UFDC Home  
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Half Title
 Title Page
 A ma mere
 Avertissement
 Personnages
 Au public, avant la representation...
 Oge, drame
 Acte I
 Acte II
 Acte III
 Poesies
 Notes
 Table of Contents
 Back Cover














Ogé, ou, Le préjugé de couleur;
Related Teaching Materials ( Related Link )
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00009687/00001
 Material Information
Title: Ogé, ou, Le préjugé de couleur; drame historique. Suivi de poésies fugitives et de notes
Added title page title: Préjugé de couleur
Physical Description: 207 p. : ; 17 cm.
Language: French
Creator: Faubert, Pierre, 1806-1868
Publisher: C. Maillet-Schmitz
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1856
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Summary: Synopsis contributed by Erin Zavitz: Set in 1790, the play opens with a conversation between two French planters, the Vicomte de la Ferrière and the Marquis de Vermont, about the potential marriage of their children. Ferrière’s daughter, Delphine is due to return from her studies in France and the gentlemen surmise the next logical step is marriage. The Marquis’s son, Arnold, who has spent his life in Saint Domingue and represents the decadent white creole, enthusiastically agrees explaining that any woman would want to quickly become his wife (45). Their musings are interrupted by the household slave Annette who bears the news that free men of color recently returned from Paris have revolted. As the men exit, Delphine and her aunt arrive at the house after their journey from France. The revolt of Vincent Ogé, Jean-Baptiste Chavanne, and Alfred (a fictional third leader invented by Faubert) outside the northern port-city of Cap Français is the central action of the play. Yet, around the armed struggles, the reader learns of the secret love between Delphine and Alfred who met in Paris and the moral crisis of racial discrimination that poisons the French colony.
Statement of Responsibility: par Pierre Faubert.
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 27638083
ocm27638083
Classification:
System ID: AA00009687:00001

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
    Half Title
        Page 1
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    A ma mere
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Avertissement
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
    Personnages
        Page 38
    Au public, avant la representation de la piece
        Page 39
        Page 40
    Oge, drame
        Page 41
        Page 42
    Acte I
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
    Acte II
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
    Acte III
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
    Poesies
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
    Notes
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
    Table of Contents
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
    Back Cover
        Back Cover 1
        Back Cover 2
Full Text




OGE




LE PREJUGE DE COULEUR,

DRAME HISTORIQUE
SUIVI
DE POSIES FUGITIVES ET DE NOTES,


PIEHRE FAUBERT,
C:IIEN aDE DW c*ar 1T SEriMAIE P1ATICULIEN
DU PRESIDENT BOYER.
l AXCIN DBBftl C~' UR IlU LVCLE 1,,IO:0.
Iou o~T-au-PnINcrF. (HAITI).




PARIS,
-.. A LA LIBRAIRIE DE C. MAILLET-SCHMITZ,
+. 15, rue Tronchet, pr6s de la Madeleine.
PQ 1856
Q399 LES EDITIONS FARDIN
3949
(Reproduction)
.F3
S3 1979
04
1979












ntc Cs~xx


'K?.


/I


." *":-








s.'







i ', .. .

..-'' q. = '.\ '"
:.: .
= . : .

^ ^ : ''- .i


r.
1
I
1.
i


r;-






























IC



















































































',






















/-












OGE

OU LE PREJUGC DE COULEUR,

DMAMI BISTORIQUE,

SUIVI DE POSIES FUGITIVES ET DE NOTES.





















































Paris. Imprimerie de MoQuuT, 92, rue de la Harpe.
t,










OGE




LE PREJUGE DE COULEUR,

DRAME IIISTORIQUE,

SLIll
DE POSIES FUGITIVES ET DE NOTES,
I'VA
PIERRE FAUBERT,
ANCIEN AID E D CAMP ET SECRETAIRE PARTICULILE
DUPRESIDENT BOYER,
LT ANCIENT DIREC-.UR DU1 LYCEE N .'10NAL
DU PORT-AU-PRINCF. (IIAITI).




PARIS,
A LA LIBRAIRIE DE C. MAILLET-SCHMtTZ,
15, rue Tronchet, pr&s de la Madeleine.
1856


















A MA MM~RE.








A une 6poque ox les relations d'llaiti avec
les pays strangers 6taient pleines de difficul-
t6s, toi, veuve et sans fortune, tu contus le
project d'envoyer tes enfants en Europe pour
y recevoir une education aux frais dclaqiiclle
tu no pouvais subvenir qu'en t'ii)posait les







6
pIluo durs sacrifices. En cla. tu ne f isais
que continue cette vie d'abn6gation o ,
jeune fille, pour sauver ton pere ; spouse,
.soeur, vraie chr6tienne, pourremplir le m6me
devoir envers ton mari, tes freres et des pros-
crits, tu avais montr6, dans les jours les plus
orageux de notre revolution ce courage de
la vertu don't 1'unique souci est le but h at-
teindre, quoi qj'il dive en cofter pour y
.parvenir. Certes,c'ktait trop dfjh pour toi,for-
te seulement par le coeur, que ces longues
privations auxquelles t tte resignais en vue
detes enfants ; et pourtant ton amour fit plus
encore: inquiete de ce qu'ils pourraient
6prouver dans une contr6e lointaine, et sous
unclimat rigoureux,tuvoulus, quoique le ciel
de ton:pays fiat niccssaire ta santo, les ac-
compagner dans ce voyage et demcuretau-
pr6s d'cux pour leur prodiguer tes soins:
mais ia frlle nature manquant 6 ton courage









de mure, tu mourus loin des tiens, avec Ic re-
gret de laisser ta jeune famille sur une terre
6trangere et de n'avoir pu accomplir jus-
qa'au bout la tAche pieuse que tu t'6tais im-
pose .



Ainsi,le premier t6moignage de reconnais-
sance que tes enfants aient pu te donner, a
ete de t'6lever un torAbeau! Martyre de ton
affection pour eux, tu n'en gottas point le
fruit le plus doux, en les voyant conserver
religieusement les saints traditions de vertu
et d'honneur qu'ils recueillaient dans tes le-
mons, et maintenir au rang de leurs devoirs
les plus sacres, des besoins les plus indispen-
sables de leurs coeurs, ie respect et l'amour
qu'ils ressentaient si vivement pour toi a un
Age ou us ne comprenaient pas encore coni-









bien tu en etais digne Oh qui pourrait
dire ce que cette pens6e m'a fait eprouver ?
Aussi, ta mort a-t-elle laisse en moi un vide
que ni le temps, ni meme les plus douces af-
fections de famille n'ont pucombler.

Apres.cela, puis-je croire qu'il ne reste
plus rien de toi ? Est-il possible que ton ame,
ce foyer divin d'ofi rayonnaient de si nobles
sentiments, ce principle ( r tant d'actions
touchantes qui, dans leur ensemble, consa-
crent ton souvenir parmi les tiens mieux en-
core que les forms visible souslesquelles ils
'ont connue, se soit 6teinte sans retour avec
le dernier souffle de ta vie? Non, tes enfants
ne le croirontjamais ; car ils sentent profon-,
d6ment en eux-m6mes qu'il y a un Dieu donf
la justice gale la puissance; et dAs, lors
ils ne sauraient comprendre qu'une / vie







9
q.ui s'ecoula tout entire dans l'accom-
plissement du devoir, en ce monde of il
y a tant de souffrances et de deceptions ame-
res pour les ames pures, et une vie don't
1'egoisme et les mauvaises passions furent
les seuls mobiles, aillent 6galement dispa-
raitre pour toujours dans le meme gouffre.

Recois done, 6 ma mere, I'hommage de ce
recueil; car s'il content quoi que ce soit don't
pn puisse[me f6liciter, tu en es la source
unique, toi h qui tes enfants doivent tout.
















AVERTISSEMENT.









1Wa loyaut6 m'oblige it dclarer d'abord au lec-
teur qu'il lui faut, sous ce titre d'averfissement.
subir une longue preface :'j'allais dire sans d6-
dormmagement aucua; mais ce ne serait pasexact,
puisque je la terminerai par un extrait deI 'His-
toire des Girondins : u'il veuille done bien, s'iI
est a une de ces heures ou 1'ennui untus assiegb
tellement, que tout nous devient unedistraction;
qu'il venille bien parcounr,- Dour tomber peut-
fltredeCharybde en Scylla,--ce mince recueiluqui










ne renfei'me qu'un drame en trois actes et en
po- .,iv: ,de quelques posies fugitives: c'est du
*:e principalemnt que j'ai h l'entretenir dans
,teLe priface.
Lorsque je dirigeais le lyc6e national du Port-
au-Prince,, chaqup ann6e, h la distribution des
prix, je faisaisjouer une petite piece de thbAtre a
mes t16ves. C'6tait non seulement une recompen-
se que je leur accordais pour les travaux de l'an
n6e, mais encore un moyen d'education auquel
j'attachais de l'importance : aussi m'arrivait-il
parfois de chercher longtemps avant de trouver
une piece qui convint h mes vues et a l'Age de
mes acteurs. Enfin, dans une de ces circonstan-
ces, mon embarrass fut tel, queje me vis en quelque
sorte forc6 de moefaire moi-m6me auteur drama-
tique..Une fois cette difficile resolution arrdtee,
je voidus utilisei, autant que possible, monrude
labeuur, et je choisis dans l'histoire d'Huaiti un
sujot la prise d'armes d'Og6 qui me partit
propre a inspire de nobles sentiments h mes
(61'vcs et i Icur fair vobir en mime temps tout ce
qu'il y a ,l'albsurde cl d'odielx dIas Ic prIjugi6 d








couleur: telle est I'origine de la piece que je fais
imprimer aujourd'hui.
Quelque temps apr.s qu'on 'eut jou6e au lycee,
un abolitioniste fianuais, qui avait assist a cette
distribution de prix, publia sur Haiti un ouvrage
oh cette piece Btait pr6sent&e comme l'execution
d'un ordre donn6 par le gouvernement, et comme
une oeuvre 6crite sous l'influence duprejug6 de
conleur. (1)
Certes, en cherchant ainsi h premunir mes
IlEv.es centre ce funeste pr6jug6,il m'edt 6t6 dif-
ficile, on en conviendra, de pr6voir un jugement
de cette nature; et j'eus le droit d'en 6tre d'au-
tant piks surpris,que les resultats de nos examens
publics avaient suffisamment prouv6 l'impartia-
litM et le devouement consciencieux qui animaient
les fonctionnaires du lycee national dans 'ac-
complissement de leurs devoirs. (2)
Depiis la publication de l'ouvrage dontje viens
de parler, je m'6tais toujours propose de faire
imiprimer ce petit drame, malgr6 son peu de va-
(1) Colonies dtrangbres et Haiti, par Victor SCH(ELCHER,
tome ii, Pagnerre, dditeur, 1843.
(2) Ces examens durerent huit jours et se terminbrent
par la distribution des prix. Tous nos bons 61ves qui y pa-
rinrent, noirk ou jaunes, firent honneur au lycde ; et mOme
4"







14
leur lilt6eairc, persuade quo la meilleu.re manire
de r6pondre h I'appr6ciation qui en avlit t6I failed,
c'Ctiit deuncttre Ic piilic i\ minle dte lejuger.Mais
les 6v6rnemcnts politiques siirvcnus dans mon
pays, et pendant Iesquelsje fuss asscz longlemps
retenu en prison, ainsi que d'autres causes puis-
santes, telles qu'une longue et grave maladic
qui m'a, en quehlue sorte, exil6 en Europe,
m'empechrent de fair paraltre cette defense.
Gependant, je tenais d'autant plus i fa publier,
que le jugement auqulel j'avais r6pondre porlait
principalement sur mon caract6re. Aujourd'hui
que l'amelioration de ma sant6 me permit do
pourvoir h ce soin, je viens produire sihtplement
poltrjustification, et en m'interdisanttoute plain-
te, la piee incriminee: les mobiles honorables so
r6velent, dit-on, par un cachet qui leur est pro-
pre: ch bien, j'ose croire qu'en lisant cette piece,
tout home impartial reebnnalti'a que celui qui
ra ecrite, etqui4 dans sa jeunesse, eut le bonheur
celui d'entre eux qui eut le plus de succ6s et mudria presque
tous les premiers prix de l'anune, fut un jeune home
noir eppel6 Lir6mond Jean-Jacques. Malheureusement ce
jeune homme, aussi rgemarquable par intelligence que
par le coeur, mourut pqu de temps apres avoir termin6 ses
6tudes.










de voir souvent I'abb6 Gr6goire et de recevoi,'
des marques de sa bienveillance, n'a exprime au-
cune id6e, aucun sentiment que ce v6n6rable ap6
tre de I'abolition edt condamn6.
Quant au reproche qu'on m'a faith d'avoir agi
sous unc influence quelconque, et, en particulier,
sous cclle du Gouvernement, je declare que, mal-
g o la position oi je me trouvais a 1'6gard du pre-
sident Boycr, non seulement il fut entikrement
6trangcr a mon drame, mais que ni lui, ni aucun
iuembre de sa famille, ni meme aucun Haiticn,
fonctionnaire public ou citoycn priv6, n'en eu-
rent connaissancc avant sa representation, el,
tlcpuis, ne vircnt mon manuscript (1).
J'invoque lappui de mon assertion le tmioi-
guage do tous Ics parents on allies du president
Boycr, ct cclui de toutes Ics personnel de sa so-
ci6t6 inliic qui existent encore: si mon racueil


I) J'cu cex'Ceic (quelquics fonclionniaires du lycvc c I'un (le
'iiiss plus alluCie, s amisi (Iqui ;iIc dCl: i.udla f lire la piece apris
;I !' l'l (::.: li ll' I i t.










pa:vicent jamais jus iu'pi cux, ce scra la prcmibi'r
fois qu'ils liront cette pice.
Je dois aussi, come autcur, car on nle I'st
pas impundment, c'est-ih-dlie sanis tr'e sensible
.i toute critique fait e n vue de l'art; je dois
parler du drapeau bleu et rouge qu'on m'a rcpro-
ch6 d'avoir donn6 h Og6, au lieu du drapcau tri-
colore.
D'abord, je pourrnis soutcnir qu'il n'y a pas cu
anachronisms, attcndu quc Ic drapeati blou ct
rouge existait avant Ic drapeau tricolor, et
qu'Og4, qui faisait partic de la garden national
de Paris en 89, avait pu parfaitement Ic connal-
tre. En effet, qu'est-ce que le drapeau tricolor?
C'est le signe de la bonne intelligence qui s'6ta-
blit, apres les journ6es des 5 et 6 octobre, cntre
Louis XVI et la ville de Paris. Or, le drapcau de
cette ville, jusqu'alors, avait t60 bleu et rouge;
et quand elle eut, selon I'expression de Bailly,
conquis son r3i, lle ajouta aux deux couleurs de
son drapeau la couleur blanche des Bourbons. En
1803, les Ha'iiens firent tout le contraire; c'est-
a-dire qu'ils retranchrent la partic blanche, ct








17
gardOirent les deux autres. Og, pouvait done, lui
hef des affianchis de St-Domingue, qui se com-
posaient de mulatres et de noirs; lui, en outre,
que les representants du Gouvernement dans
,cette fle traitaient en rebelle uniquement h cause
de sa couleur; il pouvait, au moment de combat-
tre, avoir eu I'idee de prendre le drapeau bleu et
rouge de la ville de Paris, comme ii avait eu celle
de se revetir d'un uniform d'officier de la garden
national de cette ville, don't, ainsi que je l'aidit,
ii faisait parties: Ie choix entire I'un ou I'autre dra-
peau lui 6tait d'autant plus permis, que le der-
nier n'avait pas encore 6te solennellement dd-
clar'drapeau national, comme il le fut sous la
R6publique par le decret du 27 pluvi6so an II. Co
sentiment, ii me semble, pout d'autant micux
Wtre soutenu h propos d'une otuvre lilttrairc, quc
meme en plein 17c sibcle, c'cst-h-liroc unc po-
que oi l'on tracait h I'artiste des limits bicu au-
trement rigourcuscs qu'h present, Boileau di-
sait:


I.oin ces rileurs cr.intlifs d. nu I'v llrit Ite4llleji|ie
(;arde dlans ses rureurs tin trilre dlaelitlil ;










2ui, chantant d'un h6ros les progress Wclatants,
laigres historians, suivront l'ordre des temps:
Ils n'osent un moment perdre un sujet de vue;
Pour prendre Dble, il faut que Lille soil rendue;
Et que Jeur vers, exact ainsi que Mezerai,
Ait faith dUji tomber les remparts de Courtrai.


Voila ce que je pourrais rBpondre comme au-
teuu, sans in6me citer plusieurs examples d'ana-
chronismi litteraire presents a la mrmoire do tous
ceux qui cultiveut les lettres: nimis j'ai eu pour
pr6ffrer le drapeau bleu et rouge un motif parti-
culier et de circonstance que je vais fire con-
nattre.
La.piece etait jou6e devant les parents de nies
616ves, et, pour ainsi dire, en famille. Mes spec-
tateurs se composaient en grande parties des v6-
t6rans de la guerre de notre ind6pendance ; ct Ic
disapeaui ticolore avait 6te cclui de I'expddition
Tftnest' qui se' signal dans notre pays par tant
'd'exces :si lorieusts done quo soient les trois
coulcurs, elles rappelaicnt a ccs vaillants pros-
ciits d'autrefois ldo trop cruels souvenirs pilir
qu'il ii'n ftt pais tenu coiiptc dalns Inoltre irJ''









en scneo ; ct je (IIs y sonV-le d('anita;n ph)lus, qju'a-
pr's la irvolutioln td 18530, Ijnld ells furent
arborlIn s a ii consulate fraiu;;is 'IIi Port-au-Princc,
phis d'un (ic nios vt6iruis mc dit: a Jo crois en-
cor', en revoy: ut cc dr;pea;:, assisted aux noya-
des et aux pendaisons sur lesquellos il se d6-
ployatit du t 'nps du g6nral Rochambeau.
J'ai done pensC que, dans une piece de circons-
tancc qui n'6tait nullement destinee h fianchir
l'encointe o6i j: la produisais, je pouvais plut6t
m'exposer au reprochc de i'avoir pas 6t0 absolu-
ment exact ainsi que Mdzerai, qu'h celui d'im-
prlssionnci' pi6niblement mon public, et peut-etre,
d'exciter en lui de vicilles inimiti6s qu'il faut au
contrairo ltcher d'apaiser.
Avant de citer I'extrait, des Girondins que j'ai
announce, je price Ie lecteur de vouloir bien m'ac-
corder encore un peu d'atteution; car je desire
profiter de l'occasion qui m'est offerte pour for-
muler nettement mon opinion sur le prejug4 de
couleur, et, en meme temps, pour enter dans
quelques details historiques sur lesujet quo j'si
trait dans mon drame.
Meme sans une orivine come la mienne, j'ose









croire qu'il m'eft suffi de mon seul jugement et
de l'ardeur constant avec laquelle je me suis livr6
S1l'etude depuis ma jeunesse, pour ap prcier h sa
just valeur ce prejuge materialiste qui reduit tout
I'homme h quelques accidents de l'6conomie orga-
nique, en leur subordonnant le principe qui le fait
penser,sentiretvouloir:quand une itifirtune m'6-
meut er queje la soulage, je me sens de la famille
humaine comme n'importe qui, en depit de toutes
les denegationsdu monde; car le signe qui carac-
thrise surtout l'homme pour moi, c'est la faculty
de compatir aux maux de ses semblables, et de les
alleger autant qu'il lui est donn6 de le faire:
miseris succurrere. Voilh ma profession de foi
en fait de prejug6 de couleur.
J'ajouterai de plus, qu'h mon avis, le mulAtreetle
noir sont, quoi qu'ils lfssent, entierement solidai-
res, pour ce qui est de ce pr6jug6; car il les atteint
egalemdnt l'un etl'autre. En cffet, soyez le g6nieet
la vertu memes en personnel, sous une peau noire
ou jaune, ct allez dans un pays ouf rbgne le prdjugB
de couleur, comme, par example, certaines par-
ties des litats-Unis de l'Am6riquc du Nord : le
dernier des migrants blancs, don't vous n'avez










peut-6tre nas voulu pour laquais en Europe, et A
qui vous avez fait I'aum6ne en refusant de le
prendre A votre service, rougira de se trouver a
c6t6 de vous dans un theatre: par le seul privilege
de sa couleur, il est, de droit comme de faith, au-
dessus de tout homme qui n'appartient pas, sans
un at6me de melange africain, h la race cauca-
sique ou mongole; voire mAme b celle des Peaux-
Roujes prets h scalper sa chevelure; et si vous
lui rappelez le service rendu avant sa m6tamor-
phose, il vous repondra, en justifiant Ie mot de
Pascal, que la vertu estune affaire de latitude (I).
Maintenant, qu'un mulatre quelconquc no s'i-
magine pas, en flattant cc pr6jugc, pouvoir trou-
ver grace devant lui: il ne ferait par lh quopr6u-

(!) On ne voit presque rien de just ou d'injuste qui
a ne change de quality en changeant de climate. Trois degr6s
a d'bldvation dl p61e renversent tonte la jurisprudence. Un
a m6ridien decide te la vOritd; en peu d'anincs de pos-
* session, les lois fondamentales changent ; Ic droit a ses
a (poques. Plaiante justice qu'une riviire borne! VWri~ en-
a de'h des 'Pycnice s, crreur au deIl. (Pascal. Pres'..vs.
(hl'p. h 6, lil. (;lharpnclivcr, 185' .)









ver soi pi d'intelligencc el tie dignity person-
nelle; car, fit-il blanc de teint plus que les blancs
cix-mnmes, s'il est d'origine suspect, c'est un
paria commc les plus ioilrs. Enfin, outre ccs
verit6s incontestables, les deux couleurs proseri-
tes le soit-elles pas toujours unies I'une h l'autre
par un de ces liens sacr6s de parents, un de ces
sentiments puissants qui sont au-dessus de tout ?
J'ai connu do ces relations qui, certes, des
deux c6t6s, offraicnt e ecaracthre de ce qui
honor le 'plus l'Amechumnine, jo veux dire le
devouement vrai : eh bien, je le demand aux
coeurs elev6s, aux intelligence qu'aucune pr6-
vention n'aveugle, devant ces veritables ma-
nifbstations del'ktre human, n'est-ce pas chose
bien miserable que cette appreciation de hommee
d'apres certaines apparences mat&rielles? Que
ces observateurs des seuls phenomenes organi-
ques veuillent bien me dire s'ils ont d6jh me-
sur6 d'une maniere precise 1'angle facial de
ce d6vouement don't je viens de parler, et de-
ternain6 la chance de peau d'un ami, d'un fire,
d'une mere don't les sentiments et les actes justi-
fient ces titres sacr6s! Qu'ils me disent.si l'un
d'eux, fils, parent, ami, se!'.tt :.i1z malheuieux








pour n'dtre pas froiss6 d'une injustice dort as
m6re, son parent, son-fani seraient lobjet, quelled
que fdt leur couleur (1) ?
Ainsi done les homes des deux nuances,
comme je I'ai dit plus haut, sont, pour ee qui
est de ce pr9juge, solidaires par la volonte de Dieo;
c'est-h-dire que cette solidarity est un de ce
fauis indestructible qui d6fieut tous les sophismes.
Les principles quej'ai poses en examiuani dans
son essence le pr6jug6 de couleur, impliquant an6
cessairement sa condemnation radical et abso-
lue, je suis conduit & dire, pour rester consequent
avec moi-mnme, que je ne saurais pas plus lap-
prouver con're les blanec que coritre les jaunes,
et les ,noirs. D'ailleurs, ii serait aussi contraire i
la justice qu'i la logiquee de g6nraliser des torts
particuliers; et, d'uu autre t6, je ne puisoublier
que les adversaires les plus prooonues de ee pr6-

(I) Sij'imuiste taut sur le dkoanetiea, auai.ee dis- .
tinctif de I'nomme, c'est que ce phntomiu moral me sea.
ble te celui o0, le plu seoweat. rime s mamifate doe l
amie6re la plus compete da S Irs ti grande tcellt :
inteligence, sensibility. 'olonti. L'histeire d'llah eifi t
cet guard use foule de traits o6 I'oe n sait trop laqello di
tae facul:is il fat le plus admirer.








jng6 ont 6t6 des blnics, tels que : Antoine Bn6"-
et, des EtatsfUnis de I'Am6rique du Nord;
William Wilberforce, Anglais; IHenri Gregoire,
Frangais, ainsi que tant d'autres qu'il serait trop
lofig de ciler.Enfin, tous ces hommes.admirables
avec qi hous vivons sans cesse par l'histoire, et
d'ns la soci6et desquels notre intelligence et notre
ccCur bOt toujours tant h gagner,. pouvons-nous
songer seulement aux apparences materielles sous
lesquellesils ont traverse ce monde? 11 n'ya rien,,
certes, qui puisse nous emprcher d'aimer un
F6neion et un Vincent de Paul: loin de l1, ce der-
nier, qu'on peul. a bon droit nommer le saint par
excellence, a unititr.e tout particulier h la sympa-
thie des homes jaunes et noirs, don't un si grand
nombre souffLnt encorede ctte horrible injustice
appel6e esclavage; et ce litre, c'cst qu'il a 6td
lui-meine deux fois esclave: la premiere, par force
majeure; et la second, volontaircment, pour
rendre 6 lihlibert6, en pregnant sa place, un pe.'
de famille qui nopouvait payer sa rancon : et il
fult l'entendre raconter comment, pour dire von-
du, il fut conduit a un march toutl a fiit parcil h
ceux d(osE Eats-lInis, Ide (Clia, etc.; ctl, li, itinu-
li ctusemntl i',ram/tini cinl.hi' oi n clm? u'v1 lant It's









trafiquants d'esclaves du pays oh cela sc pas-
sait eussent craint d'acheter une anic su-
blime dans tin corps sujet it qticlquc vice r6dhi-
bitoire! VoilaI par qu(els cxemples Dien ain;o a
fire voir aux homes qu'ils sont fi*bres, puis-
que tous, sansexcept(io, sont exposes anx nubies
manx.
J'arrive maintenant aux details historiijues
don't j'ai parle.
En traitant le snjet d'O-6 commeje l'ai fait dans
mon drame, j'ai suivi non sculcmentles histo-
riens qui'm'oht paru avoir ecrit sur cette 6poque
orageuse avec le plus d'impartialii., mais encore
des traditions de mon pays et meme des souve-
nirs domestiques, car plusieurf, de. mes parents
6taient contemporains d'Og6 ; de sorte que, dBs
ma jeunesse, j'ai &t6, je puis le dire, habitu6 h'
le considerer comme je 1'ai repr6sept6. J'ajoute-
rai que cette miniire de voir se forl;fia en moi
par des entretejps qui eurent lieu qiielquefois en
ma presence, c+ez I'al;b6 Gregoire, sur ces temps
difliciles; et sima me;roire est fiddle, les mem-
Jbres de la socit6 des Amis des.Noirs,qui voyaient
Og4, durent souvent moderer son ardente sym-









pathie pour ses frbres esclaves : ils pcnsaient
tous et ils lui disaient que des actes pr6matures
et irreguliers ne pouvaient que nuire a leur cause,
en donnant, centre les abolitionistes en butte aux
haines et aux calomnics les plus violentes, beaujeu
aux ennemis de l'affranchissement, qui 6taient
fort nombreux alors.
II faut reconnaltre en effet, si l'on examine
les choses d'une maniere ind6pendante et con-
sciencieuse, que cette question de 1'abolition im-
mediate ou preparee, et cela, au point de vue.
unique de I'int6ert des opprim6s,-6tait trbs-diffi-
cile h r6soudir avant lesexp6ricwces faites de nos
jours: aussi, a-t-elle partag6 les abolitionistes les
plus sincbres. L'auteur du livre oi il a t60 fait
mention de ma piece, a prouv6 lui-mdme toute la
difficult de cette question, en exposant, dans la
Revue de Paris, des idWes et un mode d'affran-
chissement qu'il a condamn6s depuis; et je ne
rappelle cet ecrit publiU par lui sur ce sujet en
1850, que pour montrer combien, en 1790, on
etait excusable mome d'errer, dans la crainte
d'empirer le mal au lieu de le d6truire. Que les
amis de la v6rit6 qui ont assez de loisir










pour bien examiner uie :question aussi digne
d'int6ert que celle-laiHsent les diffrents rapports
qui out 6t6 faits de note temps sur ce sujet, et,
en particulier, celui de-M. le duc de Broglie, cet
ancien et chaleureux d6fenseur de la cause afri-
i:aip A; et ils ne s'6tonneront pas que les aboli-
tionistes de 1790 fussent gnneralement portes
pour l'mnancipation preparee : on pent meme
dire qu'ils devaient d'autant plus 6tre contraires
aux moyens extremes, qu'on ne prevoyait guere
4 cette 6poque combien les principles, en Europe,
allaient .tre bient6t dominis par les e6vnements:
on croyail de bonne foi en avoir inaugur6 le rb-
gne et pouvoir obtenir strement, par Ilur appli-
cation r6gulibre, le redreseoment de toutes les
injustices (1).

(1) Voici comments'cxprimait un des abolitionistes les plr
remarquables du temps d'Ogd, un de ces liommes g6nircus,
qui mettent la justice et I'amour de I'lhuaniti au-dessus do
tout :
a La soci6ic dcs Amis des Noirs ose done csp6rer que la'
t nation regardcra.la trait ct I'csclavage des noirs comma
un des maux doui elle doit decider et preparer la destruc-
l tion; et clle croit pouioir .s'adresscr avec confiance an%










D'un autre c6td, quand, on juj' les ham' .es de
l'histoire en se plagant h un point de vue v6rita-
blement impartial et philosophique, il me semble



- citoyens assembles pour choisir leurs representants, et leur
e dnioncer ces crimes de la force, autoris6s par les lois et
~ proteges par les prnjug&s. Nous savons qu'il est des injus-
Stices qu'an jour ne peut r6parer; qui, liWes avec l'interdt
, politique, on paraissant 1'dire ne peuvent Atre d6truites
a qu'avec les precautions ndcessaires pour assurer le bien et
. ne point le faire trop acheter: aussi, nous ne vous deinan-
a dons point de voter la destruction actuelle de ces maux.


SNous portons a vos pieds la cause de vingt nations et de
( plusieurs millions d'hommes, don't la liberty, la paix, les
a mceurs, les vertus sont sacrifices depuis deux siiecles h des
v intlerts de commerce peut-dtre mal calculus. Nous vous
a conj urons d'inserer dans vos caliers une commission spd-
a ciale qui charge vos d6put6s de demander aux Etats-G6-
a n6raux i'examen des moyens de detruire la traite, et de
, preparer la destruction de l'esclavage.


a On nous accuse d'Otre les cnnemis' des colons; nous le
Ssommes seulement de I'injusticc. Nous ne pr6tendons point
a qu'on attaque leur propriftd; mais nous disons qu'un










qu'on ne doit pas otblier que, mnme dans la vie
des plus estimns d'entre eux, il est rare qu'il n'y
ait pas de ces incidents qui sont, si je puis m'ex-
primer dela sorte, comme l'empreinte des circon-
stances sur ceux qui ont et6 aux prises avecelles:
ainsi, que d'hommes honorables,d6putes ou jour-
nalistes,auxdiff6rentes 6poquesdu gouvernement
parlementaire en France, don't le language offi-
ciel, ct m6me plus d'une fois les actes; ont 6te
un tribute pay6 h la situation et au moment, dans
l'int6hrt meme des id6es qu'ils ne pouvaient ou-
vertement d6fendre II est inutile de citer ici des
noms propres; mais celui qui lit attentivement
l'histoire, doit reconnaltre qu'en jugeant les
homes politiques, il imported grandement aussi,
pour 6tre 6quitable. de ne pas perdre de vue


i homme ne peut, i aucun litre, devenir la propri&t6 d'in
' autre home; nous ne voulons pas detruire leurs riches-
ses; nous voudrions seulement en 6purcr la source et les
Srendre innocents et legitimes. (Condorcet, au corps
electoral centre I'esclavage des nbirs, tome XVI "de ses
ceuvrcs completes, edition de t'an XIII = 1804, Paris.)









30


l'odiosa restringenda de la justicwt :;dinaire (1).
C'est pourquoi, en 6coutant ma conscience, qui
me dit d'etre d'autant plus impartial, que j'ai a
me prononcer sur une victim des plus atroces
passions, je trouve que les quelques phrases tant
reproch6es B Og6, homme d'action plut6t qu'e-
crivain, ne prouvent absolument rien contre lui;
jar, en les reduisant h leur signification verita-

(1) L'auteur de I'ouvrage sur Haiti en avait public pr6-
c6demment un autre, (Examen critique du prejugd con-
tre la couleurdes Africains et des.sang-mdleds),oi je trouve,
page 15, les lignes suivantes, qui entrent dans lesidWes que
j'exprime ici :
,' Plus d'un membre de la Societe d'abolition elle-mOme
, pense que le venerable fondateur du prix (l'abb6 Gregoire)
a ne I'a propose centre le prtjug6 attach h la couleur des
* Africains que par impossibility de le proposcr alors contre
Sleur servitude. A cette 6poque (a), le droit sacr6 de tout
a homme blanc ou noir a l'ind6pendance n'etait pas encore
, completement acquis I'humanitU; il fallait garder des
a menagements,dont, grace aux immense progress du temps
a surles hautes matiires sociales, nous pouvons nous afftan-
a clir : chaque ann6e fait sa tiche. ,
(a) L'abbW Grogoire est mort en 1831.









ble, elles no sont autre chose que le manifest de
l'insurge Ilgal, de l'executeur h main armbe
d'un decret de I'assembl6e national; et, bien
certainement aussi, de l'opprim6 qui craint, an
moment oi il va assume sur sa tete une grande
responsabilit6, de discr6diter, en les compromet-
tant, les g6n6reux amis de ses firres libres et es-
claves avec qui il avait 6te ei rapport: et qu'on
se rappelle que, dans une telle question, il n'y
allait pas seulement des proscrits de St.-Domin-
gue, mais de toute une race vouee depuis long-
temps h l'oppression!
Maintenant, voici 1'extrait des Girondins de
M. Lamartine, don't I'impartialit6, dans scs ap-
preciations historiques, est recorlue mdme de
ses ennemis. Ce grand 6crivain, qui est aussi,
come personnel ne l'ignore, un des abolilionis-
tes modernes les pins prononces, a trace d'Og6
un portrait ,si conformeA celui qu'on trouvera
dans ma piece,. que je ne crois pas inutile de
rappeler qu'il a public ses Girondios longtemps
apres i'ann6e 1841, od cette pi6ce a Wt6 joude au
lyc6e du Port-au-Prince :









< :Og, ddputB a Paris par les homes de cou-
.leur poor faire valoir leurs droits aupres de
a I'assemblee constituante, s'etait lii avec Bris-
a sot, Raynal, Gregoire, et s'6tait affili6 par
< eux h la soci6te des Amis des noirs. Pass6 de
a lI en Angleterre, i y connut le pieux philan-
thrope Clarkson. Clarkson et son ami plai-
a daient alors la cause de 1'Hmancipation des
a noirs ; is 6taient les premiers ap6tres' de cette
religion de l'humanit6 qui ne croit pas pou-
a voir lever des mains pures vers Dieu, tant
a qu'il rcste dans ces mains ni- bout de la chalne
( qui tient unc race humaine dans la degrada-
ltion etdas la servitude. La fiAquentation de
a ces homes de bicn 6argit encore l'Ame d'O-
SgB. II 6tait vcnu en Europe pour d6fendre seu-
a element l'intl'd6t des mulAtres ; il y embrassa la
a cause plus liberale et plus sainte de tous les
a. noirs. II se divoua it- la liberty de tous ses
Sfrhres. I1 rovint en France; ii fr6quenta Bar-
a nave ; il supplia le conmit de l'assemblde cons-
a. tituante d'appliquer les principles de la liberty
< aux colonies, et de ne pas fiire.lne exception 4










, la loi divine en laissant les esclaces t leurs
a maitres. Inquiet et indign6 des hbsitations du
a comit6 qui retirait d'une main cc qu'il avail
( dtonln de l'autre, il ddclara que, si a justice
I ne sufisait pas 4 leur cause, ilferait appel i
a laj force. Barnave avait 1t: Pdrissent les co-
Slonies plult qu'un principle. Les homrmes du
a 14 juillet u'avaicnt pas le droit de condamncr
a dans le coeur.d'Og6 l'insurreclion qui 6tait lour
a propre titreh l'ind6pendance. On pcut croire
a quo les voeux secrets des amis des noirs suivi-
a rent Og6, qui repartit pour Saint-Domingue.
a II y trouva les droits des liommes do coulour
Set les principles de la liberty des noirs plus niis
a ct plus profanes que jamais.
c II leva l'6ecndard de I'insurrection, mais avcc
a les forces et les d,'oits de la 16galit6. A la tdle
Sd'un rassemblement do deux cents hommes de
a couleur,il r6clama la promulgation, dans les co-
a lonies,des d6crets de l'assemble national, ar-
a bitrairemeiitajourn6ojusquelh.Ilcrivitau corn-
mandant militaire du Cap : Nous exigeons la
a proclaation de la loi qui nous fait librce ci-










Stoycns. Si vous vous y oppose, nous nous
a rendrons a LIoganc, nous nommerons des
6 elctcurs, nous repousserons la force par la
, force. L'orgucil-des colons se trouve humili6
, de singer h cot6 de nous: a-t-on consult l'or-
, gucil des nobles et du clerg6 pour proclamer
Sl'6galit6 des citoyens en France? b Le gouver-
Snement r6pondit h cette Bloquente sommation
< de liberty par 1'envoi d'un corps de troupes pour
a dissiper le rassemblement. Og6 le repoussa,
< une resistance h6roique, h dissiper les mulatres,
Og- s'6chappa et se r6fugia dans la parties cs-
< pagnole de 1'ile. Sa tdte Btait mise h prix. M. de
SBlanchelando, dans des proclamations, lui fai-
Ssait un crime de revendiquer les droits de la na-
< ture au nom de l'assembl6e qui venait de procla-
a mer les droits du citoyen. On sollicitait du gou-
< vernement espagnol l'extradition de ce Sparta'
a cus 6galement dangereux h la s6curit6 des
Sblanes dans les deux pays, Og6 fut livr6 aux
a Francais par les Espagnols. 11 fut mis en juge-
( meant au Cap. On prolonged pendant deux










t mois son process pour couper a la fois tous les
c fils de la trame de l'ind6pendanic ct pour
a effrayer ses complices. Les blancs, ameut6s,
a s'impatientaient de ces lenteurs ct dcmandaient
Ssa tete h grands cris. Ses juges le condamii -
c rent a la mort, pour ce crime qui faisait dans la
a mere patric la gloire de La Fayette et de Mira-
c beau.
a II subit la torture du cachot. Les droits de sa
a race, resumes et pers6cut6s en lui, 6levaient son
a Ame au dessus de ses bourreaux. Renoncez,
a leurdit-il, avec une impassible fiert6, renon-
a cez h l'espoir de m'arracher un seul nom de
a mes complices: mes complices ils sont partout
a oi un coeur d'homme se soul6ve centre les op-
presseurs de l'homme. D De ce moment, ii ne
c proonoa plus que deux mots qui resonnaient
a comme un remords h l'oreille de ses pers6cu-
t tours: liberty, egalite.Il march serein aulieu de
9 son supplice. II eatendit avec indignation la
a sentence quile condamnait, la mort lente et in-
a fAmo desplus vUs sce16rats. Eh I quoi,s'6cria-t-
Sil, vou me confondez avec les criminals, parco












Squc j'ai votul rcslituier ii nues semblables ces
S- Eh hicn voila mon sang !'mais il en sorlira un
u vengeur. II p6rit sur la roue, et son corps mu-
til6 fit laiss6 sur les boards d'un chemin. Cette
Smort h6roi.que retentitjusque dansl'assenblee
a national et souleva des sentiments divers. Elle
t est m6rilde, dit Malouet; Og6 est un criminal
e t un assassin. Si Og6 est coupable, lui re-
Spondit Gr6goire, nous le sommes tous; si ce-
Slui qui a r6clam6 la liberty pour ses firres p6rit
x justement sur 1'6chafaud, P faut y faire mon-
ter tous les Frangais qui nous ressemblent. )
(Girondins, tome 2, edition Furlic, 1847.)










N. B. Les lCdgres niodifcations que cette piece a pu ,prou.
ver, ne portent que sur quelques details de mise en scene et do
style, et sur quelques diveloppements accessoires, qui n'auraient
pas did convenables dans one euvre destinee aux dleves d'ln colld-
ge.Mais,quant a ce qui est du lond mime de la piece, c'est-a-dire
des iddes et des caracteres, il n'y a dtL faith aucnn changement;
et j'en appelle, pour exactitude de cette assertion, an souvenir
de tous ceux qui out vu jouer cette piece au lycee national du
Port-au-Prince.
Comme je l'ai ,lit dans ma preface, je n'ai eu qu'un but en
faisant ce petit drame: ddvelopper de nobles sentiments chei mes
dltves, et leur montrer, par 'lhistoire meme de leur pays, tout ce
qu'il y a d'absurde et d'odieux dans le prijuge de couweur : on
se tromperait done grandement si I'on y voyait une ceuvre do
passion. Les p incipes que j'ai d6jA exposes, relativement & ce
prejugd, li ent ascez que je n'ai pas plus song6,dans non drame,
a 6tre partial contre les blancs que contre les jaunes et lea noirs.
J'ai connu des cohlns on ne peut plus estimables et gdadreur de
coser; j'ai eu, en outre, pour condisciples, quand je faisais mes
etudes i Paris, de jeunes colon qui m'avaient entierement faith on-
blier le prdjugd de couleur : je ne puis done dtre animd d'aucun
sentiment hostile contre.la race blauclh m~me en lisant des
diatribes come cells de M'i Marie Fontenay, (Manoil de
Grandfort), don't j'ai cite quelques fragments dans les notes de
ce recuril. Ces sortes de livrcs, d'ailleurs, sout amplement com-
pensd par des ouvrages tells que l'Oncle Tom, ce petit volume
qui a emu les deux mondes, quique M.1 Fontenay ne lui nit
trouvd d'autre mirite quc d''tme biblique. Si quel.lues personnages
du dame d'Ogd south virulents dans leur language, le lecteur n'ouw
bliera pas, je l'espbre, que c'est dans leur r6le et leur situation
mais l.ile Baudi'ce, Delplinu (at nmmne Ic marquis de Vermont
et le vicomte de La FeI nii e lui pi oncvrout qiue j'ai die cxrmpt
do tout prcjugd de race en composant cette pitce.










PERSONNMAGS,


OGE....... \
CHAVANNES. Principaux insurgds.
ALFRED. . .
LE VICOMTE DE LA FERIUtRE, grand planter et chef
du Conseil superieur du Cap.
DELPHINE, Sa fille.
LE MARQUIS DE VERMONT, grand planteur et memlbe
du Conseil sup6rieur.
ARNOLD, son fils.
Mle DE VILNEUIL, s(our du Vicomte de La Ferrie.
M. DE BAUD1kRE, grand planteur.
Le Procureur general du Roi.
Le Major de la place.
Membres du Conseil superieur.
M. DE DONNABERT, planteur, personnage muet.
Officers et soldats insurg6s.
Huissiers du Conseil superieur.
ANNETTE, vieille esclave et domestique de conflance
chez le Vicomte.

Dans les deux premiers actes, la scene se pase ches Is
Vicosnte de La Ferri~re, au Dondon, village situd & quelque
lieuesdu Cap; et, dans le dernier, au Cap m6me, gaolemat
chez le Vicomte.









AU PUBLIC,

AVANT LA REPRESENTATION DE LA PIECE.



Messieurs,


N'6coutant que son zBle pour le lyc6e, un
haitien a eu l'id6e de preparer pour les 61e-
ves de cet 6tablissement quelques scenes
dramatiques tires de l'histoire du pays.
FutiBrement stranger h ce genre de compo-
sition- auquel il s'est livr6 pour la premiere
fois et par circonstance, c'est sans aucune
esp6ce.de pr6tention qu'il a travaill6 a cette
petite pibce, qui est tout simplement un cadre
ofi il a voulu offrir aux jeunes gens de cette
cole quelques id6es qu'il croit justes, et












quelques sentiments kleves,$on but aussi a
~t6 de leur apprendre a v6n6rer la m6moire
de ces hommes h6roiques qui, venus a une
des 6poques les plus difficiles de l'histoire
de notre r6g6enration, ont donn6, d'une ma-
niere sublime, a cette belle vertu appel6e
courage, sa plus pure, sa veritable applica-
tion, en la mettant au service du devoir: j'ai
pens6, messieurs, qu'un pareil sujet trouve-
rait de la sympathie parmi vous, malgr6 Ic
tort qu'il a pu 6prouver en passant par les
mains de celui qui l'a trait.













OGE,


WHAME

COMPOSE POUR LEIS tLeVES DU LYCgE NATIONAL
DU PORT-AU-PRINCE,

etJeuM pir euex

LA DISTRIBUTION DES PRIX QU1 EUT LIEU bANS CE COLLEGE
lb 9 fvritr 1811.
































/i













L .' A











ACTE r".


Le theatre represent la galerie inltrieure d'une mason de campa-
gre des Antilles, ( Ia piece qui lunge la facade de la maison don-
nani sur lesjardins). A quelques pas a droite et h gauche, un
verger rerme par une haie de citronniers.Dans ce verger, des man-
guiers, des qu6nepiers et d'autres beaux arbres des tropiques. De
magniliques hamacs de soie sont suspendus sous ces arbres. -
Au fond, les appartements, ayant des portes laItrales visible
pour les spectateurr, et des fenetres donnant sur I'entree ext6-
rieure de la mason.




SCef% E I".


LE VICOMTE DE LA FERRIIRE, LE MARQUIS DE
VERMONT, ARNOLD.

LE VICOMTE DE LA FERRIIRE.

Eh bien, mou cher marquis, nos vceux vont 0tre









S. 44,


enfin combl6s: ma fille doit bient6t arriver au Cap; et
'on m'assure qu'elle n'a pas du tout perdu son temps
a Paris. Bien que votre fils ait un pen n6gligd 1'etude
pour les plaisirs, c'est Cgal : le marriage que nous pro-
jetons pour eux n'en est pas moins tres-convenable,
puisque leurs pores, tous deux grands planters de
St-Domuilgue et membres du Conseil superieur du Cap,
sont, en outre, d'anciens et bons amis qu'en dites-
vous, Arnold?

ARNOLD.

Tout peu instruit qu'on me suppose, je suis sfr,
n6anmoins, de plaire i Delphine. Mes ennemis cux-
mrmes reconnaissent qu'aucun jeune colon du Nord no
peut m'(tre compare pour la .figure, I'616gance de la
mise, et la richesse des habits : quelle femme a jamais
su resister A detels moycns de plaire?

LE MARQUIS DE VERMONT.

Je ne partage pas ta conflance, mon fils. Delphine,
dit-on, rtunit, une instruction solid, une ime tIlcvte
et heaucoup de.jugement; et j'ai oii (lire que de tells











femmes no sont guere sensibles aux avantages don't
effectt te parait si infaillible.

ARNOLD.

Mon pere, j'aurais paring que vous alliez me contre-
dire; car vous ne m'adressez la parole que pour cela :
instruction I me dleveo! jugement! d'honneur, je
n'entends pas grand' chose A ce jargon; mais ce queje
sais tres-bien, c'est qu'cn no voit pas beaucoup do jeu-
nes files qui percent I'occasion de se marier, n'importe
.comment; ct jai mme oui dire, pour m'exprimer
comme mon tres-honorO pcre, que la premiere pensec
qui vi6nt Ala plus raisonnablo de ces judicieuscs per-
sonnes, quand elle commence A tefllchir, c'cst do
demander 6 mainsjointes au ciel d'etre appelde madame
le plus tot possible, lors mame qu'elle ne verrait dans
le marriage qu'un long martyre.

LE MARQUIS.

Monsicurle suffisant, vous n'avcz gu-re observe, on le
voit bien, quc des demoiselles vaincs et frivoles ; mais
prenez garden que volre fatuit4 no receive une fa-
cheuse legon.











LE VICOMTE.

Ne faiths pas attention A ses paroles, mon ami; mais
plutOt pressons leur marriage; car, par le temps qui
court, on doit se hater de r6aliscr ses projects: la colo-
nic est bien aritee et ces maudits affranchis remuent
sans ccssc, dcpusqu'on a eu la sottise de declarer en
Fraucc qu'ils ont les mAmes droits que nous: peut-on
concevoir unc telle absurditC? Ah! je voudrais bien
voir ici cel luergumine de Gregoire, ce fou de Wil-
berforce, et tous ces rdvcurs qui, 6 deux mille lieues de.
ce pays, veulent Ic reformer du fond de leur cabinet!
lUs n'y seraient pas trois mois sculement, qo'ils kchan-
geraient, j'cn suis sr, leurs vains systomes centre quel-
quo boIne scigneurie colonial.

LE MARQUIS.

Eh mon uami, no prenons done pas au sericux Lou-
tes les billevesces des nrgropliles et du gouvernement
franrais Laissons-les d6raisouner tant qu'ils veuleut:
que nous iinporte, A nous ? E quel rapport y a-t-il en-
tre la France et les colons ? Talchons d'etre assez forts
pour initer les Etats-Unis de I'Amirique; ct, si nous











ne le pouvons, devenons Anglais: 1'essentiel, c'cst do
rester toujours maitres chez nous. Quant A ces malheu-
reux affranchis don't vous parlez, comment pouvez-
vous seulementy songer? Vous avez done oubli6 qu'ils
sont sans intelligence, sans courage, et qu'ils nous reo
garden come des dieux ?

ARNOLD.

M. le vicomte, en effect, est trop alarmiste : vraiment,
je voudrais quc ces gens-la s'oubliassent assez pour con-
cevoir I'ide d'une revolte Seul, je me fais fort de dis-
siper le rassemblement le plus nombreux. Tenez, on
parole d'Og6, de Chavannes, et de ce jeune Alfred qui
est arrive tout rkcemment de France : ce sont sans
doute des impertinents qui se croient nos cgaux : oh
bien, je veux, a la premiere rencontre, leur prouver
le contraire.
(Annette arrive et remet une leltre au Vicomte de La Ferri6re.)

LE VICOMTE.

G'est 'ecriture de mon grant: quo peut-il avoir a
me dire au milieu de la semaine ?
(11 ouvre la lettre et la parcourt.)










48


O Imn Dici! Que vols-jc? Mes amis, une revolte!
Les affranchis, e ionibhre considerable, avant Og6 ct
Clavannes A leur Itle, se sont empares de mon habita-
tion, et marchent sur cc bourg!

ARNOLD.

Que dites-vous? II n'y a pas de temps a perdre : ga-
gnons la Grande-Riivcere (1) au plus vite! Qu'entends-
jc ? N'est-ce pas le soq du Iambi (2) que l'6cho des
mornes nous renvoic ? HAtons-nous, Messieurs, ou il
n'y a pas do salut pour nous.

LE VICOMTE.

Quoi! vous u'irez pas dissiper tout seul Ic rassem-
blement?

ARNOLD.

Monsieur, la plaisanterie est hors de saison. Jo vais


(!) Bourg situd a peu de distance du Doudon.
(s) Coquillage d'un gros volume, qui servit do clairon aux
insurgds d'Haii. Le sou qu'il produit a quelque chose do lugubre
et de solennel come le rugissement du lion.












ordonuer qu'ou prepare au plus tot nos voitures; car,
encore une fois, il u'v a pas de temps a perdrc.
(II soil preciplitinm enlt.

LE VICONMT..

Ma foi, e'xemple qu'il nous done est A suivre:
tout dieux que nous sommes, je crois que nous serons
micux A la (;rande-Riviire qu'ici : les sauvages, dit-on,
brisent quelqucfois leurs idoles; uc uous y fions pas.

LE MARQUIS.

Vous avez raison, mon ami; la prudence cxige que
nous nous retirions sans retard: c'st bicn cruel, pour-
tant, de fuir devant des ungres et des mulaltrs !
(Ill sorten).


SCENE II.

ANNETTE, seule,
Entrant avec un cabaret de porcelaine, qu'elle pose sur une table.

Monsieur, en partant, m'a dit de tout preparer ici











pour Ic cafe, parcel qu'il doit bientlt rcvcuir avec du
imoude : come s'il n'avait pas cri6 assez haut, en li-
suit la lettre que je lui ai remise, pour me faire con-
naitrc cc qu'ell continent! Mlais, dame, une. esclave
West pas une personne : c'cst une bcle de la maison qui
lie sc doute jamnlis dIe ce qu'elle voil ou do cc qu'elle
eniiod. Ih lbien, taut micux Cela faith que Iou sait
(onjours cc qui so passe, ct qu'on agit en consequence.
Mais scrait-il encore dans la court? car il me semble
enite(lre le bruit d'une voiture (Regardean par une
des rnelircs. ) 0 Imon I)ieu Est-il possible C'est ma-
demoisello Delphine qui arrive avec sa tant Va-t-elle
tre cotiirarikc, cette gentillocnfant, en apprenant quo
Monsieur vient de partir! Ah! oui, bien gentillc, si
llo e st toujors la n Ime. Mais pour madame de Vil-
neuil, clle aurailt bie pu rester en France : certes, ce
!e sera pas nous autres pauvres esclaves qui nous
rujouirons do son arrive!

SCEtNiE III.

DELPfHiNE, M"' PE VILNEUIL, ANNETTE.
DELPHINE.
'o voilB, ma bonne Annette! Que je te revois avec











plaisir! Oi est mon plre? M6ne-moi vite aupres de lui.

ANNETTE.

HWlas Mademoiselle, il vient de partir A l'instant
pour la Grande-Riviere. Ce martin encore, il parlait
de votre prochaine arrivee, et faisait de grands pr6pa-
ratifs pour vous recevoir.

M'" DE VILNEUIL.

Que nous contes-tu 16, vicille guenon? Mon fri-re
nous attendait, et il est part! Tu n'as done pas perdu
I'habitude de radoter? Allons, fais tout de suite con-
naitre a Monsieur quo nous sommens ici.

ANNETTE.

Madame, c'est bien la vtrit6 queje dis : Monsieur
est reellement parti; et je crois quo c'est parcel qu'il a
appris qu'il y a une r6volte tout pros d'ici.

M"e DE VILNEUIL.

Unc revolt! Mais je n'cutends parler que de cela











depuis mon arrive. En v6rit6, on est bien fou de
tant s'occuper d'affranchis et d'csclaves (S'adressant h
Annette): puisque mon frcre n'cst pas ici, conduis-
moi vite dans I'appartement qu'on a dd me preparer,
car je suis excdCe de fatigue.

(Annette, aprs l'avuir accompagnie jusqu'h une des portes lal'rales
du ti atre) :
Madaine, voilA votre appartement.
(Madame de Vilneuil y entire, et Annette revient sur la scene.)


SCENE IV.

DELPHINE, ANNETTE.
(On entend frapper & la porte.)

DELPIIINE.

Annettc, ii me semble que qaelqu'un frappe a la
port : va voir qui c'est.
( Annelte sort.)

DELPIIINE, d'un air affligd:

Est-ce malhcurcux que je ne sois pas arrive assez
tol pour rcucontrer mon pfrQ !











ANNETTE.

Mademoiselle, c'est un jeune monsieur trcs-bien
mis qui demand s'il ne pourrait pas vous saluer. II dit
qu'dn passant par cc village, ii a su que vous veniez
d'y arriver; et qu'ayant eu souvent occasion de vous
voir a Paris, ii croirait manquer A ses devoirs s'il ne
vous pr6sentait pas ses respects. Je ne vous cacherai
pas que j'en ai WCL fort surprise, car ce monsieur n'est
pas un blanc.

DELPHINE.

C'est dgal, Annette; fais-le enter, ct sois picine
d'gards pour lui.



SCENE V.

DELPHINE, ALFRED.

DELPIIINE.

Quoi C'st vous, Alfred! La derni re Ifis quey nous
nous vimes A Paris, vous uc le ditcs pas (Iq 'Ius d(e-










viez si prochainement revenir ici : pourquoi ce mystbre?

ALFRED.

Delphine, nos beaux jours sont passes, et le temps
des 6prcuves va bient6t commencer pour nous. Mal-
grd I'affrcuse peinture qu'on m'avait faite A Paris du
prejug6 Ic couleur, ct qui auralt dftme preparer A tout
cc que je vois ici, quel douloureux etonnement j'en
dprouve! Quoi! c'est rFellemnent folie i moi do.
me croire l'6gal d'un blanc! J'ai pourtant pris part,
sans desavantage, A ces joutes de I'intelligence oi
j'avais A latter contre l'Clite de la jeunesse franaise;
et je ne sache personnel, en outre, don't le cceur aimed
cc qui cst noble ct beau plus que le mien. Ah! je ren-
drai aux oppresseurs de ma race mepris pour mepris,
et je saurai bien me fair respecter de ces homes
superbes! Mais que dis-je! Votre pore, A ce qu'on as-
sure,-et c'est cequi m'a surtoulafflig6,-votre p6re est
un de nos plus ardent pers6cuteurs Nous est-il permis
encore de nourrir les deuces esperances auxquelles
nous nous abandonnions avec tant de charme A Paris?
H6las! vous-meme, Delphine (pardonnez-moi cc douto),
saurez-vous toujours vous prcscrver de la contagion
du prjug ?
; * * i >'i' r )t












D' LPHINsE.

Alfred, quc cos rcixiotis me font mal! Oui, les
rudes Cpreuves vont communcerc pour nous; et il no
na fall qu'un coup d'ucil pouur voir, comnme vous,
toutes.les miseres de la sociMtu dunt matlhcurciisemeut
Snous faisous parties. lci, les idies lcs plus saines et les
plus gendrcuscs, dis qu'il s'agit du prrjugC do coulcur,
sont trait6es do chihores ; et l'intclligencc, Ie caractlrc,
I'dducation ne sont rien, s'il clur mauque'ce qu'on
nomme la puret6 doe origiuc : tell est la folio des hom-
mes heureux do cc pays, conmme autrefois cello des
homes puissants de l'Europe 6tait do croiro quc la
naissancc dovait 1'emporter sur Ic mnirite. Mais, quellcs
que soient les opinions dcs homes, la vCrit pcut-clle
cesser d'ftro ce qu'ellc est, c'est-a-dire I'expression de
ce quo la sagesse de Dieu a regl6? Fortilions done
noire courage; et cessez de croire qu'un projug ,
qui, A mes youx, est le plus injuste de tous, puisse ja-
mais m'atteindre.

ALFRED.

Pardontiest-moi mes craintes, Delphine. Votre Amc,











v'-rilablc rayon de la Divinit, est inaccessible aux mi-
scrables passions do la terre : c'cst beau A vous, ange
du cicl, de n'obCir partout qu'a votre conscience; en
face du prijug6 de couleur a Saint-Domiiiguc, conime
au sein des lumnires A Paris! Eh bien, I'fmne d'Alfred
saura monlrer qu'ele est digne do Delphiiue! Oui, je
jure de prouver a mes oppresseurs que je n'appartiens
pas A unc race sans 6nergie! Mais soycz sans inquic-
lude, Delphie ; votre pCrc, quell que soilt 'injustice
de ses opinions, sera toujours sacred pour moi.

DILPHINE.

Alfred, que me faites-vous cntrovoir? Et de quelair
sinistre cxprimez-vous votre mcontentcmcnt! Do
grace, si vous avez pris quelque resolution desesper6e,
ne me le cachez pas.

ALFRED.

Delphine, le moment est venu de tout vous dire.
Oui, j'ai concu, avec quelques proscrits an coeur noble,
le plus gen6reux des projects, celui de forcer nos op-
presseurs A reconnaltre nos droits : (orsqqe l'o sent












profoundiuent dans l'ame qu'un cst I'ral I- a;utlr-.;.
peut-on souffrir quils vous imposciit mn joug hIuiii-
liant? Et ne doit-on pas tout cutrcpreiilre pour sen
affrauchir ?

DELIPINE.

Quclle funeste d6termination Oh renic/nz-.v,
croyez-moi: au nom de tout cc qui vouis tst clier, ;ii
courcz pas inutilement A une mort ini'aillib!e.

ALFRED.

Non, Delphine, il n'Yva plus a revenir sur cc qui a
0t6 rCsolu. D'aillcurs, notre patience est fpuis-e, car il
y a trop longtemps qu'ou repousse nos justes reclama-
tiods.

DELPIINE.

Ainsi, vous qui aimiez taut lcs arts et qui n'aspiriit
qu'au bonheur de les cullivcr loin de toute agitation
vous I'ennemi des luttes sanglantes, A cause des pas-
sionscruelles qui les accompagnent toujdurs, c'est vous,
Alfred, qui avez pu vousjeter dans uu parti si d(ses-











pCre! Adieu done vos chores illusions, et cet amour
d'une gloire pure de sang human Adieu les nobles
joies de l'6tude et leurs fecondes inspirations Adieu
aussi la poCsic et la musique, autrefois si puissantes
sur votre coeur !

ALFRED.

Oh! ne me parlcz pas ainsi! Respectez mes convic-
tions, car elles sent saints; et ne me d&tournez pas
meme d'une mort ccrtaine, puisque la vie ici ne s'a-
ch6te que par la honte. Mais cartons cc cruel sujet. -
Quel admirable spectacle, Delphine, que cette nature
des tropiques Ne vous semble-t-il pas, comme A moi,
la voir pour la premiere fois ? Que ce ciel est d'un bleu
pur etsplendide Et quels arbres que ces palmiers gra-
cieux.et imposants A la fois, ct ces bambous au fenillage
frise, comme une chevelure de creole Et quand on
songe que routes ces magnificences deDieu,qui devraient
inspire tant de bieaveillance au caeur de l'homme, ne
se ddploient ici que sur des gemissements co deschainsl

DEL'PIINE.


Toujours done la, rm.me proccupation !











AUBeB.


Hblas, c'est vrai. Et' potaat, Delphine, cet eitre-
tien est le dernier pent-tre que nous aurons sur cetc
terre: oh, remplissons-les, ces moments supreme, des
souvenirs les plus dou que nos emurs aient gardls !
QPipoura dire jaiais tout le boaeuar quo Ic mien
esait se promettre ? Quelle langue humaine douier.,it
uneidee....
(Abnete entoe out A coup, t-'fcrie :
Mademoiselle, cachez-vous, au nom du cel! Voila
lesuasurgis! Dja ils seat tout prcs de la maison, qu'iil
oeut envahir.
ALFRED.

Delphiue, ue craiguez rica!

M'" DE VuLIBUUI, tIeo laut dlarue de sa chlaimbre.

Qu'entends-je ? juel est ce tumulte ?



Madgme, sauvez olvtr ie ceW Co sout I t iusurg's !









60


Madame de VILNEUIL.

0 mon Dieu! oit me retire?

ANNETTE. I

II y a un souterrain dans votre appartement, et je
vais vous I'indiquer.

(Elle entire dans la chambre de Madame de Vilneuil. Celle-ci
entralne Delphine et ferme la porte)

Pendant cejeu, une marche militaire el 'ee chants se font enten,
dre. Les premiers conjures Arrivent sur !4 theAtre; et I'un d'etu
chante le morceau suivant :

I.

Perskcut6s sur ce rivage,
Sans pays dans le monde entier,
Nous n'avons que notre courage;
II faut nous y r6fugier '
L'hcure enfin sonne oi notre race
Nc doit plus vivrc pour soufflir ;
Au rang des peuples prenons place,
Ou sachons noblemcnt mourir I












II.

Partout I'homme, au nom de Potrie,
Sent d'orkueil tressaillir, son caur;
Partout, cette image ch6rie
Le console au sein du malheur;
Et nous seuls, nous, pleins d'6nergie,
Un nom si beau nous fait rougir !
Ah I conqu6rons une patrie,
Ou sachous noblement mourir!

III.

Oui mourons, et que l'esclavage
Ne souille plus ces lieux riants;
Co ciel pur. cette hcurcuse plage
Ne sont point faits pour des tyrars :
Un jour, consacrant notre audace,
La grande voix de I'avenir
Dira : potr affranchir leur race,
ls ont su noblement mourir.

TOLrS LES CONJUnlS :

Bravo! Egalit6 ou la mort! Quo cc soit ddsormais
notre.devise I














SCENE VI,


OGE, CHAVANNES, et le reste des conjures arrivent.


OGE, en embrassant Alfred.

Te voilA, mon cher Alfred J'etais sOr que nous ne
tarderions pas A to voir. Eh bien, le sort en est jetd,
comme tu le vois: je suis a la tale de trois cents braves
sur qui je crois pouvoir computer c"mme sur moi-
min&e.

ALFRED.

Og6, place-moi parmi les soldats de ton avant-garde.


OGk.

Non, mon'ami; tu viendras immAdiatement aprcs
Chavannes, qui est mon lieutenant : ce posted est do A
ton intelligence et A ta fermetl.












ALFRED.

J'accepte cc t6moignage de ta confiance; et fasse le
ciel que je m'cn montre digne

OGc, aux conjures.

Amis, avant d'engagcr 1c combat, ii imported que
chacun de nous so pCnt(re bien de la situation ohil
s'cst place. Vous savez tous pourquoi nous avons pris
lesarmcs :jamais il n'y cut une cause plus 16gitime que
la notre. La France, cdant a la voix de la justice, a
,iclare que nous avions les memes droits que nos op-
presseurs; et ces hommes injustes, m6connaissant I'au-
torit( de la France, s'obstinent a nous repousser du
sein de la patrie. Le moment est venu oh notre sort
dolt se dicider : frayons a nos freres la route de la
liberty, drssions-noup etre victims do notre davoue-
ment.

CHAVANNES.

OgS, je ne crois pas qu'il y ait un soul d'entre nous
qui ne soil dispose, comme toi, 4 vaincro ou A mnourir..
Et comment pourrait-il en etre autrementi? Etrangers











dans le pays qui nous a vus naitre, c'est en vain quc
nous contribuons i sa prosperitM par notro industries, et
que nous sommes loujours les premiers A verser noire
sang pour sa dlfncse : nos actions, don't on profit, ne
servent qu'A nousrendre plus odieux; car elles s'6lexent
sans cesse, comme un reproche, centre l'injustice de
nos pers6cuteurs. Que dis-je Meme cesjouissances si
pures de la famille, que le ciel laisse toujours aux hom-
mes les plus malheureux comme un adoucissement A
Icur infortune, nous est-ii permis do les goater ? Ah,
plut6t, combien d'entre nous n'ont pas maudit le jour
oft ils concurcnt 'idde d'avoir une famille! Yous
tous qui m'ecoutez ici, je vous le demand, les pas-
sions do ceux contre qui nous nous sommes arms,
savent-clles rien respecter ? 0 mes amis, si nous 6tions
assez laches pour tenir A une tell existence, nous
meriterions de plus grands maux encore que ceux
qui nous accablent.

ALFRED.

Et quels sont les droils de nos oppresseurs?
D'oi viennent-ils? Et comment ont-ils acquis ce sol
et la population qu'ils veulent maintenir sous leur










joug de fr ? Yous le savcz, Messieurs, la plupart
de leurs a'eux furent des roturiers, c'cst-A-dire de
vritablces descendants d'esclavcs appcles serfs en
Europe. En.b1lUU au mepris ou A ,'indigence dans leur
pays, ces illustres personnages n'imaginrrent rien de
nmict que do sc faire pirates en Anirique: voil l'origine
de cetten'oblesse de la peau don't nos ennemis sont si
fibers! La force, sans Ic droit, les ayant rcndus maitres de
ce sol, Ic brigandage de la trait lcur fournit le moycn
de l'exploiter; et nos pcres, arraches a Icur patric,furent
transports ici poury Wtre 6ternellement esclaves: mais
la force doit-elle etre cxclusivement an service de 'ini-
quit? ? Ou plutut, n'est-ce pas pour fair triompher la
justice que Dieu ]'a donnke aux homes ? Braves com-
pagnons, quoi qu'il.puisse arriver, notre sort sera di-
gnc d'envie : vainqucurs, nousbrisons les chatnes d'un
people de frbres; vaincus, nous acquerons une gloire
imperissable, cell d'avoir Wte les premiers martyrs de
la plus sainte des causes.

UN OFFICER.

Oui, oni, notre sort sera digne d'envie! Vive la Li-
bert6 !
(Tous les conjures r6ploent ce cri.)











06

OGC.

Maintenant, amis, marchons an combat, etque Dieu
bWnisse nos arms
(Les conjures dfillent au son d'aue nouvelle march militai
dlot le mounement so baser sur te pa aeelKd).











ACTE II.





SCENE PREMIERE.



OG9l, CHAVANNES, ALFRED,, IsuRcgs.

"GE, un drape, u la main.

I.

Du Dieu des opprim6s c6l6brons la puissance!
II a combl6 notre esp6rance :
Devant nos drapeaux triomphants,
Ils ont fui, ces lIches tyrans!
Du bienfait gue.ta voix implore,
mon pays, voici 1'aurore:
Oui, I'astre de la Libert6
.uiira b'eht6t dans ton ciel enchant6 I












C(:IkECHR.

Du bienfait que ta voix implore,
0 mon pays, voici l'aurore :
Oui, l'astre de la Libert6
Luira bient(t dans ton cicl enchant6!



II.

Vous qui trainez encor les fers de l'esclavage,
Pour ves maux quel heureux pr6sege!
Vous le voyez, gvn oppresseurs
Peuvent rencontrer des vainqueurs!
SDe Dieu la foudre toute pr6te,
Commence A grounder sur leur t6te :
Oui, I'astre de la Libert6
Luira bient6t dans ce ciel enchant6 !

cuCEUR.

De Dieu la foudre toute prite,
Commence A grounder sur leur te :
Oui, I'astre de la Libertl
Luira bient6t dans ce ciel enchant6 I














Apr4 s avoir remerci Celui qui peut tout du succes
brinAant que nousvenons d'obtenir donnons. des regrets
A ceux de nos braves compagnons qui l'ont pays de
lear sang.

ALFRED.

Que dis-tu, Og6 ? Des regrets! Ah! plutOt, portons-
leur envie : est-il un destin plus beau que I Icur ?
Mourir est Ic lot de tout home; mais mourir pour
une noble cause, c'est cc que Ic ciel reserve a ceux
qu'il chnrit Ic .plus.

CIAVANNES.

11 faut avouer que notre d6but a de quoi nous encou-
rager: ils 6taient trois fois plus nombreux quo nous,
et le combat n'a pas dur6 plus d'une houre.

ALFRED.

J'esp6re que dusormais, pour cc qui regarded au











moins le courage et P'nergie, ils ne croiront plui tant
A leur superiority sur nous.

OG9.

Atiis, no nous laissons pas trop exalter par ui pre-
mier succes;.notre tcchecommence a peine : occupons-
nous surtout de ce qu'il nous reste encore a fire.

ALFRED.

Le success ne m'enivre point; maisje m'en rdjouis
beaucoup, comme d'un 6vtncme'.t tui doit amener des
r6sultats immcnses : oui, mome quand la fortune nous
scrait contraire maintenant, je regarded notre cause
comme gagnte, par cela seul que notre victoire a de-
truit pour toujours le prestige qui environnait nos
cnnemis.

UN OFFICIER entire et dit a Og6:

Colonel, mon capitaine m'cnvoie vous demander vos
ordres relativement aux prisonniers confiks A sa garde,
et parmi lesquels se trouvent plusieurs colons qui no
se sont rcndus que trop cbclbres par kLur cruaute.












OGA.

Qu'on les fasse tous venir A l'instant (L'oflicier se retire.)
Nous allows ,dabord savoir ce qu'on leur reproche; et,
apres,nous ordonnerons de leur sort.
(Commandements militaires; armes en faisceaui placer des
sentinelles avancbes.)


SCELVE II.


LES PRiECIDENTS, puis le V" DE LA FERRIERE,
M. DE BAUDIERE, ARNOLD, M. DE DONNABERT,
qui arrivent avec d'autres prisonniers escorles par des
militaires.

OGd, aux conjures.

Compagnons, que celui d'entre vous qui connait le
mieux ces hommes, prenne la parole et nous r6vlec,
avec une exactitude scrupuleuse, tous les exccs don't
ils se sont rendus coupables envers no(re race.

CHAVANNES.

Je no les connais que trop, moi; et je vais rappeler











quelques-unes do leurs iniquit6s; :-- ie n'er ,imrais
pass'il me fallait dire tout ce que la vie meme ,d'un
scul renferme d'odieux.
Cet home nine hypocrite etsournoise que vous
voyez li, se nomme le come de Donnabert. La chasse
cst son unique passion; mais ce godt, chez lui, present
un caractere tout particulier; car M. le come, digne
6mule de dogues affreux qu'il dresse expr6s pour cela,
no chasse qu'aux esclaves. Et no croyez. pas qu'il so
borne seulement aux marrons: lorsque les bctes sau-
vages manquent dans les bois, pour me servir de ses
horribles expressions, son adresse se tourne. centre les
animaux prives qui cultivent ses domains, et voici un
de scs passe-temps les plus doux :il fait placer unc
orange sur la tWte d'un scsctave, ct tire dessus jusqu'd
ce qu'il atteigne Ie but ou I'animal priv6. On assure
meme qu'il a rarement le d6plaisir, je ne dirai pas de.
verser du sang d'esclavc,-celalui imported peu-,mais
de manquer son but: aussi, so fait-il appeler le Guil-
laume Tell de la colonic.

TOUS.


Quelle horrcur,!











SCHAVANNES.


SVous voycz, il sc tait accabl6 par la v rite. -
Cclui qui vient cnsuite, est Ic fameux vicomte
de La Ferricre. Jo dis famcux, parcel qu'il est Ic
chef du Conseil supCrieur du Cap, qui s'est acquis
une grande c6l6brite par ses jugements, et don't Ics
mcmbres ont Cte nommds magistrats coupe-jarrets
a cause d'une de leurs sentences quo je vais fous rap-
porter. Quelques esclaves, parmi lesquels on comptait
des enfants de quatorze ans, ayant trouv6 sur le rivage
un frele cannot de pacheur-, sentirent tout A coup so r6-
veiller dans leurs ames l'indestructible amour de la
liberty : embarquons-nous daus cc cannot, se dirent-ils;
fuyons des maitres impitoyables : la mer, pcut-ctre,
va nous engloutir; mais cela vaut micux encore quo
l'esclavage. Helas! cettetriste esperance de leur misere
ne fut meme pas r6alisde! Rencontres par un navire
de la c6te, ils furent ramenus A leurs maitres, qui les
livrerent A ce qu'on ose.appeler ici la justice: et le tri-
bunal don't M, le vicomte fait parties, les condamna tous
i avoir le- jarret coupe atiendu, dit lejugement,
qu'ils avaient voulu rair i leurs mailres e prix de
leur~valeur, en hierchanti & ss'iader.









74

OGE, au vicomle./

Qu'avcz-vous a rvpondre ?

LE VICOMTE.

Qu'on me fasse nourir, si l'on veut; mais qu'on
cesse de m'iisullcr


CIIAVANNES.

Je suis sans doute injuste envers ce digne magis-
Irat; jo I3 calomnic mnme peut-6tre! (S'adressan aux
conjure ) Messieurs, vcuillez done dire, je vous prie,
si le fait quo j'ai rapportl n'cst pas connu de tout le
monde.

UN OFFICER.

'L'arr&t a 6 affich6 parlout.

OGA.


Poursuivons I'enquete. i












CHAVANNES.

Enfin, Messieurs, ce jeune fou qui parait 6perdu de
frayeuir, est in fat d'une impertinence extreme. II esf
iieiP entendu qu'il ne se montre tel qu'envers la classes
proscrite; car it a trop peu de courage pour s'attaquer
a ceux quele r gime colonial n'empeche pas do sc me-
surer avec lui.


ARNOLD.


Comment, Monsieur, c'est le t6moignage que vous
rendez de moi dans une pareillo circonstance Mais
remarquez done, je vous prie, que, par mon age, je
dois necessairement partager les idCes nouvelles, et
qu'il n'est guere possible que, dans le fond du ccur, je
sois votre ennemi. Si,jusqu' present, je ne me suis pas
fait connattre, c'est parce qu'il faut, comme on dit, sa-
voir hurler avec les loups : ne me jugez done pas sur
de vaines apparences; car je crois, avec les esprits les
plus avancds de noire sikcle, que tous les homes, sans
distinction, sont 6gaux en droits.












ALFRED.

Si vous avez su hurler avec les loups, sachez done
6(re homme avec des homes !

ARNOLD, A Chavannes.

Vous voyez, Monsieur, 1'effct de vos paroles : voila
votre ami qui s'imagine quo j'ai peur.


oct,

Voyons done les griefs qu'on reproche A cc jeune
h6ros.

CIIAVANNES.

Abusant odieusement du privilege do I'impunit6, il a
port le d shonneur dans plusieurs families d'affran-
chis; et lorsque les soutiens de ces families lui en ont
demand raison, il les a faith incarcErcr en invoquant
I'ordonnance qui prescrit aux homes de couleur le
respect envers les Ilancs.









77

OGA.

Mais voila des actions abominables, et qui m6ritent
un chatiment exemplaire !


ARNOLD.


Monsieur, vcuillez m'6couter,
une r6v6lation important A vous


je vous prie : j'ai
fair.


OGi.


.Parlsz.


ARNOLD.


Un de mes amis, qui fait parties du Club Massiac, m'a
assure qu'on avait rdsolu, dans cette assemble, de
cr6er, en faveur des homes marquants de votre race
un certain nonmre de lettres de blanc qui seraient
pour eux'ce que les lettres de noblesse etaient autre-
fois pour les r:~uriers; c'est-a-dire qu'au moyen de
ces titres, un home noir ou jaune serait semblable,
devant .l trOc ,t la loi, et dans les habitudes sociales,
3










A l'homme le plus blond de la Picardie. Or, Messieurs,:
comme ma famille exerce beaucoup d'influence sur les.
nembres de ce club, je vots offre de m'employer pour.
vous aupres d'eux; et j'ose voua prnmettre qu'~vant
longtemps vous aurez sans difficult, par mes soins, ce
que vous cherchez aobtenir au milieu de tant de perils.

oGi.

Des lettres de blanc! L'invention est vraiment im-
payable; et nous aurons tout a rheure a determiner
le genre de recompense que merite celui qui nous an-
nonce cette heureuse nouvelle. ( S'adressant A Chavanne) :
N'y a-t-il aucune charge capital centre le reste des
prisonniers ?

CHAVANNES.

Aucune. La justice meme m'oblige A dire qu'ils se
sont toujours montres humans envers leurs esclaves.


En ce cas, i fa le combler d' Quant aux
En ce cas, it faut les combler d'eg .rds. Quant aux











coupables, occupoous-ous tout de suite de leur juge-
ment. Soldats, recondaisez les prisonniers a 'oflicier
qui vous les a ivrfs.
(LeI prioaiers quittent le thiAtre).




OGe, C1AVANNES, ALFRED,
OFF lCUas ie~s eingoupe, INSUoREs.


Oot, sl officlern:

Messieurs, la disauiein est ouverte : que pensez-
vous qu'on deie faiae despioenniers don't les crimes
sont notoires ?



Je suis d'avis, aoi, jm'on lea fusille A instant.


Je rois as que c'loat u.'is ritet

Je Crois ne e dWestilees-ot qu'is meritent.












LES ATTRES OFFICERS.

Nous le pensions 6galement.


TOUS LES CONJURtS tumultueusement.

'Bravo la mort la mort!

OGe.

Mes amis, vous savez que, sans ordre, il n'y a point
de soldats. Je dirai plus; ct penetrons-nous bien de
cctte vtritd, nous sur qui la tyrannic a tant pes6 :
sans ordre, il n'y a pas non plus de liberty Puis-
sions-nous ne l'oublier jamais !
(Le silence le plus parfait se r6tablit.)
( Aux officers: ) Reprenons la deliberation; ct je suis
sOr, maintenant, qu'elle ne scra plus trouble.

ALFRED.

Messieurs, je regretted d'avoir, sur la question qui
nous occupe, une opinion contraire A la vOtre; maisje










vous cstime trop pour penser que vous puissiez en itre
choques. Nous devons exprinmer ici, en loute virilt, ce
quc nous croN ons utile a la cause coinmune. Notre chef
vient de proclamer tout A I'heure que I'ordre et la li-
bert6 doivent etre inseparables : je dirai quelque chose
quo jo crois aussi vrai; c'est qu'uni ginueruse piic
envers un enuemi vaincu ne pcut que profiter i une.
noble cause. Oui, prouvons notre onergie dans les
combats, mais soyous humans apres la victoire : c'est
ce qui earacterise, en general, les pcuples"civilis6s, a
moins qu'ils ne soient daus des qpoques de crise oil
ils ne m6ritent pas toujours d'etre pris pour modules.
Or, nos amis d'Europe penseut que notre race est
Saussi susceptible de civilisation qu'aucune autre: mon-
Strons-leur, d4s, notre debut, qu'ils ne se trompent pas;
nos implacables tyrans croient Ic contraire : confon-
dons-les par nos actions. D'uu autre cotl, Messieurs,
ce sont les fondemnents d'une sociite nouvelle que nous
jetons en ce moment : eh bien, tAchons de lui donner
pour base a plus social de touts les vertus, l'huma-
.nite: que de nobles sentiments ne sont pas contenus
dans celui-l i Et pour la miserable satisfaction de pu-
..hjir quelque6 sommes cruels, nous priverions nos freres
Set nos enfants.de l'hbritage d'unetelle vertu I Non, mes









82

amis ; nous avons autre chose a faire qu'b ecxrcer des
vengeances : il faut r6habilitcr touted une race d'hommes
iiijustmcnt dCchuc de 1'cstime du monde ; et sachous
nous mcttre 6 la hauteur d'une sibclle mission !

ocr.

Alfred, je partage enticrement votre avis; et je suis
persuade que Ils considerations importantes que vous
venez d'cxposcr scront appr6cices par tons nos com-
pagnons.

TOUS LES OFFICERS.

Nous renoncons bien volontiers A notre premier
sentiment.

OG0 &h un officer

Allez faire mettre imm6diatement en liberty tous les
prisonuiers sans exception.
(L'olcier sort.)

Et nous, Messiers, pparon ltte pr

Et nous, Messieurs, pr6parons-Imous A une lutte pro-













chain et d4cisive.-Que les rangs.se reforment et qu'on
fasse I'inspection des araes.
(Tandis que Chavunes fait ex6cuter militairement cet ordre, Og0
s'entretient avec Alfred. Au moment o l'inspection des armes
se termine, on entend des coups de fen et un roulement de
tambour. Un oficier arrive et dit & Ogd) :

Colonel, rennemi est sur nous !

OGt, en tirant son sabre:

Braves compagnons, renouvelons tons lo serment de
mourir, s'il le fault, pour la sainte cause qui nous a fait
prendre les armes.!

TOUS LES CONJURES avec transport :


Nous le jurons i!!

(Pendant que la toile tombe, I'orchestre execute an air martial en
harmonie avec la fin de cet acte; et lei conjures quittent le
theatre).


- p~











ACTE III.






(Le theatre represente un salon de I'sppartement da vicomtd de La
Ferriere, au Cap.


SS VNE I'.


M In DR VILNEUIL, DELPII.NE.


DELPHINE.

Quelle cruelle incertitude! Depuis que, par les soins
gnirecuxd'un des insurges, nous sommes revenues au
Cap, je n'ai cu auicune nouvelle do mon pcrc. On as-
sure pourtant que Ic bourg de la Grandc-Rivibre, of il
s'Ctait retir(, n'a pas 616 attaqu6 : quelle pout atro
done la cause do son absence ?











M"tn DE VILNEUIL.

Ma flle, il est inutile de vous le cacher plus long-
temps : j'appr~bende un grand malheur. Quand les
revolts ont envahi le village oil nous nous trouvions,
il venait d'en partir; et I'on dit qu'ils 6taient d.ja mai-
tres de la route qui conduit du Dondon a la Grande-
SRiviere : tout me fait done craindre que mno malheu-
reux frere n'ait ete massacre.

DELPHINE.

Juste .ciel! vous me glacez d'OpouYante Mais non ;
j'ai peine croire que ces insurges soient d6pourvus
. d'hupn"it-: voyez comme I'un d'eux s'est noblement
.conduit envers nous


SCELVE II.

MADAM. DE VILNEUIL,. DELPHINE,
ANNETTE, entrant prcipiilamment..



4Rjouissez4xpus, Mademoiselle;'Y~ele. .votrep6re!











DELPHINE.

0 mon Dieu! Que dis tu, Annette ? Est-ce bien vrai ?
Qui t'a donn6 cette nouvelle ?

ANNETTE.

C'est lhi-meme. Tenez, le voila qui centre avec plu-
sieurs de ses amis.


SCElvE III.


LE VICOMTE DE LA FERRIERE, ARNOLD, M. DE
BAUDIIRE, DELPHINE, MADAME DE VILNEUIL,
ANNETTE.

DI LPHINE, en sejetant dans les bras de son pore :

0 mon pere, je puis done enfin vous embrasser!

LE VICOMTE, d'un air sombre:

Ma fille, et vous, ma sceur, dans quels moments je vous
revois Pourquoi faut-il que la joie de notre reunion
soit empoisonn6e par le sentiment de l'humiliation la








plus cruelle queje pusse dprouver? (S'animat davantage):
Mais enfin, nous sommes vainquenrs A notre tour; et
j'espore que bientOt je pourrai me venger del'insolence
inouie avec laquelle ils ont os6 nous traiter. Moi! un
des premiers colons de Saint-Dominguc, et chef du
Conseil superieur du Cap! Oh! les scledrals! Peut-il y
avoir assez de supplices pour eux ? ( Aprks avoir fait quel-
ques pas avec agitation, ii s'arr6te tout i coup eomme cherchant en
loi-mgme ce qu'il doit faire; puis, rompant le silence, et d'un ton
tri-animi): II faut que le Conseil superieuri s'assemble
a I'instant pour les juger Oui, le chatiment ne saurait
suivre detrop pres I'attentat; et il imported surtout qu'il
soit terrible; car jamais on ne vit une revolte plus au-
dacieuse. Je vous quite, afin de tout preparer pour.ce
grand acte de justice.
(11 sort.)


SVANS IV.

L4S PRIECDFlJNTS, qxceptd le Vi"ou4.

S PajPHIu p, d'un tono p6I6 de surprise et d'affliction.

Daignez done, Messieurs, nous donner quelques ex-
plications sur ce qui a eu lieu.










M'e DE VILNEUIL.

Quelles explications vous faut-il encore? Votre pere
a dte outrage, cela doit nous suffire; et nous n'avnms
plus qu'a nous associer a son ressentiment.

DELPHINE.

Ma tante, je crois pouvoir dire que je connais les
devoirs de la pi6te filiale et que je sais les remplir : si
je tiens done a Wtre bien inform6e de ce que mon pere
a 6prouve, c'est afin d'etre mieux a meme de faire tout
je que ces devoirs pourraient me prescrire.

ARNOLD.

Eh bien, Mademoiselle, je vais vous satisfaire. Sa-
chez que M. le vicomte de La Ferriere, plusieurs colons
don't Monsieur que voici faisait parties et moi, nuas
e6mesle malheur, apres une longue ct brillante defense,
de tmber entire les mains des rvolt. II no faut pas
que cela yous 6tonne; ils avaientt russi a soulever les1
ateliers d'un grand nombre d'iabittioi ; a t'notre pe-;
tte ar.6ime,qi comptat a pine huit cehnt cibatnJtntr;











s'est iue tout.A coup assaillie par une masse de quatre
mille homes au moins: force nous fut done de c6der
au nombre. Comment nos ennemis, si toutefois on
peut honorer de ce nom des gens de cette espece, -
se sont-ils conduits apr6s la victoire ? En vrais sauvages:
au lieu de respecter le malheur, il n'cst sorte d'affronts
qu'ils ne nous aient fait subir. Is ont appeal M. votre
p(.i magistrat coupe-jarret ; I'un d'cux, nomm6
Alkfr,.qui se distinguait entree tous par plus d'arro-
gank',et d'acharncment, a os6 me dire, i moi qu'il
vovaitalsarmc, que je n'etais pas un liommen Eufin,
ils allaient nous fire mourir, lorsque, par d'adroites
protestations de sympathic pour leur cause, et par unv:
fable ingcnicuse que j'eus Ic bonlicur d'invcentr dans
cette situation critique, jc parvins a suspeiindr leur fu-
reur, jusqu'au moment oit, surprise par les troupes de
M. de Cambefort, ils ont Wtc taillis en pieces presque
sans fire de resistance. On a rcussi ~ preidre leurs
chefs, parmi lesquels j'ai rcconnu avec plaisir cet Alfred
dottje viens de vous parler.

DELI'IINE, 'aparlC


Grand Dieu !










'M" DE VILNEUIL.

Oh! Que ces details sont int6ressants! (S'adressant
A I. de Baudiere) : Et vous, Monsieur, n'en avez-vous
point d'autres a nous donner ? Car vous 6tiez aussi leur
prisonnier, a cc que Monsieur vient de dire?

Mi. DE BAUDIARE.

Oui, Madame, j'ai 6te leur prisonnier comme Mon-
sieur, et j'ai aussi des details fort interessants A donner
sur eux. Mon caractere, je crois, est assez conuu dansle
pays; et je ne pense pas qu'on puisse mettre ma vera-
cite en doute, pas plus que mon courage : eh bien,
j'avouc que j'ai admired ces homes, qu'on vient de
vous representer sous de si odieuses couleurs. Je suis
colon ; et, certes, ce n'est pas moi qui reculerai deviant
les devoirs que m'impose ce titre ; mais celui d'homme
d'honneur m'oblige A dire qu'il n'y a pas de terms
pour exprimer jusq-u' quel point le 'icit que vous
venez d'entendre est contraire A la rvriOt. Les insurgs
out faith une enquete sur les prisonniers; et elle a re&61e
des fails qui 6taient de nature, il faut le rJeconidattre,
a leur inspire. un just reaedtiment qu'en est it











result ? Monsieur sait, come moi, les details de la
deliberation publique qui s'en est suivie, car un de mes
esclaves les plus d6voues nous les a bien fait connaitre.
Cet Alfred, qu'on vous a d6peint comme un des plus
acharnes A notre perte, est justement celui qui nous a
sauves tous. Aussi, je regarded comme un devoir sacrf
de d6clarer partout que ces insurgcs so sont conduits A
notre 6gard comme de g6nereux ennemis.

DELPHINE.

Je vous remercie, Monsieur, de m'avoir rvl66 le nom1
do sauveur de mon pcre, et de m'avoir ainsi prserrvee
du sentiment le plus odieux, I'ingratitude. Maintenil,
quoi que l'on puisse penser de moi. je suis bicn rCsoluc
a fair tout ce qui sera en mon pouvoir pour rcndre
un tel bienfait.
ARNOLD.

Et moi, je vais informer le Conscil s'pqrieur ct \M.
votre pere cu particulier de cc que je viens d'ententlre.

M. DE BAUDIERE.

Permettez-moi de vous quitter aussi, Mesdaumes











iar il cst de mon d(voir d'opposer Ie temoignage de
la vi'rit aux communications si peu impartiales que
Monsieur veut fair au Couscil.
,(Is sortent I'un et I'autre).


SCENE V.

MADAME DE VILNEUIL, DELPHINE.


MR1 DE VILNEUIL.

Ce Monsieur qui vient de parlr on faveur de ces
revolts, est, j'en suis sire, un agent des negsophiles
d'Europe.

DELPHINE.

Je crois, au contraire, que c'est un honnete homme
qu'ont indign6 avec raison des sentiments aussi mOpri-
sables qu'odieux.,

MI" DE bE LNEUIL.

Quel est ce langag, Delphini? Ignorez-vous que











M. Arnold, par cela seul qu'il estblanc, ne saurait avoir
tort centre les gens don't vous prenez la dMfense?

DELPHINE.

Ma tante, est-ce serieusement que vous parlez ainsi?
Depuisquand done, lorsqu'il s'agit de justice, a-t-on
pris en consideration le teint des individus ? Je m'a-
percois qu'il y a ici une morale tout A fait different do
celle don't on m'a appris a respecter les lois. Dc deux
choses r'une, pourtant: ou celle-ci est fausso, et alors on
n'aurait pas dO, depuis mon enfance, en p6netrer mon
cceur; on elle est vraie, etjc dois, dansce cas, ne suivre
que cc qu'elle prescrit.


SCENE VI


DELPHINE, MADAME DE VILNEUIL, LE VICOMTE
DE LA FE11RIIERE.


LE VICOMTE.

Enfin, tout est prdt. Le Conseil supericur so ruuit









94

chez moi dans un moment. C'est un tdmoignage parti-
culier d'dgards et de sympathie que ses members ont
voulu me donner, A cause des outrages doot j'ai atM
abreuve. ( A sa seurr): Ordonnez qu'on dispose tout
pour le recevoir.

HM" D VILNEUIL.

Je vais tout de suite m'en occcuper.
(El le sort.)



SCENE VII.


DELPHINE, LE VICOMTE.


DELPHINE, apris un moment de silence, s'approche du vicomte
de La Ferribre, et lui dit :

Mon pere, si vous avez eprouve quelquejoie de mon
retour; si je n'ai pas perdu mes droitj A votre estime
et A votre tendresse, daignez accueillir avec bont6 une
pri6re que j'ai a vous adresser.












LE VICOMTE.

Parle-moi en toute confiance, ma lille.les sentiments
pour toi sOnt toujours les nimmes ; et si je t Icls ai a
peine ttmoignes depuis queje t'ai revue, n'cu accuse
que les circonstances extraordiuaires oh nous nous
trouvons, et qui out M1 particulicrcment cruelles pour
moi.

DELPHINE.

Je ne I'ignore pas; et Dieu sait combicn mon coaur
en a g6mi I N6anmoins, j'ai os6 concevoir I'esperance
que mon pere ne voudra pas lo cader en gen6rosit6 A
ses ennemis.

LB VICOITB.

Ses e.nemis Mais tu leur fais trop d'honneur : sais-
to que ce sont a peine des hommes? Qu'ils appartieu-
nent a une race toot A fait. au-dessous de la n6tre ?

DELPHINI.

Mon pbre, cen'est pas ainsi, je dois vous le dire, qgaon











lesjuge en Europe.Mais, en adrlmtlail mnnie qu'iis ap us
soi.nit rn.cllement infiriiirs, est-ce une raiis.,:: pour nous
t!i';ipow r l'clrc justes (evcrs cux ? Et se pourrail-il
rjii( I'iilclligence, co noble prescut du ciel, n'clt 6(f
dlonin aux lhommes qu'au profit de l'6goisme ?-Ah
repoussons des opinions que condanunent la religion,
I'huManiit et momie la justice la plus vulgaire : peut-
on, en effet, voir un crime dans la coulcur de la pcau
et les traits de la figure? N'csi-ce point le hasard qui
les donned ESt si cc hasard nous eat mis a la place de
ces homines, voudrions-nous etre traits comme nous
les traitons?

LE VICOMTE.

Qu'entends-je? C'cst 1A cette education de Paris,
don't on m'avait fait un si brilliant tableau Ma fille ne
me parlez plus de ces gens, ou craignez ma col6re.


DELPHINE.

Eh bien, mon pere, je ne vous parlerai plus que de
vous-mome. N'est-il pas certain que c'est I'hiumanit6
d'un de ces insurg6s qui a sauv6 vos jotirs ?, Voudriez-




  Home | About dLOC | Collections | Reports | Digitization | Outreach | Contact  
  Powered by SobekCM
Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement  
©2012, All rights reserved