur entire deux points 6loignis,
don't les rapports n'ont e6t qu'occasionnels et transi-
toires. Ce rdsultat ne s'obtient qu'au prix de sacrifices
reels, rdp6tes durant plusieurs annees. Une ligne nou-
velle, a ses debuts, fait rarement ses frais; elle n'y
parvient qu'aprbs une longue periode de gestation.
Peu d'actionnaires sont disposes a consentir a ces
delais, et a ajourner aussi longtemps tout espoir de
dividends. On l'a tellement compris que, dans tout
pays, il a 4td jug4 ndcessaire d'accorder des subsides
aux companies maritimes au moment de leur instal-
lation.
Le gouvernement belge, avec moins d'empresse-
ment peut-6tre qu'il euit ktg desirable, a fini par entrer
dans cette voie. Il serait utile, selon nous, qu'il s'occu-
pht plus s6rieusement encore qu'il ne l'a fait jusqu'ici
de la formation de ces services d'outre-mer, qui com-
plbtent si utilement nos lignes terrestres. Si l'Nco-
nomie est recommandable lorsqu'il s'agit de depenses
de luxe, elle n'a plus le m6me m6rite quand on l'ap-
plique, outre measure, aux depenses productive. Une
mise de fonds destine- h doriner plus d'importance au
commerce et a l'industrie rentre iminemment dans
cette catigorie.
11 y a cependant des rbgles ha tablir et des limits
h tracer, au sujet de ces subventions octroydes par
1'itat. Il conviendrait qu'elles fussent, en general,
itemporaires. Toute compagnie maritime en a besoin







- 31 -


a ses debuts, mais ne peut y pritendre, a moins de
se declarer non viable, apres un certain nombre
d'annees. 11 faut alors qu'elle puisse se maintenir a
1'aide de ses propres resources. Les subventions
accordies, assez fortes d'abord, devraient 6tre dimi-
nudes progressivement, a certaines chances, puis
ddfinitivement supprimdes. On les r6partirait ensuite
a nouveau, entire d'autres entreprises en course d'orga-
nisation.
Nous cherchons des ddbouch6s encore peu exploi-
tes, et ils existent. Supposons-les, non seulement bien
connus, mais parfaitement accessible. Comment y
prendre pied d'une manibre permanent?
A ce sujet, nous avons plus d'une erreur h signaler
et a combattre.
Un industrial experimente,fabriquant bien et a bas
prix, est autoris4 i avoir confiance, jusqu'a un cer-
tain point, dans la superiorit6 de ses products. Celle-ci
ne suffit pas toujours, cependant, A leur assurer un
6coulement facile. Chaque march a ses usages, cha-
que population a ses gofits, qu'on ne transform pas
ais6ment. Vouloir imposer certain types, sans tenir
compete des preoccupations locales, des habitudes
contracts, est aller au-devant d'un echec probable.
Les plus prudents 'ne l'essayent jamais, et adaptent
plut6t leur fabrication aux besoins des consomma-
teurs qu'ils veulent satisfaire. II est bon de rappeler
qu'il y a moins de risques a courir pour ceux qui ont
adopted ce systeme.
Parfois des 6chantillons, rigulibrement cotes, sont
envoys sur place. On doit veiller scrupuleusement ia







- 32 -


ce que la merchandise y soit conforme. Toute infrac-
tion h ce principle, productive peut-6tre, transitoire-
ment, aboutit h un fait deplorable : le dices de la
poule aux oeufs d'or.
Ce n'est pas tout : il ne suffit pas de fabriquer, il
faut encore 6tre connu. II est donc indispensable de
se faire reprisenter au loin par des agents serieux,
intdress6s a la vente, et disireux, pour cette raison,
de colporter'et de faire valoir les articles qu'on leur
confie. Or, 1. aussi, il y a un icueil La viter, celui de
les dicourager en executant h leur insu des ordres
requs directement, don't ils ne profitent en rien, et
qui cependant ne seraient jamais parvenus a destina-
tion sans leur utile cooperation.
Une dernibre question reste a dtudier : celle du
credit. 11 est important de se renseigner sur les faci-
litis offertes a l'acheteur par des concurrents frd-
quentant les m6mes marches. Si l'on se montre moins
liberal qu'eux, il est evident qu'ils obtiendront la
preference.
Qu'on soit bien persuade d'une chose, c'est que les
debouchis ne font pas ddfaut. Ce qui manque, cc
sont les connaissances techniques nicessaires h leur
exploitation; 1'esprit d'entreprise qui les fait decou-
vrir; intelligence qui, par d'heureuses combinai-
sons, les rend fructueux; la persiv6rance indispen-
sable pour surmonter les difficultis inhdrentes aux
premiers essais.
Si l'on veut iviter, en Belgique, une periode de
crise commercial et industrielle dijh commence, et
qui deviendra de jour en jour plus intense, on doit







- 33 -


s'attacher i en faire disparaitre les causes. L'dmigra-
tion, avec sa puissance expansive; l'extension de nos
relations actuelles vers les contries d'outre-mer, con-
tribueront a les neutraliser. L'etude de tout ce qui se
rapporte h ce grand movement, du dedans au dehors,
s'impose aux Belges. Nous avons voulu y prendre part,
et nous offrons aujourd'hui h nos compatriotes les
renseignements qu'un long sdjour dans la Republique
Argentine nous a permis de recueillir sur ce pays,
concernant les avantages qu'il prdsente aux emi-
grants europdens. Ses marches commerciaux sont
ddjh connus, car la Belgique fait avec les Etats
argentins, chaque annee, pour plus de 100 millions
de francs d'echanges. Nous souhaitons vivement que
les succes qu'elle y a obtenus donnent plus de poids
a nos remarques prdcedentes sur l'utilitd des expe-
ditions lointaines, en faisant mieux comprendre les
bendfices qu'on en retire, et la possibility de -les rda-
liser.









Importance du territoire argentin. Ses diverse sections. La Terre-
de-Feu. D61imitations nouvelles en Patagonie. Le Neuquen. -
Les Pampas platdennes.

Le territoire argentin s'dtend du sud au nord, a
l'orient d'une imposante chaine de montagnes, paral-
lle au littoral du Pacifique. 11 est bornd h l'est par
I'ocean Atlantique, I'Uruguay et le Paraguay, au sep-
tentrion par le Brisil, a l'ouest par la Bolivie.
Son aire, 6valude a 2,855,970 kilometres cards,
gale celle des iles Britanniques, de la France, de
1'empire d'Allemagne, des Etats scandinaves, de la
Peninsule italienne, de la Belgique, de la Hollande,
du Danemark et de la Suisse.
Les modifications de climate et de structure geolo-
gique, inhdrentes a une region aussi vaste, y donnent
lieu aux tableaux les plus varies. Nous essayerons de
reproduire ceux-ci i grands traits, tout en ddcrivant
les diverse provinces argentines, don't nous indique-
rons successivement les particularitis distinctive.
A l'extrdmitd du continent amdricain, par delA le
ddtroit de Magellan, surgit un archipel composed d'une
quantity d'iles montagneuses, don't les pics neigeux
atteignent de 5,000 a 6,900 pieds d'altitude. La plu-
part de ces miles ont 6td divolues au Chili. L'une d'elles








- 35 -


cependant, la plus grande, appartient partiellement a
la Rdpublique Argentine, qui y a install, le 22 octo-
bre 1888, un commissaire special, avec residence a la
baie de Saint-S6bastien. Deux families anglaises y
vivaient ddjh depuis quelques annies, a Ooshvia,
entourees d'une population indienne, jadis nom-
breuse, inais aujourd'hui fort reduile.
Les miles de la Terre-de-Feu nom donn a tout le
group sont soumises h de violent movements
climatiriques. Les tempktes, les coups de vent, la
pluie, la neige, les brouillards y sont frequents et,, h
Ooshvia, le thermometre indique a peine, durant les
plus fortes chaleurs de l'etd, 210 centigrades. On peut
cultiver, dans certaines localitis, la pomme de terre,
diverse especes de fbves et quelques autres legumes.
Leur rendement, toutefois, est incertain, car des geldes
soudaines les font souvent perir. Le navet seul, plus
rustique, rdsiste h ces rigueurs hivernales.
Dans le nord-est de File principal, on a introdait
des vaches et des chevres. Les terres h piturages n'y
font pas ddfaut. Le sud de l'ile est bois6 et content de
belles forkts, oft dominant les h6tres. Quelques-uns
de ces arbres out jusqu'a six pieds de diambtre et
quatre-vingts pieds de hauteur.
La vie animal comprend des guanacos; le cteno-
mys, espece de renard; quelques rongeurs, des pho-
ques et des loutres. On apercoit souvent, sur les c6tes,
des baleines et des morses. On a signal, de plus,
environ 90 espbces d'oiseaux, parmi lesquels des oies,
des canards, des cygnes; l'albatros, le pingouin, le
cormoran, la perdrix, etc. Les insects y sont rares;








on n'y connait pas de serpents. Les poisons et les
mollusques y abondent et constituent la principal
nourriture des indigenes. Ceux-ci ont des affinitis de
race avec les Tdhuelches, leurs voisins de Patagonie.
Ils se servent d'arcs, de fleches et de lances. La
variole a fait de grands ravages parmi leurs tribus
qui, selon toute probabilltd, sont destinies h dispa-
raitre.
De l'autre co6t du ddtroit de Magellan, don't les deux
rives appartiennent au Chili, se prolonge une zone
immense, couvrant des milliers de lieues et compose
d'une shrie de plateaux, disposes en terrasses a partir
du littoral de r'Atlantique, avec des variations de
niveau d'environ trois cents pieds. Ces plateaux sont
traverses, occasionnellement, par de profonds ravins,
et I'on y remarque de frdquentes lagunes aux eaux
saumAtres.
Cette zone, longtemps abandonnee et don't de hardis
explorateurs ont rvild- rdcemment l'importance, est
la Patagonie, terre lgendaire des anciens g6ographes,
que la colonisation ne va pas tarder a transformer.
Dans son 6tat actnel, elle appartient au domaine
national de la Rdpublique, provisoirement divis6 en
territoires, jusqu''i ce que 1'augmentation de la popu-
lation permette de transformer ceux-ci en Etats fidd-
raux ou provinces. Les territoires n'ont pas de legis-
lature locale, ni de representants au congres de la
nation. Ils sont administres par des gouverneurs.,
nommis par le pouvoir executif.
LaPatagonie a 4td partagde en trois gouvernements,
ceux de Santa-Cruz, du Chubut et du Rio-Negro.


- c6 -







- 37 -


Nous consacrerons h chacun d'eux une court
notice.
Le gouvernement de Santa-Cruz est le plus rap-
prochi de la Terre-de-Feu. On y a cr 6 quatre ddpar-
tements, parmi lesquels nous citerons tout d'abord
celui de Gallegos, qui confine au sud h la frontiere
chilienne et au detroit, a l'ouest aux Andes, et don't
les bornes au nord sont representies par une ligne
conventionnelle, trace de la baie de Coy a la Cordil-
lbre. Sa superficie est de 2,666 lieues carries. 11 est
arros6 par plusieurs course d'eau et a recu le nom du
principal de ceux-ci. Les terrains situps a l'embou-
chure du Gallegos pourraient convenir h l'tablisse-
ment d'une colonie, et produisent des plants fourra-
gbres jusqu'h prbs de 15 lieues de la baie de Coy.
Les sections mdridionales du department ont etd
explores jusqu'h la pininsule de Brunswick. Quel-
ques parties en sont boisees, entrecoupdes de massifs
d'arbres et de clairibres et offirent I'aspect d'un pare
anglais; d'autres sont rocailleuses, et le sol y semble,
en certain endroits, parsem6 de ruines. On y trouve
des sources sales et d'eau douce. Une plante locale,
la calafate, fournit un fruit nourrissant, trbs appricid
des voyageurs.
Le department de Santa-Cruz, limitrophe du prd-
cedent, a pour frontiere, au nord, la riviere du m6me
nom; au sud, le littoral de l'Atlantique jusqu'a la baie
de Coy, et s'ktend dans l'int6rieur jusqu'au pied des
Andes. Son aire total est de 4,000 lieues carries. II
content trois grands lacs, decouverts par l'explora-
teur Moreno, qu'on dit fort beaux, et qui commu-
3







- 28 -


niquent entire eux. Le plus septentrional, celui de San-
Martin, est domind par un volcan encore actif, le
Fitzroi. Le lac Biedma, qui le suit, a deux fois la
superficie du lac de Constance ou du lac Majeur, et
est entourd de montagnes aux pics nombreux et pit-
toresques. Sur le rivage mdridional du troisibme, le
lac Argentino, on remarque des bois 6pais, composes
d'arbres de haute futaie, don't plusieurs conservent
leur feuillage toute I'annde, abritant une forte vegd-
tation sous-arborescente, me1le de berberis et autres
especes antarctiques.
L'aspect du ddpartement, en gdndral, est sterile et
sauvage. On remarque 9h et 1h, cependant, dans la val-
lde de Shehuen, par example, des terres h pAturages.
Le plateau basaltique au travers duquel le Rio Santa-
Cruz s'est creusd un lit, est covert de buissons dpi-
neux.
II a dtd dtudid par MM. Darwin et Fitzroy, qui
remonterent la rivibre,. don't ils dvaluent la larger h
500 yards, et la profondeur a 17 pieds. Ses eaux,
fraiches et pures, parcourent au maximum deux lieues
a l'heure. La vallde qu'elles ont formde varie en
amplitude de I h 5 lieues suivant les localitds. Elle
est enserrde entire des collins d'environ 500 pieds de
hauteur, livrant aces h de grandes planes, peu fer-
tiles.
L'estuaire du port de Santa-Cruz, accessible aux
navires, regoit le Rio, don't nous venons de parler,
auquel s'en rdunit un autre, le Chico, parallble au
premier. Le Santa-Cruz sert de diversoir au lac San-
Martin; le Chico, au lac Argentino. De vastes bras de







- 39 -


mer, du c6td du Chili, se rapprochant considerable-
ment de ces lacs, il n'est pas impossible qu'il ait
existed sur ces points, autrefois, un passage entire
l'ocdan Atlantique et l'ocean Pacifique, don't le Santa-
Cruz et le Chico marqueraient les traces. Les deux
rives de l'estuaire sont verdoyantes, et les terrains qui
les suivent fourniraient de bons pAturages.
Par ddcret du 11 juillet 1885, le president de la
Rdpublique avait autorisd le gouverneur de Santa-
Cruz a donner en location des propri6dts fiscales, en
vue de l'exploitation de leurs richesses forestibres. Ce
ddcret a dtd rapport le 30 mai 1888.
Le ddpartement de Santa-Cruz, situd plus au nord,
de la rive gauche du Santa-Cruz au cap Watchman, sur
un space de 8,000 lieues carries, est compose, dans
son ensemble, des terres les plus arides et les plus
desertes de Patagonie. L'eau douce y manque complh-
tement. Le capitaine Moyano, qui a parcouru ces soli-
tudes en 1880, a mis 57 jours a se rendre de la
colonie de Chubut, don't nous parlerons bient6t, au
port Saint:Julien. Ce port, connu d&s le xvIe sibcle, a
&td visit par l'amiral Drake et le naturaliste Darwin.
Le gouverneur Winter, dans un rapport adressd aux
autoritds fiddrales en 1885, consider ses environs
comme impropres a l'tablissement d'une colonie.
Le ddpartement de Port-Ddsir6, contigu h celui que
nous venons de mentionner, et plus septentrional
encore, couvre 9,355 lieues carries. II doit son nom
au havre formed par l'embouchure du Rio-Deseado,
course d'eau qui prend sa source dans le lacde Buenos-
Ayres, au pied des Andes, et va se d6verser dans







- 40 -


1'ocean Atlantique, a peu de distance de 1'ilc Pin-
guin.
Son chef-lieu, Port-Ddsird, est a 450 lieues de la
ville de Buenos-Ayres, et h 80 lieues de la Cordillbre.
L'amiral Cavendish y install quelques families, en
1586. Ces families, abandonndes a elles-m6mes, ne
purent s'y maintenir. Un autre marin, I'amiral Davis,
y sdjourna quelques ann6es plus tard avec ses dqui-
pages. Une colonie anglaise y fut fondue en 1669,sous
la direction de sir John Narbrough. Celui-ci y fit con-
struire un fort et ordonna quelques ddfrichements,
qui ne furent pas continues. Un deuxibme fort y fut
biti, vers la fin du xvimu siecle, par le capitaine
Biedma. 11 semble strange, aprbs tant d'essais infruc-
tueux, qu'on ait song, de nos jours, h les rdpkter,
en ddsignant Port-Desird come l'emplacement d'une
colonie future. On ne doit pas perdre de vue, toute-
fois, que si les premieres entreprises n'ont pas 6td heu-
reuses, la ddfectuositd des moyens de communication
en est la cause principal.
Un service de steamers, subsidid par 1'administra-
tion feddrale, relie aujourd'hui divers points du litto-
ral patagonien la ville de Buenos-Ayres. L'eau, a
Port-Desird, est abondante et salubre.
En quittant Port-Dsird, et en continuant a marcher
vers le nord, on rencontre, aux approaches du lac
Colhud, la limited meridionale d'un nouveau gouverne-
ment, formant aprbs celui de Santa-Cruz une autre
grande subdivision du territoire patagonien.
Ce gouvernement est celui de Chubut, limit au
nord par le 42e parallble, h l'est par l'Atlantique, a






- 41 -


l'ouest par la frontiere chilienne, au sud par le
46e parallble.
La vie colonial y commenpa en 1865. M. Louis
Jones, conduisant un group d'immigrants gallois,
mineurs de profession, s'y 6tablit a cette 6poque,
encourage par le gouvernement argentin, qui offrait
250 acres de terres, dans ces parages, a chaque adulte
male. Les Gallois se fixbrent a l'embouchure du Chu-
but, riviere tortueuse qui, venue des Andes, va se
jeter dans l'ocean Atlantique en face du promontoire
de Castro, aprbs avoir repu un important affluent, le
Senger, sorti du lac Colhud.
La vallke du Chubut, assez large vers le littoral, se
resserre peu a peu jusqu'h n'avoir plus qu'une tren-
taine de metres, a 15 lieues de la c6te. La, un immense
rocher, dont la forme rappelle celle d'une dglise, la
domine de sa masse imposante. Elle acquiert ensuite
plus d'ampleur, sur un space d'environ 7 lieues,
puis se-retricit de nouveau, pour reprendre plus loin
8,000 mitres de larger. Cette dernibre section ne
convient pas aux exploitations agricoles, 6tant ddjh
trop dlevie. On la reserve au b6tail.
Les immigrants gallois, a leur arrive au Chubut,
eurent a surmonter de grandes difficulties. Les neuf
dixibmes d'entre eux n'avaient aucune experience des
travaux agricoles, et les terrains qui leur 6taient con-
cddds dtaient peu fertiles, sauf aprbs irrigation. Sur
les 250 acres attributes a chaque ferme, 50 devaient
6tre consacries a la culture du froment. Or, le succes
de cette culture dependait entibrement des crues de
la rivibre, et des inondations auxquelles celles-ci







- 42 -


donnaient lieu. L'eau du Chubut, claire et douce dans
son dtat normal, devenait alors extr6mement trouble,
et les colons n'en avaient point d'autre. Le bois leur
manquait 6galement, les planes voisines n'dtant cou-
vertes que de buissons.
Des maisons furent construites, ch et lh dans la
vallde, en briques d'argile, non cuites, et on proceda
aux semailles. Le climate du Chubut est sain; la brise
de mer se fait sentir tout le jour, le ciel est clair, les
nuits calmes et 6toildes. Les pluies sont peu frd-
quentes, et la rivibre, don't le courant est loin d'etre
rapide, gale rarement.
Les colons, apres avoir pass par de dures dpreuves,
entreprirent un grand travail, que leur facility le
gouvernement national : ils creuserent un canal paral-
lble h la rivibre, au septentrion, et le mirent en rap-
port avec les diff6rentes fermes, au moyen d'dcluses.
Ils dvitaient- ainsi les consequences fAcheuses des
longues sdcheresses, don't ils avaient souffert d'abord.
La m6me operation se r6pita ensuite sur I'autre rive
du Chubut, et aura pour rdsultat, aprbs achievement,
la parfaite irrigation de la vallde, a 10 lieues de dis-
tance. Les meilleures terres, aujourd'hui, sont toutes
occupies. La rdcolte de froment, en 1885, s'eleva a
5,000 tonnes. Les colons possddaient, I'annde sui-
vante, 6,000 moutons, 9,000 t6tes de gros b6tail, et
1,500 chevaux. Ceux-ci, petits et nerveux, sont infa-
tigables.
I Chubut est la residence officielle du gouverneur du
territoire, qui a sous ses ordres un secrdtaire, un
commissaire et divers autres fonctionnaires. Le port







- 43 -


le plus voisin do la colonie est celui de Madryn, situd
au nord de celle-ci, a 15 lieues de distance, an golf
Nuevo. On y trouve un havre assez accessible, avec
bon ancrage pour les grands navires.
Port-Madryn, cependant, n'est pas un sdjour
agrdable. L'eau y est saumAtre, et les terres environ-
nantes sont assez stdriles. Des guanacos, quelques
autruches, des renards, des putois et des lievres de
Patagonie en tirent seuls une maigre subsistence.
L'embouchure du Chubut n'dtant accessible qu'a de
petites embarcations, a cause de la barre de limon qui
en bloque l'entrde, il a etd propose de relier Port-
Madryn au chef-lieu par un chemin de fer, don't les
depenses de construction sont dvaludes a 60,000 lives
sterling.
La population du Chubut, restde galloise, est d'en-
viron 1,500 Ames.
Des explorations extr6mement int6ressantes ont 6td
faites par M. Fontana, gouverneur du territoire, du
c6td des districts andins. C'est ainsi qu'on a decouvert,
rdcemment, les sources du Chubut, cinq routes
nouvelles vers le Chili, et vingt-trois rivieres non
indiqu6es sur les cartes actuelles. Une bourgade
a dtd fondue, par les soins de M. Fontana, au pied des
Andes, dans une fertile vallde. On lui a donnD le nom
de c, Seize-Octobre ).
Des premiers contreforts des montagnes, oii les
h6tres, devenus plus rares, sont remplac6s peu A
peu, A measure qu'on advance vers le nord, par des
pins superbes de 60 a 100 pieds d'altitude, on aper-
coit une vaste plaine, d'une uniformity monotone.







- 44 -


Sa surface, sablonneuse et couverte de galets, est
semie de touffes d'herbes, entire lesquelles croft, de
distance en distance, un fr6le arbuste, le jume
(Valicernia). Sur le bord des course d'eau, la vie s'ac-
tive et se diversifie. Une sorte de saule, le Salix Hum-
boldtana, y acquiert certaines dimensions.
En continuant a marcher vers le nord, on atteint le
territoire du troisibme gouvernement 6rig6 en Pata-
gonie, celui du Rio-Negro. Sa frontibre, au septentrion,
suit le course du Rio-Colorado; a l'est, le 5e meridien,
le Rio-Negro et I'Atlantique; au sud, le .42 parallble;
a l'ouest, les Andes, le course du Limay et la continua-
tion du J0e mdridien jusqu'au Colorado.
Les vallies formees par le Colorado et le Rio-Negro
sorit djah assez peuplies, et les dtablissements d'dle-
vage ainsi que les exploitations agricoles s'y multi-
plient chaque jour. Citons tout d'abord, a 1'embou-
chure du Rio-Negro, la petite ville de Biedma, faisant
face a celle de Carmen de Patagones, situde dans la
province de Buenos-Ayres. II est question de relier
les deux cites par un pont, don't les frais de construc-
tion sont dvaluds a 150,000 piastres. Le Rio, a cet
endroit, a pros de 500 metres de larger. Ses rives
meridionales sont 6levies et composees de plusieurs
couches de pierres de sable et de cailloux super-
posdes. A proximity de Biedma, dans le courant du
fleuve, se presentent plusieurs miles, borddes de sales.
On en rencontre d'autres, en le remontant, presque
toutes cultivies et produisant d'excellent froment.
Parmi les plus importantes, nous mentionnerons File
Hermosa, d'une lieue de longueur, a 40 lieues de







- 45 -


l'Ocdan; 1'ile de Negro-Muerto, h peu de distance des
rapides de Cabayu-Cuatea, et enfin l'ile de Choel-
Choel, qui a 20 lieues de longueur et plus de deux
lieues de larger, en moyenne. Le sol y est fort riche
et assez accident; elle est occupde par un chenal
profound, formed depuis peu, car il n'existait pas
lorsqu'elle fut ddcouverte, en 1783, par Villarino.
Tout le pays environnant, ainsi que lile m6me, est
partagd en grandes et belles estancias, oil abonde le
betail. Elles s'dtendent, presque sans interruption,
jusqu'aux confins de la vallde du Rio-Negro, au con-
fluent de la Limay et du Neuquen, ses principaux
tributaires. La vallde, dans son ensemble, a 400 miles
anglais de longueur.
Diverses localities, ind6pendamment de Biedma,
sont en progrbs. Pringles, entire autres, sur la rive
gauche du fleuve, au centre d'un charmant paysage,
devient un march important; on a fondd, en face de
Boca-de-Travesia, une colonie, celle de Frias, ofi l'on
a rduni quelques families galloises. II s'en former
probablement d'autres, le gouvernement national
ayant concedd plus de 290 lieues carries de terrains
dans la valley, depuis 1883.
De Frias h Conesa, le sol s'dlbve et devient assez
aride. A Conesa, autre centre agricole, il s'abaisse de
nouveau. Des travaux d'irrigation ont Wtd exdcut6s en
cet endroit, ainsi qu'h la colonie de Fort-Roca, situde
plus avant vers l'ouest. Ces travaux, jusqu'd present,
out Wtd plut6t nuisibles qu'utiles aux colons, don't les
champs sont inond6s durant les fortes crues. Les
estancias ktablies dans ces parages sont fort belles.







- 46 -


On a construit dans l'une d'elles, appartenant au
colonel Belisle, une superbe residence, et la valeur du
domaine est estimde a 50,000 lives sterling. Le prix
du betail, dans la vallde du Rio-Negro, est encore
peu dlev4. On a vendu a Choel-Choel, en 1887,
1,500 t6tes de gros bdtail a raison de 10 piastres par
vache, et de 3 piastres par gdnisse. On y donne 7 mou-
tons pour une vache. Choel-Cho l a dtd mis en rap-
port avec Pigud, dans la province de Buenos-Ayres,
par un service de messageries.
Le Rio-Negro est navigable sur une grande parties
de son parcours. A 1'extr6me frontiere du territoire,
15 of il confine avec un autre gouvernement, celui du
Neuquen, tout le pays est covert de pommiers sau-
vages, provenant de plants d'Europe, imports autre-
fois par des missionnaires jdsuites. La s'offre aux
regards du voyageur le lac Nahuel-Huapi, qui baigne
les assises d'un volcan 6teint, le Tronador, de
15,100 pieds de hauteur. Ce lac, bordd de forkts
dpaisses, entourd de montagnes couvertes de neige,
measure 20 lieues de longueur et est d'une rare
beauty. On peut, du district, se rendre au Chili par
divers passages. 11 serait done favorable a la coloni-
sation.
Nous venons de parler du gouvernement de Neu-
quen. II est born au nord par la province de Mendoza,
la rivibre Barrancas et le Colorado jusqu'au 10 mdri-
dien; a l'est, par la continuation du m6me meridien
et la rivibre Neuquen, jusqu'a son confluent avec le
Limay; au sud, par le Limay et le lac Nahuel Huapi;
a l'ouest, par les Andes.







- 47 -


Cette division territorial comprend 87,500 kilo-
mbtres carris.
Une compagnie argentine a acquis rdcemment,
dans le Neuquen, 850,000 hectares, afin d'y implanter
la colonisation, qui sera active par l'dtablissement
d'un chemin de fer, auquel on travaille en ce moment
et qui, touchant au Colorado, pendtrera au Chili par
]a passe de Pichachen. Deux autres projects, concer-
nant l'installation de voies ferries, dirigdes du m6me
cotd, sont a l'examen du Congres feddral. L'un tend h
relier le port de Bahia-Blanca, dans la province de
Buenos-Ayres, au lac Nahuel-Huapi et au Chili, en
passant par le fort Maipu; l'autre 6tablirait une com-
munication, a partir du golfe Nuevo, entire le Chili,
le Neuquen et l'Atlantique.
Les propridtis de la compagnie pricitee sont situdes
sur la rive gauche du Limay, de Fuerte-Viejo au lac
Nahuel-Huapi. Tous les terrains longeant le Rio Pichi-
Piam-Leofu, a l'ouest, lui appartiennent. Des arpen-
teurs, ainsi qu'un ingenieur agronome, out dtd envoys
sur les lieux, qu'ils sont charges de mesurer et d'in-
specter. On pourra disposer, pour l'Hcoulement des
products, de l'excellent port chilien de Valdivia, qui
n'est qu', 56 lieues du fort de Junin.
L'intention de la compagnie, tous travaux prdlimi-
naires acheves, est de faire appel aux emigrants du
nord de I'Europe.
Le pays est arrosd par plusieurs course d'eau et
content des bois nombreux, remplis d'arbres de
haute futaie.
Le gouvernement a concedd, depuis 1883, dans le







- 48 -


Neuquen, 1,552 lieues carries de terrains a divers
particuliers. Beaucoup de ceux-ci n'ont pas satisfait
aux prescriptions de la loi, qui ordonne le mesurage
et la colonisation des concessions dans un dtlai ddter-
min6. II conviendrait de mettre fin a cet 6tat de
choses, 6minemment prejudiciable aux intirets gdnd-
raux, et qui laisse dans le doute la valeur des titres
de certaines propri6dts.
11 nous reste a faire mention, avant de terminer
notre 6tude sur les territoires nationaux du sud de
la Republique, a en ddcrire une dernibre subdivision,
don't on a formed galement un gouvernement, celui
de la Pampa.
11 comprend un pays ouvert, ayant I'ampleur de
l'Ocean, oi croissent des gramindes, des chardons,
une espece de verveine aux fleurs decarlates, et la
Flor morada, a la corolle violette. Cette plaine, aux
immense horizons, aux lines invariables, s'dtend
non seulement dans la region qui porte ce nom, mais
se prolonge dans les provinces de Buenos-Ayres, de
Santa-F6, de Cordoba, de San-Luis et de Mendoza,
couvrant une aire de 10,000 a 15,000 lieues car-
rdes. Elle parait uniformement plane, mais en rdalit6
s'le&ve doucement, d'abord d'un pied par 1,550 metres,
puis davantage,\ jusqu'a atteindre, dans le lointain
ouest, une altitude de 2,000 pieds au-dessus de la
mer.
La composition des terrains est en rapport avec
ces particularites. Prbs da littoral, les couches sup6-
rieures du sol sont form6es de sable et d'argile; plus
avant vers l'intdrieur, des graviers s'y m6lent assez







- 49 -


abondamment; en approchant de la Cordillbre, les
galets et les cailloux roulds predominent; au pied des
montagnes, la champagne est parsemde de grands blocs
de rochers, venant de leurs declivitds. Toute la region,
riche en fossiles, est entrecoupde de lagunes, don't
quelques-unes sont sales. La vdgdtation arborescente
y fait complktement ddfaut, sauf dans les sierras de
Tandil, a 66 lieues de Buenos-Ayres, oit le carma-
moel (Colletia cruciate), arbuste strange, aux rameaux
depouills de feuilles et charges d'dpines en forme
de croix, se masse en broussailles dpaisses de 5 h
6 pieds de hauteur. 11 existe dgalement, le long de la
c6te de l'Atlantique, en certain endroits, une bande
sylvestre produisant des tala, des coronillo et des espi-
nillo, arbres essentiellement indigenes.
L'absence de forkts, dans la Pampa, est d'autant plus
singulibre qu'on a parfaitement rdussi a y introduire,
de nos jours, des arbres fruitiers de tout genre,
imports d'Europe; 1'eucalyptus, d'origine austra-
lienne; le Bobinia, le peuplier d'Italie, etc., etc. Un
seul arbre, particulier i la region, toujours isold,
atteignant une grande altitude, s'y rencontre parfois :
c'est l'umbu (Percunia divica), au tronc noueux, massif,
bosseld, fortement ancrd dans le sol et don't les
branches contourndes sont d'une apparence tres
pittoresque. II est ndanmoins sans valeur, son bois
n'ayant aucune consistance.
11 semble que les planes argentines aient du autre-
fois 6tre couvertes par les eaux. Apres le retrait de
celles-ci, le sol, fortement imprdgnd de sel, n'aurait
produit d'abord que des herbes, et particulibrement







- 50 -


des cyperackes. Les Indiens y mettaient frequemment
le feu, soit par inadvertance, soit pour attirer le
gibier sur des- terrains d6blayes, remplis de jeunes
plants, aux fibres tendres et ddlicates. Les v6gdtaux
ligneux perissaient dans ces conflagrations perio-
diques avant d'avoir acquis quelque ddveloppement.
De plus, le vent du sud-ouest, connu dans le pays
sous le nom de pampero, sevit avec une extreme
violence sur toute la surface des Pampas, et son action
completait, probablement, la destruction des germes
epargn&s par le feu. Si l'on rdussit aujourd'hui h les
preserver, il est a noter qu'ils n'atteignent que rare-
ment leur croissance normal. Les arbres, dans toute
la province de Buenos-Ayres, a 1'exception de 1'euca-
lyptus, qui y reussit admirablement, sont peu 6lev6s
et d'un port tout different de celui de leurs cong&-
nbres d'Europe.
Lh ofi les Pampas approchent des montagnes de
1'Ouest, les plants ligneuses reparaissent. Elles gar-
nissent de leurs. feuillages une grande parties des
versants occidentaux des sept provinces andines,
Mendoza, San-Luis, San-Juan, Rioja, Catamarca,
Jujuy et Salta. On y remarque des prosopis, des
mimosas, des acacias, d'abord assez fr6les, h6riss6s de
branches espac6es, gendralement 6pineuses, puis, a
measure que le niveau s'6leve, acqudrant de plus
fortes proportions. Dans quelques endroits, et parti-
culibrement parmi les sierras de San-Luis, ces massifs
d'arbres, separds par des clairibres, pr6tent au
paysage une grande beauty.
Le gouvernement de la Pampa a pour limits, au







51 -

nord, le 35e parallele, qui le spare des provinces de
Mendoza, de San-Luis, de Cordoba et de Santa-Fe; a
l'est, le 5 meridien de Buenos-Ayres; a l'ouest, le
10 mdridien, jusqu'h la rivibre Colorado; au sud,
ladite rivibre.
Son territoire est traverse par plusieurs course
d'eau, don't le principal, le Chadileufu, se diverse,
avant de passer au Rio-Colorado, dans un grand lac,
I'Urrelauquen.
Nous ne nous ktendrons pas davantage sur cette
section, don't nous avons fait connaitre l'aspect
gdndral et qui est encore rdservde h 1'dl've du" b6tail.








Provinces andines.
Leur configuration g6nerale. Leurs exploitations pastorales, agricoles
et rninibres. Leur population. Renseignements statistiques.

La'province de Mendoza s'6tend au pied des Andes,
a l'extreme accident du territoire argentin. Elle a
pour limits, au nord, une ligne conventionnelle,
trace du mont Aconcagua a la riviere San-Juan; a
l'est, cette mime riviere, qui la spare de la province
de San-Luis; au sud, le 35e parallele, servant aussi de
frontiere aux gouvernements de Neuquen et de la
Plata.
Elle comprend 150,000 kilometres carries.
Ses districts orientaux, par leur configuration gen6-
rale, se rattachent aux planes pampdennes. Ils cou-
vrent une region d'aspect variable, suivant la distribu-
tion des eaux h sa surface. Les plus riches pAturages
se trouvent au sud de la riviere Diamante et dans les
environs de la Paz.
Toute la zone qui long la Cordillere est essentielle-
ment alpestre. On y remarque des pics 6levis, don't
quelques-uns, I'Aconcagua et le Tupungato, par exem-
ple, ont 22,000 pieds d'altitude, et sont constamment
converts de neige. Cette zone content d'excellentes
. terres, mais don't on ne pent developper les resources







- 53 -


qu'au moyen d'irrigations, les pluies y etant rares.
Un vaste ensemble de travaux hydrauliques a ktd
entrepris pour obvier a cette disette d'eau. L'un des
plus important est le creusement du Zanjon, large
canal alimentd par la rivibre Mendoza. 11 traverse le
village de Lujan et, se prolongeant dans les campagnes,
arrose de nombreux vignobles, des jardins, des plan-
tations de tout genre, jusqu'au Rio-Tunuyan. Celui-ci
a dtd mis en communication, par un canal de plus de
13 lieues de longueur, avec le Desaguadero. Plus de
1,000 lieues carries de sol arable out dtd ajoutdes,
grace a ces travaux, au domaine agricole de la pro-
vince.
Si quelques ddpartements doivent leur prospiritd
aux irrigations, d'autres parties du territoire souffrent
d'inondations periodiques, resultant de la fonte des
neiges durant la saison estivale. La vallde du Rio-
Grande et les environs de Curra-Lauquen se trou-
vent dans ce cas. 11 existe de grandes lagunes L
Huanacache, sur la frontiere de San-Juan.
Mendoza, le chef-lieu provincial, don't la population
est de plus de 18,000 Ames, s'dlbve au bas d'une impo-
sante chaine de montagnes. C'est une ville toute
moderne, I'ancienne cite du meme nom ayant etd
ddtruite, le 20 mars 1861, par un tremblement de
terre. Elle est relide h Buenos-Ayres par le chemin de
fer du Pacifique, et au Chili par la passe d'Uspallata.
Ses rues sont droites, bien construites, et la verdure
n'y fait pas d6faut. On y remarque un joli parc, ainsi
qu'un large boulevard, le San-Martin, plant de beaux
arbres.






- 54 -


L'industrie pastorale n'a pas grande importance
dans la province de Mendoza. On y recevait, il y a
quelques anndes, d'assez fortes quantitis de betail,
qu'on y engraissait pour le faire passer ensuite au
Chili, mais ces importations sont en baisse. L'agricul-
ture donne de meilleurs rdsultats et y fait de sen-
sibles progres. Les terres qu'elle exploit 4taient
estimdes, en 1887, a 50 millions de piastres.
L'une des branches qui l'occupent spdcialement
est la viticulture. Aussi les vignerons europdens
auraient-ils intdrtt a 6migrer plus specialement vers
cette parties de la rdpublique. Les vignobles s'y multi-
plient chaque jour. Leur rendement, en 1888, attein-
dra probablement 1 million d'arrobes, valant de 3 h
5 1/2 millions de piastres. Les grappes se vendent
de I h 6 piastres l'arrobe, d'apres quality. Plusieurs
millions de ceps nouveaux out dtd plants rdcemment.
Pour donner une idde de l'extension de quelques-
unes des exploitations existantes,. nous rappellerons
que le vignoble du gouverneur Benegas, qui, il est
vrai, est le meilleur du pays, a 80 lieues carries de
superficie.
Deux grandes sections sont frdquemment cities
comme plus particulibrement favorables h la viticul-
ture, don't I'une long le Rio-Tunuyan, l'autre, le Rio-
Mendoza. Bien que la vigne, sur les rives du Tunuyan,
soit plus precoce et plus prolifique, les planteurs
actuels prdfbrent se fixer le long du Rio-Mendoza, oi
ils obtiennent un mnilleur produit.
Les terres y ont ddjh acquis une valeur relative-
ment considerable, variant entire 400 et 1,200 piastres







- 55 -


I'hectare. On les paye ce dernier prix h Belgrano et h
Las Heras.
Les frais d'installation d'un vignoble, en moyenne,
sont les suivants :


Achat de 4,000 plants, a 5 1/2 centavos
Fils de fer et tourniquets . . .
Instruments et ustensiles . . .
124 poteaux, 1,650 rames . . .
Plantation.... .. . . .
Direction, ddpenses impr6vues .
Prix du terrain,1'hectare . . .
Intdrets durant quatre ann6es, a 10 p. c.
Total gdndral.


P. M./N. C.
540.00
160.00
100.00
524.00
40.00
60.00
700.00
769.60
2,693.00


Parfois on remet la terre of l'on veut former un
vignoble aux soins d'un entrepreneur, avec lequel on
fait un contract, don't la durie est de trois ou quatre
annees.
Ce terme could, on lui paye, pour. chaque plant
vivant, 12 5 15 centavos, I'achat du fil de fer employed
demeurant h charge- du propri6taire.
Aprbs la quatribme annde, celui-ci prend charge du
champ,qui fournit alors 100 quintaux de raisins, don-
nant 100 arrobes de moit, le prix variant entire
4 et 5 piastres. Le rendement, dbs la neuvibme annde,
atteint sa plenitude, 400 a 500 quintaux par hectare.
Les travaux annuels d'entretien et d'administration
sont, durant cette pdriode, estim6s h 175 piastres.
Parmi les autres products vdgitaux cultivds dans la
province, nous citerons la luzerne, qui y est d'un bon






- 56 -


rapport, et .qu'on export jusqu'A Buenos-Ayres;; le
froment, le mais; la plupart des arbres fruitiers et des
ldgumes d'Europe. De frdquentes irrigations sont
cependant, en gdndral,,une des conditions du succes
des rdcoltes.
L'Etat de Mendoza possede divers gisements mi-
ndralogiques encore imparfaitement exploits. Ses
mines d'argent les plus connues sont celles de Para-
millo, ddjh ouvertes sous la domination espagnole.
Elles sont situdes a 23 lieues du chef-lieu provin-
cial, priesd'Uspallata, a 10,000 pieds au-dessus du
niveau de la mer. Longtemps abandonnees, elles
furent remises en activity en 1867, par MM. Villa-
nueva et Delcanto, qui y obtinrent des minerals
d'argent et de cuivre,employant dans leurs fourneaux
une terre bitumineuse, h ddfaut de carbon. Celle-ci
abonde dans le ddpartement de San-Carlos, confinant
a la CordillIre.
On a constat6 l'existence, en plus, de nombreuses
sources de pdtrole. L'une des plus importantesa atd
dicouverte h 10 ou 12 lieues de l'ancienne ville de
Mendoza. Une bonne route en facility l'acces et une
compagnie anglaise y a commence des travaux. Le
produit qu'elle a extrait donne 40 p. c. de kdrosbne.
D'autres dep6ts de m6me nature ont 6td explores,
l'un h 12 lieues de la ville actuelle de Mendoza, I'autre
a 80 lieues au sud de la m6me cited. 11 y aurait la un
veritable lac d'huile minirale, recouvert d'asphalte.
Nous avons mentionnd prdcidemment le ddparte-
ment de San-Carlos pour ses terres bitumineuses.
On y signal aussi des marbres d'une grande beauty.







- 57 -


A 5 lieues de San-Rafael, dans le mime departe-
ment, on a recueilli de l'albktre calcaire, d'une teinte
verdAtre.
Toutes les provinces andines ainsi que nous
aurons 1'occasion de le demontrer sont remar-
quables, d'ailleurs, par leurs richesses mindralo-
giques. Quelques anndes s'dcouleront encore, cepen-
dant, avant qu'elles puissent 6tre mises en oeuvre. Les
voies de communication entire les districts produc-
teurs et le littoral ne sont pas encore assez nom-
breuses, et la main-d'oeuvre fait defaut, ou se paye a
un taux trop dlev6. Le travail des mines est extreme-
ment p6nible, celles-ci ktant g4ndralement situdes a
d'assez grandes altitudes. Or, un journalier, dans cer-
tains grands domaines agricoles, a Melocoton, par
example, dans Fun des ddpartements de la province
de Mendoza, celui de Tunuyan, obtient un terrain
pour y bAtir une maison, des instruments agricoles,
plus un salaire de 5 fr. 50 c. par jour. 11 faudrait lui
assurer de grands avantages pour le decider a aban-
donner une existence relativement facile, pour aller
aux mines, c'est-h-dire pour entreprendre un labeur
infiniment plus dur et plus rude.
La province de Mendoza comprend une population
de 100,000 hmeg. Elle a requ, en 1886, 819 immi-
grants.
Les ddpenses publiques, en 1887, s'dleverent h
257,000 piastres, chiffre beaucoup plus 6leve que celui
du revenue, laissant un deficit de 61,000 piastres. Les
taxes sont fortes, et devraient suffire,h raison de Spar
1,000, a 6quilibrer le budget. Toute propridt6 foncibre







- 58 -


consacree aux plantations de vigne est exempte de
contributions durant dix anndes.
Do grands efforts out 6td faits par le gouvernement
local pour la diffusion de l'instruction publique. On
compete, dans 1'Etat, 86 6coles, dirigdes par 165 pro-
fesseurs, et frdquenties par 7,957 61bves. On a crd6,
de plus, un. college national, un institute agricole et
une cole normal.
La province de San-Juan, limitrophe de celle de
Mendoza, n'en est separde que depuis 1820. Elle con-
fine au Chili d'une part, se prolonge vers le sud jus-
qu'au 52 50' de latitude, et est voisine, a l'est, de la
province de Rioja.
Son territoire est plus montagneux que celui de
Mendoza, et moins bien arros6. Une seule rivibre de
quelque importance, le San-Juan, parcourant un
space d'une centaine de lieues, y diverse ses eaux.
Elle est navigable, en dt6, de Caucete aux lagunes de
Huanacache.
Des travaux d'irrigation ont et6 entrepris, et non
sans r6sultats, car la capital de la province est
entourde aujourd'hui d'un rdseau de canaux qui
out repandu la fertility sur 5,000 cuadras de terre,
livr6es depuis l'aigriculture et revenues productive.
Ainsi que dans l'Etat de Mendoza, la viticulture
occupe spdcialement les agronomes et absorbe le
quart des terrains exploits; le surplus est consacr6 a
la luzerne, au mais, au froment, aux ldgumes et aux
arbres fruitiers.
On exporte,de San-Juan,jusqu'h 50,000 bordelaises
de vin dans les differentes parties de la R6publique,







- 59 -


et surtout h Buenos-Ayres. Les expeditions de raisins
sees, de mnme provenance, s'dlevent annuellement h
500,000 arrobes.
La cuadra de terre, entourde d'enclos et bien irri-
gude, rapporte 30 piastres de loyer annuel dans le
voisinage du chef-lieu.
Plus loin, vers l'intdrieur, dans les districts ou l'on
s'occupe plus spdcialement de la production des
plants fourrageres, une cuadra de terrain vaut en
location 20 piastres h l'annde. Une famille de cultiva-
teurs, de quatre personnel, n'aurait gubre a faire,
pour s'y installer, qu'une advance d'une centaine de
piastres. En commencant par offuir ses services aux
propridtaires, et en travaillant pour eux,'elle pourrait
encore rdduire cette advance. Ces derniers recoivent
les immigrants, leur fournissent une habitation, et
payment leur travail, soit en argent, soit en parts sur
les rdcoltes. Le rendement des cdrdales, malgrd les
defectuositis de la culture en usage, est en moyenne
de 25 fanegas de 8 1/2 arrobes par cuadra. Le produit
rapporte ordinairement 40 centavos l'arrobe.
Les crd6ales ainsi obtenues entrent en grande par-
tie dans la consommnation locale. L'excddent est
envoy, a dos de mulet, dans les provinces voisines.
On export aussi des seinences de luzerne. Elles
valent, sur place, de I h 2 piastres l'arrobe. Les frais
d'envoi, au dehors, s'dlevent a 60 centavos.
Un ouvrier, a proximity du chef-lieu provincial,
peut vivre a raison de 25 centavos par jour. La farine
vaut 4 piastres le quintal; le vin, 4 piastres 1'arrobe;
la viande, 8 piastres le quintal; le bois, 50 centavos le









quintal. Dans les ddpartements eloignes, ces ddpenses
sont diminudes de 10 p. c. Un journalier, on p0on,
gagne 15 piastres par mois, avec entretien; un artisan
regoit a peu pros le double.
Le climate de la province de San-Juan est bon, et
meme agrdable durant neuf mois de l'annde. De,
dicembre en mars, la chaleur est assez intense. Les
pluies y sont encore, moins frdquentes que dans la pro-
vince de Mendoza, et font entierement ddfaut d'avril
en octobre.
L'industrie pastorale n'a pas fait de grands progres,
dans les divers ddpartements, depuis l'annde 1864.
On y comptait alors 210,000 animaux tant boeufs que
chevaux et moutons. 11 n'en existait que 275,000,
vingt-trois ans apres, en 1887, don't 10,000 chevaux,
170 000 moutons, 51,000 boeufs et vaches, 535,000 ch6-
vres.Les taxes locales prdlevdes sur le b6tail sont tres
fortes, et montent 't 6 p. c. de sa valeur total.
Le mineral argentifere est tres rdpandu dans la pro-
vince de San-Juan. Les terrains qui en contiennent,
en quantities plus ou moins considerables, y occupent
une aire de 1,000 lieues carries. Les mines les plus
riches sont groupies dans les districts de Tontal,
Jachal, Guayaguas, San-Pedro, Iglesia, Marayes,
Guachi, Huerta et Gualilan.
Une compagnie anglaise a 6tabli une exploitation
minibre a Gualilan. Les gisements les plus riches sont
ceux de Tontal, a 30 licues de San-Juan, au sud-est
de cette ville.
Inddpendamment de l'argent natif et du plomb
argentifere, on a constat6 l'existence, dans la pro-


- 6D -







- 61 -


vince, de dep6ts de marbres noirs, blancs, roses, vei-
nes; de pierres h chaux, de grenats, de quartz ferru-
gineux aurifere, de galenes argentiferes, d'argile
rouge, de limonite compact, d'himatite rouge,
d'hematites avec veines de malachite cristallisd, de
pyrites de fer, de magndsie hydratd, etc.
* Toutescesrichesses, tres rdelles, sont encore cepen-
dant pen accessible. Les capitaux qu'il faudrait
ddpenser pour les rdaliser seraient mieux employs,
actuellement, au complement du systeme d'irrigation
qui a contribu6 d'une manibre si efficace h la fertili-
sation du territoire provincial.
La population de 1'Etat de San-Juan est estimde a
105,000 habitants, don't un sixibme d'origine chilienne.
Elle s'est accrue, en 1886, de 166 immigrants
venus d'Europe.
Le budget provincial, en I'annee prdcitde, prdsen-
tait aux recettes un total de 256,584 piastres; insuffi-
sant aux ddpenses, porties a 242,582 piastres. Pris
de 60 p. c. des enfants frdquentent les dcoles publi-
ques, au nombre de 61, avec personnel enseignant de
120 personnel. 11 existait, de plus, 16 dcoles particu-
libres.
On a fondd, dans l'Etat, deux 6tablissements de
banque. Le gouvernement desire en installer un nou-
veau,au capital beaucoup plus important, qu'on espere
parfaire au moyen d'un emprunt, et du placement,
dans le pays, d'un certain nombre d'actions.
En continuant notre revue des provinces andines,
nous arrivons, au sortir de l'Etat de San-Juan, h celui
de la Rioja.







- 62 -


Cette region, aussi accidentee, aussi alpestre que
les pricidentes, est bornee h l'occident par les Andes
chiliennes, au nord par la frontibre de Catamarca,
a l'est et au sud par des planes ddsertes et arides, qui
la sdparent des Etats de Cordoba, de San-Luis et de
San-Juan.
Sa superficie est de plus de 11,000 lieues carries.
Quatre grades chaines de montagnes, don't les som-
mets atteignent 15,000 et m6me 14,000 pieds, s'dten-
dent entire la Rioja et le Chili. Cette zone abrupte,.
sauvage, eminemment pittoresque, content des
richesses minibres don't il est difficile d'apprecier
l'importance.
Pour en donner une idWe, il suffira de faire obser-
ver que 1'un des gisements qu'on y exploit, celui de
Famatina, abondant en mineral d'argent, couvre un
space de 72 lieues carries. 11 forme un massif
immense, qui se pr6sente dans son imposant ensemble,
du haut de la sierra de Velasco, sous l'aspect d'un
entassement colossal de roches, superposees les
unes aux autres. Deux pics, le Nevado et le Negro-
Obrero, deux giants don't les sommets surgissent
a 6,000 metres au-dessus du niveau de la mer -
dominent ces masses de toute leur altitude. Une petite
ville, Chilecito, industrielle et commerq.ante, don't les
rues sont remplies d'arrieros conduisant des charge-
inents de minerals, sert de quarter gin6ral aux
inineurs chiliens rdunis dans ces parages.
L'un des points exploits, la mine de Mexicana, est
a 16,500 pieds au-dessus des planes. Les ouvriers doi-
vent y travailler dans la neige, par un froid intense.







- 63 -


Ils sont obliges d'y faire digeler l'eau qu'ils veulent
boire, et d'emporter les vivres servant a leur entre-
tien. L'air y est tellement rarifid qu'on y souffre d'un
mal special, la puna, ressemblant au mal de mer, et
qu'on ne parvienth vaincreque par 1'habitude de cette
rude existence.
Un Anglais, M. French, fit entreprendre des tra-
vaux, a Famatina, en 1826. II y envoya 200 mineurs
anglais et allemands. Des dissensions 6claterent,
malheureusement, entire ces strangers appartenant
presque tous h la religion protestante et les indi-
g&nes, ce qui mit fin a cette tentative. M. Forster,
toutefois, eut des successeurs, qui furent plus heu-
reux. Les transports, cependant, se font encore a
grands frais, a dos de nmulet. Pour obvier h cette
situation, le gouvernement national argentin a con-
c6dd une ligne de chemin de fer, destinde h relier
Chilecito au railway Central-Nord, par Dean-Funes. II
a fait, de plus, mettre a l'dtude un autre project, con-
cernant la construction d'une voie ferrie allant direc-
ment aux mines.
En 1875, on travaillait, dans l'Etat de Rioja, deux
mines d'or, sept mines d'argent et deux mines de
cuivre. Onze 6tablissements y 6taient consacres a la
reduction du metal. Les mineurs employs dans la
province sont en general chiliens.
On a envoy recemment, de Famatina h Buenos-
Ayres, pour 28,000 livres sterling d'argent, eh desti-
nation de la France. L'insuffisance des moyens de
communication paralyse encore, cependant, les expor-
tations de minerals, don't la valeur total, annuelle,







- 64,-


est restde longtemps en dessous de 140,000 piastres.
. Le rendement ordinaire des mines de la Rioja est
indiqud, par tonne, come 6tant de 72 piastres pour
1'argent, de 16 piastres pour l'or, de 50 piastres pour
le cuivre. Ces proportions, dans les circonstances
prdsentes, no ddpassent qu'assez faiblement celles des
depenses.
. Les changes commerciaux entree la Rioja et San-
Juan se font par chariots, au travers d'un desert
aride. II a dtd question, des 1872, de les faciliter par
la creation de voies nouvelles.
Le president Sarmiento, ddsireux d'en voir 1'dta-
blissement, offrit alors une garantie de 6 p. c., durant
vingt ans, aux constructeurs d'une ligne de chemin de
fer de 71 lieues, consacree au service entire les deux
provinces. On en 6valuait le cott h 1,550,000 livres
sterling, et cette offre demeura sans suite. On fit une
auitre tentative dans le m6me but, et avec le meme
insucces, en 1874. L'idde fut reprise, neuf ans plus
tard, par le gouverneur Gill, de San-Juan, en faveur
d'un entrepreneur, M. Quiroga. La legislature locale,
a cette occasion, accord audit entrepreneur la conces-
sion d'une lieue de terrains de chaque c6td de la ligne
a construire, le droit de faire des coupes de bois selon
les n6cessitds, plus un subside de 200,000 piastres. 11
reput des privileges equivalents dans la province de
Rioja.
En 1885, cependant, rien n'ktait fait, le gouverne-
ment feddral n'ayant pas pris de decision definitive :
il y avait doute sur la direction h donner au traced,
par Pid de Palo ou par Jachal. San-Juan communique







- 65 -


aujourd'hui, par voie ferr&e, avec Mendoza et Buenos-
Ayres, mais la Rioja attend encore l'achbvement de sa
ligne.
La valeur ahnuelle des rdcoltes, dans cette pro-,
vince, est estimde a 1,700,000 piastres; celle de tous
les products locaux, en general, durant une m6me
pdriode, h 5,470,000 piastres, don't 3 p. c., soit
450,000 piastres, sont absorbs par les taxes et les
contributions provinciales.
La Rioja fournit a la consommation 1 million et
demi de gallons de vins et d'eaux-de-vie, du froment,
des oranges, des olives, des p6ches et d'autres fruits.
Sa situation financibre laisse a desirer, les ddpenses
portdes au budget y depassant considdrablement les
recettes.
La population des diffdrents ddpartements com-
prend environ 100,000 personnel, don't 7,000 6tran-
gers, la plupart Italiens d'origine. On y a requ,
en 1886, 620 immigrants.
Le conseil national d'dducation a alloud, a I'litat de
la Rioja, une some de 12,523 piastres, destinde au
ddveloppement de l'instruction publique. On a fondd
78 ecoles, frdquenties par 4,272 6l1ves et dirigdes-par
82 professeurs.
La province de Catamarca, attenante h celle que
nous venons de ddcrire, occupe une superficie de
24,000 kilometres carrds, qui est a peu pros celle de
la Grande-Bretagne. Les montagnes de Calchaqui la
separent, au nord de l'Etat de Salta, et se prolongent
jusqu'a la passe de San-Francisco, oui commence le
territoire bolivien. A l'ouest de la province s'dtend la







- 66 -


Cordillbre, et par delh cette chaine, le Chili. La fron-
tiere miridionale prend course a la passe de Comeca-
ballo, dans les Andes, touche la sierra de Payman, se
prolonge jusqu'a Chumnbicha et les salines de Rioja,
puis incline au nord-est vers la sierra Quilino, a
partir de laquelle se prdsente la ligne de l'Est, dirigde
vers Aconquija, traversant les salines, suivant le ver-
sant occidental de l'Aconquija jusqu'h la vallde de
Quilmes et finissant par rejoindre les confins de l'Etat
de Salta.
On y remarque de belles vallies, auxquelles diff&-
rents course d'eau, venant des Andes, donnent une
rare fertility. Deux de ceux-ci, le Pachin et le Piedra-
Blanca, forment, en s'unissant, le Rio del Valle, qui
arrose le district, de 525 lieues carries, oii se
trouve le chef-lieu provincial, situd a 1,750 pieds
au-dessus du niveau de la mer, entourd de champs
cultivds et de plantations d'orangers. La temperature
moyenne y est plus 6levee que partout ailleurs dans
la Republique, sauf a Corrientes.
Dans d'autres parties de la province, I'horizon est
born, de tous c6tds, par de hautes montagnes cou-
vertes de neige. Les forts couvrent une zone consi-
ddrable et contiennent des cadres, du quebracho, de
l'algarrobo, des noyers, des lapacho et des peupliers.
L'industrie pastorale occupe encore la majeure par-
tie des habitants.Ils poss6daient,en 1884, 345,000 che-
vaux,vaches et moutons, 120,000 chbvres, 24,000 Anes.
Le produit gdndral des 6levages dtait estim6, h cette
*poque, h 1,710,000 piastres. Les vaches et les mou-
tons sont exports an Chili; des mules, achetdes dans







- 67 -


.les IEtats d'Entre-Rios, de Cordoba, de Rioja et de
Santiago del Estero, puis engraissees dans les riches
piturages de la province, sont exp6di6es, trbs avanta-
geusement, en Bolivie et au PWrou.
On rencontre de belles estancias sur le versant de
l'Ambato et dans les departerents de Piedra-Blanca,
d'Alto et de Tinogasta.
Les exploitations agricoles sont particulibrement
concentries dans les departements de Catamarca, de
Capallan et de Santa-Maria.
On avait mis en culture, en 1884, 161,000 cuadras
de terrains, parmi lesquelles 3,300 en froment, 7,200
en luzerne, 500 en vignobles, 5,200 en products divers.
Les fruits sont abondants et varies, comprenant a la
fois les especes tropicales et celles particulibres aux
regions tempirees.
Le rendement general de la production agricole,
durant l'annee pricit6e, fut 4valu6 h 1,215,000 pias-
tres. Les habitants cultivent avec succes, inddpen-
damment des plants deji mentionn6es, le safran et
le tabac. On envoie, des environs de San-Jose, une
quantity d'oranges a Cordoba, des figures seches a
Tucuman et a Santiago.
11 existe, dans le department d'Alto, quelques
plantations de cannes h sucre.
Les gisements min6ralogiques sont nombreux dans
l'Etat de Catamarca, qui ne differe pas, sous ce rap-
port, des autres districts andins, don't le sous-sol,
ainsi que nous avons djhi pu le constater, est partout
d'une grande valeur.
On a signal, sur le territoire provincial de Cata-







- 68 -


marca, plus de deux cents mines de toute nature.
On trouve de l'or a Santa-Maria et Calampaja, de
I'argent h Ambato et Tenogasta, du cuivre dans le
ddpartement d'Andalgala.
En 1884, le produit general des dep6ts alors exploi-
tis a etd 6valuW a 555,000 piastres.
Parmi les districts miniers les plus connus, nous
citerons ceux de Pilciao, de Pipanaco, de Bisbis,'d'Ama-
nao et de Choya. La mine Restauradora, situde h Capil-
litas, sur l'un des contreforts de la Sierra Aconquija,
a dtd particulibrement fructueuse. On en a retired, en
quelques annees, pour plus de 4 millions de piastres
de cuivre, plus une certain proportion d'or et d'ar-
gent. En 1884, sous une direction anglaise, elle four-
nissait 200 tonnes de mineral par mois, les frais d'ex-
traction dtant de 5 piastres la tonne. Ci-dessous le
risultat des operations qu'on y effectua durant une
periode de dix annees :
Minerai extrait . . . 22,000 tonnes.
Cuivre obtenu aprbs reduction 4,000 -
Valeur du m6tal . .. 1,590,000 piastres.
DWpenses gendrales. . . 1,195,000 -
Bendfice fet . .. . 595,000 -

On rencontre frequemment, dans les sierras, des
couches de beaux marbres blancs et rouges.
Le budget provincial, en 1886, prdsente un total de
171,592 piastres aux recettes, et de 171,502 piastres
aux d6penses. La population de 1'Etat, estimee a
56,000 habitants en 1856, atteignait 102,000 habi-
tants en 1883. Cent onze emigrants ont Atd inter-







- 69 -


n1s, en 1886, par les soins du gouvernement f4ddral,
dans la province de Catamarca.
L'organisation de l'instruction, dans cette sec-
tion du pays, est encore tres ddfectueuse. Les ecoles
publiques et privies y out 6t6 ndgligdes a un tel point,
qu'il n'en existe plus dans maint district. Les commis-
sions locales ne se prdoccupent pas assez d'imprimer
une march regulibre a l'enseignement. On n'y fait
pas d'inspections scolaires. Le budget provincial por-
tait, pour les dcoles, 25,171 piastres .en 1884, et
553,580 piastres en 1885. En 1883, elles 6taient frd-
quentdes par 5,820 6leves; ce chiffre, en 1885, est
descendu a 2,661. II n'y avait alors, dans toute la
province, que 45 instituteurs, don't 10 seulement por-
teurs de dipl6mes.







III


Provinces du Nord
Leurs caract6res spdciaux. Etudes sur 1Etat de Salta. Notice
sur le Jujuy et sa situation dconomique.

Par delh les limits de la province de Mendoza, les
Andes chiliennes forment plusieurs embranchements,
se dirigeant vers l'orient et prolongeant leurs ramifi-
cations dans les deux provinces les plus septentrio-
nales de la Rdpublique, Salta et Jujuy. De nombreux
course d'eau descerident du versant de ces montagnes,
activant partout la vegetation. Toute cette contrde,
en effet, est fort boisde. Les forts y sont superbes et
se suivent presque sans interruption jusque sur le ter-
ritoire bolivien, atteignant le 21 degr6 de latitude
sud. Les varietis d'arbres caractdrisant la zone andine
pr&cddemment d6crite s'y retrouvent, mais plus vigou-
reuses et plus belles. On en remarque en outre de
nouvelles, que de plantureuses lines et orchiddes
couvrent de leurs vertes guirlandes et de leurs bou-
quets de fleurs 6tranges.
Presque tous les arbres croissant dans cette zone
subtropicale out quelque valeur. Le grain de leur bois
est gnd6ralement fin et offre une grande diversity de
teintes, depuis le noir d'dbbne le plus fonce jusqu'h







- 71 -


la nuance crmie, avec veines bien marquees et capri-
cieuses ondulations.
La province de Salta la plus m6ridionale des
deux provinces sises h l'extr6me nord de la Repu-
blique Argentine a pour limits, au septentrion, la
sierra Victoria et le Rio-Bermejo; au sud-est,une ligne
droite, trace d'Esquina-Grande au Rio-Salado, jus-
qu'au 26e degr6 de latitude sud, puis une ligne bris6e
en zigzag, qui traverse la voie ferr6e du Central-Nord '
25 lieues environ de Tucuman, passant ensuite, tour-
nant a l'ouest, par la sierra Frontera, la vall6e de
Quilmes, la fort de Tolombon et les months Blancos,
pour atteindre enfin la frontiere bolivienne, an desert
d'Atacama. Jujuy, la second des provinces apparte-
nant h la subdivision qui nous occupe, faisait parties
jadis du territoire de Salta, don't elle a 6t6 separ~e
assez r6cemment.
Les differents districts de 1'Etat de Salta pr6sentent
de grandes variabilit6s de climate. A Oran, par
example, an nord de la contr6e, la chaleur est
presque tropical, tandis qu'un froid rigoureux
rbgne dans quelques d6partements de I'Ouest, a cause
de leur l66vation au-dessus du niveau de la mer, attei-
gnant jusqu'h 9,000 pieds dans certaines localit6s. Les
vall6es du centre, au contraire, jouissent d'une temp&-
rature agr6able; aussi sont-elles les plus peupl6es.
La province, dans son ensemble, occupe une super-
ficie territorial de 150,000 kilombtres carr6s.
Son chef-lieu doit son origine au capitaine espagnol
Abreu, qui le cr6a en 1582, sous le nom de Clemente
de la Nueva Sevilla. Etabli dans un site peu favorable,






- 72 -


il fut d4plac4 deux ans plus tard par Hernando de
Lerma, qui fonda la ville actuelle appelde alors
San Felipe de Lerma dans un joli vallon, a
5,780 pieds de la mer, exposed cependant par inter-
valles a des inondations, resultant des crues de deux
rios voisins, l'Arias et le Silleta. Ces inondations
occasionnent souvent, dans la citd et ses faubourgs,
des fievres paluddennes ou intermittentes. Les eaux
don't disposent les habitants ne sont pas de trbs bonne
quality; aussi remarque-t-on, parmi eux, quelques
goitreux. La ville, ddbaptisde de nouveau au xvne sib-
cle, requt sa designation actuelle, qui est celle de
1'Etat. Elle est bien bAtie, conlient de large rues
pavees, quelques edifices publics assez important, et
des magasins soigneusement assortis. Elle est le sibge
d'un commerce actif, qui s'accroitra encore lorsqu'elle
sera mise en communication, par chemin de fer, avec
Tucuman, Cordoba et Buenos-Ayres, ce qui aura lieu
prochainement, le Central-Nord ayant ddjh dtd pro-
long4 jusqu'a Chilcas. II est question, de plus, de la
relier a San-Juan par une autre ligne divisde en trois
sections, qui devraient 6tre compldties dans un ddlai
de six annees.
Le territoire de Salta est sillonn6 par plusieurs
grandes chaines andines : les months Blancos et Santa-
Maria, a l'est; Frontera et Cobrados, au sud; les months
Lumbrera, h l'orient du chef-lieu; les versants meri-
dionaux des massifs de Humahuaca et de Cachi, au
nord, du c6td de Jujuy.
Une rivibre, le Juramento, arrose le pays sur une
etendue de 133 lieues, recevant plusieurs affluents.







- 73 -


L'Etat de Salta, ainsi que l'indique sa structure
gdologique, offre de grandes resources h l'industrie
minicre. On y a ddcouvert, "t diverse dpoques, des
minerals auriferes et argentiferes, du cuivre, du fer
et du plomb.
Un de ses course d'eau, le Rio-Acay, roule dans ses
eaux des parcelles d'or, qu'on en extrait par lavage;
des gisements de quartz auriferes ont 6td observes a
Iruya et Victoria. Quant aux mines d'argent, les plus
connues sont celles de Poma, de Santo-Rufino et
d'Oran, d'oi l'on a requ de riches 6chantillons. On a
constatd l'existence du plomb argentifbre dans la
valle de Guachipos. Le cuivre est si abondant dans le
ddpartement de Chicoana, qu'on y ouvrit neuf mines
en 1858, malheureusement abandonnees depuis, par
suite de commotions politiques. II se trouve des filons
du m6me metal a San-Antonio, a Lafoyate et au Lum-
brera. La ville de Cachi, a 10,000 pieds au-dessus du
niveau de la mer, entire la plaine de Chicoana et le.
Val de Calchaqui, est entourde de mines d'argent et
de cuivre non exploities.
Le territoire de Salta faisait parties, dbs une 6poque
tres reculde, de l'empire des Incas. II n'en fut ddtachi
qu'apres la chute de ces princes, qui ont laiss6 tant de
traces, dans le Sud-Amdrique, de leur puissance et de
leurs travaux. Diffdrents chefs espagnols y exercerent
I'autorit6, jusqu'h la creation, en 1776, de la vice-
royautd de Buenos-Ayres. Un intendant, ddpendant du
vice-roi, fut charged alors de administration de Salta,
de Jujuy, de Tucuman et de Catamarca. Les Indiens,
encore nombreux dans quelques ddpartements, et a







- 74 -


demi civilises, se rdvoltbrent en 1783, pour retomber
bient6t sous le joug. Plus tard, durant la guerre de
l'inddpendance, les Saltanais, sous le commandement
du general Belgrano et d'un edlbbre chef de parti-
sans, Martin Guemes, prirent une part active a la
ddfaite des Espagnols.
La province est encore faiblement peuplie, consi-
derant sa grande 6tendue.On y comptait 65,000 habi-
tants en 1854, 80,000 en 1866, 88,900 en 1869,
467,000 en 1885. Elle n'a recu que 91 emigrants en
1886.
L'agriculture constitute la principal occupation des
Saltanais, qui cultivent du mais, du froment, de la
luzerne, des pommes de terre, des cannes a sucre, du
tabac, du riz, des vignes, des ldgumes, des fruits de
tout genre. Nous les citons ci-dessus, dans F'ordre
d'importance de la production. Ainsi, le froment est
moins en usage que ie mais, d'une rdussite plus
assure. Le coton et l'indigo pourraient 6tre ajoutis a
la liste qui precede, les vdgitaux qui les fournissent
croissant a l'dtat sauvage dans plusieurs districts. On
obtient, dans celui de Campo-Santo, a 2,500 pieds
d'altitude, d'excellent cafd, que l'on compare, pour son
arome, aux meilleures varidtis boliviennes. Le district
de Cafayate, dans le ddpartement de San-Carlos, est
connu pour son vin; aux environs d'Oran, le manioc
et le bananier croissent parfaitement.
Les parties montagneuses de la province sont utili-
sdes a 1'dleve du b6tail. La toison des moutons de
Salta est fort grande, et assez estimde sur le march
de Buenos-Ayres.








Le budget provincial, en 1886, fat pr6sent6 avec un
excedent de 52,145 piastres des recettes sur les
ddpenses. Les contributions directed figurent, au
tableau des revenues, pour une some de 110,000 pias-
tres. Les escomptes operds par la banque de Salta, la
m6me annee, s'dlev6rent a 600,000 piastres; elle recut
700,000 piastres de divers ddposants.
La situation de l'instruction publique, dans cette
parties du pays, est moins favorable. En effet, le
budget scolaire de la province, en 1885, 6tait moins
eleve qu'en 1884. Chaque dlbve y cofte environ
.20 piastres a 1'Etat, annuellement. 6,191 enfants des
deux sexes frdquentaient alors les 6coles, tandis que
leur nombre, en 1886, n'6tait plus que de 6,117.
Ils regoivent, dans les ktablissements publics, une
instruction trbs limitee.
Un essai de colonisation a td6 effectud dans le ddpar-
tement de Rivadavia, oi quelques families d'dmi-
grants furent installdes en 1862. On leur concida gra-.
tuitement des terres, sur les rives du Bermejo et du
Tenco. Le sol y est fertile et se compose principale-
ment d'alluvion, 6tant inond6 periodiquement par le
Bermejo. Les colons se sont occupis plus specialement
de l'dleve du b6tail, h cause de la distance of ils se
trouvent des principaux marches. La plupart des
habitants de la colonies sont Boliviens, et originaires
de Tarifa on de Santa-Cruz. Ils emploient, dans leurs
estancias, quelques Indiens Matacos.
La province de Jujuy, ddja citee pricidemment, et
qu'il nous reste a ddcrire, est, de toutes celles de la
Rdpublique, la plus dloignde de Buenos-Ayres. Sa ligne


- 75 -







- 76 -


de frontiere lounge le territoire bolivien, suit la riviere
Bermejo, la sierra Despoblada et les contreforts
orientaux des Andes; rencontre a 1'est et au sud les
limits de la province de Salta et, i l'ouest, la Cor-
dillre.
Son aire n'est pas determine avec exactitude :
on lui assigned, dans les documents semi-officiels,
2,200 lieues carries.
Les Humahuacas, premiers habitants du Jujuy,
ddfendirent vaillamment leur indipendance, de 1592
h la fin du xvn sikcle. Vaincus par les Espagnols,
apres une resistance obstinde, ils furent transports,
en masse a la Rioja, et on repeupla le pays en y
envoyant des Indiens soumis, venant de Famatina. Ce
succes avait d'autant plus d'importance pour les con-
qudrants, qu'il leur ouvrait une route nouvelle vers le
Pdrou. Une telle situation topographique avait ses
avantages, mais aussi ses inconvdnients. Elle valut au
Jujuy d'etre le thdLare, durant la guerre colonial, de
nombreux combats entire les royalistes et les Argen-
tins. Dix ans aprbs le rdtablissement de la paix, la
province, sdparde du territoire de Salta, don't elle
avait fait parties jusqu'alors, rebut son organisation
actuelle.
Six chaines de montagnes partagent le Jujuy en
diverse sections. Ce sont les months Humahuaca et
Cachi, a I'ouest du chef-lieu provincial; Zeuta, dans la
direction d'Oran; Cortaderas, au nord; Alumbre et
Santa-Barbara entire le Rio-San-Francisco et le Gran-
Chaco. Un grand nombre de rivieres y prennent leurs
sources, et la plupart d'entre elles contribuent a la







77 -

formation du Rio-San-Francisco, dout nous vengns de
parler, qui arrose la province sur un space de
150 lieues, et se jette dans le Bermejo a Juntas. Le sol
du Jujuy est fertile, et le climate y est sain, quoique
tropical. Les habitants de la province sont en g6n6ral
d'origine bolivienne, ou indienne. On ne parole l'espa-
gnol qu'au chef-lieu, et partout ailleui's la langue
quichua.
Ils font un commerce assez actif avec la Bolivie et
le Chili, of ils envoient du b6tail gras, des mules, une
eau-de-vie locale, appel6e chicha, des fruits, des
peaux, de la poudre d'or et du sel, le tout transport
a dos de lama ou de mule. Les routes don't ils dispo-
sent, non carrossables, sont au nombre de quatre,
livrant acces aux points suivants :
1. Par le Despoblado et Cobija, en Bolivie.
2. Par San-Francisco et Copiapo, au Chili.
3. Par Puna, h l'int6rieur de la Bolivie.
4. Par Cortaderas, a Potosi et au P6rou.

Si les voies de communication entire la province
de Jujuy et les autres parties de laRepublique n'6taient
pas si d6fectueuses, on pourrait y exploiter des
richesses minibres d'une grande valeur, et, entire
autres, des dep6ts de p6trole. On y a d6couvert, en
effet, un lac assez vaste, de profondeur inconnue,
recouvert d'asphalte, et pouvant fournir de grande
quantit6s d'huile.
Cent litres de p6trole, qu'on y a recueillis, distills
jusqu'I carbonisation, donnent, d'aprbs une analyse
faite par le professeur J.-J. Kisle, de l'universit6 de







- 78 -


Buenos-Ayres, 90 litres d'huile, gravity sp6cifique
861, et beaucoup de coke.
Les 90 litres don't il s'agit, traits chimiquement,
se ddcomposent comme suit :
Naphte, gravity spdcifique . 740 6 litres.
Kerosene, . 827 534 -
Huiles diverse, . 900 50 -

Le kdrosene du Jujuy n'a pas d'odeur disagrdable
et ne s'enflamme pas au-dessous de 55o centigrades.
11 est sans couleur, et on peut le compare aux meil-
leurs dchantillons de provenance nord-americaine.
On export annuellement plus de 2,000 tonnes de
sel du Jujuy, en destination des provinces argentines
et de la Bolivie. Ce sel provient du lac de Casabindo,
lesquels en renferme d'6normes dep6ts.
Inddpendamment du pdtrole, on a observe, dans le
ddpartement de Ledesma, des terres bitumineuses, et
des gisements de plomb, de cuivre et de fer, qui soni
encore inexploitis.
Une compagnie saltanaise a commence quelques tra-
vaux miniers a Eureka, dans le ddpartement de Puna,
lesquels ont donned; parait-il, d'assez bons rdsultats.
Le chef-lieu provincial, appeld aussi Jujuy, remote
a 1'annie 1592, dpoque de sa foundation par Juan
Ramirez deVelazco.II est situd 5335 lieues de Buenos-
Ayres, et a 4,060 pieds au-dessus du niveau de la
mer. Des collins boisdes, de riants vallons, des
champs cultivds, des jardins et des plantations d'oran-
gers embellissent ses environs. Lorsque la ligne de
chemin de fer, d6jh exploitee jusqu'h Chilcas, aura







- 79 -


regu le prolongement desirable, ce qui ne peut tarder,
l'importatice de Jujuy s'accroitra rapidement.
La nature des travaux agricoles, dans cette pro-
vince, depend entierement de l'altitude des terres
qu'il s'agit d'exploiter.
Sur les hauteurs, oni plante des pommes de terre et
autres fruits et legumes d'Europe; plus bas, des
cdrdales et du cafe; dans les valldes, des cannes h
sucre, du riz, du tabac.
Les cannes h sucre occupaient, il y a quelque
temps, pres de 600 cuadras dans le ddpartement de
Rio-Negro, oui le climate est chaud et humide, et rap-
portaient 1,120 tonnes de matibre saccharine, et
4,100 barils d'eau-de-vie.
L'dleve du bdtail s'opere particulibrement h Tum-
boya, don't le sol est trop salin pour l'agriculture;
dans les montagnes de San-Antonio et h Puna, ofi il
existe de nombreux troupeaux de moutons, de chevres,
de lamas et de vigognes. Les meilleures estancias se
trouvent a Puestos-le-Marquez, sur la frontiere boli-
vienne.
Le gouvernement provincial ne dispose, financi6-
rement parlant, que de resources assez restreintes,
et a recu des autoritis fiddrales, en 1886, une sub-
vention de 12,000 piastres, qui n'a pas suffi h dquili-
brer le budget, portant 50,515 piastres aux recettes,
et 54,045 piastres aux ddpenses.
Cette section du pays est faiblement peuplde, et ne
comprenait que 66,000 habitants en 1883. Dix emi-
grants seulement y sont arrives en 1887. Le conseil
feddral d'dducation s'est donnd beaucoup de peine







80 -

pour y aminliorer l'dtat de l'instruction publique. 11 a
rddige, pour les kcoles locales, un programme et un
rbglement, et y a fait des envois de livres et de mate-
riel scolaire. En 1885,les dtablissements d'instruction
6taient frequents par 1,870 enfants, et coultrent
20,604 piastres a la province.
Le personnel enseignant se compose de 45 per-
sonnes, don't aucune ne possede de dipl6me. Les
connaissances les plus dldmentaires, dans certain
cas, leur font meme ddfaut. II y a lh, en un mot, de
grands progrbs h rdaliser.







IV

Provinces centrales.

Description de 1'Etat de Cordoba. La province do San-Luis et ses res.
sources diverse. Renseignements sur l'Etat de Santiago del Estero.
Tableaux concernant la province de Tucuman.

Parmi les provinces du centre des Etats argentins,
nous avons a citer tout d'abord celle de Cordoba,
l'une des plus importantes de la Republique, tant par
ses richesses naturelles que par l'intelligente activity
de ses habitants.
Cette province couvre une aire de 6,585 lieues
carries, soit de 178,195 kilomitres. Elle est borne
au nord par les Etats de Santiago del Estero et de
Catamarca; au sud, par les pampas de Buenos-Ayres;
a l'ouest, par divers districts du San-Luis et de la
Rioja.
Sa parties orientale est presque entierement plane.
C'est une savane sablonneuse, entrecoupee ch et lI
de lagunes, de pr6s naturels et de buissons 6pineux.
Le sol y reclame, en certain endroits, des travaux
d'irrigation.
Par delh cette region, plus ou moins aride, s'offre
une zone bois6e, qui se prolonge jusqu'h la base de
grandes chaines de montagnes, disposees parallele-







- 82 -


ment, du nord au sud. Elles se groupent en trois
massifs principaux : la sierra de Cordoba, occupant
une superficie de 450 lieues carries; la sierra de
Pocho, beaucoup moins large et qu'on pent suivre sur
un espape de 120 lieues carries; la sierra d'lschilin,
de 230 lieues carries, aboutissant au desert de Salinas.
De ces massifs diffdrents d'aspect et de structure,
tant6t abruptes, tantot couverts de vdgdtation ,
s'dchappent de .nombreuses rivibres qui, grossissant
durant la saison des pluies, en mars et en septem-
bre, arrosent les campagnes voisines.
L'une de ces rivibres, le Carcaranal, se jette dans le
-Parana; les autres vont se perdre dans 1'immense
lagune de Mar-Chiquita, h laquelle on ne connait pas
d'issues, et qui est situde au nord-est de la province.
Sur une telle 6tendue territorial, on doit s'at-
tendre, naturellement, a de fortes variations de tem-
perature. En general, cependant, le climate y est tem-
pdrd, mais sec, tant parce qu'on s'y trouve a une
grande distance de l'ocean, qu'a cause de l'dl6vation
des terres, par rapport h son niveau.
La population de cette belle province n'est nulle-
ment en rapport avec son extension ni avec les res-
sources qu'elle prdsente a l'activit6 humaine. Un seul
de ses ddpartements, celui de Rio-Quarto, ddpasse de
11,000 kilometres F'aire occupde par la Belgique. Or,
on n'y comptait, en 1885, qu'une fraction d'habitant
(0.47) par kilometre! Le chiffre total de ceux-ci, pour
tout 1'Etat, 6tait en 1869 portl a 210,508; en 1880, h
275,800; en 1885, a 509,920. Ces quotitds indiquent
cependant un progrbs, l'augmentation ayant 6td de







- 83 -


99,412 Ames en 17 ans, ce qui suppose une accession
annuelle de 27 p. c.
L'immigration 6trangbre n'a pas contribu6 sensible-
ment h modifier cette situation. De 1872 a 1880, 8,154
strangers out dtd inscrits a 1'entrde, dans l'Etat de
Cordoba, et 2,892 i la sortie. II n'en est rest, par
consequent, que 5,242 pour s'y 6tablir d6finitive-
ment. En 1887, sur 26,478 immigrants expedi6s dans
les diff6rentes parties de la Rdpublique par les soins
du gouvernement, Cordoba n'en a recu que 585,
c'est-h-dire moins que les annies pr6cddentes.
Les autorites locales ont fait les efforts les plus
louables pour ameliorer cet 6tat de choses. Une loi,
du 20 novembre 1885, autorisa le pouvoir executif i
distribuer des primes, jusqu'a concurrence de 100,000
,piastres, parmi les agriculteurs, afin de les encoura-
ger a perfectionner leurs travaux, et i augmenter
leurs plantations d'arbres. Plus tard, le 51 juillet
1886, une autre loi decrdta le partage des terres fis-
cales en centres coloniaux, divis6s en concessions ou
fermes, don't la vente publique fut ordonn6e, avec
exemption d'imp6ts pendant dix ans en faveur des
acqu6reurs.
Ces excellentes measures, habilement mises en pra-
tique, ont produit les meilleurs effects. L'aire con-
sacrie a la colonisation, dans la province, s'6lbve
aujourd'hui a 443,251 hectares. On y a d6jai construit
900 maisons, occupies par 5,560 personnel; on y
emploie 2,868 machines et ustensiles agricoles, et on
y a r6uni 45,587 t6tes de betail. 22,163 hectares y
sont en culture, et on y a plant 64,855 ceps de vigne







- 84 -


et 100,826 arbres fruitiers. On y a rkcoltd 278,421
hectolitres de cedrales et 448,660 kilogrammes d'au-
tres products, estim4s a 824,052 piastres nationals.
On trouvera, parmi les documents annexes au present
volume, d'intdressants details sur les diverse colo-
nies ainsi fondues, leur mode d'organisation et leurs
conditions d'existence.
Les sierras de la province de Cordoba out leur
valeur, de meme que ses campagnes. On y connait un
bon nombre de pricieux gisements, particulierement
des minerals argentifbres, don't plusieurs en exploita-
tion. Les principles mines ont kt6 acquises par des
companies anglaises. L'une de celles-ci, la Rara for-
tuna Silver mining Company, a dt1 la premiere a
importer et h installer, dans le Cordoba, des appareils
plus ou moins perfectionnis. Elle emploie une
machine de 50 chevaux-vapeur pour le service des
pompes et des moulins, ce qui lui permet de preparer
environ 70 tonnes de minerai, mensuellement, four-
nissant de 100 i 500 onces de metal par tonne.
Une autre firm, celle de MM. Eddones et Cie, avait
entrepris l'exploitation, en 1882, de trois mines. Ils y
avaient une machine de 40 chevaux-vapeur, pouvant
fournir de 6,000 i 7,000 gallons d'eau par heure. Le
minerai content de 30 L 70 p. c. de plomb.
11 existe des filons de cuivre dans le ddpartement
de Calamuchita, des dep6ts de fer dans celui de San-
Xavier, de l'albatre dans les sierras Candelarias, ainsi
qu'un marbre blanc, d'une quality superieure, qu'on
dit 6gal a celui de Carrare.
Les districts de San-Carlos et de El Argentino n,







S- 85 -


dans le dkpartement de Pocho, sont egalement remar-
quables par leur importance miniere. Le salaire des
mineurs y 6tait fixed, en 1882, a 10 piastres par mois
avec logement et nourriture; les chefs ou porions
recevaient 30 piastres mensuellement.
Quelques salines produisent un rendement assez
considerable. Nous citerons, entire autres, celles de
Quilino, qui fournirent, en 1885, 7,618 fanbgues de
sel.
Le chef-lieu provincial, Cordoba, est une belle et
grande ville, fondue en 1573 par don Luis Geronimo
de Cabrera, et par consequent plus ancienne que
Buenos-Ayres. Elle a 6t6 considerie, durant plus de
deux sibcles, come le centre scientifique et litteraire
de la Rdpublique Argentine, et possede aujourd'hui
des dtablissements d'enseignement sup6rieur de pre-
mier ordre, ainsi qu'un observatoire national, auquel
les important travaux du docteur Benjamin A. Gould
out donn6 une grande notorikt6.
La province de San-Luis, que sa position geogra-
phique rattache, come celle de Cordoba, au group
des Etats du centre, est borne au nord par la Travesia
de Salinas, a l'ouest par le rio Desaguadero et les
lagunes de Guixadas, au sud par le Rio-Quinto et la
Pampa, a 1'est par la sierra Estanzuela, qui la spare
des districts montagneux de Cordoba.
Elle acquit son autonomie aprbs 1820, et dependait
anterieurement de la jurisdiction de Cuyo.
Son territoire, de 126,000 kilometres de superficie,
est compose de planes onduldes, de collins ver-
doyantes et de montagnes plus ou moins arides, don't








les sommets atteignent en certain endroits jusqu'h
5,000 et 7,400 pieds d'altitude. 11 n'est arrosd que
par un seul rio de quelque importance, le Quinto,
qui prend sa source dans la sierra Pancauta, a
6,500 pieds d'6dlvation, se dirige vers l'est, passe par
Mercedds, et" se perd dans la Laguna Amarga. Le
defaut de rivibres, cependant, ne se faith pas trop sentir,
a cause de la frdquence des pluies, abondantes dans
ces parages.
Les districts montagneux et boisds appartiennent
aux sections septentrionales de 1'Etat; les planes, qui
constituent parfois de vdritables pampas, tres ddnu-
dees, se prolongent au sud.
Les sierras de Sari-Luis paraissent ktre un embran-
chement de la chaine de montagnes de Cordoba. Elles
sont connues pour leurs richesses mindrales. On y
a ddcouvert plusieurs mines d'or, parmi lesquelles
cells de Santa-Catalina, de Canada-Hondo et de Cerri-
tos-Blancos sont les plus remarquecs.
Le village de Santa-Catalina est a six journdes de
Jujuy. L'exploitation des gisemnents qui s'y trouvent n'est
pas a la portde des petits capitalistes, car tout ce qui
s'y prdsentait a la surface du sol a 6td enlevd, depuis
plus de cent ans, par les Espagnols. Une socidtd
anglaise, la West Argentine Company, a entrepris des
travaux dans cette region. Des lingots d'or, envoys h
Londres par ses soins, y ont etd pays 70 h 75 shil-
lings l'once. Elle a acquis des droits sur un space de
10,000 miles carris, ces droits 6tant subordonnis,
ndanmoins, a une condition qui pourrait les rendre
caduques. En effet, la loi locale de amparo oblige les


- EG -







- 87 -


propridtaires de mines a occuper au moins trois
hommes, travaillant 230 jours par annde, sur chaque
concession, ou pertenencia de 60,000 mbtres carries.
Or, 40,000 miles carrds equivalent a 450,000 pertenen-
cias, de sorte qu'apres le 1"r janvier 1888, la Compa-
pagnie devrait avoir sur les lieux, pour rester dans la
ldgalitd, 1,200,000 ouvriers, ce don't il ne saurait
ktre question.
La West Argentine Company s'est constitute d'abord
avec un capital nominal de 50,000 livres sterling, divis6
en 50,000 actions. Ce capital a etd augment r6cem-
ment. Elle exploit deux filons principaux, I'nn a
Santa-Catalina, I'autre a Veta-Blanca, a 4,000 pieds
au-dessus du niveau de l'ocdan.
Le Rio-Quines, dans le ddpartement de Pietra-
Blanca, content des pdpites en quantities assez notables.
On a extrait du mineral de cuivre sur le territoire de
San-Barbara. Le lac Bebedero fournit du sel a toute la
province.
Les sierras renferment en outre des pierres meu-
lieres, des ardoises, de la diorite, des eaux mindrales,
des pierres calcaires, des marbres varies, du plitre,
de l'albAtre, des pierres lithographiques,. de l'alun,
des oxydes de manganese, des sulfates et carbonates
de plomb, du minium, des sulfates et carbonates de
cuivre.
Les strangers ne se bornent pas a exploiter les pro-
duits mindralogiques de la province de San-Luis, mais
ont cherchd, de plus, h developper ses resources pas-
torales. Des capitalistes hollandais, cddant a cette
impulsion, ont fait I'acquisition, dans le ddpartement








- 88 -


de Merc6dds, de 92 lieues carries de terrains, don't
15 furent ciddes plus tard avec b6nefice, a 6,000 pias-
tres la lieue. 11 leur restait, cette vente faite, 79 lieues,
qui out 6td mises en cl6tures, en vue d'y installer
un vaste 6tablissement d'dlevage. On y a reuni
25,000 t6tes de gros betail, 125 boeufs de labour,
750 chevaux, 100 mules, 12,500 moutons et 1,000
chevres. D'aprbs estimation, la lieue carrie, dans
cette propritd, vaudrait actuellement 15,000 piastres.
On obtient, dans ses parties cultivies, jusqu'a cinq
recoltes de luzerne par an.
Dans une reunion d'actionnaires qui eut lieu i
Amsterdam, pour y recevoir les comptes sociaux se
rapportant a l'annde 1886-1887, I'avoir de la Societe
fut estim6 1 856,254 piastres 23 centavos, et ses
dettes a 550,496 piastres 25 centavos, laissant une
balance favorable de 305,757 piastres 97 centavos. Un
dividend de 5 p. c. fut distribud. La Socikt6, fondle
en 188., avait commence ses operations avec un
capital pay6 de 8,000 livres sterling.
On cite, parmi les districts pastoraux de la province,
les versants de la montagne de Morro, les environs de
Totoral, d'Estanzuelo et de Manantial, certaines vallees
de la chaine des Saladas et une parties du territoire de
Nogoli.
Le gibier est abondant dans le department de
Morro, oh l'on chasse le guanaco, I'autruche et autres
grands animaux.
Les products de l'agriculture, dans la province,
acquierent chaque jour plus d'importance. Le district
de Chorillas, an pied du mont Punta, est parfaite-







- 89 -


ment cultiv6 et continent de nombreuses plantations.
L'eau de source manque ai Alto-Penoso, don't les habi-
tants ont 6tabli des reservoirs au pied des montagnes,
pour y recueillir les eaux pluviales. 11 existe quelques
fermes h Cuchato, ainsi que dans les environs de Mer-
c6dbs et de Renca. On obtient, i Santa-Rosa et a Larca,
beaucoup de froment, de mais, de luzerne et de fruits.
La valle de Canada, dans le department de Piedra-
Blanca,est renommie pour sesJ elles r6coltes de mais,
de froment, de luzerne et de fruits.
L'Etat de San-Luis ne possede encore qu'une faible
population, relativement a l'tendue de son territoire.
On n'y comptait que 58,000 aimes en 1866, et 76,000
en 1885, c'est-i-dire pas m6me deux habitants au
kilometre carrt. On y a exp6di6, en 1887, 205 emi-
grants.
L'instruction publique fait de grands progres dans
cette province. On y remarque un fait exceptionnel,ai
savoir que 400 6leves seulement y frequentent les
6coles privies, tandis que le chiffre des inscriptions,
aux ecoles publiques, comprend 6,106 enfants.
11 y a eu dans les ecoles, en 1885, augmentation de
509 el1ves.
Les rentes gendrales de la province sont 6valudes a
200,000 piastres; or, le budget scolaire, en cette
annie,absorba 127,884 piastres, total 6norme compare
a I'autre.
Le coAt annuel de chaque 6l1ve inscrit est 6valu6 i
20 piastres.Les instituteurs gradues, faisant parties du
personnel enseignant, gagnent mensuellement de 65 a
80 piastres; les non-graduts, de 25 i 50 piastres.







- 90 -


. On vient d'inaugurer, dans le San-Luis, quatre nou-
veaux bhtiments scolaires; huit autres sont en con-
struction.
En 1886, le nombre des 6coles publiques 6tait ports
a 105.; elles 6taient fr'quenties par 7,088 dleves, diri-
ges par 186 professeurs.
La province a requ, en 1886, du gouvernemient
f6d6ral, un subside de 100,000 piastres.
L'l province de. Santiago' del Estero, ou nous nous
transporterons en quittant la precedente, occupe une
vaste plain, sise entire Ie 26' et le 50e parallble, mesu-
rant 108,000 kilombtres carris. Elle doit son nom
aux grands marais ou esteros forms par le Rio-
Dulce, aux environs du chef-lieu provincial.
Elle a pour limits, au nord, les frontieres des
Etats de Tucuman et de Salta; a 1'est, les territoires
du Gran-Chaco; au sud, la line de demarcation des
provinces-de Santa-F6 et de Cordoba; a l'ouest et au
sud, celle des provinces de la Rioja et de Catamarca.
Son histoire remote a une dpoque relativement
ancienne.
Sous les Incas, c'dtait une contree ddja connue, ou
l'on rdcoltait du coton. Les Espagnols y pdndtrerent
en 1555, et Charles-Quint y envoya un gouverneur en
1558.
Les jdsuites s'y installbrent plus tard et surent en
faire valoir, avec beaucoup d'habiletd, les avantages
naturels. De fortes expeditions de colon et de coche-
nille se faisaient alors; les plantations d'arbres frui-
tiers prenaient de l'importance, en ,mme temps que
s'accroissaient les estancias, garnies d'un nombreux







- 91 -


b6tail. L'expulsion des Peres, en 1797, qui d6termnina
une crise intense, inaugura une pdriode de decadence,
qu'accentua encore un changement d'administration,
Santiago ayant 6td plac6 sous la jurisdiction de l'inten-
dance de Salta, pour 6tre annexed bient6t aprbs au ter-
ritoire de Tucuman.
Ayant obtenu son autonomie en 1820, la province
n'en devint pas plus prospere, 6tant tombee sous le
joug d'un chef omnipotent, don Felipe Ibarra, qui y
comprima l'esprit public et en paralysa l'essor.
Cette situation se prolonged jusqu'en I'annde 1850.
Sept ans plus tard, la population de la province
n'6tait estimee qfi'a 90,000 ames. On en comptait
432,898 en 1869, et 158,000 en 1885, rdpartis sur un
space come nous l'avons dit ci-dessus de
108,009 kilometres carrds!
Nous avons pen de renseignements sur Santiago del,
Estero, au point de vue gdologique ou mindralogique.
L'une des rivieres locales, qui ddborde tons les ans
come le Nil, est si imprdgnde de chlorure de soude,
qu'un home surnagerait sur ses eaux. Partout, d'ail-
leurs, on a eu a combattre les inondations.
Parmi les course d'eau sillonnant la province, le
plus considerable est le Salado, connu sous le nom de
Juramento, dans l'Etat de Salta, et qui traverse le ter-
ritoire de Santiago del Estero sur un space d'une cen-
taine de lieues. On a fait d'inutiles efforts pour le
rendre navigable. Le Rio-Dulce, moins important,
mdrite aussi cependant une mention speciale. 11 est
formed d'un grand nombre d'affluents, et arrose
d'abord, sous les noms de Rio-Hondo et de Rio-Sali,







-- 92 -


divers districts de 'Etat de Tucuman. En arrivant h
Santiago, il s'elend, se rdpand sur les campagnes, et
forme les esteros don't nous avons ddja parld. On tra-
vaille en ce moment a les diminuer par des travaux
de canalisation. It se resserre de nouveau i Mistol,
passe par Salavina, et diverse ses eaux dans les lacs
salins de Porongos et de Mar-Chiquita.
Le climate de Santiago est chaud, et la pression
atmosphdrique y est assez forte. Les pluies n'y sont
pas frdquentes, mais suffisent cependant an ddvelop-
pement de la v6gdtation.
L'agriculture locale est en progres. Des plantations
de cannes a sucre, installdes depuis quelques annees,
donnent un rendement avantageux. Elles ont produit,
en 1880-1881, 2,250,000 kilogrammes de sucre. La
culture des cdrdales est encore ndgligde, 1'dl4ment
europden faisant ddfaut. Le froment rdussit cepen-
dant en perfection, dans certaines localitds, ainsi que
le mais. Les fruits, et entire autres les oranges, les
figures, les p6ches et les grenades, abondent dans la
plupart des ddpartements. La production du coton et
de la cochenille a dtd completement abandonnde.
Les terrains les plus favorables aux travaux agri-
coles, et particuli6remnent i la culture du froment, se
trouvent aux environs dc Gimenez, de Loreto, de Copo
et de Matara. On l6vce du betail a Guasayan, h Sili-
pica, h Salavina, surtout des chevres et des moutons.
On parole encore le quichua dans beaucoup de vil-
lages. 11 en existed une grammaire et un vocabulaire,
dcrits par les jdsuites du Perou, mais don't les exem-
plaires sont devenus rares.







- 93 -


La province de Santiago del Estero a d6d considerde
pendant longtemps comme l'une des moins avanc6es de
la Republique par rapport a l'instruction. En pregnant
pour base, cependant, les renseignements les plus
recents, on est autorisd i conclure que cette situation
s'ameliore sensiblement. Les dcoles, frequenties par
591 dleves en 1885, en ont repu 2,597 en 1884, et
2,705 en 1885. Elleg 6taient au nombre de 65, et com-
prenaient un personnel enseignant de 67 personnel.
On a consacr6, en 1888, 402,120 piastres a l'entretien
des ecoles.
Les recettes publiques rdsultent de contributions
directed, de la vente de patentes et de timbres, du
produit des terres fiscales et de la perception des
taxes urbaines. Le budget provincial, en 1888, portait
458,900 piastres aux entrees, et 352,600 piastres aux
sorties, laissant done un excident de 106,500 piastres,
qui a dtd appliqud h l'amortissement de diverse
sommes dues a la Banque national. La dette
provincial a dtd rdduite, par cette operation, h
165,500 piastres. 98 emigrants ont dt -envoyds dans
l'Etat de Santiago, en 1887, par la commission d'dmi-
gration.
En passant de la province que nous venons de
ddcrire h celle de Tucuman, nous nous trouvons en
pleine nature tropical. Nous essayei'ons d'esquisser
a grands traits ce tableau nouveau.
L'Etat de Tucuman est born au nord par les rios
Tala et Piedras, qui le sdparent de Salta; h l'est, par
le Salado, sur l'autre rive duquel s'dtend le territoire,
encore inexplore, du Chaco; au sud, par le Rio-Hond6







- 94 -


et la frontibre de Santiago; L l'ouest, par les monts-
Aconquija et Ambato, par delL lesquels se pr6sentent
les districts de Catamarca.
Ce territoire, don't la superficie est de 70,000 kilo-
metres carrds, est d'une grande fertility. La vegetation
y est gendralement belle et, dans certain endroits,
reellement exuberante. Les Andes, ailleurs arides et
denud6es, y sont couvertes d'un manteau vert sombre,
formed de splendides forkts, de la lisibre desquelles
s'6chappent douze rivieres, coulant a distance gale,
en lignes parallbles, arrosant tout le pays, qui a re.u
le nom merit6 de << Jardin de la R6publique ). -
Les premiers habitants du Tucuman, comme ceux
de Santiago, dtaient soumis, dbs le xive siecle, a l'au-
torit6 des Incas du P6rou. Ceux-ci y envoybrent des
d4l1guds, qui y repandirent, de bonne here, la con-
naissarice des proc6des d'irrigation et d'agriculture.
Une certain organisation prevalait donc dans la con-
tr6e lorsque les Espagnols, sous la conduite du capi-
taine Aguirre, cherchbrent h s'en emparer en 1555.
D'abord repousses, ils y obtinrent une concession de
terres en 1565, et harrassbrent les indigenes ai un tel
point qu'ils provoquerent un soulbvement general,
don't ils ne triomphbrent qu'aprbs dix anndes de lutte.
La province, tour a tour agrandie et rdduite, sous
differents gouverneurs et administrateurs, prit une
part active au commencement du sibcle h la
guerre de l'ind4pendance. Ce fut sur son territoire que
l'armee royaliste, commandee par le general Tristan,
mit has les armes en 1812; ce fut la' aussi que les
reprisentants argentins, rdunis en assemble, salu6-







- 95 -


rent de leurs acclamations l'avenement de la jeune
nation qui venait de s'affirmer si hdroiquement sur
les champs de bataille, libre de tous liens envers la
mntropole, et maitresse de ses destinies.
La population du Tucuman, estim6e a 57,900 habi-
tants en 1845, en comptait 109,000 en 1869, et
178,000 en 1883. Elle a recu, tant du dehors que des
provinces voisines, durant cette periode, des accessions
annuelles qu'on peut 6valuer, approximativement, a
1,500 personnel. La Commission du travail y a envoy
576 emigrants en 1886.
Les travaux agricoles occupent la majeure parties de
cette population. Elle avait mis en exploitation, vers
la fin de l'annge 1887, 420,000 cuadras de terrains,
don't 9,000 consacres ai a culture du froment. Les
plantations de cannes a sucre, entire autres, y ont
pris de grandes proportions. On compete, dans le
Tucuman, 54 sucreries en pleine activity, produisant
35,400 tonnes de sucre, c'est-a-dire la presque totality
du rendement obtenu dans toute la Republique, estimn
a 44,000 tonnes.
Les effects de cette production n'ont pas tard ai se
faire sentir. Les sucres strangers, blancs et bruns,
imports largement LI Buenos-Ayres jusqu'en 1882,
sont remplaces pen a peu par la merchandise simi-
laire, de provenance indigene. On calcule que sur les
60,000 tonnes de sucre consomm6es dans la Rdpu-
blique Argentine, 20,000 seulement sont actuellement
d'origine europdenne.
On 6valuait, en 1885, les avances ai faire pour
1'installation d'un champ de cannes a 560 piastres par







- 96 -


cuadra, soit 160 piastres pour frais de plantation, et
200 piastres pour depenses de culture et de transport.
Or, on rdcolte, par cuadra, 100 tonnes de cannes,
valant, a raison de 4 piastres la tonne, 400 piastres.
Les frais de plantation ci-dessus mentionnes ne
devant 6tre renouvelds que tous les 10 ou 12 ans, on
peut estimer les bendfices rdalises dans cette culture
a 50 ou 80 p. c. du capital engage. D'apirs les pro-
c4dds industries en usage dans le pays, 100 tonnes de
cannes produisent 6 tonnes de sucre. De nombreux
moulins, a mothers hydrauliques on a vapeur, ont 6td
construits dans diverse localities.
Le mals, le riz, le tabac, les oranges figurent 6gale-
ment pour d'assez fortes sommes dans les rendements
gendraux de l'agriculture provincial.
L'dleve du bdtail, dans le Tucuman, represent
d'importants intdirts. Prbs de 1,000 lieues carries de
territoire lui sont rdservies dans les districts de
Banda et de Santa-Barbara, dans les ddpartements de
Liales, de Trancas, d'Encalilla et de Burrucayu.
Une banque a dtd fondue au chef-lieu, pour faciliter
les transactions commercials et venir en aide a
l'industrie. Elle a opdrd, en 1886, pour 1,500,000 pias-
tres d'escomptes, et a regu, durant la mnme annee,
600,000 piastres de divers ddpositaires.
Le budget provincial, pour 1888, porte 584,612
piastres au passif, et 637,428 piastres a l'actif. On
disposerait done de 52,815 piastres. 11 est probable
que les ddpenses imprivues en absorberont une
notable part.
La diffusion de l'instruction est l'objet, dans cette







97 -

province, d'une sollicitude particulibre. Le traitement
des instituteurs y a &td augment, et les autoritis s'y
appliquent a attirer 1'atlention des habitants sur les
avantages d'une bonne education. Des bitiments
d'dcole out 6td construits; d'autres, d6dj existants, ont
dtd agrandis et r6par6s. Les 4coles de lEtat 4taient
friquent6es, en 1885, par 9,682 6lbves, et entrainaient
des frais dvaluds a 75,780 piastres. Chaque 6colier n'y
coite cependant, au tr6sor, que 9 piastres par an.
Dans le Tucuman, une cole comptant 114 6leves
occupe 10 instituteurs; une autre, avec 2853 enfants,
le meme nombre. Les directeurs des 6coles moyennes
gagnent de 56 h 65 piastres, mensuellement; ceux des
6coles -l4mentaires, de 23 a 40 piastres.









Provinces du littoral.


Importance de ces provinces. L'Etat de Corrient6s et sa situation
actuelle. Recherches sur 1'Entre-Rios. La province de Santa-Fe et
ses diverse institutions. Buenos-Ayres et le district federal.

Ces provinces, par leur proximnitd de l'ocdan, les
facilitis de communication don't elles disposent, et
l'importance de leurs marches locaux, mdritent une
dtude complete. Elles comprennent quatre Etats, ceux
de Corrientes, de Santa-Fe, d'Entre-Rios et de Buenos-
Ayres, don't les trois premiers ne sont pas, il est vrai,
limitrophes de I'Atlantique, mais s'y rattachent par
d'admirables voies fluviatiles, accessible aux navires
de mer. Quant a l'Etat de Buenos-Ayres, qui long
1'ernbbuchure du Rio- de la Plata, sa ligne de c6tes
maritimes s'dtend vers le sud et 1'ouest sur un
immense space.
Parmi ces provinces, la plus dloignde de la mer, et
par consequent de 1'Europe, est celle de Corrientes,
borne au nord et a l'est par le Parana, au sud par
1'Etat d'Entre-Rios, h 1'est par le haut Uruguay et le
territoire des Missions. Deux grandes rivibres, 6gale-
ment navigables, suivent ses frontibres, a l'orient et h
l'occident. Son climate est sain, quoique fort chaud;







- 99 -


1'eau et le bois ne font pas ddfaut ai son sol, qui est
d'une grande fertility, et couvre une superficie de
125,000 kilomitres carries.
De tels avantages eussent dfi lui assurer, depuis
longtemps, des moyens de prospdritd et de fortune.
Elle eut a souffrir, malheureusement,durant quarante
ans, de troubles politiques incessants, qui en neutra-
liserent les effects.
Avec la cessation des guerres civiles, on commence
toutefois a y reprendre conflance, dans le present et
dans l'avenir. Le capital y devient moins rare; quel-
ques entreprises y ont dtd tentdes; des voies ferrees y
ont ouvert le pays, oui le gouvernement local s'efforce
d'attirer, en ce moment, I'dmigration dtrangere.
Au centre de la province, vers le nord, s'dtend une
immense lagune, de 200 lieues carries, parsemee
d'iles entire lesquelles les eaux forment de nombreux
mdandres. Ce territoire, h demi marecageux, a demi
boise, encombrd de roseaux et des tiges flexibles de
50 pieds de hauteur, du bambou ,< Tacuara ,, donne
naissance a plusieurs courants, qui se jettent presque
tous dans le Parana, a l'exception du Mirinay, tribu-
taire de l'Uruguay.
Une zone de forts se prdsente au sud de cette
region, et va rejoindre les limits de l'Entre-Rios.
On y remarque des arbres de toute essence, le lau-
rier, I'algarrobo, le lapacho, 1'ivirero, utilisables pour
les constructions; le cadre, le quebracho, le tatand,
le nandubay, servant h la menuiserie; le bois de rose,
le guayibi, 1'dguavira, etc., tres recherchds pour les
travaux d'dbhnisterie.







- 100 -


La plus grande parties des terrains bordant les rives
du Parana, c'est-h-dire les ddpartements de Lomas,
d'Ensenadas et d'Empedrado, conviennent aux travaux
agricoles, ainsi que ceux qui sont situds le long de
l'Uruguay, jusqu' l1'embouchure de l'Uguapey. On
remarque aussi des champs fertiles dans I'ancien
domaine des Missions, entire la rivibre que nous
venons de citer, le haut Parana et le haut Uruguay.
Les autoritis provinciales en ont cddd une portion
important an gouvernement national, pour servir a
.la formation de centres coloniaux.
D'apres un recensement fait en 1869, la province
de Corrientes contenait, a cette dpoque, 129,100 habi-
tants, chiffre port a 222,000 en 1887. II se fait un
grand mouvement, tous les ans, parmi les ouvriers
du pays, qui se rendent periodiquement dans I'Entre-
Rios, oui ils obtienuent un salaire plus 61ev6, et
rentrent ensuite chez eux avec le fruit de leurs econo-
mies. Beaucoup d'entre eux, d'autre part, sont allis
se fixer au Paraguay.
La population aborigene comprenait diverse tribus
indiennes, particuliirement des Charruas et des Mo-
covies. Les conquerants espagnols, en se melant a ces
deux races, laissbrent pour descendants les posses-
seurs actuels du sol. On ne parole l'espagnol, dans le
Corrientes, que dans les villes, et parmi quelques
families aisles. Partout ailleurs, l'idiome guarani est
encore en usage.
L'Etat n'offre guere de resources aux mineurs
strangers. On ne pourrait y exploiter que des d6p6ts
de plAtre, de pierres a chaux et de granit. On assure