<%BANNER%>
HIDE
 Front Matter
 Front Cover
 Title Page
 Preface
 La colonie de Saint-Domingue a...
 Les deputes de Saint-Domingue a...
 La seconde assemblee coloniale
 Les commissaires Sonthonax...
 Rigaud et Toussaint-Louverture
 La lutte entre les hommes de couleur...
 Toussaint-Louverture
 L'expedition de Saint-Domingue
 Arrestation de Toussaint-Louve...
 Haiti
 Table of Contents


LLMC CORNELLLAW



La perte d'une colonie
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00008597/00001
 Material Information
Title: La perte d'une colonie la révolution de Saint-Domingue
Portion of title: Révolution de Saint-Domingue
Physical Description: 1 online resource (vi, 380 p.) : ;
Language: French
Creator: Castonnet des Fosses, H ( Henri ), 1846-1898
Publisher: A. Faivre, Librairie africaine et coloniale
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1893
 Subjects
Subjects / Keywords: History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
Colonies -- France -- America   ( lcsh )
Haïti -- 1791-1804 (Révolution)   ( ram )
Colonies -- France -- Amérique   ( ram )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
System Details: Master and use copy. Digital master created according to Benchmark for Faithful Digital Reproductions of Monographs and Serials, Version 1. Digital Library Federation, December 2002.
Statement of Responsibility: par H. Castonnet des Fosses.
 Record Information
Source Institution: Cornell University Law Library
Holding Location: Cornell University Law Library
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 680464425
ocn680464425
Classification: lcc - F1923 .C35
System ID: AA00008597:00001

Table of Contents
    Front Matter
        Front Matter
    Front Cover
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Preface
        Page v
        Page vi
    La colonie de Saint-Domingue a la veille de la Revolution
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
    Les deputes de Saint-Domingue a l'Assemblee Constituante
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    La seconde assemblee coloniale
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
    Les commissaires Sonthonax et Polverel
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
    Rigaud et Toussaint-Louverture
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
    La lutte entre les hommes de couleur et les negres
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
    Toussaint-Louverture
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
    L'expedition de Saint-Domingue
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
    Arrestation de Toussaint-Louverture
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
    Haiti
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
    Table of Contents
        Page 379
        Page 380
Full Text

















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

Cornell University Law Library














LA PERTE D'UNE COLONIES



LA REVOLUTION

DE

SAINT-DOMINGUE






































ANGERS, IMPRIMERIE LACHESE ET Ci'.






LA PERTE D'UNE COLONIES




LA REVOLUTION

DE



SAINT-DOMINGUE

PAR

H. CASTONNET DES FOSSES
Membre de la Soci6t6 de G6ographie
President de section de la Soci6t6 de G6ographic commercial






PARIS
A. FAIVRE, EDITEUR
LIBAIRIE AFRICAI-NE E'LC COLONIAL
27-31, rue Bonaparte, 27-31


1893










5A A st/. 33

NOV 13 1912
QVAr 14
7^^ ^.-<,U~











PREFACE






Le centenaire de Christophe Colomb, l'Exposi-
tion universelle de Chicago portent attention du
c6td de l'Amdrique. Dans cette parties du monde,
devenue une nouvelle Europe, se trouve une
veritable apothdose du gdnie colonial de la France.
Notre pays, qui a fait le Canada et l'Algdrie, et
auquel l'on refuse cependant les facultds coloni-
satrices, s'y rdvele avec tout son esprit d'aventure
et d'ordre dans l'aventure. A un moment donned,
le Mississipi, le Saint-Laurent, le fleuve des
AmazOnes dtaient francais. II en dtait de mWme
de plusieurs Antilles. Parmi les colonies que nous
avons possdddes en Amdrique, il en est une qui
est devenue en quelque sorte ldgendaire, c'est
celle de Saint-Domingue. L'on peut dire que la
colonisation de cette terre est l'une des gloires de
la France. Comment cette magnifique possession









nous a-t-elle dchappe ? Les causes, qut ont amend
la perte de Saint-Domingue, sont encore d peu
pros ignores. Nous croyons faire oeuvre utile en
les faisant connaitre. 2ous voulons donner encore
un souvenir d cette socidtd franco-amdricaine, si
brillante, qu'un cataclysme emporta en quelques
anndes. En outre, nous poursuivons un autre
but. A l'heure actuelle, nous avons repris l'an-
cienne politique de Dupleix, et nous essayons de
fonder un empire dans l'Extreme-Orient. N'est-ce
pas l'occasion d'interroger le passe, d'y dtudier
les fautes qui ont et commises, afin de recueillir
les lemons de l'expdrience ? Tel doit 6tre le resultat
de 'histoire. Alors que nous assistons aux ori-
gines de 'Indo-Chine franfaise, n'y a-t-il pas un
intdret rdel d se reporter un sifcle en arridre, et
d etre tdmoin de l'agonie de notre colonie amdri-
caine ? C'est dans cette intention que nous publions
la Revolution de Saint-Domingue. Nous espdrons
qu'elle trouvera un accueil sympathique chez tous
les Francais, qui pensent avec raison, que notre
pays doit plus que jamais s'intdresser aux choses
d'outre-mer.


H. CAS TONNET DES FOSSES.





LA PERTE D'UNE COLONIE


LA REVOLUTION


DE SAINT-DOMINGUE





CHAPITRE PREMIER

La eolonle de Saint-Domingue & la vellle de la Revo-
lution. Son organisation: qa prosp6rlt6 ; la vie
creole. L'tat des esprits.


Au moment ol la Revolution 6clata et vint boule-
verser l'ancien monde, la colonie de Saint-Domingue
ktait des plus prosperes et des plus florissantes. C'ttait
une petite France. Partout I'on vantait le luxe et 1'Eld-
gance de ses habitants qui avaient su reunir les
charmes de la vie crdole A l'urhanit6 de la vieille
Europe; aussi le nom de notre possession 6tait-il devenu
synonyme de splendeur et de richesse. Partout I'on
parlait avec admiration de cette tie, appel6e A just
titre la Reine des Antilles.
Les debuts de notre colonie avaient W6t des plus
modestes, et au milieu tlu xvii sikcle, il eLt 6t6 difficile








de prevoir ses destinies glorieases. Des aventuriers
connus sous le nom de a boucaniers s et de a flibus-
tiers ,, don't 1'histoire constitute un veritable roman,
s'"laient empares en 1630 de 'ile de la Tortue, situ6e
sur la c6te nord-ouest de Saint-Domingue. De li, ils
avaient fond sur la grande terre des 6tablissements
qui n'avaient pas tard6 a devenir important. En 1664.
i, France les avait pris sons sa protection; la colonies
6tnit fondue. En 1697, A la paix de Ryswick, 1'Espagne
reconnaissait le fait accompli, et nous c6dait la parties
occidentale de Saint-Domingue.
L'lle 6tait par consequent divisee en deux parties, la
parties frangaise et la parties espagnole. La parties fran-
gaise ne comprenait que le tiers de I'lle; sa superficie
6tait de 27,000 kilometres carrds, A peu pros celle de
la Belgique; elle btait de beaucoup la plus riche et la
plus florissante, tandis que la parties espagnole n'avait
qu'une population assez faible et un territoire mal cul-
tive. La parties francaise offrait, au contraire, le spec-
tacle d'une prosperity inouTe. Chaque ann6e, des
Francais venaient s'etablir dans I'lle, y cr6aient des
plantations. y faisaient souche et fondaient deslfamilles.
La colonisation marchait A pas de geant.
Les Frangais qui s'6taient fixes A Saint-Domingue,
avaient non seulement cr66 une colonies qui fournissait
A la m6tropolc les products des tropiques quelui refusait
son ?ol; mais ils avaient encore constitute une socict_
colonial que l'on citait parlout pour son opulence et ses
agrdments. C'Utait en quelque sorte un rameau de la
soci66d frangaise qui s'dtait ddtache du tronc principal,
et -tait venu s'implanter dans uno tie d'Am6rique, oA






-3-


il s'6tait modifli sous 'influence da elimat. Aujourd'hui
encore, nos villes maritime de I'Ouest, Nantes,
Bordeaux, La Rochelle se rappellent le temps ohi Saint-
Domingue nous appartenait, et le souvenir de cette
6poque qui, pour ces villes, 6tait des plus brillantes, a
Wte religieusement conserve.
L'organisation de la colonie est bien faite pour attire
attention et donner lieu A une etude des plus intkres-
santes. Deux agents sup6rieurs, le gouverneur gn6urd
et l'intendant, representaient le roi et dirigeaient 'ad-
ministration. Le gouverneur gBnBral ktait toujours us
militaire : il avait le commaadement des troupes, des
milices et de l'escadre, prcsidait les eonseils supdrieurs,
promulguait les lois, nommait Ala plupart des emplois.
accordait aux colons les concessions de terre, dirigeait
la police et prenait toutes les mesares que necessitait
Administration. L'intendant etait toujours un fone-
tionnaire de l'ordre civil. II avait particulierement pour
attributions les finances, la perception, et l'emploi de
l'imp6t. C'est lui qui ordonnait les d6penses et r6glait
les marches ; lorsqu'il s'agissait de travaus publics,
tons les comptables etaient dans sa dependance. Sous
les ordres du gouverneur general etaient places des
officers qui commandaient les provinces, les quarters
et les grandes villes.
La colonie etait divis6e en trois parties o provinces,
la parties du Nord, la parties de l'Ouest et la parties du
Sud. Les trois capitals 6taient le Cap-Frangais, Port-
an-Prince et les Cayes. Chaque province etait admi-
nistr6e par un lieutenant-g6n6ral et divisoe en
paroisses. Un certain nombre de paroisses formaient






-4-


an quarter, et A la tWte de chaque quarter, il y avait
un officer qui avait le titre de commandant. La paroisse
etait la principal division de la colonie. L'on en
comptait cinquante-deux : vingt-et-une dans le Nord,
dix-sept dans l'Ouest et quatorze dans le Sud '. Une
paroisse avait en moyenne huit ou dix lieues de long
sur six ou sept de large; l'on y distinguait la plaine et
les mornes. La plaine etait de beaucoup la mieux cul-
tiv6e et la plus habit4e, tandis que les mornes,' qui
formaient la region montagneuse, 6taient, en grande
parties, desertes et couvertes de forts. La population
6tait loin d'etre dgalement rdpartie entire les diff4rentes
paroisses ; quelques-unes n'avaient que 4 A 5,000
habitants, tandis que d'autres en comptaient jusqu'A
25,000. Elles 6taient administrdes par des officers, des
majors dans les villes, des aides-majors dans les
bourgs, nommds par le gouverneur g6n6ral. Aucune
paroisse, quelle que fdt son importance, ne possedait
une organisation municipal.

I Les paroisses 6taient dans la parties du Nord : Fort-
Dauphin, Ouanaminthe, Vallitre, le Terrier-Rouge, le Trou,
Limonade, Sainte-Rose, Saint-Louis-du-Marin, le Dondon, Mar-
melade, la Petite-Anse, le Cap-FranQais', la Plaine du Nord,
1'Acul, le Limbb, Plaisance, Port-Margot, le Borgne, le Gros-
Morne, Saint-Louis-du-Nord, Port-de-Paix.
Dans la parties de I'Ouest : Jean-Rabel, le mble Saint-Nicolas,
Bombardopolis, Port-a-Piment, les Gonalves, la Petite-RiviBre,
les Verrettes, Saint-Marc, le Mirebalais, I'Arcahaye, la Croix-aux-
Bouquets, Port-au-Prince, LUogane, Grand-Goave, les Cayes-de-
Jacmel, Jacmel, Bainet.
Dans la parties du Sud : le Petit-Goave, le Fonds-des-N1gres,
I'Anse-V-Veau, Petit-Trou, I'Acquin, Saint-Louis, Cavaillon, les
Cayes, Torbec, Port-Salut, les C6teaux, le Cap-Tiburon, le Cap-
Dalmarie, Jeremie.






-5 -


Laparoisse etait en mAme tempsladivision religieuse.
Des Capucins, des Dominicains et quelques Carmes
composaient le clergy et avaient des prdfets aposte-
liques qui r6sidaient au Cap-Frangais et APort-au-Prince.
La colonies ne possedait pas d'vAcch6.
La justice etait rendue en dernier resort, sauf appel
en cassation au Conseil d'Etat du royaume, par deux
conseils supdrieurs qui sidgeaient au Cap-Frangais et A
Port-au-Prince. Dix tribunaux d6sign6s sous le nom de
a senhchaussees x jugeaient en premiere instance et
etaient distribuds dans les villes ayant quelque impor-
tance. Des substitute du roi instrumentaient sous leur
jurisdiction jusque dans les moindres bourgades, ainsi
que des procureurs don't le nombre etait respectable.
Les homes de loi pullulaient a Saint-Domingue. La
procedure ne laissait pas d'etre aussi longue que cod-
teuse et I'on estimait qu'elle absorbait annuellement
plus de dix millions de livres.
Les forces militaires de Saint-Domingue ne depas-
saient guare 5,000 hommes. Elles comprenaient deux
regiments d'infanterie recrutes en Europe, portant les
noms de regiments du Cap-Francais et de Port-au-
Prince et ayant chacun un effectif de 4,500 hommes et
une artillerie colonial de 400 canonniers. En outre des
detachements 4taient forms par des regiments de
France. La police 6tait faite par la mar6chaussee,
compose, A part les officers, de mulatres et de n6gres
libres. Elle etait principalement occupde A donner la
chasse aux bandes de n6gres marrons qui vivaient
dans les bois, et venaient piller les plantations. En






-6-


dehors des troupes regles, il y avait les milices qui
ttaient formdes par les habitants libres, quelle que ft
leur couleur.
Les villes n'Ataient pas fortifiles; I'on avait bien
construit des forts au Cap-Frangais, A Fort-Dauphin,
an ml6e Saint-Nicolas, A Port-au-Prince; mais aucune
de ces places n'aurait pu soutenir un siege.
L'imp6t 6tait fixd par le gouverneur general assist
des notables. L'on distinguait A Saint-Domingue trois
imp6ts principaux : la capitation sur les negres, la taxes
sur les loyers des maisons situdes dans les villes et les
droits d'octroi et d'exportation. Ajoutons-y la ferme de
la boucherie, celle des bacs, le produit de la poste aux
lettres et nous aurons le total des recettes de la colonies
qui s'4levaient a 15 millions de livres, tandis que les
d6penses n'atteignaient que 13 millions. Grace A ces
resources, le gouvernement colonial pouvait entre-
prendre de nombreux travaux d'utilit6 publique. La
voirie ne laissait rien A disirer, et les diflrents' points
de la colonies dtaient relies entire eux par de belles
routes, plantees d'orangers, de citronniers et de
palmiers. Des points en maconncrie avaient Wth cons-
truits snr les rivieres. Des digues protegeaient les cam-
pagnes contre les inondations et des 6cluses facilitaient
les irrigation. Des diligences ou des messageries A
eheval assuraient aax villes les moyens de commu-
aiquer facilement entire elles. Dans la plupart des
paroisses, il y avait un bureau de poste, et le depart
de courier pour l'Europe, avait lieu deux fois par
semaine. En un mot, rien ne manquait A notre colonies;






-7-


son organisation ktait: complete et pouvait fire envie
anx*provinces de la mWre-patrie.
Au point devue de la fertility et des productions, ta
vieille France pouvait se montrerjalouse de la nouvelle.
La nature avait richement dot6 "notre possession amn-
ricaine. La vegetation est luxuriante aux Antilles et la
flore en est rHput~e pour dtre l'une des plus belles que
I'on connaisse. Les Europdens y ont transport la canne
A sucre, le caffier, le cacaoyer, I'indigotier et'te
cotonnier. Aussi. a Saint-Domingue, partout la vuese
portait sur de belles plantations qui respiraient. la ri-
chesse et la prosperitO. Le sol se prate merveilleo-
sement A la culture; il est arros6 par un grand nornbre
decours d'eau don't le principal, l'Artibonite, a quatre-
vingt-dix lieues de parcours. Les rivibres ne sont pas
navigables, A cause de leurs rapides et de leurs cas-
cades ; mais l'on s'en servait avec intelligence pour pra-
tiquer des irrigations et remedier aux inconv6nients de
la trop grande sdcheresse. Nous leur avions donn6 les
nons les plus poetiques, tels que larivi6re des
Orangers, celle des Bananiers, la riviere des Rochesi
la riviere des Pleurs; il en 6tait de meme des mom-
tagnes qui, par leurs designations, indiquaient le pitto-
resque du paysage ou rappelaient la France. C'est ainsi
qu'un canton montagneux s'appelait la petite Gas-
cogne, et un autre la Nouvelle-Saintonge, tant il est vrai
que le Francais aime toujours a 6voquer le souvenir de
la patrie absente.
Dans de semblables conditions, la colonisation s'6tait
rapidement d6velopp6e. En 1788, la population
comptait 42,000 blancs, 37 a 38,000 affranehis, la






-8-


plupart mulAtres, et pros de 500,000 esclaves '. Le
nombre des plantations 6tait d'environ 8,000, don't 790
sucreries, 3150 indigoteries, 789 cotonnieres, 2,119
caffiBres et 50 cacaoyeres. L'industrie Btait repr6sentle
par 182 guilderies ou distilleries de tafia, 26 tuileries,
29 poteries, 6 tanneries et 390 fours a chaux. Le mou-
vement commercial s'6levait a 400 millions de livres
don't 220 pour 1'exportation et 180 pour I'importation.
La valeur de la proprigt6 fonciere depassait 1,600 mil-
lions. Ces chiffres indiquent A eux seuls l'dtat florissant
de Saint-Domingue, et aujourd'hui, I'Algerie, malgrA
les progres accomplish depuis quelques anndes, a encore
beaucoup a faire avant d'avoir atteint un semblable
degr6 de prosperity. Au xviue si8cle, aller a Saint-
Domingue, y cultiver une plantation et chercher A y
faire fortune. paraissait chose toute naturelle. Grace a
ce courant d'dmigration, la population colonial s'6tait
recrut6e parmi les families les plus honorables de
France, en majority originaires de la Bretagne, de
I'Anjou, de la Gascogne et de la Saintonge. Il s'6tait
ainsi form une petite socidt6 qui etait mure et ne de-
mandait qu'&jouer un r6le.
La population blanche constituait la race dominant.
Avec le progres des richesses, le temps avait consacre
chez elle des distinctions de rang et de classes; I'on dis-
tinguait parmi les blancs, les fonctionnaires, les plan-
teurs, les commerVants et les petits blancs. Les fonction-
naires, pour la plupart n6s en France, ne faisaient qu'un

t Le recensement de 1788, portait 466,000 esclaves; mais il 6tait
au-dessous de la r6alite. Les planteurs ne d6claraient jamais le
nombre exact de leurs esclaves afin de frauder le fisc.





-9-


court sajour dans la colonie. Aussi avaient-ils conserve
l'esprit de retour et il 6tait rare de les voir se fixer A
Saint-Domingue et se confondre avec la population
creole. Les planteurs formaient I'aristocratie colonial.
Ils jouissaient pour la plupart d'une immense fortune
et menaient une existence des plus somptueuses. Dans
le language usuel, on les qualifiait de grands blancs I par
opposition aux petits blancs. Les marchands qui reprd-
sentaient a Saint-Domingue les amateurs de France, y
tenaient des comptoirs et servaient d'interm6diaires aux
planteurs, constituaient la classes des commerqants.
On en comptait environ 4,000. Ils passaient la plus
grande parties de leur existence dans la colonie et par-
fois s'y fixaient definitivement. La derniere cat6gorie,
celle des petits blancs, comprenait les grants des plan-
tations et les artisans. Ces derniers etaient g6ndrale-
ment des charpentiers et des magons. Outre la popula-
tion blanche sidentaire don't nous venons de parler, il
y avait la population flottante, principalement com-
pos6e de marines. Le commerce de Saint-Domingue em-
ployait pros de 30,000 matelots. Leur presence dans la
colonie ne contribuait pas peu A donner de I'animation
aux villes et A y entretenir un movement qui ne lais-
sait pas d'itonner et de surprendre les visiteurs.
Les differentes distinctions qui existaient entire les
blancs n'6taient pas aussi accentuees qu'on aurait pu
tout d'abord le supposed. L'antipathie, qui s6parait

SL'usage avait consacr6 parmi les grands blancs diverse dis-
tinctions. C'est ainsi que les propribtaires de sucreries, d6sign6s
familibrement sous le nom de sucriers, 6taient considbrbs come
occupant le premier Bchelon social.






10 -

comme un ablme les peninsulairrs et les creoles dans les
colonies espagnoles, 6tait inconnue a Saint-Domingue, et
s bornait A quelques critiques de part et d'autre. La
situation des petits blancs n'avait aucune analogie avec
c3 qui existait aux itats-Unis, avant la guerre de seces-
sion et encore aujourd'hui. Dans notre colonie, les
planteurs ne regardaient pas avec dedain, ceux de leurs
comtpatriotes qui etaient de condition inferieure et par
suite obliges de reconnaitre leur-superiorit6. Toutes'les
diverse categories de blancs vivaient en bonne intelli-
gence. Elles avaient un interkt commun qui les unissait.
I'esclavage, et rdservaient leur mepris pour les gens de
couleur.
Les affranchis, les gens de couleur comme on les ap -
pelait, formaient la classes interm6diaire entire les blancs
et les esclaves. IIs etaient presque aussi nombreux que
les blancs; on en comptait seulement 15,000 en 1750 et
en 1788, 37 a 38,000. Le gouvernement colonial avait
WtB effray6 de leur accroissement et avait voulu y mettre
obstacle. En 1769, une ordonnance avait decided qu'un
affranchissement ne serait valuable, que s'il avait recu
I'assentiment du gouverneur et de l'intendant. L'anti-
pathie qui separait les blancs et les gens de couleur,
etait au-dessus de tout ce que l'on peut imaginer. L'opi-
nion publique distinguait minutieusement les gens de
couleur, et suivant qu'ils se rapprochaient ou s'dloi-
gnaient des blancs par un teint plus ou moins fonc6, on
les appelait muldtres, quarterons, m6tis, mameloucks,
griffes, etc. L'on reconnaissait treize categories et leurs
denominations formaient une veritable langue. La loi
confirmait ces prejugds. II Ptait d&fendu aux affranchis






- 11 -


d'exercer certain metiers, comme celui d'orfevre. Ils
ne pouvaient dtre avocats, medecins, on apothicaires.
Ils etaient exclus de toutes les functions civiles, jtidi-
ciaires ou militaires, ainsi que des assemblies parois-
siales. Dans la milice, ils formaient des companies
sp6ciales distinguees de celles des blancs par leur uni-
forme'. L'usage enchbrissait encore sur la loi. Les
gens d, couleur ne pouvaient s'asseoir a la mmme table
.que Jes blancs, et jamais ils n'auraient os6 porter les
memes Rtoffes. Au theatre, dans les voitures publiques,
sur les bateaux, des places spdciales leur etaient r6-
servCes. A 1'6glise m~me, on trouvait cette inegalitO
choquante. 11 y avait une messe pour les blancs et une
messe pour les noirs. Inutile de dire que les blancs et
les gens de couleur ne se fr6quentaient jamais. La plus
grande injure que l'on pouvait faire A un blanc, c'itait
de lui dire qu'il poss6dait des parents i la cdte; ce qui
signifiait qu'il Rtait originaire de la Guinde. En un mot,
les divisions des castes de 1'Inde ne sont pas plus mar-
quees qu'elles ne I'Ntaient A Saint-Domingue.
Malgr6 l'Ftat d'inf6riorit4 qui pesait sur eux en vertu
des lois et des prejug6, les gens de couleur 6taient ar-
riv6s A former une classes important par ses richesses.
IIs se livraient au commerce et A la culture; une parties
de la propridtt etait entire leurs mains et pros de
2,000 plantations leur appartenaient. Ils aimaient le
luxe avec passion, faisaient souvent lever leurs enfants
en France et leur donnaient une education des plus soi-

Dans la milice, les blancs portaient 1'habit blanc ou rouge,
suivant qu'ils appartenaient a l'infanterie ou aux dragons. Les
rompagnies de gens de couleuir btaient vMtues de nankin.






- 12 -


gnbes. Ils jalousaient les blancs, leur portaient envie et
aspiraient au jour oi ils cesseraient d'etre traits en
vdritables parias et d'etre victims de prejug6s que nous
ne saurions trop fl6trir.
La troisieme classes, de beaucoup la plus nombreuse,
6tait celle des esclaves. L'on en comptait pros de
500,000 don't 40,000 au moins 6taient mulAtres. A part
ceux qui servaient de domestiques, ils etaient employes
A la culture des plantations. L'on distinguait parmi les
negres, les n6gres creoles et les n6gres bossales. Les
premiers 6taient nds dans la colonie; les seconds
venaient du S6n6gal ou de la GuinBe. Les noirs les plus
estimds etaient ceux du Congo; ils avaient la reputa-
tion d'etre plus robustes et de convenir mieux que les
autres au travail des champs. L'horrible commerce de
la traite etait alors en vigueur et chaque annge plus de
15,000 negres 6taient imports A Saint-Domingue, con-
duits dans les principles villes, vendus aux ench6res
et distribute sur les habitations. Les esclaves 4taient
traits avec rigueur. II n'y avait pas une seule planta-
tion oi la population noire eAt pu se maintenir, les
d6c6s l'emportant sur les naissances, sans I'achat de
nouveaux esclaves. L'on a calcul] qu'il en perissait
annuellement un neuvieme dans la colonies. Le code
noir, quoiqu'il fAt loin d'etre conforme aux principles
de l'humanit6, avait bien apporti certaines restrictions
A l'omnipotence des mattres; mais ses clauses etaient
restdes A l'etat de lettre morte. La race africaine pa-
raissait dtre resignde A la servitude et tout d'abord, il
eut 6t0 difficile de prevoir cette terrible insurrection oh
elle allait montrer sa haine et sa ferocity.






- 13 -


La principal ville de la colonies, le Cap-Frangais.
etait l'une des cites les plus brillantes de l'Amerique.
A la veille de la revolution, sa population atteignait
20,000 habitants, don't 5,000 blancs, 3,000 affranchis et
12,000 esclaves, sans computer la population flottante
qui variait entire 6 et 8,000 individus. La vie creole
s'y montrait dans toute sa splendeur et le luxe que les
Frangais y d6ployaient, laissait bien loin derriere lui,
les habitudes encore puritaines des villes de la Nou-
velle-Angleterre.
Lorsqu'on arrivait d'Europe, le Cap se pr6sentait
sous un aspect des plus riants. La ville etait bAtie au
pied d'une montagne et format un parall6logramme
ayant une lieue de long sur une demie de large. On
abordait A un quai magnifique, le quai Saint-Louis, oi
se trouvaient B l'ancre 5 ou 600 vaisseaux. C'6tait Ia que
s'ktait concentre le movement commercial. Si I'on p&-
ndtrait dans I'intcrieur de la ville, l'on 4tait surprise de
son aspect coquet. Les rues etaient tires au cordeau,
bordees de trottoirs en briques, ayant en moyenne
vingt-quatre pieds de large. Elles s6paraient 260 Ilots;
Schaque lot contenait quatre maisons et pr6sentait une
facade de 120 pieds. Les maisons dtaient en maVonnerie,
couvertes d'ardoises et Icurs murs blanchis au lait de
chaux. La plupart d'entre elles n'avaient qu'un rez-de-
chaussee et A peine en trouvait-on 200 ayant un Rtage.
Leur distribution etait commode et appropriee au cli-
mat. Elles etaient entour(es d'une cour spacieuse, or-
nees d'une v6randah, plantee d'orangers et de bana-
niers. a I'omnlre desquels on venait s'asseoir dans la
soiree et parler des evenements du jour.






- 14 -


La ville du Cap 6tait divisie en huit quarters et le
visiteur. ne pouvait Atre qu'agraablement surprise. I1 y
voyait des places publiques, plantees d'arbres et ornees
pour la plupart de fontaines monumentales, plusieurs
'difices, tels que le palais du gouverneur, le palais de
justice, une 6glise, un arsenal, un entrep6t, un theatre,
de belles casernes et des hOpitaux. Deux belles prome-
nades, I'une le course le Brasseur situ6 sur le bord de
la mer, I'autre le course de Villeverd sur la route de
Port-au-Prince, attiraient les regards de tous les 6tran-
gers. En outre, le jardin du gouverneur s'ouvrait au
public et dtait le rendez-vous de la sociWte 16egante. La
ville du Cap pr6sentait tous les avantages d'une grande
cit6. Pres du quai Saint-Louis, se tenait tous les di-
manches, le march aux blams, oi I'on trouvait tons les
articles d'Europe. Chaque matin, il y avait deux mar-
ch6s aux comestibles, o& les marchands, pour la pla-
part nAgres, 6talaient en plein air, A l'ombre des
figuiers, le chou, le concombre, la more, la viande, le
savon et cherchaient par leur loquacity a attirer I'ache-
teur. Dans nombre de rues, l'on rencontrait des mull-
tresses et des quarteronnes, assises devant des tables
couvertes de fleurs varies; I'on eit dit autant de petits
parterres. C'Atait un commerce fort lucratif. Le confort
ne laissait rien a desirer. La ville du Cap poss6dait plu-
sieurs dtablissements de bains et I'usage en etait fort
repandu. Sur les places stationnaient des voitures de
lonage appelBes cabrouds, doot les cochers 6taient de
couleur 6bne. Les rues dtaient eatretenues avec soin.
Tous les matins, des tombereaux passaient et enlevaient
les immondices. Deux fois par jour, les habitants






- 15 --


6taient obligds de jeter de l'eau devant leurs maisons,
afin de rafratchir la temperature. Dans la journey, les
rues etaient tendues de toiles; ce qui leur donnait un
aspect oriental. Toutes les maisons dtaient num6rotees
et des plaques bleues indiquaient les noms des rues.
Des sergents de ville parcouraient les diff6rents quar-
tiers pour y maintenir 'ordre et la police 6tait des
mieux faites. La ville poss6dait plusieurs h6pitaux I et
la charity s'y exergait largement
C'6tait au Cap-Frangais que 1'on pouvait se rendre
compete de I'existence que menaient les colons. C'est IA
que la vie crdole se montrait dans toute sa splendeur.
11 serait curieux de fire renaltre cette soci6td disparue
et d'y vivre par la pens6e. durant quelques instants. A
Saint-Doniingue, le luxe 6tait cn quelque sorte un
besoin. Nos conipatriotes d'Ani6rique aimaient A mener
grand train, A avoir de beaux chevaux, de belles
meutes, de beaux 6quipages et a recevoir. Les diners
et les bals occupaicnt une large place dans leur exis-
tence. La passion du jen etait arrive A ses dernimres
limits. Au nombre des distractions. n'oublions pas le
theAtre qui 6tait coirplktement entrH dans les mceurs.
Durant Ie carnaval, des bals masquis y 6taient donnas.
Toutes les daies s'y rendaient en dominos et souvent
ii s'y nouait des intrigues qui rappelaient en petit cells
de I'Op6ra de Iaris.
La colonie de Saint-Domingue ne consistait pas dans
la seule ville du Cap. )ans chaque province, 'on trou-


SLe principal ihpital aiit dftli Il, 80,000 livres de rente. 1I
existail aussi un hospice pourr les ngrs.






- 16 -


vait des centres qui, sans avoir son importance, ne lui
c6daient en rien par leurs richesses et leur prospiritd.
Dans la parties du Nord, nous citerons Fort-Dauphin,
ville fort active et oi le gouvernement colonial entrete-
nait une petite garnison suisse; Limonade, c4l1bre par
ses marches; la Marmelade, o I' on avait acclimate la
cochenille; Ouanaminthe, qui possedait des fabriques
de poterie; Port-Margot, qui, sur la grande terre, avait
dte le premier point occupA par les Francais; Port-de-
Paix, gros bourg de 1,200 Ames et le chef-lieu d'une
paroisse qui comptait 10,500 habitants. L'on y avait
6tabli plusieurs usines pour raffiner le sucre, tisser le
coton et extraire le principle colorant de l'indigo; aussi
le commerce y 6tait fort actif et I'industrie y avait pris
un grand developpement.
Dans la province de l'Ouest, la ville la plus considd-
rable btait Port-au-Prince, la capital de la colonie.
Quoique de foundation recent ', et malgr6 un tremble-
ment de terre qui, quelques annees auparavant, I'avait
detruite en parties, elle avait d6jA I'aspect d'une metro-
pole. Sa population depassait 10,000 habitants, don't
1,900 blancs et 700 affranchis. Ses rues, large de
soixante A soixante-dix pieds, 6taient plantees d'arbres,
et ses maisons entourees de jardins. L'on y trouvait un
thdttre, des clubs, qui 6taient une importation anglaise,
et un jardin botanique. Elle gagnait chaque jour en
prospdritO et de plus elle avait l'avantage d'etre le siege
du gouvernement. Aussi l'on pouvait prevoir le moment
of cette ville supplanterait le Cap-Frangais. Les autres


I Port-au-Prince avait BtB fonde en 1749.





- 17 -


centres important de la province 6taient : le ml4e
Saint-Nicolas, qui possedait de belles carrieres de
marbre; Bombardopolis, en grande parties habits par
des colons allemands; Port-A-Piment, don't les eaux
thermales, renommbes dans toute I'lle, attiraient chaque
annee nombre de malades; les Gonaives, don't le terri-
toire 6tait renommm pour sa fertility; la Petite-Rivibre,
les Verrettes, don't les guilderies produisaient une quan,
t.td considerable de tafia; Saint-Marc, qui avait des
"salines en plein rapport; la Croix-des-Bouquets, l'une
des paroisses les plus 6tendues et don't les savanes
6taient encore parcourues par des troupeaux de bceufs
sauvages; Leogane, I'ancienne capital de la colonies;
Jacmel, I'un des grands marches pour le caf6 et le
coton. Son port etait excellent. Ses sites pittoresques
attiraient quantity de visiteurs et l'on y venait en villh-
giature.
La province du Sud etait la moins important come
richesse et comme population. C'6tait celle que les
Francals avaient occup6e la derniere, et aussi la colo-
nisation y Atait-elle moins avanc6e que dans les deux
autres, quoique le sol y fut des plus fertiles. L'on y
comptait seulement quatorze paroisses. La capital
etait les Cayes, jolie petite ville, bien construite, d'un
aspect riant. L'on y voyait de beaux edifices et, entire
autres, un theatre fr6quent6 par un public toujours des
plus assidus. Sa population approchait de 5,000 Ames,
don't 4,300 blancs et 400 affranchis. Apres les Cayes,
nous citerons J&r6mie, grand march de sucre, de cafI
et d'indigo; sa rade 6tait des plus frequentees. Le
Fonds-des-NAgres, VAnse-a-Veau, Torbec, le Cap-Tibu.






- 18 -


ron, les CMteaux, n'6taient que des bourgs; mais dans
leurs environs, ce n'etait qu'une serie de plantations qui
se succ6daient les unes aux autres et rivalisaient entire
elles de richesse et de prosp6rit&.
Pour bien connattre Saint-Domingue, il ne faut pas
se borner A dtudier les villes, il faut encore se reprc-
senter les plantations et s'y transporter par la pensie.
L'existence que menaient les colons, qui vivaient sur
leurs habitations, 6tait fastueuse. Une plantation etait
un petit monde. La demeure principal, situee dans une
prairie ddboisde et consistent le plus souvent en un
pavilion carr6, d6pourvu de style, et entourd d'une
verandah, le jardin potager, le jardin aux vivres, la
hananerie, la savane' pourraient etre pour nous l'objet
l'un long examen. Le planteur aimait A recevoir et
menait grand train. II avait d'ordinaire de nombreux
chievaux et la chasse etait l'une de ses passions. Quant
aux esclaves, leur manirre de vivre serait une 6tude
fort interessante. Ils habitaient des cases en bois on en
briques, recouvertes de roseaux et sous la direction de
commandants, pour la plupart gens de couleur, ils 6taient
employes A la culture. II etait d'usage de leur donner
quelques coins de terre, oA le samedi et le dimanche,
jours don't ils pouvaient disposer, ils cultivaient du
tabac, des fruits et des 16gumes, soit pour leur nourri-
ture, soit pour vendre. Aussi parvenaient-ils souvent A

s L'on appelait savane un vaste emplacement of so trouvaient
les ateliers nicessaires A l'exploitation, tels que les moulins a
broyer les cannes & sucre, ou les app::rcils destines a 6craser
I'indigo, trier le coton, vanner le cafd, la tonnellerie, le poun
lailler, Ie colombier, les casrs des negrcs.






- 19 -


se constituer un petit p6cule. NManmoins, le regime
anquel ils 6taient soumis, etait fort dur, et, a diverse
reprises, des insurrections de negres avaient eu lieu.
La population noire d'une plantation 4tait assez nom-
breuse: les plus petites comptaient quarante A cinquante
esclaves; les plus grandes trois cents et meme plus.
Les negres de Saint-Domingue passaient pour dtre
insouciants. Ils aimaient les liqueurs fortes, le jeu, la
danse et le chant. Quand ils n'dtaient pas au travail, ils
jouaient aux dominos avec des coquillages; le soir, en
se promenant dans la champagne, on pouvait entendre
les cris joyeux qu'ils poussaient en se livrant & quelques
quadrilles d6sordonnds et les sons discordants de leur
orchestra qui devait leur rappeler l'Afrique, leur pays
d'origine.
La situation Aconomique de Saint-Domingue aa
moment de la Revolution ne laisse pas d'dtonner. Les
principles cultures etaient celles du sucre, du cafe, da
cotton et de l'indigo. Le tabac que l'on cultivait ne ser-
vait qu'A la consommation locale et du reste l'exporta-
tion n'en etait pas permise. Au debut de la colonisation,
le cacao avait Wt~ la principal branch du commerce.
Depuis, il avait Wte difficile de soutenir la concurrence
espagnole. Le nombre des cacaoyers n'avait pas cess
de diminuer et, en 1788, le cacao exp6di6 de Saint-


i Les instruments de musique don't so servaient les n#tgres de
Saint-Domingue 6taient fort bizarre. Ils consistaient en dos
troncs d'arbres creus6s et recouverts & leurs extr6mit6s de peaux
de brebis. Is jouaient ausdi d'uno espdce de guitar faite d'une
moilii de calebasse avec quatre cordes de soie ou do boyaux
d'oiseaux s6ch6s.





- 20 -


Domingue n'avait guere d6pass6 la valeur de 120,000
lvres. Le roucou avait Wte aussi n6glig6, et quant au
gingembre, auquel le sol convenait A merveille, la
rdcolte en etait insignifiante. La culture de la canne A
sncre 6tait la plus important et la plus avantageuse.
La noindre sucrerie donnait de 2 A 300.000 livres
de rente. La colonie exportait annuellement plus de
1,400,000 quintaux de sucre, repr6sentant la some de
115,000,000 de livres, qui non seulement suffisaient
aux besoins de la m6tropole, mais approvisionnaient
encore une parties de l'Europe. La production du sucre
amenait forcdment celle du tafia. En 1788. I'on en avait
export pour une valeur de 2,000,000 de livres, et ce
ehiffre ne pouvait Atre consid6rd que come celui d'une
industries naissante. Le cafeier avait 6tW assez tardive-
ment introduit dans la colonie, vers 1730. La culture
W'en tait rapidement d6veloppbe et, en 1788, le cafe
6tait represents dans les exportations par le chiffre de
52,000,000 de livres. L'indigo n'avait Wt6 cultiv6e
Saint-Domingue qu'A partir de 17501 et cependant,
en 1788, I'on en. exportait pour une valeur de
11,000,000 de livres. Quant au cotonnier, il paraissait
4tre appel6 A jouer un grand r6le dans l'avenir de la
eolonie. Ein 1788, il avait donnA lieu a une exportation
representant une valeur de 18,000,000 de livres. Le
ooton de Saint-Domingue etait fort appr6ci6; l'on dis-
tinguait plusieurs especes, le coton blanc, le coton
,ouge, le coton de soie. Le sol de la province de l'Ouest

t Jnsqu'au xvnr sikcle, I'on s'etail servi en France du pastel
pour teindre les 6toffes, et ce n'est qu'A partir de 1740 qu'on
employa l'indign.






- 21 -


paraissait convenir tout particulierement A cette culture-
A cette 6poque, les ltats-Unis ne s'6taient pas encore
empares de ce monopole et leur premiere ball n'avait
Wte expedi6e qu'en 1774. Saint-Domingue 6tait ddja un
march important pour cette denree. Aussi, sans la
catastrophe qui se terminal par la ruine de notre colo-
nie, la France aurait probablement Wte amende A fournir
t une parties de l'Europe cette matiere premiere, si pr&-
cieuse pour l'industrie, et y aurait trouv6 les 616ments
d'une grande prosp6rite.
Saint-Domingue n'6tait pas une colonies 6puisee; une
parties de son sol dtait encore en friche. et 1'on n'aurait
pas tard6 A mettre en valeur les terres inoccup6es. Il
6tait question d'entreprendre la culture de la savane
qui separait Saint-Marc des Gonaives. L'on paraissait
vouloir s'adonner A l'616ve du b6tail. En 1788, Saint-
Domingue comptait 50,000 chevaux, 40,000 mulets.
250,000 bceufs et vaches, de nombreux moutons et une
quantity considerable de pores. Des tanneries s'ktablis-
saient et les cuirs donnaient lieu Ai un certain com-
merce. L'on songeait A exploiter les magnifiques forts
de l'lle; le campAche se rdpandait partout et I'acajou,
en se substituant au chene et au noyer, allait transfor-
mer 1'industrie du meuble. Une revolution 6conomique
s'op6rait ainsi dans notre pays et I'on devait en attri-
buer la cause a notre colonie don't la prosp6rite se
d6veloppait, de jour en jour, avec une rapidity qui
tenait du merveilleux. La fortune se plaisait A combler
Saint-Domingue et les planteurs pouvaient en quelque
sorte s'endormir chaque soir avec la certitude d'ac-
croltre leurs richesses le lendemain.






- 22 -


Le movement qui avait lieu en France se reprodui-
sait a Saint-Domingue. Le goAt des lettres commeneait
a se r6pandre et le Cap etait devenu un centre intellec-
tuel. Cette ville poss6dait plusieurs publications perio-
diques, les Affiches amiricaines, la Gazette e de decide
qui s'occupait d'histoire naturelle, de botanique, d'hy-
giene et relatait les nouvelles decouvertes, et I'Alma-
nach de Saint-Domingue, sorte de statistique. Une society
savante, la Socitde royale des sciences et arts, y avait 6tW
fondle; elle poss6dait un mus6e, un cabinet de physique
et de chimie, un jardin des plants, et se r6unissait
rdguli6rement une fois par semaine; un public nom-
breux se pressait A ses stances. Si i Saint-Domingue,
Voltaire et Rousseau avaient peu de lecteurs, l'on se
tenait n6anmoins au courant des nouveaut6s littdraires
et scientifiques. Les livres A la mode 6taient les Saisons
et le Podme pastoral de Leonard, de la Guadeloupe;
Manon Lescaut, et le roman de Bernardin de Saint-
Pierre, Paul et Virginie. Les esprits se portaient surtout
du c6t6 des sciences. Des conferences avaient lieu au
Cap et les sujets que l'on traitait etaient l'6lectricit6, la
physique et la botanique. En 1784, l'on avait lance, au
Cap, un ballon au milieu d'un enthousiasme incroyable'.
A cette 6poque, l'illuminisme 6tait A l'ordre du jour.
L'un des chefs de la nouvelle secte, Martinez Pascalis,
6tait venu dans la colonie et son rite cabalistique avait
recrut6 un certain nombre d'adh6rents. Pendant quel-


SToutes les maisons de la ville avaient Wth pavoisees. Le soir.
if y avait eu grand bal en l'honneur de la conqudte de fair, et la
rue d'oi partit I'a6rostat fut appelbe la rue du Ballon.






-23 -


ques annees, I'on s'6tait livr6 & de nombreuses expe-
riences de magn6tisme. La Franc-maconnerie avait fait
son apparition et des loges avaient Wt6 organis6es au
Cap et a Port-au-Prince. Chez la plupart des creoles, le
sentiment religieux avait profond6ment faibli, souvent
meme disparu. La religion avait fihi par ne plus con-
sister qu'en formalitis et en habitudes. La d6moralisa-
tion etait g6nerale. Les meours des blancs etaient des
plus dissolues et sur les plantations avaient lieu jour-
nellement des faits qu'on ne saurait trop fl6trir. L'on
pent dire qu'A la veille de la Revolution, les Francais de
Saint-Domingue avaient cess6 d'etre chr6tiens, ou ne
I'Ftaient plus que de nom.
La population d'origine africaine laissait A d6sirer
tout autant que les blancs. N6anmoins, il faut recon-
naltre que les mulAtres avaient des moeurs g6nerale-
ment assez pures. Les uns habitaient leurs plantations;
les autres exercaient dans les villes oi ils 6taient fix6s
un mdtier qui leur fournissait les moyens de mener une
existence facile. En some, on pouvait les considerer
comme des colons utiles et une administration, tant soit
pen soucieuse de l'avenir de la colonies, se serait occu-
pie de cette classes interessante.
Quant aux esclaves, leur situation 6tait, ainsi que
noes I'avons dit, des plus miserables. Traits durement
par leurs mattres, on ne les maintenait dans l'obdis-
sance qu'a force de s6v6ritis. Its dtaient profond6ment
demoralisds et la suppression de l'ordre des Jesuites,
qui avaient commence A leur donner une culture reli-
ieuse, avait Wit prejudiciable. A tous les points de vue,
Sla colonie. Livres A eux-memes, les negres s'adon-






- 24 -


naient au f6tichisme et adh6raient i la croyance de
Taudoux. Les sectateurs de Vaudoux poss&daient une
veritable organisation; ils tenaient la nuit des reunions
mystdrieuses, au milieu des bois. Dans chaque assem-
blee, il y avait un roi et une reine que l'on reconnais-
sait a certain insignes. La cdremonie commengait par
des danses; apres quoi, tous les initids renouvelaient
leur serment d'obeissance et s'agenouillaient devant
une couleuvre qui personnifiait Vaudoux. Ils adoraient
oette divinity sauvage. Cette terrible association avait
fini par comprendre la plus grande parties des eselaves.
La colonie lui appartenait en quelque sorte. Les plan-
tours connaissaient son existence. N6anmoins, ils n'y
attachaient aucune importance et la consideraient
comme une sorte de croquemitaine. don't il fallait rire
tant soit peu. L'on eut dit que rien ne pouvait trouble
lear quietude.
En meme temps que Saint-Domingue prenait de l'im-
portance, un esprit public s'y 6tait peu A peu form et
dAvelopp6. Lorsque plusieurs planteurs se trouvaient
rieunis, ils ne se bornaient plus a parler entire eux de
lenr naissance, de leurs pr6tentions A la noblesse, du
prix du sucre et du cafd et de la future recolte. Ils dis-
cutaient les affaires de la colonie, les actes de l'admi-
nistration et se laissaient aller a de violentes recrimi-
nations. Le m6contentement 6tait general et tous les
colons appelaient de leurs voeux un regime qui fit
droit A leurs demands. Le systeme colonial, jusqu'alors
suivi par la m6tropole, ne pouvait pas durer plus
longtemps. Nos compatriotes d'Amirique o'etaient pas
disposes A le toldrer davantage et n'attendaient que la






- 25 -


premiere occasion pour s'en debarrasser. Ils voulaient
des r6formes completes et leurs demands etaient des
plus justes et des plus 16gitimes. Un gouvernement,
tant soit peu eclairB, se serait hat6 de les satisfaire et
de prendre l'initiative d'une revolution, qui s'imposait
de .plus en plus. Malheureusement, avec la cour de
Versailles ii ne fallait pas s'attendre A une politique
intelligence, et, malgr6 ses bonnes intentions, Louis XVI
6tait toujours hesitant lorsqu'il s'agissait de prendre
un parti.
A partir du xvIle sickle, la colonie de Saint-Domiugue
s'4tait transform ; elle avait march vers la prospirit6
avec une rapidity qui tenait en quelque sorte du pro-
dige. Ces progres etaient dus principalement aux
colons don't I'initiative et I'activit6 avaient su mettre
en valeur les richesses de f'lle. L'administration colo-
niale avait Bt. g6ndralement defectueuse. Si quelques
gouverneurs s'ktaient montres A la hauteur de leur
mission, la plupart avaient froiss6 les habitants et
brilld par leur incapacity. Le gouvernement de la
colonies 6tait confi6 A un officer general appartenant A
I'arm6e ou a la marine, et cet usage, devenu en quelque
sorte un principle, avait les resultats les plus ddplo-
rables. Les lieutenants-gdndraux, marechaux-de-camp,
les chefs d'eseadre qui se rendaient dans la colonie,
peasaient n'y faire qn'un s6jour de court duree. Pour
esx, e'Atait un moyen de jouer un r6le et de se cr6er
des droits pour occuper, une fois revenues en France,
une situation plus Blevde ou etre nonmms A un grade
ap~reur. Le systme des gouverneurs militaires qui,
gl9fnt pres d'un demi-siccle, a empech6 le d6veloppe-






- 26 -


ment de 1'Algbrie et en a fait un champ de manoeuvres
destine A procurer de l'avancement, existait & Saint-
Domingue et y produisait des effects analogues.
A Saint-Domingue regnait le despotisme le plus
complete et I'arbitraire 6tait A l'ordre du jour. Charge
de mettre A execution des ordonnances don't l'esprit ne
montrait que trop souvent l'ignorance de leurs auteurs,
le gouverneur general jouissait d'un pouvoir sans
limits. Les fonctionnaires. surtout ceux qui apparte-
naient A l'armBe, traitaient la colonie en veritable pays
conquis. Depuis le trait de Paris, qui avait mis fin des
1763 A la guerre maritime, l'on avait voulu, un instant,
affranchir Saint-Domingue du joug accablant de l'auto-
rit6 militaire, et plusieurs reglements fnrent rendus
dans ce sens. Mais cet essai de reformes avait 6tW
passage, et A partir de 1769 )'on etait revenue aux
anciens errements. L'on disait avec raison que le mili-
taire dirigeait tout. II n'existait aucun conseil charge de
discuter les interdts de la colonie. Les villes de Saint-
Domingue 6taient r6putees places de guerre; dans
chacune d'elles, il y avait un lieutenant du roi, un
major, un aide-major, et ces officers 6taient charges
de son administration. C'Utait, si l'on peut s'exprimer
ainsi, une sorte de bureau arabe. Cette creation, que l'on
avait annoncee comme devant dtre un gage de protec-
tion et de stret6, avait eu au contraire des effects
d6plorables. Les officers ne cherchaient qu'A s'enrichir
en ruinant les colons et ne cessaient de vexer les
habitants, les blancs comme les mulAtres; souvent ils
empachaient le course de la justice, en s'attribuant le
droit de juger. En vertu de cette usurpation, on les






- 27 -


voyait fr6quemment s'opposer aux poursuites exercees
par les cranciers contre leurs debiteurs, accorder A
ces derniers des ddlais au mepris des conventions,
decider des questions de nue-propriRt6, d'usufruit et de
servitudes. Le r6tablissement des milices avait eu pour
resultat de favoriser 1'accroissement du pouvoir mili-
taire. Les habitants libres, quelle que fdt leur couleur,
6taient astreints A des reunions pcriodiques et, sur
I'injonction du commandant de quarter, ils etaient
obliges de se rendre aux lieux de rassemblement, quel-
quefois assez Bloign6s de leur domicile. Avec un tel
6tat de choses, il ne faut pas s'6tonner si les colons
6taient profond6ment irrites et si la domination de la
metropole commencait & leur peser.
Le regime qu'on imposait A Saint-Domingue 4tait
d'autant plus odieux qu'on trouvait dans la colonies
tous les 61ements necessaires pour y developper la vie
politique. Les planteurs, les riches n6gociants consti-
tuaient une classes dirigeante dans toute I'acception du
mot. Au lieu de les faire participer i la chose publique,
les gouverneurs avaient soin de les en carter, comme
s'ils avaient eu A redouter leur intervention. Aussi, nos
compatriotes d'Am6rique aspiraient au jour ou ils
pourraient avoir un conseil Blu charge de voter et de
rdpartir l'imp6t, et des municipalities dans leurs villes
et leurs paroisses. Ils se rappelaient qu'en 1762, sur la
proposition de l'intendant de Clugny, ils avaient Wt4
appeles a nommer des d616gu6s qui s'6taient r6unis
dans la capital de l'lle. Cette reunion avait constitu6
une assemblee don't toutes les decisions avaient Wt6 fort
judicieuses. Cette innovation avait Wt6 malheureuse-






- 28 -


ment 6phemere, mais le souvenir en dtait lidelement
gard6. Il existait un veritable esprit public dans la
colonies. L'on y constatait, il est vrai, des rivalites
locales. C'est ainsi que les provinces de I'Ouest et du
Nord sejalousaient et un violent antagonisme animait
I'une contre 1'autre les villes du Cap et de Port-au-
Prince. De son coOt, la province du Sud se plaignait
d'etre sacrifice. Mais toutes ces divisions disparais-
saient, lorsqu'il s'agissait de soutenir la lutte contre la
n6tropole. Les Francais de Saint-Domingue avaient
conscience de leurs forces et de leurs richesses et
sentaient qu'ils 6taient mdrs pour la vie politique. Ils
voulaient que la colonie cessAt d'dtre une possession,
une simple d6pendance de la m6re-patrie, et fht appel6e
i se gouverner elle-meme. Se debarrasser de la tutelle
administrative, avoir ce que les Anglais appellent le
self-government: tel 6tait leur but, telle 6tait leur ambi-
tion.
Le regime 6conomique auquel etait soumis la colonie
provoquait 6galement des plaintes et des recrimina-
tions. Ainsi que toutes nos colonies, Saint-Domingue
ne pouvait commerce qu'avec la metropole. Le pacte
colonial existait dans toute sa vigueur. Le monopole.
;tabli dans le but de favoriser les armateurs et les ngo-
ciants du royaume, portait un grave prejudice A notre
possession. La cour de Versailles le savait et elle avait
essay de donner satisfaction aux demands reit6r6es
des colons. Contrairement a ce qui avait lieu en France,
une ordonnance de 1727 permettait aux strangers
d'acquerir et de poss6der des terres dans la colonies.
Le m6le Saint-Nicolas avait Wt d(eclar6 port franc.






- 29 -


Cette derniere measure n'avait donn6 que des r6sultats
sans importance. Le m6le Saint-Nicolas, situ6 A une
extr6mitO de l'lle, dans un canton aride, 4tait un
ddbouch6 insuffisant. En 1776, les strangers avaient
Wt6 autorises A vendre des bois de construction, A
condition de prendre comme pavement des sirops et des
tafias. Cette innovation, don't on attendait beaucoup,
avait eu des effects d6plorables. Elle avait port un
grave prejudice A l'entrep6t du ml6e Saint-Nicolas et,
en meme temps, detruit le cabotage de Saint-Domingue
qui, jusqu'alors, ne laissait pas d'etre important.
Les productions de la colonie 6taient aussi riches
que nombreuses. Loin de favoriser leur d6veloppement,
le gouvernement de la m6tropole, fiddle aux anciennes
traditions de la politique colonial. s'ing6niait en
quelque sorte a le restreindre. L'exportation du tabac
itait prohib6e a Saint-Domingue, et celui que I'on
6coulait devait uniquement servir aux besoins des
habitants de Saint-Domingue. L'introduction du rhum
en France etait fort limitee dans le but de proteger les
eaux-de-vie du royaume. II en rdsultait que la colonie
ne produisait annuellement que 15,000 barils de rhum,
tandis qu'elle aurait pu facilement en fournir plus
de 80,000. 11 6tait defendu de fabriquer du sucre en
pain; avoir des raffineries etait le droit exclusif de la
mitropole. En vertu du principle qui fermait les colo-
nies au commerce stranger, les habitants de Saint-
Domingue ne pouvaient trafiquer qu'avec la France et
etaient obligds de s'adresser A elle pour se procurer les
denrwes qui leur manquaient. Alors meme qu'ils
auraient trouve ces denrees A leur porte, du moment






- 30 -


qu'il s'agissait d'un territoire soumis A une domination
dtrangere, ils no pouvaient les acheter directement.
C'est ainsi que les farines que la colonie tirait pour se
nourrir de New-York et de Philadelphie, 6taient d'abord
expedi6es A Bordeaux, et ensuite apport6es dans ses
ports par les navires de cette ville. Les products de
Saint-Domingue, I'indigo, le sucre et le cafe, 6taient
plus que suffisants pour les besoins de la mere-patrie :
nous en approvisionnions alors une parties de l'Europe.
Cette source de richesses n'appartenait pas aux colons,
mais 6tait I'apanage des negociants de la m6tropole
qui, chaque annee, rdalisaient ainsi des benefices consi-
ddrables. La colonic, qui se trouvait 16s6e dans ses
interets, ne cessait de reclamer, mais ses plaintes
demeuraient sans 6cho. Le commerce francais s'oppo-
sait nnergiquement A ce qu'elle put trafiquer avec
1'6tranger et trouvait fort commode de s'enrichir A son
detriment. Cette opinion 6tait en quelque sorte devenue
un principle indiscutable, et un novateur qui serait venu
parler dans les ports de la m6tropole de la liberty
commercial de Saint-Domingue, se serait fait consi-
d6rer comme un ennemni de la chose publique.
Telle etait la situation 6conomique de Saint-
Domingue : elle fut avec le militarism, I'une des prin-
cipales causes de la revolution dans la colonies. C'est
bien A tort, selon nous, que l'on a voulu l'attribuer A
l'influence et au progr6s des idees philosophiques du
xvme si6cle. A Saint-Domingue, pour tout observateur,
l'ancien regime ne pouvait plus durer. Le m6conten-
tement etait gdn6ral, et I'on remarquait un movement
inusite dans les esprits. II se format un courant vers






- 31 -


un nouvel Rtat de choses. et il 6tait facile de constater
que sa force devenait de plus en plus irresistible. La
colonie 6tait i la veille de subir une transformation
plus ou moins complete, et vouloir le nier, ce serait
refuser de se rendre A l'Nvidence.
La revolution d'Amerique, don't le r6sultat avait Wtc
d'6manciper les colonies anglaises, avait eu un grand
retentissement A Saint-Domingue. DWs le debut de la
guerre, les colons avaient t6moign6 leurs sympathies
aux insurgents. Plusieurs d'entre eux avaient pris part
A la lutte et combattu pour l'independance des Etats-
Unis dans les troupes du general Rochambeau, ou avec
les volontaires de Lafayette. De retour dans la colonie,
ils avaient racont6 les E6vnements don't ils avaient WtB
tdmoins. Les colons savaient que les habitants de la
Nouvelle-Angleterre et de la Virginie, apres avoir refuse
de payer des taxes imposees par le gouvernement de
la metropole, s'6taient soulevss. avaient conquis leur
inddpendance et fond6 une jeune republique don't
I'avenir semblait devoir dtre des plus brillants. L'dman-
cipation de l'Amerique qui, tout d'abord, leur avait
paru chose extraordinaire, leur semblait toute natu-
relle, et pour beaucoup, le jour oh Saint-Domingue
s'6manciperait de la metropole, n'6tait peut-ktre pas
fort 6loignC. Cette idee n'etait pas particulibre a nos
compatriotes des Antilles. On la retrouvait dans les
possessions espagnoles. En 1780, le Perou s'6tait sou-
lev6 contre I'Espagne. Peu apres le trait de Paris de
1783, le comte d'Aranda qui y avait pris part en quality
de n6gociateur au nom du cabinet de Madrid, exposait
dans une lettre au roi Charles III, la situation du Mexique











32 -

et de la Nouvelle-Grenade. L'on 6tait m6content; des
complots s'organisaient et I'on songeait A secouer la
domination espagnole. Les sympt6mes devenaient de
plus en plus nombreux. A la Jamaique, dans une lie
restde anglaise, I'on pouvait aussi constater un mou-
vement inusit6. L'affaire des Bostoniens avait eu
partout son contre-coup. Elle avait appris aux popu-
lations du Nouveau-Monde qu'elles pouvaient se passer
de la vieille Europe. L'independance cessait d'dtre un
reve et devenait une reality. La colonie de Saint-
Domingue ktait mtire pour une revolution. L'incendie
couvait sous la cendre, et il suffisait de la moindre
~tincelle pour le faire 6clater.











CHAPITRE II




Les deplate de Salat-Domingue & I'Assemblie Consti-
taante. La latte des eolons centre la mntropole. -
La prenmure assemble eoleniale.




Tel 6tait 1'itat de la colonie de Saint-DomingueAi la
veille de la revolution. La nouvelle de la convocation
des lktats-G6n6raux y produisit une grande agitation.
Le 18 mars 1788, les colons avaient envoy au roi une
adresse ou ils demandaient a nommer des deputes.
Presque au meme moment, les planteurs qui residaient B
Paris, se r6unissaient en une sociRt6 don't les seances se
tenaient a l'h6tel Massiac, d'od lui vint dans la suite,
le nom de cub Massiac. Eux aussi rdclamaient pour la
colonie le droit de nommer des deput6s, et aprfs avoir
fait dans ce sens des demarches pros du ministry de la
marine, de la Luzerne, et pros du roi, ils choisissaicnt
des commissaires et leur confiaient le soin de d4fendre
leurs intfrdts. Ces commissaires ktaient le marquis
3





- 34 -


de Gouy d'Arcy, le comte de Reynaud, le marquis de
Paroy, le due de Praslin, le due de CUreste, le marquis
de PBrigny, M. de Peyrac, le comte de Magolon et le
chevalier Dough. Ils s'adresserent au Conseil d'ltat et
pr6senterent un m6moire a l'Assemblte des notables.
Le gouvernement de Louis XVI ne savait quel parti
prendre. Aussi manqua-t-il de franchise. Le Conseil
d'l;tat jugea que la question de representation des co-
lonies ne devait pas Otre agitee. Le ministry de la
marine qui ne voulait pas fair connattre aux commis-
saires le resultat de cette decision, se content de leur
dire qu'il ne pouvait les reconnattre que comme de
simple particuliers. C'6tait une faute; il fallait s'arreter
A une decision quelle qu'elle fat. De la Luzerne, qui tout
rceemment avait Ctd gouverneur de Saint-Domingue,
auraitd6, mieux que personnel, se douter du mauvais
effet que produirait sa maniere d'agir. L'on eft dit qu'il
Etait aveugle.
Dans la colonies, administration avait une attitude
analogue A celledu ministry. Le gouverneurDuchilleau
Etait en d6saccord avec l'intendant BarbW de Marbois.
Les 4venements, qui [allaient se pr6cipiter, n'6taient
pas de nature A amener un rapprochement eatre eux.
Les colons demandaient I'autorisation de s'assembler
pour nommer des deput6s. Oldissant A des instructions
secretes don't de la Luzerne etait I'auteur, les adminis-
trateurs alliguaient leur ignorance des intentions da
roi, en ce qui concernait I'admission des d6putis des
colonies aux Etats G6nraux, et sur la forme dans
laquelle ii conviendrait de recueillir les sentimelns des colons
relativement a cete demand. Ils cls autorisaient n6an-






- 35 -


moins i pititionner et les invitaient meme A exposer
leurs voeux par lettres ou requires, qui leur seraient
adressdes des differents lieux de la colonie, sans qu'edes
pussent cependait etre signees par plus de cinq personnel ;
fate de quoi, eles devaient dire rejeties comme nules. Ils
defendaient en meme temps. conformiment aux reglemenit
de Sa Majestd, toute assemble illicite, menaCant de pour-
suivre tous ceux qui y assisteraient, suivant la rigueur
des ordonnances. Dans une lettre adressee au gouverneur,
le ministry de la marine ordonnait de privenir la circu-
lation des billets interdits.
C'6tait un veritable defi jet6 a l'opinion publique.
L'indignation fut extreme, et en voyant qu'ils ne
pouvaient rien obtenir, les colons resolurent d'agir.
Depuis quelque temps, un comity s'6tait organism et
avait pris la direction du movement. Ce comity tenait
des seances secretes; il s'etait mis en rapport avec le
club Massiac, et ses ramifications s'etend aientdans touted
les paroisses. II decida qu'il serait procedM aux 6lec-
tions des deputes. L'administration eut beau les inter-
dire; ses efforts etaient impuissants. Dans les paroisses
od I'on craignait quelque coup de force l'on se
reunissait, pour voter, sur ane plantation isolde. A
Port-au-Prince, au Cap, aux Cayes, les elections furent
publiques, et I'administration ne fit rien pour s'y
opposer. Aux Cayes, les deputies du Sud furent regus
triomphalement, et 1'on tira le canon en leur honneur.
La revolution de Saint-Domingue etait commencee.
Dix-huit deputes, six pour chaque commune,
avaient Wete lus, et quoique lear election ne fat pas
reconnue par le gouvernement royal, ils se regarda:ent






- 36 -


comme l1gitimement nommds. Conform6ment A l'usage
suivi en France, les dlecteurs avaient r6digd des
eahiers don't nous r6sumons les principles demands.
La metropole devait reconnaltre a la colonie le droit de
se gouverner elle-meme. 11 6tait 6tabli en principle, que
pour participer au gouvernement dela colonie, il fallait
y etre proprietaire. L'administration de la colonie
devait appartenir aux colons, ainsi que la plupart des
functions publiques. Les cahiers insistaient sur la
creation d'assembl6es provinciales, charges de voter
la loi et I'imp6t. Pour devenir ex6cutoires, les lois
auraient Wt6 sanctionnees par le roi, sur la demand d'un
comitd colonial rdsidant a Paris. La justice devait Otre
pendue par des tribunaux civils A 1'exclusion du mili-
taire. Les colons n'oubliaient pas de montrer leurs pr6-
tentions aristocratiques; c'est ainsi qu'ils demandaient
que l'exercice d'une function publique, pendant quinze
ans, assurAt de la noblesse. Quant aux reformes a
apporter A la condition des homes de couleur, A
1'esclavage, A la repression de la traite, il n'en 6tait pas
fait mention. Ces cahiers indiquaient nettement le ca-
ractere de la revolution de Saint-Domingu'e. Les colons
voulaient avant tout se debarrasser de la tutelle de la
metropole, et reclarnaient pour la colonie le droit de se
gouverner elle-meme. Tel etait leur but, et ils n'en
avaient pas d'autre.
Les d6putes de' Saint-Domingue se rendirent en
France; des leur arrivee A Paris, ils se mettaient en
rapport avec le club Massiac. Au lieu d'y trouver un
appui, comme ils I'avaient esp6er, ils y rencontrerent
des adversaires. Les membres du club Massiac n'avaient
J' *^_ ___






- 37 -


pas pris part aux Elections de Saint-Domingue; ausi
ne voyaient-ils pas d'un bon ceil les d6putes, qui
tenaient leur mandate de leurs concitoyens. De plus, ils
aspiraient a une independance. plus ou moins complete
de la colonie. Ils ne voulaient d'aucune representation
dans le sein des Etats-Generaux, et desiraient seulement
avoir des d6putes aupres de l'Assemblee Nationale et
non dans 1'Assemblee ; de cette faVon la colonie n'aurait
eu rien a dimpler avec la m6tropole. Les deputes de Saint-
Domingue se montraient moins absolus que le club
Massiac. Is reclamaient une constitution; mais ils con-
siddraient lacolonie comme parties intggrante de l'empire
frangais, et penBtr6s de cette idde, ils voulaient que
cette constitution fut d4crit~e par les 'tats-Generaux,
sur la presentation que devait leur en faire une as-
semblee colonial. Les colons auraient nomme cette
assemble; de plus, ils demandaient a envoyer des
diputes aux Etats-Generaux, afin de se concerter avec
la metropole au sujet des lois relatives au commerce
exterieur de la colonie et de ses relations avec les puis-
sances 6trang6res. Ladivision s'accentua entire la deputa-
tion de Saint-Domingue et le club Massiac. Les membres
de cette derniere reunion ne voulaient rien entendre, et
affectaient de designer les repr6sentants de Saint-
Domingue sous le nom de membres du comit colonial. De
son c6te, le gouvernement du roi n'6tait pas mdcontent
de cet antagonism don't il esperait tirer parti. De la
Luzerne ne cachait pas sa maniere de voir A ce sujet. II
croyaitquegrace a la lutte entire les deux partisle regime
anquel 6tait soumise la colonie continuerait de rester en
viueur. De plus, il pensait qu'en se montrant favorable


L-L-~.






- 38 -


aux pr6tentions de la reunion Massiac, il emp4cherait
les deputes de singer aux Etats-Generaux.
DWs les premieres seances des Etats-G6n6raux, les
deput6s de Saint-Domingue s'6taient adresses a la no-
hlesse, qui les accueillit assez mal; ils furent regus par
to tiers-Atat, et le 8juin 1789, ils obtenaient un arret6
fIur accordant la seance, sans n6anmoins leur donner
le droit de voter, sauf A statuer sur leurs pouvoirs. Ils
ctaient presents A la journ6e du Jeu de Paume. Quand
is se virent omis dans I'appel des bailliages, ils s'em-
pressbrent de riclnmer, en faisant remarquer, pour
excuser I'irr6gularit6 de leurs pouvoirs, les difficultbs
tue les colons avaient eues pour se reunir et proceder A
.eur election Le 28 juin, I'Assembl6e les admettait
provisoirement A singer. Le decret du 4 juillet, qui les
admit definitivement, les r~duisait A six titulaires, A
raison de deux pour chaque province de la colonie et A
;intant de supplants. Les six deputies admis 6taient: le
marquis de Gouy d'Arcy, le chevalier de Cocherel, le
marquis de Perrigny, le comte de Reynaud, MM. Gdrard
At de Thebaudiere. Parmi les d4putds supplants, nous
nous bornerons A nommer Larchevesque-Thibaud.
E'est ici que les d6put6s de Saint-Domingue montrerent
leur esprit particulariste. Ils s'engag&rent A rester A
Paris comme s'ils avaient Wtd tous admis A singer A
I2Assembl6e Nationale. Pour ce qui regardait les affaires
de la colonie, les six deputes admis se concertaient
avec leurs douze autres colleagues et se conformaient
toujours A I'opinion de la majority. La deputation de
Saint-Domingue formait une corporation particulikre,
pregnant des arretes, ayant des registres A elle : ses






- 39 -


deliberations furent toujours signees par les dix-huit
deputes originairement 4lus, avec cette simple diff-
rence, que les d&putes admis a singer 6taient designs
sous le nom de deputes votants, et les autres sous celfii
de d6putes supplants.
Les hommes de couleur n'avaient jusqu'& present
joue aucun r61e. Ceux qui habitaient Saint-Domingue,
itaient rests strangers aux evenements. Persuades
que la m6tropole pourrait peut-Atre amiliorer leur
situation, ils penchaient pour la plupart de son e6ti.
Un certain nombre residaient a Paris, et parmi eux,
nous citerons Julien Raymond et Vincent Og6, qui tons
deux, grice a leur fortune et A leur instruction, jouis-
saient dans leur classes d'un grand credit. Its avaient
pris l'initiative d'un movement don't le but Mtait fort
1egitime; ils voulaient mettre un terme A I'avilissement
de leur race. Les mulAtres avaient ripondu & cet appel;
ils avaient nomm6 des commissaires charges de di-
fendre lear cause, et tout naturellement, leur choix
s'btait porter sur Raymond et Og. Un avocat au Con-
sell da roi, de Joly, leur pretait son assistance, et de
plus, ils etaient soutenus par la society des Amis des
aoir, qui s'etait former A Paris en 1787, A l'instar de
celle de Londres. Aprs avoir inutilement essays de sc
faire admettre B I'Assembl6e Nationale, les commis-
aires des gens de couleur s'6taient pr6sentes au club
Massiac, dans I'espoir de gagner A leur cause les sym-
pathies des planteurs. C'est en vain qu'Og6 parla des
wmaleurs qui frapperaient la colonies, si les colons,
qwue que f6t leur origine et leur couleur, au lieu de
akir, persitaient A maintenir les abus du regime co-






- 40 -


lonial. Les prejug6s dominaient au club Massiac, et cet
appel demeura sans echo.
A Saint-Domingue, l'on suivait attentivement les
6v6nements qui s'accomplissaient en France. DMs qu'un
navire jetait I'ancre dans le port d'une ville, les colons
s'empressaient de se porter A la rencontre des passa-
gers et d'en tirer quelques renseignements. Une nou-
velle 6tait-elle tant soit peu intCressante, I'un des nou-
veaux d6barqu6s se rendait au thWetre, paraissait sur
la scene durant un entr'acte. et donnait lecture d'une
notice o& il avait consigned les nouvelles de Paris et de
Versailles. Partout 1'avdnement d'un nouveau regime
etait acclami avec un enthousiasme qui allait jusqu'au
delire. Le comit6 qui siegeait a Port-au-Prince, tout
d'abord secret, tenait publiquement ses seances, et au
moyen de ses ramifications, il 6tait souverain mattre
dans la colonie. Le gouverneur general Duchilleau
voyait son impuissance; comprenant combien son r6le
btait phnible, il n'avait pas voulu rester & Saint-Do-
mingue. DWs le mois de juin 1789, il s'6tait embarqu6
pour la France, avant mdme d'avoir obtenu I'agrdment
du ministry de la marine.
La nouvelle de la prise de la Bastille retentit comme
un coup de foudre; toute retenue fut rompue. L'on
s'6lectrisait au mot de liberty. Les blancs saluaient avec
bonheur la destruction de la forteresse du gouverne-
ment, oppresseur de Saint-Domingue, et pensaient que
dor6navant, la colonie serait d6barrass6e de la tutelle
de la m6tropole. Les hommes de couleur sortaient de
leur indifference apparent, et espiraient que l'inaugu-
ration d'une ere nouvelle ferait cesser leur 6tat d'inf6-





- 41 -


rioritd. Ils tenaient des conciliabules, formaient des
comit6s et se bergaient de l'espoir d'etre admis dans.les
assemblies politiques des blanks. Quant aux esclaves,
personnel n'y songeait; blancs et mulAtres s'entendaient
.pour maintenir les negres dans la servitude. La cocarde
tricolore fut arborde avec ivresse, comme I'embleme de
I'dmancipation de la colonie. Les agents du gouverne-
ment 6taient obliges de la porter. Quant a la cocarde
blanche, elle 6tait consid6r~e comme repr6sentant le
regime colonial qui tombait. Partout eurent lieu des
rejouissances et des fetes. Toute la population libre, les
blancs comme les mulAtres, portait la cocarde trico-
lore. Les quelques rares partisans de l'ancien 6tat de
choses, qui ne voulaient pas se conformer A cet usage,
devenu en quelque sorte une loi, n'osaient se montrer
en public. L'un d'eux, nomm6 Goys, eut I'imprudence
de paraltre sur la promenade de la ville des Cayes, oi
il habitat, sans avoir de cocarde. Un rassemblement
se forma, et on lui demand des explications. Goys r6-
pondit par des propos injurieux A l'adresse de la Revo-
lution. On se jeta sur lui aux cris de : c Vive la colonies. >
I1 fut tud d'un coup de pistolet, et sa tWte promenge au
bout d'une pique, sans que les autorit6s voulussent ou
pussent s'y opposer. Aucune poursuite ne fut exercte
centre les assassins.
L'autorit6 de la m6tropole 6tait completement me-
connue. Les comit6s dominaient, et dans toutes les pa-
roisses des municipalities avaient Wt6 installees. Le
lieutenant g6enral de Blanchelande, qui avait provisoi-
rement remplac6 Duchilleau, voyait son impuissance
et assistant en spectateur aux 6vdnements. Au mois






- 42 -


-de septembre 1789, le nouveau gouverneur g6ndral,
an chef d'escadre, le comte de Peynier, arrivait A Port-
-au Prince. Ce fonctionnaire n'avait rien de ce qu'il
faflait pour maltriser la situation. Homme A esprit
ktroit, imbu des iddes du pouvoir absolu, il se figurait
-qu'une province pouvait Otre administree comme un
regiment, et qu'avec la force on pouvait vaincre tous
les obstacles. 11 n'allait pas tarder A Otre dktrompe.
La situation ne faisait qu'empirer; I'effervescence
ltait A son comble. La nouvelle de la nuit du 4 aoAt
donna lieu A de nombreuses manifestations. Un Te Deum
fut chants dans la plupart des paroisses et i cette occa-
-sion, la petite ville de Saint-Marc fut livrde A l'anarchie
la plus complete. Dans la journee du 12 octobre, un
colon nomm6 Boulin avait Wte maltrait6, pour avoir
paru en public, sans porter la cocarde tricolore, et tous
les blancs, prisonniers pour dettes, mis en liberty. Dans
la soiree, des gens sans aveu pillrent plusieurs mai-
sons et mirent le feu A l'une d'elles. L'on s'empara de
res brigands, et une commission extraordinaire les con-
ilamna A la prison on au bannissement. Le procureur
gindral de la colonie qui rdsidait A Port-au-Prince, La-
mardelle, revendiqua I'affaire, fit conduire les prison-
niers dans la capital et commencer une instruction. A
cette nouvelle, les blanks de Saint-Marc menacerent de
descendre en armes A Port-au-Prince, si le jugement de
,la commission qu'ils avaient nomm6e n'6tait pas exe-
cutt. Le procureur general ceda; e'6tait un encourage-
.doon6 a I'insurrection.
Partout le m4pris du gouverneur s'accentuait de plus
-en plus. La ville du Cap, qui dirigeait le movement,






- 43 -


resolut d'attaquer ouvertement I'autoritO de la mitro-
pole. Dans cette cite, l'eflervescence ddpassait tout ce
qu'on pouvait imaginer. Le thdetre etait devenu le
siege du comity, et chaque jour avaient lieu des reu-
cions des plus tumnltueuses. Le 42 octobre 1789, un
colon nomm6 Chesneau 6tait monte sur la scene, et
avait attaqu6 publiquement Barbe de Marbois, qui par
son administration tracassiere, avait encouru la haine
des habitants. Quelques jours apr&s, la malle du cour-
rier Btait pillIe aux environs de la ville, et I'auteur de
cet attentat n'Btait autre que Chesneau. La marechaus-
see s'empara de sa personnel, et une instruction fut
commence centre lui. A cette nouvelle, la jeunesse du
Cap prit les armes, 'dlivra le prisonnier, le reconduisit
en triomphe A son domicile, et envahit le greffe de la
senechaussee qu'elle livra au pillage.
Ce coup de force enhardit les habitants du Cap. La
ville se souleva; le chef du movement 6tait un riche
planteur, Bacen de la Chevalerie. L'on voulait une vic-
time; elle 6tait d6signee d'avance. C'Utait Barb6 de
Marbois et une expdditton sur Port-au-Prince fut ddci-
dee. Pour exalter les esprits, l'on rdpandit le bruit que
le goovernement avait l'intention d'affranchir les es-
daves, et que 3,000 negres s'6taient r6unis pour sac-
ger le Cap. Les pr6paratifs de I'exp6dition eurent
lieu publiquement, sans que le colonel Cambefort qui
commandait le regiment en garnison dans la ville, s'y
oppoAt. Dans les premiers jours de novembre, la pe-
tite arme, qui, durant le trajet, avait fait de nom-
hr se recres parmi les planters, arrivait devant
Sp,-winee, sans rencontrer la moindre resistance.
rfJLr-,, .






--44--


Barb6 de Marbois venait de s'embarquer pour la France.
Les blancs du Cap sejournerent neanmoins pros d'une
semaine & Port-au-Prince, oi tout en observant une
discipline severe, ils se livrerent A une propaganda des
plus actives. Le gouverneur, le comte de Peynier, s'etait
compl6tement efface; il avait laiss6 occuper Port-au-
Prince, et le regiment qu'il avait A sa disposition n'avait
recu aucun ordre. Son incapacity 6tait notoire, et il n'y
avait pas A computer sur lui, pour maitriser la situa-
tion.
Les colons de Port-au Prince suivirent I'impulsion
qui leur avait WtB donnee, et sit6t le depart de l'armbe
du Cap, des rassemblements parcoururent la ville. Si &
Port-au-Prince, l'on 6tait decide a prendre part au
movement, plusieurs habitants avaient Wte froisses des
pr6tentions des planteurs du Nord, et ne pouvaient ad-
mettre que leur cite, la capital de la colonie, reqft des
ordres du Cap, le chef-lieu d'une province. Les parti-
sans de la mktrolole surent profiter de cette rivalit6
pour rattacher A leur cause un certain nombre de co-
lons. Ils formerent avec eux une corporation, celle des
Pompons blancs, A cause de l'ornement de cette couleur
que ses membres portaient A leur chapeau, comme
signe de ralliement. Mais l'influence de cette associa-
tion se rdduisait A peu de chose, et la direction appar-
tenait, pour le moment, au Cap et aux paroisses du
Nord.
La parties du Nord etait la plus important par sa
situation et ses richesses. La culture et l'industrie y
6taient pouss6es plus loin que dans le reste de l'lle et
le numeraire plus abondant. Le Cap recevait plus de






- 45 -


navires a lui seul que tous les autres ports de I'lle; la
population etait nombreuse dans la province t. Toutes
ces raisons avaient fait que l'esprit public y 6tait plus
d6velopp6, et par consequent plus remuant. Les colons
pens6rent qu'au lieu d'un comit6, une assemblee de
toutes les paroisses de la province jouirait d'un plus
grand credit, et serait pour eux un moyen d'action
pour lutter centre l'autoritM de la m6tropole. 11 avait
Wte procede aux elections dans le courant d'octobre, et
I'on s'6tait dispense de prendre I'avis du gouverneur.
Le 1" novembre 1789, les 6lus s'etaient, pour la plu-
part, r6unis au Cap et constitu6s en assemble, sous le
nom d'assembl6e provincial du Nord.
L'esprit de cette assemble 6tait aristocratique. Les
hommes de couleur n'y avaient aucun repr6sentant; ils
n'avaient pas mdme Wtt admis A prendre part au vote.
Parmi les personnages les plus influents de cette
assemblee, nous citerons Bacon de la Chevalerie, Au-
vray, Daugy, Trdmondrie et Larchevesque-Thibaud.
Ce dernier devait jouer le premier r6le. Au moment de
la convocation des Atats-G6n6raux, il 6tait au Cap,
administrateur des biens vacants. Sa valeur personnelle,
sa fortune, son influence l'avaient fait designer comme
depute 6 Versailles, et il avait et6 admis a titre de sup-
pleant. DMs le 24 aost 4789, il avait donn6 sa ddmis-
sion, en all]guant pour pr6texte que la revolution n'exis-
tant pas encore au moment de son election, il ne pouvait pas
itre das le sens de la revolution, sans prendre l'avis de ses

L'on comptait dans la province du Nord 17,000 blancs,
14.000 hommes de couleur, libres, et 190,000 esclavws.






- 46 -


commettants. Le vWritable motif 6tait que les affaires de la
colonies le pr6occupaient exclusiv3ment. Larchevesque-
Thibaud s'6tait empress de revenir a Saint-Domingue,
et il n'avait pas cess6 de faire entendre des idees d'in-
dependance vis A vis de la m6tropole. Sa parole ar-
dente et son savoir lui donnaient un grand credit.
aussi allait-il devenir I'un des chefs les plus fougueux
du movement. Pour lui, la colonies de Saint-Domingue
devait se gouverner elle-meme et jouir d'un regime
analogue A celui que possede actuellement le Canada.
L'assembl6e provincial du Nord, compose en grande
parties de planteurs, partageait les idees de Larche-
vesquc-Thibaud, et elle allait sans tarder montrer les
sentiments don't elle tait animke. Apres avoir nomm6
president, Bacon de la Chevalerie, elle pretait serment
A la nation, a la loi, au roi et faisait ensuite prdter ce
mfme serment aux fonctionnaires et aux troupes de la
garnison. En quality d'agents de la metropole, les
fonctionnaires ne pouvaient Atre partisans de la revo-
lution colonial; il en 6tait de meme des officers. Mais
ne recevant aucun ordre, tous pretbrent serment.
L'assemblbe provincial, en voyant que son autorite
etait acceptee sans difficulties, se declara en permanence
et vota I'inviolabilit6 de ses membres. Elle s'attribua la
plenitude des pouvoirs 16gislatif et exicutif, dans tout
ce qui concernait le regime int6rieur de la province.
C'Utait une veritable usurpation.
L'un des premiers soins de I'assemble fut de reorga-
niser les milices A limitation des gardes nationals de
France, et de les placer sous ses ordres. Elle s'attribua
ensuite la direction de toutes les caisses publiques et






- 47 -


decida que les livres, brochures, ma.nscrits, estampes oa.
gravures, qui arriveraient dans les ports de la province,
seraient visits, et ne pourraient etre mis en vente,
qu'avec son autorisation. Le but de cette measure htait
facile A comprendre. L'assemble ne voulait pas que
des communications pussent exister avec la France, en,
dehors d'elle. dans la crainte que le gouvernement de
la metropole ne cherchAt A contrecarrer ses actes. Des
comites locaux, des municipalities avaient edt crels
daas toutes les paroisses et les commandants de qu ir-
tier en etaient membres de droit. C'6tit pour les
colons un moyen de rattacher A leur cause tous les
fonctionnaires qui appartenaient aux armies de terre
et de mer. Le conseil superieur du Cap, qui, quelques
ann6es auparavant, avait itc supprim6, fut rktabli et
installed le 6 janvier 1790, le jour des Rois II y eut une.
fMte a cette occasion. La ville du Cap etait pavois6e et
les rejouissances se prolongerent fort avant dans la
nuit. Le colonel Cambefort et tous les officers de son
regiment vinrent fraterniser avec les membres de
I'assembl6e. La province du Nord itait en fait devenue
independante, et personnel ne songeait A rappeler qu'il
existait un gouverneur general, charge de representer
la France.
Ce dernier, le comte de Peynier, se rendait compete.
de la situation, mais son impuissance etait complete.
La garnison du Cap ne reconnaissait plus son autorit&
et ob6issait A l'assembl6e du Nord. C'est en vain que
de Peynier invoquait les d6crets de l'Assemblee Cons-
tituante. On lui r6pondait que ces decrets, rendus en
l'absence des d6put6s de Saint-Domingue, etaient sans






- 48 -


valeur pour la colonie. De plus, on lui reprochait de
faire lui-meme peu de cas de ces decrets qu'il invoquait,
puisqu'il n'avait pas encore fait prAter le serment
civique aux troupes de Port-au-Prince. L'assemble
provincial du Nord se prevalut mdme de cette circons-
tance pour d6clarer ( qu'elle ne reconnaitrait pas le gou-
vernear general come ddpositaire du pouvoir exscutif, taat
qu'il n'aurait pas satisfait a cette obligation i. Decidee A
engager la lutte, elle avait condamn6 1'intendant Barbe
de Marbois A Wtre pendu et son corps br6l6. L'execution
eut lieu en effigie, le soir, A la lueur des torches, en
presence d'une foule immense. A Bacon de la Cheva-
lerie, Larchevesque-Thibaud avait succWde en quality
de president de I'assemble provincial. A peine 6tait-il
nommA, qu'il prenait l'initiative des measures les plus
violentes. Le 29 janvier 1790, il adressait une lettre A
I'Assemblee Constituante pour denoncer le ministry de
la marine, de la Luzerne, comme un tyran, I'accuser de
fomenter des insurrections et demander pour la colonie
le droit de se gouverner elle-mdme. Deux jours aupa-
ravant, le 22 janvier, l'assemblee provincial avait
interdit toute correspondence avec de la Luzerne, sous
peine d'etre d6clar6 traitre, et proclame que les assem-
blies coloniales seules avaient le droit de statuer sur
les affaires des colonies.
Du Nord, le movement avait gagn6 les autres pro-
vinces. Dans I'Ouest o6 se trouvait Port-au-Prince, le
siege du gouvernement, il fut plus long A se produire,
et moins violent. Jusqu'A la fin de 1789, les colons
s'6taient contents d'avoir un comit6 provincial od le
comte de Peynier avait BtW admis en sa quality de gou-





- 49 -


verneur g6ndral. Ce ne fut qu'au commencement
de 1790, que les ddputes des paroisses de l'Ouest se
r4unirent A Port-au-Prince. Ils se bornerent A se cons-
tituer en simple assemble electorale, A reorganiscr le
comity provincial, a lui confier administration de la
province et A exiger le serment civique tant du gouver-
neur gendral que des troupes. Apres quoi, ils se s4pa-
rerent en pregnant quelques arretds de peu d'importance.
II 6tait bien evident que dans l'Ouest, l'esprit public
differait sensiblement de celui du Nord. Cette divergence
s'expliquait facilement, lorsqu'on connaissait la rivalit6
qui existait entire les deux villes de Port-au-Prince et
du Cap. Dans I'Ouest, 1'on etait jaloux de la province
du Nord, et de ses pretentions A la suprematie. De plus,
'on craignait de voir le siege du gouvernement trans-
[fer de Port-au-Prince au Cap, comme il en etait ques-
tion. Toutes ces raisons exergaient une influence
serieuse, si bien que les colons de l'Ouest, tout en d6si-
rant la suppression de I'ancien regime, n'6taient pas
disposes A entrer en lutte ouverte avec la metropole.
Les idWes d'autonomic y 6taient, pour le moment, moins
accentuees que dans le rest de l'ile.
11 n'en 6tait pas de meme dans le Sud. Cette province,
moins 6tendue et moins people' que les deux autres,
teait, en mdme temps, celle o6 la culture etait le moins
avancee. 11 fallait attribuer cette inf6riorit6 A I'espkce
d'abandon oI le Sud avait Wt6 laiss6. Cette parties de
I'lle avait Wte colonisde apres le Nord et I'Ouest. On

I Dans le Sud, on comptait 11,000 blancs, 10,000 hommes de
couleur libres et 130,000 esclaves.






- 50 -


n'y trouvait aucun centre important, et sa capital, les
Cayes, 6tait une petite ville de 5,000 habitants. L'indus-
trie se reduisait A peu de chose et les capitaux 6taient
fort rares. II en r6sultait que les habitants du Sud se
regardaient comme sacrifice, et que, chez eux, le mdcon-
tentement etait g6enral. Ils demandaient, depuis plu-
sieurs ann6es, un conseil superieur pour leur province,
des 6coles publiques, une garnison aux Cayes, comme
au Cap et A Port-au-Prince, et une diminution de la
taxe qui frappait leurs products, au moment de leur
sortie. Le Sud devait forcement accueillir avec joie la
nouvelle d'une revolution. Comme les communications
avec le Nord 6taient difficiles, I'agitation fut longue .
se produire. Mais, lorsqu'on apprit les 6v6nements du
Cap, ce fut comme une trainee de poudre. Les paroisses
nommnrent des municipalities, Mlurent des d6putes qui,
le 15 f6vrier 1790, se r6unissaient aux Cayes et se cons-
tituaient en assemblee provincial. A limitation de
celle du Nord, la nouvelle assemblee s'attribua les pou-
voirs les plus 6tendus, reorganisa les milices, et s'em-
para de la gestion des finances. L'autoritB du gouver-
neur general etait conspuke et les relations officielles
avec Port-au-Prince A peu pros interrompues. L'esprit
d'autonomie qui dominant dans le Nord, se retrouvait
dans la plupart des paroisses du Sud.
Jusqu'alors, les homes de couleur n'avaient jou6
aucun rl6e; ils esp6raient que la chute de l'ancien
regime changerait leur situation. Tout en declarant
vouloir amiliorer le sort des mulAtres, les blancs regar-
daient le droit de gouverner la colonie comme dtant
leur monopole, et entendaient se le r6server exclusive-






51 -

ment. A Paris, c'est en vain que les hommes de couleur
s'6taient adresses au club Massiac; ils s'etaient heurt6s
& des prejuges invincibles. II en 6tait de meme a Saint-
Domingue. Les hommes de couleur etaient exclus des
comites, des municipalities, des assemblies provinciales.
Dans plusieurs paroisses, on avait meme voulu les
empecher de porter la cocarde tricolore, et pour les y
autoriser, il avait fall un ordre formel des administra-
teurs. Le mepris que les colons en Alg6rie ont pour les
Arabes, ne nous donne qu'une idee imparfaite de celui
des blancs pour les mulAtres, dans notre colonie am6-
ricaine. Pour le moment, les hommes de couleur suppor-
talent, sans avoir recourse a la force, les vexations
auxquelles ils 6taient en but. Ils attendaient que
I'Assembl6e Constituante prit la defense de leur cause;
mais il etait evident que leur patience finirait par se
lasser. Un soulivement ('tait a craindre de leur part.
Les blancs ne n('ligeaient rien, du reste, pour le
provoquer. Au Cap. deux colons que leur bienveillance
pour les negres, faisait passer pour Wtre partisans de
leur affranchissement, avaient dtd, au mois d'oc-
tobre 1789, insults et outrages. L'un 6tait promend
sur un Ane A travers la ville et hue par la populace;
I'autre oblige de prendre la fuite et brWld en effigies.
On faisait circular les nouvelles les plus alarmantes,
et, a chaque instant, la inilice organisait des expedi-
tions. Le bruit court que Moreau de Saint-Merry,
nomme intendant de la colonie, etait sur le point de
dhbarquer avec l'intention de soulever les esclaves. Le
23 octobre, plusieurs voiles etaient signalees A l'horizon.
L'emotion dans tout le quarter du Cap fut extreme.






- 52 -
B


On battit la g6ndrale, et tous Ics blancs coururent aux
armes. Aussit6t que les navires eurent jet6 I'ancre, ils
en prirent possession et se livrerent A une perquisition
des plus minutieuses, dans le but de s'eniparer de
Moreau de Saint-Merry et de le pendre A la vergue d'un
mAt. Heureusement que ce dernier ne se trouvait pas A
bord et dtait rest en Europe. Quelques jours aupara-
vant, un mulatre de la ville, nommn Lacombe, avait
adressi au comity provincial une supplique o& il r6cla-
mait pour sa caste la jouissance des. droits politiques.
Pour appuyer sa demand, il declarait que tous les
hommes 6taient 6gaux devant Dieu. Sa requete fut
jugde criminelle par les blancs. II fut arrWte et pendu,
sans que son proces eut donn6 lieu a aucun commen-
eement d'instruction.
Ces exces n'6taient pas particuliers au Cap. On pou-
vait en signaler d'analogues dans plusieurs paroisses.
Dans l'Ouest, les hommes de couleur se bornaient a
demander I'autorisation de se r6unir pour nommer des
d6l6guds A 1'assemblie, qui devait sous peu inaugurer
ses s6ances A Port-au-Prince. Les mulAtres du Petit-
Goave pr6senterent, dans ce sens, une petition don't
I'auteur 6tait un blanc, le senechal de leur ville, Fer-
rand de Baudieres. Cette petition excita l'indignation
des colons. Les porteurs de la petition furent arretbs,
et Ferrand de BaudiBres eut la tate tranchee, comme
traltre, sur la proposition du president du comit6 local,
Valentin de Callion. L'effervescence dans le Sud 6tait
na m6me. Dans la paroisse d'Acquin, les maisons de
plusieurs mulAtres furent mises au pillage. Un plan-
nomm6 Labadie, qui appartenait A la clause de








couleur, voyait sa demeure envahie par une troupe de'
blancs arms, sous le commandement du lieutenant de
la mar6chauss6e. Un de ses esclaves 6tait massacre;
lui-mAme recevait trois blessures et n'6chappait A la
mort que par une sorte de miracle. La terreur r6gnait
dans toute la colonie.
Le gouvernement du roi et 1'Assemblbe Constituante
inspiraient une gale mtfiance aux colons, qui
desiraient avant tout la reunion d'une assemblee colo-
niale, afin que Saint-Domingue fit r6gi parses propres
lois. Cette id6e avait trouv6 un accueil favorable, A
Paris, au club Massiae, don't les membres 6taient par-
venus A s'entendre avee le ministry de la marine, et
A obtenir de la cour I'autorisation de rdunir une assem-
hlie a Saint-Domingue. Cette assemble n'avait pas
le pouvoir 16gislatif et devait se borner & 6mettre des
vceux. Sur ce point, I'aceord existait entire le club
Massiac et le ministry de la marine. Tel n'dtait pas
I'avis des colons de Saint-Domingue. qui voulaient que
la future assemble eut les attributions 1igislatives. De
la Luzerne avait adress6 au gouverneur general, en
mdme temps que l'ordre de convoquer les Blecteurs,
une lettre confidentielle, pour que lui et les fonetion-
naires usassent de leur influence personnelle, pros des
Mlecteurs, afin de Frevenir ou de moddrer la chaleur des
esprits et de fair nommer des partisans de la mdiropole; un
duplicate de cette lettre arriva par la voie du Cap..
L'assemblie du Nord intercepta le paquet et I'ouvrit
Sa colore n'eut plus de bornes. Elle fit publier la lettre
dans toute la colonies, denonca la conduite de la
Luzerne et flUtrit celle du club Massiac. Elle decara muls


- 53 -






- 54 -


lbs pouvoirs envoys par les propri6taires de lacolonie
risidant en France, et ordonna & ceux qui composaient
le conciliabule de i'khtel Massiac de se rendre a Saint-
Domingue, dans le delai de huit mois, ou d'envoyer A
leurs fond6s de procuration, leur renonciation formelle
de se meler des affaires de la colonie, ou de se r6unir
ailleurs que dans la colonies, sous peine de confiscation
de leurs revenues. L'assembl6e du Nord enjoignait en
mdme temps aux d6putes de Saint-Domingue de rester
pros de I'Assemblee Constituante, pour recevoir les
ordres que la colonies pouvait leur faire parvenir.
Cette declaration regut une approbation g6enrale.
Les idWes d'dmancipation s'affirmaient de plus en plus.
Le gouvernement avait convoqu6 I'assemble colonial
pour le 15 mars 1790; I'assembl6e provinciale du Nord
declara cette date illigitime et attentatoire aux droits de la
colonie. Les trois assemblies provinciales se concer-
tLrent pour proc6der a I'election colonial. 11 fut decide
que les d6putes devaient Utre nommes par les assem-
blies primaires de chaque paroisse, composes des
oitoyens qui 6taient domicilids depuis un an et payaient
Vimp6t. Le vote par procuration 6tait interdit. Le
nombre des deputies fut plus considerable que ne I'avait
fixi le ministry de la marine; il etait de deux cent
douze, don't quatre-vingts pour le Nord, soixante-qua-
torze pour l'Ouest et cinquante-huit pour le Sud. Les
deputies Mlus s'engageaient a n'accepter aucune place,
faveur ou grace du gouvernement, pendant une pdriode
de dix ans, A partir de leur election, A moins du con-
sentement expr&s de I'assemblee colonial. Par defiance,
il fut d6cid4 que l'assemblee colonial se r6unirait non






- 55 -


pas & Port-au-Prince, le siege du gouvernement, mais
dans la petite ville de Saint-Marc. La date de la
reunion dtait fixWe au 25 mars 1790. Toutes ces dispo-
sitions avaient Wth prises, sans que 'on consultAt le
gouverneur general don't le rl6e devenait de plus en
plus insignificant.
Les hommes de couleur esperaient que les blancs
voudraient bien les admettre dans les assemblies pri-
maires; si dans deux ou trois paroisses l'on fit droit a
leurs demands, ils furent systdmatiquement exclus
dans les autres, souvent meme insults et outrages.
Dans la province du Nord, A peine voulait-on les consi-
derer comme des Otres doues de raison. L'assemblic
de I'Ouest ne les admettait A preter le serment civique,
qu'en ajoutant la formule la promesse du respect envers
les blancs. Cet arret6 odieux provoqua un meconten-
t ment gdenral. Les mulAtres de la paroisse des
Verrettes refuserent de s'y soumettre. et au mois de
janvier 1790, ils se r6unissaient a Plassac sur les bords
de I'Artibonite. Le comte de Peynier fit marcher contre
eux un detachement du regiment de Port-au-Prince;
les principauxmeneurs furent arretes. Presque partout,
le serment eiig6 des hommes de couleur leur attirait
des vexations et des outrages. Plusieurs d'entre eux
furent massacres, et leurs habitations incendi6es.
L'assembl6e du Sud alla jusqu'A faire comparaltre
devant elle les hommes de couleur pour leur ordonner
de ne pas oublier la subordination et la difdrence envers les
blames. Pousses A bout, les mulAtres voulurent resister
et formerent des rassemblements dans plusieurs pa
roisses. Comme la plupart 6taient sans armes, ils






- 56 -


furent facilement BcrasBs. NBanmoins. I'on ne pouvait
plus se faire illusion; tout indiquait une prochaine insur-
surrection des homes de couleur, si leurs reclama-
tions n'6taient pas 6cout6es.
Les blancs ne paraissaient pas s'inquieter beaucoup
de cette agitation; A les entendre parler, l'on eat dit
qu'elle etait sans importance. L'on remarquait, du
reste, qu'ils avaient tendance A se diviser, et que
I'esprit d'unitO qu'ils avaient montre au debut de la
Revolution commengait A leur faire defaut. Deux parties
se trouvaient en presence l'un de I'autre : celui des
planters, des grands blancs, comme l'on disait alors,
dtait de beaucoup le plus nombreux. L'autre parti se
recrutait principalement parmi les n6gociants, et
dominant A Port-au-Prince et au Cap. Les habitants de
cette derniere ville n'avaient pas tarde A s'apercevoir
que l'Ctat de trouble et d'anarchie que traversait la
colonies 6tait peu favorable A leur commerce. De son c6te,
I'assemblte du Nord, qui voyait que son rl6e finirait,
du moment qu'une assemblee colonial serait r6unie,
penchait vers le deuxi6me parti et entratnait avec elle
un certain nombre de paroisses du Nord. Tout en
r6clamant l'autonomie de la colonies, ce parti voulait
renouer avec la m6tropole et reconnattre son autoritd,
afin d'avoir la paix et la security. II n'en 6tait pas de
m6me des planteurs qui revaient une ind6pendance A
peu pres complete. Pour eux, Saint-Domingue n'6tait
pas une colonies, mais une terre franco-ambricaine,
libe par un contract avec la France. Ils ne voulaient
rien avoir de commun avec l'Assemblde Constituante. et
l1 gouvernement du roi aurait 4t6 simplement repr6-






- 57 -


sent par un dl16gud rdsidant A Port-au-Prince. Le-
regime qu'ils d6siraient pour Saint-Domingue, aurait
eu une certain analogie avec l'union personnelle qui
regit actuellement les rapportsde la Suede et de laNor-
vege.
Les elections eurent lieu. Le parti des planteurs-
obtirit la plupart des nominations. L'assemblie colo-
niale 6tait surtout composee de propridtaires fonciers,
possedant de nombreux esclaves et fort entiches de
leurs pr6juges. L'on y voyait seulement quelques
hommes de loi et des negociants qui avaient Wt6 en-
voyds par les villes de Port-au-Prince, du Cap et de
Saint-Marc. II etait facile de deviner l'esprit de la nou-
velle assemble. Ses membres affectaient de s'intituler
caltivateurs. Les principaux dtaient Daugy, Larche-
vesque-Thibaud, Bacon de la Chevalerie, Hanus de
Jumdcourt, Borel, de Cullion, Millet et Bruley. Le 25.
mars 1790, I'assemblhe se reunissait a Saint-Marc; le
15 avril, elle se constituait d6finitivement et s'intitulait
Assemblee gdndrale de la parties franfaise de Saint-Do-
mingue, et nommait pour president Bacon de la Che-
valerie. Elle ne fit pas mention du serment civique, et
le gouverneur general fut seul A le rappeler dans son,
discours. Mais elle eut soin de faire ecrire sur le rideau
qui decorait la salle des seances ces mots : c Saint-
Dominque, la loi, le roi, notre union fait notre force. v En
snbstituant le mot Saint-Domingue A celui de la nation,
I'assemblde montrait assez son intention de faire de la
colonie un Ctat ind6pendant, n'ayant pas d'autre lien
avec la France que celui de l'union personnelle avec
le roi.






- 58 -


L'assemble colonial confirm immddiatement ses
sentiments par ses actes. Dans l'une de ses premieres
s6ances, elle apprenait I'arrivie d'un detachement de 300
soldats, destines A renforcer les garnisons de I'tle. Elle
prit la resolution de ne pas les recevoir, et de les ren-
voyer en Europe, sur le premier bAtiment qui serait
ca partance. Pen de jours apres, s'adressant au gou-
verneur gEneral qui rappelait que la colonie 6tait
parties intcgrante de I'empire francais, le president,
lacon de la Chevalerie, repondait que les colons dtaient
aussi bons FraWnais que lewrs frires d'Europe, et qu'd leur
e.remple, ils rentraient dans I'exercice de leurs droits ets'oc-
rteiaitent d'eleer les bases d'une bonne constitution. Le
iteret du 8 mars 1790 rendu par I'Assemblee Consti-
tuante avait accord une certain autonomie aux
colonies. Des assemblies locales 6taient institutes;
mais I'Assemble Constituante se reservait les attri -
butions legislatives. L'assemblIe colonial, qui disap-
prouvait ce ddcret, ne s'6tait decide A I'enregistrer
que le 10 juin. En m~me temps, elle ddcidait que les
lettres et paquets adress6es au gouverneur g4ndral et aux
administrateurs de la colonie, seraient dordnavant ou-
verts par le president en presence de I'assembl6e.
Dans la seance du 27 avril, I'assembl6e instituait des
comit6s de rapports avec la metropole, de constitution,
de 16gislation, de commerce, de finances, d'agriculture
et de la force armbe. Le gouverneur gdndral n'avait
plus ainsi le droit de correspondre avec la France; il
n'avait meme plus le commandement des troupes.
Le comitd de constitution ne perdit pas de temps, et
le 22 mai il presentait A I'assemblee un project de cons-





- 59 -


titution qui fut adopt A l'unanimit6, aprbs quatre jours
de discussion. Ce project Btait I'oeuvre de Daugy et de
Larchevesque-Thibaud, principalement du second. II
4tait precede d'une declaration of il 6tait dit que les
droits de la parties francaise de Saint-Domingue avaient
&t6 loagtemps mWconnus et oublids, et que la meme parties
francaise de Saint-Domingue, trop peu connue de la
France, avait seule le droit de statuer sur son regime
interieur, sans que 1'Assemblee Nationale eat A inter-
venir. La constitution que nous reproduisons n'6tait que
le d6veloppement de cette declaration :
Art. ie'. Le pouvoir 16gislatif, en ce qui concern
le regime interieur de Saint-Domingue, reside dans
I'assemblee de ses repr6sentants constitubs en assem-
blee g6nerale de la parties fran;aise de Saint-Do-
mingue.
Art. 2. Aucun acte du corps 16gislatif, en ce qui
concern le regime int6rieur, ne pourra 6tre consider
comme loi definitive, s'il n'est fait par les repr6sentants
de la parties francaise de Saint-Domingue, librement et
I1galement Blus, et s'il n'est sanctionn6 par le roi.
Art. 3. Tout acte 1gislatif faith par I'assemblhe
generale, dans le cas de necessity urgente, et en ce qui
concern le regime intbrieur, sera consid&r6 comme loi
provisoire; dans ce cas, ce decret sera notified au gou-
verneur general qui, dans les dixjours de la notification,
le fera promulguer et tiendra la main a son execution
ou remettra A I'assemblde generale ses observations
sur le contenu dudit deret.
Art. 4. L'urgence, qui d6terminera I'ex6cution pro-
visoire, sera ddcid6e par un decret spare, qui ne






- 60 -


pourra 8tre rendu qu'A la majority des deux tiers des
voix prises par I'appel nominal.
Art. 5. Si le gouverneur general remet des obser-
vations, elles seront aussit6t inscrites sur le registre
de l'assemblee generale. II sera proc6dd a la revision
du decret, d'apres ces observations. Le decret et les
observations seront livres A la discussion dans trois
differentes seances ; les voix seront donnees par oui et
par non pour maintenir ou annuler le d6cret. Le proces-
verbal de la deliberation sera sign par tous les
membres presents, et ddsignera la quantity de voix qui
auront Wt6 pour l'une ou pour I'autre opinion. Si les
deux tiers des voix maintiennent le decret, il sera pro-
mulgu6 par le gouverneur general et execute sur-le-
champ.
Art. 6. La loi devant 6tre le consentement de tous
ceux pour qui elle est faite, la parties frangaise de
Saint-Domingue proposera les plans concernant les
rapports commerciaux et autres rapports communs :
les decrets qui seront rendus A cet regard par l'Assem-
blee Nationale ne seront ex6cutes dans la parties fran-
caise de Saint-Domingue que lorsqu'ils auront At6
consentis par I'assemblee g6nerale de ses repr6sentants.
Art. 7. Ne seront pas compris dans la classes des
rapports communs de Saint-Domingue avec la France,
les objets de subsistence que la necessity forcera d'in-
troduire. Mais les decrets qui seront rendus a cet egard
par l'assemblie g6enrale seront aussi soumis a la
revision, si le gouverneur present A leur sujet des
observations dans le delai fixed par I'article 3, I'on
observer toutes les formalities prescrites par I'article 3.






- 61 -


Art. 8. Tout acte fait par I'assembl6e g6nerale et
execute provisoirement dans le cas de necessity
urgente, n'en sera pas moins envoy sur-le-champ A la
sanction royale. Si le roi refuse son consentement audit
acte, l'ex6cution en sera suspendue, aussit6t que ce
refus sera loyalement manifesto a I'assembl6e gdn6-
rale.
Art. 9. L'assembl6e g6ndrale sera renouvel6e en
totality tous les deux ans et aucun des membres qui
aura si6ge dans I'assembl6e prtcedente ne sera eligible
A la nouvelle.
Art. 10. L'assembl6e d6crAte que les articles
ci-dessus, comme faisant parties de la constitution de la
parties francaise de Saint-Domingue, seront incessam-
ment envoys en France pour 6tre presents A I'accep-
tation de I'Assembl6e Nationale et du roi. Ils seront, en
outre, envoys A toutes les paroisses et districts de la
parties francaise de Saint-Domingue et notifies au gou-
verneur g6enral.
En votant cette constitution, I'assemble colonial
montrait ses tendances s6paratistes et, chaque jour,
devenait plus audacieuse. Ses partisans, qui avaient
adoptO comme signe de ralliement un pompon rouge
par opposition au pompon blanc, dominaient dans la
plupart des paroisses. Les garnisons de Port-au-Prince
et du Cap ttaient indisciplin6es, et A differentes reprises
les soldats s'etaient mutin6s centre leurs officers.
L'assemblie colonial 6tait maltresse de la colonie.
Effray6 de ses pr6tentions, de Peynier, qui jusqu'alors
n'avait montr6 que de la faiblesse, resolut d'organiser
Ja resistance. Dans ce but, ii accueillit favorablement






- 62 -


les reclamations des hommes de couleur, a qui I'on
refusait toujours les droits politiques, et se mit en rap-
port avec les soldats, en pregnant part a leurs banquets
civiques. De plus, il chercha A ranimer le zele des
fonctionnaires, trop souvent d6faillants, et encourage
les reunions des pompons blancs. Sur ces entrefaites,
arrivait dans la colonies, le colonel de Mauduit pour y
commander le regiment de Port-au-Prince. Son dnergie
I'eut bient6t d6sign6 comme chef aux partisans de la
metropole. Deux parties se trouvaient ainsi en presence
l'un de I'autre. Une lutte 6tait inevitable : elle n'allait
pas tarder A se produire.
L'assembl~e colonial se consid6rait comme d6posi-
taire de la souverainet6 de Saint-Domingue et, par
consequent, elle 6tait disposee A faire peu de cas des
assemblies provinciales. Celle du Nord lui portait par-
ticulibrement ombrage. L'assembl6e colonial avait
rendu un decret limitant le taux de l'interet qui,
parfois, allait jusqu'A I'usure. Ce decret visit surtout
les negociants du Nord, alors en grande majority dans
I'assemblee de cette province. II y eut immddiatement
rupture entire le Cap et Saint-Marc. Jalouse de la supr6-
matie de l'assemblie colonial, I'assemblee du Nord se
prepara a la resistance. Cette opposition surprit
I'assembl6e colonial, qui ne s'y attendait pas. Six
commissaires furent envoys par elle au Cap dans un
but de conciliation. L'assembl6e du Nord leur ordonna
de sortir de la ville dans les vingt-quatre heures, et
prononca la dissolution de la municipality du Cap don't
les sympathies pour I'assemblee colonial n'6taient plas
douteuses. Elle fit appel aux paroisses du Nord et






- 63 -


d6clara officiellement cesser toute relation avec Saint-
Marc. Sans se montrer aussi r6solue, I'assembl6e du
Sud avait une attitude analogue et plusieurs paroisses
de I'Ouest paraissaient disposees A suivre son example.
L'assembl6e colonial n'en persist pas moins dans
ses resolutions. Elle pensait qu'a force d'audace elle
arriverait a vaincre les resistances et, sur la proposition
de Larchevesque-Thibaud, elle d6cida de cesser tout
rapport avec I'assemblee du Nord, de soulever contre
elle la ville du Cap et de correspondre directement
avec les municipalities et les comites provinciaux. Elle
rdsolut de prendre les measures les plus 6nergiques.
Apr&s s'etre ddfendue de vouloir l'ind6pendance vis-A-
vis la m6tropole, elle declara traltres tous ceux qui
feraient de l'opposition a ses actes souverains, proclama
l'ouverture des ports de la colonie A toutes les nations
et d6creta le licenciement des deux regiments colo-
niaux, afin d'en faire une garde national soldee, et,
pour gagner les sous-officiers de ces regiments, elle eut
recours A toutes les seductions. La plupart des sous-
officiers et des soldats ne rdeondirent pas A cet appel.
Le seul d6tachement du regiment de Port-au-Prince,
qui dtait en garnison A Saint-Marc, se laissa embaucher.
II n'y avait plus de doutes A garder : I'on etait A la
veille de la guerre civil.
Encourages par les fonctionnaires, les pompons
blancs et les homes de couleur, le gouverneur g6enral
de Peynier comprit enfin la necessit6 d'agir. 11 pensa
avec raison qu'il fallait avant tout dissoudre le comitl
provisoire de I'Ouest qut si6geait A Port-au-Prince (t
6tait entierement d&vou6e l'assemblPe colonial. Dans






- (4 -


la nuit du 29 au 30 juillet 1790, le colonel de Mauduit
rebut I'ordre de se porter, a la tWte des grenadiers de
son regiment et d'un d6tachement de pompons blancs,
vers le lieu od le comity tenait ses seances. Un attroupe-
ment en couvrait les approaches. De Mauduit proclama
la loi martial. Le chef de I'attroupement rdpondit en
commandant aux siens une fusillade qui tua une quin-
zaine de soldats. ExaspBree, la troupe fit une charge A
la bai'onnette. Les d6fenseurs du comite prirent la fuite;
trois d'entre eux avaient Wt6 tues et quarante arr4tks.
Dans le but de manager l'opinion publique, le gou-
verneur les fit mettre en liberty. Le colonel de Mauduit
eut le tort de faire deposer chez lui, comme un trophie
pris sur l'ennemi, les drapeaux des trois districts de
Port-au-Prince qu'il avait trouv6s dans la maison du
comitd. Cette satisfaction d'amour-propre lui attira la
haine genarale.
DWbarrass6 du comitd provisoire de I'Ouest, le gou-
verneur songea A abattre la puissance de I'assembl6e
colonial. Le colonel de Mauduit reput I'ordre de se
porter sur Saint-Marc avec une parties de son regiment,
de faire le siege de cette ville en cas de resistance et de
combiner ses movements avec le corps de troupes qui
itait sorti du Cap, conform6ment aux instructions de
I'assembl6e du Nord. L'assembl6e colonial semblail
dispose a soutenir la lutte et appelait lee bons citoyen:
A sa defense. Des deux c6tss, l'on se prdtait les projeti
les plus absurdes. Le gouverneur faisait repandre 1(
bruit que I'assemblee colonial avait vendu la colonit
aux Anglais; cette derniere pretendait que le gouver
ineur appelait les Espagnols et criait A la contre-r6vo





- 65 -


lution. Dans les deux parties 1'exaltation Btait extreme.
Pour le moment, le gouvernement semblait avoir
I'avantage. L'assembl6e colonial avait bien pour elle
la masse des planteurs et des petits blancs; mais aux
troupes r6gulieres, qui se disposaient A venir l'atta-
quer, elle n'avait A opposer que la petite garnison de
Saint-Marc. Ses partisans ne pouvaient arriver A temps
pour lui preter assistance. Aussi sa situation 6tait-elle
des plus critiques quand elle apprit que le vaisseau le
Liopard venait de se prononcer en sa faveur.
Le Liopard 6tait depuis quelque temps en rade de
Port-au-Prince. Son 6quipage avait Wte gagn6 A la
cause de I'assembl6e colonial par les soins du comity
provincial de I'Ouest. Le commandant de ce vaisseau,
le marquis de la GalissonniBre, qui se trouvait A terre
lors de la dissolution du comity, avait refuse de
reprendre son commandement, en voyant les disposi-
tions de ses matelots. Le second du bAtiment, qui 6tait
un cleble de Saint-Domingue, le baron de Santo-
Domingo, accept avec plaisir de le remplacer. Le
gouverneur donna I'ordre au Liopard de partir sur-le-
champ pour la France. Comme il ne se pressait pas
d'obbir. les batteries des forts se mirent en measure de
tirer dessus A boulets rouges. Le navire appareilla;
mais au lieu de s'en retourner en Europe, il vint
mouiller A Saint-Marc. L'equipage envoya son nouveau
commandant, de Santo-Domingo, faire acte d'obeis-
sance A I'assemblde et declarer en son nom que, pour sa
defense, il dtait prit a verser la dernikre goutte de son
sang.
Cette declaration inattendue et la mar.he des troupes








de Port-au-Prince deciderent l'assembln e colonial .
s'embarquer en masse pour aller implorer, en France,
la justice national. Par suite des maladies et des defec-
tions, le nombre des deputies se trouvait r6duit i cent.
Le Liopard en requt A son bord quatre-vingt-cinq; ii
emmenait en meme temps la plus grande parties des
soldats de la garnison de Saint-Marc. Le 8 aoAt, it
mettait A la voile et touchait A Brest dans les derniers
jours de septembre. L'assemble colonial fut revue
avec enthousiasme par la commune de Brest, au bruit
des salves d'arlillerie et du son des cloches. Les gardens
nationaux se disputerent I'honneur de l'escorter et ses
membres etaient regards comme des victims infortu-
nies du despotisme. II est A remarquer que le sijour des
ddputes de Saint-Domingue A Brest coincide avec une
insurrection des marines de I'escadre. Cette rebellion
Rtait-elle leur oeuvre ? Us s'en defendirent; mais un
rapport present A lI'Assemblle Constituante les accuse
formellement d'en avoir Wti les instigateurs. Sans Otre
aussi aflirmatif, l'on peut dire qu'ils n'y furent pas
completement strangers.
Le depart de I'assemblge de Saint-Marc ne r6tablit
pas le calme dans la colonie. Les Liopardius, c'est
ninsi que l'on appelait les d6putes qui s'etaient embar-
qu6s A bord du Leopard, comptaient de nombreux parti-
sans, et la proclamation qu'ils avaient lancee au
moment de leur depart avait trou-v de I'cho. La
parties du Sud s'6tait soulev6e et avait pris les armes.
Sur les quatorze paroisses que comptait cette province,
treize s'6taient confederees et avaient Ctabli le siege
de leur ligue aux Cayeo. Le commandant de cctte






- 67 -


place, le major de Codere, connu pour son d4vouement
A la m6tropole et ses sympathies pour les hommes de
couleur, avait WtC massacre. Un conseil avait pris la
direction du movement et le gouverneur avait reconnu
sa puissance. Dans l'Ouest, la ville de Ldogane forgait,
a coups de canon, un brick de I'6tat, la Levrette, A se
retire; dans la plupart des autres paroisses, les blanes
6taient divisds. Dans le Nord. I'assemble provincial
format une ligue avec les paroisses de son territoire;
on invitait leurs dil6guis A se rendre au Cap pour
assisted a une fete civique. De Peynier avait perdu le
peu d'autorite que la fuite de l'assembl6e de Saint-
Marc lui avait un instant donnee. Son desir bien mani-
feste de replacer la colonies sous le regime militaire, lui
avait de nouveau ali6nd I'opinion publique. Son pou-
voir 6tait plus que jamais meconnu. En some,
I'anarchie r6gnait dans la colonies. C'est sur ces entre-
faites qu'eut lieu le soulevement des hommes de
couleur.
II etait bien evident que les hommes de couleur
auraient recours A la force pour obtenir la jouissance
des droits politiques que les blancs leur refusaient, con-
trairement au d6cret rendu par I'Assemblbe Constituante
le 28 mars 1790. Les dissensions des colons ne pou-
vaient que les encourager dans leurs desseins. L'un de
leurs commissaires a Paris, Vincent Ogd, prit I'initia-
tive du movement. Malgr6 les entraves de la police, il
parvint a gagner Londres, Charlestown. aux ltats-
Unis, oa il se procura des armes et des munitions, et
le 23 octobre 1790, il parvenait A debarquer au Cap et
de li se rendait au Dondon, le lieu de sa naissance. II






- 68 -


se pr4senta aux hommes de couleur, comme leur chef,
et sans attendre un soulevement g6ndral, il se mit en
march vers la Grande-Rivibre avec trois A quatre cents
mulatres ou noirs libres. Parmi ses compagnons, se
trouvait le mulAtre Chavannes, qui, ainsi que lui, avait
pris part A l'expddition de Rochambeau, en Ambrique,
et don't il avait fait son lieutenant.
Au bout de quelques heures, la petite troupe qui
s'6tait grossie de quelques partisans, rencontrait deux
dragons. Og6 leur remit deux lettres, I'une pour le prd-
sident de I'assemblie provincial du Nord, et I'autre
pour le colonel Vincent qui commandait la garnison du
Cap. Dans ces lettres, Og sommait les i ancs d'execu-
ter sans retard le d6cret du 28 mars 1790 et d'admettre
en consequence les hommes de couleur a la jouissance
des droits politiques. A la nouvelle du soulIvement des
hommes de couleur, 1'6motion fut grande au Cap. On
battit la gdnerale, et Vincent court A la rencontre des
insurges avec cinq cents hommes. II fut repousse. Le
colonel Cambefort sortit alors de la ville avec quinze
cents soldats et de l'artillerie; grace A sa sup6riorit6
numbrique et A celle de son armement, il 6crasa facilc-
ment le rassemblement. Les mulAtres se d6banderent;
on leur fit quelques prisonniers. Plusieurs d'entre eux
et entire autres, Og6 et Chavannes, se jetirent dans la
parties espagnole.
Ce soulevement n'6tait pas un faith fortuit et isol6.
I)Dis I'(~o'et, les Ihommes de couleur avaient form des
rassemblcmients, aux V'rrettes, et dans le Sud, aux envi-
rons dcs Cayes. L, colonel de Mauduit fut charged de les
riduire. Arrive: aux Verrettes, au lieu d'engager lalutte,






- 69 -


il entra en pourparlers avec les chefs du movement et
parvint, grAce A ses managements, A les decider A dis-
soudre leurs bandes. Dans les environs des Cayes, cinq
ou six cents mulAtres avaient, sous le commandement
de 1'un d'eux, nomm6 Rigaud, form un veritable camp
retranch6. De Mauduit se les concilia par sa bien-
veillance et les amena A mettre bas les armes.
Ces 6v6nements auraient d6 6clairer les blancs. II
etait bien evident que l'insurrection ne faisait que com-
mencer. Si, pour le moment, les rassemblements for-
mds par les homes de couleur avaient WtB dissous,
d'autres ne tarderaient pas A s'organiser. Au lieu de se
rendre compete de la situation, les colons semblaient etre
pris d'un veritable vertige. Loin de se montrer conci-
liants vis-A-vis des hommes de couleur, ils 6taient plus
que jamais entiches de leurs prejug6s. Le gouverneur
general, de Peynier, leur etait devenu suspect & cause de
la moderation qu'il avait montr6e dans la repression du
soul6vement des mulAtres, si bien qu'abreuv6 de ddgoats,
il se demit de ses functions en novembre 1790, et passa
en France, apres avoir remis ses pouvoirs au lieutenant
general de Blanchelande. L'assemblhe provincial du
Nord avait fait partir pour Santo-Domingo la corvette
la Favorite, avec la mission de r6clamer au gouverne-
ment espagnol Og6 et ses compagnons, qui s'6taient
refugi6s sur son territoire. On fit droit A cette demand
et les fugitifs furent ramends au Cap, oh la mort les
attendait. Og6 et Chavannes subirent le supplice de la
roue; vingt-et-un de leurs partisans furent pendus et
treize condamnds aux galres. Ces executions, qui
eurent lieu en f6vrier 1791, terroriserent pour le








- ?70 -


moment la population de couleur, mais ne firent que
creuser aI'hhte qui a separait des blancs. Partout des
comit&s locaux composes de planteurs exergaient une
surveillance des plus jalouses. Le nouveau gouverneur,
de Blanchelande, en supprimant des municipalities et
en disant hautement que. conformiment A ses instruc-
tions, il alait rablir le regime militaire, ne faisait
qu'aggraver la situation. II fallait necessairement
s'attcndre a de nouveaux troubles.
Au mois de fvPrier 1791, 'on avait appris la maniere
don't les membres de I'assemble colonial avaient Wt6
refus A FAsscmhlie Constituante. Ils n'avaient pas eu
les honneurs de la seance: leurs drcrets avaient WtC
annulcs et des remerciements votes A i'assembl6e pro-
vinciale du Nord, au colonel de Mauduit et au regiment
de Port-au-Prince qui les avaient dissous. ls etaient
mnme traits de rebelles. Ce dicret produisit dans toute
la colonic la plus vive indignation. L'on y parlait hau-
tement de se siparer de la France; la ville du Cap, elle-
meme, oil jusqu'alors la metropole comptait de nom-
breux partisans, se montrait des plus exalthes. Au lieu
de se calmer, les esprits etaient de plus en plus irrit6s.
Tout faisait pr6voir un effondrement general.











CHAPITRE III




La second assemblee colonial. La lutle der
blames et des hommes de conleur. Ia*srreetioM
des abgreq.




En annulant les actes de I'assemble de Saint-Marc,
I'Assemblde Constituante avait decide qu'il serait pro-
acede la nomination d'une nouvelle assemblee colo-
niale. Les assemblies primaires devaient se rcunir, et,
cette fois, les colons 6taient obliges de se soumettre A
la loi du 28 mars 1790 qui accordait les droits politiques
aux hommes de couleur. Plus imbus que jamais de
leurs pr6jug6s, les blancs ne pouvaient se decider a
admettre les mulatres comme Mlecteurs. Le gouverneur
general, de Blanchelande, avait en vain ordonn6 de
convoquer les assemblies primaires; il n'avait pas Wtc
possible de dresser la liste des citoyens actifs. L'agita-
tion 6tait extreme, quand I'arrivee d'une escadre vint
compliquer la situation et precipiter lee 6venements.






- 72 -


Le gouverneur general avait W6t avise qu'une escadre
etait parties de France pour Saint-Domingue avec des
troupes destinies a renforcer les garnisons de I'lle. Mais
informs qu'A Port-au-Prince, l'on se proposait d'appe-
ler les marines et les soldats a la r6volte, il envoya une
corvette porter A 1'escadre l'ordre de se rendre au m6le
Saint-Nicolas. L'escadre, n'ayant pas rencontrd cette
corvette, parut inopincment dans la rade de Port-au-
Prince, dans le courant de mars. Elle etait sous les
ordres du commandant de Villages, et comprenait deux
vaisseaux, deux frigates etun transport. Deuxbataillons,
appartenant aux regiments d'Artois et de Normandie,
6taient A son bord. DWs que les bAtiments eurentjet6
I'ancre, les partisans de 1'assembl6e de Saint-Marc se
mirent en rapport avec les 6quipages, et parvinrent a
les rendre d6fiants vis-a-vis de leurs chefs, qu'ils leur
representaient comme des agents de la contre-r6volu-
.tion. Grace aux chaloupes qui entouraient les navires,
plus de cinq cents hommes avaient isol6ment gagn6 la
ville oh ils avaient Wt6 requs comme des liberateurs. De
Blanchelande engagea, mais inutilement, 1'escadre a se
rendre au m61e Saint-Nicolas. Voyant qu'il n'6tait pas
dcoute, il c6da et permit de mouiller a Port-au-Prince.
Les troupes d6barquerent; les cafes et les cabarets leur
furent ouverts. Les soldats 6taient accueillis dans toutes
les maisons et partout le vin leur 6tait prodigue. Le
gouverneur g4ndral consentit meme A recevoir une
d6putation de matelots, et, le soir, il y eut de brillantes
illuminations. La population et I'armbe fraternisaient
ensemble.
De Blanchelande sentait son impuissance. Le regi-






- 73 -


ment de Port-au-Prince s'etait laiss6 en parties gagner,
et les hommes de couleur, mecontents de l'arrestation
de leur chef, Rigaud, 6taient peu disposes A soutenir le
gouverneur. Aussi ce dernier resta-t-il spectateur des
4venements. Le comitd provincial de l'Ouest s'btait
reconstitu6 sous le titre de nouvelle municipality, et avait
repris ses seances. Le mulAtre Higaud avait WtB mis en
liberty par une foule nombreuse aux cris de : a A la
lanterne les aristocrats I P, I'association des pompons
blancs dissoute et la garde national reorganisde.
Desesp&r6, de Blanchelande quitta la ville et prit la
route du Cap. Son depart ne fit qu'augmenter I'agita-
tion. II fallait une victim, et le colonel de Mauduit,
connu par son devouement a la m6tropole, 6tait d6sign6
d'avance. La populace, aide des soldats revolt6s, s'em-
para de sa personnel et le massacre, apres lui avoir fait
subir de nombreux outrages. L'on s'acharna sur son
cadavre que l'on tratna A travers la ville. Sa tWte fut
portee au bout d'une pique. Apres cet acte, digne de
cannibales, la foule se portait a 1'6glise et un Te Deum
y dtait chanted pour remrcier Dieu de la revolution qui
venait de s'accomplir. Elle etait complete. Les functions
de gouverneur furent donnees A un colon, le marquis
de Caradeux, avec le titre de capitaine general de la
garde national; celles d'intendant supprimees et un
matelot deserteur, Praloto, Maltais d'origine, eut le
commandement de l'artillerie. La nouvelle municipality
s'intitulait assemblee provincial et faisait appel aux
paroisses de l'Ouest.
La nouvelle de la revolution de Port-au-Prince fut
un coup de foudre dans la colonie. Toutes les paroisses






- 74 -


de I'Ouest et une parties de celles du Sud y adhererent.
Plus imbus que jamais de leurs pr6jug6s, les blancs
6taient exasp6rds par le d6cret de I'Assemble Consti-
tuante. qui accordait les droits politiques aux hommes
de couleur. II y eut un cri de col|re contre la metro-
pole. Le bruit court que Bordeaux allait envoyer un
corps de volontaires pour appuyer 1'ex6cution du
decret. Peu s'en fallut que, dans plusieurs villes, I'on
ne massacrAt les Bordelais qui s'y trouvaient. La plu-
part des paroisses, surtout celles de l'Ouest et du Sud,
envoycrent des addresses A la nouvelle municipality de
Port-au-Prince, et presque toutes ne cachaient plus
leurs tendances s6paratistes. Les addresses disaieot
a que l'Assemblee Constituante s'ctait ddgradde, que son
decret etait un crime. un parjure national, que la colonie
s'itait donnie autrefois i la France. et que les conditions du
trait rtant changes, le pace etait anmanti D. L'on se mon-
trait partout r6solu a resister A la metropole. Seule, la
ville du Cap semblait, en prodiguant A de Blanchelande
les honneurs dus A son rang, tenir pour la metropole.
L'assemblie du Nord avait fait c616brer un service
solennel en I'honneur de Mauduit, et requ les pompons
blancs fugitifs. Mais son autoritd se r6duisait A peu de
choses. Dans la province, plusieurs paroisses et, entire
autres, celle du Gros-Morne, avaient envoy leur adh6-
sion a Port-au-Prince; la fidMlit6 du regiment du Cap
itait douteuse. Aussi le gouverneur ne pouvait songer
a lutter contre Port-au-Prince, qui se sentait appuyi
par la grande majority des colons. Si dans le Nord il
existait un certain ordre, dans I'Ouest et dans le Sud
I'anarchie etait A peu pres complete.






- 75 -


Les assemblies provinciales et les corps populaires
reclamaient la reunion d'une nouvelle assemble colo-
niale, pensant que c'etait le meilleur moyen de s'oppo-
ser A la mise A execution du decret de la Constituante.
De Blanchelande, qui avait renonc6 A jouer un rble,
obit et promit de suspendre I'ex6cution du d6cret.
Les assemblies primaires se r6unirent au mois de juin.
Les hommes de couleur n'y Rtant pas admis, le r6sultat
des elections ne pouvait Utre douteux. Les ddput6s 6lus
avaient fait parties de 1'assembl6e de Saint-Marc, ou
ktaient ennemis de toute concession. L'irritation 6tait
tell, que dans la ville du Cap l'on proposal de saisir les
bAtiments qui se trouvaient dans la rade et de confis-
quer les marchandises qui appartenaient aux Francais.
Dans la plupart des paroisses, I'on avait refuse le ser-
ment civique et la cocarde tricolore avait WtB foulee aux
pieds, commme 6tant I'embleme de la m6tropole. La
nouvelle assemblee se r6unissait A LBogane, dans
I'Ouest, ie 1" aodt 1791, sous le titre d'Assemblee gene-
rale de la parties franCaise de Saint-Domingue. Elle choisit
pour president un planteur nomme de Cadusch, et au
bout de quelques jodrs elle s'ajournait, le 25 aout, au
Cap. Elle avait d6cid6 de singer dans cette ville, afin de
pouvoir mieux surveiller le gouverneur general.
Apres les elections de juin, les hommes de couleur
ne pouvaient avoir aucun doute sur les sentiments de
la nouvelle assemblee A leur 6gard. Depuis quelques
mois, ils s'etaient donnd une organisation en consti-
tuant, dans un grand nombre de paroisses, des comit6s
qui correspondaient entire eux. Deux paroisses de
I'Ouest, la Croix-des-Bouquets et le Mirebalais, ou






- 76 -


s'6taient rdfugi6s plusieurs mulAtres de Port-au-Prince,
apres les troubles de cette ville, 6taient revenues leurs
centres principaux. II fallait s'attendre a voir les
hommes de couleur prendre les armes, si l'on s'entetait
A leur refuser les droits politiques. A la fin de juin et
au commencement de juillet, plusieurs rassemblements
s'etaient forms dans la province de I'Ouest; ils avaient
Wdt facilement dissous par la marechaussee. II y avait
IA les indices de la situation. NManmoins, les planteurs
restaient sourds A ces avertissements. Suivant 1'expres-
sion de Mirabeau, les crdoles dormaient sur les bords du
Vesuve. Nous ajouterons que les premiers jets du
volcan ne parvenaient pas A les r6veiller.
Le 7 aodt 1791, les hommes de couleur du Mirebalais
se reunissaient dans I'6glise de ce bourg et nommaient
pour d6fendre leurs droits un conseil de quarante
membres. Ils envoyaient en meme temps une adresse
au gouverneur general pour lui demander I'ex6cution
du decret de la Constituante. De Blanchelande declara
leur assemblee illicite et leur ordonna de se dissoudre.
Leur conseil d6cida qu'une prise d'armes aurait lieu
le 26 aobt, et fixa le rendez-vous sur une habitation
situde dans les environs de Port-au-Prince. Le ras-
semblement, compose de mulAtres et de n6gres libres,
comprenait plusieurs centaines de combatants et avait
A sa tOte le mulAtre Beauvais qui s'etait distingu6 au
siege de Savannah, et un noir de la Martinique, nomm6
Lambert. Dans ses rangs se trouvaient Petion et Boyer.
A Port-au-Prince, I'on crut que I'on viendrait facile-
ment & bout de ce rassemblement. Quelques pelotons
de cavaliers, que I'on avait envoys dans la plaine du






- 77 -


Cul-de-Sac, avaient du se replier sur la ville. Dans la
nuit du Ie' au 2 septembre, trois cents homes de
troupe de ligne et de garde national, avec plusieurs
pieces de canon, sortirent de Port-au-Prince et se por-
tOrent sur la Croix -des -Bouquets oi les mulAtres
s'6taient concentres. Le combat s'engagea sur i'habita-
tion Peinier. Le feu, mis aux champs de cannes A sucre,
entoura et aveugla les blancs qui, surprise par une vive
fusillade, furent mis en d6route et laisserent sur le
terrain une centaine de morts et de blesses.
Les mulAtres avaient armed leurs esclaves et. sur
leur appel, quelques centaines de negres avaient quittd
leurs plantations et 6taient venus les rejoindre. lUs se
trouvArent bient6t Otre au nombre de plusieurs milliers
d'hommes. NManmoins, leurs chefs prefedrrent negocier
et signerent un concordat avec les blancs du Mireba-
lais et de la Croix-des-Bouquets. Par ce concordat, les
blancs de ces deux paroisses s'engageaient A ne pas
s'opposer A l'execution du d6cret de la Constituante et
a reconnattre les droits politiques aux hommes de
couleur. L'assembl6e provincial, tout d'abord, s'etait
prononcee pour la resistance ; dans ce but, elle s'etait
adress6e au gouverneur de la Jamarque et en avait
obtenu quelques munitions. Elle comprit bient6t la
gravity de la situation et entra en pourparlers. Le
23 octobre elle acquiesgait au concordat de la Croix-
des-Bouquets, et les d6lIgu6s de Port-au-Prince et des
autres paroisses de l'Ouest suivaient son exemple. Le
lendemain, c'est-A dire le 24 octobre, quinze cents
hommes de couleur entraient dans la ville sous le com-
mandement de leur chef Beauvais. Blancs et mulAtres






- 78 -


t6aient mdlcis ensemble et tous avaient en signe de
joie leurs chapeaux ornCs de lauriers. De Caradeux
donnait le bras A Beauvais. Le cortege 6tait salue par
des acclamations et des decharges d'artillerie. L'en-
thousiasme ktait general.
En pregnant les armes, les mulatres avaient appele h
d6fendre leur cause un certain nombre de negres, les
uns esclaves, les autres marrons et leur avaient donn6
une certain organisation militaire, sous le nom de
Suisses. Ces auxiliaires devenaient un embarras et mrme
un danger; I'on charge des commissaires blancs et
mulAtres de s'entendre A leur dgard, et de prendre des
measures en consequence. La plupart des Suisses furent
rendus i la culture; I'on except seulement deux cents
noirs, don't on avait pu connattre les dispositions. L'on
Spensait qu'il serait imprudent de les disperser sur les
plantations of ils auraient souffle l'esprit de r6volte. II
fut decide que ces deux cents negres seraient d6portis
sur une plage deserte du Mexique avec quelques armes
et des vivres pour trois mois Le capitaine du navire
charge du transport, au lieu de les conduire A la baie
des Mosquitos, conform6ment A ses ordres, les d6bar-
qua sur la c6te de la JamaYque. Le gouverneur de cette
lie les fit conduire au Cap. L'assembl6e colonial les
envoya, enchalnes, sur un ponton dans la rade du
m6le Saint-Nicolas. Des furieux vinrent une nuit A
bord, massacrerent la plupart de ces malheureux et
jeterent leurs cadavres A la mer. Cet assassinate demeura
impuni. Apres de telles atrocities de la part des blancs,
faut-il s'6tonner des cruautes commises par leu s
esclaves ?






- 79 -


La tranquillity paraissait revenir dans l'Ouest et la
paix kire dtablie entire les blancs et les honunes de
couleur. Dans cette province, les blanks avaient reconnu
qu'ils devaient en parties renoncer A leurs prdtentions,
et plusieurs d'entre eux, effrayds du mouven!ent sapa-
ratiste qui tendait A s'accentuer, pensaient qu'il etait
sage de se rapprocher des mulAtres, connus pour Otre
partisans de la m6tropole. Les homes de couleur
reclamaient avant tout les droits politiques; du mo-
ment qu'on accueillait leur demand, ils ne voulaient
plus continue la guerre et encore moins bouleverser
la colonie. Un intirkt commun, 1'esclavage, r6unissait
les blanes et les mulAtres; ces derniers, en quality de
proprietaires de negres et de plantations, en dcsiraient
le maintien aussi bien que les blancs. L'abandon qu'ils
firent de leurs auxiliaires noirs, apres le concordat du
M3 octobre, ne prouve que trop leurs sentiments A cet
esard. Du rest, une raison majeure avait decide les
blancs et les hommes de couleur A s'unir. Dans I'Ouest,
les deux parties avaient 6t0 effrayes par les nouvelles
du Nord. Les eselaves s'6taient soulevIs en masse et
I'insurrection etait gkndrale. Cette province etait en leu.
L'insurrection des esclaves n'Wtait pas un fait dO au
hasird ou a un 6venement fortuit. Etant donn6es les
cironstances, elle etait fatale et, depuis longtemps, on
aurmit dO la pressentir. A diffdrentes epoques, en 1679,
eo 1691, en 1718. l'on avait eu A reprimer des revoltcs
de u~gres. Aux limits des parties fran.aise et espu-
pCole, la montage de ilaboruccio etait devenue le
refuge de nonbreux marrons, qui avaient fini par y
former une veritable peuplade. Apres de vaines tenta-






- 80 -


tives pour les soumettre, les gouverneurs des deux
colonies avaient fini par leur accorder la liberty et
traits avec eux. afin de mettre fin A leurs d6pr6dations.
Les peines terrible 6dictees par le code noir centre les
esclaves fugitifs nous montrent que le sentiment de la
liberty existait chez eux a 1'6tat latent. Quelques ann6es
avant la revolution, la socite6 des amis des noirs, en
repandant dans la colonie des 6crits, des images, des
gravures, avait Bveille chez les n6gres des id6es de
rdvolte et d'affranchissement. La convocation des itats-
Gendraux avait boulevers6 Saint-Domingue. Si sur les
plantations les esclaves adonnes au travail des champs
ne connaissaient que vaguement les 6v6nements qui
s'accomplissaient en France, ii n'en 6tait pas de m6me
des domestiques privildgies des blancs, nes et dlevcs
dans leurs families et ayant parfois I'avantage de
savoir lire et Bcrire. Les planteurs ne se gdnaient pas,
en presence de leurs serviteurs, de critiquer, d'atta-
quer le gouvernement et de s'entretenir de leurs pro-
jets de resistance. Ces course de politique n'6taient pas
perdus et les domestiques dtaient devenus les meneurs
de la population noire. En outre, les matelots des
navires francais, 6tant pour la plupart des habitues des
clubs de la m6tropole, rep6taient aux negres, avec qui
ils 6taient en relation dans les ports, les doctrines
qu'ils avaient entendu 6mettre. Les reclamations des
homes de couleur au sujet des droits politiques, lee
tentatives d'Ogd et de Chavannes leur avaient appris 6
discuter l'autorit6 des blancs. Telles furent les causes
de l'insurrection des esclaves.
Cc fut une opinion assez accreditde parmi les plan






- 81 -


tours que le movement fut suscit6 par le gouverne-
ment de la metropole et que les agents de M. de la
Luzerne en furent en quelque sorte les instigateurs. 11
est certain que les negres s'armerent au nom du roi,
que plusieurs de leurs rassemblements portaient des
drapeaux fleurdelis6s et qu'ils se qualifiaient de gens du
roi. N6anmoins, I'on ne peut en d6duire que l'insurrec-
tion ait eu un sens royaliste. Les blanks se montraient
hostiles au gouvernement royal, A la m6tropole; par
esprit d'opposition, les esclaves arborerent les emblImes
detest6s de leurs maltres. N'oublions pas que les pre-
mieres nouvelles de la revolution, des qu'elles furent
portees A Saint-Domingue, y causerent la plus grande
fermentation. Au milieu de 1'embrasement gnderal des
passions, quand le mot liberty etait dans toutes les
bouches, que les blancs demandaient l'ind6pendance
politique, que les homes de couleur r6clamaient les
droits civiques, il eut Wte strange que les noirs seuls
cussent Wt6 insensibles A un mot don't l'effet est toujours
magique. D&s la premiere ann6e de la revolution, un
inulAtre de la province du Sud, Frangois Raymond,
dcrivait A son frere r6sidant A Paris et ne lui cachait
pas ses inqui6tudes. Selon lui, les esclaves 6taient
prets A se soulever. Du moment que des troubles avaient
eclate a Saint-Domingue, I'insurrection des negres
devait avoir lieu; elle 6tait dans I'air. Mais ce qu'il y a
de surprenant, c'est la rapidity avec laquelle elle se
dUveloppa et embrasa toute la colonies.
En decrivant les moeurs des negres de Saint-Domingue,
nous avons parl6 du cute de Vaudoux don't les secta-
teurs formaient une vaste association, enlacant dans
6






- 82 -


ses reseaux l'lle tout entire. Lorsque les premiers
troubles 4claterent dans la colonie, les reunions dans
les bois, durant la nuit, devinrent plus nombreuses,
surtout dans le Nord. L'on s'y entretenait des 6v6ne-
ments et les mots de liberty et d'6galite 6veillaient des
esp6rances. Les rares nouvelles qui venaient de France
6taient autant de stimulants pour les esclaves. Ils
savaient qu'ils Etaient bien plus nombreux que les
blancs et cette superiority leur donnait confiance. Les
diff6rents groups de l'association de Vaudoux etaient
en rapports suivis les uns avec les autres; ils s'enten-
dirent peu A peu pour une insurrection generale. Les
instigateurs du movement etaient des domestiques et
des commanders. Parmi ces derniers se trouvait un
negre originaire des Antilles anglaises. nomm6 Bouk-
man, qui 4tait charge de diriger les esclaves de la
plantation Turpin, dans la paroisse du Gros-Morne. Sa
quality de prktre de Vaudoux, son courage, ses rela-
tions avec plusieurs mulatres libres lui donnaient un
grand credit parmi les negres. Boukman resolut de se
mcttre A la t]te de ses compagnons de servitude et de
les soulever. Mais, auparavant, d6sireux de s'assurer
de leur concours aveugle, il voulut frapper leur imagi-
nation. II conduisit, par une nuit d'orage, dans une
Epaisse fort, les noirs de sa plantation et de plusieurs
plantations voisines. Apres diverse ceremonies rappe-
lant les rites de la c6te d'Afrique, il se presenta comme
inspire par Vaudoux et ayant recu l'ordre d'6gorger
les blancs. Une n4gresse, faisant function de prdtresse,
plongea un couteau dans les entrailles d'un cochon
noir. La victim bondit, le sang ruissela et les conjures






- 83 -


en burent avec avidit &a genoux. Boukman prcta Ie
serment de diriger I'entreprise et tous les assistants
jurerent de lui obWir. Au mois de juillet 1791, I'insur-
rection 6tait chose d6cid6e.
A la mi-aout, deux habitations furent incendikes;
c'6tait 1'indice de l'insurrection qui 6clata, d'une ma-
nitre gencrale, le 22 du meme mois. A dix heures du
soir. les negres de la plantation Turpin partaient sous
la conduit de Boukinan et entrainaient avec eux les
esclaves des plantations Flaville, Clement, Tr6mes et
Noc. C'est alors que s'accomplirent des scenes d'hor-
reur. Les negres n'Mtaicnt plus des Otres humans, mais
des )(Ites firoces qui cherchaient A assouvir leur rage,
et 6gorgeaicnt ton s les lanes qu'ils pouvaient atteindre,
apras les avoir torturis. Les femmes subissaient les
derniers outrages, les infants 6taient empales et plu-
sieurs planters furent scies vivants entire deux
planches. En quatre jours, la moitiB de la province du
Nord avait 6ti' incendihe et ne presentait plus qu'un
monceau de ruines. Le feu que les noirs mettaient aux
cannes A! sucre, A tous les bAtiments, leurs cases, cou-
vrait pendant le jour le iel de tourbillons de fumbe,
et embrasait, pendant la nuit, I'horizon d'auroros
hordales qui jetaient au luin le reflet d'autant de vol-
cans. Dans les campagnes, au silence le plus absolu
succedait un vacarme i:l',uvantable produit par les
hurlements des ibgres. Ces transitions du bruit au
silence et du silence an bruit, la lueur des flammos
portaient partout I'effroi ; la terreur 6tait g6ndrale.
La ville du Cap ne cnnut le d6sastre que par les
incendies qui embrasaient I'horizon et les cris des






- 84 -


fuyards qui se prrcipitaient & ses portes. Tout d'abord
frappesde stupeur, les habitants du Cap se renfermerent
chez eux pour y mettre leurs esclaves sous clef. Les
troupes seules couvraient les rues, pour se rendre a leurs
diffdrents postes. Le canon d'alarme appela bient6t la
population aux armes. Les colons sortent de leurs
demeures, s'abordent, se questionnent et au desir de la
vengeance, leur courage se reveille. Des cris de colrre
retentissent centre les hommes de couleur, et plusieurs
d'entre eux furent massacres comme complices des
noirs. L'assembl6e provincial dut prendre ces mal
heureux sous sa protection. C'etait en vain que les
mulAtres, surtout ceux qui 6taient propri6taires d'es-
claves ou de plantations. demandaient des armes pour
aller combattre l'ennemi commun, et A marcher avec
les blanks. La force des preventions 6tait telle qu'on
h6sita tout d'abord A accepted leurs offres.
Le gouverneur g6enral de Blanchelande organisa la
resistance. Des corps de troupes de ligne et de garde
national furent envoys dans la plaine, tandis que le
lieutenant-colonel du regiment du Cap, de Touzard, se
portait avec plusieurs pieces de canon au Limb6 oi se
trouvait le gros des insurges. La colonne des blancs se
frayait la route A travers les bandes de rebelles, lors-
qu'elle fut rappel6e au Cap par un ordre du gouverneur
qui e6dait aux inqui6tudes des habitants. La r6volte
entourait la ville, et les noirs, promenant partout
l'incendie, s'6taient avances jusqu'au Haut-du-Cap. Les
coups de canon redoubles que l'on tirait sur eux,
avaient peine a arreter leur march. Le retour du
colonel de Touzard mit fin a leur attaque; mais en se






- 85 -


retirant, ils restaient maltres de la champagne od ils
Atendirent leurs depr6dations. NManmoins, leur retraite
donna quelque r6pit, don't on profit pour se mettre en
t.it de defense.
L'on chercha & restreindre l'insurrection; dans ce
but, de Blanchelande r6solut d'empdcher les negres de
la province de I'Ouest de communiquer avec les in-
surges du Nord. Les montagnes des GonaTves, qui
separaient ces deux parties de la colonie, constituaient
ine barriere assez difficile A franchir. On la rendit
encore plus redoutable, au moyen d'une serie de posters
qu'on appela le cordon de l'Ouest. Le mardchal-de-camp
de Rouvrai, charge de diriger les operations, voulait
circonscrire la r6volte, et A cet effet, il fit 6tablir des
camps au Trou, A ValliBres, A la Grande-Rivibre, au
Morne, A Dondon, A la Marmelade et A Fort-Dauphin.
La region oh se trouvait ces paroisses 6tait limitee par
la mer et les frontieres espagnoles; aussi, grAce A sa
configuration, elle dut d'etre pr6serv6e pendant
quelques temps, des ravages des noirs. L'on avait
affaire A un ennemi, qui ne laissait pas d'etre inquietant.
Au lieu d'attaquer en masse nos colonnes, les insurges
se tenaient disperses dans les fourris, de maniere A
envelopper et & Bcraser les d6tachements isol6s et peu
nombreux. Pour nos officers habitues aux tactiques
des armies europ6ennes, c'6tait une guerre d'un
nouveau genre, d'autant plus dangereuse qu'elle leur
btait inconnue. La lutte s'annongait comme devant etre
longue et difficile.
C'est au milieu de ces tristes 6venements que la nou-
velle assemble ouvritses s6ances au Cap; elle comptait






- 86 -


eent treize d6put6s. Plusieurs de ses membr.es avaient
dtd surprise en route et massacres par les insurg6s. La
nouvelle assemblee n'avait pas 1'unit6 de celle de
Saint-Marc. Deux parties se trouvaient en presence l'un
de I'autre, le cdIt Est et le cdOl Ouest. Le cote Est dtait le
parti de la m6tropole; la plupart des colons du Nord s'y
rattachaient. Pour eux, la scission avec la France
n'6tait qu'un 6pouvantail don't il fallait se servir pour
obtenir la revocation du decret concernant les hommes
de couleur. Le cdOl Ouest, principalement form des
deputies de I'Ouest et du Sud, rdvait I'independance de
la colonie. L'insurrection des n6gres ne lui paraissait
pas si dangereuse qu'on croyait. Le titre A donner A
F'assembl6e fut le pretexte que les deux parties mirent
en avant, afin de se computer. Soixante-sept voix contre
eontre quarante-six se prononcerent pour la ddnomi-
nation d'Assemblie gendrale de la parties franfaise de
Saint-Domiangue et celle d'assembl6e colonial fut
rejetde. Le cote Ouest 1'avait emport6. L'assemblee
montra bient6t ses tendances, en accusant la m6tropole
des d6sastres de la colonie. Elle d6daigna de lui faire
eonnattre la situation, et pour empacher le gouver-
neur g6ndral de correspondre avec la France, elle fit
mettre l'embargo sur tous les batiments qui 6taient
dans le port. Croyant pouvoir reprimer l'insurrection
par elle-meme, elle arrdta la formation de trois regi-
ments de garde national soldde, 6tablit des course pr6
votales, augment les droits d'octroi, et nomma, de
nouveau, president, le marquis de Cadusch. De plus,
elle ddfendit A tout libraire ou imprimeur de publier,
vendre ou distribuer aucun dcrzt cocernant la revolution






- 87 -


franraise ou relatif aux affaires de Saint-Domingue, sous
peine d'etre poursuivi et puni comme perturbateur public
et incendiaire. L'autorit6 du gouverneur general avait
cess6 d'exister et I'assembl6e se consid6rait comme
investie de la souverainet6.
Par faiblesse, de Blanchelande sanctionnait tous
les actes de I'assemblee. C'est en vain qu'il s'etait
adressd au gouverneur de la parties espagnole de l'lle
pour en obtenir des secours. On lui avait repondu
d'une maniere evasive. Le gouverneur Don Garcia
s'6tait content de placer sur la frontiere quelques
corps de troupes, pour reprimer les courses des
blancs et des noirs. II se sentait peu de sympathies
pour les planteurs qui parlaient sans cesse d'inddpen-
dance et de plus, il n'etait pas mecontent de voir dis-
parattre la prosp6rite dans une possession frangaise.
L'assembl6e colonial avait cherch6 A nouer des re-
lations avec l'exterieur. Elle s'6tait adressee au gou-
verneur de la Jamaique, engageait des pourparlers
avec lui, et en obtenait plusieurs centaines de fusils
Tant que durerent les n6gociations, il n'etait question
au Cap que des Anglais et de leur g6enrosit6. L'on
parlait hautement de se s6parer de la France. Lorsque le
gouverneur de la JamaYque refusa d'envoyer des troupes
pour agir contre les negres, I'assemblee rompit tout
rapport avec lui et les louanges en I'honneur de la
Grande-Bretagne cesserent comme par enchantement.
Les colons avaient aussi comptd sur les ttats-Unis. DWs
le mois de septembre 1791, un creole nomm6 Roustan
s'btait rendu pres du gouvernement f6edral muni
de lettres de cr6ance, et avec le titre de ddpute de






- 88-


la parties franfaise de Saint Domingue, pros les ttats-
Unis. L'assembl~e colonial traitait de souverain A
souverain. Les Ambricains auraient 0t6 assez disposes
A secourir la colonie de Saint-Domingue ; mais ils
n'avaient pas de troupes rigles, et tout ce qu'ils
purent faire, ce fut de lui faciliter les moyens de se
procurer des vivres et des munitions. Dans la Caroline
du Sud. un agent nomm6 Polony, envoy par I'as-
semble, n'avait rien pu obtenir. Les ndgociants de
Charlestown ne voulaient envoyer des bAtiments que
contre especes sonnantes ou lettres de credit. II serait
interessant de connaltre lea n6gociations qui eurent lieu
entire le gouvernement federal et les reprksentants de
Saint-Domingue; mais on ne les connatt que d'une
maniere assez vague. NManmoins, il n'est pas douteux
que Roustan, partisan de l'independance de la colonie,
n'ait demand pour elle le protectorat de la r6publique
ambricaine. Peut-6tre, et c'est probable, fut-il question
de faire entrer Saint-Domingue, A titre de quinzi6me
Etat', dans I'union fMddrale. Washington, alors A la tMte
des affaires, voulait avant tout consolider son oeuvre
et Ctait peu soucieux de jeter son pays dans une entre-
prise oh il pouvait avoir A redouter des complications.
Quand I'assembl6e de Saint-Domingue vit qu'elle ne
pouvait computer sur aucune puissance dtrang6re, elle
eut alors recours A la mere-patrie.
Au d6but de I'insurrection, le sentiment du danger
avait rapprochd les parties; mais dUs que les blancs
eurent reconnu, dans des combats parties, leur sup6-

1 En 1791, le Vermont avait former le quatorzibme 6tat.






- 89 -


rioritd sur les noirs, les divisions reparurent comme
par le passe. Les assemblies populaires rendaient les
agents du gouvernement responsables du soulevement
des esclaves, ct ces memes agents en accusaient les
assemblies. L'Est et l'Ouest s'adressaient des reproches
reciproques. Quoique l'on fAt rassur6 pour le moment,
I'on s'occupa de r6primer la r6volte. Des commissions
pr6votales fonctionnaient dans toutes les paroisses, et
A la suite de chaque corps de troupes. Chaque jour
etait marqu6 par de nombreuses executions. Sur 'une
des places du Cap, il y avait en permanence cinq
potences et deux 6chafauds pour le supplice de la roue.
La fureur des blancs etait telle que plusieurs nOgres
furent brll6s vifs. La justice 6tait sommaire, et souvent
les malheureux que I'on condamnait, avaient 6te forces
de marcher malgre eux. Les insurgds ne voulaient pas
de neutres, et les negres qu'ils surprenaient se cachant,
6taient 6gorg6s sans piti6. Ces cruaut6s souvent
rep6ties, recrutaient la r6volte. De leur c6t6 les colons
se montraient aussi defiants que f6roces, et A leurs
yeux, les blancs qui n'6taient pas des creoles devenaient
suspects. C'est ainsi que l'assemblde colonial prit un
arrWtl des plus violent centre les Francais de la m6tro-
pole. Elle ordonna, que tous ceux qui n'avaient, dans
la colonies, ni propri6ets, ni proches parents, seraient
renvoyes en Europe, et en attendant le moment du
depart, il furent arrdt6s, emprisonn6s et traits avec
une durete que rien ne saurait justifier.
L'on avait appris par les prisonniers que l'on s'6tait
r6solu & faire, que les insurg6s se qualifiaient de gens
du roi, que leur chef nomm6 Jean-Frannois prenait le






- 90 -


titre de grand amiral de France, portait un habit galonn6
et voyageait d'ordinaire dans un carrosse attelM de six
chevaux ; son premier lieutenant, Biassou, s'intitulait
g9ndralissime des pays conquis. L'on sut aussi que des
hommes de couleur marchaient avec les rebelles, et que
los Espagnols les appuyaient secrktement, en leur four-
nissant des armes et des munitions. Les nOgres tenaient
toujours la champagne, et l'on eAt dit qu'ils se multi-
plaient, malgr6 les pertes qu'ils dprouvaient dans les
combats qu'on leur livrait. Ils acqudraient peu A peu l'ba-
bitude de la guerre et une espkee de tactique. Au com-
mencement, leur ignorance 6tait telle qu'ils ne savaient
pas se servir des canons don't ils s'6taient empards, et
les chargeaient, en mettant les boulets au fond de la
pikce et la poudre ensuite. Des soldats espagnols
6taient venus les instruire. Pour se procurer des vivres
et des munitions, les insurg6s livraient aux habitants
de la parties espagnole, les meubles des habitations
qu'ils pillaient, les bestiaux don't ils s'emparaient el
leur vendaient des enfants noirs qu'ils enlevaient sur
les plantations. Des deux c6t6s, la guerre devenait
atroce.
SL'insurrection ne perdait pas de terrain. Sans cesse
refoulds dans les mornes, les nOgres revenaient toujours
dans la plaine. De Blanchelande resolut de prendre
I'offensive. Sur son ordre, une parties de la garnison de
Port-au-Prince se porta & la rencontre du corps de
troupes qui gardait les postes s6parant la parties du
Nord de celle de I'Ouest. Ce movement reussit, la
paroisse de Plaisance fut balayBe et I'on s'empara de
celle de I'Acul. En meme temps, le colonel de Touzard





- 91 -


dbbarquait A Port-Margot, reprenait le Limlb et itait
assez heureux pour arracher aux mains des noirs,
deux cents femmes et enfants. Ces operations jethrent
le desordre parmi les insurges, qui attribuaient leurs
d6faites a la trahison, et se laissaient aller au decou-
ragement. De leur cbte, les blanks etaient aussi soup-
conneux; ils accusaient les militaires d'etre de conni-
vence avec les rebelles. On allait jusqu'a les rendre
responsables des ravages du climate. Si de Blanchelande
faisait sortir du Cap des d&tachements, I'on disait qu'il
degarnissait la ville et 1'exposait aux dangers d'une
attaque. S'il les faisait rentrer, on lui reprochait de ne
pas secourir les camps dissiminds dans les campagnes.
Les colons donnaient eux-memes l'exemple de la dis-
corde. Dans plusieurs paroisses, les partisans de I'Est
et de i'Ouest refusaient de cantonner ensemble et de se
porter secours. Ces divisions firent, qu'au bout de trois
mois, I'on n'6tait pas plus avanc6 qu'au premier jour,
et que les n6gres etaient rests les maitres de dix a
douze paroisses de la province du Nord.
Le came qui s'Atait dtabli dans la parties de l'Ouest,
grace au concordat de la Croix-des-Bouquets, devait
Atre de court duree. Conformement A ce traits, l'on
devait proceder A 1'election de d6putes aux assemblies
colonial et provincial, et les hommes de couleur
itaient appeals A y prendre part. La date avait Wt6 fixge
au 21 novembre et, au jour dit, le vote eut lieu paisi-
blement A Port-au-Prince. Craignant avec raison que les
elections ne lui fussent pas favorables, I'assembl~e
de I'Ouest cherchait un pr6texte pour recommencer la
lutte et se maintenir au pouvoir. quand un incident
imprvvu vint realiser ses souhaits.





- 92 -


Un nOgre libre et des canonniers de Praloto s'etaient
pris de querelle. Le nOgre fut arrAt6 et conduit A la
municipality; la populace I'arracha de force de I'hbtel
te ville et le pendit a un reverbere. A cette nouvelle, la
garnison des hommes de couleur, qui 6tait casernee au
palais du gouvernement, prit immddiatement les
armes; son irritation etait A son comble. Si bien qu'an
inulatre blessa un canonnier qui passait dans la rue.
L'on battit aussitbt la gendrale; la troupe de ligne et
la garde national se rassemblerent, et la municipality
ordonna de dissiper. par les arnes, les mal intentionnds.
Un capitaine du regiment de Normandie, qui remplissait
les functions de commandant de la ville, se pr6senta
aux chefs des hommes de couleur avec plusieurs offi-
ciers et habitants. II parlementait avec Beauvais, quand
des cris confus annoncerent l'arrivAe de Praloto avec
son artillerie. Sur son ordre, vingt pieces de canon
furent mises en batterie et leur feu roulant d6cima les
mulAtres. Apres avoir rdsist6 quelques temps, Beauvais
battit en retraite; it rallia tout son monde, et parvint,
non sans peine, A sortir de la ville.
La lutte avait Wte acharn6e et le nombre des victims
6tait considerable. Un desastre plus grand encore
frappa Port-au-Prince. Pendant le combat, le feu avait
6clat6 au nord et au sud de la ville; bient6t plusieurs
lots furent la proie des flames. Ce fut en vain que les
troupes essayerent d'arreter le fl6au, ou tout au moins
d'en att6nuer les effects. La plus grande parties de la
ville 6tait construite en bois et bAtie sur du tuf. L'in-
cendie dura quarante-huit heures; sur trente et
quelques lots, vingt-sept avaient Rt6 brAl6s. Le d6sordre
vint encore augmenter la calamity. Les maisons qui






- 93 -


avaient dtd dpargn6es par le flNau furent pillees par les
troupes de Praloto, composes en parties d'aventuriers
de tous les pays. Les pertes 6taient consid6rables; on
pouvait les Avaluer A plus de cinquante millions de
livres. L'on s'en prit d'abord aux mulatres, surtout a
leurs femmes, et plusieurs centaines de ces malheu-
reuses furent obligees de quitter la ville avec leurs
enfants. L'on accusa ensuite les commercants qui
auraient cherch6 ainsi le moyen de detruire leurs livres
de commerce. Il est presumable que l'incendie de Port-
au-Prince ne fut pas une oeuvre pr6m6ditee, mais un
effet du hasard.
Chassis de Port-au-Prince, les mulAtres se r6unirent
a la Croix-des-Bouquets et y formerent un camp. Plu-
sieurs blancs etaient avec eux et un certain nombre de
negres 6taient venus les rejoindre. Leurs chefs 6taient,
I'un des leurs, Beauvais, et un blanc, un riche planteur,
de JumBcourt, ancien capitaine d'artillerie et chevalier de
Saint-Louis. Les habitants de Port-au-Prince se prepa-
raient A soutenir un siege. C'est en vain que le com-
mandant de la station navale, de Grimouard, se pro-
posa aux deux parties, en quality de mediateur. Les
pourparlers ne purent aboutir. Les hommes de coulcur
demandaient I'exbcution du concordat du 23 octobre,
la punition juridique de Praloto et l'embarquement de
ses canonniers. L'accord ne put se faire, et Port-au-
Prince ne tarda pas a 6tre bloqud. Leogane se trouvait
dans le mmme cas, et Rigaud en faisait en quelque sort
le siege avec un nombreux rassemblement. Le Sud
6tait plus trouble que jamais. Plusieurs villes de cette
province avaient, A I'imitation de Port-au-Prince, chasse